Aller au contenu
×
×
  • Créer...

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'gianfelice facchetti'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

9 résultats trouvés

  1. Ce qui semblait être à la base un projet romantique est à présent devenu une réalité : InterSpac se montre extrêmement sérieuse avec l’Inter. Cette nouvelle société souhaite lancer un actionnariat populaire à l’instar du Bayern Munich qui est un exemple de réussite en la matière Révélation du Libero L’intention des actionnaires actuelle est de parvenir à récolter entre 30 à 40% des actions du club, ce qui signifie récolter environ 300 millions d’euros selon les estimations communique par Forbes, qui hypothétise une valeur réelle du club légèrement inférieur à 750 millions d’euros. Au-delà des actionnaires, des personnalités VIP et des témoignages actuelles, des sources proches du dossier ont déjà fait par qu’un entrepreneur a déjà versé dans la "cagnotte" 200.000 € Fonctionnement de l’InterSpac Dans les plans d’InterSpac, l’objectif initial sera d’évaluer les intérêts de toutes les parties concernées à travers un sondage online fixé pour le vendredi 25 juin. Des contacts ont eu lieu avec la propriété du club depuis plus d’un mois et ceux-ci sont positifs. Pour devenir actionnaire, il faudra débourser une somme minimal de 500€. Cette somme permettra à quiconque de devenir actionnaire du club. Attention, ce ne sera pas une contribution à payer d’année en année, car l’idée de Cottarelli & Co. est celle d’améliorer considérablement la gestion de l’entreprise en recherchant des sponsors de qualité et de miser sur des investissements judicieux. 15 socios sont déjà connus Différentes personnalités vont faire leur entrée dans l’InterSpac dans les prochains jours. Outre Carlo Cottarelli 15 personnalités sont connues Roberto Zaccaria (ancien Président de la Rai) Beppe Severgnini, Claudio Cecchetto, Giancarlo Leone, La MegaStar Stefano Boeri, GianFelice Facchetti, Giovanni Storti, Enrico Mentana, Luciano Ligabue, Giacomo Poretti, Paolo Bonolis Enrico Ruggeri Tous ont intégré la société en versant une part de 1.000€, qui pourra augmenter, à volonté, selon la participation de l’initiative ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  2. L’Inter a officialisé I M INTER (Yes I M), comme l’hymne idéal pour célébrer la cavalcade Nerazzurra qui lui a permis de conquérir son 19ème Scudetto Le texte a été écrit par Max Pezzali, Claudio Cecchetto et Mirko Mengozzi, la musique est de Renato Garretto et de Dj Pitch. La chanson, produite par Cecchetto, est chantée par l’interiste Mirko Mengozzi, le Speaker officiel de l’Inter au Stade Giuseppe Meazza et par Caterina Mastaglio. Yes, I M INTER, est disponible dès ce mercredi 12 mai 2021. Il représente une déclaration d’intention "Yes", suivi d’un chant orgueilleux et reconnaissable "I M Inter". Il est accompagné de la très belle citation prononcée par Gianfelice Facchetti à l’occasion du Centenaire de l’Inter : “Era la sera del 9 marzo 1908, erano poco più di 40, oggi siamo milioni”. I M INTER (Yes I M) est désormais disponible sur Spotify, Apple Music, iTunes, YouTube, Tik Tok, Amazon Music et sur toutes les autres plateformes musicales online. La version instrumentale est téléchargeable en ligne, celle-ci est à la disposition de tous les tifosi du monde entier qui pourront créer leur propre version personnalisée. "I M Remix" donnera la possibilité aux DJ et aux Producteurs de confession Nerazzurre, de remixer la chanson. Vous souhaitez la connaitre par cœur ? Voici le texte dans son intégralité. Vous y retrouvez également la traduction en bleue [Intro] I aM Inter I M Inter I aM Inter I M Inter [Verse] Senza te non ci so stare Je ne sais pas rester sans toi Di nerazzurro batte il cuore De Nerazzurro, le cœur bat Dal primo all'ultimo minuto De la première à la dernière minute Canteremo all'infinito Nous chanterons à l’infini "Siamo noi, solo noi!" C’est nous, seulement nous Non siamo scesi mai all'inferno Nous ne sommes jamais descendu en enfer Inter Milano il nostro orgoglio Inter Milan est notre orgueil Il tuo nome e la tua storia Ton nom et ton histoire Suona dentro la memoria Résonne dans la mémoire "Siamo noi, solo noi!" C’est nous, seulement nous [Chorus] Yes, I M Inter Yes, I M Inter, ohhh ohhh Yes, I M Inter Yes, I M Inter, ohhh ohhh [Verse] Cambian le maglie dei campioni Change les maillots des champions Ma non cambiano i colori Mais les couleurs ne changent pas Di un coro con la stessa voce D’un chœur avec la même voix Gli occhi con la stessa luce Les yeux avec le même éclat "Siamo noi, solo noi!" C’est nous, seulement nous I nostri cuori in mezzo al campo Nos cœurs au milieu du terrain Saranno sempre li' al tuo fianco Serons toujours à tes côtés In ogni attacco e ogni difesa Dans chaque attaque et chaque défense In trasferta come in casa A l'extérieur comme à domicile "Siamo noi, solo noi!" C’est nous, seulement nous [Bridge] Era la sera dеl 9 marzo 1908 C’était le soir du 9 mars 1908 Erano poco piu' di 40 Ils étaient un peu plus de 40 Oggi siamo milioni Aujourd’hui nous sommes des millions "Sempre Toujours E solo Et seulement Forza Inter! [Chorus] Yеs, I M Inter Yes, I M Inter, ohhh ohhh Yes, I M Inter Yes, I M Inter, ohhh ohhh Yes, I M Yes, I M Yes, I M Yes, I M Yes, I M Black & Blue Yes, I M Black & Blue Yes, I M Black & Blue Yes, I M Black & Blue (Black & Blue, Black & Blue, Black & Blue) Yes, I M La squadra di Milano siamo noi Nous sommes l’équipe de Milan Yes, I M I'm one for all, I'm not for everyone Oui, Je Suis Je suis un pour tous, je ne suis pas pour tout le monde [Outro] I M Inter I aM Inter I M Inter ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  3. L'Inter et le Milan ont parfaitement le droit de démolir San Siro et de construire un autre terrain à la place, selon Gianfelice Facchetti. Les deux clubs sont frustrés dans leurs projets de création d'un nouveau stade à cause des retards du conseil municipal de Milan, bien que le maire Giuseppe Sala insiste sur le fait que c'est l'Inter qui est responsable de l'impasse actuelle (incertitudes liées à la propriété, ndlr). Un article de la Gazzetta dello Sport suggérait que Sala était réticent à prendre position publiquement avant les prochaines élections qui sont reportées à octobre. S'adressant au journal milanais tout en faisant la promotion de son nouveau livre sur San Siro, Gianfelice a admis: "Ce n'est pas facile de prendre position sur cette question. Instinctivement, je dirais que vous ne devez pas toucher à San Siro parce que Giacinto a commencé sa carrière ici, après avoir reçu un appel de Giuseppe Meazza." "Mais il est important de donner une voix à tout le monde dans ce débat, des clubs qui ont des besoins clairs à ceux qui vivent dans la région et ont le droit de savoir ce qui va être construit. J'ai parlé dans le livre des doutes de ceux qui doivent prendre la décision comme le conseil; ce n'est pas facile de prendre une décision." "Je pense qu'il est important d'avoir un débat à ce sujet, ce qui ne s'est pas produit jusqu'à présent." "Il y avait des gens qui ont résisté à l'idée que le stade soit appelé le Meazza, en particulier les fans du Milan." "Leur ancien président Piero Pirelli voulait l'appeler la Meazza mais Meazza était une icône à l'Inter, alors certaines personnes ont dénigré cette l'idée." L'Inter et le Milan travaillent sur des plans pour construire un nouveau San Siro depuis plus de deux ans maintenant, mais les progrès s'avèrent difficiles à obtenir.
  4. En effet, l’Inter va sortir un livre intitulé "Inter, Icona senza tempo", que l’on peut aisément traduire par "Inter, une icône intemporelle". Celui-ci vous offrira un long voyage dans le temps qui vous racontera l’Histoire du Club, de la nuit du 9 mars 1908, jours de sa fondation, à aujourd’hui Voici ce que nous révèle Inter.it "Les personnalités et les légendes, les histoires et les anecdotes: Vous redécouvrirez les périodes les plus significatives de la passion Nerazzurra, en vous exaltant à tout niveau. Dix chapitres structurés vous dévoileront l’Inter sous toute" ces facettes." "Des données, des statistiques, de la curiosité, en passant par l’évolution de la marque Nerazzurra jusqu’à son nouveau visuel identitaire. De l’Inter Media House en passant pas les milliers d’Inter Club et d’Inter Campus à travers le monde qui s’activent également dans des activités sociales, du réseau des Academy en passant par le Secteur Jeune masculin et féminin du Club Nerazzurro." "Avec Milan, dont l’évolution de la ville est racontée à travers d’extraordinaires photos relatant également la croissance du Club, le tout ponctué par des victoires uniques et extraordinaires. Les maximes qui vous raconteront ce qu’est l’émotion de scander et de supporter l’Inter, sans oublier le discours de Gianfelice Facchetti , lors de la célébration du Centenaire en 2008." Vous retrouverez tout cela à travers un volume à conserver et à choyer de 320 pages dans un format "de collection": (24x31 cm).....avec la nouvelle armoirie Nerazzurra qui domine en sa couverture. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  5. "Avec lui, il ne fallait jamais critiquer ou mal parler de l'Inter, il ne le supportait pas". Interviewé par Il Corriere della Sera, Gianfelice Facchetti a abordé la relation qu'il avait avec son père. Une relation d'abord compliquée qui s'est ensuite resoudée avec le temps. "Quand j'ai décidé d'aller vivre tout seul, à mes vingt ans, pour mon développement personnel plutôt qu'avec un quelconque problème avec mes parents, mon père ne l'a pas spécialement bien pris. Et comme souvent, lorsque quelque chose altérait le cours de sa vie, il se murait dans le silence. Il essayait et se donnait du mal mais avait toujours des difficultés à dialoguer. Il lui a fallu plusieurs jours pour digérer le changement et tourner la page. Mais nos "confrontations", bien que toujours très fortes ont toujours été loyales. Nous connaissions nos défauts et nos qualités et nous jouions franc-jeu l'un avec l'autre", se rappelle Gianfelice. Il raconte ensuite l'apparition du nom de son père dans le cadre du Calciopoli: "Je suis intervenu publiquement pour la première fois quand son nom a été cité sans aucun fondement dans le scandale du Calciopoli". "J'ai vécu une belle enfance dans notre maison à Cassano d'Adda où il avait déménagé, après avoir été à Treviglio sa province natale, juste après son mariage avec ma mère, j'y habite encore. Ca avait toujours été son rêve. Une maison qui le rapporte à ses origines paysannes, à la terre. C'est pourquoi, d'un déménagement à l'autre, il n'arrivait pas à s'empêcher d'y revenir, même pour un séjour très court, juste pour pouvoir poser les pieds sur le sol qu'il considérait le sien". "Ma mère, au contraire, espérait, qu'à sa retraite, ils seraient partis ensemble à la découverte d'autres pays. Lui, est devenu dirigeant sous Pellegrini puis président avec Moratti, il a continué à être engagé et il n'arrêtait plus de reporter les vacances à une date ultérieure. A la fin, ma mère a pris l'habitude de partir toute seule". "Une fois, ma mère étant partie en Inde, il est resté un mois tout seul à la maison. Il m'a fait la surprise de venir me trouver dans le bar où je travaillais. C'était la première fois que ça m'arrivait. Il désapprouvait le métier de barman. J'ai encore l'émotion de le voir entrer dans la pièce. Au bar, comme d'habitude, en guise de protection pour mon père comme pour moi, j'avais dit que je n'avais aucun lien avec lui et que je m'appelais Facchetti mais juste en homonyme". "Ainsi, quand la patronne m'a demandé comment ça se faisait que je le connaissais, mon père est resté stupéfait. Mais il a trouvé ça plutôt drôle. Quelques jours après, j'ai mis en place un stratagème pour manger tout seul avec lui, sans mes frères. Et c'est ainsi que notre rapport est devenu plus adulte, des fois même à rôles inversés. C'était une confrontation ouverte, pleine de curiosité, d'estime et de soutien dans mon travail. Lorsqu'il est décédé, il ne restait plus de choses non dites ou que nous nous étions cachés. Simplement la tristesse de ne pas avoir eu plus de temps ensemble". ®Samus – Internazionale.fr
  6. Gianfelice Facchetti pense qu'un groupe de supporters de l'Inter devenant actionnaires du club serait une bonne idée. Le Suning recherche de nouveaux investissements pour répondre aux besoins urgents de liquidités. Le Financial Times révèle qu'il a besoin de 200 millions de dollars de capital pour maintenir le club. Interspac, un groupe de supporters présidé par Carlo Cottarelli serait intéressé à racheter le club avec une structure similaire à celle du Bayern Munich. "La situation de l'Inter est difficile mais elle ne manque pas d'admirateurs, donc je pense qu'une solution sera trouvée dans quelques mois", a-t-il déclaré à FirenzeViola.it. "D'un autre côté, il faut tenir compte du fait qu'un club de football est toujours exposé à certains problèmes lorsqu'il est à la merci de fonds spéculatifs. Pour cette raison, je pense que l'idée d'un consortium de supporters achetant des parts dans le club, pour aider les nouveaux propriétaires, est la seule voie à suivre. Cela garantirait la sécurité du club à l'avenir." BC Partners aurait fait une offre finale à Suning hier soir , mais la société britannique n'est pas le seul fonds de capital-investissement intéressé pour investir. EQT, Ares Management, Arctos Sports Partners, Temasek, Fortress et Mubadala envisageraient tous de remplacer le Suning en tant que propriétaires de l'Inter. "Je suis sûr que devoir vendre l'Inter est quelque chose que le Suning n'aurait jamais voulu. La pandémie de COVID-19 et les décisions du gouvernement chinois les ont forcés, mais ce n'était pas leur plan." Un article du Corriere dello Sport ce matin a expliqué que Steven Zhang voulait remporter le titre de Serie A avant de quitter le club.
  7. "Buts après buts en Italie et en Europe, il a démontré être un attaquant pur race, en ajoutant à son bagage technique de la volonté, de la générosité et de l’altruisme : Les qualités humaines d’un vrai Leader." Gianfelice Facchetti a motivé de la sorte, pourquoi le prix portant le nom de son père “Giacinto Facchetti - Il bello del Calcio”. a été décerné au Gentil Géant à l’occasion du "Festival Dello Sport", manifestation organisée par La Gazzetta Dello Sport. S’en est suivi l’interview octroyée au journaliste de la Rosea: Luigi Garlando Roger Lukaku, le Père "La discipline et la mentalité : Ce sont les deux choses qu’il m’a enseigné quotidiennement. Le respect pour les autres personnes et les regarder dans les yeux. Des choses très simples qui m’aident dans la vie de tous les jours." Son but qui m’a le plus impressionné ? "Celui face à Anderlecht : J’avais toute sa collection en VHS, mais c’est celui qui me reste en mémoire. Anderlecht était mon équipe préférée, lorsque j’ai grandi." Adolphine, la Mère "Lorsque mon père a arrêté de jouer, j’avais 6 ans. Nous n’avions pas énormément d’argent, c’était une période difficile. Ma mère travaillait au restaurant et j’allais à son travail avec elle le samedi, accompagné de mon frère, après les matchs. Mes parents ne mangeaient pas le soir pour nous nourrir moi et mon frère, ce sont des choses qui me resteront toujours en mémoire. A présent, je veux faire les choses biens au quotidien, car elle a fait tant de sacrifices pour moi et Jordan. Je lui décide chacun de mes buts car sans elle, il n’y a pas de Romelu." Soutien "Depuis mes six ans, j’ai toujours pensé au rêve de devenir footballeur. Ecole, entrainement, maison. Je sortais juste pour jouer au football. Avec mon frère, nous avions cette discipline, la seule idée était de jouer au football. Nous avons eu de la chance d’avoir une mère et un père qui nous ont toujours soutenu." Anciennes Gloires Hasselbaink ? "Je me rappelle son but avec Chelsea face à Manchester United. A ce moment-là, je me suis dit, je veux aussi faire comme lui." Vialli "J’avais la cassette vidéo de son but face à Chelsea. Son but, avec celui de Ronaldo en Finale de la Coupe de l’UEFA face à la Lazio, sont les faits de jeu que j’ai toujours gardé en mémoire." Racisme "C’est la première fois que cela m’est arrivé. A Milan, j’ai toujours ressenti l’amour des tifosi depuis mon arrivée. Après mon but face à Lecce, je me suis incliné pour les remercier. Je reçois tant de messages sur Instagram et Twitter. Il n’y a qu’en Italie que tu vois cela. Lorsque tu es cool avec les personnes, elles te donnent de l’amour. Ce que je souhaite faire, c’est de tout donner avec l’Inter." Huis-Clos "C’est moche, on entend tout…il rit. Lorsque l’on a joué face à Brescia, j’ai dit une chose que je n’aurais pas dû : Biraghi avait tiré et j’étais libre. Cela s’est entendu et les réactions sur Twitter m’ont fait rire. Nous les joueurs ressentons les émotions et évoluer au Meazza sans les tifosi est moche. Les tifosi te donnent de l’énergie. C’est trop beau de jouer avec un stade comble. Ce sont des expériences qui me font du bien, j’espère qu’ils reviendront rapidement." Passions "J’aime mixer, cela me relaxe. Soit je joue au football, soit je joue à la Play Station avec mon frère. A l’entrainement, je suis quelqu’un qui s’enrage très vite…il rit." Conseils aux jeunes "Il faut avoir de l’humilité et vouloir devenir plus fort au quotidien, que la veille." Antonio Conte "Il m’a amélioré en tout. Un joueur qui veut évoluer pour Conte doit comprendre que le Sacrifice est la base de tout, aussi bien physiquement que mentalement. Moi, c’est facile car je vis pour le football. Mon objectif est d’être un bon joueur et de gagner quelque chose." "Je savais que c'était un bon entraîneur et que tu peux grandir dans ses équipe. Depuis que j’ai commencé à travailler, je me suis toujours donné à 100%. Si j’estime que je travaille bien, je dois encore m’améliorer. C’est ma mentalité et c’est celle de l’équipe." La Ligue des Champions "Nous avons fait une belle saison l’année dernière, mais nous devons travailler sur le terrain et pas nous exprimer en dehors." Ses équipiers Les plus divertissants ? "Sensi, Young, Lautaro, Handanovic et Barella." Le plus sérieux ? "Il n’y en a aucun : Nous sommes tous un groupe uni, personne ne reste isolé." Rêve inaccessible Avec qui j’aurais aimé aller au restaurant ? "Mon rêve était de rencontrer Kobe Bryant, Mandela et Tupac Shakur." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  8. Giacinto Facchetti fait partie des légendes intronisées au Hall of Fame. Décrire sa vie en noir et bleu, ses exploits sportifs, son enseignement, son héritage, n'est absolument pas facile ! Pour cette raison, nous portons un regard sur une "Letter to Inter", plutôt unique en son genre car cette lettre est écrite par Gianfelice Facchetti à son inoubliable père. C'est un message qui embrasse la figure de "Cipe" et s'étend à notre secteur jeunesse. C'est une lettre qui contient un exemple clair et net pour tous nos joueuses et joueurs, l'affection qu'un fils ressent pour son père et les espoirs d'un avenir fait de matchs, de football et de bonnes intentions, le tout aux couleurs des Nerazzurri. "Cher Cipe, Dans cette lettre, je vais t'appeler par le nom que les fans de l'Inter t'ont donné avec affection... Comment ça va là-haut ? Tu sais que les derniers mois ont été difficiles pour nous tous, pour la Lombardie et Milan en particulier ; les miracles sont acceptés avec reconnaissance ! Revenir à jouer au football avec un monde sur la tête semblait impossible, mais nous le faisons. C'est une petite chose qui nous aide à recommencer, même si les tribunes, vides, manquent de cette même émotion, ce qui à tes yeux fit du football un grand et beau spectacle. Ces visages, mains, yeux et voix des protagonistes de l'histoire de l'Inter, qui étaient toujours avec toi et ceux qui eurent la chance de porter ce maillot. Le courage avec lequel l'Inter a fait face à l'urgence, conformément à sa grande histoire, n'aura pas échappé à ton attention. Selon la tradition, elle l'a fait à contre-courant, en élevant la voix avant tout le monde et en anticipant les temps comme lorsque, un soir de mars 1908, nos fondateurs ont dit au monde que si tout le monde ne pouvait pas jouer, alors cela ne pouvait pas être appelé Jeu. Ainsi le F.C. Internazionale est née avec ces sentiments fondamentaux que des millions de fans du monde entier, de Milan à Nanjing, continuent de chérir. Je sais que tu es fier de cela, de tout, de savoir que les premiers joueurs à ne pas aller sur le terrain étaient nos garçons de la Primavera. Sans y penser, les champions de demain ont montré le chemin à leurs aînés ! Au cours de ces mois, j'ai eu le privilège de m'entretenir avec eux, joueurs masculins et féminins des équipes jeunes (l'Inter féminine joue également en Serie A!) qui continuent d'écrire des pages de cette merveilleuse histoire. Écouter leurs histoires m'a ramené au début de ton aventure Nerazzurra et j'ai repensé à ton entêtement lorsque tu avais dit: "Soit je joue pour l'Inter, soit j'arrête !". Le destin a alors mis les choses en place : tu frappas un grand coup avec l'Inter et ils ont fait de même avec toi. Alors que tu observes attentivement là-haut, peux-tu protéger leur voyage, t'assurer que le football continue de les faire vibrer et entretenir leur rêve de faire leurs débuts pour ce club, tout comme tu l'as fait ... Je suis sûr que tu as une équipe formidable à tes côtés, tu es notre bonne étoile ! Adieu papa, vive l'Inter!" ®Alex_J - Internazionale.fr
  9. Pour Gianfelice Facchetti, fils de Giacinto, un Torino-Inter n'est pas une rencontre comme les autres. Pour Tuttosport il raconte ses liens historiques avec les deux clubs. Expliquez-nous votre relation avec les grenats : "En dehors de mon cher Inter j'éprouve une sympathie particulière pour le Toro, pour des raisons personnelles et familiales. Enfant j'ai joué dans l'équipe de Cassano d'Adda (commune proche de Milan) qui est également la ville de naissance de Valentino Mazzola. Notre famille a vécu là-bas, et l'équipe locale y porte les couleurs du Grande Torino à la mémoire de Valentino justement. J'y jouais gardien et la tenue ne changeait pas de celle du Toro des années 80. Il m'est aussi arrivé de porter le maillot noir de Bacigalupo. Mon père m'appelait Baci dans le but. Un rôle que j'ai joué quelques années plus tard pour le film Il Grande Torino de Claudio Bonivento. Mon père, né sept ans avant la catastrophe du Superga, gardait un immense respect pour ce Torino, pour les valeurs morales et sociales qu'il incarnait. En outre il avait pour coéquipier Sandro Mazzola, fils de Valentino. Il n'a voulu garder à vie qu'une seule chose d'un autre footballeur à la maison, la photo dédicacée de Virgilio Maroso, l'arrière gauche du Toro et de la sélection." "Il y a déjà des expositions, des rues ou des places en Italie dédiées à mon père, mais c'est la première fois qu'il y a une exposition faites par un tifoso adverse. Nous en sommes honorés, c'est une très belle reconnaissance. C'est aussi un message de fierté, de respect lancé au football et vu que le match approche, cela met des valeurs positives en avant. Il est à souligner que tout est géré par des fans. Cela apporte une plus grande sensibilité, une certaine passion que j'aime beaucoup. Cela m'a toujours surpris qu'il n'y ait pas de jumelages entre supporters. J'ai aussi découvert de nombreuses affinités historiques que je ne connaissais pas. Il y a une petite anecdote qui remonte à 2008 et fera certainement plaisir aux tifosi du Torino. Pour notre centenaire j'ai appelé Bearzot pour l'inviter aux festivités. Il m'a répondu « Je n'en ai pas envie. Oui l'Inter est mon premier amour mais ensuite j'ai épousé le Toro. » Dans ses mots j'ai senti un lien très fort de loyauté, indestructible." Et puis il y a la rivalité avec la Juventus, cela unit aussi... "C'est vrai. Une fois à la télévision j'ai dit que la Juve a son Cristiano, mais tout le monde sait que Jesus est tifo du Toro." Maintenant le rêve c'est le Scudetto : "Il y a des supporters qui viennent me voir et me disent « Nous nettoyons Conte maintenant qu'il est ici. » La vérité c'est que Conte n'a jamais dit qu'il s'interdirait un club ; « jamais à la Juve » - « jamais à l'Inter » etc. En devenant entraineur il a immédiatement déclaré qu'il ne serait supporter que du maillot qu'il coacherait. J'aime son Inter en constante progression. Cette année nous voyons une nette amélioration du point de vue technique et personnel. L'équipe est plus forte que l'an passé. Quant à Marotta il n'a pas seulement travaillé pour la Juventus, mais aussi ailleurs. Quand papa était à la tête de l'Inter, il avait déjà essayé de le ramener. Il reconnaissait déjà en lui une personne très compétente." Est-il plus réaliste d'imaginer l'Inter gagner le titre ou de voir Torino remonter et se qualifier pour l'Europa ? "Ce sont deux scénarios réalistes pour moi. C'est important de rester dans le sillage et d'arriver en janvier cote à cote avec la Juventus, et tenter le dépassement décisif. En ce qui concerne le Toro, le premier aspect c'est que Sirigu et Belotti continuent leurs performances exceptionnelles. Tout autour ils ont les joueurs pour le faire. Il reste encore beaucoup de rencontres c'est réalisable." C'est Mazzari qui se trouve là-bas. Il n'est pas très aimé à Milan... "En effet. Il n'a pas eu de chance, il est arrivé à un moment compliqué pour n'importe qui. Avec les joueurs qu'il a -et je ne pense pas seulement à Belotti- ils devraient peut être plus attaquer. Avoir un jeu plus agressif, plus courageux. Un jeu plus en phase avec l'histoire de ce club et de ses fans, sans qui le courage est un élément fondamental dans leur existence." ®gladis32 - internazionale.fr