Aller au contenu
×
×
  • Créer...

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'gianluca pagliuca'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

8 résultats trouvés

  1. Notre ancien gardien de but n'a que du respect et de merveilleux souvenirs de son ancien patron alors que Roy Hodgson tire sa révérence demain. Ce texte est une traduction de ''Gianluca Pagliuca: Roy Hodgson was a great Inter coach but the press got under his skin.'' publié le 22 Mai 2021 sur le site du Guardian. J'ai de merveilleux souvenirs de jouer sous Roy Hodgson. C'était une personne honnête, sincère mais, surtout, un excellent entraîneur avec beaucoup de connaissances. Il s'est très bien préparé aux matches et nous a beaucoup appris. Bien qu'il n'ait rien gagné à l'Inter (finale de C3 en 1997 perdue contre le Schalke 04, ndlr), son impact a été excellent. J'ai une image fixe dans ma tête quand je pense à Roy: avant chaque séance d'entraînement, il serrait la main des joueurs, un à la fois. Nous nous sommes regardés en souriant, presque incrédules, parce que nous ne comprenions pas (il ne parlait pas italien, ndlr), mais c'était un vrai gentleman et c'était sa façon de faire. Je n'ai jamais vécu cela à aucun autre moment de ma carrière, mais c'était un homme d'un autre temps et une personne fantastique. Parfois je lui parlais après l'entraînement, je discutais de golf ou de tennis qui étaient ses grandes passions, mais aussi je me confiais sur des choses de ma vie privée. Roy a répété le nom de Björn Borg avant, pendant et après l'entraînement. ''Nous devons être comme Björn Borg. Je veux une mentalité comme Björn Borg.'' Puis, une fois l'entraînement terminé, il s'est arrêté pour discuter de tennis et de Borg avec certains d'entre nous. Disons que Borg était une de ses belles obsessions. Le seul défaut de Roy était qu'il détestait la presse, car il avait reçu beaucoup de critiques. Il achetait des journaux tous les jours pour apprendre la langue mais il considérait les journalistes comme ses ennemis. C'était une lutte constante entre Roy et les journalistes. Il entrerait dans le vestiaire vraiment nerveux à cause de cela. Je lui ai dit avec mes coéquipiers: ''Oubliez ça… pas de problème. L'Inter est un grand club et les critiques sont normales.'' Mais il ne pouvait pas accepter les critiques des journalistes. Cela le rendit furieux. Quand il s'est mis en colère, il ne parlait qu'en anglais. Penser à cela me fait rire car les scènes étaient étranges: une fois nous sommes entrés dans la loge et l'avons vu crier et jurer à chaque article qui le critiquait. Je n'oublierai jamais quand nous étions en tête et que nous avions perdu 2-0 à la Juventus. Roy était furieux quand il est revenu dans le bus de l'équipe. Il montait et descendait en disant: ''Nous ne méritions pas de perdre, ce n'est pas juste...'' plus quelques mots grossiers en anglais. Nous avions mérité de perdre mais il s'inquiétait de ce que les journaux allaient écrire. Roy était un homme intelligent qui vivait aussi bien pour les relations humaines que pour le football. Il voulait apprendre l'italien pour mieux communiquer avec l'équipe et il s'est fait comprendre. Son langage n'était pas parfait mais ces choses sont appréciées par les joueurs. Roy parlait anglais qu'avec Paul Ince. Nous nous sommes qualifiés pour la Coupe UEFA lors de la première année de Roy et avons atteint la finale pour perdre contre Schalke aux tirs au but, mais Roy a été attaqué parce que sa défense était jugée trop haute. Nous avons joué un football très offensif, risquant toujours de concéder des buts, mais il n'a pas accepté les critiques. Dans cette finale retour, Roy a remplacé Javier Zanetti, véritable icône de l'équipe, quelque minutes avant les tirs au but pour amener un tireur de penalties. Zanetti a montré sa colère devant tout le Meazza et 85 000 fans furieux l'ont fait savoir à Roy. Roy a répondu aux fans à son tour, et après cet épisode, nous avons eu les tirs aux buts en pensant que le match était perdu. En général, Roy aimait féliciter les joueurs. Au début, quand il ne parlait pas bien l'italien, si nous gagnions, il me serrait dans ses bras et me disait: ''Bon arrêt, Gianluca. Dai, Gianluca. Forza grande, Gianluca.'' Il m'a toujours motivé. Je n'ai eu qu'une seule dispute avec lui. Lors d'un match de la Coppa Italia contre Cagliari, il a dit un mauvais mot en anglais à voix basse, je l'ai compris et je lui ai répondu de la même manière. Le lendemain, il a rassemblé l'équipe et s'est excusé. J'ai beaucoup apprécié et le problème a été résolu. C'était le geste d'une grande personne. Il y a une légende populaire ici en Italie selon laquelle Hodgson a demandé la vente de Roberto Carlos au Real Madrid. Tout le monde lui reproche d'avoir soi-disant forcé l'Inter à vendre Roberto Carlos, qui était jeune et est devenu pendant de nombreuses années le meilleur arrière gauche du monde. Mais cela me dérange parce qu'à mon avis, le club a vendu Roberto Carlos. Je pense qu'ils ne croyaient pas en lui. Roy n'est jamais entré dans les détails de cette histoire ni accusé le club de la vente et les fans de l'Inter l'aiment en tant que personne à cause de cela. Cela montre quel homme il est. Il a un style extraordinaire qui a fait de lui l'une des figures les plus populaires du football au fil des ans, je lui souhaite le meilleur. C'est un gentleman, pas seulement un manager. Gianluca Pagliuca, notre ancien gardien de but italien, intersite de 1994 à 1999.
  2. Interviewé par Telelombardia, Gianluca Pagliuca a évoqué notre Inter et sa course vers le Scudetto, l'avenir de Samir Handanovic et autres choses. Un avis sur la saison d'Handanovic et pensez-vous que sa prochaine année sera la dernière? "Lors des deux derniers matches, il a commis deux erreurs, qui heureusement ne furent pas fatales car nos adversaires au classement n'en ont pas profité. Pour moi, il a fait une première phase suffisamment bonne, puis une deuxième incroyable et, enfin, quelques erreurs. À mon avis, il est toujours l'un des meilleurs gardiens de but, donc l'Inter fera bien d'y réfléchir avant de le changer." Qui serait un digne héritier de Handanovic? "Samir est toujours au niveau. Sincèrement, j'attendrais à nouveau. À l'avenir, sûrement l'Inter pense déjà à un remplaçant. Nous parlons de Musso, Meret... Si je dois prendre ceux-ci, je garderai Handanovic pour 3 ou 4 ans... J'aime Gollini, mais un top joueur que je prendrais tout de suite est Oblak, qui coûte cependant très cher." Après 10 ans, que signifierait ce Scudetto pour l'Inter avec Conte sur le banc? "En attendant, j'espère que l'Inter gagnera. Ce serait mérité, c'était l'équipe la plus convaincante." Sur la Super League, quelle idée avez-vous eue? "J'espérais qu'elle serait détruite, je suis resté avec le football du passé, aux anciennes coupes. Je n'ai jamais aimé la Super League, il semblait que les petits clubs n'existaient plus." Que pensez-vous de ces gardiens qui doivent savoir très bien jouer avec leurs pieds? "Le rôle a changé, maintenant tous les entraîneurs ont tendance à commencer le match par l'arrière. D'accord, mais pour l'amour du ciel, il y a des moments où le ballon doit être balancé vers l'avant." Les critiques sur le style de l'Inter... "Conte exploite les joueurs qu'il a, avec trois joueurs très forts devant. Antonio est très doué pour le faire. L'Inter est une équipe cynique, pratique, mais qui aussi joue un bon football. Si la défaite de Milan a eu un impact sur les performances au Picco? A mon avis, oui. Je ne la voyais pas aussi affamée que lors des matches précédents." Un joueur à acheter? "L'Inter a besoin d'un back-up pour Lukaku. Je peux penser à un avec les caractéristiques de Petagna mais plus fort que Petagna. Dzeko serait parfait même s'il est un peu plus âgé."
  3. L'Uomo Ragno s'est exprimé sur notre capitaine dans une interview accordée la Gazzetta dello Sport. "Ses performances correspondent à ce que vous attendez d'un gardien de but jouant pour une équipe prestigieuse avec une histoire de grands gardiens de but, comme l'Inter. Les jeunes s'identifient davantage à Julio Cesar parce qu'il a eu la chance de remporter le Triplete. Mais il y a une différence entre Julio Cesar, Gianluca Pagliuca, Samir Handanovic et moi et ce n'est pas seulement une question de talent, de technique ou de style. La différence est que je suis né à l'Inter. J'ai toujours été Interista, alors que les autres sont tous arrivés d'ailleurs. J'embrasse le maillot de l'Inter parce que c'est mon maillot, parce que je suis né ici, alors que les autres ils se sont déclarés Interisti: c'est un peu différent. Pour moi, c'était toujours un avantage d'être fan et j'ai toujours vécu avec la critique et la pression. Je sais que lorsque les choses allaient mal, les fans attendaient toujours un peu plus de moi." Note: pour être complet, il faudrait également citer les trois autres grands: Giulano Sarti, Ivano Bordon, Francesco Toldo.
  4. Antonio Conte comprend maintenant ce que signifie être entraîneur à l'Inter, selon l'ancien défenseur Francesco Colonnese. Voci son interview accordée à TeleLombardia lors de du programme Top Calcio 24. "Conte fait partie de la Juventus et pour ceux qui ont joué contre lui, comme moi, c'est étrange de le voir entraîner l'Inter." "Il a fait son travail et il donne tout. Il a eu tort lors de sa première année de commenter négativement ce que faisait le club. Parce que, objectivement, l'Inter est l'Inter et il l'a compris maintenant, seulement plus tard. Maintenant, il sait ce que signifie être à l'Inter. Je n'aimais pas quand il était critique, parce que l'Inter doit être comprise, il faut comprendre pourquoi ils ne gagnent pas. Maintenant qu'il comprend ce qu'est l'Inter, je l'aime davantage. Je suis de son côté maintenant parce que la réaction, l'envie de se rebeller, vous montre que les couleurs Nerazzurri sont des couleurs différentes." Sur l'altercation Agnelli - Conte. "J'ai envie de rire car s'il y avait eu toutes ces caméras sur le terrain lorsque nous les avons joués il y a 22 ans, nous aurions certainement tous été suspendus (il rit, ndlr). Ce sont des scènes désagréables, certes, mais il y a une vive rivalité et puis il y a aussi le fait que Conte a quitté la Juve, donc il y a eu des désaccords entre eux. Certainement quelque chose n'était pas clair et ce que nous ne savons pas, ils le savent avec certitude." Manque d'identité Inter? "Pour moi, il manque dans tout le club. L'Inter a besoin de gens qui ont porté le maillot et qui savent ce que cela signifie parce que les fans de l'Inter sont différents de tous les autres, et j'ai joué dans différentes équipes. J'ai joué à Naples, à Rome, mais le fan de l'Inter est particulier et si vous perdez, il y a encore 70 000 personnes au stade. Seuls ceux qui ont joué pour l'Inter savent ce que signifie Inter. Pendant longtemps, personne n'a pu aider à transmettre la passion, le sens de l'interisme, la diversité par rapport aux autres équipes. Ce sentiment d'être pur parce que l'Inter a toujours gagné proprement. L'Inter a souffert et quand ils disent que -l'Inter ne gagne jamais-, la réponse est vraie, ce n'est pas facile de gagner à l'Inter. Vous pouvez le voir même maintenant et tout le monde le remarque. À l'Inter, ce n'est pas facile de gagner, ce n'est pas facile pour beaucoup de choses." Des noms pour cette identité? "Je faisais partie d'un grand Inter dans lequel il y avait des joueurs avec de la personnalité (1997-2000, ndlr). Marco Materazzi pourrait être une figure importante, Riccardo Ferri est un tempérament. Il y en a tellement qui pourraient aider comme Gianluca Pagliuca et Ivan Zamorano, qui pourraient être importants. Je suis petit par rapport à eux, mais je pourrais aider parce que j'ai construit ma carrière à partir de difficultés et je sais ce que cela signifie de jouer au Meazza et d'être apprécié par une base de fans aussi importante. Si après de nombreuses années vous êtes aimé, cela signifie que vous avez tout donné, que vous avez fait quelque chose de bien. Une charge émotionnelle doit être transmise aux joueurs et à toute personne portant le maillot Nerazzurri, même dans le secteur jeunesse. Inter doit être revitalisée, ils ont un marché cible qui a du potentiel."
  5. Le légendaire ancien gardien Nerazzurro Gianluca Pagliuca s'est livré dans une interview pour le site FCInter1908.it sur la possibilité de voir l'Inter se qualifié pour les 8ème de finale de la Champions League: "La qualification pour le prochain tour est à la portée de l'Inter mais il faut espérer qu'il n'y est pas match nul entre le Real et le Borussia." "C'est la seule crainte car le match contre le Shaktar est totalement à la portée des Nerazzurri. J'espère juste que dans l'autre match ils ne décideront pas de s'épargner mutuellement, ce que les Anti-Inter espèrent tous dans leurs draps humides." Pagliuca poursuit en parlant d'Antonio Conte, qui semble être redevenu lui même, et de la récente bonne forme de l'Inter: "Ça fait parti de sa façon d'être. Il a beaucoup d'ennemis et son attitude resserre l'équipe, de ce point de vue il ressemble beaucoup à Mourinho. Lors des deux derniers matchs l'Inter à très bien fait, j'ai vu une équipe très différente par rapport aux premiers matchs." Il s'exprime ensuite sur les différentes fortunes de Romelu Lukaku et Christian Eriksen à l'Inter: "Lukaku à atteint des sommets. Il marque toujours, aide l'équipe et est essentiel maintenant. Espérons qu'Eriksen puisse faire mieux. Si Conte ne l'utilise pas, il a certainement ses raisons. Quand il a joué il n'a pas semblé très engagé dans le système du coach." Il défend ensuite l'actuel capitaine de l'Inter Samir Handanovic, sous le feu des critiques après ses performances cette saison: "Il se porte bien, il a réalisé de très bonnes parades contre le Borussia Monchengladbach. Il semble avoir laisser sa mauvaise forme derrière lui. J'ai vu le Handanovic pre-Covid." Sur la confrontation entre ses deux anciens clubs ce week-end: "Ça sera un match très difficile pour l'Inter, entre deux matchs de Champions League. Bologne se débrouille bien et ont su gagner à Milan au cours des dernières années. Ils ont un entraîneur qui connait bien l'environnement et ils donneront du fil à retordre aux Nerazzurri." En conclusion, on lui demande si l'Inter peut remporter la Serie A cette saison: "Absolument oui. En Italie, l'Inter est clairement l'équipe la plus forte de toutes." ©Trent_FCI
  6. Une absence de 45 jours, c'est long. Et quand il s'agit de l'un des meilleurs portiers d'Europe, ça pèse. Demain Samir Handanovic fera son retour sur la pelouse du Juventus Stadium et il est appelé à une mission bien relevée, défendre son antre pour tenir l'équipe dans la course au titre. Celui qui en est à sept clean sheet cette année en Serie A, se verrait bien en refaire un nouveau ce dimanche soir. Autre statistique, il compte 30 pénaltys repoussés sous nos couleurs, un de moins que Gianluca Pagliuca. Et c'est justement ce dernier qui s'est exprimé pour le Corriere della Sera, lui qui a connu de nombreux derbys d'Italie aussi. "Son retour est fondamental. Bien entendu être un mois et demi sans jouer peut poser problèmes à tout gardien de but. Il faudra un moment pour reprendre ses repères, notamment sur les sorties. Il est clair que l’œil reprendra un temps pour s'y habituer et c'est une question de millisecondes. Mais c'est une référence depuis des années et l'avoir pour ce type de match, c'est capital. C'est une chose d'avoir son gardien de réserve, une autre d'avoir son portier titulaire sur le terrain, qui plus est le capitaine de l'équipe. C'est facile de dire qu'un gardien ne doit que stopper ce qui arrive, mais ce n'est pas ça du tout. Il doit gérer sa défense, les distances, les moments calmes et plus délicats, où son rôle est crucial pour tous." Son absence s'est faite sentir, surtout que son remplaçant Padelli n'a pas répondu aux attentes en coutant des points au groupe. "Il y a un niveau de compétences qui, dirons-nous, est indiscutable. Mais ce qui est encore plus important c'est le niveau psychologique. Avoir le capitaine de retour ça redonne confiance au reste de l'équipe. Quand il n'est pas là, ce sont beaucoup de certitudes qui s'en vont avec lui." Au match aller l'Inter avait subi sa première défaite en championnat, la seule jusque celle contre la Lazio il y a peu. Elle se présente à Turin loin de chez elle et sans public, pour y jouer une échéance très importante pour le reste de la saison : "S'il y avait eu le public j'aurais donné un avantage, disons 55%, pour la Juventus. Mais à huis clos tout est remis à zéro, et Handanovic est un gros point positif en faveur de l'Inter." ®gladis32 - internazionale.fr
  7. Face à la Lazio, Samir Handanovic a atteint la barrière des 300 matchs disputés avec les Nerazzurri. Lui qui a rejoint l’Inter en 2012, est devenu un point ferme du vestiaire, avant de devenir le Capitaine de l’Inter. À présent, il égale Julio Cesar parmi les portiers historiques de l’Inter, en ayant Ivano Bordon dans son collimateur, second derrière l’intouchable Walter Zenga. Il pourrait rejoindre "Spiderman" s’il parvient à rester en place jusqu’à la fin de son contrat qui devrait être prolongé jusqu’en 2022. Le projet à venir de l’Inter En le prolongeant d’une année, l’Inter souhaite s’assurer de disposer d’un gardien de très haut niveau, au moins jusqu’en 2022. Par la suite, Radu devrait rejoindre le club milanais. L’idée Nerazzurra est d’éviter une transition des plus compliquées lors qu’il y aura lieu de s’attarder sur la définition du nouveau gardien titulaire. Radu pouvant continuer à grandir et à prendre de l'expérience ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  8. Milan – Handanovic, durant toute sa carrière en Serie A (Udinese, Trévise, Lazio et l’Inter) a disputé 372 matchs. Il a su conservé un clean sheet à 126 reprises. Cette année, notre numéro un n’a pas encore dû faire face à un penalty, mais il est intéressant de constater que c’est l’une de ses spécialités. Sur 70 confrontations, il en a arrêté 23, soit un ratio de 33%. Lors du prochain penalty sifflé contre l’Inter, il pourra devenir le meilleur gardien de la Serie A dans cette discipline. En effet, ce record est détenu actuellement par une légende Nerazzurra, Gianluca Pagliuca avec 24 penaltys arrété sur 91 tentatives, soit un ratio de 26,4%. Même si Spalletti se passerait bien de devoir faire face à ce genre de situation, il sait qu’avec Handanovic dans les buts, il est possible que cela ne porte pas préjudice à l’équipe, bien au contraire! ®Antony Gilles – Internazionale.fr