Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'gianluigi buffon'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Annonces & Support
    • Présentations
    • La Curva du Forum
    • Vos Déplacements
    • Questions
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Contact et inscriptions de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers
  • Football

Catégories

  • Gardiens
  • Défenseurs
  • Milieux
  • Attaquants

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Inter Women
  • Dates clés
  • Super Coupe d'Italie

Fonctionnalités

Catégories

  • Carte du Monde des Nerazzurri

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Ville


Joueurs

13 résultats trouvés

  1. Est-ce annonciateur d’un nouveau sacre européen de la Nazionale à l’instar du Titre Mondial en 2006 en plein Calciopoli ? Quoiqu’il en soit, ce scandale lié aux paris sportifs, pratique totalement interdite pour un joueur professionnel en Italie, secoue la Botte et les répercussions sont et seront nombreuses Il est donc utile de procéder à une mise au point de la situation sur ce beau Bordel comme seule notre Belle Italie sait le proposer à ses dépends via les révélations, dans différents articles de Sport Mediaset! Les déclarations de Fabrizio Corona ont été l’élément déclencheur qui a amené au Blitz de Coverciano. En effet, les révélations de l'ancien roi des paparazzis ont convaincu les procureurs de procéder au plus vite pour éviter que les preuves ne soient polluées. "Il n'y a pas que Fagioli', avait-il révélé sur les réseaux sociaux. Et en effet, en utilisant la même méthode, Fabrizio Corona a ensuite mentionné les noms de Sandro Tonali et Nicolò Zaniolo. Le parquet de Turin a donc immédiatement réagi en convoquant l'ancien roi des paparazzi à Milan en tant que personne informée des faits. Les procureurs connaissaient déjà les footballeurs impliqués, notamment parce que, selon La Repubblica, ils avaient trouvé des traces de conversations spécifiques dans les appareils saisis chez Fagioli en août. Ils ont donc immédiatement effectué une descente à Coverciano pour signifier l'avis d'enquête et saisir des téléphones portables et des tablettes, à titre de preuve et pour découvrir d'éventuels liens avec d'autres parieurs. L'idée était sans doute d'attendre la fin du match contre Malte (notamment parce que Tonali et Zaniolo jouent en Angleterre et que c'était l'occasion de leur parler ensemble en Italie), mais les révélations de Corona ont accéléré la procédure. "Ce n'est pas un hasard si, parmi les forces de police, certains ont eu le sentiment que les deux hommes étaient attendus à Coverciano et ont peut-être supprimé des preuves précieuses." Hier, Corona a été entendu pendant environ 45 minutes et a ensuite annoncé d'autres vérités brûlantes sur le monde du football. Il n'a finalement fait aucune déclaration, mais il y avait déjà pensé à agir sur les médias sociaux : "Un informateur m'a révélé que Zaniolo pariait sur le match de la Roma en Coppa Italia, même lorsqu'il était sur le banc de touche. Les noms, a-t-il ajouté, m'ont été communiqués par certaines sources que je révélerai dès que possible." a déclaré Corona "J'ai décidé de pénétrer dans l'arrière-monde du football pour dévoiler les nombreuses distorsions qui s'y cachent. Nous parlerons bientôt, par exemple, des footballeurs homosexuels et des raisons pour lesquelles aucun d'entre eux n'a jamais révélé publiquement son homosexualité. Qu'est-ce qui les en empêche ? Qu'est-ce qui les pousse à se cacher ?" En attendant, il a lancé une Bombe destinée à secouer encore plus le monde du Calcio. Quid de l’aspect sportif ? L'affaire des paris a fini par exploser dans le football italien. Le footballeur de la Juventus Nicolò Fagioli est dans le collimateur du parquet de Turin, puis Nicolò Zaniolo et Sandro Tonali ont également fait l'objet d'une enquête après les révélations de Fabrizio Corona. Mais que dit le règlement de la Figc sur les paris professionnels ? Voici le contenu de l'article 24 du Code de justice sportive : "Il est interdit aux sujets du système fédéral, aux dirigeants, aux membres et aux membres des clubs appartenant au secteur professionnel de faire ou d'accepter, directement ou indirectement, des paris, même de la part de sujets autorisés à les recevoir, qui ont pour objet des résultats relatifs à des matches officiels organisés dans le cadre de la FIGC, de la FIFA et de l'UEFA". Mais aussi "l'interdiction de faire ou d'accepter des paris, directement ou indirectement, de la part de personnes autorisées à les recevoir, concernant des matches de compétitions dans lesquelles leurs équipes jouent". En substance, il est interdit à un professionnel de parier sur son propre sport. Il en va différemment si l'on parle d'une autre discipline. Quelles sont les conséquences du non-respect de cette règle ? Pour les personnes physiques du système fédéral, pour les dirigeants, les membres et les responsables de clubs, la sanction d'inhibition ou de disqualification d'au moins trois ans et une amende d'au moins 25.000 euros. Il est également important de souligner que les personnes qui ont connaissance des irrégularités énumérées ci-dessus sont tenues de signaler immédiatement l'incident au parquet fédéral. Le manquement à cette obligation, selon le paragraphe 5 de l'article 24, entraîne une sanction d'interdiction ou de déchéance d'au moins six mois et une amende d'au moins 15.000 euros. Que risque Fagioli, Tonali et Zanioli en cas de culpabilité avérée ? Au moins trois ans de déchéance, mais à la suite d'un plaidoyer ou d'une collaboration, des remises de peines peuvent être accordées. Dans le premier cas, la réduction de la peine peut aller jusqu'à 50 % en cas de négociation avant la clôture de l'enquête, et jusqu'à un tiers si elle intervient après la clôture. Dans le cas d'une collaboration décisive pour apporter de nouveaux éléments, le bureau du procureur de la FIGC pourrait proposer d'importantes réductions de peine. Un autre Turinois dans l’affaire ! L'affaire de paris qui secoue le monde du Calcio et dans laquelle Sandro Tonali, Nicolò Zaniolo et Nicolò Fagioli sont actuellement mis en examen touche évidemment aussi les équipes auxquelles appartiennent les joueurs concernés. En ce moment des actes ont été envoyés à la FederCalcio et le milieu de terrain de la Juventus s'est rendu, en remettant son smartphone. Selon La Repubblica, des enquêteurs ont trouvé des chats avec une série de compagnons dans lesquels les paris étaient explicitement mentionnés. Il y a une dizaine de noms, dont deux sont ceux de Tonali et Zaniolo, et il y a ceux qui parlent d'un coéquipier de second rang de la Juve. "Nous sommes loin des années du scandale des paris sur le football des années 1980 (dans ce cas, le délit sportif concernait des matchs truqués, alors qu'ici il s'agit de jeux d'argent), mais il est clair que cette nouvelle tendance n'en est qu'à ses débuts." confirme Mediaset Au-delà de l'aspect sportif de l'affaire et des risques pénaux d'une amende, les clubs suivent également de près l'évolution des événements. S'il s'avérait qu'ils n'étaient pas impliqués et donc que le Parquet Fédéral n'établissait pas la responsabilité directe des clubs, ou que quelqu'un au sein du club était au courant de l'infraction, ils pourraient alors exercer des représailles contre leurs propres membres. Dans le cas de Fagioli, il convient de se référer à la convention collective signée par la Lega Serie A, la Figc et les Assocalciatori, qui prévoit la suspension du salaire du joueur, comme indiqué à l'article 5, paragraphe 8, "dans le cas où le joueur a fait l'objet d'une disqualification disciplinaire pour des sanctions liées à des infractions sportives, à l'interdiction de parier et à des pratiques de dopage" (et en fait, s'agissant de ce dernier scénario, un peu comme ce qui s'est passé pour Pogba). Comme l'explique la Gazzetta dello Sport, conformément à l'article 11, paragraphe 4, les clubs peuvent également choisir de demander la résiliation du contrat, un scénario toutefois difficile à envisager pour le milieu de terrain de la Juventus ainsi que pour Tonali et Zaniolo qui sont sous la gestion de Newcastle et Aston Villa, bien que l'ancien joueur de la Roma soit prêté par Galatasaray et dont les situations sont régies par le contrat standard signé par la Fédération Anglaise de football et la Premier League. Déjà écartés de la Nazionale Et le dossier des paris risque fort de s'envenimer. Après la nouvelle de l'enquête sur Nicolò Fagioli, qui s'est retrouvé dans le collimateur du parquet de Turin pour "paris sur des plates-formes illégales", Nicolò Zaniolo et Sandro Tonali sont maintenant au centre de l'attention. Vers 18h30, ce 12 octobre, les deux joueurs, en stage avec l'équipe nationale en vue du match contre Malte samedi soir, ont été accueillis par la Digos di Firenze et la police de Turin : Le chef de délégation Gianluigi Buffon les accompagnait. La police leur a signifié un avis de garantie après l'aval de la Fédération pour quitter le stage de la Nazionale. La FIGC se livre dans un communiqué de presse "La Fédération annonce que, en fin d'après-midi, le Parquet de Turin a notifié des actes d'enquête aux joueurs Sandro Tonali et Nicolò Zaniolo, qui s'entraînent actuellement avec l'équipe nationale au Centre Technique Fédéral de Coverciano. Indépendamment de la nature des actes, considérant que dans cette situation les deux joueurs ne sont pas dans les conditions nécessaires pour faire face aux engagements prévus dans les prochains jours, la Fédération a décidé, également pour les protéger, de permettre leur retour à leurs clubs respectifs". Un avis de garantie a été notifié également ce 12 octobre par le parquet de Turin aux joueurs Sandro Tonali et Niccolò Zaniolo. Cette initiative s'inscrit dans le cadre de l'enquête sur les paris illégaux dans laquelle apparaît également le nom du joueur de la Juventus Nicolò Fagioli, qui s'est ensuite dénoncé à la FIGC. Tonali et Zaniolo ont reçu l'acte à Coverciano, siège du camp d'entraînement de l'équipe. Il y a également 36 minutes, nous apprenions via Sky Sport que Zaniolo a quitté Coverciano, dans le vol de l'après-midi pour l'Angleterre. Le milieu de terrain d'Aston Villa a quitté le camp d'entraînement de l'équipe nationale à Coverciano en compagnie de son père. Dans l'après-midi, il rejoindra Birmnigham par un vol privé. Il y a 32 minutes, Corona a décidé d’enflammer la Toile ! "Aujourd'hui je vais nommer un 4ème footballeur" Après avoir anticipé les noms de Zaniolo et Tonali, Fabrizio Corona a annoncé dans la matinée qu'il nommerait en début d'après-midi un quatrième joueur impliqué dans l'enquête du parquet de Turin sur les paris illégaux. Il y a 22 minutes, nous apprenons également la suite de la procédure : Les procureurs de Turin analysent les téléphones de Tonali et Zaniolo. L'analyse des copies légales des téléphones portables de Sandro Tonali et Niccolò Zaniolo sera l'une des prochaines étapes de l'enquête du procureur de Turin sur les paris illégaux présumés dans le monde du football. La police s'est présentée hier à la réunion de l'équipe nationale à Coverciano pour remettre un avis de garantie aux deux Azzurri. Grand Chelem Turinois! Et il y a quatre heures, nous apprenions également que Corona allumait la Juventus : "Au-delà de la responsabilité des paris de Fagioli, il y a la responsabilité juridique du club de la Juventus. La Juventus était au courant de l'existence de Fagioli depuis le 1er août, lorsque la nouvelle a été révélée, elle ne l'a pas emmené en tournée et a essayé de laver son linge-salle en famille, en omettant de le dénoncer." Et les autres ? "Siamo l'Italia", Tel a été le cri à l’unisson du reste du groupe: Avant d'entrer sur le terrain pour l'entraînement, les Azzurri ont l'habitude de discuter brièvement dans le gymnase, tous ensemble, même avec le personnel avant un cri collectif habituel "Siamo l'Italia" - "Nous sommes l'Italie" a été répété trois fois, puis les applaudissements et tout le monde sur le terrain. L’avis de notre Francesco (Acerbi) "NOUS NE POUVONS PAS JUGER: Il faut maintenant comprendre comment le climat va changer dans l'équipe nationale en vue des deux prochaines rencontres. Il n'est pas de mon ressort de juger, nous sommes très calmes et concentrés sur les deux matchs. Ce qui se passera sera jugé par des personnes plus haut placées" ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  2. C’est une révélation de la Gazzetta Dello Sport : "A partir de la saison prochaine, l'entraîneur des gardiens changera car avec le départ de Samir Handanovic, Adriano Bonaiuti fera également ses adieux au club." Un entraineur connu par Antonio Conte "En attendant de comprendre ce qui se passera sur le banc de l'Inter à la fin de la saison, une nouvelle arrivée aura déjà bel et bien lieu dans le Staff : L’entraineur des gardiens changera. Ce changement important dans le futur staff de l'Inter est une greffe stratégique qui ouvre des perspectives pour la saison 2023-24 car indépendamment de l'identité de l'entraîneur, le rôle d'entraîneur principal des gardiens de but devrait être confié à Gianluca Spinelli, qui est reconnu comme une Référence en la matière." "Le Milanais âgé de 56 ans a passé les quatre dernières saisons au Paris-Saint-Germain où il est arrivé en 2018 en même temps que Gianluigi Buffon et où il a sevré Gianluigi Donnarumma. En 2014, il a rejoint l'équipe nationale dirigée par Antonio Conte, un entraîneur qu'il a également suivi à Chelsea de 2016 à 2018. Au fil des années, son palmarès s'est étoffé : Deux Coupes de France, trois Ligue 1, trois Super coupe de France et une Coupe de la Ligue, tandis qu'avec les Blues, à l'époque d'Antonio, il a triomphé en Premier et FA Cup" "Spinelli, déjà installé à Paris, n'avait d’ailleurs pas suivi le natif de Salento lors de sa première expérience à l'Inter en 2019. Aujourd'hui on ne sait toujours pas ce qu'il adviendra du banc des Nerazzurri, vu que Simone Inzaghi a la possibilité de réaliser un exploit historique en Ligue des Champions qui chasserait tous les doutes. Mais un retour symbolique du couple entraîneur-préparateur pourrait avoir lieu en cas d’une nouvelle ère surprenante d' Antonio Conte et quoi qu'il en soit, une nouvelle ère va s'ouvrir à l'Inter à ce poste vu le départ plus que probable du Capitaine Samir Handanovic suivi depuis 2013 par Adriano Bonaiuti." En effet, André Onana s'est désormais imposé comme LE leader des gardiens, lui qui a étonné par sa réactivité et son courage, mais qui présente encore quelques défauts techniques qui se doivent d'être corrigés: soit un Job dans les cordes de Spinelli" Le secret des arrêts lasers ont donc un nom : Adriano Bonaiuti... ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  3. Notre gardien André Onana a accordé une interview aux micros de DAZN pour le format "Culture". Voici ses mots À quoi ressemble votre journée type dans votre pays d'origine ? — Quand j'habitais là-bas j'étais très jeune, on se levait, on prenait le petit déjeuner et on allait travailler en ville. Je me souviens que des trains passaient près de chez moi, il fallait traverser les voies. Et nous marchions 45 minutes pour atteindre les champs où nous travaillions. Nous avons passé les journées à travailler et à être ensemble, puis nous rentrions à la maison. La chose la plus étonnante est que nous n'avions pas de lumière, nous avions des lanternes - nous les utilisions pour nous frayer un chemin dans l'obscurité. Il n'y avait pas d'école, je l'ai fréquentée à Yaoundé car mes parents travaillaient dans cette ville et mes frères et moi les suivions. Les enfants ont-ils joué au football ? — Oui, mais sans attentes. Ce que je vis est un rêve. Être joueur de l'Inter est quelque chose que je ne pouvais même pas imaginer dans mon enfance au Cameroun. Je ne sais pas si vous pouvez me comprendre parce que si je pense que je viens d'un endroit totalement différent, je viens d'un village sans lumière et d'une famille modeste. Imaginez ce que cela signifie pour moi si on me disait "tu joueras pour l'Inter" quand j'étais enfant. Je ne pouvais même pas en rêver, c'était impossible d'y penser. Quand avez-vous pensé à être gardien de but ? — Toujours enfant. J'ai 4 frères : nous étions 5, un nous a quitté. Mais quand on me pose cette question je dis instinctivement que nous sommes 5, je l'emporte toujours avec moi. Je suis le plus jeune de 4 garçons, l'aîné nous a quitté. Mon frère Christian, également gardien de but, joue en Indonésie : avant d'y jouer, quand on était au Cameroun, je l'accompagnais aux matchs, je portais son sac. J'ai vu comment il jouait et je suis tombé amoureux du rôle. Que seriez-vous devenu sinon ? — Officier de police. J'aime les responsabilités. J'aime beaucoup être gardien mais c'est un poste compliqué : tu fais bien aujourd'hui et tu fais des erreurs demain et c'est fini. Il faut être très fort mentalement car chaque erreur est un but L'Académie Eto'o ? — J'étais enfant, j'avais 11 ans, je rentrais de l'école et ma mère m'a dit qu'elle avait quelque chose d'important à me dire. L'entraîneur de l'Académie était venu me demander d'y aller et de jouer comme j'habite là-bas. Je vivais dans la maison du coach. J'y suis resté environ 4 ans : c'était très drôle quand le coach m'a appelé pour me dire que j'allais à Barcelone. Je ne savais rien, ma mère a appelé et lui a dit : je ne savais rien pendant une semaine, pendant ce temps je jouais. Avec l'Académie, nous avons fait de nombreux voyages en Europe, dans l'un d'entre eux, nous avons dû aller à Irun. Et le coach m'a dit : "Prends tous tes vêtements pour ce voyage." J'ai demandé pourquoi, il a répondu parce qu'il m'a dit. J'ai commencé à être nerveux parce que j'étais le seul à devoir faire mes affaires. Alors j'ai appelé ma mère pour lui dire, elle riait tout le temps : mon frère lui a dit de me dire la vérité. Puis il m'a dit de me calmer car il avait une nouvelle importante, que j'allais à Barcelone. Je veux dire, c'est comme ça que tu me le dis. Là j'ai commencé à réaliser : Cela s'est bien passé et j'ai signé quand j'avais 14 ans. Adama Traoré, Munir, Deulofeu, Thiago, Rafinha, beaucoup de talents ont joué avec moi. Où habitiez-vous? — Dans l'ancienne ferme. Y avez-vous appris à jouer avec vos pieds ? — Je savais déjà le faire, là j'ai appris l'approche par le bas, en apprenant à lire les situations. Cela dépend aussi de la formation avec laquelle vous jouez, ce n'est pas la même chose avec un 4-3-3 ou un 3-5-2. Pour moi c'est plus facile à 4, j'ai l'habitude, mais tous les schémas vont bien, si on se comprend, on joue bien au foot. Vous avez changé l'Inter dans celui-ci. — C'est moi qui ai changé pour l'Inter. Au cours des 20 dernières années, la position du gardien de but a changé. Ma façon de jouer et de voir le football, surtout dans les buts, est différente. Maintenant s'il y a de l'espace, la balle doit être jouée, il faut toujours chercher de l'espace. Quand je vous parle du gardien de but, je parle du moderne : un joueur au pied fort, en 1 contre 1, qui est courageux et qui transmet de la confiance et qui est fort dans les ballons hauts. Si tu as un gardien comme ça, tu as une force remarquable, tu joues en supériorité numérique avec le gardien. Le canard n'est plus un drame. — Pour progresser, il faut faire des erreurs. Si vous ne vous trompez pas, vous n'apprenez pas : quand vous gagnez, vous n'apprenez rien, la victoire couvre tout. Nous pouvons mal jouer, mais si nous gagnons, personne ne parle d'erreurs. En tant que gardien, il faut apprendre à nous convaincre, je n'y pense pas, je sais que ça va arriver : c'est un risque calculé. Ça fait partie de l'apprentissage, il faut être fort mentalement : si tu penses ne pas pouvoir faire d'erreur, tu te trompes. On n'a même pas à parler de ceux de Courtois et d'Alisson, ils sont très forts et prennent des risques. Si vous ne les dirigez pas, vous ne prenez aucun risque et vous n'aidez pas l'équipe. Ne prendre aucun risque, c'est jeter le ballon. Aimez-vous le bruit du San Siro lorsque vous prenez des risques ? — Je ne l'entends pas. A ce moment je suis dans mon monde. J'ai eu la chance de jouer des matchs importants dans de grands stades. J'ai ma musique dans la tête, je m'isole de la réalité. J'y suis, je vois beaucoup de monde, mais je n'y pense pas, je ne veux pas me faire écraser par le jeu. Je fais mon travail et je rentre chez moi. Vous avez joué une finale avec la peur de perdre. — Oui, avec beaucoup de peur. Et après ce match, je me suis dit que je ne jouerais jamais avec cette peur sur moi. Si nous jouions ensemble contre le Real et le Barça, je n'aurais pas peur. Même s'ils avaient 22 ans, je ne crains personne sur le terrain. J'ai perdu une finale de Ligue Europa par peur. Nous avons perdu ce match avant de le jouer : nous devions jouer contre United, nous sommes arrivés à Stockholm, j'ai appelé Van Der Sar et lui ai dit que je ne jouerais pas parce que je n'allais pas bien. Nous nous sommes réveillés le matin avec 7 joueurs malades. On était jeune, on était dans le tunnel, je vois De Gea derrière moi : six mois plus tôt je jouais sur PlayStation. Younes est venu vers moi et m'a dit de regarder l'énorme bras de Valencia et qu'il ne pouvait pas jouer contre lui. Que vous a dit Handanovic lors de votre rencontre ? — II m'a dit "bienvenue". Je le connaissais, je ne sais pas s'il me connaissait. Cela m'aide beaucoup. Je me souviens de son visage sérieux : nous sommes très différents, j'aime chanter, je suis gai. Il est très calme. Que s'est-il passé avec Dzeko ? — Ce sont des choses qui arrivent dans le football. Si nous devons faire cela pour gagner, faisons-le toujours. Si je dois crier sur Dzeko comme ça pour gagner, je le ferai. C'est moi qui ai le ballon et qui décide quoi faire : tout le monde le veut, Lautaro, Calhanoglu, Brozo, tout le monde ! Mais je décide et tu dois respecter ça. Je peux me tromper, mais vous devez l'accepter. Au final j'ai aimé ce qu'il a dit : il veut le ballon, je jouerai avec lui la prochaine fois. Quel est l'impact de votre personnalité sur l'équipe ? — Je dois aider l'équipe et si les aider signifie se disputer avec Dzeko ou Lautaro, j'ai la personnalité pour le faire. De ma position, je peux voir tout le terrain. Skriniar ou Acerbi me disent "à gauche", parce que si je suis concentré sur la croix, je ne vois nulle part ailleurs. A ce moment-là, ils voient mieux le terrain que moi et je dois leur faire confiance. Votre arrêt face à Porto ? — L'important est de parer, aussi beau soit-il. Le ballon rebondit et je ne le bloque pas, je le repousse et je sais que Barella sera là : je le fais parce que je fais confiance à mes coéquipiers au rebond. C'est quelque chose que j'aime vraiment. Votre retour au Cameroun après la Coupe du monde ? — J'y suis né et j'y ai grandi, j'y mourrai probablement. C'est mon pays, je l'aime. Pour le bien du pays, il faut parfois se retirer. Je jouais au foot, j'étais avec mes amis et ma famille en paix. Au final c'est important d'être avec eux et avec des gens qui vous connaissent, ce sont des gens qui ont toujours su comment ils sont. J'adore ces instants. Neuer ? — Pour moi c'est le meilleur gardien de l'histoire, il a révolutionné le poste : grâce à lui on est des gardiens qui jouent dans le football moderne. Lors de la Coupe du monde 2014, il a fait quelque chose d'incroyable et de jamais vu auparavant. Neuer m'a fait penser différemment. Buffon ? — En tant que gardien de but, il m'est difficile de parler de lui, c'est l'un des plus grands. J'ai joué contre lui en Coupe d'Italie : je lui ai demandé son maillot et il m'a aussi donné ses gants. J'étais heureux comme un enfant. Maignan ? — En 2017, j'étais le seul gardien noir qui jouait à un haut niveau. Maintenant, je suis content de revoir Mendy, Maignan et les autres. Je le connais bien, nous avons joué mille fois contre lui. Nous sommes amis, pas intimes : c'est un grand gardien, j'aime jouer contre lui. Nous avons joué contre 4 fois. Le meilleur? Je ne sais pas, mais dans ma tête je sais qui est le meilleur. Bravo à toi André pour ce si beau parcours! Traduction Lindt1908 Via Inter1908
  4. Au vu du match entre ses deux anciennes et uniques équipes, l'Inter et la Sampdoria, le nouvel intronisé au Hall of Fame Ivano Bordon parle de lui dans un long entretien accordé à SportWeek, l'encart hebdomadaire de la Gazzetta dello Sport. Une enquête auprès des fans interisti du monde entier a inclus Bordon dans le Hall of Fame des meilleurs de tous les temps, avec Walter Zenga, Francesco Toldo, Gianluca Pagliuca et Julio Cesar. "Oui, c'est bien. Cela veut dire que j'ai laissé de bons souvenirs, à Milan et à Gênes. Le football a été ma vie. J'ai beaucoup donné, j'ai eu beaucoup et j'ai encore des réflexes." Dix-huit championnats de Serie A avec uniquement l'Inter et la Sampdoria. Seulement deux équipes et un début prédestiné. Dans le derby contre le Milan. "Eh bien, en bref, ce n'était pas un grand début. J'avais dix-neuf ans, je suis entré en deuxième mi-temps à la place de Lido Vieri, mon professeur, avec un 1-0 pour eux. J'en ai pris deux autres, mais ensuite nous avons gagné le Scudetto. Après le derby, Heriberto Herrera a été limogé et Giovanni Invernizzi est arrivé. Je n'ai disputé que neuf matchs mais j'étais sur le terrain à Catane le jour où nous avons dépassé Milan." Heriberto paraguayen. Un entraîneur dont on parle beaucoup. De quel genre était-il ? "Particulier, disons-le. Fanatique des régimes, il contrôlait de manière obsessionnelle la vie des joueurs. Il nous appelait de chez lui le soir, voulait savoir où nous étions, ce que nous faisions. Je partageais l'appartement avec Mauro Bellugi. Heriberto a appelé et a demandé : ‘Tout va bien ? Êtes-vous chez vous ? Pouvez vous me passer Mauro s’il vous plait ?’. J'ai répondu : ‘Monsieur, Mauro est descendu pour sortir les ordures’. Ce n'était pas vrai. Et Heriberto a alors dit : ‘Bon, s'il n'est pas là, une amende’. Puis il s'est opposé aux sénateurs de la Grande Inter, laissant Jair et Bedin hors de l'équipe. Ils l'ont renvoyé et ont promu Invernizzi : nous sommes devenus champions d'Italie." Premier championnat. La seconde avec Eugenio Bersellini. Ils l'appelaient le sergent. Comment c'était ? "J'ai de très bons souvenirs, il m'a donné confiance et grâce à lui j'ai été admis en équipe nationale. Un grand pédagogue, dur, peu de mots, mais clair et honnête. Il ne regardait personne en face. Travail, rapide et même à table, on perd pas de temps et on mange vite. Dix minutes et c'est tout. Mon record est de huit minutes. Il était très rapide, après chaque plat il mangeait une pomme. Mais il nous a appris le sens du groupe et du football. Et de la vie aussi." Est-ce vrai qu'il vous a toujours dit : "Vous les joueurs, vous êtes des privilégiés. Les ouvriers travaillent dur, les agriculteurs travaillent dur..." ? "Oui. Il venait de la région de Parme, du Val di Taro et il nous a parlé de son enfance. Une fois, en plein hiver, nous étions en retraite à Appiano et le chauffage est tombé en panne. Nous lui avons dit : ‘Monsieur, il fait un froid glacial, on va dormir à la maison.’ Il fait une grimace que je ne vous dis pas : ‘Quoi ? Vous êtes des joueurs avec beaucoup d'avantages et de bénéfices. Avez-vous vu le film L'Arbre de sabots? Eh bien, regardez-le et essayez de penser à ce qu'ils diraient ces paysans. Pensez à leurs difficultés et à leurs sacrifices pour nourrir leurs pauvres enfants. Aucune mention de cela, une couverture supplémentaire et bonsoir.’ " Puis Bersellini le retrouve à la Sampdoria… "C'était sympa. C'était une bonne équipe, fun, pleine de gars formidables. Vierchood, Vialli et Mancini. Puis mon vieil ami Scanziani et les étrangers Francis et Souness. On a gagné la Coppa Italia en battant Milan en finale." Samp-Inter au programme ce Lundi. Vous souvenez-vous de la première fois où vous avez rencontré la Sampdoria ? "Oui, je me souviens de tout, ou presque. Je suis un collectionneur, même de souvenirs. J'ai conservé des almanachs, des coupures de journaux, des autocollants, des billets. A San Siro dans la saison 1971-72, un jeu fou : 4- 4. Trois buts de Boninsegna puis de Corso. Savez-vous qui a marqué pour la Sampdoria ? Marcello Lippi. Cette année-là, il n'a marqué qu'un seul but, contre moi. Puis il est devenu l'un de mes meilleurs amis." Et la dernière fois que vous avez rencontré l'Inter avec un maillot de la Sampdoria ? "Une chose belle et un peu triste. Belle parce que les équipes de ma vie étaient dans le dernier match de 1985-86, 0-0. Triste parce que c'était ma dernière en Serie A. Incroyable, hein ? Quoi qu'il en soit, c'était un doux au revoir. L'entraîneur de la Sampdoria, c'était justement Bersellini, celui qui m'avait relancé. Sur le banc de l'Inter, il y avait Mario Corso, un coéquipier extraordinaire et aventurier, dont le fameux match contre le Borussia Mönchengladbach." Combien de fois avez-vous raconté l'histoire de la canette touchant Boninsegna, l'Inter perdant 7-1, le match rejoué et... "Et j'arrête un penalty, on fait 0-0 et on se qualifie pour les quarts de finale. En 1971, à Berlin, carrefour de mon histoire footballistique. Là, 35 ans plus tard, j'ai remporté ma deuxième Coupe du monde avec l'équipe nationale. J'étais l'entraîneur des gardiens, le grand Buffon. Quelle joie..." Des satisfactions footballistiques ? "Difficile de choisir. Peut-être quand Italo Allodi m'a appelé à l'Inter." Et sur les terrains ? "Le premier scudetto avec l'Inter, avec Invernizzi. Le deuxième, celui de 1979-80, je me sens plus moi-même. J'étais un joueur régulier et mature. Nous étions huit dans cette équipe qui a grandi dans l'équipe des jeunes : moi, Oriali, Bini, Canuti, Baresi, Ambu, Muraro et Pancheri. Plus Occhipinti qui a disputé le dernier match. Puis les merveilleux moments de la Sampdoria de Mantovani. Les victoires, les triomphes, cinq championnats avec la Juve. Évidemment les deux Coupes du monde. Ou plutôt trois, parce que, j'aime bien me souvenir, j'ai aussi gagné le militaire, au Congo en 1973. Il y avait Oriali, Furino, Graziani, Zecchini, Speggiorin, Bittolo, Ammoniaci. De belles compagnies, partout. Mais j'ai eu de la chance, dans ma longue carrière, j'ai rencontré des gens, j'ai établi des records, j'ai remporté des défis. Dans et hors des buts. Maintenant, je regarde les autres, parfois au stade, souvent à la télévision." Et que voyez-vous ? "Un nouveau football. Tout a changé : la vitesse, les méthodes, les schémas, les règles, les managers, les joueurs. Il y a encore de bons, d'excellents gardiens. Donnarumma est l'avenir de l'équipe nationale. L'Inter a Onana, fort et réactif. Milan a Maignan. L'année dernière, ils ont très bien fait, voyons comment ils se rétablissent. J'aime Meret, je suis Carnesecchi avec intérêt. Ce que j'ai du mal à comprendre, ce sont leurs relance de derrière. Souvent frénétiques et dangereux. J'en ai vu des statistiques vraiment surprenantes : maintenant, dans un match, un gardien touche plus de ballons qu'un milieu de terrain. Un tout autre monde. Et bien…" Traduction nostalgique alex_j via FCInterNews et FCInter1908.
  5. Giuseppe Marotta, "Il Padrino" s’est livré en exclusivité au Corriere Della Sera, place à une interview qui en révèle plus sur le meilleur Administrateur-Délégué italien en activité! Quel est votre premier souvenir ? "A 4 ans, au jardin d'enfants d'Avigno, avec ma chasuble bleue et un panier à goûter". Comment était votre enfance ? "Le football a été immédiatement le fil conducteur de mon existence : Ma chance a été d’habiter a 500 mètres du stade d’Ossola et de la fenêtre de ma maison, je voyais les terrains d’entrainement de l’équipe, qui, à cette époque, évoluait en Serie A. J’en étais fasciné et je m’étais juré : Un jour, j’irais moi aussi monter sur ce terrain." A quel moment êtes-vous parvenu à rejoindre ce monde si convoité ? "Je devais avoir huit ans. Je me suis placé devant la porte du vestiaire et j'ai demandé à Angelino, le magasinier, si je pouvais assister à l’entrainement : Après quelques tergiversations, il a accepté à une condition: Le marché était que je l'aiderais à nettoyer les chaussures, dégonfler les ballons, mettre les maillots à laver. En contrepartie, il m’était autorisé de porter la tenue de Varese et d’observer les séances. Ensuite, je suis passé à autre chose." C’est-à-dire? "A 11 ans, et précisément le 4 février 1968, j’étais le ramasseur de balle lors du match Varese-Juventus remporté 5-0, c’était un résultat historique avec un triplé de Pietro Anastasi." Maroni était-il déjà un étudiant engagé ? "Il avait déjà l'étoffe d'un politicien à l'époque, il était dans le mouvement estudiantin. Il avait deux ans de plus que moi et il venait déjà à l'école avec des journaux politiques, et moi avec la Gazzetta. On évoluait ensemble dans la même équipe de football de notre lycée, avec "Attila"." Qui ? "Fontana, c’était son surnom, il y avait aussi Beppe Bonomi qui était le Président de la Sea. J’évoluais au poste de milieu de terrain et, à 16 ans, j’ai débuté ma carrière comme dirigeant." C'était précoce... "A 19 ans, je suis devenu le responsable du secteur jeunesse, en abandonnant d’une certaine façon mon autre activité." Qu’était-elle ? "Je travaillais dans un quotidien local de l’époque , Il Giornale, j’écrivais des articles sur les A, un, peu à la Sconcerti. À 25 ans, j'étais déjà Président du Club". Qui a été votre premier recrutement ? "Michelangelo Rampulla de Pattese." En 1987, vous êtes passé à Monza, la créature actuelle de Silvio Berlusconi et d’Adriano Galliani... "Je succédais à Adriano, qui avait quitté l'équipe l'année précédente. C'est une expérience importante car avec Piero Frosio sur le banc, nous sommes parvenu à gagner le Championnat de Serie C." À Venise, est-ce exact que vous avez remonté le Grand Canal sur le Bucintoro ? "C’était pour célébrer la promotion en Serie A, c’était un grand honneur. Savez-vous où j'ai vécu ? Au Palazzo Albrizzi, où pendant un temps Foscolo, amant de la comtesse, avait élu domicile". Alvaro Recoba a été le joueur le plus efficace cette saison-là… "C'était l'une des rares fois où les qualités d’une individualité ont fait mentir le Principe de Michael Jordan selon lequel avec le talent on gagne des matchs mais c’est en travaillant en équipe que l’on remporte des championnats." Quel est le joueur qui vous a le plus diverti ? "Le Cassano de la Sampdoria, j’avais accepté le défi de Garrone de gérer aussi l’équipe en Serie B. En huit ans, je l’ai amené aux préliminaires de la Ligue des Champions. Je n’en oublie pas Alessandro Del Piero, Gianluigi Buffon et Ronaldo." Et le plus indiscipliné ? "Arturo Vidal, c’est un homme qui a une double vie." Est-ce que l’appel de la Juventus a été le point culminant de votre carrière ? "Pour un dirigeant qui arrive de la Province, les grandes équipes comme la Juve auparavant et l’Inter maintenant représente la concrétisation d’un rêve d’enfant." N’est-ce qu’une coïncidence si le système dit "Paratici", basé sur les plus-values, a explosé après votre départ ? "Mes années à la Juventus font partie du passé et je ne peux en garder que des souvenirs positifs. Je ne m'intéresse pas au travail réalisé par les autres, je pense à mon présent Nerazzurro." Un processus de reconstruction est en cours à Turin, après le tremblement de terre relatif aux enquêtes. Pourriez-vous y revenir si l’offre vous était soumise ? "Je suis heureux du chemin que j'ai entrepris. À l'Inter, je me sens bien et je me concentre pour contribuer à de nouveaux succès". À quel trophée êtes-vous le plus attaché ? " Le championnat de Serie B gagné avec la Sampdoria, au premier Scudetto avec la Juventus et au Scudetto remporté avec l’Inter." Mais n’avez-vous jamais été contacté pour vous lancer dans le monde politique ? "Bien évidemment, et il faut toujours avoir un rêve de réserve dans son placard, le mien est d’y entrer sans carte de Parti, d’y offrir ma contribution en termes de compétence, d’expertise et d'expérience". Mais politiquement parlant, votre ami Giorgetti tente de vous séduire... "Non, regardez ici, il m'a envoyé un message pour me taquiner et me dire qu’il m’avait piqué Carlos Alcaraz du Racing car Giancarlo est un supporter de Southampton." Pour qui votez-vous ? "Je suis un modéré du centre, ce n'est pas un hasard si l’on m'a surnommé le Kissinger du football." Aviez-vous eu peur lorsque vous étiez hospitalisé en 2021 à cause du Covid-19 ? "Oui, car je n’avais aucune idée de l’évolution de la maladie: J’ai dû porter un masque à oxygène durant quelques jours, c’était des moments difficiles." Le Seul, l’Unique : Il Padrino Marotta ! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  6. C’est, en effet, ce que révèle La Gazzetta Dello Sport à quelques heures du huitième de finale de la Coupe d'Italie opposant l’Inter aux parmesans de Gianluigi Buffon : "Aujourd'hui, Dumfries a de nombreuses chances de revoir le terrain dès les premières seconde, même s’il reviendra à Simone Inzaghi de voir s'il le préfère vraiment à Raoul Bellanova, un jeune joueur qui cherche des opportunités pour jouer." "Dumfries a longtemps été identifié comme le sacrifice sur l'autel des comptes et son transfert devrait, plus que probablement, avoir lieu au 30 juin. Et si l'Inter préférerait le laisser partir à la fin de cette saison et planifier ensuite tranquillement l'avenir du poste de latéral droit, son prix de 60 millions d’euros s’applique également au mois de janvier: Et Si le riche Président des Blues, Todd Boehly, est toujours à la recherche de joueurs de champ ou si Manchester United décide d'anticiper l'assaut, l'Inter ne s'y opposera pas." "En fait, cela faciliterait les choses car 2023 nous a déjà appris qu'il y a de la vie derrière Dumfries et que l'on peut toujours faire confiance à Matteo Darmian." Prendriez-vous le risque de faire confiance à Matteo Darmian et Raoul Bellanova pour cette seconde partie de saison en Serie A ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  7. Auteur d’une très belle prestation en Coupe du Monde avec le Cameroun, André Onana s’est livré à Sportweek dans une interview qui paraitra dans son intégralité ce samedi…mais l’ancien numéro un de l’Ajax s’est déjà livré sur Instagram! "Handanovic est un géant, je lui tire mon chapeau: Il m’aide et me conseille tout le temps. Je suis un gardien moderne, je sors beaucoup, je prends des risques et je joue avec mes deux pieds... Et j’aime ça! Enfant je rêvais en regardant les miracles de Casillas, de Buffon, mais pour moi le plus grand reste Manuel Neuer, il fait des choses folles, je m’inspire de lui." "Tu as déjà vu comment centre Dimarco? Comment Çalhanoğlu se donne ? La première fois que j’ai vu Barella, j’ai dit à Lukaku : Mais c’est un Monstre !" "Le peuple interiste est incroyable, lorsque nous étions face à Plzen, Romelu commençait à s’échauffer et je sentais la terre trembler sous mes pieds, je n’ai jamais vu un tel amour et ils me veulent aussi bien : Milan est magnifique, il ne manque que la mer, mais ça reste l’endroit idéal pour vivre : Je suis un africain, de couleurs, je vis dans un monde de blanc, mais je respecte les règles et je tente de trouver ma place, de m’affirmer." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  8. Si le début d’année d’André Onana s’est avéré un quelque peu compliqué, lui qui est de retour après une très longe suspension, sa dernière toile lors d’Ajax-Benfica aurait pu en effrayer plus d’un. Mais se tromper peut arriver à tous et l’Inter ne regrette pas son choix: Révélation de la Gazzetta Dello Sport A ce niveau-là, c'est même tout un art! "Serait-il possible que l’Inter puisse y repenser et se diriger vers quelqu’un d’autre ? Vraisemblablement non, et ce pour une question aussi bien économique que d'organigramme, mais cette involution de l’élu pour reprendre les gants du futur pourrait très bien modifier les discussions relatives au renouvellement de Samir Handanovic." Un Capitaine irrité "L’Inter et le gardien slovène se sont déjà rencontrés à une reprise pour le renouvellement du contrat, qui arrive à échéance, mais cette discussion est restée en phase préliminaire : Handanovic n’aurait pas aimé tout cet enthousiasme frénétique qui a entouré Onana lors des journées entourant son accord, c’est comme-ci, cette année, le gardien interiste était en-dessous de ses standard." Compromis "Arrivé en mars, le scénario semble bien différent et la sensation est que finalement l’Inter pourrait parvenir à établir un cadre en vue d’une prolongation annuelle d’Handanovic: En respect à ce qu’il s’est dit, il y a déjà une paire de mois, l’option la plus probable relative à l’engagement du Camerounais, la saison prochaine, serait celle d’un passage de témoin graduel." "La solution pourrait de se calquer sur la gestion de Massimiliano Allegri, qui lors de la saison 2017/2018, avait inséré régulièrement Szczesny pour se partager le taf avec Buffon. D’un côté, Handanovic ne finirait pas directement sur le banc d’une année à l’autre et Onana aurait le temps de s’acclimater et d’oublier ce début d’année 2022." Handanovic en dessous de ses meilleurs standards cette année ? Fake News n’est-ce pas …. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  9. Si Piero Ausilio s’occupe très bien des terrains de l’Inter, il semble également qu’il broute très bien le gazon dans sa vie privée ! En effet, selon le site Dagospia, le meilleur Directeur Sportif italien serait en couple avec la tout aussi célèbre Monica Bertini, journaliste et animatrice à Mediaset "A Milan, leur fréquentation n’est pas passé inaperçue. Il s’agissait avant d’une simple amitié, basée sur la fin d’anciens amours précédant, le temps d’apprendre à se connaitre, Cupidon a lancé sa flèche" Dagospia est sur de son coup et a donc révélé en exclusivité l’histoire d’amour entre Piero Ausilio et Monica Bertini: "Le nouveau couple phare du Calcio". "Le Directeur Sportif de l’Inter est connu dans le monde du ballon rond, Elle, elle est une journaliste présentant un important Curriculum Vitae, elle est d’ailleurs à la tête de Pressing sur Italia 1. Ce n’est pas qu’une histoire d’un soir, ni d’un flirt passager, mais bel et bien d’une véritable histoire d'amour, affirment les sources sures. L’union de ces deux mondes n’est pas une nouveauté, preuve en est Gigi Buffon et Ilaria D'Amico qui en savent quelque chose." Reste à espérer qu’elle ne va pas nous l’épuiser notre Ami Piero ! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  10. L’Inter du ‘futur’ se dessine et avec l’arrivée d’André Onana, l’équipe renforce un secteur prioritaire : En effet, Samir Handanovic n’est pas éternel et le poids de l’âge se fait tout doucement ressentir Analyse de l'article paru dans la Gazzetta Dello Sport Après Samuel Eto’o, un nouveau joueur camerounais va revêtir le maillot de l’Inter, il s’agit d’André Onana, lui qui s’est soumis, hier, à la traditionnelle visite médicale à Milan, lui qui défendra la saison prochaine, la cage Nerazzurra. Il s’agit d’une opération à paramètre zéro et le joueur paraphera un contrat valide jusqu’au 30 juin 2027. L’Inter a donc enrôlé le gardien du futur : 25 ans, international camerounais, et un physique explosif. Lui et les Tifosi Nerazzurri ont un mythe en commun : Samuel Eto'o. Il prendra également la relève d’un poste occupé par Giuliano Sarti, Ivano Bordon, Walter Zenga, Gianluca Pagliuca, Francesco Toldo, Julio Cesar et, enfin, le bon Handa. Onana André Onana est un numéro un d’origine africaine qui a fait ses classes à Barcelone, et s’il ne quittera l’Ajax gratuitement qu’au mois de juin, il a déjà fait connaissance, hier, avec sa nouvelle ville. En tout premier lieu, l’équipe hollandaise a été avisée officiellement par l’Inter, hier, à travers un courriel qui n’a surpris personne, il s’agissait d’une communication nécessaire d’un fait connu de tous, d’une obligation d’informer le club propriétaire d'une négociation d’un joueur en fin de contrat comme le stipule le règlement de la FIFA, afin de procéder à un recrutement au mois de juillet. Dans le même laps de temps, Onana atterrissait à Linate via un vol privé en compagnie de son agent Albert Botines, l'homme qui a été contact continu, lors de cette dernière année, avec Piero Ausilio. Il a été pris en charge par une voiture officielle du club pour la visite habituelle des installations sanitaires de Milan. La première partie des examens ont eu lieu à l’Istituto Humanitas di Rozzano, avant de rejoindre le Coni pour obtenir le certificat d’aptitude sportif (l’idoneità) et pour rencontrer par la suite la Direction Interiste et échanger également avec Simone Inzaghi. La prochaine étape aura lieu le 1er février, ce jour-là, et conformément aux règles établies par la FIFA, le contrat sera signé et déposé, il ne s’agit plus que d’une simple formalité vu les tests réalisé hier. Onana percevra 3 millions d’euros jusqu’au 30 juin 2027, mais plus que l’aspect financier, ll y a eu une confiance constante qui l’a convaincu : L’Inter a été l’équipe qui s’est montrée la plus insistante pour le recruter, en s’activant il y a déjà un an, s’n est suivi l’intérêt de plusieurs clubs de Premier League en commençant par Arsenal. "L’option d’un retour à Barcelone club qui l’a quitté en 2015 pour partir à Amsterdam, n’a jamais été pris en considération malgré quelques déclarations ringardes lâchées tactiquement ces derniers mois." Handanovic Pour sa première année, l’Onana Nerazzurro pourrait être accompagné de l’éternel Handanovic dont le contrat arrive à échéance le 30 juin 2022. Le Capitaine se verra proposer une prolongation d’une année qu’il va soigneusement évaluer et ce même si son agent Fali Ramadani commence déjà à le proposer aux quatre vents : Le Slovène ne semble pas se voir ailleurs et semble métaboliser son nouveau rôle de "tuteur"pour son futur et jeune concurrent. "Toutefois, son nombre de titularisation dans la saison diminuera drastiquement et cela pourrait être bizarre pour lui, qui était un cannibale habitué à laisser des miettes au reste de la compagnie." Mais l’Inter, avec un gardien âgé de 37 ans était quasiment dans l’obligation de se lancer dans une phase de transition : La contribution de Samir pourrait donc s’avérer décisive pour la destinée des Nerazzurri : Avec deux portiers qui peuvent revendiquet le poste de titulaire, il pourrait "adoucir" l’atterrissage du Camerounais à Milan. "Le tout sera respecté suivant un schéma établi par l’Administrateur-Délégué Giuseppe Marotta qui a expérimenté cette situation en 2017-2018, lorsqu’il était encore à la Juventus, avec l’arrivée de Wojciech Szczesny qui était à la cour de Buffon, une situation utile qui aura ouvert la voie au joueur polonais après une année à avoir coexisté avec Gigi." Pensez-vous que les performances de Samir pourraient être impactées à la suite de la confirmation de l’arrivée d’André à l’Inter ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  11. En ce début d’année 2022, il sera temps de faire sérieusement le point sur la situation relative au contrat de Samir Handanovic. En effet, la cage interiste sera gardée par André Onana, dès la saison prochaine : L’international camerounais, suite à une suspension pour doping, a rejoué aussi bien avec l’Ajax qu’avec son équipe nationale. André Onana étant en fin de contrat au Pays-Bas, le club Nerazzurro lui a préparé un contrat qu’il n’aura qu’à parapher, faisant de la sorte un excellent recrutement gratuit, mais comme le révèle également la Gazzetta Dello Sport, le Capitaine Interiste qui est également en fin de contrat en juin 2022 pourrait rester à l’Inter sous condition Le contrat serait prolongé d’une saison Le salaire actuel 3,2 millions d’euros serait revu à la baisse : 1,8 millions d’euros par saison Samir Handanovic occuperait le poste de gardien remplaçant, à l'instar de la situation qu'à connu Gianluigi Buffon avec Wojciech Szczęsny. Selon vous, Samir Handanovic acceptera-t ’il de perdre à la fois sa place de titulaire et presque la moitié de son salaire ? Ou pourrait-il songer à quitter l’Inter dont il en est pourtant le Capitaine ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  12. Le rôle d'un gardien de but de réserve est, peut-être, une tâche ingrate: s'entraîner toute la semaine, sachant que vous passerez presque certainement le match enraciné sur le banc de touche. Lorsqu'une chance se présente, elle est souvent due au malheur des autres. Mais après tout, le malheur des uns fait le malheur des autres. A la veille de l'Euro 2000, Francesco Toldo a eu sa grande chance. Avant le tournoi, il semblait inconcevable que quelqu'un d'autre que Gianluigi Buffon soit entre les poteaux Azzurri. Pourtant, lors de leur dernier match d'échauffement contre la Norvège, quelques jours à peine avant l'ouverture du tournoi contre la Turquie, Buffon s'est cassé un doigt et a été exclu de la campagne. Comme Angelo Peruzzi avait déjà refusé d'être remplaçant, Toldo a été placé sous les feux de la rampe. Ses circonstances avaient été nettement différentes quelques semaines plus tôt. L'entraîneur italien et légende des gardiens Dino Zoff avait dit à Toldo qu'il ne serait que le troisième choix, destiné à ne jouer aucun, ou peu de, rôle lors de l'Euro 2000. Ce n'était pas la première fois que Toldo n'avait pas été convaincu. "A Milan, ils n'ont jamais vraiment cru en moi. Ils m'ont prêté à Vérone, Trento et Ravenne avant que la Fiorentina n'intervienne. Je n'ai jamais eu la chance de prouver ce que je pouvais faire, mais à la Fiorentina, j'ai eu cette occasion." En trois ans à Milan, il n'a jamais fait une apparition, mais avec La Viola, il s'est imposé comme l'un des meilleurs stoppeurs italiens de sa génération. Malgré cela, la promotion de Toldo du côté des Azzurri en 2000 a laissé beaucoup de gens déçus. Christian Vieri avait également été exclu du tournoi et, comme c'est souvent le cas, l'Italie n'était que peu considérée par la majorité. Mais, de façon typique, ils ont défié toutes les pronos sur la plus grande scène. Trois victoires en trois matches de groupe ont vu la confiance monter en flèche. La phase de groupes de Toldo était cependant loin d'être fluide et évidente. Lors du premier match contre la Turquie, gardé en mémoire pour le spectaculaire coup de pied d'Antonino Conte, le gardien de la Fiorentina était fautif. Il n'a pas réussi à stopper un but de son futur coéquipier de l'Inter, Okan Buruk. Toldo a été sauvé par un penalty de Filippo Inzaghi (victoire 2-1, ndlr). Le match suivant a vu l'Italie affronter la Belgique, co-hôte, à Bruxelles. Toldo a effectué une série d'arrêts avec un score de 1-0, ce qui s'est avéré crucial. Le bel effort de Stefano Fiore a scellé la place de l'Italie dans les huit équipes qualifiées. Dans leur dernier match de groupe, l'Italie était la deuxième équipe qui bâta la solide équipe suédoise. Une fois de plus, Toldo a prouvé la différence. Il a produit un certain nombre d'arrêts de qualité pour stopper les tirs Freddie Ljungberg et Henrik Larsson. Un but tardif d'Alessandro Del Piero a complété le "smash and grab" (victoire 2-1 avec le but de Del Piero à la 88e, ndlr). Les quarts de finale ont vu l'Italie affronter la Roumanie. Après avoir été à 2-0 à la mi-temps, les Azzurri ont fait face à une pression croissante malgré l'expulsion de Gheorghe Hagi lors de son dernier match pour le pays. Toldo a bien fait de stopper Adrian Mutu, entre autres, pour préserver une clean sheet. Cependant, beaucoup pensaient que la course de l'Italie allait s'arrêter. Une demi-finale contre les Pays-Bas, qui avaient battu la France en phase de groupes à Amsterdam était considérés comme un pont trop loin pour les hommes de Zoff. Mais ce devait être la meilleure heure pour Toldo. Les gardiens de but brillent souvent lorsque leur équipe est dos au mur. Rarement, cependant, une équipe est sur la défensive pendant 120 minutes, très rarement. Mais en vérité, les Néerlandais ont dominé l'Italie. Dennis Bergkamp a touché le poteau tôt avant que Gianluca Zambrotta ne soit expulsé pour deux cartons jaunes consécutifs. À peine quatre minutes plus tard, Patrick Kluivert a obtenu un penalty discutable, mais Toldo a produit un arrêt impressionnant pour stopper la tentative Frank de Boer. Un deuxième pénalty a suivi mais à cette occasion, Kluivert n'a tiré que pour voir son effort renvoyé par le poteau. Toldo fut bel et bien battu mais au fur et à mesure que le match avançait, il est resté fort pour stopper les tentatives de Giovanni van Bronckhorst, Marc Overmars et le remplaçant Clarence Seedorf. Toldo jouait dans ce qui s'est avéré être un 13e international chanceux pour l'Italie près de cinq ans après ses débuts en Croatie (8 Octobre 1995, 1-1 contre la Croatie, ndlr). En 13 matchs, Toldo n'avait concédé que six buts, un record remarquable. Alors que l'arbitre Markus Merk sifflait pour la fin des prolongations, Toldo avait déjà produit des miracles pour maintenir l'Italie dans le tournoi. Désormais, lors des tirs au but, il a eu la chance de devenir un héros national. Le premier coup de pied était une réplique de la première mi-temps alors que Toldo sauvait le tir de De Boer. Toldo n'avait besoin de rien faire quand Jaap Stam a explosé. Alors que les Pays-Bas s'effondraient, l'Italie était presque irréprochable, caractérisée par le remarquable cucchiaio de Francesco Totti. Au fur et à mesure que Paul Bosvelt s'avança, il devait marquer pour garder les co-hôtes dans leur propre tournoi. Mais Toldo en a fait un autre pour sceller et bien sauver la plus improbable des victoires. Du jour au lendemain, Toldo était le toast de l'Italie. Mais tu ne l'aurais pas su. Alors qu'il recevait son prix d'homme du match, il a été interrogé sur ses exploits lors des différentes fusillades: "Je ne sais pas comment j'ai arrêté ces tirs", a-t-il répondu, et il a quitté la scène. Ses exploits avaient organisé une confrontation à Rotterdam contre la France, qui avait écarté les Azzurri de la Coupe du monde deux ans plus tôt. Contrairement à leur performance contre les Pays-Bas, l'Italie a surclassé les champions du monde et a mené à juste titre par Marco Delvecchio. Toldo n'avait pas grand-chose à faire avant la 94e minute lorsque le remplaçant Sylvain Wiltord glissa le ballon sous le gardien désespéré des Azzurri. L'Italie a été terrassée. À seulement sept minutes des tirs au but, David Trezeguet a brisé le cœur des Italiens en marquant le but en or. Une fois de plus, Toldo avait été battu de près et n'aurait rien pu faire de plus. Le rêve de l'Italie était cruellement terminé alors que la France célébrait des victoires consécutives dans des tournois majeurs. Après ses exploits héroïques et ses clean sheets, Toldo a été nommé à juste titre dans l'équipe du tournoi. Mais lui et ses coéquipiers avaient raté le prix ultime. Avance rapide de six ans et lorsque l'Italie a mis fin à ses 24 ans d'attente pour un titre international, c'est un autre héros improbable qui a volé la vedette. La défense de l'Italie a été cruciale en Allemagne en 2006. Le capitaine Fabio Cannavaro a produit des performances remarquables et irait remporter le Ballon d'Or. Fabio Grosso a fait la une des journaux pour son but dramatique en demi-finale contre l'Allemagne ainsi que pour le penalty de la victoire en finale. Mais lors de leur dernier match de groupe contre la République tchèque, l'Italie était dans les cordes, sonnée. Incertain de sa place dans les 16 derniers, l'équipe de Marcello Lippi a subi un coup cruel. L'élégant Alessandro Nesta a subi une récidive à la cuisse qui l'exclurait du reste du tournoi. En avançant Marco Materazzi, collectivement les fans des Azzurri ont pris une profonde inspiration mais leurs craintes n'étaient pas fondées. Hé oui, Materazzi a marqué contre la République tchèque pour sceller la qualification de l'Italie mais a ensuite été sévèrement expulsé contre l'Australie après un incident qui l'a vu commettre une faute sur son propre joueur. Le défenseur de l'Inter est ensuite revenu avec son partenaire Cannavaro contre l'Allemagne en demi-finale alors que l'Italie résistait à un barrage pour atteindre la finale à Berlin. L'Italie a de nouveau affronté la France dans une finale majeure. Dans un match serré et tactique, Materazzi jouerait le premier rôle dans ce drame. Il a commis une faute sur Florent Malouda pour le penalty précoce de la France et a rapidement égalisé, belle tête. En prolongation, il était au centre d'une dispute avec Zinedine Zidane qui a vu l'icône française se retirer du football avec son infâme coup de tête. Materazzi s'est arrangé pour tirer son penalty lors de la séance alors que l'Italie devenait quatre fois championne du monde. Comme Toldo, Materazzi avait tiré le meilleur parti du malheur de quelqu'un d'autre pour devenir un élément central d'une campagne réussie des Azzurri. Toldo et Materazzi sont ensuite devenus coéquipiers de l'Inter. Après l'arrivée de Julio Cesar en 2005, Toldo a joué en deuxième violon du Brésilien mais était heureux de prendre du recul et de rester avec le club plutôt que de partir. En mai 2010, il s'est retiré du match. Alors que Materazzi pleurait avec Jose Mourinho dans les rues de Madrid, Toldo était, comme pour une grande partie de sa carrière, en arrière-plan: il était un remplaçant pour la dernière étape du triplé historique de l'Inter. Toldo avait sans aucun doute plus de talent que ne le suggèrent ses 28 sélections internationales, même si avec l'émergence du légendaire Buffon, il était au mauvais endroit au mauvais moment. Pourtant, lors d'un été doux en 2000, Toldo était certainement au bon endroit au bon moment. Et comme Materazzi six ans plus tard, il a profité de son improbable opportunité. Ce texte est une traduction de "Francesco Toldo: Italy’s unlikely hero" par Richard Hinman publié sur gentlemanultra le 20 Avril 2017.
  13. La Juventus a su conserver sa cage inviolée ce mardi 09 février 2021 face à l'Inter, ce qui lui a permis de se qualifier en Finale de la Coupe d’Italie suite à la victoire "cadeau" du Giuseppe Meazza. Le match était celui attendu : L’Inter a toujours cherché à faire le match et à mettre en difficulté son adversaire sans, pour autant, se créer d’authentiques phases de jeu dangereuses pour Gianluigi Buffon, le ballon était à de nombreuses reprises contré par un pied, une jambe bianconera. La tactique turinoise consistait donc à faire tourner le ballon et à partir en contre en s’appuyant sur Cristiano Ronaldo qui, à trois reprises, s’est loupé sur le ballon du KO. La performance de l’Inter à l’Allianz est correcte et aurait mérité mieux, la qualification ne s’est pas joué à Turin, mais a été perdue suite à la contre-performance, il y a une semaine à Milan A présent, l’Inter de Conte n’a plus que le Championnat pour sauver sa saison. Dans ses duels qui l’oppose à Andrea Pirlo, Antonio Conte présente 1 victoire, 1 nul et 1 défaite. L’incident qui va faire parler Agnelli à Conte: Mets-toi le dans le cul ce doigt! Couillon! A la fin de la rencontre, le Président de la Juve, Andrea Agnelli a allumé son ancien entraineur selon la Gazzetta Dello Sport: "Les caméra ont capté, grâce au non-port du masque, le labiale d’Andrea Agnelli : "Parle maintenant Couillon" alors que Paratici et Nedved s’enlaçaient pour fêter la qualification. Ce comportement a été encensé par les supporters de la Vieille Dame sur les réseaux sociaux. Selon des sources turinoises, il y a déjà eu un litige et un doigt d’honneur de la part d’Antonio Conte envers Andrea Agnelli déjà en fin de première période." Antonio Conte, le plus Interiste des juventines ? Tableau Récapitulatif Juventus 0-0 Inter Match aller : Inter 1-2 Juve Buteur(s): / Juventus: 77 Buffon; 13 Danilo, 28 Demiral, 4 De Ligt, 12 Alex Sandro; 16 Cuadrado (81' 3 Chiellini), 30 Bentancur, 25 Rabiot, 33 Bernardeschi (63' 14 McKennie); 44 Kulusevski (87' 22 Chiesa); 7 C. Ronaldo Banc: 1 Szczesny, 31 Pinsoglio, 9 Morata, 19 Bonucci, 36 Di Pardo, 37 Dragusin, 38 Frabotta, 51 Peeters T1: Andrea Pirlo Inter: 1 Handanovic; 37 Skriniar, 6 De Vrij, 95 Bastoni (65' 11 Kolarov); 2 Hakimi, 23 Barella, 77 Brozovic, 24 Eriksen (65' 12 Sensi), 36 Darmian (58' 14 Perisic); 9 Lukaku, 10 Lautaro Martinez Banc: 27 Padelli, 97 Radu, 5 Gagliardini, 8 Vecino, 13 Ranocchia, 15 Young, 33 D'Ambrosio, 99 Pinamonti T1: Antonio Conte Arbitre : Mariani Var: Giallatini Averti(s): Darmian (I), Alex Sandro (J), Perisic (I), Brozovic (I) Expulsé(s): / ®Antony Gilles – Internazionale.fr
×
×
  • Créer...

Information importante

En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. Nous ajoutons des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer votre expérience sur notre site. Consultez notre Politique de confidentialité. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer...