Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'giuseppe sala'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • Inter
  • Serie A
    • 2020/2021
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

25 résultats trouvés

  1. Alessandro Antonello s’est livré à la Repubblica au cours d’une très longue interview sur la thématique du nouveau stade de Milan. Ce qui est sûr, c’est que les démarches bureaucratiques de la Mairie milanaise irritent au plus haut point l’Administrateur-Délégué Corporate Nerazzurro Faut-il s’attendre à de nouvelles années d’austérité à l’Inter ? "En ce moment, c’est important de garantir une soutenabilité économique et financière au club, et si cela signifie passer par une réduction des coûts, alors nous irons de l’avant en ce sens. Nous devons travailler main dans la main avec Giuseppe Marotta et le Scudetto de la saison dernière et notre parcours cette année démontre que les deux entités peuvent coexister ensemble." En attendant, la soutenabilité commence par vos comptes : l'année 2021 s'est clôturée avec un rouge record de 245 millions. Comment cela va-t-il se terminer cette année ? "L’année dernière fut un résultat impacté par des facteurs extraordinaires : Il n’y avait pas que la pandémie, mais aussi l’interruption de nos rapports avec Antonio Conte, Radja Nainggolan ou Joao Mario. Cette année, la perte sera réduite de moitié, je dirais aux environ de 100 millions d’euros." Place à présent à San Siro, ou peut-être à Sesto San Giovanni. Le maire de Milan lance un débat public sur le nouveau stade que vous et le Milan AC voulez construire. Qu'est-ce qui vous inquiète...? "Une fois de plus, il s’agit de la longueur des délais par rapport à un projet présenté il y a trois ans. Le débat public est une bonne chose, mais en tant qu'investisseurs, nous devons être sûrs du calendrier. Nous devons également avoir un plan de rechange au cas où les choses ne se dérouleraient pas comme prévu. Pour nous, la construction d'un stade à San Siro est certainement le premier choix, mais si le débat public prend trop de temps, ou si le projet déjà modifié est déformé, alors nous opterons pour un plan B. Disposer d’un nouveau stade est important, peu importe où il se trouve." Cette opinion est-elle partagée ? Le Milan appartient au Fond Elliott, et vous avez une propriété chinoise. Dès que aurez le feu vert pour le stade, il coûtera une somme importante... "La présence du Président Steven Zhang, dans le bureau voisin du mien, représente physiquement l'engagement à long terme de la propriété envers le club." Le plan B pour le stade serait-il Sesto San Giovanni. Mais l'arrière-pays au nord de la ville peut-il vraiment remplacer un lieu historique tel que San Siro ? "Ce sont les succès des deux équipes qui ont écrit l"Histoire de San Siro : Si les clubs gagnent, ils peuvent aussi donner une renommée à un autre endroit. De plus, les supporters s'attachent rapidement à un stade qui peut vous donner à la fois des émotions, mais aussi de nombreux services." Alessandro Antonello enfonce le clou à Rai Sport "Nous avons des objectifs communs, donc nous ne voyons pas pourquoi nous ne pourrions pas nous engager à construire un stade pour nous-mêmes en ce moment. Il est clair qu'il y a aussi une raison économique. Le San Siro est devenu un lieu emblématique car les deux clubs y ont construit leur histoire et celle de la ville" Paolo Scaroni est plus incisif : "Nous ferons ce qui sera nécessaire pour voir si, enfin, nous parviendrons à doter Milan d’un stade moderne. Cela ne veut pas dire que si les choses devaient se prolonger davantage, que nous n'envisagerions pas d'autres scénarios. Je pense que le tout pourrait être conclu pour la saison 2027-28. Si nous disposons d’un stade de qualité, comme le si beau que nous projetons pour la ville de Milan, nous pourrons augmenter les recettes et investir davantage sur les jeunes." Selon vous, La Mairie tente-t ’elle de gagner du temps pour conserver le Giuseppe Meazza actuel ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  2. Faisons-nous face à une Fake News ? La Gazzetta Dello Sport est réputée pour être très proche de l’environnement interiste, toutefois, sa dernière sortie sur le futur Stade de Milan a mis en rogne Giuseppe Sala, le Maire de la Ville En effet, la Rosea a fait "Sa Une", ce mardi, en parlant d’un départ des deux Géants d’Europe du quartier de San Siro au profit du quartier de Sesto San Giovanni, comme lieu de construction du Giuseppe Meazza 2.0. Toutefois, preuve à l’appui, le Maire de foi Nerazzurra s’est livré sur Instagram "San Siro, en résumé. Comme vous pouvez le voir sur la photo, les équipes m'ont confirmé il y a une semaine qu'elles préparent le dossier pour le débat public, cela remonte à une semaine, pas six mois. Et depuis la réception de cette lettre, rien ne s'est passé. Aujourd'hui (ce mardi), la Gazzetta Dello Sport a publié ce scoop sur l'intention de l'Inter et du Milan de construire le nouveau stade ailleurs." "Deux choses l’une : Soit la Gazzetta cherche simplement à faire un "gros titre", soit les équipes me disent une chose (ou plutôt l'écrivent) et donnent aux autres une version différente. Ayant entre les mains un document officiel, je veux réfléchir davantage à la première hypothèse." "Quoi qu'il en soit, je voudrais dire à tout le monde que dans ce moment historique difficile, l'Administration Communale a beaucoup plus à penser." Pensez-vous l’Inter et le Milan capable de jouer un double jeu à la turinoise ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  3. Alessandro Antonello, l’Administrateur-Délégué Corporate de l’Inter s’est livré aujourd’hui dans les colonnes du Corriere della Sera, en compagnie du Président du Milan, Paolo Scaroni, sur les polémiques entourant le futur du quartier de San Siro "L’opération des clubs n’est pas une opération spéculative, nous sommes entrés dans les paramètres du Pgt. Le seul intérêt des clubs est de disposer d’ un stade moderne qui puisse soutenir leurs développements et les rendre compétitifs par rapport aux autres clubs. Nous avons accepté la réduction du volume afin de montrer notre volonté de poursuivre ce que nous considérons être un objectif important, aussi bien pour les clubs, que pour la ville : Moins de volumétrie revient à dire que 50.000m² supplémentaires seront destiné à des espaces vert associé à un stade éco-durable. "Le Giuseppe Meazza, même s’il est iconique, a fait son temps: Sa restructuration est une hypothèse qui n’a jamais été prise en considération car l’intervention aurait été tellement invasive qu’il n’aurait plus été reconnaissable et l’élément identitaire auquel nous tenons encore aujourd’hui aurait de toute façon été perdu." "Pour nous, il est fondamental d’avoir une certitude dans la durée : Plus les années passent et plus nos clubs deviennent moins compétitifs : Nous devons avoir la certitude de pouvoir réaliser les travaux dans un laps de temps déterminé. Par la suite, nous travaillerons sur un Quartier Sportif qui débutera de la saison 2026-2027 à la saison 2030-2031. Les périodes sont importantes mais nous espérons convoquer une Conférence des services pour évaluer le projet de l'exécutif, qui nécessitera des mois de travaux d’ici à la fin de l’année 2022. Le coût des investissements va également être revu car nous allons réexaminer les volumes et comprendre quel type d'investissement nous pourrons réaliser. Nous sommes toujours disponible pour échanger autour d’une table avec l’Administration Communale, en cas de contribution supplémentaire." "Les recettes supplémentaires ne proviendront pas d’une augmentation de la billetterie, mais elle trouvera son origine sur les revenus générés par les services supplémentaires qu'un stade moderne pourra nous garantir. Nous n'avons pas l'intention de modifier la structure des prix, les Curva existeront toujours tout comme les prix populaires." La propriété ? "Ce sont deux thématiques différentes : Le projet du stade vise à permettre aux équipes de rester compétitives au niveau européen. En ce qui concerne sa propriété, il s’agit d’un autre débat qui ne doit pas être lié au stade." Qui parie que Sala est parvenu à conserver la propriété exclusive du nouveau stade milanais ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  4. En effet, l’ombre du fonds souverain PIF continue à planer au-dessus de l’Inter malgré le fait que celui-ci ait déjà fait l’acquisition de Newcastle en Premier League et nos confrères de Fcinter1908.it ont tenté de faire le point en contactant le, toujours très bien informé, Ben Jacobs de CBS Sport Bonjour Ben, de très nombreux journalistes en Italie font état d’une négociation en phase avancée entre le fond d’investissement PIF et Suning pour la vente de l’Inter : Que pouvez-vous nous dire à ce sujet ? "Les échanges entre l’Inter et PIF ont eu lieu, surtout avant la finalisation de l’acquisition de Newcastle de la part du fond saoudien. Mais à l’origine, les parties échangeaient pour un investissement en qualité d’actionnaire minoritaire du club. En septembre, PIF a encore parlé avec Suning sur la possibilité d’acquérir la majorité des actions du club, il ne s’est plus passé grand-chose depuis : Steven Zhang et Suning préféreraient rester, si les finances le leur permettent. Et dans l’idéal, ils aimeraient attendre la construction du nouveau stade, même s’il faut plusieurs années." "PIF veut plus une équipe qu’une seule équipe de football sur le long terme, mais ils ne sont pas aussi pressés, vu qu’ils viennent d’acheter Newcastle. Et s’il souhaite acquérir l’Inter, il y aura des contrôles à effectuer pour s’assurer du prix fixé d’un milliard d’euros que Suning a fait valoir comme investissement." Si les rumeurs d’une négociation avancée sont fausses, pourquoi, selon-vous, continue-t ’on toujours à en parler avec autant d’insistance ? "On parle d’une potentielle acquisition car les parties sont dans un contact “on-off” depuis un an et que finalement, Suning pourrait être forcé de vendre. On parle beaucoup de PIF car il veut bien plus qu’une seule équipe de football. Et maintenant qu’ils possèdent Newcastle, il est clair qu’ils doivent être pris sérieusement en considération. Il souhaite imiter le City-Group, mais c’est un processus lent: Leur prochaine intention visera à présent un grand club européen, et de regarder vers un club plus petit dans un autre continent." A quel point est important l’intérêt de PIF pour l’Inter et pour le Calcio ? "L’attrait de l’Inter est due à son Histoire et à son potentiel, mais le défi est d’hériter d’une club en difficulté financière. C’est évident que PIF dispose de la richesse nécessaire pour l’annuler, mais pour ce type d’investissement se base sur la valeur : à la fois financière et en termes de marché. S’ils ne se sent pas capable de pouvoir faire usage du club pour engranger des fonds et promouvoir leurs objectifs extra-sportifs, ils n’investiront pas." "La Serie A n’est pas aussi réputée que la Liga ou la Premier League en Arabie Saoudite, ou dans toute la région du moyen orient. Toutefois, il faut prendre en considération que la Super Coupe d’Italie a été accueilli en Arabie Saoudite et que des droits télés sont potentiellement disponibles pour un diffuseur saoudien, depuis que BeIn a choisi de ne pas prolonger." Le Maire de Milan, Giuseppe Sala, a donné le feu vert au nouveau stade. Croyez-vous que cette annonce puisse favoriser l’intérêt de PIF pour l’Inter ? "Le nouveau stade représente une grande ressource pour n’importe quel propriétaire, mais il n’influencera pas directement l’acquisition: Il passera au second plan vu qu’il ne sera pas prêt avant 2027. Il s’agirait d’une valeur commerciale à ajouter à la valeur globale du club, mais c’est une arme à double tranchant. Les avantages commerciaux d'un stade ultramoderne et le développement de la zone environnante sont tout aussi bénéfiques pour Suning que pour tout nouveau propriétaire potentiel. Ainsi, le fait de l'avoir à l'horizon augmente le prix de vente et donne à Suning un peu plus de pouvoir. " Si PIF vient à faire une offre, Suning pourrait-il l’accepter vu le feu vert pour la création du nouveau stade ? "Cela dépend de l’offre, mais les informations positives sur le nouveau stade ne feront qu’augmenter le prix : Il sera intéressant de voir à quel point Suning se montrera sérieux pour mener jusqu’au bout la construction du nouveau stade. Cela pourrait nous donner un indice sur le fait qu’ils veulent rester en poste sur le long terme." PIF est-il intéressé par l’idée de créer une galaxie de club ? Pourrait-il acheter d’autres clubs après Newcastle ? "Oui, leur objectif stratégique est d'imiter le City-Group. Ils veulent disposer d’un réseau mondial de club de football. Mais il ne s'agit pas seulement de posséder des équipes emblématiques comme l'Inter Milan. Ils veulent des clubs de tout niveau, avec des choix basés sur la géographie autant que sur le football. En d'autres termes, ils veulent des équipes liées, par exemple, à d'importantes liaisons aériennes (une nouvelle compagnie aérienne saoudienne sera bientôt lancée avec l’espoir qu’elle puisse rivaliser avec Emirates et Qatar Airways) et qui peuvent contribuer à promouvoir le tourisme (et plus généralement la Vision 2030) sur le sol saoudien." "Le désir de créer un "groupe" de club football découle de la volonté d'utiliser le sport à des fins également extra-sportive. Mais encore une fois, c'est un processus lent. PIF ne va pas soudainement acheter plusieurs clubs. Ils se concentreront sur Newcastle à court terme." Nous savons que PIF et Suning ont parlé de l’Inter l’été dernier. A quel point un accord d’acquisition du club était-il proche ? "Il ne l’était en rien: L’été dernier, PIF ne prenait pas en considération l’acquisition majoritaire, ils ont simplement procédé à une phase exploratrice sur des investissement pour des parts minoritaire. Cette décision a été prise à la suite de l'apparition de la pandémie de Covid-19. L'espoir était de réaliser un investissement à un prix avantageux, en raison de la pandémie et des problèmes financiers préexistants de Suning. Mais les discussions entre les parties n'ont jamais abouti car il était clair à l'époque que Suning voulait un financement temporaire et non un partenaire minoritaire." Qu’est-ce qui manque pour un accord ? "Les acquisitions, qu'elles soient réussies ou non, prennent du temps. Et lorsque la possibilité d'un rachat devient publique, les supporters s’enthousiasment mais s'impatientent aussi. La principale raison pour laquelle rien ne s'est produit jusqu'à présent réside dans le fait que Suning ne veut pas vraiment vendre. Ils peuvent y être contraints, bien sûr, mais cela ne change pas leur position. Et c'est pourquoi le prix qu'ils demandent est également très élevé. PIF devrait faire preuve d’une double attention pour voir si cela vaut la peine d'investir et même ce processus est lent et confidentiel." Selon vous, à quel point est-il probable que PIF deviennent le nouveau propriétaire de l’Inter ? "Je ne crois pas à un accord d’ici à la fin de l’année, comme le suggèrent certaines indiscrétions. Pour l’heure, PIF va se concentrer sur Newcastle et il fera grandir lentement sa croissance dans le football. Ils devront se montrer opportunistes si le club juste au prix juste émerge. Mais je ne pense pas que l’Inter rentre actuellement dans cette catégorie: Beaucoup de choses devraient changer pour que quelque chose se produise à brèves échéances." Les Tifosi de l’Inter peuvent-ils rêver ? "Rêver oui, mais il est aussi important d'être réaliste. Le prix souhaité par Suning a été fixé pendant un an, avec tous les prétendants, à environ 1 milliard d'euros. Et PIF a donc eu tout le temps, surtout lorsque le rachat par Newcastle semblait improbable, de poursuivre les pourparlers. Ils ne l'ont pas fait et ne le feront pas à moins que l'achat du club n'ajoute de la valeur." "Cela signifie qu'ils doivent proposer un prix qu'ils estiment juste et avoir un club entre les mains qui peut se développer en tant que club et marque après l'acquisition sans perdre d'argent. PIF s’est donné pour mission d'utiliser le sport au profit de l'Arabie saoudite. Il ne peut donc pas se contenter d'acheter des choses, comme peut le faire un investisseur privé, qui achète par vanité ou par glorifications." L’analyse de Marco Barzaghi “Nouveauté autour de PIF: Le Fonds lié à la Famille Royale Saoudienne serait très déçu de l’investissement réalisé en Angleterre avec Newcastle et, avec ce qu’il s’est passé en semaine à Milan (la délibération de la Mairie de Milan et le départ officiel du projet stade), la négociation aurait repris, même si la précédente avait cessé suite à la requête d’un milliard d’euros de la part de Suning." "PIF veut investir en Italie, Suning n’abdique pas car le stade pourrait augmenter énormément la valeur du club: Il faut une offre irrenonçable pour débloquer la situation mais, d'après ce que je comprends de mes sources proches du Fonds, il semble que cette fois-ci, qu’il est déterminé à proposer des offres importantes. Il faudra comprendre comment Suning se positionnera face à celles-ci, car il y a aussi Oaktree qui doit être pris en considération et je ne pense pas que Suning soit capable de courir sa dette." "Je pense qu'il y aura des nouvelles d'ici la fin de l'année, mais il y a tellement de variables en jeu. Méfiez-vous de ceux qui disent que tout est déjà fait." "Suning nie en bloc , mais il ne peut pas faire autrement. PIF veut reprendre les négociations avec Suning." Il Padrino travaille en sous-marin "Je vous dis ce que je sais, je vous dis depuis un certain temps que quelque chose est en train de bouger. Marotta travaille hors des radars sur quelque chose d'important. Les Saoudiens se sont concentrés sur Newcastle mais, comme je vous l'ai dit, ils sont déçus par l'impossibilité de faire venir des sponsors saoudiens en Premier League et par la difficulté de faire venir des entraîneurs (voir Conte) et des joueurs de haut niveau dans une équipe de second ordre". "Avec le départ officiel du projet de stade, les contacts ont repris et cela m'a été confirmé par des sources proches de PIF. Il y a la volonté de trouver une solution avec Suning, mais ils ne veulent pas abandonner. Rien n'est fait et Pif n'est pas à l'origine des renouvellements. L'Inter continue de démentir et il ne peut en être autrement. Tout ce que je vous ai dit a été vérifié." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  5. Giuseppe Sala s’est livré en marge des célébrations de ce jeudi 4 novembre, sur la thématique du futur stade des deux écuries milanaises : "Le conseil municipal "travaille" sur la résolution de la déclaration d'utilité publique du projet de nouveau stade du quartier de San Siro et sur son approbation. Si cela n’a pas lieu demain, ce sera pour vendredi prochain." "Je pense qu'à ce stade et de la manière dont la demande a été formulée, que nous n'avons plus de grande incertitude. Je pense qu’il faut bien expliquer, la décision d'intérêt public aussi aux citoyens et à l'ensemble du monde politique. Je pense que comparé à nos débuts il y a deux ans, que nous avons réalisé d’importantes avancées et, selon moi, que nous sommes parvenus à ramener les équipes en adéquation avec l'indice volumétrique Pgt ce qui est une chose très positive". "Je ne dirais pas que c'est un succès car il ne s'agit pas d'une confrontation pour savoir qui est le plus fort, mais plutôt d’une recherche d'équilibre entre les intérêts des équipes et les règles de l'administration. Je considère que l'accord est très bon." La propriété des équipes en 2027 pourrait ne pas être la même "C'est un problème qui concerne le football moderne et tous les grands clubs. Le point décisif est l'ambition exprimée par le Milan et l'Inter de faire encore partie du top européen et de ce point de vue, ils considèrent que le stade est indispensable. J'en suis arrivé à la conclusion, après mûre réflexion, que pour eux, le stade est LE problème et que si nous ne leur permettons pas de le faire à San Siro, ils iront certainement ailleurs. Pour eux, le stade est une priorité." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  6. C’est à travers Instagram que Giuseppe Sala, a confirmé l’avancée importante en regard au projet du nouveau stade milanais: "Ce matin, j’ai rencontré au Palazzo Marino, les représentants des Clubs F.C. Internazionale et A.C. Milan. Aux deux équipes ont été présenté la position de la Commune de Milan où Trois prérequis sont fondamentaux pour passer à la phase exécutive du projet "Stade"." Le premier est que le nouveau stade doit respecter substantiellement les lignes et les volumes contenus dans l'étude de faisabilité qui a déjà été présentée à l'administration. Le deuxième point demande une reconversion de l'actuel quartier de San Siro afin de pouvoir y développer, dans un contexte écologique, un projet de quartier destiné au sports et aux loisirs, ce qui est également repris dans le dossier déjà présenté. Peu importe le calendrier relatif à la construction : La cérémonie d'ouverture des Jeux Olympiques d'hiver de 2026 se tiendra dans l'enceinte actuelle, en hommage à sa glorieuse histoire. Le troisième et dernier point est relatif à la concession de droits volumétriques pour les aménagements urbains entourant le stade : Ceux-ci ne peuvent pas déroger à ce qui est permis par le PGT actuellement en vigueur Les deux clubs ont accepté ces propositions et je pense, qu’à présent, le Conseil Communal peut procéder rapidement à une délibération sur l'intérêt public." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  7. Une nouvelle réunion s’est tenu au Palazzo Marino entre le Maire de Milan, Giuseppe Sala et les représentant de l’Inter et de Milan dans le cadre de la thématique de la construction du nouveau stade Voici ce que nous révèle la Repubblica "L’Administration Communale comprend l’exigence des équipes de se doter d’une nouvelle enceinte qui garantie la compétitivité au plus haut niveau internationale et entend favoriser ce parcours. Sala a fixé un nouveau rendez-vous, déjà cette semaine, en plaçant également un veto: La durabilité environnementale du nouveau développement urbanistique devra être garanti." Traduisez : “Pour que le projet soit compatible avec le Plan du Régulateur, il faut moins de béton pour les nouvelles installations autour du stade, des bureaux, des résidences, un centre de conférence, un centre commercial, des installations de divertissement et de sport et un hôtel. Et un accord doit être trouvé sur les charges d'urbanisation (50 millions d’euros). " La cérémonie d'inauguration des Jeux olympiques de 2026 étant déjà programmée à San Siro, le calendrier de la politique et de la bureaucratie risque d'être trop serré." "La Repubblica confirme également que des représentants d'Oaktree, le fonds qui refinance l'Inter de Suning évalue l'impact du stade actuel et futur sur les comptes du club, Ils étaient d’ailleurs présent au Giuseppe Meazza." Place à présent à un bras de fer entre la Commune et les deux écuries italiennes. Selon vous, l’Inter et le Milan sont-ils parti pour durer dans l’enceinte actuelle ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  8. Ben Jacobs, journaliste à BeIN Sport s’est livré sur Twitter sur la situation entourant le Fonds d’investissement PIF et le Colosse chinois Suning: "Nombreux sont ceux qui me demande des informations sur Pif et l’Inter : Ce n’est pas une nouveauté qu’il y a eu des échanges entre Suning et Pif, au début, l’intention du Pif était de faire son entrée en tant qu’actionnaire minoritaire et les parties se sont entretenues à plusieurs reprises par la suite." "PIF avait été découragé par l’évaluation d’un milliard d’euros en provenance de Suning et le prix n’a pas changé, mais la Serie A reste très attirante pour PIF : L’Arabie Saoudite a déjà accueilli la Super Coupe d’Italie, même les droits à long terme sont en jeu. Il m’a été dit qu’une vente n’était pas encore certaine, car les négociations n’ont pas particulièrement avancé ou ciblé : Il reste toujours des obstacles : Le prix, la réticence des Zhang pour vendre et les dettes de l’Inter." "Toutefois les deux parties discutent à nouveau: Suning avait réellement besoin des fonds en provenance de la Super League et sans cet argent, il pourrait se montrer plus enclin à la vendre, dans la phase actuelle, l’accord n’est pas encore trouvé mais les réunions suggèrent que PIF a l’intention de posséder et d’investir dans un autre club." "Autre fait important : Les parties se sont parlés à la mi-septembre, lorsque PIF avait remarqué qu’il n’obtenait pas d’information claire, il a décidé d’acquérir dans l’improvisation Newcastle : Beaucoup de choses ont évoluées le mois dernier Confirmation d’Il Giorno "Malgré les différents démentis du club, les rumeurs se font de plus en plus insistantes : Le fonds saoudien Pif ne semble pas vouloir s'arrêter à Newcastle. L’Arabie a en effet et de nouveau jeté leur dévolu sur Inter, reprenant ces pourparlers enterrés au printemps dernier: Le vent du changement souffle fort du Golfe Arabique, puisque depuis des semaines dans les bureaux milanais on parle de Pif, le fonds souverain saoudien, qui semble vouloir investir dans le monde du football pour nettoyer son image dans le monde, grâce à une série d'investissements entre l'Europe et l'Amérique. Et donc son Altesse Royale Mohammed bin Salman, après avoir acheté Newcastle pour 350 millions d'euros, miserait directement sur le club Nerazzurro." La situation "Certains disent qu’ils se sont déjà entretenus, émettant l'hypothèse qu'un accord avait déjà été défini en septembre avec la famille Zhang pour la vente du club pour la somme d'un milliard d'euros (le montant que le groupe Suning demande depuis le début de l'année à ceux qui s'approchent du club dans Via Della Liberazione). De plus, le géant chinois aurait rouvert une négociation "gelée" depuis l'hiver dernier, lorsque Zhang semblait plus que fasciné par le projet de Super League (qui aurait garanti plus de revenus à la Beneamata), qui a ensuite échoué. Dès cet instant, la nécessité de trouver les liquidités pour remettre les comptes en ordre au plus vite auraient obligé le propriétaire chinois à faire marche arrière." "Jusqu'à présent, la Direction de l’Inter a toujours nié tout intérêt concret de la part du Fonds d'investissement public, cela aussi s’explique par le fait que la propriété a toujours agi de manière indépendante, en y déplaçant même la même direction. Une chose est sûre : qu'il y ait ou non quelque chose de concret dans les négociations avec l’Arabie, d'ici l'été prochain, quelque chose devra bouger dans la structure de propriété du club champion d'Italie, compte tenu du lourd "passif " présent dans son budget : Un passif que Suning n'est plus en mesure de couvrir." "Entre janvier et février, il semblait que l'accord avec BC Partners pour la vente de la majorité des parts du club Nerazzurri pour 750 millions d'euros était proche. L'offre a ensuite été rejetée par les propriétaires chinois, comme l'ont confirmé des sources autorisées proches du club" Pour le Libero, le milieu financier a raison "Les milieux financiers confirment l'existence de négociations, soulignant que les premiers contacts avec les émissaires arabes remontent à environ un an. Période durant laquelle Pif travaillait déjà sur l’acquisition de Newcastle. A présent, nous sommes dans une phase de détail avec notamment la thématique du stade: .L'acquisition des 80% de Newcastle pour 353 millions ne représente pas un problème dans les négociations pour l'Inter." "Le plus grand obstacle au succès de l'accord serait la question du stade. C'est donc autour du quartier de San Siro que se joue la partie décisive : Pouvoir compter sur un stade de propriété augmenterait de façon substantielle la valeur du club, rendant plausible l'importante évaluation d'un milliard faite par Suning qui, bien sûr, essaie de maintenir le prix le plus haut possible pour ne pas vendre à perte, vu les sommes qu’il avait injecté dans l’Inter ces dernières années." "C'est pourquoi la question du Giuseppe Meazza est de nouveau d'actualité. Cette thématique ne concerne pas seulement l'Inter, mais aussi le Milan. La Marie affirme d’ailleurs qu'une réunion avec l'AC Milan et l'Inter aura lieu dans les prochaines semaines, bien que le maire Giuseppe Sala ait déclaré qu'il n'y avait pas encore de date à l'ordre du jour. Mais imaginer un accord noir sur blanc d'ici la fin de l'année, juste avant la Supercoupe d'Italie du 22 décembre Inter-Juve à Djeddah (Arabie saoudite...) est un scénario alléchant". Un refinancement certain au mois de janvier selon Il Sole 24 Ore "Suning travaille avec son gouvernement pour régler sa dette : "Un réseau de participations d'entreprise sur lequel maintenant, selon les rumeurs, les banques chinoises travaillent étroitement avec le gouvernement de Pékin, afin de restructurer la dette du groupe, qui en Italie possède l'Inter. L'une des plus grandes banques d'État chinoises, Citic, participe à l'opération." "Le groupe de la famille Zhang est exposé à hauteur de 2,6 milliards de dollars à cause d'Evergrande, le groupe immobilier qui risque la faillite. Mais la question sur la table avec les banques serait celle d'une réorganisation globale du groupe: Le club des Nerazzurri est désormais devenu l'actif le plus important de la quatrième branche de la famille Zhang, à savoir Suning Sports." "C'est précisément cette imbrication d'intérêts et d'activités qui serait au centre d'une réorganisation, afin de restructurer l'exposition globale à la dette. Le gouvernement de Pékin pourrait demander à la famille Zhang de prendre des mesures décisives pour résoudre les problèmes. Les projecteurs sont braqués sur l'Inter en Italie." "Steven Zhang n'est pas physiquement rentré en Italie, mais il a jusqu'à présent été présent lors de la réunion du Conseil d'Administration pour approuver les comptes du club Nerazzurri, clôturé avec 245 millions d'euros de pertes, et il devrait encore être présent par vidéoconférence lors de la réunion des actionnaires le 28 octobre." "Officiellement, le président Zhang a renouvelé la proximité de la propriété avec le club, mais ces dernières semaines, les rumeurs de contacts pour une vente s'épaississent. Le principal candidat était le Fonds Saoudien Pif, qui a entre-temps acheté Newcastle en Premier League. Et en toile de fond, il y a aussi la question de la dette de l'Inter. En effet, en janvier, le refinancement des obligations du club commencera concrètement pour un montant autour de 400 millions d'euros." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  9. Dans le cadre de l’évènement “Giacinto Facchetti Awards” l’Administrateur-Délégué de l’Inter s’est livre sur l’excellent début de saison de l’Inter, mais également sur les déclarations de Rocco Commisso Facchetti est toujours bien présent dans le cœur des Interistes et des sportifs…. "Il a été dit tant de chose sur Giacinto, avant toute chose, laissez-moi m’exprimer sur l’honneur de recevoir ce prix dédié à sa mémoire : Giacinto représentera toujours des valeurs inestimables : Le respect, l’élégance, le gentilhomme, nous continuons à transmettre ses valeurs aux jeunes. Notre Centre Sportif porte son nom, et cela fait qu’à travers le temps, son héritage restera toujours transmis aux jeunes. C’était un gentilhomme, il aimait le silence et on parle énormément de lui aujourd’hui. Giacinto devrait représenter un exemple pour tous." Commisso a-t ’il dit certaines chose qu’il n’aurait pas dû sur la thématique de l’indice de liquidité, voulez-vous lui répondre ? "Je ne veux pas répondre à Comisso, chacun doit chercher à comprendre comment bien gérer son propre club. Nous avons toujours respecté les règles et nous les respecterons toujours. Nous devons chercher à rester tous uni pour faire face à cette période difficile que traverse le Calcio et le football Européen. Ce n’est pas le moment de faire de polémiques, mais de travailler tous ensemble pour le bien être du Calcio, pour avoir des supporters dans les stades. J’invite les autorités à nous aider en ouvrant les stades à 100% car le Calcio a besoin de ses tifosi pour surmonter aussi cette période." L’hypothèse d’une ouverture à 75% ne vous conviendrait pas ? "Chaque action qui est prise pour améliorer la situation doit être accueilli avec satisfaction. Ensuite, c’est évident qu’avoir le stade entièrement ouvert aux tifosi nous ferait beaucoup de bien." Y-a-t ’il des nouvelles pour le nouveau stade ? "Nous avons dit à l’actuel Maire, Beppe Sala, que nous allions attendre les résultats des élections. A peine celles-ci seront actés, qu’il y aura une mise-à-jour de la situation." Du côté du Milan, il y a de l’optimisme, est-ce pareil de votre côté ? "Le Milan et l’Inter ont toujours été côte à côte sur ce projet, nous avons donc le même optimisme. Nous souhaitons pourvoir relancer le projet plus tôt possible, pour le bien, non seulement des clubs, mais aussi de la ville, vu qu’elle accueillera les Olympiades de 2026 à Cortina." Etes-vous aussi optimistes pour cette saison ? "Il doit y avoir de l’optimisme, les résultats nous donnent d’ailleurs raisons. Nous devons laisser du temps à l’entraîneur qui réalise un travail exceptionnel et qui s’est intégré de la meilleure façon possible au sein du Club. Je dirais aussi que le travail réalisé par Marotta et Ausilio est à la base des importants résultats actuels que nous engendrons. La saison est longue, et il faudra attendre son dénouement pour émettre un premier jugement." Sans Conte, Lukaku et Hakimi, vous attendiez-vous à démarrer aussi fort ? "Je m’attendais à voir la détermination, lecaractère et l’envie que l’équipe avait démontré l’année dernière, lorsqu’elle avait traversé ses périodes les plus difficiles : Tous sont encore dans son ADN. Les garçons ont très bien démarré, c’était une grande prestation face au Real et je suis confiant pour la suite du championnat. Etes-vous surpris de voir la Juventus comptabiliser uniquement deux points ? "C’est un moment particulier, ils ont tout le temps de revenir car le championnat vient à peine de débuter : C’est à la fin de la saison que l’on passera à l’addition." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  10. l'idée InterSpac refait surface. Roberto Zaccaria s'est livré à La Repubblica pendant que Giuseppe Sala a donné son point de vue via l'ANSA. InterSpac est un groupe de fans qui souhaitent devenir actionnaires de l'Inter dans le but d'aider Suning à surmonter leurs difficultés financières actuelles. L'actionnariat de fans est assez courante dans d'autres pays, comme en Allemagne où le Bayern Munich est célèbre pour son fameux "50+1", mais cela ne s'est jamais produit auparavant en Italie. Roberto Zaccaria, conseiller d'InterSpac, a déclaré à La Repubblica: "C'est plus qu'un simple rêve romantique. Nous avons une vision collaborative, mais pour donner plus de substance au projet, nous avons besoin d'un dialogue avec ceux qui contrôlent : le Suning." "Il nous faudrait quatre ou cinq mois après avoir trouvé un accord pour obtenir le capital dont nous avions besoin pour entrer dans le club. Notre modèle est le Bayern Munich, un grand club qui appartient à des fans, avec la participation de sponsors solides. Nous avons déjà été en contact avec eux." Cependant, Giuseppe Sala se montre assez tiède concernant ce projet suggérant des solutions plus rapides. Voici ce qu'il a déclaré selon l'agence de presse italienne ANSA. "L'idée d'InterSpac pourrait fonctionner, mais seulement si elle fait partie d'un projet plus vaste. Si vous regardez les chiffres, je pense qu'un club comme l'Inter réalise un chiffre d'affaires annuel d'environ 300 M€. La proposition pourrait être faisable, mais transformer l'Inter en un club comme ils l'ont fait en Espagne prendrait probablement beaucoup de temps, et l'Inter a un problème plus urgent." "Je veux le meilleur pour elle, je veux de bonnes choses pour l'Inter qui est importante pour Milan, mais j'espère des solutions plus rapides. Après cela, l'idée de Cottarelli est plus que bienvenue."
  11. Selon les médias italiens, l'Inter n'envisage de vendre aucun joueur clé cet été L’idée des Nerazzurri est de garder la main sur Romelu Lukaku, Lautaro Martinez, Nicolo Barella, Achraf Hakimi et Alessandro Bastoni, peut-on lire dans l’édition imprimée de Gazzetta dello Sport. L'Inter examinerait ses options concernant ses autres joueurs, le club sachant qu'il devra financer les signatures en vendant d'abord les joueurs. Ils devront également réduire leur masse salariale pendant le mercato, et finaliser les prolongations de contrats en cours de discussion. Les plans du mercato de l'Inter sont l'une des quatre préoccupations auxquelles Steven Zhang est confronté maintenant qu'il est de retour à Milan. Une autre consiste à régler les problèmes économiques du club, mais Zhang est bien parti pour le faire car il trie les derniers détails de l’accord de prêt de 250 millions d’euros à convenir avec Bain Capital. Les projets de stade de l'Inter avec l'AC Milan sont un troisième problème sur la liste de Zhang, le rapport indiquant que les deux clubs estimaient avoir fait tout le nécessaire pour commencer le projet avec le conseil de Milan. Zhang pourrait bien rencontrer le maire de la ville Giuseppe Sala à la fin de la saison pour tenter de résoudre l'impasse créée ces dernières semaines. L'Inter espère également assurer le titre de Serie A à Zhang maintenant qu'il est de retour, après avoir trouvé une équipe très différente de celle qu'il a quittée il y a six mois. ®Oxyred – Internazionale.fr
  12. L'Inter et l'AC Milan sont convaincus qu'ils ne sont pas responsables des retards dans leur projet de nouveau stade, selon la Gazzetta dello Sport et le Corriere dello Sport. La Gazzetta a confirmé que Steven Zhang rencontrera le maire de Milan, Giuseppe Sala, à la fin de la saison pour tenter de sortir de l'impasse. L'Inter pense avoir fait tout ce que l'administration du conseil souhaitait (comme l'a fait le Milan), après avoir accepté de préserver une partie de l'actuel San Siro et de réduire la quantité de béton entourant le nouveau stade. Les clubs attendent que le conseil bouge, bien qu'il y ait un risque qu'aucun progrès ne soit réalisé avant les élections municipales d'octobre. L'Inter et le Milan doivent décider avec le conseil entre deux projets pour leur nouveau stade, avec un design soumis par Populous et un de Manica/Sportium. Zhang espère que les pourparlers pourront se dérouler à un rythme plus rapide une fois qu'il aura retrouvé Sala, un supporter connu de l'Inter, à la fin de la saison. L'Inter n'a certainement pas l'intention d'abandonner le projet, malgré les appels de Sala pour clarifier la situation de propriété du club pour les trois prochaines années. Dans le même temps, le Corriere dello Sport a confirmé que Steven Zhang utilisera des entretiens en face à face pour sortir de cette impasse. Zhang sait que des progrès concernant le nouveau stade aideraient le Suning dans sa recherche d'un nouveau partenaire financier et est finalement revenu à Milan hier après une absence de six mois. L'arrivée de Zhang devrait conduire à des développements concernant la recherche d'un nouveau "gros" sponsor principal. Le Suning avait presque conclu un accord avec une société chinoise il y a quelques mois, qui aurait garanti à Inter 30 M€ par an, mais le journal a déclaré que les négociations avaient échoué en raison des problèmes financiers du Suning. L'Inter a tourné son attention vers le marché américain pour remplacer Pirelli. Enfin, via Sportface.it, Giuseppe Sala a fait les déclarations suivantes. "Les clubs savent où je suis, je l'ai dit à plusieurs reprises. Laissons de côté certaines tensions, il est toujours nécessaire d'avoir un dialogue, donc je suis disponible s'ils veulent se rencontrer pour confirmer notre projet et discuter d'éventuels doutes." "Je ne peux que confirmer que nous ne sommes pas contre les projets de construction du stade. S'ils voulaient seulement faire un nouveau stade, ils pourraient commencer demain matin, car c'est une question qui ne les concerne que eux. En revanche, s'ils veulent également réaménager la zone de San Siro, cela devient également une question d'intérêt pour nous, le conseil, et tout ce que je veux, c'est être rassuré sur leur engagement à long terme envers ce projet."
  13. Pour le président des Rossoneri, Paolo Scaroni, l'Inter et le Milan devront encore attendre deux mois au plus pour savoir s'ils peuvent poursuivre leur projet de stade, selon CalcioeFinanza.it. L'Inter et le Milan travaillent sur des plans pour construire un nouveau San Siro depuis plus de deux ans maintenant, mais les clubs sont ralentis par la bureaucratie politique traditionnelle italienne. Le maire de la ville, Giuseppe Sala, a exprimé des doutes sur la propriété du Milan avec Elliott plus tôt dans la saison, et ce sont maintenant nos propriétaires qui semblent être sujets à des doutes. Rappelons que l'Inter a été impliquée dans une querelle publique avec Giuseppe Sala au début du mois, après avoir déclaré qu'aucun progrès ne pouvait être fait sur le nouveau San Siro jusqu'à ce que les Nerazzurri clarifient leur situation sur le rachat. Des articles en Italie ont récemment suggéré que le conseil de Milan ne souhaite pas poursuivre les plans avant les élections municipales d'octobre. "L'administration du conseil prend du temps pour évaluer si les clubs disposent des ressources financières nécessaires pour construire le stade. Ils ont jusqu'à la fin du mois de mai pour répondre. L'administration de Sala est favorable au projet que nous leur avons présenté, tandis que l'opposition fait pression pour que le stade soit construit. Cette nouvelle installation pourrait être un coup de pouce pour Milan après avoir été durement touchée par la pandémie COVID-19, ce serait une très bonne chose. Le stade est crucial pour revenir parmi l'élite du football européen."
  14. Le futur de l’Inter reste encore semé d’incertitudes. Toutefois selon les dernières indiscrétions, il est confirmé que la Famille Zhang ne souhaite pas se priver du club, d’où le ralentissement de la négociation avec le fond d’investissement BC Partners: Révélation de Tuttosport "La violence avec laquelle l’Inter a répondu au Maire Beppe Sala sur la thématique du Meazza doit être perçue comme un manifeste de Suning qui a la volonté de conserver l’Inter." Changement de plan "L’autre indice qui va en ce sens est lié à la négociation silencieuse avec la Fortress Investiment Group pour un financement de 250 millions d’euros (150 immédiatement, les 100 restants par la suite) ce qui permettrait à l’Inter de se débloquer, depuis que Pékin à fermer les vannes pour les investissements extérieurs considéré comme non-stratégique." "L’Inter est probablement devenue stratégique grâce au chemin qu’elle a emprunté ces derniers mois : Le fait qu’un propriétaire chinois vient à conquérir l’un des championnats les plus en vue, au niveau planétaire, peut être un véhicule de propagande important pour le Gouvernement Central." "C’est pour toutes ces très bonnes raisons que Suning a décidé de geler l’offre de la Bc Partners pour le contrôle intégrale du club, via une offre de 750 à 800 millions d’euros alors que l’Inter est estimée à un milliards d’euros." "C’est aussi pour cette raison qu’elle a accéléré sa recherche d’un partenaire en mandatant à Goldman Sachs Asia le refinancement des obligations, pour une somme globale de 375 millions d’euros, qui arrivent à échéance à la fin de l’année 2022." "Les négociations avec Fortress sont toujours plus avancée et l’objectif de Steven Zhang est de se présenter en Milan en avril avec un accord entre les mains, pour donner aussi de l’oxygène à Suning car il a également besoin d’un assist de Pékin. Autrement, le risque est que l’Inter, malgré le soutien américain, continue à naviguer à vue." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  15. Interviewé à la Piazza Scala dans le cadre de la commémoration pour les victimes du Covid, Giuseppe Sala, le Maire de Milan, s’est livré sur le futur stade milanais. "Je pense que tant qu’il n’est pas possible d’établir une clarté sur la destinée de l’Inter, nous devrons faire preuve de fermeté. Le fait est que, et je veux le dire avec clarté aux milanais, nous ne parlons pas seulement du stade mais d’un projet qui verra la moitié de son investissement sur le stade, l’autre partie ayant droit à la modernisation de ce secteur." "Cela revient à dire qu’il y aura, je le présume, cinq à six années de travaux. Et je ne peux pas confier un quartier de la ville aussi longtemps, tant que je ne suis pas certain du futur propriétaire. Je parle avec respect pour les Zhang qui devront nécessairement éclaircir le futur du club. Il est logique d’ici-là de me montrer ferme." Faut pas faire chier un chinois En effet, la réponse ne s’est pas fait attendre, un Communiqué Officiel a été mis en ligne par l’Inter : "Le FC Internazionale Milano a une histoire glorieuse de plus de 100 ans. Elle existait déjà bien avant le Maire Sala et continuera bien après la fin de son mandat." "Nous trouvons les déclarations du Maire de Milan offensantes et irrespectueuses envers la propriété, envers l’Histoire et la réalité du Club et envers les millions de tifosi résidants à Milan et à travers le Monde. Elle sont également sans rapport avec le processus administratif actuel du projet "Un Nuovo Stadio per Milano." "S'il est confirmé que l’Inter et ses propriétaires ne sont pas les appréciés par l’administration actuelle, nous prendrons les décisions qui en découlent." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  16. Le ton est devenu plus souple : Giuseppe Sala, le maire de Milan s'est dit favorable à la proposition faite ces derniers jours par les deux clubs de la ville concernant le nouveau stade. S'adressant aux micros de la Rai Radio Due, il a déclaré : « L' idée émise par l'Inter et le Milan ne me déplaît pas. A l'instar de l'ancien projet, celui ci met davantage en valeur la création d'espaces verts mais aussi la possibilité que San Siro devienne un lieu ouvert à des activités sportives gratuites pour tous. Et je pense que c'est une bonne chose pour notre ville. A ce jour, il est également difficile de dire comment le projet sera porté au niveau du conseil municipal mais je peux vous dire que j'y serais favorable car le concept me plait bien. Cependant une question reste en suspens et elle concerne la superficie allouée pour un tel chantier. Il faut savoir que pour les deux clubs, la construction du stade n'est pas l'unique raison à tout ce projet car sinon ils ne pourraient prétendre à un retour sur investissement. » En conclusion, Sala s'est prononcé également sur la reprise du championnat : « Je suis favorable. Restons attentifs à l'évolution de la pandémie et dans quelle mesure nous pourrons la garder sous contrôle. Mais j'ai tendance à favoriser une reprise. » ®KarimGipuzcoa - Internazionale.fr
  17. Le maire de Milan, Beppe Sala, s'est exprimé sur le sujet du stade et s'est montré très optimiste. "Ce n'est pas un derby, les deux clubs travaillent ensemble. Je commence à devenir un peu plus optimiste. Au départ l'idée de démolir San Siro ne plaisait pas du tout. Je ne voulais pas être connu comme le maire qui aura permis la destruction de ce stade. A présent, les deux clubs ont une proposition un peu plus élaborée, plus constructive, qui permettrait d'altérer San Siro mais d'en garder une partie qui serait notamment dédiée à d'autres sports tout en le conservant au centre de la ville. Ainsi dans la zone, il sera prévu des hôtels, des bureaux de manière à un peu rentrer dans les fonds après l'investissement sur le stade. Ce sera une zone "verte", une citadelle du sport, je suis plus convaincu par cette idée. Je ne veux pas être trop optimiste tant que l'accord n'est pas trouvé, notamment sur les superficies, mais il me semble que nous prenons enfin le bon chemin. Le projet me convient. Il faut juste qu'on s'accorde sur les superficies. Il ne s'agit pas d'être plus ou moins généreux mais plutôt de respecter les règles et de mettre les clubs à égalité avec ceux qui souhaitent réaliser quelque chose dans la ville. Vu d'où nous sommes partis, nous avons déjà fait de grands pas en avant." Rédigé par Samus - Internazionale.fr
  18. La guerre interne continue entre l’Inter et le Milan d’un côté et la Maire de Milan de l’autre. Contacté par Sky Sport, Alessandro Antonello s’est livré sur les derniers évènements : "Plus que des conditions rigides, je parlerai de points à éclaircir car il y a chaque aspect, jusqu’à aujourd’hui, et malgré les réponses de l’Administration Communale qui n’ont pas encore été éclaircies. Du délibéré en passant par les réponses reçues par la Commune, nous n’avons obtenu aucun éclaircissement... Nous n’avons même pas eu plus qu’une entrevue avec le Maire qui ne procède à aucun échange formel, entre nous et l’administration." "Nous n’avons jamais fermé la porte au dialogue. Durant les mois où le club s’est toujours montré disponible, en travaillant autour d’une table avec des techniciens. Il y a deux investisseurs privés disposés à investir 1,2 milliard d’euros dans la ville et surtout pour les tifosi. Lorsque je pense à nos projets à notre vie quotidienne, je pense à eux, à tous ceux qui viennent toutes les semaines au stade. Ils méritent d'en avoir un à la hauteur de notre ville et de notre Club." Sala ne l’a pas bon Le Maire de Milan, Beppe Sala, compte rendre la vie dure à l’Inter et au Milan. Le numéro Un de Milan a adressé un message avant tout destiné au Suning, le propriétaire de l’Inter. "Je ne sais pas quoi penser du départ à Sesto, ce serait quelque chose d’extrêmement dommageable, mais ce sont eux qui décident. La propriété chinoise de l’Inter, qui a réalisé un investissement à long terme, passerait dans l’Histoire pour celui qui après plus de cent ans, aura transféré le Stade des Nerazzurri à Sesto." "Si les clubs me demandent que je leur offre tout, il y peu à faire. Élargir ce bras de fer est une décision que je ne peux pas entreprendre. Je vous le dis, le départ à Sesto serait préjudiciable pour tous. Comme Maire, je resterais avec une main de fer à San Siro." "Mais il y a des solutions légales, Il faudrait lancer moi-même un projet, non spéculatif, de ré-urbanisation du secteur, car c’est un quartier très intéressant, dans lequel on peut y investir et le lier à la métropole. C’est un secteur qui offre un très grand potentiel." Le saviez-vous ? Selon le Corriere Della Sera, Alessandro Antonello sera en concurrence avec Scaroni, Percassi et Campoccia dans la course à la Vice-Présidence de la Lega Serie A. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  19. C’est la révélation de la journée qui a vu l’Inter et le Milan présenter le projet relatif au nouveau stade appelé à remplacer le Giuseppe Meazza Paolo Scaroni, Président de l’Ac Milan rentre dans le détail : "Nous allons écouter nos abonnés mais pas seulement, nous écouterons aussi les citadins. Pour les abonnés, San Siro est leur maison, nous devons tenir compte de leurs opinons." Le Financement ? "La thématique n’a pas encore été approfondie, faire recours à un projet financier ne devrait pas être compliqué, car les deux clubs disposent comme fonds, des abonnements et les billets. Ce sont des premiers signaux qui démontrent que cela devrait s’avérer simple." Les projets écartés ? "Nous avons procédé à une sélection et nous sommes arrivés à proposer deux projets. Revenir en arrière signifierait changer de cap. Boeri est un grand architecte, nous avons pris en considérations ses idées. Nous travaillons sur deux projets, ceux qui vous ont été présenté aujourd’hui" Le propriétaire du Stade ? ".Nous aurons droit à une concession de 90 ans pour tout ce qui sera effectué, mais au niveau de la propriété, tout ce qui se verra construit sera propriété de la Commune de Milan." Recettes à venir "Nous attendons énormément des Billets "Corporate", ce sont des billets émis par le Club qui pourront nous octroyer des entrées plus important. Il y aura environ 10.000 places de ce type. Nous nous attendons à plus de public : Aujourd’hui la moyenne est de 47.000 tifosi lors de ces dix dernières années, nous misons sur 60.000. Nous proposerons aussi une grande flexibilité de prix : Des plus abordables au moins populaires, selon la qualité des services." Alessandro Antonello enchaîne "La décision sur le projet sélectionné pour la construction du Stade, qui devrait remplacer l’actuel Meazza, sera prise la semaine prochaine. Les citadins pourront exprimer leurs opinions à travers un site internet. Une fois tous les éléments recueillit, nous procéderons au choix entre les deux projets. Il sera basé sur des critères esthétique et de fonctionnalité." "“Gli anelli di Milano” ou “La Cattedrale” seront réalisés sur une ligne du temps définie, nous ne pensons pas arrivée trop juste pour les Olympiades, cela ne rentre pas dans la thématique, car une fois les autorisations obtenues, la construction nécessitera 36 mois." "La période a été définie en regard à la loi sur les stades, nous avons présenté l’étude de faisabilité et le 10 octobre, date de la première échéance, l’Administration publique nous informera si elle soutient le projet." Réaction de Giuseppe Sala "Il y aura une discussion interne au Conseil Communal et dans peu de semaines, il faudra synthétiser le tout. Ce type de discussions doit aboutir à une synthèse, sinon tout peut mal tourner. Il vaut mieux ne pas se précipiter dans la définition d’un point d’arrivée trop rapide." "Je ne boycotte pas la construction du nouveau stade et j’ai décidé de mettre à part ma nostalgie et ma passion pour le Meazza, car sinon je ne ferais pas un bon Maire. Je ferais juste respecter les règles : Quand sera-t ’il construit et comment et le profil environnemental sera lui fondamental.." Le Saviez-Vous ? Adriano Galliani, le légendaire Administrateur-Délégué passé par le Milan s’est livré sur la thématique des stade : "Au cours de l’Histoire, il y a eu eu trois San Siro et j’espère qu’il s’agira du quatrième. Je ne vois rien de bien de vouloir rebâtir l’ancienne enceinte en une nouvelle. Il s’agit d’un investissement de 1 milliard 200 millions d’euros qui offrira du travail à tant de personnes. Milan ne peut pas perdre une telle opportunité." Le projet qui me fascine le plus ? "Je préfère Populous car il rappelle la ville de Milan. L’autre est aussi très beau, mais il est plus similaire à ceux déjà existants." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  20. Si ce jeudi, l’Inter et le Milan vont proposer le projet relatif au nouveau stade, Giuseppe Sala, a déjà sorti la sulfateuse lors de la conférence célébrant les 80 années de l’Hopital Niguarda de Milan. "Dire qu’il faut construire un nouveau stade et quitter le Meazza est, selon moi, une erreur. Imaginez la tristesse d’un Meazza vide, avec les spots, l’attention et toute la visibilité d’un autre stade situé à cent mètres....Cela n’était pas possible." "Je continue à répéter que la première solution est de travailler sur le Meazza, mais je ne peux pas, ne pas écouter les équipes. Ce qui me fait plaisir, c’est que l’on ira vers une bonne transparence envers les citadins." "Le Calcio et le Meazza sont deux thématiques délicates qui touchent la population. La décision revient toutefois aux équipes." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  21. "Je suis disposé à vendre le Meazza à l'Inter et au Milan, il vaut 70 millions d'euros. A présent, il y a trois options..." Telle est la bombe lâchée par le Maire de Milan, Giuseppe Sala, qui serait prêt à renoncer à la propriété du mythique stade italien. "Actuellement, il y a deux hypothèses sur la table: Un nouveau stade à San Siro ou à Sesto San Giovani. J'y ajouterais une troisième option: Celle de vendre le Meazza s'il est pris en considération de faire usage de la structure existante. Il est évident que la Ville ne cherche pas à se surenchérir, même si nous sommes également ouvert à l'évaluation de la valeur du stade par un tiers." "Toutefois, nous n'avons aucun intérêt de partir dans des spéculations. Une estimation de la valeur du Meazza a déjà été effectuée par une agence immobilière et elle est de l'ordre de 70 millions d'euros. Nous sommes donc disposé à vendre le Meazza et nous proposons à l'Inter et au Milan de discuter de cette hypothèse, en prenant comme évaluateur, un organisme d'intérêt public afin d'éviter toute spéculation." "L'idée du Sesto San Giovani n'est pas la meilleure pour moi. Mais nous parlons ici d'entreprise privées qui, dans un intérêt qui leur est légitime, pourraient également agir de la sorte. Les clubs peuvent à présent choisir, en toute légitimité, s'ils veulent se lancer dans la construction d'un nouveau stade sur base de raisons personnelles." "Je ne peux que leur proposer des hypothèses favorables. Le fait important reste qu'une décision sera bientôt prise, car ce débat risque de s’éterniser. De notre côté, nous proposons une collaboration maximale au maximum de nos possibilités." Si l'Inter et le Milan viennent à choisir le Meazza, celui-ci deviendra donc le stade de propriété des deux géants européens. Sur base de ce revirement de la situation: Pour ou contre conserver le Meazza ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  22. Présent aux Fuori Cinema Anteo, le Maire de Milan, Giuseppe Sala, est revenu sur la thématique du stade milanais. Voici ce qu’il déclaré à l’Ansa : "Avant de partir en vacances, je disposerais de tous les éléments. Les équipes ont entendu mes exigences relatives à un nouveau stade ou à une rénovation du Meazza. Mon souhait est qu’ils trouvent la motivation nécessaire pour remettre à niveau le Meazza, mais s’ils me disent qu’ils veulent disposer d’un nouveau stade moderne et s'ils n’ont pas peur de faire des travaux tout en jouant, je ne peux que les écouter." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  23. À travers un poste sur Facebook, Beppe Sala, a tenu à éclaircir sa prise de position sur le Meazza : "C’est dingue comment la communication des temps modernes détourne ce qui est réel. Au sujet de la question du stade, je l’ai dit à plusieurs reprises, tout comme aux deux clubs et aux organes de presses, que mon avis est que le Meazza fait partie de l’Histoire du Calcio, et j’en considère donc sa rénovation comme la meilleure des solutions." "Si ensuite le Milan et l’Inter préfèrent disposer d’une nouvelle enceinte, moi en qualité de Commune de Milan, j’ai le devoir de nous réunir autour de la table afin d’écouter leurs motivations, et, objectivement, de faire valoir les nôtres. Ce n’est pas utile d’en dire plus pour s’expliquer, ceci résume pleinement ma position, et par-dessus tout, cela confirme ce que nous nous sommes dit depuis le premier jour relatif à la thématique du stade." Le saviez-vous ? La décision de l'Inter et du Milan ne séduit pas en Italie. A tel point qu'un Comité Anti-Démolition du Meazza a été fondé. Composé de personnes centre-ville, ce premier mouvement consistera à marquer le coup en trois étapes : Première étape : Frapper aux portes du surintendant pour intervenir avec une contrainte en vue de protéger le stade fondé en 1925. Seconde étape: Une proposition sera adressée au Gouvernement, à l'Aménagement du territoire. Le but étant d'empêcher l'arrivée des bulldozers. Troisième étape: Réunir 15 000 signatures afin de pouvoir proposer un référendum citoyen ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  24. Milan - Après la séance de questions et réponses qui s’est tenue hier entre le maire de Milan Giuseppe Sala et l’AC Milan, au sujet du stade Giuseppe Meazza, on en sait plus sur l’avenir du club Rossonero qui souhaite la construction d’un nouveau stade. MF dévoile un nouveau et important détail sur ce dossier épineux Selon ce quotidien financier, dans les jours précédents Noël, l’Ac Milan aurait informé la municipalité de Milan et l’Inter de son souhait de se retirer, à partir du 30 juin 2018, des contrats existants entre M-I stadio Srl, l’AC Milan et le FC Internazionale Milano. Plus particulièrement, les contrats se rapportant aux prestations réalisées par le M-I stadio Srl directement ou par l’intermédiaire de ses sous-traitants. Il s’agit de toute une gamme d’activités et de services requis pour la gestion opérationnelle du Meazza, et ce afin d’assurer l’accomplissement exact et complet des obligations de l’accord signé le 1er juillet 2000 entre les deux clubs de football de Milan et de la municipalité de Milan. Un autre aspect concerne la fourniture d’espaces intérieurs et extérieurs octroyés aux clubs. L’Inter réagit Toujours selon MF, le comportement du club Rossonero, présidé par Li Yonghong et dirigé par Marco Fassone, n’a pas du tout été du goût de l’Inter. Si bien que le Directeur Général de l’Inter, Alessandro Antonello, ne pouvait pas cacher sa déception. De plus, le numéro Un du Corso Vittorio Emanuele serait inquiet quant aux répercussions que cette initiative pourrait avoir sur les opérations réalisées en tout premier lieu sur le M-I Stadio Srl, et ce bien avant d’avoir identifié un projet alternatif. Cela pourrait avoir une répercussion sur la façon de gérer opérationnellement le stade Meazza et cela vaut aussi bien pour le monde sportif, que pour les activités extra-sportives. Il faudrait également prendre en considération les relations qui en découleraient et qui se répercuteraient avec l’Administration de la capitale lombarde. Antonello prend les choses en main Dans ce contexte, Antonello a invité son homologue pour organiser une réunion afin de discuter des répercussions de l’affaire et d’adopter des initiatives appropriées pour assurer la continuité complète et efficace de la gestion opérationnelle du Meazza. Guerre ouverte entre le Maire de Milan, Sala, et le Milan Ac L’avenir de notre historique stade milanais a longtemps figuré parmi les dossiers les plus chauds de la politique de la capitale lombarde. Hier, Sala, le Maire de Milan, s’est livré sur Sky Sport 24 : "Dans l’idéal, il faudrait que l’Inter et le Milan travaille ensemble sur San Siro. Le Milan, par contre, a exprimé son intention de penser à un nouveau stade. Je donne donc le temps au Milan, pour voir s’il y a des possibilités, mais au final, il faudra tout de même qu’ils fassent quelque chose. J’estime que nous donnons au Milan de la disponibilité sur les domaines que nous jugeons appropriés, en particulier Rogoredo, situé à Porto di Mare. Je pense que Milan a besoin de deux ou trois mois de réflexion, puis, il faudra tout synthétiser. Il y a des zones préférentielles et qui sont bien reliées à la ville, mais il est difficile d’imaginer un stade plus central que ça." Le Milan choqué par les propos tenu par Sala "Le club n’a jamais a exprimé son désir de quitter San Siro. Le Club estime important le fait de réfléchir à jouer dans son propre stade et non en cohabitant avec d’autres équipes et commence une série de réunions avec l’administration municipale afin d’analyser les zones disponibles, tout en tenant dûment compte de la valeur de San Siro et en tenant compte de toute hypothèse de réaménagement. Ce n’est qu’à la fin de ce processus, que toutes les parties concernées pourront évaluer le travail accompli et prendre des décisions." L’Inter recadre tout de même Sala Et cela, à travers Twitter : "Cher Beppe Sala, comme vous le savez, nous avons investi temps et ressources pour le stade milanais. Notre plan est clair pour tout le monde depuis 18 mois et n’a pas changé. Nous vous attendons, à une table de discussion, avec tous les acteurs concernés pour s’exprimer avec clarté." Qui prépare le pop-corn ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  25. Milan – Le Maire de Milano, à l’occasion d'une cérémonie dédiée à la Toussaint, s’est livré sur le club nerazzurro: Acquisition du terrain "Dans le respect des volumes possibles, la Commune partage le projet car nous soutenons le plan de réévaluer cette région et aussi celle de de San Siro. Mais le problème est que cette région doit être consacrée à quelque chose qui fait de bon sens, par rapport aux besoins actuels. Le sport est un besoin, une valeur. Je ne veux surtout pas entendre parler de la création d’un autre centre commercial. Milan, aujourd’hui, a très certainement besoin de lieu sportif, il a besoin de résidences universitaire. Ce qui est positif, c’est que je vois que l’Inter a envie d’investir." Réaction différente avec le Milan Ac "Avec le Milan, nous avons commencé cette phase pour laquelle nous sommes dans l’illustration d’un potentiel, visant d’autres espaces pour construire un nouveau stade si nécessaire. Cette vérification doit se faire dans un laps de temps très court. Par la suite, les deux clubs devront prendre des décisions." Nouveau siège nerazzurro, San Siro peut-il devenir interiste ? "Le stade de San Siro pourrait être destiné à devenir 100% Nerazzurro. Pour l’heure, ce n’est pas facile car il y a un contrat qui ouvre et qui offre des garanties au Milan, dont la possibilité d’y jouer. Il est à présent utile de comprendre si le club rossonero a réellement l’intention de construire son propre stade. Dans le cas contraire, il devra également travailler sur le stade de San Siro." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
×
×
  • Créer...

Information importante

En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. Nous ajoutons des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer votre expérience sur notre site. Consultez notre Politique de confidentialité. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer...