Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'goldman sachs'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • Inter
  • Serie A
    • 2020/2021
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

  1. Malgré les déclarations de Giuseppe Marotta, Tuttosport est convaincu d’une vente réelle de l’Inter: "Jusqu’à présent, l’idée du club Nerazzurro a toujours été de rechercher un partenaire, mais il y a un air de déjà vu qui remonte au temps de Massimo Moratti qui avait finalement vendu ses actions à Erick Thohir. En ce sens, les fréquents voyage de Steven Zhang en Californie ces dernières semaines, officiellement pour des raisons non-liées à l’Inter apparaissent comme suspect, tout comme le fait que Suning veille à éviter de modifier les paramètres cristallisés du Club et en premier lieu la masse salariale." Suivi de l'avis de la Gazzetta Dello Sport « L'article du Financial Times a évidemment atterri sur le bureau du président Steven Zhang, que l’on décrit comme particulièrement très ennuyé par cette publication : La position de la Propriété est très claire, et peut-être sera-t-elle officiellement expliquée dans une dizaine de jours, lors de l'Assemblée des actionnaires prévue le 28 octobre: Pour l’Inter, il n’y a pas de mandat officiel signé jusqu’à présent, mais il est vrai que plusieurs pourparlers sont en cours avec plusieurs banques, dont l'une est Raine Group, qui est spécialisée dans le monde de la technologie et des télécommunications, et qui est celle qui a géré la vente de Chelsea au printemps dernier." "Si celle-ci a eu lieu, c'est parce qu'avec Goldman Sachs un accord n'a pas su être trouvé. Du côté du club, on affirme que les pourparlers n'ont pas pour objet la vente du club, c'est-à-dire la participation majoritaire. Le teaser, c'est-à-dire le document financier qui finit dans les mains des investisseurs potentiels, concerne toujours la recherche d'un partenaire, d'un actionnaire minoritaire, soit d’un compagnon de route pour aider Suning dans sa gestion de l'Inter." "Cette étape est considérée comme fondamentale pour l'avenir du club car il ne faut pas oublier que l'Inter a bénéficié d'un prêt de 275 millions d'euros de la part d'Oaktree en mai dernier, avec une échéance à trois ans. Et c'est de ce fonds que proviendra la prochaine injection de capital dans le club, pour une injection de 100 millions d'euros. Cette injection s’avère nécessaire car l'Inter brûle pour environ 10 millions par mois, on est donc très loin de l'idée d'autofinancement et le bilan au 30 juin 2022 qui sera soumis aux actionnaires fait état d’un déficit de 140 millions d'euros'" "D'une manière ou d'une autre, les rumeurs sont également "aidées" par les voyages constants de Steven Zhang aux États-Unis, le dernier il y a 10 jours, toujours officiellement i pour des raisons familiales, mais comme l'enseigne le passé, il est bon d'être prudent: Et ce n'est pas un mystère qu’une évaluation du club par les propriétaires a déjà été faite : 1,2 milliard d'euros. Si un acheteur arrive vraiment avec ce montant, l’Inter changerait de mains sans l'ombre d'un doute. C'est un chiffre élevé, mais qui pourrait être soutenu dans les prochains mois par l'affaire du Stade, soit l’autorisation d’une construction pour une installation de pleine propriété." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  2. La recherche par la famille Zhang d'un investisseur pour l'Inter arrive à son paroxysme. Il Sole 24 Ore l'écrit aujourd'hui expliquant comment le Suning passe au crible le marché pour trouver des membres ou acheteurs potentiels qui peuvent (les) aider à gérer notre club. Mais il y a une nouvelle de la dernière heure. Extrait. "La destination géographique de la recherche semble désormais définie : c'est celle des États- Unis ! C'est-à-dire la zone d'où sont arrivés le plus grand nombre d'acheteurs pour les équipes européennes ces derniers mois. La nouvelle arrive désormais sur l'axe Londres-Nanjing-New York selon les dernières rumeurs. En fait après le mandat confié à la banque d'investissement américaine Goldman Sachs, la famille Zhang aurait désormais confié une seconde mission à la banque d'investissement américaine Raine Group, spécialisée dans les médias, les télécoms, le sport et la technologie, celle la même qui a vendu le Chelsea de Roman Abramovich il y a quelque mois." "Cela pourrait être une prochaine étape, étant donné que Raine Group est très impliquée dans les événements liés au football et que le scénario pourrait changer : plus seulement des actionnaires minoritaires pour Zhang. Dans les prochaines semaines, un cabinet d'avocats sera probablement également nommé comme consultant. Selon les plans de la famille Zhang, jusqu'à il y a quelques mois, les recherches étaient braqués sur la recherche d'un partenaire minoritaire qui pourrait apporter de nouvelles ressources. Cependant, cette voie apparaît assez complexe et désormais le choix pourrait donc se porter sur la vente de la majorité du club." "L'évaluation que la famille Zhang fait de l'Inter reste très élevée, 1,2 B€. Mais pourquoi le Suning a-t-il décidé de sonder d'éventuels investisseurs ? Un facteur est certainement le fait que le club continue de brûler du cash, sans oublier l'endettement élevé et l'obligation de plus de 400 M€. La facture finale pour la famille Zhang pourrait être très salée, sous peine de transfert de propriété à Oaktree avec exécution du gage. Ces séries de facteurs pourraient arriver à échéance en 2023." Traduction alex_j via FCInterNews.
  3. Fracture nette, et à certains égards irrémédiable, entre la Curva Nord et la propriété de l'Inter. Le message "Zhang va-t'en" ou "Zhang casse toi", qui est apparu sur le profil Facebook officiel de la Nord et sur un mur près de San Siro, laisse peu de place à l'imagination. Le Corriere dello Sport, Tuttosport et La Stampa ont publié des articles expliquant la situation actuelle de l'Inter et c'est très, très chaud. Le Corriere dello Sport explique que la Curva Nord regarde avec inquiétude vers un avenir sans investissements, comme cela s'est déjà produit les étés précédents, mais Zhang, pour le moment, n'envisage pas de revenir en arrière. "Il est clair que la position de la Nord ne lui plaît pas, mais il est tout aussi évident qu'il ne changera pas ses plans. De Viale della Liberazione, il filtre que Suning ne veut pas vendre la majorité et que, via Goldman Sachs, elle cherche un partenaire pour reprendre les 30% de LionRock. Les milieux financiers assurent plutôt que Zhang n'attend que la bonne offre pour vendre. Il est donc peu probable que le changement de propriétaire devienne une réalité." Tuttosport consacre également un article sur le gros différend entre la Curva Nord et Steven Zhang. La situation du président est assez instable, surtout après que les collègues de Milano Finanza ont rapporté qu'un groupe de banques chinoises, dirigé par China Construction Bank , a déposé une demande d'annulation du procès-verbal du conseil d'administration de l'Inter avec lequel il est établi que Zhang ne reçoit aucune compensation pour son poste d'administrateur de club. Ceci fera l'objet d'un article détaillé Lundi. "Un problème qui s'ajoute à la posture très dure de la Nord. L'accusation portée contre le Suning est celle de vouloir ignorer les offres arrivées pour le club. Cela génère une situation d'impasse qui affecte le travail des dirigeants (les seuls sauvés par la Nord). L'index vise également les joueurs qui ont tenu un comportement fortement critiqué par la partie la plus chaude du Meazza, qui ont produit 'l'acquittement' partiel d'Inzaghi. Le Suning valorise le club à 1,2 B€ et vise à obtenir ce chiffre également grâce à l'approbation du projet de stade, également grâce à l'accord de propriété avec Oaktree qui lui permet de gagner du temps jusqu'en Juin 2024 tout en maintenant le club en autofinancement au vu des comptes dans le rouge; fin Octobre l'assemblée ratifiera un déficit de 140 M€. Une perspective peu réjouissante pour un supporter qui sait déjà qu'un grand joueur sera sacrifié en Janvier ou, tout au plus, d'ici le 30 Juin (Skriniar, Lautaro ou Bastoni pour les usual suspects). Par conséquent, le nouveau Gentleman Agreement avec l'Uefa n'offre pas une grande marge de manœuvre à un nouveau propriétaire qui devrait avant tout solder les comptes." Les offres de reprise de l'Inter ne manquent pas, mais les demandes de la famille Zhang sont toujours supérieures aux offres des repreneurs potentiels. La vente du club des Nerazzurri est dans l'impasse, La Stampa met en avant les raisons de cette impasse. "La question que beaucoup se posent maintenant est de savoir pourquoi Zhang ne vend pas le club puisque, depuis près de deux ans, il n'a plus été en mesure d'ajouter des ressources au club. D'autant plus qu'on ne sait pas pourquoi, face à ces offres, la vente n'arrive pas, étant donné qu'en Mai 2024 le maxi-prêt d'Oaktree Capital au Suning pour l'Inter expire. En cas de non-remboursement (très probable) Zhang perdrait l'Inter qui se retrouverait en gage au fonds californien sans aucun gain pour la Suning. Dans ce contexte, la position ferme des ultras Nerazzurri est apparue, demandant à Zhang de quitter l'Inter." "Il est probable que ce blocage de la vente soit lié aux poursuites que les banques créancières de Zhang ont intentées à Hong Kong et à Milan pour des dettes impayées pouvant atteindre 255 M$. Une poursuite intentée par la China Construction est en suspens devant le tribunal de la capitale lombarde. Il est clair que, dans ce scénario juridique, les banques créancières demanderaient immédiatement à Zhang de rendre compte du produit de la vente d'Inter, identifiant dans cet actif financier un moyen de rembourser les prêts impayés." Tous les détails là dessus Lundi. Traduction alex_j via FCInter1908.
  4. Toujours pas de nouvelles concernant l'avenir corporatif de l'Inter : malgré les rumeurs incessantes de vente et la protestation des supporters, la famille Zhang reste fermement aux commandes du club, et n'entend pas accepter d'offres trop éloignées de leurs demandes. Tuttosport tente de faire le point sur la situation, sans écarter l'hypothèse d'un changement de main non total. "D'un côté, l'idée de trouver un partenaire solide, à qui seule une part minoritaire de l'Inter devrait être vendue, pour injecter des liquidités dans le club et ainsi pouvoir rembourser le prêt d'Oaktree; avec Goldman Sachs qui continue à travailler sur le mandat de Zhang en recherchant des investisseurs potentiels. D'autre part, il y a aussi l'objectif de se retirer complètement, si une offre est jugée appropriée." "Mais qu'est-ce qui freine les choses d'avancer ? Un bilan particulièrement important qui décourage d'éventuels nouveaux repreneurs et des risques qui freinent inévitablement tout type d'opération. En effet, le club des Nerazzurri a un prix très cher : 1,2 B€. Une estimation qui s'inspire certainement de la vente récente du Milan (qui découle d'un accord entre Elliott et RedBird qui privilégie la continuité, avec le vendeur qui a prêté de l'argent à l'acheteur) et qui évidemment ne motive pas énormément les investissements, surtout si vous ne possédez pas votre propre stade." "Ensuite, voici les vicissitudes supplémentaires des propriétaires qui pourraient encore ralentir les négociations susmentionnées. Selon les sources de Milano Finanza, une série de banques chinoises, dirigées par la China Construction Bank, veulent attaquer une partie des avoirs de Steven pour récupérer les 250 M$ de prêts impayés et la caution stipulée par la China Construction Bank avec Great Matrix Ltd, une société contrôlée par Zhang (entre-temps ouvertement attaquée par la Curva Nord). Une requête a donc été présentée au tribunal de Milan pour annuler la directive du conseil d'administration de l'Inter qui établit que le numéro un des Nerazzurri n'accepte aucune compensation." Le torchon brûle entre Zhang et la CN. En effet, la colère des partisans organisés des Nerazzurri envers le président Steven Zhang ne s'est pas apaisée. La Curva Nord a affiché des banderoles avec les mots "Zhang Vattene" autour de la ville de Milan. Le post publié sur le profil Facebook 'The Scream of the North' montre les images des bannières dans les points principaux de la ville. Les slogans organisés expriment clairement et directement leur dissidence contre le Suning et le président Zhang. Traduction alex_j via FCInter1908.
  5. Tancredi Palmeri s'est livré à FCInter1908. Focus sur la vente de l'Inter. Il y a aussi beaucoup de discussions sur l'avenir du club, étant donné que Zhang aurait décidé de mettre le club en vente. Effectif, compte tenu des difficultés de ces dernières années ? "Je comprends que Goldman Sachs sait que l'Inter est à vendre à un prix très élevé. Sans urgence, mais comme une belle maison à vendre au prix fort et donc personne ne sait si elle aura un acquéreur. Zhang a reçu une offre de BC Partners en mars 2021 pour 800 millions d'euros, mais Steven voulait un milliard et rien de plus n'a été fait. De cette façon, cependant, il a bousillé l'avenir de l'Inter. Je peux comprendre qu'il ait voulu devenir le premier propriétaire étranger à gagner en Italie, mais cela aurait été plus compréhensible s'il avait pu garantir un avenir au club. Maintenant, cependant, l'avenir de l'Inter est hypothéqué et les obligations et les dettes le prouvent. Normalement, 1,2 milliard n'est pas un chiffre du marché. Le Milan a été vendu à ces chiffres mais le prêt interne d'Elliott a également été envisagé. Ce qui est sûr, c'est que la vente de Chelsea a un peu séduit tout le monde, peut-être en faisant monter les prix des autres clubs. L'inter a un avenir hypothéqué : il y a cette caution qui expire dans 2 ans, mais en attendant chaque été sera un supplice. Pensez à l'Inter avec un budget d'environ 40 millions, autant que ceux dépensés par Milan, et sans obligation de vendre : aujourd'hui il aurait Dybala et Bremer dans l'effectif." Pensez-vous que la vente aura lieu avant 2024, date à laquelle les conditions de remboursement du prêt Oaktree expireront ? "Tout est possible. Oaktree pourrait aussi décider de faire une bonne gestion pendant quelques années puis de revendre le club à un prix plus élevé, comme l'a fait Elliott. Mais le plus fou, c'est le stade : si la question du stade était débloquée, tout prendrait une tout autre valeur." Dans le scrutin, il y a des fonds américains et arabes, Sportitalia a parlé d'un regain d'intérêt de la part de PIF. Faut-il s'attendre à des nouvelles dans les mois à venir ? "Peu importe, à mon avis la piste la plus praticable est celle d'une piste de ski de fond. Si j'étais le responsable, j'irais frapper tout de suite à la porte de Investcorp : c'est le meilleur des fonds qui puisse arriver. C'est un fonds semi-souverain, il peut devenir le fleuron de l'État de Bahreïn, il n'a pas le souci de gagner de l'argent tout de suite et, donc, il peut suivre une trajectoire dans la foulée de ce qu'a fait le Suning dans ses premières années Nerazzurri." Traduction alex_j via FCInter1908.
  6. Marco Bellinazzo et l'équipe éditoriale de FcInterNews font le point sur la mise en vente de l'Inter. Le journaliste d' Il Sole 24 Ore Marco Bellinazzo, interviewé par TV Play, est revenu sur la question du changement possible de propriété de l'Inter. "Il y a une parabole en cours qui est celle des investissements chinois dans le football européen et est venue à sa conclusion. En 2015-2016 il y avait des investissements dans les clubs pour 3 milliards et l'Inter était le fleuron de cette campagne. Puis la politique du gouvernement chinois a changé, la galaxie Zhang a changé également avec de nouveaux membres. On associe souvent Suning à la famille Zhang, ce n'est plus aussi automatique, le gouvernement chinois s'est davantage concentré sur l'investissement domestique sur le foot. L'Inter est basée sur l'autofinancement, mais ce n'est pas une voie viable depuis longtemps, l'hypothèse de vente est sur la table depuis un certain temps. Il y a une évaluation importante, avec la vente de Milan en tant que jurisprudence. Considérant également combien les Zhang ont dépensé pour et dans l'Inter, ils sont exposés pour environ 600 millions et donc la valorisation ne peut pas descendre en dessous d'un milliard, sans parler de la valorisation donnée au Milan. Si le projet de stade devait progresser, l'évaluation changerait à nouveau. Le Suning est un groupe qui a connu des difficultés très particulières car son activité principale a été affectée par les changements apportés par le gouvernement chinois. Suning se remet lentement sur les rails. Ce qui se passe est dû à des choix stratégiques du gouvernement chinois et du groupe Suning dans lesquels je ne pense pas que le mécontentement de la famille ait beaucoup de poids. Pourtant, l'objectif du Suning de se faire connaître en Europe a été atteint et ils ont remporté trois titres. Donc, pour eux, tout n'est pas 100% négatif." Quant à FcInterNews, l'équipe éditoriale a livré l'analyse suivante. Alors que l'équipe boite sur le terrain, le mécontentement du milieu Inter à l'égard des propriétaires augmente en parallèle, déjà assez évident après ce deuxième été à se concentrer sur les comptes plutôt que sur la qualité de l'équipe. Bref, force est désormais de constater qu'en poursuivant ainsi la gestion du club, entre sacrifices, prêts et ventes redoutées de cadres, l'avenir n'est pas rose pour la famille Zhang à la tête de l'Inter. La rumeur qui a émergé ces dernières heures concernant à vendre l'Inter pour 1,2 milliard d'euros, assorti d'un mandat à Goldman Sachs pour trouver des repreneurs, n'est en réalité pas trop d'actualité pour le simple fait qu'il est en cours de recherche. Au départ, Zhang pensait à un partenaire qui rejoint avec une participation minoritaire, mais il est difficile de trouver quelqu'un qui met de l'argent dans le club sans avoir de pouvoir de décision, à moins d'avoir la garantie d'obtenir la majorité en quelques mois. Pour cette raison, la recherche était alors également rattachée à un acheteur, avec un prix déjà établi (à comprendre qu'il inclut la dette envers Oaktree). Mais ce n'est pas nouveau depuis ces jours-ci, mais plutôt une situation qui dure depuis des mois. Le vrai problème est de trouver quelqu'un qui décide d'investir une telle somme dans un contexte déficitaire comme le football italien, et ceux qui espèrent un fonds arabe font fausse route. A ce jour, le seul terreau fertile pour une négociation se trouve aux USA, où le football italien est perçu comme un bon produit, auquel il vaut la peine d'y croire concrètement. Mais pour le moment rien n'est à l'horizon, sauf la volonté de la famille Zhang de vendre l'Inter. Il est aisé de comprendre que l'actualité est filtrée pour clarifier les intentions de la propriété, accusée par les fans et certains commentateurs de tenir en otage la société Nerazzurra au nom des larmes et sang financiers. Une nouvelle visait donc à mettre un terme aux attaques gratuites et continues des supporters, désormais découragés et inquiets pour un avenir discret et pas à l'image d'un grand club comme l'Inter. Traduction alex_j via FCInterNews.
  7. C’est une information relayée par Calcio&Finanza, la Gazzetta Dello Sport Tuttosport et Calciomercato.com, Il Sole 24 Ore, le propriétaire des Kings de Sacramento, Vivek Ranadivé serait prêt à s’offrir notre Inter adorée . Les rumeurs de la vente de l’Inter revient avec insistance : Ces dernières semaines, Il Sole 24 Ore avait d’ailleurs annoncé que Goldman Sachs était revenu pour faire circuler le "teaser" sur le club Nerazzurro, avec comme finalité, la recherche de nouveaux investisseurs. Ce teaser, explique la Gazzetta Dello Sport, a été mis à jour ces derniers jours et l’objectif principal était le même qu’en janvier 2021 : Trouver un partenaire minoritaire dans le but d'alléger l'engagement de Suning, notamment en ce qui concerne l'émission du prêt signé avec Oaktree et qui représente plus de 290 millions avec les intérêts de 12% compris. Toutefois, Steven Zhang s’est envolé en Californie pour des engagements privés qui n’auraient rien eu avoir avec l’Inter….Mais comme le révèle Tuttosport, une personnalité s’est mise en avant, non pas pour être actionnaire minoritaire, mais pour s’offrir l’intégralité du Club : Il s’agit du co-propriétaire de l’équipe de basket de NBA des Sacramento Kings, Vivek Ranadivé, âgé de 64 ans et d’origine indienne, il est le fondateur de plusieurs sociétés dans le secteur informatique, et son nom a a déjà été cité dans le passé comme l'un des membres du concordat possible lié à l'offre RedBird Capital de Gerry Cardinale pour racheter le Milan AC à Elliott, mais il a été également cité dans le cadre de la vente de Chelsea! La recherche d'un actionnaire minoritaire pourrait donc se transformer en la vente de la participation majoritaire par Suning en cas de valorisation " inénarrable " du club : on parle d’une somme de 1,2 milliard d'euros, en ligne avec celle de l'AC Milan et qui correspond à celle que la Famille Zhang avait déjà demandé en 2021, lors d'une négociation avec la BC Partners qui n’avait pas été jusqu’à son terme, étant donné que cette dernière n’avait proposé "que" 8 à 900 millions d’euros… Qui est Vivek Ranadivé ? Entrepreneur à succès et brillant philanthrope, c'est un magnat des affaires qui aurait aimé dîner avec Léonard de Vinci. Vivek Ranadivé, tel le génie de la Renaissance italienne, est aujourd'hui reconnu par tous pour sa créativité et ses idées novatrices. Sa plus grande satisfaction, dans son existence, est d'"améliorer la vie des gens". Un mantra qui l'a mené très loin. Autre point commun entre Ranadivé et Leonardo : Celui qui pourrait devenir le prochain patron de l’Inter, a également bâti sa fortune grâce à un travail acharné et à l'abnégation "d'étudier". Son lien avec le sport est né de l'amour pour sa fille, qui jouait au basket au collège : pour ne pas décevoir la petite, Ranadivé était même devenu l’entraîneur de l'équipe locale. Le tout avant qu’il devienne en 2010 le copropriétaire des Golden State Warriors en NBA. En 2013, il a vendu ses parts et investi plus d'un milliard d'euros pour devenir actionnaire majoritaire des Sacramento Kings. Ces derniers mois, on avait parlé de son intérêt (supposé) pour le rachat de Chelsea, puis de sa volonté de soutenir Red Bird dans la relance de l'AC Milan. Au milieu, sa Fille Anjali Si cela n’a jamais abouti, l’Inter est donc l’occasion à exploiter, celle de relever un nouveau défi passionnant. La demande de Zhang, qui valorise le club à 1,2 milliard d'euros, est jugée excessive, mais il reste beaucoup de temps pour négocier et éventuellement trouver une solution qui satisfasse toutes les parties. Comme le souligne aussi Tuttosport, les hommes de confiance nommés par Ranadivé ont commencé à étudier le dossier des Nerazzurri à travers le teaser de la banque d'affaires de Suning. Le premier obstacle à la négociation est la valorisation que Suning donne à l'Inter, soit 1,2 milliard d'euros. Cette somme pourrait en revanche être justifiée en cas d’approbation du projet de stade, dont un débat public se tiendra le lundi 19 septembre et qui durera 40 jours : Les clubs ont accepté les indications arrivées du Palazzo Marino et sont confiants d'obtenir le feu vert pour l'investissement, qui sera toujours de 1,2 milliard. Un fait qui, dans une négociation pour le transfert de propriété, peut s'avérer décisif. Tant que Suning peut agir dans le cadre du financement accordé par Oaktree qui court jusqu’en mai 2024, il continuera à forcer à l’Inter à s'autofinancer sans lui injecter de l'argent frais dans les caisses : C’est un fait, la famille Zhang n'est pas pressée de vendre et ne veut surtout pas brader le club. Cette décision trouve son origine dans l'investissement réalisé dans l’Inter et qui pourrait être considéré comme une vente à perte : Zhang évalue l’Inter à 1,2 milliard d’euros et, en l'absence d'un acheteur qui garantirait ce chiffre, la Goldman Sachs a été chargé de trouver un partenaire. Cette démarche découle du fait également qu’Oaktree pourrait décider de renégocier le prêt en 2024, un prêt qui lui garantit 12 % d'intérêts, car contrairement à Eliott, Oaktree n’est pas intéressé par la reprise du Club si si Suning ne remplit pas ses engagements". Giuseppe Marotta Questionné assez souvent sur le sujet, Giuseppe Marotta a toujours pris la "défense" de Suning, en faisant généralement référence à la masse de fonds injecté dans le club. Toutefois, sa dernière déclaration à DAZN pourrait être interprétée tout autrement : "Ces rapports circulent depuis deux ans maintenant. La famille Zhang aime le club, respecte les Tifosi, sait ce qu'elle doit faire pour garantir le présent et l'avenir, elle l'a toujours fait et continuera à le faire. J’attends les réponses les plus importantes de l'équipe et non du club." Vous démentez alors ? "Ce sont des choses qui me dépassent, je n'entre pas dans les mérites de ce que sont les stratégies des propriétaires. Je peux dire que l'avenir est garanti et que la famille Zhang ne manquera jamais de prendre ce genre d’engagement." Le Saviez-Vous ? Si Steven Zhang et Suning viennent à quitter l’Inter, ceux-ci, ont imposé une "seule" condition sportive, une sorte de véto pour valider la vente: En cas de vente du Club, il a été demandé, s’il fallait ne conserver qu’une seule personnalité de la Direction actuelle, que cette personnalité soit Giuseppe Marotta, qui est reconnu comme l’Homme-Fort du Club. Un geste de grande classe de la part du club et, s’il est maintenu, un signe d’avenir, de la part de Ranadivé ! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  8. S'exprimant sur la chaîne Twitch de calcioomercato.it, Marco Bellinazzo, journaliste de Il Sole 24 Ore, Fabrizio Biasin ont fait le point sur la possible vente de l'Inter par la famille Zhang. Marco Bellinazzo Vers une fin. "Il y a un chemin en cours, une parabole, celui des investissements chinois dans le football européen qui est arrivé à son terme. Plus de 3 milliards d'euros ont été investis dans toute l'Europe et l'Inter a été le fleuron de toute cette campagne. Les directives du gouvernement chinois et le contexte macro-économique ont changé. Zhang a également eu des problèmes au sein de sa propre galaxie, qui a dû se rééquilibrer : de nouveaux partenaires sont entrés. Associer Suning à la famille Zhang n'est plus aussi automatique. Après avoir investi plus de 600 M€, l'Inter n'est plus un actif stratégique. L'autofinancement s'est imposé, mais un club important comme les Nerazzurri ne peut rester longtemps sur ce modèle. La vente semble inévitable et 1,2B€ est un point de référence important; le prix de vente du Milan. Ils attendent désormais des offres importantes et des interlocuteurs capables de payer ce prix. Cependant, il faut tenir compte du fait que, contrairement à Milan, l'Inter a une dette considérable et c'est quelque chose dont il faut tenir compte. L'exposition financière, se situe entre 300 et 400 M€, peut-être un peu plus. Considérant que les Zhang ont dépensé plus de 600 M€, je crois qu'en dessous d'un milliard ils n'iront pas pour ne pas trop perdre." Le stade. "Si le débat public sur San Siro devait se terminer positivement d'ici deux mois, le club deviendrait encore plus attractif. À quel point le mécontentement des fans a-t-il affecté? Quand on juge le travail du Suning à l'Inter, on est très conditionné par ce qui s'est passé ces dernières années. Le Suning n'est pas devenu un groupe en faillite du jour au lendemain mais il a connu des difficultés particulières pour son type d'activité." Tout dépend de Pékin. "Maintenant, il se remet doucement sur les rails, c'est toujours un groupe qui a un chiffre d'affaires de plus de 50 milliards, donc il pourrait facilement gérer un club comme l'Inter si les directives du gouvernement chinois changeaient. Il s'agit de choix stratégiques, faits d'abord pour les directives de Pékin, ensuite pour l'entité Suning dans son ensemble et ensuite pour la famille. L'enthousiasme et le mécontentement de la place ont donc un poids relatif. Les propriétaires ont partiellement atteint leurs objectifs pour les Nerazzurri, compte tenu des titres qu'ils ont remportés." Américains ou Arabes ? "Des fonds américains ou arabes ? J'ai toujours été sceptique sur la présence d'investisseurs arabes, et notamment de PIF, pour une question juridique, puisqu'il y a déjà eu d'importants investissements à Newcastle. Si on parlait d'autres fonds arabes, la situation serait différente. Les Américains ont acheté une soixantaine de clubs en Europe ces dernières années et sont les plus attentifs à la dynamique du football." Fabrizio Biasin "Il y a ceux qui essaieront de me nier ou de minimiser. J'ai tendance à ne pas lancer d'alarmes au hasard, si je dis cela c'est parce que je l'ai vérifié de toutes parts. D'après ce que j'ai réussi à rassembler, la famille Zhang a décidé mettre l'Inter en vente et recherchent maintenant des acheteurs via Goldman Sachs. Cela ne signifie pas que l'Inter sera vendu demain, mais que la propriété est à la recherche d'un nouvel acheteur. Je ne sais pas combien de temps cela prendra, mais je sachez que la famille Zhang recherche des repreneurs. J'ai eu cette nouvelle, je l'ai vérifiée et surtestée et je dis ce que je sais et je sais que la famille Zhang, après des mois de réflexion, ne cherche plus de partenaire pour continuer, mais est disponible à la vente pour un montant important. La volonté des propriétaires de l'Inter est de parvenir à une vente pour 1,2 milliards." Demain, sera publié un article sur un repreneur éventuel de notre club: Vivek Ranadivé, président des Sacramento Kings. Traduction alex_j via FCInter1908.
  9. Comme annoncé plus tôt dans la journée, le Suning a mandaté Goldman Sachs pour rechercher des repreneurs potentiels. Sole 24 Ore et Sportmediaset font un point financier et stratégique. La possibilité d'une vente de la participation majoritaire dans l'Inter par la famille Zhang est devenue d'actualité. Carlo Festa, journaliste d'Il Sole 24 Ore, fait le point sur la situation après le tweet de Fabrizio Biasin concernant le mandat donné par le Suning à Goldman Sachs pour rechercher des repreneurs potentiels. Plus précisément, selon Festa, le mandat de GS n'est pas une nouveauté de ces dernières heures, mais c'est une cession datant de deux ans, lorsque BC Partners a approché Inter. Maintenant, la banque de confiance des Zhang replanche sur le dossier, aussi parce que dans 20 mois, les Zhang seront contraints de rembourser le prêt d'Oaktree de 275 M€ accordé à la holding luxembourgeoise. "Ensuite, il y a un deuxième aspect important, de nature technique : le prêt sur trois ans de 275 M€ accordé par le fonds américain Oaktree à la holding luxembourgeoise de la famille Zhang qui contrôle l'Inter arrivera à échéance en 2024. C'est-à-dire qu'il y a un an et 8 mois à faire. Il est tout à fait normal que, dans le domaine financier, on aille étudier une option de remboursement du même prêt au bout d'un an environ. C'est pourquoi Goldman Sachs commence à replancher le dossier. Comment la famille Zhang remboursera-t-elle le prêt ? Il est peu probable qu'il puisse obtenir l'argent de la Chine. Il lui est plus facile de choisir de vendre le club à un tiers afin de rembourser une partie des investissements réalisés dans le passé par la famille et Suning ainsi que les dettes." Cependant, selon Sportmediaset, il est possible que la famille Zhang vente à perte même avec 1,2 milliard. "La valorisation globale du club est similaire à celle de Milan, 1,2 B€, mais en tenant compte du fait que la dette financière, 400 M€, fait partie de la valorisation, mais ne va pas dans la poche du vendeur et que le Suning a donc investi bien au-delà de 660 M€ dans le club, il n'est pas exclu que le club soit vendu à perte." Traduction alex_j via FCInter1908.
  10. Cette fois-ci, on ne "rigole" plus: En effet, Fabrizio Biasin est un journaliste de confession interiste. Contrairement à d'autres journalistes, celui-ci s'assurent que ses sources soit certaines et non fantasmagorique A travers un court message sur son Twitter officiel, il annonce tout simplement la mise en vente de l'Inter "La Famille Zhang a mandaté la Goldman Sachs pour vendre l'Inter. La demande est de 1,2 milliard d'euros." "Cela ne veut pas dire qu'un acquéreur frappera à la porte demain, mais il est vrai que le processus est à présent enclenché." Booom! ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  11. S'exprimant lors d'une interview avec le journaliste italien Marco Barzaghi sur la chaîne YouTube de Sport Mediaset, Vincenzo Grittano a répondu à certaines questions sur les intérêts saoudiens pour le football italien. "PIF-Inter ? Il y a eu des approches. En Arabie Saoudite, on a parlé de l'Inter ainsi que du Milan et de Naples. Certes, les dossiers qui étaient entre les mains de Goldman Sachs ont circulé parmi les investisseurs potentiels. L'affaire a probablement été classée en raison de l'endettement des clubs et peut-être aussi en raison des exigences des vendeurs. À ma connaissance, aucun investissement n'est actuellement prévu en Italie." "Aramco ? (compagnie pétrolière publique d'Arabie saoudite, ndlr) J'y ai travaillé de 2011 à 2021 et pour autant que je sache, il n'y a aucun intérêt à acheter un club de football. Il n'achèterait que des actifs dans le secteur pétrolier, il ne fera jamais de tels investissements." Traduction alex_j via Sempreinter.
  12. Selon Il Sole 24 Ore, Oaktree aurait donné mandat pour rechercher des repreneurs potentiels en vue d'une éventuelle vente ; extrait. Le Suning a répété à plusieurs reprises qu'il ne souhaitait pas vendre. Cependant, les conditions et circonstances ne peuvent exclure cette hypothèse à moyen-long terme. Au cours des derniers jours, une information importante s'est répandue: "Depuis quelques jours sur le marché, on parle d'une certaine rumeur de la banque américaine Goldman Sachs qui s'apprête à envoyer des potentiels investisseurs un teaser (un document avec des données confidentielles, ndlr) concernant l'Inter. Cet été, la famille Zhang a nié un désengagement. Cependant depuis Londres, il y eut des rumeurs concernant le créancier Oaktree qui n'aurait pas l'intention reproduire ce qui a été fait par Elliott avec le Milan. En effet, l'investisseur californien ne souhaiterait pas devenir propriétaire du club dans une éventuelle mise en vente. À ce stade, la seule carte dont dispose le Zhang pour rembourser les dettes est la vente future de l'équipe." En effet, selon une analyse de Calcio & Finanza, l'Inter a 400 M€ de dette nette dont les intérêts avoisinent les 40 M€ par an. Le plan serait donc de réduire ces pertes : le bilan de la saison dernière a clôturé sur une perte d'environ 140 M€, une amélioration par rapport au 245 M€ de l'année précédente. La différence est principalement liée aux opérations Lukaku-Hakimi, mais il est évident que des ventes de cette envergure ne sont pas possibles chaque année. La direction des Nerazzurri doit maintenir l'équipe compétitive, tout en tenant compte des fonds de l'entreprise. Pour éviter les ventes de cadres, il y a des talents de la pépinière, des plus-values nettes au bilan, comme l'opération qui amène Casadei à Chelsea. On pet également citer la vente de Pinamonti pour 20 M€ à Sassuolo. La cantera des Nerazzurri a fait gagner un joli trésor à l'Inter : plus de 160 M€ ces 5 dernières années. Une solution qui peut limiter les dégâts sans pour autant les réparer. Bien que le président Steven Zhang continue d'affirmer qu'il ne veut pas vendre, les conditions semblent très difficilement tenables à long terme. La valorisation globale du club pourrait être similaire à celle du Milan, 1,2 milliard. Mais en tenant compte du fait que la dette financière, 400 M€, fait partie de la valorisation sans aller dans la poche du vendeur et que le Suning a investi plus de 660 M€ dans le club, il ne peut être exclu que le club soit vendu à perte. À moins que les progrès sur le nouveau stade ne s'accélèrent soudainement et surtout que la nouvelle structure puisse garantir les hypothèses sur l'argent généré. Ceci explique pourquoi la famille s’accroche désespéramment au milliard, afin de limiter les pertes au maximum. Traduction alex_j via SportMediaset.
  13. L'Inter devrait entamer des négociations contractuelles officielles avec Milan Skriniar dans les prochains jours alors qu'ils cherchent à assurer son avenir. Comme l'a rapporté Gianluca Di Marzio sur Sky Sport ce soir, via FCInternews, les Nerazzurri ont complètement retiré le défenseur du mercato et sont déterminés à lui donner un nouveau contrat. Ils ont rejeté une autre offre du PSG vendredi et ils discuteront maintenant de la prolongation avec Milan Skriniar et son agent dans les prochains jours. Beaucoup ont supposé qu'ils attendraient la fin du mercato, mais ils ne le feront pas. Le club a parlé au joueur et ils veulent lui donner un contrat qui est dans la lignée de ceux donnés à Lautaro Martinez et Nicolo Barella plus tôt cette année alors que son contrat actuel expire l'année prochaine. Pendant ce temps, l'Equipe ne semble pas trop digérer ce revirement. Voici ce que nous pouvons lire dans leur journal. Le Slovaque (27 ans) reste donc serein, même si les négociations avec le PSG durent et ont été assez loin, si bien que son nouveau salaire, trois fois supérieur à celui qu'il perçoit à l'Inter, aurait déjà été défini. Mais l'Inter campe sur ses positions, avec ce prix de vente de 70 M€, jamais atteint par les offres parisiennes, pour un joueur à qui il ne reste qu'un an de contrat. Et plus le temps passe, plus il sera difficile pour l'Inter de lui trouver un éventuel successeur. Si notre club cherche toujours un nouveau défenseur, c'est pour remplacer numériquement Andrea Ranocchia, parti à Monza. Simone Inzaghi a été très clair lors de ses récentes conférences de presse : "L'équipe doit rester celle-ci, c'est ce dont nous sommes convenus avec les dirigeants et les propriétaires, ils savent qu'on a un problème et qu'il faut suppléer Ranocchia. Pour le reste, le mercato est clos." C'était avant le déplacement à Lecce. L'entraîneur des Nerazzurri en avait remis une couche peu après le succès dans les Pouilles : "Je n'ai pas envie de rigoler à propos de notre mercato, aussi parce que je vois des équipes qui achètent des joueurs tous les jours, tandis qu'on parle de l'Inter seulement pour les ventes." Une autre rumeur de vente est à signaler, selon le quotidien économique Il Sole 24, et elle concerne le club, puisque la banque américaine Goldman Sachs aurait été chargée de trouver un repreneur. Ce qui laisse à penser que Suning est prêt à tout pour rentrer dans ses frais. Y compris la vente de Skriniar qui, dans le cas contraire, devrait être prolongé puisqu'il ne lui reste qu'un an de contrat. Avec, inévitablement, une grosse augmentation de salaire à la clé. Traduction alex_j via Sempreinter et sourcel'Equipe.
  14. Investcorp et Ares Capital sont de retour. Selon ce que révèle Calcio&Finanza et La Repubblica, les deux fonds d’investissements dont les sièges sont respectivement au Bahreïn et aux Etats-Unis, misent à nouveau sur la Serie A depuis avoir visé le Milan. Dans la ligne de mire des deux sociétés, on retrouverait l’Inter du Suning grâce à la valeur de la Marque et ses projections de développements, stade inclus : L’hypothèse coïnciderait avec le voyage à New-York d’une délégation de l’Inter, en fin mai à l’occasion du Gala Della Serie A qui s’est déroulé au Metropolitan Museum. Le Chef de file de la délégation était nul autre qu'Alessandro Antonello, accompagné d’autres dirigeants tels que Luca Danovaro qui gère les recettes du Club et Barbara Biggi, La Directrice Global Marketing & Partnership, sans oublier un représentant de la Goldman Sachs. Comme le rapporte la Repubblica , durant cet évènement, un membre du groupe aurait répondu à une demande : "Qui ne s’offre pas le Milan, s’offrira l’Inter." Il pourrait bien sûr s’agir d’une simple parole en l’air. Mais il y a lieu également de considérer la réponse d’ Investcorp qui au lieu de démentir a répondu "No comment from us" soit "Pas de commentaire de notre part." Selon Wall Street, l’Italie est considérée comme un marché très attractif pour de très nombreux investisseurs internationaux, une destination appréciée pour faire fructifier ses propres recettes accumulées dans les Holdings, comme le prouve les nombreux propriétaires étrangers qui se sont installés en Serie A et Serie B. Ce n'est pas seulement l’Inter qui est en jeu. De nombreux autres clubs, en passant de la Sampdoria à la Fiorentina esans oublier Naples, sont suivis de près. Vrai ou faux ? Marco Bellinazzo s’est livré à Radio 24 dans le cadre de l’émission "Tutti Convocati": "A mon niveau, je ne suis pas surpris car les fonds américains ont levé environ vingt milliards ces dernières années pour investir dans le sport business et beaucoup d'entre eux se sont déjà placés, et parmi eux, beaucoup dans le football européen. Le marché américain s'intéresse beaucoup au Calcio, il suffit de penser à la Sampdoria. Nous sommes au stade où l'expansion américaine est plus forte face au recul chinois. Mais je dirais que l’Inter est déjà avec Oaktree et qu’elle n’a pas besoin d'un autre fonds". Selon Carlo Festa, célèbre journaliste du Sole 24 Ore s'est livré sur Twitter : "Des cercles proches d'Investcorp me disent qu'ils ne regardent pas l'Inter". Et pour Giovanni Capuano : "Je crois qu'il est crédible que dans le monde de la Finance un tel raisonnement ait lieu, mais il faut rappeler que les Zhang ont clairement déclaré à aux différents journalistes et aux employés qu'ils n'ont aucune intention de mettre fin à leur histoire avec l'Inter: Aujourd'hui, par rapport à il y a un an, la situation est différente." "Entre les opérations qui ont permis de récupérer des liquidités sur le marché et celle avec Oaktree, qui a permis de dispose de fonds, dont seule une petite partie a été utilisée, il n’y a pas ce besoin immédiat, dans l'année et demie à venir de changer de propriété. Et c'est exactement ce que voulait la Famille Zhang: Gagner du temps pour continuer ou négocier les meilleures conditions de sortie possibles". Lorsque l’on sait que par le passé Suning voulait en premier lieu le Milan avant l’Inter, vers un Bis-Repetita ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  15. "S’offrir l’Inter n’est pas notre plan, mais qui sait…" Cette phrase a été prononcée par Alejandro Cano, le Managing Director d'Oaktree Global Opportunities, en regard à une possible reprise de l’Inter, par le fond américain, en qualité de nouveau propriétaire. Comme le révèle le Corriere Dello Sport: "Suning a obtenu un prêt qu’il devra rembourser en 2024 au fonds californien et tout va dépendre de la capacité, au terme du triennal, du Colosse de Nankin de parvenir à rembourser cette somme et des intérêts y afférents. Si cela ne s’avère pas possible et comme Eliott s’est offert le Milan de Yonghong Li, Oaktree aussi pourrait s’offrir l’Inter des Zhang, une hypothèse qui actuellement parait peu probable, mais comme l’a dit Cano…. Qui sait !" "Ce qui est sûr, c’est que Suning serait bien heureux de trouver un partenaire minoritaire capable de reprendre les actions de la LionRock. Si le sujet est désormais moins médiatisé qu'il y a quelques mois, Goldman Sachs continue à chercher le bon investisseur." En attendant, Oaktree est satisfait du choix qu'il a opéré : "Nous sommes entrés dans ce sport de la bonne manière, car il a des marges de croissance." Pour la Gazzetta Dello Sport, derrière tout cela se retrouve la demande de l’Inter de rediscuter du taux d’intérêt lié aux 275 millions d’euros. Analyse plus approfondie de Calcio&Finanza "Nous avons cherché des situations, où il nous est possible de prouver notre valeur et offrir des solutions sur mesure à l'autre partie. L'Inter est un club de premier plan pour les suiveurs dans le monde, c'était une opportunité: Soutenir un club et nous l'avons fait." "Nous regardons l'industrie en général, nous pensons que c'est intéressant. Lorsque vous regardez la NBA ou la NFL, les multiples que vous y voyez sont deux fois plus élevés que ceux des meilleurs clubs de football européens, ce n'est pas une coïncidence si tant d'entrepreneurs américains investissent dans le football européen. Structurellement parlant, par exemple, il n'y a pas de relégation ou de plafond salarial. Pour le football, il y a plus de place pour un système plus durable et une structure qui permet une meilleure gestion du capital" Le nouveau stade "Je pense que le football, d'une façon général doit s'adapter, d'un point de vue du numérique mais aussi en offrant une expérience très positive à l'intérieur du stade. C'est un élément précieux pour une équipe comme l'Inter, un club qui mérite un stade du XXIe siècle. Le monde change et le football ne peut pas rater ce train". Selon vous, Suning va-t-il être capable de sauver l’Inter ou passera-t ’on sous pavillon américain ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  16. "Suning a de nouveau confirmé son engagement pour l’Inter en lui maintenant la continuité de ses activités." Tel est le résumé du courrier relayé par Calcio&Finanza qui a été adressé par l’Inter à la Covisoc. "Dans le courrier daté du 20 décembre 2021, la Covisoc, suite à l'analyse des comptes financiers de l'Inter au 30 juin 2021, avait demandé à l'Inter de lui fournir des informations sur sa capacité à poursuivre son activité, sur sa situation vis-à-vis du Fair-Play-Financier, sur les mesures de réductions des risques et la preuve d’un engagement formel de soutien financier de la part des actionnaires du Cub, au moins jusqu'à la fin de la saison en cours, soit jusqu’au 30 juin 2022", peut-on prendre connaissance dans cette lettre Au niveau de la thématique financière, Goldman Sachs avait également expliqué que les liquidités déjà présentes dans la trésorerie du club seraient suffisantes pour les deux prochaines années: "L’ Inter a donc répondu à cette demande d'informations en date du 27 décembre 2021 en fournissant à la Covisoc. les informations demandées." "Dans un courrier daté du 22 décembre 2021, la Covisoc, suite aux informations parue dans la presse en regard à l'enquête du Parquet Fédéral du Tribunal de Milan sur l’analyse financière de l'Inter concernant certains transferts de joueurs survenus au cours des saisons 2017/2018 et 2018/2019, a demandé à l'Inter une série d'informations actualisées sur toute responsabilité en vertu du décret législatif n° 231/2001 et si cette éventuelle responsabilité pourrait affecter les performances économiques et financières de l'Inter : Soit ses actifs ou sa capacité à poursuivre son activité jusqu'à la fin de la saison de football en cours." "Dans un courrier daté du 23 décembre 2021 adressé à la Covisoc avec les informations demandées, l’Inter a tenu à souligner que l’activité liée au Parquet Fédéral concerne l'acquisition d'actes et d'informations, et qu'aucun sujet lié au Groupe ne fait l'objet d'une enquête. L’Inter a également mentionné à la Covicsoc qu'elle n'avait pas connaissance d'une inscription de l’Inter au registre des sociétés faisant l'objet d'une enquête pour violation du décret législatif n° 231/2001 et qu'elle ne disposait d'aucune information permettant de prévoir des développements susceptibles d'affecter la situation financière et la continuité des activités d'Inter et du groupe". ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  17. Dernièrement, l’Inter a procédé à l’émission d’une obligation à hauteur de 415 millions d’euros à échéance en 2027. Cette obligation garanti un avenir serein, pour les deux saisons à venir, pour une Inter, plus que jamais, estampillé Suning! Révélation de la Gazzetta Dello Sport "Il y a des discours qui sont liés au nouveau stade, retenu justement comme un actif fondamental, d’autres discours sont liés à la situation financière et à l’aspect relatif à l’actionnariat : Entre le prêt d’Oaktree et l’émission du nouveau bond, l’Inter disposera des liquidités nécessaires pour faire face aux besoins des deux prochaines saisons à venir." "Comme l’avait expliqué la Goldman Sachs au cours du Roadshow du club avec les investisseurs , dans le cadre de la nouvelle émission, il apparaît que la même Goldman Sachs continue à faire tourner la brochure relative à une éventuelle cession d’actions minoritaire, soit un partenaire prêt à injecter des liquidités. Ce type de sondage est réalisé par toutes les grandes Aziendas mais l’hypothèse de vendre, qui a été toujours démentie durant les moins les plus difficiles, est désormais toujours plus lointaine." "Steven dort peu, mais Steven veut gagner énormément de titres. Il met les bouchées doubles et ne veut rien laisser tomber en cours de route. Le plus jeune président à avoir remporté le Scudetto a demandé à son équipe de l'Inter, et à Simone Inzaghi, le Tripletino." "Steven restera à Milan, sauf changement dans son agenda toujours changeant, au moins jusqu'au match aller contre Liverpool le 16 février dans le cadre des huitièmes de finale de la Ligue des Champions". Comment jugez-vous les performances de Steven et de Suning à la tête de l’Inter ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  18. S'exprimant sur TeleLombardia, Beppe a souligné le travail de Zhang avec des choses positives à dire sur la manière dont Zhang gère le club et estime que la vision du président est au cœur de tout ce qui s'est bien passé. Il a également évoqué Maurizio Zamparini qui est décédé. "Quand un réalisateur occupe un poste de haut niveau comme le mien, il est important d'avoir une excellente diplomatie, des compétences interpersonnelles et de la confiance, c'est l'arme la plus importante dont nous disposons. Le reste vient de la prévoyance des propriétaires et j'ai de la chance de travailler avec des propriétaires avec une vision à long terme." "Je suis désolé d'apprendre le décès de Maurizio Zamparini (ancien propriétaire du Venezia, ndlr) car je l'ai rencontré en tant qu'ami avant même de le connaître en tant que président. Je l'ai exhorté à acheter Venezia. J'ai passé cinq années merveilleuses avec lui, pleines d'émotions fortes et aboutissant à une promotion. Je repense à lui avec respect et admiration. Il a également signé un noyau dur de l'équipe nationale 2006, -Toni, Zaccardo, Barzagli, Grosso. Il avait le sens du talent." La vision de Marotta semble être confirmée par la Gazzetta dello Sport qui explique que le Suning vendrait des parts minoritaires sans vendre le club intégralement. Rappelons que le Suning a déjà résisté aux tentatives d'achat des Nerazzurri, y compris à des moments où leur contrôle du club semblait être en péril financier. Désormais, avec une récente obligation de 415 M€ émise pour refinancer la dette du club et le travail effectué avec le prêt d'Oaktree Capital depuis l'été, le club peut garantir des liquidités pour les deux prochaines saisons. Ainsi, même si les propriétaires sont toujours à la recherche d'investisseurs minoritaires pour injecter de l'argent dans le club via la banque d'investissement américaine Goldman Sachs, ils n'ont aucun intérêt à vendre le club. Pour terminer, toujours selon la Gazzetta dello Sport, l'Inter vise un contrat de 25 M€ par saison avec le nouveau sponsor DigitalBits à partir de la saison prochaine. La société de banque numérique a également un partenariat bancaire avec le club, et la valeur totale du partenariat, y compris celui-ci et le sponsoring, s'élève à 12,5 M€, passant à 13,4 M€ si le club remporte le Scudetto. Cependant, avec DigitalBits prenant le relais en tant que sponsor principal du maillot cet été, le partenariat deviendra beaucoup plus lucratif et le club vise un accord d'une valeur d'au moins de 25 M€ par saison. Traduction alex_j via sempreinter.
  19. La nouvelle opération liée à l’émission de l’obligation à hauteur de 415 millions d’euros verra l’Inter confrontée à une augmentation des intérêts qu’elle se devra de rembourser dans les prochaines années. Comme le révèle Calcio&Finanza, le taux a été fixé à 6,75% contre les 4,875% des deux précédentes émissions. Les intérêts (liés uniquement aux opérations financières effectuées par le club, sans tenir compte des autres éléments) atteindront donc environ 30 millions d'euros au cours des prochaines années, dans une situation qui est déjà marqué depuis quelque saison par les Nerazzurri depuis plusieurs saison. La croissance des taux d’intérêt débute lors de la saison 2014/2015, lorsqu’Erick Thohir a décidé de refinancer la dette du club laissée par la gestion de Massimo Moratti, à la Goldman Sachs, moyennant un financement à hauteur de 230 millions d’euros. Au 30 juin 2015, les intérêts liés à l’opération ont grimpé à 18,6 millions d’euros contre 7,6 millions d'intérêts sur la dette bancaire (et 10,8 millions au total) au 30 juin 2013, dernière année gérée entièrement par Moratti. Les intérêts passent ensuite à 17,1 et à 16 millions d’euros lors des saisons 2015/2016 et 2016/2017, cette dernière saison est la première de l’Ère Suning. En décembre 2017, le choix est donc de revenir sur le marché pour refinancer le prêt obtenu par Erick Thohir et qui arrivait à échéance en 2019, par une obligation de 300 millions d'euros, à laquelle s'ajoute également une ligne de crédit renouvelable de 50 millions d'euros. Ainsi, lors de la saison 2017/18, les intérêts (y compris également ceux liés à la ligne de crédit de 50 millions) ont dépassé 21 millions, pour ensuite baisser à 17,8 millions en 2018/19 et remonter à 18,5 millions en 2019/20. En juillet 2020, l'obligation de 300 millions d'euros se voit coupler à une deuxième obligation de 75 millions d'euros, ce qui porte les intérêts du budget de la saison 2020/21 à 24,9 millions d'euros. Le cumul de toute ces saisons, soit à partir de la saison 2014/2015 est de 135 millions, soit une moyenne de 19,2 millions d'euros par saison. Et avec le nouvel accord conclu dernièrement, les intérêts vont encore très sensiblement augmenter! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  20. L'Inter est protégée de toute turbulences économiques au moins pour les deux prochaines saisons. C'est ce qui ressort des dires de dirigeants de la Goldman Sachs qui a agit en qualité de Global Coordinator et de Bookrunner tandis que la Rothschild a eu le rôle de Financial Advisor) durant les tractations du club avec les investisseurs pour le récent financement de 415 millions d'euros. Cela provient de Calcio e Finanza après avoir découvert que Greg Carey, Managing Director de la banque Nord-américaine a participé à l'avancée de l'opération. Comme l'explique le dirigeant de la Goldman Sachs, raconte Calcio e Finanza, les quasi 264 millions d'euros de liquidités dans les caisses de l'Inter pourront être utilisés pour subvenir à n'importe quel besoin pour les deux prochaines saisons. Dans ces fameux 264 millions, 133 étaient déjà présents dans les caisses interistes au 31 Décembre 2021 tandis que les 131.6 millions additionnels sont placés dans les caisses de Grand Tower, société d'investissements luxembourgeoise que le Suning utilise pour contrôler l'inter et dans laquelle sont fusionnés les 275 millions d'euros provenant du financement du fond américain Oaktree. Internazionale.fr ~ © Samus
  21. C’est une révélation d’Il Sole 24 Ore, le Club Nerazzurro aurait défini la somme destinée au refinancement sa dette et a mandaté la Goldman Sachs et Rothschild pour procéder à l’émission de ces nouvelles obligations à hauteur de 425 millions d’euros: "L’objectif est de refinancer les obligations qui arriveront à échéance au 31 décembre 2022, en plus d’une ligne de crédit à hauteur de 50 millions d’euros fournies par la Goldman Sachs et Ubi Banca (renommée Intesa Sanpaolo)." Selon le quotidien, et même si Steven Zhang est présent à Milan, "les prévisions de clôtures seraient supérieur à la fin janvier. L’opération s’adresserait aux investisseurs italiens et étrangers, notamment aux grands investisseurs internationaux tels que Blackrock et Pimco. En ce qui concerne la notation, actuellement, la seule publique fournie sur l'obligation de l'Inter est celle de l'agence internationale Fitch, qui, au cours des dernières semaines, a abaissé la notation de l'obligation de l’Inter Media and Communication passant de "BB-" à "B+" avec une perspective stable." "A l’Inter, la situation financière est également liée au financement de 275 millions garantis par le fonds américain Oaktree à Suning ces derniers mois, dont au moins 50 millions ont ensuite été versés dans les caisses du club Nerazzurro." Comme le rapporte encore aujourd'hui Il Sole 24 Ore, certains détails sont apparus : "II s'agirait en fait d'un financement dit Pik, c'est-à-dire d'un "paiement en nature" avec une échéance en 2024 et des intérêts supérieurs à 10 %. Pour ce type de prêt, les intérêts sont accumulés dans le temps et le paiement est effectué au bout de trois ans : ainsi, en considérant les 275 millions d'euros de financement, la somme totale s'élèvera à 302,5 millions d'euros, dont 27,5 millions d'intérêts vu le taux octroyé : 10%." "Les intérêts seront ensuite recalculés à partir du montant total, passant ainsi de 332,75 millions d'euros puis à 366,025 millions d'euros. La conséquence est évidente: Les intérêts sont beaucoup plus chers : Et compte tenu également la prise en gage des actions du club Nerazzurro, si au bout de trois ans le prêt ne devait pas être remboursé par Suning, Oaktree deviendrait propriétaire de l'Inter." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  22. En effet, selon la Repubblica, le Fonds d'investissement californien semble avoir battu la concurrence de Bain Capital. Mieux encore, la Repubblica s’aligne sur la Gazzetta Dello Sport et la Stampa pour détailler l’opération du Fonds de la cité des Anges Le schéma de l’opération devrait être celui établi sur la feuille de route de la Goldman Sachs, la partenaire de Suning, qui était à la recherche de capitaux frais : Soit une injection d’au moins 270 millions d’euros destiné à liquider l’actionnaire minoritaire, la LionRock Capital, qui dispose de 31% des actions Nerazzurra. Cette injection garantira les fonds nécessaires pour faire face à tous les impératifs urgents tel que le versement des salaires des joueurs, le versement des tranches relatives aux joueurs acquis sous cette formule et de faire face aux dettes vis-à-vis des fournisseurs. Il n’est pas exclu que le Fond puisse rentrer aussi comme associé dans le Capital! Le ciel s’éclairci Pour l’Inter, cette accélération avec le Fond est la dernière des bonnes nouvelles. En effet, la FIGC a officiellement décidé de repousser au 24 juin 2021, le versement des salaires du mois de mars, en lieu et place du 30 mai 2021. Cette démarche évite le risque de ne pas pouvoir s’inscrire au prochain championnat de Serie A. Dans les prochains mois, les Nerazzurri, comme tous les clubs de Serie A, recevront des versements anticipés, à hauteur de 5% de la part annuel, de la part de Sky et Dazn pour les droits télés de la saison à venir. Les primes sportives relatives à la Victoire du Scudetto et à la qualification à la Ligue des Champions vont également être versé très rapidement. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  23. "Une course contre le temps". Tel est le résumé de la situation selon La Repubblica, car d’ici à la fin du mois de mai, il y aura lieu de procéder à l’inscription au championnat et à la Ligue des Champions. Pour ce faire, il faudra disposer des 200 millions d’euros de prêt : Steven Zhang, et ses négociateurs, dialoguent de façon séparée avec les différents fonds d’investissement américain. La FIGC exige que les arriérés salariaux soient versés d’ici au 30 mai 2021, sauf si un report de certaine mensualités ont fait l’objet d’un accord. De son côté, l’UEFA exige que les versements des tranches convenus auprès des clubs étrangers, soient actés. Parmi ceux-ci, on retrouve Achraf Hakimi et Romelu Lukaku Le timing est encore plus serré et le prêt devra impérativement être accordé avant le 30 mai 2021 à la HoldCo1, soit l’antenne satellite luxembourgeoises qui remplacera Great Horizon comme propriétaire de l’Inter. Cette dernière se chargera de reverser les fonds là où cela s’avérera nécessaire. Pour mener à bien cette mission, Greg Carey, un Top Manager de la Goldman Sachs a été appelé à la rescousse. Celui-ci a déjà joué un rôle central lors de l’acquisition de la Roma de la part de Pallotta. Il avait également travaillé avec Erick Thohir lors de la renégociation de la dette du club. La seule bonne nouvelle actuellement reste que l’Inter "consomme" 10 millions d’euros par mois et avec la réouverture des stades, cette consommation pourrait se voir être annihilé. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  24. " Suning à toutes les intentions du monde de rester aux Commandes de l’Inter." - Cette confirmation trouve son origine dans un document confidentiel qui est entre les mains de la Goldman Sachs, l’aile américaine qui vient en aide à la propriété chinoise, qui est à la recherche d’un investisseur disposé à concéder au Colosse de Nankin un prêt de 250 millions d’euros. Révélation de la Reppublica Un document confidentiel de dix-huit pages, dans lequel Goldman Sachs, fait état du mode opératoire avec lequel Suning s’engage àconserver le contrôle de l’Inter, en recherchant un nouveau prêteur: La manœuvre avec laquelle Zhang veut rester en place passe par la simplification de la structure sociétale : Dehors l’actionnaire minoritaire qu’est la LionRock, afin de laisser la place à un éventuel nouveau partenaire La banque newyorkaise, qui est identifiée par la propriété de l’Inter comme Conseillère, met en place les 31,05% du club détenu par le fond de Hong Kong. Les actions vont être liquidées par le biais d’un prêt qui sera versé à la société luxembourgeoise Holco1, qui indemnisera immédiatement la LionRock en lui versant 33 millions d’euros cash : Soit la différente entre les 166 millions de la valeur globale du pack d’actions et les 133 millions d’euros que Suning a prêté au fond lors de l’acquisition d’un tier du capital de l’Inter. Pas de départ douloureux Le prêt demandé par l’Inter sera utilité pour couvrir les dépenses arrivant à échéances au 31 mai, avec un taux d’intérêt d’environ 9% En garantie de se prêt, le nouveau prêteur aura le droit d’être informé de toute opération supérieure à 25millions d’euros. Il s’agit d’une assurance sur le fait que l’Inter, dont les fonds pourraient arriver en tant que prêt sociétaire ou en augmentation de capitaux, ne s’appauvrira pas en vendant ses précieux actifs, comme les meilleurs joueurs du noyau. Une autre condition fait état que pour financer de façon indirecte l’Inter, il faudra que celle-ci participe aux tournois de la FIGC (La Serie A, La Coupe d’Italie, la Super Coupe d’Italie) et la Ligue des champions. De plus, en cas de vente définitive du club, ceux qui viendraient à rentrer dans le capital du Club se verrait immédiatement remboursés par Suning. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  25. Alors que la Super League a fait pschit, l'Inter est toujours en pourparlers pour revendre les parts de LionRock. Voici le point. Calciomercato.com a déclaré que le Suning serait susceptible de conclure un accord avec Fortress, Bain Capital Credit ou King Street Capital Management, tous basés aux États-Unis.cAyant manqué les 350 M€ que JP Morgan avait promis à l'Inter pour son implication dans la Super League européenne, le président du club Steven Zhang s'est tourné vers Goldman Sachs pour aider le Suning à trouver un accord de financement d'une valeur de 250 M€. Quiconque rejoindrait l'Inter reprendrait la participation de 31,05% de LionRock Capital dans le club, Zhang s'engageant à contrôler à 100% Great Horizon, la société luxembourgeoise par l'intermédiaire de laquelle Suning contrôle Inter, dans le cadre de l'accord. Le Suning a déjà promis des actions de la société de médias d'Inter, Inter Media & Communication, à des créanciers qui leur ont émis deux obligations d'une valeur totale de 375 M€. En plus de cela, ils ont également promis une participation majoritaire dans l'Inter elle-même à Alibaba, la société contrôlée par le milliardaire chinois Jack Ma. Les dispositions ci-dessus montrent clairement que la situation actuelle est très difficile pour Inter et le Suning, mais l'article offre au moins une nouvelle encourageante. On s'attend à ce que le Suning respecte toutes les échéances de paiement des Nerazzurri à l'approche du 30 juin, y compris le paiement des salaires impayés des joueurs. En plus des trois groupes mentionnés ci-dessus, l'Inter est également en pourparlers avancés avec Oaktree Capital Group sur un accord annoncé de 150 M€. En effet, Bloomberg a déclaré que des personnes proches du dossier suggérant qu'un accord pourrait conduire Oaktree à devenir le nouvel actionnaire minoritaire des Nerazzurri. Oaktree détient actuellement le stade Malherbe de Caen. L'Inter est liée à diverses entreprises alors que le Suning cherche de nouveaux investissements pour garantir la stabilité économique à long terme des Nerazzurri. Un représentant d'Oaktree a refusé de commenter. Plus tôt dans la journée, un rapport dans les médias français indiquait que l'Inter était en train de négocier avec la société d'investissement américaine King Street pour un accord d'une valeur potentielle de 250 M€. Les Nerazzurri semblent prêts pour un autre été d'austérité sur le marecto, ce qui pourrait forcer le club à envisager de vendre un ou deux acteurs clés. Le président de l'Inter, Steven Zhang, devrait clarifier la situation à son retour à Milan, peut-être la semaine prochaine. Concernant le mercato, Tuttosport prévenait que les Nerazzurri seraient exactement dans la même situation qu'en Janvier et l'été dernier, après l'effondrement du projet de Super League européenne. Antonio Conte veut que l'Inter fasse signer Emerson Palmieri et Rodrigo de Paul pour renforcer l'équipe. Au lieu de cela, l'Inter pourrait être obligée de sacrifier un ou deux joueurs clés pour équilibrer les comptes, Lautaro Martinez étant considéré comme celui qui suscite le plus d'intérêt. Le journal a averti le Suning qu'ils devraient assumer la responsabilité publique si l'Inter était limitée à encore plus d'austérité en matière de transfert, afin de donner à Conte et aux fans la "clarté'' dont ils ont besoin. Le Suning est actuellement en pourparlers avec trois groupes américains pour un prêt de 250 M€ pour aider à soulager les difficultés financières actuelles. Il pourrait être difficile de conclure un accord avec l'une de ces parties, explique le journal, car la dette élevée d'Inter signifie que les créanciers auront besoin de garanties solides dans tout accord. L'Inter a déjà promis certaines de ses actions en Chine alors que ses revenus sont à peu près au point mort, notamment parce qu'ils n'ont pas encore obtenu de remplaçant pour Pirelli en tant que principal sponsor pour le maillot (Samsung reste en lice).
×
×
  • Créer...

Information importante

En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. Nous ajoutons des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer votre expérience sur notre site. Consultez notre Politique de confidentialité. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer...