Aller au contenu
×
×
  • Créer...

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'grande inter'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

14 résultats trouvés

  1. Dimanche, l'Inter affrontera le Torino. Une famille légendaire du foot italien est liée à ces deux équipes : Mazzola. Voici la traduction de ''Sandro Mazzola tragedy to triumph'' par Omar Saleem paru le 17/10/2019 sur le site The Football Times. Cette célèbre moustache. La coiffure soignée. Sandro Mazzola était reconnaissable sur le terrain. Alors qu'il se frayait un chemin à travers les hordes de défenseurs italiens pendant les plus grandes années du catenaccio, la mégastar née à Turin construirait une carrière qui l'a mené au sommet de ce qui était possible avec un maillot Internazionale. À ce jour, peu de gens peuvent se vanter des réalisations de ''Il Baffo''. Cependant, sa vie a commencé bien différemment. Né de l'un des joueurs les plus vénérés d'Italie, Valentino Mazzola, en novembre 1942, une semaine après que son père ait signé pour le Torino, la tragédie frappera au cœur même de cette famille italienne en 1949. Valentino, une star d'une des plus belles équipes italiennes de tout les temps, devait périr dans la catastrophe aérienne de Superga; une catastrophe aérienne qui a coûté la vie à l'équipe du Grande Torino alors qu'ils revenaient de Lisbonne. Valentino, un numéro 10 beau, suprêmement doué, est toujours considéré par certains comme le plus grand joueur italien de tous les temps. En effet, ses 118 buts en 195 apparitions pour Il Granata donnent beaucoup de poids à l'affirmation. Contrairement au joueur que son fils deviendrait plus tard, Valentino dégageait une élégance calme sur le terrain, passant les joueurs en tant qu'attaquant intérieur (inside forwrard) et dominant les matchs d'une manière que peu de gens pouvaient égaler. C'était le pin-up du calcio, un homme, à 30 ans, qui avait tout à gagner et rien à perdre. Jusqu'à Superga, bien sûr. Un héritage de légende a été laissé et les graines ont été semées dans l'esprit d'un garçon qui guidera plus tard l'Inter vers deux Coupes d'Europe et quatre Scudetti. Pour Sandro, la mort de son père a durement frappé. Après le divorce de ses parents en 1946, c'est Valentino qui a élevé un jeune Sandro et lui a enseigné l'art précoce du dribble, de la frappe et de la passe. Plus tard dans la vie, Sandro a déclaré à Gazzetta Dello Sport : ''Les bases sont tout pour un footballeur. Mon père m'a appris les bases, pour cela je lui serai toujours redevable. J'ai construit une carrière sur les compétences qu'il m'a enseignées. Je devais devenir footballeur. Il n'y avait pas d'option. Je devais trouver la paix sur le terrain. Nous avons passé peu de temps ensemble.'' Peut-être que l'agonie, la colère et la pure frustration de perdre son mentor ont motivé Sandro à atteindre les sommets qu'il a finalement atteints. Avec son frère, un autre jeune joueur talentueux, Ferruccio, il signera à l'Inter en 1960. L'histoire de la façon dont les frères sont venus rejoindre les Nerazzurri est émouvante : ''Un jour, Benito Lorenzi, attaquant de l'Inter qui a joué avec mon père dans l'équipe d'Italie et qui était un ami très proche, est venu chez moi. Il a demandé à ma mère de me laisser aller à Milan pour devenir la mascotte de l'équipe. Giuseppe Meazza a également été très affecté par la catastrophe de Superga et s'est mis en quatre pour nous aider, mon frère et moi.'' "Nous mettions tous les deux le kit complet de l'Inter, sortions avec les joueurs et restions à côté du terrain pendant les matchs. Même en tant que mascottes, nous recevions des bonus et nous recevions 10 000 lires pour une victoire et 5 000 pour un match nul. C'était beaucoup d'argent pour notre famille." La générosité dont Meazza et l'Inter ont fait preuve a suffi à convaincre Sandro que son avenir était à Milan, la ville où son père est né 41 ans plus tôt. Le monde a dû attendre 12 ans avant de voir le retour d'un Mazzola sur le terrain après Superga, alors que Sandro fit ses débuts pour l'Inter contre la Juventus en 1961, sélectionné par Helenio Herrera toujours difficile à satisfaire. Ce fut un baptême du feu difficile, témoin d'une équipe effrénée de la Juve qui en a mis neuf devant ses nouveaux employeurs. Malgré son talent évident, les premières années ont été difficiles pour un attaquant qui comptait beaucoup sur le toucher, la vision et les passes dans le dernier tiers. En plus de lutter pour répondre aux attentes induites par le nom Mazzola, il faisait partie d'une équipe type Herrera qui est souvent assise, a absorbé la pression et a abandonné la possession du ballon: "C'était très difficile quand j'étais jeune parce que tout le monde s'attendait à ce que je sois aussi talentueux que mon père. Mais je n'avais pas les mêmes qualités que lui. Les fans ont parfois fait des commentaires négatifs à mon sujet et c'était difficile à encaisser, et c'est devenu si grave que j'ai même pensé à abandonner le football à un moment donné.'' Après avoir fait ses débuts avec les Azzurri en 1963, à seulement 20 ans pour une équipe nationale qui préférait la sélection de joueurs seniors et expérimentés, Mazzola devait pousser et devenir l'un des attaquants les plus efficaces du jeu. À bien des égards, il était un des premiers Kenny Dalglish; capable d'utiliser son corps pour protéger la possession et repérer les passes avant la plupart des autres. Un but tous les quatre matchs pour le club témoigne des qualités de finition et techniques qui lui ont permis d'imiter avec succès son père. Aux côtés de l'ancien milieu de terrain de Barcelone Luis Suárez, Mario Corso, Armando Picchi et le grand Giacinto Facchetti, Sandro formerait l'épine dorsale d'une équipe qui allait dominer le calcio et le foot européen dans les années 1960. L'influence personnelle de Mazzola était très vive alors qu'il aidait le club à remporter la Coupe d'Europe 1964 en tant que co-meilleur buteur du tournoi. Un an plus tard, les Nerazzurri défendraient leur couronne contre Benfica, Mazzola se révélant à nouveau être le catalyseur en attaque. Pour ceux qui se souvenaient de Valentino, c'était un autre type de Mazzola. Sandro, malgré sa classe incontestable, était un attaquant dynamique, parfait pour défendre de face, comme l'exigeait Herrera. Il a bourdonné dans les positions avant intérieures, trouvant de l'espace et déplaçant le ballon. Valentino était différent : il glissait, regardait le rôle et sortait souvent du terrain sans une tache de boue en vue. Sandro, contrairement à l'homme qu'il connaissait à peine mais qu'il vénérait, était un guerrier. Il a dû travailler plus dur pour cela. Il devait prouver qu'il était plus que le fils de Valentino. En plus de son succès notable pour l'Inter, Il Baffo faisait également partie d'une grande époque pour le football italien au sens large. Alors que les Azzurri n'ont pas remporté le nombre de trophées que l'équipe au talent fou méritait, Mazzola a aidé à guider l'Italie vers la gloire lors de l'Euro 1968, battant une solide équipe yougoslave en finale. Ses performances au cours de l'événement l'ont élevé au rang d'équipe du tournoi de l'UEFA. C'était juste une récompense pour un joueur qui n'a pas marqué lors de la finale mais qui a été une menace constante tout au long, transformant la défense en attaque avec la même intelligence dont son père avait fait preuve deux décennies plus tôt. Finaliste de la Coupe du monde en 1970, lorsque le monde a retenu son souffle pour regarder à la fois Mazzola et Gianni Rivera du même côté (quelque chose qui était finalement une chimère car Rivera a été utilisé avec parcimonie), Sandro a terminé avec 22 buts en 70 équipe nationale apparitions et trois apparitions en Coupe du monde. Il reste dommage que des gens comme Mazzola, Facchetti et Rivera n'aient jamais soulevé le trophée Jules Rimet. Alors que Sandro escaladait les plus hauts sommets du football mondial, son frère Ferruccio passait de club en club, profitant de ses meilleures années à la Lazio entre 1968 et 1971. Une existence nomade a finalement pris fin à l'âge de 68 ans seulement. Ferruccio est décédé en mai 2013. Alors que Sandro terminait sa carrière en 1977, six ans après avoir terminé deuxième derrière Johan Cruyff au Ballon d'Or 1971, l'Italie envisageait des temps meilleurs avec une nouvelle génération; une génération de joueurs qui conduirait les Azzurri à la gloire de la Coupe du monde 1982 en Espagne. Toujours impliqué dans le jeu aujourd'hui en tant que commentateur et expert de la RAI, Mazzola continue d'afficher la ruse et les connaissances qui lui ont permis de succéder à son père et de cimenter sa place, aux côtés de Valentino, comme peut-être le plus grand père-et-fils à avoir jamais frappé un ballon. À une époque antérieure aux statistiques approfondies, l'éclat de Mazzola était évident, les chiffres n'étaient qu'un complément à des choses qui ne peuvent souvent pas être mesurées. À bien des égards, Roberto Firmino de Liverpool, avec son mouvement intelligent et sa rapidité de pensée, est un joueur similaire dans le foot d'aujourd'hui. Pendant que Mazzola revient sur ses premières années, alors qu'il luttait pour surmonter la mort de son père superstar, il réfléchit avec tendresse à une carrière qui l'a rapproché de l'homme qu'il connaissait à peine mais idolâtré durant sa vie entière. En 2014, il a déclaré à Rai TV : "J'étais plus proche [de Valentino] grâce au football. J'aurais peut-être pu étudier et devenir autre chose, mais je sais que je ne me sentirais pas en paix. Je me sens proche de mon père. Le football nous a réunis à nouveau.'' Traduction alex_j via thefootballtimes.com.
  2. Demain, l'Inter affronte le Torino. Voici un article sur le père de notre légende Sandro Mazzola, Valentino, qui fut le leader légendaire d'Il Grande Torino. Ceci est la traduction de ''Valentino Mazzola the iron man of Il Grande Torino'' par Jim Hart paru le 25/02/2016 sur le site These Football Times. Lorsque Valentino Mazzola a retroussé ses manches sur le terrain, cela signala au reste de l'équipe qu'il était sur le point de prendre le relais, que le plus grand joueur du calcio était sur le point de s'attacher, de mettre toute sa fureur dans le match, et rien ne le ferait l'empêcher ou empêcher le Torino de gagner. Ses pouvoirs étaient si grands non seulement pour changer un match par lui-même, mais pour inspirer ses compatriotes à monter sur ses épaules, que peu de choses pouvaient arrêter cette grande équipe une fois que Valentino avait atteint les profondeurs, ignoré toute la douleur des coups agressifs qu'il a pris, toutes ces tête qu'il poursuivait avec un abandon téméraire et toute cette fureur; une fois ces manches relevées, c'était fini, game over, try again. Sans les événements du 4 mai 1949, le nom de Valentino Mazzola serait probablement placé parmi les meilleurs joueurs de tous les temps. Ce jour-là, les membres d'Il Grande Torino, la première super-équipe à émerger après la Seconde Guerre mondiale, ont presque tous été tués sur une colline près de Turin, à la basilique de Superga, dans une catastrophe aérienne qui a coûté la vie à presque tous les partants non seulement de Torino, mais aussi des Azzurri, l'équipe nationale italienne. C'est une date qui vit dans la douleur pour les adeptes du calcio. Valentino Mazzola était un homme secret en dehors du terrain, un homme strict qui gardait ses pensées pour lui et au sein de sa famille. Il ne vieillirait jamais assez pour voir son fils, le grand Sandro Mazzola, devenir lui-même un héros de la Grande Inter, ou pour voir la montée des Suédois à Milan, ou l'un des autres grands chapitres du football italien à venir. La catastrophe de Superga a enlevé tant de rêves à tant de personnes. Et a changé le cours de l'histoire à bien des égards. Valentino venait d'une région à l'extérieur de Milan, où son père pouvait trouver le peu de travail qu'il y avait. C'est alors que son père perdait tout ce qu'il avait après le krach de Wall Street en 1929 qu'un jeune Valentino apprenait les joies du football et faisait ses premiers pas sur le chemin de la gloire. C'est ici, dans les rues de Cassano d'Adda, que Valentino a pris le surnom de ''Tulen'', qui signifie familièrement ''ferblantier'', nous donnant un indice sur sa jeunesse; il travaillait ces bidons qui lui servaient de ballons comme un maître ferblantier, les faisant chanter sur son ton. C'était son Scudetto de la rue, une zone de moyens maigres et durs près de la romantique Milan où Valentino et ses quatre frères ont grandi. La légende de Valentino en tant que héros a commencé à un âge précoce alors qu'il jouait près de la rivière Adda et a remarqué un jeune garçon qui se débattait dans le courant. Valentino, plus intrépide que jamais, des traits qu'il démontrera plus tard devant une nation qui l'observait, a plongé dans les eaux et a sauvé le jeune Andrea Bonomi de la noyade. Bonomi avait quatre ans de moins que Valentino mais vivra plus longtemps que Mazzola et deviendra lui-même un footballeur célèbre, capitaine de l'AC Milan et remportant de nombreux honneurs. L'aura de bravoure et d'altruisme avait commencé à apparaître, et les événements remarquables de la vie de Mazzola battaient leur plein. Mazzola a commencé à jouer au football organisé dans le quartier local avec les clubs Tresoldi et Fara d'Adda. Bien que les records de cette époque du football des jeunes soient au mieux sommaires sinon inexistants, de 1934, lorsque Valentino avait 15 ans, jusqu'en 1937, il a joué de ces deux côtés jusqu'à ce qu'il soit remarqué par un scout de l'équipe Alfa Romeo. Alfa Romeo était une bénédiction pour le jeune Mazzola et sa famille. Le père de Valentino avait été tué dans un accident impliquant un camion et la famille avait des difficultés financières depuis sa mort. En effet, la chance de jouer pour Alfa Romeo s'accompagnait également d'une offre d'emploi pour devenir mécanicien et apprendre un métier, ce qui était rare à l'époque où peu d'emplois et moins d'opportunités pour la main-d'œuvre non qualifiée. Valentino a sauté sur l'occasion de jouer au jeu qu'il aimait tant et d'aider sa famille qui luttait si fort. Sur une vague de maturité et de leadership, il a embrassé les défis que la vie lui a lancés. Comme pour tant de joueurs de l'époque, la guerre était à l'horizon et dans l'esprit de tous ceux qui étaient impliqués dans le sport; cela a affecté tout le pays car le fascisme sévissait et tous les jeunes hommes valides devaient faire leur devoir au service de Benito Mussolini. Mazzola n'a pas fait exception : il a été appelé au service et enrôlé sur un navire de la marine italienne. Il a servi pendant une période près de Venise (bien que l'emplacement exact soit presque impossible à établir) et c'est au cours de ces longues et sombres journées que Valentino a suivi des études pour acquérir des qualifications pour la vie sûrement inévitable en dehors du football qui l'attendrait, démontrant son autodiscipline et la volonté de s'améliorer. Il craignait d'être appelé directement dans l'effort de guerre, mais ses talents de footballeur et un peu de chance l'ont empêché d'être en première ligne. Mazzola a continué à jouer au football et à s'entraîner dur de 1939 à 1942, il a fait 61 apparitions pour Venezia et a commencé à affiner et à perfectionner son jeu. Déjà un excellent milieu de terrain, Mazzola était en train de devenir ce que nous pourrions appeler aujourd'hui un milieu de terrain box-to-box, avec la capacité de jouer également au poste d'avant-centre. Son jeu était si polyvalent qu'il pouvait pratiquement jouer à n'importe quel poste sur le terrain, même gardien de but. Étudiant du jeu, étanchant sa soif de connaissances qui l'a amené à étudier et à se former en tant que mécanicien, Mazzola passait des heures à apprendre les subtilités du calcio et comment il pouvait influencer le jeu grâce à un meilleur positionnement. Il était naturellement du pied droit mais passait des heures avec un ballon et un mur à travailler son pied gauche afin qu'il puisse ouvrir le jeu en recevant de chaque côté. C'était un processus de réflexion qui n'est enseigné que maintenant en tant que compétences obligatoires dans de nombreuses régions du monde. Son ambition était d'être le joueur parfait, il a refusé d'être défini. L'opposition essaierait tout pour l'empêcher, même à un âge précoce, de lui donner des coups de coude au visage, mais il a appris à jouer dans un état zen, ignorant la douleur. Il se lançait pour une tête, ce qui était souvent une tactique inhabituelle à l'époque en raison de la lourdeur du ballon et de la brutalité des défenseurs, avec un abandon téméraire, ne se protégeant pas avec ses bras pour pouvoir sauter plus haut que l'opposition. Il n'était pas aussi grand que ses ennemis les plus brutaux, seulement 170 cm, il avait donc besoin d'une portance supplémentaire pour s'élever dans le ciel sur les corners pour atteindre le sommet et la fin des centres. Il était le modèle même d'un joueur moderne dans le jeu d'aujourd'hui, des décennies en avance sur son temps, tant sur le plan technique que professionnel. Aussi strict qu'il était sur le terrain, Valentino reflétait cette discipline à la maison. Valentino et sa femme ont eu deux fils, qui ont tous deux grandi pour devenir des footballeurs professionnels, Alessandro et Ferruccio, qui porte le nom du président du Turino de l'époque. Sandro a connu une grande renommée à l'Inter Milan et a joué pour l'équipe nationale italienne, tandis que Ferruccio a hérité de nombreux traits têtus et déterminés de son père, mais malheureusement pas autant de talent, et a continué à profiter de piges dans un certain nombre de bons clubs italiens connus dont la Fiorentina et la Lazio. Ferruccio était un ardent critique des drogues améliorant la performance et a été quelque peu ostracisé dans le football italien pour sa position, une position que beaucoup regardent maintenant avec une grande tristesse. Sandro, quant à lui, était un héros des Nerazzurri et a été capitaine de l'équipe pendant plusieurs années, sa moustache emblématique le rendant facile à repérer sur le terrain. En 1942, Valentino Mazzola a été amené au Torino par le président Ferrucio Novo pour la somme de 1,3 million de lires, environ 150 000 dollars américains à l'époque. Avec lui est venu son mezzala (milieu de terrain extérieur dans le lexique calcio) et son partenaire dans le crime, Ezio Loik, qui a aidé à former un partenariat qui allait devenir le point central d'Il Grande Torino. Valentino et Loik avaient joué ensemble au Venezia, où ils avaient connu un début difficile, Ezio étant un peu paranoïaque et calme et Valentino étant le leader vocal sortant. Mais ces deux-là formaient le couple parfait pour diriger le milieu de terrain. Ils avaient un sens presque télépathique de l'endroit où ils se trouvaient sur le terrain et pouvaient se faire une passe avec une perfection digne d'un laser. Ensemble, ils ont remporté la Coppa Italia pour Venezia, le premier honneur de ce genre pour les nordistes. Valentino et Ezio avaient récemment fait leurs débuts avec les Azzurri, disputant un match contre la Croatie et se distinguant par une victoire 4-0. Le partenariat durera jusqu'à leur mort à Superga. Ils sont venus au Turino avec de grands espoirs, même s'ils savaient que la guerre pouvait tout changer en un rien de temps, ce qu'elle a finalement fait. Après la saison 1942, la Serie A est restée inactive pendant deux ans dans ce qu'on appelle maintenant les ''saisons de guerre''. Pendant ces deux années, les joueurs et les entraîneurs se sont entraînés et ont joué quelques matchs alors que la guerre faisait rage autour d'eux, bien que beaucoup aient été tués à cette époque, avec des craintes pour des hommes comme Egri Erbstein, le manager du Torino qui était un juif hongrois ex-pat vivant à Italie. Erbstein était un génie. Il avait joué au football à Budapest avec un certain succès et avait servi dans l'armée des Habsbourg pendant la Grande Guerre en 1916; envoyé sur le front italien, il a eu la chance de n'avoir à servir qu'un an, au lieu des trois ans prescrits à beaucoup de son âge. Erbstein est revenu du service pour poursuivre sa carrière de footballeur à Budapest au BAK, mais la Hongrie était mûre pour la révolution et son rôle de leader dans l'armée était considéré comme un plus pour le renversement du gouvernement actuel, un acte qui a finalement réussi. L'agitation politique et le sentiment anti-juif sévissaient dans toute l'Europe et Erbstein était assez intelligent pour savoir quand bouger et quand garder la tête baissée. En 1942, les astres se sont alignés lorsque les incroyables talents du Torino se sont réunis sous la tutelle du génie errant d'Erbstein. Un match parfait, le coach avait trouvé à Torino une équipe qui pouvait répondre à sa philosophie sur la façon dont une équipe moderne devait jouer, avec une vitesse venant des flancs et une défense de pression élevée. Le Torino jouait un foot gourmand, comme si le ballon leur appartenait; dans leur esprit, si l'autre équipe avait le ballon, ce devait être une erreur, ils ne le méritaient pas et ils insisteraient agressivement pour le récupérer. Une fois que le ballon est revenu entre les mains du Torino, il a été poussé sur le terrain vers l'un des flancs par la star et pin-up du calcio, Valentino Mazzola. Le héros italien a toujours su quoi faire avec le ballon, qu'il s'agisse d'une passe précise à un avant-centre ou d'un tir fulgurant au but, Valentino prit les décisions. Il faisait rarement des erreurs. Après la guerre, la Serie A a finalement repris son plein essor, le Torino dominant la Serie A; aucune autre équipe n'a pu toucher la grandeur des footballeurs talentueux d'Erbstein, tous dirigés par leur leader vocal et expressif Mazzola. Lorsque Mazzola sentait que l'équipe manquait de concentration ou d'effort, il soulevait les manches de sa chemise pour signaler à ses coéquipiers de monter d'un cran. Souvent, c'était son jeu, son leadership, qui amènerait l'équipe à saisir la journée et à gagner le match. Mazzola est même intervenu en tant que gardien de but à une occasion, gardant une clean sheet et remportant encore plus d'applaudissements pour la foule en adoration. Sa légende grandit et grandit. À la fin de la saison 1948, les Azzurri étaient presque entièrement composés de joueurs du Torino. L'équipe était si dominante que personne en Serie A n'a failli égaler ses exploits. L'Europe en était aux premiers stades de la création de ce qui allait devenir la Coupe d'Europe et éventuellement la Ligue des champions, et bien sûr le Torino était considéré comme la force dominante pour remporter tous les honneurs. Seule une tragédie comme Superga pourrait empêcher que cela se produise. Le Real Madrid a remporté cinq titres consécutifs dans les années 50, mais il est stupéfiant de penser à quel point l'histoire aurait pu changer, en Italie et en Europe, si le Torino n'avait jamais embarqué sur ce vol fatidique au départ de Lisbonne. Aurions-nous une hiérarchie différente dans le football d'aujourd'hui ? Nul ne le sait. Mazzola, l'Iron Man de cette grande équipe du Torino, était un joueur des décennies en avance sur son temps; une superstar en Italie et la première pin-up de calcio. Ses talents étaient indéniables et beaucoup de ceux qui l'ont vu jouer ont dit même des années plus tard que Mazzola était tout simplement le meilleur. La tragédie de Superga ne peut pas être mesurée car elle a abattu tant de jeunes hommes au sommet de leur carrière, pas seulement Mazzola, mais Loik et le grand marionnettiste lui-même Erbstein, qui est arrivé au bon endroit au bon moment pour enflammer cette équipe. On se souvient aujourd'hui d'Il Grande Torino comme d'un joyau parfait et honoré pour son éclat pendant leurs courtes années ensemble. En souvenir des 31 morts le 4 mai 1949 à la Basilique de Superga : les pilotes Pierluigi Meroni et Cesare Biancardi ; les membres d'équipage Antonio Pangrazi et Celeste D'Inca ; l'organisateur de la tournée Andrea Bonaiuti; les journalistes Renato Casalbore, Renato Tosatti et Luigi Cavallero ; les directeurs du club Rinaldo Agnisetta et Ippolito Civalleri ; le masseur Ottavio Cortina; l'entraîneur de l'équipe première Leslie Lievesley; l'équipe Grande Torino : Valerio Bacigalupo, Aldo Ballarin, Dino Ballarin, Emile Bongiorni, Eusebio Castigliano, Rubens Fadini, Guglielmo Gabetto, Ruggero Grava, Giuseppe Grezar, Ezio Loik, Virgilio Maroso, Danilo Martelli, Valentino Mazzola, Romeo Menti, Piero Operto, Franco Ossola, Mario Rigamonti et Giulio Schubert ; et leur manager Ernő Egri Erbstein. Traduction alex_j via thesefootballtimes.co.
  3. Tarcisio Burgnich est décédé le 26 mai 2021. Dans les années 1960, il était surnommé "la Roche". Le stoppeur de la Grande Inter d'Helenio Herrera, qui aura joué trois Mondiaux avec l'Italie et remporté un Euro, aura aussi entraîné durant 23 ans dans toute la Botte. En 2014, à l'occasion du numéro hors-série Tactique de So Foot, il avait livré ses vérités sur les évolutions tactiques de son époque à nos jours, de la courte vie du libéro aux méthodes du Mago Herrera. Comment raconter le schéma tactique de l'Inter d'Herrera ? "Moi, je jouais défenseur central droit, à l'époque j'étais ce qu'on appelait un « marqueur ». Mon rôle, c'était de défendre en individuel sur mon adversaire direct de la soirée. Dans cette équipe, il y avait quatre défenseurs : moi-même, Guarneri, Picchi et Facchetti. Mais on avait des rôles différents : Guarneri faisait comme moi sur l'autre attaquant, Picchi avait le rôle du libéro, et enfin Facchetti était une sorte de latéral gauche en avance sur son temps. Le premier au monde. Au milieu, on avait Tagnin qui nous protégeait. Et devant, cinq attaquants : Jair en ailier à droite, Peiro en pointe, Corso à gauche, et Mazzola et Suárez dans l'axe. Je peux vous dire que ça allait vite, avec tous ces créateurs..." Picchi, c'était quel genre de libéro ? "Guarneri et moi, on jouait sur le dos de notre adversaire direct, on devait le suivre partout, alors que Picchi était derrière et avait pour occupation de rattraper nos erreurs. Si on laissait filer un joueur, il était là pour s'en occuper. Mais Picchi ne montait pas du tout comme Beckenbauer à l'époque. Il parlait beaucoup sur le terrain, il avait une vraie personnalité et cette capacité à donner envie de partir au combat, mais il ne dépassait pas la ligne des défenseurs. Je me souviens bien des discours d'Herrera : « Toi, t'es défenseur. Ton objectif, c'est de ne pas faire marquer les adversaires. Aucune erreur. Toi, t'es attaquant. Ton objectif, c'est de la mettre au fond. » Picchi, lui, c'était le défenseur des défenseurs. On ne pouvait pas sortir de nos rôles, à part Facchetti qui jouait sur toute la largeur et qui faisait ce qu'il voulait." Les défenseurs ne sont pas amenés à être plus libres ? "Moi, je dis toujours que l'attaquant est un fantaisiste que le défenseur doit annuler. À l'époque, le défenseur avait vraiment un second rôle : il bougeait seulement en fonction de son attaquant. Eux, ils faisaient. Et nous, on les empêchait de faire. À Udine, Comuzzi me disait toujours : « Avec un œil et demi, tu regardes l'homme, et avec l'autre moitié de l'œil, tu surveilles le ballon. » Il n'y avait pas qu'Herrera qui pensait comme ça. En 1965, on joue en finale de Coupe des clubs champions contre le Benfica d'Eusébio. On défend un corner. Moi, je devais marquer Simões. Sauf qu'à un moment, il sort de la surface, et là je crie à Guarneri, plus proche de lui, que je prends en charge Eusébio. Ils tirent le corner, Simões nous contourne et passe à quelques centimètres de marquer. À la mi-temps, Il Mago vient me voir pour me demander ce qui s'est passé et m'explique : « Qu'est-ce que Simões est en train de faire, là ? Même s'il est aux toilettes, t'es censé être devant lui ! » (Rires.)" Et Herrera, tu l'as toujours suivi ? "Avec moi, Herrera a toujours joué avec un libéro. Il n'a jamais abandonné cette idée. Je me souviens d'une défaite à Bologne, on avait perdu 2-0 et on s'était engueulé. Je lui demandais : « Mais quand un attaquant adverse passe le milieu et n'a plus de marquage, pourquoi je ne peux pas monter sur lui et demander au libéro de s'occuper de mon joueur ?! » C'était un « non » catégorique de sa part : « Occupe-toi toujours de ton homme, et basta »." Qu'est-ce qu'il a apporté au football, alors ? "Il Mago a tout changé. Il a révolutionné le foot pour l'amener dans le monde moderne. Pour tout dire, je pense qu'encore aujourd'hui, certains entraîneurs sont moins avancés que lui... À Turin, quand je jouais à la Juventus, on faisait quatre tours de terrain, puis des exercices de passes et enfin des oppositions. Quand je suis arrivé à l'Inter, c'était un autre monde : avec Herrera, on n'a jamais fait un seul entraînement sans ballon. Aujourd'hui, tout le monde est surpris par les méthodes de Mourinho et d'autres, mais Il Mago les appliquait déjà dans les années soixante. La technique individuelle, les passes, le système tactique, tout était travaillé en même temps." Aujourd'hui, il a l'image d'un entraîneur très sévère... "Il a fait d'un jeu un sport professionnel, tout simplement. Quand je jouais à la Juventus, en 1960, on s'entraînait le mardi après-midi, mercredi, jeudi et voilà. Le jour du match, le dimanche, on avait rendez-vous à 10h du matin pour manger avec l'équipe, et puis on jouait l'après-midi. Rien de plus. Avec Herrera, les entraînements étaient planifiés tous les jours, notre alimentation était programmée, et surtout il a inventé les mises au vert avant les matchs. À l'Inter, j'ai passé plus de temps en mise au vert avec mes coéquipiers qu'à la maison ! Le samedi, le Mago nous faisait une analyse de l'adversaire du lendemain. « Celui-là, il est droitier et son dribble préféré est comme ça. Celui-là, il est super rapide. Ce qui est dommage pour lui, c'est que Facchetti est encore plus rapide. Alors on va jouer comme ça... » Du coup, le dimanche, on savait tous exactement ce qui nous restait à faire pour gagner. Sur le terrain, Picchi parlait en tant que capitaine, mais Herrera avait déjà tout dit." Quand est-ce que le libéro a-t-il commencé à disparaître ? "Moi, c'est en 1975 quand je jouais au Napoli sous les ordres du brésilien Luís Vinício que l'on a commencé à défendre différemment, en zone. Concrètement, le défenseur qui se trouvait dans la zone du ballon partait presser au lieu de suivre son joueur. Mais si tu regardes aujourd'hui, il y a toujours un joueur au profil du libéro, dans toutes les bonnes équipes au moins. Aujourd'hui à la Juve, il y a Bonucci qui joue de façon très différente par rapport aux autres centraux. Il n'est pas beaucoup plus reculé parce que c'est impossible dans le football moderne, mais il a plus de temps pour manœuvrer et il dirige les deux autres, qui sont bien plus engagés dans les duels (Chiellini et Barzagli, quand la Juve a une défense à trois, NDLR)." Que pensez-vous du football en 2014, alors ? "Tout le monde parle toujours de catenaccio en faisant référence à notre jeu dans les années 1960. Mais le catenaccio, ils le font tous aujourd'hui à défendre avec dix hommes sur trente mètres dès qu'une bonne équipe se présente en face. Le jeu est souvent très fermé, plus qu'à mon époque. Nous, on sortait le ballon sur Suárez, et ensuite l'équipe faisait des merveilles d'attaques rapides. C'était aussi une philosophie basée sur le talent. Aujourd'hui, voilà ce qui manque au football italien : des Suárez et des Corso. Des joueurs qui font la différence. Les systèmes, les schémas, c'est une chose. Mais le Bayern, le Barça, Chelsea et d'autres gagnent parce qu'ils ont les hommes qu'il faut. Le football italien a dû vendre beaucoup, et aujourd'hui il manque d'excellence, de talent." Y a-t-il aussi un problème de mentalité ? "Je me rappelle les discours de Trapattoni. « Ne prenez pas de buts ! L'objectif, c'est de ne rien encaisser. De toute façon, à ce jeu, il y en a toujours un pour la pousser au fond à un moment ou un autre... » Je pense que la mentalité italienne a beaucoup évolué dans ce sens-là." Source So Foot 26 Mai 2021 dans une interview initialement publiée en décembre 2014
  4. Alors que l’Inter affrontera Liverpool en huitième retour ce Mardi, voici une histoire tenace chez nos amis anglais : la deuxième demie finale Inter – Liverpool de 1965 fut truquée par le fameux Dezso Solti. Voici cette histoire singulière publiée dans "Notorious match-fixer Solti’s game of fine margins echoes down the years" par Jonathan Wilson parue sur The Guardian. Introduction Peu de gens dans le football moderne connaissent le nom de Dezso Solti. Beaucoup, cependant, connaissent les résultats de son travail : les victoires de l'Inter dans les Coupes d'Europe 1964 et 1965, ainsi qu'un certain nombre d'autres matchs continentaux impliquant des équipes italiennes. Le "truqueur" hongrois était l'homme au cœur du trucage de matchs au plus haut niveau encore découvert dans l'histoire du football. La méthode de choix de Solti consistait à inviter l'arbitre désigné dans une somptueuse chambre d'hôtel, à déposer des liasses d'argent et peut-être les clés de voitures chères, et à faire quelques implications. Souvent, il y avait des suggestions subtiles sur l'avenir de l'officiel dans le jeu. Solti le truqueur Pour les fans Liverpool, le match en Ligue des champions contre l'Inter évoquera inévitablement des souvenirs de 1965. Menant 3-1 dès le match aller de leur demi-finale de la C1, Liverpool s'est rendu au Meazza et a perdu 3-0 dans un match qui, selon les joueurs, était truqué. Le premier but de l'Inter fut marqué sur un coup franc direct alors qu'ils le croyaient indirect, le second après que le ballon ait été arraché au gardien Tommy Lawrence alors qu'il le faisait rebondir avant de dégager. Les preuves dans ce cas sont circonstancielles, même si, comme Brian Glanville l'a noté dans une enquête sur le trucage de matchs dans le Sunday Times près d'une décennie plus tard, les équipes italiennes ont remarquablement bien réussi lorsque l'arbitre qui a arbitré ce match, José María Ortiz de Mendíbil, était en charge. Il y avait également eu des décisions très étranges lors de la demi-finale de l'année précédente lorsque l'Inter avait battu le Borussia Dortmund, mais la première preuve concrète de trucage est survenue l'année suivante. Comme l'a révélé le journaliste hongrois Péter Borenich dans son livre de 1983 "Csak a labdán van bőr", "Seul le ballon a une peau", Budapest dans les années 1960 et 1970 est devenue l’épicentre du trucage de matchs européens. En son cœur se trouvait le Hongrois Dezső Solti, qui avait approché l'arbitre György Vadás, lui offrant assez d'argent pour "cinq, six Mercedes" pour assurer que l'Inter batte le Real Madrid en demi-finale aller. Mais Vadás a refusé, le match s'est terminé 1-1 et c'est Madrid qui a battu le Partizan lors de la finale de 1966. En 1983, Solti purgeait déjà une interdiction de professer dans le football pour sa part de responsabilité dans le scandale révélé par Glanville, ayant offert à l'arbitre portugais Francisco Marques Lobo 5 000 $ et une voiture s'il assurait que la Juventus battait Derby en demi-finale de la C1 de 1973. Lobo a signalé l'approche et est généralement considéré comme ayant arbitré le match retour équitablement. Mais le mal avait été fait au match aller alors que la Juve l’avait remporté 3-1. Brian Clough était si certain que le match avait été arrangé que la conférence de presse d'après-match du manager du Derby consistait en une seule phrase : "Je ne parlerai pas aux salauds qui trichent ; aux bâtards tricheurs, je ne parlerai pas." En partant, il se tourna vers Glanville : "Traduis ça pour eux, Brian." Si on se souvient de Solti maintenant, c'est comme un croque-mitaine, mais son histoire est bien plus compliquée que cela. Steinberger capturé et envoyé à Auschwitz Il est né Dezső Steinberger en 1912 dans une famille de marchands à Balmazújváros, une petite ville à 20 miles au nord-ouest de Debrecen. En 1944, après l'invasion allemande de la Hongrie, il fut arrêté avec les autres Juifs de la région et envoyé à Auschwitz. Sa famille immédiate fut tuée quelques heures après son arrivée, mais Steinberger était en bonne forme physique et donc utilisé comme main-d'œuvre. Il a joué dans les buts dans l'une des équipes de football du camp et a commencé à obtenir des faveurs en informant sur d'autres prisonniers. À un moment donné de l'hiver 1944-1945, Steinberger a réparé la voiture d'un officier SS. Impressionné par ses capacités linguistiques et son utilité générale, l'officier a commencé à utiliser Steinberger comme factotum général. Cet officier n’était ni plus ni moins que Josef Mengele. Alors que les forces soviétiques se rapprochaient, Steinberger a participé à l'une des marches de la mort vers l'ouest. Après avoir passé du temps à Dachau et à Mühldorf-Mettenheim, il fut embarqué dans un train pour être emmené dans les montagnes et massacré. Cependant, un commandant local de la Wehrmacht, dans un accès de conscience, a retardé le train pour s'assurer qu'il serait intercepté par les forces américaines. Les États-Unis l'ont hébergé dans un camp temporaire à Feldafing près de Munich, et il a été interrogé sur ses liens avec Mengele avant, finalement, d'être renvoyé en Hongrie. La guerre l'avait changé. "J'étais affaibli en tout", écrit-il dans ses mémoires. "J'étais faible de caractère, de volonté, en tout. Auschwitz a tout brûlé." De Steinberger à Solti Il a été approché par l'ÁVH, la police secrète hongroise. Péter Veres , le chef du Parti national des paysans, qui était le plus grand opposant au programme communiste de collectivisation, était également originaire de Balmazújváros. Steinberger le connaissait-il et pouvait-il le piéger dans quelque chose qui le forcerait à démissionner ? Il le pouvait, et il l'a fait. En récompense, Steinberger a dit qu'il voulait quitter le pays. L'ÁVH lui a dit que cela pouvait se faire s'il obtenait un visa d'artiste. Steinberger a donc suivi une formation de magicien de scène et, en 1949, il a obtenu un passeport, délivré au nom de Dezső Solti. Il est parti pour l'Italie avec six danseuses qui, selon lui, étaient essentielles à son numéro, mais d’après les dossiers de l'ÁVH, il s'agissait d'une couverture pour le trafic de prostituées. La vie de Solti à Milan A Milan, Solti a rencontré le grand entraîneur Béla Guttmann, un autre juif hongrois. C'était la voiture de Solti, importée des États-Unis, que Guttmann conduisait (sans permis) lorsqu'il a percuté et tué un étudiant de 17 ans. Solti a tout pris sur lui assez longtemps pour que Guttmann puisse quitter le pays et éviter les tribunaux. Solti a travaillé avec des clubs de football en tant qu'agent, et plus encore. En mars 1990, Solti passe une journée avec le réalisateur Béla Szobolits, qui faisait des recherches sur un documentaire. "Il était de bonne humeur avec un regard espiègle dans les yeux", a déclaré Szobolits. "Il parlait beaucoup des femmes. Il était très religieux, sensible, facilement émotif." "Il vivait seul dans un appartement très moyen de deux chambres à Milan. Chaque jour, il se levait à 7 heures du matin et priait pendant une heure. Il lisait des passages de la Torah. Il y avait un bijoutier juif du même âge originaire de Roumanie qui venait tous les jours entre 10 et 12 heures. Solti déjeunait seul et dormait. Ensuite, il lisait les journaux et se rendait au centre-ville pour une glace. Il lisait de la philosophie après cela. Il prenait son repas du soir, puis se tenait à la fenêtre, regardant la ville, prenant l'air frais, avant d'aller se coucher après minuit." Conclusion Solti n'avait pas été clair, mais il a admis qu'il avait parfois donné des montres en or aux arbitres. "Le football est un jeu aux marges étroites", a-t-il déclaré à Szobolits. "Tout ce que nous avons fait, c'est essayer de nous assurer que ce n'était pas contre l'Inter. Si un coup franc devait être donné d'une manière ou d'une autre, nous voulions nous assurer que nous étions considérés comme la victime et non comme l'adversaire." Juste une autre ambiguïté dans une vie vécue dans un monde de moralité limitée. Traduction alex_j via The Guardian et connaissances personnelles.
  5. 16 avril 1967. Après une campagne de championnat réussie la saison précédente où les Nerazzurri ont battu de justesse Bologne pour le Scudetto de quatre points, les champions en titre avaient des plans très ambitieux pour commencer la campagne 1966-1967. Le club a tenté de signer à la fois Franz Beckenbauer du Bayern Munich et Eusebio du Benfica après que les deux joueurs aient connu une Coupe du Monde 1966 remarquable. Cependant, à cause des mauvaises performances des Azzurri dans cette même coupe du monde, perdant face à la Corée du Nord, la Fédération italienne avait prolongé la décision d'interdire les joueurs étrangers dans la ligue jusqu'en 1980 afin de promouvoir le développement des joueurs italiens. L'équipe d'Helenio Herrera a plutôt cherché dans la Serie A pour se renforcer. C'était aussi la saison où le club a changé son nom de Football Club Internazionale à Football Club Internazionale Milano. À l'approche de la vingt-huitième journée, les Nerazzurri se préparaient pour une rencontre contre Venezia au Stadio Pier Luigi Penzo. Alors que les champions en titre arrivaient en ville, l'équipe locale de Venise était au milieu d'une saison absolument horrible à tous points de vue. Ils ont réussi à remporter leur premier match de la saison à la 15e journée contre Lecco. Cependant, l'équipe entamait ce match avec de grands espoirs alors qu'elle venait de remporter une impressionnante victoire 3-0 contre Brescia lors de la vingt-septième journée. Pour l'Inter, Giuliano Sarti était dans les buts, avec Aristide Guarneri, Giacinto Facchetti, Tarcisio Burgnich, Armando Picchi en défense. Les milieux de terrain étaient Gianfranco Bedin, Mauro Bicicli, Luis Suarez et le trio offensif de Mario Corso, Sandro Mazzola et Renato Cappellini. Pour Venezia, les onze de départ étaient Giovanni Bubacco, Francesco Cappelli, Eraldo Mancin, Beniamino Cancian, Gianni Grossi, Giulio Cesare Spagni, Candido Beretta, Angelo Pochissimo, Lucio Bertogna, Pedro Waldemar Manfredini et Silvano Mencacci. Les Nerazzurri ont pris un départ parfait, inscrivant le premier but du match en deux minutes. La passe de Facchetti vers Mazzola a été interceptée par les défenseurs de Venezia qui ont mis trop de temps à relancer et Mazzola leur a volé le ballon. Puis il a dribblé devant le gardien de but qui se précipitait pour le fixer dans le coin gauche pour donner à l'Inter une avance rapide. Cependant, l'avance n'a pas duré longtemps puisque Venezia a égalisé à 1-1 à six minutes de jeu, lorsque Manfredini a centré confortablement de l'aile droite pour ramener l'équipe locale dans le match. L'Inter a méthodiquement construit l'attaque au centre avec Sandro Mazzola comme point focal, alimentant constamment l'attaquant solitaire. Cependant, c'est grâce à un brillant coup de pied arrêté de Mario Corso vers la moitié de la première mi-temps que l'Inter reprend la tête. Sur le côté droit, pas très loin de la surface, gardien assez mal placé, tir curvé qui rentre tranquillement. Un pied gauche terrible. L'Inter mène 2 -1. Alors que les leaders de la Serie A espéraient atteindre la mi-temps avec un but d'avance, l'équipe locale a égalisé à 2-2 lorsque Lucio Bertogna a marqué son premier but de la saison avec un retourné sensationnel en effaçant deux défenseurs Nerazzurri. En seconde période, Helenio Herrera a effectué des ajustements défensifs que Venezia n'a pas pu briser tandis qu'en attaque, l'Inter a ouvert les vannes mais a continué à touché le bois. Le but victorieux est venu à la soixante-troisième minute lorsque Mauro Bicicli a marqué son deuxième de la saison et le troisième but vainqueur de l'Inter. Les Nerazzurri ont mené la Serie A pendant trente-trois journées consécutives. Mais, en raison d'une horrible méforme dans la dernière ligne droite où l'équipe n'a pas remporté un seul match au cours des six derniers matches, la Juventus a remporté la Serie A lors de la trente-quatrième journée. De plus, la même année, l'Inter fut battue par le Celtic 1-2 en finale de la C1 à... Lisbonne. Traduction alex_j via sempreinter et connaissances personnelles.
  6. Tous les milieux de terrain ont une chance d'être intronisés au Hall of Fame 2021. Les votes affluent alors que les fans de Nerazzurri décident des quatre prochaines entrées au HoF. C'est la quatrième édition des intronisations et voyons qui rejoindra les 12 qui y siègent actuellement. Un joueur par poste est à choisir dans cette édition, et après avoir déjà dévoilé les candidats gardiens et défenseurs, il est maintenant temps de parler des milieux de terrain. Il y a 57 joueurs qui peuvent suivre les traces d'Esteban Cambiasso, le dernier milieu de terrain intronisé. Nous avons ici une série de noms qui ont énormément contribué à l'histoire du club: des légendes de la Grand Inter comme Mario Corso, Luis Suarez et Sandro Mazzola, d'autres personnages historiques comme Gabriele Oriali, Evariso Beccalossi et Nicola Berti, ainsi que des héros des temps modernes comme Wesley Sneijder. Les premières années jusqu'à la Seconde Guerre mondiale Parmi les stars des premières années de l'Inter figurent des joueurs qui ont non seulement triomphé avec leur club, mais ont également joué un rôle dans les deux premières victoires de l'Italie en Coupe du monde dans les années 1930. Giovanni Ferrari entre dans cette catégorie, il a remporté les éditions 1934 et 1938. Virgilio Fossati était une autre figure mémorable, qui est devenu le premier joueur de l'Inter à représenter l'Italie. Armando Castellazzi a réussi à la fois en tant que joueur et en tant qu'entraîneur des Nerazzurri, tandis qu'Attilio Demaria a joué dans la Coupe du monde 1934. Les autres joueurs de cette époque qui les rejoignent en tant que candidats au HoF sont: Emilio Agradi, Antonio Blasevich, Enrico Candiani, Aldo Cevenini I, Osvaldo Fattori, Renato Olmi, Enrico Rivolta, Paolo Schleider, Pietro Serantoni et Giuseppe Viani. Après la guerre Lennart 'Nacka' Skoglund est le nom le plus connu du milieu de terrain de l'Inter dans les années 1950. Le Suédois, qui pourrait être décrit comme un génie téméraire, a joué un rôle dans deux triomphes des Nerazzurri Scudetto. Enea Masiero, Bruno Mazza, Maino Neri et Fulvio Nesti sont d'autres figures marquantes de cette période. L'ère de la Grand Inter L'Inter de Helenio Herrera est entrée dans les annales de l'histoire du football. Les personnages clés de son équipe étaient Gianfranco Bedin, Mario Corso, le vainqueur du Ballon d'Or Luis Suarez et Sandro Mazzola. Ce dernier, un milieu de terrain offensif talentueux et polyvalent, a joué 565 fois pour le club, remportant une litanie de trophées et terminant deuxième derrière Johan Cruyff lors du vote du Ballon d'Or 1971. Les Nerazzurri dans les années 1970 et 1980 Salvatore Bagni, Evaristo Beccalossi, Domenico Caso, Gabriele Oriali, Gianpiero Marini (qui a ensuite entraîné l'Inter jusqu'au succès de la Coupe UEFA en 1994), Giancarlo Pasinato, Giuseppe Pavone, Herbert Prohaska et Alessandro Scanziani sont les meilleurs joueurs de cette époque, soit en faisant au moins 60 apparitions pour le club ou remporter un trophée dans l'une ou les deux décennies. L'Inter des années 1990 Lothar Matthaus étant déjà entré au HoF lors de sa première édition de vote, Nicola Berti est un candidat solide pour être intronisé en 2021. Pourtant, il a de la concurrence de cette époque sous la forme de: Alessandro Bianchi, Enrico Cucchi, Pietro Fanna, Gianfranco Matteoli, Benoit Cauet, Youri Djorkaeff, Davide Fontolan, Wim Jonk, Antonio Manicone, Francesco Moriero, Angelo Orlando, Igor Shalimov, Diego Simeone et Aaron Winter. Succès avec Mancini et le triplé Enfin, nous avons plusieurs noms d'équipes de l'Inter du 21e siècle qui ont de bonnes chances de faire partie du HoF. Parmi eux se trouvent les vainqueurs du Scudetto et de la Coppa Italia sous Roberto Mancini et ceux qui ont mené les Nerazzurri au triplé en 2010. Voici les joueurs en lice pour l'intronisation: Luis Figo, Kily Gonzalez, Thiago Motta, Wesley Sneijder, Santiago Solari, Patrick Vieira et Cristiano Zanetti. Traduction alex_j via le site officiel.
  7. Après les gardiens de but, au tour des défenseurs. Voici la liste des 47 défenseurs en lice. Le vote pour le Inter Hall of Fame a commencé et nous sommes invités à choisir quatre légendes Nerazzurri qui méritent de faire partie de l'illustre casting des stars de l'Inter sélectionnées lors des éditions précédentes. Les supporters peuvent choisir un joueur par poste : gardien de but, défenseur, milieu de terrain et attaquant. À l'heure actuelle, le HOF compte trois défenseurs qui ont énormément contribué à l'histoire de l'Inter: Javier Zanetti, Giacinto Facchetti et Beppe Bergomi. Il y a 47 candidats pour rejoindre ces légendes de l'Inter. Le prochain intronisé sera-t-il membre de l'équipe de 2010 ou de la Grande Inter des années 1960 ? On s'attend à ce qu'il y ait peu de choix entre les candidats. Depuis la fondation du club jusqu'à l'âge d'or avec Helenio Herrera, de nombreux défenseurs ont marqué l'histoire. Il s'agit notamment de Luigi Allemandi, vainqueur de la Coupe du monde avec l'Italie en 1934, Giuseppe Ballerio, Ivano Blason, Giovanni Bolzoni, Carmelo Buonocore, Oscar Engler, Gustavo Francesconi, Giovanni Giacomazzi, Guido Gianfardoni, Attilio Giovannini, Ugo Locatelli, Bruno Padulazzi, Silvio Pietroboni , Duilio Setti et Guido V incenzi. L'équipe de la Grande Inter des années 1960 était considérée comme une équipe pionnière qui a défini l'avenir de la défense dans le football. Tarcisio Burgnich (décédé cette année), Aristide Guarneri et Armando Picchi sont trois personnages clés de cette époque. Ce dernier a été capitaine du club et a fait 257 apparitions, son image étant à jamais associée aux triomphes du club au cours de cette décennie. Spartaco Landini a également joué pour l'Inter pendant cette période; il a trouvé une place dans le onze de départ après avoir été précédemment utilisé comme remplaçant. Il y a plusieurs Nerazzurri des années 70 et 80 qui ont une chance d'être intronisé. Mauro Bellugi qui est malheureusement décédé cette année, Nazzareno Canuti, Mario Giubertoni, Angiolino Gasparini et Adriano Fedele font partie des nominés. Deux capitaines de cette époque figurent également sur la liste des nominés: Graziano Bini, qui a aidé l'Inter à remporter le Scudetto en 1980 et a également marqué le vainqueur de la finale de la Coppa Italia 1978, et Beppe Baresi , qui a disputé 559 apparitions pour l'Inter entre 1977 et 1992. Un membre de l'Inter de Giovanni Trapattoni était déjà intronisé au Hall of Fame en 2020 : Beppe Bergomi. Les coéquipiers de cette époque Andreas Brehme, Andrea Mandorlini et Riccardo Ferri sont parmi les candidats cette fois-ci. Quant aux années 1990, des membres des triomphes de la Coupe UEFA en 1994 et 1998 figurent également sur cette liste: Sergio Battistini, les frères Paganin Antonio et Massimo, Gianluca Festa, Francesco Colonnese, Salvatore Fresi, Fabio Galante et Taribo West. Last but not least, les vainqueurs du Triplé. Les pierres angulaires à l'arrière de l'Inter à cette époque qui ont une chance d'être intronisées sont Ivan Cordoba, Marco Materazzi, Walter Samuel, Cristian Chivu, Maicon et Lucio. Traduction alex_j via le site officiel.
  8. Aujourd'hui, notre flèche Jair Da Costa fête ses 81 printemps! Bon anniversaire et voici une rapide rétro de cet ailier qui a rejoint l'Inter en 1962 de Sao Paulo. Jair a disputé 260 matches toutes compétitions confondues avec le club, marquant 69 buts, dont le but vainqueur de notre deuxième triomphe en Coupe d'Europe contre Benfica en 1965. Le rapide n°7, dont on se souvient affectueusement pour ses feintes et ses astuces sur le flanc, a remporté quatre Scudetti, deux Coupes d'Europe et deux Coupes intercontinentales au cours de ses 10 ans au club. Justement, souvenons nous de ce but contre le Benfica. Il n'y a rien dans ce monde de si cruel et pourtant si doux pour ceux qui aiment le football. Un terrain noyé sous la pluie et la boue, un stade plein de supporters milanais (et oui, la finale s'est tenue au Meazza), une nuit de football sous les étoiles avec des nuages sombres dans le ciel milanais d'où coulait toute la nuit: était-ce un signe de chance ? A en juger par le résultat, il faudrait dire oui. Jair da Costa n'avait même pas 25 ans. Notre grand homme allongé sur l'herbe détrempée du Meazza venait de tirer avec son pied droit et de tomber par terre. Sa tête relevée, ses yeux suivaient avec impatience le ballon alors qu'il roulait vers Costa Pereira, le gardien de Benfica, qui se préparait pour un arrêt de routine. Il s'agenouille, mais le ballon glisse entre ses mains, entre ses jambes et dans le filet. BUT POUR INTER! C'est l'histoire de la façon dont le 27 mai 1965, Jair da Costa a offert à l'Inter sa deuxième Coupe d'Europe de l'histoire. Le premier était arrivé exactement un an auparavant, avec la finale remportée contre le Real Madrid à Vienne. Cette fois-ci, c'était à Milan et les Nerazzurri affrontaient Benfica d'Eusebio. Mais il n'y avait pas lieu de s'inquiéter, car il s'agissait de la Grande Inter du magicien Helenio Herrera: Sarti, Burgnich, Facchetti, Bedin, Guarneri, Picchi, Jair, Peirò, Mazzola, Suarez, Corso. Notre grand homme était une vraie flèche. Il avait l'habitude de voler sur les ailes avec ses grandes enjambées. Il était arrivé en Italie de São Paulo en 1962: il ne savait rien de Milan, abasourdi la première fois qu'il a vu de la neige. Il quittera l'Inter dix ans plus tard, jouant 260 matchs et marquant 69 buts pour le Club, dont cette finale légendaire contre le Benfica. Une liste interminable d'honneurs: quatre Scudetti, deux Coupes d'Europe, deux Coupes intercontinentales et même un trophée de Coupe du monde en 1962 (où il était dans l'équipe du Brésil mais n'a jamais fait d'apparition en raison de la présence du légendaire Garrincha dans l'équipe). Aujourd'hui, le 9 juillet, Jair da Costa fête ses 81 ans. Un très joyeux anniversaire des fans des Nerazzurri du monde entier, ainsi qu'un grand merci pour tout ce qu'il a fait pour l'Inter, en particulier ce but sous la pluie au Meazza !
  9. Massimo Moratti a rendu un hommage sincère à Tarcisio Burgnich après la mort de l'ancien défenseur légendaire de la Grande Inter à 82 ans ce mercredi. "Je me souviens de lui comme d'une très bonne personne. Burgnich était une personne réservée qui a connu du succès en tant qu'entraîneur ainsi qu'au cours de sa carrière de joueur. Il ne s'est jamais éloigné de la scène du football, il a joué comme s'il avait vécu sa vie." "C'était un homme bon, amical et gentil. Il a toujours tout donné sur le terrain et protégé ses coéquipiers: un professionnel exemplaire, un joueur sérieux qui a fait son travail. Burgnich était le plus réservé de tous les joueurs de l'Inter: tous ses coéquipiers allaient chercher mon père, et il était très généreux avec eux." "Mais Tarcisio non, il n'est jamais entré dans son bureau parce qu'il était gêné de se présenter comme quelqu'un qui voulait rencontrer le président juste pour une belle conversation. Il n'a jamais changé non plus dans les années qui ont suivi; une personne charmante, jamais envahissante, instruite, avec un frère ecclésiastique. Burgnich était effacé, pas un extraverti mais quelqu'un qui avait une attitude amicale envers tout le monde." "Nous nous aimions les uns les autres. J'apprécie toujours énormément ceux qui étaient plus âgés que moi et qui étaient affectueux avec moi. Tarcisio était l'une de ces personnes."
  10. Le 27 Mai 2021, Armando Picchi décédait d'un cancer. Pour son 50e anniversaire de sa mort, voici un hommage. "Si l'Inter doit quelque chose à il Mago, combien il Mago nous doit-il aux joueurs? Beaucoup, peut-être beaucoup." Armando Picchi "Picchi était un directeur défensif... ses passes n'étaient jamais aléatoires et sa vision était superbe." Gianni Brera Armando Picchi avait le type de traits du visage qui donnaient l'impression d'avoir vécu cent vies à l'âge de 18 ans. Regarder de vieilles séquences vidéo en noir et blanc ne fait rien pour améliorer l'apparence du libéro original italien, mais cela met en perspective qu'il a joué le jeu avec l'intelligence et l'expérience d'un joueur mûr au-delà de ses années. Né à Livourne en 1935, le futur porte-étendard de tous les titulaires en venir du poste est né la même année que l'achèvement du stade du club de sa ville natale. Une relation symbiotique entre le nouveau-né et l'amphithéâtre de football nouvellement fini de Livourne fusionnera complètement en 1990, mais avant cela, Picchi établira la norme par laquelle tous les futurs défenseurs italiens seraient jugés. Leo Picchi était l'aîné d'Armando de 14 ans et était, comme c'est souvent le cas, le frère aîné qui a initié une histoire d'amour avec le beau jeu. Leo a fait ses débuts pour l'équipe locale de Livourne en 1945 a joué un rôle central dans l'identification du talent de son jeune frère, le recommandant au club et le mettant en route pour suivre ses traces. Tout comme Leo a quitté l'équipe première pour pour le Torino, Armando a fait ses débuts en équipe Primavera. En 1954, Armando a finalement fait ses débuts dans l'équipe première de Livourne, commençant sa carrière en tant qu'arrière droit. Tout au long de ses 99 apparitions pour son bien-aimé Livourne et marquant 5 buts, le premier d'entre eux le 30 Décembre 1956 contre Mestre, Picchi jouait et se développait dans un position large. Armando Picchi restera dans l'équipe de sa ville natale pendant 5 ans, de 1954 à 1959 lorsque le président de SPAL, Paolo Mazza, notant sa qualité a décidé de le recruter pour son équipe en Serie A. Avec les bleus et blancs, cependant, il n'est resté que pendant une seule saison et 27 matchs, contribuant à la cinquième place du SPAL, le meilleur résultat de l'histoire de l'équipe. La promesse de Picchi avait attiré l'attention d'Helenio Herrera, qui tenta l'arrière latéral de l'équipe provinciale à l'Internazionale, et bien que ce ne soit pas évident à l'époque, les graines de la Grande Inter avaient été semées. Rejoindre l'Inter en même temps que Picchi était un autre élément essentiel du plan directeur de Herrera, Giacinto Facchetti. Picchi jouerait initialement en tant que défenseur droit de l'Inter et Facchetti, un défenseur qui avait des décennies en avance sur son temps, jouerait en tant que latéral gauche. Les deux premières saisons de Herrera et Picchi ont été une période de pauvreté si l'on considère la principale monnaie d'argent du football. Au milieu d'une disette de six saisons pour le Scudetto lorsque Herrera est arrivé (son dernier Scudetto datait de la saison 1953-1954), et malgré une troisième place suivie de la deuxième la saison suivante (l'Inter termina 3e en 1960-1961, et 2e en 1961-1962) le propriétaire de l'Inter, Angelo Moratti, n'a pas été impressionné. Des rumeurs tournaient comme des vautours voraces autour d'Herrera, et avec elles la possibilité très réelle que deux saisons seraient tout ce qu'il verrait du Giuseppe Meazza. Mais l'histoire est jonchée de moments décisifs. Moratti a choisi de donner un peu plus de temps à Herrera, forçant le manager à reconnaître que son équipe était trop ouverte et susceptible de concéder des buts (l'Inter concéda 39 buts en 1960-1961, 31 buts en 1961-1962 et 20 en 1962-1963, lors du premier Scudetto sous Hererra). Herrera a choisi de changer le style de jeu de l'équipe. Une ligne de quatre arrières fut déployée, mais avec l'instinct d'attaque naturel de Facchetti, il a été autorisé à patrouiller sur tout le flanc gauche du terrain. L'homme supplémentaire a été placé dans le rôle de "sweeper" derrière les quatre arrières. L'Inter jouerait un système de marquage individuel et laisserait ce joueur supplémentaire à l'arrière pour intercepter tout adversaire ou une balle manquée. C'était un poste qui exigeait de l'intelligence, du sang-froid, de la vision et de l'anticipation. Picchi avait tous les attributs techniques et mentaux nécessaires et il est donc devenu LE libéro, le capitaine et la voix de Herrera sur le terrain. La saison 1962-1963 a vu la manifestation de la pensée tactique de Herrera et des modifications astucieuses porter ses fruits. Tandis que la prétention de Herrera d'avoir inventé le concept même du catenaccio est une discussion pour un autre article, ce qui était immédiatement clair était que Picchi sous la tutelle de Herrera définissait LE libero. Picchi n'était pas un personnage physiquement imposant sur le terrain, mais sa capacité à lire le jeu et à ressentir le danger avant qu'il ne devienne apparent garantissait que son 1m71 était rarement nécessaire pour un football dur et rugueux. Son corps n'était que le conduit qui transportait le cerveau du footballeur dans la bonne position pour étouffer la menace de son adversaire. En 1963, l'Inter a remporté son premier titre de Serie A en neuf ans en ne concédant que 20 buts en 34 matchs. La réinvention tactique par Herrera de la ligne arrière a eu des effets profonds, non seulement pour le club mais aussi pour le football italien au sens large. Picchi était considéré comme une extension du manager, dirigeant ses coéquipiers sur le terrain, donnant des instructions et orchestrant le jeu à ses conditions. Son instinct naturel de défense signifiait qu'il passait très rarement dans l'atmosphère raréfiée de la moitié de terrain adverse, comme son manager l'avait prévu. Le contrôle de Picchi sur le jeu était tel que le légendaire journaliste de football italien, Gianni Brera, a dit: "Picchi était un directeur défensif... ses passes n'étaient jamais aléatoires et sa vision était superbe." Il y a une belle anecdote dans le livre fondateur de John Foot, Calcio, qui illustre la confiance suprême de Picchi dans sa capacité à diriger le jeu sans avoir besoin des instructions de son manager. Au cours d'un match vers le milieu des années 1960, Herrera essayait de transmettre des instructions à ses joueurs. Frustré par le manque d'attention porté vers lui, il appela un joueur sur la ligne de touche et lui a donné les instructions à passer à Picchi. Après un moment, Herrera a demandé au joueur: "Qu'est-ce que Picchi a dit?" Le joueur a répondu, presque par excuse: "Vas te faire foutre et vas te faire foutre aussi à Herrera." L'Inter a remporté le match. Nous reviendrons sur un autre match disputé en Janvier 1966 démontrant les capacité de Picchi à diriger un match plus tard. Alors que Herrera ne pouvait pas toujours compter sur Picchi pour suivre les instructions comme un bon soldat, il savait que le libéro ne quitterait jamais son poste. Picchi était défensivement enclin au noyau, mais il pouvait jouer. Ce n'était pas le genre de défenseur qui se consacrait à tout prix à dégager les lignes; il aimait faire descendre le ballon et le déplacer rapidement. Même si la moitié de terrain adverse était considérée comme une zone interdite, le natif de Livourne aimait lancer des attaques. La saison 1963-1964 de Picchi avec les Nerazzurri les a vus échouer à conserver leur Scudetto, perdant contre Bologne 2-0 dans un match couperet après avoir fini avec le même nombre points sur la saison malgré une différence de buts moins bonne (+36 pour Bologne contre +33 pour l'Inter; les deux équipes ont marqué 54 buts mais Bologne n'en a encaissé que 18 contre 21 pour l'Inter). A l'époque, un match couperet était joué pour départager deux équipes ayant le même nombre de points, les goal averages n'étant pas utilisés avant la Coupe du Monde 1970. Cependant, la pilule amère d'une défaite nationale a été plus que compensée par un succès en Coupe d'Europe. Picchi a mené l'Inter à son tout premier succès continental, battant en finale le puissant Real Madrid. Peut-être plus important que la simple gloire, certainement pour Herrera et son capitaine, c'était une campagne qui a justifié le caténaccio et la capacité de Picchi à rassembler son équipe. En effet, l'Inter n'a concédé que cinq buts en neuf matches contre les champions anglais, français, yougoslave, allemand et espagnol. En tant que régnants européens, Herrera, Picchi et l'Inter se sont mis à tenter de regagner le Scudetto. Contre la pression et la devise accrues auxquelles les Interistes étaient désormais confrontés, Picchi devait mener ses hommes dans l'inconnu lors d'un match à deux manches en Coupe Intercontinentale contre l'Independiente. Une défaite 1-0 à Buenos Aires a laissé ce titre à la portée de l'Inter, avec un 2-0 au Meazza. L'Inter fut sacrée meilleure équipe du monde. La saison 1964-1965 devait être la plus réussie de ce qui était maintenant l'émergence de Grande Inter. Armando Picchi a mené son équipe au titre, perdant seulement deux matchs au cours de la saison. Cependant, comme c'est souvent le cas, chasser les trophées les plus importants sur plusieurs fronts sape les ressources et voit la plupart des équipes échouer. Pas pour l'Inter. Picchi et Herrera ont maintenu l’intensité des Nerazzurri et une deuxième Coupe d’Europe successive a suivi. Une fois de plus, seulement cinq buts ont été concédés sur toute la campagne continentale. La finale avait la résonance d'une typique performance italienne alors que l'Inter menait 1-0 sur le Benfica après 42 minutes. C'était toute l'incitation dont le capitaine avait besoin, quittant rarement son tiers alors que l'Inter enregistrait une performance défensive proche de la perfection contre une brillante attaque portugaise. Le petit libéro avait aidé l'Inter à atteindre le plus grand des sommets, mais il y avait plus à venir des géants milanais. La saison 1965-1966 a offert à l'Inter l'opportunité de conserver sa Coupe Intercontinentale contre l'Independiente à nouveau. Avec une opposition familière est venu un résultat familier, mais cette fois-ci, Picchi et l'Inter n'ont pas concédé sur les deux matchs, remportant 3-0 au total. Le trophée final de l'ère de la Grande Inter était le Scudetto 1965-1966. Remportant le titre avec quatre points d'avance sur Bologne, l'Inter était une fois de plus difficile à décomposer, concédant 28 buts toute la saison mais en marquant, de manière inhabituelle, 70 buts. En soulevant sept trophées majeurs en quatre sensationnelles saisons, Armando Picchi avait conduit son équipe de l'Inter à un succès sans précédent. Cependant, le 30 Janvier 1966, l'Inter a rencontré Vicenza au Meazza et à la fin de la première mi-temps, le résultat récompensait les rouges et blancs avec un 1-2. Dans le vestiaire, les remarques et suggestions de Herrera n'ont pas été entendues par tous les joueurs et même Picchi a manifesté de manière flagrante sa dissidence. En seconde période, cependant, les Nerazzurri ont renversé le résultat en suivant les indications de l'ex joueur de Livourne. Cela cimenta, si besoin était, le charisme d'Armando. Il faut se rappeler que Vicenza a terminé 6e en 1964 et 1966. L'ironie de tout ce succès est qu'Armando Picchi n'a jamais eu l'occasion de transférer les performances de son club vers l'équipe nationale et n'a même pas été sélectionné pour la Coupe du monde 1966. Aux yeux du manager Edmondo Fabbri, Picchi était trop défensif. Avance rapide vers l'Ayersome Park le 19 juillet 1966 et avec cette défaite choc de l'Italie 1-0 face à la Corée du Nord; comme Fabbri aurait dû souhaiter avoir choisi le libéro indomptable de l'Inter. Ferruccio Valcareggi, l’homme chargé de redorer le blason de la réputation internationale écornée des Azzurri, a régulièrement sélectionné Picchi pour les éliminatoires du Championnat d’Europe 1968. Cependant, une grave blessure pelvienne subie lors d'un match de qualification contre la Bulgarie a essentiellement mis fin à sa carrière internationale. La raison pour laquelle l'un des plus grands footballeurs du pays n'a été sélectionné que 12 fois pour les Azzurri reste une anomalie . La saison 1966-1967 aurait été une saison impressionnante pour la plupart des clubs, mais la Grande Inter n'était pas une équipe ordinaire. Les normes exigées par Moratti, Herrera et Picchi signifiaient que les finalistes en Serie A et en Coupe d'Europe ont vu la rupture prématurée de la plus grande équipe d'Internazionale. Il Mago aurait manifestement pris cet affront du 30 Janvier 1966 personnellement et a en fait forcé l'Inter à vendre Picchi à Varèse en 1967. Il n'y avait pas de place pour le sentiment dans les coulisses du pouvoir au Giuseppe Meazza. Malgré cela, Armando Picchi restera toujours dans les mémoires comme Il Grande Capitano. Plus important encore, la définition même du libéro avait été modifiée par un homme qui jouait avec une telle diligence raisonnable dans son rôle et ses responsabilités qu'il ne marqua qu'un seul petit but pendant toute sa carrière à l'Inter. Il a essayé de retourner sur le terrain, mais à Varèse, il s'est rendu compte qu'il ne pouvait pas jouer comme avant et a donc décidé de se retirer. Malgré tout, dans la ville lombarde, sa tâche n'était pas terminée car il a contribué en tant que joueur-entraîneur avec les Bosinis pendant tout le championnat 1968-1969. Malheureusement, il a raté le salut d'un seul point. En effet, le classement de Serie A de cette année-là s'est en effet clôturé avec Varèse quatorzième à 22 points, tandis que la Sampdoria et Vicenza toutes deux treizièmes avec 23 points. A cette époque, la Serie A se jouait à 16 clubs et les trois derniers étaient relégués. L'année suivante, Livourne a demandé à Picchi de les aider à se remettre en championnat car ils étaient en pleine zone de relégation en Serie B. Convaincu par quelques amis, Armando a décidé de prendre les rênes de l'équipe et a terminé cette saison à une incroyable neuvième place. Allodi et Boniperti, alors managers de la Juventus, ont réalisé ses qualités d'entraîneur et ont pensé le mettre à la tête de la Juventus. Le 16 février 1971, après seulement sept mois à la tête de la Juventus, le club a annoncé qu'Armando Picchi prendrait un congé indéfini pour lutter contre une forme aiguë de cancer. En effet, alors que Picchi souffrait de terribles maux de dos, c'est seulement après de nombreuses investigations qu'il fut découvert qu'il s'agissait d'une tumeur de la colonne vertébrale. Certains pensent que cette tumeur serait consécutive à se blessure au bassin. Les amis proches et la famille savaient que la maladie était en phase terminale. Son remplaçant serait Cestmír Vycpalek, l'homme qui a amené Gaetano Scirea à la Juventus, défenseur lui même décédé à 36 ans. Vycpálek qui a clôturé le championnat à la 4e place, derrière l'Inter, le Milan et Naples, remportant une place en Coupe UEFA. Quelques mois et la maladie ne lui laissa aucune issue, le 26 mai 1971, il quitta cette Terre. Du 19 Juin au 26 Juin 1971, il fut organisé le trophée Armando Picchi remporté par la Louve au dépend de l'Inter, la Juve ayant terminée troisième. Si la carrière de joueur d'Il Grande Capitano a révolutionné le développement tactique du calcio et a apporté un succès et une joie incomparables aux supporters de l'Inter, alors la carrière d'entraîneur de Picchi a été celle d'un potentiel malheureusement insuffisant. Alors que ses plus beaux jours étaient à l'Inter, son club d'enfance, Livourne, a conféré le symbole le plus concret du souvenir au grand capitaine de l'Inter. En 1990, le stade a été nommé en son honneur. Le Stadio Armando Picchi est un rappel permanent à l'équipe sortante de Livourne, aux habitants de la ville et aux fans du club qu'il y avait autrefois une légende au milieu de leurs rangs; un joueur la plupart ne rêvera jamais d'émuler, un Livournais qui avait grandi en dehors de sa ville natale, mais qui n'avait pas hésité à l'aider en cas de besoin. Au-dessus de cela, cependant, les souvenirs laissés par Picchi, les histoires racontées par les plus âgés, sont le plus grand témoignage d'un footballeur spécial. L'Italien était l'homme qui a fait de la défense une forme d'art et qui était l'épicentre d'un style de football révolutionnaire. Les images en noir et blanc du leader stoïque mais simple des hommes illustrent un footballeur qui comprenait implicitement le rôle du libéro et ce que c'était d'être un capitaine.
  11. Un héros des Azzurri et Nerazzurri, un gladiateur implacable, coriace et toujours fidèle. Aujourd'hui, la veille du 50e anniversaire de la mort d'Armando Picchi, un morceau de notre histoire nous quitte, le "Rock" de la Grande Inter. Il y a des hommes que vous voulez toujours avoir à vos côtés, des joueurs que vous voulez toujours dans votre équipe, des légendes que vous voulez toujours faire partie de votre histoire. Tarcisio Burgnich incarnait la force et les valeurs de notre club et l'Inter a eu le privilège de le voir se battre pour ses couleurs: sculptural, implacable, humble et toujours fidèle. Entré dans l'histoire de la Grande Inter, il reste dans la mémoire des fans Nerazzurri pour ses grands tempérament et caractère qu'il a montré sur le terrain. Il a formé l'une des paires d'arrière latéraux les plus fortes au monde avec Giacinto Facchetti dans cette Inter où la défense était un point fixe, avec des champions préparés athlétiquement et mentalement qui étaient prêts à affronter et à arrêter toutes sortes d'adversaires. Comme dans le match, Burgnich a toujours porté dans son cœur, sur sa poitrine, et deux ans après son arrivée, il a disputé la finale contre les monstres sacrés du Real Madrid de Di Stéfano, avec Puskás, Gento, "ceux que nous n'avons vu dans les autocollants". Ce jour-là, il a réussi à bouleverser la hiérarchie et à amener la première Coupe d'Europe dans la salle des trophées de l'Inter. Et puis l'histoire s'est répétée, exactement un an plus tard, contre le Benfica d'Eusebio au Meazza. 12 saisons à l'Inter, 4 Scudetti, 2 Coupes des Champions, 2 Coupes Intercontinentales, 6 buts et 467 matchs sous nos couleurs, match après match, entraînement après entraînement, travaillant plus chaque jour pour devenir le ''Rock'' comme tout le monde le connaissait, tout comme Armando Picchi l'avait nommé. Les camps d'entraînement, toujours aux côtés de l'inoubliable Giacinto Facchetti: ''J'ai plus couché avec lui qu'avec ma femme'' a toujours dit Burgnich. Il était également partant dans l'équipe nationale qui est sortie victorieuse de l'Euro 1968 et a terminé deuxième de la Coupe du monde en 1970, quand il a marqué pour l'égalisation à 2-2 en demi-finale entre l'Italie et la RFA. Contre cette RFA, un résultat mémorable, 4-3, un but furieux et précieux dans ce qui est resté dans l'histoire comme le match du siècle. 66 fois, il est entré sur le terrain avec le maillot Azzurri, et une vie consacrée au football, partagée entre une carrière de joueur et d'entraîneur. Humble et déterminé, inégalé pour ses adversaires et un allié précieux pour ses coéquipiers: aujourd'hui son regard fier et sa force sont de précieux souvenirs, une image qui restera toujours gravée dans notre histoire. Adieu Tarcisio, tu seras toujours notre ''Rock''.
  12. En ce qui concerne la Serie A, l'Inter connaît une saison d'enfer, elle a enfin remporté le Scudetto après onze ans d'attente et cela signifie une autre chance d'aller loin en Ligue des Champions. Le site sempreinter a expliqué brièvement les raisons de croire à une belle campagne en C1 la saison prochaine. Introduction Oui, nous avons vu l'Inter dominer le championnat national cette saison, laissant des rivaux comme la Juventus et le Milan AC mordre la poussière. Alors qu'une victoire à la fin de la saison renforcera la domination nationale de l'Inter, la question qui est (ou sera bientôt) sur les lèvres de tous les fans de l'Inter est: Cette domination sera-t-elle étendue pour l'Europe? Et c'est une question valable; parce que l'équipe est actuellement prête à faire passer son jeu au niveau supérieur. Il semble que trois des éléments cruciaux du football vont bien pour l'Inter maintenant: le bon timing, l'excellent coaching et des joueurs motivés. Quand vous de cette façon, il ne fait aucun doute que l'Inter devrait se battre pour la victoire finale en Ligue des champions la saison prochaine. Passons en revue rapidement ces trois choses importantes. Bon timing La dernière fois que l'Inter Milan a remporté la Ligue des champions, c'était en 2010 lors d'un dernier match passionnant contre une forte équipe du Bayern Munich. Le doublé de Diego Milito et la performance de toute l'équipe resteront à jamais gravés dans la mémoire de la majorité des supporters. Fait intéressant, 2010 a également été la dernière fois que l'Inter a remporté le championnat national. Cette année-là, l'Inter s'est battue pour un triplé et il l'a obtenu, devenant la première équipe en Italie à le faire. En plus de ça, la victoire de l'Inter lors de la saison 1964-1965 a été rapidement suivie d'une victoire en Ligue des champions. Si on y réfléchit bien, deux des trois trophées de la Ligue des champions de l'Inter sont venus après avoir remporté un Scudetto. C'est peut-être un vœu pieux, mais il y a de fortes chances que l'histoire se répète parce que le moment semble venu. Coaching brillant Le développement de l'Inter Milan au cours des deux dernières années a été stupéfiant, grâce à l'homme qui est à sa tête, Antonio Conte. En peu de temps en tant que manager, l'Inter a atteint de bonnes performances en tant que finalistes de la Serie A et de la Ligue Europa. Le management remarquable de Conte a aidé l'Inter à tirer le meilleur de bon nombre de ses joueurs, y compris Hakimi, Perisic et Ashley Young. Le plus important est peut-être Romelu Lukaku. Il n'y a aucune garantie de quoi que ce soit, mais si les choses restent ainsi, nous pouvons nous attendre à de bonnes choses de l'Inter en Ligue des champions la saison prochaine. Joueurs motivés Compte tenu de la façon dont les choses se sont terminées lors de la dernière Ligue des champions, avec un crash de l'Inter et une dernière place surprenante dans son groupe. Il ne devrait y avoir aucun doute sur une motivation inébranlable chez les joueurs pour retrouver leur honneur. Signe de la motivation accrue des joueurs, l'équipe a remporté une séquence de cinq victoires consécutives en Serie A qui a sans aucun doute contribué à passer devant ses concurrents. Franchement, l'Inter n'a pas connu sa campagne la plus encourageante en Ligue des champions depuis sa victoire en 2010. Perdre lors de la phase de groupes lors de leurs trois dernières saisons n'est pas seulement frustrant pour les joueurs mais aussi pour les supporters, personne ne songe à miser sur l'Inter pour le gain de l'UEFA Champions League maintenant. Mais s'il y a un moment où cette horrible course de la Ligue des champions change pour le mieux, c'est maintenant. Les joueurs semblent jouer avec un objectif particulier. Alors, ayons tous les yeux rivés sur l'Inter pour la Ligue des champions de l'année prochaine. Il est temps de redéfinir l'histoire, ou peut-être de la réinventer.
  13. En 113 ans d’Histoire, l’Inter a gâté ses tifosi. Depuis cette soirée où Giorgio Muggiani avait dessiné ce qui sera la première armoirie de l’Inter, le Football Club Internazionale Milano est devenu une marque reconnaissable, un signe distinctif qui définit également nos couleurs. A travers des victoires, des défaites, des personnalités légendaires et charismatiques, du passé et du présent, l’Histoire de l’Inter est indélébile et en constante évolution. Toutefois, depuis Muggiani, nos armoiries ont constamment évolué, jusqu’à connaitre une nouvelle adaptation en ce mardi 30 mars 2021.....Pour le plaisir des yeux, voici L’Histoire des Armoiries de l’Inter 1908-1928 L’Histoire est connue : Le 9 mars 1908, au Restaurant l’Orologie Piazza Duomo 22, Milano. On retrouve les 44 membres fondateurs, dont Giorgio Muggiani, peintre, dessinateur, artiste, axé sur le futur . C’est lui le Père des armoiries du Football Club Internazionale Milano. Les lettres FCIM sont superposées sur un fond doré encerclé des couleurs Nerazzurro. Un opéra de style de liberté, inspiré des armoiries à l’anglaise. Une armoirie très moderne pour l’époque qui renfermaient les éléments distinctifs de l’univers interiste : Son internationalisation, la ville de Milan, l’Or des étoiles, le bleu du ciel et le noir de la nuit Entre 1908 et 1920, l’Inter remporte les deux premiers titres nationaux de son histoire. 1928-1929 Les impositions du régime fachiste contraignent l’Inter a porter des modifications à son nom et à son armoirie. Le club s’appellera Ambrosiana. Les armoiries connaissent des adaptations substantielles. Seule la forme arrondie résiste. Les nouvelles armoiries se caractérises par un fasces sur fond bleu, accompagné du bouclier du Vicomte et de la Croix-Rouge de Milan. Cette armoire n'existera qu’une seule saison : en 1928-1929. 1929-1932 Nouvelle révolution en 1929 : Une nouvelle armoirie, toujours arrondie, se retrouve dominée par les rayures Nerazzurre, le tout entouré de dorée. Au centre, on retrouve en lettre dorée sur fond noir la nouvelle dénomination du club : AMBROSIANA. On retrouve également les lettres A S qui anticipe le changement de la dénomination du club en Association Sportive. 1933-1945 En 1933, les armoiries connaissent une nouvelle évolution. Pour la première fois de son histoire, la forme est devenue carrée. Les rayures de l’Inter restent en toile de fond, au centre de l’armoirie on retrouve un ballon de football classique à celui qui est utilisé sur les terrains de l’époque. Les écritures se retrouvent sur les contours : Aux mots Associations Sportives Ambrosiana, on retrouve la mention Inter. Un rappel aux origines, un signe distinctif qui n’a jamais été oublié dans le cœur des tifosi qui étaient habituée à parler, à supporter et à s’exprimer pour l’Inter 1945-1960 La deuxième guerre mondiale est terminée. La dénomination de notre club est à nouveau l’Inter. Dans le même temps, l’Inter totalise 5 Scudetti et compte une Coupe d’Italie L’armoirie revient à ses origines avec une variation de l’utilisation des couleurs : Les lettres FCIM sont dorées sur fond blanc. Il s’agit également de la première armoirie a être présente sur les maillots, une exclusivité de la saison 1958-1959 où Antonio Valenti Angelillo inscrira 33 buts. 1960-1963 En 1960, les armoiries seront à nouveau revisitées : Les couleurs restent inchangées, seul le format et le contenu sont modifiés. On retrouve en protagoniste le Biscione. L’armoirie du club est donc bien identifiée même si elle n’est jamais utilisée sur les documents ou sur les vareuses officielles. L’armoirie est ovale, rayée de Nerazzurre, dominée en son centre par le Biscione viscontien en or. On retrouve également en lettre d’or sur fond noir la dénomination Inter, et sur fond bleu en lettre d’ord les lettres FC pour mettre en valeur la dénomination du club Football Club. Deux variations par rapport au logo principal sont également attribuées sur ce triennal, qui se termine par le premier Scudetto de l'ère Herrera, dans lequel la présence du Biscione se démarque toujours. 1963-1979 De 1963 au terme des années 70, on retrouve les armoiries de Muggiani. Le design original subi un léger restyling avec la superposition des lettres F C I M et une légère variation dans le rapport entre les couleurs. Il y a une meilleure présence de l’Or qui embrasse également les contours extérieurs des deux cercles Nerazzurre et qui complète aussi les espaces vidé. Le blanc n’étant utilisé que pour les lettres. Il s’agira aussi des années de la Grande Inter où les Nerazzurri se retrouveront sur le toit de l’Europe et du Monde. L’armoirie et les couleurs de l’Inter deviennent universelles et connue à travers le Globe. 1979-1988 Disparu dans la version précédente, l’année 1979/1980 voit le retour du Biscione s’imposer d’une façon dominante dans les armoiries. Il s’agit d’une réelle et propre révolution : Le nouveau logo représente un bouclier traversé de deux diagonales Nerazzurre. En son centre, on retrouve un Biscione totalement différent du classique Viscontien: Il se veut moderne. Aux côtés du Biscione, on retrouve une étoile qui symbolise la conquête d’au moins dix titres nationaux. A partir de cette saison 1979/1980, on retrouvera de façon continue les armories du club. Celles-ci se retrouvant de temps à autre sur la manche 1988-1989 Lors de la saison 1988-1989, l’armoirie subie une légère variation lors d’une saison qui devient historique et légendaire avec la conquête du Scudetto des records. On retrouve au cœur de cette armoirie un Biscione dont l’expression se veut plus agressive. En son sommet, on retrouve l’écriture Inter 1989-1999 L’Inter, après le Biscione, retourne à nouveau à la version originale dessinée par Muggiani. Durant dix ans, on retrouvera les classiques lettres F C I M en blanc sur fond dorée. On retrouve au sommet de son logo, dans une dimension plus importante, l'étoile. Celui-ci marquera de façon indélébile l’Histoire par la conquête des trois Coupes de l’UEFA en faisant devenir de la sorte, les maillots de cette période, de véritables objets de collections. 1999-2007 L’entrée dans le 21ème siècle apporte une nouveauté stylistique. Les armoiries classiques s’adaptent aux temps modernes à travers une grande nouveauté : Le Bleu qui domine la scène On retrouve en lettres blanches la dénomination Inter et l’année de fondation du Club. L’or s’impose à nouveau dans l’acronyme FCIM et dans le contour extérieur du logo, à l’intérieur, il y a lieu de noter la présence intérieure de l’étoile 2007-2014 En vue du Centenaire du club en 2007, les armoiries font l’objet d’un nouveau restyling en se rapprochant des traits originel avec un meilleur équilibre de l’épaisseurs des cercles noir, bleus et dorés. On note la présence de l’étoile à son sommet et le retour du blanc dans l’acronyme FCIM Lors de la saison 2007-2008, pour célébrer le Centenaire de sa Fondation, on retrouve l’armoirie entourée d’un cercle d’or et d’une retranscription 1908-2008 en son sommet et l’écrite 100 ANNI INTER à sa base On retrouve également une nouvelle variante de cette armoirie lors de la saison 2009-2010, celle du Triplé avec un cercle tricolore qui célèbre le Premier Scudetto interiste en 1909-1910. Il écrira l’Histoire en étant l’armoirie présente sur les maillots avec lesquels l’Inter de Mourinho réalisera une emprise historique unique et encore inégalée dans l’histoire du Calcio. 2014-2021 En 2014, l’armoirie fait l’objet d’un nouveau look avec une dernière adaptation comparé au logo originel. Cette nouvelle version s’axe sur les détails : Les lignes se veulent monogramme, les cercles se veulent plus réduit et proposer une dimension plus rééquilibrée en proposant une dimension lui permettant de disposer d’une meilleure diffusion et d’une meilleure reconnaissance. L’étoile est exclusivement utilisée sur les vareuses officielles pour identifier le nombre de titres remportés 2021 En ce mardi 30 mars 2021, l’Inter a donc dévoilé ses nouvelles armoiries. L’Inter renouvelle donc son propre visuel destiné à toucher un public toujours plus digital et en se montrant plus attentif à l’esthétique pour toucher des nouvelles cibles globales et les différentes tranches d’âges. Le club veut s’affirmer comme icone culturelle en plus d’une icône sportive. Sans oublier le lien indissociable à la Ville de Milan. Les lettres IM blanches sont superposées sur un fond bleu qui est encerclé de noir. La nouvelle dénomination du club I M fait référence au surnom universel du club : Inter Milan ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  14. Après la défaite de notre équipe favorite contre Séville, pas d'article concernant une analyse post-mortem. Au lieu de cela, nous vous proposons un retour dans le passé avec une présentation de la méthode déployée par Helenio Herrera, le Catenaccio. Considéré comme l'un des meilleurs entraîneurs de tous les temps, Helenio Herrera est synonyme de "Catenaccio". La tactique utilisée par Herrera, en particulier à l'Inter Milan entre les années 1960 et 1968, est considérée comme notoire, négative et cynique par beaucoup, encore maintenant ! La Serie A est considérée principalement comme une ligue se concentrant sur la défense et la base de ce cela a commencé avec l'Inter Milan de Herrera. Bien qu'il n'ait peut-être pas lancé la tendance à pratiquer un football pragmatique et défensif, il a définitivement jeté les bases de son succès. La tactique consistant à utiliser des hommes supplémentaires en défense a en fait été lancée par Karl Rappan à l'époque du Servette de Genève. Il a expérimenté la tactique dans un club qui se battait pour sa survie. Dans un tel cas, il était nécessaire de renforcer la défense. Cependant, il a plus tard obtenu un grand succès avec quand il a imposé la même stratégie lorsqu'il était entraîneur de l'équipe de Suisse dans les années 1930. L'idée n'a pas été vraiment bien reçue à ce moment-là et n'a été que peu utilisée ici et là. Ce n’est qu’au début des années 60 que le Catenaccio a pris le devant de la scène en tant que philosophie ou modèle de football. Fait intéressant, ce n’est pas Herrera qui a initialement introduit cette idée en Italie. C'est plutôt le manager de Salernitana, Giuseppe Viani, qui a obtenu un certain succès en utilisant de telles tactiques après avoir supervisé son équipe pour une promotion. Cela en a inspiré d'autres, en particulier Nero Rocco, qui a utilisé le système au Milan et avec lequel ils ont décroché la Coupe d'Europe sous ses ordres en 1963. Cela ne faisait que retarder l'inévitable car La Grande Inter est devenue le top sujet en Europe. Le Catenaccio deviendrait légendaire et ne sera certainement jamais oublié. Helenio Herrera a été le premier pour de nombreuses choses. Herrera a introduit l’idée de collecter des crédits pour la performance de l’équipe. Le club italien a obtenu d'énormes distinctions sous le directeur argentin et a été appelé "Grande Inter". Herbert Chapman, inventeur de la formation en WM (un 3-2-2-3, ce qui forme un W et un M) et Karl Rappan avec Herrera sont devenus les personnes les plus notables dans le domaine des tactiques de football. La Grande Inter de Herrera est devenue la première ère déterminante du football car elle a été la première de la ligne dans laquelle le Milan de Sacchi, le Barca de Pep et d'autres équipes dominantes ont traversé. Selon le célèbre livre de Jonathan Wilson, "Inverting the Pyramid", Helenio avait cité ce qui précède. On lui a souvent reproché de pousser ses joueurs à un point où il ferait n'importe quoi pour réussir. Hererra était un pur pragmatiste et était très pratique sur les choses qui étaient censées arriver et comment il pouvait les changer pour en tirer le résultat le plus bénéfique pour lui et son équipe. Les joueurs étaient cependant très dévoués et croyaient en ses idées théoriques. Après avoir décroché le premier Scudetto avec l'Inter, les joueurs, qui manquaient un peu de compétences linguistiques, l'ont joyeusement appelé "Signor Mr". Il a dit: "Mais j'ai simplement mis en œuvre des choses qui ont ensuite été copiées par chaque club : travail acharné, perfectionnisme, entraînement physique, régimes et trois jours de concentration avant chaque match." Herrera était un homme discipliné selon sa fille. Ses matins commençaient par le yoga et sa nourriture se limitait principalement au parmesan et à l'huile d'olive. Pendant son passage à Barcelone, Herrera a trouvé un livre sur le mysticisme qui contenait des détails sur les exercices physiques du XVIe siècle. Cela lui a donné l'idée de retraites de football. Comme mentionné précédemment, Herrera est redevenu le premier en quelque chose quand il a introduit ces retraites dans le football. Pour la première fois dans l'histoire, des joueurs de football ont été envoyés pour se détendre dans des endroits verts et sereins pour atteindre la paix intérieure. Ils étaient encouragés à être dans des espaces silencieux, à penser de l'intérieur, à étudier les tactiques et à mener une vie solennelle. L'idée de passer des vacances en équipe et les programmes de rééducation après des blessures ou une baisse de forme a été initiée par Helenio Herrera quand il était à Barcelone en 1959. L'année suivante, Herrera a pris en charge l'Inter et le reste est de l'histoire, disent-ils. Sa contre-attaque défensive a été très critiquée et n'a pas été appréciée pour la façon dont son équipe a pu créer et occuper avec brio des espaces dans le territoire adverse lors des contre-attaques. Herrera était obsédé par la mentalité des joueurs et de toutes les personnes impliquées dans l'équipe. Il voulait que tout le monde donne tout. La mentalité positive et gagnante était plus importante pour Helenio Herrera. Même dans les conférences de presse, les joueurs n'étaient pas autorisés à exprimer ce qu'ils ressentaient. Ils étaient encouragés à livrer des messages positifs aux médias. Ils seraient condamnés à une amende s'ils s'étaient écartés du scénario pré-établi. Comme indiqué précédemment, les régimes alimentaires des joueurs ont été soigneusement surveillés et contrôlés. Sur le terrain d'entraînement, Herrera a été le premier manager à s'écarter des méthodes précédentes. Il a apporté des exercices dont personne n'avait jamais pensés auparavant. Il a eu une vision qu'aucun n'a jamais eue auparavant. Il a parlé de sa philosophie pendant les exercices, explique les attaques rapides comme l'éclair, des profondeurs et la valeur du chevauchement des arrières latéraux. Les joueurs étaient des athlètes bien entraînés, une vie propre et un esprit sain, comme l'indique le livre "Road to Lisbon: A Novel." Herrera a même été le premier manager à motiver ses joueurs comme aucun autre. Il épinglait des citations et des phrases de motivation sur les murs de la loge et s'assurait que tout le monde les voyait facilement. Le style de Herrera à Barcelone était scintillant et il parlait de sa confiance en lui. Il a déployé les milieux offensifs dans les espaces larges du milieu de terrain, ce qui leur a donné la créativité au milieu de terrain. Au cours de la saison 1958-59, Barcelone avait remporté la ligue par quatre points en amassant 96 buts en 30 matchs. La saison suivante, Herrera a remporté son deuxième titre de champion avec le Barça uniquement grâce à la différence de buts, mais il a perdu la C1 contre le Real Madrid, score total de 6-2. Cela a incité aux dirigeants de Barcelone à le limoger et il a choisi l'Inter. La tactique à l'Inter était très rigide et précise. Les joueurs défendraient en profondeur et une fois que les défenseurs gagneraient le ballon, il serait donné à Jair qui exploserait dans le bon passage ou à Suarez qui était le chef d'orchestre. Suarez était habile à trouver les joueurs dans les vastes zones. Corso et Mazzola étaient souvent déployés derrière l'attaquant. Picchi était le libéro de l'équipe, le défenseur central libre et bas, dont son nom. Le positionnement du libéro est plus libre et fluide que celui des autres défenseurs puisqu'il était le dernier homme avant le but de Sarti. Facchetti était l'un des joueurs clés de l'équipe de Grande Inter, il était celui qui a soutenu Herrera lorsque beaucoup l'ont accusé d'être de le gourou de la négativité. "J'ai inventé le Catennacio. Le problème est que la plupart de ceux qui m'ont copié m'ont mal copié. Ils ont oublié d'inclure les principes d'attaque que mon Catennacio incluait." Il y avait des ajustements dans l'équipe ici et là à chaque fois qu'un joueur se blessait ou qu'il y avait un changement dans l'approche. Le changement de philosophie n'a cependant jamais été visible. L’équipe d'Herrera a prouvé que ses détracteurs avaient tort et a joué aussi bien qu’elle a obtenu des distinctions et personne n’a pu les remettre en question. Ils ont remporté la Serie A en 1963, 1964 et 1966 et deux championnats d'Europe consécutifs dans les années 1964 et 1965. La tactique de la Grande Inter tournait principalement autour des facteurs suivants: Le libero, Picchi; L'arrière latéral, Facchetti; Les ailiers, Jair et Corso; Le 10, Suarez. Picchi, le joueur qui a enseigné à tout le monde le rôle de Libero, était l'épine dorsale du Catennacio. Leurs performances défensives collectives ont fourni aux joueurs attaquants la plate-forme pour être impitoyable dans les attaques. Picchi peut être appelé à bien des égards le balayeur ou le libéro, c'est lui qui représente le terme "verrou". L'utilisation du verrou signifiait que la moitié centrale offensive était conservée, mais les ailiers sont retirés dans la ligne défensive. La moitié centrale est restée le point focal offensif de l'équipe et c'était Luis Suarez dans la plupart des cas. Bien que Picchi ait manqué un peu de flair, il s'est assuré que son gardien de but ne soit pas dérangé par sa discipline de position. Selon Kenneth Wolstenholme, l'auteur de The Pros, "Si un joueur dépassait la ligne de quatre, soit en dribblant, soit en créant un espace avec un une-deux avec un collègue, il serait confronté à Picchi. Tout joueur qui courrait pour récupérer une longue passe serait confronté à… Picchi. Tout lob haut ou centre qui flottait dans la surface de l'Inter serait enlevé par… Picchi." Facchetti, souvent reconnu comme le premier arrière offensif de son genre, Giacinto Facchetti est l'un des meilleurs joueurs jamais produits par l'Italie. Il a montré de l'excellence dans le jeu et ce que les défenseurs pouvaient faire au lieu simplement défendre. Les arrières latéraux de cette époque et avant étaient contraints à une zone spécifique et ont simplement été invités à passer le ballon aux avants. Peut-être le premier défenseur à avoir jamais possédé les compétences nécessaires pour avancer, il faut dire que Herrera l'a utilisé avec brio. Facchetti était un ailier au début de sa carrière avant qu'Herrera ne fasse subir à Facchetti sa métamorphose. Son instinct offensif et ses exploits de but à l'avant étaient dus au fait qu'il était un ailier avant. Le rythme de travail de Facchetti et son désir de travailler pour l’équipe ont été évalués au-dessus de ses compétences techniques, ce qui a amené Herrera à le convertir en un arrière latéral idéal... cet idéal arrière latéral montant dans son plan directeur. Sur Facchetti, Herrera a déclaré: "J'avais Picchi comme balayeur, oui, mais j'avais aussi Facchetti, le premier arrière à marquer autant de buts qu'un attaquant." "En attaque, tous les joueurs savaient ce que je voulais: du football vertical à grande vitesse, avec pas plus de trois passes pour atteindre la surface adverse. Si vous perdez le ballon en jouant verticalement, ce n’est pas un problème, mais si vous le perdez latéralement, vous le payez avec un but." Jair da Costa était un ailier brésilien offensif capable de jouer en tant que deuxième attaquant lorsque son équipe en avait besoin. C'était un "express" extrêmement rapide à droite, possédant une technique brillante. Il était également connu pour son incroyable capacité de frappe. C'était un brillant spécimen d'ailier parfait pour l'Inter. En 119 apparitions pour la Grande Inter, le Brésilien a marqué 39 buts. Mario Corso, quant à lui, a passé la majeure partie de sa carrière chez nous. Semblable à Jair, Corso était ultra rapide sur les flancs avec un rythme sur le ballon. Étant gaucher, il était réputé pour ses passes astucieuses et sa capacité à distribuer le ballon. Il était capable de jouer sur les deux flancs, mais sa capacité de franchissement d'un pied gauche plus fort le limitait au flanc gauche dans la plupart des occasions. Cependant, certains de ses traits n'étaient pas similaires à ceux de son partenaire. Jair était un ailier typique alors que Corso ne l’était pas. L'Italien est connu pour sa capacité à lui donner un rôle gratuit et joué entre les lignes. Son pied gauche lui a valu le surnom de "pied gauche de Dieu" car il était très mortel. Il était également un très bon tireur de coups francs. On se souvient de Luis Suarez pour différentes choses. Seul Espagnol à avoir remporté le Ballon d’Or jusqu’à ce jour, il a été la catapulte de l’équipe de La Grande Inter. Surnommé "l'architecte", Suarez était au centre des choses pour l'Inter. Il a été utilisé comme attaquant à Barcelone, mais à son arrivée à l'Inter, Helenio avait des idées différentes. Herrera le mette plus en arrière et le déploya en tant que créateur de jeu en profondeur. Il avait la vision de trouver des joueurs devant lui. Son large éventail de passes en a fait un pivot dans les plans de Herrera. La Grande Inter d'Herrera avait annulé presque toutes les vulnérabilités en tant qu’unité défensive et était brillante au niveau compteurs. Les versions qui sont venues plus tard n’ont jamais été à la hauteur de ce que l’équipe d'Herrera avait utilisé. Cependant, le centre de la défense était souvent un problème lorsqu'ils affrontaient une équipe offensive et cela s'est avéré coûteux lorsque le Celtic a battu l'Inter en finale de la C1 en 1967 et a montré au monde qu'une équipe offensive peut se frayer un chemin dans une équipe défensive. Malgré le grand succès remporté par Herrera avec son équipe de l'Inter, il y avait un sentiment amer au milieu de tout cela. Le Celtic de Jock Stein a mis fin à la suprématie de l’Inter en Europe lors de la finale de 1967 avec Bill Shankly citant la victoire du football ce jour-là. L'Inter a été brillante sur le terrain sans aucun doute, mais ce n'était pas sans sa juste part de "délits" en dehors du terrain. Les rapports de vandalisme, de hooliganisme et de corruption étaient toujours répandus lorsque l'Inter jouait. Leurs adversaires n'ont jamais été autorisés à dormir et à se reposer paisiblement dans leurs hôtels avant les jours de match alors qu'il y avait de nombreux rapports de favoritisme dans l'arbitrage. Des fautes grossières sont passées inaperçues sur le terrain tandis que le niveau d’obsession de ses joueurs augmentait à tel point que beaucoup d’entre eux vomissaient avant la finale de 1967 contre le Celtic. Il a été dit qu'Armando Picchi avait demandé au gardien Sarti de laisser entrer le ballon après un point pendant le match, affirmant qu'il était inutile de continuer à défendre et que le Celtic finirait par marquer. Les joueurs n'ont pas cru que Picchi lui-même disait cela, mais c'était l'agonie mentale que les joueurs ont dû subir pour se conformer aux exigences d'Helenio Herrera. Il a quitté l'Inter pour entraîner la Roma après cette saison et il était difficile de trouver une période stellaire par la suite. Dans les dernières étapes de sa vie, Herrera s'est impliqué dans le journalisme et a commencé à écrire pour les journaux. Il ne pourrait jamais reproduire les mêmes niveaux de succès en raison des exigences et de la concentration qui ont été nécessaires pour créer un tel modèle. Même à l'Inter, comme c'était le cas lors du match contre le Celtic, l'Inter a décliné et cela était dû aux méthodologies adoptées par l'Argentin. Le fait que les joueurs n'étaient pas autorisés à voir quelqu'un d'autre que leurs coéquipiers entre les matches était contre-efficace. La nervosité et la tension qu'elle créait avant les matches seraient insupportables même pour les joueurs les plus forts. De tels échecs ne doivent pas et ne peuvent pas nuire au succès et à la grandeur d'Helenio Herrera. Il a laissé un héritage qui ne pouvait être reflété par personne et, ce faisant, il a laissé une identité pour le football et sa culture non seulement en Italie mais dans toutes les régions du monde. Cela s'est justifié lorsque l'Inter Milan de Jose Mourinho a remporté le triplété avec un style similaire. Beaucoup peuvent mal comprendre ses idées et se méprendre sur sa philosophie, mais il était un type de manager très différent et le premier du genre. Dans La Grande Inter, le Franco-Argentin a non seulement créé une équipe dominante mais aussi une équipe qui a révolutionné le jeu. Helenio Herrera est l'une de ces âmes qui ne peuvent jamais être mises en parallèle et l'homme est à juste titre l'un des plus grands entraîneurs de tous les temps. A bien noter : Contrairement à la croyance populaire, Herrera N'A PAS MIS UN BUS. La connotation peut être attachée à la mise en place de lignes parallèles de joueurs conçues pour étouffer le jeu adverse au détriment de la mobilité. Quelque chose dont Jose Mourinho, pour le meilleur ou pour le pire, est un maître. Herrera n'a pas fait ça. Certes, l'équipe a mis en place des lignes organisées pour maintenir une forme fixe. Mais Herrera n'a pas sacrifié la fluidité pour cela. Au lieu de cela, il a innové et créé un poste qui peut être décrit comme un demi-arrière. Sur la droite, le Brésilien Jair da Costa était converti en attaquant. Son rôle était de charger en avant chaque fois que la possession était gagnée. En fait, Jair était le débouché pour Suarez, Corso, Zaglio et Pichhi chaque fois qu'ils gagnaient le ballon. Parmi ceux-ci, Suarez, Corso et Pichhi étaient des passeurs particulièrement accomplis connus pour leur autonomie. Cela complétait parfaitement la capacité de Jair à avancer. L’aile gauche était peut-être l’un des premiers exemples mondiaux d’ailier inversé. Bien que naturellement gaucher, Giacinto Facchetti était réputé pour la finition. Il a marqué 59 buts sur 450 matches pour l'Inter. Ce serait sans égal, même aujourd'hui. Facchetti et Jair étaient les deux joueurs qui ont fourni l'équilibre et la poussée à la machine Inter. Ils ont veillé à ce que l'équipe reste organisée avec des hommes derrière le ballon lorsque l'opposition a le ballon, mais aussi que cela ne les gêne pas lorsqu'ils décident d'aller de l'avant.