Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'guiseppe meazza'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
    • 2020/2021
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

5 résultats trouvés

  1. Pour tout fan interiste qui se respecte, inutile de présenter Guiseppe Meazza, nous savons qui il était et son impact. Quand votre nom est donné à un stade de football, c’est que vous avez très largement contribué à l’histoire du club et/ou du football. Voici un hommage à notre légende écrit par Edd Norval « Etched in stone, the genius of Guiseppe Meazza » paru sur le site https://thesefootballtimes.co/ en 2018. Deux vidéos disponibles sur YouTube agrémentent le texte. Introduction Il se réveilla groggy, encore à moitié endormi, et il a regardé autour de lui. Il reconnut la pièce mais était moins sûr de savoir qui étaient les deux femmes de chaque côté de lui. Assis dans les draps froissés, il se rendit compte qu'il était censé être quelque part… mais où ? Merda ! Il avait un match ! Giuseppe Meazza, le prince voyou de Milan, était aussi chaud dans les draps que sur le terrain. Miraculeusement, il a fait venir le bus de l'équipe juste à temps. "Heureusement que j'habitais près du stade". Ébouriffé, mais prêt à jouer, il est entré sur le terrain englouti par des fans rugissants et est parti en tant que héros du triplé. C'est l'une des nombreuses anecdotes sur la machine à marquer qui ressemblait Marlon Brando (ouais, pourquoi pas). Sa masculinité suintait dans ses performances rugueuses, impressionnantes pour sa petite taille, et s'est avérée irrésistible pour les contingents féminins de la capitale du nord. C'est la vie dont beaucoup d'entre nous rêveraient (ne dites pas non !). Au Royaume-Uni, ils pourraient bavarder sur des sujets aussi salaces car ils ornent les premières pages. Avec Meazza, ses extras orneraient le recto d’une page alors que ses derniers buts orneraient le verso de cette même page. En Italie, cependant, ils ont décidé de donner son nom à un stade. Question de style. San Siro ou Meazza ? Que devez-vous faire exactement pour qu'un stade de football porte votre nom ? Johan Cruyff a donné son nom au terrain de l'Ajax après avoir excellé dans le Totaalvoetbal, tandis que l'Estadio Diego Armando Maradona en Argentine porte le nom de… eh bien, vous savez. Pour ses exploits, il faudrait un livre, au moins. Disons simplement qu'il ressemblait plus à Meazza qu'à Cruyff. Qu'en est-il de Giuseppe Meazza ? Le joueur était connu comme un fêtard de fin de soirée, un biscuit brut et un homme profondément fidèle à sa ville et à ses deux clubs, d'abord l'Inter et plus tard Milan. Le stade? Certains le connaissent peut-être mieux sous le nom de San Siro. La raison pour laquelle il porte son nom ? Des records de championnat en veux tu en voilà et de deux Coupes du monde, 1934 et 1938. C'est une fausse idée répandue. San Siro est le quartier qui abrite le stade de renommée mondiale, pas le terrain lui-même. Ce n'est pas n'importe quel stade non plus, c'est la quintessence du football européen (10 C1 quand même). Merveille emblématique de l'architecture des stades, le terrain a été construit spécifiquement pour le football, sans les pistes d'athlétisme qui entouraient généralement les terrains des autres stades italiens. Meazza est peut-être le joueur le moins connu à avoir donné son nom à un tel stade. Ouvrant ses portes en 1926, alors que Meazza n'avait que 16 ans, le jeune joueur, qui captait déjà l'attention des managers et autres scouts, ne se doutait pas que le symbole du football italien porterait un jour son nom. Après avoir été rejeté par le Milan, l'équipe qu'il idolâtrait (en plus c’est vrai), Meazza a signé pour nous et a fait ses débuts pour le club en 1927. La jeunesse, semblait-il, serait la façon dont Il Ballila, Le petit garçon, resterait toujours dans les mémoires. Comment ne pourrait-il pas? À ses débuts, il a marqué deux buts et n'a montré aucun ralentissement à partir de ce moment. Ses débuts le verraient vénéré comme le visage "éternellement jeune" du jeu italien. Quant aux autres enfants du pays, Meazza a toujours été le premier nom qui sortait de leurs lèvres lorsqu'on leur demandait "à quel joueur veux tu ressembler?" Le danseur Naturellement, un homme avec de telles préoccupations qu'il cherchait à trouver, Meazza était attiré par les bars et les discothèques de Milan. Ici, il a pu montrer ses talents notoires en tant qu’expert du dancefloor. Le tango était son favori. Un garçon doux comme de la soie qui attirait les regards admiratifs des foules partout où il allait. Heureusement, ses danses sous la boule disco n'ont pas été vaines. Son jeu de jambes agile, perfectionné dans les salles sombres et enfumées, s'est traduit sur le terrain. Chaque giration serpentine de la hanche s'appliquait autant à la brunette qu'il avait eue à l'œil toute la nuit qu'à la défense adverse. Les buts typiques de Meazza commençaient souvent près de la ligne médiane et se terminaient avec lui en signe de célébration. Le journal italien La Gazzetta dello Sport a salué ses débuts comme "intelligents, frais, rapides" et, manquant de physique qui aurait normalement été requis, ce sont des traits qu'il a continué à développer tout au long de sa carrière. L'émergence du génie est quelque chose que vous ressentez, pas seulement quelque chose que vous voyez. Bien sûr, c'est ce que vos yeux voient qui provoque votre réaction, mais ce sont les aspects invisibles du jeu, l'éveil imminent d'un futur héros du club, qui sont capables de nous envoyer des frissons dans le dos. Il semble que le don de Meazza n'ait jamais été négligé. Saison 1 : record 1. Il a terminé la ligue avec 31 buts et le record toujours en vigueur du plus grand nombre de buts marqués lors d'une première saison de Serie A. Clairement une star pour les Nerrazzuri, il a tué des matchs avec cinq et même six buts alors qu'il aidait l'équipe à gagner le Scudetto en 1930 tout en terminant en tant que Capocannoniere. Son succès avec le côté bleu et noir de Milan s'est poursuivi. Il a remporté deux autres titres en 1938, une fois de plus en tant que meilleur buteur, et en 1940. Entre ces deux dernières gloires, il était une force déchaînée dans l'équipe gagnant la Coppa Italia en 1939. Au-delà de son intelligence évidente, il était sans surprise sûr de ses propres capacités. Si tous les autres vices possibles n'avaient pas été pris en compte, il avait aussi assez de temps pour flirter avec le football. Avant un match contre la Juventus, leur gardien de but, Giampiero Combi, qui jouait aux côtés de Meazza pour les Azzurri, a parié que l'attaquant ne serait pas en mesure de marquer un but de la tête, similaire à celui qu'il avait réussi à l'entraînement, ou l'un des ses but caractéristique consistant à esquiver le gardien et de pousser le ballon dans le but. Deux buts, d'un calibre bien particulier, étaient exigés du joueur. Il a pris le pari, à l'insu de quiconque regardait. A-t-il dirigé l'un d'entre eux ? Oui. Qu'en est-il des deux ? Évidemment. La meilleure partie a peut-être été les regards perplexes sur les visages des fans et des joueurs lorsque Combi, stupéfait, a serré la main de l'attaquant après le match. Lui aussi était dans l'orbite de Meazza. Exil de l’Inter En 1940, Meazza a rejoint le Milan après avoir lutté contre des blessures lors de ses deux dernières saisons avec son équipe d'enfance. Ces années furent sans aucun doute ses plus illustres et sont pratiquement inégalées en calcio à ce jour. Ce n'était pas seulement avec l'Inter qu'il marquait les buts ; il avait aussi réussi à devenir un héros national. L'Italie a accueilli la Coupe du monde de 1934 et est sortie victorieuse après une finale âprement disputée avec deux buts tardifs qui ont battu la Tchécoslovaquie. Meazza, vedette de tous leurs matchs, a soulevé le Ballon d'or du meilleur joueur du tournoi. C'était une compétition controversée avec des suspicions selon lesquelles Benito Mussolini l'avait utilisée comme outil de propagande, sélectionnant des arbitres pour tous les matchs de l'hôte. Heureusement, l'équipe a pu reproduire son succès de 1938 en France. Ses deux buts en 1934 ont étonnamment surpassé son seul but lors de la finale de 1938. L'équipe italienne avait cependant une dynamique très différente de celle de l'Inter, et Meazza a eu l'honneur de les diriger pour soulever leur deuxième Coupe du monde. Bien qu'il n'ait réussi à trouver le fond du filet qu'une seule fois, il a joué un rôle déterminant à la fois en tant que capitaine et joueur. Lors de la finale du tournoi, il a aidé trois buts lors de la victoire 4-2 contre la Hongrie. Ce fut l'apogée de sa carrière internationale. Un an plus tard, il a disputé son dernier match international, en tant que capitaine de l'équipe contre la Finlande pour une victoire 3-2. Au cours des 53 matchs où il a représenté l'Italie, il a marqué 33 buts, le deuxième plus grand total derrière la légende de Cagliari Gigi Riva. La vie à Milan a été relativement courte. Deux ans au club lui ont suffi pour passer aux autres géants du nord, la Juventus, avant que de brefs séjours à Varèse et à Atalanta ne tracent la voie d'un retour dans son club d'origine. De retour à l'Inter, il a réussi 17 autres apparitions et marqué deux fois. Il dirigera plus tard les Nerazzurri à trois reprises, répondant à l'appel en cas de besoin. C'est pour cela, et son impact sur le club au sens large en restant proche de l'action, qu'il resterait vénéré après avoir raccroché les crampons. L’exportation A 23 ans, Meazza avait déjà inscrit ses cent premiers buts en Serie A, le plus jeune joueur à le faire. Combinez cela avec sa prédisposition effrontée et sa beauté naturelle, il était inévitable que sa renommée franchisse les frontières italiennes. Avec des sponsors personnels, une autre première, étant attiré par le charme diabolique de Meazza, il semblait qu'il ne pouvait pas faire de mal. Seul joueur de l'équipe autorisé à fumer, Peppino Meazza avait le visage bien soigné et les cheveux lissés en arrière, imprimés partout dans le monde. Il était, à bien des égards, l'affiche de la première génération d'après-guerre. Il était le symbole d'une nation en reconstruction. Son attrait transcendant fait des comparaisons avec Pelé, un joueur pour lequel Meazza était en quelque sorte un prototype. Sa grâce sinueuse et sa ruse lui ont valu des commentaires approbateurs de journalistes estimés et d'intellectuels publics comme Gianni Brera et Luigi Veronalli. C'était une période romantique pour le sport et il n'a suscité que les cris d'affection les plus amoureux. Il le fait toujours des décennies plus tard. Alors, comment un joueur parvient-il à se faire un nom sur un terrain aussi merveilleux ? Il semble, à bien des égards, défier la raison. C'est un terrain partagé entre deux géants du football et, bien qu'il les ait représentés tous les deux, il était une légende de l'Inter de bout en bout. En plus de cela, sa réputation de fêtard coureur de jupons cohabitait avec sa réputation de grand footballeur. Meazza est considéré par de nombreux Italiens des deux côtés de la division milanaise comme le plus grand buteur du pays. Dès ses débuts à l'Inter, il impressionne autant les supporters que les journalistes, fait rare en Italie où les critiques sont presque aussi influentes que les managers. Personne n'était à l'abri de son sort. Brera l'a classé comme le plus grand de tous les temps. Ceci, venant d'un homme à la connaissance inégalée du foot italien, n'est pas à négliger. Avocat, directeur sportif et super fan de l'Inter, Peppino Prisco est l'un des personnages les plus colorés de l'histoire du calcio. Il a déclaré: "Meazza était génial, imbattable, même s'il rencontrait parfois une crise effroyable, causée par son activité sexuelle intense et sa passion pour le jeu. Quand il prit le relais sur le terrain, il fit des choses qui ont laissé bouche bée." Il n'y a pas grand-chose d'autre à dire. Giuseppe Meazza était une icône, en Italie et au-delà. C'était un joueur aussi aimé des hommes que des femmes. C'est une étoile filante rare dont il y a trop peu dans le ciel toujours éclairant du football. C'est pourquoi il a un stade qui porte son nom. Traduction alex_j.
  2. Notre club a eu la chance d’avoir des époques très réussies dans notre histoire qui ont apporté de l'argenterie et certains des meilleurs talents mondiaux. Il y a aussi eu des périodes de souffrance, de douleur, de disettes entre ces périodes qui n'ont fait qu'accroître les succès ; ce qui est rare est cher. Salle Richard, chroniqueur du site gentlemanultra.com qui appartient au réseau sportif de The Guardian, a donné son XI de légende. Dans son All Time Inter XI personnel, il essaie de réfléchir à l'histoire du club car c'est quelque chose qui le passionne, car il croit que l'histoire de l'Inter définit son présent. Les meilleurs moments sous des entraîneurs tels que Armando Castellazzi, Tony Cargnelli, Helenio Herrera , Giovanni Trapattoni et Jose Mourinho ont donné au club un riche héritage et des joueurs fantastiques. Il suit l'Inter depuis 1988 et au cours des 18 dernières années, il a écrit à notre sujet, filmé des documentaires, travaillé avec eux dans la presse et il présente maintenant son Inter Podcast en anglais (rassurez vous, vous pouvez mettre des sous titres en français). Il a également eu la chance d'interviewer des joueurs de trois grandes époques : années 1960, 1980 et 2000. Certains des plus célèbres sont peut-être Mario Corso et Giuseppe Bergomi. Donc, cette équipe est personnelle et prend en compte l'histoire. Il y a peut-être une version plus moderne, il en est suis sûr, moi-même également, mais l’Inter ne serait pas là sans ces joueurs qui sont de véritables légendes de l'Inter. Gardien : Walter Zenga (1978-1994) "The Spider" était l'un des plus grands gardiens de but de sa génération. Zenga est né à Milan et était un fervent fan de l'Inter. Il a joué pour les Nerazzurri pendant 23 ans et pendant cette période, il a remporté la Serie A, la Coupe UEFA à deux reprises et la Super Coupe d'Italie. Son style dramatique, showman, est la raison pour laquelle on se souvent de lui si affectueusement. Son agilité et ses bonds incroyable signifiaient qu'il arrêterait le tirs de certains des meilleurs attaquants du monde, divertissant la foule dans le processus. Arrière gauche : Giacinto Facchetti (1960-1978) Personne n'a fait plus pour définir ce que signifie être un joueur de l'Inter que Giacinto Facchetti. L'arrière gauche a joué sous Helenio Herrera dans la "Grande Inter", remportant quatre titres de Serie A, deux Coupes d'Europe, une Coppa Italia et deux Coupes Inter Continentales. Il a porté le noir et bleu 634 fois, marqué 75 buts, c'était un homme à un seul club. En 2006, l'Inter a pris la décision de retirer le célèbre numéro trois. Défenseur central : Giuseppe Bergomi (1979-1999) Si jamais vous interviewez 'Lo Zio', vous comprendrez immédiatement pourquoi il est un meneur d'hommes. Gentleman calme et charismatique, Bergomi, comme Facchetti, est un autre clubman qui a joué plus de 500 matchs de championnat pour les Nerazzurri. L'homme qu'ils appelaient «Oncle» en raison de son incroyable moustache à un jeune âge, a remporté trois Coupes UEFA ainsi qu'un titre de Serie A, une Coppa Italia et une Supercoppa Italiana. Défenseur central : Armando Picchi : (1960-1967) Capitaine de l'équipe Grande Inter sous Helenio Herrera. Vous pourriez vous arrêter là et il est déjà une légende. Picchi était un défenseur polyvalent mais est devenu l'un des grands libéros, la position de balayeur a certainement été définie par lui dans les années 1960. Il est considéré comme l'un des plus grands défenseurs que l'Italie ait jamais produit et a remporté trois titres de Serie A, deux Coupes d'Europe et deux Coupes intercontinentales. Il est décédé tragiquement d'une tumeur à 36 ans. Arrière droit : Javier Zanetti (1995-2014) 'El Capitano'. Javier Zanetti est M. Inter. Il a ramené le professionnalisme de l'ère de la Grande Inter et incarné ce que signifiait être un serviteur du club. Personne n'avait l'endurance de "El Tractor" et on se souviendra toujours de lui comme étant le capitaine ou la grande équipe du Triplete de 2010. Zanetti détient le record du plus grand nombre d'apparitions pour un joueur étranger en Serie A avec 615, il détient le record du plus grand nombre d'apparitions pour l'Inter avec 858 et il a remporté 16 distinctions majeures avec les Nerazzurri. Il était également polyvalent en jouant à l'arrière gauche, à l'arrière droit et au milieu de terrain. L’Inter a retiré de son maillot le numéro quatre par respect. Ailier gauche : Mario Corso (1957-1973) Lorsque votre surnom est "Gods Left Foot", il est facile de comprendre pourquoi Corso est classé comme l'un des plus grands joueurs à avoir jamais joué à son poste. Membre de la Grande Inter, sa technique des coups francs et centres a été la clé de cette grande équipe. Il a fait ses débuts à l'Inter à l'âge de 16 ans et a effectué 413 apparitions en remportant le même nombre de titres que Facchetti. Parfois critiqué pour ne pas courir assez, assez logique à cette époque, Corso était plutôt un joueur intelligent qui préférait placer la balle. Milieu central : Lothar Matthaus (1988-1992) Lothar Matthaus a remporté le titre de joueur mondial de l'année de la FIFA à l'Inter et, dans le même temps, Diego Maradona a déclaré qu'il était l'adversaire le plus dur contre lequel il ait jamais joué, c’est dire. Ses 40 buts en 115 matches de Serie sont survenus à un moment où l'Inter renaissait sous Giovanni Trapattoni. Il a remporté la Serie A en 1989, la Coupe UEFA en 1991 et la Supercoppa Italiana en 1989. Dommage que Lothar ne se soit pas arrêté plus longtemps à Milan. Milieu central : Sandro Mazzola (1960-1977) Être le fils de Valentino Mazzola du Grande Turino, tragiquement perdu dans la catastrophe de Superga, n'allait jamais être facile. Cependant, Mazzola est devenu un grand à son époque. En 17 ans à l'Inter (un autre homme d'un club), il a amassé 117 buts en Serie A en 417 matchs. Le milieu de terrain offensif a remporté autant d etitres que Corso et Facchetti avec la Grande Inter. Il a également eu une rivalité tristement célèbre avec Gianni Rivera de Milan. Ailier droit : Luis Suarez (1961-1970) Connu comme l'un des plus grands joueurs espagnols de tous les temps, il était également le plus cher du monde lorsqu'il a suivi Helenio Herrera à l'Inter depuis Barcelone. Au cours des neuf années qui ont suivi, Suarez jouera 328 fois pour les Nerazzurri marquant 55 buts. Un ailier élégant surnommé «l'architecte», il pouvait également jouer en tant que meneur de jeu et était un autre joueur très adaptable. Il a amassé sept distinctions majeures à l’Inter. Attaquant : Ronaldo (1997-2002) "Il Fenomeno" a battu le record du monde de transfert pour la deuxième fois lorsqu'il a rejoint l'Inter depuis Barcelone. Son temps a été gâché par une blessure mais en 98 matchs, il a marqué 62 buts et laissé trembler les défenses de la Serie A. L'un des plus grands attaquants de tous les temps, il est peut-être étrange qu'il n'ait remporté que la Coupe UEFA avec l'Inter qu'en 1998, bien qu'il ait disputé l'un des matchs de sa vie en finale. Il fait parti des grands joueurs n’ayant pas remporté la C1. Attaquant : Giuseppe Meazza (1927-1940 & 1946-1947) Lorsque l'Inter donne votre nom à son stade, vous savez que vous avez eu un impact et pas le moindre. Meazza a joué pour l'Inter de 1927 à 1940 (et de nouveau en 1946/47) et à cette époque, il est devenu par beaucoup comme le plus grand sportif italien de tous les temps. Ses 242 buts en championnat en 365 matchs étaient un décompte et il a remporté trois Scudetti et une Coppa Italia dans le processus. Ses bouffonneries hors du terrain lui ont souvent apporté autant de publicité que ses capacités sur le terrain, mais cela ne l'a pas empêché de devenir l'un des meilleurs de tous les temps. IL y a quelques mois, j’avais publié un top 10 de l’Inter. Ce XI semble plus logique puisque tous les postes sont pris en compte. Traduction alex_j.
  3. Dimanche, l'Inter affrontera le Torino. Une famille légendaire du foot italien est liée à ces deux équipes : Mazzola. Voici la traduction de ''Sandro Mazzola tragedy to triumph'' par Omar Saleem paru le 17/10/2019 sur le site The Football Times. Cette célèbre moustache. La coiffure soignée. Sandro Mazzola était reconnaissable sur le terrain. Alors qu'il se frayait un chemin à travers les hordes de défenseurs italiens pendant les plus grandes années du catenaccio, la mégastar née à Turin construirait une carrière qui l'a mené au sommet de ce qui était possible avec un maillot Internazionale. À ce jour, peu de gens peuvent se vanter des réalisations de ''Il Baffo''. Cependant, sa vie a commencé bien différemment. Né de l'un des joueurs les plus vénérés d'Italie, Valentino Mazzola, en novembre 1942, une semaine après que son père ait signé pour le Torino, la tragédie frappera au cœur même de cette famille italienne en 1949. Valentino, une star d'une des plus belles équipes italiennes de tout les temps, devait périr dans la catastrophe aérienne de Superga; une catastrophe aérienne qui a coûté la vie à l'équipe du Grande Torino alors qu'ils revenaient de Lisbonne. Valentino, un numéro 10 beau, suprêmement doué, est toujours considéré par certains comme le plus grand joueur italien de tous les temps. En effet, ses 118 buts en 195 apparitions pour Il Granata donnent beaucoup de poids à l'affirmation. Contrairement au joueur que son fils deviendrait plus tard, Valentino dégageait une élégance calme sur le terrain, passant les joueurs en tant qu'attaquant intérieur (inside forwrard) et dominant les matchs d'une manière que peu de gens pouvaient égaler. C'était le pin-up du calcio, un homme, à 30 ans, qui avait tout à gagner et rien à perdre. Jusqu'à Superga, bien sûr. Un héritage de légende a été laissé et les graines ont été semées dans l'esprit d'un garçon qui guidera plus tard l'Inter vers deux Coupes d'Europe et quatre Scudetti. Pour Sandro, la mort de son père a durement frappé. Après le divorce de ses parents en 1946, c'est Valentino qui a élevé un jeune Sandro et lui a enseigné l'art précoce du dribble, de la frappe et de la passe. Plus tard dans la vie, Sandro a déclaré à Gazzetta Dello Sport : ''Les bases sont tout pour un footballeur. Mon père m'a appris les bases, pour cela je lui serai toujours redevable. J'ai construit une carrière sur les compétences qu'il m'a enseignées. Je devais devenir footballeur. Il n'y avait pas d'option. Je devais trouver la paix sur le terrain. Nous avons passé peu de temps ensemble.'' Peut-être que l'agonie, la colère et la pure frustration de perdre son mentor ont motivé Sandro à atteindre les sommets qu'il a finalement atteints. Avec son frère, un autre jeune joueur talentueux, Ferruccio, il signera à l'Inter en 1960. L'histoire de la façon dont les frères sont venus rejoindre les Nerazzurri est émouvante : ''Un jour, Benito Lorenzi, attaquant de l'Inter qui a joué avec mon père dans l'équipe d'Italie et qui était un ami très proche, est venu chez moi. Il a demandé à ma mère de me laisser aller à Milan pour devenir la mascotte de l'équipe. Giuseppe Meazza a également été très affecté par la catastrophe de Superga et s'est mis en quatre pour nous aider, mon frère et moi.'' "Nous mettions tous les deux le kit complet de l'Inter, sortions avec les joueurs et restions à côté du terrain pendant les matchs. Même en tant que mascottes, nous recevions des bonus et nous recevions 10 000 lires pour une victoire et 5 000 pour un match nul. C'était beaucoup d'argent pour notre famille." La générosité dont Meazza et l'Inter ont fait preuve a suffi à convaincre Sandro que son avenir était à Milan, la ville où son père est né 41 ans plus tôt. Le monde a dû attendre 12 ans avant de voir le retour d'un Mazzola sur le terrain après Superga, alors que Sandro fit ses débuts pour l'Inter contre la Juventus en 1961, sélectionné par Helenio Herrera toujours difficile à satisfaire. Ce fut un baptême du feu difficile, témoin d'une équipe effrénée de la Juve qui en a mis neuf devant ses nouveaux employeurs. Malgré son talent évident, les premières années ont été difficiles pour un attaquant qui comptait beaucoup sur le toucher, la vision et les passes dans le dernier tiers. En plus de lutter pour répondre aux attentes induites par le nom Mazzola, il faisait partie d'une équipe type Herrera qui est souvent assise, a absorbé la pression et a abandonné la possession du ballon: "C'était très difficile quand j'étais jeune parce que tout le monde s'attendait à ce que je sois aussi talentueux que mon père. Mais je n'avais pas les mêmes qualités que lui. Les fans ont parfois fait des commentaires négatifs à mon sujet et c'était difficile à encaisser, et c'est devenu si grave que j'ai même pensé à abandonner le football à un moment donné.'' Après avoir fait ses débuts avec les Azzurri en 1963, à seulement 20 ans pour une équipe nationale qui préférait la sélection de joueurs seniors et expérimentés, Mazzola devait pousser et devenir l'un des attaquants les plus efficaces du jeu. À bien des égards, il était un des premiers Kenny Dalglish; capable d'utiliser son corps pour protéger la possession et repérer les passes avant la plupart des autres. Un but tous les quatre matchs pour le club témoigne des qualités de finition et techniques qui lui ont permis d'imiter avec succès son père. Aux côtés de l'ancien milieu de terrain de Barcelone Luis Suárez, Mario Corso, Armando Picchi et le grand Giacinto Facchetti, Sandro formerait l'épine dorsale d'une équipe qui allait dominer le calcio et le foot européen dans les années 1960. L'influence personnelle de Mazzola était très vive alors qu'il aidait le club à remporter la Coupe d'Europe 1964 en tant que co-meilleur buteur du tournoi. Un an plus tard, les Nerazzurri défendraient leur couronne contre Benfica, Mazzola se révélant à nouveau être le catalyseur en attaque. Pour ceux qui se souvenaient de Valentino, c'était un autre type de Mazzola. Sandro, malgré sa classe incontestable, était un attaquant dynamique, parfait pour défendre de face, comme l'exigeait Herrera. Il a bourdonné dans les positions avant intérieures, trouvant de l'espace et déplaçant le ballon. Valentino était différent : il glissait, regardait le rôle et sortait souvent du terrain sans une tache de boue en vue. Sandro, contrairement à l'homme qu'il connaissait à peine mais qu'il vénérait, était un guerrier. Il a dû travailler plus dur pour cela. Il devait prouver qu'il était plus que le fils de Valentino. En plus de son succès notable pour l'Inter, Il Baffo faisait également partie d'une grande époque pour le football italien au sens large. Alors que les Azzurri n'ont pas remporté le nombre de trophées que l'équipe au talent fou méritait, Mazzola a aidé à guider l'Italie vers la gloire lors de l'Euro 1968, battant une solide équipe yougoslave en finale. Ses performances au cours de l'événement l'ont élevé au rang d'équipe du tournoi de l'UEFA. C'était juste une récompense pour un joueur qui n'a pas marqué lors de la finale mais qui a été une menace constante tout au long, transformant la défense en attaque avec la même intelligence dont son père avait fait preuve deux décennies plus tôt. Finaliste de la Coupe du monde en 1970, lorsque le monde a retenu son souffle pour regarder à la fois Mazzola et Gianni Rivera du même côté (quelque chose qui était finalement une chimère car Rivera a été utilisé avec parcimonie), Sandro a terminé avec 22 buts en 70 équipe nationale apparitions et trois apparitions en Coupe du monde. Il reste dommage que des gens comme Mazzola, Facchetti et Rivera n'aient jamais soulevé le trophée Jules Rimet. Alors que Sandro escaladait les plus hauts sommets du football mondial, son frère Ferruccio passait de club en club, profitant de ses meilleures années à la Lazio entre 1968 et 1971. Une existence nomade a finalement pris fin à l'âge de 68 ans seulement. Ferruccio est décédé en mai 2013. Alors que Sandro terminait sa carrière en 1977, six ans après avoir terminé deuxième derrière Johan Cruyff au Ballon d'Or 1971, l'Italie envisageait des temps meilleurs avec une nouvelle génération; une génération de joueurs qui conduirait les Azzurri à la gloire de la Coupe du monde 1982 en Espagne. Toujours impliqué dans le jeu aujourd'hui en tant que commentateur et expert de la RAI, Mazzola continue d'afficher la ruse et les connaissances qui lui ont permis de succéder à son père et de cimenter sa place, aux côtés de Valentino, comme peut-être le plus grand père-et-fils à avoir jamais frappé un ballon. À une époque antérieure aux statistiques approfondies, l'éclat de Mazzola était évident, les chiffres n'étaient qu'un complément à des choses qui ne peuvent souvent pas être mesurées. À bien des égards, Roberto Firmino de Liverpool, avec son mouvement intelligent et sa rapidité de pensée, est un joueur similaire dans le foot d'aujourd'hui. Pendant que Mazzola revient sur ses premières années, alors qu'il luttait pour surmonter la mort de son père superstar, il réfléchit avec tendresse à une carrière qui l'a rapproché de l'homme qu'il connaissait à peine mais idolâtré durant sa vie entière. En 2014, il a déclaré à Rai TV : "J'étais plus proche [de Valentino] grâce au football. J'aurais peut-être pu étudier et devenir autre chose, mais je sais que je ne me sentirais pas en paix. Je me sens proche de mon père. Le football nous a réunis à nouveau.'' Traduction alex_j via thefootballtimes.com.
  4. Voici les 10 meilleurs joueurs de l'histoire de l'Inter Milan selon lines.com. Introduction Le Football Club Internazionale Milano, mieux connu sous le nom d'Inter Milan, est l'un des clubs de football les plus prolifiques de l'histoire de ce noble sport qu'est le football. Le club a connu un énorme succès, recueillant une foule de distinctions, de titres, de coupes. On compte: une UEFA Champions League, deux Coupes des Clubs Champions, une Coupe du monde des Clubs, deux Coupes intercontinentales, trois Coupes de l'UEFA, sept Coupes d'Italie, cinq Super Coupes d'Italie et 18 Scudetti. Ces titres ont été remportés tout au long de la longue histoire de l'Inter. Fondée en 1908, l'Inter Milan s'est avérée être une force constante avec laquelle il faut compter dans le monde du football et a gagné à pratiquement dans toutes les époques de ce sport. Nous, les fans de l'Inter Milan devons remercier les joueurs talentueux qui ont honoré ce club pour l'immense gloire qu'ils ont apportée à l'Inter. Peu d'équipes peuvent égaler le talent historique de l'Inter Milan. Ces joueurs ont eu une riche carrière dans le football et la plupart d'entre eux ont été des légendes en apportant la gloire à l'Inter Milan. Dans une équipe avec une liste de joueurs, présents et anciens, aussi riche que l'Inter Milan, débattre de qui sont les plus grands joueurs de l'histoire du club peut sembler une tâche sans fin. Mais ces joueurs ont créé des carrières qui se démarquent simplement des autres et ont laissé un héritage durable au club historique. Ce sont les 10 meilleurs joueurs de l'histoire de l'Inter Milan selon lines.com. 10. Zlatan Ibrahimovic Zlatan est l'une des figures les plus reconnaissables du football actuel, et il a gagné son respect et sa renommée en ayant un impact sur toutes les équipes pour lesquelles il a joué tout au long de sa carrière. Son passage avec l'Inter Milan a peut-être été court, mais de 2006 à 2009, Zlatan a fait de l'Inter l'une des équipes les plus dangereuses du foot. L'attaquant prolifique a immédiatement fait connaître sa présence dès sa première saison. Ibrahimovic a mené l' Inter dans le département des buts marqués en Serie A lors de sa première saison où il a marqué 15 buts et a joué un rôle énorme dans le club qui a remporté le Scudetto avec un record de 97 points. Il at également marqué de son empreinte la Supercoppa Italiana 2008 en marquant son penalty de la victoire contre la Roma. Dans les saisons de Serie A 2007-08 et 2008-09, Ibrahimovic a été nommé à la fois footballeur de l'année et footballeur étranger de l'année. 9. Alessandro Altobelli Altobelli est indéniablement l'un des meilleurs attaquants à avoir jamais joué pour l'Inter. Le buteur prolifique a joué pour nous de 1977 à 1988 et a grandement contribué à la gloire de l'Inter tout au long de ces années. Alessandro Altobelli, qui est l'un des meilleurs attaquants italiens de son temps, a marqué un total de 209 buts en 466 apparitions tout au long de ses temps de jeu avec l'Inter. Il a été un rouage clé dans les équipes de l'Inter qui ont remporté la Coppa Italia en 1977-78 et 1981-82, et le Scudetto en 1979-80, marquant 10, 9 et 15 buts dans les compétitions, respectivement. Altobelli a également terminé en tant que meilleur buteur de la victoire de l'Inter Milan en 1981-82 à la Coppa Italia. 8. Mario Corso L'un des meilleurs ailiers de gauche italiens de l'histoire du fottball, feu Mario Corso a connu une riche carrière avec l'Inter Milan, après avoir joué pour le club de 1957 à 1973. Corso a fait ses débuts pour l'Inter à l'âge de 16 ans et a fait 502 apparitions pour l'Inter et a marqué 94 buts au cours de ses années avec nous. "Le pied gauche de Dieu" était connu pour sa capacité de traversée et le haut niveau d'habileté qu'il employa dans son jeu. Il a utilisé ces outils pour aider l'Inter à remporter deux Coupes Intercontinentales, deux Coupes d'Europe et quatre titres. Lors de son séjour à l'Inter, le club a également pu se rendre à une autre finale de la Coupe d'Europe (1967, ndlr) et à la finale de la Coppa Italia. 7. Giuseppe Bergomi Le talent local.Giuseppe Bergomi a passé toute sa carrière professionnelle à jouer pour l'Inter Milan de 1979 à 1999. L'un des plus grands défenseurs italiens de l'histoire, Bergomi a fait un total de 756 apparitions pour l'Inter. Ses 756 apparitions étaient à l'époque le plus grand nombre d'apparitions lorsqu'il a pris sa retraite en 1999, mais le record a depuis été battu par Javier Zanetti. Bergomi était un défenseur qui pouvait tout faire et avait la capacité de s'adapter à l'équipe adverse. Son jeu offensif était également impressionnant, car il utilisa sa rapidité et son athlétisme pour faire des efforts offensifs, marquant un total de 28 buts tout au long de sa carrière. Sa longévité et sa perspicacité défensive l'ont amené à aider l'Inter à remporter une Coupe d'Italie, une Super Coupe d'Italie, deux Scudettos et trois Coupes de l'UEFA. En fait, le légendaire Pelé a nommé Bergomi parmi les 125 plus grands footballeurs vivants en 2004. 6. Sandro Mazzola Sandro Mazzola est un autre joueur d'un seul club qui a passé les 17 saisons où il a joué pour l'Inter Milan de 1960 à 1977. Mazzola était un attaquant abile qui appartenait à l'échelon supérieur des joueurs de sa génération, et il a fait un total de 565 apparitions pour l'Inter Milan. Mazzola était un joueur polyvalent qui a énormément contribué à son club et pouvait tout faire avec sa vitesse, son énergie et sa tactique. L'acrobatique Mazzola avait également un taux de travail défensif impressionnant et s'est imposé comme l'un des meilleurs attaquants du foot. Il a marqué un total de 158 buts pour l'Inter au cours de sa longue carrière. De 1970 jusqu'à sa retraite, Mazzola a été capitaine de l'équipe de l'Inter. Il a pris sa retraite en 1977 après avoir remporté un championnat d'Europe, deux coupes intercontinentales, deux coupes d'Europe et quatre titres de Serie A. Il a terminé comme meilleur buteur de la saison de Serie A 1964-65 et s'est classé deuxième au Ballon d'Or 1971 . 5. Luis Suarez Né en Espagne, Luis Suarez a joué pour de nombreuses équipes tout au long de sa carrière, mais il a passé la majeure partie à jouer (et a peut-être joué à son plus haut niveau) avec l'Inter Milan de 1961 à 1970. Suarez était à l'époque le joueur le plus cher du monde. footballeur lors de son acquisition par l'Inter Milan pour 142 000 £. Suarez a fait un total de 328 apparitions et a marqué un total de 54 buts pour l'Inter. Sa façon de jouer et son explosivité exceptionnelles en ont fait un point central de la "Grande Inter" d'Helenio Herrera. Il a terminé sa carrière comme l'un des plus grands joueurs espagnols de tous les temps, et a grandement contribué au noir et au bleu. Avec Suarez dans le club, l'Inter a remporté deux Coppa dei Campionis, deux Coupes Intercontinentales et trois titres de Serie A. 4. Ronaldo Ronaldo n'a peut-être pas eu une longue carrière avec l'Inter Milan, mais sa carrière légendaire ne serait pas ce qu'elle est aujourd'hui sans ses jours avec l'Inter. En 1997, l'attaquant brésilien a été signé par l'Inter Milan pour ce qui était alors un montant record de 25 M£. Il Fenomeno était considéré comme l'un des plus grands joueurs de football de tous les temps. C'était un excellent buteur qui avait des capacités techniques exceptionnelles et qui utilisait son talent de dribble pour se frayer un chemin à travers les défenses et l'attaque. Sa capacité de franchissement, ainsi que son score et sa façon de jouer, ont également fait de lui l'un des attaquants les plus complets de tous les temps. Pendant son temps avec l'Inter Milan, qui a duré 99 matches, Ronaldo a aidé l'équipe à remporter la Coupe UEFA 1998. Au cours de sa première saison avec le club, il a marqué 25 buts, un nombre record de buts marqués par un joueur lors de sa première saison de Serie A. Il a également accumulé de nombreux prix individuels avec l'Inter, notamment le joueur le plus utile de l'UEFA, footballeur de l'année en Serie A, meilleur attaquant de l'UEFA et footballeur de club de l'UEFA en 1998. Il a également été salué comme le joueur de Serie A de la décennie et a remporté le Ballon d'Or à deux reprises au cours de sa superbe carrière. 3. Javier Zanetti Aucun autre joueur dans l'histoire du club n'a joué plus de matchs avec l'Inter Milan que Javier Zanetti. La légende des temps modernes a commencé à jouer pour l'Inter en 1995 et a été l'une des pièces maîtresses du club jusqu'en 2014. Il a fait un total de 858 apparitions pour le club. Le défenseur argentin n'était pas le joueur le plus flashy, mais il possédait le courage et le leadership dont le club avait besoin. Son endurance, son athlétisme et son sens du jeu sont difficiles à égaler, et il possédait également des compétences défensives et offensives qui faisaient de lui une menace absolue. Tout au long de son illustre carrière avec le club, Zanetti a mené le club à 16 trophées, dont une Coupe UEFA, une Coupe du monde des clubs, un titre en Ligue des champions, quatre Supercoppa Italiana, quatre championnats Coppa Italia et cinq titres consécutifs en Serie A. 2. Giacinto Facchetti Giacinto Facchetti est un autre défenseur légendaire de l'Inter Milan qui a eu une carrière distinguée avec le club. Il a joué pour l'Inter de 1960 à 1978 et a fait partie de "Grande Inter" d'Helenio Herrera. Facchetti a fait un total de 634 apparitions pour le club. Reconnu comme l'un des plus grands arrières latéraux de l'histoire, Fachetti a changé son poste. Outre sa superbe endurance, sa puissance et son physique, il avait également un tir puissant et une capacité de franchissement impressionnante, ce qui en faisait une menace à chaque fois qu'il était sur le terrain. Il a marqué un total de 75 buts pour l'Inter Milan. Le regretté Fachetti faisait partie de l'équipe emblématique de l'Inter Milan qui a remporté une Coppa Italia, deux titres européens, deux trophées continentaux et quatre titres de Serie A. En reconnaissance de sa grandeur et de ce qu'il a pu apporter au jeu, il a été intronisé à titre posthume au Hall of Fame du football italien en 2015. 1. Giuseppe Meazza Il est difficile de dire que quelqu'un est plus grand que Giuseppe Meazza lorsque le stade de l'Inter Milan lui-même porte son nom. L'attaquant vénéré a joué pour l'Inter de 1927 à 1940 et est revenu pour couronner sa carrière de joueur avec le club lors de la saison 1946-47, faisant un total de 408 apparitions pour l'Inter Milan. L'élégance du jeu de Meazza est inimitable, et sa créativité sur le terrain, que ce soit pour marquer, dribbler ou passer, a fait de lui une joie à regarder et une souffrance à affronter. Il est sans doute le plus grand joueur italien de tous les temps et le record de 284 buts qu'il a marqués pour l'Inter n'a pas encore été dépassé près d'un siècle après avoir commencé à jouer pour l'Internazionale. Meazza était également un leader respecté qui a conduit l'Inter Milan à un grand succès. Tout au long des années de Meazza avec le club, l'Inter Milan a remporté la Coppa Italia, la Coupe Mitropa (un peu l'équivalent de la C1, ndlr) et trois Scudetti. Il est intronisé au Hall of Fame du football italien et l'héritage qu'il a laissé à l'Inter Milan est sans égal. En un mot, un monument du foot italien et de l'Inter! Qu'en pensez vous? Etes vous d'accord avec ce classement? Exprimez vous! Récemment, un XI de légende prenant en compte tous les postes a été publié ici. Traduction alex_j.
  5. Voici en résumé ce qu’a publié l’Inter cet après-midi sur son site : Inter et Milan ont présenté le tant attendu projet sur le nouveau stade de la ville de Milan. Ce dernier sera moderne, accessible et innovateur, plus que les standards internationaux actuels. Le projet en question ne contient pas encore de plan architectural, ni sur le stade, ni sur la zone urbaine et sportive, autrement dite « multifonctions », qui entourera l’arène. Le nouvel implant sportif comprendra - Environ 60 000 places assises, un peu comme c'est le cas actuellement (hors Big Match); - Une zone multifonctions qui proposera une aire de shopping et de divertissement, capable d’attirer les citadins, les touristes et les tifosis, pouvant accueillir au moins 3 500 personnes, toute l'année ; - Le projet coûtera environs 1,2 milliards d’euros. Investissement qui est destiné à ramener Milan (la ville) dans l’élite du Football européen et mondial ; Les informations concernant l’architecture du complexe ainsi que celles du stade viendront plus tard. Rédigé par Kevin Valanzano - Internazionale.fr
×
×
  • Créer...

Information importante

En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. Nous ajoutons des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer votre expérience sur notre site. Consultez notre Politique de confidentialité. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer...