Aller au contenu
×
×
  • Créer...

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'harry kane'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
    • 2020/2021
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

6 résultats trouvés

  1. 259 jours après sa crise cardiaque pendant Danemark-Finlande, Christian Eriksen a rejoué pendant 38 minutes ce Samedi avec Brentford. Pour lire ses émotions, il faut probablement le connaître, et comprendre ce qu'il cache. À la 52e minute de Brentford-Newcastle (0-2), samedi après-midi, quand Christian Eriksen est redevenu un footballeur professionnel, 259 jours après que son cœur se fut arrêté pendant cinq minutes, il n'a rien montré. Tout était à l'intérieur, ses émotions, et le défibrillateur, juste à côté du cœur. Le stade était debout, les applaudissements ont duré, même de la part des fans de Newcastle, mais le milieu offensif danois n'a pas concédé un sourire, ni le moindre geste, en remplaçant son compatriote Mathias Jensen, ce qui était un autre signe du destin : Jensen était l'homme qui avait pris sa place, le 12 juin dernier, après qu'Eriksen avait été emmené vers l'hôpital où il allait être opéré. 259 jours après son malaise cardiaque, l'international danois (30 ans, 109 sélections) a joué 38 minutes, dans un match compliqué pour Brentford, réduit à dix après l'exclusion de Da Silva (11e), et qui fait glisser les "Bees" vers l'inquiétude, après une seule victoire en huit matches. Voici ses mots au micro de Sky Sports : "En dehors du résultat, je suis un homme heureux. Après avoir traversé ce que j'ai traversé, être de retour est un sentiment merveilleux. Cela a été une journée spéciale. Tout le monde était là, ma famille, mes parents, mes enfants, ma belle-mère et quelques médecins qui m'ont aidé. Ce que nous avons traversé a été encore plus difficile pour eux que pour moi." Le retour de Christian Eriksen a été un grand moment d'émotion, qui s'est notamment propagé du côté de Tottenham, où ses anciens coéquipiers ont accueilli la nouvelle avec une joie profonde. À l'image de Harry Kane : "On est tellement heureux pour Chris, de le voir rejouer quelques minutes, et revenir en Premier League. Tout le monde se souvient de ce jour de juin, alors le voir de retour, aujourd'hui, est vraiment un sentiment spécial." Le Danois va maintenant se battre pour assurer le maintien de Brentford, dans son stade flambant neuf de l'ouest de Londres, et pour tenter de redevenir progressivement le joueur créatif et décisif qu'il était jusqu'en juin dernier. "Il faut d'abord retrouver les sensations, le toucher", avoue-t-il. Cela ne reviendra pas en un jour, mais Christian Eriksen a déjà gagné. Source, l'Equipe.
  2. Paolo Di Canio, ancien attaquant italien, s’est livré à Sky Sport sur les déclarations de Romelu Lukaku le définissant de joueur arrogant et faible: "Il y a différents aspects à prendre en considération dans cette interview : le caractère, les contradictions, le moment, l’absence de conscience de ce qui a été dit et à quel niveau." "Il y a aussi la faiblesse d’un athlète qui après six mois dépose les armes car il s’est présenté avec une arrogance dû au fait que l’on ne se rendait pas compte des dimensions et des niveaux : Il a gagné le Scudetto en Italie en étant co-protagoiste avec ses équipiers : Ce n’est pas un Messi ou un joueur de cette trempe. L’Inter, avec Zapata l’aurait aussi remporté, c’est un joueur fonctionnel qui avait fait son devoir." "Il est parti ensuite dans l’équipe Championne d’Europe et dans un championnat où le niveau de difficulté est dix fois supérieur à celui du championnat italien, où tu dois te battre face à des équipes comme Manchester City et Liverpool. A Chelsea, ce n’est qu’un parmi tant d’autres et s’il est arrivé là-bas en pensant être le numéro un, c’est qu’il n’a rien compris : Plus que tout, il fait cette déclaration après avoir connu des problèmes physique et l’équipe joue beaucoup mieux sans lui : C’est un joueur fragile : Il semble avoir du caractère lorsqu’il s’exprime, mais il est très fragile." Harakiri "Il s’est fait un bel harakiri, c’est un désastre et tout le monde est mécontent, lui inclus : Tout le monde a sa propre fierté : Il est caractériellement et sans ironie, je le répète, un gros lourdaud, il n’a jamais été vicieux ni volontaire peu importe les situations : Il aurait dû se dire à lui-même : Je dois faire preuve de fierté et être décisif ici à Chelsea, en gagnant tout en y allant étape par étape" "Il ne suffit pas d'avoir gagné le Scudetto. Être l'un des nombreux joueurs d'une équipe comme Chelsea, c'est déjà beaucoup pour quelqu'un comme lui, à 29 ans, après avoir remporté un titre de champion en Italie. Aux premières difficultés, il s'est effondré, il a abandonné. Je pense que Tuchel n'est pas satisfait de lui depuis un certain temps et que Chelsea se mange les mais les mains pour avoir dépensé autant pour un joueur qui, finalement, n'était pas si nécessaire que ça." "Le club pourrait même se sentir offensé. Il a dit qu’il reviendrait à l’Inter, mais Chelsea pourrait se considérer aussi comme un club supérieur en ce moment historique : Ses équipiers peuvent le considérer comme une personnalité faible : Il y a ceux qui se tuent au travail et ceux qui abandonne et se plaigne à la première difficulté : Chelsea pourrait être confronté à de sérieuses difficultés." Marina Marina Marina…. Marina Granovskaia, le bras droit de Roman Abramovitch est furieuse envers Romelu Lukaku : une colère noire qui lui a permis d’avaliser son exclusion du noyau et elle ne compte pas lui pardonner ce comportement non-professionnelle et elle compte continuer à le punir: La position de l’attaquant belge est délicate et un échange Harry Kane à Chelsea n’est que pure Fantacalcio.Si Tuchel l’a puni en l’écartant face à Liverpool la durée de l’exclusion sera définie par Granovskaia ! C’est un fait Lukaku est retourné à Londres en perdant sa couronne interiste : "A Milan, une grande majorité des tifosi sont partagés et la majorité ne veut plus de lui. Le seul moyen de s’en sortir pour lui serait de parvenir à définir un terrain d’entente avec le Tottenham d’Antonio Conte, ce qui s’annonce extrêmement difficile" It’s Karma, Bitch ! ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  3. L’ancien entraîneur de l’Inter et actuel entraîneur de Tottenham, Antonio Conte, s’est livré durant la remise des prix du GoldenBoy 2021, où il y a d’ailleurs remporté le "Premio Vittorio Pozzo", sur son aventure Nerazzurra: "C’est une grande fierté et une grande satisfaction d’avoir obtenu ce prix. Gagner le trophée dédié à Pozzo est un motif de grande fierté." "J’ai connu deux saisons très intense à l’Inter, je les ai vécu intensément avec beaucoup d’enthousiasme et de passion : Il m’avait été demandé de permettre à l’Inter de gagner le titre. Nous avons tous été bons : Les dirigeants, les joueurs, moi : En deux saisons, nous avons remporté un Scudetto après 11 ans d’attente et atteint la Finale de l’Europa League, c’était du bon travail: L’Inter est une équipe qui est, à présent, compétitive et qui va rester compétitive durant de très nombreuses années." Comment est-ce d’entraîner Kane ? "J’ai eu le plaisir d’entraîner des Top Players comme Tevez et Lukaku et à présent, j’ai le plaisir d’entraîner un champion tel que Kane. C’est un joueur qui me surprend beaucoup à tout point de vue, c’est un footballeur qui se met à la disposition de l’équipe, il travaille pour elle, même s’il figure parmi les attaquants les plus fort du monde : Il a un sens du collectif vraiment louable, je me souhaite de pouvoir contribuer à sa croissance, tout comme à celle de Tottenham." Selon vous, Antonio Conte a-t ’il créé un nouveau Monstre prêt à dominer la Serie A avant justement de quitter cette même Serie A ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  4. Après avoir quitté l’Inter sur le toit de l’Italie, Antonio Conte a accepté de relever un nouveau challenge en reprenant les rennes des Spurs de Tottenham. Durant ce week-end, le natif de Lecce s’est livré dans les colonnes de la Gazzetta Dello Sport. Conte, votre repos n’aura duré à peine que quatre mois…. "Seule l’attrait de la Premier League pouvait me convaincre de revenir aussi vite. Lorsque le président Levy m’avait contacté la première fois en juin, je l’avais remercié, mais je ne le sentais pas. Mon biennal avec l’Inter a été primé par un Scudetto dont on comprendra mieux son extraordinaire emprise, sur base de la qualité du travail réalisé en deux ans à peine pour le remporter, en détruisant l’hégémonie de la Juventus." "Cela m’avait laissé beaucoup de toxines à éliminer, car ce fut un travail total et extrêmement dur, du point culminant de la joie pour le résultat obtenu en passant par une très grande désillusions suite aux changements de programmes et de perspectives qui ont porté à la séparation : j’avais besoin de faire une pause." "Lorsque Lévy est revenu à la charge en me démontrant qu’il me voulait à tout prix, cela m’a convaincu : Son projet, la perception de sa vision, ce sont des paroles qui me sont chères." Pourriez-vous mieux nous l’expliquer ? "Je parle de l’ambition et de l’envie d’exceller que la propriété a déjà mis en exécution, en dotant le club de structures incroyables. D’un stade qui est un joyau de modernité et qui est confortable avec un coût d’un milliard d’euros, d'un Centre Sportif qui m’a laissé bouche ouverte : C’est sans aucun doute le meilleur qu’il m’a été donné de voir." "Je pense qu’une telle réalité aussi bien organisée mérite d’avoir des résultats sportifs en adéquation. J’ai vu face à moi un défi, une lumière qui a mes yeux, a multiplié mes énergies. A présent, il y a deux écarts à colmater." Gagner ici serait le défi le plus important de votre carrière ? "J’ai toujours repris des équipes en difficultés. Des équipes qui ont traversé des moments difficiles, qui devait se reconstruire : La Juve était hors des Coupes d’Europe, la Nazionale n’était pas parvenu à passer la phase de groupe au Mondial 2014, Chelsea était dixième, l’Inter ne gagnait plus depuis 2010. Je n’ai jamais fait de choix accommodants, mais ce Tottenham est très certainement le défi le plus compliqué et c’est pour cela que j’en suis stimulé." Quel est le chef d’œuvre de votre carrière ? "Recréer le cycle de la Juve était dur car elle faisait face au Milan d’Ibra, Nesta et Thiago Silva, face à l’Inter du Triplé et le Napoli de Cavani, Lavezzi et Hamsik... Mais mon vrai chef d’œuvre a été le Scudetto avec l’Inter : En deux saisons j’ai renversé une monarchie sportive, si ce n’était pas nous qui étions parvenu à interrompre le cycle bianconero, la Juve serait encore là-devant : Lorsque tu bats quelqu’un de la sorte, tu lui brises ses certitudes." Auriez-vous cru, il y a six mois, vous retrouver en Premier League en compagnie de Lukaku et de Ronaldo ? "Non, absolument pas, je ne pensais pas que mon aventure Nerazzurra allait se terminer." C’est pour cela qu’ils vous ont recruté ? "J’ai conscience de la confiance qui est placé en moi et j’en suis fier. Je serais en mesure de combler l’écart plus rapidement dans un autre championnat, avec un Staff technique au top et de telles structures: Mais ici, nous sommes en Premier League, dans le championnat le plus difficile au monde : Il y a quatre colosses come les deux Manchester, Chelsea et Liverpool, mais il y a aussi des équipes riches et ambitieuses comme Everton, Arsenal et West Ham. Nombreux sont ceux qui veulent investir en Angleterre comme cela s’est vu dernièrement avec Newcastle." Quel est l’importance, dans votre choix, de retrouver à vos côtés, un dirigeant comme Fabio Paratici ? "C’est surement un élément important en plus : Savoir travailler avec quelqu’un qui te connais bien est important, il a des qualités et des ambitions qui nous aideront énormément." Quelles sont les trois premières choses à faire à présent pour grandir ? "Avant tout : Éliminer l’alternance haut-bas : Lorsque je suis arrivé à l’Inter, je l’ai dit immédiatement : Je ne voulais plus entendre parler de la Pazza Inter! Pour rester au sommet, tu dois faire preuve de stabilité, de continuité dans la prestation des résultats : Si tu gagnes face au Leader pour perdre ensuite contre l’avant-avant dernier, cela ne te servira à rien." "En second lieu, il faut changer la mentalité : Tu ne dois plus te contenter mais tu te dois de croire que tu peux gagner : Tu dois retirer tout cet aspect négatif qui fait partie d’une série d’équipe qui, finalement, n’ont jamais gagné. Pour finir, j’apporte ma méthode : Travailler avec intensité, le souci du détail et de la tactique." Si ces trois choses fonctionnent, pensez-vous atteindre la quatrième place synonyme de la Ligue des Champions ? "On signerait tous pour cela, cela voudrait dire que nous serions parvenus à surclasser l’un des quatre colosses. L’équipe est jeune, elle a une très grande marge d’amélioration, l’envie de s’engager et d’apprendre : Il y a une grande disponibilité de la part de tout le monde : L'équipe paye toutefois un manque d’expérience, elle doit le compenser avec la dévotion, le travail et l’enthousiasme." A l’Inter, vous étiez fier d’acquérir Lukaku, cette fois-ci vous avez déjà un grand attaquant de la maison : Kane... "C’est un joueur de très grand niveau, j’ai eu le plaisir de l’entraîner que quelques jours, mais c’est un Top Player qui comprend tout immédiatement. Je lui ai dit une chose et la minute d’après, il l’avait déjà mis en pratique : Il a le talent, les qualités, le physique, le sens du but et l’intelligence footballistique. J’en ai croisé que très peu comme lui : Son rêve est de gagner avec Tottenham et je suis ici pour l’aider à le réaliser." Avez-vous été surpris par les départs de Romelu Lukaku et de Cristiano Ronaldo ? "Ce sont des situations différentes, mais lorsque l’on t’offre l’opportunité de revenir en qualité de protagoniste en Premier League, c’est dur de dire non. Leurs départs ont sans aucun doute appauvri le Calcio, ce sont deux stars." Cela pourrait-il avantagé le Milan et le Napoli dans leur échappée en tête ? Comment voyez-vous la Course au Scudetto ? "Il me semble que c’est, à présent, une course à trois avec l’Inter, mais je suis maintenant engagé à penser à qui se bat en tête de la Premier League." Quel est la première différence perçue dans votre retour en Premier League comparé à celui de la Serie A ? "Une plus grande intensité et un aspect tactique moindre rendent les parties plus spectaculaires : Il y a de constantes explosions d'activités. Il y a un athlétisme différent. Si un joueur n'est pas costaud, rapide et résistant, il ne peut pas jouer en Premier League. Même les petits joueurs ici sont en roc." "Le championnat anglais vous améliore : c'est valable aussi bien pour les joueurs que pour les entraîneurs. Et en général, il y a l’environnement tout autour, le spectacle sur le terrain, le respect pour les protagonistes, la manière de vivre la rencontre comme un grand évènement sportif, tout cela est différent de l’Italie. Ici on ressent moins les sournoiseries et les polémiques." Comment est perçu d’Angleterre le Calcio ? "Il est toujours très respecté, car ils savent qu’il y a tellement de travail derrière les équipes, ils ont pu s’en rendre comptes à l’Euro : Notre Nazionale est celle qui a connu le moins de difficulté de préparation face au Covid car nos joueurs savaient déjà ce qu’ils devaient faire sur le terrain." A propos de la Nazionale, en quatre mois, elle passe de Championne d’Europe à barragiste pour la Coupe du Monde : Que s’est-il passé ? "Nous avons remporté un Euro en surprenant tout le monde, même nous. Quand tu réalises une telle emprise, un peu imprévue, cela veut dire que tout a fonctionné à la perfection et que les étoiles étaient toutes alignées : Durant le parcours européen, l’enthousiasme et la confiance ont grandi : Nous avons connus des faits de jeu favorable : Un ballon qui fait poteau rentrant, le but d’Arnautovic qui est annulé pour un rien, un joueur qui se blesse avec son remplaçant qui décide de l’issue du match, les rencontres face à l’Espagne et l’Angleterre gagnées aux penaltys." "Après que tu aies remporté le titre, la pression grandie et ceux qui te font face disputent la rencontre de leurs vies, les attentes augmentent. Et il peut aussi se comprendre que le ballon qui rentrait après avoir touché le poteau, cette fois-ci ne rentre pas, que le but de l’adversaire est valable, que tu as raté les deux penaltys face à la Suisse, tiré par Jorginho qui n’en avait jamais raté. L’Italie doit retrouver sa magie, une bonne rage et espérer que les étoiles vont de nouveau s’aligner." Durant ces derniers mois, Mancini a continué à miser sur l’optimisme, n’est-ce pas mieux de faire augmenter un peu le sentiment de peur ? "Il a voulu transmettre de la positivé dans l’environnement, il ne manque pas d’humilité mais il veut transférer la conscience d’être fort : La peur de se planter est saine, si elle te permet de conserver ton attention au maximum." Manque-t’il un grand attaquant ? "Nous n’avons pas de Top Player tel que Lukaku ou Kane, mais il ne faut pas défavoriser Immobile, il reste pour moi indispensable. Il est dévalué dans le travail qu’il abat : A chaque match, il court plus que tout le monde, il attaque la profondeur, se bat…" Parviendra-t ’elle à se qualifier ? "J’espère que oui, un seul adversaire me fait peur : Le Portugal! C’est une équipe forte composée de joueur de qualité, il n’y a pas que Ronaldo. Les autres équipes ne m’inquiètent pas, mais avec eux, nous serions à armes égales." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  5. Après Romelu Lukaku, l’autre pilier de la Lula fait l’objet de convoitise: Lautaro Martinez. Profitant d’un désaccord entre l’agent de l’argentin, qui a tenté de négocier à la hausse le salaire de son poulain et la Direction interiste qui n’a guère apprécié ce comportement, l’Atletico Madrid et Arsenal se sont montrés intéressés. Toutefois, un nouveau prétendant vient frapper à la porte..... Révélation de Sky Sport "La volonté de l’Inter est limpide : Elle souhaite conserver le joueur. Une offre de l’Atletico est arrivée, mais elle n’a pas été prise en considération. Il y a des discours formels aussi avec Arsenal, dans le cadre de la négociation pouvant mener à Bellerin." "Mais en ce qui concerne Lautaro, Tottenham pourrait s’insérer, le club suit le joueur et est confronté à la thématique entourant Harry Kane qui ne s’est pas présenté à l’entrainement et qui veut quitter le club. Les Spurs pourraient miser sur l’argentin, même si le fait qu'il dispose d'un contrat allant jusqu’en juin 2023 aurait dû laisser tranquille l’Inter." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  6. C'est une information du Telegraph: L'attaquant anglais songe sérieusement à quitter les Spurs de Tottenham en fin de saison. Parmi les clubs en liste, on retrouve l'Inter de son ami, Christian Eriksen Antonio Conte compose une équipe capable de jouer la victoire finale et Suning, propriétaire de l'Inter garantie une solidité économique de premier ordre. Situation qui ne peut que séduire le buteur des Three Lions. Si Lautaro vient donc à quitter l'Inter, Kane serait considéré comme la recrue idéale pour composer un duo d'attaque d'une puissance de frappe impressionnante, en compagnie de Romelu Lukaku! Valideriez-vous une telle recrue en cas de départ de l'argentin ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr