Aller au contenu
×
×
  • Créer...

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'hector cuper'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Groupes

  • Localisations des Nerazzurri

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

4 résultats trouvés

  1. Marco Materazzi a plaisanté en disant que l'entraîneur entrant Simone Inzaghi nous doit toujours le Scudetto de 2002 dans une longue interview avec 7 Corriere sur Instagram, rapportée par FCInterNews.it , où il évoque les joueurs avec lesquels il aurait aimés jouer, la Coupe du Monde 2006 et le Triplete. Simone Inzaghi nous doit un Scudetto. "Tout le monde est sceptique à l'égard de Simone, mais en attendant, il nous doit le Scudetto du 5 Mai 2002. L'Inter a l'opportunité de rester au top, Simone a si bien fait que son travail est resté caché, mais il est l'un des meilleurs jeunes entraîneurs italiens, maintenant il doit faire le saut." Sur les joueurs avec lesquels il aurait aimés jouer. "L'Inter a eu la malchance de ne pas gagner ce qu'elle méritait, comme pour le Scudetto de 1998. Ils avaient Ronaldo, le plus fort de l'histoire, et nous aurions dû gagner encore plus avec lui. Je mourais d'envie d'avoir son maillot quand je lui ai fait face, de le retrouver. Lui faire face comme un autre joueur était une émotion incroyable. J'ai joué avec tous les meilleurs, mais Ronnie était le meilleur. Je regrette de ne pas avoir pu le convaincre de rester après 2002, mais il était fatigué. Quand il a quitté la Pinetina, il a dit qu'il resterait s'ils se débarrassaient de l'entraîneur Hector Cuper. Il serait également revenu chez nous l'année où il est allé à Milan, en 2007. J'aurais aimé jouer avec Lothar Matthaus et Karl Heinz Rummenigge, je me serais très bien entendu avec eux parce qu'ils ont du caractère. Nicola Berti aussi parce que c'est un fou comme moi, un vrai mec qui dit ce qu'il pense sans filtre. Nous sommes comme ça." Jose Mourinho et Antonio Conte. "Les mariages ont toujours besoin de deux personnes, logique. Mais je sais pertinemment qu'il serait revenu il y a deux ans. Ensuite, ils ont choisi Antonio Conte, qui en tant qu'ancien joueur de la Juventus a beaucoup fait pour l'Inter et doit être remercié pour cela. Quand il a dit: 'J'ai compris ce que voulait dire Inter', c'était le plus significatif. Il a créé un groupe solide. Je disais déjà en Décembre que l'Inter dépasserait le Milan et beaucoup se moquaient de moi, alors que j'avais raison parce que l'Inter a l'équipe la plus forte." Sur samuel Eto'o et Romelu Lukaku. "Eto'o est mon petit frère, je dois le remercier pour la vie car il nous a apporté le Triplete. Il savait le faire, il nous a permis de nous battre sur tous les fronts en termes de mentalité et cela a fait la différence. Lukaku est comme Vieri maintenant. Mais pas quand il est arrivé. Je ne pensais pas qu'il pouvait être le nouveau Vieri. Au lieu de cela, il s'est avéré être un leader et un buteur, il a fait de grands progrès grâce à Conte." A propos de Zlatan Ibrahimovic. "Quand il était à l'Inter, la relation était bonne, mais il a changé de cap. Sur le terrain, les choses se passent. Il pourrait éviter d'aller sur les réseaux sociaux pour évoquer le passé car cela n'a aucun sens. Il aurait pu l'éviter, je le respecte en tant que joueur et je le remercie pour ce qu'il m'a fait gagner quand il était avec nous et quand il est parti. Je le félicite car il fait la différence à 40 ans, chapeau à lui." A propos de Roberto Mancini. "Nous nous sommes disputés à plusieurs reprises, heureusement, nous étions toujours séparés et nous ne nous sommes jamais venus aux mains. Il a fallu très peu pour entrer dans ses grâces en remportant la Coupe du monde en 2006." Sur deux joueurs de l'AS Rome. "J'aurais aimé voir Francesco Totti à l'Inter, malheureusement cela n'est pas arrivé. C'était impossible. La même chose avec Daniele De Rossi. J'ai résisté à un transfert au Milan et je remercie ceux qui m'ont permis de rester, en l'occurrence Giacinto Facchetti. J'aurais laissé plus de fierté que de trahir le club, mais je ne pouvais pas dire non à Giacino et finalement rien ne s'est passé." La Coupe du monde 2006. "J'ai eu la chance de disputer la Coupe du monde grâce à la blessure d'Alessandro Nesta. Je préfère me souvenir de mes deux buts plutôt que du coup de tête de Zidane, qui nous a permis de gagner. Au final, c'était important de marquer des buts et surtout de marquer les penalties malgré la pression. Je félicite Zidane en tant que joueur et en tant qu'entraîneur, il s'est avéré être un numéro un." La victoire en Ligue des champions en 2010 comme un couronnement. "Javier Zanetti était tellement fiable que vous pouviez compter sur lui à chaque match. Il était toujours là dans les moments difficile, en tant que capitaine. Vous avez hâte d'embrasser la Ligue des champions, mais avant le match, vous ne devez pas toucher le trophée. Vous devriez l'enseigner dans les écoles de football." "Le Triplete était le couronnement d'un rêve de carrière car après la Coupe du monde, il ne me manquait que la Ligue des champions. Quand j'ai vu les différents titres dans les salons de Paolo Maldini et Lionel Messi, j'ai regardé ma femme et lui ai dit que je la voulais."
  2. Dans une interview avec Il Posticipo, Julio Cruz a évoqué son passage chez nous, ainsi que Diego Forlan dans une interview accordée à TuttoMercatoWeb. Julio Cruz à Il Posticipo. "A l'Inter, deux épisodes me viennent à l'esprit: L'un était lorsque nous avons gagné à l'extérieur contre la Juventus 3-1 (en Serie A en novembre 2003, ndlr), j'ai marqué deux buts. C'était un match dont tout le monde rêvait depuis longtemps, l'Inter n'avait pas gagné à Turin depuis onze ans et ce jour-là j'ai ressenti une joie incroyable. Je me souviens aussi de notre première Coppa Italia avec Roberto Mancini (en 2005, ndlr). L'Inter n'avait pas gagné depuis de nombreuses années, voir le Meazza plein ce jour-là était fantastique." "Quand j'ai appris que l'Inter me voulait, tout le monde m'a dit de chercher une autre équipe différente. A Bologne, j'avais bien joué et beaucoup d'équipes me voulaient. J'ai choisi l'Inter parce qu'Hector Cuper était là. Le 5 mai 2002, j'ai vu ce Lazio-Inter, les Nerazzurri avaient perdu le Scudetto le dernier jour d'une manière très étrange, je ne voulais pas y croire. Je voulais aller à l'Inter pour faire quelque chose de bien. Je sentais que gagner là-bas serait spécial. Malheureusement, après mon arrivée, Cuper est parti, mais je savais que j'étais dans la bonne équipe. L'Inter manquait un peu de chance, il y avait de bons joueurs qui n'avaient rien gagné depuis de nombreuses années." "Concernant la pression de jouer à l'Inter, j'avoue que je n'y ai jamais pensé car un joueur sait ce qu'il veut et ce qu'il peut donner. Je voulais jouer et j'ai essayé de tirer le meilleur parti de la marge qui m'était accordée. J'ai essayé de bien faire à chaque fois que je jouais." "Le Calciopoli était une page sombre de l'histoire du football italien. Beaucoup pensaient qu'il y avait quelque chose qui n'allait pas, mais personne n'était sûr jusqu'à ce que tout soit sorti. Ceux qui ont fauté ont payé et à juste titre." Diego Forlan à TuttoMercatoWeb. "Mon expérience à l'Inter a été spectaculaire. J'ai de merveilleux souvenirs des Nerazzurri, de Milan et de la Serie A en général. Malheureusement, les nombreuses blessures ne m'ont pas permis de jouer en continu comme je l'ai fait par exemple à Manchester United, à Villarreal ou à l'Atletico Madrid. Le goût qui reste dans la bouche est encore un peu amer aujourd'hui. L'affection que les fans italiens me témoignent encore à travers le monde me rend vraiment fière." "Conte fait un excellent travail, tout comme il l'a fait dans le passé à la Juventus. Vous pouvez voir sa marque sur l'équipe. Les Nerazzurri travaillent ensemble depuis longtemps et maintenant ils ont réussi à gagner un avantage notoire au classement. Cette année, l'Inter a de très grandes chances de mettre fin au monopole de la Juventus et de lui arracher enfin le Scudetto. Conte, après tout, sait très bien comment gagner des titres nationaux."
  3. Dans une interview avec le diffuseur officiel Inter TV, notre légendaire défenseur Ivan Cordoba a parlé de plusieurs sujets et a avant tout félicité l'ancien manager Hector Cuper pour le rôle qu'il a joué à l'Inter et qui a connu un tel succès dans les années 2000. "Quand je suis arrivé à l'Inter, il y a eu beaucoup de changements. Sous Hector Cuper, nous avons commencé à créer quelque chose de différent et à viser des objectifs importants. Les bases ont été jetées pour l'Inter qui gagnera sans cesse." Ses qualités de sauts : "C'est un don naturel que j'ai amélioré. Enfant, j'étais toujours dans la rue à jouer et à sauter. Quand j'ai commencé à m'entraîner, ils ont vu ma prédisposition et mon premier manager a commencé à me donner des exercices spécifiques tels que suspendre une balle en hauteur et essayer de la frapper avec ma tête. Une autre chose qui m'a aidé était le travail sur les chevilles, je faisais beaucoup de répétitions de force qui m'ont aidé à augmenter la puissance." Les bons tireurs de coups francs et l'importance de la compétition à l'entraînement : "Avec Veron, Recoba et Mihajlovic, nous devions marquer. Veron, pour nous défenseurs, était une référence car dès que nous avions récupéré le ballon, il se montra et a commencé à dicter le jeu. Le caractère fort des joueurs qui veulent toujours gagner fait la différence. Être compétitif même à l'entraînement est utile pour que l'équipe soit toujours prête à gagner ensemble même dans le jeu, car tout le monde se bat toujours." Sur Juan Sebastian Veron et la super coupe italienne en 2005 : "Chaque fois que je pense à lui, je me souviens de ce but à Turin contre la Juventus en Supercoppa, notre deuxième trophée important après avoir remporté la Coppa. En remportant cette coupe, nous nous sommes dit que nous devions continuer à gagner et cette Supercoppa Italiana était folle." Le premier trophée : "De nombreux matchs ont une signification particulière. Pour moi, la première victoire en Coppa Italia signifie tellement parce que nous avons enlevé un poids sur nos épaules et à partir de là, nous avons compris que nous pouvions gagner à nouveau. Nous avons célébré comme si nous avions gagné la Ligue des champions." En conclusion, il a parlé de la fameuse défaite de l'Inter en Champions League contre Barcelone, qui s'est produite il y a un peu plus de 10 ans. L'Inter a perdu le match retour 1-0, mais grâce à une victoire 3-1 au match aller au Meazza, elle a été en finale grâce à un score global de 3-2 et a ensuite remporté la Ligue des champions. "Barcelone-Inter semblait être un match sans fin, depuis que Thiago Motta a été expulsé le match a duré une journée ! C'était difficile, mais au coup de sifflet final, tout était beau... ce sont des moments qui restent à jamais dans votre mémoire. Il fallait que ce soit comme ça, ces demi-finales nous ont rendus encore plus forts. Dans ces matchs il est vrai que les petits détails font la différence." ®alex_j - internazionale.fr
  4. Le Vice-Président de l’Inter, et Parrain d'Internazionale.Fr, Javier Zanetti, s’est entretenu avec Christian "Bobo" Vieri sur son aventure interiste. Des entraînements de Cuper au mariage lunaire de Taribo West, les deux larons se sont fait plaisir sur Instagram Voici un condensé proposé par Sport Mediaset L’entrainement militaire de Cuper "80 courses, d’avant en arrière sur un terrain lourd....Certains joueurs vomissaient, ensuite nous nous sentions bien mais les rythmes étaient soutenus, on perdait souvent Il Chino." "En moins d’une année, il y au deux grands ko très dur : Le 5 mai et la demi-finale perdue en Ligue des Champions face au Milan. Cela reste un grand regret, il nous manquait toujours un petit quelque chose que nous aurions mérité." "Cela me déçoit car tant de joueurs auraient mérité de gagner, nous travaillions bien ensemble pour la victoire. Nous avions tant de pressions sur nous, chaque année, on nous demander de finalement l’emporter. Mais il y avait une belle ambiance entre nous deux." Lula Pour Vieri, ce feeling se ressent dans l’Inter d’aujourd’hui: "Selon moi, Lautaro et Lukaku forment le duo le plus fort d’Europe." Zanetti enchaîne: "C’est le fruit du très grand travail de Conte, ils les entraînent durement toutes les semaine. L’idée est de redevenir protagonistes, il y a toutes les prédispositions pour faire de belles choses avec cette Inter." Martinez et le Mercato "Lui et tant d’autres grandissent tellement, mais en ce moment, nous n’avons pas la tête à ça. La priorité est de sortir de cette situation. Lorsque je le vois, Lautaro est très heureux à l’Inter." Roi Nerazzurro Vieri, à l’instar de Zlatan Ibrahimovic quitte l’Inter à la veille d’un cycle de victoire, en 2005... "C’est aussi le fruit des défaites précédentes" souligne Zanetti. "Ces résultats nous ont renforcés pour arriver à aller de l’avant avec Mancini et Mourinho." Consolation pour Bobo "Le football s'arrête pour tout le monde, mais regarde ce qu’il reste : l’amitié et les valeurs humaines, les semaines à l’entrainement me manque, le divertissement unique que l’on retrouve derrière, plus que les matchs me manque...surtout lorsque tu as des personnages comme Taribo West." Quand Taribo West était porté disparu Javier Zanetti: "Te souviens-tu de sa disparition ? Nous étions à sa recherche depuis un mois, à peine revenu, je lui ai demandé des explications : "Capitano, je me suis marié. Dans mon pays, c’est comme ça que l’on fonctionne : Un mois de vacances" "Une autre fois, il nous avait invité à sa maison pour son anniversaire, c’était un repas légendaire: Nous sommes arrivés à 19h00 et Taribo est resté là, à prier durant trois heures. Nous avions une de ces faims, je ne te dis pas, mais l’anniversaire c’est terminé comme ça, nous sommes reparti sans manger. Sans déconner." Retraite historique "Quand, à 39 ans, je suis suis rompu le tendon d'Achille, je me projetais immédiatement sur l’opération et ma date de retour. Je ne voulais pas arrêter comme ça, je voulais jouer au moins un match de plus au Meazza." Chose qui arrivera la saison suivante face à Livourne: "Là, j’ai pensé pour la première fois qu’il pourrait s’agir de ma dernière saison. C’est mieux d’arrêter un peu avant, lorsque tu te sens encore bien, plutôt que de le faire lorsque ton physique te l’impose." Le fait d’être Vice-Président de l’Inter "Il faut reprendre tout à zéro. Je me suis inscrit à la Boconi pour apprendre le marketing et la finance, je ne voulais pas être juste associé à la dimension sportive, mais je veux l’être aussi sous l’aspect Management. On ne peut pas attendre à ce que tout nous soit offert, juste grâce à notre carrière." ®Antony Gilles - Internazionale.fr