Aller au contenu
×
×
  • Créer...

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'helenio herrera'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

16 résultats trouvés

  1. Aujourd'hui, notre flèche Jair Da Costa fête ses 81 printemps! Bon anniversaire et voici une rapide rétro de cet ailier qui a rejoint l'Inter en 1962 de Sao Paulo. Jair a disputé 260 matches toutes compétitions confondues avec le club, marquant 69 buts, dont le but vainqueur de notre deuxième triomphe en Coupe d'Europe contre Benfica en 1965. Le rapide n°7, dont on se souvient affectueusement pour ses feintes et ses astuces sur le flanc, a remporté quatre Scudetti, deux Coupes d'Europe et deux Coupes intercontinentales au cours de ses 10 ans au club. Justement, souvenons nous de ce but contre le Benfica. Il n'y a rien dans ce monde de si cruel et pourtant si doux pour ceux qui aiment le football. Un terrain noyé sous la pluie et la boue, un stade plein de supporters milanais (et oui, la finale s'est tenue au Meazza), une nuit de football sous les étoiles avec des nuages sombres dans le ciel milanais d'où coulait toute la nuit: était-ce un signe de chance ? A en juger par le résultat, il faudrait dire oui. Jair da Costa n'avait même pas 25 ans. Notre grand homme allongé sur l'herbe détrempée du Meazza venait de tirer avec son pied droit et de tomber par terre. Sa tête relevée, ses yeux suivaient avec impatience le ballon alors qu'il roulait vers Costa Pereira, le gardien de Benfica, qui se préparait pour un arrêt de routine. Il s'agenouille, mais le ballon glisse entre ses mains, entre ses jambes et dans le filet. BUT POUR INTER! C'est l'histoire de la façon dont le 27 mai 1965, Jair da Costa a offert à l'Inter sa deuxième Coupe d'Europe de l'histoire. Le premier était arrivé exactement un an auparavant, avec la finale remportée contre le Real Madrid à Vienne. Cette fois-ci, c'était à Milan et les Nerazzurri affrontaient Benfica d'Eusebio. Mais il n'y avait pas lieu de s'inquiéter, car il s'agissait de la Grande Inter du magicien Helenio Herrera: Sarti, Burgnich, Facchetti, Bedin, Guarneri, Picchi, Jair, Peirò, Mazzola, Suarez, Corso. Notre grand homme était une vraie flèche. Il avait l'habitude de voler sur les ailes avec ses grandes enjambées. Il était arrivé en Italie de São Paulo en 1962: il ne savait rien de Milan, abasourdi la première fois qu'il a vu de la neige. Il quittera l'Inter dix ans plus tard, jouant 260 matchs et marquant 69 buts pour le Club, dont cette finale légendaire contre le Benfica. Une liste interminable d'honneurs: quatre Scudetti, deux Coupes d'Europe, deux Coupes intercontinentales et même un trophée de Coupe du monde en 1962 (où il était dans l'équipe du Brésil mais n'a jamais fait d'apparition en raison de la présence du légendaire Garrincha dans l'équipe). Aujourd'hui, le 9 juillet, Jair da Costa fête ses 81 ans. Un très joyeux anniversaire des fans des Nerazzurri du monde entier, ainsi qu'un grand merci pour tout ce qu'il a fait pour l'Inter, en particulier ce but sous la pluie au Meazza !
  2. Questionné ce jeudi 08 juillet 2021 lors de sa conférence de presse l’intronisant entraîneur de la Roma, le portugais s’est livré de la sorte sur l’Inter: Etes-vous déçu de ne pas rencontrer Antonio Conte, lorsque vous rencontrerez l’Inter ? "Il y a des entraîneurs qui font partie de l’Histoire du Club et qui ne peuvent pas être comparé. Lorsque l’on parle de Liedholm ou de Capello, on ne peut pas les comparer à d'autres. A l’Inter, personne ne peut être comparé ni à moi, ni à Herrera, on ne peut pas faire ça ." Suning en prend aussi pour son grade Deux missiles envoyés avec accusé de réception à destination d'un certain natif de Lecce et à un certain groupe basé à Nankin! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  3. L’ancien ministre de la Défense, Ignazio La Russa est de confession interiste. Celui-ci s’est livré à Claudio Brachino dans le cadre de la rubrique "Primo Piano" de l’Agence Italpress "Nous avons eu Herrara, Trapattoni.....je suis amer, mais les entraîneurs passent et l’Inter reste. Comme Mourinho est en place et qu’Allegri va à la Juve, et vu que l’année prochaine nous ne remporterons pas le Scudetto, courageux pour courageux, je prendrais Zenga. Je me fierai à une personnalité qui ne partirait pas car il est interiste jusqu’à l’os." "Le vrai problème n’est pas la crise économique, mais le gouvernement chinois, qui a décidé de couper l’eau." L’Inter devra-t’elle céder l’un de ces champions ? "Je crois que oui et je pense qu’ils vont vendre Hakimi, même si un comme lui, contrairement à un attaquant ou à un défenseur, il n’y en a pas deux." Valideriez-vous son idée de laisser les rennes du club à Spiderman ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  4. Le 27 Mai 2021, Armando Picchi décédait d'un cancer. Pour son 50e anniversaire de sa mort, voici un hommage. "Si l'Inter doit quelque chose à il Mago, combien il Mago nous doit-il aux joueurs? Beaucoup, peut-être beaucoup." Armando Picchi "Picchi était un directeur défensif... ses passes n'étaient jamais aléatoires et sa vision était superbe." Gianni Brera Armando Picchi avait le type de traits du visage qui donnaient l'impression d'avoir vécu cent vies à l'âge de 18 ans. Regarder de vieilles séquences vidéo en noir et blanc ne fait rien pour améliorer l'apparence du libéro original italien, mais cela met en perspective qu'il a joué le jeu avec l'intelligence et l'expérience d'un joueur mûr au-delà de ses années. Né à Livourne en 1935, le futur porte-étendard de tous les titulaires en venir du poste est né la même année que l'achèvement du stade du club de sa ville natale. Une relation symbiotique entre le nouveau-né et l'amphithéâtre de football nouvellement fini de Livourne fusionnera complètement en 1990, mais avant cela, Picchi établira la norme par laquelle tous les futurs défenseurs italiens seraient jugés. Leo Picchi était l'aîné d'Armando de 14 ans et était, comme c'est souvent le cas, le frère aîné qui a initié une histoire d'amour avec le beau jeu. Leo a fait ses débuts pour l'équipe locale de Livourne en 1945 a joué un rôle central dans l'identification du talent de son jeune frère, le recommandant au club et le mettant en route pour suivre ses traces. Tout comme Leo a quitté l'équipe première pour pour le Torino, Armando a fait ses débuts en équipe Primavera. En 1954, Armando a finalement fait ses débuts dans l'équipe première de Livourne, commençant sa carrière en tant qu'arrière droit. Tout au long de ses 99 apparitions pour son bien-aimé Livourne et marquant 5 buts, le premier d'entre eux le 30 Décembre 1956 contre Mestre, Picchi jouait et se développait dans un position large. Armando Picchi restera dans l'équipe de sa ville natale pendant 5 ans, de 1954 à 1959 lorsque le président de SPAL, Paolo Mazza, notant sa qualité a décidé de le recruter pour son équipe en Serie A. Avec les bleus et blancs, cependant, il n'est resté que pendant une seule saison et 27 matchs, contribuant à la cinquième place du SPAL, le meilleur résultat de l'histoire de l'équipe. La promesse de Picchi avait attiré l'attention d'Helenio Herrera, qui tenta l'arrière latéral de l'équipe provinciale à l'Internazionale, et bien que ce ne soit pas évident à l'époque, les graines de la Grande Inter avaient été semées. Rejoindre l'Inter en même temps que Picchi était un autre élément essentiel du plan directeur de Herrera, Giacinto Facchetti. Picchi jouerait initialement en tant que défenseur droit de l'Inter et Facchetti, un défenseur qui avait des décennies en avance sur son temps, jouerait en tant que latéral gauche. Les deux premières saisons de Herrera et Picchi ont été une période de pauvreté si l'on considère la principale monnaie d'argent du football. Au milieu d'une disette de six saisons pour le Scudetto lorsque Herrera est arrivé (son dernier Scudetto datait de la saison 1953-1954), et malgré une troisième place suivie de la deuxième la saison suivante (l'Inter termina 3e en 1960-1961, et 2e en 1961-1962) le propriétaire de l'Inter, Angelo Moratti, n'a pas été impressionné. Des rumeurs tournaient comme des vautours voraces autour d'Herrera, et avec elles la possibilité très réelle que deux saisons seraient tout ce qu'il verrait du Giuseppe Meazza. Mais l'histoire est jonchée de moments décisifs. Moratti a choisi de donner un peu plus de temps à Herrera, forçant le manager à reconnaître que son équipe était trop ouverte et susceptible de concéder des buts (l'Inter concéda 39 buts en 1960-1961, 31 buts en 1961-1962 et 20 en 1962-1963, lors du premier Scudetto sous Hererra). Herrera a choisi de changer le style de jeu de l'équipe. Une ligne de quatre arrières fut déployée, mais avec l'instinct d'attaque naturel de Facchetti, il a été autorisé à patrouiller sur tout le flanc gauche du terrain. L'homme supplémentaire a été placé dans le rôle de "sweeper" derrière les quatre arrières. L'Inter jouerait un système de marquage individuel et laisserait ce joueur supplémentaire à l'arrière pour intercepter tout adversaire ou une balle manquée. C'était un poste qui exigeait de l'intelligence, du sang-froid, de la vision et de l'anticipation. Picchi avait tous les attributs techniques et mentaux nécessaires et il est donc devenu LE libéro, le capitaine et la voix de Herrera sur le terrain. La saison 1962-1963 a vu la manifestation de la pensée tactique de Herrera et des modifications astucieuses porter ses fruits. Tandis que la prétention de Herrera d'avoir inventé le concept même du catenaccio est une discussion pour un autre article, ce qui était immédiatement clair était que Picchi sous la tutelle de Herrera définissait LE libero. Picchi n'était pas un personnage physiquement imposant sur le terrain, mais sa capacité à lire le jeu et à ressentir le danger avant qu'il ne devienne apparent garantissait que son 1m71 était rarement nécessaire pour un football dur et rugueux. Son corps n'était que le conduit qui transportait le cerveau du footballeur dans la bonne position pour étouffer la menace de son adversaire. En 1963, l'Inter a remporté son premier titre de Serie A en neuf ans en ne concédant que 20 buts en 34 matchs. La réinvention tactique par Herrera de la ligne arrière a eu des effets profonds, non seulement pour le club mais aussi pour le football italien au sens large. Picchi était considéré comme une extension du manager, dirigeant ses coéquipiers sur le terrain, donnant des instructions et orchestrant le jeu à ses conditions. Son instinct naturel de défense signifiait qu'il passait très rarement dans l'atmosphère raréfiée de la moitié de terrain adverse, comme son manager l'avait prévu. Le contrôle de Picchi sur le jeu était tel que le légendaire journaliste de football italien, Gianni Brera, a dit: "Picchi était un directeur défensif... ses passes n'étaient jamais aléatoires et sa vision était superbe." Il y a une belle anecdote dans le livre fondateur de John Foot, Calcio, qui illustre la confiance suprême de Picchi dans sa capacité à diriger le jeu sans avoir besoin des instructions de son manager. Au cours d'un match vers le milieu des années 1960, Herrera essayait de transmettre des instructions à ses joueurs. Frustré par le manque d'attention porté vers lui, il appela un joueur sur la ligne de touche et lui a donné les instructions à passer à Picchi. Après un moment, Herrera a demandé au joueur: "Qu'est-ce que Picchi a dit?" Le joueur a répondu, presque par excuse: "Vas te faire foutre et vas te faire foutre aussi à Herrera." L'Inter a remporté le match. Nous reviendrons sur un autre match disputé en Janvier 1966 démontrant les capacité de Picchi à diriger un match plus tard. Alors que Herrera ne pouvait pas toujours compter sur Picchi pour suivre les instructions comme un bon soldat, il savait que le libéro ne quitterait jamais son poste. Picchi était défensivement enclin au noyau, mais il pouvait jouer. Ce n'était pas le genre de défenseur qui se consacrait à tout prix à dégager les lignes; il aimait faire descendre le ballon et le déplacer rapidement. Même si la moitié de terrain adverse était considérée comme une zone interdite, le natif de Livourne aimait lancer des attaques. La saison 1963-1964 de Picchi avec les Nerazzurri les a vus échouer à conserver leur Scudetto, perdant contre Bologne 2-0 dans un match couperet après avoir fini avec le même nombre points sur la saison malgré une différence de buts moins bonne (+36 pour Bologne contre +33 pour l'Inter; les deux équipes ont marqué 54 buts mais Bologne n'en a encaissé que 18 contre 21 pour l'Inter). A l'époque, un match couperet était joué pour départager deux équipes ayant le même nombre de points, les goal averages n'étant pas utilisés avant la Coupe du Monde 1970. Cependant, la pilule amère d'une défaite nationale a été plus que compensée par un succès en Coupe d'Europe. Picchi a mené l'Inter à son tout premier succès continental, battant en finale le puissant Real Madrid. Peut-être plus important que la simple gloire, certainement pour Herrera et son capitaine, c'était une campagne qui a justifié le caténaccio et la capacité de Picchi à rassembler son équipe. En effet, l'Inter n'a concédé que cinq buts en neuf matches contre les champions anglais, français, yougoslave, allemand et espagnol. En tant que régnants européens, Herrera, Picchi et l'Inter se sont mis à tenter de regagner le Scudetto. Contre la pression et la devise accrues auxquelles les Interistes étaient désormais confrontés, Picchi devait mener ses hommes dans l'inconnu lors d'un match à deux manches en Coupe Intercontinentale contre l'Independiente. Une défaite 1-0 à Buenos Aires a laissé ce titre à la portée de l'Inter, avec un 2-0 au Meazza. L'Inter fut sacrée meilleure équipe du monde. La saison 1964-1965 devait être la plus réussie de ce qui était maintenant l'émergence de Grande Inter. Armando Picchi a mené son équipe au titre, perdant seulement deux matchs au cours de la saison. Cependant, comme c'est souvent le cas, chasser les trophées les plus importants sur plusieurs fronts sape les ressources et voit la plupart des équipes échouer. Pas pour l'Inter. Picchi et Herrera ont maintenu l’intensité des Nerazzurri et une deuxième Coupe d’Europe successive a suivi. Une fois de plus, seulement cinq buts ont été concédés sur toute la campagne continentale. La finale avait la résonance d'une typique performance italienne alors que l'Inter menait 1-0 sur le Benfica après 42 minutes. C'était toute l'incitation dont le capitaine avait besoin, quittant rarement son tiers alors que l'Inter enregistrait une performance défensive proche de la perfection contre une brillante attaque portugaise. Le petit libéro avait aidé l'Inter à atteindre le plus grand des sommets, mais il y avait plus à venir des géants milanais. La saison 1965-1966 a offert à l'Inter l'opportunité de conserver sa Coupe Intercontinentale contre l'Independiente à nouveau. Avec une opposition familière est venu un résultat familier, mais cette fois-ci, Picchi et l'Inter n'ont pas concédé sur les deux matchs, remportant 3-0 au total. Le trophée final de l'ère de la Grande Inter était le Scudetto 1965-1966. Remportant le titre avec quatre points d'avance sur Bologne, l'Inter était une fois de plus difficile à décomposer, concédant 28 buts toute la saison mais en marquant, de manière inhabituelle, 70 buts. En soulevant sept trophées majeurs en quatre sensationnelles saisons, Armando Picchi avait conduit son équipe de l'Inter à un succès sans précédent. Cependant, le 30 Janvier 1966, l'Inter a rencontré Vicenza au Meazza et à la fin de la première mi-temps, le résultat récompensait les rouges et blancs avec un 1-2. Dans le vestiaire, les remarques et suggestions de Herrera n'ont pas été entendues par tous les joueurs et même Picchi a manifesté de manière flagrante sa dissidence. En seconde période, cependant, les Nerazzurri ont renversé le résultat en suivant les indications de l'ex joueur de Livourne. Cela cimenta, si besoin était, le charisme d'Armando. Il faut se rappeler que Vicenza a terminé 6e en 1964 et 1966. L'ironie de tout ce succès est qu'Armando Picchi n'a jamais eu l'occasion de transférer les performances de son club vers l'équipe nationale et n'a même pas été sélectionné pour la Coupe du monde 1966. Aux yeux du manager Edmondo Fabbri, Picchi était trop défensif. Avance rapide vers l'Ayersome Park le 19 juillet 1966 et avec cette défaite choc de l'Italie 1-0 face à la Corée du Nord; comme Fabbri aurait dû souhaiter avoir choisi le libéro indomptable de l'Inter. Ferruccio Valcareggi, l’homme chargé de redorer le blason de la réputation internationale écornée des Azzurri, a régulièrement sélectionné Picchi pour les éliminatoires du Championnat d’Europe 1968. Cependant, une grave blessure pelvienne subie lors d'un match de qualification contre la Bulgarie a essentiellement mis fin à sa carrière internationale. La raison pour laquelle l'un des plus grands footballeurs du pays n'a été sélectionné que 12 fois pour les Azzurri reste une anomalie . La saison 1966-1967 aurait été une saison impressionnante pour la plupart des clubs, mais la Grande Inter n'était pas une équipe ordinaire. Les normes exigées par Moratti, Herrera et Picchi signifiaient que les finalistes en Serie A et en Coupe d'Europe ont vu la rupture prématurée de la plus grande équipe d'Internazionale. Il Mago aurait manifestement pris cet affront du 30 Janvier 1966 personnellement et a en fait forcé l'Inter à vendre Picchi à Varèse en 1967. Il n'y avait pas de place pour le sentiment dans les coulisses du pouvoir au Giuseppe Meazza. Malgré cela, Armando Picchi restera toujours dans les mémoires comme Il Grande Capitano. Plus important encore, la définition même du libéro avait été modifiée par un homme qui jouait avec une telle diligence raisonnable dans son rôle et ses responsabilités qu'il ne marqua qu'un seul petit but pendant toute sa carrière à l'Inter. Il a essayé de retourner sur le terrain, mais à Varèse, il s'est rendu compte qu'il ne pouvait pas jouer comme avant et a donc décidé de se retirer. Malgré tout, dans la ville lombarde, sa tâche n'était pas terminée car il a contribué en tant que joueur-entraîneur avec les Bosinis pendant tout le championnat 1968-1969. Malheureusement, il a raté le salut d'un seul point. En effet, le classement de Serie A de cette année-là s'est en effet clôturé avec Varèse quatorzième à 22 points, tandis que la Sampdoria et Vicenza toutes deux treizièmes avec 23 points. A cette époque, la Serie A se jouait à 16 clubs et les trois derniers étaient relégués. L'année suivante, Livourne a demandé à Picchi de les aider à se remettre en championnat car ils étaient en pleine zone de relégation en Serie B. Convaincu par quelques amis, Armando a décidé de prendre les rênes de l'équipe et a terminé cette saison à une incroyable neuvième place. Allodi et Boniperti, alors managers de la Juventus, ont réalisé ses qualités d'entraîneur et ont pensé le mettre à la tête de la Juventus. Le 16 février 1971, après seulement sept mois à la tête de la Juventus, le club a annoncé qu'Armando Picchi prendrait un congé indéfini pour lutter contre une forme aiguë de cancer. En effet, alors que Picchi souffrait de terribles maux de dos, c'est seulement après de nombreuses investigations qu'il fut découvert qu'il s'agissait d'une tumeur de la colonne vertébrale. Certains pensent que cette tumeur serait consécutive à se blessure au bassin. Les amis proches et la famille savaient que la maladie était en phase terminale. Son remplaçant serait Cestmír Vycpalek, l'homme qui a amené Gaetano Scirea à la Juventus, défenseur lui même décédé à 36 ans. Vycpálek qui a clôturé le championnat à la 4e place, derrière l'Inter, le Milan et Naples, remportant une place en Coupe UEFA. Quelques mois et la maladie ne lui laissa aucune issue, le 26 mai 1971, il quitta cette Terre. Du 19 Juin au 26 Juin 1971, il fut organisé le trophée Armando Picchi remporté par la Louve au dépend de l'Inter, la Juve ayant terminée troisième. Si la carrière de joueur d'Il Grande Capitano a révolutionné le développement tactique du calcio et a apporté un succès et une joie incomparables aux supporters de l'Inter, alors la carrière d'entraîneur de Picchi a été celle d'un potentiel malheureusement insuffisant. Alors que ses plus beaux jours étaient à l'Inter, son club d'enfance, Livourne, a conféré le symbole le plus concret du souvenir au grand capitaine de l'Inter. En 1990, le stade a été nommé en son honneur. Le Stadio Armando Picchi est un rappel permanent à l'équipe sortante de Livourne, aux habitants de la ville et aux fans du club qu'il y avait autrefois une légende au milieu de leurs rangs; un joueur la plupart ne rêvera jamais d'émuler, un Livournais qui avait grandi en dehors de sa ville natale, mais qui n'avait pas hésité à l'aider en cas de besoin. Au-dessus de cela, cependant, les souvenirs laissés par Picchi, les histoires racontées par les plus âgés, sont le plus grand témoignage d'un footballeur spécial. L'Italien était l'homme qui a fait de la défense une forme d'art et qui était l'épicentre d'un style de football révolutionnaire. Les images en noir et blanc du leader stoïque mais simple des hommes illustrent un footballeur qui comprenait implicitement le rôle du libéro et ce que c'était d'être un capitaine.
  5. Ayant remporté le Scudetto, Antonio Conte doit se consacrer à l'Europe en menant l'Inter à la victoire dans une Coupe internationale. C'est l'avis de Walter Zenga sur FcInterNews. "Pour moi, l'Inter a balayé le championnat. La célébration des supporters est liée aux nombreuses amertumes et déceptions qu'ils ont éprouvées ces dernières années, la dernière a été la Ligue Europa, finale perdue la saison dernière." "Cette équipe n'aurait pas gagné sans la force de Conte qui a été comparé à Mourinho, Herrera et Trapattoni. Il lui manque un trophée européen! Il devrait continuer à l'Inter pour le gagner: ce n'est qu'à ce moment qu'il pourra être placé aux côtés de ces grands techniciens."
  6. En 113 ans d’Histoire, l’Inter a gâté ses tifosi. Depuis cette soirée où Giorgio Muggiani avait dessiné ce qui sera la première armoirie de l’Inter, le Football Club Internazionale Milano est devenu une marque reconnaissable, un signe distinctif qui définit également nos couleurs. A travers des victoires, des défaites, des personnalités légendaires et charismatiques, du passé et du présent, l’Histoire de l’Inter est indélébile et en constante évolution. Toutefois, depuis Muggiani, nos armoiries ont constamment évolué, jusqu’à connaitre une nouvelle adaptation en ce mardi 30 mars 2021.....Pour le plaisir des yeux, voici L’Histoire des Armoiries de l’Inter 1908-1928 L’Histoire est connue : Le 9 mars 1908, au Restaurant l’Orologie Piazza Duomo 22, Milano. On retrouve les 44 membres fondateurs, dont Giorgio Muggiani, peintre, dessinateur, artiste, axé sur le futur . C’est lui le Père des armoiries du Football Club Internazionale Milano. Les lettres FCIM sont superposées sur un fond doré encerclé des couleurs Nerazzurro. Un opéra de style de liberté, inspiré des armoiries à l’anglaise. Une armoirie très moderne pour l’époque qui renfermaient les éléments distinctifs de l’univers interiste : Son internationalisation, la ville de Milan, l’Or des étoiles, le bleu du ciel et le noir de la nuit Entre 1908 et 1920, l’Inter remporte les deux premiers titres nationaux de son histoire. 1928-1929 Les impositions du régime fachiste contraignent l’Inter a porter des modifications à son nom et à son armoirie. Le club s’appellera Ambrosiana. Les armoiries connaissent des adaptations substantielles. Seule la forme arrondie résiste. Les nouvelles armoiries se caractérises par un fasces sur fond bleu, accompagné du bouclier du Vicomte et de la Croix-Rouge de Milan. Cette armoire n'existera qu’une seule saison : en 1928-1929. 1929-1932 Nouvelle révolution en 1929 : Une nouvelle armoirie, toujours arrondie, se retrouve dominée par les rayures Nerazzurre, le tout entouré de dorée. Au centre, on retrouve en lettre dorée sur fond noir la nouvelle dénomination du club : AMBROSIANA. On retrouve également les lettres A S qui anticipe le changement de la dénomination du club en Association Sportive. 1933-1945 En 1933, les armoiries connaissent une nouvelle évolution. Pour la première fois de son histoire, la forme est devenue carrée. Les rayures de l’Inter restent en toile de fond, au centre de l’armoirie on retrouve un ballon de football classique à celui qui est utilisé sur les terrains de l’époque. Les écritures se retrouvent sur les contours : Aux mots Associations Sportives Ambrosiana, on retrouve la mention Inter. Un rappel aux origines, un signe distinctif qui n’a jamais été oublié dans le cœur des tifosi qui étaient habituée à parler, à supporter et à s’exprimer pour l’Inter 1945-1960 La deuxième guerre mondiale est terminée. La dénomination de notre club est à nouveau l’Inter. Dans le même temps, l’Inter totalise 5 Scudetti et compte une Coupe d’Italie L’armoirie revient à ses origines avec une variation de l’utilisation des couleurs : Les lettres FCIM sont dorées sur fond blanc. Il s’agit également de la première armoirie a être présente sur les maillots, une exclusivité de la saison 1958-1959 où Antonio Valenti Angelillo inscrira 33 buts. 1960-1963 En 1960, les armoiries seront à nouveau revisitées : Les couleurs restent inchangées, seul le format et le contenu sont modifiés. On retrouve en protagoniste le Biscione. L’armoirie du club est donc bien identifiée même si elle n’est jamais utilisée sur les documents ou sur les vareuses officielles. L’armoirie est ovale, rayée de Nerazzurre, dominée en son centre par le Biscione viscontien en or. On retrouve également en lettre d’or sur fond noir la dénomination Inter, et sur fond bleu en lettre d’ord les lettres FC pour mettre en valeur la dénomination du club Football Club. Deux variations par rapport au logo principal sont également attribuées sur ce triennal, qui se termine par le premier Scudetto de l'ère Herrera, dans lequel la présence du Biscione se démarque toujours. 1963-1979 De 1963 au terme des années 70, on retrouve les armoiries de Muggiani. Le design original subi un léger restyling avec la superposition des lettres F C I M et une légère variation dans le rapport entre les couleurs. Il y a une meilleure présence de l’Or qui embrasse également les contours extérieurs des deux cercles Nerazzurre et qui complète aussi les espaces vidé. Le blanc n’étant utilisé que pour les lettres. Il s’agira aussi des années de la Grande Inter où les Nerazzurri se retrouveront sur le toit de l’Europe et du Monde. L’armoirie et les couleurs de l’Inter deviennent universelles et connue à travers le Globe. 1979-1988 Disparu dans la version précédente, l’année 1979/1980 voit le retour du Biscione s’imposer d’une façon dominante dans les armoiries. Il s’agit d’une réelle et propre révolution : Le nouveau logo représente un bouclier traversé de deux diagonales Nerazzurre. En son centre, on retrouve un Biscione totalement différent du classique Viscontien: Il se veut moderne. Aux côtés du Biscione, on retrouve une étoile qui symbolise la conquête d’au moins dix titres nationaux. A partir de cette saison 1979/1980, on retrouvera de façon continue les armories du club. Celles-ci se retrouvant de temps à autre sur la manche 1988-1989 Lors de la saison 1988-1989, l’armoirie subie une légère variation lors d’une saison qui devient historique et légendaire avec la conquête du Scudetto des records. On retrouve au cœur de cette armoirie un Biscione dont l’expression se veut plus agressive. En son sommet, on retrouve l’écriture Inter 1989-1999 L’Inter, après le Biscione, retourne à nouveau à la version originale dessinée par Muggiani. Durant dix ans, on retrouvera les classiques lettres F C I M en blanc sur fond dorée. On retrouve au sommet de son logo, dans une dimension plus importante, l'étoile. Celui-ci marquera de façon indélébile l’Histoire par la conquête des trois Coupes de l’UEFA en faisant devenir de la sorte, les maillots de cette période, de véritables objets de collections. 1999-2007 L’entrée dans le 21ème siècle apporte une nouveauté stylistique. Les armoiries classiques s’adaptent aux temps modernes à travers une grande nouveauté : Le Bleu qui domine la scène On retrouve en lettres blanches la dénomination Inter et l’année de fondation du Club. L’or s’impose à nouveau dans l’acronyme FCIM et dans le contour extérieur du logo, à l’intérieur, il y a lieu de noter la présence intérieure de l’étoile 2007-2014 En vue du Centenaire du club en 2007, les armoiries font l’objet d’un nouveau restyling en se rapprochant des traits originel avec un meilleur équilibre de l’épaisseurs des cercles noir, bleus et dorés. On note la présence de l’étoile à son sommet et le retour du blanc dans l’acronyme FCIM Lors de la saison 2007-2008, pour célébrer le Centenaire de sa Fondation, on retrouve l’armoirie entourée d’un cercle d’or et d’une retranscription 1908-2008 en son sommet et l’écrite 100 ANNI INTER à sa base On retrouve également une nouvelle variante de cette armoirie lors de la saison 2009-2010, celle du Triplé avec un cercle tricolore qui célèbre le Premier Scudetto interiste en 1909-1910. Il écrira l’Histoire en étant l’armoirie présente sur les maillots avec lesquels l’Inter de Mourinho réalisera une emprise historique unique et encore inégalée dans l’histoire du Calcio. 2014-2021 En 2014, l’armoirie fait l’objet d’un nouveau look avec une dernière adaptation comparé au logo originel. Cette nouvelle version s’axe sur les détails : Les lignes se veulent monogramme, les cercles se veulent plus réduit et proposer une dimension plus rééquilibrée en proposant une dimension lui permettant de disposer d’une meilleure diffusion et d’une meilleure reconnaissance. L’étoile est exclusivement utilisée sur les vareuses officielles pour identifier le nombre de titres remportés 2021 En ce mardi 30 mars 2021, l’Inter a donc dévoilé ses nouvelles armoiries. L’Inter renouvelle donc son propre visuel destiné à toucher un public toujours plus digital et en se montrant plus attentif à l’esthétique pour toucher des nouvelles cibles globales et les différentes tranches d’âges. Le club veut s’affirmer comme icone culturelle en plus d’une icône sportive. Sans oublier le lien indissociable à la Ville de Milan. Les lettres IM blanches sont superposées sur un fond bleu qui est encerclé de noir. La nouvelle dénomination du club I M fait référence au surnom universel du club : Inter Milan ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  7. En effet, l’Inter s’apprête à finaliser l’objectif qui lui était le plus important : Celui de remporter le Championnat d’Italie. Mais si les Nerazzurri sont à 4 points d’un Scudetto retentissant, son Président va également rentrer dans les livres d’Histoire vu sa précocité à décrocher le Graal Révélation de la Gazzetta Dello Sport Steven Zhang sera Champion d’Italie avant ses 30 ans, aucun autre Président, depuis l’après-guerre n’a jamais fait preuve d’une telle précocité : Il y a même un gouffre générationnel, car après lui, on retrouve Ernesto Pellegrini et son Inter des Records qui a remporté le Scudetto 1988-1989 à l’âge de 48 ans. Le Mythique Angelo Moratti avait 53 ans lorsque le Mage Herrera lui offrit son premier titre national. Plus jeune Président en activité en Italie En effet, le 28 octobre 2018, soit il y a deux ans et sept mois, Steven Zhang endossait le rôle de Président, dès ce jour-là, il sema les graines qui vont à présent porter leurs fruit. En cette période estampillé Suning et avec une tournure à 360° via un changement de siège, d’armoiries, d’ambition et de taille, le tremblement de terre lié à la Pandémie au Covid-19 qui a frappé également l’expansion de l’Inter, ne sera pas parvenu à empêcher premier succès chinois. Si Steven est le plus précoce des Président au niveau de l’âge, le Président le plus précoce était jusqu’alors Fraizzoli (3 années en 1971) suivi de Pellegrini (5ans) ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  8. Antonio Conte partage certains traits avec notre légendaire Helenio Herrera même s'ils sont différents selon notre légendaire Sandro Mazzola dans une interview avec Agrpress.it. "Ils ont en commun le désir perpétuel de la victoire. Herrera a beaucoup travaillé sur l'aspect mental, ce que je pense que Conte fait aussi." "Malgré cela, je les considère différents les uns des autres. Mon Inter appartenait à un autre monde, Herrera est arrivé et a dû tout faire. Je me souviens qu'à l'entraînement, lorsque nous courions sur le terrain, il était toujours devant tout le monde. Un par un, il appelait les joueurs pour leur dire comment ils avaient joué, ce qu'ils avaient mal fait et ce qu'ils avaient à faire. Après ces discussions, vous alliez toujours rejoindre le groupe et les autres vous demandaient ce qu'il avait dit. Vous leur répondiez: 'Comme d'habitude, il n'est jamais content.' J'ai dit cela les premières fois, mais à partir de la quatrième ou de la cinquième, j'ai commencé à dire: 'Tu sais quoi? Peut-être qu'il avait raison.'' Une plaisanterie sur l'Inter actuelle. "L'équipe de Conte doit simplement continuer à faire ce qu'elle a fait ces derniers temps, ce qui lui a permis d'avoir quatre points d'avance en tête de la Serie A. L'Inter ne doit pas s'améliorer du tout, elle doit continuer comme ça, aller de l'avant de cette façon." Sur Mauro Bellugi. "Mauro était un grand joueur mais il aimait vraiment vivre la vie. Je me souviens qu'à plusieurs reprises, je l'ai surpris en train de se faufiler par la fenêtre de sa chambre pour faire tout ce qu'il voulait, alors que nous étions dans nos chambres. Une fois, je l'ai attendu et je l'ai attrapé et il m'a dit: 'Je vais te montrer demain que je n'ai rien fait… Je suis juste allé me promener!'"
  9. Les chiffres parlent mieux que les faits et ceux-ci mettent en exergue une ancienne légende : Antonio Conte est-il toujours cet entraineur défensif ? En effet, son Inter a pulvérisé le Milan et est entrée dans l’Histoire comme étant l’une des plus prolifique de l’histoire. Révélation de la Gazzetta Dello Sport "Il y en a encore qui place une étiquette de jeu défensif sur la tête d’Antonio Conte, il y en a encore qui restent campé sur leurs positions. Mais les paroles ne suivent pas les faits : les statistiques racontent une réalité complétement différente. Cette Inter, après 23 journées est l'une des celles qui a le plus inscrit de but dans son histoire." La Grande Inter d’Herrera ? "Elle est derrière, même lors du Scudetto de l’Etoile." L’Inter des records de Trap ? "Elle a été surclassé, elle qui avait vu en fin de saison Aldo Serena devenir le Capocannoniere. La situation est similaire pour l’Inter de Roberto Mancini : Si en 2006-2007, elle était invaincue après 23 journées, elle avait inscrit moins de buts." L’Inter de Conte marque plus que l’Inter de Josè Mourinho "La dernière référence la plus proche est celle de Josè Mourinho : Milito et ses équipiers étaient parvenu à inscrire 49 buts, soit 8 de moins, avec la moyenne actuelle, nous en sommes à trois matchs de différence." "Pour retrouver une formation Nerazzurra avec un rempart offensif meilleur, il faut reculer d’une vie en arrière, lors de la saison 1950-1951, il y a donc 70 ans avec Benito Lorenzi et Stefano Nyers qui martyrisaient toutes les défenses lors du Giro d’Italia, mais cette équipe-là n’avait pas remporté le championnat." Conte se surclasse lui-même "La vérité est que Conte se surclasse lui-même, car jamais, ni à la Juve, ni à Chelsea, il n’a voyagé avec un rythme offensif aussi important, pas même la saison dernière avec l’Inter, alors qu’il proposait tout de même une moyenne de 2,1 buts par match, une moyenne qui lui avait permis de terminer sa saison à la Juve avec 102 points." Comment l’expliquer ? "Avant tout, il faut analyser les caractéristiques des joueurs : Lukaku, en Serie A est difficilement contré par la majorité des défenseurs, vu sa carrure. Lautaro, lorsqu’il est en confiance, parvient à présent à inscrire de nombreux buts dans un même match." "Hakimi est un ailier à qui Conte à expliquer le secret du milieu à 5, mais il reste toujours un joueur habitué à entretenir un rapport particulier avec la cage de l’adversaire." "A présent, on peut commencer à dire pareil avec Perisic sur l’aile gauche, un joueur, qui dans son aventure interiste, à déjà terminé la saison à deux reprises avec un nombre de buts à deux chiffres en fin de saison." Pour vous, Antonio Conte est-il un entraineur à vocation défensive ou à vocation offensive ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  10. Notre Sandro Mazzola a partagé sa conviction que cette Inter ne peut pas être considérée comme un échec malgré son élimination de toutes les compétitions européennes. Voici son interview accordée à FCInter1908.it. "L'Inter peut-il être considéré comme un échec? Non, car y arriver est toujours une chose difficile. Mais une énorme déception, oui." Manque de détermination et d'envie. "C'est toujours difficile à dire. J'ai joué à de nombreux matchs de ce genre, et je peux dire que peut-être avant le match, dans les vestiaires et sur le terrain, vous pensez d'une certaine manière. Puis, à un moment donné, vous pouvez soudainement commencer à penser que vous êtes plus faible que votre adversaire. C'est la pire des choses, car alors peut-être que vous avez un tempo de retard, vous ne pouvez pas dribbler alors que vous devriez au moins essayer. C'est ainsi que le match est perdu." "Ce sont des choses qui arrivent à tout le monde. Ce n'est que lorsqu'ils nous arrivent que nous nous souvenons de tout. C'est quelque chose qui arrive, vous ne pouvez pas faire grand-chose. Cela m'est arrivé aussi, et je peux vous assurer que dans les jours suivants, vous ne faites rien d'autre que penser à ce match: Pourquoi n'ai-je pas eu ce ballon? Pourquoi est-ce arrivé? Vous ne pouvez tout simplement pas vous donner une réponse ferme et définitive." Qui blâmer? "Il est trop facile de critiquer maintenant. Il faut être là, faire l'expérience du vestiaire. Je n'aime pas l'idée de toujours critiquer. Je défends certainement le travail de Conte, c'est toujours positif. Vous savez comment les matchs commencent, mais pas comment ils se terminent." D'accord avec Fabio Capello? "Je pense que l'Inter pouvait également gagner le match étant donné la façon dont ils s'étaient préparés. Il est trop facile de critiquer après le match. Vous devez être là, le vivre, décider à ce moment-là. Parfois, vous ne décidez pas parce que vous pensez avoir raison. Parfois, cela vous fait gagner, d'autres fois, cela vous fait perdre." L'Inter condamnée à gagner le scudetto? "Enlevons ça de notre tête!! Non Non Non Non!!! En tant qu'Interista, je ne veux pas entendre ça. Continuer à faire pression ne peut que créer des problèmes. Il est logique que les fans disent cela, mais quelqu'un qui a vécu de nombreux matchs de ce type pense différemment." Comment l'Inter peut se relever. "Nous avions un système. Herrera nous a montré le plan de match, nous interrompant de temps en temps pour nous laisser parler et analyser les erreurs. Les premières fois, nous avons dit qu'il était fou: C'est une douleur au cul..., avons-nous dit. Puis, après un certain temps, nous sommes arrivés à la conclusion qu'il avait raison, car l'analyse des erreurs nous a également donné plus de clarté pour les matchs à venir. Se parler est toujours la meilleure chose à faire." Sur le traitement concernant Christian Eriksen. "Nous ne sommes ni à l'entraînement ni dans les vestiaires. Le coach n'est pas un idiot. Il peut se tromper, bien sûr, mais il confronte toujours ses entraîneurs et évalue les choses au jour le jour. Donc, je n'ai pas envie de le blâmer." Avec ou sans Conte? "Je continuerais avec Conte. Il a du caractère. À mon avis, il en vaut la peine. Est-il le bon homme? C'est ce que je pense. L'Inter a les qualités pour se battre jusqu'au bout." Un match par semaine, un avantage clair? "Au début, les joueurs repenseront à ce qui s'est passé, et ce sera difficile, mais ensuite, lorsque les résultats reviendront, cela deviendra certainement un avantage."
  11. Antonio Conte s’est livré au cours d’une très longue interview pour la Gazzetta Dello Sport : "Je vis 24h par jour pour l’Inter, sans trêve, avec un objectif unique : Aider le club à se retrouver, de façon stable, parmi les Top Clubs, là où l’Histoire veux qu’il soit" "La victoire finale n’est jamais donnée pour acquise ou garantie, elle se forge à travers un long parcours fait de passion, de travail, de fatigue, de sacrifices, de soins particulier. J’ai toujours travaillé, durant ma carrière, de cette façon et lorsqu’un jour, je l’espère le plus lointain possible, je devrais partir, une chose sera garantie : L’Inter que je laisserai sera, à tout point de vue, meilleure que celle que j’ai trouvé." lire l'article "Pour être compétitif et au haut niveau de façon stable, il est nécessaire de s’améliorer dans tous les secteurs, en augmentant son niveau personnel et également son niveau globale : C’est la somme de ses pas en avant qui te font atteindre les objectifs et qui marque la différence entre un groupe de travailleurs ambitieux, affamés de victoire et capable de prendre la responsabilité à un groupe de joueur mollasson, qui se repose sur ses acquis et qui est habitué à se contenter et à accepter la défaite." "Beaucoup de personnes parlent uniquement de la Victoire comme si elle était là, facile à atteindre, à portée de main : Moi je parle en revanche de mentalité conquérante, de préparation à la victoire car, cela s’est déjà vu, tu peux l’emporter sur une année grâce aux contre-performances de tous les autres et parce que tu vivais un bon moment. Mais être un club conquérant dans la durée est autre chose." "C’est mon objectif et c’est celui du club : Réussir à reporter l’Inter à ce niveau. Il faut tout de même être claire et ne pas vendre de l’air : Cela n’arrive pas grâce à une acquisition, ni même grâce aux capacité d’un entraîneur, car cela fait dix ans que l’Inter n’a plus connu de succès, ce qui n’est pas rien. Nous avons déjà fait beaucoup, mais il reste encore tant à faire : J’ai accepté le challenge Inter en sachant que je devais colmater l’écart accumulé : Je travaille avec ce mantra tous les jours saints." Lorsque vous êtes arrivé à Milan, le peuple interiste a vu en vous l’héritier d’Herrera, Trapattoni et Mourinho. Le grand technicien qui pouvait changer d’un coup l’Histoire..... "L’Inter d’Herrera et de Mourinho étaient des réalités consolidées : Des équipes avec des hommes qui avaient déjà tant gagnés. Mon Inter a aussi des valeurs importantes : Je veux seulement que l’on ne confonde pas deux dimensions différentes : Nous sommes parti de biens plus loin." Pourtant, l’année dernière vous êtes arrivé second en Serie A et en Finale de la Ligue Europa. Il est normal que les tifosi rêvent du dernier échelon..... "Les tifosi ont le droit de rêver, mais il faut être conscient que la saison dernière était une saison anormale durant laquelle nous avons réalisé quelque chose d’incroyable, également grâce à la défaillance de tous les autres. Nous avons terminé à un point de la Juve, car depuis avoir remporté le titre, ils ont un peu abandonné les derniers matchs." "Paradoxalement, j’étais plus fier d’avoir autant d’avance sur le Napoli qui débutait la saison pour gagner le Scudetto. De la Juve, je ne retiens pas que le point d’écart, mais aussi la partie que nous avons disputé avant le lockdown et où nous nous sommes incliné : Ils avaient démontré avoir une rage intacte et une faim de succès : Nous travaillons pour faire tout autant." Selon vous : Cette Inter est aussi bonne, ou meilleure et plus forte que celle de la saison dernière ? "Numériquement, nous sommes plus structuré. Avec des fonctionnalités qui peuvent être améliorer pour chaque joueurs." Le Mercato vous a-t ’il satisfait ? "Les entraîneurs ne sont jamais totalement satisfait, qui n'est pas au courant ? Vous n’en trouverez jamais un, croyez-moi…Chacun d’entre-nous a quelque chose à corriger, quelques rôles qu’il voudrait voir couvert de façon différente, quelques hommes à adapter." "C’était un mercato difficile pour tous : Aussi bien pour les achats que pour les ventes. Le Club a été clair : On achète que si l’on vend : De mon côté, je dois travailler et rendre meilleur le noyau qui est mis à ma disposition." Vous semblez plus conciliant lors de vos après-matchs ? "J’ai toujours été consulté par le club. Il vient avant tout et est au-dessus de tout. C’est aussi ce travail de consultance qui fait grandir et qui améliore les structures. C’est juste que tout le monde, moi en premier, travaille en fonction des demandes du club." L’Inter semble être plus en difficulté que prévue, pourquoi ? "L’image que l’Inter renvoie à ses adversaires a changé et cela signifie que nous avons fait de belles choses. Mais cela veut aussi dire que ceux que nous rencontrons préparent leurs matchs différemment : Tous jouent jusqu’à la mort et avec un maximum de concentration. Ce championnat est plus difficile comparé à celui de la saison dernière." "Nous devons être bon pour profiter des bonnes périodes en match, en se trompant moins et en évitant toute distraction. En un mot : Il faut grandir. L’adversaire maintient sa garde plus élevée et il est nécessaire de bien le comprendre." Eriksen voudrait jouer plus..... "Tous les choix que je fais, le sont toujours pour le bien de l’Inter, et non pour celui d'un seul joueur." Celui d’avoir lancé Bastoni s’est révélé être très juste..... "Un entraîneur doit avoir une vision : Il observe un garçon et il image ce qu’il pourrait devenir. Et j’ai lu en Bastoni. Nous allons, à présent, commencer à parler des joueurs en particulier, n’est-ce pas ?" Juste un avis sur Vidal : Il semble un peu en deçà actuellement… "Vidal est un grand joueur qui sait, sur le terrain, quoi faire. Il lui aurait fallu deux semaines d’entrainement en full immersion, mais en jouant avec continuité, il retrouvera la forme et améliorera son jeu. Arturo ne se discute pas." Comment sont vos rapports avec Steven Zhang ? "C’est une personne extrêmement préparée, déterminée et sincère. L’Inter est, à présent, une partie de sa vie, et cela se passe également de la sorte lorsqu’il lui est nécessaire de partir en Chine. Son soutien se fait ressentir." Aucune équipe de Serie A ne dispose d’un entraîneur habitué à gagner comme Conte. Vous êtes aussi l’entraîneur le mieux payé avec un tel écart…. "Ce que je perçois est établi vu ce que j’ai réalisé durant ma carrière. Personne ne te fait de cadeau dans le football. Je sais que beaucoup d’espoirs reposent sur moi, car on sait qui je suis et je l’accepte. Mais même Klopp, à Liverpool, a connu 4 saisons sans rien remporter et il lui a fallu du temps et des investissements important à chaque saison pour construire l’une des plus fortes équipes du monde." "En Italie, nous vivons depuis des années avec une équipe dominatrice dans l’absolue et si cela s’est produit, c’est parce qu’elle a créé un fossé entre elle et toutes les autres. Qui veut la chasser doit se battre pour réduire cet égard et s'habituer pour être soit premier soit second... Sans travailler sur tous ses aspect qui te portent à améliorer en tout, tu vois le résultat du terrain. Mais les parties se gagnent durant la semaine et pour les remporter, tu as besoin que tout fonctionne." "Lorsque je suis arrivé à l’Inter, je n’y connaissais rien : Ni sa structure, ni son environnement, ni les composantes du club, ni son secteur sanitaire. Il m’a fallu un peut de temps pour comprendre et me faire comprendre. A présent, je connais tout et tout le monde, et c’est un grand avantage : Tant de choses ont changé en une année : Les terrains, les logements, les structures, les habitudes…La société qui travaille sur l’Inter me soutient et me…supporte.....il rit. Nous nous améliorons ensemble." Que faire pour passer le tour en Ligue des Champions ? "Il faut faire un tour de force, mais nous avions prouvé que nous avions du répondant sur les trois matchs disputés, même si cela ne nous a pas souri. Nous ferons tout pour passer." Votre mantra est de faire s’élever le niveau d’excellence du Monde Interiste, à travers le soucis du détail de la part de tous. A quel point est-ce difficile d’y parvenir étant donné que la pandémie porte, de façon compréhensible, les idées ailleurs..... "Il y a tant de choses…C’est une saison anormale, étrange, délicate, dramatique si on regarde ce qu’il se passe autour de nous. Ceux qui gèrent un groupe ont le devoir de le comprendre. On ne peut pas toujours exercer un leadership de la même façon, il y a besoin d’alterner entre le bâton et la carotte." "Nous avons des devoirs envers le club, les tifosi et nous devons rester focaliser sur les objectifs avec dévouement et concentration. Mais ensuite, tu as les garçons qui rentrent chez eux avec des parents ou des amis qui ont le Covid..... Voire, comme cela nous est arrivé, trois heures avant le début du match, un équipier avec lequel tu t’es entraîné de positif et tu t’inquiètes." "Je peux être en colère envers quelque chose qui n’as pas été bien fait, mais je dois aussi penser que mes hommes n’ont eu qu’une seule semaine de vacances, qu’ils jouent tous les trois jours, qu’ils voyagent avec leurs sélections nationales." "A présent, nous faisons face à un autre problème avec l’arrêt forcé de Brozovic. Nous avons disputé plusieurs matchs avec 13 joueurs disponibles, entre Covid et blessures. La gestion est de la sorte plus dure…De plus, lorsque tu entends ce qu’il se passe dans les hôpitaux, avec les morts ou les personnes qui tombent gravement malade.... et même si le ballon absorbe aussi toute ta vie, cela ne peut pas te rester en arrière-plan." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  12. Interviewé par la Gazzetta Dello Sport, Carlo Ancelotti, qui a été l’entraîneur du Milan, de la Juve, de Parme et du Napoli, mais jamais de l’Inter s’est livré sur le Derby Della Madonnina: "Le Milan tourne bien. Pioli et Maldini ont réalisé un travail exceptionnel lors de ses six derniers mois. L’Inter s’est renforcée durant l’été, elle peut briser l’hégémonie de la Juventus. D’une façon générale, la Serie A me semble être la plus incertaine de cette dernière décennie." Maldini et Conte ont été les Capitaines d’Ancelotti au Milan et à la Juve.... "Je n’ai jamais douté des qualités de Maldini comme dirigeant. Quand une personne est au bon poste, elle ne se trompe pas. L’expérience est un prérequis important, mais elle s’acquiert seulement lorsque tu te retrouves en première ligne. Lorsque l’on parle, par exemple, de Pirlo l’entraîneur, on peut remarquer qu’il est encore un peu léger pour diriger la Juve, je veux dire que pour travailler sur le banc, vous devez avoir les connaissances sur le sujet et de l’expérience. Pirlo dispose d’une grande expertise." "Conte est un excellent professionnel, je l’ai parfois au téléphone, il a une rage de savoir pour améliorer et agrandir sa culture footballistique. Ce sont des personnes comme lui qui te font gagner des équipes." Pioli a charmé tout le monde..... "Stefano est une personne de valeur, comme homme et comme professionnel. Il a un curriculum vitae qui est clair : il a obtenu d’excellent résultats dans toutes les équipes qu’il a entraîné." Ibrahimovic a surmonté le Covid. A 39 ans, peut-il être encore un protagoniste ? "Ibra est Ibra. Quand tu trouves un joueurs comme lui, c’est bingo. La motivation et l’orgueil ont toujours été ses forces, mais dans l’absolu, Ibra est un maître de la profession." Le symbole actuel de l’Inter est Lukaku..... "Ici, à Everton, il a laissé un excellent souvenir : Tout le monde parle énormément en bien de lui. Je ne le connais pas, mais vu du terrain, on voit un joueur de personnalité, avec du caractère. C’est un attaquant moderne : En plus de ses buts, il réalise un très grand travail en se mettant au service de l’équipe, cela doit être pris en compte." Inutile de demander les sentiments d’Ancelotti lors de ce derby ? "Enfant, j’étais interiste car j’étais resté charmé par l’équipe d’Helenio Herrera. On m’avait offert un maillot de Sandro Mazzola et à cette époque-là c’était quelque chose de très rare. Milan reste tout de même le club qui a marqué ma vie, comme joueur, puis comme entraîneur." Pensez-vous l’Inter capable de briser la Juve ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  13. Fabio Capello s’est livré à Rai Radio sur la Course au Scudetto pour la saison à venir: "Cette année, l’Inter est favorite, car dans son envie de changer de joueurs, elle a conservé aussi des joueurs qui auraient dû partir, mais qui finalement sont restés. Elle dispose d’un noyau de très grand niveau super fourni." "La Juve a réalisé une très bonne campagne de recrutement, mais il faudra voir comment elle parviendra à les disposer sur le terrain. Cette fois, ses adversaires sont plus compétitifs. Je mets devant elle l’Inter. Ensuite, il y a le Napoli. Et pour la Ligue des Champions, le Milan avec la Roma." L’Atalanta ? "Elle sera très intéressante, si elle récupère Ilicic, elle deviendra une vraie mine, il faudra voir où elle sera positionnée en milieu de saison. C’est une équipe que craint tout le monde, c’est une équipe dangereuse, qui est redoutable à tout point de vue." Le huis-clos "Le public, s’il n’a pas de personnalité te bloque: Pour tout joueur, évoluer sans public est productif. Je dirais que sans public il manque cette ambiance continue, son pouvoir est de 20% Il y a des équipes qui, lorsqu’elles évoluent à domicile peuvent subir de folles transformations." Souvenirs de champions "J’ai énormément appris d’Helenio Herrera et de Liedholm pour leur capacité et leur intelligence dans la gestion de différentes situations. Je suis très content des expériences que j’ai vécues, j’ai connu une carrière intéressante sous tant d’aspect. Ronaldo, Il Fenomeno était le plus fort de tous, c’était le meilleur. C’était aussi le joueur que j’ai fait vendre au Real ,car il ne voulait pas perdre de poids." Cassano ? "Un joueur extraordinaire, mais malheureusement, après une seule année, il n’a pas compris quel était son potentiel : un talent gâché." La Nazionale "Il y a des périodes où j’étais très proche du banc Azzurro, je l’ai refusé car je ne me sentais pas capable d’entraîner la Nazionale Italienne. Actuellement, l’équipe de Mancini est d’une grande richesse, elle a des beaux joueurs et un grand gardien qui fait toujours la différence. Il y a une abondance de qualité et de force au milieu du terrain: Elle possède vraiment quelque chose d’important." Le Scudetto Romain "Ce n’est pas une légende que de dire qu’un Scudetto à Rome vaut plus qu’à Milan ou qu’à Turin. Si vous avez une équipe taillée pour le Scudetto, vous pouvez aussi l’emporter à Rome. C’est l’après qui est difficile. Oui, on a continué à fêter le Scudetto durant des mois. Il n’y avait plus d’envie, de concentration, d’attention. Il y avait des radios, tous travaillaient relâchés." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  14. Après la défaite de notre équipe favorite contre Séville, pas d'article concernant une analyse post-mortem. Au lieu de cela, nous vous proposons un retour dans le passé avec une présentation de la méthode déployée par Helenio Herrera, le Catenaccio. Considéré comme l'un des meilleurs entraîneurs de tous les temps, Helenio Herrera est synonyme de "Catenaccio". La tactique utilisée par Herrera, en particulier à l'Inter Milan entre les années 1960 et 1968, est considérée comme notoire, négative et cynique par beaucoup, encore maintenant ! La Serie A est considérée principalement comme une ligue se concentrant sur la défense et la base de ce cela a commencé avec l'Inter Milan de Herrera. Bien qu'il n'ait peut-être pas lancé la tendance à pratiquer un football pragmatique et défensif, il a définitivement jeté les bases de son succès. La tactique consistant à utiliser des hommes supplémentaires en défense a en fait été lancée par Karl Rappan à l'époque du Servette de Genève. Il a expérimenté la tactique dans un club qui se battait pour sa survie. Dans un tel cas, il était nécessaire de renforcer la défense. Cependant, il a plus tard obtenu un grand succès avec quand il a imposé la même stratégie lorsqu'il était entraîneur de l'équipe de Suisse dans les années 1930. L'idée n'a pas été vraiment bien reçue à ce moment-là et n'a été que peu utilisée ici et là. Ce n’est qu’au début des années 60 que le Catenaccio a pris le devant de la scène en tant que philosophie ou modèle de football. Fait intéressant, ce n’est pas Herrera qui a initialement introduit cette idée en Italie. C'est plutôt le manager de Salernitana, Giuseppe Viani, qui a obtenu un certain succès en utilisant de telles tactiques après avoir supervisé son équipe pour une promotion. Cela en a inspiré d'autres, en particulier Nero Rocco, qui a utilisé le système au Milan et avec lequel ils ont décroché la Coupe d'Europe sous ses ordres en 1963. Cela ne faisait que retarder l'inévitable car La Grande Inter est devenue le top sujet en Europe. Le Catenaccio deviendrait légendaire et ne sera certainement jamais oublié. Helenio Herrera a été le premier pour de nombreuses choses. Herrera a introduit l’idée de collecter des crédits pour la performance de l’équipe. Le club italien a obtenu d'énormes distinctions sous le directeur argentin et a été appelé "Grande Inter". Herbert Chapman, inventeur de la formation en WM (un 3-2-2-3, ce qui forme un W et un M) et Karl Rappan avec Herrera sont devenus les personnes les plus notables dans le domaine des tactiques de football. La Grande Inter de Herrera est devenue la première ère déterminante du football car elle a été la première de la ligne dans laquelle le Milan de Sacchi, le Barca de Pep et d'autres équipes dominantes ont traversé. Selon le célèbre livre de Jonathan Wilson, "Inverting the Pyramid", Helenio avait cité ce qui précède. On lui a souvent reproché de pousser ses joueurs à un point où il ferait n'importe quoi pour réussir. Hererra était un pur pragmatiste et était très pratique sur les choses qui étaient censées arriver et comment il pouvait les changer pour en tirer le résultat le plus bénéfique pour lui et son équipe. Les joueurs étaient cependant très dévoués et croyaient en ses idées théoriques. Après avoir décroché le premier Scudetto avec l'Inter, les joueurs, qui manquaient un peu de compétences linguistiques, l'ont joyeusement appelé "Signor Mr". Il a dit: "Mais j'ai simplement mis en œuvre des choses qui ont ensuite été copiées par chaque club : travail acharné, perfectionnisme, entraînement physique, régimes et trois jours de concentration avant chaque match." Herrera était un homme discipliné selon sa fille. Ses matins commençaient par le yoga et sa nourriture se limitait principalement au parmesan et à l'huile d'olive. Pendant son passage à Barcelone, Herrera a trouvé un livre sur le mysticisme qui contenait des détails sur les exercices physiques du XVIe siècle. Cela lui a donné l'idée de retraites de football. Comme mentionné précédemment, Herrera est redevenu le premier en quelque chose quand il a introduit ces retraites dans le football. Pour la première fois dans l'histoire, des joueurs de football ont été envoyés pour se détendre dans des endroits verts et sereins pour atteindre la paix intérieure. Ils étaient encouragés à être dans des espaces silencieux, à penser de l'intérieur, à étudier les tactiques et à mener une vie solennelle. L'idée de passer des vacances en équipe et les programmes de rééducation après des blessures ou une baisse de forme a été initiée par Helenio Herrera quand il était à Barcelone en 1959. L'année suivante, Herrera a pris en charge l'Inter et le reste est de l'histoire, disent-ils. Sa contre-attaque défensive a été très critiquée et n'a pas été appréciée pour la façon dont son équipe a pu créer et occuper avec brio des espaces dans le territoire adverse lors des contre-attaques. Herrera était obsédé par la mentalité des joueurs et de toutes les personnes impliquées dans l'équipe. Il voulait que tout le monde donne tout. La mentalité positive et gagnante était plus importante pour Helenio Herrera. Même dans les conférences de presse, les joueurs n'étaient pas autorisés à exprimer ce qu'ils ressentaient. Ils étaient encouragés à livrer des messages positifs aux médias. Ils seraient condamnés à une amende s'ils s'étaient écartés du scénario pré-établi. Comme indiqué précédemment, les régimes alimentaires des joueurs ont été soigneusement surveillés et contrôlés. Sur le terrain d'entraînement, Herrera a été le premier manager à s'écarter des méthodes précédentes. Il a apporté des exercices dont personne n'avait jamais pensés auparavant. Il a eu une vision qu'aucun n'a jamais eue auparavant. Il a parlé de sa philosophie pendant les exercices, explique les attaques rapides comme l'éclair, des profondeurs et la valeur du chevauchement des arrières latéraux. Les joueurs étaient des athlètes bien entraînés, une vie propre et un esprit sain, comme l'indique le livre "Road to Lisbon: A Novel." Herrera a même été le premier manager à motiver ses joueurs comme aucun autre. Il épinglait des citations et des phrases de motivation sur les murs de la loge et s'assurait que tout le monde les voyait facilement. Le style de Herrera à Barcelone était scintillant et il parlait de sa confiance en lui. Il a déployé les milieux offensifs dans les espaces larges du milieu de terrain, ce qui leur a donné la créativité au milieu de terrain. Au cours de la saison 1958-59, Barcelone avait remporté la ligue par quatre points en amassant 96 buts en 30 matchs. La saison suivante, Herrera a remporté son deuxième titre de champion avec le Barça uniquement grâce à la différence de buts, mais il a perdu la C1 contre le Real Madrid, score total de 6-2. Cela a incité aux dirigeants de Barcelone à le limoger et il a choisi l'Inter. La tactique à l'Inter était très rigide et précise. Les joueurs défendraient en profondeur et une fois que les défenseurs gagneraient le ballon, il serait donné à Jair qui exploserait dans le bon passage ou à Suarez qui était le chef d'orchestre. Suarez était habile à trouver les joueurs dans les vastes zones. Corso et Mazzola étaient souvent déployés derrière l'attaquant. Picchi était le libéro de l'équipe, le défenseur central libre et bas, dont son nom. Le positionnement du libéro est plus libre et fluide que celui des autres défenseurs puisqu'il était le dernier homme avant le but de Sarti. Facchetti était l'un des joueurs clés de l'équipe de Grande Inter, il était celui qui a soutenu Herrera lorsque beaucoup l'ont accusé d'être de le gourou de la négativité. "J'ai inventé le Catennacio. Le problème est que la plupart de ceux qui m'ont copié m'ont mal copié. Ils ont oublié d'inclure les principes d'attaque que mon Catennacio incluait." Il y avait des ajustements dans l'équipe ici et là à chaque fois qu'un joueur se blessait ou qu'il y avait un changement dans l'approche. Le changement de philosophie n'a cependant jamais été visible. L’équipe d'Herrera a prouvé que ses détracteurs avaient tort et a joué aussi bien qu’elle a obtenu des distinctions et personne n’a pu les remettre en question. Ils ont remporté la Serie A en 1963, 1964 et 1966 et deux championnats d'Europe consécutifs dans les années 1964 et 1965. La tactique de la Grande Inter tournait principalement autour des facteurs suivants: Le libero, Picchi; L'arrière latéral, Facchetti; Les ailiers, Jair et Corso; Le 10, Suarez. Picchi, le joueur qui a enseigné à tout le monde le rôle de Libero, était l'épine dorsale du Catennacio. Leurs performances défensives collectives ont fourni aux joueurs attaquants la plate-forme pour être impitoyable dans les attaques. Picchi peut être appelé à bien des égards le balayeur ou le libéro, c'est lui qui représente le terme "verrou". L'utilisation du verrou signifiait que la moitié centrale offensive était conservée, mais les ailiers sont retirés dans la ligne défensive. La moitié centrale est restée le point focal offensif de l'équipe et c'était Luis Suarez dans la plupart des cas. Bien que Picchi ait manqué un peu de flair, il s'est assuré que son gardien de but ne soit pas dérangé par sa discipline de position. Selon Kenneth Wolstenholme, l'auteur de The Pros, "Si un joueur dépassait la ligne de quatre, soit en dribblant, soit en créant un espace avec un une-deux avec un collègue, il serait confronté à Picchi. Tout joueur qui courrait pour récupérer une longue passe serait confronté à… Picchi. Tout lob haut ou centre qui flottait dans la surface de l'Inter serait enlevé par… Picchi." Facchetti, souvent reconnu comme le premier arrière offensif de son genre, Giacinto Facchetti est l'un des meilleurs joueurs jamais produits par l'Italie. Il a montré de l'excellence dans le jeu et ce que les défenseurs pouvaient faire au lieu simplement défendre. Les arrières latéraux de cette époque et avant étaient contraints à une zone spécifique et ont simplement été invités à passer le ballon aux avants. Peut-être le premier défenseur à avoir jamais possédé les compétences nécessaires pour avancer, il faut dire que Herrera l'a utilisé avec brio. Facchetti était un ailier au début de sa carrière avant qu'Herrera ne fasse subir à Facchetti sa métamorphose. Son instinct offensif et ses exploits de but à l'avant étaient dus au fait qu'il était un ailier avant. Le rythme de travail de Facchetti et son désir de travailler pour l’équipe ont été évalués au-dessus de ses compétences techniques, ce qui a amené Herrera à le convertir en un arrière latéral idéal... cet idéal arrière latéral montant dans son plan directeur. Sur Facchetti, Herrera a déclaré: "J'avais Picchi comme balayeur, oui, mais j'avais aussi Facchetti, le premier arrière à marquer autant de buts qu'un attaquant." "En attaque, tous les joueurs savaient ce que je voulais: du football vertical à grande vitesse, avec pas plus de trois passes pour atteindre la surface adverse. Si vous perdez le ballon en jouant verticalement, ce n’est pas un problème, mais si vous le perdez latéralement, vous le payez avec un but." Jair da Costa était un ailier brésilien offensif capable de jouer en tant que deuxième attaquant lorsque son équipe en avait besoin. C'était un "express" extrêmement rapide à droite, possédant une technique brillante. Il était également connu pour son incroyable capacité de frappe. C'était un brillant spécimen d'ailier parfait pour l'Inter. En 119 apparitions pour la Grande Inter, le Brésilien a marqué 39 buts. Mario Corso, quant à lui, a passé la majeure partie de sa carrière chez nous. Semblable à Jair, Corso était ultra rapide sur les flancs avec un rythme sur le ballon. Étant gaucher, il était réputé pour ses passes astucieuses et sa capacité à distribuer le ballon. Il était capable de jouer sur les deux flancs, mais sa capacité de franchissement d'un pied gauche plus fort le limitait au flanc gauche dans la plupart des occasions. Cependant, certains de ses traits n'étaient pas similaires à ceux de son partenaire. Jair était un ailier typique alors que Corso ne l’était pas. L'Italien est connu pour sa capacité à lui donner un rôle gratuit et joué entre les lignes. Son pied gauche lui a valu le surnom de "pied gauche de Dieu" car il était très mortel. Il était également un très bon tireur de coups francs. On se souvient de Luis Suarez pour différentes choses. Seul Espagnol à avoir remporté le Ballon d’Or jusqu’à ce jour, il a été la catapulte de l’équipe de La Grande Inter. Surnommé "l'architecte", Suarez était au centre des choses pour l'Inter. Il a été utilisé comme attaquant à Barcelone, mais à son arrivée à l'Inter, Helenio avait des idées différentes. Herrera le mette plus en arrière et le déploya en tant que créateur de jeu en profondeur. Il avait la vision de trouver des joueurs devant lui. Son large éventail de passes en a fait un pivot dans les plans de Herrera. La Grande Inter d'Herrera avait annulé presque toutes les vulnérabilités en tant qu’unité défensive et était brillante au niveau compteurs. Les versions qui sont venues plus tard n’ont jamais été à la hauteur de ce que l’équipe d'Herrera avait utilisé. Cependant, le centre de la défense était souvent un problème lorsqu'ils affrontaient une équipe offensive et cela s'est avéré coûteux lorsque le Celtic a battu l'Inter en finale de la C1 en 1967 et a montré au monde qu'une équipe offensive peut se frayer un chemin dans une équipe défensive. Malgré le grand succès remporté par Herrera avec son équipe de l'Inter, il y avait un sentiment amer au milieu de tout cela. Le Celtic de Jock Stein a mis fin à la suprématie de l’Inter en Europe lors de la finale de 1967 avec Bill Shankly citant la victoire du football ce jour-là. L'Inter a été brillante sur le terrain sans aucun doute, mais ce n'était pas sans sa juste part de "délits" en dehors du terrain. Les rapports de vandalisme, de hooliganisme et de corruption étaient toujours répandus lorsque l'Inter jouait. Leurs adversaires n'ont jamais été autorisés à dormir et à se reposer paisiblement dans leurs hôtels avant les jours de match alors qu'il y avait de nombreux rapports de favoritisme dans l'arbitrage. Des fautes grossières sont passées inaperçues sur le terrain tandis que le niveau d’obsession de ses joueurs augmentait à tel point que beaucoup d’entre eux vomissaient avant la finale de 1967 contre le Celtic. Il a été dit qu'Armando Picchi avait demandé au gardien Sarti de laisser entrer le ballon après un point pendant le match, affirmant qu'il était inutile de continuer à défendre et que le Celtic finirait par marquer. Les joueurs n'ont pas cru que Picchi lui-même disait cela, mais c'était l'agonie mentale que les joueurs ont dû subir pour se conformer aux exigences d'Helenio Herrera. Il a quitté l'Inter pour entraîner la Roma après cette saison et il était difficile de trouver une période stellaire par la suite. Dans les dernières étapes de sa vie, Herrera s'est impliqué dans le journalisme et a commencé à écrire pour les journaux. Il ne pourrait jamais reproduire les mêmes niveaux de succès en raison des exigences et de la concentration qui ont été nécessaires pour créer un tel modèle. Même à l'Inter, comme c'était le cas lors du match contre le Celtic, l'Inter a décliné et cela était dû aux méthodologies adoptées par l'Argentin. Le fait que les joueurs n'étaient pas autorisés à voir quelqu'un d'autre que leurs coéquipiers entre les matches était contre-efficace. La nervosité et la tension qu'elle créait avant les matches seraient insupportables même pour les joueurs les plus forts. De tels échecs ne doivent pas et ne peuvent pas nuire au succès et à la grandeur d'Helenio Herrera. Il a laissé un héritage qui ne pouvait être reflété par personne et, ce faisant, il a laissé une identité pour le football et sa culture non seulement en Italie mais dans toutes les régions du monde. Cela s'est justifié lorsque l'Inter Milan de Jose Mourinho a remporté le triplété avec un style similaire. Beaucoup peuvent mal comprendre ses idées et se méprendre sur sa philosophie, mais il était un type de manager très différent et le premier du genre. Dans La Grande Inter, le Franco-Argentin a non seulement créé une équipe dominante mais aussi une équipe qui a révolutionné le jeu. Helenio Herrera est l'une de ces âmes qui ne peuvent jamais être mises en parallèle et l'homme est à juste titre l'un des plus grands entraîneurs de tous les temps. A bien noter : Contrairement à la croyance populaire, Herrera N'A PAS MIS UN BUS. La connotation peut être attachée à la mise en place de lignes parallèles de joueurs conçues pour étouffer le jeu adverse au détriment de la mobilité. Quelque chose dont Jose Mourinho, pour le meilleur ou pour le pire, est un maître. Herrera n'a pas fait ça. Certes, l'équipe a mis en place des lignes organisées pour maintenir une forme fixe. Mais Herrera n'a pas sacrifié la fluidité pour cela. Au lieu de cela, il a innové et créé un poste qui peut être décrit comme un demi-arrière. Sur la droite, le Brésilien Jair da Costa était converti en attaquant. Son rôle était de charger en avant chaque fois que la possession était gagnée. En fait, Jair était le débouché pour Suarez, Corso, Zaglio et Pichhi chaque fois qu'ils gagnaient le ballon. Parmi ceux-ci, Suarez, Corso et Pichhi étaient des passeurs particulièrement accomplis connus pour leur autonomie. Cela complétait parfaitement la capacité de Jair à avancer. L’aile gauche était peut-être l’un des premiers exemples mondiaux d’ailier inversé. Bien que naturellement gaucher, Giacinto Facchetti était réputé pour la finition. Il a marqué 59 buts sur 450 matches pour l'Inter. Ce serait sans égal, même aujourd'hui. Facchetti et Jair étaient les deux joueurs qui ont fourni l'équilibre et la poussée à la machine Inter. Ils ont veillé à ce que l'équipe reste organisée avec des hommes derrière le ballon lorsque l'opposition a le ballon, mais aussi que cela ne les gêne pas lorsqu'ils décident d'aller de l'avant.
  15. Si le 22 mai est la date que tous les fans de l'Inter associent à l'inoubliable Triplete en 2010, le 27 mai restera à jamais un jour béni. En seulement deux ans, l'Inter a remporté deux coupes d'Europe consécutives le 27 mai : en 1964 contre le Real Madrid et en 1965 contre Benfica. 27 Mai 1964 Un Real Madrid de Di Stéfano, Puskás et Gento, une équipe qui avait remporté cinq Coupes d'Europe ! Mais même s'il était difficile de penser que l'Inter pourrait renverser la situation, ce n'était nullement impossible pour la troupe du magicien Herrera. Vienne, le Praterstadion. L'Inter a placé Tagnin pour marquer Di Stéfano, dans le but d’annihiler le danger qu'il crée. Giuliano Sarti devait jouer entre les poteaux, mais il a pris un coup douloureux à l'échauffement. Bugatti était prêt à prendre sa place, mais notre n°1 a serré les dents et a joué un match parfait. Concentration défensive suprême et volonté de jouer sur les contres : ce sont les armes choisies par Helenio Herrera. Et les contre-attaques des nerazzurri ont été menées par de vrais champions. L'ouverture du score est venu sur le coup de la mi-temps, avec un long-tir du pied droit de Mazzola : explosif, étourdissant et magnifique. En seconde période, l'Inter a été contrainte de subir beaucoup de pression. Mais elle a réussi à tenir le fort grâce à notre géant capitaine Picchi. Le but de Milani qui porta le score à 2-0 est venu à la 60e minute lorsqu’il le plaça dans le coin inférieur avec son droit et ce, juste avant les efforts acrobatiques de Felo pour porter le score à 2-1. Le bois, les sauvetages de Picchi sur la ligne de but et beaucoup de cœur ont aidé l'Inter à garder les Blancos à distance, jusqu'au but de Mazzola pour remporter définitivement la victoire. Un doublé historique pour aider à remporter la toute première Coupe d'Europe des nerazzurri, avec Angelo Moratti comme président. EUROPEAN CUP FINAL 1963/64 INTER 3-1 REAL MADRID, 27 Mai 1964 - Vienne, Praterstadion INTER: Sarti, Burgnich, Facchetti, Tagnin, Guarneri, Picchi, Jair, Mazzola, Milani, Suarez, Corso. Manager: Helenio Herrera. REAL MADRID: Vicente, Isidro, Pachin, Müller, Santamaría, Zoco, Amancio, Felo, Di Stéfano, Puskás, Gento. Manager: Miguel Muñoz. Arbitre: Josef Stoll (Austria) Buteurs: 43' Mazzola, 60' Milani, 70' Felo (Real), 76' Mazzola. 27 Mai 1965 Un an après la finale à Vienne et après un retour incroyable contre Liverpool, les nerazzurri de H.H. a affronté le Benfica d'Eusebio au Meazza. Il y a eu deux changements à notre onze de départ par rapport à l'année précédente : Bedin à Tagnin avec une tâche similaire encore une fois, ne laissant rien à Eusebio. Pendant ce temps, Peirò était venu pour Milani. Malgré le terrain trempé par la pluie, Eusebio semblait inarrêtable et a permis à Serti de faire des arrêts miraculeux. Ensuite, la percée à la 42e minute : une longue balle de Facchetti, une belle interaction entre Mazzola et Corso, et une balle traversante pour Jair qui le glisse avec son droit. L'eau, la boue, la tension. Costa Pereira, le gardien de Benfica, est parti pour capté le ballon mais il l'a traversé, passant entre ses jambes pour terminer dans les filets, 1-0. Mazzola a eu l'opportunité de porter le coup de grâce en seconde période, mais n'a pu concrétiser par un mélange de Pereira et du poteau. Le Benfica est ensuite réduit à dix joueurs : Pereira s'était blessé en effectuant cet arrêt, et sans remplaçant à l'époque, son coéquipier Germano a été contraint de le remplacer. Malgré le désavantage numérique, Benfica a tenu la dragée haute, mais Sarti a encore une fois été décisif. Au coup de sifflet final, l'Inter est restée au sommet de l'Europe, soulevant le trophée pour la deuxième année consécutive. EUROPEAN CUP FINAL 1964/65 INTER 1-0 BENFICA, 27 Mai 1965 - Milan, Stadio San Siro INTER: Sarti, Burgnich, Facchetti, Bedin, Guarneri, Picchi, Jair, Mazzola, Peirò, Suarez, Corso. Manageur: Helenio Herrera. BENFICA: Costa, Pereira, Cavém, Cruz, Germano, Raul, Neto, Coluna, José Augusto, Torres, Eusébio, Simões. Manageur: Elek Schwartz. Arbitre: Dienst (Switzerland). Buteur: 42' Jair. ®alex_j - internazionale.fr
  16. Forte dei Marmi, été 1960, un inconsolable Angelo Moratti s’interroge sur l’avenir de son Inter. Le patron de la Saras a fait du club Nerazzurro un bien familial depuis cinq ans, en s’offrant les actions de Carlo Masseroni. Le succès n’est pas de la partie : huit entraîneurs ont apporté leur contribution stérile. Aucun titre, et l'exigence de confier l’équipe de la dernière saison écoulée, de l’ancien meilleur buteur Giuseppe Meazza, à un nouvel entraîneur. Si Moratti remercie le double Champion du Monde, il reste obnubilé par le Scudetto. Un titre qu’il aurait peut-être déjà pu remporter en 1958 s’il n’avait pas été contraint de résilier le contrat qui le lié à un très jeune brésilien nommé Pelé, auteur d’une Coupe du Monde en Suède mémorable. Devenu un phénomène au Brésil, il aurait dû porter le numéro 10 Nerazzurro dans le Calcio. Mails le climat, à Rio de Janeiro est ténébreux, les Tifosi du Santos menaçant le club brésilien de mettre le feu en cas de départ du "Roi". Angelo Moratti, suite à un examen de conscience, prenait la décision de laisser au Maracanã, celui qui est devenu le plus légendaire joueur de Football. Il s’agit-là du plus grand regret de l’Inter dans son histoire, car O Rey avait déjà signé à l’Inter. Mais avec le peuple brésilien, en 1958, il ne valait mieux pas créer une telle folie. Le Président des Nerazzurri se retrouvait donc face à un choix drastique : le meilleur joueur au Monde de la Planète Foot étant parti en fumée, comment parvenir à soulever un titre, vu les objectifs non-atteint par bons nombre d’entraîneurs ? Facile direz-vous, il suffit d’opter pour l’entraîneur le plus réputé en Europe, un argentin naturalisé français, un entraîneur qui aura connu un succès modeste en qualité de joueur, mais qui sur le banc est un Révolutionnaire. Un entraîneur qui a fait tomber le Real de Madrid de Puskas et Di Stefano, de son trône en entraînant le Fc Barcelone qui proposait un jeu fluide sur la base de contre-attaques efficaces en phase offensive. . Trouver un accord avec cet entraîneur mystérieux n’est pas une chose aisée. Outre un salaire important, il avait déjà déclaré vouloir entraîner la Roja lors du Mondial 62. Cet entraîneur sera donc disponible pour l’Inter après avoir entraîné l’équipe d’Espagne. Cet entraîneur n’étais pas un personnage controversé. Angelo Moratti voulait lui donner les clés de l’Inter et la voir s’envoler, la faire devenir grande, qu’elle soit pour toujours la Grande Inter. Cet homme, cet entraîneur mystère se nommait Helenio Herrera, un entraîneur qui n’a aucunement besoin d’être présenté, son cv parlant pour lui. Juillet 2019 Plusieurs années se sont écoulées, l’Inter a marqué l’Histoire du Calcio en réalisant pour la première fois en Italie, un Triplé Historique par le biais de l’Interminator de Josè Mourinho. Pourtant l’histoire va se répéter, comme Angelo Moratti en son temps, le Groupe Suning va rentrer dans le monde Nerazzurro, convaincu de pouvoir redorer le blason du club qui s’est laissé aller depuis quelques années. Après une période d’adaptation, Suning prend la mesure de la tâche à réaliser en confiant son équipe à Luciano Spalletti pour "Rivedere le stelle" (revoir les étoiles) de la Ligue des Champions. L'objectif déclaré est de commencer le processus afin de voir l’Inter redevenir "Grande". Spalletti ayant atteint l’objectif fixé de qualifier l’Inter dans l’Europe qui compte, Suning se devait de trouver un profil à la Herrera, un homme qui n’a nullement besoin d’être présenté, un conquérant à l’image d’Helenio. Un profil a tout de suite séduit le propriétaire de l’Inter : Roi de Londres, Institution et Héros de la Juventus, Vice-Champion du Monde 94 avec la Nazionale de Sacchi, Antonio Conte était l’Elu. Homme du Sud de l’Italie, il a connu la Gloire dans le Nord, avant de prendre le contrôle de la Nazionale Italienne et d’y réaliser des résultats optimaux vu le noyau qu’il avait à sa disposition. Antonio a grandi à Lecce, à la Via Giuseppe Parini, une personnalité anti-système de son époque. Comme ce fut le cas pour d’autres, c’est à lui qu’a été confié la tâche de faire vaciller l’ordre établi dans le Calcio, c’est lui qui devra parvenir à le faire céder, afin de permettre à la Beneamata de resplendir de toute sa splendeur et d’être admiré de tous. Points communs Conte est un maniaque de la perfection, obsédé par les résultats : Sa fille, par exemple, se nomme Vittoria. Triompher pour lui n’est pas un rêve, mais un objectif concret. Pour y parvenir, Antonio doit travailler sur le mental de ses joueurs : "En premier lieu, tu entraînes la tête, ensuite tu entraînes les jambes." Cette phrase a déjà été entendu à Appiano. Car l’important, dans le Calcio, est de tout donner. Une phrase similaire à celle d’Helenio : "Celui qui ne donne pas tout, n’aura droit à rien." C’est un fait, Conte est du même acabit. Tout comme Herrera, les fondations des clubs du Leccese reposent sur une défense extrêmement solide et sur un jeu vertical. Il est donc fondamental de convaincre les joueurs afin qu’ils puissent dépasser leurs limites : La peur et les appréhensions, dans la sphère de Conte, sont seulement illusoires. Le 27 mai 1965, peu de temps avant la confrontation en Coupe des Champions face au Benfica, Herrera venait de déclarer qu’un certain Eusébio da Silva Ferreira, auteur de 500 buts durant sa carrière, était un joueur techniquement limité. Bedin, présent sur le terrain était formaté de cet état d’esprit idéal, il en était imprégné tellement fort que lors de ces attaques, il parvenait à ne pas lui faire toucher le ballon. Cette façon de raisonner peut être reportée en 2016 lorsque Daniele De Rossi faisait face à Andrés Iniesta, le Romain avait pris le meilleur sur l’Espagnol, permettant ainsi à l’Italie de triompher sur l’Espagne à Saint-Denis. 50 ans se sont écoulés entre Herrera et Conte, mais les philosophie sont très proche : Des coups de génies, un état d’esprit de conquérant, un Adn de vainqueur, deux systèmes de jeu connus et décriés, mais terriblement efficace. Le premier a fait la fortune de l’Inter des années 60, lui qui était à la tête d’une des formations les plus poétiques de toujours. L’autre espère, grâce au soutien du Club et à sa capacité de gestion, de pouvoir fonder un projet solide, en partant à la conquête de nouveaux titres, afin de pouvoir replacer, finalement, l’Internazionale, là où elle le mérite. ®Antony Gilles - Internazionale.fr