Aller au contenu
×
×
  • Créer...

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'hommage'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

15 résultats trouvés

  1. Lors de Danemark - Belgique aujourd'hui, le match s'arrêtera à la 10e minute du match et le milieu de terrain sera acclamé. Un peu après 18 heures, Christian Eriksen pourrait bien s'attendre à ce que les fenêtres de sa chambre se mettent à trembler. Il peut voir le Parken, le stade national du Danemark, depuis sa chambre au Rigshospitalet et on ne peut qu'imaginer à quel point cela doit être bouleversant de voir des milliers de maillots rouges traverser la chaleur estivale pendant que ses coéquipiers se préparent à affronter la Belgique. Au cas où il n'aurait pas entendu les fans auparavant, leur son résonnera haut et fort à la 10e minute du match: le jeu s'arrêtera et ils se lèveront comme un seul pour acclamer leur n ° 10 dans une démonstration d'admiration, d'amour et de pur soulagement. "C'est une situation folle pour lui", a déclaré Kasper Hjulmand, l' entraîneur-chef du Danemark. Jusqu'à ce que leur monde bascule ce Samedi du 12 Juin, Hjulmand avait prévu quelque chose de spécial sur le terrain: Eriksen aurait du jouer un nouveau rôle inconnu, destiné à donner plus de maux de têtes aux Belges, dont le duo avait discuté pendant un mois. Maintenant, rien ne sera comme prévu et la plus grande inconnue, avec la question prosaïque relative consistant à conserver un intérêt pour l'Euro 2020 avec l'effusion émotionnelle, est exactement la façon dont tout le monde donne un sens à tout cela. Samedi avait commencé comme un carnaval. Le Danemark est nouvellement libéré de la plupart des restrictions liées au Covid-19 et, avec des drapeaux bordant les artères les plus populaires de Copenhague, le football représentait une sortie parfaitement synchronisée. Puis vint la prise de souffle qui arrêta tout un pays dans son élan, l'effondrement d'Eriksen à la 42e minute contre la Finlande faisant craindre le pire. Le sentiment de choc était répandu même lorsque de bonnes nouvelles concernant son état sont apparues, de sorte que la visite de la Belgique ressemble au moment où tout le monde peut expirer à l'unisson. "Je sais que les joueurs et moi faisons de grands pas après ce qui s'est passé", a déclaré Hjulmand. "Nous avons plus d'heures avec de bons sentiments que de mauvais sentiments et nous sommes prêts à faire de notre mieux." Le Danemark a choisi de s'entraîner dans sa base d'Helsingor mercredi, mais Hjulmand a offert à ses joueurs la possibilité de visiter le Parken tranquillement dans la soirée et de prendre leur temps pour se recalibrer; ceux qui l'ont trouvé utile pourraient s'y rendre en bus pour traiter les scènes et les sentiments auxquels ils furent confrontés, plutôt que d'être submergés à leur arrivée pour le match contre la Belgique. Lorsque l'équipe s'est entraînée lundi pour la première fois depuis l'arrêt cardiaque d'Eriksen, une humeur sombre ne suggérait guère que quiconque était prêt pour un retour à la normale et il était impossible de ne pas sympathiser avec la frustration intense ressentie alors que l'UEFA les a essentiellement forcés à s'exposer et décider si le match contre la Finlande devrait reprendre ou non. Mardi, les sourires avaient commencé à revenir et Hjulmand s'est efforcé de souligner que les préparatifs standard, réunions, clips vidéo, routines d'entraînement, ne seraient pas négligés. Tous les paris sont ouverts: qui pourrait reprocher au Danemark si la Belgique s'avérait tout simplement trop forte, mais qui serait surpris s'il battait de la Belgique et jouait le match de sa vie? Cette fois, ils seront soutenus par 25 000 supporters, ce qui signifie que le Parken sera plein aux deux tiers. Le soleil sera de nouveau là; ce sera une atmosphère mûre pour une place plus heureuse dans les livres d'histoire.
  2. Les habitants de Middelfart, la ville natale de Christian Eriksen, ont rendu hommage à notre joueur après son arrêt cardiaque. La Gazzetta dello Sport a parlé à plusieurs personnalités danoises de leurs souvenirs concernant Christian qui sont publiés aujourd'hui. Son arrêt cardiaque fut un moment choquant qui a entraîné une vague de soutien de l'ensemble du monde du football, et pas seulement du Danemark ou de l'Inter, alors qu'il entame son rétablissement. Eriksen est un joueur très en vue et considéré comme un homme clé pour son équipe nationale. De plus, il a remporté des titres de champion aux Pays-Bas et plus récemment en Italie, et a atteint une finale de Ligue des champions avec Tottenham. Cependant, les remarques des gens ordinaires de Middelfart montrent une facette différente de sa vie et de sa carrière. Ces remarques expriment l'inquiétude et le chagrin authentiques des personnes qui le connaissent intimement, en tant que personne autre qu'une star du football. Kim Frank, l'ancien enseignant d'Eriksen, est maintenant ambassadrice de Cruyff Court pour la Cruyff Foundation. Frank supervise un projet visant à récompenser des talents prometteurs avec le choix d'installer un terrain de football avec du gazon artificiel à l'emplacement de leur choix, Eriksen en ayant été le récipiendaire en 2011. Il se souvient: "Enfant, Christian vivait avec le ballon collé aux pieds, j'ai le souvenir de ses chaussures toujours couvertes de saleté, jamais propres." "Eriksen a décidé qu'il serait juste de donner à l'institut un terrain où vous pourriez jouer sans avoir à se salir tout le temps. Voici le terrain. Il l'a choisi. Vous voyez là-bas derrière ces arbres ? Ici se trouve aussi le siège de son premier club." "C’est ainsi que le football et l’école sont réunis. J'étais aussi son entraîneur et un coéquipier de son père. La dernière fois que Christian est venu en ville, c'était il y a deux ans. Il est venu ici sur le terrain, je me souviens. Il y avait trois cents personnes qui lui demandaient des autographes. Mais la beauté est que pour nous, il n'est pas Eriksen, il est juste Chris, le garçon que nous connaissons. Et il se comporte toujours de la même manière." La Gazzetta note qu'au siège du premier club d'Eriksen, Middelfart Boldklub, il y a partout des images et des souvenirs liés à notre milieu de terrain. "Ici, il a commencé à jouer. Et ici, samedi soir, nous avons installé un grand écran. Nous étions deux cents. Nous étions pétrifiés lorsqu'il s'est effondré. Chacun est reparti calmement et silencieusement chez lui. Le match pour nous ne reprendrait jamais. Juste lui, juste notre joueur, plus rien ne semblait avoir de sens." Le maire de Middelfart, Johannes Lundsfryd Jensen, a réfléchi à la situation. "Je n'ai pas pu m'empêcher de penser aux parents de Christian. Je les connais bien. Et lui-même était un garçon parfait, quand il revient, il joue toujours avec les garçons de l'école de football. C'est l'un de nous, un fils de la ville et une icône. Nous l'attendons ici, et dès qu'il sera sorti de l'hôpital et que l'Euro sera terminé, il passera peut-être quelques jours chez lui. Nous voulons être proches de lui." Charlotte Rasmussen, propriétaire du pub Guldkronen, a déclaré ceci : "Nous connaissons tous la famille Eriksen ici. J'avais la place pleine l'autre soir, tous les sièges étaient sortis. C'était une fête. Le bar s'est vidé en un instant. Nous avons tous une pensée ces jours-ci, qui va au-delà du travail et de la famille... En fait, non. Christian est une famille. L'un des nôtres était dans une mauvaise passe."
  3. Massimo Moratti a rendu un hommage sincère à Tarcisio Burgnich après la mort de l'ancien défenseur légendaire de la Grande Inter à 82 ans ce mercredi. "Je me souviens de lui comme d'une très bonne personne. Burgnich était une personne réservée qui a connu du succès en tant qu'entraîneur ainsi qu'au cours de sa carrière de joueur. Il ne s'est jamais éloigné de la scène du football, il a joué comme s'il avait vécu sa vie." "C'était un homme bon, amical et gentil. Il a toujours tout donné sur le terrain et protégé ses coéquipiers: un professionnel exemplaire, un joueur sérieux qui a fait son travail. Burgnich était le plus réservé de tous les joueurs de l'Inter: tous ses coéquipiers allaient chercher mon père, et il était très généreux avec eux." "Mais Tarcisio non, il n'est jamais entré dans son bureau parce qu'il était gêné de se présenter comme quelqu'un qui voulait rencontrer le président juste pour une belle conversation. Il n'a jamais changé non plus dans les années qui ont suivi; une personne charmante, jamais envahissante, instruite, avec un frère ecclésiastique. Burgnich était effacé, pas un extraverti mais quelqu'un qui avait une attitude amicale envers tout le monde." "Nous nous aimions les uns les autres. J'apprécie toujours énormément ceux qui étaient plus âgés que moi et qui étaient affectueux avec moi. Tarcisio était l'une de ces personnes."
  4. Le 27 Mai 2021, Armando Picchi décédait d'un cancer. Pour son 50e anniversaire de sa mort, voici un hommage. "Si l'Inter doit quelque chose à il Mago, combien il Mago nous doit-il aux joueurs? Beaucoup, peut-être beaucoup." Armando Picchi "Picchi était un directeur défensif... ses passes n'étaient jamais aléatoires et sa vision était superbe." Gianni Brera Armando Picchi avait le type de traits du visage qui donnaient l'impression d'avoir vécu cent vies à l'âge de 18 ans. Regarder de vieilles séquences vidéo en noir et blanc ne fait rien pour améliorer l'apparence du libéro original italien, mais cela met en perspective qu'il a joué le jeu avec l'intelligence et l'expérience d'un joueur mûr au-delà de ses années. Né à Livourne en 1935, le futur porte-étendard de tous les titulaires en venir du poste est né la même année que l'achèvement du stade du club de sa ville natale. Une relation symbiotique entre le nouveau-né et l'amphithéâtre de football nouvellement fini de Livourne fusionnera complètement en 1990, mais avant cela, Picchi établira la norme par laquelle tous les futurs défenseurs italiens seraient jugés. Leo Picchi était l'aîné d'Armando de 14 ans et était, comme c'est souvent le cas, le frère aîné qui a initié une histoire d'amour avec le beau jeu. Leo a fait ses débuts pour l'équipe locale de Livourne en 1945 a joué un rôle central dans l'identification du talent de son jeune frère, le recommandant au club et le mettant en route pour suivre ses traces. Tout comme Leo a quitté l'équipe première pour pour le Torino, Armando a fait ses débuts en équipe Primavera. En 1954, Armando a finalement fait ses débuts dans l'équipe première de Livourne, commençant sa carrière en tant qu'arrière droit. Tout au long de ses 99 apparitions pour son bien-aimé Livourne et marquant 5 buts, le premier d'entre eux le 30 Décembre 1956 contre Mestre, Picchi jouait et se développait dans un position large. Armando Picchi restera dans l'équipe de sa ville natale pendant 5 ans, de 1954 à 1959 lorsque le président de SPAL, Paolo Mazza, notant sa qualité a décidé de le recruter pour son équipe en Serie A. Avec les bleus et blancs, cependant, il n'est resté que pendant une seule saison et 27 matchs, contribuant à la cinquième place du SPAL, le meilleur résultat de l'histoire de l'équipe. La promesse de Picchi avait attiré l'attention d'Helenio Herrera, qui tenta l'arrière latéral de l'équipe provinciale à l'Internazionale, et bien que ce ne soit pas évident à l'époque, les graines de la Grande Inter avaient été semées. Rejoindre l'Inter en même temps que Picchi était un autre élément essentiel du plan directeur de Herrera, Giacinto Facchetti. Picchi jouerait initialement en tant que défenseur droit de l'Inter et Facchetti, un défenseur qui avait des décennies en avance sur son temps, jouerait en tant que latéral gauche. Les deux premières saisons de Herrera et Picchi ont été une période de pauvreté si l'on considère la principale monnaie d'argent du football. Au milieu d'une disette de six saisons pour le Scudetto lorsque Herrera est arrivé (son dernier Scudetto datait de la saison 1953-1954), et malgré une troisième place suivie de la deuxième la saison suivante (l'Inter termina 3e en 1960-1961, et 2e en 1961-1962) le propriétaire de l'Inter, Angelo Moratti, n'a pas été impressionné. Des rumeurs tournaient comme des vautours voraces autour d'Herrera, et avec elles la possibilité très réelle que deux saisons seraient tout ce qu'il verrait du Giuseppe Meazza. Mais l'histoire est jonchée de moments décisifs. Moratti a choisi de donner un peu plus de temps à Herrera, forçant le manager à reconnaître que son équipe était trop ouverte et susceptible de concéder des buts (l'Inter concéda 39 buts en 1960-1961, 31 buts en 1961-1962 et 20 en 1962-1963, lors du premier Scudetto sous Hererra). Herrera a choisi de changer le style de jeu de l'équipe. Une ligne de quatre arrières fut déployée, mais avec l'instinct d'attaque naturel de Facchetti, il a été autorisé à patrouiller sur tout le flanc gauche du terrain. L'homme supplémentaire a été placé dans le rôle de "sweeper" derrière les quatre arrières. L'Inter jouerait un système de marquage individuel et laisserait ce joueur supplémentaire à l'arrière pour intercepter tout adversaire ou une balle manquée. C'était un poste qui exigeait de l'intelligence, du sang-froid, de la vision et de l'anticipation. Picchi avait tous les attributs techniques et mentaux nécessaires et il est donc devenu LE libéro, le capitaine et la voix de Herrera sur le terrain. La saison 1962-1963 a vu la manifestation de la pensée tactique de Herrera et des modifications astucieuses porter ses fruits. Tandis que la prétention de Herrera d'avoir inventé le concept même du catenaccio est une discussion pour un autre article, ce qui était immédiatement clair était que Picchi sous la tutelle de Herrera définissait LE libero. Picchi n'était pas un personnage physiquement imposant sur le terrain, mais sa capacité à lire le jeu et à ressentir le danger avant qu'il ne devienne apparent garantissait que son 1m71 était rarement nécessaire pour un football dur et rugueux. Son corps n'était que le conduit qui transportait le cerveau du footballeur dans la bonne position pour étouffer la menace de son adversaire. En 1963, l'Inter a remporté son premier titre de Serie A en neuf ans en ne concédant que 20 buts en 34 matchs. La réinvention tactique par Herrera de la ligne arrière a eu des effets profonds, non seulement pour le club mais aussi pour le football italien au sens large. Picchi était considéré comme une extension du manager, dirigeant ses coéquipiers sur le terrain, donnant des instructions et orchestrant le jeu à ses conditions. Son instinct naturel de défense signifiait qu'il passait très rarement dans l'atmosphère raréfiée de la moitié de terrain adverse, comme son manager l'avait prévu. Le contrôle de Picchi sur le jeu était tel que le légendaire journaliste de football italien, Gianni Brera, a dit: "Picchi était un directeur défensif... ses passes n'étaient jamais aléatoires et sa vision était superbe." Il y a une belle anecdote dans le livre fondateur de John Foot, Calcio, qui illustre la confiance suprême de Picchi dans sa capacité à diriger le jeu sans avoir besoin des instructions de son manager. Au cours d'un match vers le milieu des années 1960, Herrera essayait de transmettre des instructions à ses joueurs. Frustré par le manque d'attention porté vers lui, il appela un joueur sur la ligne de touche et lui a donné les instructions à passer à Picchi. Après un moment, Herrera a demandé au joueur: "Qu'est-ce que Picchi a dit?" Le joueur a répondu, presque par excuse: "Vas te faire foutre et vas te faire foutre aussi à Herrera." L'Inter a remporté le match. Nous reviendrons sur un autre match disputé en Janvier 1966 démontrant les capacité de Picchi à diriger un match plus tard. Alors que Herrera ne pouvait pas toujours compter sur Picchi pour suivre les instructions comme un bon soldat, il savait que le libéro ne quitterait jamais son poste. Picchi était défensivement enclin au noyau, mais il pouvait jouer. Ce n'était pas le genre de défenseur qui se consacrait à tout prix à dégager les lignes; il aimait faire descendre le ballon et le déplacer rapidement. Même si la moitié de terrain adverse était considérée comme une zone interdite, le natif de Livourne aimait lancer des attaques. La saison 1963-1964 de Picchi avec les Nerazzurri les a vus échouer à conserver leur Scudetto, perdant contre Bologne 2-0 dans un match couperet après avoir fini avec le même nombre points sur la saison malgré une différence de buts moins bonne (+36 pour Bologne contre +33 pour l'Inter; les deux équipes ont marqué 54 buts mais Bologne n'en a encaissé que 18 contre 21 pour l'Inter). A l'époque, un match couperet était joué pour départager deux équipes ayant le même nombre de points, les goal averages n'étant pas utilisés avant la Coupe du Monde 1970. Cependant, la pilule amère d'une défaite nationale a été plus que compensée par un succès en Coupe d'Europe. Picchi a mené l'Inter à son tout premier succès continental, battant en finale le puissant Real Madrid. Peut-être plus important que la simple gloire, certainement pour Herrera et son capitaine, c'était une campagne qui a justifié le caténaccio et la capacité de Picchi à rassembler son équipe. En effet, l'Inter n'a concédé que cinq buts en neuf matches contre les champions anglais, français, yougoslave, allemand et espagnol. En tant que régnants européens, Herrera, Picchi et l'Inter se sont mis à tenter de regagner le Scudetto. Contre la pression et la devise accrues auxquelles les Interistes étaient désormais confrontés, Picchi devait mener ses hommes dans l'inconnu lors d'un match à deux manches en Coupe Intercontinentale contre l'Independiente. Une défaite 1-0 à Buenos Aires a laissé ce titre à la portée de l'Inter, avec un 2-0 au Meazza. L'Inter fut sacrée meilleure équipe du monde. La saison 1964-1965 devait être la plus réussie de ce qui était maintenant l'émergence de Grande Inter. Armando Picchi a mené son équipe au titre, perdant seulement deux matchs au cours de la saison. Cependant, comme c'est souvent le cas, chasser les trophées les plus importants sur plusieurs fronts sape les ressources et voit la plupart des équipes échouer. Pas pour l'Inter. Picchi et Herrera ont maintenu l’intensité des Nerazzurri et une deuxième Coupe d’Europe successive a suivi. Une fois de plus, seulement cinq buts ont été concédés sur toute la campagne continentale. La finale avait la résonance d'une typique performance italienne alors que l'Inter menait 1-0 sur le Benfica après 42 minutes. C'était toute l'incitation dont le capitaine avait besoin, quittant rarement son tiers alors que l'Inter enregistrait une performance défensive proche de la perfection contre une brillante attaque portugaise. Le petit libéro avait aidé l'Inter à atteindre le plus grand des sommets, mais il y avait plus à venir des géants milanais. La saison 1965-1966 a offert à l'Inter l'opportunité de conserver sa Coupe Intercontinentale contre l'Independiente à nouveau. Avec une opposition familière est venu un résultat familier, mais cette fois-ci, Picchi et l'Inter n'ont pas concédé sur les deux matchs, remportant 3-0 au total. Le trophée final de l'ère de la Grande Inter était le Scudetto 1965-1966. Remportant le titre avec quatre points d'avance sur Bologne, l'Inter était une fois de plus difficile à décomposer, concédant 28 buts toute la saison mais en marquant, de manière inhabituelle, 70 buts. En soulevant sept trophées majeurs en quatre sensationnelles saisons, Armando Picchi avait conduit son équipe de l'Inter à un succès sans précédent. Cependant, le 30 Janvier 1966, l'Inter a rencontré Vicenza au Meazza et à la fin de la première mi-temps, le résultat récompensait les rouges et blancs avec un 1-2. Dans le vestiaire, les remarques et suggestions de Herrera n'ont pas été entendues par tous les joueurs et même Picchi a manifesté de manière flagrante sa dissidence. En seconde période, cependant, les Nerazzurri ont renversé le résultat en suivant les indications de l'ex joueur de Livourne. Cela cimenta, si besoin était, le charisme d'Armando. Il faut se rappeler que Vicenza a terminé 6e en 1964 et 1966. L'ironie de tout ce succès est qu'Armando Picchi n'a jamais eu l'occasion de transférer les performances de son club vers l'équipe nationale et n'a même pas été sélectionné pour la Coupe du monde 1966. Aux yeux du manager Edmondo Fabbri, Picchi était trop défensif. Avance rapide vers l'Ayersome Park le 19 juillet 1966 et avec cette défaite choc de l'Italie 1-0 face à la Corée du Nord; comme Fabbri aurait dû souhaiter avoir choisi le libéro indomptable de l'Inter. Ferruccio Valcareggi, l’homme chargé de redorer le blason de la réputation internationale écornée des Azzurri, a régulièrement sélectionné Picchi pour les éliminatoires du Championnat d’Europe 1968. Cependant, une grave blessure pelvienne subie lors d'un match de qualification contre la Bulgarie a essentiellement mis fin à sa carrière internationale. La raison pour laquelle l'un des plus grands footballeurs du pays n'a été sélectionné que 12 fois pour les Azzurri reste une anomalie . La saison 1966-1967 aurait été une saison impressionnante pour la plupart des clubs, mais la Grande Inter n'était pas une équipe ordinaire. Les normes exigées par Moratti, Herrera et Picchi signifiaient que les finalistes en Serie A et en Coupe d'Europe ont vu la rupture prématurée de la plus grande équipe d'Internazionale. Il Mago aurait manifestement pris cet affront du 30 Janvier 1966 personnellement et a en fait forcé l'Inter à vendre Picchi à Varèse en 1967. Il n'y avait pas de place pour le sentiment dans les coulisses du pouvoir au Giuseppe Meazza. Malgré cela, Armando Picchi restera toujours dans les mémoires comme Il Grande Capitano. Plus important encore, la définition même du libéro avait été modifiée par un homme qui jouait avec une telle diligence raisonnable dans son rôle et ses responsabilités qu'il ne marqua qu'un seul petit but pendant toute sa carrière à l'Inter. Il a essayé de retourner sur le terrain, mais à Varèse, il s'est rendu compte qu'il ne pouvait pas jouer comme avant et a donc décidé de se retirer. Malgré tout, dans la ville lombarde, sa tâche n'était pas terminée car il a contribué en tant que joueur-entraîneur avec les Bosinis pendant tout le championnat 1968-1969. Malheureusement, il a raté le salut d'un seul point. En effet, le classement de Serie A de cette année-là s'est en effet clôturé avec Varèse quatorzième à 22 points, tandis que la Sampdoria et Vicenza toutes deux treizièmes avec 23 points. A cette époque, la Serie A se jouait à 16 clubs et les trois derniers étaient relégués. L'année suivante, Livourne a demandé à Picchi de les aider à se remettre en championnat car ils étaient en pleine zone de relégation en Serie B. Convaincu par quelques amis, Armando a décidé de prendre les rênes de l'équipe et a terminé cette saison à une incroyable neuvième place. Allodi et Boniperti, alors managers de la Juventus, ont réalisé ses qualités d'entraîneur et ont pensé le mettre à la tête de la Juventus. Le 16 février 1971, après seulement sept mois à la tête de la Juventus, le club a annoncé qu'Armando Picchi prendrait un congé indéfini pour lutter contre une forme aiguë de cancer. En effet, alors que Picchi souffrait de terribles maux de dos, c'est seulement après de nombreuses investigations qu'il fut découvert qu'il s'agissait d'une tumeur de la colonne vertébrale. Certains pensent que cette tumeur serait consécutive à se blessure au bassin. Les amis proches et la famille savaient que la maladie était en phase terminale. Son remplaçant serait Cestmír Vycpalek, l'homme qui a amené Gaetano Scirea à la Juventus, défenseur lui même décédé à 36 ans. Vycpálek qui a clôturé le championnat à la 4e place, derrière l'Inter, le Milan et Naples, remportant une place en Coupe UEFA. Quelques mois et la maladie ne lui laissa aucune issue, le 26 mai 1971, il quitta cette Terre. Du 19 Juin au 26 Juin 1971, il fut organisé le trophée Armando Picchi remporté par la Louve au dépend de l'Inter, la Juve ayant terminée troisième. Si la carrière de joueur d'Il Grande Capitano a révolutionné le développement tactique du calcio et a apporté un succès et une joie incomparables aux supporters de l'Inter, alors la carrière d'entraîneur de Picchi a été celle d'un potentiel malheureusement insuffisant. Alors que ses plus beaux jours étaient à l'Inter, son club d'enfance, Livourne, a conféré le symbole le plus concret du souvenir au grand capitaine de l'Inter. En 1990, le stade a été nommé en son honneur. Le Stadio Armando Picchi est un rappel permanent à l'équipe sortante de Livourne, aux habitants de la ville et aux fans du club qu'il y avait autrefois une légende au milieu de leurs rangs; un joueur la plupart ne rêvera jamais d'émuler, un Livournais qui avait grandi en dehors de sa ville natale, mais qui n'avait pas hésité à l'aider en cas de besoin. Au-dessus de cela, cependant, les souvenirs laissés par Picchi, les histoires racontées par les plus âgés, sont le plus grand témoignage d'un footballeur spécial. L'Italien était l'homme qui a fait de la défense une forme d'art et qui était l'épicentre d'un style de football révolutionnaire. Les images en noir et blanc du leader stoïque mais simple des hommes illustrent un footballeur qui comprenait implicitement le rôle du libéro et ce que c'était d'être un capitaine.
  5. Un héros des Azzurri et Nerazzurri, un gladiateur implacable, coriace et toujours fidèle. Aujourd'hui, la veille du 50e anniversaire de la mort d'Armando Picchi, un morceau de notre histoire nous quitte, le "Rock" de la Grande Inter. Il y a des hommes que vous voulez toujours avoir à vos côtés, des joueurs que vous voulez toujours dans votre équipe, des légendes que vous voulez toujours faire partie de votre histoire. Tarcisio Burgnich incarnait la force et les valeurs de notre club et l'Inter a eu le privilège de le voir se battre pour ses couleurs: sculptural, implacable, humble et toujours fidèle. Entré dans l'histoire de la Grande Inter, il reste dans la mémoire des fans Nerazzurri pour ses grands tempérament et caractère qu'il a montré sur le terrain. Il a formé l'une des paires d'arrière latéraux les plus fortes au monde avec Giacinto Facchetti dans cette Inter où la défense était un point fixe, avec des champions préparés athlétiquement et mentalement qui étaient prêts à affronter et à arrêter toutes sortes d'adversaires. Comme dans le match, Burgnich a toujours porté dans son cœur, sur sa poitrine, et deux ans après son arrivée, il a disputé la finale contre les monstres sacrés du Real Madrid de Di Stéfano, avec Puskás, Gento, "ceux que nous n'avons vu dans les autocollants". Ce jour-là, il a réussi à bouleverser la hiérarchie et à amener la première Coupe d'Europe dans la salle des trophées de l'Inter. Et puis l'histoire s'est répétée, exactement un an plus tard, contre le Benfica d'Eusebio au Meazza. 12 saisons à l'Inter, 4 Scudetti, 2 Coupes des Champions, 2 Coupes Intercontinentales, 6 buts et 467 matchs sous nos couleurs, match après match, entraînement après entraînement, travaillant plus chaque jour pour devenir le ''Rock'' comme tout le monde le connaissait, tout comme Armando Picchi l'avait nommé. Les camps d'entraînement, toujours aux côtés de l'inoubliable Giacinto Facchetti: ''J'ai plus couché avec lui qu'avec ma femme'' a toujours dit Burgnich. Il était également partant dans l'équipe nationale qui est sortie victorieuse de l'Euro 1968 et a terminé deuxième de la Coupe du monde en 1970, quand il a marqué pour l'égalisation à 2-2 en demi-finale entre l'Italie et la RFA. Contre cette RFA, un résultat mémorable, 4-3, un but furieux et précieux dans ce qui est resté dans l'histoire comme le match du siècle. 66 fois, il est entré sur le terrain avec le maillot Azzurri, et une vie consacrée au football, partagée entre une carrière de joueur et d'entraîneur. Humble et déterminé, inégalé pour ses adversaires et un allié précieux pour ses coéquipiers: aujourd'hui son regard fier et sa force sont de précieux souvenirs, une image qui restera toujours gravée dans notre histoire. Adieu Tarcisio, tu seras toujours notre ''Rock''.
  6. Notre ancien gardien de but n'a que du respect et de merveilleux souvenirs de son ancien patron alors que Roy Hodgson tire sa révérence demain. Ce texte est une traduction de ''Gianluca Pagliuca: Roy Hodgson was a great Inter coach but the press got under his skin.'' publié le 22 Mai 2021 sur le site du Guardian. J'ai de merveilleux souvenirs de jouer sous Roy Hodgson. C'était une personne honnête, sincère mais, surtout, un excellent entraîneur avec beaucoup de connaissances. Il s'est très bien préparé aux matches et nous a beaucoup appris. Bien qu'il n'ait rien gagné à l'Inter (finale de C3 en 1997 perdue contre le Schalke 04, ndlr), son impact a été excellent. J'ai une image fixe dans ma tête quand je pense à Roy: avant chaque séance d'entraînement, il serrait la main des joueurs, un à la fois. Nous nous sommes regardés en souriant, presque incrédules, parce que nous ne comprenions pas (il ne parlait pas italien, ndlr), mais c'était un vrai gentleman et c'était sa façon de faire. Je n'ai jamais vécu cela à aucun autre moment de ma carrière, mais c'était un homme d'un autre temps et une personne fantastique. Parfois je lui parlais après l'entraînement, je discutais de golf ou de tennis qui étaient ses grandes passions, mais aussi je me confiais sur des choses de ma vie privée. Roy a répété le nom de Björn Borg avant, pendant et après l'entraînement. ''Nous devons être comme Björn Borg. Je veux une mentalité comme Björn Borg.'' Puis, une fois l'entraînement terminé, il s'est arrêté pour discuter de tennis et de Borg avec certains d'entre nous. Disons que Borg était une de ses belles obsessions. Le seul défaut de Roy était qu'il détestait la presse, car il avait reçu beaucoup de critiques. Il achetait des journaux tous les jours pour apprendre la langue mais il considérait les journalistes comme ses ennemis. C'était une lutte constante entre Roy et les journalistes. Il entrerait dans le vestiaire vraiment nerveux à cause de cela. Je lui ai dit avec mes coéquipiers: ''Oubliez ça… pas de problème. L'Inter est un grand club et les critiques sont normales.'' Mais il ne pouvait pas accepter les critiques des journalistes. Cela le rendit furieux. Quand il s'est mis en colère, il ne parlait qu'en anglais. Penser à cela me fait rire car les scènes étaient étranges: une fois nous sommes entrés dans la loge et l'avons vu crier et jurer à chaque article qui le critiquait. Je n'oublierai jamais quand nous étions en tête et que nous avions perdu 2-0 à la Juventus. Roy était furieux quand il est revenu dans le bus de l'équipe. Il montait et descendait en disant: ''Nous ne méritions pas de perdre, ce n'est pas juste...'' plus quelques mots grossiers en anglais. Nous avions mérité de perdre mais il s'inquiétait de ce que les journaux allaient écrire. Roy était un homme intelligent qui vivait aussi bien pour les relations humaines que pour le football. Il voulait apprendre l'italien pour mieux communiquer avec l'équipe et il s'est fait comprendre. Son langage n'était pas parfait mais ces choses sont appréciées par les joueurs. Roy parlait anglais qu'avec Paul Ince. Nous nous sommes qualifiés pour la Coupe UEFA lors de la première année de Roy et avons atteint la finale pour perdre contre Schalke aux tirs au but, mais Roy a été attaqué parce que sa défense était jugée trop haute. Nous avons joué un football très offensif, risquant toujours de concéder des buts, mais il n'a pas accepté les critiques. Dans cette finale retour, Roy a remplacé Javier Zanetti, véritable icône de l'équipe, quelque minutes avant les tirs au but pour amener un tireur de penalties. Zanetti a montré sa colère devant tout le Meazza et 85 000 fans furieux l'ont fait savoir à Roy. Roy a répondu aux fans à son tour, et après cet épisode, nous avons eu les tirs aux buts en pensant que le match était perdu. En général, Roy aimait féliciter les joueurs. Au début, quand il ne parlait pas bien l'italien, si nous gagnions, il me serrait dans ses bras et me disait: ''Bon arrêt, Gianluca. Dai, Gianluca. Forza grande, Gianluca.'' Il m'a toujours motivé. Je n'ai eu qu'une seule dispute avec lui. Lors d'un match de la Coppa Italia contre Cagliari, il a dit un mauvais mot en anglais à voix basse, je l'ai compris et je lui ai répondu de la même manière. Le lendemain, il a rassemblé l'équipe et s'est excusé. J'ai beaucoup apprécié et le problème a été résolu. C'était le geste d'une grande personne. Il y a une légende populaire ici en Italie selon laquelle Hodgson a demandé la vente de Roberto Carlos au Real Madrid. Tout le monde lui reproche d'avoir soi-disant forcé l'Inter à vendre Roberto Carlos, qui était jeune et est devenu pendant de nombreuses années le meilleur arrière gauche du monde. Mais cela me dérange parce qu'à mon avis, le club a vendu Roberto Carlos. Je pense qu'ils ne croyaient pas en lui. Roy n'est jamais entré dans les détails de cette histoire ni accusé le club de la vente et les fans de l'Inter l'aiment en tant que personne à cause de cela. Cela montre quel homme il est. Il a un style extraordinaire qui a fait de lui l'une des figures les plus populaires du football au fil des ans, je lui souhaite le meilleur. C'est un gentleman, pas seulement un manager. Gianluca Pagliuca, notre ancien gardien de but italien, intersite de 1994 à 1999.
  7. Roy Hodgson, 73 ans, a connu le succès à travers l'Europe avec une carrière d'entraîneur qui a commencé avec les moins de 11 ans de Park Hill United à la fin des années 1960. Hommage du Guardian à celui qui fut notre manager entre 1995-1997. La semaine dernière, Roy Hodgson a déclaré : ''Le monde du football était totalement différent de ce que nous connaissons aujourd'hui et vous ne pouvez pas vraiment faire de comparaisons. Je reçois beaucoup de lettres de gens qui, comme moi, regardent le club depuis 50, 60, 70 ans et c'est le genre d'expérience que nous avons. C'est bien que vous puissiez vous identifier à eux.'' Près de sept décennies depuis que Hodgson a assisté à son premier match à Selhurst Park, le match à domicile de Crystal Palace contre Arsenal mercredi sera un moment important de sa vie. L'homme qui a grandi au coin de la rue dans la même maison que Steve Kember, une autre futur du Palace, et a continué à prendre en charge des équipes en Suède, en Suisse et au Meazza parmi beaucoup d'autres avant de décrocher le poste de manager de l'équipe d'Angleterre fera ses adieux au club de sa ville natale. Après l'incertitude sur le fait de savoir si le joueur de 73 ans continuerait après quatre années caractérisées par la stabilité, la confirmation ce Mardi de son départ signifie que les partisans du Palace ont l'occasion de rendre un hommage digne de ce nom à une légende de Croydon. Kember, dont le père était le chef de train dans le bus conduit par le père de Hodgson alors fan de Newcastle, Bill, et vivait dans l'appartement situé plus bas qui était une propriété des transports de Londres sur Sydenham Road, se souvient avoir demandé à son vieil ami d'entraîner les moins de 11 ans de Park Hill United dans le fin des années 1960. ''Il n'a pas vraiment regardé en arrière depuis'', a-t-il déclaré lorsque Hodgson est devenu entraîneur de l'Angleterre en 2012. Si Hodgson avait suivi son plan initial et s'était retiré du management cinq ans plus tôt lorsque son contrat avec la Finlande avait pris fin quelques mois après avoir célébré son 60e anniversaire, il n'aurait peut-être jamais eu la chance de manager son pays ainsi que le club de sa ville natale. À ce moment-là, Hodgson, qui avait fait des essais à Selhurst Park avant de se lancer dans le football hors championnat et de devenir entraîneur à l'âge de 21 ans, s'était fait un nom sur la scène mondiale. Avec Bobby Houghton, un autre ancien camarade de classe à John Ruskin, Hodgson s'est imposé comme l'un des managers les plus titrés de Suède, remportant la ligue avec Halmstad lors de sa première saison en 1976 avant de conduire Malmö à cinq titres successifs dans les années 1980, et une finale de C1 en 1979. Une pige en tant que manager de la Suisse lorsque l'équipe a atteint la troisième place du classement de la Fifa a conduit l'Inter à le nommer manager en 1995 et il est parti deux ans plus tard après les avoir guidés vers la finale de la Coupe UEFA, perdu contre Shalke 04. Hodgson est retourné au Meazza en tant que manager par intérim après avoir quitté les Blackburn Rovers, où il a eu un premier passage réussi et a terminé sixième de la Premier League lors de sa première saison, et l'offre de l'Inter de devenir directeur du football en 2007 a été une véritable aubaine pour un homme dont la réputation dans son propre pays n’était pas aussi bien établi qu’en Europe. Cependant Hodgson, qui est obstiné et un fort désir de prouver que les gens ont tort, a accepté la chance de prendre le relais à Fulham quelques jours après Noël alors que le club avait remporté deux matchs de Premier League. En moins de trois ans, Fulham avait atteint la finale de la Coupe UEFA, où ils ont été battus par l'Atlético Madrid, après avoir battu la Juventus à Craven Cottage. ''Je suis vraiment heureux de ne pas avoir emprunté cette voie. Cela signifie qu'une longue période de ma vie d'entraîneur s'est déroulée ici à Londres, où je suppose que vous pourriez affirmer que j'appartiens parce que c'est là que tout a commencé.'' Toutes les piges n’ont pas été aussi réussies. Les supporters de Liverpool sont toujours hantés par la signature de Christian Poulsen et une défaite en Coupe de la Ligue par Northampton alors luttant en quatrième division pendant son bref séjour, et son mandat en Angleterre a été défini par la défaite contre l'Islande en huitième de l'Euro 2016 après lui et son ancien assistant Ray Lewington ont fait un tour en bateau sur la Seine plutôt que de se renseigner sur leurs prochains adversaires. Mais Hodgson, qui avait guidé West Bromwich aux 11e et 10e places avant d'être nommé par la Football Association quelques mois avant l'Euro 2012 après la démission de Fabio Capello, a toujours agi avec une grande dignité dans des circonstances souvent éprouvantes que seuls les anciens managers anglais peuvent probablement comprendre. Peut-être soulagé de ne plus avoir à éviter les questions persistantes sur son avenir, Hodgson a semblé beaucoup plus détendu lors de la conférence de presse tenue pour confirmer ses intentions mardi. Il prévoit de passer plus de temps à voyager et avec sa femme, Sheila, alors qu'ils se préparent à célébrer leur 50e anniversaire de mariage cette année. Lorsqu'on lui a demandé si c'était vraiment la fin, Hodgson ne put s'empêcher de laisser la porte légèrement entrouverte. ''On ne sait jamais. C'est une chose dangereuse à faire lorsque vous vous sentez toujours bien dans votre peau de commencer à faire des déclarations audacieuses sur vôtre retraite. Je ne quitte certainement pas Crystal Palace avec l'idée de me remettre sur le marché pour un autre emploi. Je m'éloigne vraiment du football pendant un certain temps, mais qui sait ce que sera l'avenir? C'est un moment où il ne faut jamais dire jamais. J'ai vu tant de gens prendre leur retraite avec toute la fanfare, pour refaire surface quelque part dans un laps de temps assez court. Je préférerais ne pas faire ça.''
  8. Suite au décès de Mauro Bellugi hier, Massimo Moratti, Beppe Marotta et Walter Zenga lui ont rendu hommage. S'adressant à un entretien avec LaPresse et Sky Sports Italia, Massimo Moratti a rendu hommage à Mauro Bellugi en déclarant: "Je ressens une grande tristesse, c'était un combattant. Avec son caractère, il avait réussi à surmonter quelque chose d'aussi difficile que l'amputation de ses jambes. Il semblait être sorti du marasme. Nous sommes vraiment attristés et désolés. J'étais là pour lui, mais il a gardé le moral de tout le monde d'une manière vraiment fantastique. Personne ne s'attendait à ce qu'il tombe dans une situation comme celle-ci. C'était un ami proche de la famille, nous avons vécu sa bonne humeur ensemble en vacances. Il était toujours joyeux et extraverti. Il n'avait pas le ton d'un champion, mais il en était un." "Une personne merveilleuse, que personne n'oubliera. On l'aimait, il avait un bon caractère. Je me souviens qu'avant d'aller à la Coupe du monde en Argentine, il est venu à Imbersago et a joué un peu au football avec nous." S'adressant au journal italien ANSA, Marotta a remercié la Serie A d'avoir permis au club de rendre hommage à l'un de ses héros. "Je tiens à remercier la ligue de nous avoir permis de nous souvenir de lui de la seule manière possible, dans le match qui a été si crucial pour sa carrière et qu'il regrettera de ne pas avoir pu suivre de là-haut. Nous jouerons avec un brassard et il y aura une minute de silence avant le match." "Il était le symbole d'un football romantique, aujourd'hui mort. Il était composé d'une grande passion et d'un sentiment d'appartenance d'une part, de patronage et de propriété familiale d'autre part. Il y a le fameux épisode de la villa que Moratti lui a donnée comme une grande reconnaissance de son attachement. Les joueurs étaient très attachés au maillot et aux familles qui le possédaient, le sentiment d'appartenance est né du lien avec les coéquipiers, il y avait moins de transferts aussi." "J'ai entendu parler de lui la semaine dernière. Même s'il avait perdu ses jambes, il avait un enthousiasme exceptionnel et un grand désir de redevenir un héros. À tel point que nous lui avions confié le travail de scout: Regarder autant de matchs que possible pour nous, lui ai-je recommandé. Cependant, il m'a avoué sa tristesse derrière ce courage infini. Vous savez, a-t-il dit, pour un footballeur, perdre ses jambes, c'est comme un pianiste qui perd les mains." Quant à Zenga, il rendit hommage à Bellugi avec un simple message sur Instagram: "No Mauro no ... RIP " Finalement, le plus bel hommage serait de battre le Milan cet après midi avec, idéalement, deux buts d'écart.
  9. Ancien défenseur de l'Italie et de l'Inter Milan, Mauro Bellugi, est décédé samedi à l'âge de 71 ans des suites de complications de son état de santé dues au Covid-19. "Aujourd'hui nous a quittés un grand homme, un grand footballeur, un vrai Intériste. Repose en paix Mauro Bellugi", a écrit l'Inter Milan sur Twitter. L'une des raisons pour lesquelles le football est si apprécié est que lorsque les histoires sportives deviennent des histoires de vie, les joueurs ne sont pas seulement des champions mais aussi des modèles. C'est exactement ce qu'était Mauro Bellugi: un combattant, un coéquipier fidèle et un adversaire tenu en haute estime. Pour l'ancien défenseur, l'Inter représentait un appel du destin. Une opportunité qu'il ne pouvait pas refuser, une opportunité qui allait changer sa vie et faire de lui un Interista pour toujours. En traversant les rangs des jeunes de Nerazzurri, il a joué au milieu de terrain et a marqué plusieurs buts. En 1969, il est devenu joueur de l'équipe première et a discuté de son futur rôle avec Herrera. Sa tâche serait de défendre à tout prix, l'objectif des Nerazzurri. Avec de grands champions et amis comme Suarez, Corso, Boninsegna et Mazzola menant l'attaque des Nerazzurri, il n'a pas eu besoin de faire une contribution dans le dernier tiers du terrain. Cependant, il a trouvé les filets à une occasion: c'était aussi une expérience inoubliable, lors du match aller des huitièmes de finale aller de l'Inter contre le Borussia Mönchengladbach en 1971-1972. "À l'époque, ce n'était pas facile pour un défenseur de dépasser la ligne médiane. Ma tâche était de défendre, les attaquants étaient ceux qui devaient se focaliser sur le score. Je ne me souviens même pas pourquoi je me suis retrouvé là. Le ballon est arrivé au bord de la surface, je l'ai frappé instinctivement et tout le monde a couru pour me serrer dans ses bras. Je n'ai même pas compris ce qui venait de se passer!" Parmi les meilleurs moments de ses 137 apparitions de 1969 à 1974, il y a la victoire du Scudetto de la saison 1970-1971, un trophée qu'il a poursuivi et remporté avec tout le courage et la détermination qui avaient toujours caractérisé son style de jeu et son amour pour le football, et la vie. L'esprit guerrier l'a toujours défini, de ses batailles pour devenir un grand à celles qu'il a combattues pendant la dernière phase de sa vie. Il avait eu 71 ans le 7 février et voulait laisser au monde un message de force et d'espoir jusqu'à la fin. Il a parlé de la beauté du football et de la vie, une vie pour laquelle il vaut la peine de se battre, et il a été remboursé en nature avec la reconnaissance de tous: de ses fans, de ses coéquipiers, de ses adversaires et de personnes qui ont reconnu en lui cet exemple, quelque chose qui est plus que jamais précieux. Force, détermination, bonheur, amour et espoir se retrouvent dans son histoire. Au revoir, Mauro.
  10. Celui qui fut le le maestro d'une formidable équipe qui a conquis bien plus qu'une Coupe UEFA en 1998, mais bien le cœur de tous les tifosi nerazzurri, aurait eu 82 ans aujourd'hui. Luigi Simoni, décédé le 22 mai dernier, reste dans la mémoire de tous. Dans cette optique, il est bon de lui rendre hommage une nouvelle fois. Un rappel pour dire qu'il était avant tout un homme passionné et bien plus qu'un entraineur pour beaucoup. Quelques minutes pour s'en remémorer, même s'il mériterait bien plus... Avec en point d'orgue de sa carrière cette fameuse année 1998, où l'équipe entière transpirait la folie et avait un charisme assez dingue. Ronaldo, Pagliuca, Zanetti, Simeone, Zé Elias, Zamorano etc. Luigi Simoni n'y était pas du tout étranger bien au contraire. Ci-dessous vous pouvez retrouver les marques de respects de ses anciens joueurs, notamment la très belle déclaration de Ronaldo envers Simoni. ®gladis32 - internazionale.fr
  11. Le 25 Novembre 2020 à Tigre, nous quittait Diego Armando Maradona. Ecrire un article sur Diego est très complexe cat tant a été dit sur lui et tant reste à dire. Voici un récit de ce fameux quart de final de la Coupe du monde de 1986 où Diego terrassa à lui seul l'Angleterre de Magie Thatcher. Ce fameux match où il inscrivit deux buts de légende et où la peluche devint le cerf volant cosmique. Héritage Le concept qui a dévoré le monde. C'est la question la plus ancienne à laquelle chaque millénaire a donné son propre thème. Les philosophes grecs, assis sur des rochers, réfléchissaient à ce qui resterait suite à leur transcendance métaphysique, les légions romaines ont parcouru les montagnes et les plaines pour faire partie d'un plus grand monde, et les aventuriers ont navigué sur les mers sans fin pour mettre le pied sur des terres invisibles. La progression inexorable du temps et les archives historiques sans fond qui se développent avec lui ont aidé quiconque à revendiquer un héritage personnel. Les brillants scientifiques qui ont élargi nos connaissances collectives voient leurs réalisations et efforts mentionnés dans chaque manuel. Même les vils magnats et dictateurs ne sont pas oubliés, mais réinventés dans la série Netflix. Qu'il s'agisse d'infamie ou d'éclat, les contes d'émerveillement seront à jamais racontés à mesure que leurs auteurs disparaissent. Le football n'est pas différent. Certains joueurs sont trop grands, trop magnifiques pour être oubliés et certains matchs sont tout simplement trop gros pour 90 minutes, pas plus que lorsque Diego Armando Maradona est entré sur la pelouse. Sa performance contre l'Angleterre en quart de finale de la Coupe du monde 1986 est peut-être le match le plus célèbre de l'histoire du football. Rivalité La rivalité entre les deux équipes nationales de football remonte à la coupe du monde de football de 1966, en quart de finale à Wembley. Le capitaine argentin, Antonio Rattin, a été expulsé (et on ne sait toujours pas pourquoi) dans un match très rugueux. Rattin était en colère contre l'expulsion, estimant que l'arbitre allemand, Rudolf Kreitlein, qui ne parlait pas espagnol, avait été biaisé envers les Anglais, une nation européenne et devant leurs supporters locaux. Cela a conduit le directeur de l'Angleterre Alf Ramsey à décrire les Argentins comme des "animaux", des commentaires considérés comme racistes par les Argentins. Malgré la popularité d'Osvaldo Ardiles et de Ricardo Villa qui ont joué avec Tottenham Hotspur à une période avant qu'il ne soit banal pour les clubs d'avoir des joueurs non britanniques, la rivalité est restée forte. En dehors du football, la guerre des Malouines en 1982 a accru la tension entre l'Angleterre et l'Argentine. La Grande-Bretagne administre les îles Falkland, un petit archipel de l' Atlantique Sud , en tant que territoire britannique d'outre-mer; L'Argentine revendique les îles comme Islas Malvinas. Le 2 avril 1982, les forces argentines ont envahi les îles. La Grande-Bretagne a considéré cela comme une invasion de son territoire et a envoyé une force opérationnelle navale qui a repris les îles le 14 juin 1982. Bien que les deux nations n'aient jamais été officiellement en guerre, le conflit a fait 258 morts britanniques et 655 argentins. En conséquence, le match qui se déroulait quatre ans après la guerre était chargé d'émotion. Après le match, Maradona a déclaré: "Bien que nous ayons dit avant le match que le football n'avait rien à voir avec la guerre des Malouines, nous savions qu'ils avaient tué beaucoup d'argentins là-bas, les avaient tués comme des oiseaux. Et c'était de la vengeance." Avant le match de 1986, les fans des deux pays se sont battus dans les rues de Mexico et dans le stade aussi. En conséquence, plusieurs fans anglais ont été hospitalisés tandis que certains de leurs drapeaux ont été volés par des barrabravas argentins . Ces drapeaux seraient ensuite exposés par les supporters de Boca Juniors lors de certains matches de championnat argentin. Le ton est donné! Les maillots L'Argentine a battu l'Uruguay 1-0 en huitièmes de finale avec des maillots en coton bleu qui, selon l'entraîneur Carlos Bilardo , s'avéreraient trop inconfortables dans la chaleur de Mexico. Bilardo a demandé au fabricant du kit argentin de proposer des maillots bleus plus claires pour les quarts de finale, une demande impossible à réaliser étant donné le court délai. A trois jours du match, il a envoyé Ruben Moschella, un membre de son staff, parcourir les magasins de la capitale mexicaine pour trouver un kit adapté. Il est revenu avec deux maillots de bleus différents, qu'ils ont pesés par la suite, mais n'ont pas pu choisir. C'est alors que Diego Maradona est apparu et a déclaré: "C'est un joli maillot. Nous battrons l'Angleterre avec celui ci!" Moschella est retourné à la boutique et en a acheté 38. Un designer a confectionné des badges de fortune de l'Association argentine de football (AFA), qui ont ensuite été cousus sur chaque maillot face au logo du Coq Sportif, qui fournissait les kits pour l'Argentine à l'époque, avec des numéros de maillot de football américain argentés repassés à la hâte sur le dos. Le début L'Argentine et l'Angleterre avaient deux styles de football qui n'étaient pas si différents que ça. L'Angleterre est souvent allée directement vers l'avant, dans l'espoir d'un renversement de jeu ou d'un rebond favorable pour les envoyer encore plus loin. L'Argentine a joué avec une formation à trois arrières, un 3-5-2. Maradona et Valdano, le duo offensif et un trio de milieu de terrain composé de Burruchaga, Enrique et Batista, se tenaient derrière eux. Toute la créativité provenait de Maradona, le cœur et métronome incontesté de l'équipe. L'Angleterre a essayé de compliquer la vie des Argentins ce jour-là. Ils ont commencé le match avec leur meilleure équipe et ont marqué et attaqué de manière très agressive les deux attaquants argentins; Fenwick récoltant un jaune à la 9' et cela aura une conséquence terrible. Mais au fur et à mesure que le match avançait, le côté droit est devenu un repaire de supercheries mystiques ou une zone de magie, c'est selon. C'était la zone de Maradona. Chaque fois qu'il contrôlait un ballon ici, un défenseur anglais de plus le bloquait. À maintes reprises, ils ont regardé la petite peluche sprinter. Finalement, la meilleure tactique était de laisser Maradona courir vers la surface et espérer simplement que sa passe en retrait, son tir ou son centre n'atteignait pas sa destination. Pour la première mi-temps, cela a fonctionné. L'Angleterre n'a pas beaucoup montré mais la domination de l'Argentine n'a rien donné non plus. Ce fut un combat serré auquel l'arbitre a fait preuve de clémence. Les deux équipes se sont dirigées dans le tunnel à la mi-temps avec confiance pour renverser l'égalité en leur faveur. La main de Dieu La seconde mi-temps a commencé de la même manière. Il y avait beaucoup d'obstacles à franchir avant la surface. La foule assise attendait un moment d'éclat pour altérer la dynamique fermée et fermante du match. Il est finalement venu, cet éclat. Mais un moment d'infamie inégalée qui continue de susciter le dégoût des Anglais. Il n'y avait pratiquement pas d'espace à exploiter sur les ailes, alors quand Maradona a chipé le ballon à mi-chemin de la moitié anglaise, il a couru au centre, a passé le ballon à Valdano pour un une-deux, mais l'Argentin a mal contrôlé et le ballon s'est légèrement relevé. Sur ce, un mauvais dégagement de Hodge a envoyé le ballon plus profondément dans la surface de réparation où il n'y avait que Maradona et le gardien Peter Shilton. Les deux ont sauté pour le ballon et d'une manière ou d'une autre, Maradona, haut de 1,65 m, a touché le ballon pour le faire passer de justesse au-dessus de Shilton. Immédiatement, protestations anglaises! Les joueurs anglais ont couru vers l'arbitre tunisien Alin Bin Nasser, affirmant que le but était à la fois hors-jeu et illégitime. Maradona n'avait pas marqué avec sa tête, ses pieds ou ses épaules, mais avec sa main - la Main de Dieu. Lorsque Maradona a sauté, il a serré un poing juste à côté de sa tête et l'a étiré pour frapper le ballon sur Shilton! Problème, pas de VAR à l'époque et tant mieux! Tous les joueurs l'avaient, cette mimine, mais pas les arbitres. Maradona lui-même avait vérifié avant de se faire congratuler. C'était sale, aussi sale que possible. Mais à la Coupe du monde, toute mesure est considérée comme bonne tant qu'elle vous fait gagner! Point barre. Maradona a dit: "J'attendais mes coéquipiers m'embrasser, et personne ne venait ... Je leur ai dit: Venez, venez ou l'arbitre ne va valider le but!!!!" Lors de la conférence de presse d'après-match, Maradona a facétieusement commenté que le but était marqué: "un poco con la cabeza de Maradona y otro poco con la mano de Dios" ("un peu avec la tête de Maradona et un peu avec la main de Dieu "), après quoi il est devenu connu comme le but de la "Main de Dieu". Pedro Pasculli a déclaré: "Dans le salon de l'hôtel, Diego nous a lancé en rigolant: Fils de putes, j'attendais que vous veniez me congratuler pour faire douter encore l'arbitre!". Cesar Luis Menotti a également dit: "Les gens ont dit: Génial! Mieux, beaucoup mieux, que le but était si injuste, si cruel, parce que cela faisait plus mal aux Anglais!" Six minutes après le début de la seconde période, l'Argentine était en tête. Dans les minutes qui ont suivi, l'Angleterre a semblé une nation libérée. Visiblement agressée, mais visiblement plus calme. L'intégralité des 50 minutes de blocage, les joueurs anglais ont passé à trembler devant la présence de Maradona. Il y avait une peur à concéder quand la petite star Argentine était sur le ballon, et avec le score de 0-1 exigeant que les Three Lions soient plus courageux, il y avait des courses en avant et des exploits offensifs à faire. Leur jeu typique, en somme... Le but du siècle Malheureusement, cela a un prix, un prix qui s'appelle la ré-organisation et la re-concentration. Lorsque Maradona contrôlait le ballon à la 55e minute, toujours dans sa moitié de terrain et pressé par trois anglais, Beardsley , Reid et Butcher, il les passait sans effort et avait la majeure partie du flanc droit libre pour accélérer et prendre son élan, là où il devient injouable. Un autre défenseur est intervenu, Butcher, Maradona l'a dépassé. Aucun Anglais ne pouvait égaler sa vitesse. Maradona a évité le dernier défenseur, Fenwick, sur le bord de la surface de réparation, et avait maintenant juste Shilton à battre, l'ultime rempart. Maradona contourna le gardien et glissa le ballon dans un but ouvert malgré un retour désespéré de Butcher. Un but brillant, magique, cosmique. Entièrement légal celui-là, mais peut-être plus insultant que le main illégale. Maradona a enrhumé la moitié de l'équipe anglaise d'un seul coup. Il a passé des plots, pas des hommes! Et lorsque l'argentin a viré au poteau de corner lors de célébrations orgueilleuses, il y avait un consensus tacite selon lequel l'Angleterre avait été battue non pas par la force du football argentin, mais par la magie, la ruse, la roublardise et le génie de Diego Maradona. À propos du but, Maradona a déclaré: "J'ai fait le jeu pour le donner à Valdano , mais quand je suis arrivé dans la surface, ils m'ont entouré et je n'avais plus d'espace. Par conséquent, j'ai dû continuer le jeu et le terminer moi-même." Il a plus tard complimenté le fair-play de l'équipe anglaise, en disant: "Je ne pense pas que j'aurais pu le faire contre n'importe quelle autre équipe parce qu'ils avaient tous l'habitude de vous tacler; ils sont probablement les plus nobles du monde". Néanmoins, Fenwick a confessé qu'il aurait bien envoyer valser Maradona s'il n'avait pas été averti dès la 9'. De plus, toujours d'après lui, ce but du siècle est la conséquence de la main de Dieu dans le sens où l'équipe anglais était désorganisée, d'où cette chevauchée fantastique. Bin Nasser déclara: "J'ai porté mon sifflet à la bouche dès qu'il a driblé le premier Anglais, car je pensais qu'ils allaient le découper. J'étais prêt à siffler tout au long de l'action et j'ai été sur e point de la faire à deux reprises. A la fin, j'ai même failli siffler un pénalty sur la faute de Butcher, mais c'était trop tard. Maradona avait déjà marqué." Enfin, dans les pays hispanophones, ce but est généralement associé au commentaire en direct hystériquement passionné du journaliste uruguayen Víctor Hugo Morales: "Il va le passer à Diego, il y a Maradona avec, deux joueur sur lui, Maradona avec le ballon, là il descend sur le flanc droit, le génie du football mondial, il quitte l'aile et il va le passer à Burruchaga ... Toujours Maradona! Génie! Génie! Génie! Ta, Ta, Ta, Ta, Ta, Ta! Goaaaaaaaal! Goaaaaaaal! Je veux pleurer, ô saint Dieu, vive le football! Quel but! Diegoal! Maradona! C'est pour pleurer, excusez-moi! Maradona, dans une chevauchée mémorable, dans le meilleur but de tous les temps! Cerf-volant cosmique, de quelle planète viens-tu? Pour passer tant d'Anglais, pour que le pays soit un poing fermé pleurant pour l'Argentine? Argentine 2, Angleterre 0! Diegoal, Diegoal, Diego Armando Maradona! Merci mon Dieu pour le football, pour Maradona, pour ces larmes, pour cette Argentine. Argentine 2, Angleterre 0." La fin L'avance de l'Argentine a forcé l'Angleterre à effectuer un double changement offensif, entraînant Barnes et Waddle, et cela a failli payer: alors que l'équipe argentine commençait à se fatiguer après ses efforts précédents, l'Angleterre a commencé à presser plus haut. Poussés par Glenn Hoddle et John Barnes , ils ont créé des occasions, et Gary Lineker a marqué son sixième but du tournoi à la 81e minute sur un centre de Barnes. L'Argentine avait eu également d'autres occasions, Carlos Tapia frappant l'intérieur du poteau immédiatement après le but de l'Angleterre. L' Angleterre a été incapable de marquer un égaliseur et l'Argentine a gagné le match 2–1. Conclusion En ce qui concerne les héritages, ils ne sont pas choisis. On peut passer toute sa vie à travailler sur un projet, mais on se souvient uniquement de quelque chose qui n'a aucun rapport avec lui, comme son sens de l'humour ou son absence. Très peu de moments façonnent notre héritage. Il est donc normal qu'un match contenant le but le plus odieux et le plus beau soit considéré comme le meilleur hoorah chaotique d'Argentine. Annexe: les secrets du but du siècle
  12. Romelu Lukaku a surpris énormément de monde face à l'Islande. En effet, alors qu'il est connu pour porter le célèbre numéro 9, celui-ci a décidé de lui être infidèle pour le match de qualification en Nations League Le motif C'est une information relayée par Rtl-info: "Auteur d'un joli doublé hier soir en Islande, Romelu Lukaku avait surpris quelque peu en portant le numéro 10, lui qui apprécie habituellement jouer avec un numéro 9 dans le dos. Interrogé par Sporza, l'attaquant a révélé avoir fait ce choix pour une bonne raison. "C’est pour cette raison que je portais le numéro dix sur le terrain. C'était une ode à ma mère, une surprise. Elle n'était pas au courant", a-t-il révélé. Le tout en portant, en prime, le brassard de capitaine. Le saviez-vous ? Ilkay Gundogan, milieu de terrain de Manchester City, a été interrogé sur les réseaux sociaux: A la question: Quel est le joueur actuellement le plus sous-estimé ? Celui-ci n'a pas hésité à citer notre Big Rom. Comment jugez-vous le comportement du numéro 9 Nerazzurro ? Etes-vous d'accord avec cette le Citizen? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  13. Le 4 septembre 2006, l’ancien défenseur et Président de l’Inter, Giacinto Facchetti, s’éteignait des suites d’une très longue maladie à l’âge de 64 ans. L’Inter a tenu à lui rendre hommage ce jour: "Il y a quelque chose que le temps ne peut pas annuler ou estomper, ce sont les enseignements, les valeurs et l’exemple de celui qui a réussi à laisser son empreinte, dans sa propre vie et dans cette des autres. Et c’est pour cette raison que le souvenir de Giacinto Facchetti est toujours vif. L’élégance de ses mouvements, la classe de ses buts, sa loyauté sportive, son intégrité morale et sa capacité à être un Fuoriclasse et un innovateur, lui qui pensait à l’avenir et aux jeunes. Son message continue à se transmettre entre les différentes générations en conservant toute sa force." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  14. "La commémoration funéraire de Gigi Simoni ne pourra pas se tenir au stade de Pise. Mais un évènement sera mis en place dès qu’il ne sera plus question du Covid-19. Un évènement avec la participation de ses anciens joueurs, compagnons d’équipes et de tant tifosi, touchés qui lui ne lui voulait que du bien." - Telle est l’annonce de la Famille Simoni Remerciements "Nous tenons à remercier avec une profonde affection et une sincère gratitude tous ceux qui ont partagé le deuil de Gigi. Nous tenons à remercier les Tifosi, les clubs de football, les représentants de la Commune de Pise et des institutions politiques et sportifs, nos amis, les joueurs et les journalistes, les médecins et le personnel infirmier. En somme, tous ceux qui même, avec une simple pensée, une parole ou une prière ont fait par d’une marque d’affection à Gigi en ces jours de très grandes douleurs." "Hélas, il ne sera pas possible d’organiser, comme le souhaitait la Famille et tant de sportifs, un dernier hommage à Gigi au Stade de Pise à cause de l’état d’urgence liée à la Pandémie. Dès que les règles évolueront, une journée de commémoration en l’Honneur de Gigi Simoni aura lieu en présence de tous ceux qui auraient aimé être présent à ses funérailles, mais qui à cause des restrictions, n’ont pas été en capacité de le faire." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  15. Milan - Le club Nerazzurro perd l'un des membres du CDA d'"Inter Futura" . Une lettre de condoléances est parue sur le site officiel de l'Inter pour le décès d'un membre du conseil d'administration d'Inter Futura: Le FC Internazionale Milano et Internazionale.fr apportent leur soutien à la famille Capellini à l'occasion du décès de Marco , le père aimé de notre collègue Stefano et membre du cda d'Inter Futura depuis toujours. ® Samus - Internazionale.fr