Aller au contenu
×
×
  • Créer...

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'inter milan'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

  1. L'ancien gardien de l'Inter Gianluca Pagliuca donne son avis sur l'été des Nerazzurri et la saison en cours, ainsi que la Champions League. Dans une interview pour la Gazzetta dello Sport, le légendaire portier de 54 ans parle de ses expériences en Champions League avec l'Inter et ensuite de l'équipe actuelle. Les Nerazzurri entretiennent une rivalité historique avec le Real Madrid, un autre grand club Européen, et Pagliuca était le gardien lors de la campagne 98-99 de la Champions League lors de laquelle les Merengues l'avaient emporté à Madrid avant de voir l'Inter s'imposer au retour à San Siro. L'ancien gardien croit que les Nerazzurri peuvent surpasser le Real et sortir victorieux de la phase de groupe, mais cela pourrait être aussi compliqué. A propos de son expérience personnelle contre le Real: "C'était spécial, vous savez pourquoi ? Nous étions en phase de groupe, le match aller en Espagne fut un massacre. On a perdu 2-0, ils ont eu 19 corners et nous 0, il n'y avait quasiment pas match. Le retour deux mois plus tard était magique." Pagliuca croit que les Nerazzurri actuels auront l'expérience et le bon état d'esprit pour passer la phase de groupe cette année après les difficiles et décevantes dernières campagnes. "Les expériences des éliminations des deux dernières saisons seront utiles. Et de ce que j'ai vu lors des 2 premières journées, il me semble que les joueurs sont aussi fiers et ont autant faim que l'année dernière." "Je pense qu'avec les départs de Conte, Hakimi et Lukaku ils se sont un peu affaiblis. Mais pas énormément." "En attaque j'aurais préféré Zapata, mais le club a fait un très bon travail pour amener des joueurs fonctionnels. Dzeko a encore 2 saisons de haut niveau devant lui, Dumfries a montré de quoi il est capable à l'Euro, Correa est l'homme juste et j'applaudis la rapidité avec laquelle ils ont remplacé Eriksen par Calhanoglu." Au sujet du coach Simone Inzaghi: "L'idéal est de poursuivre le travail établi par Conte. L'année dernière j'étais sûr à 100% de la conquête du Scudetto. Cette année je vois une compétition plus équilibrée. Mais en même temps je ne vois personne finir devant l'Inter, même après le départ de 3 éléments importants." ©Internazionale.fr via Gazzetta dello Sport - Traduction Trent_FCI
  2. Cette série d'articles examine les dernières recrues de l'Inter et analyse statistiquement leur contribution individuelle à l'équipe actuelle. Cet article comparera Džeko au joueur sortant qu'il est censé remplacer : Lukaku. Avec la perte controversée de Lukaku, et celle de Hakimi avant lui, l'Inter Milan a rapidement assuré son remplacement avec Edin Džeko. Les deux attaquants sont ce que l'on appelle des « pivots » ou « target men » (traduit littéralement : joueurs cibles ou d'appui), leurs capacités de tir et de création de chances seront primordiaux, mais nous examinerons également leurs capacités sur les duels aériens, la possession et les passes. FBref.com a été utilisé pour les statistiques fournies "par 90 minutes" ou en pourcentage global. Statistiques d'attaque : La première comparaison évidente concerne les contributions aux objectifs. Lukaku, 28 ans, a marqué 26 buts (hors penalties) et 12 passes décisives pour l'Inter, tandis que Džeko, 35 ans, a fini la saison avec 14 buts et 4 passes décisives pour la Roma. Résultat : 38 vs. 18. Lukaku a un indice « buts + passes décisives - penalties » de classe mondiale : 0,85 par match. Džeko est à 0,62. Un indice encore plus intéressant est celui des « buts (hors penalties) et passes décisives potentiels » par match : 0,80 vs. 0,78. Cela implique que Džeko pourrait potentiellement contribuer à autant de buts que Lukaku. Džeko tente plus de tirs par match que Lukaku (3,15 vs. 2,89, respectivement), et ils sont plutôt ex-aequo au nombre de tirs cadrés qu'ils obtiennent par match (1,34 vs. 1,39). Cependant, ils diffèrent un peu en pourcentage de tirs cadrés : 42,4 % pour Džeko vs. 48,1 % pour Lukaku. Étant des « target men » grande taille, leurs duels aériens sont importants. Džeko est le grand vainqueur ici avec 63,8% de succès contre 38,5% pour Lukaku. Leurs statistiques de possession presque égales sont surprenantes : ils interceptent tous les deux le ballon avec succès 59 % du temps ; dribblent avec succès les défenseurs la plupart du temps (50 % pour Džeko contre 56 % pour Lukaku) ; avancent avec le ballon de la même manière (59,8 mètres par match pour Džeko contre 69,6 contre Lukaku); et se placent presque également à la même distance du ballon (2,04 vs. 2,11, respectivement). En ce qui concerne les passes, Lukaku a plus de résussite dans cet exercice (72,1%) par rapport à Džeko (66,5%). Ils réalisent presque le même nombre de passes par match (17,2 vs. 17,6), mais Džeko voit ses passes bloquées un peu plus que Lukaku (1,74 par match vs. 1,22). Tandis que Lukaku se fait intercepter un peu plus (0,89 par match vs. 0,75). Alors Edin Džeko est-il un bon remplaçant pour Lukaku ? En tant que « bouch-trou » à 2M€ pour le rôle de « target mea », les chiffres le disent potentiellement. Zapata, Vlahovic et Kean sont peut-être tous des options plus jeunes et similaire, mais ils coûtent tous trop cher, seul Zapata a été aussi cohérent que Džeko. L'indice de « buts (hors penalties) et passes décisives potentiels » de Džeko (0,78) par match est proche du 0,80 de Lukaku, mais la réalité des « buts + passes décisives - penalties » (pas seulement potentiels) est un grand pas en arrière (0,62 contre 0,85 pour Lukaku). Si l'Inter Milan peut amener Džeko à concrétiser les buts potentiels et que Džeko joue 1000 minutes de plus pour égaler Lukaku, alors les calculs indiquent qu'il est potentiellement une bonne affaire. Cependant, étant donné qu'il a déjà 35 ans, il est difficile de supposer que sa constance va durer, et il est peu probable qu'il fasse la différence pour combler le départ de Lukaku. La différence de 20 buts et passes décisives entre les deux joueurs signifie que l'Inter aura besoin d'autres joueurs pour aider Džeko. ©Internazionale.fr, via SempreInter - Traduction Oxyred
  3. AFP - L'UEFA a annoncé vendredi toute une série de sanctions, notamment financières, à l'encontre de neuf des douze clubs à l'origine du projet avorté de Super Ligue, après un accord avec ces derniers qui "s'excusent" et reconnaissent "une erreur". Ces neuf écuries, les plus promptes à s'être désolidarisées du projet de compétition privée dissidente de la Ligue des champions, devront notamment renoncer à 5% des revenus qu'ils devaient obtenir lors des compétitions européennes pour une saison. Le cas des trois autres clubs (Juventus Turin, Real Madrid, Barcelone), qui "refusent de renoncer" à la Super Ligue et risquent des sanctions plus lourdes, sera étudié prochainement par les instances disciplinaires de l'UEFA, a annoncé la confédération européenne. "En acceptant leurs engagements et leur volonté de réparer le trouble qu'ils ont causé, l'UEFA veut mettre ce chapitre derrière elle et avancer dans un esprit positif", a souligné le président de l'instance Aleksander Ceferin, dans un communiqué, insistant sur le fait que "la même chose ne peut pas être dite pour les (trois) clubs qui restent engagés dans la dénommée +Super Ligue+", des cas que "l'UEFA gèrera en conséquence". Les neuf clubs ayant renoncé au projet - Tottenham, Arsenal, Manchester City, Manchester United, Chelsea, Liverpool, Atlético Madrid, Inter Milan, AC Milan - ont accepté toute une série de "mesures de réintégration". En plus de renoncer à 5% des revenus de compétition UEFA pendant une saison, ils verseront 15 millions d'euros transformés en donation à des "communautés locales" du football européen, s'engagent à participer aux compétitions UEFA pour lesquelles ils se qualifient et s'engagent également à verser une amende de 100 M EUR s'ils cherchent à disputer un jour une compétition "non-autorisée". Ils vont par ailleurs rejoindre l'Association européenne des clubs (ECA), qu'ils avaient quittée au moment de leur fronde. Il s'agit là des premières sanctions officielles contre les clubs sécessionnistes, qui ont enflammé le football européen le 19 avril en lançant leur projet de Ligue quasi-fermée, avant de se raviser deux jours plus tard pour la plupart d'entre eux, face au tollé international et à la fronde des supporters. © 2021 AFP
  4. La dernière fournée de tests magiques pour l'équipe première de l'Inter est revenue entièrement négative, selon un rapport Italien du jour. Les Nerazzurri ont confirmé hier que 5 membres du staff ont contracté Le Virus, dont Beppe Marotta, Alessandro Antonello et Piero Ausilio. L'Inter à soumis ses joueurs à une nouvelle salve de tests une fois que les résultats positifs des dirigeants ont été connus, mais il semble que les nouvelles soient plutôt bonnes pour Antonio Conte en vue du match de Dimanche contre le Genoa. Daniele Mari, éditeur de FCInter1908.it, rapportait ce matin qu'il n'y a pas à l'heure actuelle de nouveaux cas à déplorer dans l'équipe. L'Inter a déjà était sévèrement touchée par les infections Covid en début de saison avec les cas de Marcelo Brozovic, Milan Skriniar et Alessandro Bastoni (voir même Nainggolan), tous déclarés positifs entre Octobre et Novembre. Les Nerazzurri, actuellement leader de Serie A, ont eu la chance d'être épargnés depuis.. Jusqu'à ces derniers jours malheureusement. Le vilain Covid semble revenir en rampant pour s'attaquer au championnat Italien, pour preuve le match Torino-Sassuolo prévu pour ce Vendredi a été repoussé à cause d'un trop grand nombre de cas dans la seule vrai équipe Turinoise. Le Covid, dernier adversaire de l'Inter dans la course au titre ? Jusqu'ici, tout va bien... ©Trent_FCI
  5. Dans sa Lettre hebdomadaire n°325, l’Observatoire du football, le CIES a présenté la projection des points en fin de saison pour les équipes de 22 championnats européens 'La projection est effectuée sur la base d’un modèle statistique prenant en compte les tirs cadrés, les tirs depuis la surface (tentés ou concédés), la possession de la balle, ainsi que les passes réussies dans le tiers adverse et celles des adversaires dans son propre camp." "Selon cette projection, l'Inter Milan serait sacré championne d'Italie 11 ans après son dernier titre, devant le Milan AC (+2 points) et la Juventus (+3)." Cautionnez-vous cette projection ? La trouvez-vous proche de la réalité ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  6. Après la trêve internationale, la Serie A revient d'actualité et à Milan, c'est jour de derby ce Samedi. L'entraîneur intériste, Antonio Conte a répondu aux questions des journalistes lors de la traditionnelle conférence d'avant-match: Quelle est la valeur de ce match qui se présente dès la 4ème journée, un peu comme la saison passée ? "Je vais dire quelque chose d'évident, nous voulons chercher le résultat à chaque match que nous disputons, chaque rencontre, chaque victoire vaut 3 points, évidemment le derby apporte des difficultés en plus, nous affrontons une équipe forte qui a bien fini le dernier championnat et a commencé celui-ci de la même manière. Nous voulons continuer le parcours que nous avons entrepris." La trêve internationale "Ils sont tous de retour depuis hier, lorsqu'un joueur revient de l'équipe nationale en ayant fait de bonnes prestations, il a le moral au beau fixe et la volonté de se mettre à disposition en surfant notamment sur ses dernières bonnes performances." Les difficultés actuelles "Si j'avais pu choisir, j'aurai aimé avoir un jour en plus mais nous savons que le calendrier des trêves est à respecter et nous préparerons le match comme il le faut, nous n'avons pas beaucoup de temps donc les entraînements seront raccourcis et moins intenses car les joueurs viennent de revenir et certains ont joué trois matches consécutifs." Une preuve de maturité "Nous n'en sommes qu'à la quatrième journée, des examens de maturité il y en aura une multitude d'içi la fin de la saison, je prétends à une progression sur tous les plans, surtout sur celui de la prise de responsabilité, nous travaillons dur sur cet aspect. C'est important dans la croissance du groupe." Alexis Sanchez "Il est revenu avec de la fatigue musculaire, nous ferons aujourd'hui les vérifications nécessaires, c'est sûr que nous y ferons attention, c'est la première rencontre d'un cycle de matches tous les 3 jours donc nous devons prendre des risques mesurés. Si nous décidons de l'utiliser c'est parce qu'il aura donné des garanties sur son état, il prendra lui-même la responsabilité de dire s'il va bien ou s'il veut un peu attendre." Un équilibre à retrouver dans le contexte actuel "C'est dans un moment un peu difficile comme celui-ci que nous devrons être bons dans la collaboration, accepter la situation dans laquelle nous sommes comme le reste du monde du sport. Il faudra de la patience et de la disponibilité parce que nous avons eu un très mauvais passage l'année passée et ce qui me déplaît c'est que nous avons oublié cela bien trop vite. Nous allons au devant de nouveaux moments difficiles pour tous, sur le plan sportif comme de la vie privée, nous devons rester unis pour affronter le mieux possible cette situation. Un nouvel arrêt des activités serait un désastre pour tous. Inutile de se lamenter sur les joueurs contrôlés positifs, les erreurs arbitrales, nous devons faire de notre mieux dans ce contexte." Une nouvelle philosophie dans le football italien "L'année passée nous avons marqué 113 buts toutes compétitions confondues, un nombre assez élevé que je souhaite répéter. Le football est en plein changement, en pleine évolution, à mon avis un jeu de pressing, de vitesse, est de plus en plus populaire en Europe et aussi de plus en plus en Italie. Chacun doit travailler en fonction de sa propre situation et ses propres possibilités. Chacun peut professer ce qu'il veut mais le principal est de faire avec ses propres armes. Si tu joues contre une équipe plus forte, tu dois adopter une tactique différente de ceux qui ont l'habitude d'être victorieux. En Italie, je pense que le niveau est entrain de s'élever, la volonté de s'affronter sans se cacher, de construire du jeu est de plus en plus forte, c'est très important d'être de nouveau capable de le faire à l'extérieur aussi." Le parcours qui attend l'équipe "Je ne pense pas que l'arrivée de matches plus ou moins difficiles doivent booster la volonté et la détermination des joueurs, elles doivent toujours être hautes, indépendamment de la période, que les matches soient difficiles ou pas. Je suis content de ce que je vois en mes joueurs je les ai trouvé disponibles, pleins de bonne volonté et de détermination. Après on sait que le résultat est fonction de beaucoup d'autres facteurs." Un match dans le match sur les ailes "Je m'attends à un très grand match, les deux équipes ont des éléments déterminants sur les ailes avec Hakimi et Hernandez, ils auront la responsabilité d'apporter du danger avec leurs qualités et leur vitesse." Des indications sur sa tactique "En principe, ça ne change pas grand chose qui joue en défense, on demande au défenseur central de participer en phase de construction et de proposer lui aussi des solutions. J'ai eu des joueurs qui sont nés comme des latéraux et qui se sont adaptés en défense centrale, je pense à Azpilicueta notamment, aujourd'hui on voit aussi Danilo, Kolarov, des latéraux adaptés en défenseurs à 3 il y'en a beaucoup, c'est une tactique que les gens pensent plus défensive et en réalité elle est de plus en plus utilisée en Europe. La défense à trois était regardée comme un pas en arrière, aujourd'hui c'est une évolution, mais tout dépend de l'interprétation de l'équipe." Hésitations au milieu de terrain "Eriksen-Brozovic? J'ai sûrement moins de problèmes qu'avant car je n'ai que 4 milieux à ma disposition. Demain, nous jouerons le premier d'une succession de 7 matchs et un peu par obligation, nous aurons à faire tourner, mais je reste tranquille quand j'y pense. Demain peut-être que nous commencerons avec trois milieux, Mercredi nous en aurons trois autres et puis Samedi prochain trois autres. Ils seront tous protagonistes afin de rester impliqués et de connaître chacun leur responsabilité. Il faut absolument que les joueurs restent disponibles." Les propos de Eriksen "Je ne sais pas si à l'Inter il joue plus ou moins, pour moi il joue suffisamment. Je prends les décisions pour le bien de l'équipe, je peux me rater des fois, mais je suis content de ce qu'il donne à l'Inter, de la manière dont il s'est intégré, je pense que lui aussi est content d'être à l'Inter .Il y aura du temps pour lui comme pour les autres, la saison qui nous attend est longue. Je dois faire des choix difficiles mais je pense qu'il a eu du temps de jeu." Des nouvelles sur les positifs au Covid "Nous nous sommes organisés de manière à les contrôler quotidiennement, sur le plan physique et athlétique afin de les conserver un minimum en condition. Nous n'oublions pas que le problème n'est pas juste d'être positif au virus, mais le joueur reste à la maison, sa condition en prend un coup et au retour il doit prendre le temps de revenir au top. Mon travail, ainsi que celui de mon staff, est de chercher à travers des séances vidéo à réduire ces dégâts." Un derby sans tifosi "Je vais encore dire quelque chose d'évident, jouer sans public n'est pas une bonne chose, c'est désagréable et il ne faut pas oublier qu'on travaille, qu'on sue, aussi pour donner des satisfactions au supporter qui vient au stade en faisant tant de sacrifices, qui paie le billet. Ça me déplaît aussi qu'il n'y ait plus de possibilités de s'échanger les émotions avec notre tifoseria, mais nous essaierons en collaborant de trouver une solution pour sortir de cette situation." ®Samus - Internazionale.fr
  7. Lors de sa première saison en Bundesliga, il a tout de suite confirmé son talent. 10 buts avec le maillot du Borussia Monchengladbach et il est déjà capital dans le jeu de l'équipe allemande à seulement 23 ans. Marcus Thuram, fils de l'ex défenseur de Parme et de la Juventus, Lilian, se prépare à affronter l'Inter demain soir à San Siro. Pour lui l'Italie, c'est aussi chez lui et le match contre les nerazzurri aura un goût particulier: "Nous jouerons la phase de poule pour gagner tous les matches, même si ce sera dur", raconte-t'il à la Gazzetta dello Sport. "Chez les jeunes je jouais ailier mais je sais aussi faire la pointe. Pour moi l'important reste de jouer. Et de marquer, évidemment. Mon père? Ca ne l'intéresse pas de savoir si je perce dans le football, ce qu'il veut c'est que je devienne un homme respectable. Pour lui, l'important c'est les valeurs". Un pronostic pour le match de San Siro? "Je n'aime pas les pronostics. Mon père a marqué un doublé en demi-finale de Coupe du Monde en 1998, qui aurait pu prévoir cela?" Jouer en Italie, ça doit être particulier pour vous ? "C'est sûr, c'est assez spécial. Je suis né à Parme, mon père est resté tellement longtemps dans ce pays. Il m'a dit que ce sera bizarre pour lui de me voir jouer à San Siro où il a joué tant de gros matches." "Ça ne me dérange pas de jouer dans des stades aussi important, au contraire, je profiterai au maximum, jouer à Santiago Bernabeu et à San Siro, c'est un rêve pour moi". Dans votre enfance vous étiez supporter du Milan, ce sera un derby pour vous? "Je ne sais pas pourquoi, quand mon père jouait pour la Juve, je supportais le Milan, quand il est allé au Barca, j'ai supporté le Real. J'adorais Sheva et Crespo, mais à présent je ne supportes que mon Borussia. Pour moi ce ne sera pas un derby." "C'aurait été un derby si j'affrontais l'Inter d'auparavant, qui jouait contre le Milan que je supportais. Si il y avait Adriano, Vieri, Martins sur le terrain. Je veux juste jouer et marquer pour le Borussia". Que pensez-vous de l'Inter? "C'est une équipe très forte, du gardien à l'attaquant, c'est difficile de dire qui est leur meilleur joueur. Mais j'ai toujours eu énormément d'admiration pour Lukaku. Je le voyais jouer quand il était plus jeune et il a toujours été une source d'inspiration pour moi. J'espère devenir plus fort que lui, je travaille tous les jours pour devenir l'un des meilleurs au Monde". ®Samus - Internazionale.fr
  8. Ce mercredi à 18h00, les Nerazzurri affronteront Benevento à l'extérieur dans le cadre du match en retard de la première journée de championnat. Comme à l'accoutumée, l'entraîneur de l'Inter a répondu aux questions des journalistes: A quel match faut-il s'attendre demain? "Nous attendons à un match compliqué, sous tous les points de vues. L'année passée, Benevento a été très bon en championnat, remportant haut la main la Serie B. Ils ont un entraîneur avec lequel j'ai joué au foot. Je le connais bien sur le plan du caractère, je suis content pour lui car il se débrouille bien. Ils ont démontré leur esprit d'équipe, en étant mené de deux buts ils ont réussi à repartir avec une victoire méritée". Les retours dans l'équipe "Par rapport à la saison précédente, nous avons récupéré des joueurs qui étaient partis en prêt, au milieu nous sommes mieux surtout avec la situation des blessés, la blessure de Sensi l'avait quasiment rendu indisponible durant toute la saison, ainsi que d'autres désagréments comme les blessures de Barella ou Gagliardini qui nous avaient handicapés. Disons que numériquement nous sommes à l'abri au milieu de terrain, c'est important car c'est une saison anormale où nous aurons beaucoup de rencontres rapprochés, j'espère avoir mes joueurs disponibles le plus souvent possible". La polémique sur les changements "Je ne veux pas entrer dans cette polémique, il y a des gens habilités à en parler et à prendre ces décisions, nous n'avons qu'à nous y adapter". Le mercato encore ouvert "A quoi je m'attends pour cette fin de mercato? Je préfère que les dirigeants en parlent. A mon niveau, je n'ai qu'une envie c'est que le mercato se finisse car il est inévitable que tant que le mercato est ouvert, les informations, vraies comme fausses, peuvent affecter la sérénité des joueurs". Nainggolan ? "Comme je l'ai dit, concernant le mercato, qui reste, qui s'en va.....Les dirigeants sont ceux qui peuvent en parler, je ne pense pas qu'il serait correct de ma part de parler de ces sujets". L'après-match contre la Fiorentina "La défense remise en question? Je le répète: Pour moi, la rencontre a été très plaisante. En tant qu'entraîneur, je l'ai apprécié sur tous les points de vues, surtout sur le plan offensif où nous avons été agressifs. Nous sommes fait surprendre lorsque nous n'étions pas équilibrés sur les trois buts et ce n'est pas seulement du fait des trois défenseurs centraux." "Nous devons attaquer puis défendre avec un nombre de joueurs défini. Concernant les choix, les absences sont dues au comportement observé. Le match m'a plu. C'est normal de prendre des risques, lorsque l'on pratique un football offensif, en portant plusieurs hommes en zone d'attaque. Nous devons continuer à travailler et à nous améliorer sur le plan de cet équilibre attaque-défense". Affronter Inzaghi "Nous avons joué ensemble à la Juventus et en équipe nationale, nous avons partagé des émotions sur le terrain. Nous nous connaissons très bien, c'est quelqu'un de passionné, qui vit le football comme moi, un gars qui apprend encore et ça me fait plaisir de le connaître de cette manière, j'étais sûr qu'il obtiendrait de bons résultats". Variations dans la tactique "Nous adopterons des solutions de ce genre: Au milieu de terrain, nous aurons un meneur de jeu avancé ou reculé, nous avons des interprètes compétents pour ces rôles. La saison passée, nous avons fini deuxième meilleure attaque derrière l'Atalanta indépendamment de ces deux modules de jeu." "Je ne sais pas combien d'équipes au monde jouent avec autant de joueurs en phase offensive. Pour marquer 110 buts durant la saison, il faut aussi savoir te couvrir derrière. Le schéma utilisé durant les 15 dernières minutes contre la Fiorentina pourra aussi être utilisé de temps en temps". ®Samus - Internazionale.fr
  9. Il a effectué la traditionnelle visite médicale avec l'Inter mais il est destiné au Genoa. En provenance du FC Lucerne, Darian Males rejoint officiellement le club nerazzuro. Le communiqué du club suisse informe que: " Le contrat qui liait Darian Males au FC Lucerne qui courait jusqu'au 30 Juin 2022, a été rompu avec effet immédiat. Le joueur de 19 ans est transféré à l'Inter en Italie et poursuivra donc sa carrière là-bas. Il a signé un contrat pluri-annuel avec l'Inter. Les deux clubs ont décidé de ne pas divulguer les détails dudit contrat". Le club remercie aussi le joueur: " Le FC Lucerne remercie Males pour son travail et lui souhaite le meilleur pour le reste de sa carrière". ®Samus - Internazionale.fr
  10. Romelu Lukaku est l'une des premières cibles de Ronald Koeman pour renforcer l'attaque du FC Barcelone. C'est ce qui a été révélé durant l'émission 'Onze' sur Esport3 en Catalogne. Selon leurs informations, le technicien néerlandais avait proposé le nom du géant belge pour remplacer Luis Suarez. Mais BigRom aurait été écarté à cause de "la situation économique du club, fortement affecté par les pertes financières dues au coronavirus" selon Mundo Deportivo. ®Samus - Internazionale.fr
  11. Après son but contre Getafe et la qualification pour les quarts de finale de la Ligue Europa, Christian Eriksen est passé sur Inter TV. "Nous voulons tous jouer, l'important c'est d'être décisif une fois entré en jeu. J'ai eu la chance et l'opportunité de tuer le match et j'ai saisi ma chance. C'était un match dur mais nous sommes contents de passer ce tour. Je suis ambidextre donc je joue des deux pieds sans distinction. Que la balle arrive sur mon pied gauche ou mon pied droit je tire de la même manière. Je choisis juste l'option la plus rapide. Je n'ai pas frappé particulièrement bien mais le gardien s'était déjà jeté donc ça a joué pour moi." "La différence entre la Premier League et la Serie A ? La plus grosse différence est le grand écart entre les rythmes, des fois les rythmes sont plus rapides qu'en Angleterre et des fois plus lents. Il y a des moments où on se lance à l'attaque et d'autres où il faut mettre le pied sur la balle avant de construire. En Angleterre, le football est plus dynamique, c'est un va-et-vient constant entre l'attaque et la défense. En Italie, à la récupération du ballon, il faut reconstruire d'abord. Ces choses font un peu une rupture entre les deux championnats. A la fin, l'important c'est de marquer des buts et en Italie souvent un ou deux buts suffisent".
  12. Voici la formation probable de l'Inter pour le match de Coppa Italia contre le Napoli de Gennaro Gattuso. Certaines présences sont escomptées, notamment le duo d'attaque de Lautaro Martinez et Romelu Lukaku avec juste derrière eux Christian Eriksen plutôt que Stefano Sensi dans un schéma qui transformerait donc l'habituel 352 en 3412. Au milieu de terrain place à Marcelo Brozovic et Nicolo Barella avec Ashley Young sur la gauche et Antonio Candreva inamovible à droite. Quelques interrogations en défense pour le trio qui se placera devant capitaine Handanovic, le seul indiscutable est Milan Skriniar qui devrait être associé à Alessandro Bastoni en fin de convalescence et de Stefan De Vrij qui pourrait être totalement rétabli. En cas de forfait, Andrea Ranocchia sera prêt à jouer à sa place. SkySport.
  13. Selon Giuseppe Marotta, AD de l'Inter, la clause de l'argentin serait valide entre le 1er et le 7 juillet. Une version, qui, selon El Mundo Deportivo serait fausse. Le quotidien catalan, qui cite des sources internes au Barca et l'entourage de Lautaro Martinez, assure que la clause courrait en réalité jusqu'au 15 juillet. Marotta aurait-il menti sur la date ? Selon l'entourage de Lautaro, écrit Mundo Deportivo : "oui et ce serait une position stratégique de la part de Marotta. L'Inter voudrait mettre la pression au Barca, en profitant des médias vu que la fenêtre de validité de la clause se rapproche". La distance entre les deux clubs reste quand même importante. Le Barca continue à insister pour payer Lautaro 70 millions d'euros en plus de Junior Firpo évalué 41 millions d'euros. L'Inter par contre évalue le latéral la moitié de cette somme et demande donc 90 millions en cash. El Mundo Deportivo confirme que "le club nerazzurro a refusé toute autre contrepartie venant du FC Barcelone souhaitait en inclure d'autres. Aucun des joueurs proposés n'aura convaincu Antonio Conte cela dit". ®Samus - internazionale.fr
  14. Samus

    L'heure de Radu a sonné

    L'un des postes sur lesquels les dirigeants de l'Inter se penchent actuellement en vue de la prochaine saison est le rôle de gardien remplaçant. Les récentes expériences avec Daniele Padelli, contraint à jouer lorsque Handanovic s'est blessé ont convaincu les dirigeants à chercher un suppléant avec un temps de jeu un peu plus conséquent et plus de rythme dans les jambes. Le premier choix a toujours été Juan Musso de l'Udinese. Un jeune, avec d'importantes marges de progression et un peu d'expérience en Serie A. Dans l'idéal, l'ex du Racing aurait été le second gardien derrière le slovène avant de lui prendre la place après avoir pris ses marques comme ce qui fut le cas entre Francesco Toldo et Julio Cesar. Seulement, il y a un problème, les dirigeants de l'Udinese ne comptent pas brader leur gardien et réclament donc 30 millions d'euros pour le laisser partir. Un montant trop élevé même en cas d'inclusion de contreparties, en particulier dans la période actuelle. Entretemps, même si le bruit court que l'Udinese serait sur le point d'acquérir Agustin Rossi de Boca Junior pour remplacer Musso, la réalité est différente. Le gardien des bianconeri serait intéressé par la possibilité de rejoindre les nerazzurri même si rester à Udinese encore une saison ne le dérangerait pas, mais l'Inter a déjà commencé à sonder ses propres rangs et selon les dernières indiscrétions, le futur vice Handanovic sera Ionut Radu. Au Genoa depuis juillet 2018, le portier avait réussi à engranger du temps de jeu et de la continuité dans ses performances, jusqu'en janvier dernier, lorsque pour des raisons "politiques", le Genoa lui retira son statut de titulaire pour le donner à Mattia Perin prêté par la Juve. Une opération qui n'était pas nécessaire pour le Genoa vues les très bonnes prestations de Radu et surtout la nécessité pour le club de se renforcer dans d'autres secteurs autres que les cages. En tout cas, à ce moment précis l'expérience de Radu en Ligurie a pris fin et l'Inter qui a racheté le joueur 12 millions d'euros l'été dernier grâce à une clause dans son contrat a décidé de l'envoyer en prêt sec in extremis à Parme. Mais le jeune roumain ne trouve pas d'espace dans ce club non plus. Il risque de finir la saison en tant que remplaçant de Luigi Sepe dans l'espoir de trouver une position claire avant le début de la saison suivante, soit titulaire en Serie A ou remplaçant à l'Inter. Pour l'instant, un retour au bercail est la solution la plus probable pour diverses raisons. D'abord parce que dans mercato sans grosses opérations il ne faudra dépenser que pour des recrutements urgents et le budget n'est absolument pas présent pour satisfaire les requêtes de l'Udinese pour Musso. L'autre souci est que cela permettrait d'intégrer dans la Liste UEFA un jeune formé au club qui serait réellement capable de jouer, pas juste pour faire le nombre. De plus, Radu, en prenant en compte les limites qu'il corrigera avec le temps et l'expérience, est un joueur très apprécié par l'Inter et ce n'est pas un hasard si l'Inter a toujours refusé de le vendre définitivement. Ce sera donc à moitié par choix, à moitié par nécessité que les dirigeants nerazzurri lui donneront l'occasion de tenter sa chance pour un futur à l'Inter en commençant par le poste de gardien remplaçant. Antonio Conte qui réclamait un gardien titulaire d'un autre club comme suppléant de Handanovic aura l'occasion de l'évaluer à l'entraînement et lors des occasions où il sera lancé dans le grand bain. A Radu de jouer à présent, de profiter de cette situation qui, pour une fois, tourne à son avantage, en se démontrant à la hauteur des attentes afin de, qui sait, peut-être prendre l'héritage de Handanovic lorsque celui-ci décidera de faire un pas en arrière. ®Samus - internazionale.fr
  15. L'ex milieu de terrain brésilien Zé Elias a accordé une interview à Il Posticipo dans laquelle il parle notamment de son expérience à l'Inter : "Non je ne regrette pas d'y avoir été, ce fut un honneur pour moi de jouer à l'Inter. J'aurais du faire plus lorsque l'opportunité m'a été donnée, surtout la seconde année. Malheureusement je n'y suis pas arrivé, les problèmes physiques m'ont empêché de me donner à 100%. Si j'avais été aussi performant les deux années , je serais resté. C'est de ma faute." Le vrai regret reste le scudetto perdu en 1998 : "Il faut reconnaître aux joueurs de la Juve qu'ils ont mérité de gagner quelques matches. A nous, on nous refuse un penalty sur Ronaldo, l'action se poursuit et on siffle contre nous, ce sont des choses difficiles à accepter, on ne peut pas juste dire « ce sont des choses qui arrivent ». Les épisodes en faveur de la Juventus contre Empoli et Udinese sont vraiment des choses anormales. Plusieurs années après le pot aux roses a été découvert. En 1997/1998, l'Inter aurait mérité plus." Zé Elias parle aussi de ses très bons rapports avec Gigi Simoni et comment ce fut difficile de se séparer de l'entraîneur en pleine saison quelques mois seulement après la victoire à Paris : "C'était difficile car nous n'avions pas spécialement de mauvais résultats. Nous avions gagné contre le Real en Ligue des Champions puis l'entraîneur s'est fait remercié". Son amitié avec Ronaldo : "Cela permettait d'être moins stressé, plus sûr de toi, même si je n'ai jamais cru que Ronaldo m'aurait retenu avec lui à l'Inter." Et ce fameux raté à Manchester : "Ce moment a signé la fin de mon aventure à l'Inter, si j'avais marqué peut-être que j'aurais eu encore une année. Beaucoup de gens se rappellent de moi à travers cet évènement. Même moi je m'en souviens, j'aurais dû marquer." Enfin, il propose aussi Matheus Cunha, brésilien qui figure d'ailleurs sur les tablettes de l'Inter : "Il peut venir comme relève. A mon avis, le duo titulaire est formé par Lukaku et Lautaro. Cunha est un joueur puissant qui redescend prendre la balle hors de la surface et qui peut aussi jouer en pivot, ce serait un bon investissement pour l'Inter car il n'a que 21 ans, il est encore jeune. Vendre Lautaro serait une grosse erreur à mon avis car il deviendra l'un des meilleurs joueurs au monde sous peu." ®Samus - internazionale.fr
  16. Le pressing de l'Inter concernant Sandro Tonali continue de plus belle. L'objectif est de renforcer le milieu de terrain et dans cette optique, Marotta est à la recherche de la formule adéquate à proposer à Cellino pour le convaincre de laisser partir sa jeune pépite. Selon Il Giorno, l'AD intériste aurait peut-être trouvé la solution, et ce ne serait pas Andrea Pinamonti comme le bruit courait il y a quelques semaines. Si le milieu de terrain rejoignait l'Inter, Brescia pourrait récupérer en contrepartie Sebastiano Esposito qui est un des profils les plus intéressants aux yeux du président Cellino en vue de la prochaine saison. ®Samus - internazionale.fr
  17. Christian Vieri a accordé une longue interview au Corriere della Sera. L'ex attaquant de l'Inter a parlé notamment de son expérience en nerazzurro : "Six années extraordinaires, j'ai tout donné et j'ai cru au projet jusqu'au bout. A San Siro l'atmosphère était toujours électrique. Chaque fois que nous allions sur le terrain pour l'échauffement, je ressentais le soutien et l'affection des supporters." Vous avez joué avec Ronaldo. "Il Fenomeno. Pour moi le meilleur attaquant du monde, peut-être même au-delà du monde. Ensemble nous avons fait trois saisons fantastiques. Il fut le premier à faire des passements de jambes et il allait plus vite avec le ballon que les autres joueurs sans." D'autres attaquants qui vous ont particulièrement plu ? "Avant Ronaldo, surtout Van Basten, formidable sur le plan technique. Puis Vialli et Mancini même si Roby n'était pas un 9." Et Baggio alors ? "J'allais tout le temps le voir depuis la Curva Fiesole du temps de la Fiorentina." Revenons un peu à Mancini. Comment trouvez-vous son Italie ? "Ça faisait un moment qu'on n'avait pas vu la Nazionale jouer aussi bien. Je le lui ai dit, je lui ai aussi envoyé des messages à ce sujet. Il y a une relation de confiance entre nous ; c'est moi qui l'ai fait venir à l'Inter (il rit, ndlr.). Vous savez ce qui me plaît chez Il Mancio ? Il exalte les qualités de ses joueurs. Il voit des jeunes et n'a pas peur de les faire jouer et en même temps il n'ignore pas les plus âgés s'ils méritent d'avoir du temps de jeu." Christian Vieri aurait été le 9 parfait pour cette Nazionale. "Si j'avais vingt ans..." Que pensez-vous donc de Immobile et Belotti ? "Ciro a beaucoup progressé et il marque beaucoup. Mais à présent il doit faire un saut de qualité et commencer à performer avec la Squadra et je ne le dis pas pour le critiquer. Il Gallo, lui, c'est un joueur difficile à arrêter mais d'un joueur de sa trempe, j'attends 18-20 buts chaque saison." Deux Coupes du Monde et un troisième raté de peu ? "Lippi voulait m'emmener en 2006. Mais il me fallait du temps de jeu et au Milan j'étais sur le banc. Donc en janvier j'ai décidé d'aller à Monaco en France et je m'y suis cassé le genou et le rêve s'est arrêté. Mais c'est le foot." A l'Inter, l'histoire a bien commencé mais a mal fini. "Il y a eu cette vilaine affaire de filatures mais je n'ai jamais rien fait de mal." Ça vous arrive de repenser au fameux 5 mai ? "Ça fait partie du football. On gagne, on perd. Cette défaite nous a détruit car nous avons fait la course en tête. Et juste après l'élimination de l'Italie contre la Corée. Deux coups durs très rapprochés qui ont laissé des cicatrices. Mais bon, ça a servi de motivation pour repartir plus fort." Dans l'état d'urgence actuelle, est-il juste de reprendre le football ? "Je comprends les autorités du football, cet arrêt leur coûte des millions d'euros. Mais actuellement le plus important reste la santé des gens. La santé vient d'abord. Quand le ballon pourra de nouveau reprendre ses droits, il le fera." La Juve gagnera le Scudetto de nouveau ? "Ils en ont gagné 8 d'affilée, tôt ou tard ils perdront. C'est une question de motivation. Jusqu'à maintenant ils n'ont pas vraiment été convaincants mais ils sont en tête, en huitième de Ligue des Champions et en demi-finale de Coppa. Et avec Cristiano Ronaldo, l'objectif est toujours de gagner." Quels sont vos sentiments durant cette situation ? "Je suis triste pour tous les disparus et qui auraient méritées des funérailles dignes avec leur famille et leurs amis. Malheureusement personne ne s'attendait à ce que ce virus soit aussi létal, mais les italiens se comportent bien. Nous sommes forts et fiers et petit à petit nous nous sortirons de cette situation. J'en suis sûr." ®Samus - internazionale.fr
  18. L'Inter est prête à révolutionner sa batterie de milieux latéraux gauche. Si cette saison Antonio Conte a pu compter sur Kwadwo Asamoah, Cristiano Biraghi et Ashley Young à partir de janvier, la situation va changer dans les prochains mois. Pour le moment, le seul assuré de faire partie de l'effectif nerazzurro la saison prochaine est bien le dernier cité. Young a fait voler en éclat les doutes liés à son âge (35 ans en juillet) et la direction interiste a décidé de le récompenser en lui proposant un renouvellement d'une autre saison. Le discours est cependant tout autre pour ses compères Asamoah et Biraghi. Le ghanéen, en proie à de multiples blessures n'est plus en état de garantir quelque continuité de rendement que ce soit et pourrait donc être vendu, permettant en plus d'enregistrer une plus-value, bien que très petite. Concernant l'italien formé au club, son rachat à la Fiorentina reste hypothétique et en tout cas très difficile surtout aux chiffres prévus par l'accord entre les deux clubs l'été dernier (12M d'euros). En recrue, on parle donc d'Emerson Palmieri. L'italo-brésilien de Chelsea, cible notamment de la Juve vaudrait environ 30M d'euros et l'Inter est sur ses traces depuis un moment, ayant pris des contacts avec son entourage pour saisir la marge de manœuvre dont elle disposait. Toujours chez les Blues, une autre cible est présente, Marcos Alonso, le favori de Conte pour lequel les londoniens ne feront sans doute pas de concession, demandant un pactole de 40 millions. Les pistes menant à Layvin Kurzawa semblent, elles, se refroidir. Le français semblant destiné à rejoindre Arsenal et dans l'arrière-plan, la candidature de Filip Kostic de l'Eintracht Francfort reste une possibilité. ®Samus - internazionale.fr
  19. L'ex capitaine de la Roma a parlé de son rapport avec l'ancien de l'Inter, qui l'a entraîné par deux fois dans le passé. La première, leur relation était très belle, lors de leur seconde expérience en giallorosso, cependant, tout est allé de travers : "Le premier Spalletti et le second étaient deux personnages différents. Le premier était top, comme un second père. Il était 24h/24 avec les joueurs. La deuxième fois à la Roma par contre... Il avait ses raisons. Il a dû entendre des trucs que certaines personnes ont dit, je ne sais pas. Je ne dis pas qu'il voulait me mettre les bâtons dans les roues, mais il y a quelque chose qui est allé de travers. D'une manière que ni moi, ni personne n'aurait voulu.J'ai toujours voulu garder la tête haute et faire de mon mieux malgré cette difficulté". ®Samus - internazionale.fr
  20. La pandémie, la quarantaine, les entraînements et Antonio Conte. Beaucoup de sujets ont été abordés par Antonio Candreva lors d'une longue interview accordée à la Gazzetta dello Sport. Candreva, lorsque la nouvelle du virus qui faisait tant de morts en Chine a éclaté, pensiez-vous que la situation aurait autant empiré, en Italie et dans le monde entier ? "Honnêtement non. Je me souviens d'une émission d'il y a quelques semaines qui décrivait la ville de Wuhan comme déserte avec les gens enfermés chez eux. Et maintenant...". Quelle image vous vient en pensant à cette pandémie ? "Le personnel médical dans les hôpitaux italiens avec le visage marqué par la fatigue, les masques de protection. C'est terrible". Si vous aviez un message à leur passer, que serait-il ? "Merci pour votre immense courage que vous démontrez chaque jour, merci pour votre détermination, vos sacrifices, nous sommes de tout cœur avec vous dans ce moment difficile et nous sommes fiers de vous". 100.000 cas, plus de 10.000 morts et la sensation que l'Italie est à genou, arriverons-nous à nous relever ? A redevenir comme avant ? Comment ce virus changera t-il nos habitudes, notre manière de vivre ? "Oui on s'en sortira, nous reviendrons plus forts qu'avant. J'espère que les gens apprendront aussi à apprécier les choses simples. Et je pense aussi que ces moments doivent nous apprendre à être plus attentifs et plus respectueux des règles d'hygiène". A quoi avez-vous pensé lorsque la nouvelle est parue, trois jours après Juventus-Inter, que Rugani avait été testé positif ? "J'étais désolé pour lui et préoccupé pour nous, même si je ne l'avais rencontré ni sur le terrain ni dans les vestiaires". Comment sont les entraînements avec votre compagne Allegra? "C'est une dure à cuire. Elle me sert de coach personnel et on s'amuse bien pendant nos entraînements. Elle est très enthousiaste. On se fatigue, on rit en faisant nos vidéos d'exercices qui se finissent toujours par un baiser (il rit, ndlr)". Avez-vous aussi peur pour les membres de votre famille ? "Si nous sommes vigilants et que nous respectons les règles il n'y a pas de raison d'avoir peur". Vos parents sont encore à Rome et vous ne les voyez que très peu. "C'est ce qui est le plus difficile, ne pas pouvoir aller voir mon père qui est malade depuis maintenant plus d'un an, c'est dur. Je pense tout le temps à lui, il doit souvent se rendre à l'hôpital ce qui l'expose encore un peu plus". Qu'avez-vous dit à vos enfants ? Comment leur avez-vous expliqué la situation ? Comment la vivent-ils ? "A ma fille Bianca, qui suit actuellement les cours en ligne, j'ai expliqué à quel point c'est important de respecter scrupuleusement les recommandations pour tous pouvoir sortir de ce moment le plus tôt possible. Mon fils Raul est encore en bas âge, il pouvait aller au parc jouer et voir du monde. A présent nous avons beaucoup plus de temps à passer ensemble. Dans un sens c'est une opportunité". Comment se passe le confinement ? Pas de prise de poids après trois semaines sans aller à Appiano ? "Mon poids est constant. Je n'en prends pas rapidement et je n'ai jamais eu trop de problèmes avec ma balance. En plus je me maintiens en forme quotidiennement, même à la maison". Le ballon ne roule plus dans le monde entier. Les championnats sont tous à l'arrêt. Quand reprendrons donc les entraînements et les matches ? "La santé vient d'abord... J'espère que cette situation sera vite réglée pour que tout le monde puisse reprendre une vie normale". Si on vous disait que le championnat finirait entre juin et juillet ? Qu'en penseriez-vous ? "Ce serait sûrement une expérience nouvelle, peut-être pas optimale à cause de la chaleur et après une pause aussi longue mais nous verrons. Je respecterai les décisions prises". Reporter l'Euro et les Jeux Olympiques était la bonne idée ? "Les motifs étaient plus que valides, je pense que c'est une bonne décision. Je le répète, la santé vient d'abord. Peut-être que pour l'Euro 2021 j'essaierai de mettre Mancini en difficulté pour ses convocations". On parle d'une reprise de la Serie A à huis-clos. C'était comment de jouer un derby sans supporter au Juventus Stadium ? "Ça a toujours été une rencontre particulièrement attendue par les supporters. Avec eux il y aurait eu plus d'ambiance, l'adrénaline aurait été à son maximum". Conte continue à marteler concernant la rigueur des entraînements malgré le Coronavirus ? "Les préparateurs physiques nous suivent tous les jours et nous ont fait un programme spécifique. Ils sont très forts. Conte nous a envoyé à tous des messages d'encouragements, il est très proche de nous". Quel avis avez-vous sur son impact sur le monde nerazzurro ? Vous vous attendiez à ce qu'il apporte un tel changement ? "Conte est extraordinaire, il ne laisse jamais tomber. Quand il te dit "bonjour", tu sens déjà qu'il est remonté à bloc, il t'encourage à toujours donner le meilleur de toi-même , à l'entraînement comme en match, c'est un vrai perfectionniste". Qui remportera le Scudetto ? "Il reste encore tellement de matches à jouer.... Parler de Scudetto maintenant, pour moi n'est pas juste. Notre Scudetto se joue actuellement, vaincre ce virus". L'Inter a été battue deux fois par la Juventus et a un bilan d'une victoire et une défaite contre la Lazio. Pourquoi ce bilan contre les concurrentes au titre ? "La Juventus est une grande équipe au top depuis plusieurs années, on ne vient pas de le découvrir. Cela dit, chaque match est particulier, il faut analyser chaque défaite dans l'objectif de s'améliorer. Ce sont ces rencontres qui font progresser". Comment juges-tu ta saison jusqu'à présent? "Je pense qu'elle est positive. Je m'entends bien avec Conte et mes coéquipiers. Pour moi c'est la chose la plus importante et c'est ce qui fait la différence". Quel secret se cache derrière ce retour en forme après une saison 2018/2019 aussi difficile ? "Tout est dans la tête. Se sentir part entière dans un projet important te transmet une grande motivation. Avoir en plus quelqu'un comme Conte qui te met en confiance est une chose fondamentale, j'ai énormément d'estime pour lui et cela date de la période où il m'entraînait avec l'équipe nationale". C'est vrai que le groupe de chat de l'équipe est en pleine ébullition maintenant qu'il n'y a pas d'entraînements ? "Je confirme". Qui est le plus gros troll ? "Nous le sommes tous un peu, lorsqu'un de nous poste une photo ou une vidéo il y en a toujours pleins qui suivent". Êtes-vous surpris de la super saison que fait Lukaku ? Combien de buts peut-il encore marquer ? "Je ne suis pas surpris, ça se savait que c'était un top player. J'espère qu'il en marquera encore d'autres". Quel sera l'objectif de l'Inter à la reprise ? "Nous devrons remporter toutes les rencontres qui restent, nous sommes l'Inter, nous reviendrons encore plus forts". ®Samus - internazionale.fr
  21. Dans l'absence d'une date donnée pour la reprise des championnats, le monde du football est à la recherche de solutions pour ne pas arriver au point où même la saison prochaine serait compromise. "L'idée de franchir la limite naturelle du 30 juin concernant la fin des prêts et des contrats ainsi que la clôture des bilans pour la majorité des clubs est aujourd'hui universellement acceptée" écrit la Repubblica. Pour le quotidien, il est difficile de penser que les championnats reprendront avant la mi-mai, alors que dans certains endroits, l'intention est même de renvoyer la reprise au mois de juin. L'idée de l'UEFA et la FIFA est de tout dégeler le mois d'août. La saison 2020/2021 pourrait commencer le 12 septembre et finir le 1er juin, faisant ensuite place à l'Euro. De cette manière il ne serait pas utopique de penser que la finale de la Ligue des Champions pourrait se disputer en mi-août cette année. En attendant la FIFA a mis en place un groupe de travail pour entamer une prorogation des contrats et des accords entre les clubs pour les joueurs prêtés. En plus des contrats de sponsorisation liés à des entreprises de paris sportifs, la FIGC a demandé l'extension des aides pour les footballeurs ayant un revenu inférieur à 50K bruts, la prolongation de certains baux et la suspension des loyers. Dans les prochains jours, la question sera orientée sur les droits d'inscriptions aux championnats et à la réduction des salaires. La FIFA cherche à créer un fond de garantie économique avec 15 millions d'euros qui lui seront destinés et qui aura pour vocation de dépanner les clubs en manque de liquidités. Ce que la FIGC fera aussi pour les clubs italiens en particulier. ®Samus - internazionale.fr
  22. Il est surnommé El Chino mais il ne joue pas du tout au même poste que Recoba. Lucas Martinez Quarta est un rugueux défenseur central dont les idoles sont plutôt Sergio Ramos, Piqué ou encore Otamendi. Le joueur de 23 ans de Mar del Plata s'est attiré l'intérêt de nombreux clubs européens et parmi ses prétendants, il y a aussi l'Inter, sortie à découvert après les compliments publics de Zanetti. Gustavo Goni, l'agent du joueur, a abordé en exclusivité pour Fcinternews.it quelques sujets concernant son joueur. "D'abord je voudrais saluer le peuple italien, nous espérons tous que la situation liée au Covid-19 se décantera bientôt. En espérant aussi pouvoir utiliser vos solutions vu que le virus a proliféré là-bas avant d'arriver en Amérique du Sud." Allons droit au but. Zanetti a dit que Martinez Quarta était « l'un des meilleurs jeunes joueurs en circulation. » Quel impact a eu cette déclaration ? "C'est un motif de fierté qu'un joueur de sa trempe soit aussi élogieux envers Lucas. Mais cela ne me surprend pas vraiment. Pupi avait déjà dit qu'il appréciait le joueur. Nous aussi, sommes convaincus que ce soit l'un des meilleurs défenseurs centraux d'Amérique du Sud." Un détail important, possède-t-il un passeport européen ? "Oui" Pensez-vous qu'il soit prêt pour un grand club européen comme l'Inter ? "Disons que pour le moment le monde du football est un peu paralysé et on espère que cela reprendra assez vite. Il joue déjà régulièrement dans une grande institution comme River Plate. Et je suis sûr qu'il a tout pour se distinguer en Europe et jouer dans un grand club comme l'Inter. Nous devons évidemment attendre et écouter les offres qui arriveront pour lui." Pourquoi l'appelle t-on Chino ? "A cause de ses yeux, les gens le surnomment ainsi depuis qu'il est petit." Il a une clause de 22M mais River Plate pourrait-il accepter un montant inférieur ? "Cela dépend des offres qui arriveront. Aujourd'hui plusieurs clubs se sont fait connaître et ont déclaré leur intérêt. Mais tant que des offres ne sont pas arrivées, je ne veux pas commenter sur des spéculations, cela lancerait des rumeurs et c'est incorrect." ®Samus - Internazionale.fr
  23. En Espagne, de nouvelles rumeurs commencent à faire surface, en effet, il se pourrait qu'Inter - Getafe ne se joue pas, de même que Roma-Seville. Le gouvernement espagnol vient d'interdire par décret les vols vers l'Italie, à part cas particuliers, et ce jusqu'au 25 Mars. Une nouvelle complication, fruit de l'alerte au Coronavirus. Getafe et Seville sont à présent en attente de précisions car le décret en question concerne aussi le monde du sport. Getafe, notamment, avait déjà prévu les étapes de son voyage en Italie à Rome, d'abord puis à Milan, Jeudi matin. La décision du gouvernement espagnol pourrait tout chambouler.
  24. A la fin du Conseil de Ligue qui s'est tenu à Roma au siège du CONI, Beppe Marotta, AD de l'Inter a expliqué : "Le Conseil s'est bien passé, dans le sens où nous avons recréé une harmonie de travail. C'est un moment d'urgence dans le pays, il y a de graves problèmes sur le plan de la santé qui nous attendent. Nous devons en prendre conscience et agir en conséquence dans le monde du football. Nous cherchons à porter le championnat jusqu'à son terme de la manière la plus régulière possible sans créer de déséquilibre et d'impartialité. Mais comme vous pouvez le voir, le scénario change de jour en jour, il n'est pas facile de décider comment agir. Nous naviguons à vue, en attendant de recevoir une hypothétique autre directive de la part du gouvernement, déclarant un état d'urgence par exemple." Les matches à huis-clos ? "Il se peut que ce soit la seule solution pour que le championnat arrive à son terme sans encombre à la lumière des restrictions dictées par le gouvernement." Et un report du championnat à date ultérieure ? "Le Conseil a ratifié la proposition des clubs, c'est-à-dire jouer les matches reportés et reprendre le rythme. C'est la situation de la Ligue au moment présent. C'est différent de la situation de la fin de semaine précédente, la Ligue décidera comment communiquer à ce sujet." Juventus - Inter ce dimanche ? "La rencontre peut avoir lieu dimanche ou lundi." ®Samus – internazionale.fr
  25. Dans son éditorial pour Tuttomercatoweb.com, Enzo Bucchioni a fait le point sur le moment difficile que traverse la Juventus. "Nous pouvons parler d'un échec, ici, l'échec d'une idée de football. La Juventus rejette le "Sarrisme" et ça se voit. L'entraîneur lui-même a jeté l'éponge après le match contre Lyon en disant une phrase vraiment dramatique, footballistiquement parlant : « Je n'arrive pas à communiquer mes idées ». Morale de l'histoire, l'équipe ne le suit plus. Avec d'ailleurs des rumeurs de plus en plus insistantes sur un évènement important et négatif qui aurait eu lieu au sein-même du vestiaire bianconero. Sarri qui n'assiste pas à l'échauffement, Bonucci qui rappelle Matuidi à l'ordre en Mondovision de manière brutale, ça ne ressemble pas à la Juventus". Agnelli - "On me dit que Agnelli regrette d'avoir choisi Sarri qui, non seulement a eu du mal à porter son influence sur l'effectif sur le plan de son football mais n'a pas montré être à la hauteur pour la Juventus, ni dans le style, ni dans la communication et cela, le groupe l'a rapidement ressenti. Hier il y a eu une réunion au sommet et une confrontation à laquelle ont même pris part certains des joueurs avec la stature la plus importante. Que faire? Non seulement il y a le risque de l'élimination en Champions League mais le match contre l'Inter peut valoir son pesant d'or aussi". Lyon "Le match contre les français a laissé des cicatrices, parce que la Juve a montré un niveau très faible, un des plus bas des dix dernières années mais aussi à cause de ce qui s'est passé et de ce qui a été dit par Sarri et Bonucci. Y compris l'incroyable déclaration concernant les penaltys en Coupe d'Europe. Comment est-il possible de dire quelque chose de ce genre? A ce niveau? Ce sont des signaux clairs que quelque chose s'est cassé et que tout commence à se casser la figure". Le match décisif contre l'Inter "Ça devait être le tournant décisif de la saison et du futur de Sarri. S'il est vrai que la Juventus ne licencie pas ses entraîneurs en général, une défaite contre l'Inter aurait déclenché une réaction certaine et là le discours ne serait peut-être pas le même. Le risque de perdre et le Scudetto et la Champions League pourrait éveiller le désir de rappeler Allegri qui est encore sous contrat". ®Samus - internazionale.fr