Aller au contenu
×
×
  • Créer...

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'internazionale'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

  1. Lukaku parle du racisme dans le foot. Interviewé par CNN, l'attaquant nerazzurro ne voit pas de progrès , même s'il soutient qu'en Italie, un certain changement est observé. "Je pense que le racisme dans le monde du football est à un maximum historique. Pourquoi? A cause des réseaux sociaux en partie. Pour être honnête, je ne vois pas vraiment de progrès faits dans ce sens. Je vois des campagnes, etc. Mais tant qu'une vraie action n'est pas prise… En Italie, quand ça m'est arrivé, il s'est vraiment passé quelque chose et la Serie A a communiqué avec moi et mon club". "Nous avons essayé d'éduquer les personnes en Italie, parce que l'Italie est un très beau pays et j'ai été très bien intégré par tous, les supporters de l'Inter comme des adversaires. Je pense que quand c'est arrivé, il y a eu une réaction forte. Et c'est ce qui devrait toujours arriver dans tous les championnats. Il faudrait parler avec les joueurs et chercher à faire quelque chose avec eux et leurs clubs pour sensibiliser. Quand les gens ont parlé de Super Ligue, il y a eu des manifestations et les supporters sont allés dans les rues pour protester. Moi non plus je ne voulais pas que ça se réalise. Mais où était cette énergie quand on parlait de racisme?" , se demande Big Rom.
  2. Milan Skriniar est retourné récemment en Slovaquie et a passé deux jours avec sa famille, la joie du scudetto est encore très intense. "Ce fut une très belle sensation, irréelle. Je me souviens encore l'accueil des tifosi lors du dernier match. Ils ont attendu qu'on prenne le trophée. Dès que nous avons gagné le match, j'ai sorti mon drapeau de la Slovaquie, je suis fier d'être slovaque et je rapporte le titre de champion d'Italie à mon pays. Ce fut un long voyage, c'est trop beau", raconte-t'il à Sport Aktuality. Une question inévitable sur le départ d'Antonio Conte qui a pris de court le défenseur nerazzurro: " Ca nous a tous surpris, moi je l'ai découvert dans les médias à vrai dire. Je n'ai pas trop d'informations et je suis moi-même curieux de voir la suite. Le départ de l'entraîneur est une nouveauté. J'ai dit depuis longtemps que je voulais rester à l'Inter et défendre le titre, et c'est la vérité. Je n'ai jamais considéré de rumeurs de départs". © Samus - Internazionale.fr
  3. Le départ d'Antonio Conte a déclenché les doutes des supporters nerazzurri. Que feront les joueurs qui s'entendaient si bien avec l'entraîneur? Les joueurs sont des professionnels et ils jouent pour leur club pas pour les entraîneurs. Voilà ce qu'a voulu faire comprendre Alejandro Camano, agent de Lautaro Martinez et Achraf Hakimi. Les deux joueurs cités par les journalistes et recherchés par les gros clubs européens sont contents de la saison vécue avec Antonio Conte mais sont et restent des joueurs de l'Inter. "L'expérience de Lautaro et Hakimi, avec Conte, a été très bonne. C'était une saison très intense. Même en ayant échoué en Ligue des Champions, ils ont réussi à remporter le scudetto. C'est donc une saison couronnée de succès. Les deux joueurs jouent pour l'Inter et restent des joueurs de l'Inter.", a-t'il précisé aux micros de FCInter1908.it. © Samus - Internazionale.fr
  4. Adriano a écrit un article pour The Players Tribune pour y raconter l’histoire de sa vie. " “Ils disent que j’ai disparu”, “Adriano a renoncé à des millions d’euros”, “Adriano est drogué”, “Adriano a disparu dans les favelas”. Savez-vous combien de fois j’ai lu cela ? Des conneries. Je suis toujours vivant, non ? Avec le sourire aux lèvres. Voulez-vous tout savoir sur moi ? La vérité et rien que la vérité ? De la bouche du principal intéressé et sans ajouts ? Prenez donc une chaise, mes frères. Adriano a une histoire à vous conter". Ainsi commence un long article qu’Adriano a écrit pour The Players Tribune. L’Imperatore parle sans filtre, abordant tous les sujets de sa vie, une histoire de pauvreté, de gloire et de moments difficiles. “J’ai gagné tellement d’argent durant ma carrière. Mais savez-vous combien je paierais pour de nouveau me divertir balle au pied, comme je l’ai toujours fait? A 7 ans, certains de mes parents ont récolté de l’argent pour me permettre de jouer dans l’école de football de Flamengo. De la favela à Flamengo? Il n’y avait aucun doute à avoir! Je chausse mes crampons! Où est le bus pour y aller ? C’était un peu de la folie, nous habitions à Penha et si vous connaissez un peu Rio, vous savez que le trajet de Penha au centre de formation de Flamengo à Gaeva semble infini. C’était les années 90 et il n’y avait pas la Ligne Jaune (métro, ndlr.). Il fallait prendre deux bus et comme j’étais tout petit j’avais besoin que quelqu’un m’accompagne. C’est là qu’est entré en jeu ma grand-mère. Ma grand-mère p*tain. Je devrais faire le signe de la croix chaque fois que j’évoque son nom. Sans elle que serais-je donc devenu ? C’aurait été impossible. Vous n’auriez jamais entendu parler d’Adriano. C’est une légende, laissez-moi vous raconter un épisode. Une fois, j’étais à l’Inter à l’époque, les journalistes me suivaient partout parce qu’ils voulaient toujours m’accuser de faire quelque chose de mal. Ils faisaient le siège en bas de chez moi et ne voulaient jamais s’en aller. Je me sentais pris au piège. Ma grand-mère vivait avec moi à l’époque, et je l’entendais dans la cuisine mettre de l’eau à bouillir. Je lui ai demandé : “Tu fais quoi grand-mère ? Qu’est-ce que tu cuisines ?” Elle m’a répondu : “Non, non. Je ne cuisine rien, mon chéri”. Mais elle avait un énorme chaudron avec de l’eau bouillante. Elle m’a dit : “Je prépare un cadeau pour nos amis dehors”. “Es-tu folle ? Tu ne peux pas faire ça!”. “Mais si, je veux juste leur offrir une bonne douche, bien chaude, ils vont adorer”. P*tain elle était sérieuse ! J’ai dû prendre le temps de la calmer ! Elle disait tout le temps : ”Il faut qu’ils arrêtent de les briser à mon bébé, je vais leur donner une leçon !”. Ça c’était ma grand-mère. Vous comprenez ? L'arrivée à l'Inter Je me rappelle que lorsque je suis arrivé en Italie, je ne comprenais pas ce qui m’arrivais. Je regardais mes coéquipiers et je me disais: “Seedorf, Ronaldo, Zanetti, Toldo. Punaise”. C’était évidemment un rêve. Non? Seedorf se baladait dans le vestiaire torse nu, ce c*nnard avait 7% de matière grasse. Respect! Je n’oublierais jamais quand nous sommes allé jouer un match contre le Real Madrid en amical au Santiago Bernabeu. J’étais remplaçant et je suis rentré à un certain moment. Nous avons eu un coup-franc à l’entrée de la surface et je me suis approché de la balle. Pourquoi pas? Eh ben, devinez qui est venu derrière moi me dire: “NON NON! C’est moi qui tire!”. Materazzi! Ce b*tard! Hahahaha! Je comprenais même pas ce qu’il me disait, je ne parlais même pas italien. Mais je comprenais qu’il ne voulait pas que je tire: “Non, non, non!”. Il voulait tirer. Mais Seedorf est intervenu, il lui a dit: “laisse le gamin tirer”. Lorsque Seedorf parlait personne ne discutait. Materazzi s’est écarté et le truc marrant s’est que si vous regardez la vidéo, vous verrez que Materazzi a les mains sur les hanches, l’air de se dire: “Non mais vous verrez qu’il enverra la balle en tribune”. Les gens me parlent tout le temps de ce coup-franc. Ils me demandent comment. Comment, comment. “Comment as-tu réussi à frapper aussi fort?”. Et je réponds: “Je ne sais pas moi! J’ai frappé du gauche et Dieu a fait le reste!” Boom, lucarne. Je ne peux pas me l’expliquer. C’était le début de mon histoire d’amour avec l’Inter. L’Inter reste mon club de cœur. J’aime Flamengo, Sao Paulo, Corinthians, j’ai aimé jouer dans tous ces clubs, mais l’Inter reste quelque chose de spécial. Les médias italiens? Ah ça c’est une autre histoire! Hahaha. Mais le club interiste reste à tout jamais le meilleur. Il y a un chant qu’ils m’avaient dédié à San Siro, il me donne encore la chair de poule. " Che confusione Sarà perché tifiamo Un giocatore Che tira bombe a mano Siam Tutti in piedi per questo brasiliano batti le mani che in campo c'è Adriano " P*tain. Un pauvre enfant des favela comme moi? Je suis l’Imperatore? Je n’avais rien fait encore et on me traitait comme un roi. C’était fantastique. Je me rappelle que tout ma famille est venu me voir depuis Rio et quand je dis toute ma famille, je pense que vous ne savez pas ce que ça veut dire. A la brésilienne! Je ne parle pas de papa-maman, je parle de 44 personnes! Des cousins, des oncles, des tantes, mes amis. Tout mon entourage a pris l’avion. Le bruit est arrivé aux oreilles du Président. M. Moratti (la légende !). Et ce grand monsieur Moratti a dit: ”Hey, c’est un moment important pour le gamin, on va prendre un bus pour sa famille”. Il a fait louer un bus. Vous imaginez 44 brésiliens qui se baladent en Italie? Quel spectacle haha, c’était la fête. C’est la raison pour laquelle je n’aurais jamais un mot négatif envers Moratti ou l’Inter. Tous les clubs devraient se comporter ainsi. Il prenait soin de moi en personne. Alors je sais ce que vous vous demandez. “Mais Adriano, pourquoi avoir arrêté le foot, alors? Pourquoi être parti?”. On me le demande chaque fois je vais en Italie. Des fois, je pense être l’un des joueurs les plus incompris de l’histoire. Les gens ne comprennent pas ce qui m’est arrivé. Ils connaissent la version erronée. La réalité est bien plus simple. Le retour au Brésil En 9 jours, je suis passé du jour le plus beau de ma vie, à la pire journée de mon existence. Du paradis à l’enfer. Vraiment. Ils m’ont appelé. Ils m’ont dit que mon père était décédé. Une attaque cardiaque. Je ne veux pas en reparler, mais ce que je peux dire c’est que depuis ce jour-là, mon amour pour le football a changé. J’aimais le football parce que lui l’aimait. C’est tout. C’était mon destin. Quand je jouais, je jouais pour ma famille. Chaque but, je le marquais pour ma famille. Quand mon père est décédé, le football n’avait plus la même saveur. J’étais en Italie, de l’autre côté du monde, loin de ma famille. Et je n’y suis plus arrivé. Je suis tombé dans la dépression, j’ai beaucoup bu. Je ne voulais plus m’entraîner et cela n’avait rien à voir avec l’Inter. Je ne voulais qu’une seule chose, rentrer chez moi. Pour être honnête, même si j’ai continué à marquer des buts, même si les supporters continuaient à beaucoup m’aimer, toute joie s’était dissipée dans ma vie. C’était mon père, vous comprenez? Il ne suffisait pas d’appuyer un bouton pour redevenir moi-même. En 2008, l’époque Mourinho est arrivé, la situation était insupportable. Les journalistes me suivaient partout et avec Mourinho la relation était de l’ordre de: “C’est quoi le problème? Vaff... Tu essaies de me n*quer, c’est ça? “. Je me suis dit: “Seigneur, emportes-moi loin d’ici”. Je n’ai pas résisté. Ils m’ont convoqué en équipe nationale et Mourinho m’a dit: ”Tu ne reviendras plus, n’est-ce pas?”. Et je lui ai répondu: “Tu le sais déjà”. Un aller sans retour. Des fois les journalistes ne comprennent pas que nous sommes des êtres humains. Être l’Imperatore signifiait avoir un surplus de pression. Je venais du néant. J’étais juste un gamin qui voulait jouer au foot et aller prendre un verre avec ses amis. Je sais que de nos jours, ce n’est plus pareil avec les footballeurs car tout est tellement sérieux et il y a tellement d’argent mis en jeu. Mais moi, je veux être honnête. Je n’ai jamais arrêté d’être un gamin des favelas. Les gens venaient dire que j’avais disparu. Ils disaient que j’étais retourné dans les favelas pour me droguer, et autres histoires incroyables. Ils faisaient circuler des photos de moi, disant que j’étais entouré de criminels et que mon histoire était une tragédie. Ca me fait rire, ils agissent comme ça parce qu’ils ne savent même pas de quoi ils parlent. Ils se couvrent de ridicule. J’étais hors de forme. HS. Mentalement et physiquement. Je savais que j’avais besoin de d’aide. J’ai donc fini au Sao Paulo FC parce que là, je pouvais être assisté par le REFFIS (centre de Réhabilitation Sportive, Physiothérapique et Physiologique). A l’époque, le SPFC avait certains des meilleurs médecins au monde. J’ai commencé à voir un psychologue qui m’a aidé à combattre la dépression et m’a remis en état de fonctionnement. Pour cela, je dois remercier M. Moratti, il a toujours été d’accord avec tout ce qui faisait mon bien. Il m’a laissé de l’espace parce qu’il savait ce que j’endurais. J’ai fait l’aller retour de l’Italie au Brésil plusieurs fois. A la fin, je ne pouvais pas lui mentir à lui. Une fois il m’a appelé et m’a demandé: “Comment te sens-tu?”. Et ce jour-là il m’a compris. Complètement. Il m’a laissé partir sereinement, et je lui serai à jamais reconnaissant pour cela. “Adriano renonce aux millions pour rentrer chez lui” Oui, peut-être que j’ai renoncé aux millions. Mais l’âme a-t 'elle un prix? Combien seriez-vous prêt à payer pour la vôtre? A l’époque j’étais détruit par la perte de mon père. Je voulais me sentir de nouveau moi-même. Je ne me droguais pas. L’alcool? Oui, j’en buvais, et comment! Mais si vous analysez mon urine, je le jures devant Dieu, vous ne trouverez jamais de trace de drogue. Je sais que le jour où j’utiliserai des substances, cela tuera ma mère et ma grand-mère. Mais vous savez quoi? Vous y trouverez sûrement des traces d’alcool. Je pense que mon urine est trouble comme de la Caipirinha! Quand je suis rentré chez moi pour jouer au Flamengo, je ne voulais plus être l’Imperatore. Je voulais juste être Adriano. Je voulais me divertir, disons que j’y suis arrivé. J’ai été très fier d’être l’Imperatore. Mais sans être Adriano, être l’Imperatore est inutile. Adriano n’a pas de couronne. Adriano est le gamin des baraques qui a été béni par Dieu. Vous me comprenez à présent? Adriano n’a pas disparu dans les favelas. Il est juste rentré chez lui". (theplayerstribune.com) © Samus –Internazionale.fr
  5. Achraf Hakimi n'a pas l'intention de quitter l'Inter et espère encore plus de victoires avec Antonio Conte. L'Inter traverse une semaine difficile loin du terrain, après que Steven Zhang ait demandé aux joueurs de renoncer à deux mois de salaire pour aider le club à résoudre leurs problèmes financiers. Les cadres des Nerazzurri seraient déçus par Zhang, certains rapports disant qu'ils pourraient demander à partir en l'absence d'un plan-secour concernant la situation du club. Cependant, Hakimi ne semble pas concerné par ces informations comme il l'a déclaré à Gazzetta dello Sport (via FcInter1908.it) : "Avec Conte, nous pouvons commencer une période de victoire en Italie et en Europe." Hakimi s'exprimait dans une interview pour Sportweek, un magazine publié tous les samedis par le journal basé à Milan, avec les commentaires ci-dessus apparaissant en première page. L'intégralité de l'interview sera rendue publique ce week-end, mais il semble que l'international marocain n'envisage pas de quitter les Nerazzurri, pour le moment . L'avenir de Conte reste sérieusement incertain alors qu'il attend des entretiens en face-à-face avec Zhang sur les projets de Suning pour l'Inter. ®Oxyred - internazionale.fr
  6. Forts de leur victoire contre la Sampdoria, Samedi passé et le scudetto déjà en poche, l'Inter recevait la Roma lors de la 36ème journée de Serie A. A l'aller, Nerazzurri et Giallorossi s'étaient quittés sur un score de 2-2 lors d'un match très animé. Le contexte était différent cette fois-ci car les deux équipes ont notamment beaucoup fait tourner. Radu, D'ambrosio, Ranocchia, Vecino, Perisic et Sanchez jouaient à la place de Handanovic, Bastoni, De Vrij, Eriksen et Lautaro habituels titulaires. La Roma aussi présentait aussi un équipe remaniée avec notamment Fuzato ou encore le jeune Darboe titulaires. Le match commençait sur un rythme ronronnant sans grandes occasions, la Roma essayant néanmoins de mettre la pression sur les contacts physiques. A la 11ème minute de jeu, l'Inter allumait déjà la première mèche et ne se ratait pas. Brozovic combinait avec Sanchez qui servait Darmian dont le centre en retrait trouvait le Croate dans la surface. Plat du pied à ras de terre et le portier brésilien de la Roma était déjà battu. La Roma essayait de se rebeller mais la première tentative de Pellegrini finissait à côté de la cage de Radu. L'Inter elle procédait en contre et arrivait à trouver de nouveau la faille à la 25ème, Barella sert Lukaku qui, après avoir résisté au retour de Darboe donnait un ballon en or à Vecino qui ne se ratait pas. 2-0 au bout de 20 minutes avec une Inter qui semble prête à dérouler en contre. Le match semble se diriger vers cette éventualité lorsqu'à la 28ème, Alexis Sanchez lancé dans la profondeur bénéficie d'une glissade de Santon pour se lancer tout seul vers les cages de la Roma, il sera stoppé irrégulièrement par le latéral italien qui n'écopera que d'un jaune. Mais ce petit avertissement semble avoir réveillé la Roma, qui se lance à l'assaut des buts de Radu et trouve même le but du 2 à 1 avec Mkhitaryan servi par Dzeko qui trompe le gardien roumain juste après la demi-heure de jeu. La mi-temps arrive sur ce score avec pour seule inquiétude la sortie de Alexis sur blessure après un contact avec Darboe. La seconde mi-temps est beaucoup moins animée, l'entrée d'El Sharaawy côté Roma semble avoir apporté du sang neuf cela dit. A la 55ème, de nouveaux signes de rébellion arrivent, Dzeko servi dans la surface touche l'arête des buts interistes sur un tir en pivot. Mais ce n'est qu'une illusion, le match s'enlise dans une succession de fautes et de polémiques avec quelques timides occasions côté Roma mais qui ne rentrent pas, soit par les blocages de D'ambrosio, de bonnes sorties de Radu ou encore la maladresse des joueurs de la Roma. Mais l'Inter aura droit à un dernier but dans le temps additionnel avec Achraf Hakimi lancé dans la profondeur et libre de tout obstacles qui s'en va fixer le gardien et servir Lukaku qui marque pour finir cette rencontre assez pauvre en jeu mais comme toujours contre la Roma, riche en buts. 3-1 L'Inter enregistre sa 27ème victoire de la saison et atteint les 88 points avec encore deux journées à jouer. La Roma, elle, donc à la 7ème place, avec la Lazio hors de portée et Sassuolo à deux points de distance en huitième position. Tableau Récapitulatif Résumé vidéo Inter 3-1 Roma Buteurs: 11' Brozovic (I), 20' Vecino (I), 32' Mkhitaryan (R), 90' Lukaku (I) INTER (3-5-2): 97 Radu; 37 Skriniar, 13 Ranocchia, 33 D'Ambrosio; 36 Darmian, 23 Barella, 77 Brozovic, 8 Vecino, 14 Perisic; 9 Lukaku, 7 Sanchez. Banc: 1 Handanovic, 27 Padelli, 2 Hakimi, 5 Gagliardini, 6 de Vrij,10 Lautaro, 12 Sensi, 15 Young, 24 Eriksen, 95 Bastoni, 99 Pinamonti. Entraîneur : Antonio Conte. ROMA (4-2-3-1): 87 Fuzato; 2 Karsdorp, 23 Mancini, 24 Kumbulla, 18 Santon; 4 Cristante, 55 Darboe; 7 Pellegrini, 77 Mkhitaryan, 11 Pedro; 9 Dzeko. Banc: 12 Farelli, 83 Mirante, 3 Ibanez, 5 Juan Jesus, 14 Villar, 19 Reynolds, 21 Mayoral, 27 Pastore, 31 Carles Perez, 33 Bruno Peres, 59 Zalewski, 92 El Shaarawy. Entraîneur: Paulo Fonseca. © Samus - Internazionale.fr
  7. L'humeur est encore à la fête à l'Inter, beaucoup n'arrivent pas encore à réaliser le fait que l'Inter aie conquis le titre en Série A. Parmi eux, figure notamment Milan Skriniar qui a parlé à la presse slovaque de la course au titre qui a mené à l'interruption de la longue série de victoire de la Juventus en Italie. "Je ressens des émotions indescriptibles, une joie vraiment surréelle. Je reconnais que je ne m'attendais vraiment pas à ce que l'on gagne le titre Dimanche passé. Je me disais plutôt qu'on gagnerait le titre mathématique à domicile contre la Sampdoria. Mais bon ça s'est réalisé et j'en suis très heureux. C'est un succès énorme, pour moi, pour le club, pour les supporters. Ils attendaient cela depuis 11 longues années...". "C'est évidemment la plus grande réussite de ma carrière. Remporter un titre en Italie n'est pas chose aisée. Surtout dans une saison où nous n'avons pas réussi à durer en Ligue des Champions et en Coppa. C'est incroyable, probablement que j'arriverai à le réaliser avec le temps. Je veux dédier ce titre à tous les slovaques aussi. Je suis content de ramener ce titre". "Beaucoup de gens m'ont envoyé des messages, en Slovaquie, en Italie. J'ai ressenti un grand soutien. La seule chose qui fait mal c'est de ne pas pouvoir célébrer avec les tifosi. Nous aurions joué ce Samedi en tant que champions dans un San Siro plein à ras bord...". "J'ai vu des images de la ville, Dimanche passé, vêtue de bleu et noir. Les rues étaient pleines de supporters de l'Inter. Nous avons réussi à stopper le règne de la Juve, c'est vraiment un exploit".
  8. Ashley Young, latéral de l'Inter a accordé une longue interview à Sky Sports UK. Dans un premier temps, l'anglais a abordé le racisme et le trash-talking sur les réseaux sociaux: "L'abus sur les réseaux sociaux est vraiment dégoûtant. Ca choque tout le monde, personne ne veut voir cela. J'espère que le boycott permettra à ses sociétés de réseaux sociaux de se réveiller et de faire quelque chose pour y remédier. Il faut faire disparaître tous ces trolls et les empêcher de nuir. On en parle tout le temps, après chaque match. Nous ne voulons plus voir ce genre de chose, c'est dégoûtant de le lire, c'est dégoûtant de l'entendre, il faut sévir. Les joueurs continuent à subir des actes de racisme et personne ne réagit, que ce soit la FA, l'UEFA ou la FIFA. Il faut que ces instances parlent avec les sociétés de réseaux sociaux. Ces sociétés doivent prendre la situation en main et faire quelque chose". Le scudetto Young a ensuite parlé des sensations après la victoire de l'Inter en Serie A: "Ca paraît incroyable, honnêtement. Remporter la Premier League, s'exporter dans un autre championnat et y gagner le titre aussi, c'est incroyable. Ce n'est pas facile de quitter son club en Janvier mais quand j'y repense, j'ai vraiment fait le bon choix. J'ai toujours voulu tenter ma chance ailleurs et remporter des titres". "La première saison, nous sommes allé jusqu'en finale d'Europa League et nous avons malheureusement perdu. Nous avons aussi raté le titre d'un point et je pense que cela nous a peut-être poussé à nous dépasser cette saison et à pousser pour remporter la Serie A. Je n'aurai pas pu prendre une meilleure décision que de rejoindre l'Inter". La Superligue Young est catégorique: "Nous n'en voulions pas en tant que joueurs, c'est clair" "Pour moi, elle était vouée à l'échec. Après notre travail en tant que footballeurs c'était de se concentrer sur nos matches. Nous devions continuer à enchaîner les matches, nous avions quand même un championnat à remporter. Quoi qu'il se soit passé, que ce soit avec les dirigeants, les propriétaires ou autre, nous avons laissé ceux qui étaient habilités s'en occuper. C'est le terrain qui nous importait". © Samus - Internazionale.fr
  9. Interviewé par Sky Sport, l'agent de Lautaro Martinez (celui de Achraf Hakimi aussi) a parlé de son nouveau client: "En ce moment, l'argentin est concentré sur le scudetto, j'espère qu'ils le remporteront. Nous parlerons ensuite avec l'Inter pour comprendre ce qu'il y a lieu de faire car ce contexte de pandémie rend tout plus compliqué. Le rapport avec Conte et ses coéquipiers est fantastique et celui avec les dirigeants et tout l'environnement interista. Il donne de grandes satisfactions sur le terrain. L'Inter est le club qui lui a permis de faire le grand saut vers l'Europe. Ce n'est pas facile pour les sud américains de débarquer et s'imposer comme il est entrain de le faire". Comment est son rapport avec Lukaku? "C'est l'un des duos d'attaquants les plus performants du football mondial. Je ne peux pas plus m'avancer mais ils sont amis et ils ont une bonne relation dans le vestiaire". Quelle est la situation de Hakimi? "Il est à l'Inter et il le restera dans le futur. Il a fait ce choix en quittant Dortmund alors qu'il avait beaucoup de clubs qui lui tournaient autour. Il l'a choisi à cause de Conte parce qu'il savait qu'il poussait toujours ses joueurs à se dépasser. Il ne sait pas tirer les penalty? Ca m'a surpris que Conte le dise, mais si l'entraîneur le dit c'est sûrement qu'il le connaît mieux que tous, il le voit s'entraîner tous les jours et évidemment il sait mieux faire autre chose". © Samus - Internazionale.fr
  10. Rodrigo De Paul a toujours été une cible de l'Inter, le milieu de l'Udinese a confirmé son bon niveau cette saison et l'été prochain pourrait être celui du passage de grade pour lui. Selon Tuttosport, l'argentin correspondrait au profil que rechercherait Antonio Conte: "Barella et Brozovic sont des valeurs sûres, Eriksen lui aussi s'est fait une place dans l'équipe mais il n'est pas dit que Conte ne recherche pas un élément avec des caractéristiques différentes pour compléter sn équipe. Un mix de Barella et Eriksen, avec beaucoup de quantité et beaucoup de qualité dans son jeu, dans l'optique de jouer à fond l'Europe". Il a été proche de l'Inter plusieurs fois "Le joueur, surveillé depuis longtemps, aurait pu rejoindre l'Inter dès le mois de Janvier, s'il n'y avait pas eu les restrictions budgétaires. En plus de cela, les saisons précédentes, les nerazzurri lui ont régulièrement fait la cour. En 2018/2019, déjà, lors de la seconde saison de Spalletti, les dirigeants de l'Udinese avaient refusé une offre de 30 millions d'euros assortie de bonus". Prix, contreparties, concurrence "De Paul est devenu une vraie mezzala après avoir été formé ailier et avoir joué en 10. De par ses caractéristiques, ce serait un peu la cerise sur le gâteau dans le milieu nerazzurro. L'Inter ne peut pas trop perdre de temps car il y aurait beaucoup de clubs européens et italiens sur ses traces. Son prix tournerait autour des 40 millions et l'Inter pourrait offrir quelques jeunes pour faire baisser le tarif (Pinamonti et Agoumé en particulier)". © Samus - Internazionale.fr
  11. Matteo Darmian, auteur du but de la victoire contre Cagliari a parlé aux micros de Dazn pour commenter la partie au coup de sifflet final: Qu'avez-vous ressenti à la fin du match? "Nous avons affronté une bonne équipe qui s'est bien défendu dès le début du match. Contre ce genre d'adversaire, c'est toujours compliqué de trouver des espaces mais nous avons réussi à débloquer le match et nous en sommes contents". Vous représentez un peu l'idée que dans cette Inter, tous les joueurs peuvent être décisifs. "Oui, tous les joueurs sont importants. Il reste encore tant de matches, nous devons nous montrer prêts". L'esprit de cette Inter est-il comparable à celui de l'Italie en 2016? "Je n'ai pas vu la célébration de Conte car j'étais entouré de mes coéquipiers, mais nous connaissons bien Conte. C'est quelqu'un qui donne tout et transmet sa rage de vaincre à ses joueurs. Il est entrain de le démontrer". C'est un but important dans votre carrière. "C'était un match difficile, nous avions du mal à le débloquer. Gagner cette rencontre nous a permis d'envoyer un signal aux adversaires". © Samus - Internazionale.fr
  12. Un lien fort lie notre Beppe Marotta à Giovanni Carnevali l'AD de Sassuolo, et ce, depuis plus de 35 ans. La Gazzetta dello Sport raconte comment tout est parti du transfert de Fabio Cinetti de l'AC Milanese de Carnevali au Monza de Marotta. Et l'ex-joueur de l'Inter parle un peu de Carnevali: "Marotta fut le premier à me permettre d'approcher l'équipe A à Monza. Mais Carnevali était comme un second père, pour nous, à l'AC Milanese". "Il était fort pour découvrir et former les jeunes talents. Sept jeunes sur onze parmi ceux qui formaient cette équipe finirent par jouer dans un club pro, ce n'est pas par hasard. Il fait la même chose aujourd'hui à Sassuolo, il prend les joueurs jeunes, les transforme en joueurs confirmés et les vends aux plus grandes équipes. Je lui serai toujours reconnaissant, pour beaucoup de jeunes gamins, le football se pratiquait dans la rue. Lui, nous a enseigné de toujours mettre l'école au premier plan, de penser à s'éduquer et s'instruire en premier lieu. Pour nous éviter de rester dans la rue, il organisait souvent des activités qui nous permettaient de nous retrouver même quand nous ne nous entraînions pas". "Il nous a aidé à devenir des hommes avant même de nous faire devenir des joueurs".
  13. En effet, si Stefan De Vrij, Danilo D’Ambrosio, Matias Vecino et Samir Handanovic ont récemment été touché par le Coronavirus, cet "ennemi" s’est baladé à travers toute la botte footballistique de Serie A, exception faite du Frioul. Voici le "classement" des joueurs qui en ont été victime, depuis le début de saison, par la Rédaction de Fcinter1908.it Atalanta – 8 joueurs guéris Sportiello (guéri); Gollini (guéri); Zapata (guéri); Carnesecchi (guéri), Toloi (guéri); Malinovskyi (guéri); Miranchuk (guéri); Romero (guéri) Benevento – 2 joueurs guéris Dabo (guéri), Schiattarella (guéri) Bologne – 1 entraineur – 2 joueurs guéris Sinisa Mihajlovic (guéri), Hickey (guéri) Ravaglia (guéri) Cagliari – 11 joueurs guéris Bradaric (guéri), Ceppitelli (guéri), Cerri (guéri), Despodov (guéri et transféré à Ludogorec), Godin (guéri), Simeone (guéri), Nandez (guéri), Pereiro (guéri), Aresti (guéri), Klavan (guéri), Carboni (guéri) Crotone - 4 joueurs guéris Dragus (guéri); Molina (guéri); Djidji (guéri); Ounas (guéri) Fiorentina- 6 joueurs guéris Vlahovic (guéri); Pezzella (guéri); Caceres (guéri); Pulgar (guéri); Sottil (guéri, ceduto al Cagliari); Callejon (guéri) Genoa – 18 joueurs guéris Perin (guéri); Schöne (guéri,); Marchetti (guéri); Radovanovic (guéri); Pellegrini (guéri); Zappacosta (guéri); Melegoni (guéri); Lukas Lerager (guéri); Cassata (guéri); Marko Pjaca (guéri); Biraschi (guéri); Criscito (guéri); Behrami (guéri); Brlek (guéri); Miha Zajc (guéri); Males (guéri); Destro (guéri); Zapata (guéri) Internazionale – 12 joueurs guéris – 1 positif - 1 faux positif Bastoni (guéri); Skriniar (guéri); Nainggolan (guéri, prêté à Cagliari); Gagliardini (guéri); Radu (guéri); Young (guéri); Hakimi (faux positif); Padelli (guéri); Kolarov (guéri); Brozovic (guéri); D'Ambrosio (positif) Handanovic (guéri); De Vrij (guéri); Vecino (guéri) Juventus – 9 joueurs guéris – 1 positif Rugani (guéri, prêté à l Cagliari); Matuidi (guéri, tranféré à l'Inter Miami); Dybala (guéri); Cristiano Ronaldo (guéri); McKennie (guéri); Cuadrado (guéri), Alex Sandro (guéri); De Ligt (guéri); Bentancur (guéri); Bonucci (positif) Lazio – 9 joueurs guéris Muriqi (guéri), Strakosha (guéri), Ciro Immobile (guéri), Lucas Leiva (guéri), Lazzari (guéri), D. Anderson (guéri), Luiz Felipe (guéri), Milinkovic-Savic (guéri), Armini (guéri). Milan – 11 joueurs guéris Maldini (guéri); Tonali (guéri); Duarte (guéri); Ibrahimovic (guéri); Gabbia (guéri); Stefano Pioli (guéri); Krunic (guéri); Leao (guéri); Rebic (guéri); Theo Hernandez (guéri); Calhanoglu (guéri). Napoli – 9 joueurs guéris Petagna (guéri); Zielinski (guéri); Elmas (guéri); Hysaj (guéri); Rrahmani (guéri); Osimhen (guéri); Fabian Ruiz (guéri); Ghoulam (guéri), Koulibaly (guéri). Parma – 7 joueurs guéris Le club confirme la positivité de 7 joueurs mais a fait valoir son droit lié à la vie privée. Roma – 15 joueurs guéris et 1 faux positif Mirante (guéri); Perez (guéri); Peres (guéri); Kluivert (guéri, transféré à Lipsia); Diawara (guéri); Calafiori (guéri); Mancini (fauxpositif); Dzeko (guéri); Santon (guéri); Kumbulla (guéri); Pellegrini (guéri); Fazio (guéri); Diawara (guéri); Zaniolo (guéri); El Shaarawy (guéri); Juan Jesus (guéri) Sampdoria – 9 joueurs guéris Gabbiadini (guéri); Colley (guéri); Depaoli (guéri, transféré à l'Atalanta); Bereszynski (guéri); Ekdal (guéri); Thorsby (guéri); La Gumina (guéri); Baldé (guéri); Letica (guéri) Sassuolo - 6 joueurs guéris Boga (guéri); Schiappacasse (guéri); Toljan (guéri); Haraslin (gaurito); Ricci (guéri); Djuricic (guéri) Spezia – 10 joueurs guéris Marchizza (guéri); Maggiore (guéri); Erlic (guéri); Ismajli (guéri); Acampora (guéri); Ricci (guéri); Bastoni (guéri); Provedel (guéri); Estevez (guéri) et un joueur dont l’identité a été préservée Torino – 1 entraineur – 19 joueurs guéris Marco Giampaolo (ancien entraineur guéri), Sanabria (guéri) + 18 joueurs dont l’identité a été préservée Udinese Aucun cas n’a été communiqué par l’Udinese Hellas Verona – 4 joueurs guéris guéris Zaccagni (guéri); Gunter (guéri); Barak (guéri); Lazovic (guéri) ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  14. La volonté de Radja Nainggolan est de rester à Cagliari pour y finir sa carrière. Revenu en Sardègne cet hiver en prêt, le joueur Belge aurait trouvé sa destination finale. Cependant cela passe par la conquête du maintien avec les rossoblu comme l'écrit le Corriere dello Sport! "En Juin, l'un des sujets qui reviendront sur la table de l'Inter sera celui de Radja Nainggolan en prêt sec à Cagliari et avec encore un an de contrat avec les nerazzurri. La volonté du Ninja serait de rester à Cagliari et il l'a répété plusieurs fois. Mais cela reste suspendu au maintien du club en Serie A. Une fois cette course achevée, il ira toquer à la porte des dirigeants intéristes pour obtenir une rupture de son contrat ou au minimum mettre sur pieds des négociations pour qu'il puisse rejoindre définitivement les sardes."
  15. Le milieu de terrain danois de l'Inter, Christian Eriksen s'est exprimé aux micros de DAZN, il a abordé des sujets tels que sa relation avec Conte et le scudetto. "Conte? A présent il me connaît et je le connais. Les choses vont mieux. Je joues plus et cela me rend heureux". Christian explique lui même qui est 'le nouveau Eriksen': "L'italien? Ca va, ça passe. Ce n'est pas encore très bien mais ça va", plaisante-t'il. Savez-vous ce que signifie le mot "spazzare" ? ("Dégager", ndlr.) Eriksen raconte un épisode en fin de match contre l'Atalanta où, à 1-0, il a décidé de dégager la balle loin de la surface sans faire dans le détail pour libérer son équipe. "J'avais cela dans un coin de la tête, ce sont les derniers instants du match, nous sommes devant au tableau d'affichage et le match est difficile. A Tottenham, en quarts de finale de Ligue des Champions contre Manchester City je n'ai pas dégagé et nous avons encaissé un but à cause de cela. Heureusement la VAR est intervenu pour annuler le but mais j'ai toujours des souvenirs angoissants de ce moment. J'y ai repensé sur le moment, je m'en souviens très bien". Que signifie "spazzare" alors? Eriksen hésite, puis répond tranquillement: "Ok, envoyer le ballon loin de mon camp. Mais je ne veux pas apprendre ce mot… Ce n'est pas mon style, je n'ai pas besoin de l'apprendre (il rit, ndlr.). Le mot qui me plaît? 'Gioca, gioca, gioca'('joues, joues, joues',ndlr.)". Le moment qui a tout changé est le coup-franc décisif en Coppa Italia contre le Milan: "Je pense que sur ce coup-là les choses ont changé. Une sorte de réveil, en somme. Pas pour moi, mais pour tout ceux qui jugeaient depuis l'extérieur. Comme pour dire 'hey, regardez, il est toujours là et il sait toujours tirer les coups-francs'. J'ai su directement que le ballon allait là où je voulais, je savais que s'il n'était pas dévié il finirait dans le but". "C'est toujours la même routine pour moi, je pose la balle, je prends cinq pas d'élan puis je me concentre sur le ballon. L'important c'est de savoir où toucher la balle et surtout l'envoyer au-dessus du mur". Lors du premier derby contre le Milan, quasiment un an avant, Eriksen était passé tout proche du but de l'année sur coup-franc. La barre transversale s'était interposée ce jour-là. "Je m'en souviens, bien sûr. Mais le tir était différent, j'étais loin des cages, ça aurait été beau de le mettre celui-là". Un nouveau Eriksen et une Inter avec deux meneurs Eriksen a pris une nouvelle dimension depuis le but: "Je ne sais pas si c'est un nouveau Eriksen ou le même qui joue juste un peu plus que d'habitude". "Dans le système que nous utilisons et dans la position que j'occupe, je joues plus bas, je suis plus impliqué dans le jeu. Je dois être prêt à faire le tacle pour récupérer la balle. D'habitude, je joues plus haut évidemment, j'ai du m'adapter à ce nouveau système et ce nouveau jeu. Petit à petit j'ai appris et je connais bien cette façon de jouer. Ca fait un an que je suis là, et chaque jour on refait les schémas que l'entraîneur veut, les mouvements que j'ai essayé d'apprendre dès le premier jour. Avec Conte, il nous a fallu apprendre à nous connaître, il me connaît un peu plus maintenant et vice-versa. C'est une bonne chose car la communication passe plus facilement". Le double-meneur de jeu avec Brozovic. Eriksen n'a pas de doute: "Vous le voyez vous-même, c'est différent de la période où Brozovic tenait le rôle tout seul. C'est à l'entraîneur de choisir les postes. Si vous vous penchez dessus, vous verrez qu'on ne joue pas avec deux meneurs à tous les matches, cela dépend de l'adversaire et de la manière dont nous comptons nous en défaire". Le numéro 24 nerazzurro parle aussi de Romelu Lukaku: "C'est la cible de quasiment toutes nos passes, nous les milieux de terrains. Nous savons où il se trouve et dans notre système nous devons lui donner une balle jouable. Il fait les bons mouvements alors pourquoi s'en priver? Nous avons un bon rapport, lui et moi, c'est un bon géant comme on dit. Nous nous sommes affrontés dans les équipes de jeunes lorsqu'il était à Anderlecht. Nous avons ça en commun. Il fait des choses incroyables et même en Angleterre il ne jouait pas comme ça, j'ai joué plusieurs fois contre lui". Un Eriksen plus heureux parle du scudetto La plus belle action de la saison? Celle contre le Milan qui a mené au but du doublé de Lautaro: "Toute la construction était bonne, nous l'avions préparé à l'entraînement. Il fallait faire courir les adversaires et les amener du côté que nous voulions pour créer les espaces dont nous voulions profiter. Pour ma part, c'était beau de faire le bon geste avec le bon timing et réussir à marquer à la fin". Christian Eriksen est plus heureux maintenant: "C'est vrai que j'ai un sourire différent d'il y a quelques temps. En tant que footballeur, plus tu joues et plus tu es heureux évidemment. Un observateur externe pourrait penser que je ne ris jamais mais ce n'est pas du tout le cas". Enfin, le mot "scudetto": " Si je le connais? C'est l'un des premiers que j'ai appris. Mais à l'heure qu'il est, nous ne pouvons qu'en rêver tant que nous n'avons pas décroché le titre". ®Samus– Internazionale.fr
  16. Intervenu aux micros de Radio Kiss Kiss Napoli, Marco Branca, ex-DS de l'Inter a parlé de la Serie A et principalement des nerazzuri et du Napoli: " Gattuso et son Napoli ont eu une saison compliquée à cause des absences. Mertens en particulier. Je l'aurai pris volontiers à l'Inter. Il a fait des choses extraordinaires avec Naples. Le Napoli lutte pour une place en Ligue des Champions malgré tout". "La compétitivité de la Serie A semble avoir baissé vus les résultats en Europe. Mais je n'exagèrerai pas sur ce point-là. Hamsik? Nous y avons pensé très sérieusement à l'époque mais le joueur et le président s'y sont opposés donc nous avons laissé tomber". "L'Inter a de grandes possibilités de remporter le scudetto. Conte a montré qu'il sait préparer parfaitement ses matches quand il a le temps de travailler". "Une expérience à Naples? Je respecte Giuntoli mais je suis à l'écoute d'une proposition de De Laurentiis car le Napoli est un grand club". ®Samus – Internazionale.fr
  17. Selon des sources britanniques, deux clubs de Premier League auraient jeté leur dévolu sur le latéral marocain des nerazzurri. Six buts et six passes décisives toutes compétitions confondues, Achraf Hakimi réalise une saison satisfaisante et se révèle être une corde de plus à l'arc d'Antonio Conte. Les prestations de l'ex du Real Madrid et de Dortmund ne sont donc pas passé inaperçues dans le monde du football européen. Les meilleurs clubs à la recherche de recrues sur le côté droit se sont donc penchés dessus et selon les médias anglais Chelsea et Arsenal seraient parmi eux. Les Gunners seraient, notamment, à la recherche d'un titulaire pour la saison prochaine en prévention d'un départ de Cédric Soares et Hector Bellerin cet été. Cela dit, l'Inter n'aurait aucune intention de se séparer de son latéral droit. Le joueur né en 1998 est déjà une valeur sûre et le club souhaite construire un futur avec lui. ®Samus – Internazionale.fr
  18. L'attaquant camerounais, 102 apparitions et 53 buts avec l'Inter entre 2009 et 2011, fête aujourd'hui ses 40 ans. Deux saisons auront été suffisantes pour lui faire une place dans le coeur des tifosi et inscrire son nom dans l'histoire du club. Samuel Eto'o est arrivé à l'Inter durant l'été 2009 avec un but précis, aider l'équipe à franchir un palier. Son CV parle pour lui, son leadership, technique et moral, fait le reste. Il Re Leone. Il n'a pas tardé à montrer sa patte, marquant à son premier match malgré une défaite en Supercoppa. L'histoire d'amour décolle tout de suite et les buts deviennent capitaux, fondamentaux dans la chevauchée de 2009/2010. Un en particulier, contre Chelsea à Londres dans un genre de match qui, durant des années, a représenté un obstacle pour les nerazzurri. La consacration en Europe de l'équipe de Mourinho est passée par cette échappée de Samuel, contrôle dans la course et finition de l'extérieur du pied pour battre le gardien adverse. Une célébration dédiée au peuple intériste qui a senti dès le début une certaine connexion avec le champion camerounais. Sur le toit du monde en Décembre 2010 avec encore un de ses buts, il célèbrera avec ses fameux sacs en plastique et une embrassade avec son grand ami Materazzi. Tanti auguri campione! ®Samus – Internazionale.fr
  19. Jouant au Brésil et plus précisément à l'Atletico Paranaense, il enchaîne les bonnes perfomances et a un rôle important dans le vestiaire. Un pilier de son équipe. Jonathan Ciceiro a raconté l'évolution de sa carrière à FCInterNews et en a profité pour parlé de son passage à Milan: "La vie suit son cours içi, même si il y a une récente hausse des cas de Covid au Brésil, mais les gens ont besoin de pouvoir sortir, de travailler". Suivez-vous encore l'Inter? "Oui, de loin. J'arrive à regarder certains matches, pas tous. Je sais que les nerazzurri jouent bien et sont premiers. Je ne peux qu'être content". Jeudi l'Inter a affronté Parme. Les deux équipes où vous avez joué en Italie. Où étiez-vous le plus à l'aise et pourquoi? "A Parme, j'aimais bien, y aller s'est révélé très important pour moi car j'ai pu y jouer avec régularité. Y apprendre aussi la langue. Il y avait beaucoup d'italiens dans l'effectif. Lorsque je suis arrivé à l'Inter par contre, nous étions plusieurs brésiliens, je pouvais parler portugais. Evidemment, pour moi les deux expériences ont été importantes. J'ai un peu plus joué à Parme, j'ai fait en sorte que l'Inter me voit sous un nouveau jour et ait envie de me ramener et c'est ce qui s'est passé. J'ai fait une bonne saison 2013/2014 avec l'Inter et puis la blessure m'a mis out et je n'ai plus eu l'occasion de revenir en forme". Quel est votre premier souvenir à l'Inter? Le plus beau? Et le plus mauvais? "L'arrivée à Appiano Gentile; c'était la réalisation d'un rêve, jouer à l'Inter, jouer pour un grand d'Europe. J'y ai côtoyé des grands joueurs, certains de ceux qui avaient gagné le Triplé, ça a été important pour moi. Mon souvenir le plus beau est le fait d'avoir réussi à transformer les sifflets en applaudissements. Au début c'était très difficile pour moi. Mon pire souvenir, c'était lorsque les supporters me sifflaient chaque fois que quelqu'un commettait une erreur sur le terrain. Certains disaient même que lorsqu'il neigeait c'était de ma faute ( il rit,ndlr)". Seriez-vous content de voir l'Inter soulever le Scudetto? "L'Inter est restée ancrée dans mon coeur. Je serais très content que cela arrive. Mais allons-y pas à pas, il reste encore tant de matches. S'ils y arrivent, je serais vraiment très content. Je répète, l'Inter est dans mon coeur. De même que ses supportes, certains m'envoient encore des messages sur les réseaux sociaux." La situation à la tête du club est assez compliquée, un peu comme lorsque vous y étiez. C'est difficile de jouer dans ce contexte? "Oui, assurément, il y a une situation d'incertitudes. Pour les joueurs, il est indispensable que l'entraîneur blinde le groupe. Et il me semble que justement que Conte fait un très bon travail sur ce plan là". Que pensez-vous de Hakimi? "C'est un jeune qui a encore une marge de progression considérable. De ce que j'en ai vu, il fait de bonnes performances et je suis content pour lui comme pour l'équipe qui a trouvé un joueur de cette qualité avec ce potentiel. Il deviendra encore plus fort". L'Inter joue à trois derrière actuellement. Quel est la différence avec la défense à quatre? "Pour un latéral, jouer à trois permet de jouer plus haut, plus proche des buts adverses quand l'équipe presse. Lorsque l'équipe n'a pas la balle, la ligne défensive devient une ligne de 5. Je me souviens des enseignements de Mazzarri avec qui j'avais bien joué à ce poste". Finissons donc avec un message pour les interistes "Je les embrasse très fort, 'forza ragazzi' ".
  20. Dans l'attente de développement dans le dossier du rachat du club, l'Inter scanne déjà le marché en vue de la session de mercato prochaine. Dans cette situation, il est en effet important de rester vigilants et de ne laisser passer aucune bonne occasion. Surtout si le joueur pourrait rejoindre le club gratuitement. Et dans la liste de joueurs disponibles sans contrat cet été, figure le nom de Sergio Aguero en fin de contrat avec Manchester City. Selon les dernières rumeurs en Italie et le Sun en Angleterre, l'Inter serait dans la course de même que la Juventus, l'Atletico (sans oublier le FC Barcelone qui suivrait le jour sur recommandation de Messi) pour s'accaparer l'ex-colchonero qui aurait déclaré vouloir étudier toutes ses possibilités avant de signer une éventuelle prolongation de contrat avec les Citizens. Seul point qui pourrait refroidir les prétendants dans cette période assez particulière sur le plan économique, son salaire. Il Kun perçoit actuellement la modique somme de 13 millions d'euros annuels en Angleterre. ®Samus – Internazionale.fr
  21. Interviewé sur le site officiel du Spartak Moscou, son club actuel, Victor Moses, ex-milieu latéral de l'Inter a confessé qu'il a eu l'opportunité de rejoindre l'Inter de nouveau après son prêt. Ses déclarations: "Le meilleur entraîneur que j'aie eu? Antonio Conte. Il m'a aidé à croire en moi. Et cela, principalement par le rapport humain, pas spécialement parce qu'il m'a trouvé une nouveau poste sur le côté droit". "Avant de venir au Spartak, j'étais prêt à retourner (à l'Inter, ndlr.), j'avais discuté de tout avec Conte. Mais quelque chose n'a pas fonctionné. Peut-être que cela est du à la situation économique, je ne sais pas". "A un certain moment, les dirigeants du Spartak ont pris contact avec mes agents. Le DS de Chelsea, Marina Granovskaya a parlé avec mes représentants et a expliqué que le Spartak était la meilleure solution. Du coup j'ai cherché le club sur Google, j'ai regardé des vidéos et je me suis rendu compte à quel point le club avait une histoire riche. C'est pourquoi j'ai tout de suite accepté". ®Samus – Internazionale.fr
  22. Lors du premier jour de travail en Chine après le nouvel an lunaire, Zhang Jindong a tenu un discours concernant la politique qu'adoptera le Suning durant cette année 2021. Il n'a pas fait référence à l'Inter , mais surtout à des activités relatives à la vente en détail et au business model de son entreprise en général, c'est-à-dire la vente d'appareils électroménagers. "Du fait d'un grand nombre de facteurs internes et externes, l'année 2021 sera une année charnière pour le développement du Suning. Ce sera une année-référence pour l'évolution du groupe dans les 10 prochaines années. Il n'y a qu'en allant de l'avant malgré la difficulté que nous saurons résister à la période d'incertitude que le monde traverse, que nous saurons mettre en place un plan pour rebondir". "Dans la quatrième décennie de son existence, poursuit le numéro un du colosse chinois, Suning continuera à se concentrer sur ses points forts. Mettre le développement des activités du groupe au premier plan demande de la détermination mais aussi une certaine capacité d'adaptation". Le site économique "Finance Sina" parle de l'année 2021 du Suning et explique comment le groupe chinois, propriétaire de l'Inter et impliqué dans une opération pour céder une partie du club nerazzurro, fera des changements drastiques dans ses activités. Chairman Zhang a souligné que son entreprise devra se concentrer sur la vente d'appareils électroménagers (en pleine augmentation en Chine) et les services qui s'y rattachent (en hausse de 350%). En 2021, les salariés et dirigeants Suning verront une augmentation des mesures d'incitation à l'actionnariat. Zhang Jindong a conclu: " Il sera nécessaire de continuer à construire la carapace du Suning pour aller prendre part à la bataille de l'expansion dans le monde des affaires, le monde de la logistique. Il faudra faire de gros efforts et travailler en équipe et nous aurons aussi à rendre très performant notre système de livraisons".
  23. Une fois la victoire contre la Lazio archivée, Romelu Lukaku est revenu sur les faits qui se sont passés lors d'Inter-Milan en Coppa Italia. L'attaquant a parlé au bureau du Procureur de son altercation avec Ibrahimovic. "Aux cotés du Belge, il y avait Angelo Cappellini, avocat de l'Inter et le substitut du procureur Fabio Esposito. A Rome, connectés par visioconférence figuraient les autres substituts, Giorgio Ricciardi et Luca Scarpa ainsi que le procureur Giuseppe Chinè. En à peu près une demi-heure, en partant de la transcription écrite, Romelu a du expliquer sa furieuse réaction" explique la Gazzetta dello Sport. Et la suite alors? La Gazzetta essaye de clarifier le processus. "Il est probable que la conduite reprochée à Ibrahimovic soit déclassifiée de 'discriminatoire' (art. 28, sanction de 10 journées minimum ou temporaire) à 'gravement antisportive'. Ce serait là une infraction moins grave qui prévoirait deux journées, possiblement réduit à une". Aucune décision n'est attendue avant le derby dans tous les cas. La sensation reste qu'un arrangement pourrait être trouvé, une solution qui pourrait permettre de réduire la peine pour les deux protagonistes de l'épisode. Au final, on se dirigerait vers une amende ou une suspension en Coppa Italia. Dans tous les cas, le 05 Février, Ibra avait été entendu. Persistant que ses propos n'avaient aucune connotation raciste et faisaient plutôt allusion à un fait dans le passé qui est connu de tous, en effet, en 2017, Farhad Moshiri, propriétaire d'Everton, avait déclaré que Romelu avait refusé la proposition de prolongation de contrat à cause " d'étranges rites vaudou de sa mère". Des paroles qui avaient alors offensés le belge et qui continuent à l'offenser aujourd'hui, quel que soit le résultat de l'enquête de la FIGC. ®Samus – internazionale.fr
  24. Le journaliste Mario Sconcerti a parlé à Calciomercato.com de l'absence de Lautaro dans les matches qui comptent. "Lautaro Martinez Acte II. En fouillant un peu, on découvre que même Conte n'est pas satisfait de son rendement. Il voudrait qu'il marque dans les matches qui comptent. Les 10 buts de Lautaro n'ont été inscrits que 2 fois contre une des sept premières équipes de Serie A, contre l'Atalanta et contre la Lazio, deux rencontres qui se sont achevés sur le score de 1-1. Les autres ont été inscrits contre la Fiorentina, contre Benevento à l'aller et au retour, le Torino, le Hellas Verona et un triplé contre Crotone. Un bon nombre de buts, inscrits dans des matches où la différence de niveau est nette, où ils étaient moins nécessaires." Conte est en colère contre la fameuse LuLa "Ce qu'il manque, c'est la présence de Lautaro contre les vraies adversaires de l'Inter. Là où il y en a vraiment besoin. La colère de Conte le mène même à penser que le terme LuLa soit injuste pour synthétiser la qualité du duo avec Lukaku. Il y a une trop grosse différence de poids dans les prestations. La présence de Lautaro dans le duo est moins justifiée. Dire LuLu serait plus juste. Lautaro a marqué dans 8 des 20 matches auxquels il a participé. Nous avons parlé des matches nuls contre Lazio et Atalanta. Dans quatre des six autres matches, ses buts ont été utiles mais pas décisifs. C'est un problème qu'il n'est pas nécessaire de clarifier car il est déjà bien apparent et sur à l'étude du côté de l'Inter. Il faut le résoudre et c'est du ressort du joueur de le faire".
  25. Récemment un mouvement de solidarité a été mis en place pour soutenir un jeune italien malade et Lautaro Martinez a aussi tenu à lui envoyer un message d'encouragement. Matteo a une forme rare de cancer qui lui a occasionné une perte de la vue, mais la machine de la solidarité s'est déjà mise en marche avec une récolte de fonds pour permettre au petit garçon de subir une intervention chirurgicale dans une clinique basée à Boston et spécialisée en transplantation du nerf optique. "Beaucoup de gens sont venus en aide à la famille du gamin originaire de Vibo Valentia, les messages d'encouragements et de solidarité sont nombreux. Son père lui a promis que, non seulement, il recouvrerait la vue mais il reprendrait aussi la pratique du football", reporte Lacnews24. Parmi ces marques de solidarité, figure aussi celle de Lautaro Martinez. Il Toro, à travers un message vidéo, a invité le petit Matteo à ne rien lâcher: "Salut Matteo, comment vas-tu? Je t'envoie cette vidéo pour t'encourager et te dire de ne pas abandonner, je t'embrasse." Le message vidéo de Lautaro pour Matteo ®Samus – Internazionale.fr