Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'italie'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Annonces & Support
    • Présentations
    • La Curva du Forum
    • Vos Déplacements
    • Questions
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Contact et inscriptions de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers
  • Football

Catégories

  • Gardiens
  • Défenseurs
  • Milieux
  • Attaquants

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Inter Women
  • Dates clés
  • Super Coupe d'Italie

Fonctionnalités

Catégories

  • Carte du Monde des Nerazzurri

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Ville


Joueurs

  1. Notre Vice-Président et Parrain d’Internazionale.fr, Javier Zanetti, était l’invité d’exception d'Alessandro Cattelan lors de l’émission diffusée hier soir "Stasera c'è Cattelan" sur la Rai2. Regardez la vidéo jusqu'au bout pour voir Javier pousser la Chansonnette Retraite Serais-tu parti en Arabie Saoudite ? Il y a eu la victoire de l’Argentine en Coupe du Monde... Que te rappelles-tu de la Coupe du Monde Italia 90 ? Lionel Messi est un joueur qui uni peu importe l’équipe nationale ? Il y a eu tant de joueurs argentins en Italie... Inter-Juve est en approche, comment le vis-tu comme dirigeant comparé à l’époque où tu étais un joueur de ce duel ? Il y en a qui ne dormait pas ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  2. Davide Frattesi s’est livré à Undici sur son arrivée dans le Milan Nerazzurro : "Énormément d’équipes me voulaient, mais j’avais déjà décidé et je crois que l’Inter était la meilleure décision que je pouvais prendre, j’ai trouvé ici un très beau groupe et cela m’a beaucoup aidé, j’ai aussi choisi l’équipe vu la façon dont elle joue, car cela valorise aussi mon propre poste." Un Giuseppe Meazza qui transcende Avant l’Inter Exemplarité L’Italie ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  3. Henrikh Mkhitaryan, tout auréolé de sa prolongation de contrat avec l’Inter, s’est livré en exclusivité à la Gazzetta Dello Sport : Le Scudetto ? Mais, Micki, n’est-ce pas une partie d’échecs entre deux équipes ? Ne pensez-vous pas que la Juve ne se mouille pas lorsqu’elle déclare viser le Top 4 ? Qu'est ce qui vous fait sentir meilleur ? Que pensez-vous de ceux qui disent que votre milieu de terrain est parmi les meilleurs d’Europe ? Qu’enviez vous à Çalha et Barella ? Avec vous trois, la vie est très dure pour Frattesi... Çalha a déclaré un jour à la Gazzetta que le championnat italien est sous-évalué, vous êtes d’accord ? Vous sentez-vous également sous-évalué ? D'où un renouvellement extrêmement mérité : Quelle signification a pour vous cette signature qui vous lie jusqu’en 2026 ? Vous n’avez manqué que 9 rencontres, et dans les 73 disputées, savez-vous quel est le match où vous avez eu le moins de temps de jeu ? Entre vous et cette nouvelle chevauchée, il y a l’Atletico… De Mircea Lucescu à Jurgen Klopp, en passant par José Mourinho et tant d’autres, vous avez eu différents Maestri : Qui vous a marqué le plus ? Et quel est votre relation avec Inzaghi ? Tout le monde dit : "Je ne m’attendais pas à un Thuram aussi fort." Vous le pensez également ? Quel type de Capitaine est Lautaro ? Il circule une photo de vous enfant avec l’interiste Djorkaeff qui est aussi d’origine arménienne : Est-ce votre idole ? Sinon, où en êtes-vous avec vos bien-aimés jeux d'échec ? Vous trouvez vous mieux en Italie qu’ailleurs ? Saviez vous que votre ressemblance avec l’humoriste à succès Pippo Franco est devenu virale ? Micki, en quel type de pièce d’échec vous voyez vous ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  4. Javier Zanetti, Vice-Président de l’Inter et Parrain d’Internazionale.fr, s’est livré à Planetwin365.news sur le parcours des équipes italiennes en Ligue des Champions et bien évidemment sur l’Inter Lautaro Martinez ? Qui pourrait reprendre le flambeau de Messi en équipe nationale ? Spalletti ? Soulé? Qui seront les joueurs protagonistes dans le futur ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  5. Kristjan Asllani s’est livré à Sport Mediaset suite à la qualification de l’Albanie à l’Euro 2024 Comment allez-vous ? Face à Frosinone, vous n’étiez même pas convoqué… Qualifié avec l’Albanie..... Il y a la possibilité de rencontrer l’Italie…. Qu’est-ce qui a changé pour vous, à l’Inter, comparé à l’année dernière ? A l’horizon se profile la Juventus : Comment voyez-vous le match ? Pour l’objectif de la saison : Vous optez pour le Scudetto ou la Ligue des Champions ? Aimeriez-vous devenir un titulaire indiscutable ? Avez-vous eu raison de rester à l’Inter ? Jamais au Milan ? Quels sont vos rapports avec Inzaghi ? La Seconde Etoile est-elle réaliste ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  6. Le Vice-Président de l’Inter, Parrain d’Internazionale.fr et véritable Bandiera du Club s’est livré à Canale5 au cours de l’émission "Verissimo" sur son arrivée à l’Inter. L’Italie L’Independiente pourra s’en mordre les doigts L’Inter Retraite ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  7. Interviewé dans le cadre de l'avant-match d’Ukraine-Italie, match valide et fondamental pour la qualification de l’Italie à l’Euro 2024, notre Vice-Capitaine s’est livré en conférence de presse Condition physique Le fait de ne pas s’entrainer ici peut-il influencer la rencontre de demain ? Quelles sont les différences entre la rencontre de vendredi et celle-ci ? C’était votre meilleur match face à la Macédoine du Nord à l’Olimpico, l’impression qui en ressort est que vous comprenez de mieux en mieux le football prôné par Spalletti..... Avez-vous parlé entre vous des tirs aux pénaltys ? Seriez-vous prêt à prendre éventuellement vos responsabilités ? Comment se gère une telle rencontre ? Ne pas jouer avec le feu les amis ! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  8. La seconde fenêtre internationale 2023-24 vient juste de se finir et un total de 15 Nerazzurri ont joué des matchs de qualifications pour l'Euro 2024, des matchs de qualifications pour la Coupe du Monde ou des matchs amicaux. Six joueurs de l'Inter étaient à la disposition de Luciano Spalletti pour les matchs de l'Italie face à Malte et l'Angleterre. Davide Frattesi a inscrit le but final de la victoire des Azzurri 4-0 sur les Maltais, contre lesquels Nicolò Barella a également fait une passe décisive pour un but de Berardi. Alessandro Bastoni a été sur le terrain pour un total de 117 minutes durant ces deux matchs, pendant que Federico Dimarco a participé à 105 minutes. Matteo Darmian a joué le match entier contre Malte. Francesco Acerbi, pendant ce temps-là, a demarré contre l'Angleterre mais a été remplacé à la 63ème minute lors de de la défaite 3-1. Francesco Acerbi, Nicolò Barella, Alessandro Bastoni, Matteo Darmian, Federico Dimarco, Davide Frattesi (Italie) Italie 4-0 Malte (Qualifications Euro 2024) | Barella 64' (1 passe décisive), Bastoni 90', Darmian 90', Dimarco 78', Frattesi 26' (1 but) Angleterre 3-1 Italie (Qualifications Euro 2024) | Acerbi 63', Barella 90', Bastoni 27', Dimarco 27', Frattesi 90'. Comme Davide Frattesi, Benjamin Pavard a également trouvé le fond des filets : le français a inscrit un doublé durant le victoire 4-1 de son équipe en amical contre l'Écosse. Marcus Thuram a joué 106 minutes durant les deux matchs que la France a joué. Benjamin Pavard, Marcus Thuram (France) Pays-Bas 1-2 France (Qualifications Euro 2024) | Thuram 80' France 4-1 Écosse (Amical) | Pavard 90' (2 buts), Thuram 26' Cela a été une fenêtre internationale fantastique pour la Turquie d'Hakan Çalhanoğlu, qui a obtenu six points en deux matchs pour assurer la qualification à l'Euro 2024. Le milieu de terrain turc a joué 176 minutes. Kristjan Asllani, pendant ce temps, a débuté lors des deux victoires de l'Albanie contre la Republique Tchèque et la Bulgarie. Denzel Dumfries a également joué pour les Pays-Bas, accumulant 152 minutes au total. Cependant, le sélectionneur hollandais, Ronald Koeman a choisi de ne pas faire jouer Stefan De Vrij. Enfin, Yann Sommer gardait les buts de la Suisse pour la match nul 3-3 face à la Biélorussie. Hakan Çalhanoğlu (Turquie) Turquie 4-0 Lettonie (Qualifications Euro 2024) | Çalhanoğlu 90' Croatie 0-1 Turquie (Qualifications Euro 2024) | Çalhanoğlu 86' Kristjan Asllani (Albanie) Albanie 3-0 République Tchèque (Qualifications Euro 2024) | Asllani 90' Albanie 2-0 Bulgarie (Amical) | Asllani 90' Stefan de Vrij, Denzel Dumfries (Pays-Bas) Pays-Bas 1-2 France (Qualifications Euro 2024) | Dumfries 62' Grèce 0-1 Pays-Bas(Qualifications Euro 2024) | Dumfries 90' Yann Sommer (Suisse) Suisse 3-3 Biélorussie (Qualifications Euro 2024) | Sommer 90' Trois Nerazzurri étaient impliqués dans les qualifications pour la Coupe du Monde, zone Amérique du sud. L'Argentine continue de gagner, le Paraguay et le Pérou sont devenues les dernières équipes battues par l'Albiceleste. Lautaro Martinez a pris part aux deux matchs, commençant le premier et jouant un total de 102 minutes. Une fenêtre internationale douce-amère pour Carlos Augusto, qui a fait ses débuts avec le Brésil, lors de la défaite de la Seleção en Uruguay. L'arrière latéral de l'Inter a joué 73 minutes avant d'être remplacé. Alexis Sanchez, pendant ce temps, a joué 180 minutes pour le Chili. Lautaro Martinez (Argentine) Argentine 1-0 Paraguay (Qualifications Coupe du Monde 2026) | Lautaro 90' Pérou 0-2 Argentine (Qualifications Coupe du Monde 2026) | Lautaro 12' Carlos Augusto (Brésil) Brésil 1-1 Vénézuela (Qualifications Coupe du Monde 2026) | Carlos Augusto, non utilisé Uruguay 2-0 Brésil (Qualifications Coupe du Monde 2026) | Carlos Augusto 73' Alexis Sanchez (Chili) Chili 2-0 Pérou (Qualifications Coupe du Monde 2026)|Sanchez 90' Vénézuela 3-0 Chili (Qualifications Coupe du Monde 2026) | Sanchez 90' ®Zanetti63 - Internazionale.fr
  9. Notre Administrateur-Délégué Sport, Giuseppe Marotta, s’est livré à Trento à l’occasion du "Festival Dello Sport", organisé par la Gazzetta Dello Sport: "Devenir une Bandiera de l'Inter comme Dirigeant ? Je suis Honoré d'être à l'Inter, ensuite il y a tellement de facteurs qui ne dépendent pas que de moi." "Nous traversons une période positive qui est la continuité d’un cycle débuté il y a quelques années et, aujourd’hui, il y a une meilleure conscience en nos propres moyens." "Nous pouvons jouer un rôle de protagoniste, un rôle qui fait partie de notre Histoire, de l’Adn et du Palmarès du Club. Nous n'avons connu qu'un incident de parcours et , cela arrive dans chaque discipline sportive. Je me dois de dire que les prestations réalisées dernièrement ont été très positives, qui font de nous les protagonistes de la saison." La vraie Inter ? "Elle est souvent associée au slogan "Pazza Inter" qui est dans l’ADN du Club aussi par ces situations sur courant alternatif. Au-delà de cet aspect, dans une saison riche d’engagements en club et en équipe nationale, il est également normal d’un point de vue agonistique et physiologique que nous connaissons des baisses de tension et de fatigues, celles-ci doivent être gérée de la meilleure des façons. C’est ici que le Staff technique entre en action et que de nouvelles figures émergent car un sport comme le football est constamment à la recherche d’innovation." La Seconde Etoile ? "C’est une déclaration d’amour explicite, je crois qu’elle trouve son origine par-dessus tout dans les faits : Être ambitieux dans le sport est une vertu, Il faut toujours placer la barre très haut et ce n’est pas un défaut, mais une source de motivation pour faire que toutes les composantes du club, sur et hors du terrain, abonde vers le même objectif. L’ambition ne doit pas être confondue avec l’arrogance qui est un défaut : L’ambition te porte à être traitée d’antipathique, mais je crois justement aussi bien en la rivalité qu’en la compétitivité, et c’est normal qu’une personne comme moi qui gère un club, se doit de transmettre ce concept." Lukaku ? "Il ne sera certainement pas effrayé par l’accueil que va lui réserver le Meazza, il fait partie du passé. Lorsque tu vis des émotions, positives ou négatives, et lorsque tu vis dans un rapport de confiance, cela peut conduire ensuite non seulement à de la méfiance, mais aussi à de la déception. Cela fait aussi partie de la composante humaine et du sport, dans ce qu’il y a de plus spécifique dans un sport riche, où l’argent fait fois et où il ne s’agit pas d’une vertu mais d’un défaut. En ce qui me regarde et en ce qui regarde l’Inter, il fait partie d’un passé récent dans lequel je ne veux pas entrer, je regarde le présent et l’avenir." Ses déclarations "Je ne le vois pas capable de dire beaucoup de choses et il reste libre de le faire bien sûr. Lukaku peut bien sûr dire ce qu'il veut mais nous l'avons toujours respecté... et puis l'argent fait la différence dans le football." Est-ce que le fait qu’il soit sur le banc à Istanbul a joué ? "Je ne pense pas car une décision aussi importante que celle d’accepter une proposition de l’Inter ne peut pas dépendre uniquement dépendre d’un instant, mais bien d’une relation vécue durant plusieurs années et il y avait un grand rapport de confiance, de respect et de reconnaissance envers lui. Je ne vois absolument pas comment nous aurions pu créer une controverse, c’est une polémique, un débat stérile dans lequel nous ne tenons pas à nous engouffrer." Un appel aux Tifosi en vue du retour de Lukaku ? "J’ai entendu parler de ces 50.000 sifflets, et je considère cela comme une situation qui se doit d’être bien gérée, nous devons avoir la capacité de vivre dans le présent dans une période où nous devons unir nos forces. Le fait même que les supporters peuvent se laisser aller à ce type de chose pourrait créer une distraction dans un moment du match où il est important de soutenir les nôtres. Toutefois, et à juste titre, nos Tifosi ont le droit de manifester et de critiquer d’une façon démocratique et civilisé ce qu’il se passe sur le terrain de jeu, c’est un choix libre qui se doit être accepté." Le football d’aujourd’hui "Le phénomène du football arabe a amené des grands avantages économiques aux clubs européens, mais les évaluations devront être faite au moins après deux saisons. Ils ont offert des bouffées d’oxygènes à énormément de club. Toutefois, d’un point de vue qualitatif, nos championnat risque de se retrouver appauvri, même au niveau des droits télés." "Milan représente le Derby de la Ville et il a une saveur particulière. La Juventus est le club avec lequel nous disputons le Derby d’Italia, c’est un autre club tout autant historique et important. Tout dépend de la période, mais remporter un Derby peut te donner ce petit quelque chose en plus." Dans ce championnat ? "Avant tout, il faut gagner contre la Juventus." Roberto Mancini "Il me reste encore un peu d’amertume, je n’aurais jamais imaginé qu’il allait nous abandonner, je pensais qu’il allait continuer son parcours avec la Nazionale. Dans le même temps, j’accueille avec fierté et satisfaction le choix de Spalletti : Je l’ai vu très motivé et impliqué avec des sentiments nationalistes. J’ai connaissance des termes de son contrat et ce n’est certainement pas un contrat qui te change la vie, il a d’ailleurs gagné bien plus d’argent en Club : Il a pris cette décision en la considérant comme une mission." Soutenabilité "Face à la Pandémie, nous avons dû nous adapter à un concept mal utilisé jusqu’à présent qui est la soutenabilité : L’équation "Qui dépense le plus l’emporte n’existe pas dans le sport", mais il est tout de même exact qu’il faut un budget pour construire une équipe compétitive. C’est une chose d’épargner de l’argent et de ne pas le gaspiller, mais c’en est une autre de devoir chercher à réduire drastiquement les coûts car tu te retrouverais face à des difficultés pour constituer ton équipe, car il faut prendre en compte aussi bien la compétitivité en Italie, mais également à l’étranger." La Juventus et l’appel de Steven Zhang "Avec la Juventus, il s’est terminé un cycle, c’est un fait physiologique. Après mon annonce faite lors de l’après-match face au Napoli, j’ai reçu, le matin suivant un message de Steven Zhang. Et comme je ne l’avais pas enregistré, je pensais que c’était une connerie. J’ai donc appelé Urbano Cairo car je savais qu’ils étaient amis et il m’a confirmé qu’il s’agissait bien du numéro de Zhang." "Dès lors, nous avions fixée une rencontre et j’acceptais l’offre immédiatement : En tant qu’Homme de Football, j’ai accepté une proposition qui pourrait être considérée comme une forme de revanche : Celle de revenir sur le terrain immédiatement." Istanbul "La plus grande partie de nos garçons, si ce n’est Tous, disputaient pour la première fois la Finale de la Ligue des Champions et je pense qu’il s’agit d’une expérience importante pour comprendre ce que veut dire s’améliorer et, éventuellement, comprendre comment disputer une autre finale." "L'Inter actuelle est la fille d’Istanbul et d’un processus de croissance de tout le Club : Il ne faut pas oublier que 12 joueurs sont arrivés durant l’été. Cela signifie que nous disposons d’un plus grand respect comparé à notre passé récent en termes d’amalgame : Nous avons créé une solide fondation d’Italiens et je peux dire avec fierté qu’il y en a 6 en Nazionale. Pour moi, cela signifie que l’on créé les conditions pour être compétitif et facilité la compréhension des nouveaux arrivants sur ce que représente l’Inter et sur ce que signifie jouer en Italie." Est-ce qu’un retour d’Onana est envisageable ? "Je ne parviens pas encore à percevoir le futur, mais le football est fait d’un tout. Et il y a aussi des joueurs qui reviennent en apportant des fois des résultats positif et d’autres fois des résultats négatifs. Nous ne savons pas le prédire, mais c’était très certainement une expérience aussi bien importante pour lui comme pour nous, sans oublier le fait que nous avons clôturé notre rapport avec une opération économiquement importante." Marcus Thuram "Au final, la décision revient toujours au joueur et ici même Thuram a été le principal protagoniste de son arrivée à l’Inter, c’est son choix, malgré le fait qu’il avait reçu d’autres offres . Il a évidemment étudié quel pourrait être le meilleur club pour la suite de sa carrière et il est évident que le rôle de son père a exercé une influence : Nous sommes redevenu, l’Inter appétissante et je dois dire qu’aujourd’hui encore j’ai reçu énormément de proposition de joueurs qui veulent jouer chez nous : Cela veut dire que l’Inter est entrain de redevenir l’Inter d’autre fois." Davide Frattesi? "L’avantage que je puisse représenter moi est celui d’avoir un bon rapport avec l’Administrateur-Délégué de Sassuolo. Les indications pour ce joueur sont arrivée de l’Aire technique, nous bossons tous ensemble, moi, Ausilio, Baccin, l’entraineur, afin que chacun puisse apporter à notre cause ses propres talents : Le joueur a aussi été protagoniste dans le fait d’accepter cette destination. Même notre propriétaire, lorsque l’on a présenté cet investissement important, nous a donné le feu vert et nous sommes parvenus à mettre sur pied une opération importantes : Toutes les composantes sont importantes, même les épouses et les fiancées." Scamacca? "Nous avions débuté une négociation avec le club et aussi avec lui, et il y avait initialement une disponibilité de la part du joueur, qui a ensuite préféré emprunter une voie différente. C’est un choix qui se doit d’être respect et nous avons fait un pas de côté. Il n’y avait aucune compétition avec l’Atalanta pour propose plus, nous nous sommes justement retiré." Le Calcio Scommesse ? "Je ne tiens pas à m’exprimer sur une situation au cours d’une enquête. Je crois que parier est un vice antique de l’être humain et qu’il doit être vu comme tel et qu’il se doit d’être combattu d’un point de vue éthique. Les joueurs professionnels font partie d’une catégorie à part : Ils peuvent soudainement devenir riche et le temps qu’ils consacre à leur activité compétitive n’est pas aussi excessive, ils disposent donc d’énormément de temps libre." "Le problème est qu’il vaut savoir combler ces périodes avec des activités positives et il y a souvent un manque de valeurs, ils sont jeunes et ils doivent être aidé pour grandir. Je me dois de faire un Mea-Culpa au nom de la classe dirigeantes car les Institutions, les Clubs, les associations syndicales, nous avons tous, sans exceptions manqués et manquons encore à l’appel." "J’ai assisté, au tout début de ma carrière au scandale du Calcio Scommesse et les choses se répètent ici en 2023 : Cela veut dire que la matrice de prévention et d’acculturation fait défaut. Nous ne parvenons pas à faire ce qu’il faut et ces garçons tombent dans ce type de situations qui ne leur apporte bien, car ils vivent dans un monde doré." Mauro Icardi ou Romelu Lukaku? "Vu comment les choses se sont passées, c’est mieux Icardi." Allegri ou Conte ? "Le dénominateur commun est qu’ils sont tous les deux des gagneurs, ce qui est une caractéristique importante que se doit d’avoir un entraineur. Il y a les gagnants et ceux qui échouent : Chaque entraineur présente un profil différent et ils le savent eux même : Eux savent gagner et ils savent comment transmettre cette mentalité de gagnant, j’ai connu de belles expériences avec les deux." "Avec Conte c’est encore une plus belle expérience car nous sommes parvenu à gagner aussi avec l’Inter, ce qui est quelque chose d’extraordinaire : Ce sont deux grands professionnels qui m’ont offerts de très grandes émotions." Lautaro peut-il prétendre à un possible Ballon d’Or ? "Oui, absolument, je crois qu’il a toutes les qualités pour réaliser une excellente carrière qui coïncidera très régulièrement avec les nominations à des prix prestigieux : Je lui souhaite d’en avoir le plus possible. C’est un parcours assez long, mais il y a surtout le fait qu’il s’identifie aujourd’hui au rôle qu’il a à l’Inter, il s’agit de tout un ensemble de valeur qui sont favorable à sa croissance professionnelle." Son futur ? "Le club est attentif à toutes ses indications que je viens de citer. Aux côtés de Lautaro, il y a tout un ensemble de joueurs qui méritent également une attention particulière de notre part et, avec le Directeur Sportif Piero Ausilio, nous travaillons en ce sens avec un objectif : Toujours garder bien en vue quels sont les objectifs à atteindre. Les aspects contractuelles sont selon moi marginal comparé à l’engagement que nous nous attendons tous de la part des joueurs du noyau." Auriez-vous signé pour occuper la position actuel aussi bien en Ligue des Champions qu’en Championnat ? "Je suis satisfait car, au-delà des statistiques, j’analyse les prestations qui ont été proposées et celle-ci ne peuvent être que positives, également pour ce que devrait être notre futur. Je dois dire qu’il faut aussi absolument reconnaitre le mérite de notre entraineur qui a su faire fusionner un nouveau groupe et à en faire ressortir un modèle positif." Scudetto ou Ligue des Champions ? "Je vote pour le championnat. Le championnat est une course par étapes, le meilleur gagne toujours. En Ligue des Champions, il y a aussi des circonstances heureuses, le meilleur ne gagne pas toujours. Nous sommes très compétitifs pour le Scudetto, les valeurs qui ont émergé et les valeurs objectives le disent. En réalité, c'est plus difficile en Ligue des Champions.” Est-ce que vous vous retrouvez encore dans ce football ? "Les symptômes d’intelligence s’adaptent au temps. Nous sommes face à un monde totalement différent, il y a des innovations qui sont devenu réalités comme les algorithmes et l’intelligence artificiel. C’est aux managers à savoir s’adapter à l’époque actuelle." Quelle l’opération de Mercato qui aurait pu être la plus importante "Celle de Bellingham qui est un joueur vraiment très fort et qui représente le présent et le futur. Mon regret a été également de ne pas avoir recruté Haaland à la Juventus, on me l’avait proposé lorsqu’il était encore à Molde, mais c’est la vie." Où sera l’Inter dans un mois ? "Il est mieux, paradoxalement, d’être dans le rôle du chasseur que de celui du lièvre, et de devenir celui du lièvre à la fin car il l’emportera toujours. Mis à part cela, il faudra savoir gérer les moments de fatigue liés à la compression des rendez-vous qui s’enchaine. Je retiens que nous disposons d’un noyau compétitif, tel qu’il permettra à Inzaghi de le gérer de la meilleure des façons possible." Pourquoi allumer Lukaku et encenser Icardi Nos confères de la Gazzetta Dello Sport ont tenu à analyser la situation : La pensée de l’Administrateur-Déléguée est la même que celle de tous les autres Managers de la Viale Della Liberazione, car si le traumatisme de la rupture avec Big Rom est encore tout frais, la situation est différente entre l’argentin et le belge. Icardi avait manifesté son amour pour l’Inter jusqu’au bout, il a commis la faute de ne pas savoir dissocié le Vestiaire des déclarations de son épouse et agent Wanda Nara, ce qui lui a posé des problèmes avec ses équipiers, mais il a cherché une façon pour arranger les choses. Et cela, même lorsqu’il avait été écarté du noyau et que le numéro 9 lui a été retiré pour finir sur les épaules de Lukaku, même lorsqu’il avait fini par devoir s’entrainer tout seul. La situation est totalement différente pour le Belge qui, même s’il était fortement désiré par la Direction et Inzaghi, ne s’est jamais exposé avec Chelsea pour rester à l’Inter et, lorsque l’intervention de Roc Nation avait permis de favoriser l’accord entre les deux clubs, il s’était éclipsé, en ne répondant plus au téléphone également à ses équipiers, il a donc fait comprendre à tous qu’il avait tourné le dos au Monde Interiste ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  10. Interviewé par Sky Sport peu avant la cérémonie de l’European Golden Boy 2023 au Teatro Cucinelli de Solomeo, Giuseppe Marotta s’est livré, comme à son habitude, sans filtre Made In Italy "Même en fermant les yeux pour recruter l’un de ces candidats, ce serait toujours une bonne pioche car ce sont des jeunes très intéressants qui feraient de belles choses dans n’importe quelle équipe italienne. Mais il faut savoir que nous sommes dans une période de contraction financière très importante et que même les grands clubs ne peuvent pas se permettent des investissements importants." "C’est difficile de savoir combien de temps elle durera car les meilleurs ressources sont représentées par la valorisation des droits télés, qui traversent également une période difficile et que la Lega gère de la meilleure des façons. Je crois qu’il faut, par-dessus-tout, valoriser le Made In Italy : Nous, comme Inter, sommes fier qu’il y a actuellement 6 footballeurs en Nazionale pour nous y représenter." "Je retiens le Made In Italy, aussi bien pour les entraineurs que pour les joueurs, comme quelque chose d’important et d’unique, il faut continuer à puiser sur la valorisation e ces ressources." Simone Inzaghi Est-ce que les points perdu face à Sassuolo et Bologne sont une sonnette d’alarme ? "Je dirais que les trois quarts de notre noyau sont engagés dans différents matchs avec leurs équipes nationales, cela veut dire à quel point notre noyau est fort. Le fait d’avoir fait match nul face à Bologne et d’avoir perdu de Sassuolo fait partie de notre parcours, qui est que nous sommes dans une phase intermédiaire de la saison et du championnat. "Je ne peux qu’être extrêmement fier d’un côté, et d’un autre que très satisfait du travail réalisé par Simone Inzaghi qui démontre, par les faits et avec des résultats et des prestations, que c’est un entraineur brave et préparé. Ces résultats ne sont pas des blessures de parcours, mais ils font parties d’un parcours qui nous voit engagé sur tellement de fronts. Il faut faire preuve de patience et comprendre les erreurs qui ont été commise dans ces matchs afin de nous améliorer." Captain Argentina Les déclarations de Roberto Baggio sur Lautaro? "C’est une icône du football mondial, un fin connaisseur, il n’y a pas meilleur référence. Je retiens qu’il a tenu des paroles sacro-saintes : Lautaro est un jeune qui a tellement muri, il s’est affirmé aujourd’hui comme un Champion, il y a une si grande satisfaction pour tout ce qu’il est parvenu à faire jusqu’à présent et pour tout ce qu’il fera. Aujourd’hui, c’est notre Capitaine et j’espère tellement qu’il pourra continuer à représenter la Bandiera de l’Inter pour de très nombreuses années : Il a toute les qualités pour rester dans nos mémoires et pour offrir, les plus grandes satisfactions, à chacun d’entre nous." "Il y a une très grande volonté, de notre part, d’investir sur lui car il représente le présent et le futur de l’Inter : Nous ferons tout pour parvenir à trouver un point d’entente dans le respect également des autres joueurs qui réalisent également et amplement leur devoir." Présent à la Cérémonie du Golden Boy 2023, Beppe Marotta s’est également livré à Tuttosport Varese "Le Varese d’Antan était le premier qui représentait le plus la Discipline Sportive, avec une vision, une stratégie, l’ingénieur Borghi avait l’œil et avait proposé un modèle organisé avant-gardiste pour l’époque : Se fier à ses Managers: Il y avait le concepts de déléguer du travail aux Managers les plus compétents. Le Manager choisi avait le profil adapté pour le football, pour le basket, pour le cyclisme en apportant la valeur de la Compétence. Ce Varese était un melting-pot de tout cet ensemble de chose, mais la Compétence était l’élément fondamental." A 26 ans, j’en suis devenu le Président dans une période où avec le départ des mécénats, le soutien fut moins présent dans des places telles que Varese, Novara et Como. Nous avions alors dû nous adapter en créant un nouveau modèle de soutenabilité qui, à présent, est employé et utilisé par tous, en cherchant à valoriser nos atouts les plus importants comme les secteurs de la Jeunesse. C’est ainsi que Varese est devenu une équipe formatrice qui revendait ensuite les jeunes aux grandes équipes." Monza "C’était une période très importante en ce sens on les contre-rachats n’existaient pas encore dans le Calcio. J’étais allé à la Juve, place Crime et j’avais vendu la moitié de la carte de Casiraghi au Président Boniperti. J’étais jeune, j’avais 30 ans et je me suis retrouvé en difficulté: "Je suis allé voir le Président et je lui ai dit : Dites-vous le prix car je n’arrive pas à le dire (il sourit)." Et il avait été très bien, très bon, car il s’agissait d’un milliard et demi de lire. J’ai revendu l’autre moitié lorsque Montezemolo arrivait." Suning “Meno male que les propriétés étrangères sont arrivées car je ne sais pas où notre Calcio aurait terminé sans elles. Notre propriété chinoise a injecté de très grandissimes investissements, quasiment près d’un milliard d’euros. Nous avons dû aiguiser nos esprits, faire preuve de vertu, car même si nous ne faisons pas des investissement importants, notre Actionnaire veille toujours à ce que nous mettions en place une équipe des plus compétitives et l’année dernière, nous avons atteint la Finale de la Ligue des Champions." "L’avantage de cette propriété chinoise est qu’elle nous permet de travailler en toute sérénité sans pression : Steven Zhang est un jeune Président âgé de 30 ans qui est très serein et qui ne te transmet aucune pression." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  11. Le milieu de terrain de l'Inter Milan, Davide Frattesi, considère son doublé contre l'Ukraine à San Siro comme un moment spécial de sa carrière. Les deux dernières années ont été très mouvementées pour Frattesi. L'Italien a connu sa première saison en Serie A lors de la saison 2021-22, avec Sassuolo. La saison dernière, il n'a fait que s'améliorer. La forme de Frattesi pour les Neroverdi l'a amené à être appelé de plus en plus souvent en équipe nationale italienne. Il est devenu un habitué de l'équipe sous Roberto Mancini et Luciano Spalletti. Les performances de Frattesi avec Sassuolo ont également suscité l'intérêt de certains des plus grands clubs de Serie A. Les performances du joueur de 24 ans en équipe nationale n'ont pas été étrangères à cet intérêt. Finalement, c'est l'Inter qui a remporté la course à la signature de Frattesi cet été. Les Nerazzurri ont recruté le milieu de terrain devant la Juventus, la Roma et l'AC Milan. À 24 ans, Frattesi a encore une longue carrière devant lui pour vivre des moments exceptionnels. Il en a déjà vécu quelques-uns. L'un d'entre eux est le but du milieu de terrain dans le derby milanais pour l'Inter. Frattesi est sorti du banc et a marqué le cinquième but dans les arrêts de jeu pour conclure la victoire 5-1 des Nerazzurri sur l'AC Milan, le rival de la ville. Mais pour Frattesi, c'est sous le maillot de l'Italie qu'il a vécu ses moments les plus forts. Le jeune homme de 24 ans a cité "mon doublé à San Siro". "Mon premier match avec l'Italie a été le plus tendu. Mais le moment le plus exaltant a été le doublé que j'ai marqué à San Siro". Frattesi a également remarqué une influence particulière dans la configuration de l'Italie. "Nous avons certainement un grand modèle ici, Gigi Buffon". "C'est une grande personnalité qui nous donne certainement un coup de main", a-t-il déclaré à propos de l'ancien capitaine emblématique de la Juventus et de l'Italie. ®Jean Idriss – Internazionale.fr
  12. Notre international turc s’est livré à The Digest au cours de la tournée japonaise de l’Inter dont l’objectif est de coudre la seconde étoile sur le maillot Vous vous entrainez durement et vous jouez, mais comment est votre condition physique après ces deux semaines de reprises des entrainements ? "Il faudra encore un peu de temps pour me remettre en forme, je suis revenu dans l’équipe il y a une dizaine de jour car j’avait disputé un match avec mon équipe nationale, mais l’entrainement de présaison est toujours dur, cela l’a toujours été et j’y suis habitué. Les entrainement se déroulent bien, mis à part la chaleur." Il y a des changements chaque année dans l’équipe, des joueurs vont et viennent : Quels sont vont rapports avec vos nouveaux partenaires d’équipe ? "Les changements sont inévitablement dans le monde du football : Je me suis énormément diverti à l’Inter avec les joueurs qui sont partis et je leur souhaite tout le meilleur possible dans leur nouvelle équipe. Je peux dire aussi pour les nouveaux joueurs de l’Inter : Ils sont tous brave, jeune et fort, ils apporteront leur contribution à l’équipe de la même manière que ceux qui sont parti l’avaient apporté. Et après mes nombreuses années dans l’équipe, je chercherai à venir en aide aux nouveaux à tout point de vue." L’Inter a salué ses vétérans comme Samir Handanovic, Danilo D'Ambrosio, Marcelo Brozovic et Edin Dzeko, tout en acquérant des jeunes joueurs comme Yann Aurel Bisseck, Davide Frattesi et Marcus Thuram. Dans l’équipe, il y a aussi des joueurs d’expérience comme toi, cela semble être un équilibrage positif... "Je suis d’accord, les jeunes sont en forme et nous sommes expérimentés, je pense que la balance est positive: Je pense aussi savoir m’entendre avec eux sur et hors du terrain, je veux faire en sorte que cela se produise : A titre d’exemple, Thuram et Bisseck viennent de l’étranger, je leur ai donc montré comment les choses se font en Italie : Nous sommes une Famille et nous nous entraidons." Pensez-vous que l’Inter réalisera une meilleure saison comparée à l’année écoulée ? "Nous avons réalisé d’excellents résultat la saison dernière en remportant la Coupe d’Italie, la Super Coupe d’Italie et en atteignant, pour la première fois depuis 13 ans, la Finale de la Ligue des Champions." "Pour cette saison, nous voulons nous envoler immédiatement en nous concentrant particulièrement sur la Serie A : Il y a des équipes redoutables en Serie A, mais nous sommes bien préparé : L’Inter doit toujours être en tête au classement." Parlez-nous des points forts de l’Inter... "Le Club fait de l’excellent travail car ces dernière années, nous avons aussi fait de belles choses en Serie A : Le fait est que nous avons remportés deux titres pour la seconde année consécutive, ce qui est la preuve que le club fait de très bonnes choses et cette saison ne sera pas différente: Nous, les joueurs, nous en avons conscience : Il y a un sentiment d’union entre les joueurs et le Staff du Club, nous sommes comme une Famille." "C’est ma troisième saison à l’Inter et je pense que tous les joueurs qui composent l’équipe sont habités d’un grand cœur, ce sont tous des gars divertissants, quand un nouveau arrive, nous sommes tous là prêt à lui venir en aide, que ce soit sur ou hors du terrain et c’est également valable pour le Personnel du Club : ce sont tous de très braves personnes." Juan Cuadrado est arrivé de la Juve, comment avez-vous vécu son transfert ? "Je suis content qu’il soit ici, c’est un grand joueur et je n’ai aucun doute sur ses capacités. Je pense qu’il est venu car il a conscience de la Force de l’Inter : Nous avons tellement de braves joueurs dans cette équipe, mais avec son expérience, l’Inter devrait être encore plus forte." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  13. Marcus, fils de l'ancien parmesan Lilian Thuram, s’est livré au cours d’une longue interview à la Gazzetta Dello Sport sur ses premiers jours à l’Inter : "J’ai trouvé, en l’Inter, une grande équipe, un club organisé avec des entrainements de qualité: Inzaghi et Lautaro m’ont donné confiance en me disant qu’ils ont besoin de moi." Le fait que je ne marque pas énormément ? "En réalité, la saison dernière était ma première saison comme attaquant car je jouais sur l’aile, mon poste de prédilection. Cela m’importe peu que je marque ou que je réalise une passe décisive, ce qui compte c’est de gagner." Un numéro 9 symbolique "Lorsque tu portes le maillot de l’Inter, tu ressens le poids du maillot, pas du numéro. Cela aurait pareil si j’avais choisi le 99, le 8 ou le 7, ils auraient tous eu le même poids, car cela reste une très grande responsabilité. J’ai changé tant de fois de numéro dans ma carrière, le numéro 9 était libre et je l’ai pris sans plus attendre." Allez-vous devenir plus fort que Lukaku ? "Nous sommes deux joueurs différents, je le respecte, mais je suis quelqu’un d’autre." L’Italie, le pays En effet, Marcus a vécu en Italie du temps de son père à Parme et à Turin Quels sont vos souvenirs ? "La nourriture, mmmmh. J’étais trop jeune à Parme, à Turin, je me rappelle l’école, de mes s amis, du parc : J'étais un enfant très heureux, puis nous sommes allés vivre à Barcelone." Ce qu’il y a d’italien en moi ? "Je n’ose pas vous le dire, mais Ok.... mon père me dit toujours que lorsque je suis victime d’une faute, que je reste trop longtemps au sol." Votre première fois au Meazza? "J'ai vu AC Milan-Juve et Trezeguet marquer après un retourné de Del Piero." Vous allez vous y retrouver en tant que protagoniste ? "Je suis impatient, c'est une idée fixe dans ma tête. Le Giuseppe Meazza est l’un des plus beaux stades du monde, mythique pour tous ceux qui jouent au football. Certes, la Serie A a changé depuis que papa a joué en Italie, mais c'est lui qui m'a poussé à choisir ce championnat. Il m'a expliqué que c'est un pays qui vit pour le football. J'avais plusieurs options, mais papa m'a conseillé, recommandé l'Inter". Pour l’anecdote, Marcus a choisi de rejoindre l'Inter, un club qui l'aurait accueilli il y a déjà deux ans, avant qu'il ne se blesse "Je m'étais déjà imaginé portant ce maillot il y a deux ans: Le club Nerazzurro et sa Direction ont été présent pour moi, même après ma blessure. Ils m'ont consolé et ça, je ne l'ai pas oublié. Il était donc naturel pour moi de les choisir. Avoir la chance de recommencer ce que le destin m'avait enlevé il y a deux ans est incroyable." Milan a été à deux doigts de vous recruter : . Savez-vous que le prochain derby sera plus chaud que d'habitude pour vous ? "Les Tifosi du Milan vont m'en vouloir, mais patience! Je sais pourquoi j'ai choisi l'Inter et je ne m'inquiète pas des huées, qui arriveront de toute façon dans le Derby". La seconde étoile dans le viseur "Le Scudetto est notre objectif, nous travaillons quotidiennement pour cela, nous voulons être heureux en fin de saison." L’avez-vous dit à votre ancien équipier Sommer ? "Non, il est trop réservé, j’espère qu’il arrivera, mais il ne s’exprime jamais." Votre idole... "Adriano : Il savait tout faire, je m’inspire de lui." Pourquoi pas Ronaldo ? "Lui non plus ne peut pas être loin de mes pensées : Mon père ne dormait jamais de toute la semaine lorsqu’il savait qu’il devait l’affronter, je m’en souviens bien." Avez-vous vu le Président Zhang à Tokyo ? "Oui, je l’ai rencontré vendredi au déjeuner, il m’a serré dans ses bras et m’a dit qu’il était fier de me voir ici et qu’il était impatient de me suivre en direct." Vous n’avez jamais évolué en 3-5-2... "Je l’ai parfois testé avec le Borussia, je dois comprendre son fonctionnement avec l’entraineur." Lautaro? "Il m’a marqué, impressionné immédiatement: Il est bien plus fort que ce que je ne le pensais." Je suis amoureux vous le saviez ? "Je suis un amoureux du football: Chaque fois que je monte sur le terrain, je suis heureux et dans la vie, tu es fier lorsque tu fais la chose qui te plais la plus au monde, encore plus si les choses se termine bien et je ferais tout ici pour que cela se passe bien." Quelle est la grande différence entre l’Allemagne et l’Italie ? "Le football est le football partout, surtout à haut niveau. Mais ici, on accorde plus d'attention à l'aspect tactique : je le savais déjà, maintenant je le touche de mes propres mains". Que vous a dit Lilian, votre père, de la Serie A ? "Qu’il a énormément changé depuis qu’il y avait évolué en Italie, mais il m’a poussé à choisir ce championnat, il m’a convaincu en me disant : "C’est un Pays qui vit pour le Calcio, tu t’y trouveras bien" et c’est vraiment comme ça." Vous êtes très actif sur les réseaux sociaux, comment vous imposez-vous face aux critiques ? "Je me diverti énormément avec les réseaux sociaux, c’est vrai: C’est un monde ouvert où tout le monde a la possibilité de parler et c'est plus facile de le faire derrière un ordinateur qu’en face à face. Je suis un personnage public : et donc Allez-y, cela ne m'affecte pas. Mais il y a aussi des aspects positifs." "Si je dois faire le bilan, je reçois bien plus d'amour que de méchanceté." Promettez-vous de battre votre record personnel de 13 buts ? "Je travaille sur cela, lorsque qu’une saison débute, l’objectif est de faire mieux que la précédente n’est-ce pas ?" ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  14. C'est la confirmation de la Gazzetta Dello Sport: L'Inter devient de plus en plus italienne! Si en 2010, notre Bien-Aimée n'avait aligné aucun italien dans son Onze de base en Finale de la Ligue des Champions, les temps ont bien changé pour la Vice-Championne d'Europe en titre! L'Inter a identifié le profil pour renforcer la défense de Simone Inzaghi. Il s'agit d'un joueur expérimenté qui évolue déjà dans la défense à trois en tant que latéral droit depuis des années: Toloi, de l'Atalanta, notamment parce qu'il connaît parfaitement les autres défenseurs, pour y avoir déjà joué en sélection avec l'Italie. "Toloi se sentirait immédiatement chez lui à la Pinetina, ne serait-ce qu'à cause de tous ces visages familiers. Darmian, par exemple, est le dernier arrivé dans le groupe (Ner)azzurro de Roberto Mancini, mais c'est aussi celui avec lequel l'actuel capitaine de Gian Piero Gasperini devrait éventuellement jouer. Dans le 3-5-2 rigide d'Inzaghi, après la blessure et la mutinerie de Skriniar, l'ancien joueur de United a réussi à passer du flanc droit au rôle de défenseur central avec application et ductilité: Il devrait débuter en qualité de titulaire, du moins au début mais la Garantie "Toloi" permettrait à Matteo d'aider sur l'aile au besoin" "Rafa retrouverait également Acerbi et Bastoni, qui ont pleuré de joie avec lui à Wembley en 2021, mais aussi Federico Dimarco, pilier du nouveau cycle: Si à l'Inter il est désormais toujours un ailier de haut niveau, chez les Azzurri il peut aussi évoluer en tant qu'arrière latéral dans une défense à 4." "L'italianisation d'une équipe dont l'internationalité est déjà inscrite dans son nom ne s'arrête cependant pas à sa base arrière : Quelques mètres plus loin, on trouve Davide Frattesi qui vient de s'ajouter à Barella, soit les deux turbines de l'équipe nationale" "En bref, l'écosystème serait parfait pour intégrer également Toloi, si la Dea décide de se montrer ouverte à la négociation." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  15. En marge de l’évènement "Sport e Musica nell'era della performance. Basta ancora il solo talento?" qui s’est tenu au Triennale di Milano, le Taulier des Directeur Sportif en Italie s’est livré, hier soir, sur le mercato Nerazzurro C’était une fameuse journée pour l’Inter…. "Les prolongations de Çalhanoğlu et Bastoni étaient deux situations bien préparées depuis longtemps: L’officialisation est finalement arrivée et j’en suis heureux car nous comptons construire le présent et le futur de l’Inter autour d’eux. C’était vraiment quelque chose de voulu, ensemble, d’allonger la durée des contrats en mérite aux prestations des dernières saisons. C’est une reconnaissance pour le travail qu’ils ont réalisé à l’Inter ces dernières années." Était-ce difficile pour Frattesi car on parlait aussi d’un Grand Derby ? "Comme pour toutes les négociations et code promo premier bet, il y a toujours des difficultés et lorsqu’il s’agit de Sassuolo, les difficultés augmentent. Lorsque tu as un club qui prend un joueur, les autres disent qu’ils n’étaient pas intéressés, mais en réalité, il était suivi depuis tant de temps. Ce n’était pas une thématique d’une ou deux équipes, c’est un joueur très fort qui a énormément grandi, un joueur de la Nazionale, et il a attiré l’attention d’énormément d’équipes italiennes." "Nous y avons travaillé et nous avons forcément su nous montrer convaincant car ce garçon nous a donné un coup de main en voyant, en l’Inter, le projet le plus convaincant : Et nous sommes très heureux d’avoir pu porter à terme cette opération." Il reste un autre poste vacant au milieu : Est-ce pour Samardžić ou pour d’autres profils ? "Plus que d’un poste libre, je parlerai plutôt de situation qui peuvent prendre en considération plus qu’un nom : Il y a tant de garçons dont il est important de régler la situation en sortie, et une fois cette situation de réglée, nous pourrons mieux comprendre comment compléter ce secteur qui reste compétitif malgré le fait que Brozovic soit parti." Deux sont partis : Brozovic et Gagliardini, deux arriveront ? "Nous débuterons la saison avec six milieux : En accord avec Simone et Marotta, nous chercherons à composer le meilleur noyau possible pour faire face à toutes les compétitions : Il devra s’agir de joueurs importants. Je cherche à doubler les postes avec 20 joueurs de terrains et trois gardien, nous nous préparons à cela pour le début de la saison." Aimeriez-vous ravoir Lukaku rapidement comme Inzaghi ? Est-ce qu’une semaine de négociation va débuter avec Chelsea ? "Je ne parle pas de temps mais d’idée est Lukaku est une idée importante partagée par tous dans l’Aile Sportive, mais c’est un joueur de Chelsea : Les dialogues avec le club anglais ne se sont jamais interrompu et j’ai bien conscience que le joueur ne sera plus donné en prêt pour une seconde année : Nous évaluons donc la façon dont il nous sera possible de le recruter à titre définitif : Lukaku sait parfaitement bien que nous tenons à le faire revenir à l’Inter et que nous cherchons à trouver une solution." Le Mercato laisse suggérer d’autres ventes, comme Onana ? "C’est le gardien de l’Inter, et nous tenons à aller de l’avant avec des joueurs forts, Onana est un point de force de l’équipe : S’il arrive des offres nous les écouterons. Au jour d’aujourd’hui aucune n’est arrivée ou du moins aucune ne répond à nos attentes : Le discours Onana se termine ici : C’est le gardien de l’Inter. Nous n’attendrons pas jusqu’à la fin du Mercato, mais d’ici à une vingtaine de jour. Et c’est valable pour tout le monde, si nous recevons des offres importantes, nous les évaluerons toutes. Il n’y a pas de date butoir, mais nous ne voulons pas nous priver de quelqu’un." Avez-vous été lassé par les dernières sorties sur les réseaux sociaux de Brozovic avant sa cession ? "Les déclarations sur les réseaux sociaux ne m’intéressent que très peu, ce qui m’intéresse c’est ce qu’a fait Brozo au cours de ses huit années à l’Inter : Elles ont toutes étaient importantes même ce n’est pas non plus comme si toutes étaient excellentes : Ce sont surtout ces dernières saisons qui ont été importantes. Je le remercie pour cela, à présent Brozovic est le passé et Frattesi représente le présent et le futur, comme tous les autres joueurs qui sont restés." Aurez-vous un budget de plus-values solide via la vente des jeunes joueurs ? "Nous avons besoin de travailler dans le respect des paramètres qui nous ont été donnés : L’Inter, comme tous les clubs de l’UEFA, travaille dans le respect de cette règle : Tu dépenses ce que tu gagnes. Si tu parviens à gagner plus alors tu peux dépenser plus, mais il est possible de se montrer très imaginatif : Chaque année nous parvenons à être compétitif et nous avons remportés et disputés deux finales : Nous voulons continuer à être compétitif aussi pour les prochaines années : La qualité d’une équipe ne s’établi pas uniquement sur la somme qu’elle dépense, mais bien plus sur la base d’autres facteurs." Où en est la situation avec Handanovic ? "Son contrat a pris fin, mais nous procéderons à des évaluations à la lumière de ce qu’il se passera dans les prochains jours." Trubin ? "C’est un joueur de talent comme tous les autres joueurs, l’Inter a le devoir de l’observer, et de le surveiller : Il fait partie de ce type-là." Est-ce qu’il s’agira d’un mercato toujours actif dans les prochaines semaines ou est-ce que toutes les opérations seront réalisées en fin de mercato ? "Je vous promets que nous ne ferons rien jusqu'à la fin du mois d'août, à condition que ce soit la dernière discussion et que nous en reparlions en septembre" (il rit) Kovacic ? "Je l'apprécie. D'abord parce que c'est un gars formidable. Ensuite, il y a la satisfaction de l'avoir découvert. Je regrette de ne pas pouvoir eu le temps l'apprécier, non pas parce que quelqu'un m'a forcé à le vendre, mais quand une offre importante arrive comme celle du Real Madrid pour un jeune garçon, et que cette offre vous permet de résoudre certaines situations, il est difficile de dire non. Il est également difficile pour le joueur de dire non au Real Madrid lorsqu'il l'appelle." "À l'époque, nous n'étions pas structurés pour le conserver et le prolonger, car nous devions composer une équipe très compétitive. Aujourd'hui, nous aurions la force de le garder. Nous devons chaque année maintenir un équilibre et un sacrifice par an doit avoir lieu : Cette année Brozovic est parti, et après tant d’années nous nous sommes mis d’accord pour changer quelques personnalités." "Nous avons aussi immédiatement investi aussi sur Frattesi et des jeunes en développement comme Asllani : Nous allons de l’avant." Inconnue mystère "Je dois vous confesser quelque chose : Je n’ai pas de compte Instagram Officiel, je m’en suis créé un pour contrôler les épouses car certaines m’avait créés des problèmes. Tu comprends énormément de choses via les épouses et les fiancées, tu cernes aussi la personnalités des joueurs. J’ai aussi suivi des joueurs, même d’autres équipes. Mais je l’ai créé car l’épouse d’un joueur me posait énormément de problèmes." Frattesi ? "Il représente l’idée que nous avons d’un joueur, il a démontré son talent déjà en Primavera, c’est là qu’il s’est fait connaitre avec la Roma et a fait parler de lui. Ensuite, il a connu un parcours compliqué dans des compétitions inférieures. Il s’est retrouvé à Sassuolo dans une opération comme certains le font pour rejoindre par la suite la Serie B. J’ai eu la possibilité de le voir à Monza et il est revenu assiéger la Serie A, en ayant une croissance constante avec Sassuolo : Il s’est toujours nourrit de ses détracteurs pour s’améliorer, il a de l’ambition et une volonté d’émerger qui ne s’est jamais perdue." "Il a encore une belle marge de croissance, il est jeune. Mais Sassuolo n’est pas l’Inter, la scène change, le stade change, les ambitions changent, les objectifs changent : C’est une chose de vouloir jouer pour faire une belle impression, c’en est une autre de jouer pour gagner des titres, comme cela doit être le cas lorsque tu es à l’Inter : Je suis certain que ce garçon a toutes les qualités et caractéristiques requises pour répondre à ce que nous recherchions." Les Giovanile? "J’ai toujours été chanceux car j’ai énormément travaillé avec les jeunes, j’en ai visionné énormément. Je me souviens du premier talent qui m’a frappé, je venais d’être nommé Responsable du secteur des Jeunes et Beppe Baresi et moi avions convenu de parvenir à convaincre le Président Moratti d’investir davantage sur les jeunes joueurs. "Il nous a accordé un très gros budget et nous sommes partis à leur recherches. L’un des premiers que nous avions acheté se nommait Pandev, il avait tout de suite montré qu’il était très fort. Je l’avais découvert un peu par hasard, mais ce qui compte, c’est l’instinct, le moment clé, celui où tu ressens l’émotion que te procurer un joueur. Nous l’avions recruté aux confins de la frontière hongroises. Et à partir de lui, il y en a eu énormément d’autres en 25 années passées à l’Inter." "Chaque fois que je recroise l’un de ses garçons, ils viennent me saluer, cela me fait plaisir." Est-ce vrai que Kvaratskhelia était sur votre Agenda, il y a quatre ans ? "Oui, mais pas que sur le mien,ce garçon était connu de tous. Des rendez-vous ont eu lieu à l’époque, j’avais même rencontré l'agent personnellement, mais si vous jouez en 3-5-2 avec Conte et Inzaghi, vous avez du mal à l’insérer." "Il y avait aussi la Juventus et la Roma, puis Naples a profité d'une très bonne situation et s'en est bien sorti. Il lui a aussi fallu du courage. Ce n'était pas un joueur très connu, mais tout le monde le connaissait. Tous nos recruteurs le considéraient comme un talent important, qui aurait mérité un investissement. Mais il n'était pas considéré comme adapté à notre système de jeu." Le Fair-Play-Financier "Le football d’aujourd’hui est différent, il y a des systèmes de contrôles qui ne te permettent plus d’investir autant que tu le voudrais, indépendamment des possibilités. Si aujourd’hui il y avait encore un Moratti passionné et avec l’envie de dépenser, les règles actuelles l’en empêcherait : Tu dois dépenser ce que tu gagnes en respectant le palier de 30 millions d’euros sur le triennal." "Si tu ne parviens pas à te créer des opportunités pour les recettes, alors tu dois renoncer à quelque chose : Le Système européen tient compte d’énormément de paramètres, nous vivions avec cette réalité depuis 2014 et ce sera toujours comme ça à présent." La Premier League ? "Juste pour les seuls droits télés, le rapport est de 1/4: La dernière équipe de la Premier League gagne plus que la première de la Serie A. Nous devons utiliser d'autres stratégies : Nous avons de bons Dirigeants, de bons entraîneurs, de bons secteurs de jeunes. Nous avons aussi besoin d'imagination et d'une prise de décision rapide. Eux, sont plus lents dans ce domaine, et nous parvenons parfois à nous faufiler et à ramener le joueur à la maison. Même si, en toute honnêteté, il faut dire que lorsqu'on est sur le même joueur, c’est très rare que nous parvenions à l’emporter." Balotelli "En ce qui concerne les footballeurs, vous abordez les choses de différentes manières. Parfois, nous avons pris des joueurs tout en sachant qu'ils n'étaient pas les meilleurs, mais parce que nous ne pouvions pas faire autrement : Il y en a des exemples de mauvais achats ou de prêts permanents. Peut-être même partagées avec les entraîneurs, qui échappent souvent à toute responsabilité. Parfois, on se trompait parce qu'on avait des attentes qui n'ont pas été satisfaites." "Parfois, on s'imposait encore plus durement, parce qu'on a pris trop confiance en certains joueurs." Mon geste le plus romantique ? "C’est bien connu c'est moi qui ai découvert Balotelli, j'aurais tout misé sur lui, c'était mon Recoba. A ce moment-là, c'était comme un fils. Il est inexplicable que, par rapport au talent qu'il avait, il ne soit pas devenu une folie du football mondial pendant 20 ans." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  16. Homme de ce début de mercato en Italie, Davide Frattesi prends des vacances bien méritée après avoir disputé le Final Four de la Ligue des Nations avec l’Italie. Celui-ci s’est livré au cours d’une très longue interview à la Gazzetta Dello Sport où il estime être dans "l’été le plus important de sa vie" Davide, contrôlez-vous votre téléphone ces derniers temps ? "Pas vraiment car j’ai demandé à mon agent, Riso, de me prévenir uniquement lorsque tout sera quasiment réglé et je me suis évité une autodestruction : Lui est hermétique, ses collaborateurs en ont peur, sont terroriséset il ne m’a encore rien dit : Heureusement que j’ai ma grand-mère Stefania. Chaque jours elle m’envoie les articles de presse qu’elle s’est chargée de filtrer, c’est fantastique" Que ressentez-vous à la lecture d’un Derby de Mercato entre l’Inter et le Milan pour vous ? Et il y aurait aussi la Juve : Les trois grands clubs historique veulent Frattesi. "C’est une belle sensation, je ne peux le nier, mais je suis aussi un peu anxieux, j’aimerai que la situation s’éclaircisse. Je pense à mon grand-père Carmine qui lisait les journaux, il aimait le football et il aurait été si fier aujourd’hui." Vous comprendrez que je ne vais pas vous demander comment se comporte la Mer à Ibiza…. Est-ce que l’Inter a l’avantage ? "Ahahah... Vous comprendrez que cette fois, je ne peux pas m’exprimer aussi librement que lors d’autres interviews, ce ne serait pas correcte de citer une équipe car les négociations peuvent s’interrompre de façon imprévue. Toutefois, je vais me montrer extrêmement sincère : J’ai déjà choisi mon équipe." "Je suis certain que mon agent trouvera la façon de me satisfaire, dans le cas contraire, je le balancerais à la mère. Je connais et je ressens aussi l’intérêt des autres équipes pour moi." Quel a été le facteur déterminant de votre choix ? "Mon poste : Je suis un Mezzala et je veux exploiter mes caractéristiques, je pense que c’est normal : Vous vous aimez écrire, si l’on vous propose, un jour, de présenter une émission à la télévision, peut-être que vous y penserez, mais vous chercherez tout de même à continuer à écrire. Et ce concept est similaire pour moi." Vous pourriez retrouver Barella à l’Inter qui affectionne être au centre à droite, est-ce que cela pourrait être problématique ? "Absolument pas, je peux partir sur la gauche, et si je dois centrer, je peux frapper avec mon bon pied, il m’arrive de faire des dégâts avec l’autre." N’êtes-vous pas effrayé par la concurrence interne ? "Non, cela me conditionnera bien plus positivement : Si je dois prouver quelque chose, cela me permet de me donner plus." La Ligue des Champions sera disputée par les équipes milanaises et non la Juve, est-ce que cela a impacté votre choix ? "J’y pense, j’aimerai la jouer, mais ce n’est pas la première chose que j’ai en tête, ce qui compte le plus c’est le projet, qu’il s’agisse d’une équipe qui est déjà bâtie pour gagner ou en plein reconstruction : Je resterai motivé de la même façon. Je ressens, à 23 ans, le moment de prendre certaines responsabilités." La vente de Tonali a ouvert, de façon inattendue, un canal avec le Milan qui recherche un grand milieu de terrain, vous faites aussi l’objet d’offres en provenance de l’étranger. Est-ce qu’il y a quelque chose qui pourrait vous renfermer ? "Je peux seulement vous dire ce que j’ai garanti à Giovanni Carnevali: Si des offres irrenonçables arrivent, elles seront écoutées : irrenonçables hein." Le 4-2-3-1 n’est pas idéal vu votre profil… "Sassuolo a évolué de cette façon lors de ma première saison avec des bons résultats grâce à Dionisi. Il n’en reste pas moins qu’à trois au milieu, je peux donner plus." Marchisio vous a publiquement envoyé à la Juve, Carnevali a rencontré la Direction turinoise, vous seriez-vous en concurrence pour ce maillot avec on Milinkovic: Que ressentez-vous . "Marchisio est à part car nous sommes amis : Saviez-vous que nous avions la même peur de l’avion ? Dans l’avion pour Ibiza, j’ai fait un saut dans la cabine de pilotage pour savoir si des turbulences étaient prévues. Et pour Milinkovic, ben c’est l’un des plus grands, il a plus de talent que moi mais si je suis en ballotage avec lui cela veut dire que le travail forte ses fruits : Je travaille comme une bête, j’ai une faim incroyable." Votre ami Scamacca pourrait aller à la Roma, seriez-vous ouvert à l’idée d’couter les sirènes tentatrices de la Capitale ? "Non, j’ai appris à raisonner avec le cerveau, je cherche à être plus bien plus lucide dans mes choix et dans la gestion de mes émotions." Il y a un an, vous vouliez fuir Sassuolo, avez-vous bien fait d’y rester ? "Oui, sans l’ombre d’un doute, j’ai énormément de reconnaissance pour ce club, je le porterai toujours au fond de mon cœur. A présent, je suis prêt à partir : Dionisi a été très important dans ma croissance : Lui et le Club ont compris qui j’étais et m’ont attendu pour me remettre sur les bons rails. Il y a des moments dans la vie qui vous marque le plus et cela s’est produit pour moi l’été dernier." Davide, on sait que vous allez porter le maillot d’un Top Club, mais si vous vous plantez lors d’un match, vous ferez face à une pluie de critique… "Et c’est ce qui est beau, je veux faire de mon mieux de la première à la dernière rencontre." Un maillot rayé de bleu, de blanc ou de rouge ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  17. A travers sa dernière vidéo sur Instagram, Stéphane Dalmat a réglé ses comptes avec Antonio Cassano et sur les buzz de ce dernier.... https://www.instagram.com/reel/Ctt6WtbIVwr/?utm_source=ig_web_copy_link&igshid=MzRlODBiNWFlZA== "Antonio Cassano, Je te respecte beaucoup, tu as été un bon joueur, tu es allé jouer à la Roma, au Real Madrid (un peu) et ensuite tu es revenu en Italie et tu as joué avec la Nazionale et tu avais un talent très très impressionnant. J’ai même joué une fois contre toi lorsque tu étais à Bari, tu étais très jeune. A présent, je t’écoute lorsque tu postes sur Instagram, et je dois dire que tu fais beaucoup de buzz sur beaucoup de choses, tu critiques de très nombreux joueurs qui sont pour moi bien plus fort, qui ont prouvé, qui ont gagné des choses, bien plus importantes que toi. Je le répète, tu es un très grand joueur, un très très bon joueur et tu aurais pu faire bien plus. J’écoute les personnes qui disent différentes choses comme toi, lorsque tu parles sur Bobo TV, je sais que tu es un ami de Bobo (ndlr: Christian Vieri), je t’écoute, mais là non, ça ne le fait pas car tu te permets de critiquer des joueurs qui ont fait bien plus que toi, ce n’est plus possible. On ne se connait pas, on a jamais eu de rapports ensemble, mais je ne sais pas, aujourd’hui, il m’est arrivé un déclic, j’étais sur mon téléphone à écouter une connerie que tu as dit. Et excuse moi pour mon italien, mais je ne suis pas sur que tu parles aussi bien le français que moi je parle l’Italien. Si tu veux me prouver que tu parles aussi bien le français que moi je parle l’italien, envoi moi un message et fais moi voir que tu parles le français comme moi je parle l'italien mais arrête s’il te plait : Reste à ta place. Je le répète encore, oui tu as été un grandissime joueur et j’ai pris de plaisir à te voir jouer quelque fois, mais pas toujours, car tu pouvais faire des choses extraordinaires comme de très mauvaises choses, mais stop, arrête, arrête de critiquer des gens bien plus fort que toi. C’est le seul message que je voulais faire passer car je ne suis pas une personne qui critique les autres comme ça, là ça m’a un peu énervé de te voir te comporter comme ça, sur de très nombreuses personnes. Arrête avec ta carrière, même si tu as eu une belle carrière, à présent tu ne la fais plus que par des buzz à parler, à parler, à critiquer, à les briser sur les autres. C’est la seule chose que j’avais à te dire, je l’ai dit, si ça ne te plait pas, je m’en bats les couilles mais je te le dis : Je te souhaite une bonne journée, une belle soirée, je n’en sais rien Ciao !" Emballé c’est pesé ! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  18. En effet, en après-match de la rencontre opposant l’Espagne à l’Italie en Ligue des Nations, l’international italien s’est livré à la presse Êtes-vous prêt pour évoluer chez un Grand d’Italie ? "Pour une question d’étape, je ne me sens pas encore prêt pour partir à l’étranger, je préfère rester en Italie. Je l’ai dit à Carnevali : C’est ma volonté." Comme nous en fait part également la Gazzetta Dello Sport, Davide a promis d’épouser le projet interiste auquel il a déjà dit oui. "Le milieu de terrain a choisi le Nerazzurro." La situation est optimale entre l’Inter et Sassuolo: "Les deux clubs sont parvenu à un accord de confiance sur l’évaluation du joueur: Pour se serrer la main, il faudra débourser 35 millions d’euros." Le prêt onéreux avec une obligation d’achat est accepté avec l’intégration de Samuele Mulattieri qui est estimé à 5 millions d’euros (L’Inter doit d’ailleurs verser 500.000€ à Frosinone pour le rapatrier Où ça coince ? L’Inter a besoin de procéder à une vente et pour l’heure il n’y a pas encore l’aval de Steven Zhang pour finaliser la transaction et élargir le noyau. Il faudra toutefois être réactif très rapidement pour ne pas revivre une Bremer : "L'Inter doit vendre, car il n'y a pas de sortie du régime d'autofinancement bien expliqué par Zhang et les dirigeants à Simone Inzaghi lors du sommet de mardi dernier." Attendre est donc risqué car d’autres club peuvent tenter de s’immiscer, preuve en est le Milan Ac qui, ces dernières heures, a demandé à Giovanni Carnevali, l'administrateur délégué de Sassuolo, un rendez-vous pour parler de Frattesi. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  19. Le Président de Roc Nation Sport International, Michael Yormark, s’est livré à Rivista Undici en revenant sur l’épisode raciste dont a été victime Romelu Lukaku à Turin: "S’il y a une chose qui nous distingue des autres agences, c’est ceci…" "La majorité des agences n'auraient pas pris position, n'auraient pas défendu leurs clients, car elles auraient été plus préoccupées par ce que les autres auraient pensé d'elles. Nous n'avons jamais pensé de cette façon : Notre seule priorité est de soutenir nos athlètes, sur et en dehors du terrain. Nous voulons être un vecteur de changement." Parmi les footballeurs sous contrat vous représentez Romelu Lukaku et Federico Dimarco, Kevin De Bruyne, Chris Richards, et Alex Witsel "Nous voulons représenter les meilleurs talents du monde, et nous voulons aussi des athlètes qui veulent faire la différence à tous les niveaux. En tant qu'agence, nous gérons tous les aspects de leur carrière, tant sur le terrain qu'en dehors: Quand un sportif s'adresse à nous, il ne doit se concentrer que sur une seule chose : Être le meilleur possible. Nous, nous occupons de tout le reste, en les encourageant à faire entendre leur voix, à exprimer leurs opinions. Nous voulons qu'ils soient entendus et qu'ils aient tous un impact." "Et si nous faisons cela, c’est parce qu'ils ont une opportunité unique : Faire usage de leur notoriété, de leur influence, pour créer un changement positif, et que l’on soit sportif ou artiste, cela ne fait aucune différence: Ces deux corps de métier ont un mot en commun : Le divertissement. Qu’il s’agisse de Lukaku jouant devant soixante-dix mille spectateurs ou de Rihanna se produisant dans une arène sold-out." "Le même concept est appliqué car il y a un public qui paie un billet pour profiter d'un moment divertissement. Et l'approche que nous adoptons en tant qu'agence est à peu près la même : Apporter du changement et raconter des histoires." La Roc Nation tient aussi à être protagoniste en Italie.... "Nous voulons être protagoniste aussi dans votre pays, nous voulons travailler avec le plus d’athlètes possibls, avec les organisations sportives et je pense que les valeurs de notre groupe peuvent venir en aide a de très nombreux sportifs afin qu’ils atteignent leurs objectifs. Ce qui me marque le plus en Europe et surtout en Italie, c’est votre extraordinaire passion pour le football." "J’ai assisté à Inter-Juve et les routes étaient noires de monde, les ultras ont chanté durant tout le match. Avec moi se trouvait le co-fondateur de Roc Nation et il n’avait jamais rien vu de tel. Juan Perez, le Président de Roc Nation Sports, m’a demandé : Michael, est-ce comme ça à chaque fois ? On se croirait au Superbowl! Je lui ai répondu que oui et que la passion des Tifosi en Italie est quelque chose d’énorme : Nous n’y sommes pas habitués aux Etats-Unis." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  20. L'entrepreneur finlandais, souvent cité "proche de l'Inter" ces dernières semaines en vue d'un éventuel changement de propriétaire du club Nerazzurro, a révélé qu'il était prêt à lever plus de fonds pour investir dans le Calcio "Le football italien a une longue et riche histoire, celle d'être parmi les meilleurs au monde. Cette année, les trois compétitions de l'UEFA, la Ligue des champions, la Ligue Europa et la Conference League, ont vu un club italien en finale. Le football italien est très suivi dans le monde entier, les trois principaux clubs, à savoir l'Inter, la Juventus et le Milan, comptant à eux trois plus d'un milliard de supporters dans le monde." "J'ai créé un fonds exclusivement sur les investissements dans le football. Le fonds aura un profil traditionnel, avec des engagements financiers que le fonds utilisera lorsque des opportunités se présenteront: Je débuterais par l'Italie, où nous voyons le plus grand potentiel, et je prévois de créer plus tard des fonds pour des investissements dans d'autres pays européens, dont l'Espagne et la France." "La clé pour offrir aux investisseurs des rendements élevés est un savoir-faire et une expérience approfondie du football européen, combinés à une philosophie d'investissement axée sur le profit, où les clubs sont gérés de manière à générer des profits et des rendements. XXI Century Football Capital combine ces éléments d'une manière qui est supérieure à toute autre société investissant dans le football en Europe". "Nous collectons 400 millions de dollars supplémentaires pour des investissements dans les clubs de Serie A. Ramenons le football italien au sommet du monde, avec l'équipe nationale sacrée en Coupe du monde et des clubs réguliers vainqueurs de la Ligue des champions ." Prêt à passer à l'offensive pour la Beneamata ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  21. En effet, alors que Piero Ausilio s'est envolé pour l'Angleterre afin de rencontrer la Direction de Chelsea, le Telegraph a fait état d'une offre de Newcastle pour s'attacher les services de Nicolò Barella: Une proposition de 50 millions de livres-sterling pour être précis Toutefois, comme le révèle la Gazzetta Dello Sport, "Cela n'aura aucun effet sur l'Inter, qui campe sur ses positions. Pour le président Steven Zhang et l'Administrateur-Délégué Beppe Marotta, Barella n'a pas de prix, il est tout simplement intransférable. Et même si les voies du Mercato sont infinies, tout comme les tentations possibles venant des riches clubs internationaux, la position du Club Nerazzurro, au moins pour Nicolò, semble décisive et inflexible". Le milieu de terrain sarde sort d'une nouvelle saison extraordinaire et d'une croissance vertigineuse, y compris au niveau international: "Ses performances en Ligue des Champions ont fait plisser les yeux à tous les grands noms du football européen et ont évidemment fait grimper le cout estimé de sa valeur. Selon les principaux sites spécialisés, Barella vaut désormais au moins 80 millions d'euros. Juste ou pas, peu importe. Aujourd'hui, tout ce qui compte, c'est ce que pense l'Inter : Il est INTRANSFERABLE." L'importance de Barella dans le monde Nerazzurro n'est pas seulement technique, mais aussi charismatique: "Barella est un rouage fondamental de l'équipe de Simone Inzaghi, Premier défenseur en cas de forte pression, mais aussi premier assaillant dans le camps de l'adversaire, avec des insertions sans ballon." Dans le vestiaire, il a un leadership reconnu, preuve en est la Grinta qu'il peut transmettre au public du Meazza. En 2019, il a attendu l'Inter, malgré la pression de la Roma et du Napoli sur Cagliari: "Nicolò rêvait du maillot Nerazzurro depuis son enfance, et dès que l'occasion s'est présentée, il a poussé pour épouser le projet de l'Inter. Et avec l'Inter, il est devenu grand : il a remporté un Scudetto, deux Coupes d'Italie, deux Supercoupes. Il a goûté à la magie des soirées de Ligue des champions, grâce auxquelles il a ensuite gagné une place dans le milieu de la sélection italienne, Championne d'Europe en 2021." "Bare est le symbole du présent et du futur de l'Inter" - Tout simplement intransférable! ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  22. La saison n'est pas encore terminée pour certains Nerazzurri : 12 joueurs de l'Inter seront engagés dans les prochains jours avec leurs équipes nationales respectives. L'Italie, les Pays-Bas et la Croatie s'affronteront en demi-finales de la Ligue des Nations, l'Espagne étant la quatrième équipe en demi-finale. Les autres équipes nationales ont rendez-vous sur le terrain pour les éliminatoires du Championnat d'Europe et pour des matchs amicaux. ITALIE : Acerbi, Barella, Bastoni, Darmian, Dimarco Espagne vs. Italie | Demi-finale de la Ligue des Nations - Enschede, 15 juin 20h45 CEST Playoffs pour la finale/la troisième place | Rotterdam/Enschede, 20h45/15h CEST TURQUIE : Calhanoglu Lettonie vs. Turquie | Éliminatoires Euros - Riga, 16 juin Turquie vs. Pays de Galles | Éliminatoires Euros - Samsun, 19 juin PAYS-BAS : Dumfries Pays-Bas vs. Croatie | Demi-finale de la Ligue des Nations - Rotterdam, 14 juin 20h45 CEST Playoffs pour la finale/la troisième place | Rotterdam/Enschede, 20h45/15h CEST ALLEMAGNE : Gosens Allemagne vs. Ukraine | Amical - Brême, 12 juin 18h00 CEST Pologne vs. Allemagne | Amical - Varsovie, 16 juin 20h45 CEST Allemagne vs. Colombie | Amical - Gelsenkirchen, 20 juin 20h45 CEST ALBANIE : Asllani Albanie vs. Moldavie | Éliminatoires Euros - Tirana, 17 juin Îles Féroé vs. Albanie | Éliminatoires Euros - Torshavn, 20 juin CROATIE : Brozovic Pays-Bas vs. Croatie | Demi-finale de la Ligue des Nations - Rotterdam, 14 juin 20h45 CEST Playoffs pour la finale/la troisième place | Rotterdam/Enschede, 20h45/15h CEST SLOVAQUIE : Skriniar Islande vs. Slovaquie | Éliminatoires Euros - Reykjavik, 17 juin Slovaquie vs. Liechtenstein | Éliminatoires Euros - Vaduz, 20 juin BOSNIE-HERZÉGOVINE : Dzeko Portugal vs. Bosnie-Herzégovine | Éliminatoires Euros - Lisbonne, 17 juin Bosnie-Herzégovine vs. Luxembourg | Éliminatoires Euros - Zenica, 20 juin
  23. Francesco Acerbi s'est exprimé en conférence de presse à Coverciano. Il a évoqué divers sujets. Une amertume avec la défaite en finale face à Manchester City ? "Il faut être fier de ce qui a été fait mais il y a un peu d'amertume, oui. La finale, bravo, bravo... mais si tu ne soulèves pas le trophée, il n'y a rien d'écrit et ça te ronge un peu. Aussi parce que mon sentiment sur le terrain était que nous n'avions pas conscience que nous pouvions vraiment tuer Manchester City. Nous avons trop parlé de sa force et nous avons payé cela un peu inconsciemment. Même City avait peur de nous, on a tout fait pour que la Ligue des champions aille à Milan... Dommage, un gros regret." Que dire de ce cru du football italien ? "C'est une année importante pour l'Italie. Cela ne s'est jamais produit. Je ne sais pas si c'est le début de quelque chose... La Premier League est la plus forte en ce moment mais nous sommes l'Italie. Un pays avec beaucoup de joueurs forts , beaucoup de jeunes qui peuvent jouer. Preuve que le football italien est toujours à un excellent niveau. Même en équipe nationale, nous devons récupérer, nous connaissons notre valeur et ce que nous voulons faire. Nous voulons donner le meilleur de nous-mêmes." Êtes-vous prêt pour Jeudi ? "Même le lendemain de la finale à Istanbul, alors vous jouez nerveusement. J'ai passé une journée au cours de laquelle vous réfléchissez et réfléchissez à ce que vous auriez pu faire de plus, analysez le match et la défaite. Ces résultats font partie de la vie, le Le l'important est de faire de mieux en mieux chaque jour. Vous êtes en équipe nationale et maintenant vôtre tête est là, pour le match de jeudi. C'est un match qui se prépare, bien." La finale de Samedi était-elle une opportunité unique ? Quelle impression Haaland a-t-il faite? "C'est deux fois le joueur que j'ai affronté contre Dortmund il y a trois ans. Un grand attaquant mais il a fait un excellent travail d'équipe. Après le match, zéro réflexion, pendant dix minutes, je n'ai voulu parler à personne. Occasion unique, penser avant au match, mais une fois dedans, je ne pensais qu'à tout donner et qu'il pourrait y avoir une autre opportunité. D'abord vous pensez à tout, puis vous vous sentez mal de la défaite." Pensez-vous aux chants "Acerbi on n'en veut pas" des fans l'été dernier ? "Je suis assez fort, je m'en fous. Ce qui m'a donné de l'énergie et de la force, c'est ce que je veux, aller plus loin et ne pas rendre les autres heureux. Pour un petit sourire, ils m'ont peint en fan du Milan et ça m'a fait un peu mal parce qu'en tant que professionnel et homme sur le terrain, personne n'avait à remettre en question mon engagement. Quelle que soit l'équipe pour laquelle j'ai joué. Mais j'ai dit que je devais continuer, c'est ma passion et ma vie et pour cela je suis fier de moi-même." Quels sont vos objectifs à ce stade ? "Gagner des coupes oui et non... Mon seul objectif est que lorsque j'aurai fini de jouer au football, je pourrai dire que j'ai tout donné pour ce que je représente. Je ne sais pas où j'en serai dans un an, où je sera dans six jours... Je ne sais pas dans deux semaines. Je ne sais pas où je serai, deux heures avant la fin du mercato j'ai dit non à Inzaghi et puis je suis parti. Le bon chemin sera le meilleur pour moi, puis à la fin de ma carrière je tirerai un trait. La finale de la Ligue des champions n'était pas prévue, je donne tout." Vous avez probablement connu la meilleure saison de votre carrière. Comment expliquez-vous qu'elle était atteinte à 35 ans ? "Après ma maladie, j'ai toujours été sur la bonne voie, j'ai toujours fait de bonnes saisons. Un joueur ne fait pas un match à huit puis à quatre. C'est toujours ce qu'on a envie de faire quand on progresse, j'essaie suivre le meilleur pour moi-même, puis la faim, l'envie, la volonté… Vous voulez aller là où les autres ne veulent pas aller, puis bien sûr il y a aussi le groupe et un peu de chance puisque je n'ai subi aucune blessure." Quelles leçons tirez-vous de la finale à Istanbul ? "J'ai perdu la finale et vous devez être conscient que vous pouvez la jouer contre tout le monde et même gagner s'il y a un groupe fort et cohérent qui continue et se relève même après les revers. C'est la seule voie qui vous permet d'avancer. Quand vous perdez, ce n'est pas un échec mais un enseignement. Vous gagnez et vous perdez, en espérant qu'il y ait toujours plus de victoires que de défaites." Traduction alex_j via FCInterNews.
  24. 13 ans après la double confrontation historique entre son Fc Barcelone et l’Inter de José Mourinho, Pep Guardiola est prêt à retrouver sa "maudite" Bien-aimée. Et pour ce rendez-vous romantique sous le ciel d’Istanbul, celui-ci s’est livré à la Gazzetta Dello Sport "J’ai commencé à regarder quelques minutes l’Inter, quelques phases de jeu et je suis resté impressionné, ils m’ont impressionné par leur façon de faire, leur langage corporel. Après les avoir visionnés, j’ai sonné à quelques amis proches qui vivent en Italie pour avoir leur avis sur l’Inter : Ils m’ont tous dit de rester sur mes gardes et de la prendre vraiment au sérieux. Je n’avais pas besoin qu’ils me le disent, je l’avais déjà compris en les observant sur quelques minutes, sur quelques situations." "C’est clair que l’Inter peut nous battre, elle a déjà gagné trois fois ce tournoi et nous jamais, mais nous voulons le disputer de la meilleure des façons pour que cela ne soit plus le cas. Ce n’est pas un hasard s’il y a 3 équipes italiennes dans les Finales des 3 coupes d’Europe, il y en a eu d’autres qui ont disputés les demi-finales." "J’ai joué en Italie et je connais la mentalité qu’ont les équipes italiennes dans des Finales: Il ne faut pas oublier, qu’il y a vingt ans, la Serie A était le meilleur championnat du monde est que tout le monde, joueurs, entraineurs, voulaient y jouer : L’Italie a aussi gagné quatre fois le Mondial et elle a toujours cette mentalité: C’est aussi pour cette raison que je pense que jouer une Finale contre une équipe italienne reste et restera compliqué." "Nous avons énormément gagné depuis mon arrivée, et je trouve parfois injuste qu’il faille remporter la Ligue des Champions pour avoir du crédit sur tout ce que nous avons réalisé, mais c’est ainsi, je dois l’accepter : Je sais que nous n’aurons pas tout réalisé sans avoir gagner la Ligue des Champions." "Jouer parfois avec cette pression est fantastique, nécessaire, nous échangeons entre nous et nous nous disons que nous allons le faire. Dans le même temps, si nous ne parvenons pas à l’emporter mais que nous continuons à gagner, je suis sûr que tôt ou tard nous y parviendrons, mais nous avons l’occasion, ici, d’être en finale et nous allons essayer de l’emporter." Pep, Avant de monter en l’Air la Bien-Aimée, n’oublie pas qu’il faut son consentement ! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  25. Giuseppe Marotta s’est livré à Radio Anch'io Sport sur Rai Radio 1 sur la fin de saison à venir et la situation entourant actuellement l’Inter Citizen "Dans le sport, il y a le besoin de jouer chaque compétition jusqu’au bout : Nous avons un très grand respect et de la crainte pour ce grand Colosse qu’est Manchester City : Un colosse en terme financier et un monstre de puissance technique. Mais nous sommes préparés à faire face à un adversaire plus fort que nous, nous irons sur le terrain en mettant des valeurs qui, dans le sport, sont encore bien plus importantes: Comme la motivation, l’attachement au maillot et une très grande organisation footballistique." Inter-Atalanta "Nous sommes conditionnés par la volonté du Diffuseur et cette compression de matchs rapprochés mets en péril l’intégrité physique de nos joueurs : En tant que Lega, nous nous devons de tirer le meilleur parti de cette ressource fondamentale qu'est la vente des droits télés, et les Diffuseurs ont pour mission de planifier et de mettre en place des calendriers en tenant compte des audiences les plus importantes : Mais Il faudrait parvenir à trouver un juste milieu, en tenant compte également des risques compétitifs qu’encourent les différents clubs" David contre Goliath Manchester City est-il plus fort que le Fc Barcelone ou le Real Madrid que vous aviez affronté lorsque vous étiez à la Juve ? "Lorsque j’étais à la Juve, nous avions fait face à ce qui était l’expression du football le plus redoutable : Actuellement, City est une grande puissance footballistique, non seulement du point de vue de son chiffre d'affaires, qui avoisine les 800 millions d'euros: Il dispose donc d'un pouvoir d'achat considérable qui lui permet d'acheter des joueurs de très grande qualité : A mon avis, il possède les meilleurs joueurs d'Europe, un effectif de très grande valeur. Et tout cela nous donne une très grande surmotivation." Est-ce que la Finale de la Ligue des Champions peut distraire l’Inter du Rush Final en championnat et de la Finale de la Coupe d’Italie ? "C’est le risque sportif : Lorsque tu sais que tu dois faire face à des rendez-vous d’importances différentes, c’est tout à fait normal que ta concentration se dirige vers le rendez-vous le plus important. Il revient aux capacités de l’entraineur, du Club et de l’équipe de parvenir à trouver la juste motivation pour faire face à tous ces engagements étape après étape : La rencontre de mercredi est importante car c’est la Coupe d’Italie. Et c'est un titre de grand prestige et nous ferons face à un adversaire de haute valeur qu’est la Fiorentina." Mercato Frattesi et Scalvini sont-il des noms Da Inter? "Nous parlons de deux jeunes très très intéressants, mais il y en a aussi d’autres. Hier, nous avons assisté à une belle prestation de nos ’U-20 face au Brésil : Ils sont tous les deux suivis par de très nombreux clubs, il n’y a pas que l’Inter qui a ses yeux fixés dessus. Ensuite, à partir de la vision, nous devons passer à la négociation, mais pour l'instant, nous n’y sommes pas encore." Big Rom "Il aime énormément le maillot qu’il porte, il se trouve très bien à l’Inter et il veut rester avec nous : Comme vous le savez, le joueur est en prêt jusqu’au 30 juin, ensuite il rentrera à Chelsea et nous ne savons pas encore ce qu’il se passera du point de vue technique avec ce club : En ce moment, nous sommes à la fenêtre." Simone Inzaghi "On ne peut pas évaluer la prestation d’une saison sur un simple match, même si c’est la Finale d’Istanbul : Arriver en Finale est une question de très grand prestige aussi pour les entraineurs et donc pour Simone Inzaghi qui se l’est amplement mérité. L’évaluation que nous avons faite de lui est extrêmement positive." "Et ce même s’il y a eu une période où les choses n’allaient pas bien, avec un débat plus fort et plus direct au sein même du Club, mais avec des critiques toujours propositive : Inzaghi a démontré d’être à la hauteur de son rôle et le Club lui a reconnu qu’il a été capable de remettre le club sur les bons rails." Main Sponsor Vu l’attente d’un sponsor, est-ce qu’un symbole d’une œuvre de bienfaisance pourrait apparaitre sur le maillot à Istanbul ? "Non, en réalité, la branche Corporate du Club négocie avec différentes sociétés et elle parraine des activités, mais il s’agit de négociations dont je ne sais pas très bien si elles seront finalisée d’ici au 10 juin." Implosion Napolitaine "J’ai la chance de connaitre aussi bien Spalletti que De Laurentiis, j’espère pour le bien du Calcio qu’ils pourront continuer à travailler ensemble car ce sont deux valeurs ajoutées de notre Calcio : Le fait de les voir se séparer me génère un peu d’amertume : Ils ont réalisé une très grandissime emprise qui a été le fruit de grandes compétences et de professionnalisme." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
×
×
  • Créer...

Information importante

En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. Nous ajoutons des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer votre expérience sur notre site. Consultez notre Politique de confidentialité. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer...