Aller au contenu
×
×
  • Créer...

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'italie'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

  1. Après avoir "suivi" José Mourinho, place à Antonio Conte : En effet, Gabriele Oriali a donc décidé, comme il y a onze ans, de quitter l’Inter, même si cette fois-ci Simone Inzaghi aurait bien aimé le conserver à son poste, au sein de son staff Révélation de la Gazzetta Dello Sport "Dans le fond, le modèle de gestion du club a changé, et pas uniquement suite à l’avènement d’Inzaghi. Si l’on entre plus dans le détail, il y a une approche différente du travail sur le terrain : Conte souhaitait une gestion monocratique du Centre Sportif, en contrôlant chaque détail se trouvant à l’intérieur d’Appiano. Mais à présent, cet environnement a changé." Giuseppe Marotta et Piero Ausilio vont assurer le rôle de tampon le temps de trouver celui qui succédera à Oriali: "Pour l’instant, il n’y aura pas de recrutement au poste de Team Manager. Si le nom de Riccardo Ferri, ancienne gloire Nerazzurra a été proche du club, le dernier pas n’a pas été franchi. De son côté Gabriele Oriali va se concentrer sur son rôle de Team Manager au sein de la Nazionale." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  2. En souhaitant analyser le travail réalisé par Roberto Mancini, Alex Frosio s’est livré à la Gazzetta Dello Sport sur la façon dont la consécration du Sélectionneur National italien peut se voir absorbée par les entraîneurs des différentes écuries italiennes en activité. "Ceux qui ont les idées les plus proche de Mancio sont très jeunes : Italiano a permis à Spezia de se sauver d’une façon exceptionnelle, en misant sur le courage. Sur ce classement, il est second derrière l’Atalanta en ce qui concerne les récupérations du ballon dans la partie de terrain de l’adversaire. A présent, il officiera à l’échelon supérieur avec la Fiorentina. On retrouve également Dionisi et Zanetti qui ont permis à l’Empoli et au Venezia de retrouver la Serie A en pratique un football spectaculaire basé sur l’attaque. Le premier a d’ailleurs été choisi pour remplacer De Zerbi à Sassuolo." "Si l’entraîneur vénitien est moins porté sur un pressing à outrance, on retrouve aussi de l’autre côté Gasperini qui n’a pas cette obsession de construire de derrière, tout comme Mancini ne pousse pas à l’anticipation exaspérée dont s’inspire la Dea. Pourtant, l’Atalanta est l’équipe qui se rapproche le plus de ce que propose les Azzurri, qui joue à trois derrière en possession, avec un double playmaker avec des ailiers qui monte et qui n’hésite pas à tirer (Spinazzola et Chiesa contre Maehle et Gosens), on retrouve aussi une certaine technique lors des combinaisons offensives." "Pioli et Sarri sont des "frères" de Mancini : Ils se sont formés durant des années, ils ont innovés et ils se sont adaptés dans le temps en proposant toujours un football dominat et pro-positif." Et les grands entraîneurs ? "Le discours est plus complexe : Allegri aime la technique, mais ce n’est pas un fanatique de la possession de balle ou de la construction par derrière. Et son credo "corto muso" est une synthèse philosophique de sa façon impeccable d’agir, une façon de faire qui ne trouverai pas sa place dans le lexique "Manciniano"." "Mourinho s’est construit durant des années par sa façon de garer le Bus, mais il reste le seul entraîneur en activité en Serie A a avoir remporté la Ligue des Champions." "Simone Inzaghi est le plus "Allegriano" de la nouvelle vaque et il aime énormément le jeu de transition et de domination, quelque chose qu’il sait faire. Et Juve mise à part, c’est l’entraîneur le plus titré de ces dernières années." Le Saviez-vous ? Y-a-t ’il déjà une belle ambiance du côté de la Vieille Dame ? En effet, à peine de retour aux commandes du club, Massimiliano Allegri a taclé sérieusement Leonardo Bonucci en conférence de presse: "Bonucci capitaine ? S'il veut un brassard, il n'a qu'à aller dans la rue et s'en acheter un. En allant à Milan, il a perdu sa place dans la hiérarchie." - Le Champion d'Europe appréciera..... Et si en fin de compte Simone était le coup de poker gagnant de Giuseppe Marotta ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  3. C’est une information en provenance de Mediaset et plus particulièrement de Marco Barzaghi. Selon le journaliste sportif, le pugliese s’attendait à ce que l’Inter traverse une période bien plus compliquée En effet, à la Casa Inter, un nouveau cycle a vu le jour cet été, avec Simone Inzaghi qui a signé un contrat de deux ans, avec une option pour une troisième saison, suite à son refus de prolonger à la Lazio. L’entraineur natif de Piacenza aura le devoir de ne pas faire regretter Antonio Conte qui avait permis à l’Inter de rapporter à Milan, le Scudetto après 11 ans d’absence. Et si le Club Nerazzurro et l’ancien sélectionneur national italien sont parvenus à une résolution du contrat à l’amiable, celle-ci comporte tout de même une prime de départ de 7 millions d’euros. Mais ce départ qui a été retentissant ferait face à un regret de la part du principal concerné..... Les regrets Le départ d’Antonio Conte à la tête de l’Inter a fait beaucoup parlé, étant que l’entraineur venait de remporter le Scudetto en ayant dominé le championnat écoulé, de même les tifosi se souhaitaient d’assister à la permanence de l’entraîneur sur le banc Nerazzurro. Selon Marco Barzaghi, Conte s’en serait voulu, car il pensait que la situation allait empirer au niveau économique. Mais Son départ a toutefois était une bonne chose pour le club Nerazzurro, le club se libérant d’un salaire net de 12 millions d’euros, soit 20 millions d’euros brut sur la saison, même s'il a fallu débourser 7 millions d’euros. Ce départ a néanmoins permis de faire un important pas en avant, dans la réduction des coûts qui ont été imposée par le Suning et le Président de l’Inter, Steven Zhang Antonio Conte a décidé de quitter l’Inter car il voulait une campagne de recrutement importante, afin de réaliser le saut de qualité en Europe. En lieu et place, il faisait face à un redimensionnement de la situation..... Pourtant en l’état, seul Achraf Hakimi a été cédé contre 71 millions d’euros, bonus compris, au Paris-Saint-Germain. De plus, l’Inter envisage l’arrivée d’un joueur de talent, Nahitan Nandez, qui peut s’avérer capable de recouvrir plusieurs rôle sur le terrain. Le club étant même actuellement à la recherche du Vice-Lukaku demandé depuis deux ans par le natif de Lecesse Définition d'un rapport détérioré entre un entraîneur et sa Direction Toutefois, Barzaghi aurait révélé une phrase fondamentale de Conte pour justifier son départ : Il n’est pas parti de l’Inter pour une question de mercato, mais car depuis la réunion de la Villa Belini, son rapport avec le club et la Direction s’était détérioré : Conte a dit : "Je ne voulais plus revivre une autre année similaire, je n’en pouvais plus." Pensez-vous réellement qu’un personnage tel qu’Antonio Conte puisse à regretter un choix de carrière ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  4. Hakan Çalhanoğlu s’est livré à Cbs Sport, à Dazn et à Inter.it sur les raisons qui l’ont poussé à rejoindre la Beneamata, au lieu de renouveler chez le Diavolo Son interview à Cbs Sport "La Grande différence à l’Inter, c'est l’attention portée par Piero Ausilio et par l’entraîneur: Ils m’ont appelé une série de fois, ils m’ont fait me sentir vraiment important et c’est pour cette raison que j’ai rapidement décidé de venir, ici, à l’Inter. Le premier appel d’Inzaghi a été très important pour moi, pour me convaincre de venir ici. Son attention envers moi a été très importante : Je crois en lui, en ce qu’il a fait à la Lazio ces dernières années, et je crois qu’il en ce qu’il fera à l’Inter pour cette année, pour aider l’équipe à grandir toujours plus." "Piero m’a appelé tellement de fois, il m’a dit vraiment des choses importantes pour me convaincre et je me suis dit : "Oui, je dois y aller vu les objectifs présentés." : Je voulais rester en Italie, je connais la langue, l’Inter vise de grands objectifs, elle a une bonne équipe de qualité, elle joue pour gagner quelque chose, c’est pour cela que j’ai pris rapidement ma décision." "Je pense que ce sera exquis de délivrer des passes décisives à Romelu Lukaku et à Lautaro Martinez, ce sera beau. Je suis impatient de joueur avec Romelu et Lautaro, ce sont des joueurs vraiment très fort que l’on a devant. Et s'il faudra du temps pour se comprendre, eux se connaissent, mais ils devront apprendre à connaitre aussi mes mouvements tout comme je devrai bien connaitre les leurs, je suis impatient de joueur avec eux et de leur délivrer des assists." Eriksen ? "Je l’attends ici à l’Inter les bras grand ouverts, c’est un très grand joueur avec de très grande qualité : Je le respecte beaucoup et je suis impatient de le revoir ici." Son interview à Dazn "Nous voulons remporter à nouveau ce Scudetto, et je l’espère aussi avec moi, j’ai envie d’aider mes équipiers. Le transfert s’est passé très rapidement grâce à Piero Ausilio qui m’a appelé à de plusieurs reprises, il l’a fait aussi avec mon agent. Mister Inzaghi m’a aussi appelé à plusieurs reprises. Lorsque l’on t’appelle et qu’il s’agit d’une grande équipe déjà forte qui te veut, tu as ensuite une très grande envie d'y aller, et cela s’est passé vite, très vite. En premier lieu, mon agent m’a appelé et me dit : "Regarde Piero veut te parler", j’ai répondu "ça me va", ensuite tout est allé assez vite." Vous passez du Milan à l’Inter..... "Les tifosi font du bruit et c’est normal, pour un joueur qui fait ça, c’est normal, mais je ne suis pas le premier et je ne serai pas le dernier. Tant de joueurs sont passé du Milan à l’Inter et vice-versa, c’est pour cela que je ne serai ni le premier, ni le dernier. Je veux seulement aller de l’avant, vers l’avenir, en conservant un grand respect pour le Milan. J’y ai réalisé tant de choses durant 4 années, je les ai tous respectés. Ceux qui me connaissent savent tout. Ici, je me sens prêt pour une nouvelle aventure à l’Inter et je dois aller de l’avant." Vous sembliez très complice avec Ibra, vous a-t ’il dit quelque chose ? "J’étais à l’Euro et lui en vacances, il avait son problème au genou et il pensait à cela, et moi à l’Euro. Nous n’avons pas parlé de ce transfert, peut-être que dans quelques jours, nous en parlerons, mais pour l’instant, il n’y a rien." Pioli a-t ‘il tenté de vous retenir ? "Pioli était le seul homme qui me voulait avec envie au Milan : J’ai parlé tant de fois avec lui, et lui avec moi, il a respecté ma décision et je lui souhaite le meilleur." Quel sera votre rôle dans le 3-5-2 ? "C’est un système de jeu qui me plait. Luis Alberto jouait avec Inzaghi dans un poste où nous sommes similaire. J’aime l’attention portée par l’entraîneur, comment il me parle, comment nous échangeons, j’espère que l’on se divertira dans ce championnat." Pourriez-vous revoir votre ambition ? "On ne te donne pas le maillot sans sacrifice et sans souffrance. J’ai entendu ce que voulait l’entraîneur, il faudra un peu de temps, mais nous verrons par la suite." Vous étiez le leader en Europe pour les occasions créées et le premier pour les passes décisives lors des deux dernières saisons de Serie A..... "Je dois remercier Pioli car il a réalisé du bon boulot avec moi: Il m’a laissé jouer dans mon rôle, comme j’en avais l’envie, un rôle pour lequel j’ai créé tant d’occasions et délivré tant de passes décisives. Je veux vraiment lui dire merci. Tu peux avoir avec évidence un talent, mais sans travail, tu ne parviens pas à réaliser ces choses-là." Avez-vous envoyé cette statistique à Lukaku et Lautaro ? "J’attends qu’ils reviennent, je suis impatient de jouer avec eux et de leur donner des passes décisives, de créer des occasions pour eux. Je veux me divertir, mais avant tout je dois connaitre les façons de jouer, eux devront connaitre mes mouvements et moi les leurs. J’espère que l’on se divertira." Comment avez-vous vécu ce qu’a traversé Eriksen ? "J’ai le plus grand respect pour Eriksen, c’est un joueur qui me plait beaucoup, nous avons le même rôle. Je l’attends à bras ouvert, il mérite tant de chose : C’est un exemple, un garçon sympathique, je l’ai connu via Kjaer, je lui ai demandé immédiatement ce qu’il s’était passé, j’espère le revoir au plus vite." Vous avez choisi le numéro 20, en référence au numéro de Recoba ? "Je l’ai lu sur les journaux, mais je ne l’ai pas choisi pour cette raison. J’ai toujours eu le numéro 10, mais ici, il appartient à Lautaro Martinez : J’ai donc fait 10+10, 20 !" Vous avez croisé la Nazionale de près..... "J’avais déjà dit à mes équipiers, en Turquie, qu’elle était très forte, qu’elle cherchait à créer du jeu, qu'elle dispose d’un système fort avec Mancini. C’était ma favorite pour le titre et je la félicite encore car elle le mérite. J’ai écrit à Donnarumma. Après mon arrivé à l’Inter, Bastoni m’a écrit pour me dire ‘Bienvenue dans notre Famille", j’ai aussi parlé avec Bonucci, Chiellini, et Gigio." Son interview à Inter.it Pourquoi avoir choisi l’Inter ? "Choisir l’Inter est un choix facile, tout s’est passé très rapidement grâce au Directeur Ausilio et à Mister Inzaghi." As-tu déjà lié des amitiés avec vos nouveaux équipiers ? Oui, j’ai déjà lié des liens d’amitié avec Radu, Kolarov, Nainggolan, Sensi, avec quasiment tout le monde. J’apprends à connaitre mes nouveaux équipiers." Quel numéro vas-tu prendre ? "J’ai choisi le 20. J’ai toujours utilisé le 10, donc 10+10 égale 20, le numéro que je porterai." Pourrions-nous te prendre au Fantacalcio ? "Oui, absolument ! Car cette année, je vais tenter de délivrer énormément de passes décisives à Romelu et à Lautaro." Que préférez-vous entre les passes décisives et marquer des buts ? "J’aime beaucoup faire des passes décisives, car c’est gratifiant d’aider mes équipiers." Quel sont tes 5 joueurs préféré de l’Histoire de l’Inter ? "Zanetti, Ronaldo, Adriano, Eto'o et Sneijder" Penalty ou coup-franc ? "Je préfère les coups francs, je cherche toujours à marquer." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  5. En ce 14 juillet 2021 est célébré le 15ème anniversaire de la relégation de la Juventus en Serie B. Toutefois, la victoire de l'Italie à l'Euro 2020 semble avoir donné de très bonnes idées à certains "C'est avec une profonde amertume que la Juventus FC communique officiellement d'avoir mis un terme, avec effet immédiat, au rapport de travail avec les athlètes Bernardeschi Federico, Bonucci Leonardo, Chiellini GIorgio, Chiesa Federico. La Propriété et la Direction sont amers suite au comportement des athlètes ci-dessus: Gagner en Europe a toujours été contraire à nos valeurs et à la tradition de notre club. Nous leur souhaitons le meilleur pour le futur." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  6. A travers un communiqué officiel, l’Inter a annoncé avoir mis fin au contrat de Joao Mario "Le Fc Internazionale Milano communique être parvenu à un accord avec le joueur Joao Mario pour la résolution de son contrat avec le Club." Après le Scudetto et la Victoire de l’Italie à l’Euro, cet été continue de révéler de très bonne surprises ! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  7. L’ancien Président de l’Inter, Massimo Moratti, s’est livré à Calciomercato.com sur l’Euro de Roberto Mancini, sur l’Inter et le projet InterSpac : "Mon opinion sur Mancini ? Volontiers, mais pouvons-nous attendre la fin de l’Euro ? Tout s’est bien passé jusqu’à présent, je ne voudrais pas paraître inopportun, mais après la finale, volontiers." L’Euro est à présent terminé…. "Et il ne pouvait pas se passer mieux, l’attente a payé (il rit)." Ces garçons ont diverti l’Italie entière, vous aussi…. "Ils ont tous été exemplaires, constants, attentifs en faisant preuve de calme et de sang-froid lorsque s’est présenté la séance de tirs au but, c’était exceptionnel." Est-ce la victoire de Mancini ? "Il a été si brave, il ne s’est jamais économisé, encore plus ces derniers mois, il a tout donné tout de lui-même pour se battre pour quelque chose d’incroyable, il a mis en condition l’équipe pour qu’elle puisse croire à un objectif franchement impossible, un objectif que personne ne pouvait considérer sérieux. Mancini ne s’est pas limité à convaincre tout le monde, il a aussi créé de la sympathie autour de ce groupe, il a fait circuler autour de la Nazionale des pensées positive, Il y est parvenu grâce à ses convictions." Quel est le trait distinctif de cet entraîneur ? "Son talent domine toujours la scène, même dans ses choix, dans ses provocations. A présent, tout le monde prend pour acquis que Mancini mise sur les jeunes, mais rien n’était acquis." "Il était déjà comme ça à l’Inter, il a toujours été si bon avec les garçons et la chose la plus incroyable est qu’il est toujours parvenu à comprendre, à quels moments exacts, il pouvait faire appel à eux. Il a toujours su quand les lancer. Je crois qu’il est nécessaire de devoir recourir au talent et de savoir prendre des risques et il sait les prendre, tout comme il sait reconnaître aux autres le talent." "Avec l’Inter, il a tant de fois provoqué l’adversaire en insérant quelques jeunes, et cela se révélait souvent. A présent, il a également amélioré sa relation avec les joueurs, il a acquis une bonne expérience et il est devenu un leader absolu, tout en renonçant à toute forme d’autoritarisme." Est-ce que les doux souvenirs du temps du Triplé sont remontés à la surface ? "J’ai eu le plaisir et la fierté de l’avoir amené l’Inter. Je me souviendrais toujours de sa présentation avec un maillot de l’Inter qu’il m’avait offert confectionné en laine, ceux que les joueurs portaient par le passé, avec le Scudetto cousu dessus. Il m’avait dit qu'on allait le remporter ensemble, car je l’avais choisi. Je suis resté marqué par sa façon de rentrer immédiatement dans la tradition du club avec sa classe." C’était aussi l’Euro de Barella..... "Il a déjà montré qu’il était doué à l’Inter, en disputant un grand championnat avec un grand entraîneur. Il a eu la possibilité de confirmer et il l’a saisi." Pourrions-nous un jour vous voir participer à l’initiative InterSpac ? "Lorsque j’ai décidé de rentrer dans le Calcio, je l’ai fait les pieds joint. A présent, c’est un plaisir que je laisse aux autres." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  8. Danilone a très récemment prolongé son aventure à l’Inter, en paraphant un nouveau contrat. Celui-ci s’est livré sur l’arrivée également de Simone Inzaghi, quelques heures avant la confrontation entre l’Italie et l’Angleterre en Finale de l'Euro! "Nous revenons après deux saisons disputée sans trêve, c’était fondamental de recharger les batterie avec un peu de vacances. Les premiers jours de la mise au vert sont positifs, il manque encore tant de joueurs, mais le groupe est volontaire. Je profite de l’occasion pour féliciter Lauti pour sa victoire extrêmement méritée en Copa et je souhaite bonne chance à Nico et Basto pour la Finale de ce soir." Simone Inzaghi "L’approche a été positive, tout le staff est compétent et tient à faire belle figure pour honorer l’Histoire de l’Inter. Nous sommes tous engagés depuis la reprise et continuer à endosser ces couleurs est un motif de fierté. J’en suis à présent à ma neuvième saison avec l’Inter, mais à chaque fois que je monte sur le terrain, je cherche toujours à donner le maximum pour prouver que je mérite ce maillot." "Si la prolongation est arrivée, je pense que cela veut dire que j’ai fait quelque chose de bon et que je l’ai mérité. Toutefois, le passé ne compte plus, je veux confirmer en championnat, me battre en Ligue des Champions et arrivée jusqu’au bout en Coupe d’Italie." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  9. Les Azzurri atteignent le sommet du football européen en battant l'Angleterre aux tirs au but. Comme le chantait Catherine Lara, ce fut une nuit magique pour tous les Italiens à Wembley et à travers l'Europe, avec la famille Inter célébrant, en particulier, au nom des nouveaux champions d'Europe: Nicolo Barella et Alessandro Bastoni. Dans des circonstances inoubliables, l'Italie a enfin gagné l'Euro depuis son seul succès en 1968. Cela a fini par se décider aux tirs au but à Wembley après un match nul 1-1 au cours duquel Luke Shaw a ouvert le score pour l'Angleterre et après que Leonardo Bonucci ait égalisé en seconde période. Andrea Belotti et Jorginho n'ont pas réussi à convertir leurs tirs au but, mais les Azzurri ont scellé la victoire grâce à trois tirs manqués de l'Angleterre par Marcus Rashford, Jadon Sancho et Bukayo Saka rentrés en cours du match. Barella a commencé la finale et a été sorti à la 54e minute, tandis que Bastoni était un remplaçant inutilisé lors d'une nuit de célébration pour l'Inter et l'Italie. Moralité: Football is coming Rome!
  10. Roberto Mancini a déclaré que ses larmes coulaient pour toute l'Italie après avoir remporté l'Euro 2020. La victoire contre l'Angleterre a valu à l'Italie son premier titre de champion d'Europe depuis 1968 et le manager a été vaincu à la fin. Voici ses déclarations rapportés par le Guardian. "Nous ne réalisons même pas ce que nous avons réussi à réaliser. Nous sommes ravis pour les gens et le public italien car ils le méritent vraiment après une période difficile. C'est une grande joie pour nous." "J'ai pleuré sur ce terrain il y a 30 ans après la finale de la Coupe d'Europe 1992 (lorsque la Sampdoria a perdu contre Barcelone, ndlr). Cela faisait vraiment mal à l'époque. Gagner l'Euro pour la première fois depuis 1968 et remporter le trophée, je pense que c'est quelque chose d'incroyable." "C'était l'émotion qui se produit après avoir réalisé quelque chose d'incroyable. C'était l'émotion de voir les gars célébrer et les fans dans les gradins. En voyant tout ce que nous avons réussi à créer, tout le travail acharné que nous avons fait au cours des trois dernières années, mais plus particulièrement les 50 derniers jours qui ont été très durs." "C'est le fait que nous avons pu forger cet esprit d'équipe au cours des 50 derniers jours. Ils ont vraiment créé quelque chose qui ne pourra jamais être séparée à l'avenir. Ils seront toujours synonymes de ce triomphe." "Je suis très heureux parce que l'équipe a bien joué et nous méritions la victoire. Le but de Luke Shaw en début de match nous a causé quelques problèmes dans les 15 premières minutes, mais ensuite nous avons commencé à prendre le contrôle du match." "Nous étions déçus d'avoir dû creuser et aller jusqu'aux tirs au but, mais nous sommes très heureux pour les Italiens partout." "Nous sommes très chanceux d'avoir Donnarumma. J'étais sûr qu'il allait sauver quelques penalties parce qu'il est le meilleur gardien du monde. C'est vraiment un gars formidable et un gardien de but incroyable."
  11. Quand il a pris les commandes, l'Italie était au plus bas, au fond du trou. Cependant, il a forgé un brillant esprit d'équipe combiné à son excellence tactique. L'Italie devint championne d'Europe pour la deuxième fois de son histoire. Point de vue du Guardian. Les fans anglais ont chanté "It's coming home" mais une bannière la fin bleue de Wembley a supplié de différer. "Football's Coming Rome" n'est peut-être pas une bonne grammaire, mais une petite licence artistique doit être autorisée lorsque votre équipe écrit l'histoire du Football en territoire hostile comme l'Italie l'a fait Dimanche soir. Trente-quatre matches sans défaite, et désormais champions d'Europe. Qui aurait pu imaginer un tel scénario lorsque Roberto Mancini a pris les rênes il y a trois ans ? Son premier match était un match amical contre l'Arabie Saoudite qui utilisait le match comme un événement de préparation pour une Coupe du monde pour laquelle l' Italie ne s'était pas qualifiée. Pourtant Mancini a refusé d'accepter des ambitions au rabais. Dès le premier jour, il a déclaré son intention de "ramener l'Italie là où elle mérite d'être, au-dessus de l'Europe et du monde. Nous n'avons pas remporté de championnat d'Europe depuis de nombreuses années, ce sera donc notre premier objectif." Rayez l'élément un de la liste. L'Italie a conquis l'Angleterre à la dure à Wembley, s'imposant aux tirs au but pour la deuxième fois en autant de tours. Pourquoi pas? Ils ont pris le chemin difficile tout au long de ce tournoi. Après avoir terminé en tête de leur groupe et survécu à une bataille des huitièmes de finale contre l'Autriche, l'Italie a dû vaincre la Belgique n°1 mondiale d'après la FIFA, ainsi que l'Espagne, des adversaires qui les ont battus sèchement la dernière fois qu'ils ont atteint la finale de ce tournoi en 2012. Il ne restait plus qu'à battre l'Angleterre sur son propre terrain. Ils ont même donné une longueur d'avance à leurs hôtes. Roberto Mancini avait minimisé l'importance d'une foule à domicile avant le coup d'envoi, affirmant que ses joueurs auraient "beaucoup d'autres choses à penser en plus de leurs fans", mais la frappe de Luke Shaw à la deuxième minute a démenti cette affirmation, le bruit à l'intérieur un Wembley bondé comme tout ce que ces joueurs ont pu entendre depuis que la pandémie a frappé. L'Italie n'avait pas traîné dans ce tournoi jusqu'à ce but catastrophique, et pendant 65 minutes, il est apparu que cela pourrait être la seule énigme qu'ils ne pouvaient pas résoudre. Malgré tout l'engagement et la capacité technique de leurs attaquants, les Azzurri auraient besoin d'un défenseur vétéran pour les sortir du trou. Qui de mieux pour faire taire une foule à domicile que Leonardo Bonucci, un joueur qui célèbre chaque but en agitant un doigt devant son visage, invitant les sceptiques à "se rincer la bouche" ? C'est Mancini, cependant, qui avait changé la donne avec ses remplacements, l'introduction de Domenico Berardi pour Ciro Immobile permettant enfin à l'Italie d'atteindre la largeur nécessaire pour étirer la défense anglaise. Alors qu'il serrait la ligne de touche droite, Lorenzo Insigne, opérant maintenant comme un faux neuf, a commencé à trouver un espace pour opérer à l'intérieur. Le but de Bonucci est arrivé d'un corner, mais seulement après que l'Italie ait commencé à monter en puissance. Mancini a sorti l'Italie de l'un des chapitres les plus sombres de son histoire du football, offrant non seulement des résultats mais une joie bien nécessaire. Les Italiens ont adoré regarder cette équipe parce qu'ils peuvent dire que l'équipe a aimé jouer ensemble. Après la victoire de l'Italie sur la Belgique, un Insigne étourdi s'est exclamé que c'était "comme si je jouais à cinq avec mes potes". L'enthousiasme seul, cependant, ne peut vous mener que jusqu'à la fin. L'Italie a atteint la finale de l' Euro 2020 grâce au talent de son effectif et parce que Mancini a trouvé un système tactique qui en a tiré le meilleur, un 4-3-3 qui a permis à Jorginho et Marco Verratti de dicter le jeu depuis le milieu, tandis que Insigne, Federico Chiesa et Berardi pourraient attaquer depuis les mêmes positions larges dans lesquelles ils excellent pour leurs équipes de club. À Wembley, il semblait que ce système pouvait ne pas fonctionner. Le premier but de l'Angleterre, associé au passage de Gareth Southgate à une défense à trois, a initialement posé une question que l'Italie ne pouvait pas résoudre. Ils pouvaient avoir tout le ballon qu'ils voulaient au milieu du terrain mais nulle part où aller avec, les arrières anglais leur refusant leur largeur habituelle en se repliant pour former une défense à cinq. Mancini avait confiance en son banc pour changer la donne. Il a insisté tout au long de ce tournoi sur le fait qu'il avait 26 titulaires dans son équipe, et sa décision de lancer Bryan Cristante et Federico Bernardeschi dans cette était une preuve supplémentaire qu'il croyait en c(s)es mots. Le premier de ces joueurs a fait un coup crucial pour le but de l'Italie. Les Azzurri ont subi leur part de chagrins aux tirs aux buts, d'une demi-finale de Coupe du monde à domicile contre l'Argentine en 1990 à Roberto Baggio qui a fait exploser le ballon au-dessus de la barre lors de la finale au USA en 1994. Ils ont également connu des résultats plus heureux, notamment lors de la finale de la Coupe du monde 2006 contre la France, mais sans oublier le piqué d'Andrea Pirlo au milieu de Joe Hart en quart de finale de l'Euro 2012. Celui-ci se classera parmi les meilleurs. Il y a une catharsis pour l'Italie après cet échec à se qualifier en 2018 et aussi pour Mancini à Wembley également. Il n'a jamais oublié la finale de la Coupe d'Europe qu'il a perdue en tant que joueur de la Sampdoria en 1992. Ce démon est maintenant vaincu, et mieux encore avec ses anciens coéquipiers Gianluca Vialli et Attilio Lombardo travaillant à ses côtés dans le staff italien. Ils ont remis l'Italie au sommet de l'Europe, comme Mancini l'avait promis il y a trois ans. Maintenant, il ne reste plus qu'à conquérir le monde.
  12. En effet, Marco Materazzi s’est livré à la Gazzetta Dello Sport en faisant un parallèle à la Coupe du Monde 2006 où la Nazionale avait vaincu la Mannschaft en demi-finale de sa Coupe du Monde avec un stade, pourtant, totalement acquis à sa cause! "C’est certain. L’Allemagne au Westfalenstadion ne s’est-elle pas sentie imbattable ? N’était-ce pas son Mondial qui se jouait à domicile, n’était-elle pas dans l’obligation de le remporter ? Je me souviens des têtes des Allemands, dans le tunnel, avant de monter sur le terrain : Ils étaient tous pale, plus que le maillot qu’ils portaient. Et nous, nous hurlions de notre côté : Nous n’avons pas peur, nous n’avons pas peur ! Et eux l’ont vraiment eu : C’est le Crédo qui nous a suivi durant toute la Coupe du Monde et nous comprenions leur langue : on parvenait à traduire ce qu’ils se disaient : Ils avaient la pression." Croyez-vous que les Anglais vont la ressentir ? "Hier, j’ai à la télé la tête de leur supporter après le but du Danemark, si j’étais Mancini, je le ferais regarder à nos joueurs, c’est une belle thérapie pour se motiver. Nous avons deux précédents à Wembley avec des buts inscrit par Capello et Zola. A présent, cela revient à Immobile." Mais pourquoi êtes-vous aussi sur que Wembley ne nous fera pas peur ? "Ce que je peux vous dire ? C’est que les garçons auraient déjà pu jouer cette finale le lendemain de la rencontre face à l’Espagne, même s’il était morts de fatigue. Wembley peut faire peur à tout le monde, sauf à nous, les Italiens : C’est dans la difficulté que nous sommes les plus fort, comme cette soirée de Dortmund. Nous n’avons pas à avoir peur car nous sommes convaincu de ce que nous faisons et l’Euro va se terminer comme il a commencé." Par une victoire de la Nazionale….. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  13. En ce mercredi 07 juillet 2021 est né officiellement, à 13h00, l’Inter de Simone Inzaghi. Celui-ci a été présenté par Giuseppe Marotta au parterre de journalistes présents pour l'occasion. Giuseppe Marotta "Nous débutons officiellement la nouvelle saison, une saison qui sera difficile. Je vous présente Simone Inzaghi, qui est un motif de fierté car le projet de l’Inter va continuer, lui qui est confié entre les mains de l’un des entraîneurs parmi les plus conquérants, qui est jeune et préparé, qui fait preuve de passion, de compétence, d’enthousiasme et qui dispose de la culture du travail." "Nous traversons un moment difficile, postpandémique, qui est un moment qui se caractérise par de la souffrance aussi économique. Le football est à la recherche d’un modèle soutenable, il a vécu durant des années sous un modèle de mécénat qui était aux antipode des résultats sportifs et financiers. A présent, c’est devenu impossible, il faut savoir faire preuve de soutenabilité, et nous sommes à la recherche d’un modèle idéal." "L’Inter veut continuer à écrire sa propre histoire dans le respect de ses engagements patrimoniaux. Ce sera du ressort du Management que de préparer une équipe importante et compétitive, tout en respectant l'équilibre économique. Nous sommes confrontés à un scénario inquiétant qui nous réservera encore des situations des plus désagréables, la situation économique présente un football en difficulté, nous aurons besoin de liquidités. La propriété de l'Inter a injecté environs 700 millions d'euros de liquidités dans l'Inter et nous ne pouvons pas lui demander plus d’efforts." "La règle n’est pas : Celui qui dépense le plus, l’emporte : Certains choix douloureux ont été faits, comme la vente d'Hakimi, qui nous permet de maintenir une continuité. L'espoir est que notre public revienne bientôt, nous espérons pouvoir rouvrir bientôt les stades car le football reste un phénomène social important et les supporters font partie du patrimoine d’un club de football". Simone Inzaghi "Je suis très enthousiaste pour cette nouvelle aventure, j’ai de grandes motivations, je me projette sur un travail important. C’est un si beau défi, j’ai été convaincu par tout le monde, car tous ont fait preuve d’une grande motivation pour me recruter. Je suis conscient que je vais retrouver un groupe fort, un club fort et les tifosi que j’ai déjà pu rencontrer durant mes vacances sont très chaud." Changement "Ce qui m’a motivé, c'est que l'on m’a fait comprendre que l’on me voulait à tout prix : Nous sommes l’Inter et je ferais tout pour défendre le Scudetto qui a été remporté, je félicite les garçons et l’entraîneur Conte." Renforts "Je pense qu’il y a eu peu d’activité, le mercato sera encore long et c’est une période délicate pour tous. J’avais été prévenu du départ d’Hakimi, mais j’ai, dans le même temps eu la garantie que l’équipe restera compétitive et forte. J’ai un contact direct avec le Club, notre objectif est de défendre le Scudetto et de mieux avancer en ligue des Champions. J’ai vu que, depuis la saison 2010-2011, l’Inter ne parvient plus à aller en huitième de finale." Immobile - Lukaku "J’ai parlé avec Lukaku à plusieurs reprises, il est pour l’instant déçu par l’élimination, c’est un joueur extrêmement important, une garantie prouvée sur le terrain. C’est un joueur fort qui remplit son rôle et qui a bien été entouré ces dernières années." Eriksen "J’ai parlé avec lui avant l’Euro, mais nous n’avons plus échangé depuis l’incident. C’est un joueur sur qui compter, il fait partie de l’Inter et il aura besoin de temps, le club a été bon pour saisir l’opportunité Çalhanoğlu, c’est un joueur qui me plait énormément, mais j’attends Chris les bras ouvert." Différences avec Conte "Je devrais apporter de la continuité au travail réalisé de la meilleure des façons. Le changement d’entraîneur apportera de la motivation aux joueurs." La Lazio "J’y ai vécu 22 années intenses, je les remercie tous, j’y étais très bien. J’ai eu la chance d'y connaitre la victoire comme joueur et comme entraîneur, mais le moment de changer était arrivé. L’envie de l’Inter était si forte et me voilà ici." La Griffe Inzaghi "Je veux une équipe qui se montre toujours intense en match, une équipe forte et qui sait réagir face aux événements, l’intensité est ce que je demande en premier." La Juventus "J’avais connaissance du départ d’Hakimi, c’est une douleur mais préventive, c’était le joueur demandé par toute l’Europe. Nous vivons actuellement une période difficile, mais l’équipe restera compétitive, le club est déjà intervenu sur le Mercato." Stefan De Vrij "J’ai parlé avec tous les joueurs, j’ai déjà entraîné De Vrij, et j’ai joué avec Kolarov et Handanovic, c’est un plaisir de les revoir. Pour les autres, je les ai connu comme des adversaires, mais j’ai une grande relation avec tous les joueurs." Le changement, c'est maintenant "Après 251 matchs disputés avec la même équipe, il était venu le moment de changer et lorsque tu as une telle opportunité qui se présente, tu n’y réfléchis pas deux fois, tu l’acceptes immédiatement." La Ligue des Champions "Comme je l’ai dit, l’objectif est de passer la phase de groupe, c’est une compétition extrêmement difficile, physique. Il faudra aussi prendre en compte les autres équipes évoluant à l’étranger et qui ont moins ressenti la problématique lié au Covid-19. Jouer tous les trois jours demandera énormément d’exigences, aussi bien physique que mentale." Supporter la pression "Je dois vous dire la vérité que Rome m'a été un bon entrainement, il y a de la pression de partout. Celui qui s’est lancé dans ce métier fera toujours face à de la pression. J’aime les défi, je n’aurais pas accepté cette proposition si elle ne m’avait pas séduite. Ce sera un championnat long, mais nous devrons nous montrer bons face à la difficulté et bien nous compacter pour en retirer le meilleur." "Dietrofront" Lazio "Je pense que dans la vie des choix doivent être fait, j’avais rencontré Lotito et je l'en remercie: C’est un excellent président, mais un cycle s’est conclu. J’étais avec lui au restaurant, mais j’avais besoin de prendre du temps pour donner ma décision et le lendemain, lorsque j’ai pris la décision de partir, je l’ai immédiatement averti." Mercato "Je savais pour Hakimi et il m’a été dit que les autres joueurs important allaient rester à l’Inter. Nous devrons faire quelque chose sur le mercato, surtout sur les ailes, car elles sont importante pour moi. Nous le ferons ensemble, avec le Club, sans trembler, nous ferons des choix." Objectif "Comme je l’ai dit, mon objectif est celui d’apporte de la continuité, je sais où je mets les pieds: J’arrive dans une équipe composé d’un grand groupe de joueurs, une équipe qui fait preuve d’un grand enthousiasme et qui a une grande tifoserie, j’ai déjà rencontré les représentants de la Curva et nous aurons une équipe qui donnera tout sur le terrain." Derby Della Madonnina "Je sais ce que représente le Derby de Rome, je connais aussi la grande rivalité qu’il y a aussi, ici, à Milan. Le Milan a réalisé un excellent championnat en se montrant très compétitif avec un entraîneur que je connais bien." Le Luis Alberto Nerazzurro "Je pense que Çalha présente des caractéristiques similaires, en quantité et en qualité, et il est très bon sur les phases arrêtées. C’est clair que nous avons aussi Eriksen qui est un joueur important, mais étant donné ce qu’il s’est passé, nous l'avons pris aussi. Il nous apportera une grande satisfaction." Dimarco & Ivan Perisic "Dimarco a fait de très belle choses à Vérone, je l’évaluerai, c’est un produit de notre vivier: Il faut miser dessus. Perisic a fait de belles choses l’année dernière, en étant dans le milieu à cinq. Hélas, il a été touché par le Covid et est en quarantaine. Je l’attends à bras ouvert et je suis certain qu’il fera de très bonne choses." Activité sur le mercato "Nous chercherons à améliorer le noyau, ce ne sera pas simple, mais nous chercherons à y parvenir : J’évaluerai tous les joueurs lors de la mise au vert." Barella-Bastoni-Lautaro qui sont en finale "Ce sont déjà des joueurs conquérants et plus je dispose de joueurs qui ont la gagne, mieux je me porte Je suis très content de ces finales. J’ai déjà parlé avec Lautaro, il est motivé pour la saison à venir et je lui souhaite de remporter la Copa America, comme je souhaite à Barella et à Bastoni de remporter l’Euro." L’Inter de Conte "Ces deux dernières années, l’Inter a été tant appréciée, nous nous sommes souvent croisés. C’est une équipe solide qui donné l’idée d’être très compacte : C’est difficile de marquer face à l’Inter. De mon côté, j’avais une équipe qui divertissait les tifosi tout en marquant beaucoup." La Nazionale "Je dois féliciter Roberto, c’était mon équipier et mon entraîneur, à présent je croise les doigts." Sensi "J’ai une très grande confiance et une très grande estime pour lui. Il est très intelligent, j’ai parlé avec lui. Il a connu tellement de problèmes et il devra se montrer bon avec nous pour parvenir à s’entraîner de la meilleure des façons possible." Retour sur une intervention de Giuseppe Marotta liée à la réouverture des stades "La Lega, tout comme les clubs, échange continuellement avec le Gouvernement pour parvenir à ré-ouvrir les enceintes. Cela pourrait aussi représenter un spot pour inciter à la vaccination. Les informations récentes font état d’une réouverture totale ou partielle, je ne le sais pas encore, mais ce serait tout de même un grand succès. Jouer sans publique est désolant. En deux saisons, nous avons enregistré un manque à gagner au niveau des recettes du stades d’environ 100 millions d’euros." Benvenuto Mister! Buon Lavoro Simone! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  14. Nicolò Barella vit l’une des meilleurs saisons de sa carrière : Arrivé de Sardaigne, l’ancien Capitaine de Cagliari est devenu un pilier de l’Inter, mais aussi de la Nazionale. Dernièrement, Nicolò s’est livré au cours d’une interview officielle diffusée par la FIGC: La consécration internationale "Arriver jusqu’en équipe nationale A est une très grande émotion, il y a tellement d’équipiers avec qui je partage, actuellement, l’expérience de vivre un Euro. Je suis vraiment heureux, c’est une fierté : C’est le rêve de tout enfant que de revêtir le maillot de la Nazionale, de l’U-15 jusqu’à l’équipe première. Me revoir sur des photos aussi jeune est à la fois beau et touchant." "Je me rappelle de tous mes équipiers, c’était un groupe divertissant et nous nous divertissions tellement dans les mises au vert. Nous avions décidé de nous faire étudier pour savoir comment s’entraîner c’était de très beaux souvenir, car même si nous étions en face d’étude, je parvenais à me marrer." "La Coupe du Monde des moins de 20 ans a été un très beau souvenir vu ce que sont parvenu à faire mes équipiers, mais pas pour moi car je porte encore la marque de la cicatrice : C’était une des plus belle émotions car après le but de Panico, celui-ci avait montré un maillot avec mon nom, il est resté là jusqu’à la finale pour la 3ème-4ème place. C’est un souvenir un peu amer, mais si beau." Mes débuts ? "A Gênes face à l’Ukraine, j’étais bien mentalement ce jour-là : C’était touchant, au début difficile, et c’est la seule partie ou j’ai souffert un peu sur le terrain, mais c’était un rêve qui se réalisait : Je portais le numéro 23 que j’ai aussi à l’Inter, il fait partie de ma vie." Italie-Espagne en U-21 ? "Nous l’avions remporté 3-1. C’est un super souvenir car tout le monde disait que l’Espagne était super favorite, et elle l’a démontré ensuite, mais nous étions parvenus à gagner. C’était aussi touchant car nous étions tellement de joueurs en provenance de l’U-15 : Jouer pour quelque chose d’important avec eux était si touchant : Je me souviendrais toujours de la fête dans le vestiaire. L’une de mes plus grandes déceptions est de ne pas être parvenu ensuite à gagner cet Euro suite à des erreurs de notre part." Mon premier but ? "A Udine, contre la Finlande : Quelqu’un m’attendait au tournant en me disant que ce n’était pas le mien suite à une déviation : Cela me fait rire de revoir ma célébration, c’était un cri de joie, qui m’a libéré de tant de choses : C’est un plaisir de le revoir à chaque fois, car je n’inscris pas énormément de buts : Pour le peu que j'en marque, je m’en fais un souvenir que je garde au fond de moi." Le but face à la Belgique ? "C’est un beau but, je crois que je n’ai jamais tiré aussi fort de toute ma vie. Il est aussi beau car il est arrivé très rapidement après de récentes critiques : Il m’a été libérateur, j’avais tant de choses enfuies en moi. Je voulais donner un coup de main à l’équipe de n’importe quelle façon et jusqu’alors, je n’étais pas parvenu à démontrer tout ce dont je suis capable de faire. Je suis très fier et touché par les paroles reçus par quelques équipiers, ils m’ont aidés : Je suis content de l’avoir vécu avec des gars spéciaux, c’était un but si important." Romelu ? "J’ai échangé mon maillot avec Lukaku lorsque l’entraîneur parlait. J’ai fait en sorte que les autres me répète ce qu’il a dit : Cela reste quelque chose du vestiaire et je ne tiens pas à m’exprimer. Je suis désolé pour lui, mais nous avons créé quelque chose de spécial et il aura d’autres et de nombreuses occasions pour faire la fête." Donnez-lui le brassard directement ! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  15. Giuseppe Marotta et Piero Ausilio se sont livrés à Rimini dans le cadre du lancement de la session estival du Calciomercato. Voici les déclarations de notre Padrino devant le parterre de journalistes présent à Rimini, suivi de celles octroyées à Sky Sport La vente la plus lucrative sera celle d’Hakimi : Où en sommes-nous actuellement ? "Nous sommes en train de finaliser une opération que notre Directeur Sportif a réalisé d’une façon retentissante, il s’agit d’une opération douloureuse que nous réalisons avec énormément de souffrance, mais elle s’avère nécessaire pour donner de l’oxygène au club et pour nous apporter les outils nécessaire pour apporter de la continuité et de la stabilité qu'exige un club de football. Cela ne veut pas dire que l’Inter n’ambitionne pas d’objectifs importants car, à côté de l’aspect financier, il y a la créativité et la compétence inhérente aux dirigeants pour composer une équipe compétitive pour l’Histoire et pour les résultats." Les tifosi se questionnent : Y-aura-t ’il d’autres ventes aussi excellente ou c’en est terminé avec Hakimi ? "Nous sommes, aujourd’hui, dans les conditions de dire que cette opération nous permettra de faire face à tout avec sérénité. La règle du Mercato est que si un joueur manifeste sa volonté de partir, qu’il sera difficile de le conserver, mais en ce moment, il n’y a pas personne qui présente ce type de symptôme chez nos joueurs. J’espère et je me souhaite que l’on puisse confirmer quasiment la totalité de ce groupe de gagnants." Comment se passe la situation relative à Lautaro, avez-vous parlé de prolongation ? "Nous avons débuté un échange dont la finalité sera une prolongation du contrat." Bellerin peut-être être l’idéal pour l’après-Hakimi ? Lazzari est-il le préféré d’Inzaghi ? "Ce sont des noms de joueurs intéressants. Mais en ce moment, nous devons nous comporter avec calme. Le plus important à retenir est que nous n’avons pas la capacité de réaliser des investissements très pesant, c’est évident que nous devrons agir en faisant preuve d’une grande créativité pour saisir les opportunités que le mercato nous offrira." Le fait de ne pas pouvoir investir vous impact à quel point ? "Cela vaut pour tous les clubs, ce n’est pas que pour nous. Il y a une contraction économique qui nous pousse à procéder à une gestion plus attentiste d’un point de vue administratif et financier." Quel est votre premier ressenti sur Inzaghi ? "Il est positif: Je retrouve en lui les caractéristiques conquérantes d’un entraîneur comme Conte. Je suis certain que cela apportera une continuité au projet avancé par Conte. Il est le profil le plus adapté pour être reconnu, à juste titre, comme son héritier." Avez-vous discuté au club d’InterSpac ? "Pas encore, mais il y a un dénominateur commun entre être cette initiative, Zhang et le Suning : Le bien et le futur de l’Inter. Je dois aussi souligner que la famille Zhang a injecté à profusion des ressources financiers : 700 millions d’euros. Toutes les initiatives sont évaluées, nous sommes dans une phase interlocutrice. Je ne peux pas m’exprimer étant donné que je n’ai pas d’autres éléments qui m’ont été porté à ma connaissance." Sur l’aile gauche, vous semblez bien, l’échange Drągowski-Sensi est une possibilité ? "Non, ce n’est pas une opportunité. Nous devrons saisir des opportunités sans faire de folies." Il Padrino à Sky Sport "L’ouverture du mercato reste un moment historique, il n’y aura pas de grands transferts très onéreux, la créativité y aura une grande place." Hakimi-Paris ? "C’est une opération sur laquelle Piero Ausilio a travaillé, nous en sommes dans sa phase finale, il y a des formalités à accomplir, ce qui est normal lorsque l’on traite avec l’étranger. Je pense que l’on peut arriver à sa conclusion dans un délai d’une journée." "C’est un transfert douloureux, mais comme Administrateur, j’ai l’obligation de garantir au club sa soutenabilité. Le mercato n’est pas encore entré dans le vif, et je tiens à souligner la difficulté à parvenir à transférer un joueur en obtenant uniquement du cash, il faut le savoir. C’est normal que le club souhaite confirmer tous ses joueurs, saut si ceux-ci manifestent leur intention de vouloir aller ailleurs, là il faut discuter." "Lorsque Hakimi sera officiellement au Paris-Saint-Germain, nous pourrons respirer. Je ne tiens tellement pas à devoir vendre d’autres joueurs, je veux maintenir l’organisme qui nous a donné tant de satisfaction." Lautaro ? "L’Inter a, devant elle ,des objectifs sportifs à atteindre au-delà de la soutenabilité financière. Avec les joueurs, Lautaro Martinez compris, nous avons débuté des petites approches pour prolonger les contrats. Lui et tant d’autres joueurs sont jeunes et l’Inter mise sur eux. Ce n’est pas une entreprise facile, mais nous devons veiller à défendre le patrimoine historique de ce club riche de succès. Ces couleurs présentent un palmarès riche de succès que nous devons continuer à maintenir à un niveau important. Il faut également souligner que nous sommes dans une période de contraction économique et financière." Y-a-t ’il des avantages et des inconvénients vis-à-vis des joueurs en fin de contrat ? "Tout dépend du point de vue. Si tous font preuve de rigidité dans la gestion de cette situation, cela sera un inconvénient contrairement à avant. Les salaires ont atteint des niveaux insoutenable et dans n’importe quelle autre société, celles qui ne font pas partie du monde du football, nous aurions été en face d’un scénario de faillite." Comment remplacer Hakimi ? "Nous travaillons en équipe, il y a l’entraîneur et les collaborateurs, nous devons faire preuve de sérénité car il n'y aura pas de demandes de clubs vendeurs, nous devons saisir les opportunités et être imaginatifs, je ne prévois pas de grands mouvements entrants du club. Mais le fait de confirmer un groupe gagnant comme le nôtre représente un point de départ important". L’approche populaire ? "Cela concerne la propriété, je ne peux pas m’exprimer aussi bien par respect, que par manque de connaissance des éléments. C’est normal que nous devrons, nous aussi créer un nouveau modèle, nous faisons face à un changement d’époque, il n’y aura plus d’opération pharaonique. On travaille sur les compétences, l’inventivité, l’opportunité, et sur le secteur des jeunes qui représentent un grand patrimoine." Eriksen ? "Nous ne l’avons pas entendu directement, pour des raisons de vie privées. Le médecin, oui, ce qui compte c’est de retrouver Eriksen l’Homme, avant le joueur. La première intervention réalisée par les médecins, dans le stade, a été miraculeuse et efficace, nous parlons ici de quelque chose de merveilleux. Ce n’est pas le moment de parler de l’après, il doit retrouver de la sérénité et sa santé." "La fierté d’une direction est aussi de voir ses propres joueurs évoluer en équipe nationale, à l’Euro. Vendredi, ce sera Belgique-Italie avec nos joueurs, le tifo est acquis, à présent dire que le meilleur gagne ne compte plus, mais que l’Italie gagne. Mais je reste fier de nos joueurs." Inzaghi ? "Nous travaillons en équipe, tout le monde doit chercher à prendre des décisions dans le bien de la collectivité. Je me souhaite qu’Inzaghi soit l’héritier de Conte, en tout et pour tout, dans les résultats et sous l’aspect professionnels. Avec lui, il y a des échanges quotidien, il échange avec Ausilio trois ou quatre fois par jours, avec moi, très peu. Je pense qu’il a passé ses vacances au téléphone, il a déjà démontré un grand sens d’appartenance." Conte ? "Cela fait quelque temps que nous n’avons pas échangé, je sais qu’il est parti en vacances et c’est bien ainsi. Il restera un souvenir splendide de deux années extraordinaires passées avec des résultats atteints." Le Scudetto ? "Nous devons nécessairement tenir élevé la bannière de l’Inter pour l’Histoire du Club. Même si l’on n’a pas de finances, on retrouve les motivations et les compétences, car sans elles, il n’est pas possible d’atteindre les objectifs." Piero Ausilio se livre à Sky Sport depuis Rimini Que pensez-vous de la photo d’Insigne, avec le maillot de l’Inter, enfant ? "Je m’en souviens. Chaque fois que nous finissons par jouer le Napoli, elle me poursuit, je ne sais plus à quel âge il l’a fait. Mais il se moque toujours de moi lorsque nous nous croisons." Y-a-t ‘il la possibilité d’en trouver un lendemain ? "Non, il n’y a rien à voir absolument avec cela, c’est une chose divertissante, c’est une photo qui fait du bien dans la tête." On savait que l’Inter allait devoir sacrifier au moins un joueur titulaire et que ce serait Hakimi. A quel point cela vous déçoit-il vu que vous l’aviez suivi durant tellement d’années et que vous l’aviez recruté pour 40 millions d’euros ? "Notre temps n’est jamais celui qui compose le mercato: Selon vous, nous avions été très rapide, en brûlant quasiment toute la concurrence, mais nous avions respecté les délais. Nous parlons avec Paris et il y a une opportunité, nous sommes encore à distance de la finalisation. Nous prenons notre temps pour, lorsque tout sera prêt, qu’il puisse s’agir de quelque chose de définitif." Les Tifosi se demande s’il s’agira de la dernière vente d’un Big. Lautaro, Skriniar, Bastoni, Barella… "Je sais que vous avez aussi questionné Marotta, l’idée était de sacrifier un joueur avec lequel le mercato pouvait se conclure, et Hakimi en était le plus proche, nous ne pensons pas aux autres. Nous devrons faire tant de petites choses pour arriver à l’objectif fixé par la propriété, nous pensons pouvoir le centrer d’ici à la fin août." Comment est née l’opération Calhanoglu ? "Nous avons dû en parler suite à la situation particulière entourant Christian. Nous avons le devoir, en tant que club, de répondre présent. Nous attendons Eriksen, nous savons qu’il fera face à un long parcours et nous lui sommes proche, nous lui donnerons tout le temps nécessaire et nous souhaitons qu’il puisse revenir à faire ce qu’il a toujours fait. Nous sommes l’Inter et nous devions aussi penser au bien du club et à l’opportunité Calhanoglu”. Etes-vous intéressé par Raspadori? "Ce n’est pas la bonne soirée pour en parler. Bonan est devenu plus vicieux que Di Marzio (il sourit). Je peux seulement vous dire que c’est un joueur que toute l’Italie apprécie pour ses qualités et son sérieux, je le connais et l’apprécie depuis le secteur jeunesse. Selon moi, il profitera encore de Sassuolo quelques temps." "Carnevali est un coriace qui ne vend pas facilement et nous ne sommes pas en mesure de nous présenter sérieusement pour Raspadori. Nous considérons qu’il n'est pas sur le marché et que notre parc d’attaquant est au complet." Bellerin et Zappacosta ont été cité pour être deux bons remplaçants d’Hakimi, Onana pourrait ‘il représenter une opportunité pour un futur sans frais ? "Hakimi est encore un joueur de l’Inter je ne parle pas de remplaçant tant qu’il n’y a rien de définitif. Je contrôle et je connais le Mercato., nous répondrons présent s’il est possible de réaliser quelque chose. Je lis et j’entends tellement de nom,s aussi celui d'Onana qui est récemment sorti, mais notre parc de gardien est suffisamment qualitatif, il peut couvrir aussi bien le présent que le futur. Il ne faut pas oublier que Stankovic est très fort et que Brazao fera rapidement parler de lui, car il est vraiment très doué." Geoffrey appréciera Un échange sympathique a eu lieu entre Adriano Galliani et Piero Ausilio. L’actuel Administrateur-Délégué de Monza est revenu sur le duel à distance qui a mené au recrutement de Geoffrey Kondogbia : "L’Inter a été très bonne, même si je dois prendre aussi en considération la mauvaise relation avec Nelio Lucas son agent. J’avais besoin aussi à ce moment-là de sa contre-signature car nous étions en phase de vente du club" - Galliani Piero allume le français : "Il avait recruté Pessina pour 30.000€ et nous Kondogbia pour 30 millions d’euros. A postériori, nous aurions mieux fait de recruter Pessina, rien n’a bien tourné. L’investissement n’avait pas porté ces fruit vu les prestations qui en ont suivi." Pas même un auto-but de 50 mètres ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  16. En effet, un communiqué officiel a été publié par la Fédération italienne de football, la FIGC, en regard à la prise de position adoptée à l’occasion de la rencontre opposant la Belgique à l’Italie "La Federazione Italiana Giuoco Calcio tient à répéter son engagement inconditionnel, et celui de tous les Azzurri, dans la lutte contre le racisme et la discrimination. La FIGC retient comme opportun de laisser le libre choix à l’équipe d’adhérer à la Campagne 'Black Lives Matter'." "Comme l’a affirmé le Président Gabriele Gravina, il n’y a pas plus tard qu’une semaine, la FIGC retient que l’imposition de tout comportement représente une sorte de tergiversation. La FIGC soutient le choix entrepris par les équipes à l’occasion des rencontres de l’UEFA Euro 2020, y compris celui pris par la Belgique" "La façon de juger la sensibilité de tous les membres de l’équipe nationale, en faveur des droits au respect de la dignité humaine, fait partie de l’ADN Azzurro, comme peuvent en témoigner les nombreuses initiatives et les déclarations en ce sens. Celui-ci ne peut être subordonnée à l’adhésion d’une, et non unique, manifestation de soutien dans la lutte contre le racisme" En conséquence: "L’équipe s’agenouillera par solidarité pour son adversaire et non pour la campagne en elle-même : Si les joueurs de la Belgique viennent à s’agenouiller, les nôtres le ferons aussi, pour être solidaire avec eux." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  17. L’ancien Diable Rouge s’est livré à Il Messaggero sur l’affiche de l’Euro: "Je serais devant la télé, avec l’écharpe de la Belgique, comme ça, j’aurais dans mon viseur mes amis italien… "..... Vous avez choisi votre camp ? "Je plaisante, c’est difficile. Et comment le faire ? Je suis un sympathisant des deux équipes, je les supporte en parallèle, mais cette fois, c’est l’une face à l’autre." Que donneriez-vous pour jouer ce type de match ? "Je suis sincère, ce n’est pas mon match, il y a trop de sentiment en jeu. Ce genre de match, je ne les jouent jamais aussi bien que je le voudrais. Cela s’est produit lorsque je devait faire face à Cagliari ou la Roma. C’est difficile pour quelqu’un qui s’est pris d’affection pour une équipe. Je préfère regarder ce type de match en somme. Jusqu’à maintenant, j’ai toujours supporté l’Italie, un pays qui m’a tant donné c’es certains, mais la Belgique reste la Belgique." Aimez-vous l’Italie de Mancini ? "Énormément : C’est une belle formation, elle joue bien et va toujours de l’avant. Elle sait aussi souffrir, comme on a pu le voir lors du match face à l’Autriche." Qu’aimez-vous en particulier ? "Que celui qui rentre fait la différence, c’est un aspect important. Pessina, Chiesa et Belotti ont été décisif lors des huitièmes, comme s’il s’agissait de leur dernier match. Ils ont joué les dernières minutes face à l’Autriche avec la bonne mentalité." Quelle est la différence avec la Belgique ? "Les Diables Rouges ont forcément plus d’individualités. L’équipe de Martinez peut compter sur Lukaku, sur les Hazard, sur De Bruyne qu’elle compte toujours récupérer car ce serait une perte importante pour la Belgique. C'est une équipe qui vit avec beaucoup de pression sur son dos : Ce sont des joueurs important." Et comment est, par contre, l’équipe italienne ? "Elle est forte collectivement, mais elle n’a pas ce Fuoriclasse qui rompt les équilibres. Celui qui te fait sortir la tête de l’eau lors des moments difficiles. Les Azzurri sont des joueurs très talentueux, mais elle n’’ont pas un Lukaku. Elle est meilleure collectivement." Vous étiez présent en 2016, quelles sont les différences entre la rencontre actuelle et celle d’il y a cinq ans ? "C’est difficile de le dire : Lors de cette soirée à Lyon, l’Italie était supérieure, mais je pense que la Belgique a ouvert un grand cycle avec des joueurs qui, à présent sont arrivé à maturation. C’est plus ou mois la même équipe mais avec certains éléments en moins, tel que Fellaini qui ne joue plus. Elle doit l’emporter pour boucler la boucle. Elle doit le faire maintenant, ou ce sera plus difficile par la suite." Quel duel sera le plus fascinant ? "Sans doute Chiellini-Lukaku. Il faudra voir dans quelle condition se présentera Giorgio. S’il se sent bien, ce sera difficile pour Romelu et le contraire est aussi vrai. J’imagine un duel très physique, spectaculaire." Est-ce vrai que Lukaku aime manger ? Comme fait-il pour être toujours aussi élancé ? "Non, c’est un professionnel extrêmement sérieux, peut être qu’il peut se laisser aller en vacances, mais il est extrêmement précautionneux les jours d’avant-mach, il ne laisse rien au hasard." Avez-vous échangé avec Florenzi ? "Non, je dois encore le faire, mais je le connais. Ale, même s’il devra faire la grimace se battra, et ce, même en étant blessé, je sais à quel point il tient à jouer." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  18. Qui pour marquer Romelu Lukaku lors de Belgique-Italie ? Selon Fabrizio Biasin, qui s’est exprimé dans le Libéro, le meilleur élément de la Nazionale serait Alessandro Bastoni En effet, cette année, le Diable Rouge a inscrit 30 buts pour 10 assists en 44 matchs avec le maillot de l’Inter. En équipe nationale, il est le meilleur buteur belge en activité avec 63 buts en 97 matchs "Si face au Portugal, il n’a pas marqué (c’est incroyable !), il a pesé tel un demi-quintal sur la défense lusitanienne qui s’est efforcée de limiter ses mouvements de bonne façon (rarement) et de mauvaise manière (quasiment toujours)." La solution pour briser les couilles de Lukakone devant la très sainte surface de réparation est de mettre le très jeune Alessandro Bastoni, âgé de 22 ans et originaire de Casalmaggiore (Cremona) "La raison est d’une banalité, tout en étant très significative : Personne ne connait mieux notre adversaire le plus dangereux que Bastoni, pas même Barella qui est aussi l’équipier du Colosse. Bastoni s’entraine avec Lukaku, il le marque lors des matchs d’entrainement, il connaît ses mouvements, ses petits secrets, ses tours de passes passes. Bastoni a démontré la saison dernière être quelqu’un de fiable, lui qui a bloqué n’importe quel type d’adversaire, en étant quasiment le défenseur parfait requis dans l’équipe de Conte." Pensez-vous qu'un duel fratricide soit la solution ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  19. L’ancien entraîneur de l’Inter, Antonio Conte, s’est livré à la Gazzetta Dello Sport sur la performance de la Squadra Azzurra de Roberto Mancini et sur la rencontre à venir face à la Belgique de "son" Romelu Lukaku "Face à la Belgique nous allons jouer à 50/50, nous pouvons les mettre en grande difficultés, les battre et aller de l’avant. Anticipativement à cela, il faut analyser la situation générale de l’évènement, qui est un Euro itinérant, qui a pour tous une signification plus que sportive : Il s’agit d’une reprise et d’un retour vers la normalité après un an et demi de pandémie.La présence du public dans les gradins, dans certains cas avec un stade comble, nous a permis de savourer à nouveau ce qu’est l’essence du football et que nous avions toujours donné pour acquis." "Je sais, par expérience, ce que veut dire jouer dans un stade vide, sans la présence du public et comment il est compliqué de maintenir élevée la concentration et l’adrénaline de l’équipe. : Entendre les chœurs et la grogne, revoir les joueurs exulter sous les tribunes, écouter les hymnes changé par les athlètes et les tifosi n’a pas de prix. Le Covid ne peut, pas encore, être considéré comme un mauvais souvenir, il ne faut pas baisser la garde : La pandémie a certainement et énormément conditionné la préparation des équipes et le niveau de jeu des grandes Nations qui n’a pas toujours été si captivant." "Comparé au passé, ce tournois semble présenter plusieurs sélections composées de joueurs qui se présentent avec leurs propres physionomies, une propre identité, un propre ADN. C’est aussi pour cela que je retiens qu’il est bien plus difficile pour les sélectionneurs de travailler en profondeur sur des systèmes de jeu, sur des mécanismes à mémoriser via une répétition constante d’entrainement et de mise au vert à cause du Covid." "De nombreux buts et de nombreuses erreurs sont dues aux limites du travail tactique : Il y a tant de gestion de la part des joueurs. En temps normal, un Sélectionneur dispose de moins de temps qu’un entraineur de club pour gérer le groupe, et cette année et demie emplie de difficulté a vraiment été exaspérante. Cette situation est valable pour tout le monde, mais aussi pour ceux qui ont su construire une équipe équilibré sur les deux phases, pour ceux qui ont permis de façonner un collectif jeune, ambitieux et solidaire. Je parle ici de notre Sélectionneur Mancini." "La victoire en phase de groupe a mis en évidence une bonne qualité de jeu qui nous fait immédiatement espérer. La partie face à l’Autriche, qui est une équipe rude, physique, nous a mis au banc d’épreuve en mettant en évidence notre capacité à souffrir et à nous compacter dans des moments de difficultés. Cette difficulté pour atteindre la victoire peut être même bien plus utile comparé à une victoire facile, car elle a fait comprendre à tous, ce que le Groupe Azzurro avait déjà cerné : SI l’on souhaite aller de l’avant, on ne peut plus se tromper, aussi bien en phase de possession qu’en phase de non-possession, aussi bien de façon individuelle que collective , dans chaque passe, en cas de pressions haute, lors de transversales, de tackle, de verticalisation du jeu ou pour faire tourner le ballon, chaque geste est devenu décisif." "Cela vaut aussi au niveau psychologique et dans la façon d’aborder la rencontre : Il est indispensable de disposer d’un mix de Grinta, de concentration, d’entraide, de capacité à souffrir et de ne jamais vouloir abdiquer: Une rencontre de ce niveau peut être décidé par le moindre détail, par le développement d’une faute d’un côté, d’une distraction ou d’un centimètre de plus ou de moins sur base de la ligne tracée par la Var." "Chaque joueur doit mettre ses qualités au service du collectif. Trois qualités font la différence entre les joueurs du Top et les joueurs normaux de ce football moderne : La force, la rapidité et la résistance. Je ne cite pas les qualités techniques, car je les considère pour acquise. Tout cela représente la base minimale pour atteindre des objectifs important et notre équipe nationale a déjà démontrée qu’elle avait pu y ajouter sa propre physionomie, sa propre identité de jeu alors que d’autres équipes l’ont mois démontrés en préférant s’appuyer sur des individualités importantes, d’individualité capable de décider seule du sort d’une rencontre ou quasiment. J’ai vu cette façon de faire par quelques grandes nations, qui sont données pour favorites." "La Belgique, qui est notre prochaine adversaire, est une équipe forte individuellement et collectivement : Lukaku est une force de la Nature, c’est un rempart à lui tout seul, mais on découvre l’eau chaude si l’on vient à dire que les présences de De Bruyne et d'Hazard peuvent changer l’équilibre des choses vendredi. J’ai beaucoup d’estime pour le sélectionneur Martinez, pour le travail abattu durant des années, mais la prestation face au Portugal ne m’a pas convaincu, que ce soit en phase d’agressions offensives, qu’en phase défensive." "Nous pouvons très certainement le mettre en difficulté via les ailes et le temps de jeu que sait offrir Jorginho sera fondamental. Mancini n’a pas besoin de conseil, au niveau de la tactique, les entraîneurs italiens savent préparer les parties comme très peu. Roberto proposera sur le terrain une équipe qui sera capable gérer chaque situation." L’Euro a démontré jusqu’à présent ce que les équipes savent faire sur le terrain, n’importe qui a sa chance : La vraie surprise négative est l’emprise de la Suisse face à la France. Il y a aussi l’optimale République Tchèque et la surprenante équipe du Danemark, mais elle mérite un discours à part. Ce n’est plus une question technico-tactique, mais dans le moment le plus dramatique, à savoir la lutte entre la vie et la mort de Christian Eriksen sur le terrain, une alchimie s’est créée, une force extraordinaire a pris vie dans ce groupe, le tout en créent une histoire sportive et humaine qui a tous les contours d’un comte de féé : Le Danemark est devenu l’équipe de Tous et il semble être poussé par un vent de légèreté qui le rend rapide, imprévisible, qui apporte de la fraîcheur. Je ne sais pas jusqu’où ira son parcours, car même parfois les contes de fées claque contre la réalité, mais je leur souhaite de continuer à aller de l’avant : Ce serait, aussi, le plus beau des cadeaux pour Christian". ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  20. Carlo Cottarelli s’est livré à Radio Rai pour faire le point sur le projet d’actionnariat populaire Nerazzurro. Voici les propos qui ont été relayé par TuttoMercatoWeb : "L’idée est née il y a deux ans et demi, lorsque j’ai créé la société. Depuis lors de nombreuses choses ont changé : Du point de vue sportif tout s’est bien passé pour l’Inter, du point de vue financier non." Qu’est-ce qu’il y a de plus beau que d’aider son propre club ? "Nous voulons aider la propriété, nous sommes encore dans la phase de la collecte, nous analysons les différentes disponibilités." La participation pour y entrer est de 500€ ? "Il y a plusieurs possibilités, nous devons encore décider. Nous sommes toujours dans la première phase." Valentino Rossi s’est déclaré intéressé, avez-vous échangé avec lui ? "Nous sommes en contact avec son agent, et j’espère qu’il acceptera." D’autres clubs pourraient suivre votre exemple ? "C’est quelque chose que doivent décider les Tifosi : L’actionnariat populaire pourrait être fonctionnel pour l’Inter, pour le Torino, pour la Roma. C’est ce qui est ressorti de quelques sondages." Y-aura-t ’il des dividendes à redistribuer dans le futur ? "C’est possible, mais je ne crois pas que les tifosi le font pour les dividendes. L’important est de ne pas se perdre, on ne parle pas d’un financement à fond perdu : La propriété devra décider de tout par la suite." Zhang a-t ’il été informé ? "Nous avons informé le club qui évalue la situation avec intérêt. Il faudra d’autres semaines pour comprendre où nous en sommes." "Pour les premiers résultats, il faut attendre le 20-21 juillet." Avez-vous connaissances des tous premiers résultats ? "Les deux premiers jours ont bein démarrés avec une compilation de 55.000 questionnaires. Nous verrons où cela va nous mener." Quel est le problème du Calcio ? "Il a besoin de meilleurs recettes et l’actionnariat populaire peut être une solution. Les clubs allemands l’ont adopté depuis longtemps. L’année dernière, ce sont ceux qui ont connu le moins de pertes. Ce serait une nouveauté en Italie, mis à part quelques exceptions que l’on retrouve dans des catégories inférieures." Comment jugez-vous l’Italie à l’Euro ? "J’y vais modérément sur l’enthousiasme, nous verrons comment cela se passera contre la Belgique : Barella a été l’un des meilleurs joueurs l’année dernière, et il va devoir toujours le confirmer." Certains joueurs gagnent-ils trop ? "Selon moi, oui. Mais ce sont des évaluations trop importantes : La Super League n’aurait pas été la solution." Avez-vous parlé d’InterSpac avec Rummenigge ? "Nous avons organisé un événement à Milan auquel nous aimerions convier l’ancien attaquant : Ce ne sera pas facile, mais nous allons le tenter." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  21. Après l’Euro 2020, l’Inter va rencontrer Gabriele Oriali, qui est actuellement en poste avec la Nazionale aux côtés de Roberto Mancini, pour répondre à la question suivante: L'aventure va t'elle se poursuivre avec la Légende Nerazzurra suite au départ d’Antonio Conte ? Révélation de Calciomercato.com Actuellement, la priorité est donnée à l’Euro, mais après celui-ci, l’Inter et le First Technical Manager Nerazzurro devront se regarder droit dans les yeux pour définir du futur: "Il est inutile de tourner autour du pot, de rentrer dans une ambiance de départ, encore plus après la résolution du contrat d’Antonio Conte" Si l’entraîneur et l’ancien milieu de terrain ont travaillé ensemble à l’unisson, au sein du club, il s’agit de deux entités différentes, un choix qui a d’ailleurs permis de scinder leurs rapports: "L’idée de la Direction était d’avoir deux figures distinctes que sont Oriali et Antonio Conte, l’actuel Team Manager de la Nazionale a d’ailleurs été intégré au Staff directement par le Club." Oriali a toujours travaillé comme un Homme de Conte, en faisant preuve également de perplexité en regard à la propriété et si les rapports ne sont pas dans un niveau optimal historique, le départ est loin d’être acté: "Dans le même temps, Beppe Marotta a également commencé à scruter l’horizon, car l’Inter n’a aucunement l’intention de laisser, vacant, le poste actuellement occupé par Oriali. Parmi les noms qui plaisent à la Direction, celui de Riccardo Ferri se distingue, lui qui a été lié depuis toujours aux couleurs Nerazzurre." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  22. Pour Radio Rai, Antonio Conte est revenu sur les progrès de la Squadra Azzurra lors de cet Euro. Il évoque aussi Christian Eriksen et son avenir. Voici ses propos : L'Italie est-elle la meilleure en ce moment ? Voyez-vous une surprise dans cette compétition ? "Honnêtement je ne vois pas un seul outsider capable de remporter cet Euro. Le jugement sur l'Italie est certainement positif. Ils sont devant d'une manière brillante, avec unité, cohésion et une grande envie. C'est de bon augure. Elle a fait preuve de régularité et elle a un grand mérite de vouloir gagner tous ses matchs. Elle est l'une des candidates pour aller au bout. Pour le reste, les autres équipes nationales confirment. J'aime la France et l'Allemagne. Elles ont l'expérience et des joueurs forts. La Belgique est une excellente équipe et si De Bruyne et Witsel reviennent au top ils seront dangereux." Qu'avez-vous le plus aimé dans cette sélection ? "Ce que j'aime c'est qu'elle transmet de la confiance. Quiconque regarde l'équipe y voit l'équilibre et le bloc compact entre les phases défensives et offensives. C'est important quand vous voulez aller au bout. Il faut attendre des matchs plus exigeants mais c'est très positif. Il ne faut sous-estimer ce que fait la Nazionale." Voyez-vous des similitudes entre cette équipe et la vôtre en 2016 ? "Le fait que les deux sont compacts. C'est un grand point en faveur de l'Italie et nous étions comme ça aussi." Y avait-il trop d'euphorie après la victoire contre l'Espagne lors du huitième de finale en 2016 ? "Non je ne pense pas. Nous étions premiers, nous avons battu l'Espagne et nous avons joué l'Allemagne, les champions du monde en titre. Nous avons réussi à jouer un très bon match mais cela s'est joué aux tirs au but. Avec tout le respect que je dois à ceux qui ont déjà rencontré l'Italie, à partir du second tour les choses se compliquent." Il pourrait y avoir la Belgique en quarts. C'est plus fort qu'en 2016 ? "Ces dernières années ils ont toujours été hauts dans le classement FIFA, malgré tout ils n'ont toujours rien gagné. De par les joueurs qu'ils possèdent, ils sont candidats à la victoire finale. Vous devez prouver que vous avez en vous le saut de qualité. Ce sont les trophées qui vous font entrer dans l'histoire." Autre facteur de réussite, la Serie A s'est également améliorée : "Le niveau de qualité a beaucoup augmenté ces dernières années. Beaucoup de grands joueurs sont arrivés, c'en est la preuve." Comment évaluez-vous le travail des arbitres ? "De par mon expérience en Italie et à l'étranger il y a certainement une manière différente d'arbitrer. En Angleterre le contact est souvent non sifflé, même s'il est fougueux et volontaire. En Italie et en Espagne c'est l'inverse. Dans certains pays le football est plus viril, dans d'autres non. Je préfère quand ça laisse jouer." Un commentaire sur ce qui est arrivé à Eriksen ? "Ce furent des moments horribles que j'ai vécus seul. J'ai eu la chance de vivre en contact étroit avec lui et ça m'a fait me sentir mal, ça m'a frappé. Je suis heureux que ça soit résolu, c'est le plus important. Je remercie toutes les personnes pour ce qu'ils ont fait et pour leur sang-froid. Je souhaite que Christian reste serein et en famille, ensuite viendra le temps viendra pour d'autres évaluations. Le foot vient après." Est-ce une année sabbatique pour vous ? "Ce sera une année dans laquelle je vais tenter d'étudier et continuer d'enquêter sur certains contextes. Je veux tirer le meilleur parti de cette situation indésirable. Mais ce n'est pas grave, je vais profiter de cette période pour être avec ma famille et pour regarder le football, qui évolue constamment." ®gladis32 - internazionale.fr
  23. La Gazzetta Dello Sport s’est penchée sur l’analyse de la situation entourant Christian Eriksen, le joueur, et l’Inter, le club où il évolue. Si la première hypothèse met en évidence le fait que le joueur sera apte pour retourner sur le terrain, celui-ci devra respecter une période de revalidation. Durant cette période d’invalidité, les assurances de l’Inter interviendront pour venir en aide au club d’un point de vue financier. En effet, le club est titulaire d’une couverture d’assurance recommandé par la FIFA qui "remboursera" le salaire du joueur, soit 7,5 millions d’euros, via la “Club Salary Protection." - Cette hypothèse est la plus optimiste Si par contre Christian ne reprend pas, la situation sera bien plus délicate à gérer Le point-clé se retrouve dans l’accord collectif signé entre l'Associazione Italiana Calciatori (AIC) et la Fédération qui prévoit en son article 15 (Invalidité/Inaptitude du joueur) point 6 : "Si une maladie ou une blessure devrait déterminer de façon définitive l’invalidité du joueur, le Club aura le droit de demander immédiatement la résolution du contrat." Cette éventualité représenterait un dommage important pour le club, vu la valeur absolue et reconnue à Eriksen, "à moins que l’Inter n’ait souscrite à une couverture d’assurance patrimoniale qui couvre la valeur économique du joueur. Il s’agit d’une couverture d’assurance spécifique qui n’est pas habituelle." Selon Edoardo Ceola, le Ceo de Private Broking et consultant de l’AIC, qui est un expert en assurance dans le monde du sport : "Les joueurs et leurs agents ne sont que très peu intéressés par une assurance qui couvre ce type de risque. Certains joueurs ne s’assurent pas et beaucoup ne sont pas assuré pour une valeur adéquate." "Si l'on prend en considération les risques liés à un joueur professionnel évoluant en Italie, celui-ci devrait souscrire à une police d’assurance pour la valeur totale de son contrat, multipliée par les années où il est lié par ce contrat. Ce montant serait encore plus important pour un joueur qui serait en fin de contrat." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  24. A travers une interview octroyée à Sky Sport, Gabriele Gravina est revenu sur le malaise dont a été victime Christian Eriksen, milieu international danois qui a été consacré Champion d’Italie avec l’Inter en mai dernier! L'intervention fondamentale et salvatrice de Simon Kjaer qui a sauvé la vie de Christian Eriksen dans l'attente de l'arrivée des secouristes "Son cœur s'est arrêté pour quelques instants mais le nôtre aussi. Nous devons, nous aussi, apporter une réponse. J’ai apprécié tout ce que Kjaer a réalisé, et j’ai aussi dit que l’intervention des médecins a été déterminante pour sauver la vie d’Eriksen. Je crois qu’il est juste de mettre à disposition, nos installations structures scientifiques et nos médecins afin que tous les athlètes présents sur le terrain, en passant des entraineurs jusqu’aux joueurs, puissent avoir une connaissance élémentaire sur la façon dont il faut se comporter dans une situation aussi dramatique, avec l’espoir que celle-ci puisse se produire le plus rarement possible." "J’ai l’obligation, en toute indépendance de ce que les recherches liées à la science et à la technologique puissent apporter pour définir les raisons de ces malaises, d’inciter à parfaire les connaissances et à suivre des formations de secourisme pour tout ceux qui seront sur le terrain." La Curva Nord de l'Inter rend Hommage à Simon Kjaer, le "Cousin"-Sauveur d'Eriksen "Je souhaite que cela débute le plus tôt possible : Notre Commission Medico-Federale est déjà au travail, et nous procéderons à l’établissement d’un protocole qui sera mis à la disposition de l’ensemble des clubs professionnel et amateurs relatif aux disponibilités de formations que nous allons rendre obligatoire dans le cadre de l’obtention des licences nationales." "Cela commencera avec les joueurs internationaux de l'équipe d'Italie pendant l'Euro." Joueurs et entraineurs devront tous à présent suivre en Italie des cours de secourismes : Une bonne initiative selon-vous ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  25. En effet, Stefano Sensi a définitivement dit adieu à l’Euro suite à la blessure à l’adducteur dont il avait été victime lors de son dernier match avec l’Inter Révélation du Corriere Delle Sera Sur la nature de ces problèmes, il y a déjà eu des débats et il y en aura encore. La théorie qui est partagée par les médecins confirme qu’il ne s’agit pas d’un problème relatif à la charge des entrainements, aussi bien ceux de Conte que ceux de Mancini avec l’Italie. Le problème de Sensi est qu’il ne s’agit jamais de la même blessure et qu’il est toujours frappé à différent points de sa musculature : Le garçon d’Urbino est tout simplement un joueur délicat Le précédent Rossi "Un Sensi au meilleur de lui-même est d’une grande aide pour n’importe quelle grande équipe, mais avec cette inconnue, chaque programmation le concernant est conditionné. Qui serait disposé à investir sur le joueur le plus souvent blessé d’Italie ?" souligne le Corriere Della Sera Son jeune âge, il fêtera ses 26 ans le 5 août, est sans doute son allié, mais tous le comparent à Giuseppe Rossi, l’ancien attaquant de Parme et de la Fiorentina qui a été victime de trois très graves blessures au genoux, ce qui l’avait pénalisé et empêché de connaitre une carrière extraordinaire Validez-vous cette comparaison ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr