Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'jay-z'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • Inter
  • Serie A
    • 2020/2021
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

4 résultats trouvés

  1. Un an après la fameuse interview qui a marqué le début de son rapprochement avec l'Inter, avec des excuses aux supporters et l'aveu de vouloir revenir à Milan tôt ou tard, Romelu Lukaku revient s'exprimer aux micros de Sky Sport. Big Rom a abordé de nombreux sujets. Voici la longue interview. Comment allez-vous? "Je vais très bien, nous avons fait un excellent travail avec l'équipe et l'entraîneur. L'équipe doit continuer à travailler et bien se préparer pour le match contre le Napoli." L'année dernière, à cette époque, vous aviez dit que vous vouliez revenir à l'Inter. "Il y a de la satisfaction d'être de retour, beaucoup. Je suis content d'être de retour, mais je ne veux pas trop parler en dehors du terrain. Je travaille dur avec les entraîneurs et avec l'équipe. Maintenant je dois répondre sur le terrain." Comment avez-vous vécu la période où la négociation devenait chaude ? Quand avez-vous su que vous reveniez à Milan ? "Quand j'étais en équipe nationale, quelques jours avant, j'ai parlé au propriétaire de Chelsea. Nous avons eu une bonne conversation et je lui ai tout raconté, ma relation avec le manager qui était à Chelsea à l'époque. Je lui ai dit que je voulais retourner à l'Inter et il m'a ouvert la porte. Ensuite, j'ai commencé à parler à l'Inter et à partir de là, la négociation s'est déroulée rapidement, puis mon avocat s'est occupé des détails." Vous souvenez-vous du moment de votre arrivée à Milan ? "J'étais fatigué, j'étais parti en vacances et je suis arrivé ici tout de suite. J'étais nerveux, mais au final je dois tout faire pour aider l'équipe. L'Inter m'a donné l'opportunité dont j'avais besoin dans ma carrière, maintenant je veux faire quelque chose d'important avec cette équipe." Votre relation avec Jay-Z ? "C'est la première personne qui m'a appelé après avoir gagné le Scudetto. On a passé du bon temps ensemble à New York, il a aussi beaucoup poussé pour que je revienne ici. Il aime beaucoup le football, il suit l'Inter, c'est quelqu'un de bien." Les personnes les plus importantes dans les moments difficiles ? "Ma mère et mon fils et bien sûr les membres de ROC Nations." Comment avez-vous trouvé le vestiaire ? "Très bien ! Maintenant je dois arriver au sommet d'un point de vue mental car les adversaires m'attaquent maintenant immédiatement. Le groupe est compétitif, nous sommes des amis très proches et c'est unique dans le football. Nous avons grandi ensemble et c'est une bonne chose." Le but contre Lecce ? "Je me suis dit 'Et un… maintenant je dois faire le second'. Je me souviens aussi du but de Denzel et de la façon dont nous avons tous applaudi ensemble, le but de Dumfries nous a amenés à gagner le match, nous sommes tous allés applaudir avec lui et vous pouvez voir que l'équipe est unie." Quelle a été l'émotion la plus forte après votre retour ? "Le retour à San Siro mais aussi quand je suis revenu en Ligue des champions contre Plzen, j'ai vu comment tout le monde a applaudi mon but. C'était vraiment un beau moment, j'ai vu l'amour des fans qui sont vraiment spéciaux, les meilleurs au monde. Même si nous avons des problèmes, ils nous soutiennent toujours. Je pensais qu'ils étaient toujours en colère contre moi. J'ai parlé aux managers, je leur ai dit la vérité sur les raisons de mon départ. J'espère aussi rester dans le futur, pour moi l'Inter vaut tout." Lorsque vous avez marqué contre le Viktoria Plzen, vous vous êtes excusé. "Avant, je marquais toujours beaucoup de buts mais il manquait cette pièce pour être un grand joueur, l'Inter m'a permis d'en devenir un, même si évidemment je ne suis pas encore au top. Les fans de l'Inter resteront toujours dans mon cœur. Mais l'histoire n'est pas encore terminée, espérons que nous gagnerons d'autres trophées dans ce club." La blessure? "C'était une blessure grave, bien plus que prévu, c'était au tendon fléchisseur. Je récupère rapidement en général, mais j'ai toujours eu ce sentiment que les choses n'allaient pas bien. Ma maison est comme un hôpital, j'ai tout pour récupérer rapidement. Cette fois, je n'ai pas réussi, j'ai disputé un match de Coupe du monde avec deux entraînements en quatre mois. Ensuite, je me suis reposé et à partir de là, j'ai recommencé de zéro. En ces dix jours ils m'ont justement massacré, maintenant j'ai vraiment envie de retrouver le terrain. Attendons et voyons." Que répondez-vous à ceux qui disent que vous n'êtes plus au top comme vous l'étiez ? "A bientôt sur le terrain." Henry? "A mon avis, il sera le prochain entraîneur de l'équipe nationale, c'est quelqu'un qui sait coacher, il sait ce qu'on a à faire. Pour moi, c'est le nouvel entraîneur de la Belgique. Alors je ne sais pas qui ils vont embaucher, mais je pense qu'il ne faut pas repartir de zéro. Nous n'avons pas gagné, mais nous devons continuer d'essayer de le faire. Il veut gagner ! Je ne pense pas que l'équipe nationale veuille engager quelqu'un qui veuille repartir de zéro. Pour moi, ça n'en vaut pas la peine." L'année dernière vous avez eu des mots sympas pour Inzaghi, maintenant que vous l’avez rencontré qu'en pensez-vous ? "Il sait stimuler les joueurs, il a trouvé le moyen de réveiller le lion en moi. Ça me provoque toujours et me déclenche une réaction, il y a un super feeling sur le plan personnel. Nous avons une excellente relation. Comme je lui ai dit, mon frère l'a eu pendant de nombreuses années à la Lazio et il s'est toujours très bien entendu avec lui. L'année dernière, nous avons beaucoup parlé, puis je suis parti. Mais ça vaut pour toute l'équipe, il n'y a pas que la relation entre Romelu et l'entraîneur. Il y a celui entre Inzaghi et tous les joueurs. Nous voulons bien faire pour ce club et pour les supporters. Nous voulons bien faire les choses au cours des six prochains mois et nous y travaillons." Quel est l'objectif de l'Inter ? "Tant qu'une équipe n'a pas soulevé le trophée, tout est possible dans le football, nous jouons pour cela. Voyons à la fin de la saison, celui qui soulève le trophée est champion. Nous sommes toujours là pour l'instant, le championnat se termine en juin et nous ne le verrons qu'à ce moment-là." Napoli? "Ils ont un entraîneur vraiment fort, ils font un excellent travail, ils ont beaucoup de joueurs du plus haut niveau. Ils sont dans un bon moment, ils ont Osimhen qui marque beaucoup de buts, Kvara qui est très fort." Qui est le plus fort entre toi et Osimhen ? "Il est vraiment fort, maintenant c'est le meilleur. Nous devons être honnêtes, il va très bien et Napoli est premier au classement. Nous avons du respect mais pas de la peur." La rencontre dans les vestiaires a-t-elle été le tournant ? "Je pense que oui, tout le monde là-bas a montré qu'il voulait bien faire pour l'équipe et pour lui-même, nous sommes à l'Inter pour gagner et faire de bonnes choses sur le terrain. Il n'y a pas d'alibi, il faut faire des choses pour l'équipe, faire de son mieux chaque jour. Je pense que depuis Barcelone, nous avons montré que nous sommes plus une équipe. Maintenant, tout le monde fait des choses pour l'équipe et nous devons continuer comme ça. Quand on a gagné il y a deux ans tout le monde courait, le foot c'est comme ça, on l'a aussi vu à la Coupe du monde. Je pense que nous sommes entraînés maintenant et nous sommes prêts pour n'importe quelle situation." Lautaro ? "Je l'ai vu et je l'ai serré dans mes bras, je l'ai entendu même après la finale et je suis très heureux pour lui qu'il ait remporté la Coupe du monde. Tous les joueurs rêvent de le gagner, j'espère que ce succès lui donnera plus d'énergie pour faire de bonnes choses pour nous. Maintenant, il aura plus d'énergie, je pense qu'il fera de très bonnes choses dans la deuxième partie du championnat." Dzéko ? "Nous avons toujours eu une excellente relation même lorsque nous étions tous les deux en Premier League, nous avons toujours parlé. Il aurait dû arriver à l'Inter plus tôt. Il aime beaucoup jouer à côté et il me donne la possibilité d'attaquer dans l'espace, puis on peut tout faire tous les deux dans la surface. On peut aussi jouer les trois ensemble avec Lautaro comme milieu de terrain offensif, puis Correa est de retour aussi. Nous allons tous bien et nous devons faire de notre mieux." Avec Dimarco ? "Fede est le premier joueur qui m'a aidé dans le vestiaire, le premier vrai ami. Quand je suis arrivé, il m'a appris beaucoup de choses sur l'Inter, il parle un peu le français, je comprenais l'italien mais il m'a beaucoup aidé. Quand il est allé à Vérone, la relation est toujours restée, maintenant nous sommes amis Playstation, nous jouons toujours ensemble la nuit." La rivalité avec Ibrahimovic ? "Je ne suis pas du genre à chercher de grands joueurs pendant longtemps, il y a toujours du respect pour ce qu'ils ont fait dans leur carrière. Il a fait de grandes choses, les gens veulent voir deux grands joueurs s'affronter. J'espère qu’il reviendra le plus tôt possible, puis nous verrons ce qui se passera sur le terrain." Vôtre futur? "Tout le monde sait ce que je veux, maintenant je dois tout faire pour que l'Inter gagne, puis à la fin on verra." Aimeriez-vous terminer votre carrière à l'Inter ? "Oui, bien sûr, même si j'aimerais jouer la dernière saison à Anderlecht. Je vais bien à l'Inter, le club a cette ambition de continuer à gagner et à grandir. Mon fils a maintenant commencé à jouer pour l'Inter Academy, nous voulons donc rester ici pour la famille aussi. On en reparlera en fin de saison et on espère trouver une solution." Un message aux fans. "J'espère que les six prochains mois seront merveilleux, vous avez été merveilleux avec moi et j'espère que vous passez de bonnes vacances." Traduction alex_j via FCInternews.
  2. ®L'Avenir - Il est resté à l’arrière-plan tout au long des négociations et même lors de la présentation officielle de Romelu Lukaku. Mais s’il y a bien quelqu’un sans qui le retour de Lukaku à l’Inter ne se serait pas fait, c’est son conseiller personnel et avocat belge, Sébastien Ledure, une référence mondiale au niveau du droit du sport. C’est dans son bureau de la Place Flagey, loin des caméras et micros du Giuseppe Meazza, que Me Ledure nous a reçus pour commenter la transaction la plus spectaculaire de ce début de mercato. Commençons par le début. Depuis quand connaissez-vous Romelu? "Depuis cinq ans et via… sa maman. Elle commençait à se poser certaines questions et elle en a parlé à quelqu’un de sa banque. C’est ainsi qu’on est entrés en contact. On s’est vus deux ou trois fois à l’Hôtel Steigenberger, puis elle m’a proposé de rencontrer ses fils. Petit à petit, Romelu a pris confiance. Il avait déjà décidé de quitter l’agent Mino Raiola pour Federico Pastorello." Mais soyons clairs: ce deal s’est fait sans le moindre agent. "En effet. Cela devient une tendance parmi les joueurs d’élite. Mbappé et Griezmann font comme ça, Hazard et De Bruyne aussi. Neymar a même une boîte avec des dizaines d’employés qui travaillent pour lui. Quant à Romelu, il a préféré que son agent (Pastorello) ne soit pas impliqué dans cette affaire vu ses liens étroits avec l’ancienne direction de Chelsea. Romelu n’a pas encore pris de décision par rapport à son éventuel avenir avec son agent, mais il ne voulait pas qu’un risque de conflit d’intérêts puisse interférer dans une des opérations les plus difficiles du football actuel." C’était une transaction si compliquée que cela? "Au début, personne ne croyait qu’elle allait se faire. La semaine passée, votre collègue italien Fabrizio Romano (NdlR: un spécialiste au niveau des scoops pendant les mercatos) m’a appelé en me disant: ‘Ce que vous avez fait, it’s a masterpiece, c’est un chef-d’œuvre.’ La question était la suivante: Comment est-ce qu’un joueur qui a été vendu pour plus de 100 millions€ à un club peut retourner dans le même club qui dit qu’il n’y a pas d’argent pour le reprendre? Et, en plus de cela, il faut savoir que lors du transfert de l’année passée, les relations entre l’ancienne direction de Chelsea et la direction de l’Inter étaient très tendues. S’il n’y avait pas eu de changement d’actionnariat à Chelsea, je doute fortement que cette transaction aurait pu se faire." Pour le dire crûment: sans la guerre en Ukraine, Lukaku ne serait pas à l’Inter. "Peut-être, oui, mais n’en faites pas votre titre. Peut-être qu’on aurait quand même trouvé une solution, mais cela aurait été encore plus difficile." Est-ce que Roc Nation, la boîte américaine de Jay-Z qui gère les intérêts commerciaux de Lukaku, De Bruyne et Witsel, a joué un rôle? "Oui, dans le sens où ils connaissent le nouveau propriétaire de Chelsea et que cela a facilité une approche plus ‘américaine’du dossier." Les premières prises de contact datent-elles de la fameuse interview de Lukaku à Sky Italia du 31 décembre, où il déclare qu’il n’est pas heureux à Chelsea sous son coach Tuchel? "Non… Cette interview venait du cœur et était peut-être maladroite. C’est une initiative qu’il a prise lui-même et qu’il ne prendrait sans doute plus. Il en a subi les conséquences pendant le reste de la saison, vu que cela a alourdi son climat de travail au quotidien." "Mais il m’a vite fait comprendre que, vu ses 29 ans et le fait qu’il est au sommet de sa carrière, il ne pouvait pas se permettre de perdre une nouvelle année. C’est un secret de polichinelle qu’il n’était pas sur la même longueur d’onde que son entraîneur. Mais les négociations, elles, n’ont débuté qu’à la fin de la saison." Combien d’allers et retours avez-vous faits entre Londres et Milan? "Quelques-uns en mai et juin. Et le reste s’est fait par téléphone et visioconférence. C’était une négociation où il fallait avancer pas après pas et placer ses pions intelligemment. Il fallait y aller en sous-marin: en travaillant discrètement mais efficacement et en respectant les sensibilités de toutes les parties." On peut supposer que vous aviez une ligne directe avec Romelu. "Bien sûr. Et j’ai été le voir avant qu’il ne parte en vacances. Il était au courant de tout et il a assisté aux conférences les plus importantes. Dans ma philosophie de travail, je représente le joueur, mais il doit tout savoir. Il y a une transparence totale. C’est lui qui contrôle la situation." Il a fait des concessions financières pour aboutir à un accord. "Oui. Mais beaucoup moins que ce que dit la presse. J’ai lu qu’il a réduit son salaire d’un tiers ou de la moitié. C’est faux. Il sera le joueur le mieux payé de la Serie A. Les trois parties ont fait des concessions qui sont intelligentes. Notre job était d’obtenir les meilleures conditions possible pour mon client, pas pour Chelsea ou l’Inter. C’est Romelu qui nous paie, pas les clubs." Et le prix de la location, 8 millions d'euros, est-il correct? "Vous devriez le demander aux clubs concernés, mais c’est un prix en adéquation avec les tarifs d’une location." Il n’y a pas eu d’autres clubs qui voulaient l’acheter au lieu de le louer? "Euh… En effet. Il s’agissait de grands clubs dont je ne citerai pas le nom. Mais ces pistes n’ont jamais vraiment été sérieuses parce que Romelu a très vite décidé qu’il voulait rentrer à l’Inter. Il a parlé plusieurs fois avec l’entraîneur de l’Inter, Simone Inzaghi, comme il l’avait fait avec Conte avant de signer à l’Inter en 2019, pour être sûr d’être sur la même longueur d’onde." L’Inter n’a pas négocié de clause d’achat. Un retour à Chelsea en juin 2023, est-ce envisageable? "Il y aura encore trois ans de contrat. Mais personne ne peut dire quoi que ce soit à ce sujet." Dernière chose: Romelu a souvent déclaré qu’il compte rejouer un jour pour Anderlecht. « Il m’en a déjà parlé aussi, mais il n’a pas fixé d’année. Il faudra voir si les conditions s’y prêtent à ce moment-là. C’est une idée qu’il a en tête depuis toujours. Et je ne connais aucun joueur qui soit aussi déterminé que Romelu. Quand il prend une décision, très peu de personnes sont capables de le faire changer d’avis. Et quel passionné du foot! Cela explique pourquoi il s’est senti malheureux à Chelsea cette saison: Romelu doit pouvoir exercer sa passion." ®L'Avenir.net
  3. Dans la vie de Romelu Lukaku, il n’y a pas que le football. Si l’attaquant de l’Inter fait trembler les filets de la Serie A, il révèle trouver son inspiration dans la musique. De plus, le Diable Rouge entretien un rapport particulier avec Jay-Z, le célèbre rappeur américain qui est aussi entrepreneur, lui qui gère l’image de Big Rom à travers la Roc Nation. L’Interview de Big Rom Lukaku, que représente la musique dans votre vie ? "C’est une façon de me connecter avec les difficultés que j’ai connu durant mon existence, avec tout mon vécu : Elle est très importante, ce n’est pas un hobby, c’est une partie de moi." Quelle chanson peut être dédiée au Scudetto ? "Il est difficile d’en choisir une seule car c’était une chevauchée exceptionnelle et pleine d’histoire. J’ai en tête "H.a.m” de Kanye West et Jay-Z. Elle date de dix ans, mais elle est toujours d’actualité. Elle raconte qu’il faut avoir confiance en soi-même pour atteindre de grands objectifs dans la vie." Y-a-t ’il un paragraphe d’une chanson que vous aimez et qui vous a aidé lors de la confusion de ces dernières semaines ? Dans “D’Evils” de Jay-Z on retrouve: "Nine-to-five is how you survive, I ain’t tryna survive. I’m tryna live it to the limit and love it a lot" cela veut dire: "De 9 à 5, c’est comme cela que vous survivez, je n’essaie pas de survivre. Je veux vivre à la limite et cela me plait beaucoup." "C’est comme cela que je me sens : Je tente toujours de tout faire jusqu’à la limite, je me donne à chaque entrainement et en match, c’est pour cela que j’ai réussi. Je veux faire mon travail du mieux possible, sans oublier d’octroyer du temps à ceux que j’aime : Ma mère, mes frères, mes amis." Ecoutez-vous une playlist avant un match ? "Oui, absolument, c’est un rituel: J’ai une playlist qui m’accompagne lorsque j’arrive au stade et avant le match. Elle m’aide à me concentrer et à être focus sur l’objectif à atteindre." Vous mettez de la musique dans le vestiaire interiste ? "Non, car nous sommes un grand groupe et il y a beaucoup de respect réciproquement. Chacun a ses gouts et écoute ce qu’il veut." Quel a été l’importance de croiser Jay-Z ? "Cela avait une signification importante car j’ai toujours écouté sa musique, surtout dans des périodes très difficiles de ma vie. Ses chansons m’ont donné la force de résister et de passer à autre chose, de regarder la vie différemment. Il faut parfois faire preuve de patience et de prendre son temps pour devenir grand." "Ensuite, j’ai fait sa connaissance et j’ai vu son attitude : Il savait vraiment qui j’étais et il m’a appris à comment devenir au top, comment devenir un gagneur." "Je me souviens de ce qu’il m’a dit : "Si tu penses vraiment que l’Inter est l’étape à faire pour gagner, fonce." Durant ma première année, mes équipiers et moi-même sommes arrivés à un pas du succès, mais lors de cette dernière saison, nous y sommes parvenu en travaillant dur, en faisant preuve de patience, de sueur et de sacrifice…Comme me l’avait prédit Jay." Quelle est la différence entre les sons du Meazza qui suive l’un de vos buts et les sont d’une chanson qui change la vie ? "Marquer un but est la sensation la plus belle du monde après la naissance de mon fils. Pour le reste, je souhaitais connaitre certaines personnes dans ma vie. L’une d’elle était Kobe Bryant, qu’il repose en paix ! L’autre personnalité était justement Jay-Z et lorsque je l’ai vu la première fois, nous avons parlé de la vie et pas seulement du travail." "Il y a aussi Dj Khaled : C’était comme un rêve devenu réalité." J’espère à présent, et si la pandémie le permis, que Jay-Z viendra à Milan me voir marquer au Meazza." Quels sont vos rapport avec Jay-Z actuellement ? "A la fin du match opposant Sassuolo à l’Atalanta, mon téléphone a sonné. Qui était-ce ? Lui qui me félicitait car il savait à quel point c’était important pour moi de gagner mon premier Scudetto en Italie. Je me sens chanceux de pouvoir parler avec lui quand je le souhaite. Je sais qu’il couvre mes arrières et qu’il veut le meilleur pour moi comme pour la Roc Nation : C’est un sentiment qui rend la pareille." L’Interview de Jay-Z Le compagnon de vie de Beyoncé, qui dispose d’un patrimoine de 1,4 milliard de dollars, s’est livré sur Romelu Lukaku Votre première impression lors de votre premier face à face avec Romelu ? "Nous étions dans le backstage de l’un de mes concerts au MetLife Stadium dans l’East Rutherford, au New Jersey, à l’été 2018. Il avait déjà rejoint la Roc Nation et nous avions finalement pu nous rencontrer. Il m’a récité toute une strophe d’une chanson de mon premier album: C’était quelque chose de très difficile à savoir car seul le plus attentif et le plus passionné peut s’en souvenir. Je l’ai dévisagé comme pour dire: Mais d’où il vient ?!?" Y avait-il cette étincelle particulière dans les yeux de Romelu ? "Il est très attaché à ses racines, il m’a parlé immédiatement de son frère Jordan et de son amour pour la musique, un sentiment qui nous lie. Puis lorsqu’il a commencé à parler de son éducation, il a fait références aux figures paternel et maternel. Il m’a raconté l’amour qu’ils lui avaient accordé, même dans les périodes les plus dures de sa vie." "Son père était un ancien footballeur et sa passion pour ce sport est née là, il a cette flamme qui le guide quotidiennement. Je savais qu’avec une telle base solide, qu’il allait finir par rencontrer du succès, aussi bien dans le domaine sportif que privé." Comment l’avez-vous conseillé jusqu’à présent dans sa carrière ? "C’est un garçon très curieux de la vie et du monde, le plus important est qu’il se pose toujours la bonne question. Il le fait sur tout, cela lui a permis de s’améliorer sur le terrain, mais aussi dans la vie privée et dans son activité de personnalité publique. C'est pour cela, et au-delà de mes conseils, il continuera à grandir toujours plus." Est-ce vrai qu’il y a aussi de vous, dans la décision de rejoindre Milan ? "Je me souviens d’une discussion que nous avions eu sur la possibilité de rejoindre l’Inter à l’été 2019 et de toutes les raisons pour lesquelles s’était la bonne décision pour lui. Je ne suis pas surpris par son nombre de but et par le Scudetto." "Tout ce que fait Romelu a, à sa base, un but : Il se fixe toujours un objectif devant lui et il fait tout pour y parvenir." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  4. Michael Yormark, Président de Roc Nation Sports Europe, s'est livré sur l'arrivée de Romelu Lukaku à l'Inter, pour le compte de la Gazzetta Dello Sport. L'ambitieux siège européen de la célèbre agence fondée par Jay-Z, gère les intérêts de Romelu Lukaku, mais également d'autres stars du ballon rond, sans oublier la NBA et la NFL : "Romelu Lukaku est fan de Jay-Z depuis ses 16 ans, il a compris l'histoire et la vision de notre compagnie. Il écoute la musique de nombreux de nos artistes et il veut faire grandir la marque dans le monde. Nous étions très intéressés de l'intégrer dans notre famille, car c'est un joueur et un être humain incroyable." Monsieur Yormark, Antonio Conte a déclaré que Lukaku est un géant avec le sourire... "C'est vrai, Romelu est fort, grand et il cache quelque chose de spécial. Il a des valeurs importantes, il adore sa famille, il croit en l'amitié et il est sensible. Il n'est pas uniquement grand par le physique, il a aussi un grand cœur, c'est un gentil géant." Que peut-il apporter à l'Inter sur et hors du terrain ? "Lukaku est l'un des sportifs parmi les plus professionnels que j'ai rencontré dans ma carrière. Il se lève tôt pour s'entraîner, il travaille seul, en plus de ses entraînements en club. C'est un leader né, il aime ses équipiers, il aime créer un environnement familier dans l'équipe...L'Inter a recruté l'un des meilleurs attaquants du monde." "Il propose un pack complet. Tu fais face à un joueur important et tu as aussi un homme de grande influence sur tout ce qu'il se passe autour de lui, même hors du terrain. Il a déjà un très bon feeling avec les tifosi interiste. Je crois que Romelu représente l'équipe et le club de la façon la plus professionnelle possible." Vous étiez présent pour ses débuts face à Lecce "La passion des tifosi m'a impressionné. Je regarde le football partout et je me suis retrouvé, au Meazza, baigné dans l'une des meilleures ambiances du monde. Je comprends aussi pourquoi Romelu était tellement excité à l'idée de venir jouer à l'Inter, de faire partie du Calcio. J'espère faire rentrer dans notre agence des joueurs qui voient la Serie A comme une opportunité de croissance." Est-ce possible que Roc Nation travaille, en collaboration, avec l'Inter ? "J'ai longtemps parlé avec la Direction au Meazza, nous pouvons faire beaucoup de choses pour faire grandir la marque Inter à travers le monde, la rendre plus dominante. C'est un sujet dont je discuterai avec les plus hauts représentants du club, lors de ma prochaine visite à Milan." Quelle est l'importance d'avoir Jay-Z à la tête de Roc Nation ? "C'est une bénédiction. Jay est une célébrité mondiale. Sa carrière est incroyable, il est admiré de tous. Son nom ouvre énormément de portes et t'offre des opportunités gigantesques. Sa marque est très puissante, peu importe où tu te trouves dans le monde, tu as énormément de crédibilité si tu a signé pour Roc Nation. L'avoir comme Capitaine de notre équipe est fondamental." Est-ce que Jay-Z aime le football ? "C'est certain. Et il viendra voir plusieurs match en Europe maintenant que notre marque a grandi. Il entretient de bons rapports avec nos athlètes et c'est un grand ami de Romelu. Lukaku a déclaré, un jour, lorsqu'il avait besoin de conseils : "Quand j'étais à Los Angeles, nous avons passé une soirée ensemble. J'ai discuté avec Jay de sa carrière et je lui ai demandé quelle serait sa prochaine étape..." Lukaku ne voit pas seulement Jay comme le propriétaire de la société, mais il le considère comme un Mentor, quelqu'un avec qui il peut apprendre encore beaucoup de choses." Avez-vous toujours, dans votre écurie, Kevin Durant... "KD est un grand ami, nous l'avons aidé à donner naissance à son entreprise. Il y est très impliqué à présent, il fait partie de notre famille et nous somme fier de ce qu'il fait sur et hors du terrain." Lukaku peut-il devenir un Symbole comme Durant ? "Qui sait...Romelu aime énormément le basket... Si je dois faire une comparaison, je le vois tirer à trois points sur les ailes, à la Karl Malone lorsqu'il évoluait à l'Utah. Romelu est rapide, puissant et dispose d'importantes qualités, comme Malone." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
×
×
  • Créer...

Information importante

En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. Nous ajoutons des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer votre expérience sur notre site. Consultez notre Politique de confidentialité. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer...