Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'joan laporta'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • Inter
  • Serie A
    • 2020/2021
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

15 résultats trouvés

  1. Après sa qualification en huitièmes de finale de la Champions League en battant le Viktoria Plzen, FCInterNews, par le biais de Raffaele Caruso, a diffusé cet éditorial aujourd'hui. Nous sommes le 25 août 2022. L'Inter, dans le troisième chapeau, est tombée dans le groupe D avec le Bayern Munich et Barcelone. Le visage de Javier Zanetti, immortalisé par des caméras et devenu un mème viral en quelques instants, est celui typique de tout fan des Nerazzurri sur la surface de la terre. Encore une fois l'urne n'est pas en réellement faveur des Nerazzurri. Seulement 24 heures passent et l'Inter perd à l'Olimpico contre la Lazio. Une semaine passe et l'Inter perd Lukaku à cause d'une blessure et aussi le derby contre le Milan. Quelques jours de plus passent et l'Inter perd ses débuts en Ligue des champions contre le Bayern Munich. Nous sommes le 7 septembre, alors que Barcelone en Espagne défait le Viktoria Plzen 5-1 et marche sur la Liga. La saison ne démarre pas de la meilleure des manières et se compromet même au bout d'un mois. Il y a ceux, avant tout des vrais supporters pas les autres, qui n'ont pas accepté l'Inter avec son ADN, cet ADN merveilleusement imprévisible et fou. Après avoir facilement liquidé le match d'entraînement de Plzen en République tchèque, Barcelone arrive le 4 octobre au Meazza dans ce qui est en fait un même d'un match aller et retour à élimination directe de la Ligue des champions. Pendant ce temps, l'Inter a perdu contre l'Udinese et la Roma en championnat et, pour ne rien rater, aussi son esprit combatif, Marcelo Brozovic. Inzaghi ne fait pas confiance au tout jeune Asllani et décide donc de s'appuyer sur les qualités de Hakan Calhanoglu. Comme dans l'un des plus beaux films hollywoodiens de tous les temps, c'est le Turc qui décide du match d'une belle faute sans frais; il est parfois aussi juste de s'en souvenir, contrairement à d'autres. L'Inter remporte les trois points. Cependant, la meilleure nouvelle vient de la performance unanime de l'équipe, auteure d'une performance de sacrifice et de compacité à revoir. Jusqu'à présent, le 4 octobre représente le tournant de la saison de l'Inter qui revient gagner en championnat et sans oublier l'habitude de faire perdre quelques cheveux à ses fans. Elle arrive au Camp Nou consciente d'être à égalité avec le super Barcelone de Xavi, du moins ainsi peint par les initiés du monde entier, vous savez, ceux qu'on appelle experts. Peut-être, à vrai dire, le Barcelone de Xavi s'avère-t-il plus "bon", pour ainsi dire, en dehors du terrain. Bon à provoquer, à protester pendant une semaine, à demander l'intervention des hauts dirigeants de l'UEFA. Bref, l'exact opposé de l'histoire d'un club historique, parmi les plus grands de l'histoire du football. Car oui, Barcelone est un grand club. L'Inter d'Inzaghi, cependant, ne tombe pas dans le piège. Ils ont les idées claires et se rendent au Camp Nou pour sortir une performance à enregistrer dans le livre de l'histoire pour l'éternité. Ça se termine 3-3, beaucoup se réjouissent du point gagné qui vaut en réalité 10. Mais il y a ceux qui ont un goût amer dans la bouche à cause d'une victoire qui était entre les mains de l'Inter pendant plusieurs minutes. Il reste donc 180 minutes à jouer, dont 90 à domicile. Il y a aussi Zanetti assis dans les gradins et son visage est décidément différent de celui du 25 août. L'Inter ne s'est pas trompée et a démoli le Viktoria Plzen dans une soirée parfaite. Inzaghi n'est pas sur le banc, mais Lukaku est là pour la première fois depuis deux mois. Vous souvenez-vous de ce film hollywoodien qui était l'un des meilleurs de tous les temps ? L'Inter sort un autre chef-d'œuvre. Quatre buts au Meazza et un poker gagnant signé en 4 minutes après le retour de Big Rom. C'est une fête totale à Milan alors qu'à Barcelone la mission désespérée de Xavi à encourager Plzen depuis le Camp Nou n'a pas porté ses fruits. Dans l'après-match, tout le monde fait la fête, mais deux de plus que tous. Steven Zhang et Inzaghi. Monsieur Inzaghi l'a encore fait, pour la deuxième année consécutive l'Inter fait partie des 16 équipes les plus fortes d'Europe. Autrefois c'était normal pour une équipe comme la nôtre, maintenant nous devons nous battre pour l'être. Pour cela, les mérites et les compliments doivent être faits deux fois. Bon travail, tout le monde. Nous ne sommes que le 27 octobre, la saison est encore longue. Mais qu'est-ce que c'est bon d'être fans de l'Inter ! Traduction alex_j via FCInterNews.
  2. Xavi Hernandez et Joan Laporta expriment leurs regrets, ou pleurent, après l'élimination du Barça de la Champions League. Pour lavanguardia.com, Xavi Hernandez a analysé la défaite 3-0 contre le Bayern Munich et l'élimination de la Ligue des champions. "Le Bayern était plus fort à bien des égards. Nous n'étions pas à leur niveau. Ils étaient meilleurs, c'est clair. Nous n'avons pas bien jouer. L'élimination nous a frappé psychologiquement mais il est temps de récupérer et de continuer. La saison ne se termine pas en octobre, il est temps de déconnecter puis de se reconnecter pour les autres compétitions. C'était un mauvais coup, nous avions un groupe vraiment compliqué et tout nous est arrivé, la compétition était cruelle." Joan Laporta montre ses regrets lors de la conférence de presse après la défaite à domicile contre le Bayern Munich. "Malheureusement, le miracle ne s'est pas produit. Nous devons remercier les supporters car dans un match très difficile, ils ont encouragé les joueurs et l'équipe (des supporters ont quitté le stade à la mi-temps, ndlr). Nous avons les meilleurs supporters du monde des clubs. Un match émotionnellement difficile à jouer après avoir vu le match de l'Inter tous ensemble. Ce match a été une torture pour nous. Maintenant, nous devons regarder vers l'avenir, nous avons encore la Liga et d'autres compétitions. Nous savions que dans cette période de construction, il y aurait des hauts et des bas. Nous devons continuer à grandir chaque jour. Le Bayern est une équipe consolidée et puissante, l'une des meilleures d'Europe. De plus, rien n'était fini et ils ont su jouer détendu et risquer jusqu'à la fin." Traduction alex_j via FCInterNews.
  3. Impossible de se lasser des sempiternelles lamentations et autres pleurnicheries du FC Barcelone après la défaite et le nul contre notre bien aimée. Joan Laporta remet une pièce dans le jukebox et nous aussi par la même occasion. Dans une longue interview accordée à Mundo Deportivo, le président barcelonais revient sur le penalty non accordé au Barça à cause la supposée main de Dumfries. "Quand je pense au match, je pense à remercier les fans qui savaient à quel point c'était difficile. Nous avons beaucoup de blessés. Je suis triste et en colère de ne pas avoir gagné, même si l'équipe a marqué trois buts. L'objectif premier était la Liga. La phase de groupes de la Champions est devenue très compliquée mais je préfère parler quand c'est fini. Nous devons gagner les deux matchs. Ce n'est pas une question d'espoir. L'Inter joue avant nous et quand nous jouerons contre le Bayern, on saura si on a une chance ou pas." "Maintenant, nous devons nous concentrer sur la Liga. Je ne m'attendais pas à être dans cet état à ce stade de la saison. De la part du staff technique et du coach, on a tout fait pour être compétitifs, on avait un groupe complet. Cependant, contre le Bayern on a réussi à faire un bon match. L'arbitre de la VAR n'a pas accordé de penalty à Dembélé à Milan, c'était scandaleux. Nous n'aimions pas la gestion du match de l'arbitre, bien sûr, mais si nous avions marqué, cela aurait été plus facile. J'ai eu la réaction que j'aurais dû avoir en parlant à l'UEFA mais vous ne pouvez pas revenir en arrière. La prochaine fois, il faudra marquer plus de buts. Concernant Xavi, fe lui ai dit d'aller de l'avant, de ne pas penser à la Ligue des champions et de se concentrer sur la Liga." "Bien sûr que de sortir de la Champions a un impact, mais ce ne sera pas 30 ou 35 M€. Il faut continuer à chercher de nouveaux sponsors et continuer à concourir en Europe car cela rapporte aussi des revenus. L'impact net sera moindre que prévu. Le public du Camp Nou a réagi comme lors des grandes soirées de Ligue des Champions. C'était un match très ouvert et nous n'avions pas prévu cette deuxième mi-temps. L'Inter a bien joué en contre-attaque. Le but de la tête de Lewandowski est d'une esthétique extraordinaire. Quand on a vu l'équipe arriver, on ne pouvait pas perdre. Je dirais aux fans de continuer à y croire. Nous avons une excellente équipe, cela doit nous donner de la joie, ils doivent soutenir Xavi, le retour que nous avons fait mercredi fut grâce aux fans. Nous sommes toujours en vie." Traduction alex_j via FCInter1908.
  4. La défaite suivie du match nul contre l'Inter sont le prélude d'une tuerie économique pour la Barça alors que le pauvre Xavi ne comprend pas ce qui lui arrive. Récit du Corriere dello Sport et de Tuttosport. Xavi aurait opté pour une punition contre l'équipe d'après le Corriere. On pouvait lire qu'"En ces heures troublées, la décision punitive a également été prise d'annuler le congé du Vendredi, initialement accordé aux joueurs. Le protégé de Guardiola a passé une nuit blanche. Incrédule pour les erreurs défensives, qualifiées d'impardonnables et graves ou de gaffes pour Piqué et de ses compagnons de garde." Après le match, l'ancien milieu de terrain a clarifié la situation. "La Ligue des champions est désormais une chimère, mieux vaut se concentrer sur la Liga, à commencer par le Clasico dimanche prochain. Le but de Lewandowski, à la fin, qui sur le plan théorique entretient encore un mince espoir, est en fait vécu comme un prolongement ironique de l'agonie." Cependant, nous pouvons nous demander si Xavi a bien mesuré l'ampleur du désastre économique annoncé. Selon Tuttosport, les Catalans avaient inclus dans les prévisions budgétaires une accession en quart de finale de la Champions comme objectif minimum. En cas d'élimination, ces 20 M€ ne pourront être récupérés qu'en remportant la Ligue Europa. La victoire finale de la Liga a également été inscrite au budget alors que Barcelone est premier avec le Real Madrid. Mais ce titre reste encore hypothétique avec un long chemin à parcourir." "Si l'on ajoute à ce panorama les dégâts institutionnels et, donc, à l'image de l'entreprise, on comprend pourquoi les cadres blaugrana, après l'enthousiasme affiché des derniers mois, froncent les sourcils. La marque Barça fonctionne et continuera de fonctionner mais quand une équipe gagne, les sponsors sont prêts à mettre quelques dizaines de millions d'euros de plus dans la balance. Ainsi, une élimination dans la Champions serait une tuerie sportive, économique et institutionnelle. La situation en Ligue des champions est pour Barcelone une demi-catastrophe. Bien sûr, si Messi revient tout serait différent, conclut Tuttosport Traduction alex_j via FCInternews et FCInter1908.
  5. Il y a un calme apparent ce soir au Camp Nou, demain prêt à se transformer en un authentique chahut pour accueillir le deuxième match entre Barcelone et l'Inter, huit jours après le match houleux remporté par les Nerazzurri au milieu des polémiques d'arbitrage grâce à un but de Hakan Calhanoglu. La très longue veille du match qui décidera vraisemblablement de qui se qualifiera pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions en tant que deuxième force du groupe C derrière le Bayern Munich, s'achève sur les propos de Simone Inzaghi. FcInternews.it, présent avec son correspondant, rapporte les déclarations de l'entraîneur des Nerazzurri. Votre prédécesseur, Trapattoni, disait qu'il faut se donner à 120 %. Quelle est l'occasion pour vous demain soir ? "J'ai dit au match aller que nous avions profité de l'occasion, demain nous savons que c'est très important. Nous savions qu'il fallait faire quelque chose d'extraordinaire après le tirage au sort, nous jouons le groupe de toutes nos forces. Ce sera dur, nous sommes l'Inter et nous cherchons à jouer notre jeu. Il va falloir être bons pour souffrir tous ensemble et mettre Barcelone en difficulté." Avez-vous peur de l'arbitrage ? "D'habitude je ne parle jamais des décisions des arbitres, j'ai seulement vu que les arbitres de Mardi dernier sont sur le terrain, l'UEFA a jugé leur prestation bonne. Il va falloir mettre de la force, de l'agressivité, de la détermination. On a fait le match aller de la meilleure façon." On semble revivre 2010, demain soir les supporters de l'Inter ne pourront pas se rendre avec les couleurs Nerazzurri dans les zones du stade non dédiées aux invités. "Je le vis sereinement, chez nous les supporters sont toujours les bienvenus. A la fin du match, au Meazza, j'ai salué chaleureusement Laporta, j'ai trouvé un maximum d'éducation du Barça." Xavi et Pedri ont parlé d'une Inter défensive. "Absolument pas, on connaît mon histoire ici à l'Inter et vous la connaissez. On a eu des mois de bon football reconnu en Italie et en Europe, puis il y a des moments particuliers comme le match aller qui est venu après deux KO. L'équipe m'a satisfait, dans la deuxième mi-temps, nous avons souffert avec un bloc bas pour enlever de l'espace à Barcelone." Va-t-elle jouer avec un jeu défensif ? "Même les joueurs ne connaissent pas la formation, j'ai des doutes. Je peux changer, j'ai encore le temps de décider. J'ai deux attaquants réguliers, comme Dzeko et Lautaro, qui viennent après 3-4 matchs consécutifs, éventuellement je peux élever Calhanoglu et Mkhitaryan dans le rôle de deuxième attaquant si je décide d'en garder un sur le banc. Si je pars avec eux deux, j'ai Carboni et Curatolo sur le banc, les blessures arrivent à tout le monde. J'aurais aimé que les deux équipes soient complètes. Une grande partie du match passera par la phase de non-possession. Mais on a aussi des joueurs de qualité qui savent tenir le ballon, il va falloir essayer de mieux dribbler qu'au match aller car on n'est pas au Meazza." Barcelone n'a-t-il pas bien réussi à Milan, à cause de l'Inter ou d'autre chose ? "Je dis qu'une grande partie du crédit est allée à l'Inter, j'ai vu le match à Majorque, contre le Celta... Barcelone a toujours joué du bon football même dans les défaites européennes. Nous savons qu'au Meazza nous avons donné peu, objectivement Onana n'a pas eu à faire des arrêts énormes. Demain sera différent, le stade sera chaud, nous devrons être une équipe grâce au soutien de nos fans." Peut-on parier sur le pragmatisme face à la possession de balle stérile du Barça ? "Chaque match a sa propre histoire, Barcelone ne méritait pas de perdre à Munich. Au match aller, nous avons fait un grand match en tant qu'équipe agressive, compacte et déterminée. J'aurais aimé jouer au Meazza, nous nous sommes préparés pour un match à la hauteur de l'Inter." Comment gardez-vous l'équipe calme? "Dans l'équipe, j'ai des joueurs qui ont l'habitude, ils ont une certaine expérience, nous sommes une équipe mature. Nous savons qu'il y aura des moments de souffrance et d'autres où il faudra être lucide avec le ballon." Xavi a parlé d'une finale. Cela peut-il être contre-productif pour Barcelone ? "Nous devrons jouer un jeu prudent, dans le détail. Barcelone fera beaucoup de centres, nous devrons être bons pour marquer à l'intérieur de la surface. Nous nous attendions au risque d'être dans ce groupe, nous pouvons faire de notre mieux après avoir récupéré six points. Dix points pourraient suffire, on affronte le match comme s'il était décisif." Traduction alex_j via FCInterNews.
  6. Tuttosport explique pourquoi le FC Barcelone a peur. L'Inter sera suivie par 1500 supporters. Un véritable enfer, c'est ce qu'attend l'Inter à Barcelone. Depuis des jours, footballeurs, entraîneurs et managers catalans "réchauffent" le climat en vue du match de demain qui décisif pour les blaugrana. En effet, en cas de non victoire, le Barça pourra pratiquement dire pour la qualification en 8e. Ainsi, le Camp Nou s'annonce en feu et bruyant, une arme à double tranchant comme l'écrit justement Tuttosport. "Ils ont peur! Et cela peut être un avantage pour l'Inter. De nombreux indices le prouvent : les chants anti-Nerazzurri des supporters barcelonais (Dimanche, lors du match contre le Celta Vigo qu'ils ont proférés en fin de première mi-temps et avant la fin du match), l'ambiance de chasse aux sorcières créée artificiellement contre les arbitres et l'UEFA par Joan Laporta et l'aveu de Xavi qu'après la pause pour les équipes nationales, son équipe a perdu le fil du match." "La pénible victoire de Dimanche a été validée grâce aux arrêts de Ter Stegen. Cela n'a pas épargné au Barça de vives critiques pour la performance offerte. Il est possible que l'équipe ait déjà l'Inter dans sa tête, devenue l'ennemie public numéro 1 après sa victoire au Meazza. Ne pas dépasser la phase de pool de la Ligue des champions serait un échec pour un club qui a vendu des actifs importants, comme des droits TV et une partie des Studios du Barça pour financer une campagne de transferts de 150 M€ et aussi respecter les conditions du FPF." Enfin, le soutien ne manquera pas des supporters des Nerazzurri, prêts à se faire entendre dans la fosse du Camp Nou comme en 2010. L'équipe sera suivie par 1 500 fans. C'est toujours ça! Traduction alex_j via FCInter1908 et FCInterNews.
  7. C'est officiel, Szymon Marciniak arbitrera le match Barça - Inter au Camp Nou. Ce sera au Polonais Szymon Marciniak à qui incombera la tâche ardue de diriger le délicat match entre Barcelone et l'Inter. Ce match est programmé au Camp Nou Mercredi soir et fait suite à huit jours ininterrompus d'interminables polémiques concernant l'arbitrage dans le monde Blaugrana de Jean la Porte (Joan Laporta, ndlr, mais je n'ai pas pu m'en empêcher). Marciniak sera assisté dans ses fonctions par Paweł Sokolnicki et Tomasz Listkiewicz en tant qu'arbitres assistants, tous deux polonais également. Pendant ce temps, le rôle de quatrième arbitre sera rempli par Tomasz Musiał pour compléter une équipe entièrement polonaise sur le terrain. Dans la cabine de la VAR, Marek Kwiatkowski supervisera le match pour s'assurer que toutes les erreurs claires et évidentes sont corrigées, tandis qu'il sera assisté dans ses fonctions par l'Anglais Stuart Atwell. Question: vous le sentez ce petit verre de Vodka avec Robert Lewandoski en cas de victoire? Traduction alex_j via Sempreinter.
  8. En effet, les Tifosi du Fc Barcelone aiment se remémorer les bons moments, à savoir, s’incliner face à l’Inter: Preuve en est, Sport Mediaset nous confirme qu’à l’occasion du match face au Celta Vigo, les Culés ont scandé des "Inter, Inter vaff...", soit une belle recommandation pour aller voir un proctologue A son niveau, le Président du Fc Barcelone, en a remis une couche en ne cessant de pleurnicher sur l’arbitrage de mardi dernier : "L’arbitrage de la rencontre face à l’Inter était honteux, je l’ai fait savoir à l’UEFA, car c’était flagrant." L’Inter peut donc se préparer à subir un enfer volcanique… "Ce n'est pas une surprise, le Club Nerazzurro apparait très irrité étant donné qu’il ne s’attendait pas à ce que les polémiques puissent durer aussi longtemps, soit jusqu’au match retour." Hey les Culés, vous souvenez-vous de la dernière fois où vous aviez promis l’enfer à l’Inter ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  9. Joan Laporta enverra une lettre à l'UEFA résumant tous les méfaits de la VAR sur les résultats de son club. Au final, Barcelone a décidé de ne pas porter plainte auprès de l'UEFA pour l'arbitrage du match face à l'Inter. Cependant, le mécontentement concernant la gestion du duo Slavko Vincic - Pol van Boekel reste très, très vif. Comme le rapporte Mundo Deportivo, le président catalan Joan Laporta, qui a participé hier à un acte de la Fondation Johan Cruyff, ne s'est pas exprimé sur le sujet malgré l'insistance de la presse: "je me suis mordu la langue". Cependant, le patron blaugrana se fera entendre auprès d'Aleksander Ceferin à travers une lettre dans laquelle il exposera ses perplexités sur la VAR qui a effectué, à ses yeux, une prestation aussi négative à Milan qu'à Munich lorsqu'il a "manqué" un penalty sur Ousmane Dembélé. Laporta vise à faire comprendre à Ceferin que les dégâts causés au Barça pourraient être énormes à cause de ces erreurs et qu'il est très difficile de ne pas penser à des conspirations ou à des "mains noires" (organisations criminelles, ndlr) avec tous ces précédents. "Il ne s'agit pas de pleurer mais de demander des explications sur certaines décisions inexplicables qui ont gravement nui au club." Sur le plan sportif, on l'avait presque oublié celui là, plusieurs joueurs de l'équipe Juvenil A de Barcelone ont participé à l'entraînement qui s'est déroulé aujourd'hui sur le terrain Tito Vilanova à Sant Joan Despì. Parmi eux, Chadi Riad et Victor Barberà, deux des buteurs du match de Youth League contre la Primavera de Cristian Chivu. Memphis Depay, Héctor Bellerín, Jules Koundé, Ronald Araujo, Andreas Christensen et Franck Kessié, ce dernier blessé lors du match de Ligue des champions, n'ont pas participé à la séance. Traduction alex_j via FCInterNews.
  10. Selon la Repubblica, le Barça ne portera pas plainte à l'UEFA. Barcelone ne portera pas plainte à l'UEFA sur la direction du match de Vincic contre l'Inter. "Hier soir, après la colère du moment sur la main non sifflée de Dumfries, le raisonnement au siège des Blaugrana était qu'un meilleur arbitrage au match retour est bien mieux qu'une guerre avec l'institution européenne du football déjà irritée par l'adhésion du club au projet de la Super League." Le super président Joan Laporta et sa direction pourraient se contenter de ne plus affronter la même équipe néerlandaise pour la Var. Enfin, Onze Mondial rapporte que le journaliste de l'Equipe Florent Torchut a pris un malin plaisir à relever le craquage de Xavi sur le sujet de l'arbitrage. Il y a un an, le coach espagnol assurait en effet qu'il refusait toujours de s'en prendre aux arbitres et à la VAR pour une "tache très difficile". Ce qui tranche avec son indignation et "l'injustice" pointée du doigt par le coach barcelonais un an plus tard, qui a même sommé l'arbitre de venir s'expliquer... Traduction alex_j via FCInterNews.
  11. Le Président Joan Laporta a décidé de ne pas prendre de réaction à chaud après l’humiliation catalane sur le terrain du Benfica : 3-0. Cette défaite devrait découler sur le départ quasi acté de Ronald Koeman étant donné que le Fc Barcelone s’était déjà incliné lourdement, à domicile, face au Bayern de Munich (0-3). Comme le souligne El Pais, une réunion d’urgence a été planifiée avec comme thématique : Le futur de Ronald Koeman. Depuis plusieurs jours, le club espagnol est à la recherche d’un entraîneur capable de remplacer le hollandais. Et Laporta serait séduit par l’option Andrea Pirlo, lui qui est sans équipe et qui n’est pas excessif en terme de prétention financière. Mais Xavi Hernández est en pole position : Sur la table, on retrouve aussi les noms de Roberto Martinez, le sélectionneur national de la Belgique, et celui d’Òscar García, actuellement en poste à Reims. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  12. Vous y aviez-cru ? Si en effet Don Balon fait référence à l’intérêt de Ronald Koeman pour son compatriote Stefan de Vrij, il est hors de question de voir notre hollandais volant quitter le club "Ces derniers jours, Ronald Koeman, l’entraîneur du Fc Barcelone a aussi tenté sa chance, mais il a dû se résigner face à la prise de position de l’Inter : Il avait demandé l’ancien joueur de la Lazio à sa Direction, convaincu du fait de pouvoir placer le joueur au cœur du projet catalan. Mais après un premier sondage, Laporta, le Président de Barcelone, s’est vu refouler avec fermeté par le mur dressé par l’Inter qui n’a aucune intention de s’asseoir autour de la table pour négocier." Stefan De Vrij est et restera un pilier de l’Inter, n'en déplaise à cette ordure de Raiolaè ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  13. En effet, selon la presse catalane et Calciomercato.com, l’Inter aurait l’intention de recruter Philippe Coutinho. En effet, le Fc Barcelone serait ouvert à la négociation Révélation de Calciomercato.com "A Barcelone, Coutinho dispose encore d’un long contrat qui viendra à expiration au 30 juin 2023, ce qui pourrait faciliter son départ du club Catalan. En effet, le Président Laporta est ouvert à l’idée d’un départ, via un prêt mais avec l’insertion d’un droit de rachat. Le tout, sans que le club n’ait à toucher aux dispositions contractuelles actuelles." Trop beau pour être vrai ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  14. On ne parle, hélas pas de Jessica, mais de Jordi Alba : Selon Il Mundo Deportivo, des premiers contacts ont eu lieu entre l’Inter et la Direction catalane. Avec le départ de Young et, le départ plus que probable de Kolarov, l’Inter a l’obligation d’intervenir sur l’aile gauche. Les noms en lice de la Direction Nerazzurra sont ceux de Marcos Alonso et Emerson Palmieri. Mais selon il Mundo Deportivo, l'Inter est attentive à la situation entourant Jordi Alba. S’il est sous contrat jusqu’en 2024 avec Barcelone, et s’il reste un joueur indiscutable de l’équipe de Ronald Koeman. Il y a lieu de prendre en considération les déclarations du Président Joan Laporta, qui a décidé de diminuer la masse salariale pour offrir un second souffle au Club: Mis à part Lionel Messi et André Ter Stegen, personne n’est assuré de rester. Partant de ce constat, l’Inter a décidé de passer à l’offensive pour Jordi Alba, même s’il a récemment affirmé que son intention était de finir sa carrière en Catalogne. Mais s’il il souhaite concrétiser cet objectif, il devra renoncer à une partie de ses émoluments. L’Inter, forte du régime fiscal proposé via le Décret Croissance, pourrait tenter de séduire le joueur, en insérant également des contreparties techniques Fantasme journalistique selon vous ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  15. En effet, deux journalistes du New York Times, Tariq Panja et Rory Smith ont procédé à la reconstitution de la rébellion emblématique des grands clubs européens. Une rébellion qui aura été gérée de main de maître par Aleksander Ceferin, le Président de l’UEFA, dont le but était de retrouver immédiatement une certaine normalité. Révélation de Calcio&Finanza Selon le quotidien américain, tout a débuté dans la journée du 15 avril, lorsque Javier Tebas, le Président de la Liga et Joan Laporta, le numéro un de Barcelone, se sont rencontrés afin de célébrer la victoire aux élections du second à la Présidence du Club catalan Mais au lieu de s’agir d’un moment festif, l’évènement a immédiatement pris une tournure déplaisante : Laporta avait informé Tebas que 12 clubs bien connus (parmi lesquels l’on retrouve l’Inter, la Juve et le Milan) allait donner vie à la Super League Dès cet instant, Tebas a immédiatement appeler Ceferin pour tirer la sonnette d’alarme, en provoquant un court-circuit entre les Managers, les Fédérations et les Clubs de toute l’Europe : Le Président de l’UEFA a sonné immédiatement à Andrea Agnelli, qui en sa qualité de Président de l’Eca, l’avait informé et rassuré la veille qu’il ne s’agissait purement et simplement de bruit de couloirs Agnelli, selon le New York Times, n’a pas répondu à Ceferin, qui est aussi le parrain de sa fille. Le Président européen avait d’ailleurs écrit à la compagne du Président de la Juventus en l’informant de l’urgence de la situation. En retour, Agnelli aurait finalement répondu qu’il n’y avait pas lieu de s’inquiéter. Ceferin suggéra alors de diffuser un communiqué conjoint, mais Agnelli lui avait demandé du temps : 30 minutes. Délai obtenu, selon le New York Time, Agnelli se mura ensuite dans le silence en se rendant indisponible Entre les journées du jeudi jusqu’au samedi, le cellulaire de Ceferin est toujours resté actif. Dimanche midi, le Président de l’Uefa avait eu vent des noms des 12 clubs : les anglais : Arsenal, Chelsea, Liverpool, Manchester City, Manchester City et Tottenham Hotspur; les italiens Inter, Juventus, Milan; les espagnols Atletico Madrid, Barcelone, Real Madrid Ceferin apprends également que les clubs n’ont pas joué le même rôle, et ils n'ont pas pesé de la même façon dans la balance Les Managers de City, de Chelsea, mais aussi de l’Atletico Madrid – par exemple, n’ont été seulement informé vendredi, de la tournure des évènement qui était désormais actée. Ils ont informé le Président de l’UEFA qu’ils n’ont eu qu’une seule journée pour se décider. De leurs côtés, le Bayern Munich et le Paris-Saint-Germain ont refusé d’y adhérer Pour être clair, celui qui a été le moteur principal est Florentino Perez, mais comme le New York Time l’explique, la zone de guerre combattue allait être celle d'Outre-Manche: Les clubs anglais, car sans eux, il était impossible de donner vie au projet Après la diffusion du communiqué parue dans la nuit de dimanche à lundi, Aleksander Ceferin a immédiatement téléphoné au Président de la Fifa Gianni Infantino, mais il s’est surtout et ensuite longuement entretenu avec Oliver Dowdne, le Responsable du Sport et de la Culture du Gouvernement anglais qui lui a assuré que l’Exécutif de Boris Johnson allait faire quelque chose pour bloquer cette initiative Ce n’est pas un hasard si le Premier Ministre est intervenu quelques instants après, à la télévision, pour se déclarer contraire à l’initiative. De plus, en coulisse, le Gouvernement Johnson a mis la pression sur Manchester City afin qu’il abandonne le projet, avant de passer à l’offensive, mardi, avec l’effet escompté sur les Blues d’Abramovich et sur les Citizens Les Citizens ont décidé de se retirer du projet, ce qui a fait vaciller tous les autres, en déclenchant ainsi l’implosion du projet, seulement 48heure après sa naissance Le reste de l’Histoire est connu : Les clubs se sont retiré et chacun s’est excusé. De plus certains dirigeants ont fait savoir qu’ils n’avaient pas été mêlé aux discussions. Si l’UEFA accueille de nouveau ses dissidents, il y aura quoiqu’il arrive des conséquences, voire des sanctions. Ceferin s’est donné le temps jusqu’à ce vendredi ®Antony Gilles – Internazionale.fr
×
×
  • Créer...

Information importante

En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. Nous ajoutons des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer votre expérience sur notre site. Consultez notre Politique de confidentialité. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer...