Aller au contenu
×
×
  • Créer...

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'jp morgan'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

11 résultats trouvés

  1. Sur Tweeter, Swiss Ramble, relayé par the Guardian, a fait une analyse complète de l'état financier des 12 clubs formant la Super League. internazionale.fr vous livre l'analyse et traduction intégrale. Bonne lecture et bon courage. Introduction A peine une Super League européenne (ESL) a-t-elle été annoncée que les plans ont été mis de côté, du moins pour le moment. Mais quels ont été les facteurs qui ont poussé les 12 clubs séparatistes à ce mouvement profondément impopulaire? Comme d'habitude, tout était une question d'argent, une combinaison de peur et de cupidité. La question de savoir si le football est fauché est discutable, mais il ne fait aucun doute que nombre des 12 clubs de l'ESL sont confrontés à de graves problèmes financiers. Dans une certaine mesure, cela aide à expliquer pourquoi Dirty Dozen chercherait plus de revenus. Mais ça n'excuse pas ce plan horriblement mal conçu. Pertes financières des clubs Il n'est pas nécessaire de chercher trop loin pour voir la gravité de la situation financière avec les pertes avant impôts des 12 clubs ESL totalisant 667 M£, avant même que le Liverpool n'annonce ses résultats. Trois d'entre eux ont perdu plus de 100 M£: Milan 169 M£, Man. City 125 M£ et Barça 112 M£. Bien sûr, la perte de 2019-2020 est due à l'impact du COVID-19, mais certains luttaient déjà avant, en particulier les clubs italiens, qui ont signalé de lourds déficits, au cours des 3 dernières années Milan 402 M£, Inter 130 M£ et la Juve 104 M£. Il convient également de noter que ces pertes auraient été encore plus importantes sans l'impact significatif des ventes des joueurs. Au cours des 3 dernières années, 5 clubs ont généré des bénéfices supérieurs à 200 M£: la Juve 341 M£, le Barça 337 M£, Chelsea 316 M£, le Real 223 M£ et l'Atletico 210 M£. Hors bénéfices sur les ventes de joueurs (et bonus à payer), les pertes d'exploitation sont énormes, s'élevant à 1,2 milliard de livres sterling en 2019-2020 (hors Liverpool). Encore une fois, la pandémie a frappé, mais les clubs ont constamment perdu de l'argent sur leurs activités récurrentes au cours des dernières années. Cela est particulièrement évident en Italie, où les pertes d'exploitation du Milan et la Juve au cours des 3 dernières années sont supérieures à 400 M£. C'est identique en Espagne, en particulier le Barça 381 M£. En général, les clubs anglais ont une meilleure tête, même si le déclin de Arsenal est préoccupant. Revenus des clubs À première vue, les clubs de l'ESL devraient bien se porter, car les revenus ont augmenté régulièrement, par exemple. de 1,5 milliard de livres (43%) en 5 ans de 3,4 à 4,9 milliards de livres. Les revenus gagnés par les clubs de l'élite sont vraiment impressionnants: Barça 627 M£, Real 627 M£, Man. United 509 M£, Liverpool 490 M£ et Man. City 482 M£. Cependant, il y a eu une forte baisse des revenus en 2019-2020, en raison de la pandémie, les 12 clubs ayant enregistré une baisse de 739 M£ (13%): Man. United 118 M£, Barça 114 M£ et Tottenham 68 M£. Les chiffres seront encore pires en 2020-2021 après une saison complète à huis clos. Les revenus de diffusion ont été à l'origine d'une grande partie de la croissance des revenus, passant de 500 M£ (36%) au cours des 5 dernières années, passant de 1,4 à 1,9 milliard de livres sterling, le Barça a gagné 218 M£, suivi de Liverpool 204 M£, du Real 196 M£, de Man. City 190 M£. L'importance de la qualification européenne est claire, par exemple, la Milan a seulement 56 M£. Cependant, les revenus de la télévision ont été gravement impactés en 2019-2020, en raison d'une combinaison de remises aux diffuseurs et de report des revenus jusqu'en 2020-2021 (la saison étant prolongée au-delà de la clôture comptable), entraînant une baisse de 597 M£ (24%). Les clubs anglais ont été particulièrement touchés. L'Europe est extrêmement importante pour les clubs de l'ESL, en particulier en Espagne et en Italie. Les revenus les plus élevés des 5 dernières années sont la Juve 446 M€, le Real 416 M€, le Barça 392 M€, Man. City 386 M€ et l'Atletico 355 M€. Cependant, lorsque les clubs ne se qualifient pas pour la Ligue des champions, cela fait vraiment mal au portefeuille. C'est au cœur de la proposition ESL avec ses places garanties pour les 15 Clubs Fondateurs. Le secrétaire général, Anas Laghari, a déclaré qu'il y avait une réelle frustration parmi les propriétaires face à l'imprévisibilité du système instable actuel, préférant la certitude d'un modèle américain. Sur le plan intérieur, l'accord sur les droits télévisuels de la Premier League éclipse les autres ligues, d'une valeur de 3,6 milliards d'euros par an, bien devant la Liga 2,0 milliards d'euros, la Bundesliga 1,4 milliard d'euros, la Serie A 1,3 milliard d'euros et la Ligue 1 0,8 milliard d'euros. Cela explique pourquoi les clubs non anglais ont été plus enthousiastes à propos de la Super League. Cependant, les droits télévisuels semblent stagner. La Premier League a dû annuler son lucratif accord chinois après un non-paiement, tandis que le nouvel accord avec Mediapro en France s'est effondré. Le nouvel accord de Bundesliga est 5% inférieur à l'ancien, tandis que la Serie A a rejeté l'offre de Sky jugée étant trop faible La journée de match est la source de revenus la moins importante, n'ayant augmenté que de 98 M£ (14%) au cours des 5 dernières années, mais valant toujours 786 M£ par an pour les 12 clubs: Barça 111 M£, Real 95 M£ et Tottenham 94 M£. En d'autres termes, ces revenus seront perdus en 2020-2021 à cause des matchs à huis clos. En 2019/20, les revenus des journées étaient déjà en baisse de 155 M£ (16%), car les matchs ont été joués sans fans pendant les 3 derniers mois de la saison. Les clubs les plus touchés financièrement étaient le Real 33 M£, le Barça 29 M£ et la Juve 21 M£. Les revenus commerciaux ont également stimulé la croissance, passant de 0,9 milliard de livres (65%) de 1,3 à 2,2 milliards de livres. En fait, quatre des clubs de la Super League gagnent plus de 250 M$ grâce à cette source de revenus: Real 336 M£, Barça 298 M£, Man. United 282 M£ et Man. City 250 M£. En fait, les revenus commerciaux ont assez bien résisté à la pandémie, de nombreux clubs augmentant leurs revenus en 2019-2020, en particulier en Angleterre avec Arsenal 31 M£, Liverpool 28 M£ et Tottenham 27 M£, principalement en raison de nouveaux accords de sponsoring, bien que le nouveau stade ait également aidé les Spurs. Cependant, cela dissimule certains points préoccupants concernant les revenus commerciaux de certains clubs. Aucune croissance chez Man. United au cours des 4 dernières années (et TeamViewer en fait beaucoup moins que Chevrolet). L'Inter en baisse d'un tiers (50 M£) en 2019-2020 (résiliation des sponsorings chinois), et le Milan a régulièrement diminué. Problème de salaires? Bien sûr, bon nombre des problèmes financiers sont auto-infligés, la majeure partie de la croissance des revenus allant simplement à des salaires plus élevés, qui ont augmenté de 1,2 milliard de livres (60%) en 5 ans, passant de 1,9 à 3,1 milliards de livres. Les trois charges salariales les plus élevées sont le Barça 389 M£, Man. City 351 M£ et le Real 332 M£. En conséquence, le ratio salaires sur chiffre d'affaires est passé à 64% pour les clubs de Super League. Ce n'est pas trop mal, mais il y a un large éventail parmi les 12 avec le Milan à 108% étant le pire, suivi de Man. City 73% et la Juve 71%. Tottenham sont à l'autre bout avec 46%. C'est un autre élément clé du plan Super League avec une limite de 55% des revenus pour les salaires des joueurs, les transferts et les frais d'agent, soit beaucoup moins que l'actuel 64% pour les seuls salaires, augmentant ainsi la rentabilité. L'impôt sur le revenu a également été égalisé à 45%, supprimant un désavantage espagnol. La dette importante Un autre problème financier majeur pour les 12 clubs de la Super League est la dette de 5,6 milliards de livres sterling, selon la définition de l'UEFA: dette financière (3,5 milliards de livres sterling) et dette de transfert (2,1 milliards de livres sterling). De plus, la quasi-totalité de la dette financière provient des banques (3,3 milliards de livres sterling), contre seulement 0,2 milliard de livres sterling des propriétaires. Si nous incluons d'autres dettes, telles que les sommes dues au personnel, aux autorités fiscales, aux fournisseurs et aux autres créanciers, la dette totale s'élève à 7,4 milliards de livres sterling. Tottenham dispose de 1,2 milliard de livres sterling (nouveau stade), suivi du Barça de 1,0 milliard de livres sterling (dont 180 M£ de salaires), l'Atletico 804 M£ et Man. United 771 M£. Une des raisons pour lesquelles le Barça a plus de problèmes d'endettement que les clubs anglais est qu'elle est en grande partie à court terme, c'est-à-dire qu'elle doit être remboursée dans les 12 prochains mois: 641 M£ pour Barcelone (y compris 236 M£ de prêts bancaires), tandis que pour Tottenham et Man. United, ce n'est que 332 M£ et 130 M£ respectivement. À moins que l’argent ne soit fourni sans intérêt par le propriétaire d’un club (comme le cas de Chelsea), la dette a un prix. L'année dernière, les paiements d'intérêts les plus élevés étaient le Barça 23 M£, Man. United 20 M£, l'Inter 15 M£ et Tottenham 14 M£. Le Real augmentera avec des prêts importants requis pour le réaménagement du stade. Les fans de Man. United seront conscients que leur club a payé des sommes énormes pour le privilège d'avoir les Glazers comme propriétaires. Depuis le rachat par emprunt, ils ont dépensé plus d'un milliard de livres sterling en financement: 704 M£ d'intérêts, 234 M£ de remboursement de dette et 125 M£ de dividendes. En moyenne 42 M£ au cours des 5 dernières années. À l'opposé, certains clubs ont exigé un financement substantiel de leurs propriétaires pour couvrir les pertes. Par exemple, depuis 2014, plusieurs propriétaires du Milan ont investi environ 850 M€, tandis que les actionnaires de la Juve ont fourni plus de 500 M€ de capital depuis 2007 (dont 298 M€ en 2020). Course en avant Il est clair que les clubs de la Super League sont confrontés à des défis financiers difficiles, mais c'est en grande partie de leur faute. Ils ont bénéficié d'avantages substantiels par rapport aux autres, mais ont décidé d'aller chercher encore plus d'argent, plutôt que de s'attaquer aux problèmes structurels, leur devise étant apparemment l'avidité est bonne. L'écart de revenus entre les 12 clubs de Super League et les autres dans leurs ligues nationales est énorme. Par exemple, le classement le plus bas des Big Six en Angleterre, Arsenal, a presque deux fois plus que le deuxième plus élevé. Même histoire en Espagne pour le club classé 3e. Plus proche en Italie, mais la Juve a des kilomètres d'avance. Les 6 clubs anglais de l'ESL représentent 57% du chiffre d'affaires total de la Premier League, tandis que les 3 clubs espagnols couvrent 56% et les 3 clubs italiens 40%. En termes de revenus moyens, les clubs ESL espagnols sont 7 fois plus élevés que les autres, les clubs italiens 4 fois et les clubs anglais 3 fois. C'est une histoire similaire pour les salaires, peut-être le meilleur indicateur financier de succès sur le terrain. Sans surprise, les 12 clubs de la Super League occupent les premières places dans leurs ligues nationales. L'écart avec les autres clubs est particulièrement marqué en Espagne et en Italie (du moins pour la Juve). En conséquence, les salaires moyens des clubs de Super League espagnole sont de 307 M£, soit 7 fois plus que les 47 M£ des 14 autres clubs de la Liga. En Italie, c'est 4 fois plus (188 M£ contre 52 M£), tandis qu'en Angleterre, c'est seulement 3 fois plus (273 M£ contre 107 M£). Concernant les mercatos et coefficient UEFA En ce qui concerne les dépenses de transfert (brutes) sur 5 ans, c'est à peu près la même chose en Espagne et en Italie, bien que le Barça et la Juve soient bien en avance avec environ 1 milliard de livres sterling chacun. Il y a plus de variations en Angleterre, en grande partie en raison des achats relativement faibles de joueurs chez Arsenal et Tottenham. Néanmoins, les dépenses de transfert brutes moyennes comparatives sont identiques aux salaires: l'Espagne 7 fois plus que les autres clubs au niveau national (673 M£ contre 95 M£); Italie 4 fois plus (638 M£ contre 162 M£); et l'Angleterre 3 fois plus (702 M£ contre 232 M£). Ce n’est pas comme si les autorités du football n’avaient pas tenté d’apaiser les clubs de la Super League par le passé. Par exemple, l'UEFA a introduit un classement par coefficient pour distribuer les revenus de la Ligue des champions qui leur bénéficient clairement, par exemple aux plus riches: Real 35 M€ et Barça 34 M€. De même, le dernier accord de Premier League a vu une baisse de 7% des droits nationaux, mais une augmentation de 34% des droits à l'étranger. Celles-ci étaient auparavant réparties de manière égale, mais cela a été modifié, de sorte que l'augmentation est répartie en fonction de la place où les clubs terminent, au profit des Big Six, généralement. En outre, le nouveau format de la Ligue des champions fera passer le nombre de clubs de 32 à 36, dont 2 places par coefficient de l'UEFA, soit un filet de sécurité pour les grands clubs. Ce cochon de tirelire gonflé d'une compétition augmentera considérablement le nombre de matchs dans une tentative flagrante de gagner plus d'argent de la télévision. Il n'est pas étonnant que d'autres clubs aient si mal réagi, car la Super League aurait pu avoir un impact énorme sur leurs revenus, par exemple réduire l'accord télévisé de la Premier League si les clubs étaient radiés. Les clubs en dehors des Big Six gagnent entre 67% et 88% de la diffusion. Et qu'en est-il des propriétaires qui ont versé de l'argent dans des clubs de Premier League, tels que Everton (348 M£ au cours des 5 dernières années), Aston Villa 337 M£ et Brigton 175 M£? La Super League leur aurait effectivement fermé la porte au nez. Cela pourrait aussi signifier que Mike Ashley ne pouvait pas vendre Newcastle. L'European Super League Selon les médias, chaque club de Super League recevrait un bonus de bienvenue, de 270 M€ (11 clubs) ou 135 M€ (4 clubs) d'un pot de 3,5 milliards d'euros financé par JP Morgan à dépenser dans les stades, les terrains d'entraînement ou la couverture des pertes liés au COVID-19. En fait, un prêt contre des revenus futurs à rembourser. Le revenu annuel serait réparti de 4 manières: (a) part égale pour 15 clubs fondateurs 32,5%; (b) part égale pour les 20 clubs: 32,5%; (c) paiement au mérite 20%, distribué comme Premier League; (d) profil du club 15%. De plus, le Real et le Barça obtiennent 60 M€ les 2 premières années. En supposant un chiffre d'affaires de 4 milliards d'euros (bien supérieur à 3,25 milliards d'euros de l'UEFA), il a été estimé que les 15 clubs fondateurs gagneraient entre 241 M€ et 175 M€. Les 5 qualifiés recevraient 80 à 94 M€. Ces chiffres sont évidemment modélisés, mais cela donne une idée du prix. Pour mettre cela en perspective, c'est presque deux fois plus que les plus hauts revenus de la Ligue des champions 2019-2020: PSG 127 M€, Bayern 125 M€, Barça 100 M€ et Man. City 95 M€. Ce n'est pas une tentative pour justifier la Super League, mais cela explique l'attraction. La Super League a fait valoir que les paiements de solidarité aux clubs non participants seraient plus de 3 fois supérieurs à ceux de l'UEFA. Ils sont actuellement de 130 M€ (4% de 3,25 milliards d'euros), ce qui implique des paiements annuels d'environ 400 M€ (en ligne avec les 10 milliards d'euros annoncés sur 23 ans). Tout cela semble merveilleux, mais l'hypothèse d'un accord de diffusion de 4 milliards d'euros (deux fois l'argent de la Ligue des champions) semble agressive, d'autant plus que la Super League n'avait pas de partenaire de diffusion aligné. En fait, les principaux acteurs se sont retirés (Sky, BT, DAZN et Amazon). En outre, les clubs devraient rembourser le financement de JP Morgan de 3,5 milliards d'euros, qui coûterait 264 M€ par an (taux d'intérêt de 2 à 3%). Il y a aussi le fait gênant que la banque d'investissement ait depuis retiré son soutien après la réponse extrêmement négative. Conclusion Bien que les fans puissent penser qu'il s'agit d'un cas de "tout est bien qui finit bien", il ne serait pas surprenant que les principaux clubs aient une autre chance de former une Super League à un moment donné. Le souci est que la prochaine fois, ils pourraient en fait élaborer un plan cohérent avec de bien meilleures relations publiques.
  2. Florentino Pérez a déclaré que les 12 clubs annoncés la semaine dernière comme fondateurs de la Super League européenne ne pouvaient pas l'abandonner en raison des contrats et a promis que le projet reviendrait bientôt. Voici ses déclarations à AS. "Je n'ai pas besoin d'expliquer ce qu'est un contrat contraignant, mais effectivement, les clubs ne peuvent pas partir. Certains d'entre eux, en raison de la pression, ont dit qu'ils partaient. Mais ce projet, ou un projet très similaire, ira de l'avant et j'espère très bientôt." JP Morgan, qui avait accordé une subvention de 3,5 milliards d'euros aux clubs fondateurs, a déclaré vendredi qu'il avait "mal évalué la façon dont l'accord serait perçu". Pérez, cependant, a déclaré que la banque était toujours à bord: "Ce n'est pas vrai qu'ils se sont retirés. Ils ont mis du temps à réfléchir, tout comme les 12 clubs. Si nous devons faire des changements, nous les ferons, mais la Super League est le meilleur projet auquel nous ayons pensé. Le partenariat existe toujours, tout comme les membres qui composent la Super League. Ce que nous avons fait est d'avoir pris quelques semaines pour réfléchir au vue de la fureur de certaines personnes qui ne veulent pas perdre leurs privilèges et qui ont manipulé le projet." Pérez a réitéré la nécessité pour la nouvelle compétition de stimuler les clubs qui luttent pour faire face aux pertes liées à la pandémie de coronavirus. Il a ajouté que les 12 clubs de Super League avaient perdu au total 650 M€ l'année dernière et risquaient de perdre jusqu'à 2,5 milliards d'euros cette année. Il n'était pas non plus convaincu par la réforme de la Ligue des champions menée par l'UEFA. "La Super League est le meilleur projet possible pour aider le football à sortir de la crise. Le football est gravement atteint et nous devons nous adapter à l'époque dans laquelle nous vivons. La réforme de la Ligue des champions n'est pas la meilleure, et de plus, nous ne pouvons pas attendre 2024." Pérez en a profité pour expliquer pourquoi PSG et le Bayern n'étaient pas dans les douze. "Pourquoi le le PSG et le Bayern Munich n’ont pas pris le train de la Super Ligue selon moi ? Pour différentes raisons. Dans le cas du Bayern, il est en train de changer de direction et celle du PSG, parce que nous allions le dire plus tard. Parce que le groupe des douze travaillait et fonctionnait depuis de nombreuses années. Mais les deux allaient être invités."
  3. Der Spiegel a publié des documents démontrant que les Nerazzurri et le Milan auraient reçu une part moindre du "montant de la subvention d'infrastructure" de JP Morgan que la plupart de leurs rivaux. En effet, Barcelone, le Real Madrid, Manchester City, Manchester United, Liverpool, Chelsea, Arsenal et Tottenham Hotspur devaient recevoir 7,7% du paiement versé aux membres fondateurs, ainsi que le Bayern Munich et le Paris Saint-Germain, qui devaient être invités. L'Inter, l'AC Milan, l'Atletico Madrid et le Borussia Dortmund, qui devaient compléter la formation de 15 clubs membres, n'auraient reçu que 3,8% de ce montant. D'autres parties du document publiées ont révélé que Barcelone et le Real Madrid, les deux seuls clubs qui ne se sont pas retirés de la Super League, devaient recevoir 60 M€ supplémentaires de "compensation supplémentaire'' au cours des deux premières saisons. Il y avait également une "pénalité'' de 130 M€ pour tous les clubs souhaitant se retirer du tournoi, ainsi que le droit pour les clubs de diffuser exclusivement quatre matchs par saison sur leurs propres "plates-formes de club de base'', telles que leur site Web ou en chaîne TV maison. L'Inter et ses 11 homologues ont signé un contrat de 23 ans pour participer à la Super League, mais le projet s'est effondré dans les trois jours suivant son annonce après une condamnation généralisée de l'UEFA, de la FIFA, des fans, des joueurs, des politiciens et des clubs rivaux. Les Nerazzurri devraient éviter les sanctions de l'UEFA pour leur implication dans le projet, à la suite d'une réunion du conseil d'administration. Sur Bein Sport, Aleksander Ceferin s'est encore auto-congratulé de l'effondrement de l'ESL en se prenant pour le chevalier blanc. "Nous avons réussi à gagner la guerre du football. Nous nous sommes demandé: est-ce que tout est à vendre? Pouvez-vous détruire l'histoire, tout changer et privatiser le football? La réponse est non, vous ne pouvez pas!" "Le projet de la Super League était complètement absurde et les clubs ont sous-estimé les organisations, les gouvernements, les supporters et les joueurs d'hier et d'aujourd'hui. Ils ne pensaient qu'à l'argent et c'est toujours une erreur; ils ont sous-estimé le pouvoir de la société et le fait que le football est un jeu pour nous tous." "Pour les clubs séparatistes, c'était une grosse erreur, mais je ne pense pas qu'il faille en parler davantage. Les clubs ont juste besoin de savoir: n'essayez plus jamais cette idée stupide." Réponse: LOL
  4. JP Morgan s’est retrouvée au cœur du cyclone Super League, étant donné que celle-ci était disposée à financer la Ligue contestataire européenne. Toutefois la compétition ayant implosée, JP Morgan s’est retrouvé dans une situation des plus inconfortables, ce qui a mené à un mea-culpa de l’organisme bancaire via son porte-parole Excuses officielles "Nous avons clairement mal évalué comment l’accord allait être considéré par la Communauté footballistique en général et quel en aurait pût être son impact dans un futur proche. Nous apprendrons de tout cela." Il y a quelques jours pourtant, la même institution bancaire s’était montrée partante pour financer la compétition en proposant la somme colossale de 3,5 milliard d’euros: "Un porte-parole de JP Morgane avait confirmé dans un courriel l’implication de la banque." avait confirmé l'Agence Reuters Toutefois l’implosion de la Super League a fait également très mal à l’institut bancaire. L’agence de notation indépendante Standard Ethicis, l'ayant déclassé la de "E+" à "EE-" Standard Ethics se justifie dans un communiqué paru le 21 avril : "Nous jugeons à la fois les lignes directrices qui ont été présentées par les clubs de football impliqués dans le projet, mais également le comportement de la banque américaine qui s’est avérée contraire aux meilleurs pratiques de soutenabilité, telles que définie par l’agence conformément aux Directives des Nations Unies, de l’OCDE, de l’Union Européenne et qui prend en considération les intérêts des parties intéressées." Comme quoi, la seule Morgane appréciable, en vous proposant toujours quelque chose de divertissant, restera donc la seule et unique Clara. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  5. Ces changements pourraient aider à réparer le football, d'une distribution plus équitable de l'argent à donner plus de pouvoir aux fans. Ces cinq réformes sont exprimées dans "After the Super League fiasco: five reforms that could save the game" de David Conn publié dans le Guardian. Même si ces dernières sont pour la Premier League, l'UEFA pourrait également s'en inspirer, ainsi que les autres championnats. Le fiasco de la Super League européenne s'est retourné si massivement contre les clubs les plus riches qu'il a profondément renforcé les arguments en faveur de la réforme que les groupes de supporters préconisent depuis une génération. Le moment choisi pour la décision fatidique des "six grands" de la Premier League de participer était lui-même très mal jugé, car la patience du gouvernement vis-à-vis le football "à gros sous" est de plus en plus mise à rude épreuve à travers la pandémie. Les idées pour réformer le jeu dans son ère de méga-commercialisation après la Premier League post 1992 ont toujours été basées sur le désir de protéger son cœur sportif et son âme commune, et jamais très compliquées pour le célèbre jeu simple et magnifique. Conçues pour les circonstances actuelles, seules quelques propositions primordiales pourraient remplir cette fonction et seront probablement prises en considération par la revue dirigée par les fans et sa présidente, l'ancienne ministre des Sports Tracey Crouch. Ces cinq changements sont des idées dont le temps est peut-être enfin venu. Répartition plus équitable de l'argent L'un des éléments les plus exaspérants du plan de la Super League était le sentiment répété du Real Madrid, de Liverpool, d'Arsenal et des autres clubs les plus riches d'Europe que le système ne fonctionnait pas pour eux. Alors qu'ils soignent leurs pertes suite au shutdown et ont été impressionnés par les projections de la banque d'affaires, JP Morgan, sur le montant d'argent qu'ils pourraient gagner, le reste du sport soutient que la distribution doit circuler dans l'autre sens, plus équitablement. Lorsqu'un sport devient si grossièrement inégal, dominé sur et en dehors du terrain par des sociétés appartenant à des milliardaires, il trahit son héritage, comme l'a montré le tollé des fans contre la Super League. La distribution de l'argent est une composante essentielle du sport de compétition; le partage des recettes entre les clubs à domicile et à l'extérieur a été convenu lors de la fondation même de la Football League en 1888. Les sports américains dans lesquels les propriétaires de Liverpool, Manchester United et Arsenal possèdent des "franchises" distribuent les revenus télévisés et commerciaux de manière très égale, pour assurer que les équipes créent une véritable concurrence. La Premier League de 1992 a brisé le système de partage de l'argent entre les quatre divisions de la Ligue de football, les recettes de billetterie partagées ayant été supprimées en 1983 et concentrant la richesse dans les plus grands clubs. Cependant, la Premier League présente ses distributions au reste du jeu, elle a représenté environ 7% de ses revenus télévisés au total, et il y a une sorte de répulsion pour les clubs qui font faillite, et les installations de base font toujours défaut, avec autant d'argent pour le top. La "part d'or'' dans les clubs pour les supporters Une potentielle version anglaise de la structure des clubs allemands, maintenant soudainement admirée à travers l'Europe, où le contrôle majoritaire est détenu par une association de supporters, même dans les clubs les plus riches et dominants, le Bayern et Dortmund. La "règle des 50% + 1" garantissant le contrôle des supporters en Allemagne ne signifie pas toujours que les fans détiennent la majorité des actions, mais qu'ils détiennent une participation majoritaire lorsque des décisions clés sont prises. Pendant la course à l'argent du football anglais, de nombreux propriétaires de clubs locaux ont fait des millions de ventes de leurs actions à des investisseurs étrangers, sans les règles historiques de la Football Association qui avaient restreint les gains personnels qui pouvaient être tirés de la possession de clubs. Les sociétés de football qui dominent désormais la Premier League, détenue à 100% par des investisseurs, sont le résultat de cette déréglementation. Comme les fans ne peuvent pas se permettre d'acheter des participations significatives dans ces clubs-corporations, une idée est une structure de "golden share", dans laquelle une association de supporters correctement constituée aurait le contrôle du vote sur les décisions importantes définies. Celles-ci incluraient tous les changements fondamentaux dans leur propre club, mais peuvent également inclure des questions plus larges. Représentants des supporters dans les conseils d'administration du club Cela a été activement lancé dans les retombées de cette semaine par Julian Knight, président conservateur du comité restreint de la culture, des médias et du sport. Lui et ses collègues députés ont été formés aux réalités brutales du football grâce à leur enquête sur l'épave de Bury en 2019 après 125 ans d'adhésion à la Ligue de football et à leur fureur face au retard de la Premier League à convenir d'un fonds de sauvetage Covid-19. Cela a ancré l'idée que les clubs eux-mêmes ont besoin d'une implication appropriée des supporters pour les ancrer dans la responsabilité collective. Il reste du travail à faire pour élaborer une proposition, y compris la manière dont un représentant des fans serait nommé, impliquant vraisemblablement des élections démocratiques. Les clubs peuvent y résister, mais l'amélioration de la relation avec les groupes de supporters a actuellement un impact limité sur la prise de décision des conseils d'administration, et il est clair que les fans n'ont pas été consultés avant que six clubs ne se précipitent dans l'impasse de la Super League. Renforcé et test continu de "personnes aptes et appropriées '' Le "test des personnes aptes et appropriées" existant pour les propriétaires et les administrateurs est lui-même une illustration des autorités du football poussées par les militants à se réformer pour leur propre bien. La Premier League a résisté à l'introduction d'un tel test pendant des années, arguant que cela pourrait être illégal, jusqu'à ce que la Football League ait finalement introduit certaines règles en juin 2004 et que la Premier League ait suivi en août de la même année. La règle actuelle, qui interdit les personnes insolvables ou qui ont un casier judicaire, est une garantie minimale. Elle doit être élargie pour prendre en compte les problèmes modernes plus larges et pour encourager les propriétaires qui seront de bons gardiens et observateurs. Une autre idée est que le test soit en cours, de sorte que les propriétaires s'engagent à respecter toutes les règles, structures et gouvernance convenues. S'ils envisagent de les enfreindre, par exemple, en formant une Super League séparatiste, ils risquent de tomber sous le coup de la règle et d'être bannis au moins en tant que directeurs de leurs propres clubs. Un régulateur indépendant Après tant d'années au cours desquelles cette idée a été lancée mais refusée par la FA et les ligues, la réglementation indépendante en vient à apparaître comme une réforme dont le moment est venu. Le sentiment s'est durci que si le foot est plus florissant que jamais, mais qu'il recèle des défauts structurels, il ne peut plus s'autoréguler. La FA devrait avoir ce rôle en tant qu'instance dirigeante, mais elle a été gravement affaiblie par la résistance de la Premier League et est devenue largement absente des plus grandes questions d'argent et de pouvoir. Un régulateur indépendant pourrait travailler en obligeant formellement le jeu à respecter ses structures réformées, y compris le partage plus équitable de l'argent et à des normes convenues sur la lutte contre le racisme et d'autres questions fondamentales. Celles-ci pourraient également inclure les problèmes de "consommation" du jeu, notamment rendre les billets et les matchs télévisés plus abordables après des années de prix hyper-gonflés. Il peut sembler exagéré qu'un gouvernement conservateur puisse envisager une réglementation de cette manière, mais Oliver Dowden, le secrétaire à la Culture, a reconnu cette semaine que le football fait partie du patrimoine national qui doit être protégé. sans le vouloir, les clubs les plus riches, avec leurs actions extrêmes, en ont fait eux-mêmes la preuve de manière spectaculaire.
  6. "Quitter la Super League, une fois la compétition lancée allait couter des centaines de millions d’euros." Telle est la révélation du Financial Times, qui aurait eu connaissance de documents interne relatif au projet Les 12 clubs se seraient accordés sur une clause de départ, en s’engageant à ne pas quitter la nouvelle compétition avant le mois de juin 2025. De plus, en cas de départ, un préavis d’au moins un an se doit d’être respecter. Qui plus est, le montant de la clause serait liés au flux d’argent disponible dans les caisses des clubs, ceux-ci devant s’engager, en cas de départ, à rembourser le financement initial de 3,25 milliards d’euros que JP Morgan s’était engagé à mettre en jeu Est-ce que les clubs sont réellement sorti d’affaires ? Florentino Perez s’est dernièrement exprimé en faisant état que les 12 clubs avaient signé des contrats contraignants. Etant les maitres du jeu, les clubs qui n’ont pas encore abandonnés la Super League pourrait également poursuivre en justice les clubs qui ont décidé de faire marche arrière. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  7. Les plans de la Super League Européenne qui ont fuité montrent un effort sans précédent pour plafonner la spirale infernale des salaires des joueurs et partager la richesse entre les clubs les plus riches du football. Les mesures, qui vont des accords de partage des revenus à des limites de dépenses strictes, ont été confirmées par le Financial Times et ressemblent étroitement à la structure des plus grandes ligues sportives américaines. Une douzaine de clubs de premier plan, dont l'Angleterre Manchester United, le Real Madrid espagnol et l'AC Milan italien, se sont inscrits pour rejoindre la compétition séparatiste qui menace de briser les structures de pouvoir existantes dans le sport le plus regardé au monde. Malgré le tollé parmi les fans, les politiciens européens et les experts du football, les clubs de cette Super League poursuivent un projet qui, selon eux, permettra de lever plus de 4 milliards d'euros par saison grâce aux droits de diffusion et de parrainage à l'échelle mondiale. Ce chiffre est à peu près le double de celui de la Ligue des champions que la Super League est conçue pour remplacer. Selon ceux qui connaissent les plans, les 15 "clubs fondateurs" de la Super League partageraient 32,5% de ces revenus commerciaux. Un autre 32,5% serait réparti entre les 20 équipes participantes, y compris les cinq équipes invitées à jouer dans la compétition chaque année. Ensuite, 20% des revenus seraient attribués au "mérite" ou dépendraient de la performance dans la compétition. Les 15% restants seraient partagés en fonction de la taille de l'audience de diffusion. Une personne directement impliquée dans les accords a déclaré que le modèle de distribution garantissait que le gagnant du championnat recevrait seulement 1,5 fois plus que le dernier. En comparaison, dans la Liga espagnole ce ratio est plus proche de 3,5. Cependant, les clubs seront également autorisés à conserver tous les revenus provenant des entrées et des accords de parrainage de clubs. Dans sa conception, Le modèle est plus proche des ligues sportives nord-américaines telles que la NBA et la NFL, dans lesquelles les franchises concluent des accords commerciaux conjoints et utilisent des conventions collectives avec les joueurs et d'autres mesures pour uniformiser les règles. Ces compétitions sont "fermées", ce qui signifie que les équipes se voient garantir leur place chaque année, garantissant des revenus fiables et des bénéfices stables pour les propriétaires. Mais la structure de la Super League représente une rupture fondamentale avec la façon dont le football européen est gouverné depuis des années, avec sa structure "pyramidale" qui garantit que toute équipe, grâce à son succès sur le terrain, peut atteindre les meilleurs prix. Beaucoup des principaux architectes de la Super League, tels que Manchester United, Liverpool et Milan, ont des propriétaires américains, tandis que le coût de lancement de 3,25 milliards d'euros est financé par un accord de dette souscrit par la banque d'investissement américaine JPMorgan Chase. Pourtant, le moteur du projet est Florentino Pérez qui a été nommé président de la Super League. Il a évoqué la crise financière dans les meilleurs clubs, dont beaucoup ont subi de fortes baisses de revenus en raison de la pandémie et sont lourdement endettés, affirmant dans une interview télévisée espagnole qu'ils "sont ruinés". Une autre caractéristique commune des franchises américaines est les limites de dépenses strictes. Les clubs de la Super League se sont engagés à n'utiliser que 55% de leurs revenus pour les "dépenses sportives", telles que les salaires des joueurs, les frais de transfert et d'agent, selon des personnes familières avec les termes. Les clubs européens consacrent généralement 70% à 80% de leurs revenus aux seuls salaires des footballeurs. Les clubs de la Super League ont également signé une clause de "péréquation fiscale" afin que "l'impôt sur les salaires soit normalisé et calculé à un taux de 45%", selon des personnes ayant une connaissance directe des contrats. Cela garantirait que les clubs en Espagne, où les footballeurs paient un taux d'imposition plus élevé qu'en Italie ou en Angleterre, ne sont pas désavantagés par rapport à la concurrence lors de l'évaluation des limites de dépenses. Les documents ajoutent que les clubs de Super League doivent avoir "des bénéfices de suivi positifs avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement et bénéfice net". Cela vise à rompre avec la dynamique passée, où de nombreux clubs, en particulier ceux qui ont de riches propriétaires, ont accumulé d'énormes pertes pour acquérir les meilleurs joueurs à la poursuite de l'argenterie. La Super League a refusé de commenter les chiffres, mais a déclaré que son modèle était basé sur des paiements de "solidarité" plus élevés aux petites équipes et un effort pour créer un "modèle durable pour l'ensemble de la pyramide du football".
  8. JP Morgan engage 3,25 milliards d'euros pour faire décoller la concurrence des séparatistes. Les 12 clubs de football qui se sont inscrits à une compétition séparatiste de Super League européenne se sont vu promettre un "bonus de bienvenue" de 200 à 300 M€ par JP Morgan Chase, la banque d'investissement américaine finançant le projet controversé. Le géant de Wall Street a déclaré ce Lundi qu'il avait engagé 3,25 milliards d'euros pour faire décoller cette nouvelle ligue et que cette somme serait partagée entre les clubs au début de la nouvelle compétition. Les clubs fondateurs de la nouvelle ligue sont Milan AC, Arsenal, Atlético Madrid, Chelsea, Barcelone, Internazionale, Juventus, Liverpool, Manchester City, Manchester United, Real Madrid et Tottenham Hotspur. On s'attend à ce que trois autres membres permanents soient annoncés dans les prochaines semaines. Le Bayern Munich, le Borussia Dortmund et le Paris Saint-Germain auraient été approchés. Cinq autres équipes rejoindront la compétition via un tournoi de qualification, selon le Financial Times, qui a rapporté les détails du paiement de "bienvenue" lundi. Le financement fourni par JP Morgan est garanti contre des milliards de droits TV attendus. Un porte-parole de JP Morgan a refusé de commenter l'accord au-delà de cette déclaration suivante: "Je peux confirmer que nous finançons l'accord, mais je n'ai aucun autre commentaire pour le moment." Les clubs membres qui ont lancé la ligue séparatiste espèrent augmenter leur part que les diffuseurs paient pour les droits TV de football européen. Au Royaume-Uni, BT a payé 1,2 milliard de livres sterling pour le droit exclusif de diffuser le football de la Ligue des champions et de la Ligue Europa de 2021 à 2024. Un expert des médias a déclaré que la ligue séparatiste pourrait être un pari pour les grands clubs pour augmenter leurs revenus venant de la Ligue des champions. "Ce que veulent vraiment les clubs séparatistes, c'est prendre le contrôle de la Ligue des champions", a déclaré François Godard, analyste des médias sportifs chez Enders Analysis. "C'est une tentative très agressive d'amener l'UEFA à s'inscrire à une refonte de la Ligue des champions qui leur donne plus de puissance et de retours commerciaux. Les deux événements ne peuvent pas coexister. Si la Super League devait être lancée, la Ligue des champions s'effondrerait tout simplement." BT, qui détient également 975 millions de livres de droits télévisés sur le football en Premier League, a rejoint le chœur des critiques de la nouvelle ligue, affirmant qu'elle pourrait avoir un "effet néfaste" sur le football au Royaume-Uni. "BT reconnaît les inquiétudes soulevées par de nombreuses voix et supporters et estime que la formation d'une Super League européenne pourrait avoir un effet néfaste sur la santé à long terme du football dans ce pays. Nous croyons fermement que le football apporte une contribution positive significative à la vie des gens à tous les niveaux, et cela doit être protégé." Si une nouvelle ligue européenne de football est lancée, BT reste le diffuseur le plus probable pour la plupart, sinon la totalité, des matches. Sky, qui a cessé de concourir pour les droits télévisuels de la Ligue des champions après avoir perdu contre BT en 2013, a réduit ses dépenses en droits sportifs sous la direction de son nouveau propriétaire américain, Comcast. Amazon, qui diffuse un nombre limité de matchs de Premier League et de Ligue des champions sur des marchés tels que le Royaume-Uni et l'Italie, n'est pas considéré comme susceptible de chercher à payer des milliards pour une exclusivité totale. Sky News a rapporté lundi que Gavin Patterson , un ancien patron de BT, avait été impliqué dans des discussions pour devenir directeur général de la Super League européenne. "Je ne pense pas qu'une Super League européenne aura beaucoup d'impact sur la configuration du marché britannique de la radiodiffusion. Sky, bien sûr, jetterait un coup d'œil, mais ils ont pris du recul et se concentrent de plus en plus sur le fait d'être un agrégateur de contenu, donc je ne vois pas d'enchères pour l'exclusivité. Il n'y a aucun signe d'un nouvel entrant et Amazon ne montre aucun signe pour acheter plus de droits sportifs. Je m'attendrais à ce que les propriétaires américains de certains de ces clubs souhaitent reproduire une partie du marché américain des droits sportifs et essayer de rechercher plus d'un partenaire de diffusion." Les plans ont été condamnés par les dirigeants mondiaux, la Premier League, les stars du football et des groupes de supporters. Boris Johnson a déclaré que les propositions seraient "très dommageables pour le football". L'ancien défenseur de Manchester United et de l'Angleterre Gary Neville a déclaré que la création de la nouvelle ligue avait révélé la "pure cupidité" des propriétaires milliardaires de clubs anglais. Le coprésident milliardaire de Manchester United, Joel Glazer, a déclaré que la nouvelle ligue ouvrirait un nouveau chapitre pour les plus grands clubs de football. "En réunissant les plus grands clubs et joueurs du monde pour qu'ils s'affrontent tout au long de la saison, la super ligue ouvrira un nouveau chapitre pour le football européen, garantissant une compétition et des installations de classe mondiale, et un soutien financier accru pour la pyramide du football plus large". Glazer deviendra vice-président de la nouvelle ligue. Le vice-président exécutif de Manchester United, Ed Woodward, était un banquier de JP Morgan avant de prendre la tête du club. Dans son rôle de banquier en fusions et acquisitions chez JP Morgan, Woodward a conseillé la famille Glazer lors de son rachat en 2005 du club. La nouvelle ligue ressemblera probablement aux ligues sportives américaines, où il n'y a pas de promotion ou de relégation et les propriétaires peuvent prédire des bénéfices annuels réguliers. Les actions de Manchester United ont bondi de plus de 9% dans les échanges matinaux à New York. La Juventus a bondi de 18% sur l'échange de Milan lundi. Joshua Mahony, analyste principal du marché au sein de la société City IG, a déclaré que Manchester United pourrait être un bienfaiteur majeur si l'ESL se déroule comme prévu, car "l'argent est plutôt la principale force motrice derrière ces propositions." JP Morgan était également le bailleur de fonds des propositions précédentes pour une nouvelle compétition de Super League pour les clubs d'élite européens. Le directeur général de la banque, Jamie Dimon, a récemment appelé les politiciens à faire plus pour lutter contre l'élargissement des inégalités. Dimon, qui a reçu 31,5 millions de dollars l'année dernière, a déclaré que les États-Unis avaient besoin d'un "plan Marshall". Un tel plan signifierait davantage de dépenses en infrastructures, en éducation, en garderies abordables et en formation professionnelle, et "pourrait très bien signifier des impôts plus élevés pour les riches". Dimon a déclaré dans sa lettre annuelle aux actionnaires : "Si cela se produisait, les riches devraient garder à l'esprit que si l'argent des impôts améliore notre société et notre économie, ces mêmes individus seront, en fait, parmi les principaux bénéficiaires." Traduit de "European Super League clubs promised €200m-€300m ‘welcome bonus’" publié par the Guardian.
  9. Un groupe des clubs de football les plus riches et les plus capés du monde a convenu en principe d'un plan visant à créer une compétition interclubs européenne séparatiste qui, si elle se concrétise, bouleverserait les structures, l'économie et les relations qui ont lié le football mondial pendant près de un siècle. internazionale.fr vous livre la traduction intégrale de l'article paru dans le New York Times, "Top European Soccer Teams Agree to Join Breakaway League". Après des mois de discussions secrètes, les équipes séparatistes qui comprennent le Real Madrid et Barcelone en Espagne, Manchester United, Manchester City, Liverpool et Chelsea en Angleterre, ainsi que la Juventus et le Milan en Italie pourraient faire une annonce dès dimanche, selon plusieurs personnes connaissant les plans. La soi-disant super ligue sur laquelle ils se sont mis d'accord, une alliance de clubs de haut niveau plus proche des ligues fermées comme la NFL et la NBA que le modèle actuel du football, entraînerait la restructuration la plus importante du football d'élite européen depuis les années 50, et pourrait annoncer le plus important transfert de richesse à un petit groupe d'équipes dans l'histoire du sport moderne. Dans sa forme actuelle, le football européen complète le jeu de la ligue nationale avec des compétitions continentales comme la Ligue des champions. Les deux affectent des centaines de millions de dollars de revenus annuels de télévision et de sponsoring aux clubs les plus riches du monde, qui se qualifient régulièrement pour les joutes européennes en fonction de leur succès dans leurs propres ligues. Mais le format soutient également des équipes plus petites dans chaque pays, qui profitent de la brillance de leurs rencontres avec les géants et partagent l'argent que ces équipes rapportent aux diffuseurs. Le nouveau modèle de super ligue changerait cela, en isolant efficacement les clubs les plus riches dans leur propre compétition fermée et en leur permettant de se partager des milliards de dollars de revenus annuels. Selon les projections partagées avec les clubs potentiels plus tôt cette année, chacune des équipes pourrait gagner plus de 400 millions de dollars rien que pour sa participation, plus de quatre fois ce que le vainqueur de la Ligue des champions a remporté en 2020. Au moins 12 équipes se sont inscrites en tant que membres fondateurs ou ont exprimé leur intérêt à rejoindre le groupe séparatiste, dont six de la Premier League anglaise, trois de la première division espagnole et trois de l'Italie, selon les personnes au courant des plans. Les responsables du football européen ont agi rapidement pour essayer de le bloquer. La Premier League a condamné le concept dans un communiqué et a envoyé une lettre à ses 20 clubs membres les avertissant de ne pas y participer. Elle et les ligues d'Espagne et d'Italie ont tenu des réunions d'urgence du conseil d'administration ce dimanche. Les officiels de l'instance dirigeante du football européen, l'UEFA, ont qualifié la proposition d'une super ligue fermée de "projet cynique" dans une déclaration formulée et cosignée par la Premier League, la Liga en Espagne et la Serie A, ainsi que le fédérations de football de chaque pays. Mais l'UEFA prenait également cette menace au sérieux. Ses dirigeants ont passé le week-end à discuter des options pour bloquer le plan, notamment en interdisant potentiellement aux équipes séparatistes des ligues nationales et à leurs joueurs de concourir pour leurs équipes nationales dans des événements comme la Coupe du monde. Et cela a rappelé aux clubs séparatistes (et, effectivement, à leurs joueurs) que la FIFA et ses six confédérations avaient déjà fait une menace similaire. "Nous examinerons toutes les mesures dont nous disposons, à tous les niveaux, à la fois judiciaire et sportif, afin d'éviter que cela ne se produise", indique le communiqué de l'UEFA . "Le football est basé sur des compétitions ouvertes et sur le mérite sportif; il ne peut en être autrement." Néanmoins, l'UEFA a également commencé à contacter les législateurs de l'Union européenne, espérant que le bloc serait en mesure de renforcer son poids dans la préservation du statu quo. Et la Premier League, la Liga et la Serie A ont toutes tenu des réunions d'urgence du conseil d'administration ce dimanche. Les équipes engagées dans le plan de la super ligue sont, pour le moment, limitées à près d'une dizaine de clubs d'Espagne, d'Italie et d'Angleterre. Une cohorte de six équipes de la Premier League - United, Liverpool, Manchester City, Arsenal, Chelsea et Tottenham - représente le plus grand groupement d'un seul pays. L'Atlético Madrid est l'autre équipe espagnole qui aurait approuvé le projet, tandis que les rivaux milanais l'Internazionale et le Milan AC rejoindraient la Juventus en tant que représentants de l'Italie. Mais les dirigeants du groupe séparatiste ont tenté de convaincre d'autres équipes de premier plan, comme le Bayern Munich et le Borussia Dortmund ainsi que le champion de France, le Paris St.-Germain, de s'engager. Mais à ce jour, ces clubs et d'autres ont refusé de tourner le dos aux structures nationales et des compétitions continentales qui sous-tendent le football européen depuis des générations. Le PSG, par exemple, a été invité à la rejoindre mais a jusqu'à présent résisté aux ouvertures. Son président, Nasser al-Khelaifi, siège au conseil d'administration de l'UEFA et dirige également beIN Media Group, la chaîne de télévision basée au Qatar qui a versé des millions de dollars à l'UEFA pour le droit de diffuser les matchs de la Ligue des champions. Le New York Times a contacté un certain nombre de clubs impliqués dans les plans séparatistes, mais tous ont refusé de commenter ou n'ont pas répondu. Mais la Premier League a écrit à ses 20 clubs après une réunion du conseil d'administration dimanche, les avertissant que les règles de la ligue des clubs interdisent de se joindre à des compétitions extérieures sans approbation et les exhortant à "s'éloigner" de cette idée. "Cette entreprise ne peut pas être lancée sans les clubs anglais et nous appelons tout club envisageant de s'associer ou de rejoindre cette entreprise à se retirer immédiatement avant que des dommages irréparables ne soient causés", a-t-il déclaré dans une lettre aux équipes. Le moment choisi pour les nouvelles de dimanche semble avoir éclipsé le projet de l'UEFA de ratifier lundi une Ligue des champions (encore) modifiée. Cette compétition serait décimée par le départ de ses plus grosses équipes. Les répercussions d'une scission entre le football européen et ses clubs les plus connus, les mieux suivis et les plus riches seraient sismiques pour toutes les parties concernées. Sans les meilleures équipes, l'UEFA et les ligues seraient confrontées à des demandes de remboursement de millions de dollars de la part des diffuseurs qui paient des milliards pour les droits télévisés des tournois. Les clubs perdraient des sources de revenus qui pourraient paralyser leurs budgets alors que le football européen continue de sortir de l'épave financière causée par le Covid-19, et toute interdiction de jouer en équipe nationale pourrait affecter leur capacité à recruter les meilleurs talents. Parmi les équipes les plus notables impliquées dans le groupe séparatiste se trouve la Juventus, le champion italien en cours. Son président, Andrea Agnelli, dirige également l'European Club Association, un organisme qui regroupe plus de 200 clubs de première division, dont la majorité sera exclue de la Super League proposée. Il est également membre du conseil exécutif de l'UEFA. Lorsqu'on lui a demandé cette année par le Times de discuter de son rôle dans les discussions d'une ligue séparatiste, Agnelli a balayé l'idée comme une "rumeur". Pourtant, selon des documents examinés par le Times en janvier, les plans de la ligue séparatiste s'étaient accélérés depuis l'été. Les meilleurs clubs ont cherché à profiter de l'incertitude dans l'industrie du football causée par la pandémie pour tracer une nouvelle voie qui leur assurerait une certaine stabilité financière, mais qui conduirait presque surement à une perte de valeur et de revenus significative et potentiellement dévastatrice pour les équipes exclues du projet. Chacun des futurs membres permanents de la super ligue proposée se voit promettre 350 millions d'euros, soit 425 millions de dollars, pour s'inscrire, selon les documents. Dans le cadre des propositions examinées à l'époque, la super ligue, qui disputerait ses matchs au milieu de la semaine, cherchait à obtenir 16 franchises de football de haut niveau en tant que membres permanents et à ajouter quatre qualifications via les compétitions nationales. Les clubs seraient divisés en deux groupes de 10, les quatre meilleures équipes de chaque groupe se qualifiant pour les huitièmes de finale, aboutissant à une finale qui aurait lieu un week-end. L'événement générerait, selon les documents, des centaines de millions de dollars de revenus supplémentaires pour les équipes participantes, qui sont déjà les clubs les plus riches du sport. (Une version alternative du plan proposait 15 membres permanents et cinq places qualificatives.) Le groupe avait entamé des discussions avec JPMorgan Chase & Co. pour lever le financement du projet, selon des personnes connaissant le sujet. La firme a jusqu'à présent refusé de commenter. L'UEFA a trouvé un allié puissant contre ces projets, la FIFA. La FIFA a averti que tout joueur qui participait à une telle ligue non autorisée serait interdit de participer à la Coupe du monde. Cette déclaration est intervenue après que le président de l'UEFA, Aleksander Ceferin, ait demandé le soutien de son homologue de la FIFA, Gianni Infantino, alors que les spéculations croissantes voulaient que l'échappée bénéficierait du soutien de la FIFA. Les dirigeants européens du football se sont blottis au téléphone et lors de vidéoconférences pendant le week-end pour forger une contre-attaque. Cependant, trouver une solution à la perte potentielle des plus grandes marques du football n'est pas une tâche facile. La Premier League, par exemple, perdrait une grande partie de son éclat (et presque certainement une grande partie de l'attrait commercial qui en a fait la ligue la plus riche du football) si elle décidait de bannir ses six meilleures équipes. En tant que clubs appartenant à leurs membres, Barcelone et le Real Madrid auraient probablement besoin du soutien de milliers de leurs supporters avant de se joindre officiellement, et tout club allemand qui accepterait de participer serait confronté à des obstacles similaires. Tous peuvent s'attendre à une forte opposition interne; des groupes de supporters de toute l'Europe avaient déjà exprimé leur opposition depuis que les détails des plans pour une super ligue sont apparus plus tôt cette année.
  10. L’Atalanta, championne d’Italie 2021/2022 ? Vous n’y croyez pas ? Pourtant, la Dea a cet objectif en tête. En effet, comme le révèle la Repubblica, l’Atalanta, l’Hellas Vérone et Cagliari exigent l’exclusion de l’Inter, de la Juve et du Milan de la Serie A En effet, c’est l’Armageddon dans le monde du football européen, le choix des 12 clubs fondateurs a créé un séisme au vue de leur importance sur la carte europAtalanta En Italie, la fronde est déjà lancée. En effet, lors du dernier conseil de la Lega Serie A convoqué d’urgence, la rupture s’est matérialisé avec un impact encore à définir. Raison pour laquelle le Président Paolo Dal Pino et l’Administrateur-Délégué Luigi De Siervo se sont associé à travers un communiqué écrit noir sur blanc par l’Uefa Selon le quotidien, les clubs risquent l’expulsion des compétitions gérées par l’UEFA et la FIGC, qu’il s’agisse de l’équipe première, des équipes féminines, sans oublier les équipes de jeune. L’impact financier sera "léger" étant donné que pour adhérer à la Super League, celle-ci offrira en cadeau du bienvenue 350 millions d’euros immédiatement. Entre sponsor et droit télés, les primes peuvent atteindre les 6 milliards d’euros. Selon Tuttosport, l’Uefa et la Fifa menace également les joueurs de les suspendre pour les sélections nationales, les plaçant devant un choix d’argent ou un choix de gloire: "L’espoir reste qu’un compromis sera trouver pour contenter tout le monde" Selon la Gazzetta Dello Sport, "La Super League va tuer les championnats nationaux, les coupes nationales et les Coupes d’Europe, comme les sélections nationales au nom d’un spectacle Da NbA. 12 contre le reste du Monde : L’UEFA, les fédérations et les ligues étudient avec la Fifa des dommages s’élevant entre 50 et 60 milliards d’Euros. Et avec la Fifa, les rebelles pourraient se voir exclus." Le Scénario d’un Euro sans Ronaldo, Pogba, Ramos, De Bruyne, et d’un championnat sans la Juve, l’Inter et le Milan se profile-t ’il ? "Les bureaux d’avocats situé à Nyon ont commencé à chiffrer les dommages envers les séparatistes : Même les Gouvernements interviennent. Cet après-midi, une conférence se tiendra avec l’ensemble des Président des Clubs de Serie A pour faire le point : Toute l’Europe tente d’empêcher la fin du football que nous connaissons." JP Morgan confirme le financement La banque américaine JPMorgan a annoncé lundi qu'elle allait financer le projet de "Super League" européenne de football, porté par une poignée de clubs parmi les plus riches et qui secoue le monde de football: "Je peux confirmer que nous finançons l'opération", a indiqué à l'AFP un porte-parole à Londres de la banque, ajoutant n'avoir pas d'autre commentaire à ce stade. La Commission Européenne s’oppose au projet "Le projet de Super Ligue porté par une poignée de clubs de football parmi les plus riches en Europe est contraire aux valeurs européennes de "diversité"et d'"inclusion", a estimé lundi Margaritis Schinas, vice-président de la Commission européenne, sur Twitter. "Nous devons défendre un modèle européen de sport fondé sur des valeurs, sur la diversité et l'inclusion. Il n'est pas question de le réserver aux quelques clubs riches et puissants qui veulent rompre les liens» avec les fédérations nationales. Rompre les liens avec ces fédérations reviendrait à renoncer à soutenir le "football amateur de base. L'universalité, l'inclusion et la diversité sont des éléments clés du sport européen et de notre mode de vie européen", insiste le commissaire grec. Emmanuel Macron réagit également "Le président de la République salue la position des clubs français de refuser de participer à un projet de Super League européenne de football, menaçant le principe de solidarité et le mérite sportif" , a expliqué l'Elysée à RMC. "L’Etat Français appuiera toutes les démarches de la LFP, de la FFF, l’UEFA, et de la FIFA pour protéger l’intégrité des compétitions fédérales qu’elles soient nationales ou européennes." Andrea Agnelli, le Judas de Ceferin En effet, la Rosea revient sur un fait qui s’est tenu en novembre dernier et sur la position du Président de la Juventus: "Le 19 novembre dernier, la Serie A avait voté à l’unanimité l’entrée des fonds d’investissement dans la Lega : Cvc, Advent et Fsi, étaient intéressés par un partenariat." Pourtant, il y a eu un volte-face du Président turinois : "Les fonds allaient devoir gérer les droits télés de la Serie A et une clause reprise dans l’accord préliminaire faisait état que les clubs devaient respecter une période de dix ans sur le fait de ne pas s’engager sur de nouvelles manifestation telle que la Super League." "Cela explique le volte-face d’Agnelli : La Super League sponsorisée viendrait en aide plus à son club, qu’aux clubs commun de la Serie A. La Super League contraste avec la tentative de restituer ses valeurs au Calcio et est encore plus en opposition avec le projet de la Nouvelle Ligue des Champions qui débutera en 2024 avec un élargissement de la compétition à 36 équipes." Ne jamais faire confiance à un Juventine En effet, comme le confirme le Corriere Della Sera: "Andrea Agnelli avait travaillé étroitement avec Alekansder Ceferin, numéro un de l’Uefa et ami personnel, sur la réalisation de la nouvelle Ligue des champions : Pour Ceferin, le comportement d’Agnelli est celui d’un traite: "Furieux le président de l'Uefa Ceferin a contacté Agnelli: un coup de téléphone orageux dans lequel il l'aurait traité de traître. Irrité par le numéro un de la FIGC Gravina et le président de la ligue de Serie A Dal Pino. Un conseil extraordinaire a eu lieu hier en Ligue: la Juve, l'Inter et Milan ne semblent pas craindre les menaces, convaincu que personne ne les chasserait jamais de A." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  11. Selon le Guardian, des propositions concrètes pour une super ligue européenne sont discutées sérieusement par les meilleurs clubs en raison de l'impact financier de la pandémie de Covid-19. Cependant, les groupes de supporters ont fait une déclaration collective condamnant les propositions d'une super ligue européenne en la qualifiant de "projet impopulaire, illégitime et dangereux". La fameuse European Premier League Un document présentant des plans potentiels pour une compétition qui remplacerait la Ligue des champions a circulé le mois dernier. Les championnats nationaux ne sont pas traités. Cette nouvelle ligue serait limitée à 20 clubs qui partageraient des revenus de plusieurs milliards. Les pourparlers, qui ont pris de l'ampleur depuis que le Real Madrid a pris position pour la première fois en octobre, ont incité la Fifa et les six confédérations continentales de football à rejeter publiquement une telle décision. Dans une déclaration commune, ils ont déclaré qu'une super ligue européenne "séparatiste" ne serait pas officiellement ratifiée par l'UEFA ou la Fifa, de sorte que tous les joueurs et clubs qui y participeraient seraient effectivement considérés hors-la-loi. Leur déclaration, faite par les présidents de la Fifa et de l'UEFA, Gianni Infantino et Aleksander Ceferin, et ceux des cinq confédérations internationales, a déclaré: "À la lumière des récentes spéculations médiatiques concernant la création d'une super ligue européenne fermée, La Fifa et les six confédérations tiennent une fois de plus à réitérer et à souligner avec force qu’une telle compétition ne serait reconnue ni par la Fifa ni par la confédération concernée. Tout club ou joueur impliqué dans une telle compétition ne serait par conséquent pas autorisé à participer à une compétition organisée par la Fifa ou leur confédération respective." Quelques heures plus tard, l'UE a exprimé son soutien à l'UEFA, Margaritis Schinas, vice-présidente de la Commission européenne, déclarant: "Le mode de vie européen n'est pas compatible avec le football européen réservé aux riches et aux puissants." Ce document, rapporté pour la première fois par le Times, prévoit une compétition de 20 clubs à partir de la saison 2022-2023, avec 15 membres permanents, dont les "Big Six" de la Premier League: United, Liverpool, Manchester City, Chelsea, Tottenham et Arsenal. Les plans incluraient les 15 clubs fondateurs partageant une "subvention d'infrastructure" initiale de 3,1 milliards de livres sterling, qui pourrait combler les pertes causées par la pandémie. Ni United ni Liverpool n'ont fait de commentaires, mais ils sont censés examiner les propositions. Aucun des quatre autres clubs n'a fait de commentaires et, bien qu'ils auraient été consultés, on ne pense pas qu'ils soient encore aussi activement impliqués. Peu de grands clubs européens ont auparavant manifesté publiquement un intérêt pour une super ligue fermée et, via l'Association des clubs européens (ECA), ils ont engagé des discussions avec l'UEFA sur l'extension du format de la Ligue des champions en 2024. Il a néanmoins été rapporté en octobre que la banque JP Morgan avait été invitée à examiner les possibilités financières d'une "Premier League européenne", un projet qui aurait été initié par le Real Madrid. Puis le président sortant de Barcelone, Josep Maria Bartomeu, a lâché une bombe dans son discours final, affirmant que le club avait "accepté une proposition de participer à une future super ligue européenne". Ed Woodward, vice-président de l'United, est impliqué dans les discussions avec l'UEFA en tant que membre du conseil d'administration de l'ECA, et il a déclaré à un forum qu'il était "concentré sur le renforcement des compétitions de clubs de l'UEFA". Cependant, compte tenu de la crise financière causée par les restrictions liées au Covid, l'United est également censé d'être impliqué dans les discussions pour cette fameuse ligue. A l'origine, certains rapports suggéraient que la Fifa, qui réorganise son format de Coupe du monde des clubs, soutenait une décision de soutenir une super ligue européenne, bien que des sources de la Fifa aient déclaré à l'époque qu'elles ne savaient rien de l'initiative. Maintenant que la situation s'est réchauffée, l'UEFA et la Fifa ont décidé de rendre explicitement leur opposition dans le but de garantir que les grands clubs et tous les autres clubs restent dans les structures officielles de l'instance dirigeante du football. Certains clubs croient que la menace d'interdire les joueurs est nulle et non avenue en raison d'une récente affaire judiciaire européenne, mais des personnalités de haut niveau de la Fifa estiment que l'autorité des instances dirigeantes résisterait à une telle contestation. Pour tempérer la situation, Andrea Agnelli qui a dirigé les négociations de l'ECA a exprimé qu'il soutenait un "système suisse" pour la C1 après 2024. Agnelli a révélé les inquiétudes des meilleurs clubs, estimant les pertes causées par la pandémie à 7,5 milliards de livres sterling. Réactions des fans La déclaration du Football Supporters of Europe (FSE) a été signée par 139 groupes de supporters des meilleurs clubs de 16 pays. Il appelle à un partage plus équitable de l'argent face à la Covid-19 et fait valoir qu'une super ligue n'est pas la bonne réponse. Soulignant l'extrême inégalité financière avec des clubs de haut niveau "baignant dans l'argent", d'autres qui luttent avec peu et le football amateur "au bord de l'effondrement" dans de nombreux pays, le communiqué dit: "Nous sommes tous unis contre la création d'une Super League européenne, un stratagème impopulaire, illégitime et dangereux aux yeux de l'écrasante majorité des fans. Cela détruirait le modèle sportif européen qui est basé sur des principes communément acceptés tels que le mérite, la promotion et la relégation, la qualification aux compétitions européennes via le succès national et la solidarité financière. Ce faisant, cela saperait également les fondements économiques du football européen, concentrant encore plus de richesse et de pouvoir entre les mains d'une dizaine de clubs d'élite. Nous reconnaissons que le football a désespérément besoin d'une vaste réforme. Mais les propositions à cette fin doivent chercher à rétablir l'équilibre compétitif dans les compétitions européennes, à protéger les ligues nationales, à promouvoir les intérêts des supporters et à encourager une répartition plus équitable des revenus. Une Super League européenne n'atteindrait aucun de ces objectifs, bien au contraire." Les groupes de supporters, des meilleurs clubs de l'UEFA et des anciens vainqueurs de compétitions européennes, dont 15 clubs de Premier League plus Nottingham Forest, le Bayern Munich et 10 autres en Bundesliga, le Real Madrid, Barcelone et six autres clubs de la Liga, ont appelé à un partage plus équitable de l'argent pour protéger le football à tous les niveaux. "Bien qu'une réforme soit nécessaire, elle ne devrait pas prendre la forme d'un ultimatum de la part de clubs riches cherchant à profiter d'une pandémie sans précédent." Et vous, quelle est votre opinion?