Aller au contenu
×
×
  • Créer...

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'jurgen klopp'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

5 résultats trouvés

  1. Les graines de la chute sont venues très tôt alors que les ennemis des séparatistes se sont rassemblés et que son secret l'a miné également. The Guardian livre une analyse pertinente et pesée sur le crash de l'ESL. Cette analyse est très loin des beuglements et autres vociférations aussi unidirectionnelles que moralistes interdisant toute discussion dont les médias nous ont abreuvés pendant ces 50 heures. Bonne lecture. Lorsque les derniers clubs rampés de l'épave fumante de la Super League européenne, une compétition de 4,5 milliards de livres qui promettait de faire tourner le football sur la tête pour s'écraser et brûler dans les 50 heures, le jeu des reproches commençait déjà. Les initiés parlent d'une stratégie de relations publiques désastreuse, de petits tremblements de terre à l'intérieur des clubs et des 12 clubs incapables de faire passer leur message au milieu d'une attaque continue: des supporters, des gouvernements et des instances dirigeantes du football. "C'était comme crier dans un ouragan", a déclaré une source bien placée de la Super League. Alors qu'est-ce qui ne va pas? Les germes de la chute sont venus tôt, lorsque l'histoire a été publiée dimanche dans le New York Times et le Times à l'heure du déjeuner. Cela a surpris les 12 clubs séparatistes, qui étaient plombés et n'avaient pas fait d'annonce officielle jusqu'à tard dans la soirée. "Cela est parti de: 'Ha, c'est en train de venir?' à: 'Merde, c'est parti, c'est en train de se passer!', très vite", dit une source. "Mais pendant des heures et des heures, il n'y a pas eu de déclaration officielle. Et donc les ennemis de la Super League ont été autorisés à se rassembler. Personne n'exprimait le positif." Un récit a pris racine. Que les 12 clubs fondateurs étaient avides, recevant un bonjour en or compris entre 200 et 300 millions de livres sterling tout en laissant le reste du football se battre dans la boue. Que la nouvelle ligue paneuropéenne en milieu de semaine ruinerait la Premier League et détruirait la pyramide du football où, en théorie, un petit club peut grimper au sommet. Peut-être que tout était juste. Mais personne n'a souligné les avantages potentiels du jeu, notamment une meilleure application du fair-play financier et 10 milliards de livres sterling accordés aux clubs le long de la pyramide sur 23 ans, trois fois plus qu'à l'heure actuelle. Le secret du projet est devenu une autre arme contre lui-même, les joueurs et les managers complètement aveuglés par la nouvelle. Ils ne savaient pas comment fonctionnait la Super League, quand elle commençait et quelles pourraient être les conséquences pour leurs contrats. Comme l'a admis mercredi la légende italienne Paolo Maldini: "Je suis le directeur du Milan et je ne savais rien du projet de la Super League. Je n'ai jamais été impliqué dans les discussions, j'ai vu les nouvelles dimanche soir." Dans le vide, des rumeurs ont commencé à se répandre. Lundi, par exemple, les joueurs de Chelsea ont rencontré leur président, Bruce Buck, et plusieurs ont déclaré qu'ils ne s'intéressaient pas à un avenir où ils seraient bannis des compétitions internationales. En vérité, c'était quelque chose de légalement improbable. Comme l’a dit une source de la Super League: "L’avis juridique était que l’UEFA est un monopole… et toute tentative d’interdire des clubs ou des joueurs serait un cas évident de violation du droit de la concurrence de l’UE." D'autres disent que les propositions présentaient un autre défaut fatal depuis le début, le Bayern Munich et le Paris Saint-Germain, finalistes de la Ligue des champions de l'année dernière, refusant de s'inscrire malgré d'énormes pressions pour le faire. Mais un problème encore plus grave pour la Super League était la réaction extrêmement hostile des fans, des organes directeurs et des gouvernements. Le gouvernement britannique a ouvert la voie, non seulement en invitant les groupes de fans à s'exprimer, mais aussi en promettant une "bombe législative". Cela a surpris certains impliqués dans la Super League. "Ce n'est pas Covid, ce n'est pas le Brexit, ce n'est pas Greensill. C'était donc une victoire facile pour eux et n'allait pas leur coûter de l'argent." Le football européen et mondial a également présenté un front uni contre la proposition avec le président de la Fifa, Gianni Infantino, fortement pressé par les gens du jeu pour critiquer la Super League lors d'un discours mardi. Le vent tournait, et rapidement. Des sources affirment que les critiques du manager Pep Guardiola ont sonné l'alarme au conseil d'administration de Manchester City, et il a personnellement déclaré au conseil d'administration qu'il ne s'attendait pas à être impliqué dans une Super League lorsqu'il signerait un nouveau contrat. Il y avait également des tensions entre Jürgen Klopp et une partie du conseil d'administration de Liverpool, qu'il a exprimées lorsque son équipe s'est rendue à Leeds lundi. Tout cela signifiait qu'au moment où les 14 clubs de Premier League restants se sont rencontrés mardi, il y avait un optimisme croissant quant au fait que le projet naissant était en difficulté. Pour un dirigeant avisé du football anglais, la Super League reposait sur quatre piliers: de grandes équipes, un financement incroyable, un marché énorme pour un nouveau projet et un cadre réglementaire qui survivrait à un défi. Mais mardi, il pensait que deux piliers vacillaient, les équipes, avec Chelsea et Manchester City à la recherche d'une issue, et le marché, avec Amazon, Sky, Comcast et BT disant tous qu'ils n'étaient pas intéressés par un accord télévisé. Et tandis que Chelsea et Manchester City informaient encore les journalistes qu'ils étaient toujours dans les coulisses, leurs propriétaires respectifs, Roman Abramovich et Sheikh Mansour, étaient de plus en plus inquiets. Ils ne sont pas impliqués dans le football pour le profit mais pour des raisons de réputation. La vue de fans bloquant les rues a suffi à faire se retirer Chelsea. Et puis les dominos sont tombés. Bien que City et Chelsea aient arrêté en premier, il est entendu qu'il y a eu un moment dans l'après-midi où toutes les parties ont réalisé à l'unisson que le match était terminé. Bien qu'ils aient annoncé leurs décisions à des moments différents, ils ne l'ont pas fait comme une réaction de l'un par rapport à l'autre. Les annonces ultérieures d'Arsenal, de Manchester United, de Liverpool et des Spurs sont intervenues après que ces clubs aient décidé de la nature précise de leurs déclarations et ficelé d'autres détails. Quoi ensuite? Mercredi, Andrea Agnelli a insisté sur le fait qu'il restait "convaincu de la beauté de ce projet" , avant de suggérer que l'opposition de Boris Johnson à la Super League européenne était liée au Brexit, une affirmation qui a fait rire les dirigeants. Pendant ce temps, certains impliqués dans la Super League admettent maintenant que leurs actions ont changé le football, mais pas comme ils l'avaient prévu. "La main de l'UEFA est massivement renforcée. Je crois que nous allons en parler sur une génération avant que quelque chose comme ça ne soit essayé à nouveau."
  2. Indiscrétion France Football: d'après le FF paru le 23 Mars 2021, notre légende Lothar Matthäus pourrait remplacer Joachim Löw à la tête de de la Nationalmannschaft. Un surprise de taille, mais plus le temps passe, plus son profil gagne en crédibilité pour la succession de Joachim Löw. Un Löw qui tirera certainement sa révérence après dix-sept ans sur le banc de l'Allemagne au lendemain de l'Euro. Lothar Matthäus pourrait profiter du fait que les deux grands favoris (Jürgen Klopp et Hans-Dieter Flick) ne soient pas libérés de leur contrat (2024 pour Klopp et 2023 pour Flick). Quant à Ralf Rangnick, son souhait de procéder à une révolution au sein de la Fédération a refroidi les décideurs. Omniprésent dans les médias allemands depuis que Franz Beckenbauer savoure sa paisible retraite, Matthäus suscite un plébiscite outre-Rhin. Alors qu'il vient de souffler ses soixante bougies, le recordman de sélections en équipe d'Allemagne (150) a la faveur de ses amis du quotidien Bild, qui exercent un important pouvoir d'influence, de la chaîne Sky, où il est consultant depuis neuf ans, et de nombreux anciens grands joueurs, de Stefan Effenberg à Dietmar Hamann en passant par Andreas Brehme: "Lothar est un passionné de ballon rond depuis sa plus tendre enfance, confie ce dernier. Il analyse le jeu avec précision et connaît chaque joueur, chaque Championnat sur le bout des doigts." Si l'ex-capitaine du Bayern n'a plus entraîné depuis dix ans, et si son CV ne fait guère plus rêver (sélectionneur de la Hongrie et de la Bulgarie, coach du Rapid Vienne, du Maccabi Netanya, du Partizan Belgrade et de l'Atletico Paranaense), beaucoup estiment qu'il serait le parfait intérimaire jusqu'au Mondial 2022 avant de laisser sa place à Flick ou Klopp en vue de l'Euro 2024 en Allemagne. ®Alex_J - Internazionale.fr
  3. Antonio Conte s’est livré au cours d’une très longue interview pour la Gazzetta Dello Sport : "Je vis 24h par jour pour l’Inter, sans trêve, avec un objectif unique : Aider le club à se retrouver, de façon stable, parmi les Top Clubs, là où l’Histoire veux qu’il soit" "La victoire finale n’est jamais donnée pour acquise ou garantie, elle se forge à travers un long parcours fait de passion, de travail, de fatigue, de sacrifices, de soins particulier. J’ai toujours travaillé, durant ma carrière, de cette façon et lorsqu’un jour, je l’espère le plus lointain possible, je devrais partir, une chose sera garantie : L’Inter que je laisserai sera, à tout point de vue, meilleure que celle que j’ai trouvé." lire l'article "Pour être compétitif et au haut niveau de façon stable, il est nécessaire de s’améliorer dans tous les secteurs, en augmentant son niveau personnel et également son niveau globale : C’est la somme de ses pas en avant qui te font atteindre les objectifs et qui marque la différence entre un groupe de travailleurs ambitieux, affamés de victoire et capable de prendre la responsabilité à un groupe de joueur mollasson, qui se repose sur ses acquis et qui est habitué à se contenter et à accepter la défaite." "Beaucoup de personnes parlent uniquement de la Victoire comme si elle était là, facile à atteindre, à portée de main : Moi je parle en revanche de mentalité conquérante, de préparation à la victoire car, cela s’est déjà vu, tu peux l’emporter sur une année grâce aux contre-performances de tous les autres et parce que tu vivais un bon moment. Mais être un club conquérant dans la durée est autre chose." "C’est mon objectif et c’est celui du club : Réussir à reporter l’Inter à ce niveau. Il faut tout de même être claire et ne pas vendre de l’air : Cela n’arrive pas grâce à une acquisition, ni même grâce aux capacité d’un entraîneur, car cela fait dix ans que l’Inter n’a plus connu de succès, ce qui n’est pas rien. Nous avons déjà fait beaucoup, mais il reste encore tant à faire : J’ai accepté le challenge Inter en sachant que je devais colmater l’écart accumulé : Je travaille avec ce mantra tous les jours saints." Lorsque vous êtes arrivé à Milan, le peuple interiste a vu en vous l’héritier d’Herrera, Trapattoni et Mourinho. Le grand technicien qui pouvait changer d’un coup l’Histoire..... "L’Inter d’Herrera et de Mourinho étaient des réalités consolidées : Des équipes avec des hommes qui avaient déjà tant gagnés. Mon Inter a aussi des valeurs importantes : Je veux seulement que l’on ne confonde pas deux dimensions différentes : Nous sommes parti de biens plus loin." Pourtant, l’année dernière vous êtes arrivé second en Serie A et en Finale de la Ligue Europa. Il est normal que les tifosi rêvent du dernier échelon..... "Les tifosi ont le droit de rêver, mais il faut être conscient que la saison dernière était une saison anormale durant laquelle nous avons réalisé quelque chose d’incroyable, également grâce à la défaillance de tous les autres. Nous avons terminé à un point de la Juve, car depuis avoir remporté le titre, ils ont un peu abandonné les derniers matchs." "Paradoxalement, j’étais plus fier d’avoir autant d’avance sur le Napoli qui débutait la saison pour gagner le Scudetto. De la Juve, je ne retiens pas que le point d’écart, mais aussi la partie que nous avons disputé avant le lockdown et où nous nous sommes incliné : Ils avaient démontré avoir une rage intacte et une faim de succès : Nous travaillons pour faire tout autant." Selon vous : Cette Inter est aussi bonne, ou meilleure et plus forte que celle de la saison dernière ? "Numériquement, nous sommes plus structuré. Avec des fonctionnalités qui peuvent être améliorer pour chaque joueurs." Le Mercato vous a-t ’il satisfait ? "Les entraîneurs ne sont jamais totalement satisfait, qui n'est pas au courant ? Vous n’en trouverez jamais un, croyez-moi…Chacun d’entre-nous a quelque chose à corriger, quelques rôles qu’il voudrait voir couvert de façon différente, quelques hommes à adapter." "C’était un mercato difficile pour tous : Aussi bien pour les achats que pour les ventes. Le Club a été clair : On achète que si l’on vend : De mon côté, je dois travailler et rendre meilleur le noyau qui est mis à ma disposition." Vous semblez plus conciliant lors de vos après-matchs ? "J’ai toujours été consulté par le club. Il vient avant tout et est au-dessus de tout. C’est aussi ce travail de consultance qui fait grandir et qui améliore les structures. C’est juste que tout le monde, moi en premier, travaille en fonction des demandes du club." L’Inter semble être plus en difficulté que prévue, pourquoi ? "L’image que l’Inter renvoie à ses adversaires a changé et cela signifie que nous avons fait de belles choses. Mais cela veut aussi dire que ceux que nous rencontrons préparent leurs matchs différemment : Tous jouent jusqu’à la mort et avec un maximum de concentration. Ce championnat est plus difficile comparé à celui de la saison dernière." "Nous devons être bon pour profiter des bonnes périodes en match, en se trompant moins et en évitant toute distraction. En un mot : Il faut grandir. L’adversaire maintient sa garde plus élevée et il est nécessaire de bien le comprendre." Eriksen voudrait jouer plus..... "Tous les choix que je fais, le sont toujours pour le bien de l’Inter, et non pour celui d'un seul joueur." Celui d’avoir lancé Bastoni s’est révélé être très juste..... "Un entraîneur doit avoir une vision : Il observe un garçon et il image ce qu’il pourrait devenir. Et j’ai lu en Bastoni. Nous allons, à présent, commencer à parler des joueurs en particulier, n’est-ce pas ?" Juste un avis sur Vidal : Il semble un peu en deçà actuellement… "Vidal est un grand joueur qui sait, sur le terrain, quoi faire. Il lui aurait fallu deux semaines d’entrainement en full immersion, mais en jouant avec continuité, il retrouvera la forme et améliorera son jeu. Arturo ne se discute pas." Comment sont vos rapports avec Steven Zhang ? "C’est une personne extrêmement préparée, déterminée et sincère. L’Inter est, à présent, une partie de sa vie, et cela se passe également de la sorte lorsqu’il lui est nécessaire de partir en Chine. Son soutien se fait ressentir." Aucune équipe de Serie A ne dispose d’un entraîneur habitué à gagner comme Conte. Vous êtes aussi l’entraîneur le mieux payé avec un tel écart…. "Ce que je perçois est établi vu ce que j’ai réalisé durant ma carrière. Personne ne te fait de cadeau dans le football. Je sais que beaucoup d’espoirs reposent sur moi, car on sait qui je suis et je l’accepte. Mais même Klopp, à Liverpool, a connu 4 saisons sans rien remporter et il lui a fallu du temps et des investissements important à chaque saison pour construire l’une des plus fortes équipes du monde." "En Italie, nous vivons depuis des années avec une équipe dominatrice dans l’absolue et si cela s’est produit, c’est parce qu’elle a créé un fossé entre elle et toutes les autres. Qui veut la chasser doit se battre pour réduire cet égard et s'habituer pour être soit premier soit second... Sans travailler sur tous ses aspect qui te portent à améliorer en tout, tu vois le résultat du terrain. Mais les parties se gagnent durant la semaine et pour les remporter, tu as besoin que tout fonctionne." "Lorsque je suis arrivé à l’Inter, je n’y connaissais rien : Ni sa structure, ni son environnement, ni les composantes du club, ni son secteur sanitaire. Il m’a fallu un peut de temps pour comprendre et me faire comprendre. A présent, je connais tout et tout le monde, et c’est un grand avantage : Tant de choses ont changé en une année : Les terrains, les logements, les structures, les habitudes…La société qui travaille sur l’Inter me soutient et me…supporte.....il rit. Nous nous améliorons ensemble." Que faire pour passer le tour en Ligue des Champions ? "Il faut faire un tour de force, mais nous avions prouvé que nous avions du répondant sur les trois matchs disputés, même si cela ne nous a pas souri. Nous ferons tout pour passer." Votre mantra est de faire s’élever le niveau d’excellence du Monde Interiste, à travers le soucis du détail de la part de tous. A quel point est-ce difficile d’y parvenir étant donné que la pandémie porte, de façon compréhensible, les idées ailleurs..... "Il y a tant de choses…C’est une saison anormale, étrange, délicate, dramatique si on regarde ce qu’il se passe autour de nous. Ceux qui gèrent un groupe ont le devoir de le comprendre. On ne peut pas toujours exercer un leadership de la même façon, il y a besoin d’alterner entre le bâton et la carotte." "Nous avons des devoirs envers le club, les tifosi et nous devons rester focaliser sur les objectifs avec dévouement et concentration. Mais ensuite, tu as les garçons qui rentrent chez eux avec des parents ou des amis qui ont le Covid..... Voire, comme cela nous est arrivé, trois heures avant le début du match, un équipier avec lequel tu t’es entraîné de positif et tu t’inquiètes." "Je peux être en colère envers quelque chose qui n’as pas été bien fait, mais je dois aussi penser que mes hommes n’ont eu qu’une seule semaine de vacances, qu’ils jouent tous les trois jours, qu’ils voyagent avec leurs sélections nationales." "A présent, nous faisons face à un autre problème avec l’arrêt forcé de Brozovic. Nous avons disputé plusieurs matchs avec 13 joueurs disponibles, entre Covid et blessures. La gestion est de la sorte plus dure…De plus, lorsque tu entends ce qu’il se passe dans les hôpitaux, avec les morts ou les personnes qui tombent gravement malade.... et même si le ballon absorbe aussi toute ta vie, cela ne peut pas te rester en arrière-plan." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  4. Antonio Conte s'est livré à la traditionnelle conférence d'avant-match dans le cadre de la 5ème journée de Serie A qui verra l'Inter se déplacer sur le terrain du Genoa C’est la troisième rencontre en six jours, comment gérez-vous les énergies ? A quel Genoa vous attendez-vous ? "Nous regardons chez nous, je cherche à gérer le moment, à récupérer les joueurs et à préparer les matchs. Je devrai offrir une bonne récupération psychophysique aux joueurs et aussi préparer le match de la bonne façon." Etes-vous inquiet pour le nombre de buts encaissés et pour les absents? "La route entreprise est celle qui me rend moi, les joueurs et le club heureux. Je ne suis pas inquiet, nous devons faire face à cette situation la tête haute. Nous ne devons pas accorder trop d’importance aux absences ou à ce qu’il se passe." "Je ne suis pas inquiet d’un point de vue footballistique. Nous jouons bien, mais nous récoltons moins que ce que nous produisons et nous sommes puni sur nos inattentions. Je suis fier de ce que donne les joueurs, de leur abnégation, nous allons de l’avant sans problème." Il y a tant de matchs rapproché. L’Inter doit-elle retrouver de la continuité ? "Au niveau de l’intensité, nous avons été supérieurs aux allemands du Borussia. Face aux équipes allemandes, vous le payez d’un point de vue rythmique, je pense que c’était la bonne façon de faire." "Vous êtes conditionnés par le résultats : à chaque fois qu’il y a une prestation négative vous apporter des jugements positif car c’est vous qui l’emportez. Moi, je regarde le contenu de la prestation et j’en suis satisfait vu ce que nous produisions et à la vue de l’idée du football que nous proposons." "Le résultat dépend toujours de mille facteurs, lors des derniers matchs, ils étaient négatifs envers nous." Fier indépendamment du résultat ? "Nous devons toujours nous donner à 110% pour chercher à obtenir le bon résultat, bien au de-là de la prestation. Nous devons travailler. Si vous observez le Liverpool de Klopp, il n’a pas gagné durant 4 saisons, et c’est à présent une machine de guerre." "J’estime que nous construisons quelque chose de solide, je ne sais pas si cela nous apportera quelque chose dans l’immédiat, mais la route entreprise par le Président, le Club et par tous est la bonne : L’Inter s’est installé de façon solide contrairement aux années précédentes." Comment travaillez-vous pour éviter tout désespoir chez vos joueurs ? "Je ne dois pas intervenir, je n’interviens pas car avant d’être un groupe de joueur, ce sont tous auparavant des hommes. Lorsque je vois ces attitudes déterminée, je ne peux qu’en être satisfaits. Je ressens une négativité extérieure, je constate que l'on cherche à attaquer nos certitudes, le club est très heureux de cela." Comparé à la saison écoulée, vous semblez plus en difficulté pour trouver un équilibre, comment cela se fait-il ? "Il faut l’analyser, je cherche à impliquer tout le monde dans le noyau et il est inévitable que les interprètent changent, mais je cherche toujours à proposer nos concepts. Nous avons inscrit tant de buts et nous aurions pu en inscrire beaucoup plus. Nous avons également encaissé trop de buts que l’on aurait pût éviter: Certaines situations individuelles peuvent s’améliorer." "Nous devons continuer à travailler, il y a un aspect positif tout de même : Nous avons eu de nombreuses absences, tant de joueurs ont donc dû monter sur le terrain immédiatement en engrangeant de l’expérience face à des situations nouvelles pour eux." "Nous continuerons à travailler, à chercher à faire le match du début à la fin. Jusqu’à présent aucune équipe ne nous a été supérieure, c’est notre mentalité, nous devons aller de l’avant et continuer sur cette route pour redevenir grand." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  5. C’est une information de Sky Sport UK qui s’amuse de l’excitation grandissante de la Vieille Dame qui voit, suite à l’exclusion de Manchester City des Coupes d’Europe, une opportunité de recruter l’entraîneur espagnol. Selon le site sportif anglais, aussi bien l’entraîneur que Raheem Sterling ont fait avoir à leur club que, malgré la pluie de rumeurs de plus en plus insistantes sur le mercato, qu’ils auraient décidé de rester à l’Etihad pour continuer l’aventure avec les Citizens Une situation qui peut être comparable à la permanence de Buffon à la Juve lors du Calciopoli. Sauf retournement de la situation, le mariage tant annoncé à Turin entre Guardiola et la Juve, n’aura pas lieu Le Saviez-Vous ? Jurgen Klopp a donné son favori pour le Scudetto : "Je supporte la Lazio. Là-bas y joue Lucas Leiva un ancien de mes ex-joueur, tout comme Ciro Immobilie qui a été l’un de mes meilleurs éléments à Dortmund.. Je suis désolé pour Maurizio Sarri et Antonio Conte, mais je pense que la Lazio sera la grande surprise, elle réalise une saison incroyable." ®Antony Gilles - Internazionale.fr