Aller au contenu
×
×
  • Créer...

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'juventus'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

  1. En effet, l’Euro a permis de mettre en valeur plusieurs personnalités évoluant à l’Inter, parmi elles, l’on retrouve Nicolò Barella, Milan Skriniar et Romelu Lukaku , trois joueurs sérieusement pistés par deux grands clubs anglais Liverpool Selon la Repubblica : "Les prestations et l’énergie de Barella ont séduit de très nombreux clubs de Premier League et plus particulièrement Liverpool qui serait disposé à offrir 70 millions d’euros. Manchester United y pense également. De son côté l’Inter a promis à Inzaghi qu’elle ne compte plus céder d’autre Top Players depuis le départ d’Achraf Hakimi." Tottenham Selon Calciomercato.com : "Fabio Paratici, qui avait déjà tenté de recruter le joueur lorsqu’il était à la Juve, a tenté sa chance. Toutefois, le joueur slovaque n’entend pas quitter Milan, il se reconnait en l’Inter et il a déjà démontré son propre amour pour les Nerazzurri. La première fois que la situation s’était présentée, il avait coupé les ponts avec son agent historique en renouvelant seul son contrat. La seconde fois, il a accepté de s’asseoir sur le banc d'Antonio Conte et de se battre pour regagner sa place. Si Tottenham pense à Skriniar, Skriniar pense exclusivement à l’Inter" Chelsea Selon Sport Mediaset, le club champion d’Europe a décidé de tenter sa chance pour recruter le Diable Rouge évoluant à l’Inter à la suite du refus systématique du Borussia Dortmund de descendre sous le palier de 170 millions d’euros pour céder Erling Haaland. "De son côté l’Inter s’est montrée catégorie : Si vous ne présentez pas 120 à 140 millions d’euros, ce n’est même pas la peine d’en parler." Vu les sommes en jeu, accepteriez-vous de céder, à nouveau, l'un des piliers du Scudetto 2021 de l’Inter ? ®Antony Gilles – Internazonale.fr
  2. En ce 14 juillet 2021 est célébré le 15ème anniversaire de la relégation de la Juventus en Serie B. Toutefois, la victoire de l'Italie à l'Euro 2020 semble avoir donné de très bonnes idées à certains "C'est avec une profonde amertume que la Juventus FC communique officiellement d'avoir mis un terme, avec effet immédiat, au rapport de travail avec les athlètes Bernardeschi Federico, Bonucci Leonardo, Chiellini GIorgio, Chiesa Federico. La Propriété et la Direction sont amers suite au comportement des athlètes ci-dessus: Gagner en Europe a toujours été contraire à nos valeurs et à la tradition de notre club. Nous leur souhaitons le meilleur pour le futur." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  3. Julian Ross

    Rubentus FC

    Vu que Archi a commencé les hostilités avec le topic sur le Milan , je me permet de créer un topic sur mon équipe préferé : la Juventus , alias la Rubentus ou la Giuventus. Voici un site interessant : http://www.antijuve.com/ Allez visiter mes deux rubriques préférés: IDOLI ou vous retrouverez nos amis Cruz et Materazzi et LE VOSTRE OPERE
  4. En effet, Sandro Sabatini, journaliste, s’est livré sur une anecdote entourant Massimiliano Allegri à Radio Sportiva: "Allegri, avant d’accepter la Juve, a renoncé à certaines offres qu’il avait reçu : Celle de l’Inter était similaire à celle de la Juventus, mais il a surtout celle du Real Madrid. Le contrat établi sur quatre saison est assez long, je pense plus à trois saison dont une en option. Quoiqu’il en soit, c’est une garantie d’un fameux projet à moyen long-terme." Allegri, définitivement turinois? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  5. Adrien Tsagliotis pour le Journal du Net a interviewé, le 14 octobre 2020, Alexandre Dreyfus, le Ceo de Socios.com. Internazionale.fr a le plaisir de vous proposer cette entrevue ô combien intéressante, pour mieux cerner celui qui est en passe de devenir l'héritier de Pirelli en qualité de Main Sponsor de l'Inter: "Acteur historique du Web français, cofondateur de Winamax, Alexandre Dreyfus combine désormais blockchain, cryptomonnaie et gamification pour aider les clubs de foot à générer des revenus supplémentaires." JDN. Quel est le concept de Socios.com ? "Socios.com est une plateforme qui permet aux clubs et équipes de sport d'augmenter l'engagement de leurs fans et de mieux les monétiser. Le concept s'inspire des "socios", cette catégorie de supporters dans le football espagnol qui participe aux décisions de leur club. Nous permettons aux supporters d'acquérir des Fan Tokens, un actif numérique qui leur garantit une part d'influence et un droit de vote pour certaines décisions." "Nous apportons ainsi une nouvelle source de revenus aux clubs avec lesquels nous travaillons - à l'image du PSG, de la Juventus ou du FC Barcelona, en leur permettant de monétiser leur communauté de supporters à travers le monde. Socios.com fonctionne avec la blockchain et cryptomonnaie Chiliz ($CHZ, ndlr). L'entreprise, basée à Malte, emploie désormais 70 employés, contre 12 en 2018." Comment avez-vous réussi à convaincre ces grands clubs ? "La réalité est que la grande majorité des supporters d'un club ne se trouvent pas dans leur stade. Parfois, ils n'habitent même pas dans la ville ou le pays du club. La question pour les clubs est donc la suivante : comment monétiser cette communauté de fans au-delà de la simple vente de maillots et goodies ? Les places dans le stade étant limitées et les contenus exclusifs proposés aux supporters souvent peu attractifs, ces Fan Tokens représentent une nouvelle source de revenus pour les clubs." "De leur côté, les fans obtiennent une reconnaissance digitale. Plus un fan détient de Tokens – dans une limite maximale définie, plus son influence va être importante. Pour vous donner une idée, nous avons vendu l'équivalent de 1,3 million de dollars lors de l'émission des Fan Tokens du FC Barcelone. Bien entendu, la valeur de ces jetons va fluctuer au fil du temps en fonction de l'offre et de la demande." A quel type de décisions peuvent participer les détenteurs de ces Fan Tokens et comment vous assurez-vous que les clubs respectent le résultat des votes ? "Les clubs s'engagent légalement à respecter la décision des fans à l'issu des votes. Dans les contrats que nous avons les clubs, nous leur demandons de solliciter leurs supporters six à quinze fois par an. Les clubs s'engagent légalement à respecter la décision des fans à l'issue de chaque vote. Les questions posées ne concernent cependant jamais la partie sportive où le club garde entièrement la main." "Par exemple, la Juventus a demandé à ses supporters de choisir la musique jouée dans le stade lorsqu'un but est marqué. Cette musique n'avait pas été changée depuis huit ans ! Le design des bus des joueurs a également été sélectionné par les fans. Contrairement aux réseaux sociaux, les clubs peuvent s'adresser directement à leurs supporters à travers le monde puisque leur appartenance a été validée avec l'achat de cet actif numérique." Dans le futur, quels pourraient être les autres avantages pour les propriétaires de ces Fan Tokens ? "Nous lancerons au cours des prochains mois des fonctionnalités de gamification afin d'augmenter l'engagement sur notre application. Nous afficherons notamment les classements des utilisateurs les plus actifs. Nous pensons aussi créer des espaces de discussion privés pour chaque club qui pourront par exemple être réservés uniquement aux détenteurs d'un certain nombre de tokens. Nous réfléchissons également à d'autres fonctionnalités permettant de récompenser les détenteurs de ces Fan Tokens. Par exemple, notre application pourrait comprendre que deux supporters regardent le match dans un même bar et leur offrir des récompenses. Nous avons d'ailleurs annoncé un partenariat avec Visa et la sortie de notre carte de débit baptisée "I am more than a fan". Ces cartes seront-elles aux couleurs de chaque club ? Quels avantages offriront-elles ? "Il faut d'abord vendre ses Tokens en Chiliz (($CHZ) avant de pouvoir convertir cette somme en euros, bitcoins, etc" "Nous commencerons dans un premier temps avec des cartes estampillées Socios.com pour des raisons de simplicité. Mais l'objectif est d'éduquer les clubs. Par exemple, ces derniers pourraient proposer aux supporters détenant plus de 100 Fan Tokens la possibilité d'obtenir une carte Visa aux couleurs de leur équipe. Cette carte permettrait de profiter de plusieurs avantages en lien avec le club et d'obtenir du cashback. Par exemple, nous pourrions offrir 10% de cashback lors d'un achat chez une marque de sport ou dans un bar où vous regardez le match. Les premières cartes seront envoyées à partir de novembre." Est-il possible de convertir ces Fan Tokens en euros ? "Oui. Pour cela, il faut d'abord vendre ses tokens en Chiliz (($CHZ) avant de pouvoir convertir cette somme en euros, bitcoins, etc. Cette opération n'est volontairement pas réalisable sur notre application mais il est tout à fait possible d'envoyer ses Chiliz sur une autre plateforme puis de les convertir. Afin d'apporter davantage de liquidité à notre écosystème, nous avons d'ailleurs annoncé que ces Fan Tokens seraient bientôt disponibles sur d'autres plateformes de crypto-exchange. Cela devrait également donner de la visibilité à ces jetons dont beaucoup ne connaissent encore pas l'existence. Cette disponibilité devrait aussi apporter de la liquidité à tous ceux désirant faire du trading et qui pourront ainsi utiliser d'autres plateformes que la nôtre. Enfin, c'est aussi un avantage pour les clubs qui pourront plus facilement vendre leurs Tokens au plus grand nombre." Comment vous rémunérez-vous ? "Notre métier est celui d'une marketplace : nous nous chargeons de créer et d'émettre les Tokens pour le compte des clubs puis de les vendre sur différentes plateformes. A l'instar du modèle Apple, nous prélevons une commission moyenne de 30% des revenus générés par les clubs." Outre le football, quels sports visez-vous ? "Nous donnerons la possibilité aux fans d'acheter des Tokens directement sur le site Internet des clubs" Nous avons par exemple créé un Token pour l'UFC. On peut imaginer que ce jeton pourrait donner droit aux fans de sélectionner les combattants. Nous nous sommes également lancés dans l'e-sport où nous avons déjà collaboré avec plusieurs équipes. Même si les fans d'e-sport sont une génération qui dépense généralement moins, l'avantage est qu'ils sont déjà très éduqués en matière de digital. Pour les équipes d'e-sport, les Fan Tokens sont une réelle opportunité puisque, contrairement aux clubs de football, elles n'ont pas beaucoup d'autres sources de revenus. Elles ont aussi moins de contraintes – pas de stars à gérer, et peuvent donc interagir avec leurs communautés de fans plus fréquemment." Comment voyez-vous Socios.com dans cinq ans ? "Nous sommes dans une phase d'apprentissage et il nous reste encore beaucoup à accomplir. L'objectif est évidemment d'acquérir toujours plus de fans afin de faire grandir l'écosystème. Nous visons plusieurs dizaines de clubs dans les prochains mois et, à terme, plusieurs centaines. A l'avenir, mon souhait serait d'intégrer également les partenaires des clubs. Par exemple, un détenteur de Fan Tokens du PSG pourrait bénéficier d'avantages chez Accor, un partenaire du club. L'idée serait de créer davantage de lien entre le club, ses supporters et ses sponsors." "Aujourd'hui, la Turquie est notre premier marché mais voulons continuer à grandir partout dans le monde afin de devenir un partenaire solide dans le domaine du sport et de l'innovation. Je considère Socios.com comme une fintech du sport avant d'être une entreprise de la blockchain. Nous voulons devenir la fintech leader dans le monde du sport et du divertissement." Est-ce qu'il sera possible d'utiliser ces Fan Tokens depuis les applications mobiles et sites Web des clubs ? "D'ici la fin de l'année, nous donnerons la possibilité aux fans d'acheter des tokens directement sur le site Internet des clubs, ce qui devrait nous donner encore davantage de visibilité. L'application Socios.com sera toutefois nécessaire pour utiliser ces Tokens. Nous prévoyons de créer une API permettant de gérer son wallet depuis l'application mobile des clubs." Qui est Alexandre Dreyfus ? Alexandre Dreyfus est un serial-entrepreneur français. Il démarre sa carrière en créant une agence Web qu'il revend à Publicis en 1997. Il crée dans la foulée le guide Webcity à la fin des années 90 puis cofonde le site de poker et paris sportifs Winamax. Il revend ses parts à Patrick Bruel et Marc Simoncini (Meetic) et part s'installer à Malte où il crée Chilipoker en 2006. Il lève l'équivalent de 60 millions de dollars en crypto-monnaie en 2018 pour financer la blockchain et cryptomonnaie Chiliz, spécialisée dans le domaine du sport et du divertissement. Socios.com, une plateforme dédiée à la monétisation et à l'engagement des fans de sport, est la première application de Chiliz. Adrien Tsagliotis - JDN
  6. En ce mercredi 07 juillet 2021 est né officiellement, à 13h00, l’Inter de Simone Inzaghi. Celui-ci a été présenté par Giuseppe Marotta au parterre de journalistes présents pour l'occasion. Giuseppe Marotta "Nous débutons officiellement la nouvelle saison, une saison qui sera difficile. Je vous présente Simone Inzaghi, qui est un motif de fierté car le projet de l’Inter va continuer, lui qui est confié entre les mains de l’un des entraîneurs parmi les plus conquérants, qui est jeune et préparé, qui fait preuve de passion, de compétence, d’enthousiasme et qui dispose de la culture du travail." "Nous traversons un moment difficile, postpandémique, qui est un moment qui se caractérise par de la souffrance aussi économique. Le football est à la recherche d’un modèle soutenable, il a vécu durant des années sous un modèle de mécénat qui était aux antipode des résultats sportifs et financiers. A présent, c’est devenu impossible, il faut savoir faire preuve de soutenabilité, et nous sommes à la recherche d’un modèle idéal." "L’Inter veut continuer à écrire sa propre histoire dans le respect de ses engagements patrimoniaux. Ce sera du ressort du Management que de préparer une équipe importante et compétitive, tout en respectant l'équilibre économique. Nous sommes confrontés à un scénario inquiétant qui nous réservera encore des situations des plus désagréables, la situation économique présente un football en difficulté, nous aurons besoin de liquidités. La propriété de l'Inter a injecté environs 700 millions d'euros de liquidités dans l'Inter et nous ne pouvons pas lui demander plus d’efforts." "La règle n’est pas : Celui qui dépense le plus, l’emporte : Certains choix douloureux ont été faits, comme la vente d'Hakimi, qui nous permet de maintenir une continuité. L'espoir est que notre public revienne bientôt, nous espérons pouvoir rouvrir bientôt les stades car le football reste un phénomène social important et les supporters font partie du patrimoine d’un club de football". Simone Inzaghi "Je suis très enthousiaste pour cette nouvelle aventure, j’ai de grandes motivations, je me projette sur un travail important. C’est un si beau défi, j’ai été convaincu par tout le monde, car tous ont fait preuve d’une grande motivation pour me recruter. Je suis conscient que je vais retrouver un groupe fort, un club fort et les tifosi que j’ai déjà pu rencontrer durant mes vacances sont très chaud." Changement "Ce qui m’a motivé, c'est que l'on m’a fait comprendre que l’on me voulait à tout prix : Nous sommes l’Inter et je ferais tout pour défendre le Scudetto qui a été remporté, je félicite les garçons et l’entraîneur Conte." Renforts "Je pense qu’il y a eu peu d’activité, le mercato sera encore long et c’est une période délicate pour tous. J’avais été prévenu du départ d’Hakimi, mais j’ai, dans le même temps eu la garantie que l’équipe restera compétitive et forte. J’ai un contact direct avec le Club, notre objectif est de défendre le Scudetto et de mieux avancer en ligue des Champions. J’ai vu que, depuis la saison 2010-2011, l’Inter ne parvient plus à aller en huitième de finale." Immobile - Lukaku "J’ai parlé avec Lukaku à plusieurs reprises, il est pour l’instant déçu par l’élimination, c’est un joueur extrêmement important, une garantie prouvée sur le terrain. C’est un joueur fort qui remplit son rôle et qui a bien été entouré ces dernières années." Eriksen "J’ai parlé avec lui avant l’Euro, mais nous n’avons plus échangé depuis l’incident. C’est un joueur sur qui compter, il fait partie de l’Inter et il aura besoin de temps, le club a été bon pour saisir l’opportunité Çalhanoğlu, c’est un joueur qui me plait énormément, mais j’attends Chris les bras ouvert." Différences avec Conte "Je devrais apporter de la continuité au travail réalisé de la meilleure des façons. Le changement d’entraîneur apportera de la motivation aux joueurs." La Lazio "J’y ai vécu 22 années intenses, je les remercie tous, j’y étais très bien. J’ai eu la chance d'y connaitre la victoire comme joueur et comme entraîneur, mais le moment de changer était arrivé. L’envie de l’Inter était si forte et me voilà ici." La Griffe Inzaghi "Je veux une équipe qui se montre toujours intense en match, une équipe forte et qui sait réagir face aux événements, l’intensité est ce que je demande en premier." La Juventus "J’avais connaissance du départ d’Hakimi, c’est une douleur mais préventive, c’était le joueur demandé par toute l’Europe. Nous vivons actuellement une période difficile, mais l’équipe restera compétitive, le club est déjà intervenu sur le Mercato." Stefan De Vrij "J’ai parlé avec tous les joueurs, j’ai déjà entraîné De Vrij, et j’ai joué avec Kolarov et Handanovic, c’est un plaisir de les revoir. Pour les autres, je les ai connu comme des adversaires, mais j’ai une grande relation avec tous les joueurs." Le changement, c'est maintenant "Après 251 matchs disputés avec la même équipe, il était venu le moment de changer et lorsque tu as une telle opportunité qui se présente, tu n’y réfléchis pas deux fois, tu l’acceptes immédiatement." La Ligue des Champions "Comme je l’ai dit, l’objectif est de passer la phase de groupe, c’est une compétition extrêmement difficile, physique. Il faudra aussi prendre en compte les autres équipes évoluant à l’étranger et qui ont moins ressenti la problématique lié au Covid-19. Jouer tous les trois jours demandera énormément d’exigences, aussi bien physique que mentale." Supporter la pression "Je dois vous dire la vérité que Rome m'a été un bon entrainement, il y a de la pression de partout. Celui qui s’est lancé dans ce métier fera toujours face à de la pression. J’aime les défi, je n’aurais pas accepté cette proposition si elle ne m’avait pas séduite. Ce sera un championnat long, mais nous devrons nous montrer bons face à la difficulté et bien nous compacter pour en retirer le meilleur." "Dietrofront" Lazio "Je pense que dans la vie des choix doivent être fait, j’avais rencontré Lotito et je l'en remercie: C’est un excellent président, mais un cycle s’est conclu. J’étais avec lui au restaurant, mais j’avais besoin de prendre du temps pour donner ma décision et le lendemain, lorsque j’ai pris la décision de partir, je l’ai immédiatement averti." Mercato "Je savais pour Hakimi et il m’a été dit que les autres joueurs important allaient rester à l’Inter. Nous devrons faire quelque chose sur le mercato, surtout sur les ailes, car elles sont importante pour moi. Nous le ferons ensemble, avec le Club, sans trembler, nous ferons des choix." Objectif "Comme je l’ai dit, mon objectif est celui d’apporte de la continuité, je sais où je mets les pieds: J’arrive dans une équipe composé d’un grand groupe de joueurs, une équipe qui fait preuve d’un grand enthousiasme et qui a une grande tifoserie, j’ai déjà rencontré les représentants de la Curva et nous aurons une équipe qui donnera tout sur le terrain." Derby Della Madonnina "Je sais ce que représente le Derby de Rome, je connais aussi la grande rivalité qu’il y a aussi, ici, à Milan. Le Milan a réalisé un excellent championnat en se montrant très compétitif avec un entraîneur que je connais bien." Le Luis Alberto Nerazzurro "Je pense que Çalha présente des caractéristiques similaires, en quantité et en qualité, et il est très bon sur les phases arrêtées. C’est clair que nous avons aussi Eriksen qui est un joueur important, mais étant donné ce qu’il s’est passé, nous l'avons pris aussi. Il nous apportera une grande satisfaction." Dimarco & Ivan Perisic "Dimarco a fait de très belle choses à Vérone, je l’évaluerai, c’est un produit de notre vivier: Il faut miser dessus. Perisic a fait de belles choses l’année dernière, en étant dans le milieu à cinq. Hélas, il a été touché par le Covid et est en quarantaine. Je l’attends à bras ouvert et je suis certain qu’il fera de très bonne choses." Activité sur le mercato "Nous chercherons à améliorer le noyau, ce ne sera pas simple, mais nous chercherons à y parvenir : J’évaluerai tous les joueurs lors de la mise au vert." Barella-Bastoni-Lautaro qui sont en finale "Ce sont déjà des joueurs conquérants et plus je dispose de joueurs qui ont la gagne, mieux je me porte Je suis très content de ces finales. J’ai déjà parlé avec Lautaro, il est motivé pour la saison à venir et je lui souhaite de remporter la Copa America, comme je souhaite à Barella et à Bastoni de remporter l’Euro." L’Inter de Conte "Ces deux dernières années, l’Inter a été tant appréciée, nous nous sommes souvent croisés. C’est une équipe solide qui donné l’idée d’être très compacte : C’est difficile de marquer face à l’Inter. De mon côté, j’avais une équipe qui divertissait les tifosi tout en marquant beaucoup." La Nazionale "Je dois féliciter Roberto, c’était mon équipier et mon entraîneur, à présent je croise les doigts." Sensi "J’ai une très grande confiance et une très grande estime pour lui. Il est très intelligent, j’ai parlé avec lui. Il a connu tellement de problèmes et il devra se montrer bon avec nous pour parvenir à s’entraîner de la meilleure des façons possible." Retour sur une intervention de Giuseppe Marotta liée à la réouverture des stades "La Lega, tout comme les clubs, échange continuellement avec le Gouvernement pour parvenir à ré-ouvrir les enceintes. Cela pourrait aussi représenter un spot pour inciter à la vaccination. Les informations récentes font état d’une réouverture totale ou partielle, je ne le sais pas encore, mais ce serait tout de même un grand succès. Jouer sans publique est désolant. En deux saisons, nous avons enregistré un manque à gagner au niveau des recettes du stades d’environ 100 millions d’euros." Benvenuto Mister! Buon Lavoro Simone! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  7. L’Inter championne d’Italie se prépare pour la saison à venir. Si l’objectif annoncé par Simone Inzaghi est de défendre le Scudetto, hors du terrain, l’objectif de Steven Zhang est de parvenir à trouver un Main Sponsor qui remplacera Pirelli après 26 ans de partenariat. Selon Sky Sport, Socios.com, une plateforme axée sur la technologie du Blockchain (cryptomonnaie) serait en position de favorite. Celle-ci est déjà partenaire de très nombreux clubs parmi lesquels on retrouve le Fc Barcelone, l’Atletico Madrid, le Paris Saint-Germain, la Juventus, le Milan, Manchester City, les Corinthians, et l’Atletico Mineiro, on retrouve également l’équipe nationale d’Argentine Qui est Socios.com ? Socios.com, a comme objectif d’impliquer toujours plus les supporters dans la prise de décisions de leur club, à travers la capacité de voter. Socios.com est d’ailleurs le Main Sponsor de Valence. Il a d’ailleurs émis le Fan Token $VCF qui sera repris sur le maillot du club ibérique. Il s'agit d'un outil qui permet aux supporters d’interagir avec le club. Outre l’Inter, Socios.com sera donc repris également les maillots du club espagnol pour la saison 2021/2022. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  8. Gianluca Di Marzio est revenu sur le transfert avorté relatif à l’échange entre Matteo Politano et Leonardo Spinazzola: "Spinazzola-Politano était un échange défini entre l’Inter et la Roma. Ils sont nombreux à se mordre dans les mains, la Juve incluse vu qu’elle l’avait vendue à la Roma en échange de Pellegrini. Lorsque l’Inter ne l’a pas recruté, il y a eu une grande gestion morale de la situation de la part du garçon : Il a laissé tout cela dernière lui et s’est relancé." "L’Inter l’avait largué et j’étais présent à ces côtés à certains moments : L’Inter ne l’avait pas recruté aussi bien pour des raisons physiques que pour la formule de prêt : Tout est né de la visite médicale car le joueur présente légèrement une jambe plus courte que l’autre, mais ils sont si nombreux comme ça....." Reste à savoir quelle jambe a été mesurée…. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  9. Sur la base des chiffres fournis par l'UEFA, Calcio e Finanza a pu estimer avec une plus grande précision les revenus minimums des clubs italiens qui participeront à la C1. La prochaine édition de l'UEFA Champions League coûtera plus de 2 milliards d'euros. C'est ce qui ressort des documents officiels lus par Calcio e Finanza et montrent que le montant qui sera distribué aux clubs à partir de la phase de groupes augmentera par rapport à celui de la période triennale 2018-2021 (1,95 milliard d'euros) . Sur la base des nouveaux chiffres, Calcio e Finanza a pu estimer avec une plus grande précision les revenus minimums des clubs italiens qui participeront à la C1: Inter, Milan , Atalanta et Juventus. Ce sont des chiffres officiels dont il faudra déduire une part suite au Covid-19. Cette partie n'est actuellement pas calculable mais elle sera déduite à la fin de la saison 2021-2022 lorsque tous les comptes seront finalisés. Les chiffres. Toujours pour la prochaine édition, la certitude sera les 15,64 millions d'euros garantis par la participation à la compétition pour chaque club. Quant au classement historique/décennal, la Juventus est certaine de sa position car les équipes qui la précèdent sont toutes déjà qualifiées pour la compétition. Sur la base de ce chiffre, la Juventus récolterait 30,7 M€. Pour les autres Italiens, notamment l'Atalanta, beaucoup dépendra des barrages qui seront disputés pour définir les dernières équipes qualifiées. Dans le pire des cas (donc en supposant des revenus minimum pour chaque club), le Milan percevrait un peu plus de 17 M€, juste devant l'Inter avec 15,9 M€. Concernant l'Atalanta, dans le pire des cas pourrait elle serait 31e. Dans ce pire scénario, le classement historique/décennal de la Dea vaudra au minimum près de 2,3 M€. Le pool de marché. Le troisième poste est celui du marché de pool. Pour cette section, l'UEFA a réservé 300,3 M€ aux clubs à répartir proportionnellement sur la base de la valeur du marché télévisuel de chaque pays. Il s'agit d'un calcul complexe, actuellement non réalisable, basé sur la valeur des droits télévisés de la compétition pour chaque Fédération, et sur la base duquel une part de ces 300M€ est attribuée . La part du pool de marché pour chaque Fédération est à son tour divisée en deux parties. Une première est répartie sur la base des performances du championnat national précédent, et dans le cas de l'Italie de cette manière : Inter - 40% Milan - 30% Atalante - 20% Juventus - 10% La seconde est plutôt répartie en fonction du nombre de matchs joués par chaque club en UEFA Champions League 2021-2022. Pour donner une idée du poids de ces revenus, sur les plus de 248 M€ aux clubs italiens en 2019-2020, plus de 51 M€ étaient attribuables au market pool (environ 25%). La Juventus devant tout le monde. Ainsi, sans tenir compte du marché pool, la Juventus récoltera un minimum de 46,3 M€ de la Ligue des champions 2021-2022 (grâce surtout à la part du classement historique), le Milan suit avec 32,6 M€, ensuite arrive l'Inter avec 31,5 M€ et l' Atalanta clôture avec 17,9 M€.
  10. Patrick Vieira fête ses 45 ans aujourd'hui: meilleurs voeux du FC Internazionale et de toute la famille Nerazzurri. Il est arrivé à l'Inter à l'été 2006 et a porté le maillot Nerazzurri jusqu'en Janvier 2010, affichant tout son charisme et son expérience au cours d'une période très fructueuse pour le Club. Il a marqué neuf buts en 90 apparitions, remportant trois Scudetti (2006-2007, 2007-2008 et 2008-2009) et remportant deux Supercoppa Italiana. Regarder Patrick Vieira jouer était souvent une expérience déroutante: à le regarder, ce cadre de 193 cm aux longues jambes, on pourrait penser qu'il n'était pas doté d'une capacité remarquable ou d'un contrôle hors norme. Mais quand le ballon arrivait à ses pieds, ou le plus souvent il le regagnait lui-même, c'était une toute autre histoire. Du sud de la France à Highbury à Londres et finalement sur ces rivages dans le noir et bleu de l'Inter au Meazza, les fans ont appris à attendre le package complet de Vieira: des tacles tranchants, des têtes imposantes, mais aussi des passes parfaites, buts spectaculaires et son style de course longiligne indubitable, mangeant le gazon devant lui. Sa longue foulée s'est reflétée dans les énormes progrès qu'il a faits dans sa vie et sa carrière de joueur, de jeune espoir à finalement définir et confirmer sa position sur le terrain. Cela s'est produit pour la première fois alors qu'il n'avait que huit ans et l'a emmené de Dakar au Sénégal, où il est né le 23 juin 1976, en France. A Trappes puis à Dreux dans le nord du pays, le jeune s'est senti obligé de taper dans quelque chose et c'est ainsi que son histoire d'amour avec le football a commencé, d'abord dans les clubs locaux avant d'être happé par le Tours FC. À 15 ans, possédant déjà un physique redoutable, certains craignaient qu'il ait du mal à garder ces longues jambes sous contrôle. Cependant, avant toute chose, Patrick a transcendé le jeu et a compris le sport comme peu d'autres de son âge. C'est cette qualité qui a attiré l'attention de Cannes et le club de la Côte d'Azur a beaucoup investi dans le développement du jeune milieu de terrain, provoquant le prochain grand saut de sa carrière, au Milan. Sur les rares opportunités qui lui ont été offertes dans l'équipe de Fabio Capello lors de la saison 1995-1996, Vieira n'a pas réussi à bien faire valoir ses droits et a été contraint de bouger. Sa chance est venue entre les mains d'Arsène Wenger, nouvellement nommé manager d'Arsenal, qui a été impressionné par les performances de Patrick en France. L'adéquation entre l'entraîneur et le joueur était parfaite et Vieira est resté à Londres pendant neuf saisons, passant d'un talent prometteur à un milieu de terrain central complet. Pendant les 15 années suivantes, il représentera l'apogée de sa position. Battement de cœur d'une équipe glorieuse, il cassa le jeu, créé des occasions et les a souvent terminé lui-même. Au total, il a marqué 57 buts pour les Gunners en près de 500 apparitions, dont beaucoup en tant que capitaine. Ce fut une période extraordinaire pour Pat, qui a ajouté la Coupe du monde 1998 et l'Euro 2000 avec la France à son palmarès. Une fois son mandat à Arsenal terminé, il a choisi de revenir à l'endroit qu'il avait laissé sur sa faim: l'Italie. La Juventus de Capello l'a fait venir en 2005, mais encore une fois, il n'a passé qu'une saison sous la tutelle de l'entraîneur vétéran. Après la relégation des Bianconeri, Vieira aspirait toujours au football de haut niveau et a opté pour l'Inter, alors juste à l'aube de l'une des époques les plus réussies de son histoire. Le charisme et l'expérience du Français ont été essentiels pour aider à former un groupe de joueurs avides de trophées et, en fait, ils ont commencé à arriver presque immédiatement. Un doublé lors de ses débuts lors de la Supercoupe d'Italie contre la Roma a été crucial pour renverser un 3-0 en un 4-3. C'était la première pièce d'argenterie d'une saison qui s'est terminée avec le 15e Scudetto des Nerazzurri. Il a remporté de nombreux autres titres à l'Inter avant de retourner à Manchester City en Premier League, où il a fait ses premiers pas dans l'entraînement. Bon anniversaire Pat!
  11. Le Malade imaginaire va-t-il retrouver la Serie A ? En effet, la clause de 15 millions d’euros retranscrite dans le contrat de Mauro Icardi, convenu lors du transfert du joueur argentin vers le Paris Saint-Germain pour éviter une triangulation menant à la Juventus n’est plus valide à présent Comme le révèle Tuttosport, le Paris-Saint-Germain qui a d’ailleurs été récemment sanctionné par l’UEFA avec une amende d’un peu plus de 9.000€ suite à la violation de l’Article 18 bis du Règlement des transferts, est totalement libre de discuter avec les clubs de la Botte A présent, la Juventus, Milan et la Roma monitorent la situation relative au joueur : L’argentin pourrait quitter la Ligue 1 et Paris pour retrouver la Serie A sous une autre vareuse que celle interiste Petit soucis : Fabio Paratici n’est plus chez la Vieille! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  12. En effet, si pour certains il faut choisir entre boire ou conduire, pour d’autres, il faut choisir entre épargner ou rester aux commandes du club. Et si le départ d’Antonio Conte offre une double "prime" en allégeant la masse salariale et en qualifiant automatiquement l’Inter en Ligue des Champions, il est hors de question de redimensionner de façon excessive l'équipe. Avec des challengers qui se sont tous renforcés, en passant de la Roma à la Juventus, les places pour la Ligue des Champions 2022-2023 vont valoir leur pesant d’or! Et il est hors de question de perdre la possibilité de récolter les 60 millions d’euros qu’offre l’Europe au Grandes Oreilles Révélation de la Gazzetta.it "Outre le fait que Suning exige une place constante parmi les quatre premiers au championnat, Oaktree Capital Managment, qui a dernièrement acté un financement à hauteur de 275 millions d’euros pour l’Inter, et qui a également la possibilité de devenir la future patronne du club dans le cas où Suning ne parvient pas à la rembourser dans un arc de cercle de trois années, intérêts inclus, entend selon des sources internes du club, ne pas vouloir déboussoler le club et l’équipe en ayant la conviction, que cela serait de courir un risque, que de ne pas se qualifier pour la Ligue des Champions 2022-2023" Partant de ce constat, l’activité centrale du mercato, qui était de récolter 100 millions d’euros a été revue à la baisse pour atteindre, à présent, 70 millions d’euros : "Il y a eu la prise de conscience que si pour épargner 30 millions d’euros, il faille céder un second Top Player, que le risque de perdre le butin garanti par la Ligue des Champions était trop grand et que le jeu n’en valait pas la chandelle et ce même si le bilan, à la fin du mois risque de se clôturer avec un déficit de -170 à -180 millions d’euros." La destinée de Lautaro est également prise en considération dans ce raisonnement: "Si l’objectif es de viser les 70 millions d’euros, la cession d’Hakimi au Paris-Saint-Germain ou à Chelsea, qui ont déjà proposé 60 millions d’euros, seront complété par le trésor garanti des ventes de Joao Mario, Radja Nainggolan, Valentino Lazaro et Dalbert." Ce qui permettrait de viser tout de même le palier de 100 millions d’euros d’actif, sans passer par le sacrifice d’un second top Player ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  13. Antonio Conte demande des équipes de champions sans s'occuper de la crise que traverse football: les clubs n'y arrivent pas et choisissent d'autres coachs. Voici l'analyse du Corriere della Sera. Le football est moins riche, comme le reste du monde: douze clubs tentent d'éviter le marasme financier en plongeant à pieds joints dans la Super League, les salaires des joueurs sont payés par à-coups, présidents et directeurs sportifs annoncent le mercato le moins riche de l'histoire. Une catastrophe qui n'épargne personne... ou presque.... Antonio Conte. Il continue son chemin, comme si tout était comme avant, il y a quinze mois. Il a d'abord renoncé à l'Inter, presque indigné car Steven Zhang qui a dû faire face aux interdictions du gouvernement chinois ainsi qu'au Covid 19 lui a expliqué qu'il ne pouvait pas acheter les joueurs souhaités. Au contraire, il devait en vendre certains. Puis il a fait exploser l'accord avec le Real Madrid. Rejeté par Allegri qui a préféré la Juve, le président Perez s'est focalisé sur Conte qui avait déjà été proche du Real. Las, il se mange un veto du vestiaire et face aux demandes d'Antonio, même un président expérimenté comme Florentino qui en a vu de toutes sortes dans le football a levé les yeux au ciel... et a choisi Carlo Ancelotti. Le dernier non de Conte est pour Tottenham. Ils ont choisi Paratici comme directeur sportif et aurait voulu notre ancien entraîneur avec lui (confirmant que si Antonio n'est jamais revenu à la Juve, cela était du à Agnelli). Il y a réfléchi quelques jours, mais maintenant il semble déterminé à expédier un nouveau refus. La raison? Cela peut se résumer ainsi: j'ai quitté l'Inter parce qu'ils ne se renforcent pas, comment puis-je aller dans un club qui n'est pas compétitif en Premier League et qui sortira affaibli du marché? Pourtant, le président Levy a essayé par tous les moyens de le persuader: une belle offre et une tentative désespérée de garder Kane. Le fait que l'opération Conte-Tottenham saute a créé de l'anxiété même à la Lazio car Sarri ne signe toujours pas le contrat proposé car Paratici le veut à Londres. Mais cela peut encore changer. Alors, comment Conte passera-t-il la saison prochaine? S'il ne prend pas un banc qu'il juge digne de lui, il restera à la maison. Moralité : on hasarde de tout perdre en voulant trop gagner.
  14. SempreInter retrace le passage d'Antonio Conte chez nous. Rétrospective. Introduction Le 2 mai 2021, l'Inter a remporté le titre de Serie A pour la première fois depuis la campagne 2009-2010. L'équipe d'Antonio Conte a terminé avec 12 points d'avance sur notre rival local, le Milan AC. En plus d'avoir le droit de se vanter en Italie, les Nerazzurri seront désormais dans le premier pot pour la campagne 2021-2022 de la Ligue des champions, ce qui signifie qu'ils éviteront d'autres vainqueurs de championnat. Cependant, l'Italien ne les mènera pas dans la compétition européenne d'élite la saison prochaine après avoir quitté son poste le 26 mai 2021. Revenons donc sur le temps de Conte à l'Inter. S'appuyer sur une équipe déjà forte pour vaincre la vieille dame Au cours de son séjour de deux ans au Giuseppe Meazza, Conte a constitué une équipe de haut niveau. Cependant, il était aussi quelque peu chanceux que les fondations soient déjà en place depuis le règne de Luciano Spalletti. Cela en dit long sur l'équipe dont l'Italien a hérité qu'à la fin de son mandat, il considérait Stefan de Vrij comme faisant partie intégrante de ses plans. Le Néerlandais a mis sa plume sur son contratavec les Nerazzurri en 2018, et il a disputé 32 matchs de Serie A lors de la saison 2020-21 victorieuse de l'Inter. En raison de sa forme, le défenseur a fait partie de l'équipe néerlandaise de 26 joueurs pour l'EURO 2020. L'équipe de Frank de Boer a une cote de 112/1 en tant que vainqueur de l'Euro 2020. Une équipe offensive En route pour remporter le titre de Serie A, l'Inter a terminé deuxième attaque de la Serie A. Les Nerazzurri ont trouvé le chemin des filets à 89 reprises, un but de moins que l'Atalanta, troisième. Il est juste de dire que l'équipe de Conte a pris d'assaut la Serie A, adoptant une approche axée sur l'attaque pour mettre fin au règne de la Juventus. Même offensivement, le manager de 51 ans a créé une équipe victorieuse en fusionnant des joueurs expérimentés avec de nouvelles recrues. Romelu Lukaku, qui a signé pour environ 66 M£ en août 2019, a marqué 41 buts combinés avec son partenaire d'attaque argentin, Lautaro Martinez. Le joueur de 23 ans a rejoint l'Inter en 2018, mais le triomphe du titre 2020-2021 était son premier avant-goût du succès. Incapable de conquérir l'Europe Séparément, Conte et l'Inter ne sont pas étrangers à la victoire en Ligue des champions. En tant que joueur, l'Italien de 51 ans a remporté le trophée européen avec la Juventus en 1995-1996, la Vieille Dame battant l'Ajax aux tirs au but pour remporter son deuxième titre européen. Les Nerazzurri, quant à eux, ont remporté la Ligue des champions en 2009-2010, lorsqu'un doublé de Diego Milito a vu l'équipe de Jose Mourinho battre le Bayern Munich en finale. Ensemble, cependant, Conte et Inter ont été incapables de conquérir l'Europe. Même si gagner la Ligue des champions n'est pas une tâche facile, il y a certaines attentes parmi les fidèles de Giuseppe Meazza. Malheureusement, l'homme de 51 ans n'a pas atteint ces objectifs. Cela dit, cela en dit long sur la difficulté de la compétition qu'une équipe comme l'Inter, vainqueur du titre, soit tombée à la quatrième place du groupe B au cours de la saison 2020-2021. Lors des six matches de groupe des Nerazzurri, l'équipe de Conte n'a remporté qu'un seul match, celui au Borussia Park contre le Borussia Mönchengladbach. Les difficultés européennes sous Conte n'étaient pas nouvelles pour l'Inter, car les Nerazzurri n'ont pas non plus atteint les sommets du tournoi européen de premier plan en 2019-2020. Lors de la première saison de Conte au Giuseppe Meazza, les champions en titre de Serie A ont terminé troisièmes du groupe F, derrière le Borussia Dortmund et Barcelone. En conséquence, l'Inter a été reversée en Ligue Europa mais a perdu la finale contre Séville. Créant un groupe craint en Italie Il ne fait aucun doute que Conte a été au cœur du succès de l'Inter lors de la saison 2020-2021. L'Italien a constitué une équipe bien équilibrée composée d'une solidité défensive et d'une menace offensive en route pour mettre fin au règne de neuf ans de la Juventus. Bien qu'il ne soit pas clair si le manager de 51 ans aurait pu ramener les Nerazzurri au succès européen, il a ramené le club au sommet du football national, devenant ainsi un héros au Giuseppe Meazza.
  15. La Juventus, le Fc Barcelone et le Real Madrid n'ont peut de rien: S'ils risquent l'exclusion de toutes compétitions européennes, après s'être attirées les foudres d'Aleksander Ceferin, le Président de l'UEFA, ceux-ci ont décidé d'assigner l'Uefa et la FIFA devant la Justice Européenne, pour violation des règles européenne sur la libre concurrence. "La Super League assigne l'UEFA et la FIFA pour violation des lois européenne sur la concurrence sur renvoi du Tribunal de Madrid. Le cas de la Super League sera discuté à la Cour Européenne de la Justice." Telle est l'annonce de l'organisme européen à travers son compte Twitter officiel." L'objectif des trois clubs est de continuer à aller de l'avant sur ce projet, et de s'informer sur le fait de la légalité du comportement des plus hautes institutions du football mondial et européen: A savoir, si la libre concurrence est enfreinte. Vaut mieux, pour les trois rebelles que l'Europe leur donne raison.... ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  16. Les départs pour Conte et Zidane, ainsi que les discussions sur le retour de Pochettino aux Spurs, incarnent le chaos du football moderne. Ce texte est la traduction de "Managerial carousel mirrors the desperate crisis enveloping Europe’s elite clubs" de Jonathan Wilson paru sur le site du guardian le 31 Mai 2021. À première vue, Antonio Conte quittant un club alors qu'il est en litige avec les propriétaires peu de temps après les avoir conduits à un titre de champion peut ne pas sembler particulièrement significatif. C'est ce qu'il fait. Son départ de l'Inter fait suite à des départs apparemment similaires de la Juventus et de Chelsea, et il a également quitté le poste de manager de l'Italie plus tôt. Mais c'est bien plus que Conte. Ce qui se passe à l'Inter est emblématique du chaos du football moderne et des luttes d'une industrie qui était devenue une scène pour les machinations de soft power de divers États et oligarques et avait besoin d'un rééquilibrage financier majeur avant même que la pandémie ne dommage les revenus. Et alors que la crise se profile, les investisseurs en difficulté commencent à flotter. Conte et l'Inter ne sont qu'une partie immergée de l'iceberg: cet été verra un grand remaniement de managers avec au moins deux autres clubs qui se sont engagés dans la Super League européenne ayant des postes à pourvoir. Il y aura des conséquences, et elles pourraient être profondes. Une période de flux est toujours une période d'opportunité. Mais le remaniement n'est que la conséquence la plus visible de grondements financiers bien plus profonds, dont les propositions de rupture n'étaient que l'éruption la plus évidente. En Mars, les dettes de l'Inter ont atteint 630 M€. Leur actionnaire majoritaire est le Suning, qui détient 68% des actions, lui-même est détenu à 23% par des investisseurs liés au gouvernement chinois. Mais alors que l'implication d'Abou Dhabi et du Qatar dans la propriété de clubs de football a jusqu'à présent été une garantie de sécurité, offrant des investissements qui ne dépendent pas des résultats sur le terrain, ce qui en fait une telle menace pour l'élite traditionnelle, le gouvernement chinois est plus soucieux d'équilibrer les comptes. Il a cherché à réduire les prêts exorbitants expliquant pourquoi les transferts lucratifs vers les clubs de la Super League chinoise ont pratiquement pris fin. Le Suning possédait le Jiangsu FC qui a remporté le titre chinois la saison dernière pour la première fois en 63 ans d'histoire avant d'être liquidé parce qu'il était considéré comme un trop grand fardeau financier pour le Suning. Cela n'arrivera pas à l'Inter, mais ils ont contracté un prêt d'urgence de 275 M€ auprès de la société d'actifs américaine Oaktree Capital Management au début du mois. Ils n'ont pas à chercher très loin pour voir les conséquences possibles de cela: Elliott Advisors Limited a pris la direction de Milan en 2018 après que leur propriétaire Li Yonghong n'ait pas remboursé ses prêts. Pour Conte, alors qu'il cherchait à investir davantage pour consolider un premier Scudetto en 11 ans et lancer une prestation sérieuse en Ligue des champions, cela signifiait qu'il lui était demandé de lever 80 M€ via des ventes des joueurs. Compte tenu de sa personnalité et de ses antécédents, la surprise aurait été qu'il envoie pas tout valser. Il sera remplacé par Simone Inzaghi, qui a quitté la Lazio ce Jeudi . Conte est une présence majeure sur ce manège managérial. Il peut être difficile, mais il a un record de succès soutenu, allant de Bari avec le titre de Serie B en 2009 à trois titres de champion avec la Juventus et un avec Chelsea et l'Inter. Le seul vrai doute, au-delà de son sang chaud, est son bilan en Europe. Le Real Madrid et Tottenham sont des destinations viables, notamment parce que sa capacité à s'imposer et son style de pressing agressif est exactement ce dont les deux ont besoin. Au cours des deux dernières saisons, le Real a semblé de plus en plus fatigué, jouant un football lent et ancien qui avait désespérément besoin de rajeunissement. Zinedine Zidane a essentiellement reconnu qu'il ne pouvait pas faire face à cette reconstruction lorsqu'il a démissionné après le succès de la Ligue des champions en 2018; trois ans plus tard, la situation a à peine changé à part que Cristiano Ronaldo est parti, tout le monde est plus âgé et la solution supposée d'acheter de jeunes talents espagnols a échoué de manière si catastrophique que, pour la première fois de l'histoire, il n'y aura pas de joueur du Real Madrid dans la Roja pour un tournoi majeur. Les dettes dépassent 900 M€ et le président du club, Florentino Pérez, est en guerre avec l'UEFA, après avoir été exposé comme un bouffon à travers l'Europe par sa victimisation en discutant de la Super League. Mais aussi ridicule que puisse être le bêlement de Pérez, cela révèle le fait fondamental que les finances du Real Madrid sont catastrophiques et qu'il a désespérément besoin de céder une douzaine de joueurs dans un marché déprimé juste pour pouvoir commencer leur reconstruction. Il y a une raison pour laquelle ils n'ont pas fait de signature majeure depuis Eden Hazard et Luka Jovic en 2019 et ce n'est pas qu'ils ont appris leur leçon après avoir éclaboussé 150 M£ sur deux attaquants qui ont totalisé 27 onze de départ en championnat et marqué six buts. Le salaire et le prestige offriraient une certaine compensation, mais il est difficile de penser à un pire moment pour occuper ce poste de manager au Real au cours des 70 dernières années. Et puis il y a Tottenham, leur nouveau stade spectaculaire qui risque de devenir un monument étincelant de l'orgueil de l'ère pré-pandémique, son coût menant à la réduction des investissements qui ont conduit à l'effondrement de l'équipe qui a conduit au licenciement de Mauricio Pochettino. Cela a conduit à la nomination de José Mourinho qui les a conduit à une septième place et à Harry Kane voulant partir. Comme l'enfer, la route vers la Conférence Europa est pavée des meilleures intentions. Le retour de Pochettino aurait du sens d'un point de vue à la fois sentimental et pratique, en particulier compte tenu d'une première saison relativement décevante au Paris Saint-Germain, bien que de nombreux problèmes aient été hérités. Cela ouvre potentiellement un autre poste vacant et il pourrait y en avoir un autre à Barcelone qui est hautement endettée mais qui a beaucoup de jeunes talents. Massimiliano Allegri revient à la Juventus pour remplacer Andrea Pirlo, mais cela laisse toujours Maurizio Sarri, l'homme qui l'a initialement remplacé, sans travail. Admirons ce jeu de chaises musicales. Mais comme les briques sont frénétiquement remaniées autour de la table, il se peut que ce qui compte vraiment est ce qui se passe en dessous et les ramifications des perturbations économiques de l'année écoulée qui sont elles-mêmes le résultat de problèmes beaucoup plus profonds dans la structure financière de football moderne.
  17. Les statistiques publiées par Opta sur Twitter montrent que Simone Inzaghi a remporté le deuxième plus grand nombre de matchs en Serie A au cours des 10 dernières années, derrière Massimiliano Allegri. Les comparaisons entre les nouveaux entraîneurs de l'Inter et de la Juventus ont déjà commencé, les statisticiens bien connus Opta publiant les chiffres du plus grand nombre de matchs de Serie A gagnés alors qu'il était à la tête d'une équipe au cours des 10 dernières saisons. Massimiliano Allegri a remporté 142 matchs de Serie A en tant qu'entraîneur de la Juventus au cours des 10 dernières saisons, ce qui est plus que tout autre entraîneur. Le deuxième est notre nouveau patron, Simone Inzaghi. Entre 2016 et 2021, Simone Inzaghi a remporté 108 matchs de championnat en tant que manager de la Lazio.
  18. On se croirait presque à un Dating d’ @alex_j, partout où l'Inter tente sa chance, elle se fait refouler! Selon Sportitalia, après avoir vu s’envoler en fumée Massimilano Allegri qui est à un pas de rejoindre la Juve, l’Inter se doit de trouver l’hériter d’Antonio Conte. Parmi les différents noms cité, un nouveau est à ranger au frigo: Celui de Maurizio Sarri. "La piste n’a pas été approfondie, son agent, Fali Ramadani a d’ailleurs quitté Milan." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  19. L’effet domino a bel et bien lieu: Alors que ces derniers jours, Massimilano Allegri semblait être en pôle pour rejoindre la Juventus qui n’a toujours pas remercié Andrea Pirlo, celui qui est pressenti par Giuseppe Marotta comme le meilleur profil à la succession d’Antonio Conte à l’Inter serait, selon As, l’Elu pour succéder à Zinedine Zidane démissionnaire L’entraineur français communiqué au club ibérique qu’il ne sera plus l’entraineur du club de la Capitale espagnole : "Le Real a intensifié la négociation avec l’ancien entraineur bianconero. L’italien attendait justement le club des Blancos : L’option menant à Antonio Conte est très éloignée." Qui miserait un petit sous sur l’arrivée d’un Zizou ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  20. Le 27 Mai 2021, Armando Picchi décédait d'un cancer. Pour son 50e anniversaire de sa mort, voici un hommage. "Si l'Inter doit quelque chose à il Mago, combien il Mago nous doit-il aux joueurs? Beaucoup, peut-être beaucoup." Armando Picchi "Picchi était un directeur défensif... ses passes n'étaient jamais aléatoires et sa vision était superbe." Gianni Brera Armando Picchi avait le type de traits du visage qui donnaient l'impression d'avoir vécu cent vies à l'âge de 18 ans. Regarder de vieilles séquences vidéo en noir et blanc ne fait rien pour améliorer l'apparence du libéro original italien, mais cela met en perspective qu'il a joué le jeu avec l'intelligence et l'expérience d'un joueur mûr au-delà de ses années. Né à Livourne en 1935, le futur porte-étendard de tous les titulaires en venir du poste est né la même année que l'achèvement du stade du club de sa ville natale. Une relation symbiotique entre le nouveau-né et l'amphithéâtre de football nouvellement fini de Livourne fusionnera complètement en 1990, mais avant cela, Picchi établira la norme par laquelle tous les futurs défenseurs italiens seraient jugés. Leo Picchi était l'aîné d'Armando de 14 ans et était, comme c'est souvent le cas, le frère aîné qui a initié une histoire d'amour avec le beau jeu. Leo a fait ses débuts pour l'équipe locale de Livourne en 1945 a joué un rôle central dans l'identification du talent de son jeune frère, le recommandant au club et le mettant en route pour suivre ses traces. Tout comme Leo a quitté l'équipe première pour pour le Torino, Armando a fait ses débuts en équipe Primavera. En 1954, Armando a finalement fait ses débuts dans l'équipe première de Livourne, commençant sa carrière en tant qu'arrière droit. Tout au long de ses 99 apparitions pour son bien-aimé Livourne et marquant 5 buts, le premier d'entre eux le 30 Décembre 1956 contre Mestre, Picchi jouait et se développait dans un position large. Armando Picchi restera dans l'équipe de sa ville natale pendant 5 ans, de 1954 à 1959 lorsque le président de SPAL, Paolo Mazza, notant sa qualité a décidé de le recruter pour son équipe en Serie A. Avec les bleus et blancs, cependant, il n'est resté que pendant une seule saison et 27 matchs, contribuant à la cinquième place du SPAL, le meilleur résultat de l'histoire de l'équipe. La promesse de Picchi avait attiré l'attention d'Helenio Herrera, qui tenta l'arrière latéral de l'équipe provinciale à l'Internazionale, et bien que ce ne soit pas évident à l'époque, les graines de la Grande Inter avaient été semées. Rejoindre l'Inter en même temps que Picchi était un autre élément essentiel du plan directeur de Herrera, Giacinto Facchetti. Picchi jouerait initialement en tant que défenseur droit de l'Inter et Facchetti, un défenseur qui avait des décennies en avance sur son temps, jouerait en tant que latéral gauche. Les deux premières saisons de Herrera et Picchi ont été une période de pauvreté si l'on considère la principale monnaie d'argent du football. Au milieu d'une disette de six saisons pour le Scudetto lorsque Herrera est arrivé (son dernier Scudetto datait de la saison 1953-1954), et malgré une troisième place suivie de la deuxième la saison suivante (l'Inter termina 3e en 1960-1961, et 2e en 1961-1962) le propriétaire de l'Inter, Angelo Moratti, n'a pas été impressionné. Des rumeurs tournaient comme des vautours voraces autour d'Herrera, et avec elles la possibilité très réelle que deux saisons seraient tout ce qu'il verrait du Giuseppe Meazza. Mais l'histoire est jonchée de moments décisifs. Moratti a choisi de donner un peu plus de temps à Herrera, forçant le manager à reconnaître que son équipe était trop ouverte et susceptible de concéder des buts (l'Inter concéda 39 buts en 1960-1961, 31 buts en 1961-1962 et 20 en 1962-1963, lors du premier Scudetto sous Hererra). Herrera a choisi de changer le style de jeu de l'équipe. Une ligne de quatre arrières fut déployée, mais avec l'instinct d'attaque naturel de Facchetti, il a été autorisé à patrouiller sur tout le flanc gauche du terrain. L'homme supplémentaire a été placé dans le rôle de "sweeper" derrière les quatre arrières. L'Inter jouerait un système de marquage individuel et laisserait ce joueur supplémentaire à l'arrière pour intercepter tout adversaire ou une balle manquée. C'était un poste qui exigeait de l'intelligence, du sang-froid, de la vision et de l'anticipation. Picchi avait tous les attributs techniques et mentaux nécessaires et il est donc devenu LE libéro, le capitaine et la voix de Herrera sur le terrain. La saison 1962-1963 a vu la manifestation de la pensée tactique de Herrera et des modifications astucieuses porter ses fruits. Tandis que la prétention de Herrera d'avoir inventé le concept même du catenaccio est une discussion pour un autre article, ce qui était immédiatement clair était que Picchi sous la tutelle de Herrera définissait LE libero. Picchi n'était pas un personnage physiquement imposant sur le terrain, mais sa capacité à lire le jeu et à ressentir le danger avant qu'il ne devienne apparent garantissait que son 1m71 était rarement nécessaire pour un football dur et rugueux. Son corps n'était que le conduit qui transportait le cerveau du footballeur dans la bonne position pour étouffer la menace de son adversaire. En 1963, l'Inter a remporté son premier titre de Serie A en neuf ans en ne concédant que 20 buts en 34 matchs. La réinvention tactique par Herrera de la ligne arrière a eu des effets profonds, non seulement pour le club mais aussi pour le football italien au sens large. Picchi était considéré comme une extension du manager, dirigeant ses coéquipiers sur le terrain, donnant des instructions et orchestrant le jeu à ses conditions. Son instinct naturel de défense signifiait qu'il passait très rarement dans l'atmosphère raréfiée de la moitié de terrain adverse, comme son manager l'avait prévu. Le contrôle de Picchi sur le jeu était tel que le légendaire journaliste de football italien, Gianni Brera, a dit: "Picchi était un directeur défensif... ses passes n'étaient jamais aléatoires et sa vision était superbe." Il y a une belle anecdote dans le livre fondateur de John Foot, Calcio, qui illustre la confiance suprême de Picchi dans sa capacité à diriger le jeu sans avoir besoin des instructions de son manager. Au cours d'un match vers le milieu des années 1960, Herrera essayait de transmettre des instructions à ses joueurs. Frustré par le manque d'attention porté vers lui, il appela un joueur sur la ligne de touche et lui a donné les instructions à passer à Picchi. Après un moment, Herrera a demandé au joueur: "Qu'est-ce que Picchi a dit?" Le joueur a répondu, presque par excuse: "Vas te faire foutre et vas te faire foutre aussi à Herrera." L'Inter a remporté le match. Nous reviendrons sur un autre match disputé en Janvier 1966 démontrant les capacité de Picchi à diriger un match plus tard. Alors que Herrera ne pouvait pas toujours compter sur Picchi pour suivre les instructions comme un bon soldat, il savait que le libéro ne quitterait jamais son poste. Picchi était défensivement enclin au noyau, mais il pouvait jouer. Ce n'était pas le genre de défenseur qui se consacrait à tout prix à dégager les lignes; il aimait faire descendre le ballon et le déplacer rapidement. Même si la moitié de terrain adverse était considérée comme une zone interdite, le natif de Livourne aimait lancer des attaques. La saison 1963-1964 de Picchi avec les Nerazzurri les a vus échouer à conserver leur Scudetto, perdant contre Bologne 2-0 dans un match couperet après avoir fini avec le même nombre points sur la saison malgré une différence de buts moins bonne (+36 pour Bologne contre +33 pour l'Inter; les deux équipes ont marqué 54 buts mais Bologne n'en a encaissé que 18 contre 21 pour l'Inter). A l'époque, un match couperet était joué pour départager deux équipes ayant le même nombre de points, les goal averages n'étant pas utilisés avant la Coupe du Monde 1970. Cependant, la pilule amère d'une défaite nationale a été plus que compensée par un succès en Coupe d'Europe. Picchi a mené l'Inter à son tout premier succès continental, battant en finale le puissant Real Madrid. Peut-être plus important que la simple gloire, certainement pour Herrera et son capitaine, c'était une campagne qui a justifié le caténaccio et la capacité de Picchi à rassembler son équipe. En effet, l'Inter n'a concédé que cinq buts en neuf matches contre les champions anglais, français, yougoslave, allemand et espagnol. En tant que régnants européens, Herrera, Picchi et l'Inter se sont mis à tenter de regagner le Scudetto. Contre la pression et la devise accrues auxquelles les Interistes étaient désormais confrontés, Picchi devait mener ses hommes dans l'inconnu lors d'un match à deux manches en Coupe Intercontinentale contre l'Independiente. Une défaite 1-0 à Buenos Aires a laissé ce titre à la portée de l'Inter, avec un 2-0 au Meazza. L'Inter fut sacrée meilleure équipe du monde. La saison 1964-1965 devait être la plus réussie de ce qui était maintenant l'émergence de Grande Inter. Armando Picchi a mené son équipe au titre, perdant seulement deux matchs au cours de la saison. Cependant, comme c'est souvent le cas, chasser les trophées les plus importants sur plusieurs fronts sape les ressources et voit la plupart des équipes échouer. Pas pour l'Inter. Picchi et Herrera ont maintenu l’intensité des Nerazzurri et une deuxième Coupe d’Europe successive a suivi. Une fois de plus, seulement cinq buts ont été concédés sur toute la campagne continentale. La finale avait la résonance d'une typique performance italienne alors que l'Inter menait 1-0 sur le Benfica après 42 minutes. C'était toute l'incitation dont le capitaine avait besoin, quittant rarement son tiers alors que l'Inter enregistrait une performance défensive proche de la perfection contre une brillante attaque portugaise. Le petit libéro avait aidé l'Inter à atteindre le plus grand des sommets, mais il y avait plus à venir des géants milanais. La saison 1965-1966 a offert à l'Inter l'opportunité de conserver sa Coupe Intercontinentale contre l'Independiente à nouveau. Avec une opposition familière est venu un résultat familier, mais cette fois-ci, Picchi et l'Inter n'ont pas concédé sur les deux matchs, remportant 3-0 au total. Le trophée final de l'ère de la Grande Inter était le Scudetto 1965-1966. Remportant le titre avec quatre points d'avance sur Bologne, l'Inter était une fois de plus difficile à décomposer, concédant 28 buts toute la saison mais en marquant, de manière inhabituelle, 70 buts. En soulevant sept trophées majeurs en quatre sensationnelles saisons, Armando Picchi avait conduit son équipe de l'Inter à un succès sans précédent. Cependant, le 30 Janvier 1966, l'Inter a rencontré Vicenza au Meazza et à la fin de la première mi-temps, le résultat récompensait les rouges et blancs avec un 1-2. Dans le vestiaire, les remarques et suggestions de Herrera n'ont pas été entendues par tous les joueurs et même Picchi a manifesté de manière flagrante sa dissidence. En seconde période, cependant, les Nerazzurri ont renversé le résultat en suivant les indications de l'ex joueur de Livourne. Cela cimenta, si besoin était, le charisme d'Armando. Il faut se rappeler que Vicenza a terminé 6e en 1964 et 1966. L'ironie de tout ce succès est qu'Armando Picchi n'a jamais eu l'occasion de transférer les performances de son club vers l'équipe nationale et n'a même pas été sélectionné pour la Coupe du monde 1966. Aux yeux du manager Edmondo Fabbri, Picchi était trop défensif. Avance rapide vers l'Ayersome Park le 19 juillet 1966 et avec cette défaite choc de l'Italie 1-0 face à la Corée du Nord; comme Fabbri aurait dû souhaiter avoir choisi le libéro indomptable de l'Inter. Ferruccio Valcareggi, l’homme chargé de redorer le blason de la réputation internationale écornée des Azzurri, a régulièrement sélectionné Picchi pour les éliminatoires du Championnat d’Europe 1968. Cependant, une grave blessure pelvienne subie lors d'un match de qualification contre la Bulgarie a essentiellement mis fin à sa carrière internationale. La raison pour laquelle l'un des plus grands footballeurs du pays n'a été sélectionné que 12 fois pour les Azzurri reste une anomalie . La saison 1966-1967 aurait été une saison impressionnante pour la plupart des clubs, mais la Grande Inter n'était pas une équipe ordinaire. Les normes exigées par Moratti, Herrera et Picchi signifiaient que les finalistes en Serie A et en Coupe d'Europe ont vu la rupture prématurée de la plus grande équipe d'Internazionale. Il Mago aurait manifestement pris cet affront du 30 Janvier 1966 personnellement et a en fait forcé l'Inter à vendre Picchi à Varèse en 1967. Il n'y avait pas de place pour le sentiment dans les coulisses du pouvoir au Giuseppe Meazza. Malgré cela, Armando Picchi restera toujours dans les mémoires comme Il Grande Capitano. Plus important encore, la définition même du libéro avait été modifiée par un homme qui jouait avec une telle diligence raisonnable dans son rôle et ses responsabilités qu'il ne marqua qu'un seul petit but pendant toute sa carrière à l'Inter. Il a essayé de retourner sur le terrain, mais à Varèse, il s'est rendu compte qu'il ne pouvait pas jouer comme avant et a donc décidé de se retirer. Malgré tout, dans la ville lombarde, sa tâche n'était pas terminée car il a contribué en tant que joueur-entraîneur avec les Bosinis pendant tout le championnat 1968-1969. Malheureusement, il a raté le salut d'un seul point. En effet, le classement de Serie A de cette année-là s'est en effet clôturé avec Varèse quatorzième à 22 points, tandis que la Sampdoria et Vicenza toutes deux treizièmes avec 23 points. A cette époque, la Serie A se jouait à 16 clubs et les trois derniers étaient relégués. L'année suivante, Livourne a demandé à Picchi de les aider à se remettre en championnat car ils étaient en pleine zone de relégation en Serie B. Convaincu par quelques amis, Armando a décidé de prendre les rênes de l'équipe et a terminé cette saison à une incroyable neuvième place. Allodi et Boniperti, alors managers de la Juventus, ont réalisé ses qualités d'entraîneur et ont pensé le mettre à la tête de la Juventus. Le 16 février 1971, après seulement sept mois à la tête de la Juventus, le club a annoncé qu'Armando Picchi prendrait un congé indéfini pour lutter contre une forme aiguë de cancer. En effet, alors que Picchi souffrait de terribles maux de dos, c'est seulement après de nombreuses investigations qu'il fut découvert qu'il s'agissait d'une tumeur de la colonne vertébrale. Certains pensent que cette tumeur serait consécutive à se blessure au bassin. Les amis proches et la famille savaient que la maladie était en phase terminale. Son remplaçant serait Cestmír Vycpalek, l'homme qui a amené Gaetano Scirea à la Juventus, défenseur lui même décédé à 36 ans. Vycpálek qui a clôturé le championnat à la 4e place, derrière l'Inter, le Milan et Naples, remportant une place en Coupe UEFA. Quelques mois et la maladie ne lui laissa aucune issue, le 26 mai 1971, il quitta cette Terre. Du 19 Juin au 26 Juin 1971, il fut organisé le trophée Armando Picchi remporté par la Louve au dépend de l'Inter, la Juve ayant terminée troisième. Si la carrière de joueur d'Il Grande Capitano a révolutionné le développement tactique du calcio et a apporté un succès et une joie incomparables aux supporters de l'Inter, alors la carrière d'entraîneur de Picchi a été celle d'un potentiel malheureusement insuffisant. Alors que ses plus beaux jours étaient à l'Inter, son club d'enfance, Livourne, a conféré le symbole le plus concret du souvenir au grand capitaine de l'Inter. En 1990, le stade a été nommé en son honneur. Le Stadio Armando Picchi est un rappel permanent à l'équipe sortante de Livourne, aux habitants de la ville et aux fans du club qu'il y avait autrefois une légende au milieu de leurs rangs; un joueur la plupart ne rêvera jamais d'émuler, un Livournais qui avait grandi en dehors de sa ville natale, mais qui n'avait pas hésité à l'aider en cas de besoin. Au-dessus de cela, cependant, les souvenirs laissés par Picchi, les histoires racontées par les plus âgés, sont le plus grand témoignage d'un footballeur spécial. L'Italien était l'homme qui a fait de la défense une forme d'art et qui était l'épicentre d'un style de football révolutionnaire. Les images en noir et blanc du leader stoïque mais simple des hommes illustrent un footballeur qui comprenait implicitement le rôle du libéro et ce que c'était d'être un capitaine.
  21. Selon la Stampa, c’est bel et bien Simone Inzaghi qui serait l’entraineur le plus apte à prendre la relève d’Antonio Conte: L’Inter va consommer sa séparation avec Antonio Conte, et elle devrait appeler à la barre, Simone Inzaghi. L’entraineur de la Lazio est le second choix immédiatement après celui de Massimiliano Allegri, qui avait déjà été contacté par le Club Nerazzurro. La présence d’Inzaghi garantirait la continuité du 3-5-2 de Conte. C’est pour cette raison qu’il est préféré à l’autre prétendant Sinisa Mihajlovic. Il reste à présent à savoir, quels seront les interprètes sur le terrain, au terme du prochain mercato qui s’annonce difficile pour l’Inter. "En présence de tous ces éléments, la décision de Suning de ne pas vendre le Club au fond londonien Bc Partners pour 800 millions d’euros entre février et mars, reste incompréhensible." Pas chaud le Massimiliano ? C’est une révélation du Corriere Della Sera qui révèle un environnement pesant au sein de l’Inter: "Le Club Nerazzurro et Antonio Conte devraient emprunter des chemins différents après avoir remporté le Scudetto. Les positions sont trop éloignées entre l’entraineur et la propriété qui impose la vente d’un, voire deux joueurs de premier plan : Lautaro Martinez et Alessandro Bastoni étant ciblé, pour conclure le mercato en activité. Conte, n’a pas accepté ce redimensionnement et le cadre de l’opération de clôture devrait avoir lieu d’ici à la fin de la semaine." On parle déjà de son remplacement : Massimiliano Allegri est au-dessus du lot, mais il y a également la présence de la Juventus et il n’est pas dit qu’il sera aisé de disposer de l’aval d’un entraineur de haut niveau, tel qu’Allegri, en sachant qu'il faudra accepter un tel redimensionnement. Dans le pire des cas, l’Inter serait contrainte de se tourner vers un entraineur de second choix, plus économique et moins fascinant. Le Real, Tottenham ? Ce qui est évident, c’est qu’Antonio Conte dispose également d’un bon plan de sortie…. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  22. Giuseppe Marotta s’apprête à vivre des heures délicates, sa nouvelle mission : Trouver un successeur à l’entraineur Champion d’Italie ! 4 profils sont actuellement sur la table Nouvelles révélations de la Gazzetta Dello Sport Il est difficile d’imaginer qu’un dirigeant aussi expérimenté tel que Giuseppe Marotta n’avait pas déjà anticipé une possible fin d’histoire, sans avoir un as dans sa manche, pour remplacer Antonio Conte. Quatre personnalités sont potentiellement valide pour reprendre le banc de l’Inter : Le premier est objectivement celui de Massimiliano Allegri, que l’Administrateur-Délégué avait déjà sondé l’été dernier. Il s’agirait peut-être du seul nom qui pourrait apaiser la désillusion du peuple interiste, même si celui-ci est également repris sur le carnet de route de la Juventus. Le second nom est celui de Maurizio Sarri, mais parmi les inconnues, il y a la structure de l’équipe que Conte a formé et forgé, et qui ne semble pas être adaptée aux idée Sarriane. Le troisième nom est celui de Sinisa Mihajlovic, l’ancien interiste a souvent été contacté par l’Inter, lui qui présente une grinta et un caractère similaire au style de Conte Enfin, plus éloigné, Simone Inzaghi, qui aujourd’hui-même pourrait déjà dire au revoir à la Lazio ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  23. Dans un post sur Facebook rapporté ensuite par FCInter1908.it, Enrico Mentana a déclaré que la performance de Gianpaolo Calvarese ne peut être ignorée. "Je ne discute pas du résultat de la Juve vs Inter, mais l'arbitrage ne peut être ignoré en silence. Un match plein d'erreurs et de décisions hasardeuse, contre l'intérêt du football et de chacune des deux équipes." "Il n'a pas vu deux pénos et a eu besoin de la VAR pour corriger cela, a refusé un but valide et encore une fois la VAR l'a sauvé." "Puis il a décidé de donner un deuxième carton jaune sur une faute inexistante et a sifflé un penalty sur une faute également inexistante: ces deux décisions malheureuses n'auraient pas pu être évaluées par la VAR, sinon elles auraient toutes deux été annulées. Un mauvais jugement pour trois penalties sur trois et pour une expulsion sur deux est un record, je l'espère imbattable."
  24. Outre l’aspect sportif, la Serie A 2020/2021 a mis en avant un verdict également géographique : Pour la première fois depuis 2005, et pour la seconde fois dans l’absolu, 4 équipes du Nord de l’Italie se sont qualifiées ensemble pour la prochaine Ligue des Champions Lors de la saison 2021/2022, l’Italie va être représentée, dans la plus prestigieuse des Coupes d’Europe par l’Inter, le Milan Ac, l’Atalanta et la Juventus. Soit : Deux milanais, un bergamasque, et un turinois. Il faut remonter en 2005 pour retrouver trace d’’une situation similaire avec l’Udinese de Luciano Spalletti qui s’était invité à la table des trois clubs italiens les plus titrés, celle-ci étant parvenu à arracher la quatrième place à la Sampdoria. Les Friulani, quatrième en Championnat, avaient été reversé en préliminaires et ils étaient parvenu à prendre le meilleur sur le Sporting Lisbonne pour accéder à la phase de groupe de l’édition 2005/2006. En 2008/2009, les trois grands d’Italie s’étaient qualifiés également pour la saison suivante tous ensemble, mais cette-fois-là, ils furent accompagné par une équipe du Centre de l’Italie : La Fiorentina qui s’était qualifié en prenant le meilleur, sur base des confrontations directes, sur le Genoa. La Viola s’était aussi offerte le Sporting de Lisbonne pour se qualifier à la phase de groupe lors de la saison 2009/2010 Après la saison 2009/2010, la tendance commence à changer : si Turin reste une base fixe, grâce à la Juventus, qui a participé à chaque édition depuis la saison 2012, Milan s’était effondré dès 2014 : L’Ac Milan n’ayant plus participé à la compétition depuis 2014, alors que l’Inter retrouvait la Coupe aux Grandes Oreilles à partir de 2018 aux dépens de la Lazio L’absence des milanais fut compensé par les deux grandes équipes du Centre-Sud, soit la Roma (remplacée à une seule reprise par la Lazio) et le Napoli, qui se classait régulièrement en étant second, voir troisième. Le tout avant la prodigieuse ascension de l’Atalanta, et la renaissance de Milan! ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  25. Le président de la Serie A, Paolo Dal Pino, a confirmé que le match aurait lieu en Arabie saoudite. Selon la Gazzetta dello Sport, il devrait avoir lieu en Janvier. "Ce sera en Arabie saoudite parce que c'est ce que dit le contrat. Cela se déroulera avec les fans et ce sera extraordinaire, car Inter vs Juventus est une excellente publicité pour le football italien." Selon la Gazzetta dello Sport, cette Supercoppa devrait avoir lieu en Janvier. La Supercoppa Italiana était déjà jouée en Arabie saoudite en 2019, lorsque la Lazio a battu la Juventus 3-1 à Djeddah. L'Inter et la Juventus ne se sont rencontrés qu'une seule fois en Supercoppa Italiana, en 2005. A cette occasion, ce sont les Nerazzurri qui en sont sortis victorieux. Le match s'était terminé avec un 0-0 après 90 minutes avant que Juan Sebastian Veron ne marque en prolongation, assurant une victoire 1-0.