Aller au contenu
×
×
  • Créer...

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'juventus'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

  1. Michele Criscitiello, journaliste à Sportitalia et Directeur de TMW, a dévoilé le plan d'action de la Direction de l’Inter en vue de la saison prochaine "Place à l’Inter, place au Mercato : Le joyau Dybala fait l’objet d’une lente réponse à la Juve, plus négative que positive : Il y a une fracture et un jour Dybala en parlera, mais pas maintenant. La Juventus, semble-t-il, a fait une omelette en cassant ses œufs et en serait peut-être même contente, car en mettant de côté les fonds destinés à la prolongation de Paulo Dybala, elle pourrait les employer pour signer Vlahovic." "C'est un fait, le jeu de dupe a débuté, mais il est grave que le numéro 2 du club bianconero, avant même la rencontre de Supercoupe, tire sur son attaquant le plus fort. Ce n'est pas digne de la Juve, mais beaucoup de choses, depuis trois ans, ne sont pas digne de la Juve. Cependant, pour Dybala, il y a Marotta qui est derrière cette situation, qui fait son travail et qui le fait bien." "Cela semble être une opération à la Higuain. Mais à cette époque, il fallait payer les 90 millions d’euros de la clause libératoire du Napoli. A présent, pour le prendre à la Juve, il ne faudra rien débourser, ce qui rend plus belle l’opportunité pour le Beppone. Voilà ce qui arrive lorsque tu pers ton Administrateur-Délégué avec trop de simplicité et lorsque tu ne songes pas à ajouter une clause libératoire pour le prochain triennal à tes joueurs pour éviter de les voir rejoindre un club rival, c’est le bordel." "A présent, Marotta qui connait bien les agents de Dybala, prépare le terrain à la Pinetina : Alexis Sanchez s’en ira en fin de saison, et avec lui, un salaire imposant de 7 millions d’euros. Marotta en ajoutant un million par saison + une série de bonus pour arriver à dix millions d’euros, obtiendrait Dybala pour rien. Avec le même argent que le Chilien, il pourrait plus ou moins s'offrir l'Argentin, un fameux coup de p*te." "S’il le signe, ce serait un belle finition : Car vous conservez Lautaro Martinez, heureux de rester dans un club gagnant et qui serait rejoint à la Maison par son ami Paoletto, tout en confirmant Edin Dzeko, il serait possible d’ y ajouter Scamacca pour former un quatuor complet. Correa pourrait être cédé au moins de juin. De plus, mis à part le secteur offensif, Marotta est prêt à faire un seul voyage à Sassuolo où il y retrouvera son ami Carnevali qui mettrait Frattesi dans sa voiture, ainsi que Scamacca. Une image déjà figée pour l'été. Le tout, sans faire l’objet d’un contre-temps, car la route reste encore longue." Pensez-vous réellement que Giuseppe Marotta puisse être à la base de la situation entourant Paulo Dybala ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  2. Gianluca Scamacca est l’objectif toujours plus concret pour renforcer le secteur offensif de l’Inter, né en 1999, il est destiné à être le Vice-Dzeko Révélation de la Rosea "La Juventus a décidé de se projeter, avec décision, sur d’autres objectifs qui vont bien au-delà du mois de janvier. A tel point que la partie est très ouverte pour l’Inter de pouvoir faire usage de ses propres cartouches pour remporter la mise. Le raisonnement est d’ailleurs similaire pour Frattesi qui répond à l’identikit de Giuseppe Marotta pour le futur "Made In Italy." "Il s’agira d’un investissement important, car Sassuolo ne traite pas pour moins de 40 millions d’euros et les Nerazzurri sont disposé à les proposer, à travers l’insertions de contrepartie technique : Les noms des deux joueurs sont connu : Le défenseur Pirola et l’attaquant Pinamonti." Comment convaincre également Scamacca de choisir les Nerazzurri ? "Avec le programme d'une équipe qui fait du jeu offensif un commandement. Et avec la garantie d'un héritage important à récolter, celui d’Edin Dzeko. Attention, donc : au-delà des mots de Marotta, l'attaque du futur de l'Inter est donc loin d'être déjà définie." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  3. Selon Enzo Bucchioni de Tuttomercatoweb.com, la pista menant à Juan Cuadrado se confirmerait étant donné que l’entourage du joueur aurait pris connaissance de la position de l’Inter. Les Champions d’Italie étant prêt à satisfaire le joueur "Il semble de plus en plus possible de convaincre Cuadrado de passer de Turin à Milan, le joueur est aussi en fin de contrat et perçoit cinq millions d’euros. Récemment, il a répété son optimisme sur une prolongation, lui qui resterait volontiers au club." Mais dans le cadre d’épargne fixé par Arrivabene, le colombien serait-il disposé à réduire ses émoluments ? "Ce qui est certain, c’est que l’entourage du joueur a pris connaissance que l’Inter est sur le coup, et qu’elle peut satisfaire à sa demande. Cuadrado fêtera ses 34 ans en mai prochain, il reste un joueur intègre, un bijou sur l’aile droite, un joueur qui sait passer l’homme et débloquer les matchs compliqués: La proposition existe." "Reste à savoir si la Juventus le contentera aussi, même une rencontre décisive aura lieu en février." Padrino, s'il te plait....pas çà! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  4. Gabriele Gravina, le Numéro Un de la Fédération Italienne de football en Italie, la FIGC, s’est livré dans une interview exclusive au Corriere Dello Sport Ou en sommes-nous sur la pandémie, après deux années de slalom entre contagions, interdictions et conflits ? "Le protocole sanitaire est une victoire. Le seuil de 35 % des personnes infectées nous protège contre les interdictions divergentes des agences sanitaires individuelles. Ce ne sera plus possible de nous voir jouer avec onze joueurs positifs d’un côté et que nous soyons empêchés de disputer un match pour trois positivités d’un autre. C'est une garantie que le virus n'affectera pas la régularité de la compétition à partir de maintenant." Avez-vous obtenu une garantie du Gouvernement sur la réouverture des stades ? "La garantie est le dialogue institutionnel. La limite de cinq mille spectateurs était un acte de responsabilité. L'espoir est que, lorsque tout le monde aura été vacciné à partir du pic, nous retrouverons une capacité à 100%. Le football se confirmerait comme l’avant-gardiste de la sécurité et de la normalité". Dans une interview accordée au Financial Times, le président de la Fiorentina, Rocco Commisso, affirme que la Juve et l'Inter ont gagné en s'endettant de manière irresponsable. A-t-il raison ? "Non, il se trompe. Car pour faire le mercato, tu dois répondre à des indices de liquidité précis. C'est une chose d'être alarmé par la dette, c'en est une autre de dire que vous avez gagné parce que vous avez triché. Et je jette un voile sur les jugements moraux que Commisso porte sur la classe dirigeante. A présent, nous devons sécuriser le système : Les règles que nous avons déjà adoptées réduisent la marge d'investissement de la dette, en la liant aux revenus. Nous allons les rendre encore plus strictes. Il s'agit également de dissiper les suspicions et les allégations qui font mal au sport." Les étrangers nous colonisent-ils ? "Mais pourquoi pas ? La mondialisation ne consiste pas à rester dans son coin. Nous accueillons ceux qui peuvent apporter de la liquidité et une culture sportive." Deux procureurs enquêtent sur la Juve et l'Inter, mais ils ne sont pas les seuls à réaliser des plus-values. Craignez-vous un glissement de terrain ? "Les plus-values font partie de la vie active des entreprises. Les fraudeurs doivent être poursuivis. Nous attendons que le pouvoir judiciaire clarifie la situation, mais ne jetons pas le bébé avec l'eau du bain. Par après, nous étudierons la possibilité d'éliminer les plus-values des indicateurs budgétaires pour autoriser de nouveaux investissements sportifs." Pourquoi ne pas estimer la valeur réelle d'un joueur en utilisant un algorithme qui mesure l'âge, l'expérience, la qualité des performances et la durée du contrat ? "La FIFA essaie, mais je ne pense pas que ce soit faisable. Les indicateurs que l'algorithme prend en compte sont toujours le résultat de choix subjectifs. Qui pourrait m’interdire de dépenser cent millions pour un jeune de seize ans, en supposant qu'il sera le nouveau Messi ? La solution est ailleurs. Il faudrait séparer les véritables plus-values des mouvements financiers liés aux "échanges de figurines" à cout zéro. Il faut également en réduire l'impact sur les bilans." La réforme du championnat est-elle remise en question vu les vétos de la Lega et les incertitudes liées à la pandémie ? "Non, j'attends que les nouvelles instances de la Ligue Amateur soient formées et ensuite nous commencerons à y travailler. D’ici au 30 juin, cela changera: Nous devons sécuriser le système, ce qui signifie miser sa durabilité." Qu'en est-il de l'attractivité ? Dans quelques journées, nous saurons peut-être déjà qui sera Champion, qui sera relégué et peut-être même qui ira en Ligue des champions. Allons une fois de plus clôturer le championnat avec trop de matchs où nous jouons pour rien. Qu’en est-il des Play-offs ? "Il est temps d’y songer: Dans les années 90, personne ne croyait aux victoires à trois points et pourtant ça a marché. Les play-offs en Lega Pro et en Serie B sont une garantie de visibilité et de succès. Ce serait une erreur de ne pas les tester également en Serie A, tout en sauvegardant la valeur du mérite sportif obtenu au classement. Mais nous avons besoin d'une réforme qui réduise le nombre d'équipes et modifie le format. La qualité et la concurrence y gagneraient." Le Saviez-vous ? Les déclarations faites au Financial Times par Rocco Commisso, président de la Fiorentina, ont créé des remous au sein des clubs de Serie A. Et en particulier, il y aurait de l'irritation de la part d'Inter. Le club milanais, selon le Corriere dello Sport, envisage de déposer une plainte de son côté, en l'absence d'une intervention du parquet fédéral, alors que plusieurs clubs s'attendent à des poursuites contre Commisso. Valideriez-vous une refonte complète de la plus prestigieuse compétition italienne ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  5. C’est une information en provenance de Calciomercato.it et celle-ci est à prendre avec les pincettes : Giuseppe Marotta ne viserait uniquement pas que Paulo Dybala à la Juve, un autre joueur turinois est en fin de contrat et vous n’êtes pas prêt…."L’absence de démenti de la part de Giuseppe Marotta équivaut à une confirmation : Paulo Dybala est bien plus qu’une suggestion pour l’Inter. En effet, c’est d’ailleurs l’actuel Administrateur-Délégué Nerazzurro qui avait recruté l’argentin à la Juve et qui lors de son départ, remercié par Andrea Agnelli, aurait reçu de la Joya ce message "Emmène-moi avec toi, j’irais partout où tu iras." Mais selon Luca Momblano, journaliste de confession juventina et proche de l’environnement du club, Beppe viserait également un autre joueur turinois en fin de contrat, un "Big" de l’équipe de Massimiliano Allegri : Juan Cuadrado. L’administrateur-Délégué de l’Inter se serait déjà activé sur le latéral colombien, tout comme pour Dybala, les deux joueurs étant en fin de contrat : "Je sais, avec certitude, que Marotta est rentré dans le vif avec Alessandro Lucci, l’agent de Cuadrado qui entretient d’excellent rapport avec les Nerazzurri." a-t-il déclaré sur en direct sur la chaine Twitch "Juventibus". Quelle a été sa réponse ? "Que Cuadrado se sent bien à Turin en ce moment et qu’il discutera avec la Juve. Mais si la situation pour Dybala découle d’un problème que nous nous sommes créés nous-même, pour Cuadrado c’est une information d’un tout autre type. La Juve veut prolonger le contrat de Cuadrado, mais comme pour Dybala et les autres joueurs en fin de contrat, elle a postposé le renouvellement. Il existe pourtant un accord de confiance, aussi pour la prolongation : La Juve voudrait s’asseoir autour de la table entre février et mars, car lors de cette période, les analyses seront meilleures et les comptes financiers bien plus clairs. Si la Juve songerait à réviser l’accord conclu, comme Paulo Dybala, l’hypothèse de l’Inter pourrait devenir bien plus concrète, même si les Nerazzurri sont déjà couvert par les présences de Dumfries et Darmian." Questionné sur sa prolongation, après la qualification de la Vieille Dame sur le score de 4-1 face à la Sampdoria, le joueur s’est montré vague : "Je suis calme, je dois simplement travailler et attendre la décision du club. Il sait ce que je veux, je suis heureux ici et nous verrons ce qu’il se passera." Cuadrado Nerazzurro, un motif de plus pour prolonger Ivan Perisic selon vous ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  6. Dans ce choc de la 22ème journée de Série A, l'Inter avait l'occasion de prendre une petite avance sur son dauphin, tandis que l'Atalanta pouvait se décrocher d'une Juventus menaçante pour le top 4. Et malgré les deux meilleures attaques de Série A, la Beneamata et la Dea se sont neutralisées. Du côté de l'Inter, plusieurs changements par rapport à la victoire en Super Coupe d'Italie. Danilo D'Ambrosio prend la place de Stefan De Vrij, faisant basculer Milan Škriniar dans l'axe de la défense; Matteo Darmian remplace Denzel Dumfries et le héros de mercredi, Alexis Sánchez, remplace Lautaro Martínez. Du côté de l'Atalanta, de nombreux absents sont à noté : Duvan Zapata, Robin Gosens, Joakim Maehle, Rafael Toloï ainsi que Ruslan Malinovski. Dès le début du match, on voit une physionomie qui va être quasiment la même durant tout le match. L'Inter tente d'attirer l'Atalanta jusqu'à la surface de Samir Handanović, tandis que l'Atalanta bloque parfaitement les relances Nerrazzuri. Dans les premières minutes, l'Atalanta ne voit pas le ballon, et attends même plus de 5 minutes pour avoir sa première phase de possession. L'Inter tente de perforer cette équipe Bergamasque, avec de nombreuses permutations au milieu, entre Hakan Çalhanoğlu, Nicolò Barella et Marcelo Brozović. Les Interistes ne sont pas dangereux, mais certaines imprécisions techniques les mettent en danger. Par ailleurs, la pelouse du Gewiss Stadium de Bergame ressemblait plus à une grande patinoire verte qu'à un terrain de foot. Brozović et Alessandro Bastoni en ont fait les frais, mais heureusement, sans danger. La première occasion de ce match vient d'un exellent centre de Brozović, depuis la ligne de touche, pour Edin Džeko. Le Bosniaque ne parvient pas à rabattre ce ballon, qui s'envole au dessus des montants de Juan Musso. L'on sent la pression de l'enjeu sur le contenu de la partie, les deux équipes rechignant à prendre des risques. Le match est lent, l'Inter a le ballon, mais est considérablement gênée par le marquage individuel et le pressing de l'Atalanta. Malgré cela, le match va un petit peu s'accélérer à la demi-heure de jeu, avec deux occasions de Sánchez et Džeko, les deux hors cadre. Matteo Pessina teste ensuite Samir Handanović de la tête, sans succès. L'arbitre de la rencontre Davide Massa siffle la fin de cette première période. Les deux équipes rentrent aux vestiaires avec le sentiment que tout reste à faire. Pas de changement à la pause, les mêmes 22 acteurs reviennent sur la pelouse. Et cette fois-ci, le match va redémarrer un peu plus fort. Remo Freuler s'essaie de loin, mais sa frappe est trop sur le portier Nerrazzuri. Puis vient la plus grosse occasion du match. Pessina se présente en face à face avec Handanović, quasiment dans les 5,50 mètres. Et c'est bien le Slovène qui va remporter ce duel, avec un superbe arrêt au sol. S'en suit une nouvelle tête, encore au dessus, de Pessina. L'inter est un peu sonnée par cette reprise, et met du temps à se reprendre. L'on a la sensation que les Nerrazzuri ne sont jamais réellement rentrés dans leur match. À la 59', Džeko tente une frappe angle fermé, un jeu d'enfant pour Juan Musso. Le Bosniaque n'est pas dans son meilleur jour. Il loupe quasiment tous ses ballons offensifs. Sauf à l'heure de jeu, où il déborde sur Freuler, au physique, pour ensuite adresser un centre vers Matteo Darmian. Mais un excellent retour de German Pezzella sauve la Dea et Musso, totalement battu. Simone Inzaghi effectue ses premiers changements à la 66' : Çalhanoğlu, Sánchez et Darmian sortent respectivement pour Arturo Vidal, Joaquín Correa et Denzel Dumfries. Le Néerlandais réalise une bonne entrée, en proposant davantage de solution offensive que son homologue Italien. À la 70', et après un superbe centre de Barella, Dumfries remise parfaitement dans l'axe vers Edin Džeko. Et alors qu'il est seul face au but, il trouve le moyen de mettre ce ballon au dessus. Les changements ont, momentanément, fait beaucoup de bien à l'Inter. À un quart d'heure du terme, c'est Vidal qui tente sa chance aux 16,50 mètres. Juan Musso se montre vigilant et sort ce ballon. L'Atalanta termine ensuite la rencontre tambour battant. La tête de Mario Pasalić est contrée in-extremis par Danilo D'Ambrosio, et sortie en corner. Et à la 81', Luis Muriel s'échappe seul vers le but Interiste, avec l'espoir de clôturé ce match. Mais c'est sans compter sur l'immense Samir Handanović, qui remporte à nouveau son face à face. Le véritable homme du match côté Nerrazzuri. Sur le corner suivant, Merih Demiral tente une reprise, en vain. La frappe passe largement à côté des filets. Inzaghi sort alors sa dernière cartouche de sa poche : Il Toro Lautaro Martínez, ainsi que Stefan De Vrij. Ils prennent la place de Džeko et Bastoni. Pasalić tente pour la dernière fois d'inquiéter Handanović, mais sans succès. Le Slovène fut absolument impérial. La balle de match vient à la 89' : grâce à la superbe inspiration de Barella, D'Ambrosio est trouvé seul face à Juan Musso. Mais bien malheureusement, il croque complètement cette occasion, en envoyant une frappe devisée dans le petit filet. L'Inter tente d'arracher la victoire dans les derniers instants, mais il est trop tard. Davide Massa siffle la fin de cette rencontre. L'Inter prend malgré tout un bon point, et se contentera du nul. Un nul finalement très juste tant les statistiques des deux équipes sont similaires. L'Atalanta de son côté, voit la Juventus revenir dangereusement sur cette 4ème place. Rendez-vous mercredi, 21h00, pour la réception d'Empoli, en 8ème de finale de coupe d'Italie, avant d'accueillir Venezia, samedi à 18h00. Tableau récapitulatif Atalanta 0 - 0 Inter Buteur(s): / Atalanta (3-4-2-1): 1 Musso; 28 Demiral, 6 Palomino, 19 Djimsiti; 11 Freuler, 15 De Roon, 7 Koopmeiners, 13 Pezzella; 32 Pessina (78' 59 Miranchuk), 88 Pasalić (90' 77 Zappacosta); 9 Muriel (86' 99 Piccoli) Banc: 59 Miranchuk, 57 Sportiello, 46 Cittadini, 99 Piccoli, 48 Panada, 45 Zucon, 77 Zappacosta, 42 Scalvini, 31 Rossi Entraîneur: Gian Piero Gasperini Inter (3-5-2): 1 Handanović; 33 D'Ambrosio, 37 Škriniar, 95 Bastoni (83' 6 De Vrij); 36 Darmian (66' 2 Dumfries), 23 Barella, 77 Brozović, 20 Çalhanoğlu (66' 22 Vidal), 14 Perisić; 9 Džeko (82' 10 Martínez), 7 Sánchez (67' 19 Correa) Banc: 32 Dimarco, 2 Dumfries, 10 Lautaro Martínez, 11 Kolarov, 5 Gagliardini, 6 De Vrij, 22 Vidal, 12 Sensi, 8 Vecino, 97 Radu, 13 Ranocchia, 19 Correa Entraîneur: Simone Inzaghi Arbitre : Davide Massa VAR : Di Paolo Averti(s): 37' De Roon (A), 42' Brozović (I), 62' Çalhanoğlu (I), 84' Palomino (A) Exclu(s): / Internazionale.fr ~ © Aurios-Inter
  7. Le Corriere Dello Sport est revenu sur ce début d’année 2022. Un début d’année qui annonçait l’enfer sur terre pour les Nerazzurri: "La Lazio, la Juventus en Super Coupe et l’Atalanta, le mois de janvier pré-annonçait un mois de feu pour l’Inter. Avec quel résultat ? Deux victoires, un match nul et un titre en poche." "A tout cela, s’ajoute une journée de championnat qui s’annonçait défavorable, celle de ce week-end. Pourtant les Nerazzurri sont parvenus à gagner un point sur le Milan, battu par surprise à domicile face à la Spezia: Dans une journée qui, sur papier, donnait à sourire aux rivaux, avec le Napoli qui a fait son devoir, l’Inter a fini par gagner un point de plus sur les Rossonneri. Ils sont actuellement à +2 et, en cas de victoire sur Bologne, l’avantage serait de +5." "Mieux encore, la prochaine journée verra le Milan affronter la Juve avec les Nerazzurri qui défieront, au Giuseppe Meazza, Venise : Le risque est que l’écart continue à s’agrandir et à ce point, il ne rester au Diavolo que le Derby du 6 février, soit immédiatement après la trêve, pour relancer les débats ou pour sortir définitivement de la course au titre." Inter, Milan, Napoli, qui a le meilleur calendrier (Hors Coupe d’Europe) En effet, mis à part la rencontre en Coupe d’Italie qui se tiendra demain face à Empoli, l’Inter défiera : Venise, le 22 janvier Le Milan, le 6 février Le Napoli, le 13 février Sassuolo le 20 février Le Genoa le 27 février La Salernitana le 06 mars Le Milan lui fera face à La Juventus, le 23 janvier L’Inter, le 06 février La Sampdoria, le 13 février La Selernitana, le 20 février L’Udinese, le 27 février Le Napoli, le 06 mars Le Napoli fera face à La Salernitana, le 23 janvier Venise, le 06 février L’Inter, le 13 février Cagliari, le 20 février La Lazio, le 20 février Le Milan, le 06 mars Selon vous, qui a le plus à perdre, en sachant que l’Inter avec un match de moins, dispose déjà d’une avance de 2 points (+5 si victoire à Bologne) sur le Milan et de + 4 (plus 7 si victoire à Bologne) sur le Napoli ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  8. Si une certaine presse sportive se fend d’un message moqueur de la part du Napoli envers l’Inter et l’Atalanta, celle-ci aurait dû approfondir le sujet, le comportement du Club du Vésuve ayant une toute autre signification En effet, à 22h40, le club napolitain a publié un tweet devenu viral, suscitant l’incompréhension également de ses propres tifosi, mais pour quelle raison ? "Le Calcio Napoli se félicite de voir l’Atalanta et l’Inter disputer une très belle rencontre, composée d’un football honnête et spectaculaire". L’authenticité de ce message trouve son origine également dans le retweet du Président Aurelio De Laurentiis Un message énigmatique à double sens D’un point de vue publicitaire, la mise en lumière à l’internationale a fonctionné, surtout après la publication du même message dans la langue de Shakespeare, 45 minutes plus tard. Deux interprétations sont possibles : La première est la lecture inattendue du message proposée par le club napolitain : Des compliments sincères et vrai pour deux équipes qui ont disputé une rencontre intense et divertissante, qui ne s’est terminé que sur le score de 0-0 uniquement par hasard, dans un contexte d’un match de championnat disputé à un très haut niveau, où le club Azzurro se retrouve dans les premières position : Il peut s’agir d’une sorte de poignée de main virtuelle, sur base d’un comportement de pleine sportivité La seconde interprétation est plus vicieuse, celle proposée par de très nombreux tifosi napolitain qui voient, dans ces paroles, le retour de la Juventus, vainqueur de l’Udinese dans un match polémique lorsque le score était de 1-0 pour les turinois : Le penalty non-accordé par l’arbitre au club du Frioul suite à un arrachage de cheveux de Bernardeschi sur Soppy. Un Buzz inattendu La nature énigmatique du tweet a fait le succès des utilisateurs italiens de la célèbre application qui ont suivi la fin du match du match à Bergame : En moins d’une heure, plus de 13.000 interactions (retweet et Likes) ont été comptabilisés, faisant de celui-ci l’un des messages tendances de la plateforme en version italienne. Selon vous, est-ce que le Napoli a visé la Juventus ? Comment expliquer le message aux clubs lombards ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  9. Julian Ross

    Rubentus FC

    Vu que Archi a commencé les hostilités avec le topic sur le Milan , je me permet de créer un topic sur mon équipe préferé : la Juventus , alias la Rubentus ou la Giuventus. Voici un site interessant : http://www.antijuve.com/ Allez visiter mes deux rubriques préférés: IDOLI ou vous retrouverez nos amis Cruz et Materazzi et LE VOSTRE OPERE
  10. C’est une information en provenance de la Gazzetta Dello Sport et, ce n’est finalement une surprise pour personne : Giuseppe Marotta, l’Administrateur-Délégué Sport de l’Inter se prépare à lancer pour Paulo Dybala, l’argentin ayant toujours connu une relation particulière avec le meilleur dirigeant de la Botte, est en fin de contrat au 30 juin 2022! "Le coup de théâtre serait de voir Dybala évoluer la saison prochaine à l’Inter. Il ne faut pas perdre de vue ce scénario, car le club Nerazzurro est prêt à s’insérer dans les difficultés entourant le numéro 10 turinois et son club dans le cadre de la procédure de renouvellement : Il n’est d’ailleurs pas juste de considérer cela comme une manœuvre de déstabilisation, il y a quelque chose de plus, c’est une réelle idée." "Dybala et la Juventus s’étaient entendu depuis le mois d’octobre pour procéder à un renouvellement quinquennal à hauteur de huit millions d’euros plus deux de bonus par saison. Ensuite, la machine s’est enrayée à l’instant fatidique, celui où il devait prendre le style en main : L’Inter est au courant de tout, Marotta est parfaitement informé de la situation, il connait le moindre mouvement relatif à l’argentin." "L’Administrateur-Délégué Nerazzurro sait également que le numéro 10 a donné à la priorité à la Juve jusqu’à la fin de ce mois de janvier, il ne veut pas échanger avec d’autres clubs, car oui, plusieurs appels sont déjà arrivé chez son agent, Jorge Antun. De son côté, Paulo ne s’explique pas ce revirement de situation de ses dirigeants, avec lesquels, il était pourtant parvenu à définir un vrai et propre accord, actuellement. A présent, ils veulent rediscuter des termes de celui-ci, aussi bien au niveau de la durée que de l’offre salariale." "L’Inter, raisonne sur des possibles interventions à réaliser pour renforcer son attaque l’année prochaine et le nom de Gianluca Scamacca est en première ligne, mais attention aussi à l’Idée Dybala, car elle peut être l’opportunité dont parlaient certains et bien sûr Marotta en personne. Le Club de Zhang ne peut pas intervenir sur base de l’accord conclu au mois d’octobre, les dix millions d’euros globaux sont hors de portée pour le club qui a prolongé Lautaro à six millions d’euros plus bonus et qui compte en faire tout autant pour Marcelo Brozovic." "Toutefois, si le niveau des enjeux vient à diminuer sur une base inférieure, alors l’assaut à Dybala est une guerre dans laquelle l’Inter veut s’inscrire, avec de très bonnes raisons de pouvoir le ramener à la maison: Il a déjà été courtisé, il se dit même qu’il y a déjà eu une approche, précoce, mais pas trop, car les comptes de la Viale Della Liberazione le savent parfaitement." "Comprenez : Si le nouveau contrat de Dybala ne diffère pas énormément de celui en cours avec la Juve, l'Inter sera au rendez-vous. Et l'Argentin lui-même en est conscient. En juin, la masse salariale des Nerazzurri sera moins bien imposante que l’actuelle avec deux joueurs qui arriveront en fin de contrat au 30 juin 2022 : Arturo Vidal et Matias Vecino : La somme totale épargnée s’élèvera à environ 16 millions d’euros bruts par an sur les caisses de l’Inter et ces 16 millions seront suffisants pour planifier l'assaut sur Dybala." "Après lui avoir fait la cour, l’Inter disposerait des fonds pour tenter le coup et observe la situation: Marotta attend le bon moment pour tenter l'assaut car un Dybala gratuit est un plat trop délicieux pour ne pas tenter l'Inter. Marotta a déjà essayé de se l’offrir à l'été 2019, lorsqu'il a proposé un échange avec Mauro Icardi. L'estime envers le joueur est toujours intact 30 mois plus tard et paradoxalement, l’opération est plus réaliste aujourd’hui qu’à l’époque." "L’Inter est prête, mais Marotta ne veut pas faire de vagues et personne n’aime perdre des combats car finalement, plus que la Juventus, c’est bel et bien Paulo Dybala qui a tout entre les mains, il suffira donc d’attendre encore quelques semaines pour découvrir quels sont les cartes en sa possession : L’Inter est aujourd’hui considérée comme un Cheval de compétition qui pourrait peut-être l’emporter "Di Corto Muso"." Etes-vous si surpris que cela, du comportement de Giuseppe Marotta ? Entre un Scamacca payant et un Dybala gratuit, lequel recruteriez-vous ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  11. Alors qu’au fin fond de la nuit, on semblait tous se diriger vers le douloureux épilogue d’une séance de tirs au buts, alors que l’Inter a dominé son sujet, face à un bunker turinois, le karma a parlé. Si lors du dernier déplacement de la Juve au Giuseppe Meazza Nerazzurro, la Var lui est venue miraculeusement en tête, les Dieux du football ont écrit un thriller pour célébrer le titre Nerazzurro remporté ce soir: A l’ultime seconde de la dernière minute de la dernière prolongation, le Giuseppe Meazza a explosé ! En effet, cette partie était loin de la partie spectaculaire attendue, si l’Inter se créait d’importantes occasions en début de match, la première polémique ne tarde pas à venir: À la 11’, l'Inter réclame un penalty pour une faute de Chiellini sur Barella. Lors du choc entre les Champions d'Europe, c'est le joueur sarde qui s'est emparé du ballon en premier, le capitaine de la Juventus le renversant sur son élan. Après un contrôle rapide de la Var, Doveri fait reprendre le match au milieu des protestations des Nerazzurri. Peu de temps après, Inzaghi a demandé à l'arbitre pourquoi il n'était pas allé revoir le contact sur le moniteur, le quatrième homme Fabbri s'efforçant de le calmer. A la 25’ place à l’ouverture du score qui est turinoise: La poussée de Morata sur Skriniar au début de l’action n’est pas sanctionnée : Le centre de l'Espagnol se situant sur l’aile gauche trouvait McKennie esseulé dans la surface, qui de la tête surprend la défense Nerazzurra, Stefan De Vrij en premier. L’Inter se relance dans le match via… un penalty : A la 34’ Dzeko traverse toute la surface de réparation turinoise et trouve De Sciglio, sur son chemin. Ce dernier, naïf, le touche du pied en négligeant dans le ballon. Doveri n'a aucun doute et désigne immédiatement le point de penalty. Celui-ci sera converti par Lautaro Martinez qui prendra à contre-pied Mattia Perrin. Nouvelle polémique à la 40’ dans la surface de la Juventus : Bastoni se plaint d'un croche-pied de Kulusevski, Doveri ne siffle pas mais ne semble pas si sûr de la décision prise. En effet, la jambe du Suédois est "assez large" et le doute sur l'intensité du contact subsistera. A la fin du temps réglementaire, la Juve fait de la Juve, en l’absence de Cuadrado, McKennie tombe au sol dans la surface de réparation milanaise, en touchant son visage après une main involontaire de Bastoni : Pour Doveri, ainsi que pour l'arbitre de la Var Mazzoleni, il n’y a absolument rien Au cours de la première prolongation, Skriniar et Chiellini "s'entrelacent" dans la surface turinoise, alors que la tête d’Alexis Sanchez, monté au jeu avec Joaquin Correa en remplacement d'Edin Dzeko et Lautaro Martinez, flirte avec la cage de Perrin. Si Doveri siffle, celui-ci indiquera un coup de pied de but. Place à l’épilogue de cette fin de match, une fin de match typiquement Pazza Inter. Alors que nous sommes à la 120’ et que Massimiliano Allegri voit son plan d’action se confirmer, celui d’aller au tirs au but, alors que Leonardo Bonucci se prépare à rentrer, Le Giuseppe Meazza rugit de plaisir: Profitant d’une incompréhension dans la surface turinoise sur un centre de Federico Dimarco, Darmian fait irruption dans la surface, anticipe Chiellini suite à une remise suicidaire de la poitrine d'Alex Sandro pour servir Alexis Sanchez! Et si le Capitaine de la Juventus s’est arrêté à temps pour ne pas provoquer de penalty, le numéro 7 chilien met tout le monde d’accord en faisant trembler les filets : Averti pour avoir retiré son maillot, Alexis se dirige vers le poteau de corner, sous la Curva Nord en étant rejoint par l’intégralité de l’équipe, Simone Inzaghi et son staff inclus. Doveri siffle immédiatement après ce but la fin du match, l’Inter remporte la Super Coupe d’Italie tandis que Bonucci a piqué une crise et a attaqué Le secrétaire de l'équipe-première équipe de l'Inter, Cristiano Mozzillo. Un comportement honteux qui, espérons-le, ne restera pas impuni! La nuit magique est Nerazzurra et Simone Inzaghi ramène déjà son premier titre à la tête de l’Inter à la maison, avec un taux de victoire insolent de 100% en Super Coupe d'Italie! Étiez-vous comme Tramontana ? Tableau Récapitulatif Résumé vidéo Inter 2-1 Juventus Buteur(s) : 25’ McKennie (J), 35’ Lautaro Martinez (I, pen.), 120’ Sanchez (I) Inter : 1 Handanovic ; 37 Skriniar, 6 De Vrij, 95 Bastoni ; 2 Dumfries (89’ 36 Darmian), 23 Barella (89’ 22 Vidal), 77 Brozovic, 20 Çalhanoğlu, 14 Perisic (101’ 32 Dimarco) ; 9 Dzeko (75’ 19 Correa), 10 Lautaro Martinez (75’ 7 Sanchez) Banc : 97 Radu, 5 Gagliardini, 8 Vecino, 11 Kolarov, 12 Sensi, 13 Ranocchia, 33 D'Ambrosio T1 : Simone Inzaghi Juventus : 36 Perin ; 2 De Sciglio, 24 Rugani, 3 Chiellini, 12 Alex Sandro ; 14 McKennie, 27 Locatelli (91’ 30 Bentancur), 25 Rabiot ; 20 Bernardeschi (79’ 5 Arthur) ; 44 Kulusevski (74’ 10 Dybala) ; 9 Morata (88’ 18 Kean) Banc : 1 Szczesny, 23 Pinsoglio, 6 Danilo, 17 Pellegrini, 19 Bonucci, 21 Kaio Jorge, 38 Ake, 45 De Winter T1 : Massimiliano Allegri Arbitre : Daniele Doveri VAR : Paolo Silvio Mazzoleni Averti(s): Bernardeschi (J), Dybala (J), Correa (I), Rugani (J), Vidal (I), Sanchez (I) Expulsé(s): / Affluence: 29.696 tifosi ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  12. L'ancien président de l'Inter déclare : "Conte a le mérite d'avoir relancé l'Inter, Inzaghi s'en sort très bien". "Ma position a toujours été en faveur de la santé, car si vous ne l'avez pas, vous ne pouvez pas retourner au travail. Mais je comprends que la saison soit pleine d'engagements entre la ligue et l'équipe nationale, donc il n'y aurait pas de temps pour reporter les matchs. Ayant une année effrayante de Covid (2020), nous avons commencé par une densité imprudente d'engagements." C'est ce qu'a déclaré Massimo Moratti, ancien président de l'Inter, à propos de la situation de Covid dans le championnat. Il a d'abord commenté : "Au niveau national, il était difficile de trouver une solution, mais au niveau international, on pouvait faire quelque chose de plus", a-t-il expliqué aux micros de Radio Punto Nuovo. "De cette manière, la ligue compte de nombreux matchs dans lesquels jouent des joueurs qui sont entrés sur le terrain quelques jours plus tôt, avec de nombreuses réserves, des jeunes. C'est un peu déformé. Les bonnes choses n'ont pas été faites. Mais je pense à la bonne volonté de faire beaucoup de choses qui n'ont pas pu être achevées", a-t-il ajouté. Le défi spécial Inter - Juve "Inter-Juve sera le match difficile habituel, plein de tension. Les Bianconeri ont tout ce dont ils ont besoin pour relancer leur saison, tandis que les Nerazzurri sont en forme, enthousiastes et plaisant à regarder. Le match de 90 minutes peut donner n'importe quelle issue, il sera certainement divertissant. J'espère ne pas être trop nerveux. Inzaghi ou Conte ? Conte a eu le mérite d'avoir relancé l'Inter, de lui faire gagner un championnat important. L'héritage d'Inzaghi est difficile, avec les joueurs vendus, mais il s'en sort très bien. Qui prendrais-je de la Juve à l'Inter ? Un joueur qui a une grande qualité et un grand talent est Chiesa. Tout comme Dybala vaut toujours la peine d'être pris. Les autres joueurs sont un peu à découvrir", a-t-il ajouté. ®Internazionale.fr ~ Aurios-Inter Via FcInter1908.it / Traduction DeepL
  13. La Gazzetta Dello Sport confirme l’information : Marcelo Brozovic et l’Inter sont parvenus à un accord pour le renouvellement du contrat de l’architecte Nerazzurro flocké du numéro 77 : "La quadrature du cercle a été trouvée sur la base fixe de 6 millions d’euros net, courant jusqu’au 30 juin 2026. A cela, il y a lieu d’ajouter des bonus qui permettront au croate de percevoir une somme proche des 7 millions d’euros. Quand aura lieu l’officialisation ? "L’annonce aura lieu soit après la Super Coupe d’Italie face à la Juventus, soit immédiatement après la rencontre de ce dimanche face à l’Atalanta, elle ne sera pas plus éloignée. Elle arrivera, bien sûr, avec la paraphe de Steven Zhang." Les différentes étapes "Il n’y a jamais réellement eu de rupture dans les négociations, car la disponibilité entre les deux parties étaient claires depuis les toutes premières démarches. Mais l’Inter, du moins au début des négociations, n’était pas certaine de parvenir à atteindre l’objectif : Il y avait trop de variables incontrôlées, dont la voix du Papa, Ivan Brozovic, qui réclamait 8 millions d’euros net par saison." Aucune concurrence ? "Ensuite, le travail de médiation est allé jusqu’à son terme car le Club Nerazzurro a tout doucement compris qu’il ne s’agissait que d’une simple question économique et que, derrière cette première demande, il n’y avait aucun autre club. Même mieux, il n’y avait aucun club réellement intéressé par Marcelo Brozovic d’un point de vue technique : Les fameux 8 millions d’euros, pour tout vous dire, ont été proposé par Newcastle, mais le croate voulait et veux continuer à jouer au plus haut niveau: Et il se sent lié à la vie milanaise." La Rosea ne dévoilant ce type d’informations que si elle en est sur et certaine, comment jugez-vous cette prolongation ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  14. Simone Inzaghi s’est livré en conférence de presse, à Dazn et à Inter TV suite à la très importante victoire de l’Inter, à domicile, face à la Lazio de Maurizio Sarri Son interview à Inter TV "Je pense toujours que les phases défensives partent des attaquants. Nous avons remporté une partie importante, même si je suis déçu pour le but encaissé. Nous tenions à cette victoire, après avoir passé tant de jours sans avoir joué: Nous voulions commencer l'année avec une victoire. Ce n'était pas facile car la Lazio a de la qualité et ils ont proposé une bonne configuration sur le terrain : Nous avons mérité la victoire, face à une telle Lazio, ce n’était vraiment pas simple, je suis très très content de mes garçons." La Super Coupe ? "Nous avons deux jours et demi pour nous y préparer au mieux, et c’est notre objectif. La Supercoupe d'Italie nous attend mercredi. C'est une finale que nous voulons disputer de la meilleure des façons possible." En conférence de presse "C’était une partie importante, très compliquée, j’ai félicité les garçons car ce n’était pas simple face à une équipe costaude et qui était bien installé sur le terrain : Nous avons réalisé une excellente rencontre, c’était une victoire méritée." Bastoni ? "Je pense que c’est de l’Adn de champion, le premier mois, j’ai dû aussi lui trouver un remplaçant car il revenait de l’Euro. Aujourd’hui, il a marqué et réalisé une passe décisive, mais cela fait plus de deux ans et demi que je le vois de l’extérieur et, en match, il ne se trompe que très rarement." La Super Coupe ? "Je ne sais pas qui est le favori, c’est le premier trophée de la saison et nous affronterons une grande équipe, capable de tout, comme elle l’a prouvée aujourd’hui face à la Roma. Ce sera un match ouvert, le dernier où nous pourrons divertir nos tifosi et nous voulons leur offrir une victoire dans une rencontre importante." Buts défensifs "Cela veut dire que la participation est totale, le hors-jeu de Lautaro était dû à la pointe de son pied. Dans des rencontre de ce type, où nos attaquant ne sont pas en réussite pour marquer, c’est une ressource importante." Le retour du Diavolo "Il faudra revoir la même Inter que lors de la phase aller. Nous savons que le Milan, le Napoli et la Juve n’abdiqueront pas." Allez-vous demander un attaquant de poids comme alternative ? "Non, je suis très heureux de ceux que j’ai, j’ai des joueurs qui se complètent et parfois, je me dois de choisir quels sont les deux meilleurs pour le match." Son Interview à DAZN "C’est normal que nous voulions reprendre avec i,e victoire, ce n’était pas simple car nous faisons face à une équipe très bien en place sur le terrain et qui, physiquement, était toujours présente sur le terrain, c’était une victoire mérité, une reprise optimale. A présent, nous avons une finale à disputer de la meilleure des façon possible dans notre stade, nous devons nous y préparer de la meilleure des façons." "J’ai la chance d’entraîner des joueurs importants qui jouent bien, je suis très content d’eux et nous devons continuer de cette façon car le championnat ne s’arrête pas. Aujourd’hui, tous nos antagonistes ont gagné, nous ne pouvions pas être stoppé. Nous étions de retour face à une équipe qui aurai pu avoir plus le ballon, vu comment elle sait jouer. Mais mes garçons ont été bons et je les ai félicités." Qu’est-ce qui vous rends le plus fier ? "La participation de tous, voir Vidal et Gagliardini jouer de la sorte, alors qu’ils ne sont pas toujours titulaires dès l’entame du match, me remplit de fierté : Gagliardini a réalisé une très grande prestation ce soir." Lautaro ? "La suspension lui pendait au nez, mais il a réalisé un très grand match, tout comme Sanchez. Il fallait reprendre la compétition de la meilleure des façons possible et les garçons ont été très doué dans une rencontre qui était loin d’être simple." Que répondez-vous aux entraîneurs qui disent que, seul vous, pouvez perdre le Championnat ? "Qu’en date du 22 octobre, nous étions à 7 points du duo de tête et que je l’entendais beaucoup moins. A présent, le fait de le redire est le mérite des garçons. Après Lazio-Inter, je n’entendais plus personne dire que nous pouvions le perdre nous-même…." Sanchez ? "Lorsque je suis arrivé à l’Inter, je ne l’ai pas eu à disposition durant un mois et demi. Depuis son retour de blessure, il a cherché à me convaincre à chaque entrainement, il a toujours donné son maximum et c’est une personne positive : Il est d’une très grande ressource pour nous. Les joueurs savent que je dois toujours faire des choix, ils voudraient toujours être aligné, je le sais bien car j’étais un attaquant, mais lui, il est d’une si grande ressource." La Lazio ? "Vous savez tous ce qu’elle représente pour moi, c’était ma vie, j’y ai grandi, ce ne sera jamais une rencontre comme les autres, mais avec ce que l’Inter m’apporte, je tenais énormément à l’emporter ce soir. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  15. Alessandro Bastoni n’avait plus marqué depuis le 28 juin 2020, il n’avait d’ailleurs jamais marqué au Giuseppe Meazza, mais face à la Lazio, il s’est offert une nuit de rêve : Un but des 30 mètres, une passe décisive et une victoire : Extraordinaire dans le but et en passeur décisif, il s’est montré également insubmersible en défense Son interview à DAZN "Je voulais frapper à la volée mais par chance Brozovic, qui était à mes cotés, m’a dit que j’étais seul et j’ai eu le temps de contrôler le ballon et de mieux le placer. Marquer à nouveau est une sensation étrange car cela ne m’était plus arrivé depuis deux ans, mais je suis encore plus heureux pour la victoire d’équipe, c’est la seule chose qui compte. C’est clair qu’en fin de saison dernière, je me disais que je ne reprenais pas les ballons sur nos corners, c’est pour cette raison que j’ai décidé de me placer à l’extérieur de la surface." "Nous avons réalisé une belle prestation et ce n’était pas facile vu ce qu’il s’est passé à Bologne, sans oublier la trêve : C’était un match compliqué car lors de la phase aller, la Lazio était la seule équipe à nous avoir battu. Nous avons le Tricolore sur le torse et nous tenons à le défendre à tout prix : Gagner est beau, nous avons un solide mental, nous nous divertissons sur le terrain et nous voulons continuer de la sorte." "En début de saison, j’ai rencontré quelques difficultés, mais grâce à l’entraîneur, j’ai énormément grandi, j’ai assimilé les mécanismes et l’équipe s’est améliorée dans chaque phase de jeu, nous sommes capables de mettre en pratique ce qu’il nous a demandé. Nous devons continuer à aller de l’avant sur cette voie." Son interview à Inter Tv "Cela faisait deux ans que je ne marquais plus, même si je tente souvent. C’est un football très divertissant et nous nous amusons, il faut continuer comme ça. Le but n’est pas aussi important, ce qui compte c’est la prestation et la victoire qui en découle." La passe décisive à Skriniar ? "Ce n’est pas quelque chose qui arrive tous les jours, vu le rôle que nous occupons, nous sommes là pour mettre en valeur les attaquants. Mais nous voulons aussi faire comprendre à tous, que nous sommes aussi importants qu’eux. Je ne me suis inspiré de personne sur mon pied gauche, mais je remercie Favini qui, à l’Atalanta, m’a en tête une façon de jouer bien défini." "Nous voulions envoyer un message après les deux victoires du Milan, il a montré qu’il faudra compter avec eux jusqu’au bout. Ce soir c’était un match difficile, nous nous félicitons de la victoire et dès demain, nous penserons à la Super Coupe." Milan Skriniar Son Interview à DAZN "C’est toujours un beau moment lorsque je marque un but, je suis heureux pour le but et pour la victoire, et je suis fier car j’ai reçu une très belle passe décisive de mon ami. Je me suis presque écorché les genoux sur la célébration. C’est comme ça que naissent les buts chez nous : Lorsque Sanchez a le ballon, on pense toujours à ce qu’il peut inventer et cette fois-ci, il a lancé Bastoni sur l’aile gauche. "Nous nous félicitons de cette victoire, car après les vacances nous avons bien travaillé et vu que nous n’avons pas joué à Bologne, nous nous sommes encore plus entrainés. Demain, nous penserons à la Super Coupe et ce sera une rencontre difficile, mais nous voulons ce titre pour nous et pour nos tifosi. Ce sera une rencontre spéciale, comme elle l’est toujours face à la Juventus. Nous allons la préparer du mieux possible, j’ai également une pensée pour Federico Chiesa, il se dit qu’il s’est sérieusement blessé, je lui souhaite bonne chance." Milan s’est fait charrier sur Inter TV "Basto a un excellent pied, il a fait un très beau centre et j’y suis allé et j’en suis très content." Allez-vous lui offrir le restaurant ? "Allez, il ne faut pas exagérer." Il s‘agit d’un but de deux joueurs du trio défensif... "Nous savons que nous sommes difficiles à marquer avec les mouvements voulu par l’entraîneur, c’est une question de mobilité." Le but de la Lazio ? "Nous avons commis une erreur d’équipe, pas uniquement tous les défenseurs : Tout le monde aurait pu se mettre devant le ballon. J’aurais pu revenir en courant, mais je pensais que Stefan ou Samir allaient intervenir. Eux ont pensé que j’allais intervenir, c’est une erreur d’équipe et nous aurions pu faire mieux, même si nous avons démontré notre caractère.' Confirmez-vous votre refus d’offrir le resto à Basto ? "Mais allez, je lui offre volontiers, mais pas seulement pour la passe décisive." Une ambiance optimale règne chez les Champions d’Italie ! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  16. En effet, l’Inter a fait preuve de caractère et d’orgueil pour venir à bout de la seule équipe qui était parvenu à la battre lors de la phase aller du championnat! Simone Inzaghi a également définitivement pris le meilleur sur son passé en récoltant trois points fondamentaux, trois points qui, malgré le fait qu’il y ait un match de retard, permet à l’Inter de reprendre la tête du championnat au terme d’un match géré avec sérieux, si ce n’est un dernier quart d’heure de souffrance. L’ouverture du score était de l’œuvre de Lautaro Martinez qui lancé par Alexis Sanchez, se retrouve en position d’hors-jeu pour un orteil. Quelques instants plus tard, le Toro se voit refusé un but par le portier Laziale, sa reprise à bout portant étant miraculeusement repoussée ! Partie remise, car à la 30’ sur un corner botté par l’attaquant chilien, le ballon revient dans l’axe et à l’entrée de la surface sur Alessandro Bastoni qui, après un rapide contrôle, envoie une mine à ras-de-terre du pied gauche, Strakosha se détend en retard et l’ouverture du score est plus que mérité. Auteur de trois tirs cadrés jusqu’au dernier quart. La Lazio parviendra à recoller à la marque des la 35’, Lancé en profondeur, Ciro Immobile profite d’un errement incroyablement entre Stefan De Vrij, Milan Skriniar et Samir Handanovic qui cette fois-ci a voulu se prendre pour Superman, pour marquer dans le but vide. En seconde période et auteur du premier but, Alessandro Bastoni délivre un centre aérien à la 67', un caviar qui voit le ballon épouser le crâne de Milan Skriniar avant d’heurter à pleine puissance la transversale pour rebondir derrière la ligne et dans le plafond du but. La fin du match sera quasiment Laziale, l’Inter ne faisant que reculer, Samir Handanovic sauvera d’ailleurs les siens lors d’un sérieux duel avec Ciro Immobile, en plongeant dans ses pieds pour écarter le danger. L’Inter reprend sa marche impériale et se prépare, à présent, à défier la Juventus privée de Federico Chiesa, de Juan Cuadrado et de Matthijs de Ligt, en finale de la Super Coupe d’Italie, ce mercredi 12 janvier 2022 au Stade Giuseppe Meazza! Tableau Récapitulatif Résumé Vidéos Inter 2-1 Lazio Buteur(s) : 30’ Bastoni (I), 35’ Immobile (L), 67’ Skriniar (I) Inter: 1 Handanovic; 37 Skriniar, 6 De Vrij, 95 Bastoni; 2 Dumfries (77’ 36 Darmian), 23 Barella (82’ 22 Vidal), 77 Brozovic, 5 Gagliardini, 14 Perisic (82’ 32 Dimarco); 7 Sanchez (73’ 19 Correa), 10 Lautaro Martinez (73’ 9 Dzeko) Banc: 40 Rovida, 97 Radu, 8 Vecino, 12 Sensi, 13 Ranocchia, 33 D'Ambrosio, 41 Curatolo T1: Simone Inzaghi Lazio: 1 Strakosha; 23 Hysaj (80’ 29 Lazzari), 3 Luiz Felipe, 26 Radu, 77 Marusic; 21 Milinkovic-Savic, 32 Cataldi (68’ 6 Leiva), 88 Basic (68’ 10 Luis Alberto); 7 Felipe Anderson (60’ 20 Zaccagni), 17 Immobile, 9 Pedro Banc: 25 Reina, 31 Adamonis, 4 Patric, 18 Romero, 19 Vavro, 27 Moro, 28 A. Anderson, 94 Muriqi T1: Maurizio Sarri Arbitre: Luca Pairetto VAR: Marco Bresmes Averti(s): Luiz Felipe (L), Basic (L), Radu (L), Zaccagni (L), Vidal (I) Expulsé(s): / Affluence: 29.471 Tifosi ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  17. En effet, le Club du Vésuve a décidé d’aligner, hier soir Amir Rrahmani, Piotr Zielinski et Stanislav Lobotka face à la Juve. Révélation de la Repubblica "En les alignant, le club d’Aurelio De Laurentiis s’est attaqué au Protocole Sportif en envoyant trois joueurs sur le terrain qui avait été écarté préventivement la veille, suite à des contacts directs avec des personnes positives au Covid-19, avant la rencontre. Les trois joueurs peuvent être passible d’une amende administrative pour la violation de l’isolement imposé par l’Agence Sanitaire de Campana". "Toutefois, le Code Anti-Covid de la Lega Calcio autorisait l’alignement des joueurs "vu que la bulle, pour éviter tout contact avec le groupe équipe à l’extérieur, a été respecté. Les nouvelles règles entreront en vigueur le 10 janvier. Il s'agit d'un défaut moral plutôt que formel, auquel "l'intègre" De Laurentiis a choisi de s'adonner." Quid de la Juve ? Selon Sky Sport, aucun recours ne sera présenté par la Juventus, suite à la décision du Napoli d’aligner ses joueurs, les Bianconeri acceptant le résultat du terrain. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  18. C’est une révélation de la Gazzetta Dello Sport, Steven Zhang s’est remis en question vis-à-vis de l’entraîneur de l’Inter, Simone Inzaghi, après avoir connu deux saisons où il était souvent la cible d’Antonio Conte En effet, le Président Nerazzurro veut rencontrer Inzaghi en personne pour lui parler de son futur : "La thématique de la prolongation de son contrat doit encore être approfondie, mais elle n’est en aucun cas remise en discussion : Un véritable feeling existe entre les deux parties et les confirmations hebdomadaire, et pas seulement au niveau des résultats sportifs, confirme cette intention." "Le président a toujours aimé l'attitude de l'entraîneur et les mots qu'il a prononcés publiquement sur le club dans sa période la plus difficile, soit celle qui a suivi la vente de Romelu Lukaku Il s’agit d’un un changement de cap considérable par rapport au passé car, avec Antonio Conte, le club s'est souvent retrouvé dans l’œil du cyclone, également en termes de déclarations. Ce n'est pas une question de détail, car il y avait aussi le fond et la forme C’est pourquoi tout porte à croire que le lien entre Inzaghi et l'Inter est destiné à durer. Tout le monde aime Simone. Et Steven le confirmera de lui-même, après l'avoir fait par voie électronique avant Noël, dans les prochains jours" L’agenda présidentiel "Dans l'agenda du Président, il y a évidemment sa présence à Appiano Gentile dans les jours qui précéderont la rencontre face à la Juve, mercredi prochain. Ce sera, pour lui, une façon de motiver les joueurs, qui sont à la recherche d'un deuxième trophée consécutif. Mais il s’agira surtout de l’occasion idéal pour rencontrer l’entraîneur, comprendre ses besoins, afin de comprendre comment améliorer le monde de l'Inter et la structure du club." "Il y aura également la thématique liée au Mercato même s’il est évident que celle-ci est principalement débattue entre Simone Inzaghi, l'administrateur délégué Giuseppe Marotta et le Directeur-Sportif Piero Ausilio. Mais l’entraîneur aura l'occasion de réitérer ses souhaits à Zhang, de la nécessité de renforcer l'effectif là où c'est possible, notamment sur le côté gauche. Et peut-être qu'ensemble, lors d'une réunion avec le secteur technique, ils essaieront de tracer les lignes directrices pour l'avenir. Après tout, l’esprit du club est déjà projeté vers l'avant : Le recrutement d’André Onana en est la preuve, tout comme la pression mise sur Matthias Ginter." Le Saviez-Vous ? Le Président devrait rester au moins deux semaines en Italie Il a également tenu à démentir formellement les voix relative à la vente du club. Dans le courant de ce mois de janvier, l’obligation de 400 millions d’euros sera refinancée. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  19. ®CIES - Le numéro 362 de la Lettre hebdomadaire présente la liste biannuelle des 100 joueurs du big-5 avec les plus hautes valeurs de transfert, estimées à partir de l’algorithme de l’Observatoire du football CIES. Le Brésilien du Real Madrid Vinícius Júnior (€166 M) devance Phil Foden et Erling Haaland. Ces chiffres ne prennent pas en compte les éventuelles clauses de départ dans le contrat des joueurs. CIES - Par poste, les plus hautes valeurs ont été mesurées pour Gianluigi Donnarumma parmi les gardiens, Rúben Dias pour les défenseurs centraux, Alphonso Davies parmi les défenseurs latéraux, Jude Bellingham pour les milieux défensifs, Florian Wirtz pour les milieux offensifs, ainsi que pour Vinícius Júnior parmi les attaquants. Kylian Mbappé a la valeur la plus élevée pour les joueurs dont le contrat se termine au mois de juin. Au niveau de la Serie A, Lautaro Martinez et Nicolò Barella domine le classement, Alessandro Bastoni occupe la neuvième position. On retrouve également la présence de 5 joueurs de la Juventus et de 4 joueurs du Milan AC. Les valeurs ont été calculées à partir de l’approche économétrique développée par l’équipe de recherche de l’Observatoire du football CIES. ®CIES
  20. Interviewé pour cette reprise du championnat, en conférence d'avant-match, Stefano Pioli et Massimiliano Allegri semblent avoir redimensionné l’objectif défini en début de saison : Massimiliano Allegri "L’Inter est l’équipe qui est nettement la Favorite pour le Scudetto, je n’en veux pas à Inzaghi, mais seul eux peuvent le perdre." Stefano Pioli "Dès demain, l’objectif sera de remporter le plus de rencontre possible et de récolter le plus de point : Nous voulons gagner chaque match et faire plus de points que la saison dernière : Nous devrons réaliser la phase retour en imposant un rythme important. Ce sera important de déjà bien le débuter, à commencer par demain." Petits joueurs! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  21. L’Inter du ‘futur’ se dessine et avec l’arrivée d’André Onana, l’équipe renforce un secteur prioritaire : En effet, Samir Handanovic n’est pas éternel et le poids de l’âge se fait tout doucement ressentir Analyse de l'article paru dans la Gazzetta Dello Sport Après Samuel Eto’o, un nouveau joueur camerounais va revêtir le maillot de l’Inter, il s’agit d’André Onana, lui qui s’est soumis, hier, à la traditionnelle visite médicale à Milan, lui qui défendra la saison prochaine, la cage Nerazzurra. Il s’agit d’une opération à paramètre zéro et le joueur paraphera un contrat valide jusqu’au 30 juin 2027. L’Inter a donc enrôlé le gardien du futur : 25 ans, international camerounais, et un physique explosif. Lui et les Tifosi Nerazzurri ont un mythe en commun : Samuel Eto'o. Il prendra également la relève d’un poste occupé par Giuliano Sarti, Ivano Bordon, Walter Zenga, Gianluca Pagliuca, Francesco Toldo, Julio Cesar et, enfin, le bon Handa. Onana André Onana est un numéro un d’origine africaine qui a fait ses classes à Barcelone, et s’il ne quittera l’Ajax gratuitement qu’au mois de juin, il a déjà fait connaissance, hier, avec sa nouvelle ville. En tout premier lieu, l’équipe hollandaise a été avisée officiellement par l’Inter, hier, à travers un courriel qui n’a surpris personne, il s’agissait d’une communication nécessaire d’un fait connu de tous, d’une obligation d’informer le club propriétaire d'une négociation d’un joueur en fin de contrat comme le stipule le règlement de la FIFA, afin de procéder à un recrutement au mois de juillet. Dans le même laps de temps, Onana atterrissait à Linate via un vol privé en compagnie de son agent Albert Botines, l'homme qui a été contact continu, lors de cette dernière année, avec Piero Ausilio. Il a été pris en charge par une voiture officielle du club pour la visite habituelle des installations sanitaires de Milan. La première partie des examens ont eu lieu à l’Istituto Humanitas di Rozzano, avant de rejoindre le Coni pour obtenir le certificat d’aptitude sportif (l’idoneità) et pour rencontrer par la suite la Direction Interiste et échanger également avec Simone Inzaghi. La prochaine étape aura lieu le 1er février, ce jour-là, et conformément aux règles établies par la FIFA, le contrat sera signé et déposé, il ne s’agit plus que d’une simple formalité vu les tests réalisé hier. Onana percevra 3 millions d’euros jusqu’au 30 juin 2027, mais plus que l’aspect financier, ll y a eu une confiance constante qui l’a convaincu : L’Inter a été l’équipe qui s’est montrée la plus insistante pour le recruter, en s’activant il y a déjà un an, s’n est suivi l’intérêt de plusieurs clubs de Premier League en commençant par Arsenal. "L’option d’un retour à Barcelone club qui l’a quitté en 2015 pour partir à Amsterdam, n’a jamais été pris en considération malgré quelques déclarations ringardes lâchées tactiquement ces derniers mois." Handanovic Pour sa première année, l’Onana Nerazzurro pourrait être accompagné de l’éternel Handanovic dont le contrat arrive à échéance le 30 juin 2022. Le Capitaine se verra proposer une prolongation d’une année qu’il va soigneusement évaluer et ce même si son agent Fali Ramadani commence déjà à le proposer aux quatre vents : Le Slovène ne semble pas se voir ailleurs et semble métaboliser son nouveau rôle de "tuteur"pour son futur et jeune concurrent. "Toutefois, son nombre de titularisation dans la saison diminuera drastiquement et cela pourrait être bizarre pour lui, qui était un cannibale habitué à laisser des miettes au reste de la compagnie." Mais l’Inter, avec un gardien âgé de 37 ans était quasiment dans l’obligation de se lancer dans une phase de transition : La contribution de Samir pourrait donc s’avérer décisive pour la destinée des Nerazzurri : Avec deux portiers qui peuvent revendiquet le poste de titulaire, il pourrait "adoucir" l’atterrissage du Camerounais à Milan. "Le tout sera respecté suivant un schéma établi par l’Administrateur-Délégué Giuseppe Marotta qui a expérimenté cette situation en 2017-2018, lorsqu’il était encore à la Juventus, avec l’arrivée de Wojciech Szczesny qui était à la cour de Buffon, une situation utile qui aura ouvert la voie au joueur polonais après une année à avoir coexisté avec Gigi." Pensez-vous que les performances de Samir pourraient être impactées à la suite de la confirmation de l’arrivée d’André à l’Inter ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  22. C’est une révélation de la Gazzetta Dello Sport : Il n’y aura pas de report pour le match de Super Coupe d’Italie qui mettra donc aux prise, le mercredi 12 janvier à 21h00 au Stade Giuseppe Meazza, l’Inter à la Juventus Si le match sera disputé avec une affluence de 50% de tifosi au stade. Les raisons du refus du conseil d'administration de la League ont été expliquées aujourd'hui : "Un report au printemps aurait pu permettre une plus grande affluence du public en misant sur une chute de la courbe épidémiologique qui est négative actuellement. Mais il y avait un problème avec le calendrier : Il n’y a aucun créneau de libre comme le démontre également la tentative avortée de reporter une journée de championnat pour octroyer plus de temps à l’Italie de Roberto Mancini engagée dans les Play-Offs pour la Coupe du Monde au Qatar 2022." "Ce report aurait également pu perturber la fin de saison où les différentes équipes peuvent se retrouver engagées dans des finales de Coupes sans oublier la fin du Championnat et la Ligue des Nations pour les Azzurri. "Mais plus que tout, la raison principale, celle qui a fait que cette décision a été unanime a été d’éviter à tout prix un précédent dans une saison des plus délicates avec la multiplication des cas de contrôles positifs au retour des vacances : Reporter un match, et quel match, aurait été un potentiel harakiri. Le respect du calendrier est au contraire une tentative de consolider une digue mise en danger par la propagation de la variante Omicron." Comprenez-vous le raisonnement de la Lega Calcio ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  23. Le CEO de l'Inter a eu un impact significatif pour les Nerazzurri depuis qu'il les a rejoint en 2018 en provenance de la Juventus. Dans l'édition du jour de la Gazzetta dello Sport, le journal Milanais pointe du doigt comment le dirigeant Interiste a su inversé la tendance en Serie A durant les dernières saisons. Marotta a quitté les Bianconeri en Octobre 2018, en parti à cause d'un désaccord avec le club au sujet de l'achat de Christiano Ronaldo, et en parti à cause de la montée en puissance de Fabio Paratici. Les premiers signes de la présence de Marotta à l'Inter se sont vraiment fait ressentir à l'été 2019, alors qu'il réussi à battre la Juventus dans la course à la signature de Romelu Lukaku. Les Bianconeri étaient prêt a tenté de trouver un accord pour l'attaquant de Manchester United (à l'époque) et auraient envoyé dans le même temps Paulo Dybala chez les Red Devils. Cependant, Dybala refusera de rejoindre l'Angleterre et Marotta convaincra Lukaku de rejoindre l'Inter à la place, plaçant un pion important pour l'obtention du Scudetto deux saisons plus tard. De plus, lors de cet été là, les Nerazzurri réussissent a se délester d'un Mauro Icardi devenu indésirable sur la base d'un prêt au Paris Saint-Germain, tout en incluant une clause stipulant que le club Français ferait face à une pénalité financière si l'Argentin venait à rejoindre les Bianconeri par la suite. La perspicacité de Marotta sur le marché des transferts était un facteur majeur de la période qui a vu la Juventus remporté neuf Scudetti consécutifs, et maintenant il semble qu'il produise le même effet à l'Inter. ©Internazionale.fr, via Gazzetta dello Sport - Traduction Trent_FCI
  24. "C’è Solo l’Inter"! En effet, à l’occasion de la Super Coupe d’Italie, Socios.com a proposé aux tifosi disposant des Fan Token $INTER d’élire "The Sound of Inter". Ce dernier remplacera, exceptionnellement pour l’occasion le “$INTER Fan Token" sur le maillot Nerazzurro lors de ce Derby d’Italie face à la Juventus qui se tiendra le 12 janvier prochain. Il s’agira également d’une première historique, non pas que l'on verra la Juventus créer la surprise et remporter enfin une finale, mais l’Inter endossera pour la première fois un maillot interactif qui permettra à tous les tifosi de ressentir l’atmosphère du Giuseppe Meazza en scannant le QR Code positionné sur l’avant du maillot en écoutant "C'è Solo l'Inter" exactement de le même façon que si vous étiez au stade. En téléchargeant l’application Socios.com, les Tifosi peuvent profiter de cette expérience unique et gagner des billets pour ce match de Super Coupe d'Italie ou ce maillot "collector" qui sera porté pour l'occasion. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  25. Marco Bellinazzo, interviewé par Tutti Convocati, s'est exprimé sur l'enquête menée par la Guardia di Finanza sur les plus-values de l'Inter. "Pour l'Inter, l'enquête se concentre sur deux saisons pour un montant de 90 millions d'euros de plus-values. Les plus pertinentes ont eu lieu à l'égard de joueurs qui ont su démontrer leur valeur comme Andrea Pinamonti. Mais il y a aussi des opérations qui vont dans le sens inverse, comme celle de Zaniolo. Vous devez chercher quelque chose qui prouve qu'il y avait une intention malveillante, comme les interceptions de la Direction de la Juventus, sinon vous restez sur le carreau." "Il est vraiment très difficile d'établir la valeur d'un footballeur, même avec le meilleur des algorithmes. Il y a des éléments psychologiques et subjectifs qui ne peuvent pas y être inclus. J'ai parlé avec le Milan et ils m'ont répondu qu'il n'y a pas eu de demande de clarification." "La Juventus est cotée en bourse et doit être plus prudente que l'Inter, car elle s'adresse au public investisseur. A l'Inter, cette situation n'existe pas". Comme quoi, la vente de Nicolò Zaniolo a aussi son bon côté! ®Antony Gilles - Internazionale.fr