Aller au contenu
×
×
  • Créer...

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'lautaro martinez'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

  1. En effet, ces derniers jours, Thomas Tuchel, l'entraîneur de Chelsea, s’est livré en conférence de presse sur Romelu Lukaku, en excluant le fait d’adapter son dispositif tactique pour améliorer les performances de l’attaquant belge C’est un fait, à l’Inter, Romelu Lukaku s’est retrouvé, en deux saisons sous le maillot Nerazzurro, il était devenu l’un des éléments fondamental de la Course au Scudetto. Ses meilleures performances, Lukaku les avaient réalisés sous le 3-5-2 établi par Antonio Conte, un système de jeu que Thomas Tuchel n’a nullement l’intention d’adopter: "Nous évoluons avec un certain dispositif plus basé sur les principes de la façon dont nous souhaitons jouer. Je sens qu'il est impatient et qu’il veut s'impliquer davantage. Mais lors de chaque transfert, il y a un changement de style de jeu. Il n'est pas le premier joueur à subir un temps d’adaptation : Mon travail consiste à tirer le meilleur de lui." "C'est ce que je fais pour chaque joueur, le fait qu’un jouer soit arrivé gratuitement ou après un transfert aux sommes importantes ne change rien : Nous ne pouvons pas jouer comme l'Inter et espérer que cela fasse ressortir le meilleur de Romelu. Le système qu'il pratiquait à l'Inter ne convenait pas seulement à Romelu et Lautaro Martinez, il convenait à toute l'équipe. Antonio Conte jouait en 3-4-3 à Chelsea, à l'Inter il jouait un 3-5-2. De toute évidence, il s'est adapté à ses joueurs et a mis en œuvre ses idées, et c'est ce que je fais aussi." Et une petite cartouche pour l’égo, une ! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  2. Michele Criscitiello, journaliste à Sportitalia et Directeur de TMW, a dévoilé le plan d'action de la Direction de l’Inter en vue de la saison prochaine "Place à l’Inter, place au Mercato : Le joyau Dybala fait l’objet d’une lente réponse à la Juve, plus négative que positive : Il y a une fracture et un jour Dybala en parlera, mais pas maintenant. La Juventus, semble-t-il, a fait une omelette en cassant ses œufs et en serait peut-être même contente, car en mettant de côté les fonds destinés à la prolongation de Paulo Dybala, elle pourrait les employer pour signer Vlahovic." "C'est un fait, le jeu de dupe a débuté, mais il est grave que le numéro 2 du club bianconero, avant même la rencontre de Supercoupe, tire sur son attaquant le plus fort. Ce n'est pas digne de la Juve, mais beaucoup de choses, depuis trois ans, ne sont pas digne de la Juve. Cependant, pour Dybala, il y a Marotta qui est derrière cette situation, qui fait son travail et qui le fait bien." "Cela semble être une opération à la Higuain. Mais à cette époque, il fallait payer les 90 millions d’euros de la clause libératoire du Napoli. A présent, pour le prendre à la Juve, il ne faudra rien débourser, ce qui rend plus belle l’opportunité pour le Beppone. Voilà ce qui arrive lorsque tu pers ton Administrateur-Délégué avec trop de simplicité et lorsque tu ne songes pas à ajouter une clause libératoire pour le prochain triennal à tes joueurs pour éviter de les voir rejoindre un club rival, c’est le bordel." "A présent, Marotta qui connait bien les agents de Dybala, prépare le terrain à la Pinetina : Alexis Sanchez s’en ira en fin de saison, et avec lui, un salaire imposant de 7 millions d’euros. Marotta en ajoutant un million par saison + une série de bonus pour arriver à dix millions d’euros, obtiendrait Dybala pour rien. Avec le même argent que le Chilien, il pourrait plus ou moins s'offrir l'Argentin, un fameux coup de p*te." "S’il le signe, ce serait un belle finition : Car vous conservez Lautaro Martinez, heureux de rester dans un club gagnant et qui serait rejoint à la Maison par son ami Paoletto, tout en confirmant Edin Dzeko, il serait possible d’ y ajouter Scamacca pour former un quatuor complet. Correa pourrait être cédé au moins de juin. De plus, mis à part le secteur offensif, Marotta est prêt à faire un seul voyage à Sassuolo où il y retrouvera son ami Carnevali qui mettrait Frattesi dans sa voiture, ainsi que Scamacca. Une image déjà figée pour l'été. Le tout, sans faire l’objet d’un contre-temps, car la route reste encore longue." Pensez-vous réellement que Giuseppe Marotta puisse être à la base de la situation entourant Paulo Dybala ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  3. C’est la révélation de l’année, celle de Simone Inzaghi, arrivée dans une Inter "éclatée" durant l’été, il y avait reçu l’objectif de maintenir le Champion d’Italie dans le Top 4 pourtant Simone Inzaghi surclasse les attentes placées en lui, pour le plaisir de tous ! Analyse de la Gazzetta Dello Sport "Simone Inzaghi est parvenu à augmenter la vitesse de croisière de sa machine. Comparé à l’année dernière et au rythme auquel Antonio Conte a voyagé , cela semble être un exploit incommensurable: L’Inter de Simone s’est découvert plus complète, courageuse, plus ambitieuse que celle du Scudetto : Des buts inscrits de n’importe quelle façon à la muraille érigée en défense, des statistiques de victoires au pourcentage de possession de balle et de tentatives de tir, l’histoire de cette saison récompense ce nouveau parcours." "La révolution douce de Simone est arrivée après deux années où Antonio Conte a pressé l’Inter comme une orange : Pour l’Inter qui se voulait passionnante, il était nécessaire de sortir d’une cette période de longue torpeur, de fatigue. C’est pourquoi il était nécessaire d’enclencher la seconde, d’apporter une bouffée d’air frais tout en conservant les bases solides de l’Inter de Conte et son énergie. Mais chaque joueur a plus de liberté, tous le soulignent lors de chaque interview." Comparatif après 21 journées de Serie A Après 21 journées de disputées, car l’Inter attend d’en savoir plus sur le match en retard face à Bologne, l’équipe championne d’Italie totalise 50 points. L’année dernière, l’Inter de Conte en totalisait 47. Cette saison, Milan a déjà été dépassé, l’année dernière Milan fut repris au mois de février. En tête d'affiche, on retrouvait chez Conte, Lukaku, aujourd’hui c’est Dzeko, car il est impossible de renoncer à un compas qui a pour but d’étirer les défenses adverses. Lautaro culmine déjà à 11 buts et Sanchez à inscrit le but décisif en Finale de la Super Coupe d’Italie, On retrouve également Correa qui, s’il n’est pas trop incisif, aura du temps de jeu ce soir face à l’Empoli. Ceci étant dit le nombre de but inscrit est similaire à celui des Champions d’Italie : 51 Inzaghi est parvenu à faire mieux en Ligue des Champions en se qualifiant pour les huitièmes de finale dans un groupe assez similaire à celui de l'Inter de Conte et à la vue du calendrier, le mois de février sera de nouveau décisif pour la tête du championnat. Cette saison, il n’y a pas seulement que les attaquants qui font vivre l'Inter, mais aussi la nouvelle façon dont elle défend, la façon dont sa défense mène aux actions de buts. Bastoni, par exemple, est aussi un Mezzala, un ailier, voire un Trequartista et s'il continue comme ça, un jour, on le retrouvera même juste derrière Dzeko et Lautaro. Ce n'est d’ailleurs pas un hasard si les Nerazzurri ont également augmenté leur nombre de buts de la tête, déjà élevé, en passant de 10 l’année dernière à 13 buts cette saison. Cette nouvelle Inter aime avoir la possession du ballon, dicter le jeu, preuve en est les 56,7% de possession contre 54,2% la saison dernière. La circulation du ballon a également augmenté : Les touchés de balle dans la surface adverse sont passées de 599 à 632 et les tirs de 319 à 358. La défense tient bon, l'Inter n'a encaissé qu'un buts d'Immobile lors de ses huit derniers matches. Soit 11 buts encaissés de moins (21 cette saison contre 32 la saison dernière sur la même période de référence): C'est un fait Inzaghi a trouvé une défense qui sait comment défendre et comment attaquer, l’arme secrète en plus comparé à Antonio Conte. Selon vous, l’Inter peut-elle conserver sa Couronne ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  4. En effet, Simone Inzaghi a un feeling tout particulier avec la Coupe d’Italie : Trois fois titré en tant que joueur, il s’agit aussi de son premier titre remporté en tant qu’entraîneur, à la tête de la Lazio, en 2019. D'ailleurs, l’entraineur Nerazzurro considère cette coupe comme un objectif important. L'avis de la Gazzetta Dello Sport De plus, l’Inter mise également sur le Scudetto et la Seconde Etoile, mais cela ne lui déplairait pas de réaliser ce que certains surnomment le Tripletino : Soit la Super Coupe d’Italie (déjà en poche) suivi du Scudetto et de la Coupe d’Italie. "Car si ce soir, l’équipe Nerazzurra fera l’objet d’un important turn-over, celle ci restera compétitive et aguerrie comme toujours." Marcelo Brozovic sera absent suite à sa suspension, Nicolò Barella devrait être mis au repos tout comme Milan Skriniar, car ce sont les joueurs qui ont évolué le plus cette saison. En attaque, on devrait retrouver le duo argentin Lautaro Martinez et Joaquin Correa. Le premier n’a joué que quelques minutes face à l’Atalanta pour éviter toute surcharge musculaire, le second aura la chance de se mettre en valeur vis-à-vis d’un Alexis Sanchez en feu. Signeriez-vous pour ce Tripletino ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  5. C’est une information en provenance de la Gazzetta Dello Sport et, ce n’est finalement une surprise pour personne : Giuseppe Marotta, l’Administrateur-Délégué Sport de l’Inter se prépare à lancer pour Paulo Dybala, l’argentin ayant toujours connu une relation particulière avec le meilleur dirigeant de la Botte, est en fin de contrat au 30 juin 2022! "Le coup de théâtre serait de voir Dybala évoluer la saison prochaine à l’Inter. Il ne faut pas perdre de vue ce scénario, car le club Nerazzurro est prêt à s’insérer dans les difficultés entourant le numéro 10 turinois et son club dans le cadre de la procédure de renouvellement : Il n’est d’ailleurs pas juste de considérer cela comme une manœuvre de déstabilisation, il y a quelque chose de plus, c’est une réelle idée." "Dybala et la Juventus s’étaient entendu depuis le mois d’octobre pour procéder à un renouvellement quinquennal à hauteur de huit millions d’euros plus deux de bonus par saison. Ensuite, la machine s’est enrayée à l’instant fatidique, celui où il devait prendre le style en main : L’Inter est au courant de tout, Marotta est parfaitement informé de la situation, il connait le moindre mouvement relatif à l’argentin." "L’Administrateur-Délégué Nerazzurro sait également que le numéro 10 a donné à la priorité à la Juve jusqu’à la fin de ce mois de janvier, il ne veut pas échanger avec d’autres clubs, car oui, plusieurs appels sont déjà arrivé chez son agent, Jorge Antun. De son côté, Paulo ne s’explique pas ce revirement de situation de ses dirigeants, avec lesquels, il était pourtant parvenu à définir un vrai et propre accord, actuellement. A présent, ils veulent rediscuter des termes de celui-ci, aussi bien au niveau de la durée que de l’offre salariale." "L’Inter, raisonne sur des possibles interventions à réaliser pour renforcer son attaque l’année prochaine et le nom de Gianluca Scamacca est en première ligne, mais attention aussi à l’Idée Dybala, car elle peut être l’opportunité dont parlaient certains et bien sûr Marotta en personne. Le Club de Zhang ne peut pas intervenir sur base de l’accord conclu au mois d’octobre, les dix millions d’euros globaux sont hors de portée pour le club qui a prolongé Lautaro à six millions d’euros plus bonus et qui compte en faire tout autant pour Marcelo Brozovic." "Toutefois, si le niveau des enjeux vient à diminuer sur une base inférieure, alors l’assaut à Dybala est une guerre dans laquelle l’Inter veut s’inscrire, avec de très bonnes raisons de pouvoir le ramener à la maison: Il a déjà été courtisé, il se dit même qu’il y a déjà eu une approche, précoce, mais pas trop, car les comptes de la Viale Della Liberazione le savent parfaitement." "Comprenez : Si le nouveau contrat de Dybala ne diffère pas énormément de celui en cours avec la Juve, l'Inter sera au rendez-vous. Et l'Argentin lui-même en est conscient. En juin, la masse salariale des Nerazzurri sera moins bien imposante que l’actuelle avec deux joueurs qui arriveront en fin de contrat au 30 juin 2022 : Arturo Vidal et Matias Vecino : La somme totale épargnée s’élèvera à environ 16 millions d’euros bruts par an sur les caisses de l’Inter et ces 16 millions seront suffisants pour planifier l'assaut sur Dybala." "Après lui avoir fait la cour, l’Inter disposerait des fonds pour tenter le coup et observe la situation: Marotta attend le bon moment pour tenter l'assaut car un Dybala gratuit est un plat trop délicieux pour ne pas tenter l'Inter. Marotta a déjà essayé de se l’offrir à l'été 2019, lorsqu'il a proposé un échange avec Mauro Icardi. L'estime envers le joueur est toujours intact 30 mois plus tard et paradoxalement, l’opération est plus réaliste aujourd’hui qu’à l’époque." "L’Inter est prête, mais Marotta ne veut pas faire de vagues et personne n’aime perdre des combats car finalement, plus que la Juventus, c’est bel et bien Paulo Dybala qui a tout entre les mains, il suffira donc d’attendre encore quelques semaines pour découvrir quels sont les cartes en sa possession : L’Inter est aujourd’hui considérée comme un Cheval de compétition qui pourrait peut-être l’emporter "Di Corto Muso"." Etes-vous si surpris que cela, du comportement de Giuseppe Marotta ? Entre un Scamacca payant et un Dybala gratuit, lequel recruteriez-vous ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  6. Alors qu’au fin fond de la nuit, on semblait tous se diriger vers le douloureux épilogue d’une séance de tirs au buts, alors que l’Inter a dominé son sujet, face à un bunker turinois, le karma a parlé. Si lors du dernier déplacement de la Juve au Giuseppe Meazza Nerazzurro, la Var lui est venue miraculeusement en tête, les Dieux du football ont écrit un thriller pour célébrer le titre Nerazzurro remporté ce soir: A l’ultime seconde de la dernière minute de la dernière prolongation, le Giuseppe Meazza a explosé ! En effet, cette partie était loin de la partie spectaculaire attendue, si l’Inter se créait d’importantes occasions en début de match, la première polémique ne tarde pas à venir: À la 11’, l'Inter réclame un penalty pour une faute de Chiellini sur Barella. Lors du choc entre les Champions d'Europe, c'est le joueur sarde qui s'est emparé du ballon en premier, le capitaine de la Juventus le renversant sur son élan. Après un contrôle rapide de la Var, Doveri fait reprendre le match au milieu des protestations des Nerazzurri. Peu de temps après, Inzaghi a demandé à l'arbitre pourquoi il n'était pas allé revoir le contact sur le moniteur, le quatrième homme Fabbri s'efforçant de le calmer. A la 25’ place à l’ouverture du score qui est turinoise: La poussée de Morata sur Skriniar au début de l’action n’est pas sanctionnée : Le centre de l'Espagnol se situant sur l’aile gauche trouvait McKennie esseulé dans la surface, qui de la tête surprend la défense Nerazzurra, Stefan De Vrij en premier. L’Inter se relance dans le match via… un penalty : A la 34’ Dzeko traverse toute la surface de réparation turinoise et trouve De Sciglio, sur son chemin. Ce dernier, naïf, le touche du pied en négligeant dans le ballon. Doveri n'a aucun doute et désigne immédiatement le point de penalty. Celui-ci sera converti par Lautaro Martinez qui prendra à contre-pied Mattia Perrin. Nouvelle polémique à la 40’ dans la surface de la Juventus : Bastoni se plaint d'un croche-pied de Kulusevski, Doveri ne siffle pas mais ne semble pas si sûr de la décision prise. En effet, la jambe du Suédois est "assez large" et le doute sur l'intensité du contact subsistera. A la fin du temps réglementaire, la Juve fait de la Juve, en l’absence de Cuadrado, McKennie tombe au sol dans la surface de réparation milanaise, en touchant son visage après une main involontaire de Bastoni : Pour Doveri, ainsi que pour l'arbitre de la Var Mazzoleni, il n’y a absolument rien Au cours de la première prolongation, Skriniar et Chiellini "s'entrelacent" dans la surface turinoise, alors que la tête d’Alexis Sanchez, monté au jeu avec Joaquin Correa en remplacement d'Edin Dzeko et Lautaro Martinez, flirte avec la cage de Perrin. Si Doveri siffle, celui-ci indiquera un coup de pied de but. Place à l’épilogue de cette fin de match, une fin de match typiquement Pazza Inter. Alors que nous sommes à la 120’ et que Massimiliano Allegri voit son plan d’action se confirmer, celui d’aller au tirs au but, alors que Leonardo Bonucci se prépare à rentrer, Le Giuseppe Meazza rugit de plaisir: Profitant d’une incompréhension dans la surface turinoise sur un centre de Federico Dimarco, Darmian fait irruption dans la surface, anticipe Chiellini suite à une remise suicidaire de la poitrine d'Alex Sandro pour servir Alexis Sanchez! Et si le Capitaine de la Juventus s’est arrêté à temps pour ne pas provoquer de penalty, le numéro 7 chilien met tout le monde d’accord en faisant trembler les filets : Averti pour avoir retiré son maillot, Alexis se dirige vers le poteau de corner, sous la Curva Nord en étant rejoint par l’intégralité de l’équipe, Simone Inzaghi et son staff inclus. Doveri siffle immédiatement après ce but la fin du match, l’Inter remporte la Super Coupe d’Italie tandis que Bonucci a piqué une crise et a attaqué Le secrétaire de l'équipe-première équipe de l'Inter, Cristiano Mozzillo. Un comportement honteux qui, espérons-le, ne restera pas impuni! La nuit magique est Nerazzurra et Simone Inzaghi ramène déjà son premier titre à la tête de l’Inter à la maison, avec un taux de victoire insolent de 100% en Super Coupe d'Italie! Étiez-vous comme Tramontana ? Tableau Récapitulatif Résumé vidéo Inter 2-1 Juventus Buteur(s) : 25’ McKennie (J), 35’ Lautaro Martinez (I, pen.), 120’ Sanchez (I) Inter : 1 Handanovic ; 37 Skriniar, 6 De Vrij, 95 Bastoni ; 2 Dumfries (89’ 36 Darmian), 23 Barella (89’ 22 Vidal), 77 Brozovic, 20 Çalhanoğlu, 14 Perisic (101’ 32 Dimarco) ; 9 Dzeko (75’ 19 Correa), 10 Lautaro Martinez (75’ 7 Sanchez) Banc : 97 Radu, 5 Gagliardini, 8 Vecino, 11 Kolarov, 12 Sensi, 13 Ranocchia, 33 D'Ambrosio T1 : Simone Inzaghi Juventus : 36 Perin ; 2 De Sciglio, 24 Rugani, 3 Chiellini, 12 Alex Sandro ; 14 McKennie, 27 Locatelli (91’ 30 Bentancur), 25 Rabiot ; 20 Bernardeschi (79’ 5 Arthur) ; 44 Kulusevski (74’ 10 Dybala) ; 9 Morata (88’ 18 Kean) Banc : 1 Szczesny, 23 Pinsoglio, 6 Danilo, 17 Pellegrini, 19 Bonucci, 21 Kaio Jorge, 38 Ake, 45 De Winter T1 : Massimiliano Allegri Arbitre : Daniele Doveri VAR : Paolo Silvio Mazzoleni Averti(s): Bernardeschi (J), Dybala (J), Correa (I), Rugani (J), Vidal (I), Sanchez (I) Expulsé(s): / Affluence: 29.696 tifosi ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  7. La Supercoppa Italia est désormais à sa juste place, dans la salle des trophées du QG de l'Inter. Voici les stats de cette sixième Supercoppa. Le président Steven Zhang et la direction des Nerazzurri étaient là pour accueillir le dernier trophée, notre sixième Supercoppa Italia (41e pièce d'argenterie au total, voir après) après le triomphe sur la Juventus au Meazza. Il s'agit du deuxième trophée remporté par l'Inter sous la présidence de Zhang, après le 19e Scudetto en mai 2021. Steven Zhang a posé avec la Super Coupe aux côtés du vice-président Javier Zanetti, du PDG Corporate Alessandro Antonello, du PDG Sport Giuseppe Marotta, du directeur sportif Piero Ausilio et du directeur sportif adjoint Dario Baccin. Lors de leur dixième participation à la compétition, les Nerazzurri ont remporté leur sixième trophée en battant la Juventus pour la deuxième fois en prolongation, comme ils l'avaient fait en 2005. Cela signifie que l'Inter peut désormais compter 41 trophées dans sa collection : 19 Scudetti, trois Coupes d'Europe/Ligues de champions, deux Coupes intercontinentales, une Coupe du monde des clubs, trois Coupes UEFA (la vraie, ndlr), sept Coppa Italia et six Supercoppa Italia. Les six Supercoppa Italia: 1989: Inter 2-0 Sampdoria 2005: Juventus 0-1 Inter 2006: Inter 4-3 Rome 2008: Inter 2-2 Roma (Inter gagne 8-7 aux tirs au but AET) 2010: Inter 3-1 Rome 2021: Inter 2-1 Juventus Les stats de l'Inter en Supercoppa: En remportant leur sixième Supercoupe d'Italie, seuls la Juventus (neuf) et Milan (sept) en ont gagné plus. La victoire d'hier soir était le premier triomphe des Nerazzurri en Supercoppa depuis 2010. Simone Inzaghi est devenu l'entraîneur qui a battu la Juventus le plus de fois en finale depuis 1929-1930. Ces trois victoires ont eu lieu en Supercoppa, deux avec la Lazio et une avec l'Inter. Simone Inzaghi a le meilleur palmarès de tous les entraîneurs en Supercoppa, trois apparitions et trois victoires. La Supercoppa est allée en prolongation pour la première fois depuis 2016 : lors de cette édition, la Juventus a perdu contre Milan aux tirs au but. Lors des matchs entre l'Inter et la Juventus en Supercoppa, deux sont allés en prolongation (en 2005 et 2022) avec les Nerazzurri victorieux à chaque fois. Au cours des cinq derniers matches entre l'Inter et la Juventus, toutes compétitions confondues, six pénalties ont été sifflés (quatre pour la Juventus et deux pour l'Inter), après seulement deux lors des 10 matches précédents. Le but d'Alexis Sanchez à la 121e minute est le plus tardif dans une finale de Supercoppa : plus tardif que celui de Gonzalo Higuain contre la Juventus en 2014, marqué à la 118e minute. Lautaro Martinez a marqué le premier penalty en finale depuis Paulo Dybala en 2017 contre la Lazio. Les trois penaltys de Lautaro Martinez contre la Juventus sont survenus au Meazza : un en Serie A, un en Coppa Italia et un en Supercoppa Italia. Matteo Darmian a fait sa 50e apparition pour l'Inter lors de la finale. Traduction alex_j via la site officiel.
  8. Lors de la conférence de presse, Simone Inzaghi avait déclaré qu’en début de saison, la Juve était favorite au Scudetto. Toutefois, en date du 20 octobre, la tendance s’inversait déjà selon Betclic Le favori était le Napoli (3,25) Suivi des écuries milanaises (4) Et la Vieille Dame (4,50) A présent, la donne a changé avec la Beneamata armée pour défendre son Scudetto L’Inter est en tête (1,30) Le Milan suit (5) Le Napoli, déjà en retard de six points accompagne l’Atalanta (10) Et la Juve est cotée à 20 "Au Giuseppe Meazza, où les Nerazzurri n'ont jamais perdu en championnat, le "1" d'Inzaghi a remporté 54 % des paris sur Planetwin365, la cote passant de 2,20 à 1,75 au cours des deux dernières semaines. La victoire contre la Lazio a conforté les Champions d'Italie dans leur statut de favoris, mais ils n'ont remporté aucun de leurs quatre derniers matchs de championnat et en Serie A avec les Bianconeri." "Allegri et son équipe démarrent à 4.17, avec 23% des paris de leur côté, tandis qu'un match nul après 90’ est à 4.10 (avec 23% des paris). L'Inter a également un grand avantage sur le tableau des gagnants, qui prend en compte les éventuelles prolongations et penaltys : Dans ce cas, la Coupe se joue à 1,35 pour l’Inter et la Juve à 2,85." "Vu les différentes absences Paulo Dybala devra se mettre en valeur, lui est pressenti comme buteur à 3,25, devant Morata (3,50). Il y a cependant de bonnes nouvelles pour Inzaghi, avec Dzeko qui a récupéré et qui, pointe à 2,35, à égalité avec Lautaro." "Pour le premier but du match, tous misent sur un départ rapide : un but dans le premier quart d'heure est joué à 2.94, tandis que le dernier quart d’heure est côté à 1,93." Nombreuses absences chez les zébrés Comme le souligne la Gazzetta Dello Sport, Massimiliano Allegri devra se passer de nombreux joueurs : "C’est une formation en urgence, un peu dû aux suspensions de Cuadrado et De Ligt, et un peu dû aux absences : Ramsey qui est touché par le Covid, mais surtout Chiesa : Danilo est convoqué mais il n’a pas pleinement récupéré. Bonucci sera sur le banc car il n’est pas en condition physique pour débuter en tant que titulaire." "L’idée d’Allegri serait de renoncer, en début de match à son numéro 10 : Paulo Dybala partirait du banc. A sa place, on devrait retrouver Kulusevski qui serait sacrifié pour s’occuper du marquage sur Brozovic, comme lors du match de championnat. Morata serait par contre titulaire avec Bernardeschi, le milieu de terrain serait composé de Locatelli, McKennie, Rabiot : Bentancur et Arthur devrait se disputer le dernier poste. En défense centrale, on devrait retrouver "obligatoirement" Rugani et Chiellini, à droite De Sciglio et à gauche Alex Sandro de retour de blessure. Dans les buts, Perin remplacera Szczesny qui n’est pas autorisé à jouer car il n’est pas titulaire du Green Pass." Le Saviez-Vous ? La tribune VIP sera bien fournie ce soir : "On y retrouvera le Sélectionneur National Roberto Mancini, accompagné des Maires de Milan et de Turin, mais également une flopée d’anciens joueurs : Del Piero, Ferrara, Toni, Vieri, Adani, Abbiati, Amoroso, Antonini, Barone, Carbone, Di Biagio, Oddo, Serginho, Ventola, Vierchowod et Zaccardo" Comment vous sentez-vous à quelques heures du match ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  9. Simone Inzaghi s’est livré en conférence de presse, à Dazn et à Inter TV suite à la très importante victoire de l’Inter, à domicile, face à la Lazio de Maurizio Sarri Son interview à Inter TV "Je pense toujours que les phases défensives partent des attaquants. Nous avons remporté une partie importante, même si je suis déçu pour le but encaissé. Nous tenions à cette victoire, après avoir passé tant de jours sans avoir joué: Nous voulions commencer l'année avec une victoire. Ce n'était pas facile car la Lazio a de la qualité et ils ont proposé une bonne configuration sur le terrain : Nous avons mérité la victoire, face à une telle Lazio, ce n’était vraiment pas simple, je suis très très content de mes garçons." La Super Coupe ? "Nous avons deux jours et demi pour nous y préparer au mieux, et c’est notre objectif. La Supercoupe d'Italie nous attend mercredi. C'est une finale que nous voulons disputer de la meilleure des façons possible." En conférence de presse "C’était une partie importante, très compliquée, j’ai félicité les garçons car ce n’était pas simple face à une équipe costaude et qui était bien installé sur le terrain : Nous avons réalisé une excellente rencontre, c’était une victoire méritée." Bastoni ? "Je pense que c’est de l’Adn de champion, le premier mois, j’ai dû aussi lui trouver un remplaçant car il revenait de l’Euro. Aujourd’hui, il a marqué et réalisé une passe décisive, mais cela fait plus de deux ans et demi que je le vois de l’extérieur et, en match, il ne se trompe que très rarement." La Super Coupe ? "Je ne sais pas qui est le favori, c’est le premier trophée de la saison et nous affronterons une grande équipe, capable de tout, comme elle l’a prouvée aujourd’hui face à la Roma. Ce sera un match ouvert, le dernier où nous pourrons divertir nos tifosi et nous voulons leur offrir une victoire dans une rencontre importante." Buts défensifs "Cela veut dire que la participation est totale, le hors-jeu de Lautaro était dû à la pointe de son pied. Dans des rencontre de ce type, où nos attaquant ne sont pas en réussite pour marquer, c’est une ressource importante." Le retour du Diavolo "Il faudra revoir la même Inter que lors de la phase aller. Nous savons que le Milan, le Napoli et la Juve n’abdiqueront pas." Allez-vous demander un attaquant de poids comme alternative ? "Non, je suis très heureux de ceux que j’ai, j’ai des joueurs qui se complètent et parfois, je me dois de choisir quels sont les deux meilleurs pour le match." Son Interview à DAZN "C’est normal que nous voulions reprendre avec i,e victoire, ce n’était pas simple car nous faisons face à une équipe très bien en place sur le terrain et qui, physiquement, était toujours présente sur le terrain, c’était une victoire mérité, une reprise optimale. A présent, nous avons une finale à disputer de la meilleure des façon possible dans notre stade, nous devons nous y préparer de la meilleure des façons." "J’ai la chance d’entraîner des joueurs importants qui jouent bien, je suis très content d’eux et nous devons continuer de cette façon car le championnat ne s’arrête pas. Aujourd’hui, tous nos antagonistes ont gagné, nous ne pouvions pas être stoppé. Nous étions de retour face à une équipe qui aurai pu avoir plus le ballon, vu comment elle sait jouer. Mais mes garçons ont été bons et je les ai félicités." Qu’est-ce qui vous rends le plus fier ? "La participation de tous, voir Vidal et Gagliardini jouer de la sorte, alors qu’ils ne sont pas toujours titulaires dès l’entame du match, me remplit de fierté : Gagliardini a réalisé une très grande prestation ce soir." Lautaro ? "La suspension lui pendait au nez, mais il a réalisé un très grand match, tout comme Sanchez. Il fallait reprendre la compétition de la meilleure des façons possible et les garçons ont été très doué dans une rencontre qui était loin d’être simple." Que répondez-vous aux entraîneurs qui disent que, seul vous, pouvez perdre le Championnat ? "Qu’en date du 22 octobre, nous étions à 7 points du duo de tête et que je l’entendais beaucoup moins. A présent, le fait de le redire est le mérite des garçons. Après Lazio-Inter, je n’entendais plus personne dire que nous pouvions le perdre nous-même…." Sanchez ? "Lorsque je suis arrivé à l’Inter, je ne l’ai pas eu à disposition durant un mois et demi. Depuis son retour de blessure, il a cherché à me convaincre à chaque entrainement, il a toujours donné son maximum et c’est une personne positive : Il est d’une très grande ressource pour nous. Les joueurs savent que je dois toujours faire des choix, ils voudraient toujours être aligné, je le sais bien car j’étais un attaquant, mais lui, il est d’une si grande ressource." La Lazio ? "Vous savez tous ce qu’elle représente pour moi, c’était ma vie, j’y ai grandi, ce ne sera jamais une rencontre comme les autres, mais avec ce que l’Inter m’apporte, je tenais énormément à l’emporter ce soir. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  10. En effet, l’Inter a fait preuve de caractère et d’orgueil pour venir à bout de la seule équipe qui était parvenu à la battre lors de la phase aller du championnat! Simone Inzaghi a également définitivement pris le meilleur sur son passé en récoltant trois points fondamentaux, trois points qui, malgré le fait qu’il y ait un match de retard, permet à l’Inter de reprendre la tête du championnat au terme d’un match géré avec sérieux, si ce n’est un dernier quart d’heure de souffrance. L’ouverture du score était de l’œuvre de Lautaro Martinez qui lancé par Alexis Sanchez, se retrouve en position d’hors-jeu pour un orteil. Quelques instants plus tard, le Toro se voit refusé un but par le portier Laziale, sa reprise à bout portant étant miraculeusement repoussée ! Partie remise, car à la 30’ sur un corner botté par l’attaquant chilien, le ballon revient dans l’axe et à l’entrée de la surface sur Alessandro Bastoni qui, après un rapide contrôle, envoie une mine à ras-de-terre du pied gauche, Strakosha se détend en retard et l’ouverture du score est plus que mérité. Auteur de trois tirs cadrés jusqu’au dernier quart. La Lazio parviendra à recoller à la marque des la 35’, Lancé en profondeur, Ciro Immobile profite d’un errement incroyablement entre Stefan De Vrij, Milan Skriniar et Samir Handanovic qui cette fois-ci a voulu se prendre pour Superman, pour marquer dans le but vide. En seconde période et auteur du premier but, Alessandro Bastoni délivre un centre aérien à la 67', un caviar qui voit le ballon épouser le crâne de Milan Skriniar avant d’heurter à pleine puissance la transversale pour rebondir derrière la ligne et dans le plafond du but. La fin du match sera quasiment Laziale, l’Inter ne faisant que reculer, Samir Handanovic sauvera d’ailleurs les siens lors d’un sérieux duel avec Ciro Immobile, en plongeant dans ses pieds pour écarter le danger. L’Inter reprend sa marche impériale et se prépare, à présent, à défier la Juventus privée de Federico Chiesa, de Juan Cuadrado et de Matthijs de Ligt, en finale de la Super Coupe d’Italie, ce mercredi 12 janvier 2022 au Stade Giuseppe Meazza! Tableau Récapitulatif Résumé Vidéos Inter 2-1 Lazio Buteur(s) : 30’ Bastoni (I), 35’ Immobile (L), 67’ Skriniar (I) Inter: 1 Handanovic; 37 Skriniar, 6 De Vrij, 95 Bastoni; 2 Dumfries (77’ 36 Darmian), 23 Barella (82’ 22 Vidal), 77 Brozovic, 5 Gagliardini, 14 Perisic (82’ 32 Dimarco); 7 Sanchez (73’ 19 Correa), 10 Lautaro Martinez (73’ 9 Dzeko) Banc: 40 Rovida, 97 Radu, 8 Vecino, 12 Sensi, 13 Ranocchia, 33 D'Ambrosio, 41 Curatolo T1: Simone Inzaghi Lazio: 1 Strakosha; 23 Hysaj (80’ 29 Lazzari), 3 Luiz Felipe, 26 Radu, 77 Marusic; 21 Milinkovic-Savic, 32 Cataldi (68’ 6 Leiva), 88 Basic (68’ 10 Luis Alberto); 7 Felipe Anderson (60’ 20 Zaccagni), 17 Immobile, 9 Pedro Banc: 25 Reina, 31 Adamonis, 4 Patric, 18 Romero, 19 Vavro, 27 Moro, 28 A. Anderson, 94 Muriqi T1: Maurizio Sarri Arbitre: Luca Pairetto VAR: Marco Bresmes Averti(s): Luiz Felipe (L), Basic (L), Radu (L), Zaccagni (L), Vidal (I) Expulsé(s): / Affluence: 29.471 Tifosi ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  11. ®CIES - Le numéro 362 de la Lettre hebdomadaire présente la liste biannuelle des 100 joueurs du big-5 avec les plus hautes valeurs de transfert, estimées à partir de l’algorithme de l’Observatoire du football CIES. Le Brésilien du Real Madrid Vinícius Júnior (€166 M) devance Phil Foden et Erling Haaland. Ces chiffres ne prennent pas en compte les éventuelles clauses de départ dans le contrat des joueurs. CIES - Par poste, les plus hautes valeurs ont été mesurées pour Gianluigi Donnarumma parmi les gardiens, Rúben Dias pour les défenseurs centraux, Alphonso Davies parmi les défenseurs latéraux, Jude Bellingham pour les milieux défensifs, Florian Wirtz pour les milieux offensifs, ainsi que pour Vinícius Júnior parmi les attaquants. Kylian Mbappé a la valeur la plus élevée pour les joueurs dont le contrat se termine au mois de juin. Au niveau de la Serie A, Lautaro Martinez et Nicolò Barella domine le classement, Alessandro Bastoni occupe la neuvième position. On retrouve également la présence de 5 joueurs de la Juventus et de 4 joueurs du Milan AC. Les valeurs ont été calculées à partir de l’approche économétrique développée par l’équipe de recherche de l’Observatoire du football CIES. ®CIES
  12. S'adressant à FCInterNews, Vladimir Smicer a donné son avis sur les huitièmes de finale qui verra son ancienne équipe face à la notre. Les deux clubs ont un historique important dans la compétition aux grandes oreilles, alors que les deux semblent particulièrement en forme en ce moment. Leur affrontement promet d'être l'un des moments forts des huitièmes de finale. "Pour les deux équipes, le premier tirage a été meilleur, c'est sûr. L'Inter et Liverpool s'attendaient à affronter l'Ajax et le Red Bull Salzburg avant que les huitièmes de finale ne soient annulés à causes des erreurs grossières. C'est la Ligue des champions, il s'agit des meilleures équipes du monde. Donc, si vous voulez gagner la compétition, vous devez éventuellement affronter une opposition redoutable." "Peut-être que Liverpool est mieux face à l'Inter parce qu'ils n'ont rien à perdre. Et en progressant, ils peuvent gagner encore plus de confiance. Si vous jouez contre des équipes moins fortes, vous ressentez beaucoup plus de pression pour gagner. De plus, les fans pourront profiter d'un match merveilleux." "Les Reds jouent très bien, aussi bien en Premier League qu'en Ligue des champions. Il y a une grosse différence par rapport à la saison dernière. L'équipe avait perdu pas mal de points à cause des blessures, notamment dans en défense. Aujourd'hui, ils tirent à plein régime, y compris l'attaque où ils marquent de nombreux buts." "Je pense que Liverpool connaît une excellente saison, mais il en va de même pour l'Inter. Les Nerazzurri sont une équipe forte, ce sera un match intéressant." "Pour moi, l'équipe de Kloop reste la favorite. Ils ont l'une des meilleures équipes de toute l'histoire du club. Van Dijk, Fabinho, Firmino, Origi, Salah, Jota. Ce sont des joueurs de haut niveau qui peuvent très bien jouer ensemble, ils jouent un bon football et n'arrêtent jamais de se battre." "Le match retour à Anfield Smicer sera pour les livres d'histoire. Les fans des Reds soutiennent toujours l'équipe, même lorsqu'ils perdent. Il y aura une atmosphère particulière qui dynamisera les joueurs sur le terrain. C'est pourquoi il n'est jamais facile d'affronter Liverpool à domicile." "Pour le moment, l'Inter est meilleur que le Milan. Je ne dis pas cela seulement parce que Liverpool les a battus deux fois dans leur groupe. Il me semble que l'équipe de Pioli est en construction, contrairement aux Nerazzurri qui semblent avoir un peu plus de qualité." "Je crois que le joueur le plus important est celui qui marque et crée des occasions. Et à l'Inter, c'est Lautaro Martinez qui est un joueur de haut niveau. Rapide, intelligent, fort. Mais il n'est pas le seul à ce niveau, bien sûr." Traduction alex_j via Sempreinter.
  13. Rétrospective de 2021 des buts marqués par l'Inter. Belle rétrospective et beau voyage qui commence et se termine au Meazza, qui commence avec Lautaro Martinez et termine avec Denzel Dumfries. Rétro qui raconte l'histoire des exploits de l'Inter en 2021. Ce fut une année magique au cours de laquelle L'Inter a remporté son 19e Scudetto et a terminé l'année civile en tête du classement. Les Nerazzurri ont participé à 43 rencontres au cours de l'année, couvrant la seconde moitié de la saison 2020-2021 et la première moitié du mandat 2021-2022, accumulant pas moins de 32 victoires dont 19 à à domicile et n'ayant subi que trois défaites. Les statistiques incroyables montrent un total de 104 points et autant de buts marqués. Le score de 104 buts en Serie A en 2021 n'a été amélioré que par le Milan en 1950, 120, et 1949, 105, et Torino en 1948, 114, et 1947, 111, montrant que ces stats sont généralement associés à des époques révolues. Au cours de la première moitié du mandat 2021-2022, l'Inter n'est devenu que la deuxième équipe en 60 ans à marquer 49 buts à mi-parcours d'une saison de Serie A, rejoignant l'Atalanta 2019-2020 dans le livre des records. Le meilleur buteur de l'Inter lors du vol italien en 2021 est Lautaro avec 22 buts, avec une répartition égale dans chaque semestre de l'année civile. Pas moins de 22 buteurs différents ont figurés sur la feuille de match de l'Inter au cours de l'année, tandis que trois joueurs adverses ont également marqué contre leur camp. Il y a eu toute une série de buts inoubliables marqués en 2021, de la frappe de Nicolo Barella contre la Juventus, trois buts pour mettre le Milan, les vainqueurs cruciaux de Matteo Darmian contre Cagliari et Hellas Verone, les frappes de Hakan Calhanoglu et ceux d'Edin Dzeko. L'Inter semble être destiné à établir de nouveaux records dans le domaine des buts de la tête saison après saison, le chiffre de la campagne actuelle s'élève à 12 à la fin de l'année, ce qui est plus que toute autre équipe de Serie A et parmi les plus élevés des cinq grands championnats. Qu'il s'agisse de puissance ou de précision, d'élévation ou de timing, les Nerazzurri ont servi une gamme de têtes époustouflantes en 2021. Découvrez lesquelles ont fait partie de notre top dix. TOP DIX Skriniar dans Inter vs Genoa Correa dans Vérone vs Inter Dzeko dans Sassuolo vs Inter D'Ambrosio dans Empoli contre Inter Perisic dans Inter vs Napoli Dumfries à Roma vs Inter Vidal dans Inter vs Juventus Lautaro dans Milan vs Inter Lautaro dans Torino vs Inter Lukaku dans Inter vs Sassuolo Traduction alex_j via le site officiel.
  14. L'entraîneur de l'Inter Simone Inzaghi pense que Lautaro Martinez est devenu un leader au sein de l'équipe. S'adressant à Gazzetta.it, le coach donne ses impressions sur quelques joueurs de l'équipe, insistant sur le fait que Nicolo Barella pourrait devenir une légende du club. Les Nerazzurri s'appuient sur bon nombre de joueurs cette saison, mais deux des plus importants contributeurs ont été la paire de joueurs âgés de 24 ans: Barella et Martinez. Tout deux ont signé un nouveau contrat avec le club plus tôt cette saison, et sont également devenus des joueurs sur lesquels Inzaghi compte pour faire jouer l'équipe dans son style de football. Aux yeux du coach les deux joueurs ont un rôle important pour le présent du club, mais ont également un beau futur du côté des Nerazzurri. Il se sent privilégié de pouvoir travailler avec eux dans l'équipe. Au sujet de Lautaro, il dit: "C'est un joueur complet, il comprend ses responsabilités. Il sait qu'il est un des leaders de l'Inter." "Il a eu une excellente première moitié de saison, inscrivant 11 buts", il ajoute. "Il donne toujours tout sur le terrain, il s'agace si il est remplacé trop tôt ou si il ne commence pas les matchs." "Sur le terrain, pour moi il est Toro ou Lauti. Au début je l'appelais Lauto, puis je me suis rendu compte que Lauti sonnait mieux", ajoute t'il en riant. Inzaghi qualifie ensuite Barella de "Grand joueur mais aussi un bon jeune homme, comme le montre sa prolongation de contrat. Il deviendra un icone de l'Inter parce qu'il sait ce que représente le fait de porter le maillot de l'Inter." "Il a toujours donné tout ce qu'il avait avec tout le monde et travaille très dur avec nous tous au sein du staff", il ajoute. "Je suis vraiment heureux de l'entraîner." Ensuite Simone Inzaghi parle de Federico Dimarco, déclarant "Je l'appelle Dimash, c'est comme ça que nombre de ses coéquipiers l'appelle." "J'étais curieux de travailler avec lui, et il est une révélation cette saison." ajoute-t-il. "C'est un joueur technique et intelligeant, il comprend le jeu et joue son rôle de la meilleure des façons. Il apporte beaucoup à l'équipe et je pense qu'il fera très bien durant sa carrière." Il passe ensuite à Denzel Dumfries: "Il a la chance d'avoir De Vrij dans l'équipe qui, de ce que j'ai pu voir, l'a aidé à s'installer. Puis nous le staff l'aidons à continuer de grandir au quotidien." "Il doit continuer comme ça" poursuit-il. "Il sait que nous avons un autre très bon joueur dans son rôle en la personne de Darmian, qui a fait une excellente première partie de saison." Sur Ivan Perisic, Inzaghi dit "Je l'ai affronté de nombreuses fois et il m'est toujours apparu comme un Top Player, et maintenant que je l'entraîne je suis d'autant plus agréablement surpris." Il décris le joueur de 32 ans comme "Un joueur qui a eu une première partie de saison étonnante. On peut toujours compter sur lui. Ce qui me frappe le plus chez lui c'est à quel point il est toujours volontaire pour travailler dur même si il est déjà un Top Player qui a tout gagné." Parlant d'Edin Dzeko, le coach nous apprend que "Quand la vente de Lukaku est arrivée, le premier nom que j'ai donné à la direction après 5 minutes était celui d'Edin." "Ils m'ont répondu qu'ils avaient déjà la même idée. C'est un joueur que je connaissais déjà très bien pour l'avoir affronter dans de nombreux derby Romains. Il a toujours été un des meilleurs en Serie A." Pour conclure, Inzaghi parle de l'inclusion d'Hakan Calhanoglu: "Il est le joueur qui, quand Eriksen à eu son malheureux incident, après quelques jours avec Ausilio et Marotta nous avons immédiatement pensé à lui." "Je me souviens que j'étais en vacances pour 3 jours à Ponza avec des amis, ma femme et mes enfants. J'avais l'impression que je passais plus de temps au téléphone avec Hakan qu'avec ma famille, mais à ce moment il était le joueur idéal pour mon idée du football et pour remplacer Eriksen dans notre Inter et mon esprit." "Il combine qualité technique et quantité de travail. C'est normal qu'il ai eu besoin d'un peu de temps pour s'adapté, mais la force de cette Inter est le groupe: il est dans un vestiaire qui l'a accueilli de la meilleure façon possible." Pas avare en compliments notre Simone... Serait-il possible de se satisfaire des joueurs défendant actuellement notre maillot ? Comme dirait Martin: Mystère... ©Internazionale.fr, via Gazzetta.it - Traduction Trent_FCI
  15. L'ancien président légendaire de l'Inter, Massimo Moratti, estime que l'Inter est désormais une équipe particulièrement agréable à regarder sous la direction de Simone Inzaghi. S'exprimant sur la chaîne YouTube de Gianluca Rossi, l'ancien président a fait l'éloge de l'actuel entraîneur des Nerazzurri et a donné son avis sur d'autres sujets au sein du club. Au cours de la première moitié de la saison, l'Inter a montré qu'elle était capable d'aller chercher son deuxième Scudetto consécutif en tant que favori, tout en maintenant un niveau de jeu élevé. L'entraîneur Inzaghi s'est bien acquitté de sa tâche dans son environnement et a prouvé qu'il était le bon choix après quelques doutes initiaux quant à sa capacité à faire facilement la transition après avoir entraîné la Lazio. Moratti adore ce qu'il voit, et pense que c'est très agréable d'être un fan de l'Inter en moment. "Je m'amuse vraiment", a-t-il déclaré. "Dès le début, Inzaghi a fait comprendre qu'il ferait bien jouer l'équipe". "Il a tenu sa promesse, parce que l'équipe joue de mieux en mieux", a-t-il ajouté. "Et en ayant toute l'équipe disponible, il a aussi la possibilité, surtout avec les cinq changements disponibles, de faire appel à des joueurs frais au cours du match", a-t-il poursuivi. Moratti a déclaré : "Il tire le meilleur parti des nouvelles règles, félicitations à Inzaghi parce que quand vous allez au stade, cette équipe est amusante à regarder." Sur la possibilité d'un autre Scudetto, il a dit que "Ce serait le bon moment et je pense que l'Inter peut facilement rivaliser pour gagner le Scudetto. Nous espérons qu'il arrivera bientôt". En ce qui concerne le départ de l'ancien entraîneur principal Antonio Conte au cours de l'été, il a déclaré : "Peut-être qu'il ne pensait pas que le club était suffisamment préparé pour construire l'avenir." "Les responsables n'ont pas gagné sa confiance ou n'ont pas répondu de manière adéquate, alors il a décidé qu'il voulait partir et s'en est allé", a-t-il poursuivi. "Il a mal jugé l'Inter parce qu'il a accordé trop peu de valeur à ce qui était déjà là", a déclaré Moratti à propos de Conte. "Nous avons tous pensé que les départs de Romelu Lukaku et d'Achraf Hakimi étaient la raison de son départ", a-t-il poursuivi, "mais en réalité Inzaghi et Marotta nous ont fait comprendre qu'avec quelques ajustements l'équipe fonctionne de la même façon et même mieux." Il a ajouté que "Conte a fait le choix qui lui semblait le meilleur pour lui, parce qu'il est à Tottenham maintenant, mais il aurait pu éviter de le faire comme ça." Au sujet des joueurs de l'équipe actuelle de l'Inter qui, selon lui, auraient pu s'intégrer dans sa propre équipe, il a nommé : "Certainement Nicolo Barella, il me rappelle Nicola Berti, même si pas totalement." "Lautaro Martinez ne me dérange pas car il a une grande classe même si elle ne se manifeste pas toujours à 100%", a-t-il ajouté. "Le reste est également génial", poursuit l'ancien président, "Edin Dzeko fait plaisir à regarder, la défense est solide, Marcelo Brozovic a montré une croissance incroyable." "Il avait essayé de nombreux rôles et maintenant il est franchement excellent", a-t-il dit à propos du milieu croate, qui est selon lui "humble et joue à un niveau incroyable." Au sujet du président Steven Zhang, il a déclaré : "Je n'ai pas eu de nouvelles de lui ces derniers temps car il vit en Chine. Je dois dire que tout ce qu'il a fait a toujours montré le respect que sa famille a toujours eu pour l'Inter." "Et précisément pour ce respect, j'imagine qu'il va regarder autour de lui pour voir s'il y a quelqu'un qui peut mieux soutenir le club dans cette situation. Nous devons nous habituer à cela", a-t-il poursuivi. Au sujet de l'échec du projet de Super League, M. Moratti a déclaré que "l'UEFA a également pris une raclée de son côté". "C'est peut être ce dont certaines équipes ont besoin, mais avec certaines compétitions, vous devez faire un bon travail de préparation, mais vous devez aussi impliquer les membres de nombreuses équipes", a-t-il poursuivi. Concernant le projet InterSpac des tifosi des Nerazzurri, il a déclaré : "Je crois que c'est une chose de s'organiser entre fans pour essayer de participer et d'avoir une voix dans l'équipe, mais c'en est une autre d'essayer d'acheter le club qui est énorme et difficile à gérer." "Je pourrais participer", a-t-il poursuivi, "ils me flattent beaucoup et on comprend que mon intervention pourrait être décisive. Mais pour l'instant, ce n'est pas possible." Sur la possibilité d'un autre Moratti dans un rôle important à l'Inter, il a répondu "Qui sait... peut-être mes enfants ?". "Ce sont des tifosi et ils aiment l'Inter", a-t-il poursuivi, "et c'est ce qui importe le plus, mais cela ne change rien au fait que les choses n'arrivent que lorsque le moment est propice." "J'étais en charge quand les circonstances s'y prêtaient", a-t-il poursuivi. "Que ce soit bien ou mal, parce que même à l'époque, cela pouvait être considéré comme de la folie, mais c'était tout de même quelque chose pour laquelle les circonstances étaient réunies." "Maintenant, l'ampleur du club pourrait rendre la chose difficile", a-t-il ajouté, "je leur laisse donc l'avenir. Mais la possibilité de voir à nouveau une famille italienne propriétaire semble très éloignée." Réfléchissant à son passage à la tête du club, Moratti a déclaré : "Le triplé a certainement été la plus grande joie que le club m'a donnée." "C'était un effort et un sacrifice de la part des joueurs, qui ont fait preuve d'un grand engagement du genre qui me rend encore reconnaissant envers ces gars et envers le coach", a-t-il poursuivi. "Et si nous parlons d'autres beaux moments, j'ai trouvé la première année de Ronaldo très stimulante", a-t-il poursuivi, "c'était une équipe qui a commencé quelque chose qui aurait pu durer longtemps et être magnifique mais au lieu de cela a été coupé court." "Mais c'était quand même un moment très émouvant", a-t-il ajouté. "Ce furent deux très bonnes saisons, et l'Inter m'en a donné beaucoup : chaque match, tous les efforts et les différents joueurs, l'émotion des tifosi, j'ai beaucoup apprécié." ®Oxyred – Internazionale.fr via SempreInter
  16. Lautaro Javier Martinez Informations Générales : Nom : Martínez Prénom : Lautaro Javier Poste : Attaquant Date de naissance : 22/08/1997 Lieu de naissance : Bahía Blanca Pays : Argentine Taille : 174 cm Poids : 79 kilos Numéro de maillot : ? Au club depuis : Ouverture du Mercato estival 2018 Position sur le terrain : Biographie : Lautaro Martínez est un footballeur argentin né le 22 août 1997 à Bahía Blanca. Il évolue au poste d'attaquant au Racing Club. Lautaro Martínez fait ses débuts professionnels en championnat d'Argentine avec le Racing Club le 1er novembre 2015 lors d'un match contre Crucero Del Norte, il remplace Diego Milito à la 80e minute. En 2016, il participe à 3 rencontres de championnat. Il devient un titulaire indiscutable dans son club au cours de la saison 2016/2017 où il participe à 23 rencontres. Le 30 janvier 2016, il inscrit son premier but avec les professionnels à l'occasion d'un match amical lors du Torneos de Verano face au CA Independiente. Son premier but en championnat a lieu le 20 novembre 2016 sur la pelouse du CA Huracán. En 2016/2017, il inscrit 9 buts en pour sa première saison complète avec le Racing. En 2017, il participe à la Copa Sudamericana avec le Racing Club Equipe nationale Avec les moins de 20 ans, il participe au championnat de la CONMEBOL des moins de 20 ans en 2017. Lors de cette compétition, il inscrit cinq buts buts. Il marque contre le Pérou, la Colombie et le Brésil, avant d'inscrire un doublé contre le Venezuela. L'Argentine se classe quatrième du tournoi. Il dispute quelques mois plus tard la Coupe du monde des moins de 20 ans organisée en Corée du Sud. Lors de la première rencontre disputée face à l'Angleterre, il écope d'un carton rouge. Cette expulsion s'effectue avec l'aide de l'arbitrage vidéo, ce qui constitue une première. Suspendu lors du second match face à la Corée du Sud, il se rattrape en marquant un doublé lors du troisième match contre la Guinée1. Le 23 mars 2018, Martínez effectue ses débuts avec l'Argentine contre l'Espagne. Entré en jeu à la place de Gonzalo Higuaín, il assiste à une lourde défaite 6-1. Le montant du transfert s'élève à 25M€, et la clause libératoire du futur intériste sera de 111M€ Carrière en club : 2015 - 2018: Racing Club 2018: Internazionale Carrière internationale: 2017: Argentine -20 ans 2018: Argentine (Source: Wikipédia) `
  17. Plus de 100 buts en 2021, Çalhanoğlu: une machine à passes décisives, etc... Tous les chiffres clés et les faits derrière notre victoire 5-0 contre la Salernitana. Après le déplacement à Salerne, avec un match riche en buts et en beau jeu, l'Inter a ramené les 3 points à Milan. L'équipe de Simone Inzaghi a inscrit 5 buts, par Ivan Perisić, Denzel Dumfries, Alexis Sánchez, Lautaro Martínez et Roberto Gagliardini, menant l'Inter à sa 6ème victoire consécutive en Série A, et à un total de 43 points. Plus de 100 buts en 2021 Avec les 5 buts passés à l'équipe de Stefano Colantuono, l'Inter a marqué plus de 100 buts lors de l'année civile (103) pour la première fois de leur histoire en Série A, battant ainsi le précédent record de 99 buts, en 1950. L'Inter est la 4ème équipe de l'histoire de la Série A à réaliser cette prouesse, avec l'AC Milan (105 en 1949 et 120 en 1950), le Torino (111 en 1947 et 114 en 1948), ainsi que la Juventus (100 en 1933). Les statistiques de Calhanoğlu Depuis début novembre, et le match contre l'AC Milan, Hakan Çalhanoğlu est impliqué sur plus de buts (10, 5 buts et 5 passes décisives) que quiconque dans les 5 grands championnats, et est l'un des deux milieu de terrain avec au moins 6 buts et 6 passes décisives cette saison, au côté de Dimitri Payet. Contre la Salernitana, il a offert sa 5ème passe décisive suite à un coup de pied arrêté en Série A cette saison. Personne ne fait mieux dans les 5 grands championnats en 2021/2022 (égalité avec Vincenzo Grifo). 533 apparitions pour Handanović, 200ème fois qu'Inzaghi gagne des points en Série A Contre la Salernitana, Samir Handanović a décroché son 5ème clean-sheet consécutif en championnat. Et avec 533 matchs joués, il passe à la 10ème place des joueurs avec le plus d'apparitions en Série A, dépassant ainsi Enrico Albertosi (532). En revanche, Simone Inzaghi a récolté des points pour la 200ème fois en tant que coach : l'entraîneur des Nerazzurri cumule 150 victoires et 50 matchs nuls (pour 75 défaites) entre la Lazio et l'Inter. Les buts : Qui, Comment et Quand L'Inter a sécurisé son titre d'équipe avec le plus de buts de la tête dans le top 5 européen en 2021/2022: 12. Les Nerazzurri ont remporté un match à l'extérieur en Série A avec 5 buts pour la première fois depuis mars 2018: 5-0 contre la Sampdoria. Lautaro Martínez a marqué le 4ème but des Nerazzurri, marquant ainsi son 5ème but en autant de match en Série A pour l'attaquant Argentin. Depuis son arrivée à l'Inter en 2019/2020, Alexis Sánchez est impliqué dans 24 buts en 25 matchs titulaire en Série A (11 buts et 13 passes décisives). Il a marqué son 3ème but de la saison, son deuxième consécutif, lors de son 400ème match titulaire dans le top 5 européen. Ivan Perisić a été le premier joueur des Nerazzurri à marquer à l'extérieur contre Salernitana. Pour l'ailier Croate, c'était son 4ème but de la saison, tous inscrits en Série A, égalant son total de la saison dernière, mais en moitié moins de match (16 en 2021/2022 contre 32 en 2020/2021). Denzel Dumfries a marqué son 2ème buts en Série A, tous deux à l'extérieur et en première période (le premier contre la Roma). ®Internazionale.fr ~ Aurios-Inter Via Inter
  18. En effet, si le tirage au sort de la Ligue des Champions est loin d’être en faveur de l’Inter, qui pourrait devoir se passer des services de Nicolò Barella, il reste toutefois une raison "d’y croire" pour Simone Inzaghi Révélation de la Gazzetta Dello Sport "Au-delà du facteur Barella, Simone Inzaghi a, en réalité, plusieurs raisons pour avoir confiance lors de la double confrontation avec les Reds. Il y a un Lautaro "On Fire" qui veut se débloquer en Coupe d’Europe et qui représente la première préoccupation de Jurgen Klopp, l’entraineur allemand l’ayant dit lui-même. Mais surtout, il y a Edin Dzeko qui, lorsqu’il voit les Reds, se sublime : Les statistiques et les précédents du bosniaque dévoilent que Liverpool est l’une de ses victimes préférées et cela remonte à un peu plus de dix ans, lorsqu’il venait de débarquer depuis peu à Manchester." "L’attaquant de Sarajevo était resté muet lors de ces deux premiers face à face en Premier League, il s’est ensuite débloqué lors de la troisième confrontation en League Cup, avant de débuter une série très positive : Lors des 12 matchs qui ont suivi face à Liverpool, il a inscrit six buts dont trois de suite, lors de ses trois match avec le maillot de la Roma: La première flèche avec les Giallorossi remonte au match amical d’août 2016. S’en est suivi deux buts entre les manches aller et retour de la double confrontation lors de la Ligue des Champions 2018" Pensez-vous qu’Edin puisse réellement être la menace numéro un du redoutable colosse anglais ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  19. En effet, aujourd’hui, Steven Zhang fête son anniversaire et pour l’occasion l’Inter lui présente ses meilleurs vœux: “Steven Zhang, qui en est à sa quatrième année de Présidence à la tête de l’Inter, fête aujourd’hui ses 30 ans. Il s’agit d’un palier important, célébré l'année où il est devenu le plus jeune président titré de l'histoire de la Serie A, et le dix-neuvième de l'histoire des Nerazzurri. De la part du Club et de l’ensemble de la Famille Interiste à laquelle se joint Internazionale.fr, nous lui souhaitons le meilleur en ce jour spécial." Steven s’est adressé à l’Inter En cette période de fêtes de fin d’année, Steven Zhang a également souhaité présenter ses vœux à ses Champions: voici les révélations de La Gazzetta Dello Sport et de Tuttosport "Entre Steven et Simone, il y a un feeling clair, direct et sincère, s’il est dicté également par les résultats, il y a aussi ce côté attachant de l’entraineur de l’Inter qui est apprécié également par les personnalités les plus importantes qui ne peuvent être présente : Pour résumer le tout : Zhang vote Inzaghi et s’il fallait une confirmation, celle-ci a eu lieu hier, à l’occasion du discours du Président au Monde Interiste pour les fêtes de Noel : Derrière les remerciements généraux, il y a eu un passage qui en substance n’était pas simplement basique, car Steven a cité expressément l’entraîneur en soulignant la bonté du travail réalisé jusqu’à présent." "Merci à tous, tous ensemble nous avons permis à l’Inter de renouer avec le succès depuis tant d’années. Je suis fier de ce que vous avez fait, je tiens à féliciter Simone Inzaghi pour le chemin extraordinaire qu'il a parcouru jusqu'à présent, avec une qualification pour la Ligue des champions après dix ans et un retour au sommet du championnat. Nous sommes sur la bonne voie, continuons comme ça: LInter est une Famille, nous sommes sur le bon chemin pour obtenir de nouvelles satisfactions." Pour ce rendez-vous virtuel étaient présent les deux Administrateurs-Délégués Alessandro Antonello et Giuseppe Marotta qui ont pris la parole pour remercier la propriété en pointant du doigt la date du 12 janvier, soit celle de la Finale de la Super Coupe d’Italie face à la Juventus. L’équipe première était représentée par Simone Inzaghi et Lautaro Martinez, et pour l’équipe première féminine, l'entraîneur Rita Guarino. Steven Zhang s’est également livré dans un appel à l’appartenance et a donné rendez-vous à tous à Milan, même si cela lui sera impossible d’être présent pour la Super Coupe d’Italie, toutefois il reste positif et pense à son retour : "Je suis impatient de récupérer mon bureau", a-t-il ajouté Simone Inzaghi a d’ailleurs tenu à répondre à son Président "Je tiens à vous remercier tous pour la façon dont j’ai été accueilli dans cette famille et ma gratitude va envers le Président, qui m’a donné l’opportunité d’être ici et d’entrainer l’Inter : Les résultats arrivent et nous tenons à clôturer cette année par une victoire. Cela peut être une belle façon d’offrir un cadeau au Président qui, aujourd’hui même fête ses 30 ans." "Simone, lui, ouvrira son cadeau plus tard dans l’année car il est clair qu’avec un tel travail, que le renouvellement de son contrat, qui court jusqu’en 2023, aura lieu. Ce n’est pas pour les prochains jours, mais l’horizon est clair : Inzaghi va se lier pour une période encore plus longue avec l’Inter, pour une, voire deux autres saison."confirme la Rosea." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  20. Si vous l’auriez dit, il y a encore quatre semaines à Simone Inzaghi, probablement qu’il ne l’aurait jamais cru. Pourtant grâce à la défaite subie à la Lazio, dans un contexte connu de tous, son Inter s’est remise immédiatement sur le droit chemin, alignant actuellement 6 victoires consécutives et reprenant 11 points au Milan Ac et au Napoli pour déjà prendre 4 points d’avance et pour s’offrir le titre de Championne d’Hiver : Dans le duel de ses deux ex, l’Inter aura assisté à la victoire du Napoli de Luciano Spalletti, sur le terrain du Milan Ac de Stefano Pioli. Cette Inter Championne d’Italie s’amuse sur le terrain tout en aimant proposer du beau jeu, Comme l’a souligné Danilo D’Ambrosio: "Elle propose un jeu offensif, mais organisé". Tous, dans le développement d’une action se retrouvent concerné. Ce n’est d’ailleurs pas une surprise que le marquoir reprend cinq nom de buteurs différent : "Peu importe qui marque, l’important est de gagner" voici ce qui résumé l’équipe de Simone Inzaghi qui ne peut être heureux d’une telle performance: Inspiré, il fera rentrer dans ce match Lautaro Martínez et Roberto Gagliardini, tous deux buteurs. Ivan Perisić ouvrira d’ailleurs le score sur le premier corner de la rencontre via un coup de pied arrêté par Hakan Çalhanoğlu. L’International croate continue à se montrer indiscutable : Il court, il presse, il attaque, il défend, propose le tempo de certaines actions dévastatrices. Ses combinaisons du soir, avec l’international turc auront fait très mal à l’adversaire. Hakan Çalhanoğlu recruté pour remplacer Christian Eriksen répond également présent en ce début de saison, sa passe décisive pour Perisić est la huitième de la saison pour la manche aller du championnat. Il est actuellement à -1 du record historique signé Antonio Candreva qui était parvenu à délivrer 9 caviar. Si Alexis Sánchez retrouve également des couleurs avec un nouveau but inscrit tout en facilité et en confiance, la belle surprise de la soirée est le nouveau but inscrit, sur un caviar d’Edin Džeko, de Denzel Dumfries : L’international hollandais se montre toujours plus mature et en croissance, en augmentant, match après match son niveau. Lautaro Martínez et Roberto Gagliardini auront inscrit également le 4ème et 5ème but des Nerazzurri. Pour l’argentin, celui-ci est parvenu à égaler son ancêtre, Mauro Icardi, auteur d’au moins un but lors de 5 matchs consécutifs, une performance réussi en 2018. Pluie de record Avec le but de Denzel, l’Inter a battu son propre record historique de buts inscrits sur une année civile datant de 1950: Le palier des 99 buts a été franchi. Mieux encore, Si Denzel a inscrit le 100ème but, ceux d’Alexis Sánchez, Lautaro Martínez et Roberto Gagliardini ont permis à l’Inter d’écrire l’une de ses plus belle page d’histoire avec, encore un match à disputer : Les 103 buts de l’Inter de Simone Inzaghi seront à jamais inscrit dans le marbre devant les 101 buts inscrit lors de la saison 2018 de la Juventus de Massimiliano Allegri Grâce à cette nouvelle victoire, Simone Inzaghi présente également un très beau bilan en carrière en s’offrant avec la manière son 200ème résultat utile : 150 victoires et 50 matchs nuls entre la Lazio et l’Inter: Pour la sixième fois consécutive, une équipe d’Inzaghi l’emporte dans un stade où elle ne l’avait jamais emporté auparavant en Serie A, et elle y est parvenu sans encaisser le moindre but. L’Inter pourrait également écrire une nouvelle ligne d’histoire : Lors de cette première partie du championnat, la Beneamata a déjà inscrit 12 buts de la tête et, si elle parvient à en inscrire un nouveau ce mercredi face au Torino, elle égalerait le record établi en 2005/2006 par la Fiorentina qui est de 13 têtes victorieuses. Le seul point noir de cette soirée a été la prise à partie de Tifosi de l’Inter qui, selon la Gazzetta Dello Sport ont vu des pseudos supporters de la Salernitana les agresser : "Avant le match un groupe de jeunes a pris pour cible un bus de supporters des Nerazzurri qui se dirigeait vers le secteur visiteur ; des fumigènes ont également été allumés et ont fait exploser des pétards alors que la police s'efforçait de chasser les fauteurs de troubles. Un homme de Salerne a été arrêté, d'autres pourraient être identifiés dans les prochaines heures." Dans une moindre mesure, Nicolò Barella, averti pour la cinquième fois, ratera le dernier match de l’année face au Torino : Un repos qui lui sera bien plus que bénéfique. Tableau Récapitulatif Résumé Vidéo Salernitana 0-5 Inter Buteur(s) : 11’Perisić, 33’ Dumfries, 52’ Sánchez, 77’ Lautaro Martínez, 87’ Gagliardini Salernitana : 1 Fiorillo; 33 Delli Carri, 31 Gagliolo, 23 Gyomber (80’ 21 Zortea), 26 Bogdan, 19 Ranieri (71’ 4 Jaroszynski); 18 Coulibaly, 20 Kastanos (61’ 8 Schiavone), 22 Obi; 7 Ribery (71’ 15 Gondo); 25 Simy (61’ 11 Djuric) Banc : 72 Belec, 96 Guerrieri, 14 Di Tacchio, 24 Kechrida T1 : Stefano Colantuono Inter : 1 Handanović; 33 D'Ambrosio, 6 De Vrij, 95 Bastoni (56’ 32 Dimarco); 2 Dumfries, 23 Barella (56’ 22 Vidal), 77 Brozović (71’ 5 Gagliardini), 20 Çalhanoğlu, 14 Perisić (78’ 11 Kolarov); 9 Džeko, 7 Sánchez (56’ 10 Lautaro Martínez) Banc : 97 Radu, 8 Vecino, 12 Sensi, 13 Ranocchia, 37 Škriniar, 46 Zanotti, 48 Satriano T1 : Simone Inzaghi Arbitre : Mariani VAR : Giacomelli Averti(s): Barella (I), Gyomber (S) Expulsé(s) : / ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  21. En effet, l’Inter de Simone Inzaghi ne veut pas et ne veut plus s’arrêter! Preuve en est, l’équipe Nerazzurra tourne à un rythme si exceptionnel, que cela lui a permis de déjà reprendre la tête du Championnat aux dépends du Milan Ac et du Napoli Confirmation de la Gazzetta Dello Sport "La victoire sur Cagliari équivaut au 18ème succès à domicile pour l’Inter en 2021: Personne en Europe ne tient le pas des Nerazzurri. Mais ce n’est pas tout, parmi les caractéristiques principales de l’équipe d’Inzaghi, il y a cette faculté d’arriver rapidement en phase de conclusion et de vouloir marquer des buts." L’Inter d'Inzaghi, à partager avec l'Inter d'Antonio Conte, est également à un pas du record absolu du nombre de but marqués "Un but de l’Inter d’Inzaghi (et celle également de Conte) l’enverra dans les livres d’histoire : Le dernier ballon enfilé par Lautaro porte le nombre de buts réalisé en Serie A à 98 sur l’ensemble de cette extraordinaire année 2021: Il n’en manque qu’un pour égaler le record historique absolu de l’année 1950, et deux pour franchir le mur des 100 buts, un objectif qui est plus que jamais à la portée, avec encore deux rencontres à disputer face à la Salernitana et face au Torino." Prêt à vivre un moment historique ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  22. En effet, c’est une révélation de Swiss Ramble, qui est relayée par Calcio&Finanza : Les Nerazzurri sont juste derrière la Juventus en termes d’encaissements pour cette édition de la Ligue des Champions. Mieux encore, ils perçoivent plus qu'estimé! Le Bayern en tête, l’Atalanta comme bonnet d’âne Les sommes en jeu tiennent compte exclusivement du parcours réalisé jusqu’ici, en prenant en considération la qualification en huitième de finale et l’élimination en phase de groupe. La répartition passe d’un maximal de 96 millions d’euros encaissés par le Bayern Munich pour terminer à la somme minimale de 33 millions d’euros qui seront encaissés par l’Atalanta. Tous les chiffres ont déjà été reproportionnés sur la base de la part en pourcentage qui sera déduite par l'UEFA en raison de l'urgence liée à la pandémie du Covid-19. Vu que la part de participation est la même pour tous les clubs participants au tournoi, soit 15,64 millions d’euros, la différence entre les clubs trouve principalement son origine dans les recettes redistribuées sur base du ranking historique/décennale et sur les bonus obtenus en fonction des résultats, soit les 9,6 millions d’euros en cas de qualification à la phase à élimination directe. L’écart entre les clubs s’amplifie, dans une moindre mesure, à cause du Market Pool, qui offrent également plus de richesses aux marchés télévisuels les plus importants Analyse sur les Tops Clubs Le Bayern Munich met tout le monde d’accord avec 96 millions d’euros bien répartis entre les différentes postes, sans oublier une pointe au ranking historique qui lui permet de percevoir 35,3 millions d’euros. La prime liée aux résultats est également élevée : 27,7 millions d’euros, tandis que la part la moins importante est relative au Market Pool : 20,06 millions d’euros. A la seconde place, on retrouve le Real Madrid qui "bloque" à 91 millions d’euros. Les Espagnols dispose de meilleurs recettes au niveau du ranking historique : 36,4 millions d’euros, mais encaisse moins sur les primes liées aux résultats: 24,7 millions d’euros, et au niveau du Market Pool : 17,8 millions d’euros. Le Paris-Saint-Germain occupe la troisième position avec environ 90 millions d’euros, grâce à un Market Pool plus important, vu qu’il n’a dû le partager qu’avec le Club de Lille. Il a été freiné dans les bonus liés aux résultats, vu qu’ils ont terminé à la seconde place de leur groupe, derrière le Manchester City de Josep Guardiola Et les Italiens ? La Juventus est la première en étant classée à la 9ème place pour des recettes estimée à 76 millions d’euros, ellle est suivie par L’Inter (12ème) et ses 63 millions d’euros Le Milan Ac (17ème) et ses 45 millions d’euros (Le club rossonero paie cher la non-qualification au tour suivant et ne comptabilise qu’une seule victoire en phase de groupe) L’Atalanta (22ème) et ses 33 millions d’euros. Enfin, si l’on examine les différents postes de revenus, on constate que le Real Madrid reste est en tête du classement historique/décennal, tandis que le Bayern excelle pour la prime de résultat. En termes de masse salariale, c'est plutôt Lille qui prend la tête avec la monstrueuse somme de 30,8 millions d'euros, soit près de la moitié du total des primes versés au Champion de France en titre. Le Saviez-Vous ? Lors de son dernier état financier, l’Inter avait estimée ses recettes, en provenance de la Ligue des Champions, à 59 millions d’euros. Une somme moins importante que celle qu’elle percevra et qui pourrait continuer à augmenter en fonction de la suite du parcours européen de l’équipe emmenée par Lautaro Martinez : Un parcours qui est loin d’être facile, suite au scandale lié au tirage au sort de la Ligue des Champions organisées par l’Uefa et qui verra les Reds de Liverpool défier les Champions d’Italie en huitième de finale...... Ce qui est pris n’est déjà plus à prendre ! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  23. Alessandro Bastoni s’est livré sur son passé, son présent et son futur, sur et hors du terrain à la Repubblica. La Famille Quand as-tu compris que tu voulais devenir footballeur ? "A Parme en Serie A, la première fois où j’étais titulaire, je me suis dit : "Ale, si tout va bien, c’est fait". Nous avons gagné à Turin et j’ai finalement pu charrier mon père." Il a joué pour Cremonese...... "Quand j'étais enfant, il faisait son malin à chaque fois. Maintenant, c'est moi qui lui rappelle qu'il n'a pas joué la moitié d'un match en Serie A, mais il se croit toujours plus fort que moi. Nous en plaisantons parce que nous savons que nous en sommes arrivés ici ensemble." Sur vos protège-tibias, on retrouve l’image de vos frères…. "Oui et je les embrasse en avant-match, j’ai choisi le numéro 95 car c’est l’année de naissance de mon frère aîné. Le cadet m’a dit : "Et moi?" C’est comme ça que j’ai eu cette idée : Il n’y a pas de jalousie entre nous et j’en suis chanceux." Jouer vous encore au football ensemble ? "Le plus grand est arrivé jusqu’en Serie C et il a ensuite choisi les études, le plus jeune a une aversion pour le football : Il me demande de lui raconter quelque choses pour répondre aux demandes de ses amis." Après l’Euro, êtes-vous retourné là où tout a commencé ? "C’était beau car je me suis identifié aux enfants, j’étais un petit compétitif qui rêvait, comme eux, de devenir footballeur." Comment transforme-t-on le talent en succès ? "Chez les plus jeunes de l’Atalanta, j’ai rencontré des garçons bien plus talentueux que moi, je m’entrîinais avec les plus grands ce qui était difficile. Mon père m’a appris à ne jamais abandonner. Il m’a accompagné durant tant d’années de Cremona à Zingonia en aller-retour : 130 kilomètres sans jamais me le faire ressentir. Avec une autre famille, j’aurais eu un autre métier aujourd’hui." Etiez-vous un Tifoso enfant ? "Papa est de sang interiste et il m’a transmis sa foi, lorsque je commets une erreur en plein match, il m’en veut." Votre mère, lors de la fête du Scudetto vous a offert de la Pizza et vous a essuyé votre bouche avec une serviette… "Elle a toujours été proche de moi. J’aime être avec elle et aller manger un plat de Tortelli. Fais maison: comme ça le nutritionniste n’enrage pas!" Les modèles Vous avez les pieds et la vision d’un meneur de jeu : Qui vous a imaginé au poste de défenseur ? "J’ai toujours joué derrière, les qualités techniques sont apparues à l’Atalanta avec Mino Favini et Gianluca Polistina. Je passais des heures à m’améliorer." Quelle est votre idole footballistique ? "Sergio Ramos : J’admire tout de lui, comment il est sur le terrain, sa personnalité : Pour mon anniversaire, il m’a offert son maillot et j’ai aussi pu échanger avec lui." Que vous êtes-vous dit ? "Belle demande, on parlait espagnol et j’ai perçu la personne, plus que le joueur, il est comme Materazzi." Ramos et Materazzi : La fourberie s’apprend-t’elle ou est-elle innée ? "Cela peut se travailler, mais ce n’est pas simple, tout comme la légende qui dit que les bons joueurs sont techniquement bons sont mous caractériellement." Voudriez-vous être plus vicieux ? "Non, il y a eu une période où je prenais trop d’avertissements, je crois que je peux m'améliorer en tout grâce à d’exceptionnels équipiers." L'Inter d'Inzaghi Jusqu’où peut arriver cette Inter ? "C’est beau d'avoir le Scudetto sur le torse, nous prouverons à tous, et de toutes les façons possible, que nous le conserverons : Il y a aussi la Ligue des Champions." Comment avez-vous réagi lorsque vous êtes passé de l’Ajax à Liverpool, suite à une erreur de tirage...... "Je n’ai pas juré, si c’est votre question: J’ai aussi écrit la préface d’un livre pour un Curé. Blague à part, nous devrons réaliser deux grands matchs : Jouer à Anfield sera extraordinaire." Vous divertissez-vous sur le terrain ? "Oui, Inzaghi nous donne la liberté qui nous permet de nous souvenir que le football est un jeu : Même lorsque tu es mené." Face à Cagliari, vous êtes rentré dans la surface en dribblant une série d’adversaire…. "J’aime énormément sortir de ma zone, et lorsque je vois une possibilité, je tente de marquer. Cela ne s’est pas bien passé, j’espère que cela ira mieux la fois prochaine." Hors du terrain En dehors du terrain, vous semblez toujours être un bon pochtron, est-ce une réalité ou les réseaux sociaux exagère-t ’il la réalité ? "Hélas, les réseaux sociaux n’exagèrent rien, disons que j’aime beaucoup me divertir." Qui est le meilleur aux fléchettes ? "Brozo est le champion indiscuté." Gasperini, Conte, Inzaghi, Mancini. Partant des caractères : quels duos formeriez-vous ? "Je mettrais Gasperini avec Conte et Mancini avec Inzaghi : Les deux premiers sont toujours sur la brèche. Inzaghi et Mancini, en plus d’être fort engagés, attachent une importance au contact humain : Le résultat est que nous somme plus relaxé lors des moments cruciaux." Conte blindait la défense en abaissant le cendre de gravité de l’équipe : Inzaghi, en revanche, augmente le pressing...... "Aujourd’hui, nous avons moins la possibilité de partir en contre : Edin et Romelu sont différents et nous nous sommes adaptés." L’Italie Ressentez-vous la responsabilité de devoir reprendre l’héritage de Leonardo Bonucci et Giorgio Chiellini en défense ? "Oui, je ressens cette urgence, je suis impatient de me montrer protagoniste aussi en équipe nationale." La seule erreur de votre carrière fut lors d’Italie-Espagne à l’Euro, mais vous avez immédiatement démontré être capable de retrouver immédiatement votre niveau : D’où puisez-vous cette maturité ? "C’est caractériel, je suis serein : En plus du football, j’ai en tête d’autres pensées qui m’apaise : A partir de ma fille qui va naître en janvier." Comment allez-vous l’appeler ? "C’est ma compagne qui me le dira lorsqu’elle l’aura trouvé. Elle partage mes valeurs : Léducation, la reconnaissance, la générosité, elle étudie le design, elle aimerait trouver un bon job : Ses réalisations sont aussi importantes que les miennes." Si l’Italie ne devait pas se qualifier en mars, l’absence en Coupe du Monde passerait à 12 années : Cette pensée vous effraie-t ’elle ? "Non, même pas dans l’antichambre de nos cerveaux : Nous sommes Champions d’Europe en titre, nous devons y parvenir." Qui méritait le Ballon d’Or ? "Vu que je n’étais pas en course : Lewandowski ou Jorginho". Allez-vous encore tirer les penalty en équipe nationales ? "Certainement, tout comme Lautaro : Il n’y a que celui qui n’en a jamais tiré qui n’en a jamais raté." Ses anciens équipiers Échangez-vous avec Eriksen ? "Oui, c’est lui qui nous a rassuré et non l'inverse : Je lui souhaite de vivre la vie qu’il désire : En plus du fait d’être un champion, c’est une belle personne." Et avec Hakimi et Lukaku ? "Hakimi est mon compagnon de Playstation, et il est très mauvais. Quant à Romelu, je lui souhaite bonne chance pour sa nouvelle aventure." Le schéma de la rampe de lancement pour Barella, lors d’Inter-Juve (2-0), a-t-il été importé d’Angleterre par Conte ? "Non, nous l’avons toujours testé : J’ai gagné notre dernière partie d’entrainement avec celui-ci. Le problème est que les adversaires nous étudient : Nous devons imaginer de nouvelles choses." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  24. Piero Ausilio, le Directeur Sportif de l’Inter, s’est livré en exclusivité sur Sky Sport : D’un début de saison estival difficile à la première place actuelle, voici ses révélations : Comment vous-a-t ’il été possible de gagner? "Sur base de ce concept: A travers la persévérance et le travail, toutes les personnes ont cru au projet depuis ses débuts : De l’arrivée de Suning en 2016, jusqu’à ce jour, il y a eu un choix de croissance, d’entraineur et de management, et de joueurs, je n’oublie personne, même ceux avec qui tout a commencé. Car dans les difficultés, nous sommes parties sur une gestion d’entraîneurs avec Stefano Pioli et Luciano Spalletti qui nous a permis de retrouver la Ligue des Champions. Ensuite, il y a eu le travail d’Antonio Conte qui nous a permis de renouer avec le succès depuis tant d’années : C’est un important travail et nous avons un nouvel architecte de design : Simone Inzaghi." Après tout ce qu’il s’est passé durant l’été, cette saison tient-elle du miracle ? "Non, ce n’est pas un miracle : Il y a eu une désorientation lorsque Lukaku nous a informé qu’il allait partir, ce n’était pas prévu : Mais nous savions que nous nous devions de réaliser un sacrifice sur le mercato : Nous avions tout préparé et organisé pour celui d’Hakimi, depuis quelque temps déjà nous on parlait déjà de cette opportunité. Le départ de Lukaku n’était pas prévu, surtout vu la période, car lorsque tu arrives en plein début de la saison, il t’est compliqué de te réorganiser et de penser aux idées qui puissent te permettre de maintenir la compétitivité." "Nous avons été bon car nous n’avons jamais perdu notre âme, nous nous sommes regroupés avec l’entraîneur pour planifier quels seraient les meilleurs joueurs. Nous ne nous sommes jamais perdu et regardé en face : Perdre des personnalités de ce calibre comme Conte, Hakimi et ensuite Lukaku et Eriksen aurait pu pouvait tuer n’importe qui, mais pas nous. Cela pouvait ressembler à une montagne à escalader, mais c’est la beauté du sport car nous avons immédiatement saisi d’autres occasions. Lorsque tu fais face aux pires difficultés rencontrées, il ne faut pas abandonner dès la première: Nous avons remplacés Romelu Lukaku, par Joaquin Correa et Edin Dzeko, je pense que vu les conditions, c’était de l’excellent travail : les résultats le confirment." Que vous apporte Simone Inzaghi de différent ? "Avec lui, on peut penser à un architecte d’intérieur, il pense à travailler sur une structure existante et travaille sur sa beauté, pour offrir de la liberté à l’équipe, de la qualité, de la possession de balle, de la fantaisie, le tout sans déstructurer l’équipe : Il travaille sur base d’une structure solide." Avant de savoir le recruter, aviez-vous peur de perdre Simone Inzaghi ? "Tout a été très vite, nous étions au courant de sa rencontre avec Lotito, mais nous ne savions pas comment elle s’était conclue : Il nous avait dit que rien n’était défini et nous pensions avoir notre chance de pouvoir nous montrer convaincant: Nous avons été bon pour conclure le tout rapidement, tout a été fait par téléphone via des conférences-call : Ensuite, nous nous sommes vu physiquement pour signer, nous étions convaincu par les idées et par le projet : Nous ne nous sentions pas déboussolé suite au fait que nous avions perdu quelques éléments, nous savions que nous étions capable de les remplacer : Et nous sommes en train de le démontrer par la route que nous avons emprunté et que nous parcourons qui et positive en terme de résultats." Quel a été le pire moment de cette période ? "Plus que tout, il ne faut surtout pas abdiquer aux premières difficultés : Perdre un entraîneur comme Conte, un joueur comme Hakimi suivi par la suite de Romelu Lukaku et de Christian Eriksen aurait pu tuer n’importe qui, mais pas nous." Vous avez conjugué l’aspect technique à l’aspect économique de la meilleure des façons possible : avez-vous prévu de procéder à un nouveau sacrifice économique également cet été ? "D’un point de vue économique, nous comme tous les clubs normaux, nous appartenons à un groupe qui veut être stable et faire preuve d’une continuité économique et financière vis-à-vis du projet établi, qui doit perdurer dans le temps : Jusqu’à présent, nous avons toujours été soutenu : Les salaires ont été versé de façon régulière et nous, les dirigeants, nous sommes en contact continu avec la propriété : L’équipe doit juste penser à effectuer son travail." "Il est clair aussi que nous ne pouvons pas toujours acheter des joueurs, même si les médias et les tifosi aiment cela, car nous faisons un tout autre métier : Nous devons composer avec certaines choses, tenir compte qu’il faut conserver une qualité élevé et procéder à des investissements justes. Les choses doivent être effectués en respectant les équilibres, mais nous ne serons jamais une Inter redimensionnée au terme des mercatos." Aujourd’hui, l’Inter est engagé dans une double confrontation face un Liverpool qui est super favori. Dans combien de temps l’Italie pourra-t'elle surclasser la Premier League dans ce rôle central actuel et comment… "D’une façon générale, il y a trop de différence entre la Serie A et la Premier League en termes de recettes : Ce n’est pas ma compétence, mais je peux constater à quel point il est difficile de concourir avec ces équipes sur le mercato, et je ne parle pas uniquement de Manchester City, Liverpool ou Chelsea : Il nous est également difficile de concurrencer West Ham, Leicester ou Arsenal pour le comprendre." "Les anglais disposent d’un système bien plus avancé que le nôtre : Nous devons nous donner plus : Nous avons de bons entraîneurs, de bonnes idées, des scouts plus réactifs et plus rapide et, jusqu’à présent, nous nous sommes montrés meilleurs, si l’on songe à la façon dont il faut faire preuve de fantaisie." "Une autre chose où nous nous sommes montrés bons en Italie consiste dans le fait de récupérer certains joueur qui n’était pas adapté au championnat anglais et qui ont démontré qu’ils restaient toujours des champions : Nous devons comprendre comment faire grandir notre système, avec des recettes, être moins querelleurs à certains endroits et penser au concept d’équipe et non pour soi, c’est quelque chose que nous parvenons à faire peu." L’Inter interviendra-t ’elle sur le mercato de janvier ? "Je pense que l’équipe actuelle est forte et compétitive : On pourra penser à une arrivée d’un joueur, si l’un de ceux qui jouent moins demande à s’en aller. Au jour d’aujourd’hui, personne n’a fait une telle requête : Nous avons un nombre de joueurs idéal et nous sommes compétitifs dans chaque secteurs." Onana sort-il de cette logique ? "On lit continuellement sur lui : Certains joueurs sont en fin de contrat à l’Inter tout comme lui, nous regardons autour de nous: Cette possibilité comprise.." Pour janvier ou juin ? "Je me suis déjà bien exprimé sur ce que sera le mercato de janvier, ce n’est pas un mercato auquel nous songeons." Alvarez, Thuram, Nunez ? "Je peux admettre pour Marcus Thuram , car dans le passé, j’en ai parlé avec Raiola : nous étions au travail : Sur les autres, il n’y a jamais rien eu honnêtement." Travaillez-vous pour le futur ? "Nous sommes bien comme ça." Pastorello a déclaré que Lukaku reviendrait bien volontiers en Italie : Le reprendriez-vous ? "En prêt, oui." Passons aux plus-values..... "Les plus-values sont des ressources : Lukaku et Hakimi sont des plus-values qui ont apporté des bénéfices au club au bilan. Les échanges ne seront absolument jamais évités, il y en aura toujours. Il y a des exemples dans tous les championnat, des joueurs sont échangés et ce n’est pas pour autant que c’est mauvais." "Tant de fois lors d’une vente d’un joueur, l’équipe qui souhaite le recruter propose un joueur pour en faire diminuer le prix, je ne trouve pas cela scandaleux : Mais ce sont des plus-values et en tant que telles, elles doivent être bien réalisées dans le respect des règlements." Et les transferts gratuits ? "Il s’agit d’une occasions que tu peux cueillir, mais en même temps c’est une situation avec laquelle tu dois pouvoir bien coexister et dont tu te dois de l’accepter : Il nous arrive d’en réaliser avec certains joueurs : Les périodes sont différentes : Tu en as qui arrive à échéance à cause de leur âge ou du désir d'ailleurs, de penser à quelque chose de différent, ou alors tu dois négocier et il faut faire preuve de patience. Il y a différents transferts gratuit et ce n’est pas aussi facile de les prendre car les requêtes sont parfois très élevées, trop comparé à ce que le mercato peut offrir : Il faut faire preuve de prudence." "Actuellement, nous avons finalisé deux-trois prolongations : Alessandro Bastoni, Lautaro Martinez et Nicolò Barella qui ne seront pas en fin de contrat dans l’immédiat et qui représentent une certaine importance sur le marché. Pour l’âge, il est juste de reconnaître à ces joueurs une prime pour le travail réalisé ces dernières années et pour leur croissance : Nous discutons, entre autres, avec Federico Dimarco, Marcelo Brozovic et très rapidement, nous passeront à Ivan Perisic et Samir Handanovic, et quelqu’un d’autre." Est-ce que la prolongation de Dimarco est sur le point d’arriver? "Pas encore, mais il ne manque que très peu car la volonté manifeste des deux parties est très claire." Quel sont les pourcentages de Marcelo Brozovic, Ivan Perisic et Stefan De Vrij ? "Je ne comprends pas pourquoi on parle de De Vrij a qui il reste encore un an et demi de contrat : Brozovic, Perisic et Handanovic sont en fin de contrat et il faut faire preuve de plus d’attention et de hâte face à ces situations pour chercher à comprendre quelles sont les possibilités pour les conclure." Au clair de la Thunes, mon ami Piero…. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  25. En effet, l’Inter défiait ce dimanche soir le Cagliari de son ancien entraîneur, Walter Mazzarri. L’objectif était simple : en cas de victoire, les Nerazzurri retrouvaient une première place "perdue" depuis la seconde journée de Serie A. Profitant du match nul du Milan Ac, mais surtout de la défaite surprise du Napoli face à l’Empoli, l’Inter entame les prémices d’une envolée. L’homme du match reste incontestablement le portier sarde, Alessio Cragno, auteur de très nombreux arrêts décisif dont un penalty, obtenu par Denzel Dumfries, de Lautaro Martinez. Le premier but tombera à la 29’, le Toro argentin reprenant de la tête un excellent corner botté par Çalhanoğlu, le plus petit des joueurs présents dans la surface avait misé sur son timing pour surprendre le portier italien et ses défenseurs. Et si le score n’est que de 1-0 à la pause, celui-ci aurait pût déjà s’avérer bien plus lourd tant les occasions sérieuses n’étaient pas parvenues à être concrétisés, dont plusieurs tirs de loin de Nicolò Barella et un arrêt miracle de Cragnon sur une reprise, quasiment dans le petit rectangle d’un Alexis Sanchez en feu. Il Nino doublera d’ailleurs la mise sur une séquence à montrer dans les écoles, suite à une remise aérienne de Barella à l'extérieur du grand rectangle, la reprise à bout portant d’Alexis Sanchez à la 50’ ne laisse aucune chance à l’équipe sarde. Notre chilien manquera d’ailleurs d’inscrire un doublé, la faute à la barre transversale. Le missile de la soirée est à mettre à l’actif d’Hakan Çalhanoğlu qui à l’entrée du grand rectangle, et à la 60', se décide de nettoyer la lucarne gauche du portier italien. Avec un Barella en état de grâce ce dimanche soir, l’Inter fini le travail deux minutes plus tard, à la 68', via une passe décisive aérienne dans le dos de la défense sarde, plus réactif que tous, le Toro argentin enchaîne contrôle poitrine et reprise pour fixer le score définitif. Simone Inzaghi se paiera le luxe de faire débuter également à la 82’ le très jeune Zanotti, qui fait là, son premier match en équipe professionnelle et son premier match dans un Meazza en fusion qui ne cessait de reprendre le chant "E se ne va, la Capolista Se Ne va" L’Inter de Simone Inzaghi rappelle plus que jamais la Lazio de Simone lors de la saison 2019/2020. Lancée comme un boulet de canon, celle-ci s’était mêlée dans la course au titre en ne revenant qu’à un seul point de la Juventus entraînée par Maurizio Sarri et avait giflée l’Inter d’Antonio Conte. La suspension du championnat à cause de la pandémie liée au Covid-19 aura foudroyée l’équipe romaine et ses ambitions de titres. A présent, Simone Inzaghi dispose d’une équipe bien plus performante et Championne en titre et, à l’instar de la saison 2019/2020, les Nerazzurri sont lancés tel un boulet de canon. Lorsque l’on sait que la prochaine confrontation opposera l’Inter à la modeste Salernitana, équipe toutefois à ne pas sous-estimer, la Championne d’Italie pourra, en cas de victoire savourer le duel opposant le Milan Ac au Napoli. Pensez-vous et pensiez-vous Simone Inzaghi capable de déjà reprendre la tête de la Serie A en pratiquant un football total ? Tableau récapitulatif Résumé Vidéo Inter 4-0 Cagliari Buteur(s) : 29’, 68’ Lautaro Martinez, 50’ Sanchez, 66’ Çalhanoğlu Inter : 1 Handanovic ; 37 Skriniar, 6 De Vrij, 95 Bastoni ; 2 Dumfries (72’ 32 Dimarco), 23 Barella, 77 Brozovic (72’ 22 Vidal), 20 Çalhanoğlu (76’ 12 Sensi), 14 Perisic (82’ 46 Zanotti) ; 10 Lautaro Martinez (72’ 48 Satriano), 7 Sanchez Banc : 97 Radu, 5 Gagliardini, 8 Vecino, 9 Dzeko, 11 Kolarov, 13 Ranocchia, 33 D'Ambrosio T1 : Simone Inzaghi Cagliari (3-5-2) : 28 Cragno ; 4 Caceres (72’ 25 Zappa), 2 Godin, 44 Carboni (82’ 33 Obert) ; 12 Bellanova, 27 Grassi (59’ 22 Lykogiannis), 8 Marin, 14 Deiola (82’ 21 Oliva), 29 Dalbert ; 10 Joao Pedro, 9 Keita (70’ 30 Pavoletti) Banc: 1 Aresti, 31 Radunovic, 15 Altare, 20 Pereiro, 32 Ceter T1 : Walter Mazzarri Arbitre : Marchetti VAR: Ranghetti Averti(s) : Cragno (C), Deiola (C) Expulsé(s) : / Affluence : 33.712 tifosi ®Antony Gilles – Internazionale.fr