Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'lazio'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
    • 2020/2021
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

  1. Interviewé en présence de Fabio Galante sur le canal YouTube de Star Casino Sport, Javier Zanetti s’est livré sur son parcours à l’Inter. Place à l’interview du Capitaine des Capitaines Le Meazza "C’est devenu notre maison pour tout ce que j’y ai vécu, tant de moments inoubliables." Débarquement à Milan "C’était un grand changement pour moi, car en Argentine, je vivais dans la périphérie de Buenos Aires. Lorsque l’on m’a dit que l’Inter m’avait recruté…Je ne parvenais pas à y croire, je jouais dans une petite équipe en Argentine…. Faire ce grand saut et prendre l’avion tout seul à Buenos Aires, direction Milan, était une nouveauté pour moi et pour ma famille." "Cela a changé ma réalité mais aussi celle de mon père et de ma mère, je me rappelle d’un déluge universelle sur la Terrasse Martini, c’était mon premier contact avec Milan. Et dès cet instant, j’ai été énormément séduit. Je n’oublierai jamais mon premier match au Meazza : C’était le 27 août, Inter-Vicenza, nous l’avions remporté 1-0 via un but de Roberto Carlos." "On devait jouer le dimanche, mais déjà le vendredi j’avais pris la voiture avec mes parents pour faire un tour au Meazza, je leur avais dit : Regarder, c’est ici que je vais jouer, dimanche, ma première partie, ils étaient si émus." L’idée de génie de Ronaldo "Voici une anecdote : Il y avait une douche solaire dans le vestiaire, c'est-à-dire une lampe car, notre médecin qui était Ronaldo, nous avait dit que ça aidait contre les champignons et les taches sur la peau. Nous n'avions pas remporté le championnat, mais nous étions la plus bronzée (il rit)" Uefa 98 Qu’as-tu dit à Simeone sur ton but ? "De me laisser le ballon, d’habitude, il n’écoutait pas, mais à ce moment-là, il m’a laissé faire et j’ai inscrit un très beau but. C’était une très grandissime émotion pour moi car c’était ma première finale au niveau européen avec l’Inter. En vrai c’était la seconde, car l’année précédente nous l’avions perdu eux penalty." "C’était une sorte de revanche et affronter une équipe italienne, comme la Lazio, au Parc des Princes à Paris, avec toute la tifoserie de l’Inter était très touchant. De ce parcours en Coupe, je me souviens de la fameuse rencontre à Moscou, un vrai champs de patate où Ronaldo semblait se déplaçait de la sorte (il simule un patinage), il avait une telle puissance." Ses adversaires les plus forts "Dans ma carrière, j’ai toujours eu la chance de marquer de très grands joueurs. J’ai dû marquer Messi aussi en demi-finale de la Ligue des Champions, ce n’était pas un client faclie, mais on parle-là de joueurs qui pouvait faire la différence à n’importe quel moment : C’étaient tous des joueurs différents." Le rôle du défenseur "Le football a évolué, avant le défenseur ne devait que défendre et ensuite penser à construire, a présent c’est l’inverse : d’abord la construction, puis la défense." Gigi Forever "C’est difficile de désigner le meilleure entraîneur : Simoni, pour nous a été si important et il me manque tellement, car en plus de ses capacités d’entraîneurs, c’était une très Grande Personne. Il avait vraiment créé un grand groupe Personnellement, je ne peux pas ne pas citer Mancini car c’est avec lui que nous avons commencé à gagner des choses importantes. Et il y a, enfin, Mou pour tout ce qui nous a transmis, il nous a fait comprendre que tout est possible: Il nous a sincèrement bien fait aller au-delà de nos possibilités car cette année 2010 reste et restera inoubliable pour nous les Interistes." Rendez-lui le brassard et sa jeunesse ! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  2. À un peu moins de deux mois de la reprise de la Serie A, celle-ci s’annonce, selon les Bookmakers, être un duel entre les deux flèches dorées du Championnat : L’Inter et la Juventus L’Inter "Les Nerazzurri de Simone Inzaghi veulent reprendre immédiatement le Scudetto que les cousins du Milan leur ont arraché au cours de la dernière saison et pour y parvenir, ils ont rapatrié le Bélier du Tricolore 2021 : Romelu Lukaku. En attente de savoir si d’autres cadeaux arriverons, selon la Sisal, la bande à Samir Handanovic est donnée à 2,75." La Juve "Les Nerazzurri sont en très bonne compagnie vu la présence de la Juve, à sec de Scudetto depuis deux saisons, et qui présente la même cotation que son rival historique. La Formation de Massimiliano Allegri veut retrouver les tout premier rôles dans le Championnat d'Italie et le but annoncé est celui de rapatrier le 37ème Scudetto à Turin." Le Milan "Le Champion en titre part légèrement en retrait, lui dont la tâche principal sera de chercher à conserver son titre. Les Rossoneri ne sont d’ailleurs plus parvenu à conserver celui-ci deux années de suite, depuis 29 années consécutives et Stefano Pioli aura la lourde tâche de briser ce tabou. Preuve en est la cotation de 3,75." Le Napoli 3Nonobstant le départ du Capitaine Lorenzo Insigne, le Napoli, après s’être battu avec les deux écuries milanaises durant quasiment tout le tournoi, veut élever le niveau et ramener le Scudetto dans les remparts du Maradona. Luciano Spalletti est convaincu de pouvoir jouer à armes égales avec les très grands du championnat. Toutefois pour les Bookmakers, celui qui mise sur le Napoli remportera 9 fois sa mise." L’Outsider Romain "Parmi les autres protagonistes de la Serie A, on retrouve la Roma de José Mourinho qui, après avoir offert la Conference League au Club de la Capitale, cherchera à élever le niveau en cherchant à remporter le 4ème Scudetto de son Histoire, y parvenir permettra au parieur de remporter 16 fois sa mise." LOL "La situation devient extrême, en revanche, pour l’Atalanta (donné à 25) et la Lazio de Maurizio Sarri (donné à 33) Jugez-vous l’analyse des Bookmakers pertinente ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  3. L'Inter qui rêve de renouer avec le Scudetto fait officiellement face à un calendrier à cadence alternée: Une entame qui semble facile, suivi de matchs plus difficile à négocier et une fin de championnat qui pourrait s'avérer bien plus compliquer qu'il n'y parait. L'Inter, si elle recevra Lecce à domicile, elle jouera au Stadio Giuseppe Meazza la Lazio en J3 et se déplacera au Milan en J5, entre les deux, le modeste club de Cremonese. Si, pour cette saison, l'Inter aura un calendrier plus raisonnable en février et mars, le mois de mai sera synonyme de tous les dangers avec la Lazio, la Roma, le Napoli et l'Atalanta en l'espace de six matchs!. A cocher dans le calendrier 4 septembre 2022: Milan Ac-Inter 6 novembre 2022: Juve-Inter 5 Février 2023: Inter-Milan Ac 19 mars 2023: Inter-Juve Si l'Inter veut accrocher sa seconde étoile, l'Inter devra suivre un credo désormais connu: Tête basse et pédaler ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  4. En effet, l'avenir de Denzel Dumfries à l'Inter est remis en question : Manchester United, avec le Néerlandais Ten Hag sur le banc a décidé de passer à l’offensive Révélation de la Gazzetta Dello Sport "Ten Hag, aurait identifié en Dumfries le bon renfort pour le renouveau de Manchester United."Celui-ci l’estime beaucoup et il mise sur cet ailier pour commencer à chasser City et Liverpool. "Pour l’ailier néerlandais qui a coûté 14 millions d'euros, il faudra à présent en débourser au moins 30." Révélation de Calciomercato.com "De nombreux noms sont sur la table, dont celui de Cuadrado. L'Inter a appris que les choses ne se sont pas déroulées comme prévu avec la Juve et que tout peut à présent arriver. Pour l’heure, les Nerazzurri ne semblent pas très chauds pour s’offrir le Colombien. Les profils de Manuel Lazzari (Lazio) et de Wilfried Singo (Torino) retiennent également l'attention." Selon vous, Cuadrado pourrait-il passer aussi du bon côté de la Force, serait-il le joueur le mieux adapté pour remplacer Denzel Dumfries si celui-ci vient à rejoindre la Premier League ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  5. Libre de tout contrat, Matias Vecino quitte gratuitement l’Inter pour rejoindre la Lazio de Rome de Maurizio Sarri L’uruguayen pourra se relancer via l’entraineur qui l’avait lancé du temps où il était en place à Empoli. Merci à toi Matias pour tes coups de boules face à la Lazio et à Tottenham, bon vent l’ami ! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  6. Grâce à sa victoire 4-2 sur la Juventus au Stadio Olimpico de Rome, l'Inter a remporté la Coppa Italia pour la huitième fois de son histoire. Les Nerazzurri ont atteint la finale de la compétition à 14 reprises et ce triomphe porte à 42 le nombre de trophées remportés par le club depuis sa fondation en 1908. Seules la Juventus (14) et la Roma (9) ont remporté la Coppa Italia plus souvent que l'Inter, la Lazio (7) occupant la quatrième place du classement. Après avoir perdu contre la Juventus en finale de la Coppa Italia en 1959 et 1965, l'Inter a maintenant battu les Bianconeri dans deux finales consécutives, après la Super Coupe d'Italie en janvier à San Siro, avec une prolongation nécessaire pour déterminer le vainqueur. Le dernier triomphe de l'Inter en Coupe d'Italie remonte à 2011, lorsque l'équipe de Leonardo avait battu Palermo 3-1 grâce à deux buts de Samuel Eto'o et un autre de Diego Milito. Un certain Andrea Ranocchia était dans le onze de départ ce jour-là, tandis que le défenseur était également dans le groupe à l'Olimpico où il a célébré son deuxième succès en Coppa Italia, 11 ans après son premier. Les finales de l'Inter en Coppa Italia 1939 | Ambrosiana Inter 2-1 Novara 1959 | Inter 1-4 Juventus 1965 | Juventus 1-0 Inter 1977 | Milan 2-0 Inter 1978 | Inter 2-1 Naples 1982 | Inter 2-1 Torino, en aller-retour 2000 | Lazio 2-1 Inter, en aller-retour 2005 | Roma 0-3 Inter, en deux manches 2006 | Roma 2-4 Inter, en deux manches 2007 | Roma 7-4 Inter, en deux manches 2008 | Roma 2-1 Inter 2010 | Inter 1-0 Roma 2011 | Inter 3-1 Palerme 2022 | Juventus 2-4 Inter Palmarès de l'Inter 19 Scudetti 8 Coupes d’Italie 3 Ligues des Champions 2 Coupes Intercontinentales 1 Coupe du Monde des Clubs 3 Coupes de l'UEFA 6 Super Coupes d'Italie Statistiques de la finale à Rome L'Inter est la première équipe à avoir marqué deux fois en prolongation lors d'une finale de Coppa Italia depuis Vicenza, qui avait réussi à le faire contre Napoli en 1997. L'Inter est le premier club à avoir transformé deux penaltys dans une finale de Coppa Italia (hors séances de tirs au but) depuis la Sampdoria contre Ancona en 1994. Les Nerazzurri ont joué les prolongations dans une finale de Coppa Italia pour la première fois dans l'histoire du club, tandis que les Bianconeri ont connu leur quatrième prolongation au cours de leurs sept dernières finales de coupe. L'Inter est devenu la troisième équipe à battre la Juventus trois fois en une seule saison, toutes compétitions confondues, après la Fiorentina en 1940/41 et la Lazio en 1942/43. Ivan Perisic est le quatrième joueur de l'Inter à avoir inscrit un doublé en finale de la Coppa Italia, après Adriano (2005 contre la Roma), Hernan Crespo (2007 contre la Roma) et Samuel Eto'o (2011 contre Palermo). Le but de Nicolo Barella six minutes après le début du match est le but le plus rapide dans une finale de Coppa Italia depuis le but de Stefan Radu pour la Lazio contre la Juventus le 20 mai 2015 à la 4ème minute. Barella est le premier Italien à marquer pour l'Inter dans une finale de Coppa Italia depuis Alessandro Altobelli qui avait marqué lors du match retour de la finale 1981/82 contre le Torino. Barella a inscrit le deuxième but de l'Inter dans les six premières minutes d'une finale de Coppa Italia, imitant ainsi les exploits d'Esteban Cambiasso contre la Roma, 16 ans plus tôt, le 11 mai 2006. La frappe de Barella était le premier but en dehors de la surface dans une finale de Coppa Italia depuis Douglas Costa et son but contre l'AC Milan en 2018. Hakan Calhanoglu est le premier joueur à transformer un penalty dans une finale de Coppa Italia depuis Edinson Cavani contre la Juventus en 2012. ®Internazionale.fr via inter.it - Traduction Oxyred
  7. Seuls les plus anciens d’entres nous (et encore) comprendront de quoi il s’agit, car si pour l’Inter, il existe le 5 mai 2002, pour le Milan, il existe le FATAL VERONA, soit la perte du Scudetto aussi bien en 1973 qu’en 1990…. Jamais deux sans trois selon le dicton ! Révélation Historique via Sky Sport Qu’est que la LA FATAL VERONA ? "Fatal, du dictionnaire : Voulu par le destin, inévitable, inéluctable. C'est arrivé au Milan, et c'est arrivé deux fois. Un Scudetto perdu lors de la dernière journée et l’autre un autre lors de l’avant-dernière journée de Serie A…" - Avant l’avant-avant-dernière journée ? "La première fois se déroule le 20 mai 1973 et il s’agit de la dernière journée du championnat 1972-73 : le Milan de Rocco et Rivera est premier au classement avec un point devant la Juventus et la Lazio. Rocco, cependant, n'était pas sur le banc. Il avait été suspendu après avoir été expulsé par l'arbitre Concetto Lo Bello lors du match Lazio-Milan le match précédent. Les Rossoneri venaient de remporter la Coupe des vainqueurs de Coupe contre Leeds et, quatre jours plus tard, ils étaient de retour sur le terrain à la recherche de l'étoile et du dixième Scudetto." "Le Bentegodi était Rossonero, diront les personnes présentes, mais en une demi-heure Milan était mené 3-0 et 3-1 à la mi-temps. Le Scudetto s'envola en fumée car si Milan marqua trois buts à Pizzaballa (dont l’étiquette Panini est introuvable), ils sont resté mené au score, la fin de la rencontre se soldant par un cinglant 5-3." Quid de la Juve et la Lazio ? "Tous deux sont à égalité à quelques minutes de la fin match, ouvrant le scénario d'un sensationnel match à trois, puis celui du coup de grâce. La Lazio s’inclinant face à Naples à la 89e minute (Oscar Damiani a marqué), tandis que Cuccureddu a cousu le 15e Scudetto sur le maillot de la Juve via une victoire 2-1 au Stadio Olimpico contre la Roma à la 87e minute." Retour en enfer "Dix-sept ans ont passé et, cette fois, nous sommes lors de l'avant-dernière journée de championnat : L'Ac Milan et Naples étaient à égalité de points et le Vérone de Bagnoli (qui a remporté le Scudetto en 1985) devait gagner pour espérer être sauvé de la relégation. Marco Simone marquait immédiatement, suite à une erreur d'un Angelo Peruzzi âgé à peine de 20 ans. Puis tout est arrivé, y compris la controverse et quatre expulsions milanaises." "L’arbitre était Rosario Lo Bello, le fils de Concetto. Milan réclamait deux penaltys et Sacchi était le premier à être expulsé. Entre-temps (nous sommes à la 63e minute), Sotomayor, homonyme du sauteur historique (et jamais battu) inscrivait de la tête le but égalisateur, faisant péter les plombs d’un Milan dont les plans partaient en fumées." S’en est suivait un double jaune pour Rijkaard.... Sans oublier Van Basten qui a également reçu un carton rouge lorsqu'il a retiré son maillot et l'a jeté au sol. Pellegrini, lui, achevait le Milan en inscrivant le but du 2-1 à la 89e minute, juste avant l'expulsion de Costacurta. Naples reprenait la tête pour remporter le Scudetto.Le Milan sauvait sa saison en remportant un mois plus tard en remportant sa deuxième Coupe des Clubs Champions Vérone, en revanche, fut tout de même relégué." Que dit l’Histoire ? "Que l'AC Milan est en tête à Vérone et en Serie A. 11 victoires milanaises contre 10 pour l’Hellas et 8 nuls. Les deux derniers matchs à l'extérieur se sont soldés par des victoires milanaises dont la dernière, la saison écoulée sur le score de 0-2 via des buts de Krunic et Dalot." Et les matchs de fin de saison ? "Il y a ceux de 1973 et de 1990, mais il y a eu également deux autres matchs. En 1978, le Milan de Liedholm a gagné 2-1 avec des buts de Bigon et Buriani. En 2002, le Milan d'Ancelotti s'est imposé en revenant au score, avec des buts d'Inzaghi et de Pirlo, qui ont été fondamentaux pour la qualification en Ligue des Champions." Quel est le rendement du Milan hors de chez lui ? C'est une constante de la gestion de Pioli. Les Rossoneri ont une meilleure moyenne de points (2,35 à l'extérieur contre 2,05 à domicile), ont marqué davantage à l’extérieur (35 contre 26) et n'ont perdu qu'une seule fois. C'était en novembre dernier : avec la victoire 4-3 de la Fiorentina à Florence." Pioli On Fire ? "Le bilan est également positif pour l'entraîneur, qui a remporté ses trois derniers matchs à l'extérieur contre l'Hellas avec trois équipes différentes : l'AC Milan (0-2 en 2021), la Fiorentina (0-5 en 2017) et la Lazio (1-2 en 2015). La seule défaite est une défaite 3-0 avec Modena en Serie B en 2004." L'avertissement signé Caprari dans les colonnes de la Rosea Vous connaissez l'histoire du FATAL VERONA ? "Oui, nous n'en avons pas parlé mais j'ai lu à ce sujet. Cela ne fait pas de différence : comme à Cagliari, nous voulons gagner tous les matchs, nous ne sommes pas intéressés par le maintien ou le Scudetto. Nous avons notre objectif et c'est bien de toujours jouer pour gagner." As-tu des amis de l'Inter qui t'ont demandé de gagner ? Il sourit...."Mon Instagram est encombré de Tifosi de l'Inter en ce moment..... Je le répète, nous allons essayer de gagner car nous avons un record de points et des objectifs à poursuivre." Selon vous, Vérone pourrait-il s’avérer, pour la troisième fois de l’Histoire, FATAL au Milan ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  8. L’Inter de Simone Inzaghi a battu la Roma de José Mourinho. Au terme de ce match, Simone Inzaghi s’est livré à Dazn: "Je tenais énormément à cette partie, où nous arrivions trois jours après un Derby où nous avions énormément donné face à un adversaire de valeur absolue, en forme. Nous devions proposer sur le terrain une prestation valeureuse et les garçons ont été très brave." La gestion de Lautaro ? "Il avait besoin de marquer, il n’a jamais été un problème. Il y a des périodes comme ça, où il n’y parvenait pas, mais il se présentait toujours devant le gardien. Et même, il s’entraîne toujours de la meilleure des façons, quelque fois, il était juste qu’il soit mis au repos, à présent il est très bon et il devra continuer de la sorte comme tous nos attaquants." "Nous faisions face à un adversaire qui, lors de la première période, avait décidé de marquer Brozovic. En seconde période, j’ai donné de la liberté à Skriniar. La Roma n’avait plus perdu depuis de très nombreux matchs et nous devions bien aborder la rencontre... Les garçons ont été bon pour récupérer rapidement et réaliser un grand match, un match de qualité, en véritable équipe." 'Les garçons ont réalisé un très grand match en sachant que c’était le point de départ : Si nous comptabilisons 5 victoires de suite, nous avons tout de même perdu du terrain : Nous sommes derrière et nous devons chasser : Finalement, mercredi, nous défierons Bologne dans ce match en retard et nous devrons préparer cette rencontre de la meilleure des façon en trois jours et demi." Avez-vous en poche une partie du Scudetto ? "Je me présente avec une victoire importantissime, nous sommes dans une période intense avec une Finale de la Coupe d’Italie à laquelle nous tenions de toutes nos forces. Nous devrons être bons pour savoir gérer nos forces physiques et mentales car les parties sont nombreuses et rapprochées: Mais nous sommes prêt et nous voulons les jouer avec le torse bombé: Nos derniers matchs en sont une grande démonstration." Perisic et Dumfries ? "Ils réalisent un travail important, je savais que la défense centrale de Roma allait se montrer très agressive sur nos deux attaquants. En ce sens, la ligne de cinq avait plus de liberté et Dumfries avait été mis au repos : Darmian avait joué le Derby en réalisant un très grandissime match. Gosens se sent très bien et son heure arrivera, comme pour tout le monde." Était-ce un problème de mentalité ? "C’est évident qu’il fallait une victoire comme celle sur la Juve, nous étions dans une période où les résultats faisaient défaut car les statistiques démontraient que nous tirions et que nous nous créions énormément. Nous avions besoin d’une victoire importante! A présent, nous en avons réalisé quatre de suite, mais cela ne suffit pas mais je tiens à féliciter les garçons." Mourinho ? "Nous nous sommes souhaité bonne chance l’un l’autre. Il a toujours été gentil avec moi: C’est un entraîneur spéciale avec lequel, avant la rencontre en Coupe d’Italie, j’avais échangé durant 45 minutes sur le football. Je ne le connaissais pas personnellement, j’ai appris à le connaitre et c’est vraiment un plaisir de parler avec lui." Avez-vous échangé avec vos anciens joueurs de la Lazio ? "Non, je n’ai pas échangé avec, mais quoiqu’il arrive, je soutiendrai toujours la Lazio." Mou qui aime l’Inter, Simone la Lazio, la raison du cœur a-t ’elle sa place dans le monde du Calcio selon vous ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  9. L'ancien milieu de terrain de l'Inter, Aron Winter, a déclaré que la victoire contre la Juventus a tout changé pour l'Inter. S'exprimant lors d'une interview avec La Gazzetta dello Sport, Aron Winter a expliqué que battre la Juventus change la façon dont vous vous regardez en tant qu'équipe et cela apporte de la confiance. "Battre la Juve avec le maillot de l'Inter change toujours la façon dont vous vous regardez. Cela vous donne de la confiance. Cette fois, la victoire a changé tout le championnat. Mais le meilleur vient maintenant : aucun match ne doit être considéré comme acquis d'ici la fin." C'est cette victoire 1-0 contre la Juventus et la victoire 2-0 contre l'Hellas Verona qui a fait de l'Inter le favori pour remporter à nouveau le Scudetto. Aron Winter estime qu'ils sont en position de force. "Disons qu'avec leurs deux dernières victoires, en regardant aussi les résultats des autres rivaux, l'Inter s'est mis dans la meilleure position pour la fin de la course. La Serie A est vraiment un championnat passionnant." L'Inter était dans une très mauvaise passe avant ces deux victoires, mais l'ancien milieu de terrain estime que les gens ne devraient pas les comparer à l'équipe de l'Inter de la saison dernière. "Surtout quand les choses n'allaient pas bien, l'Inter a trop souffert des comparaisons faites avec l'équipe de l'année précédente. Elles n'ont pas de sens : c'est un Inter différent, qui a dû évoluer. "Ils auront perdu quelques points mais, également dans les difficultés, ils ont prouvé qu'ils étaient équilibrés. Ils défendent bien, concèdent peu, et ont aussi beaucoup de solutions offensives : Lautaro est une nouvelle star et, quand on a besoin d'aide, on trouve toujours Dzeko." En tant que Néerlandais, Aron Winter a un œil particulier sur Denzel Dumfries et Stefan de Vrij lorsqu'il regarde les matchs de l'Inter. Il n'est pas surpris par la qualité que Denzel Dumfries a montrée. "Peut-être que vous ne le connaissiez pas, mais ici on a tout de suite vu son envie d'émerger. Depuis qu'il a commencé avec le Sparta Rotterdam, il avait cette carrière en tête. Vous le voyez toujours avec ce visage en colère, mais c'est un joueur positif. Une force motrice qui fait que les autres se sentent bien. "Il court toujours vers l'avant, mais il a la vitesse nécessaire pour récupérer quand il perd le ballon. Pour sa première année en Italie, il s'est bien adapté, mais avec le temps il va s'améliorer : La Serie A vous fait toujours grandir." Stefan de Vrij est lié à un départ mais Aron Winter pense que les Nerazzurri devraient y réfléchir à deux fois avant de le laisser partir. "L'Inter devrait réfléchir à deux fois avant de le laisser partir : êtes-vous sûr qu'il y a quelqu'un de mieux dans les parages ? Je me suis toujours senti lié à lui, aussi parce qu'il a fait le même parcours italien que moi : d'abord la Lazio, puis l'Inter. Je l'aime non seulement parce qu'il sait marquer, mais aussi parce qu'il joue le ballon dans le style néerlandais. Et puis c'est vraiment un bon gars". ®Oxyred - Internazionale.fr Via SempreInter
  10. Interviewé par MatchDay Programme, Matias Vecino, le milieu de terrain de l’Inter, est revenu sur son aventure à l’Inter, une aventure qui est sur le point de se terminer… "Je suis à l’Inter depuis cinq ans et j’ai joué tant de parties importantes. Une de celles que je n’oublierai jamais c’est sans aucun doute la rencontre face à la la Lazio à l’Olimpico, elle nous avait permis de retrouver la Ligue des Champions : C’était une Remontada, qui s’est terminé avec mon but de la tête qui est à l’origine des célébrations qui ont suivi." "Porter le Maillot Nerazzurro est un signe de fierté et de grande responsabilité. Dans l’Histoire du club, il y a des champions qui sont des exemples pour moi, d’Alvaro Recoba à Juan Sebastian Veron. Ce dernier a toujours été mon idole, j’ai toujours aimé sa façon de jouer, ses qualités, sa personnalité." Quelles sont les caractéristiques qui définissent votre façon de jouer ? "Je dirais: Le sens du sacrifice, le travail, mes courses pour m’insérer entre les lignes. Le Scudetto de la saison dernière et la Super Coupe sont le couronnement d’un parcours de croissance qui a débuté en 2017 et qui s’est amélioré année après année, c’est la consécration d’un rêve." "Nous sommes un groupe déterminé, nous travaillons toujours pour être compétitif, c’est important de conserver de la lucidité, aussi bien lors de nos meilleurs moments, que dans les plus compliqués : Nous devons toujours continuer à proposer notre jeu." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  11. La Lazio a publié son bilan semestriel clôturé au 31 décembre 2021. Parmi les différentes informations qui y sont publiées, nous apprenons que Joaquin Correa a finalement coûté au club 28,567 millions d’euros pour une plus-value réelle laziale de 19,802 millions d’euros. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  12. L'audience du Collegio di Garanzia qui examinera l'appel de l'Inter, qui exige la victoire sur tapis vert sur le score de 0-3 en raison du non-match du 06 janvier 2022 sur le terrain du Renato-Dall'Ara de Bologne a été fixée au 13 avril 2022. Ce jour-là, a été également fixé, à partir de 15h, le recours de l'Udinese sur l’homologation du match du 9 janvier qui l’a vu s’incliner sur le score de 2-6 contre l’Atalanta, tout comme celui des deux médecins de la Lazio : Ivo Pulcini et Fabio Rodia, suspendu pour une période de 5 mois dans l'affaire des tests au Covid-19! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  13. C’est une information en provenance de Sport Mediaset : Joaquin Correa pourrait déjà quitter l’Inter en fin de saison ! Une saison et puis s’en va ? "Une saison avec plus d’ombres que de lumières, avec seulement quatre buts inscrits et répartis sur deux rencontres et, énormément de blessures : La première année de Joaquin Correa à l’Inter est loin d’être inoubliable. Le Club Nerazzurro, convaincu par Simone Inzaghi, avait dépensé 31 millions d’euros pour l’acheter à la Lazio, mais l’investissement consenti n’a, jusqu’à présent, jamais porté les fruits espérés." "C’est aussi pour cette raison qu’un départ de l’attaquant argentin cet été n’est, à priori, pas à exclure : Lille aurait des vues sur Joaquin Correa, lui qui souhaite renforcer son secteur offensif. L’Intérêt du club français pourrait permettre de procéder à l’établissement d’un échange avec l’attaquant canadien Jonathan David qui est depuis longtemps dans le viseur de l’Inter." "L’Opération pourrait permettre à David, âgé de 22 ans et auteur de 17 buts en 39 matchs, de rejoindre Milan pour le plus grand bonheur de toutes les parties à Appiano Gentile. Il reste à présent à voir, si dans les prochaines semaines, la négociation entrera dans le vif." Un échange bénéfique pour l'Inter selon vous ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  14. Inter.it a diffusé un article relatif au parcours de Marcelo Brozovic, depuis son arrivé à Milan le 24 janvier 2015, âge de 22 ans, il décidait de porter le numéro de maillot 77. En provenance du Dinamo Zagreb, avec lequel il avait remporté deux championnats consécutifs, ainsi qu'une Super Coupe. Il avait déjà effecuté ses débuts avec l'équipe nationale croate, jouant même une demi-heure lors de la Coupe du monde au Brésil. Dès son atterrissage à Milan, il venait saluer les Tifosi en portant une écharpe Nerazzurra dans un geste qui le liera à nos couleurs pour les années à venir. Ce jour-là, avec cette écharpe autour du cou, l'histoire de Marcelo Brozovic et de l'Inter a commencé. Une histoire faite de kilomètres, de nombreux kilomètres. Ceux qu'il a couverts sur le terrain depuis son premier match sous le maillot Nerazzurro, le 1er février 2015 contre Sassuolo. Au milieu du terrain, Marcelo grandit, affinant ses grandes qualités techniques, en se mettant au au service de l'équipe. Depuis des années d'aommeirs, il figure parmi les meilleurs joueurs de Serie A avec le plus grand nombre de kilomètres parcourus en une saison. Son premier but, il l'a marqué contre Empoli, depuis son arrivée, Il est devenu un titulaire régulier au milieu de terrain. D'ailleurs, depuis la saison 2015/2016, il ne termine jamais la saison avec moins de 28 apparitions au compteur, pour un pic de 46 matchs lors de la saison 2019/2020. Il laisse sa marque dans les matchs importants avec des buts beaux, des buts lourd au niveau de l'importance En 2016, il a inscrit un doublé contre la Juventus en demi-finale de la Coppa Italia, avant de composter également deux victoires dans le Derby Della Madonnina. Il le fait en 2019, en donnant le coup d'envoi de la victoire 2-0 de l'Inter. En 2020, il vient sonner la révolte lors de la Remontada via une volée du pied gauche depuis l'extérieur de la surface, marquée alors qu'il porte le brassard de capitaine. Sa personnalité et sa capacité à gérer le rythme du jeu ont fait de lui un point de référence pour l'équipe. Il comptabilise fait 200 apparitions avec l'Inter, ce palier étant atteint lors de la malheureuse finale de la Ligue Europa contre Séville. Avec son pied, il est à la base de toutes passes, de toutes trajectoires qui alimentent les attaques de l'Inter dont le but de Vecino à Rome contre la Lazio (2-3), ce but qui permet à l'Inter de retrouver la Ligue des Champions, trouve son origine dans ses pieds, sur corner. Il est le cerveau et l'âme de l'équipe de l'Inter qui a remporté le Scudetto : En 2020/2021, Marcelo totalise 33 matchs de championnat avec 2 buts et 6 passes décisives. Le nombre moyen de kilomètres parcourus lors de chaque match est le plus élevé, comme toujours : 11,929km par match: C'est un Marathonien et un réalisateur. Son histoire avec les Nerazzurri ne s'arrêtera pas là: Brozovic a déjà 279 apparitions et 26 buts à son compteur. En équipe nationale, il a atteint le palier de 70 sélections, il a d'ailleurs été l'un des grands protagoniste du parcours de la Croatien lors de la Coupe du monde 2018 avec une finale perdue face à la France Les statistiques parlent pour lui : Depuis 2014/2015, il est le premier, parmi les milieux de terrain de Serie A, en termes de ballons joués, de passes réussies et de passes réussies dans la moitié de terrain adverse, deuxième en termes de passes décisives et troisième en termes de contres. Voici Marcelo : le Nerazzurro 77 Voici les clichés proposé par Inter.it sur son site officiel Marcelo Brozovic, Capitaine de l'Inter, vous valideriez ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  15. Gianluca Scamacca, qui est amené à prendre le contrôle de l’attaque Nerazzurra la saison prochaine, sauf surprise, s’est livré au Corriere Dello Sport Vous faites l’objet de beaucoup de convoitises, à commencer par l’Inter et la Juventus… "Je n’y pense pas, je ne me suis pas donné de limites, lorsqu’il faudra prendre une décision ce sera celle du cœur. Je suis parti à l’étranger une fois et je pourrais très bien aussi opter pour ce choix à nouveau, je n’ai pas peur." Mais toutes les meilleurs équipes italiennes font la file pour vous... "L’intérêt des grands clubs me font plaisir, c’est une stimulation, mais je ne suis pas trop le Calciomercato, certaines situations ne se concrétisent pas rapidement." La rencontre face à l’Inter au Giuseppe Meazza était-elle votre meilleur match ? "Je ne sais pas si c’est le meilleur dans l’absolu, mais c’est l’un des meilleurs. Gagner au Meazza est toujours une performance. Je suis fier de cette victoire, dans un stade où ont évolué tant de grand champions, face à une équipe est qui parmi les meilleures." Quel est votre rapport avec Frattesi ? "Nous sommes comme deux frères, nous avons toujours tout fait ensemble: Ce sont deux destinées qui se sont entrecroisées depuis que nous sommes enfants. Pour moi, l’avoir dans l'quipe est un point de référence, c’est une valeur ajoutée." Vous êtes d’ailleurs passé ensemble de la Lazio à la Roma... "Il a fait ce bond avant moi, je suis arrivé là-bas deux ans après. A Sassuolo par contre, je suis arrivé le premier et lui m’a rejoint six mois après." Vous vivez ensemble à Sassuolo, est-ce que l’on retrouve cette entente également sur le terrain ? "Oui, nous jouons ensemble depuis que nous sommes enfants, c’est visible du terrain." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  16. L’indice de liquidité fait trembler toute la Serie A. Cette thématique va être abordée lors du Conseil de la Federcalcio programmée aujourd’hui et comme le révèle la Repubblica, sa nouvelle utilisation risque de faire mal, très mal Révélation de la Repubblica "Jusqu’à aujourd’hui, l’indice de liquidité ne servait qu’à limiter le Mercato aux plus grands dépensiers, mais à dater d’aujourd’hui, seuls ceux qui rentreront dans ses paramètres auront la possibilité de pouvoir s’inscrire dans le Championnat de Serie A.Les clubs de la plus importante division du championnat italien ont d’ailleurs élu Lorenzo Casini comme Président pour contrer et s’opposer aux intentions du Président de la Fédération Italienne de Football (la FIGC), Gabriele Gravina." Qu’est-ce que l’indice de liquidité ? "Il s’agit du rapport entre les actifs et les passifs à court terme des clubs. Et il est redouté, car pour débloquer le ratio, il n'y a que deux possibilités sur la table : La vente de joueurs L’injection de capital de l'actionnaire Pour être clair : Soit vous vendez, soit vous apportez de l'argent frais. En janvier, seuls ceux qui avaient un indice de liquidité de 0,6 ont d’ailleurs pu agir sur le mercato : Leurs actifs devaient couvrir au moins 60% des dépenses. Cette nouvelle donne a d’ailleurs bloqué les affaires de nombreux clubs." Triplete Pour le quotidien italien, trois clubs sont hors des paramètres : "La Lazio et le Genoa sont hors-jeu pour respectivement 28 et 32 millions d’euros de déficit. La Sampdoria également, mais de nombreux clubs, au moins six, sont à risques. Cette thématique se déplace également dans l'arène politique, avec Claudio Lotito ennemi juré de Gravina qui votera contre dans la réunion d'aujourd'hui, avec Giuseppe Marotta et d‘autres représentants des 20 clubs de Serie A." "L'indice sera fixé entre 0,7 et 0,6. Il sera possible de réduire l'écart négatif avec un solde positif lors de la campagne de transferts. Le fait de contenir les coûts de "main-d'œuvre dans les limites de 60 %" des revenus représentera un avantage, tout comme un bon ratio du chiffre d'affaires/dettes, ce qui découragera les emprunts non viables. Avec en ratio extrême : Des ventes possibles en juin." "Gravina n'acceptera pas la demande de Casini de reporter la discussion sur l'indice de liquidité, formalisée par une lettre envoyée au président de la FIGC. Mais tout changera certainement pour la Serie A à partir de 2024, lorsque des critères similaires, voire plus stricts, seront adoptés par l'UEFA : L'indice de liquidité sera également plus strict d'année en année, jusqu'à se rapprocher du paramètre 1 : Vous ne pourrez pas dépenser plus que vous ne gagnez. C'est d'ailleurs le cas en Allemagne depuis des années.." Le Saviez-vous ? Gabriele Gravina considère l'indice de liquidité comme sa principale réforme : Il veut marquer le coup et apporter de la stabilité au mercato tout en empêchant les clubs de contracter de nouvelles dettes qui, par exemple, pèsent actuellement sur les bilans de la Juve, de l'Inter et de la Roma pour plus d'un milliard d'euros. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  17. Simone Inzaghi s’est livré en conférence d’avant-match dans le cadre du match retour l’opposant aux Reds de Jurgen Klopp. Comme ce fut le cas au match aller, l'interview de Simone Inzaghi et Alessandro Bastoni sont scindés pour une meilleure compréhension Une seule fois, en étant mené 2-0, une équipe a su inverser la tendance dans l’Histoire de la Ligue des Champions. Cela démontre à quel point la rencontre est difficile. Croyez-vous réellement pouvoir inverser la tendance ? "Je pense qu’à la vue de ce que nous avons montré lors du match aller, que nous avons été pénalisé par le résultat : Nous avions réalisé une très grande rencontre et le résultat a été trop pénalisant vu ce que nous avions produit sur le terrain. Ce sera une partie extrêmement difficile, ils sont forts, mais nous irons avec la confiance de pouvoir tenter le coup, et ce, avec énormément de motivations." L’année dernière, la Lazio avait hérité du Bayern et la seconde partie était déjà actée vu le résultat du match aller. Pensez-vous que cette fois-ci, la situation pourrait être différente ? Vu qu’il n’y a plus l’avantage du but à l’extérieur qui compte double ? Sera-t-il fondamental de marquer immédiatement ou d’éviter de trop subir immédiatement ? "Nous allons commencé le match en étant menés. Ce serait important pour nous de marquer en premier mi-temps, c’est même essentiel, ce sera un match difficile, mais nous avons eu trois jours pour la préparer, les garçons sont concentrés et ils savent qui ils vont rencontrer : Une des plus grandes équipes d’Europe, dans un grand stade avec un public très important. Nous savons qu’ils seront plus coriace dans leurs stade qu’à Milan." Au-delà de la qualification, est-ce que cette partie peut en dire plus sur le niveau européen de l’Inter ? "Nous savons tous que le Club ne parvenait plus à se qualifier pour les huitièmes de finale depuis des années. Nous avons réalisé une belle phase de groupe et nous avons mérité la qualification. Au tirage au sort, nous n’avons pas été chanceux, mais nous savions que nous aurions de toute façon fait face à un adversaire important.La croissance passe à travers des étapes et nous jouerons toutes nos cartes en sachant que nous défierons un adversaire aguerri. Tout le monde va engranger de l’expérience, ce sont des matchs qui sont unique pour tous." Est-ce que le 5-0 infligé à la Salernitana vous booste le moral ? "Nous arrivons avec une victoire qui fait du bien, nous avons ouvert le score à la 20e minute, nous avons bien géré la rencontre: Nous avons dominé. C'est une victoire dont nous avions surtout besoin dans nos têtes, et nous sommes maintenant prêts pour Liverpool." Pioli a parlé de votre match en retard face à Bologne... "J’aurai aimé joué ce match en retard le 6 janvier, il y a un recours, nous attendons de savoir combien de temps il faudra encore attendre et s’il sera possible de rejouer le match." Si vous qualifier semble compromis, est-ce qu’à un moment donné, vous songerez à gérer vos troupes pour le championnat ? "Espérons que ça n'arrivera pas. Nous connaissons l'importance et la difficulté de jouer Liverpool. Il y aura une grande dépense d'énergie, à la fois physique et mentale, mais jouer des matchs à enjeux comme celui-là vous donnent beaucoup d'énergie. Nous allons nous y attaquer de la meilleure façon possible. Demain, je devrai procéder à des choix initiaux, puis au fur et à mesure que la rencontre avance." Lors de la dernière rencontre, Perisic était au repos, comment va-t-il en vue de la rencontre face aux Reds ? "Tous les garçons vont bien, ils sont tous convoqués excepté Barella qui est suspendu et Kolarov qui n’est pas repris dans la liste. Nous partirons à 23 à Liverpool." Zhang sera aussi présent physiquement, à quel point vous soutien-t’il ? A-t-il parlé à l’équipe ? "Le Président est toujours avec nous, au Stade et aux entraînements, sa proximité fait plaisir à voir. Il y a lui et aussi toute la Direction : Je parle de Marotta, Ausilio et Baccin qui sont toujours avec nous, prêt à nous aider lorsque c’est utile. Ils sont important pour moi et pour l’équipe." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  18. En effet, dernièrement, l’Inter a perdu son imprévisibilité et est en manque d’inspiration en phase de but. A tel point que, selon la Gazzetta Dello Sport, Simone Inzaghi pourrait créer la surprise ce soir: Une tactique déjà essayée en début de saison! "Une solution serait de recourir au 3-5-1-1 de la Lazio. Dzeko a des caractéristiques opposées à Immobile, mais Inzaghi peut déplacer Çalhanoğlu en deuxième pointe, comme il l'a fait avec Luis Alberto, en insérant Vidal au milieu de terrain pour tenter le "coup d’état" dans ce secteur." "Qui sait si Inzaghi y pensera. Dans ce dispositif, l’un des milieux de terrain de l'Inter pourrait aider la défense qui ferait face à des trois contre trois trop risqué : Leao (en vitesse) contre Skriniar, Giroud sur De Vrij et Messias (venant de loin) contre Bastoni pourraient poser des problèmes" Selon vous, faut-il tenter cette nouvelle approche ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  19. On peut appeler cela un faux-départ, mais la reprise de la nouvelle année solaire en Italie coïncide toujours avec la reprise de la Serie A. Et lorsque celle-ci débute, l'Inter, peu importe son entraîneur, est toujours confrontée à de sérieuses difficultés. Si cela s’est déjà passé personnellement pour Simone Inzaghi, l’Histoire récente de l’Inter nous confirme que l’Hiver est rude lors de la première saison de chacun de ses entraîneurs : Qu’il s’agisse du Champion d’Europe Roberto Mancini, de Luciano Spalletti, voire même d’Antonio Conte lors de la première saison de son mandat! Révélation de la Gazzetta Dello Sport "L’Inter d’aujourd’hui n’a remporté que 2 points lors de ses 4 dernières rencontres tout en compromettant sa qualification pour les quarts de finale de la Ligue des Champions suite à sa défaite 2-0 à domicile face à Liverpool. Il y a un an pourtant, lors de cette même période, l’Inter réalisé une série de quatre victoires sur quatre en s’offrant la Fiorentina, la Lazio, le Milan et le Genoa. C’est d’ailleurs-là qu’a débuté l’envolée Scudetto de Conte." "Mais lors de sa première saison sur le banc interiste, Antonio Conte avait été confronté à une série noire de trois match nul face à l’Atalanta, Lecce, et Cagliari pour parvenir à des défaites face à la Lazio et Juventus, entre les deux, l’Inter ne l’avait emporté que face à l’Udinese et le Milan : soit deux victoires en sept matchs. Par la suite, ce fut le Lockdown." "Cette situation fut aussi connue avant 2020 : Avec Luciano Spalletti, lors de la saison 2017/2018, il y avait eu six match nuls, deux défaites et seulement deux victoires entre le 9 décembre et le 3 février." "Avec Roberto Mancini, en 2015-2016, ce fut également un sérieux coup d’arrêt après Noel : 1ere au classement avec une victoire face à Empoli le 6 janvier, l’équipe a enchaîné 4 rencontres sans victoires, pour deux victoires en neuf matchs avec, comme conséquence, une chute à la 5ème place." "L’année dernière, cette malédiction semblait être devenue du passé, mais maintenant, l’angoisse de l’instant est à effacer au plus tôt : Au plus vite l’Inter se remettra sur pied, au mieux ce sera, car il y a le fantôme de la crise qui est à effacer." Même lors de l’Inter du Triplé, l’Inter avait perdu énormément de plumes lors de la période hivernale: Selon vous, s’agit-il d’un blocage psychologique, ou alors d’une mauvaise gestion des entraîneurs ? Car si les effectifs changent, la crise hivernale semble vouloir perdurer dans le temps… ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  20. Une nouvelle occasion de reprendre la tête de balancée, un retour dans la course au titre de la Juve et une seconde place obtenue dans les dernières secondes par le Napoli : Cette 27ème journée de championnat a clôturé un mois de février cauchemardesque! Et si Simone Inzaghi doit se rendre compte, qu’ici ce n’est pas la Lazio, ce n’est pas faute pour les Nerazzurri de ne pas avoir essayé! Selon Sky Calcio Club, qui a analysé l’attaque entre les équipes du Top 3, on note une importante différence entre l’Inter du premier tour et l’Inter actuelle. Pour le premier tour, sur les 49 buts inscrits, les attaquants en ont marqué 25 avec un pourcentage de 51,02%. Sur la phase retour actuel, sur 6 buts réalisés, les attaquants en ont marqué 2 avec un pourcentage de 33,33%. L'équipe d'Inzaghi est l'équipe qui dispose d'une dépendance fondamentale de la part de ses attaquants, eux "absents", elle s'est mise en difficulté. Les deux derniers matches contre Sassuolo et le Genoa sont emblématiques. Face à l'équipe de Dionisi, les Nerazzurri ont tiré 29 fois. Contre le Grifone, 21 tirs ont été effectués, mais aucun but n'a été marqué dans les deux cas. Si les attaquants sont muets, Danilo D’Ambrosio avait eu la meilleur occasion en touchant du bois sur un corner. De son côté, le Genoa a su résister aux assauts jusqu’à parvenir à mettre hors-jeu une équipe qui n’est plus que l’ombre d’elle-même! Place à présent au Derby Della Madonnina ce mardi pour la manche aller de la demi-finale de la Coupe d’Italie, mais surtout la réception, ce vendredi, de la Salernitana où marquer et l’emporter va s’avérer impératif, surtout pour mettre la pression sur le Milan et le Napoli qui s’affronteront……et garder une Juventus retrouvée via le recrutement de Dusan Vlahovic à distance! Tableau Récapitulatif Résumé Vidéo Genoa 0-0 Inter Buteur(s): / Genoa : 57 Sirigu; 36 Hefti, 52 Maksimovic (53' 50 Cambiaso, 61' 16 Calafiori), 55 Ostigard, 15 Vasquez; 27 Sturaro, 47 Badelj; 11 Gudmundsson (82' 8 Amiri), 10 Melegoni, 90 Portanova (82' 65 Rovella); 45 Yeboah (61' 91 Kallon) Banc: 1 Semper, 22 Marchetti, 18 Ghiglione, 23 Destro, 32 Frendrup, 33 Hernani, 99 Galdames T1: Alexander Blessin Inter: 1 Handanovic; 33 D'Ambrosio (87' 88 Caicedo), 6 De Vrij, 95 Bastoni; 2 Dumfries, 23 Barella (83' 8 Vecino), 77 Brozovic, 20 Calhanoglu (74' 22 Vidal), 14 Perisic (83' 32 Dimarco); 9 Dzeko, 7 Sanchez (74' 10 Lautaro Martinez) Banc: 21 Cordaz, 97 Radu, 5 Gagliardini, 13 Ranocchia, 36 Darmian, 37 Skriniar T1: Simone Inzaghi Arbitre: Daniele Chiffi VAR: Paolo Silvio Mazzoleni Averti(s): Perisic (I), Blessin (G), Ostigard (G) Expulsé(s) : / ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  21. Edin Dzeko s’est livré à Inter TV dans le cadre de l’émission Careers: Enfance "J’étais en Italie, près de Cantú pour un tournoi, c’était en 1998, je me souviens de cette année car il y avait la Finale à Paris de l’Inter face à la Lazio, j’étais avec deux gamins italiens qui regardaient la Finale de la Coupe de l’UEFA et qui étaient interiste. Quand j’étais enfant, à six ans, la guerre a commencé, c’était une période difficile, mais ensuite mon père m’a fait jouer au ballon, j’ai toujours été avec un ballon, c’était mon premier amour." Premier Titre "En 2009, j’ai remporté le championnat avec Wolfsburg, c’était une année importante car la Bundesliga n’avait jamais été aussi forte et c’était une grande emprise, nous étions une équipe jeune avec certains qui avait plus d’expérience que d’autres et un entraîneur qui nous formait à la dure, ce sont des souvenirs qui marquent. Grafite et moi avions inscrit ensemble 54 buts, nous étions le meilleur duo de la Bundesliga: Il nous manquait encore 2 ou 3 buts et à la dernière journée, nous avions battu le Werder Brême 5-1, lui inscrivait un doublé et moi un but pour établir ce record." Le City de Mancini "Nous l’avons remporté en gagnant 3-2 le dernier match, et nous avons été titré, le premier titre en 44 ans : je me souviens que j'ai fait une belle frappe, c'était un match incroyable, nous avons marqué deux buts dans les deux dernières minutes. Avant la rencontre, tout le monde nous voyait déjà champion, mais le football est parfois étrange. Nous avons souffert jusqu’à la fin, mais nous l’avons gagné: Après ce but, la libération était incroyable, sachant qu'avec ces buts nous sommes entrés dans l'Histoire." L’équipe nationale "Je n’ai disputé qu’une seule et unique Coupe du monde, j’espère qu’elle ne restera pas la première et que nous pourrons en disputer d’autres. Les gens attendent toujours beaucoup, surtout de moi et de Pjanic qui sommes les plus expérimentés, quand je vais en équipe nationale j’y vais avec mon cœur, et je donne toujours tout." L’arrivée à l’Inter "J'ai vu cette photo après mon arrivée à l'Inter et elle m'a beaucoup plu. Le cygne et le serpent qui s'unissent ? C'est peut-être le destin, ça aurait pu arriver plus tôt mais je dis toujours qu'il n'est jamais tard, il faut tout donner et atteindre nos objectifs importants ensemble." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  22. Comme de coutume, le Corriere Dello Sport ne fait pas dans le détail lorsqu’il s’agit de critiquer l’Inter, l’une de ses victimes préférées : Pour lui, "C’est une crise à tous les niveaux, vu que ce sont eux les Champions d’Italie et que plus rien ne fonctionne, de la défense à l’attaque." Analyse de l’article paru ce jour La défense "Lors des 6 journées qui ont suivi la reprise, l’Inter a déjà encaissé 7 buts, il n’y a que face à l’Atalanta que la cage de Samir Handanovic est restée inviolée. Cela peut très certainement s’expliquer par les erreurs individuelles du gardien slovène, dont la dernière remonte au but de Giacomo Raspadori, mais également par les erreurs de Stefan De Vrij face à la Lazio, la Juve, le Milan et le Napoli." Le Milieu de terrain "La vérité est que Marcelo Brozovic est le seul joueur vraiment fondamental de cette Inter, sans lui, les projecteurs sont complètement éteint. L’Inter est en difficulté en phase défensive et de construction, le milieu de terrain semble le rempart qui présente le moins d’alternatives valide : Stefano Sensi a été prêté à la Sampdoria et il semble qu’il aurait été mieux de le conserver en son sein, tandis que Matias Vecino est à l’infirmerie. Parmi les titulaires, il ne reste donc qu'Arturo Vidal pour qui il est compliqué d’aligner deux rencontres consécutives à haute intensité, Roberto Gagliardini est pénalisé par sa jambe." L’Attaque "Lautaro Martinez est clairement l’emblème d’une attaque qui ne parvient plus à faire mal à l’adversaire : Pour l’argentin, nous en sommes déjà à la 7ème rencontres à sec, pour un seul but (sur penalty) inscrit lors des 11 dernières sorties interiste." "Toutefois, c’est l’Inter dans son intégralité qui n’a pas été à la hauteur lors de ses deux derniers matchs. Car si le Toro est la partie émergée de l'iceberg, même Edin Dzeko ne pourra plus jouer les bombardiers comme il le faisait en début de saison. Le problème pour Simone Inzaghi est qu’il ne dispose pas de réelles alternatives. La contribution dans la zone de but d’Alexis Sanchez, héros de la Super Coupe, reste limitée. Joaquin Correa n'est plus actif depuis pas mal de temps et le nouveau venu Felipe Caicedo est manifestement toujours incapable de jouer même les dernières minutes d'un match." Le Corriere a-t’ il tort ou raison dans son analyse critique de l’Inter ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  23. Simone Inzaghi l’avait mauvaise au terme de la rencontre opposant l’Inter, méconnaissable, face à Sassuolo en conférence d’après-match L’approche du match ? "Je savais que nous allions affronter une équipe technique, de qualité, après le match de mercredi, je cherchais à le préparer de la meilleur des façons. Je suis furieux de l’approche de l’équipe qui aurait dû être différente. J’ai vu une bonne réaction à la reprise, mais nous ne sommes pas parvenu à revenir, nous aurions pu le faire grâce au soutien de notre public qui, même ce soir, a été merveilleux." "J’étais très enragé à la fin de la première période, j’ai cherché à secouer l’équipe en procédant à une paire de changements mais j’aurai voulu remplacer plus de joueurs, honnêtement : Nous devrons être bon pour analyser le tout avec les garçons." "Je sais que nous avons joué une grande partie mercredi qui nous a tant coûté en énergie, le championnat est difficile pour nous tous, nous verrons comment il se terminera, nous nous tenons tous en très peu de points. Ce soir, il s’agissait d’un match très important, ce n’était pas le meilleur adversaire à affronter après Liverpool, nous avions des défections importantes, mais cela ne doit pas constituer un alibi : Une équipe qui veut revendiquer le Scudetto doit avoir une approche différente. En ce qui concerne la réaction à la reprise, je n’ai rien à dire sur l’équipe." Lautaro? "Je pense que les attaquants traversent tous ce type de période : Immobile l’a connu avec la Lazio, mon frère il y a des années aussi, il faut continuer à travailler : Un attaquant doit s’inquiéter s’il ne parvient à se créer d’occasions, nous ne sommes pas habitué à réaliser deux matchs sans marquer le moindre but. Nous devons laisser derrière nous ce mauvais faux pas : Il faudra bien panser nos plaies et bien organiser et nous préparer pour le prochain match." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  24. En effet, La FIFA s’apprête à imposer des mesures phares dans le cadre des prêts, avec une nouveauté prévue à partir du 1er juillet 2022 qui visera les opérations acquisition et de vente temporaires que les clubs peuvent effectuer. Pour faire simple, du 1er juillet 2022 au 30 juin 2023, un club pourra avoir un maximum de huit joueurs acquis en prêt et un maximum de huit joueurs cédé en prêt à tout moment au cours d'une saison Ce nombre se verra réduit à 7 prêts en 2023/2024 et 6 prêts en 2024/25. De plus, entre deux même clubs, il ne pourra y avoir qu’un maximum de trois transactions entrantes et trois transactions sortantes et si un peu partout dans le monde, il s’agira d’une simple adaptation, la situation est tout autre pour la Serie A qui est la Reine en la matière Révélation de Calcio&Finanza Comme le révèle le rapport “The European Club Footballing Landscape”, qui analyse le nombre de prêts en entrées et en sortie pour les clubs européens, la Serie A domine le classement en termes de nombre moyen de prêts entrants, proposant une moyenne de 6,1 pour la saison 2020/21, et en termes de cessions, avec une moyenne de 29 prêts par club (entre l'équipe première et les jeunes joueurs) la saison dernière. Seuls les clubs anglais "tentent" de suivre le rythme imposée par la Serie A avec une moyenne de 18,1 prêts. Les autres compétitions européennes sont très loin derrières : En Espagne, le prêt moyen est de 8,8 par club, en Allemagne de 7,9 par club et en France de 7,7. Dans le cas de la Serie A, les clubs préfèrent principalement les prêts nationaux (81% des joueurs sont transférés d’un club italien vers d'autres clubs italiens) et beaucoup moins les prêts internationaux (19%). Qui prête le plus ? Si l'on prend en considération les clubs qui utilisent le plus cette formule de transfert, l'Atalanta occupe la première place : le club bergamasque a réalisé 60 opérations différentes impliquant 54 joueurs (certains ont été prêtés à deux clubs différents la même année). La deuxième place européenne est occupée par le Dinamo Zagreb, tandis qu'un autre club italien est sur le podium : Sassuolo. Dans ce Top 10 pour saison 2020/21, on retrouve pas moins de six clubs italiens dans le Top 10. Mieux encore, si l’on se base sur le Top 20, on retrouve trois autres clubs italiens: La Lazio et la Sampdoria, toutes deux avec 28 prêts sortants, et enfin l'Udinese qui a réalisé 27 transactions différentes. Etes-vous également surpris par le nombre très faible proposé par l’Inter ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  25. L’Inter se prépare à défier Liverpool dans l’un des matchs les plus attendus de sa saison, si sur la Carte, l’Inter est loin d’être favorite, les Nerazzurri de Simone Inzaghi tenteront d’offrir un soir de rêve, aux 37.000 tifosi qui seront présents au Giuseppe Meazza. Sur le terrain, nous retrouverons des joueurs recrutés lors du Mercato Estival 201/2022, des joueurs appelés à pallier le départ de deux joueurs qui s'étaient mis en évidence lors de la saison 2020/2021 : Romelu Lukaku et Achraf Hakimi......D'Edin Dzeko à Denzel Dumfries, plusieurs joueurs ont rejoint l’Inter d' Inzaghi, mais pour quel impact financier ? Révélation de Calcio&Finanza Calcio&Finanza, après avoir visionné les différentes documentations relative à la session estival, a pu établir que les affaires suivantes ont été conclus au centime près : Joaquin Correa, actuellement blessé, représente un coût historique de 33,387 millions d’euros en provenance de la Lazio. Surprise sur le podium, la seconde acquisition la plus importante est celle de Zihno Vanheusden qui est actuellement prêté au Genoa. Sur base de l’accord conclu avec le Standard de Liège, le coût de l’opération s’élève à 16 millions d’euros. Sur le podium, on retrouve également Denzel Dumfries et les 13,751 millions d’euros versés au Psv Eindhoven. Parmi les opérations indiquées, on retrouve également Nicolò Barella, où Cagliari était en droit de percevoir 2 millions d’euros de bonus. Le total des opérations s’est élevé à 69,226 millions d’euros. Une bonne gestion financière selon vous ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
×
×
  • Créer...

Information importante

En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. Nous ajoutons des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer votre expérience sur notre site. Consultez notre Politique de confidentialité. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer...