Aller au contenu
×
×
  • Créer...

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'liga'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

16 résultats trouvés

  1. Alejandro Camano s’est livré sur le futur proche de Lautaro Martinez, lui qui fait l’objet de convoitises, notamment de clubs de Premier League et de la Liga: Son interview à Tyc Sports "Lautaro ne quittera pas l’Inter malgré les offres de l’Angleterre : Il est heureux et il aime l’Inter. La semaine prochaine, je rencontrerai le Club pour parler de la prolongation. Notre volonté est claire, mais tout dépendra aussi d’eux." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  2. En date du 02 juillet 2021, le Conseil de La Lega a convenu à l’unanimité, que le calendrier de la Serie A Tim présentera une phase retour asymétrique comparé à la phase de match aller. Ce nouveau format est déjà en vigueur dans d’autres compétitions tel que la Premier League, la Liga, et la Ligue 1. Ce format présentera une innovation particulière parmi ceux qui l’ont déjà adopté, étant donné que les matchs retour seront dans un ordre totalement différent de celui des matchs aller, aussi bien au niveau de l’ordre des matchs, que pour la composition entière d’une journée de compétition. "La nouvelle formule offrira une meilleure distribution des rencontres, qui ne seront pas conditionnées par les contraintes présentes lors de la phase aller. Le seul critère imposé au tirage au sort sera qu’un match retour ne pourra pas être disputé qu’à une distance de 8 matchs comparé au match aller." Un Burn-Out à prévoir pour l’employé qui sera chargé d’établir le calendrier ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  3. Brand Finance a dévoilé son rapport 2021 relatif au classement de la valeur marchande des clubs de football. Le Real Madrid est à nouveau couronné comme le club étant le mieux valorisé, il est suivi par le Fc Barcelone et Manchester United. Les positions sont d’ailleurs restées inchangées comparée à 2020 Si l’on analyse uniquement la Serie A, aucun club ne figure dans le Top 10. Brand Finance assignant à la Juventus une valeur de 565 millions d’euros, soit une chute de 16% comparé à 2020. Elle est d’ailleurs la première équipe italienne de ce classement. On retrouve ensuite l’Inter à la 14ème place. La Beneamata a vu sa valeur chuter de plus de 18%, pour atteindre 381 millions d’euros contre 466 millions d’euros en 2020. Toutefois, l’équipe dispose d’une valeur d’entreprise à hauteur de 986 millions d’euros. Le Milan Ac connait la seconde perte la plus importante avec une chute vertigineuse de 35% en dégringolant de la sorte de 7 places au classement et pour pointer à 153 millions d’euros. En revanche, sa valeur d’entreprise a gagné 15% pour pointer à 338 millions d’euros. Les Rossoneri ne sont pas les seuls à connaitre une chute assez importante : -26% pour le Napoli qui pointe à 139 millions d’euros (-3 place). Il cale également en valeur d’entreprise pour pointer à présent à 423 millions d’euros. -40% pour la Roma qui passe 204 millions d’euros à 121 millions d’euros. -33% pour sa valeur d’entreprise pour pointer à 220 millions d’euros. -28% pour la Lazio qui pointe à 90 millions d’euros contre les 127 millions d’euros de 2020. A noter concernant le club laziale une augmentation de sa valeur d’entreprise : +19% (132 millions d’euros) Au total, les clubs de Serie A occupent la quatrième place en termes de valeur moyenne de leur marque (241 millions d’euros) Ils devancent seulement la France et sa Ligue 1 (76 millions d’euros de moyenne) dans le Top 5 des grands championnat. Devant les italiens, on retrouve : La Liga et ses 501 millions d’euros La Premier League et ses 394 millions d’euros La Bundesliga et ses 272 millions d’euros ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  4. En effet, deux journalistes du New York Times, Tariq Panja et Rory Smith ont procédé à la reconstitution de la rébellion emblématique des grands clubs européens. Une rébellion qui aura été gérée de main de maître par Aleksander Ceferin, le Président de l’UEFA, dont le but était de retrouver immédiatement une certaine normalité. Révélation de Calcio&Finanza Selon le quotidien américain, tout a débuté dans la journée du 15 avril, lorsque Javier Tebas, le Président de la Liga et Joan Laporta, le numéro un de Barcelone, se sont rencontrés afin de célébrer la victoire aux élections du second à la Présidence du Club catalan Mais au lieu de s’agir d’un moment festif, l’évènement a immédiatement pris une tournure déplaisante : Laporta avait informé Tebas que 12 clubs bien connus (parmi lesquels l’on retrouve l’Inter, la Juve et le Milan) allait donner vie à la Super League Dès cet instant, Tebas a immédiatement appeler Ceferin pour tirer la sonnette d’alarme, en provoquant un court-circuit entre les Managers, les Fédérations et les Clubs de toute l’Europe : Le Président de l’UEFA a sonné immédiatement à Andrea Agnelli, qui en sa qualité de Président de l’Eca, l’avait informé et rassuré la veille qu’il ne s’agissait purement et simplement de bruit de couloirs Agnelli, selon le New York Times, n’a pas répondu à Ceferin, qui est aussi le parrain de sa fille. Le Président européen avait d’ailleurs écrit à la compagne du Président de la Juventus en l’informant de l’urgence de la situation. En retour, Agnelli aurait finalement répondu qu’il n’y avait pas lieu de s’inquiéter. Ceferin suggéra alors de diffuser un communiqué conjoint, mais Agnelli lui avait demandé du temps : 30 minutes. Délai obtenu, selon le New York Time, Agnelli se mura ensuite dans le silence en se rendant indisponible Entre les journées du jeudi jusqu’au samedi, le cellulaire de Ceferin est toujours resté actif. Dimanche midi, le Président de l’Uefa avait eu vent des noms des 12 clubs : les anglais : Arsenal, Chelsea, Liverpool, Manchester City, Manchester City et Tottenham Hotspur; les italiens Inter, Juventus, Milan; les espagnols Atletico Madrid, Barcelone, Real Madrid Ceferin apprends également que les clubs n’ont pas joué le même rôle, et ils n'ont pas pesé de la même façon dans la balance Les Managers de City, de Chelsea, mais aussi de l’Atletico Madrid – par exemple, n’ont été seulement informé vendredi, de la tournure des évènement qui était désormais actée. Ils ont informé le Président de l’UEFA qu’ils n’ont eu qu’une seule journée pour se décider. De leurs côtés, le Bayern Munich et le Paris-Saint-Germain ont refusé d’y adhérer Pour être clair, celui qui a été le moteur principal est Florentino Perez, mais comme le New York Time l’explique, la zone de guerre combattue allait être celle d'Outre-Manche: Les clubs anglais, car sans eux, il était impossible de donner vie au projet Après la diffusion du communiqué parue dans la nuit de dimanche à lundi, Aleksander Ceferin a immédiatement téléphoné au Président de la Fifa Gianni Infantino, mais il s’est surtout et ensuite longuement entretenu avec Oliver Dowdne, le Responsable du Sport et de la Culture du Gouvernement anglais qui lui a assuré que l’Exécutif de Boris Johnson allait faire quelque chose pour bloquer cette initiative Ce n’est pas un hasard si le Premier Ministre est intervenu quelques instants après, à la télévision, pour se déclarer contraire à l’initiative. De plus, en coulisse, le Gouvernement Johnson a mis la pression sur Manchester City afin qu’il abandonne le projet, avant de passer à l’offensive, mardi, avec l’effet escompté sur les Blues d’Abramovich et sur les Citizens Les Citizens ont décidé de se retirer du projet, ce qui a fait vaciller tous les autres, en déclenchant ainsi l’implosion du projet, seulement 48heure après sa naissance Le reste de l’Histoire est connu : Les clubs se sont retiré et chacun s’est excusé. De plus certains dirigeants ont fait savoir qu’ils n’avaient pas été mêlé aux discussions. Si l’UEFA accueille de nouveau ses dissidents, il y aura quoiqu’il arrive des conséquences, voire des sanctions. Ceferin s’est donné le temps jusqu’à ce vendredi ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  5. S'exprimant dans une interview accordée à l'émission de radio de fin de soirée El Larguero, Pérez a admis qu'il était "triste et déçu" dont les choses ont tourné. The Guardian rapporte son interview. La Super League séparatiste s'est effondrée en raison de la férocité de l'opposition et du fait que l'un des clubs anglais, compris comme Manchester City, n'était pas pleinement engagé, selon Florentino Pérez. Le président du Real Madrid, qui a insisté sur le fait que le projet n'était pas mort, a affirmé que l'UEFA avait agi comme si les 12 clubs rebelles avaient "largué une bombe atomique", et a déclaré que les clubs de Premier League avaient perdu leur sang-froid. Il a également accusé les fans de Chelsea qui se sont rassemblés à l'extérieur de Stamford Bridge d'être des larbins. S'exprimant dans une interview accordée à l'émission de radio de fin de soirée El Larguero, Pérez a admis qu'il était "triste et déçu". Mais il a insisté sur le fait qu'aucun des clubs, dont, selon lui, chacun avait signé des contrats identiques contenant des clauses de pénalité pour retrait, n'avait officiellement quitté l'association et affirmait qu'ils continueraient à travailler pour trouver des "solutions". Il a nié que la Juventus et le Milan se soient retirés, a décrit Barcelone comme "en réflexion" et, à un moment donné, lors d'une longue apparition décousue et souvent contradictoire, a même déclaré que "les Anglais ne sont pas partis". "Il y avait un des clubs anglais qui ne semblait pas si intéressé que ça et cela s'est propagé au reste", a déclaré Pérez. "Ils ont signé le contrat mais on voyait déjà qu'ils n'étaient pas convaincus. Et puis l'avalanche a commencé, la Premier League 'chauffant les choses'. Ils ont dit: 'Nous allons nous retirer pour l'instant.' Il y avait un club dont vous pouviez dire qu'il n'était pas aussi intéressé, mais ils ont travaillé avec nous et se sont inscrits." Bien qu'il ait dit qu'il ne nommerait pas le club, quand on lui a demandé si c'était Manchester City, Pérez a déclaré: "Celui de Manchester a vu la campagne disant que cela tuerait les ligues, que cela ne permettra pas le mérite sportif, que c'était la fin du football. Il y a des gens qui ont des privilèges et qui ne veulent pas les perdre, même si cela ruine le football. Lorsque les Anglais m'ont appelé mardi, nous nous sommes rencontrés pour voir ce que nous pouvions faire. Ils ont essayé, mais ont dit: 'Écoutez, nous n'allons pas faire ça.'" Pourquoi les clubs anglais se sont retirés: "Parce qu'ils ont vu l'atmosphère. L'UEFA en a fait un spectacle. C'était comme si nous avions largué une bombe atomique. Peut-être que nous ne l'avons pas bien expliqué, mais ils ne nous en ont pas donné la chance. Pourquoi? Parce qu'ils ne voulaient pas que nous le fassions. Je n'ai jamais vu une telle agressivité; cela a été orchestré. Ils nous ont tués le lendemain. Ils nous attendaient. Je pense qu'ils savaient que nous allions le faire. Il y a eu des menaces, des insultes, comme si nous avions tué le football. Les propriétaires ne sont pour la plupart pas anglais. Ils ne sont pas là pour gagner de l'argent, ils ont des équipes en Amérique, ils aiment le sport et ils se sont retrouvés dans une position à laquelle ils ne s'attendaient pas. Ils sont vieux, ils ont eu peur.", a déclaré Pérez, qui a 74 ans. Pérez a également contesté la suggestion selon laquelle l'opposition aux plans était unanime. Interrogé sur les fans de Chelsea qui se sont rassemblés à l'extérieur de Stamford Bridge, il a répliqué: "Il y en avait 40 et si vous voulez, je vous dirai qui les a amenés là-bas." Quand il a été ramené à cette remarque plus tard, on lui a demandé de dire qui était celui qui avait planté les fans là-bas, il a fait référence aux t-shirts anti-super-ligue que la Liga avait arrangés pour que les joueurs portent avant cette journée en milieu de semaine, y compris le voyage de Madrid à Cadix. "Eh bien, la personne qui les a mis là", dit-il, pas tout à fait de manière cohérente. "Comme celui qui a organisé les T-shirts à Cadix. Le même, le même. Ce n'est pas normal." Pérez a déclaré que l'Atlético s'était retiré de la Super League "se sentant mal après avoir entendu tant de choses stupides". Il a également insisté sur le fait que le président de Barcelone, Joan Laporta, devait prendre la parole le lendemain de sa première intervention. "Ils ne lui ont même pas donné 24 heures pour le faire. Il a essayé, comme les Anglais l'ont fait. Je pense qu'ils étaient très fatigués de travailler dur juste pour qu'il y ait des problèmes. Il est impossible qu’en Angleterre, les six perdent de l’argent et les 14 gagnent de l’argent. En Espagne, les trois premiers perdent de l'argent et les autres gagnent de l'argent. Cela ne peut pas continuer; ce sont les riches qui perdent de l’argent." Pérez a déclaré que la Super League était "en attente", qu'il était certain qu'une compétition "très similaire" serait bientôt créée et que le groupe était ouvert à discuter d'idées avec l'UEFA et d'autres organismes: "Nous allons continuer à travailler. Nous recherchons des moyens d'y parvenir. Ce serait dommage de ne pas y arriver."
  6. Un groupe des clubs de football les plus riches et les plus capés du monde a convenu en principe d'un plan visant à créer une compétition interclubs européenne séparatiste qui, si elle se concrétise, bouleverserait les structures, l'économie et les relations qui ont lié le football mondial pendant près de un siècle. internazionale.fr vous livre la traduction intégrale de l'article paru dans le New York Times, "Top European Soccer Teams Agree to Join Breakaway League". Après des mois de discussions secrètes, les équipes séparatistes qui comprennent le Real Madrid et Barcelone en Espagne, Manchester United, Manchester City, Liverpool et Chelsea en Angleterre, ainsi que la Juventus et le Milan en Italie pourraient faire une annonce dès dimanche, selon plusieurs personnes connaissant les plans. La soi-disant super ligue sur laquelle ils se sont mis d'accord, une alliance de clubs de haut niveau plus proche des ligues fermées comme la NFL et la NBA que le modèle actuel du football, entraînerait la restructuration la plus importante du football d'élite européen depuis les années 50, et pourrait annoncer le plus important transfert de richesse à un petit groupe d'équipes dans l'histoire du sport moderne. Dans sa forme actuelle, le football européen complète le jeu de la ligue nationale avec des compétitions continentales comme la Ligue des champions. Les deux affectent des centaines de millions de dollars de revenus annuels de télévision et de sponsoring aux clubs les plus riches du monde, qui se qualifient régulièrement pour les joutes européennes en fonction de leur succès dans leurs propres ligues. Mais le format soutient également des équipes plus petites dans chaque pays, qui profitent de la brillance de leurs rencontres avec les géants et partagent l'argent que ces équipes rapportent aux diffuseurs. Le nouveau modèle de super ligue changerait cela, en isolant efficacement les clubs les plus riches dans leur propre compétition fermée et en leur permettant de se partager des milliards de dollars de revenus annuels. Selon les projections partagées avec les clubs potentiels plus tôt cette année, chacune des équipes pourrait gagner plus de 400 millions de dollars rien que pour sa participation, plus de quatre fois ce que le vainqueur de la Ligue des champions a remporté en 2020. Au moins 12 équipes se sont inscrites en tant que membres fondateurs ou ont exprimé leur intérêt à rejoindre le groupe séparatiste, dont six de la Premier League anglaise, trois de la première division espagnole et trois de l'Italie, selon les personnes au courant des plans. Les responsables du football européen ont agi rapidement pour essayer de le bloquer. La Premier League a condamné le concept dans un communiqué et a envoyé une lettre à ses 20 clubs membres les avertissant de ne pas y participer. Elle et les ligues d'Espagne et d'Italie ont tenu des réunions d'urgence du conseil d'administration ce dimanche. Les officiels de l'instance dirigeante du football européen, l'UEFA, ont qualifié la proposition d'une super ligue fermée de "projet cynique" dans une déclaration formulée et cosignée par la Premier League, la Liga en Espagne et la Serie A, ainsi que le fédérations de football de chaque pays. Mais l'UEFA prenait également cette menace au sérieux. Ses dirigeants ont passé le week-end à discuter des options pour bloquer le plan, notamment en interdisant potentiellement aux équipes séparatistes des ligues nationales et à leurs joueurs de concourir pour leurs équipes nationales dans des événements comme la Coupe du monde. Et cela a rappelé aux clubs séparatistes (et, effectivement, à leurs joueurs) que la FIFA et ses six confédérations avaient déjà fait une menace similaire. "Nous examinerons toutes les mesures dont nous disposons, à tous les niveaux, à la fois judiciaire et sportif, afin d'éviter que cela ne se produise", indique le communiqué de l'UEFA . "Le football est basé sur des compétitions ouvertes et sur le mérite sportif; il ne peut en être autrement." Néanmoins, l'UEFA a également commencé à contacter les législateurs de l'Union européenne, espérant que le bloc serait en mesure de renforcer son poids dans la préservation du statu quo. Et la Premier League, la Liga et la Serie A ont toutes tenu des réunions d'urgence du conseil d'administration ce dimanche. Les équipes engagées dans le plan de la super ligue sont, pour le moment, limitées à près d'une dizaine de clubs d'Espagne, d'Italie et d'Angleterre. Une cohorte de six équipes de la Premier League - United, Liverpool, Manchester City, Arsenal, Chelsea et Tottenham - représente le plus grand groupement d'un seul pays. L'Atlético Madrid est l'autre équipe espagnole qui aurait approuvé le projet, tandis que les rivaux milanais l'Internazionale et le Milan AC rejoindraient la Juventus en tant que représentants de l'Italie. Mais les dirigeants du groupe séparatiste ont tenté de convaincre d'autres équipes de premier plan, comme le Bayern Munich et le Borussia Dortmund ainsi que le champion de France, le Paris St.-Germain, de s'engager. Mais à ce jour, ces clubs et d'autres ont refusé de tourner le dos aux structures nationales et des compétitions continentales qui sous-tendent le football européen depuis des générations. Le PSG, par exemple, a été invité à la rejoindre mais a jusqu'à présent résisté aux ouvertures. Son président, Nasser al-Khelaifi, siège au conseil d'administration de l'UEFA et dirige également beIN Media Group, la chaîne de télévision basée au Qatar qui a versé des millions de dollars à l'UEFA pour le droit de diffuser les matchs de la Ligue des champions. Le New York Times a contacté un certain nombre de clubs impliqués dans les plans séparatistes, mais tous ont refusé de commenter ou n'ont pas répondu. Mais la Premier League a écrit à ses 20 clubs après une réunion du conseil d'administration dimanche, les avertissant que les règles de la ligue des clubs interdisent de se joindre à des compétitions extérieures sans approbation et les exhortant à "s'éloigner" de cette idée. "Cette entreprise ne peut pas être lancée sans les clubs anglais et nous appelons tout club envisageant de s'associer ou de rejoindre cette entreprise à se retirer immédiatement avant que des dommages irréparables ne soient causés", a-t-il déclaré dans une lettre aux équipes. Le moment choisi pour les nouvelles de dimanche semble avoir éclipsé le projet de l'UEFA de ratifier lundi une Ligue des champions (encore) modifiée. Cette compétition serait décimée par le départ de ses plus grosses équipes. Les répercussions d'une scission entre le football européen et ses clubs les plus connus, les mieux suivis et les plus riches seraient sismiques pour toutes les parties concernées. Sans les meilleures équipes, l'UEFA et les ligues seraient confrontées à des demandes de remboursement de millions de dollars de la part des diffuseurs qui paient des milliards pour les droits télévisés des tournois. Les clubs perdraient des sources de revenus qui pourraient paralyser leurs budgets alors que le football européen continue de sortir de l'épave financière causée par le Covid-19, et toute interdiction de jouer en équipe nationale pourrait affecter leur capacité à recruter les meilleurs talents. Parmi les équipes les plus notables impliquées dans le groupe séparatiste se trouve la Juventus, le champion italien en cours. Son président, Andrea Agnelli, dirige également l'European Club Association, un organisme qui regroupe plus de 200 clubs de première division, dont la majorité sera exclue de la Super League proposée. Il est également membre du conseil exécutif de l'UEFA. Lorsqu'on lui a demandé cette année par le Times de discuter de son rôle dans les discussions d'une ligue séparatiste, Agnelli a balayé l'idée comme une "rumeur". Pourtant, selon des documents examinés par le Times en janvier, les plans de la ligue séparatiste s'étaient accélérés depuis l'été. Les meilleurs clubs ont cherché à profiter de l'incertitude dans l'industrie du football causée par la pandémie pour tracer une nouvelle voie qui leur assurerait une certaine stabilité financière, mais qui conduirait presque surement à une perte de valeur et de revenus significative et potentiellement dévastatrice pour les équipes exclues du projet. Chacun des futurs membres permanents de la super ligue proposée se voit promettre 350 millions d'euros, soit 425 millions de dollars, pour s'inscrire, selon les documents. Dans le cadre des propositions examinées à l'époque, la super ligue, qui disputerait ses matchs au milieu de la semaine, cherchait à obtenir 16 franchises de football de haut niveau en tant que membres permanents et à ajouter quatre qualifications via les compétitions nationales. Les clubs seraient divisés en deux groupes de 10, les quatre meilleures équipes de chaque groupe se qualifiant pour les huitièmes de finale, aboutissant à une finale qui aurait lieu un week-end. L'événement générerait, selon les documents, des centaines de millions de dollars de revenus supplémentaires pour les équipes participantes, qui sont déjà les clubs les plus riches du sport. (Une version alternative du plan proposait 15 membres permanents et cinq places qualificatives.) Le groupe avait entamé des discussions avec JPMorgan Chase & Co. pour lever le financement du projet, selon des personnes connaissant le sujet. La firme a jusqu'à présent refusé de commenter. L'UEFA a trouvé un allié puissant contre ces projets, la FIFA. La FIFA a averti que tout joueur qui participait à une telle ligue non autorisée serait interdit de participer à la Coupe du monde. Cette déclaration est intervenue après que le président de l'UEFA, Aleksander Ceferin, ait demandé le soutien de son homologue de la FIFA, Gianni Infantino, alors que les spéculations croissantes voulaient que l'échappée bénéficierait du soutien de la FIFA. Les dirigeants européens du football se sont blottis au téléphone et lors de vidéoconférences pendant le week-end pour forger une contre-attaque. Cependant, trouver une solution à la perte potentielle des plus grandes marques du football n'est pas une tâche facile. La Premier League, par exemple, perdrait une grande partie de son éclat (et presque certainement une grande partie de l'attrait commercial qui en a fait la ligue la plus riche du football) si elle décidait de bannir ses six meilleures équipes. En tant que clubs appartenant à leurs membres, Barcelone et le Real Madrid auraient probablement besoin du soutien de milliers de leurs supporters avant de se joindre officiellement, et tout club allemand qui accepterait de participer serait confronté à des obstacles similaires. Tous peuvent s'attendre à une forte opposition interne; des groupes de supporters de toute l'Europe avaient déjà exprimé leur opposition depuis que les détails des plans pour une super ligue sont apparus plus tôt cette année.
  7. C’est une information en provenance de Tuttosport : Nicolò Barella est dans la ligne de mire de la plupart des grands clubs européens. Toutefois, toutes les demandes se sont vu voir une fin de non-recevoir Indispensable pour Antonio Conte Lors de la dernière journée, Barella était suspendu face à Cagliari, mais il s’agissait là de son unique absence : Importante certes, car il ne dispose pas d’un alter-égo malgré la profondeur du banc Nerazzurro. Au total, il a disputé 39 rencontres sur les 40 possible. Il en a disputé 35 comme titulaire et il comptabilise 3540 minutes de jeu, si l’on prend en considération la prolongation en Coupe d’Italie face à la Fiorentina. Depuis cette arrêt forcé, Barella reviendra avec plus d’énergie pour le sprint final, celui qui le portera au Scudetto : Antonio Conte ne peut pas se passer de son apport, à commencer par la rencontre fondamentale de ce dimanche soir face au Napoli Entre prolongation et brassard La propriété l’a déjà verrouillé depuis un certain temps avec un contrat de 2,5 millions d’euros jusqu’en juin 2024. Mais l’intention du club est celle d’aller bien plus loin que l’accord déjà établi, en le prolongeant et en l’augmentant peut-être jusqu’en juin 2026. Vu l’importance du joueur, il pourrait percevoir aux alentours de 4 millions d’euros. Vu l’espace occupé et la considération qu’il est parvenu à s’offrir en si peu de temps à l’Inter, le définir comme Capitan Futuro n’est pas un hasard : Si le brassard est solidement attaché au bras de Samir Handanovic, pour demain, il pourrait être porté par le milieu de terrain sarde et/ou Milan Skriniar qui sont les principaux candidats à ce lourd héritage De façon objectives, les prestations de l’Azzurro en Nerazzurro font qu’il fait l’objet de convoitise dans toute l’Europe : Dernièrement l’Inter a rejeté les approches en provenance d’Espagne : Du Fc Barcelone et de l’Atletico Madrid, mais des clubs telles que Tottenham en Premier League et le Bayern en Bundesliga ont également fait part de leur intérêt Pensez-vous que l’Inter parviendra à conserver son diamant brut ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  8. Le report d’Inter-Sassuolo est sujet à énormément de polémiques, à la suite de la décision de l’ATS de Milan d’interdire la rencontre: Nombreux sont ceux qui tirent à boulet rouge en établissant une comparaison avec Juventus-Napoli, mais la situation est différente, à telle point que la Lega a ordonné le report de la rencontre "Le Président de la Ligue Nationale Professionnelle de Serie A a ordonné le report, à une date à définir, de la rencontre Inter-Sassuolo programmée le samedi 20 mars à 20h45, valide pour la 9ème journée retour du Championnat de Serie A Tim." Mais pourquoi Juventus-Napoli et Lazio-Torino ont fait l’objet d’un jugement différent qu’Inter-Sassuolo ? Voici les explications du Corriere Della Sera: "Dans ces deux cas, il n’existait aucun accord entre les deux clubs de reporter la rencontre et la Lega n’avait pas ordonné le report. Dans le cas de Lazio-Torino, ce fut le Conseil lui-même, convoqué en urgence le jour de la rencontre (le 2 mars), qui a refusé ce report à l’unanimité." "Suite à l’absence de l’adversaire, la Juventus s’était présentée au Stadium, tout comme la Lazio, il y a 16 jours. Mais cette fois-ci, Sassuolo a déjà fait savoir qu’il ne se présenterait pas à Milan en avalisant le report." Pourquoi la Lega a-t ’elle validé le report sans exiger l’application stricte du protocole ? "En octobre, le monde industriel du ballon rond avait délibéré pour adopter cette saison, la formule proposée par l’UEFA qui voyait la possibilité de disputer un match avec 13 joueurs disponiblse, gardien inclus." "Pour déroger à cette règle, chaque club a la faculté, en cas de cluster présentant plus de dix positivités en une semaine, de faire usage d’un joker pour reporter la rencontre : Cette dérogation est admissible qu’a une seule reprise sur la saison." "Il existe toutefois une exception aux règles établie et qui a été approuvée par les clubs eux-mêmes: Cela ne doit pas porter préjudice aux mesures prises par les autorités d’état ou locale." Quand aura lieu le match ? "Dans son communiqué, la Lega a reporté la rencontre à une date à définir. Il n’y a pas d’indications précise sur le jour même si les clubs opteraient pour le 7 avril à 21h00. Un horaire où se dispute la Ligue des Champions, mais aussi des matchs en retard de Premier League et de la Liga. [….] Dans tous les cas, la rencontre opposant Bologne à l’Inter du 3 avril reste maintenue, sans si et sans mais." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  9. Hiba Abouk, l’épouse d’Achraf Hakimi s’est livrée à la Gazzetta Dello Sport sur les performances de son ailier de mari Comment avez-vous connu l’Inter ? "Je me veux plonger dans cette famille, mais je n’y suis pas encore parvenue. J’ai seulement vu deux matchs au Meazza avant la fermeture totale. Ici, Achraf est énormément lié à Lautaro et moi, à sa fiancée Agustina." Comment avez-vous vécu l’appel de l’Inter ? "Nous en avions discuté en Famille, mais la décision revenait à Achraf : On parle de sa carrière. Il voulait un club où pour s’épanouir et il l’a trouvé. Je reconnais que lorsque j’ai entendu "Milan", mes yeux se sont illuminés : j’adore ce pays." Comment Achraf vit cette expérience italienne ? "Lorsqu’il revient à la maison, il fait le compte de ses erreurs…Pour moi, c’est le meilleur du monde à son poste, mais il doit travailler et il a encore tant à améliorer: C’est pour cela que Conte est l’entraîneur idéal pour extraire le meilleur de lui-même." "En Espagne, on dit qu’il est comme une bague au doigt, il s’adapte facilement. J’entends ce que l’on dit sur mon mari : Il est intelligent, exigeant, préparé. Achraf est tant épanoui et s’il a choisi l’Inter, c’est aussi pour Conte." Etes-vous surprise par ses premières contre-performances ? "Un peu, même s’il faut reconnaître qu’il découvre à peine la Serie A. Jusqu’à hier, j’étais une spécialiste de la Liga et de la Bundesliga. Il lui faut un peu de temps, mais au final, il récoltera le fruit de ses efforts." Une qualité et un défaut de votre mari..... "Achraf est comme sur le terrain : Généreux et un peu impatient : Je suis empathique grâce à mon travail, il faut apprendre que la perfection n’existe pas." L’Inter devra être parfaite face au Real : Est-ce que le match dans votre cœur sera madrilène ? "C’est seulement particulier pour Achraf. Cela fait quelque jours que l’ambiance est différente à la maison, il veut se racheter." Qu’aurait-il fait s’il n’avait pas choisi le football ? "Boxeur: Il aime la Boxe et Muhammad Ali est son mythe : Il lui a enseigné qu’il faut toujours se relever." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  10. Marcelo Brozovic est un joueur sujet à polémique, si ces déboires extra-sportifs ne font pas de lui le gendre idéal, il semble à présent que son aventure interiste connaisse un second (et définitif ?) recul... Il y a quelques années, alors qu’il était prêt à embarquer vers la Liga, Luciano Spalletti, avait mis son véto et avait replacé dans le dispositif de l’Inter, le croate au point d’en faire son architecte. Si l’année dernière, il soufflait le bon que le moins bon, cette saison semble être celle du couperet L’analyse de Daniele Mari "L’Inter, face à Milan, a manifesté d’évident problèmes d’équilibre tactique. Mais il y a un joueur qui, plus que les autres, est sujet à de grandes préoccupations. Un joueur qui malgré l’attention continue des médias envers Christian Eriksen, est devenu un cas de déchéance : Marcelo Brozovic." Transférable "L’été de Brozovic, en dehors du terrain, s’est avéré assez compliqué. Tout à débuté lorsque le club a échangé avec son agent, celui-ci était à la recherche d’une revalorisation salariale étant donné les offres arrivées de toute part pour son client. La réponse de l’Inter a marqué aussi bien le joueur que son entourage : Vous avez des offres ? Très bien. Montrez-les-nous et nous allons les évaluer ensemble." "Dès cet instant, Brozovic a compris qu’il était sorti de la liste des joueurs intransférables, lui qui y était entré depuis son explosion sous Spalletti dans un rôle de « Regista » en retrait. Dans cette liste, Brozovic n’y est plus jamais rentré. Durant l’été, l’Inter n’a jamais songé à le vendre, mais elle ne l’aurait jamais mis en sourdine en cas d’offre attrayante. Ce qui n’est jamais arrivé." Perte de confiance "Brozovic est apparu à visage découvert sur les réseaux sociaux, en démontrant d’une façon anormale son amour pour l’Inter (Il utilise en effet Instagram pour plaisanter). Sa volonté de rester à Milan a toutefois était marquée par certains épisode extra sportif, des épisodes qui ont renforcé l’intention de l’Inter de se passer de lui." Une intention explicite confirmée par Piero Ausilio en septembre dernier: Brozovic ? C’est un joueur important de l’Inter. S’il devait arriver quelque chose qui vienne à satisfaire Brozovic, nous serons disponible pour l’écouter. A présent, il doit penser à l’Inter, le reste dépendra de lui et des autres, pas de nous." Le Directeur Sportif Nerazzurro ne pouvait pas se montrer plus claire : Présentez vos offres et nous ne fermerons pas la porte." Futur en pointillé "Finalement, des offres alléchantes annoncées, aucune n’est arrivé au siège et l’Inter a conservé le croate qui n’est plus le pivot de l’équipe. Brozovic, de part son comportement extra-corporel, un comportement similaire également à celui d’Eriksen, est redevenu celui qu’il était avant Spalletti : Lymphatique sur le terrain avec ses bras toujours prêts à virevolter en l’air pour se lamenter envers les arbitres ou ses équipiers, faisant preuve d’une mauvaise attitude dans le pressing, laissant des gouffres sans surveillance au milieu du terrain." "Mais par-dessus tout, il propose une attitude générale qui n’est ni bénéfique pour lui, ni pour l’équipe. Dans un football qui propose 5 remplaçants, parler de titulaire indiscutable est quasi devenu erratique : Chacun aura sa change, chacun aura du temps de jeu, surtout à ce poste. Celui devant la défense même si l’Inter ne dispose pas d’une certaine abondance à ce poste." "Brozovic et Antonio Conte se parlent, à de nombreuses reprises, car la version proposée est loin du Croate Epic que nous connaissons bien et il pourrait représenter un très gros problème pour la saison de l’Inter. L’Inter a besoin d’un Brozovic qui fait tourner l’équipe, s’il ne rentre plus des joueurs intransférable, il lui est encore possible de rentrer dans la liste des présumés titulaire, ce qui sera déjà en soit quelque chose : Pour sa confiance et pour la saison Nerazzurra." Antonio Conte était-il un visionnaire lorsque, durant l’été, il avait demandé le recrutement de N’Golo Kanté. Pensez-vous que l’avenir de Marcelo Brozovic soit déjà scellé ? Lui qui pourrait et qui devrait être mis en concurrence directe, pour ce même poste, avec Stefano Sensi qui ne cesse de briller avec la Squadra Azzurra ? Marcelo Brozovic pourrait-il être l’élément déterminant de ce début de saison raté ? Exprimez-vous ! ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  11. Leo Messi et l’Inter, un mariage impossible, mais dans le monde du Calcio, rien n’est impossible. L’Inter ne souhaite pas faire de fausses promesses à ses tifosi et a donc tiré le frein à main : "Celui qui décide, c'est le numéro 10 argentin." Le Barça l’a mauvaise En effet, selon le Corriere Della Sera, le Fc Barcelone est "irrité" suite à la projection de l’ombre de Messi dans le cadre de la publicité proposée par le Suning et PP Sports. Un comble lorsque l’ont connait les pratiques employées généralement par les Catalans. "Le club catalan est très irrité, non pas pour l’ombre de Messi reprise avec son nom et son numéro, mais bien plus pour le logo de l’Inter placé sur le maillot de la Pulga. La haute direction du Club catalan a donc rappelé les chinois, en les menaçant d’une plainte pour violation des droits d’image. S’il n’y aura pas d’action en justice, l’avertissement est arrivé." Nulla e Impossibile Per Questa Inter En effet, il y a 22 ans, qui aurait misé un centime sur l’arrivée d’Il Fenomeno Ronaldo à Milan en provenance de… Barcelone ? Comme le souligne le Corriere, la seule issue possible pour Messi, en cas de départ de Catalogne, c’est Milan. L’Inter pourrait réaliser un coup exceptionnel comme fut celui de Ronaldo. Outre les nombreux avantages de résider en Italie, le retour en image pour la Marque Suning serait exceptionnelle. "Messi à l’Inter est une opération à hauteur de 500 millions d’euros. Le joueur est âgé de 33 ans et son contrat prendra fin en juin 2021, cet ultime contrat de sa carrière lui offrira 50 millions d’euros net par an." En Italie, grâce au Décret Croissance, l’opération sur la base d’un contrat de 4 ans à 50 millions d’euros par saison ne pèserait "que" 260 millions d’euros. A cela, il y a lieu d’ajouter, en cas d’intervention immédiate, la valeur du joueur sur le marché du transfert, soit hypothétiquement 150 millions d’euros, bonus et commissions comprises. Une situation difficile mais… Le comportement de Zhang et du Suning trahit les déclarations de Beppe Marotta C’est une révélation de la Gazzetta Dello Sport: "Au fond, sur la question Messi, il y a lieu de voir si on se fie aux déclarations d’Antonio Conte pour qui, il serait plus facile de déplacer le Duomo que de voir Messi à l’Inter." La Rosea rappelle également le jeu de dupe proposé par Marotta, lorsque, alors Dirigeant de la Juventus, des rumeurs faisaient état d’un intérêt pour Cristiano Ronaldo... Messi-Ronaldo Le point de départ est différent :"Le lien entre Leo et Barcelone n’est pas le même que celui qui liait Cristiano et le Real Madrid." Toutefois, il y a lieu de constater de nombreuses et récentes frictions entre l’Argentin et le Président du club catalan Josep Maria Bartomeu. Autre point important : Ronaldo a coûté 100 millions d’euros à la Juve en étant âgé de 33 ans. Messi pourrait signer gratuitement à l’été 2021. Salaire et coûts En établissant un parallèle entre Messi et Ronaldo, le salaire de l’argentin serait supérieur à celui du Portugais. Sur la base du Décret Croissance, l’Inter aurait la possibilité de transformer les 50 millions d’euros net annuel destinés à la Pulga en un coût brut de 65 millions d’euros par saison, soit une somme légèrement supérieure au 58 millions de CR7 à la Juve. L’arrivée du portugais à la Juve a vu une augmentation des recettes du stade et du marketing à hauteur de 58 millions d’euros, sans parler des renégociations avec les sponsors les plus importants tel qu’Adidas et Jeep. Il semblerait donc difficile de penser que cette situation ne pourrait pas se reproduire avec Messi Effet MESSI Comme le souligne la Rosea: "Leo serait un multiplicateur. Aujourd’hui, c’est un rêve, c’est sur. Ce qui est également sur, c’est que l’ombre qui s’est révélée sur le Duomo est un exemple de l’engagement de la PPTV, la télévision de Suning." Il est également vrai que la Famille Zhang est à la recherche de personnalités mondiales, capable de donner une valeur ajoutée à la marque Inter, qui est encore hors du Top 10 Mondial. (A la 14ème place pour être précis selon Brandfinance) La Gazzetta Dello Sport met aussi en évidence qu’avant la fin de validité de la clause octroyant un départ gratuit de Messi cette saison, en cas d’intervention unilatérale de sa part avant le 31 mai, l’Inter s’était informée sur la faisabilité de l’opération, démentant de fait la dernière sortie de Giuseppe Marotta. Enfin selon Tuttosport, le Clan Messi n’aurait que très peu apprécié l’idée mise en place par le Suning de le diffuser sur le Duomo. Si la transaction semble actuellement impossible, une réélection de Bartomeu l’année prochaine à la tête du club catalan pourrait faire sauter la prolongation du contrat du numéro 10 argentin…. Et là….. Le Saviez-vous ? Messi n'est pas allé à Milan depuis longtemps. Il a très souvent arpentées les rues milanaises entre 2010 et 2014. S'y rendant pour le shopping, du sponsoring et des amitiés, celles-ci ont toujours perduré dans le temps. S'il est un "Grand Maître" qui était présent à chacune de ses visites milanaises, son identité a été révélée... En effet, celui-ci est le rejeton d'un célèbre entraîneur italien Champion du Monde en 2006 : Marcello Lippi. Davide est un agent de footballeurs et à l'automne 2010, via son groupe Reset, il s'est retrouvé à la base du contrat entre le numéro 10 argentin et les designers Domenico Dolce et Stefano Gabbana. A cette époque, cette marque était un Must pour tout footballeur et si Messi n'avait que 23 ans, il avait remporté le Ballon d'Or en 2009. Davide Lippi et son champion ont noué, outre les relations professionnelles, une amitié qui perdure encore... Selon l'agence sportive Agipronews, la cotation de voir partir Leo Messi est entrain de fondre comme neige au soleil chez les Bookmakers. Un transfert du sextuple Ballon d'Or en Lombardie représente 3,50. Paris et Manchester sont à 8,00. Liverpool et la Juventus à 12 et Manchester United et le Bayern à 15. Revivre le Duel Ronaldo-Messi en Serie A chacun évoluant chez les deux rivaux Historiques du Calcio, vous seriez preneur ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  12. Le Fc Barcelone a de quoi faire la gueule : Le Real Madrid est devenu Champion d’Espagne et Manchester City, acquitté par le Tribunal Arbitral du Sport, est sur le point de faire sauter la banque lors du prochain mercato à venir. Lautaro dans le viseur Comme le confirme Tuttosport, Lautaro Martinez est courtisé par les plus grands clubs d’Europe. Si durant toute une période le Fc Barcelone était seul sur le coup, il devra faire face au Manchester City de son ex mentor : Pep Guardiola! "Lautaro Martinez reste l’objet du désir de nombreux grands clubs européen. Aux catalans, on peut y ajouter le Real Madrid, mais surtout Manchester City. Il est vrai que plus le temps passe, plus l’Inter aimerait conserver le Toro, le tout aussi à la demande de Conte, mais qui sait si les millions proposés par City pourrait redistribuer les cartes sur la table." Barcelone cale "Barcelone, jusqu’à présent n’a jamais eu la force économique de payer la clause libératoire de 111 millions d’euros, ni même de se rapprocher de la demande de l’Inter : 90 millions d’euros minimum + une contrepartie importante." "En Espagne, on reste convaincu qu’une fois quelques joueurs cédés, il sera possible de recruter le joueur, même si la Liga pense à conclure sa fenêtre du mercato entre le 31 août et le 7 septembre." Pep est dans la place Le Tas, ayant acquitté City, a permis à celui-ci d’avoir les mains libres pour investir et miser sur des grands noms afin de renforcer l’équipe de Pep Guardiola: "Un entraîneur qui estime depuis longtemps énormément le Toro, lui qui le considère depuis des années comme le vrai hériter d’Aguero." "City n’aurait aucun problème à proposer une offre supérieure aux 100 millions d’euros, mais il pourrait aussi insérer des éléments intéressants tel que le latéral gauche Angelino, auteur d’une belle saison à Leipzig, ou Gabriel Jesus, un attaquant qui a toujours été repris sur le carnet de route de Piero Ausilio, le Directeur Sportif. Un joueur qui verrait son temps de jeu inévitablement réduit avec Aguero et Lautaro dans le noyau." A choisir, en cas de départ acté du Toro Argentin, êtes-vous plus pour Barcelone ou pour Manchester City ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  13. C’est une révélation de Gianluca Di Marzio. Selon les informations en sa possession, Javier Tebas, le Président de la Liga prévoit, dans un laps de temps relativement court, de limiter les investissements dans son championnat, au détriment de ces trois principaux clubs : Barcelone, l'Atletico Madrid et le Real Madrid. Résumé de l’article paru dans La Gazzetta Dello Sport Depuis que les clubs espagnols ont demandé de l’aide au Gouvernement afin de faire face aux conséquences de la Pandémie Covid-19, le Président de la Liga, Javier Tebas, a pensé à établir une norme qui va réguler les acquisitions des clubs ibériques. En pratique, les clubs pourront réinvestir, en fonction de l’état de leurs comptes, une faible partie de ce qu’ils auront réalisé comme vente. Fait important, les échanges de joueurs en seront exclus, et ce afin d’éviter tout subterfuge financier. Cas concret : pour clarifier cette situation, l’échange éventuel entre Pjanic et Arthur ne pourrait donc pas rentrer en ligne de compte dans le cadre de la transaction relative au transfert de Lautaro Martinez. La décision de Tebas est d’établir une ligne de conduite destinée à éviter toute crise économique parmi les clubs du championnat espagnol. En somme, le Fc Barcelone pourrait faire une croix sur Neymar et si l’on prend en considération la clause libératoire de Lautaro Martinez, il semble également compliqué de voir l’argentin quitter Milan. Les Grands d’Espagne, directement concernés par cette mesure, souhaitent faire entendre raison au Président de La Liga afin qu’il n’impose pas de limitation aux investissements. La Rosea nous informe que pour trouver les fonds nécessaires au recrutement de Lautaro, le club de Culés serait contraint de vendre des joueurs représentant une valeur importante, tels que Coutinho, Semedo et même Griezmann. Nouvelle douille italienne en préparation Comme l’a confirmé Luca Marchetti à Sky Sport, l’Inter ne compte pas revoir à la baisse la valeur de Lautaro Martinez après le 7 juillet : "L’Inter a toujours dit que Lautaro partirait seulement via l’activation de la clause libératoire à exercer d’ici le 7 juillet. Après cette date, les cartes sur la table seront redistribuées et l’Inter pourrait demander bien plus que les 111 millions d’euros." Il Padrino contre-attaque Comme le révèle le Corriere Dello Sport, Giuseppe Marotta et Piero Ausilio, ont proposé une prolongation de contrat à Lautaro. Son salaire pourrait, à minima, passer à 5,5 millions d’euros avec des bonus à insérer. Il semble toutefois difficile d’arriver au 7 millions d’euros plus bonus octroyés à Romelu Lukaku et Christian Eriksen. Si l’opération vient à se concrétiser, l’idée est de soit parvenir au retrait de la clause libératoire, soit de la plafonner pour une somme bien plus importante accompagnée d’une promesse que les offres qui se présenteront à l’Inter, dans un an, seront entendues. Si les informations relayées par Gianluca Di Marzio et La Gazzetta Dello Sport s'avèrent correctes, dans la pratique, les trois clubs historiques espagnols ne pourront investir "que" 25% de leur ventes. Validez-vous l'idée de génie proposée par Javier Tebas ? Pensez-vous que celle-ci serait également utile et intéressante pour le Calcio ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  14. Javier Tebas s’est livré sur les antennes de la RAC1, en excluant toute opération indécente lors du prochain mercato espagnole. Toutefois, le Président de la Liga compte voir les équipes espagnoles se renforcer par le biais d’échanges. Clubs échangistes "Je crois qu’il s’agira d’un mercato d’échanges, je ne pense pas que nous verrons de grandes transactions." Neymar ou Mbappé ? "Cela me plairait, mais la situation est celle qu’elle est. L’argent n’est pas à investir sur le mercato et il faudra attendre au moins une paire d’année, pour le réinvestir sur le mercato. Manchester City, Paris et Newcastle pourront faire vivre le mercato d’une façon qui ne me plait en rien. Je ne crois pas que nous surmonterons le palier des 800 millions d’euros au total." Ronaldo ? "Je sais que je vais me mettre les tifosi du Real sur le dos, mais son départ n’a quasiment eu aucun impact sur notre football. Si Messi viendrait à quitter Barcelone, pour aller évoluer dans un autre championnat, là on ressentirait la différence." Mise au point Nerazzurra avec Lautaro La Gazzetta Dello Sport s’est donc penché sur l’axe Inter-Barcelone, un axe qui devrait prendre fin au 8 juillet. En effet, à partir de cette date, Barcelone n’aura plus la possibilité d’acquérir Lautaro pour 111 millions d’euros, l’Inter reprenant les pleins pouvoirs. "S'il y a un mois les discours entre l’offre et la demande étaient de 20 millions d’euros (90 contre 70), à présent les parties sont bien plus distantes. Le Camp Nou a voulu changer les termes de l’opération en se concentrant sur un super versement. Impossible donc de pouvoir poursuivre un dialogue réaliste et il semble difficile de croire que les choses changeront dans les 18 prochains jours." "L’Inter n’entend certainement pas rester les mains dans les poches. Marotta et Ausilio se sont montrés clair avec Lautaro Martinez. S'ils ont pris acte que la volonté du Toro était de jouer avec Messi, ils lui ont également confirmé que son départ sera lié à la valeur de la Clause Libératoire." Les problèmes financier catalans favorisent donc la permanence du joueur à l’Inter, qui étudie à présent, la possibilité de renouveler son contrat qui prendra fin en 2023. Pour être clair, les représentants du Toro pourraient recevoir, dès le 8 juillet, un appel de l'Inter. Dans les plans du Club, Martinez mérite une revalorisation salariale, lui qui perçoit actuellement un salaire annuel de 1,5 millions d’euros. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  15. La Pandémie du Coronavirus est aussi destructrice dans le Monde du ballon rond. Si l’Europe s’atèle à trouver une solution, preuve en est la réunion à venir entre la Lega et l’AIC en regard aux salaires des joueurs. Toutefois, si un accord est trouvé, les clubs continueront de souffrir de ce coup d’arrêt dans la saison Selon le CIES, la valeur des joueurs dans les 5 plus grands championnat se réduirait de 28% en moyenne. La période prise en considération est celle de mars à juin avec, en indicateur: aucun match disputé. Pour son analyse, l’Observatoire a tenu compte de la durée des contrats, de l’âge des joueurs, du rendement de ceux-ci lors de la dernière période disputée sur le terrain. En prenant en compte ces données, le club qui est le plus touché est français : L’Olympique de Marseille avec une perte majeure estimée à 37,9% , soit 97 millions d’euros L’Inter occupe la seconde place de ce classement avec une perte désastreuse de 35,7% soit un total de 276 millions d’euros. La situation est dangereuse pour l’Hellas Vérone qui avec une perte de 34,3% ne dispose plus que de 44 millions d’euros. Au niveau des pertes financières et non du pourcentage, le top 3 est le suivant : Manchester City : -412 millions d’euros Fc Barcelone : -366 millions d’euros Real Madrid : -350 millions d’euros L’Inter, elle, se plaçant à la 6ème position. Qu'il s'agisse d'un grand ou d'un petit club, il faudra avoir les reins solides pour se relever ®Antony GIlles - Internazionale.fr
  16. Nankin – Bonne nouvelle pour nos amis asiatiques, le Groupe télévisuel du Suning, PPTV, a racheté la Série A, grâce…à l’Inter! En effet, MP&Silva, détenteurs des droits pour la période 2015-2018, a annoncé avoir vendu au Colosse de Nankin, et à son concurrent de Tencen, toutes les rencontres de la prochaine Serie A, dans un pack qui comprends aussi la Ligue 1, la Coupe d’Ecosse et la FA Cup anglaise. Il est clair qu’un élan décisif aux appels d’offres déjà pour la période 2017-18, a octroyé plus de présence pout notre club familial et il est également évident que PPTV vise à conserver les droits pour les trois prochaines années, 2018-21, sur lequel, un avis sera publié aujourd'hui. LE SUNING VISE LE VIEUX CONTINENT PPTV a comme objectif de transmettre tous les championnats européens, et elle a déjà obtenu des accords économiques sur les plus importants: La Premier League, la Bundesliga e la Liga, trois compétitions qu’elle retransmettra en exclusivité. Le Suning souhaite faire pareil pour la Série A dès septembre et va proposer un rachat des droits de notre championnat, sans devoir les partager avec son concurrent Tencent. La coexistence durera donc un an, et notre saison sera visible pour pas moins de 500 millions de tifosi. Ensuite le Suning envisage d’avoir pour eux seuls l’exclusivité pour la Chine concernant l’obtention des droits du Calcio. L’un des 85 packs (destinés à chaque pays) sera mis aux enchères et l’objectif sera de prendre la Serie A pour plus de 300M€/saison, soit 50% de plus que les 200 M€ actuels. Est-ce possible ? Le Suning se veut déterminant. La PPTV investit pour obtenir le meilleur contenu possible dans le monde du football et également dans celui de la NBA et de la WWE. MERCI L’INTER ! Il est clair qu’une attention spéciale sera accordée à l’Inter. Sans surprise, il y déjà la collaboration avec la chaîne du club, Inter Channel, qui commence, depuis quelques mois à retransmettre les entraînements en Chine et elle propose aux tifosi les interviews et les conférences de presse traduits. Maintenant que PPTV dispose des droits du Championnat, la retransmission de notre Club, dans la nation de la grande muraille sera encore plus massive. Preuve en est cet été, tous les matches amicaux de l’équipe de Spalletti, de l’Internacional Champions Cup, ont été retransmis. Le match face à Villareal a été retransmis et le prochain match qui se tiendra à Lecce sera diffusé. Pour les autres championnats, PPTV s’est adjugé les droits pour la Liga 245M€/5 ans, pour la Premier League 600M€/3ans et la Bundesliga 210M€/5ans. L’objectif du Suning pour la période 2018-2018 pourrait offrir à la Serie A 240M€/saison. Le Suning compte investir 1,5 milliard d’euros pour diffuser le meilleur du ballon rond sur le vieux continent, en assommant toute concurrence, comme celle de la CCTV. La Serie A peut remercier l’Inter, vu l’importance de cette rivière d’argent que le Suning, qui est le propriétaire de note Club, va apporter pour valoriser le Calcio… ! ®Antony Gilles – Internazionale.fr