Aller au contenu
×
×
  • Créer...

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'ligue des champions'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

  1. En effet, l’Inter de Simone Inzaghi fera face à son destin à la reprise de la compétition. En effet, les Champions d’Italie auront un calendrier cauchemardesque entre la Serie A, la Coupe d’Italie et la Ligue des Champions Et comme une photo vaut bien plus que des mots…. Quel sera, selon vous, le bilan des Nerazzurri au premier mars ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  2. C’est une information de la Repubblica : Si Bologne-Inter n’est pas encore programmé, la date du mercredi 23 février est avancé pour le quotidien italien: "Aujourd’hui, la Lega Serie A va définir les matchs avancés et en prime-time des prochaines journées de Championnat. Mais il est probable que, malgré la décision de la Justice Sportive de faire rejouter Bologne-Inter programmé le 6 janvier, ne sera pas référencé." "Les Rossoblù ne s’était pas présentés sur leur terrain suite à l’interdiction infligée à l’ensemble du Groupe équipe, par l’Agence Locale Sanitaire étant donné les huit cas de positivité parmi les joueurs au Covid-19. Le premier jour disponible pour l’Inter est le mercredi 23 février, soit un match de milieu de semaine se situant entre les deux confrontations opposant l’Inter à Liverpool en Ligue des Champions." "L’intention de la Serie A est d’attendre pour fixer ce jour de match, étant donné que l’Inter a annoncé avoir fait un recours contre cette décision de justice. En ce sens, le Jugement qui sera pris en deuxième instance pourrait révoquer cette nouvelle date. Et si on suppose que la Cour d’appel du sport vient à confirmer la rencontre et non infliger une défaite sur tapis-vert à Bologne, comme ce fut pourtant le cas en première instance lors de la rencontre opposant l’Udinese à la Salernitana, l’Inter aura tout de même la possibilité de se pourvoir à nouveau en appel auprès du Collège de Garantie du Coni." "Si on prend en considération toutefois le temps nécessaire à la Justice pour établir les enquêtes préliminaires, le tout combiné aux décisions des deux tribunaux, il est très peu probable que le match au Dall'Ara soit joué avant le mois d'avril." L’Inter, a-t ’elle raison, selon vous, de se pourvoir en appel ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  3. Il était écrit qu’Inter-Empoli allait de nouveau être une soirée pour les tifosi avec un cœur solide. Comme ce fut déjà le cas en 2019, avec un match au couperet pour se qualifier en Ligue des Champions, cette fois-ci, la rencontre disputée était une confrontation à élimination directe dans le cadre de la Coupe d’Italie. Et le scénario inattendu s’est répété, la "faute" également à un turnover important mais ô combien nécessaire, procédé par Simone Inzaghi. Son Inter aura dû redoubler d’efforts pour avoir raison d’une équipe toscane très sérieusement coriace, une équipe qui a été capable d’inverser la tendance après l’ouverture du score d’Alexis Sanchez à la 13’. Le but de Bajrami à la 64’ et le but de Cutrone (devenu un auto-but de Radu) à la 76’ avaient créé la sensation. Toutefois, Andrea Ranocchia parvenait à arracher la prolongation au terme d’une reprise acrobatique que n’aurait pas renié un certain Youri Djorkaeff à la 91’. La surprise de la soirée se trouve dans la titularisation de Stefan Sensi en prolongation qui est en passe de rejoindre la Sampdoria. Si l’international Italien ne s’est pas blessé (bonne nouvelle), il est également l’auteur du but décisif à la 104’ (double bonne nouvelle) le tout sans parvenir à se blesser après sa célébration (triple bonne nouvelle). Empoli ne se relèvera pas de ce troisième but et après 120’, l’arbitre de la rencontre Juan Luca Sacchi, siffle la fin d’une rencontre bien plus compliquée que ce qu’elle pouvait paraître sur papier Tableau Récapitulatif Résumé vidéo Inter 3-2 Empoli Buteur(s): 13’ Sanchez (I), 64’ Bajrami (E), 76’ Radu (E, aut.) 91’ Ranocchia (I), 104’ Sensi (I) Inter: 97 Radu; 33 D'Ambrosio, 13 Ranocchia, 32 Dimarco; 2 Dumfries, 5 Gagliardini (78’ 9 Dzeko), 22 Vidal (64’ 23 Barella), 8 Vecino (64’ 20 Calhanoglu), 36 Darmian (64’ 14 Perisic); 10 Lautaro Martinez (94’ 12 Sensi), 19 Correa (5’ 7 Sanchez) Banc: 1 Handanovic, 21 Cordaz, 6 De Vrij, 11 Kolarov, 37 Skriniar, 95 Bastoni T1: Simone Inzaghi Empoli: 22 Furlan; 20 Fiamozzi (71’ 30 Stojanovic), 42 Viti, 6 Romagnoli, 3 Marchizza (85’ 34 Ismajli); 23 Asllani (97’ 16 Fazzini), 5 Stulac, 25 Bandinelli (46’ 10 Bajrami); 27 Zurkowski (46’ 8 Henderson); 99 Pinamonti (46’ 28 Ricci), 9 Cutrone Banc: 1 Ujkani, 13 Vicario, 21 Damiani, 26 Tonelli, 31 Rizza, 36 Pezzola T1: Aurelio Andreazzoli Arbitre: Juan Luca Sacchi Var: Antonio Giua Averti(s): Vecino (I), Romagnoli (E) Expulsé(s) : / ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  4. C’est la révélation de l’année, celle de Simone Inzaghi, arrivée dans une Inter "éclatée" durant l’été, il y avait reçu l’objectif de maintenir le Champion d’Italie dans le Top 4 pourtant Simone Inzaghi surclasse les attentes placées en lui, pour le plaisir de tous ! Analyse de la Gazzetta Dello Sport "Simone Inzaghi est parvenu à augmenter la vitesse de croisière de sa machine. Comparé à l’année dernière et au rythme auquel Antonio Conte a voyagé , cela semble être un exploit incommensurable: L’Inter de Simone s’est découvert plus complète, courageuse, plus ambitieuse que celle du Scudetto : Des buts inscrits de n’importe quelle façon à la muraille érigée en défense, des statistiques de victoires au pourcentage de possession de balle et de tentatives de tir, l’histoire de cette saison récompense ce nouveau parcours." "La révolution douce de Simone est arrivée après deux années où Antonio Conte a pressé l’Inter comme une orange : Pour l’Inter qui se voulait passionnante, il était nécessaire de sortir d’une cette période de longue torpeur, de fatigue. C’est pourquoi il était nécessaire d’enclencher la seconde, d’apporter une bouffée d’air frais tout en conservant les bases solides de l’Inter de Conte et son énergie. Mais chaque joueur a plus de liberté, tous le soulignent lors de chaque interview." Comparatif après 21 journées de Serie A Après 21 journées de disputées, car l’Inter attend d’en savoir plus sur le match en retard face à Bologne, l’équipe championne d’Italie totalise 50 points. L’année dernière, l’Inter de Conte en totalisait 47. Cette saison, Milan a déjà été dépassé, l’année dernière Milan fut repris au mois de février. En tête d'affiche, on retrouvait chez Conte, Lukaku, aujourd’hui c’est Dzeko, car il est impossible de renoncer à un compas qui a pour but d’étirer les défenses adverses. Lautaro culmine déjà à 11 buts et Sanchez à inscrit le but décisif en Finale de la Super Coupe d’Italie, On retrouve également Correa qui, s’il n’est pas trop incisif, aura du temps de jeu ce soir face à l’Empoli. Ceci étant dit le nombre de but inscrit est similaire à celui des Champions d’Italie : 51 Inzaghi est parvenu à faire mieux en Ligue des Champions en se qualifiant pour les huitièmes de finale dans un groupe assez similaire à celui de l'Inter de Conte et à la vue du calendrier, le mois de février sera de nouveau décisif pour la tête du championnat. Cette saison, il n’y a pas seulement que les attaquants qui font vivre l'Inter, mais aussi la nouvelle façon dont elle défend, la façon dont sa défense mène aux actions de buts. Bastoni, par exemple, est aussi un Mezzala, un ailier, voire un Trequartista et s'il continue comme ça, un jour, on le retrouvera même juste derrière Dzeko et Lautaro. Ce n'est d’ailleurs pas un hasard si les Nerazzurri ont également augmenté leur nombre de buts de la tête, déjà élevé, en passant de 10 l’année dernière à 13 buts cette saison. Cette nouvelle Inter aime avoir la possession du ballon, dicter le jeu, preuve en est les 56,7% de possession contre 54,2% la saison dernière. La circulation du ballon a également augmenté : Les touchés de balle dans la surface adverse sont passées de 599 à 632 et les tirs de 319 à 358. La défense tient bon, l'Inter n'a encaissé qu'un buts d'Immobile lors de ses huit derniers matches. Soit 11 buts encaissés de moins (21 cette saison contre 32 la saison dernière sur la même période de référence): C'est un fait Inzaghi a trouvé une défense qui sait comment défendre et comment attaquer, l’arme secrète en plus comparé à Antonio Conte. Selon vous, l’Inter peut-elle conserver sa Couronne ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  5. Avant de dispter la finale de la Super Coupe d’Italie, Milan Skriniar s’est livré à DAZN dans le cadre de l’émission "1vs1". Voici les déclarations de la Bête Nerazzurra A présent, ton surnom est Skrigno...... "Certains m’appellent encore Milan, mais ils sont très peu." Tu es très fort cette année... "Oui, nous sommes une bonne équipe." Es-tu le plus fort d’Italie dans les 1 contre 1 ? "Je ne sais pas si je suis le plus fort, mais lorsque je joue face à des adversaires, je les regarde en vidéos pour connaitre les mouvements qu’ils réalisent, c’est pour cette raison qu’l m’est plus facile de lire leur jeu, même s’ils sont talentueux : Je ne les étudie pas, mais je regarde énormément de vidéo de mes adversaires, surement qu’ils font eux aussi la même chose." Est-ce que la défense composée avec Alessandro Bastoni et Stefan De Vrij est la plus forte dans laquelle tu as pu jouer ? "Je dirai oui, nous avons remporté aussi le Scudetto : Depuis mon arrivée ici, c’est la plus forte." Qui est le défenseur le plus fort ? "En ce moment, le Napoli est la défense qui encaisse le moins de but, ils sont fort: Mais je pense que nous réussirons à les rattraper : Nous sommes les plus fort et nous voulons le rester." Comment te sens-tu avec Simone Inzaghi ? "Très bien, mais je ne suis pas le seul à le penser, ce sont tous les gars : Il est l’Uno di noi. Il y a encore quelques années, il jouait sur les terrains, c’est vraiment une bonne personne, c’est comme un compagnon d’équipe : Nous nous sentons vraiment bien avec lui." Quel est l’attaquant le plus fort que tu aies dû marquer ? "Comme numéro 9, je dirais que Romelu Lukaku était difficile à marquer, mais par chance c’était uniquement lors de nos entraînements. Edin Dzeko me donnait aussi du fil à retordre quand il était notre adverse, il est massif et protège bien le ballon, il était aussi difficile à marquer. Comme ailiers, ils sont nombreux, mais cette année, je dirais que Vinicius, qui est très rapide, est vraiment très difficile à marquer." Bastoni ? "Je l’appelle Gerry, comme une girafe : Il est très grand et a un long cou, d’où ce surnom : Nous avons d’excellent rapports, c’est mon frère, depuis son arrivée, nous nous sommes très bien trouvé et entendu, nous sommes toujours à deux dans les chambres et nous regardons les matchs, nous sommes toujours ensemble." Pinamonti ? "C’est un autre frère, il était déjà là à mon arrivée et nous sommes rapidement devenu amis. Il habitait près de chez moi et j’allais le cherchais pour aller à l’entrainement car il n’avait pas encore le permis : C’est un très brave garçon et je lui veux le meilleur, nous nous appelons quotidiennement: Il est devenu plus massif que moi." Eriksen ? "J’ai très mal vécu ce qui lui est arrivé, j’avais si peur et je ne comprenais rien car le chroniqueur parlait en russe. Après, lorsque j’ai vu la photo où il s’était réveillé, j’étais heureux. Nous étions tous affectés : Christian ne peut plus jouer en Italie, mais à présent, le plus important est sa santé : Je sais qu’il va bien actuellement et je suis heureux pour lui." Penses-tu au brassard de Capitaine ? "Oui, j’aimerai le devenir c’est sûr, être le Capitaine de l’Inter est quelque chose de si beau. Mais je n’y pense pas, selon moi le Capitaine n’est pas uniquement celui qui porte le brassard, mais nous tous qui sommes sur le terrain, nous devons nous comporter comme des capitaines et venir en aide à l’équipe." La seconde étoile ? "C’est l’objectif sur lequel nous travaillons tous, nous sommes un groupe fort, nous le démontrons quotidiennement, nous avons des joueurs très fort et un staff fantastique. Nous nous sentons bien, nous devons continuer ainsi jusqu’à la dernière journée et nous verrons où nous en serons. L’objectif est la seconde étoile, c’est un rêve pour nous." Quelle est ta meilleure partie en carrière ? "Mon premier match en Ligue des Champions." Quelles sont les chansons que tu écoutes avant les matchs ? "Les nouvelles de l’Inter, je les écoute toujours dans le car, j’ai un casque pour moi et un pour Bastoni : Je les écoute toujours dans le car, mais il n’y a pas qu’elles, j’écoute toujours des chansons italiennes." Qui est ton idole ? "Ronaldo il Fenomeno, enfant, je jouais en attaque, c’était le plaisir le plus fort qu’il soit." Qui est l’équipier qui te fait le plus rire ? "Ils sont nombreux : Dimarco, Cordaz, Bastoni, Barella, Brozovic, Ranocchia, sont si drôles, chacun à leur manière." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  6. Protagoniste du Matchday Programme d’Inter-Juventus, Nicolò Barella, préface la rencontre face aux Bianconeri : "2021 était une très belle année, unique suite aux victoires du Scudetto et de l’Euro. L’année s’est terminée avec la prolongation de mon contrat avec ces couleurs. Cela me rend très fier et c’est une marque d’une très confiance en moi. J’espère, pour l’avenir, pouvoir ajouter quelques trophées dans mon armoire, mais je dois me concentrer sur le présent." La Super Coupe d’Italie "Nous devons disputer la Super Coupe et il y a encore tellement de matchs de championnat et les huitièmes de finale de la Ligue des Champions. C’est une rencontre pour laquelle j’ai une très grande soif de victoire, c’est le cas pour mes équipiers et, je le pense, aussi le cas pour l’équipe adverse : C’est une finale et nous devrons chercher à ramener la Coupe à la maison pour débuter l’année avec un boost de confiance supplémentaire qui pourra nous aider sur tous les autres front." La Juventus "C’est l’équipe qui, ces dernières années, a dominé le championnat italien et qui reste une formation composé de grands joueurs : C’est toujours difficile de jouer face à eux, mais à présent, "I campioni d'Italia siamo noi" nous tenons à cette coupe et nous ferons tout pour la gagner : Nous chercherons à rendre fier, peu importe la manière, nos tifosi." L’Inter "Arriver à l’Inter, m’entraîner avec de grands champions et des entraîneurs très fort, Mancini en équipe nationale inclus, m’a permis d’énormément m’améliorer et m’a beaucoup responsabilisé. Je suis arrivé dans cette grande équipe avec un projet important pour lequel je me sentais prêt, plus le temps s’écoulait, plus je ressentais la confiance du Club qui me désirait avec conviction : Le projet était de Gagner et je suis heureux que nous y soyons parvenus." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  7. Thomas N'Kono, Fabrice Olinga et Toni Conceicao se sont livrés sur l’arrivée d’André Onana. Pour tous, choisir l’Inter a été le meilleur choix possible L’interview de Thomas N’Kono à la Gazzetta Dello Sport "Onana a fait les choses correctement, après l’Ajax, le processus de croissance se poursuit dans un championnat bien plus compétitif et exigeant. Il devra s’adapter et s’habituer à jouer d’une façon différente, mais le chemin emprunté est le bon. Je pense qu’il a les qualités et l’expérience suffisante pour s’imposer. Il ne faut pas oublier qu’il a joué plusieurs saisons en Ligue des Champions, en parvenant à y atteindre les demi-finales. Ce genre de chose te permet de faire face et de supporter la pression que demande un certain niveau d’exigence. Pour moi, il a bien choisi et il fera de belles choses." Il avait plusieurs offres, dans plusieurs pays, mais il a opté pour l’Inter et l’Italie… "Je ne sais pas quel projet l’Inter lui a offert, mais je me rappelle que lorsqu'il m'a demandé mon avis lorsqu'il a quitté le Barça pour aller à l'Ajax, je l'ai poussé à aller dans cette direction parce que je pensais que Jasper Cillessen partirait dans quelques années, et c'est ce qui s'est passé. Maintenant, je pense que la même chose va se reproduire." En Serie A, nous n’avons pas une grande tradition de gardiens de but africain... "Oui, mais le Calcio a changé et on joue par l’arrière et beaucoup d'équipes, l'Inter en premier, veulent construire à partir de la défense. Onana est très bon dans ce secteur. A titre personnel, mais également au niveau national, c'est un honneur d'avoir un camerounais dans l'un des grands clubs européens, je suis fier qu'ils l'aient choisi, il arrive dans un grand championnat où il va continuer à grandir." Qu’aimez-vous le plus chez André ? "Sa perception, sa lecture et sa connaissance du jeu. Il n’a rien à envier à personne avec son jeu au pied, c’est un autre aspect sur lequel Handanovic s’est d’ailleurs énormément amélioré avec les années." Où doit-il s’améliorer ? "Je sais comment travaille les préparateurs en Italie et il va améliorer nettement son jeu entre les poteaux et ses interventions aériennes, il dispose encore d’une importante marge de croissance : Chez vous, il deviendra un gardien encore plus complet." Pourquoi y-a-t ’il si peu de gardiens africain en Europe ? "Car ils doivent encore s’améliorer au niveau de l’aspect tactique du jeu. Il faut avoir des caractéristiques innées comme l’explosivité, la rapidité, la force: Il leur manque toujours quelque chose dans le positionnement. S’ils s’améliorent, ils peuvent devenir d’excellents gardiens, comme c’est le cas avec Edouard Mendy à Chelsea, qui l’a démontré." "En ce qui concerne André, c’est évident qu’il a une longueur d'avance car il est en Europe depuis longtemps, il sait comment travailler ici, il n'a pas besoin de s'adapter à quelque chose de nouveau : Il a acquis beaucoup d'expérience au fil des ans. Il a de nombreux arguments pour triompher à l'Inter et en Serie A". Fabrice Olinga à Tmw A quel point, Samuel Eto’o, qui est aujourd’hui le Président de la Fédération de Football Camerounaise, est-il important ? "Eto'o est un point de référence pour tous les joueurs, surtout pour ceux nés au Cameroun et en Afrique plus généralement. J’ai une relation assez spéciale avec lui, il m’a tant appris et je ne cesserais jamais de le remercier." Le gardien des Lions indomptable, votre ami, André Onana, s’est promis à l’Inter, pour la saison 2022-2023...... "Onana est l’un des meilleurs gardien du monde et je suis convaincu qu’il le démontrera aussi à l’Inter. Je suis très heureux que son nouveau défi se trouve en Italie, je sais quelles ont été les difficultés qu’il a dû affronter, au cours de ces neufs derniers mois, où il n'a pas pu monter sur le terrain. Mais la seule chose qui compte maintenant, c’est le présent : L’Inter est vraiment une étape importante pour André : Il est fort et il mérite d’endosser les gants d’une équipe aussi réputée." Toni Conceicao, le Sélectionneur national du Cameroun "Il m’a dit qu’il était très heureux, je lui souhaite tout le meilleur possible et j’espère qu’il parviendra à s’imposer à l’Inter : Il a toutes les capacités pour réussir dans le Calcio : Il est fier et se sent bien. J’espère qu’il parviendra à s’imposer aussi bien dans l’équipe car c’est aussi fondamental que l’aspect individuel : De cette façon, j’aurais un joueur qui aura une très grande confiance en ses moyens lorsqu’il reviendra en équipe nationale." "Je savais qu’il signerait d’un jour à l’autre à l’Inter, la vérité est qu’à présent il a signé et il n’y a rien de plus ajouter. Il est heureux et il continuer à suivre son parcours de croissance professionnelle." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  8. En effet, avec l’absence d’Hakan Calhanoğlu suspendu, Simone Inzaghi a décidé de confier Sergej Milinkovic-Savic à Roberto Gagliardini. Auteur d’une prestation XXL dans l’ombre, l’international serbe n’a tout simplement pas existé. Cette performance est d’autant plus belle que Roberto Gagliardini a atteint le palier des 150 rencontres disputées sous la vareuse Nerazzurra Voici son message sur Instagram "Fier de célébrer ma 150ème présence sous ce glorieux maillot avec une victoire importantissime." Arrivé en janvier 2017, il présente le bilan de: 129 matchs de Serie A 6 matchs de Coupe d'Italie 11 matchs de Ligue des Champions 4 matchs de Ligue Europa Il est également l'auteur de 16 buts, tous inscrit en Serie A. Champion d'Italie en titre, Gagliardini a déjà disputé 28 matchs pour 3 buts inscrits lors de la saison 2020/2021. Comment jugez-vous les performances du milieu de terrain italien ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  9. En effet, acté le non-match opposant l’Inter à Bologne, à cause de la pandémie liée au Covid-19, deux thématiques rentrent en jeu 1° Quand aura lieu le match s’il doit être rejoué ? Voici ce que nous révèle la Gazzetta Dello Sport : "L'Inter, Championne d'Italie doit disputer la Super Coupe d’Italie contre la Juve le 12 janvier. La semaine suivante, le 19 janvier, elle débutera en Coupe d’Italie." "Si nous supposons que l'équipe de Simone Inzaghi atteindra au moins les quarts de finale de la Coppa Italia, les Nerazzurri n'auraient qu'une seule date disponible pour jouer face à Bologne : le 22 ou le 23 février, le même jour (évidemment pas à la même heure) que les huitièmes de finale de la Ligue des champions de la Juve." "C’est une navigation à vue car il se pourrait aussi qu’une éventuelle élimination des équipes italiennes en Europe, dont personne ne pourrait certainement se réjouir, offre des nouvelles fenêtres : Bien sûr, le triptyque final de l'Europa League (18 mai) -Conférence (25 mai) -Champions (28mai) pourrait laisser des fenêtres de matchs supplémentaires, mais il serait impensable de récupérer un match après la dernière rencontre de championnat." "Et dire qu'il y a seulement quelques semaines, il était question de déplacer une journée jour pour donner à Roberto Mancini quelques jours de plus pour se préparer aux play-offs. Il a fallu baisser les bras et se rendre à l’évidence ce qui n’était pas possible à l’époque, l’est encore moins aujourd'hui" 2° Hakan Çalhanoğlu Luca Marelli, ancien arbitre s’est livré à ce sujet car, la prochaine rencontre opposera l’Inter à la Lazio: 'Nous devrons voir ce que va décider la Justice Sportive, tant qu’elle ne s’exprime pas, il ne pourra jouer face à la Lazio." "Toutefois, si le match contre Bologne devait être perdu sur tapis vert 0-3, celle-ci sera considérée comme disputée et la suspension comme actée. Au cas où la victoire 3-0 serait annulée par un niveau de Justice supérieur, Hakan Calhanoğlu serait à nouveau disqualifié" ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  10. L'ancien milieu de terrain de la Juventus et de l'Inter et ex-entraîneur de l'Inter, Marco Tardelli, estime que les Nerazzurri sont actuellement au sommet de la Serie A. S'adressant au journal milanais Gazzetta dello Sport, Tardelli a exposé certaines des raisons pour lesquelles il pense que l'Inter est actuellement l'équipe la plus forte de Serie A. L'Inter a connu un bon début de saison, mais s'est retrouvé à la traîne de l'AC Milan et du Napoli, qui ont connu un début de saison presque parfait. Au cours des dernières semaines, cependant, la force des Nerazzurri a commencé à se manifester et ils se sont établis en haut du classement, garantissant mathématiquement le statut de "Champions d'Hiver". Tardelli estime que cela reflète bien leur qualité par rapport à leurs rivaux, et il pense également qu'ils ont une bonne chance contre Liverpool, leur adversaire des huitièmes de finale de la Ligue des champions. "C'est l'équipe la plus forte avec une certaine marge d'avance", a-t-il déclaré au sujet des Nerazzurri. "Et pas seulement parce que le tableau le dit". "Je les vois comme une équipe très calme", a-t-il poursuivi, "avec des joueurs qui ne montrent aucun signe de stress. Inzaghi a bien réussi à changer le style de jeu, à gérer le vestiaire. Il était le choix parfait". "Les raisons de ce succès vont bien au-delà du fait qu'il a maintenu le système 3-5-2", a-t-il ajouté. "Ce n'était pas facile de repartir sans Lukaku, Hakimi, Eriksen, ainsi que Conte, après tout ce que l'équipe avait fait avec lui. Bien sûr, Antonio a montré plus de stress. Inzaghi a cependant dû relever le défi d'établir sa crédibilité immédiatement", a-t-il ajouté. "Je dirais qu'il l'a très bien travaillé". Il a expliqué que "pour le moment, leurs chiffres sont impressionnants. Ils marquent plus que n'importe qui d'autre et ils n'ont pas encaissé de but en cinq matchs." "Mais les matchs se décident toujours au milieu de terrain, sauf si vous avez un Maradona qui va tout décider tout seul", a-t-il poursuivi. "Le milieu de terrain protège la défense et met en place l'attaque", a-t-il poursuivi. "Il suffit de regarder comment Brozovic et Perisic jouent. Marcelo n'a jamais été décisif, il dirige toute l'équipe, prend des risques et pourtant ne perd pas de mauvais ballons en dehors de sa zone." "Ivan est dévastateur, beaucoup plus régulier que la saison dernière", a-t-il ajouté. "Inzaghi lui a donné un nouveau souffle". Au sujet de la forme de Calhanoglu cette saison, Tardelli a déclaré : "Sa qualité a toujours été là, mais je pense qu'il bénéficie de faire partie d'une équipe qui pratique un bon style de football." Il s'est également penché sur le match de Ligue des champions contre Liverpool, déclarant que "J'entends dire que Liverpool est injouable. Mais aucune équipe ne l'est, surtout pour cette Inter, qui peut tout faire." "L'important est qu'ils aillent sur le terrain et prennent du plaisir à jouer au football", a-t-il poursuivi. "Mais contre un adversaire comme Liverpool, il faut avoir une attitude différente, en termes d'intensité et de relation avec les arbitres." "Les fautes commises lors du match d'hier entre Liverpool et Tottenham auraient entraîné des suspensions de dix jours en Italie, a-t-il ajouté. Liverpool est aussi presque arrogant, trop conscient de sa force", a suggéré Tardelli. ®Oxyred – Internazionale.fr via InterSempre.
  11. Simone Inzaghi s’est livré à Inter TV pour ce dernier match de l’année 2021, avec un titre de Champion d’Hiver conquis avec 43 points, la meilleure attaque et la seconde meilleure défense L’Inter se prépare à disputer son dernier match de l’année, à quel point êtes-vous satisfait par le travail réalisé par l’équipe ? "C’est normal que je sois satisfait, nous sommes très heureux de ce titre de Champion d’Hiver mais nous savons qu’il ne se retrouve pas dans les livres d’Or. Nous sommes tout de même contents, c’est une belle sensation et il doit devenir une stimulation pour faire encore plus." Quel est le secret qui vous permet d’exprimer un jeu avec une telle qualité ? "Nous vivons une belle période, les garçons sont toujours concernés et nous avons la chance pour pouvoir toujours très bien travailler malgré le fait que nous avons dû disputer tellement de parties. Nous savons aussi très bien que notre parcours est encore très long : Nous pouvons remarquer que sur ces 18 premières journées que le haut du classement peut rapidement changer." "Nous sommes toutefois en adéquation avec les demande du Club, qui était de se qualifier en huitième de finale de la Ligue des Champions et de maintenir l’équipe dans le top 4 en championnat, nous sommes donc heureux. L’équipe travaille très bien et c’est une stimulation pour continuer à poursuivre notre parcours, tout en sachant qu’il sera toujours semé d’embûches." Le Scudetto de l’Inter se joue-t ‘il lors des deux prochains mois ? "Il reste encore 20 matchs d’ici à la fin de la saison et c'est très long: Nous avons conscience du calendrier, mais ma préoccupation reste le match de demain car nous ferons face à une équipe en bonne santé et très bien organisée." Quelle est la meilleure caractéristique du Torino d’Ivan Jurić ? "Il a des joueurs de qualité et de quantifié. Lors de ces quatre derniers matchs, il l’a remporté à deux reprises et fait deux match nuls, c’est une série positive. C’est un entraîneur très bien préparé que j’estime énormément, il parvient à tirer le meilleur de ses équipes." Face au Torino, Barella sera absent, est-ce déjà un premier test en vue de Liverpool ? "Il reste tellement de temps avant de jouer Liverpool, nous savons que nous devrons nous y présenter dans le meilleur état possible. Nous avons déjà vu, lors de ces quatre premier mois où il y a eu des blessures et des suspensions que nous disposons toujours de solutions différentes, car l’équipe est en constante et quotidiennement en évolution." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  12. Il n’y a pas que Marcelo Brozovic qui souhaite prolonger son aventure à l’Inter. Parmi les contrats en cours de prolongations, on retrouve celui de Federico Dimarco. L’international italien s’est livré à Tuttosport Est-ce mieux de marquer votre premier but au Giuseppe Meazza ou la prolongation de votre contrat ? "Honnêtement, je ne veux pas choisir: Vu que j’ai écrit ma petite lettre au Père Noël, j’espère qu’il m’apportera les deux cadeaux." Partons alors d'actualité : Que manque-t ’il pour prolonger le contrat ? "C’est à mon agent à y penser, Beppe Riso. Je préfère rester concentré sur le terrain et ne pas en être distrait." Piero Ausilio, le Directeur Sportif, a récemment expliqué que vous étiez proche de la signature. Apposer votre autographe sur cette document représenterait une sorte de "Permis de conduire Nerazzurro" vu que vous avez débuté enfant en 2004 et que vous accomplirez les 18 ans, en 2022 "Je suis sincère : Je suis impatient de signer." Imaginiez-vous qu’après vos buts à Gênes et à Empoli que vous alliez devoir attendre pour célébrer dans votre stade ? Jusqu’à présent, vous l’avez déjà fait en tant qu’adversaire avec Parme, le 15 septembre 2018. Si vous aviez la possibilité de retirer votre penalty sous la Curva Nord, face à l’Atalanta, vous présenteriez-vous à nouveau dans la surface ? "J’irais sans aucun doute, mais sans tout répéter, il rit...Ce jour-là, j’avais fait bonne figure à la fin du match en me montrant serein, mais la vérité c’est que le Monde s’est écroulé au tour de moi, il m’a fallu plusieurs jours pour m’en remettre." Le sens du but se voit dans votre façon de jouer, vous attaquez l’aile et la profondeur: Est-ce que cela provient de votre passé en tant qu’ailier offensif lorsque vous évoluiez chez les Giovanile ? "Certainement: Je dois vous dire que l’année et demie que j’ai vécu à Vérone m’a énormément à grandir sous cet aspect : Avec Juric, je partais à l’attaque, il amenait beaucoup de joueurs en phase offensive, comme cela se passe avec l’Inter cette année. Il s’agit donc d’un trait de mes caractéristiques que je porte, avec moi, depuis que je suis tout petit, et j'y tiens." Parmi vos buts, il y a celui sur coup-franc direct face à la Sampdoria : Les coups de pieds arrêtés sont l’une des armes de cette Inter: Vous entraînez-vous énormément sur cette aspect fondamental du jeu? "Dans le football d’aujourd’hui, ils sont très importants qu’ils soient ou pas en notre faveur. Je pense aux gros matchs où il suffit parfois d’un détail, comme cela peut aussi s’avérer important lorsque nous affrontons des équipes très regroupées en défense : Nous travaillons beaucoup et on voit les résultats." Inzaghi veut toujours que sur le terrain, il y ait toujours un spécialiste entre vous et Çalhanoğlu : Qui est le meilleur ? "Lui est droitier et moi gaucher, disons-le comme ça : Il y a des zones qui nous sont désignées et il n'y aucune discussion entre nous : D’un autre côté, je n’aime pas qu’il y ait de tensions pour une phase arrêtée : Je sais lorsque c’est à moi d’y aller et cela me convient bien ainsi." Milan-Napoli vous a régaler la première place au terme de la phase aller de la saison, avec une journée d’avance. Quel serait votre message pour vous, qui avait grandi à l’Inter, et qui faites partie du noyau qui pourrait remporter le championnat de la seconde étoile ? "J’en ai de très nombreux, mais je ne veux pas y penser." Vous avez également surmonté la phase de groupe en Ligue des Champions. Le tirage au sort ne vous a pas été chanceux en tirant Liverpool...... "Nous ferons face à l’une des trois équipes parmi les plus forte d’Europe, ce sera difficile, nous ne sommes pas favoris: Mais nous sommes l’Inter et nous le prouverons : Nous avons le temps pour y penser." Quel est le mérite de Simone Inzaghi ? "Ils sont nombreux : Le Mister fait vraiment de belles choses." Si vous deviez mettre en évidence une caractéristique de l’entraîneur plaicentin ? "Il a un excellent rapport humain avec tout le monde: Le groupe est très uni." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  13. En effet, si le tirage au sort de la Ligue des Champions est loin d’être en faveur de l’Inter, qui pourrait devoir se passer des services de Nicolò Barella, il reste toutefois une raison "d’y croire" pour Simone Inzaghi Révélation de la Gazzetta Dello Sport "Au-delà du facteur Barella, Simone Inzaghi a, en réalité, plusieurs raisons pour avoir confiance lors de la double confrontation avec les Reds. Il y a un Lautaro "On Fire" qui veut se débloquer en Coupe d’Europe et qui représente la première préoccupation de Jurgen Klopp, l’entraineur allemand l’ayant dit lui-même. Mais surtout, il y a Edin Dzeko qui, lorsqu’il voit les Reds, se sublime : Les statistiques et les précédents du bosniaque dévoilent que Liverpool est l’une de ses victimes préférées et cela remonte à un peu plus de dix ans, lorsqu’il venait de débarquer depuis peu à Manchester." "L’attaquant de Sarajevo était resté muet lors de ces deux premiers face à face en Premier League, il s’est ensuite débloqué lors de la troisième confrontation en League Cup, avant de débuter une série très positive : Lors des 12 matchs qui ont suivi face à Liverpool, il a inscrit six buts dont trois de suite, lors de ses trois match avec le maillot de la Roma: La première flèche avec les Giallorossi remonte au match amical d’août 2016. S’en est suivi deux buts entre les manches aller et retour de la double confrontation lors de la Ligue des Champions 2018" Pensez-vous qu’Edin puisse réellement être la menace numéro un du redoutable colosse anglais ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  14. En effet, Simone Inzaghi a déjà atteint le premier objectif de la saison, il y a quelques semaines : Les huitièmes de Finale de la Ligue des Champions. A présent, il est parvenu à atteindre le second objectif de ce début de saison : Être champion d’Hiver avec une journée d’avance...... Et c’est un fait, les six premiers mois de Simone Inzaghi à la tête de l’Inter sont extrêmement positifs: L’objectif déclaré à présent est celui de remporter le Scudetto, celui qui équivaut à la seconde étoile, celui qui pourrait faire rentrer l’ancien entraîneur de la Lazio dans l’Histoire du Club Nerazzurro dès sa première tentative. Seuls trois entraîneurs ont remporté immédiatement le Scudetto après le "titre" hivernal! C’est une révélation de la Gazzetta Dello Sport : "Les signaux envoyés sont positifs, mais ils ne sont plus que des signaux : Pour dire la vérité, un demi-Scudetto a été remporté hier soir avec le Titre de Champion d’Hiver, un titre honorifique que même Antonio Conte n’était pas parvenu à remporter, il y a un an." "Cette performance a été réalisée uniquement par trois entraîneurs : Alfredo Foni, Giovanni Invernizzi et José Mourinho...... eux qui sont à jamais marqué sur la Carte du Club. A présent, Simone Inzaghi peut devenir le quatrième entraîneur a remporter le Scudetto de cette façon: En combinant le titre hivernal au Scudetto lors d'une première saison sur le banc de l’Inter en 114 ans d’Histoire." Une prolongation déjà prête "Inzaghi est actuellement le Monsieur Plus d’Appiano Gentile, il s’est rapproché intelligemment du Monde Nerazzurro en s’insérant immédiatement dans une réalité qui lui était inconnue et dans un environnement jamais connu auparavant en carrière: Il n’avait jamais été à la tête d’un Top Club. Les paroles ont un poids et l’étoile polaire est une définition assez engagée, mais on ne peut pas dire que cela soit si surprenant." "L'année 2022 apportera aussi, avec elle, la prolongation du contrat de Simone Inzaghi. Rien ne presse actuellement, celle-ci devrait avoir lieu à l’aube du printemps étant donné que personne n’a l’idée de débuter la saison 2022-2023 avec l'entraîneur en fin de contrat : A meilleure raison que, dans le même laps de temps, Simone sera à jamais retranscrit sur cette fameuse Carte exclusive du Club." Selon vous, Simone Inzaghi est-il dans les pas de Roberto Mancini ? Lui aussi arrivé de la Lazio et qui est l’entraineur le plus titré en termes de Scudetti remporté ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  15. Si l’Inter de Simone Inzaghi domine à présent la Serie A, l’entraîneur Nerazzurro s’est montré élogieux envers son équipe à Sky Sport, tout en n’hésitant pas à égratigner l’élaboration du nouveau système du calendrier pour la phase retour "Nous réalisons une belle série, il reste un dernier effort à fournir mercredi face au Torino : Nous avons été bon pour ne pas nous laisser abattre lorsque nous n’étions pas en tête. J’aurais préféré pour la phase retour un calendrier traditionnel : le début d’année 2022 sera très relevé. Cette rencontre, lorsque tu regardes le classement, peut sembler simple, mais les garçons ont été bon dans leur mentalité : Nous sommes tous concernés, nous devons tous continuer de la sorte: Face au Torino, il s’agira de la neuvième rencontre en moins d’un mois." "Nous avons été bons pour ne pas nous démobiliser dès le début, à présent, nous sommes en tête et nous voulons le rester. Il y a tellement d’équipes fortes et bien composée, nous devons continuer de la sorte. Nous vivons une belle période mais je dois vous dire aussi que les garçons ne sont jamais reposés sur leurs lauriers, il faut prendre en considération les prestations en équipes nationales. Je crois qu’il est juste que l’on dispute ce dernier match et qu’ensuite il y ait un break pour récupérer des forces, aussi bien physique que mentale." Le calendrier 2022 "C’est évident, vu les confrontations à venir, que j’aurai bien mieux préféré le calendrier traditionnel, le même calendrier que la phase aller. Nous sommes les seuls dans toute l’Europe à avoir un calendrier aussi élevé. C’est normal qu’il soit relevé car il y a la Super Coupe d’Italie et la Coupe d’Italie dedans, mais cela n’arrive qu’à nous : Aussi bien en Italie qu’à l’étranger, nous sommes les seuls à avoir toutes les confrontations directes : Nous en connaîtrons le jugement bien plus tard." Liverpool "Liverpool était parmi les équipes à éviter avec Manchester City et le Bayern Munich, mais nous sommes en huitième de finale et nous jouerons le jeu, en sachant que nous ferons face à une équipe qui a remporté ses six matchs de groupe et qui a remporté la Ligue des Champions, il y a deux ans." Ivan Perisic "C’est facile de faire belle choses lorsque l’équipe joue de la sorte, cette victoire alimente nos certitudes: Nous faisons de belle choses depuis quelques semaines, nous devons continuer ainsi car nous sommes sur la bonne voie. Nous sommes dangereux lorsque nous attaquons et nous avons trouvé plus d’équilibre en défense : La victoire face au Napoli est arrivée depuis les matchs internationaux. Nous étions à -7 et cela nous a donné un grand coup de main." Danilo D’Ambrosio "Nous prenons peu de buts grâce à l’ensemble de l’équipe. Tout le monde impose une grande pression et les attaquants sont nos premier défenseurs lorsque nous ne sommes pas en possession du ballon. Comparé aux autres années, il y a une pression différente, car nous avons gagné la saison dernière. La chose principale est de prouver sa valeur, comme nous le faisons." Milan-Naples "Lorsqu’il y a des confrontations directes, nous avons un devoir : Gagner de façon à pouvoir prendre des points indépendamment du résultat de l’autre match, et nous l’avons fait." Christian Eriksen "Chris était un équipier exceptionnel, il a d’énormes qualité humaines bien plus importantes que celle techniques : Lors de son expérience à l’Inter, il s’y est montré grand, ce qui lui est arrivé nous a tous marqué, nous sommes fiers de l’avoir eu comme équipier, à présent nous l’attendrons au Giuseppe Meazza, nous tenons à le saluer devant notre public." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  16. En effet, l’objectif de l'Inter pour la saison est désormais clair : Décrocher sa seconde étoile. Une Étoile qui passera par la conquête d’un nouveau Scudetto. Championne d’Italie en titre, la Gazzetta confirme l’importance de confirmer une telle performance : "Un Scudetto apporte toujours des bonus de la part des sponsors : Les contrats conclu avec Socios et Zytara, actuels et futurs Main Sponsors permettront au club de récolter 104 millions d’euros jusqu’en 2025." "Mais un aspect des plus important réside dans la Marque Inter : Elle qui a reçu un premier polissage scintillement avec le retour en la Ligue des Champions. Selon les estimations de Brand Finance la Marque est ainsi passée de 151 millions d'euros en 2016 à 466 millions d'euros en 2020. Finalement, l'attrait de l'Inter semble être revenu à son niveau d'antan." "Ce n’est d’ailleurs pas une coïncidence si un tout nouveau sponsor comme Socios.com s’est rapproché de l’Inter en proposant un projet innovant: Lors de la Super Coupe d'Italie, le logo "$INTER Fan Token" sur le devant du maillot sera remplacé par le titre de lachanson préférée des Tifosi qui sera choisi via l'application Socios.com" Au moins celle-ci est évitée! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  17. En effet, c’est une révélation de Swiss Ramble, qui est relayée par Calcio&Finanza : Les Nerazzurri sont juste derrière la Juventus en termes d’encaissements pour cette édition de la Ligue des Champions. Mieux encore, ils perçoivent plus qu'estimé! Le Bayern en tête, l’Atalanta comme bonnet d’âne Les sommes en jeu tiennent compte exclusivement du parcours réalisé jusqu’ici, en prenant en considération la qualification en huitième de finale et l’élimination en phase de groupe. La répartition passe d’un maximal de 96 millions d’euros encaissés par le Bayern Munich pour terminer à la somme minimale de 33 millions d’euros qui seront encaissés par l’Atalanta. Tous les chiffres ont déjà été reproportionnés sur la base de la part en pourcentage qui sera déduite par l'UEFA en raison de l'urgence liée à la pandémie du Covid-19. Vu que la part de participation est la même pour tous les clubs participants au tournoi, soit 15,64 millions d’euros, la différence entre les clubs trouve principalement son origine dans les recettes redistribuées sur base du ranking historique/décennale et sur les bonus obtenus en fonction des résultats, soit les 9,6 millions d’euros en cas de qualification à la phase à élimination directe. L’écart entre les clubs s’amplifie, dans une moindre mesure, à cause du Market Pool, qui offrent également plus de richesses aux marchés télévisuels les plus importants Analyse sur les Tops Clubs Le Bayern Munich met tout le monde d’accord avec 96 millions d’euros bien répartis entre les différentes postes, sans oublier une pointe au ranking historique qui lui permet de percevoir 35,3 millions d’euros. La prime liée aux résultats est également élevée : 27,7 millions d’euros, tandis que la part la moins importante est relative au Market Pool : 20,06 millions d’euros. A la seconde place, on retrouve le Real Madrid qui "bloque" à 91 millions d’euros. Les Espagnols dispose de meilleurs recettes au niveau du ranking historique : 36,4 millions d’euros, mais encaisse moins sur les primes liées aux résultats: 24,7 millions d’euros, et au niveau du Market Pool : 17,8 millions d’euros. Le Paris-Saint-Germain occupe la troisième position avec environ 90 millions d’euros, grâce à un Market Pool plus important, vu qu’il n’a dû le partager qu’avec le Club de Lille. Il a été freiné dans les bonus liés aux résultats, vu qu’ils ont terminé à la seconde place de leur groupe, derrière le Manchester City de Josep Guardiola Et les Italiens ? La Juventus est la première en étant classée à la 9ème place pour des recettes estimée à 76 millions d’euros, ellle est suivie par L’Inter (12ème) et ses 63 millions d’euros Le Milan Ac (17ème) et ses 45 millions d’euros (Le club rossonero paie cher la non-qualification au tour suivant et ne comptabilise qu’une seule victoire en phase de groupe) L’Atalanta (22ème) et ses 33 millions d’euros. Enfin, si l’on examine les différents postes de revenus, on constate que le Real Madrid reste est en tête du classement historique/décennal, tandis que le Bayern excelle pour la prime de résultat. En termes de masse salariale, c'est plutôt Lille qui prend la tête avec la monstrueuse somme de 30,8 millions d'euros, soit près de la moitié du total des primes versés au Champion de France en titre. Le Saviez-Vous ? Lors de son dernier état financier, l’Inter avait estimée ses recettes, en provenance de la Ligue des Champions, à 59 millions d’euros. Une somme moins importante que celle qu’elle percevra et qui pourrait continuer à augmenter en fonction de la suite du parcours européen de l’équipe emmenée par Lautaro Martinez : Un parcours qui est loin d’être facile, suite au scandale lié au tirage au sort de la Ligue des Champions organisées par l’Uefa et qui verra les Reds de Liverpool défier les Champions d’Italie en huitième de finale...... Ce qui est pris n’est déjà plus à prendre ! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  18. Alessandro Bastoni s’est livré sur son passé, son présent et son futur, sur et hors du terrain à la Repubblica. La Famille Quand as-tu compris que tu voulais devenir footballeur ? "A Parme en Serie A, la première fois où j’étais titulaire, je me suis dit : "Ale, si tout va bien, c’est fait". Nous avons gagné à Turin et j’ai finalement pu charrier mon père." Il a joué pour Cremonese...... "Quand j'étais enfant, il faisait son malin à chaque fois. Maintenant, c'est moi qui lui rappelle qu'il n'a pas joué la moitié d'un match en Serie A, mais il se croit toujours plus fort que moi. Nous en plaisantons parce que nous savons que nous en sommes arrivés ici ensemble." Sur vos protège-tibias, on retrouve l’image de vos frères…. "Oui et je les embrasse en avant-match, j’ai choisi le numéro 95 car c’est l’année de naissance de mon frère aîné. Le cadet m’a dit : "Et moi?" C’est comme ça que j’ai eu cette idée : Il n’y a pas de jalousie entre nous et j’en suis chanceux." Jouer vous encore au football ensemble ? "Le plus grand est arrivé jusqu’en Serie C et il a ensuite choisi les études, le plus jeune a une aversion pour le football : Il me demande de lui raconter quelque choses pour répondre aux demandes de ses amis." Après l’Euro, êtes-vous retourné là où tout a commencé ? "C’était beau car je me suis identifié aux enfants, j’étais un petit compétitif qui rêvait, comme eux, de devenir footballeur." Comment transforme-t-on le talent en succès ? "Chez les plus jeunes de l’Atalanta, j’ai rencontré des garçons bien plus talentueux que moi, je m’entrîinais avec les plus grands ce qui était difficile. Mon père m’a appris à ne jamais abandonner. Il m’a accompagné durant tant d’années de Cremona à Zingonia en aller-retour : 130 kilomètres sans jamais me le faire ressentir. Avec une autre famille, j’aurais eu un autre métier aujourd’hui." Etiez-vous un Tifoso enfant ? "Papa est de sang interiste et il m’a transmis sa foi, lorsque je commets une erreur en plein match, il m’en veut." Votre mère, lors de la fête du Scudetto vous a offert de la Pizza et vous a essuyé votre bouche avec une serviette… "Elle a toujours été proche de moi. J’aime être avec elle et aller manger un plat de Tortelli. Fais maison: comme ça le nutritionniste n’enrage pas!" Les modèles Vous avez les pieds et la vision d’un meneur de jeu : Qui vous a imaginé au poste de défenseur ? "J’ai toujours joué derrière, les qualités techniques sont apparues à l’Atalanta avec Mino Favini et Gianluca Polistina. Je passais des heures à m’améliorer." Quelle est votre idole footballistique ? "Sergio Ramos : J’admire tout de lui, comment il est sur le terrain, sa personnalité : Pour mon anniversaire, il m’a offert son maillot et j’ai aussi pu échanger avec lui." Que vous êtes-vous dit ? "Belle demande, on parlait espagnol et j’ai perçu la personne, plus que le joueur, il est comme Materazzi." Ramos et Materazzi : La fourberie s’apprend-t’elle ou est-elle innée ? "Cela peut se travailler, mais ce n’est pas simple, tout comme la légende qui dit que les bons joueurs sont techniquement bons sont mous caractériellement." Voudriez-vous être plus vicieux ? "Non, il y a eu une période où je prenais trop d’avertissements, je crois que je peux m'améliorer en tout grâce à d’exceptionnels équipiers." L'Inter d'Inzaghi Jusqu’où peut arriver cette Inter ? "C’est beau d'avoir le Scudetto sur le torse, nous prouverons à tous, et de toutes les façons possible, que nous le conserverons : Il y a aussi la Ligue des Champions." Comment avez-vous réagi lorsque vous êtes passé de l’Ajax à Liverpool, suite à une erreur de tirage...... "Je n’ai pas juré, si c’est votre question: J’ai aussi écrit la préface d’un livre pour un Curé. Blague à part, nous devrons réaliser deux grands matchs : Jouer à Anfield sera extraordinaire." Vous divertissez-vous sur le terrain ? "Oui, Inzaghi nous donne la liberté qui nous permet de nous souvenir que le football est un jeu : Même lorsque tu es mené." Face à Cagliari, vous êtes rentré dans la surface en dribblant une série d’adversaire…. "J’aime énormément sortir de ma zone, et lorsque je vois une possibilité, je tente de marquer. Cela ne s’est pas bien passé, j’espère que cela ira mieux la fois prochaine." Hors du terrain En dehors du terrain, vous semblez toujours être un bon pochtron, est-ce une réalité ou les réseaux sociaux exagère-t ’il la réalité ? "Hélas, les réseaux sociaux n’exagèrent rien, disons que j’aime beaucoup me divertir." Qui est le meilleur aux fléchettes ? "Brozo est le champion indiscuté." Gasperini, Conte, Inzaghi, Mancini. Partant des caractères : quels duos formeriez-vous ? "Je mettrais Gasperini avec Conte et Mancini avec Inzaghi : Les deux premiers sont toujours sur la brèche. Inzaghi et Mancini, en plus d’être fort engagés, attachent une importance au contact humain : Le résultat est que nous somme plus relaxé lors des moments cruciaux." Conte blindait la défense en abaissant le cendre de gravité de l’équipe : Inzaghi, en revanche, augmente le pressing...... "Aujourd’hui, nous avons moins la possibilité de partir en contre : Edin et Romelu sont différents et nous nous sommes adaptés." L’Italie Ressentez-vous la responsabilité de devoir reprendre l’héritage de Leonardo Bonucci et Giorgio Chiellini en défense ? "Oui, je ressens cette urgence, je suis impatient de me montrer protagoniste aussi en équipe nationale." La seule erreur de votre carrière fut lors d’Italie-Espagne à l’Euro, mais vous avez immédiatement démontré être capable de retrouver immédiatement votre niveau : D’où puisez-vous cette maturité ? "C’est caractériel, je suis serein : En plus du football, j’ai en tête d’autres pensées qui m’apaise : A partir de ma fille qui va naître en janvier." Comment allez-vous l’appeler ? "C’est ma compagne qui me le dira lorsqu’elle l’aura trouvé. Elle partage mes valeurs : Léducation, la reconnaissance, la générosité, elle étudie le design, elle aimerait trouver un bon job : Ses réalisations sont aussi importantes que les miennes." Si l’Italie ne devait pas se qualifier en mars, l’absence en Coupe du Monde passerait à 12 années : Cette pensée vous effraie-t ’elle ? "Non, même pas dans l’antichambre de nos cerveaux : Nous sommes Champions d’Europe en titre, nous devons y parvenir." Qui méritait le Ballon d’Or ? "Vu que je n’étais pas en course : Lewandowski ou Jorginho". Allez-vous encore tirer les penalty en équipe nationales ? "Certainement, tout comme Lautaro : Il n’y a que celui qui n’en a jamais tiré qui n’en a jamais raté." Ses anciens équipiers Échangez-vous avec Eriksen ? "Oui, c’est lui qui nous a rassuré et non l'inverse : Je lui souhaite de vivre la vie qu’il désire : En plus du fait d’être un champion, c’est une belle personne." Et avec Hakimi et Lukaku ? "Hakimi est mon compagnon de Playstation, et il est très mauvais. Quant à Romelu, je lui souhaite bonne chance pour sa nouvelle aventure." Le schéma de la rampe de lancement pour Barella, lors d’Inter-Juve (2-0), a-t-il été importé d’Angleterre par Conte ? "Non, nous l’avons toujours testé : J’ai gagné notre dernière partie d’entrainement avec celui-ci. Le problème est que les adversaires nous étudient : Nous devons imaginer de nouvelles choses." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  19. L’ancien Administrateur-Délégué est sans conteste l’un des principaux artisan du renouveau conquérant Nerazzurro: Entré en poste le 13 décembre 2018, Giuseppe Marotta est nommé Administrateur-Délégué Sport de l’Inter. Sur le banc de touche on retrouvait Luciano Spalletti et Mauro Icardi comme capitaine et Leader de l’équipe. Le retour en Ligue des Champions aura vu l’équipe disputer la phase de groupe avant d’être reversé en Europa League. 16 décembre 2021, soit un tout petit peu plus de trois années ont passé et la situation est totalement différente : On retrouve à la tête du groupe Simone Inzaghi et sur le maillot une certaine cocarde tricolore. De plus, le club a retrouvé sa compétitivité aussi bien en Coupe d’Europe qu’en Italie Le Triennal de Marotta entre passé, présent et futur L’avènement de Marotta fut clairement décisif pour convaincre Antonio Conte d’épouse le projet Nerazzurro. "Pour réduire l’écart avec la Juventus, il n’est pas utile de se lancer dans des proclamations, mais d’avoir une Culture du travail accompagnée du sens d’appartenance envers le club" - Dixit Marotta le jour de son intronisation Des mois intenses et délicats suivantes avec la gestion du cas Icardi et un vestiaire qui a implosé : Mais finalement, le dirigeant est parvenu à redresser la situation, en recrutant Conte à Milan L’été 2019 est celui de la construction de l’Inter qui en deux saison permettra la conquête d’un Scudetto via une campagne de transfert pharaonique : Romelu Lukaku, Nicolò Barella, Stefano Sensi, Alexis Sánchez, Valentino Lazaro et Diego Godin, sans oublier les retouches hivernales Christian Eriksen, Ashley Young et Victor Moses. Pour la première année de Conte, l’équipe accroche la seconde place en Serie A et s’incline en Finale de l’Europa League face à Séville. C’est exactement à partir de ce dernier que débutera la chevauché menant au Scudetto malgré un mercato estival 2020 pratiquement inexistant, la faute à la pandémie liée au Covid-19 qui inflige de sérieuses séquelles à tous, et pas uniquement à l’Inter. Le temps de célébrer un succès retrouvé et l’importante satisfaction d’avoir mis un terme à la Domination de la Juve qu’il avait lui-même créé est bref : Giuseppe Marotta et Piero Ausilio faisant face à un été difficile avec des départs importants : Antonio Conte, Romelu Lukaku et Achraf Hakimi, sans oublier la dramatique situation entourant Christian Eriksen. Pourtant comme le démontre le terrain, les joueurs ont été bien remplacés via les affaires conclus pour s’attacher les services d’Hakan Çalhanoğlu, Edin Džeko, Joaquín Correa et Denzel Dumfries. Ceux-ci sont accompagné par le choix de miser sur le "nouveau Massimiliano Allegri": Simone Inzaghi qui s’est montré capable de reprendre l’héritage d’Antonio Conte avec pragmatisme et empathie envers le groupe, ce qui n’est pas sans rappeler « Max » à Turin en 2014 Le présent et le futur Le parcours de Marotta n’est pas terminé, même si le principal intéressé a confirmé que l’Inter sera le dernier club de sa carrière, lui qui songerait à se renouvellent dans un poste à niveau institutionnel. Giuseppe Marotta n’est pas simplement qu’n très grand gestionnaire de club, d’homme et de vestiaire, c’est un dirigeant compétent en plus sur les terrains, disposant d’un poids politique à la Lega. Giuseppe Marotta est de la Vieille Ecole, comme Adriano Galliani : Il sait et s’occupe de tout. Il se confronte avec les Présidents des Tops Clubs Européens, mais aussi avec les jardiniers d’Appiano Gentile. Comme déjà dit, l’Histoire de Marotta à l’Inter ne prendra pas fin au 30 juin 2022, date de la fin de son contrat actuel. Depuis longtemps, Marotta, comme Piero Ausilio et son adjoint Dario Baccin, sans oublier Samaden, le Responsable des jeunes, est en négociation avec Suning pour prolonger son contrat, et malgré les hauts et les bas connus par la propriété, Giuseppe Marotta restera toujours à la barre Comment jugez-vous et analysez-vous le triennal de notre Padrino préféré ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  20. Piero Ausilio, le Directeur Sportif de l’Inter, s’est livré en exclusivité sur Sky Sport : D’un début de saison estival difficile à la première place actuelle, voici ses révélations : Comment vous-a-t ’il été possible de gagner? "Sur base de ce concept: A travers la persévérance et le travail, toutes les personnes ont cru au projet depuis ses débuts : De l’arrivée de Suning en 2016, jusqu’à ce jour, il y a eu un choix de croissance, d’entraineur et de management, et de joueurs, je n’oublie personne, même ceux avec qui tout a commencé. Car dans les difficultés, nous sommes parties sur une gestion d’entraîneurs avec Stefano Pioli et Luciano Spalletti qui nous a permis de retrouver la Ligue des Champions. Ensuite, il y a eu le travail d’Antonio Conte qui nous a permis de renouer avec le succès depuis tant d’années : C’est un important travail et nous avons un nouvel architecte de design : Simone Inzaghi." Après tout ce qu’il s’est passé durant l’été, cette saison tient-elle du miracle ? "Non, ce n’est pas un miracle : Il y a eu une désorientation lorsque Lukaku nous a informé qu’il allait partir, ce n’était pas prévu : Mais nous savions que nous nous devions de réaliser un sacrifice sur le mercato : Nous avions tout préparé et organisé pour celui d’Hakimi, depuis quelque temps déjà nous on parlait déjà de cette opportunité. Le départ de Lukaku n’était pas prévu, surtout vu la période, car lorsque tu arrives en plein début de la saison, il t’est compliqué de te réorganiser et de penser aux idées qui puissent te permettre de maintenir la compétitivité." "Nous avons été bon car nous n’avons jamais perdu notre âme, nous nous sommes regroupés avec l’entraîneur pour planifier quels seraient les meilleurs joueurs. Nous ne nous sommes jamais perdu et regardé en face : Perdre des personnalités de ce calibre comme Conte, Hakimi et ensuite Lukaku et Eriksen aurait pu pouvait tuer n’importe qui, mais pas nous. Cela pouvait ressembler à une montagne à escalader, mais c’est la beauté du sport car nous avons immédiatement saisi d’autres occasions. Lorsque tu fais face aux pires difficultés rencontrées, il ne faut pas abandonner dès la première: Nous avons remplacés Romelu Lukaku, par Joaquin Correa et Edin Dzeko, je pense que vu les conditions, c’était de l’excellent travail : les résultats le confirment." Que vous apporte Simone Inzaghi de différent ? "Avec lui, on peut penser à un architecte d’intérieur, il pense à travailler sur une structure existante et travaille sur sa beauté, pour offrir de la liberté à l’équipe, de la qualité, de la possession de balle, de la fantaisie, le tout sans déstructurer l’équipe : Il travaille sur base d’une structure solide." Avant de savoir le recruter, aviez-vous peur de perdre Simone Inzaghi ? "Tout a été très vite, nous étions au courant de sa rencontre avec Lotito, mais nous ne savions pas comment elle s’était conclue : Il nous avait dit que rien n’était défini et nous pensions avoir notre chance de pouvoir nous montrer convaincant: Nous avons été bon pour conclure le tout rapidement, tout a été fait par téléphone via des conférences-call : Ensuite, nous nous sommes vu physiquement pour signer, nous étions convaincu par les idées et par le projet : Nous ne nous sentions pas déboussolé suite au fait que nous avions perdu quelques éléments, nous savions que nous étions capable de les remplacer : Et nous sommes en train de le démontrer par la route que nous avons emprunté et que nous parcourons qui et positive en terme de résultats." Quel a été le pire moment de cette période ? "Plus que tout, il ne faut surtout pas abdiquer aux premières difficultés : Perdre un entraîneur comme Conte, un joueur comme Hakimi suivi par la suite de Romelu Lukaku et de Christian Eriksen aurait pu tuer n’importe qui, mais pas nous." Vous avez conjugué l’aspect technique à l’aspect économique de la meilleure des façons possible : avez-vous prévu de procéder à un nouveau sacrifice économique également cet été ? "D’un point de vue économique, nous comme tous les clubs normaux, nous appartenons à un groupe qui veut être stable et faire preuve d’une continuité économique et financière vis-à-vis du projet établi, qui doit perdurer dans le temps : Jusqu’à présent, nous avons toujours été soutenu : Les salaires ont été versé de façon régulière et nous, les dirigeants, nous sommes en contact continu avec la propriété : L’équipe doit juste penser à effectuer son travail." "Il est clair aussi que nous ne pouvons pas toujours acheter des joueurs, même si les médias et les tifosi aiment cela, car nous faisons un tout autre métier : Nous devons composer avec certaines choses, tenir compte qu’il faut conserver une qualité élevé et procéder à des investissements justes. Les choses doivent être effectués en respectant les équilibres, mais nous ne serons jamais une Inter redimensionnée au terme des mercatos." Aujourd’hui, l’Inter est engagé dans une double confrontation face un Liverpool qui est super favori. Dans combien de temps l’Italie pourra-t'elle surclasser la Premier League dans ce rôle central actuel et comment… "D’une façon générale, il y a trop de différence entre la Serie A et la Premier League en termes de recettes : Ce n’est pas ma compétence, mais je peux constater à quel point il est difficile de concourir avec ces équipes sur le mercato, et je ne parle pas uniquement de Manchester City, Liverpool ou Chelsea : Il nous est également difficile de concurrencer West Ham, Leicester ou Arsenal pour le comprendre." "Les anglais disposent d’un système bien plus avancé que le nôtre : Nous devons nous donner plus : Nous avons de bons entraîneurs, de bonnes idées, des scouts plus réactifs et plus rapide et, jusqu’à présent, nous nous sommes montrés meilleurs, si l’on songe à la façon dont il faut faire preuve de fantaisie." "Une autre chose où nous nous sommes montrés bons en Italie consiste dans le fait de récupérer certains joueur qui n’était pas adapté au championnat anglais et qui ont démontré qu’ils restaient toujours des champions : Nous devons comprendre comment faire grandir notre système, avec des recettes, être moins querelleurs à certains endroits et penser au concept d’équipe et non pour soi, c’est quelque chose que nous parvenons à faire peu." L’Inter interviendra-t ’elle sur le mercato de janvier ? "Je pense que l’équipe actuelle est forte et compétitive : On pourra penser à une arrivée d’un joueur, si l’un de ceux qui jouent moins demande à s’en aller. Au jour d’aujourd’hui, personne n’a fait une telle requête : Nous avons un nombre de joueurs idéal et nous sommes compétitifs dans chaque secteurs." Onana sort-il de cette logique ? "On lit continuellement sur lui : Certains joueurs sont en fin de contrat à l’Inter tout comme lui, nous regardons autour de nous: Cette possibilité comprise.." Pour janvier ou juin ? "Je me suis déjà bien exprimé sur ce que sera le mercato de janvier, ce n’est pas un mercato auquel nous songeons." Alvarez, Thuram, Nunez ? "Je peux admettre pour Marcus Thuram , car dans le passé, j’en ai parlé avec Raiola : nous étions au travail : Sur les autres, il n’y a jamais rien eu honnêtement." Travaillez-vous pour le futur ? "Nous sommes bien comme ça." Pastorello a déclaré que Lukaku reviendrait bien volontiers en Italie : Le reprendriez-vous ? "En prêt, oui." Passons aux plus-values..... "Les plus-values sont des ressources : Lukaku et Hakimi sont des plus-values qui ont apporté des bénéfices au club au bilan. Les échanges ne seront absolument jamais évités, il y en aura toujours. Il y a des exemples dans tous les championnat, des joueurs sont échangés et ce n’est pas pour autant que c’est mauvais." "Tant de fois lors d’une vente d’un joueur, l’équipe qui souhaite le recruter propose un joueur pour en faire diminuer le prix, je ne trouve pas cela scandaleux : Mais ce sont des plus-values et en tant que telles, elles doivent être bien réalisées dans le respect des règlements." Et les transferts gratuits ? "Il s’agit d’une occasions que tu peux cueillir, mais en même temps c’est une situation avec laquelle tu dois pouvoir bien coexister et dont tu te dois de l’accepter : Il nous arrive d’en réaliser avec certains joueurs : Les périodes sont différentes : Tu en as qui arrive à échéance à cause de leur âge ou du désir d'ailleurs, de penser à quelque chose de différent, ou alors tu dois négocier et il faut faire preuve de patience. Il y a différents transferts gratuit et ce n’est pas aussi facile de les prendre car les requêtes sont parfois très élevées, trop comparé à ce que le mercato peut offrir : Il faut faire preuve de prudence." "Actuellement, nous avons finalisé deux-trois prolongations : Alessandro Bastoni, Lautaro Martinez et Nicolò Barella qui ne seront pas en fin de contrat dans l’immédiat et qui représentent une certaine importance sur le marché. Pour l’âge, il est juste de reconnaître à ces joueurs une prime pour le travail réalisé ces dernières années et pour leur croissance : Nous discutons, entre autres, avec Federico Dimarco, Marcelo Brozovic et très rapidement, nous passeront à Ivan Perisic et Samir Handanovic, et quelqu’un d’autre." Est-ce que la prolongation de Dimarco est sur le point d’arriver? "Pas encore, mais il ne manque que très peu car la volonté manifeste des deux parties est très claire." Quel sont les pourcentages de Marcelo Brozovic, Ivan Perisic et Stefan De Vrij ? "Je ne comprends pas pourquoi on parle de De Vrij a qui il reste encore un an et demi de contrat : Brozovic, Perisic et Handanovic sont en fin de contrat et il faut faire preuve de plus d’attention et de hâte face à ces situations pour chercher à comprendre quelles sont les possibilités pour les conclure." Au clair de la Thunes, mon ami Piero…. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  21. Suite au double tirage en Ligue des Champions, l’Inter disputera un huitième de finale haut en couleurs, face à l’équipe qui est défini par de nombreux spécialistes comme "Injouable pour les Nerazzurri" mais ce n’es pas le cas pour le Captain Futuro de l’Inter Son interview à la Gazzetta Dello Sport Qu’a ajouté Simone Inzaghi comparé à l’équipe qui a dominé le dernier championnat ? "Il nous laisse plus nous exprimer librement, ce n'est pas que étions "forcés" par Conte a faire certaines choses mais Inzaghi, avec son charisme, nous a convaincu et nous a donné la possibilité de faire nos choix. C’est certainement ce qui nous a été le plus utile et c’est ce qui nous a aidé à tous les niveaux, après deux saisons intenses où il fallait travailler toujours en suivant le même concept" Passons à la Ligue des Champions : Liverpool est devant vous, c’est un Big comme le Real Madrid face à qui vous n’êtes jamais parvenu à l’emporter. Est-ce que les Reds sont-ils vraiment injouables ? "Sur le terrain européen, lorsque la phase à élimination directe débute, c’est inévitable de faire face à certaines équipes. Vous ne pouvez pas y échapper : Le niveau est élevé, c’est la Ligue des Champions." "Liverpool est très fort et en parfaite santé, mais je crois qu’eux eux aussi ne sont pas heureux d’avoir tiré l’Inter : Je pense qu’il s’agira d’un duel équilibré : A Madrid, nous avions dominé durant 60 minutes, puis j’ai déconné et j’ai gâché la soirée, la mienne et celle de mes équipiers: J’espère être présent pour le match retour." Selon vous, est-ce que Liverpool redoute aussi d’avoir tiré l’Inter ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  22. Improbable, mais Simone Inzaghi a reçu le célèbre Tapiro d'oro de Striscia la Notizia suite à la façon dont l’équipe a été vernie lors du tirage au sort des huitièmes de finale de la Ligue des Champions: "A présent, je vois arriver Il Tapiro" Cette déclaration, l’entraîneur de l’Inter l’avait tenue immédiatement après la farce qu’a été ce tirage au sort de la Ligue des Champions Pour ceux qui dispose de Canale 5, l’émission sera diffusée ce soir à 20h35 et effectivement Valerio Staffelli a tenu à récompenser Inzaghi pour le retentissant double tirage au sort qui s’est tenu à Nyon. Dans un premier temps, l’Inter devait affronter l’Ajax, avant de voir cette confrontation être annulée, pour enfin pécher le très redoutable et redouté Liverpool. Préfèreriez-vous sortir avec Liverpool ou avec Diletta Leotta ? "Avec mon épouse. Cela ne s’était pas bien déroulé lors du premier tirage, mais le second est très certainement le pire : Nous y repenserons en février, mais nous allons le jouer le jeu." Exagéré selon vous cette remise de prix ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  23. Javier Zanetti, Vice-Président de l'Inter et Parrain d'Internazionale.fr s’est livré à Sport Mediaset à l’occasion des 20ans de sa fondation: La "Fondazione Pupi." Vous attendiez-vous à une Inter aussi forte en été ? "Oui, je pensais que l’Inter était capable de se confirmer car l’équipe est complète avec différentes alternatives. Je connais l’entraîneur en tant qu’adversaire et il s’est montré être une personne intelligente lorsqu’il entraînait la Lazio. En sortant du Meazza après Cagliari, j’ai vu les Tifosi très fier car l’équipe joue bien." On dit qu’Inzaghi a apporté une certaine légèreté...... "Il exprime au mieux les caractéristiques des joueurs à sa disposition. Nous avons tant d’alternatives, tout le monde se sent concernés : Celui qui rentre veut apporter sa contribution et pour une grande équipe, c’est très important." Pouvez-vous remporter le Scudetto ? "L’Inter se doit de défendre le Scudetto remporté l’année passée et je pense que nous le démontrons dimanche après dimanche. L’équipe y croit et a la conscience d’être forte, mais il y a des équipes comme le Milan, le Napoli et l’Atalanta qui y croient aussi à juste titre : Nous verrons en fin de saison qui arrive en première position." Était-ce mieux de tirer l’Ajax lors du tirage au sort de la Ligue des Champions ? "Il y a de l’amertume pour ce qu’il s’est passé mais c’est inutile de le commenter, nous l’avons tous vu : A présent nous affronterons Liverpool, qui est une très grande équipe de grande tradition : Mais nous sommes l’Inter et nous répondrons présents, nous sommes fiers de notre qualification et nous voulons continuer en Ligue des Champions : Nous aurons le temps et la méthode pour nous préparer au mieux pour cette rencontre." Ou en est la situation post-pandémie ? "Cette reprise est un premier pas, j’espère que tout ira pour le mieux. Nous savons que la situation est toujours compliquée mais nous avons confiance que tout ira vers le mieux." Quelle est votre plus grande satisfaction pour ces 20 ans de la "Fondazione Pupi"? "Au-delà de tout les gens que nous aidons, la plus grande satisfaction restent que toutes les personnes qui nous ont rejoints et qui se sont lancées dans cette aventure, en faisant tout ce qui était possible pour que ce projet se réalise." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  24. L'Inter de Simone Inzaghi va débuter l'année nouvelle avec un niveau de compétition extrêmement élevé: Notre Beneamata rencontrera, en l'espace de 30 jours, tous ses concurrents directs pour le Scudetto! L’Inter tourne actuellement à plein régime, et si elle parvient à bien gérer la reprise, elle pourrait tout simplement s'ouvrir la voie vers le titre: En effet, outre ses concurrents directes pour le Scudetto, il faut y ajouter la Finale de la Super Coupe d’Italie face à la Juventus et la réception des Reds de Liverpool en Ligue des Champions! Il faudra donc serrer les dents, performer et surtout ne pas perdre trop de terrain en Championnat avant la reprise européenne. Et si l’Inter rencontre immédiatement les écuries les plus importantes, la suite de la saison en Championnat va s’avérer donc bien plus "prenable"…. Selon vous, est-ce une si mauvaise nouvelle de devoir faire face à une telle reprise de la compétition? Cette reprise ne tomberait-t'elle plutôt pas à point nommé vu l’état de forme de nos Champions d’Italie ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  25. Pour donner suite au tirage au sort de la Ligue des Champions, Jurgen Klopp, l’entraîneur de Liverpool, s’est livré sur le site officiel des Reds sur la confrontation à venir face aux Champions l’Italie "J’ai dû attendre 54 ans pour jouer au Giuseppe Meazza pour la première fois et cette fois-ci, j’irais deux fois en l’espace de trois mois, c’est une bonne nouvelle ! Tout va bien: C’est évidemment un tirage difficile, l’Inter est en tête en Italie, c’est une bonne équipe qui traverse une bonne période. Nous verrons comment iront les choses jusqu’à ce que nous nous rencontrions en février." C’est une équipe qui présente plusieurs joueurs qui ont acquis beaucoup d’expérience en Premier League...... "Oui, il y a objectivement Sanchez et Dzeko que je connais bien. Lautaro Martinez est l’un des meilleurs attaquants au monde. Simone Inzaghi répond présent pour sa première année. L’année dernière, ils ont été champions. C’est le même état d’esprit que celui de Liverpool : Rien n’est facile mais tout est toujours possible, alors essayons ! Ce sera un vrai duel de Ligue des Champions, cela me convient et je suis impatient." Considérez-vous comme justifié le fait de procéder à un nouveau tirage au sort après l’erreur du précédent ? "Tout à fait, je l’ai vu en direct et je me suis dit : Ils ne peuvent pas laisser les choses ainsi, ce n’est pas possible. Il fallait absolument en procéder à un nouveau." ®Antony Gilles – Internazionale.fr