Aller au contenu
×
×
  • Créer...

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'lionel messi'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

  1. En effet, actée la défaite face au Real Madrid en Ligue des Champions, l’Inter reprend son parcours en Serie A avec l’arrivée au Stade Giuseppe Meazza du Bologne de Sinisa Mihajlovic et selon la Gazzetta Dello Sport, il devrait s’agir de la première titularisation de la Cola "C’est finalement l’heure de la Cola rafraîchissante et énergisante : Cette équipe de l'Inter, un peu épuisée après sa première défaite de la saison, en a besoin. Il n’y a rien de grave, mais cette gorgée peut revitaliser l'équipe et l'aider à se remettre en selle : Après la pause internationale, le sprint initial a connu un coup d’arrêt." TENTATION FORTE "Simone Inzaghi évaluera demain s’il va adapter son rempart offensif et le confier au duo argentin tant attendu, en prenant une dose de Cola pour se réveiller. La décision sera prise aujourd’hui après avoir mis en lumière la condition physique d’Edin Dzeko, qui est indispensable et sur qui l’on s’appui. Un tour de repos physiologique lui serait bénéfique, tout comme il serait naturel de se fier aux deux plus jeunes armes du rempart offensif." ARGENTINA "Le Toro et Il Tucu y ont déjà été titularisé ensemble à 4 reprises, deux fois dernièrement à l’occasion du dernier cycle de qualification. Ensemble, ils comptabilisent un totale de 110 minutes de jeu. Ce n'est que la première fois, face au Chili et sans Messi, et il y a quelques années, qu'ils ont fait équipe dès le départ." "Ce qui est le plus impressionnant, c'est le sentiment qui circule naturellement entre les pieds de Cola Nerazzurra : Durant ce court laps de temps passé ensemble, Correa a marqué à deux reprise et toujours sur des passes de son jumeau Martinez." Validez-vos ce choix offensif, s’il vient à être confirmé ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  2. En effet, le Corriere Della Sera est revenu sur le fiasco entourant l’affiche tant attendue entre le Brésil et l’Argentine, qui a été interrompue, suite à des violations des règles anti-covid. En tout premier lieu, voici les informations retrancrites par l’AFP dans Libération "A peine cinq minutes après le coup d’envoi de Brésil-Argentine à São Paulo, des représentants de l’agence sanitaire brésilienne Anvisa et de la police fédérale sont entrés sur le terrain… et ont mis fin à la rencontre. La raison de leur courroux : la présence sur le terrain de trois des quatre joueurs argentins évoluant en Angleterre, durement touchée par le Covid, et accusés de violer les protocoles anti-Covid. La Fifa a confirmé dans un communiqué que cette rencontre des qualifications pour le Mondial 2022 avait été "suspendue sur décision de l’arbitre", sans préciser si elle sera reportée ou non à une date ultérieure." "Les Argentins ont pourtant tenté de parlementer, mais ils ont fini par regagner le vestiaire, où ils sont restés pendant plus de trois heures, avant de finalement quitter le stade, une heure après la délégation brésilienne. Les joueurs de l’Albiceleste sont ensuite rentrés à Buenos Aires peu après minuit. "Ça fait trois jours qu’on est ici, pourquoi [les agents de l’Anvisa] ne sont-ils pas venus avant ?" avait auparavant demandé sur le terrain Lionel Messi, aux côtés de Neymar et des sélectionneurs des deux équipes, dans une vidéo de la chaîne argentine TyC." "Fausses informations" des joueurs argentins Selon l’agence sanitaire, Giovanni Lo Celso (Tottenham), Emiliano Martinez (Aston Villa), Emiliano Buendia (Aston Villa) et Cristian Romero (Tottenham) auraient omis de signaler qu’ils avaient séjourné au Royaume-Uni lors des quatorze derniers jours précédant leur arrivée. "A aucun moment nous n’avons été informés que (les quatre joueurs) ne pourraient pas jouer le match. Nous voulions jouer, et les Brésiliens aussi", a assuré le sélectionneur argentin Lionel Scaloni. Quelques heures avant le coup d’envoi, l’Anvisa avait pourtant annoncé dans un communiqué avoir recommandé aux autorités locales de l’Etat de São Paulo que les quatre footballeurs soient «placés immédiatement en quarantaine» pour avoir fourni de "fausses informations" dans le formulaire d’entrée au Brésil. Le président de la fédération argentine de football a pour sa part nié tout «mensonge» de la part des joueurs. Le communiqué de l’Anvisa faisait état d’un "risque sanitaire grave», interdisant aux joueurs de «prendre part à toute activité et de demeurer sur le territoire brésilien". Malgré cette décision, trois des quatre joueurs en question (Lo Celso, Martinez et Romero) avaient été alignés dans le onze de l’Albiceleste et avaient commencé le match. Episode lamentable Une ordonnance ministérielle datant du 23 juin interdit l’entrée sur le territoire brésilien à toute personne étrangère venue du Royaume-Uni, d’Inde ou d’Afrique du Sud, pour éviter la propagation de variants du Covid-19. Le Brésil est le deuxième pays au monde le plus endeuillé par le Covid-19, avec plus de 580 000 morts." Place au Corriere Della Sera : "L’Inter a des joueurs sud-américains dans son noyau, et les dernières rencontres internationales se tiendront à quelques heures de la reprise du championnat qui aura lieu ce week-end. En effet, le charter décollera de Buenos Aires après Argentine-Bolivie dans le courant de la nuit italienne allant de jeudi à vendredi, à son bord, on retrouvera 17 joueurs italiens. A 17h, la première escale aura lieu à Madrid, les italiens sont attendu à 20h. "Quelques heures plus tard, ils devraient tous être sur le terrain pour les matchs de championnat, pour autant que leurs entraîneurs décident de les lancer (croisons les doigts). C'est la dernière folie du football à l'heure du Covid : Pour récupérer quelques journées de qualifications pour la Coupe du Monde, la FIFA a placé trois matchs pour chaque équipe nationale dans cette fenêtre internationale et aussi dans la suivante, début octobre." "L'Inter attend quatre Sud-Américains : en plus de Lautaro et Correa, il y a Vidal et Vecino. Les Nerazzurri concernés, pour faire face à la Samp, auront une nuit supplémentaire pour récupérer du décalage horaire." Explications d'un "Marouane Fellaini" Réaction de la FIFA à Reuters La FIFA a déclaré avoir reçu des rapports d'officiels de match: "Les informations seront analysées par les organes disciplinaires compétents et une décision sera prise en temps voulu", a déclaré l'instance dirigeante du football mondial dans un communiqué." La Fédération argentine de football a déclaré que la FIFA avait donné aux deux associations nationales six jours pour exposer leur position. Situation difficile Gianni Infantino, dans une allocution vidéo à l'assemblée générale de l'Association européenne des clubs, a déclaré que la situation rappelait les difficultés rencontrées pendant la pandémie. "Nous avons vu ce qui s'est passé avec le match entre le Brésil et l'Argentine, deux des équipes les plus glorieuses d'Amérique du Sud", a déclaré Infantino. "Certains officiels, la police, les responsables de la sécurité sont entrés sur le terrain après quelques minutes de jeu pour emmener certains joueurs - c'est fou mais nous devons faire face à ces défis, ces problèmes qui viennent s'ajouter à la crise du COVID." Alejandro Martinez, frère d'Emiliano, a déclaré que les joueurs devaient s'envoler d'Argentine vers la Croatie, qui est un pays de la liste verte du Royaume-Uni, plus tard dans la journée de lundi afin d'éviter la quarantaine obligatoire de 10 jours dans un hôtel lors du retour au Royaume-Uni d'un pays de la liste rouge: "Ils se rendront en Croatie pour y faire leur quarantaine, puis iront en Angleterre", a déclaré Alejandro à la station de radio La Oral Deportiva. "C'était la condition fixée par Aston Villa". La Fédération argentine de football (AFA) a déclaré que Martinez et Buendia avaient été libérés de l'équipe nationale, ce qui signifie qu'ils ne prendront pas part au match de qualification de jeudi à domicile contre la Bolivie. L'AFA a ensuite libéré les deux joueurs des Spurs, Lo Celso et Romero, en déclarant qu'"ils ne sont pas concernés par le match contre la Bolivie et peuvent retourner dans leur club". Le site Internet Football.london a déclaré que les deux joueurs des Spurs pourraient recevoir des amendes à leur retour en Angleterre, car ils ont fait le voyage sans l'autorisation de leur club. Villa et Tottenham se sont refusés à tout commentaire. Réactions de Gianni Infantino à Italpress : "Nous avons besoin de la compréhension des clubs : nous savons que nous ne pouvons pas rendre tout le monde heureux - Il est important de protéger à la fois les clubs et les équipes nationales, le football est un tout et nous devons essayer de trouver le bon équilibre. Nous devons faire quelque chose pour protéger la santé des joueurs et pour cela repenser le calendrier international. Nous avons besoin de la bonne volonté de tous, pour nous il n'y a pas de sujets tabous et la porte de la FIFA est toujours ouverte à toute proposition. Pour un football plus fort, nous avons besoin de l'aide de tous. En mars dernier, nous avons reporté les matches de qualification pour la Coupe du monde en Amérique du Sud à un moment crucial de la saison, afin de permettre aux joueurs de se reposer et de rester dans leur club." "Mais ces qualifications doivent être jouées et j'ai demandé à tout le monde, clubs, fédérations et gouvernements, de faire preuve de solidarité, de ne pas faire de discrimination, il s'agit aussi de soulager les pays qui souffrent et ne voient leurs meilleurs joueurs en action que lorsqu'ils sont en équipe nationale. Nous devons protéger la Coupe du monde, les qualifications et trouver le bon compromis, également en vue des fenêtres d'octobre et de novembre, pour surmonter cette situation particulière - a ajouté Infantino - Nous avons besoin de la compréhension des clubs : nous savons que nous ne pouvons pas rendre tout le monde heureux mais nous devons essayer de nous comprendre". Pensez-vous que Simone Inzaghi alignera son armada sud-américaine, après ce fiasco, ce dimanche à 12h30 ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  3. Lionel Messi, Lukaku, Donnarumma. Des départs importants, dont deux signatures gratuites face à une transaction à 115 millions d’euros qui seront reversés dans les caisses de l’Inter : Tel est le constat douloureux de la Gazzetta Dello Sport avec un argentin qui pleure en Mondovision, un portier italien qui remercie d’une façon étudiée le Milan…Et le départ de Romelu Lukaku La Rosea débute son analyse selon le déroulement des évènements : Le 26 juillet, Lukaku revient à la Pinetina : Souriant, motivé et en forme. Après l’Euro, il est allé à Miami et il semblait se mettre au travail bien plutôt que prévu pour Inzaghi. Il revient en soirée, s’en suit des photos, puis celle de l’entrainement où il semble proposer de nouvelles ressources sur le terrain avec l’Inter. Les images sur les réseaux sociaux démontre une personne qui cherche à faire son travail, ses paroles ont du poids pour l’Inter et les Tifosi : "Je continuera à vous faire rêver". Et il y a le cliché : Milan 100 avec la ville en arrière-plan. En prenant du recul, ce message est crypté, si sur le moment on pense à une déclaration d’amour, de fidélité, d’appartenance, Milan à cent pour cent, il devient difficile de ne pas soupçonner que Lukaku n’était pas déjà informé du jeu de pouvoir mis en place par Chelsea pour son futur, il savait déjà comment cela allait se terminer. Cela devient impossible de ne pas voir de la malice, une communication fourbe, via les réseaux sociaux, pour faire passer la volonté du désir de rester à l’inévitable départ, en raison d’une Inter qui est à court de liquidité. Cette stratégie a été planifiée dans son détail. Derrière l’attaquant, on retrouve de nouveaux éléments : l’agent Federico Pastorello, la société américaine Roc-Nation qui est Leader dans le Show-business et qui est composé de communicateurs qui savent comment gérer ce type de situation. Lukaku à Chelsea gagnera presque deux fois plus qu’à l’Inter. La possibilité qu’il reste à Milan était de zéro pour cent. Selon vous, est-ce que le 100 affiché sur les réseaux sociaux faisait référence à la somme, au palier, que Chelsea allait devoir atteindre pour le transférer ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  4. L'ex-président de l'Inter parle du départ de Lionel Messi du FC Barcelone ainsi que du probable départ de Romelu Lukaku. La vente de Romelu Lukaku à Chelsea fait beaucoup de bruit. Et cela a aussi était abordé par Massimo Moratti interviewé par Radio Kiss Kiss: "Je pense qu'il y avait la nécessité de renflouer les caisses et que cela ait motivé la vente de Romelu. J'espère que l'équipe saura rester compétitive malgré cela. Je ne connais pas la situation économique de l'Inter et je ne m'exprimerai donc pas à ce sujet. Malheureusement, déjà que le football n'était pas dans le meilleur des états, le Covid n'a rien arrangé. Tout est né de la crise liée à cette pandémie qui a tout fait empirer et aujourd'hui il y a grand besoin de révolutionner le système". "Messi à l'Inter? A l'époque, si cette occasion s'était présenté, j'aurai tout fait pour l'amener à l'Inter", déclare Moratti au sujet du départ surprise de Messi. "Aujourd'hui, tout a changé". "Le cas Insigne? Les supporters veulent le garder donc moi je l'aurai conservé. Le football appartient au peuple et pas à nous les dirigeants et donc il faut savoir satisfaire les supporters. Mais je ne connais pas la situation à Naples non plus, donc je ne veux vraiment pas m'en mêler". Internazionale.fr ~ © Samus
  5. En effet, Selon As, le président de Chelsea aurait demandé une réunion urgente avec l'entourage de l'Argentin! Sachant qu'il est peu probable que Manchester City monte au créneau après l'affaire Jack Grealish, Chelsea veut tenter le coup, même s'il sait qu'il est désavantagé par rapport au Paris-Saint-Germain dans la course à Messi. Mais il a les moyens de tenter le coup. L'idée du club anglais est d'aller de l'avant avec l'accord de Lukaku avec l'Inter Milan et d'écouter ensuite les demandes de Messi, afin d'assurer à Tuchel un attaquant de premier plan. Pensez-vous que Romelu Lukaku la sent arriver....la Carotte ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  6. S'exprimant lors d'une conférence de presse dans son club d'enfance de l'Atletico Linares, Lautaro Martinez a affirmé que l'année écoulée avait été un rêve devenu réalité pour lui à la fois professionnellement et dans sa vie personnelle. "Je suis à un moment très important de ma carrière. Cette année, j'ai vécu des moments incroyables, des sensations que je n'avais jamais ressenties auparavant. J'ai trouvé des moments uniques avec ma femme et ma fille. Ce sont des choses dont je rêvais quand j'étais enfant. Je suis très heureux et satisfait de ma carrière jusqu'à présent, je veux continuer à apprendre de mes coéquipiers et de chaque entraîneur que j'ai. Ils sont une partie importante de moi." "Nous entrerons dans l'histoire parce que nous avons remporté un succès incroyable contre les hôtes brésiliens. La Copa aurait dû être jouée en Argentine, mais au lieu de cela, ils nous ont emmenés au Brésil. Lionel Messi est le meilleur joueur du monde, il est argentin, il est à nous, il s'entraîne au maximum. Il est un exemple pour tout le monde et fait des choses que les autres ne peuvent pas faire. Nous devons l'apprécier et apprendre de lui. Je l'ai rencontré pour la première fois avec l'équipe nationale quand j'avais 20 ans, je n'oublierai jamais ce jour-là. Je l'ai vu s'entraîner et j'ai pensé que je rêvais. Nous l'avons aidé à gagner, il était très déterminé après tant de défaites en finale. L'entraîneur de l'Argentine Lionel Scaloni dit que personne n'a une place garantie dans l'équipe, à l'exception d'un joueur (Messi). Nous avons fait un excellent travail, tout ce que je fais à l'Inter m'aide à être dans l'équipe nationale."
  7. Après le Scudetto, trois stars Nerazzurri ont désormais connu un succès continental avec l'Italie et l'Argentine. L'Inter est champion d'Italie. L'Italie est championne d'Europe. L'Argentine est championne d'Amérique du Sud. Et trois joueurs Nerazzurri, Nicolo Barella, Alessandro Bastoni et Lautaro Martinez, ont maintenant goûté à la gloire à deux reprises cet été. La couleur bleue figure dans les trois triomphes: début mai, le noir et le bleu de l'Inter ont scellé un 19e Scudetto, puis deux mois plus tard, le bleu de l'Italie et le bleu ciel de l'Argentine ont remporté respectivement l'Euro et la Copa America. Les Azzurri ont battu l'Angleterre aux tirs au but à Wembley pour remporter l'Euro pour la première fois depuis que Giacinto Facchetti a remporté ce trophée à Rome il y a 53 ans, tandis que l'Argentine a devancé le Brésil pour remporter sa première couronne en Copa America en 18 ans. Avant dimanche dernier, sept joueurs avaient remporté le Championnat d'Europe en jouant pour l'Inter: Luis Suarez (avec l'Espagne 1964), Facchetti, Tarcisio Burgnich, Angelo Domenghini et Sandro Mazzola (avec l'Italie en 1968), Laurent Blanc (avec la France en 2000) et Giorgos Karagounis (avec la Grèce en 2004). Maintenant, il y en a neuf. Barella et Bastoni ont été dans l' équipe italienne de 26 joueurs sélectionnée par Roberto Mancini qui a exercé deux mandats en tant qu'entraîneur de l'Inter (2004-2008 et 2014-2016). Nicolo était un pilier du milieu de terrain Azzurri commençant chaque match sauf contre le Pays de Galles, marquant un but dans la victoire en quart de finale contre la Belgique et jouant 50 minutes en finale. Alessandro a quant à lui fait une apparition pendant le tournoi, 90 minutes contre le Pays de Galles. Après leur triomphe à Wembley, le duo Azzurri s'est rendu sur Instagram pour célébrer. "N'arrêtez jamais de rêver! CHAMPIONS D'EUROPE", a écrit Barella, sous une photo de lui embrassant le trophée. "Après une période difficile pour tout le monde, cela nous procure une immense joie de rentrer en Italie avec ce trophée. Je tiens à remercier mes coéquipiers, un groupe de joueurs extraordinaires qui ont rendu cette réalisation encore plus spéciale. Merci à vous les fans de nous conduire avec votre passion et votre soutien contagieux. C'est un rêve devenu réalité... CHAMPIONS D'EUROPE !", a déclaré Bastoni. Le succès de l'Italie survient le même jour, 11 juillet, où cinq joueurs de l'Inter (Giuseppe Bergomi, Ivano Bordon, Gabriele Oriali, Alessandro Altobelli et Giampiero Marini) ont aidé les Azzurri à remporter la Coupe du monde 1982 en Espagne il y a 39 ans. C'était aussi le moyen idéal pour Barella de célébrer l'anniversaire de son arrivée à l'Inter, le 12 juillet 2019. Pour les plus jeunes, voici un résumé de Italie - RFA, finale de la Coupe du Monde de 1982: Quelques heures plus tôt, de l'autre côté de l'Atlantique, Lautaro Martinez a débuté aux côtés de Lionel Messi dans l'équipe argentine qui a vaincu son rival brésilien au Maracana. El Toro a réalisé un superbe tournoi pour l'Albiceleste, marquant trois buts: contre la Bolivie en phase de groupes, l'Équateur en quarts de finale et la Colombie en demi-finale. Après la finale, alors qu'il a joué 79 minutes, Lautaro a posté une photo de lui et de ses coéquipiers avec le trophée sur le gazon sacré du Maracana, déclarant: "Pour tous les Argentins, pour tous ceux qui nous ont soutenus, pour ma famille. Merci pour cette joie incroyable. Nous sommes des champions d'Amérique." Avant Martinez, sept joueurs Nerazzurri avaient remporté la Copa America: Gary Medel était le plus récent, en 2015 et 2016 avec le Chili. Avant lui, il y a eu plusieurs Brésiliens: Ronaldo en 1997 juste après avoir rejoint l'Inter, et encore en 1999 lorsqu'il a marqué en finale contre l'Uruguay ; Adriano, qui a dominé l'édition 2004, lorsque Julio Cesar était également impliqué, et a terminé meilleur buteur du tournoi, marquant en finale contre l'Argentine avant une victoire aux tabs; Maicon en 2007 (Brésil 3-0 Argentine); et Miranda en 2019, à la fin de son passage à l'Inter, battant le Pérou en finale. Ruben Sosa a également connu le succès de la Copa America avec l'Uruguay en 1995, tout comme Ivan Cordoba qui a inscrit le but vainqueur de la Colombie lors de la finale 2001 contre le Brésil. Seuls deux clubs peuvent se targuer d'avoir des joueurs titulaires à la fois à l'Euros et en finale de la Copa America: l'Inter et le PSG (Barella, Lautaro ; Marco Verratti, Angel Di Maria). Cela a certainement été un été inoubliable pour l'Inter. Félicitations à notre Italie, Argentine et nos champions!
  8. Lautaro Martinez a ajouté une ligne à son palmarès en remportant la Copa America 2021. RIO DE JANEIRO - Peu de temps après avoir remporté son premier Scudetto avec les Nerazzurri, Lautaro Martinez a ajouté une ligne à son palmarès en remportant la Copa America 2021 avec l' Argentine. L'Argentine a remporté le titre, environ 28 ans après son dernier triomphe, après une victoire 1-0 sur le Brésil, remportée au Maracanã à Rio De Janeiro grâce au but d'Angel Di Maria en première mi-temps, 22e. Lautaro Martinez a commencé le match et est resté sur le terrain pendant 79 minutes. Il termine le tournoi avec 3 buts en 6 apparitions.
  9. On ne parle, hélas pas de Jessica, mais de Jordi Alba : Selon Il Mundo Deportivo, des premiers contacts ont eu lieu entre l’Inter et la Direction catalane. Avec le départ de Young et, le départ plus que probable de Kolarov, l’Inter a l’obligation d’intervenir sur l’aile gauche. Les noms en lice de la Direction Nerazzurra sont ceux de Marcos Alonso et Emerson Palmieri. Mais selon il Mundo Deportivo, l'Inter est attentive à la situation entourant Jordi Alba. S’il est sous contrat jusqu’en 2024 avec Barcelone, et s’il reste un joueur indiscutable de l’équipe de Ronald Koeman. Il y a lieu de prendre en considération les déclarations du Président Joan Laporta, qui a décidé de diminuer la masse salariale pour offrir un second souffle au Club: Mis à part Lionel Messi et André Ter Stegen, personne n’est assuré de rester. Partant de ce constat, l’Inter a décidé de passer à l’offensive pour Jordi Alba, même s’il a récemment affirmé que son intention était de finir sa carrière en Catalogne. Mais s’il il souhaite concrétiser cet objectif, il devra renoncer à une partie de ses émoluments. L’Inter, forte du régime fiscal proposé via le Décret Croissance, pourrait tenter de séduire le joueur, en insérant également des contreparties techniques Fantasme journalistique selon vous ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  10. Marco Materazzi a plaisanté en disant que l'entraîneur entrant Simone Inzaghi nous doit toujours le Scudetto de 2002 dans une longue interview avec 7 Corriere sur Instagram, rapportée par FCInterNews.it , où il évoque les joueurs avec lesquels il aurait aimés jouer, la Coupe du Monde 2006 et le Triplete. Simone Inzaghi nous doit un Scudetto. "Tout le monde est sceptique à l'égard de Simone, mais en attendant, il nous doit le Scudetto du 5 Mai 2002. L'Inter a l'opportunité de rester au top, Simone a si bien fait que son travail est resté caché, mais il est l'un des meilleurs jeunes entraîneurs italiens, maintenant il doit faire le saut." Sur les joueurs avec lesquels il aurait aimés jouer. "L'Inter a eu la malchance de ne pas gagner ce qu'elle méritait, comme pour le Scudetto de 1998. Ils avaient Ronaldo, le plus fort de l'histoire, et nous aurions dû gagner encore plus avec lui. Je mourais d'envie d'avoir son maillot quand je lui ai fait face, de le retrouver. Lui faire face comme un autre joueur était une émotion incroyable. J'ai joué avec tous les meilleurs, mais Ronnie était le meilleur. Je regrette de ne pas avoir pu le convaincre de rester après 2002, mais il était fatigué. Quand il a quitté la Pinetina, il a dit qu'il resterait s'ils se débarrassaient de l'entraîneur Hector Cuper. Il serait également revenu chez nous l'année où il est allé à Milan, en 2007. J'aurais aimé jouer avec Lothar Matthaus et Karl Heinz Rummenigge, je me serais très bien entendu avec eux parce qu'ils ont du caractère. Nicola Berti aussi parce que c'est un fou comme moi, un vrai mec qui dit ce qu'il pense sans filtre. Nous sommes comme ça." Jose Mourinho et Antonio Conte. "Les mariages ont toujours besoin de deux personnes, logique. Mais je sais pertinemment qu'il serait revenu il y a deux ans. Ensuite, ils ont choisi Antonio Conte, qui en tant qu'ancien joueur de la Juventus a beaucoup fait pour l'Inter et doit être remercié pour cela. Quand il a dit: 'J'ai compris ce que voulait dire Inter', c'était le plus significatif. Il a créé un groupe solide. Je disais déjà en Décembre que l'Inter dépasserait le Milan et beaucoup se moquaient de moi, alors que j'avais raison parce que l'Inter a l'équipe la plus forte." Sur samuel Eto'o et Romelu Lukaku. "Eto'o est mon petit frère, je dois le remercier pour la vie car il nous a apporté le Triplete. Il savait le faire, il nous a permis de nous battre sur tous les fronts en termes de mentalité et cela a fait la différence. Lukaku est comme Vieri maintenant. Mais pas quand il est arrivé. Je ne pensais pas qu'il pouvait être le nouveau Vieri. Au lieu de cela, il s'est avéré être un leader et un buteur, il a fait de grands progrès grâce à Conte." A propos de Zlatan Ibrahimovic. "Quand il était à l'Inter, la relation était bonne, mais il a changé de cap. Sur le terrain, les choses se passent. Il pourrait éviter d'aller sur les réseaux sociaux pour évoquer le passé car cela n'a aucun sens. Il aurait pu l'éviter, je le respecte en tant que joueur et je le remercie pour ce qu'il m'a fait gagner quand il était avec nous et quand il est parti. Je le félicite car il fait la différence à 40 ans, chapeau à lui." A propos de Roberto Mancini. "Nous nous sommes disputés à plusieurs reprises, heureusement, nous étions toujours séparés et nous ne nous sommes jamais venus aux mains. Il a fallu très peu pour entrer dans ses grâces en remportant la Coupe du monde en 2006." Sur deux joueurs de l'AS Rome. "J'aurais aimé voir Francesco Totti à l'Inter, malheureusement cela n'est pas arrivé. C'était impossible. La même chose avec Daniele De Rossi. J'ai résisté à un transfert au Milan et je remercie ceux qui m'ont permis de rester, en l'occurrence Giacinto Facchetti. J'aurais laissé plus de fierté que de trahir le club, mais je ne pouvais pas dire non à Giacino et finalement rien ne s'est passé." La Coupe du monde 2006. "J'ai eu la chance de disputer la Coupe du monde grâce à la blessure d'Alessandro Nesta. Je préfère me souvenir de mes deux buts plutôt que du coup de tête de Zidane, qui nous a permis de gagner. Au final, c'était important de marquer des buts et surtout de marquer les penalties malgré la pression. Je félicite Zidane en tant que joueur et en tant qu'entraîneur, il s'est avéré être un numéro un." La victoire en Ligue des champions en 2010 comme un couronnement. "Javier Zanetti était tellement fiable que vous pouviez compter sur lui à chaque match. Il était toujours là dans les moments difficile, en tant que capitaine. Vous avez hâte d'embrasser la Ligue des champions, mais avant le match, vous ne devez pas toucher le trophée. Vous devriez l'enseigner dans les écoles de football." "Le Triplete était le couronnement d'un rêve de carrière car après la Coupe du monde, il ne me manquait que la Ligue des champions. Quand j'ai vu les différents titres dans les salons de Paolo Maldini et Lionel Messi, j'ai regardé ma femme et lui ai dit que je la voulais."
  11. Avant ce Inter - Udinese, le capitaine de l'Udinese De Paul à Gazzetta s'est livré à la Gazzetta dello Sport. "Nous aimerions terminer la saison en faisant une clean sheet avec Juan Musso, ce serait magnifique. Si je pouvais ensuite marquer un but sur coup franc, ce que je n'ai pas encore réussi, ce serait superbe. Je ne peux pas les faire avec l'Argentine parce que Lionel Messi le fait, il est le meilleur." "Concernant une venue à l'Inter, j'ai déjà dit ce que j'avais à dire au club et à mon agent, je ne sais pas quoi dire d'autre. Je suis habitué au fait que les gens parlent de moi maintenant, mais je sais que les gens m'aiment ici et maintenant je suis le capitaine de cette équipe. Je regarde la Premier League, la Liga et la Serie A mais je ne me demande pas si j'aurais une préférence pour mon prochain transfert. Je sais qu'il y a des équipes intéressées mais je suis concentré sur dimanche." "Lautaro et Paulo Dybala sont des stars absolues. Dybala fait des choses incroyables à l'entraînement, il est certainement meilleur que moi." "J'adore fournir des passes décisives et couvrir beaucoup de terrain, récupérer le ballon est une belle chose. Si je dois dire une chose que j'aime le plus, je travaille pour m'améliorer et devenir un joueur capable d'attaquer et de défendre. Je pense que je suis complet maintenant."
  12. Le livre "Inter per sempre, 40 Nerazzurri racontés en rimes" de Mattia Todisco sort. La préface est de Massimo Moratti et Il Girono nous livre quelques extraits. "Messi? Si je l'avais acheté, peut-être que nous aurions gagné plus. En fait, notre intérêt l'a envoyé directement en équipe première." "Antonio Conte? C'était difficile de l'imaginer un jour à l'Inter. Mais il s'est avéré avoir une personnalité remarquable et en gagnant il méritait d'être là. C'est celui qui brille pour son tempérament, pour sa détermination. Ce type de personnage était nécessaire." "J'espère voir Kanté à l'Inter dans le futur. Ce serait vraiment utile."
  13. Lautaro Martinez a été l’un des grand artisans du Scudetto interiste. Le premier de sa carrière, ce qui lui a valu d’être interviewé sa presse nationale Son interview à Espn Argentina "Quand je suis parti de la maison, de Bahia Blanca, j’avais tant de rêves et d’objectifs en tête. Je savais que cela allait me couter tant d’efforts, mais tous ces efforts, un jour, allaient porter leurs fruits. Cet objectif me rend fier du point de vue personnel et familial: Comme je l’ai toujours dit, ma famille est très importante pour moi. Aujourd’hui, je vis en Italie, j’ai 23 ans, j’ai une fille : La vérité est que la vie m’a changé et m’ donné le smyle." "Je continue sur ce chemin car mes parents m’ont vu grandir ainsi : Je vais de l’avant en cherchant à corriger mes défauts et m’améliorer : Ce qu’il se passe ces derniers jours, avec la victoire de mon premier titre, m’a provoqué une grande émotion." La carrière de Lautaro "Je rêvais de cela depuis que j’étais enfant : Gagner un titre avec l’Inter, un aussi grand club en Italie, être les meilleurs, car cette année, je crois que nous étions les meilleurs, est une émotion à vivre : J'en suis très fier." "Aujourd’hui, je suis en compétition avec Cristiano Ronaldo et d’autres joueurs, je suis tous les jours avec Zanetti et je suis équipier, en équipe nationale de Messi. J’ai 23 ans et c’est bien de pouvoir faire ce que j’aime. Je m’amuse et je profite à chaque instant. Je profite du fait de pouvoir endosser le maillot de l’Inter, de l’Argentine, ce sont des rêves." "J’ai fait la fête à la maison avec ma famille: Ma fille, ma femme, et sans autres personnes. Pour moi c’était une fête extraordinaire, mais il y a aussi les Tifosi qui te soutiennent quotidiennement et qui te sont très proche. C’était particulier car c’est mon premier titre et c'est quelque chose que l’on n’oublie pas." Les Tifosi et le Real Est-ce que les Tifosi de l’Inter sont similaires à ceux du Racing ? "Ici, le football se vit d’une façon similaire l’Argentine : C’est la même passion. Cela faisait onze ans que l’Inter ne parvenait plus à gagner un titre et je crois que ce qu’il s’est passé m’a confirmé ce que je pensais." Le Real Madrid ? "Concrètement, il n’y a rien eu. Lorsque j’étais chez les jeunes du Racing, ils m’ont voulu à deux reprises. La première fois c’était lorsque Solari entrainait l’équipe B. Je ne me sentais pas à partir loin de Bahia Blanca." "La seconde fois, je jouais peu et ils m’ont proposé un contrat : J’ai dit non car je ne me sentais pas prêt et je voulais devenir un joueur important dans le football argentin. Ensuite, j’ai décidé de rejoindre l’Inter car je me suis senti prêt : C’était le bon moment pour faire le saut en Europe." Barcelone "J’étais proche de Barcelone, c’était quelque chose d’important pour moi, mais finalement, les Blaugrana ont connu des problèmes économique et j’ai décidé de rester à l’Inter. J’ai abordé cette année en cherchant à grandir et par chance, j’ai gagné ensuite le Scudetto." "J’ai parlé avec Messi et et c’était une belle opportunité pour moi, j’ai été vraiment proche de Barcelone, mais je suis resté à l’Inter et j’ai continué à m’entrainer : Par chance, j’ai eu le temps de prendre ma décision et elle a été bénéfique vu que j’ai remporté un titre à présent. Messi était très serein, il me demandait quelle était ma situation et pas grand-chose d’autres, car nous parlions de lui." Diego Milito "Je suis triste qu’il soit parti du Racing car je crois que Diego était très important pour le club : Pour nous, ses équipiers, il était important comme footballeur, même aussi lorsqu’il a terminé sa carrière. Je n’ai pas aimé lorsque l’annonce est parue, j’ai toujours eu de bons rapports avec lui." "Je me souviens que lorsque Milito était arrivé en 2014, je l’observais énormément. Il était sur le terrain une heure avant l’entrainement pour s’entrainer sur ses contrôles, sur les phases de conclusions, sur les un contre un : J’ai beaucoup appris de Diego en l’observant énormément : Il n’était pas le plus rapide, mais il avait un grand contrôle orienté qui lui permettait de prendre le meilleur sur le défenseur." Pour être une légende du Racing, vous devez revenir et remporter le titre ? "Je l’espère, c’est un rêve que j’ai dans le coin de ma tête: Je suis parti et le Racing est devenu champion. Diego y est parvenu avant même son départ, je dois le remporter à deux reprise pour l’égaler." Gabriel Batistuta Que pensez-vous lorsque Batistuta déclare que vous êtes son héritier ? "J’en suis fier, les comparaison ne me plaisent pas, mais cela fait plaisir qu’une personnalité telle que lui dise ce genre de chose. Je continue à travailler et à grandir et j’espère qu’un jour, je pourrais arriver à faire ce qu’il est parvenu à réaliser, même un peu plus. J’étais très petit lorsqu’il jouait, je ne l’ai vu que très peu, mais, objectivement, j’ai regardé tellement de vidéos." La Serie A "Je crois que le championnat italien est l’un des plus difficile du monde à jouer : Il est très tactique, j’ai dû travailler énormément lorsque je suis arrivé en Italie. Les entraineurs travaillent beaucoup sur l’aspect tactique, c’est très difficile lorsque tu as ton adversaire qui recule et qu'ils défendent avec 5 joueurs. Je devais grandir et jouer plus rapidement. J’ai compris comment prendre le temps pour tromper l’adversaire ou pour réaliser une passe en profondeur : Tu as très peu de temps pour penser à la passer." Son interview à Tyc Sport "Je suis content du moment que je vis actuellement et pour le Scudetto que nous avons remporté. Une équipe, l’avait remporté depuis beaucoup de temps. Cela faisait 10 ou 11 ans que l’Inter n’avait plus remporté de titre : Je pense que nous avons réalisé un travail optimal durant ce championnat. Nous sommes méritoirement champion vu ce que nous avons proposé durant l’année et vu notre avantage sur les poursuivants." "Je pense que le Calcio te fait grandir énormément car tu travailles beaucoup sur la tactique. Cela m’a fait grandir de faire face à des équipes qui jouaient avec 5 défenseurs en me laissant très peu d’espace. J’ai obtenu, cette année, un bon temps de jeu à chaque match et c’était très important : J’ai grandi physiquement et footballistiquement et j’en suis fier. Je considère cette année comme l’une des meilleures en termes de croissance footballistique lorsque l’on analyse les questions tactiques et physiques." "Le calcio est très difficile, les défenseurs sont grands et rugueux. Toutes les équipes évoluent quasiment avec cinq défenseur et il est très difficile de trouver de l’espace. J’ai énormément travaillé pour savoir me démarquer pour recevoir le ballon, dribbler ou tirer au but." Romelu Lukaku "Nous avons réalisé un excellent travail ensemble, le fait que nous soyons proche aide. Nous avons grandi grâce à l’entraineur : Pour nous c’est important d’en avoir un comme lui : Il te fait t’améliorer quotidiennement, il a envie de faire grandir les joueurs sous les aspect tactiques, physiques et footballistiques. Les résultats : Les buts et les assits sont le fruit du travail quotidien." La vie privée "J’ai une famille à 23 ans : Cela a changé ma vie et mon mental : Je ne me sens pas être une autre personne, mais je suis tout de même différent de celui que j’étais avant : Je ressens que je suis plus mur dans de nombreux aspect de la vie quotidienne : Cette année a été difficile pour nous, mais nous avons obtenu quelque chose de très positif : L’arrivée de ma fille m’a fait énormément de bien." Milito Bis "J’ai beaucoup appris de Diego : Lorsqu’il est arrivé, je commençais à être convoqué par Diego Cocca pour m’entrainer en équipe premier. Je suis reconnaissant envers Diego pour tous ses appels et ses paroles. Les personnes ne le savent pas, mais il m’a toujours appelé lorsque les choses ne tournaient pas bien, lorsque je vais bien, il ne me sonne pas (il sourit). Il me parle, me conseille, me donne son opinion, je lui suis très reconnaissant pour toute ce que j’ai vécu et partagé aussi avec lui lorsque de la période où nous partagions le vestiaire." Messi "Chaque fois que l’on se voit, on échange, on se connais, on joue ensemble depuis quelques temps en équipe nationale : Il sait comment je bouge tout comme je sais comment il peut le faire lui." La Coppa America 2019 "Le travail défensif m’a été très utile. Dès l’instant où l’entraineur (Conte) est arrivé à l’Inter, il m’a demandé de réaliser tant de choses en phase défensives et aujourd’hui j’y parviens naturellement car j’ai grandi énormément sous cet aspect : J’en suis très satisfait." Le Saviez-vous ? Selon Partidazo de Cope , le Real Madrid serait en pleine négociation directement avec le joueur argentin: Il n’y aurait, pour l’heure, aucun contact avec l’Inter. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  14. La victoire épique de l'Inter sur Barcelone en demi-finale de la Ligue des champions 2010 a été assurée par un coup de maître de Jose Mourinho, a révélé Ernesto Paolillo dans une interview accordée à nicoloschira.com. "Je me souviendrai toujours de la leçon que Mourinho m'a donnée pendant que nous nous rendions à Barcelone pour le match retour." "Je viens du monde de la finance et j'essayais d'en apprendre le plus possible sur le football, alors quand nous parlions la veille du match, il m'a demandé: - Qui pensez-vous que je choisirai pour marquer Messi demain? J'ai répondu en disant Javier Zanetti, suivi d'une série d'autres suggestions que Mourinho a cassées une par une, m'expliquant pourquoi il avait besoin de ces joueurs dans d'autres zones du terrain. À un certain moment, après avoir essayé presque tous les noms, j'ai demandé la réponse à son énigme et il a dit: - Souvenez-vous de la raison pour laquelle Eto'o est venu nous rejoindre l'été dernier. - Eto'o était furieux contre Messi parce que Messi gagnait plus que lui à Barcelone." "C'est pourquoi Eto'o le marquera, car personne ne pouvait avoir autant de motivation qu'Eto'o pour marquer Messi. Mourinho a été fidèle à sa parole et cela s'est avéré être l'une des clés de ce succès, demandant à Eto'o un énorme sacrifice sur l'aile."
  15. L'excellent championnat que fait actuellement l'Inter, le Triplete et Messi. Ce sont quelques-uns des sujets abordés par Javier Zanetti dans une longue interview pour le programme ONtime Sport. "La Serie A est très difficile, il reste encore beaucoup de matches et nous devons continuer comme ça. Je pense que Conte et l'équipe font un excellent travail. Il parvient à faire un excellent travail avec ses coéquipiers, il a ramené l'Inter au top pour écrire les pages de l'histoire du club." Sur la comparaison entre l'Inter actuelle et celle du Triplete. "2010 a été une année fantastique car nous avons réussi à faire le Triplete en remportant la Ligue des champions. Mais il est difficile de faire une comparaison, vous devez toujours travailler pour atteindre des objectifs importants. En ce moment, ce groupe se porte très bien, ils entament un chemin qui, nous l'espérons, permettra d'accomplir de belles choses. Nous sommes concentrés sur une bonne fin de championnat et après nous verrons l'avenir. Depuis l'arrivée de Conte, les gars progressent. Ils ont une grande continuité. Au moment où nous sommes premiers, je pense que c'est grâce à eux." L'élimination de la Juventus en Ligue des champions ne change rien. "Il faut penser à nous, on se concentre sur le prochain match qui est celui contre le Torino. On ne pense qu'à nos matches. Cristiano Ronaldo? Quand de grands champions arrivent en Serie A, ils élèvent le niveau de cette dernière. Je pense que cela peut être bon que certains champions viennent." Messi à l'Inter? "Nous ne pouvons pas dire çaa parce que Messi est un joueur de Barcelone et nous devons respecter sa carrière et son club. En ce moment, nous sommes concentrés sur notre groupe de joueurs et nous espérons terminer cette saison de la meilleure façon possible. Par respect pour nos joueurs, je n'aime pas parler de ces choses. Je pense que Messi est heureux à Barcelone et je pense qu'il continuera là-bas." Eloge de Lukaku et du groupe. "Lukaku est un excellent attaquant, il s'est beaucoup amélioré depuis qu'il est avec nous. C'est un gars très serviable, mais pas lui seulement. Je pense que le groupe va très bien depuis le début. Nous devons continuer ainsi. En 2010, une famille a été créée, c'était un groupe qui voulait gagner et avec Mourinho nous avons fait un excellent travail. Mourinho est un coach de grande personnalité et d'expérience et il a réussi à apporter de grands succèscavec nous."
  16. C’est une révélation de la Gazzetta Dello Sport, en une année et demie sous la gestion d’Antonio Conte, un joueur en particulier est rentré dans le cœur des Tifosi de l’Inter : Nicolò Barella. Le milieu de terrain Nerazzurro, par-delà ses prestations, s’est rendu indiscutable auprès de son entraineur qui ne renonce jamais à lui Allumé par Paratici cette semaine, l’Inter n’entend pas renoncer à son numéro 23 : "Chaque cycle est lié à des personnalités : Un buteur, en entraineur, un capitaine, une Bandiera qui ont tous des valeurs humaines bien avant celle de champions. Et l’Inter semble avoir clairement en tête le profil de celui qui sera le Leader du futur, la tête d’affiche des prochaines années." "Si la vie sociétal est compliquée, cela ne signifie pas que celle-ci ne se projette pas sur le long terme. Et, dans la tête de tous, il y a un projet commun : Faire de Nicolò Barella le Capitaine du Futur! Beppe Marotta et Piero Ausilio ont durement travaillé à l’été 2019 pour convaincre Cagliari de libérer le "Fils de la Sardaigne", la fierté de la Région qui était parvenu à conquérir le cœur des Rossoblu et ensuite de la Nazionale. Coup de foudre "Avec l’Inter, il y a eu un coup de foudre : "Le club avait choisi Barella comme l’Homme qui allait lancer l’ère Conte et Nicolò a choisi justement les Nerazzurri pour travailler et grandir sous la direction d’ Antonio Conte qui l’a lentement inséré, intégré pour en faire le joueur indiscutable." "L’Histoire est pleine de tournant et celle de Barella sur la route milanaise le prédestinait à se présenter sur le terrain de jeu le plus important, celui de la Ligue des Champions. L’Inter menée au score par surprise face au Slavia à domicile, voyait Barella monter sur le terrain et devenir le coup gagnant qui offrait l’égalisation." "Deux semaines plus tard, il se présentait dans le stade mythique du Nou Camp devant sa majesté Messi. Barcelone découvrait, ce jour-là, la fureur compétitive du numéro 23 Nerazzurro qui était partout, qui dérobait les ballons à Busquets et De Jong, et qui n’était pas loin de trouver le chemin des filets en percussion." "Dix mois plus tard, en Finale de l’Europa League, Nicolò n’était déjà plus une promesse mais un homme clé du milieu de terrain de l’Inter, à tel point qu’il s’est fait encenser par Romelu Lukaku en public : "Mais vous avez vu Barella ? Il est fondamental pour nous!' "Barella Capitaine après Handanovic : L’Histoire est toute tracée....." Validez-vous cette prise de décision si elle vient à se confirmer ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  17. Steven Zhang s’est livré au Corriere Della Sera. Parlant du Mercato, d’Antonio Conte, et de son parcours actuel depuis sa Présidence à l’Inter : "Si je devais faire un bilan de ma présidence, il est clair qu’il y a des moments up&down, mais je préfère aller de l’avant." Que veut dire : "Guider l’Inter" "C’est une responsabilité : Être Président de l’Inter signifie penser constamment aux personnes, à la joie des tifosi, au peuple Nerazzurro, à leurs besoins, il faut l’interpréter de la meilleure façon. L’Inter a une mission, un plan, une stratégie qui la dirige naturellement vers la victoire, mais pas seulement." Quelle est cette mission ? "Grandir constamment en respectant nos objectifs. Je crois personnellement que la route empruntée est la bonne, je le ressens. L’empathie est idéale aussi bien au niveau sociétal que de l’équipe, pour travailler de la meilleure des façons." Vous avez dû faire face à un Sommet important où vous vous deviez de répondre aux interrogations d’Antonio Conte : Vous étiez le protagoniste de cette réunion. Comment l’avez-vous vécu ? "Je tiens à dire que le ton emprunté à ce sommet était dédramatisé : C’était nécessaire de procéder à une réflexion. J’y ai retrouvé notre entraîneur serein, constructif, très éloigné de l’état d’esprit relaté dans les médias. Je ne doutais pas de la sérénité de Conte, je n’ai pas eu besoin de dédramatiser ou d’exagérer ses réflexions." "Conte vit la partie, et c’est d’une façon l’évènement agonistique, avec une très grande intensité. Mais lorsqu’il s’assied autour d’une table, il expose ses idées d’une façon structurée, avec en finalité, des propositions destinées au bien de l’équipe et du club. C'est de cette façon que ce sommet s’est déroulé avec lui et la Direction de l’Inter. Je veux vous dire que le film montré et raconté est bien différent de la réalité que nous avons affrontée." Les problèmes sont-ils résolus ? "Ce sommet est l’un parmi tant d’autres. il est quotidiennement important de régler chaque cas urgent, opérationnel avec un objectif bien précis : La croissance constante de la Société Inter." Quelle est votre méthode de travail ? "Je prête une attention particulière à l’analyse des détails, je les juge extrêmement important. Pour me faire comprendre : j’ai grandi dans un environnement professionnel où la microgestion des détails était fondamentale, peu importe l’instant, ils doivent être lu et interprété." C’est éreintant : Combien d’heures travaillez-vous par jour ? "J’ai de la chance, 4 à 5 heures de sommeil me suffisent. Ensuite, je dois m’adapter et vivre sur plusieurs fronts professionnels étant donné es différents fuseaux horaire entre l’Europe et la Chine en passant par les Etats-Unis. C’est comme cela que se déroulent mes journées." Nous sommes en période de mercato, celui le plus attendu des tifos. Jusqu’à présent, Hakimi est arrivé, Kolarov a été ensuite recruté et on parle énormément de Vidal. La règle que vous avez établi sur la stabilité suivi par Marotta et Ausilio est "D’abord vendre et ensuite acheter." "Il y a aussi, sous cette formule, un programme de croissance constant pour le club et l’équipe. Le football traverse une période très délicate, turbulente au niveau international, il faut donc faire preuve d’une certaine prudence. Non seulement pour cette session de mercato, mais aussi sur la façon dont il faudra se comporter pour les futur. Cela fait partie d’un message de continuité à l’intérieur d’un projet de stabilité financière." Comment allez-vous faire pour satisfaire Conte, Lui veut la gagne… "Toute l’Inter vise la victoire, cette aspiration fait partie de notre mission. Mais avant, on se doit de travailler et c’est positif: Je n’ai jamais vu quelqu’un comme Conte travailler autant, avec une telle intensité, c’est une caractéristique qui nous uni. C’est similaire au soin du moindre détail que je vous ai expliqué avant. Vous voyez, je suis un principe." Quel est-il ? "C’est le sens d’appartenance : Lorsque je recrute un professionnel, de façon générale et c’est valable pour n’importe quel employé de l’Inter qui a un poste très précis, je pense à travailler avec cet homme ou cette femme toute ma vie. Ce travailleur est l’un des nôtres, c’est aussi une valeur pour grandir." C’était l’été de Messi…Y-avez-vous songé ? "Non, un tel investissement ne peut pas entrer dans notre projet, du moins pour le moment. L’innovation, la programmation, la croissance constante, la stabilité économique sont nos pierres angulaires. Nous parcourons ce chemin qui prévoit une planification sur le long terme, nous arriverons aux résultats et aux objectifs programmés, je reporterai l’Inter au niveau National et International auquel elle doit concourir." Comment sont perçu l’Inter en Chine et la beauté de Milan ? "Nous avons trouvé une très bonne base de départ construite par la Famille Moratti, je suis très sensible au programme d’internationalisation, la Chine y comprise. Notre travail suit un principe auquel nous croyons, celui de l’inclusion. La passion est à la base de tout, nous sommes constamment au service du Tifoso, du peuple Nerazzurro." Le monde du sport, et plus particulièrement le football, fait face à un défi sans précédent, comment traversez-vous ce moment si particulier ? Quelles sont les points fort du défi qui fait face à l’Inter ? "L’Inter observe et travaille en respectant un parcours d’innovation, d’ouverture et de sensibilisation envers les jeunes. Nous devons être préparé et attentif aux exigence de ce jeune monde. Le défi de l’Inter va bien au-delà d’une partie, du terrain de jeu : Nous devons avoir une capacité de dialogue, d’attraction envers les enfants. Tout cela s’insère dans le chemin de croissance du club." Vous avez affronté la terrible expérience du Coronavirus en Chine et en Italie : Quel jugement portez-vous ? "Je tiens à remercier les femmes et les hommes qui se sont mis au services des citoyens, qui ont travaillé avec courage face au Virus. La Chine et l’Italie sont deux pays qui ont dû faire face, en premier, à cet affrontement et ils ont dû devoir mieux gérer ce drame, qui a frappé le Monde. Le gouvernement italien a pris des décisions justes. En Chine, depuis le mois de mars, la vie s’est nettement améliorée, on s’y sent en sécurité et on doit respecter les règles imposées : Et ce n’est en rien facile pour un pays qui a un milliard et demi d’habitant." Vous portez un masque, nous respectons la distanciation et vous ne l’avez pas retiré : Cela veut dire que vous respectez à la lettre chaque règle consigne de sécurité "Il n’y a pas de doute à avoir, je pense que c’est un devoir et une marque de respect envers les autres." Vous vous déplacez frénétiquement entre l’Italie, l’Europe, la Chine et les Usa. Revenez-vous toujours avec plaisir à Milan ? "Oui et si en plus il y a une partie de l’Inter c’est encore mieux. Milan est une ville qui a contribué à ma croissance culturelle : J’y vis en ayant réellement une part émotionnelle, j’aime l’art et la beauté qui unissent les milanais." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  18. C’est la bombe révélée par Sport Mediaset et la presse ibérique : L’Inter aurait accepté de céder Lautaro Martinez au Real Madrid. Les agents du joueur ayant déjà trouvé un accord avec les Merengues durant leurs déplacement en Espagne pour discuter avec...le Fc Barcelone! Confirmation de Marco Barzaghi "Il s’agit d’une opération que l’Inter a cherché à maintenir en "Top Secret" jusqu’à la dernière seconde pour éviter qu’à sa sortie, Barcelone explose et fasse capoter l’affaire Vidal. A présent, le Chilien est prêt à débarquer à Milan avec l’Inter qui paiera une indemnisation symbolique aux Blaugrana." 100 millions immédiatement réinvesti Si l’Inter a précédemment dû débourser 45 millions pour conserver Stefano Sensi et Nicolo Barella, l’arrivée d’Achraf Hakimi devrait être intégralement remboursé. Outre Hakimi d’intégralement remboursé souhaiterait disposer de 50 à 60 millions d’euros pour enrôler Kanté de Chelsea, soit une transaction globale de 100 millions d’euros. Le Real, entretenant d’excellents rapport avec les Nerazzurri, pourrait voir Luka Jovic s’insérer dans la transaction sous la formule d'un prêt avec un droit de rachat. L’opération entre les deux clubs est en cours de finalisation, sauf retour un improbable du Fc Barcelone. Afin de satisfaire Antonio Conte, Edin Dzeko pourrait également être recruté, le tout en ayant l’espoir de trouver un lieu de chute pour Ivan Perisic. Le Saviez-vous ? Beaucoup de doutes subsistaient sur le faite que Lautaro ne voulait jamais trahir Lionel Messi, mais vu le traitement en fin de saison qu’à connu le numéro 10 catalan, Martinez n’a plus eu le moindre remord pour parvenir à un accord avec le Real où il percevra un salaire de 8 millions d’euros. Cautionnez-vous une telle vente si elle vient à se confirmer ? Appréciez-vous le traitement qui a été réservé au Club Catalan qui se croyait tout puissant dans cette transaction: Recruter Arturo Vidal quasi gratuitement et vendre l’objet de tous les désirs au rival et ennemi-juré historique, est-ce une nouvelle MasterClass Made In Marotta ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  19. Que fait un club au fond du trou ? Il fait les fonds de tiroir…En effet, là où même le Milan AC a plus d’Honneur, le Fc Barcelone, humilié dernièrement par le Bayern Munich et allumé par Lionel Messi, continue à creuser et n’hésite pas à se ridiculiser encore plus. Comme le rapporte le quotidien Sport, Le FC Barcelone qui traite actuellement la résiliation du contrat d’Arturo Vidal, qui signera à l’Inter pour 0€, tente l’offre suivante : 65 millions d’euros Un joueur Et Arturo Vidal via un "geste symbolique" pour faciliter son départ. Réponse négative de la part des Nerazzurri qui exige pas moins de 85 millions d’euros et une contrepartie, en se basant toujours sur la valeur de la clause libératoire, soit 111 millions d’euros ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  20. Piero Ausilio s’est entretenu avec Gianlunca Di Marzio dans le cadre de la cérémonie d’ouverture du mercato estival 2020. Ère Conte II "Plus qu’un pacte, une idée commune d'une façon de travailler à pris forme. C’était important d’échanger, c’était une réunion très fructueuse. Une stratégie convenant à tous a été mise en avant. Elle est partagée par tous, par l’entraîneur et par le Club. Nous devions définir cette vision commune et la mettre en avant. Tout ce que nous faisons et tout ce que nous ferons sera totalement partagé en accord avec l’entraîneur." L’Inter semble ne pas pouvoir réaliser certaines dépenses. Que dire sur ce qui entoure Messi ? "J’avais déjà dit la vérité en déclarant qu’il n’y avait rien. Je ne sais même pas d’où certaines pensées peuvent trouver leur origines. Lorsque l’on parle de Messi, je pense qu’aucun Directeur Sportif ou Président au Monde, ne voudrait ne pas l’avoir. Mais ensuite, il y a la réalité et c’est très différent. Notre idée est que nous sommes et que nous devons être très attentifs et très prudent dans tout ce que nous définissons." "On parle de joueurs et de négociations, je lis des noms difficiles à atteindre quotidiennement, mais nous savons comment nous devons agir. Nous devrons faire face aux ventes. Et c’est sur cette base et sur la palette découlant du Fair-Play-Financier que nous comptons financer les recrutements. Nous avons toujours été clair, suite à cette réunion, nous sommes tous ressorti plus uni, même dans un contexte difficile actuellement. En sachant qu’il s’agira d’un mercato difficile car les opportunités seront très rares. A l’heure actuelle, nous ne pouvons absolument pas nous lancer dans des investissements très onéreux comme cela est sorti dernièrement dans les médias." Est-ce inexact de dire que le Suning ne veut pas investir ? Etant donné l’on parle d’une période de difficulté globale... "Il me semble qu’il n’y a pas ce type d’agissement au niveau international. Nous connaissons nos possibilités et nous avons confiance en nos capacités, nous n’avons pas à le répéter quotidiennement. Nous avons des idées pour améliorer cette équipe et je sais quelles sont les difficultés de vendre des joueurs transférables. Avant de faire face à certaines situations, nous devons clairement analyser quelles seront nos possibilités et quelles seront nos limites." Que s’est-il passé avec Tonali ? "Des choses inexactes ont été dites sur Tonali, je ne peux pas vous dire avoir un joueur entre les mains si je n’ai pas débuté une négociation avec son club d’appartenance. Tonali est un joueur séduisant et qui me plaisait, il n’est pas devenu moins bon car il est à présent au Milan. " "L’Inter n’était simplement pas capable de réaliser un investissement de ce type, ce n’était pas une priorité, j’estime que nous devons chercher à améliorer l’équipe à travers des possibilités qui ne nous ont pas permis en ce moment de consentir à un tel investissements." "Son nom n’était pas pris en considération, je le répète car nous n’avions jamais commencer à discuter. Nous avons tellement de joueurs à ce poste, nous devons dégraisser et ensuite nous nous pencherons sur les éventuelles arrivées." Nainggolan ? "Nainggolan est un joueur de l’Inter, il a encore deux ans de contrat. Il s’est présenté aujourd’hui normalement au Raduno. Il fait ce que doit faire un professionnel, à savoir se mettre à la disposition de son propre club et de l’entraîneur. Nous allons l'évaluer attentivement et la possibilité qu’il reste n’est pas à exclure. Nous parlons d’un excellent footballeur qui peut s’améliorer sur beaucoup de choses, et je ne me réfère pas au terrain, mais au respect des règles comportementales qui doivent être égales et respectées par tous. Il aura sa chance, à lui de la saisir et de démontrer qu’il souhaite jouir de cette opportunité." Vidal ? "Ce n’est pas l’un de nos joueurs, Nainggolan oui. Je peux dire de lui que c’est un autre joueur qui plait à tous ceux qui aiment le football, mais nous verrons. Il a un contrat avec Barcelone, il faut que rester aussi attentif à cette situation." Kolarov? "Oui, je peux vous le confirmer, nous sommes dans une négociation avec la Roma et le joueur, quand les choses se réalisent d’une façon clair et transparente comme c’est le cas ici, je peux le confirmer. Je ne peux pas vous confirmer que c’est déjà un joueur de l’Inter, car il y encore beaucoup de choses à mettre en place. C’est un travail et en fin de négociations, les choses se terminent soit en bien soit en mal. Mais je veux vous confirmer qu’il y a une négociation." Lautaro Martinez, fait-il reparti d’une transaction avec le Barça ou sera-t-il au centre du projet ? "Rien n’est reparti : faire usage du terme reprendre voudrait dire que quelque chose s’est déjà produit par le passé. Il y a eu quelque chose, mais ce n’était jamais une négociation. Et il a été considéré comme hors du mercato depuis la fin de sa clause libératoire, une clause qui n’a d’ailleurs pas été exercée." Ausilio n’a-t-il jamais été mis sur le mercato ? "Non, je n’ai jamais eu l’intention de partir ailleurs, j’ai prolongé mon contrat il y a six mois. Un lien très fort m’uni avec l’Inter, le Club et toute l’Inter. J’ai lu pas mal d’analyses erronées sur mon rapport avec le staff, avec l’entraîneur, avec le club. Ici, à l’Inter, j’échange avec tout le monde, j’échange continuellement avec mon entraineur, j’ai un rapport cordial similaire à celui que j’ai eu avec tous les entraîneurs." "On joue sur beaucoup de choses qui auraient été dites publiquement, mais nous avons tout éclairci, nous nous sommes dit ce que nous avions à nous dire. Parler de pacte est excessif, mais nous avons échangé et nous avons défini une vision unique pour le bien de l’Inter." Est-ce juste de dire que Lukaku est le seul joueur intransférable ? "Je n’aime pas parler de la sorte, je sais qu’il y a des joueurs qui pourraient être plus ou moins mis sur le mercato pour diverses raisons. Ce que je peux vous dire c’est que nous avons le devoir de regarder les opportunités en entrées et en sorties. Et si l’on parle d’un joueur tel que Lukaku, je vous dirai qu'il est intransférable." Quel type de Mercato va être conduit et pourquoi miser sur des joueurs expérimentés ? Est-ce pour gagner immédiatement ? "Je veux avant tout éclaircir un point sur l’entraîneur. Il n’y a pas eu besoin d’ éclaircissements avec Conte. C’est normal que nous traversions des moments d’échanges, il y a une vision unique sur le mercato et sur le projet qui est partagé par toutes les composantes du club, nous sommes tous uni." "En ce qui concerne le mercato, c’est un processus infini dans lequel il n’y a pas de ligne de départ ni de ligne d’arrivée. Je veux quoiqu’il arrive éclaircir ce dont nous sommes capables de faire. Il y a des opportunités que nous pourrons saisir et d’autre pas. La première chose sera de vendre des joueurs et de sauter sur les opportunités qui seront disponibles, et en phase avec le marché." Pourquoi ne pas avoir acté l’opération Tonali ? Vidal est-il aussi proche des Nerazzurri ? Les conditions semblent bonnes... "En ce qui concerne Tonali, je veux éclaircir la situation, nous n’avons jamais entamé de négociation. Je ne nie pas que nous l’observions depuis quelques temps car il était séduisant. Je souhaite qu’il puisse devenir un excellent joueur pour la Nazionale. Mais je le répète tout de même, nous n’avons pas négocié puisque, à ce jour, nous ne pouvons pas nous permettre ce genre d’opération." Y a-t-il des possibilités de voir Messi à l’Inter ? "Je vais me limiter à vous dire que voir Messi à l’Inter est impossible, il n’y a jamais rien eu le concernant, il n’y a jamais eu de négociation de n’importe quel type. Et je veux être très clair une bonne fois pour toute : l’Inter ne peut absolument pas se permettre des situations de ce type, les paramètres économiques sont inaccessibles. J’espère que c’est la dernière fois que l’on parlera de cette transaction qui n’a jamais existé." Que pouvez-vous dire sur Milan Skriniar ? Un joueur si important, sur lequel un investissement important a été consenti, et qui pourrait partir... "Skriniar est un joueur pour lequel nous avons consenti au juste investissement. Il est avec nous depuis trois saisons et il a fait de très belle choses. Il a moins joué ces derniers temps, mais nous continuerons à miser sur lui, il n’y a aucune négociation sur le défenseur." Pouvons-nous exclure un éventuel départ de Lautaro Martinez ? "J’exclu la possibilité de le voir loin de l’Inter, il y a eu la possibilité d’exercer une clause libératoire valide jusqu’au 7 juillet, mais il n’y a rien eu. Le joueur restera donc avec nous." Brozovic peut-il lui partir ? Il a connu une année compliquée hors du terrain... "Brozovic a compris qu’il s’est troué sur certains engagements au cours de la saison. Chaque situation est gérée au sein du club, il fait partie des joueurs sur lesquels nous misons. Quoiqu’il en soit nous devons être attentif à ce qu’il se passe à l’extérieur. Si une offre qui pourrait contenter le joueur vient à arriver, nous la prendrions en considération, cela ne dépend pas uniquement de nous, mais aussi de la volonté du joueur." Perisic et Nainggolan ? "Ils ont réalisés tous les deux une bonne saison et ils sont sous contrat avec l’Inter. Nous verrons comment ils s'intégreront à l’équipe, nous leur donnerons la possibilité de s’entraîner et d’abattre leur carte. Avec Conte, nous sommes en accord parfait sur le fait de laisser une chance aux joueurs, nous verrons ce qu’il se passera durant les prochains jours." Dzeko est-il un profil qui peut intéresser l’Inter ? Padelli par contre... "Non, et je vais me livrer sur Padelli : il fera partie du noyau Nerazzurro également la saison prochaine." Chiesa reste-t-il un profil encore sous observation ? Qu’en est-il de Dalbert et Biraghi ? "Il n’y a rien pour Chiesa, si ce n’est une estime pour le garçon. Il faut être réaliste sur les possibilités que notre mercato nous autorise, je dois être honnête avec les tifosi. Biraghi et Dalbert sont retournés dans leurs clubs respectifs et je pense que la situation n’évoluera pas." Pourriez-vous vous exprimer sur le vice-Lukaku ? "C’est pratiquement impossible de trouver un vice-Lukaku. Nous avons 4 attaquants Perisic compris, 5 avec Esposito, je considère notre rempart offensif au complet." Un mot sur Kanté ? "Il s’agit d’une opération impossible pour l’Inter." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  21. Depuis mardi dernier, l’actualité mercato est très focus sur la demande de départ du Barça de Messi, demande qui a été confirmée par de nombreux médias et son absence lors de la reprise de l’entraînement. Mais, comme dans tout feuilleton mercatesque, il y a des rebondissements. La presse cite Manchester City et le Paris Saint-Germain comme points de chute probables, même si l'United et l’Inter sont également cités. Mercredi, son père Jorge Messi avait rendez-vous avec la direction catalane pour faire le point et ça n’a pas amené une grande avancée. Martin Arevalo a annoncé auprès de TyC Sports, média argentin, puis sur les réseaux sociaux, que l’Argentin pourrait finalement faire une dernière saison à Barcelone. "Il y a 90% de chances que Messi continue avec Barcelone. Ce jeudi, il prendra une décision définitive. Messi évalue sérieusement de rester à Barcelone jusqu’en 2021 et de sortir par la grande porte à la fin de son contrat." "Ce jeudi définit l'avenir de Leo Messi. Mais il y a un nouveau scénario: il y a des chances concrètes que le meilleur du monde continue jusqu’en juin 2021 et honore son contrat. À ce stade, il l’évalue. Les dirigeants lui ont demandé de rester. Leo décidera bientôt. Et il communiquera. Nous verrons comment cela se termine." Il faut rester, comme toujours face à une rumeur, prudent puisqu’il ne s’agit pas d’une mise au point ou communication officielle! Cependant, ce média a té plutôt juste sur ce dossier et cette issue est loin d’être improbable. Avec un Barça qui continue de fermer la porte tant que la clause de 700 M€ n’est pas payée, il est difficile d’imaginer qu’un club puisse recruter Messi cet été. Néanmoins, le joueur n’a pas l’air décidé à céder pour le moment. Le conflit pourrait durer encore un peu et prolonger ce feuilleton estival.
  22. C’est une information de la Gazzetta Dello Sport : alors qu’il était courtisé sans cesse par le Fc Barcelone, il semblerait que l’avenir du Toro argentin restera coloré de bleu et de noir... Le Toro est en pleine réflexion, il est en proie au doute. Le Chaos Messi pourrait inciter l’argentin à revoir sa position. Des doutes sont persistants sur l’éventuel transfert en Blaugrana. Le pacte avec le Fc Barcelone est rompu suite au départ de Lionel Messi, ce qui inciterait Lautaro à ne plus quitter Milan. De plus, sa compagne Agustina est également enceinte. Lautaro reste toutefois le seul joueur qui permettrait à l’Inter de pouvoir agir sur le mercato avec une certaine disponibilité économique. Un profil qui ne "séduit pas" Ronald Koeman Selon Francesc Aguilar du Mundo Deportivo: "Ronald Koeman travaillera avec les hommes déjà à sa disposition et ceux qui lui seront fourni par le Barça. Si cela dépendait de lui, il n’insisterait pas pour obtenir la signature de Lautaro Martinez qu’il juge comme étant excessivement coûteuse. Lui et Henrik Larsson prennent en considération d’autres alternatives." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  23. C'est un moment de réflexion pour Leo Messi. Au FC Barcelone, la révolution gronde après la lourde défaite en demi-finale de Ligue des Champions contre le Bayern Munich qui a notamment conduit à l'éviction de Quique Setien remplacé par Ronald Koeman. Le futur de la Pulga est en jeu. Et malgré le fait que Bartomeu se dise assuré que son joueur reste, déclarant qu'il était un pilier du nouveau projet, pour Marca rien n'est à exclure. Le joueur lié aux catalans jusqu'en juin 2021 médite sérieusement sur son futur. Y compris l'hypothèse d'un départ immédiat, sachant que le Barca aura besoin d'un certain temps avant de redevenir compétitif en Europe. Et Messi, qui a tout juste fêté ses 33 ans en juin dernier, pourrait être tenté par la perspective de rejoindre une grosse écurie avec un projet déjà consolidé, parce que ne pas pouvoir concourir pour des titres collectifs empêche d'atteindre certaines distinctions individuelles, le Ballon d'Or en particulier. Les seuls clubs capables de soutenir les coûts d'un tel transfert, selon Marca, sont le PSG et Manchester City. Chez les français, qualifiés pour la première fois de leur histoire en finale de Ligue des Champions, il retrouverait Neymar avec lequel il a toujours voulu rejouer. A City, cependant, la carte à jouer se nomme Guardiola pour qui, Messi souhaiterait rejouer. On ne peut oublier que les meilleurs moments de la carrière de l'argentin ont été sous la gestion de l'entraîneur espagnol. Il y a de plus un certain Aguero, ami de Messi, à City. L'hypothèse Inter, selon Marca, n'attire pas Messi.
  24. Massimo Moratti, l’Historique Président de l’Inter, s’est livré au Quotidiano Sportive sur l’actualité récente entourant l’Inter. Sur Lionel Messi bien sûr, mais également sur l’héritier de Mauro Icardi : Romelu Lukaku ! Atalanta "Je suis tellement déçu pour l’Atalanta. Se faire sortir in extrémis fait mal, mais Gasperini a été extraordinaire comme tout le groupe" S’il n’y avait pas eu Mbappé et Neymar… "Mbappé me rappelle Garrincha, l’équipier de Pelé. Lorsqu’il partait balle au pied, tu ne pouvais juste que faire faute, et il parvenait toujours à se remettre dans l’axe. Et ensuite, Neymar était partout sur le terrain, il n’avait plus joué comme cela depuis longtemps, perdre face à de tels joueurs n’est pas une honte." La Juve par contre… "Ben c’est une chose d’être éliminé par Paris, et c’est tout autre chose de rentrer à la maison contre le septième du championnat français. Honnêtement, ce n’est pas comparable." Et Sarri a payé pour tout le monde... "Un ami m’a dit : Si tu es Athée, tu n’iras jamais prêcher au Vatican. Mais je ne peux pas juger de l’extérieur, il faut connaitre la dynamique du vestiaire. Et puis, Sarri a tout de même remporté le Scudetto." A présent la Signora mise sur Pirlo. "Je suis très curieux de ce choix. Andrea Agnelli a été courageux." Les comparaisons avec Zidane au Real et Guardiola à Barcelone sont-elles exagérées ? "Pirlo le mérite de par son histoire de Champion. Ensuite c’est vrai que le francese avait été l’adjoint d’Ancelotti et qu’il avait entraîné l’équipe B, comme Pep à Barcelone. Par contre, Pirlo n’a pas d’expérience sur le banc et ce sera intéressant d’analyser l’issue de ce paris." La mère des obsessions pour Juve est la Champion’s, tout le monde le dit. "Ah, mais je n’ai pas de conseil à donner. A l’Inter nous avons attendu 45 ans pour l’emporter, la Juve en est au Noces d’Argent au niveau de ce jeune, elle le remportera peut-être avant nous." Quel effet, cela vous fait-il de découvrir que durant cette saison particulière, la seule équipe italienne encore en lice en Europe est l’Inter ? "Puis-je vous faire avant une confession ?" Je vous en prie "Je me suis trompé sur Lukaku ! Je pensais sincèrement qu’il ne pouvait être que fort physiquement et j’avais peur que l’on regrette Icardi. Romelu est par contre un champion, il aide toujours ses équipiers, il a la vision du jeu. Conte avait raison de l’acheter et Conte a été très bon pour l’améliorer et pour faire grandir toute l’équipe autour de lui." "Pour revenir à l’Europa League, cela ne sera pas facile, les quatre formations encore en lice sont très compétitives. Je suis le dernier Président Italien à avoir soulever une Coupe d’Europe et cela me pèse, et puis j’espère pour mon ami Steven Zhang qui est chinois." A propose de Zhang, vous y croyez à l’Histoire de voir Messi revêtir le maillot Nerazzurro ? "Vous savez, je suis à présent un simple Tifoso de l’Inter et je n’ai aucune information préférentielle. Mais je sais une chose : au niveau des ressources financières et des compétences, Suning a tout pour transférer Leo à Milan." Mais alors, vous y croyez ? "Comment écrit-on : ne jamais dire jamais en chinois ?" ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  25. L'Inter à l'allemande fait rêver. Après une saison très longue, marquée de hauts et de bas, de coups d'éclats, de grandes victoires mais aussi de faux pas, les joueurs d'Antonio Conte sont en Allemagne pour jouer l'Europa League, avec des possibilités concrètes de ramener un trophée européen, chose qui manque depuis dix ans. Tous les mérites reviennent à une équipe compacte, unie, féroce et déterminée. Capable de montrer un jeu offensif, agréable et avec une mentalité positive. Après la victoire contre le Bayer Leverkusen en quarts de finale, les esprits se sont tout de suite tournés vers la Coupe de l'Uefa remportée en 1997/1998 par les joueurs de Gigi Simoni, emmenés par Ronaldo Il Fenomeno. Parmi ces joueurs, figurait Mauro Milanese. FCinter1908.it a eu l'opportunité de l'interviewer pour faire le point sur le moment que traverse l'Inter et les rêves que peuvent entretenir les nerazzurri. Bonjour Mauro. L'Inter de ces dernières semaines est-elle un candidat pour la victoire finale en Europa League ? "Il y a l'opportunité de récupérer un trophée. L'histoire des grands clubs est parsemée de coupes remportées et de trophées conquis. C'est ce qui fait le prestige d'un club. Sans compter que cela augmente les chances en Champions League (premier chapeau du tirage au sort de la phase de poules, ndlr.). Cela changerait totalement la saison, ça signifierait que le groupe a surpassé les attentes. Rattraper la Juve était une tâche difficile. Les bianconeri, récemment, en faisant de bons parcours en Champions League, ont réussi à encaisser de belles sommes, allant jusqu'à pouvoir se payer des joueurs comme Higuain dans un premier temps, puis Ronaldo. Ce gap fait que la Juve reste favorite systématiquement, ils peuvent dépenser plus que les autres." Parmi les grands protagonistes de cette équipe de Conte, Romelu Lukaku, capital sur et en dehors du terrain avec 31 buts cette saison, à -3 de Ronaldo en 1997/1998. C'est déjà un des attaquants les plus forts de l'histoire ? "Sûrement, il a un physique différent des autres. Le petit numéro 10 qui dribble et fait des gestes techniques dans les petits espaces est plus spectaculaire mais il est très fort. Le servir dos au but se finit souvent par un but ou une passe décisive pour un des ses coéquipiers. Il fait plus que marquer durant 90 minutes. Il en aurait encore plus marqué si il avait tiré tous les penalty. C'est difficile d'être aussi performant en Italie à la première saison. Je me souviens de champions comme Zidane ou Platini. La première saison est toujours difficile, à part pour Ronaldo qui avait surpris tout le monde, même si au PSV et au Barca il a été bon la première saison. Il Fenomeno s'est inséré parfaitement. Lukaku est puissant, rapide et bon du pied gauche. Il a réussi à surpasser les attentes, en s'appuyant sur ses qualités." Vous avez joué avec Il Fenomeno. En gardant toute proportion, voyez-vous des similarités dans le rôle qu'ils jouent dans l'équipe ? "Ronaldo a marqué tellement de buts en championnat, il a ensuite gagné la Coupe de l'UEFA quasiment tout seul. Le but à Moscou, la finale contre la Lazio... Il faisait tout. Il était plus spectaculaire, un 10 et un 9 en même temps. La qualité du numéro 10 avec la puissance du 9. C'était Ronaldinho et Romario fusionnés. Ce n'est pas un hasard si on lui a donné ce surnom." Vous étiez dans le groupe de l'Inter en 1997/1998 et, même si vous n'avez pas joué, vous faites partie de l'extraordinaire effectif qui a ramené la coupe de Paris. Quelle était l'atmosphère à ce moment-là ? Comment fait-on pour gagner un trophée aussi difficile à décrocher ? "Je ne pouvais pas jouer vu que je suis arrivé en janvier après avoir joué la Champions League avec Parme. Mais je voulais être proche de l'équipe, j'allais en déplacement avec les autres et je respirais l'atmosphère avec mes coéquipiers. C'est un peu un regret de ne pas avoir participé. Il y avait des top players incroyables dans l'équipe : Zanetti, Pagliuca, Bergomi, Djorkaeff, Zamorano, Moriero, Simeone, Winter. Sans oublier ceux qui sont arrivés plus tard, le jeune Pirlo par exemple." "La défense était très impliquée et permettait de jouer très offensif. Nous avions un 7 comme Moriero, Djorkaeff en trequartista en plus de Zamorano et Ronaldo avec Simeone en plus qui s'insérait. Il y avait tellement d'armes différentes. Une Inter avec plusieurs flèches à son arc. Il y avait Gigi Simoni qui s'occupait de maintenir l'équilibre d'une équipe capable d'encaisser très peu de buts mais aussi de faire le spectacle devant. Je me rappelle de nombreux matches où nous avons marqué 5 à 6 buts." Il y a eu des périodes difficile durant la saison, mais l’équipe a enchainé cinq victoires de suite pour un seul but encaissé. Conte a-t-il trouvé les bonnes bases pour le présent et le futur ? "Comme à son habitude, il a su exploiter du mieux possible les qualités des joueurs à sa disposition. Si on retire les surprises Lukaku et Lautaro, il a aussi fait mieux que prévu car l’équipe n’était pas au niveau de la Juve. Ce serait bien de clôturer cette saison anormale avec une Coupe qui augmente le prestige d’un club. Ce serait beau pour les tifosi, qui ont vu s’envoler de peu le Scudetto." Godin mérite-t-il une mention particulière ? Vu comment il a joué durant cette saison en n’ayant pas toujours connu d’instant facile. Il a parlé comme un leader en après-match. L’Inter devrait-t-elle également miser sur lui pour l’avenir ? "Godin était déjà un leader charismatique à l’Atletico Madrid, un guerrier. Je n’avais aucun doute sur le fait que cela se répète à l’Inter. Il a connu des hauts et des bas au niveau de son état de forme, de jeu et de continuité, mais sa force principale a toujours été sa personnalité." Nous allons parler des ailes, l’Inter s’est déjà renforcée sur l’aile droite avec Hakimi. On parle énormément d’Emerson Palmieri sur l’aile gauche. Peut-il être l’homme juste ? "Le terrain le dira, mais si Conte l’a choisi, c’est qu’il sera le bon joueur. Son jeu nécessite de savoir faire des courses, d’avoir les jambes, des qualités dont une prédisposition au sacrifice. Sur les ailes, tu dois te dépenser énormément et encore plus avec Conte car lui exploite toutes les énergies de tous." Messi-Inter : Un rêve impossible ? "J’aimerai beaucoup personnellement, ce serait si beau. Ce serait la répétition du transfert qui a mené Ronaldo de Barcelone à l’Inter. Il y avait 60 000 abonnés et on a dû stopper la campagne car il n’y aurait plus eu de tickets en suffisance pour la billetterie et pour les Inter-Clubs. Jusqu’alors, les enfants qui se rasaient la tête le faisait en cas de poux. Ils ont commencé à se raser le crane pour suivre l’exemple de Ronaldo. Il ne faut pas oublier que grâce à lui, les sponsors ont changé, en passant d’Umbro à Nike durant 10 années. Certains champions bousculent aussi les modes et les marques d’intérêts. Voir Messi arriver serait quelque chose de très bénéfique pour le Calcio. J’aimerai beaucoup, cela garantirait une belle lutte avec la Juve l’année prochaine. Ce serait aussi beau de voir CR7 d’un côté et Messi de l’autre, se défier." Vous connaissez le personnage Conte. Comment jugez-vous ses paroles post Atalanta-Inter ? Croyez-vous qu’il restera finalement à Milan ? "Nous savons tous que c’est une personne qui dit ce qu’elle pense. S’il doit dire quelque chose, il le fait sans gants. Venir à l’Inter en étant une personnalité juventine est un choix très fort. Ces mots semblent bien penser et laissent suggérer à une non-confirmation en Nerazzurro. Mais je rêve de le voir lui et Messi à Milan l’année prochaine." ®Samus & Antony Gilles - internazionale.fr