Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'liverpool fc'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
    • 2020/2021
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

9 résultats trouvés

  1. Pour l’Inter, cela avait l'air d'une tâche impossible. Lors des 34 rencontres européennes précédentes au cours desquelles Liverpool avait remporté le match aller à l'extérieur, il était toujours passé. Liverpool a apporté une forme conquérante dans le match alors qu'il cherchait à confirmer sa place en quart. L'Inter avait été inégale. Pourtant, les champions d'Italie avaient un plan pour manœuvrer efficacement le ballon et, lorsque Lautaro Martínez a lancé un pétard dans le coin depuis l'extérieur de la surface après l'heure de jeu, ils avaient l'odeur de quelque chose de plus. Liverpool avait frappé le poteau par Joël Matip et Mohamed Salah, bien qu'ils aient eu du mal à débloquer l'Inter en jeu ouvert. Maintenant, ils ont testé leur nerf. Pour un grand plaisir et un grand soulagement, ils l'ont passé. La tâche a été facilitée lorsqu'Alexis Sánchez a été expulsé presque immédiatement après le but pour un deuxième jaune. L'ancien attaquant d'Arsenal et de Manchester United ne pouvait pas se plaindre de son premier avertissement en fin de première mi-temps ; il était en retard lorsqu'il a percuté Thiago, ratissant ses crampons le long de la jambe de son adversaire. Pour le deuxième, il a attrapa Fabinho après le but et, s'il avait l'air plus exubérant plutôt que malveillant, cela l'a rendu incontrôlable. Carton bête somme toute. L'Inter s'est plainte amèrement, avec le directeur adjoint, Massimiliano Farris, également expulsé après être allé trop loin dans ses protestations mais, même avec 10 hommes, les visiteurs ont conservé une chance de puncher. Liverpool, cependant, a vu le match se terminer et, en dernière analyse, ils l'ont fait avec une certaine aisance. Bien que la possibilité existait pour quelque chose de plus de la part de l'Inter, ils ne se sont pas rapprochés. La défense de Liverpool avait généralement le pied dessus, elle avait remporté les un contre un, malgré le but de Martínez. Et, dans les phases finales, alors que les esprits menaçaient de s'emballer, ce sont eux qui ont été les meilleurs buteurs. Salah a de nouveau frappé le montant et le remplaçant Luis Díaz fut contré par un remarquable blocage d'Arturo Vidal dans les arrêts de jeu après un centre de Trent Alexander-Arnold. Le ballon n'irait pas pour Salah ou Liverpool et ce serait une première défaite à domicile pour eux depuis celle contre Fulham en Premier League il y a un peu plus d'un an. Salah marmonnait à propos d'un excès de confiance, suggérant que des leçons devaient être tirées. Liverpool avait remporté ses sept précédents matches de Ligue des champions cette saison alors qu'il était entré sur une série de 13 victoires et un match nul toutes compétitions confondues – et c'était le 0-0 lors du match aller de la demi-finale de la Coupe Carabao contre Arsenal. Ils passeraient dans la seconde. Au final, tout ce qui comptait, c'était qu'ils ne cèdent plus. L'Inter était vaillante. Ce qui dérangeait Jürgen Klopp, c'est que le gegen pressing de Liverpool ne fonctionnait pas et, pendant de longues périodes, l'Inter pouvait montrer une confiance aisée sur le ballon. Leurs touches étaient vraies, leurs mouvements fluides et tout ce qui manquait était la passe finale. Il y avait des moments, avec Liverpool tenant une dernière ligne typiquement élevée. C'était une nuit où les joueurs de Klopp ne pouvaient pas laisser tomber leur concentration et le manager pouvait être reconnaissant à Andy Robertson pour son rythme sur la couverture et quelques interventions défensives importantes d'Alexander-Arnold dans le premier quart. Avant la mi-temps, Marcelo Brozovic a tenté de passer à Martinez pour voir Virgil van Dijk passer l'aspirateur et claquer la porte tandis qu'un grand moment pour l'Inter est survenu à la 41e minute lorsque Hakan Calhanoglu a fouetté un coup franc en le faisant rebondir juste devant Alisson. Le gardien de but n'a pas été distrait par les joueurs de l'Inter et a sorti ses mains fortes et sûres pour pousser le ballon loin du but. La menace de Liverpool avant la pause provenait entièrement de coups de pied arrêtés, faisant écho au match aller lorsque leurs deux buts avaient suivi des coups de pied arrêtés. Matip a envoyé une tête franche à la 31e minute sur la barre transversale et, dès l'action suivante, Van Dijk a failli la mettre pour seulement voir Milan Skriniar la repousser. L'Inter n'a jamais perdu un match aller européen à domicile avec une marge supérieure à deux buts et du revers est survenu une série de mauvais résultats, à savoir quatre matchs sans victoire en Serie A, série qui ne s'est terminée que vendredi dernier avec la victoire 5-0 contre Salernitana. L'équipe de Simone Inzaghi était impressionnante, même si elle fut chanceuse lorsque Salah a frappé le poteau à la 52e minute alors qu'il y avait encore une occasion après un lob de Thiago et l'échec de Samir Handanovic à le dégager. Martinez avait clignoté au terme d'une incision rapide de l'Inter, voyant son tir de l'intérieur d'une poche d'espace dévier par Robertson et passer au large, et le mouvement pour le but a suivi une balle perdue sur la ligne de Matip. Ivan Perisic l’a récupérée et, lorsque Sanchez a trouvé Martinez, Van Dijk ne s'est pas suffisamment approché ; pas d’aspirateur ni claquage de porte cette fois. Le tir de Martinez était une célébration de la technique et de l'audace et son équipe avait de l'espoir. Ensuite, ils étaient à 10 et Liverpool ferait le travail. Tableau Récapitulatif Liverpool 0-1 Inter Buteur(s): 62' Lautaro Martinez Liverpool: 1 Alisson; 66 Alexander-Arnold, 32 Matip, 4 Van Dijk, 26 Robertson; 17 Jones (65' 8 Keita), 3 Fabinho, 6 Thiago Alcantara (65' 14 Henderson); 11 Salah, 20 Diogo Jota (83' 23 Diaz), 10 Mané Banc: 13 Adrian, 62 Kelleher, 7 Milner, 12 Gomez, 15 Oxlade-Chamberlain, 18 Minamino, 21 Tsimikas, 27 Origi, 67 Elliott Entraîneur: Jürgen Klopp Inter: 1 Handanovic; 37 Skriniar, 6 De Vrij (46' 33 D'Ambrosio), 95 Bastoni; 2 Dumfries (75' 36 Darmian), 22 Vidal, 77 Brozovic (75' 5 Gagliardini), 20 Calhanoglu (83' 8 Vecino), 14 Perisic; 10 Lautaro Martinez (75' 19 Correa), 7 Sanchez Banc: 21 Cordaz, 97 Radu, 9 Dzeko, 13 Ranocchia, 18 Gosens, 32 Dimarco, 88 Caicedo T1: Simone Inzaghi Arbitre: Antonio Matheu Lahoz (ESP) VAR: Juan Martínez Munuera (ESP) Averti(s): Diogo Jota (L), Sanchez (I), Vidal (I), Robertson (L), Mané (L), Bastoni (I), Gagliardini (I) Expulsé(s): 63' Sanchez (I) pour double avertissements, 64'Farris (T2) (I) pour protestation Traduction alex_j via The Guardian.
  2. Alors que l’Inter affrontera Liverpool en huitième retour ce Mardi, voici une histoire tenace chez nos amis anglais : la deuxième demie finale Inter – Liverpool de 1965 fut truquée par le fameux Dezso Solti. Voici cette histoire singulière publiée dans "Notorious match-fixer Solti’s game of fine margins echoes down the years" par Jonathan Wilson parue sur The Guardian. Introduction Peu de gens dans le football moderne connaissent le nom de Dezso Solti. Beaucoup, cependant, connaissent les résultats de son travail : les victoires de l'Inter dans les Coupes d'Europe 1964 et 1965, ainsi qu'un certain nombre d'autres matchs continentaux impliquant des équipes italiennes. Le "truqueur" hongrois était l'homme au cœur du trucage de matchs au plus haut niveau encore découvert dans l'histoire du football. La méthode de choix de Solti consistait à inviter l'arbitre désigné dans une somptueuse chambre d'hôtel, à déposer des liasses d'argent et peut-être les clés de voitures chères, et à faire quelques implications. Souvent, il y avait des suggestions subtiles sur l'avenir de l'officiel dans le jeu. Solti le truqueur Pour les fans Liverpool, le match en Ligue des champions contre l'Inter évoquera inévitablement des souvenirs de 1965. Menant 3-1 dès le match aller de leur demi-finale de la C1, Liverpool s'est rendu au Meazza et a perdu 3-0 dans un match qui, selon les joueurs, était truqué. Le premier but de l'Inter fut marqué sur un coup franc direct alors qu'ils le croyaient indirect, le second après que le ballon ait été arraché au gardien Tommy Lawrence alors qu'il le faisait rebondir avant de dégager. Les preuves dans ce cas sont circonstancielles, même si, comme Brian Glanville l'a noté dans une enquête sur le trucage de matchs dans le Sunday Times près d'une décennie plus tard, les équipes italiennes ont remarquablement bien réussi lorsque l'arbitre qui a arbitré ce match, José María Ortiz de Mendíbil, était en charge. Il y avait également eu des décisions très étranges lors de la demi-finale de l'année précédente lorsque l'Inter avait battu le Borussia Dortmund, mais la première preuve concrète de trucage est survenue l'année suivante. Comme l'a révélé le journaliste hongrois Péter Borenich dans son livre de 1983 "Csak a labdán van bőr", "Seul le ballon a une peau", Budapest dans les années 1960 et 1970 est devenue l’épicentre du trucage de matchs européens. En son cœur se trouvait le Hongrois Dezső Solti, qui avait approché l'arbitre György Vadás, lui offrant assez d'argent pour "cinq, six Mercedes" pour assurer que l'Inter batte le Real Madrid en demi-finale aller. Mais Vadás a refusé, le match s'est terminé 1-1 et c'est Madrid qui a battu le Partizan lors de la finale de 1966. En 1983, Solti purgeait déjà une interdiction de professer dans le football pour sa part de responsabilité dans le scandale révélé par Glanville, ayant offert à l'arbitre portugais Francisco Marques Lobo 5 000 $ et une voiture s'il assurait que la Juventus battait Derby en demi-finale de la C1 de 1973. Lobo a signalé l'approche et est généralement considéré comme ayant arbitré le match retour équitablement. Mais le mal avait été fait au match aller alors que la Juve l’avait remporté 3-1. Brian Clough était si certain que le match avait été arrangé que la conférence de presse d'après-match du manager du Derby consistait en une seule phrase : "Je ne parlerai pas aux salauds qui trichent ; aux bâtards tricheurs, je ne parlerai pas." En partant, il se tourna vers Glanville : "Traduis ça pour eux, Brian." Si on se souvient de Solti maintenant, c'est comme un croque-mitaine, mais son histoire est bien plus compliquée que cela. Steinberger capturé et envoyé à Auschwitz Il est né Dezső Steinberger en 1912 dans une famille de marchands à Balmazújváros, une petite ville à 20 miles au nord-ouest de Debrecen. En 1944, après l'invasion allemande de la Hongrie, il fut arrêté avec les autres Juifs de la région et envoyé à Auschwitz. Sa famille immédiate fut tuée quelques heures après son arrivée, mais Steinberger était en bonne forme physique et donc utilisé comme main-d'œuvre. Il a joué dans les buts dans l'une des équipes de football du camp et a commencé à obtenir des faveurs en informant sur d'autres prisonniers. À un moment donné de l'hiver 1944-1945, Steinberger a réparé la voiture d'un officier SS. Impressionné par ses capacités linguistiques et son utilité générale, l'officier a commencé à utiliser Steinberger comme factotum général. Cet officier n’était ni plus ni moins que Josef Mengele. Alors que les forces soviétiques se rapprochaient, Steinberger a participé à l'une des marches de la mort vers l'ouest. Après avoir passé du temps à Dachau et à Mühldorf-Mettenheim, il fut embarqué dans un train pour être emmené dans les montagnes et massacré. Cependant, un commandant local de la Wehrmacht, dans un accès de conscience, a retardé le train pour s'assurer qu'il serait intercepté par les forces américaines. Les États-Unis l'ont hébergé dans un camp temporaire à Feldafing près de Munich, et il a été interrogé sur ses liens avec Mengele avant, finalement, d'être renvoyé en Hongrie. La guerre l'avait changé. "J'étais affaibli en tout", écrit-il dans ses mémoires. "J'étais faible de caractère, de volonté, en tout. Auschwitz a tout brûlé." De Steinberger à Solti Il a été approché par l'ÁVH, la police secrète hongroise. Péter Veres , le chef du Parti national des paysans, qui était le plus grand opposant au programme communiste de collectivisation, était également originaire de Balmazújváros. Steinberger le connaissait-il et pouvait-il le piéger dans quelque chose qui le forcerait à démissionner ? Il le pouvait, et il l'a fait. En récompense, Steinberger a dit qu'il voulait quitter le pays. L'ÁVH lui a dit que cela pouvait se faire s'il obtenait un visa d'artiste. Steinberger a donc suivi une formation de magicien de scène et, en 1949, il a obtenu un passeport, délivré au nom de Dezső Solti. Il est parti pour l'Italie avec six danseuses qui, selon lui, étaient essentielles à son numéro, mais d’après les dossiers de l'ÁVH, il s'agissait d'une couverture pour le trafic de prostituées. La vie de Solti à Milan A Milan, Solti a rencontré le grand entraîneur Béla Guttmann, un autre juif hongrois. C'était la voiture de Solti, importée des États-Unis, que Guttmann conduisait (sans permis) lorsqu'il a percuté et tué un étudiant de 17 ans. Solti a tout pris sur lui assez longtemps pour que Guttmann puisse quitter le pays et éviter les tribunaux. Solti a travaillé avec des clubs de football en tant qu'agent, et plus encore. En mars 1990, Solti passe une journée avec le réalisateur Béla Szobolits, qui faisait des recherches sur un documentaire. "Il était de bonne humeur avec un regard espiègle dans les yeux", a déclaré Szobolits. "Il parlait beaucoup des femmes. Il était très religieux, sensible, facilement émotif." "Il vivait seul dans un appartement très moyen de deux chambres à Milan. Chaque jour, il se levait à 7 heures du matin et priait pendant une heure. Il lisait des passages de la Torah. Il y avait un bijoutier juif du même âge originaire de Roumanie qui venait tous les jours entre 10 et 12 heures. Solti déjeunait seul et dormait. Ensuite, il lisait les journaux et se rendait au centre-ville pour une glace. Il lisait de la philosophie après cela. Il prenait son repas du soir, puis se tenait à la fenêtre, regardant la ville, prenant l'air frais, avant d'aller se coucher après minuit." Conclusion Solti n'avait pas été clair, mais il a admis qu'il avait parfois donné des montres en or aux arbitres. "Le football est un jeu aux marges étroites", a-t-il déclaré à Szobolits. "Tout ce que nous avons fait, c'est essayer de nous assurer que ce n'était pas contre l'Inter. Si un coup franc devait être donné d'une manière ou d'une autre, nous voulions nous assurer que nous étions considérés comme la victime et non comme l'adversaire." Juste une autre ambiguïté dans une vie vécue dans un monde de moralité limitée. Traduction alex_j via The Guardian et connaissances personnelles.
  3. L'Inter a perdu le derby della madonnina dans un match qui laissera un goût amer pour nombre de fans. Ce derby posent aussi des questions sur le management, le gardien, l'arbitrage et le numéro neuf. Voici les cinq choses que nous avons apprises ce week-end. Une Inter trop indolente ! Il est vrai que l'Inter a beaucoup joué depuis Noël. C'était à prévoir car les vacances de Noël arrivaient au mauvais moment pour une équipe qui détruisait simplement tout sur son passage. Arracher un résultat dans la Coppa après prolongation, devoir revenir à domicile contre Venise et ramener un point contre Atalanta sont autant d'exemples de la baisse de performance de l'Inter. Cela est excusable dans le fait qu'il serait impossible pour l'Inter de jouer au football d'un niveau très élevé chaque semaine dans chaque compétition, mais le problème est la gestion du match. Dans le premier match contre Milan, le match de la Juventus à domicile (volé par la VAR) et le déplacement à la Sampdoria ont tous été des matchs où l'Inter avait le match en main mais semblait ralentir les choses, baisser le rythme et en paya le prix. 1-0 n'est jamais un score sûr ! Manquer des occasions et rester tranquille derrière vont coûter cher à l'Inter. Cela doit être traité rapidement ! Les changements puants de Simone ! Il semble que l'entraîneur de l'Inter ait encore du mal à gérer ses changements dans les grands matches. Faire de lourds changements que vous feriez si le match était gagné alors que me match est toujours équilibré est la plus grande chute d'Inzaghi. L'Inter eut une avance de 1-0 et commença à avoir l'air paresseuse, indolente... Ivan Perisic qui a réalisé une excellente première mi-temps, Lautaro Martinez et Hakan Calhanoglu ont tous été remplacés au profit de remplaçants plus faibles. Bien sûr, cela va être naturel dans une certaine mesure étant donné que ce sont des coiffeurs qui arrivent. Mais l'Inter a perdu de la créativité, du rythme, en prenant cette décision qui lui a coûté cher. Ces changements auraient été bien à 2-0 avec 10 minutes restantes, mais en faisant rentrer Vidal pour Calhanoglu, vous émoussez votre attaque. Cela devient un énorme problème lorsque vous êtes devant et que vous encaissez un but, vous devez alors créer une autre occasion. Attendre à 1-0 ne fonctionnera jamais ! Surtout dans un match de cette ampleur. Inzaghi doit arrêter les premiers changements alors que les matchs sont encore en jeu. Samir de nouveau dans la ligne de tir (ou ligne de mire, ndlr) ! Un bon arrêt sur un tire de Tonali en première mi-temps certes mais le grand Slovène face à Giroud était difficile à regarder. Son manque de mobilité et ses paumes faibles, ramollies, peu inspirées ont été à juste titre remises en question dans les moments de colère des supporters de l'Inter. Une piètre performance d'un gardien sur son crépuscule à l'Inter. Le remplaçant Andre Onana n'arrive pas assez vite. Surtout quand on pouvait voir la différence qu'un bon gardien fait en regardant simplement Mike Maignan qui a gardé son équipe dans le match. Triste à voir, mais une fois de plus, cela attire l'attention sur le besoin désespéré de l'Inter d'un nouveau gardien si elle veut rivaliser sur tous les fronts. Un nouveau numéro neuf est indispensable ! Edin Dzeko a été une excellente signature pour compenser le départ de Romelu Lukaku ; sur un transfert libre et a également surgi avec des buts cruciaux. Cependant, sa tendance à rater quelques occasions simples avec des matchs en jeu et à enjeu, et avec son rythme surprenant, on ne peut pas compter sur lui beaucoup plus loin que cette saison. Ce n'est en aucun cas une critique infondée et violente contre un attaquant de 35 ans qui a bien joué pour l'Inter cette saison, mais plus une approbation qu'un joueur plus jeune est nécessaire. Gianluca Scamacca semble être l'homme pour remplir ce rôle apportant une proposition vraiment alléchante. Un mois délicat pour l'Inter commence sur une note aigre ! Milan était pauvre et n'aurait pas dû avoir la chance de revenir dans le match! Des fautes grossières et des blessures feintes ont joué en faveur de l'équipe de Pioli alors qu'ils prenaient efficacement leur chemin vers une victoire dans les dix dernières minutes. Cela aurait du fournir des munitions à l'Inter car ils doivent amorcer la partie la plus cruciale de la saison dans les semaines à venir. Une équipe en rotation doit se rendre dans la capitale pour la Coppa avec un œil sur le week-end contre Naples, qui est désormais devenu un match incontournable et crucial. La Ligue des champions avec Liverpool se profile également et fournira à l'Inter son test le plus difficile depuis des années. Conclusion Inter oublie ton résultat de m**** ce week-end ! Utilise ta colère et ta frustration causées par ton manque d'intensité pour arranger les choses alors que tu rendras rendra à Rome et à Naples la semaine prochaine ! Sinon, la saison risque de dérailler si tu ne rebondis pas de suite… et nous avec ! Traduction alex_j via sempreinter.
  4. S'adressant à la Gazzetta dello Sport, Diego Milito a partagé ses vues sur le derby et a parlé de Lautaro Martinez. Concernant le derby. "Je m'attends à un match très dur et tendu, car il y a beaucoup en jeu. Le classement dit tout, Milan doit gagner, l'Inter a une chance prendre le large et de faire le plein de confiance. C'est une opportunité pour les deux équipes." Son joueur décisif du match. "J'espère et je m'attends à ce que ce soit Lautaro. Cela dit, la force de l'Inter a principalement été son jeu d'équipe global, et je m'attends à ce qu'Inzaghi continue d'insister là-dessus, mais je pense que Toro est dans un grand moment. Il est en forme, sa confiance est au plus haut après ses performances avec l'Argentine, et cela atténue toute fatigue, croyez-moi! Il va faire un super derby." La plus grande force de Martinez. "Sa mentalité, sans aucun doute. Il veut toujours continuer à grandir, il a choisi sa propre voie, il a un objectif clair et ne s'arrêtera sous aucun prétexte. C'est un attaquant de classe mondiale, il joue déjà pour une équipe de haut niveau en Europe, il n'y a pas de limite à ce qu'il peut accomplir. Sans compter qu'il a la grande chance de jouer aux côtés d'Edin Dzeko." Concernant l'attaquant bosniaque en tant que partenaire de Martinez. "J'aurais aussi beaucoup aimé jouer aux côtés de quelqu'un comme Edin. J'aime vraiment son style de jeu, les liens constants avec Lautaro. Le Bosniaque facilite les choses pour ses coéquipiers, il s'adapte à son entourage, modifie sa position en fonction de l'équipe et rend difficile la lecture de ses mouvements par les adversaires. L'Inter a bien fait de le faire venir cet été." Sur notre pauvre Romelu Lukaku peinant avec les Blues. "Difficile à juger de l'extérieur, peut-être qu'il a des problèmes personnels que nous ne connaissons pas ou qui ne correspondent pas à quelqu'un. Il reste un joueur de premier plan pour moi (c'est beau la diplomatie, ndlr)." Le plus des Nerazzurri sur leurs rivaux milanais. "Ils ont une équipe supérieure et l'expérience de gagner le Scudetto la saison dernière. Cela veut dire beaucoup, croyez-moi, c'est rassurant pour les joueurs." L'Inter de Simone Inzaghi et d'Antonio Conte. "Je les trouve similaires à bien des égards. L'équipe d'aujourd'hui joue plus en possession de balle, j'aime le fait qu'ils veuillent toujours contrôler les matchs, c'est une qualité que j'apprécie beaucoup, alors que le onze de Conte était plus direct, plus vertical. Et, en regardant de l'extérieur, il semble y avoir une super ambiance dans le vestiaire. Inzaghi se concentre fortement sur cet aspect, dans le football d'aujourd'hui, c'est vital, le premier à vraiment le comprendre parmi les entraîneurs récents a été Mourinho." Sur Gianluca Scamacca. "Je l'ai aussi vu avec Genoa, j'approuve ce choix, l'Inter a raison de le considérer." Contre Liverpool. "Les Reds doivent être respectés, mais je ne vois pas l'Inter terriblement inférieure à l'équipe de Klopp. Inzaghi peut se qualifier pour les quarts de finale. Je serai au stade car je commente le match pour Amazon Prime." Traduction alex_j via sempreinter.
  5. Le parcours de l' Inter en UEFA Champions League 2021-2022 se poursuivra le 16 février au Meazza lors du match aller des huitièmes de finale qui verra l'Inter affronter Liverpool. Conformément au règlement de l'UEFA, le FC Internazionale Milano a soumis la liste des joueurs éligibles pour la phase à élimination directe à l'instance dirigeante du football européen. Voici les joueurs: 1 . Samir HANDANOVIC 2 . Denzel DUMFRIES 5 . Roberto GAGLIARDINI 6 . Stefan DE VRIJ 7 . Alexis SANCHEZ 8 . Matias VECINO 9 . Edin DZEKO 10 . LAUTARO Martinez 13 . Andréa RANOCCHIA 14 . Ivan PERISIC 18. Robin GOSENS 19 . Joaquin CORRÉA 20 .Hakan CALHANOGLU 21 . Alex CORDAZ 22 . Arturo VIDAL 23 . Nicolo BARELLA 32 . Federico DIMARCO 33 . Danilo D'AMBROSIO 36 . Matteo DARMIAN 37 . Milan SKRINIAR 77 . Marcelo BROZOVIC 88 . Felipe CAICEDO 95 . Alessandro BASTONI 97 . Ionut Andrei RADU Traduction alex_j via le site officiel.
  6. Selon le Daily Mail, le match aller des huitièmes de finale Inter vs Liverpool pourrait être joué sur terrain neutre. Cela selon l'édition imprimée du tabloïd britannique Daily Mail qui rapporte que l'UEFA pourrait déplacer le match en raison de la politique italienne de vaccination obligatoire des footballeurs. L'Italie et la France font partie des pays à avoir mis en place des politiques exigeant que tous les footballeurs professionnels reçoivent des doses de vaccin, footballeurs inclus. Cela pourrait avoir des conséquences directes sur Inter vs Liverpool, ainsi que pour le match Lille vs Chelsea, si l'équipe anglaise se retrouve sans joueurs qui ne répondent pas aux exigences des pays en matière de vaccination. Il n'y a actuellement aucune discussion approfondie avec l'UEFA pour déplacer le match en hors d'Italie. Mais dans le cas où les problèmes avec la politique laisseraient les Reds sans le minimum de treize joueurs disponibles pour le match, ils pourraient être contraints de le faire selon le quotidien. Affaire à suivre... Traduction alex_j via Sempreinter.
  7. S'adressant à FCInterNews, Vladimir Smicer a donné son avis sur les huitièmes de finale qui verra son ancienne équipe face à la notre. Les deux clubs ont un historique important dans la compétition aux grandes oreilles, alors que les deux semblent particulièrement en forme en ce moment. Leur affrontement promet d'être l'un des moments forts des huitièmes de finale. "Pour les deux équipes, le premier tirage a été meilleur, c'est sûr. L'Inter et Liverpool s'attendaient à affronter l'Ajax et le Red Bull Salzburg avant que les huitièmes de finale ne soient annulés à causes des erreurs grossières. C'est la Ligue des champions, il s'agit des meilleures équipes du monde. Donc, si vous voulez gagner la compétition, vous devez éventuellement affronter une opposition redoutable." "Peut-être que Liverpool est mieux face à l'Inter parce qu'ils n'ont rien à perdre. Et en progressant, ils peuvent gagner encore plus de confiance. Si vous jouez contre des équipes moins fortes, vous ressentez beaucoup plus de pression pour gagner. De plus, les fans pourront profiter d'un match merveilleux." "Les Reds jouent très bien, aussi bien en Premier League qu'en Ligue des champions. Il y a une grosse différence par rapport à la saison dernière. L'équipe avait perdu pas mal de points à cause des blessures, notamment dans en défense. Aujourd'hui, ils tirent à plein régime, y compris l'attaque où ils marquent de nombreux buts." "Je pense que Liverpool connaît une excellente saison, mais il en va de même pour l'Inter. Les Nerazzurri sont une équipe forte, ce sera un match intéressant." "Pour moi, l'équipe de Kloop reste la favorite. Ils ont l'une des meilleures équipes de toute l'histoire du club. Van Dijk, Fabinho, Firmino, Origi, Salah, Jota. Ce sont des joueurs de haut niveau qui peuvent très bien jouer ensemble, ils jouent un bon football et n'arrêtent jamais de se battre." "Le match retour à Anfield Smicer sera pour les livres d'histoire. Les fans des Reds soutiennent toujours l'équipe, même lorsqu'ils perdent. Il y aura une atmosphère particulière qui dynamisera les joueurs sur le terrain. C'est pourquoi il n'est jamais facile d'affronter Liverpool à domicile." "Pour le moment, l'Inter est meilleur que le Milan. Je ne dis pas cela seulement parce que Liverpool les a battus deux fois dans leur groupe. Il me semble que l'équipe de Pioli est en construction, contrairement aux Nerazzurri qui semblent avoir un peu plus de qualité." "Je crois que le joueur le plus important est celui qui marque et crée des occasions. Et à l'Inter, c'est Lautaro Martinez qui est un joueur de haut niveau. Rapide, intelligent, fort. Mais il n'est pas le seul à ce niveau, bien sûr." Traduction alex_j via Sempreinter.
  8. Comme le rapporte La Gazzetta dello Sport, l'intérêt pour Nicolò Barella de la part des géants européens que sont Liverpool et le Paris Saint-Germain n'effraie pas l'Inter, qui ne ressent pas le besoin de déterminer la valeur de l'Italien. Cela suggère aussi que Barella n'a montré aucun signes à l'Inter d'une quelconque envie de départ du club pour le moment, comme l'intérêt de ces clubs n'est pas nouveau. Le nouveau contrat verra le salaire de Nicolò Barella rester le même jusqu'en 2023, puis il va augmenter sur les 3 années suivantes, jusqu'en 2026, où il touchera alors 7M€/saison. Cette formule est là pour étaler un maximum les coûts, au vu de la situation financière des Nerazzuri. ®Internazionale.fr ~ Aurios-Inter Via SempreInter
  9. La nouvelle a secoué le monde du Football, à travers un communiqué remis à l’AFP, les Clubs les plus prestigieux d’Europe, ceux au palmarès le plus fourni se sont associés dans le cadre de la création d’une compétition fermée surpuissante, à l’instar de la NBA. Communiqué à l’AFP retranscrit dans son intégralité sur le site officiel du Real Madrid : Douze des clubs les plus importants du football européen annoncent qu’ils ont trouvé aujourd’hui un accord pour former une nouvelle compétition, la Super Ligue, qui sera régie par ses clubs fondateurs. Le Milan AC, le FC Arsenal, l’Atlético de Madrid, le Chelsea FC, le FC Barcelone, l’Internazionale de Milan, la Juventus FC, le Liverpool FC, Manchester City, Manchester United, le Real Madrid CF et Tottenham Hotspur se sont réunis pour en devenir les Clubs Fondateurs. Trois autres clubs seront invités à se joindre à eux, afin que la saison inaugurale commence le plus tôt possible. À l’avenir, les Clubs Fondateurs espèrent entretenir des discussions avec l’UEFA et la FIFA pour que les meilleures solutions soient prises pour la Super Ligue et le football mondial dans son ensemble. La création de cette nouvelle Ligue se produit alors que la pandémie mondiale a accéléré l’instabilité du modèle actuel du football européen. Depuis des années, les Clubs Fondateurs ont eu pour objectif d’améliorer la qualité et l’intensité des compétitions européennes existantes et, en particulier, de créer un tournoi qui verrait s’affronter plus fréquemment les meilleurs clubs et les meilleurs joueurs. La pandémie a révélé qu’une vision stratégique et une approche commerciale sont nécessaires pour accroître la valeur et les bénéfices de la pyramide du football dans son intégralité. Lors des derniers mois, un intense dialogue a été ouvert avec les instances dirigeantes concernant le nouveau format des compétitions européennes. Les Clubs Fondateurs estiment que les solutions mises sur la table par les instances ne résolvent pas les questions fondamentales, qui vont de la nécessité d’offrir des matchs de meilleure qualité à l’obtention de ressources financières supplémentaires pour tout le monde du football. Format de la compétition - 20 clubs y participeront: les 15 Clubs Fondateurs et 5 autres équipes, qui se qualifieront chaque année en fonction des performances de la saison précédente ; - Tous les matchs se joueront en milieu de semaine, alors que tous les clubs continueront à prendre part à leurs championnats nationaux respectifs, préservant ainsi le calendrier traditionnel qui est au coeur de la vie des clubs ; - La saison commencera en août, avec la participation des clubs dans deux groupes de 10, qui joueront des matchs aller et retour. Les trois premiers de chaque groupe seront automatiquement qualifiés pour les quarts de finale. Les équipes qui terminent aux quatrièmes et cinquièmes places joueront une double confrontation dans un barrage supplémentaire. Par la suite, la phase éliminatoire se jouera sur deux matchs, des quarts de finale jusqu'à la finale, qui aura lieu à la fin du mois de mai, dans un stade neutre. Dès que possible, après le début de la compétition masculine, une ligue féminine semblable sera lancée, ce qui contribuera à l’avancement et au développement du football féminin. Ce nouveau tournoi annuel offrira une croissance économique largement supérieure, ce qui permettra de soutenir le football européen au travers d’un engagement su le long terme, dans lequel les contributions solidaires augmenteront en fonction des revenus de la nouvelle ligue européenne. Les montants financiers de solidarité seront plus élevés que ceux actuellement générés par le système européen de compétition. Ils devraient dépasser les 10 milliards d’euros tout au long de la période d’engagement des Clubs. D’autre part, la nouvelle compétition sera construite sur des critères de viabilité financière, puisque tous les Clubs Fondateurs s’engagent à adopter un cadre de dépenses. En contrepartie de leur engagement, les Clubs Fondateurs recevront, collectivement, un versement unique de 3,5 milliards d’euros, qui sera exclusivement destiné à mettre en place des plans d’investissement dans les infrastructures et à compenser l’impact de la pandémie de la COVID. Florentino Pérez, président du Real Madrid CF et président de la Super Ligue, a déclaré: "Nous allons aider le football, à tous les niveaux, pour qu'il reprenne la place qui lui revient dans le monde. Le football est le seul sport mondial de la planète avec plus de quatre milliards de fans. Notre responsabilité, en tant que grands clubs, est de répondre aux souhaits des supporters". Soutenant la nouvelle ligue européenne, Andrea Agnelli, président de la Juventus et vice-président de la Super Ligue, a déclaré: "Nos 12 Clubs Fondateurs représentent des milliards de fans dans le monde entier. Nous nous sommes réunis dans ce moment si critique pour que la compétition européenne se transforme, en offrant au sport que nous aimons une base durable pour l’avenir, en augmentant largement la solidarité, et en offrant aux supporters et aux joueurs amateurs un rêve et des matchs de grande qualité qui alimenteront leur passion pour le football". Joel Glazer, co-président de Manchester United et vice-président de la Super Ligue, a déclaré: "En réunissant les meilleurs joueurs et les meilleurs clubs du monde pour qu’ils se défient durant toute la saison, la Super Ligue ouvrira un nouveau chapitre pour le football européen, en assurant une compétition et des installations de classe mondiale, et un soutien financier majeur pour la pyramide du football européen dans son intégralité". Chaque club y est allé de son communiqué, voici celui de l’Inter "Le Fc Internazionale Milano s’est uni à la fondation, conjointe à 11 prestigieux clubs européens, d’une nouvelle compétition de football qui se tiendra en milieu de semaine : La Super League gouvernée par les Clubs Fondateurs." La réaction d’Antonio Conte "La Super League ? J’ai lu certaines petites choses, mais je suis focalisé sur le présent et sur le fait de réaliser quelque chose d’extraordinaire. Nous aurons le temps de faire des évaluations." Etes-vous prêt ? "Je suis né prêt (il sourit)" Andrea Agnelli et la Juve poignarde l’Uefa En effet, Andrea Agnelli, le Président turinois, qui était aussi le président de l'ECA a démissionné de cette dernière institution. Andrea Agnelli a également démissionné du comité exécutif de l'UEFA dont il était membre, a indiqué à l'AFP un porte-parole de la Juventus, en confirmant l'adhésion de la "Vieille dame" à la nouvelle "Super League". ®Antony Gilles - Internazionale.fr
×
×
  • Créer...

Information importante

En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. Nous ajoutons des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer votre expérience sur notre site. Consultez notre Politique de confidentialité. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer...