Aller au contenu
×
×
  • Créer...

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'logo'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

6 résultats trouvés

  1. Dans une interview accordée à la Nacion, notre légende parle de son premier titre en tant que vice-président. Il évoque le bon travail de Conte, de la valeur de Lauti et à quel point le club a été près d'être vendu par le Suning. Est-ce que vous voulez évoquer la défaite en finale de la Ligue Europa et être dernier dans le groupe de la Ligue des Champions? "Oui, ainsi qu'avoir également perdu quelques matchs clés en Serie A l'année dernière. Tous les groupes, s'ils veulent vraiment grandir, doivent passer par ces moments et apprendre à les gérer. Les mauvais moments confirment que ce que vous faites ne suffit pas. Maintenant, une fois que vous avez le diagnostic, vous devez voir comment résoudre le problème. Et ce groupe a continué à progressé, ils ont compris que ce qu'ils avaient fait ne suffisait pas." Pourquoi dites-vous que vous êtes plus proche du terrain maintenant? Parce qu'Antonio Conte vous offre une place que d'autres techniciens ne vous proposaient pas? "C'est inconfortable de parler de moi, mais j'ai l'impression d'être un gars très local. Je l'ai toujours été, et plus maintenant avec des responsabilités de leadership en tant que vice-président. Je ne voudrais jamais être un gars "peu commun" comme on dit ici. Quand vous êtes dans un endroit, vous réalisez s'il y a de l'harmonie ou de la réceptivité de l'autre côté, et parfois il n'y en a pas. Je me souviens du premier déjeuner que j'ai eu avec Antonio, il venait de signer, et je m'étais déjà rendu compte que quelque chose commençait. Il a une énorme capacité et beaucoup de conviction pour transmettre ses idées. Oui, il m'a donné l'espace et la confiance nécessaires pour être proche du groupe." Qu'est-ce que Conte a réussi en tant que technicien? "Principalement dans la culture du travail. Il est infatigable. Et puis sa mentalité a fait prendre conscience à un groupe, dont beaucoup étaient jeunes, qu'ils pouvaient gagner. Il a insisté, surtout dans l'adversité, pour croire en un travail. Ce seul travail allait servir de sauvegarde. Quand rien ne va, s'il y a un travail de fond, il est celui qui peut vous sauver. Depuis son arrivée, il n'y a pas eu un jour où il n'a pas réfléchi à la façon d'améliorer l'équipe. Ses mérites vont encore plus loin que de remporter le titre après une décennie et d'interrompre le règne de la Juve. Il a également été chargé de valoriser les joueurs, de repositionner le club. Il a fait en sorte que le groupe le suive." Conte, en tant que joueur et entraîneur, a passé 16 ans à la Juventus, la grande rivale de l'Inter. Comment pensez-vous que les fans les uns des autres l'évaluent? "Je pense que le fan de la Juve ne devrait pas aimer tout ce qui a conduit l'Inter au titre, rien de moins. Le fan de l'Inter, au début, l'avait sûrement un peu étudié, évalué, mais je pense qu'il s'est immédiatement rendu compte, à partir de la façon de travailler d'Antonio, que le gars allait se donner complètement. Au-delà du fait qu'Antonio a beaucoup joué pour la Juventus, depuis son arrivée à l'Inter, pas un jour ne s'est passé sans être à 100% pour améliorer l'équipe. Ici, on dit "il a soutenu la cause", il a relevé le défi, il a relevé ce défi comme un homme 100% interista." Et vos souvenirs contre lui, sur le terrain? "Imaginez avec la rivalité entre l'Inter et la Juventus et les deux étant dans la même zone, au milieu de terrain. Nous nous sommes croisés mille fois en mille matchs, mais nous n'avons jamais eu de problèmes. Nous nous traitons toujours les uns les autres avec un grand respect. Il était intense, viscéral, mais il jouait son jeu, il ne s'intéressait à rien d'autre. Il avait un tempérament et une personnalité, mais il ne recherchait pas le conflit." Quelles ont été les clés de la saison et les mérites de l'équipe? "La clé était que la direction n'a jamais cessé de croire. Même au-delà du fait que nous ayons terminé derniers de notre groupe. Nous avons bien joué en Ligue des champions, mais lors des deux matches contre le Shakhtar Donetsk, nous avons raté d'un but, car nous avons fait match nul 0-0 à chaque fois. Mais le groupe n'est pas resté dans ces regrets, il est devenu plus fort et a dit "maintenant on vise le championnat". Et ce n'était pas facile à ce moment-là, nous étions deuxième ou troisième, Milan était très fort mais l'équipe est devenue plus forte, ils se sont rebellés et n'ont pas abandonné." Quels aspects du football voudriez-vous souligner, mis à part les buts de Lautaro et Lukaku? "La croissance de la phase défensive a été très bonne. La dynamique de l'équilibre du milieu a ajouté quelque chose, et tout l'ensemble a donné des assurances à l'équipe." Et vos mérites? "Mineurs. Peut-être, d'être toujours au service, mais surtout dans les moments difficiles, car tout le monde n'est pas là dans les mauvais moments. Travaillez en silence, aligné sur une seule idée et faites-la avancer. Soyez une équipe sur et en dehors du terrain. Quand je jouais, pour moi, tout se terminait avec le match. J'ai appris, il y a longtemps, que pour les 11 qui entrent sur le terrain, il y a une organisation qui doit ajuster tous les détails pour que ces 11, précisément, n'aient qu'à jouer." Pensez-vous que l'explosion de joie des fans sur la place du Duomo était un échappatoire de tant de mois sans pouvoir aller au stade? "Le public est absent des stades. Imaginez le nombre de personnes qui nous auraient suivis dans une campagne comme celle-ci. Nous prenons des dispositions pour qu'au dernier rendez-vous, à domicile contre l'Udinese, que certains puissent entrer. Quoi qu'il en soit, et à sa manière, le fan de l'Inter s'est fait sentir à tout moment. Et c'est aussi une grande satisfaction, car le championnat se gagne au-delà de toutes les difficultés qui se sont présentées. Jusqu'à 80% du campus a été touché par le virus. Bien sûr, cela est également arrivé à d'autres clubs, mais à l'Inter, nous en avons vraiment souffert. Nous étions la dernière équipe à avoir joué la saison dernière en raison de notre participation à la finale de la Ligue Europa, et sans presque aucune pré-saison, tout de suite, l'équipe a commencé la saison 2020-2021. Et l'équipe le voit: ça va, ça va, ça va et ça va, et c'est grâce à l'excellent travail du personnel d'Antonio. L'avantage d'avoir un entraîneur comme Antonio, c'est que cela vous oblige à vous élever, à être meilleur. Et je ne parle pas seulement des joueurs, mais de tout le monde autour. Cela vous force, cela vous oblige. C'est ainsi que vous réalisez ce que vous êtes, c'est ainsi que vous apprenez. Pour moi, de mon rôle de leader, il a été très important d'avoir un gars qui m'oblige constamment à être attentif aux moindres détails." Il y a 44 buts entre Lukaku et Lautaro Martínez, jusqu'à présent. L'Inter a-t-elle le meilleur attaquant d'Europe? "Nous avons l'une des meilleures paires d'attaque. Les deux se complètent très bien. Lauti et Lukaku jouent ensemble depuis deux ans maintenant et vous vous rendez compte qu'ils se sentent à l'aise, ils se cherchent, ils s'entraident. C'est agréable de les voir jouer. Et l'équipe est également importante pour eux, car il y a beaucoup de travail derrière pour que l'équipe sache comment vous trouver pendant les matchs. Il semble qu'ils ont joué par automatisme, et c'est peut-être vrai, mais parce qu'il y a un énorme travail derrière cela." Comment analysez-vous l'évolution de Lautaro? "Les affaires courantes de Lautaro me font très plaisir. Lorsque vous achetez un jeune joueur en Argentine, vous rêvez qu'il ait l'évolution que Lautaro a eue. Nous sommes allés à la recherche d'un garçon de 20 ans et nous ne nous sommes pas trompés. La première année, il s'adaptait, jouait ce qui était nécessaire; la deuxième année a consolidé et confirmé ses vertus, et cette troisième année a été d'une importance totale. Et là, il y a aussi un mérite de l'entraîneur, car il l'a mis au défi de se renforcer. Vous souvenez-vous quand Conte a dit que tout allait dépendre de Lautaro pour être un bon joueur ou un joueur d'élite? Eh bien, Lauti a sagement pris ses conseils pour grandir, pour atteindre l'élite. Et nous parlons d'un garçon de 23 ans, qui a encore beaucoup à améliorer et à donner. Le plafond de Lautaro Martínez n'est même pas en vue. L'Inter lui a donné le temps, l'a accompagné, et il ne l'a pas gaspillé. C'est pourquoi cela me rend également très heureux." Inter a-t-elle déjà assimilé que dans chaque mercato, il y aurait mille rumeurs autour de Lautaro? "Lorsque vous avez de bons joueurs, ils veulent les acheter. C'est comme ça, ici il y a beaucoup de joueurs qui ont pris de la valeur et aujourd'hui l'Inter possède un patrimoine économique important. Les jeunes sont nombreux: Alessandro Bastoni a 22 ans; Hakimi, également 22 ans; Nicolo Barella, 24 ans; Skriniar, 26 ans; Lukaku a 27 ans, Lautaro 23. Il y a six ou sept joueurs qui aujourd'hui, je me demande, qui ne voudraient pas d'eux dans leur équipe." Qui est Lukaku en dehors du terrain? "Un gamin très disposé avec tout le monde, généreux. Détendez-vous, membre de la famille, il fait partie de ces joueurs qui forment un groupe et sont des leaders silencieux." Les rumeurs selon lesquelles le Suning cherchait des acheteurs ont-elles été très gênantes pendant la saison? "Il est vrai qu'au milieu de la saison le club pouvait être vendu. Il a traversé et traverse de grands problèmes financiers. Nous ne sommes pas les seuls à avoir des problèmes, bien sûr, car la pandémie a engendré de nombreux déficits. Mais c'est vrai, en tant que club, nous devons encore nous améliorer. Le travail de l'entraîneur et des joueurs était très bon, et c'est visible, finalistes de la Ligue Europa et champions de Serie A en deux ans, mais en même temps, le club doit aspirer à plus. Le club doit améliorer beaucoup de mécanismes, c'est la réalité." Est-ce que les chiffres sont toujours dans le rouge? "Les problèmes financiers persistent. Et cela peut prendre quelques années pour retrouver votre équilibre. Il faudra que les gens retournent dans les stades, que vous, en tant qu'institution, puissiez satisfaire les sponsors. Ce n'est que lorsque nous retrouverons la normalité et la stabilité que nous grandirons à nouveau. J'y ai lu que les pertes de l'Inter avaient été de 102 M€. Aujourd'hui, la situation est compliquée, il n'y a aucune raison de la cacher, mais au moins, avec le bonheur d'avoir remporté le championnat, bien que cela doive être le point de départ pour passer à l'étape suivante. Cela ne devrait être la base que si vous voulez vraiment construire un projet qui dure dans le temps. Mais cela dépendra beaucoup de nous en tant que société sportive; il faudra être très clair sur le parcours." De quoi dépend la rentabilité d'un grand club? "De la gestion. Soyez efficace, ordonné, soigné et créatif. Les revenus TV sont importants, mais vous ne pouvez pas simplement dépendre uniquement de ça. Vous devez avoir une stratégie qui vous permet de vous développer à l'échelle mondiale, de valoriser la marque et de toujours inclure des projets sociaux. Tout cela doit vous conduire à être durable dans le temps, ce qui est le défi le plus difficile, et pour tous les clubs." Et la construction du nouveau stade? "C'est un sujet dont on parle depuis deux ou trois ans et on attend toujours des définitions. C'est un projet commun avec Milan, mais les permis dépendent de la commune et d'une commission qui ne finit jamais son analyse. Quand tout semble ok et que nous commençons, quelque chose se passe toujours. La pandémie, probablement, n'a pas aidé pour toutes les problèmes qu'elle a amenés." Comment le fan a-t-il assumé la gestion du club par différentes firmes étrangères? "Le fan attend, observe, analyse et quand il voit beaucoup de choses qu'il n'aime pas, il se fait entendre. Et ça va comme ça." Comment cela s'est-il passé avec la Super League européenne? "Cela a si peu duré, c'est quelque chose qui ne l'était pas. La réponse a été donnée par le fan de football. Et pas seulement les fans des 12 clubs fondateurs, mais tous les fans de football. C'était une erreur et il faut apprendre de ses erreurs. Cela aidera sûrement la FIFA, l'UEFA et toutes les grandes organisations de football, ainsi que les clubs, à se rassembler et à essayer de trouver des moyens d'améliorer le football; vos compétences, vos revenus..." Lorsque le logo a changé, de nombreux fans ont eu peur. Ils craignaient la dépersonnalisation du club. "Beaucoup de choses ont été dites, mais le nom n'a pas changé. Vous pouvez innover parce que vous ne devez pas ignorer que le monde change. Mais là chose dont vous ne pouvez pas vous échapper, c'est la tradition, ce que vous ne pouvez jamais oublier, c'est votre histoire. Vous ne pouvez pas laisser le passé disparaître. Tout est accepté sauf ça. Votre identité et vos valeurs ne peuvent jamais être perdues." N'y a-t-il pas de plans de changements à l'horizon? "Pas pour le moment, et j'espère que non. Et si quelque chose comme ça se produit, nous allons sûrement nous asseoir pour en discuter." Dédicace: Fabio, merci pour ton aide.
  2. Romelu Lukaku qui est intervenu en direct sur Instagram dans 433 a évoque la course au Scudetto, sur la Serie A, Antonio Conte et le nouveau logo. Déjà champion? "Il reste encore beaucoup de matchs. Nous avons faim d'atteindre le résultat. L'an dernier, nous avons eu des hauts et des bas mais nous travaillons dur. Nous avons tous franchi une nouvelle étape cette saison. Je me sens particulièrement bien." Sur le championnat d'Italie. "C'est un championnat compliqué, on est toujours mis à l'épreuve, tactiquement aussi: chaque match est un challenge différent. Les défenseurs et Handanovic font un excellent travail et nous, les attaquants le savons aussi. En ne concédant rien derrière, tôt ou tard nous marquons." Sur le travail qu'Antonio Conte a demandé aux attaquants. "Il dit toujours que l'attaquant est le premier défenseur. C'est pour cette raison que moi, Lautaro, Sanchez et Pinamonti essayons toujours d'étouffer l'action des adversaires dans l'œuf. Nous sommes quatre attaquants généreux, et toute l’équipe en profite." Sur le nouveau logo. "Cela fait partie du processus de modernisation du club. Ces dernières années, tout le monde attendait de voir l'Inter revenir au sommet et j'ai hâte de montrer le maillot de la saison prochaine."
  3. Le nouveau logo fait réagir. Un tel changement n'est pas anodin. En direct sur Instagram en duplex avec le compte GQ italien, Marco Materazzi a commenté cet évènement : "C'est très innovant. Ça va vers les gens et vers ceux qui doivent faire en sorte que l'Inter soit toujours plus grand. Il se rapproche de ce qu'est le monde idéal aujourd'hui. Nous devons rappeler aux jeunes notre histoire. Je pense à Jordan, il s'est arrêté il y a quelque temps mais il est toujours présent. Le logo peut changer facilement mais il faut être habile pour transmettre ces valeurs. C'est un langage universel. Ce nouveau logo peut être repéré dans tous les pays du monde. C'est la direction de l'entreprise, la continuité d'un chemin entrepris depuis un certain temps avec le 'Not For Everyone'. Cela peut donner de la visibilité aux couleurs nerazzurri partout dans le monde. C'est très intuitif et c'est l'esprit qu'il faut à l'équipe numéro un de Milan. C'est comme ça qu'ils nous appellent à l'étranger, l'Inter Milan. Milan a beaucoup gagné mais en dehors de l'Italie, Milan est l'Inter. Un symbole de guerre ? Nous avons beaucoup souffert. San Siro est le plus beau stade au monde. Quand vous y entrez il vous transmet la force d'un gladiateur et vous permet de gagner des matchs." Le temps passe mais l'Inter reste, et évolue : "Pour moi, avant nous étions une famille et maintenant avec le changement de génération, nous le sommes restés mais nous essayons de rester en phase avec le temps. Moratti était le père de tous les tifosi de l'Inter. Maintenant Steven Zhang est là à Milan, pour y vivre. Cela ne s'est pas produit avec d'autres propriétaires et ça doit nous donner espoir. Moratti était très proche de Steven et il l'a endoctriné sur ce qu'est la famille Inter." Un mot sur le classement ? "La position est enviable et notre destin ne dépend que de nous. Nous avons des rencontres difficiles et importantes qui arrivent. Il faut continuer à pousser comme ils le font et nous espérons qu'il n'y aura pas de problèmes d'ici la fin du championnat." Il termine sur la situation que traverse le football actuellement : "Les stades vides ? Nous devons applaudir les joueurs. J'aurais certainement arrêté. Les fans vous soutiennent pendant quatre-vingt-dix minutes dans une enceinte pleine et font pression sur les adversaires. Sortir indemne de certains endroits est vraiment incroyable. Je me souviens quand je suis venu ici jouer l'Inter quand j'étais à Pérouse, j'avais le souffle coupé." ®gladis32 - internazionale.fr
  4. Selon FootyHeadLines.com, l’Inter aurait déposé une demande officielle pour l’enregistrement du nouveau logo officiel du Club Les lettres I et M deviendront donc les nouvelles armoiries du club qui devrait être présenté au mois de mars Validez-vous cette version ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  5. C’est une information en provenance de la Gazzetta Dello Sport: A travers un tweet publié par erreur, Nike, l’équipementier de l’Inter a dévoilé ce qui semble être le futur logo de l’Inter pour la Campagne "Inter Milano”. "En respect au logo actuel, les lettres I et M sont mises en évidence pour faire référence à Inter Milano, la dénomination sur laquelle la campagne de communication misera a décidé de jouer : I am Milano." Validez-vous ce nouveau logo s’il est avéré ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  6. Milan – En effet, le club du Championnat National français de Martigues s’est librement inspiré du logo de notre club milanais. Les similitudes sont flagrantes, il ne manque qu’une lettre et les couleurs sont différentes ! La Philosophie du Club est : "Plus qu’un club, une passion", ce qui ressemble très fort au "Mes Que Un Club" du Fc Barcelone Ce n’est pas la première fois que cela se produit: En effet, le Chambly, une autre équipe qui milite en troisième division en France avait également repris notre blason. Voici la preuve en image: Enfin, le club de New York City, qui milite en MLS, dispose également d’un blason fort proche du nôtre. Qu'en pensez-vous ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr