Aller au contenu
×
×
  • Créer...

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'luciano moggi'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

5 résultats trouvés

  1. Luciano Moggi, l’ancien dirigeant historique de la Juventus, qui est à l'origine du Calciopoli, s’est livré sur le canal Twitch "Juventibus" "Nous sommes devenus l’Inter de Moratti. Pirlo est un pari mais ce n’est pas un grand coup. La Juve a des joueurs important, mais ce n’est pas une équipe. Les jeunes doivent remplacer les anciens, mais ce n’est pas quelque chose qui prend peu de temps." "Il faudrait un motivateur, mais ce ne peut pas être Pirlo, et il y a trop d’étrangers qui font leur devoir d’employés, mais qui ne vont pas plus loin. Il manque une personne qui doit s’imposer et se faire respecter." "Il manque à la Juve la fantaisie de Dybala, c’est une équipe trop prévisible qui donne l’impression de pouvoir gagner et qui perd contre tous. Locatelli est un bon joueur, mais il ne va pas résoudre les problèmes du milieu de terrain. Vous avez besoin de quelqu’un qui puisse dicter le tempo du jeu. Donnaruma est un excellent joueur, mais c’est inutile de le sonder, il rester à Milan" Si même les anciens, qui sont pourtant à vomir, s’y mettent…. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  2. Lorsque un observateur occasionnel jette un œil sur la brillante carrière du milieu de terrain portugais Luis Figo, son séjour de quatre ans à l'Inter, qui apporta une fin à sa carrière de joueur, peut ressembler à première vue à une note de bas de page. Il était à Barcelone, quand Figo prenait une notoriété mondiale, aidant les Catalans à remporter deux titres de Liga, le même nombre de succès en Copa del Rey et Coupe des vainqueurs de coupe. Ensuite, c'est avec le Real Madrid où, après l'un des plus controversés transferts, il a gagné le Ballon d'Or et sa seule Ligue des Champions en 2002. Après le "Calciopoli" en 2006 qui avait vu des concurrents de l'Inter relégués ou lourdement handicapés, la marche vers le Scudetto dans chacune des saisons participantes de Figo pouvait être interprétée comme un passe-temps serein de pré-retraite. Mais un examen de certains des événements notables qui ont marqué ces quatre saisons, du refus de se rendre sur le terrain dans un match à élimination directe de la Ligue des champions, à être accusé d'avoir délibérément écrasé un chat sur le terrain d'entraînement du club, révèle que c'est loin d'être le cas. "Il Paso Doble'' n'a peut-être pas passé son apogée au Giuseppe Meazza, mais la figure unique qu'il a représentée dans l'histoire du club milanais lui a assuré une place spéciale, bien que légèrement conflictuelle, dans notre cœur. Lorsque Figo est arrivé à l'Inter en provenance de Madrid en 2005, sa nouvelle équipe n'était pas les dominateurs de la Serie A qu'ils allaient bientôt devenir. Ayant terminé troisième la saison précédente, Massimo Moratti était à la tête d'un géant italien qui n'avait pas remporté de titre de champion depuis plus d'une décennie. Moratti avait courtisé publiquement les services de Figo depuis qu'il avait raté David Beckham en 2003, et était ravi de le transférer gratuitement après qu'il fut jugé "sur plus" par rapport aux besoins du Real. Apparemment, il s'agissait d'une acquisition plus alignée sur la politique de recrutement du Milan, un pro vieillissant, ne nécessitant pas de frais de transfert, qui contribuerait peut-être autant en termes d'image de marque que de prouesses sur le terrain. Connu pour un toucher habile, des compétences de dribbles dévastatrices et un penchant pour une situation de balle morte. La première saison de Figo sous notre maillot fut impressionnante. Il a ajouté de la verve et de la ruse sur l'aile, incitant le commentateur excentrique d'Inter Channel, Roberto Scarpini, à appeler le milieu de terrain "Il Paso Doble'' pour ses mouvements élégants. Mais ses efforts n'étaient pas suffisants au départ pour amener Il Biscione à un Scudetto, car ils ont terminé deuxièmes loin derrière la Juventus. Les événements de l'été suivant ont vu le Scudetto de la saison rétrospectivement remis à l'Inter par défaut, après que la Juventus ait été identifiée comme principale bénéficiaire d'un réseau de relations entre les officiels de l'équipe et les organisations arbitrales. Le scandale "Calciopoli'' devait avoir un effet marqué sur les années Figo, c'était une débâcle hors du terrain qui représentait sans doute son acte le plus significatif de la saison. Après un fougueux Derby D'Italia, Figo a affirmé avoir vu le directeur général de la Juve, Luciano Moggi, dans le vestiaire de l'arbitre : "J'ai été partout dans le monde, mais je n'ai jamais connu une personne comme Moggi. Il agit comme s'il était le grand maître du football." Le joueur avait une petite histoire avec son adversaire. En 1995, il a signé à la fois pour la Juventus de Moggi, puis pour Parme le même été, affirmant que son contrat avec la Juve était invalide. La conséquence dans cette affaire a été une interdiction de deux ans du football italien, ce qui a facilité son transfert à Barcelone, et il a été sans surprise condamné à une amende par les autorités italiennes du football pour ses accusations de vestiaires dix ans plus tard. Lorsque les enregistrements téléphoniques ont révélé que Moggi était le principal architecte derrière le "Calciopoli", Figo s'est retrouvé avec un sourire ironique sur le visage : "J'espère qu'ils me rendront mon argent." De retour sur le terrain. L'entraîneur Roberto Mancini a commencé à déployer Figo comme un meneur de jeu plus central dans ses dernières années, alors que l'Inter encaissait des Scudetti successifs à la suite de celui qui leur avait été remis par les tribunaux. L'intelligence de passe sous-estimée du n°7 faisait de lui un bon candidat pour ce rôle, car il était capable de devenir fournisseur pour Zlatan Ibrahimovic, Hernan Crespo et Adriano. La fluidité du milieu de terrain n'a cependant pas toujours été une caractéristique des équipes de Mancini. Bien qu'il ait été utilisé à bon escient contre les équipes les plus faibles, Figo a souvent été sacrifié pour le tenace Dejan Stankovic en position de milieu de terrain offensif. Cette décision n'a pas été particulièrement bien prise par l'ancien "galactico'' du Real Madrid, qui a exprimé sa frustration après avoir été remplacé à plusieurs reprises. La mesure dans laquelle la relation entre l'entraîneur et le joueur s'était détériorée n'est cependant pas devenue totalement évidente jusqu'à un match de Ligue des Champions contre Liverpool en 2008. Son équipe étant dans une position désespérée, ayant besoin de quatre buts pour se qualifier pour les quarts de finale avec vingt minutes restantes, Mancini a demandé à Figo de sortir du banc; Figo indigné a dit non, furieux d'être exclu du onze de départ. Une telle insubordination a divisé les fans de l'Inter qui, avec la persuasion de Moratti, avaient auparavant convaincu Figo d'annuler un transfert convenu à Al-Attihad avec des rugissements de "Figo resta a Milano!" (Figo, reste à Milan!). Quelques mois à peine après l'incident de Liverpool, sa réputation n'a pas aidé lorsque le journaliste Vittorio Felta a bizarrement accusé le joueur de heurter délibérément le chat noir, supposément malchanceux, qui résidait dans le complexe d'entraînement Appiano Gentile de l'Inter. Malgré ses dénégations catégoriques, les Interisti amis des animaux l'ont hué alors qu'il arrivait à l'entraînement, en portant des banderoles sur lesquelles on pouvait lire "Figo, honte pour l'Inter, justice pour le chat". L'homme qui s'était tellement aimé auprès de son public noir et bleu en tenant tête à leur ennemi juré Moggi perdait progressivement sa popularité. Cela semblait être la fin de la route pour le milieu de terrain maintenant âgé de 35 ans, mais sa carrière avec le club avait développé une durabilité obstinée, aidée de manière cruciale par l'affection immuable de Moratti. Figo a annoncé publiquement qu'il ne resterait pas au Meazza si cela signifiait continuer sous le régime de Mancini, mais le destin a dicté que c'est Mancini qui a cédé la place au compatriote portugais de Figo, José Mourinho, et une prolongation de contrat d'un an a rapidement suivi. Bien qu'interrompu par une blessure, sa dernière saison l'a vu fréquemment utilisé par Mourinho malgré son âge. Après avoir finalement annoncé sa retraite après qu'un autre titre de champion ait été décroché, il a reçu une haie d'honneur pour son dernier match, dans lequel le capitaine Zanetti lui a forcé le brassard dans ses mains protestataires. Figo a fait ses adieux à une Curva Nord en liesse, dont la jubilation lors d'une autre victoire en Serie A a suffi à mettre de côté tout sentiment de malaise. Et pourtant, il devait y avoir une dernière tournure dans cette relation passionnée entre Luis Figo et nous. En route vers le Triplete historique du club en 2009-2010, l'Inter a été tiré au sort contre Barcelone pour une demi-finale alléchante de la Ligue des champions. Dans un coup typiquement sournois conçu pour détourner la pression de ses joueurs, Mourinho a amené Figo sur le banc pour ses capacités "d'entraîneur" pour les deux matchs. Après avoir traversé la fracture Catalan-Madrid, il n'y a pas eu d'amour perdu entre Figo et le Barca (rappelons que les fans Blaugranales avaient même jeté une tête de cochon sur le Camp Nou lors du premier retour du Portugais avec le Real en 2002). Figo a joyeusement digéré la dérision des fans du Barca tandis que son ancienne équipe se battait pour une victoire totale de 3-2 pour atteindre la finale. Les livres d'histoire vous diront que l'Inter a finalement remporté sa deuxième Coupe d'Europe l'année après la retraite de Figo, mais il peut se vanter d'une petite contribution. Bien qu'il ne s'agisse pas d'un saint, le statut emblématique occupé par Luis Figo lui a valu un rôle d'ambassadeur à l'Inter après sa retraite, ce qui a largement contribué à aplanir sa réputation auprès des supporters du club. Sur le terrain, en attendant, il n'en reste pas moins, à l'exception du meneur de jeu inspirant du Triplete Wesley Sneijder, qu'aucun joueur de l'Inter du 21e siècle n'a surpassé "Il Paso Doble'' en établissant la connexion très importante entre le milieu de terrain et l'attaque. Alors que les Interisti regardent désespérément qu'une autre force de frappe talentueuse tente de récupérer le ballon d'un milieu de terrain créativement émoussé, ils se souviendront avec tendresse des années au cours desquelles un ancien vainqueur du Ballon D'Or pouvait être appelé pour faire la différence. Cet article est une traduction de "Il Paso Doble – The Story of Luis Figo at Inter" écrit par Tom Guerriero-Davies et publié sur gentlemanultra.com le 23 Février 2016.
  3. S’il est un club qui se frotte les mains de la situation actuelle entre Antonio Conte et l’Inter, c’est bel et bien la Vieille Dame turinoise. Révélation de la Repubblica "Conte est en désaccord avec l’Inter, où il tente de reconnecter le fil qui le lie à son passé juventine. En plus de citer la Juve comme un modèle obsessionnel au plus grand dam des tifosi interiste, l’ancien sélectionneur national est en contact avec des Dirigeants, des joueurs et des anciens joueurs de la Juventus." La question à se poser est : Que se passera-t-il si Sarri est viré ? "L’espérance d’Antonio serait de prendre sa place. Une espérance vaine, car quel que soit l’avenir de Sarri, la Direction turinoise, ELLE, ne change pas et Conte ne reviendra pas, lui qui fait l’objet d’un veto." Satisfaction de la Direction Turinoise "Si d’un côté, la Direction turinoise ne compte pas le reprendre, elle se réjouit avec soulagement de voir que Conte est sur le point de divorcer de l’Inter. Après tout, il reste une Bandiera pour les Bianconeri et c’était lui le Capitaine au temps de Moggi…Soit le symbole de l’Anti-Inter." Croyez-vous à une Lippi bis ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  4. Franco Carraro a été trois fois le Président de la FIGC, la Fédération Italienne de Football, en plus des postes occupés à la Lega Calcio et au Coni, le Comité Olympique Italien. Il a reconnu avoir commis des erreurs avant l’explosion du Calciopoli. Voici ses déclarations à "Il Fatto Quotidiano" où il s'est livré à Paolo Ziliani Est-ce que le scandale du Calciopoli a éclaté suite à votre intervention ? "En juin 2004, j’avais la certitude que Bergamo et Pairetto se devaient d’être remplacés, car la durée du mandat du Désignateur des arbitres, pour moi, ne devait pas être ultérieure à 5 années. Sans rien dire à personne, j’ai donc fait appel à Collina." "Je lui ai proposer d’arrêter d’arbitrer et de devenir le Désignateur unique à partir de la saison 2004-2005. Je lui ait aussi dit qu’un jour, il pourrait devenir Président Fédéral. Collina m’avait répondu négativement mais m’a informé qu’il se rendrait disponible pour la saison 2005-2006." "J’ai donc décidé d’être patient et j’ai commis une erreur fatale : Bergamo et Pairetto ont eu vent de mon initiative et tout s’est précipité. Ils ont consolidés leurs liens avec Moggi, bien au-delà de ce qui était permis, avec tout ce qui s’en est suivi. J’ai suivi mon intuition et malgré le non de Collina, j’ai changé de Désignateur des arbitres." Vous étiez Président de la Lega en 1997, ensuite de la Figc en 2001, A l’époque, le Calcio semblait englué dans de sérieux problèmes, mais l’impression ressentie est que vous, comme tous les autres, faisiez semblant de ne rien voir... "En réalité, jamais auparavant, il n’y avait eu cette alternance de clubs et cette répartitions des Scudetti. Pour moi, le seul Scudetto qui a été désigné suite à une grave erreur arbitrale est celui de la saison 1997-1998, le pénalty non assigné lors de Juventus-Inter." Lors des interceptions téléphoniques, n’étiez-vous pas surpris que les désignateurs favorisaient toujours un peu trop la Juve ? Était-ce normal ? "Comme je l’ai dit, à un certain moment, la situation a empiré. A la veille d’un match important, Roma-Juve, j’ai appris que l’arbitre désigné, Trefoloni, était malade et cela m’avait inquiété, car à son poste, on ne pouvait envoyer qu’un parmi les meilleurs, Racabulto. Et j’ai dit à Bergamo : "S’il y a le moindre doute, je vous recommande de ne pas favoriser la Juve." Et au lieu de cela, il y a eu un Roma-Juve qui s’est terminé dans la polémique 1-2." "J’ai appelé Bergamo et je lui ai dit "Mais alors, vous me prenez pour une bite" Je peux vous dire ça, ce n’est pas une belle image ? En fait, cette fois-là, j’étais furieux, la Var n’existait pas et il y avait une faute à la limite de la surface de la réparation, c’était donc un coup-franc et personne n’avait protesté." "L’arbitre désignait le point de penalty et je devenais bestial devant la télévision, les déclarations ont volé haut avec Bergamo." Est-ce possible qu’en Serie A, il n’y avait qu’un seul arbitre sur qui se fier : Collina ? "Non, il y en avait d’autres, mais il était très populaire et écouté, de Trento à Argrigento, Collina était vu comme un arbitre sans arrière-pensée." Nous n’avons pas fait référence aux interceptions que le Parquet de Turin avait et qui semblait être restées enfermées dans un tiroir... "C’est faux. En février 2006, Marcello Maddalena m’a demandé à le rencontrer. Nous étions à Rome où nous nous sommes rencontrés à l’Antimafia. Le parquet de Turin m’avait dit avoir procédé à une longue enquête où la Juventus était impliquée." "Rien de répréhensible n’avait été trouvé au niveau criminel, l’enquête avait été clôturée et le matériel avait été remis à la FIGC pour analyser si des comportements de certains membres avait violé l’esprit de loyauté et d’équité sportive. En ce qui concerne le principe de la séparation des pouvoirs, j’avais remis le jour même au Procureur Palizzi tous les documents, ce n’était pas à moi de les examiner." Et finalement vous êtes acquitté... "La justice pénale et sportive, sans oublier la Cour des Comptes, ont établi que mon comportement avait été correct. Je reconnais tout de même une défaite : Le Calciopoli a fait perdre toute crédibilité au Calcio, qui est un sport pour tous et je reconnais avoir commis des erreurs." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  5. En effet, il y a quelques jours, le tribunal de Monza a rendu un jugement positif en faveur de Maurizio Pistocchi, journaliste, qui s’était épanché sur Luciano Moggi et l’ancien président de la Juve. Pour l’homme qui est à l’origine du Calciopoli, il s’agissait de diffamation. Vainqueur au tribunal, Pistocchi a tenu à remercier la Curva Nord qui avait déployé une banderole à son intention : “Respect de l’honnêteté intellectuelle, ni avec les Tifosi,ni avec le pouvoir." Pour Pistocchi, cette reconnaissance équivaut à un Scudetto! ®Antony Gilles – Internazionale.fr