Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'main sponsor'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • Inter
  • Serie A
    • 2020/2021
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

  1. Soit "Le Bordel Digitalbits" en français.... Un surnom donné par La Repubblica pour résumer, à juste titre, la situation entourant l’Inter et son Main Sponsor "Digitalbits" "S’il est seulement compliqué de démêler les entrelacements suite au changement de propriété du Milan qui est passé du Fonds d’investissement Elliott au RedBird de Gerry Cardinale, qui obtiendra du vendeur un prêt égal à la moitié de la transaction de 1,2 milliard d'euros, du côté de l'Inter, la situation est encore plus compliquée, avec le Suning qui est coincé par les contraintes du prêt de 275 millions d'euros octroyé par Oaktree, avec l’absence d'injection de fonds chinois de la part de la Famille Zhang, même si Steven, qui en est le Président et, n'a pas l'intention de l'abandonner, et le gâchis de la sponsorisation liée à DigitalBits." "La publicité sur les maillots de la marque de crypto-monnaie aurait dû rapporter au club 85 millions d’euros en quatre ans, celle-ci s'est transformée en monnaie virtuelle en raison du retard des paiements, et oblige la "Porta Nuova" à chercher spasmodiquement une alternative. " "Toutefois, aucun des candidats potentiels, parmi lesquels figurent certaines banques italiennes, n’est parvenu à trouver un accord, étant donnée que des sommes bien moins importantes ayant été présentées. Le délai estimé pour trouver une solution est d'environ deux mois et Nike, le Sponsor technique, est également très mécontent étant donné qu’il devient difficile, pour lui, d’écouler son stock de maillots estimé à 200.000 pièces déjà imprimés." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  2. C’est une information relayée par nos confrères de Fcinter1908.it, l’Inter a décidé d’enfoncer le clou avec son "Main Sponsor" : DigitalBits! Comment le résumer en quelques secondes! Après avoir déjà retiré la marque des panneaux publicitaires en ce début de saison, qu’il s’agisse des terrains d’entrainement d’Appiano Gentile ou en match amical, le Club Nerazzurro a officiellement retiré la marque des maillots des Womens Présentée ces derniers jours, voici comment Alessia Da Piazza et Stefanie Van Der Gragt ont été présentées : Des photos officielles sans la présence de l’agence de cryptomonnaie… Une marque "Digital" qui s'est donc pris un petit coup de "Bits" ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  3. En effet, si actuellement l’Inter cherche à trouver une solution qui limitera les dégâts pour tous, cela promet quoiqu’il arrive d’être sportif Révélation de Tuttosport "C’est une chose de retirer le nom DigitalBits du site officiel et des maillots des équipes de jeunes et féminines, suite au non-paiement de l’agence de cryptomonnaie. C’est en est une autre d’ôter le Main Sponsor des maillots de l’équipe premières à parti de la première journée de Serie A à Lecce: La Direction Nerazzurra traite avec les Manager de l’Agence, qui est en crise de liquidité, pour éviter de devoir en arriver à des interventions des plus drastiques." "Un autre point concerne une autre marque reprise sur les maillots des Nerazzurri, celle du sponsor technique Nike. Retirer l'inscription DigitalBits des maillots de Lukaku et de ses coéquipiers, a fortiori dans le cas d'un remplacement immédiat par un autre partenaire commercial ferait immédiatement perdre de la valeur aux dizaines de milliers de maillots déjà produits et, pour la plupart, déjà vendus, par la multinationale américaine avec DigitalBits sur la poitrine: Ce serait un problème considérable, d'autant plus au moment même où l’Inter est parvenu à trouver avec un accord de renouvellement avec Nike qui va courir de 2024 jusqu’en 2030 à hauteur d'une base fixe de 25 millions d’euros plus bonus, soit une partie fixe doublée, comparé à ce que Nike versait actuellement." "C'est pourquoi l’Inter cherche à éviter d'aller jusqu'à la mesure extrême face au non-paiement de DigitalBits. La tentative pourrait consister à concentrer tous les revenus convenus sur une seule saison, sur une base pluriannuelle, afin de conserver le nom sur les maillots jusqu'en juin prochain, puis de se séparer: Reste à savoir si DigitalBits dispose de la somme d'argent nécessaire, comme l'Inter l'a pensé, pour poursuivre ce plan." "Une autre variable est l'entrée d'un autre Main Sponsor, qui faciliterait le départ immédiat de DigitalBits, de sorte que l'impact des conséquences avec Nike serait également amorti: Il s’agit sans l’ombre d’un doute d’un saut dans le vide, suite à la décision au printemps 2021 d'abandonner Pirelli, en considérant les sommes versées par la multinationale milanaise trop bas, pour se tourner vers un secteur qui n’est pas toujours des plus fiable, comme celui représenté par les crypto-monnaies." L’Inter n’est pas la "seule victime" En effet, c’est une information en provenance de nos confrères de Fcinternews.it: "La problématique assez sérieuse qui entoure l’Inter et son Main Sponsor DigitalBits va bien au-delà des frontières Calcio et de la Botte. Des doutes subsistent sur les activités de la marque de crypto-monnaie et de sa société mère Zytara, ceux-ci avaient déjà été visé lorsque, il y a un an, le magazine en ligne InsightX a fourni à l'un de nos clients des informations dans un laps de temps raisonnable, sur la société : Le rapport a mis en évidence un certain nombre de problèmes majeurs de Zytara et de son fondateur, Al Burgio." "Les points d'interrogation portaient notamment sur l'éthique de la marque compte tenu de sa collaboration avec le chanteur et boxeur controversé Floyd Mayweather, sur la structure de gouvernance de la marque et sur les nombreux procès auxquels Burgio lui-même a dû faire face. Ainsi que des préoccupations concernant le nombre de sociétés de Burgio retirées des registres des sociétés pour non-conformité avec les lois de l'État et autres." "En 2020, notamment, une de ces sociétés, Fusechain Ltd, a été poursuivie par le gouvernement des îles Caïmans pour non-paiement du loyer de ses bureaux à George Town. En outre, trois sociétés associées à Zytara et constituées aux îles Caïmans avaient déjà été radiées par les régulateurs en 2019. D'autres sociétés entre le Nevada, la Californie et le Delaware lui ont été saisies entre 2005 et 2019. Au total, 11 sociétés associées à Burgio et Zytara ont été rayées, dont au moins deux ont été dissoutes ou déclarées insolvables pour non-paiement des impôts sur les sociétés. Enfin, en 2016, Burgio avait également été poursuivi pour rupture de contrat par un cabinet d'avocats qui l'avait représenté lorsqu'il a été poursuivi par une société de crédit hypothécaire en Californie pour des dettes impayées." Chaud…. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  4. "Les contacts avec les avocats sont quotidien, l’objectif est de résoudre cette situation dans un court laps de temps, mais l’épine DigitalBits secoue le club de Steven Zhang qui était convaincu d’avoir trouvé un Main Sponsor important et qui risque, à la place, de devoir reprendre ses recherches…après le début de la saison..." - Le décor est planté pour le Corriere Dello Sport "Ce que vit la Direction Nerazzurra est similaire à un cauchemar : La valeur du maillot a explosé suite au renouvellement à en devenir avec Nike, mais DigitalBits risque de tout gâcher : D’autant plus qu’il a été confirmé par le club de retirer le nom de l’entreprise des maillots des Primavera et des formations féminine, sans oublier la disparition de la marque des panneaux publicitaires comme cela s’est déjà vu à Cesena." "La situation est grave et l'Inter en est consciente : Le risque que la marque disparaisse également des maillots de l'équipe première masculine est réel et il serait nécessaire de retourner sur le marché à la recherche d'un nouveau sponsor principal en ouvrant, simultanément, la voie à un procès. Il y a déjà des scouts en recherche informelles, mais quoiqu’il advienne, il faudra en premier lieu résoudre la situation actuelle, qui si elle n’impactera pas le bilan 2021/2022, impactera le bilan 2022/2023." "De 2022-23 à 2024-25, DigitalBits s'était engagé, en septembre 2021, à verser respectivement 23, 27 et 30 millions plus les bonus selon les parcours saisonnier. Si DigitalBits venait à devoir s’évaporer de façon définitive, la perte serait colossale." Il n’y a qu’à l’Inter que l’on voit ça: C’est aussi pour cela qu’on l’aime notre Bien-Aimée ! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  5. Trouver un héritier digne d’un sponsor historique comme Pirelli n’est pas une mission facile, la marque étant devenu quasiment partie-intégrante du maillot Nerazzurro, suite à un partenariat qui a duré 25 ans, et qui était l’un des plus long de l’Histoire du football mondial Révélation de Calcio&Finanza "En 2016 déjà, Erick Thohir, le Président d’alors avec fait les comptes avec cette difficulté: Entre la tentative d'arnaque "Etihad", l'Inter s’étant retrouvée dans les filets d'un faux intermédiaire de la compagnie aérienne qui avait mis sur la table une fausse proposition de 25 millions d'euros, et le manque d'alternatives, c'est finalement le renouvellement avec Pirelli jusqu'en 2021 qui avait eu lieu, mais avec des chiffres de base revu à la baisse. Si le maximum perçu pour la saison 2020/2021 , s’est élevé à 24,9 millions d'euros, cette somme est due aux Bonus, avec une partie des revenus qui a glissé du budget 2019/20 à celui de 2020/21 étant donné la conclusion de la saison 2019/20 entre juillet et août en raison du Covid-19." "La volonté de l’Inter était de parvenir à augmenter ses recettes, et donc la base fixe, indépendamment des résultats sur le terrain. Le minimum fixé devait être d’au moins 30 millions d’euros, un diktat établi directement par le Président Steven Zhang, qui a d’ailleurs refusé une offre estimée à 25 millions d’euros en provenance d’Hisense. L’objectif était clair : Atteindre ou dépasser le palier des 30 millions d’euros." "Dans les faits, la réalité était bien différente, avec l’Inter qui remportait le Scudetto 2020/2021, en le célébrant avec Pirelli sur le maillot, des nouveautés auront eu lieu en revanche, mais en juillet 2021. A tel point que Nike avait été contraint et forcé de présenter et de distribuer des maillots Nerazzurro de la saison 2021/2022 sans aucun sponsor, certains sont encore disponible sur le site officiel : https://www.nike.com/it/t/maglia-da-calcio-dri-fit-inter-2021-22-stadium-da-terza-NlDQS1/DB5899-011 ." "Fin juillet, le 21, Socios est intronisé :Déjà Main Sponsor de Valence, la plateforme de crypto-monnaie dédiée au football a posé 16 millions d'euros plus des bonus, avec un contrat de quadriennal particulier: Il était déjà prévu, qu'à la fin de la première saison, que Socios ne serait plus le sponsor principal, mais resterait en tant que "Sponsor global des droits publicitaires pour un montant annuel de 1 million d'euros", dans un accord auquel s'ajoute toujours le "Partage des revenus générés par la vente et l'échange des Fan Token", peut-on lire dans les documents du club." "Un nouvel accord a été conclu avec Lenovo, qui, entre-temps, avait été annoncé comme nouveau "partenaire technologique mondial" et sponsor secondaire du maillot d'entraînement. Mais il aurait également pu devenir Main Sponsor si l'Inter l'avait demandé plus tôt, il aurait fait office de sponsor principal, aurait déclaré Lenovo au moment de l'accord avec les Socios, et avec des chiffres encore plus élevés que ceux qui ont été avancés." "L'autre particularité est qu'en septembre 2021, l'Inter a également annoncé l'accord avec Zytara, qui à travers la marque DigitalBits est devenu le nouveau sponsor de manche. En outre, DigitalBits est devenu la "Crypto-monnaie mondiale officielle" et Zytara le "Partenaire bancaire numérique mondial officiel" du club." La valeur de l'accord ? "Plus que Socios : 85 millions d'euros plus des bonus dans un contrat de quatre ans, dont 5 millions d'euros la première saison et le reste réparti sur les années suivantes. Sans surprise, en effet, dès janvier 2022, l'Inter a confirmé que DigitalBits deviendrait le nouveau Main Sponsor, en remplacement de Socios à partir du 1er juillet 2022." "Socios est donc parti en juin, DigitalBits étant prêt à prendre la relève. Dès les premiers jours de juillet, cependant, des rumeurs ont émergé sur les difficultés de la plateforme fondée par Al Burgio : le 12 juillet, un article de Tuttosport a fait la lumière sur des premiers problèmes, mais le club Nerazzurro avait tout balayé d’un revers : Ce même 12 juillet, l'Inter dévoilait d’ailleurs son nouveau maillot, sur lequel est représenté le logo DigitalBits, sans toutefois que le nouveau sponsor principal soit annoncé en tant que tel. Au contraire, dans le communiqué de presse de lancement du nouveau maillot, il n'y a que ce passage : "L'innovation est aussi une valeur qui caractérise les partenaires du nouveau maillot, DigitalBits et Lenovo". Aucun commentaire, aucune autre déclaration." "Ainsi, nous arrivons aux dernières nouvelles, relancées par Il Sole 24 Ore : De nouveaux retards dans les paiements et le choix de l'Inter de masquer le logo DigitalBits du site de la section partenaire, alors que la Roma, qui l’a toujours DigitalBits comme sponsor maillot, ne signale actuellement aucune difficulté dans les relations et les paiements." "L’ordre actuel est de limiter la communication et la visibilité possible à DigitalBits même si celui-ci ne peut pas être caché sur le maillot. Toutefois, dans les tableaux d'affichage sur les lignes de touche à la fois à l'entraînement et en match, et sur tout autre choses, celui-ci est peu à peu. La confirmation est venue des images de la séance d'entraînement commune avec Pro Sesto des Nerazzurri de Simone Inzaghi." "Alors que lors du test contre Novara il y a une semaine, le logo DigitalBits ressortait, lors du match d'hier contre Pro Sesto, il n'y avait que la mention Inter avec le logo du club. Alors que du côté de l'Inter, on ressent de la nervosité, il se dit que les parties travaillent pour résoudre le problème " (c'est-à-dire qu'on attend de voir si la marque pourra payer ce qui lui est dû), du côté de DigitalBits/Zytara, on se concentre sur les différentes annonces, des annonces qui auraient pu avoir lieu ce 29 juillet, mais dont rien n’a été émergé lors d'un événement sur les crypto-monnaies organisé par DigitalBits à Monte Carlo." "Ce 29 juillet, la publication d'un livre blanc sur la stratégie future de la plateforme était attendue, mais elle a été reportée car des "annonces importantes" sont attendues. Cependant, DigitalBits n'a pas encore pris de position officielle sur la situation de l'Inter. Dans le groupe officiel Telegram, chaque demande d'information était rétrogradée en FUD, un acronyme utilisé principalement dans les chats et les forums qui dérive de l'abréviation de "peur, incertitude et désinformation", en substance la circulation de fake news pour frapper la crypto-monnaie." "Cette première phase a également été suivie d'une phase de bannissement de tout message ayant pour sujet l’Inter. La seule explication donnée sur les indiscrétions par l'un des Administrateurs, dont le lien avec la plateforme n'est cependant pas clair, à savoir qu’il n’y a aucune certitude que l’utilisateur qui gère la chaîne le fasse au nom de la société ou d’ employé) est la suivante : "Zytara est toujours le principal sponsor global de l'Inter et DigitalBits est toujours présent sur le maillot. Nous ne nous exprimerons pas au nom de Zytara sur la manière dont elle gère les relations avec ses partenaires. "Nous ne tolérons en aucun cas le FUD. En outre, nous ne pouvons pas répondre à toutes les rumeurs qui surgissent". "Ces dernières semaines, DigitalBits avait répondu à certaines questions générales des utilisateurs. Par exemple, on y lit : "Quels sont les revenus actuels de DigitalBits/Zytara ? Et quelles sont les prévisions pour l'avenir ? DigitalBits est une blockchain, tandis que Zytara construit aujourd'hui une application bancaire mobile du futur: Les deux projets sont gérés indépendamment et ont des objectifs différents. Toutefois, lorsqu'il s'agit de créer des produits et des applications sur une blockchain, Zytara s'engage à utiliser DigitalBits. DigitalBits Blockchain est une couche 1 qui crée une valeur économique basée sur le volume des transactions et la liquidité globale verrouillée ou pariée au sein du protocole." "En termes simples, avec le lancement du jeton Mainnet, DigitalBits sera désormais entièrement accessible à l'ensemble de la communauté tout en étant une blockchain fonctionnelle depuis plus d'un an, ce qui permettra à un grand nombre de nos partenaires de l'écosystème d'utiliser le réseau. Cela se traduira par des transactions qui créeront des frais et des revenus de protocole, de la même manière que toutes les blockchains créent des revenus." Au sujet du parrainage, il est également indiqué : "Pouvez-vous nous donner une idée de la manière dont le projet sera financé ? La Fondation DigitalBits dispose-t-elle de fonds suffisants pour payer les engagements de parrainage et financer le développement de la blockchain ? La Fondation DigitalBits ne paie aucun parrainage, tous les parrainages sont financés par Zytara." "Il n’est donc clairement pas repris ni fait part des difficultés de la plateforme que sur le fait que l'accord est en fait conclu entre Inter et Zytara. Alors, que se passe-t-il ? Pour l'instant, on attend. Si DigitalBits ou Zytara parviennent à respecter ses engagements, la relation se poursuivra évidemment. Sinon, mais ce n'est qu'un dernier recours, il n'est pas exclu que le logo de la plateforme soit également retiré du maillot de jeu. Ce qui est certain, c'est que les retards de paiement n'aident pas Inter sur l'aspect même où elle a eu le plus de difficultés ces dernières saison : Donc le plan économique, à savoir celui des liquidités." L’avis de Marco Bellinazzo La question concernant les retards de paiement de DigitalBits est devenue un cas réel: "Un autre effet secondaire négatif de l'impasse de paiement est que l'Inter ne peut pas signer d'autres accords lucratifs, tels que ceux avec Sorare (carte) et Onefootball (Nft) signés par d'autres clubs par l'intermédiaire de la Lega ou directement". Cela vaut également pour la Roma, un autre club avec lequel DigitalBits a conclu un partenariat." Nous dirigeons-nous vers une scission historique ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  6. En effet, l’Inter a dernièrement officialisé son nouveau maillot avec, en Main Sponsor, DigitalBits. Mais est-ce que ce partenariat est amené à durer dans le temps ? Car comme l’affirme l’Ansa, selon des sources très proches du club, le partenariat entre l’Inter et DigitalBits bat sérieusement de l’aile : "Depuis le 1er juillet, la marque de Cryptomonnaie est devenue le sponsor principal repris sur le maillot de l’Inter, en remplaçant Socios, après avoir signé un accord à l’été 2020, pour un versement de 85 millions d’euros répartis en quatre saisons. L’année dernière, DigitalBits était d’ailleurs le sponsor de manche. Mais dernièrement, la marque a "disparu" de la section "Partner" du site officiel de l’Inter." Selon la presse italienne, Tuttosport en tête, le problème se veut d’ordre financier. "De nombreuses informations font état de retards de paiement de la part de DigitalBits, le sponsor du maillot. L’Inter n’a livré aucun commentaire, si ce n’est à un simple "Nous sommes au travail pour surmonter cette difficulté". Mais qu’en est-il réellement ? "Demain soir à Cesena, à l’occasion de la rencontre amicale entre l’Inter et Lyon, on ne retrouvera pas les Leds publicitaires faisant référence au nouveau sponsor de maillot, qui a été représenté pour la première fois le 12 juillet. Les premiers scintillements dans la relation avec DigitalBits remontent à la fin du mois de juin, lorsque le paiement de 5 millions prévu par l'accord conclu à l'époque en tant que "simple" sponsor de manche n'a pas été honoré. Devant cette impasse, le club Nerazzurro a décidé d'agir." "Les accords pris sont importants : Il y a en jeu 85 millions d’euros répartis en 4 saisons. Si les problèmes qui sont apparus n'affectent pas le bilan clôturé au 30 juin, avec un déficit de 140 millions d’euros, il est clair que si la situation ne se débloque pas, il pourrait être nécessaire de trouver un nouveau sponsor maillot. Il s'agit bien évidemment d’une solution d’extrême recours, même si la maxi trêve automnale pour faire place à la Coupe du monde au Qatar pourrait y contribuer. En effet, la situation n'est pas vraiment des plus encourageante car XDB, le coin lié à DigitalBits, ne vaut plus qu'un dixième de ce qu'il représentait septembre, lorsque le contrat avec l'Inter venait d’être tout juste paraphé." "La situation est d’autant plus extrême avec les Nerazzurri étant donné que la Roma n’a signalé aucun problème en particulier avec DigitalBits depuis un an, probablement parce qu'une partie des sommes de l'accord établi sur trois ans, et plus en particulier la somme estimée à plus de 35 millions avec le club Giallorosso devrait être honorée en cryptomonnaie." "A la Casa Inter, les nouvelles sont peu rassurantes : ces derniers jours s’est clôturé la négociation avec Nike qui prévoit un renouvellement du contrat à hauteur de 24 millions d’euros jusqu’en 2030. Cette revalorisation récompense le travail réalisé par le club depuis son virage sur l’Innovation et la digitalisation. Inter Media House produit plus de 70.000 contenus à l’année, ce qui touche le marché du Lyfestyle qui est très ciblé par la marque Améciaine. Le mérite en revient à Alessandro Antonello, l’Administrateur-Délégué Corporate et son bras droit Luca Danovaro qui sont parvenus à doubler la partie fixe comparée aux chiffres actuels". "D’un autre côté, l’Inter doit compléter le puzzle relatif au sponsor maillot de manche qui, avec Socios.com, était justement DigitalBits, ce qui pourra apporter de nouvelles recettes pour le club, sans oublier la confirmation du partenariat avec Lenovo, sur la partie dorsale inférieure de son maillot. Le tout bien sûr avec l’espoir que le contentieux avec DigitalBits soit réglé, lui qui pour l’instant reste présent sur le maillot, et qui sera d’ailleurs le cas demain à Cesena". L’avis de la Gazzetta Dello Sport Les problèmes économiques de DigitalBits, le Main Sponsor de l’Inter, ont rapidement fait le tour du monde, et la Rosea tente de faire la clarté et d’établir les différents scénarios : "Il n’est pas clairement établi quelles sont les tranches de retard exactes. Ce qui est certain, c’est qu’il y a deux aspects. Le premier : il n’y aura aucun impact quoiqu’il arrive sur le bilan clôturé au 30 juin, une période à laquelle les sommes en jeu ont été honorées. Le second : le Club ne reste pas les bras croisés et répond avec les armes à sa disposition, en retirant DigitalBits de ses propres plateformes. Demain encore, le nom du sponsor disparaîtra des panneaux publicitaires, et il est probable qu’il en sera de même aussi le 6 août à Pescara". "Enfin, la présentation du second maillot que le club avait imaginé lors des 10 premiers jours d’août se verra renvoyé au mois de septembre, car la raison est évidente : le club n’a pas envie d’offrir une telle visibilité en ce moment". Quels scénarii pour l’avenir ? "Changer de sponsor en cours de route semble être terriblement compliqué, il suffit juste d’imaginer le nombre de maillots déjà écoulés, mais cette situation n’est pas à exclure dans une optique future, à meilleure raison que la cryptomonnaie vaut aujourd’hui un dixième de sa valeur, comparée à ce qu’elle valait sur le Marché." Le Corriere rentre dans la danse "Selon des sources proches du club, tous sont au travail pour parvenir à une solution, une solution qui pourrait avoir des répercussions très importantes sur les comptes de l’Inter car DigitalBits avait signé en septembre 2021 un riche contrat de partenariat avec l’écurie milanaise : 85 millions d’euros répartis sur quatre saisons." "Remplacer une entrée de cette dimension ne sera en aucun cas simple, surtout dans un laps de temps aussi rapide : si le contrat venait à sauter, l’Inter devrait mettre en circulations des maillots officiels sans le logo du Sponsor ou avec une nouvelle inscription, des maillots qui ont déjà été écoulés auprès de très nombreux tifosi. Il serait donc possible d’envisager une action légale pour récupérer les dommages qu’une telle situation produirait inévitablement, à moins que les parties ne s’accordent sur une résiliation de l'accord d'un commun accord qui permettrait à l'Inter d'obtenir un quantum qui en atténuerait les conséquences." "De plus, changer de sponsor en cours de route est quelque chose de très inhabituel pour un club du Top , s’il y a très peu de précédent, aucun ne faisait, à l’origine, preuve d’un problème de paiement." Et la Roma ? "Digitalbits sponsorise aussi la Roma et rien n’a filtré sur le fait que le Club GIallorosso rencontre les mêmes difficultés que celles expérimentées par l’Inter. Au jour d’aujourdui, Digitalbits est toujours bien présent sur les maillots romains, son logo est encore exposé sur le site du Club comme Main Global Partner et Main Sponsor. Toutefois, le contrat avec le club de la Capitale présente un accord bien moins retentissant : soit 35 millions d’euros à répartir sur trois saisons." Pensez-vous que l'Inter va tout simplement rompre l'accord avec DigitalBits ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  7. Le site Footy Headlines a dévoilé de nouvelles images officielles du nouveau maillot de l'Inter, un maillot qui voit le retour des rayures classiques pour le plus grand plaisirs des Tifosi après une année catégorisée d’"expérimentale". Pour la saison 2021/22, le club lombard avait misé sur un maillot "différent" avec des rayures moins définies et un graphique plus écaillés censé représenté le Biscione qui est l’emblème de l'Inter et qui est avant tout un serpent. Au lieu de cela, le nouveau maillot revient aux rayures classique avec des couleurs plus vives et le nouveau Main Sponsor Digitalbits, sans oublier la Cocarde célébrant le titre de Champion de la Coupe d'Italie. Le logo Nike est de couleur blanc alors que le blason de l'Inter est dans ses couleurs traditionnelles. L’ensemble présente un graphisme particulier, avec une bande noire qui part d'une manche pour arriver à l'autre de façon continue. Des inserts noirs sont également présents sur les bords des manches. Un short noir et des chaussettes noires complètent le kit. La photo publiée par Footy Headlines est d’autant plus réaliste étant donné que l’on retrouve quelque brides relatif à la Campagne de lancement avec les présences de Nicolò Barella et Marta Pandini. Ce maillot devrait d’ailleurs être officialisé ce mardi, à l’occasion du match opposant les Vice-Champions d’Italie de Simone Inzaghi à Lugano. Vous kiffez ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  8. L’Inter aime se faire attendre et les images du Maillot Home commencent à sérieusement fuiter sur la toile. Preuve en est le très célèbre Footy Headlines qui dévoile ce qui sera, à quelques détails près, le maillot Home Nike 2022/2023 : En attendant la présentation du club, les premières images officielles sont donc dévoilées. Comme vous pouvez le constater, pour l’heure l’armoirie de l’Inter n’est pas reprise tout comme la cocarde de la Coppa Italia, celles-ci seront bien sur lors de l’annonce officielle. Ce nouveau maillot présente donc des bandes assez larges, alternant le noir et un bleu plus clair que celui utilisé pour le maillot de l'Inter 2021/22. Sur la partie supérieure du maillot se trouve une bande noire horizontale, qui descend le long des deux manches (qui comportent également des inserts noirs sur les bords). Le tissage de ce qui sera la "version authentique" du maillot de match est également très spécial, avec de très petits carrés très rapprochés. Les logos de Nike, du nouveau Main Sponsor Digitalbits et de Lenovo, complètent l'ensemble, le tout via des retranscriptions de couleurs blanches. Séduit ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  9. C’est une révélation de La Repubblica, si l’Inter peut se permettre de réaliser un vrai mercato, elle ne le doit pas uniquement au génie de Giuseppe Marotta. Elle doit aussi son salut à Alessandro Antonello qui excelle sur le volet commercial et plus particulièrement sur la thématique des sponsorisations. "23,4 millions d’euros de dettes en provenance des créances chinoises ont été dépréciées, soit une somme que tous, à la Viale Della Liberazione, savent qu’ils ne pourront pas percevoir.Toutefois, dans le même laps de temps, les revenus en provenance de la sponsorisation sont parvenus à exploser via des partenaires travaillant dans le domaine des crypto-monnaies : l'année dernière, Socios a remplacé la marque historique Pirelli comme Main Sponsor en versant 16 millions d’euros plus bonus dans les caisses des Nerazzurri en une seule saison." "Socios.com ne va pas arrêter sa collaboration avec les Milanais, même si à partir du 1er juillet prochain DigitalBits sera imprimé sur les tuniques Nerazzurre, ce qui fera de l’Inter, l'équipe qui reçoit le plus d'argent de son principal partenaire commercial après la Juve, liée à Jeep. DigitalBits, qui en tant que sponsor de manche a d’ailleurs déjà versé 5 millions d’euros aux Nerazzurri pour la saison 2021/22. Mais cette fois-ci, la marque s'est engagée, pour le prochain triennal, à verser 85 millions plus des bonus, à répartir entre les trois saisons, avec une constante croissance." "Enfin, en ce qui concerne le sponsor technique, les négociations se poursuivent avec Nike pour renouveler les termes d'un contrat qui expire en 2024, avec l'objectif de passer de 12 millions d'euros plus primes par saison à 30 millions d’euros. La thématique la plus urgente, pour Antonello, est de trouver celui qui remplacera Lenovo sur le kit d'entraînement, puisque celui-ci sera, à nouveau repris à l'arrière des maillots." Et pour conclure "Outre les cessions de Hakimi et Lukaku et la réouverture des stades, le club a réduit son déficit budgétaire de 246 à 120 millions en un an. Tout n'est pas sombre, puisque Suning a demandé aux dirigeants de clôturer ce mercato avec un excédent positif de 60 millions et une réduction de 15 % de la masse salariale. A cela, il faut ajouter le Settlement Agreement qui est en cours de rédaction avec l'UEFA, et qui exigera plus de rigueur dans les comptes de l'Inter, comme dans une trentaine d'autres clubs européens.: Quoiqu’il en soit, les signes d'une reprise après la pandémie liée au Covid-19 sont là." Alessandro Antonello, une personnalité sous-estimée médiatiquement parlant mais ô combien précieuse pour l’Inter! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  10. C’est une information en provenance du Corriere Dello Sport : L’année prochaine, avec la présence de DigitalBits en lieu et place de Socios.com, l’Inter sera la seconde équipe a percevoir le plus de la part de son Main Sponsor! "A partir du 1er juillet 2022, DigitalBits remplacera Socios.com qui n'est resté que 12 mois, versant dans les caisses de Viale della Liberazione 16 millions d'euros plus les bonus. Ce qui représente une somme de base qui aura été quoiqu'il arrive supérieure à la 'base' qui était précédemment garantie par Pirelli et ses 12 millions d'euros. La somme convenue avec l'entreprise californienne de Blockchain est cependant bien plus importante : Elle est le fruit d'un contrat signé à l'automne dernier, qui prévoyait la première année en tant que sponsor de manche pour 5 millions d'euros et 85 millions d'euros plus bonus à répartir sur les trois saisons suivantes pour devenir le "Main Sponsor"." "L'annonce du nouveau mariage ne sera probablement pas faite avant la mi-juillet, soit lors de la présentation des nouveaux maillots 2022-23. Ce qui est d'ores et déjà certain, c'est que le montant qui proviendra de Digitalbits augmentera d'année en année et qu'il sera assorti de bonus qui se déclencheront en fonction des qualifications pour les coupes européennes et surtout des trophées remportés." "Comprenez : Le quota de 30 millions d'euros prévu pour la troisième année sera sûrement dépassé, mais cela pourrait aussi se produire lors de la saison précédente. Seul Jeep, le sponsor de la Juve, garantit plus d'argent." Le Saviez-vous ? Suning a confirmé maintenir son "Parrainage" à la Pinetina, qui portera toujours le nom du Colosse chinois. Le nouvel accord annuel pour la saison 2022-23 est toutefois légèrement inférieur aux 16 millions d'euros actuels." "Avec Nike, les négociations se poursuivent pour le renouvellement de l'accord qui expire en 2024 : l'Inter demande une somme estimée entre 30-35 millions par rapport à la base actuelle de 12 plus des bonus." Pensez-vous que l'Inter puisse remercier Nike façon "Pirelli" ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  11. En effet, la situation se complique pour les Blues de Chelsea, entre le "départ" de son Main Sponsor et le blocage des actifs de Roman Abramovich, où l’on retrouve le Club Champion d’Europe. Révélation de Calcio&Finanza "La situation liée à Chelsea n’a aucune influence sur les caisses de l’Inter vis-à-vis de l’opération Lukaku : L’acquisition de l’attaquant belge, par le club anglais, a eu lieu l’été dernier pour la somme de 113 millions d’euros, et le club Nerazzurro s’est déjà garanti de percevoir l’intégralité de la somme: Dans les documents lié à l’émission de l’obligation, on retrouve une trace de cette négociation." "Romelu Lukaku à été transféré Chelsea pour 113 millions d'euros (au net de la contribution de solidarité de la Fifa), cette somme a été partiellement perçue : Directement pour 22,6 millions d'euros et indirectement, via un affacturage, pour 22 millions d'euros, selon le plan de paiement défini, le reste sera perçu dans les douze mois à venir." Qu’est-ce que l’affacturage ? "L'affacturage est une technique de financement et de recouvrement de créances mise en œuvre par les entreprises et consistant à obtenir un financement anticipé et à sous-traiter cette gestion à un établissement de crédit spécialisé : l'affactureur ou, en anglais le factor." En conséquence Chelsea n'apparaît pas parmi les Clubs qui ont un crédit avec l’Inter: "Au 30 septembre 2021, l’Inter disposait de créances d'affacturage à hauteur de 84,7 millions d'euros, qui faisaient référence à "la cession sans recours de certaines créances du Chelsea Football Club Limited à un factor, et qui seront encaissées dans les douze mois à venir sur la base de l’accord d'achat et de vente établi avec le factor", explique le club Champion d’Italie En cas de difficultés de trésorerie pour Chelsea, le problème ne se reflétera donc pas sur les comptes de l’Inter, mais plutôt sur l'institution financière qui a repris cette dette (ou créance si vous préférez) de Chelsea. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  12. Après un peu plus d’un quart de siècle, l’Inter et Pirelli ont décidé de mettre un terme à l’aventure les liant au Main Sponsor lors de la saison 2020/2021. Depuis lors, Socios.com a pris le relais pour cette saison, par le biais du logo $Inter Fan Token, soit un accord qui a permis à l’Inter d’encaisser 16 millions d’euros. Cette somme n’est que provisoire vu qu’elle est liée aux résultats sportifs, il suffit déjà d’imaginer une revalorisation avec la conquête de la Super Coupe d’Italie. Mais si Pirelli a quitté le maillot Nerazzurro, celui-ci n’a pas définitivement quitté le club milanais. Comme le révèle Calcio&Finanza, Pirelli est devenu le Global Tire Partner, un rang qui permet à l’Inter de percevoir quelques fonds jusqu’au 30 juin 2024. "Pirelli a été le sponsor maillot de l'Inter de 1995 jusqu'à la fin de la saison 2020/2021. Nous avons reçu 19,1 millions d'euros, 11,5 millions d'euros et 25,0 millions d'euros (hors TVA) sur base de l’accord conclu pour les exercices comptables clos les 30 juin 2019, 2020 et 2021", peut-on lire dans la documentation du Club "Sur base de l’accord de sponsorisation actuel avec Pirelli, accord qui a vu Pirelli devenir notre Global Tire Partner, et qui durera jusqu'en juin 2024, Pirelli dispose du droit de faire de la publicité pour ses propres produits au Stade Giuseppe Meazza et sur le matériel promotionnel de l'Inter, sans oublier certains droits d'hospitalité. En contrepartie, nous recevrons une redevance annuelle de 2,9 millions d'euros pour chaque saison de parrainage." L’Inter et Pirelli, une affaire qui "roule" ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  13. C’est une information en provenance de Calcio&Finanza, DigitalBits sera le nouveau Main Sponsor de l’Inter à partir de la saison prochaine, la rumeur qui enflait ces derniers mois, a été confirmé par le Management Nerazzurro. Lors du roadshow du club avec les investisseurs, dans le cadre de l’émission de la nouvelle obligation de 415 millions d'euros, la Direction a confirmé qu'à partir de la saison prochaine, il y aura une nouvelle marque sur le maillot de Handanovic & Cie : Socios disparaîtra au profit de DigitalBits, déjà présent sur la manche gauche du club. Socios avait signé un accord avec l’Inter en qualité de Global Main Jersey Partner pour une somme à hauteur de 16 millions d’euros plus des bonus liés aux performances sportives et un accords sur base des revenus générés par les Fans Token. A dater de la saison prochaine et jusqu’à la saison 2024/2025, Socios restera présent, mais en qualité de Global Sponsor Advertising Rights à hauteur d’une somme annuelle équivalente à 1 million d’euros. Dans le cadre de cet accord le partage des revenus générés par la vente et l'échange des Fans Token est maintenu. A partir de la saison 2022/2023, nous retrouverons donc DigitalBits en Main Sponsor. Actuellement, la marque de DigitalBits est l’ "Official Global Cryptocurrency" tandis que Zytara est l' "Official Global Digital Banking Partner." L’accord convenu cours jusqu’au 30 juin 2025 pour un total de 85 millions d’euros plus des bonus liés aux performances sportives. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  14. Les recettes en provenance des Main Sponsor ont augmenté en Serie A pour cette édition 2021/2022. Comme le référencie Calcio&Finanza qui relaye La Gazzetta Dello Sport, l’intégralité des clubs italiens percevront 198 millions d’euros sur la base de l’ensemble des contrats, plus d’éventuels bonus, contre 169 millions d’euros pour la saison 2020/2021 et 162 millions d’euros pour la saison 2019/2020. L’explosion de la Cryptomonnaie La référence est liée aux partenariat commerciaux. Et à l’exclusion des fournisseurs techniques (tel que Nike, Adidas) il existe quatre emplacements où il est possible pour chaque club de monétiser des espaces sur le maillot : Sur l’avant du maillot : main sponsor et Co-sponsor, Sur le dos du maillot et sur la manche Les clubs n’ont pas tous fait usage de ces emplacements, trois d'entre eux ne disposent même pas d’un Main Sponsor: il s’agit du Genoa, de la Spezia et de Venezia qui arbore le nom du Club et de la Ville sur son torse. On retrouve le boom de la Cryptomonnaie en qualité de sponsors de manche, sept Clubs en ont fait usage : L’Inter, la Juventus, la Lazio, Le Milan, Le Napoli, La Roma, et la Spezia. Pour certains Clubs, les contrats liés avec les entreprises actives dans le monde des crypto-monnaies leur permettent d’être Main Sponsor et d’être, à juste titre, considéré comme des partenaires principaux. La Fiorentina et Sassuolo, les deux intruses La Juventus confirme sa première place en percevant globalement 57 millions d’euros, dont la partie la plus importante provient de Jeep. Elle est suivie par la Fiorentina, dont ses 26,2 millions d’euros sont quasiment tous en provenance de la Mediacom de Rocco Comisso. Cet accord est très certainement le plus rémunérateur vu que Mediacom est une société fondée par le Président du Club toscan ce qui est considéré comme une "partie liée." A la troisième position on retrouve l’Inter de Suning qui perçoit 26 millions d’euros fixe via les sponsorisations de Socios.com, Lenovo et DigitalBits. Sassuolo (18 millions d’euros en provenance de Mapei) et le Milan (15 millions d’euro en provenance d’Emirates et BitMex) complètent le top 5 Voici le classement complet 1. Juventus – 57 millions d’euros (Jeep, Cygames, Bitget) 2. Fiorentina – 26,2 millions d’euros (Mediacom, Estra, Prima.it) 3. Inter – 26 millions d’euros (Socios, DigitalBits, Lenovo) 4. Sassuolo – 18 millions d’euros (Mapei) 5. Milan – 15 millions d’euros (Emirates, BitMEX) 6. Napoli – 11 millions d’euros (Lete, MSC, Amazon, Floki) 7. Lazio – 8 millions d’euros (Binance – 30 millions d’euros sur le triennal et Frecciarossa) 8. Roma – 8 millions d’euros (DigitalBits, Hyundai) 9. Atalanta – 7 millions d’euros (Radici, Plus 500, Automha, Gewiss) 10. Cagliari – 4 millions d’euros (Tiscali, Regione Sardegna, Arborea, Ichnusa) 11. Torino – 4 millions d’euros (Beretta, Suzuki, EdiliziAcrobatica, N.38 Wuber) 12. Bologna – 3 millions d’euros (Selenella, Facile Ristrutturare, Scala, Illumia) 13. Sampdoria – 1,9 millions d’euros (Banca Ifis, Regione Liguria, Evo, Ibsa) 14. Udinese – 1,9 millions d’euros (Dacia, Prosciutto San Daniele, Bluenergy) 15. Empoli – 1,6 millions d’euros (Computer Gross, Sammontana, Saint-Gobain, Contrader, Pediatrica) 16. Hellas Verona – 1,5 millions d’euros (Sinergy, Restructure 5.0, Vetrocar) 17. Genoa – 1 million (Regione Liguria, Synlab, LeasePlan) 18. Salernitana – 1 million (Re d’Italia Art, Caffè Motta, Etè, Distretti Ecologici) 19. Spezia – 1 million (Regione Liguria, Iozzelli Piscine, Bitci) 20. Venezia – 0,6 millions d’euros (Becher, DR Automobiles Group) L’Inter améliore nettement sa position, il était temps de quitter Pirelli ! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  15. D’un sponsor spécialisé en pneumatique à des sponsors numériques.....C'est un fait, l’Inter a dû se renouveler afin de pouvoir engranger de biens meilleures recettes que celles obtenues ces dernières années. Révélation de Calcio&Finanza Au 30 juin 2021, l’Inter a décidé de ne pas renouveler son accord de "Main Sponsor" avec Pirelli : Le contrat avec l’Azienda de Bicocca offrait une base fixe de 12 millions d’euros plus des bonus liés à des résultats particulièrement bons : A tel point que pour la saison 2018/2019, la qualification à la Ligue des Champions avait permis de toucher 19 millions d’euros. Le fait de ne pas avoir renouvelé cet accord a "libéré" bien plus d’espace sur le maillot : En effet, Pirelli disposait de l’exclusivité pour l’ensemble de la tenue, à tel point que l’on retrouvait comme rétro sponsor aussi sa marque Driver. Pirelli avait toutefois lâché du lest, uniquement en 2020, lorsque le club était à la recherche d’un sponsor "manche" (Remember IC Markets qui s’est terminé devant les tribunaux.) La recherche d’un nouveau sponsor pour le maillot n’a pas été une tâche aisée, la pandémie liée au Covid-19 s’additionnant aux requêtes importantes du club, requêtes qui ont été considérée comme exagérée par certaines entreprises telle que Hisense, selon les indiscrétions. A cela, il faut ajouter le départ du Directeur Commercial, l’ancien du Real Madrid Jaime Colas. Malgré tout, l’Inter a su aller de l’avant : A la fin du mois de juillet, l’Inter a tout de même dévoiler son nouveau sponsor maillot : La plateforme de Blockchain Socios.com: L’accord officiel prévoit un contrat annuel avec une option pour sa prolongation et une clause d’éviction en cas de meilleur offre. Socios verse 20 millions d’euros à l’Inter et est présent en qualité de Main Sponsor sur les différentes jeu de maillot avec le logo "Fan Token Inter" Dans le même temps, Lenovo, qui s’était aussi manifesté pour devenir le sponsor principal, a amplifié son partenariat avec l’Inter, en devant son nouveau rétro-sponsor pour une somme de 6 millions d’euros par saison. Enfin, jeudi dernier, le club a annoncé un accord quadriennal avec DigitalBits (qui devient le sponsor de manche) et Zytara qui devient l’Official Global Digital Banking Partner à hauteur de 85 millions d’euros, soit une moyenne de 21,25 millions d’euros par saison. Zytara remplace, de la sorte, le Crédit Agricole qui versait 1,7 millions d’euros, plus 400.000 de bonus, lors de la saison 2020/2021. Analyse D’une façon générale, les nouveaux accords ont permis à l’Inter de tripler ses recettes au niveau de la sponsorisation liée aux maillots, avec une croissance de +245%! Les accords non-renouvelés au 30 juin : Pirelli: 12 millions (plus bonus pouvant aller jusqu’au double : En 2018/2019, le club a perçu 19 millions d’euros en se qualifiant en Ligue des Champions) Crédit Agricole: 1,7 millions (400.000 euros de bonus entre la Ligue des Champions et le Scudetto 2020/2021) Soit un total de base de: 13,7 millions d’euros Les nouveaux accords : Socios: 20 millions d’euros Lenovo: 6 millions d’euros; Digitalbits: 6 millions d’euros Zytara: 15,25 millions d’euros (estimation moyenne) Soit un total de : 47,25 millions d’euros Au niveau national, la leader de ce marché reste la Juventus qui encaisse plus de 100 millions d’euros suite à ses accords signé avec Adidas, Jeep (la marque fait désormais partie de Stellantis, dont l'actionnaire majoritaire est Exor, la holding de la famille Agnelli-Elkann) et Cygames. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  16. Adrien Tsagliotis pour le Journal du Net a interviewé, le 14 octobre 2020, Alexandre Dreyfus, le Ceo de Socios.com. Internazionale.fr a le plaisir de vous proposer cette entrevue ô combien intéressante, pour mieux cerner celui qui est en passe de devenir l'héritier de Pirelli en qualité de Main Sponsor de l'Inter: "Acteur historique du Web français, cofondateur de Winamax, Alexandre Dreyfus combine désormais blockchain, cryptomonnaie et gamification pour aider les clubs de foot à générer des revenus supplémentaires." JDN. Quel est le concept de Socios.com ? "Socios.com est une plateforme qui permet aux clubs et équipes de sport d'augmenter l'engagement de leurs fans et de mieux les monétiser. Le concept s'inspire des "socios", cette catégorie de supporters dans le football espagnol qui participe aux décisions de leur club. Nous permettons aux supporters d'acquérir des Fan Tokens, un actif numérique qui leur garantit une part d'influence et un droit de vote pour certaines décisions." "Nous apportons ainsi une nouvelle source de revenus aux clubs avec lesquels nous travaillons - à l'image du PSG, de la Juventus ou du FC Barcelona, en leur permettant de monétiser leur communauté de supporters à travers le monde. Socios.com fonctionne avec la blockchain et cryptomonnaie Chiliz ($CHZ, ndlr). L'entreprise, basée à Malte, emploie désormais 70 employés, contre 12 en 2018." Comment avez-vous réussi à convaincre ces grands clubs ? "La réalité est que la grande majorité des supporters d'un club ne se trouvent pas dans leur stade. Parfois, ils n'habitent même pas dans la ville ou le pays du club. La question pour les clubs est donc la suivante : comment monétiser cette communauté de fans au-delà de la simple vente de maillots et goodies ? Les places dans le stade étant limitées et les contenus exclusifs proposés aux supporters souvent peu attractifs, ces Fan Tokens représentent une nouvelle source de revenus pour les clubs." "De leur côté, les fans obtiennent une reconnaissance digitale. Plus un fan détient de Tokens – dans une limite maximale définie, plus son influence va être importante. Pour vous donner une idée, nous avons vendu l'équivalent de 1,3 million de dollars lors de l'émission des Fan Tokens du FC Barcelone. Bien entendu, la valeur de ces jetons va fluctuer au fil du temps en fonction de l'offre et de la demande." A quel type de décisions peuvent participer les détenteurs de ces Fan Tokens et comment vous assurez-vous que les clubs respectent le résultat des votes ? "Les clubs s'engagent légalement à respecter la décision des fans à l'issu des votes. Dans les contrats que nous avons les clubs, nous leur demandons de solliciter leurs supporters six à quinze fois par an. Les clubs s'engagent légalement à respecter la décision des fans à l'issue de chaque vote. Les questions posées ne concernent cependant jamais la partie sportive où le club garde entièrement la main." "Par exemple, la Juventus a demandé à ses supporters de choisir la musique jouée dans le stade lorsqu'un but est marqué. Cette musique n'avait pas été changée depuis huit ans ! Le design des bus des joueurs a également été sélectionné par les fans. Contrairement aux réseaux sociaux, les clubs peuvent s'adresser directement à leurs supporters à travers le monde puisque leur appartenance a été validée avec l'achat de cet actif numérique." Dans le futur, quels pourraient être les autres avantages pour les propriétaires de ces Fan Tokens ? "Nous lancerons au cours des prochains mois des fonctionnalités de gamification afin d'augmenter l'engagement sur notre application. Nous afficherons notamment les classements des utilisateurs les plus actifs. Nous pensons aussi créer des espaces de discussion privés pour chaque club qui pourront par exemple être réservés uniquement aux détenteurs d'un certain nombre de tokens. Nous réfléchissons également à d'autres fonctionnalités permettant de récompenser les détenteurs de ces Fan Tokens. Par exemple, notre application pourrait comprendre que deux supporters regardent le match dans un même bar et leur offrir des récompenses. Nous avons d'ailleurs annoncé un partenariat avec Visa et la sortie de notre carte de débit baptisée "I am more than a fan". Ces cartes seront-elles aux couleurs de chaque club ? Quels avantages offriront-elles ? "Il faut d'abord vendre ses Tokens en Chiliz (($CHZ) avant de pouvoir convertir cette somme en euros, bitcoins, etc" "Nous commencerons dans un premier temps avec des cartes estampillées Socios.com pour des raisons de simplicité. Mais l'objectif est d'éduquer les clubs. Par exemple, ces derniers pourraient proposer aux supporters détenant plus de 100 Fan Tokens la possibilité d'obtenir une carte Visa aux couleurs de leur équipe. Cette carte permettrait de profiter de plusieurs avantages en lien avec le club et d'obtenir du cashback. Par exemple, nous pourrions offrir 10% de cashback lors d'un achat chez une marque de sport ou dans un bar où vous regardez le match. Les premières cartes seront envoyées à partir de novembre." Est-il possible de convertir ces Fan Tokens en euros ? "Oui. Pour cela, il faut d'abord vendre ses tokens en Chiliz (($CHZ) avant de pouvoir convertir cette somme en euros, bitcoins, etc. Cette opération n'est volontairement pas réalisable sur notre application mais il est tout à fait possible d'envoyer ses Chiliz sur une autre plateforme puis de les convertir. Afin d'apporter davantage de liquidité à notre écosystème, nous avons d'ailleurs annoncé que ces Fan Tokens seraient bientôt disponibles sur d'autres plateformes de crypto-exchange. Cela devrait également donner de la visibilité à ces jetons dont beaucoup ne connaissent encore pas l'existence. Cette disponibilité devrait aussi apporter de la liquidité à tous ceux désirant faire du trading et qui pourront ainsi utiliser d'autres plateformes que la nôtre. Enfin, c'est aussi un avantage pour les clubs qui pourront plus facilement vendre leurs Tokens au plus grand nombre." Comment vous rémunérez-vous ? "Notre métier est celui d'une marketplace : nous nous chargeons de créer et d'émettre les Tokens pour le compte des clubs puis de les vendre sur différentes plateformes. A l'instar du modèle Apple, nous prélevons une commission moyenne de 30% des revenus générés par les clubs." Outre le football, quels sports visez-vous ? "Nous donnerons la possibilité aux fans d'acheter des Tokens directement sur le site Internet des clubs" Nous avons par exemple créé un Token pour l'UFC. On peut imaginer que ce jeton pourrait donner droit aux fans de sélectionner les combattants. Nous nous sommes également lancés dans l'e-sport où nous avons déjà collaboré avec plusieurs équipes. Même si les fans d'e-sport sont une génération qui dépense généralement moins, l'avantage est qu'ils sont déjà très éduqués en matière de digital. Pour les équipes d'e-sport, les Fan Tokens sont une réelle opportunité puisque, contrairement aux clubs de football, elles n'ont pas beaucoup d'autres sources de revenus. Elles ont aussi moins de contraintes – pas de stars à gérer, et peuvent donc interagir avec leurs communautés de fans plus fréquemment." Comment voyez-vous Socios.com dans cinq ans ? "Nous sommes dans une phase d'apprentissage et il nous reste encore beaucoup à accomplir. L'objectif est évidemment d'acquérir toujours plus de fans afin de faire grandir l'écosystème. Nous visons plusieurs dizaines de clubs dans les prochains mois et, à terme, plusieurs centaines. A l'avenir, mon souhait serait d'intégrer également les partenaires des clubs. Par exemple, un détenteur de Fan Tokens du PSG pourrait bénéficier d'avantages chez Accor, un partenaire du club. L'idée serait de créer davantage de lien entre le club, ses supporters et ses sponsors." "Aujourd'hui, la Turquie est notre premier marché mais voulons continuer à grandir partout dans le monde afin de devenir un partenaire solide dans le domaine du sport et de l'innovation. Je considère Socios.com comme une fintech du sport avant d'être une entreprise de la blockchain. Nous voulons devenir la fintech leader dans le monde du sport et du divertissement." Est-ce qu'il sera possible d'utiliser ces Fan Tokens depuis les applications mobiles et sites Web des clubs ? "D'ici la fin de l'année, nous donnerons la possibilité aux fans d'acheter des tokens directement sur le site Internet des clubs, ce qui devrait nous donner encore davantage de visibilité. L'application Socios.com sera toutefois nécessaire pour utiliser ces Tokens. Nous prévoyons de créer une API permettant de gérer son wallet depuis l'application mobile des clubs." Qui est Alexandre Dreyfus ? Alexandre Dreyfus est un serial-entrepreneur français. Il démarre sa carrière en créant une agence Web qu'il revend à Publicis en 1997. Il crée dans la foulée le guide Webcity à la fin des années 90 puis cofonde le site de poker et paris sportifs Winamax. Il revend ses parts à Patrick Bruel et Marc Simoncini (Meetic) et part s'installer à Malte où il crée Chilipoker en 2006. Il lève l'équivalent de 60 millions de dollars en crypto-monnaie en 2018 pour financer la blockchain et cryptomonnaie Chiliz, spécialisée dans le domaine du sport et du divertissement. Socios.com, une plateforme dédiée à la monétisation et à l'engagement des fans de sport, est la première application de Chiliz. Adrien Tsagliotis - JDN
  17. L’Inter championne d’Italie se prépare pour la saison à venir. Si l’objectif annoncé par Simone Inzaghi est de défendre le Scudetto, hors du terrain, l’objectif de Steven Zhang est de parvenir à trouver un Main Sponsor qui remplacera Pirelli après 26 ans de partenariat. Selon Sky Sport, Socios.com, une plateforme axée sur la technologie du Blockchain (cryptomonnaie) serait en position de favorite. Celle-ci est déjà partenaire de très nombreux clubs parmi lesquels on retrouve le Fc Barcelone, l’Atletico Madrid, le Paris Saint-Germain, la Juventus, le Milan, Manchester City, les Corinthians, et l’Atletico Mineiro, on retrouve également l’équipe nationale d’Argentine Qui est Socios.com ? Socios.com, a comme objectif d’impliquer toujours plus les supporters dans la prise de décisions de leur club, à travers la capacité de voter. Socios.com est d’ailleurs le Main Sponsor de Valence. Il a d’ailleurs émis le Fan Token $VCF qui sera repris sur le maillot du club ibérique. Il s'agit d'un outil qui permet aux supporters d’interagir avec le club. Outre l’Inter, Socios.com sera donc repris également les maillots du club espagnol pour la saison 2021/2022. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  18. Comme le révèle le site spécialisé Esvaphane des images d'un maillot d’avant-match de l’Inter a été mis en vente dans certaines enseignes. Si celui-ci vient à se confirmer, on retrouvera la thématique dominante du serpent, avec la couleur noire comme couleur dominante, accompagnée de rayures bleues. Des similitudes proches des rumeurs relatives aux maillots Home et Away qui n’ont toujours présenté étant donné l’absence actuelle du Main Sponsor Qu’en pensez-vous ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  19. Steven Zhang le Président de l’Inter, Championne d’Italie s’est livrée sur la conquête du Scudetto, mais également sur d’autres thématiques telles que le gouffre abyssal financier dû à la fermeture des stades…. Son interview à la presse chinoise La victoire du Scudetto "J’en suis très fier, c’était un moment spécial pour tout le peuple interiste, pour les Tifosi, pour Milan. Lors de ces neufs dernières années, nous faisions face à un adversaire redoutable qui avait toujours gagné. La dernière fois que nous avions remporté le championnat remonte à onze années. Cela démontre que notre travail, lors de ces cinq dernières années est allé dans la bonne direction. Objectivement, voir toute la ville et les tifosi heureux était quelque chose de satisfaisant." Les tifosi étaient, hélas, absents du stade durant toute la saison. Qu’est-ce que cela signifie pour un grand club comme l’Inter ? "Malheureusement, la pandémie a changé l’environnement du football international et cela a impacté de nombreuses industries, et plus particulièrement celles engagées dans les services offline. L’industrie du football, et du sport, a été durement touchée. Les tifosi ne savent plus voir physiquement les rencontres, de nombreux vendeurs et restaurant sont restés fermés. Cela a effectivement marqué notre secteur." "Si l’on se fie uniquement sur la saison 2019-2020, l’industrie du football européen semble avoir perdu entre 2 et 3 milliards d’euros. Sur l’ensemble des deux saisons, les pertes ont doublée pour rejoindre les 5 à 6 milliards d’euros, cela a impacté de nombreux clubs et de nombreuses personnes du monde du football." "Nous ne récupèrerons pas ces chiffes rapidement....tant de situations ne reviendront pas à la normale comme ce fut le cas lors de l’ère pré-covid: A présent, tous les clubs doivent penser à réduire les dépenses et à maintenir une soutenabilité lors des années à venir. Il faudra se reprendre, suite à l’impact de cette épidémie, dans le temps." "Il faudra penser à savoir comment attirer l’attention des tifosi, de penser à savoir comment faire usage des plateformes digitales, des réseaux sociaux pour satisfaire ceux qui ne savent pas venir au stade, soit les Tifosi qui regardent les rencontres depuis leurs maisons." "Nous devons nous concentrer sur cela à présent, mais nous étions déjà au travail, avant la pandémie, pour établir un système d’infrastructure stable au club. Nous avons mis au point de nouveaux produits depuis l’épidémie et nous avons apporté quelques adaptations à notre système." La thématique sur la Super League sera-t ’elle de retour sur la table, à l’avenir ? "Je pense que cette série d’événements nous a inspiré : Nous devons collaborer avec la FIFA et l’UEFA pour améliorer la qualité du jeu, pour savoir quels changements doivent être apportés au mercato, pour écouter les souhaits des tifosi et pour savoir comment il est possible de leur offrir une meilleure expérience." "L’épidémie nous a poussé dans cette vision nécessaire de changement, d’innovation. Peu importe quelle sera la méthode utilisée, il est impératif de savoir qu’il est nécessaire de comprendre le marché, de comprendre quelle sera la situation post-pandémique, de changer le système du football et de l’améliorer." Président, vous avez déclaré vouloir reconquérir l’attention des supporters et établi des programmes afin d’attirer de nouveaux tifosi. N’êtes-vous pas inquiet par le fait de rester éloigné de l’Inter de ne la vivre que par le biais des plateformes digitales ? "C’est une nouvelle façon de concourir avec les autres clubs : Nous devons être bon pour offrir des contenus toujours plus intéressants afin d’attirer les consommateurs. Objectivement, j’estime qu’il y a une nouvelle génération de jeunes de mon âge qui prêtent plus attention aux médias digitaux, nous savons qu’il y a une sorte de compétition, mais que cela reste aussi une opportunité pour nous d’avoir plus de tifosi" "Les plateformes de médias digitaux vous offrent de meilleures opportunités pour vous rapprocher de ces tifosi, de ces consommateurs, qui par le passé, n'étaient pas possible à atteindre. Pour se battre sur ces plateformes, nous devons nous assurer que notre secteur est capable de fournir des contenus toujours plus intéressants, surtout en dehors de terrain de jeu." "Je pense donc qu’il est bénéfique que nous visions les jeunes qui sont les plus attirés par ce type de plateforme, que nous analysions aussi quelle est la tranche d’âge de ces personnes, et que nous songions à leurs proposer différents contenus." Quel est l’importance de viser les marchés étrangers pour le futur du club ? Comme par exemple, le marché chinois ? "Pour un club comme l’Inter, les tifosi italiens seront toujours la base, la partie la plus importante, mais la globalisation de l’industrie sportive et de l’ère de l’information, de la production de contenus, est devenu globale comme l’est justement le nom de notre propre club, plus "Internazionale"." "Le club représente des idées et des concepts culturels et internationaux différents. On constate que la moitié du public provient de l’étranger et la Chine est certainement un marché important. Les tifosi qui s’intéressent au club depuis l’étranger ne s’intéressent pas qu’au Calcio, mais ils veulent en savoir plus sur la culture italienne, et sur chaque nouveautés ou information de la ville de Milan: C’est la source de la croissance du marché et cela ne vaut pas que pour nous, mais pour tous les clubs européens." "Le public chinois représente une tranche importante : Nous devons comprendre quels sont les besoins des tifosi qui suivent l’Inter depuis la Chine : Quels sont les contenus intéressants, car ils ne savent évidemment pas suivre le club depuis l’Italie, mais uniquement à travers internet et les cellulaires." Son interview à Sky Sport Le Covid-19 "L’industrie du Sport et, plus en particulier, celle du football doit face à une concurrente inégale sur le marché. Si nous pensons aux statistiques, à la visibilité, au temps passé par les personnes dans le monde du football, tout diminue." "L’expérience a changé, surtout sans les tifosi au stade, à cause du Covid. Nous devons toujours évoluer, rivaliser sur les réseaux sociaux avec les autres sports, pour parvenir à occuper le temps des personnes. Il y a tant de choses à faire en particulier avec les nouvelles générations comme les jeux vidéo, Tik Tok." "En qualité de groupe de divertissement, nous devrons toujours nous questionner sur les produits à introduire sur le marché, aux adaptations à effectuer, à améliorer, là où innover. Les quatre-vingt-dix minutes de jeu ne suffisent plus, les futurs investissements veulent s’engager dans une vision qui va bien plus loin qu’une simple rencontre, en visant d’autres canaux , comme le sociétal, voire les jeux vidéo dont il est possible de faire usage pour les pays où il ne t’est pas simple de voyager comme les Etats-Unis ou la Chine." "Nous devrons être innovant et courageux en nous remettant toujours en question afin de savoir si notre produit est suffisamment consistant pour nos tifosi." La Super League "La meilleure façon d’agir est de trouver une solution en travaillant avec la FIFA et l’UEFA pour arriver à un résultat d’un format de compétition qui sera un jour adapté aux grands clubs, et au plus petits, soit en intégrants toutes les parties prenantes du monde du football." Milan "Milan représente la mode, la créativité, c'est la capitale mondiale pour la formation d’artistes et de designer. L’Inter représente la ville, ou du moins sa moitié. Je travaille ici depuis presque cinq années, en la traversant par toutes ses artères, elle est pratiquement devenu ma maison. Voir les tifosi de cette ville fiers m’a offert des émotions et une connexion très profonde." "L’Inter, pour nous, n’est pas qu’un business, mais c’est aussi de la passion, de la connexion, un échange culturel entre les pays. Le jour où je partirai les personnes seront fier de l’histoire que j’aurais ériger pour le club en observant la salle des trophées et en y retrouvant une nouvelle collection de coupes, les personnes seront fier de notre parcours." Soulever la Coupe "C’est une sensation incroyable, une grande satisfaction d’avoir levé ver le ciel un titre avec des compétiteurs aussi forts, il n’y avait qu’une équipe qui l’avait remporté durant 9 ans de suite, et nous ne l’avions plus remporté depuis 11 ans." "Je ne pensais pas que ce jour n’allais jamais arriver, Tu ne peux pas imaginer ce que tu peux ressentir lorsque tu vois la ville et les tifosi aussi fier, en particulier dans une période aussi difficile dans l’Histoire, pour tous. Dans de nombreux pays, la normalité n’est pas encore revenue." "Apporter de l’espoir, de la lumière est quelque chose de spécial. Je ne sais pas si l’histoire se répétera, mais c’est surement une période qui restera marquant dans la mémoire de millions de personnes." Les sacrifies "Personnellement, le Scudetto est une satisfaction car nous nous sommes beaucoup engagés dans le club, financièrement mais aussi au niveau de l’énergie mentale et physique, afin d’arriver, avec l’équipe, à ce titre." "Un club comme l’Inter doit toujours être compétitif, conquérant ou sur la route pour l’emporter. Ce titre est la démonstration que nous lui avons rendu honneur et que nous avons fait quelque chose d’important pour cette équipe." "Nous avons apporté de la satisfaction à la ville et cela nous prouve que le travail paye malgré les difficultés." Un souvenir inoubliable "La photo de nous tous à Appiano, après la victoire : Tous, avec le staff, l’entraineur. Je vais l’encadrer et la mettre dans ma chambre, elle sera pour toujours dans mon cœur et dans mon esprit." Big Rom "Tous les joueurs sont importants, même ceux qui sont hors du terrain. C’est évident que Lukaku est spécial, et pas uniquement comme joueur, mais aussi comme personne : Il a un grand cœur, il est amical avec tout le monde, affectueux, il est éduqué et fait toujours preuve de respect pour tous. C’est rare de rencontrer quelqu’un avec un cœur aussi grand. Je me souviens, il y a deux ans, lorsque Conte l’a demandé avec insistance, et il a eu raison de nous forcer à réaliser cet investissement économique : C’est le joueur idéal." Le Stade "C’est très important de construire un nouveau stade, une nouvelle structure innovante pour le club, afin d’offrir une expérience de haut niveau aux supporters. Sans lui, nous serons toujours derrières les autres clubs qui ont déjà fourni des meilleures structures à leurs supporters." Le Saviez-vous ? Selon Calciomercato.com, l’Inter va connaitre une "Thohir Bis" En effet, très prochainement, Steven va quitter Milan et aucune date de retour n’est programmée. Si la logique veut qu’il va se lancer à la poursuite du futur Main Sponsor, il semble déjà acté le fait qu’Oaktree deviendra le futur propriétaire de l’Inter En effet, si Suning dispose de trois ans pour rembourser Oaktree selon des consignes très strictes, comme les coupes budgétaires de cette fin de saison, il semble que l’idée réelle du groupe américain sera de "prendre le contrôle du club, une fois les comptes remis en ordre…. Un peu comme l’avait fait Erick Thohir à son époque avant de vendre le club à Suning: Avant le Covid, la machine lancée par Suning tournait à plein régime jusqu'à ce que tout s’arrête, même au niveau du Main Sponsor dont la question a été gelée." Malgré tout, ce 10 juin, la haute direction de l’Inter s’est fait plaisir en s’offrant une petite virée à la Villa d'Este où l’on a pu retrouver l’intégralité du Senior Management du Club pour célébrer la conquête du Scudetto de cette saison. Au centre du cliché, on retrouve Steven Zhang accompagnée de la Coupe ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  20. Ce vendredi 22 mai 2021, une page d’histoire a été tournée avec l’officialisation du retrait de Pirelli en sa qualité de Main Sponsor des maillots de l’Inter. Toutefois un nouveau rôle a été accepté par la marque pneumatique Communiqué officiel "Pirelli va rester aux côtés de l’Inter, mais avec un nouveau rôle : A dater de la saison à venir et jusqu’au terme de la saison 2023/2024, la société va devenir le Global Tyre Partner, après 26 années de présence sur le maillot Nerazzurro." "Les saisons passées ensemble, avec celles à venir, font de ce partenariat, l’un des plus long dans le monde du football : Ce nouveau rapport est le témoignage d’une confiance réciproque entre Pirelli et l’Inter, qui s’est construite à travers tant d’année de passion commune." "Dans ce nouveau rôle qui prend en considération les exigences liées aux stratégies de l’entreprise, en définissant de nouvelles priorités d’investissements en regard aux parts de marchés, d’audience et de pays, Pirelli continue à alimenter les valeurs partagées qui la lie à l’Inter et à valoriser sa propre marque et ses propres produits grâce à la collaboration avec l’équipe. Le partenariat signé prévoit également le développement d’actions communes de marketing et de communication, afin de promouvoir les produits et services de Pirelli, pour les voitures, les motos et les deux roues." "Une longue histoire de passion sportive se transforme et continue. Ensemble, nous avons traversé des périodes difficiles, mais nous avons surtout célébré de très grands succès. Nous sommes fier de pouvoir poursuivre notre rapport avec l’une des équipes de football parmi les plus importantes et les plus connue au Monde, nous sommes fier de rester proche de l’équipe et des Tifosi pour partager de nouvelles périodes de succès et de passions." - Andrea Casaluci, General Manager Operations Pirelli "Nous sommes fier d’annoncer la poursuite du rapport entre l’Inter et Pirelli, une collaboration historique et conquérante qui dure depuis 26 ans. Pirelli fait parti de la Famille Nerazzurra et nous nous souhaitons que ce nouvel accord de partenariat puisse nous permettre d’atteindre, ensemble, de nouveaux objectifs importants." "Le 27 août 1995 Pirelli et l’Inter sont montés, pour la première fois, ensemble sur le terrain. Depuis lors, 26 années de partages sur des valeurs communes et de succès se sont écoulés, en partant par la conquête du premier trophée international conquis sous cette sponsorisation : La Coupe de l’UEFA, au Parc des Princes de Paris, en mai 1998." "Un lien qui a fait le tour du Monde comme le spot iconique de Pirelli en 1998 avec la présence d’Il Fenomeno Ronaldo, dans la pose du Christ Rédempteur de Rio de Janeiro ou par le biais de la présence de caractères chinois reprenant le nom des joueurs sur le maillot lors des célébrations du nouvel-an chinois." "Au total, 14 titres nationaux et 3 titres internationaux, parmi lequel une Coupe du Monde des Clubs et le Triplé….Tels ont été les succès qui caractérisent ce partenariat qui outrepasse le simple objectif de la victoire, il s’agit d’un témoigna de la fiabilité et de la force d’une union indéfectible." - Alessandro Antonello, CEO Corporate du FC Internazionale Milano“ Le saviez-vous ? Marco Tronchetti Provera a remercié Oaktree, tout en encensant la gestion de Steven Zhang à "La politica nel pallone " diffusée sur Gr Parlamento : "Steven Zhang a prouvé qu’il était une personne très sérieuse et très compétente : Il a choisi les bonnes personnes avec, en tout premier lieu l’Administrateur-Délégué Giuseppe Marotta et l’entraineur Antonio Conte : Les résultats ne sont pas arrivé par hasard." Oaktree ? "Le financement américain est une bonne nouvelle. Les difficultés financières sont derrière lui et Zhang s’est montré bon dans l’étude de l’observation et de l’écoute, avant de choisir le meilleur pour l’Inter. Même si nous ne serons plus le Main Sponsor de l’Inter, nous resterons comme partenaire minoritaire de l’Inter pour un lien qui restera dans le temps." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  21. C’est désormais acté : Pas de Bc Partners, pas de Pif, le futur de l’Inter se trouver sous le Drapeau étoilé d’Outre-Manche : L’Ansa, l’organe de presse officiel italien, a confirmé l’arrivée d’Oaktree Capital dans le capital de l’Inter "A la suite d’une procédure de vérification, et en présence d’une vision commune à long terme du projet, une opération de financement au niveau de l’actionnariat a été finalisée aujourd’hui avec le fonds d’investissement Oaktree Capital Management, L.P. Avec ce financement, l’actionnaire continuera à soutenir le Fc Internazionale Milano avec l’objectif de surmonter les difficultés et les opportunités perdues, durant la période du Covid-19." - Tel est le communiqué adressé par l’Inter à l’Ansa qui conclue Que va-t-il se passer maintenant ? Marco Bellinazzo, expert dans le domaine de l’économie appliquée dans le monde du football s’est livré à Sky Sport “Il s’agissait de mois difficile pour l’Inter, comme pour tous les grands clubs : La pandémie a frappé durement le football. Je considère que l’Inter a été l’équipe la plus pénalisée par la fermeture des stades. Elle a se présentera, à présent, avec plus de sérénité pour la saison à venir." "Avec ce financement qui va arriver via la Great Horizon en plusieurs tranches, afin de faire face aux nécessités financières de cette année et de l’année à prochaine : Le financement laisse intact l’actuel axe sociétal: Suning reste l’actionnaire majoritaire avec la LionRock Capital, elle à 31%." "Le financement devra être remboursé dans les trois ans et les actions du clubs restent en gage envers la personne qui a accordé ce prêt. Suning devra payer, mais il se trouvera devant une situation plus sereine comparé à ces dernier mois. L’objectif de Suning n’a jamais été celui de céder le club, encore moins depuis sa Victoire. Il veut le relancer, mais la situation n’est pas entièrement résolue : Il faudra travailler sur les recettes et les dépenses." "L’Inter va, à présent, payer les salaires de mars, même si elle a le temps jusqu’en fin juin. Ensuite elle va devoir réduire le montant des salaires les plus important en tenant compte de l’amortissement de la valeur des joueurs, pour environ 15-20%. Elle veut y parvenir sans dénaturer le projet technique et sans l’affaiblir, Suning souhaite apporter à l’Inter une stabilité entre les Grands d’Europe. La priorité est de trouver le Main Sponsor qui va remplacer Pirelli." Le Mercato? "Elle va devoir en premier lieu travailler sur les couts et sur les bonus : L’idée est celle de réaliser un mercato d’auto-suffisance, en travaillant sur les prêts, voire en interrompant les contrats des joueurs qui ne rentrent plus dans le projet technique." "Le tout en accord avec Marotta, Ausilio et Conte: Ce sera le Mantra des prochains mois, il faut se souvenir qu’outre les clubs anglais, tous se retrouvent dans une même condition : Barcelone, sans le Covid aurait conclu son bilan avec le milliard de recettes, il est à présent contraint de se refinancer : Il sera demandé aux joueurs d’épouser le projet technique de l’Inter." Le Saviez-vous ? Oaktree propriétaire de l’Inter si ..... "Oaktree, fort de son prêt à hauteur de 275 millions d’euros aura en gage les 68,55% de Suning, en plus d’acquérir les 31% de la LionRock. Le fonds d’investissement spécialisé dans les actifs en détresse agira comme Eliott : En cas de défaut de remboursement, il exercera son droit sur les actions pour devenir le propriétaire de l’Inter" - Andrea Montanari, journaliste à Milano Finanza ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  22. Un nouvel Hymne, une arrivée de fonds financiers qui ne feront pas augmenter le cout de la Dette, le nouveau Main Sponsor, c’est un fait, Steven Zhang et le Suning sont de retour L’Hymne de l’Inter Après le changement de Siège, le changement d’armoiries, et le changement de Main Sponsor, l’Inter est en passe de présenter un nouvel hymne qui remplacera le très célébrissime "C’é solo l’Inter", lui qui était revenu au premier plan après le très Moderne "Pazza Inter." Max Pezzali est en pole Comme le révèle la Gazzetta Dello Sport, des contacts ont eu lieu avec le monde musical: "Plusieurs artistes ont été contactés pour proposer une nouvelle composition. Plusieurs d’entre-elles sont arrivées au nouveau siège Nerazzurro." "Giuseppe Pavia, tifoso Nerazzurro s’y est essayé. Mais la personnalité qui a l’avantage se nomme Max Pezzali accompagné du producteur Claudio Cecchetto. Celui-ci aurait déjà été chanté par le Speaker officiel du club Nerazzurro Mirko Mengozzi." "La date de son lancement n’a pas encore été définie mais il ne faudrait pas faire preuve de patiente : Il n’est pas dit que le club décide d’attendre le début de la saison prochaine. Le nouvel hymne pourrait déjà être diffusé avant la fin de ce championnat." Le pari gagné de Steven Une arrivée de flux financier : Oui, une augmentation de la dette : Non. Steven Zhang, via le Suning,est en effet en train de réussir son pari, lui qui est attendu demain à Milan. Bain Capital Credit devrait être l'Elu , le vainqueur du projet de Steven, sans passer par la collaboration avec d’autres fonds. Et Il y a de quoi être fier du Président et du Suning qui ont trouvé la formule appropriée pour obtenir les 250 millions d’euros "Le prêt va être à la charge de la Great Horizon Sarl, soit le groupe satellite par lequel Suning contrôle les 68,55% de l’Inter. Cela veut dire que ce sera à Suning à construire une opération de remboursement de cette dette et non l’Inter." Pour faire face à ce prêt : "La Great Horizon (donc Suning) va s’engager à octroyer une partie des actions du club, mais la future opération de remboursement, et ce y compris les intérêts, seront entièrement à la charge de Suning et non au Club de la Viale Della Liberazione, qui "n’a que sur ses épaules" les fameux 375 millions d’euros relatif à l’émission des obligations." "Suning compte toujours faire entrer un actionnaire minoritaire qui remplacera la LionRock Capital et ses 31%. Mais cette partie de la transaction est postposée à plus tard. Il n’est d’ailleurs pas exclu que Bain Capital Crédit rentre, dans cette seconde phase, comme nouvel actionnaire minoritaire, ce qui offrirait une double opération qui garantirait une certaine solidité au projet Nerazzurro pour son futur proche." Pirelli ne restera pas à l’Inter La Rosea nous fait part d’un colosse asiatique prêt à collaborer à l’Inter: "La certitude est qu’après plus d’une vingtaine d’années sur les maillots, Pirelli ne sera plus repris sur les maillots. Il pourrait également partir définitivement malgré le fait que l’on parlait d’un autre partenariat moins important." "L’Inter, avant la pandémie mondiale, visait à obtenir un partenariat à 30 millions d’euros par saison, contre les 11 millions (+ bonus) proposé par la marque de pneumatique. Il y a deux négociations ouvertes, dont l’une avec un très grand nom chinois, mais celui-ci pourrait rencontrer les mêmes problèmes d’exportations de fonds que le Suning. Si la négociation va se finaliser, elle n’aura pas lieu immédiatement." On parle d’un partenariat à hauteur de 20 à 25 millions d’euros par saison. Mais avant tout, place au Scudetto Steven Zhang va faire profil bas actuellement, au moins jusqu’à ce que le Scudetto soit mathématiquement remporté : La rencontre avec Conte et la Direction, pour définir la ligne directrice du futur Nerazzurro aura lieu une fois le Scudetto acquis : "Un Tricolore historique non seulement pour l’Inter, mais aussi pour la Famille Zhang qui sera la première propriété étrangère à réussir à remporter le Championnat italien." Let's get ready to the Ruuuuuumble! ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  23. Dans l’attente de révéler le maillot de la saison à venir, avec le tant attendu nouveau Main Sponsor, l’Inter a lancé sa nouvelle collection dédicacée aux Tifosi par Nike: Et Il y a énormément de nouveautés et de couleurs dans la Casa Inter..... en passant par la nouvelle armoirie jusqu’au T-Shirt version Biscione Voici les clichés proposé par le site spécialisé Esvaphane Le Sweat-shirt turquoise Le Sweat-Shirt noir Le Biscione Le T-Shirt Validez-vous cette nouvelle collection ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  24. En effet, un des thèmes bouillant sur la table de Steven Zhang sera celui de définir qui sera le successeur de l’Historique Pirelli en qualité de Main Sponsor. Celui-qui qui reprendra l’héritage de la marque de pneumatique devra verser au moins 30 millions d’euros par saison. Révélation de la Gazzetta Dello Sport Avant l’annonce des problèmes financiers, on entendait parler d’un accord proche auprès de trois colosses asiatiques : Hisense, Evergrande et Samsung. Toutefois, tout a été gelé, lorsque Suning a été en proie à d’autres problèmes, mais également à des offres bien inférieures à celle espérées. Le Patron Jindong Zhang a récemment eu une réunion au sommet avec Samsung, mais il n’y a eu aucune confirmation du côté interiste : En effet, parmi les sponsors déjà présent à l’Inter, on retrouve Lenovo: Cela représenterait donc un conflit d’intérêt avec la présence Samsung vu qu’ils couvrent tous les deux, des marchés similaires. Toutefois, une signature avec Samsung reste possible et pourrait passer par l’établissement d’accords au niveau les plus élevés de la hiérarchie, étant donné qu’il existe déjà un partenariat commercial avec Suning. La préférence du Colosse de Nankin a toujours été vers un sponsor de l’Orient, mais il ne faut pas exclure la piste américaine et il faudra faire vite : L’équipementier Nike est déjà au stade de la production des maillots pour la saison à venir et il ne peut plus se permettre d’attendre à l’infini. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  25. Ce sont des journées extrêmement importantes que connait l’Inter. Après avoir présenté les nouvelles armoiries et offert une bouffée d’oxygène à l’Inter, Suning doit s’atteler à acter la thématique relative au sponsor maillot Toutefois, comme le révèle Franco Vanni, Samsung ne peut, pour l’instant, ne pas être pris en considération pour remplacer Pirelli: "Mise à jour sur la sponsorisation de l’Inter : Il n’y a pas encore de nouveau sponsor maillot. La rumeur prétendant à Samsung n’est pas fondée." "Pour élargir la gamme des sponsors, même les secondaires, il faut s’axer sur les secteurs qui ont le moins souffert du Covid : Comme les assurances, les services-web, la cryptomonnaie." Une petite pièce pour Bitcoin ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
×
×
  • Créer...

Information importante

En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. Nous ajoutons des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer votre expérience sur notre site. Consultez notre Politique de confidentialité. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer...