Aller au contenu
×
×
  • Créer...

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'manuel locatelli'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

3 résultats trouvés

  1. Massimiliano Allegri était cité comme grand favori pour remplacer Antonio Conte. Finalement, Giuseppe Marotta aura opté, à juste titre, pour Simone Inzaghi. Le coup de poker gagnant du Padrino ? Analyse du Libero "Les difficultés de la Juventus, en début de championnat, n'ont certainement pas disparu après la victoire difficile sur la Spezia. Beaucoup se demandent désormais si Massimiliano Allegri était vraiment le meilleur choix pour le nouveau cycle de la Juventus." "Peut-être qu'il est plus difficile pour Max de construire que de gagner: Il est parmi les meilleurs entraîneurs du monde, mais était-il le meilleur possible pour cette Juventus ? L'Inter s'est posé cette question après le départ d'Antonio Conte et ils ont opté pour Simone Inzaghi qui semblait être un second choix: A présent, il s'avère être l'Homme idéal" L'avis de Mario Soncerti à TMW Radio Allegri est-il un homme seul aux commandes ? "Il est seul, mais pas aux commandes. Ses difficultés dans sa relation avec les joueurs, qu'il implique étrangement beaucoup dans les défaites, sont le signe d'une communication très faible entre l'équipe et l'entraîneur. Il s'est passé des choses à la Juve dont, si elles étaient arrivées à d'autres équipes, on en parlerait encore. La Juve s'est "abbandonée" pour se reconstruire. Elle a changé d'Adminstrateur-Délégué, de Directeur Général et d'entraîneur. C'est un message que les propriétaires voulaient passer." Pensez-vous que le mercato du mois de janvier va aider Allegri ? "L'augmentation de capital de 400 millions sert à couvrir les dettes. Lors du mercato de janvier, vous faites généralement des prêts. Mais il est significatif que nous pensions déjà à janvier alors que nous sommes en septembre. Les neuf années de domination en Italie, avec deux finales de Ligue des champions, les ont également épuisés." "Ils ont réalisé des erreurs dans le recrutement des joueurs. Locatelli, par exemple, est un joueur du niveau de la Fiorentina, pas de la Juventus". ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  2. Après un match âpre et difficile, l'Italie arrive en quart de finale et affrontera soit la Belgique ou soit le Portugal. Ce récit est la traduction de ''Federico Chiesa’s extra-time missile makes Italy believe in miracles again'' de Jonathan Liew paru sur le site du Guardian. Il n'y avait aucun sentiment d'inévitabilité alors que le ballon atterrissait dans les pieds de Federico Chiesa. Pas de réel sentiment de grâce. 95 minutes de football angoissantes avaient fait tout cela. Comme des boxeurs fatigués lors d'un 13e round, l'Italie et l' Autriche tournaient simplement en rond, attendant de voir quelles jambes céderaient en premier. Un rebond élevé maladroit, forçant Chiesa à contrôler le ballon avec la tête pour l'empêcher de sortir, a simplement renforcé la notion d'un jeu dans lequel rien n'avait fonctionné et dans lequel rien ne fonctionnerait. Et puis via un mouvement du pied gauche, le ballon s'enfonçait dans le filet autrichien, et Chiesa était enterré sous une pile de maillots bleus, et en un instant éphémère, les Italiens étaient de nouveau vivants. L'Italie était à nouveau vivante. Une nuit où l'Italie avait presque cessé de croire aux miracles, le missile de Chiesa semblait être plus qu'un but. C'était comme une bénédiction, une bénédiction et un baiser de la vie. Naturellement même dans la victoire, il y a ici un élément d'anticlimax, étant donné la façon dont les Italiens nous ont charmés lors des phases de groupes. Ce front à trois fluide était introuvable, le milieu de terrain dominant a disparu pendant de longues périodes alors que l'Autriche ripostait avec un nombre et des intentions. Et pourtant, n'importe qui avec la moindre expérience du football de compétition aurait pu prévoir un test comme celui-ci. Pensions-nous vraiment que l'Italie allait se frayer un chemin facile tout au long du parcours? N'était-il pas inévitable que quelqu'un, quelque part le long de la ligne, jette une clé dans les travaux ? Dans l'ensemble, les tournois ne sont pas gagnés et perdus par un beau football. Ils se construisent et se détruisent dans des nuits comme celles-ci: quand les matchs sont serrés et tendus, quand les nerfs sont agités, quand le déterminant ultime de la victoire n'est pas votre palmarès mais votre seuil de souffrance. L'Italie avait joué un football scintillant pour atteindre ce point. Ils avaient mis le feu au tournoi. Mais ils n'avaient pas du tout été obligés de souffrir ainsi. Et ainsi, lors d'une nuit fraîche à Londres, l'équipe de Roberto Mancini ont été enroulés à travers l'essoreuse: secoués et contusionnés, forcés à maintes reprises d'aller à l'endroit douloureux. Le but refusé de Marko Arnautovic en seconde période les avait même contraints à envisager l'impensable. Les remplacements de Mancini, pas seulement les deux buteurs mais même l'introduction tardive d'Andrea Belotti, qui gâche le match, se sont avérés essentiels. La lueur de la victoire, finalement scellée par Matteo Pessina, sera l'analgésique le plus glorieux qu'on puisse imaginer. Il s'agissait certainement d'un test plus difficile, plus rude et plus désagréable que toute l'Italie n'avait encore affronté dans ce tournoi. Contrairement au Pays de Galles, l'Autriche portait en fait une menace importante. Contrairement à la Suisse, ils ont concouru physiquement au milieu de terrain et avaient un plan coordonné pour perturber l'Italie en possession. Contrairement à la Turquie, ils n'ont pas simplement renvoyé le ballon dès qu'ils l'ont reçu. Ils s'apparentent à une équipe de Bundesliga en termes de style et de tempérament, avec leur style vertical singulier et leur presse haute vorace. De toute évidence, l'Autriche avait tenu compte des leçons de la phase de groupes: que la meilleure façon d'atteindre l'Italie est de les forcer à jouer à un rythme plus élevé qu'avec celui ils étaient à l'aise. Et loin de prendre le contrôle du match, l'Italie a commencé à perdre le contrôle au fur et à mesure qu'elle avançait, frappant à plusieurs reprises tout au long des 90 minutes sans jamais vraiment réussir à en tirer une occasion dangereuse. Le but d'Arnautovic, hors-jeu d'une largeur d'une rotule, était un réveil bien nécessaire. Mancini a retiré Marco Verratti sans réelle conviction de son milieu de terrain, a présenté la paire de Pessina et Manuel Locatelli, plus active et plus dynamique, et l'Autriche n'a jamais vraiment semblé gagner après cela. Pessina a rendu le match sûr à la 105e minute, et malgré un but autrichien tardif, l'Italie a réussi à mettre suffisamment d'ordre au milieu du chaos pour progresser. D'une certaine manière, cela pourrait être la meilleure chose qui leur arrive. Ils auront désormais le temps de travailler leurs défauts avant le quart de finale contre le Portugal ou la Belgique: serrer quelques vis, se rendre un peu moins prévisible en attaque et un peu plus dur à contrer. Surtout, ils savent maintenant qu'ils peuvent gagner ce genre de matchs: quand le formulaire sort par la fenêtre, quand tous les plans tactiques sont épuisés, et quand il ne reste plus qu'à se lever et à se battre.
  3. Après un début de saison tonitruant, le parcours de Stefano Sensi sous le maillot de l’Inter a été semé d’embûche, a tel point que son rachat évident est, à présent, sérieusement remis en question. Analyse du Corriere Dello Sport "Arrivé à Milan l’été dernier en prêt avec un droit de rachat, la Direction de l’Inter a un accord verbal avec le club d'Emilie-Romane, mais les évènements extra-sportif et les blessures à répétitions ont fait naître de nouvelles évaluations" Report du rachat "Avec Sassuolo, il existe un engagement moral pour son rachat à titre définitif : Le Club de la Viale Della Liberazione devra débourser 27 millions d’euros. Il est inutile de dire que les pépins de nature physique ont fait émerger quelques doutes." "A cela, s’ajoute la crise provoquée par le Coronavirus. En somme, pour l’Inter, il devient bien plus compliqué de débourser une telle somme actuellement. Mais un Gentlemen Agreement, même s’il n’est pas écrit, est respecté à l’Inter." "Raison pour laquelle le club étudie une voie alternative : Demander à Sassuolo la prolongation pour une autre saison du prêt de Stefano Sensi avec un rachat final en 2021." Pack Promo L’Inter compte également aborder une autre thématique avec Sassuolo : L’éclosion de Manuel Locatelli n’est pas passé inaperçue. "Le milieu de terrain, âgé de 22 ans, qui était passé par Milan, est devenu l’un des piliers de l’équipe construite par De Zerbi . Pour lui, cela voudrait dire qu’il est prêt à faire le saut vers une grande équipe. S’il est vrai qui était formé chez un grand, il reviendrait à présent avec un profil et des perspectives bien différentes." "En somme, l’Inter compte recruter un troisième Neroverde après Politano à l’été 2018, Sensi en prêt en 2019." Validez-vous cette double négociation à en devenir ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr