Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'marcelo lippi'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • Inter
  • Serie A
    • 2020/2021
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

8 résultats trouvés

  1. Deux victoires consécutives nous avaient trompés ou avaient créé une illusion, mais l'Udinese nous ramène de vieux problèmes. L'analyse de FcInter1908 complété d'un article publié dans la Repubblica et un interview de Giocondo Martorelli. Dans ce qui était probablement le match à l'extérieur le plus compliqué, l'Inter est sortie avec les os cassés de la Dacia Arena. Les deux victoires contre le Torino et Viktoria Plzen avaient des problèmes cachés que l'équipe d'Inzaghi entretient depuis l'été. L'Udinese a mis à nu les limites et les défauts. Ce qui était autrefois l'une des forces, les ailes, est désormais le maillon faible de cette équipe. Passer de Perisic-Hakimi à Darmian-Dumfries n'est certes pas la faute d'Inzaghi mais ici le problème doit être cherché et résolu en amont. Si quoi que ce soit, la faute de l'entraîneur est la gestion de Robin Gosens. On a du mal à comprendre le choix de l'entraîneur de le laisser sur le banc pendant toutes les 90 minutes et après avoir créé pas mal de confusion sur le terrain. Autant dire que Skriniar a changé de rôle 3 fois. Inzaghi est alors devenu le protagoniste d'un épisode plus unique que rare. Bastoni et Mkhitaryan étant avertis, l'entraîneur a décidé de les remplacer à la 29e par Dimarco et Gagliardini. Une phobie des cartons jaunes qui a coûté cher et qui n'est pas la première fois. Un défaut qu'un entraîneur d'une grande équipe ne peut pas se permettre. Laissant de côté les raisons du double changement, on ne sait pas pourquoi continuer à insister sur Gagliardini. Le milieu de terrain des Nerazzurri n'apporte ni qualité (et on ne le lui demande certainement pas) ni quantité (et c'est plutôt ce qu'on lui demande). Ceux qui pourraient avoir la quantité et la qualité (Asllani), en revanche, restent sur le banc car ils ne sont vus que comme adjoint de Brozovic. Ce qui inquiète le plus, ce n'est pas la défaite elle-même mais l'attitude sur le terrain. Le sentiment est que l'équipe a perdu son identité, ses idées, sa force et surtout sa soif de victoire. Elle semble avoir reculé de dix ans et ce n'est pas bon signe. Nous devons trouver des joueurs comme Skriniar et Brozovic, autrefois leaders, maintenant des âmes perdues errant sur le terrain. La rupture arrive peut-être au meilleur moment pour ouvrir une longue réflexion sur la position d'Inzaghi. Mais demander son limogeage ne semble pas être la meilleure solution, d'autant que le propriétaire n'aurait pas la force économique pour faire face à un changement sur le banc. Reste à savoir si Inzaghi a toujours le vestiaire en main. Si la réponse était négative alors le problème serait plus grave qu'il ne l'est. Selon un article publié dans la Repubblica, la position de Simone Inzaghi ne semble pas être menacé mais une solution doit être trouvée au plus vite pour inverser cette tendance négative. Hier, dans la chaleur, Simone Inzaghi s'est brûlé comme ses joueurs, après une défaite subie. Une Inter dominée par un adversaire théoriquement plus faible mais plutôt meilleur en tout. Entre aujourd'hui et Mercredi, alors que de nombreux joueurs rejoindront leurs équipes nationales, les dirigeants Nerazzurri rencontreront le coach pour trouver ensemble des solutions. Beppe Marotta n'a pas l'intention d'ouster l'entraîneur qu'il a choisi quinze mois auparavant pour l'après-Conte. Notre PDG veut se rendre disponible, comme cela s'est déjà produit après le 0-2 contre le Bayern Munich au Meazza, lorsqu'il a pris sur lui (et donc sur le club) le fardeau de la défaite, passant à la télévision pour dire que le rêve de la deuxième étoile est toujours vivant. S'il veut accéder à la deuxième étoile avant Milan, l'Inter doit changer de cap. Surprise par la fureur de Sottil, elle s'incline pour la troisième fois dans ce championnat. Depuis la victoire à trois points, les trois débuts aussi mauvais ont toujours conduit au limogeage de l'entraîneur. Simoni a été expulsé après onze matchs en 1998-1999, Lippi limogé lors de la première et remplacé par Tardelli en 2000-2001, Gasperini a été viré après trois jours en 2011-2012. Cette fois non, assurent-ils à la Pinetina car dans aucun des cas évoqués, l'Inter n'a pas ensuite atteint la Ligue des champions en changeant d'entraîneur. Mais si l'intention n'est pas de changer Inzaghi, Inzaghi doit sûrement changer quelque chose, à commencer par ses changements. Giocondo Martorelli s'est entretenu avec Tuttomercatoweb après la défaite 3-1 face à l'Udinese. "L'Inter vit actuellement une crise. Cette défaite marque un moment évident de difficulté, un malaise qui perdure." Inzaghi pourrait-il être menacé? "Ces résultats négatifs devront faire intervenir le club de manière décisive afin de recréer la bonne compacité avec l'entraîneur." Lorsque les résultats n'arrivent pas, cependant, il est normal que le technicien soit interrogé. "C'est légitime et l'entraîneur le sait aussi. Cela arrive à tout le monde." Auriez-vous pu faire plus sur le mercato ? "Quand vous n'avez pas beaucoup de disponibilité, c'est difficile à dire. Je ne pense pas que ce soit un problème de marché. L'Inter a ramené Lukaku et n'a pas vendu les joueurs importants." Traduction alex_j via FCInter1908.
  2. Quelques mois après la Victoire de l’Euro, la Squadra de Roberto Mancini est plongée dans la crise: Pour la seconde fois consécutivement, la Quadruple Championne du Monde sera absente du Mondial Révélation de La Gazzetta Dello Sport "Le Sélectionneur National a son destin entre ses mains, dans le sens qu’il semble difficile que la FIGC ne soit pas en adéquation avec sa décision, quelle qu'elle soit : Si Mancini voit qu’il est en condition pour poursuivre l’aventure entamée et qu’il décide de rester, le contrat renouvelé il y a presque un an et qui expirera 2026, lui permettra de travailler sur les bases d’un nouveau cycle. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si cette date corresponds à la prochaine Coupe du Monde." "Si en revanche, le Sélectionneur considère être arrivé à la fin de son Mandat, en demandant à être déchargé, Gabriele Gravina, bien malgré lui, partira à la recherche de son successeur et la FIGC aura trois voies devant elle, pour définir le futur." Un Sélectionneur "Fait Maison" La piste la plus accrédité porte à Fabio Cannavaro avec, en Directeur Technique, Marcelo Lippi comme à l’ancienne. Si Cannavaro n’est pas un Sélectionneur Fédéral, peu comme lui peuvent s’identifier à l’Azzuro (136 sélections réparti en 13 années) et se sentir prêt à débuter une carrière différente, après une expérience mature en Chine. Le Père de la Patrie Soit un entraîneur expérimenté, qui commencera à travailler, comme avait dû le faire Mancini sur les cendres d’une faillite. La suggestion porte à Carlo Ancelotti, pour autant qu’il soit enclin à mettre un terme à sa relation avec le Real Madrid : Le banc de la Nazionale est d’ailleurs la seule expérience absente de son Curriculum Vitae." Un entraîneur "qui aime le jeu" Comme Mancini, soit un "éducateu"r qui propose le même type de football, pour donner de la continuité au projet débuté il y a quatre ans. Un projet qui, hier a subi un sacré revers. Mais le projet de Roberto Mancini n’a pas à être désavoué, malgré ce résultat . Ce projet doit rester un patrimoine de la Nazionale, et il n’est pas nécessaire de tout reprendre à zéro. Selon vous, Simone Inzaghi pourrait-il cocher cette dernière case ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  3. Walter Sabatini, l’ancien homme fort de l’Inter s’est trouvé un nouveau point de chute à Salerne. Celui-ci s’est livré à la Gazzetta Dello Sport sur l’adversaire du jour : l’Inter Championne d’Italie Pour quelle raison la Salernitana pourrait se sauver ? "Car c’est un groupe de joueur qui devient, à présent, une équipe. Nous avons déjà été souvent défini comme relégable, nous le sommes à 93%." Qu’avez-vous dit à Ribery suite à son accident ? "Après avoir vu le véhicule, je lui ai juste dit : Content que tu ne sois pas mort. C’est un être humain extraordinaire, il aide ses équipiers, il se donne avec ténacité malgré le vécu de sa carrière." Que représente Edin Dzeko pour vous ? "C’est l’harmonie en mouvement du football. Je félicite l’Inter de l’avoir pris." Et l’Inter ? "C’est un rêve que j’ai caressé mais j’ai pris la mauvaise porte d’entrée : J’avais accepté le fait de rester tout en étant écarté de l’organigramme et je n’aurai jamais dû le faire. Tu ne rejoins pas l’Inter comme un fantôme: Il faut donner des coups de coude à table et faire les choses avec fermeté. Je conserve un profond regret car je ne m’étais pas mis en condition de faire le meilleur de moi-même. Après avoir quitté Rome, aucun autre club n’aurait pas pu autant m’enthousiasmer." Quel est le joueur de l’Inter actuel, que vous considérez comme le vôtre ? "J’ai beaucoup de responsabilité sur Bastoni. J’étais fortement intégré à l’opération." L’Inter est sur Scamacca et Frattesi, vous les avez connu à Rome... "Le départ de Scamacca m'a déçu, attristé, j'avais tout fait pour qu'il reste. Je lui avais fait la promesse de l’intégrer de suite en équipe-première et je l’aurais fait." Frattesi? "Je l’ai convoqué lorsqu’il était encore dans en Allievi. Je lui avais dit : "Si tu ne parviens pas à percer en Serie A, je viens te chercher et je te cognerai." Ricky Massara m’avait pris la tête pour les recruter lui et Antonucci. Frattesi est le prototype du milieu de terrain moderne : Si j’étais encore à l’Inter maintenant, je le prendrai immédiatement. Mais je suis ici à Salerne et j’ai quelqu’un de similaire : Ederson". Qui était Simone Inzaghi, avec-vous comme dirigeant ? "Un emmerdeur comme je n’en ai jamais vu. Il avait une très grande capacité pour analyser les situations, il les communiquait à ses équipiers même s’il ne savait pas encore les mettre en pratique. Puis, une étincelle s’est allumée ,et je me suis demandé s’il était apte à devenir entraîneur." Etes-vous surpris par la période que traverse l’Inter ? "Il me semble qu’elle a fléchi physiquement, mais je reste très méfiant, je m’attends à une Inter agressive." Vous êtes l’un des rare à avoir pu dialoguer avec Jindong Zhang, comment le décririez-vous ? "Ce n’est pas un humain, c’est un demi-dieu. Je me souviens de repas opulent chez lui, moi avec lui et Fabio Capello. Une fois, nous étions aussi à table avec Lippi. Jindong revenait de l’étage pour saluer Marcelo telle une divinité sur terre. On ne le voyait jamais, c’était comme personnalité mythologique". ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  4. Présent à Fusignagno dans le cadre de l’exposition dédié à Arrigo Sacchi, Alberto Zaccheroni est revenu sur le 5 mai 2002 et l’ambiance entourant le stade: "Je t’ai fait gagner un Scudetto” a dit le Zac à Marcello Lippi présent à l’exposition Antonio Conte Bianconero - Simone Inzaghi buteur qui aurait cru que 20 ans après.... "Personne ne voulait jouer ce match, tous me disaient avoir des problèmes. Le dimanche précédant, Cuper m’avait dit en télé qu’il allait faire jouer Vieri, Recoba et Ronaldo. Les Tifosi avaient passer la nuit à coudre et assembler des écharpes de la Lazio et de l’Inter: Lorsque les joueurs de l’Inter sont monté sur le terrain, ils ont tous été applaudi." "A l’annonce de ma formation, seul Poborsky fut sifflé car tous savaient qu’il était un ami de Nedved. En seconde période, l’Inter avait perdue la tête et même si nous étions sorti du terrain, ils ne seraient jamais parvenu jusqu’à notre cage." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  5. Notre ancien défenseur, Fabio Galante, est revenu sur son passage à l'Inter et a partagé sa conviction "son" équipe aurait dû gagner plus qu'elle ne l'avait finalement fait. "Mon père était un gros fan de l'Inter, ma mère n'était pas intéressée par le football, mon frère a soutenu la Juventus (!!) même s'il a changé quand j'ai commencé à jouer à un très bon niveau", a-t-il commencé l'interview avec Radio Nerazzurra, diffusée Vendredi soir. Son premier souvenir concernant son passage, de 1996 à 1999. "Mon premier souvenir est certainement le jour de ma présentation. Je suis arrivé à la Pinetina avec Mazzola, Facchetti et le président Moratti qui m'ont très bien accueilli. Je me souviens des nombreuses questions posées par la presse et les journalistes. C'était vraiment un jour dont je me souviendrai toute ma vie. À 23 ans, j'ai rejoint l'une des équipes les plus fortes du monde." Son premier co-locataire. "En réalité, être dans les U21 d'Italie avec Fresi était très important car il est arrivé un an avant moi à l'Inter et il m'a certainement aussi donné la meilleure pub que même le meilleur agent sportif ne pouvait faire. Totò m'a toujours appelé et m'a parlé de l'Inter quand j'étais au Genoa. Lui, en fait, était à Milan mais on se rencontrait souvent et il m'a dit "Fabio je t'emmène à l'Inter, je t'emmène à l'Inter!". Totò Fresi était vraiment important pour moi! Nous avons également partagé la chambre, même si, au final, j'ai pas mal bougé pendant cette période car il préférait dormir seul." Sur Giuseppe 'Beppe' Bergomi. "Il n'a pas besoin d'être présenté!! Il était important pour moi car il nous faisait comprendre l'importance d'être à l'Inter, les valeurs et l'appartenance. Beppe était important, il m'a donné des conseils et il est venu me chercher tous les matins quand nous devions nous entraîner. C'était un bon leader." Cet été 1997. "Ronaldo a immédiatement établi une relation amicale avec moi et son caractère signifiait qu'il s'entendait bien avec tout le monde. Il s'est fait aimer. C'était vraiment un coéquipier exemplaire car il ne s'est jamais fâché. Nous étions du même âge, jeunes, fiancés, nous allions donc souvent dîner avec nos partenaires. En pré-saison, j'étais très proche de lui." "Il avait Giovanni Branchini comme agent, suivi de Davide Bega qui était mon ami le plus cher, une des personnes que j'ai rencontrées avec Bergomi à mon arrivée à Milan." "Ronaldo a vu en moi un mec simple, bonne et aimant qui n'était pas proche de lui parce qu'il était Ronaldo. Il est vrai que Ronaldo était Ronaldo, je venais du Genoa." "En rappelant les années 90, je ne vais pas énumérer tous les forts attaquants que j'ai dû marquer et tacler. Je suis arrivé à l'Inter où il y avait Pagliuca en équipe nationale, Bergomi en équipe nationale, Zamorano, Zanetti, Djorkaeff, bref, il y avait beaucoup de champions dans cette équipe ainsi que des Italiens comme Colonnese, Moriero, Fresi et ainsi de suite. Nous nous sommes retrouvés avec Ronaldo, parfois je le contacte encore et je suis toujours content." Sur Luigi 'Gigi' Simoni. "Gigi plus qu'un entraîneur, il était un père de famille! Avec son intelligence et sa façon de gérer, il a compris qu'il avait la chance d'avoir Ronaldo dans son équipe et d'avoir un groupe qui soutenait Ronaldo. Je me mets à la place de ceux qui jouent désormais à Barcelone avec Messi ou à la Juve avec Ronaldo. À mon avis, au final, en plus d'avoir la chance d'avoir ces champions, il faut savoir comment les gérer d'une manière particulière." "Simoni a fait en sorte que Ronaldo se sente le plus fort, mais il avait des moyens de ne pas le faire se sentir supérieur. Au final, Gigi a toujours eu un bon mot avec nous, il a su élever la voix au bon moment, jamais avec des mots grossiers. Nous avons tous eu une belle relation." "Je suis désolé que nous ayons remporté une seule Coupe UEFA, qui est aujourd'hui la Ligue Europa. Pour Gigi et ce groupe de joueurs qui avait Ronaldo dans l'équipe, nous méritions certainement plus. Le groupe aurait pu durer encore quelques années, mais nous savons comment l'histoire s'est déroulée et tout le reste." Sa plus grosse déception et sa plus grande joie. "C'est sûr que la déception est venue à 26 ans, alors que j'ai dû quitter l'Inter. Moratti, qui l'admet, a commis une grosse erreur en limogeant Simoni et en remettant Marcello Lippi l'année suivante. Le limogeage de Simoni a conduit au retour de Lucescu, Castellini et Hodgson, ce fut une mauvaise année!" "Lippi a décidé de séparer le groupe à son arrivée compte tenu de l'expérience des autres équipes. Ma plus grande déception a été de partir tôt, j'aurais pu faire beaucoup plus, bref ma carrière ne s'est pas arrêtée là. J'ai joué pendant encore cinq ans au Torino et six ans à Livourne. J'ai joué 11 ans à un très bon niveau." "J'ai déjà résumé mes joies avec ce que j'ai dit auparavant, remporter la Coupe UEFA et jouer avec de grands champions. Je suis très attaché à l'Inter, quand je fais le tour, beaucoup de gens se souviennent de mon Inter."
  6. Cette série d'articles nous rappelle les joueurs dont nous avons (peut-être) oubliés, qu'un jour, ils ont porté notre maillot noir et bleu. A travers eux on refait l'histoire, on discute et on dissèque leur temps à l'Inter ainsi que le reste de leur carrière. Retrouvez l'ensemble des articles de cette série ici : Les visages oubliés de l'Inter. Nous poursuivons cette dernière en analysant le court séjour en noir et bleu de notre super défenseur Laurent Blanc. Un homme qui est peut-être plus célèbre pour son sens du but que pour ses deux ans au Meazza. Blanc a passé la majorité de sa carrière à jouer en France commençant par Montpellier. Le Français a passé huit saisons avec La Paillade, disputant plus de 250 matchs et marquant 80 buts en tant que milieu de terrain. C'est à 26 ans que Blanc décida de franchir le pas et de quitter le club qui lui avait donné sa chance pour rejoindre le Napoli. Le transfert a été perçu comme une surprise, mais Blanc sembla s'intégrer aux côtés de Gianfranco Zola et Careca, le tout sous la tutelle de Claudio Ranieri. Le Napoli, pour sa première saison sans Diego Maradona, a terminé à une respectable 4e place et Blanc a joué un rôle clé en disputant 34 matchs et marquant 6 buts. Cependant, Laurent voulait revenir en France après seulement un an passé en Italie. L'heureux élu fut Nîmes. Les Crocodiles avaient fait un sacré coup en signant Blanc et il est clair qu'ils ne pourraient le retenir longtemps compte tenu de son rapide essor. Une offre de Saint-Etienne est arrivée et Blanc décida de rejoindre les verts. Il est devenu un sujet de discussion car il était le deuxième meilleur buteur de la 1ère division lors sa première saison à Saint-Etienne, marquant 13 fois en D1. Blanc a attiré l'attention de l'équipe nationale et a commencé à nouer une relation spéciale avec la légende milanaise Marcel Desailly qui apporterait finalement à la France sa première Coupe du Monde en 1998. En raison de sa nouvelle exposition retrouvée avec les plus grandes équipes de D1 et de ses performances sur la scène internationale, Guy Roux a financièrement persuadé St-Etienne de se séparer de son bijou. Dans sa seule année avec Auxerre, Blanc a remporté son premier titre majeur, le championnat de D1. Les passages rapides de clubs en clubs après son long séjour à Montpellier sont devenus un élément de base de sa carrière. Cependant, il ne peut pas être blâmé d'avoir quitté Auxerre après une seule saison car il s'est retrouvé attiré par un transfert vers Barcelone. Un transfert au Camp Nou a été une réussite pour Blanc qui avait vraiment atteint les sommets après ses années de travail acharné dans son pays d'origine et sa brève période avec le Napoli. Encore une fois, il n'a passé qu'un an au club avant de partir à nouveau. Vingt-deux apparitions pour Barcelone était tout ce qu'il avait réussi avant un retour en France avec Marseille. Johan Cruyff était l'homme qui avait fait venir Blanc mais son départ peu après l'arrivée du Français l'a conduit à être managé par Bobby Robson. Cela n'a jamais emballé Blanc. Marseille s'est avéré être une bonne décision, mais qui s'est finalement terminée dans la tristesse après cette défaite en finale de la Coupe UEFA contre Parme et cette deuxième place en Ligue 1 lors de sa deuxième année au club. Blanc rira bien le dernier car il était un pilier de l'équipe de France vainqueur de la Coupe du Monde de 1998 malgré la finale manquée en raison d'un incident controversé avec le Croate Slaven Bilic. À l'été 1999, à l'âge mûr de 34 ans, Blanc a décidé qu'il tenterait à nouveau sa chance et est arrivé au Meazza. L’arrivée de Marcello Lippi a vu un changement généralisé au club. Le record de transfert le plus cher a été battu pour signer Christian Vieri, Clarence Seedorf a été ramené du Real Madrid et notre légende Iván Córdoba est arrivée de San Lorenzo. Blanc, qui était maintenant le capitaine de l'équipe de France, avait peut-être quelques kilomètres au compteur, mais était considéré comme un homme qui pouvait ajouter de l'expérience à une équipe qui cherchait à se remettre d'une 8e place décevante. Lippi a mené l'Inter à une quatrième place et à une finale de Coppa Italia lors de son premier mandat et le club a ensuite pu revenir en C1. Sur le plan personnel, la saison a été bonne pour Blanc qui a joué presque tous les matchs de Serie A et a été nommé pour le prix Golden Pirate de l'an 2000, un prix décerné par l'Inter Club San Pietro Nerazzurra Seveso. Les fans de l'Inter l'ont adopté et il s'est avéré être une acquisition astucieuse pour une équipe qui, sous Lippi, semblait bien fonctionner. Cependant, l'ère Lippi a été trop courte, Marco Tardelli le remplaçant à peine deux mois après le début de la saison suivante. Les Nerazzuri n'arrivèrent pas à se qualifier pour la phase de groupes de la C1 après une défaite contre Helsingborg. Contrairement à Robbie Keane, Blanc a conservé sa place sous Tardelli alors que l'Inter a connu une étrange série de haut et de bas qui les a amenés à la 5e place. Au cours de l'été, Blanc a fait l’objet d’un intérêt de Manchester United de la part de Sir Alex Ferguson. Ferguson avait essayé de signer Blanc deux fois avant (Barcelone et Inter), mais cette fois, il devait réussir. L'Inter et United ont conclu un accord pour que l'homme de 35 ans termine sa carrière à Old Trafford et a ainsi mis fin à sa courte histoire en noir et bleu. Il a ensuite remporté la Premier League avec United avant de raccrocher ses crampons en 2003 à l'âge de 37 ans. Le sort de Blanc à l'Inter est très différent de ceux que nous avons précédemment étudiés dans cette série. Aucun de ces joueurs n’a remporté le prix du joueur de l’année ou n’a été membre régulier de l'équipe première avant de passer à autre chose simplement parce qu’il a obtenu une meilleure offre. Bref, si l'Inter n'avait pas été aussi "pazza" et n'avait pas fait autant tourner ses managers, Blanc aurait certainement pu faire partie d'une équipe gagnante. Sûrement sous un bon management et avec les bons réglages tactiques, une équipe composée de Blanc, Ronaldo, Seedorf et Christian Vieri aurait pu être des challengers au Scudetto et une force pour la C1. Blanc ne pouvait tout simplement pas dire non à Ferguson une troisième fois.
  7. Internationale.fr a eu le plaisir de s'entretenir avec Stéphane Dalmat, milieu de terrain français, qui avait marqué les esprits au début des années 2000. Bonjour Monsieur Dalmat, comment avez-vous réagi lorsque vous aviez pris connaissance d'un intérêt de la part de l'Inter ? "L'Inter me voulait déjà depuis une année, et lors du mercato hivernal de la saison 2000-2001, lorsque j'étais au PSG, il y a eu un changement d'entraîneur. Il était intéressé par Vampeta, un brésilien qui évoluait à l'Inter et comme les dirigeants de l'Inter me voulaient, un échange s'est effectué. Tout était bénéfique pour rejoindre l'un des plus grands club du Monde." Comment était à l'époque l'ambiance au sein du groupe ? "Le club était dans une mauvaise passe, il avait été éliminé au tour préliminaire de la Ligue des Champions, sans oublier le limogeage de Marcelo Lippi et des résultats moyens, l'ambiance était donc un peu morose." Qu'avez vous ressenti lors de votre premier match au Meazza en Nerazzurro ? "Quand je suis entré dans San Siro, c'était à l'occasion d'Inter-Bari, j'étais impressionné... le stade était immense. J'avais déjà connue de grands stades mais là, j'étais en admiration." Beaucoup de français sont passés par l'Inter, est-ce que cela a influencé votre décision de rejoindre notre club ? "Le fait qu il y ait eu des français ne m'a pas spécialement influencé. Je voulais venir à l'Inter. Après c'est vrai que Laurent Blanc, Sébastien Frey et Benoit Cauet m'ont beaucoup aidé à m'adapter, surtout au niveau de la langue pour me traduire ce que l'entraîneur attendait de moi." Quels sont vos meilleurs et moins bons souvenirs ? "Mon meilleur souvenir est mon premier but à San Siro contre la Fiorentina. Il y en a tellement bien sûr et mon pire reste le fameux 5 mai où l'on perd le titre à la dernière journée, contre la Lazio, c était horrible, un cauchemar...." Vous avez connu Zanetti, Moratti, auriez vous une anecdote avec eux? "Avec Monsieur Moratti tout allait bien, il m'aimait énormément et surtout mon jeu. L' anecdote que j'ai en tête, c'est qu'il tutoyait tout le monde sauf Laurent Blanc pour qui il avait un immense respect et une grande admiration." Que pensez vous de l'Inter actuelle ? Y aurait-il la place pour un Stéphane Dalmat dans cette équipe ? "L'Inter actuelle, il faut être honnête est moins clinquante qu'auparavant où il n'y avait que des stars, des immenses joueurs et elle commence à revenir tout doucement. Je souhaite de tout cœur que l'Inter redevienne un Grand d'Europe à l'image du Réal, du Barça,...Je pense que oui, j'aurai eu ma place dans cette équipe, sans prétention." Qui est à présent Stéphane Dalmat, l'homme après le joueur ? "Un homme qui profite de la vie avec sa famille, qui profite d'une vie heureuse tout simplement." Merci à vous Monsieur Dalmat pour le temps accordé à cette si précieuse interview, je vous souhaite une excellente journée... "C'était agréable, j'ai tellement de bons souvenirs que j'en parlerai des heures. Je vous souhaite une bonne journée à bientôt." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  8. Cette série d'articles nous rappelle les joueurs dont nous avons (peut-être) oubliés, qu'un jour, ils ont porté notre maillot noir et bleu. A travers eux on refait l'histoire, on discute et on dissèque leur temps à l'Inter ainsi que le reste de leur carrière. Retrouvez l'ensemble des articles de cette série ici : Les visages oubliés de l'Inter. Cette fois, nous présentons l'étrange cas de Robbie Keane. L'un des buteurs les plus prolifiques de la Premier League au cours des années 2000 et sans aucun doute le meilleur attaquant de la République d'Irlande. La question est de savoir comment un irlandais peu connu, qui avait joué dans le championnat avec les Wolves, puis une seule saison en Premier League avec Coventry, s'est retrouvé au Meazza pour s'aligner aux côtés de Javier Zanetti et Christian Vieri ? Âgé de seulement 20 ans, Keane a quitté Coventry pour rejoindre les nerazzuri pour une somme considérable de 13 M£. A l'époque, c'était une grosse transaction et cela a envoyé un certain nombre de questions à la fois en Angleterre et en Italie en raison de son statut inconnu en Italie, et de l'ampleur de la somme. Un joueur d'une équipe milieu de tableau de Premier League s'apprêtait à rejoindre l'une des attaques les plus redoutées du football mondial. Keane se détacha avec douze buts pour Coventry où il avait formé un partenariat mortel avec Cédric Roussel. Coventry avait lui-même payé 6 M£ pour l'Irlandais et cela était un record britannique pour un adolescent à l'époque. La possibilité d'au moins doubler la culbute via l'offre de l'Inter était trop belle pour la refuser. Keane est arrivé à Milan et s'est immédiatement retrouvé à se frotter avec le vainqueur de la Coupe du Monde Laurent Blanc, la légende de l'Ajax Clarence Seedorf et l'icône de l'Inter Javier Zanetti. Keane s'est également retrouvé entraîné par le futur entraîneur vainqueur de la Coupe du Monde des Azzurri, Marcelo Lippi. C'est Lippi qui s'est avéré être une figure clé pour Keane en son temps à l'Inter. Il a propulsé Keane directement sous les projecteurs en le titularisant pour un match de qualification à la Ligue des Champions contre Helsingborg IF en tant que partenaire du leader turc Hakan Sukur. Il était clair que Lippi avait confiance en Keane et devait lui donner beaucoup de visibilité malgré le nombre d'options de qualité à sa disposition. Keane devait commencer en Serie A et en Coppa Italia dans ses premiers mois au club. Après deux minutes de jeu, il a marqué son premier but lors de la défaite 4-3 en finale de la Supercoppa Italia contre les champions du moment, la Lazio. Les choses semblaient assez prometteuses au cours des premiers mois pour Keane, mais pas tout à fait pour l'Inter. Pas terrible en Serie A, éliminée de la Ligue des Champions lors de la phase de qualification et la défaite en Supercoppa a conduit Marcelo Lippi à abandonner ses fonctions de manager et à partir de là, les choses ont commencé à changer pour Keane. Lippi a été remplacé par Marco Tardelli qui a immédiatement fait comprendre que Keane ne faisait pas partie de ses plans. L'irlandais a trouvé que les opportunités étaient limitées sous Tardelli et à Noël, il a été envoyé en Angleterre. Leeds United devait être la destination de Keane et il n'eut tort en montrant à Tardelli qu'il allait commettre une erreur. Neuf buts en quatorze matchs pour Leeds alors qu'ils atteignaient les demi-finales de la Championship. La forme impressionnante de Keane a persuadé Leeds de rendre le transfert permanent. Pour un montant initial de 12 M£, Keane a rejoint Elland Road de façon permanente et a ainsi marqué la fin de sa carrière à l'Inter. Sans Keane, l'Inter a terminé 2000/2001 à la cinquième place du championnat alors que Marco Tardelli a enduré une période plutôt mitigée, avec des hauts et des bas. Une horrible défaite 6-0 contre le Milan pendant de le derby de la Madoninna et une défaite embarrassante face à Alaves en Coupe UEFA ont fait qu'il a été remplacé par l'entraîneur de Valence, Hector Cúper. Keane lui-même a poursuivi une carrière réussie dans le football anglais. Les piges à Leeds, Tottenham et Liverpool ont connu différents degrés de succès, mais à son meilleur niveau, il avait la réputation d'être l'un des attaquants les plus dangereux de la PL. Le record phénoménal de Keane pour son équipe nationale ne doit pas non plus être rejeté. En effet, 68 buts au niveau international ne peuvent pas être oblitérés et cela explique pourquoi Keane est mentionné aux côtés de Liam Brady comme l'une des plus grandes exportations du football irlandais. En ce qui concerne sa carrière à l'Inter, cette décision aurait peut-être été différente si Marcelo Lippi avait conservé le poste de manager. C'est Lippi qui a acheté Keane et lui a donné des opportunités en équipe première. À seulement 20 ans, il avait beaucoup à apprendre et un transfert dans un club comme l'Inter, un peu plus d'un an après avoir joué pour les Wolves en L2 anglaise, allait demander un peu d'adaptation. L'engagement de Lippi à impliquer Keane malgré ses belles options en attaque allait sans aucun doute bénéficier à l'irlandais. Cependant, nous savons que ce ne fut pas le cas, Tardelli est venu, il n'a tout simplement pas intégré Keane dans son plan et ce dernier est parti. Sa venue elle-même allait demander une certaine adaptation pour Keane en tant que jeune homme jouant dans un championnat étranger avec peu d'expérience derrière lui. Cela se serait peut-être arrivé sous Lippi, mais nous ne le saurons jamais. ®alex_j - internazionale.fr
×
×
  • Créer...

Information importante

En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. Nous ajoutons des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer votre expérience sur notre site. Consultez notre Politique de confidentialité. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer...