Aller au contenu
×
×
  • Créer...

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'marco bellinazzo'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

10 résultats trouvés

  1. Marco Bellinazzo s'est livré sur l'accord de financement avec Oaktree à Radio 24 lors de "Tutti Convocati". "L'accord avec Oaktree, qui est l'un des fonds les plus importants au monde, est une double garantie." "D'une part, cela garantit que le Suning s'engage à couvrir les coûts d'Inter à court terme (salaires des joueurs, acomptes de transfert, etc.)." "D'un autre côté, cela signifie que si le Suning était incapable de respecter les termes de l'accord, l'Inter serait de toute façon entre de bonnes mains car ce fonds prendrait le relais au club." "C'est le pire des scénarii, mais même dans cette situation, vous seriez entre les mains d'un fonds canadien qui gère des actifs d'une valeur allant jusqu'à 600 milliards de dollars. Oaktree est une solide garantie que l'Inter restera à un niveau élevé." "Cependant, l'accord ne signifie pas que l'Inter a résolu ses problème. C'est le club qui a le plus perdu à cause du COVID-19, ils devront donc entrer dans le mercato avec une politique d'autofinancement." "Ce sera très difficile, mais ils viseront à réduire les coûts de fonctionnement et leurs amortissements, qui s'élèvent actuellement à un peu plus de 320 M€, d'environ 10%. Cela permettrait à l'Inter de récupérer les 100 M€ perdus cette année."
  2. C’est désormais acté : Pas de Bc Partners, pas de Pif, le futur de l’Inter se trouver sous le Drapeau étoilé d’Outre-Manche : L’Ansa, l’organe de presse officiel italien, a confirmé l’arrivée d’Oaktree Capital dans le capital de l’Inter "A la suite d’une procédure de vérification, et en présence d’une vision commune à long terme du projet, une opération de financement au niveau de l’actionnariat a été finalisée aujourd’hui avec le fonds d’investissement Oaktree Capital Management, L.P. Avec ce financement, l’actionnaire continuera à soutenir le Fc Internazionale Milano avec l’objectif de surmonter les difficultés et les opportunités perdues, durant la période du Covid-19." - Tel est le communiqué adressé par l’Inter à l’Ansa qui conclue Que va-t-il se passer maintenant ? Marco Bellinazzo, expert dans le domaine de l’économie appliquée dans le monde du football s’est livré à Sky Sport “Il s’agissait de mois difficile pour l’Inter, comme pour tous les grands clubs : La pandémie a frappé durement le football. Je considère que l’Inter a été l’équipe la plus pénalisée par la fermeture des stades. Elle a se présentera, à présent, avec plus de sérénité pour la saison à venir." "Avec ce financement qui va arriver via la Great Horizon en plusieurs tranches, afin de faire face aux nécessités financières de cette année et de l’année à prochaine : Le financement laisse intact l’actuel axe sociétal: Suning reste l’actionnaire majoritaire avec la LionRock Capital, elle à 31%." "Le financement devra être remboursé dans les trois ans et les actions du clubs restent en gage envers la personne qui a accordé ce prêt. Suning devra payer, mais il se trouvera devant une situation plus sereine comparé à ces dernier mois. L’objectif de Suning n’a jamais été celui de céder le club, encore moins depuis sa Victoire. Il veut le relancer, mais la situation n’est pas entièrement résolue : Il faudra travailler sur les recettes et les dépenses." "L’Inter va, à présent, payer les salaires de mars, même si elle a le temps jusqu’en fin juin. Ensuite elle va devoir réduire le montant des salaires les plus important en tenant compte de l’amortissement de la valeur des joueurs, pour environ 15-20%. Elle veut y parvenir sans dénaturer le projet technique et sans l’affaiblir, Suning souhaite apporter à l’Inter une stabilité entre les Grands d’Europe. La priorité est de trouver le Main Sponsor qui va remplacer Pirelli." Le Mercato? "Elle va devoir en premier lieu travailler sur les couts et sur les bonus : L’idée est celle de réaliser un mercato d’auto-suffisance, en travaillant sur les prêts, voire en interrompant les contrats des joueurs qui ne rentrent plus dans le projet technique." "Le tout en accord avec Marotta, Ausilio et Conte: Ce sera le Mantra des prochains mois, il faut se souvenir qu’outre les clubs anglais, tous se retrouvent dans une même condition : Barcelone, sans le Covid aurait conclu son bilan avec le milliard de recettes, il est à présent contraint de se refinancer : Il sera demandé aux joueurs d’épouser le projet technique de l’Inter." Le Saviez-vous ? Oaktree propriétaire de l’Inter si ..... "Oaktree, fort de son prêt à hauteur de 275 millions d’euros aura en gage les 68,55% de Suning, en plus d’acquérir les 31% de la LionRock. Le fonds d’investissement spécialisé dans les actifs en détresse agira comme Eliott : En cas de défaut de remboursement, il exercera son droit sur les actions pour devenir le propriétaire de l’Inter" - Andrea Montanari, journaliste à Milano Finanza ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  3. S'exprimant aujourd'hui sur Sky Sport Italia, Marco Bellinazzo, journaliste à Il Sole 24 Ore, a expliqué que le Suning veut réduire les coûts de 20%. "Le Suning s'efforcera de réduire les coûts de l'Inter d'environ 20%, avec toute une série de facteurs qui pourraient augmenter ou diminuer ce pourcentage. L'équipe coûte 300 M€ par an, compte tenu des salaires, des impôts et des amortissements, et cela consomme tous les revenus que le club engrange structurellement pendant la pandémie COVID-19. Le flux de revenus a été réduit en raison de l'absence de revenus provenant du public (sans supporters autorisés)." "Leur programme de réduction de coût devra être associé à d'autres opérations qui pourraient réduire la masse salariale et les paiements d'impôts. Par exemple, l'Inter pourrait recruter des joueurs pour lesquels ils peuvent utiliser le décret italien de croissance pour payer moins d'impôts, ou ils peuvent travailler sur la signature de joueurs libres. Ils pourraient également chercher à renégocier les contrats des joueurs qu'ils ont déjà dans leur équipe." "Le prêt donnera à l'Inter l'argent dont elle a besoin pour payer ses factures jusqu'à la fin de la saison (30 juin). Après cela, ils devront rembourser l'obligation de 150 M€ que le Suning a contractée. Le prêt de l'Inter ne créera plus de pression sur les comptes du club car il se fera par le biais du groupe de portefeuille de Suning (Great Horizon). Ils devront garantir la stabilité financière, car cela vous permet de travailler sur le respect des paiements de bonus liés à la performance. Les paiements de bonus d'Inter dans tous leurs contrats pourraient avoir un impact moins lourd sur les finances du club lorsqu'ils renégocieraient des contrats avec de grands joueurs. La situation n'affecte pas seulement l'Inter, cependant; ce n'est pas comme si tout était heureux et facile ailleurs, dans d'autres clubs."
  4. S'exprimant de La Domenica Sportiva sur Rai2, Marco Bellinazzo, journaliste d' Il Sole 24 Ore, est revenu sur la question toujours brûlante de la Super League et la gestion du Suning. Sur la Super League. "Les chiffres étaient certes importants et gros, mais pour la manière dont ils étaient présentés à l'opinion publique, c'était inacceptable. Mais à la base de cette idée, il y avait des besoins financiers importants et une perspective importante. Avec la Super League, nous voulions revenir à l'implication du jeune public pour ramener le public de football à 3-4 milliards de personnes." Sur le Suning. "Il y avait un gros problème pour la propriété en début d'année, cela a conduit à de nombreuses discussions et également sur la vente de l'Inter. En réalité, c'est un cas où les résultats sportifs conditionnent les choix industriels: voir qu'un propriétaire local (chinois, ndlr) est sur le point de remporter le premier titre dans un championnat européen de premier plan, le gouvernement chinois a décidé d'être un peu plus 'détendu' concernant les choix sur Suning." "Le groupe, compte tenu également du problème lié au Covid, a désormais d'un besoin financier conséquent qu'il aurait partiellement résolu avec la Super League. Mais il devra désormais régler cela avec un partenaire financier qui devra prêter de l'argent et entrer également en tant qu'actionnaire minoritaire en reprenant la part du Lion Rock. Steven Zhang devra prendre une décision sur la façon de gérer l'Inter dans un processus sportif et économique plus complexe après que l'hypothèse de la Super League soit techniquement terminée."
  5. La nouvelle Super League européenne provoquera un "choc sismique'' dans le football, mais cela ne devrait pas être une surprise, selon Marco Bellinazzo cité par FcInterNews.it. "Cela provoquera un choc sismique que le football n'a jamais connu auparavant. C'est un produit de l'époque dans laquelle nous vivons, cependant." "C'est en fait un peu hypocrite de voir la Super League comme la source de tous les maux, car le football concerne déjà les clubs riches depuis une dizaine d'années maintenant." "Il y a une dizaine de clubs qui réalisent un chiffre d'affaires annuel de 400 M€ et il y a de moins en moins de place pour les autres clubs pour créer des surprises. Le vrai problème est de savoir comment la Super League peut redistribuer les ressources et empêcher le dépeuplement du football à l'autre bout de l'échelle."
  6. Ce mardi 31 mars 2021, l’Inter a présenté ses nouvelles armoiries et a dû procéder à l’approbation de son bilan. De son côté, Suning a confirmé ses bonnes intentions..... Révélations de Marco Bellinazzo d'Il Sole 24 ore "Suning a confirmé vouloir apporter de la continuité et du soutien au projet Nerazzurro. Il s’agit d’une déclaration importante à l’approche de la date butoir du 31 mars qui se passera en douceur, car toutes les échéances, aussi bien fédérales que de l’Uefa, ont été respectées." "Lors des mois à venir, il va s’atteler à mettre en sécurité les comptes et la caisse, par le biais d’un crédit-pont qui s’avèrera être une opération plus complexe. Elle devrait conduire à la cession du pack d’actions minoritaires du Fond Lion Rock, qui représente actuellement 31%." "Les Saoudiens du fonds souverain PIF poussent à cette solution et les relations plus que bonne entre Ryad et Pékin peuvent encourager cette option. Toutefois, la gestion des droits humains de la part de l’Arabie Saoudite et les projecteurs toujours braqués sur le Prince Mohammad bin Salman ne sont pas des obstacles faciles à surmonter." "C’est pour cette raison que la piste menant à un fond plus classique d’investissement pourrait être la bonne : Fortress est au niveau médiatique annoncé par la presse en pole position, comme cela s’est déjà produit avec Bc Partners, mais cela ne semble pas être le cas dans la réalité: Les négociations n’étant pas aussi avancées comparés aux autres prétendants." "La sensation reste que Suning, qui vu l’état d’urgence de ces derniers mois a écarté les activités non-essentielles, compte apporter la réponse à se problème, en se mettant également en condition de tirer le meilleur parti d’une éventuelle victoire en championnat." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  7. Le célèbre journaliste s’est livré sur YouTube à l’occasion de la retransmission d’"Il Verbo del Vate" sur l’actualité sociétale bouillante des Nerazzurri "La situation, à l’Inter, est bien plus sereine ces derniers temps, et pas uniquement d’un point de vue sportif. Suning a confirmé, pas plus tard que ces dernières heures, sa volonté de rester comme actionnaire de référence. Il aura porté en avant la recherche d’un financement/d’un actionnaire minoritaire capable de relever les actions en possession de LionRock ou quelque chose en plus, mais pas les actions majoritaires." "Sur base des différents dossiers qui sont actuellement sur la table, on se tourne vers un modèle d’opération hybride qui signifie soit acquérir une série d’action, soit un prêt qui pourra se transformer en un investissement d’actionnaire de la partie financée par celui qui deviendrait de la sorte un nouvel actionnaire." Le cas de la Bc Partners "La fumée blanche semblait être de sortie entre Suning et la Bc Partners, mais les derniers développements confirment l’interruption des dialogues." "L’opération avec Bc Partners a pris fin, dès lors que les parties ne sont pas parvenus à se mettre d’accord sur l’évaluation du club. Les semaines passant, Suning s’est retrouvé dans une position plus supportable forte de la vente des actions de Suning.com." "Les performances en championnat ont également poussé Suning, à vouloir valoriser son investissement de plus de 700 millions d’euros, cela aurait été complètement absurde de le perdre dans une période comme celle-ci." "Suning se cherche le meilleur partenaire à présent, celui qui pourra lui garantir un financement entre 250 et 300 millions d’euros afin de terminer la saison. Puis, il faudra comprendre comment il procèdera au refinancement des obligations à hauteur de 375 millions d’euros et comment, éventuellement, transporter une partie de cet investissement en actions." L’ombre du Parti Communiste "Les décisions prises par le Parti Communiste ont eu du poids et elles pèseront toujours plus dans la balance. La stratégie mis en place, il y a 5 ans de la part du Gouvernement chinois sur le football, était de s’attaquer à de nouveaux marchés en prenant comme modèle ce qui a été fait par les pays du Golfe Arabe, et l’Inter était l’élément central du projet." "Beaucoup a Pékin ont titubé lorsque, malgré 700 millions d’investissements, les résultats ne sont pas arrivés. La dynamique de ce championnat a créé, au sein de Suning et au sein même des opposants au Parti Communiste, évaluation différente pour mener à bien l’opération : Voir le premier club chinois dans un championnat du Top 5 Européen signifie que l’on voit un premier effet de cette stratégie. "Tout sera mis en œuvre pour ne pas créer de problème sociétal à l’équipe et pour chercher à lancer l’assaut à l’Europe dès la saison prochaine. Suning veut être l’actionnaire de référence, sauf en cas d’une offre s’élevant à 1 milliard d’euros. Mais il n’y a pas eu une telle offre et il n’y en a jamais eu." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  8. L'Inter a six semaines pour trouver 200 M$ avant que la situation financière du club ne devienne critique, selon les médias italiens. Selon le Corriere dello Sport, Steven Zhang dispose d'un maximum de 40 à 45 jours pour obtenir une injection de capital nécessaire, mais aller au-delà du 20 mars sans ces fonds serait "risqué". L'Inter a plusieurs échéances imminentes pour les paiements à d'autres clubs et à l'UEFA, qui pourrait nous exclure de la compétition européenne en cas de défaut. L'article a également affirmé que BC Partners pourrait augmenter sa première offre à Suning à partir de 750 M€, mais pas beaucoup plus, peut-être 800M€. Le Suning ne peut accepter une offre aussi basse car 400 M€ seraient utilisés pour refinancer des dettes, ce qui lui permettrait d'empocher à peine 350 M€, loin de ce qu'il a investi pour l'Inter au cours des cinq dernières années. EQT, Arctos Sports Partners, Temasek Holdings, Ares Management et un consortium formé par Fortress et Mubalada seraient tous intéressés pour racheter l'Inter également, certains en tant qu'actionnaires majoritaires et d'autres minoritaires. Il est entendu que le Suning préférerait encore ne vendre qu'une participation minoritaire, ce qui leur permettrait de conserver le contrôle de l'Inter avec un partenaire aux côtés. Malgré les différents bruits et le sombre tableau qui se dessine, Marco Bellinazzo explique que le Suning n'a pas l'intention de vendre le club et qu'il ne guidera pas l'Inter à une banqueroute. Voici son interview accordée à Radio Nerazzurra. "Malgré ce que vous avez lu dans la presse, même au niveau international, la situation n'a pas beaucoup changé. Le Suning s'est lancé sur le marché pour les aider à répondre à leurs besoins financiers, qui sont en partie standard et en partie causés par la pandémie. D'ici la fin de l'année, ils doivent trouver environ 150 M€, et c'est parfaitement normal pour un club qui a plus de 500 M€ de coûts mais qui a réduit ses revenus en raison de la pandémie." "Le Suning recherche donc un partenaire financier. Une opportunité s'est présentée avec BC Partners, mais le Suning a décliné sa première offre. Si une offre satisfaisante arrivait, le Suning pourrait envisager de vendre complètement l'Inter, bien que ce ne soit pas son plan A. Le plan A reste à trouver un partenaire pour accompagner le club dans cette période délicate. Rien n'a changé, même si à la lecture des journaux, vous penseriez que l'Inter était sur le point de faire faillite." "Les négociations sont complexes lorsque vous travaillez dans un domaine financier. Les vrais chiffres ne sont pas ceux que vous lisez. Si vous imaginez un chèque de 750 M€, 800 M€ ou 1 milliard d'euros, alors peut-être que vous êtes dans le faux. Il faut comprendre que le montant est divisé en obligations de refinancement, le besoin d'injection de capital du Suning et une partie des fonds propres pour acheter des actions du club. Donc, personne ne connaît les vrais chiffres, sauf les parties impliquées, à savoir Suning et BC Partners. Ces dernières semaines, BC Partners a cherché une alliance avec d'autres fonds pour créer une sorte de consortium, précisément parce que nous parlons d'un investissement complexe. Je dois répéter que ce ne sont pas des négociations comme celles que vous avez entre les clubs sur le marché des transferts, avec tout le respect que je dois au marché des transferts." "Le Suning a deux problèmes. Ils ont les problèmes habituels liés à leurs propres comptes, qui ont été causés en partie par de mauvais investissements, puis il y a les restrictions du gouvernement chinois qui limitent leur capacité à exporter des capitaux hors du pays et à couvrir les pertes financières de l'Inter. Cela est logique. Mais peu importe le suivi des ordres de Pékin, le Suning ne laisserait jamais l'Inter faire faillite et, si nécessaire, investirait le capital dont le club a besoin. Personne n'est assez fou pour ruiner une entreprise dans laquelle il a investi un demi-milliard d'euros. Pour le moment, ils préfèrent ne pas injecter eux-mêmes le capital, en partie à cause des directives venant de Chine et en partie parce qu'ils essaient de trouver de nouveaux actionnaires. Malheureusement, l'Inter a été frappée par la pandémie du COVID-19 au moment même où il était en plein milieu de son développement en tant que club, pendant cette période où les coûts augmentent mais où les revenus n'arrivent qu'un peu plus tard." "Pour revenir à l'article paru dans le Corriere dello Sport, concernant les salaires, le problème a été partiellement résolu par la Fédération italienne qui a permis aux clubs de reporter certains paiements jusqu'à fin mai. À ce stade, l'Inter devra avoir payé l'intégralité des salaires aux joueurs pour cette saison, ce qui est l'une des raisons pour lesquelles le Suning a besoin de 150M€ de capital frais avant cette date. D'ici le 31 mars, les clubs qui participent aux compétitions de l'UEFA devront régler tous leurs différends avec les autorités fiscales et les problèmes liés aux dettes dites du marché des transferts. L'Inter n'est pas cotée en bourse et nous ne connaissons donc pas les détails ici. Il y a des dettes qui existent mais, comme ils l'ont fait avec le Real Madrid pour Achraf Hakimi, les clubs peuvent accepter de diviser le paiement des frais de transfert en plusieurs versements. Donc, à moins qu'il n'y ait des dettes en retard, il n'y a pas de problèmes - et nous devons considérer que ce sont des problèmes auxquels sont confrontés tous les clubs, pas seulement l'Inter. L'UEFA tient en fait à éviter de donner des sanctions et de lourdes pénalités pendant une période aussi délicate pour tous les clubs."
  9. Carlo Festa, journaliste d’Il Sole 24 Ore, a fait le point de la situation sur la négociation entre BC Partners et Suning En effet, selon le journaliste, la phase exploratoire touche à sa fin et BC Partners est à présent appelé à faire son offre à l’Inter, aussi bien pour une entrée en qualité d’actionnaire minoritaire que pour devenir l’actionnaire majoritaire, autant dire que les prochains jours s’annoncent chaud Lors des deux semaines à venir, le programme du futur propriétaire Nerazzurro devrait être plus clair: "Il y aura deux piliers qui porteront le plan de Bc Partners, associé à Tifosy. D’un côté, il s’agira de faire de l’Inter une Media Company, de l’autre, il faudra travailler sur une structure comptable soutenable." "Le modèle économique que Bc Partners devrait suivre serait proche de celui de l’Atalanta qui reste le meilleur club en Italie pour acquérir, cultiver, faire grandir et vendre des joueurs, et non celui de la Juventus: L’objectif serait de miser sur un noyau jeune et prometteur sans se retrouver ni l’otage des salaires de ceux-ci, ni de la volatilité des résultats." Suning ne voulait pas vendre le Club Interviewé à 90° minuto, le programme historique de la Rai, Marco Bellinazzo a confirmé cet état d’esprit du Suning "La crise économique et le diktat de Pékin ont créé une condition impensable, il y a encore six mois. En ce moment des fonds d’investissements s’intéressent énormément au Calcio et en particulier à l’Inter. Suning, qui n’avait pas l’intention de vendre, voit cette pensée lui traverser l’esprit : De plus, ce type de Fonds, pourrait également trouver une entente entre eux afin de soutenir cet engagement." "Suning évalue le Club entre 400 et 500 millions d’euros. Ensuite, en incluant les dettes, la somme culminerait entre 900 millions d’euros et un milliard. Ce n’est pas une opération des plus facile, et je pense qu’il devrait y avoir quelques surprises dans les prochaines semaines sous ce point de vue." Terminé les ambitions de titres ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  10. Milan – Le journaliste d’Il Sole 24 Ore, a analysé pour Goal.com, le bilan de l’Inter, en mettant en lumière la dernière assemblée générale du club qui a approuvé le bilan et le déficit de 24M€ de négatif : " Pour les tifosi Nerazzurri, le fait de voir le bilan de l’assemblée générale approuvé est plus qu’une bonne nouvelle : Première raison de sourire "Le bilan de la saison 2016-2017 a mis en évidence un négatif de seulement 24,6M€, un déficit possible à colmater, à la différence de ce que pourrait connaitre la Roma, via la menace de l’UEFA et de la réglementation du Fair-Play-Financier. Dans ces 24M€, vous devez encore soustraire les coûts dits "vertueux" liés à la gestion de l’infrastructure et à la gestion de notre vivier, et plus en particulier, les dépenses effectuées pour la modernisation d’Appiano Gentile." Seconde raison de sourire "La croissance des recettes est de 33%. Pour faire simple, les recettes de l’Inter s’élève à 318 millions d’euros (soit une plus-value de 44,5M€) et ce malgré l’absence de la Champion’s qui aurait pu rapporter entre 60 et 70 M€ par le biais du marché, des primes UEFA, des bonus octroyés par les sponsors." Troisième raison de sourire "La quantité et la nature de la provenance des recettes supplémentaires dans le secteur commercial. Pas moins de 105M€ sont entrés dans les caisses de l’Inter, par le biais de la signature de nouveaux contrats de sponsorisation et de l’arrivée de nouveaux partenaires, au sein du club, conclu par le Suning. Dans le détail, l’acquisition des droits du centre sportif d’Appiano Gentile et Interello qui sont défini jusqu’en 2020 par le Groupe Suning, ont rapporté 25M€ supplémentaires, plus un gain annuel de 16,5M€. A ce dernier, on peut y rajouter un contrat d’une valeur globale de 11,5M€ de la part du Suning Sports International Ltd lié aux activités de la formation techniques et des Academy du club." Merci Qui ? "Grâce au Suning, un nouvel accord a été conclu avec une autre entreprise chinoise pour la cession des droits des médias et de sponsorisation en Asie, avec un bonus initial de 10M€, qui atteindra la somme de 20M€ annuel fixe, d’ici à 2020. Ces nouvelles recettes garantirons l’arrivée de 36M€ par années, ce qui d’ici à 2020 rapportera à l’Inter quasiment 100M€ de recettes supplémentaires." ®Antony Gilles - Internazionale.fr