Aller au contenu
×
×
  • Créer...

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'massimo moratti'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
    • 2020/2021
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

  1. Giuseppe Marotta, l’Administrateur-Délégué de l’Inter s’est livré dans une très longue interview à DAZN: "Je me souviens d'une métaphore de la vie en évoquant un chef-d'œuvre du cinématographique de notre Italie : "Nuovo Cinema Paradiso". Le protagoniste y devient un réalisateur établi à Rome depuis un petit village de Sicile où il aidait le projectionniste : Ma vie y est ressemble." "Comme l'écrit Coelho, si vous voulez que les miracles se réalisent, vous devez penser qu'ils existent et vous devez y croire : c'est un peu comme la persévérance avec laquelle vous entreprenez votre activité. J'ai fait miennes ces caractéristiques en partant des principes les plus basiques : Le contact avec des personnes humbles vous donne des valeurs dont vous avez besoin". Qui était le premier entraîneur que vous avez recruté ? C’était à Eugenio Fascetti à Varese. A cette époque-là, il y avait quelqu’un au-dessus de moi, mais le Président m’avait informé que si je voulais devenir le Directeur Sportif, je me devais de lui proposer un entraîneur. J'ai parlé au directeur de la formation à Coverciano en lui demandant quel était le meilleur entraîneur : il m'a orienté vers Fascetti et j’ai décidé de le choisir C'était un mauvais choix, il a récolté moins que ce qu’il avait semé…. J'aurais aimé travailler avec Sacchi, lui qui a tout changé." Et pour Inzaghi? "Je l’ai appelé sans savoir qu’il était au restaurant avec Lotito: Il était clairement un peu dans l’embarras. Mon intuition et celle d’Ausilio était de lui faire signer rapidement un accord tout en respectant un président comme Lotito, qui ne le voyait pas comme un manque de courtoisie. Lorsqu'un entraîneur ou un joueur reste de longue années dans un Club, c’est parfois bon d’engranger de l’expérience et de grandir ailleurs." Et vos débuts ? "Je voulais être joueur, entraîneur, manager et même journaliste : j'ai éliminé joueur car j'étais pauvre et entraîneur parce que c'était difficile d'y arriver. Il me restait donc deux options: Manager ou journaliste. J'ai fait les deux, j'ai travaillé avec un journal local pour écrire l'Edito du lundi. Je prenais du plaisir à revivre ce qu’il s’était passé le dimanche, cela m’a servi d’entrainement." Et l’opération Ronaldo ? "Quand vous achetez un joueur, vous devez faire une évaluation à 360 degrés : j'ai fait mes propres considérations. C'est vraiment "légendaire" de lire qu’il y a eu une fracture sur cette opération : Il y a juste un un choc d’opinion." Est-ce vrai que vous avez songé, durant une période, à recruter Messi à l’Inter ? "Cela m’a été rapporté, mais ce n’était pas sous ma gestion." Est-ce celle de Moratti ? "Je dirais juste qu’il s’agit de l’Inter du passé." Confirmez-vous qu’avant Inzaghi, vous aviez tenté de recruter Allegri ? "Pour vous dire la vérité, il y avait eu un contact. Celui-ci s’explique aussi par le fait que je n’imaginais pas un seul instant Inzaghi de disponible. Max était libre à ce moment-là et il présentait un profil important." Est-ce vrai, qu’il y a quelques mois, il vous aurait été possible de retourner à la Juve ? "Non, c’est faux, il n’y a jamais rien eu de concret." Est-ce vrai qu’avec Agnelli, vous n’êtes pas resté en très bon terme ? "C’est faux, j’entretiens d’excellents rapports encore avec Agnelli à ce jour." Est-ce vrai que Cassano a été le talent le plus dur à gérer ? "C’est vrai, mais dans cette Sampdoria, il nous a offert des choses difficiles à trouver pour une équipe provinciale." Le footballeur que vous aimez comme un fils ? "Cassano, même si aujourd'hui les relations sont plus tendues : je l'aimais, il est parvenu à franchir un palier important malgré les difficultés de la vie. Il a été dépeint comme un gars qui a réussi au sommet: Il m'a fasciné. Ce que je ressens ne doit pas nécessairement être réciproque." Votre souvenir de Varese… "Je me souviens qu'à 11 ans, j'étais ramasseur de balles lors d’une rencontre historique dans l’Histoire de Varese : Une victoire sur le score de 5-0 contre la Juventus, le capitaine était Armando Picchi, un pilier de l'Inter. C'est le début d'une histoire qui me fait remonter le temps". Vous n’avez jamais eu envie de monter sur le terrain pour jouer ? "Quand il y avait un joueur absent lors des matchs d’entrainement, j'étais le joker qui comblait ce vide. Je me débrouillais assez bien : j'apprenais avec de nombreux bons joueurs. J'étais un 10 gaucher dans un football un peu plus lent : j'étais un bon milieu de terrain, un bon passeur. Ma grande idole était Gianni Rivera, ce grand numéro 10." Votre onze de rêve "En jouant avec un 4-4-2, je dirais Buffon dans les buts, car c'est une icône du football, puis à droite Lichtsteiner, Luca Pellegrini en libéro, c’était l’un de mes recrutement, l'autre défenseur central Chiellini et comme arrière gauche Maldera que j'ai toujours aimé. Au milieu du terrain, je mets Pirlo, un leader silencieux qui n'aime pas parler mais qui communique beaucoup du regard, Vidal, un autre joueur qui m'a beaucoup donné." "Je mets Del Piero comme numéro 10, mais aussi ce merveilleux Recoba : Avec lui, Venezia qui été condamné à la relégation avait eu la force de se sauver. Dans mon histoire, il a été le joueur le décisif pour changer le cours de l’Histoire. Par affection, j’opterais pour Anastasi, j'ai une relation émotionnelle avec lui parce que j'étais le ramasseur de balles à l'époque. Ensuite, je pourrais citer Lodetti et Suarez." Le but le plus important dans votre carrière ? "Le plus décisif, c'est sûrement celui de Sanchez : Tu marques et tu gagnes... J'ai gagné d'autres finales, mais jamais à la dernière seconde! Son but dans mon palmarès est celui qui laisse l’empreinte la plus forte. Si je dois regarder le caractère spectaculaire du but, je me souviens de celui de Cassano contre la Juve." Le but de vos rêves ? "Celui d’un milieu de terrain qui avance, dribble tout le monte et la met au fond des filets avec sa tête." Del Piero et la Juventus ? "Les anciens grands joueurs représente la beauté et les problèmes : Ces grands joueurs ne font jamais partie des clubs, ce sont devenus des grandes icônes et des légendes qui représentent l'Histoire. Alex doit être considéré comme tel". Votre meilleur coup sur le Mercato ? "Vu les aller et retour, je dirais Pogba : Arrivé gratuit et revendu à son ancien club pour 110 millions d’euros. Les dirigeants de United l'ont admis, c'est quelque chose d'unique dans le football." Votre premier transfert "L’acquisition de Rampulla au cours de la saison 1979-1980, il avait débuté face au Milan, c’était ma première opération." Votre négociation la plus compliqué ? "Je dois revenir 40 ans en arrière, c'était en 1982. J'avais 25 ans et j'étais insouciant : il y avait Mastalli, un joueur très fort. Je l'ai vendu en même temps à deux clubs composé de deux personnalités charismatiques : Sibilia et Massimino. J'ai fait signerdeux contrats et j'ai eu du mal à gérer les deux parties : ensuite, Sibilia m'a pardonné et a laissé tomber". Le président le plus compétent en matière de football que vous ayez connu ? "Sans l'ombre d'un doute Zamparini. C'était un président très impliqué dans le monde du football." Palerme ? "Lorsque je suis arrivé à la Samp en 2001, il était en train de reprendre le Genoa : Entre nous, c'était une grande compétition: Cela voulait déjà dire que l'une des trois places pour monter en Serie A allait déjà être occupés par lui. Je l'ai encouragé à déménager à Palerme, une autre place importante." La chanson de votre vie ? "J'ai toujours aimé Battisti, c'est lui qui a fait une série de chansons qui m'ont formé. Je suis allé au lycée classique de Varèse, c'était une école très stricte. J'avais des camarades de classe célèbres comme Maroni : j'étais passionné de sport, il venait à l'école avec les journaux traditionnels, moi avec la Gazzetta. J'y ai connu de belles heures." De quoi sera fait votre avenir... "J'ai beaucoup reçu dans la première phase de ma vie de "footballeur", quand j'ai commencé en bas de l'échelle. Maintenant, il est normal que je donne aussi quelque chose aux autres. J'ai toujours des rêves, et même si vous ne pouvez pas les réaliser, vous devez avoir la force et la capacité d'en créer de nouveaux. Je pense être sur d'avoir presque tout donné dans le rôle de Manager." "Ma prochaine expérience, celle que j'aimerais avoir et j'ai encore le temps pour tout vous dire, concerne mes activités politico-sportives. Je veux contribuer à la croissance de notre mouvement sportif, et principalement celui du Calcio. Selon moi en Italie, le sport est encore trop peu apprécié et considéré". Quelles sont les caractéristiques pour être un grand leader ? "L'Humilité: J'ai passé la moitié de ma vie à écouter : Aujourd'hui, je parle trop même car je suis à l'âge où je sens que je peux transmettre. Les premiers contacts avec mes collègues étaient ceux d'un garçon qui voulait apprendre et se taisait par respect et pour voler des secrets. L'exemple est une autre vertu : si vous exigez quelque chose, vous devez le montrer. La confiance est une relation que vous devez établir avec vos collègues de travail. Et puis, si tu veux gagner, tu dois avoir du courage." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  2. Steven Zhang s’est livré à la presse suite à la conquête de la Coupe d’Italie, 11 ans après l’Inter du Triplé de Massimo Moratti: "Je veux remercier tous ceux qui travaillent pour l’Inter, ce titre est le fruit d’un travail de tant d’années, c’est une Coupe pour tout le monde, je la dédie à tous les Interistes du Monde et à l’équipe qui a tant travaillé afin de rendre cela possible." L’avenir ? "L’objectif est de continuer à être compétitif et de continuer avec cette équipe. C’est une grande satisfaction sur et en dehors du Club pour le travail réalisé et pour les résultats atteint : La coupe de ce soir est une nouvelle étape." Le Scudetto ? "Un Club comme l’Inter n’en a jamais assez, nous sommes affamé et nous voulons toujours tout gagner. Lorsque je suis arrivé ici, il y a six ans, la Juve était l’équipe la plus forte sur et hors du terrain. Mon objectif est de rester à ce niveau de qualité aussi pour les saisons à venir, le titre de ce soir est la preuve que nous faisons bien les choses, et même si ce résultat dépend aussi un peu de la Chance, mais nous devons continuer à aller de l’avant de cette façon." "Je suis Honoré d’échanger et de côtoyer quotidiennement un tel groupe, non seulement sur le terrain, mais aussi en dehors. Je remercie tout le personnel qui nous a offert une grande soirée de fête. Cette coupe restera dans l’Histoire, à présent nous allons tout tenter Fino alla fine: Je suis convaincu qu’il nous est encore possible de gagner le Scudetto." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  3. Ceci qui suit est la traduction intégrale de ''The puzzling genius Alvaro Recoba'' par Dan Williamson paru le 28/01/2017 sur le site These Football Times. L'article retrace le passage de Recoba à l'Inter entre ombres et lumières, fulgurances et blessures. Alvaro laissa un goût frustrant d'un potentiel énorme inexploité. Il reste quelques minutes et l'Inter est menée 1-0 à domicile face à Brescia lors de la première journée de la saison 1997-1998. Avec les millions du propriétaire Massimo Moratti, les Nerazzurri venaient de battre le record du monde des transferts pour amener Ronaldo au Giuseppe Meazza. Avant le match, toutes les caméras et l'attention étaient portées sur Il Fenômeno, et on attendait beaucoup d'une équipe qui avait passé la plus grande partie d'une décennie à décevoir et à vivre dans l'ombre de ses célèbres voisins. Avec un résultat choc sur les cartes, une autre nouvelle recrue sud-américaine, quoique moins en vue que le Brésilien, est entrée dans la mêlée : l'attaquant uruguayen Álvaro Recoba. Huit minutes après avoir remplacé Maurizio Ganz, et à dix minutes de la fin, Recoba a capté une passe de Benoît Cauet, envoyant le ballon dans la lucarne de 30 mètres. Cinq minutes plus tard, alors que les Nerazzurri ont désormais l'ascendant, un coup franc est accordé à 35 mètres du but et c'est Recoba qui s'en charge. Montrant qu'il y avait plus d'une corde à son arc, Recoba a utilisé plus de courbure et de précision que de puissance, fouettant le ballon par-dessus le mur et dans le coin opposé. Le soulagement était palpable et même Gianluca Pagliuca s'est précipité de son but pour se joindre aux célébrations. Avec Moratti, Ronaldo et l'élan d'un retour spectaculaire, on s'attendait à ce que l'Inter sorte enfin de l'ombre du Milan et remporte le Scudetto pour la première fois depuis 1989. Les débuts de Recoba ont laissé entendre qu'une nouvelle période dorée possible dans l'histoire du club coïnciderait également avec l'ascension d'une nouvelle étoile. Comme une grande partie du continent sud-américain, l'Uruguay a souffert d'une dictature militaire dans la seconde moitié du XXe siècle et c'est dans ce contexte qu'Álvaro Alexander Recoba est né en mars 1976. Surnommé El Chino en raison de ses traits orientaux, Recoba a rejoint club local de Montevideo Danubio en tant que jeune joueur, faisant ses débuts à l'âge de 17 ans. Recoba s'est rapidement forgé une réputation de joueur avec un bon pied gauche, habile aux dribbles et à battre un adversaire avec rythme et ruse. Au cours de ses deux années dans l'équipe première de Danubio, Recoba a marqué 11 buts en championnat en 34 apparitions avant de traverser la ville pour Nacional, le club le plus titré d'Uruguay. En tant que jeune homme, El Chino a augmenté son taux de buts, inscrivant 17 buts en championnat en 33 matches entre 1996 et 1997. À l'âge de 21 ans et avec quatre campagnes nationales à son actif, Recoba était apparemment prêt pour son grand départ à l'étranger. Après ses débuts avec deux buts, l'avenir s'annonçait radieux. Recoba a de nouveau quitté le banc lors du deuxième match de l'Inter de la saison 1997-1998, bien que les Nerazzurri aient perdu 4-2 à Bologne. Il ne réapparaîtra qu'après le Nouvel An, sortant à nouveau du banc pour marquer lors d'un match nul à l'extérieur à Empoli. Ce devait être son dernier but de la campagne et il n'a débuté qu'un seul match de championnat dans le reste de la saison. La ligne avant était composée de Ronaldo, Youri Djorkaeff, Iván Zamorano et d'autres joueurs endurcis au plus haut niveau de la compétition européenne, et Recoba était encore un jeune homme essayant de s'adapter à une nouvelle culture et à un nouveau niveau de football. L'Inter a terminé deuxième et remportant la Coupe UEFA. Peut-être qu'après une période de rodage, Recoba serait prêt à montrer sa promesse incontestable au cours de sa deuxième année. Cependant, ses débuts difficiles dans le nord industriel de l'Italie se sont poursuivis dans sa deuxième saison, où il n'a fait qu'une seule apparition avant Noël. Le manager Luigi Simoni a été limogé en novembre après un départ moyen, récoltant seulement 17 points sur 33 possibles, et remplacé par Marcello Lippi. Lippi, qui avait remporté le titre et la Ligue des champions avec la Juventus, devait faire de même avec l'équipe très talentueuse héritée de son prédécesseur. Au départ, il est apparu que Recoba ne faisait pas partie des plans de Lippi car il a été prêté à Venezia pour le reste de la campagne 1998-1999. Acquérant de l'expérience grâce au football en équipe première, Recoba a commencé tous les matchs restants de l'Arancioneroverdi, marquant dix buts alors que Venezia terminait 11e. Ironiquement, Venezia n'a terminé qu'à quatre points de son club parent, qui n'a pas réussi à se qualifier pour la compétition européenne dans ce qui s'est avéré être une saison misérable. Recoba était de retour au Meazza pour la saison 1999-2000 et est devenu un ''habitué'' sous Lippi, faisant 27 apparitions en championnat. Après le 21 novembre, il n'a raté aucun match et a terminé avec deux chiffres pour le championnat. L'Inter a terminé quatrième de la Serie A, se qualifiant ainsi pour les tours préliminaires de la Ligue des champions, et a atteint la finale de la Coppa Italia. Ils ont été éliminés des éliminatoires de la Ligue des champions 2000-2001 par Helsingborg, refusant à Recoba, alors âgé de 24 ans, la chance de dîner à la meilleure table d'Europe. Recoba a également dû faire face à un nouveau manager, car Lippi a payé le prix de la défaite d'Helsingborg, avec Marco Tardelli. Après la débâcle d'Helsingborg, l'Inter a chuté en Coupe UEFA, atteignant les huitièmes de finale, Recoba marquant trois buts respectables en huit matchs dans la compétition. Sur le front intérieur, il a été fortement impliqué dans le championnat, participant aux 16 premiers matchs. La seconde moitié de la saison n'a pas été aussi réussie, bien qu'il ait réussi cinq autres buts pour finir alors que l'Inter terminait cinquième. Finir à 24 points du champion Roma n'a pas suffi à l'ambitieux Moratti, qui s'est débarrassé de Tardelli et l'a remplacé par l'Argentin Héctor Cúper. Recoba avait maintenant terminé quatre saisons à l'Inter, et même s'il n'avait pas encore convaincu, Moratti l'a récompensé avec un contrat à long terme qui aurait fait de lui le joueur le mieux payé du football mondial. Le nouveau contrat s'est avéré être un faux levé de soleil dans l'ascension de Recoba, et la controverse n'était pas trop loin. En juin 2001, l'Uruguayen a été interdit par la Fédération italienne de football dans ce qui est devenu le "scandale des passeports", qui a vu Recoba et plusieurs autres Sud-Américains interdits pour avoir utilisé de faux passeports pour contourner les limites imposées aux joueurs étrangers. Heureusement pour Recoba, l'interdiction initiale d'une saison a été réduite à quatre mois en appel, ce qui lui a permis de revenir sur le terrain en décembre 2001. Il est apparu dans cinq des dix matchs suivants, marquant un but, et à partir de février, il a consolidé sa place dans l'équipe, apparaissant dans chaque match jusqu'à la fin de la saison, ajoutant cinq buts à son total. L'Inter a terminé troisième, à seulement deux points de la Juventus. Après cinq saisons, et avec le scandale des passeports derrière lui, était-il temps pour Recoba de briller ? En 2002-2003, après quatre ans d'absence, l'Inter était de retour en Ligue des champions, même s'il devait le faire sans Ronaldo, parti pour la Liga et le Real Madrid cet été. Recoba est apparu dans les trois quarts des matchs de phases, marquant deux fois, alors que l'Inter progressait vers les quarts de finale. Valence est venu puis éliminé. Recoba est apparu dans les deux demi-finales contre le Milan, qui a battu les Nerazzurri sur la règle des buts à l'extérieur et continuerait à battre la Juventus en finale. Sur le plan national, l'Inter a de nouveau joué le deuxième violon de la Vieille Dame, alors que la Juventus a terminé avec sept points d'avance en tête de la Serie A. Recoba a réussi neuf buts en championnat en 27 matches de championnat, un ratio respectable de un sur trois. Si la carrière de Recoba a été ponctuée de hauts et de bas, alors la saison 2003-2004 peut définitivement être classée dans cette dernière. Dans une campagne ravagée par les blessures, El Chino n'a réussi que 18 apparitions en championnat, bien qu'il ait marqué huit buts, ce qui lui a suffi pour terminer deuxième du classement des buteurs de l'Inter derrière Christian Vieri. L'Inter a terminé quatrième et une fois de plus n'a pas gêné le sommet de la Serie A, malgré un bon départ avec deux victoires et deux clean sheets lors des deux premiers matches. Cependant, les cinq matchs suivants n'ont pas abouti à une victoire et Cúper a perdu sa place au profit d'Alberto Zaccheroni en raison de la série qui comprenait une défaite dans le derby. La situation en Ligue des champions n'était pas bien meilleure, car l'Inter a été éliminé en phase de groupes à la suite d'une raclée humiliante 5-1 par Arsenal au Meazza. La saison 2004-2005 a de nouveau été caractérisée par des hauts et des bas pour l'Inter et Recoba. Sous un autre nouveau manager Roberto Mancini, le club a terminé troisième et a remporté la Coppa Italia, la première pièce d'argenterie depuis la Coupe UEFA neuf ans plus tôt. Cependant, une défaite embarrassante 5-0 contre Milan en quarts de finale de la Ligue des champions a jeté le froid sur la victoire en coupe. Recoba n'a réussi que trois buts en 13 matches de championnat, mais a également produit un moment de magie, qualifiant le but de favori de sa carrière. En janvier 2005, la Sampdoria vint au Giuseppe Meazza et avait une avance de deux buts. Une fois de plus, Recoba est sorti du banc, évoquant des souvenirs de ses débuts pour mener une riposte. Recoba a placé Obafembi Martins pour le premier but, avant que Vieri n'arrache l'égalisation. Alors que le match était à 2-2, le ballon est passé à l'Uruguayen à 20 mètres du but, et il l'a frappé d'une demi-volée avec son pied gauche. Le ballon a explosé dans le coin inférieur droit du gardien de but, la rotation l'a éloigné de ses bras tendus, et le visage de Recoba a explosé de joie et de soulagement. La saison et le match de la Sampdoria ont été sa carrière dans un microcosme : frustration, blessures et moments de victoire de classe mondiale qui pourraient faire lever tout un stade. Si Recoba a été une fois du mauvais côté d'un scandale lorsqu'il a été interdit pour possession d'un faux passeport, lui et son équipe ont été les bénéficiaires d'un autre à la fin de la saison 2005-2006. L'Inter a terminé troisième du championnat, 15 points derrière la Juventus et 12 derrière Milan. Cependant, les deux premiers ont été impliqués dans ce qui est devenu le Calciopoli, où plusieurs équipes et arbitres ont été accusés d'être impliqués dans un scandale de matchs truqués. La Juventus a été rétrospectivement reléguée, Milan avait 30 points ancrés et l'Inter a été déclaré championne par défaut. Après neuf ans en Italie, Recoba a enfin mis la main sur le Scudetto. Cependant, le succès a dû être doux-amer pour El Chino, car le titre a sans doute été remporté en dehors du terrain plutôt que sur celui-ci. Il avait maintenant 30 ans et son influence sur l'équipe diminuait. L'écriture était sur le mur pour Recoba lors de la saison 2006-2007. Après la disparition de ses rivaux les plus féroces, l'Inter a dominé la ligue, amassant un incroyable 97 points, ne perdant qu'un seul match toute la saison et terminant avec 22 points d'avance sur les challengers les plus proches, la Roma. Cependant, El Chino n'a réussi que 15 apparitions en championnat et en Ligue des champions, inscrivant un seul but. La saison suivante, et ce qui allait s'avérer être sa dernière en Italie, a vu Recoba prêté au Turino où il a réussi 22 apparitions, marquant un but, alors qu'Il Toro terminait 15e du championnat. Recoba est resté en Europe après son départ d'Italie, rejoignant l'équipe grecque Panionios pendant 18 mois avant que d'autres blessures, associées à ses salaires élevés, ne conduisent le club à résilier son contrat. Agé de 33 ans, il était maintenant temps pour l'Uruguayen de rentrer chez lui dans cette tradition séculaire adoptée par de nombreux footballeurs sud-américains. Il a re-signé pour Danubio en janvier 2010, passant 18 mois avec son club d'enfance avant de retourner chez un autre ancien employeur, Nacional, à l'été 2011. Recoba passera cinq ans avec le club, et bien que l'âge et les blessures aient limité ses apparitions, son influence était toujours là. Il a aidé Nacional à remporter deux titres de champion d'Uruguay, l'un des moments forts étant un coup franc typiquement époustouflant lors d'une victoire cruciale du Clásico contre Peñarol. Recoba, âgé de 40 ans, a mis un terme à sa longue et illustre carrière en avril 2016 avec un match de bienfaisance mettant en vedette certains des meilleurs talents sud-américains de sa génération, dont Carlos Valderrama, Juan Román Riquelme et d'anciens collègues Javier Zanetti et Iván Zamorano. Le match a également été regardé par le président uruguayen Tabaré Vázquez, montrant à quel point El Chino est considéré avec affection dans son pays natal, qu'il a représenté 68 fois. Alors, comment résumeriez-vous le séjour de Recoba en Italie, et en fait sa carrière dans son ensemble ? Il est arrivé sur la péninsule italienne en tant que jeune prometteur, s'annonçant avec un début qui rend Roy des Rovers réaliste. On pourrait dire que ces 18 minutes contre Brescia ont marqué un point culminant dans sa carrière, car le reste de ses jours a contenu blessures, déception, scandale et potentiel insatisfait ponctué de moments fugaces de pure brillance. L'Inter est devenu la force italienne dominante pendant son séjour, remportant six trophées majeurs, bien que l'influence de Recoba sur l'un de ces triomphes soit limitée. On se souviendra de lui avec tendresse, mais les discussions seront toujours accompagnées de la mise en garde du ''et si''. Cependant, Recoba ne le voit pas de cette façon. S'exprimant après son match d'adieu, il a déclaré : ''J'ai eu la chance de jouer avec tant de champions, et je serai éternellement reconnaissant. J'ai toujours été heureux au cours de ma carrière, car je faisais mon passe-temps comme mon travail et j'ai toujours voulu divertir les gens. Je n'ai pas de regrets." En tant que fans de football, nous déplorons souvent le potentiel non exploité à fondu, mais si l'homme lui-même est satisfait de sa carrière, cela peut suffire, car il a certainement de quoi être fier. Enfin, qui sommes nous pour juger ? Traduction alex_j (qui n'a rien d'autre à faire de ses soirées) via thesefootballtimes.co.
  4. Ceci est la traduction de ''The Heartbreak of Ronaldo at Internazionale'' par Blair Newman (non, rien à voir avec Victor) paru sur le site These Football Times le 18/09/2018. L'article retrace le bref passage de Ronaldo chez nous. Ronaldo était plus force de la nature que footballeur. Il était un dribbleur irrépressible, un coureur puissant et un finisseur d'une précision infaillible. En Italie, le terme « fantasista » est strictement réservé aux meneurs de jeu, mais il s'appliquait aussi à cet attaquant brésilien, qui était une pure fantaisie. En effet, sa combinaison de vitesse fulgurante et de carrure trapue était quelque chose que l'on ne voyait généralement que dans la réalité virtuelle. Il était l'attaquant PlayStation que chaque joueur a créé, à un moment ou à un autre, juste pour nous faire sentir ce que cela ferait d'être aussi aussi imparable sur un terrain. Les opposants ne pouvaient que regarder et espérer, les défenseurs étaient rendus obsolètes. Ronaldo, à son apogée, était une hallucination collective d'un football devenue réalité. Cependant, le 12 avril 2000, il avait l'air terriblement humain. Après des mois d'absence pour cause de blessure, il est revenu sur le terrain ce jour-là afin d'essayer de renverser un match. L'Inter Milan menait la Lazio par deux buts à un lors du match aller de la finale de la Coppa Italia et ils avaient besoin de leur superstar. Mais, alors qu'aucun simple marqueur ne pouvait l'empêcher de marquer, seul son propre corps le pouvait. Ronaldo a cherché à courir vers la défense de la Lazio. Les attentes ont augmenté alors que cette icône, cette force irrésistible, a commencé à prendre de l'ampleur. Le ballon était, collait à ses pieds et la surface de réparation était proche, ce qui signifiait, selon toute vraisemblance, qu'un but se profilait à l'horizon. Pour les fans de l'Inter, ces moments étaient porteurs d'espoir. Mais dès que les rêves d'un égaliseur sont apparus, ils se sont à nouveau évanouis au milieu d'un spectacle déchirant. Après avoir fait signe de tourner à droite, le genou droit de Ronaldo s'est plié. Il tomba rapidement au sol en serrant sa jambe droite, pleurant de douleur. Immédiatement, les joueurs de la Lazio qui, quelques secondes auparavant, l'avaient craint ont cherché à l'aider, agitant les bras en l'air pour une assistance médicale. Alors que Ronaldo a été emporté sur une civière, l'espoir des Interisti a été définitivement anéanti. L'Inter a perdu 2-1. Le Milan était l'équipe à battre en Italie du début au milieu des années 1990. Après avoir conservé la Coupe d'Europe en 1990 sous Arrigo Sacchi, Fabio Capello a pris les rênes en 1991 et a mis en place un style de jeu fonctionnel mais passionnant qui les a vus remporter trois Scudetti successifs et démanteler la Dream Team du Barcelone de Johan Cruyff 4-0 en 1994. Et, après un titre de la Juventus de Marcello Lippi en 1995, ils sont revenus au sommet de la hiérarchie de la Serie A l'année suivante. Non seulement le Milan de Capello avait l'une des meilleurs défenses de tous les temps, composée de Franco Baresi et Paolo Maldini, mais ils ont été douchés de stars étrangères grâce aux millions de Silvio Berlusconi. Marcel Desailly patrouillait sans relâche au milieu de terrain, Zvonimir Boban créait et Dejan Savićević faisait sa magie entre les lignes. Les Rossoneri avaient tout pour plaire, et leurs grands rivaux citadins ne pouvaient que les regarder avec envie. L'Inter était «l'autre» équipe milanaise pendant cette période, leur forme vacillant de manière erratique alors qu'ils rebondissaient de course au titre au néant du milieu de tableau avec une vitesse déconcertante. Cependant, en 1995, Massimo Moratti est devenu président du club et, dans le but de rajeunir ce géant malade (rappelons qu'on a failli descendre en 1994, ndlr), a dépensé beaucoup d'argent sur le marché des transferts. Paul Ince a été l'un des premiers à arriver, signant de Manchester United, et au cours des deux années suivantes, l'Anglais a été rejoint par un cortège de nouveaux joueurs passionnants. L'Inter a fait venir Youri Djorkaeff, Iván Zamorano, Aron Winter, Nwankwo Kanu , Benoît Cauet et Diego Simeone dans leurs tentatives de concourir à nouveau pour le Scudetto. Et puis il y a eu Ronaldo. À seulement 20 ans, le Brésilien était déjà de renommée internationale au moment où l'Inter a payé des frais de transfert record de 13,2 millions de livres sterling pour l'emmener de Barcelone en juin 1997. Dans toutes les compétitions au cours de son année avec les géants catalans, il a marqué 47 buts en 49 matchs, s'appuyant sur les 54 en 57 sorties du PSV Eindhoven au cours des deux années précédentes. En plus de cela, il avait été couronné Joueur mondial de l'année de la FIFA en 1996, devenant ainsi le plus jeune détenteur de ce prix. Ronaldo n'était pas simplement une signature; il était une déclaration. À une époque où bon nombre des meilleurs joueurs du monde entier se retrouvaient en Serie A, les meilleurs avaient choisi l'Inter comme prochaine destination. Le malheur était passé, la morosité était levée. Moratti avait financé l'accord pour mettre fin à l'attente, l'Inter ne serait plus "l'autre" équipe de Milan. Ils ne ressentiraient plus le besoin de maudire Berlusconi. Les rôles, semblait-il, tournaient. Les six premiers mois ont été étonnamment prévisibles, ce qui est étrange pour l'Inter. Ronaldo a marqué des buts. Et l'Inter a gagné des matchs, régulièrement. Les Nerazzurri sont restés invaincus lors des 12 premiers matches de 1997-1998 et, à mi-parcours de la saison, avaient un point de retard sur la Juventus dans la course au titre. De plus, ils avaient battu leurs rivaux turinois au Meazza grâce à une frappe de Djorkaeff. Le fournisseur du but? Ronaldo ! Ignorant Paolo Montero et évitant Ciro Ferrara, son centre a laissé son coéquipier français avec la plus facile des finitions. Luigi Simoni, nommé entraîneur-chef à l'été 1997, avait galvanisé l'équipe, construisant une unité de contre-attaque rapide et réactive avec Ronaldo comme centre d'attaque. "Il Fenomeno" était le seul joueur de l'Inter chargé de ne pas s'occuper de la phase défensive, agissant comme un phare pour les transitions offensives de l'Inter avec son rythme, sa force et sa course agressive. L'adaptation si rapide de Ronaldo aux limites tactiquement détaillées et défensivement résolues du calcio était remarquable, tout comme sa capacité à réaliser les fantasmes d'un club, propriétaires et fans inclus, qui aspirait si désespérément à une période de succès. Sa prise en charge du fardeau était d'autant plus impressionnant compte tenu du calibre de ceux qui avaient échoué avant lui; lorsqu'il a conservé son statut de joueur mondial de l'année de la FIFA en 1997, il a vu la concurrence de Roberto Carlos et Dennis Bergkamp, deux anciens joueurs de l'Inter qui ont connu une meilleure fortune personnelle après avoir quitté le club. Après une mi-saison mouvementée, les hommes de Simoni ont remporté six matches de championnat consécutifs, Ronaldo marquant dans chacun. Cette séquence de forme comprenait une victoire 3-0 sur Milan au cours de laquelle le joueur a trouvé le chemin des filets avec un superbe lobe. Ce fut l'un des nombreux moments exceptionnels de son superbe premier mandat. Mais, cruellement, la première saison de Serie A de Ronaldo et de l'Inter se terminerait dans l'acrimonie plutôt que dans la célébration. Essentiellement, la course au Scudetto s'est résumée à un match : le Derby d'Italie entre la Juventus et l'Inter. Ils se sont rencontrés au Stadio delle Alpi avec quatre matches à jouer et avec un seul point les séparant au sommet de la Serie A. Les tensions étaient fortes tout au long du match alors que des défis robustes et de jolis plongeons ont ponctué ce choc spécial des titans du football italien; Simeone a été clouté par Edgar Davids, tandis que Ronaldo a été à plusieurs reprises nié du ballon par des marqueurs intransigeants. Alessandro Del Piero a donné l'avantage à la Juventus en première mi-temps avec un beau tir. Cela a forcé une riposte de l'Inter, qui savait que la défaite signifierait un écart de quatre points. Mais, malgré tous leurs efforts, un but égalisateur ne viendrait pas. Et, à seulement 20 minutes de la fin, il y a eu une éruption de controverses. Ronaldo, faisant irruption dans la surface de réparation de la Juventus, a été mis en échec sans pitié par Mark Iuliano après avoir poussé le ballon au-delà du défenseur central italien. Mais le penalty n'est pas venu. L'arbitre Piero Ceccarini a laissé le match se poursuivre et, alors que l'équipe locale lançait une contre-attaque, il s'est retrouvé à fuir les protestations bruyantes. Quelques secondes plus tard, il a sifflé, cependant, pointant vers l'endroit après que Del Piero ait été stoppé par un coup de pied inopportun de Taribo West. Simoni et ses joueurs ont eu du mal à contenir leur indignation et, même si le pénalty a été sauvé par Gianluca Pagliuca, le sentiment d'avoir été trompé s'est poursuivi alors que la Juventus a remporté le match et, par la suite, a remporté le titre. Loin des affaires intérieures controversées, Ronaldo a ébloui la compétition continentale, aidant l'Inter à la finale de la Coupe UEFA où il a battu la Lazio à lui tout seul. Il était injouable pour l'équipe romaine, frappant la barre avec un tir de loin avant de sceller une victoire 3-0 après avoir tranquillement contourné Luca Marchegiani pour marqué dans le but vide. Pourtant, malgré la finale victorieuse, la saison 1997-1998 de l'Inter a été imprégnée d'un sentiment d'injustice. Qu'est-ce qui aurait pu être ? C'est la question que tous les fans de l'Inter doivent se poser en silence lorsqu'ils réfléchissent aux années Ronaldo. Sa première campagne avait été enivrante. Même les défenses italiennes les plus acharnées se sont retrouvées dans son sillage. Son style de dribble, une avalanche d'enjambements, de feintes, de rebondissements exécutés d'un coup et à la vitesse de l'éclair, était envoûtant. Son explosivité était une véritable merveille, mais même alors, son corps était apparemment dans une lutte constante pour se suivre. En 1998-1999, les blessures ont commencé. Il n'a joué que 28 fois et marqué 15 buts, soit moins de la moitié de ce qu'il avait réussi lors de son premier voyage en Serie A. L'Inter a glissé à la huitième place du championnat. Les entraîneurs allaient et venaient, et une normalité décevante a repris. Ronaldo s'est rompu un tendon au genou droit le 21 novembre 1999 lors d'un match de championnat contre Lecce. Il est parti déterminé à revenir plus fort, mais à ce stade, le poids des espoirs du club, l'éclat des médias et les accords de sponsoring lucratifs étaient trop lourds à gérer. Il est revenu lors de la finale de la Coppa Italia 2000, émergeant avec impatience du banc des remplaçants, suppliant son corps de se conformer à ses exigences. Mais sa remontée d'un enfer très personnel n'a duré que sept minutes. Écrasé par l'une de ses propres feintes, il y avait un désespoir troublant dans le traumatisme du joueur. Auparavant, le nom de Ronaldo évoquait une aura féroce. Le monde avait regardé avec impatience chacun de ses contacts. Maintenant, le monde regardait toujours, mais cette fois avec horreur. Il était enclin, il était fragile et, à 23 ans, son avenir était incertain. D'innombrables opérations ont suivi dans le but de le ramener à son meilleur niveau, mais il manquerait l'intégralité de la saison 2000-2001 alors que l'Inter terminait cinquième. Ronaldo remonterait, mais pas avec l'Inter. Et l'Inter finirait par mettre fin à sa longue attente d'un Scudetto, mais pas avec Ronaldo. Le partenariat entre le joueur et le club a finalement été une attente insatisfaite mais, ne serait-ce que pour une courte période, il a produit des résultats spectaculaires. Nous sommes le 3 mars 1998 et Ronaldo est là où il aime être: la surface de réparation adverse. C'est le quart de finale aller de la Coupe UEFA et l'Inter affronte Schalke. Johan de Kock regarde attentivement, se chuchotant sans doute : « Gardez les yeux sur la balle ». Olaf Thon arrive pour aider son coéquipier. Ronaldo voit venir l'Allemand et récupère le ballon. De Kock sort une jambe gauche effrayée, mais Ronaldo traîne à nouveau le ballon hors de vue. Puis, avec Thon empiétant par derrière, il muscade de Kock. Trois secondes, trois mouvements subtils, deux défenseurs sans ballon. Ronaldo continue. Les fans de l'Inter regardent avec espoir. Traduction alex_j via thesefootballtimes.co.
  5. Dans une interview accordée à la Gazzetta, Massimo Moratti, Roberto Boninsegna, Ernesto Pellegrini et Adriano Galliani ont partagé des anecdotes de Peppino Prisco. Extrait. Un homme incroyable. "Entre autres, c'est lui qui m'a poussé à racheter le club. Mais je voudrais souligner la profondeur de l'homme en rappelant une invitation à dîner chez lui. Les images de l'Inter étaient partout, alors que toutes les reconnaissances qu'il avait eues en tant qu'officier des Alpini restaient dans un coin seulement. Un officier capable de revenir de Russie avec un contingent, certes très réduit, de soldats qui lui étaient confiés." "J'ai remarqué que cette médaille de bravoure militaire et ces mentions solennelles devaient être placées bien en vue, mais il a immédiatement déplacé la discussion vers le football. C'est un aspect qui m'a impressionné à l'époque et qui continue de m'impressionner aujourd'hui." Une anecdote de Roberto Boninsegna. "Une fois, nous avions remporté un match très important 1-0 et Peppino se tenait dans le coin, ne célébrant pas avec nous. 'Pourquoi ?' Je lui ai demandé. 'Ce n'est pas le bon jour pour faire la fête. Milan n'a perdu que 4-0'." Une anecdote de Ernesto Pellegrini. "Si je dois choisir un souvenir, j'aime me souvenir de la fois où il est allé chez l'ophtalmologiste pour une visite. Il entra et vit d'abord les chaises Rossoneri à l'entrée et resta debout. Puis, au bout d'un moment, il a demandé au médecin : 'Excusez-moi, mais pourquoi avez-vous les fauteuils Rossoneri ?' 'Je suis une fan de Milan', a-t-elle répondu. Il ne broncha pas et décida de s'asseoir. Puis, au bout d'un moment, il dit de nouveau au médecin : 'Vous savez ce que je dis ? En gros, je les aime : ils sont très confortables pour mon cul.'" Enfin, Adriano Galliani a partagé une citation sur la philosophie de l'Inter. "Inoubliable cette fois à Arcore avec moi et Berlusconi pour se souvenir des origines de l'Inter. 'L'Inter est la démonstration que même si vous êtes né d'origine modeste, vous pouvez devenir grand dans la vie.' Il est élégant et intelligent." Sacré Peppino. Il faudrait répertorier toutes ses anecdotes . Traduction alex_j hilare via sempreinter.
  6. Pour la première fois, un sondage sera organisé pour choisir parmi quatre personnes ou institutions qui ont marqué l'histoire du club hors du terrain. Chaque édition de l'Inter Hall of Fame voit un prix spécial décerné en reconnaissance d'une personne ou d'une institution qui a marqué l'histoire du club sur le plan sportif et également en intégrant des initiatives sociales qui vont au-delà du soutien à l'équipe. Lors de la première édition du HoF, le prix spécial a été décerné à la famille Moratti pour toutes les années de service à la cause des Nerazzurri, y compris une impressionnante collection de trophées qui ont propulsé le club au sommet à deux époques différentes. Pour le deuxième, notre ancien gardien Astutillo Malgioglio pour son travail avec les BUU (Brothers Universally United) pour promouvoir les plus vulnérables, faibles et marginalisés. Ernesto Pellegrini est sorti vainqueur de l'édition 2020, après avoir été président du club lors de la campagne du Scudetto du record et avec sa fondation offrant quotidiennement des repas chauds à des centaines de personnes en situation précaire Le prix spécial du HoF 2021 sera choisi par les fans pour la première fois via un sondage sur Socios.com car les détenteurs de fan-token $INTER pourront choisir entre quatre candidats. Le sondage se déroulera du 21 au 27 Février et le gagnant de ce prix spécial sera annoncé en même temps que les autres joueurs entrant HoF de l'Inter 2021 avant la rencontre contre Salernitana au Meazza le 4 Mars 2022. Trois joueurs (Gianluca Pagliuca, Marco Materazzi et Wesley Sneijder) ont déjà été annoncés, le quatrième restant à venir. Il y a quatre candidats, englobant des personnalités historiques, des institutions et des fans spéciaux. Il s'agit de Peppino Prisco, légendaire avocat et directeur de l'Inter, le Policlinico de Milan, pour les efforts du personnel de santé contre le Covid-19, Claudio Bertazzi, le président de l'Inter Club Desenzano del Garda, et Enzo Bernasconi, membre de l'Inter Club Tri Basei. Peppino Prisco En Décembre dernier, l'Inter a célébré les 100 ans de la naissance de Peppino Prisco et le vingtième anniversaire de sa disparition. Prisco a fait partie d'un siècle de l'histoire des Nerazzurri, gagnant la réputation de "le plus grand fan de l'Inter de tous les temps". Membre des Alpini (sous-lieutenant) en Russie, avocat averti, vice-président et surtout supporter, Prisco était aimé des Interisti comme des partisans de l'opposition pour sa personnalité attachante, ses blagues et son sourire constant. Il a été décrit comme "toujours et uniquement au service de l'Inter". Un hommage sera publié sur le forum. Policlinico de Milan Pour le rôle clé que l'hôpital a joué dans la bataille contre le Covid-19 à Milan. La bataille a commencé dès les premiers jours de la pandémie, aboutissant à la gestion des hubs de vaccination, dont celui du Palazzo delle Scintille, le plus grand d'Italie, et celui de Fiera-Portello, avec un grand effort sur les enfants. Au total, l'hôpital a coordonné l'administration de plus de 2 millions de doses de vaccin en Italie. À cela s'ajoute la création et la gestion du Padiglione del Policlinico à Fiera, la plus grande unité de soins intensifs d'Europe pour les patients atteints des cas les plus graves du Covid-19. En 2021, malgré la pandémie en cours, près de 6 000 bébés y sont nés ayant acquis une réputation de plaque tournante pour les mères touchées par le Covid-19. Tout cela s'est déroulé sans que l'hôpital n'interrompe ses activités régulières d'assistance, de soins et de recherche. Bravo ! Claudio Bertazzi, président de l'Inter Club Desenzano del Garda Sans alternative viable, Claudio Bertazzi est président de l'Inter Club Desenzano del Garda depuis 40 ans. Son histoire incarne le lien étroit entre la vie personnelle, la passion du football et l'engagement envers le club et le développement d'initiatives sociales conformes aux principes d'inclusion et de promotion des supporters de l'Inter au niveau national. Enzo Bernasconi, membre de l'Inter Club Tri Basei En 2020, Enzo Bernasconi, membre de l'Inter Club Tri Basei, a combiné sa passion pour l'Inter et l'impact social dans une entreprise unique. Il a parcouru 1 277 kilomètres à vélo entre San Siro et Terranova da Sibari en Calabre, la ville natale de Salvatore et Caterina, les grands-parents de Diego Milito, qui ont ensuite émigré en Argentine. Le voyage à travers l'Italie visait non seulement à relier physiquement les lieux clés de l'attaquant qui a propulsé l'Inter vers la gloire européenne, mais aussi à collecter des fonds pour soutenir Inter Campus Bolivie et le Comité Casari, qui travaille depuis de nombreuses années pour aider les enfants de Cochabamba. C'est une initiative sportive et solidaire pour relier Milan au reste du monde, de l'Italie à l'Amérique du Sud. Un article concernant Inter Campus Bolivia sera publié. A vos votes ! Traduction alex_j via le site officiel.
  7. Massimo Moratti, Président Historique de l’Inter s’est livré au cours d’une très longue interview au Corriere Dello Sport sur la réception de la Roma de José Mourinho, une première pour le portugais qui n’avait plus foulé la pelouse version "Nerazzurra" depuis un certain mois de mai 2010 Comment imaginez-vous le retour de Mourinho au Giuseppe Meazza ? "Je l’admets, cela va me faire une drôle d’impression de le voir se diriger du vestiaire, monter les escalier et s’asseoir sur le banc, mais pas celui de l’Inter. Je sais que je serai ému car des flash-backs me reviendront en tête, lorsque nous étions protagonistes : José a offert tant de choses à l’Inter, et elles ne s’oublieront jamais même si le temps passe." A vous entendre, vous transmettez la sensation que le rapport ne s’est jamais interrompu entre vous...... "Ces derniers jours nous n’avons pas discuté, et ce n’est pas un hasard, peut être que nous parlerons ensemble après le match ou dans les prochains jours. Nous nous téléphonons régulièrement et il est toujours très affectueux et très gentil envers moi. Nous sommes resté liés, c’est vrai, et pas uniquement pour ce que nous avons gagné, mais aussi pour la personne que Mourinho est." Ne vous êtes-vous jamais demandé quelle aurait été l’histoire de l’Inter, si après le triomphe en Ligue des Champions à Madrid, le 22 mai 2022, Mourinho n’avait pas quitté l’Inter pour signer au Real ? "Il est impossible de s’exprimer sur certains sujet, c’est comme ça que cela s’est passé, il avait aussi l’envie de tenter l’expérience au Real Madrid. Avec le temps et à tête reposée, je me dis que cela s’est terminé de la meilleure des façons pour tout le monde : Lui était satisfait des résultats obtenus lors de cette saison et il avait accepté un nouveau défi. Nous car nous avions obtenu le maximum, à savoir goûter à un succès attendu depuis tant d’années, le Triomphe en Coupe des Clubs Champions : S’il fallait en venir à une séparation, il n’y avait pas de meilleur épilogue." Quelques tifosi en ont pourtant voulu au portugais de ne pas être revenu cette nuit-là à Milan, pour fêter la victoire en Ligue des Champions, à l’aube au Meazza...... "De l’eau a coulé sous les ponts, il avait déjà pris sa décision bien avant la finale, mais nous n’en avions pas parlé car lors de ce mois de mai, nous étions en course pour les trois titres et nous ne voulions pas rompre le charme. Notre accolade sur le terrain du Bernabeu après la victoire sur le Bayern et notre dîner deux jours après chez moi, ont éclairci tout le reste." Ce soir, il s’agira aussi des "retrouvailles" entre José et le Peuple Nerazzurro...... "Il sera accueilli avec beaucoup d’affection et de sympathie, je n’ai aucun doute à ce sujet. S’il entraîne à présent la Roma, il a écrit l’Histoire avec nous, et quelle histoire." L’Unique équipe italienne à avoir réalisé le Triplé...... "Cela continue à toujours bien sonner avec le temps...... il rit. Et c’est pour cela que ce sera un plaisir de revoir Mourinho au Meazza. Pour vous dire la vérité, je suis moi aussi curieux de le voir avec sa nouvelle vareuse. Jusqu’à présent, au Meazza, je l’ai vu au Meazza comme adversaire du Milan, jamais de l’Inter." Allez-vous le soutenir ? "Non, non je ne suis pas fou. Même si j’ai beaucoup de sympathie pour lui, je supporte l’Inter, José le sais et il le comprendra." Mourinho pourrait-il être touché par le fait de faire face à son ancien public ? "Je crois que oui, car il y a à l’Inter et chez les interistes un vrai lien, mais personne ne se fera de cadeau." Ses récentes sorties sur les arbitres vous rappellent-elles celles vécues lors de ses deux années à l’Inter ? "Tu sais quoi ? Le temps a beau passé, mais José se défendra toujours...... et il le fait assez bien (il rit)". Peut-être parce que les arbitres italiens ne lui sont pas sympathique ? "Je ne le dirais pas de cette façon car je ne crois pas que c’est le cas. José est tout simplement une personne qui n’est pas hypocrite, lorsqu’il défend son club, il le fait en mettant les mains dans le cambouis et en disant toujours ce qu’il pense. Ensuite, c’est Mourinho et lorsqu’il fait quelque chose, il le fait pour le bien." Comme ce geste du 20 janvier 2010 lorsqu’il a protesté en mimant les menottes face à Tagliavento qui venait d’expulser Samuel et Cordoba ? "J’ai souris ce jour-là et je souris encore maintenant lorsque j’y repense. Au-delà de la raison pour laquelle il a fait ce geste, il faut vraiment avoir un esprit spécial, comme le sien, pour protester de cette façon à chaud, c’était génial, vraiment génial." Au-delà des protestations arbitrales, passées et actuelles, le portugais ne parvient plus à la Roma à obtenir de grands résultats...... "Au début de saison, je pensais qu’il avait une bonne équipe mais qu’il ne disposait pas d’un noyau complet pour disputer le titre et je ne me suis pas trompé. A présent, il me semble que l’équipe s’est améliorée et il peut disputer une bonne seconde partie de saison. Pour lui, c’est une nouvelle aventure dans une place chaude et ce n'est jamais simple : Il faut lui donner du temps, mais il fera de belles choses." Vous êtes convaincu par le fait qu’il peut aussi gagner dans la Capitale ? "Selon moi, oui, sa carrière parle pour lui. C’est évident qu’il faut lui donner le temps de tout construire, mais je n’ai aucun doute sur ses capacités et sur le fait que c’est un gagneur." En attendant, il est parvenu à rentrer dans le cœur des tifosi Giallorossi...... "C’est normal, c’est quelqu’un qui vous veut du bien, il est aussi doué, sérieux et professionnel. Il séduit tout le monde car il ne prend pas les choses qui se présentent à lui de façon superficielle, il donne tout pour obtenir les résultats qui lui ont été demandé, voire plus." Friedkin a bien fait de l’engager alors ? "Je pense qu’il a pris l’un des meilleurs entraîneurs en circulation, et son retour a aussi été important pour le Calcio, c’est un entraîneur intelligent, sa présence est médiatique et ses capacités professionnelles sont une valeur ajourée pour la Serie A." Quelle est l’atout Plus du Special One ? "Au-delà de sa capacité à bien faire jouer l’équipe et à faire ressortir le meilleur de chacun, comme par exemple Zaniolo, je dirais qu’il excelle dans le fait de créer un rapport exceptionnel avec le groupe et qu’il sait toujours quelle chose dire." Avez-vous une anecdote ? "Lors de l’année du Triplé, lors du Derby retour, nous étions devant au score (1-0) mais Sneijder avait été expulsé et je voyais de la nervosité sur le terrain. J’étais parti au vestiaire pour tranquilliser les garçons et je les ai tous vu concentré et à l’écoute de Mourinho. Il expliquait ce qu’l fallait faire pour doubler la mise et tuer le match, même à dix, il y avait un calme olympien, on n’entendait pas une mouche voler." "D’autres entraîneurs pour motiver l’équipe aurait chargé l’arbitre mais José parlait uniquement de tactique, avec le sang-froid d’un pilote qui sait qu’il doit faire face à une situation des plus difficile. Pandev doublait la mise et nous l’avons emporté. Je ne me souviens plus en revanche de ce qu’a dit Mourinho en conférence de presse sur l’arbitrage, il rit." Quel match sera Inter-Roma ? "C’est difficile de le dire, les Giallorossi se présente suite à un match nul face au Genoa caractérisé par de nombreuses polémiques, l’Inter se présente après avoir jeté le Derby par la fenêtre d’une façon que je ne m’attendais pas, surtout vu comment s’était déroulé la rencontre." Si vous aviez été Président, qu’auriez-vous fait ? "Je laisse tomber certains discours, je suis resté surpris par la perte du rythme que l’Inter imposait depuis 65-70 minutes et le Milan en a profité. Les Derbys sont dangereux pour une équipe qui a l’avant et cette fois, nous avons pris une leçon nous. Une défaite de ce genre est riche d’enseignements et il faut surtout renouer immédiatement avec la victoire car ce mois de février est composé de match de haut niveau." Avez-vous peur que le Derby ait miné les certitudes du groupe ? "Je ne crois pas, l’équipe existe, elle est forte, composé de bons joueurs et d’un excellent entraîneur. Inzaghi s’est, pour moi, intégré très rapidement au Monde Nerazzurro et il est capable d’apporter encore plus à un groupe qui a gagné avec Conte. Tout le monde pensait avoir vu à ce moment-là l’Inter a son meilleur niveau. Pourtant sans Romelu Lukaku, Achraf Hakimi et Christian Eriksen, elle est parvenue à faire mieux, le mérite en revient à Inzaghi qui a des capacités importantes. De temps en temps, des erreurs peuvent se produire, comme dans le derby, mais je pense qu'il fait beaucoup mieux que ce que beaucoup attendaient." Serez-vous un Tifoso serin et optimiste ? "Je le suis et les autres tifosi doivent l’être aussi, je suis convaincu que l’Inter vivra une belle fin de saison." Reste-t ’elle la favorite pour le Scudetto ? "Je ne parle pas de favorite, je dis qu’elle peut l’emporter, mais que ce ne sera pas facile, le Napoli m’impressionne énormément, il dispose d’un axe central redoutable et il me semble qu’il a surmonté sa période de difficulté." Pensez-vous à la seconde étoile ? "Elle serait si belle sur ce Maillot Nerazzurro, j’en suis convaincu." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  8. 13 Avril 1997, l'Inter de Hodgson affronte le Milan de Sacchi revenu à son chevet. Voici le récit de ce derby. Pour sa première année complète à la présidence du club, Massimo Morrati voulait faire oublié la triste 7e place de la saison 1995-1996. Pour y parvenir, il fait venir Roy Hodgson. La saison 1996-1997 se termina mieux que les précédente, 3e avec une finale de C3 contre le Shalke 04. Du côté rouge et noir de Milan, les choses étaient en plein désarroi au début de la saison 1996-1997. Fabio Capello avait quitté le club après avoir remporté un Scudetto pour prendre la relève en tant qu'entraîneur du Real Madrid. Le nouveau manager Oscar Tabarez a eu du mal à remplir son rôle et a été remplacé avant Noël par le légendaire manager Arrigo Sacchi. Malgré le retour de la légende milanaise sur le banc, les Rossoneri n'ont réussi qu'à terminer onzième du championnat et ont peiné tout au long de la saison. Au vingt-septième round de la saison 1996-1997, les Nerazzurri se préparaient à accueillir les Rossoneri dans le Derby Della Madonnina. L'Inter a bien commencé sa saison, capable de suivre Parme et la Juventus pour les premières places. Cependant, dans la seconde partie, après une série de matches nuls, les Nerazzurri risquaient d'être décrochés par les leaders de la Serie A. À l'approche du week-end du derby, le Milan venait de se faire démolir 1-6 par la Juventus et n'avait réussi à remporter que trois de ses dix matches précédents. Le onze de départ des Nerazzurri était: Gianluca Pagliuca, Giuseppe Bergomi, Massimo Paganin, Salvatore Fresi, Alessandro Pistone, Paul Ince, Ciriaco Sforza, Youri Djorkaeff, Javier Zanetti, Ivan Zamorano et Maurizio Ganz. Pour les visiteurs, Sacchi avait aligné: Sebastiano Rossi, Alessandro Costacurta, Pietro Vierchowood, Francesco Baresi, Crancesco Coco, Stefano Eranio, Marcel Desailly, Zvonimir Boban, Jesper Blomquist, Roberto Baggio et George Weah. Comme le dit le dicton, tous les records disparaissent lorsqu'il s'agit d'une rencontre de derby passionnée. Les deux équipes se sont concentrées sur le calme, le sang froid et ont méthodiquement construit des mouvements d'attaque. Le rythme de George Weah a causé des problèmes de défense de l'Inter dès le début. Baggio plongeant plus profondément et faisant des passes parfaites au-dessus pour trouver les courses de Weah. Cela a déclenché tôt des sonnettes d'alarme. Les premières opportunités de but des deux équipes sont venues de situations de contre-attaque. Elles ont joué un football basé sur le marquage, ne laissant pas un pouce d'espace à leurs adversaires. Au fur et à mesure du match, l'Inter a commencé à dominer la possession et s'est appuyé sur des séquences de passes rapides autour de la surface de réparation pour débloquer la situation. Vers la 32e minute, Maurizio Ganz a été percuté dans la surface par Franco Baresi. Youri Dorjaeff a confortablement converti le penalty pour donner une avance rapide à l'Inter. Désireux de retrouver le chemin de la victoire, Milan a continué à chercher l'égalisation avant la mi-temps, mais l'héroïsme de Pagliuca a gardé son bute intacte et vers la 43e minute, la tête de Zamorano a donné à l'Inter une confortable avance de 2-0 avant la mi-temps. Après la reprise du jeu dans la seconde moitié du match, Sacchi a remplacé Baresi et Blomqvsit et les Rossonerri ont avancé en nombre à la recherche de l'égalisation. Cependant, au lieu de combler l'écart, les Rossoneront concédé un troisième but à Maurizio Ganz suite à une opportunité de contre-attaque à la cinquante-septième minutes. Bien que Sacchi et Milan aient fait tout leur possible pour rechercher des buts, les Rossonerri ont continué à lutter. Roberto Baggio a marqué un but de consolation à la quatre-vingt-huitième minute pour amener les visiteurs à moins de deux buts, mais le match s'est terminé par une victoire catégorique 3-1 pour les Nerazzurri. Traduction alex_j via sempreinter et connaissances personnelles.
  9. Interviewé par Radio Kiss Kiss Napoli, le Président Historique de l’Inter s’est livré sur son affection pour Alvaro Recoba, pour José Mourinho et sur les performances napolitaines cette saison "Mes joueurs m’appelaient papa pour m’amadouer, pour leur octroyer des primes (il sourit). Du point de vue footballistique, j’avais beaucoup d’affection pour le potentiel des joueurs et Alvaro Recoba était l’un de ceux-ci. A l’Inter, il ne jouait pas énormément et Zamparini me l’avait demandé. Pour le convaincre, j’avais dit à El Chino qu’il irait dans la ville la plus belle du Monde et qu’il reviendrait bien plus fort. Il s’y est très bien adapté et a sauvé Venise." "Recoba et Ronaldo m’appelaient Papa, j’entretiens d’excellent rapport avec Mourinho, et nous sommes toujours en contact : L’estime est intact depuis le temps du Triplé. J’irai surement voir au stade la rencontre entre l’Inter à la Roma." Le Napoli ? "Il retrouve, à présent, son équilibre et il peut revenir et avoir sa chance pour le Scudetto. Le mérite en revient aussi à la bravoure de Spalletti, mais l’Inter reste toutefois la plus forte actuellement en Italie." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  10. La nouvelle opération liée à l’émission de l’obligation à hauteur de 415 millions d’euros verra l’Inter confrontée à une augmentation des intérêts qu’elle se devra de rembourser dans les prochaines années. Comme le révèle Calcio&Finanza, le taux a été fixé à 6,75% contre les 4,875% des deux précédentes émissions. Les intérêts (liés uniquement aux opérations financières effectuées par le club, sans tenir compte des autres éléments) atteindront donc environ 30 millions d'euros au cours des prochaines années, dans une situation qui est déjà marqué depuis quelque saison par les Nerazzurri depuis plusieurs saison. La croissance des taux d’intérêt débute lors de la saison 2014/2015, lorsqu’Erick Thohir a décidé de refinancer la dette du club laissée par la gestion de Massimo Moratti, à la Goldman Sachs, moyennant un financement à hauteur de 230 millions d’euros. Au 30 juin 2015, les intérêts liés à l’opération ont grimpé à 18,6 millions d’euros contre 7,6 millions d'intérêts sur la dette bancaire (et 10,8 millions au total) au 30 juin 2013, dernière année gérée entièrement par Moratti. Les intérêts passent ensuite à 17,1 et à 16 millions d’euros lors des saisons 2015/2016 et 2016/2017, cette dernière saison est la première de l’Ère Suning. En décembre 2017, le choix est donc de revenir sur le marché pour refinancer le prêt obtenu par Erick Thohir et qui arrivait à échéance en 2019, par une obligation de 300 millions d'euros, à laquelle s'ajoute également une ligne de crédit renouvelable de 50 millions d'euros. Ainsi, lors de la saison 2017/18, les intérêts (y compris également ceux liés à la ligne de crédit de 50 millions) ont dépassé 21 millions, pour ensuite baisser à 17,8 millions en 2018/19 et remonter à 18,5 millions en 2019/20. En juillet 2020, l'obligation de 300 millions d'euros se voit coupler à une deuxième obligation de 75 millions d'euros, ce qui porte les intérêts du budget de la saison 2020/21 à 24,9 millions d'euros. Le cumul de toute ces saisons, soit à partir de la saison 2014/2015 est de 135 millions, soit une moyenne de 19,2 millions d'euros par saison. Et avec le nouvel accord conclu dernièrement, les intérêts vont encore très sensiblement augmenter! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  11. Le défenseur des Nerazzurri Stefan de Vrij a rendu visite au Mémorial de la Shoah à Milan afin de coïncider avec la Journée internationale de commémoration de l'Holocauste. Comme le veut la tradition à l'occasion de la Journée internationale de commémoration de l'Holocauste, l'Inter s'est rendue au Mémorial de la Shoah à Milan pour honorer la mémoire d'Arpad Weisz et les victimes de l'Holocauste. Stefan de Vrij s'est rendu au Mémorial pour représenter les Nerazzurri et le défenseur a apporté un maillot de l'Inter en guise d'offrande. Au dos du maillot se trouvait le numéro 18, qui en hébreu a la même valeur numérique que le mot "Alive", ainsi que le nom d'Arpad Weisz en souvenir du grand footballeur et entraîneur d'origine hongroise qui a remporté le Scudetto en tant qu'entraîneur de l'Inter lors de la saison 1929-1930. Il s'agit de garder la mémoire vivante et de ne jamais oublier. En effet, l'histoire d'Arpad Weisz est une partie importante de l'histoire des Nerazzurri et du Calcio en général. C'est lui qui a lancé la carrière d'un jeune nommé Giuseppe Meazza en Serie A. Sa vie est l'histoire de quelqu'un qui n'a pas pu échapper complètement au terrible racisme de l'époque. Weitz est né en Hongrie d'ascendance juive et tout au long de sa vie il a fait face aux difficultés causées par les idéologies dominantes de l'époque. Suite à la promulgation des lois raciales en Italie en 1938, il a tenté de fuir le pays avec sa famille le plus loin possible. Pourtant, aucun d'entre eux n'a eu cette chance, car ils ont été déportés à Auschwitz et ne devaient plus jamais en repartir. C'est à travers sa mémoire que l'Inter entretient chaque année la mémoire des victimes des camps de concentration et d'extermination nazis, pour que l'histoire nous apprenne à ne pas répéter les erreurs du passé et à ne jamais oublier. Le site footballski.fr, via Tristan Trasca, dresse un portrait émouvant d’Arpad Weisz. Voici les extraits se focalisant sur son passage à l’Inter et ses dernières années. A l’été 1924, Arpad Weisz découvre la Botte. Alessandria n’est cependant qu’une étape vers un club qui semble avoir été fondé pour des hommes comme le Hongrois : l’Internazionale Milan. Une institution italienne dont les pères fondateurs avaient écrit en 1908 à la création : "Le club s’appellera Internazionale car nous sommes des frères du monde." La carrière de joueur de Weisz à l’Inter est relativement courte. Après quelques rencontres, le Hongrois se blesse sérieusement et doit mettre un terme à sa vie de joueur. Il en fait vite le deuil, semblant convaincu qu’une autre voie s’ouvre à lui. L’ex-international magyar entreprend donc un voyage de quelques mois sur un continent où le football semble mieux compris, mieux estimé, mieux aimé : l’Amérique du Sud. Les détails de cette escapade sont peu clairs mais il semblerait que Weisz ait passé du temps en Uruguay afin de laisser essaimer ses idées sur le jeu et pour s’imprégner de nouveaux concepts. Après cette parenthèse outre-Atlantique, Árpád Weisz en est maintenant certain : il sait qu’il deviendra entraîneur. Et c’est bien entendu l’Italie qui lui offre la possibilité d’assouvir cette aspiration naissante. Il passe tout d’abord quelques temps à Alessandria en tant qu’adjoint, puis retourne à l’Inter. Les dirigeants du club milanais font confiance à cet homme qu’ils ont connu sur les terrains. Les talents d’entraîneur et de tacticien de Weisz convainquent très rapidement. Il éblouit l’Italie avec son WM que seul l’Anglais Herbert Chapman utilise à l’époque sur le Vieux Continent. Lors de la saison 1929-1930, la première à se disputer sous la forme d’une poule unique en Italie, Weisz mène l’Inter au titre de champion d’Italie. Le Hongrois n’a alors que 34 ans, il est à l’époque le plus jeune technicien à remporter cette compétition (un record qui tient toujours aujourd’hui – si vous pouvez confirmer –, ndlr). Au-delà de ce trophée, Weisz offre surtout à l’Inter l’éclosion du meilleur joueur de l’histoire du club. Giuseppe Meazza n’a que 17 ans quand le Hongrois décide de le propulser en équipe première. Les observateurs sont sceptiques, mais Weisz voit en Meazza un talent unique. Le Hongrois aide le jeune Italien à développer son rapport au ballon en multipliant les heures devant un mur dans des exercices très simples mais diablement efficaces. Très vite, Weisz obtient un surnom révélateur au sein du football italien : "Le Mage". Le Hongrois semble être né pour révolutionner le football italien. Il a un œil sur tout, il recrute (il trouve notamment Fulvio Bernardini à la Lazio), participe aux entraînements avec ses joueurs, surveille leur diététique et initie ce qui est aujourd’hui un incontournable en Italie : la mise au vert. Ses préceptes et idées se retrouvent dans un livre qu’il écrit en 1930. Il Giuoco Del Calcio devient rapidement la Bible de tout entraîneur de l’époque. Mais l’histoire d’amour entre Weisz et l’Inter tourne au vinaigre après quelques querelles entre l’entraîneur et les dirigeants. Le Hongrois connaît alors quelques piges au sein d’équipes sans envergure (Bari et Novara) avant de trouver sa deuxième maison au sein du football italien : Bologne. Cet homme intelligent et passionné n’a cependant que peu de temps pour profiter de ses succès et de son statut. En juillet 1938, le Manifeste de la race est publié par le régime de Benito Mussolini. Quelques mois plus tard, les lois raciales sont mises en application. A l’époque, Mussolini déclare : "Maintenant, l’antisémitisme est inoculé dans le sang des Italiens. Il continuera de lui-même à circuler et à se développer." Compte tenu de son aura, Weisz espère bénéficier d’une certaine immunité lui permettant de continuer à vivre et travailler en Italie. Mais il est juif avant d’être un entraîneur reconnu, le plus grand en Italie à l’époque. Le club de Bologne se plie donc aux nouvelles lois et le licencie. Le Hongrois doit à nouveau s’exiler avec sa famille. La presse italienne ne salue même pas ce départ. Pour Árpád Weisz, c’est la fin de quatorze années en Italie, un pays qui lui aura laissé la possibilité d’exprimer son génie avant de le réduire à si peu. Le Hongrois part avec femme et enfants aux Pays-Bas, après un transit de quelques mois en France. Il s’occupe de l’équipe de Dordrecht, bien loin du niveau auquel il avait été habitué dans le Calcio. Malgré tout, Weisz, en homme passionné, offre le même niveau de professionnalisme à ces joueurs néerlandais moins doués. Malheureusement, à Dordrecht comme à Bologne, l’histoire se termine de la même manière. L’Allemagne nazie occupe les Pays-Bas dès 1940 et la famille Weisz vit dans une peur constante. Deux ans plus tard, Árpád Weisz, sa femme et ses enfants sont finalement déportés à Auschwitz. A leur arrivée dans ce camp, l’entraîneur de football, compte tenu de sa bonne condition physique, est le seul membre de la famille à ne pas être gazé immédiatement. Le Hongrois travaille et survit deux ans à Auschwitz avant d’être fusillé en janvier 1944. Si la grande Histoire a conduit Árpád Weisz vers une fin prématurée, celle du football lui offre à jamais une place dans son panthéon. A chaque rencontre entre l’Inter et Bologne, les deux clubs célèbrent la mémoire de cet homme qui a marqué une époque. Au printemps 2020, l’ensemble du football italien a tenu à se joindre à cet hommage en faisant entrer le Hongrois au Hall of Fame du Calcio. Une marque de respect méritée pour celui que Moratti a décrit comme "un innovateur, un vainqueur avec l’Inter et Bologne. Un homme qui fait partie de l’histoire de l’Inter et pour lequel nous gardons un souvenir particulièrement affectueux." Traduction alex_j via le site officiel, footballski.fr et connaissances personnelles.
  12. L'ancien président de l'Inter déclare : "Conte a le mérite d'avoir relancé l'Inter, Inzaghi s'en sort très bien". "Ma position a toujours été en faveur de la santé, car si vous ne l'avez pas, vous ne pouvez pas retourner au travail. Mais je comprends que la saison soit pleine d'engagements entre la ligue et l'équipe nationale, donc il n'y aurait pas de temps pour reporter les matchs. Ayant une année effrayante de Covid (2020), nous avons commencé par une densité imprudente d'engagements." C'est ce qu'a déclaré Massimo Moratti, ancien président de l'Inter, à propos de la situation de Covid dans le championnat. Il a d'abord commenté : "Au niveau national, il était difficile de trouver une solution, mais au niveau international, on pouvait faire quelque chose de plus", a-t-il expliqué aux micros de Radio Punto Nuovo. "De cette manière, la ligue compte de nombreux matchs dans lesquels jouent des joueurs qui sont entrés sur le terrain quelques jours plus tôt, avec de nombreuses réserves, des jeunes. C'est un peu déformé. Les bonnes choses n'ont pas été faites. Mais je pense à la bonne volonté de faire beaucoup de choses qui n'ont pas pu être achevées", a-t-il ajouté. Le défi spécial Inter - Juve "Inter-Juve sera le match difficile habituel, plein de tension. Les Bianconeri ont tout ce dont ils ont besoin pour relancer leur saison, tandis que les Nerazzurri sont en forme, enthousiastes et plaisant à regarder. Le match de 90 minutes peut donner n'importe quelle issue, il sera certainement divertissant. J'espère ne pas être trop nerveux. Inzaghi ou Conte ? Conte a eu le mérite d'avoir relancé l'Inter, de lui faire gagner un championnat important. L'héritage d'Inzaghi est difficile, avec les joueurs vendus, mais il s'en sort très bien. Qui prendrais-je de la Juve à l'Inter ? Un joueur qui a une grande qualité et un grand talent est Chiesa. Tout comme Dybala vaut toujours la peine d'être pris. Les autres joueurs sont un peu à découvrir", a-t-il ajouté. ®Internazionale.fr ~ Aurios-Inter Via FcInter1908.it / Traduction DeepL
  13. L'ancien président légendaire de l'Inter, Massimo Moratti, estime que l'Inter est désormais une équipe particulièrement agréable à regarder sous la direction de Simone Inzaghi. S'exprimant sur la chaîne YouTube de Gianluca Rossi, l'ancien président a fait l'éloge de l'actuel entraîneur des Nerazzurri et a donné son avis sur d'autres sujets au sein du club. Au cours de la première moitié de la saison, l'Inter a montré qu'elle était capable d'aller chercher son deuxième Scudetto consécutif en tant que favori, tout en maintenant un niveau de jeu élevé. L'entraîneur Inzaghi s'est bien acquitté de sa tâche dans son environnement et a prouvé qu'il était le bon choix après quelques doutes initiaux quant à sa capacité à faire facilement la transition après avoir entraîné la Lazio. Moratti adore ce qu'il voit, et pense que c'est très agréable d'être un fan de l'Inter en moment. "Je m'amuse vraiment", a-t-il déclaré. "Dès le début, Inzaghi a fait comprendre qu'il ferait bien jouer l'équipe". "Il a tenu sa promesse, parce que l'équipe joue de mieux en mieux", a-t-il ajouté. "Et en ayant toute l'équipe disponible, il a aussi la possibilité, surtout avec les cinq changements disponibles, de faire appel à des joueurs frais au cours du match", a-t-il poursuivi. Moratti a déclaré : "Il tire le meilleur parti des nouvelles règles, félicitations à Inzaghi parce que quand vous allez au stade, cette équipe est amusante à regarder." Sur la possibilité d'un autre Scudetto, il a dit que "Ce serait le bon moment et je pense que l'Inter peut facilement rivaliser pour gagner le Scudetto. Nous espérons qu'il arrivera bientôt". En ce qui concerne le départ de l'ancien entraîneur principal Antonio Conte au cours de l'été, il a déclaré : "Peut-être qu'il ne pensait pas que le club était suffisamment préparé pour construire l'avenir." "Les responsables n'ont pas gagné sa confiance ou n'ont pas répondu de manière adéquate, alors il a décidé qu'il voulait partir et s'en est allé", a-t-il poursuivi. "Il a mal jugé l'Inter parce qu'il a accordé trop peu de valeur à ce qui était déjà là", a déclaré Moratti à propos de Conte. "Nous avons tous pensé que les départs de Romelu Lukaku et d'Achraf Hakimi étaient la raison de son départ", a-t-il poursuivi, "mais en réalité Inzaghi et Marotta nous ont fait comprendre qu'avec quelques ajustements l'équipe fonctionne de la même façon et même mieux." Il a ajouté que "Conte a fait le choix qui lui semblait le meilleur pour lui, parce qu'il est à Tottenham maintenant, mais il aurait pu éviter de le faire comme ça." Au sujet des joueurs de l'équipe actuelle de l'Inter qui, selon lui, auraient pu s'intégrer dans sa propre équipe, il a nommé : "Certainement Nicolo Barella, il me rappelle Nicola Berti, même si pas totalement." "Lautaro Martinez ne me dérange pas car il a une grande classe même si elle ne se manifeste pas toujours à 100%", a-t-il ajouté. "Le reste est également génial", poursuit l'ancien président, "Edin Dzeko fait plaisir à regarder, la défense est solide, Marcelo Brozovic a montré une croissance incroyable." "Il avait essayé de nombreux rôles et maintenant il est franchement excellent", a-t-il dit à propos du milieu croate, qui est selon lui "humble et joue à un niveau incroyable." Au sujet du président Steven Zhang, il a déclaré : "Je n'ai pas eu de nouvelles de lui ces derniers temps car il vit en Chine. Je dois dire que tout ce qu'il a fait a toujours montré le respect que sa famille a toujours eu pour l'Inter." "Et précisément pour ce respect, j'imagine qu'il va regarder autour de lui pour voir s'il y a quelqu'un qui peut mieux soutenir le club dans cette situation. Nous devons nous habituer à cela", a-t-il poursuivi. Au sujet de l'échec du projet de Super League, M. Moratti a déclaré que "l'UEFA a également pris une raclée de son côté". "C'est peut être ce dont certaines équipes ont besoin, mais avec certaines compétitions, vous devez faire un bon travail de préparation, mais vous devez aussi impliquer les membres de nombreuses équipes", a-t-il poursuivi. Concernant le projet InterSpac des tifosi des Nerazzurri, il a déclaré : "Je crois que c'est une chose de s'organiser entre fans pour essayer de participer et d'avoir une voix dans l'équipe, mais c'en est une autre d'essayer d'acheter le club qui est énorme et difficile à gérer." "Je pourrais participer", a-t-il poursuivi, "ils me flattent beaucoup et on comprend que mon intervention pourrait être décisive. Mais pour l'instant, ce n'est pas possible." Sur la possibilité d'un autre Moratti dans un rôle important à l'Inter, il a répondu "Qui sait... peut-être mes enfants ?". "Ce sont des tifosi et ils aiment l'Inter", a-t-il poursuivi, "et c'est ce qui importe le plus, mais cela ne change rien au fait que les choses n'arrivent que lorsque le moment est propice." "J'étais en charge quand les circonstances s'y prêtaient", a-t-il poursuivi. "Que ce soit bien ou mal, parce que même à l'époque, cela pouvait être considéré comme de la folie, mais c'était tout de même quelque chose pour laquelle les circonstances étaient réunies." "Maintenant, l'ampleur du club pourrait rendre la chose difficile", a-t-il ajouté, "je leur laisse donc l'avenir. Mais la possibilité de voir à nouveau une famille italienne propriétaire semble très éloignée." Réfléchissant à son passage à la tête du club, Moratti a déclaré : "Le triplé a certainement été la plus grande joie que le club m'a donnée." "C'était un effort et un sacrifice de la part des joueurs, qui ont fait preuve d'un grand engagement du genre qui me rend encore reconnaissant envers ces gars et envers le coach", a-t-il poursuivi. "Et si nous parlons d'autres beaux moments, j'ai trouvé la première année de Ronaldo très stimulante", a-t-il poursuivi, "c'était une équipe qui a commencé quelque chose qui aurait pu durer longtemps et être magnifique mais au lieu de cela a été coupé court." "Mais c'était quand même un moment très émouvant", a-t-il ajouté. "Ce furent deux très bonnes saisons, et l'Inter m'en a donné beaucoup : chaque match, tous les efforts et les différents joueurs, l'émotion des tifosi, j'ai beaucoup apprécié." ®Oxyred – Internazionale.fr via SempreInter
  14. Massimo Moratti a reçu, pour le compte du Projet Inter Campus, le Certificat du mérite civique de l’Ambrogino D’Or là où d’autres reçoivent la Guardia Di Finanza….Interviewé au Théâtre Dal Verme celui-ci s’est livré sur les performances actuelles de l’Inter La récompense ? "Elle est très belle, le mérite en revient surtout à tous ceux qui s’y sont dédiés depuis des années. A ces garçons, à ma fille, tous ont fait un excellent travail pour développer et maintenu ce projet sain, beau et toujours plus intéressants." Real – Inter ? "L’Inter a dernièrement joué tellement bien que j’espère qu’elle pourra défier le Real Madrid à armes égales, voir même mieux." Etes-vous surpris par Inzaghi ? "Non, je ne suis pas surpris, il est bon. Au début j’avais des doutes mais il confirme dans le temps, il est très bon et j’en suis très fier." Mourinho ? "Ce sont des difficultés normales que peuvent rencontrer un nouvel entraîneur. Il reste bon de toute façon." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  15. Interviewé par Radio Nerazzurra, Francesco Toldo s’est livré sur ses premiers pas avec l’Inter, lui qui a signé au club à l’été 2001 : "C’était une Inter en croissance, programmée pour la Victoire." "Il y avait Hector Cuper et de grands champions comme Ronaldo, Christian Vieri, Sergio Conceicao, Marco Materazzi, Javier Zanetti. C’était une Inter compostée de grands joueurs, combatifs qui ont été très conscient du parcours important réalisé même si l’épilogue en fut très amer, nous avons par la suite appris comment tournait le vent et le système." Quel est le gardien qui est votre source d’inspiration ? "Walter Zenga. Pour nous les gardiens, c’est le symbole de l’Inter, c'est l’âme Nerazzurra. Il a écrit l’Histoire comme Dino Zoff auparavant. Walter a été un symbole pour moi car il se distinguait pour son courage, je me considère en-dessous de Walter car il a été le Gardien de l’Inter par excellence. Je me mets derrière lui car mon histoire était aussi différente, je me considère comme un tifosi interiste, un interiste de cœur et je n’ai jamais fait un pas de côté, ni pour le maillot, ni pour le groupe." Être le gardien le plus cher vous a-t ’il mis la pression ? "En réalité, je suis arrivé à l’Inter car Barcelone voulait me recruter en payant en 4 tranches et que l’Inter payait tout immédiatement, la Fiorentina avait besoin d’argent. Lorsque je l’ai su, j’ai tout de suite dit oui au club car je ne suis pas intéressé par l’enrichissement personnel." "En tant qu’adversaire sportif avant, je me demandais comment c’était possible que l’Inter ne parvenait pas à gagner malgré ses champions dans le noyau. La réponse nous a été apporté par la suite et nous avons également vu comment le cas a été solution." Quel est le moment qui reste gravé dans votre cœur ? "Ce sont toutes les parties liées aux grandes victoires, en passant par les différents Scudetti et les Coupes d’Italie. Ce qui est resté dans cœur, ce sont mes rapports avec mes anciens équipiers, la propriété, c’était un Honneur d’avoir connu Massimo Moratti". Vos premières années étaient source de déceptions...... "Vous devez faire la distinction à un moment : En tant que joueur, vous aimeriez tout gagner, ensuite plus les années passent, plus la réflexion et la sagesse prennent le pas et tu te dis : Merde, j’ai quand même gagné énormément avec l’Inter. Je n’ai jamais vu l’Inter débuter une saison tranquille et arriver à la finir sereinement, une situation de ce genre n’a jamais existé." "Nous avions les moyens, ensuite des choses se sont passées et le grand public l’a appris par la suite, il suffisait de voir sa réaction. Ensuite, en reprenant d’une page blanche, la mer s’est calmée et l’Inter a navigué dans des eaux sereines, en gagnant." Toldo est-il l’un des meilleurs gardiens de l’Histoire de l’Inter ? "Les gardiens de l’Inter ont toujours été fort, mais je crois que Walter Zenga nous a été supérieur à nous tous. Il a réalisé des années impossibles à répéter, pour son état de forme, pour la maturité qu’il avait atteinte, il est très très loin devant. J’aime me rappeler que je jouais avec tellement de continuité et j’ai cherché à faire de mon mieux pour ce maillot." "A l’Inter, je n’ai pas connu que des années faciles, j’en ai vu de tous les couleurs, même s’il y avait aussi nos propres responsabilités. Malgré les différentes critiques, j’ai toujours fait face avec une honnêteté sportive et intellectuelles et en me donnant au maximum de mes capacités." "Je suis fier d’avoir fait partie de l’Inter, si je pouvais revenir en arrière, je suivrai la même trajectoire." Mon futur ? "Le football vécu de l’intérieur me suffit, j’y ai vécu de belles expériences. Maintenant, je me dédie à ma famille mais je ne donne rien pour acquis, je vis l’instant présent. Si j’ai la possibilité d’entraîner les tout petits, ce serait une fierté, mais en ce moment, je n’y pense pas." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  16. 11 avril 1998 l'Inter battit la Roma grâce à un flamboyant doublé de ronaldo Il Fenomeno. Reci de ce match. Avant le début de la saison 1997-1998 de la Serie A, Massimo Moratti a nommé Luigi Simoni au poste de manager dans l'espoir de mettre enfin un terme à la disette. L'équipe comptait également sur Ronaldo pour rester en bonne santé et mener l'équipe à un Scudetto. Pour renforcer leurs chances, l'équipe a ajouté Diego Simeone, Francesco Moriero et Alvaro Recoba lors du mercato estival. Terminant la campagne précédente à seulement deux victoires des champions Juventus, la saison a commencé avec de grands espoirs de la part des fidèles Nerazzurri. Pour la vingt-neuvième journée de la Serie A, l'Inter s'est rendue à Rome pour affronter l'équipe offensive de Zdenek Zeman, l'AS Roma, qui avait également des difficultés défensives. Les Romains n'avaient pas trouvé de cohérence, incapables d'enchaîner une série de victoires. Avant le match contre l'Inter, ils n'avaient remporté plus de deux matchs d'affilée qu'une seule fois toute la saison. Les Nerazzurri ayant déjà remporté une victoire totale 3-0 au Meazza à l'aller, les visiteurs ont eu le dessus dans le match. Le onze de départ de Zeman et de l'AS Roma était Michael Konsel, Cafu, Aldair, Fabio Petruzzi, Vincent Candela, Eusebio Di Francesco, Luigi Di Biagio, Damiano Tommasi, Paolo Sergio, Abel Balbo et Francesco Totti. Du côté des Nerazzurri, le onze fut Gianluca Pagliuca, Giuseppe Bergomi, Taribo West, Francesco Colonnese, Luigi Sartor, Javier Zanetti, Diego Simeone, Ze Elias, Benoit Cauet, Youri Djorkaeff et Ronaldo, (que du lourd, ndlr). En première mi-temps, la Roma semble bien contrôler le match. Ils ont conservé plus de possession et ont réussi plus de tirs au but que l'Inter. Le style offensif de Zeman causait des problèmes aux Nerazzurri alors que la jeune star Giallorossi, Francesco Totti, continuait à mettre le ballon sur l'aile gauche pour tenter de centrer ou de revenir à l'intérieur et de tirer. Pagliuca a connu une première mi-temps chargée mais a réussi à garder sa cage inviolée. De l'autre côté, l'Inter a joué strictement en contre-attaque laissant souvent Ronaldo isolé en pointe sans ballon. Zanetti a effectué un certain nombre de courses vers l'avant pour tenter de trouver Ronaldo, mais n'a pas pu le faire. La pression haute la Louve a rendu la vie difficile aux Nerazzurri et les a empêchés de conserver le ballon et de s'imposer dans le match. 0-0 à la mi-temps mais ce score n'est pas resté longtemps. Aux alentours de la 50e minute, Ronaldo a reçu une passe lobée contournant la ligne défensive de la Roma et a confortablement dribblé autour du gardien de but pour marquer le premier but du match. La Roma n'a pas tardé à égaliser vers la 63e, une erreur défensive de Giuseppe Bergomi a permis à Cafu de passer au but qui a facilement placé le ballon dans le coin inférieur gauche pour égaliser. Le match s'était brièvement ouvert pour les Nerazzurri alors que les Romains devaient s'engager plus pour égaliser, ce qui a permis à l'Inter de faire plus de contre-attaques. Cependant, avant de pouvoir capitaliser, le match était à égalité 1-1. Au fur et à mesure que le match avançait et que les défenseurs Giallorossi se fatiguaient, le rythme et les puissantes courses en avant de Ronaldo devenaient de plus en plus difficiles à défendre pour les défenseurs adverses alors que le dynamique Brésilien continuait de s'ouvrir et causait toutes sortes de problèmes à l'équipe locale. Vers la soixante-quinzième minute, Ronaldo a fait une course fulgurante devant les défenseurs et a de nouveau dribblé le gardien de but pour marquer son deuxième et but vainqueur du match pour les visiteurs pour faire basculer le match en faveur de l'Inter à 2-1. L'assaut romain s'est encore produit en fin de match mais les défenses de l'Inter et l'éclat de Pagliuca ont maintenu les Nerazzurri devant et l'Inter repart du Stadio Olimpico en tant que vainqueur 2-1. Traduction alex_j via sempreinter et connaissances personnelles.
  17. S'adressant au journal romain Il Fatto Quotidiano dans une interview publiée hier, Francesco Moriero, 52 ans, a évoqué certains de ses souvenirs de son temps avec les Nerazzurri. Moriero a rejoint l'Inter à l'été 1997, et il a passé trois saisons au club où il a croisé la route de plusieurs joueurs légendaires et a vécu plusieurs moments mémorables même si le seul trophée qu'il a remporté était la Coupe UEFA 1998. Le temps passé à l'Inter a laissé une grande impression sur l'Italien et il se souvient encore des conversations qu'il a eues avec Morratti en particulier, ainsi que de l'expérience de jouer aux côtés du légendaire attaquant brésilien Ronaldo. Un autre joueur avec qui Moriero a partagé son temps était Roberto Baggio, dont il a dit que "Nous restons souvent en contact les uns avec les autres, c'est une personne très privée. Nous étions toujours ensemble à l'Inter, même dans la chambre d'hôtel, nous jouions aux cartes. J'ai beaucoup appris de lui, non seulement sur le plan technique, mais aussi sur le plan personnel." Concernant notre ancien président Morratti "Un président et un père : le lundi, il m'appelait toujours sans faute, juste pour me demander comment j'allais. Je n'étais pas habitué à cela. La première fois, j'ai été étonné. Je me suis demandé pourquoi il faisait ça, puis j'ai découvert qu'il traitait tout le monde de la même manière. Il voulait tout savoir. Il était très affectueux avec nous. Et à chaque fois qu'on gagnait, il venait au vestiaire et on passait le chercher. Il nous considérait comme une famille." À propos de son ancien coéquipier Ronaldo, Moriero a déclaré "qu'après Maradona et Pelé, il était le meilleur joueur de l'histoire. Jouer à ses côtés était comme de la science-fiction, son jeu était inexplicable et toujours joué à une vitesse incroyable. Même à l'entraînement !" Les entraînements de l'époque "Nous devenions tous fous, y compris les deux mille fans présents en permanence dans les tribunes. Chaque jour était comme une fête, avec des chansons et des applaudissements. Des chansons et des applaudissements de notre part, les joueurs aussi." Traduction alex_j via sempreinter.
  18. Dans une interview avec la série "My Story" de Sky Sports, l'ancien international anglais est revenu sur sa carrière et s'est concentré sur son passage en Serie A avec l'Inter. Ayant rejoint Manchester United en 1995, Ince a admis qu'il avait d'abord eu du mal à s'adapter à la vie en Italie jusqu'à ce que Moratti intervienne. "Au début, ma famille et moi avons eu du mal à trouver un logement à Milan, mon fils Tom était là aussi, c'est pourquoi nous sommes retournés en Angleterre pour quelques jours. J'ai parlé à Massimo Moratti et il m'a demandé pourquoi je n'étais pas dans un bel hôtel jusqu'à ce que j'aie trouvé la bonne solution. J'apprécie toujours beaucoup ce qu'il a fait, nous vivions dans un hôtel et je jouais au football. Ensuite, nous avons trouvé un appartement au-dessus de celui de Jurgen Klinsmann, c'était magnifique avec une vue sur le lac." "Tout rendait Moratti spécial, rien qu'en le regardant, on ne pouvait s'empêcher de ressentir du respect pour lui. Il avait un amour très important pour moi et il l'a montré dans son désir de m'emmener en Italie. Ce n'était pas l'entraîneur de l'époque, Ottavio Bianchi, qui était venu me voir lors du match contre Crystal Palace (pour Manchester United), mais directement Massimo. Et quand il m'a convaincu de venir en Italie, il s'est assuré que tout était parfait pour moi. Il m'a traité comme un roi." La décision d'Ince de quitter la Premier League pour la Serie A était le bon choix. "Au final, je peux dire que c'est le meilleur transfert que j'ai pu faire dans ma carrière. L'Inter est un club prestigieux, avec des supporters fantastiques et un stade incroyable. Ensuite, le mode de vie, la météo, tout était parfait. Probablement le meilleur endroit où je sois allé." Une relation étroite avec les supporters de l'Inter. "Dès le début, les fans ont commencé à chanter "Come on Paul Ince". Quand ils ont chanté ça en Angleterre, cela signifiait que je devais m'améliorer. Là, j'ai réalisé qu'ils ont toujours été à mes côtés. Je veux dire qu'ils ne m'ont jamais critiqué, même un seul instant. Et je suis souvent allé les remercier sous la Curva, ils m'ont soutenu même quand je jouais mal. Ce sont des fans vraiment incroyables, et je suis désolé d'avoir dû partir si tôt." Traduction alex_j via sempreinter.
  19. L’ancien Président historique de l’Inter, Massimo Moratti, s’est livré dans "Il Mattino" pour expliquer la raison du changement d’entraîneur à l’été 2008. Roberto Mancini est-il l’homme idéal pour faire face à cette période que traverse l’Italie ? "C’est un homme qui ne déçoit jamais: Il analyse les situations, comprends les instants, sait quelle est la chose juste à faire : Il a énormément mûri ces dernières années comparées à la période où il était à l’Inter." Pourquoi l’aviez-vous remercié ? "En réalité, je ne l’aurais jamais remercié si lors d’une soirée des plus difficiles il n’avait pas déclaré que son aventure à l’Inter était terminée. Dès cet instant, j’ai perdu un peu confiance, je pensais qu’il était capable de le redire à nouveau et j’ai donc appelé Mourinho." A un coup de sang près, l’Inter aurait pût ne jamais réaliser son Triplé ! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  20. Cela selon le journal italien Calcio e Finanza qui rapporte que Moratti a officiellement rejoint le mouvement contre le démantèlement de l'actuel San Siro alors que l'Inter et le Milan cherchent à construire un nouveau stade dans la ville. Moratti a déjà exprimé ses réserves quant à la démolition du San Siro afin de construire le nouveau stade, et maintenant il a officiellement rejoint le mouvement visant à l'arrêter. Le mouvement "Yes to Preserve Meazza" commence à prendre forme alors qu'un certain nombre de personnalités publiques apportent leur soutien à la cause, et celle de Moratti est désormais l'une des voix les plus en vue. Parmi les préoccupations du groupe figurent l'impact environnemental potentiel de la construction du nouveau stade et les ramifications historiques et culturelles de la destruction de l'emblématique San Siro. L'objectif de ce mouvement se concentre actuellement sur une pétition pour organiser un référendum public sur la démolition du San Siro, ainsi que sur un débat public plus large sur la question. Mais, de l'avis de Sala, les référendums et les débats publics proposés par le mouvement ne sont pas une solution viable, et ils feraient mieux de s'organiser pour acheter le stade. Voici ses déclarations à ANSA. "Je dis à ceux qui veulent sauver le stade San Siro: le meilleur moyen est de faire une proposition pour l'acheter, puis de se manifester et nous serons disponibles le moment venu pour vendre cet actif." "Je me tourne vers Massimo Moratti car je comprends qu'il est devenu une partie de cette initiative. Il peut y avoir un référendum mais il ne peut pas me retirer le pouvoir de prendre ces décisions parce que j'ai été élu pour les prendre." "L'argument en faveur de l'ancien stade est simple, maintenir le stade en fonctionnement, le garder en sécurité et le maintenir bien entretenu, quelque chose qui coûtera 5 à 10 millions d'euros par an." "Parmi ceux qui se présentent, je pense à Moratti, s'ils veulent l'acquérir nous sommes très heureux. Le vrai problème est que la municipalité de Milan ne peut pas, dans l'intérêt de ses citoyens, supporter les coûts d'un stade inutilisé." Du coup, Moratti a répondu sur FanPage.it: "At-il vraiment dit ça? Pourquoi est-ce que je l'achèterais, pour que les enfants jouent dedans ? Nous pensons que le San Siro doit rester le seul stade de Milan, mais la réponse du maire donne l'impression que la construction d'un nouveau stade doit être considérée comme acquise." "Et il est évident qu'il n'est pas possible d'avoir les deux. Mais le comité "Yes to Preserve Meazza" ne veut pas seulement garder le stade comme monument, mais continuer à y faire jouer l'Inter et Milan." Affaire à suivre... Traduction alex_j via sempreinter.
  21. Reconnaissance prestigieuse pour le documentaire Inter Campus de Giulio Origlia au festival Sport, Movies & TV 2021 et Un long métrage sur le légendaire capitaine Nerazzurri remporte un prix au festival Sport Movies & TV. L'événement annuel Milan accueille la finale du World FICTS Challenge, le championnat du monde du cinéma, de la télévision et de la communication qui comprend 20 festivals à travers le monde, géré par la Fédération Internationale Cinéma Télévision Sportifs. Le documentaire Inter Campus El Mundo Es un Balon a remporté le Gentleman Fair-Play Award de cette année au festival Sport, Movies & TV 2021. Le prix pour El Mundo Es un Balon, dont les belles images illustrent le merveilleux travail accompli par Inter Campus en faveur de milliers d'enfants dans 30 pays, a été reçu par le réalisateur Giulio Origlia et la présidente d'Inter Campus Carlotta Moratti lors de la cérémonie de dimanche soir. De nombreuses personnalités prestigieuses du sport, du cinéma et de la télévision ont assisté à la cérémonie, dont le directeur des relations institutionnelles du Real Madrid Emilio Butragueno et l'acteur Angelo Arcangeli, qui a joué Roberto Baggio dans le film Il Divin Codino . La cérémonie de remise des prix s'est ouverte par un message vidéo du président du Comité international olympique Thomas Bach et les salutations de la vice-présidente du CONI Claudia Giordani et du président de la FICTS Franco Ascani. Inter Campus n'était pas le seul documentaire Nerazzurri à remporter un prix: Armando Picchi. Un uomo libero, un long métrage de Roberto Davide Papini sur le capitaine de la Grande Inter, a remporté le prix Guirlande d'Honneur dans la catégorie Films et TV Football. Armando Picchi est peut-être décédé le 27 mai 1971, mais son cœur bat toujours plus fort que jamais, dans sa ville natale de Livourne, dans les souvenirs de ceux qui l'ont connu et dans l'esprit de tous les fans Nerazzurri, y compris ceux qui ne l'ont jamais vu jouer. Le charisme et le leadership de Picchi ont résisté à l'épreuve du temps et La Nazione a récemment décidé de raconter son histoire dans Armando Picchi. Un uomo libero (Armando Picchi. Un homme libre). Le docufilm était si impressionnant que le travail de Roberto Davide Papini a maintenant remporté un prix Ghirlande d'Honneur au festival Sport Movies & TV 2021. Armando Picchi, Un uomo libero raconte l'histoire du légendaire capitaine de la Grande Inter, avec de nombreux témoignages de personnes telles que Massimo Moratti (qui a assisté à la cérémonie), Igor Protti et Cristiano Lucarelli, entre autres. Après sa projection au festival, organisé par la Fédération Internationale de Cinéma Télévision Sportif (FICTS), le documentaire a été récompensé dans la catégorie Films & TV Football Feature. Traduction alex_j via le site officiel.
  22. Dans une interview publiée dans Il Mattino, Moratti a suggéré qu'Insigne s'intégrerait bien au Meazza tout en donnant son avis sur le foot actuel. "Insigne ferait bien dans n'importe quelle équipe, il propose toujours quelque chose de différent même s'il est dommage qu'en équipe nationale il n'arrive jamais à s'exprimer sa valeur. Il n'est cependant pas nécessaire que l'Inter fasse une offre folle, son contrat est sur le point d'expirer." "C'est le football maintenant, voir Insigne jouer pour un autre club. Mon père ne voulait pas changer les joueurs qu'il aimait le plus. Quand il a compris qu'il fallait le faire, il a préféré quitter l'Inter, et je le comprends." "Il y a ceux qui pensent qu'après le Triplete j'aurais dû vendre quelqu'un, mais cela aurait été de la folie, une preuve totale d'ingratitude et aussi une injustice. Ensuite, comme le démontre maintenant la Juventus, reconstruire une équipe n'est pas une chose simple." "Aurelio De Laurentiis a raison, le football est comme diriger une entreprise où la prudence est toujours de mise. J'aurais aimé l'avoir compris aussi." Traduction alex_j vis sempreinter.
  23. Massimo Moratti, le Président Historique de l’Inter, s’est livré à "Radio Kiss Kiss Napoli" suite à la situation entourant les importantes polémiques arbitrales de ce week-end S’agit-il d’un nouveau Calciopoli ? "Non, celui de l’époque était un système bien articulé et pensé, nous ne sommes pas à ce niveau. Je dois toutefois dire que même en présence de la Var, il reste toujours une personne qui prend la décision: C’est ce qui m’amène à penser que même si la technologie aurait été présente sur le terrain lors du contact entre Iuliano et Ronaldo, que le penalty n’aurait pas été octroyé." Est-ce un duel Scudetto entre le Napoli et le Milan ? "Ben, j’ai le Napoli dans mon cœur. Je pense que personne ne le prendra mal si j’espère que ce soit les Azzurri qui l’emporte." "Aurelio De Laurentiis n’a pas besoin de mes conseils, il a construit une très belle équipe cette saison, séduisante à voir sur le terrain et complète dans chaque secteur." L’auriez-vous appelé pour recruter Osimhen ? "Et ben…Avouons-le , ce n’est pas le meilleur moment pour lui demander ce joueur." Il rit ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  24. Massimo Moratti s’est livré au Corriere Dello Sport sur la légendaire confrontation avec la Juventus, l'ennemi-juré de la Serie A. Quel est l’Inter-Juve que vous ne pourrez jamais oublier ? "Inter-Juve, pour nous les Interiste, c’est LA Partie, celle qui te procure de la souffrance, elle me faisait rester éveiller la nuit. Tu y penses en continue dans la semaine qui la précède : Que des émotions! il rit." Vous étiez un Président qui vivait le football comme un entraîneur ou un joueur, totalement investi... "Le football, au-delà de la passion, était une distraction des autres pensées: Avec le football, les rêves te viennent facilement, comme lorsque j’achète un joueur et que j’imagine qu’il inscrit le but de l’année dans les deux-secondes et demi qui suivent, tu t’attends toujours à de nouvelles merveilles. A sa façon, l’Inter-Juve de du 16 avril 2010 est inoubliable, un 2-0 avec un but de Maicon devenu iconique." J’aurais cru que vous alliez répondre “celle avec ce penalty non donné par Ceccarini" "C’est la partie qui a ruiné nos relations." Le Calciopoli a fait le reste…. "Le Calciopoli a exaspéré le concept de sympathie. Aujourd’hui, je vis cette partie avec plus de sérénité, moins dans le passé et plus dans le présent, l’émotion est gérable. Je suis un Tifoso moins souffrant…… avant de rentrer dans le stade." Que ce serait-il passé si, à votre époque, il y aurait eu la Var ? "Cela n'aurait rien changé, car derrière la Var, tu aurais eu des personnes qui aurait pensé de la même façon." Soutenez-vous le projet InterSpac ? "J'apprécie l’intention, ils ont eu beaucoup de courage. Je ne pense pas que ce type d'actionnariat soit réalisable en Italie, et les chiffres que le club présente aujourd’hui sont dramatiques. En Allemagne, tu peux arriver à obtenir 15 ou 20 % de l'actionnariat, mais avec des sommes accessibles et des risques limités pour les souscripteurs..." "J’ai énormément de tendresse envers les tifosi les plus méconnu et qui sont disposé à verser 1.000 €." Passons à la Super League... "Elle a été très mal présentée, à tel point que le projet a été immédiatement annulé. L’objectif des clubs était celui de trouver une façon d’encaisser plus d’argent et je peux aussi le comprendre, mais tu ne peux pas développer un plan de ce genre sans écouter la population, les passionnés, et en tuant le système." Etes-vous inquiet par l’état financier de Suning ? "Les problèmes en amont finissent par affecter les entreprises en aval. Le gamin (Steven Zhang) est bon et gentil, j'entends des gens dire que les choses s'améliorent lentement, du moins en termes de gestion quotidienne, et je veux rester optimiste." Durand ces dernières années, beaucoup ont tenté de vous faire revenir…. "C’est souvent arrivé, encore récemment même. Une défaite de l’Inter et un appel arrive: Mais c’est un chemin qu’il n’est plus possible à emprunter pour moi." Acheter ce qu’il doit être acheté, vendez un peu moins…. "Oui, je n’aimais pas vendre, toutefois Ronaldo et Ibra furent deux très grandes opérations, des authentiques investissements : Deux opposés. Le Ronaldo de 1998 ne pouvait pas être décrit par des traits humains, il avait été embrassé par Dieu." Et Ibra ? A 25 ans, se sentait-il déjà être un dieu sur terre ? "Oui, c’est un gars assez spécial, mais très sympathique. Comme un chanteur d’opéra, il voulait être respecté, l’équipe devait lui reconnaître le leadership, il voulait être le boss, même aujourd’hui à quarante ans, il ne semble pas avoir changé." L’Inter a laquelle vous êtes la plus liée est celle du Triplé ? "Ce serait une injure d’en désigner une autre que celle qui a tout gagner, mais l’équipe composée de Ronaldo, Zamorano, Recoba et Djorkaeff, reste également dans mon cœur." Échangez-vous encore avec Mourinho ? "C’est évident: Mourinho est brave et je suis fier qu’il soit allé à la Roma, où il fait de bonnes choses. Lorsque je l’ai recruté, il me rappelait énormément Herrera, j’aimais le fait que, comme Il Mago, il était différent, provocateur, habile dans la communication, très intelligent, en plus d’être un exceptionnel gagneur." Et les qualités de Mancini ? "Son mérite pourrait être aussi son défaut : son émotivité: Nous sommes toujours resté liés." "Roberto était un garçon qui conservait en lui toute l’émotivité du joueur. Nous venions de perdre face à la Lazio, et je l’ai retrouvé ce jour-là, en pleur dans le vestiaire, il était dans un coin, il était désespérément à la recherche continuelle de bien faire." "Vous vous attachez à Roberto de par la façon dont il vit le football, la partie, les faits de jeu. Mais l’émotivité devient un défaut lorsqu’elle prend le dessus sur tout le reste et c’est précisément cet aspect de son caractère qui l’avait amené à dire qu’il quitterait le club à la fin de la saison." Massimo Moratti, préférez-vous l’Inter de l’année dernière: Solide et hermétique? Ou l’Inter actuelle qui marque énormément, mais qui se prend aussi trop de but ? "L’Inter solide de l’année dernière a servi pour remporter un championnat attendu depuis tant de temps, elle a apporté des satisfactions aussi de par son caractère. Sous l’aspect footballistiques, celle-ci est bien plus amusante car tu as des joueurs de classes mondiales et tu ne sais jamais comment ça va se terminer, donc tu cela te fait vivre encore plus d’émotions, il rit." A propos, que répondre à Bonucci qui a très récemment déclaré que le dernier Scudetto était plus du démérite de la Juve que du mérite de l’Inter... "Bonucci aurait dû ajouter pour les “considérables démérites de la Juve", cela aurait été mieux pour lui. Je ne comprends pas une telle sortie. Le championnat a été remporté par l’équipe la plus forte et l’Inter était, l’année dernière, nettement plus forte que la Juve. Sinon, tout le monde va commencer à parler des Scudetti perdu par démérite et là, on n’en finira plus." Qui pour vous enthousiasmer dans cette bataille ? "Tout le monde devra y parvenir, mais ma pensée va objectivement vers Barella, un garçon qui donne toute son âme, et encore plus contre la Juve." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  25. Selon SportMediaSet, Massimo Moratti a renoncé à son salaire annuel d’1,5 million d’euros pour augmenter le salaire de ses ouvriers. La Saras, compagnie pétrolière dont Massimo Moratti est le président, a dû recourir à des licenciements à cause de la crise provoquée par le Covid. Pour les ouvriers donc, un salaire réduit qui sera néanmoins complété par les quelque 150 € euros net qui arriveront dans les paies d'octobre, novembre et décembre suite au geste de notre ancien président qui a choisi de faire don de son salaire annuel au profit de ses employés. "Je vous remercie pour les sacrifices que vous faites et qui sont d'une grande aide pour surmonter une période difficile. Je me permets de mettre à disposition mon émolument annuel, ce qui vous permettra d'alléger, au moins en partie, la charge du fonds de licenciement activé par la Covid." a écrit Moratti dans une lettre destinée à ses salariés. La rémunération annuelle de Moratti, environ 1,5 M€ par an, sera répartie entre tous les salariés, cadres exclus. "La famille Moratti démontre une fois de plus qu'elle est proche de ses employés. Je n'ai jamais vu une telle initiative dans aucune réalité entrepreneuriale en Sardaigne," a commenté Stefano Fais. Traduction alex_j via SportMediaSet.