Aller au contenu
×
×
  • Créer...

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'matias vecino'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

  1. L'Inter Milan a concédé sa première défaite de la saison en championnat ce samedi contre la Lazio. Les hommes de Simone Inzaghi n'ont pas su poursuivre leur série d'invincibilité. Retour sur un match lâché en plein vol par les Nerazzuri. Cette rencontre démarre tambour battant, avec une Lazio agressive sans ballon, arrivant à bien conserver le ballon et a gêné l'Inter dans l'entre-jeu par des circuits de passes courtes et en une touche. Les Nerazzuri laissent passer les premières minutes tel un orage, puis reviennent doucement mais sûrement dans la rencontre. Cela se confirmera quelques minutes plus tard. Federico Dimarco renverse le jeu côté opposé vers Matteo Darmian, qui joue intelligemment en une touche de balle pour Nicolò Barella, qui vient s'infiltrer dans l'espace et provoquer un penalty. Hysaj accroche légèrement la cheville du milieu de terrain Italien. Perisić s'en charge et prend à contre pied Pepe Reina. 1-0 pour l'Inter. La Lazio reprend du poil de la bête après cette ouverture du score, notamment par l'intermédiaire du Brésilien Felipe Anderson, véritable poison mortel pour le côté gauche Nerazzuri, en grande souffrance face aux coups de reins du Neo-Laziale. Plusieurs actions dangereuses s'enchaînent, Handanović répond présent face à une frappe ras de terre de Basić sur un centre en retrait du Brésilien. Mais un homme offre les inspirations d'oxygène dont l'inter a besoin: le croate Marcelo Brozović. Tout simplement insaisissable sur le début de rencontre, il trône devant la défense tel un artilleur, décochant coup sur coup ses flèches empoisonnées. Son jeu long est extrêmement précis et permet à l'Inter de se crée des situations sur les ailes. Malheureusement les deux pistons que sont Darmian et Dimarco n'arrivent pas à convertir en occasions les poches d'espaces crées par les décalages du numéro 77 Nerazzuri. Le match se stabilise un peu sur la fin de la première mi-temps. L'Inter et la Lazio tentent chacune de conserver le ballon. Mais ce sont bien les hommes de Maurizio Sarri qui le font le mieux, parvenant à garder cet avantage territorial de la possesion, avec également un très bon contre-pressing mettant en difficulté l'Inter à la perte de balle en se servant de projections rapides vers le but d'Handanović. La fin de la mi-temps arrive, le match gagne en rythme avec une frappe lourde de Basić, stoppée par le Slovène. Dans la minute suivante, Barella déborde côté droit et réalise un petit dribble piqué pour esquiver le retour du défenseur Biancocelesti, comme une gazelle se défesant de ses prédateurs. Son centre sera trop long. Mr Iratti, pas tout à fait irréprochable, siffle finalement la pause à Rome. La mi-temps n'a semble-t-il rien changée aux intentions de deux équipes, particulièrement celles de la Lazio, qui se retrouve en plus grande difficulté pour trouver des brèches dans la défense Nerazzuri. Mais les failles de ces derniers éclatent en seconde période, notamment une: l'absence de joueurs de couloir rapides et percutants, Dimarco et Darmian ne remplissant pas ce critère. Du rythme est présent dans ce match mais les bonnes occasions peinent à être crée par les deux équipes. Jusqu'à un corner anodin à la 62ème minute, et une faute de main totalement involontaire d'Alessandro Bastoni, venant alors bêtement concédé un pénalty. Immobile se charge de son exercice favori et place son ballon au même endroit qu'Ivan Perisić, tout en prenant Handanović à contre pied. La Lazio est revigorée par cette égalisation venu du ciel. Elle se montre plus dangereuse dans le jeu et accentue la pression. Marcelo Brozović tire toujours son épingle du jeu, même entouré de trois joueurs. Dans ce match, le seul à l'avoir stoppé est Mr Iratti. Arrive les changements pour les deux équipes. Côté Lazio, sortie d'Hysaj et de Basić pour Lazzari et Luis Alberto; et côté Inter les sorties de Bastoni, Perisić et Gagliardini pour Dumfries, Correa et Vecino. Pour l'Inter, ces changements n'auront pas l'effet escompté. Pire, l'équilibre de l'équipe semble bousculé, avec un Correa inactif, un Dumfries désorienté, un Barella déporté côté gauche et un Dimarco axe gauche de la défense. Par contre, la Lazio bénéficie grandement de l'apport de ses entrants, Lazzari apporte du mouvement, de la vitesse, et Alberto du liant entre le milieu et l'attaque. Nous avons perdu l'Inter et nous allons douloureusement nous en rendre compte. Dimarco sollicite un une-deux avec Lautaro mais est tamponné par un Romain. L'action se poursuit, Lautaro progresse avec le ballon mais s'en sert mal et le perd de suite. L'absence de Dimarco en défense, encore au sol, se fait ressentir. Felipe Anderson trouve Ciro Immobile, qui emmène Škriniar avec lui et frappe à ras de terre. C'est détourné par Handanović dans les pieds d'un Felipe Anderson ayant suivi depuis le départ de l'action. Il ne se fait pas prier et inscrit le deuxième but devant le but vide. Dumfries a la bonne idée de déclencher une bagarre générale en accrochant Felipe Anderson partant célébrer son but. Cela aboutira à deux cartons jaunes de chaque côté: Milinković-Savić et Anderson, Dumfries et Lautaro Martinez. L'Inter perd le fil de son match, coule et vient encaisser un troisième but, de la tige Sergej Milinković-Savić, cette fois-ci de la tête. Le Serbe anéanti les minces espoirs des hommes de Simone Inzaghi. Fin du match au bout des six minutes de temps additionnel. L'inter s'incline en série A pour la première fois de la saison, et devra montrer un visage plus conquérant mardi, 21:00, à Giuseppe Meazza; dans le cadre de la 3ème journée de Ligue des champions contre le Shériff Tiraspol, surprenant leader du groupe D. Tableau récapitulatif Résumé Vidéo Lazio 3-1 Inter Buteur(s): 12' Perisić (sp)(I), 64' Immobile (sp)(L), 81' Anderson (L), 90+1' Milinković-Savić (L) Lazio (4-3-3): 25 Reina; 77 Marusić, 3 Felipe, 4 Patric, 23 Hysaj (66' 29 Lazzari); 21 Milinković-Savić, 6 Leiva (85' 32 Cataldi), 88 Basić (66' 10 Alberto); 7 Anderson (86' 8 Akpa-Akpro), 17 Immobile, 9 Pedro (75' 20 Zaccagni) Banc: 19 Vavro, 5 Escalante, 94 Muriqi, 27 Moro, 26 Radu, 1 Strakosha, 31 Adamonis T1: Maurizio Sarri Inter (3-5-2): 1 Handanović; 37 Škriniar, 6 De Vrij, 95 Bastoni (67' 2 Dumfries); 36 Darmian, 23 Barella (86' 20 Çalhanoglu), 77 Brozović, 5 Gagliardini (67' 8 Vecino), 32 Dimarco; 9 Džeko (76' 10 Lautaro), 14 Perisić (67' 19 Correa) Banc: 97 Radu, 33 D'Ambrosio, 48 Satriano, 13 Ranocchia, 11 Kolarov, 21 Cordaz T1: Simone Inzaghi Arbitre: Massimiliano Irrati VAR: Paolo Silvio Mazzoleni Averti(s): 27' Basić (L), 36' Gagliardini (I), 63' Bastoni (I), 83' Milinković-Savić (L), 83' Lautaro Martinez (I), 83' Anderson (L), 83' Dumfries (I), 87' Correa (I), 90+1' Darmian (I) Expulsé(s): 90+7' Felipe (L) ®Internazionale.fr ~ Aurios-Inter
  2. Simone Inzaghi s’est livré, en conférence de presse, à la veille de ce qu’il sera son retour, en qualité d’adversaire, au Stadio Olimpico de Rome face à “sa Lazio” Comment vous préparez-vous au prochain Tour de force ? "Nous savons que plusieurs parties rapprochées nous attendent, nous voulons nous faire trouver prêt pour chacune. Nous étions tout de même peu nombreux à Appiano, mais nous avons su travailler de la meilleure des façons. Certains joueurs sont revenus avec des coups, à présent j’attends le retour sud-américains." A quel point a changé la Lazio sous Sarri ? "La Lazio a réalisé de très bon matchs, du Derby en passant par l’Europa League, c’est une équipe bien construite avec des qualités optimales. Sarri est très bon lorsqu’il s’agit d’organiser ses équipes: Les garçons ont réalisé d’excellents matchs, ils ont perdu leur dernier match et seront vexés. Je sais que nous allons faire face à une équipe qui voudra faire une belle prestation." Quand reviendront les Sud-américains ? Comment va Sensi ? "En ce qui concerne les sud-américains, cela s’était déjà produit face à la Samp. C’est une situation délicate: Sanchez et Vidal ne verront pas Rome, je ne saurais pas les utiliser car ils reviendront à 3h00 du matin. Ils seront plus utile pour mardi, comme Sensi. Ces derniers jours, il s’est entraîné discrètement avec le groupe, mais il ne sait pas encore taper librement de son pied droit, à cause de son entorse. Il a de très bonnes sensations, j’espère qu’il pourra être de retour rapidement." La Liga a repoussé de nombreux matchs pour préserver le parcours européen de ses équipes…. "Je parlerai avec Lautaro, Correa et Vecino, pour voir comment ils iront. La Liga a très bien fait, mais c’était une thématique qui aurait dû avoir lieu en début de saison : nous devrons serrer les dents, nous avons des alternatives pour ces postes et je devrai évaluer, avec attention, dans quelles conditions ils seront en arrivant." Serez-vous en difficulté face au pressing de la Lazio ? "Nous devrons nous montrer propre dans notre façon de jouer et être bon en phase défensive et offensive." C’est un retour particulier à l’Olimpico… "C’est un retour à la maison pour moi, j’y suis resté 22 ans: Je ne vous cache pas que je ressentirai des émotions lorsque je reverrai des garçons qui m’ont toujours tout donné durant ces années, je reverrais aussi des personnes qui ont toujours été spéciales, en coulisses. Elles ont été très importante pour moi, nous avons fêté et souffert ensemble au fil des années, nous avions atteint de grands objectifs." "Demain, je sais qu’il y aura des applaudissements et des sifflets, mais cela fait partie du métier et je l’accepterai, mais ils savent tous que j’ai tout donné pour ces couleurs." Qu’attendez-vous de Lotito ? "Je lis et j’écoute toujours tout, mais au-delà de ce qu’il pense et de ce que pense Tare, ils ont été des personnes très importantes durant ma carrière. J’ai commencé à entraîner grâce à eux et je ne cesserais jamais de les remercier: Nous nous sommes bien trouvé et il faut savoir aussi que nous avons obtenus de grands résultats." La Lazio, le Sheriff et la Juventus. C’est un Test d’endurance pour l’Inter..... "Ce sera, sans aucun doute, une semaine très engagée: Nous voulons aborder les matchs les uns après les autres. Nous devrons faire de notre mieux tout en sachant que ce seront des rencontres très difficiles." Comment évolue Dumfries ? "Il avance, je pensais qu’avec les problèmes linguistiques qu’il lui aurait fallu plus de temps, mais c’est un garçon qui écoute et qui a déjà joué plus de la moitié du temps à disposition. C’est un titulaire fixe des Pays-Bas et plus le temps passera, plus il s’améliorera, j’en suis convaincu." Si vous ne savez pas jouer la carte Lautaro, quelles seront les solutions ? "Elles sont nombreuses, Dzeko jouera, il y a aussi l’opportunité Satriano, mais il y a aussi Perisic et Çalhanoğlu. Je devrai évaluer les conditions de récupération de Lautaro et de Correa." Que manque-t ’il à Çalhanoğlu? "Je suis satisfait de lui car il fait partie intégrante du projet, c’est un garçon qui ne se cache jamais : Lundi, il a été victime d’une sérieuse entorse et il a tout fait pour être à disposition demain, je ne sais pas encore si ce sera le cas. Ses compagnons, tout comme moi, sommes très heureux: Il marque et réalise des passes décisives." Est-ce que l’Inter vous séduit de plus en plus ? "Je me suis senti immédiatement intégré ici, les Tifosi de l’Inter m’ont accueilli d’une manière dont je n’avais jamais songé, et ce dès le premier jour. Ils ont toujours été fantastique avec moi et avec l’équipe, ils sont toujours aussi si nombreux lorsque l’on se déplace à l’extérieur, ils nous font toujours ressentir une chaleur incroyable." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  3. Après le partage face au Shakhtar Donetsk dans le cadre de la seconde journée de la Ligue des Champions, l’Inter retrouve la Serie A et plus précisément Sassuolo ce samedi 02 octobre à 20h45. Pour l’occasion, Simone Inzaghi s’est livré en conférence d’avant-match A quelle rencontre vous attendez-vous face à Sassuolo ? "Ce ne sera pas une rencontre facile, c’est la septième en 20 jours, il y a un peu de fatigue physique et mentale. Ils pratiquent un excellent football, la vraie Inter devra être présente pour l’emporter." Y-aura-t ’il quelques rotations ? "Aujourd’hui, c’est la première journée où je retrouverai l’équipe et j’évaluera la situation. Je parlerai avec les garçons pour connaitre leur état de forme et demain matin, j’opterai pour le meilleur onze possible à aligner." Etes-vous à la recherche d’un meilleur équilibre ? "L’équilibre est une chose importantissime. En Ukraine, nous avions réalisé un bon match au niveau défensif, mais nous avons exprimé beaucoup moins notre jeu, avec du cynisme, nous l’aurions emporté." Etes-vous rassuré suite à la parution du bilan ? "Je pense oui, nous avons un Administrateur-Délégué très brave. Je pense que le club l’a aussi été, notre objectif était de mettre le club en sécurité et le prochain bilan sera bien meilleur. Le club a réussi à conserver un environnement serein, à garder sa tifoserie compacte, et à verser les salaires avec régularité, il y a de la confiance pour l’avenir." Vous avez plus de difficulté à marquer en Coupe d’Europe, comment l’expliquer ? "C’est le fruit du moment, nous avons la meilleur attaque de Serie A, cela peut arriver que tu ne marques pas de buts, lors de deux matchs en Ligue des Champions : Face au Real, nous avions eu 18-19 occasions, face au Shakthar, nous avions eu d’importantes occasions, nous aurions dû faire mieux, c’est le résultat de ces épisodes." Pourquoi Çalhanoğlu ne parvient pas à confirmer ? "Je suis très satisfait de Çalhanoğlu, il combine qualité et quantité : J’ai tant de joueur pour ce poste, le fait qu’il soit sur le banc à Kiev n’avait rien à voir avec son match face à l’Atalanta où il m’avait satisfait. J’ai tant de milieux, de temps en temps, je dois faire des choix différents." Handanovic est attaqué sur les réseaux sociaux. Est-ce que cela a fait écho dans le vestiaire ? Pensez-vous aussi le titulariser en Coupe d’Italie ? "Je pense qu’il faudra penser par après de la Coupe d’Italie. C’est notre Capitaine, un des leader du vestiaire. C’est un grandissime gardien, qui durant des années encore, fera le bonheur de l’Inter." Après la trêve internationale, il y aura le match face à la Lazio et l’Inter pourrait être privée de ses sud-américains. Est-ce que Correa ou Lautaro pourront revenir plus tôt ? "Pour l’heure, c’est le Sassuolo. Ensuite, nous savions que nous allions faire face à cette problématique, nous y réfléchirons en temps voulu. Je dois nous préparer à la rencontre de demain actuellement." Quel est le meilleur poste pour Sanchez ? "Selon moi, Alexis est un joueur avec tellement de qualité qu’il peut être aligné au poste de Trequartista, au poste d’attaquant. Cela fait à présent 20 jours qu’il travaille à plein régime et je suis content de ce qu’il nous apporte." Manque-t ’il un Vice-Brozovic ? "Je pense que Marcelo occupe un poste bien spécifique, c’est un joueur très très important. Je peux aligner d’autres joueurs, face au Shakthar, j’ai mis Barella, mais il y a aussi Sensi, Gagliardini et Vecino qui peuvent l’occuper." Est-ce que la prestation face au Shakhtar est le fruit des éliminations passées ? "Je ne pense pas. Nous avons vu comment l’équipe a déployé son football face au Real et comment elle avait voulu développer son jeu ici. Certains fait de jeux ont fait en sorte qu’il n’y a pas eu de résultat positif. Nous n’étions pas l’Inter habituelle en termes de jeu, mais nous aurions pu gagner, comme nous aurions pu aussi l’emporter face au Real." Vous attentiez vous à vous retrouver à cette place au classement ? Est-ce déjà un signe positif ? "Nous sommes bien placé, nous aurions pût sincèrement faire mieux. Les six premiers matchs de championnat étaient très bon, il manque les deux points perdu face à la Sampdoria et les deux points perdu face à l’Atalanta, que nous aurions mérité." "Je suis content de ce que nous proposons sur le terrain. Je suis juste amer, car nous aurions dû avoir plus de point en Ligue des Champions, vu toutes les occasions que nous avions obtenus. J’y repenserai lorsque la Champions fera son retour." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  4. Simone Inzaghi n'a pas pu cacher sa déception après que l'Inter ait perdu deux points à domicile face à l'Atalanta suite à un penalty manqué en fin de match. Il s’est exprimé sur DAZN. Voici ce qu’il avait à dire. Sur le match. "C'était un match passionnant, mais nous sommes ravis du résultat. Compte tenu des occasions que nous avons eues en seconde période, je pense que nous méritions plus. Cela n'enlève rien à l'Atalanta, c'est une excellente équipe et elle a très bien joué. Nous avons perdu notre route dans les dernières minutes après le penalty manqué, mais je pense que nous avons été excellents pour les longues périodes, en particulier dans les 20 premières minutes et en seconde période. C'était une excellente performance contre une très bonne équipe." Sur la mentalité des joueurs. "Les gars doivent continuer à s'entraîner comme ils l'ont fait. En tant qu'entraîneur, c'est une joie de voir vos remplaçants arriver et apporter une grande contribution au jeu. Après nos trois premiers changements, nous avons poussé l'équipe plus haut et avons joué de très bonnes choses en deuxième mi-temps." Sur la performance de certains joueurs. "Matias Vecino a brillamment fait tout comme Denzel Dumfries et Alexis Sanchez, ainsi que Dimarco. Je n'oublie pas non plus Danilo D'Abrosio et Roberto Gagliardini: ils sont très importants pour nous. Ils ont eu quelques soucis à la fin de la pré-saison mais on va avoir besoin d'eux comme tout le monde jouant tous les trois jours à ce genre de tempo." Sur le penalty. "J'ai décidé que Dimarco allait être notre tireur. Il s'est entraîné ce matin avec Hakan Calhanoglu, Lautaro et Ivan Perisic. Je pensais que Federico avait l'air plus frais qu'Ivan. C'est dommage car il a fait un superbe début de saison et il méritait de marquer le vainqueur à domicile, devant notre Curva." "C'est décevant de tirer mais j'étais content de voir les gars donner tout jusqu'au bout." A propos de Nicolo Barella qui a produit une cinquième passe décisive en six apparitions cette saison. "Nicolo joue à ce niveau depuis quelques années maintenant. C'est un champion d'Italie et d'Europe donc je n'ai pas été surpris. C'est un milieu de terrain moderne et il n'y a aucune raison pour qu'il ne puisse pas continuer comme ça. Il a juste besoin de continuer à travailler avec les autres en essayant de s'améliorer constamment." Traductions alex_j via le site officiel de l'Inter.
  5. Pour le compte de la 6ème journée de Série A, l'Inter recevait l'Atalanta à Giussepe Meazza. Ce match était le premier d'une série difficile qui attend les Nerazzuri, qui affronteront successivement en championnat Sassuolo, la Lazio et la Juventus. Récit d'un match absolument spectaculaire. Nous sommes passés par tous les états, de la joie à la tristesse, de la frustration au soulagement. Le match s'est décanté en plusieurs parties : de la 1' à 5', de la 5' à 55', de la 55' à 85' et de la 85' à 96'. La première est pour l'Inter. À ce moment-là l'Inter joue, dicte le rythme à l'adversaire et marque ce magnifique premier but, un des plus beaux de la saison sans l'ombre d'un doute. Tout le monde faisaient les efforts, notamment Perisìć qui a réalisé un bon match dans l'ensemble. Mais Džeko loupe la balle du 2-0 et ce sera très important pour la suite de la rencontre. Et puis plus rien. On entre dans la seconde partie. L'Atalanta est montée en puissance, physiquement dans le pressing, en s'implantant plus haut dans la moitié de terrain de l'Inter. Celle-ci reste solide mais les occasions s'enchaînent pour la Dea. Et ce qui devait arriver arriva. Škriniar laisse trop de temps et d'espace à Malinovski qui marque un but sublime. Imparable pour n'importe quel gardien. Derrière l'Inter souffre et l'Atalanta (Malinovski) ont la bonne idée de tenter leur chance de loin. Et ça n'a pas manqué. Frappe surpuissante de l'Ukrainien détournée par Handanović. Toloï reprend et marque le 2-1. Fin de la 1ère période, avec des joueurs qui se donnent à fond (à l'image de Džeko qui fait un énorme repli défensif à la 26'); et un Maresca qui distribue des cartons jaunes (4 en 1ère période), comme il distribuait jadis les erreurs d'arbitrages contre l'Inter. Début de la seconde mi-temps sur les mêmes bases que la fin de la première, une Atalanta qui presse haut et une Inter qui a du mal à se créer des occasions et qui négocie mal les situations de contre qui se présentent à elle. À noter la grossière erreur de Maresca à la 50' qui accorde un coup franc totalement inexistant à Malinovski qui vient heurter le poteau. Coup de chaud pour la défense Interiste. Arrive la 55' et les sorties de Darmian, Bastoni et Çalhanoglu pour respectivement Dumfries, Dimarco et Vecino. Nous basculons sur la 3ème partie de ce match. Ces changements apporteront l'énergie dont l'Inter avait besoin pour revenir dans le match, avec mention à Vecino. L'activité au milieu change quand il remplace Hakan. Pareil pour Dumfries et Dimarco. L'Inter reprend le dessus sur l'Atalanta et se crée plusieurs occasions coup sur coup. Notamment cette offrande, ce caviar, ce saucisson de Barella déposé sur la tête de Džeko. Ce dernier reprend bien mais Musso réalise un arrêt décisif. Dommage pour l'Inter de ne pas avoir pris ce très bon gardien. Les occasions défilent, le but ne vient pas, jusqu'à la 71' et ce tap-in Ronaldesque d'Edin Džeko, sur un amour d'extérieur du pied de Barella pour Dimarco, qui voit sa tentative déviée par Juan Musso dans les pieds du Bosniaque. Le match est relancé et l'Inter pousse pour passer devant mais n'y parvient pas. Nous entrons alors dans le moment décisif de la rencontre : le pénalty. Long ballon de Brozović vers Dumfries qui conserve bien son ballon et qui parvient à se retourner. Il envoie un suberbe centre droit sur la tête de Džeko dans les 5m50. Demiral pose sa main sur le crâne du Bosniaque et concède le pénalty. L'occasion de prendre l'avantage est là et c'est Dimarco qui est choisi pour la convertir. Mais Dimarco, se croyant en train de tirer un coup franc, envoie une mine sur la barre de Musso. Trop de responsabilités pour Federico qui aurait sans doute dû laisser sa place à un quelqu'un d'autre. Dernière partie du match après ce pénalty non-converti. L'Atalanta est comme revigorée et pousse pour arracher la victoire. 88', Handanović hésite un peu à sortir sur un ballon contré et dégage maladroitement. C'est récupérer par la Dea, bonne circulation de balle et superbe inspiration de Gosens qui joue en une touche pour Roberto Piccoli qui prend Handanović à contre pied. Ce dernier fait ce qu'il peut et ralentit la course d'un ballon qui finira malgré tout au fond des filets. L'Inter est à terre mais coup du sort, le VAR intervient et invalide le troisième but Bergamasque car le ballon était sortie des limites du rectangle vert. L'Inter est sauvée par la grâce (et la petite hésitation d'Handanović au départ de l'action). L'Atalanta pousse sur la fin de rencontre mais ne parvient pas à s'imposer. Du côté de l'Inter, fin de match discrète mais quand même une dernière occasion pour Džeko à la 96' sur un centre d'Alexis Sánchez. Sa tête finira à côté du but de Musso. M. Maresca siffle la fin d'une rencontre intense et rocambolesque, où tout les scénarios possibles ont pût être imaginés, par des joueurs et des supporters qui sortiront de ce match plutôt frustrés; par le pénalty pour uns et par le but refusé pour les autres. Match d'une très grande intensité qui pèsera sûrement mardi prochain à 18h45 en Ukraine contre le Shakhtar pour le compte de la 2ème journée de Ligue des champions. Inter 2-2 Atalanta, l'Inter laisse filer 2 points contre la Dea et manque l'occasion de reprendre les commandes de la Série A. Tableau récapitulatif Résumé Vidéo Inter 2-2 Atalanta Buteur(s): 5' Lautaro Martinez (I), 30' Malinovski (A), 37' Toloï (A), 71' Džeko (I) Inter (3-5-2): 1 Handanovic; 37 Skriniar, 6 De Vrij, 95 Bastoni (57' 32 Dimarco); 36 Darmian (57' 2 Dumfries), 23 Barella (89' 48 Satriano), 77 Brozovic, 20 Calhanoglu (57' 8 Vecino), 14 Perisic; 9 Džeko, 10 Lautaro Martinez (81' 7 Sánchez) Banc: 21 Cordaz, 97 Radu, 11 Kolarov, 13 Ranocchia, 33 D'Ambrosio, 5 Gagliardini, 38 Sangalli T1: Simone Inzaghi Atalanta (3-4-1-2): 1 Musso; 2 Toloï, 28 Demiral, 6 Palomino (70' 3 Maehle); 77 Zappacosta (77' 88 Pasalić), 15 De Roon, 11 Freuler, 8 Gosens; 32 Pessina (63' 19 Djimsiti); 18 Malinovski (63' 72 Ilicić), 91 Zapata (63' 99 Piccoli) Banc: 57 Sportiello, 13 Pezella, 31 Rossi, 59 Miranchuk, 66 Lovato, 7 Koopmeiners T1: Gian Piero Gasperini Arbitre: Fabio Maresca VAR: Aureliano Averti(s): Malinovski (A), Bastoni (I), Palomino (A), Zapata (A), Çalhanoglu (I), Zappacosta (A), Barella (I), Toloï (A) Expulsé(s): / ®Internazionale.fr ~ Aurios-Inter
  6. Simone Inzaghi pense que Nicolò Barella peut jouer au milieu pour l'Inter quand Marcelo Brozović a besoin de repos, rapportent les médias Italiens. L'entraîneur de l'Inter Simone Inzaghi a décidé que quand Marcelo Brozović aurait besoin de repos cette saison, Nicolò Barella devrait être le joueur pour le remplacer, selon un rapport de la presse Italienne aujourd'hui. Comme reporté par Tuttosport, Marcelo Brozović est dans la salle des machines de l'Inter depuis de nombreuses années. C'est pourquoi il est vital de le maintenir en excellente condition physique, comme il dicte souvent le rythme et l'énergie du jeu de l'Inter. L'Inter a énormément de match à jouer cette saison donc il y aura des moments où Marcelo Brozović aura besoin de s'asseoir sur le banc, et Simone Inzaghi aura besoin de quelqu'un pour apporter la même énergie au centre du terrain. L'entraîneur a semble-t-il décidé que Nicolò Barella, qui est généralement utilisé pour jouer à droite du milieu à trois, pouvait apporter l'énergie et le talent nécessaires au milieu. Il serait alors remplacé par un des trois noms suivants : Matias Vecino, Arturo Vidal et Roberto Gagliardini. Pensez-vous que Nicolò Barella serait apte à remplacer Marcelo Brozović en regista ? ®Internazionale.fr - Aurios-Inter Via SempreInter
  7. L'Inter voulait une évolution, pas une révolution, après avoir remporté un premier Scudetto en 11 ans. La déroute de Bologne a montré comment. Ceci est une traduction intégrale de ''Inter serve up a storm as Inzaghi looks to blow memories of Conte away'' de Nicky Bandini paru sur le site du Guardian. Comme un oiseau cherchant un abri dans les heures qui précèdent une tempête, Sinisa Mihajlovic savait que les ennuis allaient arriver et pourtant, il était impuissant à les arrêter. "Parlons d'autre chose", a-t-il dit, maudissant librement, après avoir été interrogé Vendredi sur le succès de Bologne à conserver des clean sheets. "Maintenant, nous ne faisons qu'inviter la malchance… si nous concédons un but demain, je vais me fâcher contre vous les gars ! Qu'est-ce que c'est ça? Quand nous ne concédons pas de buts après 20 matchs d'affilée, alors nous pouvons parler de ce genre de choses. Pas après deux matchs.'' Un jour plus tard, Bologne a été balayé par l'ouragan nommé Inter: encaissant non pas un but, mais six. Denzel Dumfries est arrivé comme un coup de vent, ou pas loin vu que c'est ce que l'on peut attendre d'une personne capable d'atteindre une vitesse de pointe enregistrée de 34,38 km/h (21,36 mph), apportant le premier but de Lautaro Martínez à la sixième minute. Ce n'était que le début. Milan Skriniar a doublé l'avance grâce à une tête sur corner et Nicolò Barella a porté le score à 3-0 avant la pause, convertissant un autre centre de Dumfries. L'arrière droit néerlandais offrait une nouvelle occasion à Martínez au début de la seconde période, mais cette fois le tir touchait la barre et le gardien de Bologne au retour Peu importe. Matías Vecino a rapidement ajouté le quatrième, avant qu'Edin Dzeko ne frappe deux fois pour compléter le compteur de l'Inter. Bologne a inscrit son but tardif via Arthur Theate, mais il n'y avait guère de consolation dans ce score final de 6-1. Mihajlovic a déclaré que son équipe n'avait pas eu de chance et que les choses auraient pu se passer différemment si Bologne avait tenté sa chance en première mi-temps. Samir Handanovic a fait un superbe arrêt sur une tentative de Roberto Soriano, mais il était difficile de croire que cela aurait eu de l'importance compte tenu de la supériorité nette de l'Inter. Bologne a poussé trop haut, trop tôt. Quiconque a observé la carrière managériale de Simone Inzaghi doit savoir à quel point il est efficace pour préparer ses équipes à frapper rapidement, en attirant les adversaires et en attaquant les espaces laissés libres. C'est en partie pourquoi l'Inter l'a cherché pour succéder à Antonio Conte. Il existe des lignes claires et partagées dans leur approche, préférant à la fois une défense à trois et un football construit sur des partenzes rapides, des départs rapides de l'arrière, la terminologie était importante pour Conte, qui n'a jamais pu supporter qu'on lui dise que son équipe jouait sur la contre-attaque. L'Inter voulait une évolution, pas une révolution, après avoir remporté son premier titre en 11 ans . Il y avait d'autres raisons de choisir Inzaghi qui était prêt à accepter un tiers du salaire de Conte. Mais la continuité était une considération importante. Beaucoup doutaient que cela puisse être réalisé. En plus de Conte, l'Inter avait fait ses adieux à Romelu Lukaku ainsi qu'à Achraf Hakimi. La Juventus ayant ramené Massimiliano Allegri, peu étaient prêts à nommer l'Inter comme favori pour conserver sa couronne. Quatre matchs dans la saison, les perceptions changent déjà. Cela est en partie dû à la forme lamentable de la Juventus, son match nul contre Milan dimanche prolongeant un départ sans victoire. L'Inter, cependant, a été convaincante, ramassant 10 points pour se hisser en tête du classement. Le nombre de buts de l'Inter est plus aguicheur: 15 en quatre matchs. Depuis que Helenio Herrera était manager des Nerazzurri, en 1960, aucune équipe de Serie A n'avait marqué plus à un stade aussi précoce. Si Inzaghi a cherché à s'appuyer sur le bon travail de Conte alors ce qui a été fascinant a été d'observer des variations dans cette jeune campagne. Il est trop tôt pour des jugements définitifs, mais tactiquement, il y a eu de petits changements, l'Inter occupant des positions plus élevées sur le terrain. Dzeko interprète le rôle du n ° 9 différemment de Lukaku, jouant davantage dos au but et permettant à l'équipe de construire à travers lui au lieu de servir de destination finale aux attaques. Le changement le plus important, cependant, pourrait s'avérer dans l'utilisation du contingent. Bien qu'il ait souvent demandé que son équipe soit élargie, Conte avait tendance à s'appuyer sur un petit groupe de joueurs, avec neuf titulaires pour 29 matches ou plus la saison dernière en Serie A. Parfois, il semblait tentant de souligner l'inexpérience et le manque de préparation des joueurs qu'il avait demandé. Après avoir reçu des critiques après une défaite en phase de groupes de la Ligue des champions contre Dortmund en 2019, il a exigé de savoir : ''À qui sommes-nous censés demander plus ? Nicolò Barella qui est arrivé de Cagliari ? Stefano Sensi, venu de Sassuolo ?'' Inzaghi a adopté une ligne différente, faisant confiance à des joueurs tels que Dumfries plus tôt qu'il ne l'avait prévu. C'était sa première titularisation pour l'Inter et il a plus que justifié son inclusion, terrorisant l'arrière gauche écossais de Bologne, Aaron Hickey. Dumfries nous a rejoint cet été pour remplacer Hakimi. Il faudra plus d'un match pour faire oublier le Marocain, mais la Gazzetta dello Sport a pris grand plaisir à constater que la vitesse de pointe de Dumfries était presque égale à celle de son prédécesseur. Sur le flanc opposé, Federico Dimarco a également commencé et a fait une impression tout aussi forte, construisant les buts de Skriniar et Vecino. Diplômé de l'académie de l'Inter, qui a rejoint le club à l'âge de six ans, Dimarco a été négligé et prêté par les managers successifs, mais il s'agissait de sa deuxième titularisation, à deux postes différents, sous Inzaghi. Son premier match a eu lieu en tant que défenseur central gauche lors du nul 2-2 avec la Sampdoria, lorsqu'il a marqué un superbe coup franc. Bien que Dimarco ait semblé plus à l'aise à l'arrière Samedi, sa polyvalence est appréciée par le nouveau manager, tout comme son coup franc. Inzaghi a été explicite sur son intention de continuer à faire tourner l'équipe pour lutter contre la fatigue. À partir de Mardi, l'Inter entame une course éreintante de huit jours qui les emmène chez une une impressionnante Fiorentina, de retour à la maison pour affronter l'Atalanta, puis à Kharkiv pour affronter le Shakhtar Donetsk. Samedi, ils se remettaient d'une défaite en milieu de semaine contre le Real Madrid. Inzaghi a fait le choix délibéré de laisser au repos Hakan Calhanoglu, Ivan Perisic et Dzeko contre Bologne, mais ce dernier a été contraint à l'action tôt après que Joaquín Correa ait reçu un coup en première mi-temps. La défaite de Madrid a alimenté par les joueurs de l'Inter, Skriniar s'exprimant lors d'une interview à la mi-temps contre Bologne sur un désir commun de soulager cette colère d'un match que lui et ses coéquipiers pensaient qu'ils auraient dû gagner. Inzaghi avait été critiqué pour ses remplacements, accusé d'avoir coupé l'élan de son équipe alors qu'elle dominait. D'une manière ou d'une autre, l'Inter a créé une tempête contre Bologne. Seul le temps nous dira si Inzaghi peut exploiter et convertir leurs énergies aussi régulièrement, voire mieux, que son prédécesseur en une force toujours dévastatrice. Traduction alex_j.
  8. En effet, l’Inter propose sur son site officiel "Inter Stats", soit un condensé d’informations comme on les aime. Voici les analyses publiées après la victoire 6-1 sur Bologne : "Six buts inscrits, cinq buteurs, une longue liste de protagonistes et surtout trois points d’engrangés qui permettent à l’Inter d’atteindre les 10 points au classement après 4 journées de championnat. Face à Bologne, l’Inter s’est relancée en proposant une prestation typique aux grandes équipes, avec faim et qualité" Dans le signe de la continuité "Pour la première fois en Serie A, Lautaro a marqué lors de 4 rencontres consécutives. De son denier but, face à l’Udinese lors de la dernière journée de la saison écoulée, aux trois buts inscrits cette saison face à l’Hellas Vérone, la Sampdoria et Bologne." "Cette continuité se ressent aussi dans le nombre de buts inscrits par l’équipe : L’Inter a marqué lors de ses 23 dernières rencontres de Serie A. Pour trouver mieux, il faut remonter à 1950 avec le palier de 24 rencontres atteint." "L’Inter a inscrit toujours aussi inscrit au moins trois buts lors de ses cinq derniers matchs à domicile en Serie A. Le record remonte à 2011 avec une série de six matchs." Le Doublé de Dzeko "En rentrant à la demi-heure de jeu à la place de l’infortuné Joaquim Correa, Edin Dzeko a marqué la rencontre de son empreinte en inscrivant son premier doublé sous le maillot interiste. Il s’agit de son 17ème doublé en Serie A. Le précédent remonte au mois d’octobre 2020 face à Benevento." 15 buts en 4 matchs avec 9 buteurs différents "Avec 6 buts inscrit contre Bologne, l’Inter a déjà atteint en 4 journées de championnat le palier des 15 buts inscrits. On retrouve 9 buteurs différents Dzeko (3) Lautaro Martinez (3), Skriniar (2), Correa (2), Vidal (1), Çalhanoğlu(1), Dimarco (1), Vecino (1), Barella (1)." En avoir dans la tête "Nicolò Barella s’est montré, lors des quatre dernières rencontres de Serie A, décisif en étant impliqué à chaque fois dans un but: Il s’agit de sa meilleure série." "Face à Bologne, Milan Skriniar a inscrit son second but de la tête. Depuis son arrivée en Serie A. Six des sept derniers buts du défenseur slovaque ont d’ailleurs été tous inscrit de la tête." Appréciez-vous ce style de statistiques ? Souhaitez-vous les voir apparaître de façon régulière sur le site ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  9. AFP - L’Inter a corrigé Bologne 6 à 1 samedi au stade Guiseppe Meazza et pris provisoirement la tête de la Serie A en attendant les matchs de dimanche et lundi qui pourraient permettre à l’AS Rome, Milan et Naples de refaire leur retard d’un point. Agressifs au pressing, incisifs en contre et précis dans la construction, les Milanais n’ont laissé aucune chance à une équipe de Bologne désorganisée et quasiment incapable de se créer des occasions. Il y a eu cinq buteurs mais s’il faut retenir un trio Nerrazzuro, ce seront les trois milieux qui n’apparaissent pas au tableau d’affichage : défenseurs, attaquants, passeurs, Federico Dimarco, Denzel Dumfries et surtout Marcelo Brozovic, le chef d’orchestre, ont donné le tournis à leur adversaire. Le festival des hommes de Simone Inzaghi a débuté à la 6e minute, Dumfries a débordé côté droit pour centrer vers Lautaro Martinez qui a fusillé Skorupski à bout portant. Skriniar a par la suite devancé de la tête le même gardien polonais, en retard (30e). Brozovic, 4 minutes plus tard, a lancé Dumfries à droite, dont le centre mal repoussé par la défense a échoué sur Barella qui n’avait plus qu’à pousser au fond (3-0). Le discours du coach de Bologne Sinisa Mihajlovic à la mi-temps n’a rien changé, ses hommes ont continué à subir les voies d’eau : Dimarco a repris la marche en avant avec un ballon qui a transpercé toute la surface de réparation et ses acteurs pour finir dans les pieds de Vecino, qui a pris le temps de contrôler pour marquer de près (54e). Brozovic, encore lui, a envoyé à l’heure de jeu un ballon tendu dans la surface adverse, que Lautaro Martinez a laissé très intelligement passer pour Dzeko, buteur du pointu (62e). Le même Dzeko a profité 5 minutes plus tard d’une passe d’Alexis Sanchez contrée par De Silvestri pour longer la ligne de but et frapper en force par dessus la tête de Skorupski dans un angle impossible. La réduction du score anecdotique d’Arthur Theate pour Bologne (6-1) ne suffira pas à apaiser les maux de tête de Mihajlovic après la déroute de son équipe. Tableau Récapitulatif Résumé Vidéo Inter 6-1 Bologne Buteur(s): 6' Lautaro Martinez (I), 31' Skriniar (I), 34' Barella (I), 54' Vecino (I), 65', 68' Dzeko (I), 86' Theate (B) Inter: 1 Handanovic; 37 Skriniar, 6 De Vrij, 95 Bastoni (67' 11 Kolarov); 2 Dumfries, 23 Barella, 77 Brozovic (74' 5 Gagliardini), 8 Vecino, 32 Dimarco; 10 Lautaro Martinez (67' 7 Sanchez), 19 Correa (29' 9 Dzeko) Banc: 21 Cordaz, 97 Radu, 14 Perisic, 20 Calhanoglu, 33 D'Ambrosio, 36 Darmian, 48 Satriano T1: Simone Inzaghi Bologne: 28 Skorupski; 29 De Silvestri (77' 6 Theate), 17 Medel, 4 Bonifazi, 3 Hickey (55' 35 Dijks); 8 Dominguez (69' 20 Van Hooijdonk), 32 Svanberg (55' 55 Vignato); 11 Skov Olsen, 21 Soriano, 10 Sansone (55' 99 Barrow); 9 Arnautovic Banc: 22 Bardi, 2 Binks, 5 Soumaro, 6 Theate, 7 Orsolini, 15 Mbaye, 19 Santander, 66 Amey T1: Sinisa Mihajlovic Arbitre: Ayroldi Var: Guida Averti(s): De Silvestri (B), Hickey (B), Dijks (B) Expulsé(s) : / Affluence: 35.278 Tifosi ®AFP
  10. Milan Skriniar, Matias Vecino et Denzel Dumfries se sont livrés suite au déluge dont a été victime Bologne au Giuseppe Meazza ce samedi à Milan! Milan Skriniar, auteur du second but "Je suis heureux de mon but, mais surtout de la prestation de l’équipe. Nous avons bien évolué depuis le début de la rencontre en mettant un terme immédiat aux certitudes et aux espérances de l’adversaire. Nous venions d’enregistrer deux performances négatives et il était important de gagner : Notre attachement vis-à-vis de la rencontre était visible dès la première minute de jeu." Mes contres face au Real ? "Je ne sais pas si c’était mon meilleur match, je me sentais bien. Mais nous l’avons tout de même perdu. Aujourd’hui, c’était important de rentrer à la maison avec les trois points. Je cherche toujours à aider mes équipiers, je ne sais pas ce que veut dire être un Leader, mais je fais de mon mieux." Denzel Dumfries, auteur d’une prestation cinq étoiles "Je suis vraiment heureux, nous avons joué une grande partie. Elle était importante après la défaite face au Real Madrid. Nous avons réagi en équipe, en réalisant une prestation optimale. Je me sens bien, Inzaghi m’a demandé de rester haut et d’attaquer le plus possible. Mes équipiers m’ont aidé et m’ont très bien accueilli. Je suis vraiment heureux et orgueilleux d’être ici, je suis dans un club fantastique, avec des Tifosi exceptionnels. Je suis en train d’apprendre l’Italien et je m’améliore quotidiennement." Matias Vecino, le retour de Casper "Marquer est toujours beau et important, mais ce qui compte c’est de gagner et de réaliser une bonne prestation. Aujourd’hui, nous y sommes parvenus en nous créant tellement d’occasions de buts. Des matchs comme celui-ci te donne confiance car tu fais face à des rencontres rapprochées et difficiles. Nous revenions d’une défaite et nous nous sommes montré bons pour redresser la barre tout de suite. Le but d’ouverture nous a mis sur la voie." La Fiorentina ? "Retourner à Florence est toujours beau, c’est la ville de mon cœur, j’y ai été bien accueilli lorsque je suis arrivé d’Uruguay. Cela reste une rencontre spéciale pour moi." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  11. L'Inter n'a fait qu'une bouchée de Bologne lors de cette 4e journée. Les Nerazzurri ont remporté une nette victoire 6-1. Voici ce que Simone Inzaghi avait à dire sur DAZN. Les six buts interistes ont été marqués par Lautaro Martinez, Milan Skriniar et Nicolo Barella en première MT et Matias Vecino et Edin Dzeko (doublé) en deuxième MT. Arthur Theate consolera Bologne en fin de match. A propos de Denzel Dumfries. "Je pense que Denzel a fait un excellent match. Il se débrouille bien à l'entraînement. Il a besoin de s'installer, mais ce processus s'est déroulé plus rapidement que prévu. C'est un joueur de qualité et il fait un changement. Il apprend l'italien rapidement et nous sommes très satisfaits de lui." Sur le match en lui même après cette cruelle défaite contre le Real. "J'étais méfiant à l'approche de ce match car parfois on peut avoir la gueule de bois après une défaite comme celle de mercredi, mais les gars ont été brillants. Nous voulions bien faire devant nos fans. J'ai félicité les joueurs pour leur prestation face au Real Madrid. Il est naturel d'avoir un sentiment de regret parce que vous ne pouvez pas repartir avec ce résultat après ce genre de performance. Nous avons eu 18 tirs mais n'avons pas marqué, alors que nous avons débloqué le match avec notre premier mouvement aujourd'hui et que le match s'est déroulé dans notre sens. C'est une large victoire mais nos adversaires étaient en forme. Ils avaient remporté des matchs consécutifs, donc l'Inter mérite des éloges." Sur les options au milieu de terrain et de la recherche d'une alternative à Marcelo Brozovic. "J'ai réussi à donner un peu de repos à Brozo lors des deux premiers matchs mais il est irremplaçable pour nous. Ce n'est pas par hasard qu'il a toujours été un starter et un pivot pour tous les entraîneurs qui l'ont eu ici. Nous avons également Barella dans cette position, et Vecino y a joué pour l'Uruguay. Gagliardini est aussi un joueur très utile. Il a eu une terrible blessure mais il se remet et je l'ai rapidement ramené dans le giron pour lui permettre de se remettre en pleine forme." Concernant Alexis Sanchez. "Alexis est un joueur merveilleux et ce n'est certainement pas une nouvelle pour moi. Malheureusement, il a eu un problème à son retour de la trêve internationale. Il travaille extrêmement dur et cette demi-heure lui fera du bien car c'est la première semaine complète au cours de laquelle il parvient à s'entraîner avec l'équipe." "Nous attendons maintenant des nouvelles de Correa qui s'est rendu à l'hôpital pour des contrôles après avoir souffert d'ecchymoses aujourd'hui. Nous aurons besoin de tout le monde cette saison. Nous jouons tous les deux jours et demi. J'ai mis au repos Perisic et Calhanoglu parce qu'ils en avaient besoin. J'aurais reposé Dzeko mais Correa s'est blessé et Sanchez n'a pas encore 70 minutes en lui. Edin est venu et a brillamment fait. Il a vraiment aidé l'équipe." A propos de Lautaro Martinez qui a joué un rôle clé dans la victoire. "Je ne le connaissais qu'en tant qu'adversaire et je savais déjà qu'il était un joueur de haut niveau. Je l'ai vu de plus en plus et je comprends pourquoi il a consolidé sa place en tant que titulaire pour l'Inter et l'Argentine. C'est dommage qu'il n'ait pas marqué un doublé en touchant la barre mais je dois aussi essayer de le protéger car il a tellement joué pour son équipe nationale et nous avons tellement de matchs importants à venir les uns après les autres." Traductions alex_j via le site officiel de l'Inter.
  12. Simone Inzaghi vient de connaître la première défaite de sa saison depuis son arrivée à l’Inter. Toutefois l’équipe Championne d’Italie a quitté le terrain avec les honneurs, en étant l’auteur d’une très belle prestation, surtout en première période avec une pluie d’occasion. Si le Real a la chance de rentrer en Espagne avec les trois points, il doit en très grande partie remercier son portier, Thibault Courtois qui a été l’auteur d’une rencontre exceptionnelle. Notre Beneamata s’est livrée sans compter et, cela est tout à fait normal, surtout en début de saison, nombre de nos joueurs ont accusé le coup en seconde période. A tel point que les Nerazzurri ont finalement craqué dans les toutes dernières secondes de jeu, à la 89’ à la suite d’une reprise de Rodrygo, véritable bourreau des Nerazzurri : Lors des trois dernières confrontations, le brésilien aura inscrit 3 buts. Simone Inzaghi s’est également montré cohérent lors des remplacements: Hélas, plusieurs joueurs ne sont pas parvenu à s’installer dans le match, surtout Arturo Vidal et Matias Vecino. A l’inverse, le grand bonhomme du côté Nerazzurro est Milan Skriniar, qui a été tout simplement monstrueux. Si l’Inter a payé le prix fort, nos Nerazzurri ont mouillé le maillot tel que demandé par Simone Inzaghi en avant-match, comme Nicolò Barella qui est sorti du terrain marqué. Contrairement aux éditions précédentes, cette première prestation reste convaincante et de bon augure pour l’avenir. La seconde journée aura lieu le 28 septembre avec le déplacement au Shakhtar Donetsk qui s’est fait surprendre par le Sherrif 2-0 Confirmation du Maestro : "Personne n'aurait eu à se plaindre si ce match aurait terminé sur un partage: C’est la partie la plus difficile du groupe, nous l’avons disputé en souffrant : L’Inter a imposé un rythme élevé et elle l’a payée, la partie était équilibrée et l’Inter a commencé à moins bien jouer. Je pense que l’Inter et nous sommes les deux équipes favorites. Nous avons pris l’avantage grâce à cette victoire. Personne ne s’attendait à une victoire du Sheriff Tiraspol face au Shakhtar, ce qui prouve qu’il faut toujours rester attentif." "Nous avons souffert pour ressortir balle au pied, nous avons perdu trop de ballons. La position haute de Brozovic nous a mis en difficulté : Face à une équipe qui a beaucoup de qualité, ce qui est positif, il faut savoir souffrir. Et plus que les qualités, on peut aussi faire très bien en souffrant et en se sacrifiant. Courtois nous a sauvé en première période, mais nous avons tous bien travaillé, surtout défensivement face à un duo très fort comme l’est celui formé par Dzeko-Lautaro". - Carlo Ancelotti Tableau Récapitulatif Résumé Vidéo Inter 0-1 Real Madrid Buteur(s): 89' Rodrygo Inter: 1 Handanovic; 37 Skriniar, 6 De Vrij, 95 Bastoni; 36 Darmian (55' 2 Dumfries), 23 Barella (84' 8 Vecino), 77 Brozovic, 20 Calhanoglu (65' 22 Vidal), 14 Perisic (55' 32 Dimarco); 9 Dzeko, 10 Lautaro Martinez (65' 19 Correa) Banc: 21 Cordaz, 97 Radu, 5 Gagliardini, 7 Sanchez, 11 Kolarov, 13 Ranocchia, 33 D'Ambrosio T1: Simone Inzaghi Real Madrid: 1 Courtois; 2 Carvajal, 3 Militao, 6 Nacho, 4 Alaba; 15 Valverde, 14 Casemiro, 10 Modric (80' 25 Camavinga); 17 Vazquez (66' 21 Rodrygo), 9 Benzema, 20 Vinicius Jr (91' 11 Asensio) Banc: 13 Lunin, 40 Fuidias, 5 Vallejo, 7 Hazard, 16 Jovic, 22 Isco, 24 Mariano, 27 Blanco, 35 Gutierrez T1: Carlo Ancelotti Arbitre: Daniel Siebert (Allemagne) Averti(s): Lautaro Martinez (I), Alaba (R) Expulsé(s) : / Affluence : 37.082 tifosi ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  13. En effet, le Corriere Della Sera est revenu sur le fiasco entourant l’affiche tant attendue entre le Brésil et l’Argentine, qui a été interrompue, suite à des violations des règles anti-covid. En tout premier lieu, voici les informations retrancrites par l’AFP dans Libération "A peine cinq minutes après le coup d’envoi de Brésil-Argentine à São Paulo, des représentants de l’agence sanitaire brésilienne Anvisa et de la police fédérale sont entrés sur le terrain… et ont mis fin à la rencontre. La raison de leur courroux : la présence sur le terrain de trois des quatre joueurs argentins évoluant en Angleterre, durement touchée par le Covid, et accusés de violer les protocoles anti-Covid. La Fifa a confirmé dans un communiqué que cette rencontre des qualifications pour le Mondial 2022 avait été "suspendue sur décision de l’arbitre", sans préciser si elle sera reportée ou non à une date ultérieure." "Les Argentins ont pourtant tenté de parlementer, mais ils ont fini par regagner le vestiaire, où ils sont restés pendant plus de trois heures, avant de finalement quitter le stade, une heure après la délégation brésilienne. Les joueurs de l’Albiceleste sont ensuite rentrés à Buenos Aires peu après minuit. "Ça fait trois jours qu’on est ici, pourquoi [les agents de l’Anvisa] ne sont-ils pas venus avant ?" avait auparavant demandé sur le terrain Lionel Messi, aux côtés de Neymar et des sélectionneurs des deux équipes, dans une vidéo de la chaîne argentine TyC." "Fausses informations" des joueurs argentins Selon l’agence sanitaire, Giovanni Lo Celso (Tottenham), Emiliano Martinez (Aston Villa), Emiliano Buendia (Aston Villa) et Cristian Romero (Tottenham) auraient omis de signaler qu’ils avaient séjourné au Royaume-Uni lors des quatorze derniers jours précédant leur arrivée. "A aucun moment nous n’avons été informés que (les quatre joueurs) ne pourraient pas jouer le match. Nous voulions jouer, et les Brésiliens aussi", a assuré le sélectionneur argentin Lionel Scaloni. Quelques heures avant le coup d’envoi, l’Anvisa avait pourtant annoncé dans un communiqué avoir recommandé aux autorités locales de l’Etat de São Paulo que les quatre footballeurs soient «placés immédiatement en quarantaine» pour avoir fourni de "fausses informations" dans le formulaire d’entrée au Brésil. Le président de la fédération argentine de football a pour sa part nié tout «mensonge» de la part des joueurs. Le communiqué de l’Anvisa faisait état d’un "risque sanitaire grave», interdisant aux joueurs de «prendre part à toute activité et de demeurer sur le territoire brésilien". Malgré cette décision, trois des quatre joueurs en question (Lo Celso, Martinez et Romero) avaient été alignés dans le onze de l’Albiceleste et avaient commencé le match. Episode lamentable Une ordonnance ministérielle datant du 23 juin interdit l’entrée sur le territoire brésilien à toute personne étrangère venue du Royaume-Uni, d’Inde ou d’Afrique du Sud, pour éviter la propagation de variants du Covid-19. Le Brésil est le deuxième pays au monde le plus endeuillé par le Covid-19, avec plus de 580 000 morts." Place au Corriere Della Sera : "L’Inter a des joueurs sud-américains dans son noyau, et les dernières rencontres internationales se tiendront à quelques heures de la reprise du championnat qui aura lieu ce week-end. En effet, le charter décollera de Buenos Aires après Argentine-Bolivie dans le courant de la nuit italienne allant de jeudi à vendredi, à son bord, on retrouvera 17 joueurs italiens. A 17h, la première escale aura lieu à Madrid, les italiens sont attendu à 20h. "Quelques heures plus tard, ils devraient tous être sur le terrain pour les matchs de championnat, pour autant que leurs entraîneurs décident de les lancer (croisons les doigts). C'est la dernière folie du football à l'heure du Covid : Pour récupérer quelques journées de qualifications pour la Coupe du Monde, la FIFA a placé trois matchs pour chaque équipe nationale dans cette fenêtre internationale et aussi dans la suivante, début octobre." "L'Inter attend quatre Sud-Américains : en plus de Lautaro et Correa, il y a Vidal et Vecino. Les Nerazzurri concernés, pour faire face à la Samp, auront une nuit supplémentaire pour récupérer du décalage horaire." Explications d'un "Marouane Fellaini" Réaction de la FIFA à Reuters La FIFA a déclaré avoir reçu des rapports d'officiels de match: "Les informations seront analysées par les organes disciplinaires compétents et une décision sera prise en temps voulu", a déclaré l'instance dirigeante du football mondial dans un communiqué." La Fédération argentine de football a déclaré que la FIFA avait donné aux deux associations nationales six jours pour exposer leur position. Situation difficile Gianni Infantino, dans une allocution vidéo à l'assemblée générale de l'Association européenne des clubs, a déclaré que la situation rappelait les difficultés rencontrées pendant la pandémie. "Nous avons vu ce qui s'est passé avec le match entre le Brésil et l'Argentine, deux des équipes les plus glorieuses d'Amérique du Sud", a déclaré Infantino. "Certains officiels, la police, les responsables de la sécurité sont entrés sur le terrain après quelques minutes de jeu pour emmener certains joueurs - c'est fou mais nous devons faire face à ces défis, ces problèmes qui viennent s'ajouter à la crise du COVID." Alejandro Martinez, frère d'Emiliano, a déclaré que les joueurs devaient s'envoler d'Argentine vers la Croatie, qui est un pays de la liste verte du Royaume-Uni, plus tard dans la journée de lundi afin d'éviter la quarantaine obligatoire de 10 jours dans un hôtel lors du retour au Royaume-Uni d'un pays de la liste rouge: "Ils se rendront en Croatie pour y faire leur quarantaine, puis iront en Angleterre", a déclaré Alejandro à la station de radio La Oral Deportiva. "C'était la condition fixée par Aston Villa". La Fédération argentine de football (AFA) a déclaré que Martinez et Buendia avaient été libérés de l'équipe nationale, ce qui signifie qu'ils ne prendront pas part au match de qualification de jeudi à domicile contre la Bolivie. L'AFA a ensuite libéré les deux joueurs des Spurs, Lo Celso et Romero, en déclarant qu'"ils ne sont pas concernés par le match contre la Bolivie et peuvent retourner dans leur club". Le site Internet Football.london a déclaré que les deux joueurs des Spurs pourraient recevoir des amendes à leur retour en Angleterre, car ils ont fait le voyage sans l'autorisation de leur club. Villa et Tottenham se sont refusés à tout commentaire. Réactions de Gianni Infantino à Italpress : "Nous avons besoin de la compréhension des clubs : nous savons que nous ne pouvons pas rendre tout le monde heureux - Il est important de protéger à la fois les clubs et les équipes nationales, le football est un tout et nous devons essayer de trouver le bon équilibre. Nous devons faire quelque chose pour protéger la santé des joueurs et pour cela repenser le calendrier international. Nous avons besoin de la bonne volonté de tous, pour nous il n'y a pas de sujets tabous et la porte de la FIFA est toujours ouverte à toute proposition. Pour un football plus fort, nous avons besoin de l'aide de tous. En mars dernier, nous avons reporté les matches de qualification pour la Coupe du monde en Amérique du Sud à un moment crucial de la saison, afin de permettre aux joueurs de se reposer et de rester dans leur club." "Mais ces qualifications doivent être jouées et j'ai demandé à tout le monde, clubs, fédérations et gouvernements, de faire preuve de solidarité, de ne pas faire de discrimination, il s'agit aussi de soulager les pays qui souffrent et ne voient leurs meilleurs joueurs en action que lorsqu'ils sont en équipe nationale. Nous devons protéger la Coupe du monde, les qualifications et trouver le bon compromis, également en vue des fenêtres d'octobre et de novembre, pour surmonter cette situation particulière - a ajouté Infantino - Nous avons besoin de la compréhension des clubs : nous savons que nous ne pouvons pas rendre tout le monde heureux mais nous devons essayer de nous comprendre". Pensez-vous que Simone Inzaghi alignera son armada sud-américaine, après ce fiasco, ce dimanche à 12h30 ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  14. S'adressant à InterTV après le match, l'Massimo Paganin a d'abord discuté du match, pour ensuite évoqué Joaquim Correa et a enfin parlé du pénalty non sifflé. Avis général. "L'entraîneur et les gars ont bien performé. Le Hellas a joué un bon match en un contre un sur tout le terrain et a évité de jouer. Le pourcentage de passes jouées était très faible, Vérone n'a jamais construit de l'arrière. La seule erreur qui a été commise a mené au but. Ensuite, le Hellas n'a jamais été dangereux." "C'était un pénality à mon avis, je n'ai pas compris pourquoi Manganiello n'est pas allé au VAR." L'impact de Correa dans le match. "Correa a réussi à se faufiler dans les espaces de Vérone qui avait étiré la distance entre les lignes. Beaucoup de tirs de l'Inter sont venus en seconde période. L'équipe a bien réussi à sortir de l'impasse au début de la seconde mi-temps. Correa est arrivé avec le rythme dont nous avions besoin. Vidal est bien venu. L'équipe a su compenser le manque de qualité et a su sortir avec les changements. C'est important de gagner des matchs comme ce soir, surtout quand on vient de remporter le titre." L'importance de gagner des matchs comme celui d'hier. "Leur capacité de concentration est essentielle. C'est les fameux trois points qu'il faut à tout prix ramener à la maison. La différence doit être faite par ceux qui entrent en jeu et peuvent déterminer le résultat. De l'extérieur, vous voyez ce que vous pouvez faire. A partir de là, les choses ont changé. Tous ceux qui sont entrés ont changé la physionomie du jeu. Ceux qui sont restés savent ce qu'ils doivent faire et comment ils doivent le faire." Sur Matteo Darmian, Arturo Vidal et Matias Vecino. "Darmian a fait un excellent match en termes de concentration, ainsi qu'une passe décisive. Vidal a gagné dans toutes les équipes dans lesquelles il a été. Il sait qu'il a un rôle important dans les équipes. Maintenant, il veut montrer qu'il est un joueur différent, cela fait partie du tempérament d'un joueur. Il n'est pas pour tout le monde. Vous devez attendre Vidal. Aujourd'hui, il a changé la direction que prenait le jeu, Vecino a également très bien fait." Pas pénalty sur Lautaro Martinez? "Je pensais que c'était un penalty clair, même quand je l'ai vu à la télévision. L'adversaire n'a pas du tout touché le ballon. Il a même risqué de faire une entorse à Lautaro. Lautaro était sur le point de tirer. Il y a la VAR, Manganiello aurait dû aller voir l'action. S'il s'était terminé 1-1, nous serions en train de discuter du penalty. Au cours de la saison dernière, j'ai vu des penalties sifflés qui sont moins clairs que celui-ci. Cela m'a semblé vraiment étrange qu'il ne soit pas allé le regarder sur VAR." Concernant le penalty non sifflé, le journaliste italien Maurizio Pistocchi pense clairement qu'il aurait dû être accordé. Voici ce qu'il a tweeté: "Je me demande toujours ce que signifie la phrase 'Pour le protocole, la VAR ne peut pas intervenir car l'action est contrôlée par Manganiello'. Mal contrôlée, étant donné que la faute de Hongla sur Lautaro (58′) est claire, et que la VAR devrait servir à éviter une erreur évidente." Question légitime ... mais ne sombrons pas dans le complotisme
  15. C’est une bonne Inter qui s’est imposée au Tardini de Parme, réalisant de la sorte un très beau travail de vacances, malgré les turbulences liées au départ semi-officiel de Romelu Lukaku: Les Nerazzurri ont fait preuve d’une certaine solidité défensive face à l’équipe parmesane, tout en présentant un onze de base qui devrait se rapprocher du futur onze titulaire pour la saison à venir. La première période est dominée totalement par l’Inter qui attaque souvent via l’aile gauche d’un Ivan Perisic inspiré mais qui faisait preuve d’un peu d’imprécision, on peut également noter la performance de Lautaro Martinez qui a tenté à plusieurs reprises d’ouvrir le score, en vain. Les Nerazzurri feront céder le mur parmesan à la reprise, après plusieurs vagues offensives, Marcelo Brozovic débloque son compteur but suite à une excellente initiative de Lautaro Martinez (59'). Les remplacement proposés par Simone Inzaghi donne un nouveau souffle aux Nerazzurri qui continue à pousser sur l’aile gauche via Federico Dimarco. C’est d’ailleurs de part l’un de ces centres que Matias Vecino reprend le ballon de la tête pour doubler la mise (69'). Le score ne bougera plus, la défense parmesane retrouvant une certaine imperméabilité. Le nombre de changements grandissant, seul Samir Handanovic sera resté titulairisé durant l’intégralité de la rencontre Réaction d’après-match Matias Vecino C’est encore une victoire pour cette Inter qui n’abandonne même pas ce type de rencontre..... "C’est important d’engranger des minutes dans les jambes pour débuter au mieux le championnat. D’une façon générale, nous avons fait un bon match. Objectivement, la condition physique va s’améliorer pour arriver à 100% : Nous sommes sur le bon chemin." On voyait que vous vouliez marquer un but..... "Je cherche toujours à arriver dans la surface, à suivre l’action, à m’insérer. Je suis content d’avoir marqué." Dans quelques jours, il y aura le dernier match amical. A quel point avez-vous l’envie de retrouver le terrain ? "C’est beau de monter sur le terrain avec le Scudetto sur le torse, nous avons une grande responsabilité et nous sommes très motivés, nous continuons à nous préparer pour faire bien." Aujourd’hui, il y avait plus tifosi que lors de votre dernière rencontre au Meazza..... "C’était si beau de ressentir l’amour des tifosi, c’était moche de jouer à huis clos. Les tifosi te donne une motivation supplémentaire." Quels sont vos objectifs pour cette saison ? "L’objectif est de trouver de la continuité, de faire ce que je ne suis pas parvenu à faire l’année dernière : Je suis physiquement et mentalement motivé." Alessandro Bastoni "Nous sommes arrivés depuis peu, l’entraîneur est nouveau et nous devons comprendre son système de jeu. Nous sommes prêts à lui faire confiance pour faire aussi bien cette saison. Nous avons un tricolore à défendre et nous ferons tout pour le défendre sur le terrain." "J’ai de bonnes sensations, spécialement lorsque tu remportes un Euro, lorsque tu reviens, tu as encore envie de gagner. Je suis content d’avoir retrouvé mes équipiers, j’espère faire une grande année." Vous allez devenir papa…. "J’ai trouvé une stabilité dans ma vie privée et cela me permet de penser uniquement au terrain." Martin Satriano Vous êtes le meilleur buteur de l’Inter durant cette phase de pré-saison, on imagine que tu en es fier ? "Je suis content de continuer à avoir du temps de jeu sur le terrain avec ce maillot, je trouve que je travaille bien et j’en suis vraiment très fier." Comment as-tu ressenti le fait de jouer en duo avec Lautaro aujourd’hui ? "C’est si beau de jouer avec un joueur de ce niveau, nous nous sommes bien trouvé. Je joue avec des joueurs de très haut niveau, mon objectif est de continuer à m’améliorer le plus possible et de continuer comme ça." Tableau Récapitulatif Résumé Vidéo Parma 0-2 Inter Buteur(s): 59' Brozovic (I), 69' Vecino (I) Parme: (4-3-3): 1 Colombi; 2 Sohm, 3 Balogh, 4 Osorio, 5 Gagliolo; 10 Brunetta, 6 Juric, 8 Camara (17 Vazquez 62'); 7 Man (16 Busi 82'), 9 Benedyczak, 11 D. Iacoponi (15 Schiattarella 70') Banc : 12 Turk, 13 S. Iacoponi, 14 Dierckx T1 : Enzo Maresca Inter (3-5-2) : 1 Handanovic; 37 Skriniar (42 Moretti 90'), 6 de Vrij (13 Ranocchia 73'), 95 Bastoni (11 Kolarov 64') ; 36 Darmian (46 Zanotti 82'), 23 Barella (8 Vecino 64'), 77 Brozovic (18 Agoumé 80'), 12 Sensi (22 Vidal 64'), 14 Perisic (32 Dimarco 64'); 48 Satriano (99 Pinamonti 73'), 10 Lautaro (16 Salcedo 80') Banc : 21 Cordaz, 97 Radu T1 : Simone Inzaghi Arbitre : Aureliano Averti(s): Schiattarella (P), Vidal (I) Expulsé(s): / ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  16. C’est une révélation de la Gazzetta Dello Sport: Alors que l’Inter avait accordé un week-end de liberté aux joueurs, pour qu'ils puissent se ressourcer en Famille, cinq d'entre-eux ont décidé de continuer à travailler à la Pinetina afin d’améliorer leur condition physique et d’accélérer leur retour avec le groupe de l’équipe première : Il s’agit de Romelu Lukaku, Ivan Perisic, Matias Vecino, Arturo Vidal et Alexis Sanchez, des joueurs qui ont participé respectivement à l’Euro 2020 et à la Copa America 2021. Simone Inzaghi a déjà testé Romelu Lukaku et Arturo Vidal lors de la seconde période de la rencontre face à Crotone. Ce dimanche, Simone Inzaghi souhaite augmenter le temps de jeu du Diable Rouge. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  17. C’est une information en provenance de Marco Barzaghi, journaliste à Sport Mediaset, qui s’est livré sur l’actualité entourant l’uruguayen, sur son compte Twitch: Vecino-Napoli? "Je vais éclaircir la situation : Dans le passé, le joueur avait demandé à changer d’air suite aux problèmes qu’il avait rencontré avec Conte. Il y a eu, immédiatement, une absence de feeling, et on a commencé à parler du départ de Vecino." "A présent, il faudra comprendre ce qu’il va changer avec Inzaghi qui compte énormément sur lui et qui veut lui donner plus d’espace : Il le voulait déjà à la Lazio et il pourrait en faire une sorte de Milinkovic-Savic Nerazzurro." "Il faudra voir comment évolueront les choses, ensuite, c’est évident que si une offre de 20 millions d’euros est présentée, que l’Inter devrait s’y attarder." Y croyez-vous ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  18. Il était attendu et il n’a pas déçu : Parmi les protagonistes de cet important succès de l’Inter face à Crotone, lors de cette troisième sortie amicale des Nerazzurri, on retrouve Hakan Çalhanoğlu. Le numéro 20 sur le dos, l’ancien du Milan a été aligné par Inzaghi dans le rôle de Mezzala gauche au milieu du terrain. Un poste tactique qui semble bien correspondre aux caractéristiques du turc, étant donné qu’il a été l’auteur de deux passes décisives : Son corner a atterri sur la tête de Satriano, tandis que sa balle en profondeur a été très bien exploitée par Federico Dimarco. Hakan inscrira également le troisième but au marquoir, une prestation de très haut niveau, le tout en l’espace de 45 minutes de jeu! Simone Inzaghi décide de faire tourner à la reprise en faisant monter Romelu Lukaku, Stefano Sensi et Andrea Ranocchia en lieu et place de Satriano, Nainggolan et Kolarov. Le marquoir s’alourdira via Pinamonti qui avait touché du bois en première mi-temps. Stefano Sensi, qui se doit d’oublier son épouse de temps en temps, est également parvenu à aggraver le score. Çalhanoğlu se verra préserver par Inzaghi, lui qui sera remplacé à l’heure de jeu par Arturo Vidal. Le dernier but Nerazzurro portera la signature de Marcelo Brozovic, idéalement servi par Romelu Lukaku. Pour son premier match de reprise, si Romelu n’a pas débloquer son compteur but, celui-ci a confirmé qu’il restait un homme d’équipe L’Interview de Simone L’entraîneur de l’Inter s’est livré à Sky Sport au terme de la victoire 6-0 des Nerazzurri face à Crotone : “Je suis très satisfait, car nous avons disputé une excellente partie et nous avons réalisé un stage de plus de trois semaine de la meilleure des façons. Je suis dérangé par les pépins qu’ont connu D'Ambrosio et Gagliardini. Je suis très satisfait par ce qu’ont réalisé les garçons en 23 jours, et avec une excellente manière." L’idée de jeu ? Je pense qu’il nous manque encore des personnalités : Vecino et Perisic sont rentrés aujourd’hui et ont commencé à travailler. Lundi, Barella, Bastoni et Lautaro seront de retour, nous allons tous commencer à travailler tous ensemble et ce sera quelque chose de beau!" Çalhanoğlu Mezzala? "Nous l’avons recruté pour cette raison: Il a très bien travaillé avec ses équipiers et aujourd’hui il a vraiment été très bon, comme toute l’équipe : Nous venons d’affronter une équipe qui vient d’être reléguée de la Serie A et qui était très agressive." Satriano ? "C’est un garçon intéressant qui se donne chaque jour, il y a de l’entrainement derrière tout ça. Aujourd’hui, il était fatigué en fin de première mi-temps et je l’ai remplacé. Tout le mérite de son temps de jeu revient par ce qu'il propose à l'origine à l'entrainement. Tableau Récapitulatif Résumé vidéo Inter 6-0 Crotone Buteur(s): 10' Satriano, 22' Dimarco, 27' Çalhanoğlu, 56' Pinamonti, 58' Sensi, 65' Brozovic INTER (3-5-2) : Handanovic (Cordaz 72') ; Skriniar (Sottini 78'), De Vrij (Moretti 72'), Kolarov (Ranocchia 46') ; Darmian (Carboni 75'), Nainggolan (Sensi 46'), 77 Brozovic (Agoumé 72'), Calhanoglu (Vidal 59'), Dimarco (Zanotti 75') ; Satriano (Lukaku 46'), Pinamonti (Salcedo 72') Banc: Radu, Nunziatini T1: Simone Inzaghi. CROTONE (3-4-2-1) : Festa (Saro 46') ; Nedelcearu, Marrone, Mondonico ; Rispoli (Bruzzaniti 46'), Zanellato ( Juwara 57'), Vulic, Molina; Borello (Giannotti 46'), Rojas (Mulattieri 57'); Kargbo. Banc: D’Aprile, Tutyskinas, Zak, Ranieri, Yakubiv, Petriccione, Nanni, Mulattieri T1: Francesco Modesto ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  19. Le milieu de terrain uruguayen a rejoint ses coéquipiers à Appiano Gentile et s'est livré à Inter TV. Matias Vecino est de retour en Italie et de retour au Suning Training Center après avoir pris un repos bien mérité après sa Copa America avec l'Uruguay au début de l'été. Le milieu de terrain a été en proie à des problèmes liés à des blessures la saison dernière mais il attend maintenant avec impatience le début de la campagne 2021-2022. "Je suis heureux d'être de retour ici et de voir mes coéquipiers, avec qui je n'ai pas passé de temps depuis longtemps. Il y a un réel enthousiasme et motivation avant la nouvelle saison." "J'ai parlé à Inzaghi quand j'étais en Uruguay. J'ai ressenti son enthousiasme et maintenant nous avons la chance de mieux nous connaître. J'ai été absent pendant longtemps la saison dernière à cause d'une blessure mais maintenant je suis impatient d'essayer de nous aider à répéter la merveilleuse saison que nous avons connue l'an dernier. L'objectif est de retrouver une certaine régularité en termes de condition physique et en termes de temps de jeu. J'ai vraiment hâte que la saison commence." "Lorsque vous revenez après une longue absence pour blessure, vous essayez de trouver cette cohérence tout de suite, donc mon temps avec l'équipe nationale m'a vraiment aidé à trouver mon rythme. Évidemment, c'était décevant d'être éliminé aux tirs au but, mais j'étais ravi pour Lautaro Martinez qui a joué un rôle clé dans la victoire de l'Argentine."
  20. En effet, selon Calciomercato.com, la situation actuelle est telle, que l’ancien joueur de Florence, serait un joueur dont il n’est pas possible de se passer..... "L’Uruguayen a été accosté par le Napoli, qui pour l’heure n’a pas encore contacté l’Inter, car pour en extirper le joueur, il faudra présenter une offre convaincante. En effet, le club milanais n’a aucune intention de se priver du joueur né en 1991, lui qui est considéré comme un pion important au sein du dispositif tactique de Simone Inzaghi, surtout qu’il est le seul à proposer un profil unique au sein du noyau." Si Vecino est destiné à rester, un autre milieu de terrain s'est vu présenté la porte de sortie : Arturo Vidal qui propose un salaire bien trop élevé pour les caisses du club : 6,5 millions d’euros "Vecino est intouchable sur le terrain, mais aussi pour ce que propose le mercato actuel : L’Inter cherche à trouver une solution pour Arturo Vidal qui, comme Joao Mario, pourrait quitter le club sur base d’un accord à l’amiable. Le Chilien est d’ailleurs celui qui est classé numéro Un pour quitter l’Inter." " De plus, Marotta et Ausilio savent que céder Vecino reviendrait à devoir intervenir sur un Mercato où il ne leur est pas possible de faire de dépensse : Soit trois problèmes qui se résolvent par une seule solution: Non si tocca a Vecino" ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  21. La Gazzetta Dello Sport s’est penché sur le milieu de terrain Nerazzurro. A l’aube d’une nouvelle saison qui verra l’Inter défendre son Scudetto, ce secteur est celui qui présente le plus d’éléments : Qui doit être titularisé, qui peut se retrouver sur le banc, qui doit plier bagages ? Les titulaires Les titulaires, sur papier du moins, seront Barella, Brozovic et Calhanoglu. Les deux premiers devront se livrer au combat et garantir l’équilibre à la manœuvre, tandis que le turc sera appelé à se mettre en lumière. Dans les plans d’Inzaghi, la hiérarchie au milieu est plutôt bien définie avec comme seul "doute" le relayeur qui devra être Calha ou Sensi, pour autant que l’ancien de Sassuolo démontre une fiabilité physique après deux saisons loupées en Nerazzurro Les joueurs en balance Plus que définie, la situation reste compliquée pour Gagliardini, Vecino, Agoumé et Perisic, qui sont tous appelés à convaincre le nouvel entraîneur de faire partie du projet technique. Et en ce sens, leurs permanences sont loin d’être actées, même si aujourd’hui aucune offre n’est parvenue. Il n’est également pas exclu que certains fassent l’objet d’une résolution de leur contrat. Dans un tel cas, la situation se compliquerait en regard aux dossiers les plus épineux et les plus urgents : Les joueurs à remercier. Les joueurs à remercier L’Inter se concentre actuellement sur leurs départs depuis plusieurs jours, mais les difficultés ne manquent pas: Les exubérants se nomment Vidal, Lazaro et Nainggolan. Les concernant et avec la complicité des comptes, la séparation représente un scénario inévitable, avec qui plus est le consentement total de la part d’Inzaghi. Toutefois, en cas de séparation à l'amiable, une prime "de départ" devra encore être définie Pour l’instant, Vidal ne fait pas l’objet d’offres concrètes alors que Lazaro et Nainggolan sont respectivement convoités par le Benfica et Cagliari. Les ailes L’Inter est à la recherche de l’héritier d’Achraf Hakimi sur son flanc droit, avec Nahitan Nandez qui reste toujours en pole position. Dans le même temps, le club monitore le mercato pour le flanc gauche Les courses latérales restent le point le plus épineux: Car le nombre de joueurs disponibles actuellement pour Inzaghi semble actuellemen faible : Actuellement, le natif de Piacenza peut compter sur le duo Dimarco-Kolarov à gauche, avec la possibilité d’aligner Perisic selon les circonstance. De l’autre côté, l’on retrouve à droite le binôme Darmian-D’Ambrosio, mais le Club se cherchent des profils de meilleures qualités. Il s’agit d’ailleurs de la priorité du Mercato Nerazzurro : Après avoir un digne successeur à Hakimi, le club devra faire l’effort nécessaire pour aussi renforcer l’aile opposée et l’éventuelle arrivée de Nandez, le nom le plus cité de ces dix derniers jours permettrait à Inzaghi de combler ce vide sur l’aile droite, tout en ayant une alternative valide également pour le milieu du terrain Christian Eriksen La situation est tout autre et est totalement différente pour Christian Eriksen victime d’un sérieux malaise lors de l’Euro. Si l’Inter est prête à l’accueillir à bras ouvert, la priorité absolue reste sa santé, son futur sportif passant en second plan: "La situation particulière relative à Christian Eriksen semble être la plus compliquée : Lorsqu’il reviendra en Italie, le danois se soumettra à de nouveaux tests et ce n’est qu’à ce moment-là que sera évaluée son avenir sportif. Toutefois, comme l’a rappelé un membre du Comité Technique Scientifique de la FIGC, il sera refusé à Christian Eriksen d’évoluer en Italie, en conservant le défibrillateur." Pensez-vous que l’Inter parviendra à proposer un milieu de terrain digne de ce nom pour la saison 2021/2022 ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  22. L'Inter vise à amener le moins de joueurs possible à la Florida Cup en raison des craintes suscitées par le variant Delta du COVID-19. C'est ce que affirme le diffuseur italien SportMediaset. Il rapporte que le club n'est pas en mesure de se retirer de l'évènement malgré les risques encourus à cause du variant Delta. Cependant, l'Inter envisage des options pour exposer le moins de joueurs possible à une infection potentielle. L'équipe doit partir pour les États-Unis Jeudi, son match d'ouverture du tournoi de pré-saison contre Arsenal devant avoir lieu Dimanche. À l'heure actuelle, il est prévu que Alexis Sanchez, Arturo Vidal et Matias Vecino rejoignent Romelu Lukaku et le reste de l'équipe en Floride alors que les trois Sud-Américains ont maintenant terminé leurs vacances post-Copa America. Les derniers joueurs à rejoindre l'équipe sont Nicolo Barella, Alessandro Bastoni et Lautaro, chacun ayant participé respectivement aux phases finales de l'Euro et de la Copa America. Cependant, des plans sont pour le moment en suspens alors que le club envisage sérieusement des moyens de réduire son risque d'exposition au variant Delta du COVID-19 alors que les infections augmentent aux États-Unis. Dans un précédent communiqué, l'Inter envisageait de se retirer de la compétition à cause du variant Delta malgré l'intérêt de se connecter aux fans nord-américains. Les Nerazzurri ne connaîtront que trop bien les graves problèmes associés au COVID pour un club de football venant de la région de Lombardie durement touchée. Même la semaine dernière, l'ailier autrichien Valentino Lazaro a été testé positif au virus, soulignant le risque continu. Peut-être que limiter le nombre de joueurs est un entre-deux le moins mauvais.
  23. Est-ce pour se venger d’une nuit de mai….D’un coup de tête qui avait réduit à néant son espoir d’atteindre la Ligue des Champions ? Est-ce qu’il compte le faire souffrir à l’entrainement ? Quoiqu’il en soit, la révélation de la Repubblica est des plus surprenantes : "Simone Inzaghi a gelé, pour l’instant, le départ du milieu de terrain Vecino : Il l’estime, son salaire est important, mais le club Nerazzurro, qui est en manque d’offre convaincante, pourrait satisfaire son entraîneur qui mise sur la permanence de l’uruguayen dans le noyau. Si pour l’heure il n’y a aucune certitude d'un départ de l’ancien de la Fiorentina, celui-ci reste toujours un Nerazzurro." Validez-vous ce choix "tactique" ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  24. En voiture Simone ! Comme l’a annoncé directement l’Inter sur son site officiel, la nouvelle saison Nerazzurra débutera officiellement par la conférence de presse conjointe de Simone Inzaghi et de Giuseppe Marotta, qui se tiendra ce mercredi 7 juillet 2021. Dès le lendemain, la préparation estivale rentrera dans le vif du sujet avec, en finalité, les objectifs à atteindre pour la saison à venir, avec un groupe bien loin de représenter sa version définitive! Comme le révèle la Gazzetta Dello Sport, le noyau sera considérablement réduit "Jeudi, le groupe sera inévitablement réduit: Manqueront à l’appel tous les joueurs engagés à l’Euro et à la Copa America. Actuellement, il reste en course seulement Barella, Bastoni et Lautaro. Mais pour certains, trois semaines de vacances viennent à peine de débuter. En plus de Lukaku, les derniers éliminés sont Alexis Sanchez, Arturo Vidal et Matias Vecino. Il est donc très peu probable de les voir participer à la tournée américaine." "La situation est différente pour Hakan Calhanoglu qui devrait s’envoler pour la Floride. Les absences actuelles seront colmatées par le retour de nombreux joueurs prêtés et non+ rachetés: En date du 1er juillet 2021, le noyau Nerazzurro fait état de nouveaux noms tels que Gravillon, Pirola, Dimarco, Dalbert, Vagiannidis, Lazaro, Males, Salcedo, Esposito, Colidio, Vergani et Gavioli." Le Saviez-Vous ? Simone Inzaghi a déjà imposé sa patte sur ce mercato. Si Chelsea était disposé à satisfaire l’Inter, en proposant notamment Emerso Palmieri, dans le cadre du recrutement d'Achraf Hakimi, l’entraîneur italien a exclu cette possibilité en considérant Emerson comme un joueur non-fonctionnel à son idée du Calcio. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  25. L'Argentine de Lautaro Martinez, le Chili de Arturo Vidal et Alexis Sanchez et l'Uruguay de Matias Vecino se sont tous qualifiés pour les quarts de finale: jetons un coup d'œil sur l'implication de nos Nerazzurri sud-américains. La phase de groupes est terminée et le tirage au sort de la phase finale de la Copa America est désormais connu. L' Argentine de Lautaro Martinez, le Chili de Arturo Vidal et Alexis Sanchez et l' Uruguay de Matias Vecino se sont qualifiés pour les quarts de finale. Les joueurs nerazzurri ont joué 726 minutes sur le terrain dans le groupe A de la compétition qui se terminera le 10 juillet, date à laquelle se jouera la finale de la 47e édition de ce tournoi. L'Argentine de Lautaro Martinez jouera contre l’Équateur le samedi 3 juillet à 22h00. L'Albiceleste a fait match nul 1-1 lors de son match d'ouverture contre le Chili, enregistrant sa première victoire lors de la deuxième sortie contre l'Uruguay et sa deuxième contre le Paraguay, après quoi la Seleccion s'est qualifiée pour les quarts de finale. Lautaro Martinez a joué 159 minutes sur le terrain et a marqué un but lors du match final, une victoire 4-1 contre la Bolivie. Un match contre le Brésil attend le Chili de Vidal et de Sanchez, un match qui se jouera le vendredi 2 juillet à 21h00 au stade Nilton Santos de Río de Janeiro. La Roja, après son premier match nul contre l'Argentine, a battu la Bolivie 1-0, puis a fait match nul contre l'Uruguay et a perdu le dernier match du groupe A contre le Paraguay. Vidal a joué 314 minutes sur le terrain, tandis que Sanchez n'a pas été utilisé. Le parcours de l'Uruguay a commencé par une défaite contre l'Argentine au premier match. Cela a été suivi d'un match nul contre le Chili et de deux victoires contre la Bolivie et le Paraguay qui ont permis à la Celeste de terminer deuxième du groupe A avec sept points, derrière l'Argentine avec dix points. Matias Vecino a joué 253 minutes sur le terrain, et son équipe affrontera désormais la Colombie en quarts de finale le samedi 3 juillet à 19h00.