Aller au contenu
×
×
  • Créer...

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'matias vecino'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
    • 2021/2022
    • 2020/2021
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

  1. Simone Inzaghi s’est livré à quelques heures du Derby d’Italie sanctionnant la Finale de la Coupe d’Italie 2021/2022 Que signifie pour vous être ici et qu’est-ce qui fera la différence au-delà de l’aspect tactique ? "C’est un motif de grande fierté, ce sera une partie retransmise partout dans le monde, elle est importantissime. C’est une finale et il n’y pas de recettes miracles qui me permet de les remporter. Les finales se jouent via des courses, de la détermination en ayant conscience de faire face à un adversaire vraiment très fort. Nous devrons nous donner à 120% pour soulever le second trophée de la saison. Est-ce la semaine la plus importante de votre carrière ? "Elle est importante pour nous tous : Avec le Staff, nous avons conscience du parcours débuté et comment il s’est poursuivi notre travail jusqu’ici : Nous avons tous été très bon pour réaliser un beau parcours et cela passe aussi par l’équipe et les garçons qui nous ont suivi toute l’année. Par la force des choses, les attentes sur nous ont grandie et ont été bien acceptée. Nous ne regardons pas derrière nous, mais devant nous et c’est une finale face à la Juve qui se présente, avant de disputer les deux dernières journées où nous jouerons le Scudetto." "En repensant à ce 8 juillet, un très grand travail a été réalisé grâce au Club, aux garçons et aux Tifosi qui ont été fantastique. Nous avons tous travaillé dans une seule direction : Je ne m’attendais pas à tout cela en début de saison." Que voulez-vous voir demain sur le terrain ? "C’est une finale et ce sont les détails qui feront la différence, nous nous connaissons, ce sera notre troisième confrontation et il y aura énormément de qualité. Nous devrons être bon dans la gestion des détails et gérer les phases de jeu de la meilleure des façons." Quel est le bilan de la saison ? "Les statistiques font plaisir, mais je dois tout à l’équipe qui m’a suivi en tout et pour tout. La saison a été grandissime, nous disputerons notre cinquantième rencontre ce mercredi et nous avons réalisé un très beau football durant 7-8 mois. Nous avons connu une période de moins bien qui nous coûtes, mais on peut se souvenir des huitièmes de finale face à Liverpool et à la façon dont nous avons joué, il y a aussi la Finale de demain." Est-ce que cette rencontre impactera aussi la fin de la saison ? "J’en ai discuté avec l’équipe, nous devrons être bon pour mettre de côté le Championnat même si ce ne sera pas simple. J’aurai voulu disputer cette rencontre après le championnat, mais ça me va comme ça. J’ai déjà joué d’autre finales et parfois je jouais avant la fin et d’autres fois ensuite : Je me suis toujours adapté et je continuerai toujours à le faire." Vous êtes l’Homme de la Coupe d’Italie et même celui qui bat la Juve. Ressentez-vous aussi cette responsabilité comparé aux autres confrontations face à la Juve ? "Les finales sont toutes importantissimes, Comme entraîneur, j’en ai déjà joué plusieurs et il n’y a pas de recettes bien précises pour remporter les finales. Nous devrons faire une partie basée sur les courses, l’attention et la détermination en sachant que nous ferons face à une équipe de valeur, les détails feront la différence." Vous sentez-vous dans la peau du Favori ? "J’aurais rencontré la Juve trois fois cette année, la dernière fois cela remonte au 4 avril et un mois et demi s’est passé, ce sont toutes des parties différentes. Demain, ce sera un match ouvert avec énormément de qualité sur le terrain, nous devrons être bon pour bien l’interpréter sans nous planter." Avez-vous conditionné l’équipe pour ne plus se planter en début de match, comme cela s’est produit face à l’Empoli ? "Les parties sont toutes différents, parfois tu peux marquer immédiatement et perdre au final, d’autres fois c’est le contraire: Il n’y a pas de science exacte, il faut aller sur le terrain en y mettant du cœur et l’équipe l’a bien démontré sur ses 50 matchs. Nous avons perdu à six reprises mais pour le reste nous avons fait de très très belle choses." Quel effet cela vous fait-il de jouer ici ? "J’étais ici durant de très nombreuses années, ce sera donc émouvant. Je vais recroiser tant de personne qui m’ont toujours voulu du bien et qui m’ont fait me sentir très bien, je suis à l’Inter et je suis Honoré de faire partie de ce très grandissime club, nous avons déjà gagné un titre et je veux me battre Fino alla fine." Peut-il y avoir le risque que la Juve ait plus faim que l’Inter ? "Il faudra jouer de la meilleure des façons, si tu veux gagner, tu te dois d’avoir faim, déjà voir la Coupe doit t’ouvrir l’appétit. La dernière fois que nous en avons croisé une, nous l’avions voulu peu importe le prix. Cela fait plus de dix ans qu’elle n’a plus été remporté, elle nous manque depuis longtemps et nous nous sommes très bien préparé." Comment va Bastoni ? Penserez-vous à la Composition qu’à partir de demain ? "Je ferais mon choix exclusivement en me basant sur demain. J’ai tout le noyau à ma disposition, exception faite de Vecino qui a connu un pépin lors du dernier entraînement, il n’y a pas 3-4 jours derrière pour récupérer. Bastoni est de retour, mais je devrais bien l’évaluer, car même demain matin, la douleur musculaire peut se réveiller." "Je suis toujours en proie aux doutes et c’est normal de l’être en tant qu’entraîneur, j’ai des doutes pour les différents secteurs, mais je prendrai ma décision demain en toute sérénité, après un réveil musclé." Qu’attendez-vous de Çalhanoğlu? "C’est un joueur qui a fait une excellente saison, il s’est intégré immédiatement et il est parvenu à combiner qualité et quantité: Il a fait le saut de qualité définitif cette saison, il sait couvrir tout le terrain et c’est Mezzala complet. Il a toujours fait de très belle choses et il va continuer à le faire, il a l’envie de travailler et c’est très positif." Sportmediaset: Ressentez-vous de la pression à l'Inter ? "Nous, les entraîneurs, sommes toujours sous pression car nous devons prendre des décisions tous les jours : demain sera un beau match dans ce qui a été ma maison pendant vingt ans, ce sera excitant pour moi." Dybala ? "C'est un grand joueur mais c'est un joueur de la Juventus et il sera à surveiller demain car il a de grandes qualités." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  2. C’est l’information de la journée, bien plus encore que la rencontre face à Empoli et c’est une révélation de la Gazzetta Dello Sport, si tout est clair pour la Direction Italienne qui se doit de récolter entre 60 et 70 millions d’euros tout en taillant dans la masse salariale à hauteur de 15 à 20%, celle-ci étudie la possibilité de ne céder aucun Top Players. "Skriniar, Bastoni, Barella et Lautaro sont ceux qui de part leurs qualités sont les plus courtisés par les grands d’Europe, mais l’Inter espère pouvoir tous les conserver en sacrifiant quelques jeunes prometteurs à l’image d’Andrea Pinamonti, de Martin Satriano et de Salvatore Esposito en plus d’un joueur "moins indispensable"que ceux susmentionnés et cela vaut aussi pour Dumfries pourtant apprécié par le Bayern." "Des économies vont être garanties par le départ des Sud-Américains : Vecino est en fin de contrat et il est déjà hors du projet depuis un certain temps. Alexis Sanchez et Arturo Vidal qui disposent d’une autre année de contrat à un salaire exorbitant, recevront une prime de départ, déjà prévue pour Arturo et à négocier par contre avec Alexis, quitteront Milan." "Crux qui quitteront également probablement la ville milanaise sont Sensi, actuellement prêté à la Samp, et Gagliardini sera à évaluer vu qu’il s’agit du secteur qui est amené à être le plus chamboulé. L’avenir de D'Ambrosio et de Ranocchia sera discuté au terme de la saison actuelle. La Vieille Garde semblait déjà hors sujet il y a un an, avant de prolonger. Handanovic devrait rester pour agir en tant que Tuteur pour Onana." Un identikit de recrue déjà identifié "Le gardien du Cameroun et de l’Ajax recruté gratuitement s’ajoute déjà à la Collection "Marotta&Ausilio" mais le bijou qui resplendirait le plus serait Dybala "largué" par la Juve. Et avec la présence de la Joya à la place de Sanchez pour un salaire similaire, l’Inter serait plus forte et plus jeune sans devoir payer le moindre centime à un autre club." "Plusieurs profils sont à l'étude pour chaque poste avec toutefois l'avertissement habituel que l’on ne pas acheter avant d’avoir vendu, sauf si Steven Zhang marque son accord. Avec le départ de trois milieux de terrain, en plus d'un retour du jeune joueur Agoumé né en 2002 et prêté à Brest où il a acquis beaucoup d’expérience, deux autres recrues sont à planifier pour les inclure dans la rotation à venir avec Barella, Brozovic et Çalhanoğlu . Paredes, Frattesi, De Paul et Pjanic sont les noms dont nous entendons parler", conclut la Rosea. Pensez-vous notre Direction capable de réaliser un tel exploit, un nouveau chef d’œuvre cet été ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  3. Après avoir giflé le Milan en Coupe d’Italie, l’Inter s’apprête à accueillir l’As Roma dans un Giuseppe Meazza comble dans le cadre de cette 34ème journée de Serie A. Pour l’occasion, et si José Mourinho s’est abstenu pour la troisième fois de toute conférence, Simone Inzaghi s’est, lui, livré en conférence d’avant-match Il y a un très grand enthousiasme aussi bien à l’Inter qu’à la Roma : A quel type de match vous attendez-vous ? "Nous savons que demain, nous ferons face à l’une des équipes parmi les plus forte du Championnat, elle traverse une excellente passe et elle est entraînée par un très grand entraîneur, nous connaissons tous son Histoire ici avec l’Inter. Nous réalisons de très belles choses et demain nous devrons l’affronter avec une très grande attention, car cette rencontre est pour nous, très très importante." Comment est-ce possible de penser à écarter Correa ? "Vous le savez…Il a réalisé une excellente rencontre comme ses équipiers d’ailleurs., Aujourd’hui, il y aura l’entrainement de l’après-midi et un décrassage demain où j’évaluerais l’état de forme de chaque joueur, je dirais que tous sont disponible mis à part Vidal qui souffre d’une sale entorse depuis la fin du Derby, Je déciderai demain matin quelle sera la meilleure formation pour jouer la Roma." Est-ce que cette rencontre est le passage obligé vers le Scudetto ? Quelles sont les certitudes dont a conscience l’équipe en ce moment ? "La partie de ce mardi nous a donné tellement de convictions. Nous avons réalisé un très grand match et nous disputerons une nouvelle finale. C’était très important, nous avons nos convictions propres. Durant une période nous avons récolté moins que ce que nous aurions dû avoir, mais nous n'avons jamais perdu. Et à présent nous sommes tous là, et nous sommes prêts à disputer cette fin de championnat de la meilleure des façons." Quelle est la qualité la plus importante à laquelle vous vous attendez, vous et l’équipe ? "Nous savons qu’il nous reste encore un mois d’ici à la fin de la saison, nous avons encore tellement de matchs si proches, nous devons rester tranquilles, sereins et nous préparer au mieux pour la rencontre suivante. Nous avons remporté un Derby important, nous disputerons une finale, mais nous devons surtout et maintenant penser au match de demain face à une équipe qui se sent bien physiquement et mentalement : course, agressivité et déterminations seront utiles pour défier la Roma. Nous ferons face à tellement d’équipes différentes qui, d’ici à la fin de saison, chercheront à nous créer des problèmes." Est-ce juste de dire qu’entre demain et mercredi prochain, le Scudetto de l’Inter se joue ? "Cette semaine nous faisions face à 3 rencontres importantissimes pour nous et nous en étions conscients. Nous savons que nous devrons faire preuve d’une grande lucidité pour nous préparer à faire face à autant de matchs chaque semaine. L’équipe est déjà passée par là." "Avec la Finale de la Coupe d’Italie et en incluant la Super Coupe d’Italie, nous aurons disputé 52 ou 53 matchs, nous devrons nous montrer bons : il nous reste six finales à disputer d’ici la fin de saison." Est-ce négatif ou pas de jouer deux rencontres en plus que vos rivaux ? "Négatif non, nous allons disputer une finale, nous avons tout donné de nous même pour réaliser ce grand parcours. J’aurais déjà voulu jouer Bologne lorsqu’il le fallait, mais la Pandémie ne nous l’a pas permis et à présent nous sommes en fin de saison. Nous devrons toujours être en alerte et j’ai de grands joueurs d’expérience qui savent comment récupérer mentalement depuis les efforts fournis". Allegri, lors de l’après-match face à Bologne a déclaré avoir perdu le Championnat suite à sa défaite contre l’Inter. Est-ce que cette victoire est si décisive pour le Scudetto ? "Non, elle a été importante au vu du moment délicat que nous traversions, mais je dis depuis le 8 juillet que nous réalisons de l’excellent travail : Les garçons sont sérieux, toujours concentrés avec l’envie de travailler de la meilleure des façons, et depuis le début de saison, nous avons relevé notre niveau et les attentes qui avaient été placées en nous : nous n'avons jamais été découragés, au contraire, ce match nous a donné un boost supplémentaire pour terminer le mois de la meilleure façon possible. Il nous reste un long parcours, et j'espère que je pourrais choisir parmi tous les joueurs disponibles." 7 matchs en 29 jours…. Le turnover passera-t-il aussi par le milieu de terrain ? "Nous savons tous que le milieu de terrain est le secteur qui joue le plus, mais j’ai Vidal, Gagliardini, Vecino à disposition, on parle moins d’eux, mais ils s’entrainement parfaitement quotidiennement, ils se montrent disponibles et ils me seront d’une précieuse aide d’ici à la fin de la saison. Vidal est entré de nombreuses fois en cours de match. Sur le 3-0, il y a laissé sa cheville, j’espère qu’il sera déjà de retour face à Bologne et que son arrêt soit le plus court possible." Etes-vous fatigué que l’on parle toujours de tout, mais jamais des objectifs atteints ? "Ma plus grande satisfaction est d’avoir décroché une nouvelle finale. Notre classe arbitrale est parmi les meilleurs d’Europe et nous sommes chanceux de l’avoir. Les arbitres peuvent aussi se tromper comme nous les entraîneurs, comme les joueurs, dans une période du championnat tu as toujours des épisodes favorables et défavorable qui s’équilibrent." Quels sont vos attentes ? "Inter-Roma est pour nous une finale, c’est une partie importantissime. La Roma est une équipe de grande valeur qui n’a plus perdu depuis le 9 janvier face à la Juve, soit depuis trois mois et demi. Nous devons nous préparer au mieux à cette grande rencontre." Est-ce possible de faire coexister Gosens et Perisic ensemble ? Ivan peut-il aussi jouer comme Mezzala? "Ce sont deux joueurs de très grand talent et qui s’entendent très bien ensemble. Je les ai déjà alignés ensemble face à Vérone, en alignant Perisic plus haut, comme attaquant, lors des 20 dernières minutes. Je pourrais aussi aligner Perisic à droite, mais j’ai déjà Dumfries et Darmian qui réalisent un très grand championnat. Je suis content de pouvoir compter sur eux à gauche, c’est une chance de les avoir tous les deux, ici ensemble, et en bonne conditions." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  4. L'Inter prévoit une révolution au milieu de terrain cet été L'Inter prévoit de révolutionner son milieu de terrain cet été avec des joueurs comme Leandro Paredes et Davide Frattesi, selon un rapport des médias italiens. Comme le rapporte La Gazzetta dello Sport, l'Inter sait qu'il doit remplacer le duo de milieux de terrain sortant, Arturo Vidal et Matias Vecino. Ils pourraient également avoir besoin de remplacer Roberto Gagliardini, qui pourrait vouloir partir pour jouer plus régulièrment. Dans le cas où le trio titulaire actuel, Hakan Calhanoglu, Marcelo Brozovic et Nicolo Barella, resterait au club, l'Inter souhaite que Leandro Paredes (Paris Saint Germain) et Davide Frattesi (Sassuolo) viennent les épauler. Stefano Sensi reviendra de son prêt à la Sampdoria mais pourrait alors être vendu afin d'obtenir des fonds et d'économiser sur les salaires. Son remplaçant pourrait être Lucien Agoume, prêté au Stade de Brest, ou un jeune de l'équipe Primavera. ®Oxyred - Internazionale.fr Via SempreInter
  5. Interviewé par MatchDay Programme, Matias Vecino, le milieu de terrain de l’Inter, est revenu sur son aventure à l’Inter, une aventure qui est sur le point de se terminer… "Je suis à l’Inter depuis cinq ans et j’ai joué tant de parties importantes. Une de celles que je n’oublierai jamais c’est sans aucun doute la rencontre face à la la Lazio à l’Olimpico, elle nous avait permis de retrouver la Ligue des Champions : C’était une Remontada, qui s’est terminé avec mon but de la tête qui est à l’origine des célébrations qui ont suivi." "Porter le Maillot Nerazzurro est un signe de fierté et de grande responsabilité. Dans l’Histoire du club, il y a des champions qui sont des exemples pour moi, d’Alvaro Recoba à Juan Sebastian Veron. Ce dernier a toujours été mon idole, j’ai toujours aimé sa façon de jouer, ses qualités, sa personnalité." Quelles sont les caractéristiques qui définissent votre façon de jouer ? "Je dirais: Le sens du sacrifice, le travail, mes courses pour m’insérer entre les lignes. Le Scudetto de la saison dernière et la Super Coupe sont le couronnement d’un parcours de croissance qui a débuté en 2017 et qui s’est amélioré année après année, c’est la consécration d’un rêve." "Nous sommes un groupe déterminé, nous travaillons toujours pour être compétitif, c’est important de conserver de la lucidité, aussi bien lors de nos meilleurs moments, que dans les plus compliqués : Nous devons toujours continuer à proposer notre jeu." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  6. Un rêve fou, fou mais réaliste : Former le duo Dybala-Lukaku et l’Inter y pense très sérieusement pour la Gazzetta Dello Sport : "La Direction Nerazzurra tente d’évaluer comment mettre sur pied une opération qui s’annoncerait retentissante" Acte I : Vendre "La différence entre céder un ou deux Top Players passera aussi par l’éventuel trésor qui pourra être disponible en provenance des nombreux joueurs en prêt : Il ne faut pas oublier Stefano Sensi, Andrea Pinamonti, Sebastiano Esposito, en passant par Zinho Vanheusden, Dalbert, Valentino Lazaro , Eddie Salcedo, Lorenzo Pirola, et Michele Di Gregorio, il y a de la marge pour récolter une somme intéressante ou pour faire usage de ces derniers en les insérant pour obtenir des contreparties intéressantes." "Le sacrifice de l’un ou l’autre Top permettrait aussi de tailler sérieusement la massa salariale. Aussi bien Lautaro Martinez qui perçoit 6 millions d’euros net plus bonus et Stefan De Vrij qui perçoit à peine 4,2 sont les deux candidats pour être vendu, mais seulement en cas d’offres incongrue : Soit pas moins de 80 millions d’euros pour le Toro et 20 millions d'euros pour l’hollandais." Acte II – La Masse salariale "Pour faire place à ce duo, il est nécessaire aussi de tailler dans la masse salariale. Depuis le départ de Christian Eriksen, le plafond salarial sera allégé par les salaires insoutenables d'éléments qui ne font plus partie du projet: Le contrat de Matias Vecino qui perçoit 2,5 millions d’euros va expirer. Arturo Vidal, pour sa dernière année de son contrat aurait dû percevoir jusqu'à 9,5 millions d'euros, mais il existe une indemnité de départ de 4 millions d'euros qui permettra au club d'économiser considérablement sur son salaire brut." "Cette échappatoire n’existe en revanche pas pour Alexis Sanchez a qui il reste encore une année de contrat à hauteur de 7 millions d’euros, avec toutefois un salaire brut de 9 millions d’euros amorti va le Décret Croissance, il ne sera pas facile de le convaincre de faire un effort." Acte III – L’effort Paulo Dybala et Romelu Lukaku devraient aussi faire un effort : "Les 10 millions d’euros que Dybala demandait à la Juve sont inconcevables, mais s'il acceptait 7 millions d'euros, cela ouvrirait une fenêtre de tir. Avec Lukaku, en revanche, le saut mortel serait triplement plus important : Big Rom touche actuellement 12,5 millions d'euros par saison. S'il ne s'approche pas de son ancien salaire Interiste de 7,5 millions d’euros, aucune marge de négociation ne lui sera possible." Acte IV – Le Chef d’œuvre du Padrino selon Sport Mediaset Giuseppe Marotta et Piero Ausilio ont l’intention de recruter Paulo Dybala sans devoir toutefois sacrifier Lautaro Martinez, voici le plan stratégique mis en place par le duo Nerazzurro selon Marco Barzaghi, journaliste à Mediaset: "L’Inter veut éviter un sacrifice important : Stefan De Vrij sera probablement vendu s'il ne renouvelle pas son contrat. A la Viale Della Liberazione, ils essaieront de percevoir des sommes via les prêts en cours et des jeunes seront sacrifiés. Toutefois, l’Inter ne veut plus vivre le même été que la saison dernière." "Marotta et Ausilio ont l'intention d'arriver à Dybala sans sacrifier Lautaro : il y a eu de nouveaux contacts avec la Joya: L'Inter lui a demandé d'attendre, en proposant sur la table un investissement de plus de 100 millions sur 5 ans. Dybala, s’il attend l’Inter se verra récompensé par un salaire de 8 millions plus 2 millions de bonus. Même s’il y a un intermédiaire international bien connu qui propose Dybala autour de lui, celui-ci a déjà refusé plusieurs fois la Premier League." Croyez-vous la Beneamata capable de proposer une ligne d’attaque composé, à minima de Romelu Lukaku, Paulo Dybala, Edin Dzeko... ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  7. C’est une révélation de la Gazzetta Dello Sport : Simone Inzaghi et l’Inter sont optimistes quant au retour de Marcelo Brozovic dans le cadre du déplacement cruciale de la Beneamata au Stadium de Turin. Pour rappel, le vice-champion du Monde croate et l’international néerlandais avaient dû quitter prématurément leurs équipiers à Anfield Road, tous les deux blessés, lors du match retour de la Ligue des Champions face à Liverpool. Si Marcelo Brozovic et Stefan De Vrij réalisaient un entrainement toujours personnalisé, ils devraient reprendre, aujourd’hui, l’entrainement avec le groupe le groupe, même si des doutes subsistent sur l’état de santé du défenseur. Il est également bon de noter que ce mercredi, Simone Inzaghi a retrouvé ses Européens. Aujourd’hui, seront de retour à Milan Joaquin Correa et Matias Vecino. Alexis Sanchez et Arturo Vidal sont attendus pour ce vendredi. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  8. A travers un communiqué sur son site inter.in, le Club Champion d’Italie a officialisé la prolongation de Marcelo Brozovic: "Le FC Internazionale Milano annonce être parvenu à un accord pour la prolongation du contrat du joueur Marcelo Brozovic : le milieu de terrain né en 1992 sera Nerazzurro jusqu'au 30 juin 2026." Analyse de Calcio&Finanza Le joueur qui était auparavant en fin de contrat au 30 juin 2022 voit son aventure se prolonger de quatre années. S’il va au terme de son nouveau contrat, Marcelo Brozovic aura donc 34 ans à l'expiration de celui-ci ! Cette annonce était attendue depuis très longtemps et elle était de plus en plus dans l’air ces derniers jours. A présent, parmi les joueurs en fin de contrat au 30 juin 2022, on retrouve: Samir Handanovic (salaire actuel 3,2 millions d’euros) Ivan Perisic (salaire actuel 5 millions d’euros) Matias Vecino (salaire actuel 2,5 millions d’euros) Danilo D’Ambrosio (salaire actuel 2 millions d’euros) Arturo Vidal (salaire actuel 6,5 millions d’euros avec une option pour être prolongé jusqu’au 30 juin 2023) Aleksandar Kolarov (salaire actuel 1,5 millions d’euros) Andrea Ranocchia (salaire actuel 1,8 millions d’euros) Alex Cordaz (salaire actuel 0,15 millions d’euros) Un salaire de Crocodile Le milieu de terrain croate est arrivé à l’Inter en Janvier 2015 en provenance du Dinamo Zagreb via un prêt avec une obligation d’achat. La valeur historique que représente le joueur sur les comptes équivaut à présent à 5,7 millions d’euros. En paraphant son nouveau contrat, Brozovic percevra 6,5 millions d’euros par saison, soit une nette augmentation comparé au 3,5 millions d’euros repris dans son précédent contrat. Au niveau des finances de l’Inter, celui-ci représentera un coup de 12 millions d’euros brut sur base du nouveau salaire perçu! Une prolongation bien plus que méritée ! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  9. En effet, le Mariage liant Marcelo Brozovic et l’Inter continue, les vœux ayant été officiellement renouvelles ce mercredi 23 mars 2022, pourtant Marcelo était un homme désiré, courtisé…Mais il reste avant tout FIDELE ! Révélation du Libero "Le Fc Barcelone le voulait, Antonio Conte le voulait à Tottenham, les Scheiks de Newcastle le voulait, il aurait été couvert d’or car et lui auraient offert le monde et un salaire de huit millions d'euros (plus les commissions de son père-agent), mais il a préféré aller de l'avant avec le club qui l'a transformé en cet "ovni". Brozovic est devenu le joueur le plus payé du noyau, il s’agit d’une reconnaissance pour le Croate qui démontre sur le terrain, et avec sa présence dont l'aspect est fondamental : Il n’est certainement pas le meilleur milieu de terrain du monde, mais il est certainement l’un des plus rare." Un remplaçant à la hauteur Simone Inzaghi est encore à la recherche d’un plan B en cas d’absence de l’ancien du Dinamo Zagreb : "Tout le monde est remplaçable, sauf le cerveau de l’équipe : Inzaghi a testé à son poste Nicolò Barella, Matias Vecino, mais également Arturo Vidal et Hakan Çalhanoğlu, tous avec un résultat mitigé et il est difficile de trouver une alternative capable de réaliser le même travail, il serait même mieux de penser à un schéma différent. Le natif de Piacenza y pense, mais il espère surtout qu’il disposera de suffisamment de temps pour retrouver son Phare sur le terrain, lors de la rencontre fondamentale contre la Juventus le 3 avril." Le Saviez-vous ? Un plan à trois avec Wanda Nara et Mauro Icardi, cela vous rappelle-t ’il quelque chose ? Assisté de son avocat, Danilo Buongiorno, Marcelo Brozovic demandera des dommages et intérêts lors du procès qui commencera demain, aux auteurs de cet article, non seulement parce qu'il estime que son image a été endommagée, mais aussi pour les éventuelles conséquences que la diffusion de la nouvelle aurait pu avoir dans le vestiaire de l'équipe. Les trois sont accusés d'avoir permis "la publication d'articles diffamatoires" contre Brozovic "dans lesquels il était fait état de relations sexuelles entre lui et Wanda Nara", démenties par les intéressés, et d'une "rixe conséquente qui a eu lieu dans le vestiaire du club sportif FC Internazionale". Les personnes suivantes se joindront à l'action civile et demanderont une indemnisation raisonnable (quelques dizaines de milliers d'euros) ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  10. Inter.it a diffusé un article relatif au parcours de Marcelo Brozovic, depuis son arrivé à Milan le 24 janvier 2015, âge de 22 ans, il décidait de porter le numéro de maillot 77. En provenance du Dinamo Zagreb, avec lequel il avait remporté deux championnats consécutifs, ainsi qu'une Super Coupe. Il avait déjà effecuté ses débuts avec l'équipe nationale croate, jouant même une demi-heure lors de la Coupe du monde au Brésil. Dès son atterrissage à Milan, il venait saluer les Tifosi en portant une écharpe Nerazzurra dans un geste qui le liera à nos couleurs pour les années à venir. Ce jour-là, avec cette écharpe autour du cou, l'histoire de Marcelo Brozovic et de l'Inter a commencé. Une histoire faite de kilomètres, de nombreux kilomètres. Ceux qu'il a couverts sur le terrain depuis son premier match sous le maillot Nerazzurro, le 1er février 2015 contre Sassuolo. Au milieu du terrain, Marcelo grandit, affinant ses grandes qualités techniques, en se mettant au au service de l'équipe. Depuis des années d'aommeirs, il figure parmi les meilleurs joueurs de Serie A avec le plus grand nombre de kilomètres parcourus en une saison. Son premier but, il l'a marqué contre Empoli, depuis son arrivée, Il est devenu un titulaire régulier au milieu de terrain. D'ailleurs, depuis la saison 2015/2016, il ne termine jamais la saison avec moins de 28 apparitions au compteur, pour un pic de 46 matchs lors de la saison 2019/2020. Il laisse sa marque dans les matchs importants avec des buts beaux, des buts lourd au niveau de l'importance En 2016, il a inscrit un doublé contre la Juventus en demi-finale de la Coppa Italia, avant de composter également deux victoires dans le Derby Della Madonnina. Il le fait en 2019, en donnant le coup d'envoi de la victoire 2-0 de l'Inter. En 2020, il vient sonner la révolte lors de la Remontada via une volée du pied gauche depuis l'extérieur de la surface, marquée alors qu'il porte le brassard de capitaine. Sa personnalité et sa capacité à gérer le rythme du jeu ont fait de lui un point de référence pour l'équipe. Il comptabilise fait 200 apparitions avec l'Inter, ce palier étant atteint lors de la malheureuse finale de la Ligue Europa contre Séville. Avec son pied, il est à la base de toutes passes, de toutes trajectoires qui alimentent les attaques de l'Inter dont le but de Vecino à Rome contre la Lazio (2-3), ce but qui permet à l'Inter de retrouver la Ligue des Champions, trouve son origine dans ses pieds, sur corner. Il est le cerveau et l'âme de l'équipe de l'Inter qui a remporté le Scudetto : En 2020/2021, Marcelo totalise 33 matchs de championnat avec 2 buts et 6 passes décisives. Le nombre moyen de kilomètres parcourus lors de chaque match est le plus élevé, comme toujours : 11,929km par match: C'est un Marathonien et un réalisateur. Son histoire avec les Nerazzurri ne s'arrêtera pas là: Brozovic a déjà 279 apparitions et 26 buts à son compteur. En équipe nationale, il a atteint le palier de 70 sélections, il a d'ailleurs été l'un des grands protagoniste du parcours de la Croatien lors de la Coupe du monde 2018 avec une finale perdue face à la France Les statistiques parlent pour lui : Depuis 2014/2015, il est le premier, parmi les milieux de terrain de Serie A, en termes de ballons joués, de passes réussies et de passes réussies dans la moitié de terrain adverse, deuxième en termes de passes décisives et troisième en termes de contres. Voici Marcelo : le Nerazzurro 77 Voici les clichés proposé par Inter.it sur son site officiel Marcelo Brozovic, Capitaine de l'Inter, vous valideriez ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  11. Le Corriere Dello Sport l’avait anticipé: “Mercredi, le joueur s’est soumis à de nouveaux examens médicaux qui ont mis en évidence la présente d’un léger œdème, ce qui pousse tout le monde, à la Pinetina, a faire preuve de la plus grande prudence." 3-5-2 suggéré par Sky Sport "Hier, la situation s’était améliorée à tel point que le joueur a tenté de courir sur le terrain à un rythme soutenu, mais il est facile de songer qu’il ne pourra pas être présent dès les premiers instants du match. Si aujourd’hui il n’y a pas de miracle, Brozovic restera un spectateur et Simone Inzaghi devra choisir qui pourra le remplacer." "Vu que le trio de l'entre-jeu sera complété par Arturo Vidal, l'entraîneur se demande s'il serait bon d’aligner le Chilien comme pivot devant la défense ou d’utiliser Hakan Çalhanoğlu à ce poste, le Turc ayant évolué à ce poste durant quelques minutes face au Torino. Roberto Gagliardini et Matias Vecino partiront du banc." "Vidal qui est à la base de l’action qui a amené sur le but égalisateur d’Alexis Sanchez aurait donc la possibilité de se racheter suite à ses déclarations qui n’ont été ni appréciée par Simone Inzaghi, ni par la Direction. L'entraîneur et la direction lui ont demandé des comptes et il a fait l’objet d’une modeste amende vu ce qu’il touche : soit plus de 8 millions d’euros net. Dans un peu plus de deux mois, il fera ses valises en direction de Flamengo." Le Onze de base de Fabrizio Biasin "Mon Inter de combat dans le cas où Brozovic ne serait pas là. Par chance, je n'ai pas la licence d'entraîneur" Selon vous, l’Inter pourra-t’elle enfin l’emporter sans son architecte ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  12. Pour la Gazzetta Dello Sport, tout le monde est sur la sellette sur et hors du terrain : Il y a une envolée Scudetto à gérer avec tendance à inverser et un futur à écrire. Et un club comme celui de l’Inter, qui arrive en fin de saison, se doit d’y songer L'analyse intégrale de la Rosea Les jeux sont ouverts, les idées sont claires et ces derniers jours les rumeurs sont allés de bons train sur les attaquants, en passant de Scamacca à David et de Lukaku en allant jusqu’à Haller . Mais, un raisonnement doit aussi être effectué sur la base du noyau actuel composé de 25 joueurs. Sur ces 25 joueurs, seuls 11 ont la certitude de faire partie de l’Inter du futur. Si rien n’est écrit dans le marbre, il y a deux motifs à prendre en considération: Le premier point est vaut comme règle absolue pour l’Inter : Tout le monde doit se savoir mis sous examen Le second point est que l’Inter est un club qui s’autofinance et qu’il sera indispensable de procéder à quelques ventes Et selon les prévisions actuelles, il pourrait s’agir d’une véritable révolution car tout le monde est mis sur la sellette, même lees Bigs : Tout dépendra des offres qui seront présentées, c’est certain, mais tout dépendra du rendement mis en avant par ces derniers Le club des Onze Une équipe, soit onze joueur, un nombre utile pour comprendre que l’Inter de demain a juste besoin d’ajustements, même structurel, mais pas de révolution . Il y a un socle important, aidé par le fait que les joueurs sont distillés sur tous les secteurs. Partons de la défense : Il n’y a aucune raison pour mettre en discussion Milan Skriniar et Alessandro Bastoni, si ce n’est qu’ils pourraient être courtisé sur le mercato. C’est aussi pour cette raison que la prolongation du Slovaque devient urgente. Son contrat arrivant à échéance en 2023, il n’a aucune intention de quitter l’Inter, il l’a déjà prouvé à plusieurs reprises son attachement au club. S’il était proche de Tottenham il y a deux saisons, il ne s’agissait pas d’une demande de sa part. Si la négociation ne sera pas simple, l’Inter, peut-être avant la fin de ce championnat, abordera déjà cette thématique avec le joueur Il faut également prendre en considération le fait que le Club se soit comporté aussi de la sorte avec Marcelo Brozovic, et ce même si Giuseppe Marotta n’est pas un fervent admirateur des prolongations en cours de saison, dans le cas du Croate, il s’agissait de la plus pure des exceptions, celle-ci était un devoir et le renouvellement a été acté. Avec Brozovic, on retrouve également Nicolò Barella et Hakan Çalhanoğlu qui ne seront pas remis en discussion : Le turc est parvenu à limiter les hauts et les bas qu’il a connu lors de sa période milaniste. Pour l’attaque, seules deux joueurs actuels sont certains de rester : Le premier est Edin Dzeko et le second est Joaquin Correa, il serait impensable de voir l'Inter, même s'il n’a jamais eu la possibilité de s’exprimer à son Top, la faute à divers problème physiques, s’en passer après une seule saison, qui plus est, il a fait l’objet d’un investissement onéreux : 30 millions d’euros plus bonus." Les 50/50 L’équipe des incertains est importante, elle est menée par Lautaro et le motif est vite trouvé : C’est le joueur avec lequel, il serait éventuellement le plus facile de faire une recette du plus haut niveau recettes, lors du mercato en sortie. Rien n’est décidé, mais tout est bien clair : Lautaro ne traverse actuellement pas la meilleure période de sa saison à l’Inter, mais il reste un attaquant du Top et il apporte la garantie d’avoir des clubs qui sont prêt à investir sur lui, qu’il s’agisse aussi bien d’une question technique, que pour une question d’âge L’année dernière, le Toro avait été courtisé par plusieurs clubs : L’Atletico Madrid, Arsenal et Tottenham : L’Inter et le joueur ont toujours su résister et s’en est suivi la prolongation de son contrat, il est donc facile d’imaginer que les Top Club reviendront sur lui. Tout dépend à présent de savoir avec quelles offres, car la somme fera la différence, il n’est donc pas techniquement certain que l’avenir du Toro soit remis en discussion. Il y a aussi Samir Handanovic dont nous avons déjà parlé, mais ce n’est pas le seul qui est en fin de contrat et pour qui la situation est en constante évolution. Ivan Perisic fait aussi l’objet d’un discours central : Sa prolongation est compliquée, mais elle permettrait de ne plus devoir retoucher les ailiers pour la saison à venir. Pour Andrea Ranocchia et D'Ambrosio une décision ferme sera prise : Déjà l’été dernier, ils disposaient d’une option pour une prolongation et il pourrait la voir réactiver à nouveau pour cette saison. Le futur de Stefan De Vrij est considéré en pointillé : Il n’y a pas eu d’approche pour renouveler son contrat qui sera à échéance en 2023, partant de ce constat, il est facile de comprendre que le joueur pourrait saluer l’équipe. Les départs certains Six joueurs sont destinés à quitter l’Inter : Le premier se nomme Arturo Vidal, qui actuellement fait tout pour ne pas se faire regretter : L’épisode de son interview non-autorisée n’est que le sommet de l’Iceberg. Cela lui a déjà coûté une amende, mais ce n’est pas tout : Si son contrat n’arrive pas à échéance, son départ est évident : Flamengo est prêt à l’accueillir tandis que l’Inter épargnera une dizaine de millions d’euros brut, le tout étant facilité par le décret croissance. Il est également très probable que l’Inter se sépare de son autre chilien : Alexis Sanchez, mais la situation est aussi bien différente qu’évidente : Si l’attaquant a toujours apporté sa pierre à l’édifice en terme de rendement, il n’est jamais simple de faire les comptes avec son envie d’être titulaire. Et dans l’optique d’un plan qui prévoit une attention constante des coûts et des montants salariaux, les 7,5 millions d’euros nets qu’il perçoit sont considérés comme une bonne raison pour penser à un départ. Au milieu de terrain, Matias Vecino va saluer l’équipe, tout comme Aleksandar Kolarov qui va très probablement prendre sa retraite. Au niveau des gardiens de buts, outre la rotation qui concerne Samir Handanovic et André Onana, Ionit Radu sera également vendu, mécontent de ne pas avoir eu les chances qu'il pensait mériter. Parmi les attaquants, Caicedo est également destiné à faire ses adieux : son prêt ne sera pas renouvelé. Il était déjà dans les plans, mais son recrutement s’’est avéré impalpable jusqu'à présent : seulement trois minutes sur le terrain depuis son arrivée fin janvier chez les Nerazzurri. Le Saviez-Vous ? Selon Calciomercato.com, Mino Raiola aurait fait une double promesse à l’Inter vis-à-vis de Stefan De Vrij : D’une part, il cherchera à trouver un club à son poulain avant qu’il n’arrive en fin de contrat et qu’il quitte l’Inter gratuitement. D'autre part, celui-ci aurait garanti au club la certitude de trouver un club prêt à déposer 20 à 25 millions d’euros pour l’acquérir. Une somme qui serait destinée à faciliter le recrutement du joueur du Torino, Gleison Bremer ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  13. Après avoir disputé une rencontre historique à Liverpool, l’Inter se présentait, déforcée, au Torino d’Ivan Juric : L’absence de Marcelo Brozovic n’annonçait rien de bon Et ce fut le cas, Matias Vecino fantomatique lors du match; ne sera jamais parvenu à remplacer le métronome croate dans un match qui aura vu le Toro marquer à la 12’ via Bremer via un concours de circonstance favorable sur le premier corner de l’équipe évoluant à domicile. L’Inter se montre réactive et, par deux reprises, voit Berisha, véritable homme du match, sauver les siens sur les têtes à bout portant, sur des coups-franc bottés par Hakan Çalhanoğlu, de Lautaro Martinez et Andrea Ranocchia. Dans ce match, Edin Dzeko est de loin le second maillon faible, laissé pourtant au repos en Ligue des Champions, plusieurs pertes de balles trouvent leur origine dans ses pieds. Le Cygne de Sarajevo ne parviendra également pas à cadrer un ballon repris de la tête l’une des rares fois où le portier turinois semblait battu. En seconde période, Alexis Sanchez, Robin Gosens, Joaquin Correa, Arturo Vidal et Federico Dimarco montent au jeu, et ce sont les deux derniers nommés qui se montreront les plus dangereux : la reprise d’Arturo Vidal sera repoussé par le portier turinois, tandis que Federico ratera l’immanquable lors de son face à face. Alors que l’Inter semblait se dirigeait vers une nouvelle défaite cuisante, à la 93’, Alexis Sanchez parvient enfin à faire trembler les filets malgré une parade de Berisha. Si l’Inter a perdu des plumes, elle peut remercier également l’équipe arbitrale située dans la Var qui, miraculeusement, n’a pas octroyé de penalty à Andrea Belotti sur une faute évidente d’Andrea Ranocchia. Notre Beneamata se retrouve toujours avec un match de retard, mais elle est à 4 points du Milan et voit la Juventus revenir en force à 3 points. S’imposer à Bologne et dans l’ensemble des autres matchs s’avèrera à présent fondamental. Eliminée de toute compétitions européennes, l’Inter est à présent sur le même pied d’égalité que ses adversaires et ne disputera plus qu’un match par semaine. Le calendrier s’annonce spectaculaire avec la réception ce 19 mars à 18h00 de la Fiorentina, avant le Derby d’Italie turinois le 3 avril. Le Scudetto passera, quoiqu’il arrive, par une performance au Stadium de Turin. Tableau Récapitulatif Résumé Vidéo Torino 1-1 Inter Buteur(s): 12' Bremer (T), 93' Sanchez (I) Torino: 1 Berisha; 26 Djidji (51' 5 Izzo), 3 Bremer, 99 Buongiorno (76' 15 Ansaldi); 17 Singo (76' 13 Rodriguez) 10 Lukic (82' 28 Ricci), 38 Mandragora, 27 Vojvoda; 4 Pobega, 14 Brekalo; 9 Belotti (82' 19 Sanabria) Banc: 31 Milan, 89 Gemello, 11 Pjaca, 70 Warming, 77 Linetty T1: Ivan Juric Inter: 1 Handanovic; 37 Skriniar, 13 Ranocchia, 95 Bastoni (46' 32 Dimarco); 36 Darmian, 23 Barella, 8 Vecino (67' 22 Vidal), 20 Çalhanoğlu, (76' 19 Correa), 14 Perisic (46' 18 Gosens); 9 Dzeko, 10 Lautaro Martinez (67' 7 Sanchez) Banc: 21 Cordaz, 97 Radu, 2 Dumfries, 5 Gagliardini, 11 Kolarov, 33 D'Ambrosio, 88 Caicedo T1: Simone Inzaghi Arbitre: Guida VAR: Massa Avert(i)s: Juric (T), Bastoni (I), Ranocchia (I), Izzo (T), Dimarco (I), Gosens (I), Barella (I) Expulsé(s) : / ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  14. Comme de coutume, le Corriere Dello Sport ne fait pas dans le détail lorsqu’il s’agit de critiquer l’Inter, l’une de ses victimes préférées : Pour lui, "C’est une crise à tous les niveaux, vu que ce sont eux les Champions d’Italie et que plus rien ne fonctionne, de la défense à l’attaque." Analyse de l’article paru ce jour La défense "Lors des 6 journées qui ont suivi la reprise, l’Inter a déjà encaissé 7 buts, il n’y a que face à l’Atalanta que la cage de Samir Handanovic est restée inviolée. Cela peut très certainement s’expliquer par les erreurs individuelles du gardien slovène, dont la dernière remonte au but de Giacomo Raspadori, mais également par les erreurs de Stefan De Vrij face à la Lazio, la Juve, le Milan et le Napoli." Le Milieu de terrain "La vérité est que Marcelo Brozovic est le seul joueur vraiment fondamental de cette Inter, sans lui, les projecteurs sont complètement éteint. L’Inter est en difficulté en phase défensive et de construction, le milieu de terrain semble le rempart qui présente le moins d’alternatives valide : Stefano Sensi a été prêté à la Sampdoria et il semble qu’il aurait été mieux de le conserver en son sein, tandis que Matias Vecino est à l’infirmerie. Parmi les titulaires, il ne reste donc qu'Arturo Vidal pour qui il est compliqué d’aligner deux rencontres consécutives à haute intensité, Roberto Gagliardini est pénalisé par sa jambe." L’Attaque "Lautaro Martinez est clairement l’emblème d’une attaque qui ne parvient plus à faire mal à l’adversaire : Pour l’argentin, nous en sommes déjà à la 7ème rencontres à sec, pour un seul but (sur penalty) inscrit lors des 11 dernières sorties interiste." "Toutefois, c’est l’Inter dans son intégralité qui n’a pas été à la hauteur lors de ses deux derniers matchs. Car si le Toro est la partie émergée de l'iceberg, même Edin Dzeko ne pourra plus jouer les bombardiers comme il le faisait en début de saison. Le problème pour Simone Inzaghi est qu’il ne dispose pas de réelles alternatives. La contribution dans la zone de but d’Alexis Sanchez, héros de la Super Coupe, reste limitée. Joaquin Correa n'est plus actif depuis pas mal de temps et le nouveau venu Felipe Caicedo est manifestement toujours incapable de jouer même les dernières minutes d'un match." Le Corriere a-t’ il tort ou raison dans son analyse critique de l’Inter ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  15. Le podcast Inter officiel en anglais est de retour avec Richard Hall et Thomas Lawrence et une conversation exclusive avec Massimo Paganin. Ce week-end, c'est le Derby Della Madonnina. C'est un match qui secoue le cœur même de Milan, un match qui évoque la passion, la fierté, la rivalité intense et contient toujours sa dose de drame. C'est plus qu'un match de football, c'est une émotion brute et la chorégraphie et l'apparat ne sont que le début. C'est pourquoi, cette semaine, Richard Hall et Thomas Lawrence regardent le match à venir avec impatience. Ils ont le privilège de parler avec Massimo Paganin de ses réflexions pour le match à venir et nous l'entendons se remémorer ce que c'est que de marquer dans le Derby. Ils reviennent sur certains de leurs plus beaux souvenirs de Derby et répondent aux questions de brillants invités. C'est le podcast Derby Della Madonnina, êtes-vous prêt ? https://www.inter.it/en/FPC/inter-podcast Richard revient sur le Derby de mars 1990 où l'Inter battait le Milan 3-1. C'était un match qui restait un souvenir d'enfance précoce. C'était également une démonstration qui a renforcé la conviction qu'il s'agissait de l'un des plus grands matchs de football. C'était une saison où l'Inter finirait troisième et même si ce n'était pas la saison qu'ils auraient désirée, c'était une campagne qui a donné aux Nerazzurri de bons souvenirs. Le premier Derby Della Madonnina ne s'était pas déroulé comme prévu et il y avait un élément de revanche qui accompagnait le match retour. L'Inter tenait à se débarrasser de la défaite 3-0 en novembre lors du match à domicile et voulait donner une leçon aux Rossoneri devant leurs propres fans. Aldo Serena était certainement prêt pour ce match car en trois minutes, il avait déjà marqué le premier but. Un long ballon en avant dans la surface milanaise semblait d'abord précipité et peu réfléchi. Andrea Pazzagli ne semblait certainement pas inquiet et est sorti pour récupérer le ballon, bien qu'un peu lentement. Serena a vu son opportunité ici et a décidé de défier le gardien, son saut a porté ses fruits et il a réussi à battre Pazzagli. Ce n'allait pas être la journée de Pazzagli car il a fait tomber Serena à la 24e minute et cela a donné un penalty. Qui d'autre que Lothar Matthaus interviendrait et mettrait le penalty devant une Curva Nord extatique. Alessandro Costacurta a donné de l'espoir à Milan dans un match où il n'aurait pas dû y en avoir, lorsqu'il a frappé de l'extérieur de la surface à six minutes de la fin. Walter Zenga a estimé qu'il y avait eu une faute au début de l'action, mais ses objections dramatiques sont tombées dans l'oreille d'un sourd. Enfin, à la 90e minute, Serena aurait une fois de plus son mot à dire dans le match puisqu'il serait lancé par Nicola Berti. Le milieu de terrain a passé le ballon permettant à Serena de battre le piège du hors-jeu, la défense milanaise remontant trop lentement, et de marquer pour un troisième but définitif. Thomas Lawrence vous fera ensuite revivre son plus grand souvenir de derby en revenant sur un match où il était présent à Milan. C'est le fameux 4-2 en Février 2020. Tous les fans des Nerazzurri se souviendront certainement du sentiment qu'ils ont eu lorsqu'à la mi-temps, l'équipe a quitté le terrain de jeu 2-0 après qu'Ante Rebic et Zlatan Ibrahimovic aient mis les Rossoneri avec deux buts devant et beaucoup pensaient que le match était terminé. Ce qui s'est passé ensuite était un miracle de l'Inter des temps modernes. Les Nerazzurri ont pris le terrain en deuxième période avec un sens galvanisé du but. Marcelo Brozovic a exploité cette croyance quand il a frappé au but avec une délicieuse volée de l'extérieur de la surface à la 51e minute, il n'y avait plus de blocage pour l'Inter maintenant. Deux minutes plus tard, c'était au tour de Matias Vecino alors qu'Alexis le préparait pour égaliser devant une Curva Nord extatique. Maintenant, l'élan changeait de camp et Stefan De Vrij allait bientôt entrer dans l'action. À la 70e minute, il réussit une tête pour un but que Jurgen Klinsmann aurait été fier. 2 buts au tapis, un 3-2 qui sort (two goals down, 3-2 out, ndlr) ! La dernière indignité pour Milan est survenue lorsque Romelu Lukaku a montré sa force à la 93e minute et a tenu bon pour marquer le dernier but du match. Inter 4-2 Milan était le score final et c'était un retour qui ne sera pas oublié. Traduction alex_j via le site officiel.
  16. Voici les dernières nouvelles de Lautaro Martinez et Alexis Sanchez qui ont brillé avec leurs équipes nationales respectives. Lors des éliminatoires de la Coupe du monde 2022 Amérique du Sud, les joueurs de l'Inter sont sortis victorieux avec leur pays. Après qu'Alexis Sanchez ait marqué un doublé pour le Chili (voir après), l'Argentine qui est déjà qualifiée a vaincu la Colombie. Un autre joueur Nerazzurri a joué dans ce match : Lautaro Martinez qui a ouvert la marque après 29 minutes. Il s'est avéré être le vainqueur du match et Il Toro est sorti après 69 minutes. L'Uruguay de Matias Vecino a également triomphé en battant le Venezuela 4-1. La semaine dernière, Lautaro Martinez avait déjà marqué le but vainqueur contre le Chili d'Alexis Sanchez au Estadio Municipal Zorros del Desierto, à une altitude de 2 200 mètres. Angel Di Maria a ouvert la marque pour les Argentins, qui avaient Walter Samuel sur le banc à la place de Lionel Scaloni mis à l'écart à cause du Covid, avant que Ben Brereton n'égalise avec une superbe tête. Cependant, Lautaro marqué avant la mi-temps. Il a été remplacé par Julian Alvarez à la 78e minute tandis qu'Alexis a disputé l'intégralité du match. Alexis Sanchez a de nouveau été le héros de son pays lorsque le Chili a vaincu la Bolivie lors des éliminatoires de la Coupe du monde 2022. Le joueur de 33 ans a ouvert le score au stade Hernando Siles de La Paz d'une frappe magistrale, un coup franc merveilleusement placé. Marc Enoumba a ensuite égalisé pour l'équipe locale à la 37e minute, mais Marcelino a de nouveau remis le Chili en tête à 13 minutes de la fin. Sanchez a ensuite marqué ce qui aurait pu être le but décisif à la 85e minute avant que Marcelo Moreno ne marque quelques minutes plus tard. La victoire du Chili sur la Bolivie les voit passer à un point du Pérou avec 19 points. Traduction alex_j via le site officiel.
  17. La Gazzetta Dello Sport l’a baptisé : La "bataille de Printemps". Et elle ne fait pas référence au Scudetto, mais à la rivalité entre l'Inter et la Juventus qui va croiser la route de Franck Kessié. En effet, l’international ivorien, qui qui n'a pas encore renouvelé son contrat avec le Milan AC, s'est retrouvé dans le viseur des deux rivaux historique. Pour la Rosea, "la prolongation du contrat est désormais impossible, c’est pour cette raison que Giuseppe Marotta s’est d’ailleurs renseigné, mais le club Nerazzurro n’est pas le seul : On retrouve aussi les Bianconeri et le Tottenham de Conte a également sondé les agents du joueur." "Le nom du joueur est écrit en lettres claires dans le carnet de Marotta et celui d'Arrivabene aussi. Il est depuis longtemps dans les petits papiers de l'Inter, qui était tout près de l'échanger contre Vecino il y a deux ans. Avec le départ de l’Uruguayen à la fin de l’année, Kessié pourrait virtuellement prendre sa place tout comme celle de Vidal." "Si jusqu'à présent il n'y a pas eu de oui à l'offre présentée de six millions et demi par le Milan, le joueur pourrait vouloir changer d'air et exiger plus en termes de salaire. L’Inter y a pensé, et dans le sillage de Çalhanoğlu, elle sait que la demande est forte. Le club Nerazzurro, pour cette raison, s'est renseigné mais n'a pas fait d'offre actuellement. De plus, il semble que le Turc ait également donné à son ancien équipier quelques conseils sur la vie de l’autre côté de Milan." "La Juve, en prenant Vlahovic, a envoyé un signal à la Serie A et en peu de temps d'autres opérations ont été débloquées sur le Mercato. Les Bianconeri devront prendre un milieu de terrain pour la saison prochaine et le profil de Kessié n'est pas à exclure. Allegri l'aime bien et le club a décidé de ne pas dépasser 7 millions d'euros pour son salaire. La Juve est donc en mesure de surmonter l'offre de 6,5 millions faite par les Rossoneri avec ce montant. Dybala gagnant 7,3 millions à la Juventus, son départ (lui qui reste dans le viseur des Nerazzurri) pourrait faire de la place à l'Ivoirien." "Mais aujourd'hui, la nouvelle est différente : "L'Inter s'est assise à la table pour Kessie. Les Nerazzurri ont ouvert le menu et choisissent : l'appétit est là, l'espace pour un gros coup aussi. Car après tout, il reste 50 jours avant le début printemps, ce qui n'est pas beaucoup même pour Kessie." 3en1 "L'Inter s'est renseigné, comme il est logique qu'un club le fasse pour des joueurs en fin de contrat. Elle sait que les exigences sont élevées, au point qu'aucune offre n'a été formulée pour le moment. Mais l'agent de Kessié sait que l'Inter ne doit pas être exclu de la course. Après tout, il y en a un qui a déjà fait le voyage de Milanello à Appiano l'été dernier : Hakan Çalhanoğlu. Et celui-ci pourrait donner quelques conseils en la matière à son ancien coéquipier, dont il est un grand ami. Et qui sait, peut-être l'a-t-il déjà fait, comme certaines personnes bien informées sont prêtes à le jurer." "Aujourd'hui, derrière le milieu de terrain titulaire formé par Barella, Brozovic et Çalhanoğlu, il y a Vidal, Sensi (qui va à la Samp), Gagliardini et Vecino. Kessie serait capable de remplacer les trois derniers cités dans leurs rôles, il peut jouer en tant que meneur de jeu et récupérateur de ballon, il peut jouer dans la percussion et il occupe aussi le poste de Trequartista en équipe nationale : Ce serait une sorte de joker que Simone Inzaghi pourrait vraiment apprécier." Le Saviez-Vous ? Il y a un point commun entre Bastoni et Kessié: Ils présentent les mêmes statistiques en termes de pourcentage de passes réussies, progressions dans le dernier tiers du terrain de l’adversaire, dans les tacles, les interceptions, les ballons récupérés. En fait, Bastoni défend mais joue aussi au milieu ou comme attaquant. Kessie, à l'Inter, pourrait faire ce qu'Alessandro fait sur la gauche. Enrôler un second Rossonero en l’espace de deux ans…ou Lorsque Giuseppe Marotta se lance dans un recrutement made in FIFA 2022 ! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  18. Simone Inzaghi a salué la résilience et l'attitude inflexible de son équipe après avoir conclu un terrible mois de Janvier avec trois autres points contre Venezia. Les Nerazzurri ont dû riposter après l'ouverture du score de Thomas Henry en première mi-temps mais Nicolo Barella a égalisé avant la pause. La seconde mi-temps a été dominée, mais ce n'est qu'à la 90e minute qu'Edin Dzeko a finalement fait la percée, propulsant dans les filets un centre de Denzel Dumfries. Analyse générale du match. "Les gars n'ont jamais cessé d'y croire, jusqu'à la fin. Ils ont si bien réussi compte tenu de la série de matchs que nous avons dû jouer, ainsi qu'un match très fatigant à Bergame. Prendre un but tôt aujourd'hui aurait pu être un gros coup psychologique. Le terrain est aussi un problème, il devient injouable. Le club essaie de résoudre le problème, avec Milan, car il faut faire quelque chose pour y remédier. Ce n'est pas une excuse mais objectivement ça a été difficile de jouer en Janvier." "Les cinq remplaçants ont été décisifs aujourd'hui car nous avions besoin d'une injection de puissance et de rythme. Federico Dimarco, Arturo Vidal, Alexis Sanchez, Dumfries et Matias Vecino ont tous brillamment réussi." "Cette victoire d'aujourd'hui vaut plus que trois points car lors de nos dix derniers matchs, nous en avons remporté neuf et fait un match nul. Nous sommes qualifiés pour les 8e de la Ligue des champions et en quart de la Coppa Italia et nous avons remporté la Super Coupe. Ce sont tous de bons signes. Nous voulons continuer dans chaque compétition mais nous savons que cela va devenir de plus en plus difficile au fil des semaines." "Nous allons profiter de cette victoire maintenant, nous reposer un peu, puis à partir de mercredi, nous allons reprendre le travail avec ceux qui ne sont pas en trêve internationale et commencer à nous concentrer sur le derby. Malheureusement, les Sud-Américains ne reviendront que deux ou trois jours avant le match, mais nous continuerons, comme nous l'avons fait de Juillet à aujourd'hui." Trois buts encaissés lors de ses deux derniers matches. "Nous aurions pu faire beaucoup mieux avec le but que nous avons encaissé, même si Henry a trouvé une poche d'espace. Nous devons recommencer à être impitoyables, sinon vous pouvez vous compliquer la vie. Nous contrôlions le jeu et le but aurait pu nous faire perdre la cadence. En l'occurrence, nous sommes restés dans le match et nous avons obtenu trois points très importants pour lesquels nous nous sommes battus jusqu'au coup de sifflet final. Après cela, le derby. "Nous travaillerons du mieux que nous pourrons pendant la pause. Heureusement beaucoup de joueurs restent sur place, des joueurs comme Vidal qui est suspendu. Quant aux autres Sud-Américains, ils ont des matchs de qualification importants et les joueurs italiens seront en stage d'entraînement. Nous avons eu une série de matchs exigeants avec à peine deux jours et demi pour se préparer à chacun. Venezia a été très élogieux envers nous après le match et nous souhaitons l'être également après la performance qu'ils ont réalisée ce soir." Traduction alex_j via le site officiel.
  19. Ce n’est pas un mystère que de savoir qu'il existe une estime infinie de la part de Maurizio Sarri pour Matias Vecino. Si le milieu de terrain sera en fin de contrat en juin prochain, l’entraîneur de la Lazio souhaite l'avoir immédiatement. Mais Claudio Lotito a serré la vis : "Je ferai ce qui doit être fait, sans prêt. Sarri lui-même sait très bien que si quelqu'un part, quelqu’un arrivera. Je n'ai jamais promis trois signatures en janvier." Selon Il Messagero, Lotito ne peut seulement qu’équilibrer les comptes, tout en espérant compter sur des revenus via les ventes de Muriqi, Lazzari et Vavro. Mais à dix jours de la fin du Mercato, très peu de choses ont bougé. Sarri aurait même accepté de renoncer à Luis Alberto immédiatement, afin de pouvoir sortir de cette impasse pour avoir Matias Vecino qui est bien plus fonctionnel à son jeu. L'entraîneur appelle au sacrifice, sauf pour Hysaj, car il a refusé que le joueur parte à l’Atletico, il compte sur lui pour construire sa nouvelle Lazio. Qui prend les clés pour lui apporter avec un paquet cadeau ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  20. C’est une information en provenance du Corriere Della Sera, Giuseppe Marotta pourrait parvenir à mettre en place l’opération menant au recrutement gratuit de la Joya: "L’Administrateur-Délégué de de l'Inter sait que l'opération est complexe, mais pas impossible. Les joueurs à coût zéro sont un investissement rentable s'ils sont bons. Sur son tableau de chasse, nous retrouvons entre autres : Andrea Pirlo, Paul Pogba, Dani Alves, Emre Can, Hakan Çalhanoğlu, Alexis Sanchez et Arturo Vidal." Avec Marotta, quand une suggestion se transforme en hypothèse, l’affaire devient possible La stratégie du Padrino "L'Inter croit en l'opération Dybala, même si elle devra surmonter quelques difficultés. La première est la volonté du joueur. L'Argentin est lié à Marotta, mais il devra avoir le courage de quitter la Juventus et de se lier à l'Inter. La seconde est économique, tandis que la dernière est technique : un joueur comme Dybala est-il une opportunité, une nécessité ou un surplus ?" "Les Nerazzurri veulent baisser leur masse salariale et Dybala demande un salaire entre 7,5 et 9,5 millions net par saison (les bonus feront la différence). Un chiffre important, surtout pour un club attentif à l'équilibre financier. Mais Marotta a plusieurs cartes à jouer" "La première est l'expiration des contrats de joueurs disposant de contrat imposant : En juin prochain, les Nerazzurri diront au revoir à Arturo Vidal et Matias Vecino, se libérant ainsi de 9 millions de salaire net (6,5 Vidal, 2,5 Vecino). Si le départ d'Eriksen constitue une moins-value, elle représente une économie de 7,5 millions de salaire net supplémentaire. Soit un Total : 16,5 millions d’euros. Marotta dispose également d’une autre carte dans sa poche, en payant à Alexis Sanchez une indemnité de départ à hauteur de 4,5 millions d’euros en fin de saison. Le contrat du chilien expirant en juin 2023, le gain serait de 2,5 millions supplémentaires (le Chilien gagnant actuellement 7 millions nets)." Les fonds pour recruter Paulo Dybala peuvent donc être trouvé, mais en réalité, il sont déjà disponibles "Les suggestions peuvent se transformer en hypothèses et, parfois, en bonnes affaires. Marotta est un maître en la matière et l'Inter attend des développements, et quoiqu’il en soit : Dybala doit faire le premier pas, décider de ne pas renouveler et de partir à Milan." Une Triple Vendetta ? "En effet, le passif entre la Juventus et Giuseppe Marotta remonte à l’automne 2018, où après avoir été mis hors-jeu par le club turinois, le plus charismatique des Administrateurs-Délégués italien a du publiquement et en direct annoncé son départ. La première pièce de son Triplé à en devenir a d’ailleurs été son arrivée chez l’ennemi-juré en décembre 2018. La seconde pièce du triptyque a été le recrutement de celui qui avait remporté trois Scudetti de suite à Turin : Antonio Conte, ancien Capitaine de la Juve et désormais entraîneur à Tottenham La troisième pièce de ce triptyque pourrait être l’arrivée de Paulo Dybala en provenance de la Juventus à l'Inter, cette fois sans un laps de temps court ou assez long comme on put l’être les recrutement de Giuseppe Marotta et d’Antonio Conte Le Padrino finaliserait un "Triplé sans précédent" en dehors du terrain : Un grand manager, un grand entraîneur et un grand joueur, voilà la chaîne parfaite qui, même si elle a été composée dans le temps, pourrait offrir à l’Inter la possibilité de goûter à de nouveaux succès, en ayant le double plaisir d’avoir vu être reniéle rival historique." "Si cela s’annonce difficile, rien n’est impossible, car Marotta a déjà démontré tout son talent et toute son habilité stratégique." L’avis de Fabrizio Biasin "Personnellement, je ne pense pas que ce soit une solution si simple, ni si "géniale". Choisir de miser sur l'Argentin, qui est très fort soyons clairs, - c'est engager 60 ou 70 millions au minimum entre le salaire, les commissions et un contrat pluriannuel. C’est trop risqué même pour un talent comme le sien, surtout au vu de la récente "discontinuité de ces performances…Mais quand même : Pour l'amour du ciel, tout peut arriver. !" Pensez-vous Giuseppe Marotta et le Suning capable de poignarder et d'humilier pour une troisième fois consécutive la Juventus ? En effet, la Vieille Dame paie au prix fort le départ de l'Administrateur-Délégué Nerazzurro! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  21. C’est une information de la Gazzetta Dello Sport et, parfois, il existe des équipes qui vous veulent que du bien, comme la Lazio : Après nous avoir offert Roberto Mancini dans le passé, non-prolongé Stefan De Vrij et avoir cédé Simone Inzaghi, le club romain souhaite s’attacher les services de Matias Vecino Si le joueur est en fin de contrat au 30 juin 2022, le club entraîné par Maurizio Sarri souhaiterait le signer immédiatement: "L'intention première du club romain était de le signer gratuitement en été, mais ces derniers jours, le désir d'essayer de le recruter immédiatement a grandi. Bien sûr, certaines conditions particulières seront nécessaires comme surmonter l'obstacle que constitue le désormais célèbre "indice de liquidité". "L'autre problème est d'ordre économique, à savoir la mini-compensation que l'Inter exigera pour libérer le milieu de terrain. Pour l'Inter, Vecino risque de devenir un salaire de plus à payer et les 2-3 millions demandés pourraient alors le compenser. Le reste, pourrait être libéré par la vente de Muriqi au Cska." "D'un autre côté, Vecino retrouverait Maurizio Sarri, ce qui pourrait lui faire changer d’avis sur le fait de rester à Milan : Le joueur ayant déjà refusé de rejoindre le Genoa et Everton en Premier League." Effet domino "Si la première demande de Simone Inzaghi est celle de trouver une alternative au toujours très fiable Ivan Perisic, avec le départ de Vecino, l’Administrateur-Délégué Giuseppe Marotta et Piero Ausilio seront dans l’obligation de renforcer le milieu de terrain. Lors des échanges relatif à Stefan Sensi, le nom de Morten Thorsby a été cité. En fin de contrat en juin 2023 et ayant déjà fait part, à la Sampdoria, de son refus de parapher un nouveau contrat, il pourrait très bien rejoindre l’Inter en prêt et un simple droit de rachat." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  22. C’est une information en provenance de la Gazzetta Dello Sport et, ce n’est finalement une surprise pour personne : Giuseppe Marotta, l’Administrateur-Délégué Sport de l’Inter se prépare à lancer pour Paulo Dybala, l’argentin ayant toujours connu une relation particulière avec le meilleur dirigeant de la Botte, est en fin de contrat au 30 juin 2022! "Le coup de théâtre serait de voir Dybala évoluer la saison prochaine à l’Inter. Il ne faut pas perdre de vue ce scénario, car le club Nerazzurro est prêt à s’insérer dans les difficultés entourant le numéro 10 turinois et son club dans le cadre de la procédure de renouvellement : Il n’est d’ailleurs pas juste de considérer cela comme une manœuvre de déstabilisation, il y a quelque chose de plus, c’est une réelle idée." "Dybala et la Juventus s’étaient entendu depuis le mois d’octobre pour procéder à un renouvellement quinquennal à hauteur de huit millions d’euros plus deux de bonus par saison. Ensuite, la machine s’est enrayée à l’instant fatidique, celui où il devait prendre le style en main : L’Inter est au courant de tout, Marotta est parfaitement informé de la situation, il connait le moindre mouvement relatif à l’argentin." "L’Administrateur-Délégué Nerazzurro sait également que le numéro 10 a donné à la priorité à la Juve jusqu’à la fin de ce mois de janvier, il ne veut pas échanger avec d’autres clubs, car oui, plusieurs appels sont déjà arrivé chez son agent, Jorge Antun. De son côté, Paulo ne s’explique pas ce revirement de situation de ses dirigeants, avec lesquels, il était pourtant parvenu à définir un vrai et propre accord, actuellement. A présent, ils veulent rediscuter des termes de celui-ci, aussi bien au niveau de la durée que de l’offre salariale." "L’Inter, raisonne sur des possibles interventions à réaliser pour renforcer son attaque l’année prochaine et le nom de Gianluca Scamacca est en première ligne, mais attention aussi à l’Idée Dybala, car elle peut être l’opportunité dont parlaient certains et bien sûr Marotta en personne. Le Club de Zhang ne peut pas intervenir sur base de l’accord conclu au mois d’octobre, les dix millions d’euros globaux sont hors de portée pour le club qui a prolongé Lautaro à six millions d’euros plus bonus et qui compte en faire tout autant pour Marcelo Brozovic." "Toutefois, si le niveau des enjeux vient à diminuer sur une base inférieure, alors l’assaut à Dybala est une guerre dans laquelle l’Inter veut s’inscrire, avec de très bonnes raisons de pouvoir le ramener à la maison: Il a déjà été courtisé, il se dit même qu’il y a déjà eu une approche, précoce, mais pas trop, car les comptes de la Viale Della Liberazione le savent parfaitement." "Comprenez : Si le nouveau contrat de Dybala ne diffère pas énormément de celui en cours avec la Juve, l'Inter sera au rendez-vous. Et l'Argentin lui-même en est conscient. En juin, la masse salariale des Nerazzurri sera moins bien imposante que l’actuelle avec deux joueurs qui arriveront en fin de contrat au 30 juin 2022 : Arturo Vidal et Matias Vecino : La somme totale épargnée s’élèvera à environ 16 millions d’euros bruts par an sur les caisses de l’Inter et ces 16 millions seront suffisants pour planifier l'assaut sur Dybala." "Après lui avoir fait la cour, l’Inter disposerait des fonds pour tenter le coup et observe la situation: Marotta attend le bon moment pour tenter l'assaut car un Dybala gratuit est un plat trop délicieux pour ne pas tenter l'Inter. Marotta a déjà essayé de se l’offrir à l'été 2019, lorsqu'il a proposé un échange avec Mauro Icardi. L'estime envers le joueur est toujours intact 30 mois plus tard et paradoxalement, l’opération est plus réaliste aujourd’hui qu’à l’époque." "L’Inter est prête, mais Marotta ne veut pas faire de vagues et personne n’aime perdre des combats car finalement, plus que la Juventus, c’est bel et bien Paulo Dybala qui a tout entre les mains, il suffira donc d’attendre encore quelques semaines pour découvrir quels sont les cartes en sa possession : L’Inter est aujourd’hui considérée comme un Cheval de compétition qui pourrait peut-être l’emporter "Di Corto Muso"." Etes-vous si surpris que cela, du comportement de Giuseppe Marotta ? Entre un Scamacca payant et un Dybala gratuit, lequel recruteriez-vous ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  23. L'Inter ne devrait pas faire de recrutement lors du marché des transferts de janvier, si ce n'est trouver un remplaçant à Matias Vecino en cas de départ du club. Selon l'expert du marché des transferts de Sky Sport Italia, Gianluca Di Marzio, les Nerazzurri ne prévoient pas de recrutement majeur le mois prochain. Les Nerazzurri disposent déjà d'une équipe complète avec des options de qualité à tous les postes, mais cela n'exclut pas totalement la possibilité de nouvelles arrivées sur le papier. Cependant, le marché des transferts de janvier pourrait être difficile et il n'est pas clair quelles seraient les possibilités d'augmenter de manière significative la qualité de l'effectif de Simone Inzaghi sans grandes dépenses financières. Par conséquent, la seule chose qui inciterait le club à agir sur le marché, selon Di Marzio, serait le départ de Vecino, qui laisserait une place libre au milieu de terrain. "Vecino pourrait décider de partir, et dans ce cas il serait remplacé", a expliqué Di Marzio, "mais sinon l'Inter ne fera pas de recrutement en janvier, se concentrant plutôt sur le renouvellement des joueurs dont les contrats arrivent à échéance." ®Oxyred – Internazionale.fr via SempreInter
  24. C’est une information en provenance de la Gazzetta Dello Sport : Nahitan Nandez a déjà prévenu le Président de Cagliari, Tomasso Giulini qu’il ne prolongera pas son contrat, ce qui pourrait avoir des conséquences désastreuses pour le club sarde "La nouveauté est que l’Inter fait face à un rival aguerri qui s’appelle le Napoli. Le club a d’ailleurs présenté noir sur blanc une offre ces derniers jours. L’uruguayen a été demandé par Aurelio De Laurentiis par le biais d’un prêt de six mois accompagné d’un droit de rachat. Toutefois, le club sarde exige l’insertion de l’obligation d’achat pour faire décoller la négociation." Un week-end particulier "Hier, Nandez ne s‘est pas entraîné avec Cagliari, il y a fait l'objet de soins thérapeutiques suite à une gêne ressentie aux muscles fléchisseurs de sa cuisse droite. Mais il tient à tout mettre en œuvre pour surmonter cette faiblesse musculaire et être à son poste dimanche. Ce dimanche, il ne s’agirait pas d’un croisement anodin car sa préférence à toujours été claire : Il n’a rien contre Naples, mais l’Inter a toujours été au sommet de ses préférences. Pour y parvenir, il reste impératif que le club libère une place au milieu." "Matias Vecino, l’équipier de Nandez dans la Celeste, a fait comprendre qu’il n’appréciait pas énormément le fait de rester trop régulièrement sur le banc, et il observe ce qu'il se passe tout autour de lui. Le Napoli pense d’ailleurs à luir s’il ne parvient pas à s’offrir Nandez." Padrino Style "Un arrangement avec Cagliari peut s’annoncer bien plus compliqué que celui trouvé durant l’été. En juillet dernier, un accord avait effectivement été trouvé entre Nahitan et l’Inter avant que le Tsunami Lukaku ne viennent bouleverser les plans de l’Administrateur Délégué Giuseppe Marotta et de Piero Ausilio." "L’évaluation de Giulini reste sensiblement la même : 30 millions d’euros et l’Inter mise sur une opération à longue échéance : Un prêt onéreux (Cagliari exigeait 5 millions d’euros) et une obligation de rachat, non pas en juin prochain, mais dans 18 mois, soit pour la fin de la saison 2022-2023." "L’Inter dispose également d’une monnaie d’échange en la personne de Martin Satriano qu’elle est disposée à insérer : Uruguayen également, il pourrait déjà évoluer en Sardaigne, dès ce mois de janvier, si tout s’emboîte bien." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  25. L'Inter se déplaçait à Madrid pour tenter d'accrocher la première place du groupe D. L'occasion était belle, le cadre presque idyllique. L'Inter était sur une exellente dynamique, avec une série de 10 matchs sans défaite pour les hommes de Simone Inzaghi. En face, le Real Madrid était également dans une forme olympique, avec pas moins de 8 victoires consécutives. Mais bien malheureusement pour les supporters Nerazzuri, la marche était trop haute pour l'Inter. Dès le début du match, le jeu de possession de l'Inter se met en place. Le ballon circule bien, et le Real défend plutôt bas. Le plan de jeu Merengue est essentiellement basé sur leur diamant Vinícius Jr. Le Brésilien empile les buts et les passes décisives lors de ce début de saison, son génie et sa vitesse étant ses armes principales. Il tente une première percée à la septième minute, déposant Danio D'Ambrosio mais étant repris de justesse par un superbe tacle glissé de Nicolò Barella. Sur l'action suivante, Marcelo Brozović reprend un ballon fort de volée. Sa frapppe passe légèrement au-dessus de la transversale de Thibault Courtois. L'Inter entre dans un temps fort; Barella est acroché par le maillot dans la surface, mais pas suffisamment pour M.Brych, l'arbitre de la rencontre. À la douzième minute, sur un bon centre de Denzel Dumfries, Ivan Perisić fouette bien le ballon à ras de terre. Sa frappe part très bien, mais elle est contrée par Eder Militão. Le Néerlandais réalise un bon début de match, son jeu de remise étant très bénéfique à Barella et D'Ambrosio, ses acolytes de l'aile droite. Le Real est dans un état passif, et à la récupération, l'absence de Karim Benzema se fait ressentir dans la circulation de balle. Mais les Madrilènes n'en ont que faire. Sur une passe de Rodrygo, Toni Kroos, alors seul à 20 mètres du but, envoie une frappe instantanée et puissante dans le petit filet de Samir Handanović. Reprise imparable pour un très grand nombre de gardien, n'en déplaise à certains. Mais l'Inter réagit de suite, par l'intermédiaire de Lautaro Martínez, l'Argentin voit son centre contré et sa frappe passer au-dessus des buts de Courtois. Ensuite, c'est Edin Džeko, peu en vue lors de ce début de match, qui teste le Belge, de la tête, sur un centre de Perisić. Arrêt facile pour le portier du Real Madrid. Globalement, c'est un match plutôt équilibré, avec des situations de part et d'autre. Mais il y a quand même une équipe plus menaçante que l'autre dans la zone de vérité. Sur une nouvelle contre attaque, le Real Madrid se projette à 4, alors que les Nerazzuri ne sont que 3. Brozović sauve les meubles et gagne ce quatre contre trois. Sur un corner, Perisic trouve ensuite l'extérieur du poteau. L'Inter conserve la maîtrise du ballon, mais s'expose aux contre attaque rapides du Real, qui passe souvent par un côté gauche déserté par D'Ambrosio. Vinícius se retrouve souvent en position de force pour déclencher les mouvements dangereux. Sur une énième transition rapide, le Brésilien trouve Luka Jović dans l'espace. Le Serbe, alors en un contre un exentré face à Handanović, trouve le petit filet du Slovène. Brozović, encore une fois stellaire, éteint les situations et le peu de pressing Madrilène. Il organise le jeu à merveille, dicte le tempo de la rencontre. Mais le Croate ne peut pas tout faire. Les errements défensifs des hommes de Simone Inzaghi sont lourds de conséquences. Avant la pause, Rodrygo est trouvé seul en plein milieu de la surface, une anomalie pour la meilleure défense d'Italie. Heureusement pour l'Inter, il trouve le poteau gauche d'Handanović, ainsi que son petit filet sur l'action suivante. Felix Brych, pas tout à fait au niveau ce soir, avec un carton jaune donné à D'Ambrosio sur une faute inexistante sur Vinicius; ainsi qu'un coup franc très dangeureux aux abords de la surface donné à Kroos, sifffle la mi-temps sur ce score de 1-0 pour le Real Madrid. Les deux équipes reviennent sur la pelouse, avec un changemet pour les Nerazzuri : la sortie de Denzel Dumfries, pourtant auteur d'une bonne première période, pour Federico Dimarco. Ce dernier prend la place de Bastoni dans l'axe gauche de la défense, Bastoni passe au centre, Škriniar axe droit et D'Ambrosio piston droit. Des choix pour le moins contestables. Les deux formations maintiennent leurs idées en place. L'Inter a la possession, et le Real contre attaque avec Vinícius et Rodrygo, lancés par Kroos ou Modrić, encores fantastiques ce soir. Une balle d'égalisation est manquée par Barella, trouvé par Hakan Çalhanoglu. La frappe du Sarde passe nettemment au-dessus. Après cela, l'Inter va marquer un coup d'arrêt. Son emprise sur le ballon diminue, les occasions Merengue défilent, avec des frappes de Casemiro et de Vinícius. Arrive l'heure de jeu et le triple changement extrêmement significatif de Simone Inzaghi. Les sorties de Brozović, Çalhanoglu et Džeko pour Vidal, Vecino et Sánchez trahissent les ambitions du coach Italien. Avec la sortie de son métronome et de son point de fixation, l'Inter se retrouve drastiquement diminuée. Il devient alors très difficile de conserver le ballon, face à un milieu du Real techniquement époustouflant. Mais le vrai tournant du match arrive à la soixante-quatrième minute. Sur un long ballon, Nicolò Barella et Eder MIlitão sont à la lutte. Le ballon sort en faveur du Real, mais Barella est violemment projetté par Militão sur les panneaux publicitaires. Le milieu Italien, connu pour avoir fort caractère, craque complètemment et assène un coup de poing à la jambe gauche de Militão. Les esprits s'échauffent. Et ce qui devait arriver arriva. M. Brych sort le carton rouge pour Barella. De son côté, Militão s'en sort (très) bien, avec un simple jaune. Ce rouge est synonyme de suspension pour les huitièmes de finale pour Nicolò Barella, un énorme coup dur pour les champions d'Italie. Barella maintenant exclu, les trois milieux de terrains titulaires se retrouvent hors du rectangle vert. Simone Inzaghi souhaite maintenir son milieu à trois et sort Lautaro Martínez pour Roberto Gagliardini. Le niveau technique du milieu de terrain devient un vrai problème. Mais les entrants s'en sortent plutôt bien et parviennent à ressortir les ballons. Problème, Alexis Sánchez est tout seul devant. Le Chilien n'est pas avare d'efforts, court pour deux hommes. Mais il n'y a pas assez de présence offensive du côté de l'Inter pour espérer quelque chose. Surtout après la balle finale signée Marco Asensio. Sur un corner joué à deux, Asensio est trouvé anormalement seul aux abords de la surface de réparation Interiste. Dimarco ne sort pas sur l'Espagnol. Son pied gauche de velours fait le reste : frappe sublimement enveloppée dans la lucarne droite d'Handanović. Poteau rentrant, 2-0, et les minces espoirs de revenir pour les Nerazzuri sont réduits en poussières. L'Inter ne possède tout simplement plus les ressources pour réagir, et elle s'éteint peu à peu. La fin de match est plutôt anecdotique. Le Real fait tourner le ballon et gère tranquillement, à l'expérience, cette fin de rencontre. Seule une tête puissante de Milan Škriniar sur corner à la quatre-vingt-cinquième minute, directement sur Courtois, donne un dernier petit frisson aux supporters Nerazzuri. M. Brych siffle la fin de ce match, sans temps additionnel. L'Inter ne terminera pas à la première place de ce groupe D, et elle devra avoir à faire à un des huit géants européens ayant terminé premier de son groupe, en huitième de finale. Malgré la, voire les classes d'écart entre les deux équipes, l'Inter a quand même proposé des choses et fait preuve de caractère, ce qui est plutôt encourageant. Mais elle devra passer ce cap, aussi bien sur le terrain que dans la tête, d'ici février si elle souhaite rêver plus grand. En attendant, rendez-vous dimanche, 20:45, à Giussepe Meazza pour la réception de Cagliari. Tableau récapitulatif Résumé Vidéo Real 2-0 Inter Buteur(s): 17' Kroos (R), 79' Asensio (R) Real (4-3-3): 1 Courtois; 2 Carvajal, 3 Militão, 4 Alaba, 23 Mendy; 10 Modrić, 14 Casemiro (71' 25 Camavinga), 8 Kroos (78' 15 Valverde); 21 Rodrygo (78' 11 Asensio), 16 Jovic (24 Mariano Diaz), 20 Vinicius Jr (81' 7 Hazard) Banc: 40 Fuidias, 12 Marcelo, 17 Vazquez, 22 Isco, 13 Lunin, 5 Vallejo, 6 Nacho Entraîneur: Carlo Ancelotti Inter (3-5-2): 1 Handanović; 33 D'Ambrosio, 37 Škriniar, 95 Bastoni; 2 Dumfries (45' 32 Dimarco), 23 Barella, 77 Brozović (60' 22 Vidal), 20 Çalhanoglu (60' 8 Vecino), 14 Perisić; 10 Martinez (66' 5 Gagliardini), 9 Džeko (60' 7 Sánchez) Banc: 21 Cordaz, 6 De Vrij, 11 Kolarov, 97 Radu, 12 Sensi, 46 Zanotti Entraîneur: Simone Inzaghi Arbitre: Félix Brych VAR: ? Averti(s): 54' D'Ambrosio (I), 64' Militão (R), 74' Bastoni (I) Exclu(s): 64' Barella (I) ®Internazionale.fr ~ Aurios-Inter