Aller au contenu
×
×
  • Créer...

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'matteo darmian'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

  1. Après avoir remporté la Serie A pour la première fois en 11 ans, l'Inter entame la nouvelle saison avec l'espoir de conserver son Scudetto. Peuvent-ils vraiment le faire ? Cet été, les footballeurs de toute l'Europe ont connu ce qui semble être la saison morte la plus courte. Après la fin de la saison des clubs et de l'Euro, les équipes ont déjà commencé les préparatifs de la saison à venir. La Serie A commence le 22 août et il semble que nous ayons une saison très imprévisible devant nous. L'Inter a remporté son 19e titre de Serie A la saison dernière et entre dans la bataille pour le trône en tant que champion en titre. Tout fan de sport sait qu'il est difficile de remporter un titre, mais encore plus difficile d'en défendre un. Le changement le plus important est le nouvel entraîneur Simone Inzaghi. Antonio Conte a réussi à amener l'Inter au sommet de la Serie A après seulement deux saisons au poste d'entraîneur, mais malgré cela, la direction a décidé de ne pas poursuivre la coopération avec lui. Conte a exigé des garanties pour que le noyau de l'équipe gagnante reste inchangé, en donnant la priorité à la prolongation du contrat avec le meilleur buteur du club, Romelu Lukaku. De telles garanties n'ont pas été données, ce qui a mis fin à son passage à l'Inter. Simone Inzaghi est probablement le meilleur jeune entraîneur d'Italie, peut-être même d'Europe. Il a passé les cinq dernières saisons sur le banc de la Lazio menant l'équipe à la victoire en Coupe d'Italie en 2019. Inzaghi est connu comme l'entraîneur des joueurs, un entraîneur qui s'est bâti la réputation de tirer le meilleur parti de ses joueurs. Comme Conte, Inzaghi préfère un 3-5-2 avec des ailiers qui aiment aller de l'avant et rejoindre la ligne offensive. Dans sa formation préférée, deux attaquants centraux sont épaulés par un milieu de terrain offensif qui est devant les deux autres milieux. C'est un système tactiquement fluide qui ressemble à un 5-3-2 hors de possession alors que les ailiers reviennent en défense. Inzaghi est également connu pour sa polyvalence dans la façon dont il prépare son équipe à défendre. Au cours de son passage à la Lazio, il a mis en œuvre à la fois une pression haute et un bloc central pour récupérer le ballon lorsque leurs adversaires étaient en possession. L'équipe actuelle de l'Inter permettra à Inzaghi de mettre en œuvre son style de jeu et la direction de l'équipe le considère comme un entraîneur à long terme. Cependant, la vraie question est de savoir si Inzaghi est capable de mener l'Inter à un autre titre lors de sa première saison ? Conte a réussi à y parvenir lors de sa deuxième saison, mais contrairement à Inzaghi, Conte est un entraîneur beaucoup plus expérimenté qui a déjà remporté des titres, trois avec la Juventus et un avec Chelsea. Inzaghi a certainement la qualité d'entraîneur pour un grand succès, mais étant donné qu'il s'agit de son premier emploi en dehors de la Lazio, remporter le titre cette saison serait un énorme défi. La mise en œuvre de sa façon de jouer prendra certainement du temps et les cinq, sept premiers matchs seront cruciaux pour le succès de l'Inter la saison prochaine. Si Inzaghi parvient à remporter la majorité des points au cours de cette période, les fans de l'Inter peuvent s'attendre à une autre saison réussie. Bien sûr, la compétition est toujours énorme mais l'Inter a la qualité pour remporter des titres consécutifs. À cette fin, Inzaghi aura la majorité de joueurs qui a atteint le trône la saison dernière. Les principaux joueurs de son équipe seront Romelu Lukaku, Alessandro Bastoni, Nicolò Barella et Stefan de Vrij. Le plus grand changement dans la liste est certainement la situation avec Christian Eriksen. Nous avons tous été témoins des scènes dramatiques du match entre le Danemark et la Finlande dans lequel Eriksen était au bord de la mort. Bien que, heureusement, le joueur danois se soit rétabli, le pronostic médical indique qu'il ne pourra plus jamais jouer au football professionnel. De l'effectif de l'an dernier, Simone Inzaghi ne pourra pas compter sur Ashley Young, qui est revenu à Aston Villa, Achraf Hakimi est parti pour le PSG, Daniele Padelli est allé à l'Udinese alors que le sort d'Aleksandar Kolarov est encore incertain. Jusqu'à présent dans le mercato, les nouveaux arrivants sont Matteo Darmian, Hakan Calhanoglu et Alex Cordaz. Matteo Darmian a déjà joué pour l'Inter en prêt de Parme mais l'équipe lui a finalement fait signer un contrat. C'est un défenseur expérimenté et on s'attend à ce qu'il soit régulier dans l'équipe première d'Inzaghi. Hakan Calhanoglu a joué pour le Milan au cours des quatre dernières saisons. Le Turc joue à merveille au milieu de terrain et devrait immédiatement remplacer Christian Eriksen. Il a d'excellentes compétences en matière de jeu et est un excellent passeur. Ce qui le rend encore plus dangereux, c'est son tir qui est souvent une menace pour le but adverse. De plus, il a une compréhension distinguée du moment où changer de direction lorsqu'il est sur le ballon. Cela le rend particulièrement dangereux dans les demi-espaces centraux de la moitié adverse, car les défenseurs ont du mal à se rapprocher de lui. Alex Cordaz reprendra le poste de gardien de réserve laissé vacant après le départ de Daniele Padelli. Cordaz est un vétéran de 38 ans qui a passé les six dernières saisons à Crotone.
  2. Matteo Darmian a déclaré que cette pré-saison avait été un bon début sous la direction du nouveau boss Simone Inzaghi alors que l'Inter se préparait à défendre son Scudetto. "C'était agréable de se détendre un peu après une campagne aussi chargée, mais il est temps de recommencer maintenant. C'est un bon début de pré-saison. On a tout ce qu'il faut pour bien s'entraîner ici. Nous ferons de notre mieux pour le nouvel entraîneur et le personnel et essaierons de nous adapter à ce qu'ils attendent de nous. Nous avons une grosse saison devant nous et nous devons nous y préparer du mieux que nous pouvons." "Nous avons montré la saison dernière à quel point l'équipe est importante. On pouvait voir que tout le monde était impliqué et se sentait important. Nous savons à quel point il a été difficile de gagner le Scudetto et maintenant nous voulons le défendre. Mais lorsque vous jouez pour un grand club comme l'Inter, vous vous efforcez toujours de gagner de l'argenterie. Nous voulons aller le plus loin possible dans chaque compétition." "Quant à moi personnellement, j'essaierai de faire ce que je fais toujours, c'est-à-dire aider l'équipe et m'efforcer de m'améliorer chaque jour." "J'ai joué lors du dernier match entre l'Italie et l'Angleterre et j'espère que le fait que nous l'ayons gagné est de bon augure, même si évidemment c'est un match différent demain et ça va être très difficile. L'Angleterre a beaucoup de joueurs de grande qualité, mais l'Italie a aussi une excellente équipe, comme elle l'a montré depuis le premier match. Tout le pays espère pouvoir remporter ce trophée important."
  3. IM TOGETHER: Our Scudetto Season Review, le film de la saison 2020-2021, est sorti ce 15 Juin , en avant-première sur la chaîne YouTube officielle d'Inter et sur Inter TV. Une production Inter Media House présentée avec le Crédit Agricole: les caméras d'Inter Media House ont suivi l'équipe tout au long de la saison, pour un total de plus de 260 heures. Le tout accompagné des voix des protagonistes de cette année: 18 interviews exclusives enregistrées sur nos micros, dans lesquelles joueurs, staff et managers racontent les émotions vécues lors d'un voyage extraordinaire qui s'est terminé en triomphe. Tous les moments les plus significatifs de cet incroyable voyage sont inclus, de ceux que vous avez déjà vus à d'autres moments importants inédits, tels que le voyage retour en avion festif de Crotone, et bien plus encore. Bref, toute notre Inter est incluse: De septembre à Mai, un voyage incontournable. Terminé tous ensemble : IM Together. Ensemble, nous surmontons toutes les difficultés Ensemble, nous devenons meilleurs Ensemble, les rêves deviennent réalité Les citations suivantes sont de Lukaku, Darmian, Eriksen, Sensi, Pinamonti, de Vrij, Skriniar, Sensi, Young, Kolarov et Padelli , sortis en exclusivité dans le film de la saison : Vous pouvez les retrouver dans la vidéo en bas de l'article. Romelu Lukaku : ''Séville a été le moment le plus difficile'' ''Après Séville a été le moment le plus difficile. Je pense le plus difficile de ma carrière. Un matin, trois ou quatre jours plus tard, je me suis réveillé en me disant que cette année on gagnerait avec cette équipe et que je ferais tout pour gagner. Lors du premier entraînement, j'ai vu que beaucoup de joueurs avaient une faim incroyable, et dès le premier jour je me suis dit : Cette année, nous allons le faire.'' Matteo Darmian : ''Travail et sacrifice, nous n'avons jamais abandonné'' "Quand vous pouvez aider l'équipe et marquer des buts, c'est super, surtout quand ils sont cruciaux pour la victoire. J'ai toujours essayé d'être prêt, de me rendre disponible pour l'entraîneur, pour l'équipe et d'apporter ma contribution. Je suis heureux d'avoir marqué des buts importants, mais l'essentiel est que l'équipe ait atteint un objectif si dur et difficile avec autant de travail et de sacrifices. Jusqu'à ce que ce soit mathématiquement certain, nous n'avons jamais cédé d'un iota et nous avons toujours essayé de ramener le plus de points possible.'' Christian Eriksen : ''Le but contre le Milan en coupe était un moment spécial'' "J'ai marqué quelques buts sur coup franc dans ma carrière, mais j'en étais certainement très fier de celui là (le coup franc contre le Milan, ndlr), ainsi que pour le moment: marquer dans les dernières minutes durant Le match de Coupe pour se qualifier était spécial. Je pense que cela a changé la perception des autres, je pense que cela a montré que je suis un joueur sur lequel on peut compter.'' Stefano Sensi : ''Des fans extraordinaires, nous avons hâte de les revoir tous au stade'' ''Nous pouvons dire que cette année, nous avons été les meilleurs après neuf ans de domination de la Juventus et c'est le résultat de l'excellent travail que nous avons accompli. Les fans sont fondamentaux pour nous, nous pouvons tous dire qu'ils nous ont beaucoup manqué et que nous avons hâte qu'ils reviennent. Après tout ce temps sans eux, réentendre leurs chants et l'inspiration qu'ils nous ont toujours montrée sera fantastique.'' Stefan de Vrij : ''Une belle compréhension avec Milan Skriniar, c'est un plaisir de travailler ensemble'' ''Notre plan de jeu défensif commence avec les attaquants et notre plan offensif commence avec le gardien de but, nous le disons toujours parce que c'est ainsi que nous travaillons et parce que nous sommes unis. Skriniar a fait d'importants pas en avant en tant que joueur, il s'est beaucoup amélioré et cette année, il a été un roc ! Il arrête tout, il est très fort en tête-à-tête, il a beaucoup de force, on ne peut pas le dépasser. Pour nous, c'est un plaisir de travailler ensemble, de grandir ensemble, et maintenant que nous nous connaissons mieux, nous parlons beaucoup sur le terrain, et nous nous sommes beaucoup améliorés. Il a marqué des buts importants pour nous comme contre l'Atalanta, c'était un but très crucial et cela nous a menés à la victoire. Derrière ce Scudetto, il y a beaucoup de travail et de sacrifices, ce sont donc des émotions uniques.'' Andrea Pinamonti : ''La ligue des champions nous a donné de l'énergie pour continuer'' ''Le moment qui a changé notre saison a été la sortie de la Ligue des champions qui nous a beaucoup fait mal. On s'aime les uns les autres, on a fait un super boulot cette année, donc le groupe s'est réuni de plus en plus pour arriver à la victoire.'' Milan Skriniar : ''Les grands matchs que nous avons gagnés nous ont donné confiance'' ''Les gros matchs que nous avons gagnés contre la Juventus, le Milan et l'Atalanta nous ont donné confiance. Ce sont les moments où nous avons décidé de la saison. Nous avons toujours été unis, cela a été fondamental, je suis fier de cette équipe, nous sommes un grand groupe.'' Aleksandar Kolarov : ''La différence est faite par les hommes'' ''Pour gagner, il faut absolument de la qualité, mais la différence est faite par les hommes. La saison a été longue, mais je pense que la prise de conscience de notre force est venue avec la victoire contre la Juventus. Ils étaient l'équipe à battre et l'ont fait à juste titre dans le match où nous les avons écrasés. Je pense qu'après ce match, quelque chose a tilté en nous, puis ce n'était qu'une question de temps pour gagner le Scudetto.'' Ashley Young : ''Une fierté difficile à décrire'' ''Je ne sais pas s'il y a un match particulier du Scudetto, peut-être contre Sassuolo. Je suis incroyablement fier, je ne peux pas l'expliquer, c'est difficile à décrire, je suis fier de moi, de l'équipe, du staff et de tous ceux qui travaillent pour le Club. Dès le jour où je suis arrivé, ils ont été fantastiques avec moi, et nous avions pour objectif de gagner un jour, nous l'avons fait et c'est incroyable.'' Daniele Padelli : ''Une grande famille'' "Cela aurait été merveilleux de célébrer avec tous les fans au stade, mais ils nous ont quand même fait sentir leur chaleur. Avant chaque match, un joueur parle et dit quelque chose à toute l'équipe et j'ai dit que cette année nous avons montré que nous sommes vraiment une si grande famille, surtout dans une année aussi compliquée. C'est quelque chose dont nous pouvons tous être fiers.''
  4. Interviewé dans le nouveau film documentaire sur la chaîne YouTube officielle de l'Inter, "IM TOGETHER", l'Argentin parle des hauts et des bas et son premier scudetto. "Quand nous avons quitté la Ligue des champions, nous en avons beaucoup parlé et je pense que nous avons vu une différence même à l'entraînement. Nous étions un groupe uni et c'est important." "Quand Lukaku est arrivé à l'Inter, nous avons beaucoup parlé et un lien s'est créé, une véritable et belle amitié. Je l'aime, il m'aime, et nous travaillons ensemble, pour le bien de l'Inter." "Matteo Darmian toujours positif, il s'entraîne toujours bien. Il est toujours prêt dans la surface de réparation, des gars comme lui sont importants pour l'équipe." "Nous profitons de ce moment (le Scudetto, ndlr) parce qu'il est spécial pour nous. C'est mon premier titre. Nous avons fait quelque chose de vraiment important et je suis vraiment content de ce que nous avons réussi à réaliser, un scudetto très important pour nous."
  5. C’est une information en provenance de Tuttosport. Prêté au Borussia Mönchengladbach cette saison, Valentino va rentrer à Milan. Auteur d’une très belle saison en Bundesliga, l’international autrichien aura une carte à jouer Révélation de Tuttosport "Un ailier titulaire devra être recruté, mais voici la nouveauté relative à l’aile gauche. Sur le flanc droit, l’Inter reste bien fournie grâce à Matteo Darmian et Danilo D'Ambrosio qui a vu l’option relative au renouvellement automatique exercée par l’Inter." "Le tout, en attente qu’Inzaghi observe à l’œuvre Valentino Lazaro qui reviendra de son prêt du Borussia." Validez-vous cette idée de retester un joueur qui était en deçà des attentes Nerazzurra ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  6. Réactions des joueurs après la soirée Scudetto de l'Inter. Christian Eriksen: "Je suis ravi" "Oui, je suis ravi. Cela a été une saison longue et inhabituelle, mais c'est génial maintenant. Je veux célébrer avec les fans qui m'ont beaucoup manqué, et gagner le prochain Scudetto." Achraf Hakimi: "Heureux pour nos fans" "Je suis très heureux pour les fans de l'Inter, gagner ici est énorme. Au début, c'étaitdifficile pour moi ici; puis, avec l'aide de Lautaro et des autres, c'est devenu plus facile. Je suis très heureux ici, Je ne sais pas ce qui va se passer l'année prochaine. Cependant, je suis ravi d'être ici. J'ai beaucoup appris à l'Inter et j'en suis heureux aussi. Il faut toujours s'améliorer, et cette équipe l'est aussi. capable de faire de grandes choses à l’avenir." Stefan de Vrij: "Je ne peut pas effacer le sourie de mon visage" "Je ressens une immense joie aujourd'hui, je ne peux pas effacer le sourire de mon visage. C'est une sensation que je n'oublierai pas: ce sont les objectifs que les footballeurs ont au cours de leur carrière, et c'est merveilleux de les atteindre." "Mettre la main sur le trophée était incroyable. Nous avons atteint cet objectif avec des sacrifices et un travail acharné sur une longue période. Nous avons tous montré la volonté de réaliser ce triomphe du Scudetto. Un mur en défense? J'ai toujours tout donné, comme tout le monde. Nous nous sommes entraidés et nous formons une équipe soudée. Et nous avons réussi à atteindre notre objectif." Andrea Ranocchia: "Un sentiment particulier après tant d'années" "Je suis tellement heureux! Il y a un grand sentiment de satisfaction après tant d'années… C'est vraiment émouvant, et nous sommes nombreux à en faire l'expérience pour la première fois. Tout cela est spécial." Matteo Darmian: "Un Scudetto mérité" "C'est un succès mérité, un Scudetto mérité, donc c'est juste que nous l'apprécions. Mon fils a deux ans, je pourrai lui raconter cette journée inoubliable où il grandira." Cristian Stellini: "Enthousiasme et désir d'avancer" "C'est un moment merveilleux. Un club important avec une grande base de fans comme l'Inter ne devrait pas avoir à attendre si longtemps pour vivre une telle joie. Nous avons obtenu d'excellents résultats en Italie grâce à un groupe fantastique, et ce projet devrait se poursuivre. Le Club nous donnera les réponses à cela. Cependant, si ce projet peut se poursuivre, nous avons l'enthousiasme et le désir d'aller de l'avant. Lorsque vous travaillez avec un entraîneur de haut niveau, tout projet doit être d'un niveau de qualité élevé. Maintenant une équipe qui excelle en Italie et qui a l'ambition de grandir en Europe aussi, c'est notre objectif. C'est un triomphe difficile à imaginer et à construire. C'est le résultat d'un travail extraordinaire de tous, c'est pourquoi l'Inter doit continuer et avoir l'énergie pour continuer à grandir."
  7. gladis32

    Francesca Cormanni

    C'est l'homme du moment, donc il faut rendre hommage à sa femme Francesca et Matteo sont mariés depuis l'été 2017, ont un petit enfant qui aura 2 ans dans dix jours et un énorme chien Mais bon tout ça on s'en fout, ce que l'on souhaite ce sont des photos et là malheureusement elle est comme son époux, assez discrète sur ce coup... https://www.instagram.com/francescaeleonoracormanni/
  8. Matteo Darmian Informations Générales Nom : Darmian Prénom : Matteo Poste : Défenseur Date de naissance : 02/12/1989 Lieu de naissance : Legnano Pays : Italie Taille : 183cm Poids : 70 Kg Numéro de maillot : Au club depuis : Septembre 2020 Position sur le terrain Biographie Matteo Darmian, né le 2 décembre 1989 à Legnano, est un footballeur international italien d'origine arménienne qui évolue au poste d'arrière latéral au Parme Calcio. Carrière en Clubs AC Milan Matteo a donné ses premiers coups de pied dans un ballon dans sa ville natale, à Rescaldina (MI), où l'entraîneur était son père Giovanni. [5] Il a ensuite grandi dans l'académie Jeunesse de Milan, un club dans lequel celui qui l'a découvert Beniamino Abate a joué un rôle dans le staff technique. Darmian a fait ses débuts absolus avec les Rossoneri avant même d'avoir 17 ans, le 28 novembre 2006 dans le match de Coppa Italia Brescia-Milan (1-2), entrant après la mi-temps pour remplacer Kakhaber Kaladze. Les débuts en Serie A ont eu lieu à l'âge de 17 ans, à Milan-Udinese (2-3) le 19 mai 2007, lorsqu'il est entré à la 67e minute pour remplacer Giuseppe Favalli. Au cours de la saison 2007-2008, il est repris dans l'équipe-première mais n'est pas utilisé. Durant cette période, il devient le Capitaine et le leader de l'équipe de Primavera. Avec celle-ci, il dispute 25 matchs avec un but en championnat lors de la saison 2007-2008. Le 21 décembre 2008, il monte au jeu lors de la seconde période mettant aux prises le Milan et l'Udinese (5-1). Il s'agit-là de sa deuxième apparition en Serie A, un an et sept mois après la première. Son aventure milanaise se terminera par 4 apparitions dans l'élite. Calcio Padova Le 17 juillet 2009, à l'âge de 19 ans, l'AC Milan l'a prêté à Padova en Serie B. Le 30 juillet 2009, il a été opéré suite à une fracture du scaphoïde de son pied gauche, ce qui l'a empêché de disputer les premiers mois de la saison.'entrer dans les premiers mois de la saison. Le 28 novembre 2009, il a fait ses débuts sous le maillot de Padova en Serie B lors du duel Padova-Vicenza (1-2). Il y remplacera Andrea Soncin à la 35e minute. Le 20 février 2010, il a marqué son premier but professionnel lors d'Ancona-Padova (2-2), un match valable pour la 26e journée. En fin de saison, son club se maintient en Serie B après un play-out face à Triestina. Le 24 juin 2010, Padova a annoncé la fin du prêt et, par conséquent, le retour du joueur à Milan. Il conclut sa première année en plein essor chez les professionnels avec 22 apparitions en championnat et 1 but. il aura joué également un match avec l'équipe Primavera. US Palerme Le 12 juillet 2010, Darmian est acheté en copropriété par Palerme , qui l'avait déjà inclus dans la liste des joueurs appelés pour le stage de pré-saison la veille du jour de son transfert. L'achat est acté à la Lega Serie A deux jours plus tard. Il a fait ses débuts avec le maillot rosanero le 16 septembre 2010 en jouant comme titulaire dans le match de la Ligue Europa Sparta Prague-Palerme (3-2), il s'agira de ses débuts dans l'absolu en Coupe d'Europe. Ses débuts en Serie A interviennent lors de la quatrième journée du championnat, en remplaçant Javier Pastore à la 92e minute lors de la victoire à l'extérieur pour 3-1 contre la Juventus. Le 6 février 2011, il disputait son premier match en tant que titulaire en championnat, lors du match à l'extérieur remporté contre Lecce pour 4-2 valable pour la 24e journée. Il sortira à la 33e minute sur blessure suite à distraction musculaire au premier degré du fléchisseur de la cuisse droite . Il clôturera sa saison positivement avec 16 apparitions réparties entre la Serie A, la Coppa Italie (perdue en finale contre l'Inter 3-1) et la Ligue Europa. Torino FC Après le renouvellement du partenariat entre Milan et Palerme le 23 juin 2011, le 12 juillet suivant, il est prêté à Turin, en Serie B. Il a fait ses débuts sous le maillot grenade le 13 août à l'occassion de Torino-Lumezzane (1-0) dans un match comptant pour le deuxième tour de la Coupe d'Italie. Il a marqué le premier but de Torino-Empoli lors de la 12e journée du championnat, ce qui a permis à son équipe de l'emporter pour 2-1. Lors de Bari-Turin (1-1) de la 15e journée, disputée le 13 novembre 2011, il est victime d'une une lésion du labrum cotyloïde avec épanchement endoarticulaire. En fin de saison, Torino est promu en Serie A. Il y aura disputé 33 matchs en championnat et 1 en Coupe d'Italie. Le 20 juin 2012, Palerme a racheté l'autre moitié de la carte du joueur de Milan pour 500 000 euros et le 5 juillet suivant, son retour à Turin a été officialisé avec la formule de copropriété pour 850 000 euros. Avec le Torino, il joue 30 parties en Serie A et 2 en Coupe d'Italie. Le 20 juin 2013, Torino acquis entièrement le joueur en déboursant 675 000 euros supplémentaires à Palerme. De façon globale, le Torino aura payé le joueur un peu plus de 1,5 millions d'euros. Lors de la saison 2013-2014, il a joué 37 matchs en Serie A en terminant par par une qualification pour l'UEFA Europa League après l'échec de l'octroi de la licence UEFA à Parme. Il comptera une titularisation en Coupe d'Italie Lors de sa première apparition dans la saison 2014-2015, le 7 août 2014, Matteo marque son premier but international lors du match retour du troisième tour de qualification de l'UEFA Europa League, une victoire 4-0 à domicile contre les Suédois de Brommapojkarna; le second arrive le 11 décembre de la même année, face à Copenhague. Il marquera également lors de la manche retour du seizième de finale de la coupe, le but décisif qui permettra au Torino de vaincre l'Athletic Bilbao 3-2 à San Mamès, le club est le premier club italien dans l'absolu à yparvenir. Il marquera également son dernier but de la saison lors d'un Derby Della Mole remporté après 20 ans de disette. Au total, avec le maillot du Torino, il aura disputé 151 matchs et marqué 6 buts. Manchester United Le 11 juillet 2015, il rejoint officiellement Manchester United contre un chèque de 18 millions €. Il signe un contrat de 4 ans (+1 an en option). Il marque son premier but d'une sublime volée contre Crystal Palace. Après une première saison compliquée à cause de problèmes d'adaptations, Matteo Darmian affiche une bien meilleure copie lors de la saison 2016-2017. Saison bien meilleure grâce aux nombreux succès des Mancuniens et à des performances plus rassurantes de sa part. Il est d'ailleurs titulaire lors de la finale de Ligue Europa 2017 remportée par les Mancuniens, il réalise un très bon match et soulève le premier trophée majeur de sa carrière. Parma Le 2 septembre 2019, il est transféré à titre définitif à Parme. Le 15 du même mois, il fait ses débuts avec les Emilians dans un match à domicile perdu contre Cagliari (1-3), fournissant à Antonino Barillà une passe décisive pour le but des parmesans. Le 25 juillet 2020, il a marqué son premier but avec Parme à l'occasion de la victoire 2-1 à domicile contre Brescia. En tout, il comptabilisera 34 apparitions, pour 1 but et 1 passe décisive. Internazionale Après une période de négociation, facilitée par la bonne entente liant Parme à l'Inter, il est transféré dans le courant du mois de septembre 2020. Il y retrouvera son mentor Antonio Conte qu'il a connu en équipe nationale italienne. Equipe Nationale Matteo Darmian atteint la finale du championnat d'Europe des moins de 19 ans 2008, en étant battu par l'Allemagne. Il joue son premier match en équipe d'Italie le 31 mai 2014 contre la République d'Irlande. Convoqué en équipe nationale lors du dernier match amical de préparation avant la Coupe du monde au Brésil, il figure le lendemain dans la liste des 23 joueurs retenus. Il fait donc partie de la Squadra Azzurra lors du mondial. Il joue trois matchs lors de cette compétition : contre l'Angleterre, le Costa Rica et l'Uruguay. Il inscrit son premier but avec l'équipe d'Italie le 10 octobre 2015 contre l'Azerbaïdjan, lors d'un match comptant pour les éliminatoires du Championnat d'Europe 2016. Le Saviez-Vous ? Matteo Darmian est en couple avec Francesca Cormanni. Ils se sont marié le 14 juin 2017 et sont les parents d'un petit Achile Palmarès Club Milan Vainqueur de l'UEFA Champions League: 2006-2007 Vainqueur de la Super Coupe de l'UEFA en 2006 Vainqueur de la Coupe du Monde des Club en 2007 Manchester United Vainqueur de la Coupe d'Angleterre 2015-2016 Vainqueur du Community Shield 2016 Vainqueur de la Coupe de la Ligue 2016-2017 Distinctions personnelles Gran Galà del calcio AIC: 2 Equipe-Type de l'année de l'Année : 2014, 2015 Pallone Azzurro: 2014 Parcours: En Club: 2006-2009: Milan 2009-2010: Padova 2010-2011: Palermo 2011-2015: Torino 2015-2019: Manchester United 2019-2020: Parma Septembre 2020: Internazionale En Sélection: 2006: Italia U-17 2006: Italia U-18 2007-2008: Italia U-19 2008-2010: Italia U-20 2009: Italia U-21 2014-2017: Italia ©Wikipedia & Antony Gilles - Internazionale.fr
  9. Sur Sky Sport Italia, Lautaro Martinez a évoqué la sortie précoce de la C1 alors que sur DAZN, il a parlé de Romelu Lukaku et Christian Eriksen. "Quand nous sommes sortis de la Ligue des champions, nous en avons beaucoup parlé. Il ne nous restait plus que cet objectif (le scudetto), donc nous avons dû aller le saisir et nous avons travaillé très dur. Nous sommes ici à Appiano Gentile chaque jour en train de réfléchir à ce que nous devons faire. Nous l'avons fait et nous sommes très heureux d'être champions de Serie A." "Quand Lukaku est arrivé à l'Inter, j'y étais déjà depuis un an. Quand je l'ai rencontré le premier jour, il m'a dit: 'Je vais t'aider à marquer un tas de buts.' C'est là que tout a commencé." "Christian Eriksen est un artiste. Je me souviens de sa première séance d'entraînement ici, il a marqué deux buts incroyables de l'extérieur de la surface." "Darmian est un professionnel, si vous lui demandez, il jouerait même dans le but." "Après notre défaite contre le Milan en octobre et la sortie de l'UEFA Champions League, nous avons beaucoup changé d'avis et de façon de travailler, car nous voulions vraiment gagner quelque chose. Je pensais que nous finirions tous proches les uns des autres en termes de points, je ne m'attendais certainement pas à ce que nous soyons aussi nettement en tête. Tout cela est incroyable pour moi, j'ai toujours terminé deuxième jusqu'à maintenant."
  10. Ivan Zazzaroni peut avoir le sourire : Dans les colonnes du Corriere Dello Sport, Tullio Tinti, l’agent d’Alessandro Bastoni a ouvertement critiqué l’Inter suite au comportement de celle-ci dans le cadre de la prolongation de contrat de l’international italien La thématique des salaires "Je me sens responsable de mes joueurs : Ranocchia, Darmian et Bastoni, et je ne pense pas qu’un procédé similaire se soit déjà produit : Les clubs sont des entreprises privées:. Lorsqu’ils génèrent des bénéfices, ils ne partagent pas le produit avec leurs employés et lorsque tu fais face à une perte, ceux-ci appartiennent à la propriété. J’ai lu que la Famille Zhang avait voulu vendre et qu’il y avait un fond qui avait présenté une offre importante." Suning en voulait plus… "C’est légitime car le club est à eux. A présent, ils ne peuvent pas demander des fonds à des joueurs qui ont fait tout ce qui leur avait été demandé : Non seulement ils ont remporté le Scudetto, mais ils ont aussi accepté de repousser le versement des mensualités aussi bien en 2019-2020 que celles de novembre et de décembre, afin d’éviter toute pénalisation au classement: Une telle demande me semble inopportune, hors de toute logique." La prolongation "Autre surprise : Cela fait quatre mois que j’ai un accord avec Marotta, Ausilio et Antonello : Il y avait la promesse de lui offrir un salaire à un niveau correct et l’accord était établi en février, avant tant d’échanges de mails de confirmation. Il ne manquait que le retour du Président, de Chine, pour formaliser le tout." "Pas plus tard que vendredi, il m’a été fait part que la négociation n’a pas capotée, mais qu’il faudrait attendre que le prêt qui est en cours de négociation soit signé. Honnêtement, ce sont des choses qui ne me sont jamais arrivées." Futur "Bastoni conserve le maillot sur lui car c’est un Interiste : Il va respecter les accords car il a encore un contrat et moi aussi, lorsque je suis sous contrat, je suis habitué à le respecter. Si le club veut le prolonger à des chiffres adéquats, ok. Mais autrement, à partir du premier juillet, voire plus, les choses changeront : Que les choses soient claires : Bastoni et son agent sont heureux de rester à l’Inter, mais il est important que les choses se déroulent normalement, comme dans tous les autres clubs. C’est une période difficile, je le sais, mais ce comportement n’est pas le bon." Eder "Lorsque j’ai lu cette demande de ne pas verser deux mois de salaire, je suis resté choqué, mais ce n’est pas tout. J’avais déjà connu une situation nébuleuse avec Eder, lorsqu’il militait dans le Club du Suning en Chine. J'avais compris que la situation était inextricable et j’avais demandé la résolution anticipée, des six mois de son contrat, car il y avait eu une possibilité pour qu’il puisse revenir en Italie." "Ils ont tiré en longueur pour finalement, et après la victoire du championnat, ne lui reverser aucun salaire ni cotisation. Il n’a également pas pu transférer encore ses fonds reçu en Chine. Le club ensuite n’a pas été inscrit au championnat : C’est quelque chose d’insensé." Pensez-vous que cette sortie puisse mettre en péril l’avenir d’Alessandro à l’Inter ? Attendre de disposer du prêt pour renouveler ses joueurs cadres: Bonne ou mauvaise idée de la stratégie interiste ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  11. Le Scudetto nous revient après 11 ans d'attente et avec quatre matchs à jouer. Fatigue, détermination, faim, dévouement, victoires, célébrations ont tous accompagné un exploit qui restera gravé dans l'histoire. Voici l'équipe qui a remporté le dix-neuvième Scudetto de l'histoire de l'Inter. Samir Handanovic Le capitaine, à l'Inter depuis l'été 2012, a porté notre maillot à 386 reprises, devenant le gardien de but avec le deuxième plus grand nombre d'apparitions dans l'histoire des Nerazzurri. En championnat, il a récolté 14 clean sheets en 34 matchs et cette saison, il a passé le cap des 500 matchs en Serie A, devenant ainsi le gardien de but étranger le plus capé de l'histoire de la Serie A. Sa contribution entre les postes dans les matchs clés a été essentielle, comme dans le succès au Derby de Milan où il a réalisé trois arrêts incroyables en un peu moins d'une minute. Achraf Hakimi Il a remporté le Scudetto lors de sa première saison avec nous. Imparable avec son accélération sur l'aile droite, rapide sur le terrain et franchissant des étapes importantes, l'ailier marocain a accumulé sept buts et six passes décisives en championnat, s'imposant comme l'une des meilleures recrues de Serie A. Aussi rapide à se faire connaitre, il a marqué ses débuts en championnat avec deux passes et un but lors des deux premiers matchs officiels contre Benevento et la Fiorentina. Son premier doublé est venu contre Bologne, et ses deux dernières passes ont été pour Darmian lors de deux victoires cruciales contre Cagliari et l'Hellas. Ses incursions offensives dangereuses ont été cruciales dans le run-in de l'Inter, comme le montre son dernier but contre Crotone. Roberto Gagliardini À l'Inter depuis Janvier 2017, à sa cinquième saison chez les Nerazzurri, il a disputé 31 matches, 26 en championnat, marquant deux buts: le premier lors de la victoire contre Benevento quand il a également effectué une passe; le deuxième dans l'un des matchs fondamentaux de la course du Scudetto de l'Inter, en première partie contre Sassuolo. Un but qui a couronné l'une des meilleures performances saisonnières du milieu de terrain né en 1994 qui, lorsqu'il a marqué, s'est transformé en une amulette pour l'équipe: l'Inter, en fait, a remporté les onze matchs de Serie A dans lesquels Roberto Gagliardini a marqué. Stefan de Vrij À l'Inter depuis l'été 2018, il a reçu le prix individuel du meilleur défenseur de Serie A en 2019-2020 et a été inclus dans l'équipe de l'année de la dernière saison. Sa croissance a été constante et cette saison, il a scellé sa place de point focal dans la défense: un silencieux et précieux leader, comme le confirment ses 123 apparitions sous le maillot Nerazzurri. Les statistiques le récompensent surtout pour ses interceptions et dans son jeu d'approche (1 but et 31 apparitions en Serie A 2020/21). Alexis Sanchez À l'Inter depuis août 2019, il a apporté sa technique, son expérience, son imprévisibilité et tout son courage à la cause Nerazzurra. "Âme et corps": c'est ainsi qu'il s'est lancé dans l'extraordinaire course de l'équipe vers le 19e Scudetto, se taillant avec détermination et humilité. Il a fait 37 apparitions cette saison, et 27 en championnat, où il en a fourni six passes décisives et a marqué cinq buts, trois de suite entre le but contre le Genoa et son doublé contre Parme, victoires fondamentales dans les deux matchs disputés après avoir dépassé le MILAN au classement. Matias Vecino Né en 1991, il a rejoint l'Inter à l'été 2017 et au cours de ses quatre saisons avec les Nerazzurri, il a marqué des buts décisifs pour l'équipe et pour tous les fans. L'Uruguayen est revenu sur le terrain en 2021 après une opération au genou l'été dernier, franchissant une étape prestigieuse avec les Nerazzurri: la victoire contre Cagliari était en fait sa 100e apparition pour l'Inter toutes compétitions confondues. Romelu Lukaku Gigantesque, injouable, puissant. À sa deuxième saison avec les Nerazzurri, il a aidé à chasser et à gagner le Scudetto, en grande partie grâce à ses buts et ses passes décisives. 27 buts cette saison, 21 en championnat accompagnés de dix passes décisives, dans une saison au cours de laquelle l'attaquant belge a battu des records et franchi le cap des 300 buts en tant que professionnel: 61 sont venus lors de ses 92 apparitions pour les Nerazzurri (44 en Serie A, 4 en Coppa Italia, 6 en Ligue des champions, 7 en Ligue Europa). Récompensé en tant que joueur de Serie A du mois en Février, Lukaku a porté l'équipe à travers l'un des points clés de la saison lorsque, en l'espace de deux semaines, il a marqué un doublé lors de la victoire 3-1 contre la Lazio, suivi de un but et une passe décisive contre le Milan (3-0) avec une célébration inoubliable, et un autre but et une passe contre Genoa. Lautaro Martinez Aux côtés de Lukaku, il a formé le duo le plus prolifique de la Serie A (36 buts à eux deux en championnat). "Il Toro" Lautaro Martinez, à l'Inter depuis juillet 2018, a fourni cinq passes et marqué 15 buts en Serie A cette saison, dépassant son record de la saison dernière (il a terminé la saison dernière avec 14 buts en 35 apparitions). Toujours présent, l'attaquant argentin est le seul joueur à avoir disputé tous les matchs de championnat (34) et les matchs de saison (44 apparitions au total). Sa saison a commencé avec trois buts et une passe décisive dans les trois premiers matchs, étant deux fois le protagoniste avec plusieurs buts: un triplé contre Crotone au Meazza et un doublé dans le Derby de Milan. Aleksandar Kolarov Une première saison chez les Nerazzurri pour le défenseur serbe arrivé à l'Inter le 8 septembre 2020. L'expérience et la qualité sont des caractéristiques fondamentales de son répertoire footballistique. Il a fait onze apparitions cette saison, et sept en championnat, où il a fourni l'une des plus belles passes décisives de la saison: un coup franc parfaitement placé pour le but de Perisic lors du match contre Parme. Stefano Sensi À l'Inter depuis l'été 2019, après une saison baptisée de buts à ses débuts en championnat contre Lecce et dans laquelle il a mis en valeur toutes ses qualités, le milieu de terrain né en 1995 a fait 17 apparitions cette année, dont 14 en championnat où il est entré sur le terrain en tant que titulaire dans les victoires contre Benevento, Cagliari et Crotone. Andrea Ranocchia A l'Inter depuis la saison 2010-2011, il est le seul joueur de l'équipe à remporter son deuxième trophée avec les Nerazzurri après la victoire de la Coppa Italia en mai 2011 en finale contre Palerme. Sa passion pour le football et pour l'Inter, son travail, son engagement et son dévouement se sont étendus sur ces dix années, faisant de lui une ressource précieuse et un exemple pour ses coéquipiers et les supporters. Ivan Perisic Ivan Perisic a grandi de mieux en mieux tout au long de la saison où, match après match, il s'est taillé un rôle fondamental dans la conquête du Scudetto. Après sa saison prêtée au Bayern Munich, le Croate s'est rendu disponible pour l'équipe et en tant qu'ailier offensif à part entière, il a montré toutes ses qualités, précieuses en récupérations de balles, comme sur le front offensif: 29 apparitions en championnat où il a brillé lors de matches clés tels que les matches de deuxième partie contre la Lazio et le Milan (dans lesquels il a fourni deux de ses quatre passes décisives en Serie A en 2020-2021). Trois buts inscrits en championnat, le plus récent contre la Spezia, lorsqu'il a franchi le cap des 200 apparitions à l'Inter toutes compétitions confondues. Ashley Young Il rejoint les Nerazzurri en janvier 2020, il a immédiatement montré ses qualités, marquant quatre buts et obtenant quatre passes décisives en deuxième partie de la saison dernière. Générosité et vision du jeu sont les traits qui ont également caractérisé son jeu cette saison, dans laquelle l'ailier anglais a été déployé à 31 reprises, avec 23 apparitions en championnat et trois passes décisives. Arturo Vidal La première saison de Vidal sous la tunique Nerazzurra. Après son arrivée à l'Inter en septembre 2020, il a joué 23 matchs de championnat et 30 matchs toutes compétitions confondues, fournissant une passe et marquant deux fois dans le process. Ces deux buts sont survenus en Janvier: après s'être emparé de la Fiorentina en huitièmes de finale de la Coppa Italia, il a trouvé le chemin des filets dans l'une des plus grandes rencontres de la saison. En effet, sa tête contre la Juventus a été l'un des moments clés de la campagne. Nicolò Barella Il est le joueur de champ qui a joué le plus de minutes cette saison. Lors de sa deuxième campagne à l'Inter, il s'est avéré être un pilier clé du milieu de terrain grâce à sa capacité technique, sa vision, sa qualité et son intensité. Joueur dynamique et agressif, il joue avec sa tête et ses pieds et a marqué de grands et importants buts. Sa volée contre Cagliari a déclenché un retour fantastique, tout en scellant la victoire des Nerazzurri contre la Juventus. Ensuite, il y a eu sa brillante frappe du pied droit à Florence. Trois buts et six passes pour le joueur de 24 ans en championnat cette saison. Christian Eriksen Quatrième Danois de l'histoire de l'Inter, il est au Club depuis janvier 2020. Le moment clé pour lui cette saison est venu en quarts de finale de la Coppa Italia lorsque son coup franc parfait a envoyé l'Inter en demi-finale. Il a trouvé sa place dans la configuration tactique de l'Inter au cours de la seconde moitié de la saison, sa contribution aidant les hommes d'Antonio Conte à devancer leurs rivaux. Au Stadio Diego Armando Maradona, il a marqué son deuxième but en Serie A avec une fantastique frappe du pied gauche de l'extérieur de la surface. Il a ensuite trouvé le filet pour la septième fois sous le maillot de l'Inter lorsqu'il a ouvert le score contre Crotone. Daniele Padelli Il est à l'Inter depuis le 3 juillet 2017. Après avoir fait ses débuts le 12 Décembre de la même année, il a fait huit apparitions au total. Six d'entre eux sont survenus la saison dernière lorsqu'il a remplacé Handanovic et a également gardé le but de l'Inter lors de la victoire de l'équipe lors du Derby de Milan. Il fête désormais le 19e Scudetto du Club qu'il a toujours soutenu: l'Inter! Danilo D'Ambrosio Il est l'un des joueurs qui porte le plus longtemps le maillot Nerazzurri: il est au Club depuis Janvier 2014. Il a souvent joué un rôle crucial, surtout dans les moments les plus critiques. Sa course, ses sacrifices continus, ses blocages, ses passes décisives et ses buts ont été précieux et arrivent souvent à des moments cruciaux. Il a marqué trois buts en championnat cette saison, son dernier contre Cagliari en décembre. Il en a mis dans les phases finales, tout comme il l'a fait contre la Fiorentina pour donner la victoire à l'Inter. Il a trouvé le filet 20 fois en 230 apparitions à l'Inter. Matteo Darmian Lors de sa première saison, il a apporté une contribution vitale au triomphe du Scudetto. En effet, ses buts contre Cagliari et l'Hellas ont scellé deux victoires capitales. Cohérent, assidu et tenace: il a marqué quatre buts cette saison, dont trois en championnat, un record personnel pour lui. Milan Skriniar À sa quatrième saison sous nos couleurs, le défenseur slovaque a débuté 29 des 30 matches de championnat qu'il a disputés cette saison après avoir raté le début de la campagne à cause du Covid. Pilier clé de la défense Nerazzurra, la meilleure de la ligue après avoir encaissé seulement 29 buts en 34 matches, il a joué un rôle crucial grâce à sa force, sa capacité à lire le jeu et sa supériorité dans des situations individuelles. Un match clé pour lui a été le match à domicile contre Atalanta, un match qu'il a marqué (il a marqué un total de trois buts cette saison) et où l'Inter a gardé une clean sheet contre la meilleure attaque. Marcelo Brozovic Le Croate a fait le deuxième plus grand nombre d'apparitions ans l'équipe actuelle (239) et a constamment été plein de course et d'idées. En moyenne, il a parcouru 12 km par match, plus que tout autre joueur. Pilier clé du milieu de terrain de l'Inter, Brozovic a également fourni six passes décisives en championnat et a trouvé le filet contre Parme. Alessandro Bastoni À sa deuxième saison avec les Nerazzurri, le joueur de 22 ans a été l'un des joueurs les plus marquants et a brillé dans la défense de l'Inter grâce à sa physicalité, sa technique, sa vision et sa précision. L'un de ses moments les plus mémorables de la saison est survenu contre la Juventus: il a joué un incroyable ballon devant (plus de 60 mètres!) pour Barella, qui a fait le 2-0. C'est une saison qui l'a vu lancer un coéquipier pour marquer à trois reprises et faire ses débuts avec la Squadra. Andrea Pinamonti Après avoir traversé les rangs des jeunes Nerazzurri, Andrea Pinamonti est revenu au Club avant la campagne en cours. Sa première apparition à l'Inter a eu lieu en Décembre 2016, l'Italien disputant cinq matches lors de sa première saison. Le premier match de sa deuxième saison a eu lieu contre le Genoa le 24 octobre 2020. C'était la première de sept apparitions cette saison (cinq en championnat, une en Ligue des champions et une en Coppa Italia). Filip Stankovic L'Inter était son destin. Lors de sa première saison en équipe première, il est devenu champion d'Italie avec le club dans lequel il a toujours été et où il a grandi et s'est développé. Andrei Radu Sa carrière Nerazzurra a commencé dans les rangs des jeunes de l'Inter à l'âge de 16 ans. Gardien au caractère bien trempé, il a fait ses débuts au club le 14 mai 2016 contre Sassuolo. Après des périodes de prêt à Avellino, Gênes et Parme, il est retourné chez nous en août 2020.
  12. Après les avoir guidés vers un 19e titre de Serie A, Antonio Conte est apparu en tant qu'invité sur Sky Sport Italia mais ne serait pas attiré par les questions entourant son avenir au-delà de cet été, alors qu'il s'approche de la fin de sa deuxième saison chez nous. "Nous n'avons pensé au présent que parce que nous ne pouvions pas le faire autrement, nous voulions atteindre notre objectif. Maintenant que Steven Zhang est arrivé à Milan, il reste quatre matchs, mais je veux aussi profiter de ce moment. Dans d'autres victoires, je me suis retrouvé pris dans d'autres situations et je n'ai pas apprécié ce moment, cette fois je veux en profiter après de nombreux sacrifices. Ensuite, il y aura du temps pour parler et comprendre la situation, mais en ce moment, et en vertu d'expériences passées dans lesquelles je n'ai rien ou peu apprécié, je veux en profiter au maximum avec l'équipe et ma famille. Nous l'avons mérité et je veux que personne ne nous dérange." "Nous sommes certainement très heureux et satisfaits car ramener le Scudetto à l'Inter avec quatre matchs restant témoigne du bon travail que nous avons accompli. Maintenant, il y a plus de sérénité. Il est inévitable que nous voulons continuer à bien faire, peut-être en donnant des opportunités à ceux qui ont moins joué, non pas parce qu'ils ne l'ont pas mérité mais à cause de mes choix. Nous essaierons de faire de notre mieux jusqu'à la fin. J'attends une grande mentalité de la part des garçons." "Honnêtement, la meilleure chose qui m'est arrivée à l'Inter au cours de ces deux années a été de trouver un groupe qui me faisait aveuglément confiance, à moi et à mes dirigeants, c'était la meilleure chose. La croissance des joueurs a apporté ce résultat. Ils m'ont demandé ce dont l'Inter avait besoin pour retrouver le succès et j'ai dit que j'aurais besoin du développement individuel de chaque joueur, à la fois physiquement et mentalement. Les garçons ont grandi aujourd'hui, ce sont maintenant des joueurs qui ont gagné. L'Inter joue au football moderne, elle sait tout faire, de la construction à la contre-attaque. Les joueurs ont appris à tout faire, à lire le jeu. Une équipe doit savoir lire les moments et interpréter différents styles. Nos vertus étaient nombreuses et nous les avons augmentées avec le travail. J'aime voir cette équipe jouer, seul un aveugle ne verrait pas la beauté du but marqué à Crotone par exemple. Ce sont toutes des situations éprouvées en formation. Tant de buts que nous marquons, je ne veux pas dire qu'ils sont des copies conformes, mais ils se pratiquent à l'entraînement. Je n'ai pas supprimé les tweets me demandant de partir! Je pense que ces tweets provenaient de fans adverses qui espéraient que je m'en irais, évidemment cela leur convenait comme ça." "Cela m'excite de voir Sanchez faire certains mouvements, vous pouvez voir la qualité du joueur. Je peux proposer une idée mais cela demande de la qualité. C'est l'équipe qui gagne. Darmian, Perisic, Hakimi, vous les considérez comme des arrières latéraux mais pour moi ce sont des attaquants, ce qui me donne un joueur de plus en défense et deux en phase offensive, ce sont basiquement des attaquants supplémentaires. Darmian est né en tant qu'arrière latéral, mais il est le prototype d'un joueur moderne. Il y parvient avec une grande qualité. Quand j'étais joueur, ce que je détestais, c'était lorsqu'un entraîneur mentait pour me garder heureux. J'ai toujours dit la vérité, même si c'est mauvais, peut-être au début ça fait mal mais à la fin le joueur comprend et apprécie ceux qui disent des choses en face. Les joueurs savent que je prends toujours des décisions pour le bien de l'équipe." "Pour Perisic, mon idée initiale était de l'utiliser comme ailier, et il avait les compétences. Le joueur doit également être disposé à le faire. Cette année, il est de retour avec un objectif différent. C'est un footballeur avec des qualités incroyables, j'attends toujours de grandes choses de lui car il a une grande personnalité. Au moment où il l'a compris, je l'ai fait jouer, je ne l'ai pas oublié. Il a les qualités pour être encore plus décisif." "Certes, cette année, il y a eu aussi un changement d'un point de vue tactique. Au cours de ces deux années, je pense qu'avec les garçons nous avons essayé différentes situations, nous avons continué comme nous l'avions terminé l'année dernière en pressant sur différentes zones du terrain. L'année dernière, nous avions grandi, terminant juste un point derrière la Juventus et en finale de la Ligue Europa. Une équipe qui veut gagner a besoin d'un bon équilibre entre les phases défensive et offensive. À mon avis, pendant le match, il y a le moment où vous pressez haut et le moment où vous attendez dans votre propre moitié de terrain, vous devez être prêt à interpréter cela. Cette année, nos adversaires ont trouvé des moyens de contrer et, à mon avis, l'entraîneur doit comprendre qu'en tout, il faut un bon équilibre dans les deux phases. Nous avons changé au cours de l'année, dans certains matchs, nous avons joué avec deux milieux de terrain agressifs et dans d'autres avec deux joueurs de balle. Contre Sassuolo, nous avons eu du mal car ils construisent avec beaucoup de joueurs, ils s'entraînent à faire ce type de possession de balle. Mais nous avons profité de ce type de situation. Je pense que toute grande équipe ne doit pas avoir un seul style, elle doit respecter l'adversaire et en même temps ne pas être submergée. La maturité tactique a été au cœur de notre croissance au cours de cette saison." "La comparaison avec Giovanni Trapattoni me rend heureux et c'est un grand honneur d'être comparé avec un grand entraîneur et un homme comme Trapattoni. Vous savez que j'ai eu la chance de le rencontrer à la Juventus, s'il n'avait pas été là, je n'aurais pas fait ce voyage à la Juventus et en tant qu'entraîneur. Gagner avec l'Inter n'est pas facile. Ceux qui ont joué pour l'Inter et qui ont été entraîneurs comprennent que c'est une situation compliquée, il faut comprendre la dynamique. Je ne me suis jamais perdu et cela a également été apprécié par ceux qui se plaignaient de mon passé. J'ai déménagé comme n'importe où ailleurs. J'ai été appelé par l'Inter pour les ramener au sommet, je l'ai fait en deux ans et cela me remplit de satisfaction. Ce n'était pas une chose facile."
  13. Celui auquel on ne s'attendait pas. Celui qui avec ses buts contre Cagliari et Vérone a placé sa signature sur un championnat et un titre tout proche. Matteo Darmian a conquis le coeur des tifosi par sa discrétion et son efficacité. Il a livré un bel entretien pour la Gazzetta dello Sport, voici ses propos : "Et dire que dans l'équipe il y a des gens beaucoup plus habitués à marquer que moi... Mais si les buts arrivent, tant mieux. Le plus important c'est que j'ai gagné la confiance du coach et de mes coéquipiers." Attendre le Scudetto est-il plus beau que le moment où ce sera officiel ? "Non ce moment sera l'heure la plus excitante. Il reste encore quelques points et nous espérons les obtenir au plus vite. Cette saison s'est passée de manière crescendo mais depuis le début nous savions que nous ferions quelque chose de bien." Pourquoi ? A quel moment avez-vous pensé que c'était la bonne année ? "A Sassuolo au premier tour, avec tout ce qui s'est passé avant et après. C'était un match délicat et nous laissions trop de points en championnat. Gagner a été décisif pour le moral. Avec ça au lieu de nous assommer, sortir de la Champions League nous a re-déterminés." Vous êtes arrivé tranquillement ici et vous êtes décisif. C'est ça un pari gagnant ? "C'est la preuve que j'ai bien fait de retourner en Italie. Au cours de la dernière année à Manchester j'ai peu vu le terrain. Ces moments là vous aident à grandir mais avec le football je suis comme un enfant, je veux toujours en faire partie intégrante." Pouvez-nous parler du discours de Conte après avoir dépassé l'AC Milan ? "Il a été clair et ferme avec : « Maintenant ils sont en retard, psychologiquement nous avons un avantage. Tout dépend de vous, ne faisons pas l'erreur de regarder les autres ». Et nous l'avons fait." Pourtant pour vous les joueurs ça n'a pas été simple depuis les rumeurs des difficultés du Suning en janvier ? "Nous sommes des professionnels et nous avons fait ce qu'il fallait faire, c'est à dire nous concentrer sur notre travail. De ce fait nous sommes devenus encore plus soudés." Conte vous soutient pour l'Euro. Vous espérez toujours une place ? "C'est l'ambition ultime. J'ai eu la chance de disputer une Coupe du Monde et un Euro. Maintenant je suis là, je fais de mon mieux. Nous verrons." De l'Euro 2016 à aujourd'hui, avez-vous retrouvé le même Conte ? "C'est comme si je ne l'avais jamais quitté. Féroce et toujours avec la même envie d'amener son équipe au max." Il s'est amélioré ? "Tactiquement oui. Et au niveau du caractère." Vous avez eu de nombreux entraineurs dans votre carrière. Parlez-nous de Van Gaal et de Mourinho : "Le premier est un monstre des règles. C'est lui qui me voulait à United. Un des premiers jours il m'a pris à part et m'a dit « tu es là grâce à moi. Tu as ma confiance et tu joueras ta place avec Valencia. Sache que pour moi le nom n'a pas d'importance ». Mourinho lui, n'a pas d'autres amours que la victoire. Je lui dois des trophées comme l'Europa League." Qu'est-ce que Conte a de plus que ces deux là ? "Il a de grandes idées, tactiquement il est une marche au dessus." Pouvez-vous suivre Hakimi à l'entrainement ? Quel est le meilleur au monde à votre poste ? "J'essaye mais c'est dur... Par l'âge et le talent c'est l'un des meilleurs clairement. Pour le meilleur je dirais Alexander-Arnold. Par le passé Zanetti et Cafu." En un mot le Scudetto pour vous c'est : "La joie. La fin d'un chapitre. Aux personnes qui veulent devenir footballeurs, n'abandonnez jamais votre rêve. Ne perdez jamais votre sourire même face aux sacrifices, qui sont nécessaires." ®gladis32 - internazionale.fr
  14. Alberto Dalla Palma est éditorialiste au Corriere Dello Sport. Celui-ci s’est penché sur le parcours des 3 grands d’Italie et une chose est certaine, seule l’Inter fait Honneur à son blason! "Si Conte ne considère rien pour acquis en se montrant toujours attentif et pointilleux, il a tout de même confirmé que l’Inter a le Scudetto entre ses mains à 95%. Ce qui revient à dire que ce chapitre est clos. Il l’a immédiatement compris suite au but de Darmian face à Vérone, lorsqu’il s’est retrouvé inondé dans l’étreinte Nerazzurra." "A cinq journée de la fin de la saison, il n’y a plus aucun adversaire qui est capable de faire peur à l’équipe la plus forte du championnat, aussi bien au niveau de son noyau et de sa valeur, plus que du nombre de points d’avance." "Super" Europa "Des rivaux, il n’y en a pas eu à proprement parlé lors de cette phase de match retour, grâce à la série de 11 victoires consécutive et à la contemporaine disparition de Zlatan Ibrahimovic, sans lequel, il a perdu du terrain et prend des risques, au point de risquer de se retrouver en Europa League. Le Milan lui a d’ailleurs a proposé une prolongation de contrat et un salaire défrayant la chronique, étant donné qu’il n’a pas été tenu compte de la pandémie lié au Covid." "Il pourrait retrouver en Europa League la Juventus qui a été tenue en échec par la Fiorentina et qui a été reprise au classement par l’Atalanta. Et si Conte admet avoir quasiment remporté le Scudetto, Pirlo confesse de se sentir sur le sellette à l’aube d’un échec plus qu’évident." Pensez-vous, qu’il est possible de se diriger vers une saison rêvée en Championnat, avec la Beneamata Championne, tandis que ses deux éternels rivaux se retrouveraient en Ligue Europa ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  15. Notre ailier frappe en seconde période alors que l'Inter est première à 79 points. Résumé de ce Inter – Hellas qui fut un peu soporifique. Il y a des films qui n'ont pas beaucoup d'impact mais, pour une raison ou une autre, ils méritent une chance et vous restez, finalement, collé. Peut-être attendez-vous qu'une scène cruciale ou un héros inattendu se présente. Inter vs Hellas Vérone semblait être l'un de ces films pendant une grande partie du match et l'un que nous avions tous vu auparavant. C'était comme l'Inter contre Cagliari il y a quelques semaines. C'était un match serré sans trop d'action contre une équipe qui ne donnait pas grand-chose. Le but est finalement arrivé à cette occasion avec Darmian trouvant les filets à la 77e minute sur une passe décisive d'Hakimi. C'était une scène qui s'est répétée aujourd'hui, avec l'Italien trouvant le filet via une passe du Marocain à la 77e minute pour émerger une fois de plus comme le héros de l'intrigue. Était-ce inattendu? Jusqu'à un certain point, oui, mais Antonio Conte l'a amené à faire la différence contre Cagliari et il s'est opposé une fois pour voler la vedette, transformant ce qui semblait être un 0-0 décevant en une victoire merveilleuse et vitale 1-0. Les scènes finales étaient les mêmes, l'équipe et l'entraîneur célébrant tous ensemble avec Darmian au milieu de tout cela. Nous avons tenu bon pour gagner 1-0, ce qui nous amène à 79 points avec cinq matchs à jouer. Six défaites lors des sept précédents matchs pour Vérone ne trompaient personne, tout le monde savait qu'il serait un adversaire coriace et rien ne pouvait être tenu pour acquis. Conte a gardé le même onze de départ que celui contre la Spezia, tandis que Juric a opté pour son système classique en 3-4-2-1, qui pouvait être flexible en fonction des différentes situations. Ceccherini marquait Lautaro et Magnani collé à Lukaku. Dimarco montait souvent haut sur le flanc gauche, tandis que Faraoni jouait un rôle plus bas sur la droite. Vérone s'est déplacé en tant que groupe uni, à la fois pour appuyer et se regrouper lors du retour. Handanovic était chargé de commencer les phases de l'arrière, tandis que Brozovic et Eriksen cherchaient à ajouter un peu de créativité au milieu de terrain. La première chance s'est présentée deux minutes plus tard alors que Latuaro passait, mais sa tentative pour tromper Silvestri a raté le but avant qu'il n'entre en collision avec le gardien de but. C'était un début prometteur pour l'Inter avec Hakimi chargeant sur le flanc droit. Bien que son rythme n'ait pas tout à fait conduit à un but, ses efforts avec les deux pieds se sont rapprochés et Silvestri a brillamment réussi à empêcher l'un de ses tirs à raz de terre. L'Inter n'a cependant pas été en mesure de monter un siège sur le but adverse, et Vérone était dangereux, en particulier grâce Lasagne très mobile. Ils ont créé une grande occasion lorsque Bessa a été stopé par le Handanovic, avant que le suivi de Dimarco ne passe au large. C'était une frayeur pour l'Inter, qui, cependant, ne concédait pas grand-chose derrière. En revanche, le jeu offensif des Nerazzurri manquait d'intensité. Lukaku était constamment encerclé et Lautaro était bien maté par la défense de Vérone. Quant à Perisic, il n'eut pas beaucoup de joie contre Faraoni, tandis que Barella était moins précis que d'habitude. La première mi-temps s'est terminée avec l' Inter très consciente qu'un changement de rythme était nécessaire. Cependant, c'est Vérone qui a semblé plus vivant dans les premières minutes de la seconde période. Les visiteurs poussaient haut sur le terrain et gardaient la possession. Privée du ballon, l'Inter avait du mal à mettre en place des mouvements dangereux. La tension était clairement là, et les hommes de Conte comptaient principalement sur des balles directes vers les attaquants et des incursions individuelles vers l'avant. C'est exactement ce que Lautaro a produit à la 64e minute, lorsqu'il a chargé en avant et a réussi à atteindre la surface. Cependant, Silvestri était là pour l'empêcher de marquer. Cinq minutes plus tard, le poteau a sauvé les visiteurs suite à l'excellent coup franc de Hakimi à plus de 25 mètres. Des signes prometteurs, mais Vérone refusait de céder un pouce et était même proche de marquer par Barak. Le moment qu'attendait l'Inter arriva à la 76e minute. Les Nerazzurri ont finalement trouvé un espace pour jouer, Hakimi a fait irruption en avant et a choisi Darmian, et l'Italien a caressé le ballon dans le filet. Pandemonium. Ce n'était pas la fin, cependant. En effet, ce fut une longue finale de 20 minutes, avec l'Inter jetant ses corps sur la ligne et montrant un immense cœur pour voir le match se terminer. Un film de 93 minutes qui s'est avéré être un thriller. Trois points pour les Nerazzurri. Résumé du match INTER (3-5-2) : 1 Handanovic; 37 Skriniar, 6 de Vrij, 95 Bastoni; 2 Hakimi (33 D'Ambrosio 79 '), 23 Barella, 77 Brozovic (5 Gagliardini 79'), 24 Eriksen (12 Sensi 65 '), 14 Perisic (36 Darmian 65'); 9 Lukaku, 10 Lautaro (7 Sanchez 71 '). Suppléants : 27 Padelli, 97 Radu, 8 Vecino, 13 Ranocchia, 15 Young, 99 Pinamonti. Entraîneur : Antonio Conte. HELLAS VERONE (3-4-2-1) : 1 Silvestri; 17 Ceccherini (27 Dawidowicz 46 '), 23 Magnani (21 Gunter 46'), 3 Dimarco (13 Udogie 72 '); 5 Faraoni, 61 Tameze (9 Salcedo 65 '), 14 Ilic, 8 Lazovic; 7 Barak, 40 Bessa (90 Colley 77 '); 92 Lasagne. Suppléants : 22 Berardi, 25 Pandur, 11 Favilli, 15 Çetin, 19 Rüegg, 20 Zaccagni, 29 Kalinić. Entraîneur : Ivan Juric. Buteurs : 76 'Darmian (I) Avertissements : Ceccherini (V), Magnani (V), Barak (V) Temps supplémentaire : -, 3'. Arbitre : Abisso. Assistants : Galetto, Rossi. Quatrième arbitre : Prontera. VAR : Nasca. Assistant VAR : Valeriani.
  16. Aux micros des différents médias, Antonio Conte a réagi à la courte victoire de ses joueurs contre le Hellas Verone. Voici ses propos : Aujourd'hui ce n'était pas l'Inter le plus brillant, mais cela ne comptait que pour une chose, la victoire, qui est arrivée : "N'oublions pas que c'était le troisième match en sept jours. J'ai décidé de remettre les mêmes joueurs car nous venions de deux rencontres très bien jouées malgré deux nuls. Aujourd'hui nous avons fait un bon match contre une équipe physique, avec de nombreuses occasions. Certes, une situation comme celle de Lautaro en début de match montre que c'est pesant, plus que d'habitude. C'est inévitable que les joueurs commencent à ressentir l'attente de quelque chose d'important qui approche. On ressent un peu de pression, de responsabilité. Gagner cette année signifie emmagasiner de l'expérience qui vous amène à être un gagnant pour la suite. D'autres perdent des points alors que nous, nous avons une régularité dans nos résultats. Parfois nous luttons plus, d'autres moins, mais l'important est de garder le pied sur l'accélérateur." Le Scudetto ? "Je vois 95% de chances de gagner le Scudetto. Ce n'est pas encore conquis, mais gagner contre une équipe qui n'avait rien à perdre et qui est venue jouer ouvertement rapporte non pas trois points, pas six, mais neuf points. A cinq journées de la fin nous avons un bon écart. J'ai signé avec l'Inter sachant que j'ai 1% de chance de gagner. Je ne suis pas superstitieux mais un coach de mon niveau ne peut pas être satisfait. Nous voulons y arriver le plus tôt possible, pour profiter de cette fin en faisant jouer ceux qui ont travaillé et qui méritent d'être sur le terrain pour ce qu'ils ont montré. Tout le monde a mis de côté son ego. Il y a l'envie de finir en beauté et de donner une grande joie au club et aux tifosi." Lors des trois dernières rencontres, un seul tir au but pris par match. Comment évaluez-vous votre trio défensif ? "Je vois beaucoup de similitudes avec le chemin tracé avec Bonucci, Barzagli et Chiellini à la Juve. Eux aussi étaient à zéro en terme de curriculum. Ici s'ils commencent à gagner, ils débuteront un chemin. Ils auront plus de confiance et seront conscients de ce qu'ils peuvent faire. La BBC était vierge en termes de victoires quand elle a commencé avec moi. J'espère que la même chose puisse arriver avec Skriniar, Bastoni et de Vrij. A Chelsea c'était différent avec des joueurs qui avaient une grosse expérience et un CV déjà gagnant." Vous avez pris l'habitude de faire un tour de terrain avant le match. Pourquoi ? "Je le fais depuis un certain temps avec Oriali. Nous faisons une promenade qui sert aussi à relâcher les tensions, et voir comment est le terrain puisque les joueurs ne le font plus. Dans ces moments là vous espérez commencer au plus vite et de voir comment ça se termine. On se réjouit aussi assez fréquemment de ce qui se passe dans ces deux années, des sacrifices, des inquiétudes, et on espère que la rencontre se déroule comme le plan préparé." Quelle est votre satisfaction d'être l'homme qui change l'histoire d'un groupe ? "Certes au cours de ces deux ans nous avons travaillé dur non seulement au niveau du football, mais aussi mental. Comme dit à maintes reprises, l'Inter n'avait pas été compétitif depuis très longtemps. Nous avons essayé l'an passé. Là nous sommes proches du Scudetto. On travaille beaucoup d'un point de vue mental, les garçons le savent. Parfois vous pouvez être lourd mais ici j'ai trouvé quelques gagnants qui adoucissent tout ça. Au final le chemin est extrêmement difficile, il faut travailler, se sacrifier et renoncer à certaines choses. Ceux qui proposent cela sont mal vus au début mais les résultats font comprendre aux joueurs que le chemin est juste. Ils font alors confiance à l'entraineur." Comment avez-vous amélioré Hakimi ? "L'important est qu'il ne prenne pas les pénaltys... Il est très bon sur les coup-francs mais sur les pénaltys tout le monde doit mourir avant qu'il ne tire. C'est une pipe là dessus et il y a de la place pour qu'il progresse." Un commentaire sur Darmian ? "Matteo a gagné une place importante à l'Inter. Il est arrivé tranquillement après avoir joué pour Parme et après quelques saisons à United. C'est un gars exceptionnel et on peut toujours sur lui. Il a de grandes qualités, il fait de quelque chose de beau pour lui-même et ses coéquipiers. Ce serait bien de l'observer pour l'équipe nationale." Après le Scudetto, vous avez dit que vous prendrez la parole dans une conférence sans filtre : "Je n'ai pas dit ça. J'ai été très clair j'ai dit qu'il fallait se concentrer sur le présent et sur le Scudetto. Après vous pourrez peut être me poser des questions sur l'année prochaine. Tout a commencé après les interviews à la Spezia où j'ai aussi parlé de la Super League en disant des choses importantes, mais qui sont passées inaperçues. Ma réponse était de vouloir regarder le présent mais évidemment il faudra un peu de clarté. Point final. Si vous posez la même question aux dirigeants vous aurez la même réponse. Parfois on me fait passer pour un belliqueux, comme les commentaires sur ma conférence d'hier. Mais jamais comme cette année je n'ai été aussi silencieux et je n'ai pensé qu'au travail." Nous ressentons votre désir de rester là où vous êtes : "Partir toujours de zéro et faire un travail à 2-3 ans et devoir tout recommencer est fatigant. Je m'investis beaucoup et il est évident que j'espère pouvoir continuer ce travail. Je serais heureux de pouvoir continuer celui-ci, voir peut être le terminer mais il est clair qu'avec ce qui se passe nous devons comprendre ce qui peut être possible, et fait de manière sereine. Cela devient difficile. La communication avec les médias n'est que dans un sens et on sait que tout tombe sur le coach. Je sais que mon patronyme est lourd. Au fil des ans je me suis retrouvé à me battre, et à me débattre en Ligue des Champions avec des équipes non équipées." ®gladis32 - internazionale.fr
  17. L'impact de Matteo Darmian sur l'Inter cette saison a été comparé à celui de Fabio Grosso lors du triomphe de l'Italie en Coupe du monde 2006 par le journaliste italien Fabio Caressa sur Sky Sport Italia. "Ils se sont tournés vers Darmian, un parfait exemple de cette Inter. Est-il comme Grosso à la Coupe du monde? Oui, c'est une comparaison appropriée. Un joueur décisif aujourd'hui et contre Cagliari." "Il est évident que cette Inter appartient à Romelu Lukaku et Lautaro Martinez, ou encore à Christian Eriksen en seconde partie de saison. C'est l'Inter d'Achraf Hakimi, mais s'il n'est pas là, Darmian l'est. Ou il joue à gauche." "C'est un groupe fort et ce n'est peut-être pas un hasard s'il s'est regroupé encore plus lorsque tout est devenu plus difficile à cause des critiques extérieures. Conte est un excellent entraîneur, comme Marcello Lippi dans ce domaine, il a réussi à garder tout le monde concentré. Vous pouvez voir dans l'étreinte qu'ils se sont tous donnés à la fin du match et ce n'est pas un hasard. Je pense que gagner un match aussi important avec un but de Darmian est le triomphe de Conte."
  18. A nouveau buteur, cette fois contre le Hellas Verone, Matteo Darmian est l'homme du moment. Au coup de sifflet final, voici sa réaction au micro de Dazn, pour une victoire qui pèse beaucoup : "Absolument oui elle est capitale. Nous savions qu'aujourd'hui ça allait être difficile car Vérone joue sur l'homme et pratique un bon football. Mais là seul le résultat compte, les trois points sont arrivés et ils nous rapprochent de l'arrivée." Êtes-vous le symbole de la gestion de Conte ? "Nous travaillons chaque semaine, du premier au dernier joueur et l'entraineur nous garde toujours au garde-à-vous. Nous sommes tous importants. Je ressens la confiance de l'entraineur et de mes coéquipiers, tout est plus facile." Qu'est-ce que ça fait d'être décisif ? "C'est plaisant. Nous nous entrainons pour être prêts pour ces émotions. La journée s'est bien déroulée et la victoire est très importante." On doit vous appeler Romelu ou Lautaro Darmian ? "Non ils sont meilleurs pour marquer. J'essaye et parfois ça passe. L'important est que les victoires viennent." ®gladis32 - internazionale.fr
  19. Le mot "trajectoire" peut faire référence à la façon dont une balle se déplace, mais il peut également définir la forme d'une équipe. L'Inter a été sur une trajectoire très positive ces derniers temps, les Nerazzurri étant entrés dans le match contre Naples après onze victoires consécutives. Le match de hier soir allait toujours être particulièrement difficile, et cela s'est avéré être. Le Napoli a cherché à mettre la pression pendant la première moitié de la première période. Ensuite, l'équipe de Conte a montré pourquoi ils profitent actuellement d'une si bonne trajectoire. Les Nerazzurri ont été solides et aussi malheureux: ils ont concédé un but contre son camp et ont frappé le bois à deux reprises au cours des 45 premières minutes au Stadio Diego Armando Maradona. Puis, après la pause, ils ont joué en équipe, nivelant les choses grâce à la fantastique frappe du pied gauche d'Eriksen. Et tandis que Naples a frappé la barre lui-même vers la fin, Handanovic a rarement été appelé à agir. Hakimi aurait pu le gagner à la fin, mais il a été bloqué par un énorme arrêt de dernière minute. 1-1, finalement . Alors que la course gagnante de l'Inter est terminée, les hommes de Conte ont toujours un avantage de neuf points au sommet. Il reste sept marches à gravir. Recueillir onze victoires consécutives apporte avec lui le désir de continuer sur une voie victorieuse. Mais lorsque de telles victoires ont été remportées en jouant avec de manière aussi précise et bien définie, il est inévitable que les adversaires déploient certaines contre-tactiques. L'Inter s'est rendu sur le terrain dans sa formation habituelle en 3-5-2, avec Darmian positioné sur le flanc gauche. Gattuso est resté avec un 4-2-3-1 mais a demandé à son équipe d'appuyer et de lire le jeu d'une manière hautement codifiée et organisée. Le Napoli n'avait pas peur de monter sur le terrain, avec Demme, par exemple, visant à étouffer Eriksen et Ruiz surveillant attentivement Brozovic. L'Inter était heureuse de rester assise et le Napoli n'avait pas l'air particulièrement dangereux malgré le contrôle de la possession. L'Inter ne s'est échappée qu'à quelques reprises au début, avec ce succès venu quand ils ont pu sortir Koulibaly du jeu et gagner du terrain. Lukaku avait l'air dangereux avec sa course, tandis que Darmian était vif sur la gauche. À la 29e minute, Lukaku a frappé la barre après avoir utilisé son pied droit sur le tir de Brozovic. Mais juste au moment où les Nerazzurri profitaient de leur meilleure phase du match, le Napoli a frappé. C'était un but plutôt délabré, Handanovic se déplaçant vers le ballon pour récupérer le centre bas d'Insigne, heurtant de Vrij et détournant malheureusement le ballon dans le filet. Inter a absorbé le coup et a immédiatement frappé le bois une seconde fois: le coup de pied d'Eriksen a rebondi sur Lukaku et est sorti à cause du poteau. Ayant pris du retard pour la première fois en trois mois, il était clair que les Nerazzurri voulaient corriger les choses rapidement. Dans le dernier coup de la première mi-temps, Lautaro a choisi Barella avec un joli ballon, mais Meret s'est précipité pour nier l'Italien. L'attitude de l'Inter en seconde période était une volonté absolue de marquer. Et ainsi, ils ont poussé le terrain et ont tenté de repousser le Napoli. Ce n'était pas un siège, pas tout à fait. Parce que Meret n'a pas été obligé de faire beaucoup d'arrêts, mais le Napoli a souffert de la volonté de fer de l'Inter et s'en est tiré. Dans le jeu de préparation pour l'égalisation, l'Inter a travaillé en équipe, comme toujours, et a utilisé toute la largeur du terrain. Hakimi a déferlé sur la droite et a joué dans un centre. Il arriva aux pieds de Darmian, dont la balle ricochait au bord de la zone, où Eriksen l'attendait. Le Danois, avec une frappe tonitruante, a trouvé le coin inférieur, 1-1. La trajectoire parfaite. L'Inter est parti à la chasse d'un second tout de suite, mais le match ne s'est jamais vraiment ouvert, malgré le rythme plus rapide et les nombreux duels qui ont augmenté son intensité. Le Napoli cherchait constamment à prendre du retard, Insigne manœuvrant continuellement, Ruiz inspirant et Politano cherchant à faire sa marque. Et il a presque fait exactement cela à la 80e minute, quand il s'est frayé un chemin à travers les joueurs et a frappé la barre. Un peu de chance pour les Nerazzurri aussi. L'équipe de Conte n'a jamais cédé. Au cours des dernières minutes, ils ont essayé de déplacer le ballon rapidement, Sanchez faisant de nouveau preuve d'empressement après son entrée. Ensuite, Manolas a fait une énorme intervention de dernière minute pour refuser à Hakimi ce qui aurait été le but vainqueur, le Marocain se retrouvant dans une situation en tête-à-tête contre Meret. RÉSUMÉ DU MATCH NAPOLI (4-2-3-1) : 1 Meret; 22 Di Lorenzo, 44 Manolas, 26 Koulibaly, 6 Mario Rui; 4 Demme, 8 Fabian Ruiz (5 Bakayoko 91 '); 21 Politano (23 Hysaj 91 '), 20 Zielinski (7 Elmas 88'), 10 Insigne; 9 Osimhen (14 Mertens 74 '). Suppléants : 16 Contini, 46 Idasiak, 3 Zedadka, 19 Maksimovic, 33 Rrhamani, 37 Petagna, 58 Cioffi, 68 Lobotka. Entraîneur : Gennaro Gattuso. INTER (3-5-2) : 1 Handanovic; 37 Skriniar, 6 de Vrij, 95 Bastoni; 2 Hakimi, 23 Barella, 77 Brozovic, 24 Eriksen (5 Gagliardini 84 '), 36 Darmian (14 Perisic 69'); 9 Lukaku, 10 Lautaro (7 Sanchez 75 '). Suppléants : 27 Padelli, 97 Radu, 8 Vecino, 12 Sensi, 13 Ranocchia, 15 Young, 33 D'Ambrosio, 99 Pinamonti. Entraîneur : Antonio Conte. Buteurs : 36 'Handanovic OG (I), 55' Eriksen (I) Avertissements : Koulibaly (N), Darmian (I), Demme (N), Politano (N), Mertens (N), Hakimi (I), Manolas ( N) Temps supplémentaire : 1 '- 4'. Arbitre : Doveri. Assistants : Costanzo, Ranghetti. Quatrième arbitre : Marini. VAR : Mazzoleni. Assistant VAR : Paganessi.
  20. Le manager a copté pour "garer le bus'', mais un premier Scudetto depuis 11 ans est en vue après la 11e victoire consécutive de l'Inter contre Cagliari. L'Inter s'apprêtait à prolonger sa course gagnante avec un 11e match consécutif et un ancien joueur réclamait le licenciement du manager. "Ils ne jouent pas bien!" a protesté Antonio Cassano lors de son apparition hebdomadaire sur la chaîne Twitch de Christian Vieri, sa colère s'intensifiant alors qu'il répétait la phrase trois fois. "Antonio Conte joue un 5-3-2, tout le monde derrière le ballon, tout le monde aligné devant son propre but. Il gare le bus et vous ne pouvez pas vous en sortir. Si j'avais un manager comme celui-ci, j'irais voir le président et lui dirais: «Débarrassez-vous de lui»." Cette opinion n'a pas surpris les réguliers téléspectateurs de la chaîne de Bobo. Le dégoût de Cassano pour le football de Conte a été un thème constant de la réussite chaotique de BoboTV depuis son lancement en septembre. C'était connu bien avant cela. C'est un homme qui a expliqué sa décision de ne pas rejoindre la Juventus au début de la dernière décennie en disant qu'il ne pourrait jamais se considérer comme l'un des "petits soldats" du manager. Il est difficile d'imaginer que Conte perde le sommeil à cause de telles remarques. Ces jours-ci, franchement, il est difficile de l'imaginer perdre quoi que ce soit. L'Inter n'a pas perdu un point en Serie A depuis que la phase retour. Leur titre n'est pas encore mathématiquement assuré mais, après avoir battu Cagliari 1-0, ils détiennent une avance de 11 points sur Milan, deuxième, avec huit matchs à jouer. Si l'Inter a fait une erreur, au cours des trois derniers mois, c'est peut-être de rendre tout cela trop facile. Ils sont sur le point de mettre fin à la série de neuf Scudetti consécutifs de la Juventus et de devenir eux-mêmes champions pour la première fois depuis 2010. Mais l'absence de danger a diminué le spectacle de ce sprint final vers la ligne d'arrivée. Lorsqu'il n'y a pas de compétition à proprement parler, certains observateurs chercheront plutôt à chercher les poux sur la tête d'une équipe gagnante. Cassano n'a pas été le seul à critiquer après que l'Inter ait battu Sassuolo tout en détenant moins de 30% de possession. Seulement deux fois en huit matches elle avait terminé au-dessus de 50%. Ils ont dépassé ce chiffre dimanche, bien que de justesse, contre des adversaires qui siègent à la 18e place. L'Inter était toujours en contrôle, le seul tir cadré de Cagliari venant d'une tentative à longue portée du Radja Nainggolan, mais n'a pas brisé l'impasse avant le 77e minute lorsque Matteo Darmian a concrétisé le centre d'Achraf Hakimi au deuxième poteau. Conte a sprinté sur le terrain pour célébrer, partageant une étreinte avec toute l'équipe et plantant un baiser sur le front du Marocain. Dans un Meazza vide, c'est sa réaction, plus encore que celle de ses joueurs, qui a servi à nous rappeler de ce qui était en jeu. Même ainsi, à plein temps, le manager semblait mécontent: pas de son équipe mais du récit qui les entourait. Interrogé sur Sky Sport pourquoi il n'était pas plus heureux, Conte a déclaré que ses joueurs n'obtenaient pas le respect qu'ils méritaient pour leurs réalisations. Il a rappelé à son public que l'Inter lui avait demandé de revenir à la victoire dans les trois ans, et qu'ils étaient sur la bonne voie pour le faire dans deux. Il est dans la nature de Conte de s'attarder sur les affronts perçus. La première partie de cette saison a été caractérisée par une querelle entre lui et Fabio Capello, dont la définition de l'Inter comme une équipe de contre-attaque a suscité une furieuse réaction. En regardant ces chiffres de possession récents, on pourrait conclure que l'ancien manager de l'Angleterre avait eu raison, mais nous entrons ici dans un monde de sémantique contestée et contestable. Conte n'acceptera jamais que son équipe joue en contropiede (contre attaque) mais il parle fièrement de l'efficacité de leur ripartenze, ou, mieux encore, simplement de leur partenze, leur capacité à "relancer" ou simplement "se lancer" rapidement dans des attaques dévastatrices après avoir remporté la possession. Cassano n'est pas le seul à détester une telle approche réactive. Sa suggestion de protester auprès du président, cependant, est plus un aveu de qui il était en tant que footballeur qu'une plainte réaliste. Les propriétaires de l'Inter, et la plupart des supporters, sont ravis de l'homme qui les a remis au sommet. La tendance de Conte à s'apitoyer sur lui-même peut ennuyer, mais son coaching a été brillant, cette course au titre s'appuyant sur des ajustements constants tout au long de la campagne. L'Inter a commencé cette saison à se battre pour la possession beaucoup plus haut sur le terrain, mais a modifié son approche après avoir constaté qu'elle laissait trop de buts pour que même les prolifiques Romelu Lukaku et Lautaro Martínez puissent suivre. Les Nerrazzurri ont concédé 23 buts lors de leurs 17 premiers matchs, mais seulement quatre fois au cours des 13 matchs depuis. Ils sont devenus une lotte de mer de football, un prédateur en embuscade qui tire sa proie, évaluant la perspective d'une récompense et attendant le bon moment pour les dévorer. Près de 70% des buts de l'Inter ont été marqués en seconde période, une statistique qui reflète à la fois la capacité de Conte à identifier et à exploiter les faiblesses des adversaires pendant un match, et la nature d'un plan de match qui invite les adversaires à s'épuiser à poursuivre un but qui le plus souvent n'est jamais atteint. Il l'a fait en intégrant des joueurs qui avaient été précédemment écartés. Les problèmes financiers qui ont empêché les propriétaires du club, Suning, d'investir dans le mercato de janvier, pourraient avoir une bénédiction déguisée, obligeant Conte à se concentrer sur les "récupérations" footballistiques Ivan Perisic et Christian Eriksen déployés respectivement dans de nouveaux rôles d'ailier arrière et milieu de terrain hybride regista / box-to-box. Il y a une flexibilité dans les alignements de l'Inter qui n'était pas présente au début de la saison. Manquant l'influent Nicolò Barella dimanche, Conte a aligné son équipe contre Cagliari avec un trio de milieux offensifs composé de Eriksen, Marcelo Brozovic et Stefano Sensi, mais a compensé ce choix avec la sélection de deux de ses ailiers les plus défensifs: Darmian et Ashley Young. Bien sûr, c'est l'un des remplaçants, Hakimi, dont l'accélération et la percussion par la droite ont déverrouillé la défense de Cagliari. Mais cela aussi sera une source de satisfaction. L'Inter a parfois été accusée de trop compter sur Lukaku et Martínez, qui n'est pas une si mauvaise paire sur laquelle s'appuyer, avec 36 buts et 14 passes décisives pour eux, mais d'autres ont également été décisifs au cours de cette séquence de victoires. Ce qui ressort de cet Inter, c'est le sentiment que, quel que soit le scoreur, le but finira par arriver. Conte a commencé son mandat à l'Inter en insistant sur le fait qu'ils ne seraient plus pazza, fous, un trait que l'hymne du club a endossé. Au lieu de cela, il a fait des références répétées à la Juventus comme modèle de réussite, une équipe avec un accent particulier sur la victoire et rien d'autre. Semaine après semaine, tout au long de la seconde moitié de cette saison, son équipe s'est rapprochée de cet idéal. Quand Cassano regarde jouer Inter, il ne voit qu'un bus garé. Dans le contexte de la Serie A, l'Inter en est venu à ressembler à un poids lourd irrésistible. Texte traduit de "From pazza to partenze: Conte defies Cassano criticism as Inter march on" publié sur le site du Guardian le 12 Avril 2021.
  21. Très bonne nouvelle comme nous le confirme Tuttosport : Antonio Conte pourra compter sur Ivan Perisic qui est rétabli "Le croate était absent depuis début avril en raison d’un problème musculaire. Entre aujourd’hui et demain, il devrait rejoindre ses équipiers et être convoqué pour le Napoli." "Il n’est pas dit qu’il jouera car l’entraineur pourrait confirmer Young ou insérer Darmian, avec la présence d’Hakimi à droite. Vidal qui souffre d’une inflammation du genou depuis plusieurs semaines et Kolarov, victime de douleurs dorsales, sont plus en retrait : Ils devraient rejoindre le groupe qu’à partir de la semaine prochaine." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  22. Nicola Berti a exhorté l'Inter à continuer de surfer sur sa vague d'enthousiasme en battant Naples dimanche soir dans une interview publiée sur le site officiel de l'Inter. Sur Napoli - Inter. "Ce sera un match très important à l'extérieur de Naples. Ce sera un gros test de la mentalité de l'Inter, car battre une équipe comme le Napoli serait un autre signe de la force de cette équipe." "L'Inter a maintenant une force mentale extraordinaire, elle a accumulé 11 points d'avance avec de belles performances et en remportant des matchs difficiles. Quand vous êtes sur une vague comme celle-ci et que vous avez leur mentalité, vous faites tout pour essayer de la maintenir." La progression et solidité du groupe. "Ce qui est important, c'est que cette équipe ne s'est pas constituée du jour au lendemain, c'est le résultat d'une planification minutieuse. Cela signifie que l'Inter ne pourra que s'améliorer dans les prochaines années car l'équipe est parfaitement organisée. La façon dont tout le groupe est allé célébrer ensemble le but de Darmian contre Cagliari vous en dit long. C'était un match très difficile, vous pouvez voir que quelque chose se crée ici. J'ai vu un peu de notre équipe vainqueure du titre lors de la saison 1988-1989 dans cette étreinte de groupe; cette équipe a un équilibre et c'est la clé." Congratulations à Romelu Lukaku et Nicolo Barella. "J'aurais pu marquer beaucoup de buts en contre-attaque si j'avais joué avec Lukaku. Les qualités les plus notables de Lukaku sont sa force physique et son désir de marquer à tout prix, et c'étaient deux compétences que j'avais aussi en tant que milieu de terrain." "J'ai toujours aimé Barella aussi, depuis qu'il était à Cagliari. Il a ce courage et cette agressivité positive que j'avais, c'est un vrai leader et il a la qualité la plus importante à mon avis, c'est qu'il n'abandonne jamais."
  23. C’est un fait, l’Inter d’Antonio Conte fait parler. Très souvent critiquée par le passé, cette saison, la squadra Nerazzurra est auteur de 11 victoires de suite, une série de victoire qui lui permettent d’ambitionner un Scudetto tant attendu depuis 10 ans. Pour Fabrizio Biasin, le mérite en revient à la façon dont a été structurée son noyau. Comme nous tous, Fabrizio pardonne, mais n’oublie pas Son Edito au Libéro "Durant des années, on a cassé les couilles de l’Internazionale FC en disant que ce n’était pas une équipe composée d’italiens et qu'elle misait seulement sur les étrangers. Depuis une paire de saisons, la tendance s’est inversé : Marotta ayant choisi en parfait état de cause de donner une identité Azzurra au groupe Nerazzurro." "Dans ls détail, on retrouve Barella, Bastoni, Sensi, mais aussi des vieux soldats tels que Ranocchia, D’Ambrosio et Gagliardini. Sans oublier Matteo Darmian qui est arrivé dans l’indifférence générale, sans présence de tifosi et même avec quelques contestations. Il a été capable de réaliser son devoir comme un grand, preuve en est son but décisif face à Cagliari." "Penser que l’identité italienne est la raison pour laquelle l’Inter passe d’une équipe qui coulait à celle qui surfe est franchement présomptueux. Mais écrire que ce n’était pas une façon d’agir intelligente est également erroné." Les trois clés du succès " La première est que l’Inter est composée d’un noyau de joueurs d’expérience : Pour ne citer qu’eux : Lukaku est un attaquant qui marque un but par match, Brozovic a disputé une Finale de Coupe du Monde, tout comme Perisic. Eriksen a été durant six saisons, l’un des meilleurs voire le meilleur milieu de terrain de la Premier League. De Vrij et Skriniar figurent parmi les défenseurs les plus convoités du continent, sans oublier Barella et Bastoni qui sont encore jeunes, point." "La seconde clé est Conte qui perçoit un salaire comme personne parmi ses collègues de Serie A : 12 millions d’euros et il y a une raison : Il est le plus brave, le plus expérimenté, le plus doué pour gérer les 38 journées." "La troisième clé, ce sont Marotta et Ausilio qui n’ont pas seulement acheté des joueurs, ils ont su construire une équipe. Et si vous y pensez, ce sont deux concepts bien différents." Etes-vous d’accord avec l’analyse du Tifoso Nerazzurro ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  24. Regarde ça, cette étreinte. Regarde Antonio Conte embrassant Achraf Hakimi. Regarde la joie sur le visage de Matteo Darmian alors qui glissait sur la surface lisse du terrain du Meazza. C'était une véritable démonstration de la force qui lie ce groupe. Ils sont comme les cinq doigts de la main, même quand il y a les murs les plus obstinés à abattre. Nous savons tous que le football est étrange. Contre Sassuolo, l'Inter a marqué deux fois sur deux tirs cadrés. Contre Cagliari, Vicario a déjoué les Nerazzurri à de nombreuses reprises lors de ses débuts en Serie A. L'Inter a fait 15 tirs, dont 7 étaient cadrés, mais c'était une petite tape après ce qui ressemblait pratiquement à une mêlée de rugby qui a scellé les trois points pour les Nerazzurri. Lukaku à Hakimi à Darmian, but. L'Inter s'est endormie un peu vers la fin mais elle a tenu bon pour sa onzième victoire consécutive. 74 points maintenant, onze d'avance. L'Inter était sans Nicolò Barella suspendu pour la première fois cette saison et a apporté quelques changements après la victoire sur Sassuolo. Bastoni et Brozovic sont revenus dans le onze de départ, Darmian a commencé sur la droite, Sensi a été déployé au centre tandis que Sanchez est associé à Lukaku devant. C'était une journée pour les gardiens de but: Handanovic a égalé Ivano Bordon sur la liste des apparitions de tous les temps à l'Inter, tandis que Vicario a marqué ses débuts à Cagliari par une superbe performance. Les Nerazzurri avaient un contrôle presque total du ballon. Alors que le trio de milieu de terrain de Brozovic, Sensi et Eriksen faisait tourner les choses, Sanchez créait l'espace pour aller de l'avant. Les vagues de mouvements vers l'avant interistes se sont souvent écrasées contre un mur créé par les hommes de Semplici, qui étaient bas avec deux lignes basses et cherchaient à fermer tout espace qui pourrait apparaître. Accélérer le rythme et impliquer tout le monde était la clé pour débloquer une défense aussi dense. La longue portée est également devenu une arme utile; Eriksen pensait avoir marqué avec une superbe frappe du pied droit, mais Vicario a réussi un arrêt stupéfiant pour refuser le Danois. Créer de l'espace, nous disions: Sanchez a trouvé le filet, mais était hors-jeu. Sensi et Sanchez y allaient sous le même angle, sur le bord de la surface, tirant avec entêtement et grande détermination. Cagliari s'est organisé et a essayé de s'appuyer sur Pavoletti pour alléger le fardeau, en s'appuyant sur des tirs de loin de Nainggolan pour essayer de piquer l'Inter, comme la saison dernière au Meazza. À la 40e minute, énième chance pour l'Inter: Sanchez s'est échappé et a passé à Darmian, mais son tir du gauche de l'intérieur de la surface a été bloqué par un excellent arrêt de Vicario. Cette équipe de Cagliari a été difficile: lorsque vous êtes dans la zone de relégation, ces points sont comme de la poussière d'or, et les tentatives désespérées de but de l'équipe sarde ont rendu la tâche encore plus difficile pour l'Inter. Les hôtes étaient nerveux sur leurs sièges avec les arrêts effectués par Vicario, dans ce qui est devenu un duel prolongé, un face-à-face entre les Nerazzurri et le gardien de Cagliari. Ses arrêts se sont multipliés et se sont multipliés et se sont multipliés. L'Inter n'a trouvé aucune ouverture et s'est essayé aux tirs de loin: Sensi, Eriksen et Lukaku ont tous tenté leur chance et ont tous été bloqués par les gants du gardien. Le but, la libération et la joie sont arrivés à la 77e minute. L'obstination des Nerazzurri n'a pas non plus été gâchée: c'était une phase de jeu classique, née du travail d'équipe. Lukaku a lâché son marqueur et a passé à Hakimi qui était frais et énergique, sur sa droite. Il est allé plus loin, et Darmian a pénétré au centre, a joué à sa gauche juste au moment où le Marocain lui passer la balle. Son pied gauche envoya le ballon en l'air et il s'enfonça dans le fond du filet, faisant fondre la boule qui était au fond de la gorge de l'Inter pendant bien trop longtemps. De la joie et des câlins, puis une autre lutte. Parce que Cagliari a amélioré son jeu, pour la première fois. Ils se sont déchaînés vers l'avant, mettant le ballon en l'air pour leurs menaces aériennes. Un autre jeu a commencé, composé d'en-têtes et de ruptures et de rebonds. Les jambes fraîches de Gagliardini, Vecino et D'Ambrosio ont stimulé l'équipe et Lukaku a assuré le jeu final. Cela fait 11 victoires consécutives et 11 points d'avance. INTER 1-0 CAGLIARI INTER (3-5-2) : 1 Handanovic; 37 Skriniar, 6 de Vrij, 95 Bastoni; 36 Darmian (33 D'Ambrosio 84 '), 24 Eriksen (5 Gagliardini 81'), 77 Brozovic, 12 Sensi (8 Vecino 81 '), 15 Young (2 Hakimi 70'); 9 Lukaku, 7 Sanchez (10 Lautaro 70 '). Remplaçants : 27 Padelli, 97 Radu, 13 Ranocchia, 14 Perisic, 99 Pinamonti. Entraîneur : Antonio Conte. CAGLIARI (3-5-2) : 31 Vicario; 24 Rugani (9 Simeone 84 '), 2 Godin, 44 Carboni; 25 Zappa (27 Cerri 91 '), 8 Marin, 4 Nainggolan, 32 Duncan (19 Asamoah 72'), 18 Nandez; 30 Pavoletti (20 Pereiro 91 '), 10 Joao Pedro. Remplaçants : 1 Aresti, 34 Ciocci, 3 Tripaldelli, 15 Klavan, 16 Calabresi, 22 Lykogiannis, 40 Walukiewicz. Entraîneur : Leonardo Semplici. Buteurs : 77 'Darmian (I) Avertissements : Brozovic (I), Nainggolan (C) Temps supplémentaire : 0' - 3 '. Arbitre : Pairetto. Juges de lignes : Valeriani, Imperiale. Quatrième arbitre : Massimi.
  25. Arrivé à l’Inter, quasiment dans l’indifférence générale, le pari de Giuseppe Marotta a fait mouche : Matteo Darmian a explosé sous les ordres d’Antonio Conte qui l’a d’ailleurs connu lors de l’Euro 2016 L’ancien mancunien s’est démontré être un joueur utile, capable d’assurer plusieurs rôles et de reprendre au pied levé le poste de plusieurs joueurs : Ayant le sens du sacrifice, il a été l’auteur d’un des buts les plus important de l’Inter de ces dernières années. Suffisant pour aller à l’Euro 2021 ? Révélation de la Gazzetta Dello Sport A la veille d’un match rugueux, on retrouve le visage du bon gars : Matteo Darmian. C'était le pion du jour pour une Inter presque ennuyeuse en termes de résultat de solidité et son but a fait exploser Conte de joie, aussi bien pour la façon dont il a été inscrit, car il est l’un des éléments du socle italien du noyau. Comme l'est Ranocchia, D’Ambrosio et Gagliardini mais que l’on voit peu sur le terrain. Mais Darmian lorsqu’il le foule, apporte de l’animation, lui qui évoluerait également volontiers dans les buts. Conte lui a rendu hommage une nouvelle fois en conseillant aussi Roberto Mancini pour la Nazionale : "Pour moi, il peut aller à l’Euro car il offre tellement de possibilité et d'engagement à l’entraineur, il est utile et inscrit des buts importants." Roberto Mancini doit-il y réfléchir ? Un joyau comme Darmian peut s’avérer utile : Le 3-5-2 de Conte est un travail massacrant, surtout pour les ailiers qui sont contraints à aller de surface à surface, car l’entraineur les veut aussi sur la ligne de la défense centrale en phase de non-possession, mais ils doivent également être prêt à foncer vers l’avant pour attaquer les second poteaux: Ce qui s’est passé face à Cagliari est donc normal. A peine lancé sur la gauche suite à l’insertion d’Hakimi, Darmian, (qui avait déjà remplacé Bastoni suspendu face à Sassuolo) a parfaitement lu le jeu du marocain et placé deux mètres devant le but, a valorisé ce centre en un but extrêmement important. Un but permet à l’ancien de parme d’établir un nouveau record en championnat avec deux buts et deux assists. Matteo est-il l’une des belles révélations de la saison ? Après Lukaku, United devrait-il à nouveau s’en mordre les doigts ? Pensez-vous qu’une convocation à l’Euro serait méritée? Exprimez-vous ! ®Antony Gilles – Internazionale.fr