Aller au contenu
×
×
  • Créer...

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'matteo darmian'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

  1. L'Inter Milan a concédé sa première défaite de la saison en championnat ce samedi contre la Lazio. Les hommes de Simone Inzaghi n'ont pas su poursuivre leur série d'invincibilité. Retour sur un match lâché en plein vol par les Nerazzuri. Cette rencontre démarre tambour battant, avec une Lazio agressive sans ballon, arrivant à bien conserver le ballon et a gêné l'Inter dans l'entre-jeu par des circuits de passes courtes et en une touche. Les Nerazzuri laissent passer les premières minutes tel un orage, puis reviennent doucement mais sûrement dans la rencontre. Cela se confirmera quelques minutes plus tard. Federico Dimarco renverse le jeu côté opposé vers Matteo Darmian, qui joue intelligemment en une touche de balle pour Nicolò Barella, qui vient s'infiltrer dans l'espace et provoquer un penalty. Hysaj accroche légèrement la cheville du milieu de terrain Italien. Perisić s'en charge et prend à contre pied Pepe Reina. 1-0 pour l'Inter. La Lazio reprend du poil de la bête après cette ouverture du score, notamment par l'intermédiaire du Brésilien Felipe Anderson, véritable poison mortel pour le côté gauche Nerazzuri, en grande souffrance face aux coups de reins du Neo-Laziale. Plusieurs actions dangereuses s'enchaînent, Handanović répond présent face à une frappe ras de terre de Basić sur un centre en retrait du Brésilien. Mais un homme offre les inspirations d'oxygène dont l'inter a besoin: le croate Marcelo Brozović. Tout simplement insaisissable sur le début de rencontre, il trône devant la défense tel un artilleur, décochant coup sur coup ses flèches empoisonnées. Son jeu long est extrêmement précis et permet à l'Inter de se crée des situations sur les ailes. Malheureusement les deux pistons que sont Darmian et Dimarco n'arrivent pas à convertir en occasions les poches d'espaces crées par les décalages du numéro 77 Nerazzuri. Le match se stabilise un peu sur la fin de la première mi-temps. L'Inter et la Lazio tentent chacune de conserver le ballon. Mais ce sont bien les hommes de Maurizio Sarri qui le font le mieux, parvenant à garder cet avantage territorial de la possesion, avec également un très bon contre-pressing mettant en difficulté l'Inter à la perte de balle en se servant de projections rapides vers le but d'Handanović. La fin de la mi-temps arrive, le match gagne en rythme avec une frappe lourde de Basić, stoppée par le Slovène. Dans la minute suivante, Barella déborde côté droit et réalise un petit dribble piqué pour esquiver le retour du défenseur Biancocelesti, comme une gazelle se défesant de ses prédateurs. Son centre sera trop long. Mr Iratti, pas tout à fait irréprochable, siffle finalement la pause à Rome. La mi-temps n'a semble-t-il rien changée aux intentions de deux équipes, particulièrement celles de la Lazio, qui se retrouve en plus grande difficulté pour trouver des brèches dans la défense Nerazzuri. Mais les failles de ces derniers éclatent en seconde période, notamment une: l'absence de joueurs de couloir rapides et percutants, Dimarco et Darmian ne remplissant pas ce critère. Du rythme est présent dans ce match mais les bonnes occasions peinent à être crée par les deux équipes. Jusqu'à un corner anodin à la 62ème minute, et une faute de main totalement involontaire d'Alessandro Bastoni, venant alors bêtement concédé un pénalty. Immobile se charge de son exercice favori et place son ballon au même endroit qu'Ivan Perisić, tout en prenant Handanović à contre pied. La Lazio est revigorée par cette égalisation venu du ciel. Elle se montre plus dangereuse dans le jeu et accentue la pression. Marcelo Brozović tire toujours son épingle du jeu, même entouré de trois joueurs. Dans ce match, le seul à l'avoir stoppé est Mr Iratti. Arrive les changements pour les deux équipes. Côté Lazio, sortie d'Hysaj et de Basić pour Lazzari et Luis Alberto; et côté Inter les sorties de Bastoni, Perisić et Gagliardini pour Dumfries, Correa et Vecino. Pour l'Inter, ces changements n'auront pas l'effet escompté. Pire, l'équilibre de l'équipe semble bousculé, avec un Correa inactif, un Dumfries désorienté, un Barella déporté côté gauche et un Dimarco axe gauche de la défense. Par contre, la Lazio bénéficie grandement de l'apport de ses entrants, Lazzari apporte du mouvement, de la vitesse, et Alberto du liant entre le milieu et l'attaque. Nous avons perdu l'Inter et nous allons douloureusement nous en rendre compte. Dimarco sollicite un une-deux avec Lautaro mais est tamponné par un Romain. L'action se poursuit, Lautaro progresse avec le ballon mais s'en sert mal et le perd de suite. L'absence de Dimarco en défense, encore au sol, se fait ressentir. Felipe Anderson trouve Ciro Immobile, qui emmène Škriniar avec lui et frappe à ras de terre. C'est détourné par Handanović dans les pieds d'un Felipe Anderson ayant suivi depuis le départ de l'action. Il ne se fait pas prier et inscrit le deuxième but devant le but vide. Dumfries a la bonne idée de déclencher une bagarre générale en accrochant Felipe Anderson partant célébrer son but. Cela aboutira à deux cartons jaunes de chaque côté: Milinković-Savić et Anderson, Dumfries et Lautaro Martinez. L'Inter perd le fil de son match, coule et vient encaisser un troisième but, de la tige Sergej Milinković-Savić, cette fois-ci de la tête. Le Serbe anéanti les minces espoirs des hommes de Simone Inzaghi. Fin du match au bout des six minutes de temps additionnel. L'inter s'incline en série A pour la première fois de la saison, et devra montrer un visage plus conquérant mardi, 21:00, à Giuseppe Meazza; dans le cadre de la 3ème journée de Ligue des champions contre le Shériff Tiraspol, surprenant leader du groupe D. Tableau récapitulatif Résumé Vidéo Lazio 3-1 Inter Buteur(s): 12' Perisić (sp)(I), 64' Immobile (sp)(L), 81' Anderson (L), 90+1' Milinković-Savić (L) Lazio (4-3-3): 25 Reina; 77 Marusić, 3 Felipe, 4 Patric, 23 Hysaj (66' 29 Lazzari); 21 Milinković-Savić, 6 Leiva (85' 32 Cataldi), 88 Basić (66' 10 Alberto); 7 Anderson (86' 8 Akpa-Akpro), 17 Immobile, 9 Pedro (75' 20 Zaccagni) Banc: 19 Vavro, 5 Escalante, 94 Muriqi, 27 Moro, 26 Radu, 1 Strakosha, 31 Adamonis T1: Maurizio Sarri Inter (3-5-2): 1 Handanović; 37 Škriniar, 6 De Vrij, 95 Bastoni (67' 2 Dumfries); 36 Darmian, 23 Barella (86' 20 Çalhanoglu), 77 Brozović, 5 Gagliardini (67' 8 Vecino), 32 Dimarco; 9 Džeko (76' 10 Lautaro), 14 Perisić (67' 19 Correa) Banc: 97 Radu, 33 D'Ambrosio, 48 Satriano, 13 Ranocchia, 11 Kolarov, 21 Cordaz T1: Simone Inzaghi Arbitre: Massimiliano Irrati VAR: Paolo Silvio Mazzoleni Averti(s): 27' Basić (L), 36' Gagliardini (I), 63' Bastoni (I), 83' Milinković-Savić (L), 83' Lautaro Martinez (I), 83' Anderson (L), 83' Dumfries (I), 87' Correa (I), 90+1' Darmian (I) Expulsé(s): 90+7' Felipe (L) ®Internazionale.fr ~ Aurios-Inter
  2. Milan Skriniar accompagnait Simone Inzaghi lors de la conférence d’avant-match opposant l’Inter au surprenant Sheriff Tiraspol, dans le cadre de la troisième journée de la Ligue des Champions Internazionale.fr a le plaisir de vous proposer les déclarations de l’Iceman Nerazzurro Sur l’aile droite, l’année dernière, il y avait Hakimi, cette année on retrouve Darmian et Dumfries, des joueurs qui sont plus équilibrés sur les tâches défensives : Qu’est-ce que cela change ? "Hakimi est un joueur très fort, mais nous avons aussi, l’année dernière, disputé de nombreux matchs avec Darmian. Je me sens très bien avec lui et cela vaut aussi avec Dumfries, cela ne fait aucune différence pour moi. Je m’occupe de mon poste et comme tout le monde, je cherche à venir en aide pour le bien de l’équipe." Lors des sept dernières journées de championnat, vous avez concédé au moins un but, quel en est la cause ? "Nous encaissons trop de buts, nous devons trouver cet équilibre entre l’attaque et la défense car, lorsque tu ne te prends pas de but, tu augmentes ta probabilité de remporter les matchs. Je ne suis pas heureux que l’on encaisse autant, partant de là, c’est un point que nous devons améliorer." Cette année, vous avez déjà inscrit deux buts. Qu’est-ce qui a évolué dans votre façon d’attaquer dans la surface ? "Je peux vous dire que nous avons d’excellents tireurs qui frappent toujours très bien, je suis content de recevoir quelques ballon dans la surface et j’espère pourvoir inscrire encore d’autres buts cette année." Y-a-t ‘il eut des échanges entre les joueurs les plus expérimentés, comme toi, et le reste du groupe pour savoir ce qu’il faut améliorer pour la suite de la compétition en Ligue des Champions ? "Ce n’est pas utile de se confronter car les nouveaux savent très bien que nous voulons aller de l’avant en Ligue des Champions, vu que nous n’y sommes pas parvenu les années précédentes. Nous savons tous ce que cela signifie de jouer pour l’Inter et ce que signifie jouer la Ligue des Champions pour l’Inter et les Tifosi : Nous voulons aller de l’avant et nous sommes concentré sur le match de demain." Est-ce plus difficile, pour un joueur, de devoir disputer autant de matchs en sélection nationale, car lors de cette première partie de saison, il y a la présence de trois fenêtres internationales avec trois matchs à disputer et non deux ? "C’est évident qu’il y a énormément de matchs, mais si tu évolues dans une grande équipe comme l’est l’Inter, tu dois être capable de jouer sur tous les fronts et d’aller de l’avant: Nous sommes une équipe forte composé de joueurs forts, et je suis content de concourir sur plusieurs fronts." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  3. L’Inter l’a dévoilé sur son site officiel, Nicolò Barella est le Lenovo Player of the Month du mois de septembre: "C’est un mois de septembre exceptionnel pour le footballeur Nerazzurro qui, en six matchs, collectionne 1 but et trois passes décisives." "Le septembre de Barella a débuté par la passe décisive pour Lautaro Martinez lors de Sampdoria-Inter 2-2. Face à Bologne, il a été l’auteur d’un but à la volée, le premier de sa saison. Il a ensuite délivré deux passes décisives: Pour Darmian lors de Fiorentina-Inter et pour Lautaro lors d’Inter-Atalanta. Il a conclu ce mois avec une barre transversale retentissante à Kiev, face au Shakhtar Donestk en Ligue des Champions." "Barella a disputé 7 matchs en qualité de titulaire pour 596 minutes jouées. C’est un départ spectaculaire et de très haute volée. Son apport n’est pas seulement offensif, mais également défensif: 92% de tacles réussi et 55% de duels remportés. Sur ses 7 premiers matchs, il totalise aussi 84,3% de passes réussis." "Auteur de 5 passes décisives au total, il est le Premier joueur en Serie A, et est le second en Europe : Seuls Paul Pogba et Karim Benzema font mieux que lui : 7. Il est également l’auteur de 16 passes-clés et d’un but inscrit face à Bologne, un but inscrit après 7 tentatives tout matchs confondus." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  4. Encore une fois un match, une première période très difficile. C'est un fait l'Inter a du mal à performer lors des premières mi-temps. Un Sassuolo très séduisant s'est douloureusement heurté à la loi des champions d'Italie en 2ème période. Récit d'un très beau match de football. L'Inter entame bien son match, avec un bon pressing et des joueurs qui se trouvent bien dans les espaces. Elle se crée une première occasion par Barella, qui manque sa frappe des 16 mètres. Mais plus les minutes s'égrainent plus Sassuolo met en place un pressing qui va mettre en grande difficulté les Nerazzuri. Sassuolo se montre de plus en plus dangereux au fil des minutes, mettant en énorme difficulté l'Inter à la relance, avec un grand Maxime Lopez au milieu de terrain et un Djuricić bloquant constamment les lignes de passes vers Marcelo Brozović. Offensivement, Sassuolo est aussi très entreprenant, notamment par l'intermédiaire de Jérémie Boga, le français étant le détonateur principal de l'attaque Neroverdi. Handanović retarde l'échéance mais l'inévitable arrive. Boga déborde côté gauche, pénètre dans la surface et vient gagner un penalty, au nez et à la barbe de Milan Škriniar via un crochet intérieur foudroyant. Ce dernier accroche Boga et concède le pénalty. Berardi s'en charge et envoie son ballon dans le petit filet d'un Samir Handanović pourtant partit du bon côté. Sur un corner suivant son premier but, Berardi voit même sa volée du pied droit frôler la transversale du Slovène. L'Inter est dépassée par le pressing des hommes de Dionisi. Elle voit s'évaporer son bon début de match et semble en retard sur chaque duel. Les attaquants, notamment Joaquin Correa, ne se montrent pas suffisamment et sont dans les poches des centraux de Sassuolo. Défensivement les Nerazzuri sont coupables d'erreurs grossières, representées par un Stefan De Vrij nettement en dessous lors de ce début de saison, avec deux relances totalements manquées qui auraient pu, qui auraient dû faire but pour Sassuolo. Handanović ira même jusqu'à risquer l'exclusion juste avant la pause sur un ballon en retrait anormalement manqué par le défenseur central néerlandais. Grégoire Defrel joue mal le coup. L'inter s'en sort très bien. La mi-temps arrive comme un bouffée d'oxygène pour une Inter asphyxiée. Début de la seconde période, sur les mêmes bases que la première. Sassuolo attaque, l'Inter défend et n'arrive pas ressortir le ballon. Pendant dix minutes en début de seconde mi-temps les occasions s'enchaînent pour les Neroverdi. Handanović est mis en difficulté mais repousse les assauts des coéquipiers de Jérémie Boga, ce dernier mettant totalement le feu au demi-espace gauche des Interistes. Arrive LE tournant du match à la cinquantes septième minute et le QUADRUPLE changement opéré par Simone Inzaghi, sentant que son équipe est en train de couler. Hakan Çalhanoglu, transparent, pour Arturo Vidal, Denzel Dumfries, trop timide, pour Matteo Darmian, Alessandro Bastoni, en difficulté à la relance, pour Federico Dimarco (nous saluons tous ton crâne rasé digne d'un Borja Valero des grandes années); et Joaquín Correa, pas du tout inspiré, pour Edin Džeko. La minute suivante, Ivan Perisić dépose un exellent centre sur la tête du Bosniaque, qui trompe Andrea Consigli sur son premier ballon. L'Inter revient et montre un regain d'énergie remarquable. Elle vient s'installer dans le camp de Sassuolo et pousse pour passer devant au tableau d'affichage d'un Mapei Stadium en fusion. Džeko est déterminant dans la résurrection de l'Inter dans ce match, parvenant à faire ce que Correa n'a pas réussi: peser sur le quatuor défensif de Sassuolo. L'Inter arrive à conserver un peu plus le ballon dans la moitié de terrain adverse. Au milieu de terrain, Arturo Vidal transcende ses coéquipiers avec une agressivité et une grinta qui ont manquées à Çalhanoglu. La phase de domination Nerazzuri se conclut d'une bien belle manière: sur un délice de passe de Marcelo Brozović, Edin Džeko vient provoquer un penalty face à un Consigli un peu perdu sur le coup. Lautaro Martinez inscrit le second but et fait passer devant les champions d'Italie. Sassuolo reprend un peu les choses en mains sur la fin du match, se crée quelques occasions, mais Handanović répond présent. Les coéquipiers de Domenico Berardi ont même failli se faire piégés dans les dernières minutes, encore par le diable Bosniaque Edin Džeko. Son but sera refusé pour un hors-jeu dans les cinq mètres cinquante, sur un centre de l'hyperactif Nicolò Barella. Le score en restera là. L'Inter prend trois très bons points sur le terrain de Sassuolo avant une nouvelle trêve internationale interminable. Rendez-vous le samedi 16 octobre, 18 heures à l'Olimpico pour affronter la Lazio, giflée par Bologne (3-0). Quel est votre ressenti sur le match de nos champions ? Tableau récapitulatif Résumé Vidéo Sassuolo 1-2 Inter Buteur(s): 22' Berardi (sp)(S), 58' Džeko (I), 78' Lautaro Martinez (sp)(I) Sassuolo (4-2-3-1): 47 Consigli; 17 Muldur, 21 Chiriches, 31 Ferrari, 6 Rogerio; 16 Frattesi (86' 91 Scamacca), 8 Lopez; 25 Berardi, 10 Djuricic (75' 23 Traore), 7 Boga; 92 Defrel (64' 18 Raspadori) Banc: 22 Toljan, 97 Henrique, 4 Magnanelli, 77 Kyriakopoulos, 56 Pegolo, 13 Peluso, 5 Ayhan, 3 Goldaniga, 20 Harroui T1: Alessio Dionisi Inter (3-5-2): 1 Handanovic; 37 Skriniar, 6 De Vrij, 95 Bastoni (57' 32 Dimarco); 2 Dumfries (57' 36 Darmian), 23 Barella, 77 Brozovic, 20 Çalhanoglu (57' 22 Vidal), 14 Perisic; 19 Correa (57' 9 Dzeko), 10 Lautaro (89' 33 D'Ambrosio) Banc: 7 Sanchez, 21 Cordaz, 11 Kolarov, 13 Ranocchia, 5 Gagliardini, 97 Radu, 8 Vecino T1: Simone Inzaghi Arbitre: Luca Pareitto Averti(s): 63' Muldur (S), 67' Perisic (I), 70' Lopez (S), 70' Barella (I), 76' Consigli (S), 80' Raspadori (S) Expulsé(s): / Internazionale.fr ~ © Samus
  5. La Fiorentina pourra nourrir des regrets : Auteur d’une première période cinq étoiles, avec une playades d’occasions dangereuses à la clé, la Viola n’inscrira pourtant qu’un seul et unique but, ce qui est insuffisant face aux Champions d'Italie : La faute à Samir Handanovic, véritable homme du match côté Nerazzurro Le plan de jeu mis en place par Italiano était clair comme de l’eau de roche, il fallait presser les Nerazzurri, les pousser à la faute et les gêner énormément dans la relance. Et si en première période, les Champions n’ont pas vu le jour, forcé de constater que l’ouverture du score a été sujette à polémique. Si finalement Sottil ouvrira méritoirement le score, Nicolàs Gonzales, auteur de la passe décisive commet tout de même une poussée fautive, au début de l'action, sur l’extension de Milan Skriniar qui ratera le ballon (23’). Si Handanovic n’est en rien fautif sur le but, le Capitaine Nerazzurro aura repoussé l’échéance suite à des arrêts sur des tirs de Gonzales dans le petit rectangle dès la 2’, sur Vlahovic à la 10’ ; sur Biraghi, sans oublier la tentative lointaine, mais non-cadrée de Duncan. Si l’Inter a été ébranlée, et malgré un but refusé en première période pour un hors-jeu plus qu’évident d’Ivan Perisic, les hommes de Simone Inzaghi ont remporté cette première épreuve de force. La tactique mise en place par Italiano étant très énergivore, la seconde période a tourné totalement à l’avantage des Nerazzurri: Nos champions n’auront d’ailleurs mis que trois minutes pour inverser la tendance! Servi à la limite du hors-jeu par Nicolò Barella, Matteo Darmian prend Dragowski à contre-pied à la 52’. Trois minutes plus tard, Edin Dzeko reprenait de la tête un corner bien botté par Çalhanoğlu. La Fiorentina accusera le coup psychologiquement et à la suite d’un geste de frustration, alors qu’il était victime d’une faute d’Alessandro Bastoni, Nicolàs Gonzalez craquera et se verra expulsé suite à un double avertissement en l’espace de quelques secondes. A 11 contre 10, l’Inter gérera tranquillement la fin de la rencontre et enfoncera le clou à la 88' où, sur une passe décisive du revenant Gagliardini, l’ailier croate inscrira le but décisif. Place à présent à la réception de l’Atalanta, ce samedi 25 septembre à 18h00 dans ce qui constituera le premier choc de la saison Tableau récapitulatif Résumé Vidéo Fiorentina 1-3 Inter Buteur(s): 23' Sottil (F), 52' Darmian (I), 55' Dzeko (I), 88' Perisic (I) Fiorentina: 69 Dragowski; 24 Benassi (65' 29 Odriozola), 4 Milenkovic, 55 Nastasic, 3 Biraghi; 5 Bonaventura, (84' 7 Callejon), 32 Duncan (84' 91 Kokorin), 18 Torreira (65' 34 Amrabat); 33 Sottil (74' 8 Saponara), 9 Vlahovic, 22 Gonzaléz Banc: 1 Terracciano, 25 Rosati, 4 Martinez Quarta, 14 Maleh, 17 Terzic, 42 Bianco, 98 Igor T1: Vincenzo Italiano Inter: 1 Handanovic; 37 Skriniar, 6 De Vrij, 95 Bastoni; 36 Darmian (66' 2 Dumfries), 23 Barella (70' 8 Vecino), 77 Brozovic, 10 Calhanoglu (83' 5 Gagliardini), 14 Perisic; 9 Dzeko (70' 7 Sanchez), 10 Lautaro Martinez (83' 32 Dimarco) Banc: 21 Cordaz, 97 Radu, 11 Kolarov, 13 Ranocchia, 33 D'Ambrosio, 38 Sangalli, 48 Satriano T1: Simone Inzaghi Arbitre: Fabbri VAR: Carbone Averti(s) : Skriniar (I), Darmian (I), Gonzalez (F), Calhanoglu (I) Expulsé(s): 79’ Gonzalez (F) ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  6. Edin Dzeko et Matteo Darmian se sont livrés en conférence d’après-match suite à la victoire, ô combien importante, de l’Inter sur le terrain de la Fiorentina: Edin Dzeko "Pour moi, tous les buts sont important, et ceux inscrit comme aujourd’hui le sont encore bien plus, c’est sûr. La victoire d’aujourd’hui est une victoire d’une grande équipe : Nous sommes une grande équipe! En première période, Nous avons énormément soufferts, mais nous savions que la Fiorentina allait finir par caler et nous nous sommes montrés bien plus concret en parvenant immédiatement à inscrire deux buts, ce qui a changé la physionomie du match." Votre entente avec Lautaro s’améliore…. "Lautaro est très fort, c’est facile de trouver une entente: Je suis content de jouer avec ces grands champions. Aujourd’hui, nous avons gagné comme une grande équipe et j’espère que nous continuerons à en gagner encore tellement d’autres ensembles. Depuis le début du championnat, j’avais déjà eu quelques occasions pour marquer de la tête sur corner et ici, j’ai enfin trouvé le but : Lorsque Dimarco ou Çalhanoğlu les bottent, c’est toujours un plaisir de sauter pour les reprendre. Matteo Darmian "Ces points ont une très grande importance car nous savions que nous disputions un match difficile. Nous nous sommes retrouvé en difficulté en première période, mais nous nous sommes montré bons pour ne pas nous désunir et pour réagir." "Trouver le but est toujours beau, mais s'il est si beau, c'est parce qu'il vient en aide à l’équipe. Lorsque je suis arrivé dans cette zone, j’ai compris qu’il fallait que j’apporte mon soutien à la manœuvre." "J’espère marquer encore d’autres buts, mais je le répète : Le plus important aujourd’hui était de faire un résultat en proposant une grande réaction. Ces points sont lourds de conséquence, mais dès demain, nous penserons à l’Atalanta." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  7. Inter Stats fait son grand retour après la victoire de l’Inter sur le terrain de la Fiorentina. Voici la mise à jour des informations communiquée par l’Inter sur son site officiel: "La victoire Nerazzurra sur le terrain de la Fiorentina certifie l’excellent début de saison de l’équipe d’Inzaghi qui a récolté 13 points en 5 matchs de championnat. Ce succès a été conquis via une preuve de maturité à la reprise. Les buts ont été inscrits par Darmian, Dzeko et Perisic." 1500 Il s’agit du nombre de victoires, dans son Histoire, engrangée par l’Inter en Serie A, victoires sur tapis vert inclus. Les Nerazzurri ont atteint ce palier en 91 années 11 mois et 15 jours, depuis le 06 octobre 1929 face à Livourne 24 En prenant en considération les cinq rencontres de ce début de championnat, additionnées au 19 derniers matchs de la saison dernière, soit le 0-0 du 23 janvier 2021 face à l’Udinese, L'Inter est également parvenu à égaler son record historique d’inscrire au moins un but à chaque match dans la compétition. Le précédent record de 24 rencontres consécutives remonte à la saison 1949/1950 avec une Inter entraînée par Giulio Cappelli. 18 buts en 5 matchs : 11 buteurs différents L’Inter est une vraie coopérative en matière de buts en présentant une statistique record : Avec les trois buts inscrits à Florence, le club égale son meilleur départ dans la compétition en Serie A. Il faut également remonter à la saison 1960/1961 pour retrouver trace d’une telle pluie de buts : 18 également. L’Inter a commencé cette saison en infligeant: 4 buts au Genoa 3 buts à l’Hellas Vérone 2 buts à la Sampdoria 6 buts à Bologne 3 buts à la Fiorentina Le club dispose, à présent, de 11 buteurs différents avec les arrivées d’Ivan Perisic et Matteo Darmian sur le tableau de chasse. Edin Dzeko domine ce classement, avec déjà, 4 flèches à son compteur: Dzeko 4 Lautaro 3 Correa 2 Skriniar 2 Barella 1 Vidal 1 Vecino 1 Perisic 1 Darmian 1 Çalhanoğlu 1 Dimarco 1 Il faut remonter à la saison 2017/2018 pour retrouver la trace d’un meilleur début de tournoi pour Edin Dzeko (6 buts en 5 matchs). Le Saviez-vous ? La Fiorentina est l’une des victimes préférée d’Hakan Çalhanoğlu qui est impliqué dans 8 buts en Serie A (4 buts et 4 assits) Ivan Perisic aime également se taper Florence, lui qui lui a déjà mis 5 cartouches en Serie A. Son meilleur score est face au Chievo Verone (7 buts inscrits) Grâce à sa passe décisive à Matteo Darmian, Nicolò Barella est devenu le premier joueur de l’Inter à prendre part à au moins un buts lors des cinq premières journées de Serie A. Il faut remonter à la saison 2007/2008 avec un certain Zlatan Ibrahimovic pour trouver mieux: Avec 7 passes décisives. Pour cette saison et en comparaison sur le Big-5 européen, seul Paul Pogba fait mieux que le champions d’Europe Italien : 7 passes décisives pour le français contre 4 pour l’Italien Awesome ! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  8. Firenze – Simone Inzaghi a fait l'éloge de la performance de son équipe alors qu'ils se battaient pour revenir et remporter les trois points. Voici un condensé de ses déclarations sur Inter TV et DAZN. "Je pense avoir rejoint une équipe de gagnants. Nous travaillons dur et nous nous améliorons ensemble. Nous avons connu un excellent début mais nous pouvons faire encore mieux. Nous avons eu du mal à suivre le rythme de la Fiorentina dans les 30 premières minutes, mais nous avons ensuite intensifié notre jeu. Nous avons marqué trois buts et cela aurait pu être plus. C'est une énorme victoire sur un terrain où beaucoup d'équipes trouveront cela très difficile." "Nous avons des joueurs qui sont excellents dans les airs et d'autres comme Federico Dimarco, Hakan Calhanoglu et Marcelo Brozovic qui peuvent mettre le ballon où ils veulent à partir de coups de pied arrêtés. C'est quelque chose dont nous devons tirer le meilleur parti. Ce n'était pas facile de gagner ici parce que la Fiorentina jouait bient et nous devions réagir. Nous avons gardé le cap et sommes sortis après la pause avec la bonne attitude." "Nous avons de la physicalité, de la structure, et nous devons bien les exploiter. C'est certainement une victoire très importante. Je suis très satisfait, surtout de la réponse, quand on descend sur un tel terrain ce n'est pas facile. Mais dans l'intervalle, nous avons parlé franchement et en seconde période, ils ont fait leur devoir. En effet, à la mi-temps, j'ai dit aux gars qu'ils faisaient trop d'erreurs. Nous savions que la Fiorentina nous harcelerait mais je leur ai dit de continuer car la Fiorentina n'aurait pas pu maintenir ce rythme." "J'ai la chance d'avoir une équipe aussi excellente. Nous avons également Alexis Sanchez de retour. Il s'est bien entraîné depuis une dizaine de jours. Nous avons perdu trois joueurs clés, Romelu Lukaku, Achraf Hakimi et Christian Eriksen cet été, mais cela ne nous a pas affecté. Le club et moi avons travaillé dur pour recruter des joueurs de qualité qui correspondent à notre style de jeu." "Peu de gens ont bien noté l'Inter cet été. Mais nous croyons en notre travail et voulons parler sur le terrain. Nous prendrons chaque jour comme il vient sans anticiper. Maintenant, nous allons nous concentrer sur l'Atalanta car nous avons moins de quatre jours pour nous préparer pour ce match." traduction, alex_j via le site officiel de l'Inter.
  9. Ce fut un début décevant pour le début de l'Inter en Ligue des champions. Une Inter dominante, en particulier en première mi-temps, a été battue par le Real Madrid après que Rodrygo ait marqué à la 89e. Voici les réactions, forcement déçues d'Inzaghi, Mertinez, Dzeko, Darmian et Cordaz, sur Prime Video et Inter TV. Simone Inzaghi "Malheureusement, nous devions être plus concentrés. Il restait une minute et c'est décevant de parler d'une défaite après ce genre de performance. Nous devons regarder vers l'avenir tout en nous rappelant comment nous avons tenu le coup contre le Real Madrid. J'ai demandé aux joueurs de faire preuve de caractère et de courage, et ils m'ont donné une réponse positive. Nous étions face à un gardien qui était un mur ce soir. Courtois a réalisé une performance de haut niveau." "Je suis très déçu pour les supporters qui étaient de retour au stade pour un match de Ligue des Champions pour la première fois depuis longtemps, pour le club et pour les joueurs qui ont tout donné sur le terrain. Malheureusement, contre certaines équipes, vous ne pouvez jamais baisser votre garde car elles vous puniront. Nous avons très bien joué et si nous continuons à le faire, je suis convaincu que nous pourrons nous qualifier pour le tour suivant." Lautaro Martinez "Nous savons en quoi consiste cette compétition et contre qui nous étions confrontés aujourd'hui. Et nous savons que si vous ne marquez pas contre une équipe comme le Real, ils finiront par vous faire payer. Nous devons améliorer les choses que nous n'avons pas bien faites, mais il y a eu aussi beaucoup de bonnes choses, surtout en première mi-temps. Nous devons nous appuyer sur cette image de la première mi-temps et continuer à travailler dur sur le terrain d'entraînement pour devenir meilleurs." "Maintenant, nous devons nous concentrer sur Bologne. C'est une autre équipe délicate qui en fait une vraie bataille physique. Nous devons nous reposer et nous préparer pour cela maintenant. Je tiens à remercier les fans parce qu'ils sont toujours là derrière nous. J'espère que nous pourrons les rembourser bientôt avec une très bonne victoire." Edin Dzeko "Nous méritions un bien meilleur résultat, mais si vous ne tentez pas votre chance, c'est difficile de gagner. Nous avons créé beaucoup d'occasions, mais Courtois était vraiment dans son match – peut-être plus que nous. C'est vraiment dommage." "J'aime vraiment ça à l'Inter. Les gars m'ont si bien accueilli. Ce sont des gars formidables et des joueurs incroyables, comme ils l'ont montré la saison dernière." Matteo Darmian "Nous ne méritions pas à 100% de perdre ce soir compte tenu de la façon dont nous avons joué. Nous sommes allés là-bas vraiment enthousiasmés et avons montré de quoi nous sommes capables dès le départ. Nous avons créé beaucoup d'occasions. C'est juste dommage que nous n'ayons pas pu marquer. Nous l'avons payé à la fin." "Je ne pense pas qu'un seul match doit ébranler votre confiance, surtout après une performance comme celle de ce soir. Nous devons nous assurer de jouer les cinq autres matchs avec le même esprit que nous avons montré aujourd'hui. Si nous le faisons, nous n'aurons aucun problème à atteindre le tour suivant." Alex Cordaz "Nous avons réalisé une performance de haut niveau. Le résultat est dommage, mais le chemin est encore long et nous avons le temps de nous remettre sur les rails. Nous devons tout donner pour ramasser le plus de points possible. Nous savons de quoi nous sommes capables et notre style de jeu est clair. Nous sommes confiants pour la phase de groupes." Traductions ®alex_j - Internazionale.fr via le site officiel de l'Inter.
  10. S'adressant à InterTV après le match, l'Massimo Paganin a d'abord discuté du match, pour ensuite évoqué Joaquim Correa et a enfin parlé du pénalty non sifflé. Avis général. "L'entraîneur et les gars ont bien performé. Le Hellas a joué un bon match en un contre un sur tout le terrain et a évité de jouer. Le pourcentage de passes jouées était très faible, Vérone n'a jamais construit de l'arrière. La seule erreur qui a été commise a mené au but. Ensuite, le Hellas n'a jamais été dangereux." "C'était un pénality à mon avis, je n'ai pas compris pourquoi Manganiello n'est pas allé au VAR." L'impact de Correa dans le match. "Correa a réussi à se faufiler dans les espaces de Vérone qui avait étiré la distance entre les lignes. Beaucoup de tirs de l'Inter sont venus en seconde période. L'équipe a bien réussi à sortir de l'impasse au début de la seconde mi-temps. Correa est arrivé avec le rythme dont nous avions besoin. Vidal est bien venu. L'équipe a su compenser le manque de qualité et a su sortir avec les changements. C'est important de gagner des matchs comme ce soir, surtout quand on vient de remporter le titre." L'importance de gagner des matchs comme celui d'hier. "Leur capacité de concentration est essentielle. C'est les fameux trois points qu'il faut à tout prix ramener à la maison. La différence doit être faite par ceux qui entrent en jeu et peuvent déterminer le résultat. De l'extérieur, vous voyez ce que vous pouvez faire. A partir de là, les choses ont changé. Tous ceux qui sont entrés ont changé la physionomie du jeu. Ceux qui sont restés savent ce qu'ils doivent faire et comment ils doivent le faire." Sur Matteo Darmian, Arturo Vidal et Matias Vecino. "Darmian a fait un excellent match en termes de concentration, ainsi qu'une passe décisive. Vidal a gagné dans toutes les équipes dans lesquelles il a été. Il sait qu'il a un rôle important dans les équipes. Maintenant, il veut montrer qu'il est un joueur différent, cela fait partie du tempérament d'un joueur. Il n'est pas pour tout le monde. Vous devez attendre Vidal. Aujourd'hui, il a changé la direction que prenait le jeu, Vecino a également très bien fait." Pas pénalty sur Lautaro Martinez? "Je pensais que c'était un penalty clair, même quand je l'ai vu à la télévision. L'adversaire n'a pas du tout touché le ballon. Il a même risqué de faire une entorse à Lautaro. Lautaro était sur le point de tirer. Il y a la VAR, Manganiello aurait dû aller voir l'action. S'il s'était terminé 1-1, nous serions en train de discuter du penalty. Au cours de la saison dernière, j'ai vu des penalties sifflés qui sont moins clairs que celui-ci. Cela m'a semblé vraiment étrange qu'il ne soit pas allé le regarder sur VAR." Concernant le penalty non sifflé, le journaliste italien Maurizio Pistocchi pense clairement qu'il aurait dû être accordé. Voici ce qu'il a tweeté: "Je me demande toujours ce que signifie la phrase 'Pour le protocole, la VAR ne peut pas intervenir car l'action est contrôlée par Manganiello'. Mal contrôlée, étant donné que la faute de Hongla sur Lautaro (58′) est claire, et que la VAR devrait servir à éviter une erreur évidente." Question légitime ... mais ne sombrons pas dans le complotisme
  11. Matteo Darmian Informations Générales Nom : Darmian Prénom : Matteo Poste : Défenseur Date de naissance : 02/12/1989 Lieu de naissance : Legnano Pays : Italie Taille : 183cm Poids : 70 Kg Numéro de maillot : Au club depuis : Septembre 2020 Position sur le terrain Biographie Matteo Darmian, né le 2 décembre 1989 à Legnano, est un footballeur international italien d'origine arménienne qui évolue au poste d'arrière latéral au Parme Calcio. Carrière en Clubs AC Milan Matteo a donné ses premiers coups de pied dans un ballon dans sa ville natale, à Rescaldina (MI), où l'entraîneur était son père Giovanni. [5] Il a ensuite grandi dans l'académie Jeunesse de Milan, un club dans lequel celui qui l'a découvert Beniamino Abate a joué un rôle dans le staff technique. Darmian a fait ses débuts absolus avec les Rossoneri avant même d'avoir 17 ans, le 28 novembre 2006 dans le match de Coppa Italia Brescia-Milan (1-2), entrant après la mi-temps pour remplacer Kakhaber Kaladze. Les débuts en Serie A ont eu lieu à l'âge de 17 ans, à Milan-Udinese (2-3) le 19 mai 2007, lorsqu'il est entré à la 67e minute pour remplacer Giuseppe Favalli. Au cours de la saison 2007-2008, il est repris dans l'équipe-première mais n'est pas utilisé. Durant cette période, il devient le Capitaine et le leader de l'équipe de Primavera. Avec celle-ci, il dispute 25 matchs avec un but en championnat lors de la saison 2007-2008. Le 21 décembre 2008, il monte au jeu lors de la seconde période mettant aux prises le Milan et l'Udinese (5-1). Il s'agit-là de sa deuxième apparition en Serie A, un an et sept mois après la première. Son aventure milanaise se terminera par 4 apparitions dans l'élite. Calcio Padova Le 17 juillet 2009, à l'âge de 19 ans, l'AC Milan l'a prêté à Padova en Serie B. Le 30 juillet 2009, il a été opéré suite à une fracture du scaphoïde de son pied gauche, ce qui l'a empêché de disputer les premiers mois de la saison.'entrer dans les premiers mois de la saison. Le 28 novembre 2009, il a fait ses débuts sous le maillot de Padova en Serie B lors du duel Padova-Vicenza (1-2). Il y remplacera Andrea Soncin à la 35e minute. Le 20 février 2010, il a marqué son premier but professionnel lors d'Ancona-Padova (2-2), un match valable pour la 26e journée. En fin de saison, son club se maintient en Serie B après un play-out face à Triestina. Le 24 juin 2010, Padova a annoncé la fin du prêt et, par conséquent, le retour du joueur à Milan. Il conclut sa première année en plein essor chez les professionnels avec 22 apparitions en championnat et 1 but. il aura joué également un match avec l'équipe Primavera. US Palerme Le 12 juillet 2010, Darmian est acheté en copropriété par Palerme , qui l'avait déjà inclus dans la liste des joueurs appelés pour le stage de pré-saison la veille du jour de son transfert. L'achat est acté à la Lega Serie A deux jours plus tard. Il a fait ses débuts avec le maillot rosanero le 16 septembre 2010 en jouant comme titulaire dans le match de la Ligue Europa Sparta Prague-Palerme (3-2), il s'agira de ses débuts dans l'absolu en Coupe d'Europe. Ses débuts en Serie A interviennent lors de la quatrième journée du championnat, en remplaçant Javier Pastore à la 92e minute lors de la victoire à l'extérieur pour 3-1 contre la Juventus. Le 6 février 2011, il disputait son premier match en tant que titulaire en championnat, lors du match à l'extérieur remporté contre Lecce pour 4-2 valable pour la 24e journée. Il sortira à la 33e minute sur blessure suite à distraction musculaire au premier degré du fléchisseur de la cuisse droite . Il clôturera sa saison positivement avec 16 apparitions réparties entre la Serie A, la Coppa Italie (perdue en finale contre l'Inter 3-1) et la Ligue Europa. Torino FC Après le renouvellement du partenariat entre Milan et Palerme le 23 juin 2011, le 12 juillet suivant, il est prêté à Turin, en Serie B. Il a fait ses débuts sous le maillot grenade le 13 août à l'occassion de Torino-Lumezzane (1-0) dans un match comptant pour le deuxième tour de la Coupe d'Italie. Il a marqué le premier but de Torino-Empoli lors de la 12e journée du championnat, ce qui a permis à son équipe de l'emporter pour 2-1. Lors de Bari-Turin (1-1) de la 15e journée, disputée le 13 novembre 2011, il est victime d'une une lésion du labrum cotyloïde avec épanchement endoarticulaire. En fin de saison, Torino est promu en Serie A. Il y aura disputé 33 matchs en championnat et 1 en Coupe d'Italie. Le 20 juin 2012, Palerme a racheté l'autre moitié de la carte du joueur de Milan pour 500 000 euros et le 5 juillet suivant, son retour à Turin a été officialisé avec la formule de copropriété pour 850 000 euros. Avec le Torino, il joue 30 parties en Serie A et 2 en Coupe d'Italie. Le 20 juin 2013, Torino acquis entièrement le joueur en déboursant 675 000 euros supplémentaires à Palerme. De façon globale, le Torino aura payé le joueur un peu plus de 1,5 millions d'euros. Lors de la saison 2013-2014, il a joué 37 matchs en Serie A en terminant par par une qualification pour l'UEFA Europa League après l'échec de l'octroi de la licence UEFA à Parme. Il comptera une titularisation en Coupe d'Italie Lors de sa première apparition dans la saison 2014-2015, le 7 août 2014, Matteo marque son premier but international lors du match retour du troisième tour de qualification de l'UEFA Europa League, une victoire 4-0 à domicile contre les Suédois de Brommapojkarna; le second arrive le 11 décembre de la même année, face à Copenhague. Il marquera également lors de la manche retour du seizième de finale de la coupe, le but décisif qui permettra au Torino de vaincre l'Athletic Bilbao 3-2 à San Mamès, le club est le premier club italien dans l'absolu à yparvenir. Il marquera également son dernier but de la saison lors d'un Derby Della Mole remporté après 20 ans de disette. Au total, avec le maillot du Torino, il aura disputé 151 matchs et marqué 6 buts. Manchester United Le 11 juillet 2015, il rejoint officiellement Manchester United contre un chèque de 18 millions €. Il signe un contrat de 4 ans (+1 an en option). Il marque son premier but d'une sublime volée contre Crystal Palace. Après une première saison compliquée à cause de problèmes d'adaptations, Matteo Darmian affiche une bien meilleure copie lors de la saison 2016-2017. Saison bien meilleure grâce aux nombreux succès des Mancuniens et à des performances plus rassurantes de sa part. Il est d'ailleurs titulaire lors de la finale de Ligue Europa 2017 remportée par les Mancuniens, il réalise un très bon match et soulève le premier trophée majeur de sa carrière. Parma Le 2 septembre 2019, il est transféré à titre définitif à Parme. Le 15 du même mois, il fait ses débuts avec les Emilians dans un match à domicile perdu contre Cagliari (1-3), fournissant à Antonino Barillà une passe décisive pour le but des parmesans. Le 25 juillet 2020, il a marqué son premier but avec Parme à l'occasion de la victoire 2-1 à domicile contre Brescia. En tout, il comptabilisera 34 apparitions, pour 1 but et 1 passe décisive. Internazionale Après une période de négociation, facilitée par la bonne entente liant Parme à l'Inter, il est transféré dans le courant du mois de septembre 2020. Il y retrouvera son mentor Antonio Conte qu'il a connu en équipe nationale italienne. Equipe Nationale Matteo Darmian atteint la finale du championnat d'Europe des moins de 19 ans 2008, en étant battu par l'Allemagne. Il joue son premier match en équipe d'Italie le 31 mai 2014 contre la République d'Irlande. Convoqué en équipe nationale lors du dernier match amical de préparation avant la Coupe du monde au Brésil, il figure le lendemain dans la liste des 23 joueurs retenus. Il fait donc partie de la Squadra Azzurra lors du mondial. Il joue trois matchs lors de cette compétition : contre l'Angleterre, le Costa Rica et l'Uruguay. Il inscrit son premier but avec l'équipe d'Italie le 10 octobre 2015 contre l'Azerbaïdjan, lors d'un match comptant pour les éliminatoires du Championnat d'Europe 2016. Le Saviez-Vous ? Matteo Darmian est en couple avec Francesca Cormanni. Ils se sont marié le 14 juin 2017 et sont les parents d'un petit Achile Palmarès Club Milan Vainqueur de l'UEFA Champions League: 2006-2007 Vainqueur de la Super Coupe de l'UEFA en 2006 Vainqueur de la Coupe du Monde des Club en 2007 Manchester United Vainqueur de la Coupe d'Angleterre 2015-2016 Vainqueur du Community Shield 2016 Vainqueur de la Coupe de la Ligue 2016-2017 Distinctions personnelles Gran Galà del calcio AIC: 2 Equipe-Type de l'année de l'Année : 2014, 2015 Pallone Azzurro: 2014 Parcours: En Club: 2006-2009: Milan 2009-2010: Padova 2010-2011: Palermo 2011-2015: Torino 2015-2019: Manchester United 2019-2020: Parma Septembre 2020: Internazionale En Sélection: 2006: Italia U-17 2006: Italia U-18 2007-2008: Italia U-19 2008-2010: Italia U-20 2009: Italia U-21 2014-2017: Italia ©Wikipedia & Antony Gilles - Internazionale.fr
  12. C’est une information en provenance de Tuttosport. Prêté au Borussia Mönchengladbach cette saison, Valentino va rentrer à Milan. Auteur d’une très belle saison en Bundesliga, l’international autrichien aura une carte à jouer Révélation de Tuttosport "Un ailier titulaire devra être recruté, mais voici la nouveauté relative à l’aile gauche. Sur le flanc droit, l’Inter reste bien fournie grâce à Matteo Darmian et Danilo D'Ambrosio qui a vu l’option relative au renouvellement automatique exercée par l’Inter." "Le tout, en attente qu’Inzaghi observe à l’œuvre Valentino Lazaro qui reviendra de son prêt du Borussia." Validez-vous cette idée de retester un joueur qui était en deçà des attentes Nerazzurra ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  13. La Gazzetta Dello Sport s’est penché sur le milieu de terrain Nerazzurro. A l’aube d’une nouvelle saison qui verra l’Inter défendre son Scudetto, ce secteur est celui qui présente le plus d’éléments : Qui doit être titularisé, qui peut se retrouver sur le banc, qui doit plier bagages ? Les titulaires Les titulaires, sur papier du moins, seront Barella, Brozovic et Calhanoglu. Les deux premiers devront se livrer au combat et garantir l’équilibre à la manœuvre, tandis que le turc sera appelé à se mettre en lumière. Dans les plans d’Inzaghi, la hiérarchie au milieu est plutôt bien définie avec comme seul "doute" le relayeur qui devra être Calha ou Sensi, pour autant que l’ancien de Sassuolo démontre une fiabilité physique après deux saisons loupées en Nerazzurro Les joueurs en balance Plus que définie, la situation reste compliquée pour Gagliardini, Vecino, Agoumé et Perisic, qui sont tous appelés à convaincre le nouvel entraîneur de faire partie du projet technique. Et en ce sens, leurs permanences sont loin d’être actées, même si aujourd’hui aucune offre n’est parvenue. Il n’est également pas exclu que certains fassent l’objet d’une résolution de leur contrat. Dans un tel cas, la situation se compliquerait en regard aux dossiers les plus épineux et les plus urgents : Les joueurs à remercier. Les joueurs à remercier L’Inter se concentre actuellement sur leurs départs depuis plusieurs jours, mais les difficultés ne manquent pas: Les exubérants se nomment Vidal, Lazaro et Nainggolan. Les concernant et avec la complicité des comptes, la séparation représente un scénario inévitable, avec qui plus est le consentement total de la part d’Inzaghi. Toutefois, en cas de séparation à l'amiable, une prime "de départ" devra encore être définie Pour l’instant, Vidal ne fait pas l’objet d’offres concrètes alors que Lazaro et Nainggolan sont respectivement convoités par le Benfica et Cagliari. Les ailes L’Inter est à la recherche de l’héritier d’Achraf Hakimi sur son flanc droit, avec Nahitan Nandez qui reste toujours en pole position. Dans le même temps, le club monitore le mercato pour le flanc gauche Les courses latérales restent le point le plus épineux: Car le nombre de joueurs disponibles actuellement pour Inzaghi semble actuellemen faible : Actuellement, le natif de Piacenza peut compter sur le duo Dimarco-Kolarov à gauche, avec la possibilité d’aligner Perisic selon les circonstance. De l’autre côté, l’on retrouve à droite le binôme Darmian-D’Ambrosio, mais le Club se cherchent des profils de meilleures qualités. Il s’agit d’ailleurs de la priorité du Mercato Nerazzurro : Après avoir un digne successeur à Hakimi, le club devra faire l’effort nécessaire pour aussi renforcer l’aile opposée et l’éventuelle arrivée de Nandez, le nom le plus cité de ces dix derniers jours permettrait à Inzaghi de combler ce vide sur l’aile droite, tout en ayant une alternative valide également pour le milieu du terrain Christian Eriksen La situation est tout autre et est totalement différente pour Christian Eriksen victime d’un sérieux malaise lors de l’Euro. Si l’Inter est prête à l’accueillir à bras ouvert, la priorité absolue reste sa santé, son futur sportif passant en second plan: "La situation particulière relative à Christian Eriksen semble être la plus compliquée : Lorsqu’il reviendra en Italie, le danois se soumettra à de nouveaux tests et ce n’est qu’à ce moment-là que sera évaluée son avenir sportif. Toutefois, comme l’a rappelé un membre du Comité Technique Scientifique de la FIGC, il sera refusé à Christian Eriksen d’évoluer en Italie, en conservant le défibrillateur." Pensez-vous que l’Inter parviendra à proposer un milieu de terrain digne de ce nom pour la saison 2021/2022 ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  14. Après avoir remporté la Serie A pour la première fois en 11 ans, l'Inter entame la nouvelle saison avec l'espoir de conserver son Scudetto. Peuvent-ils vraiment le faire ? Cet été, les footballeurs de toute l'Europe ont connu ce qui semble être la saison morte la plus courte. Après la fin de la saison des clubs et de l'Euro, les équipes ont déjà commencé les préparatifs de la saison à venir. La Serie A commence le 22 août et il semble que nous ayons une saison très imprévisible devant nous. L'Inter a remporté son 19e titre de Serie A la saison dernière et entre dans la bataille pour le trône en tant que champion en titre. Tout fan de sport sait qu'il est difficile de remporter un titre, mais encore plus difficile d'en défendre un. Le changement le plus important est le nouvel entraîneur Simone Inzaghi. Antonio Conte a réussi à amener l'Inter au sommet de la Serie A après seulement deux saisons au poste d'entraîneur, mais malgré cela, la direction a décidé de ne pas poursuivre la coopération avec lui. Conte a exigé des garanties pour que le noyau de l'équipe gagnante reste inchangé, en donnant la priorité à la prolongation du contrat avec le meilleur buteur du club, Romelu Lukaku. De telles garanties n'ont pas été données, ce qui a mis fin à son passage à l'Inter. Simone Inzaghi est probablement le meilleur jeune entraîneur d'Italie, peut-être même d'Europe. Il a passé les cinq dernières saisons sur le banc de la Lazio menant l'équipe à la victoire en Coupe d'Italie en 2019. Inzaghi est connu comme l'entraîneur des joueurs, un entraîneur qui s'est bâti la réputation de tirer le meilleur parti de ses joueurs. Comme Conte, Inzaghi préfère un 3-5-2 avec des ailiers qui aiment aller de l'avant et rejoindre la ligne offensive. Dans sa formation préférée, deux attaquants centraux sont épaulés par un milieu de terrain offensif qui est devant les deux autres milieux. C'est un système tactiquement fluide qui ressemble à un 5-3-2 hors de possession alors que les ailiers reviennent en défense. Inzaghi est également connu pour sa polyvalence dans la façon dont il prépare son équipe à défendre. Au cours de son passage à la Lazio, il a mis en œuvre à la fois une pression haute et un bloc central pour récupérer le ballon lorsque leurs adversaires étaient en possession. L'équipe actuelle de l'Inter permettra à Inzaghi de mettre en œuvre son style de jeu et la direction de l'équipe le considère comme un entraîneur à long terme. Cependant, la vraie question est de savoir si Inzaghi est capable de mener l'Inter à un autre titre lors de sa première saison ? Conte a réussi à y parvenir lors de sa deuxième saison, mais contrairement à Inzaghi, Conte est un entraîneur beaucoup plus expérimenté qui a déjà remporté des titres, trois avec la Juventus et un avec Chelsea. Inzaghi a certainement la qualité d'entraîneur pour un grand succès, mais étant donné qu'il s'agit de son premier emploi en dehors de la Lazio, remporter le titre cette saison serait un énorme défi. La mise en œuvre de sa façon de jouer prendra certainement du temps et les cinq, sept premiers matchs seront cruciaux pour le succès de l'Inter la saison prochaine. Si Inzaghi parvient à remporter la majorité des points au cours de cette période, les fans de l'Inter peuvent s'attendre à une autre saison réussie. Bien sûr, la compétition est toujours énorme mais l'Inter a la qualité pour remporter des titres consécutifs. À cette fin, Inzaghi aura la majorité de joueurs qui a atteint le trône la saison dernière. Les principaux joueurs de son équipe seront Romelu Lukaku, Alessandro Bastoni, Nicolò Barella et Stefan de Vrij. Le plus grand changement dans la liste est certainement la situation avec Christian Eriksen. Nous avons tous été témoins des scènes dramatiques du match entre le Danemark et la Finlande dans lequel Eriksen était au bord de la mort. Bien que, heureusement, le joueur danois se soit rétabli, le pronostic médical indique qu'il ne pourra plus jamais jouer au football professionnel. De l'effectif de l'an dernier, Simone Inzaghi ne pourra pas compter sur Ashley Young, qui est revenu à Aston Villa, Achraf Hakimi est parti pour le PSG, Daniele Padelli est allé à l'Udinese alors que le sort d'Aleksandar Kolarov est encore incertain. Jusqu'à présent dans le mercato, les nouveaux arrivants sont Matteo Darmian, Hakan Calhanoglu et Alex Cordaz. Matteo Darmian a déjà joué pour l'Inter en prêt de Parme mais l'équipe lui a finalement fait signer un contrat. C'est un défenseur expérimenté et on s'attend à ce qu'il soit régulier dans l'équipe première d'Inzaghi. Hakan Calhanoglu a joué pour le Milan au cours des quatre dernières saisons. Le Turc joue à merveille au milieu de terrain et devrait immédiatement remplacer Christian Eriksen. Il a d'excellentes compétences en matière de jeu et est un excellent passeur. Ce qui le rend encore plus dangereux, c'est son tir qui est souvent une menace pour le but adverse. De plus, il a une compréhension distinguée du moment où changer de direction lorsqu'il est sur le ballon. Cela le rend particulièrement dangereux dans les demi-espaces centraux de la moitié adverse, car les défenseurs ont du mal à se rapprocher de lui. Alex Cordaz reprendra le poste de gardien de réserve laissé vacant après le départ de Daniele Padelli. Cordaz est un vétéran de 38 ans qui a passé les six dernières saisons à Crotone.
  15. Matteo Darmian a déclaré que cette pré-saison avait été un bon début sous la direction du nouveau boss Simone Inzaghi alors que l'Inter se préparait à défendre son Scudetto. "C'était agréable de se détendre un peu après une campagne aussi chargée, mais il est temps de recommencer maintenant. C'est un bon début de pré-saison. On a tout ce qu'il faut pour bien s'entraîner ici. Nous ferons de notre mieux pour le nouvel entraîneur et le personnel et essaierons de nous adapter à ce qu'ils attendent de nous. Nous avons une grosse saison devant nous et nous devons nous y préparer du mieux que nous pouvons." "Nous avons montré la saison dernière à quel point l'équipe est importante. On pouvait voir que tout le monde était impliqué et se sentait important. Nous savons à quel point il a été difficile de gagner le Scudetto et maintenant nous voulons le défendre. Mais lorsque vous jouez pour un grand club comme l'Inter, vous vous efforcez toujours de gagner de l'argenterie. Nous voulons aller le plus loin possible dans chaque compétition." "Quant à moi personnellement, j'essaierai de faire ce que je fais toujours, c'est-à-dire aider l'équipe et m'efforcer de m'améliorer chaque jour." "J'ai joué lors du dernier match entre l'Italie et l'Angleterre et j'espère que le fait que nous l'ayons gagné est de bon augure, même si évidemment c'est un match différent demain et ça va être très difficile. L'Angleterre a beaucoup de joueurs de grande qualité, mais l'Italie a aussi une excellente équipe, comme elle l'a montré depuis le premier match. Tout le pays espère pouvoir remporter ce trophée important."
  16. IM TOGETHER: Our Scudetto Season Review, le film de la saison 2020-2021, est sorti ce 15 Juin , en avant-première sur la chaîne YouTube officielle d'Inter et sur Inter TV. Une production Inter Media House présentée avec le Crédit Agricole: les caméras d'Inter Media House ont suivi l'équipe tout au long de la saison, pour un total de plus de 260 heures. Le tout accompagné des voix des protagonistes de cette année: 18 interviews exclusives enregistrées sur nos micros, dans lesquelles joueurs, staff et managers racontent les émotions vécues lors d'un voyage extraordinaire qui s'est terminé en triomphe. Tous les moments les plus significatifs de cet incroyable voyage sont inclus, de ceux que vous avez déjà vus à d'autres moments importants inédits, tels que le voyage retour en avion festif de Crotone, et bien plus encore. Bref, toute notre Inter est incluse: De septembre à Mai, un voyage incontournable. Terminé tous ensemble : IM Together. Ensemble, nous surmontons toutes les difficultés Ensemble, nous devenons meilleurs Ensemble, les rêves deviennent réalité Les citations suivantes sont de Lukaku, Darmian, Eriksen, Sensi, Pinamonti, de Vrij, Skriniar, Sensi, Young, Kolarov et Padelli , sortis en exclusivité dans le film de la saison : Vous pouvez les retrouver dans la vidéo en bas de l'article. Romelu Lukaku : ''Séville a été le moment le plus difficile'' ''Après Séville a été le moment le plus difficile. Je pense le plus difficile de ma carrière. Un matin, trois ou quatre jours plus tard, je me suis réveillé en me disant que cette année on gagnerait avec cette équipe et que je ferais tout pour gagner. Lors du premier entraînement, j'ai vu que beaucoup de joueurs avaient une faim incroyable, et dès le premier jour je me suis dit : Cette année, nous allons le faire.'' Matteo Darmian : ''Travail et sacrifice, nous n'avons jamais abandonné'' "Quand vous pouvez aider l'équipe et marquer des buts, c'est super, surtout quand ils sont cruciaux pour la victoire. J'ai toujours essayé d'être prêt, de me rendre disponible pour l'entraîneur, pour l'équipe et d'apporter ma contribution. Je suis heureux d'avoir marqué des buts importants, mais l'essentiel est que l'équipe ait atteint un objectif si dur et difficile avec autant de travail et de sacrifices. Jusqu'à ce que ce soit mathématiquement certain, nous n'avons jamais cédé d'un iota et nous avons toujours essayé de ramener le plus de points possible.'' Christian Eriksen : ''Le but contre le Milan en coupe était un moment spécial'' "J'ai marqué quelques buts sur coup franc dans ma carrière, mais j'en étais certainement très fier de celui là (le coup franc contre le Milan, ndlr), ainsi que pour le moment: marquer dans les dernières minutes durant Le match de Coupe pour se qualifier était spécial. Je pense que cela a changé la perception des autres, je pense que cela a montré que je suis un joueur sur lequel on peut compter.'' Stefano Sensi : ''Des fans extraordinaires, nous avons hâte de les revoir tous au stade'' ''Nous pouvons dire que cette année, nous avons été les meilleurs après neuf ans de domination de la Juventus et c'est le résultat de l'excellent travail que nous avons accompli. Les fans sont fondamentaux pour nous, nous pouvons tous dire qu'ils nous ont beaucoup manqué et que nous avons hâte qu'ils reviennent. Après tout ce temps sans eux, réentendre leurs chants et l'inspiration qu'ils nous ont toujours montrée sera fantastique.'' Stefan de Vrij : ''Une belle compréhension avec Milan Skriniar, c'est un plaisir de travailler ensemble'' ''Notre plan de jeu défensif commence avec les attaquants et notre plan offensif commence avec le gardien de but, nous le disons toujours parce que c'est ainsi que nous travaillons et parce que nous sommes unis. Skriniar a fait d'importants pas en avant en tant que joueur, il s'est beaucoup amélioré et cette année, il a été un roc ! Il arrête tout, il est très fort en tête-à-tête, il a beaucoup de force, on ne peut pas le dépasser. Pour nous, c'est un plaisir de travailler ensemble, de grandir ensemble, et maintenant que nous nous connaissons mieux, nous parlons beaucoup sur le terrain, et nous nous sommes beaucoup améliorés. Il a marqué des buts importants pour nous comme contre l'Atalanta, c'était un but très crucial et cela nous a menés à la victoire. Derrière ce Scudetto, il y a beaucoup de travail et de sacrifices, ce sont donc des émotions uniques.'' Andrea Pinamonti : ''La ligue des champions nous a donné de l'énergie pour continuer'' ''Le moment qui a changé notre saison a été la sortie de la Ligue des champions qui nous a beaucoup fait mal. On s'aime les uns les autres, on a fait un super boulot cette année, donc le groupe s'est réuni de plus en plus pour arriver à la victoire.'' Milan Skriniar : ''Les grands matchs que nous avons gagnés nous ont donné confiance'' ''Les gros matchs que nous avons gagnés contre la Juventus, le Milan et l'Atalanta nous ont donné confiance. Ce sont les moments où nous avons décidé de la saison. Nous avons toujours été unis, cela a été fondamental, je suis fier de cette équipe, nous sommes un grand groupe.'' Aleksandar Kolarov : ''La différence est faite par les hommes'' ''Pour gagner, il faut absolument de la qualité, mais la différence est faite par les hommes. La saison a été longue, mais je pense que la prise de conscience de notre force est venue avec la victoire contre la Juventus. Ils étaient l'équipe à battre et l'ont fait à juste titre dans le match où nous les avons écrasés. Je pense qu'après ce match, quelque chose a tilté en nous, puis ce n'était qu'une question de temps pour gagner le Scudetto.'' Ashley Young : ''Une fierté difficile à décrire'' ''Je ne sais pas s'il y a un match particulier du Scudetto, peut-être contre Sassuolo. Je suis incroyablement fier, je ne peux pas l'expliquer, c'est difficile à décrire, je suis fier de moi, de l'équipe, du staff et de tous ceux qui travaillent pour le Club. Dès le jour où je suis arrivé, ils ont été fantastiques avec moi, et nous avions pour objectif de gagner un jour, nous l'avons fait et c'est incroyable.'' Daniele Padelli : ''Une grande famille'' "Cela aurait été merveilleux de célébrer avec tous les fans au stade, mais ils nous ont quand même fait sentir leur chaleur. Avant chaque match, un joueur parle et dit quelque chose à toute l'équipe et j'ai dit que cette année nous avons montré que nous sommes vraiment une si grande famille, surtout dans une année aussi compliquée. C'est quelque chose dont nous pouvons tous être fiers.''
  17. Interviewé dans le nouveau film documentaire sur la chaîne YouTube officielle de l'Inter, "IM TOGETHER", l'Argentin parle des hauts et des bas et son premier scudetto. "Quand nous avons quitté la Ligue des champions, nous en avons beaucoup parlé et je pense que nous avons vu une différence même à l'entraînement. Nous étions un groupe uni et c'est important." "Quand Lukaku est arrivé à l'Inter, nous avons beaucoup parlé et un lien s'est créé, une véritable et belle amitié. Je l'aime, il m'aime, et nous travaillons ensemble, pour le bien de l'Inter." "Matteo Darmian toujours positif, il s'entraîne toujours bien. Il est toujours prêt dans la surface de réparation, des gars comme lui sont importants pour l'équipe." "Nous profitons de ce moment (le Scudetto, ndlr) parce qu'il est spécial pour nous. C'est mon premier titre. Nous avons fait quelque chose de vraiment important et je suis vraiment content de ce que nous avons réussi à réaliser, un scudetto très important pour nous."
  18. Réactions des joueurs après la soirée Scudetto de l'Inter. Christian Eriksen: "Je suis ravi" "Oui, je suis ravi. Cela a été une saison longue et inhabituelle, mais c'est génial maintenant. Je veux célébrer avec les fans qui m'ont beaucoup manqué, et gagner le prochain Scudetto." Achraf Hakimi: "Heureux pour nos fans" "Je suis très heureux pour les fans de l'Inter, gagner ici est énorme. Au début, c'étaitdifficile pour moi ici; puis, avec l'aide de Lautaro et des autres, c'est devenu plus facile. Je suis très heureux ici, Je ne sais pas ce qui va se passer l'année prochaine. Cependant, je suis ravi d'être ici. J'ai beaucoup appris à l'Inter et j'en suis heureux aussi. Il faut toujours s'améliorer, et cette équipe l'est aussi. capable de faire de grandes choses à l’avenir." Stefan de Vrij: "Je ne peut pas effacer le sourie de mon visage" "Je ressens une immense joie aujourd'hui, je ne peux pas effacer le sourire de mon visage. C'est une sensation que je n'oublierai pas: ce sont les objectifs que les footballeurs ont au cours de leur carrière, et c'est merveilleux de les atteindre." "Mettre la main sur le trophée était incroyable. Nous avons atteint cet objectif avec des sacrifices et un travail acharné sur une longue période. Nous avons tous montré la volonté de réaliser ce triomphe du Scudetto. Un mur en défense? J'ai toujours tout donné, comme tout le monde. Nous nous sommes entraidés et nous formons une équipe soudée. Et nous avons réussi à atteindre notre objectif." Andrea Ranocchia: "Un sentiment particulier après tant d'années" "Je suis tellement heureux! Il y a un grand sentiment de satisfaction après tant d'années… C'est vraiment émouvant, et nous sommes nombreux à en faire l'expérience pour la première fois. Tout cela est spécial." Matteo Darmian: "Un Scudetto mérité" "C'est un succès mérité, un Scudetto mérité, donc c'est juste que nous l'apprécions. Mon fils a deux ans, je pourrai lui raconter cette journée inoubliable où il grandira." Cristian Stellini: "Enthousiasme et désir d'avancer" "C'est un moment merveilleux. Un club important avec une grande base de fans comme l'Inter ne devrait pas avoir à attendre si longtemps pour vivre une telle joie. Nous avons obtenu d'excellents résultats en Italie grâce à un groupe fantastique, et ce projet devrait se poursuivre. Le Club nous donnera les réponses à cela. Cependant, si ce projet peut se poursuivre, nous avons l'enthousiasme et le désir d'aller de l'avant. Lorsque vous travaillez avec un entraîneur de haut niveau, tout projet doit être d'un niveau de qualité élevé. Maintenant une équipe qui excelle en Italie et qui a l'ambition de grandir en Europe aussi, c'est notre objectif. C'est un triomphe difficile à imaginer et à construire. C'est le résultat d'un travail extraordinaire de tous, c'est pourquoi l'Inter doit continuer et avoir l'énergie pour continuer à grandir."
  19. gladis32

    Francesca Cormanni

    C'est l'homme du moment, donc il faut rendre hommage à sa femme Francesca et Matteo sont mariés depuis l'été 2017, ont un petit enfant qui aura 2 ans dans dix jours et un énorme chien Mais bon tout ça on s'en fout, ce que l'on souhaite ce sont des photos et là malheureusement elle est comme son époux, assez discrète sur ce coup... https://www.instagram.com/francescaeleonoracormanni/
  20. Sur Sky Sport Italia, Lautaro Martinez a évoqué la sortie précoce de la C1 alors que sur DAZN, il a parlé de Romelu Lukaku et Christian Eriksen. "Quand nous sommes sortis de la Ligue des champions, nous en avons beaucoup parlé. Il ne nous restait plus que cet objectif (le scudetto), donc nous avons dû aller le saisir et nous avons travaillé très dur. Nous sommes ici à Appiano Gentile chaque jour en train de réfléchir à ce que nous devons faire. Nous l'avons fait et nous sommes très heureux d'être champions de Serie A." "Quand Lukaku est arrivé à l'Inter, j'y étais déjà depuis un an. Quand je l'ai rencontré le premier jour, il m'a dit: 'Je vais t'aider à marquer un tas de buts.' C'est là que tout a commencé." "Christian Eriksen est un artiste. Je me souviens de sa première séance d'entraînement ici, il a marqué deux buts incroyables de l'extérieur de la surface." "Darmian est un professionnel, si vous lui demandez, il jouerait même dans le but." "Après notre défaite contre le Milan en octobre et la sortie de l'UEFA Champions League, nous avons beaucoup changé d'avis et de façon de travailler, car nous voulions vraiment gagner quelque chose. Je pensais que nous finirions tous proches les uns des autres en termes de points, je ne m'attendais certainement pas à ce que nous soyons aussi nettement en tête. Tout cela est incroyable pour moi, j'ai toujours terminé deuxième jusqu'à maintenant."
  21. Ivan Zazzaroni peut avoir le sourire : Dans les colonnes du Corriere Dello Sport, Tullio Tinti, l’agent d’Alessandro Bastoni a ouvertement critiqué l’Inter suite au comportement de celle-ci dans le cadre de la prolongation de contrat de l’international italien La thématique des salaires "Je me sens responsable de mes joueurs : Ranocchia, Darmian et Bastoni, et je ne pense pas qu’un procédé similaire se soit déjà produit : Les clubs sont des entreprises privées:. Lorsqu’ils génèrent des bénéfices, ils ne partagent pas le produit avec leurs employés et lorsque tu fais face à une perte, ceux-ci appartiennent à la propriété. J’ai lu que la Famille Zhang avait voulu vendre et qu’il y avait un fond qui avait présenté une offre importante." Suning en voulait plus… "C’est légitime car le club est à eux. A présent, ils ne peuvent pas demander des fonds à des joueurs qui ont fait tout ce qui leur avait été demandé : Non seulement ils ont remporté le Scudetto, mais ils ont aussi accepté de repousser le versement des mensualités aussi bien en 2019-2020 que celles de novembre et de décembre, afin d’éviter toute pénalisation au classement: Une telle demande me semble inopportune, hors de toute logique." La prolongation "Autre surprise : Cela fait quatre mois que j’ai un accord avec Marotta, Ausilio et Antonello : Il y avait la promesse de lui offrir un salaire à un niveau correct et l’accord était établi en février, avant tant d’échanges de mails de confirmation. Il ne manquait que le retour du Président, de Chine, pour formaliser le tout." "Pas plus tard que vendredi, il m’a été fait part que la négociation n’a pas capotée, mais qu’il faudrait attendre que le prêt qui est en cours de négociation soit signé. Honnêtement, ce sont des choses qui ne me sont jamais arrivées." Futur "Bastoni conserve le maillot sur lui car c’est un Interiste : Il va respecter les accords car il a encore un contrat et moi aussi, lorsque je suis sous contrat, je suis habitué à le respecter. Si le club veut le prolonger à des chiffres adéquats, ok. Mais autrement, à partir du premier juillet, voire plus, les choses changeront : Que les choses soient claires : Bastoni et son agent sont heureux de rester à l’Inter, mais il est important que les choses se déroulent normalement, comme dans tous les autres clubs. C’est une période difficile, je le sais, mais ce comportement n’est pas le bon." Eder "Lorsque j’ai lu cette demande de ne pas verser deux mois de salaire, je suis resté choqué, mais ce n’est pas tout. J’avais déjà connu une situation nébuleuse avec Eder, lorsqu’il militait dans le Club du Suning en Chine. J'avais compris que la situation était inextricable et j’avais demandé la résolution anticipée, des six mois de son contrat, car il y avait eu une possibilité pour qu’il puisse revenir en Italie." "Ils ont tiré en longueur pour finalement, et après la victoire du championnat, ne lui reverser aucun salaire ni cotisation. Il n’a également pas pu transférer encore ses fonds reçu en Chine. Le club ensuite n’a pas été inscrit au championnat : C’est quelque chose d’insensé." Pensez-vous que cette sortie puisse mettre en péril l’avenir d’Alessandro à l’Inter ? Attendre de disposer du prêt pour renouveler ses joueurs cadres: Bonne ou mauvaise idée de la stratégie interiste ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  22. Le Scudetto nous revient après 11 ans d'attente et avec quatre matchs à jouer. Fatigue, détermination, faim, dévouement, victoires, célébrations ont tous accompagné un exploit qui restera gravé dans l'histoire. Voici l'équipe qui a remporté le dix-neuvième Scudetto de l'histoire de l'Inter. Samir Handanovic Le capitaine, à l'Inter depuis l'été 2012, a porté notre maillot à 386 reprises, devenant le gardien de but avec le deuxième plus grand nombre d'apparitions dans l'histoire des Nerazzurri. En championnat, il a récolté 14 clean sheets en 34 matchs et cette saison, il a passé le cap des 500 matchs en Serie A, devenant ainsi le gardien de but étranger le plus capé de l'histoire de la Serie A. Sa contribution entre les postes dans les matchs clés a été essentielle, comme dans le succès au Derby de Milan où il a réalisé trois arrêts incroyables en un peu moins d'une minute. Achraf Hakimi Il a remporté le Scudetto lors de sa première saison avec nous. Imparable avec son accélération sur l'aile droite, rapide sur le terrain et franchissant des étapes importantes, l'ailier marocain a accumulé sept buts et six passes décisives en championnat, s'imposant comme l'une des meilleures recrues de Serie A. Aussi rapide à se faire connaitre, il a marqué ses débuts en championnat avec deux passes et un but lors des deux premiers matchs officiels contre Benevento et la Fiorentina. Son premier doublé est venu contre Bologne, et ses deux dernières passes ont été pour Darmian lors de deux victoires cruciales contre Cagliari et l'Hellas. Ses incursions offensives dangereuses ont été cruciales dans le run-in de l'Inter, comme le montre son dernier but contre Crotone. Roberto Gagliardini À l'Inter depuis Janvier 2017, à sa cinquième saison chez les Nerazzurri, il a disputé 31 matches, 26 en championnat, marquant deux buts: le premier lors de la victoire contre Benevento quand il a également effectué une passe; le deuxième dans l'un des matchs fondamentaux de la course du Scudetto de l'Inter, en première partie contre Sassuolo. Un but qui a couronné l'une des meilleures performances saisonnières du milieu de terrain né en 1994 qui, lorsqu'il a marqué, s'est transformé en une amulette pour l'équipe: l'Inter, en fait, a remporté les onze matchs de Serie A dans lesquels Roberto Gagliardini a marqué. Stefan de Vrij À l'Inter depuis l'été 2018, il a reçu le prix individuel du meilleur défenseur de Serie A en 2019-2020 et a été inclus dans l'équipe de l'année de la dernière saison. Sa croissance a été constante et cette saison, il a scellé sa place de point focal dans la défense: un silencieux et précieux leader, comme le confirment ses 123 apparitions sous le maillot Nerazzurri. Les statistiques le récompensent surtout pour ses interceptions et dans son jeu d'approche (1 but et 31 apparitions en Serie A 2020/21). Alexis Sanchez À l'Inter depuis août 2019, il a apporté sa technique, son expérience, son imprévisibilité et tout son courage à la cause Nerazzurra. "Âme et corps": c'est ainsi qu'il s'est lancé dans l'extraordinaire course de l'équipe vers le 19e Scudetto, se taillant avec détermination et humilité. Il a fait 37 apparitions cette saison, et 27 en championnat, où il en a fourni six passes décisives et a marqué cinq buts, trois de suite entre le but contre le Genoa et son doublé contre Parme, victoires fondamentales dans les deux matchs disputés après avoir dépassé le MILAN au classement. Matias Vecino Né en 1991, il a rejoint l'Inter à l'été 2017 et au cours de ses quatre saisons avec les Nerazzurri, il a marqué des buts décisifs pour l'équipe et pour tous les fans. L'Uruguayen est revenu sur le terrain en 2021 après une opération au genou l'été dernier, franchissant une étape prestigieuse avec les Nerazzurri: la victoire contre Cagliari était en fait sa 100e apparition pour l'Inter toutes compétitions confondues. Romelu Lukaku Gigantesque, injouable, puissant. À sa deuxième saison avec les Nerazzurri, il a aidé à chasser et à gagner le Scudetto, en grande partie grâce à ses buts et ses passes décisives. 27 buts cette saison, 21 en championnat accompagnés de dix passes décisives, dans une saison au cours de laquelle l'attaquant belge a battu des records et franchi le cap des 300 buts en tant que professionnel: 61 sont venus lors de ses 92 apparitions pour les Nerazzurri (44 en Serie A, 4 en Coppa Italia, 6 en Ligue des champions, 7 en Ligue Europa). Récompensé en tant que joueur de Serie A du mois en Février, Lukaku a porté l'équipe à travers l'un des points clés de la saison lorsque, en l'espace de deux semaines, il a marqué un doublé lors de la victoire 3-1 contre la Lazio, suivi de un but et une passe décisive contre le Milan (3-0) avec une célébration inoubliable, et un autre but et une passe contre Genoa. Lautaro Martinez Aux côtés de Lukaku, il a formé le duo le plus prolifique de la Serie A (36 buts à eux deux en championnat). "Il Toro" Lautaro Martinez, à l'Inter depuis juillet 2018, a fourni cinq passes et marqué 15 buts en Serie A cette saison, dépassant son record de la saison dernière (il a terminé la saison dernière avec 14 buts en 35 apparitions). Toujours présent, l'attaquant argentin est le seul joueur à avoir disputé tous les matchs de championnat (34) et les matchs de saison (44 apparitions au total). Sa saison a commencé avec trois buts et une passe décisive dans les trois premiers matchs, étant deux fois le protagoniste avec plusieurs buts: un triplé contre Crotone au Meazza et un doublé dans le Derby de Milan. Aleksandar Kolarov Une première saison chez les Nerazzurri pour le défenseur serbe arrivé à l'Inter le 8 septembre 2020. L'expérience et la qualité sont des caractéristiques fondamentales de son répertoire footballistique. Il a fait onze apparitions cette saison, et sept en championnat, où il a fourni l'une des plus belles passes décisives de la saison: un coup franc parfaitement placé pour le but de Perisic lors du match contre Parme. Stefano Sensi À l'Inter depuis l'été 2019, après une saison baptisée de buts à ses débuts en championnat contre Lecce et dans laquelle il a mis en valeur toutes ses qualités, le milieu de terrain né en 1995 a fait 17 apparitions cette année, dont 14 en championnat où il est entré sur le terrain en tant que titulaire dans les victoires contre Benevento, Cagliari et Crotone. Andrea Ranocchia A l'Inter depuis la saison 2010-2011, il est le seul joueur de l'équipe à remporter son deuxième trophée avec les Nerazzurri après la victoire de la Coppa Italia en mai 2011 en finale contre Palerme. Sa passion pour le football et pour l'Inter, son travail, son engagement et son dévouement se sont étendus sur ces dix années, faisant de lui une ressource précieuse et un exemple pour ses coéquipiers et les supporters. Ivan Perisic Ivan Perisic a grandi de mieux en mieux tout au long de la saison où, match après match, il s'est taillé un rôle fondamental dans la conquête du Scudetto. Après sa saison prêtée au Bayern Munich, le Croate s'est rendu disponible pour l'équipe et en tant qu'ailier offensif à part entière, il a montré toutes ses qualités, précieuses en récupérations de balles, comme sur le front offensif: 29 apparitions en championnat où il a brillé lors de matches clés tels que les matches de deuxième partie contre la Lazio et le Milan (dans lesquels il a fourni deux de ses quatre passes décisives en Serie A en 2020-2021). Trois buts inscrits en championnat, le plus récent contre la Spezia, lorsqu'il a franchi le cap des 200 apparitions à l'Inter toutes compétitions confondues. Ashley Young Il rejoint les Nerazzurri en janvier 2020, il a immédiatement montré ses qualités, marquant quatre buts et obtenant quatre passes décisives en deuxième partie de la saison dernière. Générosité et vision du jeu sont les traits qui ont également caractérisé son jeu cette saison, dans laquelle l'ailier anglais a été déployé à 31 reprises, avec 23 apparitions en championnat et trois passes décisives. Arturo Vidal La première saison de Vidal sous la tunique Nerazzurra. Après son arrivée à l'Inter en septembre 2020, il a joué 23 matchs de championnat et 30 matchs toutes compétitions confondues, fournissant une passe et marquant deux fois dans le process. Ces deux buts sont survenus en Janvier: après s'être emparé de la Fiorentina en huitièmes de finale de la Coppa Italia, il a trouvé le chemin des filets dans l'une des plus grandes rencontres de la saison. En effet, sa tête contre la Juventus a été l'un des moments clés de la campagne. Nicolò Barella Il est le joueur de champ qui a joué le plus de minutes cette saison. Lors de sa deuxième campagne à l'Inter, il s'est avéré être un pilier clé du milieu de terrain grâce à sa capacité technique, sa vision, sa qualité et son intensité. Joueur dynamique et agressif, il joue avec sa tête et ses pieds et a marqué de grands et importants buts. Sa volée contre Cagliari a déclenché un retour fantastique, tout en scellant la victoire des Nerazzurri contre la Juventus. Ensuite, il y a eu sa brillante frappe du pied droit à Florence. Trois buts et six passes pour le joueur de 24 ans en championnat cette saison. Christian Eriksen Quatrième Danois de l'histoire de l'Inter, il est au Club depuis janvier 2020. Le moment clé pour lui cette saison est venu en quarts de finale de la Coppa Italia lorsque son coup franc parfait a envoyé l'Inter en demi-finale. Il a trouvé sa place dans la configuration tactique de l'Inter au cours de la seconde moitié de la saison, sa contribution aidant les hommes d'Antonio Conte à devancer leurs rivaux. Au Stadio Diego Armando Maradona, il a marqué son deuxième but en Serie A avec une fantastique frappe du pied gauche de l'extérieur de la surface. Il a ensuite trouvé le filet pour la septième fois sous le maillot de l'Inter lorsqu'il a ouvert le score contre Crotone. Daniele Padelli Il est à l'Inter depuis le 3 juillet 2017. Après avoir fait ses débuts le 12 Décembre de la même année, il a fait huit apparitions au total. Six d'entre eux sont survenus la saison dernière lorsqu'il a remplacé Handanovic et a également gardé le but de l'Inter lors de la victoire de l'équipe lors du Derby de Milan. Il fête désormais le 19e Scudetto du Club qu'il a toujours soutenu: l'Inter! Danilo D'Ambrosio Il est l'un des joueurs qui porte le plus longtemps le maillot Nerazzurri: il est au Club depuis Janvier 2014. Il a souvent joué un rôle crucial, surtout dans les moments les plus critiques. Sa course, ses sacrifices continus, ses blocages, ses passes décisives et ses buts ont été précieux et arrivent souvent à des moments cruciaux. Il a marqué trois buts en championnat cette saison, son dernier contre Cagliari en décembre. Il en a mis dans les phases finales, tout comme il l'a fait contre la Fiorentina pour donner la victoire à l'Inter. Il a trouvé le filet 20 fois en 230 apparitions à l'Inter. Matteo Darmian Lors de sa première saison, il a apporté une contribution vitale au triomphe du Scudetto. En effet, ses buts contre Cagliari et l'Hellas ont scellé deux victoires capitales. Cohérent, assidu et tenace: il a marqué quatre buts cette saison, dont trois en championnat, un record personnel pour lui. Milan Skriniar À sa quatrième saison sous nos couleurs, le défenseur slovaque a débuté 29 des 30 matches de championnat qu'il a disputés cette saison après avoir raté le début de la campagne à cause du Covid. Pilier clé de la défense Nerazzurra, la meilleure de la ligue après avoir encaissé seulement 29 buts en 34 matches, il a joué un rôle crucial grâce à sa force, sa capacité à lire le jeu et sa supériorité dans des situations individuelles. Un match clé pour lui a été le match à domicile contre Atalanta, un match qu'il a marqué (il a marqué un total de trois buts cette saison) et où l'Inter a gardé une clean sheet contre la meilleure attaque. Marcelo Brozovic Le Croate a fait le deuxième plus grand nombre d'apparitions ans l'équipe actuelle (239) et a constamment été plein de course et d'idées. En moyenne, il a parcouru 12 km par match, plus que tout autre joueur. Pilier clé du milieu de terrain de l'Inter, Brozovic a également fourni six passes décisives en championnat et a trouvé le filet contre Parme. Alessandro Bastoni À sa deuxième saison avec les Nerazzurri, le joueur de 22 ans a été l'un des joueurs les plus marquants et a brillé dans la défense de l'Inter grâce à sa physicalité, sa technique, sa vision et sa précision. L'un de ses moments les plus mémorables de la saison est survenu contre la Juventus: il a joué un incroyable ballon devant (plus de 60 mètres!) pour Barella, qui a fait le 2-0. C'est une saison qui l'a vu lancer un coéquipier pour marquer à trois reprises et faire ses débuts avec la Squadra. Andrea Pinamonti Après avoir traversé les rangs des jeunes Nerazzurri, Andrea Pinamonti est revenu au Club avant la campagne en cours. Sa première apparition à l'Inter a eu lieu en Décembre 2016, l'Italien disputant cinq matches lors de sa première saison. Le premier match de sa deuxième saison a eu lieu contre le Genoa le 24 octobre 2020. C'était la première de sept apparitions cette saison (cinq en championnat, une en Ligue des champions et une en Coppa Italia). Filip Stankovic L'Inter était son destin. Lors de sa première saison en équipe première, il est devenu champion d'Italie avec le club dans lequel il a toujours été et où il a grandi et s'est développé. Andrei Radu Sa carrière Nerazzurra a commencé dans les rangs des jeunes de l'Inter à l'âge de 16 ans. Gardien au caractère bien trempé, il a fait ses débuts au club le 14 mai 2016 contre Sassuolo. Après des périodes de prêt à Avellino, Gênes et Parme, il est retourné chez nous en août 2020.
  23. Après les avoir guidés vers un 19e titre de Serie A, Antonio Conte est apparu en tant qu'invité sur Sky Sport Italia mais ne serait pas attiré par les questions entourant son avenir au-delà de cet été, alors qu'il s'approche de la fin de sa deuxième saison chez nous. "Nous n'avons pensé au présent que parce que nous ne pouvions pas le faire autrement, nous voulions atteindre notre objectif. Maintenant que Steven Zhang est arrivé à Milan, il reste quatre matchs, mais je veux aussi profiter de ce moment. Dans d'autres victoires, je me suis retrouvé pris dans d'autres situations et je n'ai pas apprécié ce moment, cette fois je veux en profiter après de nombreux sacrifices. Ensuite, il y aura du temps pour parler et comprendre la situation, mais en ce moment, et en vertu d'expériences passées dans lesquelles je n'ai rien ou peu apprécié, je veux en profiter au maximum avec l'équipe et ma famille. Nous l'avons mérité et je veux que personne ne nous dérange." "Nous sommes certainement très heureux et satisfaits car ramener le Scudetto à l'Inter avec quatre matchs restant témoigne du bon travail que nous avons accompli. Maintenant, il y a plus de sérénité. Il est inévitable que nous voulons continuer à bien faire, peut-être en donnant des opportunités à ceux qui ont moins joué, non pas parce qu'ils ne l'ont pas mérité mais à cause de mes choix. Nous essaierons de faire de notre mieux jusqu'à la fin. J'attends une grande mentalité de la part des garçons." "Honnêtement, la meilleure chose qui m'est arrivée à l'Inter au cours de ces deux années a été de trouver un groupe qui me faisait aveuglément confiance, à moi et à mes dirigeants, c'était la meilleure chose. La croissance des joueurs a apporté ce résultat. Ils m'ont demandé ce dont l'Inter avait besoin pour retrouver le succès et j'ai dit que j'aurais besoin du développement individuel de chaque joueur, à la fois physiquement et mentalement. Les garçons ont grandi aujourd'hui, ce sont maintenant des joueurs qui ont gagné. L'Inter joue au football moderne, elle sait tout faire, de la construction à la contre-attaque. Les joueurs ont appris à tout faire, à lire le jeu. Une équipe doit savoir lire les moments et interpréter différents styles. Nos vertus étaient nombreuses et nous les avons augmentées avec le travail. J'aime voir cette équipe jouer, seul un aveugle ne verrait pas la beauté du but marqué à Crotone par exemple. Ce sont toutes des situations éprouvées en formation. Tant de buts que nous marquons, je ne veux pas dire qu'ils sont des copies conformes, mais ils se pratiquent à l'entraînement. Je n'ai pas supprimé les tweets me demandant de partir! Je pense que ces tweets provenaient de fans adverses qui espéraient que je m'en irais, évidemment cela leur convenait comme ça." "Cela m'excite de voir Sanchez faire certains mouvements, vous pouvez voir la qualité du joueur. Je peux proposer une idée mais cela demande de la qualité. C'est l'équipe qui gagne. Darmian, Perisic, Hakimi, vous les considérez comme des arrières latéraux mais pour moi ce sont des attaquants, ce qui me donne un joueur de plus en défense et deux en phase offensive, ce sont basiquement des attaquants supplémentaires. Darmian est né en tant qu'arrière latéral, mais il est le prototype d'un joueur moderne. Il y parvient avec une grande qualité. Quand j'étais joueur, ce que je détestais, c'était lorsqu'un entraîneur mentait pour me garder heureux. J'ai toujours dit la vérité, même si c'est mauvais, peut-être au début ça fait mal mais à la fin le joueur comprend et apprécie ceux qui disent des choses en face. Les joueurs savent que je prends toujours des décisions pour le bien de l'équipe." "Pour Perisic, mon idée initiale était de l'utiliser comme ailier, et il avait les compétences. Le joueur doit également être disposé à le faire. Cette année, il est de retour avec un objectif différent. C'est un footballeur avec des qualités incroyables, j'attends toujours de grandes choses de lui car il a une grande personnalité. Au moment où il l'a compris, je l'ai fait jouer, je ne l'ai pas oublié. Il a les qualités pour être encore plus décisif." "Certes, cette année, il y a eu aussi un changement d'un point de vue tactique. Au cours de ces deux années, je pense qu'avec les garçons nous avons essayé différentes situations, nous avons continué comme nous l'avions terminé l'année dernière en pressant sur différentes zones du terrain. L'année dernière, nous avions grandi, terminant juste un point derrière la Juventus et en finale de la Ligue Europa. Une équipe qui veut gagner a besoin d'un bon équilibre entre les phases défensive et offensive. À mon avis, pendant le match, il y a le moment où vous pressez haut et le moment où vous attendez dans votre propre moitié de terrain, vous devez être prêt à interpréter cela. Cette année, nos adversaires ont trouvé des moyens de contrer et, à mon avis, l'entraîneur doit comprendre qu'en tout, il faut un bon équilibre dans les deux phases. Nous avons changé au cours de l'année, dans certains matchs, nous avons joué avec deux milieux de terrain agressifs et dans d'autres avec deux joueurs de balle. Contre Sassuolo, nous avons eu du mal car ils construisent avec beaucoup de joueurs, ils s'entraînent à faire ce type de possession de balle. Mais nous avons profité de ce type de situation. Je pense que toute grande équipe ne doit pas avoir un seul style, elle doit respecter l'adversaire et en même temps ne pas être submergée. La maturité tactique a été au cœur de notre croissance au cours de cette saison." "La comparaison avec Giovanni Trapattoni me rend heureux et c'est un grand honneur d'être comparé avec un grand entraîneur et un homme comme Trapattoni. Vous savez que j'ai eu la chance de le rencontrer à la Juventus, s'il n'avait pas été là, je n'aurais pas fait ce voyage à la Juventus et en tant qu'entraîneur. Gagner avec l'Inter n'est pas facile. Ceux qui ont joué pour l'Inter et qui ont été entraîneurs comprennent que c'est une situation compliquée, il faut comprendre la dynamique. Je ne me suis jamais perdu et cela a également été apprécié par ceux qui se plaignaient de mon passé. J'ai déménagé comme n'importe où ailleurs. J'ai été appelé par l'Inter pour les ramener au sommet, je l'ai fait en deux ans et cela me remplit de satisfaction. Ce n'était pas une chose facile."
  24. Celui auquel on ne s'attendait pas. Celui qui avec ses buts contre Cagliari et Vérone a placé sa signature sur un championnat et un titre tout proche. Matteo Darmian a conquis le coeur des tifosi par sa discrétion et son efficacité. Il a livré un bel entretien pour la Gazzetta dello Sport, voici ses propos : "Et dire que dans l'équipe il y a des gens beaucoup plus habitués à marquer que moi... Mais si les buts arrivent, tant mieux. Le plus important c'est que j'ai gagné la confiance du coach et de mes coéquipiers." Attendre le Scudetto est-il plus beau que le moment où ce sera officiel ? "Non ce moment sera l'heure la plus excitante. Il reste encore quelques points et nous espérons les obtenir au plus vite. Cette saison s'est passée de manière crescendo mais depuis le début nous savions que nous ferions quelque chose de bien." Pourquoi ? A quel moment avez-vous pensé que c'était la bonne année ? "A Sassuolo au premier tour, avec tout ce qui s'est passé avant et après. C'était un match délicat et nous laissions trop de points en championnat. Gagner a été décisif pour le moral. Avec ça au lieu de nous assommer, sortir de la Champions League nous a re-déterminés." Vous êtes arrivé tranquillement ici et vous êtes décisif. C'est ça un pari gagnant ? "C'est la preuve que j'ai bien fait de retourner en Italie. Au cours de la dernière année à Manchester j'ai peu vu le terrain. Ces moments là vous aident à grandir mais avec le football je suis comme un enfant, je veux toujours en faire partie intégrante." Pouvez-nous parler du discours de Conte après avoir dépassé l'AC Milan ? "Il a été clair et ferme avec : « Maintenant ils sont en retard, psychologiquement nous avons un avantage. Tout dépend de vous, ne faisons pas l'erreur de regarder les autres ». Et nous l'avons fait." Pourtant pour vous les joueurs ça n'a pas été simple depuis les rumeurs des difficultés du Suning en janvier ? "Nous sommes des professionnels et nous avons fait ce qu'il fallait faire, c'est à dire nous concentrer sur notre travail. De ce fait nous sommes devenus encore plus soudés." Conte vous soutient pour l'Euro. Vous espérez toujours une place ? "C'est l'ambition ultime. J'ai eu la chance de disputer une Coupe du Monde et un Euro. Maintenant je suis là, je fais de mon mieux. Nous verrons." De l'Euro 2016 à aujourd'hui, avez-vous retrouvé le même Conte ? "C'est comme si je ne l'avais jamais quitté. Féroce et toujours avec la même envie d'amener son équipe au max." Il s'est amélioré ? "Tactiquement oui. Et au niveau du caractère." Vous avez eu de nombreux entraineurs dans votre carrière. Parlez-nous de Van Gaal et de Mourinho : "Le premier est un monstre des règles. C'est lui qui me voulait à United. Un des premiers jours il m'a pris à part et m'a dit « tu es là grâce à moi. Tu as ma confiance et tu joueras ta place avec Valencia. Sache que pour moi le nom n'a pas d'importance ». Mourinho lui, n'a pas d'autres amours que la victoire. Je lui dois des trophées comme l'Europa League." Qu'est-ce que Conte a de plus que ces deux là ? "Il a de grandes idées, tactiquement il est une marche au dessus." Pouvez-vous suivre Hakimi à l'entrainement ? Quel est le meilleur au monde à votre poste ? "J'essaye mais c'est dur... Par l'âge et le talent c'est l'un des meilleurs clairement. Pour le meilleur je dirais Alexander-Arnold. Par le passé Zanetti et Cafu." En un mot le Scudetto pour vous c'est : "La joie. La fin d'un chapitre. Aux personnes qui veulent devenir footballeurs, n'abandonnez jamais votre rêve. Ne perdez jamais votre sourire même face aux sacrifices, qui sont nécessaires." ®gladis32 - internazionale.fr
  25. Alberto Dalla Palma est éditorialiste au Corriere Dello Sport. Celui-ci s’est penché sur le parcours des 3 grands d’Italie et une chose est certaine, seule l’Inter fait Honneur à son blason! "Si Conte ne considère rien pour acquis en se montrant toujours attentif et pointilleux, il a tout de même confirmé que l’Inter a le Scudetto entre ses mains à 95%. Ce qui revient à dire que ce chapitre est clos. Il l’a immédiatement compris suite au but de Darmian face à Vérone, lorsqu’il s’est retrouvé inondé dans l’étreinte Nerazzurra." "A cinq journée de la fin de la saison, il n’y a plus aucun adversaire qui est capable de faire peur à l’équipe la plus forte du championnat, aussi bien au niveau de son noyau et de sa valeur, plus que du nombre de points d’avance." "Super" Europa "Des rivaux, il n’y en a pas eu à proprement parlé lors de cette phase de match retour, grâce à la série de 11 victoires consécutive et à la contemporaine disparition de Zlatan Ibrahimovic, sans lequel, il a perdu du terrain et prend des risques, au point de risquer de se retrouver en Europa League. Le Milan lui a d’ailleurs a proposé une prolongation de contrat et un salaire défrayant la chronique, étant donné qu’il n’a pas été tenu compte de la pandémie lié au Covid." "Il pourrait retrouver en Europa League la Juventus qui a été tenue en échec par la Fiorentina et qui a été reprise au classement par l’Atalanta. Et si Conte admet avoir quasiment remporté le Scudetto, Pirlo confesse de se sentir sur le sellette à l’aube d’un échec plus qu’évident." Pensez-vous, qu’il est possible de se diriger vers une saison rêvée en Championnat, avec la Beneamata Championne, tandis que ses deux éternels rivaux se retrouveraient en Ligue Europa ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr