Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'maurizio sarri'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
    • 2020/2021
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

  1. Comme rapporté par FCInternews, Simone Inzaghi a fait sa conférence de presse d’avant match Lazio-Inter. Voici ses déclarations. A propos de la Lazio. "Certes, nous savons que nous sommes face à une équipe solide qui cette année s'est améliorée en termes d’effectif, a gardé tous ses meilleurs joueurs et nous savons que nous devrons faire preuve de caractère. Nous affronterons une équipe préparée, dans un stade important avec beaucoup de supporters, nous devrons jouer un match prudent." Sur les spéculations autour de Milan Skriniar. "Il est bien, concentré, attentif. Il y a eu quelques soucis au début de la préparation car il sortait d'une blessure avec l'équipe nationale, il n'avait jamais raté un entraînement de sa carrière, cette blessure l'a ralenti mais ensuite il s'est rendu disponible, il fait progresser sa condition et celle de l'Inter." Sur Ciro Immobile. "J'ai une grande affection pour Ciro, il a eu des saisons importantes avec moi. Il l'a encore fait l'année dernière avec Sarri. Je sais que c'est un match spécial pour tout le monde, nous nous en soucions tous. Je lui souhaite de toujours marquer mais pas contre nous." Le début de saison de Romelu Lukaku. "Je pense qu'il a bien fait lors des deux premiers matchs, pas seulement lui mais toute l'équipe. Notre condition s'améliore, nous avons des joueurs avec un physique important. Nous savions qu'avec la préparation nous avions besoin de matchs importants, nous avons bien commencé et nous voulons continuer à améliorer tous les joueurs, y compris Lukaku, en essayant de récupérer des joueurs comme Mkhitaryan. Nous aurons tellement de matchs serrés, 19 avec une seule pause. Nous devrons essayer d'avoir tout le monde disponible. Tout le monde est là demain sauf Mkhitaryan." Sur l'importance des affrontements directs. "Nous savons qu'ils sont importants. Jusqu'à l'année dernière, ils avaient été décisifs avec des égalité de points. Mais en Italie, il n'y a pas de matchs faciles, les équipes importantes perdent des points même avec les soi-disant plus faibles." Roberto Gagliardini partant contre la Lazio ? "Il peut être une solution, il a bien fait dimanche. Il a commencé la préparation tardivement avec un problème qu'il supportait. C'est un choix comme beaucoup d'autres sachant qu'à partir de demain, il y aura un tour de force jusqu'à la prochaine pause. J'ai la chance d'entraîner des joueurs importants qui me compliquent la tâche pour faire des choix." Concernant la rotation de l'effectif. "Je sais qu'il faut faire des changements, l'année dernière j'ai fait quelques changements. Maintenant on est au début, l'équipe va bien. Dans l'ensemble ces matchs je choisirai de temps en temps la formation sans la déformer mais en changeant 3-4 éléments en fonction des adversaires." Sa relation avec Maurizio Sarri ? "Ce sont des matchs difficiles contre Sarri ! Je l'ai rencontré quand il était à Naples, à la Juve, c'est un entraîneur préparé qui donne son empreinte aux équipes… puis chaque match est une histoire en soi." Concernant le rôle de Kristjan Asllani. "Il travaille très bien, il est arrivé avec beaucoup d'attentes, il a été amené à aider Brozovic dans ce rôle. N'ayant pas Mkhitaryan, il peut être utilisé à ce poste même si je le vois comme un meneur de jeu devant la défense." Federico Dimarco en tant qu’ailier gauche ? "Dimarco est un joueur moderne, avec de la technique, de la mobilité, qui se taille une place importante parce qu'il le mérite. Plus qu'un milieu de terrain je le vois comme un point d'appui pour la construction. Selon les matchs, je peux choisir. J'ai de la chance de l'avoir ainsi que Darmian dans le même rôle. De temps en temps, j'essaierai de l'utiliser là où il est plus fonctionnel." Traduction alex_j via Sempreinter.
  2. Pour son retour à Giuseppe Meazza, et dans le cadre de la 2ème journée de Série A, l'Inter recevait La Spezia de Luca Gotti, ancien de l'Udinese. Après une timide entrée en matière la semaine dernière, qui a été marquée par le but inespéré de Dumfries au bout de la nuit à Lecce, les joueurs de Simone Inzaghi ont remis l'église au centre du village en dominant La Spezia 3-0. Dès le coup d'envoi, les intentions étaient claires : attaquer et marquer rapidement ce premier but. Romelu Lukaku et Lautaro Martínez sont beaucoup recherchés, ainsi que les deux pistons, Denzel Dumfries à droite et Federico Dimarco à gauche. Cela conduit à un grand nombre de hors-jeu signalés dans les premières minutes. La première occasion de la partie arrive à la neuvième minutes de jeu, lorsqu'Hakan Çalhanoğlu botte un coup franc excentré sur la tête de Dumfries, qui vient butter sur Dragowski. Le Hollandais est très entreprenant sur son côté droit, proposant de bonnes solutions à ses partenaires. C'est ensuite au tour de Lautaro de tester la vigilance du portier Polonais. Suite à un bon contrôle orienté, l'Argentin frappe fort au premier poteau, sans succès. L'ancien du Racing se montre créatif dans le dernier tiers. Au milieu de terrain, la dynamo Nicoló Barella propose en permanence des solutions de passes, avec un volume de jeu débordant. Marcelo Brozović, quant à lui, nous fait du Brozović : il nettoie les ballons du milieu et les recycle à merveille, malgré quelques pertes de balles inhabituelles. Le troisième mousquetaire, Çalhanoğlu, est celui qui oriente le jeu des Nerazzurri, maniant la pelota à la perfection, en la faisant fuser d'un côté à l'autre du rectangle vert. La défense, elle, est plutôt tranquille tant La Spezia est invisible. Notons tous de même les quelques sautes de concentration de notre ami Stefan De Vrij, qui, de match en match, semble de moins en moins serein. Le rythme retombe un peu. Jusqu'à la trente-deuxième minute, et la tentative de Lautaro en pivot, suivie de celle de Dumfries, bien aidé par le bon travail de Lukaku : les deux échouent. Mais l'Inter est déterminée à faire la différence avant la mi-temps. Et la différence va effectivement venir quelques minutes plus tard. Barella trouve Lukaku derrière la défense des Spezzini, qui remise de la tête pour Lautaro Martínez, alors seul. Le natif de Bahía Blanca, dans la Province de Buenos Aires, ne se fait pas prier : il envoie une mine du gauche en une touche de balle dans le petit filet droit de Dragowski. La LuLa fait mouche et ça fait 1-0 pour l'Inter. Les Nerazzurri poussent pour faire le break avant la pause : Lukaku trouve la barre transversale après un superbe coup de tête suite à un centre d'Alessandro Bastoni, tandis que Lautaro, sur l'action suivante, est coupable d'un petit raté, alors qu'il était plutôt seul au cinq mètres cinquante. L'arbitre de la rencontre, Davide Ghersini, siffle la mi-temps sans accorder de temps additionnel. L'Inter est l'auteure d'une première période sérieuse, avec un bon nombre d'occasions à l'appel. Il faudra faire preuve de plus d'efficacité en seconde mi-temps. Et de fait, les coéquipiers de Milan Škriniar () ne vont pas mettre longtemps à tuer la rencontre. Après une tête non cadrée de De Vrij au retour des vestiaires, c'est Hakan Çalhanoğlu qui, après un exellent boulot de Lukaku balle au pied, vient placer son ballon à ras-de-terre au premier poteau : plat du pied sécurité, 2-0 pour l'Inter. Après avoir réalisé le break, l'Inter poursuit son match en maîtrisant le rythme. La Spezia patauge et ne parvient toujours pas à se créer d'occasions franches. Le temps passe, Edin Džeko et Robin Gosens entrent en jeu. À la quatre-vingt-deuxième minutes, Džeko, à la réception d'un bon ballon de Barella, réussit à glisser celui-ci à Joaquín Correa, fraîchement rentré sur la pelouse. L'ancien protégé de Simone Inzaghi à la Lazio reste lucide et place son ballon, avec beaucoup de lucidité, dans le petit filet gauche d'un Dragowski parti aux champignons. Un dernier changement avec Kristjan Asllani, qui se laisse aller à un petit élastico, et l'Inter dit au revoir à une Spezia décidément bien inexistante. Davide Ghersini siffle la fin d'une rencontre dominée, avec beaucoup de sérieux par l'Inter, à l'inverse du déplacement périlleux de la semaine dernière dans les Pouilles. Trois buts marqués, un clean-sheet et la connexion LuLa retrouvée, l'Inter a rendez-vous vendredi prochain, 20:45, à l'Olimpico pour y affronter la Lazio de Maurizio Sarri. Tableau Récapitulatif Résumé vidéo Inter 3 - 0 Spezia Buteur(s): 35' Lautaro (I), 52' Çalhanoğlu (I), 82' Correa (I) Inter (3-5-2): 1 Handanović; 37 Škriniar, 6 De Vrij, 95 Bastoni; 2 Dumfries, 23 Barella, 77 Brozović (85' 14 Asllani), 20 Çalhanoğlu (76' 5 Gagliardini), 32 Dimarco (68' 8 Gosens); 90 Lukaku (68' 9 Džeko), 10 Lautaro (76' 11 Correa) Banc: 11 Correa, 5 Gagliardini, 8 Gosens, 21 Cordaz, 24 Onana, 12 Bellanova, 33 D'Ambrosio, 36 Darmian, 9 Džeko, 42 Agoumé, 14 Asllani Entraîneur: Simone Inzaghi Spezia (3-5-2): 69 Dragowski; 29 Caldara (67' 15 Hristov, 14 Kiwior, 43 Nikolaou; 11 Gyasi (90' 2 Holm), 33 Agudelo (90' 28 Ellertsson), 6 Bourabia, 20 Bastoni (79' 24 Kovalenko), 13 Reca; 7 Sala (67' 44 Strelec), 18 Nzola Banc: 28 Ellertsson, 77 Bertola, 40 Zovko, 44 Strelec, 30 Maldini, 89 Sanca, 24 Kovalenko, 17 Podgoreanu, 2 Holm, 8 Ekdal, 23 Capradossi, 15 Hristov, 1 Zoet Entraîneur: Luca Gotti Arbitre: Davide Ghersini VAR: Marco Guida Averti(s): / Exclu(s): / ®Internazionale.fr ~ Aurios-Inter
  3. À un peu moins de deux mois de la reprise de la Serie A, celle-ci s’annonce, selon les Bookmakers, être un duel entre les deux flèches dorées du Championnat : L’Inter et la Juventus L’Inter "Les Nerazzurri de Simone Inzaghi veulent reprendre immédiatement le Scudetto que les cousins du Milan leur ont arraché au cours de la dernière saison et pour y parvenir, ils ont rapatrié le Bélier du Tricolore 2021 : Romelu Lukaku. En attente de savoir si d’autres cadeaux arriverons, selon la Sisal, la bande à Samir Handanovic est donnée à 2,75." La Juve "Les Nerazzurri sont en très bonne compagnie vu la présence de la Juve, à sec de Scudetto depuis deux saisons, et qui présente la même cotation que son rival historique. La Formation de Massimiliano Allegri veut retrouver les tout premier rôles dans le Championnat d'Italie et le but annoncé est celui de rapatrier le 37ème Scudetto à Turin." Le Milan "Le Champion en titre part légèrement en retrait, lui dont la tâche principal sera de chercher à conserver son titre. Les Rossoneri ne sont d’ailleurs plus parvenu à conserver celui-ci deux années de suite, depuis 29 années consécutives et Stefano Pioli aura la lourde tâche de briser ce tabou. Preuve en est la cotation de 3,75." Le Napoli 3Nonobstant le départ du Capitaine Lorenzo Insigne, le Napoli, après s’être battu avec les deux écuries milanaises durant quasiment tout le tournoi, veut élever le niveau et ramener le Scudetto dans les remparts du Maradona. Luciano Spalletti est convaincu de pouvoir jouer à armes égales avec les très grands du championnat. Toutefois pour les Bookmakers, celui qui mise sur le Napoli remportera 9 fois sa mise." L’Outsider Romain "Parmi les autres protagonistes de la Serie A, on retrouve la Roma de José Mourinho qui, après avoir offert la Conference League au Club de la Capitale, cherchera à élever le niveau en cherchant à remporter le 4ème Scudetto de son Histoire, y parvenir permettra au parieur de remporter 16 fois sa mise." LOL "La situation devient extrême, en revanche, pour l’Atalanta (donné à 25) et la Lazio de Maurizio Sarri (donné à 33) Jugez-vous l’analyse des Bookmakers pertinente ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  4. Libre de tout contrat, Matias Vecino quitte gratuitement l’Inter pour rejoindre la Lazio de Rome de Maurizio Sarri L’uruguayen pourra se relancer via l’entraineur qui l’avait lancé du temps où il était en place à Empoli. Merci à toi Matias pour tes coups de boules face à la Lazio et à Tottenham, bon vent l’ami ! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  5. Ce n’est pas un mystère que de savoir qu'il existe une estime infinie de la part de Maurizio Sarri pour Matias Vecino. Si le milieu de terrain sera en fin de contrat en juin prochain, l’entraîneur de la Lazio souhaite l'avoir immédiatement. Mais Claudio Lotito a serré la vis : "Je ferai ce qui doit être fait, sans prêt. Sarri lui-même sait très bien que si quelqu'un part, quelqu’un arrivera. Je n'ai jamais promis trois signatures en janvier." Selon Il Messagero, Lotito ne peut seulement qu’équilibrer les comptes, tout en espérant compter sur des revenus via les ventes de Muriqi, Lazzari et Vavro. Mais à dix jours de la fin du Mercato, très peu de choses ont bougé. Sarri aurait même accepté de renoncer à Luis Alberto immédiatement, afin de pouvoir sortir de cette impasse pour avoir Matias Vecino qui est bien plus fonctionnel à son jeu. L'entraîneur appelle au sacrifice, sauf pour Hysaj, car il a refusé que le joueur parte à l’Atletico, il compte sur lui pour construire sa nouvelle Lazio. Qui prend les clés pour lui apporter avec un paquet cadeau ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  6. C’est une information de la Gazzetta Dello Sport et, parfois, il existe des équipes qui vous veulent que du bien, comme la Lazio : Après nous avoir offert Roberto Mancini dans le passé, non-prolongé Stefan De Vrij et avoir cédé Simone Inzaghi, le club romain souhaite s’attacher les services de Matias Vecino Si le joueur est en fin de contrat au 30 juin 2022, le club entraîné par Maurizio Sarri souhaiterait le signer immédiatement: "L'intention première du club romain était de le signer gratuitement en été, mais ces derniers jours, le désir d'essayer de le recruter immédiatement a grandi. Bien sûr, certaines conditions particulières seront nécessaires comme surmonter l'obstacle que constitue le désormais célèbre "indice de liquidité". "L'autre problème est d'ordre économique, à savoir la mini-compensation que l'Inter exigera pour libérer le milieu de terrain. Pour l'Inter, Vecino risque de devenir un salaire de plus à payer et les 2-3 millions demandés pourraient alors le compenser. Le reste, pourrait être libéré par la vente de Muriqi au Cska." "D'un autre côté, Vecino retrouverait Maurizio Sarri, ce qui pourrait lui faire changer d’avis sur le fait de rester à Milan : Le joueur ayant déjà refusé de rejoindre le Genoa et Everton en Premier League." Effet domino "Si la première demande de Simone Inzaghi est celle de trouver une alternative au toujours très fiable Ivan Perisic, avec le départ de Vecino, l’Administrateur-Délégué Giuseppe Marotta et Piero Ausilio seront dans l’obligation de renforcer le milieu de terrain. Lors des échanges relatif à Stefan Sensi, le nom de Morten Thorsby a été cité. En fin de contrat en juin 2023 et ayant déjà fait part, à la Sampdoria, de son refus de parapher un nouveau contrat, il pourrait très bien rejoindre l’Inter en prêt et un simple droit de rachat." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  7. Simone Inzaghi s’est livré ce mardi 11 janvier, à la veille de la Finale de la Super Coupe d’Italie, qui verra l’Inter, Championne de Serie A, défier la Juventus, qui a remporté la Coupe d’Italie 2020/2021 Quel est l’importance d’avoir Steven Zhang à vos côtés pour ce match ? Vous a-t ’il demandé quelque chose en particulier ? "La proximité du Président me rend heureux, mais même si ces derniers mois il n’était présent, je l’ai toujours senti très proche de nous. Nous nous entendions, nous nous échangions des messages avant et après chaque match. Il a vu la rencontre face à la Lazio, et j’espère que demain soir, nous disputerons une grande rencontre pour lui et les Tifosi, nous devons la préparer au mieux." La Juventus est invaincue depuis 8 matchs que signifie jouer la Juve pour remporter un titre important ? "C’est une finale, il n’y a pas de favori dans ce type de rencontre. Ils sont en forme, dimanche ils sont inversé la tendance dans une partie extrêmement compliquée à l’Olimpico. Je connais la Juve, elle est habituée à jouer des finales, elle a des joueurs de grandes expériences, mais nous sommes dans une excellente période et j’espère offrir une belle satisfaction à nos tifosi : Les faits de jeu et la motivation seront importants." Comment battre la Juve ? "Les finales sont toujours particulières, elles peuvent se décider sur un fait de jeu. Nous devrons faire une partie composée de courses, d’agressivités et de détermination. Il y aura des périodes où nous serons en difficulté et des périodes où la Juve sera mise en difficulté, nous devrons être bon pour bien ressortir car nous voulons réaliser un très grand match." Quel est le poids d’être considéré, comme les autres vous le disent : "L’équipe à abattre." ? "Nous n’avons pas peur, le fait d’être en tête du classement doit être un stimulant. Le 20 août, avant que la saison débute, la nette favorite pour le titre était la Juve avec d’autres équipes comme l’Inter qui se devaient de contenir les Bianconeri. Regardez comment joue le Milan, le Napoli et l’Atalanta qui réalise de très grandes choses : La première position doit être une motivation." Il manque trois titulaire à la Juve, les absences peuvent-elle être comblés de façon plus responsable par les remplaçants ? "La Juve est une équipe qui dispose d’un noyau important, Allegri sait comment les remplacer. Ils retrouvent Bonucci et Chiellini, ils auront une équipe certainement compétitive. Je souhaite bonne chance à Chiesa, c’est un patrimoine du football italien." Qu’est-ce qui a changé entre l’Inter et la Juve depuis le match nul du match aller ? "Nous pensions avoir remporté la rencontre du championnat, ensuite il y a eu l’épisode du penalty. L’Inter et la Juve ont grandi depuis cette rencontre. C’était une rencontre avec deux équipes contractées qui avait du retard au classement. Les deux équipes ont joué en deçà de leur capacité." Est-ce plus facile d’avoir à faire à un groupe nouveau avec un Capitaine reconnu par tous comme Handanovic ? "Depuis le premier jour, ce groupe m’avait preuve d’une grande disponibilité. J’ai eu la chance de jouer aussi bien avec Samir qu’avec Kolarov et ils me sont venus en aide. Avoir joué avec eux m’a aidé, mais plus qu’eux, il y a aussi toutes les composantes du noyau qui collaborent au mieux. Cela vaut aussi pour le Club et les Tifosi qui m’ont très bien accueilli." Quel sera l’impact de l’issue du match de demain ? "Au-delà du championnat, la motivation sera plus importante, il faudra se donner à 120%, l’atmosphère sera plus importante, c’est une finale qui se disputera devant nos Tifosi : Il n’y aura pas de match retour, celui qui gagne soulèvera le trophée." Comment vont les attaquants ? Comment vont Dzeko et Correa ? "Aujourd’hui, nous avons un entrainement, hier j’ai vu ceux qui n’ont pas joué face à la Lazio et ils sont tous en bonne condition : Dzeko et Correa y compris. J’ai, à ce jour, 4 attaquants tous à disposition et deux jouent. Je choisirai quel sera le duo le plus fonctionnel." Vous êtes l’antidote pour battre la Juve ? "J’ai disputé deux finales avec la Lazio face à la Juve, l’une avec Allegri, l’autre avec Sarri et je l’ai remporté à chaque fois en étant pas favori. J’ai perdu une Finale de Coupe d’Italie face à la Juve. Je chercherai à donner de la joie aux Tifosi, demain, nous nous donneront à 120% sur le terrain." Le Saviez-Vous ? Simone Inzaghi propose une statistique impressionnante avec 100% de succès en Finale de Super Coupe d’Italie ! Après celle remportée en 2017 et en 2019, il tentera de réaliser le Triplé avec l’Inter en 2022 ! Jamais deux sans trois comme on dit ! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  8. Simone Inzaghi s’est livré en conférence de presse, à Dazn et à Inter TV suite à la très importante victoire de l’Inter, à domicile, face à la Lazio de Maurizio Sarri Son interview à Inter TV "Je pense toujours que les phases défensives partent des attaquants. Nous avons remporté une partie importante, même si je suis déçu pour le but encaissé. Nous tenions à cette victoire, après avoir passé tant de jours sans avoir joué: Nous voulions commencer l'année avec une victoire. Ce n'était pas facile car la Lazio a de la qualité et ils ont proposé une bonne configuration sur le terrain : Nous avons mérité la victoire, face à une telle Lazio, ce n’était vraiment pas simple, je suis très très content de mes garçons." La Super Coupe ? "Nous avons deux jours et demi pour nous y préparer au mieux, et c’est notre objectif. La Supercoupe d'Italie nous attend mercredi. C'est une finale que nous voulons disputer de la meilleure des façons possible." En conférence de presse "C’était une partie importante, très compliquée, j’ai félicité les garçons car ce n’était pas simple face à une équipe costaude et qui était bien installé sur le terrain : Nous avons réalisé une excellente rencontre, c’était une victoire méritée." Bastoni ? "Je pense que c’est de l’Adn de champion, le premier mois, j’ai dû aussi lui trouver un remplaçant car il revenait de l’Euro. Aujourd’hui, il a marqué et réalisé une passe décisive, mais cela fait plus de deux ans et demi que je le vois de l’extérieur et, en match, il ne se trompe que très rarement." La Super Coupe ? "Je ne sais pas qui est le favori, c’est le premier trophée de la saison et nous affronterons une grande équipe, capable de tout, comme elle l’a prouvée aujourd’hui face à la Roma. Ce sera un match ouvert, le dernier où nous pourrons divertir nos tifosi et nous voulons leur offrir une victoire dans une rencontre importante." Buts défensifs "Cela veut dire que la participation est totale, le hors-jeu de Lautaro était dû à la pointe de son pied. Dans des rencontre de ce type, où nos attaquant ne sont pas en réussite pour marquer, c’est une ressource importante." Le retour du Diavolo "Il faudra revoir la même Inter que lors de la phase aller. Nous savons que le Milan, le Napoli et la Juve n’abdiqueront pas." Allez-vous demander un attaquant de poids comme alternative ? "Non, je suis très heureux de ceux que j’ai, j’ai des joueurs qui se complètent et parfois, je me dois de choisir quels sont les deux meilleurs pour le match." Son Interview à DAZN "C’est normal que nous voulions reprendre avec i,e victoire, ce n’était pas simple car nous faisons face à une équipe très bien en place sur le terrain et qui, physiquement, était toujours présente sur le terrain, c’était une victoire mérité, une reprise optimale. A présent, nous avons une finale à disputer de la meilleure des façon possible dans notre stade, nous devons nous y préparer de la meilleure des façons." "J’ai la chance d’entraîner des joueurs importants qui jouent bien, je suis très content d’eux et nous devons continuer de cette façon car le championnat ne s’arrête pas. Aujourd’hui, tous nos antagonistes ont gagné, nous ne pouvions pas être stoppé. Nous étions de retour face à une équipe qui aurai pu avoir plus le ballon, vu comment elle sait jouer. Mais mes garçons ont été bons et je les ai félicités." Qu’est-ce qui vous rends le plus fier ? "La participation de tous, voir Vidal et Gagliardini jouer de la sorte, alors qu’ils ne sont pas toujours titulaires dès l’entame du match, me remplit de fierté : Gagliardini a réalisé une très grande prestation ce soir." Lautaro ? "La suspension lui pendait au nez, mais il a réalisé un très grand match, tout comme Sanchez. Il fallait reprendre la compétition de la meilleure des façons possible et les garçons ont été très doué dans une rencontre qui était loin d’être simple." Que répondez-vous aux entraîneurs qui disent que, seul vous, pouvez perdre le Championnat ? "Qu’en date du 22 octobre, nous étions à 7 points du duo de tête et que je l’entendais beaucoup moins. A présent, le fait de le redire est le mérite des garçons. Après Lazio-Inter, je n’entendais plus personne dire que nous pouvions le perdre nous-même…." Sanchez ? "Lorsque je suis arrivé à l’Inter, je ne l’ai pas eu à disposition durant un mois et demi. Depuis son retour de blessure, il a cherché à me convaincre à chaque entrainement, il a toujours donné son maximum et c’est une personne positive : Il est d’une très grande ressource pour nous. Les joueurs savent que je dois toujours faire des choix, ils voudraient toujours être aligné, je le sais bien car j’étais un attaquant, mais lui, il est d’une si grande ressource." La Lazio ? "Vous savez tous ce qu’elle représente pour moi, c’était ma vie, j’y ai grandi, ce ne sera jamais une rencontre comme les autres, mais avec ce que l’Inter m’apporte, je tenais énormément à l’emporter ce soir. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  9. Federico Pastorello est l’agent de Romelu Lukaku, celui-ci s’est livré dernièrement à la presse italienne. Le moins que l’on puisse dire est qu’il tente de brosser, dans le sens du poil, aussi bien la Serie A que l’Inter… Des regrets prévisibles pour avoir transférer le diable rouge en outre-manche où, comme d’habitude, il ne convient pas..... Son interview à Tuttosport "Le plus important joueur que j’ai est Romelu, c’est aussi celui que j’ai recruté le plus facilement. Il était dans le registre des transferts de Conte à Chelsea et Antonio, suite à son titre de champion d’Angleterre voulait en premier recrutement Lukaku. A cet époque, il évoluait à Everton et nous nous sommes rencontrés la première fois, quasiment par hasard à Londres, je lui ai fait part de mon ressenti et que selon moi, Conte été l’entraîneur idéal pour l’aider à réaliser un saut de qualité supplémentaire." "Lukaku avait décidé en revanche d’opter pour Manchester United. Un an plus tard, lorsque ses rapports avec son précédent agent sont arrivé à échéance, il m’a appelé de nouveau sur mon portable, à de nombreuses reprises au début car je ne répondais pas immédiatement : Romelu me disait que tout ce que je lui avais dit la première fois s’était avéré exact et il me voulait comme agent." Ensuite, vous l’avez apporté à Conte, mais à l’Inter: Est-ce vrai qu’il était également, en 2019, à un pas de rejoindre la Juventus ? "Oui, l’affaire avec l’Inter était bloquée car Zhang ne voulait pas répondre aux prétentions de Manchester United. La Juventus avait l’accord des Anglais qui, en échange de Lukaku auraient engagés Dybala et Mandzukic. Romelu avait déjà parlé avec Sarri et Cristiano Ronaldo." "Ensuite, il y a eu Dybala et Manchester United…il n’était probablement pas convaincu et ils ne sont pas parvenu à s’entendre. Dans le même temps Marotta, Ausilio et Conte, et même moi, nous sommes parvenus à convaincre Zhang d’augmenter l’offre. Sans rien retirer aux équipiers de Lukaku à l’Inter, je pense que ce transfert a bouleversé les équilibres en Serie A." Tôt ou tard, reverrons-nous Lukaku en Serie A ? "Oui, Romelu reviendra en Serie A car il est amoureux de notre pays, mais laissons-le profiter de Chelsea à présent." Son interview lors de la Cérémonie des Golden Boys à Sky Sport La réponse des Tifosi "Nous avons reçu, lui et moi de très nombreuses critiques de la part des tifosi Nerazzurre, quand cela arrive, cela fait de la peine. La vérité est que la décision de quitter l’Inter était bien plus douloureuse que ce que les gens peuvent le penser, à tel point que nous en avons réellement discuté énormément. Je suis sincère lorsque je dis que la négociation a été de l’avant uniquement parce qu’en face, il y avait un club qui représentait beaucoup pour Romelu : Du point de vue émotif et personnel, c’était très difficiles comme je vous l’ai dit : Chelsea est venue le chercher avec une très grande envie et cela a un beaucoup d’importance dans le choix pris par Lukaku." "Le football continue, aujourd’hui l’Inter est en tête du classement grâce à l’acquisition de nouveau joueurs, nous sommes tous content." Le transfert de Lukaku est-il celui qui vous rend le plus fier ? "Je dirais clairement, vu les difficultés et le niveau économique atteint qu’il s’agit d’une opération qui m’a rendu très fier, tout comme cela m’avait rendu très fier de le transférer en Italie depuis United, d’autres négociations sont bien plus compliquées." Son interview à TMW "L’Inter prouve être l’équipe à battre et je les félicite. Le Napoli, le Milan et la Juve lui donneront du fil à retordre et il ne faut pas oublier l’Atalanta qui pourrait être protagoniste jusqu’au bout" Pensiez-vous que l’Inter resterait protagoniste malgré d’importants départ ? "L’organigramme est certainement de très haut niveau, je n’avais aucun doute sur le fait qu’elle réalisait un grand travail." Gabriel Agbonlahor "tacle" Lukaku sur Talk Sport Ancien joueur, Gabriel Agbonlahor a décidé de s’en prendre à Thomas Tuchel tout en taclant Romelu Lukaku vu le sort réservé à l’attaquant belge pour ces derniers matchs : "Je pense que Tuchel a besoin d’un coup de pied au cul : Je vois Lukaku, un attaquant qui a coûté 90 millions de livre sterling, de retour sur le banc. Il a disputé 78 minutes sur 4 matchs de Premier League." "Lukaku n’était pas absent pour cinq mois, il était absent pour cinq matchs. J’ai connu ça, si vous êtes absent durant cinq match après un match où vous êtes rentré lors des 20 dernières minutes, vous êtes prêt à jouer en tant que titulaire: Il suffit de quatre autres matchs pour que vous jouiez à la place de quelqu'un comme Werner devant vous, qui n'est pas un joueur de Chelsea, loin de là." "Si je suis Lukaku, je me dis que "j'ai quitté l'Inter pour 90 millions de livres sterling pour venir à Chelsea et pour que l’on me fasse rentrer à la 87ème car on a seulement besoin de marquer un but." Tuchel ne l'aurait probablement pas laissé entrer s'ils avaient l’avantage au score." Trop tard pour les regrets ! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  10. En effet, l’Inter défiait ce dimanche soir le Cagliari de son ancien entraîneur, Walter Mazzarri. L’objectif était simple : en cas de victoire, les Nerazzurri retrouvaient une première place "perdue" depuis la seconde journée de Serie A. Profitant du match nul du Milan Ac, mais surtout de la défaite surprise du Napoli face à l’Empoli, l’Inter entame les prémices d’une envolée. L’homme du match reste incontestablement le portier sarde, Alessio Cragno, auteur de très nombreux arrêts décisif dont un penalty, obtenu par Denzel Dumfries, de Lautaro Martinez. Le premier but tombera à la 29’, le Toro argentin reprenant de la tête un excellent corner botté par Çalhanoğlu, le plus petit des joueurs présents dans la surface avait misé sur son timing pour surprendre le portier italien et ses défenseurs. Et si le score n’est que de 1-0 à la pause, celui-ci aurait pût déjà s’avérer bien plus lourd tant les occasions sérieuses n’étaient pas parvenues à être concrétisés, dont plusieurs tirs de loin de Nicolò Barella et un arrêt miracle de Cragnon sur une reprise, quasiment dans le petit rectangle d’un Alexis Sanchez en feu. Il Nino doublera d’ailleurs la mise sur une séquence à montrer dans les écoles, suite à une remise aérienne de Barella à l'extérieur du grand rectangle, la reprise à bout portant d’Alexis Sanchez à la 50’ ne laisse aucune chance à l’équipe sarde. Notre chilien manquera d’ailleurs d’inscrire un doublé, la faute à la barre transversale. Le missile de la soirée est à mettre à l’actif d’Hakan Çalhanoğlu qui à l’entrée du grand rectangle, et à la 60', se décide de nettoyer la lucarne gauche du portier italien. Avec un Barella en état de grâce ce dimanche soir, l’Inter fini le travail deux minutes plus tard, à la 68', via une passe décisive aérienne dans le dos de la défense sarde, plus réactif que tous, le Toro argentin enchaîne contrôle poitrine et reprise pour fixer le score définitif. Simone Inzaghi se paiera le luxe de faire débuter également à la 82’ le très jeune Zanotti, qui fait là, son premier match en équipe professionnelle et son premier match dans un Meazza en fusion qui ne cessait de reprendre le chant "E se ne va, la Capolista Se Ne va" L’Inter de Simone Inzaghi rappelle plus que jamais la Lazio de Simone lors de la saison 2019/2020. Lancée comme un boulet de canon, celle-ci s’était mêlée dans la course au titre en ne revenant qu’à un seul point de la Juventus entraînée par Maurizio Sarri et avait giflée l’Inter d’Antonio Conte. La suspension du championnat à cause de la pandémie liée au Covid-19 aura foudroyée l’équipe romaine et ses ambitions de titres. A présent, Simone Inzaghi dispose d’une équipe bien plus performante et Championne en titre et, à l’instar de la saison 2019/2020, les Nerazzurri sont lancés tel un boulet de canon. Lorsque l’on sait que la prochaine confrontation opposera l’Inter à la modeste Salernitana, équipe toutefois à ne pas sous-estimer, la Championne d’Italie pourra, en cas de victoire savourer le duel opposant le Milan Ac au Napoli. Pensez-vous et pensiez-vous Simone Inzaghi capable de déjà reprendre la tête de la Serie A en pratiquant un football total ? Tableau récapitulatif Résumé Vidéo Inter 4-0 Cagliari Buteur(s) : 29’, 68’ Lautaro Martinez, 50’ Sanchez, 66’ Çalhanoğlu Inter : 1 Handanovic ; 37 Skriniar, 6 De Vrij, 95 Bastoni ; 2 Dumfries (72’ 32 Dimarco), 23 Barella, 77 Brozovic (72’ 22 Vidal), 20 Çalhanoğlu (76’ 12 Sensi), 14 Perisic (82’ 46 Zanotti) ; 10 Lautaro Martinez (72’ 48 Satriano), 7 Sanchez Banc : 97 Radu, 5 Gagliardini, 8 Vecino, 9 Dzeko, 11 Kolarov, 13 Ranocchia, 33 D'Ambrosio T1 : Simone Inzaghi Cagliari (3-5-2) : 28 Cragno ; 4 Caceres (72’ 25 Zappa), 2 Godin, 44 Carboni (82’ 33 Obert) ; 12 Bellanova, 27 Grassi (59’ 22 Lykogiannis), 8 Marin, 14 Deiola (82’ 21 Oliva), 29 Dalbert ; 10 Joao Pedro, 9 Keita (70’ 30 Pavoletti) Banc: 1 Aresti, 31 Radunovic, 15 Altare, 20 Pereiro, 32 Ceter T1 : Walter Mazzarri Arbitre : Marchetti VAR: Ranghetti Averti(s) : Cragno (C), Deiola (C) Expulsé(s) : / Affluence : 33.712 tifosi ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  11. Nos confrères de Fcinter1908.it ont dévoilé les différentes statistiques de l’Inter d’Inzaghi, celles-ci mettent en valeur l’important et l’excellent travail réalisé par le natif de Piacenza en Lombardie: "C’est une période très positive pour l’Inter d’Inzaghi : Les Nerazzurri jouent, divertissent et gagnent : 5 victoires lors des 5 derniers matchs, 4 clean sheet et une seconde place conquise avec un Milan Ac distant d’un seul point. Inzaghi est parvenu immédiatement à marquer l’Inter de son empreinte d’une façon pro-positive : Les statistiques parlent en faveur des Nerazzurri : Meilleure attaque de Serie A avec 39 buts inscrits, soit une moyenne de 2,44 buts par match." Des statistiques importantes Classement des tirs effectués Comble de l’ironie, seule l’AS Roma fait mieux que l’Inter sur le nombre de tirs tentés vers la cage adverse, mais l’équipe d’Inzaghi est celle qui parvient le plus à cadrer : 100 tirs cadré sur 268 tentatives : Personne ne fait mieux Classement des passes décisives La première place est partagée par les deux équipes les plus offensives de Serie A : l’Inter et l’Atalanta, une domination Nerazzurra totale A noter également la très belle troisième place de l’Hellas Verona Classement des centres réalisés La première place est occupée par l’Inter, le jeu d’Inzaghi sur les ailes fonctionne comme le démontre l’excellent travail réalisé par ses deux pistons. (Imaginez un peu si Antonio Candreva était resté au club…) Classement du nombre de kilomètres parcourus Seule la Lazio de Maurizio Sarri propose plus de distance parcourues que l’Inter, en moyenne, en Serie A. La seconde place de l’Empoli est à souligner. L’Inter complète le podium, c’est un fait: L’Inter est en excellente condition physique. Classement du nombre de buts de la tête L’Inter domine également ce classement en ayant réalisé dix buts de la tête. Classement moyen de la possession du ballon Statistique surprenante : L’Inter n’occupe que la quatrième place dans ce classement de possession du ballon moyen par match. Toutefois, l’Inter est la seconde équipe à conserver la balle dans la partie de terrain de l’adversaire, étant simplement devancé par le Napoli. Aucune trace de la Vieille Dame par contre…. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  12. L'Inter Milan a concédé sa première défaite de la saison en championnat ce samedi contre la Lazio. Les hommes de Simone Inzaghi n'ont pas su poursuivre leur série d'invincibilité. Retour sur un match lâché en plein vol par les Nerazzuri. Cette rencontre démarre tambour battant, avec une Lazio agressive sans ballon, arrivant à bien conserver le ballon et a gêné l'Inter dans l'entre-jeu par des circuits de passes courtes et en une touche. Les Nerazzuri laissent passer les premières minutes tel un orage, puis reviennent doucement mais sûrement dans la rencontre. Cela se confirmera quelques minutes plus tard. Federico Dimarco renverse le jeu côté opposé vers Matteo Darmian, qui joue intelligemment en une touche de balle pour Nicolò Barella, qui vient s'infiltrer dans l'espace et provoquer un penalty. Hysaj accroche légèrement la cheville du milieu de terrain Italien. Perisić s'en charge et prend à contre pied Pepe Reina. 1-0 pour l'Inter. La Lazio reprend du poil de la bête après cette ouverture du score, notamment par l'intermédiaire du Brésilien Felipe Anderson, véritable poison mortel pour le côté gauche Nerazzuri, en grande souffrance face aux coups de reins du Neo-Laziale. Plusieurs actions dangereuses s'enchaînent, Handanović répond présent face à une frappe ras de terre de Basić sur un centre en retrait du Brésilien. Mais un homme offre les inspirations d'oxygène dont l'inter a besoin: le croate Marcelo Brozović. Tout simplement insaisissable sur le début de rencontre, il trône devant la défense tel un artilleur, décochant coup sur coup ses flèches empoisonnées. Son jeu long est extrêmement précis et permet à l'Inter de se crée des situations sur les ailes. Malheureusement les deux pistons que sont Darmian et Dimarco n'arrivent pas à convertir en occasions les poches d'espaces crées par les décalages du numéro 77 Nerazzuri. Le match se stabilise un peu sur la fin de la première mi-temps. L'Inter et la Lazio tentent chacune de conserver le ballon. Mais ce sont bien les hommes de Maurizio Sarri qui le font le mieux, parvenant à garder cet avantage territorial de la possesion, avec également un très bon contre-pressing mettant en difficulté l'Inter à la perte de balle en se servant de projections rapides vers le but d'Handanović. La fin de la mi-temps arrive, le match gagne en rythme avec une frappe lourde de Basić, stoppée par le Slovène. Dans la minute suivante, Barella déborde côté droit et réalise un petit dribble piqué pour esquiver le retour du défenseur Biancocelesti, comme une gazelle se défesant de ses prédateurs. Son centre sera trop long. Mr Iratti, pas tout à fait irréprochable, siffle finalement la pause à Rome. La mi-temps n'a semble-t-il rien changée aux intentions de deux équipes, particulièrement celles de la Lazio, qui se retrouve en plus grande difficulté pour trouver des brèches dans la défense Nerazzuri. Mais les failles de ces derniers éclatent en seconde période, notamment une: l'absence de joueurs de couloir rapides et percutants, Dimarco et Darmian ne remplissant pas ce critère. Du rythme est présent dans ce match mais les bonnes occasions peinent à être crée par les deux équipes. Jusqu'à un corner anodin à la 62ème minute, et une faute de main totalement involontaire d'Alessandro Bastoni, venant alors bêtement concédé un pénalty. Immobile se charge de son exercice favori et place son ballon au même endroit qu'Ivan Perisić, tout en prenant Handanović à contre pied. La Lazio est revigorée par cette égalisation venu du ciel. Elle se montre plus dangereuse dans le jeu et accentue la pression. Marcelo Brozović tire toujours son épingle du jeu, même entouré de trois joueurs. Dans ce match, le seul à l'avoir stoppé est Mr Iratti. Arrive les changements pour les deux équipes. Côté Lazio, sortie d'Hysaj et de Basić pour Lazzari et Luis Alberto; et côté Inter les sorties de Bastoni, Perisić et Gagliardini pour Dumfries, Correa et Vecino. Pour l'Inter, ces changements n'auront pas l'effet escompté. Pire, l'équilibre de l'équipe semble bousculé, avec un Correa inactif, un Dumfries désorienté, un Barella déporté côté gauche et un Dimarco axe gauche de la défense. Par contre, la Lazio bénéficie grandement de l'apport de ses entrants, Lazzari apporte du mouvement, de la vitesse, et Alberto du liant entre le milieu et l'attaque. Nous avons perdu l'Inter et nous allons douloureusement nous en rendre compte. Dimarco sollicite un une-deux avec Lautaro mais est tamponné par un Romain. L'action se poursuit, Lautaro progresse avec le ballon mais s'en sert mal et le perd de suite. L'absence de Dimarco en défense, encore au sol, se fait ressentir. Felipe Anderson trouve Ciro Immobile, qui emmène Škriniar avec lui et frappe à ras de terre. C'est détourné par Handanović dans les pieds d'un Felipe Anderson ayant suivi depuis le départ de l'action. Il ne se fait pas prier et inscrit le deuxième but devant le but vide. Dumfries a la bonne idée de déclencher une bagarre générale en accrochant Felipe Anderson partant célébrer son but. Cela aboutira à deux cartons jaunes de chaque côté: Milinković-Savić et Anderson, Dumfries et Lautaro Martinez. L'Inter perd le fil de son match, coule et vient encaisser un troisième but, de la tige Sergej Milinković-Savić, cette fois-ci de la tête. Le Serbe anéanti les minces espoirs des hommes de Simone Inzaghi. Fin du match au bout des six minutes de temps additionnel. L'inter s'incline en série A pour la première fois de la saison, et devra montrer un visage plus conquérant mardi, 21:00, à Giuseppe Meazza; dans le cadre de la 3ème journée de Ligue des champions contre le Shériff Tiraspol, surprenant leader du groupe D. Tableau récapitulatif Résumé Vidéo Lazio 3-1 Inter Buteur(s): 12' Perisić (sp)(I), 64' Immobile (sp)(L), 81' Anderson (L), 90+1' Milinković-Savić (L) Lazio (4-3-3): 25 Reina; 77 Marusić, 3 Felipe, 4 Patric, 23 Hysaj (66' 29 Lazzari); 21 Milinković-Savić, 6 Leiva (85' 32 Cataldi), 88 Basić (66' 10 Alberto); 7 Anderson (86' 8 Akpa-Akpro), 17 Immobile, 9 Pedro (75' 20 Zaccagni) Banc: 19 Vavro, 5 Escalante, 94 Muriqi, 27 Moro, 26 Radu, 1 Strakosha, 31 Adamonis T1: Maurizio Sarri Inter (3-5-2): 1 Handanović; 37 Škriniar, 6 De Vrij, 95 Bastoni (67' 2 Dumfries); 36 Darmian, 23 Barella (86' 20 Çalhanoglu), 77 Brozović, 5 Gagliardini (67' 8 Vecino), 32 Dimarco; 9 Džeko (76' 10 Lautaro), 14 Perisić (67' 19 Correa) Banc: 97 Radu, 33 D'Ambrosio, 48 Satriano, 13 Ranocchia, 11 Kolarov, 21 Cordaz T1: Simone Inzaghi Arbitre: Massimiliano Irrati VAR: Paolo Silvio Mazzoleni Averti(s): 27' Basić (L), 36' Gagliardini (I), 63' Bastoni (I), 83' Milinković-Savić (L), 83' Lautaro Martinez (I), 83' Anderson (L), 83' Dumfries (I), 87' Correa (I), 90+1' Darmian (I) Expulsé(s): 90+7' Felipe (L) ®Internazionale.fr ~ Aurios-Inter
  13. En effet, c’est une révélation de Sport Mediaset et de Tuttosport, le visage de ce Derby d’Italie aurait pût être bien différent, avec la présence des deux entraîneurs, sur les bancs opposés! Selon Sport Mediaset: "La veille de la signature de son quadriennal marquant son retour chez les bianconeri, Massimiliano Allegri s’était présenté à la Villa Bellini, le lieu emblématique qui avait acté la paix entre Antonio Conte et sa Direction, pour y rencontrer Giuseppe Marotta et la Direction de l’Inter, en compagnie de son agent: Toutefois, les deux parties n’étaient pas parvenu à trouver le cadre juste menant à la signature." De son côté, Tuttosport nous révèle que "Fabio Paratici avait approché et même appelé Simone Inzaghi, son frère depuis l’époque de Piacenza, avant la signature de Maurizio Sarri. C’est précisément cette amitié qui avait consenti à Paratici de parler avec toute franchise à l’entraineur, qui était en pleine renégociation de son contrat avec la Lazio, vu la fin de celui-ci." "Pour résumer, Paratici lui avait dit : Attend un peu avant de signer, car tu te trouves parmi les entraîneurs qui plaisent pour l’après Allegri. Inzaghi avait pris son temps et, lorsque l’ancien dirigeant de la Juve décida de finalement miser sur Sarri, la négociation entre Claudio Lotito et Simone Inzaghi avait connu un rapide coup d’accélérateur." La stat Selon le Libero, les deux entraîneurs italiens savent valoriser les qualités de leurs joueurs. Ceux-ci présentent d’ailleurs d’excellentes statistiques en Serie A : 57% de victoires pour Simone Inzaghi (348 matchs disputés) 56% de victoires pour Massimiliano Allegri (632 matchs disputés) Soit 1,86 point/match pour l’entraîneur de l’Inter contre 1,90 point/match pour l’entraîneur turinois. Le meilleur duo d’entraîneurs italien possible en activité en Serie A se défiera dimanche soir! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  14. En effet, l’Inter tremble à quelques jours de la réception de la Juventus au Giuseppe Meazza. Le Motif ? Les éventuelles sanctions découlant de la rixe qui a eu lieu suite au but inscrit par Felipe Anderson alors que Federico Dimarco était à terre "Apparemment, les faits de jeu sur le terrain - y compris la réaction de Joaquin Correa suite à l'étreinte de Luiz Felipe" - ont tous été évalués par Irrati et ses assistants, ce qui exclut l'utilisation de preuves télévisées." "Ce lundi est le dernier jours pour procéder à une éventuelle signalisation. Quoiqu’il arrive, demain ce sera le jour de la décision de la Justice Sportive. Si des sanctions tombent, la Lazio n’est pas en reste suite au comportement honteux de ses tifosi à l’encontre de Denzel Dumfries Comme le confirme le Corriere Della Sera, les images publiées par Dazn ont montré les gestes d’un pseudo-supporter, qui sont rapidement devenues virales sur les médias sociaux. "Le parquet fédéral décidera aujourd'hui d'ouvrir ou non une enquête sur le spectateur qui, dans la dernière partie du match entre la Lazio et l'Inter, a été le protagoniste de hurlements racistes honteux contre Dumfries". "Le cadre est assez clair et il y a la possibilité d'identifier le protagoniste de ce comportement malheureux. L'épisode des insultes racistes à l'encontre de Dumfries rappelle ce qui est arrivé à Koulibaly lors du match du Napoli à Florence, qui s'est terminé par l'identification du responsable. Le parquet fédéral ne peut pas accéder aux images en circuit fermé du stade, une prérogative qui est réservée à la police. La Lazio est prête à se rendre disponible, comme l'a déjà fait la Fiorentina, au cas où le club aurait besoin de collaborer pour nommer le spectateur". Tensions entre Samir Handanovic et Maurizio Sarri Samir Handanovic, le Capitaine de l’Inter, a été trouver Sarri en fin de match et un échange a eu lieu: "Pourquoi ne vous êtes-vous pas arrêté ?" Réplique napolitaine: "Mais que pouvais-je faire de plus que de lever la main vers les miens ? Qu’aurais-je pu faire d’autres ?" Réponse cinglante de Samir: “Tu aurais pu faire comme Bielsa, tu te souviens de Bielsa ?" Pourquoi une telle référence ? "Il faut remonter au 28 avril 2019, à l’occasion du match entre Leeds et Aston Villa. L’équipe hôte avait marqué à 18 minutes de la fin du match suite à une série de contestation avec un adversaire à terre et l’équipe adverse qui avait demandé à sortir le ballon. S’en est suivi une rixe. El Loco, l’entraîneur de Leeds, avait ordonné à ses joueurs de laisser Aston Villa égaliser dès la reprise du match. Les joueurs se sont exécutés et ce score n’évoluera également pas jusqu’à la fin de la rencontre." "Si l'ancien entraîneur de Naples a répété qu'il avait demandé à son équipe de s'arrêter (de toute évidence, sur certaines photos, son bras était levé pour attirer l'attention). Il n'a pas été écouté. Il n'en reste pas moins qu'une équipe plus expérimentée n'aurait pas concédé un tel but." Ce qui justifie aussi son comportement en conférence d’après-match: "Dimarco ? Il était à terre et l'Inter avait le ballon. Ce sont eux qui auraient dû mettre la balle dehors. Ils sont allés jusqu'au bout, ils ont toute légitimé et ont voulu continuer à jouer. Ce sont des scènes que l'on ne voit qu'en Italie, en Premier League, même l'équipe qui a un homme à terre continue". Le Saviez-vous ? La Curva Nord, malgré cet incident a tenu à renforcer ses liens avec la Curva Nord Laziale: "Sur le terrain, il s’est passé ce qu’il s’est passé, mais qu’une chose soit claire : Les Laziales sont nos frères, hier, aujourd’hui et pour demain." Cette déclaration est légendée également par la banderole exposée par les Interiste à l’Olimpico : "Unis depuis toujours pour le même idéal, amitié éternelle au peuple laziale" ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  15. Simone Inzaghi s’est livré, en conférence de presse, à la veille de ce qu’il sera son retour, en qualité d’adversaire, au Stadio Olimpico de Rome face à “sa Lazio” Comment vous préparez-vous au prochain Tour de force ? "Nous savons que plusieurs parties rapprochées nous attendent, nous voulons nous faire trouver prêt pour chacune. Nous étions tout de même peu nombreux à Appiano, mais nous avons su travailler de la meilleure des façons. Certains joueurs sont revenus avec des coups, à présent j’attends le retour sud-américains." A quel point a changé la Lazio sous Sarri ? "La Lazio a réalisé de très bon matchs, du Derby en passant par l’Europa League, c’est une équipe bien construite avec des qualités optimales. Sarri est très bon lorsqu’il s’agit d’organiser ses équipes: Les garçons ont réalisé d’excellents matchs, ils ont perdu leur dernier match et seront vexés. Je sais que nous allons faire face à une équipe qui voudra faire une belle prestation." Quand reviendront les Sud-américains ? Comment va Sensi ? "En ce qui concerne les sud-américains, cela s’était déjà produit face à la Samp. C’est une situation délicate: Sanchez et Vidal ne verront pas Rome, je ne saurais pas les utiliser car ils reviendront à 3h00 du matin. Ils seront plus utile pour mardi, comme Sensi. Ces derniers jours, il s’est entraîné discrètement avec le groupe, mais il ne sait pas encore taper librement de son pied droit, à cause de son entorse. Il a de très bonnes sensations, j’espère qu’il pourra être de retour rapidement." La Liga a repoussé de nombreux matchs pour préserver le parcours européen de ses équipes…. "Je parlerai avec Lautaro, Correa et Vecino, pour voir comment ils iront. La Liga a très bien fait, mais c’était une thématique qui aurait dû avoir lieu en début de saison : nous devrons serrer les dents, nous avons des alternatives pour ces postes et je devrai évaluer, avec attention, dans quelles conditions ils seront en arrivant." Serez-vous en difficulté face au pressing de la Lazio ? "Nous devrons nous montrer propre dans notre façon de jouer et être bon en phase défensive et offensive." C’est un retour particulier à l’Olimpico… "C’est un retour à la maison pour moi, j’y suis resté 22 ans: Je ne vous cache pas que je ressentirai des émotions lorsque je reverrai des garçons qui m’ont toujours tout donné durant ces années, je reverrais aussi des personnes qui ont toujours été spéciales, en coulisses. Elles ont été très importante pour moi, nous avons fêté et souffert ensemble au fil des années, nous avions atteint de grands objectifs." "Demain, je sais qu’il y aura des applaudissements et des sifflets, mais cela fait partie du métier et je l’accepterai, mais ils savent tous que j’ai tout donné pour ces couleurs." Qu’attendez-vous de Lotito ? "Je lis et j’écoute toujours tout, mais au-delà de ce qu’il pense et de ce que pense Tare, ils ont été des personnes très importantes durant ma carrière. J’ai commencé à entraîner grâce à eux et je ne cesserais jamais de les remercier: Nous nous sommes bien trouvé et il faut savoir aussi que nous avons obtenus de grands résultats." La Lazio, le Sheriff et la Juventus. C’est un Test d’endurance pour l’Inter..... "Ce sera, sans aucun doute, une semaine très engagée: Nous voulons aborder les matchs les uns après les autres. Nous devrons faire de notre mieux tout en sachant que ce seront des rencontres très difficiles." Comment évolue Dumfries ? "Il avance, je pensais qu’avec les problèmes linguistiques qu’il lui aurait fallu plus de temps, mais c’est un garçon qui écoute et qui a déjà joué plus de la moitié du temps à disposition. C’est un titulaire fixe des Pays-Bas et plus le temps passera, plus il s’améliorera, j’en suis convaincu." Si vous ne savez pas jouer la carte Lautaro, quelles seront les solutions ? "Elles sont nombreuses, Dzeko jouera, il y a aussi l’opportunité Satriano, mais il y a aussi Perisic et Çalhanoğlu. Je devrai évaluer les conditions de récupération de Lautaro et de Correa." Que manque-t ’il à Çalhanoğlu? "Je suis satisfait de lui car il fait partie intégrante du projet, c’est un garçon qui ne se cache jamais : Lundi, il a été victime d’une sérieuse entorse et il a tout fait pour être à disposition demain, je ne sais pas encore si ce sera le cas. Ses compagnons, tout comme moi, sommes très heureux: Il marque et réalise des passes décisives." Est-ce que l’Inter vous séduit de plus en plus ? "Je me suis senti immédiatement intégré ici, les Tifosi de l’Inter m’ont accueilli d’une manière dont je n’avais jamais songé, et ce dès le premier jour. Ils ont toujours été fantastique avec moi et avec l’équipe, ils sont toujours aussi si nombreux lorsque l’on se déplace à l’extérieur, ils nous font toujours ressentir une chaleur incroyable." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  16. En effet, l’Inter pourrait être sérieusement pénalisée par le système qui a été mis en place par la Fifa : Pour rattraper le report des matchs de la zone Conebol, un nouveau calendrier relatif aux matchs de qualification pour le Mondial 2022 a été dévoilé. Celui-ci met en évidence une que l’Argentine et le Chili, après avoir affronté l’Uruguay et le Paraguay, feront face au Pérou et au Venezuela, le 14 octobre à 20h30 (heure de Buenos Aires) et 21h00 (heure de Santiago du Chili), soit le 15 octobre à 00h30 heure italienne. Ce calendrier aurait pu s’avérer acceptable, à un détail près… En effet, le 16 octobre à 18h00 est planifié le déplacement de l’Inter, à l’Olimpico, pour y défier la Lazio. Soit une rencontre qui s’annonce, déjà à la base, loin d’être une promenade de santé. Ajoutez l’absence des sud-américains, battre l’équipe de Maurizio Sarri s’avèrera bien plus périlleux: "Cette situation représente une problématique très sérieuse pour le club qui devra faire preuve d’une importante diplomatie afin de s’en extirper." On dit merci qui ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  17. C’est une révélation de la Gazzetta Dello Sport, si l’objectif prioritaire de l’Inter était initialement de recruter Joaquim Correa pour satisfaire Simone Inzaghi, les exigences financières du Président de la Lazio, Claudio Lotito, sont assez exagérées Révélation de la Rosea Les rapport diplomatiques entre les deux clubs sont loin d’être les meilleurs. Malgré ce lourd passif, la tentation Nerazzurra reste importante car la Lazio ressent également les effets de la crise et elle est dans la nécessité de procéder à une cession importante pour équilibrer ses comptes et sortir d’une situation surréaliste, voire cauchemardesque. Maurizio Sarri y ayant apporté sa contribution Les problèmes financiers du club Biancoceleste trouvent leurs origines dans les contrats relatifs aux nouvelles recrues : Hysaj, Felipe Anderson, Kamenovic, Romero et la prolongation de Radu, aucun d’entre eux n’ont encore été déposés à la Fédération. Jusqu’à présent, les joueurs se sont entraînés régulièrement, mais en l’état, ils ne pourront pas être aligné en match officiel. Il est possible que Lotito parvienne à débloquer la situation en y apportant une contribution personnelle. Mais l’indice de liquidité ne laisse entrevoir aucune porte de sortie : il faudrait au moins 30 millions d’euros pour sortir de ces bas-fonds. Et lorsque l’on sait que Lorenzo Insigne ne coûte "que" 25 à 30 millions d’euros…. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  18. En souhaitant analyser le travail réalisé par Roberto Mancini, Alex Frosio s’est livré à la Gazzetta Dello Sport sur la façon dont la consécration du Sélectionneur National italien peut se voir absorbée par les entraîneurs des différentes écuries italiennes en activité. "Ceux qui ont les idées les plus proche de Mancio sont très jeunes : Italiano a permis à Spezia de se sauver d’une façon exceptionnelle, en misant sur le courage. Sur ce classement, il est second derrière l’Atalanta en ce qui concerne les récupérations du ballon dans la partie de terrain de l’adversaire. A présent, il officiera à l’échelon supérieur avec la Fiorentina. On retrouve également Dionisi et Zanetti qui ont permis à l’Empoli et au Venezia de retrouver la Serie A en pratique un football spectaculaire basé sur l’attaque. Le premier a d’ailleurs été choisi pour remplacer De Zerbi à Sassuolo." "Si l’entraîneur vénitien est moins porté sur un pressing à outrance, on retrouve aussi de l’autre côté Gasperini qui n’a pas cette obsession de construire de derrière, tout comme Mancini ne pousse pas à l’anticipation exaspérée dont s’inspire la Dea. Pourtant, l’Atalanta est l’équipe qui se rapproche le plus de ce que propose les Azzurri, qui joue à trois derrière en possession, avec un double playmaker avec des ailiers qui monte et qui n’hésite pas à tirer (Spinazzola et Chiesa contre Maehle et Gosens), on retrouve aussi une certaine technique lors des combinaisons offensives." "Pioli et Sarri sont des "frères" de Mancini : Ils se sont formés durant des années, ils ont innovés et ils se sont adaptés dans le temps en proposant toujours un football dominat et pro-positif." Et les grands entraîneurs ? "Le discours est plus complexe : Allegri aime la technique, mais ce n’est pas un fanatique de la possession de balle ou de la construction par derrière. Et son credo "corto muso" est une synthèse philosophique de sa façon impeccable d’agir, une façon de faire qui ne trouverai pas sa place dans le lexique "Manciniano"." "Mourinho s’est construit durant des années par sa façon de garer le Bus, mais il reste le seul entraîneur en activité en Serie A a avoir remporté la Ligue des Champions." "Simone Inzaghi est le plus "Allegriano" de la nouvelle vaque et il aime énormément le jeu de transition et de domination, quelque chose qu’il sait faire. Et Juve mise à part, c’est l’entraîneur le plus titré de ces dernières années." Le Saviez-vous ? Y-a-t ’il déjà une belle ambiance du côté de la Vieille Dame ? En effet, à peine de retour aux commandes du club, Massimiliano Allegri a taclé sérieusement Leonardo Bonucci en conférence de presse: "Bonucci capitaine ? S'il veut un brassard, il n'a qu'à aller dans la rue et s'en acheter un. En allant à Milan, il a perdu sa place dans la hiérarchie." - Le Champion d'Europe appréciera..... Et si en fin de compte Simone était le coup de poker gagnant de Giuseppe Marotta ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  19. Igli Tare a intronisé Maurizio Sarri comme nouvel entraîneur de la Lazio. Toutefois, avant de débuter la conférence de presse, il a tenu à saluer Simone Inzaghi, qui a rejoint les Champions d’Italie: "Nous sommes très heureux et fier de vous présenter notre nouvel entraîneur Sarri. Mais avant de continuer, je tiens à remercier l’entraîneur Inzaghi pour le travail réalisé lors de ces cinq dernières années.Nous voulons lui souhaiter le meilleur pour sa nouvelle aventure à l’Inter." "Nous avons pris Sarri car il s’agissait pour nous, d’une grande opportunité pour réaliser un saut de qualité, encore plus difficile: Nous sommes conscient d’avoir réalisé du très bon boulot ces dernières années, mais arriver à Sarri est pour nous un banc d’épreuve, pour chercher, malgré cette période très difficile, de nous porter vers plus d'expérience, vers un état d’esprit d’équipe supplémentaire et injecter de la force à l’équipe. Je lui souhaite la bienvenue, nous espérons nous réjouir ensemble." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  20. En effet, selon Il Messaggero, la Lazio de Maurizio Sarri pense en grand et a déjà mis en ligne de mire Julian Brandt, qui appartient au Borussia Dortmund, mais pour se l’offrir, le club devra récolter des fonds "Pour lui, la Lazio est prête à investir 20 millions d’euros accompagné de 5 millions d’euros de bonus pour contenter le Borussia. Même si à Formello cette information est démentie, en Allemagne, il se dit que l’opération démarre "timidement." Où trouver les fonds ? "L’argent proviendra de la vente de Manuel Lazzari vers l’Inter à peine Hakimi vendu. Il semble y avoir déjà un accord relatif à un transfert de 22 millions d’euros plus 4 de bonus." "A cela, il faut ajouter la vente de Correa." Lazzari, le bon plan pour assurer la relève selon vous ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  21. Antonio Conte semble être sans emploi pour la saison prochaine et il se peut que certains clubs soient rebutés par ses méthodes agressives et conflictuelles. Sur TMW Radio, Mario Scocerti a évoqué le départ de Conte. "En tout cas, c'est comme s'il avait déjà touché son prochain salaire en obtenant une indemnité de 7,5 M€ de l'Inter. C'est le genre de salaire que vous recevez d'un grand club…" "Tottenham Hotspur et Everton sont toujours des options pour Conte, mais cela s'applique également à Maurizio Sarri. Sarri a laissé un grand souvenir de lui-même en Angleterre, alors que Conte a poursuivi Chelsea en justice et a laissé tomber l'Inter au milieu de la route de manière peu élégante." "C'était un héros à l'Inter et puis il est soudainement parti après avoir pris son argent."
  22. On se croirait presque à un Dating d’ @alex_j, partout où l'Inter tente sa chance, elle se fait refouler! Selon Sportitalia, après avoir vu s’envoler en fumée Massimilano Allegri qui est à un pas de rejoindre la Juve, l’Inter se doit de trouver l’hériter d’Antonio Conte. Parmi les différents noms cité, un nouveau est à ranger au frigo: Celui de Maurizio Sarri. "La piste n’a pas été approfondie, son agent, Fali Ramadani a d’ailleurs quitté Milan." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  23. Giuseppe Marotta s’apprête à vivre des heures délicates, sa nouvelle mission : Trouver un successeur à l’entraineur Champion d’Italie ! 4 profils sont actuellement sur la table Nouvelles révélations de la Gazzetta Dello Sport Il est difficile d’imaginer qu’un dirigeant aussi expérimenté tel que Giuseppe Marotta n’avait pas déjà anticipé une possible fin d’histoire, sans avoir un as dans sa manche, pour remplacer Antonio Conte. Quatre personnalités sont potentiellement valide pour reprendre le banc de l’Inter : Le premier est objectivement celui de Massimiliano Allegri, que l’Administrateur-Délégué avait déjà sondé l’été dernier. Il s’agirait peut-être du seul nom qui pourrait apaiser la désillusion du peuple interiste, même si celui-ci est également repris sur le carnet de route de la Juventus. Le second nom est celui de Maurizio Sarri, mais parmi les inconnues, il y a la structure de l’équipe que Conte a formé et forgé, et qui ne semble pas être adaptée aux idée Sarriane. Le troisième nom est celui de Sinisa Mihajlovic, l’ancien interiste a souvent été contacté par l’Inter, lui qui présente une grinta et un caractère similaire au style de Conte Enfin, plus éloigné, Simone Inzaghi, qui aujourd’hui-même pourrait déjà dire au revoir à la Lazio ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  24. En effet, dès ce samedi, la Serie A reprend ses droits avec un duel à distance entre l’Inter, le Milan et la Juventus qui sont, pour l’heure, les trois seules équipes encore en course pour le titre de Champion d’Italie. Le tout sans trêve internationale: Le tournoi livrera donc le nom de son vainqueur dans les semaines à venir. Analyse de la rédaction de Fcinter1908.it Jamais un championnat n’a été aussi équilibré et ouvert lors de ces 10 dernières années. Si dans la dernière édition, les Nerazzurri étaient à bonne distance des Bianconeri, Futur champions d’Italie, après la suspension du tournoi à cause du Covid, ceux-ci sont parvenu à la reprise à revenir à un seul petit point de la formation entrainée alors par Maurizio Sarri. Cette fois-ci, ce sont bel et bien les hommes d’Antonio Conte qui mènent la danse et qui regardent le monde d'en haut. Le classement actuel est le suivant : L’Inter 65 points, Milan est second avec 59 points, la Juventus est troisième avec 55 points. Mais les Nerazzurri et les Bianconeri doivent encore disputer une rencontre, respectivement face à Sassuolo et le Napoli. Le classement pourrait donc être bouleversé d’une façon considérable en cas de victoire d’une des quatre formations susmentionnées. Après cette pause internationale, il reste 10 matchs de Serie A, sans interruption, d’ici à la fin du tournois: 9 match pour confirmer l’actuel classement ou pour le bouleverser, non seulement dans l’optique du Scudetto, mais également dans la course la qualification à la Ligue des champions. Voici le graphique du chemin à parcourir pour le Top 3 Si l’Inter et Milan se divise équitablement les rencontres à domicile et à l’extérieur, la Juventus pourra compter sur une rencontre supplémentaire au Stadium. La Juventus aura l’avantage de disputer ses deux confrontations directes, face au Milan et à l’Inter, à domicile. Parlant de confrontations directes, les trois prétendants à la couronne seront engagés dans des matchs de très haut niveau à trois reprises: L’Inter, d’ici à la fin de la saison défiera le Napoli, la Roma et la Juve Le Milan fera face à la Lazio, à l’Atalanta et à la Juventus La Juventus fera face à l’Atalanta, le Milan et l’Inter Final de feu Les trois dernières journées seront cruciales pour les Nerazzurri qui défieront deux équipes actuellement en course pour la Ligue des Champions ou le Scudetto. Cela débutera avec la confrontation face à la Roma, tandis que la Juventus et le Milan seront engagés respectivement sur les terrains de Sassuolo et du Torino Lors de l’avant dernière journée aura lieu le Derby d’Italie à Turin, tandis que le Milan recevra, au Meazza Cagliari La dernière journée verra l’Inter défier l’Udinese à Domicile, tandis que le Milan se déplacera à l’Atalanta et la Juventus ira à Bologne Quel est votre pronostic de bookmaker pour cette fin de saison ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  25. 62 ans et il faut avouer qu’il ne les fait pas : Aujourd’hui, l’entraîneur qui permis à l’Inter de retrouver la Ligue des Champions fête son anniversaire. Et si celui-ci sera libre de tout contrat avec l’Inter au mois de juin, il s’attèle à son retour Russie ou Serie A En effet, selon la presse transalpine, le Spartak Moscou, mais également d’autres clubs étrangers se sont informés sur sa situation Au niveau de la péninsule, le Napoli a sondé le terrain. L’objectif d’Aurelio De Laurentiis serait de s’attacher les services du natif de Certaldo. Contacté, celui-ci aurait fait part de sa disponibilité pour le début de la saison prochaine avec comme objectif de proposer un nouveau un Grand Napoli et de le qualifier en Ligue des Champions après deux saisons de désillusion. Il reste également la douce Fiorentina qui va se lancer dans une énième révolution : Les tifosi rêvent de voir Spalletti à la baguette de la Viola, mais il faudra que Rocco Commisso lui propose un projet sérieux. La tâche s’annonce ardue étant donné que Maurizio Sarri avait décliné, pour cette raison précise, l’offre de la belle Florence Si personne ne veut se taper Florence....voir Spalletti aux commandes du Napoli est-il a prendre comme une bonne ou une mauvaise nouvelle pour la Serie A ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
×
×
  • Créer...

Information importante

En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. Nous ajoutons des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer votre expérience sur notre site. Consultez notre Politique de confidentialité. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer...