Aller au contenu
×
×
  • Créer...

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'mauro bellugi'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

6 résultats trouvés

  1. Il y a des réalisations qui restent dans la mémoire pour la joie finale qu'elles procurent, et certaines réalisations qui deviennent encore plus significatives pour le chemin parcouru pour y parvenir. Voici un résumé du 11e Scudetto remporté le 02 Mai 1971, soit 50 ans avant. Il y a 50 ans, l'Inter élevait son onzième Scudetto vers le ciel, au terme d'un retour qui a été remporté match après match. Le parcours pour y arriver ne s'est pas déroulé sans difficultés, et comportait un changement de manager, et l'unité d'une équipe déterminée à ne rien laisser pour arriver directement à son objectif. Le championnat a commencé avec Heriberto Herrera sur la pirogue, et avec deux nuls et trois défaites dans les cinq premiers matchs, celui du derby a conduit à son limogeage et à la mise en place de Giovanni Invernizzi, rejoignant l'équipe première de la Primavera. Lors de son premier match officiel, l'équipe combina un mélange de jeunes joueurs et de grands champions de la grande Inter, de Burgnich à Facchetti, de Jair à Mazzola et Corso, battant le Torino grâce à un doublé de Boninsegna, qui à sa deuxième saison à l'Inter est devenu l'un des les hommes clés du Scudetto grâce à ses 24 buts en 28 matches, le consacrant comme le meilleur buteur du tournoi. Ce jour-là, il a marqué un but sur penalty et une tête suite à une passe décisive de Corso. Après la victoire à ses débuts, la défaite est survenue à Naples le 22 novembre 1970: ce serait la dernière de cette saison. De là, a commencé une série de résultats positifs qui ne se termineraient que 23 jours plus tard, à la fin de la saison. Au milieu des défis clés pour l'équipe, il y avait une nouvelle prise de conscience et une adaptation à la configuration tactique, avec des performances importantes de joueurs tels que Bedin au milieu de terrain ou Bellugi à l'arrière jumelé avec Facchetti, le joueur le plus utilisé avec 30 apparitions en championnat. Parmi les résultats positifs, nous pouvons citer: la victoire 2-0 contre la Juventus (première partie) avec des buts de Corso et Boninsegna, le succès dans le Derby de Milan grâce aux buts de Corso et Mazzola (deuxième partie), la victoire sur Naples, toujours avec un doublé de Boninsegna, mais aussi le match dans lequel nous avons maté Catane où Gabriele Oriali s'est rendu sur le terrain après ses débuts avec la Roma. Un voyage sans imperfections qui s'est terminé le 2 mai 1971 avec un match parfait pour franchir la ligne d'arrivée et conquérir le onzième Scudetto. Un point culminant et un défilé de buts contre Foggia, dont un but fantastique pour ouvrir: la passe de Facchetti, a été brillamment convertie par Boninsegna. Ensuite, Jair est entré, protagoniste avec un doublé, avec Facchetti et Mazzola obtenant les autres buts. Moralité: Histoire, quand tu te répètes.
  2. Dans une interview accordée à la Gazzetta dello Sport, Massimo Moratti est ravi du 19e Scudetto et a soutenu les Nerazzurri pour continuer à gagner pendant de nombreuses années. "Ma première pensée est allée à mon père Angelo, à Giacinto Facchetti et Giuseppe Prisco, à Mauro Bellugi et Mario Corso. Ils étaient super Interisti et ils auraient fêté ce titre comme des fous. J'ai aussi pensé aux fans avec qui je partage cette joie aujourd'hui; enfin, un autre Scudetto!" "J'ai également eu un échange de messages très émouvant avec Steven Zhang hier après-midi." "En termes d'adrénaline, il n'y a pas de comparaison avec le moment où vous remportez le titre alors que vous êtes à la tête du club. Mais j'ai aussi d'autres choses dans ma vie, tu es beaucoup plus calme quand tu n'es pas là." "Cette équipe de l'Inter a tout ce dont elle a besoin pour continuer à remporter des trophées et réussir en UEFA Champions League. Le Suning est une grande entreprise, l'impact du COVID-19 était difficile à prévoir mais je pense que les choses sont à nouveau calmes maintenant." "Antonio Conte a d'énormes mérites dans ce scudetto, il a mis son visage au-dessus du parapet pendant longtemps. Il n'a pas été facile d'isoler l'équipe de toutes les rumeurs hors du terrain. C'était un nouveau défi pour Conte, mais nous savions déjà qu'il était capable de garder tout le monde focalisé sur le ballon, même ceux qui ne jouaient pas beaucoup. L'Inter doit continuer avec Conte." "Il est toujours difficile de faire des comparaisons, mais ce groupe semblait également en mission. Josè Mourinho et Antonio Conte sont deux entraîneurs super-professionnels avec une passion viscérale pour le football et le travail qu'ils font. L'engueulade de Conte avec Andrea Agnelli lors de la demi-finale retour de la Coppa Italia en Février a été le soir où il a été confirmé comme 'anti-Juventino', quelle satisfaction!"
  3. Antonio Conte partage certains traits avec notre légendaire Helenio Herrera même s'ils sont différents selon notre légendaire Sandro Mazzola dans une interview avec Agrpress.it. "Ils ont en commun le désir perpétuel de la victoire. Herrera a beaucoup travaillé sur l'aspect mental, ce que je pense que Conte fait aussi." "Malgré cela, je les considère différents les uns des autres. Mon Inter appartenait à un autre monde, Herrera est arrivé et a dû tout faire. Je me souviens qu'à l'entraînement, lorsque nous courions sur le terrain, il était toujours devant tout le monde. Un par un, il appelait les joueurs pour leur dire comment ils avaient joué, ce qu'ils avaient mal fait et ce qu'ils avaient à faire. Après ces discussions, vous alliez toujours rejoindre le groupe et les autres vous demandaient ce qu'il avait dit. Vous leur répondiez: 'Comme d'habitude, il n'est jamais content.' J'ai dit cela les premières fois, mais à partir de la quatrième ou de la cinquième, j'ai commencé à dire: 'Tu sais quoi? Peut-être qu'il avait raison.'' Une plaisanterie sur l'Inter actuelle. "L'équipe de Conte doit simplement continuer à faire ce qu'elle a fait ces derniers temps, ce qui lui a permis d'avoir quatre points d'avance en tête de la Serie A. L'Inter ne doit pas s'améliorer du tout, elle doit continuer comme ça, aller de l'avant de cette façon." Sur Mauro Bellugi. "Mauro était un grand joueur mais il aimait vraiment vivre la vie. Je me souviens qu'à plusieurs reprises, je l'ai surpris en train de se faufiler par la fenêtre de sa chambre pour faire tout ce qu'il voulait, alors que nous étions dans nos chambres. Une fois, je l'ai attendu et je l'ai attrapé et il m'a dit: 'Je vais te montrer demain que je n'ai rien fait… Je suis juste allé me promener!'"
  4. Suite au décès de Mauro Bellugi hier, Massimo Moratti, Beppe Marotta et Walter Zenga lui ont rendu hommage. S'adressant à un entretien avec LaPresse et Sky Sports Italia, Massimo Moratti a rendu hommage à Mauro Bellugi en déclarant: "Je ressens une grande tristesse, c'était un combattant. Avec son caractère, il avait réussi à surmonter quelque chose d'aussi difficile que l'amputation de ses jambes. Il semblait être sorti du marasme. Nous sommes vraiment attristés et désolés. J'étais là pour lui, mais il a gardé le moral de tout le monde d'une manière vraiment fantastique. Personne ne s'attendait à ce qu'il tombe dans une situation comme celle-ci. C'était un ami proche de la famille, nous avons vécu sa bonne humeur ensemble en vacances. Il était toujours joyeux et extraverti. Il n'avait pas le ton d'un champion, mais il en était un." "Une personne merveilleuse, que personne n'oubliera. On l'aimait, il avait un bon caractère. Je me souviens qu'avant d'aller à la Coupe du monde en Argentine, il est venu à Imbersago et a joué un peu au football avec nous." S'adressant au journal italien ANSA, Marotta a remercié la Serie A d'avoir permis au club de rendre hommage à l'un de ses héros. "Je tiens à remercier la ligue de nous avoir permis de nous souvenir de lui de la seule manière possible, dans le match qui a été si crucial pour sa carrière et qu'il regrettera de ne pas avoir pu suivre de là-haut. Nous jouerons avec un brassard et il y aura une minute de silence avant le match." "Il était le symbole d'un football romantique, aujourd'hui mort. Il était composé d'une grande passion et d'un sentiment d'appartenance d'une part, de patronage et de propriété familiale d'autre part. Il y a le fameux épisode de la villa que Moratti lui a donnée comme une grande reconnaissance de son attachement. Les joueurs étaient très attachés au maillot et aux familles qui le possédaient, le sentiment d'appartenance est né du lien avec les coéquipiers, il y avait moins de transferts aussi." "J'ai entendu parler de lui la semaine dernière. Même s'il avait perdu ses jambes, il avait un enthousiasme exceptionnel et un grand désir de redevenir un héros. À tel point que nous lui avions confié le travail de scout: Regarder autant de matchs que possible pour nous, lui ai-je recommandé. Cependant, il m'a avoué sa tristesse derrière ce courage infini. Vous savez, a-t-il dit, pour un footballeur, perdre ses jambes, c'est comme un pianiste qui perd les mains." Quant à Zenga, il rendit hommage à Bellugi avec un simple message sur Instagram: "No Mauro no ... RIP " Finalement, le plus bel hommage serait de battre le Milan cet après midi avec, idéalement, deux buts d'écart.
  5. Ancien défenseur de l'Italie et de l'Inter Milan, Mauro Bellugi, est décédé samedi à l'âge de 71 ans des suites de complications de son état de santé dues au Covid-19. "Aujourd'hui nous a quittés un grand homme, un grand footballeur, un vrai Intériste. Repose en paix Mauro Bellugi", a écrit l'Inter Milan sur Twitter. L'une des raisons pour lesquelles le football est si apprécié est que lorsque les histoires sportives deviennent des histoires de vie, les joueurs ne sont pas seulement des champions mais aussi des modèles. C'est exactement ce qu'était Mauro Bellugi: un combattant, un coéquipier fidèle et un adversaire tenu en haute estime. Pour l'ancien défenseur, l'Inter représentait un appel du destin. Une opportunité qu'il ne pouvait pas refuser, une opportunité qui allait changer sa vie et faire de lui un Interista pour toujours. En traversant les rangs des jeunes de Nerazzurri, il a joué au milieu de terrain et a marqué plusieurs buts. En 1969, il est devenu joueur de l'équipe première et a discuté de son futur rôle avec Herrera. Sa tâche serait de défendre à tout prix, l'objectif des Nerazzurri. Avec de grands champions et amis comme Suarez, Corso, Boninsegna et Mazzola menant l'attaque des Nerazzurri, il n'a pas eu besoin de faire une contribution dans le dernier tiers du terrain. Cependant, il a trouvé les filets à une occasion: c'était aussi une expérience inoubliable, lors du match aller des huitièmes de finale aller de l'Inter contre le Borussia Mönchengladbach en 1971-1972. "À l'époque, ce n'était pas facile pour un défenseur de dépasser la ligne médiane. Ma tâche était de défendre, les attaquants étaient ceux qui devaient se focaliser sur le score. Je ne me souviens même pas pourquoi je me suis retrouvé là. Le ballon est arrivé au bord de la surface, je l'ai frappé instinctivement et tout le monde a couru pour me serrer dans ses bras. Je n'ai même pas compris ce qui venait de se passer!" Parmi les meilleurs moments de ses 137 apparitions de 1969 à 1974, il y a la victoire du Scudetto de la saison 1970-1971, un trophée qu'il a poursuivi et remporté avec tout le courage et la détermination qui avaient toujours caractérisé son style de jeu et son amour pour le football, et la vie. L'esprit guerrier l'a toujours défini, de ses batailles pour devenir un grand à celles qu'il a combattues pendant la dernière phase de sa vie. Il avait eu 71 ans le 7 février et voulait laisser au monde un message de force et d'espoir jusqu'à la fin. Il a parlé de la beauté du football et de la vie, une vie pour laquelle il vaut la peine de se battre, et il a été remboursé en nature avec la reconnaissance de tous: de ses fans, de ses coéquipiers, de ses adversaires et de personnes qui ont reconnu en lui cet exemple, quelque chose qui est plus que jamais précieux. Force, détermination, bonheur, amour et espoir se retrouvent dans son histoire. Au revoir, Mauro.
  6. Antonio Conte a trois doutes sur la formation de départ pour affronter le Milan dans le Derby della Madonnina demain au Stadio Giuseppe Meazza. Antonio Conte s'est entretenu avec la presse lors de la conférence de presse officielle d'avant-match, ses déclarations étant rapportées via FcInterNews . "Bonjour à tous, malheureusement, pendant que nous étions sur le terrain, nous avons reçu la triste nouvelle du décès de Mauro Bellugi. Nous sommes vraiment désolés et nous rejoignons la famille dans leur chagrin." Quel type de match? "C'est un derby différent de ceux des années précédentes parce que c'est un match pour la titre. Nous parlons de deux équipes qui sont presque à égalité l'une avec l'autre en haut du classement. Je pense que c'est une grande satisfaction pour Milan d'avoir ce genre de match avec ce genre d'enjeu. Nous savons très bien que vous devez gagner le derby pour une question de fierté et pour le classement." Qu'apporte d'être premier? "Je pars du principe que vous devez toujours travailler avec la bonne force et la bonne détermination. Quand vous avez un classement qui vous sourit, il faut être encore plus énergique, avoir encore plus d'enthousiasme et plus d'envie de bien faire." Quel type de message pour l'équipe? "Le message est de toujours donner le meilleur de nous-mêmes et de viser l'excellence, c'est ce que je dis toujours à l'équipe. Rien n'a changé par rapport aux autres semaines. Nous travaillons pour essayer de construire quelque chose d'important. Il est inévitable que ce soit un match important, contre une équipe solide. Nous aurons besoin d'un bon match." Derby houleux? "Non, ce sera un match dans lequel les deux équipes tenteront d'être première. Un très bon arbitre a été désigné, n'oublions pas que c'est toujours du sport. Je ne vois pas la raison pour laquelle des situations peuvent être créées qui peuvent nuire à l'équipe." Comment neutraliser Zlatan? "En travaillant en équipe, en minimisant les erreurs. Nous parlons d'un joueur fort, qui donne beaucoup à Milan. Il a marqué des buts contre nous lors des matchs précédents, il ne marquera peut-être pas cette fois-ci, mais qu'il marque ou non, nous voulons tout donner et gagner le derby." Une semaine de congé. "Jusqu'à présent, nous avons joué tous les trois jours, nous avons eu une demi-finale de la Coppa Italia contre la Juventus et deux jours plus tard, nous avons joué à Florence. Sur le papier, vous pouvez parler d'avantages et d'inconvénients, mais il y a aussi le terrain. Nous devons être bons et nous concentrer sur ce que nous faisons. Nous allons travailler encore plus dur, sans jouer mardi ou mercredi." Christian Eriksen. "J'ai trois doutes pour le match de demain. Je n'ai rien décidé, nous avons vu des améliorations chez Christian et nous essayons de travailler. Nous aurons encore plus à faire avec lui. Il a fait des progrès, il nous a beaucoup aidé et c'est bon pour nous, pour l'Inter, pour moi, pour les fans." Sur le parcours de l'équipe. "Il reste 16 matchs. Je ne peux pas oublier que beaucoup de gens se demandaient avant le match contre la Fiorentina combien de points nous aurions derrière l'AC Milan, étant donné qu'ils jouaient Crotone et Spezia. Nous y sommes arrivés avec un point de plus et beaucoup pensaient que le derby serait le coup final. C'est une démonstration de la difficulté absolue du championnat, où vous devez jouer à chaque match. Après Milan, nous aurons le Genoa, puis Parme, qui se battent pour éviter la relégation mais qui ont une bonne équipe. Nous allons avancer pas à pas, il est inévitable que chaque victoire donne confiance, moral, vous fasse prendre conscience et je pense que c'est le plus important au-delà de mettre quelques points de plus sur le deuxième." Le message aux fans. "Nous allons tout donner comme nous l'avons toujours fait pour ces couleurs et l'histoire du club. Nous ferons tout pour que les fans soient fiers de notre engagement, de notre travail et de notre dévouement." Le travail de Milan Skriniar. "Si nous remontons le temps, beaucoup semblaient devoir quitter l'Inter. Les joueurs savent très bien la vérité et ce que j'en pensais. J'ai toujours été clair avec eux sur qui était ou n'était pas dans les plans. Skriniar se porte très bien. Je pense que nous avons trouvé une bonne harmonie entre nos six défenseurs, car n'oublions pas que nous avons d'autres joueurs en plus des titulaires qui ont toujours répondu présents. Notre force est de se sentir important et de savoir que si vous abandonnez, d'autres peuvent prendre votre place. C'est une concurrence interne loyale. La chance de l'Inter passe par l'amélioration du joueur individuel, car cela élève le niveau de l'équipe." Le 3-1 contre la Lazio. "Nous étions cyniques, mais nous avons également raté trois ou quatre buts lors de la dernière passe. Je pense que les matchs doivent être joués selon une logique, étudier les situations et comprendre comment tuer, comment frapper. Nous avons très bien fait contre la Lazio, ils avaient remporté six matchs de suite. Gagner comme ça nous a donné confiance et force. Maintenant nous avons travaillé sur le Milan et nous connaissons les difficultés qu'ils peuvent créer pour nous et que nous pouvons leur créer."