Aller au contenu
×
×
  • Créer...

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'mercato'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
    • 2021/2022
    • 2020/2021
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

  1. Ce topic est dédié à l'ensemble des membres du site/forum. Vous pouvez parler des rumeurs en cours et des transferts, sur base de sources sérieuses. Ne manquez jamais de respect et à présent ce topic est le votre, je vous fait confiance. Le premier qui me déçoit, il prends sévère
  2. Alors que les tendances de la Ligue des Champions semblent être une ombre pour certains, l'Inter Milan quant à elle est déjà fixé. Les dernières nouvelles qui annonceraient le retour souhaité de Lukaku dans son ancienne équipe italienne fait l’une des célèbres options de paris Betway. Par ailleurs, l'Inter Milan aurait-il déjà succombé à ce désir ? Nous le verrons après notre séance découverte. Football club Internazioanle Milano : Généralités et découvertes du Club Italien Le Football Club Internazionale Milano, également connu sous le nom d'Inter Milan, est un très grand club de football professionnel. Il a été créé le 09 mars 1908 par quarante-quatre membres dissidents de l'époque, suisses et italiens. L’objectif étant de mettre en place une équipe solide et gagnante vaudra bien la raison de l’enseigne Internazionale. Il s'agissait de donner la possibilité à des joueurs non italiens d'avoir accès au maillot du club. Un objectif qui portera ses fruits deux ans plus tard lorsque l'Inter remportera son premier championnat. Depuis, l'équipe a poursuivi son ascension en remportant de nombreux autres championnats. En sera-t-il de même pour les prochains championnats ? Les jours à venir nous le diront certainement. Mais pour l'instant, l'Inter Milan est-il prêt à reprendre Romelu Lukaku dans ses troupes ? Continuons. Serait-il possible que Romelu Lukaku soit déjà de retour à l'Inter ? Romelu Lukaku, parti pour plus de 100 millions d'euros, depuis l’Inter Milan l’été dernier s’est retrouvé face à la disgrâce de Thomas Tuchel. Ceci étant, il n'a pas exclu un retour en Italie. L'Inter n'est pas opposé à un retour de Romelu Lukaku à San Siro, mais les dirigeants Nerazzurri n'étaient pas intéressé par un tel transfert pour le moment. Ceci pourrait avoir un effet explosif sur les prochains résultats du club italiens et les pronostics prochains de pari football Betway. Lukaku a marqué 64 buts en deux saisons en jouant dans le club italien. Ce qui l'a aidé à remporter le titre de Série A en 2020-21 avant de rejoindre Chelsea. Par ailleurs, depuis ce mercato, les choses ne se sont pas passées comme prévu. Le retour de Lukaku à l'Inter Milan : Quel coût d’opportunité s’impose ? D’après La Gazzetta dello Sport, les leaders de l'Inter Milan serait intéressé par la venue du joueur belge. Celui qui avait déjà intégrer le club depuis Manchester United en 2019. L'Inter n'envisage qu'une option de prêt plutôt qu'un transfert à la date limite. Cependant, une condition particulière s’impose concernant le retour effectif de Lukaku dans le club Italien. Celle-ci serait d’accepter un salaire plus bas comparativement aux 12,5 millions d'euros par an pour revenir à Giuseppe Meazza. Cependant, l'attaquant belge ne se laisse pas déconcerter. Les planètes semblent s'aligner et les fans de l'Inter pourraient revoir de plus près le formidable duo formé par Lautaro Martinez et Romelu Lukaku. Bien qu'il soit le meilleur buteur de Chelsea toutes compétitions confondues, le Belge n'a inscrit que cinq buts en Premier League. Il ne reste plus le seul choix de Thomas Tuchel et les rumeurs de son départ se sont intensifiées cet été. Pas assez de rythme pour la Coupe du monde. Un autre aspect de la situation de Lukaku est que son manque de temps de jeu à Chelsea pourrait nuire à ses espoirs de mener la Belgique vers la gloire : Le joueur de 28 ans est le meilleur buteur de Belgique avec 68 buts, mais le manager Roberto Martinez hésite à l'appeler en équipe nationale. En savoir plus sur les actualités du football européen ? Consultez le site officiel de l’UEFA
  3. L’Inter est parvenue à égaliser lors des toutes derniers secondes face au Torino, évitant de très peu la défaite, mais en perdant le contrôle de sa destinée, et ce, même en cas de victoire sur Bologne! Révélation de la Gazzetta Dello Sport "L’Inter n’a pas perdu le match mais le contrôle de sa destinée : Le but de Sanchez dans les arrêts de jeu répond à celui de Bremer, mais pour la première fois depuis le 12 décembre, jour où elle prenait le meilleur sur le Milan, et même en remportant l’ensemble de tous ses matchs, l’Inter n’aura plus la certitude de remporter le Scudetto... L’Inter se devra de battre Bologne également pour rester au contact du Milan, mais le match programmé également le 3 avril au Stadium change de physionomie : L’Inter devra attaquer et non plus gérer comme cela fut le cas, il y a encore pourtant quelques semaines." "Lors des six dernières journées des matchs aller, l’Inter avait récolté 18 points sur 18 disponible, avait inscrit 17 buts contre aucun d’encaissé. Ici, lors de ces 9 premiers matchs retours, elle a récolté 13 points sur 27 disponible, contre 22 points pour la Juventus et 21 points pour le Milan et le Napoli. Cet écroulement est bien plus qu’un simple passage à vide car elle avait le Scudetto en poche. A présent, elle va devoir maintenir le pas des autres avec une grande peur." "L’Inter a également perdu 5 points sur 6 disponible en l’absence de Marcelo Brozovic (Sassuolo et le Torino) ce n’est pas qu’un simple hasard. Un examen de conscience devra être établi sur ce qui a été fait sur le Mercato (le cas Sensi en premier) pour rendre "remplaçable" un joueur sur qui l’Inter se repose bien trop. Outre les absents, les présents, au moment clé du championnat, auraient également dû jouer avec un autre rendement et un autre état esprit et se comporter, au minimum, comme les joueurs du Torino." Pensez-vous que l'Inter puisse revivre une saison similaire à celle de Luciano Spalletti et s’effondrer totalement ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  4. Le Mercato 2021/2022 a réécrit l’histoire et bouleversé le classement historique des ventes les plus lucratives de la Serie A : Les transactions relatives à Romelu Lukaku, Dusan Vlahovic et Achraf Hakimi ont fait une entrée retentissante dans le Top 10 de la Botte Révélation de Calcio&Finanza La vente de Romelu Lukaku qui est passé de l’Inter à Chelsea l’été dernier, pour 113 millions d’euros, a surclassé celle de Paul Pogba transféré de la Juventus à Manchester United à l’été 2016, la Juventus ayant encaissé 105 millions d’euros. Sur le podium, on retrouve l’opération lié à l’Axe Napoli-Juve et l’attaquant argentin Gonzalo Higuain qui fut transféré contre l’activation d’une clause libératoire à 90 millions d’euros lors de l’été 2016. Sorti du podium, on retrouve la vente de Zinedine Zidane transféré de la Juve au Real Madrid pour 77,5 millions d’euros à l’été 2001. Zizou reste toutefois devant le recrutement de Dusan Vlahovic transféré cet hiver de la Fiorentina vers la Juventus pour 70 millions d’euros. En fin de ce TOP 10 spécial Serie A, on retrouve les opérations liant l’Inter au Paris-Saint-Germain pour Achraf Hakimi, cédé pour 66,5 millions d’euros et l’opération menant Joao Cancelo de la Juventus à Manchester City pour 65 millions d’euros. Quelle est selon vous la meilleure opération réalisée par l’Inter ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  5. En moins de 24 heures, l’Inter a réalisé l’un des coups du Mercato en s’offrant Robin Gosens. Comment est-ce possible ? Grâce aux excellents rapport entre Luca Percassi et Steven Zhang Révélation de la Gazzetta Dello Sport "Dans le cadre de cette opération, on retrouve une Sainte-Alliance entre les deux familles, qui va bien au-delà du ballon rond : Quand Suning, le géant de la distribution en Asie, a débarqué en Italie avec sa (vieille) puissance de feu, la Famille Percassi, qui opère avec succès dans le même secteur, a pensé qu'elle pouvait créer un business commun." "Ainsi, en mars 2017, le chef de famille Antonio Percassi et ses trois fils (Stefano, Matteo et Luca) se sont envolés directement pour Nankin dans le cadre d'une visite pastorale pour rendre visite à Suning et discuter des collaborations entre cosmétiques, alimentation et la mode. Il a d’ailleurs eu le temps de visiter le siège de Suning Commerce et de se rendre dans les vestiaires du défunt Jiangsu, une équipe que la famille Zhang a abandonnée après avoir remporté le titre de champion de Chine." "La perspective d'un partenariat commercial durable semble avoir été perdue à ce jour, mais dans le football, cet axe est resté solide. Steven et Luca ont cultivé la relation bien au-delà des salles de la Lega Calcio et du Mercato: Lorsque Zhang Junior est rentré dans notre football comme un extraterrestre, c'est Percassi Junior qui l'a aidé à s'intégrer. De plus, leur âge les rapproche (l'un a 30 ans et l'autre 41) et ils partagent également une passion pour l'électronique et la technologie. Leur maîtrise de l'anglais a fait le reste." "Aujourd'hui encore, on retrouve un cadeau offert par Bergame, un cadeau solennellement et précieusement conservé à Nankin : L’Administrateur-Délégué de la Dea, passionné de maillot et de tout objet relatif au Calcio, a offert à son "ami" Président, une pièce très rare de sa collection: Le fanion de la finale de la Ligue des Champions à Madrid 2010. Soit le cadeau le plus précieux qui pouvait être offert à Steven Zhang." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  6. En effet, Gabriele Gravina s’est livré à l’issue de la réunion qui s’est tenu au Conseil Fédéral : "L'indice de liquidité passera à 1 en l'espace de 3-4 ans. Ce n'est plus un indice qui empêchera ou qui permettra d’agir sur le Mercato, mais il sera l’indice lié à l'admission au championnat. Je crois beaucoup à la démocratie. Ce jeudi, la Lega Serie A adoptera ces principes. Si elle refuse, un Commissaire « ad acta » le fera". Qu'est-ce que l'indice de liquidité ? Comme nous le révèle le site romatoday.it, "L'indice de liquidité est un paramètre introduit par la Federcalcio dans le cadre des Norme Organizzative Interne Federali (NOIF), qui exprime le rapport de la capacité d'un club à faire face à ses engagements financiers à certaines échéances par rapport aux moyens liquides dont il dispose. En bref, il s'agit d'un indice qui montre dans quelle mesure un club est capable de faire face à ses engagements financiers à court terme." "En substance, pour agir sur le Mercato, le club a besoin d'un équilibre positif entre les achats et les ventes. De plus, la Lega prend également en compte combien le joueur qui est vendu doit encore percevoir du contrat (salaire et bonus), ainsi que la valeur totale du contrat du joueur acheté toujours entre le salaire et le bonus." "Le non-respect de cette valeur (aujourd'hui à 0,6) pourrait entraîner un gel du Mercato, c'est-à-dire l'impossibilité pour un club d'acheter de nouveaux joueurs." Comment surmonter le problème du ratio de liquidité ? "Pour éviter le problème du ratio de liquidité, les alternatives sont d'augmenter le capital, de verser de l'argent dans les caisses du club comme l'a fait Claudio Lotito l'été dernier, ou d'obtenir de l'argent des cessions." A présent, l'indice de liquidité sera donc supérieur au précédent. Celui-ci sera pris en compte, non plus pour le Mercato, mais pour l'inscription au Championnat de Serie A Reste à présent à connaitre les modalités à remplir pour respecter un tel indice..... ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  7. Robin Gosens est "désormais" un joyau interiste, voici l’éditorial de Fcinternews.it qui lui a consacré: "La dernière information de taille à la Casa Inter est celle qui concerne Robin Gosens et son arrivé plus que probable en ce mois de janvier, à la Cour de Simone Inzaghi." "Dans le Monde du Mercato, on ne sait jamais rien, il est donc mieux de continuer à utiliser le conditionnel pour définir ce qui serait un coup du mercato présent. SiCelui-ci n’est pas imminent vu la blessure dont est victime le joueur, il s’agit d’un coup pour le futur et pour plusieurs raisons." "En tout premier lieu, l’épineuse prolongation du contrat d’Ivan Perisic qui est toujours en stand-by. L’arrivée du joueur allemand, lors de ces derniers jours du mercato de janvier, consentirait à Beppe Marotta et Piero Ausilio de protéger, avec plusieurs mois d’anticipation, l’aile gauche surtout si finalement le joueur croate prenait la décision d’emprunter de nouvelles routes et de vider son casier dans le vestiaire d’Appiano Gentile pour débuter une nouvelle aventure sous un autre maillot." "En second lieu, la programmation : La carte d’identité de Gosens fait état de deux joueurs disposant d’un âge différent : Ivan le Terrible est un Expert né en 1989, il soufflera ses 32 bougies le 02 février. L’ailier de l’Atalanta est né en 1994 et il soufflera ses 28 bougies le 5 juillet, mais ce n’est pas tout: Ces dernières années, l’allemand s’est tout doucement affirmé comme l’un des meilleurs ailier gauche "Tutta fascia" parmi les plus incisif d’Europe, il fait très certainement partie du Top en Italie et en Serie A." "Les statistiques parlent pour lui, malgré cette année malchanceuse qui l’a contraint à de fatigantes blessures et de rechutse. Pourtant, il a en poche un but inscrit contre Sassuolo et une passe décisive en six matchs. En Ligue des Champions, il s’est offert également un but, face à Villareal, sur deux matchs disputés. Si nous élargissons le rayon d’action, soit depuis son arrivée en Italie lors de la saison 2017-2018, le natif d’Emmerich Am Rhein comptabilise 25 buts et 18 passes décisives en 121 matchs de championnat." "Sa meilleure saison reste celle du dernier championnat où il a été l’auteur de 11 buts et 6 passes décisives en 32 matchs. Dans l’Europe qui compte, il a été l’auteur de 3 buts en 17 matchs. De plus, Gosens n'est pas un joueur du style à s'emballer et il serait un ajout important à l'équipe en termes de rendement. Il ne faut également pas sous-estimer la nature tactique de l’opération." "Lors de ses années à Bergame sous les ordres de Gian Piero Gasperini, Gosens a démontré, à merveille, qu’il pouvait endosser le rôle d’ailier "Tutta Fascia" dans le 3-5-2, soit le dispositif cher à Simone Inzaghi qu’il a affiné lors de sa période à la Lazio et qu’il a confirmé, avec la manière, sur ses six premiers mois au Biscione. L’entraineur natif de Piacenza connait l’importance vitale de disposer de joueurs associant qualité et quantité dans un tel style de jeu. Il sait également que l’arrivée quasi certaine de Robin qui est un joueur qui connait très bien le championnat italien et le rythme qu’il exige ne nécessite aucun temps d’adaptation." "Exception faite de la blessure qui le force à retrouver les terrains seulement dans un mois, il dispose déjà d’un profil tactiquement adapté et d’une adaptation logistique déjà actée. L’inverse de ce qu’a connu d’ailleurs Denzel Dumfries. L’international hollandais est arrivé à Milan après avoir connu un championnat totalement différent : L’Eredivisie." "Il a dû apprendre, en le démontrant à présent, une nouvelle langue, et il a dû s’adapter, piano piano, à un nouveau schéma tactique, à une nouvelle interprétation du poste occupé. Pour son insertion graduelle, on retrouve fondamental le travail précis et ponctuel réalisé par un professeur tel que Matteo Darmian. A présent, l’Inter récolte les fruits de l’investissement réalisé en misant sur l’ancien du PSV." "Lors de cette dernière journée de championnat, il est rentré et s’est montré décisif en délivrant un centre fondamental qui a permis à Edin Dzeko d’inscrire un bût lourd d’importance face à Venise, en offrant par la même occasion à la Beneamata la possibilité de prendre quelques points sur ses rivaux en tête du championnat. Il ne faut d’ailleurs pas oublier ses 3 buts et 5 passes décisives entre la Serie A, la Ligue des Champions et la Coupe d’Italie pour ses premiers mois sous la vareuse Nerazzurra. L’aile droite de l’Inter envoie des signaux positifs, et avec l’arrivée sur l’aile opposée de Robin, l’objectif fondamental était d’offrir à l’Inter les ailes lui permettant de continuer voler." Dumfries et Gosens sont-ils les ailes du futur ? "C’est très probable : Les courses sur les ailes Nerazzurre pourraient être synthétisé par les initiales D&G, mais cette fois, la Mode ne rentre pas en ligne de compte, plus le plus grand plaisir de l’Inter." Validez-vous la D&G Nerazzurra ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  8. Si la Wwe peut compter sur son champion Triple H en coulisse, l’Inter de Simone Inzaghi peut compter sur son Triple B sur le terrain Révélation de la Gazzetta Dello Sport L’Inter est prête à retrouver le terrain, les Nerazzurri vont affronter Empoli dans le cadre des huitièmes de finale de la Coupe d’Italie. Pour l’occasion, Simone Inzaghi procédera à un important turnover: "De cette Inter, tout est plaisant, Si cela ne tenait qu’à lui, il ne changerait rien, annulerait le mercato et en passerait outre, quitte à renoncer à l’unique demande de ce mois de janvier : un Vice-Perisic. Malgré les si nombreux engagements, le calendrier ne préoccupe par l’entraîneur qui peut compter sur les trois joueurs de références du club, trois joueurs constant, le Triple B : Brozovic, Barella et Bastoni." "La moitié de l’Europe poursuit les trois joyaux d’Inzaghi. Il s’en félicite et accompagne cette croissance exponentielle : Bastoni est l’exemple le plus mis en lumière : Il n’a jamais été aussi bon que sous Inzaghi, il est devenu un joueur total comme ceux que l’on retrouve avec Guardiola pour être clair, ce n’est d’ailleurs pas un hasard si Manchester City a tenté le défenseur, il y a un peu moins d’un an, avant qu’il prolonge son contrat." "La barre est haute: 4 millions d'euros bonus compris avec la promesse de renégocier plus tard. Après tout, Barella a attendu deux ans avant de voir sa promesse honorée. Plusieurs équipes suivaient d’ailleurs le milieu de terrain sarde, celle qui avait fait des pas décisifs était le Bayern. Mais Barella a choisi l'Inter et l'Inter l'a choisi, lui, le Capitaine de demain, la Référence d'aujourd'hui.." "La prolongation du contrat de Brozovic semble être la prochaine étape pour les Nerazzurri, le club devrait annoncer le renouvellement du Croate jusqu'à la fin du mois de juin 2026 dans les prochains jours." "Ces trois joueurs sont destinés à être les piliers de l'équipe Nerazzurra de Simone Inzaghi pour les années à venir, et le club s'assure qu'ils seront dans l'équipe à construire à l'avenir." Validez-vous cette analyse ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  9. Auteur de seulement 185 minutes de disputés cette saison, Stefano Sensi n’a pas trouvé sa place dans le système de rotation mis en place par Simone Inzaghi. Comme le confirme la Gazzetta Dello Sport, le joueur courtisé par la Sampdoria a été cédé sur la base d’un prêt sec jusqu’au terme de la saison: Il n’y a donc aucune clause d’obligation ou de droit de rachat. Si le transfert est finalisé, Stefano rentrera à la base au terme de la saison actuelle. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  10. C’est une révélation de la Gazzetta Dello Sport, Steven Zhang s’est remis en question vis-à-vis de l’entraîneur de l’Inter, Simone Inzaghi, après avoir connu deux saisons où il était souvent la cible d’Antonio Conte En effet, le Président Nerazzurro veut rencontrer Inzaghi en personne pour lui parler de son futur : "La thématique de la prolongation de son contrat doit encore être approfondie, mais elle n’est en aucun cas remise en discussion : Un véritable feeling existe entre les deux parties et les confirmations hebdomadaire, et pas seulement au niveau des résultats sportifs, confirme cette intention." "Le président a toujours aimé l'attitude de l'entraîneur et les mots qu'il a prononcés publiquement sur le club dans sa période la plus difficile, soit celle qui a suivi la vente de Romelu Lukaku Il s’agit d’un un changement de cap considérable par rapport au passé car, avec Antonio Conte, le club s'est souvent retrouvé dans l’œil du cyclone, également en termes de déclarations. Ce n'est pas une question de détail, car il y avait aussi le fond et la forme C’est pourquoi tout porte à croire que le lien entre Inzaghi et l'Inter est destiné à durer. Tout le monde aime Simone. Et Steven le confirmera de lui-même, après l'avoir fait par voie électronique avant Noël, dans les prochains jours" L’agenda présidentiel "Dans l'agenda du Président, il y a évidemment sa présence à Appiano Gentile dans les jours qui précéderont la rencontre face à la Juve, mercredi prochain. Ce sera, pour lui, une façon de motiver les joueurs, qui sont à la recherche d'un deuxième trophée consécutif. Mais il s’agira surtout de l’occasion idéal pour rencontrer l’entraîneur, comprendre ses besoins, afin de comprendre comment améliorer le monde de l'Inter et la structure du club." "Il y aura également la thématique liée au Mercato même s’il est évident que celle-ci est principalement débattue entre Simone Inzaghi, l'administrateur délégué Giuseppe Marotta et le Directeur-Sportif Piero Ausilio. Mais l’entraîneur aura l'occasion de réitérer ses souhaits à Zhang, de la nécessité de renforcer l'effectif là où c'est possible, notamment sur le côté gauche. Et peut-être qu'ensemble, lors d'une réunion avec le secteur technique, ils essaieront de tracer les lignes directrices pour l'avenir. Après tout, l’esprit du club est déjà projeté vers l'avant : Le recrutement d’André Onana en est la preuve, tout comme la pression mise sur Matthias Ginter." Le Saviez-Vous ? Le Président devrait rester au moins deux semaines en Italie Il a également tenu à démentir formellement les voix relative à la vente du club. Dans le courant de ce mois de janvier, l’obligation de 400 millions d’euros sera refinancée. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  11. Marco Barzaghi, journaliste Italien, croit que l'attaquant de Chelsea Romelu Lukaku est sérieux au sujet d'un retour à l'Inter. S'exprimant sur sa chaine Youtube, le journaliste de SportMediaset déclare que Lukaku lui aurait personnellement dit qu'il espère rejoindre les Nerazzurri. Les remarques candides de Lukaku lors d'une récente interview durant laquelle il a exprimé des regrets concernant son départ pour Chelsea en été ont créé un grand remue-ménage. Depuis, des rumeurs fleurissent de toutes parts annonçant la possibilité d'un retour au Meazza durant cette fenêtre de mercato suite à son gros craquage. Il y a plusieurs obstacles significatifs empêchant un retour à l'Inter pour l'attaquant de 28 ans, et il n'est de toutes manières pas clair que l'Inter soit intéressée par lui. Cependant, selon Barzaghi toujours, le joueur espère toujours. "Ce que je peux vous dire, ayant des contacts familiaux directs, est que son désir est de retourner à l'Inter et qu'il marcherait de Londres à Milan si il le fallait." "Selon nos vérifications, il ne veut que l'Inter", Barzaghi continue. "Il est déjà fatigué de Chelsea et de la vie à Londres." Il poursuit en affirmant que "Chelsea ne le laissera jamais rejoindre le Tottenham de Conte. Nous ne pouvons rien exclure, mais de ce que nous comprenons, et de ce qu'il a dit à mon frère de manière officieuse, sa volonté est seulement de revenir à l'Inter immédiatement." "D'un point de vue économique ce n'est pas impossible comme beaucoup le disent, compte tenus de l'allègement de la masse salariale en Janvier avec le retrait d'Eriksen." Il ajoute que "Si Chelsea paye la moitié du salaire, les dépenses seraient d'environ 6 M€. De la place pourrait aussi être faite dans le budget." Bon, vous l'aurez compris, on est plus à une blague prêt avec cet énergumène... Installons nous confortablement et profitons du spectacle. A prendre, évidemment, avec d'ÉNORMES pincettes. ©Internazionale.fr, via SempreInter - Traduction Trent_FCI
  12. L'Inter ne devrait pas faire de recrutement lors du marché des transferts de janvier, si ce n'est trouver un remplaçant à Matias Vecino en cas de départ du club. Selon l'expert du marché des transferts de Sky Sport Italia, Gianluca Di Marzio, les Nerazzurri ne prévoient pas de recrutement majeur le mois prochain. Les Nerazzurri disposent déjà d'une équipe complète avec des options de qualité à tous les postes, mais cela n'exclut pas totalement la possibilité de nouvelles arrivées sur le papier. Cependant, le marché des transferts de janvier pourrait être difficile et il n'est pas clair quelles seraient les possibilités d'augmenter de manière significative la qualité de l'effectif de Simone Inzaghi sans grandes dépenses financières. Par conséquent, la seule chose qui inciterait le club à agir sur le marché, selon Di Marzio, serait le départ de Vecino, qui laisserait une place libre au milieu de terrain. "Vecino pourrait décider de partir, et dans ce cas il serait remplacé", a expliqué Di Marzio, "mais sinon l'Inter ne fera pas de recrutement en janvier, se concentrant plutôt sur le renouvellement des joueurs dont les contrats arrivent à échéance." ®Oxyred – Internazionale.fr via SempreInter
  13. Interviewé par Sport, André Onana a abordé de nouveau son passé au FC Barcelone avant de laisser carrément la porte ouverte à un retour dans son club de formation. Si quasiment toutes les sources s'accordent pour dire que Onana va probablement signer à l'Inter, le gardien de l'Ajax ne semble pas être aussi décidé: Vous êtes de retour sur les terrains, 297 jours après. Comment vous sentez-vous? "Très bien. Je suis content d'être de nouveau un joueur de foot, c'est émouvant. Ce qui ne te tue pas, te rend plus fort". Revenons-en à ce fameux mois d'Octobre 2020. Que s'est-il donc passé? "Nous venions d'affronter l'Atalanta. Nous avons fait un match nul (2-2) dans un match très intense. Nous sommes rentrés très tôt le matin et je me suis réveillé avec des maux de tête. Je suis allé prendre les médicaments qu'on m'avait prescrit (Litacol), mais ma femme venait d'accoucher et on lui avait à l'époque prescrit une pilule qui y ressemblait beaucoup (Lasimac) pour la rétention d'eau et je l'ai prise par inadvertance. Je me suis présenté en premier pour le test anti-dopage avant de rentrer chez moi. Un mois après, j'étais au Cameroun et on m'a contacté pour me dire que j'étais positif. J'ai dit au médecin: 'Non tu te trompes, j'ai fait plus de 23 tests dans ma carrière'. Quand il m'a dit que j'étais positif au Furosémide, j'ai répondu: 'Qu'est-ce que c'est?'. C'est ma femme qui m'a dit que c'était ce qu'il y avait dans ses pilules". Vous dites avoir été testé positif… Vous ne vous êtes pas dopé? "C'est la vérité. J'étais au top de ma carrière, j'avais été nommé quatre fois d'affilée meilleur gardien d'Eredivisie, j'étais parmi les meilleurs au monde. Je me serais dopé pourquoi? Devenir le meilleur de la planète?". Le 13 Novembre, vous avez foulé la pelouse avec le Cameroun de nouveau. "Ca a été comme une renaissance. Au Cameroun, on m'a soutenu dès le début et quand je suis revenu je ne m'attendais pas à rejouer mais l'entraîneur m'a dit :'André, c'est toi mon guerrier'. J'ai pensé: 'Wow, ça fait 9 mois que je n'ai pas joué, j'espère pouvoir lui repayer la confiance qu'il a mis en moi'. Tout s'est bien passé". Votre contrat expire en Juin, vous n'avez pas encore prolongé avec l'Ajax et on parle beaucoup de l'Inter. De quoi votre futur sera-t-il fait? "Les gens parlent beaucoup. On m'a placé au Barca, à l'Inter, Arsenal, Lyon, Nice, Monaco… pendant que j'étais assis chez moi, suspendu (il rit, ndlr.). C'est vrai que nous ne sommes pas arrivés à trouver un accord avec l'Ajax et je remercie le club pour l'opportunité qu'il m'a offert. A présent, après 7 ans, je pense que c'est le moment de faire un pas en avant et laisser de l'espace à d'autres aussi. L'Ajax est un club qui donne souvent l'opportunité aux jeunes et ils ont beaucoup de gardiens prêts à être lancés, ils attendent juste l'opportunité. Je dois partir. Je ne sais pas où, mais j'ai besoin de changer pour me mesurer aux meilleurs gardiens". Vous avez toujours parlé d'un retour au Barca. Même si ce n'est pas dès ce mois de Juin, est-ce toujours l'objectif? "Le Barca, c'est chez moi. Chaque fois que j'ai un peu de temps libre, je vais à Barcelone et je m'y sens très heureux (il sourit, ndlr.)". ---------------------------------------- Selon le Corriere dello Sport, les déclarations du gardien de l'Ajax ne changent pas vraiment la donne et son futur semble être teinté de nerazzurro. Le quotidien semble même savoir qu'il y aurait une nouvelle rencontre entre les parties concernées dès la semaine prochaine: "En milieu de semaine prochaine, l'agent de Onana devrait se rendre à Milan. Au programme, possible réunion avec les dirigeants de l'Inter même si la situation semble être déjà tracée et qu'il n'y aura pas de nouvelle accélération du dossier. Les paroles du portier camerounais ne changent rien. 'Barcelone, c'est chez moi, c'est la priorité', mais en réalité…". Internazionale.fr ~ © Samus
  14. Le gardien de but slovène pourrait rester en tant que second gardien avec un salaire réduit, et en tout cas son agent Ramadani évaluera aussi d'autres destinations. Ce n'est plus qu'une question de détails, désormais. L'annonce du transfert d'André Onana à l'Inter à partir de Juillet 2022 est imminente comme l'anticipait son agent Albert Botines, atterri à Milan il y a quelques jours, potentiellement pour boucler l'opération (sa commission notamment) avec les dirigeants nerazzurri. Le gardien camerounais sur lequel l'Inter compte fortement gagnera environ 3 millions d'euros nets pour les quatre prochaines saisons. L'officialisation sera faite seulement quand les paramètres techniques le permettront mais à l'heure qu'il est les jeux sont faits. Onana défendra les cages de l'Inter la saison prochaine, arrivant gratuit de l'Ajax, l'équipe que l'Inter aurait affronté en Champions League sans la grotesque erreur ayant entraîné un nouveau tirage au sort. Quid de Handanovic? Pour l'actuel capitaine des nerazzurri, les portes sont grandes ouvertes au cas-où il souhaiterait rester mais les dirigeants auraient jouer carte sur table, il sera le second gardien et devra accepter une baisse de son salaire, réduit environ de moitié. La balle est dans son camp et la décision sera probablement prise au printemps lorsque le slovène aura bien réfléchi à la suite de sa carrière. Il se sent encore capable d'être protagoniste et ce, malgré ces 37 ans. Pour cette raison, son agent Fali Ramadani commencera, dans les prochaines semaines, a chercher des alternatives à l'Inter afin d'avoir le maximum d'opportunités possible au moment de répondre aux dirigeants nerazzurri. Internazionale.fr ~ © Samus
  15. En cinq années, le poids du Mercato a quasiment doublé, en passant de 381 à 739 millions, mais avec peu de flux de liquidité. Le Genoa a réalisé des affaires avec la Juventus pour 123 millions et 78 millions pour l’Inter. Mais les situations sont opposées Comme le révèle la Repubblica, "le football italien est un système qui vit au-dessus de ses moyens, dépensant chaque année près d'un milliard d’euros de plus que ce qu'il ne gagne. Mais dans le silence de ses propres institutions, le Calcio a imaginé un système qui lui permet de ne pas sombrer : l'échange fantôme de joueurs surévalué ou presque." "En 2015, la Serie A a facturé 2,2 milliards pour 381 millions d’euros de plus-value (soit 17%). 5 années plus tard, cette somme a doublé pour culminer à 739 millions d’euros, alors que les recettes n'ont même pas augmenté d'un tiers. Tout le monde est fautif : Le Napoli a payé 20 millions d’euros sur les 71 requis pour Victor Osimhen en donnant à Lille des jeunes joueurs professionnel et un troisième gardien de but proche de la fin de carrière." "À la Juventus, l'impact des recettes a vertigineusement explosé en deux saisons :De 2018 à 2020, la période étudiée, les effets produits par les ventes de joueurs ont augmenté de 70 %. L'un des clubs avec lesquels la Juventus a mis en place un flux assez continu est le Genoa : Une somme proche des 123 millions d'euros de transferts ont circulé entre les deux écuries. En réalité, seuls 25 ont servi à gonfler les comptes courants. Le reste a été considéré comme valeur nominale d’échange, soit pour la même valeur, soit via une valorisation." "Il est complexe de comprendre l’intérêt sportif de ces tractations: Sur les 74 millions dépensés par la Juve, 14 apparitions ont été comptabilisée en Serie A : 12 pour Perin, 2 pour Zanimacchia. Le cas de Romero est le plus nébuleux : acheté pour 26 millions aux Rossoblù, et revendu pour 16 (avec une moins-value de 5 millions d'euros) à Atalanta qui l'a immédiatement vendu pour 55 millions à Tottenham de l'ancien Directeur Sportif de la Juventus Paratici." "Dans le projet à destination des investisseurs diffusé par la Juventus il y a quelque mois, la Juve a mis en avant "son attention qui a toujours été consacrée à son vivier, avec une politique de croissance et de développement des jeunes". Comme Audero, qui est parti à à la Samp pour 20 millions, ce qui a ouvert un canal d’opération de surévaluation des jeunes, qui si tout va bien, militent actuellement en Serie C." "Parmi les noms cité dans ce folder, on retrouve Favilli et Muratore, qui ont presque 24ans et qui, sans jamais avoir brillé, ont permis de rapport au club 19 millions d’euros via des négociation générée avec le Genoa et l’Atalanta. Dans le vivier, le cas le plus extrême est celui de Kean : vendu 30 millions à Everton avec une plus-value de 22 millions. Après deux saisons, il est revenu à Turin pour 35 millions d’euros.' "C’est difficile à l’expliquer, mais on voit des joueurs qui vont et qui viennent en Serie A" "Prenons l’exemple de l’Inter: Depuis 2018, six opérations ont eu lieu entre les Nerazzurri et le Genoa pour 78 millions d’euros : Chaque club a acquis trois joueurs. Dans les faits, seul 5 millions d’euros ont bougé car les joueurs concernés sont toujours restés les mêmes : En 2018, le Genoa avait acquis Radu, repris l’année suivante par l’Inter en dépensant un peu plus que ce qu’elle avait récolté précédemment. 12 mois plus tard, c’est le tour de Pinamonti : Vendu au Genoa pour 19 millions et racheté un an plus tard pour 21 millions: Ni lui, ni Radu n’ont jamais quasiment jamais joué Idem pour Vanheusden, vendu au Standard et racheté par la suite." Pourquoi un club en crise devrait-il dépenser pour des joueurs qu'il n'utilise pas ? "La plus-value comptabilisée après le premier transfert, est prise en considération." La Repubblica cite donc l’Inter, mais la somme mise en jeu est loin, très loin d’être incriminante : Toutefois, cela met en évidence un procédé qui est amené à disparaître à l’avenir Cela explique également le fait que Giuseppe Marotta se soit montré serein vis-à-vis de cette situation "L’Inter est-elle confrontée à des problèmes avec lesPlus-Value ? Absolument pas. J'ai envie de dire que le modèle italien doit garantir le commerce des joueurs. Nous sommes un championnat de de transition, les champions ne terminent pas leur carrière ici, nous l'avons vu avec Lukaku et Hakimi. Ceux qui viennent en Italie ont ensuite l'espoir d'aller en Premier League ou au Paris-Saint-Germain. Il faut aussi voir dans les situations d'Hakimi et de Lukaku que celles-ci ont générée des plus-values." Cité, mais pas incriminée pour l’instant, cela fera plaisir au club turinois qui se considère comme une victime ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  16. Interviewé durant l'évènement 'La Squadra di Milano e le sue sfide presenti e future', Beppe Marotta a abordé divers thèmes, en premier la qualification des nerazzurri en huitièmes de finale de Ligue des Champions. "Ils ont réussi à se qualifier, c'est une réalisation importante. Dans le sport, il ne faut jamais rien juger à l'avance, il faut procéder avec calme et prudence parce l'équation selon laquelle celui qui dépense le plus finit par gagner ne se vérifie pas toujours. C'est sûr qu'avoir un portefeuille bien fourni aide dans certaines circonstances et pour atteindre certains objectifs mais quand ce n'est pas le cas, il faut faire appel à la compétence, à l'humilité, la passion et ce sont des vertus que j'ai trouvé et que j'ai tenté de renforcer à l'Inter". "Nous sommes revenus sur une scène européenne plus conforme avec l'histoire du club". Etonné des débuts de Inzaghi? "Je ne suis pas surpris plus que cela. J'ai eu l'occasion de connaître Inzaghi le joueur à la Sampdoria. Il répond aux critères dont avait besoin l'Inter sur le plan humain et puis on connaît ses capacités d'entraîneur. Ce qu'il a fait à la Lazio, c'est vraiment l'image parfaite de l'entraîneur compétent, jeune et dynamique. Nous avons tout bouclé en quelques heures, tout a été facilité par le fait qu'il joue avec le même schéma que Conte. Il s'est très bien intégré et ses résultats sont plus que positifs". Que ce serait-il passé s'il avait finalement prolongé à la Lazio? "Il était dans nos petits papiers, nos décisions ont été faites de manière collégiales. Même hors du terrain nous devons jouer en équipe, même si la responsabilité maximale sera la mienne. Nous avons voulu faire un choix courage, car c'est ce qu'il faut dans le football. Nous avons tout fait en quelques heures pour, justement, anticiper une possible signature avec la Lazio". La situation des deux Croates Brozovic et Perisic "Le prérequis est que les joueurs veuillent rester à l'Inter. La volonté des joueurs est fondamentale. De notre côté, nous ne pouvons pas laisser certains contrats se terminer. Si la volonté du joueur est de rester et qu'ils comprennent le nouveau modèle économique qui est instauré dans le football italien et à l'Inter en particulier, je pense que nous pouvons continuer ensemble. Je peux dire avec fierté que l'Inter est capable de beaucoup donner à ses joueurs. Ailleurs, il est difficile de trouver cette affection, ce professionnalisme, ce sérieux, cette structure et cette compétitivité". Suning "Les propriétaires ne sont pas toujours impliqués dans la gestion quotidienne des clubs. Il y a des managers pour cela, l'important reste que les propriétaires procurent une sécurité et une stabilité. Je dois dire qu'il ne faut pas oublier ce que la famille Zhang a fait. Steven est quelqu'un de très passionné. En quelques années ils ont dépensé des centaines et des centaines de millions d'euros, il ne faut pas oublier cela. Si l'Inter a retrouvé de la stabilité qui a mené à son renouveau, c'est à la famille Zhang qu'elle le doit. Il est clair que la pandémie a créé de gros problèmes économiques et la famille Zhang a aussi fortement été affectée mais ils n'ont jamais cessé d'être au chevet du club. Le rapport que Steven entretient avec moi et le reste de l'équipe de management n'est pas quotidien mais reste très fréquent. Ils nous garantissent une certaine couverture. Il faut maintenant trouver des modèles de gestion différents. C'est la bonne chose à faire sur le plan éthique". "Il faut reconnaître du mérite à Conte pour avoir posé les bases qui nous ont porté à la victoire. Nous sommes entrain de continuer ce travail". Comment sera le prochain mercato? "Il sera caractérisé par très peu de clubs en solde négatif. Le modèle italien est resté statique pendant longtemps et cela a permis aux autres championnats de nous passer devant. Il faut se réinventer et trouver un équilibre entre dépenses et recettes. Les coûts sont aujourd'hui disproportionnés. Nous devons être forts et limiter ces coûts, en essayant de profiter des valeurs que nos joueurs locaux réussissent déjà à exprimer comme nous l'avons vu durant l'Euro". Lukaku "La volonté du joueur a été fondamentale jusqu'au bout. La volonté du joueur de retourner dans le championnat où il voulait évoluer a fait la différence. D'un autre côté, il y a aussi la situation économique et financière, le club ne pouvait pas refuser cette opération. Mais sans la volonté du joueur, nous ne serions même pas là à en parler aujourd'hui. C'est faux de dire que Zhang voulait vendre Lukaku". Le mercato hivernal "Il faut voir, l'effectif ne souffre pas de grosses grosses failles, il est plutôt homogène et donne satisfaction en championnat et en Europe. Il mérite de continuer son parcours. C'est difficile en Janvier, il nous faudra sauter sur les opportunités à la hauteur pour nous permettre de nous améliorer. Maintenant que nous garantissons une certaine compétitivité, il n'y aura pas de révolution". Dans le passé, vous auriez pu finir au Milan "J'étais à la Juventus à l'époque et je n'ai pas considéré d'autres clubs". Vlahovic ou (Julian) Alvarez "Le fait que Baccin soit en Argentine actuellement rentre dans son activité ordinaire. Il faut surveiller les autres championnats et identifier les joueurs qui correspondent à notre modèle. Vlahovic est un très grand talent, un attaquant moderne. Je sais qu'ils sont dans une certaine situation avec la Fiorentina et j'espère qu'ils réussiront à la résoudre parce qu'en tant que club, ce n'est jamais agréable de voir son patrimoine aller dans un autre club. Ce serait bien qu'ils puissent continuer ensemble. Cela dit, je peux dire que Vlahovic représente l'un des jeunes les plus intéressants du championnat italien. Nous avons un secteur offensif où nous faisons un mix de jeunes et d'expérimentés qui apportent de la qualité". Les plus-values ainsi qu'une prolongation de contrat "Le modèle italien doit comprendre les mouvements des joueurs, c'est ce qui permet de faire des recettes comme dans le cas de Lukaku. Notre championnat est devenu un point de transition avant de finir en Premier League ou dans les clubs comme le PSG. L'Inter impliquée dans l'enquête concernant les plus-values? Absolument pas. Une prolongation de contrat? En tant que management, nous avons tous de bons rapports avec Steven Zhang. Il faut voir comment le Covid conditionnera son retour en Italie mais disons que Samaden, Ausilio, Baccin et moi sommes tous très content de continuer avec l'Inter et que le club est dans les mêmes dispositions. Je pense que dès la prochaine visite de Steven, les éléments seront en place pour que tout se concrétise". Internazionale.fr ~ © Samus
  17. Intervenu aux micros de TMW Radio, Stefan Schwoch, ex-footballeur, notamment du Napoli a parlé ainsi du futur du capitaine Lorenzo Insigne, objectif de mercato de l'Inter: Selon l'ex-joueur italien: "Les renouvellements de contrats se font traditionnellement à la hausse. Insigne demande 6 millions et Naples lui offre carrément moins que ce qu'il touche actuellement". "Naples offre à Insigne encore moins que son salaire actuel. Pour moi il n'y aura même pas de négociations, il me semble destiné à quitter Naples car l'offre de l'Inter est importante et son agent entretient de bons rapports avec les nerazzurri". Internazionale .fr ~ © Samus
  18. Les dirigeants nerazzurri ont demandé au joueur et à son agent de patienter le temps que la situation financière soit un peu plus claire. La rencontre a bien eu lieu et les parties concernées ont fait le point sur la situation. Durant sa tournée de ses clients en Italie, Mino Raiola a pu discuter avec l'Inter du contrat de Stefan De Vrij, un contrat dont le renouvellement est en discussion depuis quelques temps. Les chiffres seraient de 4.5 millions d'euros jusqu'en2025. Il n'y a pour l'instant eu aucune indication, positive ou négative et cela est du à la volonté au fait que la dirigeance, malgré la volonté confirmée de continuer avec le défenseur central hollandais, aurait demandé à l'agent de patienter avant de repartir en négociations. En effet, à ce jour la priorité reste le renouvellement du contrat de Marcelo Brozovic qui expire un an avant celui de De Vrij mais aussi de Skriniar qui est aussi sur la liste d'attente. La situation financière du club est telle que l'Inter ne peut se permettre d'augmenter tous les salaires en un seul coup et c'est la raison pour laquelle la réflexion bat son plein dans l'optique de pouvoir réduire les coûts Ainsi, une fois les contrats prioritaires prolongés, l'objectif sera de garder l'effectif compétitif et d'essayer de réduire la masse salariale en remplaçant des joueurs coûteux contre des joueurs au salaire plus modeste ( comme Ashley Young remplacé par Federico Dimarco par exemple) ou en faisant des renouvellement au rabais (comme cela sera proposé à Samir Handanovic et Ivan Perisic). En d'autres termes, même si la volonté est de continuer le chemin ensemble, l'Inter demande à Stefan De Vrij et Mino Raiola d'attendre que le cadre financier soit un peu plus clair. Une solution qui ne devrait pas trouver grande opposition de la part du défenseur de 29 ans natif de Ouderkerk aan den Ijssel, heureux de rester à Milan et qui entretient d'excellents rapports avec Simone Inzaghi depuis leur temps à la Lazio. Internazionale.fr ~ © Samus
  19. Le milieu de terrain de l'Inter, Nicolo Barella, est prêt à parapher un nouveau contrat avec les Nerazzurri malgré l'intérêt potentiel du nouveau manager Tottenham : Antonio Conte. Le technicien qui était sans club depuis qu'il a quitté l'Inter au début de l'été, vient de rejoindre Tottenham après avoir également été lié à Manchester United. Le manager italien devrait recruter au prochain mercato en vue renforcer son équipe, et il pourrait chercher à renouer avec Barella avec qui il a passé deux saisons en Nerazzurri. Selon FCInterNews, Barella ne serait pas intéressé par les avances club londonien, mais envisageait une offre provenant de Manchester United, pour jouer sous les ordres d’Antonio Conte. Au lieu de cela, Barella devrait prolonger avec les Nerazzurri. Son nouveau contrat devrait se dérouler jusqu'au 30 juin 2026, et le verra gagner un salaire net de 4,5 millions d'euros cette saison, puis 5 millions d'euros plus des bonus au cours des quatre prochaines saisons. ®Oxyred – Internazionale.fr via SemptreInter
  20. En effet, la Covisoc a enquêté et a établi et transmis un rapport sur la thématique des plus-values, la célèbre pratique du Mercato qui s’est avéré, dans le temps, devenir un véritable système de santé pour préserver les budgets des clubs de football: Ce gain en capitaux a connu une croissance importantes ces dernières années et si pour la plupart des transactions, les clubs ont montré pattes blanches, la situation est bien plus problématique pour la période 2019-2021. En effet, 62 transferts suspects ont été mis en évidence : 42 impliquent directement la Juve ! Révélation de la Repubblica "Soixante-deux transferts du mercato, concentrés sur la période 2019-2021, font l'objet d'un rapport qui a atterri sur la table du Parquet Fédéral. Des échanges à des prix élevés, parfois très élevés, sans vraiment toucher à un seul euro. Ou presque: La Covisoc (soit la Commission de surveillance des clubs de football) a envoyé au Procureur de la FIGC Giuseppe Chinè et pour information au Président Gabriele Gravina un rapport sur les plus-values réalisées au cours de ces deux dernières années, en les invitant à approfondir la nature de ceux-ci." "Pour la Covisoc, ces transactions semblent avoir un impact significatif sur les comptes, mettant en évidence des problèmes critiques. Le rapport est générique : la dénonciation d’un système" La Vieille Dame dans le viseur "Franco Tongya et Marley Aké, que la Juve et Marseille ont échangé pour 8 millions (soit pour un solde nul) des joueurs évoluent jouent respectivement dans la quatrième division française et en Serie C. Il y a également les quatre joueurs de Naples que Lille a inséré pour 20 millions dans l'affaire Osimhen : Trois sont retournés en Italie, Deux en Serie D, un en Serie C, le dernier est toujours présent à Lille sans avoir jamais joué." "Dans la plupart des cas, le club impliqué est la Juventus et la Consob s'est montré active à ce sujet : Les transferts concernés sont au nombre de 42, et il y a notamment 21 joueurs échangés pour 90 millions d'euros. Ces transactions ont d'ailleurs réellement vu circuler un peu plus de 3 millions d'euros pour générer dans le budget du club bianconero des bénéfices de plus de 40 millions d’euros." "Il y a aussi les transactions à l'étranger : Pjanic-Arthur avec le Barça, Cancelo-Danilo avec City, les sommes sont élevées, mais il s’agit des joueurs de premier rang." Pensez-vous que cette nouvelle "affaire" pourrait pénaliser à nouveau la Vieille Dame en Serie A ?Ceferin pourrait-il en profiter et intervenir vu les sommes dévoilées ? 16 ans après le Calciopoli, il semble que certaines leçons n’ont toujours pas été retenues… ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  21. Une Inter “Da” Scudetto, le Suning.....Giuseppe Marotta s’est livré à cœur ouvert au Corriere Dello Sport et au Corriere Della Sera. Internazionale.fr a le plaisir de vous présenter l’intégralité de ses déclarations Vous êtes l’Administrateur Délégué de l’Inter, êtes-vous inquiet par la situation financière du club ? "Notre condition est similaire à celle des autres clubs, nous payons régulièrement les salaires, même ceux du dernier mois de septembre. La contraction financière est liée au manque à gagner à cause du Covid. Notre actionnaire a investi un milliard d’euros en cinq ans, éthiquement, ce n’est pas soutenable." La Famille Zhang cherche-t ’elle des financements ou un nouvel acquéreur pour l’Inter ? Quel est le projet ? "Nous sommes sorti du tunnel, il y a de la stabilité: L‘argent donne de la tranquillité d’esprit: Zhang est passionné, le Président a répété à plusieurs reprises son propre engagement à long terme dans l’Inter." Vous aviez Romelu Lukaku et Achraf Hakimi. A présent, ils évoluent ailleurs..... "J’ai vendu Lukaku pour 115 millions d’euros et je l’ai remplacé par Edin Dzeko gratuitement : Sur le terrain, il n’y a pas un tel écart : Lukaku est parti pour aller percevoir le double de son salaire, une somme qui, en Italie, ne peut pas exister. En 2000, la Serie A avait le chiffre d’affaires le plus élevé de toutes les Ligues, en 20 ans, nous sommes devenus un périphérique." Que fera l’Inter en cas d’offres importantes pour les meilleurs joueurs ? "La volonté du joueur est déterminante: Comme Manager, je ne suis pas inquiet par la vente, mais par la bonne acquisition : Aucun club en Italie ne peut garantir un salaire trop important à un joueur." Comment se comportera l’Inter sur le Mercato ? "Il n’est plus possible de consentir des investissements importants: Aujourd’hui, il ne serait plus possible de s’offrir un Lukaku à 75 millions d’euros. Mais je ne peux pas me contenter de cela, j’ai besoin de cibler des investissement contenus." Comment êtes-vous resté avec Antonio Conte ? "Nous ne sommes pas en conflit, c’est une situation délicate, il devrait être présent ici pour en discuter tous ensemble." Est-ce une Inter Da Scudetto ? "Oui, nous ne devons pas nous laisser bercer par des illusions, mais l’ambition fait partie intégrante du club. Il est trop rapide de faire un bilan après huit journées, tout le monde peut le joueur : L’objectif reste de se qualifier en Ligue des Champions." Après huit journée, sur quoi faudrait-il intervenir selon vous ? "Inzaghi fait du très bon boulot, il faut lui laisser de temps de connaitre le Phénomène Inter : Certains buts encaissés étaient évitables, c’est le point à améliorer." Ou en sommes-nous dans les prolongations de Nicolò Barella, de Lautaro Martinez et de Marcelo Brozovic ? "Pour Barella et Lautaro, nous nous dirigeons vers une gratification et une prolongation du contrat, nous en sommes proche. Pour Brozovic par contre, il est en fin de contrat, il faudra donc un peu plus de temps, mais je suis confiant." La Ligue des Champions est-elle maudite ? Passerez-vous la phase de groupe ? "Il y a des clubs plus expérimenté, mais l’équipe a pris l’habitude de gagner et de jouer certaines compétitions. Nous montons en tour, ce qui n’était pas le cas avant : L’objectif est de nous qualifier." La santé du sport le plus populaire au monde dépend en grande partie des décisions futures des gouvernements… "A l’étranger, il existe des Ministères pour le sport: Ici, en Italie, il n’est pas considéré comme pertinent pour l’économie du pays : Le Covid a provoqué une perte de 1,2 milliards à la Serie A. Nous ne nous sommes pas tournés vers le gouvernement pour obtenir une aide, mais pour obtenir un report d'impôt. On nous refuse toute aide." Quels seraient les trois impératifs pour se relever ? " Valoriser les ressources personnelles, contenir les coûts et augmenter les structures. Ce n’est pas celui qui dépense le plus qui l’emporte, il vaut mieux prôner la valeur de la compétence. Il fut un temps où les présidents étaient appelés des "riches fous". Il n'y en a plus, le mécénat est mort. Nous avons besoin de propriétaires compétents, de stabilité et de continuité. Même au détriment des résultats sportifs." Est-ce cette histoire financière qui se trouve derrière l’origine de la Super League ? "La Super League est un cri d'alarme, de désespoir, de la part de certains clubs ayant un objectif compétitif fort. Le modèle organisationnel doit être revu." Quel sera le football de l’avenir ? 'La Ligue des Champions, en 2024 va augmenter de 100 matchs. La FIFA veut une coupe du Monde tous les deux ans. Mais qu’en est-il de la santé des clubs ? Si on te prend un joueur durant deux mois, pourquoi devrais-je moi le payer ? Je suis contre une Coupe du Monde biennale. Cela reviendrait à limiter les activités des clubs et à augmenter l’usure et le risque de blessures des joueurs." Faut-il réformer le format des championnat ? "Oui, on devrait passer à 18 équipes, mais pas que. Les ligues inférieurs sont sur pied également grâce à un concept d’assistance mutuel. Il faudrait réintroduire le semi-professionnalisme dans ces compétitions." Le fait de vendre les droits de diffusions à la Dazn était-il un le bon choix ? "Les clubs doivent optimiser les ventes, mais la tutelle du produit est importante car elle garantit la diffusion et la beauté du spectacle. Aujourd’hui, ce qu’il se passe en coulisse est devenu plus important que les matchs : La Serie A a perdu de son appeal, c’est un championnat de transition, Lukaku en est la preuve : Le Champion arrive et s’en va par après: Avant il restait." Quel sera le futur de Marotta ? "J’attends le retour de Zhang, je pense que l’on pourra continuer ensemble. Après mon expérience à l’Inter, je chercherai à faire autre chose, hors du monde des Clubs. J’aime la politique dans le sport, me lancer dans un rôle institutionnel me plairait bien." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  22. Giuseppe Marotta s’est livré à cœur ouvert sur le parcours de sa carrière et sur son avenir, avec et sans, l’Inter au Festival du Sport La victoire du Scudetto "Le 2 mai, nous l’avions mathématiquement remporté. Lorsque j’ai entrepris cette aventure, l’objectif était de ramener la Coupe à la maison. C’était une libération après tant de difficultés." Le moment clé du championnat remporté "Contre la Juve, nous avions compris que nous serions protagoniste : Nous étions le chasseur, puis le lièvre, et nous avions pris conscience que nous pourrions aller très loin." Le Championnat et la Ligue des Champions "La différence entre la Serie A et la Ligue des champions est que le second doit être un tournoi où tu es dans les meilleures conditions : Les victoires en Ligue des Champions ne sont pas toujours celles des équipes les plus forte, tandis qu’en Championnat, c’est l’équipe la plus forte qui le gagne. Le Giro n’est pas Milan-Sanremo. Le jour de notre élimination, il y avait tant d’amertume, mais nous l’avons concentré sur l’objectif Scudetto." Les difficultés financières et le départ d’Antonio Conte "La décision finale est le fruit des échanges des jours précédents. On n’entrevoyait plus un parcours commun, mais cela fait partie du sport et de la vie : Si une personne décide d’interrompre tout rapport, il est important de respecter sa décision et de regarder devant soi avec optimisme. Dirigeants, joueurs, entraîneurs passent, mais le club reste. Nous avions besoin d’aller de l’avant en ayant, ici, la conscience d’être un grand club et nos professionnels ont remporté le Scudetto avec un très grand mérite." Le choix de Simone Inzaghi "La décision de Conte n’était pas si prévisible, celle nous a un peu surpris et nous avions dû agir rapidement en définissant le meilleur profil . J’ai décidé de miser sur un entraîneur jeune qui avait déjà derrière lui un parcours important: Il était en pleine négociation avec la Lazio et l’opportunité s’est présentée : En lui soumettant notre projet et son sérieux, il nous a immédiatement suivi, et nous sommes reparti de là. Nous venions de recruter un entraîneur capable de se calquer sur le dispositif tactique de Conte, afin de ne pas devoir le modifier, même s’il y allait y avoir d'autres changements." Le malaise d’Eriksen "C’était un moment dramatique pour une personne que je connaissais et qui risquait de mourir, là aussi les informations nous sont parvenues rapidement. Le Professeur Volpi s’était mis immédiatement en contact avec les médecins qui étaient allé sur le terrain, pour avoir un premier diagnostic suite à ce qu’il s’était passé. Encore aujourd’hui, nous sommes dans une phase d’hypothèse, mais la chose la plus belle est que le joueur avait donné des signes de réveils. La nouvelle la plus belle est qu’il continue à vivre, au-delà du vide laissé à l’intérieur du vestiaire, qui est d’une importance relative. En ce moment, c’est difficile d’émettre des hypothèses, nous attendons l’évolution de la situation. Nous évoluerons la situation au moment opportun." Lukaku "L’expérience me fait dire qu’il faut toujours se préparer aux imprévus. Lukaku a manifesté son intention d’être transféré à Chelsea. Devant une situation de ce type, tu ne peux qu’accéder à sa demande. Il y a eu, à ce moment-là un début de négociation avec le club qui le désirait aussi, c’est comme cela que nous avons agi. Nous avons établi notre prix et pensé aux alternatives. Ce sont des dynamiques qui peuvent arriver dans le football. Je ne me suis pas senti trahis ou contrarié, j’ai évalué l’opportunité comme celle de pouvoir injecter une somme importante pour les caisses du club. Nous avons fait valoir notre requête économique et nous avons réalisé une belle opération." L’option Vlahovic et le choix de Dzeko "Dzeko était un choix prioritaire, nous avions déjà tenté notre chance l’année dernière : Il disposait d’une promesse de la Roma pour être libre gratuitement en cas de demande. Notre demande est arrivée et le sérieux de nos entretiens a facilité la définition de la négociation." "Je considère Vlahovic comme un grand talent, il y a une différence entre talent et champions. Nous nous sommes retrouvé dans une situation de négociation engagée. Nous n’étions dans les conditions, même si j’avais imaginé miser sur deux attaquants : Le premier était Dzeko, le second Vlahovic. Un était prêt pour l’immédiat, l’autre pour le futur. Cela aurait été le mieux, et je suis content de ce qu’offre Dzeko." Les difficultés financières "La pandémie a accéléré le processus: L’Inter, le Milan et la Juventus ont perdu, globalement, un milliard d’euros: Cela signifie que le modèle actuel ne te donne plus de garantie sur la continuité." "Il faut trouver des remèdes, car je dois dire qu’il n’est pas juste de toujours dépendre des augmentation des capitaux en provenance des actionnaires. Le football romantique du mécénat est révolu, nous besoin d’arriver à un modèle différent. La Famille Zhang a injecté 700 millions d’euros environs et c’est normal de revoir, tôt ou tard les conditions économique." "Le travail du Management est celui de concilier les objectifs sportifs et l’équilibre financier. Par le biais de ces deux opérations nous sommes désormais chanceusement serein, nous pouvons donc poursuivre les objectifs préfixés déjà l’année dernière étant donné que l’ossature est restée et que ceux qui sont arrivés nous donnes satisfactions. Il faut savoir contenir les coûts et faire comprendre aux joueurs que nous traversons une période de grande difficultés : Revoir les salaires est fondamental pour parvenir à un équilibre." Y-aura-t ’il des ventes importantes à l’avenir ? "Je peux les exclure, je tiens à rassurer nos Tifosi : l’Inter existera dans le futur aussi, la compétitivité est garantie. Ce n’est pas celui qui dépense le plus qui l’emporte toujours, il existe un patrimoine de ressources humains connu de tous qui n’est pas mis en lumière, une équipe invisible qui se trouve derrière ceux qui sont sur le terrain le dimanche : Si cette équipe est forte, tu peux allez très loin, et cela va bien au-delà de ton nom et des joueurs." Est-ce possible de voir un nouveau partenaire arriver au Club ? "Ce sont des évaluations qui doivent être analysées par l’actionnaire. Par expérience, je dis toujours qu’un club doit rester dans les mains d’une famille, d’une entreprise. Le fait de devoir vendre une partie des actions des fins d’un actionnariat minoritaire existe, mais je ne pense pas que cela soit la meilleure façon pour résoudre les problèmes car l’impact d’un partenaire minoritaire ne te garantit pas le changement de modèle radical, ce ne serait qu’un bien-être momentané." "Il est nécessaire d’identifier un modèle de soutenabilité et de sécurité de référence, vous l’obtenez si vous disposez d’un projet. Nous sommes parvenus à reprendre notre projet et à le remettre sur les rails. Nous avions des choix difficiles devant nous car nous avions décidé d’engager Conte tout en continuant à rémunérer Spalletti qui avait encore deux ans de contrat, mais nous l’avons fait car la consigne de notre priorité était de gagner." "Tu construis une équipe conquérante si tu as une vision précise et si l’équipe a conscience de faire face à un objectif, qu’elle dispose d’une vision du futur. Nous avons construit nos victoires en nous basant sur la force de nos hommes et le mérite en revient principalement à Conte qui a transmis des valeurs qui représente un patrimoine. J’ai en tête Marchionne qui déclarait qu’un Manager avait deux grands droits: Le droit de choisir des valeurs et choisir des hommes. Si tu en disposes, l’aspect économique est relégué au second plan car tu traverses un moment de difficulté que tu sauras le surmonter en te basant sur les valeurs que tu portes avec toi. Et nous en avons connu des difficultés." Les contrats des joueurs "Les joueurs ne l’ont peut-être pas bien compris, car ils vivent dans un monde doré. Ils gagnent tellement qu’ils ne sont pas habitués à faire face aux problématique familiales qui sont vécu quotidiennement : Ce sont des garçons très jeunes qui doivent être éduqués. Les réponses ont été d’un côté positive, et d’un autre coté négative, à nous de les former, de leur donner cette culture." "Il y a eu une prise de conscience de la part des joueurs, mais le drame a davantage été vécu dans le contexte de préserver sa propre santé. Néanmoins, nous avons respecté les contrats des joueurs: nous les avons tous payés, nous n’avons pas obtenu un euro de ristourne, mais nous l’avons fait eu égard aux performances réalisées lors de la saison 2019/2020 et de cette dernière années. Nous avons décidé, après une discussion courtoise avec les joueurs de ne pas les pousser trop fort à faire quelque choses qu’ils ne se sentaient pas capable de faire." Un message d’Adriano Galliani est arrivé "Nous avons été victime ensemble du Covid, il était dans un état bien pire que le mien. Lorsque des choses de ce genre arrivent, tu apprécies encore plus les valeurs de la vie et tu apprécies le fait d’être là, c’est valable aussi pour lui qui a quelques années de plus. L’autre jour au Meazza, il m’avait raconté qu’il s’énervait toujours lorsqu’arrivait un résultat négatif. Dernièrement Monza avait perdu 3-0 à Lecce et il avait vécu une soirée en toute insouciances, c’est le revers de la médaille de ce que nous avons connu. Je peux aussi m’énerver mais j’affronte la vie avec une vision différente. Dans le football, il faut toujours donner le maximum, mais la culture de la défaite est utile. Au mieux tu la maîtrises, au mieux tu vis." Un message de Simone Inzaghi arrive aussi "C’était l’un de mes joueurs à la Sampdoria, je le remercie aussi lorsqu’il me dit que je suis très visionnaires. Je suis principalement amoureux de mon travail, je l’avais fait aussi par hobby et ensuite, c’est devenu mon travail depuis 45 ans. Je me suis toujours plus appliqué à rester humble et respectueux, tout en ayant l’ambition de toujours vouloir gagner." Un dernier message arrive en provenance de son frère Salvatore. "Cela me fait me rappeler de mon adolescence où j’’étais déjà malade du Calcio et où j’écoutais à la radio "Tutto il calcio minuto per minuto". J’aimais imiter les chroniqueurs." La prolongation de Barella "C’est l’un des cas qui de talent est devenu Champion. J’ai eu à faire à Cassano que je viens de rencontrer à l’Hôtel, je lui ai toujours dit qu’il n’était jamais devenu un Champion. Le talent est inné et fait partie de son ADN. Encore aujourd’hui je n’ai pas revu de joueurs potentiellement plus fort que lui, mais celles-ci n’ont jamais été accompagné de qualités humaines, d’un comportement sérieux, discipliné, d’une vision de la vie et de la professions. Il a la conscience d’être resté un joueur qui n’a pas atteint le top niveau." "Barella a confirmé déjà à Cagliari et à présent à l’Inter que je suis devant un champion et il est juste de le gratifier économiquement pour ce qu’il réalise. Ce n’est pas une prolongation mais une reconnaissance adaptée à un style de joueurs important qui font partie de l’Inter. Nous en reparlerons dans les prochaines semaines. Nous ne devons certainement pas le laisser s’enfuir et ce sera si beau qu’il devienne notre prochain Capitaine. C’est une qualification qui ne s’offre pas, tu dois démontrer avoir des qualités de leader." "Piero Volpi, le médecin de notre Club a toujours été le Capitaine dans les équipes de football car c’est un Leader : Barella peut commencer à le devenir." Cassano et Gheddafi à la Sampdoria "Il n’y a pas de mots, c’était une expérience sympathique, très belle aussi, mais je devais toujours rester très attentif à ce qu’il se passait." Les objectifs de la saison "Les attentes de tous sont de nous voir comme celui à battre, un rôle que nous sommes heureux d’endosser : Nous sommes l’Inter et nous devons placer la barre très haut, mais vu que nous sommes dans un sport d’équipe, nous avons besoin aussi d’évaluer nos propres capacités tout comme celle des adversaires avec qui nous luttons." "Il peut arriver que certaines années tu investisses 100 millions, mais que les autres investissent 150 millions ou qu’ils parviennent à réaliser des opérations plus importantes et s’en retrouvent plus fort. Nous sommes dans une saison qui ne comprends pas qui est le plus fort: Le Sheriff a six point et il l’a emporté à Madrid. Dans le Championnat il y a les fameuses sept sœurs avec le Napoli comme équipe gagnante. Je crois qu’il est bien prématuré de procédé à une évaluation sur ce qui s’avèrera définit en mai. Je tiens toujours à la culture de la victoire." "Je prends toujours en considération ceux qui ont la culture de la victoire la plus forte, donc la Juventus et le Milan. Naples a clairement un grand mérite, mais gagner est toujours quelque chose de difficile et qui va au-delà de qu’une équipe propose et met en pratique : Il y a des valeurs qui s’acquièrent avec le temps, il n’y a pas que le seul choix de l’équipe." "Tu dois prendre en considération tous les aspects complémentaires, si tu réussi à améliorer la qualité des terrains, des médecins, tes physiothérapeute, de l’alimentation, tu l’emporteras certainement plus facilement." Osimhen "C’était une opération très onéreuse, et ce n’est pas un inconnu, les circonstances nous ont amené à suivre une route plutôt qu’une autre." Son arrivée à l’Inter, les cas Nainggolan et Icardi "Je ne tiens pas à critiquer celui qui a géré cela avant moi. Icardi était sincèrement un grand talent, il était devenu un joueur optimal en étant investi d’une responsabilité dont il n’était pas encore en capacité de recouvrir, je me réfère au brassard de capitaine. Lorsque je l’ai connu, il se comportait bien avec moi, mais il y a eu des évaluations qui différaient. Je dis toujours que la vision que vous devez avoir se doit d’être précise. L’entraineur et le club procèdent à des évaluations et il a été évalué qu’il devait y avoir une équipe avec des valeurs à respecter." "Conte les a d’ailleurs interpréter de la meilleur des façons.: Il nous a laissé quelque chose d’important, il a posé les fondations et c’est tout aussi vrai que nous avons recruté un entraîneur qui a de grandes qualités, certains aspects sont essentiels." L’arrivée à l'Inter en provenance de la Juventus "Je suis resté émerveillé par la rapidité dont tout cela s’est produit. Dès le lendemain de mon départ, Steven Zhang m’a écrit un message en m’invitant à une réunion avec lui. Je voulais forcément me reposer, mais j’ai saisi directement cette opportunité. Je laissais la Juve et je trouver l’Inter, nous étions à armes égales. Je me suis lancé dans ce métier avec des caractéristiques que j’ai en moi depuis plus que quarante ans et qui se sont toujours enrichie dans chaque club." "L’expérience est une autre caractéristique importante dans le vie de tous, surtout dans le milieu professionnel. A 24 ans, à Varese, j’ai perdu un championnat d’une façon retentissante, alors que si je reviens en arrière, ce tournois, nous l’aurions remporté avec 15 points d’avances." La conscience d’avoir tant gagné te permet d’affronter les difficultés avec une grande détermination. C’est ainsi que je me suis relancé en illustrant mon projet à l’Inter, un projet que le club a épousé, c’était un projet difficile car il consistait à laisser Spalletti à la maison et prendre Conte allait demander du courage." La méfiance initiale à l’égard de l’environnement "Le Derby d’Italie apporte avec lui une grande rivalité. Je n’ai jamais connu de grande difficulté car je suis toujours parvenu à m’accorder avec les personnes, j’ai rencontré un club préparé, composé de bonnes personnes qui avait besoin de nouvelles motivations." Ses débuts "J’ai terminé le Liceo Classico et j’ai commencé à Varese. Certains faits de la vie m’ont ouvert la voie à suivre, je suis devenu directement Directeur Sportif car le précédent avait été victime d’une blessure et le Président m’avait demandé si je me sentais capable d’occuper un tel poste." Le poster de Rivera lorsqu’il était jeune "Je m’identifie à lui, j’ai été footballeur durant une courte période, j’ai arrêté car je me rendais compte que j’avais quelques limites, je me considérais perdu. Mais j’ai joué jusqu’au niveau des Primavera et j’occupais le même poste que Rivera. Il y avait une émulation, je voulais l’imiter comme footballeur. Mon rêve, depuis ma plus tendre enfance était de devenir un dirigeant, ma première expérience fut un oratoire. C’était la première étape de ma profession de dirigeants, je commençais aussi à organiser des toujours à comprendre le sens de la compétition, de la victoire, C’est à partir de là que j’ai commencé mes activités et que j’ai rangé mon poster de Rivera." Son surnom: le “Jeune Kissinger" "Il m’a été attribué par Colantuoni, qui me disait de l’appeler Avocat car pour devenir Président, il fallait une signature et pour devenir avocat, il avait dû passer trois diplômes. Je considère la diplomatie comme une vertu qui ne cache pas derrière un aspect décisionnel très fort. Décider n’est pas simple. Tu peux également devenir un leader sans devoir imposer ton timbre de voix, mais en faisant ressortir ta force intérieure : Pirlo était un leader silencieux. Il avait une si grande valeur dans le vestiaire et cela venait de sa communication non-verbale." Pensez-vous pouvoir confirmer à nouveau la victoire du Scudetto ? "Absolument, notre objectif est la seconde étoile." Le prêt de Recoba au Venezia "Gagner à Venise était si beau, j’habitais dans la région de Carampagne, j’allais au siège et cela avait une valeur inestimable. En plus tu gagnes un championnat et tu te sauves en recrutant Recoba, et je vais vous dévoiler le comment : A l’époque j’étais plus conditionné qu’aujourd’hui. Avec Zamparini, j’avais songé à Orlandini, j’avais appelé Oriali qui était le Directeur Sportif et nous nous organisions pour le contrat." "Il m’avait appelé et il m’avait dit que Tanzi avait été échangé avec Giusti. A ce moment-là, Regalia qui était un grand Manager m’avais appelé et j’en avais profité pour lui parler. Il m’a dit qu’il avait observé Recoba la veille, j’avais rappelé Zamparini pour lui dire que je ne voulais plus viser Orlandini mais que je songeais à un objectif encore plus important : Recoba. J’ai négocié et conclu avec Mazzola, je ne l’avais vu qu’en coups de vent, mais il nous a littéralement porté au maintien." A quel point étiez-vous proche de l’Inter de Pellegrini ? "Je l’ai rencontré une fois, l’alternative était moi ou Dal Cin. Je me souviens toujours d’une particularité avec Pellegrini : Je me suis toujours dit que si j’étais arrivé déjà à l’Inter à ce moment-là, que je me serais brûlé les ailes, tu dois embarquer dans le train au moment opportun. Âgé de 25 ans, je me serais perdu à l’Inter, je n’avais pas la connaissance que j’ai actuellement. J’ai fait un parcours graduel: De la province aux grandes provinces, de la Juventus, à l’Inter, C’est un parcours chanceux." Un regret sur le mercato ? "Il y en a tellement, le dernier est que j’avais eu l’opportunité de prendre Haaland pour deux millions d’euros. Parfois, tu as besoin d’avoir la volonté de miser sur un budget supplémentaire : Si c’est un champion, tu as besoin de le recruter. C’est ici qu’intervient la créativité financière pour réaliser des opérations, nous aurions pu l’avoir pour rien, et il est actuellement l’un des joueurs parmi les plus important au monde. A présent, il ne peut plus venir en Italie." "En 2000, il y avait dans le top 10 des meilleurs chiffres d’affaires cinq équipes italiennes, aujourd’hui, il ne reste que la Juventus. Nous avons un grand retard sur la Premier League. Aujourd’hui, nous sommes devenu un championnat de transition: Regardez Lukaku, nous sommes dans une réalité qui te porte à gouîer aux Champions qui, une fois leur position renforcée, cherchent à obtenir de meilleurs salaires ailleurs." "Nous sommes obligé de faire preuve d’ingéniosité, nous avons travaillé avec Ausilio sur cette vertu, cela va aussi de pair avec la Nazionale qui nous a offert de grande satisfactions. L’Italie met toujours en vitrine de grands entraîneurs et des grands joueurs. Nous avons besoin d’avoir la force les faire mûrir en équipe première, et ici doit entrer également la culture de la défaire. "Les joueurs qui se font siffler se font brûler les ailes et c’est quelque chose qui doit être combattu. L’Espagne a montré l’exemple avec ses jeunes sur le train. Aujourd’hui le Tifoso est plus ouvert et plus compréhensif vis-à-vis des difficultés du clubs. Dans notre cas, lorsque Conte et les joueurs sont parti, il y a eu un dialogue avec la Curva et nous leur avons fait comprendre que c’était pour le bien de l’Azienda. Ils l’ont compris et nous sommes toujours restés proche, ils nous sont toujours soutenu et c’est un très bel exemple de ce que doit être le rapport entre les Tifosi et le Club." Ronaldo à la Juve "J’avais fait part de mon évaluation, tout le monde aurait voulu s’offrir Ronaldo, je l’ai connu six mois avant mon départ. J’apprends toujours des champions, même comme dirigeants. Il a une culture du travail maximale, il est très soigneux sur sa propre condition physique et caractérielle. Toutefois, il devait être contextualisé et selon moi, cela passait aussi par des évaluations économico-financière : Mais j’entretiens encore aujourd’hui un grand rapport cordial avec la Juventus." Choisissez vos meilleurs acquisitions lors de votre carrière, poste par postes "J’avais recruté Rampulla de Pattese et je le conserve pour des raisons affectives. J’en ai trouvé un comme Buffon par exemple. J’ai vendu Taibi à United et c’était un flop, au final il n’était pas prêt. En défense, Bonucci fait preuve d’un très grand leadership, et il venait aussi du vivier interiste. Je le prends lui et Barzagli, à droite Hakimi et à gauche Alex Sandro." "Je dois vous dire qu’Evra était aussi très important dans l’économie du vestiaire : Il arrivait en provenance de United et il apportait avec lui des caractéristiques de champion dans le groupe. A la Juve, j’ai connu des champions, à l’Inter, je rencontrais des joueurs qui n’avaient plus gagné depuis tellement d’années et c’est pour cela qu’il était utile d’avoir un grand entraîneur." "A la Juve, j’ai connu des joueurs qui ont remporté la Coupe du Monde, des championnats: Khedira me disait qu’ils agissaient pareil au Real, j’en avais pris note et je l’ai retenu. Cela vaut aussi pour Evra ou Daniel Alves, tu apprends quelques choses des champions. Evra avait un certain âge mais en dehors du terrain, il avait tant à donner. C’est là que tu retrouves de la richesse et Conte a commencé à le faire , il l’avait transmis aux joueurs." "Nos joueurs à l’Inter n’avaient pas de palmarès et les difficultés étaient donc importantes. Aujourd’hui, ils ont une meilleure connaissance de ce qu’il faut avoir pour gagner. Au milieu du terrain, Barella représente une jeunesse devenue réalité. Je le choisi lui comme Pirlo et Pogba qui était arrivé gratuitement pour être revendu 110 millions d’euros. J’ai à mes côtés une équipe de travail qui me porte à faire des choix, mes décisions sont le fruit de ce travail : Pogba était quelqu’un de rare : pris gratuitement et rendu contre 110 millions d’euros. J’ajouterai Cuadrado comme ailier au milieu." "En attaque, j’en ai deux. Le plus difficile fut l’opération Dybala, je l’ai recruté grâce à mon rapport avec Zamparini qui était devenu le propriétaire de Palerme: Il m’avait contacté un jour pour me dire de me dépêcher car il était tout proche de signer avec Thohir. C’est grâce à notre amitié que j’ai su concrétiser cette opération. Je retire Ronaldo car c’est trop facile. L’autre personnalité avec qui je m’était lié d’affection était Recoba, mais j’aurais pu dire Pazzini ou Vieri. Même Lukaku mais cela aurait été trop facile : Peut-être que je dirais Higuain vu comment cela été devenu difficile." Une parenthèse sur Hakimi: Serait-il resté si Lukaku serait parti avant ? "Comme je l’ai dit, lorsque les joueurs sont intéressés par un salaire plus alléchant, il est très difficile de les garder." Pogba pourrait-il revenir en Italie ? "Je pense que ce serait difficile, même s’il y a aussi l’outil du Décret Croissance, qui s’il est boycotté, il nous a tout de même permis de réduire le coût du travail. Mais face à la valeur qu’il représente, je ne pense pas que quelqu’un puisse se permettre de l’engager." Dybala a l'Inter? "C’était possible lorsque l’on avait parlé d’une possible négociation entre lui et Icardi, mais je pense qu’il va signer avec la Juve pour prolonger." Lautaro Martinez est-il la pierre angulaire du futur ? "Il prouve qu’il est un joueur sur qui l’ont peut baser le présent et le futur, il est brave, professionnel, je souhaite que son futur soir à l’Inter, nous ferons tout. Très prochainement nous annoncerons sa prolongation car il est important: Je tiens à poser les bases pour un futur composé d’un juste équilibre entre des joueurs d’expérience et les plus jeunes." Quelle est votre évaluation sur la situation du club ? "L’Inter continuera à voyager haut avec une sécurité financière. Le modèle ne peut plus être celui qui existait auparavant, le tout doit retrouver une normalité. Mais nous ne pouvons pas nous imaginer que la famille Zhang, qui veut aller de l'avant et je peux le dire avec certitude, doivent toujours nous assainir. Nous voulons nous battre pour des objectifs de plus en plus ambitieux, mais nous voulons construire à partir de l'arrière, du secteur Giovanile, pour disposer d’une équipe qui pourra atteindre des objectifs importants." Votre meilleur entraîneur en carrière ? "Je prends Conte car il a gagné à Turin et à Milan et c’est statistiquement important. J’ai connu tant de très bons entraîneurs en carrière, et j’ai dû congédier des entraîneurs qui étaient humainement très bons mais qui n’étais pas des gagnants. Je pense qu’un entraîneur est bien plus souvent gagnant lorsqu’il est dans une situation des plus inconfortable. Ce rôle qui l’occupe doit être vécu comme une stimulation." "Je ne peux pas nier que Conte est un dur à cuire, mais il nous a prouvé qu’il était un gagneur. Il est très extrêmement exigeant avec une culture de la victoire comme peu en ont. Je dois vous dire qu’Inzaghi, vu comment j’apprends à le connaitre suit ce profil : Nous ne pouvions pas faire meilleur choix." Jusqu’à quand resterez-vous à l’Inter ? "Je me sens très bien ici, moi-même, tout comme l’équipe dirigeants avons parlé avec Steven Zhang. Lorsqu’il reviendra en Italie, je pense au mois de décembre, nous parlerons du futurs, les feux sont tous au vert, je dois vous dire également que j’ai plus une vision d’ensemble de la vie. Aujourd’hui c’est ce défi, puis il y en aura d’autre." "L’Inter sera mon dernier club, il n’y en aura plus de place pour un autre par la suite. Je me sens épanoui dans mon parcours et c’est bien que je puisse songer à des défis différentes, je me sens redevable envers le monde du ballon rond qui m’a enrichi en tant qu’homme, et cela va au-delà des récompenses." "A présent, ma capacité à faire face aux difficultés de la vie trouve son origine que je suis sûr de les surmonter grâce à ce que le sport m’a donné. Je veux y rester mais plus avec le stress d’aujourd’hui, et je pense également qu’il est juste de ralentir mes activités en songeant à ma santé." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  23. Le CEO de l'Inter Beppe Marotta exclut toute autre vente de joueur majeur dans un futur immédiat, histoire d'apaiser les supporters. S'exprimant lors du Trento Sport Festival, Marotta explique que le football est un sport qui demande de l'investissement financier pour obtenir du succès et c'est pourquoi l'Inter ne vendra pas d'autres joueurs clé après Achraf Hakimi et Romelu Lukaku. Propos rapportés par FCInter1908. "Nous l'excluons totalement. Je veux rassurer les fans qui sont de grands supporters: l'Inter existe et existera dans le futur." "La compétitivité est garantie et en football, celui qui dépense le plus gagne. Joueurs, entraineurs, staff... Si cette équipe est forte et a un but, ils peuvent aller très loin au-delà du nom des joueurs." Beppe admet que l'Inter voulait enrôler Edin Dzeko bien avant qu'il rejoigne les Nerazzurri pour de bon. "Quand vous pensez à un remplacement, vous préparez une liste grâce au scouting et aux opportunités de marché: il y a des buts atteignables et d'autres non. Cependant vous devez toujours être conscient qu'il y a des buts à atteindre." "Dzeko était une priorité depuis la saison dernière: les circonstances favorables, une promesse de le laisser libre en cas d'offre, ont facilités les choses. Nous saluons le sérieux de la Roma qui a tenu sa promesse." Marotta confirme que l'Inter était très sérieuse dans sa volonté de recruter l'attaquant serbe de la Fiorentina, Dusan Vlahovic, cet été. "Vlahovic est un grand talent, nous nous sommes trouvés dans une situation difficile que nous n'avons pas pu conclure. Il était la deuxième cible pour compléter l'attaque: un joueur prêt immédiatement (Dzeko) et un pour le futur (Vlahovic). Ca aurait été l'idéal. Nous sommes heureux de l'opération Dzeko." Nicolo Barella est devenu un joueur star de l'Inter durant la saison passée et Beppe Marotta attribue cela à son professionalisme. "C'est un de ces cas où le talent deviens un champion. J'ai connu de nombreux talents: Cassano était un imbécile, malgré son talent il n'est jamais devenu un champion. Je n'ai jamais eu de joueur plus fort que lui. Mais il n'avait aucun but, aucune vision précise de la profession." "Barella a prouvé qu'il s'affirmer de plus en plus avec continuité et aujourd'hui nous nous trouvons face à un champion: il est juste de le récompenser financièrement pour ce qu'il a accompli. Ce n'est pas un renouvellement, c'est une récompense. C'est important d'adapté (Ndlr: le salaire) pour un groupe important de joueur." "Capitaine ? Ce serait beau. Handanovic est plus vieux: Le capitanat est une qualification qui ne peut pas être offerte, vous devez avoir les qualités humaines et professionnelles pour être un leader. Barella peut commencer à devenir capitaine." Pas un mot sur Skriniar futur capitaine ? Tiens donc... ©Internazionale.fr, via FCInter1908 - Traduction Trent_FCI
  24. L'Inter pourrait appeler du renfort pour l'équipe durant la fenêtre de mercato de Janvier, le club se préparant à une signature ou deux. Selon Beppe Marotta, le club est prêt a chercher des solutions pour recruter d'autres joueurs même s'il ne peut pas trop dépenser. Dans le même temps, il donne des nouvelles au sujet des prolongations de contrats de deux joueurs importants. "Si besoin, nous sommes prêt à agir en Janvier et ramener un ou deux cadeaux. Nous voulons soutenir Inzaghi dans son élan, mais sans jamais perdre de vue les besoins relatifs au budget. Nous ne pouvons pas dépenser, mais nous pouvons utiliser notre imagination." Marotta est également confiant au sujet de la situation de Lautaro Martinez dont la prolongation est attendue. Il explique aussi que le club est prêt à rapidement prolongé le contrat du milieu de terrain clé Marcelo "Epic" Brozovic. "Nous parlerons avec Sanchez en temps voulu mais d'ici dix jours nous annoncerons le renouvellement de Lautaro, une pierre angulaire du futur de l'Inter que nous voulons absolument conserver. Et la semaine prochaine nous allons discuter au sujet de Brozovic. De ce coté là aussi nous sommes très confiant." ©Internazionale.fr - Traduction Trent_FCI
  25. Giovanni Cernevali, CEO de Sassuolo, a admis dans une interview donnée au Corriere dello Sport l'intérêt de Beppe Marotta pour Gianluca Scamacca et Giacomo Raspadori. Il explique que Marotta s'est bien renseigné au sujet des deux jeunes attaquants de Sassuolo mais les Neroverdi ont voulu les conserver car ils estiment beaucoup la jeunesse. "Il m'a demandé des renseignements sur Gianluca Scamacca et Giacomo Raspadori, mais les discussions ne sont pas allés plus loin. Nous voulons nous concentrer sur les jeunes, et pour ça nous avons vendu Francesco Caputo: maintenant Giacomo et Gianluca auront plus d'opportunités pour se montrer." "Notre club n'as pas besoin de vendre à tout prix et nous réalisons certaines opérations seulement quand nous les jugeons appropriés. Aussi, et par dessus tout, nous prenons en compte le bien de l'équipe." Certains croient que l'amitié qui lie les deux CEO signifie que l'Inter à les meilleures chances de signer Giacomo Raspadori l'été prochain, mais il ne semble pas que ce soit le cas. "Quiconque pense cela commet une grosse erreur. Nous sommes deux professionnels et nous voulons le bien de nos sociétés respectives." "C'est pourquoi plusieurs de nos négociations par le passé se sont avérées compliqués: nous en avons conclu certaines, d'autres non. C'est un ami, mais c'est aussi une personne intelligente qui connaît les lois du football." Au sujet de l'intérêt de clubs étrangers pour le jeune attaquant: "Considérant qu'il se sent bien chez nous maintenant et que nous ne comptons pas nous priver de lui, il me semble que les clubs recommencent à se concentré sur le marché italien et ne veulent plus laisser s'échapper leurs meilleurs éléments. Mais quelqu'un comme Raspadori est observé par des clubs étrangers." "Pour Raspadori il n'y avait pas qu'une offre de l'Inter. D'autres clubs en Italie ont montré un intérêt. J'en ai déjà suffisamment dit au sujet de Marotta avec qui nous ne sommes jamais aller jusqu'à discuter de chiffres." Au sujet des espoir de scudetto des Nerazzurri: "Ils sont l'un des plus sérieux candidats. Il me semble que le championnat est très équilibré cette année. Pour moi, ce sera un combat jusqu'au bout." ©Internazionale.fr via SempreInter.com - Traduction Trent_FCI