Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'oaktree'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • Inter
  • Serie A
    • 2020/2021
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

  1. Luciano Mondellini, éditorialiste à Calcio e Finanza, nous livre une analyse détaillée sur la vente de l’Inter. Le Financial Times est, avec le New York Wall Street Journal, le principal journal des marchés financiers mondiaux. Et il est évident que lorsque, dans la semaine, le journal londonien a publié un article sur la recherche d'un nouvel acheteur pour l'Inter, le dossier de la vente du club a pris dès ce moment une dimension mondiale. La presse italienne, et notamment Il Sole 24 Ore avant tout le monde, avait déjà donné la nouvelle ces dernières semaines. Mais comme il est hautement probable, sinon certain, que des repreneurs potentiels seront recherchés hors de la botte, la parution de la nouvelle dans un tel journal sonne comme l'officialisation que les choses s'échauffent. En effet, désormais tout investisseur de la Californie à l'Extrême-Orient sait que l’Inter est sur le marché. Cette chronique, en revanche, du 8 Octobre dernier avait expliqué comment une indiscrétion était arrivée à la rédaction. Elle parlait d'une offre d'un géant étranger pour 100% du capital. Cette proposition, a expliqué la source, ne prévoirait pas d'actionnaires minoritaires ce qui obligerait donc les Zhang à se retirer totalement du capital de l’Inter. Cette indiscrétion nous est venue d'une source d'exception qui, déjà dans le passé, a fait preuve d'une crédibilité et d'un sérieux absolus. Le seul détail que l'on peut ajouter est que la rumeur est venue de New York. En revanche, pour en revenir à l'article du Financial Times, la partie selon laquelle seule une minorité du club est en vente n'est pas très crédible. L'Inter n'a pas fait de bénéfices depuis des temps immémoriaux et peut-être jamais dans son histoire n'a-t-elle distribué de dividendes; elle ne l'a certainement pas fait au cours des 20 dernières années. Alors pourquoi un investisseur achèterait-il une participation minoritaire dans un club qui a encore d'énormes pertes ? En effet, c'est une chose si une entreprise réalise des profits et verse des dividendes de façon régulière. À ce stade, un investisseur peut également décider de percevoir le prorata du bénéfice distribué en fin d'année. Mais dans un club déficitaire comme l'Inter, pourquoi le faire ? Participer aux pertes sans même pouvoir influencer les décisions ? Dans ce contexte, une explication plausible pourrait être celle pour laquelle vous achetez une participation de temps en temps puis revendez la participation dans quelques années en espérant que l'actionnaire majoritaire ait valorisé le club. Dans le cas de l'Inter, un possible moteur de cette éventuelle amélioration serait en premier lieu le processus de consolidation budgétaire en cours. Mais il faut être précis : il est vrai que le déficit est passé cette année de 245 M€ à 140 M€, mais cela a été possible surtout grâce aux énormes plus- values sur les ventes de Hakimi et Lukaku. D'autres motivations pourraient le nouveau stade, ce qui en théorie devrait augmenter considérablement les revenus. Ou même projet de la Super League récemment relancé. En revanche, il semble plus simple et plus plausible que ceux qui veulent rejoindre l'Inter veuillent le faire pour la commander (donc acheter au moins la majorité, 51%). N’oublions pas que la famille Zhang n'a plus beaucoup de temps pour prendre des décisions car, en Mai 2024, arrive à expiration le prêt signé avec le fonds américain Oaktree. Si la propriété chinoise ne parvient pas à rembourser le prêt, le fonds américain reprendrait 100% des parts du club désormais détenu par Zhang via LionRock. Un vrai coup de poing financier étant donné que les Zhang ont investi environ 800 M€ depuis 2016 entre les versements et les revenus des sponsors. Et pour compliquer encore les choses, il y a un fait pas moins important : comme le révèle Calcio e Finanza, Suning.com, la principale société du groupe Suning, avait plus de 4 B€ d'impayés au 30 juin 2022. Une position qui, lorsqu'elle est enregistrée dans les états financiers de la même entreprise, soulève des doutes sur la continuité des activités. D'un autre côté, les Zhang ont aussi un avantage : l'Inter est l'un des très rares clubs avec le plus haut rang en Europe (ou avec la plus haute valeur marchande) à être sur le marché. Et cela pourrait évidemment aider à faire grimper le prix. Mais quelle pourrait être l'évaluation de l'Inter ? Les rumeurs circulant dans le milieu indiquent qu'une valorisation globale de 1,2 B€ pourrait être celle à laquelle l'opération pourrait passer, une somme proche du Milan AC. Est-ce réaliste ? Il pourrait être. Les deux clubs milanais ont beaucoup en commun aux yeux des investisseurs étrangers : le projet du nouveau stade, un processus de consolidation fiscale en cours (même si Milan est loin devant), remplissent presque toujours le stade avec plus de 70 000 spectateurs, disposent d'une zone de chalandise proche du stade qui est parmi les plus peuplées d'Europe et certainement la plus riche d'Italie. Enfin, ils ont un nombre équivalent de fans et aussi de revenus : l'Inter a clôturé les comptes au 30 Juin 2022 avec 439 M€ de revenus, dont 100 M€ liés aux plus- values; Milan a enregistré des revenus en 2021-2022 un chiffre de 297 M€. On peut le dire, Milan a sept C1 dans sa vitrine tandis que l'Inter en a trois. Et très probablement, en faisant un tour sur les différents réseaux sociaux, les followers des Rossoneri sont supérieurs à ceux des Nerazzurri. Mais, prenons un instant du côté de Zhang. Nous continuons également à émettre l'hypothèse que les deux clubs peuvent valoir le même montant parce que le nombre de scudetti remportés est le même et le nombre de titres mondiaux est similaire : Milan quatre, Inter trois (d'ailleurs les titres mondiaux sont très intéressants pour les investisseurs non européens et manquent peut-être de culture footballistique). De plus, cela est certainement vrai, pour un investisseur qui injecte des capitaux puis gagne de l'argent dans un avenir proche, il est particulièrement important de savoir comment le palmarès d'un club et son histoire peuvent affecter ses performances financières. Et quant aux deux clubs milanais, le palmarès leur permet d'être inclus dans l'élite du football européen. Dernier point, mais non des moindres, Zhang peut contracter cet effet de rareté parmi les clubs à vendre ayant un tel palmarès. Bref, admis que la valorisation puisse avoisiner les 1,2 B€, il y a un aspect qui ne sera certainement pas le même : c'est la collecte pour le groupe vendeur. Le fonds Elliott, en effet, après avoir investi environ 700 M€, a effacé les dettes du Milan et l'a vendu à Cardinale pour 1,2 milliard, encaissant ainsi une plus-value de 500 M€ environ. La famille Zhang, d'autre part, après avoir investi environ 800 M€ depuis 2016 possède un club avec des dettes totales de 900 M€ environ. Les dettes doivent nécessairement être incluses dans le cadre de l'évaluation. Pour l'expliquer de manière brutale, si une personne achète une maison d'une valeur de 300 000 € en payant 150 000 € en espèces et 150 000 € via une hypothèque, ce n'est pas que le jour d’après que la maison cesse de valoir 300 000 €. Elle continue à valoir ce montant qui reflète précisément le montant payé en espèces et ce qui sera payé par la dette. Ainsi, même si la valorisation de l'Inter devait être de 1,2 B€, il serait pratiquement impossible pour le groupe de Nankin de sortir de l'investissement sans enregistrer une perte. Mise en garde. Cela ne signifie pas qu'il n'est pas pratique pour le Zhang de vendre. Compte tenu des problèmes de la société mère, un peu d'argent ferait du bien à tous égards. De plus, compte tenu également des tensions géopolitiques en cours, il n'est peut-être même pas inopportun de quitter un quadrant économique, celui de l'Europe, dans lequel Suning est pratiquement inexistant en tant qu'entreprise. Une fois tout cela dit, si la transaction aboutit, il ne sera pas possible de ne pas reconnaître les énormes mérites de Zhang, qui resteront non seulement dans l'histoire de l'Inter, mais aussi dans le football italien : la famille Nanjing a d'abord ramené l'Inter à la Ligue des champions après les nuages de l'ère Thohir, la rendant ainsi à nouveau attractive pour les investisseurs internationaux. Et puis sur le plan sportif, c'était la première propriété étrangère à remporter quelque chose d'important (le championnat 2020-2021) en Italie. Montrer qu'il est possible d'obtenir des succès sportifs dans un football compliqué comme notre football à domicile, même pour des entrepreneurs venus de loin. À l'inverse, cependant, combien il est important pour l'Inter, l'héritage du football italien (et finalement de l'Italie en tant que pays) de redevenir la propriété entre des mains occidentales, dans un scénario géopolitique orienté pour revenir divisé sur des pôles opposés. Traduction alex_j via Calcio e Finanza.
  2. Carlo Cottarelli s'exprime aujourd'hui dans une interview accordée au Corriere della Sera et relance l'idée de l'actionnariat populaire. "Si le club manque de ressources, alors il devient difficile de retenir les talents et de garder l'équipe compétitive. Je crois qu'il ne fait aucun doute que l'Inter a besoin d'un retour en termes de finances pour éviter le sacrifice futur d'autres top joueurs ou pour tenir des marchés à solde zéro. Les deux dernières campagnes de signatures ont allégé les comptes du club, certes, mais n'ont pas favorisé une croissance de l'équipe. Depuis des mois, on parle de Skriniar, avant sa vente, maintenant de son renouvellement. L'espoir est que la vente de l'entreprise garantisse une injection de capital pour assurer la solidité." "La valorisation de Suning est de 1,2 B€. Je ne peux que suggérer au futur acquéreur, quel qu'il soit, d'évaluer l'hypothèse de laisser des fans rejoindre l'actionnariat. Ce type d'opération a une série d'avantages. D'une part, il y aurait une injection de nouveaux capitaux sans frais tout en évitant de payer des millions et des millions d'intérêts. D'autre part, un lien étroit est créé entre les fans et le club afin d'augmenter les revenus de merchandising et de la billetterie. L'année dernière, nous en avions parlé mais la société a répondu qu'ils comptaient sur leur business plan et ne ressentaient pas le besoin d'impliquer d'autres actionnaires dans l'actionnariat. Nous sommes maintenant disponibles pour nous asseoir à la table de ceux qui dirigeront l'Inter à l'avenir. D'après moi, l'actionnariat populaire permettrait d'économiser au moins 30 M€ par an en intérêts." "Un autre besoin pressant est le stade. Un stade moderne, qu'il s'agisse d'un San Siro rénové ou d'un nouveau, agit comme un multiplicateur de revenus. Mais ensuite, il faut 5-6 ans pour le construire. C'est pourquoi l'injection de capital par les supporters serait cruciale. J'ai lu que Steven Zhang avait récemment fait une augmentation de capital de 100 M€. Cependant, cette injection ne provient pas de son patrimoine personnel mais du montant total de 275 M€ prêté par le fonds Oaktree, d'autant plus avec le taux d'intérêt de 12%. Si d'ici 2024 le montant n'est pas remboursé ou qu'un repreneur n'est pas trouvé, le club deviendra la propriété du fonds. C'est pourquoi la recherche d'acheteurs potentiels a maintenant commencé. Je ne vois pas l'intérêt d'un actionnaire minoritaire. En effet, qui a intérêt à injecter du capital dans une entreprise et ensuite à ne pas avoir le plein contrôle sur la prise de décision ?" Traduction alex_j via FCInterNews.
  3. Malgré les déclarations de Giuseppe Marotta, Tuttosport est convaincu d’une vente réelle de l’Inter: "Jusqu’à présent, l’idée du club Nerazzurro a toujours été de rechercher un partenaire, mais il y a un air de déjà vu qui remonte au temps de Massimo Moratti qui avait finalement vendu ses actions à Erick Thohir. En ce sens, les fréquents voyage de Steven Zhang en Californie ces dernières semaines, officiellement pour des raisons non-liées à l’Inter apparaissent comme suspect, tout comme le fait que Suning veille à éviter de modifier les paramètres cristallisés du Club et en premier lieu la masse salariale." Suivi de l'avis de la Gazzetta Dello Sport « L'article du Financial Times a évidemment atterri sur le bureau du président Steven Zhang, que l’on décrit comme particulièrement très ennuyé par cette publication : La position de la Propriété est très claire, et peut-être sera-t-elle officiellement expliquée dans une dizaine de jours, lors de l'Assemblée des actionnaires prévue le 28 octobre: Pour l’Inter, il n’y a pas de mandat officiel signé jusqu’à présent, mais il est vrai que plusieurs pourparlers sont en cours avec plusieurs banques, dont l'une est Raine Group, qui est spécialisée dans le monde de la technologie et des télécommunications, et qui est celle qui a géré la vente de Chelsea au printemps dernier." "Si celle-ci a eu lieu, c'est parce qu'avec Goldman Sachs un accord n'a pas su être trouvé. Du côté du club, on affirme que les pourparlers n'ont pas pour objet la vente du club, c'est-à-dire la participation majoritaire. Le teaser, c'est-à-dire le document financier qui finit dans les mains des investisseurs potentiels, concerne toujours la recherche d'un partenaire, d'un actionnaire minoritaire, soit d’un compagnon de route pour aider Suning dans sa gestion de l'Inter." "Cette étape est considérée comme fondamentale pour l'avenir du club car il ne faut pas oublier que l'Inter a bénéficié d'un prêt de 275 millions d'euros de la part d'Oaktree en mai dernier, avec une échéance à trois ans. Et c'est de ce fonds que proviendra la prochaine injection de capital dans le club, pour une injection de 100 millions d'euros. Cette injection s’avère nécessaire car l'Inter brûle pour environ 10 millions par mois, on est donc très loin de l'idée d'autofinancement et le bilan au 30 juin 2022 qui sera soumis aux actionnaires fait état d’un déficit de 140 millions d'euros'" "D'une manière ou d'une autre, les rumeurs sont également "aidées" par les voyages constants de Steven Zhang aux États-Unis, le dernier il y a 10 jours, toujours officiellement i pour des raisons familiales, mais comme l'enseigne le passé, il est bon d'être prudent: Et ce n'est pas un mystère qu’une évaluation du club par les propriétaires a déjà été faite : 1,2 milliard d'euros. Si un acheteur arrive vraiment avec ce montant, l’Inter changerait de mains sans l'ombre d'un doute. C'est un chiffre élevé, mais qui pourrait être soutenu dans les prochains mois par l'affaire du Stade, soit l’autorisation d’une construction pour une installation de pleine propriété." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  4. Zoom sur les pertes et l'endettement des grands clubs de Serie A dans les pages en ligne de Calcio e Finanza. La situation de l'Inter est plus complexe que celles de la Juventus et de Milan. Le club des Nerazzurri, après avoir enregistré une dette record la saison dernière (comme le Milan l'année précédente), s'est engagé dans une voie de reprise qui a traversé les ventes de Lukaku et Hakimi. Cela a permis au budget 2021-2022 de clôturer sur une forte diminution des pertes qui sont tombées à 140 M€. Cette année pourtant, les maxi plus-values budgétées n'ont pas abouti, du moins jusqu'à présent, considérant qu'il reste le marché en Janvier et le mois de juin pour conclure éventuellement des transactions sortantes. Il faudra donc voir comment le rapport actuel se clôturera. Par rapport à cela, l'Inter est assise sur une dette financière nette comprise entre 300 et 400 M€, le total est donc de 900 M€. Cela entraîne, entre autres, une charge uniquement pour les intérêts d'environ 30 M€ par an. Alors qu'en 2024, l'engagement avec le fonds Oaktree expirera, des trois, c'est certainement celui de l'Inter dont l'avenir est le moins clair. A tel point que les rumeurs sur la possible vente du club par les Zhang ne se calment pas. Le dernier en date arrivé à la rédaction parle d'une grosse offre arrivée d'un géant étranger ces derniers jours pour 100% du capital. Les acheteurs potentiels ne voudraient pas d'actionnaires minoritaires. Par conséquent, les Zhang devraient se retirer entièrement. En gros, si cela est véridique, voilà ce que les Zhang devraient faire: Traduction alex_j via Calcio e Finanza.
  5. L'avenir d'Inzaghi dépendra évidemment des prochains matchs. L'entraîneur joue sa place lors du match contre Sassuolo mais il faudra compter sur la réaction de l'équipe sur le terrain, en plus du résultat. Les mots de la Gazzetta dello Sport. "De retour des États-Unis et espérant une renaissance rapide, il n'imaginait certainement pas tomber encore plus bas. En effet, pour être honnête, Steven Zhang n'avait jamais vécu un psychodrame de cette ampleur en live. Un début de saison aussi morose ne s'était jamais vraiment passé, même sous l'ère de Conte 2.0. Alors que la CN grogne contre Suning, il ponctionne sur le prêt Oaktree : il s'est recapitalisé avec plus de 100 M€ pour sécuriser les fondations du club, en attendant des temps meilleurs et quelque partenaire ou acheteur américain. Malheureusement, les résultats de sa créature se sont terriblement détériorées, ainsi que l'humeur de la petite troupe." "Depuis un an et trois mois, le président a cultivé une relation d'estime, presque d'amitié, avec son entraîneur. Mais, ces derniers temps, l'idylle semble s'être fanée. Pas de contrastes flagrants, mais quelques maux suite à la conférence d'avant match de Simone avec son message délibéré et étonnant avec lequel il a revendiqué des mérites, même dans les comptes de l'entreprise. Aux strates supérieures, cela a été considéré comme une invasion de terrain, aussi parce que le lendemain contre la Louve de Mou les trois points qui auraient fait taire toute polémique ne sont pas arrivés. Au contraire, les mots ont fait un effet boomerang en revenant dangereusement, pas ce qu'il fallait dans un moment aussi délicat." "Les crédits de Simone s'épuisent donc même au sein du club attentif à ne pas prendre de décisions hâtives. Mais il reste très vigilant sur le présent. Le Barça ressemble désormais à l'Everest : ce ne sera pas ce double match de la Champions qui donnera le dernier mot sur Inzaghi. Au contraire, le match à l'extérieur de Samedi face à Sassuolo est plus délicat. Entre autres, en accord avec les entraîneurs, c'est le "comment" qui intéresse le plus le président : outre les points, qu'il y ait des signes de vie sur le terrain." Traduction alex_j via FCInter1908.
  6. C’est une information de Calcio&Finanza qui relaye la Gazzetta Dello Sport : "Digitalbits va définitivement disparaitre des maillots de l’Inter, la rupture avec cette société et inévitable à la suite de la situation relative au non-paiement des montants convenus. A partir de ce mois d’octobre, la marque sera retirée des maillots de jeu de l’Inter et le Club Nerazzurro partira à la recherche d’un nouveau partenaire." "Dans le même temps, un communiqué sur l’état des comptes pour la saison 2021/2022 a souligné que l’actionnaire majoritaire a déjà manifesté formellement son engagement pour soutenir le Club en lui garantissant un soutien patrimonial : Steven Zhang va donc injecter dans les caisses de l’Inter environ 100 millions d’euros en provenance de prêt de 275 millions d’euros obtenu en mai dernier par le fond californien Oaktree." "Ce versement aura lieu à travers un financement en provenance des actionnaires qui s’injectera dans le Capital, le tout sera versé d’ici au mois de décembre : L’import exacte sera officialisé par le Président au cours de la prochaine Assemblée des actionnaires fixée au 28 octobre 2022. Il est possible que les 100 millions d’euros soient fractionnés en plusieurs tranches mais l’opération débutera en 2022." "Suning reste enfin à la recherche d’un partenaire qui entrera en lieu et place de la LionRock et qui le soutiendra dans la gestion du Club : Les deux objectifs principaux du club restent les mêmes : Maintenir la compétitivité de l’équipe au plus haut niveau dans chaque compétition et renforcer la situation financière du club." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  7. Beaucoup de gens se demandent pourquoi, malgré la situation particulièrement précaire, le Suning roule toujours avec l'Inter. Voici le contexte raconté à Telelombardia par Fabio Ravezzani. Il y a des mois, et aujourd'hui, cela reste la seule offre officielle mise sur la table de Zhang, les fonds BC Partners a proposé 800 M€ pour obtenir la majorité du club, rejetés par l'actuel propriétaire. "Lorsque j'ai demandé qui était directement impliqué dans la négociation entre le Suning et BC Partners pour l'Inter 'Pourquoi ils n'ont pas vendu s'ils sont si mauvais ?', la réponse que j'ai reçue a été 'Parce qu'à mon avis, face à la perspective d'avoir dépensé 700 M€ ces dernières années et d'en ramener très peu à la maison, il a dû se dire : OK, à ce stade autant rester en selle jusqu'à la fin.' Dans cette affaire, Zhang perdra 400-500 M€." Pour compléter l'analyse pertinente de Fabio Ravezzani le Corriere della Sera rapporte que le congrès du Parti Communiste Chinois (PCC) qui se tiendra mi-Octobre sera déterminant pour la vente, ou non, de l'Inter. "Aussi pour cette raison, les nouvelles venant du conseil d'administration peuvent apporter un souffle quelque peu positif, ainsi que la preuve que la propriété chinoise vise à maintenir la compétitivité de l'Inter au plus haut niveau après avoir ajouté plus d'un milliard d'euros en six ans. Cela a freiné brutalement à cause de la pandémie et surtout par le diktat du PCC envers les investissements dans le football étranger qui sera probablement confirmé lors du congrès du PCC débutant à la mi-Octobre. Dans ce cas, cela pourrait encore accélérer la recherche de un investisseur pour l'Inter." Pour compléter le tout, Il Giornale revient sur la décision de Steven Zhang d'injecter 100 M€ du prêt octroyés par Oaktree pour amortir les pertes budgétaires. "D'abord les comptes dans le rouge comme souvent ces dernières années, les Zhang vont couvrir la perte : il y a ceux qui applaudissent et ceux qui s'étonnent. Cependant n'oublions pas que c'est le code civil qui oblige la propriété à couvrir une perte supérieure à l'actif net du club (91 M€ ici). Donc, pas de surprise mais une simple nécessité. Une première tranche de l'argent emprunté il y a un an à Oaktree avait été injectée dans les caisses de la société." Traduction alex_j via FCInter1908.
  8. Fabrizio Biasin a fait le point sur la situation entourant aussi bien Milan Skriniar, que l’Inter en elle-même, à Telelombardia L’Inter…. Les comptes ? "Le négatif reste énorme, mais il y a une amélioration évidente, due aussi aux plus-values. Suning, pour remettre un peu les choses en place à dit : "J’y pense moi, en injectant des fonds en provenance présumé du prêt d’Oaktree. Cette tentative est celle d’apporter de la normalité dans une situation compliquée, en attente d’un probable passage de témoin: Il faut simplement savoir si l’on parle d’une question de lendemain, de surlendemain ou encore du jour suivant... Le prêt accordé par Oaktree n’a été utilisé que partiellement, et à présent, Zhang en a fait vraiment usage." "L’horizon a changé, comparé au mois dernier : Comparé au passé, le club cherchait à trouver quelqu’un pour avoir un coup de main, il apparait à présent que Suning cherche à vendre sa majorité à travers deux Advisors. Nous savons tous que nous ne pouvons plus continuer de la sorte, il faut vraiment changer : Les 1,2 milliard d’euros, dette comprise, représentent une somme importante, mais il y a deux Groupes qui recherchent des acquéreurs." "Je sais qu’en amont, il y a la volonté de vendre : L’Important reste que dans le même temps, on ne met pas de côté l’aspect du terrain de jeu." …De Milan Skriniar ? "L’Inter a pris ici la décision de ne pas le vendre durant l’été avec l’intention de le conserver cette année, en risquant de le perdre gratuitement : Ou tu le vendais en été en cherchant une alternative, ou tu allais de l’avant : J’ai de très sérieux doute sur une vente en cours de saison, elle vient à peine de commencer, selon moi, la pensée de Skriniar n’est pas celle de partir lors de la saison en cours." "Il lui a été demandé de faire ce qu’il a toujours fait : être un grand professionnel avec l’espoir de gagner quelque chose : Son départ libre est possible, mais il pourrait s’avérer positif en partant avec un titre : L’Inter avait deux plans l’été dernier pour la défense : Vendre Skriniar et le remplacer par Bremer et Milenkovic ou le conserver en risquant de le perdre gratuitement." Qui sera cédé le premier selon vous ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  9. Une grande nouvelle sera présentée ce Mercredi lors du conseil d'administration de l'Inter : Zhang prépare une augmentation de capital de 100 M€ au moins. Une grande nouvelle sera présentée ce Mercredi lors du conseil d'administration de l'Inter. C'est ce qu'a annoncé La Gazzetta dello Sport qui anticipe dans lson édition en ligne : "Le Suning a déjà donné sa volonté d'injecter de nouvelles liquidités dans les caisses du club pour couvrir les pertes du dernier budget, au moins 120 M€, avec un chiffre dépassant les 100 M€. Un soutien qui n'est pas tenu pour acquis mais restant très nécessaire et providentiel pour la sérénité du club et de ses supporters." D'où vient l'argent ? La volonté est claire : maintenir l'Inter au sommet du football italien et européen, ainsi que renforcer l'impact de la marque dans le monde entier. "Un geste fort, qui souligne la volonté du groupe asiatique de continuer à investir dans l'Inter pour obtenir d'importants résultats sportifs et économiques. En 2021, le Suning avait accordé un prêt d'actionnaire de 75 M€, versant une partie des 275 M€ empruntés à Oaktree dans les caisses de l'Inter sous la forme d'un prêt via Great Horizon, la filiale du Suning. Grâce à cette décision, le Suning a pu garantir les liquidités nécessaires au club pour régler les coûts en attente pour la saison 2020-2021 et faire face aux coûts de la nouvelle saison." "L'augmentation qui sera annoncée aujourd'hui aura plus ou moins la même mission. Il est probable que la somme qui sera garantie fera toujours partie de ce fameux prêt Oaktree : la partie non allouée en 2021 est utilisable aujourd'hui, afin de donner plus de solidité aux finances de l'Inter. La nouvelle augmentation de capital devrait dépasser les 100 M€ confirmant un effort plus important que l'an dernier." La stratégie "Par conséquent, un message fort et clair arrivera du conseil d'administration à tous. Le soutien des propriétaires en ce moment particulièrement délicat est un double signal fort pour le monde Nerazzurro. La famille Zhang n'a pas l'intention de se désengager mais continue de travailler pour donner une continuité à la croissance du club dans tous les secteurs. Un geste qui servira sans doute aussi à faire taire les nombreuses rumeurs qui se courent depuis des mois qui voient Steven Zhang chercher de nouveaux membres ou même prêt à vendre le club." "Cependant, les deux hypothèses restent valables mais uniquement selon les conditions de la famille Zhang. Elle a beaucoup investi dans l'Inter au fil des années, dans la gestion sportive et au-delà. Et pour cela vous ne pourrez évaluer une vente qu'à des conditions avantageuses. Avec l'augmentation de capital qui sera annoncée aujourd'hui, le Suning renforce son engagement et sa position à la tête du club." Traduction alex_j via FCInter1908.
  10. Le célèbre journaliste d’Il Sole 24 Ore, Marco Bellinazzo, s’est livré à Radio Nerazzurra sur l’actualité sociétale du club: "C’est le Paradoxe de l'affaire Zhang : Il vient à être contester dans la gestion d’un Club qu’il préside, mais qui ne lui paie pas son salaire. Or, pour savoir l’attaquer, certains considèrent qu'un salaire est versé, comme si cela pouvait compenser une dette évaluée à plus de 50 millions de dollars. C'est un acte intentionnel destiné à égratigner l’image de Zhang, mais le réel problème pour l’Inter est qu’elle est prise dans un engrenage et qu’il n’est plus possible de le tolérer d’une façon aussi longue dans le temps." "C’est important de souligner un point : Suning a été confronté à de très nombreuses difficultés suite à un écroulement de l’économie chinoise lors de la pandémie. Il a été sauvé par le Gouvernement et il faut se rappeler qu’il reste un Colosse qui pèse 10 milliards de dollars, il n’aurait donc aucun problème à soutenir l’Inter, non pas en dépensant à nouveau 600 millions d’euros en 4 ans, mais en adaptant sa façon de faire." "La politique chinoise empêche ce type d’investissement, très prochainement, il y aura une nouvelle assemblée du Parti et il sera confirmé ce véto d’investir dans un club à l’étranger : Ce choix politique précis vise le Suning et en ce qui concerne les Zhang, ils devront se tenir à cette directive, mais ils ont investi, ils voudront partir en réalisant un gain." "Comme il y a beaucoup de dettes à l’Inter, il sera difficile d'obtenir une plus-value : Ce 1,2 milliard est un quota minimum pour ne pas partir avec les os brisés et c’est précisément ici que le marché complique les difficultés : Si vous savez que le vendeur doit vendre, avec le fait qu'il y a une échéance de certaines obligations, vous avez dans l'idée de proposer un prix bas. L'intérêt pour les équipes italiennes est là, et pour l'Inter aussi : La question est de savoir où l'offre et la demande se rencontreront". Actionnaire minoritaire "Oaktree est le Créancier, non pas de l’Inter, mais de la société qui lui est supérieure et Zhang explore le marché : Steven est très attaché à l’Inter et il aimerait continuer à la diriger : Pour lui, trouver un actionnaire minoritaire qui puisse atténuer les problèmes de liquidités serait l’idéal. Le problème est de trouver quelqu’un qui injecterait des fonds, mais qui verrai d’autres que lui à la Direction : C'est toujours l’option privilégiée pour Zhang, mais l'expérience nous amène à dire que si un Fonds d’investissement important arrive, il est peu probable que ce dernier accepte ce rôle minoritaire, ou s’il l’accepte, cela ne serait que sur une courte période, pour prendre ensuite le contrôle du Club." Les autres créditeurs "Abordons les créditeurs de Zhang et non de l’Inter : La thématique politique est plus importante que la thématique financière car elle expose et met sous pression sur une entreprise de Zhang médiatiquement, où les enjeux sont beaucoup plus complexes qu’il n’y parait : Il est très compliqué de comprendre la logique de certaines opérations : Il s'agit de créer un problème médiatique pour des jeux bien plus complexes qui se créent en Chine, dans la galaxie du Suning et les relations avec les banques." "Il s’agit d’une imbrication entre les conglomérats industriels et la politique qui, en Chine, est toujours très difficile à comprendre. De ce point de vue, je maintiendrais les deux thématique séparées: En fait, la fin du débat public sur le stade et l'accélération de sa construction faciliteraient la vente du Club, car il permettrait d'augmenter les revenus et la valeur du club." L’avenir de l’Inter "Les opérations de ces dernières saisons sont réalisées par des Fonds avec des entrepreneurs américains du Sport Business, ils ont acheté plus de 60 clubs en deux ans en Europe. C'est l'élément central : Les Chinois se retirent, les Russes vendent, et l'autre grand bassin d'où proviennent les investissements reste le Moyen-Orient, mais même là, nous parlons de fonds gouvernementaux. Mais la plupart d’entre-eux ont déjà des "équipes"." Le Parti Communiste Chinois "Tout dépendra des choix que fera le Parti Communiste sur le football étranger : Entre 2015 et 2017, il était considéré comme un élément central d'expansion. Ensuite, la Chine ne s’est pas qualifiée pour la Coupe du Monte en Russie et a réalisé que l'achat de clubs et l'importation de joueurs ne faisaient qu'alimenter une bulle sans résultats. Ils ont donc réorienté ces investissements vers le football national, avec l'intention d'accueillir une Coupe du monde et de la remporter d'ici 2050." "C’est dans cette optique que les investissements à l'étranger sont interdits : si cette ligne devait être confirmée, les investissements à l'Inter resteront bloqués et cela ne sera plus acceptable pour un club qui doit investir, car il ne peut pas aller sur les marchés les mains liées." Que se passera-t ’il si personne ne propose la somme exigée par Zhang ? "Cela continuera jusqu'au moment où les obligations devront être refinancées et où il faudra de faire un choix : Soit la dette peut être remboursée soit elle sera prolongée, soit Oaktree devient propriétaire de l'Inter, ayant alors les mains libres pour faire une opération à la Elliot ou en mettant sur le marché immédiatement l'Inter. Car en reprenant l'Inter pour 275 millions et en le revendant, Oaktree réalisera une très importante plus-value." L’évaluation des 1,2 milliards d’euros ? "Le problème est que dans l’évaluation, il y a une dette financière à l'intérieur : Et, ici, elle est importante, elle dépasse le demi-milliard. Suning a injecté 600 millions de diverses manières, 1,2 milliard devient le chiffre minimum pour avoir 100 millions de plus-value et justifier l'opération. L'image continuera en revanche à se détériorer, si nous continuons avec cette politique, qui n'est acceptable dans une période de de crise, car il faut procéder à réduction des couts. Mais qui, sur le long terme, risque de détériorer le patrimoine technique et la relation avec les Tifosi, qui s'effiloche d’ailleurs." "Le "choix" s'impose de plus en plus : Mais en ce moment, les acheteurs sont plus forts que le vendeur car ils ont connaissances des "difficultés"." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  11. Fracture nette, et à certains égards irrémédiable, entre la Curva Nord et la propriété de l'Inter. Le message "Zhang va-t'en" ou "Zhang casse toi", qui est apparu sur le profil Facebook officiel de la Nord et sur un mur près de San Siro, laisse peu de place à l'imagination. Le Corriere dello Sport, Tuttosport et La Stampa ont publié des articles expliquant la situation actuelle de l'Inter et c'est très, très chaud. Le Corriere dello Sport explique que la Curva Nord regarde avec inquiétude vers un avenir sans investissements, comme cela s'est déjà produit les étés précédents, mais Zhang, pour le moment, n'envisage pas de revenir en arrière. "Il est clair que la position de la Nord ne lui plaît pas, mais il est tout aussi évident qu'il ne changera pas ses plans. De Viale della Liberazione, il filtre que Suning ne veut pas vendre la majorité et que, via Goldman Sachs, elle cherche un partenaire pour reprendre les 30% de LionRock. Les milieux financiers assurent plutôt que Zhang n'attend que la bonne offre pour vendre. Il est donc peu probable que le changement de propriétaire devienne une réalité." Tuttosport consacre également un article sur le gros différend entre la Curva Nord et Steven Zhang. La situation du président est assez instable, surtout après que les collègues de Milano Finanza ont rapporté qu'un groupe de banques chinoises, dirigé par China Construction Bank , a déposé une demande d'annulation du procès-verbal du conseil d'administration de l'Inter avec lequel il est établi que Zhang ne reçoit aucune compensation pour son poste d'administrateur de club. Ceci fera l'objet d'un article détaillé Lundi. "Un problème qui s'ajoute à la posture très dure de la Nord. L'accusation portée contre le Suning est celle de vouloir ignorer les offres arrivées pour le club. Cela génère une situation d'impasse qui affecte le travail des dirigeants (les seuls sauvés par la Nord). L'index vise également les joueurs qui ont tenu un comportement fortement critiqué par la partie la plus chaude du Meazza, qui ont produit 'l'acquittement' partiel d'Inzaghi. Le Suning valorise le club à 1,2 B€ et vise à obtenir ce chiffre également grâce à l'approbation du projet de stade, également grâce à l'accord de propriété avec Oaktree qui lui permet de gagner du temps jusqu'en Juin 2024 tout en maintenant le club en autofinancement au vu des comptes dans le rouge; fin Octobre l'assemblée ratifiera un déficit de 140 M€. Une perspective peu réjouissante pour un supporter qui sait déjà qu'un grand joueur sera sacrifié en Janvier ou, tout au plus, d'ici le 30 Juin (Skriniar, Lautaro ou Bastoni pour les usual suspects). Par conséquent, le nouveau Gentleman Agreement avec l'Uefa n'offre pas une grande marge de manœuvre à un nouveau propriétaire qui devrait avant tout solder les comptes." Les offres de reprise de l'Inter ne manquent pas, mais les demandes de la famille Zhang sont toujours supérieures aux offres des repreneurs potentiels. La vente du club des Nerazzurri est dans l'impasse, La Stampa met en avant les raisons de cette impasse. "La question que beaucoup se posent maintenant est de savoir pourquoi Zhang ne vend pas le club puisque, depuis près de deux ans, il n'a plus été en mesure d'ajouter des ressources au club. D'autant plus qu'on ne sait pas pourquoi, face à ces offres, la vente n'arrive pas, étant donné qu'en Mai 2024 le maxi-prêt d'Oaktree Capital au Suning pour l'Inter expire. En cas de non-remboursement (très probable) Zhang perdrait l'Inter qui se retrouverait en gage au fonds californien sans aucun gain pour la Suning. Dans ce contexte, la position ferme des ultras Nerazzurri est apparue, demandant à Zhang de quitter l'Inter." "Il est probable que ce blocage de la vente soit lié aux poursuites que les banques créancières de Zhang ont intentées à Hong Kong et à Milan pour des dettes impayées pouvant atteindre 255 M$. Une poursuite intentée par la China Construction est en suspens devant le tribunal de la capitale lombarde. Il est clair que, dans ce scénario juridique, les banques créancières demanderaient immédiatement à Zhang de rendre compte du produit de la vente d'Inter, identifiant dans cet actif financier un moyen de rembourser les prêts impayés." Tous les détails là dessus Lundi. Traduction alex_j via FCInter1908.
  12. Toujours pas de nouvelles concernant l'avenir corporatif de l'Inter : malgré les rumeurs incessantes de vente et la protestation des supporters, la famille Zhang reste fermement aux commandes du club, et n'entend pas accepter d'offres trop éloignées de leurs demandes. Tuttosport tente de faire le point sur la situation, sans écarter l'hypothèse d'un changement de main non total. "D'un côté, l'idée de trouver un partenaire solide, à qui seule une part minoritaire de l'Inter devrait être vendue, pour injecter des liquidités dans le club et ainsi pouvoir rembourser le prêt d'Oaktree; avec Goldman Sachs qui continue à travailler sur le mandat de Zhang en recherchant des investisseurs potentiels. D'autre part, il y a aussi l'objectif de se retirer complètement, si une offre est jugée appropriée." "Mais qu'est-ce qui freine les choses d'avancer ? Un bilan particulièrement important qui décourage d'éventuels nouveaux repreneurs et des risques qui freinent inévitablement tout type d'opération. En effet, le club des Nerazzurri a un prix très cher : 1,2 B€. Une estimation qui s'inspire certainement de la vente récente du Milan (qui découle d'un accord entre Elliott et RedBird qui privilégie la continuité, avec le vendeur qui a prêté de l'argent à l'acheteur) et qui évidemment ne motive pas énormément les investissements, surtout si vous ne possédez pas votre propre stade." "Ensuite, voici les vicissitudes supplémentaires des propriétaires qui pourraient encore ralentir les négociations susmentionnées. Selon les sources de Milano Finanza, une série de banques chinoises, dirigées par la China Construction Bank, veulent attaquer une partie des avoirs de Steven pour récupérer les 250 M$ de prêts impayés et la caution stipulée par la China Construction Bank avec Great Matrix Ltd, une société contrôlée par Zhang (entre-temps ouvertement attaquée par la Curva Nord). Une requête a donc été présentée au tribunal de Milan pour annuler la directive du conseil d'administration de l'Inter qui établit que le numéro un des Nerazzurri n'accepte aucune compensation." Le torchon brûle entre Zhang et la CN. En effet, la colère des partisans organisés des Nerazzurri envers le président Steven Zhang ne s'est pas apaisée. La Curva Nord a affiché des banderoles avec les mots "Zhang Vattene" autour de la ville de Milan. Le post publié sur le profil Facebook 'The Scream of the North' montre les images des bannières dans les points principaux de la ville. Les slogans organisés expriment clairement et directement leur dissidence contre le Suning et le président Zhang. Traduction alex_j via FCInter1908.
  13. En effet, hier était attendue la rencontre entre Steven Zhang, rentré de Californie, la Direction Italienne composée de Giuseppe Marotta, Piero Ausilio et Dario Baccin et le Staff de Simone Inzaghi, avec l’entraineur également présent : "Si le Mantra de tous était de ne pas dramatiser, autour de la table à Appiano", la situation dégénère de plus en plus... Révélation de la Gazzetta Dello Sport Steven Zhang était revenu directement à Appiano Gentile, en exigeant à la Direction de s’entretenir avec Inzaghi : "Tous les jours quasiment, Beppe Marotta, accompagné de Piero Ausilio et Dario Baccin rentrent dans le bureau de Simone Inzaghi pour inverser, ensemble, la tendance. Mais jamais, comme auparavant, l’entraineur a paru être en proie à de telles difficultés, et c’est aussi pour cette raison que ce qu’il s’est passé dans la journée d’hier était différent des réunions connues par le passé." "Ce n’était pas une rencontre de routine, mais le moment de se confronter, après le désastre d’Udinese, avec un retour présidentiel anticipé qui est tous sauf banal : En voulant tranquilliser Simone en premier, il a ouvert la voie au prochain sommet plus technique." L’échange Marotta – Inzaghi Pour eux: "L'Inter ne s'est pas évaporée dans un nuage de cendres: Elle existe, est réelle, valeureuse, et sa ligne de conduite est bien visible. Il y a encore du temps et de l'espace pour la suivre et viser la tête du Championnat. Mais le changement de cap se doit d’intervenir un plus tôt vu l’échéance fixée pour l’Inter d’Inzaghi version 2.0 : Si l’optimisme est de mise, le mois et demi à venir sera décisif pour l’avenir de l’entraineur, car durant la trêve relative à la Coupe du Monde, il y aura une prise de décision définitive qui se verra prononcée." Soutenir Simone "Penser à voir un Simone Inzaghi sous-tutelle ne veut pas dire qu’il y a un "Commissaire" qui a été mis en fonction : L’entraineur dispose d’une liberté totale demeure sur les choix, du 11 initial aux changements. Au contraire, cela signifie qu’il y aura encore plus de proximité, tant dans la vie quotidienne à Appiano, que dans les relations avec le monde extérieur et avec les Sénateurs du noyau." Zhang a également rencontré la Goldman Sachs. Steven est toujours à la recherche d’un partenaire afin de désengager le Suning et de parvenir à rembourser le prêt de 275 millions d’euros reçu par le fonds d’investissement Oaktree. La Rosea n’exclut pas un transfert également de propriété du Club : "Même sans un "mandat" l’Inter ne peut être qu’ouverte à une cession définitive en cas d’offre vraiment monstrueuse : Celle-ci pourrait arriver plus des Etats-Unis que du Moyen-Orient, étant donné que la somme devrait dépasser le milliard d’euros." La Curva craque En effet, à la vue des informations qui circulent et d’un désengagement toujours plus important de Suning, la Curva Nord a fini par craquer: "Un clivage, peut-être irrémédiable, qui exprime le malaise de la frange la plus chaude (mais probablement pas la seule) des Tifosi de l'Inter envers les propriétaires. La Curva Nord, par le biais de ses canaux officiels, a exprimé un désaccord clair envers Steven Zhang, l'invitant à quitter le club. Ce jeudi soir, les membres de la Curva Nord s’étaient donné rendez-vous pour faire le point. Et le moins que l’on puisse dire est que le fossé entre les Ultras et le Numéro Un du club est plus qu’évident : "Après la banderole relative à Milan Skriniar : "On ne touche pas à Skriniar, à des pactes clairs et de longue amitié " à " Le temps est révolu " sans oublier les " Les promesses doivent être tenues " et le " Prends tes responsabilités ou quitte la ville ". L’Inter fait face à une nouvelle vague de contestation avec ses Ultras qui ont déployé sur les réseaux sociaux "Zhang vattene", soit "Zhang, casse-toi"…une citation qui se retrouve, de façon « anonyme » aussi sur le parking du Giuseppe Meazza." Le retour de Clo-Clo ? Et s’il s’agit cette fois de changer l’ampoule, il conviendra à présent de s'assurer de ne pas avoir les pieds dans l’eau…. En effet comme le révèle à son tour Il Giornale, Giuseppe Marotta tente de protéger au maximum Simone Inzaghi, même si un remplaçant semble avoir déjà été choisi, une information que notre Padrino ne cesse de démentir: "Marotta, à vrai dire, passe beaucoup de son temps pour nier que Claudio Ranieri soit déjà le successeur tout désigné en cas de remplacement en cours de saison." "L’Administrateur-Délégué de l’Inter ne croit pas aux changements de banc en cours de saison, il a également tenu à rappeler que les statistiques actuelles sont "similaire" à celle d’il y a deux ans, soit l’année du 19ème Scudetto et qu’il reste beaucoup de temps pour revenir dans la Course. Dans sa carrière, Marotta n'a écarté qu’un seul entraineur, un très jeune Spalletti alors en pose à Venise, en février 2000…." Enfin à son niveau Tuttosport nous fait par de la réaction de Simone lors de son entrevue avec la Direction Italienne: "Les dirigeants du club ont trouvé devant eux, un entraîneur fortement déterminé à inverser la tendance mais un entraineur aussi lucide dans l’analyse des problèmes qui ont marqué cette première partie de saison, et qui a l’objectif de les résoudre. Parmi les sujets les plus bouillant, celui qui ressort le plus est la Préparation : "Si des têtes ne tomberont pas, il pourrait y avoir de nouvelles arrivées car quelques mesures correctives sous le signe de l’intensité, se doivent d’être mise en place." Avec un désengagement "du propriétaire", une Direction Italienne chargée de souffler le chaud et le froid et, sur ordre de son Président de soutenir un entraineur discrédité auprès du Noyau et trahi par son staff actuel, pensez-vous que l’Inter d’Inzaghi soit sur le point de s’écrouler ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  14. Tancredi Palmeri s'est livré à FCInter1908. Focus sur la vente de l'Inter. Il y a aussi beaucoup de discussions sur l'avenir du club, étant donné que Zhang aurait décidé de mettre le club en vente. Effectif, compte tenu des difficultés de ces dernières années ? "Je comprends que Goldman Sachs sait que l'Inter est à vendre à un prix très élevé. Sans urgence, mais comme une belle maison à vendre au prix fort et donc personne ne sait si elle aura un acquéreur. Zhang a reçu une offre de BC Partners en mars 2021 pour 800 millions d'euros, mais Steven voulait un milliard et rien de plus n'a été fait. De cette façon, cependant, il a bousillé l'avenir de l'Inter. Je peux comprendre qu'il ait voulu devenir le premier propriétaire étranger à gagner en Italie, mais cela aurait été plus compréhensible s'il avait pu garantir un avenir au club. Maintenant, cependant, l'avenir de l'Inter est hypothéqué et les obligations et les dettes le prouvent. Normalement, 1,2 milliard n'est pas un chiffre du marché. Le Milan a été vendu à ces chiffres mais le prêt interne d'Elliott a également été envisagé. Ce qui est sûr, c'est que la vente de Chelsea a un peu séduit tout le monde, peut-être en faisant monter les prix des autres clubs. L'inter a un avenir hypothéqué : il y a cette caution qui expire dans 2 ans, mais en attendant chaque été sera un supplice. Pensez à l'Inter avec un budget d'environ 40 millions, autant que ceux dépensés par Milan, et sans obligation de vendre : aujourd'hui il aurait Dybala et Bremer dans l'effectif." Pensez-vous que la vente aura lieu avant 2024, date à laquelle les conditions de remboursement du prêt Oaktree expireront ? "Tout est possible. Oaktree pourrait aussi décider de faire une bonne gestion pendant quelques années puis de revendre le club à un prix plus élevé, comme l'a fait Elliott. Mais le plus fou, c'est le stade : si la question du stade était débloquée, tout prendrait une tout autre valeur." Dans le scrutin, il y a des fonds américains et arabes, Sportitalia a parlé d'un regain d'intérêt de la part de PIF. Faut-il s'attendre à des nouvelles dans les mois à venir ? "Peu importe, à mon avis la piste la plus praticable est celle d'une piste de ski de fond. Si j'étais le responsable, j'irais frapper tout de suite à la porte de Investcorp : c'est le meilleur des fonds qui puisse arriver. C'est un fonds semi-souverain, il peut devenir le fleuron de l'État de Bahreïn, il n'a pas le souci de gagner de l'argent tout de suite et, donc, il peut suivre une trajectoire dans la foulée de ce qu'a fait le Suning dans ses premières années Nerazzurri." Traduction alex_j via FCInter1908.
  15. Marco Bellinazzo et l'équipe éditoriale de FcInterNews font le point sur la mise en vente de l'Inter. Le journaliste d' Il Sole 24 Ore Marco Bellinazzo, interviewé par TV Play, est revenu sur la question du changement possible de propriété de l'Inter. "Il y a une parabole en cours qui est celle des investissements chinois dans le football européen et est venue à sa conclusion. En 2015-2016 il y avait des investissements dans les clubs pour 3 milliards et l'Inter était le fleuron de cette campagne. Puis la politique du gouvernement chinois a changé, la galaxie Zhang a changé également avec de nouveaux membres. On associe souvent Suning à la famille Zhang, ce n'est plus aussi automatique, le gouvernement chinois s'est davantage concentré sur l'investissement domestique sur le foot. L'Inter est basée sur l'autofinancement, mais ce n'est pas une voie viable depuis longtemps, l'hypothèse de vente est sur la table depuis un certain temps. Il y a une évaluation importante, avec la vente de Milan en tant que jurisprudence. Considérant également combien les Zhang ont dépensé pour et dans l'Inter, ils sont exposés pour environ 600 millions et donc la valorisation ne peut pas descendre en dessous d'un milliard, sans parler de la valorisation donnée au Milan. Si le projet de stade devait progresser, l'évaluation changerait à nouveau. Le Suning est un groupe qui a connu des difficultés très particulières car son activité principale a été affectée par les changements apportés par le gouvernement chinois. Suning se remet lentement sur les rails. Ce qui se passe est dû à des choix stratégiques du gouvernement chinois et du groupe Suning dans lesquels je ne pense pas que le mécontentement de la famille ait beaucoup de poids. Pourtant, l'objectif du Suning de se faire connaître en Europe a été atteint et ils ont remporté trois titres. Donc, pour eux, tout n'est pas 100% négatif." Quant à FcInterNews, l'équipe éditoriale a livré l'analyse suivante. Alors que l'équipe boite sur le terrain, le mécontentement du milieu Inter à l'égard des propriétaires augmente en parallèle, déjà assez évident après ce deuxième été à se concentrer sur les comptes plutôt que sur la qualité de l'équipe. Bref, force est désormais de constater qu'en poursuivant ainsi la gestion du club, entre sacrifices, prêts et ventes redoutées de cadres, l'avenir n'est pas rose pour la famille Zhang à la tête de l'Inter. La rumeur qui a émergé ces dernières heures concernant à vendre l'Inter pour 1,2 milliard d'euros, assorti d'un mandat à Goldman Sachs pour trouver des repreneurs, n'est en réalité pas trop d'actualité pour le simple fait qu'il est en cours de recherche. Au départ, Zhang pensait à un partenaire qui rejoint avec une participation minoritaire, mais il est difficile de trouver quelqu'un qui met de l'argent dans le club sans avoir de pouvoir de décision, à moins d'avoir la garantie d'obtenir la majorité en quelques mois. Pour cette raison, la recherche était alors également rattachée à un acheteur, avec un prix déjà établi (à comprendre qu'il inclut la dette envers Oaktree). Mais ce n'est pas nouveau depuis ces jours-ci, mais plutôt une situation qui dure depuis des mois. Le vrai problème est de trouver quelqu'un qui décide d'investir une telle somme dans un contexte déficitaire comme le football italien, et ceux qui espèrent un fonds arabe font fausse route. A ce jour, le seul terreau fertile pour une négociation se trouve aux USA, où le football italien est perçu comme un bon produit, auquel il vaut la peine d'y croire concrètement. Mais pour le moment rien n'est à l'horizon, sauf la volonté de la famille Zhang de vendre l'Inter. Il est aisé de comprendre que l'actualité est filtrée pour clarifier les intentions de la propriété, accusée par les fans et certains commentateurs de tenir en otage la société Nerazzurra au nom des larmes et sang financiers. Une nouvelle visait donc à mettre un terme aux attaques gratuites et continues des supporters, désormais découragés et inquiets pour un avenir discret et pas à l'image d'un grand club comme l'Inter. Traduction alex_j via FCInterNews.
  16. C’est une information relayée par Calcio&Finanza, la Gazzetta Dello Sport Tuttosport et Calciomercato.com, Il Sole 24 Ore, le propriétaire des Kings de Sacramento, Vivek Ranadivé serait prêt à s’offrir notre Inter adorée . Les rumeurs de la vente de l’Inter revient avec insistance : Ces dernières semaines, Il Sole 24 Ore avait d’ailleurs annoncé que Goldman Sachs était revenu pour faire circuler le "teaser" sur le club Nerazzurro, avec comme finalité, la recherche de nouveaux investisseurs. Ce teaser, explique la Gazzetta Dello Sport, a été mis à jour ces derniers jours et l’objectif principal était le même qu’en janvier 2021 : Trouver un partenaire minoritaire dans le but d'alléger l'engagement de Suning, notamment en ce qui concerne l'émission du prêt signé avec Oaktree et qui représente plus de 290 millions avec les intérêts de 12% compris. Toutefois, Steven Zhang s’est envolé en Californie pour des engagements privés qui n’auraient rien eu avoir avec l’Inter….Mais comme le révèle Tuttosport, une personnalité s’est mise en avant, non pas pour être actionnaire minoritaire, mais pour s’offrir l’intégralité du Club : Il s’agit du co-propriétaire de l’équipe de basket de NBA des Sacramento Kings, Vivek Ranadivé, âgé de 64 ans et d’origine indienne, il est le fondateur de plusieurs sociétés dans le secteur informatique, et son nom a a déjà été cité dans le passé comme l'un des membres du concordat possible lié à l'offre RedBird Capital de Gerry Cardinale pour racheter le Milan AC à Elliott, mais il a été également cité dans le cadre de la vente de Chelsea! La recherche d'un actionnaire minoritaire pourrait donc se transformer en la vente de la participation majoritaire par Suning en cas de valorisation " inénarrable " du club : on parle d’une somme de 1,2 milliard d'euros, en ligne avec celle de l'AC Milan et qui correspond à celle que la Famille Zhang avait déjà demandé en 2021, lors d'une négociation avec la BC Partners qui n’avait pas été jusqu’à son terme, étant donné que cette dernière n’avait proposé "que" 8 à 900 millions d’euros… Qui est Vivek Ranadivé ? Entrepreneur à succès et brillant philanthrope, c'est un magnat des affaires qui aurait aimé dîner avec Léonard de Vinci. Vivek Ranadivé, tel le génie de la Renaissance italienne, est aujourd'hui reconnu par tous pour sa créativité et ses idées novatrices. Sa plus grande satisfaction, dans son existence, est d'"améliorer la vie des gens". Un mantra qui l'a mené très loin. Autre point commun entre Ranadivé et Leonardo : Celui qui pourrait devenir le prochain patron de l’Inter, a également bâti sa fortune grâce à un travail acharné et à l'abnégation "d'étudier". Son lien avec le sport est né de l'amour pour sa fille, qui jouait au basket au collège : pour ne pas décevoir la petite, Ranadivé était même devenu l’entraîneur de l'équipe locale. Le tout avant qu’il devienne en 2010 le copropriétaire des Golden State Warriors en NBA. En 2013, il a vendu ses parts et investi plus d'un milliard d'euros pour devenir actionnaire majoritaire des Sacramento Kings. Ces derniers mois, on avait parlé de son intérêt (supposé) pour le rachat de Chelsea, puis de sa volonté de soutenir Red Bird dans la relance de l'AC Milan. Au milieu, sa Fille Anjali Si cela n’a jamais abouti, l’Inter est donc l’occasion à exploiter, celle de relever un nouveau défi passionnant. La demande de Zhang, qui valorise le club à 1,2 milliard d'euros, est jugée excessive, mais il reste beaucoup de temps pour négocier et éventuellement trouver une solution qui satisfasse toutes les parties. Comme le souligne aussi Tuttosport, les hommes de confiance nommés par Ranadivé ont commencé à étudier le dossier des Nerazzurri à travers le teaser de la banque d'affaires de Suning. Le premier obstacle à la négociation est la valorisation que Suning donne à l'Inter, soit 1,2 milliard d'euros. Cette somme pourrait en revanche être justifiée en cas d’approbation du projet de stade, dont un débat public se tiendra le lundi 19 septembre et qui durera 40 jours : Les clubs ont accepté les indications arrivées du Palazzo Marino et sont confiants d'obtenir le feu vert pour l'investissement, qui sera toujours de 1,2 milliard. Un fait qui, dans une négociation pour le transfert de propriété, peut s'avérer décisif. Tant que Suning peut agir dans le cadre du financement accordé par Oaktree qui court jusqu’en mai 2024, il continuera à forcer à l’Inter à s'autofinancer sans lui injecter de l'argent frais dans les caisses : C’est un fait, la famille Zhang n'est pas pressée de vendre et ne veut surtout pas brader le club. Cette décision trouve son origine dans l'investissement réalisé dans l’Inter et qui pourrait être considéré comme une vente à perte : Zhang évalue l’Inter à 1,2 milliard d’euros et, en l'absence d'un acheteur qui garantirait ce chiffre, la Goldman Sachs a été chargé de trouver un partenaire. Cette démarche découle du fait également qu’Oaktree pourrait décider de renégocier le prêt en 2024, un prêt qui lui garantit 12 % d'intérêts, car contrairement à Eliott, Oaktree n’est pas intéressé par la reprise du Club si si Suning ne remplit pas ses engagements". Giuseppe Marotta Questionné assez souvent sur le sujet, Giuseppe Marotta a toujours pris la "défense" de Suning, en faisant généralement référence à la masse de fonds injecté dans le club. Toutefois, sa dernière déclaration à DAZN pourrait être interprétée tout autrement : "Ces rapports circulent depuis deux ans maintenant. La famille Zhang aime le club, respecte les Tifosi, sait ce qu'elle doit faire pour garantir le présent et l'avenir, elle l'a toujours fait et continuera à le faire. J’attends les réponses les plus importantes de l'équipe et non du club." Vous démentez alors ? "Ce sont des choses qui me dépassent, je n'entre pas dans les mérites de ce que sont les stratégies des propriétaires. Je peux dire que l'avenir est garanti et que la famille Zhang ne manquera jamais de prendre ce genre d’engagement." Le Saviez-Vous ? Si Steven Zhang et Suning viennent à quitter l’Inter, ceux-ci, ont imposé une "seule" condition sportive, une sorte de véto pour valider la vente: En cas de vente du Club, il a été demandé, s’il fallait ne conserver qu’une seule personnalité de la Direction actuelle, que cette personnalité soit Giuseppe Marotta, qui est reconnu comme l’Homme-Fort du Club. Un geste de grande classe de la part du club et, s’il est maintenu, un signe d’avenir, de la part de Ranadivé ! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  17. S'exprimant sur la chaîne Twitch de calcioomercato.it, Marco Bellinazzo, journaliste de Il Sole 24 Ore, Fabrizio Biasin ont fait le point sur la possible vente de l'Inter par la famille Zhang. Marco Bellinazzo Vers une fin. "Il y a un chemin en cours, une parabole, celui des investissements chinois dans le football européen qui est arrivé à son terme. Plus de 3 milliards d'euros ont été investis dans toute l'Europe et l'Inter a été le fleuron de toute cette campagne. Les directives du gouvernement chinois et le contexte macro-économique ont changé. Zhang a également eu des problèmes au sein de sa propre galaxie, qui a dû se rééquilibrer : de nouveaux partenaires sont entrés. Associer Suning à la famille Zhang n'est plus aussi automatique. Après avoir investi plus de 600 M€, l'Inter n'est plus un actif stratégique. L'autofinancement s'est imposé, mais un club important comme les Nerazzurri ne peut rester longtemps sur ce modèle. La vente semble inévitable et 1,2B€ est un point de référence important; le prix de vente du Milan. Ils attendent désormais des offres importantes et des interlocuteurs capables de payer ce prix. Cependant, il faut tenir compte du fait que, contrairement à Milan, l'Inter a une dette considérable et c'est quelque chose dont il faut tenir compte. L'exposition financière, se situe entre 300 et 400 M€, peut-être un peu plus. Considérant que les Zhang ont dépensé plus de 600 M€, je crois qu'en dessous d'un milliard ils n'iront pas pour ne pas trop perdre." Le stade. "Si le débat public sur San Siro devait se terminer positivement d'ici deux mois, le club deviendrait encore plus attractif. À quel point le mécontentement des fans a-t-il affecté? Quand on juge le travail du Suning à l'Inter, on est très conditionné par ce qui s'est passé ces dernières années. Le Suning n'est pas devenu un groupe en faillite du jour au lendemain mais il a connu des difficultés particulières pour son type d'activité." Tout dépend de Pékin. "Maintenant, il se remet doucement sur les rails, c'est toujours un groupe qui a un chiffre d'affaires de plus de 50 milliards, donc il pourrait facilement gérer un club comme l'Inter si les directives du gouvernement chinois changeaient. Il s'agit de choix stratégiques, faits d'abord pour les directives de Pékin, ensuite pour l'entité Suning dans son ensemble et ensuite pour la famille. L'enthousiasme et le mécontentement de la place ont donc un poids relatif. Les propriétaires ont partiellement atteint leurs objectifs pour les Nerazzurri, compte tenu des titres qu'ils ont remportés." Américains ou Arabes ? "Des fonds américains ou arabes ? J'ai toujours été sceptique sur la présence d'investisseurs arabes, et notamment de PIF, pour une question juridique, puisqu'il y a déjà eu d'importants investissements à Newcastle. Si on parlait d'autres fonds arabes, la situation serait différente. Les Américains ont acheté une soixantaine de clubs en Europe ces dernières années et sont les plus attentifs à la dynamique du football." Fabrizio Biasin "Il y a ceux qui essaieront de me nier ou de minimiser. J'ai tendance à ne pas lancer d'alarmes au hasard, si je dis cela c'est parce que je l'ai vérifié de toutes parts. D'après ce que j'ai réussi à rassembler, la famille Zhang a décidé mettre l'Inter en vente et recherchent maintenant des acheteurs via Goldman Sachs. Cela ne signifie pas que l'Inter sera vendu demain, mais que la propriété est à la recherche d'un nouvel acheteur. Je ne sais pas combien de temps cela prendra, mais je sachez que la famille Zhang recherche des repreneurs. J'ai eu cette nouvelle, je l'ai vérifiée et surtestée et je dis ce que je sais et je sais que la famille Zhang, après des mois de réflexion, ne cherche plus de partenaire pour continuer, mais est disponible à la vente pour un montant important. La volonté des propriétaires de l'Inter est de parvenir à une vente pour 1,2 milliards." Demain, sera publié un article sur un repreneur éventuel de notre club: Vivek Ranadivé, président des Sacramento Kings. Traduction alex_j via FCInter1908.
  18. Comme annoncé plus tôt dans la journée, le Suning a mandaté Goldman Sachs pour rechercher des repreneurs potentiels. Sole 24 Ore et Sportmediaset font un point financier et stratégique. La possibilité d'une vente de la participation majoritaire dans l'Inter par la famille Zhang est devenue d'actualité. Carlo Festa, journaliste d'Il Sole 24 Ore, fait le point sur la situation après le tweet de Fabrizio Biasin concernant le mandat donné par le Suning à Goldman Sachs pour rechercher des repreneurs potentiels. Plus précisément, selon Festa, le mandat de GS n'est pas une nouveauté de ces dernières heures, mais c'est une cession datant de deux ans, lorsque BC Partners a approché Inter. Maintenant, la banque de confiance des Zhang replanche sur le dossier, aussi parce que dans 20 mois, les Zhang seront contraints de rembourser le prêt d'Oaktree de 275 M€ accordé à la holding luxembourgeoise. "Ensuite, il y a un deuxième aspect important, de nature technique : le prêt sur trois ans de 275 M€ accordé par le fonds américain Oaktree à la holding luxembourgeoise de la famille Zhang qui contrôle l'Inter arrivera à échéance en 2024. C'est-à-dire qu'il y a un an et 8 mois à faire. Il est tout à fait normal que, dans le domaine financier, on aille étudier une option de remboursement du même prêt au bout d'un an environ. C'est pourquoi Goldman Sachs commence à replancher le dossier. Comment la famille Zhang remboursera-t-elle le prêt ? Il est peu probable qu'il puisse obtenir l'argent de la Chine. Il lui est plus facile de choisir de vendre le club à un tiers afin de rembourser une partie des investissements réalisés dans le passé par la famille et Suning ainsi que les dettes." Cependant, selon Sportmediaset, il est possible que la famille Zhang vente à perte même avec 1,2 milliard. "La valorisation globale du club est similaire à celle de Milan, 1,2 B€, mais en tenant compte du fait que la dette financière, 400 M€, fait partie de la valorisation, mais ne va pas dans la poche du vendeur et que le Suning a donc investi bien au-delà de 660 M€ dans le club, il n'est pas exclu que le club soit vendu à perte." Traduction alex_j via FCInter1908.
  19. Selon le média italien FCInterNews, PIF n'a pas fait d'une nouvelle offre ou n'a initié aucune diligence pour reprendre les pourparlers avec Suning. L'affaire d'une éventuelle vente de l'Inter à PIF a refait surface en ces heures. Après l'indiscrétion lancée par Sportitalia immédiatement après le match contre le Bayern Munich, on parle encore de la possibilité que Suning passe la main si une offre de 1,2 milliard d'euros arrive. Mais selon ce que FcIN a constaté, il n'y a pour le moment aucune demande officielle et aucune diligence. En effet, des milieux financiers on apprend comment le fonds PIF, après avoir déjà investi à Newcastle, n'a plus intérêt à investir à nouveau dans le football. Déjà au moment d'entrer dans ce secteur, PIF a rejeté une hypothèse italienne car elle était moins avantageuse d'un point de vue économique : les revenus de la télévision sont inférieurs à ceux de l'Angleterre et les sources de revenus sont plus faibles. A cause de cela, Newcastle a été préféré, certainement pas un top club de Premier League, à un top club italien. D'un autre côté, s'il y avait vraiment eu une offre de 1,2 B€, la famille Zhang aurait sûrement déjà mené les négociations. En effet, ce chiffre même est légèrement supérieur à ce qu'elle demanderait pour vendre l'Inter, 1 B€. La seule certitude pour le moment est le prêt à rembourser à Oaktree d'ici 2024. Si cela ne se produit pas, l'Inter passera sous leur propriété, à la manière d'Elliott-Milan. Il y a eu quelques sondages aux États-Unis où le football italien a toujours son charme, mais jusqu'à présent sur le concret. Traduction alex_j via FCInterNews.
  20. Le journaliste italien Luca Marchetti a expliqué que la quasi-totalité de l'argent dépensé par l'Inter pour le mercato provenait de l'accord ferme pour Joaquin Correa. Xavier Jacobelli pointe le remboursement pour Oaktree. S'exprimant lors de sa chronique pour Tuttomercatoweb, Luca Marchetti a décomposé les finances de la fenêtre de transfert de l'Inter alors qu'elle tire à sa fin. Il a mentionné que l'Inter n'avait en fait dépensé que 28 M€ cet été et que 24 M€ sont partis pour Joaquin Correa contrat permanent après l'année qu'il a passée en prêt avec nous. "L'Inter a dépensé un peu moins que la Lazio, bien que (en fait) presque tout l'argent dépensé (24 millions sur 28) soit précisément pour Correa." Il a ensuite expliqué comment l'Inter avait besoin de créer de l'argent en vendant des joueurs marginaux et des jeunes stars qui n'ont actuellement aucun rôle dans l'équipe A . "La reine du marché de juin est avec l'arrivée de Lukaku, surtout ces derniers jours, a dû se méfier des assauts sur Skriniar et Gosens." "L'Inter a dû faire face aux nécessités économiques et a réussi à subventionner le marché (manquant toujours de ce plus que la propriété avait demandé) avec les cessions de joueurs qui n'avaient en fait jamais (ou presque jamais) porté le maillot de l'Inter en équipe A. (Casadei, Di Gregorio, Gravillon, Pinamonti)." "Les arrivées sont toutes techniquement en prêt (ou sur un paramètre zéro), dépensant environ 15 M€ cette année." Il a ensuite ajouté que l'été prochain il y aura des obligations comme l'achat de Robin Gosens. "Bien sûr : l'année prochaine il y aura des obligations (dont celle de Gosens) mais l'Inter se retrouve avec la même équipe que l'an dernier, qui est passée à un cheveu du Scudetto avec Perisic en moins et Lukaku en plus. Et avec des alternatives encore plus solides. Tant qu'il n'y a pas de surprises aujourd'hui." S'adressant à la radio italienne TMW, Xavier Jacobelli a estimé que les Nerazzurri sont conscients de la nécessité de rembourser le prêt en temps voulu dans toutes leurs transactions tant que la dette est impayée. "Les préoccupations au sein de l'Inter sont liées aux problèmes des entreprises. D'ici 2024, le prêt doit être remboursé à Oaktree, et dans cet esprit, ils ont opéré sur le marché des transferts, concluant des accords intelligents. Les joueurs importants ont été gardés, de Skriniar (pour l'instant) à Bastoni, et ils ont essayé de faire venir de l'argent des joueurs 'secondaires'." traduction alex_j via Sempreinter.
  21. C’est une information à prendre au conditionnelle : Selon Tuttosport, Suning, qui a décidé de ne pas abandonner l’Inter, aurait très récemment refusé 900 millions d’euros. "Les bruits de couloir continuent autour de la propriété de l’Inter : Ces dernières semaines, Suning a rejeté une offre d'achat du club pour un montant de 900 millions, soit une somme considérée comme inférieur au milliard d’euros demandé par la Famille Zhang. D’éventuels développements pourraient avoir lieu dans les mois à venir. La source intéressée serait américaine, comme celle de la majorité des Entreprises ou des Fonds Financiers qui reprennent le contrôle des différents clubs italiens, comme l’est dernièrement l’Atalanta." "Ces 900 millions seraient la seconde proposition d'achat de l'Inter refusée après celle du fonds anglais Bc Partners, il y a un an. En effet, il n’est pas impossible d’inclure de façon sur dans cette liste le Fonds souverain du Royaume D’Arabie-Saoudite Pif. Selon certaines sources, les propriétaires actuels de Newcastle avaient négocié pour s’offrir l'Inter jusqu'à la mi-septembre, avant de se tourner vers la Premier League suite à l’absence d’un accord global avec Suning. D’autres sources font été que l’intérêt de Pif n’avait jamais été réellement concret." "La certitude est que la Famille Zhang souhaite conserver sa majorité d’actions dans l’Inter, comme l’a déjà confirmé par le passé, l’Administrateur-Délégué Corporate Alessandro Antonello". Quelles sont les perspectives de croissance autonome de l’Inter ? "Après avoir conclu la renégociation de sa dette obligataire, les investisseurs ont été rassurés sur le fait que le club Nerazzurro dispose de suffisamment de liquidités pour tenir jusqu'à la fin de la saison prochaine. Une assurance qui n’était pas escomptée vu que l'Inter avait eu du mal à payer les salaires de ses joueurs lors de la saison 2020-21. Mais disposer de liquidités est le strict minimum, car cela ne peut pas devenir un pilier sur lequel fonder une projection à moyen et long terme." "La vision ne peut d'ailleurs pas être trop éloignée, vu qu’en mai 2024 expire le délai de remboursement du prêt de 275 millions octroyé par le fonds californien Oaktree. Et il n'est pas concevable de songer à une reprise d’une sponsorisation en provenance de la Chine comme ce fut le cas lors du premier triennal de la gestion de Suning." Selon vous, si une offre d’un milliard d’euros est déposée sur la table, Suning vendra-t’il l’Inter ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  22. Selon Il Sole 24 Ore, Oaktree aurait donné mandat pour rechercher des repreneurs potentiels en vue d'une éventuelle vente ; extrait. Le Suning a répété à plusieurs reprises qu'il ne souhaitait pas vendre. Cependant, les conditions et circonstances ne peuvent exclure cette hypothèse à moyen-long terme. Au cours des derniers jours, une information importante s'est répandue: "Depuis quelques jours sur le marché, on parle d'une certaine rumeur de la banque américaine Goldman Sachs qui s'apprête à envoyer des potentiels investisseurs un teaser (un document avec des données confidentielles, ndlr) concernant l'Inter. Cet été, la famille Zhang a nié un désengagement. Cependant depuis Londres, il y eut des rumeurs concernant le créancier Oaktree qui n'aurait pas l'intention reproduire ce qui a été fait par Elliott avec le Milan. En effet, l'investisseur californien ne souhaiterait pas devenir propriétaire du club dans une éventuelle mise en vente. À ce stade, la seule carte dont dispose le Zhang pour rembourser les dettes est la vente future de l'équipe." En effet, selon une analyse de Calcio & Finanza, l'Inter a 400 M€ de dette nette dont les intérêts avoisinent les 40 M€ par an. Le plan serait donc de réduire ces pertes : le bilan de la saison dernière a clôturé sur une perte d'environ 140 M€, une amélioration par rapport au 245 M€ de l'année précédente. La différence est principalement liée aux opérations Lukaku-Hakimi, mais il est évident que des ventes de cette envergure ne sont pas possibles chaque année. La direction des Nerazzurri doit maintenir l'équipe compétitive, tout en tenant compte des fonds de l'entreprise. Pour éviter les ventes de cadres, il y a des talents de la pépinière, des plus-values nettes au bilan, comme l'opération qui amène Casadei à Chelsea. On pet également citer la vente de Pinamonti pour 20 M€ à Sassuolo. La cantera des Nerazzurri a fait gagner un joli trésor à l'Inter : plus de 160 M€ ces 5 dernières années. Une solution qui peut limiter les dégâts sans pour autant les réparer. Bien que le président Steven Zhang continue d'affirmer qu'il ne veut pas vendre, les conditions semblent très difficilement tenables à long terme. La valorisation globale du club pourrait être similaire à celle du Milan, 1,2 milliard. Mais en tenant compte du fait que la dette financière, 400 M€, fait partie de la valorisation sans aller dans la poche du vendeur et que le Suning a investi plus de 660 M€ dans le club, il ne peut être exclu que le club soit vendu à perte. À moins que les progrès sur le nouveau stade ne s'accélèrent soudainement et surtout que la nouvelle structure puisse garantir les hypothèses sur l'argent généré. Ceci explique pourquoi la famille s’accroche désespéramment au milliard, afin de limiter les pertes au maximum. Traduction alex_j via SportMediaset.
  23. En effet, il y a un an, Oaktree a sauvé la mise de l’Inter de Suning en lui octroyant un prêt de 275 millions d’euros, dont seulement une centaine a fini dans les caisses du Club Révélation de la Gazzetta Dello Sport "Steven Zhang n'a pas l'intention de vendre l'Inter. Malgré les difficultés économico-financière, le Président ne veut pas perdre le contrôle du club, pour lequel, au contraire, il a un plan précis : "Il ne le vendra pas". Cela ne sert à rien de tourner autour du pot d’une thématique qui plane sur l’Inter et sur Steven Zhang depuis plusieurs mois, et qui ces derniers jours est revenue à la surface, au milieu de mille rumeurs assurant le contraire, via des experts (ou présumés comme tels) qui jurent être au courant de « je ne sais quels scénarios." "La réponse est non : Le Président n'a pas l'intention de céder le Club, même si cela ne signifie pas que cela n'arrivera jamais, car après tout, il n'est pas bon de déplacer l'horizon trop loin. Mais il est bon de s’établir des échéances, de photographier la situation actuelle. Le président l'a répété de toutes les manières, même récemment à la direction du club, aux hommes les plus proches de lui : il n'y a aucun signe qui indique un adieu. Au contraire, le raisonnement se projette sur le moyen et le long terme, et non sur le court terme. Et les trophées remportés sur le terrain au cours des deux dernières saisons ne font que renforcer cette volonté du Président" L’idée de Suning "Suning a injecté 522 millions d'euros dans le club depuis 2016. Il y a un an, il a eu recours à un prêt de 275 millions en provenance du Fonds d'investissement Oaktree. Ce prêt expire d’ailleurs en 2024 avec un taux élevé de 10%." "Ce n’est pas étonnant que la Propriété tente de le revoir à la baisse car ce prêt comprend également un gage sur les actions du club, Celles-ci sont liés aussi au montant que Suning s'attend à rembourser à l'expiration des conditions, ou du moins imagine pouvoir renégocier". Pensez-vous d’ailleurs que Suning garde sous le coude déjà 100 millions d’euros pour n’en "rembourser"que 175 millions avec un taux meilleur ? Oaktree serait-il enclin à faire une faveur au Colosse de l’Orient ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  24. Investcorp et Ares Capital sont de retour. Selon ce que révèle Calcio&Finanza et La Repubblica, les deux fonds d’investissements dont les sièges sont respectivement au Bahreïn et aux Etats-Unis, misent à nouveau sur la Serie A depuis avoir visé le Milan. Dans la ligne de mire des deux sociétés, on retrouverait l’Inter du Suning grâce à la valeur de la Marque et ses projections de développements, stade inclus : L’hypothèse coïnciderait avec le voyage à New-York d’une délégation de l’Inter, en fin mai à l’occasion du Gala Della Serie A qui s’est déroulé au Metropolitan Museum. Le Chef de file de la délégation était nul autre qu'Alessandro Antonello, accompagné d’autres dirigeants tels que Luca Danovaro qui gère les recettes du Club et Barbara Biggi, La Directrice Global Marketing & Partnership, sans oublier un représentant de la Goldman Sachs. Comme le rapporte la Repubblica , durant cet évènement, un membre du groupe aurait répondu à une demande : "Qui ne s’offre pas le Milan, s’offrira l’Inter." Il pourrait bien sûr s’agir d’une simple parole en l’air. Mais il y a lieu également de considérer la réponse d’ Investcorp qui au lieu de démentir a répondu "No comment from us" soit "Pas de commentaire de notre part." Selon Wall Street, l’Italie est considérée comme un marché très attractif pour de très nombreux investisseurs internationaux, une destination appréciée pour faire fructifier ses propres recettes accumulées dans les Holdings, comme le prouve les nombreux propriétaires étrangers qui se sont installés en Serie A et Serie B. Ce n'est pas seulement l’Inter qui est en jeu. De nombreux autres clubs, en passant de la Sampdoria à la Fiorentina esans oublier Naples, sont suivis de près. Vrai ou faux ? Marco Bellinazzo s’est livré à Radio 24 dans le cadre de l’émission "Tutti Convocati": "A mon niveau, je ne suis pas surpris car les fonds américains ont levé environ vingt milliards ces dernières années pour investir dans le sport business et beaucoup d'entre eux se sont déjà placés, et parmi eux, beaucoup dans le football européen. Le marché américain s'intéresse beaucoup au Calcio, il suffit de penser à la Sampdoria. Nous sommes au stade où l'expansion américaine est plus forte face au recul chinois. Mais je dirais que l’Inter est déjà avec Oaktree et qu’elle n’a pas besoin d'un autre fonds". Selon Carlo Festa, célèbre journaliste du Sole 24 Ore s'est livré sur Twitter : "Des cercles proches d'Investcorp me disent qu'ils ne regardent pas l'Inter". Et pour Giovanni Capuano : "Je crois qu'il est crédible que dans le monde de la Finance un tel raisonnement ait lieu, mais il faut rappeler que les Zhang ont clairement déclaré à aux différents journalistes et aux employés qu'ils n'ont aucune intention de mettre fin à leur histoire avec l'Inter: Aujourd'hui, par rapport à il y a un an, la situation est différente." "Entre les opérations qui ont permis de récupérer des liquidités sur le marché et celle avec Oaktree, qui a permis de dispose de fonds, dont seule une petite partie a été utilisée, il n’y a pas ce besoin immédiat, dans l'année et demie à venir de changer de propriété. Et c'est exactement ce que voulait la Famille Zhang: Gagner du temps pour continuer ou négocier les meilleures conditions de sortie possibles". Lorsque l’on sait que par le passé Suning voulait en premier lieu le Milan avant l’Inter, vers un Bis-Repetita ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  25. C’est une révélation d’Il Giornale, après les différentes rumeurs faisant état de l’intérêt de Bc Partners ou de PIF, à présent, il n’y a plus de doute : le futur de l’Inter restera estampillé Suning! "La propriété chinoise reste fermement à la tête du club et semble avoir surmonté les grandes difficultés auxquelles elle avait été confronté il y a un an. Sa volonté est d’aller de l’avant, car Suning a débarqué à l'Inter pour gagner :Lorsque l’argent était disponible, il n’a pas hésité à investir, et curieusement et c’est aussi parce que cela se passe comme ça dans le milieu du football : La Victoire la plus importante est arrivée au terme de la période la plus difficile." "Les conséquences de la pandémie,les restrictions imposées par le gouvernement chinois, sans oublier la crise internationale ont marqué et fait matériellement fait très mal à l'Inter, au point d’impacter les salaires, mais elle a dominé le Championnat. Mais à présent, Suning a officiellement retiré l’Inter du Mercato : Le club n’est plus à vendre et ce même si l’opération la liant au prêt d’Oaktree, à savoir 275 millions d’euros au taux phénoménal de 12%, pourrait rappeler le Milan de Yonghong Li qui a du s’incliner devant le fond Elliott." "Les Zhang confirment vouloir rester pour très longtemps à Milan, même après les rumeurs faisant état d’un intérêt dans la péninsule arabique. Bien sûr, jusqu’à présent, Suning avec l’Inter n’a pas gagné, mais seulement perdu beaucoup d’argent". ®Antony Gilles – Internazionale.fr
×
×
  • Créer...

Information importante

En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. Nous ajoutons des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer votre expérience sur notre site. Consultez notre Politique de confidentialité. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer...