Aller au contenu
×
×
  • Créer...

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'paolo dal pino'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

25 résultats trouvés

  1. Ces derniers jours, le Conseil de la Lega Serie A a approuvé la nouvelle formule de la Coupe d’Italie qui mettra aux prises, dès la saison prochaine, les 20 clubs de Serie A et de Serie B et 4 clubs de la Lega Pro. Le communiqué officiel "Le tournoi prévoit un tableau de style tennistique composé de 40 équipes : 36 insérées directement et 4 en provenance d’un tournoi préliminaire qui mettra aux prises 8 formations. Les six tours de la manifestation se disputeront en une seule confrontation directe, exceptions faites des demi-finales. Tout sera retranscrit dans le Règlement du tournoi qui sera publié dans les prochain jours." "La nouvelle formule nous satisfait pleinement, elle réduit la concentration de matchs pour les joueurs tout en augmentant la compétitivité, dès les premiers tours en garantissant la participations des trois championnats professionnel, qui reprendra de la sorte, les meilleures formations de la Lega Pro" - Paolo Dal Pino, Président de la Lega Serie A "La décision de la Lega Serie A va dans la direction d’une participation de tous les championnats professionnels en une seul compétition qui représente l’Histoire de notre Pays." - Mauro Balata, Président de la Lega Serie B "C’est un accord positif qui réouvre, immédiatement, la porte à ola Serie C pour un futur projeté de réforme. Se pencher sur le système mis en place est la voie principale à entreprendre pour réformer le Calcio" - Francesco Ghirelli, Président de la Lega Pro ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  2. Le président de la Serie A, Paolo Dal Pino, a confirmé que le match aurait lieu en Arabie saoudite. Selon la Gazzetta dello Sport, il devrait avoir lieu en Janvier. "Ce sera en Arabie saoudite parce que c'est ce que dit le contrat. Cela se déroulera avec les fans et ce sera extraordinaire, car Inter vs Juventus est une excellente publicité pour le football italien." Selon la Gazzetta dello Sport, cette Supercoppa devrait avoir lieu en Janvier. La Supercoppa Italiana était déjà jouée en Arabie saoudite en 2019, lorsque la Lazio a battu la Juventus 3-1 à Djeddah. L'Inter et la Juventus ne se sont rencontrés qu'une seule fois en Supercoppa Italiana, en 2005. A cette occasion, ce sont les Nerazzurri qui en sont sortis victorieux. Le match s'était terminé avec un 0-0 après 90 minutes avant que Juan Sebastian Veron ne marque en prolongation, assurant une victoire 1-0.
  3. Intervenu à Radio Sportiva, Andrea Costa, le sous-secrétaire d’état à la Santé s’est montré convaincu sur le retour des tifosi dans les stades italiens "Il n’y a aucun doute sur le fait que revoir les tifosi dans un stade après tant de mois, est un signe de confiance pour le pays, nous visons un retour graduel à la normalité. Je soutiens l’hypothèse de bon sens que les stades seront des lieux surs, si on peut y faire un contrôle pour y accéder." "Dans la journée d’aujourd’hui (Ndr 20/05), nous regarderons s’il y aura des développement pour autoriser un accès limité pour la dernière journée de Serie A. Nous devons nous pencher sur le prochain championnat." "Je me sens apte à vous dire qu’il y aura certainement un pourcentage plus important que celui des 25% proposé à l’Euro. Le critère pour rentrer à l’Olimipico, où il y aura 18.000 spectateurs durant l’Euro, est la Green Pass. Il y a de grands échanges et de collaboration avec Dal Pino et Gravina, ils font preuve d’une grande compréhension et nous leur faisons part d’une grande disponibilité : Le protocole d’accès fonctionne." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  4. Les dirigeants des clubs de Serie A semblent avoir retrouvée une certaine unité et cohésion ce mardi 11 mai. En effet, ceux-ci se sont réunis physiquement, après trois mois d’assemblée dans des vidéos conférences dominées par des thématiques empoisonnantes. Si la page est à présent tournée, l’objectif prioritaire est de parvenir à la soutenabilité du système Révélation du Corriere Della Sera Les démissions de Paolo Scaroni et Giuseppe Marotta ont été rejetée par le Conseil Fédéral, Ceux-ci continueront à y siéger, en isolant de la sorte le groupe armé formé par Lotito, De Laurentiis et Joe Barone, qui critiquaient la gestion de Gabriele Gravina et qui avait demandé, en vain le renvoi de Paolo Dal Pino. Les clubs sont, à présent, concentré sur les réformes à mettre en œuvre. Dans le document en cours de formulation, on peut y retrouver la réduction des couts, la réduction des salaires, la réforme du championnat comme thématique. Le projet relatif au Championnat est de l’adapter à un format à 18 clubs et d’harmoniser les promotions et les relégations. Dans ce document, nous retrouvons également les agents et le Salary Cap demandé à l’UEFA. D’ici à une dizaine de jour, les clubs vont se réunir à nouveau pour examiner en détails les thématiques soulevées hier ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  5. Interviewé par Rai Gr Parlamento, le Sélectionneur national de l’Italie, Roberto Mancini, a présenté ses félicitations à l’Inter et à Antonio Conte pour la conquête du 19ème Scudetto de l’Histoire Nerazzurra "Le Scudetto de l’Inter lui est amplement mérité: L’Inter a tellement de points d’avance sur le second. Antonio Conte a réussi à exploiter à exploiter le meilleur des joueurs dans un championnat très long, c’est une qualité importante." La croissance de Barella et Bastoni ? "C’est fondamental de laisser de la place aux jeunes, s’ils ont des qualités, elles vont rejaillir." Le Saviez-Vous ? "Ou tu es dedans ou tu es dehors, mais tu ne peux pas être entre les deux" - Une citation valable dans plusieurs domaines A peine le Scudetto en poche, Steven Zhang a reçu les félicitations des institutions italiennes : Gabriele Gravina, Paolo Dal Pino, Giovanni Malagò… Mais il a également été félicité par téléphone par Gianni Infantino et Aleksander Ceferin Gageons que les différentes institutions doivent voir d'un bon œil le titre national italien quitter le club d'Andrea Agnelli ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  6. En effet, Paolo Dal Pino, le Président de la Lega Serie A, s’est livré à la suite du feu vert du Gouvernement italien, à la demande d’accueillir à nouveau des Tifosi dans un stade "Je remercie le Gouvernement pour avoir accepté notre demande de faire revenir le public dans un stade à l’occasion de la prochaine finale de la Coupe d’Italie. Il s’agit d’un signe vers un retour à une normalité dont nous avons tous besoin." "Je reste confiant sur le fait d’ouvrir les stades, également à un millier de spectateurs et en toute sécurité, pour les deux dernières journées de championnat." Voici la réaction d’Andrea Costa Le Sous-Secrétaire au Ministère de la Santé liée au Sport s’est livré à Sky Sport: "L’aval du Gouvernement au public présent dans le stade, à l’occasion de la Finale de la Coupe d’Italie, est une belle nouvelle. Nous raisonnons sur une capacité de 20%. Le CTS est au travail pour définir quel seront les protocoles qui garantiront les flux d’entrées et de sorties et la santé publique." Le public dans les stades pour les derniers matchs de Serie A ? "Nous débattons sur le sujet, il y a des réflexions en cours, nous devons viser un objectif à la fois: Aujourd’hui, l’objectif de la Finale de la Coupe d’Italie est important vu comment le Gouvernement s’est mis en position pour proposer, via un groupe de travail, les conditions destinées à augmenter les réouvertures et à garantir au football et au sport, la présence du public." "Il faut tenir à l’esprit que lorsque nous faisons preuve de disponibilité, que cela envoie un signal à tout le pays: Il y a ce besoin de revenir graduellement à la normalité et je crois que cette information doit alimenter un climat de positivité, d’espérance et de confiance envers l’avenir." "Jours après jour, nous analysons les données de l’épidémie et du plan vaccinal. Nous cherchons à créer les conditions qui nous permettront de retourner graduellement à la normalité : Le Sport et le Calcio ont, une fois de plus, ouvert la voie." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  7. Calcioefinanza.it a révélé que Dal Pino avait eu des "mots très durs'' envers les Nerazzurri et la Juventus après leur tentative de rejoindre la Super League européenne. L'Inter et la Juventus étaient deux des sept clubs (avec l'Atalanta, Fiorentina, Lazio, Naples et Hellas Verone) à s'opposer à un accord qui aurait vu la Serie A vendre une participation de 10% dans sa société de nouveaux médias à un consortium de capital-investissement pour 1,7 milliard d'euros. Dal Pino les a accusés d'avoir tenté de saboter cet accord et de nuire à l'image de la ligue avec leur tentative de rejoindre la Super League. Autrement dit, pendant la journée, quelqu'un a tissé la toile d'intérêt de la Ligue de Serie A, la nuit, il l'a démontée. L'Inter faisait partie de plusieurs clubs qui auraient réclamé la démission de Dal Pino la semaine dernière, mais il a insisté - à la fin d'un discours qui a duré plus d'une demi-heure - qu'il continuerait et espérait revenir à un dialogue constructif. Beppe Marotta pourrait être contraint de démissionner de son poste de conseiller de la Fédération italienne de football après le fiasco de la Super League, mais les clubs ont décidé que la question serait discutée à une date ultérieure.
  8. En effet, la Super League a laissé des plaies ouvertes qui sont difficiles à colmater. Si la Super League est de l’histoire ancienne, les Clubs de la Serie A se préparent à sortir la sulfateuse Révélation de la Repubblica relayée par Calcio&Finanza Andrea Agnelli est considéré comme l’ennemi public numéro un, et chaque clubs, dont la Roma, le Torino et le Genoa sont prêt à entreprendre une action en responsabilité contre le Président de la Juventus. D’autres clubs évaluent la possibilité d’intenter des actions en justice. Pour quel motif ? La raison du naufrage de la négociation relative à la Création de la Media Company accompagnée de l’entrée des fonds de Private equity Cvc, Advent et Fsi, qui étaient disposé à verser 1,7 milliards d’euros au sein de cette nouvelle société qui aurait dû gérer les droits télés et les aspects commerciaux. Un accord avait été voté à l’unanimité en novembre, avant d’être ensuite sacrifié face à l’offre alléchante de la Dazn pour l’obtention des droits de la Serie A 2021-2024 sans oublier le scandale lié à la Super League. "Vous avez saboté la négociation avec les fonds en sachant que vous feriez la Super League" a assené Urbano Cairo, le Patron du Torino à Agnelli lors de l’assemblée qui s’est tenu ce lundi. En effet, par le passé, Agnelli avait rejoint le comité de négociation dont l’objectif aurait dû être la réalisation d’une feuille de route afin de définir l’entrée des fonds d’investissements. Toutefois, en janvier, il a reçu la visite de Florentino Perez, le Président du Real. Et après une réélection houleuse de Paolo Dal Pino à la présidence de la Lega, lui qui était porteur de l’opération relative aux fonds, la feuille de route s’est toujours retrouvée reportée jusqu’à la rupture définitive avec la Juve et l’Inter qui se sont positionné comme réfractaires Le tout, suite à une "clause de responsabilité" qui prévoyait de lourdes pénalités en cas de perturbation du format adopté Outre Agnelli, les deux autres clubs impliqués dans le lancement de la Super League sont l'Inter et le MIlan. Giuseppe Marotta a décidé de prendre du recul par rapport à sa fonction de Conseiller Fédéral si l'assemblée souhaite qu'il l'abandonne. Il en va de même pour Scaroni, le président de Milan réfléchi également sur son rôle de Conseiller à la Lega, étant donné la prise de position des autres clubs. Enfin, pour revenir sur les droits TV, Sky a décidé de faire appel contre Dazn sur base de la violation dela loi Melandri, qui interdit à un seul opérateur d'avoir tous les droits de diffusion. La Lega n'est pas inquiète et, dans le respect des règles, elle procédera à l'attribution d'un package qui n'impliquera pas Dazn, mais un autre licencié toujours en course ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  9. L’Atalanta, championne d’Italie 2021/2022 ? Vous n’y croyez pas ? Pourtant, la Dea a cet objectif en tête. En effet, comme le révèle la Repubblica, l’Atalanta, l’Hellas Vérone et Cagliari exigent l’exclusion de l’Inter, de la Juve et du Milan de la Serie A En effet, c’est l’Armageddon dans le monde du football européen, le choix des 12 clubs fondateurs a créé un séisme au vue de leur importance sur la carte europAtalanta En Italie, la fronde est déjà lancée. En effet, lors du dernier conseil de la Lega Serie A convoqué d’urgence, la rupture s’est matérialisé avec un impact encore à définir. Raison pour laquelle le Président Paolo Dal Pino et l’Administrateur-Délégué Luigi De Siervo se sont associé à travers un communiqué écrit noir sur blanc par l’Uefa Selon le quotidien, les clubs risquent l’expulsion des compétitions gérées par l’UEFA et la FIGC, qu’il s’agisse de l’équipe première, des équipes féminines, sans oublier les équipes de jeune. L’impact financier sera "léger" étant donné que pour adhérer à la Super League, celle-ci offrira en cadeau du bienvenue 350 millions d’euros immédiatement. Entre sponsor et droit télés, les primes peuvent atteindre les 6 milliards d’euros. Selon Tuttosport, l’Uefa et la Fifa menace également les joueurs de les suspendre pour les sélections nationales, les plaçant devant un choix d’argent ou un choix de gloire: "L’espoir reste qu’un compromis sera trouver pour contenter tout le monde" Selon la Gazzetta Dello Sport, "La Super League va tuer les championnats nationaux, les coupes nationales et les Coupes d’Europe, comme les sélections nationales au nom d’un spectacle Da NbA. 12 contre le reste du Monde : L’UEFA, les fédérations et les ligues étudient avec la Fifa des dommages s’élevant entre 50 et 60 milliards d’Euros. Et avec la Fifa, les rebelles pourraient se voir exclus." Le Scénario d’un Euro sans Ronaldo, Pogba, Ramos, De Bruyne, et d’un championnat sans la Juve, l’Inter et le Milan se profile-t ’il ? "Les bureaux d’avocats situé à Nyon ont commencé à chiffrer les dommages envers les séparatistes : Même les Gouvernements interviennent. Cet après-midi, une conférence se tiendra avec l’ensemble des Président des Clubs de Serie A pour faire le point : Toute l’Europe tente d’empêcher la fin du football que nous connaissons." JP Morgan confirme le financement La banque américaine JPMorgan a annoncé lundi qu'elle allait financer le projet de "Super League" européenne de football, porté par une poignée de clubs parmi les plus riches et qui secoue le monde de football: "Je peux confirmer que nous finançons l'opération", a indiqué à l'AFP un porte-parole à Londres de la banque, ajoutant n'avoir pas d'autre commentaire à ce stade. La Commission Européenne s’oppose au projet "Le projet de Super Ligue porté par une poignée de clubs de football parmi les plus riches en Europe est contraire aux valeurs européennes de "diversité"et d'"inclusion", a estimé lundi Margaritis Schinas, vice-président de la Commission européenne, sur Twitter. "Nous devons défendre un modèle européen de sport fondé sur des valeurs, sur la diversité et l'inclusion. Il n'est pas question de le réserver aux quelques clubs riches et puissants qui veulent rompre les liens» avec les fédérations nationales. Rompre les liens avec ces fédérations reviendrait à renoncer à soutenir le "football amateur de base. L'universalité, l'inclusion et la diversité sont des éléments clés du sport européen et de notre mode de vie européen", insiste le commissaire grec. Emmanuel Macron réagit également "Le président de la République salue la position des clubs français de refuser de participer à un projet de Super League européenne de football, menaçant le principe de solidarité et le mérite sportif" , a expliqué l'Elysée à RMC. "L’Etat Français appuiera toutes les démarches de la LFP, de la FFF, l’UEFA, et de la FIFA pour protéger l’intégrité des compétitions fédérales qu’elles soient nationales ou européennes." Andrea Agnelli, le Judas de Ceferin En effet, la Rosea revient sur un fait qui s’est tenu en novembre dernier et sur la position du Président de la Juventus: "Le 19 novembre dernier, la Serie A avait voté à l’unanimité l’entrée des fonds d’investissement dans la Lega : Cvc, Advent et Fsi, étaient intéressés par un partenariat." Pourtant, il y a eu un volte-face du Président turinois : "Les fonds allaient devoir gérer les droits télés de la Serie A et une clause reprise dans l’accord préliminaire faisait état que les clubs devaient respecter une période de dix ans sur le fait de ne pas s’engager sur de nouvelles manifestation telle que la Super League." "Cela explique le volte-face d’Agnelli : La Super League sponsorisée viendrait en aide plus à son club, qu’aux clubs commun de la Serie A. La Super League contraste avec la tentative de restituer ses valeurs au Calcio et est encore plus en opposition avec le projet de la Nouvelle Ligue des Champions qui débutera en 2024 avec un élargissement de la compétition à 36 équipes." Ne jamais faire confiance à un Juventine En effet, comme le confirme le Corriere Della Sera: "Andrea Agnelli avait travaillé étroitement avec Alekansder Ceferin, numéro un de l’Uefa et ami personnel, sur la réalisation de la nouvelle Ligue des champions : Pour Ceferin, le comportement d’Agnelli est celui d’un traite: "Furieux le président de l'Uefa Ceferin a contacté Agnelli: un coup de téléphone orageux dans lequel il l'aurait traité de traître. Irrité par le numéro un de la FIGC Gravina et le président de la ligue de Serie A Dal Pino. Un conseil extraordinaire a eu lieu hier en Ligue: la Juve, l'Inter et Milan ne semblent pas craindre les menaces, convaincu que personne ne les chasserait jamais de A." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  10. "Un acte de méfiance et une dénonciation d’une mauvaise gestion." Telle est l’analyse d’Il Sole 24 Ore à la suite de la demande formelle de la démission adressé à Paolo Dal Pino, le Président de la Lega Serie A Cette demande émane de 7 clubs parmi lesquels, on retrouve l’Inter : La lettre du club demande à Dal Pino de faire un pas de côté, car il n’y a plus de confiance en lui. Celle du Studio Chiomenti exige des dommages et intérêts en raison des dommages occasionnés sur la gestion des droits et des fonds d’investissements. Les 7 clubs actifs en première ligne seraient l’Atalanta, la Fiorentina, l’Inter, la Juventus, la Lazio, le Napoli et l’Hellas Véerone: Le Président Dal Pino est au cœur des lamentations des clubs en regard à l’affaire des fonds d’investissements. Les sept clubs se sont déclarés contraire à l’entrée d’un concordat composé de Cvc, Advent et Fsi, mais il y a aussi la thématique des droits télés. Même si les courriers n’en font pas mention, l’origine de la fronde fait référence à l’ouverture au public pour l’Euro 2020, un acte considéré comme contraire à la situation persistante relative à la fermeture des stades au public et qui n’est plus considéré comme soutenable par les clubs concernés. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  11. C’est l’information de la journée : La Lega Serie A rappelle ses tifosi dans les stades. En effet, depuis l’annonce du Gouvernement qui octroi l’ouverture partielle de l’Olimpico de Rome à hauteur de 25% de sa capacité pour l’Euro, les clubs de la première division italienne ont demandé à rouvrir également leurs enceintes. Et le Président de la Lega, Paolo Dal Pino, va en ce sens : "La Lega Serie A a déjà déposé, il y a un an, un protocole détaillé relatif à l’ouverture des enceintes au public, dans une sécurité et une tutelle maximal pour les tifosi, avec un pourcentage qui se voudra graduel." "Nous nous attentons à ce que pour les prochains matchs, nous soyons en mesure d'accueillir au moins 1000 tifosi, un nombre similaire à celui qui avait été pris en considération à l’ouverture de la saison, un nombre qui est capable de garantir amplement la distanciation dans une structure ouverte à l’extérieur." Pour rappel, en octobre dernier, le retour de ce millier de tifos, avec masque et distanciation avait été suspendu à travers le Dpcm. Mais à présent, la Lega s’attends à ce que le numéro de spectateurs présents soit rétabli: L’étude effectuée, soit un dossier dépassant les 400 pages, est destinée au Gouvernement. Celle-ci se base sur la distanciation sociale et l’usage des masques, mais aussi sur l'auto-certification et les modalités d’accès et de départ du stade via l’usage de flux bien défini." L’objectif de la Serie A est d’être dans la possibilité d’accueillir, à hauteur d’une présence de 25%, les tifosi dans ses stades respectif pour les deux dernières journées. Et comme le révèle la Gazzetta Dello Sport, cela voudrait dire "recevoir des milliers de tifosi pour Roma-Lazio et Juve-Inter qui sont programmé à l’avant dernière journée, tout comme Atalanta-Milan qui est programmé lors de la dernière journée de la saison." Cautionnez-vous la demande de Paolo Dal Pino ? Si la demande est acceptée L’Inter pourra célébrer son Scudetto à domicile lors de la dernière journée. De son côté, Antonio Conte aurait droit à un retour en qualité de conquérant, sur ses anciennes terres, en présence de supporters turinois chahuté et bouleversé par une saison cataclysmique ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  12. L'Inter et six autres clubs de Serie A menacent d'intenter une action en justice sur les droits TV pour les trois prochaines années. Le média italien ANSA rapporte que l'Inter, l'Atalanta, la Fiorentina, la Juventus, la Lazio, Naples et le Hellas Verone ont tous signé une lettre adressée au président de la Serie A Paolo Dal Pino, son PDG Luigi De Siervo, et aux 13 autres clubs de la Serie A les exhortant à conclure un accord pour les droits TV de la Serie A dès que possible. En outre, la lettre souligne qu'ils sont contre l'hypothétique accord proposé avec un consortium d'un groupe de fonds financiers. Selon le rapport, 7 clubs ont menacé de poursuivre en justice en déposant des "demandes légitimes d’indemnisation" contre quiconque faisant obstacle au processus. Dans la lettre, les clubs ont également souligné comment une réunion avait eu lieu le 1er mars avec les investisseurs intéressés sans qu'aucun des PDG des clubs n'y soit alerté ou invité. L'Inter et les autres clubs s'attendent à ce qu'un accord soit conclu prochainement, ce qui serait une garantie de revenus bénéfique dans une période difficile pour tous les clubs.
  13. La Lega se penche actuellement sur l'appel d'offre des droits TV pour la période 2021/2024. Alors que Discovery et Mediapro ont été écartés de la compétition, DAZN et la Sky ont fait leurs propositions à la ligue italienne comme il se fait de manière usuelle. Avec le contexte actuel il est dur de valoriser un produit comme la Serie A, déjà en retard par rapport aux trois autres gros championnats d'Europe. Pour cela il y a une solution alternative proposée par la Lega et Paolo Dal Pino, son président : créer une société spécifique qui aurait la pleine gestion des droits TV de la Serie A. Mais là où le bât blesse, c'est qu'il souhaite l'ouvrir à des investisseurs privés. Ces derniers auraient logiquement un pouvoir lors des assemblées de la Lega. La conséquence ? Certains clubs perdraient de l'influence sur la ligue. Déjà bien scindés et peu solidaires entre eux ces derniers mois, deux camps et deux visions s'opposent sur ce sujet. Sept clubs viennent d'adresser une lettre de deux pages demandant à la Lega de voter contre la création de cette structure et l'entrée de fonds privés. L'Atalanta, la Fiorentina, l'Inter, la Juventus, le Napoli et Vérone ont signé cette lettre. Les dirigeants de l'AC Milan, de Cagliari ainsi que ceux de l'Udinese partagent le point de vue mais souhaitent rester neutres pour le moment. A l'inverse du Genoa, de la Sampdoria, de l'AS Roma, de Bologne, de Crotone, de Benevento et de Parme. Paolo Dal Pino est au fait de ce désaccord profond et souhaite trouver un bon équilibre pour tous. C'est demain qu'a lieu l'assemblée sur ce sujet, affaire à suivre donc. ®gladis32 – internazionale.fr
  14. Le 6 février 2026 aura lieu l'inauguration des JO d'hiver à Milan, et c'est à partir de cette date que l'échéancier pour le nouveau stade est établi. L’objectif est de voir l'enceinte construite et inaugurée six mois avant, pour la reprise de la saison en septembre 2025 donc. Une opération à 1.2 milliard d'euros qui vise à revitaliser tout un quartier. C'est financé à 60% par l'endettement et 40% par injection de capitaux. Le dossier rentre dans le dernier quart de la course puisqu'il faut attendre le feu vert de la municipalité d'ici février. Ensuite il restera à choisir lequel des deux projets remportera le gros lot. Puis un passage en région et l'approbation finale du conseil municipal. Si le processus ne subit pas de nouveaux contre temps, vers la fin de l'automne prochain il pourrait être clôturé. Le nouveau stade devrait garantir à l'AC Milan et l'Inter environ 200M€ de chiffre d'affaires par an. Par contre, la ville de Milan verrait son loyer fondre passant de 5M€ par an actuellement à 2M€/an. En attendant ce beau projet, à l'heure actuelle il est toujours impossible pour un tifoso de rentrer dans un stade. Paolo Dal Pino, président de la Lega, s'est exprimé sur cette problématique : "Je pense que les citoyens vaccinés devraient être autorisés au stade. Sur la question de la vaccination des athlètes, cela dépendra des décisions du gouvernement et je n'entrerai pas dans le sujet. En ce qui concerne l'ouverture des stades nous leur avons présenté un plan de 300 pages pour ramener les tifosi en toute supériorité, à environ 20/30% de la capacité des enceintes. Nous n'avons toujours pas reçu de réponses, pas même un appel. C'est très décevant." ®gladis32 - internazionale.fr
  15. Le footballeur italien Paolo Rossi, héros de la Coupe du Monde 1982 remportée par l'Italie, est mort à 64 ans, ont annoncé sa veuve et les médias italiens. Son épouse, Federica Cappelletti, a annoncé sa mort sur Instagram, publiant une photo du couple avec la légende "Forever," suivie d'un coeur. "Il n'y aura jamais plus quelqu'un comme toi, unique, spécial", a-t-elle aussi écrit sur Facebook. La nouvelle de son décès a été reprise dans la nuit de mercredi à jeudi par les médias italiens, qui ont aussitôt rendu hommage au légendaire attaquant italien surnommé "Pablito". "Paolo Rossi, l'aimable poète du foot qui a fait la joie de toute l'Italie en 1982 est mort", souligne sur son site le quotidien Il Corriere della Sera, qui évoque la "maladie incurable" dont il souffrait. Il était "l'homme qui fit pleurer le Brésil et emmena les azzurri de Bearzot à la conquête de la Coupe du Monde", relève de son côté le journal La Repubblica. "Je me souviens d'un footballeur extraordinaire, d'une excellent coéquipier et d'un ami. Parce que cette équipe du Mondial de 1982 était une équipe composée d'amis", a commenté le gardien de but Dino Zoff, lui aussi champion du monde 1982. "Rossi avait des qualités incroyables, ils faisait les choses justes au bon moment. Il était irremplaçable dans ce groupe". "Une partie d'entre nous s'en est allée avec lui, une partie de ma vie s'en va avec lui", a commenté son autre coéquipier Fulvio Collovati. "Douleur profonde" Le président de la Fédération italienne de foot Gabrielle Gravina a déploré une "douleur profonde, une blessure au coeur de tous les passionnés (de foot) qui sera difficile à guérir (...) Il a inspiré avec son style de jeu de nombreux attaquants des nouvelles générations". "La Serie A pleure un immortel de notre football, aimé du monde entier", a réagi son côté le président de la Serie A, Paolo Dal Pino. L'annonce du décès de Rossi intervient moins de deux semaines après celui de la légende argentine Diego Maradona, qui avait remporté la Coupe du Monde 1986. Paolo Rossi, qui n'aurait pas dû jouer la Coupe du Monde 1982, en est finalement devenu le héros avec six buts et un triomphe. Suspendu pour trois ans en mars 1980 dans le "Totonero", une affaire de scandale de matches de football truqués et de paris illégaux en Italie, il avait cependant été convoqué pour le Mondial 1982 en Espagne, après une réduction de sa sanction, malgré le scepticisme de la presse et des tifosi. Au "Mundial", Rossi explose avec un triplé lors d'un mythique Italie-Brésil (3-2) qui élimine la Seleçao et envoie les Azzurri en demies. Face à la Pologne, il s'offre un doublé et une place en finale. Lors de cet ultime match contre la RFA, le Toscan marque le premier des trois buts italiens (3-1). L'Italie remporte sa 3e Coupe du monde, Rossi finit meilleur joueur et buteur. Et le Ballon d'Or vient couronner cette année exceptionnelle. "Capocannoniere" Sa carrière en club est plus contrastée. Déniché adolescent par les recruteurs de la Juventus, ses premières années bianconere sont ternies par trois blessures à un ménisque. Meilleur buteur de Serie B avec 21 buts et montée en Serie A: avec le Lanerossi Vicenza, rejoint en 1976, il connaît ses premiers succès. La saison suivante, son club titille la Juventus pour le scudetto et il finit à nouveau "capocannoniere" (24 buts). La Juventus tente alors de le récupérer, en vain. Après une dernière saison et une relégation avec Vicence, il part pour Pérouse, où son passage est chamboulé par le Totonero. Deux ans de suspension plus tard, Rossi revient à la Juve. La saison 1983-84 est synonyme d'apogée pour Rossi. Il forme un redoutable trio avec Platini et Zbigniew Boniek et accumule les trophées: Serie A, Coupe d'Italie, Coupe des Coupes, et Supercoupe d'Europe. En 1985, la "Vieille Dame" remporte la Coupe des clubs champions lors de l'effroyable finale du Heysel et ses 39 morts, qui sera le dernier match de Rossi avec les Bianconeri. Il file chez le rival, l'AC Milan. Handicapé par des blessures, son épisode milanais est un échec. Tout comme celui à l'Hellas Vérone. En 1987, Rossi décide de tourner la page à 31 ans après près de 400 matches de championnat, 154 buts et 48 sélections (20 buts). ®Rtl.be
  16. La ligne directrice présidentielle de Paolo Dal Pino a été respectée : Avec 15 votes pour et 5 abstention, la Lega Serie A a ouvert la voie au fond de "Private Equity (capitaux-investissements), il s’agit d’un pas fondamental vers le futur, surtout en ce qui concerne la gestion des droits télés et les aspects commerciaux. Le championnat italien traitera donc en exclusivité avec CVC Capital Partners, le fond qui a soumis une proposition pour l’obtention des 10% de la Media Company de la Serie A en compagnie d’Advent et Fsi. Bain Capital qui s’était associé à Nb Renaissance a donc échoué, tout comme l’américain Fortress qui avait tenté de s’insérer dans la négociation à la toute dernière minute Comme le souligne Radiocor, les clubs qui se sont abstenus, par le biais de leurs Présidents, sont le Napoli, la Lazio, l’Udinese, l'Hellas Verona et l’Atalanta. Les Grands d’Italie : l’Inter, la Juve, le Milan et La Roma ont soutenu la proposition de ce concordat. La Commission de négociation a également vu le jour pour traiter avec le fond d’investissements, celle-ci sera représentée par la Juventus, la Roma, Bologne, l’Udinese et le Napoli La proposition de CVC-Advent-FSI prévoit une participation à hauteur de 10% de la Media Company pour une somme estimée entre 1,350 et 1,6 milliard d’euros. De plus, la contribution du fond garanti au minimum 1,080 milliard de recettes pour trois ans. A partir de la saison 2024/2025, le consortium encaissera un bonus de performance à hauteur de 10% de la différence entre le produit des clubs sur l’année en cours et le montant perçu en 2019/2020, jusqu’à concurrence d’un plafond maximal de 40 à 45 millions d’euros. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  17. C’est une révélation du Corriere Dello Sport, si l’intention première est de terminer cette saison à la régulière, la seconde vague du Covid-19 pourrait redistribuer les cartes : "Plus l’alarme Covid prend de l’ampleur, plus l’hypothèse des Play-offs en Serie A se concrétise : Cette solution est évaluée avec attention, non seulement à la Via Allegri, mais aussi à la Via Rosellini où sont soumis à l’étude deux différents modèle pour l’éventuel "Post Season." Selon le quotidien, Paolo Dal Pino et Luigi De Servio sont d’accord sur le fait d’arriver à la fin du tournoi à la régulière, afin de ne pas devoir discuter de coupes financières avec les diffuseurs qui ont acquis les 380 rencontres. La FIGC et la Lega concordent qu’avant des play-offs, toute la phase aller de la compétition doit avoir été disputée, toutes les équipes devront avoir disputée le même nombre de match, et chaque équipe doit s’être affrontée une fois. Une des deux formules que la Lega étudie est, qu’après la phase aller, les 12 premiers au classement se retrouvent séparés dans deux groupes de 6 équipes qui se disputeront le Scudetto. Les 8 derniers joueront pour le maintien. Dans ses deux groupes de 6, une phase aller et retour sera prévue comme c’est le cas lors de la phase de groupe de la Ligue des Champions. A la fin de cette phase de groupes, les deux premiers de chaque groupe se qualifieraient pour les "Demi-Finales du Scudetto", dans des matchs à élimination directe, tout comme la finale. "Si beaucoup de points encore être finalisés, ce n’est pas un hasard si l’hypothèse ci-dessous sera présentées aux clubs lors d’une prochaine assemblée." Si cela s’avère impératif pour le bon déroulement de la compétition : validez-vous cette idée ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  18. En effet, si la Lega Calcio a décidé de suivre le Protocole de l’UEFA pour savoir disputer ses matchs de championnat. Comprenez: Il faut disposer au moins de 13 joueurs dont un gardien. Pourtant, une situation inédite s’est produite ce dimanche 4 octobre : Le Napoli n’a pas su rejoindre l’Allianz Stadium turinois sur "indication" de l’Agence Sanitaire Napolitaine. Un cas de figure qui n’a jamais été anticipé et dont il existe un vide juridique: La Giudice Sportivo de la Serie A se défile En effet, La Giudice Sportivo, soit la Justice Sportive de la Serie A a décidé de ne pas se prononcer immédiatement sur une victoire par tapis-vert de la Juventus. Un supplément d’enquête sur les faits qui ont amené au non-match entre la Juve et Naples, a été décrété. En effet, le club du Vésuve a été bloqué mis en quarantaine suite à la confirmation de deux joueurs positifs au Covid par L’ASL, soit l’Agence Sanitaire locale de Naples La décision qui sera prise créera, quoiqu’il arrive un précédent, étant donné qu’il s’agit d’un cas de figure quasiment inédit dans le Monde du football professionnel italien. Si des décisions auront lieu en regard aux matchs de cette semaine (Coucou Immobile et Sensi !), aucune décision ne sera prise dans l’immédiat sur le Napoli. De plus, il est fort à parier que le club géré par Aurelio De Laurentiis fera appel en cas de défaite sur tapis vert (3-0). Gerardo Mastrandrea, le Juge en charge de cette bombe à retardement, dispose pour l’instant du rapport de l’arbitre Daniele Doveri, qui a constaté, dimanche, la non-possibilité de disputer ce match en l’absence du Napoli. Cette déclaration a eu lieu après avoir patienté les 45 minutes prévues dans la législation. Mastrandrea devra donc analyser en profondeur ce qu’il s’est passé dans les jours précédents la rencontre, avec l’exigence très probable de disposer de l’ensemble des échanges entre le Napoli et l’Agence Sanitaire, le tout sans oublier la certification de la positivité des joueurs aux tests PCR de l’ASL La position de Gabriele Gravina – Président de la FIGC Intervenu à TMW ce lundi, Gabriele Gravina a également fait part de son impuissance dans ce cas de figure inédit: "La rencontre avec le Ministre des Sports était importante, j’ai beaucoup apprécié ce geste. Cette rencontre a été source d’une série de réflexions, nous avons parlé sur divers points et nous avons échangé sur les préoccupations d’ordre générale par rapport au Championnat." "Nous sommes déterminés sur le fait d’aller de l’avant pour terminer au mieux ce championnat, en sachant que nous devrons nous montrer responsables et que nous devrons être préparé à affronter certaines critiques. Je crois énormément en ce protocole, je le considère suffisamment clair et il exige un grand sens de responsabilité de la part de tous." "Et même si effectivement, il doit également être analysé au cas par cas sur l’ensemble du territoire, j’en suis particulièrement satisfait, nous avons abordé des thèmes qui nous étaient très cher : C’est la base de ce grand échange, de cette discussion." Se profile-t ’on vers un 3-0 sur tapis vert contre le Napoli ? "Nous avons une Justice Sportive et un Procureur Fédéral. Ces dernières heures, nous communiquons par téléphone, par message. Il faut chercher à être sérieux, dans le respect des rôles et je me souhaite que tous fassent de même." Ne serait-ce pas plus utile de définir de façon plus net le sens des responsabilités ? "Les organismes compétents vont tout analyser. Je considère que notre protocole est assez clair : Il a débuté dans une période de grande critiques et je ne vois pas pourquoi il devrait s’avérer caduc à présent. Il y a des cas similaires à celui du Napoli et nous savons tous ce qui en a découlé, nous devons co-exister avec cette pandémie." "Celui qui dit que nous sommes irresponsables dit des absurdités incroyables. Personnes, comme nous, n’attache autant d’importante à la sauvegarde de la santé qui est un besoin primaire. Nous voulons parvenir à cet équilibre." Avez-vous échangé avec De Laurentiis? "Non, il n’y avait pas de raison pour se parler." L’Agence Sanitaire Locale a-t ’elle eut raison d’intervenir ? "Nous ne connaissons pas les conditions du futur du pays, mais nous avons à cœur de préserver la santé, ce protocole doit être respecté par tous, nous devons rester serein sur la dispute du tournoi. Si des fautes sont commisses, cela veut dire que quelqu’un s’est trompé et il devra payer les conséquences." "Je m’augure que ce qu’il s’est produit avec l’Agence Sanitaire Locale du Napoli reste une exception, même si nous ne connaissons pas l'avenir u pays. Si le protocole est respecté dans son intégralité par tous, nous pourrons faire preuve de sérénité sur le fait que, le championnat de football, pourra se disputer sous les normes de sécurité." L’avis de Vincenzo Spadafora suit la même logique Le Ministre des Sports a échangé, avant de s'exprimer, en visioconférence avec le Président de la Lega Serie A, Paolo Dal Pino: "Sur les questions relatives au championnat, j’échangerai avec Gravina à la FederCalcio." Est-ce que le protocole est encore valide ? "Oui, c’est évident, mais c’est à présent à la FIGC d’en parler. Avec Dal Pino, nous avons établi un cadre de la situation générale, et nous avons surtout parlé du futur du Calcio, de ces projets de vision industrielle, car c’était une rencontre programmée depuis longtemps." Avis plus tranché de Sandra Zampa La Sous-Secrétaire du Ministère de la santé a un avis plus tranché sur cette situation. Voici sa déclaration à InBlu Radio : "Juventus-Napoli ? Hier, il y a eu la simple application d’une loi. L’ASL l’a mis sous tutelle selon le protocole l’établi. Je me retrouve dans les déclarations du Ministre Speranza : Nous devons parler moins des stades et plus de la sécurité dans les écoles et dans les lieux de travaux." "Le spectacle proposé a été réellement douloureux. Je ne pense pas que cela s'est avéré utile, même s'il est vrai que les Tifosi sont prêt à tout. Je pense que le pays est bien plus grand et je pense qu'il doit exister d'autres façon de faire plus correcte."" Le Napoli a-t’il eu raison de suivre l’avis de l’Agence Sanitaire ? Est-ce que le sport doit prévaloir sur la santé ? Tels seront les réels enjeux qui seront aux cœurs de ce débat. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  19. Le 3 mars dernier, le Président Nerazzurro, Steven Zhang, s’était littéralement lâché sur le Président de la Lega Serie A, Paolo Dal Pino dont l’objectif principal était de faire jouer les équipes sans tenir compte de la problématique sanitaire liée au Covid-19. Suite à cette sortie: le Procureur Fédéral de la FIGC ouvert une enquête. En voici le verdict: A retenir : Kangyang ZHANG (Steven Zhang) doit s’acquitter d’une amende de 8.000€ L’Internazionale Milano SPA doit s’acquitter d’une amende de 5.000€ Lorsque l’on sait qu’au final, le Président de l’Inter avait raison, un non-lieu se serait avéré plus judicieux... ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  20. Une semaine de plus pour préparer la nouvelle saison et offrir une meilleure préparation. Telle est la décision du Conseil de la Lega qui a établi, ce lundi, que la Serie A 2020/2021 reprendrait le samedi 19 septembre 2020. Une décision que le Président Paolo Dal Pino soumettra au Conseil Fédéral. Révélations de la Gazzetta Dello Sport "Il existait un groupe de grandes équipes, la Juve, le Milan et l’Atalanta, qui auraient volontiers repris la compétition dès le 12 septembre, comme cela avait été précédemment proposé. Une hypothèse qui aurait permis d’aligner la Serie A avec les autres grands championnats du continent." Toutefois, la semaine en plus peut permettre aux clubs de se dédier librement au Mercato, sans engagement concurrentiel. En effet, le marché des transferts fermera officiellement le lundi 5 octobre. La fin de la saison glissera en conséquence au 23 mai, "sauf s’il est possible d’introduire dans le calendrier en cours d’élaboration un tour en milieu de semaine, auquel cas la compétition se terminerait une semaine avant : le 16 mai" une date qui satisferait la FIGC en vue du coup d’envoi de l’Euro 2021. Gagner cette semaine de reprise aura un impact sur la trêve hivernal, reprendre le dimanche 3 janvier 2021 semble être la certitude, à moins que d’ici-là soit trouver une solution alternative. "Si cette reprise réduira objectivement les longues vacances de Noël, la journée de championnat précédant Noël aura lieu le 23 décembre." Les journées en milieu de semaine devraient être au nombre de 5, dont trois réparties en octobre, novembre et fin mars sans oublier celle du mercredi 6 janvier. Le seul à ne pas adhérer à ce projet est, comme d'habitude, le Président du Napoli, Aurelio De Laurentiis, pour qui la reprise aurait dû avoir lieu soit le 26 septembre soit au plus tard les 3 et 4 octobre. "Une solution impraticable étant donné l’Euro, le championnat n’aurait pas su terminer dans les délais" ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  21. Giuseppe Marotta est l’Administrateur-Délégué de l’Inter et lorsque celui-ci se livre à la presse, autant dire qu’il ne fait pas dans le détail. Internazionale.fr a donc le plaisir de vous relayer les interviews qu’il a octroyé à la Gazzetta Dello Sport, à Sky Sport, et au Corriere Della Sera. Bonne lecture à tous ! Il Padrino à la Gazzetta Dello Sport Lautaro Martinez "Il est difficile de se prononcer sur son futur. Toutefois, je tiens à lui dire de rester concentré sur le présent, il y a une saison qui reprend, des objectifs à atteindre, cela peut apporter des satisfactions. Les joueurs doivent être des protagonistes. La volonté du Suning n’est pas de vendre Lautaro : il est jeune, il a le futur devant lui et c’est un élément fonctionnel pour Conte. Ensuite, c’est évident qu’il y a une clause libératoire ..." Que voulez-vous dire ? Que le raisonnement peut changer après le 7 juillet ? "Je ne sais pas à quoi pense Barcelone, peut-être ont-ils aussi des alternatives… J’espère qu’ils ne paieront pas la clause. En cas de départ, un joueur de très grande valeur arrivera à la place de Lautaro." L’Inter réalisera-t-elle un coup économiquement aussi important que celui de Lukaku, l’été dernier ? "C’est ce que je viens de dire : si Lautaro vient à partir, un Top Player arrivera. Mais dans ce mercato, au niveau européen, la vrai difficulté ne consistera pas à acheter, mais parvenir à vendre." "Je ne suis pas pressé : je comprends cette envie de donner des noms, mais il faut attendre la fin de la saison et voir les clubs qui seront en mesure d’établir des programmes dans le futur. Je tiens à dire une chose, de façon général, les opérations à la Neymar où l’on voit une équipe arriver et transférer un joueur autre part, ne se reverront plus avant de très nombreuses années." Nous allons citer un nom : Cavani "C’est l’une des opportunités, il fait l’objet d’un monitoring étant donné qu’il s’agit d’un joueur en fin de contrat. Mais je ne souhaite pas approfondir la question. En ce moment, il semble plutôt loin de l’Inter." Avec vous, le club a épousé une ligne de conduite italienne. Il y a un an ce fut Sensi et Barella. Maintenant, il est question de Tonali et Chiesa. "On ne peut pas nier que ce sont deux talents. Pour Chiesa, la Fiorentina a des attentes économiques élevées, c’est la raison pour laquelle, actuellement, nous n’avons pas échangé avec eux." Commisso en demande 70 millions ? "Peut-être encore plus..." Et Tonali ? "Il est plus abordable, c’est une opération qui peut se construire de la meilleure des façons. Et c’est un garçon qui est encore en phase de croissance." Mais n’avez-vous pas, sur le Mercato, un petit avantage sur vos rivaux avec la vente d’Icardi ? "Nous avons été bons, c’était une opération très difficile. Nous avions, chez nous, un objectif déterminé favorisé par un délai fixe. Celui de la date du rachat." 50 millions + 8 de bonus : N’est-ce pas peu lorsque l’on repense à Icardi avant l’exposition de cette situation ? "Les opérations de mercato doivent être contextualisées. Celle-ci a été définie dans une période difficile d’un point de vue financier. Il est inutile de repenser à hier, ni même de songer au lendemain. L’accord d’aujourd’hui est satisfaisant. Nous avions fait un choix, il y a un an, sur la base du projet technique et ça a été respecté." Est-ce que l’Inter du futur sera construite autour d’Eriksen ? "Le danois est un joyau, c’est un grand joueur. Conte est le Chef d’orchestre, c’est à lui que revient la création d’un juste équilibre tactique. Ces deux derniers mois nous ont donné des indications pour mieux se connaitre. Cela vaut aussi bien pour le joueur que pour Conte." Faisons un bon dans le temps, à la fin du mercato. L’Inter du prochain championnat, partira d’égale à égale avec la Juventus ou y aura-t-il encore une distance à colmater ? "Je ne regarde pas les autres. Avec l’avènement de Conte, une croissance a été constatée, aussi bien sur le plan culturel que sportif. A présent, il ne faut plus s’imposer de limites, le niveau se doit d’être relevé. J’estime que nous allons de l’avant en étant mandaté par Suning, le propriétaire. Nous voulons la victoire." Vous avez une occasion avec la Coupe d’Italie... "Je la vois devant nous, même si elle semble un peu loin actuellement. Nous devons chercher à récupérer ce titre." Croyez-vous au Scudetto ? "J’ai vu une équipe très motivée à l’entrainement, comme son entraîneur. Cela me fait plaisir. Dans un championnat aussi anormal, tout peut arriver. Je connais la force des adversaires, mais nous devons avoir de l’ambition. Ensuite, il faudra avoir certaines circonstances favorables, comme ne plus connaitre de blessures dans les moments-clés." Marotta, avez-vous un désir personnel ? "Partir à la retraite avec d’autres titres gagnés… Avec l’Inter bien sûr." Beppe à Sky Sport Le futur de Lautaro "Nous voulons renforcer la structure de l’équipe, au sein de celle-ci se retrouve une personnalité importante comme Lautaro, un jeune très intéressant qui est en passe de devenir un champion grâce au travail de Conte, au soutien du Club et grâce à lui-même." "L’Inter ne compte pas le vendre, mais compte se renforcer, nous suivrons cette ligne de conduite. Il y a une clause qui arrive à échéance le 7 juillet. Nous verrons ce que fera Barcelone. Passé ce délai, si nous sommes encore ensemble, nous discuterons. Ce qui compte aujourd’hui, c’est qu’il se mette au service de l’équipe, qu’il y apporte une contribution importante." Tonali ? "La ligne Marotta n’existe pas, c’est le projet Inter qui existe, celui de créer un modèle mixé entre les jeunes et les moins jeunes. Avec les jeunes, tu ne peux pas gagner, tu gagnes avec des jeunes et des joueurs d’expériences. Il faut donc trouver quelques joueurs déjà prêts et quelques jeunes italiens, et mixer le tout dans un équilibre financier et économique." Icardi ? "C’est une opération très positive, le droit de rachat a été exercé par le PSG, avec une légère révision que nous avons garantie. Toutes les parties sont satisfaites. C’était un parcours que nous avions débuté l’année dernière, et qui s’est conclu avec satisfaction. J’en suis fier." Nainggolan ? "L’objective de l’Aire Technique est de favoriser ses propres ressources, Nainggolan est une personnalité importante. Lorsque son prêt à Cagliari prendra fin, il reviendra chez nous. Nous déciderons tous ensemble et nous évaluerons quel sera le meilleur futur pour tous." Si je vais quitter l’Inter ? "Ce sont des Fakes News, je me sens très bien à l’Inter et je n’ai aucune raison de me lamenter. Et il y a aussi la volonté de l’Inter. De mon côté, j’apporte une très grande motivation et je ressens de très grandes satisfactions à faire ce travail, je le continuerai avec beaucoup de plaisir. J’espère être en mesure de prendre et d’apporter, à tous les interistes et au propriétaire, de belles satisfactions en termes de conquêtes de titres." Le Scudetto ? "Aucune possibilité n’est absolument écartée, nous devrons reprendre avec la même détermination qu’au début de la saison, période où nous avions récolté de très importants fruits. Il reste encore 13 matchs à disputer et beaucoup de points à disposition. Une des caractéristiques les plus belles de ce monde est l’imprévisibilité. Prenons-là comme un slogan et comme un objectif à atteindre." Comment avez-vous vécu ces mois d’arrêt et cette reprise qui prend forme ? "Je dois vous dire que de mon côté, il y a une grande préoccupation, surtout que nous sommes dans un contexte territorial particulièrement difficile avec la mort qui serpente à une grande fréquence. Je crois que c’est assez normal d’être préoccupé. Le sport est une façon de voir la vie, la reprise de cette activité servira à essayer de mettre de côté cette mauvaise période". Hier le conseil Fédéral a décidé de miser sur les playoff et playout et de faire usage de l’algorithme comme plan C en cas de nouvel arrête de la compétition. Le Président Gravina a dit qu’il s’agissait de la victoire du Calcio. Une déclaration suite à sa sortie ? "Je crois qu’il n’y a ni gagnant, ni perdant, c’est une situation que je juge assez anormale. Nous avons été pris par derrière par le Conseil d'Administration, c’est une gifle morale, nous avons perdu notre "revendication". 3 votes contre et 18 votes pour en délibération, le tout en faveurs d’une ré-interprétation gouvernementale qui ne reflète pas pleinement l’importance spécifique d’un championnat." Comment changer ? "Je ne critique pas les hommes. Gravina est un dirigeant de grande expérience, il est compétent et je l’estime. Aujourd’hui, je peux critiquer le système de gouvernance du Football en Italie, un système ancré dans la volonté d’une prise de décision qui dépend de beaucoup de composants." "J’espère que la Serie A aura sa propre autonomie à l’instar de ce qu’il se passe en Angleterre, qui garantit à l’ensemble du système le respect des valeurs et l’objectif social des autres championnats." Faisons un pas de retrait. Il y a eu beaucoup de polémiques ces derniers mois sur la façon dont a été gérée la phase d’étude de la reprise. Est-ce que l’on aurait pu tout faire d’une façon plus sereine ? "Je crois que oui et je fais mon autocritique. Nous à l’Inter, nous avons parlé peu par respect à la pandémie et suite aux préoccupations auxquelles nous étions confrontés. C’était un silence fort de préoccupation pour nous tous, nous qui partagions le sentiment de notre jeune président. Sa première pensée a été de mettre tout le monde en sécurité, tous ces milliers de personnes dépendant de l’Inter." "Je crois qu’il serait utile de faire preuve d’une meilleure sensibilité que ce que nous avons connue, surtout dans les déclarations. La fenêtre médiatique qui a été offerte suite à cette pandémie n’aurait pas dû être un espace de confrontations entre factions, mais elle aurait dû être évaluée en termes d’analyse d’un scénario qui ne touche pas seulement cette saison, mais aussi les deux prochaines, aussi bien au niveau calendrier mais également au niveau de l’impact économique suite à ce blocus forcé." Pour manifester vos préoccupations, Zhang avait fait usage de tons très dur il y a deux mois, en visant quelqu’un... Vous-a-t-il présenté des excuses ? "Steven a été mal compris dès le début, sa sortie a été le fruit d’une forte préoccupation vu ce qu’il se passait en Italie et vu qu’il savait ce qu’il s’était déjà passé en Chine. La préoccupation et l’alarmisme envers cette situation ne pouvait, comme cela s’est produit, que dégénérer à un moment ou un autre." "Je tiens à rappeler qu’il y avait de sérieux doutes quant au fait de disputer la rencontre face à la Juve à portes ouvertes. Notre président a lancé un signe prémonitoire, ensuite l’épidémie a dégénéré avec des milliers de morts." Vous allez reprendre avec la Coupe d’Italie ou vous serez appelé à faire une remontée sur le Napoli. N’est-ce-pas désarçonnant vu le calendrier établi ? Allez-vous envoyer la Primavera au San Paolo en Coupe d’Italie ? "Nous avons aussi manifesté notre pensée critique vis-à-vis d’un contexte plus général, celui représenté dans le Monde du Calcio. Je voulais envoyer un message : Nous reprendrons seulement si nous sommes en totale sécurité, une sécurité garantie pour nos joueurs et pour nos employés. A présent, il semble juste de reprendre de la meilleure des façons, sur la base d’un protocole rédigé par le Ministère de la Santé grâce aussi à la Lega Calcio." "S’il est respecté, nous pourrons nous y aventurer avec moins de préoccupation dans cet épilogue étrange et si particulier. Cela nous conduit toutefois à une réflexion à approfondir. En un mois et demi, nous devrons disputer 15 matchs, Getafe compris, ce qui impliquera très certainement un facteur stress et mental important et un risque de blessures pour des joueurs qui reviennent d’une période de repos forcé, une situation à laquelle nous n’avons jamais été confronté." "Nous ferons les comptes à la fin, mais je crois que notre préoccupation est absolument légitime." Que pensez-vous de cette possibilité de disputer les playoff et du facteur "algorithme" ? "Je perçois ces playoff et les playout comme une situation éliminatoire extrême. Je suis convaincu qu’à partir du 20 juin nous aurons plus de possibilités pour terminer le championnat. Dans ce contexte italien de grande difficulté liée à la pandémie Covid, je comprends l’appréhension de notre gouvernement qui a établi un protocole qui se devait d’être très rigide et qui impose la quarantaine en cas de joueur testé positif." "C’est peut-être une limite, mais cela représente un instant très difficile. J’espère que le Bon Dieu nous assistera et que nous concluerons le Championnat de façon naturelle." Il Padrino au Corriere Della Sera Quel est l’objectif de l’Inter ? "Celui d’avant, être protagoniste. Avec 13 matchs à disputer, tout peut arriver. Y aura-t-il une opération Lautaro-Barcelone ? "Lautaro représente un point de référence important pour l’Inter, nous n’avons pas la nécessité de le vendre. Il y a une clause libératoire de 111 millions d’euros qui se termine le 7 juillet. C’est la seule possibilité pour arriver à une vente. Le joueur peut attendre et grandir avec l’Inter." Lautaro veut le Barça… "Je discuterai avec lui, je dois lui faire comprendre qu’une possibilité de ce genre peut se représenter dans le futur, lorsqu’il sera mieux préparé." A quel point l’Inter raisonne-t-elle avec l’esprit Marotta ? "J’ai ajouté quelques éléments importants. L’entraineur et quelques joueurs. En janvier, il y a aussi eu Eriksen. L’Inter a une grande visibilité à présent et fascine. Nous avons retrouvé l'attraction de nos meilleures années." Eriksen reste un point d’interrogation… "Ce n’est pas une interrogation, c’est un bon joueur, Conte trouvera le juste équilibre." Nainggolan, Perisic, Sensi. Qui part et qui reste ? "J’ai une obligation. Ne pas déprécier la valeur de nos joueurs. Je les évalue tous avec l’entraîneur. Nous tenons à conserver Sensi." Pouvez-vous remporter la Coupe d’Italie et l'Europa League ? "Nous y participons pour y être protagoniste. La Coupe d’Italie est la plus proche, l’Europa League est la plus ambitieuse." On parle énormément de Cavani, Chiesa, Tonali… Quel type de joueurs recherche l’Inter ? "Des joueurs prêts, les jeunes italiens restent un objectif important. Il y a aussi les évaluations du marché. Chiesa n’est pas une obligation, il y a une distanciation. Il y a plus de facilité dans les échanges sur Tonali." Votre joueur secret reste-t-il Dybala ? "C’est l’un des plus grands talents. L’année dernière, il y avait de grandes sensations pour y arriver. Aujourd’hui, il se projette à devenir un des grands leaders de la Juve." Est-ce que Conte est aussi difficile avec un dirigeant aussi expérimenté que vous ? "C’est un grand professionnel, il se dédie à son travail, il a la passion et a d’excellentes statistiques. Avec ces promesses, tout est plus simple. C’est lui qui insuffle les dynamiques. Il a toujours eu du respect pour moi, pour le club et pour le Suning : il nous apportera des grandes satisfactions." Est-ce que l’objectif, l’année prochaine est de faire chuter la Juve de son piédestal et de remporter le Scudetto ? "Nous voulons augmenter la difficulté et le niveau qualitatif du Groupe Inter." Quelles sont les ambitions et les valeurs de Marotta et de l’Inter ? "J’ai travaillé à tellement d’endroits. Si je regarde mes deux dernières expériences, il y a des principes qui unissent Agnelli et Zhang. Le grand sens de l’appartenance, la culture de la victoire, du travail et de la passion. L’Inter, à présent, à l’ambition de revenir au sommet." Le saviez-vous ? Selon la Gazzetta Dello Sport, les personnalités qui ont voté contre, au Conseil d'Administration, sont Paolo Dal Pino, Beppe Marotta et Claudio Lotito, soit les trois représentant de la Lega Serie A au Conseil Fédéral Si la saison se joue sur la base de l'algorithme, le Scudetto ne sera pas assigné Selon le CIES, Beppe Marotta a réalisé une belle prouesse dans la vente d'Icardi. Le joueur ne valant plus que 46,8 millions d'euros. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  22. Le président de la Fédération de football Gabriele Gravina, est revenu sur le fameux thème de l'algorithme. « Les craintes d'un éventuel classement avec l'algorithme en cas d'arrêt définitif de la saison dû au Covid ? Cette hypothèse à fait beaucoup de bruit chez les clubs, sans même connaître les conditions de celle-ci. J'ai expliqué au président de la Ligue Paolo Dal Pino, que c'est la formule la plus juste possible si nous devons malheureusement dresser le classement en cas de nouvel arrêt ». C'est ce que le président de la Fédération de football, Gabriele Gravina, explique dans une interview à «La Verità». « Les Play-offs seraient une nouveauté absolue, mais est-ce une possible option pour l'avenir ? À en juger par les réponses des clubs de Serie A, je dirais non , contrairement à la majorité de l'opinion publique et des sponsors qui eux, y sont moins réticents. Je leur ai d'ailleurs proposé de conclure cette saison sur le terrain, car je pense que le côté imprévisible raviverait l'enthousiasme des passionnés et des non-passionnés, après une période de perplexité générale », explique Gravina. Pour conclure, il s'est exprimé sur les modalités de la prochaine saison : « Selon les projections de la Ligue, il n'y aura aucun problème à disputer l'intégralité des rencontres si vous débutez en Septembre. Dans le cas contraire nous serons dans la contrainte de modifier certaines choses en vue de l'Euro qui aura lieu dans un an ». ®KarimGipuzcoa - Internazionale.fr
  23. La Lega Serie A, à travers son Président, Paolo Dal Pino, a publié un communiqué lunaire, en réponse aux déclarations du Ministre des Sports Vicenzo Spadafora qui a émis l’idée d’exclure un retour à la compétition, également le 3 mai Communiqué officiel de la Lega Serie A "En Italie, plus de 32 millions de passionnés suivent le Calcio, un phénomène social et économique qui offre du travaille à plus de 300.000 personnes en générant 1% du PIB National." "La Serie A a toujours joué un rôle de locomotive dans son secteur, en produisant 3 milliards d’euros de recettes globales annuellement, et en générant un bénéfice de 8 milliards d’euros à la Pyramide du Football, en plus d’une contribution fiscale et d’une sécurité sociale d’1 milliards d’euros." "Ces dernières années, l’apport contributif et solidaire de la Serie A pour le développement de ses enceintes, la valorisation des secteurs jeunesses et pour le soutien au divers formes du Calcio, a toujours augmenté. En passant de 93 millions d’euros lors de l’année de sa fondation en 2010 à plus de 130 millions d’euros qui seront versés au terme de la saison actuelle. Ces sommes importantes reposent sur l’ensemble de la filière que la Serie A espère continuer à assurer à l’avenir, pour la sauvegarde de l’ensemble du football italien." "En référence aux affirmations du Ministre des Sports Spadafora, je ne pense pas qu’il soit en ce moment opportun de polémiquer et d’être dans la démagogie, les chiffres ci-dessus parlent d‘eux-même. Il n’est pas utile de faire quoique ce soit d’autres pour mettre en évidence le rôle de la Lega Serie A, dans son soutien au football de base et indirectement dans tout le sport italien." - Paolo Dal Pino Une réaction lunaire de la part d’une personnalité qui a mis en péril la santé des joueurs…. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  24. C’est un fait, Steven Zhang a détruit le Président de la Lega Calcio à travers sa publication sur les réseaux sociaux "Jouer avec le calendrier et toujours placer la santé publique au second plan. Vous êtes probablement le plus gros et plus sombre clown que j'aie jamais vu. 24 heures, 48 heures, 7 jours? Et quoi d'autre ensuite ? Quelle est votre prochaine étape?" "Vous parlez d'esprit sportif et de compétition loyale? Et si nous ne protégions pas nos joueurs ou nos entraîneurs et si nous leur demandions de jouer pour vous sans arrêt? Oui, c’est à vous que je m’adresse, vous notre président de Lega #PaoloDalPino! Honte sur vous." "Il est temps de vous lever et de prendre vos responsabilités! C'est ce que nous faisons tous en 2020! Tous dans dans le monde, peu importe si vous êtes un tifoso de l’Inter, de la Juve ou rien de tout cela. Faites attention s'il vous plaît! C'est la chose la plus importante pour vous, votre famille et notre société." L’Inter, dans l’attente d’une retour de bâton officiel a fait part de sa position à l’Ansa "Le message fort du Président est un appel à la Lega Calcio pour prétendre avec fermeté à une mise en tutelle maximale de la santé publique à l’ensemble de la Communauté : Des tifosi qui remplissent les stades, au joueurs, en passant par le personnel de services, des médias, et des dirigeants présent, comme l’ont indiqué les Institutions." "La réouverture aussi immédiate au publique prévue pour lundi était une source de préoccupation similaire au changement soudain de la prise de Position de la Lega Calcio et des intentions qui en ont découlé quant à l’organisation des prochaines journées." La Curva Nord Fière du comportement de Steven A travers son profil Instagram, Steven Zhang a fait trembler la Lega Calcio en s’attaquant en frontal à son représentant numéro Un. Une prise de position qui a été encensé par notre Curva Nord: "Finalement nous avons un président qui dit les choses comme elles le sont L’hypocrisie rampante du virus et de la servilité envers les hypocrites habituels qui veulent gagner à tout prix, a pour une fois été servi." "Au sein même de l’Exécutif, nous entendons des déclarations qui mettent au second plan le business et ses valeurs centrales. Nous Espérons que c’est à présent le bon moment pour le Calcio de se réveiller et de prendre l’exemple." "On ne peut pas toujours vouloir simplement songer à gagner à tout prix, que ce soit en recettes ou en profits: Honneur à Zhang, Nous sommes Fier de notre président." Ouverture d’une enquête Il fallait s’y attendre, le ton sévère emprunté par Steven Zhang a provoqué l’ouverture d’une enquête sur les propos du Président Nerazzurro Steven Zhang, envers le Président de la Lega Calcio, Paolo Dal Pino. A la tête de cette enquête, nous retrouvons Giuseppe Chinè La polémique trouve son origine sur le report du match Juve-Inter qui devrait finalement avoir lieu le lundi 9 mars, avec tout de même encore un match à récupérer qui n’a pas été programmé. Le 9 mars, le match devrait se jouer avec le public si le Coronavirus vient à être géré…. Mais est-ce possible d’anticiper et de programmer un éventuel retour à la normale ? Conte et Marotta ne veulent pas de la Juve le 9/3 C’est une information révélée par le Corriere Della Sera, l’Inter avec Marotta et Antonio Conte en tête ne veulent pas affronter la Juventus le lundi 9 mars 2020. Pour eux, le match qui aurait dû être programmé aurait dû être celui face à la Sampdoria. En effet, pour le duo désormais Nerazzurro à 100%, il est particulier de voir l’Inter disputer trois matchs cruciaux en huit jours : La demi-finale de la Coupe d’Italie, le jeudi 5 mars face au Napoli. La Juve, le lundi 9 mars Getafe, en huitième de finale de l’Europa League, le jeudi 12 mars L’Inter est donc furieuse, raison pour laquelle Steven Zhang en tête est parti exploser et détruire Dal Pino Steven est prêt à assumer l’entière responsabilités de ses graves accusations, telle Massimo Moratti en 1997/1998. Il sera probablement sanctionné… Le saviez-vous ? "Le report de la journée me semble l’unique façon de garantir à 100% la régularité du championnat. La semaine prochaine, la Juve ne jouera pas la Champion’s League et l’Inter aura trois jours pour récupérer des forces avant l’Europa League." Un Calciopoli ? "Ce n’est rien de tout cela, c’est embarrassant. Le fait est que les tifosi ont motivé leurs dirigeants en se livrant à eux et ceux-ci ont fini par parler comme des tifosi…Ce n’est pas bons. Le Calcio est formé d’une vingtaine d’équipe et toutes doivent avoir la même importante." "Demain, lors de l’Assemblée personne ne pas prêcher pour sa chapelle, nous ne devons pas oublier de penser que nous devons vivre dans un monde qui est propre, il y a une urgence planétaire et il est temps d’arrêter avec des querelles de maternelles." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  25. Selon le Corriere Della Sera, le nouveau Président de la Lega, Paolo Dal Pino, étudie actuellement la possibilité de proposer un match de Serie A le samedi soit à 12h30, soit à 13h30. "Les horaires des matchs doivent être un sujet à réévaluer. Nous devons penser aussi à ceux qui regardent le Calcio à l’étranger, en faisant preuve d’une meilleure flexibilité. Il y a tellement de partenaires potentiels avec qui dialoguer, il pourrait s’avérer utile de changer les mécanismes actuels". L’idée de proposer un match à un tel horaire, tout en conservant celui du dimanche, pourrait amener plus de familles dans les stades, un objectif avoué par la Lega Serie A. Sans oublier le fait qu’elle souhaite également percer sur le marché asiatique. En effet, jouer à un tel horaire en Italie permettrait une retransmission dans un créneau horaire respectable en Asie (un match diffusé à 12h30 en Italie est diffusé à 19h30 en Chine à l'heure actuelle, les chinois ne changeant pas d'heure, en été il aurait lieu à 18h30). Une idée qui ne séduit pas tout le monde Si, à ne pas douter, l’Inter sera la grande gagnante de cette opération, il n’en va pas de même pour Maurizio Sarri, l’entraineur turinois : "Jouer à 12h30 me fait honte" avait-il déclaré après avoir battu difficilement Empoli, le 19 mars 2017, alors qu’il était pourtant toujours à la tête du Napoli. D’autres entraîneurs pensent comme lui, en songeant tout particulièrement au mois d'avril, période à laquelle les températures augmentent et où certaines dynamiques psycho-physiques des équipes peuvent se compliquer. Mais les intérêts économiques en jeu sont colossaux, bien plus que certaines opinions d’entraîneurs. Une percée pour la Serie A sur le marché asiatique s’avérerait donc comme un objectif vital. Le Saviez-vous ? Le premier Derby Chinois s’était justement tenu un samedi : le 15 avril 2017, l’Inter et le Milan s’étaient affronté la veille du dimanche de Pâques à 12h30. Pour un partage des points 2-2. Valideriez-vous ce "nouveau" créneau horaire ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr