Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'real madrid'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • Inter
  • Serie A
    • 2020/2021
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

  1. André Onana s’est livré au cours d’une très longue interview dans le cadre de Sport Week le complément hebdomadaire de la Gazzetta Dello Sport : "J’étais à l’Ajax et, il y a déjà une paire d’années, Piero Ausilio venait de contacter pour la première fois mon agent, il lui avait expliqué comment était clairement la situation, sans tourner au tour du pot, quelque chose que j’aime." "Dès cette première minute, je me sentais déjà Nerazzurro avant que la négociation commence, j’ai commencé à me ressentir comme le gardien de l’Inter, jour après jour. Quand un tel club de cet envergure pense à toi, comment peux-tu dire non ? Tu es flatté et heureux. A présent, je suis ici, dans une ville si magnifique avec une Tifoserie incroyable qui commence à m'aimer." Mais avant d’arriver à l’Inter, que signifiez, pour vous, le Fc Internazionale ? "Ce serait trop facile de dire Samuel Eto’o vu le lien que nous avons, mais ce n’est pas nécessaire d’attendre d’endosser le maillot pour connaitre l’Inter, vu les nombreux champions qui sont passé ici, avec de grands gardiens interistes en passant de Toldo qui était le cauchemar de Franck De Boer à Julio Cesar qui est l’un de mes préférés, quand je repense qu’il a été quasiment le premier à avoir connaissance de mon transfert." Pourquoi quasi ? "Tout était prêt, réglé, mais je ne pouvais en parler à personne. Je déjeunais à Barcelone et un ancien joueur de l'Inter, Houssine Kharja, s'est approché de ma table et m'a couvert d’éloges, il a ensuite appelé un ancien équipier par téléphone et j’entends qu’il lui dit : "Julio, je suis avec Onana, tu sais à quel point il est très fort, qui sait, peut-être qu'un jour il sera comme toi à l'Inter !". Il me passe le téléphone et Julio s’est immédiatement montré très gentil, il me dit de continuer ainsi, je le remercie mais je me mords la langue : je ne pouvais pas lui dire que Kharja, sans le savoir, m'avait pris en flagrant délit...." "À partir de ce moment-là, j'ai souvent parlé avec Julio Cesar, en plaisantant sur cette situation : Il m’avait aussi surmotivé avant la rencontre du Nou Camp, en me disant aussi de rester très calme et de profiter de la soirée. Des mots spéciaux, qui sont restés gravé en moi." Etes-vous surpris par le fait d’avoir été, en si peu de temps, titulaire ? "Non, car je sais qui je suis, je sais ce que je vaux et je continue mon parcours de croissance, entrainement après entrainement, je sais qu’en faisant du bon travail, que mon moment allait arriver rapidement. Avant d’arriver, j’avais conscience que j’allais devoir disputer cette place avec un gardien extraordinaire, qui a écrit l’histoire du club, mais qui est aussi et vraiment très différent de moi." Pourriez-vous nous en dire plus sur cette diversité ? "Si quelqu'un me demande "Samir est-il votre modèle ?", je ne peux que lui répondre... "non". C'est précisément en raison de cette diversité entre nous. Mais j'ajouterais aussi que c'est un très grandissime champion car sinon, il ne serait pas resté ici, à ce niveau, pendant 11 ans : Face à Handanovic, je ne peux que lui tirer mon chapeau. Il appartient à une école italienne différente de la mienne : il est très bon et sûr entre les poteaux, alors que je me sens comme un gardien moderne et "proactif". Je suis celui qui prend des risques, qui sort, accepte le un contre un et qui joue beaucoup avec ses pieds. Ce sont simplement des façons différentes d’occuper le poste de gardien, c’un enseignement différent du traditionnel, auquel on s'habitue." "Au début, nous nous regardions bizarrement à l'entraînement et l'un disait à l'autre : "Ne fais pas ça, tu le fais mal". Et l'autre lui répondait : "Non, c’est toi qui tu le fais mal" (il rit, ndlr). Personnellement, je fais face à des nouveaux types d’entraînements que je ne comprenais même pas au début, mais qui peuvent me permettre surtout d’évoluer." Quels sont vos rapports, maintenant que vous êtes parvenu à lui prendre sa place ? "Nous parlons beaucoup plus qu’auparavant, Samir se comporte comme un vrai Capitaine, c’est un Leader reconnu et on le perçoit dans tellement de petite chose, il ne suffit pas de penser qu’à moi, mais à tous les aspects au quotidien de l’équipe. J’apprécie le fait qu’il me donne des conseils, qu’il me félicite pour une belle parade et qu’il me corrige si je me trompe. Et même, il faut se rappeler d’une chose : L’Inter, en tant qu’Institution, est quelque chose de plus important que moi, que lui, ou que quelqu’un d’autre : Nous avons tous le devoir d’honorer et de défendre ce maillot, nous sommes seulement de passage alors que le Club et le Peuple Interiste restera, ces derniers points sont ceux qui comptent vraiment." Est-ce mieux de débuter d’une façon banale ou de débuter face à une super équipe comme le Bayern, comme cela s’est produit pour vous ? "Tu ne peux pas te prononcer avant, car si le Bayern t’en colle 5, c’est le pire des débuts. En 2017, je me suis incliné avec l’Ajax en finale de l’Europa League face à Manchester United, ce n’était pas parce que nous étions inférieur à eux, mais parce que nous en avions eu peur. Le lendemain du match ma mère m’a appelé et m’a dit : "Je ne veux plus que tu aies peur sur un terrain de football, même si tu dois jouer face au Barça et au Real réunis : Si tu perds, ce ne doit plus être parce que tu as tremblé ou baissé le regard, mais parce que ton adversaire aura été supérieur." C'est devenu une règle de vie. En général, je m'entraîne et je vis pour défier de grandes équipes comme le Bayern et au final , ça s'est plutôt bien passé, même si je ne me réjouirai jamais d'une défaite." Ressentez-vous le fait que vous avez changé l’Inter, de par votre présence entre les cages ? "Je peux vous dire que l’équipe s’est habituée à mon style: A présent, si sur un centre je ne sors pas, Skriniar me lance un regard noirs et Dumfries me hurler Onaaaaa !Je leur réponds que je ne peux pas toujours sortir, pas toujours, mais le fait qu’eux sont sur mes talons comme ça me rend fier, cela veut dire qu’ils se fient à moi, qu’ils m’ont compris, qu’ils veulent que je prenne des risques. De plus, j’aime les rencontres où il y a des combats en défense, rien de plus ne peut m’exalter plus qu’une rencontre comme celle que nous avons tous joué au Nou Camp." "Je regardais de loin l’équipe et c’était un spectacle, elle était compacte, rapprochée, unique, elle bougeait comme un seul homme, patiente, même si mes anciens équipiers en catalogne nous ont accusé d’être sur la défensive. Quand on voit Skriniar s'en prendre à un joueur avec une telle hargne, je me prends dans la gueule sa motivation et je me dis : "Quel guerrier !. J'irais toujours au combats avec lui, tout le temps !" Mais tous nos défenseurs, sont si grands, si costauds, ils me font me sentir protégé. Même si je sais que nous encaissons trop de buts jusqu'à présent...". Pour certains, il se dit que vous exagérez à sortir avec une telle imprudence... "Je me bats pour l'équipe, pas pour ce qui se dit à l'extérieur. Si je peux attraper une balle haute, alors je peux relancer l’équipe vers l’avant rapidement. Plus je sors, plus on peut se relancer : Le gardien est le premier créateur de jeu maintenant." Une grande partie du mérite, à Barcelone sur le 2-3 de Robin Gosens, vous en revient… "Non, c'est toute l’Inter, c’est une équipe de très très haute qualité : Nous devons juste être conscients de notre potentiel et nous pourrions nous montrer des plus dangereux en Ligue des Champions, croyez-moi. Ce jour-là, j’ai relancé rapidement car j'ai vu Lautaro faire un mouvement avec sa main, comme un signal, et le reste de son action de jeu a été phénoménale avec une conclusion parfaite de Robin:Cette équipe de l’Inter est composée d’énormément de joueurs technique." Est-ce que Lukaku vous manque ? "Enormément, mais lorsqu’il reviendra, il donnera, comme toujours, son maximum. Et d’un autre côté, le peuple interiste l’adore, mais il l’adore vraiment : Lorsqu’il a commencé à s’échauffer face au Viktoria Plzen au Giuseppe Meazza, j’ai entendu un “ohhhh” incroyable accompagné d’un tremblement de terre sous mes pieds : Je n’avais jamais connu une telle manifestation d’amour, je n’avais jamais vu une Tifoserie aussi passionnée, mais savez-vous qui est vraiment le plus grand champion de l’Inter ?" Nous vous le laissons dire... "Alex Cordaz : C’est la personne la plus positive que j’ai pu rencontrer, c’est un être humain merveilleux, si tu arrives à Appiano triste suite à ta contre-performance, tu le regardes en face-à-face et il parvient à te changer ton humeur : S’il n’est pas là, ça ne le fait pas, il fait la toute la différence du monde, et ce n’est pas valable que pour moi, mais aussi pour tous mes équipiers. Ce n’est pas un fou mais c’est aussi grâce à Cordaz que Barella va plus vite : Je lui répète quotidiennement : Alex, c’est un Honneur pour moi de m’entrainer à tes côtés." Mais s’il y a autant de qualité dans l’équipe, pourquoi êtes-vous aussi en retard en championnat ? "Nous devons rester serein et dans le même temps admettre que nous avons mal démarré : Les choses peuvent changer vite aussi bien dans la vie que dans le Calcio, et nous savons que cette fois-ci nous disputerons deux championnats. Personne ne peut savoir, à la reprise, si le Napoli sera encore comme celui qu’il était jusqu’à présent. Mais, en attendant, nous sommes parvenus à redresser définitivement la tête hors de l’eau et à montrer que nous sommes tous vraiment fort, nous serons présent comme ça en février et ensuite, qui sait…" Qui vous a, hors du terrain, le plus aidé à vous intégrer ? "Je dirais un peu tout le monde: En plus de Rom, je partage une belle amitié avec Calha et Dumfries, qui est un autre joueur sur le terrain qui me plait car il n’abdique jamais, il se donne, il tente de toujours y aller en allant jusqu’au bout. Nous ne faisons pas énormément partie de la vie mondaine, mais je suis fier du groupe que nous sommes parvenu à nous créer: Il y a vraiment un très beau climat dans cette Inter." Comprenez-vous que les Tifosi aient déjà de l’affection pour vous ? "En plus de mes parades sur le terrain, j’apporte de l’énergie, de la folie, mais toujours positivement." Pour finir : Un message pour votre nouvelle Tifoserie ? "Je pourrais me toiler, mais je travaillerai quotidiennement pour être à la hauteur de l‘Inter pour que vous, les Tifosi, soyez fier de moi!." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  2. Tuttosport nous livre une statistique impitoyablement intéressante concernant les performances à domicile et à l'extérieur de l'Inter d'Inzaghi. Atalanta-Inter devrait être l'occasion pour l'équipe d'Inzaghi de se relancer pour les matches à l'extérieur où les Nerazzurri ont perdu face à la Lazio, la Juventus, l'Udinese et le Milan. Voici l'analyse de Tuttosport. "L'Inter d'Inzaghi est un rouleau compresseur chez elle. Depuis qu'Inzaghi a repris les rênes de l'équipe, donc à partir de l'été 2021, l'Inter a joué 26 matchs à domicile en championnat et a enchaîné 20 victoires, 3 nuls et 3 défaites pour une moyenne de 2,42 points par match (67 buts marqués contre 20 encaissés). Seuls le PSG et Manchester City, en Europe, ont fait mieux au cours de cette même période (Août 2021 / Novembre 2022). L'écart avec les équipes italiennes est également très net: Milan a une moyenne de 2,23, Napoli de 2,12, la Juventus et la Fiorentina de 2 (toutes les autres sont à moins de 2 points)." "En revanche, à l'extérieur l'Inter d'Inzaghi a récolté quatre défaites et seulement trois victoires en sept matchs, contre Lecce, Sassuolo et la Fiorentina, pour une moyenne de 1,29 de points par match de seulement. Elle est loin des équipes en tête de ce classement, à savoir PSG à 2,75, Naples à 2,71, Real et Barcelone à 2,57, mais également des autres équipes italiennes, Lazio, Atalanta, Roma, Milan et Juventus, toutes au-dessus de 1,30. En ne prenant en compte que les équipes qui ont participé à la Ligue des champions, seuls quatre ont jusqu'à présent réalisé une pire performance à l'extérieur que de l'Inter, à savoir Séville(1,14), Bayer Leverkusen (1), Leipzig (0,86) et de manière incroyable Liverpool (0,83)." Traduction alex_j via FCInterNews.
  3. Massimo Moratti a accordé une longue interview au Corriere della Sera et revenu sur sa vie, l’Inter de son père, le Calciopoli et certains joueurs emblématiques. Massimo Moratti, vous êtes né trois semaines après la fin de la guerre. Quelle est votre premier souvenir? "Un matin, j'avais quatre ans. Je sentais que c'était un jour important. Et mon frère Gian Marco allait à l'école avec une chaussette rouge et une autre bleue." Distraits. "Joyeux. Nous étions une famille joyeuse. Papa travaillait toute la journée, mais tous les soirs on se retrouvait à écouter la radio : Franca Valeri, Alberto Sordi…" Comment était ton père Angelo ? "Fantastique. Je n'ai jamais, de toute ma vie, trouvé un homme à son niveau. Et toute ma vie j'ai essayé de l'imiter; même en sachant que c'était impossible. Brillant, charmant, plein d'esprit, sympathique, humainement très riche... " Pas seulement humainement. "Mais c'est venu de la pauvreté. Mon grand-père avait la pharmacie de la Piazza Fontana à Milan. Mon père a quitté la maison à 14 ans, sa mère était morte, et il ne voulait pas vivre avec sa belle-mère, aussi dure que celle des contes de fées." Il y avait cinq enfants dans la maison : outre toi et Gian Marco, trois sœurs. "Notre mère Erminia était aussi une personne joyeuse. Elles plaisantaient tout le temps avec papa. Ils s'aimaient." Comment était Milan dans les années 50 ? "Encore à moitié détruite. Imaginez. Mais nous savions que l'avenir serait meilleur que le présent." Pour qui les Moratti ont-ils voté ? "Démocrates. Nous étions antifascistes et anticommunistes." N'y avait-il vraiment rien de mal à cela ? "Il y avait quelque chose qui n'allait pas. Nordahl." L'avant-centre milanais ? "Grand, grand, imparable. J'avais physiquement peur de lui. Je l'ai vu au San Siro et j'ai rêvé de lui la nuit. Nordahl était l'homme noir de mon enfance." Alors ton père a acheté l'Inter. "Mais on est allé le voir avant. Je me souviens du 6-5 du derby de 1949. Au stade, il y a eu une bagarre, des chapeaux ont volé." Quel était votre footballeur préféré ? "Benito Lorenzi, dit Veleno. En dehors du terrain, il était très gentil car il s'occupait des enfants de Valentino Mazzola, Sandro et Ferruccio. Mais sur le terrain, ça devenait terrible. Il provoquait la foule avant et après avoir marqué. C'est Lorenzi qui a surnommé Boniperti Marisa, malgré ses amis. Boniperti était très en colère." Le footballeur le plus fort que vous ayez jamais vu ? "Je vais vous en dire deux : Angelillo et Ronaldo. Deux histoires parallèles. Comme Herrera et Mourinho." C'est-à-dire? "Angelillo était une pure classe. Il a fait un championnat extraordinaire, avec 33 buts. Puis il est tombé éperdument amoureux d'une chanteuse, et s'est perdu. Nous l'avons vendu et avec le produit nous avons acheté Luisito Suarez : très intelligent." Et Ronaldo ? "Il est venu me voir quand il jouait pour le PSV, avec une petite amie néerlandaise... Quand il est arrivé à l'Inter, il était le joueur le plus fort du monde. Après les blessures, il n'est jamais revenu à ce niveau." Senti trahi lorsqu'il est allé au Real Madrid, après que l'Inter l'ait attendu ? "Non. Je m'étais identifié à lui, dans sa douleur. J'ai trouvé juste qu'il veuille changer, après avoir tant souffert." Herrera, comment l'as-tu trouvé ? "Un journaliste de la Gazzetta dello Sport nous l'a rapporté, je pense Franco Mentana, le père d'Enrico. Le Magicien et Mourinho avaient beaucoup de choses en commun." Quoi? "Ils ont beaucoup travaillé et étudié. Ils connaissaient la psychologie et la médecine. Quand José est arrivé, notre médecin a dit : enfin un coach qui m'aide." Brera dit que Herrera s'est également servi de certaines tablettes dans les vestiaires... "Brera a plaisanté. Mon père ne l'aurait jamais permis. Et le Magicien avait beaucoup de respect pour mon père, presque de la crainte." En 1964, l'Inter remporte sa première Coupe d'Europe. "A la première participation. En battant le Real Madrid 3 à 1, qui a toujours gagné. Mais Herrera a mis Burgnich sur Di Stefano et Tagnin sur Puskas... Une joie indescriptible." L'année suivante, il remporte la Coupe à San Siro, but de Jair. "Il pleuvait, le ballon est passé sous le ventre du gardien de Benfica. C'est aussi un moyen de gagner." Qui était ton héros ? "Mariolino Corso. Jamais vu un ailier avec une telle classe. J'ai adoré Recoba parce que j'ai vu l'imprévisibilité de Corso en lui." Mais ensuite, l'Inter l'a vendu. "Et mon père a acheté Cagliari quand il a appris qu'il était sur le point de vendre Riva à la Juve. Le lendemain matin, les dirigeants sardes ont informé Agnelli que l'affaire ne pouvait plus être conclue: le club avait un nouveau propriétaire. L'avocat n'a même pas demandé qui il était. Il a compris." Et Cagliari remporta sensationnellement le Scudetto. "Avec Domenghini que l'Inter avait vendu pour Boninsegna." Que s'est-il passé le 5 mai 2002, la défaite face à la Lazio qui vous a coûté le Scudetto ? "Les joueurs ont cru avoir reçu des signaux de leurs collègues de la Lazio, ils ne se seraient pas engagés pour ne pas favoriser la Roma. Mensonges ! J'en étais convaincu avant même le coup d'envoi, et je les ai prévenus : ‘Personne ne nous donnera rien.’ Pourtant, ils sont entrés sur le terrain avec une confiance excessive. Et ils n'ont jamais réussi à prendre le jeu en main. Je me sentais tellement responsable que je me suis dit : ‘Je ne quitterai pas le football avant d'avoir une revanche.’ " Sur le terrain, il y avait Cholo Simeone. "Et il a marqué contre nous. Grand combattant." Votre avant-centre était Bobo Vieri. "Un anticonformiste, toujours critique du management; mais pas un mauvais garçon. À l'Inter, il a fait tout ce qu'il pouvait faire; pourtant il n'a rien gagné." Puis vint Ibra. "Très beau. J'avais l'habitude de consulter les joueurs les plus importants pour la campagne de transfert, et avec Zlatan, nous avions un rituel. Il me disait: ‘On pourrait même se passer de Cambiasso l'année prochaine...’. Je rigolais. Ensuite, j'allais chez Cambiasso qui me disait: ‘L'année prochaine, autant se passer d'Ibra...’" Ibra et Cambiasso ne s'aimaient pas. "Mais sur le terrain, ils se donnaient à mort l'un pour l'autre." Et dans l'affrontement entre Ibra et Lukaku, avec qui seriez-vous rangé ? "Cela ressemblait à un match de boxe entre deux champions du monde. Lukaku est un trésor... Je me serais placé entre les deux, au risque d'en prendre une des deux." Mazzola a déclaré qu'il avait quitté l'Inter parce qu'elle avait consulté Moggi. "Ça ne s'est pas passé comme ça. C'est vrai que Moggi voulait venir à l'Inter, et je ne lui ai jamais dit explicitement que je ne voulais pas ; mais je ne l'aurais jamais pris." Pourquoi? "Parce que la Serie A a été manipulée; et nous étions les victimes. La Juve devait gagner; et si la Juve n'a vraiment pas gagné, c'était au tour du Milan. Dommage : car la plus grande forme de malhonnêteté est de tromper les sentiments des gens." Facchetti était en charge de l'Inter. "Un homme splendide. Une fois, je lui ai dit: ‘Giacinto, est-il possible que tu ne puisses pas trouver un arbitre, un seul, prêt à nous aider, à leur place?’. Il a répondu: ‘Vous ne pouvez pas me demander une telle chose’." La Juve a remporté deux championnats et un lui a été attribué. Le revendiquez-vous ? "Absolument oui. Je sais que les joueurs de la Juventus se fâchent. Cela m'amène à le revendiquer avec plus de conviction. Ce scudetto était la compensation minimale pour les vols que nous avons subis. Cela vaudrait beaucoup plus." Puis vinrent les championnats de Mancini et Mourinho. Comment avez-vous choisi Mou ? "En écoutant une de ses interviews télévisées, entre une demi-finale et une autre de la Ligue des champions 2004. Son Porto avait fait match nul avec le Deportivo La Corogne, le retour a été très difficile. Et il a dit : ‘Mais en tant que Deportivo, je pense déjà à la finale.’ J'ai beaucoup aimé sa bravade." Et ce fut le triplete : championnat, Coppa Italia, Champions. "Mission accomplie. J'étais fier que la même famille ait remporté la Coupe près d'un demi-siècle plus tard. Pour la première fois, je me sentis digne de mon père même s'il reste inaccessible. Aujourd'hui encore, il m'arrive de trouver des gens qui me parlent de lui, qui lui doivent quelque chose." Combien d'argent l'Inter vous a-t-elle coûté toutes ces années ? "Vous ne pouvez pas me demander cela. Je ne sais pas, et je ne te le dirais pas. Le football n'est pas une entreprise ; c'est passionné. Et les passions n'ont pas de prix." Maintenant, l'Inter est chinoise, peut-être pour un peu plus longtemps. "Les Zhang, à la fois le père et le fils, m'ont toujours semblé de bonne foi. Au début, ils m'ont demandé de parler aux joueurs, de les motiver. Mais aujourd'hui, il est impossible de tenir longtemps dans le football. Les pertes doublent ou presque doublent chaque année : 50 millions, 100 millions, 150 millions…" Comment cela finira-t-il ? "Peut-être qu'un fonds américain viendra. Mais attention aux spéculations. Le football n'est pas fait pour gagner de l'argent. Les Américains aimeraient en faire un spectacle. Show-business. Mais je ne sais pas si ce sera un jour possible en Italie." Qui remportera le championnat ? "Cela pourrait vraiment être l'année de Naples. Milan fait aussi peur. L'inter a une structure solide mais ensuite elle se perd au plus beau." Que pensez-vous de Berlusconi? "Je le considère comme un ami. En tant qu'entrepreneur, je le respecte beaucoup." Et en tant qu'homme politique ? "Je ne voudrais pas perdre son amitié." Est-il vrai que vous avez refusé de vous présenter à la mairie de Milan ? "Oui, trois fois. Et peut-être que j'avais tort. C'est un peu un regret. J'aurais bien aimé." Quand est-ce arrivé pour la première fois ? "En 1993. Je suis allé demander conseil au Milanais que j'estimais le plus." Qui? "Cardinal Martini. Une personne merveilleuse. Il m'a déconseillé." C'est la dernière fois ? "Le chef du Parti démocrate était Veltroni. Cette fois, le cardinal Martini m'a dit d'accepter. Pourtant j'ai abandonné, même si je me sentais coupable." Pourquoi ? "J'ai pensé à mes cinq enfants. Auraient-ils préféré un papa maire, ou un papa qui leur a appris un métier, qui leur a laissé une entreprise ? Et puis je n'ai pas voulu profiter de la popularité acquise grâce à l'Inter." Comment avez-vous rencontré votre femme Milly ? "Alla Capannina. Elle était belle. Je l'ai invitée à danser. C'était en 1966, elle avait vingt ans mais elle faisait plus jeune. Nous nous sommes mariés en 1971, nous avons toujours tout partagé. Sauf pour une chose." Qui est? "Quand j'ai acheté l'Inter, je n'ai rien dit. Elle l'a appris à la télé. J'ai donné l'ordre de bloquer les ascenseurs car j'avais peur qu'elle monte pour m'arrêter. Puis je suis allé à la maison. Je n'ai trouvé personne. J'ai trinqué avec la serveuse." Comment trouvez-vous Milan aujourd'hui ? "Toujours la meilleure ville au monde pour travailler". Pourquoi? "Parce qu'ils fonctionnent tous. Et parce que les Milanais ont le sens de la participation. Comme quand ils ont nettoyé la ville maculée par les black-blocs en un après-midi." Et le nouveau stade ? "Ne me convainc pas. Détruire San Siro serait un crime. On dit : ‘donc les clubs gagnent 30 millions par an.’ Mais que sont 30 millions par rapport à l'histoire ? Vous verrez qu'à la fin personne n'osera démolir notre temple." Traduction alex_j via Le Corriere della Sera.
  4. S'exprimant en conférence de presse, Xavi est revenu sur les matches disputés contre l'Inter et le Real Madrid. "Nous avons joué avec nos idées. Au Bernabéu et aussi contre l'Inter, nous avons joué comme nous le voulions. Nous voulons être des protagonistes, plus près de la zone, avec une défense avancée. Parfois vous réussissez et parfois vous ne réussissez pas. En insistant, vous pouvez continuer à réussir." "Nous essayons de bien nous entraîner pour obtenir des résultats. On a les idées claires et les joueurs se sentent à l'aise." "Je me suis beaucoup plaint le soir d'Inter-Barcelone et ça n'a pas aidé. En fin de compte, c'est le jugement de l'arbitre et nous devons penser qu'il est honnête. Je pense toujours qu'en fin de saison, les erreurs et les avantages se compensent, se rééquilibrent. Voyons si la situation se rééquilibre." Traduction alex_j via FCInter1908.
  5. Tomas Roncero, journaliste et fan du Real, raille Barcelone et évalue très sérieusement les chances de qualification pour les huitièmes de la Ligue des champions après la défaite et le nul contre l'Inter. Tomas Roncero a commenté la victoire du Clasico contre Barcelone, florilège. "Je n'ai pas célébré de manière aussi euphorique car nous devons regarder les faits. Les faits sont que Barcelone a une grande histoire mais la dure réalité, c'est qu'il s'agit désormais d'une équipe de Ligue Europa." "La qualification possible ? Oui, bien sûr, Lourdes est là pour ça! Je leurs paierai un voyage à Lourdes si l'Inter ne bat pas le prestigieux Vitkoria Plzen. Bien sûr, il y existe une possibilité et cette possibilité s'appelle un miracle. Mais c'est Barcelone lui-même qui s'est dit résigné, c'est le scénario le plus réaliste. Je n'ai pas tellement célébré la victoire contre Barcelone parce que nous ne sommes pas le Barcelone qui a gagné 0-4 l'an dernier et célébré cela comme un trophée. Je fête la Ligue des champions, je ne bats pas un club d'Europa League." Traduction alex_j via FCInter1908.
  6. C’est un Simone Inzaghi heureux, mais conscient d’être passé à côté d’un exploit Historique, qui s’est livré à la presse, suite à l'excellente performance Nerazzurra en Catalogne! En conférence de presse Un exploit ? "Il y a de l’amertume vu ce que nous avons proposé : Avec la victoire, nous aurions clos le discours de la qualification avec deux journées encore à disputer, cela aurait été importantissime vu le calendrier : Nous avons fait deux rencontres pleine de course, d’intensité et de détermination face à Barcelone." Cette victoire peut-elle sonner la révolte ? "Nous avons réalisé un grand match, nous voulions l’emporter et entrer dans l’Histoire car, en Ligue des Champions, l’Inter ne s’est jamais imposée ici: Cela aurait été un exploit qu’en cas de victoire, à présent, il nous rester la dernière marche, mais avant tout, nous aurons deux matchs de championnat à disputer de la meilleure des façons. La saison peut être relancée mais il nous manque la dernière étape à franchir." "Nous nous devons d’offrir, avec cette qualification, de la satisfaction à nos tifosi, comme nous l’avons fait l’année dernière, après onze années de disette. Ce serait la seconde année de suite, j’espère que nous franchirons ce petit pas devant nos tifosi." Barcelone avait beaucoup de problèmes... "C’est une très grande équipe avec un grand entraineur. Leur problème, c’est qu’ils ont trouvé une Inter à la hauteur de son Histoire et qui a réalisé techniquement une grande prestation positive. Nous avons fait circuler le ballon de la meilleure des façons, nous sommes parvenus à nous créer tellement d’occasions, la latte de Dzeko aurait pu nous débloquer bien plus tôt." Votre mérite en revient au fait d’avoir joué à visage découvert…. "Nous jouons toujours à visage découvert, j’avais pensé à n’aligner qu’un seul des deux attaquants et j’aurais pu faire montrer quelqu’un, mais j’aurai envoyé un mauvais signal à l’équipe : Dzeko et Lautaro ont été très bon pour jouer avec leurs équipiers et réaliser un excellent match, ils sont parvenus à limiter leurs adversaires en évoluant en groupe et en compacité." Est-ce une représailles ? "Je n’ai aucune raison d’avoir des représailles avec quelqu’un : Ici, en en Espagne, ils apprécieront car ils savent que Barcelone n’avait réalisé qu’un seul partage en championnat et ne s’était incliné en Ligue des Champions que face au Bayern : A présent, ils se souviendront pour très longtemps de l’Inter. Il nous reste une étape à franchir." Les rencontre disputées l’année dernière face au Grands d’Europe ont-elles aidé l’Inter ? "L’année dernière, nous avions rencontré le Real Madrid et Liverpool qui ont été de grands adversaires, face à Barcelone, nous avions deux rencontres très rapprochée et nous avons réalisé deux bons matchs qui nous ont permis de nous placer dans une très bonne position." A Amazon Prime "Je dois féliciter les garçons, ils ont réalisé un très grand match face à un adversaire d’une valeur absolue : Nous avons tant créés, souffert, et en gagnant ce match nous aurions mis un terme à la phase de groupe. A présent, nous avons deux matchs de championnats et Plzen devant nos Tifosi, j’espère leur offrir cette satisfaction." "Je savais que nous allions devoir faire preuve de courage et l’équipe n’a jamais renoncé à jouer, en première période nous nous sommes parlés après le but, je leur ai dit de rester serein et de jouer car je savais que nous étions capables de nous créer des occasions importantes. Lautaro et Dzeko ont tant donné, ils ont réalisé une excellente rencontre et nous avons une grande chance de nous qualifier dans le groupe le plus difficile de la Ligue des Champions devant nos Tifosi." Le Meazza ? "Je m’attends à ce qu’il soit plein, je n’ai aucun doute: Cela fait 15 mois que je suis ici et notre Stade nous a toujours accompagné et ce sera toujours le cas contre Plzen, mais avant tout, nous devons penser à la Salernitana et à la Fiorentina". Simone à Inter TV "Je suis très satisfait, j’ai félicité les garçons, ils ont réalisé un grand match face à un adversaire très très fort, il nous reste une dernière étape à franchir face au Viktoria, devant nos Tifosi et dans notre Stade." "C’est normal que l’on ressente une grande satisfaction vu ce que nous sommes parvenus à faire face à Barcelone, en tant qu’entraineur cela te donne beaucoup de fierté. Vu ce que nous avions créé, nous aurions pu aussi en finir avec la phase de groupe, je savais quel type de match nous allions devoir proposer, nous nous sommes montrés agressif, déterminé, courageux, tu dois faire preuve d’un grand courage lorsque tu viens ici." Simone à Sky Sport "C’est un partage de point important, mais vu le déroulement de la rencontre, il y a un peu d’amertume, nous avons réalisé un grand match, je suis satisfait, mais pas complètement, il nous reste une d dernière étape à franchir qui peut avoir lieu face à Plzen, mais nous devons disputer deux matchs de championnat important auparavant." Avez-vous été marqué positivement par l’équipe ? "Absolument pas, cette équipe sait faire des choses importantes et je n’ai pas besoin de vous rappeler ce que nous savons tous : Nous avons joué contre une très grande équipe de qualité, nous méritions d’être devant, c’était une belle soirée, mais elle n’était pas optimale, avec un 3-4 nous aurions pu en terminer avec cette phase de groupe avec deux journées encore a disputer, là on aurait pu parler d’exploit, nous sommes bien placés, mais il reste une ultime marche." Qu’est-ce que cela signifie pour vous ? "De la satisfaction, mais l’année dernière nous étions également parvenu à atteindre les huitièmes après tant d’années…Nous sommes habitué à présent et que ce soit face au Bayer ou face au Barça, nous nous devions de réaliser un exploit." Lukaku sera-t ’il disponible dimanche ? "Il y a de l’espoir aussi bien pour lui que pour Correa, moins pour Brozovic qui travaille tout de même très bien. Je me souhaite qu’ils reviennent car ce sont trois joueurs importants." Jouer l’offensive au Nou Camp, personne ne l’a vu venir en Catalogne ! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  7. En effet, 12 ans après avoir été terrassé par l’Inter, le Fc Barcelone joue de nouveau gros face aux Nerazzurri. Car en 2010 et sous la houlette de José Mourinho, l’Inter prenait le meilleur sur un très jeune, mais déjà multititré, Josep Guardiola! Une histoire différente pour la Gazzetta Dello Sport "C’était une demi-finale de Ligue des Champions, ici la phase de groupe et il y a trop de différences au niveau des entraineurs : En 2010, Guardiola alors âgé de 39ans avait déjà en poche une Ligue des Champions, une Coupe du Monde des Club, une Super Coupe d’Europe, 2 Liga et un peu de monnaie. Mou, âgé de 47 ans avait une Ligue des Champions, une Coupe de l’Uefa, 6 titres nationaux et de la monnaie, c’était un Duel de géant. A présent, le duel proposé par Xavi et Inzaghi fait office de poids plume : L’espagnol âgé de 42 ans peut se targuer d’avoir un titre de champion du Qatar et l’italien cinq Coupe d’Italie, dont il a d’ailleurs dernièrement parlé." Se remémorer le passé "Il y a une affinité qui lie la rencontre de ce soir, et celle d’il y a 12 ans car deux résultats sur trois sont bons pour l’Inter et l’ambiance qui sera proposée aujourd’hui sera tout aussi volcanique, après les polémiques de la rencontre du Giuseppe Meazza." "L’Inter d'Inzaghi devra imiter celle de Mourinho car, à son échelle, il devra dans son propre style essayer le tout pour le tout, fort d’une excellente manche aller: Il présentera une équipe de l’Inter surmotivée et bien plus organisée dans les moments critiques. Il devra, ce soir, à nouveau donner du courage et apporter de la sérénité à ses joueurs dans un sulfureux Nou Camp, et plus que tout, il devra imiter le Mou dans une gestion lucide et glaciale de la rencontre." Un plan de jeu clair comme de l’eau de roche "Il faudra priver Barcelone d’oxygène en étouffant Pedri et Gavi comme ce fut le cas à Milan, mais sans renoncer à l’idée de marquer un but, car survivre au Nou Camp est bien différent de survivre au Giuseppe Meazza. Est-ce que nous verrons Dzeko derrière le ballon dès le début du match, avec un Roberto Gagliardini aligné, ou retrouveras-t ’on Miki derrière Lautaro ? Ce choix donnera déjà une information sur le déroulement de la rencontre." Xavi en plein doute : "Défendre à 3 ou à 4 ? Que faire d’Ansu Fatu ? En 2010, Piqué avait marqué, et il a besoin que quelqu’un fasse de même que lui avec Lewandoski pour retrouver le sourire et non pour être sorti comme Guardiola dans une faillite de la tant attendue Remuntada…. Il pourrait faire mieux que lui sur ce point." "Sa glorieuse carrière lui apporte énormément de crédit, mais il sait que les deux prochaines étapes qui se présentent à lui , soit l’Inter et le Real Madrid influenceront quoiqu’il arrive l’humeur des catalan car quoiqu’il arrive, pour Inzaghi et Xavi, il s’agit du match à ne pas perdre et un seul sortira du Nou Camp un peu plus "Special" Selon vous, le fait que Barcelone doive jouer le Real en Liga peut-il l’impacter psychologiquement face à l'Inter ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  8. Florentino Perez continue sa bataille pour la Super League pro. Devant les membres de l'Assemblée des membres du Real Madrid, le mécène des Blancos a réitéré la nécessité de réaliser cette révolution pour le monde du football : "Ce n'est qu'en protégeant le football en tant que sport mondial que nous pourrons protéger tous les membres de la famille du football, des clubs les plus titrés aux plus modestes. Le football est clairement en train de perdre la bataille mondiale du divertissement contre d'autres sports et d'autres plateformes, et tout cela alors qu'il est le seul sport mondial. Un avantage dont nous ne savons pas comment profiter. Le diagnostic est une évidence : nous avons besoin d'une gestion professionnelle, moderne et transparente, qui tienne compte des enjeux globaux du monde d'aujourd'hui et qu'il ne s'appuie pas sur d'anciennes structures conçues au siècle dernier." Perez insiste en citant l'exemple du tennis : "Rafael Nadal et Roger Federer ont joué 40 fois, Nadal et Novak Djokovic 59, est-ce ennuyeux ? Non ! Cela a donné du pouvoir au tennis et à tous les joueurs parce que le tennis en ressort plus fort. Contre Liverpool, en 67 ans, nous n'avons joué que neuf fois et contre Chelsea quatre. A quoi bon priver les supporters du monde entier de ces matches ? Ce n'est qu'en promouvant le football en tant que sport mondial que nous pouvons protéger tous les clubs. Il est donc essentiel d'offrir des matches de la plus haute qualité et d'intérêt." Il continue avec : "Nous n'avons jamais été contre un format spécifique mais l'UEFA ne veut pas discuter des formats et des abus des règles du fair-play financier de certains clubs que nous connaissons tous." Il lance une attaque virulente contre le président de l'UEFA et du PSG, Al-Khelaifi. Sur son nouveau format de Ligue des champions, Perez affirme que "cela va accélérer le déclin du football. La perte d'abonnés aux chaînes payantes a diminué de 40 % et la solution est... d'augmenter les prix. Le nouveau modèle ne servira qu'à aliéner davantage les supporters et à accélérer le déclin du football." "La justice européenne remet déjà en cause le monopole de l'UEFA sur le football. La Super League ne serait pas une compétition fermée car elle aurait 25% de ses sièges ouverts." Le président de l'ECA a récemment (Al-Khelaifi, ndlr) déclaré que le Real Madrid avait peur de l'ECA. "Il reste à rappeler au président de l'ECA qui est le Real Madrid. La compétition est dans notre ADN et le club a la responsabilité de protéger le football dans son ensemble et qu'il s'agit de ne pas accepter les menaces, d'où qu'elles viennent. La Super League est toujours dans une procédure judiciaire et devrait être résolue dans une décision qui marquera le football européen. Quand elle sera prononcée, nous travaillerons tous ensemble pour inverser la situation dans laquelle est le football. Elle doit être le fruit d'un débat sans pression mais les clubs doivent être libres. L'engagement du Real pour le football ne fait aucun doute." Traduction alex_j via FCInterNews et FCInter1908.
  9. C’est la révélation de Tuttosport, "l’ennemi-juré" s’est présenté à Milan pour y rencontrer Steven Zhang: "Une visite de courtoisie ? Bien sûr. Quelque chose de plus ? Très probablement..... Le fait est qu'Andrea Agnelli, le Président de la Juventus, s'est présenté hier à la Casa Inter, pour discuter avec son homologue Steven Zhang, et cette rencontre a fait sensation auprès des initiés...." Une réunion de courtoise, vraiment ? "Entre les deux Numéros Un, il y a non seulement une grande estime professionnelle mais aussi une amitié sincère. Une sorte d'empathie aidée par la proximité générationnelle, mais il y a aussi bien plus que cela: Ils proposent une vision similaire dans la gestion des clubs, surtout dans la recherche de nouveaux actifs à travers lesquels, ils pourraient essayer d'atteindre des secteurs peu fréquentés, ce qui pourrait représenter des plateformes de revenus potentiels à exploiter et à mettre en œuvre." "Si l'on ne sait pas ce qu'ils se sont dit, il est évident que la conversation, précisément en raison du type de relation qui existe entre les deux, était à 360 degrés et sans zones interdites. Il est d'ailleurs envisageable que le numéro des Bianconeri ait également mis à jour Steven Zhang sur la situation liée aux possibles développements découlant du litige avec l'Uefa suite au lancement de la Super League qui a vue l'Inter se rétracter, comme toute une série d'autres membres, exception faite du Real Madrid, de Barcelone ainsi que de la Juventus elle-même." "La rencontre d'hier entre Agnelli et Zhang a également été l'occasion de discuter de la nécessité de mieux protéger un "Spectacle" essentiellement payé par les clubs, mais avec des clubs qui n'ont aucun pouvoir pour déterminer le périmètre des différentes compétitons: La saison actuelle, brisée en deux à cause de la Coupe du monde, en est la preuve la plus concrète". Sont-ils allés jusqu'à proposer un échange d'entraîneur ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  10. Alessandro Antonello s'exprime pour la revue MilanoParigiCapitali 2022 où il évoque le nouveau stade, les droits télé et le football italien. Sur le projet de stade. "En Italie, nous devons investir dans les infrastructures pour améliorer notre système de football. Il y a des projets en cours qui, s'ils sont terminés, nous mèneront à 1 milliard et 900 millions d'euros. Malheureusement, l'âge moyen des stades italiens se situe entre 60 et 70 ans, il est donc indispensable de rénover les infrastructures." "L'Inter et le Milan ont présenté un plan il y a trois ans. Aujourd'hui nous avons resoumis le dossier de faisabilité à la Municipalité de Milan avec une réduction des volumes pour donner suite aux indications données par l'administration. Pas uniquement un projet de stade mais également un centre d'attraction polyvalent dont la ville de Milan doit bénéficier. Ce sera un projet éco-durable, avec les technologies les plus avancées qui pourront être mises à notre disposition. En l'absence d'infrastructures et de nouveaux stades, il est difficile pour l'Inter, le Milan et le football italien en général de revenir au très haut niveau. Le stade peut garantir des revenus supplémentaires grâce à des services additionnels qui conduiraient le club à investir davantage dans l'effectif après. Il y aura un débat public, après quoi le Conseil rendra son avis. Nous espérons procéder à la rédaction du projet exécutif avant de commencer les travaux." Sur le thème des droits TV. "Dans la Lega, il y a une équipe de travail qui a commencé pour aborder le problème de manière stratégique. La Premier League doit être un modèle de référence. Cependant, le paradigme pour nous devrait être le Liga espagnole qui, ces dernières années, a connu une croissance exponentielle. Ils ont une gouvernance très forte et un produit télévisuel avec le Real et Barcelone à sa tête. La Lega doit développer les marchés internationaux car, aujourd'hui, nous avons un écart énorme avec la Premier League. Le développement technologique est également nécessaire, le produit Lega doit évoluer en fonction des besoins et des envies de nos fans." De nouveaux modèles à développer. "Il est inutile d'essayer de développer des modèles commerciaux qui ne placent pas les fans au centre car ce sont eux qui soutiennent l'industrie du football. La Ligue pose les bases pour combler ce vide : un hub a déjà été ouvert aux Etats-Unis, un autre va s'ouvrir au Moyen-Orient et la volonté est de mieux couvrir le marché asiatique avec une présence territoriale. Aujourd'hui nous réfléchissons, si le prochain appel n'aboutit pas, à nous tourner vers une création et distribution de la chaîne de télévision de la Ligue. C'est essentiel car la Serie A est toujours reconnue comme une marque attractive et les investisseurs étrangers le prouvent. Il faut recréer la valeur du début des années 2000 avec un modèle attractif. Il faut éviter que l'écart que crée la Premier League amène les joueurs à vouloir jouer exclusivement là-bas." Concernant le projet, Le Corriere della Sera donne des détails concernant le projet en lui-même et le montant de l'investissement. Selon le rapport modifiée remis à la municipalité, une surprise arrive à la page 98 où l'on parle de démolitions, la démolition complète est prévue et non plus le maintien d'une partie. Ainsi pas de vestiges ni de re-fonctionnalisation. Contrairement à la proposition précédente, aucun vestige de l'actuel Meazza fera l'objet d'une conservation et d'une re-fonctionnalisation. Cette solution de conception réduit considérablement l'impact sur le repère urbain en garantissant un état d'équilibre approprié entre les bâtiments nouveaux et existants. Le dossier mis à jour arrive à Rome pour le début du débat public. A côté de la mise à jour "provisoire" du plan économique et financier, il sera présenté définitivement à un stade ultérieur de la procédure administrative, s'ajoute la mise à jour des travaux du secteur polyvalent qui, avec l'indice volumétrique fixé à 0,35, (les équipes voulaient 0,51) tombe à 98 321 mètres carrés de surface brute (contre 145 000 auparavant). Une réduction que les clubs ont acceptée à contrecœur. L'investissement ne change pas, 1,2 milliard d'euros. En effet, les équipes estiment une augmentation des revenus de 120,4 M€, dont 80 du stade et 40 du secteur polyvalent. Hors jours de match, les revenus supplémentaires, par rapport à la situation actuelle, s'élèvent à 80 M€ pour les deux équipes. Cependant, un avertissement demeure. Nous ne pouvons pas exclure que d'autres effets « exogènes » sur l'évolution des coûts ou sur la demande peuvent modifier la donne en exigeant des mesures compensatoires visant à rééquilibrer la pérennité du projet. Voici donc ce que le Milan et l'Inter devraient réaliser dans le secteur polyvalent. Des trois tours présentées dans les schémas directeurs précédents, il n'en reste qu'une qui abritera le siège opérationnel des deux clubs. Il s'agira d'un immeuble à double tour pour bureaux de 17 étages, de 87 mètres de haut, d'un centre de conférence de 4 mille mètres carrés, de 12 mètres de haut, d'un centre commercial de 68 mille mètres carrés sur trois niveaux donnant sur la Via Dessiè. Sur le toit du centre commercial seront créés à la fois un espace de divertissement de 9 000 mètres carrés, à la fois le Musée des Sports de 2 700 mètres carrés et le Centre d'Activités Sportives de 1 300 mètres carrés. La zone actuellement occupée par San Siro est reconfigurée en quartier sportif avec la création d'un espace vert (plus de 50 000 mètres carrés), équipé d'espaces ludiques et sportifs. Pour la construction de l'ensemble des ouvrages (nouveau stade et secteur) 80 mois de travaux sont prévus. Les équipes font l'hypothèse d'un démarrage des travaux au 1er janvier 2024 afin de garantir l'ouverture à la circulation du passage souterrain du Patroclus pour les JO d'hiver 2026. Pour ce faire, les clubs indiquent la conclusion du processus d'autorisation d'ici 2023. La fin des travaux est prévue pour le 31 juillet 2030. Traduction alex_j via FCInter1908.
  11. La "vraie" Inter a semblé disparaître lors de la défaite face au Bayern Munich, selon les médias italiens. Dans un Tweet, Fabio Ravezzani a nommé Thiago Motta comme une option possible pour remplacer Simone Inzaghi. La performance des Nerazzurri contre les champions d'Allemagne a fait l'objet de critiques dans le Corriere della Sera qui suggère que l'équipe n'a pas montré ce dont elle est capable car elle a été surclassée toute la soirée. L'Inter a semblé être agressive et s'imposer parfois face au Bayern. Mais elle n'a eu que des succès très limités, tandis que les Bavarois semblaient très à l'aise pour trouver des chemins pour éventrer les Nerazzurri tout en restant en sécurité et bien gardés à l'arrière. Cette performance du Bayern était ce qu'on attendait d'eux, mais de la part de l'Inter, notamment au Meazza devant leurs supporters, ce fut une déception. Les Nerazzurri ont montré dans le passé sous Simone Inzaghi que même face à l'opposition la plus redoutable, ils sont capables de se défendre, le Real et Liverpool, mais contre les champions d'Allemagne, ils ressemblaient à une autre équipe, une équipe fantomatique. Tweetant après la défaite 2-0 des Nerazzurri face au Bayern Munich, Fabio Ravezzani a donné son avis sur la situation de Simone Inzaghi et a nommé Thiago Motta comme une option possible pour prendre sa place. "L'Inter est une équipe ennuyeuse avec un entraîneur qui a perdu ses repères et s'est disputé avec plus d'un joueur. Peut-être qu'ils doivent agir avant qu'il ne soit trop tard. La solution la plus raisonnable (en termes de tactique et de salaire) pourrait être Thiago Motta." Traduction alex_j via Sempreinter.
  12. Interrogé par La Gazzetta dello Sport, l'ancien attaquant de l'Inter Diego Milito s'est exprimé sur le match face au Bayern qui s'est soldé par un doublé fantastique en finale 2010, l'Inter et Lautaro Martinez. Un match dur ? "Dur? Oui, difficile. Mais quelle chance l'Inter a eu." Dans quel sens "chance" ? "Qu'un grand match soit la meilleure chose qui puisse être pour oublier le derby." Vous avez perdu trois derbies contre Milan. Et deux fois sur trois, elle a également été battue lors du match suivant. "Vrai. Je me souviens de 2011, KO en championnat puis en Ligue des champions contre Schalke, en une semaine on a jeté à la fenêtre et le championnat et l'Europe. Mais je crois qu'Inzaghi et les joueurs ne sont que dans une période compliquée. Ce soir ils ont l'opportunité de tout laisser derrière eux." Rembobinons la bande : Inter-Bayern, c'est ton match : 2010, deux buts et champions. "C'est un match qui restera en moi pour toujours. Je me souviens de tout, de chaque émotion, du cri des fans." Dis la vérité : ils avaient été étudiés en vidéo, les défenseurs du Bayern. "Bien sûr, oui, je connaissais bien leurs faiblesses. Et puis j'ai eu de la chance : au Bayern il y avait Demichelis, mon coéquipier en équipe nationale. Très fort, mais je savais tout de lui…" Qu'est-ce que Mou t'a dit avant ce match ? "Il a parlé directement, nous rassurant. Voulez-vous savoir pourquoi nous avons gagné ce soir-là ? Parce que pour nous, la Ligue des champions n'était pas une obsession, mais un rêve. Un tableau à compléter, après la Coupe d'Italie et le Scudetto. C'était une opportunité à saisir pour beaucoup d'entre nous. Mais on avait déjà compris qu'on arriverait au bout après le second tour." Quels objets gardes-tu de cette nuit ? "Quelle question... tout, je garde tout avec moi. Chez moi j'ai un vrai musée : à l'intérieur il y a le maillot, les chaussures portées, la balle de ce match. Malheur à qui les touche." Qu'est-ce qui ne va pas avec l'Inter maintenant ? "J'ai une grande confiance en l'Inter, c'est une superbe équipe avec un bon entraîneur. Je suis donc optimiste pour la saison. La solidité défensive doit certainement être retrouvée, sur les derniers matchs il y a eu un affaiblissement. C'est le bon défi pour le prouver. L'examen est très difficile, mais aussi stimulant. Gommer la déception du derby est obligatoire. Le match contre Milan a apporté quelques doutes. Mais tout n'était pas mauvais dans cette soirée. Perdre est douloureux, ne pas se racheter le serait encore plus." Elle s'est retrouvée au milieu du mercato avec Skriniar cet été. Peut-on lire ainsi les difficultés du défenseur ? "Je ne crois pas. J'ai le sentiment que Milan est très content d'être à l'Inter. C'est une baisse de forme. Bientôt il redeviendra la référence dans la ligne défensive." Bientôt signifie ce soir? "Ces matches se décident dans les zones. Si l'homme clé m’est demandé, je réponds par deux noms : Skriniar et Lautaro." Ton Lautaro... "J'ai un faible pour lui, il s'améliore d'année en année, maintenant il a aussi pris de l'expérience. L'Inter est en sécurité avec lui." Inzaghi dit qu'il faudra 10 points pour passer. Où les obtenir ? "L'Inter doit essayer de gagner les trois matchs à domicile. Mais réfléchir à long terme est fausx. La Champions n’est pas comme ça. C'est le match. Et les défis avec le Real Madrid et Liverpool ont montré qu'Inzaghi et son équipe peuvent jouer sur un pied d'égalité avec tout le monde. Dans le football, les invincibles n'existent pas. Ça se joue au Meazza, l'histoire de l'Inter demande une mentalité de gagnant. Passer le cap est un objectif, pas une entreprise impossible." Traduction alex_j via FCInter1908.
  13. Dans l’histoire du football, les plus grands héritages sont réservés à ceux qui se sont frayés un chemin dans l’histoire. Le manager et les joueurs sont rappelés dans les termes les plus grandiloquents en évaluant leur rôle dans le changement du football et ce, pour toujours. C'est une longue liste, celle qui voit des noms comme Michels, Cruyff, Pelé et Beckenbauer conserver une magie éternelle. Voici un hommage à Giacinto Facchetti. Ceci est une traduction de «Giacinto Facchetti : the Inter legend decades ahead of his time» par Omar Saleem paru sur le site https://thesefootballtimes.co en 2016. Il est peut-être étrange, alors, que Giacinto Facchetti soit souvent négligé en dehors de l'Italie lorsque l'on parle des joueurs les plus grands, les pionniers et les plus marquants. C'était un homme, qui jouait avant tout avec un esprit et une moralité impeccables, qui avait des décennies d'avance sur son temps en tant qu’arrière latéral; un homme qui a marqué 75 buts en plus de 600 matchs pour une Inter Milan jugée, à tort ou à raison, largement défensive. Certains, notamment le légendaire Helenio Herrera, considèrent Facchetti comme le plus grand capitaine de tous. Et avec raison ! La magnifique histoire de Facchetti commence dans la paisible ville septentrionale de Treviglio, dans la province de Bergame. Remarqué plus tard par ses anciens professeurs pour être l'élève modèle, celui qui était appliqué en classe et qui aspirait à devenir médecin, Facchetti a commencé sa carrière de joueur en tant qu'avant-centre du club local CS Trevigliene. Tout comme son excellence en classe, Facchetti s'est appliqué avec beaucoup de succès en tant que jeune attaquant, privilégiant le tir à toutes les distances avec son pétard du pied droit. Son rythme de travail était évident dès son plus jeune âge, et rapidement ses pensées se sont orientées vers une carrière dans le calcio. Il ne fallut pas longtemps avant que Facchetti ne soit repéré lors d’un tournoi de jeunes par Helenio Herrera, qui avait l'habitude de parcourir les régions locales à la recherche de talents locaux à intégrer dans sa dynastie intériste qui était encore embryonnaire. Facchetti s'avérera être sa plus grande acquisition ! Recruté avec l'intention de le jouer en tant qu'arrière latéral, Herrera a travaillé avec Facchetti sur le côté défensif de son jeu, sûrement surpris de la rapidité avec laquelle il a compris son idée du catenaccio. En effet, arrière latéral était probablement l'une des positions les plus difficiles à jouer dans ce système, avec une immense concentration requise à tout moment, sans parler de la capacité de choisir intelligemment quand avancer et se joindre à la contre-attaque. Facchetti, sans surprise pour ceux qui connaissaient sa capacité à s'appliquer et à travailler vers un objectif clair, a été une révélation à ce poste. Lors de son deuxième match seulement, contre Naples en 1961, il a marqué et a été salué par les médias pour sa capacité de tacler, son physique, son rythme et ses prouesses offensives. Il était l'arrière complet moderne, sauf que c'était dans les années 1960 et que la plupart des défenseurs au plus haut niveau ne faisaient exactement que cela : défendre. Pas Facchetti, qui s'est rapidement imposé comme l'arrière gauche de premier choix du club, gagnant une réputation dans toute l'Europe en tant que leader et organisateur. Faisant 15 apparitions lors de sa première saison complète tout en apprenant le poste, Herrera tenait à donner à son précieux atout suffisamment de temps pour façonner son nouveau rôle au sein du système Inter. C'était un stratagème qui a extrêmement bien fonctionné, et l'Inter est rapidement devenue la "Grande Inter", écartant tous ceux qui se trouvaient sur son chemin et dominant le foot national et continental au cours de la prochaine décennie. Au cœur de tout se trouvait Facchetti, le bras droit du manager sur le terrain. En 1963, déjà le meilleur arrière latéral offensif du Calcio, il a aidé l'Inter à remporter son premier scudetto en neuf ans, se révélant être le catalyseur de nombreuses attaques et marquant quatre buts en championnat. Plus important encore, il a joué le premier rôle dans une défense de fer qui n’a concédé que 20 buts en 34 matchs de championnat. C'est la capacité de Facchetti en défense que tant d'arrières latéraux offensifs pourraient apprendre aujourd'hui. Il dira plus tard à la Gazzetta dello Sport en 1999 : « Un défenseur doit être capable de défendre. Il est important d'aider en attaque et de créer un avantage numérique, mais un défenseur doit garder tout cela organisé. Si vous ne pouvez pas faire ça, vous n'êtes qu'un ailier hors de position. » La qualification pour la Coupe d'Europe de la saison prochaine étant assurée, Herrera s'est lancé à la conquête de l'Europe et vise à imiter le succès de son rival local, l'AC Milan, en remportant le prix le plus convoité. À une époque où le format était un couperet à chaque tour, l'Inter de Herrera était parfaitement adaptée pour affronter tous ceux qui les attendaient. Ils restés bas profondément, ont absorbé la pression avec une autorité confiante, puis ont créé et utilisé la rupture, utilisant le génie créatif de Sandro Mazzola, Mario Corso et Luis Suárez. La finale de la Coupe d'Europe 1964 a opposé l'Inter au Real Madrid. L'équipe de Miguel Muñoz vantait les prouesses offensives d'Alfredo Di Stéfano, Ferenc Puskás et Paco Gento, la ligne d'attaque la plus redoutée d'Europe à l'époque. L'idée de Muñoz était de cibler les larges zones lorsque l'Inter était en contre, en utilisant l'habileté, le rythme et la ruse de ses attaquants. Facchetti, cependant, avait d'autres idées. Considéré par beaucoup comme l'homme du match, la proéminence de Facchetti en attaque a libéré un certain nombre de mouvements, mais c'est sa contribution défensive, audacieuse, courageuse et optimiste, qui a fait parler la presse par la suite. Il a joué serré, proche de ses défenseurs centraux et a veillé à ce que les essais éphémères de la future ligne de front légendaire du Real Madrid soient annulés. Une victoire 3-1 à Vienne a vu l'Inter de Herrera surnommé "Grande Inter", un surnom tiré du côté "Grande Torino" d'Ernest Erbstein et Valentino Mazzola. Le club a de nouveau reproduit ce succès en 1965, battant le Benfica d'Eusebio grâce à un but solitaire de Jair. A 22 ans, Facchetti était déjà double champion d'Europe. En 1965-66, Facchetti était à son pic. Il a marqué 12 buts en 38 matchs toutes compétitions confondues et a de nouveau aidé l'Inter au scudetto, se révélant cette fois plus influent en attaque qu'en défense. Son rythme se révélait être un test sévère pour les arrières latéraux adverses, et sa capacité à couper à l'intérieur et à tirer conduisait l'équipe à adapter sa structure pour le garder sous contrôle. Cela dit tout sur sa qualité que les adversaires se creusaient la tête pour arrêter l'arrière gauche de l'Inter. Après avoir joué un rôle central en permettant aux Nerazzurri de se qualifier pour la finale avec un but à domicile et à l'extérieur contre le CSKA Sofia, une chance pour un triplé de titres européens était offerte. Malheureusement pour celui qui était le pin-up du football italien, sa belle allure et sa coiffure impeccable lui ont valu un certain nombre d'admiratrices, le Celtic de Jock Stein a eu d'autres idées et a enregistré une victoire qui les verrait surnommés les "Lions de Lisbonne". La saison suivante, 1966-67, s'avérera être la plus frustrante du règne de Herrera. Après avoir perdu le titre de Serie A face à une Juventus avare, qui n'a marqué que 44 buts en 34 matchs, les pensées de Facchetti se sont tournées vers la finale de la Coupe d'Europe à Lisbonne contre le Celtic. Après avoir quitté la saison sans trophée, Facchetti devra attendre encore 12 mois avant que son plus grand moment de football n'arrive. Après avoir fait ses débuts avec l'Italie en 1963, avant de devenir la moitié d'un redoutable mur arrière latéral avec Tarcisio Burgnich, Facchetti était maintenant sur la scène mondiale. Sa performance lors d'une victoire mémorable contre le Brésil de Pelé à San Siro a vu son nom désormais mentionné parmi les grands du football mondial. Son premier grand tournoi pour Gli Azzurri serait la Coupe du monde de 1966 en Angleterre. Après avoir été battu de manière sensationnelle par la Corée du Nord lors du plus grand choc de la Coupe du monde de tous les temps, c'était une marque de l'homme qu'il écrirait plus tard en s'excusant à un journaliste anglais qui le qualifiait de meilleur défenseur du monde, pour son manque de forme. C'était Facchetti, un gentleman. Tout au long de son succès, de ses maraudes implacables en avant et de sa défense serrée et impitoyable, Facchetti a conservé son humilité et sa décence. Il avait la grâce et l'honnêteté d'un joueur de cricket, ne laissant jamais le gain personnel éclipser l'intégrité professionnelle. Les Championnats d'Europe de 1968 verront Facchetti, désormais capitaine de l'équipe nationale pendant près de deux ans, guider l'Italie vers sa plus grande réussite sous sa direction. Bien qu'il ait été miné pour ne comporter que quatre équipes, l'Euro 68 offrirait à Facchetti la seule argenterie de sa carrière internationale. Une victoire 2-0 sur la Yougoslavie en finale du tournoi a permis à Facchetti de remporter le titre de l'Euro et de les mettre sur la voie du Mexique 70, l'une des plus grandes finales de Coupe du monde de tous les temps. Facchetti était désormais le leader respecté dans les rangs Azzurri , assumant la tâche enviable de guider Gigi Riva, Gianni Rivera, Dino Zoff, Pierino Prati et Sandro Mazzola vers le titre. Après avoir franchi la phase de groupes grâce à une victoire 1-0 contre la Suède, l'Italie a affronté son hôte, le Mexique, en quart de finale. Une Italie inspirée par Gigi Riva a progressé, Facchetti offrant un leadership solide en défense et de nombreuses occasions d'attaque dans le dernier tiers. Le Mexique n'avait pas de réponse à son rythme, sa puissance et son agressivité. Les demi-finales ont vu le match du tournoi se dérouler alors que l'Italie affrontait l'équipe la plus forte d'Europe à l'époque, l'Allemagne de l'Ouest. Avec Franz Beckenbauer, Gerd Müller, Sepp Maier et Berti Vogts dans leurs rangs, la Squadra italienne l'emporterait contre la Mannschaft allemande 4-3 après prolongation devant 102 000 fans dans une Azteca brûlante. Pour beaucoup, c'est le plus grand match de Coupe du monde de tous. C'était le test ultime « d'endurance et de volonté » selon la FIFA. Avec le recul, la performance de Facchetti est un spectacle à voir. Dans un jeu où les joueurs ont joué pendant deux heures dans la chaleur impitoyable de Mexico, Facchetti a joué comme un homme en mission. Il n'a jamais cessé de courir, repoussant constamment les Allemands dans son combat pour garder l'Italie en tête. Il n'a jamais cessé de parler à sa défense et à ceux de devant. Et il n'a jamais abandonné. Avec sa confiance habituelle et son sang-froid intrépide, Facchetti a joué l'une des plus belles performances de capitaine de l'histoire de la Coupe du monde en guidant son équipe soudée vers la finale, où ils affronteraient la puissance du Brésil de Pelé. Dans ce qui était peut-être la finale la plus unilatérale entre deux très grandes équipes, le Brésil s'est frayé un chemin vers une victoire 4-1, son flair Samba en attaque, complété par deux arrières latéraux étonnamment brillants, trop pour Facchetti et Cie. En réalité, l'Italie n'a jamais été de la partie, malgré 30 minutes à 1-1. Le Brésil dominait le ballon, utilisait mieux les conditions et passait l'Italie au fil de l'épée. Un Facchetti toujours gracieux a fait l'éloge du Brésil après la finale, démontrant sa classe même dans les moments les plus pénibles : « Le Brésil est le vrai champion et il mérite cette victoire. Je les félicite, mais je félicite encore plus mes coéquipiers. Nous avons tout donné pour notre nation mais devons féliciter nos adversaires. C'est du sport. » Facchetti continuera à diriger l'Italie jusqu'en 1977, guidant son pays vers une finale inoubliable en 1974 lorsqu'il sera éliminé par une superbe équipe polonaise. Son dernier match aura lieu contre l'Angleterre à Wembley en 1977, un match au cours duquel il se comportera admirablement en tant que libéro de 36 ans, malgré la défaite 2-0 de l'Italie. Affectueusement rappelé pour ses longues années en tant que capitaine des Azzurri, Facchetti prendrait finalement sa retraite avec 94 sélections à son nom, mais surtout le respect et l'adoration du monde du football. Sa régularité assez étonnante pour l'Italie sur une période de 14 ans dans l'équipe nationale l'a vu se classer parmi les meilleurs arrières latéraux de son époque, et plus tard dans l'histoire. Son talent et son dynamisme n'avaient d'égal que sa grâce et son honnêteté, des traits qui distinguent l'homme de tant d'autres grands. L'éclat de Facchetti à l'Inter se poursuivra jusqu'en 1978, où il remportera à nouveau le scudetto en 1971 et la Coppa Italia lors de sa dernière saison. Ils s'ajouteraient à son remarquable décompte de deux Coupes d'Europe et de deux triomphes intercontinentaux. Facchetti deviendrait également l'un des rares défenseurs à terminer dans les trois premiers lors du vote du Ballon d'Or, devenant deuxième derrière Eusébio de Benfica en 1965. Ayant fait partie de l'équipe All-Star de la Coupe du monde en 1970, il a ensuite été intronisé dans le Hall of Fame italien, un lieu de repos approprié pour le footballeur le plus respecté d'Italie, un défenseur qui n'a été expulsé qu'une seule fois dans sa carrière. Les dernières années de Facchetti le verraient rester au club pour lequel il a disputé 629 matchs, d'abord en tant qu'entraîneur, puis en tant que directeur sportif et président. En son honneur, le club a retiré son célèbre maillot numéro 3 et l'a maintenu sur la liste de paie jusqu'à sa mort en 2006. Ayant influencé une génération de défenseurs italiens, notamment Paolo Maldini , qui a longuement parlé de l'influence de Facchetti sur sa carrière, il est décédé une légende; un homme dont le talent était si merveilleusement complété par ses qualités humaines. Sandro Mazzola, grand ami et coéquipier de Facchetti depuis plus d'une décennie à l'Inter Milan et avec l'Italie, a résumé le mieux son ancien capitaine : « Il était la plus grande figure sur le terrain et en dehors. » Une déclaration pertinente sur un homme qui mérite sa place aux côtés de Beckenbauer, Cruyff, Pelé et Maradona. Traduction alex_j.
  14. Si Denzel Dumfries, valorisé à 40M€, venait à quitter le club, Simone Inzaghi aurait déjà son successeur en tête : Manuel Lazzari. L'entraîneur de l'Inter souhaiterait que la direction s'active pour Manuel Lazzari en cas de départ du Hollandais Denzel Dumfries vers Chelsea. C'est ce que rapporte le quotidien Turinois Tuttosport : la priorité d’Inzaghi serait de retrouver le joueur de 28 ans, si vente de Dumfries il y a. Dumfries est sur les radars de Chelsea cet été, et les Blues semblent prêts à accélérer pour l'ancien capitaine du PSV. En cas de vente du piston de 26 ans, un remplaçant avec le même profil serait favorisé. Pour cela, de nombreux joueurs ont été proposés à l'Inter, comme par exemple Odriozola, du Real Madrid. Cependant, Inzaghi préférerait que le club recrute Lazzari, un joueur avec qui il a déjà travaillé, à la Lazio, durant 2 saisons. ®Internazionale.fr ~ Aurios-Inter Via SempreInter
  15. La guerre entre l'UEFA et la Super League Européenne n'est pas encore terminée: Loin de là même car celle-ci se poursuit devant la Cour de justice de l'Union européenne et qui, en cas de victoire de la Triade, verrait les contours du football du futur se redessiné en un "avant" et un "après". Révélation de Calcio&Finanza "Si la Cour reconnaît les raisons des clubs "rebelles", le feu vert serait donné à la nouvelle compétition continentale sans que l'UEFA ne puisse sanctionner les clubs qui y sont affiliés. Dans le cas contraire, l'UEFA gagnerait encore plus de pouvoir dans la gestion de toutes les compétitions et dans la prévention de la naissance de nouveaux tournois." "Des sanctions contre les promoteurs de la Super League restent également peu probables: Pour être clair et selon Tuttosport, même une victoire de l'UEFA ne pourrait pas conduire à l'exclusion de la Juventus, du FC Barcelone et du Real Madrid de ses compétitions qui lui sont propre. En contrepartie, la fédération européenne de football se retrouverait avec un pouvoir absolu dans la sphère commerciale et les clubs devraient se soumettre à ses décisions." Mais le monopole de l'UEFA est-il réellement un monopole ? "Il existe inévitablement des relations entre son pouvoir organisationnel, législatif et disciplinaire. En outre, l'instance dirigeante du football européen organise ses tournois, commercialise ses droits sportifs et redistribue les recettes selon ses propres critères. D'autre part, la spécificité du sport qu'est le football pourrait rendre indispensable la référence à un organisme unique, la fragmentation pouvant être préjudiciable au mouvement footballistique lui-même." "Ainsi, la Super League tentera pour sa part de démontrer le monopole réel de l'UEFA et de souligner le fait que cela empêche la libre concurrence au sein de l'Union-Européenne. L'UEFA, en revanche, fera valoir que si quelqu'un veut créer des tournois alternatifs, il sera libre de le faire." "Aujourd'hui, nous commençons par l'audition des parties: En octobre ou novembre prochain, il pourrait y avoir l'avis de l'avocat général. D'ici la fin de l'année ou le début de l'année 2023, la décision finale pourrait alors être rendue, et elle aura force de Loi pour tous les États membres de l'Union-Européenne." Selon vous, qui aura gain de cause ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  16. C’est une révélation définitive de la Gazzetta Dello Sport: Milan Skriniar a dit oui au Paris-Saint-Germain. Et sauf démenti officiel de sa part dans le courant de la journée, il faudra considérer cette information comme officielle! "Milan Skriniar a dit oui au PSG. Le Slovaque lui-même avait d'abord souligné, entre les lignes, une légère déception pour une opération qui n'émanait pas de son désir. Ces derniers jours ont permis d'atténuer la rigidité de Skriniar : le temps, le besoin absolu de l'Inter de gagner de l'argent et aussi (et surtout) la maxi-offre de Paris l'ont fait revenir à des conseils plus doux. En effet, ils l'ont amené à prononcer les deux lettres manquantes : SI." "Milan a dit un oui définitif et est convaincu par le projet (lucratif) du Psg: Skriniar est donc prêt à dire au revoir à l'Inter, mais il faut d'abord trouver un accord entre le club, ce qui n'est toujours pas le cas." Trahi par un ancien "Un coup de fil avec Achraf Hakimi, l’ailier marocain qui courait comme un TGV lors de la dernière année de Conte, mais qui n’est pas parvenu à réitérer cette performance à Paris sous Pochettino, a permis à Milan de dissiper ses derniers doutes. La détermination du nouveau Directeur Sportif, Luis Campos, et un contrat de base de 7,7 millions nets, soit plus du double de ce qu'il gagne actuellement, ne suffisaient pas à Skriniar : Le défenseur central slovaque voulait aussi avoir connaissance des considérations tactiques précises: Hakimi lui-même a répété que le club veut construire un 11 plus équilibré et que cela passe par une défense renforcée et ce n'est pas un hasard si une maxi-offre pour Milan a été définie." Place aux clubs "En début de semaine, une première augmentation considérable est arrivé de la France: l'offre initiale de 50 millions ayant été portée à 60 millions d'euros, mais une nouvelle démonstration de force qatarie devrait bientôt arriver: Attention également car Giuseppe Marotta et Piero Ausilio restent fermes sur la Montagne à gravir de 80 millions d'euros." "Le point de bascule, similaire à celui connu précisément par Hakimi est réaliste, car l’international marocain est allé à Paris pour un total de 68 millions d'euros, primes comprises, il suffirait d'aller un peu plus haut cette fois-ci" Une vente record Sauf démenti officiel du principal intéressé, Milan a donc succombé à la tentation, peu importe la raison, et n’est pas Alessandro Bastoni ou Javier Zanetti qui veut. Financièrement parlant sa vente représenterait dans l’absolu la seconde vente la plus cher de l’histoire du club. En effet, déjà avec 70 millions d’euros et un contrat, bonus compris à hauteur de 9 millions d’euros, Milan Skriniar ne serait devancé que par un certain Romelu Lukaku au niveau des transferts les plus lucratifs de l’Histoire du club. Skriniar, dans ce classement, devancerait: Zlatan Ibrahimovic, vendu au Fc Barcelone en 2009 pour 69,5 millions d’euros (49.5 millions d’euros et Samuel Eto’o), Achraf Hakimi et ses 66,5 millions d’euros en 2021, Mauro Icardi et ses 50 millions d’euros en 2020, Ronaldo, il Fenomeno, pour 45 millions d’euros au Real Madrid en 2002 Sans prise de position officielle pour démentir de la part du principal intéressé: Amour du maillot ou Amour de l’Argent…. Vous avez la réponse ! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  17. Le Paris Saint-Germain serait observé de près par l'UEFA au sujet de sa gestion financière. Plusieurs éléments des comptes parisiens interrogeraient l'instance, qui demande des explications imminentes à Nasser al-Khelaifi. Javier Tebas aurait-il créé un ouragan sur la Capitale ? Le Président de la Liga crie sur tous les toits depuis des années que le Paris Saint-Germain ne respecte pas le fair-play financier. Or, il semblerait que l'UEFA l'ait entendu. L'Equipe annonce que le PSG est désormais suivi de près par l'Instance de contrôle financier des clubs. Elle aurait demandé de nombreux documents et réponses au PSG ces derniers jours. Une amende en prévision pour le PSG ? Une fois que Paris aura précisé sa démarche, une procédure pourrait être ouverte ou non. L'écurie de la Capitale doit ainsi prouver sa bonne foi et que sa gestion ne dépasse pas les limites fixées par le FPF. L'ICFC attendrait encore ces garanties et presserait le champion de France de les rendre rapidement. Si les chiffres s'avéraient mauvais, l'UEFA pourrait sanctionner le club comme en 2018. Ce serait certainement sous la forme d'une amende de plusieurs dizaines de millions d'euros ou d'un contrôle des dépenses. Réponse dans quelques semaines pour la direction parisienne. Par Olivier Halloua - 90min.com Confirmation de l'AFP "La Ligue espagnole de football a confirmé mercredi qu'elle avait déposé des plaintes auprès de l'UEFA contre le Paris Saint-Germain et Manchester City qui "enfreignent continuellement le règlement actuel du fair-play financier. La Ligue espagnole de football a bien déposé une plainte auprès de l'UEFA visant les conditions du transfert d'Erling Haaland à Manchester City une autre visant la prolongation de Kylian Mbappé au PSG, deux clubs qui, selon elle, "enfreignent continuellement le règlement actuel du fair-play financier"." "La plainte contre City avait été déposée en avril, tandis que celle contre le PSG l'a été "cette semaine", a confirmé, mercredi 15 juin, la Liga qui a ajouté qu'elle allait continuer à intensifier les actions en justice contre les deux clubs soutenus par l'État. Pour se faire, elle s'est adjoint les services d'avocats en France et en Suisse "dans le but d'entreprendre des actions administratives et judiciaires devant les instances françaises compétentes et l'Union européenne dès que possible", peut-on lire dans son communiqué. En Suisse, la Liga "étudie différentes options de représentation" pour enquêter sur les "possibles conflits d'intérêts" de Nasser Al-Khelaifi, qui est à la fois président du PSG, responsable de BeIN Sports, propriété du Qatar, dirigeant de l'Association européenne des clubs et membre du comité exécutif de l'UEFA. "La Liga considère que ces pratiques altèrent l'écosystème et la durabilité du football" "Le patron de la Liga Javier Tebas est l'un des critiques les plus virulents des clubs soutenus par des États, à savoir le Qatar pour le Paris SG et les Emirats arabes unis pour Manchester City, qui détournent selon lui le fair-play financier établi par l'UEFA et déséquilibrent la concurrence sportive et économique. Manchester City a remporté la course pour acheter Erling Haaland au Borussia Dortmund après avoir payé la clause libératoire de l'attaquant à hauteur de 60 millions d'euros, mais le montant total de l'opération, y compris le salaire et les honoraires des agents, pourrait dépasser les 275 millions d'euros selon la presse." "Le Paris Saint-Germain versera de son côté à Kylian Mbappé un salaire annuel compris entre 40 et 50 millions d'euros, après que le Français a choisi de rejeter le Real Madrid et de signer un nouveau contrat de trois ans avec le club parisien. Le PSG a subi une perte de 224,3 millions d'euros au terme de la saison 2020/2021, en hausse de 80% par rapport à l'année précédente, a indiqué le rapport annuel de l'autorité financière du football français (DNCG) au début du mois." "La Liga considère que ces pratiques altèrent l'écosystème et la durabilité du football, nuisent à tous les clubs et ligues européens, et ne servent qu'à gonfler artificiellement le marché, avec de l'argent qui n'est pas généré dans le football lui-même", peut-on lire dans le communiqué de la ligue espagnole. Le FC Barcelone a fait état d'une dette d'un montant d'1,3 milliard d'euros en février dernier alors que celle du Real Madrid, qui inaugurera son stade Santiago-Bernabeu rénové en 2023, avoisine les 900 millions d'euros, selon plusieurs médias espagnols." ®AFP
  18. En effet, dans le courant de la semaine écoulée, Football Benchmark a dévoilé son rapport sur la valeur des clubs européens et si la suprématie anglaise se confirme, l’Inter estampillée Suning s’est littéralement envolée. Le Top 3 est sans surprise majeur: Le Real Madrid est le solide leader de ce classement avec une valeur de 3,1 milliard d’euros, le Néo-Champion d’Europe est suivi par Manchester United (2,8 milliard) et le Fc Barcelone Révélation de la Gazzetta Dello Sport "Football Benchmark calcule la valeur des clubs par le biais du modèle des multiples de revenus, qui est plus fonctionnel pour une industrie volatile dans laquelle plusieurs clubs sont déficitaires: Les bilans de référence pour cette édition sont ceux des saisons 2018-19, 2019-20 et 2020-21 (avec un ajustement pour atténuer la réduction des recettes de la billetterie suite à la pandémie liée au Covid." "Le multiplicateur est ensuite ajusté en fonction d'un algorithme qui pondère les caractéristiques de chaque club et prend en compte cinq paramètres : la rentabilité (ratio salaire/chiffre d'affaires), la popularité (suivi sur les médias sociaux), le potentiel sportif (valeur du noyau), la gestion des droits télévisés et les stades de propriété." Bien évidemment, la thématique du stade démontre la classe entre les équipes milanaises et les autres clubs européens: "Mais le parcours de l'Inter, entamé par Suning en 2016, est plus mature que celui de Milan : Ce n'est pas un hasard si, par rapport à il y a six ans, les Nerazzurri présentent l'une des meilleures performances européenne avec un bon de (+150%)" Pas de paroles, mais des faits qui font du bien! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  19. La presse sportive s’est enflammée suite à la révélation de la Gazzetta Dello Sport sur la future arrivée de Paulo Dybala à l’Inter. Place à présent à deux articles détaillés en provenance de la péninsule Pour Tuttosport Comment est-ce possible d’arriver à Paulo Dybala à l’Inter, avec la thématique de la soutenabilité, comme étoile polaire dans les plans de Suning ? "Pour l’expliquer, il faut se concentrer sur Giuseppe Marotta qui s’est jeté sur sa proie à peine les papiers du divorce entre la Juve et l’argentin actés. Celui-ci a demandé à Jorge Antun, son agent, quel était le délai qu'ils avaient donné pour trouver une équipe. La réponse "Nous ne sommes pas pressés" était ce que l'Inter voulait entendre, car le Mercato des Nerazzurri sera quoiqu’il arrive marqué de départs." "Suning a d'ailleurs défini les palettes nécessaires pour maintenir la soutenabilité des comptes : Le Mercato devra présenter un solde positif de 60 millions d’euros et la masse salariale devra diminuer de 15% avec une épargne de 20 millions d’euros. Les objectifs fixés à Simone Inzaghi seront les mêmes que ceux de l’été dernier : Terminer dans le Top 4 et atteindre les huitièmes de finale de la Ligue des Champions. Pour ces motifs, Steven Zhang lui-même est le premier à savoir que son Inter devra rester compétitive." "Marotta, qui connaît bien le tempérament de Dybala, sait pertinemment qu'il a le oui du joueur dans la main, surtout par le fait qu’il désir se sentir comme un centre de gravité dans le projet, cela influera sur sa décision. C'est aussi pour cette raison que, par exemple, Marcelo Brozovic a choisi de prolonger l’aventure avec l'Inter malgré une offre bien plus importante du Real Madrid. L'Argentin, tout comme son futur équipier, serait l'étoile la plus brillante au firmament à Milan, car l’équipe ne possède également pas d’autre profils de ce type dans son noyau." "Il s’agit donc du meilleur tremplin pour mettre sur pied les bases d’un accord salarial. Dybala, qui gagne 7,3 millions d'euros à Turin et qui avait conclu un accord pour 8 millions plus 2 millions de bonus avant de consommer cette rupture, sait bien quels sont les paramètres du club Nerazzurro et que pour se lier les parties devront toutes les deux sacrifier quelque chose". Pour la Rosea, les futures flèches de l'Inter seront argentines "Les routes de Lautaro Martinez et de Paulo Dybala devraient converger à l’Inter après s’être tant de fois croisées en équipe nationale lors de ce dernier quadriennal. Si Marotta et ses adjoints parviennent à mettre la main sur la Joya et, en même temps, à résister aux avances des grands clubs européens vers le Toro, la "Dyla" pourrait prendre vie à Milan, elle qui a été testée à de très nombreuses reprises par le sélectionneur national Lionel Scaloni" "En effet, Lautaro et Dybala ont joué 8 fois ensemble en équipe national pour trois buts inscrits par Lautaro dont deux via une passe décisive de Paulo. L’entente entre les deux s’affineraient et ils pourraient tranquillement coexister: Les caractéristiques de l'un et l'autre sont également bénéfique dans le cadre d’une possible alternance impliquant trois attaquants. L'amitié et le sentiment qui les unissent également en dehors du terrain seraient l'ingrédient supplémentaire d'une paire capable de faire rêver les Nerazzurri." Pour Marco Barzaghi, le recrutement est certain "Les chances s’élèvent à 90%, elles sont très élevées mais pas à 100% : Je conserve une prudence de 10%, car tout n'est pas fait ou signé. Ce n'est qu'à ce moment-là que je me donnerai entièrement, car tout peut arriver avec les joueurs en fin de contrat. En fait, nous pouvons même baisser un peu le pourcentage car un démenti est arrivé d'Antun, et la Viale Della Liberazione est irritée par ces rumeurs, vu que l’'entourage du joueur joue pour négocier de meilleures offres." "Il y a aussi beaucoup d'irritation car une telle rumeur avant la rencontre face à Empoli et la Finale de la Coupe d’Italie peut déstabiliser aussi les attaquants actuels de l'Inter. Il faut donc comprendre s'il s'agit de démentis de façade ou si autre chose peut se produire." Javier Zanetti, Diego Milito, Estéban Cambiasso pour ne citer qu’eux, l’Inter et l’Argentine cultivent une histoire d’amour qui n’est pas prête de s’arrêter, qu’en pensez-vous ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  20. C’est une information en provenance de Tuttosport : Marcelo Brozovic a montré, à sa façon, son amour pour l’Inter "Marcelo Brozovic, depuis son arrivée en janvier 2015 en Serie A, occupe la première place, dans l’absolu, en Serie A pour le nombre de ballons disputés, le nombre de passes réussies et le nombre de passes dans la moitié de terrain de l’adversaire, il est également sur le podium pour le nombre de ballons récupérés. En analysant plus précisément ce championnat, le croate est le premier pour le nombre de kilomètre parcourus en moyenne : 11km611, mais ce n’est pas une nouveauté vu ses grandes capacités d’architecture et de déplacement." "Partant de l’ensemble de ce constat, Carlo Ancelotti le voulait au Real, en convaincant Florentino Perez de lui proposer une offre bien meilleure à celle qu’il a accepté pour prolonger à l’Inter, soit supérieure à 6,5 millions d’euros par saison jusqu’en 2026." Si la proposition n’est pour l’heure pas encore connue, "la volonté du joueur aura été fondamentale, une volonté qui alimente sa force en sachant et en ressentant qu’il est bel et bien le Centre de gravité de l’équipe Nerazzurra." Très peu de joueurs peuvent se vanter d’avoir refusé le Real Madrid… ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  21. L’aventure turinoise de Paulo Dybala arrive à sa fin : L’argentin ne prolongera pas avec la Vieille Dame, qui l’a fracassé par l’intermédiaire d’Arrivabene, le tout pour le plus grand bonheur de Giuseppe Marotta! Révélation de Tuttosport "Dybala à l’Inter n’est plus une suggestion mais un projet concret car Beppe Marotta et Piero Ausilio ont rencontré dans le plus grand secret Jorge Antun, l’agent de la Joya, pour faire part de ll’intérêt Nerazzurro sur le joueur. Cette acte a pu être posé suite au divorce acté de façon unilatéral par la Juventus. Si les parties ne sont pas encore entrées dans le vif via l’aspect économique de la négociation, l’Inter s’est insérée officiellement dans la course à l’argentin, en cherchant à savoir quel serait le timing apprécié par Dybala. En retour, la Direction a reçu une réponse qui peut être considérée comme très favorable pour les Nerazzurri : "L’argentin n’est pas pressé." "L’Inter doit également faire preuve de patience car si elle est intéressée par Dybala, elle n’est pas encore rentré dans les étapes décisives. Giuseppe Marotta et Piero Ausilio doivent en premier lieu prendre connaissance des intentions de Suning et de ce qu'il octroiera comme budget pour le prochain mercato, il conviendra également de connaitre les nécessités et les requêtes de Simone Inzaghi." L’autre raison qui motive cette stratégie est la conviction que Dybala, avec le temps qui s’écoulera, abaissera ses exigences économiques : Il sera plus malléable, à la condition de percevoir des bonus. Marotta et Ausilio ont, en effet, parfaitement conscience que Dybala percevait à la Juve 7,3 millions d’euros, bonus compris et que l’accord convenu mais qui n’a jamais été signé, faisait état d’un contrat de 8 millions d’euros plus 2 millions d’euros de bonus." Paulo comme Stefan ? En effet, le Derby d’Italie de ce dimanche sera particulier pour Paulo Dybala, il sera son dernier, du moins sous le maillot Bianconero, comme le révèle la Gazzetta Dello Sport: "Place à Alessandro Bastoni et au revirement de Dybala, qui depuis des années, s'illumine lorsqu'il voit les Nerazzurri. Ses excellentes performances coïncident d'ailleurs avec la première aventure d'Alessandro à l’Inter: En effet, depuis que la ligne à quatre de Spalletti a laissé sa place au trio composé de l'ancien joueur de l'Atalanta, de Milan Skriniar et de Stefan De Vrij, la Joya a toujours marqué contre l’Inter en Serie A. » "La défense de l'Inter est prévenue : Qu'il débute en première mi-temps ou en cours de match, cela change peu au niveau de la performance de Dybala. Simone Inzaghi profitera de l’occasion pour l’étudier attentivement et qui sait pour se mettre au travail : Peut-être qu’en été, il aura le plaisir de supprimer toutes ses notes relatives à Paulo l’adversaire." Pour les bookmakers, l’Inter est la grande favorite Agipronews rapporte que les bookmakers considèrent l'Inter comme l'option la plus probable, à 2,75 sur Snai, avec deux équipes espagnoles en concurrence : Le FC Barcelone et l'Atletico Madrid, à 6,50. Le Tottenham du couple italien Antonio Conte-Fabio Paratici monte à 7,50, tandis qu'un transfert au Paris-Saint-Germain, appelé à un été de renouveau, vaut 10 fois la mise, comme le Milan Ac. Les autres grands d'Europe sont encore plus loin : un transfert de Dybala à Liverpool est proposé à 15, tandis que les deux clubs de Manchester sont à 20. Mieux encore le Real Madrid et le Bayern Munich s’envolent à 25 fois la mise, car ils ne sont pas convaincus de la valeur de l'opération malgré le fait qu'il s'agisse d'un transfert à coût zéro." Pensez-vous qu’à l’instar de Stefan De Vrij, la Joya réalisera une prestation en demi-teinte ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  22. C'est une information en provenance de nos confrères de ®le10sport.com: Alors que Kylian Mbappé devrait s'engager avec le Real Madrid durant l'intersaison, le PSG suivrait la situation de Romelu Lukaku, en difficulté à Chelsea. "Le PSG garde un mince espoir dans le dossier Kylian Mbappé. Comme annoncé par le 10Sport.com en exclusivité, l’international français voudrait écouter ses dirigeants, notamment sur la suite du projet parisien, avant de prendre une décision sur son avenir. Le PSG devra se montrer convaincant, après son élimination en Ligue des Champions. Dans le cas contraire, Mbappé s’engagera avec le Real Madrid durant l’intersaison. Son départ pourrait laisser un grand vide dans l’effectif de Mauricio Pochettino" Romelu Lukaku ciblé par le PSG Comme annoncé par le 10Sport.com, "le PSG a ciblé Erling Haaland (Borussia Dortmund) et Robert Lewandowski (Bayern Munich) pour le remplacer. Mais une source a indiqué à Football.Insider que les dirigeants parisiens suivaient, aussi, la situation de Romelu Lukaku. L’international belge ne serait pas heureux à Chelsea et envisagerait déjà de quitter la Premier League. Le PSG décidera dans les prochaines semaines s’il se lance à l’assaut de Lukaku, lié au Blues jusqu’en 2026." Paris qui s'offrirait les deux derniers numéro 9 de l'Inter, vous y croyez ? Et surtout, Paris est le club aimé depuis sa plus tendre enfance par Big Rom.....! ®le10sport.com
  23. Quelques mois après la Victoire de l’Euro, la Squadra de Roberto Mancini est plongée dans la crise: Pour la seconde fois consécutivement, la Quadruple Championne du Monde sera absente du Mondial Révélation de La Gazzetta Dello Sport "Le Sélectionneur National a son destin entre ses mains, dans le sens qu’il semble difficile que la FIGC ne soit pas en adéquation avec sa décision, quelle qu'elle soit : Si Mancini voit qu’il est en condition pour poursuivre l’aventure entamée et qu’il décide de rester, le contrat renouvelé il y a presque un an et qui expirera 2026, lui permettra de travailler sur les bases d’un nouveau cycle. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si cette date corresponds à la prochaine Coupe du Monde." "Si en revanche, le Sélectionneur considère être arrivé à la fin de son Mandat, en demandant à être déchargé, Gabriele Gravina, bien malgré lui, partira à la recherche de son successeur et la FIGC aura trois voies devant elle, pour définir le futur." Un Sélectionneur "Fait Maison" La piste la plus accrédité porte à Fabio Cannavaro avec, en Directeur Technique, Marcelo Lippi comme à l’ancienne. Si Cannavaro n’est pas un Sélectionneur Fédéral, peu comme lui peuvent s’identifier à l’Azzuro (136 sélections réparti en 13 années) et se sentir prêt à débuter une carrière différente, après une expérience mature en Chine. Le Père de la Patrie Soit un entraîneur expérimenté, qui commencera à travailler, comme avait dû le faire Mancini sur les cendres d’une faillite. La suggestion porte à Carlo Ancelotti, pour autant qu’il soit enclin à mettre un terme à sa relation avec le Real Madrid : Le banc de la Nazionale est d’ailleurs la seule expérience absente de son Curriculum Vitae." Un entraîneur "qui aime le jeu" Comme Mancini, soit un "éducateu"r qui propose le même type de football, pour donner de la continuité au projet débuté il y a quatre ans. Un projet qui, hier a subi un sacré revers. Mais le projet de Roberto Mancini n’a pas à être désavoué, malgré ce résultat . Ce projet doit rester un patrimoine de la Nazionale, et il n’est pas nécessaire de tout reprendre à zéro. Selon vous, Simone Inzaghi pourrait-il cocher cette dernière case ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  24. Le rapport du Cabinet Deloitte relatif aux recettes des Clubs pour l’année 2021 a été diffusé en ce début de semaine. Et s’il est agaçant de retrouver 11 Clubs de Premier League dans le Top 20, avec la première place de Manchester City, il y a lieu de noter la belle performance Nerazzurra L’Inter, en 2020, occupait déjà cette 14ème position, mais elle a augmenté sensiblement ses statistiques numériques : Les Nerazzurri ont terminé l’année à 330,9 millions d’euros, en enregistrant une croissance de 14%, comparé aux 291,5 millions d’euros en 2020. Les recettes de l’Inter sont réparties de la façon suivante : 65% en provenance des droits télés 34% en provenance du secteur commercial 1% en provenance des recettes du Stade (suite à la pandémie liée au Covid-19 et à la fermeture des stades) Si Manchester City occupe la première place ; celui-ci est suivi par les Grands d’Europe : Le Real Madrid et le Bayern Munich complète le Top 3, le Top 5 donnant tout simplement le tournis! Au niveau de l’Inter, notre Beneamata a réduit pratiquement l’écart qui la liait à l’Atletico Madrid et au Borussia Dortmund. Qu’en est-il des autres écuries italiennes ? La Juventus est la seule équipe a se retrouver dans le Top 10, en occupant la 9ème place en présentant 433,5 millions de recettes. Si l’Inter est la seconde équipe italienne, il y a de la marge comparées aux autres clubs de la Serie A 9° Juve 433,5 millions d’euros 14° Inter 330,9 millions d’euros 23° Roma 190,4 millions d’euros 24° Atalanta 187,6 millions d’euros 27° Napoli 174,5 millions d’euros 29° Lazio 163,5 millions d’euros 30° Milan 161,1 millions d’euros Trouvez-vous que Suning, malgré toutes les embûches connues, gère bien la situation interiste ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  25. C’est une information d’"El Nacional", l’entraîneur italien souhaite renforcer sérieusement le Real Madrid et son recrutement pourrait bien impacter également l’Inter "Carlo Ancelotti entrevoit la route pour Nicolò Barella, celui-ci aurait ses préférences pour reprendre l’héritage de Toni Kross. Pour tenter l’Inter, le Real serait prêt à déposer 80 millions d’euros, une somme qui sera obtenue via le départ de ses joueurs indésirables. De son côté, pourtant, l’Inter vient à peine de blinder son milieu de terrain en le prolongeant jusqu’en 2026." Céderiez-vous Nicolò pour 80 millions d’euros à l’étranger ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
×
×
  • Créer...

Information importante

En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. Nous ajoutons des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer votre expérience sur notre site. Consultez notre Politique de confidentialité. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer...