Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'robert pires'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Annonces & Support
    • Présentations
    • La Curva du Forum
    • Vos Déplacements
    • Questions
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Contact et inscriptions de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers
  • Football

Catégories

  • Gardiens
  • Défenseurs
  • Milieux
  • Attaquants

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Inter Women
  • Dates clés
  • Super Coupe d'Italie

Fonctionnalités

Catégories

  • Carte du Monde des Nerazzurri

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Ville


Joueurs

1 résultat trouvé

  1. Cette série d'articles nous rappelle les joueurs dont nous avons (peut-être) oubliés, qu'un jour, ils ont porté notre maillot noir et bleu. A travers eux on refait l'histoire, on discute et on dissèque leur temps à l'Inter ainsi que le reste de leur carrière. Retrouvez l'ensemble des articles de cette série ici : Les visages oubliés de l'Inter. "Pour moi, Djorkaeff est un joueur très sous-estimé. Le nombre de fois où il a sauvé la France avec des buts importants!" Robert Pires L'histoire du football est jonchée de grands joueurs. Certains, qu'ils aient atteint un niveau individuel ou au sein d'une équipe emblématique, sont salués dans les années voire décennies suivantes pour leur(s) talent(s). Leurs contributions au football sont louées à l'infini, jusqu'à ce qu'ils atteignent ce niveau de proéminence réservé à quelques-uns, une élite, et recherché par le plus grand nombre: le statut "légendaire". Ce genre de renommée qui vaut à ces joueurs le droit d'être considérés parmi les meilleurs à avoir jamais joué. La plupart des fans de foot, bien que par goût personnels en raison des équipes qu'ils suivent et supportent, parviendront à un consensus général sur le type exact de joueur qui appartient à cette catégorie très restreinte. Bien que souvent influencés par le championnat qu'ils regardent, la période au cours de laquelle ils ont grandi ou d'autres variables, les mêmes noms ont tendance à circuler dans les conversations. Zinedine Zidane, Diego Maradona, Roberto Baggio et les personnalités marquantes du côté milanais dirigé par Arrigo Sacchi à la fin des années 1980, comme Ruud Gullit et Marco Van Basten, ne sont que quelques noms qui ont eu un impact incommensurable sur le football italien. Ces noms sont également généralement considérés comme certains joueurs les plus talentueux à n'avoir jamais honoré un terrain de football. D'autres joueurs, cependant, tout en réussissant non moins en termes de trophées et de médailles gagnés, peuvent parfois tomber dans des étranges limbes. Quelque part entre le statut légendaire, la nostalgie et le fait d'être complètement négligé. Comme Zinedine Zidane, il y a un autre milieu offensif français qui a pris d'assaut la Serie A à son apogée pendant les années 90. Contrairement à Zizou, cependant, il est, pour la majorité des fans, tombé dans ces étranges limbes. La simple mention de son nom a la capacité d'évoquer un gémissement sentimental et pourtant auto-châtiant de la bouche de ceux qui se souviennent de lui. "Djorkaeff! Pour moi, Djorkaeff est un joueur très sous-estimé. Le nombre de fois où il a sauvé la France avec des buts importants!" Ce sont les paroles de l'ex-star d'Arsenal, Robert Pires, prononcées dans une interview à French Football Weekly en 2014. Pires discutait de la hiérarchie des joueurs et du staff à Clairefontaine alors qu'il jouait pour la sélection nationale. Il a poursuivi en expliquant pourquoi Djorkaeff n'avait peut-être pas mérité tous les applaudissements qui lui étaient dus: "Personnellement, j'ai beaucoup appris en m'entraînant avec lui. Le truc avec Youri Djorkaeff, c'est qu'il est un peu dans l'ombre de Zidane. Mais honnêtement, c'était un grand joueur." Être dans l'ombre de la grandeur est une chose à laquelle un jeune Djorkaeff aura sans doute été habitué. Son père, Jean, était un joueur professionnel connu, notamment pour le Paris Saint-Germain, Lyon et Marseille. Ayant remporté la Coupe de France à deux reprises au cours de sa carrière de joueur, Jean n'était que trop conscient des pressions qui pesaient sur Youri lorsqu'il a pris la décision d'entrer dans le monde du football professionnel: "Les gens aiment toujours faire des comparaisons", a-t- il déclaré en discutant de l'ascension fulgurante de son fils lors d'un entretien avec la FIFA en 2005, "De plus, les gens pensent que si votre père était un ancien international, tout est beaucoup plus facile pour vous, ce qui est complètement faux. Le fils finit toujours par être jugé en fonction de la carrière de son père. J'ai dit à Youri qu'il ne devrait jamais être satisfait d'une performance moyenne. Et il a très vite imposé sa personnalité en montrant à chacun que ses talents sont les siens." Et montrez à tout le monde, il l'a certainement fait! Arrivé en Italie pour signer à l'Inter en 1996, Djorkaeff était déjà bien établi, ayant exercé son métier dans sa France natale pendant plus d'une décennie. Des passages avec Grenoble, Strasbourg, Monaco et le PSG l'ont vu quitter la capitale pour la région de Lombardie, déjà dans l'habitude de gagner de l'argenterie. Après avoir remporté la Coupe de France avec Monaco en 1991, la saison du chant du cygne de Djorkaeff l'a vu quitter le PSG vainqueur à la fois du Trophée des Champions et de la Coupe des vainqueurs de coupe, faisant partie d'une équipe qui regroupait les talents de Bernard Lama, Paul Le Guen et Patrice Loko. Malgré ces réalisations notables, Djorkaeff ne se faisait aucune illusion sur l'ampleur de la tâche qui l'attendait lors de son premier voyage à l'étranger: "Je me suis toujours senti citoyen du monde, mais je m'assure d'avoir des racines solides dans la ville dans laquelle je me trouve. Quand j'arrive quelque part, j'apprends son histoire, prendre les bonnes choses, respecter les traditions et écouter avant d'ouvrir la bouche." Djorkaeff connaissait également bien les traditions footballistiques de la ville, décrivant le célèbre stade San Siro, qui abrite les deux clubs milanais, comme "la cathédrale du football". Le Français a beaucoup fait pour jeter les bases d'une relation longue et fructueuse avec les fans des Nerazzurri, marquant 17 buts en 49 apparitions toutes compétitions confondues. Cet exploit particulier a été d'autant plus remarquable que son bilan en championnat a fait de lui le meilleur buteur de l'Inter en Serie A à sa première saison. Son but le plus mémorable cette année-là, et pour lequel on se souvient le mieux de son séjour en Italie, est peut-être celui contre la Roma en janvier 1997. Sautant sur un dégagement raté de la défense de la Louve, qui avait balancé le ballon haut dans les airs, Djorkaeff a catapulté le ballon dans le coin supérieur gauche au moyen d' un coup de pied acrobatique . Faire 2-0 juste avant la mi-temps, cela s'est avéré un moment charnière dans le match, l'Inter ayant finalement gagné 3-1. L'attaque a contribué à faire du Français une place dans nos cœurs, ce qu'il a lui-même reconnu lors de la même interview accordée à Inter Channel en février 2016. "C'est quelque chose pour les fans de l'Inter partout parce que c'est un but qui se joue toujours dans le monde entier et que vous pouvez voir au Meazza, le maillot de l'Inter, la Curva Nord et mes coéquipiers. Il y avait une photo de ce but sur l'abonnement de la saison suivante. Je n'ai pas besoin de mon passeport quand je viens en Italie, je montre cet abonnement." Ce souvenir particulier de son but le plus célèbre distingue Djorkaeff des autres joueurs. Cela aide également à identifier un train de pensées qui vient naturellement à l'homme. Il a un respect clair du patrimoine, de la tradition et de la culture des autres en général. Il a estimé que c'était une partie importante de l'enracinement dans la vie noire et bleue. Alors que la plupart des autres joueurs parleraient d'un tel but d'un point de vue très personnel, soulignant leur propre fierté individuelle, Djorkaeff voit l'importance du but non seulement pour ce qu'il montre sur sa propre capacité technique considérable, mais aussi comment il a fourni une photo instantanée de l'équipe et des fans dans leur ensemble. Cet altruisme et ce désir de faire ce qu'il y a de mieux pour l'équipe se sont poursuivis lorsque Djorkaeff s'est vu demander son avis sur la question de savoir si le club devait signer Ronaldo à l'été 1997. Il s'est entretenu personnellement avec l'homme qu'il appellerait plus tard "son président", Massimo Moratti. "Il est venu à Appiano Gentile et m'a dit qu'il y avait une possibilité d'acheter Ronaldo mais il voulait mon avis. Je lui ai dit: Achetez le immédiatement. Il nous amènera à un nouveau niveau et nous avons besoin de ce type de joueur.'' Le serpent, comme Djorkaeff allait devenir affectueusement connu, n'avait pas tort. Après avoir perdu la finale de la Coupe UEFA en 1997 face au Schalke 04, l'ajout de Ronaldo garantirait à l'Inter la victoire dans le même match un an plus tard, Ronaldo marquant le troisième de trois buts lors d'une victoire convaincante 3-0 contre la Lazio. C'était un résultat approprié pour Djorkaeff, le Nerazurro n°6 aidant le club à décrocher son premier trophée européen en quatre ans, le tout dans sa ville natale de Paris. Ajoutez à cela la conquête de la Coupe du monde avec la France dans la même ville deux mois plus tard, et l'été 1998 a représenté l'apogée de la carrière de Djorkaeff. Malheureusement, le temps du Français à l'Inter prendrait fin juste un an plus tard lorsqu'il est parti pour Kaiserslauten à l'été 1999, après une décevante huitième place avec l'Inter en Serie A. Des passages plus que moyens à Bolton et aux Blackburn Rovers, suivis par une saison en MLS avec les Red Bulls de New York, a mis fin à ce qui était parfois une carrière étincelante pour le footballeur de deuxième génération. À la réflexion, que Youri Djorkaeff ne reçoive pas les mêmes distinctions que ceux avec qui il a partagé la scène est un peu déconcertant. Là encore, sa volonté de partager si gracieusement cette étape avec des noms plus grands et parfois plus explosifs a peut-être contribué au fait que son nom est souvent oublié dans les discussions relatives aux équipes chargées de trophées dont il faisait si régulièrement partie. Cependant, là où les talents de Youri Djorkaeff peuvent être sous-appréciés et sous-estimés ailleurs dans le monde, ils ne le sont certainement pas dans la Curva Nord. Et il semble que pour l'homme lui-même, le sentiment soit très réciproque. "Je me souviendrai toujours du lien que j'ai eu avec les fans de l'Inter", a-t- il déclaré tout en soutenant le projet Inter Forever lors d'un voyage en Chine en 2015, "Faire partie de l'histoire Nerazzurra est un véritable honneur, j'ai pu y parvenir de grandes choses avec le club." Cet article est une traduction de "Youri Djorkaeff – The forgotten Inter love affair" par Laura Bradburn paru sur gentlemanultra.com le 27 Septembre 2016.
×
×
  • Créer...

Information importante

En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. Nous ajoutons des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer votre expérience sur notre site. Consultez notre Politique de confidentialité. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer...