Aller au contenu
×
×
  • Créer...

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'roberto gagliardini'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

  1. Roberto GAGLIARDINI Informations Générales : Nom : Gagliardini Prénom : Roberto Poste : Milieu de terrain Date de naissance : 07/04/1994 Lieu de naissance : Bergame Pays : Italie Taille : 188 cm Poids : 77 Kg Numero de maillot : ? Au club depuis : Janvier 2017 Position sur le terrain : Biographie : Roberto Gagliardini est né à Bergame, le 07 avril 1994, c’est un milieu de terrain italien qui a évolué à l’Atalanta Caractéristiques techniques C’est un milieu fort techniquement, habile en phase de possession de ballon, qu’en phase de couverture de ce dernier. Il se distingue par sa technique et sa vision du jeu. Carrière en clubs: Roberto a été formé à l’Atalanta, il a fait ses débuts professionnels le 04 décembre 2013 face au Sassuolo (2-0 pour les Nerazzurri dans un match comptant pour les seizièmes de finale de la Coupe d’Italie) Le 17 janvier 2014, il est prêté au Cesena en Serie B. Il jouera avec les romagnoli cinq jours après son arrivé face à Varese (1-3), en remplaçant à la 73' minuteGuido Marilungo. Il aura inscrit le 3ème but des bianconeri. Le 01 septembre 2014, il est prêté avec droit de rachat au Spezia en Serie B. Il y disputera 14 matchs de championnat avant d’être stoppé par des problèmes physiques. Le 30 juillet 2015, il passe au Vicenza, toujours en Serie B, en prêt avec un droit de rachat et de contre-rachat de l’Atalanta. Le 28 janvier 2016, les deux clubs se mettent d’accord pour stopper le prêt et Gagliardini retourne à l’Atalanta. Après 5 mois sans disputer le moindre match officiel, il fait ses débuts en Serie A le 15 mai 2016, lors de la dernière journée de championnat, sur le terrain du Genoa. Au cours de cette saison, il devient un titulaire indiscutable du milieu de terrain Nerazzurro et ses prestations sont suivie par Gian Piero Ventura, qui compte sur lui, pour l’avenir de la Squadra Azzurra . Carrière en équipe nationale: Entre 2014 et 2015, il aura inscrit 2 buts en 5 matchs sous le maillot de l’Italie U-20 En mars 2014, il est pour la première fois convoqué en équipe nationale par Cesare Prandelli. Le 12 aout 2015, il fait ses débuts en Italie U-21 sous la houlette de l’ancien interiste Luigi Di Biagio, en remplacement de Verre à la 60' d’un match amical opposant l’Italie à la Hongrie U-20, à Telki. Il a été convoqué pour la seconde fois en Nazionale le 7 novembre 2016, pour palier à la blessure de Claudio Marchisio, pour le match de qualification en vue de la Coupe du Monde 2018 contre le Liechtenstein et il disputera le match amical face à l’Allemagne. Il est officiellement un joueur de l’Inter ce mardi 10 janvier 2017 suite à l’accord obtenu entre l’Inter et l’Atalanta sur un prêt onéreux avec droit de rachat pour la somme totale à verser en juin de 28M€. Parcours en clubs: 2013/2014: Atalanta (prété en 2014 au Cesena) 2014/15: Prété à Spezia 2015/2016: Prété à Vicenza 2016: Atalanta Depuis le 10/01/2017: Internazionale FC ©Antony Gilles - Internazionale.fr
  2. Dix mois de dur labeur et dix ans d'attente ont conduit à cette utopie qu'est ce Scudetto.Voici cinq choses que nous avons apprises cette saison de l'Inter d'Antonio Conte. Faites confiance à Antonio Conte Après une campagne très décevante en Ligue des champions et un début de saison irrégulier au cours duquel l'Inter encaissait des buts, le travail accompli par Antonio Conte était remis en question. Après avoir terminé un point derrière la Juventus et perdu en finale de la Ligue Europa lors de sa première saison, on attendait beaucoup d'Antonio Conte en termes de trophée pour l'Inter. Ses décisions d'arrêter de changer de défense et d'abandonner Ashley Young et Roberto Gagliardini pour Ivan Perisic et Christian Eriksen respectivement se sont avérées vitales pour amener l'Inter au titre. Un solide système 3-5-2 qui tire clairement le meilleur parti de joueurs tels que Nicolo Barella, Achraf Hakimi et Romelu Lukaku est devenu l'équipe à battre en Italie et a remporté de nombreux éloges. Le vrai test pour l'homme qui a prouvé que ses sceptiques et autres détracteurs avaient tort ce trimestre est d'exceller en Europe la saison prochaine. Romelu Lukaku Le rouage vital du succès de l'Inter. Après avoir été (re)mis en forme à son arrivée à Appiano Gentile par son manager via Andrea Rannochia, Romelu Lukaku n'a vraiment jamais regardé en arrière. Des campagnes consécutives de vingt buts et des buts vitaux lors de matchs contre le Milan et la Lazio lors d'un enchaînement de matchs cruciaux ont souligné la place du géant Belge parmi les hommes de tête les plus létaux du monde. Après un passage terne à Manchester United et des attentes pesant sur ses épaules sachant qu'il avait été acheté pour remplacer Mauro Icardi, Lukaku avait beaucoup à prouver. Cependant, ce mandat s'est avéré être le moment champagne pour Lukaku et il a vraiment été le joueur essentiel des Nerazzuri. Vive le roi de Milan. Italie doit à l'Inter L'Italie se rendra à l'Euro cet été avec deux joueurs en forme Alessandro Bastoni et de Nicolo Barella. Les deux hommes ont sans doute été les joueurs les plus remarquables dans leur position en Serie A cette saison et ont vraiment établi leur place parmi les meilleurs jeunes joueurs européens. L'équipe nationale a elle-même une paire de joueurs en pleine forme espérant porter leur excellente forme cette saison dans ce tournoi. L'Inter a créé deux monstres qui devraient éblouir la scène en Juin aux couleurs de la Squadra. Christian Eriksen revenus des morts Il y a quatre mois à peine, alors que le mercato de Janvier frappait, il semblait très improbable que Christian Eriksen revienne à quoi que ce soit sous les couleurs Nerazzuri. Banni par Antonio Conte et luttant pour avoir un impact quelconque lors de remplacement limités, un billet de retour pour l'Angleterre semblait être sur les cartes et l'Inter cherchait à réduire ses pertes. Cependant, un coup franc de dernière minute dans la Coppa Italia contre le Milan a semblé changer la donne et le Danois n'a jamais regardé en arrière. Il a réussi à gagner une place dans le onze de départ après ce match et a roulé sur une série d'excellentes performances depuis. Un homme qui avait l'air complètement abattu et a continué à atteindre son objectif en venant en Italie et en remportant de l'argenterie. Vous vous demandez ce qu'un certain expert de Sky Sports UK fait de son revirement? Samir Handanovic et la vieille garde obtiennent enfin leur récompense Après des années de travail à travers, sans doute, la pire période de l'histoire du club, Samir Handanovic, Danilo D'Ambrosio et Andrea Rannochia ont enfin leur récompense. Ils ont vu les jours de Jonathan, Zdravko Kuzmanovic et Tomasso Rocchi et vu des gens comme Andrea Stramaccioni, Walter Mazzari et Frank De Boer et maintenant ils ont leur gloire. Des questions ont été longuement posées sur les trois hommes au cours de la dernière décennie, mais chacun d'eux est revenu pour prouver à chacun de ses détracteurs et a roulé assez longtemps pour devenir des champions. Le Scudetto est une digne récompense pour chacun de ces hommes qui ont plus que purgé leur dette envers ce club dans sa période la plus difficile.
  3. Antonio Conte s’est livré à Inter TV suite à la punition infligée par son Inter à la Sampdoria: 5-1 Que ressentez-vous en ce moment ? "C’est une satisfaction immense, l’Inter n’avait pas remporté le Scudetto depuis 11 ans et c’est normal qu’il y ait autant d’envie de faire la fête de notre côté et de la part de nos tifosi : Ils ont attendu depuis trop longtemps. Nous sommes heureux de leur offrir cette joie . Nous continuons à réaliser des choses exceptionnelles : Nous avons 85 points et nous n’avons plus perdu depuis le match aller face à la Sampdoria : Les garçons continuent à donner satisfaction et c’est un plaisir de les voir jouer. On doit profiter de ce Scudetto, car nous avons durement travaillé et souffert pour en arriver jusqu’ici. Nous avons fait vraiment quelque chose de beaux en deux ans, en restituant de la crédibilité au Club." Y-a-t ’il encore de la place pour améliorer ces joueurs ou la mission est-elle accomplie ? "Le travail réalisé ces deux dernières années a donné un résultat optimal : Le noyau a grandi, pas seulement sur le terrain mais également au niveau de la valeur économique du groupe. C’est un groupe qui présente aujourd’hui, à une valeur plus importante comparée à celle de départ. Je crois que l’investissement qui y a été consenti a été remboursé." "Avec ma présence, il y a toujours énormément d’attente, et je pense que finalement, on peut en être satisfait. Il y a tellement de jeunes joueurs qui disposent encore d’une marge d’amélioration, mais à présent ce sont des gagneurs, ils connaissent le parcours à suivre." "Nous n’avons jamais abandonné, ne fut-ce qu’une seconde, et nous l’avons aussi démontré aujourd’hui : La victoire est entrée dans les cerveaux, au-delà de la conquête du Scudetto : Elle est devenu une obsession pour celui qui veut être un gagnant." Vous attentiez-vous à la haie d’honneur de la part de l’adversaire ? "Je m’attendais à faire une prestation optimale. Je pense à présent à la rencontre face à la Roma et je chercherai à l’aborder de la bonne façon, comme nous l’avons fait aujourd’hui." Quel est le mérite principal que se reconnait Antonio Conte ? "Celui de n'avoir rien abandonné durant ces deux années à l’Inter. Je pense même m’être surclassé moi-même car j’ai donné tout ce que j’avais en mois pour faire face à ce parcours semé de difficultés. C’est certainement mon ’emprise la plus difficile, celle d’avoir gagné ici, et cela me donne une très très grande satisfaction." Tous les joueurs semblent satisfaits et semblent tous aller dans la même direction, sans aucune exception, est-ce le cas ? "Ils le font tous, mais cela s’est aussi produit l’année dernière. "Quel est le joueur qui a le plus grandi" que je cite Andrea Pinamonti qui a pourtant eu peu de temps de jeu: Il a eu la possibilité de travailler avec de grands champions et c’est devenu un joueur plus complet. Vous l’avez vu aujourd’hui, il a été bon dans la conservation du ballon et pour attaquer les espaces. C’est un joueur prometteur optimal et il doit continuer à travailler s’il veut devenir un joueur important dont on entendra parler dans le futur." Ionut Andrei Radu "Je dois dire que rien de mal n’a été fait cette saison : Je suis vraiment fier, j’attendais ce moment depuis tant de temps : Je suis ici, au milieu de tant de champions et je m’efforce à apprendre d’eux, pour devenir comme eux." "Je me suis beaucoup amélioré cette saison, grâce au travail du staff et à ma proximité avec Handanovic et Padelli : J’ai appris à devenir bien plus agressif psychologiquement. Je me suis toujours préparé à répondre présent. Je suis à l’Inter depuis huit ans et c’est une Fierté énorme pour moi d’avoir remporté un Scudetto tout en m’étant remis en question." Dimanche dernier ? "J’étais devant la télé à regarder la rencontre de l’Atalanta avec ma fiancée : J’ai exulté lors de la parade de Consigli sur le pénalty de Muriel, c’était le début de la fête." Andrea Pinamonti "C’est une émotion indescriptible, cela semble simple de le dire comme ça, mais c’est le vraiment le cas. Remporter déjà ce Scudetto était pour moi une émotion incroyable, et je suis arrivé à couronner cette année fantastique avec ce but." "Il y a tellement de champions et de leaders dans ce groupe de garçons fantastique : Il y a toujours des échanges et nous sommes toujours monté sur le terrain avec le bon état d’esprit. Je crois que cette saison est l’année où j’ai le plus grandi, même en jouant moins, vu que j’ai eu la possibilité d’être aux côtés de ces champions. C’était vraiment une année fantastique." L’accolade avec Skriniar ? "Je lui avais dit, avant de monter, que je sentais que j’allais marquer et il m’avait promis de réaliser une accolade spéciale." Roberto Gagliardini "Je suis content, même si je ne suis pas parvenu à tenir jusqu’à la fin du match suite à un problème musculaire que je traine depuis quelques semaines. L’emprise que nous avons réalisé est visible aux yeux de tous. Le regret est de ne pas pouvoir partager ces émotions avec nos tifosi, vu la situation particulière que nous vivons: Ce sont des sensations uniques et je cherche à en profiter au maximum." Quel a été la rencontre marquante de la saison ? "Nombreuses ont été décisives, mais je dirais certainement le déplacement sur le terrain de Sassuolo, un match où j’étais parvenu à marquer. Nous avons changé un peu d’attitude ensuite avec les victoires sur la Juventus et le Milan qui elles ont été fondamentales ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  4. Battue au match aller suite à des buts de deux anciens Nerazzurri, Keita Baldé et Antonio Candreva, l’Inter avait envie de laver cet affront au match retour. Si l’équipe de Claudio Ranieri a accueilli l’Inter avec la manière, en proposant une haie d’honneur avant le début de la rencontre, la Beneamata avait envie de se faire plaisir. Elle qui avait été célébrée par ses Tifosi à l’entrée du Stade Giuseppe Meazza avec la manière. L’Inter a donc décidé de se faire plaisir en infligeant une sévère correction 5-1 ! Pour ouvrir le bal, on retrouve dès la 4’ Roberto Gagliardini qui se sent à chaque fois pousser des ailes face aux équipes génoises. L’Inter double la mise à la 26’ via Alexis Sanchez. La Sampdoria se relancera dans le match durant une seule et unique minute suite au but inscrit par Keita Baldé à la 35’ suite à une nouvelle faute de classe de Samir Handanovic. S’il s’agit, à nouveau d’un but gag, Alexis Sanchez réalisera son doublé dans la minute suivante. La Sampdoria, n’étant pas venue en victime consentante aura proposé un jeu ouvert, laissant des espaces derrières. Preuve en est à la 61’ de jeu. Nicolò Barella, à peine monté au jeu aura mis 15 secondes pour offrir un caviar à Andrea Pinamonti, qui célèbre là son premier but pour les Nerazzurri. Lautaro Martinez scellera le score sur pénalty. L’arbitre de la rencontre, Giovanni Ayroldi, assistant au massacre génois, a décidé de mettre un terme au match à la 89’57" n’accordant pas d’arrêt de jeu. Les joueurs célèbreront le Scudetto dans le rond central avant de repartir en car sous l’ovation des tifosi. Le Saviez-Vous ? Lorsque Roberto Gagliardini voit du Génois, qu’il s’agisse de la Sampdoria ou bien du Genoa, celui-ci se sent pousser des ailes ! En effet, il s’agit de sa victime préférée : Sur ses 14 buts inscrits en Serie A, 7 ont eu lieu face aux équipes de Gênes : 5 pour le Genoa, 2 pour la Sampdoria Avec « Gag5 » où il y a de la Gênes, il y a du plaisir ! Tableau Récapitulatif Résumé vidéo Inter 5-1 Sampdoria Buteur(s): 4' Gagliardini (I), 26', 36' Sanchez (I), 35' Keita (S), 61' Pinamonti (I), 70' pen. Lautaro Martinez (I) Inter: 1 Handanovic (46' 97 Radu); 33 D'Ambrosio, 13 Ranocchia, 95 Bastoni; 2 Hakimi, 8 Vecino, 24 Eriksen (55' 77 Brozovic), 5 Gagliardini, 15 Young; 7 Sanchez (55' 99 Pinamonti), 10 Lautaro Martinez (72' 12 Sensi) Banc: 27 Padelli, 6 De Vrij, 9 Lukaku, 14 Perisic, 23 Barella, 36 Darmian, 37 Skriniar T1: Antonio Conte Sampdoria: 1 Audero; 24 Bereszynski, 21 Tonelli (46' 22 Yoshida), 15 Colley, 3 Augello; 87 Candreva, 18 Thorsby (46' 6 Ekdal), 5 Adrien Silva, 14 Jankto (46' 38 Damsgaard); 11 Ramirez (46' 8 Verre); 14 Keita (72' 27 Quagliarella) Banc: 34 Letica, 9 Torregrossa, 16 Askildsen, 19 Regini, 23 Gabbiadini, 25 Ferrari, 26 Leris T1: Claudio Ranieri Arbitre: Giovanni Ayroldi Var: Orsato Averti(s): Tonelli (S), Adrien Silva (S) Expulsé(s): / ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  5. Le Scudetto nous revient après 11 ans d'attente et avec quatre matchs à jouer. Fatigue, détermination, faim, dévouement, victoires, célébrations ont tous accompagné un exploit qui restera gravé dans l'histoire. Voici l'équipe qui a remporté le dix-neuvième Scudetto de l'histoire de l'Inter. Samir Handanovic Le capitaine, à l'Inter depuis l'été 2012, a porté notre maillot à 386 reprises, devenant le gardien de but avec le deuxième plus grand nombre d'apparitions dans l'histoire des Nerazzurri. En championnat, il a récolté 14 clean sheets en 34 matchs et cette saison, il a passé le cap des 500 matchs en Serie A, devenant ainsi le gardien de but étranger le plus capé de l'histoire de la Serie A. Sa contribution entre les postes dans les matchs clés a été essentielle, comme dans le succès au Derby de Milan où il a réalisé trois arrêts incroyables en un peu moins d'une minute. Achraf Hakimi Il a remporté le Scudetto lors de sa première saison avec nous. Imparable avec son accélération sur l'aile droite, rapide sur le terrain et franchissant des étapes importantes, l'ailier marocain a accumulé sept buts et six passes décisives en championnat, s'imposant comme l'une des meilleures recrues de Serie A. Aussi rapide à se faire connaitre, il a marqué ses débuts en championnat avec deux passes et un but lors des deux premiers matchs officiels contre Benevento et la Fiorentina. Son premier doublé est venu contre Bologne, et ses deux dernières passes ont été pour Darmian lors de deux victoires cruciales contre Cagliari et l'Hellas. Ses incursions offensives dangereuses ont été cruciales dans le run-in de l'Inter, comme le montre son dernier but contre Crotone. Roberto Gagliardini À l'Inter depuis Janvier 2017, à sa cinquième saison chez les Nerazzurri, il a disputé 31 matches, 26 en championnat, marquant deux buts: le premier lors de la victoire contre Benevento quand il a également effectué une passe; le deuxième dans l'un des matchs fondamentaux de la course du Scudetto de l'Inter, en première partie contre Sassuolo. Un but qui a couronné l'une des meilleures performances saisonnières du milieu de terrain né en 1994 qui, lorsqu'il a marqué, s'est transformé en une amulette pour l'équipe: l'Inter, en fait, a remporté les onze matchs de Serie A dans lesquels Roberto Gagliardini a marqué. Stefan de Vrij À l'Inter depuis l'été 2018, il a reçu le prix individuel du meilleur défenseur de Serie A en 2019-2020 et a été inclus dans l'équipe de l'année de la dernière saison. Sa croissance a été constante et cette saison, il a scellé sa place de point focal dans la défense: un silencieux et précieux leader, comme le confirment ses 123 apparitions sous le maillot Nerazzurri. Les statistiques le récompensent surtout pour ses interceptions et dans son jeu d'approche (1 but et 31 apparitions en Serie A 2020/21). Alexis Sanchez À l'Inter depuis août 2019, il a apporté sa technique, son expérience, son imprévisibilité et tout son courage à la cause Nerazzurra. "Âme et corps": c'est ainsi qu'il s'est lancé dans l'extraordinaire course de l'équipe vers le 19e Scudetto, se taillant avec détermination et humilité. Il a fait 37 apparitions cette saison, et 27 en championnat, où il en a fourni six passes décisives et a marqué cinq buts, trois de suite entre le but contre le Genoa et son doublé contre Parme, victoires fondamentales dans les deux matchs disputés après avoir dépassé le MILAN au classement. Matias Vecino Né en 1991, il a rejoint l'Inter à l'été 2017 et au cours de ses quatre saisons avec les Nerazzurri, il a marqué des buts décisifs pour l'équipe et pour tous les fans. L'Uruguayen est revenu sur le terrain en 2021 après une opération au genou l'été dernier, franchissant une étape prestigieuse avec les Nerazzurri: la victoire contre Cagliari était en fait sa 100e apparition pour l'Inter toutes compétitions confondues. Romelu Lukaku Gigantesque, injouable, puissant. À sa deuxième saison avec les Nerazzurri, il a aidé à chasser et à gagner le Scudetto, en grande partie grâce à ses buts et ses passes décisives. 27 buts cette saison, 21 en championnat accompagnés de dix passes décisives, dans une saison au cours de laquelle l'attaquant belge a battu des records et franchi le cap des 300 buts en tant que professionnel: 61 sont venus lors de ses 92 apparitions pour les Nerazzurri (44 en Serie A, 4 en Coppa Italia, 6 en Ligue des champions, 7 en Ligue Europa). Récompensé en tant que joueur de Serie A du mois en Février, Lukaku a porté l'équipe à travers l'un des points clés de la saison lorsque, en l'espace de deux semaines, il a marqué un doublé lors de la victoire 3-1 contre la Lazio, suivi de un but et une passe décisive contre le Milan (3-0) avec une célébration inoubliable, et un autre but et une passe contre Genoa. Lautaro Martinez Aux côtés de Lukaku, il a formé le duo le plus prolifique de la Serie A (36 buts à eux deux en championnat). "Il Toro" Lautaro Martinez, à l'Inter depuis juillet 2018, a fourni cinq passes et marqué 15 buts en Serie A cette saison, dépassant son record de la saison dernière (il a terminé la saison dernière avec 14 buts en 35 apparitions). Toujours présent, l'attaquant argentin est le seul joueur à avoir disputé tous les matchs de championnat (34) et les matchs de saison (44 apparitions au total). Sa saison a commencé avec trois buts et une passe décisive dans les trois premiers matchs, étant deux fois le protagoniste avec plusieurs buts: un triplé contre Crotone au Meazza et un doublé dans le Derby de Milan. Aleksandar Kolarov Une première saison chez les Nerazzurri pour le défenseur serbe arrivé à l'Inter le 8 septembre 2020. L'expérience et la qualité sont des caractéristiques fondamentales de son répertoire footballistique. Il a fait onze apparitions cette saison, et sept en championnat, où il a fourni l'une des plus belles passes décisives de la saison: un coup franc parfaitement placé pour le but de Perisic lors du match contre Parme. Stefano Sensi À l'Inter depuis l'été 2019, après une saison baptisée de buts à ses débuts en championnat contre Lecce et dans laquelle il a mis en valeur toutes ses qualités, le milieu de terrain né en 1995 a fait 17 apparitions cette année, dont 14 en championnat où il est entré sur le terrain en tant que titulaire dans les victoires contre Benevento, Cagliari et Crotone. Andrea Ranocchia A l'Inter depuis la saison 2010-2011, il est le seul joueur de l'équipe à remporter son deuxième trophée avec les Nerazzurri après la victoire de la Coppa Italia en mai 2011 en finale contre Palerme. Sa passion pour le football et pour l'Inter, son travail, son engagement et son dévouement se sont étendus sur ces dix années, faisant de lui une ressource précieuse et un exemple pour ses coéquipiers et les supporters. Ivan Perisic Ivan Perisic a grandi de mieux en mieux tout au long de la saison où, match après match, il s'est taillé un rôle fondamental dans la conquête du Scudetto. Après sa saison prêtée au Bayern Munich, le Croate s'est rendu disponible pour l'équipe et en tant qu'ailier offensif à part entière, il a montré toutes ses qualités, précieuses en récupérations de balles, comme sur le front offensif: 29 apparitions en championnat où il a brillé lors de matches clés tels que les matches de deuxième partie contre la Lazio et le Milan (dans lesquels il a fourni deux de ses quatre passes décisives en Serie A en 2020-2021). Trois buts inscrits en championnat, le plus récent contre la Spezia, lorsqu'il a franchi le cap des 200 apparitions à l'Inter toutes compétitions confondues. Ashley Young Il rejoint les Nerazzurri en janvier 2020, il a immédiatement montré ses qualités, marquant quatre buts et obtenant quatre passes décisives en deuxième partie de la saison dernière. Générosité et vision du jeu sont les traits qui ont également caractérisé son jeu cette saison, dans laquelle l'ailier anglais a été déployé à 31 reprises, avec 23 apparitions en championnat et trois passes décisives. Arturo Vidal La première saison de Vidal sous la tunique Nerazzurra. Après son arrivée à l'Inter en septembre 2020, il a joué 23 matchs de championnat et 30 matchs toutes compétitions confondues, fournissant une passe et marquant deux fois dans le process. Ces deux buts sont survenus en Janvier: après s'être emparé de la Fiorentina en huitièmes de finale de la Coppa Italia, il a trouvé le chemin des filets dans l'une des plus grandes rencontres de la saison. En effet, sa tête contre la Juventus a été l'un des moments clés de la campagne. Nicolò Barella Il est le joueur de champ qui a joué le plus de minutes cette saison. Lors de sa deuxième campagne à l'Inter, il s'est avéré être un pilier clé du milieu de terrain grâce à sa capacité technique, sa vision, sa qualité et son intensité. Joueur dynamique et agressif, il joue avec sa tête et ses pieds et a marqué de grands et importants buts. Sa volée contre Cagliari a déclenché un retour fantastique, tout en scellant la victoire des Nerazzurri contre la Juventus. Ensuite, il y a eu sa brillante frappe du pied droit à Florence. Trois buts et six passes pour le joueur de 24 ans en championnat cette saison. Christian Eriksen Quatrième Danois de l'histoire de l'Inter, il est au Club depuis janvier 2020. Le moment clé pour lui cette saison est venu en quarts de finale de la Coppa Italia lorsque son coup franc parfait a envoyé l'Inter en demi-finale. Il a trouvé sa place dans la configuration tactique de l'Inter au cours de la seconde moitié de la saison, sa contribution aidant les hommes d'Antonio Conte à devancer leurs rivaux. Au Stadio Diego Armando Maradona, il a marqué son deuxième but en Serie A avec une fantastique frappe du pied gauche de l'extérieur de la surface. Il a ensuite trouvé le filet pour la septième fois sous le maillot de l'Inter lorsqu'il a ouvert le score contre Crotone. Daniele Padelli Il est à l'Inter depuis le 3 juillet 2017. Après avoir fait ses débuts le 12 Décembre de la même année, il a fait huit apparitions au total. Six d'entre eux sont survenus la saison dernière lorsqu'il a remplacé Handanovic et a également gardé le but de l'Inter lors de la victoire de l'équipe lors du Derby de Milan. Il fête désormais le 19e Scudetto du Club qu'il a toujours soutenu: l'Inter! Danilo D'Ambrosio Il est l'un des joueurs qui porte le plus longtemps le maillot Nerazzurri: il est au Club depuis Janvier 2014. Il a souvent joué un rôle crucial, surtout dans les moments les plus critiques. Sa course, ses sacrifices continus, ses blocages, ses passes décisives et ses buts ont été précieux et arrivent souvent à des moments cruciaux. Il a marqué trois buts en championnat cette saison, son dernier contre Cagliari en décembre. Il en a mis dans les phases finales, tout comme il l'a fait contre la Fiorentina pour donner la victoire à l'Inter. Il a trouvé le filet 20 fois en 230 apparitions à l'Inter. Matteo Darmian Lors de sa première saison, il a apporté une contribution vitale au triomphe du Scudetto. En effet, ses buts contre Cagliari et l'Hellas ont scellé deux victoires capitales. Cohérent, assidu et tenace: il a marqué quatre buts cette saison, dont trois en championnat, un record personnel pour lui. Milan Skriniar À sa quatrième saison sous nos couleurs, le défenseur slovaque a débuté 29 des 30 matches de championnat qu'il a disputés cette saison après avoir raté le début de la campagne à cause du Covid. Pilier clé de la défense Nerazzurra, la meilleure de la ligue après avoir encaissé seulement 29 buts en 34 matches, il a joué un rôle crucial grâce à sa force, sa capacité à lire le jeu et sa supériorité dans des situations individuelles. Un match clé pour lui a été le match à domicile contre Atalanta, un match qu'il a marqué (il a marqué un total de trois buts cette saison) et où l'Inter a gardé une clean sheet contre la meilleure attaque. Marcelo Brozovic Le Croate a fait le deuxième plus grand nombre d'apparitions ans l'équipe actuelle (239) et a constamment été plein de course et d'idées. En moyenne, il a parcouru 12 km par match, plus que tout autre joueur. Pilier clé du milieu de terrain de l'Inter, Brozovic a également fourni six passes décisives en championnat et a trouvé le filet contre Parme. Alessandro Bastoni À sa deuxième saison avec les Nerazzurri, le joueur de 22 ans a été l'un des joueurs les plus marquants et a brillé dans la défense de l'Inter grâce à sa physicalité, sa technique, sa vision et sa précision. L'un de ses moments les plus mémorables de la saison est survenu contre la Juventus: il a joué un incroyable ballon devant (plus de 60 mètres!) pour Barella, qui a fait le 2-0. C'est une saison qui l'a vu lancer un coéquipier pour marquer à trois reprises et faire ses débuts avec la Squadra. Andrea Pinamonti Après avoir traversé les rangs des jeunes Nerazzurri, Andrea Pinamonti est revenu au Club avant la campagne en cours. Sa première apparition à l'Inter a eu lieu en Décembre 2016, l'Italien disputant cinq matches lors de sa première saison. Le premier match de sa deuxième saison a eu lieu contre le Genoa le 24 octobre 2020. C'était la première de sept apparitions cette saison (cinq en championnat, une en Ligue des champions et une en Coppa Italia). Filip Stankovic L'Inter était son destin. Lors de sa première saison en équipe première, il est devenu champion d'Italie avec le club dans lequel il a toujours été et où il a grandi et s'est développé. Andrei Radu Sa carrière Nerazzurra a commencé dans les rangs des jeunes de l'Inter à l'âge de 16 ans. Gardien au caractère bien trempé, il a fait ses débuts au club le 14 mai 2016 contre Sassuolo. Après des périodes de prêt à Avellino, Gênes et Parme, il est retourné chez nous en août 2020.
  6. En effet, le Scudetto est toujours plus proche de l’Inter. Par le biais d’un concours de circonstance favorable, il pourrait déjà être célébré ce dimanche. Dans le cas contraire, la fête ne serait repoussée que d’une semaine, pour être célébrée au Giuseppe Meazza face à la Sampdoria. Révélation d’Andrea Della Sala "Il s’agit d’un titre extrêmement important et mérité pour l’Inter, un Scudetto qui faisait défaut depuis 11 ans, mais surtout un premier titre pour de nombreux joueurs du noyau. Conte l’a répété à plusieurs reprises : L’Inter est une équipe qui présente des valeurs techniques importantes, mais qui ne possède que très peu d’expérience liée à la Victoire." "Nombreux sont ceux à ne pas avoir soulevé le moindre titre en carrière dans le noyau interiste. Ils seront donc facilement 10 à pouvoir célébrer un premier titre conquis: Cela démarre par les gardiens de buts Stankovic, Radu et Padelli sans oublier le Capitaine Handanovic qui n’est pas le seul titulaire au palmarès vide. Parmi les titulaires de Conte, on retrouve aussi Bastoni et Lautaro. Les joueurs qui complètent cette liste se nomment D'Ambrosio, Gagliardini, Sensi et Pinamonti." "Une longue liste qui est, espérons-le, amenée à disparaitre très rapidement" ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  7. Sur la chaîne Twitch de Christian Vieri, Bobo TV, Daniele Adani a analysé la remarquable série de 11 victoires remportées par l'Inter en Serie A. Sur Eriksen et Conte. "Eriksen et Conte sont comme deux lignes de chemin de fer qui se sont rencontrées au milieu. Les gens ont dit que l'Inter avait perdu le Scudetto la saison dernière parce qu'ils avaient perdu trop de temps à chercher comment intégrer Eriksen, mais la vérité est qu'ils vont le gagner cette saison parce qu'Eriksen est entré pleinement dans l'équipe. L'Inter joue avec les idées de Conte et les qualités d'Eriksen et c'est pourquoi ils remporteront la Serie A. On nous a dit qu'Eriksen n'était pas fonctionnel pour le jeu de Conte, mais je lève mon chapeau à l'homme et au joueur. Il fait la différence dans cette équipe, il a même changé la manière dont ils défendent maintenant. Eriksen vous aide à contrôler le tempo et à bien lire le jeu; ce sont des choses que Roberto Gagliardini ne peut pas vous donner." Les critiques... vraiment bien fondées? "L'Inter mériterait de gagner le Scudetto, il n'y a aucun doute là-dessus. Nous ne pensions pas qu'ils méritaient le titre en début de saison quand il y avait des doutes sur le travail qu'ils faisaient, mais maintenant ils s'améliorent constamment. Conte a amélioré chaque joueur de l'Inter et de leur collectif, et il obtient des résultats. Il laisse parfois le ballon à ses adversaires, mais il contrôle le fait et en plus l'Inter sait ce qu'elle doit faire lorsqu'elle est en possession. Ils ont marqué trois ou quatre beaux buts cette saison."
  8. C’est un fait, l’Inter d’Antonio Conte fait parler. Très souvent critiquée par le passé, cette saison, la squadra Nerazzurra est auteur de 11 victoires de suite, une série de victoire qui lui permettent d’ambitionner un Scudetto tant attendu depuis 10 ans. Pour Fabrizio Biasin, le mérite en revient à la façon dont a été structurée son noyau. Comme nous tous, Fabrizio pardonne, mais n’oublie pas Son Edito au Libéro "Durant des années, on a cassé les couilles de l’Internazionale FC en disant que ce n’était pas une équipe composée d’italiens et qu'elle misait seulement sur les étrangers. Depuis une paire de saisons, la tendance s’est inversé : Marotta ayant choisi en parfait état de cause de donner une identité Azzurra au groupe Nerazzurro." "Dans ls détail, on retrouve Barella, Bastoni, Sensi, mais aussi des vieux soldats tels que Ranocchia, D’Ambrosio et Gagliardini. Sans oublier Matteo Darmian qui est arrivé dans l’indifférence générale, sans présence de tifosi et même avec quelques contestations. Il a été capable de réaliser son devoir comme un grand, preuve en est son but décisif face à Cagliari." "Penser que l’identité italienne est la raison pour laquelle l’Inter passe d’une équipe qui coulait à celle qui surfe est franchement présomptueux. Mais écrire que ce n’était pas une façon d’agir intelligente est également erroné." Les trois clés du succès " La première est que l’Inter est composée d’un noyau de joueurs d’expérience : Pour ne citer qu’eux : Lukaku est un attaquant qui marque un but par match, Brozovic a disputé une Finale de Coupe du Monde, tout comme Perisic. Eriksen a été durant six saisons, l’un des meilleurs voire le meilleur milieu de terrain de la Premier League. De Vrij et Skriniar figurent parmi les défenseurs les plus convoités du continent, sans oublier Barella et Bastoni qui sont encore jeunes, point." "La seconde clé est Conte qui perçoit un salaire comme personne parmi ses collègues de Serie A : 12 millions d’euros et il y a une raison : Il est le plus brave, le plus expérimenté, le plus doué pour gérer les 38 journées." "La troisième clé, ce sont Marotta et Ausilio qui n’ont pas seulement acheté des joueurs, ils ont su construire une équipe. Et si vous y pensez, ce sont deux concepts bien différents." Etes-vous d’accord avec l’analyse du Tifoso Nerazzurro ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  9. Arrivé à l’Inter, quasiment dans l’indifférence générale, le pari de Giuseppe Marotta a fait mouche : Matteo Darmian a explosé sous les ordres d’Antonio Conte qui l’a d’ailleurs connu lors de l’Euro 2016 L’ancien mancunien s’est démontré être un joueur utile, capable d’assurer plusieurs rôles et de reprendre au pied levé le poste de plusieurs joueurs : Ayant le sens du sacrifice, il a été l’auteur d’un des buts les plus important de l’Inter de ces dernières années. Suffisant pour aller à l’Euro 2021 ? Révélation de la Gazzetta Dello Sport A la veille d’un match rugueux, on retrouve le visage du bon gars : Matteo Darmian. C'était le pion du jour pour une Inter presque ennuyeuse en termes de résultat de solidité et son but a fait exploser Conte de joie, aussi bien pour la façon dont il a été inscrit, car il est l’un des éléments du socle italien du noyau. Comme l'est Ranocchia, D’Ambrosio et Gagliardini mais que l’on voit peu sur le terrain. Mais Darmian lorsqu’il le foule, apporte de l’animation, lui qui évoluerait également volontiers dans les buts. Conte lui a rendu hommage une nouvelle fois en conseillant aussi Roberto Mancini pour la Nazionale : "Pour moi, il peut aller à l’Euro car il offre tellement de possibilité et d'engagement à l’entraineur, il est utile et inscrit des buts importants." Roberto Mancini doit-il y réfléchir ? Un joyau comme Darmian peut s’avérer utile : Le 3-5-2 de Conte est un travail massacrant, surtout pour les ailiers qui sont contraints à aller de surface à surface, car l’entraineur les veut aussi sur la ligne de la défense centrale en phase de non-possession, mais ils doivent également être prêt à foncer vers l’avant pour attaquer les second poteaux: Ce qui s’est passé face à Cagliari est donc normal. A peine lancé sur la gauche suite à l’insertion d’Hakimi, Darmian, (qui avait déjà remplacé Bastoni suspendu face à Sassuolo) a parfaitement lu le jeu du marocain et placé deux mètres devant le but, a valorisé ce centre en un but extrêmement important. Un but permet à l’ancien de parme d’établir un nouveau record en championnat avec deux buts et deux assists. Matteo est-il l’une des belles révélations de la saison ? Après Lukaku, United devrait-il à nouveau s’en mordre les doigts ? Pensez-vous qu’une convocation à l’Euro serait méritée? Exprimez-vous ! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  10. Les Nerazzurri ont battu Sassuolo pour passer onze points d'avance sur le Milan .Il y a des après-midi de printemps où le soleil brille, le ciel est bleu et il y a une balle avec laquelle jouer. Il y a aussi des après-midi de printemps qui sont froids, qui commencent avec un soleil brillant mais se terminent par l'obscurité qui prend le dessus. L'étrange après-midi d'avril d'aujourd'hui a commencé avec un but de Lukaku et, près de deux heures plus tard, s'est terminé par des rugissements de soulagement. Parce qu'il semblait que l'Inter avait tout sous contrôle. En effet, les Nerazzurri menaient 2-0, mais Traoré en mis un pendant quelques secondes chaotiques (Skriniar était soigné sur la ligne de touche). Le vent en poupe, Sassuolo a commencé à avancer, tandis que l'Inter gaspillait les occasions (Romelu avait également un but refusé). C'était nerveux et frénétique, mais Irrati a sifflé: Inter 2-1 Sassuolo, dixième victoire consécutive des Nerazzurri et une avance de onze points au sommet. L'Inter était sans Bastoni et Brozovic: la dernière fois qu'ils ont joué avec aucun de ces deux-là dans leur onze de départ, c'était en mai 2019. Un événement étrange, alors, avec le patron de Sassuolo De Zerbi devant lui aussi faire avec plusieurs absences. Néanmoins, les Neroverdi ont pris le terrain de la même manière qu'ils le font toujours, en gardant le ballon au sol et en faisant preuve de beaucoup d'intention offensive. L'entraîneur de Sassuolo a choisi la même équipe qui a commencé contre la Roma, tandis que Darmian et Gagliardini sont venus pour le duo suspendu. À vos marques, prêts, partez. Sassuolo a commencé par garder le ballon dans la moitié de terrain des Nerazzurri. Les Neroverdi ont pressé très haut sur le terrain, Marlon et Chiriches surveillant de près Lukaku à l'arrière. Quant à l'Inter, ils étaient compacts, descendant profondément pour attirer Sassuolo mais, en même temps, ne leur permettant pas de créer des chances. En attaque, les Nerazzurri utilisaient constamment Ashley Young, qui passait une excellente journée sur le flanc gauche. Les courses de l'Anglais ont causé toutes sortes de problèmes et ont conduit au premier but de l'Inter après dix minutes seulement. En effet, son centre précis a été rencontré par Lukaku, qui a placé une belle tête et la balla va au fond du filet. Ce n'était pas un objectif de faire sauter le jeu. En fait, le rythme du match ne décollerait qu'en deuxième mi-temps, le ballon apparemment collé aux pieds des Neroverdi: l'équipe de De Zerbi contrôlait les choses pendant de longues périodes, développant le jeu devant les Nerazzurri mais presque jamais capables passer derrière. Leurs tentatives venaient principalement de loin, et tous les trous dans la défense étaient presque tous couverts par une terrible concentration: Skriniar a bloqué Boga à une occasion, alors qu'il y avait peu d'autres occasions à se mettre sous la dent. Même la ligne d'attaque de l'Inter manquait de son aiguillon mais a réussi à en faire assez. La seconde mi-temps a été un peu moins studieuse et un peu plus ouverte: Barella a poussé plus haut, Sassuolo a chargé tête baissée à la recherche d'un but égalisateur mais s'est laissé exposé aux contre-attaques. Comme cela s'est produit avec le coup mortel à la 67e minute. L'insaisissable Lukaku s'est échappé par la droite avant construire pour son partenaire Lautaro: son contrôle parfait et son pied gauche électrique ne laissaient à Consigli aucune chance. Un score de 2-0 qui apportait du réconfort et mettait en évidence un fait intéressant: deux tirs cadrés, deux buts. Des tireurs d'élite. Les changements ont fourni un sursaut d'énergie: l'Inter a amené Sensi et Vecino, pour amener des jambes fraîches pour bloquer et contrer. Sassuolo est allé à son banc à la recherche de buts, avec une envie d'attaquer malgré leur désavantage de deux buts. À la 85e minute, il y a eu un tournant. Avec l'Inter temporairement réduit à dix hommes, Traoré est venu avec un but extraordinaire. Sassuolo sentit le sang et poussa à toute vitesse à la recherche d'une égalisation. L'Inter, quant à elle, utilisait chaque goutte d'énergie pour se défendre et contrer. Deux contre-attaques se sont estompées à leur point culminant: Sanchez a raté son lob sur Consigli, et Hakimi n'a pas pu produire la passe finale sur un trois contre deux. Lukaku a marqué, mais était hors-jeu. Après avoir géré la pression jusqu'à la 94e minute, le coup de sifflet final a sonné pour signaler la victoire. Tableau récapitulatif Résumé Vidéo Inter 2-1 Sassuolo Buteurs : 10 'Lukaku (I), 67' Lautaro (I), 85 'Traoré (S) Inter (3-5-2) : 1 Handanovic; 37 Skriniar, 6 de Vrij, 36 Darmian; 2 Hakimi, 23 Barella, 24 Eriksen (12 Sensi 59 '), 5 Gagliardini (8 Vecino 70'), 15 Young; 9 Lukaku, 10 Lautaro (7 Sanchez 77 '). Suppléants : 27 Padelli, 97 Radu, 13 Ranocchia, 22 Vidal, 33 D'Ambrosio, 99 Pinamonti. Entraîneur : Antonio Conte. Sassuolo (4-2-3-1) : 47 Consigli; 22 Toljan (27 Haraslin 75 '), 21 Chiriches (26 Karamoko 90'), 2 Marlon, 6 Rogerio (77 Kyriakopoulos 75 '); 14 Obiang, 8 Maxime Lopez; 23 Traoré, 10 Djuricic, 7 Boga (30 Oddei 80 '); 18 Raspadori. Suppléants : 56 Pegolo, 63 Turati, 4 Magnanelli, 13 Peluso, 24 Artioli, 35 Piccinini, 72 Saccani, Entraîneur : Roberto De Zerbi. Arbitre : Irrati. Assistants : Vivenzi, Mondin. Quatrième arbitre : Abisso. VAR : Banti. Assistant VAR : Cecconi. Averti(s): Consigli (S), Barella (I), Traoré (S), Young (I) Expulsé(s): / ®Alex_J - Internazionale.fr
  11. Après la victoire 2-1 contre Sassuolo, Conte s'est exprimé sur Inter TV et a donné des compléments sur Sky Sport Italia. "Je dois féliciter les joueurs car ils font preuve d'un grand désir, d'une détermination et d'une intention commune. Tout le monde participe: Andrea Ranocchia a joué à Bologne, Ashley Young n'avait pas joué depuis un moment, Matteo Darmian a joué arrière central aujourd'hui et a produit une brillante performance. Nous avons quelqu'un comme Alexis Sanchez qui mériterait de jouer plus et qui est super positif, quand il arrive, il fait toujours la différence. Nous avons récupéré un joueur comme Matias Vecino alors qu'Arturo Vidal est toujours sur le chemin du retour, et nous avons besoin de lui. Roberto Gagliardini est toujours à la hauteur, Christian Eriksen est un joueur différent d’avant… tout va bien. Cela dit, nous allons profiter de ces trois points ce soir et puis à partir de demain matin, nous pensons à Cagliari." Sur la performance. "Chaque victoire d'ici la fin de la saison vaut six points, il n'y a pas grand chose à ajouter. Nous avons une bonne avance sur les deuxième et troisième mais mon expérience passée m'a appris que nous devons rester sur le ballon sans rien abandonner. Il y a des joueurs qui se retrouvent près d'une réalisation aussi extraordinaire pour la première fois. C'est certainement une victoire importante pour nous. Si nous avions été plus attentifs et cliniques, nous aurions marqué quelques buts de plus aujourd'hui. Nous avons quitté Sassuolo pour prendre possession du ballon, mais je ne me souviens pas que Samir Handanovic ait effectué de gros arrêts." Sur le niveau constant de concentration. "Je dois dire que les gars vont très bien, ils ont compris la situation et à quel point ce moment est important. Il n'est pas nécessaire de maintenir une concentration élevée car tout le monde est déjà concentré. Ces joueurs s'améliorent et acquièrent une mentalité gagnante qui vous amène à être humble, à vous sacrifier tous ensemble et à gagner des matchs comme celui d'aujourd'hui, dans lequel vous avez tout à perdre." Sur l'avance au classement. "Je suis étonné. Même dans mes rêves les plus fous, je n'aurais pas pu imaginer que nous rattraperions autant de terrain dans l'équipe qui a dominé la Serie A pendant neuf ans en l'espace de deux saisons. Cela ne veut pas dire que nous sommes meilleurs que la Juventus, ils ont une équipe formidable; nous avons retroussé nos manches et commencé à faire un travail important, en essayant de nous rendre crédibles. La Serie Aa toujours été dominée par une équipe et nous avons réussi à changer cela. Cela nous a beaucoup motivés, cela a été une motivation supplémentaire pour tout le monde, en particulier pour ceux qui se battent pour cet objectif (un titre de champion) pour la première fois. Nous avons joué la finale de l'UEFA Europa League la saison dernière, nous allons maintenant essayer d'atteindre ce qui est pour nous notre objectif maximum pour le moment." Concernant Lautaro Martinez. "Lautaro s'est amélioré comme tous les joueurs. Je l'ai félicité lors de la conférence de presse d'avant-match d'hier parce qu'il s'améliore énormément dans tous les aspects, en termes de contrôle du ballon, de course derrière et de passes. Lautaro a beaucoup recherché Lukaku aujourd'hui, ce sont deux joueurs qui se débrouillent très bien et j'aimerais également parler de la performance de Sanchez. Sanchez mériterait beaucoup plus pour le moment, et je lui ai dit ça. Il peut être un joueur important pour nous, mais il a Lukaku et Lautaro devant lui et cela me cause un problème pour Sanchez. Je voulais le féliciter parce qu'il devrait jouer plus depuis le début; Sanchez aurait mérité de marquer aujourd'hui, mais nous y voilà." Attention à la pression. "Le ballon va commencer à peser lourd à chaque match maintenant parce que nous sommes en tête. Beaucoup de nos joueurs se retrouvent dans cette position pour la première fois de leur carrière. La victoire d'aujourd'hui est une victoire d'une valeur énorme, il ne sert à rien de la nier, nous faisons preuve d'une incroyable constance et le mérite revient aux joueurs. Nous savions que Sassuolo serait bon en possession, mais nous les avons emmenés là où nous voulions et avons marqué deux buts, et nous aurions pu marquer plus pour rendre le résultat plus large. Ce n'est pas un problème d'admettre que nous sommes favoris maintenant, nous savons que nous nous battons pour quelque chose d'important. Nous sommes prêts à retrousser nos manches et à nous salir les mains pour atteindre cet objectif important." "Aujourd'hui, nous avions un objectif. Nous ne négligeons pas l'esthétique, mais nous nous adaptons à la situation qui est tellement importante, et si l'esthétique arrive c'est tant mieux. S'il n'y en a pas, l'important est d'arrvier au Scudetto. Et même s'il vient à disparaitre, l'important reste que nous soyons ceux qui serons parvenus à renverser la Juve, ce qui est une grande chose. Pour l'esthétique, nous irons dans un centre pour y faire un lifting." ®Alex_J - Internazionale.fr
  12. La Gazzetta Dello Sport s’est penchée sur l’Inter à en devenir pour la saison prochaine. Si l’équipe a seulement et exclusivement en tête la conquête du Scudetto, l’année prochaine devra être celle de la confirmation. Analyse de la Rosea secteur par secteur Gardien La prolongation de contrat d’Handanovic pour aller outre 2022 n’est pas encore arrivé. Terminer cette saison d’une belle manière serait utile pour commencer à en parler. Le discours est différents pour Radu et Padelli : Le premier partira en prêt, le second, en fin de contrat devra faire le point avec le club La défense En défense, la plus grande partie de la situation est déjà bien éclaircie, dans un sens ou dans l’autre : De Vrij, Bastoni et D’Ambrosio sont en passe d'être prolongés. Pour Kolarov, une confirmation semble compliquée. Darmian a été racheté en début d’année et il n’y a aucun doute pour Skriniar. L’interrogation concerne Ranocchia qui est en fin de contrat : Prolongera-t ’il pour une saison de plus ou partira-t ’il pour trouver du temps de jeu ailleurs ? La décision lui reviendra quasi exclusivement, le club le soutiendra dans tous les cas Le milieu de terrain Au milieu de terrain, nombreux sont ceux qui jouent leur avenir : Les certitudes sont Barella, Brozovic et Hakimi. En sortie, on retrouve Young qui restera difficilement Nerazzurro au 30 juin et Vecino qui sera mis sur le mercato Gagliardini, Sensi, Vidal et Perisic forment le groupe à évaluer, surtout le chilien qui devra prouver en cette fin de championnat. Dans le cas contraire, l’Inter pourrait penser à le remercier et à lui serrer la main tout en épargnant 6,5 millions d’euros net courant jusqu’en 2022, mais avec une option pour arriver jusqu’en 2023 L’attaque En attaque, il n’y a que très peu de doute : Lukaku et Lautaro sont intransférable. Il est difficile de penser à un départ de Sanchez en considérant son rendement, qui est tout de même positif, et la durée de son contrat valide jusqu’au 30 juin 2023 Il est très probable que Pinamonti sera cédé par prêt en totalisant seulement 59 minutes de jeu entre la Serie A (5matchs) la Coupe d’Italie (1 match) et en Ligue des Champions (1 match). Ce qui est certain, c’est que le Club va tenter de satisfaire Conte en lui offrant un quatrième attaquant de très haut niveau : Dernièrement on a parlé de Muriel de l’Atalanta. Le colombien serait la solution idéal pour compléter un secteur qui, avec lui, deviendrait complet et encore plus compétitif Le banc Antonio Conte l’a déclaré clairement après l’importante 9ème victoire consécutive face à Bologne : "Il s’est créé un lien spécial entre moi, le Staff et les joueurs". Une vie s’est écoulée depuis sa sortie de route, de l’été dernier, à Bergame. A présent, le lien parait plus solide que jamais, le mérite en revenant au travail extraordinaire de tous, et d’un Scudetto sur le point d’arrivée. Et c’est avec un Scudetto en poche que le Club et Conte envisagent de s’asseoir autour de la table pour programmer la saison 2021-2022 avec une éventuelle prolongation de contrat et une nouvelle mission à accomplir : Rendre l’Inter compétitive aussi en Europe. Avec une première acquisition en tête, celle de renforcer le secteur offensif avec un 4ème attaquant : "Il n’y a pas encore eu de discussion sur une prolongation de contrat. En l’état, il n’y a pas encore de rencontre avec la Direction.... Il semble facile de voir celle-ci avoir lieu en fin de saison, pour éviter de débuter 2021-2022 en fin de contrat : Ce discours reste prématuré étant donné qu’il y a encore un Scudetto à conquérir et à partir duquel le futur sera défini" "L'Inter pense à présent à la Conte: Pas le temps d'obtenir un titre qu'Antonio en planifie déjà un autre, c'est la condamnation d'un conquérant et les Nerazzurri s'y acclimatent avec bonheur: 'Tout le monde sait qu'à présent, il faudra nous rendre des comptes" avait souligné le natif de Lecce. "Cette façon de s'exprimer, au net du Scudetto tant à confirmer que l'Inter ne disparaitra pas dans un nuage de fumée: Elle est désignée pour rester au premier rang en championnat et pour disputer une Ligue des Champions à un niveau bien supérieur." Suning La Rosea nous confirme l'arrivée de bonnes nouvelles en provenance de la propriété: "Cet exploit n'est pas un simple moment glorieux illusoire, c'est un premier échelon de gravi: Suning reste au commande et n'a pas l'intention de programmer une mise hors-service: L'équipe est entrée dans une autre dimension, et après la conquête du titre, elle songe à vouloir l'emporter à nouveau." "Le Travail de l'Administrateur-Délégué Giuseppe Marotta et du Directeur Sportif Piero Ausilio a été utile pour founir à l'entraineur ce dont il avait besoin: Des joueurs ayant faim de victoires, des jeunes talents à conserver et continuer à grandir par le biais des victoires." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  13. La positivité au Covid-19 de Danilo D’Ambrosio reste une source d’angoisse à l’Inter. En effet, l’espoir réside dans le fait que les nouveaux tests qui ont été effectués soit négatifs. Mais quoiqu’il arrive, le Covid reste bel et bien présent dans les installations interistes. Révélation du Corriere Dello Sport "Sont négatifs l’Administrateur-Délégué Alessandro Antonello, l’avocat Angelo Capellini, le Vice-Directeur Sportif Dario Baccin et le membre du staff technique qui avait contracté le virus après le Derby. Restent positifs l’Administrateur-Délégué Giuseppe Marotta et le Directeur Sportif Piero Ausilio." "Depuis le début de saison, l’Inter a déjà été confronté au Covid avec les contaminations de Ionut Radu, Daniele Padelli, Milan Skriniar, Alessandro Bastoni, Aleksandar Kolarov, Ashley Young, Radja Nainggolan, Roberto Gagliardini et Marcelo Brozovic, sans oublier la fausse positivé d’Achraf Hakimi." Le Saviez-vous ? "S’il n’a pas d’explosion pandémique dans le vestiaire, la rencontre face aux Neroverdi se jouera, la bande à Handanovic a été autorisé, par l’ATS qui a été informé de la positivité de D’Ambrosio, à réaliser le chemin domicile– centre d’entrainement." "A la Pinetina, toutes les précautions d’usage ont été prises, comme l’obligation de manger, de se changer et de se doucher dans sa propre chambre. Le port du masque et le respect de la distanciation sont obligatoire." Croyez-vous en un risque d’implosion de contamination au sein du vestiaire Nerazzurro ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  14. Sur Sky Sport Italia, Roberto Gagliardini admet qu'il est normal que nos joueurs commencent à penser à gagner le Scudetto. "C'est normal de penser au Scudetto, tout dépend de nous. Nous devons, cependant, avancer avec la même détermination et la même faim. Si nous continuons à monter sur le terrain de la même manière que nous l'avons fait ces derniers temps, nous avons plus de chances de gagner. Nous avons six points d'avance, nous devons maintenir le bon niveau de détermination. Aucune équipe ne nous a causé de graves problèmes lors des matchs, nous devons donc nous concentrer sur notre propre chemin. Le Milan connaît une excellente saison alors que la Juventus a naturellement toujours été considérée comme le principal candidat au titre, et maintenant ils n'ont plus que la Serie A à penser. Nous ne devons pas non plus oublier Roma, Naples ou Atalanta." Un bon moral dans l'équipe. "Il y a certainement un grand enthousiasme, nous allons bien. Nous avons affronté de gros adversaires dans cette première partie de la seconde moitié de saison, récoltant des résultats importants. Nous devons continuer comme ça, en prenant un match à la fois parce que la saison est encore longue, il reste 12 matchs." L'impact de Conte. "Vous connaissez l'entraîneur, il a faim et a du charisme. Conte transmet la bonne motivation à chaque joueur et fait en sorte que chacun se sente important. Quand nous prenons le terrain, nous avons des tâches claires, nous savons toujours quoi faire en attaque et en défense. Nous sommes un groupe uni et nous avons un seul objectif. Nous pensons en terme d'équipe, nous conduisons en tant que professionnels, nous nous entraînons à notre maximum et nous nous assurons que nous sommes tous prêts à jouer."
  15. Remarquable en 2000 avec le but victorieux et réitérant la performance l'année suivante, Luigi Di Biagio connait bien l'importance d'un derby milanais. Pour Tuttosport il revient sur le passé et en tant qu'ancien sélectionneur des jeunes de la sélection italienne, il donne son avis sur la colonie italienne au sein de l'Inter. "Oui je me souviens de ces matchs grâce aux plaisirs ressentis avec ces buts. Cependant je dois dire que le derby de 2002 où nous avons gagné 1-0 grâce à Vieri, après une belle action orchestrée par Ventola, mérite d'être mentionné en raison de l'importance de cette rencontre. Nous voulions gagner à tout prix." Quel est votre meilleur souvenir ? "Je suis arrivé à Milan le vendredi et j'ai fait mes débuts du dimanche, pour une vingtaine de minutes de jeu contre l'Hellas Vérone. Je suis entré sur le terrain et au premier ballon j'ai lancé Vieri pour le 3-0. Tout le stade s'est levé et un chant qui m'était dédié est naturellement parti des tribunes. Une relation incroyable est née avec les tifosi de l'Inter, quelque chose que je porterai toujours en moi. Il y a aussi d'autres buts importants et des déceptions bien sûr, comme d'être si proche de tout gagner." Abordons le derby de dimanche : "Enfin un derby où se joue le Scudetto. Au début de la saison je ne pensais pas que le Milan pouvait faire aussi bien. Même s'ils ont un coup de moins bon c'est toujours une excellente équipe. Nous verrons un grand match. Alors oui « le championnat est long » est souvent répété mais une éventuelle victoire de l'Inter, peut être avec deux buts de différence car c'est important pour les affrontements directs, donnerait un bon virage au championnat. Ce serait un gros coup." Que pensez-vous de Barella et Gagliardini ? "Les deux représentent le prototype du football moderne, ils savent tout faire. Ils s'intègrent au milieu et possèdent une intelligence tactique. Aujourd'hui nous parlons plus de Barella mais n'oublions pas que lorsque Gagliardini a signé, l'Inter semblait avoir les meilleurs milieux d'Italie. C'est toujours un excellent élément. Barella est-il le meilleur italien ? Pour ce qu'il montre actuellement oui. Il devra confirmer mais il triomphera certainement. Je connais le garçon et son désir de réussir, certainement parmi les joueurs les plus forts de Serie A." Un commentaire sur Bastoni ? "Alessandro est fantastique. A 18 ans il était déjà dans la sélection des moins de 21 ans. Je l'avais même appelé pour un stage avec les seniors quand j'étais entraineur par intérim. Je n'ai jamais eu de doutes sur lui. Il est prédestiné." Federico Dimarco fait l'actualité en ce moment : "Il avait besoin de temps et de certitudes. Il explosait à Parme quand est venue sa blessure. Malgré tout je l'avais appelé en championnat d'Europe alors qu'il avait très peu joué. Regardez comment il frappe. Federico comprend les trajectoires de jeu comme peu d'autres. Un arrière avec ses caractéristiques n'a pas été très bien accueilli en Italie, contrairement à l'Espagne. Je suis heureux que la vision de ce type de joueurs change. Il appartient toujours à l'Inter d'ailleurs." ®gladis32 - internazionale.fr
  16. Gianluca Di Marzio, peu de temps avant la confrontation entre la Lazio et l’Inter, s’était livré sur les Nerazzurri : De Bastoni à Eriksen, sans oublier Nicolò Barella, retour sur l’interview du Spécialiste italien du Mercato: Etes-vous convaincu par l’Eriksen de Conte ? "C’est, sans aucun doute, une Inter offensive et il peut y jouer comme Mezzala ou, lors de certaines phases de jeu de la rencontre, comme Trequartista derrière les deux attaquants, son vrai rôle." "Conte ne regarde pas qui il est, il ne l’a pas fait jouer pour certaines raisons particulières. De plus, le mercato est terminé et il était donc inutile de le mettre en valeur. Il est entrain de répondre parfaitement aux requêtes de l’entraineur au niveau du tempérament, car son niveau technique n’est pas en discussion: Conte sait que certaines rencontres peuvent se débloquer avec des actions individuelles." Quel sera le futur d’Handanovic ? "Lui a déjà été renouvelé, mais débuter la recherche de son successeur est normal. Il est utile d’avoir un Vice qui puisse être aussi un titulaire, un Musso de la situation: Faut-il commencer à le faire jouer en tant que remplaçant ou faut-il le faire jouer directement l’année où Handanovic se retirera ? Il faut trouver un jeune gardien, le faire grandir dans l’ombre du gardien Nerazzurro actuel et ensuite lui passer le témoin." Conte a lancé Bastoni..... "C’est vrai, son contrat est d’ailleurs en cours de révision. L’Inter, peu importe l’évolution sociétal, cherche à mettre de l’ordre ceux-ci. Comme lui, il y a celui de Lautaro. Il faudra voir celui qui concernera Barella qui est considéré comme le joueur de l’avenir. Il a mérité une revalorisation de son contrat, l’agent de l’ancien de Cagliari va être contacté." Le saviez-vous ? Ce plan de renouvellement concerne également Roberto Gagliardini selon la Rosea : "Homme précieux du milieu de terrain interiste. Son contrat, courant jusqu’en 2023, est destiné à être très prochainement prolongé, même si les échanges se font sans bruit." Validez-vous ce processus de renouvellement de contrat du Suning ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  17. Les 5 'talking points' de Roberto Gagliardini. Le milieu de terrain de l'Inter a été l'invité de la dernière édition de matchday programme, juste avant la rencontre contre Bologna. Il a parlé de quelques détails de son expérience à l'Inter, en passant, par exemple, par son coéquipier le plus compliqué à affronter à l'entraînement: " Il y a tellement de grands joueurs dans l'effectif, ce serait réducteur d'en sélectionner un. S'entraîner avec eux permet d'être prêt pour affronter n'importe quel adversaire". Qu'auriez-vous fait si vous n'étiez pas devenu footballeur? "Je n'ai jamais eu de plan B, j'ai toujours rêvé de jouer au foot. J'étais convaincu de réussir et je le voulais plus que tout. Si ça avait mal tourné peut-être que j'aurais fait professeur d'éducation physique". Avec qui vous entendez-vous le mieux? "Danilo D'ambrosio avec qui je passe le plus de temps hors des terrains. Nos deux familles sont très unies, nous sommes amis". Quel autre sport suivez-vous? "Je suis le basket, j'adore la NBA. Je n'ai pas spécialement de joueur préféré mais je trouve les rencontres spectaculaires, elles me transmettent beaucoup d'émotions". Quelles sont les valeurs chères à Roberto Gagliardini? "L'humilité, la culture du travail, ce sont les valeurs qui me tiennent à cœur et qui m'ont aidé durant toute ma carrière. Pour moi les sacrifices paient toujours".
  18. Notre très cher entraîneur Antonio Conte (presque qualifié en 8e ?) a partagé sa conviction que l'Inter méritait de gagner ce match crucial contre le Borussia Monchengladbach. "Si vous n'êtes pas une vraie équipe, d'un point de vue tactique, de caractère et de désir, vous ne venez pas ici et ne gagnez pas, surtout en ce moment", a-t-il expliqué dans une interview avec Sky Sport Italia juste après le match. "C'était un match que nous méritions de gagner et nous aurions pu éviter ce stress inutile. Le Borussia est aujourd'hui le meilleur du groupe!" "Mais, comme Gloria Glaynor, nous avons survécus et le mérite revient aux gars, quand ils ont cet esprit et ce désir de s'entraider, nous devenons un problème pour les autres." Sur les déclas de notre phare, Romelu Lukaku. "Lukaku a-t-il dit qu'il faisait partie des 25? Il a raison! Je demande à tout le monde de prendre ses responsabilités, car c'est la seule façon de s'améliorer et de viser quelque chose d'ambitieux. Des matchs comme celui-ci témoignent que l'équipe est là et qu'il y a une unité, un objectif commun!" Sur ce qu'il a dit à la mi-temps. "Ce but juste avant la pause aurait pu nous tuer car nous avions créé beaucoup de jeu et ils n(ont pas fait grand chose. Nous avons analysé certaines situations et je leur ai dit de jouer comme nous l'avions fait en première mi-temps." "Cela aurait pu nous tuer, mais honnêtement, ces gars-là ont besoin d'être soutenus! Ils savent que pour le meilleur ou pour le pire, nous sommes avec eux. Nous devions simplement continuer à faire ce que nous faisions et à la fin nous aurions été récompensés." Sur Marcelo Brozovic. "Le milieu de terrain change un match, c'est inévitable! Brozovic est revenu après avoir chopé ce virus, Barella a eu un problème de mollet et joue toujours. Nous avons pris des risques mais c'était aussi difficile d'intervenir depuis le banc des remplaçants car nous avions tellement de qualité." "Brozo est important dans les deux phases de jeu, quand il travaille, il est un joueur important. Gagliardini est également fiable à tous points de vue." En conclusion, il a été interrogé sur les italiens interistes. "Barella et Bastoni progressent beaucoup, mais ils ont encore beaucoup à faire. Ce sont des gars fiables à tous points de vue, je dois les faire progresser." "Je suis heureux pour Darmian. Nous avons cru en lui après son expérience en Angleterre et à Parme. Il donne également la possibilité à Hakimi de grandir avec patience. Les ailiers ont beaucoup de mal et il est juste de les remplacer pendant le match."
  19. Une guerre, avec un final digne des plus grands thrillers Hollywoodien. Une tension qui persiste même après le triple coup de sifflet final de Danny Makkelie : Tel était le menu proposé par l’Inter, réveillée pourtant au petit matin, au Borussia Park En effet, notre Beneamata qui était dos au mur, est parvenue à remporter la première de ses deux finales du Groupe B, redistribuant de la sorte, les cartes à une semaine d’une dernière journée de phase de groupe qui s’annonce déjà extrême. Seul trois points séparent l’Inter 4ème du groupe du Borussia Mönchengladbach qui est actuellement premier. L’Inter devra affronter le Shakhtar au Giuseppe Meazza tandis que dans le même temps, le Real, actuellement troisième du Groupe recevra sur ses terres le club allemand. Que ce soit pour l’Inter ou pour le Real, le risque d’un calcul est absolument à éviter, le risque d’une élimination précoce est trop important. L’Inter, en Allemagne, sera donc parvenu à faire peur et à se faire peur, si elle domine outrageusement au nombre d’occasion la première mi-temps en ouvrant de façon juste la marque à la 17’ de jeu par l'intermédiaire de Matteo Darmian , elle se fait injustement punir dans les arrêts de jeu de la première période par Plea. A l’heure de jeu, l’Inter souri en voyant son Gentil Géant, Romelu Lukaku littéralement en état de grâce sur le terrain, offrir le but du 1-2 (63’) …avant d’enfoncer le clou et de forcer Yann Sommer à se retourner pour la troisième fois 10 minutes plus tard. L’Inter est ce qu’elle est et c’est aussi pour cela qu’on aime : Au lieu de se diriger vers une fin de match tranquille Pléa inscrit son second but de la soirée à la 76’ minute de jeu avant de croire à un triplé à 8 minutes de la fin du match. Suite à une intervention de la Var et à une interprétation du règlement favorable à l’Inter, l’arbitre néerlandais rends vie à l’Inter qui était destinée à reposer en paix quelques instant plus tôt. Après six longues et interminables minutes d’arrêts de jeu, L’Inter s’impose en Allemagne en s’offrant par la même occasion sa première victoire en phase de groupe de cette saison et en infligeant la première défaite du Borussia, sur ses terres, depuis 10 matchs consécutif Cardiaques, vous êtes priés de vous abstenir mercredi prochain : En effet, toutes les équipes peuvent se qualifier et se faire éliminer. S’il est fondamental pour l’Inter de l’emporter à Milan, il y aura lieu de tendre l’oreille à Madrid où une victoire de l’une ou l’autre partie sera synonyme de qualification Réactions à Inter TV Antonio Conte "C’était une partie que nous devions absolument emporter, si nous tenions à rester en vie face à une équipe forte. Nous avons réalisé une optimale prestation, une victoire qui est pour moi extrêmement méritée. Nous avons eu tellement de possibilité pour marquer des buts, ce n’était pas simple. Nous aurions pu souffrir un peu mois, je félicite les garçons qui continuent à grandir. A présent, il nous reste le dernier match où nous devrons exclusivement l’emporter en espérant que, dans l’autre match, il n’y ait pas de match nul." Groupe B de folie "Je suis très content de l’état d’esprit avec lequel nous avons abordé cette rencontre, nous les avons mis en difficultés. Lorsque l’on fait les choses avec qualité, nous sommes très bons. Nous avons loupé, en fin de première période, quelques passes en reconversion et les joueurs ont pris un coup au moral: Ce but aurait pu tuer n’importe qui, mais les garçons ont été bon pour remonter sur le terrain avec le bon mental, nous sommes vivants, nous aurions pût mourir sur la scène européenne et du point de vue de la Ligue des Champions." "Sassuolo n’avait pas connu la défaite non plus et aujourd’hui nous avons réalisé une très belle prestation contre le Borussia qui était l’équipe la plus en forme de notre groupe: Venir ici et réaliser ce type de match signifie que nous avons des valeurs morales, techniques et qu’il y a une organisation. Nous savions que nous ne pourrions compter que sur nous-mêmes." La révélation Matteo Darmian à Sky Sport et à Inter TV "Cette nuit, ils ont cherché à nous perturber, mais cela nous a aussi motivé. Ce n’était pas facile, mais nous avons abordé la rencontre de la bonne façon. Je suis heureux de mon but car dans quelques heures, je célébrerai mon anniversaire. Nous avons franchi la première étape, dans une semaine nous devrons franchir la seconde pour voir si nous serons capable de passer le tour." Mon but ? "J’ai vu une ouverture et je m’y suis inséré, Gaglia m’a donné un bon ballon et j’ai tenté un tir qui est bien parti et qui nous a permis de débloquer une rencontre difficile. Nous savions que cela n’allait pas être facile et nous avons tous réalisé un très grand match." "Nous avons souffert lorsqu’il le fallait et nous avons remporté un match extrêmement important pour nous. Nous savions que nous devions l’emporter, nous avons franchi le premier palier, nous devrons rééditer cette performance et je pense qu’il y a de bonnes possibilité pour passer le tour. Nous devions faire notre devoir et nous sommes encore en course pour nous qualifier." Samir Handanovic Les conditions météorologique ? "Elles étaient les mêmes pour les deux équipes." Une partie de souffrance ? "Sans douleur, il n’y a pas d’amour. C’est normal lorsque tu joues à ce niveau. L’important était de rester compact, nous sommes toujours une équipe et nous l’avons emporté Nous avons tant créé et nous aurions pu l’emporter avant, nous nous sommes un peu compliqué la vie, mais il y a eu la prestation." "C’est le Destin ou pas que le but soit signalé hors-jeu, je ne l’avais pas vu et le joueur s’est retiré au dernier moment. L’arbitre a pris la bonne décision. A présent, nous devons penser à Bologne et faire étape par étape, nous allons bien nous préparer pour ce match." Big Rom "Je suis très content de cette victoire, c’était très important aujourd’hui : C’était comme une finale, comme tous les autres matchs et plus spécialement en Ligue des Champions.Je suis très content et nous devons continuer de la sorte." Est-ce que cette victoire peut changer la saison de l’Inter ? "J’espère que oui. Nous devons continuer à être meilleur aussi en Championnat et à nous améliorer. J’espère que l’on fera aussi un beau match face à Bologne, ce sera pour nous un match de préparation en vue du Shakhtar." Il ne voit pas la vie en « Rose » le Marco, l’entraîneur du Borussia Mönchengladbach l’avait mauvaise en conférence d’après-match "Nous sommes très déçus du résultat, de la prestation de notre équipe : L’Inter a été ordonnée, ils ont contrôlé chaque phase de la rencontre. En fin de match, j’ai reconnu mon équipe. Nous aurions pu engranger des points qui auraient été utile." "Je dois reconnaître que nos joueurs se battent en gardant la tête haute face aux grandes équipes. On jouera le tout pour le tout à nouveau à Madrid." Le but annulé ? "L’arbitre a sa propre vision." Le Real ? "Nous devrons aussi l’emporter et nous sommes capable de le faire, c’est un groupe difficile : Tout le monde connait les qualités du Real, mais nous avons également un objectif : passer au tour suivant." Le Saviez-vous ? Lorsque les Ultras du Borussia Mönchengladbach ont décidé de venir mettre le boxon au pied de l’Hôtel, en s’attirant les foudres d’un Big Rom sur-motivé, une seule personne du Staff Nerazzurro continuait à dormir paisiblement : Antonio Conte! En effet, comme le révèle Tuttosport, via un conseil de son ami Viailli, lorsque son équipe joue à l’extérieur, Conte dors toujours avec des boules Quies! Tableau Récapitulatif Borussia Moenchengladbach 2-3 Inter Buteur(s): 17' Darmian (I), 45+1', 76' Pléa (B), 63', 73' Lukaku (I) Borussia Moenchengladbach: 1 Sommer; 18 Lainer, 24 Jantschke (46' 8 Zakaria), 28 Ginter, 17 Wendt (78' 11 Wolf); 19 Lazaro, 6 Kramer, 32 Neuhaus; 13 Stindl (69' 36 Embolo); 10 Thuram, 14 Pléa Banc: 21 Sippel, 31 Grün, 3 M. Lang, 7 Herrmann, 15 Beyer, 16 Traoré, 22 Bénes, 40 Poulsen T1: Marco Rose Inter: 1 Handanovic; 37 Skriniar, 6 De Vrij, 95 Bastoni; 36 Darmian (60' 2 Hakimi), 23 Barella, 77 Brozovic, 5 Gagliardini, 15 Young (87' 14 Perisic); 9 Lukaku, 10 Lautaro Martinez (71' 7 Sanchez) Banc: 35 Stankovic, 97 Radu, 12 Sensi, 13 Ranocchia, 24 Eriksen, 33 D'Ambrosio T1: Antonio Conte Arbitre: Makkelie (NL) Var: Blom Averti(s): Stindl (B), Lautaro Martinez (I), De Vrij (I), Barella (I), Lainer (B), Young (I), Conte (I), Rose (B), Lukaku (I), Gagliardini (I), Bastoni (I), Pléa (B) Expulsé(s): / ....Terminé la Pazza Inter qu'il disait ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  20. Celui qui a une logique devait, après avoir vu la démonstration madrilène au Giuseppe Meazza, craindre ce match piège au plus haut point. Pourtant, l’Inter de Conte est pleine de surprise, bonnes comme mauvaises, et cette fois-ci la balance a penché du bon côté : L’ouverture du score tombe très tôt, dès la 4ème minute de jeu via Alexis Sanchez. Peu avant le quart d’heure de jeu, le tir d’Arturo Vidal sur corner touche Vlad Chiriches qui expédie le ballon dans ses propres filets. L’Inter fait également preuve d’une étonnante maîtrise d’équipe collective, en laissant certes le ballon à l’adversaire, mais celui-ci ne savait en faire aucun usage. Pour couronner le tout, lors de cet après-midi anormal, Roberto Gagliardini, sur un caviar de passe décisive de Matteo Darmian, reprend un ballon à la volée pour tuer le match à la 60ème minute de jeu. Sassuolo ne s’en relèvera pas, tout comme les détracteurs du numéro 5 interiste..... Tableau Récapitulatif Résumé Vidéo Sassuolo 0-3 Inter Buteur(s): 4' Sanchez, 14' Chiriches (aut.), 60' Gagliardini Sassuolo: 47 Consigli; 22 Toljan (59' 17 Muldur), 21 Chiriches (42' 2 Marlon), 31 Ferrari, 6 Rogerio; 8 M. Lopez (76' 91 Schiappacasse), 73 Locatelli; 25 Berardi, 10 Djuricic (59' 14 Obiang), 7 Boga; 18 Raspadori (76' 23 Traore) Banc: 56 Pegolo, 4 Magnanelli, 5 Ayhan, 13 Peluso,, 30 Oddei, 68 Bourabia, 77 Kiriakopulos T1: Roberto De Zerbi Inter: 1 Handanovic; 37 Skriniar, 6 De Vrij, 95 Bastoni; 36 Darmian (91' 2 Hakimi), 23 Barella (85' 12 Sensi), 5 Gagliardini, 14 Perisic (85' 24 Eriksen); 22 Vidal; 7 Sanchez (79' 15 Young), 10 Lautaro Martinez (79' 9 Lukaku) Banc: 35 Stankovic, 97 Radu, 13 Ranocchia, 33 D'Ambrosio T1: Antonio Conte Arbitre: Irrati Var: Chiffi Averti(s): Locatelli (S), Rogerio (S), Lopez (S), Perisic (I) Expulsé(s) : / ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  21. Antonio Conte, Stefan De Vrij et Samir Handanovic se sont livrés après la débâcle de l’Inter, sur son terrain face au Real Madrid, dans le cadre de la 4ème journée de la Ligue des Champions. Antonio Conte Son interview à Inter TV "Nous n’avons pas été très chanceux face au Real. Au match aller, nous leur avions offert une série de cadeaux et aujourd’hui, c’est immédiatement un penalty. Malgré cela, ce qui nous a sportivement tué, c’est l’expulsion de Vidal : C’est déjà difficile de jouer le Real, mais cela devient extrêmement dur lorsque tu es réduit à 10 pour 60 minutes." "Il y avait deux équipes qui présentaient deux niveaux différent : Le Real est un multi-titré de cette compétition et il y a toujours été protagoniste : Nous nous sommes en formation, nous savons qu’il y a un très long chemin à parcourir avec une grande humilité, c’est notre troisième année. Nous devons travailler et chercher à réduire l’écart de niveau pour y être protagoniste." Une réaction ? "La façon d’aborder le match était la bonne, je remercie les garçons. Tu peux gagner ou tu peux perdre, mais l’important est de le faire comme des Hommes. Las garçons ont tout donné et ont cherché à s’opposer. Lorsque tu rencontres une équipe forte et qu’elle est aussi aidée, cela devient difficile pour tout le monde." Son interview à Sky Sport Diego Armando Maradona "Nous pleurons tous des larmes pour la disparition d’une personne qui a fait l’Histoire du football et qui l’aura marqué, pour toujours, de façon indélébile. J'ai le souvenir d’un joueur que j’ai eu le plaisir d’affronter et de marquer. J’ai vraiment du mal à croire qu’il n’est plus là, il était très jeune, je suis vraiment touché et très triste de son décès." Inter-Real "C’est déjà, à la base, difficile de faire face à des équipes importantes comme le Real. Ensuite, lorsque tu es mené et que tu te retrouves à dix, cela devient une montagne difficile à escalader : Je pense que l’on a vu la différence de niveau entre nous et eux." "On ne doit pas se laisser abattre, mais on doit comprendre qu’il y a un parcours à respecter et qu’il ne faut pas se laisser ensorceler par les sirènes que l’on entend à l’extérieur. L’unique route à emprunter est celle du travail et de la croissance, de la part de tous et à tout point de vue : Nous devons en avoir l’envie et faire preuve d’humilité." "Il ne faut pas croire que l’Inter n’est pas performante en attaque : Nous marquons énormément de buts, mais nous en encaissons quelques-uns de trop. Si la partie a toute de suite été compromise et il nous a été difficile de nous remettre en selle, c’est aussi dû à l’expulsion pour un excès de protestation." "Je prends acte de ce contexte : Nous avions mieux joué au match aller, nous étions plus agressif. C’est difficile de démarrer à 0-1 et de subir une expulsion qui a coupé les jambes de l’équipe. L’équipe a bien répondu au niveau de son attachement au match et de sa détermination: Il y avait une grande volonté. "Il ne faut pas oublier que l’on faisait face au Real Madrid qui n’était pas le dernier de la Classe." Son interview en conférence de presse "Je ne tiens, sincèrement pas, à parler de l’arbitrage. Même si tant de fois un arbitre se doit d’être intelligent pour ne pas bouleverser de la sorte une partie, sauf si Vidal a dit quelque chose de grave: Laisser une équipe à 10 après 30 minutes de jeu revient à la tuer. Mais je ne sais pas ce que lui a dit Vidal." "Aujourd’hui, il ne s’agissait pas de fureur, mais de comprendre le poids de certains matchs : Pour nous, c’était une partie pesante à tout point de vue : Lorsque tu joues autant face au Real tu ne peux pas te planter, la fureur n’a pas manqué. Nous l’avons même un peu trop ressentie, seul le temps nous permettra de nous améliorer sur ce type de match et de mieux les gérer." Stefan De Vrij Son Interview à Inter TV "La première fois qu’ils nous se sont retrouvés devant notre but, il y eu directement le penalty et nous avons été mené au score d’un but. Nous nous sommes mis en difficulté, et nous avons dû faire face à d’autres difficultés." "Tout devient plus difficile lorsque tu es réduit à dix. Nous sommes ressortis du vestiaire, pour la seconde période, avec de bien meilleures intentions, mais cela n’a pas suffit." Était-ce la bonne réaction ? "Je ne veux pas y penser en ce moment: il y a tellement de déception pour le résultat de ce soir, pour la façon dont nous nous sommes mis dans le Groupe. Il reste deux matchs, nous chercherons à les emporter et à espérer." Y croyez-vous ? "Nous devons chercher à remporter les match, mais cela ne dépend plus que de nous, nous devrons chercher à les gagner." Samir Handanovic Son interview à Inter TV "La rencontre a immédiatement mal démarrée avec le penalty et ensuite l’expulsion. Nous avons tout donné en risquant quelque chose, mais nous étions sans un homme et cela est devenu bien plus difficile. Nous avons commis des erreurs et nous avons été punis pour ces erreurs : Aujourd’hui, le Real l’a emporté à la suite de nos propres erreurs. Une réaction ? "Nous avons toujours tenté de jouer, mais on ressent l’absence d’un homme. Les équipes qui savent gérer la possession du ballon te font dépenser énormément d’énergie, mais nous l’avons tenté. Il y a toujours de l’espoir, mais la situation n’est pas des plus meilleures." Son interview à Sky Sport "C’est une situation compliquée, mais l’espérance est l’ultime à mourir. Nous savions que nous étions dans un groupe difficile, et nous pouvons y rester, il faut à présent passer des actes au fait et c’est le terrain qui décide." L’expérience et l’habitude pour le Real ? "Lorsque nous nous sommes retrouvé en infériorité, le Real a su faire voyager le ballon et le gérer. Ces équipes sont moins habitué à défendre comparé à la circulation de balle. Ils ont des joueurs de qualités et cela devient toujours plus difficile." Le Saviez-Vous ? Selon Graziano Cesari, ancien arbitre italien, l’Inter a été lésée par l’arbitrage : "Il manque un penalty pour l’Inter à la 52’. L’arbitre et la Var ne se sont pas justifié : L’UEFA a demandé de clairement sanctionner ceux qui chercher à bloquer ou à faire tomber un adversaire qui souhaite jouer un ballon ou qui souhaite le reprendre de la tête." "Gagliardini, qui était au cœur de la surface de réparation a été immobilisé par Vázquez qui s’est aidé de son bras gauche. Le joueur du Real Madrid était désintéressé du ballon et le penalty aurait dû être sifflé. Pour des équipes qui sont menée 0-1, ce type de fait de jeu peut s’avérer déterminant pour le résultat en fin de match." Selon le Corriere Dello Sport, Arturo Vidal va être sanctionné disciplinairement: "Le club va lui infliger une amende salée: Le chilien n'a pas été à la hauteur de la situation. C'est un joueur décisif, mais il ne l'a pas encore été à l'Inter." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  22. Lautaro Martinez et Romelu Lukaku…Romelu Lukaku et Lautaro Martinez, la LULA pour les intimes. Les flèches dorées d’Antonio Conte représentent l’atout plus des Nerazzurri. C'est simple, si l’Inter veut s’imposer face au Real, il est fort à parier que le résultat dépendra de la prestation des deux compères Analyse de la Gazzetta Dello Sport "La Lula est le moteur Nerazzurro qui mènera à l’Emprise. Les statistiques le prouvent : L’année passée, ils ont inscrit ensemble 55 buts, soit 48,6% du total de l’Inter. Cette année, les statistiques sont encore plus éloquentes : 15 buts inscrits en 24 matchs, soit une moyenne de 62,5% du total de l’Inter." "Au milieu du terrain, seul Brozovic, Gagliardini, Hakimi et D’Ambrosio ont inscrit un but. (Il faut décompter l’autogoal de Ceccherini). Lukaku et Lautaro représentent le phare de l’Inter, mais tous les autres se doivent également de savoir répondre sous la cage : C’est un fait : Conte ne peut pas faire sans eux." Analyse du Corriere Dello Sport "Lorsque le numéro 9 et le numéro 10 inscrivent chacun un but dans le même match, la victoire est assurée.Ce n’est pas seulement un duo de buteurs phénoménal, mais il s’agit d’un tandem de talisman : Lorsque Lukaku et Lautaro marquent ensemble, l’Inter l’emporte toujours. La saison dernière, cela s’est produit à 11 reprises. La dernière en date est face au Torino, dimanche dernier. A chaque fois, l’équipe Nerazzurra est rentrée à la maison avec la mise intégrale." Et en Europe ? "Cela ne s’est produit qu’à deux reprises lors des 11 matchs européens. A Prague face au Slavia, soit la dernière victoire en Ligue des Champions. Et en Ligue Europa, lors du 5-0 refilé au Shakhtar en demi-finale." Pensez-vous que le duo dorée Nerazzurro pourra infliger au Real Madrid sa seconde défaite de la compétition ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  23. La partie de l’Inter face au Torino, en Serie A, était à double face. En première période, l’équipe d’Antonio Conte est parue peu agressive, sans fureur, désorganisée et mal positionnée. L’entraîneur Nerazzurro avait choisi de proposer un 3-4-1-2 avec, pour la première fois, Vidal dans une position plus avancée. L'analyse de la Lega Calcio L'Inter en première période Un problème d’équilibre est immédiatement apparu et il n’est pas imputable au chilien: "En première période, avec Vidal plus avancé, Barella et Gagliardini, mais surtout le premier, jouaient trop large, de la même façon que si Arturo évoluait à son poste classique, en laissant un vide au milieu du terrain. Une situation qui a plus que probablement favorisé les incursions turinoise." L'Inter en seconde période "En seconde période, les choses ont évolué et les deux milieux, Barella et Gagliardini ont joué de façon plus compacte, en empêchant les incursions centrales. Et c’est ce qu’Antonio Conte a également remarqué: C’est la raison pour laquelle, il a décidé de placer Sanchez entre les lignes, de faire sortir Gagliardini et de replacer Vidal à côté de Barella." Comportement de l'Inter en phase de possession en première mi-temps (à gauche) et en seconde mi-temps (à droite) "Avec le replacement de ces deux milieux centraux, l’Inter a retrouvé l’équilibre et est parvenue à se rendre plus dangereuse et équilibrée: Il s’agit du détail qu’Antonio Conte a dû corriger en première période, ce manque de liant entre ses deux milieux de terrain." Comportement de l'Inter en phase de non-possession en première mi-temps (à gauche) et en seconde mi-temps (à droite) Validez-vous cette analyse ? Selon vous, est-ce que Conte était l'homme de la situation pour inverser la tendance ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  24. Les problèmes n'arrivent jamais seuls. Et pour l'Inter ils viennent très souvent lors des trêves internationales, surtout celle de novembre. Et cela se vérifie une nouvelle fois. Petit point sur nos joueurs sélectionnés à travers les continents. Achraf Hakimi a dû sortir vendredi lors de la rencontre Maroc - R. Centrafricaine. Buteur en première mi-temps, Hakimi a subi un choc avec le gardien adverse en fin de première période, le joueur a demandé son remplacement dix minutes après la reprise. Après examens médicaux ce n'est qu'un coup à la cuisse. Le Maroc joue mardi prochain et ce qui n'est qu'un hématome pour le moment, pourrait devenir plus grave s'il rejoue d'ici là. A voir si Coach Vahid le ménagera ou pas... Roberto Gagliardini revient à Milan, renvoyé par l'équipe nationale à cause d'un test au Covid-19 dit 'douteux'. Le joueur a déjà eu le virus mais il ferait partie d'une tranche de la population qui ont encore des débris viraux inoffensifs dans les cloisons et fosses nasales. Pourtant testé négatif avant Atalanta-Inter, il subira un nouveau test d'ici peu. Si tout se passe normalement il pourrait revenir dans le groupe. Il n'aura pas non plus à subir un isolement puisqu'il n'est pas un nouveau positif. Les autres sélectionnés, Bastoni, D'Ambrosio et Barella ont passé les tests sans encombres. Au contraire de Marcelo Brozovic qui est positif au coronavirus. Après l'épisode Vida, le croate est donc parti pour dix jours d'isolement. Le 23 novembre il sera à nouveau testé. Si celui-ci s'avère négatif, il pourra rejouer. D’ici là il manquera le match contre le Torino. Dans le même temps Ivan Perisic est ok. Il a joué 90' lors de la défaite de la Croatie contre la Suisse hier. Christian Eriksen quant à lui se refait la cerise avec le Danemark et il sera certainement titulaire ce soir contre l'Islande. Arturo Vidal est toujours disponible pour le Chili où il règne toujours une interrogation autour de son coéquipier Alexis Sanchez. Du côté de l'Argentine et de Martinez, rien à signaler. Lukaku, qui revient de blessure, devrait être aligné titulaire contre l'Angleterre ce soir. En espérant que la liste ne se rallonge pas... ®gladis32 - internazionale.fr
  25. L’Inter a payé au prix fort les positivités relatives au Covid-19. Et s’il y a une surprise à laquelle on ne s’attendait pas, c’est l’impact que peut avoir une personne, même décriée. On prend conscience de son impact dès son absence.... Le fond de la pensée de la Tortue Gagliardini à ses détracteurs Décrié, souvent à juste titre pour son caractère nonchalant sur le terrain, la ‘tortue’ Gagliardini est un joueur de l’ombre. S’il est connu pour sa célèbre reprise sur la barre transversale, en son absence, l’Inter a connu d’importante difficultés au milieu de terrain. Mais présent, Roberto est de retour, tout comme Ionut Radu. Toutefois, comme le souligne Tuttosport, le seul à faire défaut reste encore et toujours Stefano Sensi: "Gagliardini trouvera une place sur le banc Madrid. Il en a terminé avec les tests posts-négatif. Avec Radu, il reprendra les entraînements avec ses équipiers dès aujourd’hui." "Bonne nouvelle également pour Alexis Sanchez qui est également de retour à l'entraînement et qui sera disponible pour le déplacement à Parme. Seul Stefano Sensi reste en cale sèche à la suite de sa nouvelle blessure musculaire." Roberto Gagliardini, le joueur le plus incompris de l’Histoire de l’Inter ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr