Aller au contenu
×
×
  • Créer...

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'roberto gagliardini'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

  1. Roberto GAGLIARDINI Informations Générales : Nom : Gagliardini Prénom : Roberto Poste : Milieu de terrain Date de naissance : 07/04/1994 Lieu de naissance : Bergame Pays : Italie Taille : 188 cm Poids : 77 Kg Numero de maillot : ? Au club depuis : Janvier 2017 Position sur le terrain : Biographie : Roberto Gagliardini est né à Bergame, le 07 avril 1994, c’est un milieu de terrain italien qui a évolué à l’Atalanta Caractéristiques techniques C’est un milieu fort techniquement, habile en phase de possession de ballon, qu’en phase de couverture de ce dernier. Il se distingue par sa technique et sa vision du jeu. Carrière en clubs: Roberto a été formé à l’Atalanta, il a fait ses débuts professionnels le 04 décembre 2013 face au Sassuolo (2-0 pour les Nerazzurri dans un match comptant pour les seizièmes de finale de la Coupe d’Italie) Le 17 janvier 2014, il est prêté au Cesena en Serie B. Il jouera avec les romagnoli cinq jours après son arrivé face à Varese (1-3), en remplaçant à la 73' minuteGuido Marilungo. Il aura inscrit le 3ème but des bianconeri. Le 01 septembre 2014, il est prêté avec droit de rachat au Spezia en Serie B. Il y disputera 14 matchs de championnat avant d’être stoppé par des problèmes physiques. Le 30 juillet 2015, il passe au Vicenza, toujours en Serie B, en prêt avec un droit de rachat et de contre-rachat de l’Atalanta. Le 28 janvier 2016, les deux clubs se mettent d’accord pour stopper le prêt et Gagliardini retourne à l’Atalanta. Après 5 mois sans disputer le moindre match officiel, il fait ses débuts en Serie A le 15 mai 2016, lors de la dernière journée de championnat, sur le terrain du Genoa. Au cours de cette saison, il devient un titulaire indiscutable du milieu de terrain Nerazzurro et ses prestations sont suivie par Gian Piero Ventura, qui compte sur lui, pour l’avenir de la Squadra Azzurra . Carrière en équipe nationale: Entre 2014 et 2015, il aura inscrit 2 buts en 5 matchs sous le maillot de l’Italie U-20 En mars 2014, il est pour la première fois convoqué en équipe nationale par Cesare Prandelli. Le 12 aout 2015, il fait ses débuts en Italie U-21 sous la houlette de l’ancien interiste Luigi Di Biagio, en remplacement de Verre à la 60' d’un match amical opposant l’Italie à la Hongrie U-20, à Telki. Il a été convoqué pour la seconde fois en Nazionale le 7 novembre 2016, pour palier à la blessure de Claudio Marchisio, pour le match de qualification en vue de la Coupe du Monde 2018 contre le Liechtenstein et il disputera le match amical face à l’Allemagne. Il est officiellement un joueur de l’Inter ce mardi 10 janvier 2017 suite à l’accord obtenu entre l’Inter et l’Atalanta sur un prêt onéreux avec droit de rachat pour la somme totale à verser en juin de 28M€. Parcours en clubs: 2013/2014: Atalanta (prété en 2014 au Cesena) 2014/15: Prété à Spezia 2015/2016: Prété à Vicenza 2016: Atalanta Depuis le 10/01/2017: Internazionale FC ©Antony Gilles - Internazionale.fr
  2. C’est l’information de la journée, bien plus encore que la rencontre face à Empoli et c’est une révélation de la Gazzetta Dello Sport, si tout est clair pour la Direction Italienne qui se doit de récolter entre 60 et 70 millions d’euros tout en taillant dans la masse salariale à hauteur de 15 à 20%, celle-ci étudie la possibilité de ne céder aucun Top Players. "Skriniar, Bastoni, Barella et Lautaro sont ceux qui de part leurs qualités sont les plus courtisés par les grands d’Europe, mais l’Inter espère pouvoir tous les conserver en sacrifiant quelques jeunes prometteurs à l’image d’Andrea Pinamonti, de Martin Satriano et de Salvatore Esposito en plus d’un joueur "moins indispensable"que ceux susmentionnés et cela vaut aussi pour Dumfries pourtant apprécié par le Bayern." "Des économies vont être garanties par le départ des Sud-Américains : Vecino est en fin de contrat et il est déjà hors du projet depuis un certain temps. Alexis Sanchez et Arturo Vidal qui disposent d’une autre année de contrat à un salaire exorbitant, recevront une prime de départ, déjà prévue pour Arturo et à négocier par contre avec Alexis, quitteront Milan." "Crux qui quitteront également probablement la ville milanaise sont Sensi, actuellement prêté à la Samp, et Gagliardini sera à évaluer vu qu’il s’agit du secteur qui est amené à être le plus chamboulé. L’avenir de D'Ambrosio et de Ranocchia sera discuté au terme de la saison actuelle. La Vieille Garde semblait déjà hors sujet il y a un an, avant de prolonger. Handanovic devrait rester pour agir en tant que Tuteur pour Onana." Un identikit de recrue déjà identifié "Le gardien du Cameroun et de l’Ajax recruté gratuitement s’ajoute déjà à la Collection "Marotta&Ausilio" mais le bijou qui resplendirait le plus serait Dybala "largué" par la Juve. Et avec la présence de la Joya à la place de Sanchez pour un salaire similaire, l’Inter serait plus forte et plus jeune sans devoir payer le moindre centime à un autre club." "Plusieurs profils sont à l'étude pour chaque poste avec toutefois l'avertissement habituel que l’on ne pas acheter avant d’avoir vendu, sauf si Steven Zhang marque son accord. Avec le départ de trois milieux de terrain, en plus d'un retour du jeune joueur Agoumé né en 2002 et prêté à Brest où il a acquis beaucoup d’expérience, deux autres recrues sont à planifier pour les inclure dans la rotation à venir avec Barella, Brozovic et Çalhanoğlu . Paredes, Frattesi, De Paul et Pjanic sont les noms dont nous entendons parler", conclut la Rosea. Pensez-vous notre Direction capable de réaliser un tel exploit, un nouveau chef d’œuvre cet été ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  3. Après avoir giflé le Milan en Coupe d’Italie, l’Inter s’apprête à accueillir l’As Roma dans un Giuseppe Meazza comble dans le cadre de cette 34ème journée de Serie A. Pour l’occasion, et si José Mourinho s’est abstenu pour la troisième fois de toute conférence, Simone Inzaghi s’est, lui, livré en conférence d’avant-match Il y a un très grand enthousiasme aussi bien à l’Inter qu’à la Roma : A quel type de match vous attendez-vous ? "Nous savons que demain, nous ferons face à l’une des équipes parmi les plus forte du Championnat, elle traverse une excellente passe et elle est entraînée par un très grand entraîneur, nous connaissons tous son Histoire ici avec l’Inter. Nous réalisons de très belles choses et demain nous devrons l’affronter avec une très grande attention, car cette rencontre est pour nous, très très importante." Comment est-ce possible de penser à écarter Correa ? "Vous le savez…Il a réalisé une excellente rencontre comme ses équipiers d’ailleurs., Aujourd’hui, il y aura l’entrainement de l’après-midi et un décrassage demain où j’évaluerais l’état de forme de chaque joueur, je dirais que tous sont disponible mis à part Vidal qui souffre d’une sale entorse depuis la fin du Derby, Je déciderai demain matin quelle sera la meilleure formation pour jouer la Roma." Est-ce que cette rencontre est le passage obligé vers le Scudetto ? Quelles sont les certitudes dont a conscience l’équipe en ce moment ? "La partie de ce mardi nous a donné tellement de convictions. Nous avons réalisé un très grand match et nous disputerons une nouvelle finale. C’était très important, nous avons nos convictions propres. Durant une période nous avons récolté moins que ce que nous aurions dû avoir, mais nous n'avons jamais perdu. Et à présent nous sommes tous là, et nous sommes prêts à disputer cette fin de championnat de la meilleure des façons." Quelle est la qualité la plus importante à laquelle vous vous attendez, vous et l’équipe ? "Nous savons qu’il nous reste encore un mois d’ici à la fin de la saison, nous avons encore tellement de matchs si proches, nous devons rester tranquilles, sereins et nous préparer au mieux pour la rencontre suivante. Nous avons remporté un Derby important, nous disputerons une finale, mais nous devons surtout et maintenant penser au match de demain face à une équipe qui se sent bien physiquement et mentalement : course, agressivité et déterminations seront utiles pour défier la Roma. Nous ferons face à tellement d’équipes différentes qui, d’ici à la fin de saison, chercheront à nous créer des problèmes." Est-ce juste de dire qu’entre demain et mercredi prochain, le Scudetto de l’Inter se joue ? "Cette semaine nous faisions face à 3 rencontres importantissimes pour nous et nous en étions conscients. Nous savons que nous devrons faire preuve d’une grande lucidité pour nous préparer à faire face à autant de matchs chaque semaine. L’équipe est déjà passée par là." "Avec la Finale de la Coupe d’Italie et en incluant la Super Coupe d’Italie, nous aurons disputé 52 ou 53 matchs, nous devrons nous montrer bons : il nous reste six finales à disputer d’ici la fin de saison." Est-ce négatif ou pas de jouer deux rencontres en plus que vos rivaux ? "Négatif non, nous allons disputer une finale, nous avons tout donné de nous même pour réaliser ce grand parcours. J’aurais déjà voulu jouer Bologne lorsqu’il le fallait, mais la Pandémie ne nous l’a pas permis et à présent nous sommes en fin de saison. Nous devrons toujours être en alerte et j’ai de grands joueurs d’expérience qui savent comment récupérer mentalement depuis les efforts fournis". Allegri, lors de l’après-match face à Bologne a déclaré avoir perdu le Championnat suite à sa défaite contre l’Inter. Est-ce que cette victoire est si décisive pour le Scudetto ? "Non, elle a été importante au vu du moment délicat que nous traversions, mais je dis depuis le 8 juillet que nous réalisons de l’excellent travail : Les garçons sont sérieux, toujours concentrés avec l’envie de travailler de la meilleure des façons, et depuis le début de saison, nous avons relevé notre niveau et les attentes qui avaient été placées en nous : nous n'avons jamais été découragés, au contraire, ce match nous a donné un boost supplémentaire pour terminer le mois de la meilleure façon possible. Il nous reste un long parcours, et j'espère que je pourrais choisir parmi tous les joueurs disponibles." 7 matchs en 29 jours…. Le turnover passera-t-il aussi par le milieu de terrain ? "Nous savons tous que le milieu de terrain est le secteur qui joue le plus, mais j’ai Vidal, Gagliardini, Vecino à disposition, on parle moins d’eux, mais ils s’entrainement parfaitement quotidiennement, ils se montrent disponibles et ils me seront d’une précieuse aide d’ici à la fin de la saison. Vidal est entré de nombreuses fois en cours de match. Sur le 3-0, il y a laissé sa cheville, j’espère qu’il sera déjà de retour face à Bologne et que son arrêt soit le plus court possible." Etes-vous fatigué que l’on parle toujours de tout, mais jamais des objectifs atteints ? "Ma plus grande satisfaction est d’avoir décroché une nouvelle finale. Notre classe arbitrale est parmi les meilleurs d’Europe et nous sommes chanceux de l’avoir. Les arbitres peuvent aussi se tromper comme nous les entraîneurs, comme les joueurs, dans une période du championnat tu as toujours des épisodes favorables et défavorable qui s’équilibrent." Quels sont vos attentes ? "Inter-Roma est pour nous une finale, c’est une partie importantissime. La Roma est une équipe de grande valeur qui n’a plus perdu depuis le 9 janvier face à la Juve, soit depuis trois mois et demi. Nous devons nous préparer au mieux à cette grande rencontre." Est-ce possible de faire coexister Gosens et Perisic ensemble ? Ivan peut-il aussi jouer comme Mezzala? "Ce sont deux joueurs de très grand talent et qui s’entendent très bien ensemble. Je les ai déjà alignés ensemble face à Vérone, en alignant Perisic plus haut, comme attaquant, lors des 20 dernières minutes. Je pourrais aussi aligner Perisic à droite, mais j’ai déjà Dumfries et Darmian qui réalisent un très grand championnat. Je suis content de pouvoir compter sur eux à gauche, c’est une chance de les avoir tous les deux, ici ensemble, et en bonne conditions." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  4. L'Inter prévoit une révolution au milieu de terrain cet été L'Inter prévoit de révolutionner son milieu de terrain cet été avec des joueurs comme Leandro Paredes et Davide Frattesi, selon un rapport des médias italiens. Comme le rapporte La Gazzetta dello Sport, l'Inter sait qu'il doit remplacer le duo de milieux de terrain sortant, Arturo Vidal et Matias Vecino. Ils pourraient également avoir besoin de remplacer Roberto Gagliardini, qui pourrait vouloir partir pour jouer plus régulièrment. Dans le cas où le trio titulaire actuel, Hakan Calhanoglu, Marcelo Brozovic et Nicolo Barella, resterait au club, l'Inter souhaite que Leandro Paredes (Paris Saint Germain) et Davide Frattesi (Sassuolo) viennent les épauler. Stefano Sensi reviendra de son prêt à la Sampdoria mais pourrait alors être vendu afin d'obtenir des fonds et d'économiser sur les salaires. Son remplaçant pourrait être Lucien Agoume, prêté au Stade de Brest, ou un jeune de l'équipe Primavera. ®Oxyred - Internazionale.fr Via SempreInter
  5. Fcinternews.it a décidé de se pencher sur la thématique de ces derniers jours : L’Inter serait privilégiée ou protégée par le corps arbitral selon une certaine presse Pourquoi maintenant ? "Après la rencontre au Torino, la perception générale était que l’équipe Nerazzurra était favorisée par les arbitres et s’en sortait chanceuse. Mais en réalité à la Viale Della Liberazione, cela fait plusieurs mois que la politique interne du club est de ne pas polémiquer sur cette thématique en général, estimant que ce mode de fonctionnement (du moins jusqu'à présent) est le plus conforme à leur statut de Champion d'Italie. Mais ne jamais se plaindre ne doit pas être confondu avec une attitude de résignation pour les situations dans lesquelles nous avons subi des dommages." Les Nerazzurri pensent, à juste titre, qu'au cours du championnat, il y a eu plus d'un fait de jeu contre l'Inter. Et même s'il n'y a pas eu d’écho important à la télévision ou dans la presse quotidienne, les torts présumés ne peuvent plus être effacés. Du penalty non accordé pour le contact Hongla-Lautaro à Vérone-Inter le 27 août par Gianluca Rocchi au penalty à accorder suite au contact Andrea Ranocchia-Andrea Belotti, tous ont connu un écho différents Tout le monde a oublié une faute évidente sur Denzel Dumfries lors du match Inter-Bologne, tout comme celle de Aleksandar Radovanović sur Roberto Gagliardini contre Salernitana à la dernière minute, alors que le score était déjà de 6-1 et 5-0 respectivement. Mais cela ne signifie pas que la sanction maximale n'aurait pas dû être sifflée . Il y a également le "choc" Alexis Sanchez-Olivier Giroud lors du Derby, ou la collision de Domenico Berardi avec Hakan Çalhanoğlu sur l’action menant au premier but de Sassuolo. Il y a aussi eu ce penalty un peu léger sur Alessandro Bastoni dans Lazio-Inter, ou le contact entre Dumfries et Alex Sandro qui a permis à Paulo Dybala de botter le penalty qui a permis à la Juventus d’égaliser dans les dernières secondes. Ce dernier fait de jeu est clairement plus clair que d'autres, tandis que d’autres situations pourraient être discutées à l'infini, avec le danger que les jugements des tifosi soit, même inconsciemment, orientés vers les couleurs de leur équipe de cœur. Jusqu'à présent, il faut également souligner qu’à la Casa Inter, aussi bien au niveau officiel que dans les interview publique, qu’il n’y a jamais eu de tentative de déplacer l'attention sur un tel ou un tel fait de jeu pour justifier une contreper-formance ou un résultat en deçà des attentes. Il est tout aussi juste de souligner que l'Inter n'est pas aussi avantagée qu'il n'y parait et qu’elle sait parfaitement que le rapport entre les prises de positions favorable/défavorable penche bien plus vers le second cité. Cela ne veut pas dire que demain, certains font s’épancher sur les réseaux sociaux ou changer de comportement, car cela peut toujours arriver. Mais il est bon de rappeler que tout ses faits racontent finalement, une histoire bien différente que celle décrite ces derniers temps... ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  6. Le Corriere Dello Sport l’avait anticipé: “Mercredi, le joueur s’est soumis à de nouveaux examens médicaux qui ont mis en évidence la présente d’un léger œdème, ce qui pousse tout le monde, à la Pinetina, a faire preuve de la plus grande prudence." 3-5-2 suggéré par Sky Sport "Hier, la situation s’était améliorée à tel point que le joueur a tenté de courir sur le terrain à un rythme soutenu, mais il est facile de songer qu’il ne pourra pas être présent dès les premiers instants du match. Si aujourd’hui il n’y a pas de miracle, Brozovic restera un spectateur et Simone Inzaghi devra choisir qui pourra le remplacer." "Vu que le trio de l'entre-jeu sera complété par Arturo Vidal, l'entraîneur se demande s'il serait bon d’aligner le Chilien comme pivot devant la défense ou d’utiliser Hakan Çalhanoğlu à ce poste, le Turc ayant évolué à ce poste durant quelques minutes face au Torino. Roberto Gagliardini et Matias Vecino partiront du banc." "Vidal qui est à la base de l’action qui a amené sur le but égalisateur d’Alexis Sanchez aurait donc la possibilité de se racheter suite à ses déclarations qui n’ont été ni appréciée par Simone Inzaghi, ni par la Direction. L'entraîneur et la direction lui ont demandé des comptes et il a fait l’objet d’une modeste amende vu ce qu’il touche : soit plus de 8 millions d’euros net. Dans un peu plus de deux mois, il fera ses valises en direction de Flamengo." Le Onze de base de Fabrizio Biasin "Mon Inter de combat dans le cas où Brozovic ne serait pas là. Par chance, je n'ai pas la licence d'entraîneur" Selon vous, l’Inter pourra-t’elle enfin l’emporter sans son architecte ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  7. MILAN - L'Inter se prépare à affronter le Genoa pour sa 110ème rencontre de Serie A. Avant ce match de la 27ème journée de championnat, nous vous présentons cinq faits sur les rencontres précédentes. Le coup de maître de Stankovic Il y a un match contre le Genoa dont les tifosi Nerazzurri se souviennent avec émotion, tant pour le score (0-5) que pour l'incroyable but inscrit par Dejan Stankovic. C'était en novembre de la saison du triplé, lorsque Deki a libéré toute sa puissance de feu depuis la ligne médiane, reprenant de volée un dégagement de Marco Amelia et l'envoyant directement au fond des filets. À bien des égards, cette volée est le précurseur de celle, similaire et sans doute encore plus célèbre, qu'il a inscrite contre Schalke 04 de Manuel Neuer. D'Ambrosio le dernier buteur au Ferraris La dernière fois que l'Inter a rendu visite au Genoa, des buts de Romelu Lukaku et de Danilo D'Ambrosio ont permis à l'équipe d'Antonio Conte de prendre trois points. Le défenseur a marqué deux buts contre le Genoa pour l'Inter - tous deux de la tête. L'autre était un but en fin de match lors de la victoire 1-0 au Meazza le 24 septembre 2017. Le premier de Nagatomo pour l'Inter C'est au Genoa que Yuto Nagatomo a fait ses débuts avec les Nerazzurri lors d'une victoire 5-2 à San Siro en mars 2011. Le latéral japonais, très apprécié, a récidivé la saison suivante au Ferraris, le 13 décembre. Nagatomo a également trouvé le chemin des filets contre les Rossoblu - un autre coup de tête - lors de la première journée de la saison 2013/14. Gagliardini contre le Genoa : débuts et doublés Roberto Gagliardini est le joueur actuel de l'Inter qui a le plus de buts en Serie A (cinq) contre le Genoa à son actif. Le milieu de terrain italien a inscrit ses deux doublés en première division contre l'équipe de Ligurie, en novembre 2018 et avril 2019, et il a également fait ses débuts en Serie A contre les mêmes adversaires en tant que joueur de l'Atalanta au Ferraris en mai 2016. Rencontres précédentes La plus grande victoire de l'Inter en déplacement au Genoa a été la déroute 5-0 du 17 octobre 2009. Esteban Cambiasso et Mario Balotelli ont ouvert le score avant que Dejan Stankovic n'inscrive une magnifique volée du pied droit depuis la ligne médiane pour donner trois buts d'avance aux visiteurs à la pause. Patrick Vieira et Maicon ont ajouté de l'éclat au score en seconde période au Ferraris. ®Oxyred – Internazionale.fr via Inter.it
  8. Comme de coutume, le Corriere Dello Sport ne fait pas dans le détail lorsqu’il s’agit de critiquer l’Inter, l’une de ses victimes préférées : Pour lui, "C’est une crise à tous les niveaux, vu que ce sont eux les Champions d’Italie et que plus rien ne fonctionne, de la défense à l’attaque." Analyse de l’article paru ce jour La défense "Lors des 6 journées qui ont suivi la reprise, l’Inter a déjà encaissé 7 buts, il n’y a que face à l’Atalanta que la cage de Samir Handanovic est restée inviolée. Cela peut très certainement s’expliquer par les erreurs individuelles du gardien slovène, dont la dernière remonte au but de Giacomo Raspadori, mais également par les erreurs de Stefan De Vrij face à la Lazio, la Juve, le Milan et le Napoli." Le Milieu de terrain "La vérité est que Marcelo Brozovic est le seul joueur vraiment fondamental de cette Inter, sans lui, les projecteurs sont complètement éteint. L’Inter est en difficulté en phase défensive et de construction, le milieu de terrain semble le rempart qui présente le moins d’alternatives valide : Stefano Sensi a été prêté à la Sampdoria et il semble qu’il aurait été mieux de le conserver en son sein, tandis que Matias Vecino est à l’infirmerie. Parmi les titulaires, il ne reste donc qu'Arturo Vidal pour qui il est compliqué d’aligner deux rencontres consécutives à haute intensité, Roberto Gagliardini est pénalisé par sa jambe." L’Attaque "Lautaro Martinez est clairement l’emblème d’une attaque qui ne parvient plus à faire mal à l’adversaire : Pour l’argentin, nous en sommes déjà à la 7ème rencontres à sec, pour un seul but (sur penalty) inscrit lors des 11 dernières sorties interiste." "Toutefois, c’est l’Inter dans son intégralité qui n’a pas été à la hauteur lors de ses deux derniers matchs. Car si le Toro est la partie émergée de l'iceberg, même Edin Dzeko ne pourra plus jouer les bombardiers comme il le faisait en début de saison. Le problème pour Simone Inzaghi est qu’il ne dispose pas de réelles alternatives. La contribution dans la zone de but d’Alexis Sanchez, héros de la Super Coupe, reste limitée. Joaquin Correa n'est plus actif depuis pas mal de temps et le nouveau venu Felipe Caicedo est manifestement toujours incapable de jouer même les dernières minutes d'un match." Le Corriere a-t’ il tort ou raison dans son analyse critique de l’Inter ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  9. La Gazzetta Dello Sport l’a baptisé : La "bataille de Printemps". Et elle ne fait pas référence au Scudetto, mais à la rivalité entre l'Inter et la Juventus qui va croiser la route de Franck Kessié. En effet, l’international ivorien, qui qui n'a pas encore renouvelé son contrat avec le Milan AC, s'est retrouvé dans le viseur des deux rivaux historique. Pour la Rosea, "la prolongation du contrat est désormais impossible, c’est pour cette raison que Giuseppe Marotta s’est d’ailleurs renseigné, mais le club Nerazzurro n’est pas le seul : On retrouve aussi les Bianconeri et le Tottenham de Conte a également sondé les agents du joueur." "Le nom du joueur est écrit en lettres claires dans le carnet de Marotta et celui d'Arrivabene aussi. Il est depuis longtemps dans les petits papiers de l'Inter, qui était tout près de l'échanger contre Vecino il y a deux ans. Avec le départ de l’Uruguayen à la fin de l’année, Kessié pourrait virtuellement prendre sa place tout comme celle de Vidal." "Si jusqu'à présent il n'y a pas eu de oui à l'offre présentée de six millions et demi par le Milan, le joueur pourrait vouloir changer d'air et exiger plus en termes de salaire. L’Inter y a pensé, et dans le sillage de Çalhanoğlu, elle sait que la demande est forte. Le club Nerazzurro, pour cette raison, s'est renseigné mais n'a pas fait d'offre actuellement. De plus, il semble que le Turc ait également donné à son ancien équipier quelques conseils sur la vie de l’autre côté de Milan." "La Juve, en prenant Vlahovic, a envoyé un signal à la Serie A et en peu de temps d'autres opérations ont été débloquées sur le Mercato. Les Bianconeri devront prendre un milieu de terrain pour la saison prochaine et le profil de Kessié n'est pas à exclure. Allegri l'aime bien et le club a décidé de ne pas dépasser 7 millions d'euros pour son salaire. La Juve est donc en mesure de surmonter l'offre de 6,5 millions faite par les Rossoneri avec ce montant. Dybala gagnant 7,3 millions à la Juventus, son départ (lui qui reste dans le viseur des Nerazzurri) pourrait faire de la place à l'Ivoirien." "Mais aujourd'hui, la nouvelle est différente : "L'Inter s'est assise à la table pour Kessie. Les Nerazzurri ont ouvert le menu et choisissent : l'appétit est là, l'espace pour un gros coup aussi. Car après tout, il reste 50 jours avant le début printemps, ce qui n'est pas beaucoup même pour Kessie." 3en1 "L'Inter s'est renseigné, comme il est logique qu'un club le fasse pour des joueurs en fin de contrat. Elle sait que les exigences sont élevées, au point qu'aucune offre n'a été formulée pour le moment. Mais l'agent de Kessié sait que l'Inter ne doit pas être exclu de la course. Après tout, il y en a un qui a déjà fait le voyage de Milanello à Appiano l'été dernier : Hakan Çalhanoğlu. Et celui-ci pourrait donner quelques conseils en la matière à son ancien coéquipier, dont il est un grand ami. Et qui sait, peut-être l'a-t-il déjà fait, comme certaines personnes bien informées sont prêtes à le jurer." "Aujourd'hui, derrière le milieu de terrain titulaire formé par Barella, Brozovic et Çalhanoğlu, il y a Vidal, Sensi (qui va à la Samp), Gagliardini et Vecino. Kessie serait capable de remplacer les trois derniers cités dans leurs rôles, il peut jouer en tant que meneur de jeu et récupérateur de ballon, il peut jouer dans la percussion et il occupe aussi le poste de Trequartista en équipe nationale : Ce serait une sorte de joker que Simone Inzaghi pourrait vraiment apprécier." Le Saviez-Vous ? Il y a un point commun entre Bastoni et Kessié: Ils présentent les mêmes statistiques en termes de pourcentage de passes réussies, progressions dans le dernier tiers du terrain de l’adversaire, dans les tacles, les interceptions, les ballons récupérés. En fait, Bastoni défend mais joue aussi au milieu ou comme attaquant. Kessie, à l'Inter, pourrait faire ce qu'Alessandro fait sur la gauche. Enrôler un second Rossonero en l’espace de deux ans…ou Lorsque Giuseppe Marotta se lance dans un recrutement made in FIFA 2022 ! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  10. Après avoir remporté sa sixième Supercoppa Italia, Simone Inzaghi et Steven Zhang se sont exprimés. MILAN – Simone Inzaghi a recommencé après avoir battu la Juventus pour la troisième fois en trois tentatives en Super Coupe. Le but d'Alexis Sanchez à la 120e minute a certainement rendu cette Supercoppa encore plus douce que ses deux précédentes à la Lazio. Inzaghi a laissé son cœur et sa voix sur le terrain pendant qu'il voyait que son équipe dominait à nouveau les débats. La victoire est finalement arrivée et méritée. "Nous étions contre une très bonne Juve. Ils ne nous ont pas rendu la tâche particulièrement difficile. J'ai vu les statistiques et je pense que nous méritions la victoire. Nous étions face à une équipe de premier plan. Ils étaient toujours dans le concours. Ils nous laissent passer le ballon mais ce n'est toujours pas facile de les battre. J'ai un bon bilan contre la Juve en Supercoppa et nous avons maintenant remporté notre premier trophée de la saison devant nos fans, donc je suis ravi. Nous devons continuer. Nous voulions ce trophée car l'Inter n'avait plus remporté la Supercoupe depuis 2010 et c'est trop long. Quant à ce que Steven Zhang nous a dit dans le vestiaire, il nous a félicités et il était content. Les joueurs ont répondu en disant qu'ils aimeraient une prime et je pense que le président leur fera plaisir." "Quant à Sanchez disant qu'il voulait jouer plus, c'est aussi vrai que tout le monde voulait jouer. Roberto Gagliardini était l'un des meilleurs sur le terrain contre la Lazio et il n'est pas entré en jeu aujourd'hui. Je dois prendre des décisions à chaque match. J'ai de merveilleux attaquants et je dois faire des choix à chaque match. Arturo Vidal et Federico Dimarco sont très bien entrés et ont fait la différence." Steven Zhang a tenu à parler après le match sur Inter TV. "C'est un moment vraiment spécial pour nous, nous sommes ravis. L'équipe a très bien joué, nous sommes aussi en tête du championnat, et ce trophée est le fruit du travail de l'entraîneur et des joueurs. Je suis vraiment heureux du résultat. Ce trophée remporté dans une période difficile pour le football nous stimule. Tout cela est dû à tout le travail acharné que nous avons fourni au cours de ces six dernières années. Je voudrais dédier cette victoire à tous les fans de l'Inter à travers le monde et tous ceux qui travaillent pour le club. Ce sont eux qui ont fait avancer ce projet." Traduction alex_j via le site officiel.
  11. En effet, avec l’absence d’Hakan Calhanoğlu suspendu, Simone Inzaghi a décidé de confier Sergej Milinkovic-Savic à Roberto Gagliardini. Auteur d’une prestation XXL dans l’ombre, l’international serbe n’a tout simplement pas existé. Cette performance est d’autant plus belle que Roberto Gagliardini a atteint le palier des 150 rencontres disputées sous la vareuse Nerazzurra Voici son message sur Instagram "Fier de célébrer ma 150ème présence sous ce glorieux maillot avec une victoire importantissime." Arrivé en janvier 2017, il présente le bilan de: 129 matchs de Serie A 6 matchs de Coupe d'Italie 11 matchs de Ligue des Champions 4 matchs de Ligue Europa Il est également l'auteur de 16 buts, tous inscrit en Serie A. Champion d'Italie en titre, Gagliardini a déjà disputé 28 matchs pour 3 buts inscrits lors de la saison 2020/2021. Comment jugez-vous les performances du milieu de terrain italien ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  12. Simone Inzaghi s’est livré en conférence de presse, à Dazn et à Inter TV suite à la très importante victoire de l’Inter, à domicile, face à la Lazio de Maurizio Sarri Son interview à Inter TV "Je pense toujours que les phases défensives partent des attaquants. Nous avons remporté une partie importante, même si je suis déçu pour le but encaissé. Nous tenions à cette victoire, après avoir passé tant de jours sans avoir joué: Nous voulions commencer l'année avec une victoire. Ce n'était pas facile car la Lazio a de la qualité et ils ont proposé une bonne configuration sur le terrain : Nous avons mérité la victoire, face à une telle Lazio, ce n’était vraiment pas simple, je suis très très content de mes garçons." La Super Coupe ? "Nous avons deux jours et demi pour nous y préparer au mieux, et c’est notre objectif. La Supercoupe d'Italie nous attend mercredi. C'est une finale que nous voulons disputer de la meilleure des façons possible." En conférence de presse "C’était une partie importante, très compliquée, j’ai félicité les garçons car ce n’était pas simple face à une équipe costaude et qui était bien installé sur le terrain : Nous avons réalisé une excellente rencontre, c’était une victoire méritée." Bastoni ? "Je pense que c’est de l’Adn de champion, le premier mois, j’ai dû aussi lui trouver un remplaçant car il revenait de l’Euro. Aujourd’hui, il a marqué et réalisé une passe décisive, mais cela fait plus de deux ans et demi que je le vois de l’extérieur et, en match, il ne se trompe que très rarement." La Super Coupe ? "Je ne sais pas qui est le favori, c’est le premier trophée de la saison et nous affronterons une grande équipe, capable de tout, comme elle l’a prouvée aujourd’hui face à la Roma. Ce sera un match ouvert, le dernier où nous pourrons divertir nos tifosi et nous voulons leur offrir une victoire dans une rencontre importante." Buts défensifs "Cela veut dire que la participation est totale, le hors-jeu de Lautaro était dû à la pointe de son pied. Dans des rencontre de ce type, où nos attaquant ne sont pas en réussite pour marquer, c’est une ressource importante." Le retour du Diavolo "Il faudra revoir la même Inter que lors de la phase aller. Nous savons que le Milan, le Napoli et la Juve n’abdiqueront pas." Allez-vous demander un attaquant de poids comme alternative ? "Non, je suis très heureux de ceux que j’ai, j’ai des joueurs qui se complètent et parfois, je me dois de choisir quels sont les deux meilleurs pour le match." Son Interview à DAZN "C’est normal que nous voulions reprendre avec i,e victoire, ce n’était pas simple car nous faisons face à une équipe très bien en place sur le terrain et qui, physiquement, était toujours présente sur le terrain, c’était une victoire mérité, une reprise optimale. A présent, nous avons une finale à disputer de la meilleure des façon possible dans notre stade, nous devons nous y préparer de la meilleure des façons." "J’ai la chance d’entraîner des joueurs importants qui jouent bien, je suis très content d’eux et nous devons continuer de cette façon car le championnat ne s’arrête pas. Aujourd’hui, tous nos antagonistes ont gagné, nous ne pouvions pas être stoppé. Nous étions de retour face à une équipe qui aurai pu avoir plus le ballon, vu comment elle sait jouer. Mais mes garçons ont été bons et je les ai félicités." Qu’est-ce qui vous rends le plus fier ? "La participation de tous, voir Vidal et Gagliardini jouer de la sorte, alors qu’ils ne sont pas toujours titulaires dès l’entame du match, me remplit de fierté : Gagliardini a réalisé une très grande prestation ce soir." Lautaro ? "La suspension lui pendait au nez, mais il a réalisé un très grand match, tout comme Sanchez. Il fallait reprendre la compétition de la meilleure des façons possible et les garçons ont été très doué dans une rencontre qui était loin d’être simple." Que répondez-vous aux entraîneurs qui disent que, seul vous, pouvez perdre le Championnat ? "Qu’en date du 22 octobre, nous étions à 7 points du duo de tête et que je l’entendais beaucoup moins. A présent, le fait de le redire est le mérite des garçons. Après Lazio-Inter, je n’entendais plus personne dire que nous pouvions le perdre nous-même…." Sanchez ? "Lorsque je suis arrivé à l’Inter, je ne l’ai pas eu à disposition durant un mois et demi. Depuis son retour de blessure, il a cherché à me convaincre à chaque entrainement, il a toujours donné son maximum et c’est une personne positive : Il est d’une très grande ressource pour nous. Les joueurs savent que je dois toujours faire des choix, ils voudraient toujours être aligné, je le sais bien car j’étais un attaquant, mais lui, il est d’une si grande ressource." La Lazio ? "Vous savez tous ce qu’elle représente pour moi, c’était ma vie, j’y ai grandi, ce ne sera jamais une rencontre comme les autres, mais avec ce que l’Inter m’apporte, je tenais énormément à l’emporter ce soir. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  13. Plus de 100 buts en 2021, Çalhanoğlu: une machine à passes décisives, etc... Tous les chiffres clés et les faits derrière notre victoire 5-0 contre la Salernitana. Après le déplacement à Salerne, avec un match riche en buts et en beau jeu, l'Inter a ramené les 3 points à Milan. L'équipe de Simone Inzaghi a inscrit 5 buts, par Ivan Perisić, Denzel Dumfries, Alexis Sánchez, Lautaro Martínez et Roberto Gagliardini, menant l'Inter à sa 6ème victoire consécutive en Série A, et à un total de 43 points. Plus de 100 buts en 2021 Avec les 5 buts passés à l'équipe de Stefano Colantuono, l'Inter a marqué plus de 100 buts lors de l'année civile (103) pour la première fois de leur histoire en Série A, battant ainsi le précédent record de 99 buts, en 1950. L'Inter est la 4ème équipe de l'histoire de la Série A à réaliser cette prouesse, avec l'AC Milan (105 en 1949 et 120 en 1950), le Torino (111 en 1947 et 114 en 1948), ainsi que la Juventus (100 en 1933). Les statistiques de Calhanoğlu Depuis début novembre, et le match contre l'AC Milan, Hakan Çalhanoğlu est impliqué sur plus de buts (10, 5 buts et 5 passes décisives) que quiconque dans les 5 grands championnats, et est l'un des deux milieu de terrain avec au moins 6 buts et 6 passes décisives cette saison, au côté de Dimitri Payet. Contre la Salernitana, il a offert sa 5ème passe décisive suite à un coup de pied arrêté en Série A cette saison. Personne ne fait mieux dans les 5 grands championnats en 2021/2022 (égalité avec Vincenzo Grifo). 533 apparitions pour Handanović, 200ème fois qu'Inzaghi gagne des points en Série A Contre la Salernitana, Samir Handanović a décroché son 5ème clean-sheet consécutif en championnat. Et avec 533 matchs joués, il passe à la 10ème place des joueurs avec le plus d'apparitions en Série A, dépassant ainsi Enrico Albertosi (532). En revanche, Simone Inzaghi a récolté des points pour la 200ème fois en tant que coach : l'entraîneur des Nerazzurri cumule 150 victoires et 50 matchs nuls (pour 75 défaites) entre la Lazio et l'Inter. Les buts : Qui, Comment et Quand L'Inter a sécurisé son titre d'équipe avec le plus de buts de la tête dans le top 5 européen en 2021/2022: 12. Les Nerazzurri ont remporté un match à l'extérieur en Série A avec 5 buts pour la première fois depuis mars 2018: 5-0 contre la Sampdoria. Lautaro Martínez a marqué le 4ème but des Nerazzurri, marquant ainsi son 5ème but en autant de match en Série A pour l'attaquant Argentin. Depuis son arrivée à l'Inter en 2019/2020, Alexis Sánchez est impliqué dans 24 buts en 25 matchs titulaire en Série A (11 buts et 13 passes décisives). Il a marqué son 3ème but de la saison, son deuxième consécutif, lors de son 400ème match titulaire dans le top 5 européen. Ivan Perisić a été le premier joueur des Nerazzurri à marquer à l'extérieur contre Salernitana. Pour l'ailier Croate, c'était son 4ème but de la saison, tous inscrits en Série A, égalant son total de la saison dernière, mais en moitié moins de match (16 en 2021/2022 contre 32 en 2020/2021). Denzel Dumfries a marqué son 2ème buts en Série A, tous deux à l'extérieur et en première période (le premier contre la Roma). ®Internazionale.fr ~ Aurios-Inter Via Inter
  14. Si vous l’auriez dit, il y a encore quatre semaines à Simone Inzaghi, probablement qu’il ne l’aurait jamais cru. Pourtant grâce à la défaite subie à la Lazio, dans un contexte connu de tous, son Inter s’est remise immédiatement sur le droit chemin, alignant actuellement 6 victoires consécutives et reprenant 11 points au Milan Ac et au Napoli pour déjà prendre 4 points d’avance et pour s’offrir le titre de Championne d’Hiver : Dans le duel de ses deux ex, l’Inter aura assisté à la victoire du Napoli de Luciano Spalletti, sur le terrain du Milan Ac de Stefano Pioli. Cette Inter Championne d’Italie s’amuse sur le terrain tout en aimant proposer du beau jeu, Comme l’a souligné Danilo D’Ambrosio: "Elle propose un jeu offensif, mais organisé". Tous, dans le développement d’une action se retrouvent concerné. Ce n’est d’ailleurs pas une surprise que le marquoir reprend cinq nom de buteurs différent : "Peu importe qui marque, l’important est de gagner" voici ce qui résumé l’équipe de Simone Inzaghi qui ne peut être heureux d’une telle performance: Inspiré, il fera rentrer dans ce match Lautaro Martínez et Roberto Gagliardini, tous deux buteurs. Ivan Perisić ouvrira d’ailleurs le score sur le premier corner de la rencontre via un coup de pied arrêté par Hakan Çalhanoğlu. L’International croate continue à se montrer indiscutable : Il court, il presse, il attaque, il défend, propose le tempo de certaines actions dévastatrices. Ses combinaisons du soir, avec l’international turc auront fait très mal à l’adversaire. Hakan Çalhanoğlu recruté pour remplacer Christian Eriksen répond également présent en ce début de saison, sa passe décisive pour Perisić est la huitième de la saison pour la manche aller du championnat. Il est actuellement à -1 du record historique signé Antonio Candreva qui était parvenu à délivrer 9 caviar. Si Alexis Sánchez retrouve également des couleurs avec un nouveau but inscrit tout en facilité et en confiance, la belle surprise de la soirée est le nouveau but inscrit, sur un caviar d’Edin Džeko, de Denzel Dumfries : L’international hollandais se montre toujours plus mature et en croissance, en augmentant, match après match son niveau. Lautaro Martínez et Roberto Gagliardini auront inscrit également le 4ème et 5ème but des Nerazzurri. Pour l’argentin, celui-ci est parvenu à égaler son ancêtre, Mauro Icardi, auteur d’au moins un but lors de 5 matchs consécutifs, une performance réussi en 2018. Pluie de record Avec le but de Denzel, l’Inter a battu son propre record historique de buts inscrits sur une année civile datant de 1950: Le palier des 99 buts a été franchi. Mieux encore, Si Denzel a inscrit le 100ème but, ceux d’Alexis Sánchez, Lautaro Martínez et Roberto Gagliardini ont permis à l’Inter d’écrire l’une de ses plus belle page d’histoire avec, encore un match à disputer : Les 103 buts de l’Inter de Simone Inzaghi seront à jamais inscrit dans le marbre devant les 101 buts inscrit lors de la saison 2018 de la Juventus de Massimiliano Allegri Grâce à cette nouvelle victoire, Simone Inzaghi présente également un très beau bilan en carrière en s’offrant avec la manière son 200ème résultat utile : 150 victoires et 50 matchs nuls entre la Lazio et l’Inter: Pour la sixième fois consécutive, une équipe d’Inzaghi l’emporte dans un stade où elle ne l’avait jamais emporté auparavant en Serie A, et elle y est parvenu sans encaisser le moindre but. L’Inter pourrait également écrire une nouvelle ligne d’histoire : Lors de cette première partie du championnat, la Beneamata a déjà inscrit 12 buts de la tête et, si elle parvient à en inscrire un nouveau ce mercredi face au Torino, elle égalerait le record établi en 2005/2006 par la Fiorentina qui est de 13 têtes victorieuses. Le seul point noir de cette soirée a été la prise à partie de Tifosi de l’Inter qui, selon la Gazzetta Dello Sport ont vu des pseudos supporters de la Salernitana les agresser : "Avant le match un groupe de jeunes a pris pour cible un bus de supporters des Nerazzurri qui se dirigeait vers le secteur visiteur ; des fumigènes ont également été allumés et ont fait exploser des pétards alors que la police s'efforçait de chasser les fauteurs de troubles. Un homme de Salerne a été arrêté, d'autres pourraient être identifiés dans les prochaines heures." Dans une moindre mesure, Nicolò Barella, averti pour la cinquième fois, ratera le dernier match de l’année face au Torino : Un repos qui lui sera bien plus que bénéfique. Tableau Récapitulatif Résumé Vidéo Salernitana 0-5 Inter Buteur(s) : 11’Perisić, 33’ Dumfries, 52’ Sánchez, 77’ Lautaro Martínez, 87’ Gagliardini Salernitana : 1 Fiorillo; 33 Delli Carri, 31 Gagliolo, 23 Gyomber (80’ 21 Zortea), 26 Bogdan, 19 Ranieri (71’ 4 Jaroszynski); 18 Coulibaly, 20 Kastanos (61’ 8 Schiavone), 22 Obi; 7 Ribery (71’ 15 Gondo); 25 Simy (61’ 11 Djuric) Banc : 72 Belec, 96 Guerrieri, 14 Di Tacchio, 24 Kechrida T1 : Stefano Colantuono Inter : 1 Handanović; 33 D'Ambrosio, 6 De Vrij, 95 Bastoni (56’ 32 Dimarco); 2 Dumfries, 23 Barella (56’ 22 Vidal), 77 Brozović (71’ 5 Gagliardini), 20 Çalhanoğlu, 14 Perisić (78’ 11 Kolarov); 9 Džeko, 7 Sánchez (56’ 10 Lautaro Martínez) Banc : 97 Radu, 8 Vecino, 12 Sensi, 13 Ranocchia, 37 Škriniar, 46 Zanotti, 48 Satriano T1 : Simone Inzaghi Arbitre : Mariani VAR : Giacomelli Averti(s): Barella (I), Gyomber (S) Expulsé(s) : / ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  15. L'Inter se déplaçait à Madrid pour tenter d'accrocher la première place du groupe D. L'occasion était belle, le cadre presque idyllique. L'Inter était sur une exellente dynamique, avec une série de 10 matchs sans défaite pour les hommes de Simone Inzaghi. En face, le Real Madrid était également dans une forme olympique, avec pas moins de 8 victoires consécutives. Mais bien malheureusement pour les supporters Nerazzuri, la marche était trop haute pour l'Inter. Dès le début du match, le jeu de possession de l'Inter se met en place. Le ballon circule bien, et le Real défend plutôt bas. Le plan de jeu Merengue est essentiellement basé sur leur diamant Vinícius Jr. Le Brésilien empile les buts et les passes décisives lors de ce début de saison, son génie et sa vitesse étant ses armes principales. Il tente une première percée à la septième minute, déposant Danio D'Ambrosio mais étant repris de justesse par un superbe tacle glissé de Nicolò Barella. Sur l'action suivante, Marcelo Brozović reprend un ballon fort de volée. Sa frapppe passe légèrement au-dessus de la transversale de Thibault Courtois. L'Inter entre dans un temps fort; Barella est acroché par le maillot dans la surface, mais pas suffisamment pour M.Brych, l'arbitre de la rencontre. À la douzième minute, sur un bon centre de Denzel Dumfries, Ivan Perisić fouette bien le ballon à ras de terre. Sa frappe part très bien, mais elle est contrée par Eder Militão. Le Néerlandais réalise un bon début de match, son jeu de remise étant très bénéfique à Barella et D'Ambrosio, ses acolytes de l'aile droite. Le Real est dans un état passif, et à la récupération, l'absence de Karim Benzema se fait ressentir dans la circulation de balle. Mais les Madrilènes n'en ont que faire. Sur une passe de Rodrygo, Toni Kroos, alors seul à 20 mètres du but, envoie une frappe instantanée et puissante dans le petit filet de Samir Handanović. Reprise imparable pour un très grand nombre de gardien, n'en déplaise à certains. Mais l'Inter réagit de suite, par l'intermédiaire de Lautaro Martínez, l'Argentin voit son centre contré et sa frappe passer au-dessus des buts de Courtois. Ensuite, c'est Edin Džeko, peu en vue lors de ce début de match, qui teste le Belge, de la tête, sur un centre de Perisić. Arrêt facile pour le portier du Real Madrid. Globalement, c'est un match plutôt équilibré, avec des situations de part et d'autre. Mais il y a quand même une équipe plus menaçante que l'autre dans la zone de vérité. Sur une nouvelle contre attaque, le Real Madrid se projette à 4, alors que les Nerazzuri ne sont que 3. Brozović sauve les meubles et gagne ce quatre contre trois. Sur un corner, Perisic trouve ensuite l'extérieur du poteau. L'Inter conserve la maîtrise du ballon, mais s'expose aux contre attaque rapides du Real, qui passe souvent par un côté gauche déserté par D'Ambrosio. Vinícius se retrouve souvent en position de force pour déclencher les mouvements dangereux. Sur une énième transition rapide, le Brésilien trouve Luka Jović dans l'espace. Le Serbe, alors en un contre un exentré face à Handanović, trouve le petit filet du Slovène. Brozović, encore une fois stellaire, éteint les situations et le peu de pressing Madrilène. Il organise le jeu à merveille, dicte le tempo de la rencontre. Mais le Croate ne peut pas tout faire. Les errements défensifs des hommes de Simone Inzaghi sont lourds de conséquences. Avant la pause, Rodrygo est trouvé seul en plein milieu de la surface, une anomalie pour la meilleure défense d'Italie. Heureusement pour l'Inter, il trouve le poteau gauche d'Handanović, ainsi que son petit filet sur l'action suivante. Felix Brych, pas tout à fait au niveau ce soir, avec un carton jaune donné à D'Ambrosio sur une faute inexistante sur Vinicius; ainsi qu'un coup franc très dangeureux aux abords de la surface donné à Kroos, sifffle la mi-temps sur ce score de 1-0 pour le Real Madrid. Les deux équipes reviennent sur la pelouse, avec un changemet pour les Nerazzuri : la sortie de Denzel Dumfries, pourtant auteur d'une bonne première période, pour Federico Dimarco. Ce dernier prend la place de Bastoni dans l'axe gauche de la défense, Bastoni passe au centre, Škriniar axe droit et D'Ambrosio piston droit. Des choix pour le moins contestables. Les deux formations maintiennent leurs idées en place. L'Inter a la possession, et le Real contre attaque avec Vinícius et Rodrygo, lancés par Kroos ou Modrić, encores fantastiques ce soir. Une balle d'égalisation est manquée par Barella, trouvé par Hakan Çalhanoglu. La frappe du Sarde passe nettemment au-dessus. Après cela, l'Inter va marquer un coup d'arrêt. Son emprise sur le ballon diminue, les occasions Merengue défilent, avec des frappes de Casemiro et de Vinícius. Arrive l'heure de jeu et le triple changement extrêmement significatif de Simone Inzaghi. Les sorties de Brozović, Çalhanoglu et Džeko pour Vidal, Vecino et Sánchez trahissent les ambitions du coach Italien. Avec la sortie de son métronome et de son point de fixation, l'Inter se retrouve drastiquement diminuée. Il devient alors très difficile de conserver le ballon, face à un milieu du Real techniquement époustouflant. Mais le vrai tournant du match arrive à la soixante-quatrième minute. Sur un long ballon, Nicolò Barella et Eder MIlitão sont à la lutte. Le ballon sort en faveur du Real, mais Barella est violemment projetté par Militão sur les panneaux publicitaires. Le milieu Italien, connu pour avoir fort caractère, craque complètemment et assène un coup de poing à la jambe gauche de Militão. Les esprits s'échauffent. Et ce qui devait arriver arriva. M. Brych sort le carton rouge pour Barella. De son côté, Militão s'en sort (très) bien, avec un simple jaune. Ce rouge est synonyme de suspension pour les huitièmes de finale pour Nicolò Barella, un énorme coup dur pour les champions d'Italie. Barella maintenant exclu, les trois milieux de terrains titulaires se retrouvent hors du rectangle vert. Simone Inzaghi souhaite maintenir son milieu à trois et sort Lautaro Martínez pour Roberto Gagliardini. Le niveau technique du milieu de terrain devient un vrai problème. Mais les entrants s'en sortent plutôt bien et parviennent à ressortir les ballons. Problème, Alexis Sánchez est tout seul devant. Le Chilien n'est pas avare d'efforts, court pour deux hommes. Mais il n'y a pas assez de présence offensive du côté de l'Inter pour espérer quelque chose. Surtout après la balle finale signée Marco Asensio. Sur un corner joué à deux, Asensio est trouvé anormalement seul aux abords de la surface de réparation Interiste. Dimarco ne sort pas sur l'Espagnol. Son pied gauche de velours fait le reste : frappe sublimement enveloppée dans la lucarne droite d'Handanović. Poteau rentrant, 2-0, et les minces espoirs de revenir pour les Nerazzuri sont réduits en poussières. L'Inter ne possède tout simplement plus les ressources pour réagir, et elle s'éteint peu à peu. La fin de match est plutôt anecdotique. Le Real fait tourner le ballon et gère tranquillement, à l'expérience, cette fin de rencontre. Seule une tête puissante de Milan Škriniar sur corner à la quatre-vingt-cinquième minute, directement sur Courtois, donne un dernier petit frisson aux supporters Nerazzuri. M. Brych siffle la fin de ce match, sans temps additionnel. L'Inter ne terminera pas à la première place de ce groupe D, et elle devra avoir à faire à un des huit géants européens ayant terminé premier de son groupe, en huitième de finale. Malgré la, voire les classes d'écart entre les deux équipes, l'Inter a quand même proposé des choses et fait preuve de caractère, ce qui est plutôt encourageant. Mais elle devra passer ce cap, aussi bien sur le terrain que dans la tête, d'ici février si elle souhaite rêver plus grand. En attendant, rendez-vous dimanche, 20:45, à Giussepe Meazza pour la réception de Cagliari. Tableau récapitulatif Résumé Vidéo Real 2-0 Inter Buteur(s): 17' Kroos (R), 79' Asensio (R) Real (4-3-3): 1 Courtois; 2 Carvajal, 3 Militão, 4 Alaba, 23 Mendy; 10 Modrić, 14 Casemiro (71' 25 Camavinga), 8 Kroos (78' 15 Valverde); 21 Rodrygo (78' 11 Asensio), 16 Jovic (24 Mariano Diaz), 20 Vinicius Jr (81' 7 Hazard) Banc: 40 Fuidias, 12 Marcelo, 17 Vazquez, 22 Isco, 13 Lunin, 5 Vallejo, 6 Nacho Entraîneur: Carlo Ancelotti Inter (3-5-2): 1 Handanović; 33 D'Ambrosio, 37 Škriniar, 95 Bastoni; 2 Dumfries (45' 32 Dimarco), 23 Barella, 77 Brozović (60' 22 Vidal), 20 Çalhanoglu (60' 8 Vecino), 14 Perisić; 10 Martinez (66' 5 Gagliardini), 9 Džeko (60' 7 Sánchez) Banc: 21 Cordaz, 6 De Vrij, 11 Kolarov, 97 Radu, 12 Sensi, 46 Zanotti Entraîneur: Simone Inzaghi Arbitre: Félix Brych VAR: ? Averti(s): 54' D'Ambrosio (I), 64' Militão (R), 74' Bastoni (I) Exclu(s): 64' Barella (I) ®Internazionale.fr ~ Aurios-Inter
  16. Lors de son poadcast "Here We Go", Fabrizio Romano, journaliste et expert du Mercato s’est livré sur la situation entourant les croates de l’Inter: "La prolongation de Marcelo Brozovic est de plus en plus proche, il y a un grand optimisme. On ne parle plus de Bundesliga pour Ivan Perisic : il n’a aucun accord avec personne et il ne partira pas en Allemagne: Il attend l’Inter." "Marotta et l’Inter se prépare au Player-Trading et ils cherchent à vendre deux personnalités qu’il ne sont pas pavenus à céder l’été dernier : Je crois que Vidal s’en ira et Matias Vecino ne prolongera pas. Il faudra voir aussi si Stefano Sensi et Roberto Gagliardini demanderont à avoir la possiblité de pouvoir jouer en tant que titulaire ailleurs. L’Inter ne veut pas les vendre, elle s’en accommode même : Ils se donnent énormément à Inzaghi." Le Saviez-vous ? Pour Gianluca Di Marzio, "Nous nous dirigeons vers une prolongation pour Marcelo Brozovic" Questionné sur Brozovic, Kessie et Insigne voici sa réponse "Des trois, celui dont la prolongation est toute tracée, c’est Brozovic." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  17. Walter Sabatini, Marco Bucciantini et Paolo Condo louent la performance de Simone Inzaghi et rappellent les faits. En parlant à Radio Sportiva, Walter Sabatini a expliqué que le travail que Simone Inzaghi a fait à la Lazio et le travail qu'il fait à l'Inter n'est pas assez bien considéré par les spectateurs. "L'Inter tient le coup, toute une série d'événements nous a fait penser à autre chose. Simone Inzaghi est très sous-estimé, il suffisait de regarder la Lazio pour voir que son équipe pratiquait un football technique de haut niveau depuis des années. Il a une mentalité qui a conduit à l'Inter où ils ont également l'héritage du travail de Conte qui reste dans le moteur des joueurs." S'exprimant sur Sky Sport, Marco Bucciantini a expliqué que la décision de prendre Simone Inzaghi si rapidement était une très bonne décision car il est un technicien au même titre qu'Antonio Conte l'était. "Aujourd'hui, le choix d'Inzaghi brille. Au moment où l'appel est arrivé, il avait dîné avec Lotito. L'Inter était sans entraîneur mais ils ont un appel, ils pouvaient se permettre de réfléchir qui prendre. Au lieu de cela, la direction est allée directement à Inzaghi. Ils ont choisi de prendre un technicien dans la même veine que le précédent. De temps en temps, on se rend compte qu'il manque quelque chose, un petit Lukaku, un petit Conte, mais l'Inter brille en ce moment." En écrivant pour La Repubblica, Paolo Condo a expliqué qu'en septembre, alors que l'Inter venait de perdre 1-0 contre le Real Madrid au Meazza, il ne se serait jamais attendu à ce que les Nerazzurri soient dans la position où ils se trouvent actuellement. "Honnêtement, à la mi-septembre, après la défaite à domicile contre le Real Madrid, on n'aurait pas dit que c'était possible." "La vitesse du ballon joué par l'Inter est l'une des valeurs qui guident la Serie A. Toutes les équipes, y compris les moins riches en qualité, sont organisées de manière à rendre difficile le gain de quelques mètres sur le terrain pour ceux qui sont meilleurs qu'elles." "Gagliardini (13e buteur de la saison de l'Inter, un volume de feu à la fois large et puissant) est l'interprète matériel d'un jeu collectif conçu et joué à un rythme européen. Cette notation n'est pas accidentelle car l'Inter, après les retrouvailles avec Mourinho ce Samedi, se rendra à Madrid pour s'ouvrir la voie vers un printemps ambitieux." Moralité: les faits restent les faits. Traduction alex_j via sempreinter.
  18. L’Inter de Simone Inzaghi s’est montrée autoritaire en ne laissant aucune chance à l’adversaire du soir : La Spezia qui peut remercier son gardien Provedel, ce qui lui a permis d’éviter un score bien plus sévère qu’un "simple" 2-0. Avec une défense inédite, l’Inter prouve qu’elle ne perd rien en tonus musculaire, mieux même, l’équipe est parvenu à tenir 80’ à un très haut rendement. Et dès les premiers instants, l’équipe Championne d’Italie en titre se montre dangereuse, l’ouverture du score est à mettre à l’actif de Roberto Gagliardini qui, à la 36' et via une remise en un temps du talon de Lautaro Martinez, à l’entrée de la surface, ne laisse aucune chance au portier italien. Le Toro doublera également la mise à la 58’ sur penalty suite à une faute de main dans la surface de réparation. L’Inter continuera à pousser, mais ne parviendra pas à tripler la mise. Une prestation autoritaire qui envoie un signal fort aux adversaires du Championnat. Suite à sa contre-performance sur le terrain de Sassuolo, le Napoli est dans le viseur, en ayant plus que 2 points d’avance. La prochaine journée sera très intéressante avec un Roma-Inter et un Napoli-Atalanta qui s’annonce très prometteur. Le Nerazzurro peut marquer le coup ce week-end. Selon vous, la Lombardie va-t’elle reprendre le contrôle du Championnat ? Tableau Récapitulatif Résumé Vidéo Inter 2-0 Spezia Buteur(s): 36’ Gagliardini, 58’ Lautaro Martinez (P) Inter: 1 Handanovic; 33 D'Ambrosio, 37 Skriniar, 32 Dimarco; 2 Dumfries, 5 Gagliardini (88’ 22 Vidal) 77 Brozovic (88 8’ Vecino), 20 Calhanoglu (69’ 12 Sensi), 14 Perisic; 10 Lautaro Martinez (73’ 9 Dzeko), 19 Correa (73’ 7 Sanchez) Banc: 21 Cordaz, 97 Radu, 23 Barella, 43 Cortinovis, 46 Zanotti, 47 Carboni, 48 Satriano T1: Simone Inzaghi Spezia: 94 Provedel; 27 Amian (46’ 21 Ferrer), 28 Erlic, 15 Hristov, 14 Kiwior; 7 Sala (65’ 6 Bourabia), 8 Kovalenko (65’ 24 Maggiore), 13 Reca (46’ 20 Bastoni); 29 Salcedo (69’ 10 Verde), 9 Manaj, 11 Gyasi Banc : 1 Zoet, 40 Zovko, 18 Nzola, 19 Colley, 22 Antiste, 43 Nikolaou, 44 Strelec T1: Thiago Motta Arbitre: Ghersini VAR: Mazzoleni Averti(s): Manaj (S), Lautaro Martinez (I), Kiwior (S) Expulsé(s): / Affluence: 30.076 Tifosi ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  19. Lautaro Martinez, Denzel Dumfries et Roberto Gagliardini se sont exprimés sur DAZN et Inter TV après ce 2-0 contre Spezia. Lautaro Martinez marque et l'Inter gagne. C'est le même schéma pour les trois derniers matchs en Serie A avec un autre penalty transformé contre Spezia après celui qu'il a marqué contre Venezia ce week-end. Il a même complété la performance avec un beau talon arrière pour Roberto Gagliardini pour le premier du match. S'adressant à DAZN et Inter TV après le match, l'Argentin a déclaré: "Nous avons fait ce que nous devions faire, c'est-à-dire gagner le match devant nos fans, chez nous. Le terrain n'est pas dans un état idéal et ce n'était pas facile de jouer notre jeu. Espérons que cela s'améliorera parce que nous poursuivons de grands buts. Je pense que cette victoire est un signal pour le reste de la ligue. Plus tôt dans la saison, nous avons perdu un peu trop de points. Maintenant, nous avons rattrapé les deux premiers. Nous sommes en bonne forme pour le moment. Nous sommes heureux que les fans aiment nous regarder. Nous créons beaucoup d'occasions à chaque match. Nous nous débrouillons très bien. Personnellement, je me suis tellement amélioré tactiquement et physiquement au cours des dernières saisons. J'essaie de montrer ma valeur chaque jour et je donne toujours 100% pour l'Inter. Maintenant, nous devons nous reposer et nous préparer pour un match difficile à Rome. Nous devons y aller et nous assurer de repartir avec les trois points." Denzel Dumfries a obtenu le feu vert pour commencer arrière droit pour la première fois depuis l'affrontement contre l'Udinese en octobre. Le Néerlandais a parcouru de nombreux kilomètres après avoir réalisé une performance inlassable qui comprenait des récupérations de balle défensives clés. Dans l'ensemble, l'ailier était satisfait de sa contribution, comme il l'a déclaré à Inter TV après le match. "Le plus important était de gagner ce match. Je pense que nous avons marqué deux bons buts dont un bon penalty de Lautaro Martinez. Je pense que cela faisait longtemps que j'avais commencé et j'ai également joué les 90 minutes complètes, donc j'étais très heureux de rejouer aujourd'hui. C'était très bien de jouer devant les fans. Je me sens bien. Je pense qu'il y a eu des hauts et des bas les premiers mois. J'ai joué de bons matchs et d'autres qui n'étaient pas vraiment bons. Je suis honnête avec moi-même. Je sais que je peux mieux jouer, mais je suis aussi humain. J'essaie de m'améliorer et je me sens vraiment bien maintenant. Mes coéquipiers m'aident beaucoup, notamment Stefan de Vrij, mais aussi Ivan Perisic et Edin Dzeko. C'est très important pour moi de m'installer dans l'équipe car je ne parle pas encore italien. Les fans n'ont pas encore vu mes qualités, donc je vais en montrer de plus en plus." Quand Roberto Gagliardini marque, l'Inter gagne. C'est aussi simple que cela pour lui dont les 15 buts en Serie A pour l'Inter sont survenus lors de 13 matchs différents tous remportés par les Nerazzurri. Le milieu de terrain est le 13e buteur différent du club cette saison. Gagliardini a décrit son but et la victoire de l'équipe dans une interview avec Inter TV. "J'essaie toujours de marquer des buts chaque fois que des opportunités se présentent et je suis heureux de l'avoir fait ce soir. Le fait d'être le 13e buteur différent de l'équipe cette saison montre à quel point nous jouons régulièrement. Nous créons toujours autant d'occasions de but. Les victoires sont le fruit du travail acharné de chacun. Nous sommes une équipe solide. Nous sommes les champions d'Italie en titre, ce qui nous donne tellement confiance. Les joueurs qui sont arrivés se sont très bien installés. Le match contre la Roma est essentiel pour nous. Nous devrons y mettre toute notre énergie et être pleinement concentrés." Traduction alex_j via le site officiel.
  20. C'était avec une grande pression que l'Inter abordait cette rencontre. Il y avait une opportunité en or de revenir sur le duo de tête pour l'Inter, mais également une énorme occasion pour le Napoli de s'envoler en tête de la Série A. Et ce sont bien les Nerazzuri qui remportent ce duel au sommet. Retour sur un match riche en buts et en rebondissements. Le Napoli entame la rencontre avec un pressing haut sur les Nerazzuri. Les deux équipes montrent de grandes qualités dès le début de la rencontre. La première occasion est pour Lautaro Martinez, qui reprend de la tête un bon centre d'Ivan Perisić à la septième minute. Celle-ci passera légèrement au-dessus des filets d'Ospina. En ce début de rencontre, on sent l'Inter supérieure aux Napolitains dans la création, avec la frappe de Matteo Darmian, à la dix-septième minute, qui vient passer à côté du poteau gauche. Mais tous ces jugements sont balayés dès la minute suivante. Lorenzo Insigne s'échappe côté gauche, fixe la défense Interiste, puis décale Piotr Zielinski, alors seul. Le Polonais ne se fait pas prier et envoie une frappe en première intention quasiment dans la lucarne de Samir Handanović. Reprise puissante, 1-0 pour Naples. L'Inter n'attend pas pour réagir. À la vingt-troisième minute, Alessandro Bastoni se projette et centre pour Darmian, qui trouve en retrait Nicolò Barella. Le milieu Italien frappe de volée. Mais Kalidou Koulibaly stoppe irrégulièrement la tentative de Barella du bras. Penalty indiscutable. Cette fois ci, c'est Hakan Çalhanoglu qui s'en charge. L'ancien du Milan place remarquablement son penalty à ras du poteau. Contre pied et égalisation, 1-1. L'on entre dans un temps fort des Nerazzuri. Les défenseurs Napolitains ont un peu de mal à retrouver leur esprit. Mais à la trente-cinquième minute, Hirving Lozano foudroie Perisić pour ensuite centrer pour Victor Osimhen. Le Nigérian reprend de la tête mais manque le cadre. Dans les occasions, c'est un match plutôt équilibré, avec des situations de part et d'autre. Les joueurs de Spaletti jouent à la ba-balle devant leur surface et perdent le ballon au profit de Barella. Ce dernier arme sa reprise et sollicite Ospina qui réalise l'arrêt. Corner à suivre. L'on joue la quarante quatrième minute. Çalhanoglu botte son corner au premier poteau, Perisić reprend de la tête et vient piéger Ospina au premier poteau. La montre de monsieur Paolo Valeri a sonné : l'Inter prend l'avantage juste avant la mi-temps. 2-1. Aucun changement à la pause pour les deux équipes, on repart avec les mêmes vingt deux acteurs. Osimhen progresse dans la surface mais perd son duel à l'épaule avec Andrea Ranocchia, le remplaçant de Stefan De Vrij, blessé. L'attaquant Azzuro réclame le pénalty, mais ne l'obtient évidemment pas. Vient un moment décisif. Le Nigérian Victor Osimhen et le Slovaque Milan Škriniar se percutent violemment lors d'un duel aérien. Si Škriniar se relève rapidement, il n'en est pas de même pour Osimhen. Ce dernier est totalement sonné (multiples fractures) par ce choc et doit laisser sa place à Andrea Petagna à la cinquante-quatrième minute. Osimhen alors contraint de sortir, c'est Lozano qui prend les rênes de l'attaque du Napoli. Le Mexicain fait mal à Perisić sur son côté droit, le trimballant à gauche et à droite. Malgré cela, l'Inter reste très sereine à la relance, avec de très belles ressorties de balles. Sur l'une d'entre elles, Joaquín Correa prend le ballon de ses vingt-cinq mètres et remonte tout le terrain. Il sert Lautaro Martínez à l'entrée de la surface. La connexion Argentine fait mouche. Lautaro croise parfaitement sa frappe et trompe Ospina pour inscrire le but du break. 3-1 pour l'Inter. À la suite de ce but, le passeur Correa cède sa place à Edin Džeko, tandis que Çalhanoglu sort pour Arturo Vidal. Les Napolitains ont pris un coup sur la tête avec ce troisième but. De leur côté, les Nerazzuri gèrent impeccablement leur rencontre. Ils continuent d'attaquer malgré les deux buts d'avance. Ce troisième maillot semble porter bonheur. Soixante quinzième minute : côté Napoli, Insigne et Lozano sortent pour Dries Mertens et Eljif Elmas. Côté Inter, il y a la sortie de Lautaro pour Gagliardini et Barella pour Dimarco. Perisić passe alors en pointe avec Džeko. Alors que la rencontre bascule dans sa phase finale, Mertens relance le suspens d'une frappe absolument sublime, à la suite d'une stupide perte de balle de Džeko. Le Belge n'en demandait pas tant. Réduction de l'écart, 3-2. La fin de rencontre devient alors un calvaire pour tout supporter de l'Inter. Mertens loupe la balle du 3-3 à la quatre-vingt-quatrième minute. Le jeu de l'Inter se résume alors à la recherche de gain de temps. Perisić sort pour le jeune Martin Satriano. Les dernières minutes deviennent insoutenables, irrespirables. Džeko est averti pour gain de temps. Le quatrième arbitre annonce huit interminables minutes de temps additionnel. Sur un centre de Di Lorenzo, Mario Rui reprend le ballon d'une tête piquée. Handanović réalise alors un miracle pour sauver ce but. Le ballon vient flotter devant la ligne de but avant de sortir en corner, après avoir tapé la barre transversale. La pression est à son paroxysme. Et il reste plus de sept minutes à jouer. La fin de match ressemble à celle contre le Milan avant la trêve. Les sorties de Barella et Çalhanoglu déstabilisent le milieu de terrain Nerazzuro. Ce dernier n'arrive plus à garder le ballon. L'Inter prend alors irrémédiablement la pression. Quatre-vingt-dix-septième minute. Zambo Anguissa fait le ménage, récupère le ballon côté droit et centre à l'opposé pour Mertens. Celui qui avait redonné espoir au Napoli, et alors qu'il est seul au second poteau, manque la balle de match et envoie le ballon dans les travées d'un Giussepe Meazza à bout de souffle. Paolo Valeri siffle la fin de ce match bouillant. L'Inter fait tomber le Napoli, pour la première fois de la saison, 3-2 après avoir énormément souffert dans le dernier quart d'heure. Mais le devoir est accompli. L'inter sort une grosse performance en sortie de trêve internationale et se rapproche de la première place, après la défaite du Milan à Florence 4-3. Rendez-vous mercredi soir, 18:45, pour la réception décisive du Shakhtar Donetsk pour la qualification en huitième de finale de la ligue des champions. L'Inter se déplacera ensuite à Venise, samedi à 20:45, pour y défier Venezia. Tableau récapitulatif Résumé Vidéo Inter 3-2 Napoli Buteur(s): 17' Zielinski (N), 25' Çalhanoglu s.p (I), 44' Perisić (I), 61' Lautaro (I), 78' Mertens (N) Inter (3-5-2): 1 Handanović; 37 Škriniar, 13 Ranocchia, 95 Bastoni; 36 Darmian, 23 Barella (75' 32 Dimarco), 77 Brozović, 20 Çalhanoglu (62' 22 Vidal), 14 Perisić (88' 48 Satriano); 19 Correa (62' 9 Džeko), 10 Lautaro (75' 5 Gagliardini) Banc: 12 Sensi, 21 Cordaz, 8 Vecino, 2 Dumfries, 33 D'Ambrosio, 97 Radu, 11 Kolarov Entraîneur: Simone Inzaghi Napoli (4-2-3-1): 25 Ospina; 22 Di Lorenzo, 13 Rrahmani, 26 Koulibaly, 6 Rui; 99 Zambo Anguissa, 8 Ruiz; 11 Lozano (75' 7 Elmas), 20 Zielinski, 24 Insigne (75' 14 Mertens) , 9 Osimhen (55' 37 Petagna) Banc: 12 Marfella, 31 Ghoulam, 1 Meret, 2 Malcuit, 5 Jesus, 68 Lobotka Entraîneur: Luciano Spaletti Arbitre: Paolo Valeri VAR: ? Averti(s): 10' Osimhen (N), 24' Koulibaly (N), 35' Rrahmani (N), 41' Çalhanoglu (I), 72' Vidal (I), 84' Handanović (I), 90+2' Džeko (I) Expulsé(s): / Ps : veuillez bien m'excusez de l'absence d'image, le copier coller bug. ®Internazionale.fr ~ Aurios-Inter
  21. L'Inter Milan a concédé sa première défaite de la saison en championnat ce samedi contre la Lazio. Les hommes de Simone Inzaghi n'ont pas su poursuivre leur série d'invincibilité. Retour sur un match lâché en plein vol par les Nerazzuri. Cette rencontre démarre tambour battant, avec une Lazio agressive sans ballon, arrivant à bien conserver le ballon et a gêné l'Inter dans l'entre-jeu par des circuits de passes courtes et en une touche. Les Nerazzuri laissent passer les premières minutes tel un orage, puis reviennent doucement mais sûrement dans la rencontre. Cela se confirmera quelques minutes plus tard. Federico Dimarco renverse le jeu côté opposé vers Matteo Darmian, qui joue intelligemment en une touche de balle pour Nicolò Barella, qui vient s'infiltrer dans l'espace et provoquer un penalty. Hysaj accroche légèrement la cheville du milieu de terrain Italien. Perisić s'en charge et prend à contre pied Pepe Reina. 1-0 pour l'Inter. La Lazio reprend du poil de la bête après cette ouverture du score, notamment par l'intermédiaire du Brésilien Felipe Anderson, véritable poison mortel pour le côté gauche Nerazzuri, en grande souffrance face aux coups de reins du Neo-Laziale. Plusieurs actions dangereuses s'enchaînent, Handanović répond présent face à une frappe ras de terre de Basić sur un centre en retrait du Brésilien. Mais un homme offre les inspirations d'oxygène dont l'inter a besoin: le croate Marcelo Brozović. Tout simplement insaisissable sur le début de rencontre, il trône devant la défense tel un artilleur, décochant coup sur coup ses flèches empoisonnées. Son jeu long est extrêmement précis et permet à l'Inter de se crée des situations sur les ailes. Malheureusement les deux pistons que sont Darmian et Dimarco n'arrivent pas à convertir en occasions les poches d'espaces crées par les décalages du numéro 77 Nerazzuri. Le match se stabilise un peu sur la fin de la première mi-temps. L'Inter et la Lazio tentent chacune de conserver le ballon. Mais ce sont bien les hommes de Maurizio Sarri qui le font le mieux, parvenant à garder cet avantage territorial de la possesion, avec également un très bon contre-pressing mettant en difficulté l'Inter à la perte de balle en se servant de projections rapides vers le but d'Handanović. La fin de la mi-temps arrive, le match gagne en rythme avec une frappe lourde de Basić, stoppée par le Slovène. Dans la minute suivante, Barella déborde côté droit et réalise un petit dribble piqué pour esquiver le retour du défenseur Biancocelesti, comme une gazelle se défesant de ses prédateurs. Son centre sera trop long. Mr Iratti, pas tout à fait irréprochable, siffle finalement la pause à Rome. La mi-temps n'a semble-t-il rien changée aux intentions de deux équipes, particulièrement celles de la Lazio, qui se retrouve en plus grande difficulté pour trouver des brèches dans la défense Nerazzuri. Mais les failles de ces derniers éclatent en seconde période, notamment une: l'absence de joueurs de couloir rapides et percutants, Dimarco et Darmian ne remplissant pas ce critère. Du rythme est présent dans ce match mais les bonnes occasions peinent à être crée par les deux équipes. Jusqu'à un corner anodin à la 62ème minute, et une faute de main totalement involontaire d'Alessandro Bastoni, venant alors bêtement concédé un pénalty. Immobile se charge de son exercice favori et place son ballon au même endroit qu'Ivan Perisić, tout en prenant Handanović à contre pied. La Lazio est revigorée par cette égalisation venu du ciel. Elle se montre plus dangereuse dans le jeu et accentue la pression. Marcelo Brozović tire toujours son épingle du jeu, même entouré de trois joueurs. Dans ce match, le seul à l'avoir stoppé est Mr Iratti. Arrive les changements pour les deux équipes. Côté Lazio, sortie d'Hysaj et de Basić pour Lazzari et Luis Alberto; et côté Inter les sorties de Bastoni, Perisić et Gagliardini pour Dumfries, Correa et Vecino. Pour l'Inter, ces changements n'auront pas l'effet escompté. Pire, l'équilibre de l'équipe semble bousculé, avec un Correa inactif, un Dumfries désorienté, un Barella déporté côté gauche et un Dimarco axe gauche de la défense. Par contre, la Lazio bénéficie grandement de l'apport de ses entrants, Lazzari apporte du mouvement, de la vitesse, et Alberto du liant entre le milieu et l'attaque. Nous avons perdu l'Inter et nous allons douloureusement nous en rendre compte. Dimarco sollicite un une-deux avec Lautaro mais est tamponné par un Romain. L'action se poursuit, Lautaro progresse avec le ballon mais s'en sert mal et le perd de suite. L'absence de Dimarco en défense, encore au sol, se fait ressentir. Felipe Anderson trouve Ciro Immobile, qui emmène Škriniar avec lui et frappe à ras de terre. C'est détourné par Handanović dans les pieds d'un Felipe Anderson ayant suivi depuis le départ de l'action. Il ne se fait pas prier et inscrit le deuxième but devant le but vide. Dumfries a la bonne idée de déclencher une bagarre générale en accrochant Felipe Anderson partant célébrer son but. Cela aboutira à deux cartons jaunes de chaque côté: Milinković-Savić et Anderson, Dumfries et Lautaro Martinez. L'Inter perd le fil de son match, coule et vient encaisser un troisième but, de la tige Sergej Milinković-Savić, cette fois-ci de la tête. Le Serbe anéanti les minces espoirs des hommes de Simone Inzaghi. Fin du match au bout des six minutes de temps additionnel. L'inter s'incline en série A pour la première fois de la saison, et devra montrer un visage plus conquérant mardi, 21:00, à Giuseppe Meazza; dans le cadre de la 3ème journée de Ligue des champions contre le Shériff Tiraspol, surprenant leader du groupe D. Tableau récapitulatif Résumé Vidéo Lazio 3-1 Inter Buteur(s): 12' Perisić (sp)(I), 64' Immobile (sp)(L), 81' Anderson (L), 90+1' Milinković-Savić (L) Lazio (4-3-3): 25 Reina; 77 Marusić, 3 Felipe, 4 Patric, 23 Hysaj (66' 29 Lazzari); 21 Milinković-Savić, 6 Leiva (85' 32 Cataldi), 88 Basić (66' 10 Alberto); 7 Anderson (86' 8 Akpa-Akpro), 17 Immobile, 9 Pedro (75' 20 Zaccagni) Banc: 19 Vavro, 5 Escalante, 94 Muriqi, 27 Moro, 26 Radu, 1 Strakosha, 31 Adamonis T1: Maurizio Sarri Inter (3-5-2): 1 Handanović; 37 Škriniar, 6 De Vrij, 95 Bastoni (67' 2 Dumfries); 36 Darmian, 23 Barella (86' 20 Çalhanoglu), 77 Brozović, 5 Gagliardini (67' 8 Vecino), 32 Dimarco; 9 Džeko (76' 10 Lautaro), 14 Perisić (67' 19 Correa) Banc: 97 Radu, 33 D'Ambrosio, 48 Satriano, 13 Ranocchia, 11 Kolarov, 21 Cordaz T1: Simone Inzaghi Arbitre: Massimiliano Irrati VAR: Paolo Silvio Mazzoleni Averti(s): 27' Basić (L), 36' Gagliardini (I), 63' Bastoni (I), 83' Milinković-Savić (L), 83' Lautaro Martinez (I), 83' Anderson (L), 83' Dumfries (I), 87' Correa (I), 90+1' Darmian (I) Expulsé(s): 90+7' Felipe (L) ®Internazionale.fr ~ Aurios-Inter
  22. En effet, la Direction de l’Inter souhaite renforcer et rajeunir son rempart offensif, à tel point que les rapports excellents entre Giuseppe Marotta et Giovanni Carnevali pourraient servir d’une très bonne base pour cette/ces négociation(s). Un échange selon Calciomercato.com "Pour Sassuolo, la clé pourrait être Roberto Gagliardini, inclus dans une opération qui pourrait solutionner la problématique en attaque des Nerazzurri qui ont dans le viseur, aussi bien Giacomo Raspadori que Gianluca Scamacca. Il n’y a pas que Matias Vecino, Gagliardini peut aussi partir, mais ce ne sera pas facile." Bye Bye Lorenzo ? Selon Tuttosport, la cotation de Lorenzo Insigne vers l’Inter est en chute libre, car considéré comme peu adapté au système de jeu prôné par Inzaghi: "Tous les indices, depuis cet été, portent à Giacomo Rasparodi. L’idée serait de le confier à Edin Dzeko pour qu’il en devienne son héritier, pour que l’attaquant bosniaque puisse lui enseigne le métier." "Il a déjà été officiellement demandé à Sassuolo par les Nerazzurri. Son agent, Tullio Tinti, et il est bon de le rappeler, défend les intérêts également de Simone Inzaghi. L’amitié décennale qui lie Giuseppe Marotta à Giovanni Carnevali, l’Administrateur-Délégué de Sassuolo, pourrait permettre de faciliter cette union." "L’Inter pourrait déjà tenter le coup en janvier avec une vue sur un recrutement estival, ou tenter d’octroyer une option parmi les si nombreux jeunes présents dans le vivier Nerazzurro. Raspadori fêtera le 18 février ses 22 ans et cette cohabitation avec Dzeko pourrait être facilité par le fait qu’il ne dispose, actuellement pas, de doublure dans l'effectif." Céder Roberto Gagliardini et Matias Vecino pour s’offrir, peut-être, les deux attaquants du Mapei Stadium : Est-ce une idée de génie ou fausse bonne idée ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  23. Les Nerazzurri n’ont pas failli, malgré l’absence de Simone Inzaghi sur le terrain, suite à son exclusion lors du Derby d’Italie, les Champions en titre ont défait l’Empoli d’Andreazzoli au Castellani. Vu la nature de l’adversaire, un turn-over important avait été mis en place. Et si dès l’entame du match, l’Inter faisait face à une équipe organisée et dynamique, les trois points sont à destination de Milan. L’équipe proposera une réaction de caractère et les joueurs les moins utilisés offriront bien plus qu’une simple solution de remplacement, tel Danilo D’Ambrosio auteur d’un but à la 34’ après avoir précédemment sauvé Samir Handanovic. Sa célébration en direction de Denzel Dumfries est également révélatrice de l’ambiance environnante au vestiaire La reprise verra également Empoli se retrouver à dix suite à un attentat de Ricci sur Nicolò Barella, l’Inter prendra dès lors le contrôle du terrain, le break aura d’ailleurs à la 67' suite à un but de Federico Dimarco. Lautaro Martinez étant auteur de passe décisive. Le score aurait pu être bien plus lourd également, mais les buts d'Alexis Sanchez (54' hors-jeu) et de Roberto Gagliardini (74' but marqué de l'épaule sur corner) ont été justement invalidé. Les Champions d’Italie restent donc “au contact” du duo de tête, contrairement à la Vieille Dame qui a été puni par l’ancien marseillais Maxime Lopez à la 95': Cheh! . Le bilan présenté après 10 journées est tout de même de belle facture pour Simone Inzaghi, vu l’été mouvementé Place à présent à la prochaine confrontation entre l’Inter et l’Udinese qui se tiendra ce dimanche 31 octobre à 12h30! Veuillez également noter qu’il y a le changement d’heure ce week-end, cela vous évitera toute mauvaise surprise ! Quel est votre avis sur l’Inter d’Inzaghi après cette première partie du championnat ? Tableau Récapitulatif Résumé Vidéo Empoli 0-2 Inter Buteur(s): 34’ D’Ambrosio, 67’ Dimarco Empoli: 13 Vicario; 30 Stojanovic (82’ 20 Fiamozzi), 33 Luperto, 34 Ismajli, 65 Parisi; 27 Zurkowski (67’ 23 Asllani), 28 Ricci, 25 Bandinelli (67’ 8 Henderson); 10 Bajrami (57’ 32 Haas); 9 Cutrone (68’ 7 Mancuso), 99 Pinamonti Banc: 1 Ujkani, 3 Marchizza, 5 Stulac, 19 La Mantia, 26 Tonelli, 35 Baldanzi, 42 Viti T1: Aurelio Andreazzoli Inter: 1 Handanovic; 33 D'Ambrosio, 6 De Vrij (80’ 11 Kolarov), 95 Bastoni; 36 Darmian, 23 Barella, 77 Brozovic (72’ 8 Vecino), 5 Gagliardini (84’ 12 Sensi), 32 Dimarco; 10 Lautaro Martinez (84’ 9 Dzeko), 7 Sanchez (72’ 19 Correa) Banc: 97 Radu, 2 Dumfries, 13 Ranocchia, 14 Perisic, 20 Calhanoglu, 22 Vidal, 37 Skriniar T2: Massimiliano Farris Arbitre: Chiffi Var: Valeri Averti(s): De Vrij (I), Luperto (E), Brozovic (I), Gagliardini (I) Expulsé(s): 52’ Ricci (E) ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  24. Simone Inzaghi, Edin Dzeko, Arturo Vidal, Stefan De Vrij et Marcelo Brozovic se sont livré en conférence d’après matchs, soit auprès d’Inter TV, soit auprès de Sky Sport Simone Inzaghi à Inter TV "Nous avons réalisé le match que nous devions faire, ils sont venu ici avec enthousiasme et nous savions que la rencontre allait être compliquée. Nous nous sommes comportés comme une équipe en créant tellement, nous avons touché deux fois les poteaux, une fois la transversale en plus de nos trois buts. Nous avons pratiqué un très bon football et nous devons seulement comprendre quand il ne pas se tromper car nous avons pris quelques contres trop dangereux." "Il y a encore énormément de travail, mais c’est un plaisir de voir jouer cette équipe. Ce discours vaut également lors des défaites que nous avons subies face au Real Madrid et à la Lazio. C’est aussi un plaisir de pouvoir retrouver autant de tifosi dans le stade, c’est une arme supplémentaire pour nous, nous avons actuellement disputé tant de match à l’extérieur. Je suis en train de récupérer tous les joueurs et c’est fondamental car j’aurai besoin de tout le monde, vu que l’on joue tous les trois jours." "Nous devons nous améliorer et concéder moins d’occasions, car les contre étaient dangereux, nous devons être plus précis techniquement car nous avons concédé quatre à cinq contre. Nous savons que nous devons nous améliorer sous cet aspect, j’y travaille." "Nous avons marqué très peu de buts vu les occasions que nous nous sommes créés." Vidal? "Arturo s’entraine avec l’enthousiasme d’un jeunot, il veut toujours se montrer disponible, c’est une valeur ajoutée: Lui et Sanchez, malgré le fait qu’ils sont rentrés dans la nuit de samedi, se sont mis à disposition pour être présent à Rome. Mais j’ai préféré les laisser se reposer car je savais qu’ils pourraient s’avérer important pour ce soir, ce qui a été le cas." Simone Inzaghi qui a décidé de ne pas trop se fouler à Sky Sport "Nous avons réalisé le match que nous devions faire, ils sont venu ici avec enthousiasme et nous savions que la rencontre allait être compliquée. Nous nous sommes comporté comme une équipe. Nous nous sommes créé énormément mais selon mois, il y a encore tant à améliorer. Techniquement, nous devons comprendre quand il ne faut pas se tromper car nous avons pris quelques contre trop dangereux." "Comme entraîneur, je peux vous dire que c’est un plaisir de voir jouer cette équipe, mais nous jouons malheureusement trop peu à domicile avec ce public merveilleux qui nous transcende. Nous avons conscience que notre public est une arme supplémentaire, nous savons que nous devons nous améliorer, mais je me diverti comme entraîneur lorsque je vois évoluer l’équipe." "Tous sont sur le retour même si j’ai encore quelques joueurs mis à l’écart comme Correa qui n’est pas encore à 100%. Gagliardini est un autre joueur important qui est bien rentré dans le match, j’attends tout le monde, en jouant tous les trois jours, j’aurai besoin de l’aide de toute l’équipe." "Quand nous faisons face à des équipes comme celle du Sheriff, nous devons être plus concentré techniquement, ma sensation est que nous avons concédé 4 à 5 contres trop dangereux et je sais que l’on doit s’améliorer, nous n’avons pas inscrit assez de but vu les occasions créé. Nous avons, sincèrement développé un bon football, mais nous aurions dû inscrire plus de buts." Le but du Sheriff ? "Je dois le revoir, toutefois Samir est notre Capitaine et il peut aussi se planter, comme les autres se plantent aussi." Vidal ? "Arturo s’entraîne avec enthousiasme, il veut toujours se montrer disponible: Je lui ai dit, tout comme à Sanchez de rester dimanche à la maison, que je préférais les avoir pour ici. Arturo mérite d’avoir du temps de jeu avec son travail, c’est une valeur ajournée pour cette équipe, il a l’enthousiasme d’un jeunot." Edin Dzeko à Sky Sport "Nous étions furieux car nous aurions mérité bien mieux à Rome, mais lorsque tu perds une partie, l’important est de relever immédiatement la tête et de tout donner, comme nous l’avons fait aujourd’hui. Ce soir, nous avons fait une bonne prestation de la première à la dernière minute et c’était fondamental vu que nous n’avions qu’un seul point dans le groupe. Nous sommes toujours en course et ce soir c’était un match “ça passe ou ça casse”." "Le Sheriff a six points et personne ne s’y attendait, ce soir, ils ont prouvé qu’ils étaient très dangereux en contre. Nous avons, de notre côté, bien joué et nous méritons la victoire." Mon but? "Cela peut arriver parfois de rater un but facile et d’inscrire les plus difficiles, l’important est d’avoir trouvé le but et d’avoir récolté les trois points. L’Inter est encore forte, mais nous devons prendre moins de buts, c’est dommage que l’on s’en soit pris un ce soir, avec une telle prestation. Nous nous améliorons et nous ferons mieux à chaque match." Arturo Vidal à Inter TV "Cette victoire était utile, ces trois points nous donnent confiance pour la suite de la Ligue des Champions, mais aussi pour la rencontre face à la Juventus. Nous devons continuer à travailler de la sorte, pour toujours faire mieux." "Je dédie ce but à ma Fille, Elisabetta: Je lui avais promis avant le match d’en inscrire un, elle me regarde du Chili et cela me rend fier d’y être parvenus. Cela me fait aussi plaisir pour les Tifosi qui attendent énormément de moi: Je cherche toujours à donner le maximum, je travaille durement. Ce soir, nous avons réalisé un bon match, c’était important de relever la tête." Stefan De Vrij à Inter TV "C’était comme une finale pour nous et cela s’est vu dans notre façon d’aborder la rencontre, il y avait une grande envie de l’emporter et nous y sommes parvenu. Nous avons eu tant de coups de pieds arrêtés et nous avons de très bons tireurs: Nous sommes parvenu à inscrire deux buts sur ces phases arrêtées. C’était beau de marquer et j’ai remercié Denzel pour la passe décisive, nous étions dans un moment important du match. A présent, nous profitons de cette victoire et nous penserons ensuite à la rencontre face à la Juve." Marcelo Brozovic à Sky Sport "C’était une victoire utile pour aller de l’avant. A présent, une autre partie importante nous attend, mais je suis content de ce que nous avons proposé aujourd’hui. Toutefois, en première période nous avons concédé trop de contre et c’est un aspect du jeu qui ne me plait pas énormément. Nous ne devons pas nous prendre de buts à chaque match, nous nous devons de nous améliorer." Ma prolongation? "Nous verrons dans les prochains jours ce que le Club me proposera" ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  25. C’est une révélation de la Gazzetta Dello Sport: Suite à la sortie de piste d’Alexis Sanchez, la Rosea a mis en lumière une situation des plus surprenantes : La colonne vertébrale de l'Inter perçoit moins que le banc des remplaçants. Le Chili dans le viseur La polémique d’Alexis Sanchez sur les réseaux sociaux a fini par lasser la Direction Interiste qui songe en premier lieu à une résiliation de son contrat au mois de janvier. Pour Arturo Vidal, , le joueur a envoyé quelque signes de reprise, toujours en partant du banc. Certains avaient même suscité des applaudissements : comme les interventions agressives lors de la remontée en Émilie-Romagne. Toutefois, ses anciens démons ont refait surface : Dernièrement une vidéo du Chilien éméché, faisant d'étranges sauts périlleux dans sa Ferrari, a fait le tour du web et mis le club devant le traditionnel problème de gestion de son milieu de terrain. Lors du mois de janvier Giuseppe Marotta et Piero Ausilio vont donc se pencher sérieusement sur la situation d’Alexis Sanchez et quantifier sa prime de départ en cas de résiliation du contrat, sauf si du mercato des offres intéressantes sont présentées. Concernant Arturo Vidal, le milieu de terrain n’est pas tenté par un départ à la mi-saison, et parvenir à extraire le meilleur de lui sera le défi du Staff jusqu'en mai. Puis il s’agira d’un au revoir sans regrets. Le salaire des deux chiliens sont les plus importants après celui de Christian Eriksen. Actuellement, le salaire de l’international danois est en partie couvert par l’assurance de la FIFA suite à ce qu’il a connu à l’Euro. L'Inter profite du Décret Croissance pour les deux Chiliens Les 7 millions d’euros net d’Alexis Sanchez représente coûte 10,5 millions d’euros bruts. Les 6,5 millions d’euros net d'Arturo Vidal valent un peu plus de 9 millions d’euros. Pour la Rosea, "éliminer les deux salaires seraient une bonne chose pour le club, surtout qu’il ne s’agit pas de deux titulaires." De plus, le fait est que "la colonne vertébrale d'Inzaghi, composée de Bastoni-Brozovic-Barella-Lautaro, présente (pour l'instant) des revenus nets inférieurs à ceux des deux sud-américains. Cette situation est particulière, même s’il faut attendre les renouvellements des contrats." Voici un comparatif entre les joueurs du banc et les titulaires Banc: Alexis Sanchez (7M€), Arturo Vidal (6,5M€), Matias Vecino (2,5M€), Stefano Sensi (2M€), Roberto Gagliardini (1,5M€) Cœur de l’équipe Alessandro Bastoni (4 M€), Stefan de Vrij (3,8 M€), Marcelo Brozovic (3,5M€), Milan Skriniar (3M€), Nicolò Barella (2,5 M€), Lautaro Martinez (2,5 M€) Sur une masse salariale de 140 millions d’euros, les hommes du banc perçoivent 19,5 millions d’euros contre 19,3 millions d’euros pour les titulaires les plus importants de l’équipe ®Antony Gilles – Internazionale.fr