Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'roma'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • Inter
  • Serie A
    • 2020/2021
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

  1. Calcio&Finanza s’est penché sur "l’amour des tifosi italiens" pour les vingt clubs qui ont participé à la Serie A 2021/2022 "L’ensemble des clubs, à la fin de la saison 2021/2022, comptaient un total de 24.562.000de tifosi italiens, soit 0,16% de moins que la saison précédente. En ce qui concerne leur c'est toujours la Juventus qui mène la danse : Les Bianconeri comptent 8,56 millions de supporters selon l'étude périodique réalisé "Sponsor Value" réalisée par StageUp et Ipsos, créée lors de la saison sportive 2000/2001 et considérée comme l'auditel des événements sportifs et de divertissement italien." "En 2018/2019, soit l’ultime saison avant la Pandémie liée au Covid-19, on comptait 25.234.000 tifosi. Pour la saison 2020/2021, ce chiffre avait baissé de -2,5% pour atteindre 24.602.000 tifosi. Cette fois-ci la baisse s’est stabilisé à 0,16%. L'enquête à la fin de la saison 2021/2022, comme mentionné, montre une nouvelle baisse de 0,16%. La moyenne par club est de 1.228.000 tifosi." La Vieille Dame séduit "La Juventus reste toujours l’équipe la plus aimé de Calcio Made in Italy: 8.056.000 tifosi sont sous le charme de la Vieille Dame, contre les 4.167.000 tifosi du Milan champion d’Italie qui a connu une augmentation de +13% lors de l’ultime biennal. L’Inter reste stable avec 3.919.000 tifosi. Ce top 3 représente d’ailleurs plus de la moitié des Tifosi en Italie : 67%. On retrouve derrière le Trio historique le Napoli et ses 2.636.000 tifosi, suivi de la Roma et ses 1.818.000 pour clôturer ce top 5. D’ailleurs, si on considère le TOP 5 et non le Top 3, celui-ci représente 84% des Tifosi italiens." "Toutefois, parmi les clubs ayant connu les plus fortes augmentations au niveau du nombre de Tifosi, on retrouve la Fiorentina +10% (avec 621.000 tifosi), le Torino +8% (avec 450.000 tifosi) et l'Udinese +16% (179.000 tifosi). A l’inverse, des clubs ont connu une situation diamétralement opposée comme l'Atalanta -10% (314.000 tifosi) après les fortes augmentations des 2 championnats précédents et Bologne -9% (310.000 tifosi + Radu) se distinguent." L’analyse de Giovanni Palazzi, President de StageUp "Le Football reste toujours le sport national, mais au-delà des aspects qui le lient à l’ultime triennal qui est marqué par les conséquences du Covid, le palier des 25 millions de tifosi ne semble pas surmontable. Cela peut s’expliquer aussi via des raisons démographiques, avec une population stable de 60 millions d'habitants et un taux de natalité très bas, avec la présence des nouvelles générations qui peinent à se passionner en l'absence de politiques actives qui leur soient dédiées." "Afin d'augmenter les résultats et, par conséquent, la passion et ses tifosi, des clubs se sont historiquement liés à l'arrivée de grands noms comme, par exemple, Cristiano Ronaldo, et non à une approche stratégique visant à consolider l'affection du public pour les clubs et à enthousiasmer les générations Y et Z. La conquête des jeunes par des politiques dédiées, notamment en termes de communication, est le seul moyen de relancer et de maintenir, à terme, le marché intérieur" ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  2. C’est une révélation de Calcio&Finanza qui relaye la Repubblica qui s’est attardée à la thématique suivante : Combien les clubs ont-ils coûté à leurs propriétaire entre 2011 et 2021 ? Capolista ! Ce qui est certain, c'est qu'aucun club européen n'a coûté plus cher à ses propriétaires que l'Inter. En une décennie, Massimo Moratti, Erick Thohir et la Famille Zhang ont sorti un total de 997 millions d'euros, soit une moyenne de cent millions par saison, par le biais d'augmentations de capitaux, de paiements de capitaux et de prêts. Voici le Top 10 arrêté à la saison 2020/2021 Si l’Inter est en tête, elle est collée par le Milan Ac, comme le prouve la base de donnée de Swiss Ramble sur laquelle le quotidien s’est basé : Le Milan culmine à 915 millions d’euros. On retrouve à la troisième place un club de Premier League : Le Chelsea de Roman Abramovich et ses quelques 791 millions d’euros. La Juve est à la 7ème position avec 417 millions d’euros, dépassée étonnement par Everton et ses 506 millions d’euros. Touetois, si l'enquête aurait pris en compte la saison 2021/22, les Bianconeri se retrouverait devant le Milan, vu qu’Exor et ses partenaires ont injecté 400 millions d’euros pour une nouvelle augmentation de capital. A noter que pour l’Italie, Les trois clubs dont la propriété a été la plus dépensière ont tous remporté la Serie A au cours de la décennie en question. En remontant jusqu'en 1992, cette Streak n’a été interrompue que par la Lazio et la Roma. Dans l'ère Zhang, soit entre 2015/16 et 2020/21, la propriété a également injecté 553 millions d'euros dans les caisses, presque toujours avec des prêts d'actionnaires. C'est bien plus que la somme dépensée par Moratti (175 millions d'euros) et Thohir (275 millions d'euros) au cours des cinq années précédentes. Pour Milan, le rebond a eu lieu en 2018 avec l’arrivée du Fonds Eliott aux commandes, lui qui a injecté 658,8 millions d'euros en quatre saisons. Il faut souligner que ce rapport ne tient pas compte de l'endettement des clubs, ni des montants dépensés pour acheter des actions, mais uniquement de l'argent dépensé pour couvrir les pertes, qui ont été énormes dans le football italien. Au cours de la décennie étudiée, l'Inter a d’ailleurs toujours clôturé ses bilans dans le rouge, brûlant 762 millions d'euros. La seule saison positive remonte à la saison 2013/14, grâce à un revenu extraordinaire de 139 millions d'euros correspondant à la "plus-value des cessions des droits télés", des sponsors et de la marque à Inter Media and Communication S.r.l.. Tous les bilans étaient également dans le rouge pour le Milan, avec des pertes totales plus importantes que l’Inter en dix ans : 872 millions d'euros. Pour la Juve, qui avait réussi à maintenir ses comptes en ordre de 2014 à 2017, les ennuis ont commencé en 2018. En une décennie, au total, elle a perdu 381 millions d'euros. Pour tous les clubs, la pire année est 2020/21, en raison du Covid. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  3. La saison dernière aurait été une campagne qui a fait mal pour les Nerazzurri, contraints de laisser le Scudetto au rival de la même ville, l'AC Milan. Cependant, le club n'a pas perdu de temps pour essayer de se remettre sur les rails pour la saison prochaine. Un long été de transferts en Serie A ne fait qu'aiguiser l'appétit pour ce qui devrait être une campagne captivante dans l'élite italienne en 2022-2023. Mais, avec les recrutements déjà effectués, l’Inter est-elle suffisamment forte pour se battre pour le titre de champion d'Italie la saison prochaine ? Où est-ce que l'Inter failli la saison dernière ? Il est difficile de déterminer exactement où l'Inter a été faible lors de la saison 2021-2022. Les Nerazzurri ont marqué plus de buts et encaissé moins de buts que lors de la campagne victorieuse en 2020-2021. L'Inter a marqué 84 buts, un record en championnat, et a encaissé le deuxième plus petit nombre de buts (32). Bien que le club n'ait pas remporté le championnat, il a pu fêter son succès en Coppa Italia et a atteint les huitièmes de finale de la Ligue des champions. Cependant, le facteur principal qui a contribué à ce que l'Inter ne remporte pas le championnat en 2021-2022 est le nombre de matchs nuls. Au total, l'Inter a concédé neuf matches nuls en 2021-2022, soit deux de plus que lors de la saison précédente. On pourrait dire que leur point faible vers la fin du championnat était en fait la créativité en fin de saison, n’ayant pas réussi à briser des adversaires comme le Torino ou la Fiorentina. Des victoires dans ces rencontres les auraient mis au bord de la gloire en Serie A, mais au lieu de cela, ils ont dû regretter les occasions manquées. Les matches nuls contre l'Atalanta et le Genoa à l'extérieur ont également été préjudiciables en milieu de saison : l’Inter a manqué de qualité offensive sur le banc, surtout après le départ de Romelu Lukaku. Qu'est-ce que l'Inter a corrigé jusqu'à présent au mercato d’été ? L'Inter a déjà été très actif cet été, le plus grand renfort à son effectif étant le retour de Romelu Lukaku. Après une année noire à Chelsea, le recordman des Blues est revenu à Milan pour un prêt d'un an, pour un montant de 8 millions d’Euros. Son retour donnera certainement un coup de pouce pour d'attaque et les options s’offrant à Inzaghi. Car, n’oublions pas qu’il a été sensationnel lors de son séjour de deux ans au club. De plus, il semble toujours être à la hauteur avec l'équipe nationale belge. Les Diables Rouges étant parmi les favoris de la prochaine Coupe du Monde au Qatar, il est possible que Romelu améliore sa forme cette saison afin d’être prêt pour le grand tournoi. BigRom a marqué un nombre impressionnant de 47 buts en 72 matchs de championnat avec l'Inter, et a réussi à enregistrer 64 buts en 95 matchs. Sa relation avec Lautaro Martinez a été un facteur clé dans leur campagne de titre, et un retour à cette dynamique les rend immédiatement des candidats de premier plan pour le titre de champion en 2022-2023. L'Inter s'est également attaqué à ses problèmes défensifs, avec un prêt pour Raoul Bellanova et le transfert définitif de Robin Gosens. Ce dernier pourrait être un élément important de l'équipe dans la saison à venir, car il ajoutera une option différente pour la construction des attaques. L'Allemand était un latéral libre lors de son passage à l'Atalanta, et l'un des meilleurs buteurs de son équipe nationale lors de l'EURO 2020 l'été dernier. Les problèmes liés au manque de créativité ont également été résolus avec les signatures officielles d'Henrikh Mkhitaryan et de Joaquin Correa à l'Inter en vue de cette saison. Alors que l'Arménien semble prêt à jouer un rôle sur le banc de touche, le transfert de Correa pour 23 millions d’Euros pourrait signifier qu'il sera un élément essentiel des plans offensifs de Simone Inzaghi pour la saison à venir. L'ancien joueur de la Lazio a marqué six buts en 36 matchs toutes compétitions confondues la saison dernière lors de son prêt à l'Inter. Cependant, il ne semble pas que l'Inter en ait fini avec ses dépenses, puisqu'ils travaillent toujours sur un accord pour faire venir Paulo Dybala à la Pinetina. Un dossier compliqué, avec la concurrence de Manchester United. l'Inter a aussi déjà confirmé la signature d'André Onana, le gardien de but de l'Ajax, qui remplacera à moyen terme Samir Handanovic. Contre qui l'Inter se battra-t-elle ? La course au titre pourrait être très intéressante en Italie la saison prochaine, avec un certain nombre de prétendants à la première place de la Serie A. L'AC Milan pense s'être suffisamment renforcé pour défendre son titre, tandis que Napoli et la Roma devraient revenir plus solides. Ces deux derniers viseront probablement davantage une place en Ligue des champions qu'un titre. Le plus grand concurrent semble être la Juventus, qui construit tranquillement une équipe qui semble redoutable. L'arrivée en janvier de Dusan Vlahovic a été très intéressante, mais les récentes acquisitions gratuites d'Angel Di Maria et de Paul Pogba ne font qu'ajouter de la qualité. Sur le plan défensif, l'équipe est toujours à la recherche d'un nouveau défenseur pour remplacer Giorgio Chiellini, déjà parti, et Matthijs de Ligt qui semble de plus en plus proche de la sortie. ®Oxyred - Internazionale.fr via SempreInter
  4. Henrikh Mkhitaryan rejoint officiellement l'Inter. Le joueur Arménien de 33 ans a signé un contrat de 2 ans et compte bien se battre pour remporter des trophées sous le maillot Nerazzurro. Dans une interview pour les réseaux sociaux du club, Henrikh se livre sur ce que ce transfert représente pour lui et son excitation à l'idée de démarrer son aventure sous le maillot de l'Inter. "Je suis ravis, je me sens très bien. Je suis heureux d'être un joueur de l'Inter et je suis impatient de commencer à m'entraîner avec l'équipe et de jouer avec le maillot de l'Inter." Meilleur dans les matchs l'opposant à sa nouvelle équipe ? "Je ne sais pas pourquoi, mais j'ai toujours réussi a très bien jouer contre l'Inter." "J'ai marqué et offert une passe décisive. C'était génial de jouer contre les Nerazzurri, mais maintenant je n'en peu plus d'attendre de jouer et marquer avec ce maillot !" "J'ai toujours rêvé de jouer dans les championnats les plus importants du monde. Je suis heureux d'avoir déjà passer 3 saisons en Italie, et maintenant je suis fier d'être un joueur de l'Inter." "Il y a des enfants qui me regardent et partagent le même rêve que moi. Ils veulent faire parti de la Serie A et j'espère être un exemple pour eux." Youri Djorkaeff, légendaire milieu de l'Inter aux origines Arméniennes: "Djorkaeff était une de mes idoles; quand j'étais jeune, je le suivais toujours. J'ai même une photo avec lui." "Youri était un joueur exceptionnel, il a inscrit de nombreux buts avec l'Inter et a laissé sa marque dans l'histoire du club. Je veux aussi laisser ma marque et remporter des trophées avec cette équipe alors que nous chercherons à remplir nos objectifs." Simone Inzaghi: "Nous avons parlé et je voudrais le remercier pour ses mots. Nous allons devoir travailler ensemble, je veux montrer que je suis ici pour jouer et aider l'équipe. Après tout, le plus important est de réussir a gagner ensemble." "Evidemment, il me tarde de m'y mettre." "Je voudrais remercier les fans pour leur soutien et les messages que j'ai reçu. Nous sommes impatient de les voir au stade pour gagner ensemble." Bienvenue Henrikh ! ©Internazionale.fr, via sempreinter.com - Traduction Trent_FCI
  5. L'Inter serait prête à offrir Andrea Pinamonti et Cesare Casadei à Sassuolo dans le cadre d'une transaction pour Gianluca Scamacca et Davide Frattesi. Selon le Corriere dello Sport, les Nerazzurri seraient en train de raffermir l'idée d'une offre cash plus joueurs pour les pépites de Sassuolo. L'évaluation de Scamacca et Frattesi pourrait s'avérer délicate puisque les Neroverdi les évaluent respectivement à 40-45 millions d'euros et 20-25 millions d'euros. Pour Frattesi, il y a aussi la concurrence de la Juventus, la Roma et le Napoli. Cependant, les Nerazzurri seraient prêts à inclure Pinamonti pour répondre à l'évaluation de Sassuolo, l'attaquant étant évalué à environ 25 millions d'euros grâce à sa forme impressionnante en prêt à Empoli. Casadei a également connu une saison exceptionnelle avec l'équipe Primavera de l'Inter, et les Nerazzurri espèrent que son insertion dans une transaction pourrait convaincre Sassuolo, étant donné que les Neroverdi ont l'habitude de signer de jeunes joueurs prometteurs. ©Internazionale.fr, via sempreinter.com - Traduction Oxyred
  6. Après un brevet de 12 journée d’invincibilité, la Roma de José Mourinho s’est incliné sur les terres de son Ex. Beau Joueur, le Special One ne peut cacher ses sentiments vis-à-vis de la Beneamata: "Ils étaient trop Da Inter : C’est l’équipe la plus forte du Championnat avec les joueurs les plus forts à tout point de vue : Tactique, technique et physique. Physiquement, dans le sens positif, il y a tant d’animaux dans cette équipe : Tu peux l’emporter face à l’Inter en l’emportant dans une période où elle traverse des difficultés, et tout se doit d’être parfait : Nous n’étions pas parfait, nous avons été très bons, mais pas parfait : Nous avons eu une balle de but via Mancini et dix secondes plus tard, ils ont marqué : Nous avons été bons, mais nous avons connu un black-out au niveau de la concentration et de la confiance." "En seconde période, nous avons pris un but sur une phase arrêtée alors que mes joueurs savent parfaitement ce qu’ils devaient faire. Ensuite nous avons joué avec courage : Si c’est pour perdre un match après trois mois, je préfère que ce soit contre une équipe qui est plus forte que nous. Je suis aussi content pour Sozza pour qui ce n’était pas un match simple, c’est un jeune homme et je suis content car il a réalisé une bonne rencontre et les joueurs ont été bons pour lui venir en aide. A présent nous allons nous reposer avant d’affronter Leicester." L’écart avec l’Inter ? "Il me manque du temps, du travail et la croissance des joueurs : Zalewski a énormément de qualité, mais c’est un enfant et il commet encore des erreurs. Il y a des équipes comme l’Inter qui paye pour avoir un Gosens sur le banc, nous ne pouvons pas nous le permettre : Nous travaillons pour améliorer Zalewski. Aujourd’hui l’équipe est bien plus une équipe comparé au dernier trimestre, nous façon de jouer était positive aujourd’hui et si nous ne sommes pas parvenu à marquer, le mérite en revient à l’Inter." "Skriniar ne perd jamais un duel individuel, De Vrij ne craignait pas de jouer le 1vs1 avec Abraham. Perisic et Dumfries sont physiquement très fort capable de créer du danger aussi devant. Aujourd’hui, je suis ici et nous avons joué face à l’Inter, maissi nous avions affronté une équipe de notre niveau, nous l’aurions très certainement reporté." Les chœurs des Tifosi ? "J’aime l’Inter et l’Inter m’aime, mais je veux gagner tous les matchs. A présent, je peux vous dire, vu que je ne joue plus ni l’Inter, ni le Milan, ni la Juve, ni le Napoli, je peux vous dire aujourd’hui que j’aimerai que l’Inter remporte le Scudetto. Mais avant ce match, je cherchais à l’emporter et à oublier contre qui je jouais. J’aime l’Inter, mais j’aime aussi la Roma et mon travail. Nous sommes payé pour gagner." "Je voulais presser l’Inter assez haut, mais lorsque tu te prépares à jouer l’Inter, tu es toujours confronté à des problèmes : Tu les presses d’un côté, mais eux sont meilleurs et te pose des problèmes autre-part." "L’Inter dispose d’une culture tactique depuis trois ans, d’avant et avec Antonio (Conte) et à présent avec Simone. Et si le résultat est assez similaire au match aller et à celui de la Coupe d’Italie, notre façon de jouer était complètement différente : Nous sommes une équipe en pleine croissance même si objectivement c’est le résultat qui reste toujours le plus important." "Je félicite l’Inter et l’arbitre Sozza qui a très bien arbitré : Ma sensation est que nous avons réalisé un bon match. La semaine dernière Di Bello…et c’était trois points…' José Mourinho Lalala LA LA…. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  7. Milan - Denzel Dumfries a réalisé une performance fantastique contre la Roma samedi, avec des courses incessantes, de l'engagement et un vrai but d'attaquant. Il s'est entretenu avec DAZN et Inter TV au sujet de la prestation de l'équipe. "Ce n'était pas un match facile. La Roma est en grande forme en ce moment. Cependant, nous savions à quel point il était important de remporter la victoire aujourd'hui et nous sommes restés concentrés, en jouant très bien en défense aussi." Le Néerlandais a beaucoup progressé cette saison et aujourd'hui, il a inscrit son cinquième but de la saison en championnat : "Je me sens maintenant chez moi ici. J'aime l'équipe et les supporters. Je me sens vraiment bien. J'ai pu m'intégrer dans l'équipe grâce surtout à mes coéquipiers qui m'ont beaucoup aidé depuis mon arrivée. J'ai marqué mon premier but lors du match retour, je suis donc heureux d'en avoir marqué un autre aujourd'hui, mais le plus important est d'obtenir la victoire." La victoire 3-1 de l'Inter contre la Roma est sa quatrième d'affilée en championnat. "Nous prenons un match à la fois et nous nous concentrons toujours sur le prochain. Nous sommes une équipe avec de l'expérience et nous savons que nous devons prendre chaque match comme il vient." ©Internazionale.fr, via sempreinter.com - Traduction Oxyred
  8. Milan - L'Inter a fait preuve de sang-froid et de sérénité face à la Roma de José Mourinho, samedi. Stefan de Vrij a été brillant en défense centrale, parvenant à neutraliser la menace provenant de Tammy Abraham et à mener la ligne arrière des Nerazzurri à une performance posée. Le but de consolation d'Henrikh Mkhitaryan pour la Roma a été la seule ombre au tableau. Le défenseur néerlandais n'a pas tari d'éloges sur la performance de son équipe. "La victoire d'aujourd'hui nous donne trois points cruciaux contre une grande équipe. Nous avons su garder la tête froide et faire preuve de qualité dans notre jeu offensif. Prenons chaque match comme il vient et ne regardons pas trop loin devant nous. Nous avons la bonne attitude. Nous avons montré que nous sommes unis, avec un bon esprit. "Nous sommes conscients de l'opportunité que nous avons devant nous et cela se voit à notre volonté de gagner. Nous savions que c'était pratiquement un match à gagner. La Roma est excellente en contre-attaque, mais notre jeu défensif était organisé et a bien fonctionné. "Je vais mieux. Après mon retour de blessure, j'ai maintenant joué deux matchs en quatre jours. C'était important de retrouver mon rythme et ma constance. C'est important de toujours donner le maximum." ©Internazionale.fr, via sempreinter.com - Traduction Oxyred
  9. L’Inter de Simone Inzaghi a battu la Roma de José Mourinho. Au terme de ce match, Simone Inzaghi s’est livré à Dazn: "Je tenais énormément à cette partie, où nous arrivions trois jours après un Derby où nous avions énormément donné face à un adversaire de valeur absolue, en forme. Nous devions proposer sur le terrain une prestation valeureuse et les garçons ont été très brave." La gestion de Lautaro ? "Il avait besoin de marquer, il n’a jamais été un problème. Il y a des périodes comme ça, où il n’y parvenait pas, mais il se présentait toujours devant le gardien. Et même, il s’entraîne toujours de la meilleure des façons, quelque fois, il était juste qu’il soit mis au repos, à présent il est très bon et il devra continuer de la sorte comme tous nos attaquants." "Nous faisions face à un adversaire qui, lors de la première période, avait décidé de marquer Brozovic. En seconde période, j’ai donné de la liberté à Skriniar. La Roma n’avait plus perdu depuis de très nombreux matchs et nous devions bien aborder la rencontre... Les garçons ont été bon pour récupérer rapidement et réaliser un grand match, un match de qualité, en véritable équipe." 'Les garçons ont réalisé un très grand match en sachant que c’était le point de départ : Si nous comptabilisons 5 victoires de suite, nous avons tout de même perdu du terrain : Nous sommes derrière et nous devons chasser : Finalement, mercredi, nous défierons Bologne dans ce match en retard et nous devrons préparer cette rencontre de la meilleure des façon en trois jours et demi." Avez-vous en poche une partie du Scudetto ? "Je me présente avec une victoire importantissime, nous sommes dans une période intense avec une Finale de la Coupe d’Italie à laquelle nous tenions de toutes nos forces. Nous devrons être bons pour savoir gérer nos forces physiques et mentales car les parties sont nombreuses et rapprochées: Mais nous sommes prêt et nous voulons les jouer avec le torse bombé: Nos derniers matchs en sont une grande démonstration." Perisic et Dumfries ? "Ils réalisent un travail important, je savais que la défense centrale de Roma allait se montrer très agressive sur nos deux attaquants. En ce sens, la ligne de cinq avait plus de liberté et Dumfries avait été mis au repos : Darmian avait joué le Derby en réalisant un très grandissime match. Gosens se sent très bien et son heure arrivera, comme pour tout le monde." Était-ce un problème de mentalité ? "C’est évident qu’il fallait une victoire comme celle sur la Juve, nous étions dans une période où les résultats faisaient défaut car les statistiques démontraient que nous tirions et que nous nous créions énormément. Nous avions besoin d’une victoire importante! A présent, nous en avons réalisé quatre de suite, mais cela ne suffit pas mais je tiens à féliciter les garçons." Mourinho ? "Nous nous sommes souhaité bonne chance l’un l’autre. Il a toujours été gentil avec moi: C’est un entraîneur spéciale avec lequel, avant la rencontre en Coupe d’Italie, j’avais échangé durant 45 minutes sur le football. Je ne le connaissais pas personnellement, j’ai appris à le connaitre et c’est vraiment un plaisir de parler avec lui." Avez-vous échangé avec vos anciens joueurs de la Lazio ? "Non, je n’ai pas échangé avec, mais quoiqu’il arrive, je soutiendrai toujours la Lazio." Mou qui aime l’Inter, Simone la Lazio, la raison du cœur a-t ’elle sa place dans le monde du Calcio selon vous ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  10. Comme annoncé hier, José Mourinho a perdu un de ses titulaires en vue du match de cet après-midi, en effet selon Gianluca Di Marzio, Bryan Cristante ne sera pas à disposition de l'entraîneur portugais. Le motif n'est pas encore très clair mais le joueur n'est pas parti pour Milan en compagnie de son équipe. Jordan Veretout évoluera à sa place aux côtés de Sergio Oliveira. Inter - Roma : Episode 177 en Serie A avec un bilan en faveur des nerazzurri: Seule la Juve a affronté plus de fois l'Inter en Serie A avec 178 rencontres. Le bilan entre les deux équipes est de 74 victoires interistes contre 49 des giallorossi avec 54 matches nuls. La Roma reste, de plus, l'équipe contre qui l'Inter a gagné le plus de matches (74) et inscrit le plus de buts (287) en première division italienne. Internazionale.fr ~ © Samus
  11. Dans le calendrier de cette fin de saison, la confrontation avec la Roma de notre célèbre José Mourinho était le match de tous les dangers : Une victoire était impérative pour cette dernière confrontation directe face à une équipe du Top. Et ce que l’Inter a proposé face à la Juve et face au Milan, l’Inter l’a répétée face à la Louve : Marquer au bon moment pour couper les jambes de son adversaire! Et si Denzel Dumfries s’est pris pour Ronaldo, le brésilien en partant seul en but lancé en profondeur par Hakan Çalhanoğlu à la demi-heure de jeu, il est bon de rappeler que quelques secondes auparavant la tête de Mancini fleurtait avec la transversale de notre Samir Handanovic. Le chef d’œuvre de la soirée est à mettre à l’actif de Marcelo Brozovic, qui suite à une excellente séquence de jeu se retrouve dans la surface de réparation, lancé par Ivan Perisic, sa phase de jeu épique voit sa reprise du pied droit nettoyer la lucarne opposée de Rui Patricio. Lautaro Martinez inscrira le troisième but de l'équipe etnrainée par Simone Inzaghi à la 52’ via une tête sur corner. Notre Beneamata se chargera ensuite de gérer la rencontre avec une Roma qui aura été l’auteur d’une première période catastrophique avant de se reprendre en fin de match, preuve en est le bijou et la patate inscrit par Henrikh Mkhitaryan à la 85'. Avec la défaite du Napoli à Empoli suite au doublé d’Andrea Pinamonti et la victoire du Milan via l’assist de son (futur ?) recrutement Acerbi, la course au titre passera plus que jamais par une victoire impérative sur le terrain de Bologne dans le cadre du match en retard de l’Inter Tableau Récapitulatif Résumé Video Inter 3-1 Roma Buteur(s): 30' Dumfries(I), 40' Brozovic (I), 52' Lautaro Martinez (I), 85' Mkhitaryan (R) Inter: 1 Handanovic; 37 Skriniar, 6 De Vrij, 32 Dimarco (63' 95 Bastoni); 2 Dumfries, 23 Barella, 77 Brozovic (72' 5 Gagliardini), 20 Çalhanoğlu, 14 Perisic (72' 18 Gosens); 9 Dzeko (63' 19 Correa), 10 Lautaro Martinez (82' 7 Sanchez) Banc: 21 Cordaz, 97 Radu, 8 Vecino, 13 Ranocchia, 33 D'Ambrosio, 36 Darmian, 38 Sangalli T1: Simone Inzaghi Roma: 1 Rui Patricio; 23 Mancini, 6 Smalling, 3 Ibanez; 2 Karsdorp, 7 Pellegrini (63' 17 Veretout), 27 Oliveira (80' 52 Bove), 59 Zalewski (78' 5 Vina); 92 El Shaarawy (63' 11 Perez), 77 Mkhitaryan; 9 Abraham (78' 14 Shomurodov) Banc: 63 Boer, 15 Maitland-Niles, 24 Kumbulla, 37 Spinazzola, 42 Diawara, 55 Darboe, 64 Afena-Gyan T1: José Mourinho Arbitre: Sozza VAR: Irrati Averti(s): Mancini (R), Brozovic (I), Oliveira (R), Çalhanoğlu (I) Expulsé(s): / Affluence: 74.947 Tifosi ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  12. L'Inter rencontrera des visages familiers sur le banc de touche lors de chacun de ses trois prochains matches de Serie A. C'est ce que souligne le journal turinois Tuttosport, qui note que les trois prochains adversaires des Nerazzurri sont entraînés par d'anciens joueurs ou entraîneurs de l'Inter. Vendredi, l'Inter se rendra en Ligurie pour affronter Spezia, qui réalise une bonne saison sous la direction de Thiago Motta. L'ancien milieu de terrain des Nerazzurri, qui a joué un rôle clé dans le triplé européen en 2010 avant de rejoindre le PSG, a connu une première expérience difficile en tant qu'entraîneur en Serie A avec le Genoa, mais il semble avoir réussi à éloigner Spezia de la relégation cette fois-ci. Les Nerazzurri se méfieront de l'équipe de Motta malgré leur budget et leur place au classement, et ils se méfieront encore plus de leur adversaire d’après, une équipe de la Roma en forme entraînée par l'ancien coach de Motta, José Mourinho. Le tacticien portugais connait l'une des formes les plus régulières de la saison avec les Giallorossi, et il se rendra à San Siro en espérant que son équipe obtiendra un résultat contre le club qu'il a guidé vers le triplé. Après cela, les Nerazzurri joueront enfin leur match reporté contre Bologne, qui était prévu pour le 6 janvier, et ils rencontreront un autre ancien de la maison en la personne de Sinisa Mihajlovic. L'entraîneur serbe est actuellement à l'hôpital, mais s'il est en mesure d'apparaître sur le banc de touche, il affrontera une équipe pour laquelle il a joué et dont il a été l'entraîneur adjoint sous Roberto Mancini. ®Oxyred - Internazionale.fr Via SempreInter
  13. L'ancien entraîneur de l'Inter et de Liverpool, Rafa Benitez, estime que le choc de la Ligue des champions sera plus équilibré que ce que beaucoup prédisent. L'ancien entraîneur de l'Inter et de Liverpool, Rafa Benitez, estime que le choc de la Ligue des champions sera plus équilibré que ce que beaucoup prédisent. Dans un entretien accordé au Corriere dello Sport de Rome, l'entraineur espagnol, qui a récemment entraîné Everton, a donné son avis sur le match de huitième de finale entre les Nerazzurri et les Reds. Benitez a connu une longue carrière à travers plusieurs pays, prenant en charge plusieurs équipes de Premier League en plus des Nerazzurri et du Napoli en Serie A. Il est un admirateur des équipes actuelles de l'Inter et de Liverpool, et de leurs entraîneurs respectifs, Simone Inzaghi et Jurgen Klopp. Benitez pense qu'il n'y a pas beaucoup de choses qui séparent les deux équipes qui s'apprêtent à s'affronter lors du match aller pour une place en quart de finale. "L'Inter n'a pas atteint le deuxième tour par hasard", a-t-il souligné, "c'est une équipe qui sait toujours ce qu'elle fait sur le terrain et qui sait exploiter les faiblesses de ses adversaires." "Leur formation en 3-5-2 peut créer des problèmes aux équipes qui n'ont pas l'habitude de les affronter", a-t-il ajouté. "D'un autre côté, cependant, vous avez Liverpool avec son système offensif 4-3-3, a-t-il poursuivi, qui fait de l'agressivité et de l'intensité ses plus grandes armes." Il s'est projeté dans l'avenir : "Je ne m'attends pas à ce que le match aller-retour ait une issue prévisible, mais plutôt à deux matchs passionnants dans lesquels l'équipe qui contrôle le ballon gagnera." "Les deux équipes ont la qualité et la capacité technique de garder le ballon et de faire courir leurs adversaires", a-t-il expliqué. À propos de la forme récente des Nerazzurri, Benitez a déclaré : "Ils ont perdu contre Milan parce qu'ils se sont éteints pendant trois minutes et ont encaissé deux buts, mais ils avaient tout fait pour s'approprier le match et s'ils avaient gagné, cela n'aurait pas été immérité." "Parfois, les matchs prennent une tournure étrange, et c'est ce qui est arrivé aux Nerazzurri dans le derby", a-t-il analysé. "Contre la Roma, ils ont bien joué en possession du ballon et sont redevenus aussi solides qu'ils l'ont été toute la saison", a-t-il poursuivi. "Ils ont une équipe forte et équilibrée, grâce à mon ami Piero (Ausilio) qui a fait un grand travail", a-t-il ajouté. "De temps en temps, j'ai des nouvelles de lui et nous apprécions toujours nos discussions". Benitez a poursuivi : "J'aime beaucoup Simone Inzaghi. C'est un entraîneur aux idées claires, qui cherche toujours des moyens d'atteindre ses objectifs dans le jeu." "Cela s'est passé avec la Lazio et cela se passe maintenant avec l'Inter", a-t-il poursuivi. "Arriver après Conte, qui avait remporté le Scudetto, n'a pas été facile, mais il a bien réussi à créer une harmonie au sein de l'équipe et surtout à obtenir de bons résultats." Au sujet de la course au Scudetto, Benitez a prédit que "l'Inter a fait preuve d'une grande régularité et, s'ils continuent comme ça, ils ont d'excellentes chances de remporter le Scudetto car, au début de 2022, ils ont déjà affronté des adversaires difficiles comme la Lazio, Atalanta, Milan et Napoli." "Mais cette année, la Serie A est équilibrée et Napoli et Milan ont tous deux une chance", a-t-il ajouté. Et pour le match nul entre l'Inter et Liverpool, il a prédit que "Sur la base de la force du championnat anglais, je dirai 51% Liverpool et 49% Inter, mais c'est un match plus équilibré que beaucoup de gens le pensent." ®Oxyred – Internazionale.fr via SempreInter
  14. Voici les faits et stats suivant ce Roma - Inter. MILAN – La victoire de l'Inter sur la Roma au Stadio Olimpico a propulsé l'équipe à la deuxième place de la Serie A avec 37 points, à un seul point du premier. Les Nerazzurri ont inscrit trois buts contre les Giallorossi de Jose Mourinho : le premier inscrit par Hakan Calhanoglu directement sur corner fut suivi des buts d'Edin Dzeko et de Denzel Dumfries. L'Inter a marqué 39 buts en Serie A cette saison, confirmant qu'elle possède la meilleure attaque ainsi que la deuxième meilleure défense de la Serie A avec seulement 15 buts encaissés. Contre la Roma, elle a décroché sa troisième clean-sheet consécutive en championnat, sa quatrième d'affilée si l'on compte également la victoire en Ligue des champions contre le Shakhtar. L'Inter a désormais marqué lors de 18 matches consécutifs de Serie A, égalant son propre record établi entre octobre 1950 et septembre 1951. Quant à la Roma, elle a perdu sept de ses 16 premiers matches de Serie A pour la première fois depuis 2008-2009. L'Inter a marqué trois buts en première mi-temps dans un match de Serie A pour la première fois depuis mai 1999, lorsque Ronaldo, le vrai pas le GOAT, en a marqué un et Ivan Zamorano deux. Sauf erreur de ma part, c'était contre la Roma, décidemment, avec 4-5 comme score final (but de Ronaldo et Simeone). La Roma en a concédé trois en première mi-temps d'un match de Serie A pour la première fois depuis février 2020, lorsqu'elle a affronté Sassuolo. Depuis 2011-2012, Hakan Calhanoglu n'est que le sixième joueur à marquer directement sur corner en Serie A (après Callejón, Pulgar, De Paul, Papu Gómez et Marco Rigoni). Le milieu de terrain a été impliqué dans six buts (quatre buts, deux passes décisives) lors des cinq derniers matches de championnat, autant que lors des 19 derniers matches de Serie A. Le milieu de terrain a marqué quatre fois lors de ses cinq derniers matches de championnat, autant que lors de ses 28 précédentes sorties en Serie A. Seul Mario Pasalic (sept) a été impliqué dans plus de buts que le milieu de terrain turc (six) en Serie A depuis novembre. En inscrivant le troisième de l'Inter contre la Roma, Denzel Dumfries a trouvé le chemin des filets pour la première fois sous les couleurs des Nerazzurri et dans l'élite italienne, avec son cinquième tir cadré dans la compétition. Dumfries est le dixième joueur néerlandais à marquer pour l'Inter en Serie A. Edin Dzeko était de retour parmi les buts en Serie A, après une séquence stérile de 393 minutes depuis son but contre la Juventus en octobre. Après le but contre la Roma, il a désormais marqué contre 69 équipes différentes. Depuis sa première saison dans les cinq meilleures ligues européennes (2007-2008), seuls Cristiano Ronaldo (75) et Zlatan Ibrahimovic (76) ont marqué contre plus d'équipes différentes. Les deux derniers buts de l'attaquant bosniaque sont intervenus en première mi-temps, après que les huit précédents aient été marqués en deuxième période. Traduction alex_j via le site officiel et connaissances personnelles.
  15. 11 avril 1998 l'Inter battit la Roma grâce à un flamboyant doublé de ronaldo Il Fenomeno. Reci de ce match. Avant le début de la saison 1997-1998 de la Serie A, Massimo Moratti a nommé Luigi Simoni au poste de manager dans l'espoir de mettre enfin un terme à la disette. L'équipe comptait également sur Ronaldo pour rester en bonne santé et mener l'équipe à un Scudetto. Pour renforcer leurs chances, l'équipe a ajouté Diego Simeone, Francesco Moriero et Alvaro Recoba lors du mercato estival. Terminant la campagne précédente à seulement deux victoires des champions Juventus, la saison a commencé avec de grands espoirs de la part des fidèles Nerazzurri. Pour la vingt-neuvième journée de la Serie A, l'Inter s'est rendue à Rome pour affronter l'équipe offensive de Zdenek Zeman, l'AS Roma, qui avait également des difficultés défensives. Les Romains n'avaient pas trouvé de cohérence, incapables d'enchaîner une série de victoires. Avant le match contre l'Inter, ils n'avaient remporté plus de deux matchs d'affilée qu'une seule fois toute la saison. Les Nerazzurri ayant déjà remporté une victoire totale 3-0 au Meazza à l'aller, les visiteurs ont eu le dessus dans le match. Le onze de départ de Zeman et de l'AS Roma était Michael Konsel, Cafu, Aldair, Fabio Petruzzi, Vincent Candela, Eusebio Di Francesco, Luigi Di Biagio, Damiano Tommasi, Paolo Sergio, Abel Balbo et Francesco Totti. Du côté des Nerazzurri, le onze fut Gianluca Pagliuca, Giuseppe Bergomi, Taribo West, Francesco Colonnese, Luigi Sartor, Javier Zanetti, Diego Simeone, Ze Elias, Benoit Cauet, Youri Djorkaeff et Ronaldo, (que du lourd, ndlr). En première mi-temps, la Roma semble bien contrôler le match. Ils ont conservé plus de possession et ont réussi plus de tirs au but que l'Inter. Le style offensif de Zeman causait des problèmes aux Nerazzurri alors que la jeune star Giallorossi, Francesco Totti, continuait à mettre le ballon sur l'aile gauche pour tenter de centrer ou de revenir à l'intérieur et de tirer. Pagliuca a connu une première mi-temps chargée mais a réussi à garder sa cage inviolée. De l'autre côté, l'Inter a joué strictement en contre-attaque laissant souvent Ronaldo isolé en pointe sans ballon. Zanetti a effectué un certain nombre de courses vers l'avant pour tenter de trouver Ronaldo, mais n'a pas pu le faire. La pression haute la Louve a rendu la vie difficile aux Nerazzurri et les a empêchés de conserver le ballon et de s'imposer dans le match. 0-0 à la mi-temps mais ce score n'est pas resté longtemps. Aux alentours de la 50e minute, Ronaldo a reçu une passe lobée contournant la ligne défensive de la Roma et a confortablement dribblé autour du gardien de but pour marquer le premier but du match. La Roma n'a pas tardé à égaliser vers la 63e, une erreur défensive de Giuseppe Bergomi a permis à Cafu de passer au but qui a facilement placé le ballon dans le coin inférieur gauche pour égaliser. Le match s'était brièvement ouvert pour les Nerazzurri alors que les Romains devaient s'engager plus pour égaliser, ce qui a permis à l'Inter de faire plus de contre-attaques. Cependant, avant de pouvoir capitaliser, le match était à égalité 1-1. Au fur et à mesure que le match avançait et que les défenseurs Giallorossi se fatiguaient, le rythme et les puissantes courses en avant de Ronaldo devenaient de plus en plus difficiles à défendre pour les défenseurs adverses alors que le dynamique Brésilien continuait de s'ouvrir et causait toutes sortes de problèmes à l'équipe locale. Vers la soixante-quinzième minute, Ronaldo a fait une course fulgurante devant les défenseurs et a de nouveau dribblé le gardien de but pour marquer son deuxième et but vainqueur du match pour les visiteurs pour faire basculer le match en faveur de l'Inter à 2-1. L'assaut romain s'est encore produit en fin de match mais les défenses de l'Inter et l'éclat de Pagliuca ont maintenu les Nerazzurri devant et l'Inter repart du Stadio Olimpico en tant que vainqueur 2-1. Traduction alex_j via sempreinter et connaissances personnelles.
  16. Si pour l’heure le Napoli parvient à "garder" ses distances sur l’Inter, l’espoir des Tifosi est de parvenir à colmater ce retard d’ici à Noël et Simone Inzaghi peut compter sur un allié spécial, un allier de taille : Le Stade Giuseppe Meazza ! Révélation de la Gazzetta Dello Sport "La remontée passe par le Meazza, c’est le calendrier qui le dit, lui qui confirme l’histoire récente de l’équipe Nerazzurra : D’ici à Noël, l’Inter d’Inzaghi vise à se rapprocher de la tête, en ayant peut-être l’objectif de passer devant et cela passera par un parcours net et sans bavure entre les murs de la Maison." "Aujourd’hui, à Milan, la Spezia arrive, il s’agit d’un premier adversaire d’une série de match à domicile qui devrait être à la portée : Cagliari et le Torino suivront. Plus que tout, la façon dont l’Inter s’est présentée lors de ces dernières sorties sur le terrain donne confiance au Peuple Nerazzurro." "Depuis un an et demi, c'est-à-dire la saison dernière et les 14 premières journées de ce championnat, personne en Europe n'a gagné autant que les Nerazzurri, qui affichent un total de 21 victoires. L’Inter fait mieux que le Paris-Saint-Germain (20 victoires) que Séville, le Bayern et l'Atletico (19 victoires). Ils sont également meilleurs que Naples, la Lazio et la Roma en Italie, et que Manchester City et le Borussia Dortmund à l'étranger, qui sont eux aussi à 20 victoires." "Les récentes prestations permettent de penser positivement, surtout que le public répond aussi présent de son côté : Face à Spezia, 30.000 tifosi seront présents pour pousser les Nerazzurri à poursuivre ce record à domicile : Il s’agit d’une affluence importante pour une rencontre de milieu de semaine face à un adversaire qui n’est pas de première catégorie, mais le Peuple Nerazzurro n’a jamais fait un pas de côté, même s’il fait l’objet de limitations lié au Covid-19." "Le Meazza est toujours proche, très proche du Sold-Out. Pour ce soir, le stade comble est un objectif lointain, mais le choix d’appliquer des prix contenu est récompensé : Inzaghi et les siens veulent vivre une autre soirée-souvenir : En récoltant les trois points pour lancer l’assaut au titre de Champion d’Hiver." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  17. En effet, Gianluca Rocchi est devenu le désignateur arbitral en Serie A. Celui-ci a été amené à se livrer sur cette dernière journée de Serie A, vive en polémiques, suite aux matchs opposant l’Inter à la Juve et la Roma au Napoli Interview lunaire à Radio Anch’io "Je suis vraiment satisfait du comportement optimal des arbitres lors de cette dernière journée : Nous assistons a belles parties, et le mérite en revient aussi à nos arbitres. La Var nous apporte de grands bénéfices, elle apporte plus de justice dans le football, les erreurs sur des hors-jeux ont été éradiqués." "Comme pour toutes les nouvelles choses, il y a beaucoup de satisfaction pour les deux premières années, mais c’est un mécanisme à huiler et qui aura droit à un grand développement. Dans le futur, la Var sera différente, mais je veux que ce soient les arbitres qui arbitrent sur le terrain : Avoir l’arbitre sur le terrain qui décide reste une garantie pour tous." Roma - Napoli ? "Hier j’étais à l’Olimpico et j’ai parlé aussi bien avec José Mourinho que Luciano Spalletti, je suis content qu’ils se soient excusés en fin de match, c’est un geste qui démontre une grande intelligence de leur part , je les félicite." L’expulsion de Spalletti ? "Il est toscan comme moi, il a blagué avec moi et je pense qu’il a probablement fait cette blague à en fin de rencontre. S’il l’avait fait avec moi, j’aurais réagi différemment car je savais qu’elle en était la signification et comment l’interpréter. Massa est probablement plus introverti, il a un caractère différent, il l’a mal pris et il a réagi de la sorte. Il s’est surement senti attaqué et il a réagi comme je demande qu’ils réagissent: Je demande à ceux qui disposent de nos sifflets de faire preuve d’une extrême éducation et de singularité, tout en se montrant intransigeant avec ceux qui se comporte mal. Les garçons, en ce sens, m’apportent de bonnes réponse." "Cette année, c’est inévitable qu’avec le retour du public dans les stades, que le travail des arbitres est bien plus difficile. Nous avons fait le choix d’investir sur la jeunesse: Hier Mariani et Massa, qui sont pourtant déjà internationaux, restent des garçons en pleine croissance, ils n’ont pas l’expérience d’un Orsato." Prendre Orsato comme exemple....Que dire…. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  18. Juan Musso a évoqué des rumeurs de transfert à OneFootball.com. "Je ne peux pas dire que je resterai définitivement à l'Udinese. Si quelqu'un fait une bonne offre pour moi et pour le club, c'est bien que tout le monde y gagne. Mais je suis heureux ici, ce n'est pas comme si je cherchais le bonheur ailleurs." "Cela peut être agréable d'entendre parler de cet intérêt pour moi, mais je veux terminer mon travail ici à l'Udinese et je ne perds pas le sommeil à cause autres clubs qui me veulent ou non." "Cela n'a pas de sens pour moi de penser à des choses que je ne peux pas contrôler. Les rumeurs ne viennent pas de moi ou de mon agent, je peux vous l'assurer."
  19. Voila un an que les coachs de Serie A utilisent Virtual Coach, une application sur tablette qui analyse en temps réel les stats du match suggérant des ajustements tactiques. Bien évidemment, la décision finale revient à l'entraîneur. Cet article paru dans France Football du 30 Mars 2021 est retranscris pour internazionale.fr, bonne lecture! Introduction Une belle fierté de la Serie qui a la réputation d'être tactique qu'est cette application Virtual Coach. Elle se présente comme un outil pour gagner ces parties d'échecs que sont les matchs de la Serie A. Virtual Coach est né sur le campus de l'Ecole Polytechnique de Milan. Gilberto Pastorella, 32 ans, mathématicien, y reçoit et rembobine jusqu'à la génèse: "En 2002 est né le labo Mox qui est un centre de recherche spécialisé dans les modèles mathématiques qui avait travaillé avec le monde du sport. En 2010, vint la création de Moxoff qui travaille dans les mathématiques avancées pour l'industrie. En 2017 est née Math&Sport qui une spin-off spécifique au monde du sport." Adriano Bacconi cherchait des "fous" pour réaliser Virtual Coach alors qu'il a inventé le métier d'analyste vidéo: "C'était en 1993 avec le Brescia de Mircea Lucesnu et un an plus tard, les clubs de l'élite utilisaient mon logiciel et j'ai fini dans le staff de Marcelo Lippi au Mondial 2006." Son expérience fut indispensable pour créer cette application qui collecte les données, les analysent, via des algorithmes et envoient ses résultats via des notifications. Un service pour les 20 clubs de l'élite Cependant, cet outil envoie ses notifications en temps réel, contrairement au autres. Préparer ses matchs c'est bien, mais les choses peuvent évoluer différemment et il faut adapter la tactique. De plus, les outils déjà existants se focalisent sur un joueur sans tenir compte de ce que font les 21 autres! Les stats de Virtual Coach sont recueillies par des caméras spéciales placées dans les 4 coins du stade. Les stats sont calculées 20 fois par seconde, soit une fréquence de 20Hz. Selon Bacconi: "La fiabilité est très élevée. Plus de deux ans pour établir plus d'une centaine de stats, et c'est évolutif. Les datas brutes sont récupérées par des mathématiciens et ils trouvent une formule qui donne un indicateur pertinent. Dans les années 90, les gestes techniques étaient analysés alors que maintenant, c'est la matrice spatio-temporelle. Demain, ce sera un mix des deux: quelle pression le joueur a-t-il subie quand il a effectué ce geste?" Pour lui, Virtual Coach augmente la compétitivité de la Serie A et, par ricochet celle des équipes italiennes en coupes d'Europe Pas à la portée de tous Les équipes de Math&Sport se sont rendues dans les centres d'entraînement pour "former" les staffs à ce nouvel outil. Cependant, les retours sont nuancés reconnait Bacconi: "Un coach qui dit qui sait l'utiliser ou qu'il l'utilise passe pour un coach sexy ou moderne. D'autres voient leur zone de confort remise en question: Pourquoi l'intelligence artificielle devrait m'expliquer le foot alors que j'ai gagné des matchs sans elle? En fait, il faudra élargir les staffs avec un analyste de données statistiques et qui sache utiliser nos indicateurs les plus évolués." En effet, le contenu n'est pas la portée de tous même si la tablette reste un outil commun. Pastorella en connecte une pour assister à Roma – Spieza se déroulant à 500 km de là: "Il y a moins d'une seconde de décalage avec le terrain, on est en avance sur le signal télé. Il y a 4 fonctions principales. La première consiste à regarder le match vue de haut pour voir le placement des joueurs; la deuxième est les indicateurs avec la possibilité d'en ressortir 3 par formation sur chaque côté du terrain virtuel; la troisième est le relevé automatique de certains types d'actions pour faciliter les montages vidéos; la quatrième sont les notifications quand certaines données évoluent significativement." Comme des ingénieurs de F1 L'application est fluide avec transitions fluides et la fonction replay est disponible afin de revoir une action. Une fonction mémo permet de prendre des notes. Quand on demande de comparer les indicateurs des deux Français de Roma – Spezia: ils indiquent que Lucien Agoumé porte plus le ballon tandis que Veretout effectue plus de sprint. Un vrai coach est capable de voir ça à l'œil nu, mais il a maintenant la stat qui confirme son jugement. Autre exemple, lors de Bologne – Genoa, les indicateurs révélaient que Pinamonti ne se rendait plus aussi disponible qu'en première mi-temps. Davide Nicola le vit vis les notifications et remonta les bretelles de Pinamonti. Quoi qu'il en soit, l'entraîneur prend la décision finale. Lors de Milan – Atalanta, tout s'active au coup d'envoi, les pions apparaissent sur l'écran avec 4 visions possibles: une pour les courses des joueurs, celle reliant les joueurs les plus excentrés, la forme de l'équipe et celle illustrant la pression subi par chaque élément (plus le cercle est large, plus le joueur est libre). Il est également possible de visualiser l'espace à disposition des 22 acteurs pour effectuer des tirs, des passes qui est représenté par des figures géométriques. Tous ces indicateurs rendraient jaloux les ingénieurs de F1. Clochette et notification Comme trop de notification tue la notification, un système basé sur les variations les plus significatives a été élaboré. Dans le cas de Milan – Atalanta, la première intervient à la 13e minute: "Anomalie. La longueur de l'équipe sur la dernière action est parmi les plus élevées depuis le début de la rencontre." Traduction, le Milan est trop étiré et ses défenseurs ne participent pas à l'attaque. Trois minutes plus tard, ça concerne le Dea: "Le temps de conduite de balle en phase de possession augmente, de 32 à 44 secondes." Traduction, la Dea temporise. A la 21e minute, côté Dea: "Freuler augmente de 25% se disponibilité à recevoir un espace en zone 2C." 2C car le terrain est divisé en plusieurs zones. En remontant ces infos, Gasperini peut prendre les décisions qui s'imposent. Postés en tribune, un membre du staff est muni d'une tablette et parfois, l'adjoint en a aussi une. En collaboration avec la RAI, certaines données sont diffusées en direct alors qu'une version épurée est en cours de développement pour les passionnés. La Lega Serie A veut faire de Virtual Coach un emblème et montrer une image plus moderne car malgré les problèmes structurels et infrastructurels du football italien, il est toujours le plus novateur sur le plan tactique et ce coach virtuel est une énième confirmation. Voici une vidéo présentant l'outil Virtual Coach
  20. En effet, si Stefan De Vrij, Danilo D’Ambrosio, Matias Vecino et Samir Handanovic ont récemment été touché par le Coronavirus, cet "ennemi" s’est baladé à travers toute la botte footballistique de Serie A, exception faite du Frioul. Voici le "classement" des joueurs qui en ont été victime, depuis le début de saison, par la Rédaction de Fcinter1908.it Atalanta – 8 joueurs guéris Sportiello (guéri); Gollini (guéri); Zapata (guéri); Carnesecchi (guéri), Toloi (guéri); Malinovskyi (guéri); Miranchuk (guéri); Romero (guéri) Benevento – 2 joueurs guéris Dabo (guéri), Schiattarella (guéri) Bologne – 1 entraineur – 2 joueurs guéris Sinisa Mihajlovic (guéri), Hickey (guéri) Ravaglia (guéri) Cagliari – 11 joueurs guéris Bradaric (guéri), Ceppitelli (guéri), Cerri (guéri), Despodov (guéri et transféré à Ludogorec), Godin (guéri), Simeone (guéri), Nandez (guéri), Pereiro (guéri), Aresti (guéri), Klavan (guéri), Carboni (guéri) Crotone - 4 joueurs guéris Dragus (guéri); Molina (guéri); Djidji (guéri); Ounas (guéri) Fiorentina- 6 joueurs guéris Vlahovic (guéri); Pezzella (guéri); Caceres (guéri); Pulgar (guéri); Sottil (guéri, ceduto al Cagliari); Callejon (guéri) Genoa – 18 joueurs guéris Perin (guéri); Schöne (guéri,); Marchetti (guéri); Radovanovic (guéri); Pellegrini (guéri); Zappacosta (guéri); Melegoni (guéri); Lukas Lerager (guéri); Cassata (guéri); Marko Pjaca (guéri); Biraschi (guéri); Criscito (guéri); Behrami (guéri); Brlek (guéri); Miha Zajc (guéri); Males (guéri); Destro (guéri); Zapata (guéri) Internazionale – 12 joueurs guéris – 1 positif - 1 faux positif Bastoni (guéri); Skriniar (guéri); Nainggolan (guéri, prêté à Cagliari); Gagliardini (guéri); Radu (guéri); Young (guéri); Hakimi (faux positif); Padelli (guéri); Kolarov (guéri); Brozovic (guéri); D'Ambrosio (positif) Handanovic (guéri); De Vrij (guéri); Vecino (guéri) Juventus – 9 joueurs guéris – 1 positif Rugani (guéri, prêté à l Cagliari); Matuidi (guéri, tranféré à l'Inter Miami); Dybala (guéri); Cristiano Ronaldo (guéri); McKennie (guéri); Cuadrado (guéri), Alex Sandro (guéri); De Ligt (guéri); Bentancur (guéri); Bonucci (positif) Lazio – 9 joueurs guéris Muriqi (guéri), Strakosha (guéri), Ciro Immobile (guéri), Lucas Leiva (guéri), Lazzari (guéri), D. Anderson (guéri), Luiz Felipe (guéri), Milinkovic-Savic (guéri), Armini (guéri). Milan – 11 joueurs guéris Maldini (guéri); Tonali (guéri); Duarte (guéri); Ibrahimovic (guéri); Gabbia (guéri); Stefano Pioli (guéri); Krunic (guéri); Leao (guéri); Rebic (guéri); Theo Hernandez (guéri); Calhanoglu (guéri). Napoli – 9 joueurs guéris Petagna (guéri); Zielinski (guéri); Elmas (guéri); Hysaj (guéri); Rrahmani (guéri); Osimhen (guéri); Fabian Ruiz (guéri); Ghoulam (guéri), Koulibaly (guéri). Parma – 7 joueurs guéris Le club confirme la positivité de 7 joueurs mais a fait valoir son droit lié à la vie privée. Roma – 15 joueurs guéris et 1 faux positif Mirante (guéri); Perez (guéri); Peres (guéri); Kluivert (guéri, transféré à Lipsia); Diawara (guéri); Calafiori (guéri); Mancini (fauxpositif); Dzeko (guéri); Santon (guéri); Kumbulla (guéri); Pellegrini (guéri); Fazio (guéri); Diawara (guéri); Zaniolo (guéri); El Shaarawy (guéri); Juan Jesus (guéri) Sampdoria – 9 joueurs guéris Gabbiadini (guéri); Colley (guéri); Depaoli (guéri, transféré à l'Atalanta); Bereszynski (guéri); Ekdal (guéri); Thorsby (guéri); La Gumina (guéri); Baldé (guéri); Letica (guéri) Sassuolo - 6 joueurs guéris Boga (guéri); Schiappacasse (guéri); Toljan (guéri); Haraslin (gaurito); Ricci (guéri); Djuricic (guéri) Spezia – 10 joueurs guéris Marchizza (guéri); Maggiore (guéri); Erlic (guéri); Ismajli (guéri); Acampora (guéri); Ricci (guéri); Bastoni (guéri); Provedel (guéri); Estevez (guéri) et un joueur dont l’identité a été préservée Torino – 1 entraineur – 19 joueurs guéris Marco Giampaolo (ancien entraineur guéri), Sanabria (guéri) + 18 joueurs dont l’identité a été préservée Udinese Aucun cas n’a été communiqué par l’Udinese Hellas Verona – 4 joueurs guéris guéris Zaccagni (guéri); Gunter (guéri); Barak (guéri); Lazovic (guéri) ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  21. En effet, dès ce samedi, la Serie A reprend ses droits avec un duel à distance entre l’Inter, le Milan et la Juventus qui sont, pour l’heure, les trois seules équipes encore en course pour le titre de Champion d’Italie. Le tout sans trêve internationale: Le tournoi livrera donc le nom de son vainqueur dans les semaines à venir. Analyse de la rédaction de Fcinter1908.it Jamais un championnat n’a été aussi équilibré et ouvert lors de ces 10 dernières années. Si dans la dernière édition, les Nerazzurri étaient à bonne distance des Bianconeri, Futur champions d’Italie, après la suspension du tournoi à cause du Covid, ceux-ci sont parvenu à la reprise à revenir à un seul petit point de la formation entrainée alors par Maurizio Sarri. Cette fois-ci, ce sont bel et bien les hommes d’Antonio Conte qui mènent la danse et qui regardent le monde d'en haut. Le classement actuel est le suivant : L’Inter 65 points, Milan est second avec 59 points, la Juventus est troisième avec 55 points. Mais les Nerazzurri et les Bianconeri doivent encore disputer une rencontre, respectivement face à Sassuolo et le Napoli. Le classement pourrait donc être bouleversé d’une façon considérable en cas de victoire d’une des quatre formations susmentionnées. Après cette pause internationale, il reste 10 matchs de Serie A, sans interruption, d’ici à la fin du tournois: 9 match pour confirmer l’actuel classement ou pour le bouleverser, non seulement dans l’optique du Scudetto, mais également dans la course la qualification à la Ligue des champions. Voici le graphique du chemin à parcourir pour le Top 3 Si l’Inter et Milan se divise équitablement les rencontres à domicile et à l’extérieur, la Juventus pourra compter sur une rencontre supplémentaire au Stadium. La Juventus aura l’avantage de disputer ses deux confrontations directes, face au Milan et à l’Inter, à domicile. Parlant de confrontations directes, les trois prétendants à la couronne seront engagés dans des matchs de très haut niveau à trois reprises: L’Inter, d’ici à la fin de la saison défiera le Napoli, la Roma et la Juve Le Milan fera face à la Lazio, à l’Atalanta et à la Juventus La Juventus fera face à l’Atalanta, le Milan et l’Inter Final de feu Les trois dernières journées seront cruciales pour les Nerazzurri qui défieront deux équipes actuellement en course pour la Ligue des Champions ou le Scudetto. Cela débutera avec la confrontation face à la Roma, tandis que la Juventus et le Milan seront engagés respectivement sur les terrains de Sassuolo et du Torino Lors de l’avant dernière journée aura lieu le Derby d’Italie à Turin, tandis que le Milan recevra, au Meazza Cagliari La dernière journée verra l’Inter défier l’Udinese à Domicile, tandis que le Milan se déplacera à l’Atalanta et la Juventus ira à Bologne Quel est votre pronostic de bookmaker pour cette fin de saison ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  22. Critiqué de toute part, Suning a réalisé un formidable travail à l’Inter. Si le secteur sportif porte ses fruits, le secteur financier et celui des investissement ont, aussi, été passé au crible L’Inter est le seul club à avoir réduit le plus sa dette en Serie A Voici l’analyse de KPMG Football Benchmark : "A travers diverses situation, Suning est parvenu à réduire la dette financière de l’Inter. Cette baisse s’explique, en partie, par la conversion partielle en capitaux de financements des actionnaires. La Lazio, et Naples n’ont pas fait usage de ce levier financier. Milan, l'a également réduite grâce aux injections dans les capitaux d’Eliott. La Roma et la Juventus ont vu leurs dettes augmenter avec l’émission de nouveau emprunt obligataires." Selon l’étude, "Tottehnam est le club qui présente, au net, la dette la plus importante des clubs européens, en regard à la saison 2019/2020. Parmi les 8 clubs les plus endettés, on retrouve trois italiens : La Juve, l’Inter et la Roma." "En Serie A, la Juve est l’équipe la plus endettée, même si elle reste suivi de l’Inter. Les deux clubs ont pourtant un bon équilibre entre les dettes et les avoir. La Lazio et le Napoli sont les deux clubs en meilleures santé." Si Suning est autant décrié, contrairement à la Juventus, l’Inter est parvenue à inverser la tendance. Pensez-vous que l’arrivée d’un partenaire soit la solution la plus adaptée, ou vaudrait-il mieux espérer en l’arrivée d’un nouveau propriétaire ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  23. Si l’Inter est Capolista, elle le doit en très grande partie à l’ancien sélectionneur de l’équipe nationale : Antonio Conte. Lors de son premier mandat, il a fini à la seconde place, à un point du futur champion tout en parvenant à se qualifier pour la Finale de l’Europa League. Révélation de Tuttosport Cette saison, il a réglé la mire et est prêt à offrit à l’Inter un Scudetto attendu depuis un peu plus de dix ans et si son contrat vient à échéance le 30 juin 2022, le natif de Lecce serait disposé à prolonger l’aventure milanaise: "Si le nom le plus appétissant parmi les entraineurs libres est celui de Massimilano Allegri, la situation est similaire pour Antonio Conte en ce qui concerne les entraineurs déjà sous contrat." "L’entraineur est lié à l’Inter avec un contrat à échance en 2022 et il est actuellement lancé dans la route portant au Scudetto : Le confirmer serait la chose la plus naturelle, mais Suning est actuellement en proie à des problèmes de liquidités. Il cherche soit à vendre ou à trouver un partenaire pour le soutenir." "Le risque qui se profile est qu’en cas de nouveau mercato sans investissement, Antonio Conte pourrait refuser de disputer la Ligue des Champions sans renforts adaptés. Cela s’était déjà produit à l’occasion du divorce avec la Juventus en 2014." Parti pour rester ? "Le problème est que l’ancien sélectionneur présente un contrat très important : 12 millions d’euros par saison est inaccessible pour les clubs italiens qui songeraient à lui tel que le Napoli et la Roma." "Si la Premier League ne souffre pas de ce problème de liquidité, les bancs les plus importants : Manchester City, Liverpool et Chelsea sont tous occupés par des entraineurs stables, exception faite de Manchester United et Tottenham." Pensez-vous Conte capable de quitter sa créature alors que celle-ci n’a pas encore révélé tout son potentiel ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  24. La lutte au Scudetto, le report d’Inter-Sassuolo en passant par la résurrection footballistique de Christian Eriksen et Ivan Perisic…C’est un fait, Christian Vieri, le "Roi" de Milan s’est livré à la Gazzetta Dello Sport Une Juve impossible à regarder: Dites-nous Christian Vieri, est-ce que Lapo Elkann a exagéré ? "Elle l’a été face à Benevento, mais je pars de plus loin : Si tu gagnes neufs Scudetti de suite, tôt ou tard, tu vas le perdre. Cela aurait pu se produire l’année dernière, comme l’année à venir, mais cela allait arriver, et c’est ce qui arrive à Pirlo." Ce n’est pas tout à fait comme ça pourtant… "Regardez : Liverpool a dominé, mais à un moment donné, elle est tombé dans le désarroi. Ici, c’est pareil même si tu as Ronaldo, car l’Inter est bien plus forte et car elle a une rage de victoire." Ce manque d’appétit correspond-il au fin de cycle de la Juve ? "Buffon et Chiellini joue moins ou plus comparé à il y a dix ans, et c’est physiologique. Mais je dis stop à ceux qui critique : Je les appellent "Ceux qui ne savent pas, Ils ne voient pas certaines choses : La Juve a recruté en pensant à demain : Chiesa est le futur, Kulusevski, Mc Kennie et Arthur représente le futur De Ligt, Demiral, Bentancur également" Tout le monde se doit de penser à l’avenir et pas uniquement au présent, et cela ne concernant pas que la Juve." Une future Juve sans Pirlo serait-elle une erreur ? "Je le vois encore sur le banc : Je ne vois pas la Juve changer pour la troisième fois d’entraineur en trois ans. Il ne peut pas être un Maestro depuis Barcelone, comme un inexpérimenté après un autre match." "Je crois encore au Scudetto" : Pirlo l’a déclaré car il se devait de le faire ? "Il l’a dit car un entraineur a le devoir d’y croire, moi en revanche je n’y crois pas : La Juve ne remportera pas ce Scudetto." L’Inter l’a déjà remporté ? "Elle est bien plus structurée, déterminée, prête et depuis peu elle est plus belle. C’est comme le Milan : Il y a du jeu et du football, tout peut arriver en dix matchs." Ibrahimovic y croit en fait..... "Aujourd’hui, Milan a six points de retard, soit deux parties, il a bien raison d’y croire. Après une raclée, il faut toujours se relever : Il a été battu par Manchester jeudi soir mais il a obtenu une grande victoire à Florence." "Ils sont en train de s’effondrer…" mais il est possible qu’il ne s’effondrera jamais : Y-a-t ’il des raisons d’être pessimistes sur le club ou Milan est plus fort que ce que l’on aurait pu penser ? "Ils ont aussi une grande faim : Milan mérite d’être là où d’autres s’effondrent : Ils sont libre dans leurs têtes et à présent, ils disputeront un match par semaine." Vous divertissez-vous en voyant l’Inter ? "Dites-moi s’il est possible de bien jouer les 38 matchs. Et même lorsqu’ils jouent couci-couça elle est difficile à battre : Allez le demander à l’Atalanta. Il y a aussi des sales victoires qui pèsent pour un Scudetto." Est-ce que le fait de rejouer, 20 jours après la dernière rencontre, peut-il peser dans la balance ? "On dit que le report d’Inter-Sassuolo l’a avantagé, mais ce serait plutôt le contraire : Trois semaines c’est beaucoup." Eriksen et Perisic ont plus d’espace : L’Inter joue-t’elle mieux ? "Elle joue bien mieux, et est plus décisive : Conte a compris qu’il avait tort car Eriksen a des qualités et Perisic se sacrifie, je rajouterai aussi Sanchez. Ils se sont montrés bons pour répondre présent et Conte a changé d’idées." Quelle est l’équipe qui joue le mieux en Italie ? "Je mettrai toujours en premier l’Atalanta : Elle est rapide, forte, agressive et pense qu’à attaquer. Regardez comment Muriel est dévastant. C’est tout sauf un intrus comme l’a dit Gasp : Il ne lui manque que le Nom, mais elle a un statut similaire à celui de la Juve, l’Inter et du Milan. Et maintenant qu’elle jouera qu’une fois par semaine, elle va carburer à du deux milles à l’heure." Place au pari : Qui remportera le Scudetto et qui ira en Ligue des Champions ? "Mais pourquoi dire des conneries ? Je dis juste que pour le Scudetto, cela ne concernera que l’Inter et le Milan, et pour la Ligue des Champion, il y a une place de libre. Je ne peux pas penser que la Juve ne s’y retrouvera pas : Cela se jouera entre l’Atalanta, Naples et la Roma." Comment expliquer le fiasco en Ligue des Champions ? "Car l’Atalanta et la Lazio ne peuvent pas concourir avec le Real et le Bayern. Et parce que la Juve et l’Inter auraient dû mieux joueur : En Ligue des Champions, cela ne sert à rien de spéculer, il faut avoir plus de qualités" ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  25. En effet, c’est une information en provenance du Corriere Dello Sport, soit un quotidien un peu plus sérieux que le Tuttosport turinois : Le Malade Imaginaire serait prêt à rejoindre la Capitale "Le départ de Dzeko, à qui il reste encore une année de contrat et un salaire de 7,5 millions d’euros net, peut offrir une place à l’arrivée d’un illustre équipier, qui serait aligné aux côtés de Borja Mayoral, dans le cas où l’éventuel droit de rachat du Real Madrid est repoussé en 2022. "Le nom qui a été proposé par un intermédiaire de confiance est Mauro Icardi : Le PSG est disposé à le céder pour des raisons financières par le biais d’un prêt avec un droit de rachat. L’opération n’est pas simple car le joueur dispose d’un salaire très élevé, mais la Roma évalue la situation car l’argentin est encore jeune (né en 1993) et pourrait représenter un pari intriguant." La Vieille Dame perdrait-elle son pouvoir d’attraction à l’image du Fc Barcelone ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
×
×
  • Créer...

Information importante

En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. Nous ajoutons des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer votre expérience sur notre site. Consultez notre Politique de confidentialité. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer...