Aller au contenu
×
×
  • Créer...

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'roma'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

  1. Juan Musso a évoqué des rumeurs de transfert à OneFootball.com. "Je ne peux pas dire que je resterai définitivement à l'Udinese. Si quelqu'un fait une bonne offre pour moi et pour le club, c'est bien que tout le monde y gagne. Mais je suis heureux ici, ce n'est pas comme si je cherchais le bonheur ailleurs." "Cela peut être agréable d'entendre parler de cet intérêt pour moi, mais je veux terminer mon travail ici à l'Udinese et je ne perds pas le sommeil à cause autres clubs qui me veulent ou non." "Cela n'a pas de sens pour moi de penser à des choses que je ne peux pas contrôler. Les rumeurs ne viennent pas de moi ou de mon agent, je peux vous l'assurer."
  2. Voila un an que les coachs de Serie A utilisent Virtual Coach, une application sur tablette qui analyse en temps réel les stats du match suggérant des ajustements tactiques. Bien évidemment, la décision finale revient à l'entraîneur. Cet article paru dans France Football du 30 Mars 2021 est retranscris pour internazionale.fr, bonne lecture! Introduction Une belle fierté de la Serie qui a la réputation d'être tactique qu'est cette application Virtual Coach. Elle se présente comme un outil pour gagner ces parties d'échecs que sont les matchs de la Serie A. Virtual Coach est né sur le campus de l'Ecole Polytechnique de Milan. Gilberto Pastorella, 32 ans, mathématicien, y reçoit et rembobine jusqu'à la génèse: "En 2002 est né le labo Mox qui est un centre de recherche spécialisé dans les modèles mathématiques qui avait travaillé avec le monde du sport. En 2010, vint la création de Moxoff qui travaille dans les mathématiques avancées pour l'industrie. En 2017 est née Math&Sport qui une spin-off spécifique au monde du sport." Adriano Bacconi cherchait des "fous" pour réaliser Virtual Coach alors qu'il a inventé le métier d'analyste vidéo: "C'était en 1993 avec le Brescia de Mircea Lucesnu et un an plus tard, les clubs de l'élite utilisaient mon logiciel et j'ai fini dans le staff de Marcelo Lippi au Mondial 2006." Son expérience fut indispensable pour créer cette application qui collecte les données, les analysent, via des algorithmes et envoient ses résultats via des notifications. Un service pour les 20 clubs de l'élite Cependant, cet outil envoie ses notifications en temps réel, contrairement au autres. Préparer ses matchs c'est bien, mais les choses peuvent évoluer différemment et il faut adapter la tactique. De plus, les outils déjà existants se focalisent sur un joueur sans tenir compte de ce que font les 21 autres! Les stats de Virtual Coach sont recueillies par des caméras spéciales placées dans les 4 coins du stade. Les stats sont calculées 20 fois par seconde, soit une fréquence de 20Hz. Selon Bacconi: "La fiabilité est très élevée. Plus de deux ans pour établir plus d'une centaine de stats, et c'est évolutif. Les datas brutes sont récupérées par des mathématiciens et ils trouvent une formule qui donne un indicateur pertinent. Dans les années 90, les gestes techniques étaient analysés alors que maintenant, c'est la matrice spatio-temporelle. Demain, ce sera un mix des deux: quelle pression le joueur a-t-il subie quand il a effectué ce geste?" Pour lui, Virtual Coach augmente la compétitivité de la Serie A et, par ricochet celle des équipes italiennes en coupes d'Europe Pas à la portée de tous Les équipes de Math&Sport se sont rendues dans les centres d'entraînement pour "former" les staffs à ce nouvel outil. Cependant, les retours sont nuancés reconnait Bacconi: "Un coach qui dit qui sait l'utiliser ou qu'il l'utilise passe pour un coach sexy ou moderne. D'autres voient leur zone de confort remise en question: Pourquoi l'intelligence artificielle devrait m'expliquer le foot alors que j'ai gagné des matchs sans elle? En fait, il faudra élargir les staffs avec un analyste de données statistiques et qui sache utiliser nos indicateurs les plus évolués." En effet, le contenu n'est pas la portée de tous même si la tablette reste un outil commun. Pastorella en connecte une pour assister à Roma – Spieza se déroulant à 500 km de là: "Il y a moins d'une seconde de décalage avec le terrain, on est en avance sur le signal télé. Il y a 4 fonctions principales. La première consiste à regarder le match vue de haut pour voir le placement des joueurs; la deuxième est les indicateurs avec la possibilité d'en ressortir 3 par formation sur chaque côté du terrain virtuel; la troisième est le relevé automatique de certains types d'actions pour faciliter les montages vidéos; la quatrième sont les notifications quand certaines données évoluent significativement." Comme des ingénieurs de F1 L'application est fluide avec transitions fluides et la fonction replay est disponible afin de revoir une action. Une fonction mémo permet de prendre des notes. Quand on demande de comparer les indicateurs des deux Français de Roma – Spezia: ils indiquent que Lucien Agoumé porte plus le ballon tandis que Veretout effectue plus de sprint. Un vrai coach est capable de voir ça à l'œil nu, mais il a maintenant la stat qui confirme son jugement. Autre exemple, lors de Bologne – Genoa, les indicateurs révélaient que Pinamonti ne se rendait plus aussi disponible qu'en première mi-temps. Davide Nicola le vit vis les notifications et remonta les bretelles de Pinamonti. Quoi qu'il en soit, l'entraîneur prend la décision finale. Lors de Milan – Atalanta, tout s'active au coup d'envoi, les pions apparaissent sur l'écran avec 4 visions possibles: une pour les courses des joueurs, celle reliant les joueurs les plus excentrés, la forme de l'équipe et celle illustrant la pression subi par chaque élément (plus le cercle est large, plus le joueur est libre). Il est également possible de visualiser l'espace à disposition des 22 acteurs pour effectuer des tirs, des passes qui est représenté par des figures géométriques. Tous ces indicateurs rendraient jaloux les ingénieurs de F1. Clochette et notification Comme trop de notification tue la notification, un système basé sur les variations les plus significatives a été élaboré. Dans le cas de Milan – Atalanta, la première intervient à la 13e minute: "Anomalie. La longueur de l'équipe sur la dernière action est parmi les plus élevées depuis le début de la rencontre." Traduction, le Milan est trop étiré et ses défenseurs ne participent pas à l'attaque. Trois minutes plus tard, ça concerne le Dea: "Le temps de conduite de balle en phase de possession augmente, de 32 à 44 secondes." Traduction, la Dea temporise. A la 21e minute, côté Dea: "Freuler augmente de 25% se disponibilité à recevoir un espace en zone 2C." 2C car le terrain est divisé en plusieurs zones. En remontant ces infos, Gasperini peut prendre les décisions qui s'imposent. Postés en tribune, un membre du staff est muni d'une tablette et parfois, l'adjoint en a aussi une. En collaboration avec la RAI, certaines données sont diffusées en direct alors qu'une version épurée est en cours de développement pour les passionnés. La Lega Serie A veut faire de Virtual Coach un emblème et montrer une image plus moderne car malgré les problèmes structurels et infrastructurels du football italien, il est toujours le plus novateur sur le plan tactique et ce coach virtuel est une énième confirmation. Voici une vidéo présentant l'outil Virtual Coach
  3. En effet, si Stefan De Vrij, Danilo D’Ambrosio, Matias Vecino et Samir Handanovic ont récemment été touché par le Coronavirus, cet "ennemi" s’est baladé à travers toute la botte footballistique de Serie A, exception faite du Frioul. Voici le "classement" des joueurs qui en ont été victime, depuis le début de saison, par la Rédaction de Fcinter1908.it Atalanta – 8 joueurs guéris Sportiello (guéri); Gollini (guéri); Zapata (guéri); Carnesecchi (guéri), Toloi (guéri); Malinovskyi (guéri); Miranchuk (guéri); Romero (guéri) Benevento – 2 joueurs guéris Dabo (guéri), Schiattarella (guéri) Bologne – 1 entraineur – 2 joueurs guéris Sinisa Mihajlovic (guéri), Hickey (guéri) Ravaglia (guéri) Cagliari – 11 joueurs guéris Bradaric (guéri), Ceppitelli (guéri), Cerri (guéri), Despodov (guéri et transféré à Ludogorec), Godin (guéri), Simeone (guéri), Nandez (guéri), Pereiro (guéri), Aresti (guéri), Klavan (guéri), Carboni (guéri) Crotone - 4 joueurs guéris Dragus (guéri); Molina (guéri); Djidji (guéri); Ounas (guéri) Fiorentina- 6 joueurs guéris Vlahovic (guéri); Pezzella (guéri); Caceres (guéri); Pulgar (guéri); Sottil (guéri, ceduto al Cagliari); Callejon (guéri) Genoa – 18 joueurs guéris Perin (guéri); Schöne (guéri,); Marchetti (guéri); Radovanovic (guéri); Pellegrini (guéri); Zappacosta (guéri); Melegoni (guéri); Lukas Lerager (guéri); Cassata (guéri); Marko Pjaca (guéri); Biraschi (guéri); Criscito (guéri); Behrami (guéri); Brlek (guéri); Miha Zajc (guéri); Males (guéri); Destro (guéri); Zapata (guéri) Internazionale – 12 joueurs guéris – 1 positif - 1 faux positif Bastoni (guéri); Skriniar (guéri); Nainggolan (guéri, prêté à Cagliari); Gagliardini (guéri); Radu (guéri); Young (guéri); Hakimi (faux positif); Padelli (guéri); Kolarov (guéri); Brozovic (guéri); D'Ambrosio (positif) Handanovic (guéri); De Vrij (guéri); Vecino (guéri) Juventus – 9 joueurs guéris – 1 positif Rugani (guéri, prêté à l Cagliari); Matuidi (guéri, tranféré à l'Inter Miami); Dybala (guéri); Cristiano Ronaldo (guéri); McKennie (guéri); Cuadrado (guéri), Alex Sandro (guéri); De Ligt (guéri); Bentancur (guéri); Bonucci (positif) Lazio – 9 joueurs guéris Muriqi (guéri), Strakosha (guéri), Ciro Immobile (guéri), Lucas Leiva (guéri), Lazzari (guéri), D. Anderson (guéri), Luiz Felipe (guéri), Milinkovic-Savic (guéri), Armini (guéri). Milan – 11 joueurs guéris Maldini (guéri); Tonali (guéri); Duarte (guéri); Ibrahimovic (guéri); Gabbia (guéri); Stefano Pioli (guéri); Krunic (guéri); Leao (guéri); Rebic (guéri); Theo Hernandez (guéri); Calhanoglu (guéri). Napoli – 9 joueurs guéris Petagna (guéri); Zielinski (guéri); Elmas (guéri); Hysaj (guéri); Rrahmani (guéri); Osimhen (guéri); Fabian Ruiz (guéri); Ghoulam (guéri), Koulibaly (guéri). Parma – 7 joueurs guéris Le club confirme la positivité de 7 joueurs mais a fait valoir son droit lié à la vie privée. Roma – 15 joueurs guéris et 1 faux positif Mirante (guéri); Perez (guéri); Peres (guéri); Kluivert (guéri, transféré à Lipsia); Diawara (guéri); Calafiori (guéri); Mancini (fauxpositif); Dzeko (guéri); Santon (guéri); Kumbulla (guéri); Pellegrini (guéri); Fazio (guéri); Diawara (guéri); Zaniolo (guéri); El Shaarawy (guéri); Juan Jesus (guéri) Sampdoria – 9 joueurs guéris Gabbiadini (guéri); Colley (guéri); Depaoli (guéri, transféré à l'Atalanta); Bereszynski (guéri); Ekdal (guéri); Thorsby (guéri); La Gumina (guéri); Baldé (guéri); Letica (guéri) Sassuolo - 6 joueurs guéris Boga (guéri); Schiappacasse (guéri); Toljan (guéri); Haraslin (gaurito); Ricci (guéri); Djuricic (guéri) Spezia – 10 joueurs guéris Marchizza (guéri); Maggiore (guéri); Erlic (guéri); Ismajli (guéri); Acampora (guéri); Ricci (guéri); Bastoni (guéri); Provedel (guéri); Estevez (guéri) et un joueur dont l’identité a été préservée Torino – 1 entraineur – 19 joueurs guéris Marco Giampaolo (ancien entraineur guéri), Sanabria (guéri) + 18 joueurs dont l’identité a été préservée Udinese Aucun cas n’a été communiqué par l’Udinese Hellas Verona – 4 joueurs guéris guéris Zaccagni (guéri); Gunter (guéri); Barak (guéri); Lazovic (guéri) ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  4. En effet, dès ce samedi, la Serie A reprend ses droits avec un duel à distance entre l’Inter, le Milan et la Juventus qui sont, pour l’heure, les trois seules équipes encore en course pour le titre de Champion d’Italie. Le tout sans trêve internationale: Le tournoi livrera donc le nom de son vainqueur dans les semaines à venir. Analyse de la rédaction de Fcinter1908.it Jamais un championnat n’a été aussi équilibré et ouvert lors de ces 10 dernières années. Si dans la dernière édition, les Nerazzurri étaient à bonne distance des Bianconeri, Futur champions d’Italie, après la suspension du tournoi à cause du Covid, ceux-ci sont parvenu à la reprise à revenir à un seul petit point de la formation entrainée alors par Maurizio Sarri. Cette fois-ci, ce sont bel et bien les hommes d’Antonio Conte qui mènent la danse et qui regardent le monde d'en haut. Le classement actuel est le suivant : L’Inter 65 points, Milan est second avec 59 points, la Juventus est troisième avec 55 points. Mais les Nerazzurri et les Bianconeri doivent encore disputer une rencontre, respectivement face à Sassuolo et le Napoli. Le classement pourrait donc être bouleversé d’une façon considérable en cas de victoire d’une des quatre formations susmentionnées. Après cette pause internationale, il reste 10 matchs de Serie A, sans interruption, d’ici à la fin du tournois: 9 match pour confirmer l’actuel classement ou pour le bouleverser, non seulement dans l’optique du Scudetto, mais également dans la course la qualification à la Ligue des champions. Voici le graphique du chemin à parcourir pour le Top 3 Si l’Inter et Milan se divise équitablement les rencontres à domicile et à l’extérieur, la Juventus pourra compter sur une rencontre supplémentaire au Stadium. La Juventus aura l’avantage de disputer ses deux confrontations directes, face au Milan et à l’Inter, à domicile. Parlant de confrontations directes, les trois prétendants à la couronne seront engagés dans des matchs de très haut niveau à trois reprises: L’Inter, d’ici à la fin de la saison défiera le Napoli, la Roma et la Juve Le Milan fera face à la Lazio, à l’Atalanta et à la Juventus La Juventus fera face à l’Atalanta, le Milan et l’Inter Final de feu Les trois dernières journées seront cruciales pour les Nerazzurri qui défieront deux équipes actuellement en course pour la Ligue des Champions ou le Scudetto. Cela débutera avec la confrontation face à la Roma, tandis que la Juventus et le Milan seront engagés respectivement sur les terrains de Sassuolo et du Torino Lors de l’avant dernière journée aura lieu le Derby d’Italie à Turin, tandis que le Milan recevra, au Meazza Cagliari La dernière journée verra l’Inter défier l’Udinese à Domicile, tandis que le Milan se déplacera à l’Atalanta et la Juventus ira à Bologne Quel est votre pronostic de bookmaker pour cette fin de saison ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  5. Critiqué de toute part, Suning a réalisé un formidable travail à l’Inter. Si le secteur sportif porte ses fruits, le secteur financier et celui des investissement ont, aussi, été passé au crible L’Inter est le seul club à avoir réduit le plus sa dette en Serie A Voici l’analyse de KPMG Football Benchmark : "A travers diverses situation, Suning est parvenu à réduire la dette financière de l’Inter. Cette baisse s’explique, en partie, par la conversion partielle en capitaux de financements des actionnaires. La Lazio, et Naples n’ont pas fait usage de ce levier financier. Milan, l'a également réduite grâce aux injections dans les capitaux d’Eliott. La Roma et la Juventus ont vu leurs dettes augmenter avec l’émission de nouveau emprunt obligataires." Selon l’étude, "Tottehnam est le club qui présente, au net, la dette la plus importante des clubs européens, en regard à la saison 2019/2020. Parmi les 8 clubs les plus endettés, on retrouve trois italiens : La Juve, l’Inter et la Roma." "En Serie A, la Juve est l’équipe la plus endettée, même si elle reste suivi de l’Inter. Les deux clubs ont pourtant un bon équilibre entre les dettes et les avoir. La Lazio et le Napoli sont les deux clubs en meilleures santé." Si Suning est autant décrié, contrairement à la Juventus, l’Inter est parvenue à inverser la tendance. Pensez-vous que l’arrivée d’un partenaire soit la solution la plus adaptée, ou vaudrait-il mieux espérer en l’arrivée d’un nouveau propriétaire ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  6. Si l’Inter est Capolista, elle le doit en très grande partie à l’ancien sélectionneur de l’équipe nationale : Antonio Conte. Lors de son premier mandat, il a fini à la seconde place, à un point du futur champion tout en parvenant à se qualifier pour la Finale de l’Europa League. Révélation de Tuttosport Cette saison, il a réglé la mire et est prêt à offrit à l’Inter un Scudetto attendu depuis un peu plus de dix ans et si son contrat vient à échéance le 30 juin 2022, le natif de Lecce serait disposé à prolonger l’aventure milanaise: "Si le nom le plus appétissant parmi les entraineurs libres est celui de Massimilano Allegri, la situation est similaire pour Antonio Conte en ce qui concerne les entraineurs déjà sous contrat." "L’entraineur est lié à l’Inter avec un contrat à échance en 2022 et il est actuellement lancé dans la route portant au Scudetto : Le confirmer serait la chose la plus naturelle, mais Suning est actuellement en proie à des problèmes de liquidités. Il cherche soit à vendre ou à trouver un partenaire pour le soutenir." "Le risque qui se profile est qu’en cas de nouveau mercato sans investissement, Antonio Conte pourrait refuser de disputer la Ligue des Champions sans renforts adaptés. Cela s’était déjà produit à l’occasion du divorce avec la Juventus en 2014." Parti pour rester ? "Le problème est que l’ancien sélectionneur présente un contrat très important : 12 millions d’euros par saison est inaccessible pour les clubs italiens qui songeraient à lui tel que le Napoli et la Roma." "Si la Premier League ne souffre pas de ce problème de liquidité, les bancs les plus importants : Manchester City, Liverpool et Chelsea sont tous occupés par des entraineurs stables, exception faite de Manchester United et Tottenham." Pensez-vous Conte capable de quitter sa créature alors que celle-ci n’a pas encore révélé tout son potentiel ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  7. La lutte au Scudetto, le report d’Inter-Sassuolo en passant par la résurrection footballistique de Christian Eriksen et Ivan Perisic…C’est un fait, Christian Vieri, le "Roi" de Milan s’est livré à la Gazzetta Dello Sport Une Juve impossible à regarder: Dites-nous Christian Vieri, est-ce que Lapo Elkann a exagéré ? "Elle l’a été face à Benevento, mais je pars de plus loin : Si tu gagnes neufs Scudetti de suite, tôt ou tard, tu vas le perdre. Cela aurait pu se produire l’année dernière, comme l’année à venir, mais cela allait arriver, et c’est ce qui arrive à Pirlo." Ce n’est pas tout à fait comme ça pourtant… "Regardez : Liverpool a dominé, mais à un moment donné, elle est tombé dans le désarroi. Ici, c’est pareil même si tu as Ronaldo, car l’Inter est bien plus forte et car elle a une rage de victoire." Ce manque d’appétit correspond-il au fin de cycle de la Juve ? "Buffon et Chiellini joue moins ou plus comparé à il y a dix ans, et c’est physiologique. Mais je dis stop à ceux qui critique : Je les appellent "Ceux qui ne savent pas, Ils ne voient pas certaines choses : La Juve a recruté en pensant à demain : Chiesa est le futur, Kulusevski, Mc Kennie et Arthur représente le futur De Ligt, Demiral, Bentancur également" Tout le monde se doit de penser à l’avenir et pas uniquement au présent, et cela ne concernant pas que la Juve." Une future Juve sans Pirlo serait-elle une erreur ? "Je le vois encore sur le banc : Je ne vois pas la Juve changer pour la troisième fois d’entraineur en trois ans. Il ne peut pas être un Maestro depuis Barcelone, comme un inexpérimenté après un autre match." "Je crois encore au Scudetto" : Pirlo l’a déclaré car il se devait de le faire ? "Il l’a dit car un entraineur a le devoir d’y croire, moi en revanche je n’y crois pas : La Juve ne remportera pas ce Scudetto." L’Inter l’a déjà remporté ? "Elle est bien plus structurée, déterminée, prête et depuis peu elle est plus belle. C’est comme le Milan : Il y a du jeu et du football, tout peut arriver en dix matchs." Ibrahimovic y croit en fait..... "Aujourd’hui, Milan a six points de retard, soit deux parties, il a bien raison d’y croire. Après une raclée, il faut toujours se relever : Il a été battu par Manchester jeudi soir mais il a obtenu une grande victoire à Florence." "Ils sont en train de s’effondrer…" mais il est possible qu’il ne s’effondrera jamais : Y-a-t ’il des raisons d’être pessimistes sur le club ou Milan est plus fort que ce que l’on aurait pu penser ? "Ils ont aussi une grande faim : Milan mérite d’être là où d’autres s’effondrent : Ils sont libre dans leurs têtes et à présent, ils disputeront un match par semaine." Vous divertissez-vous en voyant l’Inter ? "Dites-moi s’il est possible de bien jouer les 38 matchs. Et même lorsqu’ils jouent couci-couça elle est difficile à battre : Allez le demander à l’Atalanta. Il y a aussi des sales victoires qui pèsent pour un Scudetto." Est-ce que le fait de rejouer, 20 jours après la dernière rencontre, peut-il peser dans la balance ? "On dit que le report d’Inter-Sassuolo l’a avantagé, mais ce serait plutôt le contraire : Trois semaines c’est beaucoup." Eriksen et Perisic ont plus d’espace : L’Inter joue-t’elle mieux ? "Elle joue bien mieux, et est plus décisive : Conte a compris qu’il avait tort car Eriksen a des qualités et Perisic se sacrifie, je rajouterai aussi Sanchez. Ils se sont montrés bons pour répondre présent et Conte a changé d’idées." Quelle est l’équipe qui joue le mieux en Italie ? "Je mettrai toujours en premier l’Atalanta : Elle est rapide, forte, agressive et pense qu’à attaquer. Regardez comment Muriel est dévastant. C’est tout sauf un intrus comme l’a dit Gasp : Il ne lui manque que le Nom, mais elle a un statut similaire à celui de la Juve, l’Inter et du Milan. Et maintenant qu’elle jouera qu’une fois par semaine, elle va carburer à du deux milles à l’heure." Place au pari : Qui remportera le Scudetto et qui ira en Ligue des Champions ? "Mais pourquoi dire des conneries ? Je dis juste que pour le Scudetto, cela ne concernera que l’Inter et le Milan, et pour la Ligue des Champion, il y a une place de libre. Je ne peux pas penser que la Juve ne s’y retrouvera pas : Cela se jouera entre l’Atalanta, Naples et la Roma." Comment expliquer le fiasco en Ligue des Champions ? "Car l’Atalanta et la Lazio ne peuvent pas concourir avec le Real et le Bayern. Et parce que la Juve et l’Inter auraient dû mieux joueur : En Ligue des Champions, cela ne sert à rien de spéculer, il faut avoir plus de qualités" ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  8. En effet, c’est une information en provenance du Corriere Dello Sport, soit un quotidien un peu plus sérieux que le Tuttosport turinois : Le Malade Imaginaire serait prêt à rejoindre la Capitale "Le départ de Dzeko, à qui il reste encore une année de contrat et un salaire de 7,5 millions d’euros net, peut offrir une place à l’arrivée d’un illustre équipier, qui serait aligné aux côtés de Borja Mayoral, dans le cas où l’éventuel droit de rachat du Real Madrid est repoussé en 2022. "Le nom qui a été proposé par un intermédiaire de confiance est Mauro Icardi : Le PSG est disposé à le céder pour des raisons financières par le biais d’un prêt avec un droit de rachat. L’opération n’est pas simple car le joueur dispose d’un salaire très élevé, mais la Roma évalue la situation car l’argentin est encore jeune (né en 1993) et pourrait représenter un pari intriguant." La Vieille Dame perdrait-elle son pouvoir d’attraction à l’image du Fc Barcelone ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  9. En effet, avec la défaite de l’Ac Milan ce week-end, la véritable Anti-Inter se nomme la Juventus selon la presse transalpine. En effet, les Bianconieri, éliminé de la Ligue des Champions, comptent tout faire pour parvenir à s’offrir un dixième Scudetto de suite Cette situation présente quelques similitudes avec le passé : Antonio Conte avait repris en main une Juventus aux abois, avec une équipe interiste qui venait de remporter 5 Scudetti de suite et de réaliser le Triplé. Avec le titre du Milan en 2011 qui a suivi, il y avait donc une forte empreinte milanaise en Serie A. Par la suite, Antonio Conte à semer la tyrannie avec la Juventus en lui permettant de s’offrir trois Scudetti de suite. Et si Massimiliano Allegri a réalisé un quintuplé en Italie, les bases ont été posées par le natif de Lecce. Cette tyrannie semble prendre fin et celui qui est l’instigateur de cette révolte est à nouveau Antonio Conte, lui qui en une saison et demie a permis à la Beneamata de s’offrir une Finale de Coupe d’Europe, lui qui a su se rapprocher de son ancien monstre, il y a un an Révélation de la Répubblica "L’illusion du déclin de la tyrannie de la Juventus secoue la Serie A et aurait dû offrir un nouvel équilibre, mais celui-ci n’est pas nuancé, vu la marche triomphale des nouveaux patrons. Pour résumer, le nom du Tyran a changé et les comptes font état qu’il ne manque que 9 victoires mathématiquement, en prenant en compte que la Juventus remporte tout ses matchs, pour qu’il reste en place d’ici à la fin de la saison." "La moyenne actuelle proposée par les Nerazzurri est de 2,4points/match et si elle parvient à la conserver, cela reviendrait à dépasser le palier des 91 points. En remportant tous ses matchs, la Juve arriverait au maximum à 91 points et le milan à 89 points. Sur son calendrier, l’Inter doit faire face à deux concurrent direct :Le Napoli et l’équipe de Pirlo, à l’avant-dernière journée de la saison." Un rythme diabolique "L’Inter est une équipe qui a su résoudre ses problèmes en octobre, lorsque l’expérience du Trequartiste avait amené à 3 matchs nuls et une défaites et 11 buts encaissé en 7 journées. A ce moment-là, l’équipe de Conte était sixième." "A partir de là, l’entraineur a revu la façon dont il fallait jouer. Il a donné, à l’équipe, une base prudente qui lui a permis de semer la révolte en championnat. Le déclic a eu lieu face au Torino, lors du match aller. Les Nerazzurri étaient en train de perdre ce match 0-2, mais ils ont finalement réussi à l’emporter sur un 4-2." Le nouveau visage de l’Inter "Elle a pris 14 points à l’Atalanta et au Milan, 17 à la Roma, 18 au Napoli et 29 au Sassuolo, en proposant une domination similaire à celle de l’ère juventine. Les Bianconeri sont les seuls à avoir su tenir la distance, alors que l’Ac Milan, qui dispose d’un noyau bien plus faible a fini par être délogé suite à des blessures et la fatigue des matchs européens." L’Inter a son sort entre ses mains "Le ballon est désormais entre les mains des Nerazzurri et Conte devra démontrer qu’il a changé le visage de sa propre équipe : Elle devra s’accrocher, se battre contre elle-même, gérer son avance, ne pas se planter et ne pas se laisser prendre par une crise d’angoisse ou craquer sous la pression." "L’entraineur Nerazzurro sait que tout devra être parfait et son histoire personnelle nous révèle que lorsqu’il n’a plus que le championnat à disputer, il arrive à exploiter le meilleur de ses équipes. C’est le Secret de Conte: il sait atteindre la perfection lorsqu’il n’y a plus de Coupe au milieu du chemin : C’est son histoire." "L’année dernière, la formation Nerazzurra guidée par Antonio Conte était arrivé à un point de la Juventus au terme d’un championnat étrange. Cette année, se terminera comme l’une des plus particulières de la Serie A, mais Conte aura brisé l’hégémonie Bianconera." "Tout est parti de la confrontation directe du 8 mars 2020 face aux Bianconeri. A la veille du Lockdown, l’Inter s’était inclinée 2-0. Depuis lors, l’Inter a engrangé 18 points de plus que la Juve. Et Conte espère que l’addition se paiera à la fin." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  10. "Un grand club ne regarde pas sa propre équipe s’éloigner de la tête du championnat, en envoyant son meilleur attaquant au Festival de Sanremo, blessé ou pas cela n'a pas d'importance." Telle est la déclaration lapidaire de Mario Sconcerti dans son éditorial du Corriere Della Sera "Milan peut perdre la saison, mais tous ensemble : Voir Ibrahimovic réciter un copion pour faire rire les gens d’un côté et le Milan perdre du terrain de l’autre est une contradiction trop importante qui n’appartient pas au Calcio, c’est d’un satyrisme négatif. Dans de telles conditions, c’est normal de perdre car vous n’êtes pas Da Scudetto." Sconcerti s’est également livré sur le futur duel lombard face à l’Atalanta : "Elle est plus complète que la Juve et forcément que le Milan. Elle n’a perdu qu’une seule fois en 15 matchs, La Juve s’est inclinée à trois reprises, Milan et la Roma à 4 reprises." "Milan n’a même plus de marge avantageuse sur l’Inter qui n’a plus aucun autre engagement : Pas de Coupe, ni de Sanremo qui, dans le fond, va se terminer." Pensez-vous réellement que la participation du suédois au célèbre musical italien est un manque de professionnalisme dans le chef de la Direction Milanaise ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  11. S'il y a une saison, les confrontations directes étaient le talon d’Achille de l’Inter Contienne, le natif de Lecce a réglé la mire, au point de ressusciter la Machine de Guerre : Interminator. L’Analyse de Fcinter1908.it "Une équipe agressive, déterminée, qui rarement, comme jamais, se trompe dans l’approche du match. L’Inter est à présent un groupe à l’image de son entraineur Antonio Conte. Il a été en mesure de transmettre à ses garçons la hargne dont faisait preuve le "joueur" Conte." "Les résultats se reflètent au classement où l’on voit l’Inter en tête du championnat avec 4 points d’avance sur le Milan et déjà 10 sur la Juventus (qui doit encore disputer la rencontre face au Napoli). Lorsque le jeu devient viril, l’Inter est aux commandes "L’équipe a une identité de jeu bien précise qui ne laisse que bien peu d’espace à l’adversaire. En témoigne les statistiques "Da Scudetto" de cette dernière période, mais pas seulement : l’Inter est, en réalité, l’équipe qui a totalisé le plus grand nombre de points lors des confrontations directes : soit 15 points." Personne n’est parvenu à faire aussi bien que les garçons de Conte dans le Top 7 du Classement : Derrière l’Inter on retrouve : L’Atalanta : 14 points Le Milan : 13 points La Lazio: 11 points La Juve : 09 points Le Napoli : 09 points La Roma : 03 points "C’est un signal extrêmement important d'une mentalité féroce avec laquelle l’Inter affronte ses parties, surtout les plus dures et les plus importantes, aussi bien pour le moral que pour le classement." "Conte a créé une machine qui, actuellement, est pratiquement parfaite, résistante et qui connait aussi l’impact des rencontres qui comptent. C’est une équipe qui veut tout faire pour concrétiser un rêve à la maison." Validez-vous cette analyse ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  12. L’ancien joueur de l’Inter, de la Juve, de la Roma et de Parme était dans le viseur de la Guardia di Finanza parmesane Révélation de la Gazzetta di Parma Luigi Sartor a été arrêté à son domicile en présence de son complice. Il a été pris en flagrant délit : Il s’occupait de sa serre composée de 106 plants de Marijuana! "Vendredi dernier, les agents de la Fiamme Gialle l’ont surpris avec un autre homme de 46 ans à Parme où il avait l’intention de s’occuper de sa culture: Selon les estimations, il aurait pu disposer de plus de 2 kilos de stupéfiants." "Les enquêteurs le surveillaient depuis quelques temps sur cette activité, qui se déroulait à l’intérieure d’une ferme totalement inhabitée, mais pour laquelle il a été constaté que la puissance du compteur électrique avait doublée." "Le dernier indice récolté par les policiers remonte à une dizaine de jour : À la suite d’une simulation d’un contrôle routier, la présence d'une arome de Marijuana avait été constaté à l’intérieur de son véhicule. Luigi Sartor a fait usage de son droit au silence lors de son interrogatoire et il est à présent assigné à domicile." Un coup fumant…. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  13. Calcio&Finanza s’est livré à une étude relative à l’endettement des principaux clubs de Serie A au 30 juin 2020. Au cours de cette analyse, seules les dettes financières, au net des versement à reverser aux actionnaires et aux parties qui y sont lié, de même que les flux de trésoreries ont été prises en considération. Détail par club Dans le tableau ci-dessus sont représentés les Top Club de la Serie A 2019/2020. Ils ont été classé par ordre de leurs situations financières nette (le solde entre les dettes financière et la liquidité disponible) à la date de la clôture du bilan La dette bianconera La Juventus, dans le détail, présente au 30 juin 2020 395,9 millions d’euros net de dettes , contre 10,8 millions d’euros de liquidité. Parmi les 395,9 millions d’euros, on retrouve des dettes à hauteur de 134,3 millions d’euros à court terme La plus grande partie de la dette financière du club fait suite aux 175 millions d’obligations émises en février 2019 qui seront à rembourser d’ici à février 2024. Il y a également des prêts bancaires à hauteur de 100,2 millions d’euros et des avances globales à hauteur de 82,8 millions d’euros, sans oublier 24,3 millions d’euros lié aux prêts hypothécaire de l’Allianz Stadium. La Louve et ses obligations Au 30 juin, la dette financière nette était proche des 300 millions d’euros. Celle-ci étant largement due aux 275 millions d’euros d’obligations qui ont été émise en 2019 par le club Giallorosso. 261 millions d’euros sont en effet liés à ces obligations, qui échueront en août 2024 L’Inter et le Suning Pour l’Inter, il convient de noter que la dette reprise au 30 juin 2020 n’intègre pas les prêts consenti par l’actionnaire majoritaire du Suning. Si on ajoute les dettes envers le groupe de Jindong Zhang les dettes au 30 juin seraient les suivantes Les avances milanaises Les seuls passifs financiers du Milan sont des avances en vue de futures créances relatif à des contrats de natures commerciales: Ce passif, selon le bilan consolidé du Milan au 30 juin 2020 culmine à 115,17 millions d’euros contre 94,284 millions d’euros au 30 juin 2019. Ces crédits sont autonome étant donné qu’il s’agit d’avance sur des crédits tel que les droits télés, l’encaissement des paiement pour les joueurs vendu sur le marché, soit des sommes que le club percevra dans les mois à venir! Cette situation touche aussi bien les Rossoneri que la Lazio dont les dettes sont pratiquement liées aux avance obtenu sur des crédits futurs, comme les opération de Mercato en passant par les droits télés Naples, seule exception Naples est le seul club à présenter un bilan positif net, étant donné que Naples ne compte aucune dette financière au 30 juin 2020 et qu’il dispose de 123,8 millions d’euros de liquidité. Aurelio De Laurentiis, le Président du Napoli aime rappeler qu’il n’a aucune dette envers les organismes bancaires Le patrimoine net des clubs En termes de fonds propres consolidés, au 30 juin 2020, la situation était la suivante, la Juventus est en tête suite à son augmentation de capital lancée début 2020. Comme mentionné précédemment, il s’agit d’un instantané au 30 juin 2020. En effet, comparé à cette période, l’Inter a dû ajouter des dettes financières supplémentaires à hauteur de 75 millions d’euros à la suite de l’émission de nouvelles actions en juillet dernier. Tandis que la Roma a vu son chiffre d’affaire caler suite à la conversion en capital d’environ 100 millions de prêt en provenance de Friedkin. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  14. Après la défaite à Gênes contre la Sampdoria mercredi dernier, il fallait montrer un autre état d'esprit contre une AS Roma qui pousse derrière nous au classement. Nous l'avons montré, mais sur 25 minutes seulement. Le reste n'a pas été bon, loin de là. Un démarrage assez lent des deux côtés il c'est seulement à la 12' qu'une occasion franche arrive. Lukaku met en valeur son jeu de tête, mais aussi Pau Lopez qui détourne magnifiquement le ballon en corner. Une poignée de minutes plus tard, Veretout est au coude à coude avec Barella. Le français gagne son duel physique et donne pour Dzeko. Il passe pour Mkhitaryan qui transmet instantanément à Pellegrini à l'entrée de la surface. L'italien frappe et voit son tir légèrement détourné par Bastoni ce qui surprend Handanovic. But sur un contre efficace pour leur premier tir cadré (17' 1-0). Veretout semble en jambe en ce début de partie et il oblige notre portier slovène à écarter une frappe puissante quelques minutes après. S'en suit un florilège d'imprécisions et de fautes de parts et d'autres. Le spectacle proposé est pauvre en qualité. Lautaro va bien trouver les filets (38') mais il est signalé, à raison, hors jeu. Il ne se passera plus rien jusqu'à la fin de la période, si ce n'est les mêmes travers entrevus après le but romain. A noter la sortie sur blessure de Matteo Darmian. La métamorphose acte 1. Alors que les quarante-cinq premières minutes étaient à vite oublier, tant notre prestation laissée à désirer, au retour du vestiaire tout est plus limpide. Les joueurs se trouvent tout de suite et il n'y a plus de contrôles, de centres ratés etc. Lukaku est d'abord tout proche de marquer puis, à la 52' le belge se défait du marquage de Smalling. Il centre au cordeau pour Lautaro mais ce dernier bute sur un Pau Lopez très bien placé sur ce coup. Quatre minutes après arrive la délivrance. Sur corner de Brozovic, Skriniar nous permet d'égaliser d'une tête puissante qui laisse Lopez sur le carreau (56' 1-1). La pression se fait encore plus forte sur les romains et c'est à la 63' que nous prenons l'avantage. Belle construction de but avec un changement de côté sur Hakimi. Le marocain rentre dans la surface et place un tir pied gauche en lucarne qui maltraite le dessous de la barre transversale (1-2). La métamorphose acte 2. Tout semble aller pour le mieux et pourtant, après ce but notre équipe redevient ce qu'elle était en première mi-temps, mauvaise. Nous reculons petit à petit, la Roma prend confiance, les remplaçants n'apportent rien et le couperet tombe à la 86'. Corner vite joué à deux, Villar centre pour Mancini au duel avec Skriniar. Tête décroisée qui laisse Handanovic pantois (2-2). Un point sur six sur les deux derniers matchs. Et surtout une constante, nous montrons toujours deux profils en quatre-vingt-dix minutes. Là dessus nous sommes réguliers... Mercredi c'est une pause Coppa qui arrive, contre la Fiorentina à 15h00, avant d'affronter la Juventus dimanche soir prochain en Serie A. Nous sommes toujours second à trois points de l'AC Milan. Résumé vidéo AS Roma 2-2 Inter Buteurs: 17' Pellegrini, 86' Mancini - 56' Skriniar, 63' Hakimi Roma: Lopez ; Mancini, Smalling, Ibanez ; Karsdorp, Villar, Veretout (Cristante 79'), Spinazzola (Peres 73') ; Mkhitaryan, Pellegrini ; Dzeko (Mayoral 89') Remplaçants: Farelli, Fuzato, Cristante, Jesus, Mayoral, Kumbulla, Perez, Bruno Peres, Diawara, Ruben, Podgoreanu Coach: Paulo Fonseca Inter: Handanovic ; Skriniar, de Vrij, Bastoni ; Hakimi (Kolarov 82'), Barella, Brozovic, Vidal (Gagliardini 82'), Darmian (Young 34') ; Lukaku, Lautaro (Perisic 77') Remplaçants: Padelli, Radu, Gagliardini, Sanchez, Kolarov, Sensi, Ranocchia, Perisic, Young, Eriksen Coach: Antonio Conte Arbitre: Di Bello Var: Mazzoleni Avertis: Lukaku, Bastoni, Perisic - Smalling, Mancini, Villar ®gladis32 - internazionale.fr
  15. Comment cette rencontre a-t-elle pu nous échapper ? Ici nous allons nous concentrer sur la seconde mi-temps. Quarante-cinq minutes où nous avons montré deux visages totalement opposés. Tentative d'explication : Dès la 45' nous pouvons voir que l'intention et l'intensité sont passées un cran au dessus. Les joueurs sont plus agressifs et laissent moins respirer les romains. L'équipe est plus compacte avec notamment un Barella plus libre et plus offensif. Effet domino, Brozovic joue plus haut et oblige Veretout a jongler entre le marquage de l'italien et du croate. Les phases de jeu sont plus fluides, la profondeur plus vite trouvée et les lignes sautent. Nous avons une prédominance à jouer sur le côté de Hakimi, l'homme en forme du moment. Il met à mal la défense romaine depuis le début sauf qu'en première mi-temps il jouait à contre-temps et n'était pas précis dans ses centres. Il rectifie de suite le tir en seconde période. Notre premier but arrive sur un coup de pied arrêté certes, mais il fait suite à de longues minutes de domination et d'installation dans le terrain adverse. La Roma tente de limiter la casse et joue plus bas. Elle n'arrive pas aligner plus de quatre passes et son jeu long et vite verrouillé. Brozovic est un pion essentiel, sorte de piston qui alterne l'aide aux défenseurs axiaux et surnombre lorsqu'il monte aux abords de la surface. Le second but en est l'illustration. Après un changement de côté il fait le lien entre Lautaro et Hakimi, avec au départ Barella qui joue beaucoup plus haut. Le marocain s'est chargé du reste pour la finition. Que s'est-il passé ensuite ? L'AS Roma a repris le ballon petit à petit, ou plutôt nous leur avons laissé. L'agressivité s'est perdue et le mental s'est certainement reposé sur les acquis des deux buts marqués. Lentement nous nous sommes éteints et les premiers changements sont arrivés. Le mano à mano entre Conte et Fonseca s'est fait entre la 73' et la 82'. C'est d'abord Bruno Peres qui a remplacé Spinazzola. Le brésilien, plus rapide, joue plus haut et tente de faire reculer Hakimi. Antonio Conte réagit en changeant son modulo quatre minutes après, avec l'arrivée de Perisic à la place de Lautaro. Dans cette configuration, sorte de 5-4-1, nous reculons d'instinct. Paulo Fonseca continue son chantier pour rendre son équipe plus offensive avec l'entrée de Cristante à la place de Veretout. Il accentue la pression sur notre milieu qui subit directement la montée d'un cran sur la pelouse de l'équipe adverse. Pour finir à la 82' Gagliardini succède à un Vidal perdu depuis la première minute, et surtout, Kolarov remplace Hakimi. Ce changement est fondamental. Young passe à droite tandis que le serbe tente de survivre physiquement aux assauts successifs de Villar, Karsdrop et Pellegrini. Notre milieu est aux abois, toute l'équipe est déséquilibrée et il n'y a plus aucune agressivité sur le porteur du ballon. Ajoutez à cela un Perisic qui ne sait pas où se placer exactement dans ce modulo et vous avez la recette pour prendre le bouillon. Le but viendra après une action conclue par Mancini, défenseur central, où Kolarov dégage le ballon en corner. Corner vite joué pour encore nous laisser moins respirer. Brozovic se retrouve à marquer deux joueurs, Villar a alors toute latitude pour centrer parfaitement dans la surface. Mancini, encore lui, finit le travail et égalise. Nous avons eu besoin de vingt minutes pour renverser le score, avec un jeu construit et très correct. Mais ensuite a eu lieu le blackout total où tous les joueurs se sont perdus. Ce match laisse énormément de frustration, qui plus est face à une Rome prenable. Dire qu'il faut retenir la leçon est trop simple. Cela fait des années que nous montrons plusieurs profils en 90 minutes, c'est limite devenu une routine chaque weekend. Pourquoi cette irrégularité dans nos performances perdurent-elles depuis si longtemps, c'est une énigme et une équation qu'il faudra régler obligatoirement pour gagner des trophées. La régularité au plus haut niveau c'est la clef de la réussite. ®gladis32 - internazionale.fr
  16. Luka Jovic pourrait atterrir en Serie A avant la fermeture du mercato prévue lundi prochain. Selon le quotidien madrilène AS, l'attaquant serbe du Real Madrid évalue les propositions de trois clubs italiens : la Roma, l'Inter et le Milan dans cet ordre précis. Dernièrement, Manchester United est venue aux informations mais sans soumettre d'offre malgré s'être mis d'accord avec le joueur. Dans ce "Grand Prix D'Italie" ainsi nommé par les rédacteurs du quotidien espagnol, le club de la capitale s'est emparé de la pole position à la lumière du fait qu'hier les négociations ont connu une accélération majeure. La question du salaire est encore en suspens, bien que jugée élevée par les Giallorossi. De son coté l'Inter reste en lice, elle qui propose un package économique plus avantageux pour les deux parties. Sans négliger le Milan qui à déjà obtenu le prêt de Brahim Diaz, en provenance du Real Madrid. ®KarimGipuzcoa - internazionale.fr
  17. C’est l’information de ce début de matinée, l’Inter et la Roma se sont mises d’accord sur le transfert relatif à Aleksandar Kolarov. Si le coût du transfert n’est pas encore communiqué, le seul point à définir reste la durée du contrat du joueur: L’agent de Kolarov a demandé un contrat biennal alors que l’Inter propose un contrat d’un an avec l’option d’une année supplémentaire, soit un contrat à la Ashley Young. Le Saviez-vous ? L’Inter ne compte pas investir immédiatement sur le Vice-Lukaku. La priorité a été donné aux autres secteurs. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  18. gladis32

    Kolarov en approche ?

    C'est l'idée de dernière minute qui est née après que la piste Biraghi s'éloigne, vu que l'Inter et la Fiorentina ne se sont pas mis d'accord pour le renouvellement des prêts de l'italien et de Dalbert. Aleksandar Kolarov serait dans le viseur et même en très bonne position pour arriver, comme le rapportent plusieurs médias transalpins. Les dirigeants, qui veulent faire plaisir à Antonio Conte avec des profils expérimentés sans avoir de dépenses folles, auraient déjà conclu un accord avec le serbe de 34 ans. Pour ce qui est de la Roma, elle est ouverte à une compensation à 2M€. La proposition est légèrement inférieure, 1.5M€ directement, sans autres compensations techniques ou financières. Alors que le joueur pousse pour cette transaction, le sentiment global est que l'accord est en bonne voie. ®gladis32 - internazionale.fr
  19. Calcio&Finanza s’est penché sur la future composition des différents groupes qui composeront la prochaine édition de la Ligue des Champions 2020/2021: "La Juventus grâce à son succès en championnat sera tête de série. La Lazio est reversée dans le troisième chapeau. L’Inter et l’Atalanta sont actuellement reversées dans le quatrième chapeau." Toutefois, comme le souligne la Gazzetta Dello Sport, tout dépendra également du parcours des équipes italiennes durant les phases finales des Coupes d’Europe de cette saison: "La situation pour le premier chapeau est quasiment une cause déjà entendue : Si le Champion d’Europe est l'une des équipes figure déjà dans le premier chapeau, le Fc Bruges, Champion de Belgique y sera également intégré. On y attend également le Champion d'Europe de l’Europa League." "Pour le second chapeau, tout dépendra des semaines à venir et des résultats des Final Eight, sans oublier les préliminaires." Situation provisoire (au net du résultat des compétitions actuellement en cours) 1er chapeau : Champion d’Europe de la Champions League 19/20 Champions d’Europe de l’ Europa League 19/20 Real Madrid (134.000) Bayern Munich(123.000) Juventus (115.000) PSG (105.000) Liverpool (99.000) Zenit Saint-Pétersbourg (64.000) Chapeau 2 Atletico Madrid (126.000) Fc Barcelone (124.000) Manchester City (112.000) Manchester United (95.000) Fc Séville (88.000) Borussia Dortmund (85.000) Chelsea (83.000) Shakhtar Donetsk (80.000) Chapeau 3 Porto (75.000) Leipzig (44.000) Lazio (41.000) Chapeau 4 Borussia Mönchengladbach (26.000) Basakeshir (21.500) Inter Atalanta Les équipes encore en lice en Coupe d’Europe L’Inter et l’Atalanta disposent actuellement d’un coefficient de 36.000 et 32.500 unités. Pour intégrer directement le troisième chapeau sans devoir attendre le résultat des tours préliminaires, ils devront atteindre au moins les demi-finales et les finale de la Ligue Europa et de la Ligue des Champions, en s’imposant à la 90e. Parmi les clubs qui peuvent prétendre à surclasser les équipes italiennes et bouleverser les groupes actuels, on retrouve les Champions nationaux : L’Ajax (69 500), Salzbourg (53 500), L’Olympiakos (43 000), Le Celtic (34 000) Le Dinamo Zagreb (33.500) Pour les équipes qui n'ont pas été sacrées Champion dans leurs pays: Benfica (70 000), Le Dynamo Kiev (55 000), Besiktas (54 000), Gand (39 5000) Krasnodar (35 500) Viktoria Plzen (34 000) Il va de soit que la situation actuelle peut être remise en question! Tout dépend du parcours européens des écuries italienne et du préliminaire des autres équipes en compétitions Une raison de plus de remporter le titre avec la manière ! Le saviez-vous ? L’Italie aurait pût compter 5 équipes en Ligue des Champions : il aurait fallu que le Napoli soit sacré et que la Roma remporte l’Europa League! Dans pareille situation, L’équipe qui aurait été pénalisée aurait été la Lazio qui se serait retrouvée reversée en Europa League. ®Antony Gilles- Internazionale.fr
  20. Le nul 2-2 à Rome semble geler les espoirs d'une lutte tardive pour le Scudetto. Un scénario de match à rebondissements, qui alimentera pas mal de conversations ces prochaines heures, tout comme les déclarations d'Antonio Conte en conférence de presse. Vous a-t-il manqué l'instinct du tueur après le 1-0 ? "Nous parlons d'une équipe qui à mon avis a fait d'excellentes choses. Nous sommes en Champions League quatre journées avant la fin, se détachant de la Roma de 14 points. Ils avaient le même objectif que le Napoli et le Milan. Je pense que le championnat est devenu très compétitif. Cependant j'ai entendu les commentaires et les critiques sur nous alors que les autres ne sont pas dans le top 4, sans être attaquer. Il n'y a pas de pire aveugle que ceux qui ne veulent pas voir, au final vous avez toujours raison. Je dis qu'il faut prendre l'habitude de se battre pour le classement. Quelque chose s'est perdu au cours des dix dernières années et ça ne se crée pas d'un jour à l'autre, il faut travailler. Le niveau des joueurs doit augmenter. Je ne peux rien leur dire car le test était positif face à une équipe en pleine forme physique. Je vais vous montrer le calendrier, qui passe inaperçu. Allez voir comment le nôtre est organisé et celui des autres. Le nôtre est fou, fait pour nous mettre en difficulté. Les équipes contre lesquelles nous avons joué ont toujours bénéficié d'un jour de repos supplémentaire. Nous jouons toujours à 21h45. Vous payez pour tout ça à un moment." "Je ne veux pas créer de controverse. Quand la Lega a choisi le calendrier, peut être que nous n'étions pas présents... C'est le troisième match que nous jouons contre une équipe qui a 24-36h de récupération supplémentaire. On s'entraine sous 30°, on finit la nuit et au bout de deux jours on rejoue. Nous allons être de retour à 4h du matin à Milan. Nous allons nous reposer et ensuite nous devons préparer le match contre la Fiorentina, qui a joué aujourd'hui, donc pas de problème, même si cela s'est peu produit dernièrement. Un jour de repos dans ce calendrier peut faire toute la différence. Les compromis sont toujours négatifs, à chaque fois que quelqu'un se fait gifler, c'est nous. C'était souvent comme ça déjà. C'est pourquoi je dis aux gars qu'ils sont louables, qu'ils font face à un incroyable cycle de matchs et qu'ils obtiennent des résultats importants." A quel point regrettez-vous cette égalisation juste avant la pause, après une action douteuse ? "Non ce n'est pas du tout douteux... Je l'ai bien vu, Kolarov ne prend pas du tout le ballon mais le talon de Lautaro. J'ai le plus grand respect envers les arbitres, eux aussi vivent un moment de grande pression et je ne veux pas attaquer ce genre d'évènement. Ce n'est pas juste ils ne le méritent pas. Di Bello a fait une erreur mais il a fait son match. Bien entendu si vous retournez aux vestiaires avec 1-0, vous revenez sur la pelouse avec un autre état d'esprit. Et pas en colère parce que ce qu'il s'est passé est injuste." "Les tifosi doivent être fiers de cette équipe. Nous avons quatre défaites comme le leader, la meilleure défense (avant le 2-2 de ce soir, ndlr), la seconde meilleure attaque. Des écarts importants par rapport à des équipes comme la Roma, le Napoli ou Milan, qui étaient tous équipés pour entrer en Ligue des Champions. Nous devons être patients et comprendre qu'il faudra du temps pour poses les bases solides. J'espère que tout le monde le comprend." ®gladis32 - internazionale.fr
  21. Nicolò Barella souffre d’une distraction musculaire de la cuisse droite, comprenez une douleur aux muscles adducteurs après l'effort. Comme le confirme la Gazzetta Dello Sport, Nicolò loupera les rencontres face à Vérone, Torino et la Spal, l’idée est de le récupérer pour le 19 juillet face à la Roma. Vecino de retour, Barella le remplace à l’infirmerie…Ce serait bête de laisser seul Sensi ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  22. Inter-Getafe et Roma-Séville, les seules rencontres qui ne se sont pas disputées en phase aller-retour, auront lieu en Allemagne, lors d’une confrontation à élimination directe. Le vainqueur se qualifiera pour le Final Eight qui se disputera du 10 au 21 août dans 4 villes allemandes : Duisburg, Gelsenkirchen, Düsseldorf et Cologne. Les différents horaires de matchs seront communiqués très prochainement. Cette nouvelle configuration remplacera l’annuelle International Champions Cup. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  23. Radja Nainggolan s’est livré dans un direct à Twitch à Ribera Ribell. Le Ninja le plus connu d’Italie s’est livré sur sa carrière et sur son rapport actuel avec l’Inter Juventus "Je n’ai rien contre la Juve, mais je n’aime pas être avec les plus fort. J’ai toujours dit que je n’irai jamais à la Juve car j’aime les défis, je ne veux pas être avec les plus forts. Prendre une équipe et la porter vers le haut est la chose la plus belle." "On entend aussi les juventines qui diront que c’est la Juve qui ne voulait pas de moi, mais ça me convient. Les tifosi de la Juve ont des chœurs contre moi à présent, mais la vérité est que je suis toujours resté cohérent dans ce que je déclarais." Antonio Conte "J’aurai aimé travailler avec Conte, j’aime les personne qui sont franches et lui est quelqu’un qui te dis les choses en face. Avec moi, il s’est toujours montré transparent, depuis le début. Lorsque l’on est franc et direct, je ne peux que avoir du respect." Équipiers "Un qui était divertissant c’était Juan Jesus car il était très sérieux tout en étant un gentil imbécile, mais dans le bon sens....il rit. Le plus bordélique était Manolas, c’était du lourd. Mais j’ai un rapport fraternel avec lui, je lui veux du bien. Au premier contact, il roule 100 fois par terre…Il rit." Champions "J’ai joué avec des grands joueurs, mais j’ai toujours été impressionné par Seedorf. Ensuite, ils sont nombreux : Messi et Cristiano Ronaldo font la différence et c’est normal que l’on ait envie de les jouer. Ma carrière a été importante jusqu’à aujourd’hui, j’ai toujours eu de bons rapports avec tout le monde, tout autre chose que de créer des problèmes comme quelqu’un l’a déclaré…" Buts "Le 1-0 au Napoli à la 93’ est loin devant les autres. Le plus beau techniquement est celui face à la Spal, Il était difficile que la balle arrive dans la lucarne, j’en ai inscrit quelques beau. Je tente toujours de marquer et en carrière j’en ai inscrit de nombreux hors de la surface de réparation. Mais celui face à Spal, pour sa technique et pour la rapidité d’execution était celui le plus proche de la perfection." Numéro 4 "Il n’avait pas de signification particulière. J’ai débuté à Piacenza avec le numéro 10, ensuite je suis passé au 23 que j’aimais énormément. A Cagliari, j’ai pris le 28 la première année, car Cellino ne voulait pas que je prenne un numéro plus grand. L’année suivante Conti m’a conseillé le 4 et de là j’ai commencé à faire des belles choses et j’en suis tombé sous le charme. Ce n’est même pas de la superstition, regardez à l’Inter, j’ai pris le 14, même si j’aurais préféré prendre le 4. C’est aussi le chiffre de ma date de naissance et c’est devenu un numéro très sentimental pour moi." Sacrifices "J’ai renoncé à peu de choses dans ma vie. Chacun a sa façon de vivre, je n’ai jamais renoncé à aucun vice et je n’ai pas toujours vécu comme un grand professionnel. J’en ai pris acte, mais pour moi le plus important est d’aller à la guerre chaque dimanche pour ton équipe, avec tes équipiers. Et je n’ai jamais failli à cela. Si l'on doit me juger, ce sera pour ce que j’ai donné sur le terrain. J’ai surement fait de nombreuses erreurs dans ma carrière, mais l’important est de toujours te battre pour ton équipe et je n’ai jamais manqué à ce devoir." La Roma "Si elle me manque ?J’y ai laissé mon cœur, mais pas parce que c’est la Roma : J’ai toujours reçu énormément d’affection, j’ai vécu tant de combat. En plus, j’y suis arrivé à un âge qui commençait à compter dans le Calcio, je jouais pour les objectifs les plus importants. Et même, j’aime les défis, je considère que la Juve est l’équipe la plus force de ces dix dernières années, et pour moi, c’est important de tenter de la battre et d’aller chez elle et y gagner." "C’est mon état d’esprit. A la Roma, j’ y ai toujours cru et j’ai reçu tellement d’affection de la part des gens, c’était si beau. Donc oui Rome me manque, mais la vie continue. Tant de personne se séparent de leurs fiancées d’une vie pour débuter une autre vie, c’est la Vie." Blessures "J’ai connu une blessure musculaire qui m’a mis à l’arrêt 20 jours. Je vais faire une autre visite médicale et je verrais comment cela ira. J’ai envie de disputer ces 12-13 derniers matchs en faisant le maximum, et je chercherai déjà à être présent pour le prochain match. Mais je dois attendre la visite médicale." Totti "J’ai un excellent rapport avec Francesco, nous avons passé quelques vacances ensemble. C’est une très belle personne, très divertissante car il a toujours du répondant, c’était pour moi un honneur de l’avoir connu." Héritier "L’Inter l’a recruté: Barella me ressemble, c’est un sale gosse qui inscrit quelques buts et fait des assists, il est jeune et c’est déjà un élément important qui est capable de faire tourner les dix autres dans l’équipe." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  24. C’est une information du Corriere Dello Sport, la Roma est actuellement confrontée de sérieux problèmes financier suite à la Pandémie du Coronavirus, à tel point qu’elle devra procéder à certains sacrifices Dzeko en ligne de mire Le capitaine gagne 7,5 millions d’euros net et son contrat vient à péremption en 2022. Cette masse salariale est quasiment devenu insoutenable pour un club du calibre de la Roma, qui va se voir obliger de procéder à une réduction importante de ces coûts Dans la gestion de Guido Fienga, qui est en charge de la restructuration, s’il est possible de vendre Dzeko, cette piste est à privilégier. Petrachi en avait d'ailleurs déjà été alerté . Dans le cas contraire, il y aura lieu de procéder à une réduction de son salaire en prolongeant son contrat jusqu’en 2023 L’Inter surveillerait avec attention cette situation, surtout si l’arrivée d’Olivier Giroud vient à être compromise. Toutefois, au vu des précédents dans ce dossier, le transfert de Dzeko devrait quasiment être gratuit, Beppe Marotta jugeant que les 12 millions d’euros proposés étaient suffisant. Avec une année supplémentaire au compteur et un club dans l’obligation de vendre, Il Padrino sera quoiqu’il arrive en position de force ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  25. Intervenu sur Sky Sport en avant-match de Lecce-Inter, Beppe Marotta s’est livré sur la transaction phare entre les deux clubs qui a fini par capoter. "Il y a eu une excessivité médiatique vraiment importante. J’ai un respect maximum pour Spinazzola, c’est un très grand professionnel, je l’ai connu à la Juve. Il y a des évaluations techniques, économiques, physiques et médicales à faire. Au terme de ces évaluations, j’ai conclu que nous n’irions pas au bout de la transaction et j’ai averti mon homologue et collègue de la Roma. C’est tout." Est-ce un fait absolument inédit ? "Je ne le dirai pas de cette façon. Un de nos joueurs, Santon, a vécu cette situation à trois reprises. Il n’était pas affecté la première fois. Les évaluations se font de façon approfondies. L’opération Spinazzola était une opération à hauteur de 55 millions d’euros. Le Club a tout à fait le droit de bien tout analyser." Que pensez-vous de la photo de Politano avec le maillot de la Roma ? "La photo faite ne dépend pas de notre gestion. Spinazzola n’a fait aucune photo avec nous. Il s’agit là d’une première réflexion à avoir." Réaction du principal intéressé "Je me sens bien, c’est de la folie. Je suis un joueur de Nazionale et j’ai déjà joué dans de nombreuses équipes. Actuellement, je suis à la Roma. Cela me semble fou de dire que j’étais en méforme. C’était important aussi pour moi aujourd’hui de le prouver, j’ai énormément couru. Je m’étais aussi entraîné à Milan dans une salle de gymnastique, puis je suis revenu pour ne pas manquer l’entrainement." Êtes-vous déçu de quelqu’un, suite à ce qu’il s’est passé ? "Non, je pense que le Directeur Sportif s’est déjà exprimé. Je pense à présent à la Roma et à moi-même. Il n’y a pas de gros problèmes, j’ai tout dans la vie et je dois seulement la remercier." Politano tout de même à la Roma ? En effet, Gianluca Petrachi ne s’est pas laisser démonter sur Sky Sport: "Je crois qu’il faut faire prévaloir le bon sens. Celui qui participe au mercato sait que tout peut arriver, mais il y a aussi les paroles données, l’opération était actée. Politano et les déclarations de Fonseca peuvent en témoigner. Nous cherchons un ailier et nous verrons si l’Inter consentira à nous prêter Politano, nous sommes ouverts à la négociation." "Le joueur est une propriété de l’Inter, il pourrait devenir un joueur de la Roma si nous venons à le racheter. Il ne faut pas oublier que nous sommes toujours des hommes et que nous devons penser aussi à leurs biens. Je suis déçu que la parole donnée n’ait pas été maintenue, mais cela fait partie des folies du mercato." D’après les dernières informations en notre possession, la Roma souhaiterait s’attacher les services de Politano en prêt avec un droit de rachat. Cependant le Napoli s'intéresserait au joueur et aurait trouvé un accord pour un transfert définitif à hauteur de 25M€. Affaire à suivre, la Roma augmentera t-elle son offre ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr