Aller au contenu
×
×
  • Créer...

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'ronaldo il fenomeno'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

23 résultats trouvés

  1. L'ancienne légende de l'Inter et du Brésil a parlé de son soutien continu à son ancien club, de son bonheur et de sa fierté lorsque les Nerazzurri ont remporté le Scudetto la saison dernière. S'adressant au journal milanais Gazzetta dello Sport, le joueur de 44 ans s'est dit heureux que les Nerazzurri traversent une période de force et a prédit qu'ils seraient les favoris du Scudetto encore une fois cette saison. Considéré comme le joueur le plus emblématique des Nerazzurri, Ronaldo n'a jamais réussi à remporter la Serie A avec le club, ayant joué avec l’Inter à une époque de compétition intense entre les grands clubs d’Italie. Il est heureux que son ancienne équipe joue bien pour concourir pour les trophées les plus importants, et se considère toujours comme un fan des Nerazzurri bien qu'il soit allé dans d'autres grands clubs, y compris leurs prochains adversaires de la Ligue des champions, le Real Madrid et les rivaux de la ville AC Milan. "Je suis un Interista", a-t-il déclaré, "J'entretiens une relation spéciale avec l'Inter et j'aimerais toujours qu'ils gagnent. La saison dernière a été merveilleuse, nous avons mis fin à la série de victoires de la Juventus, quelque chose dont nous nous souviendrons longtemps." "Dommage que Lukaku soit parti en Angleterre, mais il est difficile de résister lorsque les meilleurs clubs de Premier League appellent. Chelsea a mis à profit sa puissance financière", a-t-il évoqué sur la perte de Romelu Lukaku. "Mais oui", a-t-il déclaré à propos de la poursuite du Scudetto, "Pour moi, le grand favori reste l'Inter, champion en titre. Lukaku est parti, mais l'équipe reste forte et équilibrée, ils ont signé Dzeko et ont fait d'autres signatures importantes, il y a beaucoup de jeunes joueurs intéressants dans l'équipe." Interrogé sur les attaquants des Nerazzurri Joaquin Correa et Lautaro Martinez, il a déclaré: "Je ne sais pas s'ils seront les deux titulaire à la fin, il y a aussi Dzeko. Lautaro jouera certainement, mais oui, Martinez et Correa garantissent un bon nombre de buts. La saison est longue et ils seront utilisés ensemble dans de nombreux matchs." Ronaldo a adressé un mot à l'ancien entraîneur de l'Inter et actuel de la Roma, Jose Mourinho, déclarant que "Mourinho me semble le même grand entraîneur qu'il a toujours été." Et de poursuivre : "Il améliorera la Serie A avec son expérience et sa façon de travailler. Il est l'un des entraîneurs les plus importants au monde. Je suis sûr qu'il s'en sortira bien à Roma car c'est un professionnel accompli." ©Internazionale.fr, via SempreInter - Traduction Oxyred
  2. La longue histoire de l'Inter Milan a été remplie de grands succès et de joueurs légendaires. Aujourd'hui, elle fait partie des clubs les plus titrés d'Italie et est devenue le premier club italien à remporter un triplé lorsqu'elle a battu le Bayern Munich en 2010. Cependant, il a fallu attendre 11 ans pour resoulever un trophée et elle a connu des difficultés ces dernières années. Nous, les fidèles de l'Inter, sommes impatients de retrouver nos anciens sommets car nous avons vu des équipes historiques revêtir nos célèbres maillots noirs et bleus au fil des ans et décennies. Qu'il s'agisse de la "Grande Inter" d'Helenio Herrera ou celle du "Triplete" de Jose Mourinho, l'Inter s'est régulièrement retrouvée au sommet du football italien. Voici un onze (possible) de légende. Walter Zenga Peut-être l’un des palmarès les plus légers de ce onze, avec un Scudetto (1989), deux Coupes de l’UEFA (1991, 1994) et une Super Coupe Italienne (1989), mais un talent hors norme, une casquette devenue célèbre et un charisme sans égal dans les buts de l’Inter. Zenga est l’indiscutable titulaire de cette équipe et ce ne sont pas ses 473 matches sous le maillot Nerazzurro qui rendront ce choix illégitime. Derrière, c’est une succession de grands gardiens qui ont défilé, avec des succès souvent plus importants, des souvenirs impérissables, mais aucun n’a réellement su faire oublier le grand Walter. Javier Zanetti Zanetti a rejoint l'Inter en 1995 et était le premier achat de Massimo Moratti (!) L'arrière a passé 19 ans avec le club, récoltant 858 apparitions avec l'Inter dans toutes les compétitions, le laissant quatrième sur la liste pour les apparitions en Serie A. Capitaine de l'équipe pendant treize ans, Zanetti a mené l'Inter à cinq titres de champion et un trophée de la Ligue des champions. Surnommé El Tractor pour son incroyable rythme de travail, la légende de l'Inter était capable de jouer de chaque côté de la défense et a même figuré au milieu de terrain. Giuseppe Bergomi L'un des hommes notables d'un club de l'Inter, Bergomi est passé par les rangs des jeunes et a fait ses débuts pour eux en 1980. Au cours de ses 20 ans de carrière avec le club, Bergomi a disputé 754 matchs, dont 517 en Serie A, et détient actuellement le record du plus grand nombre d'apparitions en Coupe UEFA, 96 matchs. Bergomi a d'abord commencé arrière droit et a ensuite été déplacé au cœur de la défense et a été une figure clé du triomphe au Scudetto en 1989. Le défenseur a remporté trois autres Coupes UEFA tout au long de son séjour avec l'Inter. Ivan Córdoba Peu de temps après son arrivée en provenance de San Lorenzo, le défenseur colombien a noué un formidable duo avec Marco Materazzi. Malgré sa petite taille, Córdoba était un élément crucial de la ligne arrière de l'Inter au début des années 2000 et a mené le club à cinq Scudetti et une Ligue des champions. Connu pour son athlétisme et son rythme, Córdoba a souvent été placé au poste d'arrière. Le défenseur a fait 324 apparitions avec le club au cours de son mandat de 12 ans, remportant quinze titres et a même été vice-capitaine derrière Zanetti. Giacinto Facchetti Facchetti faisait partie intégrante de la "Grande Inter" d'Helenio Herrera, faisant 634 apparitions et marquant 59 buts. L'homme de l'Inter reste le défenseur le plus prolifique de l'histoire de la Serie A. Facchetti a commencé sa carrière en tant qu'attaquant avec son club de la ville natale Trevigliese, mais Herrera l'a rapidement converti en arrière latéral offensif. En 1966, Facchetti a marqué 10 buts en une saison, le plus grand nombre pour un défenseur jusqu'à ce que Materazzi batte ce record. Le défenseur a passé toute sa carrière avec l'Inter, remportant quatre titres de champion, deux coupes d'Europe et une coupe intercontinentale. Facchetti a été le capitaine de l'Italie lors de l'Euro 1968. Esteban Cambiasso Le milieu de terrain argentin a rejoint l'Inter après l'expiration de son contrat avec le Real Madrid en 2004. Cambiasso est rapidement devenu un pilier du milieu de terrain de l'Inter aux côtés de son compatriote Juan Sebastián Verón et a joué un rôle majeur dans le Triplete. Déployé devant la ligne de quatre défenseurs, le milieu de terrain a agi comme un destroyer, mais avait un sens aigu du but, comme en témoignent ses 51 frappes tout au long de sa carrière à l'Inter. Cambiasso a passé dix saisons avec le club, faisant 315 apparitions et remporté 15 titres dont cinq Scudetti, avant de rejoindre Leicester en 2014. Luis Suarez Le maestro espagnol a suivi Helenio Herrera à l'Inter en 1961 et est devenu le joueur le plus cher du monde à l'époque. El Arquitecto reste le seul joueur espagnol à avoir remporté le Ballon d'Or et a été la force créatrice de la Grande Inter de Herrera. Suarez était également capable de trouver le fond du filet et a marqué 55 buts lors de ses 328 apparitions avec le club. Suárez a passé neuf saisons avec les Nerazzurri, remportant trois Scudetti, deux Coupes d'Europe et une Coupe intercontinentale. Mario Corso Un autre membre de la Grande Inter de Herrera, Corso a fourni l'étincelle offensive dans le dernier tiers du terrain, marquant 75 buts en 413 apparitions avec le club. Le natif de Vérone a marqué lors de ses débuts à 16 ans, devenant ainsi le plus jeune joueur de l'histoire de l'Inter à le faire. Corso a été surnommé Il Piede Sinistro di Dio, le pied gauche de Dieu, pour ses centres précis et ses coups francs et s'est rapidement fait un nom sous le maillot noir et bleu. L'ailier a passé 16 ans avec le club, remportant huit titres, dont quatre Scudetti et deux Coupes d'Europe. Corso a brièvement été capitaine de l'équipe avant de terminer sa carrière avec le Genoa. Sandro Mazzola Mazzola est un autre joueur qui a passé toute sa carrière de 17 ans avec les Nerazzurri. L'attaquant a joué un rôle déterminant dans le système de contre-attaque de Herrera et a utilisé son incroyable changement de rythme pour dévaster l'adversaire lors des contres. En 1965, Mazzola a terminé comme capocannoniere de la ligue, marquant 17 buts. À peine six ans plus tard, l'homme de l'Inter a terminé deuxième au Ballon d'Or derrière Johan Cruyff. Mazzola a disputé 417 matches avec le club et marqué 116 buts, aidant les Nerazzurri à remporter quatre Scudetti, deux Coupes d'Europe et une Coupe intercontinentale. Ronaldo (le vrai) L'Inter a battu le record du monde de transfert lorsqu'elle a déclenché la clause libératoire du Brésilien en 1997. Le mandat de cinq ans a finalement déraillé à cause des blessures, mais l'impact d'El Fenomeno sur le club ne peut être sous-estimé. L'attaquant a passé cinq saisons avec l'Inter, marquant 49 buts en 68 apparitions et a mené l'équipe à un triomphe en Coupe UEFA en 1998. Au-delà de son impressionnant record de buts, l'attaquant a remporté deux Ballon d'Or et a été capitaine de l'Inter jusqu'à ce qu'il rejoigne le Real Madrid. Giuseppe Meazza Meazza a été l'un des canonniers les plus prolifiques de l'histoire italienne, marquant 242 buts en 13 saisons avec le club. En fait, il a inscrit 100 buts en championnat à l'âge de 23 ans. Meazza a reçu le surnom de il Ballila, le petit garçon, par son coéquipier Leopoldo Conti après avoir commencé à s'entraîner avec l'équipe senior à seulement 17 ans. L'attaquant est actuellement le meilleur buteur de l'Inter et a mené les Nerazzurri à trois titres de Serie A. Meazza reste l'un des trois joueurs italiens à avoir remporté deux Coupes du monde, en 1934 et en 1938. Un an après son décès, le San Siro a été nommé en son honneur et est depuis devenu le Stadio Giuseppe Meazza. Note: les stats des joueurs sont toujours sujettes à caution (je n'ai jamais compris comment elles sont calculées).
  3. Après le Scudetto, trois stars Nerazzurri ont désormais connu un succès continental avec l'Italie et l'Argentine. L'Inter est champion d'Italie. L'Italie est championne d'Europe. L'Argentine est championne d'Amérique du Sud. Et trois joueurs Nerazzurri, Nicolo Barella, Alessandro Bastoni et Lautaro Martinez, ont maintenant goûté à la gloire à deux reprises cet été. La couleur bleue figure dans les trois triomphes: début mai, le noir et le bleu de l'Inter ont scellé un 19e Scudetto, puis deux mois plus tard, le bleu de l'Italie et le bleu ciel de l'Argentine ont remporté respectivement l'Euro et la Copa America. Les Azzurri ont battu l'Angleterre aux tirs au but à Wembley pour remporter l'Euro pour la première fois depuis que Giacinto Facchetti a remporté ce trophée à Rome il y a 53 ans, tandis que l'Argentine a devancé le Brésil pour remporter sa première couronne en Copa America en 18 ans. Avant dimanche dernier, sept joueurs avaient remporté le Championnat d'Europe en jouant pour l'Inter: Luis Suarez (avec l'Espagne 1964), Facchetti, Tarcisio Burgnich, Angelo Domenghini et Sandro Mazzola (avec l'Italie en 1968), Laurent Blanc (avec la France en 2000) et Giorgos Karagounis (avec la Grèce en 2004). Maintenant, il y en a neuf. Barella et Bastoni ont été dans l' équipe italienne de 26 joueurs sélectionnée par Roberto Mancini qui a exercé deux mandats en tant qu'entraîneur de l'Inter (2004-2008 et 2014-2016). Nicolo était un pilier du milieu de terrain Azzurri commençant chaque match sauf contre le Pays de Galles, marquant un but dans la victoire en quart de finale contre la Belgique et jouant 50 minutes en finale. Alessandro a quant à lui fait une apparition pendant le tournoi, 90 minutes contre le Pays de Galles. Après leur triomphe à Wembley, le duo Azzurri s'est rendu sur Instagram pour célébrer. "N'arrêtez jamais de rêver! CHAMPIONS D'EUROPE", a écrit Barella, sous une photo de lui embrassant le trophée. "Après une période difficile pour tout le monde, cela nous procure une immense joie de rentrer en Italie avec ce trophée. Je tiens à remercier mes coéquipiers, un groupe de joueurs extraordinaires qui ont rendu cette réalisation encore plus spéciale. Merci à vous les fans de nous conduire avec votre passion et votre soutien contagieux. C'est un rêve devenu réalité... CHAMPIONS D'EUROPE !", a déclaré Bastoni. Le succès de l'Italie survient le même jour, 11 juillet, où cinq joueurs de l'Inter (Giuseppe Bergomi, Ivano Bordon, Gabriele Oriali, Alessandro Altobelli et Giampiero Marini) ont aidé les Azzurri à remporter la Coupe du monde 1982 en Espagne il y a 39 ans. C'était aussi le moyen idéal pour Barella de célébrer l'anniversaire de son arrivée à l'Inter, le 12 juillet 2019. Pour les plus jeunes, voici un résumé de Italie - RFA, finale de la Coupe du Monde de 1982: Quelques heures plus tôt, de l'autre côté de l'Atlantique, Lautaro Martinez a débuté aux côtés de Lionel Messi dans l'équipe argentine qui a vaincu son rival brésilien au Maracana. El Toro a réalisé un superbe tournoi pour l'Albiceleste, marquant trois buts: contre la Bolivie en phase de groupes, l'Équateur en quarts de finale et la Colombie en demi-finale. Après la finale, alors qu'il a joué 79 minutes, Lautaro a posté une photo de lui et de ses coéquipiers avec le trophée sur le gazon sacré du Maracana, déclarant: "Pour tous les Argentins, pour tous ceux qui nous ont soutenus, pour ma famille. Merci pour cette joie incroyable. Nous sommes des champions d'Amérique." Avant Martinez, sept joueurs Nerazzurri avaient remporté la Copa America: Gary Medel était le plus récent, en 2015 et 2016 avec le Chili. Avant lui, il y a eu plusieurs Brésiliens: Ronaldo en 1997 juste après avoir rejoint l'Inter, et encore en 1999 lorsqu'il a marqué en finale contre l'Uruguay ; Adriano, qui a dominé l'édition 2004, lorsque Julio Cesar était également impliqué, et a terminé meilleur buteur du tournoi, marquant en finale contre l'Argentine avant une victoire aux tabs; Maicon en 2007 (Brésil 3-0 Argentine); et Miranda en 2019, à la fin de son passage à l'Inter, battant le Pérou en finale. Ruben Sosa a également connu le succès de la Copa America avec l'Uruguay en 1995, tout comme Ivan Cordoba qui a inscrit le but vainqueur de la Colombie lors de la finale 2001 contre le Brésil. Seuls deux clubs peuvent se targuer d'avoir des joueurs titulaires à la fois à l'Euros et en finale de la Copa America: l'Inter et le PSG (Barella, Lautaro ; Marco Verratti, Angel Di Maria). Cela a certainement été un été inoubliable pour l'Inter. Félicitations à notre Italie, Argentine et nos champions!
  4. Dans une interview fraîche te divertissante partagée sur le compte Twitter de l'équipe nationale italienne, Leonardo Spinazzola a révélé son grand amour pour notre vrai légendaire attaquant. "J'ai commencé à regarder des vidéos de Ronaldo 'Il Femomeno' alors j'ai soutenu l'Inter. J'ai toujours admiré les joueurs qui jouent avec imagination." Les expériences de Spinazzola seront partagées par de nombreux Italiens du même âge qui se souviennent des exploits passionnants du Brésilien lorsqu'il était joueur de l'Inter. L'admiration de Spinazzola pour le flair de Ronaldo met en évidence la racine de la popularité de l'Inter aux yeux de nombreux fans car il reste un joueur emblématique qui attire les fans au club. Pour les plus jeunes, voici les 59 buts d'Il Fenomeno pour l'Inter. Contrairement à un autre n°9 qui se voit consacrer 3 ou 4 articles par jour, Il Fenomeno a marqué des buts importants quand il le désirait et a amené son équipe nationale sur le toit du monde en 2002 via un doublé face à Oliver Kahn.
  5. Marco Materazzi a plaisanté en disant que l'entraîneur entrant Simone Inzaghi nous doit toujours le Scudetto de 2002 dans une longue interview avec 7 Corriere sur Instagram, rapportée par FCInterNews.it , où il évoque les joueurs avec lesquels il aurait aimés jouer, la Coupe du Monde 2006 et le Triplete. Simone Inzaghi nous doit un Scudetto. "Tout le monde est sceptique à l'égard de Simone, mais en attendant, il nous doit le Scudetto du 5 Mai 2002. L'Inter a l'opportunité de rester au top, Simone a si bien fait que son travail est resté caché, mais il est l'un des meilleurs jeunes entraîneurs italiens, maintenant il doit faire le saut." Sur les joueurs avec lesquels il aurait aimés jouer. "L'Inter a eu la malchance de ne pas gagner ce qu'elle méritait, comme pour le Scudetto de 1998. Ils avaient Ronaldo, le plus fort de l'histoire, et nous aurions dû gagner encore plus avec lui. Je mourais d'envie d'avoir son maillot quand je lui ai fait face, de le retrouver. Lui faire face comme un autre joueur était une émotion incroyable. J'ai joué avec tous les meilleurs, mais Ronnie était le meilleur. Je regrette de ne pas avoir pu le convaincre de rester après 2002, mais il était fatigué. Quand il a quitté la Pinetina, il a dit qu'il resterait s'ils se débarrassaient de l'entraîneur Hector Cuper. Il serait également revenu chez nous l'année où il est allé à Milan, en 2007. J'aurais aimé jouer avec Lothar Matthaus et Karl Heinz Rummenigge, je me serais très bien entendu avec eux parce qu'ils ont du caractère. Nicola Berti aussi parce que c'est un fou comme moi, un vrai mec qui dit ce qu'il pense sans filtre. Nous sommes comme ça." Jose Mourinho et Antonio Conte. "Les mariages ont toujours besoin de deux personnes, logique. Mais je sais pertinemment qu'il serait revenu il y a deux ans. Ensuite, ils ont choisi Antonio Conte, qui en tant qu'ancien joueur de la Juventus a beaucoup fait pour l'Inter et doit être remercié pour cela. Quand il a dit: 'J'ai compris ce que voulait dire Inter', c'était le plus significatif. Il a créé un groupe solide. Je disais déjà en Décembre que l'Inter dépasserait le Milan et beaucoup se moquaient de moi, alors que j'avais raison parce que l'Inter a l'équipe la plus forte." Sur samuel Eto'o et Romelu Lukaku. "Eto'o est mon petit frère, je dois le remercier pour la vie car il nous a apporté le Triplete. Il savait le faire, il nous a permis de nous battre sur tous les fronts en termes de mentalité et cela a fait la différence. Lukaku est comme Vieri maintenant. Mais pas quand il est arrivé. Je ne pensais pas qu'il pouvait être le nouveau Vieri. Au lieu de cela, il s'est avéré être un leader et un buteur, il a fait de grands progrès grâce à Conte." A propos de Zlatan Ibrahimovic. "Quand il était à l'Inter, la relation était bonne, mais il a changé de cap. Sur le terrain, les choses se passent. Il pourrait éviter d'aller sur les réseaux sociaux pour évoquer le passé car cela n'a aucun sens. Il aurait pu l'éviter, je le respecte en tant que joueur et je le remercie pour ce qu'il m'a fait gagner quand il était avec nous et quand il est parti. Je le félicite car il fait la différence à 40 ans, chapeau à lui." A propos de Roberto Mancini. "Nous nous sommes disputés à plusieurs reprises, heureusement, nous étions toujours séparés et nous ne nous sommes jamais venus aux mains. Il a fallu très peu pour entrer dans ses grâces en remportant la Coupe du monde en 2006." Sur deux joueurs de l'AS Rome. "J'aurais aimé voir Francesco Totti à l'Inter, malheureusement cela n'est pas arrivé. C'était impossible. La même chose avec Daniele De Rossi. J'ai résisté à un transfert au Milan et je remercie ceux qui m'ont permis de rester, en l'occurrence Giacinto Facchetti. J'aurais laissé plus de fierté que de trahir le club, mais je ne pouvais pas dire non à Giacino et finalement rien ne s'est passé." La Coupe du monde 2006. "J'ai eu la chance de disputer la Coupe du monde grâce à la blessure d'Alessandro Nesta. Je préfère me souvenir de mes deux buts plutôt que du coup de tête de Zidane, qui nous a permis de gagner. Au final, c'était important de marquer des buts et surtout de marquer les penalties malgré la pression. Je félicite Zidane en tant que joueur et en tant qu'entraîneur, il s'est avéré être un numéro un." La victoire en Ligue des champions en 2010 comme un couronnement. "Javier Zanetti était tellement fiable que vous pouviez compter sur lui à chaque match. Il était toujours là dans les moments difficile, en tant que capitaine. Vous avez hâte d'embrasser la Ligue des champions, mais avant le match, vous ne devez pas toucher le trophée. Vous devriez l'enseigner dans les écoles de football." "Le Triplete était le couronnement d'un rêve de carrière car après la Coupe du monde, il ne me manquait que la Ligue des champions. Quand j'ai vu les différents titres dans les salons de Paolo Maldini et Lionel Messi, j'ai regardé ma femme et lui ai dit que je la voulais."
  6. S'adressant au journaliste espagnol Alexis María Martín-Tamayo Blázquez, mieux connu sous le nom de Mister Chip, sur Twitch, Javier Zanetti s'est exprimé sur le travail de Conte, le futur Scudetto, sur Mourinho et Ronaldo. Sur le travail de Conte. "Conte fait un travail extraordinaire avec son staff et les joueurs." "Nous avons failli remporter un trophée la saison dernière et, ayant continué avec sa culture de travail, les joueurs se sont beaucoup améliorés. Ce fut une année très difficile pour tout le monde avec la pandémie du COVID-19, tout le monde a fait un gros effort. Personnellement, je m'entraîne toujours pour rester proche de l'équipe, je respecte tout le monde et je parle à Conte et aux joueurs quand j'en ai l'occasion." "Maintenant, nous avons besoin d'un coup de pouce supplémentaire (pour sécuriser le scudetto, ndlr), mais je suis surtout content du travail que nous avons accompli ces deux dernières années." L'Inter est sur le point de mettre un terme à neuf ans de domination de la Juventus. "C'est pourquoi ce n'était pas facile cette année. La Serie A est une ligue difficile et équilibrée car il y a beaucoup d'équipes qui se sont améliorées, mais nous avons eu de la constance." Des comparaisons avec le groupe du Triplete en 2010? "C'est assez différent parce qu'il y avait plus d'expérience dans notre vestiaire alors que celui-ci a beaucoup de jeunes joueurs qui ont fait d'énormes progrès grâce au travail de l'entraîneur." "Ils ont amélioré leur mentalité, gagner est toujours difficile. Il ne reste plus longtemps, juste une petite poussée de plus: ils le méritent ce titre de Serie A." Souvenirs du travail sous Jose Mourinho. "Jose avait une grande empathie, c'est un entraîneur avec de grands pouvoirs de persuasion." "Il a fait de grandes améliorations à l'Inter: je me souviens que lorsque nous sommes sortis de l'UEFA Champions League contre Manchester United, par une triste nuit, il a dit à Massimo Moratti que nous gagnerions la compétition la saison prochaine en recrutant cinq joueurs." "Mourinho a une grande personnalité et est très intelligent." Souvenirs d'avoir joué aux côtés de Ronaldo, le vrai. "Ronaldo était sans aucun doute une machine, un vrai phénomène pour ce qu'il a montré sur le terrain. Il a été incroyable lors de cette première saison (1997-1998), vraiment unique." "Il a eu du mal à faire face à sa première blessure, puis lorsqu'il s'est blessé contre la Lazio (lors de la finale de la Coppa Italia en 2000, ndlr), il y a eu un silence surréaliste dans le stade. Personne ne se souciait plus de la finale, nous voulions juste connaître l'état de santé de Ronaldo; ça nous faisait mal de le voir souffrir ainsi." "Ronie s'est rapidement adapté à l'Inter parce qu'il était une personne positive et qu'il y avait beaucoup d'autres joueurs sud-américains; nous savions que nous allions signer un incroyable joueur de Barcelone."
  7. Hier, Jeudi 29 avril, c'était l'International Dance Day. l'Inter a tweeté une vidéo avec certains des meilleurs jeux de jambes de Ronaldo et l'a appelé: "Un homme qui avait le monde à ses pieds éblouissants et dansants..." Voici sa performance contre la Lazio en finale de la C3 en 1998.
  8. Andrei Radu a salué notre légende Walter Zenga et a admis qu'il aimerait avoir le jeu de pieds de Ronaldo, le vrai. Le Roumain a été invité à choisir son Inter XI de tous les temps dans un long métrage pour Inter TV. "Pour le gardien, c'est un choix difficile, je devrais choisir entre Zenga et Julio Cesar. Je dirai que Zenga pour son record d'apparitions de tous les temps, il était consistent et constant." "Maicon est à l'arrière droit, Cristian Chivu et Marco Materazzi sont au centre et j'aurai Javier Zanetti à gauche. Je les choisis parce qu'ensemble, ils ont été la meilleure défense de l'Inter." "Esteban Cambiasso et Dejan Stankovic sont parfaits pour jouer devant la défense, non seulement parce qu'ils ont remporté le Triplete mais aussi parce qu'ils ont su comment faire les deux côtés du terrain avec brio." "Figo peut jouer à droite, Wesley Sneijder est le 10 et Samuel Eto'o ira à gauche; ils auraient été un trio exceptionnel ensemble." "Je choisirai le Brésilien (R9, ndlr) parce qu'il a remporté le Ballon d'Or." "Je choisirais définitivement voler le talent de Ronaldo, sa nonchalance était vraiment unique. Je pourrais jouer avec ses pieds talentueux, de cette façon je peux dribbler autour d'un attaquant quand ils s'approchent de moi."
  9. Dans une interview publiée dans le Corriere della Sera, Cannavaro a insisté sur le fait de dire que l'Inter est défensive est injuste et a déploré le manque d'attractivité de la Serie A. L'Inter trop défensive? "En fin de compte, ce sont les résultats qui comptent et l'entraîneur doit en répondre. Il y a différentes philosophies, ceux qui essaient de gagner avec un football plus offensif et certains qui préfèrent une approche plus prudente. Mais vraiment, de quoi parle-t-on? Regardez combien le nombre de buts l'Inter a marqué, 69. C'est comme critiquer Cristiano Ronaldo, comme certains l'ont fait récemment, même si le Portugais compte déjà 25 buts en 27 matchs. La vérité est que personne ne peut plus attaquer à fond, les matchs doivent être interprétés par les adversaires et les options disponibles." La Serie A manque d'attraction. Est-il possible de remédier à ce déclin? "Malheureusement, nous n'avons plus le pouvoir de recruter les meilleurs (jeunes) joueurs, ils préfèrent aller en Premier League, en Liga ou au PSG. J'ai eu l'occasion de m'entraîner avec Diego Maradona, de marquer des champions comme Ronaldo ou Zinedine Zidane. Dans les années 80 et 90, nous avons attiré le meilleur du football mondial. Or ce n'est plus le cas et cela doit nous faire réfléchir. Mais il ne faut pas trop déprimer. Ce qui me donne de l'espoir, c'est que nous avons encore d'énormes progrès à faire, car nous ne pouvons pas faire pire que cela. Il y a des clubs qui ont la possibilité de construire leur propre stade et de gérer les revenus et les ressources au-delà des droits de télévision. Comme le font les plus grands clubs européens depuis un certain temps." AD10S Diégo. "Diego nous a quittés trop tôt et a laissé un immense vide. Mais il nous a aussi laissé beaucoup de belles choses, des images fantastiques que je porte à l'intérieur de mon cœur, en tant que fan de Naples et en tant qu'ami."
  10. Dans une interview publiée dans le journal La Repubblica, le joueur de 22 ans a admis que Naples et Gennaro Gattuso s'intéressaient à lui, mais les ambitions de l'Inter l'avaient poussé au Stadio Giuseppe Meazza. Pourquoi l'Inter? "Ils [Napoli] me scrutaient parce que je suis jeune et à Dortmund je me débrouillais bien. Mais l'équipe qui m'a le plus attiré était l'Inter, c'était un projet qui grandissait." "C'est un honneur de faire partie de la campagne pour le nouveau logo. Je l'aime bien et je pense qu'il va vers l'avenir. Un avenir que nous pouvons construire ensemble. J'espère rester longtemps dans ce club, je suis heureux ici." Sur Conte. "C'était un beau geste d'affection après le but de Matteo. L'entraîneur est avec nous quoi qu'il arrive. C'est un frère aîné pour nous à la fois en termes d'âge et d'expérience. Il nous donne de la liberté et nous permet de nous amuser, ce que vous pouvez voir sur le terrain. Il fait partie d'un groupe qu'il a lui-même construit." Sur son utilisation dans une défense à trois. "Au Real Madrid, j'ai grandi avec une défense à quatre, mais avec trois joueurs centraux, j'ai plus de liberté pour attaquer. L'accent mis sur la tactique et la défense est au cœur du football de Conte et cela fait de moi un joueur plus complet. Nous voulons tous les mêmes choses, nous suivons un seul chemin et nous sommes unis même en dehors du terrain. La croissance a été graduelle. Beaucoup d'entre nous étaient nouveaux, y compris moi-même. Nous avons appris à nous connaître." Sur la progression de l'équipe. "Ensuite, bien sûr, des choses se sont produites et elles nous ont dynamisés. L'élimination de la Ligue des champions nous a permis de nous concentrer sur la Serie A, tandis que les défaites nous ont aidés à comprendre ce que nous voulions. Nous parlons du Scudetto avec respect, sachant que nous ne l'avons pas encore gagné. Je ne nierai pas que c'est notre objectif, mais il y a beaucoup de jeux à jouer. Demain contre Naples sera très important." L'Inter aura un impact en Europe? "Certaines choses manquaient et nous avions besoin de temps pour la pâte prenne. Le regret de l'élimination demeure, mais nous sommes forts. Cette équipe sera également évoquée en Europe. Un match de football n'est pas un film. Dans le football, il est important de marquer des buts et de ne pas concéder, de gagner et de terminer premier dans chaque compétition." Sur l'Inter de Ronaldo. "Je me demande ce que nous aurions pu réaliser ensemble! Avec Ronaldo, vous pouvez tout faire. Cela aurait été formidable de pouvoir remonter l'aile et lui fournir une aide."
  11. Antonio Conte ne mérite pas les critiques qu'il reçoit pour son style de jeu à l'Inter, selon notre ancien milieu de terrain Francesco Moriero dans une déclaration à Tuttosport. Sur le style. "Les gens regardent des choses qui n'existent pas, comme le style de jeu." "Ils ont accusé Conte de ne pas avoir de plan B et l'Inter de mal jouer, mais les Nerazzurri continuent de gagner. Je pense que les gens devraient simplement tracer une ligne et regarder les résultats." Le Napoli peut nous ennuyer. "Quand le Napoli attaque, ils peuvent atteindre n'importe quelle équipe. Ils peuvent aussi concéder beaucoup, contrairement à l'Inter qui joue un style italien plus traditionnel. Les Nerazzurri dominent cette saison étrange et sont à juste titre en tête du classement. Je pense que la course au titre est terminée." L'équipe actuelle comparable à son équipe de la fin des années 1990? "Vous ne pouvez pas les comparer parce que Ronaldo était un joueur spécial." "Romelu Lukaku est certainement le visage de ce Scudetto pour l'Inter alors qu'Achraf Hakimi est plus un arrière latéral qu'un véritable milieu offensif comme moi." "Ce sont deux équipes différentes; nous étions une équipe de solistes, il y avait tellement de qualité."
  12. L'Inter a célébré un anniversaire européen très spécial dont Ronaldo est l'acteur principal. Les Nerazzurri ont remporté une victoire globale 4-2 sur le Spartak Moscou en demi-finale de la Coupe UEFA le 23 avril 1998. L'Inter avait remporté le match aller 2-1 au Meazza avant de se rendre pour le match retour. Le terrain était épouvantable à la limite du praticable. Ronaldo était le héros de l'équipe de Gigi Simoni, marquant deux fois pour annuler le premier but d'Andrey Tikhonov et remportant une belle victoire 2-1. L'Inter battit la Lazio 3-0 en finale au Parc des Princes, Ronaldo marquant à la 70e.
  13. "Certains restent dans votre esprit comme de grands Interisti parce que ce sont des gens formidables" Massimo Moratti Lorsque Paul Ince a troqué l'United pour l'Inter à l'été 1995, c'est une décision qui a laissé perplexes les supporters du club. Ince faisait partie d'une équipe jeune et passionnante de Manchester United qui a émergé à la fin des années 1980 et au début des années 1990. Les Red Devils commençaient à dominer le football anglais à l'époque de la création de la Premier League et, dans un partenariat formidable avec l'Irlandais talismanique Roy Keane, Ince a remporté dix trophées majeurs en six ans à Old Trafford. "Le Guv'nor'', comme il était surnommé dans sa jeunesse au club précédent de West Ham, avait été un élément essentiel d'une équipe gagnante qui a jeté les bases de ce qui allait devenir deux décennies de succès effréné pour l'United, à la fois à la maison et en L'Europe. Les fans ne pouvaient pas vraiment y croire quand, après que le manager Alex Ferguson ait accepté une offre de 7 M£ de l'Inter, Ince a quitté le nord-ouest de l'Angleterre pour relativement peu de considération pour les fans: "Ce n'était pas facile", a déclaré Ferguson, en réfléchissant à sa décision de vendre Ince en 2008, "mais je sentais que c'était une bonne affaire pour le club à l'époque." Il est également possible qu'avec la fameuse "Classe 92'' commençant à avoir des revendications importantes en tant que joueurs réguliers de la première équipe pour l'United, l'Écossais a estimé que laisser partir un joueur du calibre d'Ince ne serait pas un choc aussi important qu'il aurait pu être autrement. Ce n'était pas une décision qu'Ince souhaitait non plus, comme il l'a dit à Paddy Power en 2016. "Quand j'ai quitté United, ce n'était pas ma décision. J'étais sur le point de négocier un contrat de quatre ans, mais c'était à l'aval de Sir Alex Ferguson et au conseil d'administration et ils voulaient me vendre à l'Inter Milan. J'étais dévasté de partir." Néanmoins, la défaite de Manchester United était le gain de l'Inter et Ince s'est dirigé vers le sud pour commencer peut-être la période la plus mémorable de sa carrière de joueur. Ince est arrivé au Meazza à un moment de grande agitation pour les Nerazzurri. Le club avait évité de justesse la relégation en 1994, terminant à un point de la zone de relégation dans ce qui reste, à ce jour, leur pire résultat. Bien qu'ils aient réussi à remporter la Coupe UEFA en 1991 et en 1994, ils ont échoué au niveau national. La domination de la Serie A par ses rivaux le Milan et ses adversaires de longue date, la Juventus avait fait en sorte que l'Inter n'avait pas remporté de trophée national majeur depuis 1989, année au cours de laquelle ils ont remporté à la fois le Scudetto et la Supercoppa Italia. Mais la signature d'Ince est intervenue à un moment de grands changements pour l'Inter. Il a été l'une des premières acquisitions faites par le club sous le nouveau président Massimo Moratti et sera bientôt rejoint par beaucoup d'autres. Avec des joueurs tels que Youri Djorkaeff, Ivan Zamorano et Aron Winter rejoignant Ince au cours des douze prochains mois, Moratti a clairement exprimé son désir de ramener les Nerazzurri au sommet du football italien. Interista de très longue date, Moratti était désespéré de voir son club retourner dîner à la table du football italien et européen, comme ils avaient été si habitués tout au long de leur histoire. Ince revendiquerait immédiatement une première place dans l'équipe à l'arrivée, faisant ses débuts lors d'une victoire 1-0 sur Vicenza au Meazza. Il a formé un duo cohérent avec son collègue au milieu de terrain Nicola Berti et, ce faisant, a créé un couple "travailleur et industrieux" qui a fonctionné efficacement dans le monde tactiquement complexe du calcio. Ince et Berti étaient athlétiques et énergiques avec des moteurs rarement fatigués pendant 90 minutes. Cela ne veut pas dire qu'ils n'avaient pas de capacités techniques. Ince, en particulier, a montré le genre de finesse et de classe dans le dernier tiers du terrain qui en faisait beaucoup plus qu'une menace de but qu'on ne le croit au départ. Bien qu'il n'ait marqué que trois buts lors de sa première saison, il s'est toujours avéré une terrible menace pour les défenses adverses, que ce soit par ses courses dans la surface ou par son œil pour faire une passe, qui pouvait souvent ouvrir les défenses italiennes semblables à des coffres forts. À la fin de sa première année en Italie, Ince avait aidé l'Inter à décrocher une sixième place en Serie A. Dans ce qui pourrait être considéré comme un succès modéré pour l'Anglais, il avait aidé les Nerazzuri à sécuriser une place dans le football européen pour la deuxième fois consécutive, grâce à la qualification pour la Coupe UEFA (4 clubs italiens étaient qualifiés et Parme avit remporté la Coppa tout en étant 3e, ndlr). D'un point de vue individuel, il montrait également des signes d'enracinement en Italie, notamment vers la fin de la saison. Ses trois buts sont survenus au cours des deux derniers mois de la campagne, le plus notable étant l'un des huit marqués par l'Inter dans une raclée 8-2 contre l'humble Padoue. De plus, ses efforts ne sont pas passés inaperçus par la Curva Nord. "Allez Paul Ince, allez" était un chant qui a rempli le Meazza quelques mois après son arrivée, prouvant que le joueur né à Illford avait trouvé une place dans le cœur du célèbre Interisti hostile . L'intégration rapide et considérable d'Ince dans la vie de l'Inter était d'autant plus remarquable compte tenu du climat social en Italie à l'époque. Ince est noir et, comme même le club lui-même l'a admis, il était douteux pour beaucoup de savoir si un joueur de son ethnie serait en mesure de trouver une place dans le cœur de ceux de la Curva Nord. Comme le rapporte le Telegraph juste avant la finalisation du transfert d'Ince à l'Inter, des graffitis racistes sur les murs du stade du club l'ont accueilli à son arrivée à Milan lors de la négociation de son contrat. Il n'était pas inhabituel que des bananes gonflables soient agitées sur les terrains d'Italie chaque fois qu'un joueur noir touchait le ballon et la culture du racisme en Italie était aussi notoire que vicieux. Ince avait déjà dû surmonter les préjugés et briser les barrières pour devenir le premier capitaine noir de l'équipe nationale d'Angleterre et il était clair que, s'il voulait avoir un minimum de succès en Italie, il devrait y surmonter des obstacles similaires. L'exemple le plus tristement célèbre des abus qu'il a subis était peut-être lors d'un match à Cremonese en avril 1996. Ince avait marqué le premier but dans une victoire de 4-2 pour les Nerazzurri et avait en conséquence encouru la colère de la foule hostile. "Ils me criaient, Négro, négro", se souvient Ince dans un article du The Independent un mois après l'incident, "Alors je me suis tourné vers eux et j'ai applaudi, comme pour dites: "Ouais, bien joué". C'est à ce moment-là que l'arbitre m'a averti.'' L'abus était si grave qu'Ince lui-même a admis qu'il envisageait de retourner en Angleterre. L'arrivée de son compatriote Roy Hodgson en tant que manager vers la fin de sa première année a cependant beaucoup aidé à améliorer la situation, comme Ince l'a confirmé lors d'une conférence de presse sur le terrain d'entraînement de l'Inter plus tard. "Si Hodgson n'était pas arrivé il y a cinq ou six mois, je serais probablement retourné en Angleterre. Il est comme moi; il veut gagner. Nous venons tous les deux de Londres, donc nous avons ce genre d'agressivité pour vouloir bien faire et gagner. S'il devait partir, l'année prochaine ou l'année d'après, cela changerait complètement ma position. J'espère que cela n'arrivera pas." Ince a également appelé Moratti et d'autres personnes influentes à faire davantage pour lutter contre le racisme, notant que le travail considérable effectué par la FA dans son pays avait beaucoup contribué à améliorer la situation en Angleterre. "Je pense qu'il faut en faire un vrai problème pour que nous ayons une idée de jusqu'où les gens et la fédération vont aller concernant ce sujet". Malgré cela, le succès obtenu par Ince sur le terrain était louable, et sa deuxième saison a été sans doute plus réussie que la première. Son total de buts est passé à sept toutes compétitions confondues et l'Inter a obtenu une troisième place en Serie A, ratant la qualification en Ligue des champions de seulement quatre points. Plus impressionnant encore, ils ont atteint la finale de la Coupe UEFA et, malgré leur défaite face à Schalke 04 sur deux matchs, ont prouvé qu'ils étaient à nouveau une force majeure sur la scène européenne. L'influence d'Ince sur l'équipe était largement reconnue dans toute l'Italie. Il était considéré comme si essentiel au succès de l'Inter qu'un journal italien décrivait l'équipe sans lui comme "Inter sensa Anima" (Inter sans âme). Le président Moratti tenait à ce que l'Anglais prolonge son séjour en Italie, convaincu qu'un partenariat entre Ince et Ronaldo ne ferait que renforcer la montée exponentielle de l'Inter. Ince, que Moratti a appelé "Le Tigre'', en raison de son rythme de travail féroce, rejetterait les avances du club afin de rentrer chez lui, mais cela n'a pas contribué à aiguiser l'impression de Moratti sur le joueur. S'adressant à Inter Channel en 2013 après la nomination de Walter Mazzarri au poste de directeur, Moratti a salué son travail considérable, en disant: "Peu importe combien de temps vous restez, et Ince n'était là que pendant un an et demi, il y a certaines personnes qui restent dans votre esprit comme de grands Interisti parce que ce sont des gens formidables." Le temps d'Ince avec nous a peut-être été court, mais était vraiment impactant. Il conserve un penchant pour le club à ce jour et, grâce à une relation étroite avec Massimo Moratti qui se poursuit, son fils Thomas a presque suivi ses traces en faisant un passage en Italie en 2014. C'est peut-être une bénédiction que le transfert n'a pas pu se matérialiser. Non seulement Thomas aurait eu du mal à exceller dans un club qui a connu une période instable ces dernières années en raison de changements de propriétaires, mais la pression pour être à la hauteur de ce que son père a réalisé était peut-être trop lourde à supporter pour lui. Ince n'est peut-être pas revenu d'Italie en 1997 avec plus de médailles à ajouter à sa collection, mais ce qu'il a gagné était peut-être encore plus précieux. Face aux préjugés raciaux et à l'opposition sociale, il a trouvé un moyen de faire tomber les barrières et de trouver une place dans le cœur des fans de l'Inter qu'il occupe encore aujourd'hui. Moratti l'a décrit comme "un grand Interista'' et, quels que soient les paramètres que l'on pourrait utiliser pour mesurer cela, il est difficile de discuter lorsque l'ancien président du club fait une telle déclaration. Ince restera pour toujours un favori des fans à l'Inter et, avec du recul, il est facile de comprendre pourquoi. Cet article est une traduction de "How Paul Ince overcame oppression to become an Inter great" de Laura Bradburn paru sur gentlemanultra.com le 14 Mars 2017.
  14. Cette série d'articles nous rappelle les joueurs dont nous avons (peut-être) oubliés, qu'un jour, ils ont porté notre maillot noir et bleu. A travers eux on refait l'histoire, on discute et on dissèque leur temps à l'Inter ainsi que le reste de leur carrière. Retrouvez l'ensemble des articles de cette série ici : Les visages oubliés de l'Inter. "Pour moi, Djorkaeff est un joueur très sous-estimé. Le nombre de fois où il a sauvé la France avec des buts importants!" Robert Pires L'histoire du football est jonchée de grands joueurs. Certains, qu'ils aient atteint un niveau individuel ou au sein d'une équipe emblématique, sont salués dans les années voire décennies suivantes pour leur(s) talent(s). Leurs contributions au football sont louées à l'infini, jusqu'à ce qu'ils atteignent ce niveau de proéminence réservé à quelques-uns, une élite, et recherché par le plus grand nombre: le statut "légendaire". Ce genre de renommée qui vaut à ces joueurs le droit d'être considérés parmi les meilleurs à avoir jamais joué. La plupart des fans de foot, bien que par goût personnels en raison des équipes qu'ils suivent et supportent, parviendront à un consensus général sur le type exact de joueur qui appartient à cette catégorie très restreinte. Bien que souvent influencés par le championnat qu'ils regardent, la période au cours de laquelle ils ont grandi ou d'autres variables, les mêmes noms ont tendance à circuler dans les conversations. Zinedine Zidane, Diego Maradona, Roberto Baggio et les personnalités marquantes du côté milanais dirigé par Arrigo Sacchi à la fin des années 1980, comme Ruud Gullit et Marco Van Basten, ne sont que quelques noms qui ont eu un impact incommensurable sur le football italien. Ces noms sont également généralement considérés comme certains joueurs les plus talentueux à n'avoir jamais honoré un terrain de football. D'autres joueurs, cependant, tout en réussissant non moins en termes de trophées et de médailles gagnés, peuvent parfois tomber dans des étranges limbes. Quelque part entre le statut légendaire, la nostalgie et le fait d'être complètement négligé. Comme Zinedine Zidane, il y a un autre milieu offensif français qui a pris d'assaut la Serie A à son apogée pendant les années 90. Contrairement à Zizou, cependant, il est, pour la majorité des fans, tombé dans ces étranges limbes. La simple mention de son nom a la capacité d'évoquer un gémissement sentimental et pourtant auto-châtiant de la bouche de ceux qui se souviennent de lui. "Djorkaeff! Pour moi, Djorkaeff est un joueur très sous-estimé. Le nombre de fois où il a sauvé la France avec des buts importants!" Ce sont les paroles de l'ex-star d'Arsenal, Robert Pires, prononcées dans une interview à French Football Weekly en 2014. Pires discutait de la hiérarchie des joueurs et du staff à Clairefontaine alors qu'il jouait pour la sélection nationale. Il a poursuivi en expliquant pourquoi Djorkaeff n'avait peut-être pas mérité tous les applaudissements qui lui étaient dus: "Personnellement, j'ai beaucoup appris en m'entraînant avec lui. Le truc avec Youri Djorkaeff, c'est qu'il est un peu dans l'ombre de Zidane. Mais honnêtement, c'était un grand joueur." Être dans l'ombre de la grandeur est une chose à laquelle un jeune Djorkaeff aura sans doute été habitué. Son père, Jean, était un joueur professionnel connu, notamment pour le Paris Saint-Germain, Lyon et Marseille. Ayant remporté la Coupe de France à deux reprises au cours de sa carrière de joueur, Jean n'était que trop conscient des pressions qui pesaient sur Youri lorsqu'il a pris la décision d'entrer dans le monde du football professionnel: "Les gens aiment toujours faire des comparaisons", a-t- il déclaré en discutant de l'ascension fulgurante de son fils lors d'un entretien avec la FIFA en 2005, "De plus, les gens pensent que si votre père était un ancien international, tout est beaucoup plus facile pour vous, ce qui est complètement faux. Le fils finit toujours par être jugé en fonction de la carrière de son père. J'ai dit à Youri qu'il ne devrait jamais être satisfait d'une performance moyenne. Et il a très vite imposé sa personnalité en montrant à chacun que ses talents sont les siens." Et montrez à tout le monde, il l'a certainement fait! Arrivé en Italie pour signer à l'Inter en 1996, Djorkaeff était déjà bien établi, ayant exercé son métier dans sa France natale pendant plus d'une décennie. Des passages avec Grenoble, Strasbourg, Monaco et le PSG l'ont vu quitter la capitale pour la région de Lombardie, déjà dans l'habitude de gagner de l'argenterie. Après avoir remporté la Coupe de France avec Monaco en 1991, la saison du chant du cygne de Djorkaeff l'a vu quitter le PSG vainqueur à la fois du Trophée des Champions et de la Coupe des vainqueurs de coupe, faisant partie d'une équipe qui regroupait les talents de Bernard Lama, Paul Le Guen et Patrice Loko. Malgré ces réalisations notables, Djorkaeff ne se faisait aucune illusion sur l'ampleur de la tâche qui l'attendait lors de son premier voyage à l'étranger: "Je me suis toujours senti citoyen du monde, mais je m'assure d'avoir des racines solides dans la ville dans laquelle je me trouve. Quand j'arrive quelque part, j'apprends son histoire, prendre les bonnes choses, respecter les traditions et écouter avant d'ouvrir la bouche." Djorkaeff connaissait également bien les traditions footballistiques de la ville, décrivant le célèbre stade San Siro, qui abrite les deux clubs milanais, comme "la cathédrale du football". Le Français a beaucoup fait pour jeter les bases d'une relation longue et fructueuse avec les fans des Nerazzurri, marquant 17 buts en 49 apparitions toutes compétitions confondues. Cet exploit particulier a été d'autant plus remarquable que son bilan en championnat a fait de lui le meilleur buteur de l'Inter en Serie A à sa première saison. Son but le plus mémorable cette année-là, et pour lequel on se souvient le mieux de son séjour en Italie, est peut-être celui contre la Roma en janvier 1997. Sautant sur un dégagement raté de la défense de la Louve, qui avait balancé le ballon haut dans les airs, Djorkaeff a catapulté le ballon dans le coin supérieur gauche au moyen d' un coup de pied acrobatique . Faire 2-0 juste avant la mi-temps, cela s'est avéré un moment charnière dans le match, l'Inter ayant finalement gagné 3-1. L'attaque a contribué à faire du Français une place dans nos cœurs, ce qu'il a lui-même reconnu lors de la même interview accordée à Inter Channel en février 2016. "C'est quelque chose pour les fans de l'Inter partout parce que c'est un but qui se joue toujours dans le monde entier et que vous pouvez voir au Meazza, le maillot de l'Inter, la Curva Nord et mes coéquipiers. Il y avait une photo de ce but sur l'abonnement de la saison suivante. Je n'ai pas besoin de mon passeport quand je viens en Italie, je montre cet abonnement." Ce souvenir particulier de son but le plus célèbre distingue Djorkaeff des autres joueurs. Cela aide également à identifier un train de pensées qui vient naturellement à l'homme. Il a un respect clair du patrimoine, de la tradition et de la culture des autres en général. Il a estimé que c'était une partie importante de l'enracinement dans la vie noire et bleue. Alors que la plupart des autres joueurs parleraient d'un tel but d'un point de vue très personnel, soulignant leur propre fierté individuelle, Djorkaeff voit l'importance du but non seulement pour ce qu'il montre sur sa propre capacité technique considérable, mais aussi comment il a fourni une photo instantanée de l'équipe et des fans dans leur ensemble. Cet altruisme et ce désir de faire ce qu'il y a de mieux pour l'équipe se sont poursuivis lorsque Djorkaeff s'est vu demander son avis sur la question de savoir si le club devait signer Ronaldo à l'été 1997. Il s'est entretenu personnellement avec l'homme qu'il appellerait plus tard "son président", Massimo Moratti. "Il est venu à Appiano Gentile et m'a dit qu'il y avait une possibilité d'acheter Ronaldo mais il voulait mon avis. Je lui ai dit: Achetez le immédiatement. Il nous amènera à un nouveau niveau et nous avons besoin de ce type de joueur.'' Le serpent, comme Djorkaeff allait devenir affectueusement connu, n'avait pas tort. Après avoir perdu la finale de la Coupe UEFA en 1997 face au Schalke 04, l'ajout de Ronaldo garantirait à l'Inter la victoire dans le même match un an plus tard, Ronaldo marquant le troisième de trois buts lors d'une victoire convaincante 3-0 contre la Lazio. C'était un résultat approprié pour Djorkaeff, le Nerazurro n°6 aidant le club à décrocher son premier trophée européen en quatre ans, le tout dans sa ville natale de Paris. Ajoutez à cela la conquête de la Coupe du monde avec la France dans la même ville deux mois plus tard, et l'été 1998 a représenté l'apogée de la carrière de Djorkaeff. Malheureusement, le temps du Français à l'Inter prendrait fin juste un an plus tard lorsqu'il est parti pour Kaiserslauten à l'été 1999, après une décevante huitième place avec l'Inter en Serie A. Des passages plus que moyens à Bolton et aux Blackburn Rovers, suivis par une saison en MLS avec les Red Bulls de New York, a mis fin à ce qui était parfois une carrière étincelante pour le footballeur de deuxième génération. À la réflexion, que Youri Djorkaeff ne reçoive pas les mêmes distinctions que ceux avec qui il a partagé la scène est un peu déconcertant. Là encore, sa volonté de partager si gracieusement cette étape avec des noms plus grands et parfois plus explosifs a peut-être contribué au fait que son nom est souvent oublié dans les discussions relatives aux équipes chargées de trophées dont il faisait si régulièrement partie. Cependant, là où les talents de Youri Djorkaeff peuvent être sous-appréciés et sous-estimés ailleurs dans le monde, ils ne le sont certainement pas dans la Curva Nord. Et il semble que pour l'homme lui-même, le sentiment soit très réciproque. "Je me souviendrai toujours du lien que j'ai eu avec les fans de l'Inter", a-t- il déclaré tout en soutenant le projet Inter Forever lors d'un voyage en Chine en 2015, "Faire partie de l'histoire Nerazzurra est un véritable honneur, j'ai pu y parvenir de grandes choses avec le club." Cet article est une traduction de "Youri Djorkaeff – The forgotten Inter love affair" par Laura Bradburn paru sur gentlemanultra.com le 27 Septembre 2016.
  15. "Nous n'avons pas pu le sortir du tunnel de la dépression. C'était ma plus grande défaite, je me sentais impuissant." Javier Zanetti. L'histoire d'Icare et de son père, Daedalus, est une histoire d'insouciance qui aboutit à une chute tragique de la grâce. Cela a également provoqué l'idiome: "Ne volez pas trop près du soleil". Au milieu des années 2000, Adriano Leite Ribeiro était LE représentant du football brésilien. Les développeurs du jeux de Pro Evolution Soccer ont donné à l'attaquant une note de 99, en partie à cause de son terrible et destructeur pied gauche, mais aussi parce qu'il était le joueur préféré de Shingo Takatsuka, cadre de Konami. La route d'Adriano depuis la favela de Vila Cruzeiro à Rio de Janeiro, une région gangrénée par la criminalité et la pauvreté, gouvernée par des trafiquants de drogue lourdement armés, jusqu'au sommet du jeu national n'était pas inconnue. Pour de nombreuses superstars brésiliennes, la route des haillons à la richesse était comme un rite de passage. En 2002, la zone a été le théâtre de l'enlèvement et du meurtre barbare du journaliste d'investigation brésilien Tim Lopes. Lopes s'est fait couper les membres par une épée de samouraï avant d'être brûlé à mort, son corps couvert de pneus et d'essence dans une pratique baptisée micro-ondas (micro-ondes en référence au four micro-onde). Le crime a mis en évidence l'existence du poder paralelo (pouvoir parallèle) où les criminels contrôlent les zones de Rio en toute impunité, laissant le football comme le seul espoir d'évasion pour beaucoup. La renommée et la fortune sont les effets secondaires bienvenus de cette libération. Grandir de cette façon laisse des traces. La quête d'argent et de statut devient une dépendance qui oblige les individus à marcher sur une ligne étroite entre la célébrité et l'auto-implosion. Cette détermination était évidente lorsque Adriano, 16 ans, a gravi les échelons du club brésilien Flamengo, se frayant un chemin dans la première équipe en un an. En tant que jeune, Adriano a été stampé pour sa brillance et étiqueté "le futur Ronaldo". Cette habitude "d'accabler" les jeunes prospects avec la corrélation des talents passés est répandue en Amérique du Sud. Son chemin, jadis jonché d'obstacles et d'influences négatives, est devenu clair lorsqu'il a suivi les traces d'Il Fenomeno, signant pour l'Inter à l'âge de 19 ans. Ronaldo était sans doute le plus grand numéro neuf de l'histoire et une légende du Brésil et des Nerazzurri, les attentes étaient donc élevées. Les problèmes au genou de Ronaldo ont offert une première opportunité au merveilleux enfant qui a inscrit son premier but lors d'un match amical contre le Real Madrid, via un coup-franc tonitruant qui a souligné sa puissance. Cependant, le retour du double vainqueur du Ballon d'Or a entravé les chances de l'apprenti. Le glamour de Milan était très éloigné de la pauvreté de la favela et Adriano avait du mal à s'adapter. La solide défense de Serie A et le manque de temps de jeu ont rendu l'ajustement plus difficile. Le garçon surnommé "l'empereur'' avait besoin de minutes et un prêt à la Fiorentina les lui a fournis. Ses performances impressionnantes pour la Viola ont incité Parme à convenir d'un prêt de deux ans. Là, il a formé un duo formidable avec Adrian Mutu (qui a ensuite bougé à Chelsea et échoué à un test de dépistage de drogues), marquant 22 buts en 36 apparitions et réaffirmant sa réputation comme l'un des plus grands talents du football mondial. Le jeune homme de 22 ans avait le monde à ses pieds et ses anciens employeurs sont venus l'appeler. En janvier 2004, l'Inter s'est allégée d'un peu plus de 23 M€ pour le ramener au Mezza. Plus tard cette année-là, il expédia son pays à un septième titre de la Copa America, remportant le Soulier d'Or avec un dernier but égalisateur contre l'Argentine. Adriano était sorti de la chaîne de production brésilienne avec les capacités techniques attendues, mais il offrait quelque chose de différent. Une silhouette imposante à la pointe de l'attaque, sa silhouette musclée combinée à un rythme trompeur, une force, un équilibre et une puissance le rendaient injouable. Comme le résultat d'une expérience génétique pour créer l'attaquant moderne parfait. La décision de l'Inter d'exercer son option de rachat semblait avoir porté ses fruits alors qu'il continuait marquer. Il était maintenant presque méconnaissable de la part du garçon parti pour la Fiorentina et Parme. Il appréciait son football et sa vie à Milan. Mais alors la tragédie a frappé. Quelques instants avant un match de qualification de l'UEFA Champions League contre le FC Bâle, Adriano a reçu un appel téléphonique déchirant. Son père bien-aimé, Almir, était décédé d'une maladie soudaine à l'âge de 44 ans. Le jeune homme qui était devenu une force inébranlable a été soudainement arrêté dans son élan. L'ancien coéquipier de l'Inter, Javier Zanetti, a décrit l'appel téléphonique qui a tout changé: "Adriano avait un père auquel il était très attaché. Avant la saison, quelque chose de choquant s'est produit. Il a reçu un coup de fil du Brésil: Adi, papa est mort…" "Je l'ai vu dans sa chambre; il lança le téléphone et se mit à crier. Vous ne pouviez pas imaginer ce genre de cri. J'ai encore la chair de poule à ce jour. Depuis ce jour Massimo Moratti et moi avons veillé sur lui, comme s'il était notre petit frère." L'incident a galvanisé l'attaquant pendant un moment. Il a continué à marquer des buts et a joué comme un possédé. Cette forme a apporté plus de récompenses, notamment des contrats et une amélioration des négociations contractuelles. Cependant, l'homme vers qui il s'est tourné une fois pour obtenir des conseils, celui qui lui a dit de ne pas voler trop près du soleil, était parti. Adriano a entamé une spirale descendante à la fois personnellement et professionnellement. Au fur et à mesure que sa dépression s'approfondissait, les influences négatives qui étaient autrefois facilement évitées devinrent un soulagement de l'obscurité. Il a rempli le vide avec des substances addictives qui ont eu un impact sur sa forme et sa forme physique. Sa dépendance à l'alcool et aux drogues a également affecté sa discipline. Sa forme médiocre a assombri son humeur davantage et le joueur et le club ont souffert. En 2007, Adriano a atteint un nouveau plus bas alors qu'il se heurtait aux officiels de l'Inter et au staff pour sa mauvaise attitude et son éthique de travail. La superstar autrefois injouable était devenue un fardeau intolérable. Les séances d'entraînement manquées après les visites en boîte de nuit devenaient trop lourdes, quelque chose devait être fait. Malgré les démons, il y avait des soubresauts de forme, mais son rôle à l'Inter est devenu solitaire. Il a été renvoyé chez lui en congé sans solde à plusieurs reprises pour "faire le tri" et a même passé un séjour en prêt à Sao Paulo. Mais malgré un but au Derby de Milan en février 2009, son passage à l'Inter était terminé. En avril, il s'est présenté en retard pour ses convocations internationales et a finalement résilié son contrat avec nous. Adriano a signé un contrat d'un an avec son premier club Flamengo. Un retour au but décent a incité l'AS Roma à donner à l'attaquant une autre opportunité en Italie. Un contrat de trois ans offrait une sécurité, mais les démons ont continué à le hanter et il n'a fait que cinq apparitions pour la Louve. Sans la fierté de son père ou le besoin d'argent pour le motiver, le Brésilien n'a plus ressenti le besoin d'endurer les sacrifices d'un athlète professionnel, préférant boire. Il est retourné au Brésil en 2011 et a fait quatre apparitions pour les Corinthiens avant d'être libéré de son contrat. En janvier 2016, une autre chance est apparue lorsque Adriano a annoncé un transfert sensationnel au côté du Miami United, qui comprenait une participation de 40% dans le club. Cependant, son mauvais état le limitait à une apparition officielle avant de s'échapper à nouveau des projecteurs. En 2018, des rumeurs d'un autre retour professionnel ont fait surface lorsqu'il s'est lancé dans un nouveau programme d'entraînement au Flamengo. Cependant, le joueur de 35 ans n'a pas encore signé d'accord avec le club. Accablée par des comparaisons injustes avec les plus grands du passé et écrasée par une profonde douleur personnelle, la brillante carrière d'Adriano s'est engagée sur une voie autodestructrice. Alors qu'il montait en flèche, son insouciance et son orgueil prirent le contrôle et le rapprocha de plus en plus du soleil, sa montée soudaine seulement surpassée par sa descente dramatique dans l'obscurité. Cet article est une traduction de "Adriano: Inter’s Brazilian superstar who flew too close to the sun" par Harry Collins paru sur le site gentlemanultra.com le 31 Juillet 2018.
  16. Le but gagnant de Romelu Lukaku contre Bologne lui vaut une étape personnelle supplémentaire. Son 20e but de la saison (26e toutes compétitions confondues) permet à l'attaquant belge de dépasser notre légende Ronaldo Il Fenomeno sous le maillot de l'Inter. La star brésilienne, avec un total de 99 apparitions, a marqué 59 buts et effectué 12 passes décisives pour les Nerazzurri. Lukaku, depuis hier soir, en 86 matchs (13 de moins que notre phénomène) a récolté 60 buts et 13 passes décisives, dépassant ainsi l'attaquant brésilien dans les deux exercices.
  17. Comme l'a révélé le journaliste Gianluca Di Marzio sur son site granhotelcalciomercato.com, l'Inter avait en fait tenté de signer Ronaldinho en 2000 alors qu'il était à Gremio au Brésil, et les Nerazzurri voulaient l'associer au fameux Ronaldo. Il fut un temps où le marché brésilien était le terrain de chasse de l'Inter. Talent, génie et plaisir, si vous possédiez ces caractéristiques vous trouveriez une place dans l'équipe de notre Massimo Moratti. Le président de l'Inter a toujours été comme ça. Esthète du football s'il y en a un, le geste presque avant tout. Et où pêcher sinon au Brésil? Nous sommes en 2000, au milieu de la talentueuse Inter Morattiana et aussi du Brésil. Dans le sillage de Ronaldo Il Fenomeno, les météores Gilberto et Vampeta arrivent sous le maillot Nerazzurri. Mais à Porto Alegre, il y a un autre phénomène qui impressionne le monde: Ronaldo de Assis Moreira, alias Ronaldinho. Comme pour toute l'Europe, le talent du jeune Brésilien ne passe pas inaperçu même à Appiano Gentile: "Un autre Ronaldo, pourquoi ne formons-nous pas ce duo?". L'idée folle trouve un terrain fertile dans la tête du président Moratti. L'entrée commence, essayons. Le directeur technique d'Inter ne perd pas de temps et part pour le Mexique. Oui, pas au Brésil. Pour comprendre la faisabilité de l'opération, vous devez vous rendre à Guadalajara. Roberto de Assis Moreira, le frère aîné de Ronaldinho, y joue. L'offre de l'Inter est convaincante, tout comme celle de nombreux autres clubs européens. La file d'attente est longue derrière Ronaldinho et Gremio est bien conscient que ce n'est qu'une question de temps. C'est au joueur de décider mais pour l'Inter il y a un problème et son nom est Luis Nazario de Lima. De ce qui semblait être un point fort, cela devient un problème. Ronaldinho qui vole en Europe veut être traité comme une star et à l'Inter avec Il Fenomino, c'est impossible. Vous ne changez pas de nom et ne devenez pas Ronaldinho pour tout le monde, par hasard. Il voulait à juste titre se démarquer et le faire avec le même maillot semblait impossible. L'Inter attend un mois avant la réponse définitive: "Merci, mais allons à Paris". Le rêve de Moratti s'éteint. Il a fallu quelques mois pour le rallumer avec un autre Brésilien: Adriano Leite Ribeiro.
  18. Voici les 10 meilleurs joueurs de l'histoire de l'Inter Milan selon lines.com. Introduction Le Football Club Internazionale Milano, mieux connu sous le nom d'Inter Milan, est l'un des clubs de football les plus prolifiques de l'histoire de ce noble sport qu'est le football. Le club a connu un énorme succès, recueillant une foule de distinctions, de titres, de coupes. On compte: une UEFA Champions League, deux Coupes des Clubs Champions, une Coupe du monde des Clubs, deux Coupes intercontinentales, trois Coupes de l'UEFA, sept Coupes d'Italie, cinq Super Coupes d'Italie et 18 Scudetti. Ces titres ont été remportés tout au long de la longue histoire de l'Inter. Fondée en 1908, l'Inter Milan s'est avérée être une force constante avec laquelle il faut compter dans le monde du football et a gagné à pratiquement dans toutes les époques de ce sport. Nous, les fans de l'Inter Milan doivons remercier les joueurs talentueux qui ont honoré ce club pour l'immense gloire qu'ils ont apportée à l'Inter. Peu d'équipes peuvent égaler le talent historique de l'Inter Milan. Ces joueurs ont eu une riche carrière dans le football et la plupart d'entre eux ont été des légendes en apportant la gloire à l'Inter Milan. Dans une équipe avec une liste de joueurs, présents et anciens, aussi riche que l'Inter Milan, débattre de qui sont les plus grands joueurs de l'histoire du club peut sembler une tâche sans fin. Mais ces joueurs ont créé des carrières qui se démarquent simplement des autres et ont laissé un héritage durable au club historique. Ce sont les 10 meilleurs joueurs de l'histoire de l'Inter Milan selon lines.com. 10. Zlatan Ibrahimovic Zlatan est l'une des figures les plus reconnaissables du football actuel, et il a gagné son respect et sa renommée en ayant un impact sur toutes les équipes pour lesquelles il a joué tout au long de sa carrière. Son passage avec l'Inter Milan a peut-être été court, mais de 2006 à 2009, Zlatan a fait de l'Inter l'une des équipes les plus dangereuses du foot. L'attaquant prolifique a immédiatement fait connaître sa présence dès sa première saison. Ibrahimovic a mené l' Inter dans le département des buts marqués en Serie A lors de sa première saison où il a marqué 15 buts et a joué un rôle énorme dans le club qui a remporté le Scudetto avec un record de 97 points. Il at également marqué de son empreinte la Supercoppa Italiana 2008 en marquant son penalty de la victoire contre la Roma. Dans les saisons de Serie A 2007-08 et 2008-09, Ibrahimovic a été nommé à la fois footballeur de l'année et footballeur étranger de l'année. 9. Alessandro Altobelli Altobelli est indéniablement l'un des meilleurs attaquants à avoir jamais joué pour l'Inter. Le buteur prolifique a joué pour nous de 1977 à 1988 et a grandement contribué à la gloire de l'Inter tout au long de ces années. Alessandro Altobelli, qui est l'un des meilleurs attaquants italiens de son temps, a marqué un total de 209 buts en 466 apparitions tout au long de ses temps de jeu avec l'Inter. Il a été un rouage clé dans les équipes de l'Inter qui ont remporté la Coppa Italia en 1977-78 et 1981-82, et le Scudetto en 1979-80, marquant 10, 9 et 15 buts dans les compétitions, respectivement. Altobelli a également terminé en tant que meilleur buteur de la victoire de l'Inter Milan en 1981-82 à la Coppa Italia. 8. Mario Corso L'un des meilleurs ailiers de gauche italiens de l'histoire du fottball, feu Mario Corso a connu une riche carrière avec l'Inter Milan, après avoir joué pour le club de 1957 à 1973. Corso a fait ses débuts pour l'Inter à l'âge de 16 ans et a fait 502 apparitions pour l'Inter et a marqué 94 buts au cours de ses années avec nous. "Le pied gauche de Dieu" était connu pour sa capacité de traversée et le haut niveau d'habileté qu'il employa dans son jeu. Il a utilisé ces outils pour aider l'Inter à remporter deux Coupes Intercontinentales, deux Coupes d'Europe et quatre titres. Lors de son séjour à l'Inter, le club a également pu se rendre à une autre finale de la Coupe d'Europe (1967, ndlr) et à la finale de la Coppa Italia. 7. Giuseppe Bergomi Le talent local.Giuseppe Bergomi a passé toute sa carrière professionnelle à jouer pour l'Inter Milan de 1979 à 1999. L'un des plus grands défenseurs italiens de l'histoire, Bergomi a fait un total de 756 apparitions pour l'Inter. Ses 756 apparitions étaient à l'époque le plus grand nombre d'apparitions lorsqu'il a pris sa retraite en 1999, mais le record a depuis été battu par Javier Zanetti. Bergomi était un défenseur qui pouvait tout faire et avait la capacité de s'adapter à l'équipe adverse. Son jeu offensif était également impressionnant, car il utilisa sa rapidité et son athlétisme pour faire des efforts offensifs, marquant un total de 28 buts tout au long de sa carrière. Sa longévité et sa perspicacité défensive l'ont amené à aider l'Inter à remporter une Coupe d'Italie, une Super Coupe d'Italie, deux Scudettos et trois Coupes de l'UEFA. En fait, le légendaire Pelé a nommé Bergomi parmi les 125 plus grands footballeurs vivants en 2004. 6. Sandro Mazzola Sandro Mazzola est un autre joueur d'un seul club qui a passé les 17 saisons où il a joué pour l'Inter Milan de 1960 à 1977. Mazzola était un attaquant abile qui appartenait à l'échelon supérieur des joueurs de sa génération, et il a fait un total de 565 apparitions pour l'Inter Milan. Mazzola était un joueur polyvalent qui a énormément contribué à son club et pouvait tout faire avec sa vitesse, son énergie et sa tactique. L'acrobatique Mazzola avait également un taux de travail défensif impressionnant et s'est imposé comme l'un des meilleurs attaquants du foot. Il a marqué un total de 158 buts pour l'Inter au cours de sa longue carrière. De 1970 jusqu'à sa retraite, Mazzola a été capitaine de l'équipe de l'Inter. Il a pris sa retraite en 1977 après avoir remporté un championnat d'Europe, deux coupes intercontinentales, deux coupes d'Europe et quatre titres de Serie A. Il a terminé comme meilleur buteur de la saison de Serie A 1964-65 et s'est classé deuxième au Ballon d'Or 1971 . 5. Luis Suarez Né en Espagne, Luis Suarez a joué pour de nombreuses équipes tout au long de sa carrière, mais il a passé la majeure partie à jouer (et a peut-être joué à son plus haut niveau) avec l'Inter Milan de 1961 à 1970. Suarez était à l'époque le joueur le plus cher du monde. footballeur lors de son acquisition par l'Inter Milan pour 142 000 £. Suarez a fait un total de 328 apparitions et a marqué un total de 54 buts pour l'Inter. Sa façon de jouer et son explosivité exceptionnelles en ont fait un point central de la "Grande Inter" d'Helenio Herrera. Il a terminé sa carrière comme l'un des plus grands joueurs espagnols de tous les temps, et a grandement contribué au noir et au bleu. Avec Suarez dans le club, l'Inter a remporté deux Coppa dei Campionis, deux Coupes Intercontinentales et trois titres de Serie A. 4. Ronaldo Ronaldo n'a peut-être pas eu une longue carrière avec l'Inter Milan, mais sa carrière légendaire ne serait pas ce qu'elle est aujourd'hui sans ses jours avec l'Inter. En 1997, l'attaquant brésilien a été signé par l'Inter Milan pour ce qui était alors un montant record de 25 M£. Il Fenomeno était considéré comme l'un des plus grands joueurs de football de tous les temps. C'était un excellent buteur qui avait des capacités techniques exceptionnelles et qui utilisait son talent de dribble pour se frayer un chemin à travers les défenses et l'attaque. Sa capacité de franchissement, ainsi que son score et sa façon de jouer, ont également fait de lui l'un des attaquants les plus complets de tous les temps. Pendant son temps avec l'Inter Milan, qui a duré 99 matches, Ronaldo a aidé l'équipe à remporter la Coupe UEFA 1998. Au cours de sa première saison avec le club, il a marqué 25 buts, un nombre record de buts marqués par un joueur lors de sa première saison de Serie A. Il a également accumulé de nombreux prix individuels avec l'Inter, notamment le joueur le plus utile de l'UEFA, footballeur de l'année en Serie A, meilleur attaquant de l'UEFA et footballeur de club de l'UEFA en 1998. Il a également été salué comme le joueur de Serie A de la décennie et a remporté le Ballon d'Or à deux reprises au cours de sa superbe carrière. 3. Javier Zanetti Aucun autre joueur dans l'histoire du club n'a joué plus de matchs avec l'Inter Milan que Javier Zanetti. La légende des temps modernes a commencé à jouer pour l'Inter en 1995 et a été l'une des pièces maîtresses du club jusqu'en 2014. Il a fait un total de 858 apparitions pour le club. Le défenseur argentin n'était pas le joueur le plus flashy, mais il possédait le courage et le leadership dont le club avait besoin. Son endurance, son athlétisme et son sens du jeu sont difficiles à égaler, et il possédait également des compétences défensives et offensives qui faisaient de lui une menace absolue. Tout au long de son illustre carrière avec le club, Zanetti a mené le club à 16 trophées, dont une Coupe UEFA, une Coupe du monde des clubs, un titre en Ligue des champions, quatre Supercoppa Italiana, quatre championnats Coppa Italia et cinq titres consécutifs en Serie A. 2. Giacinto Facchetti Giacinto Facchetti est un autre défenseur légendaire de l'Inter Milan qui a eu une carrière distinguée avec le club. Il a joué pour l'Inter de 1960 à 1978 et a fait partie de "Grande Inter" d'Helenio Herrera. Facchetti a fait un total de 634 apparitions pour le club. Reconnu comme l'un des plus grands arrières latéraux de l'histoire, Fachetti a changé son poste. Outre sa superbe endurance, sa puissance et son physique, il avait également un tir puissant et une capacité de franchissement impressionnante, ce qui en faisait une menace à chaque fois qu'il était sur le terrain. Il a marqué un total de 75 buts pour l'Inter Milan. Le regretté Fachetti faisait partie de l'équipe emblématique de l'Inter Milan qui a remporté une Coppa Italia, deux titres européens, deux trophées continentaux et quatre titres de Serie A. En reconnaissance de sa grandeur et de ce qu'il a pu apporter au jeu, il a été intronisé à titre posthume au Hall of Fame du football italien en 2015. 1. Giuseppe Meazza Il est difficile de dire que quelqu'un est plus grand que Giuseppe Meazza lorsque le stade de l'Inter Milan lui-même porte son nom. L'attaquant vénéré a joué pour l'Inter de 1927 à 1940 et est revenu pour couronner sa carrière de joueur avec le club lors de la saison 1946-47, faisant un total de 408 apparitions pour l'Inter Milan. L'élégance du jeu de Meazza est inimitable, et sa créativité sur le terrain, que ce soit pour marquer, dribbler ou passer, a fait de lui une joie à regarder et une souffrance à affronter. Il est sans doute le plus grand joueur italien de tous les temps et le record de 284 buts qu'il a marqués pour l'Inter n'a pas encore été dépassé près d'un siècle après avoir commencé à jouer pour l'Internazionale. Meazza était également un leader respecté qui a conduit l'Inter Milan à un grand succès. Tout au long des années de Meazza avec le club, l'Inter Milan a remporté la Coppa Italia, la Coupe Mitropa (un peu l'équivalent de la C1, ndlr) et trois Scudetti. Il est intronisé au Hall of Fame du football italien et l'héritage qu'il a laissé à l'Inter Milan est sans égal. En un mot, un monument du foot italien et de l'Inter! Qu'en pensez vous? Etes vous d'accord avec ce classement? Exprimez vous!
  19. Cette série d'articles nous rappelle les joueurs dont nous avons (peut-être) oubliés, qu'un jour, ils ont porté notre maillot noir et bleu. A travers eux on refait l'histoire, on discute et on dissèque leur temps à l'Inter ainsi que le reste de leur carrière. Retrouvez l'ensemble des articles de cette série ici : Les visages oubliés de l'Inter. Pour son allure, son jeu, sa coupe de cheveux et ses tacles rugueux, Taribo West est de la caste des joueurs que l'on oublie pas. Il y a une vingtaine d'années, ce colosse avait fait un passage remarqué à Auxerre et à l'Inter. Il était aussi un maillon essentiel de la génération la plus douée de l'histoire du Nigeria, championne olympique en 1996, à Atlanta. Faisant appel aux rituels et avec toujours ce mystère concernant son âge, pour son anniversaire (47 ans le 26 Mars 2021), internazionale.fr vous propose cette interview qu'il a accordée à Goal.com le 16 Juin 2018 avant la Coupe du Monde en Russie. Le ton est démonstratif et les fous rires sont communicatifs. Si les tresses vertes ne sont plus là, Taribo West est bien un personnage haut en couleur et cette interview montre qu'il est un monstre athlétique, travailleur, analyste et toujours prêt à se battre pour son équipe. ll y a 20 ans, vous disputiez avec le Nigeria la Coupe du monde 1998 en France. Quel souvenir gardez-vous de cette expérience ? "C'était triste." Triste ? "Oui. Nous n'étions pas dans les conditions pour pouvoir montrer tout le potentiel que nous avions dans l'équipe. On avait des problèmes avec la Fédération. Philippe Troussier nous avait qualifiés, et quelques mois avant le début de la compétition, il y a quelqu'un d'autre qui est arrivé (le technicien français avait été remplacé en décembre 1997 par le Serbe Bora Milutinovic, ndlr). Ça a changé notre programme, ça a coupé notre élan. L'équipe était bien avant ce changement. On avait fait une bonne campagne de qualifications avec un entraîneur et au bout du compte, avoir un chamboulement comme ça... Avec ce remue-ménage, on est arrivés en Coupe du monde sans préparation. La seule chose pour laquelle je suis content en repensant à cette Coupe du monde, c'est qu'elle se soit jouée en France et que la France l'ait gagnée. J'ai de grands souvenirs dans votre pays." Votre sentiment était difficile à imaginer. Lors de ce Mondial pour votre premier match vous gagnez contre l'Espagne. Et vous terminez même premier de votre groupe, même si derrière vous tombez en huitièmes. "Oui, mais au final on n'a pas montré notre vrai potentiel. Si on avait été bien préparés, si on avait démarré comme on aurait dû le faire, on aurait été encore plus loin dans ce Mondial. On avait une équipe forte ! On était solides. On pouvait se frotter à n'importe quel adversaire." Est-ce que ce match contre le Danemark a reflété ce qu'il se passait vraiment ? "Ce jour-là, je pense qu'on a surtout pensé trop tôt au Brésil (le Danemark s'était imposé 4-1 contre les Super Eagles, le vainqueur de ce huitième de finale pouvait affronter le Brésil en quart, ndlr). On pensait battre le Danemark. On avait vraiment le Brésil en tête. Les Danois ont été très forts et nous, nous n'avions pas une bonne condition mentale parce qu'on avait des problèmes qui nous empêchaient de penser pleinement au sport." (Dans une autre interview accordée à CompleteSports, Taribo a confessé que les joueurs nigérians avaient couché avec des femmes: "J’ai lu plein de choses sur des joueurs qui allaient en boite pendant le Mondial. Sincèrement je n'étais pas au courant. Mais ce dont je suis sûr est que des gars ont ramené des femmes à l’hôtel. J’ai vu ça. Les femmes étaient africaines et sont tombées amoureuses de l’équipe vu la façon dont on a joué en phase de groupes. C’est pourquoi le jour du match contre le Danemark, vous avez pu voir des joueurs qui étaient sans énergie. Ils étaient fatigués. J’étais furieux, je criais sur eux.") Deux ans plus tôt, vous êtes champion Olympique à Atlanta, en 1996. Il y avait Jay-Jay Okocha, Nwanko Kanu, Viktor Ikpeba, Sunday Oliseh... Est-ce que cette génération est la plus belle de l'histoire du Nigeria ? "Oui. Cette génération a montré toute la force du football nigérian. On aurait dû continuer sur cette lancée (des JO, ndlr). Mais au final quand vous arrivez sans être organisés, vous ne pouvez pas montrer tout ce que vous valez." Quel regard portez vous sur la génération actuelle ? "C'est une équipe qui n'a pas beaucoup de joueurs expérimentés. On n'a pas de grands, grands joueurs. Mais bon, je crois que le sélectionneur Gernot Rohr a bien bossé. Collectivement, je trouve l'équipe très forte. C'est une équipe jeune, fraîche." On parle beaucoup en Europe de Victor Moses qui a été nommé pour le Trophée de Ballon d'Or africain. Quels sont les joueurs les plus importants de la sélection ? "Des joueurs comme Victor (Moses), (Kelechi) Iheanacho, (John) Obi Mikel ont démontré leurs qualités. Et l'avantage aussi de cette sélection est d'avoir un sélectionneur très expérimenté avec Gernot Rohr. Il connait le haut niveau. On compte beaucoup sur lui, sur son vécu." Le Nigeria a été une des premières équipes à se qualifier pour cette Coupe du monde 2018. Quelles sont les forces et les faiblesses de l'équipe ? "Elle a du talent et du mental. Mais je le répète, ces joueurs, en dehors de certains, ont besoin de s'acclimater au très haut niveau. Il manque de l'expérience 'européenne' à cette sélection." Le Nigeria va affronter la Croatie, puis l'Islande et l'Argentine. Quel doit être l'objectif de la sélection et est-ce qu'ils peuvent se qualifier pour le deuxième tour ? Comment vous voyez la hiérarchie de ce groupe ? "C'est un groupe très difficile... La Croatie est une équipe de très haut niveau en ce moment. Ils ont des joueurs très forts. Ensuite, l'Islande, ce n'est pas une équipe qu'on doit négliger. On a vu ce qu'ils ont fait lors du Championnat d'Europe en France. Et puis il y a l'Argentine qui est une équipe habituée à jouer les plus grandes compétitions internationales... Je ne vois pas le Nigeria faire des miracles. Après Victor Moses et Obi Mikel, il y a qui ? Collectivement, physiquement aussi, l'équipe est forte, mais il n'y a pas beaucoup de grands joueurs. Il y a des bons joueurs... Je crois qu'ils vont essayer de jouer sur ces forces-là (le Nigéria a été éliminé dès le premier tour, ndlr)." Vous avez joué à Auxerre. Guy Roux disait souvent que quand un joueur devait faire un marquage individuel sur un attaquant l'adversaire devait sentir l'odeur de son haleine dans la nuque. Comment vous, Taribo West, vous auriez défendu face à Lionel Messi ? Vous aviez une réputation de joueur dur... "(Rires) Si je procède comme à mon époque, je crois que je prendrai plus de plaisir à affronter Messi que le contraire (rires). Parce que moi déjà je travaillais beaucoup pour moi-même, mais j'étudiais aussi beaucoup mon adversaire, la façon dont il se déplace, son style etc... Des fois, je le vois jouer avec Barcelone. Quand on voit les choses qu'il fait... Il est très fort, mais bon... Il faut être bien préparé ! Quand je jouais, il y avait déjà beaucoup de grands attaquants. J'ai joué contre George Weah, Sonny Anderson, Rai, Ginola, Boksic, Vieri, Del Piero, Baggio, Inzaghi... Il y avait du boulot à chaque match ! Quand on regarde les championnats européens aujourd'hui, ce n'est pas pareil. En dehors des grandes équipes, le niveau a beaucoup baissé." Vous avez découvert l'Europe à Auxerre, où vous avez été champion. Quand vous vous retournez quel regard vous portez sur cette période en France ? "C'était bien (il réfléchit, ndlr). C'est grâce à Guy Roux, que j'ai connu à mon arrivée en Europe et qui a découvert beaucoup de talents comme Corentin Martins, Moussa Saïb, Sabri Lamouchi, Lilian Laslandes... J'ai un très bon souvenir de ça. C'était une très bonne période." Vous avez une anecdote sur Guy Roux ? "Oh oui (rires). Il y en a tellement, Guy Roux était capable de venir à deux heures du matin chez moi !" C'était un "gendarme". "Ah oui (rires). Je me souviens quand on avait joué en Coupe d'Europe contre l'Ajax Amsterdam (phase de poules de Ligue des champions 1996-97, ndlr). On avait gagné 2-1 là-bas. J'avais voulu passer un peu de temps après le match avec mon coéquipier en équipe nationale, (Tijjani) Babangida. Il jouait avec l'Ajax, moi à Auxerre. J'ai dit à quelqu'un : "va dire à Guy Roux que je suis parti le retrouver dans sa voiture derrière notre piste à l'aéroport". Guy Roux a hurlé : "Non, va le rattraper !!!". Je n'ai évidemment pas pu le rejoindre (rires)." Est-ce que Guy Roux a été l'entraîneur le plus important de votre carrière ? "Oui. Pour tout ce qu'il m'a appris. Il a fait beaucoup. Il reste inoubliable dans ma vie. C'est grâce à lui que j'ai fait tout ça. Je l'ai vu il y a quelques semaines au Libéria où nous étions allé pour l'investiture de George Weah. Il reste une pierre angulaire dans ma vie. Pour moi, ce n'est pas seulement un entraîneur. C'est mon père." Est-ce que c'est vrai que vous vouliez toujours travailler votre condition physique ? Dans la petite ville proche d'Auxerre où vous viviez, les gens disent encore qu'à l'époque vous sortiez courir dans votre quartier, qu'il pleuve, qu'il neige ou qu'il grêle... "Ouais, ouais. Je n'arrêtais pas de travailler, ça c'est vrai. C'était ma force. Après l'entraînement collectif, j'ai toujours couru. Je suis resté à Auxerre quatre ans et de demi, vous savez, et j'ai toujours fonctionné comme ça. Dans l'effectif, durant les périodes de préparation l'été, mon nom n'était jamais là dans le onze. Jamais ! Mais au final j'ai joué beaucoup de matches. Quand vous travaillez, tout le monde le voit." Après Auxerre, vous partez à l'Inter où vous jouez avec Ronaldo ou Djorkaeff. Quel est le joueur le plus fort avec lequel vous avez joué ? "Je vais vous citer trois joueurs qui sont INCLASSABLES (il appuye le terme, ndlr). Ces trois-là, on ne peut pas les comparer aux autres. Un : George Weah. Deux : Ronaldo. Trois : Jay-Jay Okocha. Ces trois joueurs-là sont les trois meilleurs que j'ai vu dans ma carrière. Ils pouvaient faire absolument tout ce qu'ils voulaient avec le ballon, à chaque rencontre. Ils faisaient basculer les matches. Ils ne sont pas humains." Vous avez eu la particularité de porter les maillots des deux clubs milanais. Ça s'était très bien passé à l'Inter, moins à Milan. "Oui, je pense que c'est quelque chose qui ne se fait pas en Italie. En plus, quand je suis arrivé au Milan après plusieurs années à l'Inter, je n'ai pas beaucoup joué parce que dans l'axe il y avait Costacurta et Ayala, plus Maldini sur le côté. Et à la fin de l'année civile ils m'ont fait un coup... Moi, je suis retourné voir mon ancien président à l'Inter. Il m'a dit que ça ne se faisait pas en Italie de passer d'un club à l'autre à Milan. J'ai fait une erreur. Les supporters n'étaient pas contents. Tout s'était bien passé à l'Inter mais au Milan, je ne suis resté que six mois. Je n'ai joué que quelques matches. Je retiens la dimension de ce club. Tout était organisé là-bas." Qu'est-ce qu'on ressent quand on arrête sa carrière ? C'est quoi votre nouvelle vie ? "Quand j'étais joueur, je me disais toujours que je resterai dans le football. J'ai toujours pensé ça. Et j'ai continué à travailler dans le football après ma carrière. Mais avec mon rapport à la religion, j'ai découvert qu'il y avait quelque chose de plus fort, de plus grand, de plus noble que ça (il est devenu pasteur, ndlr). J'ai eu aussi des affaires, des business, j'ai essayé beaucoup de choses, mais ça ne marche pas. Aujourd'hui, je suis en paix avec moi-même. Je suis tranquille." (Concernant la religion, Taribo West a expliqué que son déclic a eu lieu lorsqu’il a croisé l’évangéliste Patience Ikemefuna, à Milan: "Dieu l’a utilisé pour changer ma vie, qui n’est désormais plus la même. J’ai rencontré Dieu et je suis né à nouveau. J’ai découvert que ces pouvoirs (mystiques, ndlr) sont en fait impuissants. C’était juste un moyen de nous prendre de l’argent. J’étais dans l’ombre." Il a d'ailleurs admis qu'il avait recours aux rituels: "Du temps de ma carrière, lorsque j’étais dans l’ignorance, j’avais l’habitude de recourir à des mallams et des babalawos (médecins traditionnels, ndlr) afin qu’ils fassent des fétiches pour nous, que nous emmenions au camp de l’équipe nationale. Parfois cela marchait, parfois non. Dans certains clubs, avant chaque match, le président vous donne un fétiche porte-bonheur pour jouer. Ils vous disent de le mettre dans les chaussures ou les chaussettes. Il y a des entraîneurs qui font appel aux sorciers africains et aux voyants du Sénégal, du Burkina Faso, du Congo et même du Nigeria. Cela marche pour ceux qui y croient. Je l’ai vu, j’en ai fait l’expérience. J’ai été avec les joueurs qui l’ont utilisé et je l’ai utilisé. Donc, pourquoi les gens le nient ? Il y a des fétiches et des rituels dans le football. Cela existe toujours.", source, afrik-foot.com). Qu'est-ce qu'on peut vous souhaitez pour la suite ? "Beaucoup de bonnes choses. Je souhaite un beau parcours de la France, bonne chance à Deschamps. Et un beau parcours du Nigeria." Pour terminer, voici une anecdote marrante de notre Capitano concernant Taribo: "Une année, il avait disparu tout le mois de janvier. On l'avait cherché et il était revenu le 1er février. A son retour, il m'avait dit: - Capitaine, je me suis marié. Dans mon pays, ça marche comme ça, c'est un mois de vacances. - Il était unique! Il y aussi eu cette fois où il nous avait invité pour son anniversaire vers 19h. Quand on était arrivés, il avait commencé à prier. Une heure, deux heures, trois heures... Nous avions incroyablement faim! Mais l'anniversaire s'était terminé comme ça. Au final, nous étions partis sans manger."
  20. Il y a 30 ans, le Meazza célébrait le Ballon d'Or de Lothar Matthäus. Petite rétrospective. Né en 1961, la carrière de Lothar Matthäus dura de 1979 à 2000. L'Allemand a joué avec l'Inter de 1988 à 1992, quatre saisons qui l'ont vu marquer 53 buts en 153 matches. Avec le numéro 10 sur le dos, il était un milieu de terrain complet, doté de puissance et de technique. Lors de sa première saison en Serie A, il a inspiré les Nerazzurri à un triomphe, le Scudetto du record, le 13e de l'histoire du club. Il a également remporté la Supercoppa Italiana et la Coupe UEFA avec nous. En 1990, après le succès de la Coupe du monde de l'Allemagne de l'Ouest en 1990 en Italie (à cette époque, il y avait l'Allemagne de l'Ouest et l'Allemagne de l'Est, ndlr), France Football lui décerna le Ballon d'Or. Matthäus devient ainsi le premier joueur de l'Inter à remporter ce prestigieux prix. Matthäus l'a soulevé au Meazza le 10 mars 1991 avant le match Inter vs Juventus (un match que les Nerazzurri ont remporté 2-0). Les stands ont été remplis comme une merveilleuse cérémonie avec des enfants avec des maillots de l'Inter et de l'Allemagne qui s'est déroulée sur le gazon du Meazza. Matthäus est l'un des quatre joueurs à avoir disputé cinq Coupes du monde (les autres sont Antonio Carbajal, Rafael Márquez et Gianluigi Buffon), l'Allemand ayant disputé un record de 25 matchs en Coupe du monde au cours de sa carrière. Après avoir fait 150 apparitions, il reste le joueur le plus capé d'Allemagne. Il a marqué 23 fois pour son pays, qu'il a aidé à remporter à la fois le championnat d'Europe (1996) et la Coupe du monde (1990). En 2018, Lothar Matthäus a été intronisé à l'Inter Hall of Fame . En 2020, France Football a nommé l'Allemand dans la "Ballon d'Or Dream Team" au côté de Il Fenomeno Ronaldo.
  21. Notre ancien défenseur, Fabio Galante, est revenu sur son passage à l'Inter et a partagé sa conviction "son" équipe aurait dû gagner plus qu'elle ne l'avait finalement fait. "Mon père était un gros fan de l'Inter, ma mère n'était pas intéressée par le football, mon frère a soutenu la Juventus (!!) même s'il a changé quand j'ai commencé à jouer à un très bon niveau", a-t-il commencé l'interview avec Radio Nerazzurra, diffusée Vendredi soir. Son premier souvenir concernant son passage, de 1996 à 1999. "Mon premier souvenir est certainement le jour de ma présentation. Je suis arrivé à la Pinetina avec Mazzola, Facchetti et le président Moratti qui m'ont très bien accueilli. Je me souviens des nombreuses questions posées par la presse et les journalistes. C'était vraiment un jour dont je me souviendrai toute ma vie. À 23 ans, j'ai rejoint l'une des équipes les plus fortes du monde." Son premier co-locataire. "En réalité, être dans les U21 d'Italie avec Fresi était très important car il est arrivé un an avant moi à l'Inter et il m'a certainement aussi donné la meilleure pub que même le meilleur agent sportif ne pouvait faire. Totò m'a toujours appelé et m'a parlé de l'Inter quand j'étais au Genoa. Lui, en fait, était à Milan mais on se rencontrait souvent et il m'a dit "Fabio je t'emmène à l'Inter, je t'emmène à l'Inter!". Totò Fresi était vraiment important pour moi! Nous avons également partagé la chambre, même si, au final, j'ai pas mal bougé pendant cette période car il préférait dormir seul." Sur Giuseppe 'Beppe' Bergomi. "Il n'a pas besoin d'être présenté!! Il était important pour moi car il nous faisait comprendre l'importance d'être à l'Inter, les valeurs et l'appartenance. Beppe était important, il m'a donné des conseils et il est venu me chercher tous les matins quand nous devions nous entraîner. C'était un bon leader." Cet été 1997. "Ronaldo a immédiatement établi une relation amicale avec moi et son caractère signifiait qu'il s'entendait bien avec tout le monde. Il s'est fait aimer. C'était vraiment un coéquipier exemplaire car il ne s'est jamais fâché. Nous étions du même âge, jeunes, fiancés, nous allions donc souvent dîner avec nos partenaires. En pré-saison, j'étais très proche de lui." "Il avait Giovanni Branchini comme agent, suivi de Davide Bega qui était mon ami le plus cher, une des personnes que j'ai rencontrées avec Bergomi à mon arrivée à Milan." "Ronaldo a vu en moi un mec simple, bonne et aimant qui n'était pas proche de lui parce qu'il était Ronaldo. Il est vrai que Ronaldo était Ronaldo, je venais du Genoa." "En rappelant les années 90, je ne vais pas énumérer tous les forts attaquants que j'ai dû marquer et tacler. Je suis arrivé à l'Inter où il y avait Pagliuca en équipe nationale, Bergomi en équipe nationale, Zamorano, Zanetti, Djorkaeff, bref, il y avait beaucoup de champions dans cette équipe ainsi que des Italiens comme Colonnese, Moriero, Fresi et ainsi de suite. Nous nous sommes retrouvés avec Ronaldo, parfois je le contacte encore et je suis toujours content." Sur Luigi 'Gigi' Simoni. "Gigi plus qu'un entraîneur, il était un père de famille! Avec son intelligence et sa façon de gérer, il a compris qu'il avait la chance d'avoir Ronaldo dans son équipe et d'avoir un groupe qui soutenait Ronaldo. Je me mets à la place de ceux qui jouent désormais à Barcelone avec Messi ou à la Juve avec Ronaldo. À mon avis, au final, en plus d'avoir la chance d'avoir ces champions, il faut savoir comment les gérer d'une manière particulière." "Simoni a fait en sorte que Ronaldo se sente le plus fort, mais il avait des moyens de ne pas le faire se sentir supérieur. Au final, Gigi a toujours eu un bon mot avec nous, il a su élever la voix au bon moment, jamais avec des mots grossiers. Nous avons tous eu une belle relation." "Je suis désolé que nous ayons remporté une seule Coupe UEFA, qui est aujourd'hui la Ligue Europa. Pour Gigi et ce groupe de joueurs qui avait Ronaldo dans l'équipe, nous méritions certainement plus. Le groupe aurait pu durer encore quelques années, mais nous savons comment l'histoire s'est déroulée et tout le reste." Sa plus grosse déception et sa plus grande joie. "C'est sûr que la déception est venue à 26 ans, alors que j'ai dû quitter l'Inter. Moratti, qui l'admet, a commis une grosse erreur en limogeant Simoni et en remettant Marcello Lippi l'année suivante. Le limogeage de Simoni a conduit au retour de Lucescu, Castellini et Hodgson, ce fut une mauvaise année!" "Lippi a décidé de séparer le groupe à son arrivée compte tenu de l'expérience des autres équipes. Ma plus grande déception a été de partir tôt, j'aurais pu faire beaucoup plus, bref ma carrière ne s'est pas arrêtée là. J'ai joué pendant encore cinq ans au Torino et six ans à Livourne. J'ai joué 11 ans à un très bon niveau." "J'ai déjà résumé mes joies avec ce que j'ai dit auparavant, remporter la Coupe UEFA et jouer avec de grands champions. Je suis très attaché à l'Inter, quand je fais le tour, beaucoup de gens se souviennent de mon Inter."
  22. Notre ancien défenseur Fabio Galante a partagé sa conviction que les attaquants de l'Inter et du Milan pourraient causer de gros problèmes à toute défense. Voici ses déclas à Sky Sport Italia. "Romelu Lukaku, Zlatan Ibrahimovic et Lautaro Martinez sont des attaquants qui causent problème à toutes les défenses. Conte compte beaucoup sur Lukaku qui est quelqu'un qui sait défendre le ballon et faire équipe. Il serait très difficile de marquer ces trois là." Le derby comme un examen pour les deux clubs? "Certainement, pour les fans, c'est LE match. Même si je pense que c’est un derby anormal, je ne sais pas combien de fois il y a eu un derby si tôt! Cela dit, ce sera étrange aussi car cela vient après la trève internationale. C'est donc difficile de se préparer, surtout pour Conte qui travaille sur des plans et a eu quelques difficultés dans ses préparations, même si les joueurs de l'Inter arrivent avec beaucoup d'enthousiasme compte tenu des performances." Les commentaires d'Eriksen. "Ils pourraient ne pas plaire à l'entraîneur. Je pense qu'il n'y a que quelques personnes qui jouent comme lui, des personnes avec ses caractéristiques manquent à l'Inter. Bien sûr, il doit encore entrer dans la tête de Conte, mais il peut prouver sa valeur." Le mercato estival. "Les joueurs recrutés sont importants pour gagner immédiatement. Kolarov et Vidal sont venus et c'est pourquoi Inter laissé Tonali. L'Inter compte désormais deux équipes très fortes, la Juve a été atteinte en termes de qualité. Les Nerazzurri peuvent titiller les champions italiens, voire les surpasser." Sur Ronaldo, le vrai. "Jouer avec lui était un spectacle, nous avons toujours commencé avec 1-0. Nous, en défense, avons dû faire le minimum, puis nous lui donnions le ballon et c'était fait. C’est toujours un plaisir quand j’entends parler de lui. Est-ce que je deviendrais directeur sportif de son club, le Real Valladolid? Ronaldo m'a dit que je devais apprendre l'espagnol, mais avec tout le temps je suis allé à Ibiza ..." ®alex_j - Internazionale.fr
  23. Le Vice-Président de l’Inter et Parrain d’Internazionale.fr, Javier Zanetti, s’est livré à cœur ouvert sur Instagram sur sa carrière à l’Inter. Que pensez-vous de l’équipe nationale d’Argentine ? "L’équipe nationale actuelle est en phase de transition. Il y a de bons et jeunes joueurs qui sont entrain de grandir. Elle a un bon futur, il faudra leur accorder de la confiance. Il y a de la qualité, de la personnalité, elle peut faire du bon boulot." "Il faut du temps pour créer une équipe. Avec les grands joueurs, ce sera possible d'en former une grande." Messi ? "Il a débuté dans mon équipe nationale, mais je pouvais voir qu’il était différent. A tout moment, il pouvait être capable d’inventer le geste qui allait débloquer la partie. Les statistiques parlent pour Leo, c’est un joueur avec qui il est bon de jouer, et moins bon de l'affronter." "Il me rappelle Ronaldo il Fenomeno, ce sont des joueurs qui ont d’autres types de qualités et qui savent élever le niveau de l’équipe, c’était un plaisir d’avoir pu jouer avec les deux." L’attaquant le plus fort que vous avez affronté ? "Il y en a tellement, j’ai eu de la chance, ... je dirais Zidane, Kakà, Cristiano Ronaldo, Messi, Henry. Ils étaient tous difficiles à marquer vu leurs caractéristiques." Le plus beau but que vous avez vu ? "J’ai eu la chance de voir le but de Ronaldo en Finale de la Coupe de l’Uefa contre la Lazio, c’était une grande nuit et y être était si beau. La façon dont il avait terminé l’action était merveilleuse." "Ronaldo était extraordinaire, il était déjà terrible à Barcelone et il vivait sa meilleure période. C’était une révolution pour tout ceux qui aimaient le football en Italie." La meilleure passe décisive que vous avez vu ? "Dans un match de Ligue des Champions face à Valence, j’avais centré de loin vers Adriano qui allait marquer de la tête. Adriano avait un potentiel énorme, il m’avait impressionné dès son premier match amical au Bernabeu." "Il restait deux minutes, un coup-franc pour nous : Il avait envoyé un missile pour un but retentissant dans la lucarne. Heureusement que je n’étais pas dans le mur, il m’aurait détruit. Il avait une grande puissance physique, il était très habile et très fort de la tête, c’était un grand attaquant." Le meilleur moment de votre carrière ? "La nuit de Madrid et pas uniquement pour la victoire de la Ligue des Champions, mais j’ai eu le privilège d’être le Capitaine qui allait soulever un titre qui manquait à l’Inter depuis 45 années. Il y a ensuite mon 700ème match avec l’Inter, ce fut une nuit inoubliable pour nous tous, le couronnement d’un rêve". "Nous sommes les seuls en Italie à avoir réalisé ce Triplé." Mourinho? "C’est un grand entraîneur, avec une grande personnalité et de grandes capacités, il ne laissait jamais rien au hasard, il s’occupait des moindres détails et était toujours sur le qui-vive. C’était un grand motivateur, cette équipe avait de grands joueurs et de grands hommes et avec lui, nous avons vécu deux saisons fantastiques." Quand un entraîneur arrive, c’est au Capitaine de parler… "La saison avec Mancini était terminée, j’étais à l’aéroport de Rome. Le téléphone sonna, un numéro portugais s'y affichait. C’était Mourinho qui s’excusait pour son italien, mais qui le parlait parfaitement. Il me disait avoir tout juste signé et qu’il était impatient de travailler avec nous ; il me disait que j’étais SON capitaine, c’était impressionnant. Lorsque la conversation fut terminée, j’ai dit à mon épouse que c’était Mourinho, je n’y croyais pas, cela explique sa Classe." Le saut de Banfield à l’Inter... "J’étais surpris à ce moment-là. Après deux championnats à Banfield arrive l’Inter, c’était un si grand changement. Dans ma tête, je savais que je jouais dans une bonne équipe en Argentine et que j’allais devoir faire le saut en Europe. Ce fut très beau, mais je devais être préparé à chaque moment." "Ce fut une grande opportunité, même si j’avais des responsabilités. Jouer dans une équipe comme l’Inter, dans le championnat italien…L’Inter avait recruté Ince, Roberto Carlos... Je m’étais dit : "tu y vas et tu joues tes propres cartes". Dès mes premiers instants en Italie, j’ai ressenti que l’Inter était un club avec une Histoire et avec des valeurs similaires aux miennes." "L’Inter est une famille, c’est la première sensation que j’ai ressenti. Pour un étranger, arriver dans un pays inconnu est compliqué, mais j’ai fait ma carrière, changé mes habitudes, j’ai grandi dans une grande culture du travail." "Ensuite je suis devenu Capitano. Imaginez, je l’ai été pour Ronaldo, Vieri, Baggio, Ibra et aussi Messi en Argentine, c’était une si belle expérience, c’est ce qui m’a marqué, ce chemin que j’ai parcouru." "Tu peux gagner ou perdre, mais la carrière qui se construit est ce qu’il y a de plus important pour un joueur. Moratti avait vu une vidéo du football en Argentine pour visionner Ortega. Mais il avait dit qu’il aimait bien ce numéro 4." "Les premiers contacts ont eu lieu avec Ottavio Bianchi qui me demandait comment je voulais jouer dans un 3-5-2, je me suis mis à droite et Carlos gauche. Lors de mes 10 premières années, je n’ai remporté que la Coupe de l’UEFA, mais je me suis toujours dit que notre moment allait arriver. Si tu t’entraînes avec sérieux, tu es toujours récompensé. Les premières années servent à construire qui tu deviens ensuite." Être Capitaine ? "Cela ne m’a pas changé d’être avec le brassard et mes équipiers m’ont toujours respecté pour cela. J’ai toujours voulu être un exemple avec mes comportements : j’ai toujours été moi-même. C’était un honneur d’avoir le respect de tous, cela m’a énormément aidé." "Même les brésiliens se sont bien comportés et cela a permis à l’Inter de gagner des titres, les joueurs sud-américain plaise énormément à l’Inter, elle y est très présente. Elle est internationale, tous sont les bienvenus." Un conseil pour un jeune latéral droit ? "C’est un rôle très important. Face à des équipes qui se regroupent, la première arme est l’ailier. Tu dois avant tout penser à marquer ton joueur, ensuite tu dois être capable d’attaquer et à être la solution. L’ailier peut devenir déterminant." "En 2010, il y avait Maicon et moi j’étais au milieu, il attaquait et je le couvrais. Pour nous il était fondamental, c’était un attaquant à la Roberto Carlos. Ces ailiers sont des options extrêmement importantes pour l’attaque. Je disais à Maicon de monter tranquillement, que j’étais la pour le couvrir, c’était une arme fatale pour nous." Pourquoi être devenu dirigeant et pas entraîneur ? "Il faut ressentir ce besoin d’entraîner. Lorsque j’ai songé à prendre ma retraite, je pensais plus à apporter ma contribution comme dirigeant. Quand l’Inter m’a annoncé que j’aillais devenir son Vice-Président, j’ai ressenti cette responsabilité et j’ai du m’y préparer." "On ne peut pas prétendre à être doué à ce poste uniquement sur la base de ce que l’on a démontré sur le terrain. J’ai ouvert un nouveau chapitre, tout repris à zéro, je me suis inscrit à la Bocconi (ndrl : une université privée spécialisé dans les sciences économiques) en "Finance et Marketing". "Je suis le Vice-Président de la partie sportive, je ne voulais pas être une figurine. Un club comme l’Inter doit valoriser sa marque à l’Internationale, mais pas que. Je participes à des projets sociaux, de marketing, de relations internationales." "Je veux travailler en équipe. Lorsque l’on me propose un projet, je compose l’équipe avec qui il est utile de s’entraider. Ce sont des nouvelles choses à découvrir outre la partie sportive. Lorsque je jouais, je pensais à m’entraîner et à jouer, mais l’équipe qui joue sur le terrain a besoin d’une autre équipe qui soit derrière elle." Les émotions ressenties lors du dernier match... "C’était fantastique, il y a deux jours, cela faisait 6 ans. C’était une très grande émotion car tout le stade était venu me saluer. Voir des enfants avec le 4 sur le visage, tant de familles qui ne voulaient pas me perdre et qui m’ont fait me souvenir de toutes ces années à l’Inter." "J’aurais voulu tous les embrasser. A la sortie du stade, tous m’attendaient, je les porterais toujours dans mon cœur. Mon lien avec les supporter de l'Inter sera toujours le plus fort pour moi, c’était comme ça depuis le début. C’était toute suite une union très forte entre nous, c’est pour cela que j’ai toujours décidé de rester." Vos objets de l’Inter... "J’ai le ballon de la Finale de Madrid signé par tous mes équipiers et mon brassard de Capitaine. Ensuite, j’ai la Coupe du Monde des Clubs, je l’ai fait faire car c’est un moment auquel je tiens. Lorsque je vais au musée et que je vois mes choses, cela me rappelle qu’une partie de mon histoire est intimement lié à l’Inter." Votre tête lorsque vous avez soulevé la Ligue des Champions... "Ce n’étais pas la mienne, c’était une très grande fierté, Soulever ce titre était unique, Historique." Roberto Carlos ? "Ce fut une année fantastique avec lui, c’est une grande personne. Nous étions tout les deux si jeunes, nous devions grandir. Nous serons toujours amis, même si ce ne fut qu’une seule année, c’était si intense." La Fondation Pupi "J’ai toujours voulu offrir la possibilité aux jeunes argentins d’avoir un futur meilleur. J’ai connu des situations compliquées, j’ai donc décidé avec Paula de créer la Fondation. Après 5 heures de discussion, nous avons décidé de lancer la machine, c’était un projet pour les familles et nous en sommes très fier." "Les garçons sont heureux et souriants. J’ai eu la chance de jouer à l’Inter et j’ai beaucoup de responsabilités sociales. Je ne suis pas seulement un dirigeant qui observe, mais j’analyse à 360° là où il m’est possible d’être utile sur le terrain." Un message pour les Tifosi ? "Un énorme baiser à tous les tifosi de l’Inter et aux italiens. N'abdiquez jamais, il nous manque que très peu de temps avant de revenir à la normalité. J’espère vous revoir très vite au stade, je vous embrasse tous." ®Antony Gilles - Internazionale.fr