Aller au contenu
×
×
  • Créer...

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'ruben sosa'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Groupes

  • Localisations des Nerazzurri

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

6 résultats trouvés

  1. Dans une interview accordée à FCInter1908, notre ancien attaquant Ruben Sosa pense que Antonio Conte a compris ce que Inter signifie, et s'est livré sur Lautaro Martinez. Sur la fin de règne de la Juve. "J'ai vu tous les matchs et je n'en manque aucun à moins que je ne m'entraîne dans mon école de football. J'aime le nouveau logo du club et c'est bien pour tout le monde qu'il y ait une nouvelle reine en Serie A. Le football italien a toujours été équilibré et tactique, mais les neuf dernières années de domination de la Juventus n'ont pas aidé à son attraction pour le reste du monde." Sur Conte manager à l'Inter. "L'entraîneur a compris ce qu'est vraiment l'Inter et est entré dans l'esprit des joueurs. Il a connu des difficultés la première année à cause de facteurs externes, mais a trouvé un équilibre presque parfait ces derniers mois. Au-delà de ce que certains pourraient penser, ils jouent du très bon football. C'est physique et agressif mais cela ne le rend pas moins beau. À ce niveau, rester au top demande beaucoup d'efforts physiques et Conte a pu les faire courir et attaquer, puis repartir." Conte de joueur à manager. "Lors de la saison 1992-93, le 21 mars, Juve 0-2 Inter, buts de Ruben Sosa et Igor Shalimov. Si vous revisitez mon but, avant de tirer avec mon gauche, j'ai feinté, et Conte tomba dans le panneau. Je me demande s'il s'en souvient encore, mais c'était un excellent milieu de terrain. Un symbole de la Juventus." "Il comprend que l'environnement à Milan est différent, il a fait preuve d'intelligence et de professionnalisme pour s'adapter à rejoindre un rival. Je ne sais pas s'il soutient toujours la Juventus dans l'âme, mais il a réussi à les battre et c'est ce qui compte." Sur Romelu Lukaku et Lautaro Martinez. "Lukaku est un avant-centre complet, il ne perd pas le ballon, ou que très rarement. Lautaro sait exploiter la physicalité de son partenaire. Ils sont faits pour jouer ensemble et ils offrent plus unis qu'ils ne le font séparés." "Un Sud-Américain met toujours plus de temps à s'adapter au football européen. Si Martinez est devenu génial cette année, l'an prochain, il deviendra encore meilleur. Il va certainement exploser car il a tout pour le faire. Quand j'ai lu son souhait d'aller à Barcelone, je me suis dit: 'Où vas-tu? Regarde à quel point tu es dans un bon club maintenant. L'Inter ne vaut pas moins, c'est l'une des meilleures équipes d'Europe et avec ce maillot, les autres les respecteront toujours." A propos de Matias Vecino. "L'équipe est maintenant structurée, mais Vecino est un milieu de terrain complet qui fournit également des buts utiles. Après une blessure comme la sienne, vous avez malheureusement du mal à revenir, mais une chose est sûre, c'est un joueur de l'Inter et l'un des nôtres."
  2. Lors d'une émission Twitch sur la chaîne d'Alessandro Cattelan, Nicola Berti a évoqué Nicolo Barella, la Juventus et ses souvenirs. Sur Nicolo Barella. "Nous sommes un peu similaires, j'aime beaucoup Barella. Il est beaucoup plus technique que moi, puis il a l'esprit de compétition, l'envie, l'intensité. Il est mon idole absolue." La Juventus va revenir? "La Juve ne peut plus nous rattraper. Quelques matchs de plus sont nécessaires et ensuite nous commencerons à nous rapprocher un peu plus de ce que nous attendions depuis tout ce temps. Ne soyons pas trop confiants, cependant. Le fait que nous ne jouions plus contre la Juventus avant l'avant-dernière journée est mieux, mais je veux que la course au titre se termine plus tôt, je ne veux pas souffrir jusqu'à la fin." Sur cette Inter. "À part la première partie de la saison où l'équipe a été éliminée de la Ligue des champions, je dirais que ça s'est très bien passé." Le meilleur joueur avec qui il a joué. "Ronie (Ronaldo), bien sûr." Berti a parlé des buts préférés qu'il a marqués pour l'Inter. "Mes buts préférés? Ceux marqués dans le derby de Milan. Il y a ce but dans lequel j'ai dit aux Rossoneri que je marquerais un but et je l'ai fait. Les derbies ont-ils été les plus beaux rendez-vous? À l'époque, nous ne nous parlions pas pendant une semaine, puis nous faisions la paix les uns avec les autres en équipe nationale. Pendant la Serie A, il y avait un défi avant les matchs: je me souviens que nous nous sommes échauffés dans les gymnases, pas sur le terrain, et les joueurs frappaient des balles de l'autre côté pour ennuyer les autres. Avec d'autres équipes, nous avons failli nous chauffer avant les matches." Berti a continué à se remémorer certains de ses anciens coéquipiers. "Bergkamp? Nous avons remporté une Coupe UEFA ensemble, il m'a fourni des passes décisives. Il était phénoménal techniquement mais ne s'intégrait pas bien." "Ruben Sosa? Il était très gentil et techniquement très fort." "Igor Shalimov? J'entends souvent parler de lui, il est entraîneur en Russie." "Darko Pancev? Pour moi, il était très fort, il est venu la mauvaise année. Il a été incompris, il a rejoint une équipe qui n'a pas bien fait, mais pour moi, il était plus fort que Pippo Inzaghi." "Djorkaeff? J'entends toujours parler de lui tout le temps. L'autre jour, je l'ai appelé avec des amis pour son anniversaire et j'ai chanté la chanson que les fans de Nerazzurri lui chantaient." Le meilleur entraîneur avec lequel il a travaillé? "Giovanni Trapattoni. J'ai passé plusieurs années avec lui et j'ai remporté le Scudetto du record (en 1989, ndlr). Trapattoni était comme un père, il sait parler et a beaucoup d'humour."
  3. Selon notre ancien attaquant Ruben Sosa, Conte n'a aucune excuse pour ne pas remporter le Scudetto pour sa deuxième saison à l'Inter. Il a également évoqué la Lula ainsi que de jeunes joueurs uruguayens dans dans une interview accordée à FCInter1908.it. "C'est maintenant la deuxième année de Conte à l'Inter, maintenant il connaît mieux les joueurs, et ils le connaissent mieux. Lorsque vous rejoignez une grande équipe comme l'Inter, la première année est toujours difficile, mais la deuxième année, si vous êtes un bon entraîneur, vous devez pouvoir gagner quelque chose. Lorsque l'équipe marque des buts, je constate une grande unité entre les joueurs et l'entraîneur, tout le monde se s'embrasse, et c'est une chose importante. Je vois qu'un bon groupe a été créé." Sur le derby de Milan. "J'ai regardé le derby à la maison et je dois dire que j'ai beaucoup aimé l'Inter. Ils ont joué comme si c'était une finale, gagner un match comme le derby comme ils l'ont fait n'est jamais facile. Leur équipe est en bonne forme physique, ils jouent rapidement, ne perdent pas le ballon, jouent calmement et sont toujours à l'attaque. Ils essaient de jouer leur jeu, ils vont sur le terrain et veulent gagner. L'Inter est la favorite pour remporter le Scudetto et non pas à cause du derby, elle était favorite avant cela à cause de la façon dont il joue." Concernant la LuLa. "Ce sont deux grands attaquants, ils se comprennent et ont une grande compréhension entre eux. Un est plus rapide, l'autre est physiquement plus fort, ils se complètent. Lautaro est plus sud-américain, tous les deux font une excellente année." L'élimination précoce en C1, un avantage pour le Scudetto? "Si vous vous souvenez que lorsque nous avons remporté la Coupe UEFA, en championnat nous étions presque derniers (1994, ndlr). Cette année, cela semble le contraire. Une fois que l'Inter a été éliminé de la C1, ils ont commencé à se concentrer exclusivement sur la Serie A. Nous nous étions concentrés sur la Coupe UEFA et en championnat, nous avions très mal fait. Désormais, l'Inter doit viser le Scudetto sans tarder. Au début de l'année, vous avez le championnat, la Ligue des champions et la Coppa Italia, et l'Inter doit gagner l'une de ces trois compétitions." Le plus grand danger. "C'est un football différent, tout change sans les fans. La Juventus gagne avec une certaine continuité et s'améliore, la Lazio aussi. L'Inter se battra pour le titre avec eux et ainsi que le Milan." A propos de Martin Satriano et de Matias Fonseca (fils de Daniel Fonseca). "Satriano a bien fait au Nacional (équipe majeure uruguayenne, ndlr). C'est un garçon qui aime le football et qui aime s'entraîner. Je pense qu'il a tout pour bien faire, mais il faut y aller doucement avec lui, c'est encore un gamin. Satriano a les qualités pour devenir un grand champion, mais allons-y doucement. En Uruguay, on parle en bien de lui, c'est pourquoi il est parti si vite. C'est un joueur différent des autres, c'est un top player comme on dit. Fonseca? J'ai entendu de très bonnes choses sur lui, même si je ne l'ai pas encore vu jouer. Comme tous les enfants de grands joueurs, ce n'est pas facile de refaire ce que leur père a fait, c'est difficile pour le garçon mais il a du sang uruguayen, alors qui sait."
  4. Notre ancien attaquant "El principito" Ruben Sosa s'est livré à SuperNews concernant son passage à l'Inter et l'Inter actuelle. En 1992, vous partez à l'Inter, l'équipe avec laquelle vous avez remporté la Coupe UEFA en 1994. Qu'est-ce que ça fait de faire partie d'un groupe qui a remporté un tel trophée? Qu'est-ce que l'Inter des années 90? "La Lazio a été l'équipe qui m'a ouvert les portes de la Serie A, l'Inter était ma deuxième équipe italienne, la plus forte pour moi. De grands joueurs ont joué à l'Inter, beaucoup d'étrangers, c'est une équipe qui a beaucoup gagné. J'ai eu la chance d'avoir été un attaquant pour ce club. Avec les Nerazzurri, j'ai marqué de nombreux buts, nous avons remporté une Coupe de l'UEFA en 1994, nous avons presque remporté le Scudetto l'année précédente. J'ai rencontré des champions comme Bergomi, Zenga, Ferri, Berti, Totò Schillaci, Jonk, j'ai eu la chance de jouer au Meazza, à San Siro, une sensation incroyable. Cela a été trois merveilleuses années." Comment est né le surnom "El Principito"? "C'était une invention d'un journaliste uruguayen. Quand j'ai fait mes débuts dans l'équipe nationale, à l'âge de 18 ans, le capitaine Enzo Francescoli était "El principe". Alors, pour ne pas créer de conflit, il m'a inventé le surnom "El principito", toujours roi, mais un peu plus petit." Avec 84 buts, vous étiez l'Uruguayen le plus prolifique de l'histoire de la Serie A avant qu'Edinson Cavani ne batte ce record en 2012. Que pensez-vous des nombreux talents uruguayens qui ont contribué à rendre le football italien spectaculaire? "J'ai passé sept merveilleuses années en Italie. C'était l'époque de Maradona et Careca à Naples, une époque où dans le football italien, il n'y avait pas plus de trois joueurs étrangers. Avant, il était plus difficile de trouver de l'espace, mais pour cette raison, c'était aussi plus gratifiant. Je crois que, dans un certain sens, j'ai ouvert les portes à d'autres joueurs uruguayens, j'étais une sorte d 'ambassadeur avec la tâche d'amener d'autres champions de mon pays au football italien. J'en suis très content." Malgré une équipe de grande qualité, l'Inter manque souvent de continuité. Que pensez-vous de l'Inter d'Antonio Conte? "Je suis souvent l'Inter et la Lazio, mes deux anciennes équipes. Je suis très attaché à ces clubs, j'aimerais qu'ils remportent n'importe quel titre. Les Nerazzurri sont les plus proches pour remporter le Scudetto. L'Inter est une équipe née pour la compétition, on s'attend toujours à ce qu'elle gagne quelque chose, que ce soit le Scudetto, la Ligue des champions ou la Coupe d'Italie. Je pense que cette équipe est pleine de grands champions. Conte devrait probablement constituer une équipe compacte et unie qui trouve une réelle continuité, en essayant de donner plus d'espace aux Sud-Américains également. Sanchez joue peu, Godin a été vendu. L'Inter, avec son équipe, son histoire, ses fans, ne peut pas bien jouer un ou deux matchs et ensuite mal jouer les suivants. Il doit maintenir un équilibre." En Champions League ou en Ligue Europa, pensez-vous qu'il existe une équipe italienne capable d'aller jusqu'au bout? "Aujourd'hui, le football a beaucoup changé, il suffit de penser à la situation de Barcelone ou du Real Madrid, qui perd en Liga contre le dernier du classement. En Italie, désormais, la compétitivité a presque disparu. La Juventus remporte le Scudetto sans être dérangée depuis des années, souvent avec beaucoup d'avance. Nous devons trouver un championnat compétitif, avec des équipes qui peuvent toutes aspirer à la victoire. Quand je jouais, il y avait Milan, Inter, Naples, Roma, Juventus. Aujourd'hui, il n'y a que la Juventus. Quant à la Ligue Europa, je ne vois pas d'équipe capable la gagner malgré tout. Je crois plutôt que les Italiennes devraient penser étape par étape, se concentrer sur chaque défi et garder une motivation élevée."
  5. Dans une interview accordée à PassioneInter.com, notre légendaire attaquant Ruben Sosa s'est exprimé sur une série de sujets liés à l'Inter et a commencé par rappeler le succès en Coupe UEFA 1994 : "Je ne suis resté que pendant trois ans mais il me semble que j'en ai vécu dix grâce à l'affection des fans. Nous avons gagné la Coupe UEFA, oui, mais en championnat, ce fut très difficile. Au match aller, nous avons gagné 0-1 à l'extérieur, puis heureusement, Zenga a tout sauvé. Un autre match très difficile a été celui contre le Borussia Dortmund. L'Inter, comme je l'ai toujours dit, est l'équipe la plus forte pour laquelle j'ai jamais jouée. Je me suis beaucoup amusé à l'Inter." A son arrivée à l'Inter et a révélé que la femme du président Ernesto Pellegrini ne voulait pas qu'il rejoigne le club : "L'arrivée à l'Inter fut assez incroyable. Je suis allé chez Pellegrini et sa femme m'a demandé un autographe pour leur fille. Mon agent m'a dit plus tard que le président ne voulait plus de moi alors qu'en réalité c'était sa femme ! J'ai contacté Pellegrini et lui ai dit que si je marque 20 buts, il accepte mes demandes, sinon, j'accepterais les siennes. Il a accepté et au milieu de la première année, j'avais déjà marqué 22 buts." Ernesto Pellegrini ou Massimo Moratti ? "Ils étaient tous les deux de grands présidents. Pellegrini était un ami, il est toujours resté proche de moi. Moratti était alors président d'une grande famille. J'ai passé un bon moment avec lui et même quand j'ai été blessé, il m'a beaucoup aidé. Il a tout donné pour l'Inter et il aurait aussi donné sa vie." Un commentaire sur Beppe Bergomi ? "Au début il ne parlait jamais mais il a toujours été un grand capitaine, j'ai toujours été inspiré par lui. Je me souviens qu'il avait l'habitude de se lever et de prier à trois heures du matin et je lui ai demandé pourquoi il l'avait fait et il a dit qu'il l'avait fait pour l'équipe. Je lui ai alors dit d'arrêter de le faire, je m'occuperais des choses et marquerais deux buts. Il m'a beaucoup appris et, comme Moratti, il aurait tout donné pour l'Inter." Diego Godin et Matias Vecino : "Godin est un grand homme, un leader et un professionnel. Il est conscient que l'Inter est un grand club et bien qu'il ne puisse pas jouer tous les matchs car il n'est plus tout jeune, il performe toujours très bien dans les matchs complexes. Il faut le jouer dans les matchs les plus difficiles, c'est un joueur d'équipe. Quant à Vecino, il est peut-être un peu trop sérieux, peut-être qu'il manque un peu de joie mais c'est probablement parce qu'il se soucie tellement de bien faire et se met donc de la pression." Sosa a ensuite parlé de la course au scudetto et a partagé sa conviction que l'Inter et la Lazio pouvaient stopper la Juventus : "La Lazio se débrouillait très bien jusqu'à l'arrêt. Eux et l'Inter peuvent arrêter la Juventus et c'est probablement la bonne année pour le faire. Ils doivent essayer de battre les Bianconeri." Il a conclu en parlant du projet de nouveau stade à Milan et a souligné que San Siro ne devait pas être détruit dans le cadre de celui-ci : "Le Meazza est le plus beau stade dans lequel j'ai joué. Il est peut-être un peu trop grand par rapport aux normes d'aujourd'hui mais il doit rester, il ne doit pas être démoli." ®alex_j - internazionale.fr
  6. Lors d'une interview parue dans Tuttosport, notre attaquant légendaire Ruben Sosa, a évoqué son passage dans le club. "L'Inter était certainement l'équipe la plus forte pour laquelle j'ai joué. Les trois saisons que j'ai passées à Milan ont été extraordinaires. Ce qui m'a le plus frappé, c'est de voir tous ces fans au Meazza. Jouer dans un tel stade était extraordinaire." Cette fameuse saison 1993-1994 "Nous avons presque fini en Serie B ! Mais nous avons finalement remporté la Coupe UEFA. Pour moi, cette coupe est comme une Ligue des Champions! Gagner la Coupe UEFA a été le couronnement de mon aventure nerazzurra. C'est mon meilleur souvenir car je voulais gagner quelque chose en tant que joueur interiste." Note: à la fin de la saison 1993-1994, l'Inter termina à la 13e place avec 31 points, soit 1 point devant le premier relégable (Piacenza). L'Inter remporta sa deuxième coupe de l'UEFA en battant le Casino de Salzbourg (devenu le Red Bull Salzbourg), 1-0 et 1-0. Il faut également noter que d'après une interview de Denis Bergkamp parue dans fourfourtwo parue en 2011, les deux attaquants ne s'entendaient que moyennement. Le départ "Je pense que je suis parti au bon moment car je n'aurais rien pu donner de plus. Mon genou, qui avait déjà subi trois opérations, me faisait mal. C'était aussi un acte de respect envers le club et les supporters." L'homme de 53 ans a conclu l'entretien en admettant qu'il pourrait amener son fils en Italie dans les années à venir. "Mon fils Nicolas a 15 ans et joue maintenant au Danubio FC (club uruguayen basé à Montevideo fondé par des bulgares, d'où le nom qui fait référence au Danube, ndlr). Il est pareil que moi et a le même pied gauche. Quand il aura 18 ans, je l'emmènerai peut-être en Italie." L'ancien joueur de l'équipe nationale uruguayenne a rejoint l'Inter à l'été 1992 après un passage à la Lazio. Au cours de ses trois années avec nous, il a disputé 104 matches toutes compétitions confondues. Il a pu se vanter d'un record impressionnant qui frôle le 1 but tous les deux matchs car il a marqué 50 buts avec également fait 10 passes décisives. Il a quitté l'Inter pour le Borussia Dortmund et a également joué en Espagne et en Chine avant de retourner en Uruguay où il a terminé sa carrière au Racing Club de Montevideo. Avec l'équipe nationale, Ruben Sosa a gagné la Copa America en 1987 et 1995. ®alex_j - internazionale.fr