Aller au contenu
×
×
  • Créer...

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'samir handanovic'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

  1. Une partie qui était jusque-là bien gérée, une partie tactique qui tournait à l’avantage de Simone Inzaghi, une partie qui voyait Edin Dzeko inscrire un but à la Vieille Dame suite à une sensationnelle reprise d’Hakan Çalhanoğlu, jusqu’à la 89ème minute de jeu. Alors que les Nerazzurri gère la rencontre, que Samir Handanovic n’est pas plus inquiet que cela, Denzel Dumfries commet l’irréparable dans la surface de réparation. Si Maurizio Mariani, en première intention, décide de ne pas accorder le pénalty aux turinois, celui-ci est rappelé à l’ordre par Marco Guida Simone Inzaghi se fera expulser et Paulo Dybala ne manquera pas l’offrande et la Vieille Dame rentrera à Turin en compagnie d’un point inespéré Un protocole enfreint ? En effet, il n’y a pas lieu de discuter, Dumfries a fait le con, la faute est existante, mais devait-elle être sifflée ? Selon la Gazzetta Dello Sport: Lorsque, à la 86’minute, le pied droit de Dumfries a heurté la jambe gauche d'Alex Sandro, pour l'arbitre Mariani, tout allait bien, il n'y avait rien à faire, et on a donc considéré comme acquis le fait qu’il avait également vu et évalué la position de la jambe du joueur de la Juventus. Mais Guida, à la Var l’appelle à ce moment-là: l'ingénuité du joueur de l'Inter à frapper le membre du joueur de la Juventus se produit déjà à l'intérieur de la surface et c'est l'intervention de la Var qui conduit à l'attribution du penalty. Mais l’On Field Review est remise en question : S’agissait-il d’une erreur claire et évidente ? D’un oubli de l'arbitre qui n'a pas remarqué, ou est-ce qu’il a été trompé par le pied droit d'Alex Sandro bien en dehors de la surface, bien au-delà de la ligne... Que dit la procédure ? "Mariani avait vu et justifié le contact comme non-fautif, invitant les joueurs à poursuivre l’action. Dans un tel cas de figure, le Protocole relatif à la VAR ne peut pas intervenir sur un contact vu et justifié par l’arbitre." En conséquence, le protocole a été « enfreint » étant donné qu’il a favorisé une équipe. Ça a chauffé en coulisse Selon la Gazzetta Dello Sport, la Direction de l’Inter s’est entretenue immédiatement avec Mariani, de son côté, la réaction de Simone Inzaghi est la manifestation la plus évidente d'une soirée de frustration pour les Nerazzurri ; comme il y en a eu également d’autres dans un passé récent : L’Inter d’Inzaghi avait dompté la Juve en mode soft power, elle avait mené la danse presque tout le match, mais elle a finalement laissé deux points qui pèsent lourd à l’approche du sommet en sueur "A la fin du match, personne, au niveau de la Direction n’a publiquement récriminé, mais l’ambiance était sombre surtout en pensant au manque d'uniformité de la Var d'un match à l'autre : Selon les Nerazzurri, un contraste plus ou moins similaire sur Anguissa à Rome, cet après-midi avait été évalué différemment, sans l'intervention de la technologie. C'est pourquoi dans le vestiaire il y a eu une discussion civilisé mais ferme avec l'arbitre Mariani : des explications ont été données sur l'épisode clé." "Les joueurs sur le terrain ont cependant mal réagi avec des protestations flagrantes et peut-être même avec des pensées sur ce qu’il s’était produit l’année dernière. C’est le deuxième Derby d'Italie d'affilée à être décidé par un penalty contesté. C'est le deuxième derby italien consécutif à être décidé par un penalty contesté. En mai, dans un stade silencieux, le pénalty accordé à Cuadrado suite à un contact imaginaire avec Perisic avait fait sensation." "L’Inter était très ordonnée face aux initiatives de la Juventus qui a rarement inquiété Handanovic. Mais quelques secondes avant le coup de sifflet final, Mariani s’est senti obligé de vérifier un contact à la limite de la surface de l'Inter entre Dumfries et Alex Sandro, et accordait un penalty aux Bianconeri, transformé par Paulo Dybala. La Juve a donc pris un point qu'elle n'attendait peut-être pas, laissant les Nerazzurri furieux de l'occasion manquée à cause d'un épisode répréhensible, qui a également suscité l'ire de Simone Inzaghi, qui a été expulsé." "Ce sont Naples et l'AC Milan qui ont fêté l'événement, les Nerazzurri affichant un retard désormais de 7 unités." Que les choses soient bien claires : Si Denzel Dumfries aurait fait preuve d’intelligence, cette situation n’aurait jamais eu lieu, il est donc bel et bien le fautif, car faute et pénalty il y a ! Place à présent à la rencontre qui opposera ce mercredi l’Empoli à Inter, une rencontre où cette fois-ci, les trois points devront impérativement être acquis Tableau récapitulatif Inter 1-1 Juventus Buteur(s): 17’ Dzeko (I), 89’ penDybala (J) Inter: 1 Handanovic; 37 Skriniar, 6 De Vrij, 95 Bastoni; 36 Darmian, 23 Barella (90’ 8 Vecino), 77 Brozovic, 20 Çalhanoğlu (61’ 5 Gagliardini), 14 Perisic (72’ 2 Dumfries); 9 Dzeko, 10 Lautaro Martinez (72’ 7 Sanchez) Banc: 21 Cordaz, 97 Radu, 11 Kolarov, 12 Sensi, 13 Ranocchia, 32 Dimarco, 33 D'Ambrosio, 48 Satriano T1: Simone Inzaghi Juventus: 1 Szczesny; 6 Danilo, 19 Bonucci, 3 Chiellini; 11 Cuadrado (65’ 22 Chiesa), 20 Bernardeschi (18’ 30 Bentancur), 27 Locatelli (83’ 21 Kaio Jorge), 14 McKennie (83’ 5 Arthur), 12 Alex Sandro; 44 Kulusevski (65’ 10 Dybala), 9 Morata Banc: 23 Pinsoglio, 36 Perin, 2 De Sciglio, 4 De Ligt, 8 Ramsey, 17 Pellegrini, 24 Rugani T1: Massimiliano Allegri Arbitre: Mariani VAR: Guida Averti(s): Barella (I), Alex Sandro (J), Perisic (I), Chiellini (J) Expulsé(s): 89’ Simone Inzaghi pour protestation Affluence: 56.532 Tifosi ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  2. Interviewé par Amazon Prime sur la victoire de l’Inter face au Sheriff, Julio Cesar a été confronté à une question relative au but encaissé par Samir Handanovic sur le coup-franc de Sébastien Thill. Vu le poste occupé par Julione, celui-ci est le plus à même à s’exprimer : Est-ce qu’Handanovic aurait pu faire mieux sur le but ? "Selon moi oui et il le sait aussi car c’est l’un des gardiens les plus fort du Monde, il lui a manqué un pas." "Il a tellement confiance en lui-même vu sa taille. Je suis un peu plus petit que lui et je devais composer mon manque de centimètres en me déplaçant bien plus que lui." "Il reste tout de même dans le Top 5 des gardiens." Validez-vous son analyse ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  3. La première, et tant attendue, victoire est enfin arrivée pour l’Inter en Ligue des Champions: La bande à Inzaghi prenant le meilleur sur le très surprenant Sheriff Tiraspol. Si le score est flatteur, celui-ci n’est en rien révélateur tant le Champion de Moldavie se sera montré menaçant Et si l’Inter prend immédiatement la possession et s’offre ses premières occasions, Dumfries, Dzeko et Nicolò Barella ne parviennent pas à régler la mire. L'international hollandais gaspillant même plusieurs conclusions pourtant assez simple. Le danger se fait de plus en plus ressentir par Federico Dimarco et Lautaro Martinez, en vain, jusqu’à la 34 minute de jeu. Sur un énième corner botté par Dimarco, Arturo Vidal dévie un ballon qui est repris à la volée par Edin Dzeko dans la surface, celui-ci ne laisse aucune chance au très volontaire Celeadnic. Si le score n’est que de 1-0, l’Inter joue à se faire peur, tant ses reconversions défensives font défaut, même si finalement Samir Handanovic n’est pas mis en très grand danger. Et l’équipe moldave a raison d’y croire dès la reprise et elle se verra d'ailleurs récompensée par le but de la soirée signée Thill à la 52’ sur coup-franc. Après avoir allumé lors de la seconde journée Thibaut Courtois, Samir Handanovic fait partie de son armoire a trophée La réaction de l’Inter ne se fait pas attendre, suite à une combinaison entre Dzeko et Vidal, le chilien est mis en orbite seul face au portier moldave, si celui-ci parvient à toucher le ballon, le tir du sud-américain délivre le Giuseppe Meazza à la 58’. L’Inter fera le break peu après l’heure de jeu et plus précisément à la 66’: Suite à un nouveau corner, Denzel Dumfries parvient enfin a remiser intelligemment vers son compatriote Stefan De Vrij, sa reprise au premier poteau ne laisse aucune chance au Sheriff. L’Inter se relance donc dans la compétition en occupant la troisième place. La manche retour en Moldavie s’annonce ardue, mais il sera impératif de l’emporter pour espérer se qualifier pour le second tour de la Ligue des Champions Tableau Récapitulatif Résumé vidéo Inter 3-1 Sheriff Tiraspol Buteur(s): 34′ Dzeko, 52′ Thill, 58′ Vidal, 66′ De Vrij Inter: 1 Handanovic; 37 Skriniar, 6 De Vrij, 32 Dimarco (53’ 95 Bastoni); 2 Dumfries, 23 Barella, 77 Brozovic (85’ 12 Sensi), 22 Vidal (75’ 5 Gagliardini), 14 Perisic (85’ 11 Kolarov); 9 Dzeko (75’ 7 Sanchez), 10 Lautaro Martinez Banc: 21 Cordaz, 97 Radu, 8 Vecino, 13 Ranocchia, 19 Correa, 33 D'Ambrosio, 36 Darmian T1: Simone Inzaghi Sheriff Tiraspol: 1 Celeadnic; 13 Costanza, 2 Arboleda, 55 Dulanto, 15 Cristiano; 21 Addo (75’ 20 Nikolov), 31 Thill; 9 Traoré (89’ 19 Cojocari), 22 Kolovos (84’ 98 Cojocaru), 10 Castañeda (46’ 6 Radeljic); 77 Bruno Souza Banc: 33 Pascenco, 16 Julien, 18 Kyabou, 99 Yansane T1: Jurij Vernydub Arbitre: Makkelie (P-B) VAR: Kamphuis (P-B) Averti(s): Dimarco (I), Cojocaru (S) Expulsé(s): / Affluence: 43.305 Tifosi ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  4. Simone Inzaghi, Edin Dzeko, Arturo Vidal, Stefan De Vrij et Marcelo Brozovic se sont livré en conférence d’après matchs, soit auprès d’Inter TV, soit auprès de Sky Sport Simone Inzaghi à Inter TV "Nous avons réalisé le match que nous devions faire, ils sont venu ici avec enthousiasme et nous savions que la rencontre allait être compliquée. Nous nous sommes comportés comme une équipe en créant tellement, nous avons touché deux fois les poteaux, une fois la transversale en plus de nos trois buts. Nous avons pratiqué un très bon football et nous devons seulement comprendre quand il ne pas se tromper car nous avons pris quelques contres trop dangereux." "Il y a encore énormément de travail, mais c’est un plaisir de voir jouer cette équipe. Ce discours vaut également lors des défaites que nous avons subies face au Real Madrid et à la Lazio. C’est aussi un plaisir de pouvoir retrouver autant de tifosi dans le stade, c’est une arme supplémentaire pour nous, nous avons actuellement disputé tant de match à l’extérieur. Je suis en train de récupérer tous les joueurs et c’est fondamental car j’aurai besoin de tout le monde, vu que l’on joue tous les trois jours." "Nous devons nous améliorer et concéder moins d’occasions, car les contre étaient dangereux, nous devons être plus précis techniquement car nous avons concédé quatre à cinq contre. Nous savons que nous devons nous améliorer sous cet aspect, j’y travaille." "Nous avons marqué très peu de buts vu les occasions que nous nous sommes créés." Vidal? "Arturo s’entraine avec l’enthousiasme d’un jeunot, il veut toujours se montrer disponible, c’est une valeur ajoutée: Lui et Sanchez, malgré le fait qu’ils sont rentrés dans la nuit de samedi, se sont mis à disposition pour être présent à Rome. Mais j’ai préféré les laisser se reposer car je savais qu’ils pourraient s’avérer important pour ce soir, ce qui a été le cas." Simone Inzaghi qui a décidé de ne pas trop se fouler à Sky Sport "Nous avons réalisé le match que nous devions faire, ils sont venu ici avec enthousiasme et nous savions que la rencontre allait être compliquée. Nous nous sommes comporté comme une équipe. Nous nous sommes créé énormément mais selon mois, il y a encore tant à améliorer. Techniquement, nous devons comprendre quand il ne faut pas se tromper car nous avons pris quelques contre trop dangereux." "Comme entraîneur, je peux vous dire que c’est un plaisir de voir jouer cette équipe, mais nous jouons malheureusement trop peu à domicile avec ce public merveilleux qui nous transcende. Nous avons conscience que notre public est une arme supplémentaire, nous savons que nous devons nous améliorer, mais je me diverti comme entraîneur lorsque je vois évoluer l’équipe." "Tous sont sur le retour même si j’ai encore quelques joueurs mis à l’écart comme Correa qui n’est pas encore à 100%. Gagliardini est un autre joueur important qui est bien rentré dans le match, j’attends tout le monde, en jouant tous les trois jours, j’aurai besoin de l’aide de toute l’équipe." "Quand nous faisons face à des équipes comme celle du Sheriff, nous devons être plus concentré techniquement, ma sensation est que nous avons concédé 4 à 5 contres trop dangereux et je sais que l’on doit s’améliorer, nous n’avons pas inscrit assez de but vu les occasions créé. Nous avons, sincèrement développé un bon football, mais nous aurions dû inscrire plus de buts." Le but du Sheriff ? "Je dois le revoir, toutefois Samir est notre Capitaine et il peut aussi se planter, comme les autres se plantent aussi." Vidal ? "Arturo s’entraîne avec enthousiasme, il veut toujours se montrer disponible: Je lui ai dit, tout comme à Sanchez de rester dimanche à la maison, que je préférais les avoir pour ici. Arturo mérite d’avoir du temps de jeu avec son travail, c’est une valeur ajournée pour cette équipe, il a l’enthousiasme d’un jeunot." Edin Dzeko à Sky Sport "Nous étions furieux car nous aurions mérité bien mieux à Rome, mais lorsque tu perds une partie, l’important est de relever immédiatement la tête et de tout donner, comme nous l’avons fait aujourd’hui. Ce soir, nous avons fait une bonne prestation de la première à la dernière minute et c’était fondamental vu que nous n’avions qu’un seul point dans le groupe. Nous sommes toujours en course et ce soir c’était un match “ça passe ou ça casse”." "Le Sheriff a six points et personne ne s’y attendait, ce soir, ils ont prouvé qu’ils étaient très dangereux en contre. Nous avons, de notre côté, bien joué et nous méritons la victoire." Mon but? "Cela peut arriver parfois de rater un but facile et d’inscrire les plus difficiles, l’important est d’avoir trouvé le but et d’avoir récolté les trois points. L’Inter est encore forte, mais nous devons prendre moins de buts, c’est dommage que l’on s’en soit pris un ce soir, avec une telle prestation. Nous nous améliorons et nous ferons mieux à chaque match." Arturo Vidal à Inter TV "Cette victoire était utile, ces trois points nous donnent confiance pour la suite de la Ligue des Champions, mais aussi pour la rencontre face à la Juventus. Nous devons continuer à travailler de la sorte, pour toujours faire mieux." "Je dédie ce but à ma Fille, Elisabetta: Je lui avais promis avant le match d’en inscrire un, elle me regarde du Chili et cela me rend fier d’y être parvenus. Cela me fait aussi plaisir pour les Tifosi qui attendent énormément de moi: Je cherche toujours à donner le maximum, je travaille durement. Ce soir, nous avons réalisé un bon match, c’était important de relever la tête." Stefan De Vrij à Inter TV "C’était comme une finale pour nous et cela s’est vu dans notre façon d’aborder la rencontre, il y avait une grande envie de l’emporter et nous y sommes parvenu. Nous avons eu tant de coups de pieds arrêtés et nous avons de très bons tireurs: Nous sommes parvenu à inscrire deux buts sur ces phases arrêtées. C’était beau de marquer et j’ai remercié Denzel pour la passe décisive, nous étions dans un moment important du match. A présent, nous profitons de cette victoire et nous penserons ensuite à la rencontre face à la Juve." Marcelo Brozovic à Sky Sport "C’était une victoire utile pour aller de l’avant. A présent, une autre partie importante nous attend, mais je suis content de ce que nous avons proposé aujourd’hui. Toutefois, en première période nous avons concédé trop de contre et c’est un aspect du jeu qui ne me plait pas énormément. Nous ne devons pas nous prendre de buts à chaque match, nous nous devons de nous améliorer." Ma prolongation? "Nous verrons dans les prochains jours ce que le Club me proposera" ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  5. L'Inter Milan a concédé sa première défaite de la saison en championnat ce samedi contre la Lazio. Les hommes de Simone Inzaghi n'ont pas su poursuivre leur série d'invincibilité. Retour sur un match lâché en plein vol par les Nerazzuri. Cette rencontre démarre tambour battant, avec une Lazio agressive sans ballon, arrivant à bien conserver le ballon et a gêné l'Inter dans l'entre-jeu par des circuits de passes courtes et en une touche. Les Nerazzuri laissent passer les premières minutes tel un orage, puis reviennent doucement mais sûrement dans la rencontre. Cela se confirmera quelques minutes plus tard. Federico Dimarco renverse le jeu côté opposé vers Matteo Darmian, qui joue intelligemment en une touche de balle pour Nicolò Barella, qui vient s'infiltrer dans l'espace et provoquer un penalty. Hysaj accroche légèrement la cheville du milieu de terrain Italien. Perisić s'en charge et prend à contre pied Pepe Reina. 1-0 pour l'Inter. La Lazio reprend du poil de la bête après cette ouverture du score, notamment par l'intermédiaire du Brésilien Felipe Anderson, véritable poison mortel pour le côté gauche Nerazzuri, en grande souffrance face aux coups de reins du Neo-Laziale. Plusieurs actions dangereuses s'enchaînent, Handanović répond présent face à une frappe ras de terre de Basić sur un centre en retrait du Brésilien. Mais un homme offre les inspirations d'oxygène dont l'inter a besoin: le croate Marcelo Brozović. Tout simplement insaisissable sur le début de rencontre, il trône devant la défense tel un artilleur, décochant coup sur coup ses flèches empoisonnées. Son jeu long est extrêmement précis et permet à l'Inter de se crée des situations sur les ailes. Malheureusement les deux pistons que sont Darmian et Dimarco n'arrivent pas à convertir en occasions les poches d'espaces crées par les décalages du numéro 77 Nerazzuri. Le match se stabilise un peu sur la fin de la première mi-temps. L'Inter et la Lazio tentent chacune de conserver le ballon. Mais ce sont bien les hommes de Maurizio Sarri qui le font le mieux, parvenant à garder cet avantage territorial de la possesion, avec également un très bon contre-pressing mettant en difficulté l'Inter à la perte de balle en se servant de projections rapides vers le but d'Handanović. La fin de la mi-temps arrive, le match gagne en rythme avec une frappe lourde de Basić, stoppée par le Slovène. Dans la minute suivante, Barella déborde côté droit et réalise un petit dribble piqué pour esquiver le retour du défenseur Biancocelesti, comme une gazelle se défesant de ses prédateurs. Son centre sera trop long. Mr Iratti, pas tout à fait irréprochable, siffle finalement la pause à Rome. La mi-temps n'a semble-t-il rien changée aux intentions de deux équipes, particulièrement celles de la Lazio, qui se retrouve en plus grande difficulté pour trouver des brèches dans la défense Nerazzuri. Mais les failles de ces derniers éclatent en seconde période, notamment une: l'absence de joueurs de couloir rapides et percutants, Dimarco et Darmian ne remplissant pas ce critère. Du rythme est présent dans ce match mais les bonnes occasions peinent à être crée par les deux équipes. Jusqu'à un corner anodin à la 62ème minute, et une faute de main totalement involontaire d'Alessandro Bastoni, venant alors bêtement concédé un pénalty. Immobile se charge de son exercice favori et place son ballon au même endroit qu'Ivan Perisić, tout en prenant Handanović à contre pied. La Lazio est revigorée par cette égalisation venu du ciel. Elle se montre plus dangereuse dans le jeu et accentue la pression. Marcelo Brozović tire toujours son épingle du jeu, même entouré de trois joueurs. Dans ce match, le seul à l'avoir stoppé est Mr Iratti. Arrive les changements pour les deux équipes. Côté Lazio, sortie d'Hysaj et de Basić pour Lazzari et Luis Alberto; et côté Inter les sorties de Bastoni, Perisić et Gagliardini pour Dumfries, Correa et Vecino. Pour l'Inter, ces changements n'auront pas l'effet escompté. Pire, l'équilibre de l'équipe semble bousculé, avec un Correa inactif, un Dumfries désorienté, un Barella déporté côté gauche et un Dimarco axe gauche de la défense. Par contre, la Lazio bénéficie grandement de l'apport de ses entrants, Lazzari apporte du mouvement, de la vitesse, et Alberto du liant entre le milieu et l'attaque. Nous avons perdu l'Inter et nous allons douloureusement nous en rendre compte. Dimarco sollicite un une-deux avec Lautaro mais est tamponné par un Romain. L'action se poursuit, Lautaro progresse avec le ballon mais s'en sert mal et le perd de suite. L'absence de Dimarco en défense, encore au sol, se fait ressentir. Felipe Anderson trouve Ciro Immobile, qui emmène Škriniar avec lui et frappe à ras de terre. C'est détourné par Handanović dans les pieds d'un Felipe Anderson ayant suivi depuis le départ de l'action. Il ne se fait pas prier et inscrit le deuxième but devant le but vide. Dumfries a la bonne idée de déclencher une bagarre générale en accrochant Felipe Anderson partant célébrer son but. Cela aboutira à deux cartons jaunes de chaque côté: Milinković-Savić et Anderson, Dumfries et Lautaro Martinez. L'Inter perd le fil de son match, coule et vient encaisser un troisième but, de la tige Sergej Milinković-Savić, cette fois-ci de la tête. Le Serbe anéanti les minces espoirs des hommes de Simone Inzaghi. Fin du match au bout des six minutes de temps additionnel. L'inter s'incline en série A pour la première fois de la saison, et devra montrer un visage plus conquérant mardi, 21:00, à Giuseppe Meazza; dans le cadre de la 3ème journée de Ligue des champions contre le Shériff Tiraspol, surprenant leader du groupe D. Tableau récapitulatif Résumé Vidéo Lazio 3-1 Inter Buteur(s): 12' Perisić (sp)(I), 64' Immobile (sp)(L), 81' Anderson (L), 90+1' Milinković-Savić (L) Lazio (4-3-3): 25 Reina; 77 Marusić, 3 Felipe, 4 Patric, 23 Hysaj (66' 29 Lazzari); 21 Milinković-Savić, 6 Leiva (85' 32 Cataldi), 88 Basić (66' 10 Alberto); 7 Anderson (86' 8 Akpa-Akpro), 17 Immobile, 9 Pedro (75' 20 Zaccagni) Banc: 19 Vavro, 5 Escalante, 94 Muriqi, 27 Moro, 26 Radu, 1 Strakosha, 31 Adamonis T1: Maurizio Sarri Inter (3-5-2): 1 Handanović; 37 Škriniar, 6 De Vrij, 95 Bastoni (67' 2 Dumfries); 36 Darmian, 23 Barella (86' 20 Çalhanoglu), 77 Brozović, 5 Gagliardini (67' 8 Vecino), 32 Dimarco; 9 Džeko (76' 10 Lautaro), 14 Perisić (67' 19 Correa) Banc: 97 Radu, 33 D'Ambrosio, 48 Satriano, 13 Ranocchia, 11 Kolarov, 21 Cordaz T1: Simone Inzaghi Arbitre: Massimiliano Irrati VAR: Paolo Silvio Mazzoleni Averti(s): 27' Basić (L), 36' Gagliardini (I), 63' Bastoni (I), 83' Milinković-Savić (L), 83' Lautaro Martinez (I), 83' Anderson (L), 83' Dumfries (I), 87' Correa (I), 90+1' Darmian (I) Expulsé(s): 90+7' Felipe (L) ®Internazionale.fr ~ Aurios-Inter
  6. Samir Handanovic Samir Handanovic est né le 4 juillet 1984 à Ljubljana en Slovénie. 1m93 pour 89kg, c'est un gardien de but agile doté d'excellents réflexes, avec une capacité inégalée d'arrêter les pénaltys. Sa carrière professionnelle a commencé à Domzale et il a très vite attiré l'attention de l'Udinese qu'il rejoint à 20 ans. D'abord envoyé en prêt à Treviso, la Lazio et Rimini, il s'est ensuite fait une place de titulaire avec des chiffres particulièrement impressionnants lors de la saison 2010/11. Pendant 704 minutes de jeu il n'a pas encaissé le moindre buts et il a aussi sauvé six des huit pénaltys de sa saison, un record. A l'été 2012 il signe à l'Inter, succédant à Julio Cesar. Ses débuts en Serie A ont lieu le 16 septembre dans une victoire 2-0 contre le Torino. Handanovic confirme sa réputation de stoppeur de pénalty au fil des ans. Lors de la saison 2014/15 sur huit pénaltys il en stoppe sept. Une statistique qui le place second de tous les temps derrière Gianluca Pagliuca. Autre héros nerazzurro et gardien de la légendaire équipe d'Helenio Herrera, voici ce que Giuliano Sarti dit de lui : "Il y a des gardiens qui ont leur état de forme qui varie d'un match à l'autre. Ils joueront deux bons matchs puis un mauvais. Lui ce n'est pas le cas, il est constant, linéaire, régulier. C'est un excellent gardien." Samir Handanovic a réalisé neuf arrêts contre Barcelone le 24 octobre 2018 en Champions League. Record égalé de Toldo contre Arsenal en 2003. Lors de l'ultime journée contre Empoli il a reçu le Gant d'Or pour la saison 2018/19 de Serie A. Il a parfaitement protégé ses cages avec 17 clean sheets en championnat, 20 toutes compétitions au fil de la saison. Handanovic a représenté l'équipe nationale slovène de 2004 jusqu'à sa retraite internationale en 2016, avec 81 sélections.
  7. En effet, la Rosea n’est absolument pas coutumière de rumeurs infondées, preuve en est que l’information relayée ci-dessous est à prendre sérieusement en considération: André Onana sera le nouveau gardien titulaire de l’Inter pour la saison 2022-2023! Détails de l’accord "L’Inter a déjà trouvé son futur numéro un: Il s’agit d’André Onana, le gardien international du Cameroun, âgé de 25 ans et en provenance de l’Ajax, et qui sera en fin de contrat au 30 juin prochain. Libre de s’engager gratuitement pour une nouvelle équipe à partir du 1er février 2022, sa nouvelle destination sera le Milan coloré de Nerazzurro, sauf surprise, car l’accord a déjà été trouvé avec l’Inter et l’officialisation aura lieu après le Mercato de réparation." "Tout est clair donc pour le présent et pour le futur : L’Inter a décidé de se fier à Onana, en réalisant une double bonne affaire, au niveau technique et économique : Il s’agira d’une nouvelle opération à coût zéro pour un jeune qui peut déjà se vanter de disposer d’une bonne expérience internationale : 36 matchs en Ligue des Champions, 17 matchs en Ligue Europa et 18 matchs en sélection." Pourquoi pas en janvier ? "L’Inter avait raisonné ces dernières semaines sur l’hypothèse d’anticiper l’arrivée d’Onana dès le mois de janvier, mais les récentes prestations d’Handanovic ont convaincu le club de poursuivre l’aventure avec son Capitano. En juillet, par contre, la place sera occupée par Onana." Handanovic rétrogradé "A partir de la prochaine saison, le nouveau gardien de l’Inter sera André Onana, qui arrivera à Milan à paramètre zéro de l’Ajax. De son côté, Samir Handanovic dispute selon toute vraisemblance sa dernière année en qualité de titulaire: Il pourrait rester en Nerazzurro, mais en qualité de "Vice." Confirmation également au Pays-Bas Le portail hollandais Voetbal Primeur confirme l'arrivée d'André Onana à l'Inter: "Des sources internes du club se sont livrées sur la négociations relative au contrat du portier: "Il a déjà signé un pré-contrat avec un autre club" Le club a renoncé à continuer la négociation avec Onana. En mars, l'Ajax lui avait proposé une offre importante, mais il l'avait refusé: Le club espérait pouvoir le vendre, mais Onana a refusé Lyon et Nice pour revêtir, en juin, le maillot de l'Inter" Validez-vous ce recrutement annoncé en grandes pompes par la Gazzetta Dello Sport ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  8. André Onana va-t-il suivre un parcours "similaire" à celui de Julio César ? Soit celui d’être recruté en cours de saison pour être "en service" pour la saison suivante ? Révélation de Calciomercato.com Le duo Marotta-Ausilio dispose déjà d’un accord de confiance avec le portier, qui, en juin prochain sera libre gratuitement, étant donné qu’il ne sera plus sous contrat avec l’Ajax. Toutefois, la Direction Nerazzurra raisonne sur l’idée de le recruter au mois de janvier, en procéder à un établissement d’un cadre à respecter "Il sera nécessaire de systémiser la situation relative à Radu : Le gardien roumain avait refusé une offre d’Espagne en juillet, car il n’était pas convaincu par le projet technique, il espérait également pouvoir tenter sa chance en Nerazzurro. Mais l’Inter ne mise pas sur lui pour le futur et espère réussir à placer rapidement le joueur sur le mercato. Si elle y arrive déjà en janvier, les chances de recruter immédiatement Onana à Milan augmenteront." Pourquoi le recruter en janvier ? "Ce n’est pas pour remplacer immédiatement Handanovic, le camerounais n’ayant plus joué depuis très longtemps. Mais il s’agirait de lui offrir la possibilité de mieux s’adapter à l’Italie : L’Inter pense qu’en le recrutant six mois plus tôt en Italie, que cela représentera pour Onana un avantage important pour le futur." "Le club de la Viale Della Liberazione s’active à présent pour comprendre s’il y une marge de manœuvre pour concrétiser ce qui n’est, qu’à l'heure actuelle qu’une idée, le tout en prenant en considération que l’Ajax recevrait une indemnité et que ce dernier marquerait son accord." "L’Inter a choisi Onana, le voir en Nerazzurro déjà en janvier est difficile, mais pas impossible." Investiriez-vous sur Onana dès le mois de janvier ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  9. Après le partage face au Shakhtar Donetsk dans le cadre de la seconde journée de la Ligue des Champions, l’Inter retrouve la Serie A et plus précisément Sassuolo ce samedi 02 octobre à 20h45. Pour l’occasion, Simone Inzaghi s’est livré en conférence d’avant-match A quelle rencontre vous attendez-vous face à Sassuolo ? "Ce ne sera pas une rencontre facile, c’est la septième en 20 jours, il y a un peu de fatigue physique et mentale. Ils pratiquent un excellent football, la vraie Inter devra être présente pour l’emporter." Y-aura-t ’il quelques rotations ? "Aujourd’hui, c’est la première journée où je retrouverai l’équipe et j’évaluera la situation. Je parlerai avec les garçons pour connaitre leur état de forme et demain matin, j’opterai pour le meilleur onze possible à aligner." Etes-vous à la recherche d’un meilleur équilibre ? "L’équilibre est une chose importantissime. En Ukraine, nous avions réalisé un bon match au niveau défensif, mais nous avons exprimé beaucoup moins notre jeu, avec du cynisme, nous l’aurions emporté." Etes-vous rassuré suite à la parution du bilan ? "Je pense oui, nous avons un Administrateur-Délégué très brave. Je pense que le club l’a aussi été, notre objectif était de mettre le club en sécurité et le prochain bilan sera bien meilleur. Le club a réussi à conserver un environnement serein, à garder sa tifoserie compacte, et à verser les salaires avec régularité, il y a de la confiance pour l’avenir." Vous avez plus de difficulté à marquer en Coupe d’Europe, comment l’expliquer ? "C’est le fruit du moment, nous avons la meilleur attaque de Serie A, cela peut arriver que tu ne marques pas de buts, lors de deux matchs en Ligue des Champions : Face au Real, nous avions eu 18-19 occasions, face au Shakthar, nous avions eu d’importantes occasions, nous aurions dû faire mieux, c’est le résultat de ces épisodes." Pourquoi Çalhanoğlu ne parvient pas à confirmer ? "Je suis très satisfait de Çalhanoğlu, il combine qualité et quantité : J’ai tant de joueur pour ce poste, le fait qu’il soit sur le banc à Kiev n’avait rien à voir avec son match face à l’Atalanta où il m’avait satisfait. J’ai tant de milieux, de temps en temps, je dois faire des choix différents." Handanovic est attaqué sur les réseaux sociaux. Est-ce que cela a fait écho dans le vestiaire ? Pensez-vous aussi le titulariser en Coupe d’Italie ? "Je pense qu’il faudra penser par après de la Coupe d’Italie. C’est notre Capitaine, un des leader du vestiaire. C’est un grandissime gardien, qui durant des années encore, fera le bonheur de l’Inter." Après la trêve internationale, il y aura le match face à la Lazio et l’Inter pourrait être privée de ses sud-américains. Est-ce que Correa ou Lautaro pourront revenir plus tôt ? "Pour l’heure, c’est le Sassuolo. Ensuite, nous savions que nous allions faire face à cette problématique, nous y réfléchirons en temps voulu. Je dois nous préparer à la rencontre de demain actuellement." Quel est le meilleur poste pour Sanchez ? "Selon moi, Alexis est un joueur avec tellement de qualité qu’il peut être aligné au poste de Trequartista, au poste d’attaquant. Cela fait à présent 20 jours qu’il travaille à plein régime et je suis content de ce qu’il nous apporte." Manque-t ’il un Vice-Brozovic ? "Je pense que Marcelo occupe un poste bien spécifique, c’est un joueur très très important. Je peux aligner d’autres joueurs, face au Shakthar, j’ai mis Barella, mais il y a aussi Sensi, Gagliardini et Vecino qui peuvent l’occuper." Est-ce que la prestation face au Shakhtar est le fruit des éliminations passées ? "Je ne pense pas. Nous avons vu comment l’équipe a déployé son football face au Real et comment elle avait voulu développer son jeu ici. Certains fait de jeux ont fait en sorte qu’il n’y a pas eu de résultat positif. Nous n’étions pas l’Inter habituelle en termes de jeu, mais nous aurions pu gagner, comme nous aurions pu aussi l’emporter face au Real." Vous attentiez vous à vous retrouver à cette place au classement ? Est-ce déjà un signe positif ? "Nous sommes bien placé, nous aurions pût sincèrement faire mieux. Les six premiers matchs de championnat étaient très bon, il manque les deux points perdu face à la Sampdoria et les deux points perdu face à l’Atalanta, que nous aurions mérité." "Je suis content de ce que nous proposons sur le terrain. Je suis juste amer, car nous aurions dû avoir plus de point en Ligue des Champions, vu toutes les occasions que nous avions obtenus. J’y repenserai lorsque la Champions fera son retour." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  10. Encore une fois un match, une première période très difficile. C'est un fait l'Inter a du mal à performer lors des premières mi-temps. Un Sassuolo très séduisant s'est douloureusement heurté à la loi des champions d'Italie en 2ème période. Récit d'un très beau match de football. L'Inter entame bien son match, avec un bon pressing et des joueurs qui se trouvent bien dans les espaces. Elle se crée une première occasion par Barella, qui manque sa frappe des 16 mètres. Mais plus les minutes s'égrainent plus Sassuolo met en place un pressing qui va mettre en grande difficulté les Nerazzuri. Sassuolo se montre de plus en plus dangereux au fil des minutes, mettant en énorme difficulté l'Inter à la relance, avec un grand Maxime Lopez au milieu de terrain et un Djuricić bloquant constamment les lignes de passes vers Marcelo Brozović. Offensivement, Sassuolo est aussi très entreprenant, notamment par l'intermédiaire de Jérémie Boga, le français étant le détonateur principal de l'attaque Neroverdi. Handanović retarde l'échéance mais l'inévitable arrive. Boga déborde côté gauche, pénètre dans la surface et vient gagner un penalty, au nez et à la barbe de Milan Škriniar via un crochet intérieur foudroyant. Ce dernier accroche Boga et concède le pénalty. Berardi s'en charge et envoie son ballon dans le petit filet d'un Samir Handanović pourtant partit du bon côté. Sur un corner suivant son premier but, Berardi voit même sa volée du pied droit frôler la transversale du Slovène. L'Inter est dépassée par le pressing des hommes de Dionisi. Elle voit s'évaporer son bon début de match et semble en retard sur chaque duel. Les attaquants, notamment Joaquin Correa, ne se montrent pas suffisamment et sont dans les poches des centraux de Sassuolo. Défensivement les Nerazzuri sont coupables d'erreurs grossières, representées par un Stefan De Vrij nettement en dessous lors de ce début de saison, avec deux relances totalements manquées qui auraient pu, qui auraient dû faire but pour Sassuolo. Handanović ira même jusqu'à risquer l'exclusion juste avant la pause sur un ballon en retrait anormalement manqué par le défenseur central néerlandais. Grégoire Defrel joue mal le coup. L'inter s'en sort très bien. La mi-temps arrive comme un bouffée d'oxygène pour une Inter asphyxiée. Début de la seconde période, sur les mêmes bases que la première. Sassuolo attaque, l'Inter défend et n'arrive pas ressortir le ballon. Pendant dix minutes en début de seconde mi-temps les occasions s'enchaînent pour les Neroverdi. Handanović est mis en difficulté mais repousse les assauts des coéquipiers de Jérémie Boga, ce dernier mettant totalement le feu au demi-espace gauche des Interistes. Arrive LE tournant du match à la cinquantes septième minute et le QUADRUPLE changement opéré par Simone Inzaghi, sentant que son équipe est en train de couler. Hakan Çalhanoglu, transparent, pour Arturo Vidal, Denzel Dumfries, trop timide, pour Matteo Darmian, Alessandro Bastoni, en difficulté à la relance, pour Federico Dimarco (nous saluons tous ton crâne rasé digne d'un Borja Valero des grandes années); et Joaquín Correa, pas du tout inspiré, pour Edin Džeko. La minute suivante, Ivan Perisić dépose un exellent centre sur la tête du Bosniaque, qui trompe Andrea Consigli sur son premier ballon. L'Inter revient et montre un regain d'énergie remarquable. Elle vient s'installer dans le camp de Sassuolo et pousse pour passer devant au tableau d'affichage d'un Mapei Stadium en fusion. Džeko est déterminant dans la résurrection de l'Inter dans ce match, parvenant à faire ce que Correa n'a pas réussi: peser sur le quatuor défensif de Sassuolo. L'Inter arrive à conserver un peu plus le ballon dans la moitié de terrain adverse. Au milieu de terrain, Arturo Vidal transcende ses coéquipiers avec une agressivité et une grinta qui ont manquées à Çalhanoglu. La phase de domination Nerazzuri se conclut d'une bien belle manière: sur un délice de passe de Marcelo Brozović, Edin Džeko vient provoquer un penalty face à un Consigli un peu perdu sur le coup. Lautaro Martinez inscrit le second but et fait passer devant les champions d'Italie. Sassuolo reprend un peu les choses en mains sur la fin du match, se crée quelques occasions, mais Handanović répond présent. Les coéquipiers de Domenico Berardi ont même failli se faire piégés dans les dernières minutes, encore par le diable Bosniaque Edin Džeko. Son but sera refusé pour un hors-jeu dans les cinq mètres cinquante, sur un centre de l'hyperactif Nicolò Barella. Le score en restera là. L'Inter prend trois très bons points sur le terrain de Sassuolo avant une nouvelle trêve internationale interminable. Rendez-vous le samedi 16 octobre, 18 heures à l'Olimpico pour affronter la Lazio, giflée par Bologne (3-0). Quel est votre ressenti sur le match de nos champions ? Tableau récapitulatif Résumé Vidéo Sassuolo 1-2 Inter Buteur(s): 22' Berardi (sp)(S), 58' Džeko (I), 78' Lautaro Martinez (sp)(I) Sassuolo (4-2-3-1): 47 Consigli; 17 Muldur, 21 Chiriches, 31 Ferrari, 6 Rogerio; 16 Frattesi (86' 91 Scamacca), 8 Lopez; 25 Berardi, 10 Djuricic (75' 23 Traore), 7 Boga; 92 Defrel (64' 18 Raspadori) Banc: 22 Toljan, 97 Henrique, 4 Magnanelli, 77 Kyriakopoulos, 56 Pegolo, 13 Peluso, 5 Ayhan, 3 Goldaniga, 20 Harroui T1: Alessio Dionisi Inter (3-5-2): 1 Handanovic; 37 Skriniar, 6 De Vrij, 95 Bastoni (57' 32 Dimarco); 2 Dumfries (57' 36 Darmian), 23 Barella, 77 Brozovic, 20 Çalhanoglu (57' 22 Vidal), 14 Perisic; 19 Correa (57' 9 Dzeko), 10 Lautaro (89' 33 D'Ambrosio) Banc: 7 Sanchez, 21 Cordaz, 11 Kolarov, 13 Ranocchia, 5 Gagliardini, 97 Radu, 8 Vecino T1: Simone Inzaghi Arbitre: Luca Pareitto Averti(s): 63' Muldur (S), 67' Perisic (I), 70' Lopez (S), 70' Barella (I), 76' Consigli (S), 80' Raspadori (S) Expulsé(s): / Internazionale.fr ~ © Samus
  11. En effet, l’Inter songe sérieusement à l’après Samir Handanovic. Et selon le journal allemand Bild, l’Inter serait prête à s’offrir les services de Bernd Leno lors du mercato hivernal à venir: "Il n’y a pas qu’Onana. Parmi les profils examinés par la Direction Nerazzurra, il y a aussi celui de Bernd Leno." "Le gardien allemand d’Arsenal a perdu sa place de titulaire en faveur du nouvel arrivant Ramsdale. Depuis ce changement, l’équipe de Mikel Arteta a d’ailleurs retrouvé le chemin de la victoire." -Toutefois, cette situation ne convient clairement plus au joueur allemand dont le contrat prendra fin en juin 2023. Il serait convaincu qu’il vaille mieux aller voir ailleurs Selon le Bild, l’Inter serait prête à saisir cette opportunité, soit profiter de l’amertume de l’ancien portier du Bayer Leverkusen, pour le transférer déjà à Milan au mois de janvier. Leno lui-même fait part de son intérêt milanais "Il n’y a pas eu de motif évident expliquant ma mise à l’écart, je sais seulement que cela n’a rien à voir avec mes prestations. C’est Arteta, l’entraîneur qui a pris la décision. C’est objectivement difficile pour moi : Londres est très beau, mais Milan aussi n’est pas mal, Milan est plus proche de ma ville natale, Stuttgart" en esquissant un sourire Pourriez-vous déjà partir en janvier ? "Je n’y pense pas encore, je me sens bien à Arsenal et à Londres, mais si ma situation ne vient pas à évoluer d’ici cet hiver, je devrais penser aux différentes options qui s’offrent à moi, comment pourrais-je continuer ?" Est-ce que Leno "vo" le déplacement selon-vous ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  12. En effet, ce matin, le Bild a fait état d’un sérieux intérêt en regard à Bernd Leno, le gardien allemand d’Arsenal, écarté du projet technique par Mikel Arteta. Toutefois, comme le révèle Fabrizio Romano, cette information est sans fondement : Le Club Nerazzurro ne le considère pas comme une option. La raison principale est que l’élu pour succéder à Samir Handanovic est André Onana, le portier de l’Ajax né en 1996 qui sera recruté gratuitement, étant donné qu’il sera en fin de contrat en juin 2022. Le Missile signé Fabrizio Biasin Le message de Fabrizio Biasin est bien plus limpide: "Après une vérification minutieuse concernant un présumé intérêt de l'Inter pour Leno, je tiens à faire une déclaration : les chances de voir le gardien d'Arsenal chez les Nerazzurri sont les mêmes que de voir chez le coiffeur." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  13. Simone Inzaghi s’est livré à la traditionnelle conférence d’avant-match, dans le cadre de la seconde journée de la Ligue des Champions, qui verra l’Inter défier le Shakhtar Donetsk. Pour l’occasion, il était accompagné de Stefan De Vrij Il y a 21 ans, vous, Inzaghi, aviez marqué un but contre le Shakhtar, sous le maillot de la Lazio - lors des débuts de l'équipe ukrainienne en Ligue des champions. Depuis ce moment-là et jusqu’à aujourd’hui, le Shakhtar a continué à avancer "Le parcours de l'équipe ukrainienne est vraiment optimal. Il y a deux ans, elle avait atteint les demi-finales de l’Europa League : C'est un club ambitieux, ils voudront nous poser des problèmes." Avant ce match, on peut dire que l’Inter a récolté moins que ce qu’elle a semé : Est-ce déjà une rencontre décisive pour la phase de groupe ? "Elle n’est pas encore décisive, mais elle sera importante. Le Shakhtar est une très bonne équipe qui joue bien et qui dispose d’individualités importantes : Nous devrons être brave et réalisé un excellent match : Nous revenons d’une rencontre face à l’Atalanta où j’ai très bien aimé la réaction." Vous connaissez très bien l’entraîneur du Shakhtar, à quel point cela-a-t ’il put influencer l’impact de la préparation de la rencontre ? "Après avoir vu les deux derniers matchs du Shakhtar, je peux vous dire que Roberto cherche à apporter ses idées et il est très bon. Il a apporté quelques modifications en se basant sur ses joueurs, qui sont d’une valeur absolue." Vous aviez déclaré que vous souhaitiez voir une équipe qui propose de l’intensité. Est-ce que ce que l’Inter a démontré jusqu’à présent, correspond à ce que vous vouliez voir ? "J’avais demandé à voir une équipe qui a la capacité de réagir tout en jouant bien au football, deux choses que j’ai vu lors des toutes premières rencontres. Il faut à présent trouver un meilleur équilibre dans le sens où nous attaquons avec énormément d’hommes en proposant du football, mais en cherchant à prendre moins de risques pour ne plus connaitre de contre-attaques dangereuses." Vérone, la Fiorentina et l’Atalanta vous ont pressé haut en vous mettant en difficulté : Croyez-vous qu’il s’agît-là des matchs les plus compliqués à disputer ? "Je suis d’accord, nous avons fait face à des difficultés lors de ces matchs: Nous étions également mené au score, mais comme je l’ai dit, je suis très heureux de la réaction de l’équipe : Elle est toujours resté lucide." Vous parlez d’équilibre : Est-ce un problème d’ordre général au niveau de la façon d’aborder la rencontre, ou est-ce une question liée aux individualités ? "Nous sommes une équipe offensive qui évolue sur toute la largueur du terrain. Lors de certaines journées, il est arrivé que nous commettions des erreurs face à des équipes qui ont des jambes et qui nous faisait mal en contres." Simone a Sky Sport "Nous sommes capable de nous améliorer c’est sûr, mais nous avons disputé nos six premiers matchs de championnat, tout comme celui face au Real, de la meilleure des façons : Nous avons une grande marge d’amélioration, nous avons pratiqué un excellent football et nous disposons de la meilleure attaque de Serie A. En ce moment, nous devrions moins concéder à l’adversaire, mais c’est notre façon de jouer." "Nous aurions dû obtenir plus que ce que l’on a récolté jusqu’à présent, mais ce n’est que le début et je suis très content de ce que propose mes garçons : Sur six matchs, nous en avons remporté quatre pour deux partages où nous aurions mérité plus : J’ai vu de la désillusions à la suite du match face à l’Atalanta, et ce même si nous avions été mené au score : En tant qu’entraîneur, cela me fait plaisir." Comment composez-vous avec la Pazza Inter : Conte disait qu’il ne voulait plus la voir à l’œuvre...... "J’aime beaucoup voir l’Inter jouer en ce moment. Samedi, nous aurions voulu l’emporter et nous l’aurions probablement mérité. Mais au net de tout, nous avons fait face à l’Atalanta qui est une équipe de valeur absolue et qui s’est présentée au Meazza en jouant à visage découvert : Finalement, eux comme nous, devons accepter le match nul." Stefan De Vrij en conférence de presse En tant que Leader de la défense, quelle est la différence principale dans vos phases défensives, comparé aux deux dernières saisons ? "Je pense que tant de concepts sont resté d’actualité, même le dispositif que nous connaissions déjà très bien, c’est d’ailleurs quelque chose qui est valable pour toute l’équipe, pas que pour nous. Nous sommes une équipe offensive qui presse haut et qui se crée énormément. Nous devons encore retrouver un peu plus d’équilibre : Nous sommes encore capable de nous améliorer." Comment avez-vous trouvé Inzaghi, que vous aviez connu, il y a trois ans ? "Je me sentais très bien avec l’entraîneur du temps de la Lazio et je suis content qu’il soit arrivé ici : Je me sens toujours très bien ici avec lui et son staff, nous cherchons à nous améliorer et à grandir encore tous ensemble." Stefan à Sport Mediaset Avez-vous la certitude de vous qualifier ? "Oui, malgré la défaite face au Real, nous sommes convaincu que nous passerons la phase de groupe, nous sommes sûr de nous et de nos qualités, nous les avons démontré." La qualification passe par ici...... "Oui, c’est très certainement une partie extrêmement importante pour la phase de groupe, et pour nous, vu que nous avons perdu le premier match, c’est important de récolter des points." Handanovic fait face à de très nombreuses critiques...... "Nous savons qui écrit, qui parle, nous ne devons pas penser à ce genre de choses, mais à rester centré sur nous-même : Il y a tant de confiance et d’envie de bien faire entre nous : Ce qui se passe à l’extérieur du groupe, reste à l’extérieur." La rencontre de l’année dernière, face au Shakhtar avait vraiment été malheureuse "Oui et nous voulons vraiment faire de bonnes choses: Même s'il y a la désillusion de l’année dernière, nous voulons remporter le match de demain." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  14. L'ancien gardien légendaire de l'Inter, Ivano Bordon, estime que les critiques envers Samir Handanovic sont trop dures. S'adressant au média italien ItaSportPress.it, la légende des Nerazzurri a défendu l’actuel portier Interiste et a suggéré que la chose la plus importante est qu'il continue de recevoir du soutien et qu'il retrouvera son meilleur niveau, disant la même chose à propos de Federico Dimarco après son penalty raté contre l'Atalanta. Handanovic a été critiqué pour sa forme cette saison, avec un certain nombre d'erreurs très médiatisées causant des problèmes à son équipe et donnant le sentiment qu'il n'est plus à son meilleur. Bordon fait toujours confiance au Slovène et pense qu'il peut montrer les qualités qui ont fait de lui le gardien de premier choix depuis son arrivée en 2012 en provenance de l'Udinese. "Handanovic est également un bon tireur de penalties, et peut-être qu'en ce moment il reçoit trop de critiques ", a déclaré Bordon. "Il faut qu'il soit soutenu et qu'on lui donne le moral, et il reviendra plus fort qu'avant. Il faut le laisser travailler sereinement. Samir est un très bon gardien et en fin de saison ses arrêts vaudront des points importants pour l'Inter." Il a également déclaré qu'il pense que Dimarco peut revenir de son penalty raté contre l'Atalanta samedi dernier, et que la chose la plus importante pour lui est de ne pas perdre sa confiance et d'avoir le bon état d'esprit pour revenir. "Je dis à Federico de se ressaisir parce que les penalties peuvent être manqués", a expliqué Bordon. "J'en ai sauvé plusieurs, car nous, les gardiens, avons un avantage dans cette circonstance par rapport à ceux qui les tirent." "S'il a décidé de le prendre, cela signifie qu'il n'est pas trop excité", a-t-il poursuivi, "et même Beccalossi après les deux erreurs contre Slovan Bratislava est revenu à son meilleur niveau – il craignait d'avoir ruiné la relation avec les tifosi, mais quand il est revenu à San Siro, les supporters l'ont accueilli avec une ovation. Le même rugissement de passion qu'il recevait, et que Dimarco continuera sûrement à recevoir." ®Oxyred – Internazionale.fr via SempreInter
  15. En effet, face à l’Atalanta, tous les projecteurs ont mis en évidence la nouvelle contre-performance du Capitaine de l’Inter, Samir Handanovic. Est-ce La saison de trop ? 3 raisons d'être resté pour la Gazzetta Dello Sport La première est qu’Handa est le Capitaine de l’Inter et il méritait d’avoir la satisfaction d’endosser son maillot avec le Scudetto de l’Inter cousu sur le torse et d’en revendiquer le poste de titulaire La seconde : Samir est en fin de contrat au 30 juin prochain, ce qui laisse le temps à l’Inter de disposer d’une autre saison pour chercher ailleurs La troisième: La raison économique: Pour trouver un gardien, l’Inter aurait été dans l’obligation d’investir au moins 20 millions d’euros. La priorité de Simone Inzaghi, de Giuseppe Marotta et de Piero Ausilio était tout autre: Trouver un remplaçant à Achraf Hakimi et un troisième attaquant. C’est surtout pour cette raison qu’il a été décidé d’aller de l’avant avec Handanovic et d’attendre Onana, aussi bien pour maintenir l’équipe compétitive que pour faire respirer les comptes: C’était le seul choix possible. Soutenu par la Curva Nord La Curva Nord a décidé de soutenir Samir Handanovic qui est dans l’œil du cyclone depuis sa performance décevante face à l’Atalanta : A l’extérieur du stade Giuseppe Meazza et, à proximité du célèbre Baretto, les tifosi ont exposé une banderole en soutien au portier Slovène : "Tête haute, torse bombé, Samir la Nord est avec toi." Impact sur le vestiaire En effet, si miraculeusement le but de Piccoli a été annulé, la situation est plus que délicate pour le numéro 1 interiste. Selon Sport Mediaset, Toute l’équipe est sereine et apporte, avec Simone Inzaghi, son soutien au portier: "Inzaghi se fie à Samir et il sait que sous le point de vue psychologique, il a besoin d’être soutenu : Traduisez : Il doit jouer, il doit continuer à jouer et à monter sur le terrain pour répondre entre les cages à tous les doutes et à toutes les critiques et ce jusqu’à ce qu’Handanovic lui-même, si cela vient à se produire, ne demande à faire un pas de côté." "Le Vestiaire et le club le soutiennent, conscient de la délicatesse du poste occupé. Toutefois, cela ne signifie pas que la question de sa succession n’est pas présente sur la table des Responsables du Mercato Nerazzurro : Le nom de l’élu est celui d’André Onana, le portier camerounais de l’Ajax qui sera en fin de contrat en juin 2022 : Il n’est d’ailleurs pas exclu qu’une tentative ait lieu en janvier, si la situation vient à ne pas s’améliorer." Selon vous, Samir aurait-il déjà dû raccrocher les crampons ou méritait-il tout de même de revêtir le maillot flocké du Scudetto qu’il a tellement attendu ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  16. La Fiorentina pourra nourrir des regrets : Auteur d’une première période cinq étoiles, avec une playades d’occasions dangereuses à la clé, la Viola n’inscrira pourtant qu’un seul et unique but, ce qui est insuffisant face aux Champions d'Italie : La faute à Samir Handanovic, véritable homme du match côté Nerazzurro Le plan de jeu mis en place par Italiano était clair comme de l’eau de roche, il fallait presser les Nerazzurri, les pousser à la faute et les gêner énormément dans la relance. Et si en première période, les Champions n’ont pas vu le jour, forcé de constater que l’ouverture du score a été sujette à polémique. Si finalement Sottil ouvrira méritoirement le score, Nicolàs Gonzales, auteur de la passe décisive commet tout de même une poussée fautive, au début de l'action, sur l’extension de Milan Skriniar qui ratera le ballon (23’). Si Handanovic n’est en rien fautif sur le but, le Capitaine Nerazzurro aura repoussé l’échéance suite à des arrêts sur des tirs de Gonzales dans le petit rectangle dès la 2’, sur Vlahovic à la 10’ ; sur Biraghi, sans oublier la tentative lointaine, mais non-cadrée de Duncan. Si l’Inter a été ébranlée, et malgré un but refusé en première période pour un hors-jeu plus qu’évident d’Ivan Perisic, les hommes de Simone Inzaghi ont remporté cette première épreuve de force. La tactique mise en place par Italiano étant très énergivore, la seconde période a tourné totalement à l’avantage des Nerazzurri: Nos champions n’auront d’ailleurs mis que trois minutes pour inverser la tendance! Servi à la limite du hors-jeu par Nicolò Barella, Matteo Darmian prend Dragowski à contre-pied à la 52’. Trois minutes plus tard, Edin Dzeko reprenait de la tête un corner bien botté par Çalhanoğlu. La Fiorentina accusera le coup psychologiquement et à la suite d’un geste de frustration, alors qu’il était victime d’une faute d’Alessandro Bastoni, Nicolàs Gonzalez craquera et se verra expulsé suite à un double avertissement en l’espace de quelques secondes. A 11 contre 10, l’Inter gérera tranquillement la fin de la rencontre et enfoncera le clou à la 88' où, sur une passe décisive du revenant Gagliardini, l’ailier croate inscrira le but décisif. Place à présent à la réception de l’Atalanta, ce samedi 25 septembre à 18h00 dans ce qui constituera le premier choc de la saison Tableau récapitulatif Résumé Vidéo Fiorentina 1-3 Inter Buteur(s): 23' Sottil (F), 52' Darmian (I), 55' Dzeko (I), 88' Perisic (I) Fiorentina: 69 Dragowski; 24 Benassi (65' 29 Odriozola), 4 Milenkovic, 55 Nastasic, 3 Biraghi; 5 Bonaventura, (84' 7 Callejon), 32 Duncan (84' 91 Kokorin), 18 Torreira (65' 34 Amrabat); 33 Sottil (74' 8 Saponara), 9 Vlahovic, 22 Gonzaléz Banc: 1 Terracciano, 25 Rosati, 4 Martinez Quarta, 14 Maleh, 17 Terzic, 42 Bianco, 98 Igor T1: Vincenzo Italiano Inter: 1 Handanovic; 37 Skriniar, 6 De Vrij, 95 Bastoni; 36 Darmian (66' 2 Dumfries), 23 Barella (70' 8 Vecino), 77 Brozovic, 10 Calhanoglu (83' 5 Gagliardini), 14 Perisic; 9 Dzeko (70' 7 Sanchez), 10 Lautaro Martinez (83' 32 Dimarco) Banc: 21 Cordaz, 97 Radu, 11 Kolarov, 13 Ranocchia, 33 D'Ambrosio, 38 Sangalli, 48 Satriano T1: Simone Inzaghi Arbitre: Fabbri VAR: Carbone Averti(s) : Skriniar (I), Darmian (I), Gonzalez (F), Calhanoglu (I) Expulsé(s): 79’ Gonzalez (F) ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  17. Interviewé par Sport Mediaset, le Capitaine de l’Inter a tenu à répondre aux critiques qui lui sont tombées dessus après sa piètre prestation face à la Sampdoria : "C’est toujours pareil à l’Inter, on ne doit pas attendre que quelque chose se passe pour nous lancer des piques : Moi, je m'en fous de cela, vu le déroulement du match à Gênes, je vois le verre à moitié plein." Les critiques à mon encontre ? "Je dis toujours que l’important est de savoir d’où elles viennent : Si quelqu’un qui n’a jamais été gardien vient à s’exprimer, je ne suis pas content : Ce sont des choses superficielles car ils ne savent pas ce que cela veut dire être un gardien. Je m’en fous, nous n’en sommes qu’à la troisième journée : les critiques sont présentes pour tout le monde, mais nous sommes au début et je pense au lendemain." Les deux années avec Conte ? "J'en ai déjà assez dit, cela ne sert à rien d’approfondir. Nous avions disputé une très belle rencontre l’année dernière à Madrid : Nous aurions pu l’emporter, mais nous nous étions finalement incliné. Nous savons face à qui nous allons jouer, nous sommes l’Inter, nous sommes fort : Nous devrons faire preuve de respect vis-à-vis de l’adversaire, mais nous devrons jouer nos cartes : Il nous a manqué un rien pour nous qualifier." "Notre objectif est de nous qualifier, l’erreur à ne pas faire est celle de récolter moins de points que les adversaires." En période de menstruation, le Samir ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  18. En effet, se déplacer sur le terrain de la Sampdoria n’est pas sans danger! La saison dernière, l’Inter d’Antonio Conte s’y était d’ailleurs incliné. Ajoutez à cela une trêve internationale inédite avec trois matchs à disputer et le retour de Daniele Orsato aux commandes du match: La rencontre au Luigi Ferraris avait tout d’un match piège Et le danger était constamment présent avec des joueurs génois qui avaient décidé de prendre les Nerazzurri à la gorge dès l’entame du match. Si la Sampdoria dominait sur le terrain, l’ouverture du score tombera du côté interiste. Profitant de la malice de Lautaro Martinez, Federico Dimarco inscrira son premier but pour l’Inter sur un coup-franc exceptionnel à la 18ème minute de jeu. Le club hôte reviendra à la marque à la suite d’une partie de billard dans la surface de réparation : En voulant écarter le danger sur une phase arrêtée, Ivan Perisic renvoie un ballon aérien, de la tête, vers Maya Yoshida, si le tir du nippon n’est en rien puissant, une malencontreuse déviation d’Edin Dzeko bat un Samir Handanovic très loin d’être rassurant. L’Inter reprend l’avantage à la 44ème minute de jeu : Suite à un ballon gagné dans l’entrejeu par Hakan Çalhanoğlu, Nicolò Barella part dans un raid solitaire en direction du but génois, altruiste, le Champion d’Europe délivre un délice de centre pour Lautaro Martinez, la reprise instantanée du Toro argentin ne laisse aucune chance à Emil Audero, le portier génois. En seconde période, l’Inter se mange le but du mois: Antonio Candreva, contrairement à ses années interistes parvient en centrant, à ne pas viser un stadier, mais à trouver Augello dans la surface de réparation nerazzurra, la reprise de volée sans contrôle fusille Samir Handanovic. L’Inter, toujours dans les cordes parvient à se créer trois possibilités réelles pour reprendre une troisième fois l’avantage, en premier lieu par Ivan Perisic qui sert un rien trop fort Edin Dzeko dans le petit rectangle génois, ensuite par Çalhanoğlu dont le tir lointain flirte avec le poteau d’Audero et enfin par Joaquim Correa dont la reprise à bout portant est dévié par le portier Italie. Si le portier de la Sampdoria apporte une certaine garantie, la situation était diamétralement à l'opposée du côté des Champions d'Italie : Sans l’intervention miraculeuse de Danilo D’Ambrosio, un nouvel arrêt du regard du gardien slovène aurait valu aux Nerazzurri de concéder leur première défaite de la saison. L’Inter terminera également ce match à 10 contre 11, non pas par suite d’une expulsion d’un joueur, mais à la suite d’une nouvelle blessure de Stefano Sensi : Monté au jeu dans le dernier slot disponible à la 67ème minute de jeu, suite aux 5 changements procédés par un Simone Inzaghi très réactif, l’homme en cristal de l’Inter se blesse 8 minutes plus tard. Cette fois-ci, il ne s’agit pas d’une blessure qu’il s’est occasionné tout seul : A la 75′, lors à la suite d’un sérieux contact et d'un choc avec Maya Yoshida pour récupérer un ballon, Sensi a immédiatement ressenti une douleur. Immédiatement éclaté, l’ancien de Sassuolo tentera en vain de continuer à jouer. Hors-service sur le terrain, l’italien ne touchera que très peu de ballon avant de définitivement sortir du terrain à la 88ème minute de jeu. Vu le déroulement de la rencontre, et les différents paramètres à prendre en compte, l’Inter rentre à Milan avec un très bon point gagné sur un terrain hostile et sous les applaudissements des tifosi qui avait rejoint Gênes. Place à présent au premier choc de la saison avec la réception, ce mercredi 15 septembre à 21h00 du Real Madrid de Carlo Ancelotti Tableau Récapitulatif Résumé Vidéo Sampdoria 2-2 Inter Buteurs: 18' Dimarco (I), 33' Yoshida (S), 44' Lautaro Martinez (I), 46' Augello (S) Sampdoria: 1 Audero; 24 Bereszynski, 22 Yoshida, 15 Colley, 3 Augello (78' 29 Murru) 87 Candreva, 5 Silva (89' 9 Torregrossa), 2 Thorsby, 38 Damsgaard (78' 8 Verre); 10 Caputo, 27 Quagliarella (67' 16 Askildsen) Banc: 33 Falcone, 4 Chabot,11 Ciervo, 12 Depaoli, 19 Dragusin, 20 Ihattaren, 25 A. Ferrari, 70 Trimboli T1: Roberto D'Aversa Inter: 1 Handanovic; 37 Skriniar, 6 De Vrij, 32 Dimarco (67' 2 Dumfries); 36 Darmian, 23 Barella, 77 Brozovic (53' 22 Vidal), 20 Calhanoglu (67' 12 Sensi), 14 Perisic (53' 33 D'Ambrosio); 9 Dzeko, 10 Lautaro Martinez (62' 19 Correa) Banc: 21 Cordaz, 97 Radu, 5 Gagliardini, 7 Sanchez, 8 Vecino, 11 Kolarov, 13 Ranocchia T1: Simone Inzaghi Arbitre: Daniele Orsato Var: Nasca Averti(s): Brozovic (I), Thorsby (S), Colley (S), Adrien Silva (S), Dzeko (I), Vidal (I) Expulsé(s): / ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  19. C’est une confirmation importante de la part de la Gazzetta Dello Sport : Alors que l’Inter est en pleine négociation des contrats de Lautaro Martinez et de Marcelo Brozovic, un autre pilier va faire l’objet d’une revalorisation aussi bien salariale que sportive "Nicolò Barella sera le nouveau Capitaine de l’Inter la saison prochaine, soit à la suite du départ de Samir Handanovic de l’Inter, soit lorsqu’il n’en sera plus le gardien titulaire. Barella fait partie d’un projet clair qui consiste à la fois à rajeunir le noyaux et à confirmer un socle dur italien. Le premier joueur blindé a été Alessandro Bastoni qui dispose d’un contrat jusqu’en 2024." "A présent, c’est le tour justement de Nicolò Barella, que l’Inter a choisi comme point de référence pour le futur : L’idée du club est de lui soumettre une proposition allant jusqu’en 2026, soit la même échéance que pour Lautaro, avec un accord entre des bonus fixes, il sera proche de percevoir les 5 millions d’euros…et de porter le brassard de Capitano." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  20. L’Inter et Samir Handanovic vivent une très belle histoire d’amour depuis l’été 2012: Entre victoire, défaite, record personnel et désillusions, le Capitaine de l’Inter en est à présent à sa dixième saison. Le gardien slovène s’est livré à cœur ouvert dans une longue interview à Tuttosport Passé, Présent et Futur "Parfois, je me considère comme le Bukowski des gardiens de buts: Je ne bois pas, je ne fume pas, mais comme lui, je suis une personne directe, si je dois dire quelque chose à quelqu’un, je vais droit au but." Samir, depuis lors de votre premier jour Pinzolo vous aviez déclaré qu’arriver à l’Inter était comme débuter l’Université : Le lauréat doit-il se présenter avec le brassard de capitaine ou avec le Scudetto ? "Ben, le brassard de Capitaine et le Scudetto sont des Masters, le lauréat y est parvenu en traversant les moments de transition difficiles que le club a connu ces dernières années : C’était un parcours de croissance et il était difficile de savoir combien de temps il allait prendre afin de finalement trouver l’épanouissement" Vous aviez opté pour l’Inter pour gagner. Avez-vous une justification pour expliquer pourquoi vous avez mis autant de temps pour y parvenir ? "J’y suis parvenu après neuf ans et l’Inter et moi, nous nous sommes choisi, cela a mis du temps car dans le sport, il n’y a pas de mathématique, et évidemment, il y avait quelqu’un de bien meilleur que nous. Nous sommes aussi retourné en Ligue des Champions en y mettant le temps, car pour un club tel que l’Inter, il doit s’agir de l’objectif minimum. Pour gagner, il faut toutefois tant de choses : Des bonnes personnes et une ligne de conduite claire et respectée par tous." Viennes, le 13 février 2019, vous montez sur le terrain le Brassard de Capitaine pour la toute première fois, et la Curva hurlait votre nom, qu’avez-vous pensé à ce moment-là ? "Je me sentais léger, malgré la responsabilité que représente le fait de porter le brassard. C’est un brassard qui a du poids pour celui qui le porte, car on ne peut écrire que quelques pages d’histoire, mais l’Inter reste ensuite." Samir a aussi été interrogé sur l’écroulement de Milan, une situation similaire à ce qu’il a connu lorsque l’Udinese a perdu Sanchez, Inler et Zapata, pourtant l’Udinese était parvenu à faire mieux que l’année précédente Une situation qui semble comparable à celle que traverse l’Inter d’aujourd’hui..... "Ces dernières années, nous nous sommes construit avec un certain type de mentalité qui ne doit pas être mis de côté suite au départ de seulement deux joueurs de qualité. L’Inter a remporté le Triplé après le départ d’Ibrahimovic, la Lazio a, aussi en son temps, a remporté le Scudetto après le départ de Vieri. Ce sont de très grand champions, soyons d’accord, mais cela confirme bien que c’est le groupe qui vous fait aller de l’avant et que vous ne dépendez pas que d’un seul ou de deux joueurs." Aller sur le terrain avec le Scudetto sur le torse augmente-t ’il la responsabilité ou est-ce qu’il vous apporte plus de sérénité ? "Je répète le concept : affronter une équipe qui a gagné peut augmenter la motivation de l’adversaire. Nous, nous devons uniquement penser à monter sur le terrain en pensant à répéter ce que l’on a préparé." Comparé au passé, les adversaires vous observent-ils différemment ? "C’est sûr, mais c'’est déjà le cas depuis deux-trois saisons. Celui qui nous fait face comprend qu’il affronte une équipe forte. Je comprenais cela au temps où j’étais à l’Udinese et que nous faisions face à l’Inter. Aujourd’hui, il se passe exactement la même chose avec ceux que nous rencontrons." Etes-vous surprise par le faux départ de la Juve ? "Non, car nous parlons simplement de deux matchs très différents pour eux. Au mois d’août, nous pratiquons un football différent comparé à celui du reste de la saison. Pour nous, c’était important de renouer avec la victoire pour retrouver les certitudes dont nous disposions. Le Calcio débute vraiment maintenant." Avec tout ce qui s’est passé, avez-vous encore besoin de réponses de la part du terrain ? "Non, car lorsque je regarde autour de moi dans le vestiaire, je vois tellement de joueurs de qualité et sérieux. C’est une équipe qui peut et qui doit continuer à gagner. Je ne sais pas si nous sommes plus ou moins fort comparé à la saison écoulée, mais nous sommes certainement bien plus complet, nous avons aussi bien plus d’expérience." Vous avez mis un terme à une obsession, celle de renouer avec la victoire, place à présent à une autre : Passer la phase de groupe en Ligue des Champions : Que vous ont enseigné les désillusions de ces dernières années ? "Nous chercherons à démontrer sur le terrain toutes ces choses que nous ont enseigné ces désillusions, cela ne sert à rien de parler." Peut-être que l’expérience peut un peu plus vous aider ? "Mais nous étions arrivés lors de la dernière journée, avec notre destin entre les mains: Ce qui compte au final, c’est un certain point: Il nous a toujours manqué ce petit rien qui fait que nous ne parvenions pas à centrer l’objectif." Quel est l’héritage que vous a laissé Antonio Conte ? "Nous, joueurs, devons seulement le remercier, même si nous n’avons seulement vécu que deux saisons avec lui. Ce qui m’a marqué le plus, c’est la mentalité qu’il nous a apporté et je crois que c’est le pas le plus important que nous avons réalisé. Conte est une personne qui s’extasie le plus lorsqu’il parle de son équipe, et qui sait aussi toucher ses joueurs, il ne manque jamais l’instant lorsqu’il faut te dire les choses." Quelle chose ajoute Inzaghi ? "Nous sommes reparti avec le 3-5-2, tant de bonnes choses sont restées et il a mis ses idées en place en expliquant comment il était possible d’améliorer les choses pour grandir encore plus." Vous ,et d’autres à la Lazio, l’ont connu aussi en tant que coéquipier sur le terrain..... "Il était sympathique, c’était un grand homme du vestiaire. Cela m’a fait une certaine impression de le retrouver en tant qu’entraîneur." Est-il toujours aussi studieux que lorsqu’il était sur le terrain ? "Oui, sa méthode de travail n’a jamais changé. Elle a seulement un peu évolué." Comment vivez-vous vos fautes ? "Il faut un certain temps pour digérer les défaites et les erreurs, mais tout doit être fait de la bonne manière : Si tu commets une erreur, cela veut dire que tu es humain. Je suis un grand garçon maintenant : j'ai 37 ans et personne ne doit m'expliquer quand j'ai commis une erreur, car j’en ai bien conscience. Ensuite, sous la peau, il y a du sang et c’est normal : C’est mieux si tu l’emportes après une erreur.....Tu ne dois plus t’en soucier en suite." Avez-vous déjà pensé à ce que vous ferez après avoir raccroché ? "Je veux rester dans le football et tenter de devenir entraîneurs." Avez-vous des modèles ? "Je me dois de prendre des choses d’un peu tout le monde pour me faire une idée, c’est important." Samir, vous êtes en fin de contrat et on entend et on lit qu’Onana et d’autres peuvent devenir vos potentiels héritiers, est-ce compliqué, est-ce que cela vous motive, ou est-ce que cela fait partie du jeu ? "Cela fait partie du jeu, ce sont des choses qui arrivent et il faut faire preuve d’ouverture sur tout cela, et même, c’est normal. Je me sens encore bien, je me diverti, je vis pour le football qui est ma passion. Je le pense encore aujourd’hui, nous verrons pour l’avenir, le plus important est que l’Inter atteigne ses objectifs." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  21. En effet, selon la presse transalpine, le duo formé par Giuseppe Marotta et Piero Ausilio pourrait sévir et renforcer l’Inter, à coup de transfert gratuit, au terme du prochain mercato hivernal, pour la saison prochaine ! Au niveau du poste de gardien Selon le Corriere Dello Sport, André Onana rejoindra les Nerazzurri à l’été 2022, sauf en cas de catastrophe industriel au niveau de Samir Handanovic : "Le faire venir en Italie en janvier n'est pas envisagé, sauf si les performances de Handanovic s'effondrent. L'Inter dispose d’une place pour un joueur extracommunautaire dans l'effectif, mais ils n'ont pas l'intention de dépenser pour l'avoir six mois à l'avance." L’Inter et le portier dispose également d’un accord verbal (à différencier d’un pré-contrat) Au niveau de la défense Selon Tuttosport, l’Inter pourrait ramener à la base Zinho Vanheusden et Lorenzo Pirola, étant donné qu’Andrea Ranocchia, Danilo D’Ambrosio et Aleksandar Kolarov seront en fin de contrat. "Il sera nécessaire de compléter ce secteur avec un joueur expérimenté et, dans ce sens, parmi ce que le mercato offre à ce poste, avec entre autres Luiz Felipe (proche du renouvellement avec la Lazio), Antonio Rüdiger et Andreas Christensen. Il faudra aussi se concentrer sur Matthias Ginter que l'Inter avait l’intention de recruter, avant qu’il ne prolonge l’aventure avec le Borussia Mönchengladbach". Au milieu du terrain L’Inter aurait dans son viseur, selon Tuttosport, Corentin Tolisso dont le contrat avec le Bayern de Munich prendra fin le 30 juin 2022 "Il y a un joueur dont le contrat expire que Marotta et Ausilio connaissent depuis longtemps, il s'agit de Corentin Tolisso dont la parabole au Bayern Munich semble avoir atteint la dernière courbe si l'on considère que le Français est un réserviste de luxe dans l'équipe bavaroise depuis un certain temps." Pour l’attaque Selon Tuttosport, Lorenzo Insigne est séduit par l’Inter : "Toutes les pensées se tournent vers Lorenzo Insigne que l'Inter a essayé de recruté pendant l'été avant de se tourner finalement vers Correa. Dans le cas où la rupture avec Aurelio De Laurentiis serait toujours évidente, il est évident que les Nerazzurri seront au premier rang pour la star de Naples qui, en plus de mettre tout le monde d'accord techniquement, est un pilier de l'équipe nationale, soit une information importante pour Marotta, qui a toujours été convaincu de l'idée qu'une grande équipe qui ambitionne le Scudetto , se doit d’avoir un noyau important représenté par des Italiens". Confirmation de la Rosea: "Le président du Napoli joue à la baisse (3,5 millions) contre les 4,6 actuels, alors que le joueur et son agent Pisacane visent les 5,5 millions d’euros. Tout le monde en parle, tout le monde connaît le problème. Pourtant, les protagonistes de cette affaire ne se parlent pas. Personne n'est intéressé par la perte d'un temps précieux. Il a été question d'un intérêt des Nerazzurri pour Insigne." Andrea Belotti Selon Calciomercato.com, "L'idée d'Andrea Belotti était là, mais maintenant que le mercato est terminé et que Joaquin Correa est arrivé à Milan et a déjà rejoint l'Inter, l'avenir du Gallo n'est plus aussi proche des Nerazzurri. S'il ne renouvelle pas son contrat avec les Granata, la possibilité d'un retour de flamme pourrait être là, mais aujourd'hui Belotti est loin de l'Inter". Fantasme journalistique ou réelles opportunités à saisir, qu’en pensez-vous ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  22. C’est une révélation de la Gazzetta Dello Sport : L’Inter ne considère plus Samir Handanovic comme un titulaire indiscutable, lui, qui s’est à nouveau rendu coupable d’une faute directe, amenant au but, sans gravité, de l’Hellas Verona "Samir Handanovic semble avoir perdu le statut d’intouchable et d’indiscutable, et ce, grâce à la croissance et à la faim de Ionut Radu. Et la différence comparé au passé est que depuis son arrivée à Milan, Handanovic n’avait jamais été confronté à un vice capable de le mettre dans les cordes, de le remettre en discussion. Ces dernières année, Samir disposait d’une certaine 'immunité" de la part du Club et du Staff technique : Dans le fond, ce n’était jamais utile de chercher à remplacer Handa, lui qui a laissé à ses remplaçants les bricoles de fin de championnat et les premiers tours de Coupe d’Italie." “Si Conte était resté, Radu aurait plus que probablement quitté l’Inter pour retrouver la douce sensation d’être titulaire : Mais avec l’arrivée d’Inzaghi quelque chose a changé. La Real Sociedad et l’Hellas Verona ont tenté jusqu’au bout de convaincre l’Inter de le céder en prêt, mais Simone et son staff s’y sont opposé en ayant le soutien total du club sur cette prise de décision. Ionut, à Appiano, a tant de personnes qui l’estime, ces dernières années, il a toujours fait preuve de professionnalisme et de respect pour le groupe. Jamais grimaçant, jamais une parole hors de propos. C’est évident que la tentation de s’en aller pour jouer était forte, mais cette fois, le feeling qui s’est créé avec le nouveau staff lui offre une stimulation supplémentaire pour rester à Milan." "Le nouveau préparateur Zappalà est resté fièrement impressionné par la réactivité du joueur roumain, Lui qui est aussi bon à jouer des deux pieds, une exigence que l’on demande aux gardiens moderne. Si Handanovic reste le titulaire, l’Inter sait absolument qu’elle est entre de bonnes mains avec celle de Radu. Handanovic peut se vanter d’avoir 517 matchs en Serie A, dont 391 avec l’Inter Radu n’a goûté seulement qu’au poste de titulaire dans le championnat le plus important avec le Genoa. Il compte 53 matchs dont trois avec l’Inter, matchs disputés en fin de saison dernière." "Il s’est toutefois montré protagoniste lors en U-21 avec la Roumanie dont il en était le Capitaine, et c’était la grande révélation de l’Euro 2019 disputé en Italie. Handanovic est, à présent opposé à un vrai remplaçant, il devra donc réduire au stricte minimum le nombre de faute directe qu’il commet » Le Saviez-Vous ? Si Handanovic et Radu peuvent se disputer la place de titulaire cette saison, selon Calciomercato.com, Giuseppe Marotta aurait dans le creux de sa main André Onana : "La négociation de la prolongation de son contrat est bloqué à tel points que l’Ajax a déjà pris ses précautions en achetant deux gardiens de buts ces dernières semaines. L’avenir d’Onana devrait être en Italie: Le Napoli est à la recherche d’un gardien fiable, en prévision du départ possible d’Ospina au terme de la saison, lui qui a le contrat en fin de saison. Le Club Azzurro l'a évalué et s’est informé, Marotta conserve la pôle mais il devra conclure, la partie est encore ouverte." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  23. Après sa victoire 1-3 contre le Hellas, notre entraîneur Simone Inzaghi s'est exprimé sur Sky Sport Italia, DAZN et Inter TV. Interview accordée à Sky Sport Italia "Nous avons souffert pour la victoire. Nous l'avions bien commencé, puis nous avons encaissé le but et dans la dernière demi-heure nous n'avons pas fait grand-chose pour reprendre l'avantage. Vérone a réalisé une excellente première mi-temps." "En seconde période, nous nous sommes réorganisés, nous avons réussi à trouver un équilibre et les remplacements nous ont donné quelque chose de plus. C'est une victoire importante, pendant la semaine j'ai dit que ce ne serait pas facile. L'Inter a gagné contre le Hellas, mais nous avons souffert. En effet, on nous a fait souffrir et nous avons remporté une victoire importante. Nous savions que Vérone viendrait en un contre un. Ivan Ilic était bon en pression, la passe de Samir Handanovic devait être meilleur et Brozo pouvait faire mieux aussi." "Nous n'étions pas très mobiles et nous avons fait les mauvais choix, les deux mezzale ont un peu bouché le terrain." Interview accordée à DAZN "Je pense que l'équipe a eu une bonne approche dans le premier quart d'heure. Ensuite, nous avons concédé le but et nous avons subi un coup dur, nous avons fait une erreur sur quelques choix." "Vous ne devez pas toujours simplement regarder les problèmes avec notre équipe, mais aussi féliciter le Hellas qui a joué à un rythme effréné en première mi-temps. J'ai dit à l'équipe que cette équipe diminuerait son intensité parce qu'il ne pouvait pas suivre ce rythme." Sur Joaquin Correa. "Je suis content pour Tucu car, à mon avis, c'est un joueur qui n'a pas encore montré son plein potentiel. Il a tout, il a la technique, la vitesse, le tir, la puissance. Je suis heureux et il est normal qu'il apprécie ce doublé à ses débuts. C'est un joueur important qui nous donne beaucoup." L'équipe plus forte ou plus faible que la saison dernière? "Malheureusement, je n'ai pas vu Hakimi s'entraîner, nous savons quel joueur il est. J'ai entraîné Lukaku pendant une semaine et c'est un joueur dévastateur à plein régime. Le club s'est très bien comporté. En quelques jours, ils m'ont mis à disposition Dzeko, puis Dumfries et Correa. Le club a été clair et m'a dit qu'il fallait avant tout sécuriser l'Inter financièrement. J'ai trouvé de grands joueurs à ma disposition et j'ai compris pourquoi ils ont accompli tant de choses l'année dernière." "Pour un entraîneur, ce qui s'est passé avec le Genoa et ce qui s'est passé aujourd'hui est le meilleur." "Si les joueurs peuvent comprendre que celui qui est venu est celui qui joue, alors tout ira bien. Vidal, Dimarco, Correa, Sensi sont tous entrés sur le banc et ils ont très bien fait. Brozovic a eu un petit problème, il a eu une mauvaise entorse. Vidal a été formidable aujourd'hui." Sur le départ de Cristiano Ronaldo. "Je suis désolé parce que Lukaku et Cristiano Ronaldo laissent un vide dans notre ligue. Nous espérons que d'autres champions arriveront, ce qui reste, c'est la compétitivité qu'il faut pour gagner des matchs." À propos du duo Edin Dzeko et Lautaro Martinez. "Ils ont bien fait, aujourd'hui n'a pas été facile contre la défense du Hellas. Lautaro est revenu d'Argentine et a fait quatre séances d'entraînement avant d'avoir un petit problème. Edin a marqué le but, et n'oublions pas qu'il manque également Sanchez, qui est un joueur important et égal aux trois autres." Interview accordée à InterTV "Je pense que nous avions bien abordé le match dans le premier quart d'heure, puis nous avons concédé ce but et pendant le reste de la mi-temps nous aurions pu faire mieux, mais parfois il est juste de donner crédit à l'adversaire. Le Hellas a joué un excellent match, c'est une équipe organisée et ça va donner du fil à retordre à tout le monde." "Félicitations à toute l'équipe! À Tucu, à Lautaro qui avait eu un problème de blessure qui l'avait ralenti. Tout le monde était bon, alors il était clair que pour Tucu, un début avec deux buts en 10 minutes, c'était une soirée magnifique, pour lui et pour tous les fans qui nous ont encouragés pendant toutes les 90 minutes, et il est juste de dédier la victoire à eux." "Seuls deux matchs ont été joués. Nous savions que le Hellas pouvait nous créer des problèmes et ils les ont créés surtout dans la seconde moitié de la première mi-temps. Nous nous sommes bien organisés et avons joué une excellente deuxième mi-temps." "Nous aurons quinze jours pour travailler, malheureusement j'aurai peu de joueurs mais nous ferons de notre mieux avec les joueurs qui resteront à Pinetina. Malheureusement, le calendrier a indiqué que les deuxième et troisième matches seront à l'extérieur et nous nous préparerons bien pour la Sampdoria."
  24. C’est une bonne Inter qui s’est imposée au Tardini de Parme, réalisant de la sorte un très beau travail de vacances, malgré les turbulences liées au départ semi-officiel de Romelu Lukaku: Les Nerazzurri ont fait preuve d’une certaine solidité défensive face à l’équipe parmesane, tout en présentant un onze de base qui devrait se rapprocher du futur onze titulaire pour la saison à venir. La première période est dominée totalement par l’Inter qui attaque souvent via l’aile gauche d’un Ivan Perisic inspiré mais qui faisait preuve d’un peu d’imprécision, on peut également noter la performance de Lautaro Martinez qui a tenté à plusieurs reprises d’ouvrir le score, en vain. Les Nerazzurri feront céder le mur parmesan à la reprise, après plusieurs vagues offensives, Marcelo Brozovic débloque son compteur but suite à une excellente initiative de Lautaro Martinez (59'). Les remplacement proposés par Simone Inzaghi donne un nouveau souffle aux Nerazzurri qui continue à pousser sur l’aile gauche via Federico Dimarco. C’est d’ailleurs de part l’un de ces centres que Matias Vecino reprend le ballon de la tête pour doubler la mise (69'). Le score ne bougera plus, la défense parmesane retrouvant une certaine imperméabilité. Le nombre de changements grandissant, seul Samir Handanovic sera resté titulairisé durant l’intégralité de la rencontre Réaction d’après-match Matias Vecino C’est encore une victoire pour cette Inter qui n’abandonne même pas ce type de rencontre..... "C’est important d’engranger des minutes dans les jambes pour débuter au mieux le championnat. D’une façon générale, nous avons fait un bon match. Objectivement, la condition physique va s’améliorer pour arriver à 100% : Nous sommes sur le bon chemin." On voyait que vous vouliez marquer un but..... "Je cherche toujours à arriver dans la surface, à suivre l’action, à m’insérer. Je suis content d’avoir marqué." Dans quelques jours, il y aura le dernier match amical. A quel point avez-vous l’envie de retrouver le terrain ? "C’est beau de monter sur le terrain avec le Scudetto sur le torse, nous avons une grande responsabilité et nous sommes très motivés, nous continuons à nous préparer pour faire bien." Aujourd’hui, il y avait plus tifosi que lors de votre dernière rencontre au Meazza..... "C’était si beau de ressentir l’amour des tifosi, c’était moche de jouer à huis clos. Les tifosi te donne une motivation supplémentaire." Quels sont vos objectifs pour cette saison ? "L’objectif est de trouver de la continuité, de faire ce que je ne suis pas parvenu à faire l’année dernière : Je suis physiquement et mentalement motivé." Alessandro Bastoni "Nous sommes arrivés depuis peu, l’entraîneur est nouveau et nous devons comprendre son système de jeu. Nous sommes prêts à lui faire confiance pour faire aussi bien cette saison. Nous avons un tricolore à défendre et nous ferons tout pour le défendre sur le terrain." "J’ai de bonnes sensations, spécialement lorsque tu remportes un Euro, lorsque tu reviens, tu as encore envie de gagner. Je suis content d’avoir retrouvé mes équipiers, j’espère faire une grande année." Vous allez devenir papa…. "J’ai trouvé une stabilité dans ma vie privée et cela me permet de penser uniquement au terrain." Martin Satriano Vous êtes le meilleur buteur de l’Inter durant cette phase de pré-saison, on imagine que tu en es fier ? "Je suis content de continuer à avoir du temps de jeu sur le terrain avec ce maillot, je trouve que je travaille bien et j’en suis vraiment très fier." Comment as-tu ressenti le fait de jouer en duo avec Lautaro aujourd’hui ? "C’est si beau de jouer avec un joueur de ce niveau, nous nous sommes bien trouvé. Je joue avec des joueurs de très haut niveau, mon objectif est de continuer à m’améliorer le plus possible et de continuer comme ça." Tableau Récapitulatif Résumé Vidéo Parma 0-2 Inter Buteur(s): 59' Brozovic (I), 69' Vecino (I) Parme: (4-3-3): 1 Colombi; 2 Sohm, 3 Balogh, 4 Osorio, 5 Gagliolo; 10 Brunetta, 6 Juric, 8 Camara (17 Vazquez 62'); 7 Man (16 Busi 82'), 9 Benedyczak, 11 D. Iacoponi (15 Schiattarella 70') Banc : 12 Turk, 13 S. Iacoponi, 14 Dierckx T1 : Enzo Maresca Inter (3-5-2) : 1 Handanovic; 37 Skriniar (42 Moretti 90'), 6 de Vrij (13 Ranocchia 73'), 95 Bastoni (11 Kolarov 64') ; 36 Darmian (46 Zanotti 82'), 23 Barella (8 Vecino 64'), 77 Brozovic (18 Agoumé 80'), 12 Sensi (22 Vidal 64'), 14 Perisic (32 Dimarco 64'); 48 Satriano (99 Pinamonti 73'), 10 Lautaro (16 Salcedo 80') Banc : 21 Cordaz, 97 Radu T1 : Simone Inzaghi Arbitre : Aureliano Averti(s): Schiattarella (P), Vidal (I) Expulsé(s): / ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  25. En effet, le gardien de but camerounais, qui sera en fin de contrat en juin 2022 avec l’Ajax, a déjà signé un pré-accord avec les Nerazzurri Selon France Football, le joueur arrivera à Milan gratuitement. Suspendu jusqu’au moins de novembre pour avoir été positif au furosémide, un médicament prescrit à sa femme, le joueur né en 1996 était dans la ligne de mire de Lyon. Toutefois, le joueur aura préféré l’option Nerazzurra. Le Saviez-Vous ? Malgré sa très longue suspension, Onana participera au mois de janvier, à la Coupe d’Afrique des Nations avec le Cameroun ! ®Antony Gilles – Internazionale.fr