Aller au contenu
×
×
  • Créer...

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'sampdoria'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

  1. Les Azzurri étaient au plus bas lorsque Mancini a pris le relais en 2018, mais ils se dirigent vers l'Euro sur une série de 27 matchs sans défaite. Analyse de The Guardian. Roberto Mancini ne s'est jamais contenté que d'y participer. À neuf ans, il est devenu si frustré de perdre une partie de tennis de table qu'il a lancé une batte à la tête de son cousin. À 24 ans, il faisait partie d'une Sampdoria qui a remporté la Serie A pour la première fois de son histoire, mais Mancini regardait déjà au-delà. Cette saison victorieuse venait à peine de commencer lorsqu'il a commencé à dire à ses coéquipiers qu'ils devraient viser à atteindre la C1. Ils ont failli réaliser son ambition, s'inclinant face à Barcelone en prolongation de la finale de 1992. Cependant, la flamme compétitive de Mancini ne s'est jamais estompée. Lorsqu'il a été nommé sélectionneur de l' Italie en 2018, il a déclaré son intention : "être un bon entraîneur et de ramener l'équipe nationale au sommet du monde". Cela semblait une perspective lointaine... voire irréalisable. Les Azzurri étaient encore sous le choc de leur premier échec à se qualifier pour une Coupe du monde en 60 ans. Giampiero Ventura avait été licencié en tant que manager immédiatement après leur défaite contre la Suède en barrages et n'avait laissé qu'un vide. Aucun remplaçant n'a été nommé pendant trois mois, date à laquelle l'entraîneur des moins de 21 ans, Luigi Di Biagio, a été nommé caretaker. Mancini l'a finalement remplacé en mai 2018, héritant d'une équipe sans aucune certitude de son passé récent. Giorgio Chiellini, Gigi Buffon, Andrea Barzagli et Daniele De Rossi avaient annoncé leur retraite internationale, même si le premier allait changer d'avis. Peut-être que Mancini a eu la chance d'arriver quand il l'a fait : ses choix étaient simplifiés en n'ayant plus besoin de peser la valeur de l'expérience contre l'opportunité de donner une chance à de jeunes visages. Il a pris ce moment. Nicolò Zaniolo et Sandro Tonali faisaient partie d'une équipe italienne avant de faire leurs débuts en Serie A. La vitesse à laquelle Mancini a façonné une équipe performante à partir de composants inconnus était étonnante. Sa première campagne en Ligue des Nations a commencé par un match nul contre la Pologne et une défaite contre le Portugal en septembre 2018, mais l'Italie n'a plus perdu depuis. Leur série s'étend sur 27 matches. L'Italie a remporté ses 10 éliminatoires de l'Euro 2020, le premier 100% de son histoire pour une qualification pour une compétition majeure, marquant 37 buts et en concédant quatre. Ils ont terminé en tête de leur groupe de la Ligue des Nations 2020-2021, devant les Pays-Bas, et ont récolté le maximum de points lors de leurs trois éliminatoires de la Coupe du monde. En cours de route, une identité d'équipe s'est construite, formée autour des joueurs disponibles pour Mancini au lieu de leur être imposée. Un trio de milieu de terrain composé de Jorginho, Marco Verratti et Nicolò Barella se sont réunis de manière organique, trois talents qui se complètent : un pour organiser le jeu, un autre pour mener le combat contre les adversaires et un troisième pour casser les lignes. Lorenzo Insigne et Federico Chiesa offrent une largeur naturelle, que le manager a embrassée avec un 4-3-3 qui devient un 3-2-4-1 en possession alors qu'un arrière latéral pousse. Bien que son onze premier contienne sa part de vétérans, Chiellini et Leonardo Bonucci à l'arrière et Ciro Immobile devant, il y a une profondeur de jeunes talents qui ont apporté une énergie enthousiaste que l'Italie n'avait pas connue depuis un certain temps. Mancini a ses favoris. Il a joué avec le père de Chiesa à la Sampdoria et a déclaré : ''De temps en temps, je m'arrête et je regarde Federico, car avec lui, je voyage dans le temps. Il est identique à Enrico, les mêmes feintes, la même accélération, un tir tellement similaire.'' Pourtant, il peut également partager le mérite que Chiesa réalise son potentiel. Le joueur est nettement plus efficace maintenant qu'il ne l'était en 2018, ayant ajouté de la dureté à sa qualité technique. Mancini l'avait prévu, le décrivant comme "le talent classique qui pouvait exploser à tout moment". Surtout, le plus grand succès de Mancini a été de construire un groupe lorsque plus que son XI premier se sent impliqué. À une autre époque, la blessure subie par Verratti lors de la préparation du tournoi aurait été un désastre, mais cette Italie sait que Manuel Locatelli peut s'inscrire jusqu'à son retour. Lorenzo Pellegrini de la Roma serait un choix tout aussi facile. Dans quelle mesure les expériences de Mancini en tant que joueur ont-elles influencé son approche de la gestion de l'équipe nationale ? Son plus grand regret footballistique est de n'avoir jamais joué de Coupe du monde. Il a été appelé en 1990 mais Azeglio Vicini ne l'a jamais mis sur le terrain. Son échec à apparaître dans un autre tournoi était le résultat de ses propres mauvais choix. Il a été exclu en 1986 parce qu'il ne s'était jamais excusé auprès du manager, Enzo Bearzot, après une virée nocturne lors d'une tournée américaine. Il a choisi de ne pas participer à la Coupe du monde 1994 après qu'Arrigo Sacchi l'ait fait jouer pendant 45 minutes d'un match amical lorsque Roberto Baggio, le joueur qui l'a tenu à l'écart du onze de départ la plupart du temps, était absent. Avant même que Mancini ne soit nommé sélectionneur de l'Italie, il parlait ouvertement de son désir de rattraper le temps perdu. "J'ai un rêve. Je veux gagner en tant qu'entraîneur ce que je n'ai pas gagné en tant que footballeur : une Coupe du monde." a-t-il déclaré à la Gazzetta dello Sport en janvier 2018. Mancini est un personnage plus doux qu'avant, capable de circonspection d'une manière qu'il n'était peut-être pas en 2008, lorsqu'il a répondu à une défaite en Ligue des champions contre Liverpool en annonçant prématurément et de manière perturbatrice son intention de quitter son poste de manager de l'Inter à la fin de la saison. Mais cela ne signifie pas que ses motivations ont changé. Il a remporté des titres de champion en tant qu'entraîneur en Italie et en Angleterre, mais ses réalisations ont été éclipsées par les plus grands succès des hommes qui l'ont succédé : José Mourinho hissant l'Inter au Triplete et Pep Guardiola menant Manchester City à trois titres de Premier League en quatre ans. Même amener l'Italie aux dernières étapes de l'Euro 2020 serait un exploit remarquable, compte tenu du marasme qu'il a hérité. Mancini, cependant, n'a qu'un seul objectif en tête. "L'objectif est maintenant de passer l'été dans mon Portonovo (une ville balnéaire proche de l'endroit où il a grandi, ndlr), en signant des autographes en tant que manager de champion", a-t- il déclaré récemment à l'édition italienne de GQ.
  2. Aujourd’hui, Simone Inzaghi va être officialisé en sa qualité de nouvel entraineur de l’Inter. Toutefois, la conférence de presse inaugurale n’aura pas lieu dans les prochains jours. Celle-ci étant reportée aux premiers jours de la nouvelle saison. La journée selon la Gazzetta Dello Sport Simone Inzaghi va débarquer aujourd’hui à la Pinetina où il est attendu par la Direction de l’Inter, mais aussi par Steven Zhang qui sera présent pour l’occasion. En effet, "il ne s’agira simplement d’une simple visite des installations." Steven Zhang va parler en premier ligne avec Inzaghi pour lui exposer le projet du club, à savoir rester au sommet avec une équipe compétitive. Il devrait être confirmé que le seul sacrifié restera Achraf Hakimi : "L’équipe Championne d’Italie ne se verra pas démantelée" Concernant Achraf Hakimi "Chelsea est prêt à foncer avec conviction sur Achraf Hakimi. Le premier renfort pourrait arriver des Blues également : Emerson Palmieri a pris le meilleur sur ses rivaux et est l’objectif numéro 1 pour succéder à Ivan Perisic à gauche. Emerson, suivi aussi par le Napoli, est apprécié par Simone." Si le nouvel entraineur a déjà pu échanger avec Giuseppe Marotta et Piero Ausilio mais à présent, les échanges seront quotidien pour établir le plan de travail Le saviez-vous ? Inzaghi a déjà collaboré avec Giuseppe Marotta, mais lorsqu’il était joueur : Notre Administrateur-Délégué l’avait fait venir à la Sampdoria, même si cette expérience ne restera pas dans les annales, l’italien n’ayant joué qu’à cinq reprises sans inscrire le moindre but Les déclarations de Big Rom en Belgique ont fait mouche : Si Simone Inzaghi et l’Inter sont ravi d’entendre de la bouche du Diable Rouge son envie de rester à Milan, celles-ci ont réduit à néant les espoirs de Chelsea. Selon le Telegraph "Les paroles de Lukaku ont été un sérieux coup dur pour Chelsea qui espérait le réacquérir. S’il est vrai que l’agent de Lukaku était à Oporto pour assister à la Finale de la Ligue des Champions, pour y voir Chelsea, le joueur a confirmé en personne son intention de rester à l’Inter." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  3. Outre l’aspect sportif, la Serie A 2020/2021 a mis en avant un verdict également géographique : Pour la première fois depuis 2005, et pour la seconde fois dans l’absolu, 4 équipes du Nord de l’Italie se sont qualifiées ensemble pour la prochaine Ligue des Champions Lors de la saison 2021/2022, l’Italie va être représentée, dans la plus prestigieuse des Coupes d’Europe par l’Inter, le Milan Ac, l’Atalanta et la Juventus. Soit : Deux milanais, un bergamasque, et un turinois. Il faut remonter en 2005 pour retrouver trace d’’une situation similaire avec l’Udinese de Luciano Spalletti qui s’était invité à la table des trois clubs italiens les plus titrés, celle-ci étant parvenu à arracher la quatrième place à la Sampdoria. Les Friulani, quatrième en Championnat, avaient été reversé en préliminaires et ils étaient parvenu à prendre le meilleur sur le Sporting Lisbonne pour accéder à la phase de groupe de l’édition 2005/2006. En 2008/2009, les trois grands d’Italie s’étaient qualifiés également pour la saison suivante tous ensemble, mais cette-fois-là, ils furent accompagné par une équipe du Centre de l’Italie : La Fiorentina qui s’était qualifié en prenant le meilleur, sur base des confrontations directes, sur le Genoa. La Viola s’était aussi offerte le Sporting de Lisbonne pour se qualifier à la phase de groupe lors de la saison 2009/2010 Après la saison 2009/2010, la tendance commence à changer : si Turin reste une base fixe, grâce à la Juventus, qui a participé à chaque édition depuis la saison 2012, Milan s’était effondré dès 2014 : L’Ac Milan n’ayant plus participé à la compétition depuis 2014, alors que l’Inter retrouvait la Coupe aux Grandes Oreilles à partir de 2018 aux dépens de la Lazio L’absence des milanais fut compensé par les deux grandes équipes du Centre-Sud, soit la Roma (remplacée à une seule reprise par la Lazio) et le Napoli, qui se classait régulièrement en étant second, voir troisième. Le tout avant la prodigieuse ascension de l’Atalanta, et la renaissance de Milan! ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  4. Après avoir infligé une sévère correction à la Sampdoria, l’Inter recevra ce mercredi soir l’AS Roma dans le cadre de la 36ème journée de Serie A. Internazionale.fr a le plaisir de vous proposer les déclarations de l’entraineur Champion d’Italie à Inter TV : "Nous avions disputé une très belle partie à Rome, il y avait eu un peu d’amertume pour le fait que nous avions été rejoint au score en fin de match, sur un corner où nous avions été inattentif, alors qu’eux s'étaient montrés réactifs pour le botter immédiatement. C’était donc une prestation optimale face à un adversaire optimal." Même lorsque le score était de 5-1, l’équipe a continué à insister… "L’objectif est celui de toujours donner le maximum, d’être concentré pour l’ensemble des 90 minutes plus les arrêts de jeu. Je pense que les garçons, face à la Sampdoria, ont réalisé une très belle prestation et je les ai félicité. J’ai vu de très belles phases de jeu et la reproduction de situations réalisées à l’entrainement. Malgré les nombreux changements, il y a eu un résultat optimal et une prestation optimale, ces garçons sont d’un grand professionnalisme." Le Scudetto étant remporté, devez-vous vous fixer d’autres objectifs pour les prochains matchs ? "Il est juste d’honorer la victoire en championnat de la meilleure façon possible, en cherchant à jouer les matchs en faisant preuve d’un très grand sérieux et d’un très grand professionnalisme. La victoire est enracinée dans nos cerveaux. Il reste trois matchs face à des équipes importantes, nous voulons honorer le Scudetto en donnant le maximum sur le terrain." Il y a une amélioration constante des joueurs, même dans les mécanismes… "Lorsque des résultats sont obtenus, les statistiques viennent toujours exprimer quelque chose : soit une croissance, soit une décroissance. Nos statistiques sont positives, surtout en cette seconde partie de championnat ou nous avons réalisé des choses importantes. Nous devons continuer jusqu’à la dernière seconde de cette saison, en cherchant à nous améliorer. "L’année dernière, nous étions la meilleure défense et la seconde meilleure attaque. Cette année nous le sommes également. Nous voulons chercher à obtenir le maximum, même au niveau de ces statistiques." Quel type d’adversaire vous attendez-vous à affronter ? "C’est une équipe de qualité qui veut bien terminer la saison. Elle disputera son derby après notre match, elle n’a aucune intention d’abdiquer ou de venir ici se balader. C’est une grande équipe dirigée par un grand entraineur, je m’attends à une belle rencontre. Il n’y a eu que des partages de points lors de mes deux saisons ici, ce sera une rencontre équilibrée. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  5. Antonio Conte s’est livré à Inter TV suite à la punition infligée par son Inter à la Sampdoria: 5-1 Que ressentez-vous en ce moment ? "C’est une satisfaction immense, l’Inter n’avait pas remporté le Scudetto depuis 11 ans et c’est normal qu’il y ait autant d’envie de faire la fête de notre côté et de la part de nos tifosi : Ils ont attendu depuis trop longtemps. Nous sommes heureux de leur offrir cette joie . Nous continuons à réaliser des choses exceptionnelles : Nous avons 85 points et nous n’avons plus perdu depuis le match aller face à la Sampdoria : Les garçons continuent à donner satisfaction et c’est un plaisir de les voir jouer. On doit profiter de ce Scudetto, car nous avons durement travaillé et souffert pour en arriver jusqu’ici. Nous avons fait vraiment quelque chose de beaux en deux ans, en restituant de la crédibilité au Club." Y-a-t ’il encore de la place pour améliorer ces joueurs ou la mission est-elle accomplie ? "Le travail réalisé ces deux dernières années a donné un résultat optimal : Le noyau a grandi, pas seulement sur le terrain mais également au niveau de la valeur économique du groupe. C’est un groupe qui présente aujourd’hui, à une valeur plus importante comparée à celle de départ. Je crois que l’investissement qui y a été consenti a été remboursé." "Avec ma présence, il y a toujours énormément d’attente, et je pense que finalement, on peut en être satisfait. Il y a tellement de jeunes joueurs qui disposent encore d’une marge d’amélioration, mais à présent ce sont des gagneurs, ils connaissent le parcours à suivre." "Nous n’avons jamais abandonné, ne fut-ce qu’une seconde, et nous l’avons aussi démontré aujourd’hui : La victoire est entrée dans les cerveaux, au-delà de la conquête du Scudetto : Elle est devenu une obsession pour celui qui veut être un gagnant." Vous attentiez-vous à la haie d’honneur de la part de l’adversaire ? "Je m’attendais à faire une prestation optimale. Je pense à présent à la rencontre face à la Roma et je chercherai à l’aborder de la bonne façon, comme nous l’avons fait aujourd’hui." Quel est le mérite principal que se reconnait Antonio Conte ? "Celui de n'avoir rien abandonné durant ces deux années à l’Inter. Je pense même m’être surclassé moi-même car j’ai donné tout ce que j’avais en mois pour faire face à ce parcours semé de difficultés. C’est certainement mon ’emprise la plus difficile, celle d’avoir gagné ici, et cela me donne une très très grande satisfaction." Tous les joueurs semblent satisfaits et semblent tous aller dans la même direction, sans aucune exception, est-ce le cas ? "Ils le font tous, mais cela s’est aussi produit l’année dernière. "Quel est le joueur qui a le plus grandi" que je cite Andrea Pinamonti qui a pourtant eu peu de temps de jeu: Il a eu la possibilité de travailler avec de grands champions et c’est devenu un joueur plus complet. Vous l’avez vu aujourd’hui, il a été bon dans la conservation du ballon et pour attaquer les espaces. C’est un joueur prometteur optimal et il doit continuer à travailler s’il veut devenir un joueur important dont on entendra parler dans le futur." Ionut Andrei Radu "Je dois dire que rien de mal n’a été fait cette saison : Je suis vraiment fier, j’attendais ce moment depuis tant de temps : Je suis ici, au milieu de tant de champions et je m’efforce à apprendre d’eux, pour devenir comme eux." "Je me suis beaucoup amélioré cette saison, grâce au travail du staff et à ma proximité avec Handanovic et Padelli : J’ai appris à devenir bien plus agressif psychologiquement. Je me suis toujours préparé à répondre présent. Je suis à l’Inter depuis huit ans et c’est une Fierté énorme pour moi d’avoir remporté un Scudetto tout en m’étant remis en question." Dimanche dernier ? "J’étais devant la télé à regarder la rencontre de l’Atalanta avec ma fiancée : J’ai exulté lors de la parade de Consigli sur le pénalty de Muriel, c’était le début de la fête." Andrea Pinamonti "C’est une émotion indescriptible, cela semble simple de le dire comme ça, mais c’est le vraiment le cas. Remporter déjà ce Scudetto était pour moi une émotion incroyable, et je suis arrivé à couronner cette année fantastique avec ce but." "Il y a tellement de champions et de leaders dans ce groupe de garçons fantastique : Il y a toujours des échanges et nous sommes toujours monté sur le terrain avec le bon état d’esprit. Je crois que cette saison est l’année où j’ai le plus grandi, même en jouant moins, vu que j’ai eu la possibilité d’être aux côtés de ces champions. C’était vraiment une année fantastique." L’accolade avec Skriniar ? "Je lui avais dit, avant de monter, que je sentais que j’allais marquer et il m’avait promis de réaliser une accolade spéciale." Roberto Gagliardini "Je suis content, même si je ne suis pas parvenu à tenir jusqu’à la fin du match suite à un problème musculaire que je traine depuis quelques semaines. L’emprise que nous avons réalisé est visible aux yeux de tous. Le regret est de ne pas pouvoir partager ces émotions avec nos tifosi, vu la situation particulière que nous vivons: Ce sont des sensations uniques et je cherche à en profiter au maximum." Quel a été la rencontre marquante de la saison ? "Nombreuses ont été décisives, mais je dirais certainement le déplacement sur le terrain de Sassuolo, un match où j’étais parvenu à marquer. Nous avons changé un peu d’attitude ensuite avec les victoires sur la Juventus et le Milan qui elles ont été fondamentales ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  6. Claudio Ranieri est un grand Seigneur. Celui-ci avait d’ailleurs discuté avec le Capitaine de la Sampdoria, Fabio Quagliarella, afin de féliciter l’Inter avec les Honneurs, peu avant le coup d'envoi de la rencontre En Espagne, elle est nommée "Pasillo de honor", en Italie, il s’agit de la "Haie d’Honneur". Ce geste a été énormément apprécié par l’équipe Nerazzurra. Preuve en est l’accolade entre Antonio Conte et Claudio Ranieri! Pensez-vous que la Juventus aura le cran de renouveler l’expérience sur ses terres ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  7. S'adressant à Inter TV jeudi, Riccardo Ferri pense que l'Inter devrait gagné le Derby d'Italia la semaine prochaine pour envoyer un massage. "Le Derby d'Italia est un match qui va au-delà du classement. Ce ne sera pas facile, mais l'Inter doit confirmer sa domination cette saison lors de son match à la Juventus." "Une performance convaincante à Turin serait comme leur envoyer un message: 'Désormais, nous sommes l'équipe la plus forte et vous devrez vous améliorer pour rivaliser avec nous.'" "L'Inter doit maintenant s'appuyer sur la saison extraordinaire qu'ils ont eue, où de nombreux problèmes ont été résolus grâce au travail exceptionnel réalisé par Antonio Conte et tout son staff. Le club mérite également d'être félicité pour avoir choisi les bonnes personnes et avoir mené à bien un mercato réussi." "Connaissant Conte, il ne lèvera pas son pied de l'accélérateur tant qu'il ne sera pas en vacances. La Sampdoria jouera son jeu normal et Claudio Ranieri abordera le match avec un état d'esprit très professionnel. Je pense qu'il y aura de la place pour certains joueurs interistes qui n'ont pas eu autant de chance jusqu'à présent."
  8. Le Champion d’Italie a accueilli la presse à la veille de cette 35ème journée de championnat qui verra la Sampdoria de Claudio Ranieri se déplacer au Giuseppe Meazza ce samedi 8 mai à 18h00. Pour l’occasion, Antonio Conte ne s'est pas présenté, laissant la place à son staff. Que signifie ce succès ? Stellini: "C’est une très grande émotion, vu les sacrifices et la période difficile traversée, nous l’avons vécu de l’extérieur: Nous n’étions pas ensemble, mais au moment où l’arbitre a sifflé la fin de Sassuolo-Atalanta, il y a une grande émotion." Pintus: "J’ai célébré ce Scudetto qui s’est associé à la naissance de mes deux jumeaux et je tiens à remercier tous les joueurs qui se sont toujours donné à 100%." Vanoli: "C’est un motif d’orgueil, j’habite à 16 km d’Appiano. Qui y vit à une mentalité d’interiste, je tiens à remercier les joueurs et l’entraîneur." Gianluca Conte: "C’est toujours comme si c’était la première fois. De mon côté, je peux vous dire que derrière cette victoire, il y a une grande culture du travail que le Mister a inculqué. C’est une victoire dédiée au Tifosi, au club, et aux joueurs qui se sont sacrifié pour atteindre l’objectif." Bruno: "Décrire l’émotion de la victoire du championnat n’est jamais facile. C’est une grande émotion car je suis interiste depuis tout petit. J’ai suivi un long parcours pour atteindre cet objectif. Lorsque tu te rends compte ce qu'implique derrière une telle victoire, c’est émotionnel. Le mérite en revient à tous ceux qui travaille à l’intérieur du Club. Gagner représente énormément de sacrifices et pour y être de l’intérieur, je sais combien cela coute pour atteindre l’objectif." Coratti: "J’ai du mal à m’exprimer, je tiens seulement à remercier tout le monde : Les joueurs, le Mister, pour m’avoir permis de ressentir cette émotion." Bonaiuti: "C’est une grande émotion, depuis des années l’Inter avait souffert, et ici nous sommes parvenus à atteindre un objectif incroyable. Grace au Mister, nous sommes parvenu à rejoindre cet objectif : Qui joue dans le Calcio rêve toujours de remporter le Scudetto : C’est une fierté immense : Tant de sacrifies et de travail ont été abbatu sur le terrain. Le partager avec les tifosi est merveilleux." Castelli: "C’est une choix immense car j’ai eu l’occasion d’être chez les jeunes de l’Inter, je remercie tout le monde pour m’avoir fait vivre ce moment." Quel a été le travail accompli pour passer d’une saison comme celle écoulée, à cette saison-ci ? Pintus: "Ce succès est déjà le fruit de la première saison : Nous avons mis en pratique le rythme imposé par le Mister depuis l’année dernière. Nous avons profité du Lockdown pour continuer à travailler à domicile. Tous les deux trois jours, il y avait des séances via zoom avec l’équipe pour la maintenir en condition, malgré le fait que nous étions tous dans nos salons." "Une fois que nous nous sommes retrouvés, nous avons profité de chaque moment pour réaliser des travaux individuels avec chaque joueurs. Je tiens à les remercier car s’entrainer jusqu’ 23heures après un match n’est pas facile, mais les garçons se sont toujours mis à disposition et ont cru au travail. Il y a eu tellement de travail préventif et avec l’aide du staff médical et avec le travail de Stefano Bruno pour la récupération pré et post partie." Coratti: "Ce fut un moment spécial qui nous a amenés à obtenir des résultats que nous considérons comme très bons. En fin de compte, nous avons pu obtenir ce que nous voulions.." Pour Gianluca Conte: Pouvez-vous nous parler de la scène avec Conte lors de la rencontre à Florence ? C’était une victoire bien plus difficile cette saison "J’y suis habitué depuis 13 ans. C’était un moment particulier, car Antonio est passionnel. Je sais que s’il en avait la possibilité, il irait sur le terrain avec les joueurs. Je mets n’importe qui au défi d’être avec lui dans ces instants-là. Mais il est comme ça, c’est une passion qui le traverse, la victoire a eu lieu dans la souffrance, en tenant compte également du Covid, mais elle a été importante comme tout les victoires de ces 13 dernières années où j’ai eu l’opportunité d’être avec lui. "Chaque victoire t’offre des émotions différentes, mais elles sont toutes le fruit du travail. Antonio cherche l’excellente et nous essayons de toujours la lui apporter : Pas uniquement le staff, mais tout le club." Pour Paolo Vanoli: Le trio défensif vaut-il les grandes défenses de l’Histoire du Calcio ? "Entre Christian, Gianluca et moi, il y a toujours eu des échanges. Dans chaque staff, il y a un travail qui est partagé, mais il y a toujours des discussions. Mon domaine était de suivre les phases défensives, mais le mérite vient de l’entraîneur: Je sais ce que je dois faire pour faire grandir les individualités. Parfois, on parle de facilité dans le jeu à trois, mais ce n’est pas facile, bien au contraire." "Les trois qui ont joué avec continuité découlent du choix fait par l’entraineur. Notre tache est qu’ils s’entrainent tous de la même manière: La meilleure satisfaction est que même celui qui a moins de temps de jeu, te permet de toujours avancer dans ce concept, lorsqu’il monte au jeu." "Ensuite tu as les choix de l’entraineur. Comparez les joueurs avec d’autres n’’est jamais beau. Ce qui nous intéresse c’est de faire grandir ces joueurs pour qui c’était la première expérience dans la défense à trois comme Bastoni ou Skriniar qui a rencontré des difficultés. Nous savions ce que nous devions faire." Quelle est l’importance d’avoir accompagné Handanovic dans ce parcours ? Bonaiuti: "C’était un long parcours car il n’y avait pas de résultats, même si on peut parler alors de ce qui est à titre individuel, mais gagner est différent. C’est le couronnement de tout ce qui a été fait durant tant d’années et qui te permet de regarder dans le rétro et de te dire que le travail exprimé sur le terrain t’a permis de conquérir un grand objectif." Pour Stefano Bruno: Comment a changé le Conte de Bari ? Quel est l’importance de bien récupérer et de faire dans le préventif dans une équipe ? "J’ai commencé en même temps que le Mister ma carrière. J’étais à Livourne en 2007, lui à Arezzo. C’était aussi pour lui sa premier expérience et il voulait y arriver. Il avait ce besoin de rester sur le terrain pour comprendre certaines situations et pour voir comment il pouvait rejoindre des objectif. Aujourd’hui, le Conte d’il y a treize ans n’a pas changé le moindre du monde, il maintient une ossature identique : Il a toujours maintenu l’aspect du travail, il a certainement changé à présent par expérience." "Il a aussi quelques petit maux de ventre de plus qu’auparavant, mais l’expérience lui a amené à comprendre certaines choses : L’aspect préventif est important mais à l’intérieur de la Prévention, on retrouve tant de choses comme le travail sur le terrain, à domicile, l’alimentation. Ce sont beaucoup de petites pièces qui, une fois assemblées te permettent d’obtenir le résultat voulu durant la saison." Pour Paolo Castelli: Vous aviez débuté chez les plus jeunes, comment avez-vous vécu cet impact avec l’équipe première ? "Je me suis retrouvé ici fortuitement. Entrainer les plus jeunes ou l’équipe première sont deux choses différentes. L’aide d’Adriano m’a facilité le travail. C’était une grandissime expérience que de l’avoir fait avec Bonaiuti et avec ces gardiens. Voir comment ils recherchaient la perfection. Le détail qui doit être entrainé. J’ai eu de la chance de pouvoir le vivre ici." Pour Christian Stellini: Quel a été le plus beau moment, celui où vous avez compris que vous pourriez atteindre l’objectif. En tant que tifoso de l’Inter, vous avez également donné des répétitions d’interisme aussi à l’entraineur ? "Le Mister savait que j’étais interiste depuis ma naissance. Il a immédiatement vu cette émotion, lorsque nous allions rejoindre l’Inter. Je suis né dans cette région, je débordais de joie à chaque pore. Il a immédiatement compris quelle était la signification pour moi de venir travailler à l’Inter. Plus que tout, j’ai tenté de faire comprendre aux interistes ce que voulait signifier le fait d’avoir Conte comme entraineur." "C’est un travail qui s’est fait naturellement car le club avait besoin d’un entraineur avec une mentalité de conquérante. C’était le travail le plus important et les choses se sont ensuite fluidifiées. Il n’y a pas un moment particulier qui pouvait nous faire comprendre une réelle joie: Tu sais que l’objectif est là, que tu dois y parveniret que tu dois tout faire en fonction de cela." "Conte est très très doué dans ce domaine et il a transcendé tous ceux qui était autour de lui pour nous faire voir que l’objectif était toujours plus proche." Pour Antonio Pintus: Vous avez entrainé de grands champions. Qu’est-ce que Lukaku a d’extraordinaire ? "Romelu a comme caractéristique particulière son physique : Il pèse plus de 100 kilos de muscles et il a une puissance vraiment impressionnante qui peut être assimilé à une joueur de football américain : Lorsqu’il est lancé, il est très difficile de l’arrêter." "Il s’est énormément améliorer dans la résistance à l’effort, il est maintenant devenu un athlète complet. Mais tous les autres garçons de l’équipe se sont amélioré sous l’aspect de la résistance à l’effort." Pour Gianluca Conte: Etes-vous plus serein lorsque vous voyez Antonio sur le banc ou en tribune ? "Comme je l’ai dit précédemment, c’est mieux de l’avoir sur le banc (il rit). Vu sa passion, c’est mieux qu’il soit là, il se fait mieux entendre." Comment avez-vous soutenu Christian Eriksen durant cette saison ? "Le parcours qu’il a fait est celui de très nombreux athlètes talentueux qui arrivent dans une compétition différente, comme celle du championnat italien, et qui ont le besoin de comprendre les exigences de l’entraineur, tout en devant faire face à un tournoi différent. Nous n’avons jamais douté, nous l’avons toujours soutenu : Le Mister aves ses directives et nous, avec nos conseils : A présent, il est entré dans un mécanisme et il y est resté." Christian Stellini: Qu’est-ce qui change lorsque l’on passe du bord du terrain à celui de premier entraineur ? "La pression pour gérer la partie du bord du terrain augmente considérablement. J’ai dû me rapprocher des joueurs et leur faire comprendre ce que l’entraineur cherchait à proposer durant la rencontre. Le Mister est toujours très présent durant les rencontres, son absence aurait pu être un handicap mais et je devais m’assurer que cela ne soient jamais le cas en cours de match. En réalité, la présence, pour moi, de l’entraineur a toujours été importante car même à travers ces matchs, je recevais les instructions à travers Gianluca et le reste du Staff. Je devais les communiquer à l’équipe. "La présence de l’entraineur a toujours été la même, même durant ces moments-là. En plus de la difficulté durant l’intervention de la mi-temps, il y a toujours eu le soutien de tout le staff qui s’est avéré déterminant. Nous travaillons en équipe et je n’étais que la représentation du travail que nous réalisions." Pour Gianluca Conte: Quelle est l’importance d’analyser les matchs ? "C’est un aspect très important : Je l’ai réalisé avec tout le staff, moi en premier mais aussi les garçons que je tiens à remercier pour leur disponibilité dont ils ont fait, par pour que l’on puisse analyser les bonnes images: Car cela peut nous donner des avantages lorsque l'on étudie le comportement de l’adversaire." "J’essaie d’étudier les points forts et les points faibles de nos adversaires, je cherche à donner les indications à l’entraineur qui peut les avaliser ou les rejeter, mais il y a toujours une unité d’intention de ma part : Toujours à proposer la bonne solution. Avec Antonio, il y a un feeling qui s’est consolidé sous l’aspect tactique." "Dans un certains sens, la préparation de la rencontre avec Paolo et Christian est transmise au Mister qui donne son consentement avec ses idées." Pour conclure: Antonio Pintus: Comment a évolué la préparation physique ces dernières années ? "Le rôle a évolué ces dernières années, mais il reste les balises que représentent la force et la résistance. Ce n’est pas juste de dire que ce qui se faisait il y a 20-30 ans, ne peut plus se faire." "Toutes ces choses restent d’actualité. Cette spécialisation a grandement évolué et à présent, elle est scindée : Costantino Coratti s’occupe de la force physique et Stefano Bruno de la récupération : Plus tu as d’énergie de disponible, plus facile il t’est possible de soigner la préparation physique." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  9. C’est une révélation de la Repubblica : En cas de victoire face à Crotone et face à la Sampdoria, le Scudetto sera interiste, peu importe les performances de l’Atalanta. Selon le quotidien italien, l’horaire du match, 18h00 pourrait poser de sérieux problèmes Le couvre-feu Le 8 mai, l’équipe de Conte joue à domicile face à la Sampdoria à 18h00. Si le Scudetto vient à être remporté à ce jour-là, il y a un fort risque que la fête qui se tiendra à Milan pour célébrer le titre puisse se prolonger très tard en soirée. Pour cette raison, le Viminale souhaiterait anticiper l’horaire de la rencontre : La Lega Serie A évalue la situation ®Antony Gilles- Internazionale.fr
  10. En effet, le Scudetto est toujours plus proche de l’Inter. Par le biais d’un concours de circonstance favorable, il pourrait déjà être célébré ce dimanche. Dans le cas contraire, la fête ne serait repoussée que d’une semaine, pour être célébrée au Giuseppe Meazza face à la Sampdoria. Révélation d’Andrea Della Sala "Il s’agit d’un titre extrêmement important et mérité pour l’Inter, un Scudetto qui faisait défaut depuis 11 ans, mais surtout un premier titre pour de nombreux joueurs du noyau. Conte l’a répété à plusieurs reprises : L’Inter est une équipe qui présente des valeurs techniques importantes, mais qui ne possède que très peu d’expérience liée à la Victoire." "Nombreux sont ceux à ne pas avoir soulevé le moindre titre en carrière dans le noyau interiste. Ils seront donc facilement 10 à pouvoir célébrer un premier titre conquis: Cela démarre par les gardiens de buts Stankovic, Radu et Padelli sans oublier le Capitaine Handanovic qui n’est pas le seul titulaire au palmarès vide. Parmi les titulaires de Conte, on retrouve aussi Bastoni et Lautaro. Les joueurs qui complètent cette liste se nomment D'Ambrosio, Gagliardini, Sensi et Pinamonti." "Une longue liste qui est, espérons-le, amenée à disparaitre très rapidement" ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  11. En effet, il ne manque seulement que 5% pour être Champion d’Italie comme l'a souligné Antonio Conte, l’Inter est en passe de remporter son 19 Scudetto. Celui-ci pourra être célébré de deux façons : En cas de victoire face à Crotone: Le titre peut être fêter sur le canapé, devant le téléviseur, si l’Atalanta ne s’impose pas à Sassuolo Si l'Atalanta l'emporte, en cas de victoire face à la Sampdoria de l'Inter, ce sera Giuseppe Meazza. Ce qui est sûr, c’est que Steven Zhang sera présent pour assister aux festivités. Révélation de la Gazzetta Dello Sport Steven Zhang sera à Milan déjà ce jeudi, soit six mois après son ultime présence en octobre: Lorsqu’il s’était envolé pour Nankin, le Scudetto et l’Inter étaient encore deux entités très lointaines. Aujourd’hui, il "suffit juste" de décider du lieu de la fête : Vendredi, Zhang ira à Appiano pour saluer l’équipe et l’entraineur avant qu’elle ne parte pour Crotone. Un déplacement auquel il ne partira pas La réunion entre le Président, la Direction et l’Entraineur ne devrait pas avoir lieu avant ce dimanche : Ce n’est certainement pas le moment de planifier des rencontres pour parler du futur, même s’il y a de l’attente, aussi bien au niveau de l'entraineur, que de la Direction au grand complet : Tout le monde souhaite savoir ce que sera l’Inter la saison prochaine...MAIS AVANT TOUT, tous veulent définitivement mettre la main sur ce Scudetto. L’Inter est confrontée à un dilemme : Remporter le titre immédiatement, sans étreinte en fin de match ou postposer la fête au Meazza En effet, le jour de la rencontre face à la Sampdoria, les tifosi accompagneront les joueurs avant et après le match, comme cela fut le cas lors des différents Derbys de cette saison. De plus gagner au Meazza serait un peu comme boucler la boucle pour l’entraineur : "L’Inter n’a jamais fêter son titre à Milan depuis l’Inter des Records en 1989, la saison où l’on retrouvait Lothar Matthäus mais surtout Giovanni Trapattoni comme protagonistes : Un entraineur que Conte a lui-même défini comme son Maitre." Selon vous, l’Inter doit-elle faire durer le plaisir ou doit-elle y aller franco dès ce week-end ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  12. Comme le révèle Opta, l’Inter d’Antonio Conte vient d’égaler l’Inter Championne d’Europe, celle de la saison 2010-2011 : Suite à sa victoire face à Vérone, l’équipe Nerazzurra vient d’engranger sa 13ème victoire à domicile. C’est la seconde fois que la Beneamata parvient à réaliser une telle performance. La première fois qu’elle était parvenu à ce palier remonte au mois de mai 2011. Toutefois, lors de cette première épopée, l’Inter avait perdu son Scudetto face au Milan de Massimiliano Allegri, mais elle était parvenu à remporter la Coupe d’Italie. Cette série de 13 victoires peut être surclassée par l’Inter d’Antonio Conte qui, lors des 5 derniers matchs, aura 3 rencontres à domicile à disputer : Face à la Sampdoria le 9 mai Face à la Roma le 12 mai Face à l’Udinese le 23 mai Deux matchs à l’extérieur sont programmé Face à Crotone, le samedi 1er mai Face à la Juventus, le 16 mail Pensez-vous que l’Inter remportera son Scudetto, à l’extérieur (Crotone) ou à domicile (Sampdoria) ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  13. Mauvaise nouvelle pour Gennaro Gattuso et son Napoli. A quelques jours de la rencontre opposant l’Inter au club du Vésuve, le forfait du portier napolitain a été confirmé. David Ospina, suite à la blessure dont il a été victime face à la Sampdoria dimanche dernier souffre d’une blessure aux ischio-jambiers gauche de grade 1 Et il n’est pas le seul Piotr Zielinski qui est l’un des leaders du Napoli cette saison est également sur la corde raide. En effet, face à la Sampdoria, le joueur polonais a également connu des problèmes musculaires. L’inquiétude est de mise chez les Azzurri qui feront tout pour l’avoir en parfaite condition, étant donné l’absence importante de Lozano. Le Polonais, après avoir offert l'assist du 1-0 à Fabian Ruiz en première mi-temps, a quitté le terrain 74e pour Dries Mertens. Initialement, il n'y avait pas d'inquiétude sur sa condition physique. Mais L'hypothèse de son absence face à l'Inter n'est apparue que ces dernières heures, après que certains examens aient montré que Zielinski ne s'était pas totalement remis d'un problème rencontré dimanche. Dans les deux prochains jours, sa position sera à nouveau examinée. il n'est donc pas possible aujourd'hui, de confirmer le forfait du polonais face à l'Inter en raison d'une blessure. Il pourrait s'agir d'une troisième absence, étant donné que Lozano est lui suspendu. Pour protéger les buts napolitain, on retrouvera le meilleur ami de Romelu Lukaku, Alex Meret, qui s’était pris une mine diabolique la saison dernière! ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  14. Lors de son passage à l'Inter, 1988 à 1992, Lothar Matthäus a remporté la Serie A, le Ballon d'Or et la Coupe du Monde. Voici ses dix plus grands buts pour nous. Peut-être que Diego Maradona a fait le plus gros compliment à Lothar Matthäus en le décrivant comme "le meilleur rival que j'ai eu de toute ma carrière". Les deux joueurs ont remporté des Scudetti alors que la Serie A était à son apogée, mais ils étaient très différents. Maradona était un génie imparfait qui semblait jouer dans les cieux, tandis que Matthäus était peut-être le milieu de terrain le plus complet qui n'ait jamais existé (souvent considéré comme le premier joueur box-to-box, ndlr). Il a montré l'exemple, était professionnel, puissant, incroyablement motivé et sûr de lui. Il avait un moteur incroyable; sa gamme de passes était phénoménale; et il a eu un coup de feu. En tant que leader naturel, il a amélioré les joueurs autour de lui. Entre 1988 et 1992, Matthäus a marqué 53 buts en 153 apparitions pour l'Inter. Il a remporté la Serie A, la Supercoppa Italiana et la Coupe UEFA pour le club, tout en remportant le Ballon d'Or en 1990 et la Coupe du monde en Italie la même année. Pour fêter ses 60 ans (Dimanche 21 Mars 2021, ndlr), voici 10 de ses meilleurs buts pour l'Inter. https://www.youtube.com/watch?v=JX56TOCux-0&t=94s Inter vs Napoli, mai 1989, Serie A Matthäus a déclaré que c'était son but le plus important pour l'Inter. L'équipe de Giovanni Trappatoni est entrée dans le match contre Naples après une victoire 6-0 contre Bologne. À cinq matchs de la saison 1988-1989, l'Inter avait trois points d'avance sur le Napoli, espérant battre ses rivaux au titre et faire un grand pas en avant pour remporter son 13e Scudetto. Il y avait une atmosphère tendue au Meazza au début du match et elle est devenue plus tendue lorsque Careca a ouvert le score pour Naples à la 36e minute. L'héroïsme de Walter Zenga a maintenu l'Inter dans le match avant que Nicola Berti n'égalise d'un tir dévié au début de la seconde période. Puis, à la 83e minute, l'Inter a remporté un coup franc. Andreas Brehme est intervenu, mais le mur a avancé et l'arbitre a ordonné une reprise. Brehme accourut une seconde fois, mais il fut à nouveau chargé illégalement, au grand dam de Maradona. Matthäus décida que c'était son tour. Il a vu un léger écart dans le mur et a tiré bas vers la droite du gardien, ne lui laissant aucune chance. Le Meazza a éclaté. Les fans savaient que le Scudetto était à eux. Ils ont continué à gagner par 11 points et c'était à l'époque où on avait deux points pour une victoire. https://www.youtube.com/watch?v=-hkjuFO_W2A&t=92s Napoli vs Inter, mars 1991, Serie A La Sampdoria a remporté le seul titre de son histoire lors de la saison 1990-1991, mais Matthäus n'aurait guère pu faire plus pour l'Inter, terminant la campagne en tant que meilleur buteur avec 23 buts toutes compétitions confondues. Ce match contre Naples au San Paolo résume la saison de l'Inter. Ils ne l'ont pas gagné, mais Matthäus a toujours brillé. Avec le jeu sans but, il commence un mouvement au milieu du terrain et continue sa course, dépassant son marqueur. La balle au-dessus est bonne, mais ce qui vient ensuite est extraordinaire. Alors que le ballon rebondit sur le bord de la surface de réparation, Matthäus remarque que Giovanni Galli est hors de sa ligne et déchaîne une demi-volée puissante qui survole le gardien, frappe la barre transversale et pique dans le filet. Careca a marqué un but égalisateur pour Napoli une minute plus tard. C'était ce genre de saison pour l'Inter. https://www.youtube.com/watch?v=54R50YK2h1w Rapid Vienna vs Inter, septembre 1990, Coupe UEFA L'Inter a ramassé de l'argenterie lors de la saison 1990-91, battant la Roma en finale pour remporter la Coupe UEFA. L'Inter a affronté une bonne équipe du Rapid Vienna dans les 32 derniers matchs et a gagné 4-3 au total, Matthäus imprimant de sa marque. La pression avait à peine commencé lorsque le milieu de terrain allemand a produit l'un de ses buts marquants. Ramassant le ballon sur la gauche, il a conduit dans le champ et a affronté deux défenseurs du Rapid. Il a eu un peu de chance avec un ricochet, mais le rythme et la puissance de sa course ont laissé la ligne arrière de Vienne dans le mou. Voyant le gardien s'engager, il déchaîna une puissante poussée dans le coin gauche du but. Cet but résume bien ce qu'était Matthäus: prendre le jeu à la gorge et produire le sublime. https://www.youtube.com/watch?v=gr3_26Cv3nA Inter vs Juventus, septembre 1989, Serie A Matthäus a apprécié le Derby d'Italia. Il a toujours semblé marquer contre la Juventus. En 1989-90, l'Inter était championne en titre et avait ajouté Jürgen Klinsmann à ses rangs. Mais ils ont commencé la campagne indifféremment, battant Cremonese, faisant nul contre Bologne, battant Lecce puis perdant contre la Sampdoria. Alors que le derby arrivait, ils savaient qu'ils devraient battre la Juve pour monter pour défendre de manière crédible son titre. Avec le match sans but en fin de première période, l'attaquant de l'Inter Aldo Serena a dérivé vers la gauche. Son centre bas était destiné à trouver Klinsmann mais l'attaquant ne pouvait pas le contrôler et le ballon est tombé par inadvertance à Matthäus. Cela n'aurait pas pu mieux fonctionner pour l'Inter; Matthäus ajusta ses pieds et lança un missile dans le coin inférieur, ne laissant aucune chance à Stefano Tacconi. https://www.youtube.com/watch?v=AZcQLEfEBcU&t=104s Inter vs Côme, avril 1989, Serie A Peu de matchs montrent la brillance globale de Matthäus comme cette victoire contre Côme. L'Inter avait remporté cinq matchs à la suite avant ce match dans un Meazza de soleil et ils pouvaient sentir le championnat venir à eux. Matthäus a été majestueux en première mi-temps. Il a forcé Marco Paradisi à effectuer quelques excellents arrêts et a frappé la barre transversale avec une telle force qu'on se demandait s'il pouvait la casser. Il a converti un penalty pour mettre l'Inter à 2-0 et a ensuite produit le moment du match. Côme avait le ballon à environ 25 mètres de son propre but et s'éteignit; Brehme a réussi un tacle et le contraint et pressé Matthäus a ramassé le ballon dans la surface à droite. Il a embobiné le défenseur d'un virage rapide, puis a déclenché un missile dans le filet qui a basculé d'abord à gauche puis à droite du but. C'était un moment magique dans une belle victoire 4-0. https://www.youtube.com/watch?v=Gu7FFw6ucTw Inter vs Atalanta, mars 1991, Coupe UEFA Matthäus n'était pas un amateur de films et de trucs. Il n'était pas intéressé à humilier ses adversaires; il voulait simplement les détruire. Tant de ses buts sont imparables. Lorsque l'Inter a remporté la Coupe UEFA en 1991, il a affronté l'Atalanta en quarts de finale. Au match aller, ils ont obtenu un match nul et vierge à Bergame par une équipe forte de l'Atalanta qui comptait Glenn Strömberg et Claudio Caniggia dans leurs rangs. À la moitié de la seconde mi-temps du match retour, il semblait que ce nul pourrait aller jusqu'à la prolongation, mais Serena a marqué à 60 minutes pour calmer les nerfs de l'Inter. Trois minutes plus tard, l'Inter a obtenu un coup franc à 30 mètres. Giuseppe Bergomi a fait rouler le ballon à Matthäus et il l'a expédié sans avis de réception. La montée du ballon est quelque chose de rarement réalisé avec les ballons de l'époque. L'Inter a remporté le match et a remporté le trophée. https://www.youtube.com/watch?v=iJHW8Tszgig&t=132s Inter vs Sampdoria, janvier 1990, Serie A Sampdoria avait toutes les raisons d'être confiante lors de leur visite au Meazza en janvier 1990. Ils avaient battu l'Inter 2-0 quelques mois plus tôt et étaient en pleine bourre. Ils allaient remporter la Coupe des vainqueurs de coupe plus tard dans la saison et enchaîneraient avec le Scudetto l'année suivante. Ils étaient sur une série de 10 matchs sans défaite et pouvaient faire appel à Roberto Mancini, Attilio Lombardo, Gianluca Pagliuca et Gianluca Vialli. Cependant, ce match a été dominé par Matthäus. Il avait marqué un doublé lors du match précédent contre Bologne, et une fois de plus, il a montré qu'il était un maître du coup franc. L'Inter a obtenu un coup franc sur le côté gauche de la surface de la Sampdoria. Le ballon a été tapé sur Matthäus et il a tiré un tir devant Pagliuca à son premier poteau. Il a marqué à nouveau 10 minutes plus tard et l'Inter a gagné 2-0. https://www.youtube.com/watch?v=Pl8WPLzU2pY Inter vs Juventus, mars 1991, Serie A Matthäus avait un faible pour la Juventus. Avec 10 minutes à jouer dans la première moitié de ce match, l'Inter a remporté un coup franc à mi-terrain. C'était trop loin même pour Matthäus pour tirer alors il a choisi Antonio Paganin sur le flanc droit. Paganin a passé le ballon à travers la surface de réparation à Berti, qui était dos au but. Le milieu de terrain a vu Matthäus arriver dans la surface et lui passa. L'inévitable s'est produit. Matthäus l'a cliniquement placé dans le coin le plus éloigné pour donner la tête à l'Inter. Ils ont remporté le match 2-0. https://www.youtube.com/watch?v=OVayQGedOCU&t=180s Inter vs Roma, octobre 1989, Serie A Matthäus a ouvert le score lors de cette victoire 3-0 contre la Roma avec une tête, mais ce n'était que l'acte d'échauffement. Avec l'Inter à 2-0 à la 74e minute, Riccardo Ferri a effectué une de ses descentes en maraudeur et a divisé la défense de la Louve en deux avec une belle passe à Matthäus. Il s'est retrouvé avec rien d'autre que de l'herbe verte devant lui, enfin, cela et un Giovanni Cervone trop engagé, qui était maintenant en train de sortir de son but vers Matthäus. Le milieu de terrain a calmement tapé le ballon d'un côté du gardien et a couru de l'autre côté avant de le placer dans le but dans un angle fermé, au grand plaisir de la Curva Nord. https://www.youtube.com/watch?v=39WCeLdwTeM&t=258s Inter vs Napoli, novembre 1990, Serie A Matthäus a marqué une pléthore de coups francs. Celui-ci contre Naples est parmi ses meilleurs. Beaucoup de ses coups francs ont volé dans le coin inférieur comme un tir dans une piscine, mais ici, il a dû frapper la balle avec suffisamment de rythme pour battre le gardien à 35 mètres, tout en le faisant tomber derrière le mur. Il a réussi à mettre le ballon sur le côté avec la bonne combinaison de puissance et d'effet pour battre le malheureux Giovani Galli. C'était le travail de l'homme au sommet de sa forme.
  15. En effet, si Stefan De Vrij, Danilo D’Ambrosio, Matias Vecino et Samir Handanovic ont récemment été touché par le Coronavirus, cet "ennemi" s’est baladé à travers toute la botte footballistique de Serie A, exception faite du Frioul. Voici le "classement" des joueurs qui en ont été victime, depuis le début de saison, par la Rédaction de Fcinter1908.it Atalanta – 8 joueurs guéris Sportiello (guéri); Gollini (guéri); Zapata (guéri); Carnesecchi (guéri), Toloi (guéri); Malinovskyi (guéri); Miranchuk (guéri); Romero (guéri) Benevento – 2 joueurs guéris Dabo (guéri), Schiattarella (guéri) Bologne – 1 entraineur – 2 joueurs guéris Sinisa Mihajlovic (guéri), Hickey (guéri) Ravaglia (guéri) Cagliari – 11 joueurs guéris Bradaric (guéri), Ceppitelli (guéri), Cerri (guéri), Despodov (guéri et transféré à Ludogorec), Godin (guéri), Simeone (guéri), Nandez (guéri), Pereiro (guéri), Aresti (guéri), Klavan (guéri), Carboni (guéri) Crotone - 4 joueurs guéris Dragus (guéri); Molina (guéri); Djidji (guéri); Ounas (guéri) Fiorentina- 6 joueurs guéris Vlahovic (guéri); Pezzella (guéri); Caceres (guéri); Pulgar (guéri); Sottil (guéri, ceduto al Cagliari); Callejon (guéri) Genoa – 18 joueurs guéris Perin (guéri); Schöne (guéri,); Marchetti (guéri); Radovanovic (guéri); Pellegrini (guéri); Zappacosta (guéri); Melegoni (guéri); Lukas Lerager (guéri); Cassata (guéri); Marko Pjaca (guéri); Biraschi (guéri); Criscito (guéri); Behrami (guéri); Brlek (guéri); Miha Zajc (guéri); Males (guéri); Destro (guéri); Zapata (guéri) Internazionale – 12 joueurs guéris – 1 positif - 1 faux positif Bastoni (guéri); Skriniar (guéri); Nainggolan (guéri, prêté à Cagliari); Gagliardini (guéri); Radu (guéri); Young (guéri); Hakimi (faux positif); Padelli (guéri); Kolarov (guéri); Brozovic (guéri); D'Ambrosio (positif) Handanovic (guéri); De Vrij (guéri); Vecino (guéri) Juventus – 9 joueurs guéris – 1 positif Rugani (guéri, prêté à l Cagliari); Matuidi (guéri, tranféré à l'Inter Miami); Dybala (guéri); Cristiano Ronaldo (guéri); McKennie (guéri); Cuadrado (guéri), Alex Sandro (guéri); De Ligt (guéri); Bentancur (guéri); Bonucci (positif) Lazio – 9 joueurs guéris Muriqi (guéri), Strakosha (guéri), Ciro Immobile (guéri), Lucas Leiva (guéri), Lazzari (guéri), D. Anderson (guéri), Luiz Felipe (guéri), Milinkovic-Savic (guéri), Armini (guéri). Milan – 11 joueurs guéris Maldini (guéri); Tonali (guéri); Duarte (guéri); Ibrahimovic (guéri); Gabbia (guéri); Stefano Pioli (guéri); Krunic (guéri); Leao (guéri); Rebic (guéri); Theo Hernandez (guéri); Calhanoglu (guéri). Napoli – 9 joueurs guéris Petagna (guéri); Zielinski (guéri); Elmas (guéri); Hysaj (guéri); Rrahmani (guéri); Osimhen (guéri); Fabian Ruiz (guéri); Ghoulam (guéri), Koulibaly (guéri). Parma – 7 joueurs guéris Le club confirme la positivité de 7 joueurs mais a fait valoir son droit lié à la vie privée. Roma – 15 joueurs guéris et 1 faux positif Mirante (guéri); Perez (guéri); Peres (guéri); Kluivert (guéri, transféré à Lipsia); Diawara (guéri); Calafiori (guéri); Mancini (fauxpositif); Dzeko (guéri); Santon (guéri); Kumbulla (guéri); Pellegrini (guéri); Fazio (guéri); Diawara (guéri); Zaniolo (guéri); El Shaarawy (guéri); Juan Jesus (guéri) Sampdoria – 9 joueurs guéris Gabbiadini (guéri); Colley (guéri); Depaoli (guéri, transféré à l'Atalanta); Bereszynski (guéri); Ekdal (guéri); Thorsby (guéri); La Gumina (guéri); Baldé (guéri); Letica (guéri) Sassuolo - 6 joueurs guéris Boga (guéri); Schiappacasse (guéri); Toljan (guéri); Haraslin (gaurito); Ricci (guéri); Djuricic (guéri) Spezia – 10 joueurs guéris Marchizza (guéri); Maggiore (guéri); Erlic (guéri); Ismajli (guéri); Acampora (guéri); Ricci (guéri); Bastoni (guéri); Provedel (guéri); Estevez (guéri) et un joueur dont l’identité a été préservée Torino – 1 entraineur – 19 joueurs guéris Marco Giampaolo (ancien entraineur guéri), Sanabria (guéri) + 18 joueurs dont l’identité a été préservée Udinese Aucun cas n’a été communiqué par l’Udinese Hellas Verona – 4 joueurs guéris guéris Zaccagni (guéri); Gunter (guéri); Barak (guéri); Lazovic (guéri) ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  16. Milan Skriniar, le défenseur de l’Inter s’est livré au cours d’une longue interview à TuttoSport Dites-nous la vérité : Pour un défenseur, il y a plus de satisfaction après avoir inscrit un but ou pour l’avoir sauvé ? "Normalement, c’est pour le sauver, car c’est mon métier. Toutefois, avant de marquer à Vérone, cela faisait vraiment longtemps que je n’avais plus inscrit de but (ndr le 24 février 2018 face à Benevento (2-0). Ensuite j’ai su inscrire deux autres buts. Et je dois admettre que c’est une belle satisfactions lorsque l’on arrive à concrétiser tous ces buts. Comment gérez-vous la pression qui vous force à réaliser des matchs mentalement ? "C’est un point sur lequel nous échangeons énormément à l’entrainement. Je crois que nous avons été bons pour cerner, durant cette phase du championnat, quels sont les détails qui nous permettent de maintenir les équilibres." Est-ce que l’élimination en Ligue des Champions vous reste douloureuse ? "Elle l’a énormément été, mais à présent, c’est du passé. Il nous reste à présent qu’un seul objectif, mais un grand objectif." Cette Juve vexée peut-elle être un problème supplémentaire ? "Je ne le pense pas, car je crois que même jusqu’à ce jour, ils ont tout fait pour remporter leurs matchs. Cela ne change pas grand chose. Nous devons nous concentrer sur nos propres objectifs et penser à toujours surélever le niveau." Après le ko face au Real, vous avez discuté, vous avez changé votre façon de jouer en n’encaissant seulement que 12 buts en 18 rencontres, que s’était-il passé ? "Ce n’est plus la Pazza Inter mais l’Inter de Conte : C’est lui qui a changé la donne, qui nous a permis d’avoir plus d’équilibre sur le terrain, qui fait que nous pensons tous à défendre et à être très appliqué en phase de construction basse. Nous faisons usage de chaque parties pour apprendre afin de faire face à la suivante." Cela semble être une sensation : Vous parlez-vous plus sur le terrain ? "Oui, c’est vrai, Conte a énormément insisté sur cela : "Vous êtes sur le terrain et vous devez échanger" et je crois que nous nous sommes amélioré aussi sur ce point." Après votre victoire sur l’Atalanta, vous avez été critiqué pour avoir laissé le jeu aux mains de l’adversaire : qu’avez-vous à y répondre ? "En championnat, c’est important de rentrer à la maison avec des points, si possible les trois et des parties se jouent mentalement. C’est aussi évident que notre jeu ne plaira pas à tout le monde, mais en ce moment, ce qui compte c’est de gagner : Nous avons engrangé des points aussi en jouant moins bien." Comment parvenez-vous à vous écarter, hors du terrain, de toutes les inquiétudes liés à ce qu’il se passe au sein du club ? "Ce sont des choses qui se déroulent au-dessus de nos têtes et nous n’avons pas à les gérer : Nous devons uniquement penser à faire bien sur le terrain, à l’entrainement, en match et à rentrer à la maison avec des résultats." Avec Conte, l’horizon a un peu changé…. "Je n’avais jamais joué dans une ligne de trois et au début j’ai fait face à quelques difficultés. Il est très bon pour bien faire comprendre ce qu’il souhaite des joueurs et ce, au quotidien, ce qui te permet de t'améliorer : Aujourd’hui, si je suis un défenseur complet, la grande partie du mérite lui revient." Comment marquer Lukaku à l’entrainement ? "C’est difficile…comme pour nos adversaire en match : Lorsque tu te trouves devant lui, tu es confronté à des problèmes car il est costaud, puissant et très rapide. Il est difficile de trouver dans le milieu, quelqu’un qui a ses caractéristiques." L’adversaire qui vous a posé le plus de problème ? "Lors de ma première année à la Samp, j’ai éprouvé énormément de difficulté face à Dzeko et aussi Mauro (Icardi, ndr) car dans la surface, ils t’inscrivaient toujours des buts." L'été dernier, vous n’aviez disputé que six minutes en finale de l’Europa League…Comment aviez-vous vécu l’idée d’avoir perdu votre place ? "C’est évident que si quelque ne joue pas, il n’est pas content. Me concernant, lorsque j’étais écarté, je savais que c’était pour une bonne raison car j’avais tant de défauts dans la défense à trois." Cette semaine-là, on parlait d’un intérêt de Tottenham... "Je n’étais pas très heureux car je ne jouais pas, mais je voulais rester à l’Inter : Et grâce à mon travail, j’ai regagné mon poste." Lukaku avait dit que le problème lié au manque d’adaptation d’Eriksen était lié à un problème linguistique. Vu que vous êtes également passé par là, à quel point est-il important de communiquer immédiatement sur le terrain en italien ? "C’est important pour une question de respect vis-à-vis du pays où tu te trouves. Ma première interview, je l’avais réalisé après six mois et elle ne s’était pas très bien passée : L’italien n’est pas une langue facile à apprendre, mais c’est juste de l’apprendre et d’y parvenir le plus tôt possible." "En ce qui concerne Christian, tout le monde savait que c’était un très bon joueur et qu’il a probablement, comme cela s’est passé avec moi, dû avoir un certain temps d’adaptation pour comprendre le rôle qu’il devait revêtir et comprendre la nature du championnat dans lequel il se trouvait. A présent, il a énormément grandi et il peut nous donner un grand coup de main." Skriniar, si l’Inter remporte le Scudetto, que faites-vous ? "Je me le tatoue sur la peau." Sur le torse ? "Non, j’en ai déjà un là. Mais si cela vient à se concrétiser, ce sera un beau souvenir pour toujours : En Slovaquie, j’ai remporté un championnat au Zilina, mais à ce niveau-ci, ce serait la première fois. A présent, nous sommes nous devant tout le monde, et nous devons uniquement penser à nous planter le moins possible." The Beast “Iceman” Is Back ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  17. Selon Calciomercato.com, des transactions sont sur le point de se finaliser après ce week-end: Le point conquis par la Sampdoria face à Benevento a activé l’obligation de rachat de la part des Blucerchiati pour Antonio Candreva. Massimo Ferrero devra verser 2,5 millions d’euros à l’Inter. Le même mécanisme devra être appliqué à Matteo Politano et au Napoli. Le joueur devenant à tous les effets un joueur Azzurro contre le versement de 19 millions d’euros. De son côté, l’Inter a vu l’obligation de rachat de Matteo Darmian s’activer à la suite de la victoire de l’Inter à Florence. La Beneamata devra donc verser au club parmesan la somme de 2,5 millions d’euros entre prêt et obligation. Lorsque l’on voit les performances de l’italien sous les ordres d’Antonio Conte, on ne peut qu’être ravi d’un si faible investissement. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  18. C’est une information en provenance de Reuters : Bc Partners a engagé la société co-fondée par l’ancienne star italienne Gianluca Vialli : La Tifosy Capital and Advisory, comme consultante pour la négociation en cours en regard à l’acquisition d’actions de l’Inter: "Tifosy a été engagé pour aider Bc Partners à parvenir à atteindre ses ambitions, ce qui confirme l’intérêt du fond anglais pour l’Inter." Initialement, Bc Partners pourrait racheter les 31% d’actions en possession de la LionRock Capital. Aucune des parties ne s’est livre à un commentaire Il Sole 24 Ore va plus loin La cession de l’Inter prend toujours plus fort depuis ces derniers jours et Carlo Festa confirme l’entrée de la société de Gianluca Vialli: "Le fond d’investissement international Pc Partners poursuit sa route pour acquérir une partie de l’Inter et, dans ses échanges avec Suning, il s’est trouvé un allié particulier : la société Tifosy Ltd, une plateforme britannique de crowdfunding sportif et di consultance sur la thématique de la finance extraordinaire fondée par Fausto Zanetton, ex-banquier du groupe Morgan Stanley, et de l’ancien champion du Calcio : Gianluca Vialli, avec la présence de différents autres associés." Pour Tifosy, la personne active dans cette négociation n’est nul autre que Marco Re, l’ancien Directeur Financier de la Juventus. Re est devenu depuis peu le responsable de la filiale italienne de Tifosy Italy, qui s’est déjà montrée protagoniste dans le secteur du football. En effet, celui-ci s’est déjà rendu visible en supervisant la négociation pour l’acquisition du magnat américain d’origine russe de Pise, Alexander Knaster et avant cela, et même si la situation n’avait pas obtenu une issue favorable, des échanges avec Massimo Ferrero, le Président de la Sampdoria pour l’acquisition du club dorian Un nouveau bianconero dans l’organigramme ? Marco Re a été le Directeur financier de la Juve de 2018 à juillet 2020. Il a d’ailleurs bien connu Giuseppe Marotta lors de leur ère juventine. En cas d’acquisition du club, il est pressenti pour être le nouveau Directeur Financier de l’Inter en lieu et place du démissionnaire Tim Willams. Ares associé de la BC Partners ? C’est une information en provenance du Corriere Della Sera, si la crise de liquidité du colosse chinois frappe de plein fouet l’Inter sans la déstabiliser, le club devra tout de même obtempérer pour verser les salaires prévus dans le respect des normes en vigueur: "Suning est en souffrance et cela accélère la négociation avec BP Partners. Le fond devrait présenter une offre aux Zhang au premier février pour obtenir la majorité du club. Aux côtés de Nikos Stathopoulos de Bc Partners, on retrouve la Tifosy Ltd." "Suning est pressé d’en finir, ce qui réduit les discussions sur le prix : 750 millions d’euros pour la totalité du club : S’il semble difficile que le Fond d’investissement prenne l’intégralité du contrôle immédiatement, il pourrait faire intervenir en qualité d’actionnaire minoritaire Ares. Si tel est le cas, des nouveaux dirigeants intégrerait le club…Ce qui concorde avec les rumeurs d’un départ imminent de l’Administrateur-Délégué Corporate Alessandro Antonello : même si el n’état, il s’agit d’une hypothèse prématurée." La phrase qui sème le doute de Gianluca Di Marzio Interrogé par un tifoso de l'Inter sur la situation relative à Suning, Di Marzio s'est livré de la façon suivante: "Il y a une négociation en phase avancée, à voir s'il s'agit de la minorité ou de la majorité des actions immédiatement." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  19. Trois jours après le 6-2 contre Crotone, c'est à la Sampdoria de Claudio Ranieri qu'il fallait confirmer. Raté cette fois-ci puisque nous sommes retombés dans des travers déjà vu auparavant. Cerise sur le gâteau, ce sont Candreva et Keita qui ont marqué, deux anciens de la maison. Voici le récit du match : C'est un début de rencontre à sens unique. A la 7' c'est tout d'abord Young qui se signale avec un tir puissant mais Audero le capte sans problème. Une minute après, sur un corner anodin où Skriniar rate de peu le cadre sur sa reprise, l'arbitre va voir la vidéo. Sur les images, Thorsby touche le ballon de la main, bras décollé. Pénalty logique. Alexis Sanchez se présente face au portier mais son tir ras de terre est raté. Audero le détourne mais ne capte pas la balle. Young, qui a bien suivi, a la possibilité de marquer dans la foulée mais sa frappe s'écrase sur la transversale. La Sampdoria réagit sur coup de pied arrêtés via Tonelli qui trouve lui aussi la barre. Première alerte. La seconde viendra cinq minutes après avec une main aux abords de la surface de la part de Lautaro, suite à un corner. La Samp prend le jeu à son compte et nous reculons petit à petit. A la 21' corner de Candreva, Tonelli place sa tête et la ballon arrive sur la main de Barella. Ce dernier feinte d'abord astucieusement en se prenant la tête, mais l'arbitre revient sur sa décision et va regarder la vidéo. En toute logique, Valeri désigne le point de pénalty. Candreva trompe Handanovic (22' 1-0). Il n'y a pas de réactions de notre part. Au contraire la Sampdoria prend confiance. Alors que nos deux attaquants Sanchez et Lautaro jouent à contre temps, nos adversaires font un traitement spécial à notre maitre à jouer Barella. L'équipe est coupé en deux, apathique. Normal de les voir creuser l'écart. Damsgaard fait un petit numéro sur de 40m en prenant de vitesse d'abord Gagliardini et Brozovic, puis en réalisant un grand pont sur Bastoni. Il lève la tête et voit Keita mal marqué par Skriniar. Plat du pied que n'arrête pas Handanovic (38' 2-0). La réaction est timide par le biais de Sanchez et Lautaro. Direction les aux vestiaires. Un changement au retour avec Perisic à la place de Young. Il faut attendre la 54' pour voir une occasion, adverse une nouvelle fois. Handanovic doit s'employer sur une frappe de Jankto, venant d'un contre éclair. Dix minutes après, Brozovic sur corner trouve la tête de de Vrij. Audero ne peut rien faire (65' 2-1). L'espoir est là, qui plus est avec la rentrée de Romelu Lukaku. Le belge met peu de temps pour se signaler puisque sa tête est superbement détourné par Audero. Mais les tentatives de Perisic, Eriksen et Bastoni en toute fin de rencontre ne donneront rien. Les trois points vont donc à la Sampdoria après une première mi-temps opportuniste et efficace devant le but. La voie est libre pour l'AC Milan ce soir qui rencontrera la Juventus. Nous irons à la Roma dimanche midi, victorieux cet après-midi de Crotone. Résumé Vidéo Sampdoria 2-1 Inter Buteurs: 22' Candreva sur pénalty, 38' Baldé ; 65' de Vrij Sampdoria: Audero ; Yoshida, Tonelli (Bereszynski 68'), Colley, Augello ; Candreva, Silva (Askildsen 74'), 18 Thorsby, 38 Damsgaard; 14 Jankto (Léris 75') ; 10 Keita (La Gumina 92') Remplaçants: Ravaglia, Letica, Avogadri, Rocha, Verre, Ramirez, Regini, Quagliarella Coach: Claudio Ranieri Inter: Handanovic ; Skriniar (D'Ambrosio 81'), de Vrij, Bastoni ; Hakimi, Barella (Vidal 81'), Brozovic, Gagliardini (Lukaku 63'), Young (Perisic 46') ; Sanchez (Eriksen 70'), Lautaro Remplaçants: Padelli, Radu, Kolarov, Sensi, Ranocchia, Vidal, D'Ambrosio, Darmian Coach: Antonio Conte Arbitre: Valeri Var: Chiffi Avertis: Thorsby - Baldé - Askildsen ; Barella - de Vrij - Martinez - Hakimi ®gladis32 - internazionale.fr
  20. A la fin du match contre la Sampdoria, Alessandro Bastoni s'est exprimé aux micros d'InterTV: "Je pense que nous avons été malchanceux. Nous n'avons pas réussi à profiter du penalty et eux si, ils ont réussi à ouvrir le score. Nous avions bien réagi, mais on avait cette sensation d'avoir du mal à mettre la balle au fond et on connaît la suite. Il reste encore beaucoup de matches à jouer et ce n'est pas cette défaite qui nous arrêtera". Le terrain n'était pas dans des conditions optimales, ceux qui devaient défendre étaient favorisés par rapport à ceux qui devaient produire du jeu? "Vues les occasions que nous avons créé, il n'y a pas vraiment la sensation que le terrain était si impraticable. Je ne prendrai pas cela comme alibi, nous sommes les seuls responsables si nous n'avons pas réussi à marquer".
  21. L’Inter a continué sa période positive en ayant proposé une nouvelle prestation convaincante au Giuseppe Meazza, samedi, face au Bologne de son ancien défenseur Sinisa Mihajlovic. Si le Clean Sheet ne sera pas de mise et que Romelu Lukaku est plus que jamais une certitude, il y a lieu de noter le retour d’Achraf Hakimi en mode Dortmund. En effet, l’international marocain a été l’auteur d’un doublé (45’ et 70’), le second but est d’ailleurs de très belle qualité étant donné qu’il aura été le chercher lui-même. L’ouverture du score aura lieu au quart d’heure de jeu (16’) des œuvres du Big Rom qui après avoir "loupé" dans un premier temps sa reprise, ne laisse aucune chance à Skorupski. Comme d’habitude cette saison, sur un manque de surveillance et une erreur d’inattention, Bologne revient un bref instant au score par l’intermédiaire de Emanuel Vignato qui n’a plus qu’à pousser le ballon au fond des filets..... Suite à sa victoire hier soir sur la Sampdoria, l’Ac Milan, solide et surprenant Leader de Serie A conserve 5 points d’avance sur les Nerazzurri. L’Inter défiera donc ce mercredi, dans un final haletant, le Shakhtar Donetsk, dans l’ultime et dernière rencontre décisive, pour la qualification en huitième de finale de la Ligue des Champions! Tableau Récapitulatif Résumé Vidéo Inter 3-1 Bologne Buteur(s): 16' Lukaku (I), 45', 70' Hakimi (I), 67' Vignato (B) Inter (3-5-2): 1 Handanovic; 37 Skriniar, 6 De Vrij, 95 Bastoni (83' 33 D'Ambrosio); 2 Hakimi (71' 36 Darmian), 22 Vidal (71' 23 Barella), 77 Brozovic, 5 Gagliardini, 14 Perisic; 9 Lukaku (71' 10 Lautaro Martinez), 7 Sanchez (91' 24 Eriksen) Banc: 27 Padelli, 35 Stankovic,12 Sensi, 13 Ranocchia, 15 Young T1: Antonio Conte Bologne (3-4-1-2): 28 Skorupski; 17 Medel (63' 8 Dominguez), 23 Danilo, 14 Tomiyasu; 29 De Silvestri, 32 Svanberg (63' 55 Vignato) 30 Schouten, 3 Hickey (63' 68 Khailoti); 21 Soriano; 99 Barrow (79' 63 Vergani), 24 Palacio (79' 19 Rabbi) Banc: 1 Da Costa, 6 Paz, 10 Sansone, 15 Mbaye, 18 Baldursson, 22 Michael, 33 Calabresi T1: Sinisa Mihajlovic Arbitre: Valeri Var: Irrati Averti(s): Hickey (B), Hakimi (I), Danilo (B) Expulsé(s): / ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  22. Antonio Candreva s’est livré à la Gazzetta Dello Sport sur son aventure débutante à la Sampdoria et sur ses années Nerazzurre: "Je tiens à remercier le Président, Ranieri, Le Directeur Sportif Osti, Fabio, tous ont été déterminant dans mon choix." "C’était un choix facile car la Sampdoria s’était immédiatement informé de ma situation, et c’est pour cela que je n’ai pas hésité un seul instant à accepter. J'ai été convaincu par le projet et la conscience de savoir que je peux encore tant donner, et pour de nombreuses années, au club." Ranieri ? "Nous avons déjà discuté, je savais déjà par mes autres équipiers qu’il était une très grande personne. Sa carrière parle pour lui aussi, il a obtenu des résultats. C’était facile de me convaincre." L’Inter ? "J’y ai vécu 4 très belles années. Mon seul regret était la première année (en 2016-2017), avec tellement de transitions sociétales et d’entraîneur, cela ne nous a pas permis d’atteindre les objectifs qu’aurait mérité le club. J’ai donné tout de moi-même pour la Cause Nerazzurra." ®Antony Gilles - Internazionale.fr