Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'san siro'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Contact et inscriptions de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers
  • Football

Catégories

  • Gardiens
  • Défenseurs
  • Milieux
  • Attaquants

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Inter Women

Fonctionnalités

Catégories

  • Carte du Monde des Nerazzurri

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Ville


Joueurs

  1. Thomas Zilliacus explique sa vision sur l’Inter en exclusivité à FCInterNews. Entretien dans lequel l'homme d'affaires finlandais explique sa philosophie et comment il agirait s'il était propriétaire du club. Vous n'avez jamais caché votre intérêt pour l'Inter, comment est-il né ? Et pourquoi exactement l'Inter ? "J'ai été impliqué dans le football toute ma vie. Enfant, j'étais footballeur, à tel point que j'ai joué dans l'équipe de jeunes d'une équipe qui a ensuite atteint la Ligue des Champions. Et j'ai aussi passé un an au Brésil, à l'Académie Fluminense, à Rio. Plus tard, quand j’ai arrêté de jouer, j’étais président du HJK Helsinki. J'ai une longue histoire dans le football, ainsi que dans les affaires. Bien sûr, je me suis ensuite concentré sur la technologie qui permet de développer divers projets, y compris ceux du football. Il suffit de penser qu'il y a 8-9 ans, nous avons créé un jeu qui donnait au vainqueur la chance de voir son équipe préférée au stade et de rencontrer ses idoles. Quelque chose que vous ne pouviez pas acheter mais que vous pouviez gagner grâce à une victoire. J'ai toujours examiné attentivement les investissements possibles dans le football. Tout cela pour arriver à votre question : Pourquoi l'Inter ? Pour moi, l'Inter a un potentiel incroyable, comme tout le football italien en général, étant donné que ce n'est pas un hasard, si la saison dernière, trois équipes de votre pays ont atteint la finale des coupes d'Europe. Le football italien est dans de nombreux cas encore meilleur que le football anglais. L'Inter a toujours été mon équipe italienne préférée depuis que je suis enfant. Le potentiel est énorme. Un nouveau stade pourrait être construit pour remplacer San Siro. Et en général satisfaire la base de fans internationale des nerazzurri. Moi qui, avec la technologie de développement de projets, pourrais amener l'Inter à un nouveau niveau, même si le niveau est déjà très élevé car nous parlons du dernier finaliste de la Ligue des Champions. Ici, j'essaierais de construire une équipe qui concourt en permanence pour remporter le Scudetto et la Ligue des Champions." Essayez-vous d'acheter l'Inter seul ou chercheriez-vous un groupe de prêteurs pour reprendre le club ? "L'Inter est une marque et une entreprise. Ainsi, lorsque nous parlons d’affaires, vous devez comprendre l’intérêt d’une plus grande rentabilité. Normalement, il s’agit de combiner davantage de ressources financières. Cependant, en ce qui concerne les Nerazzurri, je comprends que le propriétaire actuel ne souhaite pas vendre. Et je ne peux pas le forcer à le faire. J'ai publiquement admis mon intérêt pour l'Inter et j'utiliserais éventuellement une partie de mon portefeuille avec des partenaires externes." Avez-vous parlé à Steven Zhang et vous a-t-il dit que l'Inter n'était pas à vendre ? "Je l’ai compris d’après ce qui est ressorti publiquement. Et je respecte sa décision et celle du Suning. Cela n'a pas dû être facile pour lui de devenir président de l'Inter à un si jeune âge, arrivant alors de Chine. Il a fait un excellent travail. Quand et s'il décide de vendre l'Inter, je serai éventuellement prêt à essayer de reprendre le club." Cependant, s’il vous vendait une participation minoritaire maintenant, seriez-vous intéressé ? "Oui, je serais intéressé. Je ne m'intéresse qu'aux grands clubs, car la technologie serait développée pour les clubs ayant une large base de supporters. Et seuls les meilleurs clubs disposent d’une large base de fans. Je ne veux pas acheter un club pour gagner des titres. Cela ne m'intéresse pas de dire à mes amis : « Regardez ce que j'ai gagné ». Non! Je vois l'Inter comme une institution. Le club est né bien avant moi et existera même quand je serai mort. Si j'avais le privilège de la conduire pendant un certain temps, j'essaierais d'en prendre soin, afin que l'avenir soit radieux. Pas pour mon ego, mais pour rendre les fans heureux. Donc exactement comme lorsque j’étais président du HJK et que toutes les décisions étaient prises pour le meilleur de la société." Vous avez parlé avant la construction d'un nouveau stade. Quelle serait l'importance d'une nouvelle installation pour les Nerazzurri ? Et n'êtes-vous pas effrayé par la bureaucratie italienne ? "Écoutez, en Finlande, j'étais l'actionnaire majoritaire d'une équipe de hockey bien connue, un sport qui est plus célèbre ici que le football. Nous avons construit un nouveau stade, j'ai donc l'expérience nécessaire pour savoir quoi faire et comment le faire. Bien sûr, il y a des différences dans le football mais le défi est le même : traiter avec les politiciens, convaincre tout le monde que c'est une bonne chose. Mais construire une nouvelle cathédrale du football serait excellent pour la ville de Milan, avec un espace attractif 24 heures sur 24, et pas seulement lorsque l'Inter entre sur le terrain. La métropole y gagnerait et ce serait passionnant de construire un nouveau stade qui fonctionne toujours, pas seulement le Dimanche lors des matches." D'ici 2024, Steven Zhang devra rembourser le prêt à Oaktree, sous réserve de refinancement. Pensez-vous que ce délai pourrait le pousser à vendre l'Inter ? "Je connais la situation et bien sûr, elle doit être résolue. Je respecte trop Steven Zhang pour dire quoi que ce soit de négatif à ce sujet. Je suis sûr qu'il contrôle totalement ce qui se passe. Alors je vous dis que je serais très heureux si nous pouvions travailler ensemble et apporter de nouveaux capitaux à l'Inter. Quelque chose d'absolument possible compte tenu des millions de fans qu'elle compte dans le monde entier, pas seulement en Italie." Savez-vous si d'autres hommes d'affaires ou fonds souhaitent acheter l'Inter ? "Il y a toujours de l'intérêt à acheter un grand club comme les Nerazzurri et maintenant j'ai entendu parler de projets américains pour des équipes européennes. Cependant, je crois que les connexions locales sont essentielles. Si je devenais le numéro un de l'Inter, je vivrais certainement dans la région de Milan." Selon vous, quelle est la valeur de l’Inter aujourd’hui ? "Probablement de l’ordre du milliard d’euros. Cependant, investir dans le monde du football est différent des autres types d’entreprises. L'Inter est une marque très forte. Et cela peut devenir encore plus fort, ce qui signifie qu'en travaillant bien, la valeur de l'entreprise pourrait encore croître." Jouons à un jeu. Si demain vous deveniez président de l'Inter et pouviez acheter un joueur, sur qui parieriez-vous ? "Question difficile! Disons-le de suite, les équipes sont constituées d'un mélange de jeunes, avides de réussite, et de joueurs plus expérimentés. Il faut toujours des critères, pensez au PSG, une équipe à 11 stars qui n'a jamais gagné la Ligue des Champions car il n'est jamais devenue une équipe. Il y a donc des exemples gagnants comme le Borussia Dortmund, l'Ajax, l'actuel Barcelone. Alors comme nom je dis Pedri, des Catalans. Alors bien sûr, nous ne parlons pas de chiffres ou de quoi que ce soit d'autre mais seulement du profil d'un grand sommet. Et attention, je parierais sur lui mais seulement après avoir reçu l'approbation de Marotta et Inzaghi. Nous travaillons toujours en équipe : il est juste que le propriétaire d'un club ait des opinions, mais celles-ci doivent être partagées avec ses collaborateurs." Vous avez parlé de jeunes, très forts et avides de victoires, Haaland ? "C’est aussi un joueur fantastique. Pensez à cette équipe avec Pedri au milieu de terrain et Haaland en attaque ! Alors faisons ceci, ajoutons le Norvégien à la liste des noms que j'aimerais apporter aux Nerazzurri." Traduction Jean Idriss et alex_j via FCInterNews.
  2. Il Giornale a interviewé notre ancien président Ernesto Pellegrini et a recueilli son ressenti avant la finale de la Ligue des champions à Istanbul. Malheureusement, vous ne pourrez pas assisté au match. "J'ai été invité mais malheureusement je n'ai pas pu y aller car j'ai quelques problèmes personnels. Ainsi, je préfère rester ici au calme, et le voir à la télé. Bien sûr, je suis désolé, j'étais présent à Madrid et l'Inter a gagné, espérons qu'ils gagnent cette fois aussi. De toute façon, je ne joue pas et je ne peux pas influencer le résultat, disons-le. Bien sûr c'est un match difficile, je n'ai pas de doutes. L'Inter n'est pas favorite. City est considéré comme une équipe d'une autre planète. Cependant je suis confiant car j'ai très bien vu notre équipe ces derniers mois tant physiquement que mentalement. Nous pourrions avoir une vraie surprise." Qui voudriez-vous aligner ? "Le coach s'en chargera. Heureusement qu'il est très bon, positif, et dans les matchs à élimination directe, ceux où on gagne ou on perd, il a aussi de la chance. Alors je lui fais confiance aussi..." Par rapport à "votre" Inter, quelles différences voyez-vous ? "Une équipe un peu différente... Pendant mon temps, l'Inter n'avait que 3 étrangers car à l'époque seuls trois pouvaient jouer. Mieux ou pire? Trois peut-être pas, mais peut-être 5 serait le nombre parfait. Une équipe composée uniquement d'étrangers n'est pas beau à voir, ce n'est pas une grande satisfaction pour quelqu'un qui est né fan de l'Inter, mais c'est comme ça maintenant... avant c'était un autre type de football, Rummenigge, Matthäus, Brehme... Cependant, j'espère aussi célébrer cette victoire car le 16 juin nous aurons une soirée avec 400 personnes au dîner et un concert de Gianna Nannini pour les 58 ans de la Fondation Pellegrini." Comment est le football italien selon vous ? "Hormis l'équipe nationale qui n'a pas eu beaucoup de chance, la Roma, l'Inter et la Fiorentina se sont qualifiées pour la finale. Bref, les équipes italiennes se sont très bien comportées sur la scène européenne. Il ne manque pas grand-chose. L'équipe nationale de Mancini a besoin de récupérer un peu." Que pensez-vous du San Siro ? "Il ne faut pas le démolir. C'est un monument, il y a trop de souvenirs de l'après-guerre à aujourd'hui. C'est un beau stade, il y avait tellement de rêves. J'aimerais qu'il ne soit pas démoli." Avec qui verrez-vous le match ? "Avec mon gendre, un grand fan de l'Inter. Et avec mon neveu Guglielmo qui a 7 ans et demi. Il vient toujours avec le maillot de l'Inter et dit à ses amis que quand il sera grand, il veut être président de L'Inter comme son grand-père bien-aimé Ernesto. Et il est né le jour de la fondation de l'Inter, le 9 mars, est-ce un signe du destin ?" Traduction alex_j via FCInterNews.
  3. Le stade Giuseppe Meazza San Siro ouvre ses portes pour la finale de l'UEFA Champions League : toutes les émotions de cette finale entre Manchester City et l'Inter, des animations d'avant-match et une expérience immersive avec un écran géant de plus de 400 mètres carrés pour encourager notre Inter tous ensemble. L'attente de la finale de l'UEFA Champions League est presque terminée. Samedi 10 juin, les yeux du monde entier seront braqués sur le super match entre Manchester City et l'Inter Milan, dernier acte de l'incroyable saison des Nerazzurri qui se jouera au stade olympique Atatürk d'Istanbul. Les supporters de l'Inter seront à nouveau appelés à supporter l'équipe de tous les coins de la planète et à le faire TOUS ENSEMBLE une fois de plus, San Siro ouvrira ses portes et deviendra noir et bleu pour permettre aux fans de partager toute l'excitation de la finale. Le rendez-vous pour tous les tifosi qui ne seront pas dans la ville turque est à Milan, à San Siro, à l'endroit où l'équipe s'est battue match après match pour atteindre la plus haute marche : ensemble à nouveau, unis à nouveau, de Milan à Istanbul. ACHETER DES TICKETS Pour l'occasion, un écran géant sera installé dans le premier anneau orange du stade Giuseppe Meazza, pour offrir aux supporters une expérience immersive du match : plus de 400 mètres carrés pour ne pas rater un instant. Les billets seront mis en vente à partir de demain mardi 6 juin sur vivaticket.com. Les spectateurs pourront s'asseoir dans les secteurs rouge, vert et bleu et sur la pelouse. Le premier anneau et le parterre coûteront 20 €, le deuxième anneau 14 € et le troisième anneau peut être acheté pour 10 €. Les portes ouvriront à 19h et l'avant-match sera animé par les animations de Radio 105, la Radio Officielle du Club. En attendant le coup d'envoi du match au stade olympique Atatürk, il y aura aussi une ligne directe entre Milan et Istanbul, avec des liens et des images de la capitale turque qui apporteront toute l'excitation de l'avant-match à San Siro. A la fin du match, les supporters devront quitter le stade comme d'habitude, quel que soit le résultat du match. La vente des billets pour participer à l'événement ouvrira le mardi 6 juin : la première phase ouvrira à 10h00 et se poursuivra jusqu'à 15h00 et sera dédiée aux abonnés et aux membres Inter Club en possession du code auprès desquels ils peuvent exercer la préemption d'achat. Le code promo sera communiqué le mardi 6 juin au matin aux abonnés et membres Inter Club par e-mail et via le Centre de Coordination. A partir de 16h00 la phase de vente libre s'ouvrira : les tickets seront achetables par tous dans la limite des places disponibles.
  4. Le journal Il Giorno rapporte les détails concernant l'idée de l'Inter pour la finale de la Champions. Il y a eu un premier oui pour l'ouverture du Meazza afin de permettre aux supporters de l'Inter qui resteront à Milan de regarder ensemble la finale de la Ligue des champions contre Manchester City. La proposition formulée par MI Stadio, la société qui gère le Meazza contrôlée par l'Inter et Milan, a été officiellement envoyée à la municipalité (propriétaire de l'installation), à la préfecture et à la préfecture de police. Cette proposition a reçu le premier feu vert. La solution du club satisfait aux exigences du gouvernement et des forces de l'ordre pour assurer une gestion correcte et plus fluide de l'ordre public . En fait, l'écran géant de la Piazza Duomo n'est pas une option bienvenue pour les responsables de la sécurité à Milan. En fait, un ou plusieurs écrans géants seront positionnés dans le stade pour qu'environ 35/40 mille fans regardent le match. Les supporters devraient payer un billet avec un coût défini mais réduit pour accéder à la Scala del calcio. L'ouverture des portes est prévue à 19h, soit deux heures avant le début de la finale entre l'Inter et City. À la fin du match, les supporters devront quitter le stade immédiatement. Une scène ne peut donc pas se produire comme à l'aube du 23 mai 2010, lorsque l'Inter est arrivé au Meazza pour célébrer le triomphe à Madrid avec ses supporters. Traduction alex_j via FCInterNews.
  5. Alessandro Antonello est l'un des invités de l'événement "Il Foglio Sportivo revient à San Siro". Ses propos recueillis par le correspondant de FCInterNews. Le derby d'hier soir "C'était une nuit paisible, nous sommes heureux et fiers pour l'Inter, la ville de Milan et le football italien. C'était une publicité internationale pour la ville qui sait organiser des événements de ce type. Les supporters peuvent coexister en paix. Le résultat est très positif, mais les 90' qui suivent seront difficiles. Restons concentrés, les garçons sont dans une condition athlétique optimale. Il faut regarder la performance. Hier, les joueurs ont donné du prestige à leurs capacités, ils ont été très concrets. La performance nous donne de bons espoirs pour le retour." Collecte de plus de 10 millions hier soir pour Milan, San Siro semble être petit certains soirs "Hier, un nouveau record a été atteint, l'Inter s'apprête à le dépasser, nous sommes encore en phase de vente. Les résultats démontrent la capacité d'organisation des deux clubs. San Siro est petit, oui, nous pourrions faire plus s'il y avait des services adaptés." Le nouveau San Siro, où en sommes-nous ? "Dans les études que nous avons menées, nous avons vérifié que les revenus sont bien supérieurs à celui de l'actuel San Siro. Aujourd'hui, les principaux clubs européens atteignent 120-130 millions d'euros de revenus, l'Inter et Milan dépasseront les 70 cette saison. L'écart reste malgré les résultats exceptionnels. Le voyage a commencé il y a 4 ans, nous avons formellement suivi la procédure administrative, il y a eu des ralentissements, nous nous réunirons Vendredi avec le maire et le surintendant pour lever la deuxième contrainte de liaison qui pourrait émerger à partir de 2025. La question serait deviennent décisives, nous attendons avec impatience une réponse rapide." Milan semble être le club qui veut quitter San Siro, l'Inter semble être en retrait... "Je réponds simplement qu'au-delà des manifestations médiatiques, l'Inter a travaillé concrètement sur le projet du stade. San Siro est l'endroit idéal, il est clair que les choix doivent être respectés. Nous, à l'Inter, pensons qu'il est important d'étudier l'opportunité de San Siro, puis si nous n'avons pas de réponses à court terme, nous avons des solutions alternatives pour construire nous-mêmes un stade." Les résultats sportifs vous sourient, malgré les rumeurs sur l'entreprise "Je voudrais souligner le parcours de cette propriété qui, après sept ans, a donné une continuité au travail qui avait été mis en place. Après 7 ans, nous avons atteint une finale de la Ligue Europa, remporté le Scudetto, les Super Coupes et la Coppa Italia. Le travail accompli, sur et en dehors du terrain a ramené l'Inter au niveau des meilleurs clubs européens. Zhang? C'est le plus jeune président de l'histoire du club, très dévoué au travail. Aujourd'hui, c'est un président mature qui nous aide à gérer le club, nous donne de nouvelles adresses et une autre vision des nouvelles générations. Il nous aide à sortir des schémas classiques, je ne peux que le remercier." La dernière équipe à avoir disputé une finale de Ligue des champions sans sponsor était le Milan AC en 1994, DigitalBits peut-il clarifier la situation ? "La situation du sponsor est connue de tous, on en parle depuis l'été dernier. Malheureusement il est devenu insolvable, c'est une situation à laquelle on a dû faire face avec regret. On travaille pour faire revenir un nouveau partenaire au maillot. Cela n'aide pas à se retrouver sans sponsor mais nous recevons beaucoup de retours disant que le maillot est vintage. Mais nous devons travailler pour trouver un partenaire commercial." La marque Inter "Elle a beaucoup grandi, nous avons environ 500 millions de fans dans le monde. C'est l'une des marques les plus importantes, nous avons également essayé de la positionner sur le plan culturel. Nous avons des accords avec Moncler, l'idée est que la marque prospère sur la valeur du système non seulement au niveau sportif." Nouveaux partenaires "La propriété a suivi un chemin important, elle a repositionné le club à des niveaux importants. L'Inter est quelque chose dans lequel il peut y avoir des intérêts, Suning devra décider de l'avenir mais chaque choix sera fait dans l'intérêt du club. Nous espérons que ça aille quand même et que le club se renforce." Hier, l'Inter a marqué deux buts avec deux transferts gratuits, qui rejoignent Onana et Acerbi... Pensez-vous pouvoir confirmer cette stratégie sur le marché des transferts l'an prochain ? "Ces dernières années, nous continuerons à parler de durabilité économique, un élément fondamental. Dans la première année post-pandémique, nous examinons les résultats financiers qui nous projettent vers la durabilité. Il y a beaucoup à faire, les résultats sportifs nous aident. Pour l'année prochaine, il faut se qualifier pour la Ligue des champions, c'est le premier objectif. Il va falloir travailler, Marotta va le faire absolument, en essayant de rester dans les paramètres. Il n'y aura pas de révolutions. Ce que je vis est important, le seul regret est d'avoir abandonné le championnat. Mais c'est une belle saison." Inzaghi a bien fait depuis qu'il a été auditionné "En cette saison, caractérisée par la présence d'une Coupe du monde disputée en décembre, la normalié a été chamboulée." Traduction alex_j via FCInterNews.
  6. Vous l’avez très récemment découverte sur les réseaux sociaux entrain de chanter l’Hymne de l’Inter : Elle, c’est Romina Sorbelli qui est Interiste depuis la naissance. Ayant la chance de pouvoir travailler pour nos confrères d'Inter-News.it, celle-ci- s’est livrée à cœur ouvert pour Internazionale.fr A sa demande, vous retrouverez également à la fin de notre article, la version italienne intégrale de notre échange Bonjour Romina, peux-tu nous dire quelque chose à ton sujet ? Quelles sont tes passions dans la vie ? On suspecte un peu la musique... "Volontiers, j’ai 26 ans et je suis étudiante/aspirant journaliste, je suis diplômée en Communication et je termine mes études universitaires à la Faculté de l’Information, de l’Edition, et du Journalisme, j’en ai terminé avec mes examens et j’écris actuellement ma thèse." "Mes passions principales sont aux nombre de trois : Le football, la musique et la cuisine : Celle pour le football se transforme tout doucement en un travail : j’en suis à ma seconde année pour devenir journaliste indépendante, et mon rêve est de devenir une journaliste sportive. J’ai hérité de l’amour de la musique de ma famille, ils sont tous musicien (en plus d’être Interiste) : Je joue de la guitare, du ukulélé, et j’aime chanter et c’est devenu, à tous les effets, un hobby. J’aime aussi la cuisine et j’aime cuisiner, j’aime cuisiner pour tous les autres car je pense aussi qu’il s’agit d’une preuve d’affection." Pourquoi l’Inter ? Est-ce que tu fais partie d’une famille interiste ? Et pourquoi pas une autre équipe ? "Comme je vous l’ai dit auparavant, nous sommes tous interiste dans la Famille. Dans ma Commune, Sutri, il y a un Inter-Club, l’Inter-Club Peppino Prisco, auquel je suis membre depuis toute petite et je dois surement ma passion pour l’Inter à mon père qui est un grand Tifoso Interiste! Comme je l’ai toujours dit, j’ai choisi l’Inter en suivant les traces de mon père, mais j’ai ensuite décidé de moi-même de continuer sur cette voie en suivant par-dessus tout mon cœur, un cœur qui est entièrement Nerazzurro je dirais, il ne pouvait pas en être autrement." "A présent, d’une simple passion, cela se transforme en un travail et cette opportunité m’a été offerte par la Rédaction d’ Inter-News.it, rédaction que je remercierais toujours pour m’avoir fait confiance et m’avoir accueillir au sein de leur famille." Quel est le plus beau souvenir qui te lie à l’Inter ? "Sans aucun doute, la première fois que je suis allé à San Siro, j’avais seulement dix ans et je ne l’oublierai jamais, comme je n’oublierais jamais toutes les soirées passées à l’Inter-Club à voir les matchs, nos diners et nos célébrations pour les victoires. Je me rappelle en particulières d’une soirée organisée pour fêter le Centenaire de l’Inter en 2008 et à cette occasion, j’ai rencontré Recoba et Stankovic, deux de mes idoles. Mais plus que tout, je garderai toujours en moi ma rencontre avec Massimo Moratti, il y a quelques années : C’est une personne accueillante, un gentleman, c’était un honneur et un privilège pour moi de le rencontrer." Que penses-tu du Giuseppe Meazza qui pour nous est une Institution, qui fait partie de l’Histoire mondiale de notre Calcio ? Aimerais-tu qu’il reste encore notre stade ? "San Siro fait partie de nous tous, nous les Interistes, comme je l’ai dit avant, la première fois que j’y suis allé, je n’avais que dix ans et chaque fois que j’y retourne, c’est toujours comme la première fois : Je pense qu’il serait difficile qu’un autre stade parvienne à nous offrir, à nous les Tifosi, les mêmes émotions : San Siro te coupe le souffle." Quel est ton joueur préféré et pourquoi ? "Dans l’absolu, même si c’est forcément prévisible : Javier Zanetti pour ce qu’il représente et représentera toujours pour nous les Interistes : C’est une vrai Institution de l’Histoire Nerazzurra. Mon rêve est de l’interviewer et j’espère y parvenir un jour." "Dans l’actuel noyau de l’Inter, je dirai Nicolò Barella. Au-delà de son talent inégalable, il y a aussi une raison spécifique pour laquelle je me sens proche de ce joueur. Je revenais à San Siro après onze ans d’absence à l’occasion d’Inter-Verona et Barella marquait ce jour-là son premier but en Serie A sous le maillot de l’Inter, un but qui décidait de l’issue de la rencontre. A ce moment-là j’ai compris que cela allait faire la différence et la joie que cela m’a procurée était incroyable car après avoir passé 14h dans le car, j’avais peur de rentrer à la maison sans victoire." "Je pense qu’il doit encore un peu affiner son caractère sur le terrain car il est, de façon objective, très impulsif, mais je sais aussi m’identifier en partie à lui, c’est ce qui fait que je l’apprécie encore. Pour mon vingt-troisième anniversaire, mes amis m’ont offert son maillot que j’endosse à chaque fois que je vais au Stade. Lors du dernier Derby face au Milan, il a porté bonheur !" Que penses-tu de l’Inter cette saison : Vois-tu une explication suite à une telle saison ? "Je pense que l’Inter nous offre tellement de surprise aussi bien en positif qu’en négatif. Après la désillusion de la saison dernière en championnat, j’espérais que nous aurions fait mieux cette année et au contraire, il y a eu cette involution : Je crois que même l’équipe en elle-même n’est pas capable de vraiment l’expliquer, mais je suis habitué à voir le verre à moitié plein : Nous avons gagné des coupes qui nous manquaient depuis tant de temps. Nous devons prendre en considération ce qui nous fait plaisir et pas seulement ce qui nous fait souffrir." "Et ne pas se qualifier à la prochaine Ligue des Champions serait une humiliation bien plus qu’une désillusion, mais nous n’avons pas encore dit notre dernier mot et j’espère qu’en cette fin de saison, l’équipe pourra retrouver de la sécurité et de la concentration aussi en championnat." Qui est pour toi la révélation de l’année et qui, au contraire, t’as le plus déçu ? "Je débute par les désillusions et je pense principalement à deux noms, en écartant Skriniar sur qui nous parlerons ensuite : Romelu Lukaku et Marcelo Brozovic : Ils ont tous les deux été pénalisés par des blessures, mais ils ne se montrent objectivement pas sous leur meilleurs jours. Certains étaient méfiant du retour du belge et d’autres lui ont fait confiance : je fais personnellement partie de la seconde catégorie et, avec le recul, je crois que nous reverrons difficilement le Lukaku de Conte. Et si d’un côté, nous avons perdu notre référence en régie (Brozovic), mais nous faisons la connaissance d’un nouveau Çalhanoğlu qui est parmi les grandes révélations de cette année , lui qui est passé de son poste naturel de Mezz'ala à celui de pivot au milieu de terrain : C’est devenu totalement un nouveau joueur, et il est parmi les meilleurs selon moi." "L’autre grand protagoniste de cette années est Mkhitaryan qui, de réserviste est devenu un titulaire inamovible dans le onze d’Inzaghi et qui est toujours capable de faire la différence et il est surtout infatigable ! Je suis aussi très fier de la saison de Darmian et Dimarco." Comment juges-tu l’incident au Stadium de Turin avec Romelu ? "En un seul mot : Vergognoso (Honteux). Je sais qu’il y a eu une marche arrière et que la FIGC a levé la suspension infligée à l’attaquant Belge. En Italie, on dit “ci hanno messo una pezza” que l’on peut littéralement traduire par "ils ont mis Un pansement sur une jambe de bois". Et c’est ce qu’il s’est passé littéralement : On s’est rendu compte de la très mauvaise image que cela provoquait au niveau mondial et tout a été fait pour y remédier. Toutefois, la décision prise initialement reste, je dirais même mieux, c’est le mauvais message qui a été envoyé qui restera marquant. La conscience demeure qu'une fois de plus il y a ceux qui ont préféré les slogans et les paroles aux actes en eux-mêmes et cela ne peut plus être toléré." Comment te prépares-tu à une rencontre ? Es-tu calme, stressée ? En Famille, au Stade ? "Je suis toujours très tendue avant un match car j’y tiens beaucoup. Lorsque je suivais l’Inter en tant que Tifoso j’allais voir les rencontres au Club et l’ambiance y était très chaude. Aujourd’hui, je vis à Rome, et je regarde les matchs seule et lorsque nous sommes dans les dernières minutes, je suis en direct avec la rédaction d’Inter-News.it (suivez-vous !) ." "Je dois donc me montrer sereine, calme et professionnelle, même si j'ai peut-être mille émotions en moi, mais je dois avouer que très souvent ma spontanéité m'amène à montrer quasiment toutes mes émotions." Penses-tu qu’Inzaghi soit toujours l’homme juste ou devrions-nous changer d’entraineur ? "Je m’en réfère au discours précédent : Je suis habitué à voir le verre à moitié plein : Je pense qu’Inzaghi a ses propres fautes et qui lui manque un peu cette poigne dans certaines situations, mais c’est aussi le premier entraineur depuis Mourinho à avoir remis l’Inter à un certain niveau européen, et à Milan, les titres manquaient depuis très longtemps . Il faut aussi se dire qu’il est à la tête d’une équipe qui manque de tellement de certitudes (je fais référence aussi bien à la situation sociétal qu’aux joueurs en particulier) ce n’est pas facile et nous tirerons le bilan à la fin de la saison. Peu importe comment cela ira, que cela soit positif ou négatif, tout lui retombera inévitablement dessus." Que penses-tu du départ de Skriniar ? "Je pense que nous nous sommes bercés d’illusions et qu’il nous a bercé d’illusions car nous pensions trouver en lui une nouvelle référence, mais il va sans dire qu’en ce moment, c’est très difficile qu’un joueur regarde autre chose que le profit. D’autre part, il n’y a qu’un seul Javier Zanetti." Qui remportera l’Euro Derby ? "On peut passer à la prochaine question ? Blague à part, le Milan et l’Inter traversent une situation similaire : Ils sont, ensemble, momentanément hors des quatre premières équipes en Italie et ils ne réalisent pas un championnat satisfaisant. Toutefois ils sont parvenu à se retrouver parmi les quatre meilleures équipes européennes en battant des adversaires très compétitifs : Ils ont tous les deux de l’expérience et un noyau valable : Celui qui l’emportera sera celui qui aura le moins peur." Que fais-tu si tu es abordée par un Milaniste ou un Juventino ? "Se uno juventino mi stringe la mano, conto le dita (cit!). Si c’est un Juventino, je me coupe les doigts), Plus sérieusement, j’ai beaucoup d’amis dans la vie qui sont des "ennemis" en tant que supporters, mais il y a du respect et chacun se nourrit de ses propres passions. Mais pour te dire la vérité, je suis aussi très compétitrice, il vaut donc mieux ne pas regarder les matchs ensemble !" Vu ton talent pour la musique, si l’on te demandait de produire un nouvel hymne pour le Club, de quoi parlerait-il ? "Je suis plus une interprète qu’une compositrice, mais ce serait surement une chanson qui me ressemblerait un peu : Pleine de passion et d’enthousiasme, une mélodie et un texte qui peuvent te donner cette motivation juste d’avant-match, qui serait adaptée pour célébrer les victoires et qui pourrait aussi te consoler après une défaite : Ce serait un Hymne qui raconterait notre Histoire, la nôtre, celle des tifosi : une histoire d’amour." Versione italiana L'avete scoperta di recente sui social network mentre cantava l'inno dell'Inter: è Romina Sorbelli, interista dalla nascita. Romina Sorbelli, ha la fortuna di lavorare per i nostri colleghi di Inter-News.it e che ha parlato apertamente con Internazionale.fr. Ciao Romina, puoi raccontarci qualcosa di te? Quali sono le tue passioni nella vita? Sospettiamo un po' la musica. 'Volentieri. Ho 26 anni e sono una studentessa/aspirante giornalista. Sono laureata in comunicazione e sto terminando gli studi universitari alla facoltà di Informazione, Editoria e Giornalismo. Ho terminato gli esami e sto scrivendo la tesi. Le mie passioni principali sono tre: il calcio, la musica e il cibo. Quella per il calcio si sta trasformando pian piano in un lavoro: sono al secondo anno di formazione per prendere il tesserino da giornalista pubblicista e sogno di diventare una giornalista sportiva. L'amore per la musica l'ho ereditato dalla mia famiglia, sono tutti musicisti (oltre che interisti). Io suono la chitarra, l'ukulele e adoro cantare ma adesso è diventato a tutti gli effetti solo un hobby. Infine, mi piace la cucina e amo il cibo; mi diverto a cucinare soprattutto per gli altri perché penso che sia una dimostrazione d'affetto." Perché l'Inter? Fai parte di una famiglia interista? E perché questa e non un'altra squadra? "Come accennavo prima, in famiglia siamo tutti interisti. Nel mio paese, Sutri, c'è un Inter Club (Inter Club Peppino Prisco) al quale sono iscritta fin da bambina. Sicuramente devo la mia passione per l'Inter a mio padre, grande tifoso interista! Come ho sempre detto, ho scelto l'Inter seguendo le orme di mio papà ma poi ho deciso di continuare su questa strada seguendo soprattutto il mio cuore. Un cuore interamente nerazzurro direi, e non potrebbe essere altrimenti." "Adesso da semplice passione si è trasformata in un lavoro e questa possibilità mi è stata concessa dalla redazione di Inter-News.it, che ringrazierò sempre per avermi dato fiducia e accolta nella loro famiglia." Qual è il tuo ricordo più bello legato all'Inter? "Sicuramente la prima volta che sono andata a San Siro. Avevo solo dieci anni e non lo dimenticherò mai. Così come non dimenticherò tutte le serate passate all'Inter Club a vedere le partite, le cene e i festeggiamenti per le vittorie. Ricordo in particolare una serata organizzata per festeggiare il centenario dell'Inter nel 2008: in quell'occasione ho incontrato Recoba e Stankovic, due dei miei idoli. E soprattutto porterò sempre con me l'incontro con Massimo Moratti di qualche anno fa. Una persona disponibile e un gentiluomo, è stato per me un onore e un privilegio conoscerlo." Cosa ne pensi dello stadio Meazza che per noi è un'istituzione, parte della storia mondiale del nostro calcio? Vorresti che fosse ancora il nostro stadio? "San Siro è parte di tutti noi interisti. Come ho detto, la prima volta che ci sono andata avevo solo dieci anni e ogni volta che ci torno è sempre come la prima. Penso che difficilmente un altro stadio riuscirebbe a regalare a noi tifosi le stesse emozioni. San Siro toglie il fiato." Chi è il tuo giocatore preferito e perché? "In assoluto (forse scontato) Javier Zanetti, per ciò che rappresenta e rappresenterà per sempre per noi interisti. Una vera istituzione della storia nerazzurra. Il mio sogno è intervistarlo e spero di riuscirci un giorno. Dell'attuale rosa dell'Inter dico Nicolò Barella. Al di là del suo talento innegabile c’è un motivo specifico per il quale mi sono avvicinata a questo giocatore: tornai a San Siro dopo undici anni di assenza nel 2019 in occasione di Inter-Verona. Barella segnò il suo primo gol in Serie A in maglia nerazzurra, decidendo la partita." "Da quel momento ho capito che avrebbe fatto la differenza e la gioia che mi ha regalato è indescrivibile, dopo 14 ore totali di pullman temevo di tornare a casa senza vittoria. Penso che debba affinare solo un po' il carattere in campo. È oggettivamente molto impulsivo ma in parte mi ci rispecchio e questo me lo fa apprezzare ancora di più. Per il mio ventitreesimo compleanno gli amici mi hanno regalato la sua maglietta, che ovviamente indosso ogni volta che vado allo stadio. All’ultimo derby contro il Milan ha portato fortuna!" Cosa ne pensi dell'Inter in questa stagione? Vedi una spiegazione per una stagione del genere? "Penso che l'Inter ci stia regalando tantissime sorprese sia in positivo che in negativo. Dopo la delusione della scorsa stagione in campionato ho sperato che quest'anno potessimo fare molto meglio e invece c'è stata un'involuzione. Credo che neanche la squadra sappia darsi una vera e propria spiegazione ma io sono abituata a guardare il bicchiere mezzo pieno: siamo tornati ad imporci sul palcoscenico europeo dopo anni e abbiamo vinto coppe che mancavano da tempo. Dobbiamo tenere in considerazione quello che ci fa gioire e non solo ciò che ci fa soffrire." "Sicuramente mancare la qualificazione alla prossima Champions League sarebbe un'umiliazione oltre che una delusione, ma non è ancora detta l'ultima parola e spero che in queste ultime giornate la squadra possa tornare a trovare la sicurezza e la concentrazione anche in campionato." Chi è per te la rivelazione dell’anno e chi invece ti ha deluso di più? "Parto dalle delusioni e penso principalmente a due nomi (tenendo fuori Skriniar di cui parleremo dopo): Romelu Lukaku e Marcelo Brozovic. Entrambi sono stati penalizzati dagli infortuni ma oggettivamente non stanno mostrando il loro lato migliore. C'è chi era diffidente sul ritorno del belga e chi invece gli dava fiducia, io faccio parte della seconda categoria ma col senno del poi credo che difficilmente rivedremo il "Lukaku di Conte". Se poi da un lato abbiamo perso il nostro riferimento in cabina di regia (Brozovic) dall'altro abbiamo scoperto un "nuovo" Çalhanoğlu, tra le grandi rivelazioni di quest'anno: spostandosi dal suo ruolo naturale di mezz'ala a perno di centrocampo è diventato totalmente un altro giocatore; tra i migliori a mio parere. Altra grande protagonista di quest'anno è Mkhitaryan che da riserva è ormai titolare inamovibile tra gli undici di Inzaghi e capace di fare sempre la differenza, soprattutto instancabile! Sono anche molto felice per la stagione di Darmian e Dimarco." Come giudica l'incidente allo stadio di Torino con Romelu? "Una sola parola: vergognoso. So che è stato fatto un passo indietro e che la FIGC ha rimosso la squalifica inflitta all’attaccante belga. In Italia si dice “ci hanno messo una pezza”. E a tutti gli effetti è stato così. Ci si è resi conto della pessima figura a livello mondiale e si è tentato in tutti i modi di risolvere. La decisione presa inizialmente comunque rimane, o meglio rimane il messaggio sbagliato che è stato mandato. Resta la consapevolezza che c’è chi per l’ennesima volta ha preferito slogan e parole ai fatti e questo non può più essere accettabile." "Sono sempre molto tesa prima di una partita perché ci tengo molto. Quando seguivo l'Inter (solo) da tifosa andavo a vedere le partite al club e l'atmosfera era molto accesa, ora che vivo a Roma guardo le partite in solitaria e negli ultimi minuti sono in diretta con la redazione di Inter-News.it (seguiteci!), quindi devo mostrarmi calma e professionale, anche se magari dentro ho mille emozioni. C'è da dire però che molto spesso la mia spontaneità mi porta comunque a mostrarle quasi tutte." Pensi che Inzaghi sia l'uomo adatto o dovremmo cambiare allenatore? "Mi ricollego al discorso precedente. Sono abituata a guardare il bicchiere mezzo pieno. Penso che Inzaghi abbia le sue colpe e che gli manchi un po' il "pugno duro" in alcune situazioni. Ma è il primo allenatore dopo Mourinho ad aver riportato l'Inter a certi livelli in Europa e a Milano trofei che mancavano da tempo. C'è da dire anche che guidare una squadra a cui mancano tante certezze (mi riferisco sia alla situazione societaria che a quella dei singoli giocatori) non è facile. Le somme vanno tirate a fine stagione. Ma a prescindere da come andrà, sia meriti che colpe ricadranno inevitabilmente su di lui." Cosa ne pensi della partenza di Skriniar? "Penso che ci siamo illusi, e che ci abbia illuso, di poter trovare in lui un nuovo riferimento ma, sarà scontato dirlo, di questi tempi è molto difficile che un giocatore guardi oltre il guadagno. D'altronde, di Javier Zanetti ce n'è solo uno!" Chi vincerà l'Euro Derby? "Passiamo alla prossima domanda? A parte gli scherzi, Milan e Inter vengono da una situazione simile: entrambe sono momentaneamente fuori dalle prime quattro squadre in Italia e non stanno disputando un campionato soddisfacente, ma sono riuscite a rientrare tra le migliori quattro in Europa battendo avversari molto competitivi. Entrambe hanno esperienza e una rosa valida. Vincerà chi avrà meno paura!" Cosa fai se vieni avvicinata da un milanista o da uno juventino? "Se uno juventino mi stringe la mano, conto le dita (cit!). Scherzo ovviamente, ho molti amici nella vita che sono "nemici" di tifo ma c'è rispetto ed è giusto che ognuno coltivi le proprie passioni. Ma, dico la verità, sono anche molto competitiva quindi meglio non vedere insieme le partite!" Dato il tuo talento per la musica, se ti venisse chiesto di produrre un nuovo inno per il club di cosa parlerebbe? "Sono un'interprete più che una cantautrice ma sarebbe sicuramente una canzone un po' come me: carica di entusiasmo e di passione. Una melodia ed un testo che possano dare la giusta carica nel pre-partita, che siano adatti per festeggiare le vittorie e possano consolare dopo una sconfitta. Un inno che racconti la storia di tutti noi tifosi, una storia d'amore." Je tiens à remercier personnellement Romina, que je vous invite à suivre sur son Twitter Officiel et je tiens également à saluer l’équipe d’Inter-News.it : Suivez-la également via le lien suivant : https://www.inter-news.it/ Ringrazio personalmente Romina, che vi invito a seguire sul suo Twitter ufficiale e saluto anche il team di Inter-News.it: Seguitela anche al seguente link: https://www.inter-news.it/ ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  7. Le nom d'André Onana a beaucoup fait parler de lui ces derniers jours, concernant les rumeurs des clubs Anglais intéressés. Voici la vérité. Aucun représentant de Chelsea ne s'est présenté à Milan pour parler avec l'Inter d'André Onana. Pour l'instant en tout cas. Mais ça ne veut pas dire que les Blues n'aiment plus le gardien, au contraire. Les performances du Camerounais se sont stabilisées à de très hauts sommets, en Série A et en Ligue des Champions, où il a particulièrement brillé. Barcelone et Porto en savent quelque chose. Et c'est justement la vitrine Internationale qui a permis une nouvelle fois à Onana de retrouver la considération qu'il avait lorsqu'il évoluait à l'Ajax, avant sa suspension qui l'a tenu à l'écart des terrains. C'était la période la plus difficile. Mais sur son chemin, il a trouvé l'Inter, prêt à parier sur lui alors qu'il n'avait aucune offre. Onana représentait le risque classique que tout le monde n'est pas prêt à prendre. L'Inter a évolué sur un terrain inconfortable, mais au final, ils ont eu raison et conservent désormais un crédit important tant envers Onana qu'envers l'entourage du gardien. Tous deux sont reconnaissants au Club et pour cette raison, l'intention est de travailler ensemble avec un maximum de transparence, en essayant de comprendre comment l'avenir se développera, également sur la base des besoins qui se présenteront à l'horizon. Étant donné que l'Inter ne sait pas encore s'il participera à la prochaine Ligue des Champions avec les nombreux choix qui dépendent de cet aspect. Personne de Chelsea ne s'est présenté à Milan. L'agent d'Onana l'a fait, il a suivi Inter-Juventus en Coupe d'Italie à San Siro en passant plusieurs heures avec Piero Ausilio, comme l'a confirmé Fcinter1908. Une conversation qui a clarifié comment à ce moment certains clubs ont déjà commencé à obtenir des informations, des contacts informels avec l'Agent du joueur, qui est arrivé à Milan pour informer l'Inter de l'état des choses. Parmi les prétendants, il y a aussi Chelsea, mais ce ne sont pas les seuls prétendants en Angleterre. Onana ne forcera pas la main, il se sent bien à Milan et, comme nous l'avons dit, il reconnaît que le Club a parié sur lui alors que personne d'autre ne l'aurait fait . Mais il sait que l'Inter pourrait avoir besoin des revenus de sa vente éventuelle et il pourrait donc tout aussi bien commencer à préparer le terrain. Son estimation? 45 millions d'euros. Traduction Lindt1908 Via Fc Inter1908
  8. "La Ligue des Champions se décide en mai." Pour paraphraser un vieux proverbe de Giovanni Trapattoni, la lutte pour la qualification à la prochaine Ligue des Champions va se jouer entre six équipes prêtes à concourir pour les trois places restantes. En ce qui concerne l'Inter, comme le souligne La Gazzetta dello Sport, concernant le double Derby électrisant en Demi-Finale et de la Coupe d'Italie, les Nerazzurri devront décrocher le laissez-passer pour la prochaine Ligue des Champions lors du dernier sprint de la saison. Les Nerazzurri auront trois matchs contre des concurrents directs pour pouvoir se qualifier, la Rosea les analyses un par un. Inter-Lazio - 32e journée Maurizio Sarri est deuxième, il n'a pas d'engagements en coupe il se concentre uniquement sur la Série A: Dimanche, il a l'occasion d'envoyer Simone Inzaghi à 10 points de retard et il peut aussi profiter de l'autre gros match entre la Roma et le Milan pour étendre son avance, à condition que la défaite face au Torino n'ai pas sapé le moral et cassé la dynamique des derniers matchs. L'Inter est énigmatique: Brillante en Coupe et démoralisante en Série A, elle a perdu ses trois derniers matches de Serie A à San Siro sans jamais marquer et la Lazio n'a encaissé aucun but lors de ses 5 derniers matches à l'extérieur. Les résultats récent donne l'avantage aux invités, ce qui peut aussi être très bien. Mais la fierté de l'Inter, polie par le succès en Demi-Finale de la Coupe contre la Juve, peut aussi rabattre les cartes sur la table. Simone Inzaghi voyage entre louanges et critiques son Inter doit retrouver un visage unique. Rome-Inter - 34e journée La Lazio et Vérone (à l'extérieur) ne sont pas de simples obstacles pour les Nerazzurri qui concluront un triptyque hebdomadaire à l'Olimpico. Si Inzaghi devra penser au Derby de la Ligue des Champions, Mourinho ne pourra pas ignorer Leverkusen, même s'il aura un jour de repos supplémentaire. De plus, la Roma sera à Monza, face à une équipe qui semble vouloir tout prendre sur son passage. Inter-Atalanta - 37e journée Le discours ci-dessus est valable mais uniquement pour l'Inter, qui saura s'il peut jouer pour la Ligue des Champions. En tout cas, sur le papier Inzaghi dispose du parcours le plus difficile. Il lui faudra un mois avec beaucoup de caractère. Traduction Lindt1908 Via Fc Inter1908
  9. L'entraîneur de l'Inter, Simone Inzaghi, estime que l'équipe a très bien fait en ne perdant jamais son sang-froid lors de la victoire 3-1 contre la Lazio en Série A hier après-midi. S'adressant à InterTV après le match, via FCInterNews, l'entraîneur a salué le fait que même après avoir marqué un but refusé en première mi-temps, les Nerazzurri ont bien rempli leur tâche et ont fait le travail. Malgré que la Lazio ait marqué contre le cours du jeu en première mi-temps à San Siro, l'Inter n'a jamais abandonné. Cette saison, et en particulier ces dernières semaines, on a vu les Nerazzurri prendre du retard dans beaucoup de matchs au cours desquels ils ont eu la possession de balle et les occasions de but. L'équipe à toujours réagi, mais contre les Biancocelesti, ils n'ont jamais abandonné et ont continué à pousser jusqu'à ce qu'ils prennent l'avantage. "Nous sommes toujours restés agressifs, organisés et déterminés, même après ce but encaissé contre le cours du jeu, nous ne nous sommes jamais effondrés." "C'est clairement ce dont nous avions besoin contre une équipe de la Lazio qui était en excellente forme en Série A". "Clairement, j'aurais aimé une première mi-temps différente en termes de résultat, mais en tant qu'entraîneur, je dois savoir séparer le résultat de la performance, et l'Inter a également fait un excellent match en première mi-temps à mon avis.” "Nous avons parlé après la première mi-temps nous devions rester concentrés et continuer à croire en ce que nous faisions en première mi-temps, car notre moment viendrait." "Nous n'avons jamais baissé la tête et nous nous sommes tenus à nos tâches, nous avons pris Trois Points très important. Nous avons encore un long chemin à parcourir en Série A." Traduction Lindt1908 Via SempreInter
  10. "Les modèles de gouvernance ont évolué. Auparavant, le secteur du football était géré par les magnats pour la subsistance du club, et les revenus étaient liés aux revenus du stade et aux coûts découlant des dépenses des joueurs. Maintenant, les modèles de gouvernance ont évolué et nécessitent des modèles scientifiques et qui se sont naturellement appliqués dans d'autres secteurs comme les services ». C'est l'un des concepts exprimés par Alessandro Antonello, PDG Corporate de l'Inter, interviewé par TMW en marge du débat "Football, argent contre idées" organisé à l'Université Bocconi de Milan. "Le monde du football exige désormais un haut professionnalisme. Le football est en tout cas un secteur atypique, car d'une part il doit garantir la compétitivité sportive et d'autre part la durabilité et la protection du système où il ne doit pas y avoir de situation de monopole. Le football moderne au niveau des entreprises a changé dans les années 80, avec des parrainages et des droits de télévision. Une loi a également été insérée où les équipes professionnelles sont devenues des sociétés à but non lucratif. Un autre moment fondamental a été la loi Bosman, avec la libre circulation des travailleurs au sein de la monde du football. Qui est maintenant une industrie du divertissement où la concurrence est mondiale. L'Inter s'affronte pour conquérir des joueurs libres, nous devons saisir ces opportunités pour les fans." La discussion passe ensuite au thème des investisseurs Internationaux : « Nous sommes un exemple, il a donné de la stabilité au projet exécutif et a mis en place une stratégie claire. La dimension a changé: Du domestique au global. Il y a eu une contamination culturelle, nous sommes une entreprise mondiale qui, cependant, doit également agir au niveau local. Du patronage de la famille Moratti, nous sommes passés à la direction actuelle, qui a soutenu d'importants investissements pour l'équipe et le cœur du métier a également changé étant donné que aujourd'hui l'entreprise est aussi dans le secteur du divertissement en faisant un parcours important en transformant une icône du monde du football comme l'Inter à une dimension de style de vie liée par exemple au design et à l'innovation. Notre président Zhang, le plus jeune du club, a rapproché les nouvelles générations. Il ne faut pas s'effrayer des investisseurs venus de l'étranger, l'effort que doivent faire les managers est de combiner les différents aspects globaux et locaux. Suning a une activité développée dans la zone Asiatique mais il y a aussi d'autres investisseurs qui essaient de prendre un potentiel dans le monde du football qui ne s'est pas encore exprimé à un niveau supérieur. Il existe également des multipropriétés, où les investissements ont lieu non seulement dans un pays. L'exemple est Manchester City qui possède des clubs partout dans le monde." Il est également impossible de ne pas aborder le sujet de San Siro : "Le phare qui nous a guidés dans le projet commun est la durabilité. Il n'y a pas de projet qui n'ait pas cette idée en son cœur. Aujourd'hui, San Siro ne résiste pas aux nouvelles valeurs de durabilité" rapporte Calcio et Finance, qui recueille ensuite également les mots sur l'Euroderby à venir :" Avoir une demi-finale de Ligue des Champions à Milan doit être une fierté non seulement pour la ville, mais pour tout le système. Nous sommes en train de vivre des jours d'excitation sensationnelle, des messages d'estime arrivent du monde entier. Aujourd'hui, le football Italien tant décrié a mené cinq équipes en demi-finales des Coupes, de temps en temps, en tant qu'Italiens, nous devrions également regarder du bon côté. On est toujours très hypercritique, on sait qu'on a un boulot important pour combler l'écart avec les autres grands Championnats. Précisément parce que nous avons ces difficultés, bien que dans le mauvais sens, les principaux clubs Italiens ont rejoint le projet Super league. Nous avons reconnu qu'elle était erronée dans la manière dont elle était énoncée, même si c'était une voie qui aurait dû naître au sein des institutions. De cette expérience négative a commencé un processus d'idées innovantes qui envisagent l'avenir du football dans une configuration différente. Nous pensons que les clubs Italiens doivent être représentés au niveau Européen, mais il doit y avoir un équilibre compétitif et une solidarité." Traduction Lindt1908 Via Fc Inter1908
  11. L'ailier de l'Inter Federico Dimarco exprime l'importance de son but, mais que la seule chose qui comptait c'est qu'il soit rentré au fond des filets pour permettre à son équipe d'aller en Finale de la Coupe d'Italie. S'adressant a SportMediaset après le match retour de la demi-finale de ce soir, via FCInterNews, l'ailier a donné son avis sur son but et la victoire de l'équipe. L'Inter est en finale de la Coupe d'Italie: Après avoir battu Parme puis l'Atalanta respectivement en huitièmes de finale et en quarts de finale, les Nerazzurri ont envoyé la Juventus dans les cordes pour réserver leur place en Finale contre la Fiorentina ou Cremonese le 24 mai prochain. Après un match aller qui s'est terminé 1-1, l'Inter a réussi à garder sa cage inviolée à San Siro, même si étant donné que la règle des buts à l'extérieur n'est plus en vigueur après avoir été supprimée en début de saison. Ce quelque chose de plus est venu d'un but en première mi-temps de Dimarco. Le joueur de 26 ans a peut-être été un peu surpris de voir le ballon de Nicolo Barella lui parvenir, étant donné qu'il semblait avoir été destiné à Edin Dzeko afin de pouvoir se frayer un chemin à travers la ligne défensive des Bianconeri. Une fois que Dimarco a eu le ballon, il ne s'est pas trompé et l'a placé a droite de Mattia Perrin pour donner un avantage précieux aux Nerazzurri tout en les envoyants en Finale. Lorsqu'on lui a demandé si tout cela était intentionnel, Dimarco a répondu que "Pour vous dire la vérité, peu importe comment j'ai frappé la balle, l'important était que je marque." Du fait qu'il avait été trop nerveux pour regarder les derniers instants du match, Dimarco a déclaré que "dans ces matches, tout peut arriver jusqu'à la dernière minute, j'ai préféré ne pas regarder." Traduction Lindt1908 Via SempreInter
  12. Le club Anglais mise résolument sur le gardien des Nerazzurri. Chelsea a misé de manière décisive sur André Onana . Selon les informations de la Gazzetta dello Sport, les observateurs anglais seront à San Siro demain pour le voir à l'œuvre contre la Juve et ils reviendront également pour le double Derby de la Ligue des Champions. Pendant ce temps-là dans la semaine, peut-être demain avant la Demi-Finale de la Coupe d'Italie, des intermédiaires nommés par les Londoniens entreront au siège de la Viale della Liberazione pour expliquer à quel point ils aiment le Camerounais, et voire jusqu'où Chelsea pourra aller pour lui. La nouveauté, c'est que le club Anglais, en plus d'un chèque, est prêt à mettre Kepa dans la balance". "L'Inter va donc réfléchir pour le Basque de 28 ans, mais depuis quelque temps, ils cherchent un nouveau gardien. Bien qu'Onana soit devenu un leader avec son style bizarre, les managers des Nerazzurri n'ont pas le choix : Suivant l'offre qui arrivera pour le joueur Camerounais, les Nerazzurri ne pourront pas refuser pour le plus grand bien des comptes. Le Camerounais est valorisé à hauteur de 40 millions et en tout cas ce serait une plus-value bénie et pure pour le club de Zhang. Certes le chiffre n'effraie pas le richissime Todd Boehly, président Américain des Blues. "Certes, l'Inter pense à la tentation Italienne. Dimanche dernier à Empoli, en effet, plusieurs dirigeants ont fait la connaissance approfondie de Guglielmo Vicario. Les Nerazzurri ne sont pas les seuls à raffoler du gardien d'Empoli de 26 ans: L'Inter serait prêt à lui consacrer environ la moitié de la vente d'Onana. Marotta et le Directeur Sportif Piero Ausilio pourrait dresser leurs antennes ailleurs: Le Nom de Kepa, qui fut à un pas d'une signature avec le Napoli l'année passée intrigue tout de même. Aujourd'hui l'international Espagnol gagne plus de 5 millions de livre sterling net, mais en Italie, celui-ci serait amorti par le Décret croissance. C'est évident qu'en cette période historique l'Inter préfèrerait percevoir surtout du cash, mais résoudre dès le début le problème du futur gardien serait très avantageux. Traduction Lindt1908 Via Fc Inter1908
  13. Une finale supplémentaire pour Simone Inzaghi, capable de mener une nouvelle fois l'Inter en Finale de la Coupe d'Italie en éliminant la Juve grâce à un but de Federico Dimarco après un match nul 1-1 au match aller. Une performance que l'ancien de la Lazio analyse lors de la conférence de presse à San Siro : Félicitations pour les choix, un fait à souligner : La Curva s'est levée deux fois pour mentionner votre nom! "Nous travaillons tous les jours pour savourer des soirées comme celle-ci, nous avons atteint une finale et nous savons qu'il nous manque encore une dernière étape. Nous avons passé une excellente soirée devant nos fans, nous avons perdu quelques points en Série A mais à vrai dire, dans cette période l'Inter, notre peuple a toujours été de notre côté." L'Inter a marqué tôt et n'a jamais eu de problèmes : Comment avez-vous atteint cet équilibre ? "Nous travaillons sur l'équilibre. Je dois être honnête, nous avons bien travaillé ces deux jours, nous voulions une soirée comme celle-ci devant nos supporters. Nous avons vu l'approche, nous n'avons jamais céder de terrain et étions toujours concentrés, l'équipe voulait atteindre la Finale. J'ai reçu des réponses, maintenant il faut continuer à en donner. Nous sommes dans une finale avec tout le mérite, nous voulons vivre des soirées comme celle-ci". Barella a ressenti une douleur? " Barella et Calhanoglu étaient fatigués. Cela ressemble plus a une fatigue. Le médecin du staff m'a rassuré, mais on en saura plus dans 24 heures, mais il ne devrait pas y avoir de problème pour dimanche." Vous avez parlé des critiques subies ces derniers mois auxquelles vous avez toujours répondu poliment, peut-être ces derniers temps avons-nous vu un Inzaghi « moins poli »? "Mon éducation a fait beaucoup de bien à la Lazio et à l'Inter, il faut que je continue. Merci aux garçons pour cette Finale, la quatrième. On a donné l'opportunité à l'Inter de participer à la Supercoupe, cela doit être une habitude de jouer des matchs comme celui-ci" Il ya une histoire glorieuse dans ce Club". Traduction Lindt1908 Via Fc Internews
  14. Une finale de plus: l'Inter a battu la Juventus 1-0 en Coupe d'Italie et ira en Finale pour la deuxième année consécutive le 24 mai à Rome. L'entraîneur des Nerazzurri, Simone Inzaghi, s'est entretenu avec Sport Mediaset pour faire son premier commentaire sur ce qui s'est passé ce soir à San Siro : Quelle est la force de l'Inter en Coupe? "Beau match, correct et intense jusqu'au bout. On a mérité la finale sur les deux matchs, on est très content car on voulait retourner à Rome et on reviendra. On a 10 matchs d'ici à la fin, espérons qu'il y en aura un de plus. Profitons de la soirée, les garçons ont bien joués, car jouer à ces rythmes n'est pas facile. Est-ce la bonne approche de votre équipe? "Les gars étaient très bons, ils ont fait un super match. On n'a jamais concédé un mètre contre une équipe de grande qualité et on est toujours restés unis. On s'est abaissé comme une vraie équipe mais on les a aussi pris haut, même ceux qui sont entrés en cours de match ont bien fait. Acerbi donne beaucoup à cette équipe? "Absolument oui. Avec un peu d'effort, les dirigeants et le club m'ont satisfait. C'est un joueur que je connais avec de grandes qualités sur et en dehors du terrain. Il nous donne un coup de main avec ses coéquipiers en réalisant un excellent parcours en Coupes ". Avec Lautaro et Barella à 100%, l'Inter a trouvé malice et continuité, il semble qu'ils puissent toujours faire basculer un match. "Ce sont des joueurs très importants avec des qualités physiques et techniques très élevées. Mais il serait simpliste de parler des joueurs, en ce moment à part Skriniar, j'ai toute l'équipe de disponible. Pendant quatre mois, j'ai été sans Lukaku et Brozovic dont nous connaissons leur importance". Quand vous avez salué Allegri, il a dit Champions. Félicitations ou bonne chance ? "Je pense qu'il nous a complimentés pour les demi-finales. Il y a un grand respect envers lui, nous nous connaissons depuis de nombreuses années." Tout les chemins mènent à Rome! Traduction Lindt1908 Via Fc InterNews
  15. L'Inter Milan a gagné 3-0 à l'extérieur contre Empoli lors de la 31e journée de la saison de Serie A où Romelu Lukaku a réalisé un doublé en faisant profiter Lautaro Martinez pour la troisième réalisation, cela se reflète dans les notes des joueurs de l'Inter Milan. Les Nerazzurri n'ont pas bien commencé ce match. Pendant la majeure partie des 45è premières minutes, l'Inter avait l'air de jouer un match amical de pré-saison. Tellement que le rythme et l'intensité n'y était pas. En seconde période, l'Inter a bien mieux commencé et à la 48è minutes, Romelu Lukaku a ouvert le score en inscrivant son deuxième but dans le jeu en Serie A cette saison, le premier depuis la première journée contre Lecce. Empoli s'est ensuite réveillé dans le match sans vraiment se créer d'occasions avant que Big Rom ne marque son deuxième buts à la 76e minutes pour donner l'avantage à l'Inter. Il aura suffit seulement 12 minutes pour que Lukaku se transforme en passeur pour Lautaro Martinez qui marque le troisième but de l'Inter en permettant de rentrer à Milan avec les trois points. Étant donné que la Lazio a perdu hier contre le Torino et si l'Inter battait les Biancocelesti le week-end prochain à San Siro, Simone Inzaghi pourrait n'être qu'à quatre points des hommes de Maurizio Sarri dimanche prochain. Mais d'abord, il y a le match retour de la Demi-Finale de la Coppa Italia contre la Juventus mercredi soir au Giuseppe Meazza, avec un coup d'envoi prévu à 21h00. Samir Handanovic – 7: A effectué des arrêts importants en première mi-temps, et en particulier sur un face à face pour éviter Empoli d'ouvrir le score, il a terminé le match avec un Clean Sheet. Danilo D'Ambrosio - 6 : Pas grand chose à redire aujourd'hui. Il a bien joué tout en faisant le travail, il s'est montré en faisant des montées, on peut toujours compter sur lui. Stefan De Vrij – 6,5 : Un match de qualité tout en étant solide en défense, bloquant les attaques adverses. Il aurait pu marquer en seconde période, mais sa tête à heurté la barre transversale. Francesco Acerbi – 6: Solide performance du vétéran Italien, parfaitement intégré à son rôle. Raoul Bellanova -7 : Bien installé dans le match. Le seul joueur de l'Inter qui ose affronter ses adversaires en un contre un. Il Semblait vif tout en aillant beaucoup d'energie a revendre sur son côté droit. Roberto Gagliardini –6 : Des performances fiables aujourd'hui, mettant à profit son physique. Rien à redire, son travail a été bien fait et n'a commis aucune erreur majeure. Marcelo Brozovic – 5,5: A eu une première mi-temps extrêmement médiocre, il a semblé complètement hors de lui, à l'image de sa saison. Il a obtenu une passe décisive sur le premier but pour compenser. Hakan Calhanoglu – 6,5 : Des performances silencieuses tout en qualité. Il a manqué de créativité, une bonne nouvelle qui soit de retour sur le terrain. On retiendra quelques bons tirs cadrés de sa part avec une belle passe décisive. Robin Gosens – 5,5: A eu du mal à délivré des centres de qualité dans la surface ainsi que de longs ballon en général. Il à été généreux en défense et beaucoup moins visible en attaque. Joaquin Correa – 6,5: Il à utilisé ses talents en dribblant pour essayer de se montrer. Tout en essayant de se replier défensivement. Romelu Lukaku – 8 (MOTM) Impliqué dans les trois buts aujourd'hui, très bonne performance de sa part en espérant que cela soit un signe pour les matchs à venir. INTER Remplacements: Denzel Dumfries – 6 : Entrée en jeu à la 69è minutes à la place de Raoul Bellanova. Il a fait de bonnes montées, tout en commettant quelques fautes inutiles, ralentissant l'élan de l'équipe. Lautaro Martinez -6,5 : A remplacé Joaquin Correa à la 69′ minutes en marquant un joli but pour mettre le match dans la poche. Il avait besoin de ce genre d'action pour se mettre en confiance. Federico Dimarco - N/A : Entré à la 77è minutes pour Robin Gosens. Nicolo Barella - N/A : Remplacé par Marcelo Brozovic à la 77è minutes. Kristjan Asllani - N/A : Entré à la 86è minutes à la place Hakan Calhanoglu. Entraîneur: Simone Inzaghi – 7: A fortement fait tourné sa composition initiale, tout en faisant confiance à son équipe. Des remplacements parfaits pour tirer le meilleur parti de son équipe aujourd'hui. Arbitre: Livio Marinelli – 7: N'avait aucune décision majeure à prendre et s'est bien assuré de la cohérence pour chaque équipe tout au long du match. Rendement de l'équipe: Inter - 7: A joué lentement en première période, mais grâce à une belle performance de Romelu Lukaku, le travail a été effectué en seconde mi-temps. Enfin une première victoire en championnat bien méritée depuis début mars. Traduction Lindt1908 Via SempreInter
  16. Le club Portugais a voulu prendre ses distances avec les jets de pétards perpétrés par certains de ses supporters a San Siro. Benfica, à travers une lettre d'excuses envoyée directement à l'Inter, a tenu à s'excuser pour le comportement perpétré par certains de ses supporters lors du match de mercredi soir a San Siro , coupables d'avoir lancé des pétards pendant le match sur les supporters Nerazzurri présents sous la portion du stade qui leur est réservé. Voici le Communiqué de Presse du Club Portugais : " Benfica informe qu'il a envoyé une lettre à l'Inter exprimant ses regrets et s'excusant pour les incidents survenus lors du match de Ligue des Champions. Le football que nous voulons ne prévoit pas ce type de situation, qui est complètement répugnante et n'est pas conforme aux valeurs et aux principes de Benfica ." La Moindre Des Choses! Traduction Lindt1908 Via Fc Inter1908
  17. Le Juge Sportif contredit rarement les décisions de l'Arbitre et la Cour, rendant la suspension de l'avant-centre définitive. La disqualification de Romelu Lukaku pour le match retour de la Coupe d'Italie face à la Juventus a été confirmée par la Cour d'Appel. L'avant-centre Belge, victime de grossiers hurlements racistes, a réagi envers la Curva et a été expulsé pour y avoir réagi. Le Corriere dello Sport rapporte : « Le PDG des Nerazzurri, Beppe Marotta, s'est également exprimé lors de l'audience d'hier, demandant aux juges un « choix de courage et de sensibilité » qui irait au-delà de la stricte application des règles . Même à la lumière de l'indignation mondiale pour ce qui s'est passé. Le Juge Sportif contredit rarement l'arbitre et la Cour, rendant définitive la suspension de l'avant-centre pour la Demi-Finale de la Coupe d'Italie mercredi soir à San Siro. Les motifs de la sentence, signés par le président de la Section I, Carmine Volpe, arriveront dans 15 jours. C'est, ironiquement, le même Tribunal qui a décidé de rouvrir le secteur des supporters de la Juventus et qui a confirmé la disqualification en deux matches de Mourinho pour la dispute avec le quatrième officiel Serra. Les raisons "techniques" du choix se devinent déjà : Après avoir marqué, Lukaku aurait dit "idiot, idiot" aux supporters qui l'insultaient. L'officiel de match n'a cependant noté que le "comportement incorrect envers un adversaire et un comportement non réglementaire sur le terrain" comme indiqué dans la décision du Juge des Sports que la Cour a confirmée hier, prenant la responsabilité de faire la plus simple des équations du football : Double jaune égale rouge, égale suspension d'un match, sans compter que dans cette affaire tout le monde a été acquitté sauf celui qui a été traité de « singe ». Massa a continué à arbitrer. Une fois la collaboration du club établie des mesures immédiates ont été prises pour punir les responsables. Tout de suite après la Tribune Sud de l'Allianz stadium a été réouverte. "Le dernier juge que j'ai vu avait plus de vices que le dealer de ma rue". Traduction Lindt1908 Via Fc Inter1908
  18. Interviewé par La Gazzetta dello Sport, l'ancien défenseur de l'Inter Ivan Ramiro Cordoba s'est exprimé sur le match retour de ce soir contre Benfica: "Il ne faut penser qu'à Benfica, il y aura du temps pour le reste..." Cordoba, les nouvelles d'abord... Qu'est-ce que l'équipe à enseigner d'Inzaghi au match aller ? «A Lisbonne, il a convaincu tout le monde: L'Inter méritait plus que Benfica. Le peu que l'équipe Portugaise a fait dépendait du jeu et de l'attitude des Nerazzurri: Une équipe très forte a été désamorcée avec intelligence. Maintenant, il faut finir le travail…». Quel genre de match l'Inter devrait-il jouer à San Siro maintenant ? « Un match solide, c'est tout. On a besoin d'une équipe compacte défensivement, où tout le monde s'entraide harmonieusement, comme un collectif. Je ne parle pas seulement de qui doit défendre pour Onana, mais toute l'équipe. Pour moi, il est important de ne pas donner aux adversaires l'impression de pouvoir se remettre dans le match : Si cela arrivait, ce serait dangereux...". Darmian-Acerbi-Bastoni : Aimez-vous cette ligne défensive Italienne des Nerazzurri ? "Une défense bien organisée: Ils sont forts individuellement, mais encore plus de la façon dont ils se déplacent ensemble. Ils ont montré qu'il n'y a pas de dépendance à Skriniar et c'est un signe que l'Inter a été construit pour aller au-delà. La compétition élève toujours le niveau dans un groupe, elle améliore les performances de chacun : En tant que défenseur et Fan, je dis que ce secteur me procure la tranquillité d'esprit d'un soir de Ligue des Champions. Ensuite, c'est à l'entraîneur de faire le reste..." Dans quel sens? «Inzaghi doit "gérer" le match, comprendre le ressenti des défenseurs dans un match où ils seront probablement très offensifs. Il faut lire les moments où ils baissent inconsciemment le rythme du match et les secouer, il faut se contrôler ne pas laisser les nerfs prendre le dessus pour éviter de faire des erreurs...". Mais avez-vous expliqué pourquoi l'Inter en championnat est si différent de celui en Ligue des Champions ? « C'est la question qu'on se pose tous, mais aucun d'entre nous n'a la réponse... Je dis juste que quand on est à l'Inter il faut toujours être fort et concentré, le dimanche et le mercredi. Il y a certainement quelque chose à améliorer, mais seuls ceux qui vivent le club au jour le jour savent quoi précisément. La réponse leur appartient…». La dernière fois de Benfica à San Siro remonte à 2003-04, un 4-3 fou et tu étais sur le terrain : Tu t'en souviens? "Bien sûr. Même si des années se sont écoulées depuis cette époque, les Portugais sont toujours des passeurs dangereux: Ce match est l'exemple historique d'une équipe qui n'abandonne pas et qui aime toujours jouer au ballon. Cette fois, ils ont aussi beaucoup de jeunes et ils courent beaucoup. 0-2 vous aide mentalement, mais jusqu'à un certain point. Mieux vaut penser que c'est 0-0...". Si on vous dit ces deux dates, 7 et 13 mai 2003, qu'est-ce que vous en pensez? « Et qui les oublie... J'étais aussi en Demi-Finale il y a 20 ans. Mais avant tout raisonnement sur un nouveau derby en Ligue des Champions et d'éventuelles revanches, une seule chose à faire : Passer, puis on pensera à la suite. Milan a obtenu un excellent résultat contre Naples, disons que ce serait plutôt sympa de les rejoindre». Traduction Lindt1908 Via Fc Inter1908
  19. Le président de l'Inter a voulu rester proche de l'équipe à sa manière. Appel à Inzaghi et contact direct avec les joueurs. La victoire 2-0 au match aller à Lisbonne ne suffit pas, il faut terminer le travail ce soir à San Siro. Benfica arrive à Milan et l'Inter a besoin d'une autre belle performance. Proche de l'équipe et des joueurs, le président Steven Zhang a fait sentir sa présence à sa manière. "Ce soir, Steven Zhang pourrait devenir le quatrième président de l'Inter à atteindre une demi-finale de la compétition européenne la plus noble, la Ligue des Champions. Zhang comme Angelo Moratti, Ivanoe Fraizzoli et Massimo Moratti : Ce soir, vous le pouvez. Peut-être sans se compliquer la vie. Et suite à la poussée du Président, qui a trouvé le moyen de rester proche de l'équipe même ces dernières heures, après l'avoir fait en personne à Lisbonne. Comment? En encourageant directement les joueurs et l'entraîneur . Et aussi faire sentir sa présence avec des appels téléphoniques et des messages" , explique La Gazzetta dello Sport. "Zhang est un président différent. Il a 31 ans, il a le même âge que les joueurs, il a une façon de se rapporter à eux qui est totalement différente de celle de ses collègues. Et donc ce n'est pas étonnant si, en plus de la présence physique, le contact se fait par téléphone, avec des messages d'encouragement. Il l'a fait avec Simone Inzaghi, avec qui il a pu se rencontrer en personne samedi dernier également, dans le ventre de San Siro après la douloureuse défaite contre Monza. Ils ont une relation directe depuis les premières semaines et celle-ci n'a jamais changé, même pas dans les périodes difficiles. Donc le Président a tenu à rassurer l'entraîneur avec un coup de fil hier aussi." Pas seulement Inzaghi. Zhang a également un dialogue avec l'équipe. Dans ces heures, le Président a également tenu à faire sentir son soutien à plusieurs joueurs. Dont Lautaro, par exemple, qui ne vit pas un moment simple du point de vue de la réalisation et en termes de confiance, encouragé à garder son calme. Mais il a également fait la même chose avec d'autres joueurs. Avec Dzeko, par exemple, dont il a une estime professionnelle infinie. Et puis avec Barella et Calhanoglu, d'autres joueurs avec qui il a l'habitude d'échanger, aussi pour prendre le pouls de l'équipe". "Zhang vit cette veille de match avec fierté. Même avec une certaine prudence : Hier il est resté silencieux, il a choisi de ne pas aller à Appiano pour ne pas rajouter de pression à l'équipe, il sent qu'il a une qualification historique est entre les mains." Un finale de saison qui peut lui réserver bien des surprises. Pour cette raison, il a annulé un voyage d'affaires qui l'aurait conduit aux États-Unis dans les prochaines semaines, il restera à Milan jusqu'à la fin de la saison. Son porte-monnaie est également en jeu : La demi-finale peut valoir environ 25 millions d'euros, entre le prix UEFA, le market pool (répartition de l'argent au niveau national en fonction de l'historique, des matchs joués et de la zone de chalandise). Malgré le manque de revenus de la vente de Skriniar, la société devra faire rentrer un maximum d'argent pour le 30 Juin. Zhang veut placer son nom dans l'histoire des Nerazzurri". Traduction Lindt1908 Via Fc Inter1908
  20. Interrogée par la Gazzetta dello Sport, Carla Ferreira, fille du grand Eusebio, explique pourquoi l'Inter-Benfica est un match familial. Interrogée par la Gazzetta dello Sport, Carla Ferreira, fille du grand Eusebio, explique pourquoi Inter-Benfica est un match familial. « C'est un match particulier, c'est l'histoire du football et une histoire de famille. Malheureusement, notre équipe est dans une situation difficile et imprévue, mais ils vont tout donner pour tenter d'éliminer les Nerazzurri et se qualifier. Malgré le nul 0-2 à la Luz, je ne considère certainement pas Benfica comme déjà éliminé ." Mais croyez-vous que la victoire européenne n'est pas encore arrivée après 61 ans à cause de… Bela Guttmann ? « La malédiction de Guttmann n'existe pas ! elle n'a jamais existé ! Ce n'est qu'une légende, une rumeur. Depuis 1962, Benfica n'a pas gagné en Europe simplement parce que le rival actuel, pour une raison ou une autre, nous est supérieur. Ou peut-être juste un peu de malchance. Mon père, soit dit en passant, avait une immense admiration pour Guttmann, qui a été son premier entraîneur à Benfica. Et l'entraîneur lui-même, lorsqu'il a vu papa lors de son premier entraînement tout juste arrivé du Mozambique, s'est immédiatement exclamé : 'C'est de l'or' ». Mais papa a dû aussi lui raconter la finale qu'ils ont perdue en 1965 contre le Grande Inter dans un terrible San Siro… "Oui, cette défaite a été une énorme déception : Il m'a lui-même souvent parlé du bourbier du Meazza, de la tristesse du gardien Costa Pereira qui était absent en raison d'une blessure, Germano à dû aller au but, parce que tout les remplacements avaient été opérés . Il a reconnu la grandeur de son rival, mais il a toujours pensé qu'à 11 contre 11, lui et ses coéquipiers auraient réussi". Mais est-il vrai que, précisément en cet été il y a près de 60 ans, le père Eusebio était déjà pratiquement un joueur Nerazzurri ? "Il l'a dit lui-même. Il était venu à Milan pour chercher une maison, l'accord avec le président Moratti était fait, mais ensuite la fermeture des frontières Italiennes a tout fait sauter. Papa dans sa carrière était également proche de la Juve et d'autres grandes équipes européennes. J'aurais aimé grandir dans un beau pays comme l'Italie, mais je dois admettre que j'étais très, très heureuse ici au Portugal. Bien sûr, maintenant, ce serait encore plus facile si cet Inter-Benfica se terminait différemment que par le passé. Traduction Lindt1908 Via Fc Inter1908
  21. Les déclarations de l'ancien directeur général des Nerazzurri entre progression en Ligue des Champions, 4e place et avenir du club. Ernesto Paolillo, ancien PDG de l'Inter, a accordé une interview aux micros de TMW avant le match entre les Nerazzurri et Benfica, le match retour des quarts de finale de la Ligue des champions. L'objectif de l'équipe d'Inzaghi est d'atteindre les demi-finales et rejoindre Milan, qui a remporté hier soir le laissez-passer pour le tour suivant et rencontrera le vainqueur entre l'Inter et Benfica après la victoire 2-0 des Nerazzurri au stade de la Luz. "Ce serait très important, tout d'abord les bonus distribués par l'UEFA augmenteraient, pour une entreprise qui est en déficit et qui a des problèmes financiers ce serait une importante injection de liquidités, même si elle ne permettra pas de tout surmonter. À ce niveau, une demi-finale, c'est beaucoup de choses". En championnat, en revanche, l'Inter joue-t-elle avec le feu ou est-ce un terme excessif? "Permettez-moi d'utiliser un terme: Il est incompréhensible que les mêmes joueurs qui mouillent le maillot en se sacrifient, jouent bien en faisant bien tourner le ballon, comme cela s'est produit dans de nombreux matchs de Coupe, puis en jouant à domicile contre Monza ou Salerne, il y a clairement un manque de concentration Il y a pas grand choses à dire : Pas un, mais les quatre attaquants n'ont plus marqué depuis des mois. On ne parle pas d'un, mais des quatre." Cela semble paradoxal, mais la Quatrième place est plus importante que d'atteindre la Finale de la Ligue des champions? "Absolument oui, car cela donne des revenus important pour l'année prochaine en Champions League. Et donc cela permet aux propriétaires de faire d'autres recettes. Il faut absolument finir à la quatrième place, étant donné que vous ne pouvez pas penser à gagner le Ligue des Champions si facilement: C'est ce qui assure les recettes budgétaires". Commençons-nous à entrevoir la fin de l'ère Zhang? "Une prémisse : Je n'ai pas de nouvelles à apporter. Cependant, vu le niveau de la Dette et celui des nombreux taux d'intérêt, je ne sais pas combien de temps cette dette peut être soutenable pour Zhang, considérant que pour mille raisons ils ne peuvent plus injecter d'autres liquidités ». Dans l'hypothèse d'un tournant, croyez-vous plutôt aux propriétaires Italiens ou étrangers? "J'ai vraiment du mal à voir un entrepreneur Italien investir une somme d'environ Un Milliard d'euros pour racheter l'entreprise. Je doute qu'il y ait quelqu'un en Italie qui néglige à ce point ses finances : Seul un gros fonds pourrait le faire, qui a une portée plus large. Mais je doute que ce soit un seul entrepreneur ». Quelle est votre opinion sur la question de San Siro? "J'ai eu une idée très triste de la bureaucratie italienne, de la vraie volonté en Italie de se concentrer sur la relance du football en autorisant des travaux dans les stades. Cela ne s'applique pas seulement à Milan, mais partout : Florence, Rome, Naples, partout. Il y a des retards absurdes, le football coule : Sans avoir son propre stade, il n'y a aucub club qui puisse continuer". Traduction Lindt1908 Via Fc Inter1908
×
×
  • Créer...

Information importante

En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. Nous ajoutons des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer votre expérience sur notre site. Consultez notre Politique de confidentialité. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer...