Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'sassuolo'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • Inter
  • Serie A
    • 2020/2021
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

  1. En effet, Joaquin Correa va très rapidement retrouver l'Inter, lui qui a été exclu de la liste des joueurs convoqués pour la Coupe du Monde. Révélation du Corriere Dello Sport "La Coupe du monde de Nicolas Gonzalez et Joaquin Correa est déjà terminée. En effet, hier sont arrivées l'une à la suite de l'autre les officialisation des forfaits des attaquants de l'Inter et de la Fiorentina. Et si le Sélectionneur National, Lionel Scaloni, avait parlé de "changements" immédiatement après le match amical contre les Émirats-Arabes-Unis en raison d'une mauvaise condition physique de certains joueurs, nous en savons plus à présent." "Pour le joueur de la Viola, il s'agit d'une blessure musculaire "mise en évidence après l'entraînement", qui fait suite à son début de saison tourmenté à Florence avec seulement 6 apparitions en Serie A et une absence qui remonte au 22 octobre." "Pour le "Tucu", qui avait également inscrit l'un des cinq buts argentins lors de ce match amical, il s'agit d'un problème au genou gauche qui serait lié à la blessure au tendon de l'articulation dont Correa a été victime lors du match aller face au Fc Barcelone et qui l'a obligé à manquer le match de Serie A suivant contre Sassuolo ainsi que le match retour contre les Catalans. Depuis lors, et malgré son retour sur le terrain, la douleur se faisait régulièrement ressentir: Et hier, même le Tucu s'est limité à travailler dans le gymnase, la décision du Staff Technique albiceleste est tombée dans la soirée." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  2. Opta a souligné deux stats intéressantes concernant Simone Inzaghi et Edin Dzeko qui ont fait 250 apparitions en Serie A. Edin Dzeko a franchi une étape importante en Serie A. En effet, sa titularisation lors de la victoire 3-2 contre l'Atalanta hier était la 250e apparition du Bosnien dans l'élite italienne. De plus, le doublé de Dzeko signifie qu'il a marqué huit buts contre La Dea depuis son arrivée à Rome en 2015, ce qui signifie que la Dea est sa victime favorite en Serie A. On peut également cité Bologne et Sassuolo contre lesquels il en marqué également huit. Opta a souligné la réussite du joueur de 36 ans dans un tweet. Leur tweet dit: "8 – Edin #Dzeko, pour lui aujourd'hui 250e match disputé en Serie A, a marqué 8 buts contre l'Atalanta : contre aucune équipe il a fait mieux dans l'élite (huit aussi contre Sassuolo et Bologne). Habitude." Simone Inzaghi a atteint son 250e match de Serie A avec les Nerazzurri et la Lazio et il a réussi un remarquable exploit statistique dans ce temps. Comme Opta l'a souligné dans un tweet, Inzaghi a remporté 143 de ses 250 matchs entraînés dans l'élite italienne après la victoire contre l'Atalanta. De plus, aucun entraîneur n'a remporté autant de matchs en 250 entraînés sur le 35 dernières années. "250 - Simone #Inzaghi a récolté aujourd'hui ses 250 apparitions en Serie A en tant qu'entraîneur : il a remporté le plus de matchs (143) dans les 250 premières appartitions en tant qu'entraîneur de l'élite compte tenu des 35 dernières saisons. La peine." Traduction alex_j via Sempreinter.
  3. Henrikh Mkhitaryan est le joueur qui s'assoit aux côtés de Simone Inzaghi en conférence de presse d'avant match contre le Viktoria Plzen. Voici les propos du milieu de terrain arménien. Où peut aller cette Inter ? "Nous voulons monter le plus loin possible, il y a encore place à l'amélioration car ce n'est pas encore l'Inter que nous voulons. Nous devons travailler davantage avec toute l'équipe, il y a un grand potentiel et nous ne sommes pas satisfaits de cela." Sur le groupe de la Ligue des champions et la possible qualification. Qu'est-ce que cela signifierait de passer dans ce groupe ? "Nous ne sommes pas encore passés, il reste deux matchs. Au début, personne ne croyait en nous car le groupe était difficile. Mais nous avons cru en nous et avons montré qu'avec cette équipe nous pouvons atteindre les objectifs que nous voulons. C'est celui de demain." Vous avez écrit sur Instagram après Sassuolo "le début du retour". Dans quel aspect avez-vous le plus progressé ? "Ce que nous écrivons sur Instagram est pour les réseaux sociaux, ce n'est pas ce que nous pensons. Après Barcelone, j'ai dit que nous avions tourné la page, nous savions que nous ferions mieux match après match. Contre Sassuolo, c'était difficile de gagner. Au Camp Nou tout le monde a vu ça on voulait gagner. Demain, c'est le match le plus important du groupe, plus encore que la double confrontation avec Barcelone. Il faut être parfait." Maintenant tu réagis toujours après les buts de tes adversaires, qu'est-ce qui a changé ? "Je ne suis que 4 mois à l'Inter, je ne sais pas comment c'était avant. Je peux dire qu'on s'est parlé et on a compris qu'il faut jouer jusqu'au bout. Peu importe ce qui se passe pendant le match, il y a 95 minutes et non 90. C'est arrivé aussi à Florence, après le 3-3, on n'a pas lâché ni baissé la tête. On s'est dit que c'était le match de notre vie, j'ai tiré après que Dzeko ait pris le ballon, sachant que Barella me le donnerait." Qu'est-ce que Lukaku vous apportera de plus ? "C'est un joueur très important, on l'attend comme Brozovic. On a besoin de tout le monde, il n'y a pas que les 11 titulaires. J'espère qu'avec son tempérament il va nous donner beaucoup. C'est un joueur avec l'envie de gagner et marquer des buts." Quelle erreur ne faut-il pas commettre ? "Les risques sont toujours là. La seule chose que nous devons faire est de jouer notre jeu. Il n'y a pas de matchs faciles, chacun cache des difficultés. Nous voulons gagner et aller en huitièmes." Comment voyez-vous la progression d'Asllani ? "L'entraîneur a trouvé la solution sans Brozovic, nous essayons de nous aider. Asllani a un grand potentiel, à mon avis il a une grande envie d'étudier et de s'améliorer. Nous l'aidons car nous savons que nous avons besoin de tout le monde." Pourquoi en êtes-vous arrivé si tard à la quadrature du cercle ? "Toutes les équipes ont des hauts et des bas. Nous avons mal commencé. Maintenant nous sommes dans un haut et nous voulons aller encore plus haut. La vie est comme ça, maintenant nous trouvons notre jeu. Il n'y a pas de place pour les erreurs, donc nous voulons gagner chaque match sans faire d'erreurs." Vous êtes un joueur polyvalent : où vous êtes-vous le mieux trouvé sur le terrain ? "Je me sens très à l'aise de jouer, peu importe où. Je me sens mieux près du but, mais j'aime aussi en tant que milieu de terrain parce que nous savons jouer en équipe. Il n'y a pas de différence en jouant aux côtés de Brozovic ou de Calhanoglu, nous nous comprenons très bien parce qu'ils sont bons." Comment vivez-vous cette expérience à l'Inter ? "Je me retrouve très bien. Je remercie mes coéquipiers qui m'ont aidé dès le premier jour à me sentir chez moi. Je ne suis pas encore au niveau que je veux. Je dois travailler pour être au niveau que tout le monde connaît. Je sais que je peux faire encore mieux." Traduction alex_j via FCInterNews.
  4. A la suite du succès obtenu au Giuseppe Meazza, l’Inter se déplace au Nou Camp pour y défier un Fc Barcelone qui est loin d’être au top. Pour l’occasion, Lautaro Martinez s’est livré à Inter.it, à Sky Sport, à Amazon Prime et à Sport Mediaset Son interview à Inter.it Javier Zanetti a déclaré que vous pouviez devenir une référence à l’Inter pour de nombreuses années "Ce qu’a dit Zanetti est un motif de fierté car c’est une Bandiera du Club, je travaille pour donner le meilleur à l’Inter, pour aider mes équipiers et grandir quotidiennement, je cherche à faire tout cela et je le remercie pour ses déclarations. Aujourd’hui, je suis un joueur de l’Inter, c’est quelque chose que j’ai toujours voulu, je donne tout pour l’Inter." Faudra-t’ il disputer une rencontre différente de celle jouée à Milan ? "Nous proposerons ce que nous avons préparé, demain, nous devrons jouer avec la personnalité d’une grande équipe et sur le terrain, faire ce que nous avons préparé avec l’entraineur." Dybala et Di Maria se sont blessées, êtes-vous inquiet pour l’Argentine ? "Ce sont des joueurs très important pour l’Argentine, j’espère que ce n’est rien de grave et qu’ils seront tous les deux disponibles pour la Coupe du Monde." Comment vous sentez-vous ? "Je suis serein, avec le travail que j'abat je donne un coup de main à mes équipiers, dans une période en manque de résultat, je me dois de proposer quelque chose en plus pour l’équipe et c’est ce que je cherche à faire. Ce que je vis arrive à tous les attaquants, je dois rester serein car le but arrive lorsque tu t’y attends le moins." A quel ambiance dans le stade vous attendez-vous ? Un Tifo aussi fort peut-il aussi vous impressionner ? "Nous devrons réaliser notre propre match, à l’aller, l’arbitre a tout analysé et pris ses propres choix. Demain, nous ferons de notre mieux et l’arbitre fera aussi sa part de travail, comme tout le monde." Pour demain, il y aura des absences importantes : Marcelo Brozovic, Romelu Lukaku, Joaquin Correa… "Ce sont des absences importantes mais nous avons les joueurs prêts à les remplacer et à tout donner comme cela s’est vu au Meazza." Barcelone a quelques problèmes en défense… "Non, , il n’y en a pas, Araujo est un grand défenseur. Quant à nous, nous avons préparé la rencontre, demain nous mettrons tout en œuvre pour rentrer avec un résultat positif." Signeriez-vous pour un match nul ? "Non, pour la Victoire." Son interview à Sky Sport "C’est évident que gagner compte demain, il faudra réaliser un match de grande personnalité comme au Giuseppe Meazza, avec tant de cœur, de course et de détermination." Le but ? "Je suis serein, car je me donne toujours à 100% sur le terrain, parfois je marque d’autrefois non, il y a des périodes où je marque les yeux fermés et d’autres où je peux chercher à marquer dans n’importe quelle position et je n’y arrive pas. Je cherche toujours à tout mettre en balance, si je ne peux pas marquer, je viens en aide à mes équipiers qui pourront eux le faire." Son interview à Amazon Prime "Barcelone est une équipe redoutable avant tant de qualité. Ils ont fait tellement de possibilités offensives, ils peuvent changer de rôles, nous devrons être prêt à faire face à tous leurs changements et nous devrons faire ce à quoi nous nous sommes entrainés ces derniers jours." Marquer à Barcelone ? "C’était si beau, c’était mon premier but en Ligue des Champions, c’est un très beau souvenir, j’espère donner un coup de main à l’Inter." Mon absence de but ? "Parfois, on pense que l’attaquant ne vit que par les buts, mais moi je cherche à donner un coup de main à l’équipe, si je ne marque pas moi, un autre fera le job et le mien tombera lorsqu’on ne l’attendra plus. Son interview à Sport Mediaset "Nous avons obtenu une très belle victoire au match aller contre une équipe très forte qu’est Barcelone. Aujourd’hui, nous avons terminé de nous préparer à ce match et je m’attends, demain, à une rencontre extrêmement dure, et nous nous y sommes préparé : Ce sera une très belle soirée et nous devrons faire en sorte de la rendre plus belle. Nous devrons faire preuve de tant de personnalité et avec l’envie de rentrer à Milan avec un résultat." A quel point suis-je attaché à l’Inter ? "Tellement, les faits le disent : Je cherche toujours à faire de mon mieux pour ce maillot, pour les Tifosi, pour le Club. Ce qui s’est passé à Sassuolo (le brassard de Capitaine) m'a rendu si Fier, j’espère continuer comme ça." Et en parlant de beauté… Milano Today avait fait par d’un incident de la route dans lequel, hier soir, aurait été mêlé Lautaro et sa moitié: "Lautaro conduisait sa Lamborghini Huracàn avec sa petite amie Agustina Gandolfo, dans le centre-ville, quand, vers huit heures, à un feu de circulation de la Via Vincenzo Monti, il a été heurté par un Milanais." Et le moins que l’on puisse dire c’est qu’elle a du répondant la Damoiselle..: "Nous avons été tamponné par le même journaliste qui a écrit des informations non pertinentes. Tout va bien!" Grrrrr ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  5. En effet, l’Inter de Simone Inzaghi, victorieuse face à Sassuolo, se projette sur l’une des rencontres phare de sa saison : Le match retour face à un Fc Barcelone revanchard et excité comme une pucelle un soir de bal de fin d’année Indiscrétion sur la formation "Aller à l'Inter et jouer titulaire avec Gagliardini, a toujours été le rêve de ma vie" Comme le révèle nos confrères de Fcinter1908, pour ce déplacement, Simone Inzaghi devra faire sans la moitié de son rempart offensif : Romelu Lukaku et Joaquin Correa sont encore blessés. Il aura donc à sa disposition "que" Lautaro Martinez et Edin Dzeko qui seront accompagnés par les très jeunes Valentín Carboni et Dennis Curatolo. Il est possible de voir juste qu’un seul attaquant d'aligné, à choisir entre le "Toro" et le bosniaque, afin de conserver au moins un élément expérimenté prêt à monter en cours de jeu, et dans cette optique, la solution pourrait être de faire monter dans l’échiquier Henrik Mkhitaryan afin qu’il puisse soutenir la seule flèche offensive. En se déplaçant de la sorte, l’arménien libèrerait un slot au milieu de terrain composé de Nicolò Barella et Hakan Çalhanoğlu…Et si l’on considère le fait que lancer Kristjan Asllani dans le volcanique Nou Camp comme extrêmement compliqué, les chances de voir Roberto Gagliardini augmentent de façon exponentielle. Un mauvais choix pour tous Le milieu de terrain né en 1994 est devenu, bien malgré lui, la cible d’une bonne partie de la Tifoserie de l’Inter : A Milan depuis janvier 2017, l’ancien de l’Atalanta a toujours été considéré comme un précieux mouton docile toujours prêt à l’emploi, mais avec Simone Inzaghi, il a vu son temps de jeu être réduit drastiquement : Cette année, il n’a joué qu’à six reprises entre le Championnat et la Ligue des Champions pour une seule titularisation, ce qui représente un total de 184 minutes. En considérant ses capacités physiques et caractérielles, l’aligner face aux très techniques Pedri et Gavi pourrait s’avérer être très contre-productif pour l’Inter, mais par-dessus tout pour lui-même, lui qui risquerait de se retrouver dans d’importantes difficultés et qui compromettrait, encore plus, son image auprès des Tifosi les plus critiques. A présent, même la presse le démonte avant qu’il soit aligné, Chapeau ! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  6. Alessandro Cavasinni éditorialiste chez FCInterNews nous livre une rapide analyse de ce retour de l'Inter... du moins, pour l'instant. Au bord du gouffre, Simone Inzaghi reprend son destin en main et chasse les voix prônant son licenciement qui commençaient à dominer au détriment de la permanence. Un triptyque Roma-Barcelone-Sassuolo décisif qui avait mal commencé avec le KO au Meazza contre les Giallorossi de Mourinho. Puis? Et puis ce tournant lors du match le plus difficile, le plus complexe. Le 1-0 face aux Catalans a probablement représenté le tournant de la saison, le premier qui est positif. Après des débuts lents, poussifs, approximatifs, rendus encore plus difficiles par les blessures de Lukaku d'abord puis de Brozovic, voilà que l'équipe a retrouvé une physionomie bien définie et surtout une âme. Deux indices ne sont pas encore probants mais qui laissent certainement entrevoir une tendance : L'Inter est là. Il y a l'Inter, surtout avec la tête et le cœur. L'essence de l'équipe des dernières saisons a été revue. Certains avaient rapidement qualifié le succès contre le Barça d'accidentel, mais celui de Reggio Emilia met en lumière la vertu retrouvée, confirmée après le 1-1. Jusqu'à présent, très souvent, Lautaro et ses compagnons s'étaient égarés après le premier coup de poing au foie. Mais cette fois, ils ont réagi et assommé l'adversaire, même en se rapprochant du contrôle et sans prendre davantage de risques. Une avancée non négligeable. Maintenant, le ballon revient métaphoriquement entre les pieds d'Inzaghi, appelé à nouveau pour faire des choix précis pour le match au Camp Nou. Et les premières indiscrétions montrent à quel point le chemin emprunté semble être celui des certitudes. Dans le but, par exemple, arrêtons d'alterner : bons discours dans le vestiaire de Handanovic, mais Onana passe entre les poteaux. De Vrij devrait être confirmé à des niveaux élevés, tout comme Barella et Calhanoglu. Darmian est un autre pion sur lequel on peut toujours compter et, en attendant le retour de Lukaku et Correa, un 3-5-1-1 pourrait émerger avec Mkhitaryan derrière un entre Lautaro et Dzeko. En tout cas, au-delà des interprètes, ce qui compte c'est qu'Inzaghi ait retrouvé l'âme de l'Inter. Traduction alex_j via FcInterNews.
  7. L'Inter, après sa victoire contre Barcelone, est revenue avec les trois points de Sassuolo. Lorsque les choses ne se passent pas comme vous le souhaitez, vous avez besoin de la bonne mentalité. Après un bon résultat suivant un autre bon résultat, vous avez besoin de la bonne mentalité. Quand vous êtes en tête, mais que l'équipe adverse riposte, vous avez besoin d'une bonne mentalité. Et quand vous avez besoin que vos meilleurs joueurs trouvent des atouts, vous avez besoin de la bonne mentalité. C'est exactement ce qu'Edin Dzeko a fait alors que son doublé donna à l'Inter une précieuse victoire 2-1 contre Sassuolo au stade Mapei. L'attaquant bosniaque en a marqué un avec ses pieds et un avec sa tête, mettant fin à la série de résultats négatifs en championnat et confirmant la fabuleuse victoire en milieu de semaine contre Barcelone. Sassuolo contre l'Inter était le spectacle de Dzeko, tout comme la saison dernière lorsque le numéro 9 a marqué d'une tête plongeante; Sassuolo est l'équipe favorite d'Edin avec huit buts en Serie A contre les Neroverdi. Avec son doublé au stade Mapei, Dzeko a maintenant dépassé les 100 buts en Serie A, 101. Mais ce n'était pas seulement un match à buts pour lui, il a également été efficace pour faire jouer les autres, avec des appels et en gardant la possession. Il était également proche d'un triplé à la fin, dans un match que l'Inter a parfaitement clôturé après le doublé du numéro neuf. Onana a fait ses débuts en Serie A, avec un trio composé D'Ambrosio, Acerbi et Bastoni. Asllani a été placé au centre du milieu de terrain avec Dzeko et Lautaro à la pointe. L'équipe d'Inzaghi était agressive mais prudente, se méfiant des qualités de Sassuolo : courses profondes au bon moment et vitesse dans les zones d'attaque. L'imprévisible Lauriente a été occupé et menaçant tout l'après-midi sur le côté gauche. A l'intérieur, Frattesi et Cie. étaient toujours à la recherche d'espaces et de poches dans lesquels entrer. Onana a d'abord été appelé à l'action avec un sauvetage intelligent avec ses pieds, mais l'Inter a bien déplacé le ballon en trouvant souvent Dimarco et Dumfries. Le Néerlandais était le plus dangereux de la mi-temps sur le côté droit, mettant beaucoup de balles dans la surface. Mais Sassuolo a inquiété la ligne de fond des Nerazzurri : Frattesi était partout avec Lauriente faisant avancer son équipe. L'Inter, cependant, était compacte et solide et a pris les devants à la fin de la mi-temps: le corner de Calhanoglu a frappé Dumfries et Dzeko a enroulé avec son pied droit à bout portant. A la mi-temps, Mkhitaryan a remplacé Asllani, mais le match a recommencé comme il s'était terminé, avec Sassuolo exploitant bien le côté gauche : un centre de Rogerio a trouvé Frattesi qui était là pour trouver le filet et faire 1-1. Mais cela n'a pas énervé l'Inter qui a pris le contrôle de la dernière demi-heure pour montrer sa valeur et son caractère. Consigli a réalisé un arrêt exceptionnel sur Lautaro mais n'a pas pu arrêter la tête à bout portant de Dzeko peu après, à la 75e minute, sur le sublime centre de Mkhitaryan depuis la gauche. Les 4 000 Nerazzurri de Mapei se sont déchaînés alors qu'ils menaient 2-1. Sassuolo n'est pas revenu et c'est l'Inter qui a dominé le match à partir de là, gardant la possession du ballon et ne concédant rien à l'équipe locale; Gagliardini et Dzeko ont tous les deux failli aggravé la marque en fin de match. SASSUOLO 1-2 INTER Buteurs : 45' Dzeko (I), 60' Frattesi (S), 75' Dzeko (I) SASSUOLO (4-3-3) : 47 Consigli ; 22 Toljan, 28 Erlic ( 5 Ayhan 82'), 13 Ferrari (44 Tressoldi 89'), 6 Rogerio ; 16 Frattesi (11 Alvarez 82'), 27 Maxime Lopez, 42 Thorstvedt (8 Harroui 71') ; 45 Lauriente, 9 Pinamonti, 15 Ceide (18 Antiste 71'). Remplaçants inutilisés : 25 Pegolo, 64 Russo, 3 Marchizza, 7 Henrique, 14 Obiang, 35 D'Andrea, 77 Kiriakopoulos. Entraîneur principal : Alessio Dionisi. INTER (3-5-2) : 24 Onana ; 33 D'Ambrosio (37 Skriniar 58'), 15 Acerbi, 95 Bastoni ; 2 Dumfries, 23 Barella (5 Gagliardini 84'), 14 Asllani (22 Mkhitaryan 46'), 20 Calhanoglu, 32 Dimarco (36 Darmian 68') ; 9 Dzeko, 10 Lautaro. Remplaçants inutilisés : 1 Handanovic, 40 Botis, 6 De Vrij, 8 Gosens, 12 Bellanova, 42 Curatolo, 45 Carboni, 50 Stankovic. Entraîneur principal : Simone Inzaghi. Avertissements : Asllani (I), Ferrari (S), D'Ambrosio (I), Harroui (S), Tressoldi (S). Note : Averti S. Inzaghi (I) Temps additionnel : 1' - 4'. Arbitre : Sozza. Assistants : Valeriani, Dei Giudici. Quatrième arbitre : Colombo. VAR : Guide. Assistant VAR : Maggioni. Traduction alex_j via le site officiel.
  8. L'Inter renoue avec le succès sur le terrain de Sassuolo. Avec DAZN, après le match au Mapei Stadium, Simone Inzaghi analyse le match de son équipe. Quelle Inter avons-nous vu aujourd'hui ? "Une Inter avec une grande envie de gagner qui nous a surmonté la fatigue après un match très intense ce Mardi. C'était un match difficile, mais l'équipe avait une incroyable envie de gagner. Maintenant, il faut continuer après ces deux victoires qui remontent le moral.. Direction Barcelone où nous aurons quelques rotations au milieu et devant." Discours de Handanovic avant le match... "Valeur ajoutée sur et en dehors du terrain. Ce n'est qu'ainsi que nous pourrons continuer sur cette voie. Mais tout le monde nous a donné une belle aide, même ceux qui sont entrés. Dans les 25 dernières minutes, nous avons augmenté notre technique, comme nous aurions dû le faire en début de seconde période. Et donc nous avons gagné." Pourquoi avez-vous ce recul dans le premier quart d'heure ? "Nous nous sommes trompés techniquement et Sassuolo a une bonne pression. Ensuite, voir les dernières minutes si bien faites, alors peut-être que cela signifie que l'équipe est bien physiquement. Mais cela s'est également vu dans les défaites." Aujourd'hui Asllani souffre davantage, notamment pour le marquage fixe. Le changement pour ceci ou pour l'avertissement ? "Pour les deux raisons. Il a très bien joué avec la Roma, aujourd'hui ce n'était pas facile de jouer. Ensuite, il a pris un jaune qui l'a conditionné et puis j'ai mis Mkhitaryan qui va très bien. Je n'ai donc pas perdu un seul créneau en faisant le changement dans l'intervalle. Mais Asllani va très bien et il n'a qu'à continuer comme ça." Comment avez vous trouvé Mkhy ? "Il est très bien entré, c'était un ajout très important qui nous a aidés car dans le premier quart d'heure de la deuxième mi-temps, on a mal joué techniquement. Paradoxalement après leur but on a mieux joué. Mkhy est un joueur très intelligent, au milieu de terrain il m'a donné tout ce que je lui ai demandé. J'ai pensé sortir un attaquant après le 2-1 pour les laisser se reposer vu ce qui nous attend et on sait qu'en ce moment on est en difficulté devant." Est-ce important que Dzeko ait trouvé le chemin du but ? "Edin a très bien fait, mais Lautaro aussi. Lauti n'a qu'à continuer comme ça, puis le but viendra. En tant qu'attaquant, je m'inquiétais du manque de performance, pas du but." Comment évaluez-vous le premier match d'Onana en Serie A ? "Il a joué le match que j'attendais, suite aux essais en Ligue des champions. Un gardien de qualité, qui m'a montré qu'il pouvait jouer pour cette place avec Handanovic. Avec le Barça ? Je ne suis pas déséquilibré. Aujourd'hui, par exemple, j'étais je pense mettre De Vrij et Skriniar dès le départ, mais je ne peux pas me permettre de perdre d'autres joueurs. On espère récupérer quelqu'un le plus vite possible." Concernant Lukaku et Correa ? "Pour Correa et Lukaku il faut attendre encore un peu. C'est normal que ces trois joueurs me permettent d'avoir plus de rotations car aujourd'hui encore on a vu une grande envie de gagner mais aussi des moments de souffrance car nous avions dépensé beaucoup d'énergie physique et mentale avec Barcelone." Vous attendez-vous à une série de victoires et ensuite faire un autre championnat en Janvier ? "C'est notre espoir, nous travaillons pour cela. Nous savons que nous avons du terrain à rattraper. Déjà avec la Roma j'avais dit que j'étais assez serein malgré ce qui se disait et les titres des journaux. Il y avait de l'espoir, de l'envie et quelques signes. Bien sûr, clairement en tant qu'entraîneur cette défaite a été une énorme déception, mais ces deux victoires sont un excellent point de départ car on sait qu'il faut récupérer des points et progresser." Trop tôt pour parler de percée ? Et si vous pouviez nous dire quelque chose sur le gardien de but... "En ce qui concerne le gardien, Handanovic est une valeur ajoutée, il a marqué l'histoire de l'Inter et s'est très, très bien débrouillé avec moi pendant ces 15 mois. Onana a montré pendant ces deux mois qu'il peut gagner sa place. Je les évaluerai de temps en temps comme n'importe quel footballeur. Onana a montré qu'il pouvait être numéro un sans oublier Handanovic. Dans les matchs où il était absent, il était toujours le premier à aider ses coéquipiers à les faire progresser. Ces deux succès sont deux excellents signes mais on sait qu'il faudra affronter les matches un par un. Mercredi on attend Barcelone qui est un adversaire très fort mais on ira jouer avec nos atouts." Traduction alex_j via FCInterNews.
  9. Après son doublé contre Sassuolo, Edin Dzeko s'est livré aux micros de DAZN. Les 100 buts... "Ils devaient être 103, mais les deux derniers les ont malheureusement annulés pour hors-jeu (rires, ndlr)." Le plus beau? "Tous sont beaux, peut-être le dernier. Pour moi, il suffit que le ballon passe la ligne, mais je me souviens du premier contre la Juve. Celui contre le Torino avec un pied gauche ? Cela pourrait être l'un des plus beaux." Quelle est la valeur de cette victoire ? "Peut-être que nous aurions perdu un match comme celui-ci il y a trois ou quatre semaines. Nous n'avons pas joué un grand match aussi grâce aux mérites de Sassuolo, ce n'était pas facile de gagner après tant de défaites en championnat mais nous voulions confirmer après Barcelone. Au final, les points comptent toujours." Vous avez réussi à prendre les trois points grâce à l'attitude. "Avant le match, on s'est dit qu'il ne fallait pas avoir honte de rester derrière et d'attendre de temps en temps. Souvent on en voulait trop avec la pression et les buts encaissés, mais il faut gagner. On a tous souffert ensemble, on voulait la victoire et à la fin je pense que c'est mérité." A quel point avez-vous envie d'être important et de continuer à marquer ? "Beaucoup. Marquer est une belle chose et quand le ballon franchit la ligne, vous êtes le plus heureux du monde. Aujourd'hui, je suis un homme heureux et je veux apporter ma contribution aussi longtemps que je le peux. Maintenant je vais bien et je dois continuer comme ça." Combien de stimuli la compétition avec Lukaku vous donnera-t-elle ? "Je ne dirais pas compétition, nous sommes dans une grande équipe et pour moi ce n'est pas nouveau car l'équipe compte et quand on gagne on est tous contents. L'important c'est de gagner." Allez-vous acheter une pizza à Mkhitaryan pour l'assistance ? "Bien, j'invite certainement l'équipe à dîner parce que vous n'obtenez pas 100 buts tous les jours." Traduction alex_j via FCInterNews.
  10. C’est ce que révèle la Gazzetta Dello Sport : "Samir Handanovic sera donc dans les buts face à Sassuolo à l'occasion le match prévu ce samedi à 15h00! "L’alternance dans les cages de l’Inter va de l’avant, au moins jusqu’à la mi-novembre : Samir Handanovic sera titulaire en Championnat et André Onana sera titulaire en Ligue des Champions." "L'erreur de Samir face à la Roma et le Clean Sheet d’André face à Barcelone n’ont pas révolutionner la hiérarchie d’Inzaghi. Sauf chute de rendement lors des 2 à 3 semaines à venir, l’intention est d’arriver avec ce système jusqu’à la Coupe du Monde au Qatar donc sans avoir pris la moindre décision sur le choix d’un Titulaire indiscutable: Lors des 50 jours sans Serie A à venir, soit novembre, décembre et début janvier, l’entraîneur et son Staff prendront le temps de faire les évaluations nécessaire sur cette situation, en n’excluant pas de continuer à alterner jusqu’à la fin de la saison." Un futur écrit "Samedi, au Mapei Stadium, le slovène enfilera à nouveau les gants et dirigera à nouveau la défense : Sa toile face au Giallorossi n’a pas miné ni les certitude ni les considérations qu’à Inzaghi à son égard. C’est d’ailleurs l’entraineur né à Piacenza qui a donné la voie libre au renouvellement de son contrat au printemps dernier, c’est lui aussi qui l’a confirmé en tant que Capitaine…Le fait de le voir camper sur ses idées dans un arc de temps de trois mois est d’une évidence : C’est pour cette raison qu’ Handanovic restera titulaire en Championnat." "Sur le long terme, il est évident qu’Onana sera le titulaire indiscutable, quand du reste, on en saura plus sur le futur d’Handanovic qui avait renouvelé son contrat jusqu’au 30 juin 2023 pour un salaire de 2,5 millions d’euros et un bonus de 600.000 euros lié à un certain nombre de titularisations bien défini. Onana est estimé par ses équipiers et le club est ravi d’avoir misé sur lui pour le présent et pour le futur, mais il devra, tout de même continuer à coexister avec Handanovic pour lequel la pension peut encore attendre." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  11. Simone Inzaghi a contré le Barça avec une approche Mourinesque. Au pire moment, voici la victoire salvatrice que recherchait Simone Inzaghi. La performance de son Inter face au Farçalone a été construite avec intelligence en abandonnant la possession du ballon, abaissant le centre de gravité et jouant plus compact. Le coach reçoit des éloges unanimes de la presse qui saluent sa capacité à fixer et à lire tactiquement le match. TMW écrit que "Le meilleur, c'est lui surtout vu le moment". Un succès qui vaut de l'or, dans une soirée pour lui "à la Mourinho". La ressemblance avec l'approche de Jose Mourinho lors des matches contre le Farça pouvait être vue, et à cette occasion, cela a fonctionné pour Inzaghi. L'Interista, Tuttosport et le Corriere dello Sport ont tous donné à l'entraîneur une note de 7/10, tandis que TuttuMercatoWeb est passé à 7,5/10 et la Gazzetta dello Sport à 8/10. Ceci étant dit, gagner contre le Farçalone grâce à un coup de Mou, c'est très bien. Mais si c'est pour perdre contre Sassuolo ce Samedi à cause d'un coup de mou, c'est bête. Traduction alex_j via l'Interista et Sempreinter.
  12. Marco Materazzi a des idées claires sur ce que l'Inter peut encore faire cette année. Il en a parlé dans une longue interview accordée aujourd'hui à la Gazzetta dello Sport. Moitié question et moitié souhait : comment projeter la victoire de Mardi sur Sassuolo ? "C'est très simple : ne pas regarder le classement, parce que le sommet de la Serie A est trop loin et parce qu'il y a plus d'équipes entre l'Inter et les leaders que l'an dernier. Ensuite : regarder l'équipe qui était Mardi, les joueurs, le public qui est de plus en plus décisif pour la façon dont il encourage le groupe." Penser à un retour est-il un pari? "Ce championnat est comme une Ligue des champions, jusqu'en Novembre un tournoi se joue comme s'il s'agissait de groupes, puis celui qui est le mieux loti en Janvier l'emportera. Je vais vous dire ceci : dans l'année qui a suivi le Triplete, à un moment on s'est retrouvé à -19 par rapport au premier. Puis après le Mondial des Clubs un coach intelligent est arrivé (Leonardo à la place de Benitez, ndlr) et si on n'avait pas perdu le derby retour on aurait gagné le Scudetto. Ici, l'entraîneur intelligent est déjà là : il n'a qu'à faire en sorte qu'à partir de Janvier cela ne dépende que de vous et pas des autres pour reconquérir." Le parcours est-il, d'un point de vue tactique, celui vu avec Barcelone ? "Cela doit être. L'Inter doit partir du fait de ne pas encaisser de but car avec le potentiel offensif qu'elle a, tôt ou tard, elle marque. Dans les quatre défaites en championnat, cependant, cela ne s'est pas produit. Et déjà à Lecce, le premier jour, il y avait une sonnette d'alarme ignorée. J'aimerais revoir le même type d'Inter. La raison est claire : si cette intensité, cette attention, cette méchanceté compétitive étaient parfaites pour arrêter Lewandowski, pourquoi ne pourraient-elles pas l'être Samedi ? Les attaquants n'aiment pas ce genre d'attitude. Mais laissez-moi vous dire quelque chose sur Dimarco." Allez-y. "Son ouverture au but a été LE geste du match. Si vous faites ces gestes là, cela signifie que vous avez une légèreté et une confiance au-dessus de la normale. Dimarco doit être l'âme du groupe : il joue à l'Inter depuis qu'il a six ans, il a des choses à l'intérieur que les autres ne peuvent pas avoir." Et puis un Skriniar revenu à son ancien niveau. Pensez-vous que le mercato a affecté son rendement ? "Non, je pense plutôt qu'il a payé la blessure qui lui a fait manquer le début de la préparation. Alors, bien sûr, il n'aura pas été hermétique à ce qui s'est passé autour de lui. Mais il a toujours répondu présent. J'espère qu'il restera. Ce qui comptera sera le professionnalisme jusqu'au dernier jour, le fait qu'il se souvienne que s'il est devenu Skriniar c'est grâce à l'Inter. Je ne doute pas que ce sera le cas. Disons qu'il ne sait pas ce qu'il perdrait en s'en allant..." Lautaro qui ne marque pas... quel signal est-ce ? "Arrêtez tout le monde : je dis lui et 10 autres, si je dois choisir la formation. Ce n'est que de lui et de Calhanoglu, par caractéristiques, que vous pouvez vous attendre au coup décisif, au jeu hors norme. Je ne sais pas combien auraient joué malgré la fatigue, sans penser à Sassuolo mais surtout à la Coupe du monde. El Toro l'a fait." Peut-être que le retour de Lukaku l'aidera aussi. "Romelu doit d'abord redevenir un athlète à 100 %. Probablement, étant donné le grand désir d'aider, il a fait un pas en avant excessif lors de sa récupération de blessure. Nous l'attendons, débordant comme nous le savons." Traduction alex_j via FcInter1908.
  13. L'avenir d'Inzaghi dépendra évidemment des prochains matchs. L'entraîneur joue sa place lors du match contre Sassuolo mais il faudra compter sur la réaction de l'équipe sur le terrain, en plus du résultat. Les mots de la Gazzetta dello Sport. "De retour des États-Unis et espérant une renaissance rapide, il n'imaginait certainement pas tomber encore plus bas. En effet, pour être honnête, Steven Zhang n'avait jamais vécu un psychodrame de cette ampleur en live. Un début de saison aussi morose ne s'était jamais vraiment passé, même sous l'ère de Conte 2.0. Alors que la CN grogne contre Suning, il ponctionne sur le prêt Oaktree : il s'est recapitalisé avec plus de 100 M€ pour sécuriser les fondations du club, en attendant des temps meilleurs et quelque partenaire ou acheteur américain. Malheureusement, les résultats de sa créature se sont terriblement détériorées, ainsi que l'humeur de la petite troupe." "Depuis un an et trois mois, le président a cultivé une relation d'estime, presque d'amitié, avec son entraîneur. Mais, ces derniers temps, l'idylle semble s'être fanée. Pas de contrastes flagrants, mais quelques maux suite à la conférence d'avant match de Simone avec son message délibéré et étonnant avec lequel il a revendiqué des mérites, même dans les comptes de l'entreprise. Aux strates supérieures, cela a été considéré comme une invasion de terrain, aussi parce que le lendemain contre la Louve de Mou les trois points qui auraient fait taire toute polémique ne sont pas arrivés. Au contraire, les mots ont fait un effet boomerang en revenant dangereusement, pas ce qu'il fallait dans un moment aussi délicat." "Les crédits de Simone s'épuisent donc même au sein du club attentif à ne pas prendre de décisions hâtives. Mais il reste très vigilant sur le présent. Le Barça ressemble désormais à l'Everest : ce ne sera pas ce double match de la Champions qui donnera le dernier mot sur Inzaghi. Au contraire, le match à l'extérieur de Samedi face à Sassuolo est plus délicat. Entre autres, en accord avec les entraîneurs, c'est le "comment" qui intéresse le plus le président : outre les points, qu'il y ait des signes de vie sur le terrain." Traduction alex_j via FCInter1908.
  14. En effet, suite à la correction infligée par la Lazio, tout le Giuseppe Meazza s’attendait à voir une Inter vexée et révoltée à quelques jours du Derby Della Madonnina, face au Cremonese de Massimiliano Alvini. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que dans les chiffres, le contrat a été rempli avec trois buts inscrits par les Nerazzurri : Joaquin Correa à la 12’ n'avait plus qu'à la pousser au fond, suite à une très belle tentative d’un Edin Dzeko extrêmement bien servi par un Nicolò Barella en feu. Ionit Radu a d’ailleurs confirmé son statut en renvoyant le ballon dans les pieds de l’argentin Et si un Homme était bien "On Fire" hier soir, ce n’était certainement pas Stefano Pioli qui est revenu avec un seul point de son déplacement au Mapei Stadium de Sassuolo. En effet, le chef d’œuvre de la soirée est signé par le Sarde Nerazzurro auteur d’une reprise à la volée sur un amour de caviar de centre décisif de Çalhanoğlu à la 38’. En seconde période, Simone Inzaghi fait tourner et lancé en profondeur à l'entame du dernier quart d'heure, Lautaro Martinez a pris le meilleur sur son défenseur qui était à la limite de l’exclusion en cas de faute pour battre une troisième fois le pseudo portier roumain Finalement, la Cremonese qui se sera crée de très belle occasions au cours de la rencontre sauvera, méritoirement l’honneur à la 90', grâce à un très joli but signé David Okereke. L’arrêt laser du regard de Samir Handanovic n’aura pas suffit. Si l’Inter est donc très bien offensivement, malgré l'absence de Romelu Lukaku, la prestation défensive laisse plus qu’à désirer à quelque jours d’un Derby tant attendu et qui verra l’Inter rester devant en cas de victoire ou de match nul à San Siro, ce samedi soir sur le coup de 18h00! Tableau Récapitulatif Résumé Vidéo Inter 3-1 Cremonese Buteur(s): 12' Correa (I), 38' Barella (I), 76' Lautaro Martinez (I), 90' Okereke (C) Inter: 1 Handanovic; 37 Skriniar, 6 De Vrij, 32 Dimarco (72' 33 D'Ambrosio); 2 Dumfries (80' 12 Bellanova), 23 Barella, 77 Brozovic (72' 14 Asllani), 20 Çalhanoğlu, 36 Darmian (80' 8 Gosens); 9 Dzeko, 11 Correa (55' 10 Lautaro Martinez) Banc: 21 Cordaz, 24 Onana, 5 Gagliardini, 16 Salcedo, 22 Mkhitaryan, 42 Agoumé, 46 Zanotti, 47 Fontanarosa, 95 Bastoni T1: Simone Inzaghi Cremonese: 97 Radu; 4 Aiwu (81' 19 Castagnetti), 15 Bianchetti, 44 Lochoshvili (67' 5 Vasquez); 18 Ghiglione, 32 Escalante, 6 Pickel, 8 Ascacibar (46' 98 Zanimacchia), 33 Quagliata (67' 3 Valeri); 77 Okereke, 90 Dessers (67' 11 Di Carmine) Banc: 13 Saro, 45 Sarr, 7 Baez, 9 Ciofani, 10 Buonaiuto, 17 Sernicola, 20 Afena-Gyan, 21 Chiriches, 62 Milanese, 74 Tsadjout T1: Massimiliano Alvini Arbitre: Fourneau VAR: Irrati Averti(s): Dessers (C), Aiwu (C) Expulsé(s): / Affluence: 70.750 tifosi ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  15. Le CEO de l'Inter Milan, Giuseppe Marotta, a du tenir un rôle crucial dans les coulisses du club cet été: celui de médiateur entre le coach Simone Inzaghi et le président Steven Zhang. C'est une information dévoilée par la Gazzetta.it, selon laquelle le Directeur Sportif de l'Inter vient de passer un été très compliqué, jonglant d'un côté entre la nécessité d'un équilibre financier par son président Steven Zhang ; et de l'autre les demandes sportives de l’entraîneur. Marotta savait très bien que la tâche serait ardue cet été, puisque l'objectif de dégager 60M€ de profits nets durant la fenêtre mercato a été publiquement dicté. Dès lors, il semblait compliqué d'éviter la vente d'un grand nom de l'équipe. Néanmoins Marotta et ses équipes ont abattu un travail acharné, d'abord pour faire partir les joueurs les plus coûteux qui ne faisaient plus partie du projet (Vidal, Vecino, Sanchez, Kolarov, Sensi, Lazaro); puis réussir à faire entrer de l'argent frais avec les ventes à un montant significatif de Pinamonti (Sassuolo) et Casadei (Chelsea). Le plan du Padrino est d'atteindre partiellement l'objectif financier grâce aux ventes de cet été, ce qui laisse ensuite jusqu'à la fin de l'année fiscale en Juin 2023, pour compléter l'objectif plus sereinement. En soi, ce ne sera pas une tâche aisée, qui pourrait demander des sacrifices supplémentaires; Mais Marotta est de plus en plus convaincu que la meilleure façon d'agir reste de ne pas faire de sacrifice majeur sur le côté sportif et de garder l'équipe telle qu'elle est aujourd'hui. De son côté, Simone Inzaghi ne lâche rien. Le coach semble s'être imposé au sein de l'organigramme Nerazzurro, et ses commentaires sur le mercato et en conférence de presse sont le signe qu'il compte bien faire parler son influence. L’entraîneur bénéficie de l'entière confiance de Marotta, et sa récente prolongation de contrat lui permets de s’affirmer davantage dans le club. Son travail est en train de convaincre Steven Zhang que, bien qu'il ne soit pas idéal d'avoir loupé l'objectif de rentabilité sur ce mercato, il pourrait être bien plus coûteux de compromettre la compétitivité sportive de l'équipe. De fait, Marotta se trouve "le cul entre deux chaises", entre le club qui veut que l'équipe réussisse tout en priorisant sans concession le bas de bilan comptable ; et le coach bien conscient de la situation, qui travaille au quotidien avec les joueurs et ferme la porte à tout compromis ou sacrifice. Selon vous, ce trio managérial est-il à risque ? ®QG1989 - Internazionale.fr
  16. L'Inter a partagé une vidéo d'adieu à l'attention de l'attaquant italien Andrea Pinamonti qui signe à Sassuolo après 9 ans à l'Inter. Le joueur de 23 ans a rejoint l'Inter Academy en 2013 et a depuis évolué dans toutes les catégories de jeunes et fait une poignée d'apparitions sous le maillot de l'équipe A, en plus de quelques excursions en prêt. Il est maintenant un joueur de Sassuolo, qu'il rejoint sous la formule de prêt avec obligation d'achat de 20 Millions d'Euros qui sera activée dès le début de l'année 2023. In bocca al lupo Andrea, et merci. L'ironie... Espérons qu'on ne s'en mordra pas les doigts. ©Internazionale.fr, via sempreinter.com - Traduction Trent_FCI
  17. C’est une révélation, une mini-bombe du mercato signé La Gazzetta Dello Sport, qui est toujours très bien informée sur l’actualité de l’Inter : "Le défenseur Slovaque, courtisé depuis pas mal de temps par le Paris-Saint-Germain, ne veut pas quitter Milan et de Paris, plus rien n’arrive, aucune relance pour débloquer l’affaire." "Chaque jour qui passe rapproche Skriniar de la Permanence, car il n’y a rien, de Paris ou de Londres, aucun signale concret confirmant un nouvel assaut en direction du Slovaque. Chelsea, par exemple, après voir perdu Kondé parti à Barcelone, a viré sur Fofana de Leicester City. Paris est, lui-même, très occupé avec ses propres ventes, et il ne donne plus signe de vie: Même l’intermédiaire qui gérait la négociation n’a plus frappé à la porte de l’Inter, car aujourd’hui, Skriniar est plus que jamais proche de rester Nerazzurro, pour la plus grande joie de Simone Inzaghi qui s’est personnellement impliqué pour s’assurer de la permanence du slovaque." "Ce qui est certain, c’est que le club ne descendra jamais sous l’évaluation qui a été définie et fixée, soit les 70 millions d’euros." Mais comment satisfaire Maître Zhang ? "Il y a cinq joueurs à vendre qui, en termes de masse salariale, pèsent 20 millions d'euros brut : Il s’agit d’Alexis Sanchez, d’Andrea Pinamonti, de Valentino Lazaro, d’Eddie Salcedo et de Lucien Agoumé: Des histoires différentes toutes les unes des autres, mais des joueurs dont les Nerazzurri ont du mal à se débarrasser. Marotta et Ausilio ont besoin, afin d’atteindre la réduction de 15 % de la masse salariale exigée par les propriétaires, de se rapprocher le plus possible de ces 20 millions d’euros et il ne sera pas possible de le faire entièrement, car une partie sera allouée aux fameuses primes de départ" "Ce ne sera pas un tour de force simple car les dirigeants Nerazzurro sont sous pression, il faudra faire preuve encore et toujours de patience avec l’objectif d’atteindre l’objectif : L’Inter a d’ailleurs déjà diminué d’environ 35 millions d’euros sa masse salariale brute, le tout au net de la déduction faite de la prime accordée à Vidal et les départs déjà actés jusqu’à jusqu'à présent. Dépasser le palier des 50 millions d’euros signifierait atteindre l'objectif demandé par la Propriété. Le tout en ayant peut-être fait de la place pour intervenir une dernière fois sur le mercato et acquérir le défenseur central demandé par Simone Inzaghi pour compléter son rempart défensif." Place au cas par cas Alexis Sanchez "C'est la situation la plus épineuse. Le Chilien ne trouve pas d'équipe, et à Appiano il fait chambre à part : Il ne participe pas aux matchs amicaux, et il sera donc également absent ce samedi contre Lyon à Cesena. L’Inter a déjà rencontré son agent Felicevich, il y a 20 jours. Mais rien ne s'est passé depuis, si ce n'est que Sanchez continue de refuser toutes les destinations proposées. Légitimement, bien sûr, car il aspire à jouer dans un championnat de haut niveau." "L'Inter a les mains liées en ce sens car le joueur a dit qu'il était prêt à négocier une indemnité de départ mais seulement après avoir trouvé une équipe. Les rumeurs concernant Naples n'ont pas été confirmées, tout comme celles venant d'Espagne et d'un intérêt présumé de Séville. Le rêve d'Alexis, qu’il maintient toujours en vie, est de retourner à Barcelone. A l'Inter, son salaire est de 10 millions bruts, grâce aux avantages du "Decreto Crescita". Andrea Pinamonti "L'attaquant a un salaire de 2 millions net et plait beaucoup sur le Mercato. Mais la vérité est qu'il a compliqué les plans des Nerazzurri avec son non à la Salernitana, un club dont les Nerazzurri auraient perçu 20 millions d'euros pour un transfert permanent. L'attaquant attend l'Atalanta ou Sassuolo, qui négocieront vraisemblablement avec l'Inter un prêt avec "rachat"." Valentino Lazaro "L'Autrichien, contrairement à Sanchez a été utilisé lors des matchs amicaux par Simone Inzaghi, mais il ne faut pas interpréter cela comme une marque d’ouverture pour son avenir : L’ailier ne fait pas parti des plans de l’Inter, il se cherche un nouvel habitat et jusqu’à ce jour, seule la Bundesliga a fait part d’un timide intérêt." Eddie Salcedo & Lucien Agoumé "En Italie, cela bouge pour Salcedo et Agoumé, mais il n’y a rien de concret pour l’instant : Ils représentent à eux deux, 2 millions d’euros que le Club géré par Steven Zhang aimerait économiser." Validez-vous cette liste de départ ? Pensez-vous qu’à l’avenir, il est conseillé de recruter "chilien" ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  18. C’est une information en provenance du Corriere Dello Sport : Le défenseur du Torino a mis la pression sur son Président, Urbano Cairo, pour qu’il puisse rejoindre l’Inter! "Ce sont des journées caniculaires à l’Inter pour décider de l’avenir de son rempart défensif, avec d’un côté le Paris-Saint-Germain qui est au travail pour finaliser l’acquisition de Milan Skriniar, et de l’autre les Nerazzurri qui veulent finaliser l’acquisition de Gleison Bremer." "A travers son agent et l’intermédiaire de l’opération, le défenseur du Torino a mis la pression à son Président pour qu’il puisse diminuer sa demande qui dépasse les 40 millions d’euros: Aujourd’hui une nouvelle rencontre est programmée : Cairo veut en contrepartie Casadei qui est aussi dans le viseur de Sassuolo, Marotta est disposé à satisfaire à cette demande en insérant une clause de rachat." " Le second défenseur qui devra venir compléter le secteur défensif de l’équipe d’Inzaghi sera, lui, "réglé" plus calmement et peut-être avec une dépense plus limitée." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  19. Selon le Corriere Dello Sport, la différence entre la demande et l’offre reste toujours importante entre l’Inter et le Paris-Saint-Germain, et il n’est pas dit que la prochaine entrevue puisse apporter le résultat escompté. En effet, à contre-courant de la Gazzetta Dello Sport, pour le Corriere, la rencontre à venir sera loin d’être suffisante pour Milan Skriniar : "La négociation n’est pas simple à conclure, ou du-moins c’est ce qu’il ressort de chaque partie." La raison ? "La distance économique relative à l’évaluation du joueur slovaque qui est rentré samedi soir à la Pinetina: Le défenseur central a dormi dans sa chambre et a parlé avec l’Administrateur-Délégué Giuseppe Marotta. Hier, il s’est soumis à une séance de physiothérapie et du vélo afin de renforcer sa cuisse blessée, en début juin, en équipe nationale." "La différence entre la demande et l’offre reste sensible et il n’est pas dit que la rencontre d’aujourd’hui ou demain sera suffisance pour arriver damner le pion, peut-être qu’il y aura un nouveau round mercredi. Le Directeur Technique Luis Campos a donné son consentement d’un point de vue technique pour valider l’acquisition, mais la négociation est de la compétence d’Antero Henrique. Ce qui est certain, c’est que l’Inter n’est pas disposée à attendre à l’infinie car le défenseur se sent bien aussi à Milan et qu’il dispose d’un accord de confiance pour un renouvellement de son contrat à hauteur de 5 millions d’euros net." Est-ce que le club peut réussir à le conserver tout en s’offrant Bremer ? "C’est possible en vendant Pinamonti : Monza a repris la Pole Position devant l’Atalanta et Sassuolo. Lorenzo Pirola est déjà à la Salernitana et d’autres exubérants sont sur la voie de la sortie... Mais ce qui est certain c’est qu’il s’agisse de la session hivernale ou bien au 30 juin 2023, la vente d’un Top joueur sera indispensable." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  20. Simone Inzaghi s’est livré à Dazn après la victoire de l’Inter sur Cagliari, et celui-ci a lancé une cartouche en direction du Milan, en citant un exemple douloureux pour le peuple bianconero "Plus que ce soir, je tiens à revenir sur la rencontre de mercredi où il était important de remporter un trophée auquel nous tenions vraiment, nous étions sous le coup de l’émotion. Ce soir, nous avons réalisé en revanche un match sérieux après la victoire du milan, c’était une très grande rencontre face à un adversaire qui te pose des problèmes lorsqu’il évolue à domicile. Je félicite vraiment l’équipe car elle avait joué 120 minutes aussi mercredi." Quel joueur de Sassuolo vous séduit le plus ? "Sassuolo est une excellente équipe avec énormément d’individualité et de technique, ce sera une dernière journée ouverte pour tous les objectifs. Nous nous sommes divertis cette saison et nous continuerons jusqu’à la fin comme le prouve nos montées sur le terrain de Cagliari et de l’Udinese après les victoires du Milan : Nous n’abdiquerons pas d’un centimètre." Quel est votre pourcentage de chance ? "Nous devons gagner et voir le Milan KO: J’ai remporté un Scudetto à la Lazio dans ces conditions : Nous avons deux points de retard et la Juve s’était inclinée à la dernière journée à Perugia. Dans le football, il ne faut jamais abandonner, j’en suis la preuve." Si Lautaro aurait continué à ce rythme, où en serait-il ? "Je pense qu’il aurait atteint les 25 buts cette année, il a inscrit 13 buts lors de ses 13 dernières matchs. Depuis la Spezia, il s’est remis en question et il ne loupe plus un match, l’équipe l’a mis en condition pour marquer, c’est un Fuoriclasse, il est fondamental pour moi et pour l’équipe. Ce n’est pas une découverte, il est sur son record de buts personnel, je vous l’avais dit, il est toujours resté bon, même lorsqu’il a traversée une période sans marqué, il se donnait toujours au maximum, on en voit le résultat maintenant." Si vous en aviez l’occasion, quel match auriez-vous rejoué ? "Très probablement celui du match aller face à Liverpool: Aucun en championnat, j’ai en tête Liverpool , car ils n’ont perdu qu’un seul match en 2022 et c’était contre nous. Qui sait si nous ne nous étions pas retrouvé à dix… Je repense à ma saison et aux titres soulevés, je n’aurai jamais imaginé une telle année : Nous n’avons jamais abandonné, nous avons disputé des finales et réalisé une magnifique Campagne européenne." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  21. Giacomo Raspadori, Alessio Dionisi, et Giovanni Carnevali se sont livrés à TMW à quelques jours de la réception décisive du Milan Ac sur leurs terres Giacomo à TMW Le Milan se présente à présent avec une partie décisive pour le Scudetto... "Nous devons penser qu’elle est décisive pour nous, nous voulons terminer à la dixième place et nous irons sur le terrain avec le solide sérieux qui nous caractérise depuis toujours." Vous l’aviez remporté au match aller... "Nous sommes conscients que nous pouvons faire de belles choses, pour nous, les jeunes, c’est important de se confronter aux meilleurs." Que feriez-vous en cas de but décisif face au Milan ? "Rien de particulier, comme tous mes buts, ce serait une émotion très grande: Pour nous les attaquants, les buts sont notre essence vitale." Vous sentez-vous prêt pour le grand saut vers un Big ? "Je ne pense pas qu’il soit opportun d’en parler actuellement, nous avons encore un match à jouer, je veux faire ce dernier effort, ensuite nous verrons ce qu’il en sera de mon futur au bon moment." Depuis petit vous supportez l’Inter, est-ce que cela vous motivera encore plus ? "Je ne pense pas que j’en ai besoin, je suis toujours motivé, à tout instant. Cela ne dépend pas de qui j’affronte, j’apporte une juste importance à toutes les rencontres." Qui mérite de remporter le Scudetto ? "C’est la dernière journée qui le révèlera, je dirais, celui qui l’aura mérité, ce sont deux très grandes équipes qui ont réalisé un excellent parcours." Alessio Dionisi à TMW A quel match faut-il se préparer ? "J’avais hâte de vivre cette semaine, je ne pouvais pas rêver mieux que de terminer face à une équipe qui aura tant à jouer. Nous lui ferons face de la meilleure des façons possible et avec enthousiasme. Nous aimerions finir la saison positivement, même si nous savons qu’il s’agira d’un match compliqué." Que vous enseigne la victoire sur l’Inter à Milan ? "Rien, dans le football mon passé fait partie de la préhistoire. Peu importe ce que nous sommes parvenu à faire par le passé, nous espérons que tous se rappelleront ce que nous ferons dimanche." Vingt ans après, est-ce que l’Inter peut inverser l'Histoire en respect au 5 mai ? "Je me limite à parler de Sassuolo, je ne fais aucune faveur à aucune équipe." Giovanni Carnevali à Tmw Le Milan joue le Scudetto face à Sassuolo, à quelle semaine vous préparez-vous ? "Je ne rate jamais rien, dès que nous en aurons terminé avec ce match important de dimanche, il y aura ensuite la finale de la Primavera. Il y a une grande attente pour le match contre l'AC Milan, nous avons eu une demande folle pour les billets, nous avons vendu tous les billets et ce sera une grande fête du football. Milan a son propre objectif, nous avons le nôtre : Le match sera joué avec un grand professionnalisme afin d'obtenir le meilleur résultat." Au Corriere Della Sera sur Gianluca Scamacca... "Peu de joueurs présente ses caractéristiques, il est très prometteur : Il plait aux Nerazzurri comme à d’autres, mais le Calcio ne traverse actuellement pas une période de prospérité économique. J’aimerai bien qu’il reste en Serie A car cela donnerait plus de valeur pour la Nazionale, mais je pense plus qu’il fera l’objet d’um Mercato à l’étranger." Y a plus qu’à espérer…. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  22. C’est une révélation de la Gazzetta Dello Sport : L’Inter ne veut pas s’arrêter à la Coupe d’Italie et compte poursuivre le rêve de rafler le Scudetto jusqu’à la dernière seconde. Toutefois, cette saison à permis de mettre en avant la "faiblesse" du secteur offensif orphelin d’un Serial Buteur Les grandes manœuvres "L'Inter a besoin d'un attaquant car Edin Dzeko doit faire face à un physique qui ne correspond plus tout à fait à la hauteur de sa classe débordante et si deux milieux sont impératifs, l’un d’entre eux devrait présenter des caractéristiques d’architecte afin d’éviter toute panique lorsque Marcelo Brozovic connait un coup de mou." Il y a également l’opportunité Paulo Dybala qui si elle ne fait pas preuve d’une logique technique, elle représente tout de même une opportunité que l’Inter veut saisir jusqu'au bout. Pour cette session de Mercato, le club devra également encaisser 60 millions d’euros par le biais de vente. L’idée est de ne pas se priver de Lautaro mais de faite autant que possible, des opérations dites secondaires, même si cela pourrait s’avérer insuffisant. Toutefois, Dybala, pour un club qui ne pourra pas faire d'opérations onéreuses, est une opportunité. Les pourparlers sont bien avancés, et s’il l y a eu de multiples contacts entre les parties : les démentis restent obligatoire. Mais avant ce fameux Bologne-Inter, il y a eu un contact catégorisé de définitif, au cours duquel Dybala et l'Inter se sont serrés la main en se déclarant un amour futur." "Si l’option offensive numéro une reste Gianluca Scamacca, celle-ci tend à se compliquer progressivement : L’Inter n’entend pas satisfaire à la demande de Sassuolo : 40 millions d’euros. C’est pour cette raison que le club a décidé de se (re)lancer sur la piste menant à Duvan Zapata, joueur déjà cité après la vente de Romelu Lukaku, l’été dernier. Si son âge peut faire défaut, il représente deux avantages non-négligeables : Ses caractéristiques sont idéales pour l’Inter d’Inzaghi et, malgré le changement de propriété, les relations restent très bonnes avec la DEA." Ou comment motiver Zapata et Scamacca à performer face au Milan pour les deux matchs cruciaux à venir… ! ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  23. Scudetto : Milan 70%, Inter 30%. Tel est le pourcentage repris par la Gazzetta Dello Sport à 180’ d’une fin de saison, pour le coup déjà actée et non-passionnante dans la botte.... Pour la Rosea, cela ne sert plus à rien d’espérer Place à la Manita 1* "Une autre journée est passée et l’objectif est plus proche : A deux matchs de la fin de saison, le succès face à Vérone fait grimper le pourcentage Scudetto du Milan à 70% contre 30% pour l’Inter. Avant le match du Bentegodi, nous misions sur un 60-40. Le Milan reste toujours Patron de son destin et face à l’Hellas, il a fait le plein de confiance en soi. Il peut se passer beaucoup de chose en 180 minutes de jeu, mais en réalité la prochaine rencontre, celle de dimanche prochain, sera décisive : Si le Milan ne perd pas face à l’Atalanta, il aura à 90% le Scudetto en poche car il lui suffira de battre Sassuolo. En arrivant à 84 point, le Milan prendrait le meilleur sur base des confrontations directes" 2* "L’Atalanta est en course pour se qualifier en Coupe d’Europe et elle représente le réel vrai obstacle sur la route du Milan : L’équipe de Gasperini l’a emporté à La Spezia et est septième au classement, ce qui lui vaut une place en Conference League, et la Roma finaliste de la première édition du nouveau trophée, est la démonstration qu'une Coupe Européenne peut rendre grandiose une saison. Si l’Atalanta est actuellement en Conférence League, elle court pour accrocher l’Europa League, pour laquelle il lui manque trois points et à San Siro elle proposera son habituel jeu d’insolence, à la Gasperini. Pour le Milan, il s’agira de la dernière grande étape de Montagne et il lui sera cruciale de ne pas la perdre. Place ensuite à un Sassuolo en dernier match pacifié et bien rempli." 3* "Le but d'Altare à la dernière seconde pourrait se répercuter sur la Course au Scudetto. Hier soir, vers 20 heures, Cagliari s'inclinait 1-0 à la Salernitana et se balançait dans le vide au-dessus des profondeurs de la Serie B. Le 1-1 du défenseur lui a permis de s’accrocher sur le bord de cette falaise et si tout n'est pas perdu, dimanche soir, au Domus Unipol, l'Inter trouvera un adversaire prêt à tout. S’il y a d’importantes différence entre les deux équipes, attention à l'esprit de survie de Cagliari car jouer en Sardaigne pourrait s'avérer plus compliqué qu'il ne l'est. Dans quel état se présentera également la Sampdoria pour la dernière journée de Serie A : Sauvée ou toujours dans la course au maintien ?" 4* "Le 1-3 d'hier soir à Vérone rend la Finale de la Coppa Italia prévue mercredi à Rome plus importante pour l'Inter, car il s’agira d’une rencontre doublement usante vu que l’adversaire du jour sera la Juve et il n'y a pas besoin d'ajouter autre chose. Milan est de plus en plus proche du Scudetto et l'Inter ne peut pas se permettre de perdre la Coupe nationale, car elle risquerait de terminer la saison avec la "poupée de consolation" que représente la Super Coupe d'Italie gagnée en janvier. Du rêve du Tripletino au trophée unique ? Cela va se jouer à rien par rapport au potentiel et aux possibilités. Ce qui est évident, c’est que le match programmé après-demain coûtera beaucoup d'énergie psycho-physique et pourrait présenter des séquelles en vue du déplacement à Cagliari." 5* "Dans sa malchance de rencontrer une Atalanta motivée par l'Europe, lors de l'avant-dernière journée, le Milan aura l’avantage de se présenter en ayant battu un adversaire similaire. Vérone qui est une copie de l'Atalanta, si l'on se fie à la mentalité et certains mécanismes de jeu, et Milan aura à cœur de répéter la performance d'hier, en reproposant certaines solutions technicotactiques, comme le pivotement de Hernandez entre l'extérieur et l'intérieur. Peut-être devront-ils faire plus attention à la phase défensive, car le match nul pourrait être bon de toute façon, en vue du match contre Sassuolo. L'Inter devra s'occuper des détails de la gestion psycho-physique après la Coppa Italia : Qu’elle y soit ou pas titrée, et c'est là que le piège se retrouvera." Vérone qui vaut l'Atalanta, Sassuolo en guise de dessert... Les équipes apprécieront....Mais au fait à combien s’élevait le pourcentage d’une simple victoire sur le terrain des Reds de Liverpool ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  24. C’est le pavé dans la mare signé par La Repubblica : "La ligne suivie par l'Inter ces dernières années à l'égard de ses jeunes a toujours été la même : Les vendre et gagner un maximum d'argent, malgré ceux qui souhaiteraient voir un produit du vivier rejoindre l’équipe-première. Posé ce constat, La question suivante pose spontanément : Est-ce vraiment utile de dépenser de l'argent sur le Mercato au lieu d’exploiter le potentiel des jeunes de la Maison ? "S'il est exact que Sassuolo demande 40 millions d’euros pour céder Gianluca Scamacca, et que l'Inter est prête à verser environ la moitié de cette somme, ne serait-il pas plus judicieux de faire revenir soit Pinamonti ou Satriano, deux attaquants décents proposant de belles perspectives ? La logique des plus-values dit que pour donner de l'oxygène aux comptes, et il est toujours préférable de vendre (en enregistrant immédiatement l’intégralité de la vente dans les actifs), tout en achetant (en étalant cette dépense sur le nombre d’années de contrat) plutôt que de valoriser le talent que l'on a chez soi. Mais est- ce raisonnement profite-t-il vraiment aux équipes ?." Et vous, qu'en pensez-vous ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
×
×
  • Créer...

Information importante

En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. Nous ajoutons des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer votre expérience sur notre site. Consultez notre Politique de confidentialité. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer...