Aller au contenu
×
×
  • Créer...

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'scudetto'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

  1. En effet, ces derniers jours, Thomas Tuchel, l'entraîneur de Chelsea, s’est livré en conférence de presse sur Romelu Lukaku, en excluant le fait d’adapter son dispositif tactique pour améliorer les performances de l’attaquant belge C’est un fait, à l’Inter, Romelu Lukaku s’est retrouvé, en deux saisons sous le maillot Nerazzurro, il était devenu l’un des éléments fondamental de la Course au Scudetto. Ses meilleures performances, Lukaku les avaient réalisés sous le 3-5-2 établi par Antonio Conte, un système de jeu que Thomas Tuchel n’a nullement l’intention d’adopter: "Nous évoluons avec un certain dispositif plus basé sur les principes de la façon dont nous souhaitons jouer. Je sens qu'il est impatient et qu’il veut s'impliquer davantage. Mais lors de chaque transfert, il y a un changement de style de jeu. Il n'est pas le premier joueur à subir un temps d’adaptation : Mon travail consiste à tirer le meilleur de lui." "C'est ce que je fais pour chaque joueur, le fait qu’un jouer soit arrivé gratuitement ou après un transfert aux sommes importantes ne change rien : Nous ne pouvons pas jouer comme l'Inter et espérer que cela fasse ressortir le meilleur de Romelu. Le système qu'il pratiquait à l'Inter ne convenait pas seulement à Romelu et Lautaro Martinez, il convenait à toute l'équipe. Antonio Conte jouait en 3-4-3 à Chelsea, à l'Inter il jouait un 3-5-2. De toute évidence, il s'est adapté à ses joueurs et a mis en œuvre ses idées, et c'est ce que je fais aussi." Et une petite cartouche pour l’égo, une ! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  2. En effet, Simone Inzaghi a un feeling tout particulier avec la Coupe d’Italie : Trois fois titré en tant que joueur, il s’agit aussi de son premier titre remporté en tant qu’entraîneur, à la tête de la Lazio, en 2019. D'ailleurs, l’entraineur Nerazzurro considère cette coupe comme un objectif important. L'avis de la Gazzetta Dello Sport De plus, l’Inter mise également sur le Scudetto et la Seconde Etoile, mais cela ne lui déplairait pas de réaliser ce que certains surnomment le Tripletino : Soit la Super Coupe d’Italie (déjà en poche) suivi du Scudetto et de la Coupe d’Italie. "Car si ce soir, l’équipe Nerazzurra fera l’objet d’un important turn-over, celle ci restera compétitive et aguerrie comme toujours." Marcelo Brozovic sera absent suite à sa suspension, Nicolò Barella devrait être mis au repos tout comme Milan Skriniar, car ce sont les joueurs qui ont évolué le plus cette saison. En attaque, on devrait retrouver le duo argentin Lautaro Martinez et Joaquin Correa. Le premier n’a joué que quelques minutes face à l’Atalanta pour éviter toute surcharge musculaire, le second aura la chance de se mettre en valeur vis-à-vis d’un Alexis Sanchez en feu. Signeriez-vous pour ce Tripletino ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  3. C’est une information de la Gazzetta Dello Sport, la Juve se montrant extrêmement stricte envers un Paulo Dybala en fin de contrat, celui qui l’avait soufflé à l’Inter, Giuseppe Marotta, est entré en piste pour lui proposer une offre qui a, auparavant séduit Antonio Conte, rejoindre l’ennemi-juré Révélation de la Gazzetta Dello Sport "L’Inter a déjà susurré à l’argentin la possibilité de lui offrir un contrat de 7,5 millions d’euros pour les cinq prochaines années, soit jusqu’au 30 juin 2022. A présent, la balle est dans le camps du joueur et de ses conseillers afin de prendre connaissance de leur orientation. En conséquence, il n’est pas possible d’aller plus loin actuellement, mais nous sommes entrés dans une phase décisive car le contrat de Dybala avec les Bianconeri expire dans un peu plus de cinq mois et le règlement lui permet de rechercher un nouvel employeur." "Cette affaire remet à nouveau les deux rivaux historique en face à face et cette fois-ci, il s’agit d’un talent que tout le monde aurait considéré comme Bianconero durant une longue partie de de sa carrière : Ceux qui fréquentent la Continassa continuent de jurer qu'ils ne peuvent l’imaginer Paulo loin de Turin. Et ce n’est pas uniquement pour une raison de fidélité au club, mais pour un choix de vie." Que s’est-il passé avec la Juve ? "Ces derniers mois, cependant, la température a fortement baissé, à tel point que le sentiment entre les parties à la table des négociations s'est évaporé. En novembre 2021, il y a eu une discussion entre le CEO Mauro Arrivabene et le Directeur Sportif Federico Cherubini. Tout semblait bouclé : 8 millions + 2 millions en bonus dont la possibilité d’atteindre rapidement 9 millions d’euros en cas d’objectifs atteint." "Pourtant ces dernières semaines, la Juve a décidé de tout postposer à une somme inférieure : Soit conserver le salaire actuel de 7,3 millions net pour le prochain triennal. De plus, Dybala aurait dû recevoir une augmentation lors de ce mois de janvier." Quel sera l’avenir ? "Il est tout à fait possible que le Club turinois lui propose un renouvellement pour 4 saisons." S’agit-il d’un signe de bonnes volonté ? "Des réflexions sont en cours à ce sujet, et le spectacle proposé n’est pas apprécié : Dybala n’ayant pas bien pris la claque en provenance d’Arrivabene. A présent, tout est redevenu silencieux, mais jusqu’à quand ? Maintenant, tout redevient silencieux. Jusqu'à quand ?" conclut le journal. Une interview dont il faut lire entre les lignes Peu avant de jouer l’Atalanta, Giuseppe Marotta a été interviewé par Dazn, celle-ci lui a demandé si lors du but de Paulo Dybala non célébré par le joueur, il était l’ami que la Joya recherché dans le stade: "Non c’est certain, j’étais à la maison. Pour vos donner une réponse, je dirais que lorsqu’un joueur s’approche d’une fin de contrat, c’est normal qu’il se retrouve accosté par tel ou tel club, nous avons un rempart offensif très fort, professionnel, nous sommes en place." Vous êtes le Roi des transferts gratuit, s’il se présente une possibilité, l’Inter pourrait-elle y penser ? "Notre vision du management est qu’il est un devoir de surveiller les opportunités du Mercato, nous devons avoir de hautes ambitions, même si nous ne parvenons pas à les atteindre : Nous tentons notre chance avec tout le monde, mais comme je vous l’ai dit, nous avons un secteur offensif au complet et je me dois de les respecter car ils nous donnent entière satisfaction : Inzaghi est content." Dans quelle mesure l'attrait de l’Inter a-t’il grandi vis-à-vis des Champions. Combien de temps vous-a-t’il fallu pour insuffler à Milan ce que vous aviez insuffler à Turin ? "Je ne parlerais pas de transferts de Turin à Milan. Je pense que c'est une question d'approche, la finale de l'EL, le Scudetto, la Supercoupe vous font prendre vivre des émotions intentions et vous conscientises sur les buts fixé. C'est aussi une carte de visite pour les autres joueurs qui veulent venir ici. De cette manière, nous élevons le niveau de qualité du groupe, qui est déjà très élevé." Où en sommes-nous dans la prolongation de la Direction ? "Nous n’avons pas d’agent, nous avons déjà trouvé l’accord, il suffit juste de l’officialiser dans un très brefs laps de temps. Nous sommes des dirigeants responsable, je suis heureux d’être dans l’un des clubs parmi les plus prestigieux au monde, mieux que cela…." Le Saviez-Vous ? Sky Sport confirme que la proposition turinoise est inférieure à l’offre Nerazzurra. De plus, le club turinois ne compte pas céder : Soit Dybala accepte les conditions turinoises, soit il est prié d’aller voir ailleurs en juin. Après Giuseppe Marotta et Antonio Conte, Paulo Dybala peut-il compléter le triptyque ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  4. Le Corriere Della Sera s’est livré de la vie au quotidienne de l’Inter, dont Simone Inzaghi, l’entraîneur, a offert comme cadeau de ce début d’année, la Super Coupe d’Italie à Suning: "C’est un long chemin emprunté de la bonne façon, celui emprunté par Inzaghi a fonctionné avec l’Inter et il continue à marcher : L’entraîneur est parvenu à trouver le moyen de rentrer dans la tête des joueurs et d’être en symbiose avec eux." 3 aspect à souligner "Premier point, au retour de Reggio Emilia, après la victoire sur Sassuolo, l’Autogrill a vu arriver le car de l’Inter. Nicolò Barella et Marcelo Brozovic y ont dépensé 200euros et ce y compris en achat de snack et de chocolat pour toute l’équipe." "Second point, La victoire à Salerne, direction l’aéroport vers Milan : Le lendemain les joueurs avaient un entrainement l’après-midi. Ceux-ci ont demandé à Inzaghi de le déplacer en matinée afin de pouvoir disposer d’un jour et demi de repos : requête accordée." "Troisième point, la veille de Real Madrid-Inter, hors caméra au Santiago Bernabeu, Inzaghi demande à Perisic : "Tu es fatigué Ivan ?". "Non, pas lorsque l’ont vit des choses comme ça." Ces trois situations résument à elles-seules le modèle Inzaghi synthétiser en un mot : Liberté. Son Inter gagne et le Corriere Della Sera dévoile le secret de l’entraineur : "Son approche du Groupe. Même Faris, son adjoint a déjà expliqué comment Simone est parvenu à se faire respecter par ses hommes : En adaptant le modulo de telle façon que les joueurs croient plus en leur moyens, en leur faisant confiance." "On lui avait raconté le "lourd héritage " de Conte, e établissant une relation propre avec l'équipe, " une relation directe et accessible". Il partage, il confronte, il prend en charge les demandes", comme lorsqu'il dit en direct que les garçons ont demandé une prime à Steven Zhang, une prime de 500.000€ qui a d’ailleurs été accordé et qui est à répartir entre tous." "Le rapport joueurs-entraineur a changé et l’on comprend, à présent, pourquoi les joueurs Nerazzurre disent se sentir plus libre. Pour Conte, ils auraient tous fait, l’Inter était une armée. La méthode de l’ancien entraîneur a été intériorisé et a fait grandir l’équipe. Inzaghi, lui, a décidé d’être un gestionnaire et un valorisateur du groupe : Il a maintenu la base tactique tout en offrant la possibilité aux joueurs de faire ressortir ce qu’Is ont en eux." "Conte avait télécommandé la Victoire, Inzaghi, comme l'a raconté l'adjoint Farris, a ajouté une interprétation plus offensive, avec les deux défenseurs centraux extérieurs (Bastoni et Skriniar) autorisé à partir dans des raids dans la moitié de terrain de l’adversaire." La vie quotidienne à la Pinetina a également changé : "Les entrainement ne dure qu’une heure contre le double précédemment, l’analyse tactique a lieu lors des partitellas et non plus lors d’exercices bien spécifiques, les analyses vidéos ont lieu la veille du match. Tous les joueurs se sentent concernés, même jusqu’au dernier à jouer, Inzaghi ne dévoile jamais sa formation, la programmation est établie à la semaine et non plus au jour le jour, c’est une nouveauté très apprécié par le vestiaire qui sait s’organiser son temps libre." "Inzaghi est comme le frère aîné, considéré comme un footballeur d’expérience par le groupe qui lui renvoi l’ascenseur via les résultats, le jeu et l’engagement. Alexis Sanchez est emblématique : de rejeté à retrouver, il s’agit d’une autre histoire de revanche. Et il y a également le rapport avec la Direction Nerazzurra, tous sont en parfaite symbiose, tous partagent l’objectif avoué de la Seconde étoile, sur ce long chemin qui mène au Scudetto." La citation du jour signée Ivan Zazzaroni "Dans le football, il faut aussi avoir du cul : Marotta a eu aussi de la chance avec Inzaghi" ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  5. Avant de dispter la finale de la Super Coupe d’Italie, Milan Skriniar s’est livré à DAZN dans le cadre de l’émission "1vs1". Voici les déclarations de la Bête Nerazzurra A présent, ton surnom est Skrigno...... "Certains m’appellent encore Milan, mais ils sont très peu." Tu es très fort cette année... "Oui, nous sommes une bonne équipe." Es-tu le plus fort d’Italie dans les 1 contre 1 ? "Je ne sais pas si je suis le plus fort, mais lorsque je joue face à des adversaires, je les regarde en vidéos pour connaitre les mouvements qu’ils réalisent, c’est pour cette raison qu’l m’est plus facile de lire leur jeu, même s’ils sont talentueux : Je ne les étudie pas, mais je regarde énormément de vidéo de mes adversaires, surement qu’ils font eux aussi la même chose." Est-ce que la défense composée avec Alessandro Bastoni et Stefan De Vrij est la plus forte dans laquelle tu as pu jouer ? "Je dirai oui, nous avons remporté aussi le Scudetto : Depuis mon arrivée ici, c’est la plus forte." Qui est le défenseur le plus fort ? "En ce moment, le Napoli est la défense qui encaisse le moins de but, ils sont fort: Mais je pense que nous réussirons à les rattraper : Nous sommes les plus fort et nous voulons le rester." Comment te sens-tu avec Simone Inzaghi ? "Très bien, mais je ne suis pas le seul à le penser, ce sont tous les gars : Il est l’Uno di noi. Il y a encore quelques années, il jouait sur les terrains, c’est vraiment une bonne personne, c’est comme un compagnon d’équipe : Nous nous sentons vraiment bien avec lui." Quel est l’attaquant le plus fort que tu aies dû marquer ? "Comme numéro 9, je dirais que Romelu Lukaku était difficile à marquer, mais par chance c’était uniquement lors de nos entraînements. Edin Dzeko me donnait aussi du fil à retordre quand il était notre adverse, il est massif et protège bien le ballon, il était aussi difficile à marquer. Comme ailiers, ils sont nombreux, mais cette année, je dirais que Vinicius, qui est très rapide, est vraiment très difficile à marquer." Bastoni ? "Je l’appelle Gerry, comme une girafe : Il est très grand et a un long cou, d’où ce surnom : Nous avons d’excellent rapports, c’est mon frère, depuis son arrivée, nous nous sommes très bien trouvé et entendu, nous sommes toujours à deux dans les chambres et nous regardons les matchs, nous sommes toujours ensemble." Pinamonti ? "C’est un autre frère, il était déjà là à mon arrivée et nous sommes rapidement devenu amis. Il habitait près de chez moi et j’allais le cherchais pour aller à l’entrainement car il n’avait pas encore le permis : C’est un très brave garçon et je lui veux le meilleur, nous nous appelons quotidiennement: Il est devenu plus massif que moi." Eriksen ? "J’ai très mal vécu ce qui lui est arrivé, j’avais si peur et je ne comprenais rien car le chroniqueur parlait en russe. Après, lorsque j’ai vu la photo où il s’était réveillé, j’étais heureux. Nous étions tous affectés : Christian ne peut plus jouer en Italie, mais à présent, le plus important est sa santé : Je sais qu’il va bien actuellement et je suis heureux pour lui." Penses-tu au brassard de Capitaine ? "Oui, j’aimerai le devenir c’est sûr, être le Capitaine de l’Inter est quelque chose de si beau. Mais je n’y pense pas, selon moi le Capitaine n’est pas uniquement celui qui porte le brassard, mais nous tous qui sommes sur le terrain, nous devons nous comporter comme des capitaines et venir en aide à l’équipe." La seconde étoile ? "C’est l’objectif sur lequel nous travaillons tous, nous sommes un groupe fort, nous le démontrons quotidiennement, nous avons des joueurs très fort et un staff fantastique. Nous nous sentons bien, nous devons continuer ainsi jusqu’à la dernière journée et nous verrons où nous en serons. L’objectif est la seconde étoile, c’est un rêve pour nous." Quelle est ta meilleure partie en carrière ? "Mon premier match en Ligue des Champions." Quelles sont les chansons que tu écoutes avant les matchs ? "Les nouvelles de l’Inter, je les écoute toujours dans le car, j’ai un casque pour moi et un pour Bastoni : Je les écoute toujours dans le car, mais il n’y a pas qu’elles, j’écoute toujours des chansons italiennes." Qui est ton idole ? "Ronaldo il Fenomeno, enfant, je jouais en attaque, c’était le plaisir le plus fort qu’il soit." Qui est l’équipier qui te fait le plus rire ? "Ils sont nombreux : Dimarco, Cordaz, Bastoni, Barella, Brozovic, Ranocchia, sont si drôles, chacun à leur manière." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  6. "Finalement, Samir Handanovic récolte les fruits de sa longue carrière à l’Inter." Tel est le focus consacré, par la Gazzetta Dello Sport, au Capitaine de l’Inter. "Un voyage semé d’embûches, mais qui est à présent plus beau que jamais. Depuis le Scudetto, place à présent à la Super Coupe hissé vers le ciel avec son solide aplomb, mais aussi avec un hurlement de joie caractéristique au personnage, depuis toujours. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si le brassard lui a été confié après le cas Icardi." "Hier, Handa a d’ailleurs prouvé une nouvelle fois ce que veut dire être Leader : Durant la fête, il a voulu s’entourer autour de ses collègues Cordaz et Radu et des préparateurs des gardiens Bonaiuti et Zappalà: Présent tous ensemble sous la Curva Nord, avec la Coupe entre les mains. Pour lui : On gagne tous ensemble et on perd tous ensemble même si cette Inter semble connaitre uniquement le chemin vers la gloire." "Samir y a pris gout, il veut à présent remporter un second Scudetto et pourquoi pas la Coupe d’Italie, mais après une telle nuit, mieux vaut ne pas penser au fantôme d’Onana : Il aura le temps pour y penser, à présent, seul la fête compte !" ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  7. Protagoniste du Matchday Programme d’Inter-Juventus, Nicolò Barella, préface la rencontre face aux Bianconeri : "2021 était une très belle année, unique suite aux victoires du Scudetto et de l’Euro. L’année s’est terminée avec la prolongation de mon contrat avec ces couleurs. Cela me rend très fier et c’est une marque d’une très confiance en moi. J’espère, pour l’avenir, pouvoir ajouter quelques trophées dans mon armoire, mais je dois me concentrer sur le présent." La Super Coupe d’Italie "Nous devons disputer la Super Coupe et il y a encore tellement de matchs de championnat et les huitièmes de finale de la Ligue des Champions. C’est une rencontre pour laquelle j’ai une très grande soif de victoire, c’est le cas pour mes équipiers et, je le pense, aussi le cas pour l’équipe adverse : C’est une finale et nous devrons chercher à ramener la Coupe à la maison pour débuter l’année avec un boost de confiance supplémentaire qui pourra nous aider sur tous les autres front." La Juventus "C’est l’équipe qui, ces dernières années, a dominé le championnat italien et qui reste une formation composé de grands joueurs : C’est toujours difficile de jouer face à eux, mais à présent, "I campioni d'Italia siamo noi" nous tenons à cette coupe et nous ferons tout pour la gagner : Nous chercherons à rendre fier, peu importe la manière, nos tifosi." L’Inter "Arriver à l’Inter, m’entraîner avec de grands champions et des entraîneurs très fort, Mancini en équipe nationale inclus, m’a permis d’énormément m’améliorer et m’a beaucoup responsabilisé. Je suis arrivé dans cette grande équipe avec un projet important pour lequel je me sentais prêt, plus le temps s’écoulait, plus je ressentais la confiance du Club qui me désirait avec conviction : Le projet était de Gagner et je suis heureux que nous y soyons parvenus." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  8. Lors de la conférence de presse, Simone Inzaghi avait déclaré qu’en début de saison, la Juve était favorite au Scudetto. Toutefois, en date du 20 octobre, la tendance s’inversait déjà selon Betclic Le favori était le Napoli (3,25) Suivi des écuries milanaises (4) Et la Vieille Dame (4,50) A présent, la donne a changé avec la Beneamata armée pour défendre son Scudetto L’Inter est en tête (1,30) Le Milan suit (5) Le Napoli, déjà en retard de six points accompagne l’Atalanta (10) Et la Juve est cotée à 20 "Au Giuseppe Meazza, où les Nerazzurri n'ont jamais perdu en championnat, le "1" d'Inzaghi a remporté 54 % des paris sur Planetwin365, la cote passant de 2,20 à 1,75 au cours des deux dernières semaines. La victoire contre la Lazio a conforté les Champions d'Italie dans leur statut de favoris, mais ils n'ont remporté aucun de leurs quatre derniers matchs de championnat et en Serie A avec les Bianconeri." "Allegri et son équipe démarrent à 4.17, avec 23% des paris de leur côté, tandis qu'un match nul après 90’ est à 4.10 (avec 23% des paris). L'Inter a également un grand avantage sur le tableau des gagnants, qui prend en compte les éventuelles prolongations et penaltys : Dans ce cas, la Coupe se joue à 1,35 pour l’Inter et la Juve à 2,85." "Vu les différentes absences Paulo Dybala devra se mettre en valeur, lui est pressenti comme buteur à 3,25, devant Morata (3,50). Il y a cependant de bonnes nouvelles pour Inzaghi, avec Dzeko qui a récupéré et qui, pointe à 2,35, à égalité avec Lautaro." "Pour le premier but du match, tous misent sur un départ rapide : un but dans le premier quart d'heure est joué à 2.94, tandis que le dernier quart d’heure est côté à 1,93." Nombreuses absences chez les zébrés Comme le souligne la Gazzetta Dello Sport, Massimiliano Allegri devra se passer de nombreux joueurs : "C’est une formation en urgence, un peu dû aux suspensions de Cuadrado et De Ligt, et un peu dû aux absences : Ramsey qui est touché par le Covid, mais surtout Chiesa : Danilo est convoqué mais il n’a pas pleinement récupéré. Bonucci sera sur le banc car il n’est pas en condition physique pour débuter en tant que titulaire." "L’idée d’Allegri serait de renoncer, en début de match à son numéro 10 : Paulo Dybala partirait du banc. A sa place, on devrait retrouver Kulusevski qui serait sacrifié pour s’occuper du marquage sur Brozovic, comme lors du match de championnat. Morata serait par contre titulaire avec Bernardeschi, le milieu de terrain serait composé de Locatelli, McKennie, Rabiot : Bentancur et Arthur devrait se disputer le dernier poste. En défense centrale, on devrait retrouver "obligatoirement" Rugani et Chiellini, à droite De Sciglio et à gauche Alex Sandro de retour de blessure. Dans les buts, Perin remplacera Szczesny qui n’est pas autorisé à jouer car il n’est pas titulaire du Green Pass." Le Saviez-Vous ? La tribune VIP sera bien fournie ce soir : "On y retrouvera le Sélectionneur National Roberto Mancini, accompagné des Maires de Milan et de Turin, mais également une flopée d’anciens joueurs : Del Piero, Ferrara, Toni, Vieri, Adani, Abbiati, Amoroso, Antonini, Barone, Carbone, Di Biagio, Oddo, Serginho, Ventola, Vierchowod et Zaccardo" Comment vous sentez-vous à quelques heures du match ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  9. Surnommez-là "L’équipe aux mille visages", car même statistiquement on ne peut l’arrêter : 15 joueurs différents de l’Inter sont parvenus à marquer au moins un but cette saison, et lorsque la ligne offensive est enrayée, Simone Inzaghi puise dans ses héros défensifs. Et Face à la Lazio, ce dimanche 09 janvier, Alessandro Bastoni s’est révélé être le joker de luxe, le remplaçant idéal d’Hakan Çalhanoğlu, en inscrivant un but, réalisant une passe décisive, le tout combiné avec une prestation XXL Voici l’analyse de la Gazzetta Dello Sport "Sur le trois points remportés face à la Lazio et la reprise de la tête aux dépends du Milan, on retrouve la griffe d’Alessandro Bastoni auteur d’une nuit d’insolite qui l’a vu endosser le rôle de goleador et de passeur : Sa prouesse qui a débloqué la rencontre est un comportement similaire à un milieu de terrain de qualité, avec un contrôle en première intention et une finition au ras du poteau: Il s’agit de son premier but de la saison, de sa première joie personnelle avec le Scudetto sur le torse en qualité de Champion d’Europe. Pour celui qui rêvait d’être Nerazzurro depuis sa plus tendre enfance, il a dû lui être compliqué d’aller se coucher après une telle prestation." "On dit souvent que certains buts pèsent, mais ce comportement similaire à celui d’un numéro 10 n’aurait pu valoir qu’un point et c’est ce qui aurait été le plus dommageable. Mais Bastoni a donc décidé d’enfoncer le clou avec un centre spécial à tous les effets sur lequel Milan Skriniar s’est précipité pour marquer le but de la victoire: Il s’agit de trois points signés par la Défense qui a repoussé l’assaut du Milan avec fierté." De Conte à Inzaghi, un mental d'acier "Alessandro a maintenant bien compris le Credo "Inzaghien", lui qui, ces dernières années, semblait le plus Contien des défenseurs Nerazzurri. Antonio a même rangé au placard l’expérimenté de Diego Godin pour ne pas se passer de la puissance physique écrasante de Milan Skriniar afin de continuer à donner du temps de jeu et de la confiance à l’ancien de l’Atalanta. Hier, il a posé le pied dans l’action la plus inzaghienne qui existe, en décidant de se projeter dans la zone adverse et de se proposer pour résoudre les problèmes." "Certes, l’Inter a également été victime d’une sieste généralisée défensivement sur le but encaissé, mais dans les faits seul Bastoni est exempt de tout reproche : De Vrij s’est fait surprendre par la trajectoire de la transversale et Skriniar a perdu son duel face à Immobile, tandis qu’Handanovic a raté sa sortie. Mais le mental de l’équipe a changé, elle ne déprime plus après une gifle, bien au contraire, elle te repousse dans un coin jusqu’à t’assommer." "Les mauvaises langues ne savent plus s’exprimer car il y a toujours un nouveau protagoniste présent pour reprendre le devant de la scène." Validez-vous l’analyse de la Rosea ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  10. Interviewé pour cette reprise du championnat, en conférence d'avant-match, Stefano Pioli et Massimiliano Allegri semblent avoir redimensionné l’objectif défini en début de saison : Massimiliano Allegri "L’Inter est l’équipe qui est nettement la Favorite pour le Scudetto, je n’en veux pas à Inzaghi, mais seul eux peuvent le perdre." Stefano Pioli "Dès demain, l’objectif sera de remporter le plus de rencontre possible et de récolter le plus de point : Nous voulons gagner chaque match et faire plus de points que la saison dernière : Nous devrons réaliser la phase retour en imposant un rythme important. Ce sera important de déjà bien le débuter, à commencer par demain." Petits joueurs! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  11. Matteo Darmian s’est livré au cours d’une longue interview à la Stampa sur sa saison actuelle, et sa "rivalité" avec Denzel Dumfries Darmian, vous sera-t ’il compliqué de reconquérir le poste de titulaire ? "Dans une équipe comme l’Inter, c’est normal qu’il y ait de la compétition à chaque poste, et ce depuis le début de la saison, le leitmotiv des joueurs est toujours de mettre en difficulté l’entraîneur." Avez-vous conscience, sur le terrain, du spectacle que vous proposez ? "Nous aussi, lors des matchs, nous remarquons ce qu’il se passe autour de nous, et nous nous amusons bien ensemble, nous sommes un groupe qui est parvenu a créer quelque chose d’importants sur de nombreux aspects : La mentalité, l’envie de gagner, la capacité de souffrir lors des périodes plus délicates." Depuis votre arrivée à l’Inter, et à partir d’octobre 2020, il y a toujours eu un duel avec le Milan pour le Scudetto, l’équipe où vous avez débuté en tant que professionnel "Je dois énormément au Milan qui m’a fait grandir : J’y suis rentré enfant et j’en suis reparti comme un Homme : A 19 ans, je ressentais le besoin de jouer et nous nous sommes séparés d’un commun accord. A présent, je suis heureux d’être à l’Inter et j’aurai pu la rejoindre aussi avant. L’année dernière c’était si beau de remporter le Scudettto et nous voulons le confirmer ici." On vous reconnaissait déjà un profil de joueur sérieux qui abattait énormément de travail pour rester au très haut niveau…… "Si l’on n’a pas un talent au-dessus du lot, il faut avoir de l’ambition et de la détermination, je dois remercier les garçons qui étaient en équipe première et qui m’ont soutenu à Milanello : Il y avait des champions tel que Paolo Maldini, Genarro Gattuso et Alessandro Costacurta qui m’ont inculqué l’envie de travailler, c’était une grande école." Est-ce que le fait de jouer à deux pas de votre domicile est bénéfique ? (Ndr : Rescaldina se trouve à peine à 25 kilomètre de Milan) "C’est évident : Je ressens aussi cette proximité avec mes proches, j’ai gardé de nombreux contacts dans mon village. C’est là où j’ai commencé à jouer en étant entraîné par mon père Giovanni : Il y a mes amis de toujours, je pars souvent les retrouver." La dernière victoire de l’année 2021 était face au Torino, un club qui vous a laissé d’excellents souvenirs... "Le Torino réalise une très belle de saison avec Juric. Nous avons pu le constater au Giuseppe Meazza : C’est une équipe forte et difficile à affronter : J’aime beaucoup le fait que les tifosi granata n’ont pas oublié mes buts importants, comme à Bilbao et lors du Derby de 2015, nous y retrouvions le succès après une si longue attente. J’y ai vécu quatre années de croissance : La promotion en Serie A, le retour en Coupe d’Europe. Ces saisons m’ont permis de partir à Manchester United, ce qui m’a fait connaitre à l’international." En cette période dorée, ce qu’il vous manque reste un retour en équipe nationale… "Ce serait un honneur de retrouver l’Azzurro, je me souviens du Mondial 2014 comme d’une expérience inoubliable. A présent, il y a Roberto Mancini comme sélectionneur national et il fait des choix différents. Et ils ont tous pris la bonne décision. En repensant aux play-off face à la Suède en 2017, je me souviens avoir touché du bois et cela me reste encore en travers de la gorge. Cette fois-ci, l’Italie peut y parvenir, surtout vu sa cavalcade à l’Euro." Il se dit que lorsque vous étiez enfant, que vous aviez été primé par le bibliothécaire de Rescaldina ? "Il ne m’est plus possible d’y retourner hélas, mais je m’étais concentré sur les autobiographies des grands sportifs : J’étais très inspiré par "Open" d’André Agazzi." Vous êtes le prototype du brave gamin éduqué. Y-a-t ’il un aspect où vous ne l’êtes pas ? "Demandez à mon épouse Francesca, elle vous répondra que je suis rempli de défauts." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  12. Paolo Di Canio, ancien attaquant italien, s’est livré à Sky Sport sur les déclarations de Romelu Lukaku le définissant de joueur arrogant et faible: "Il y a différents aspects à prendre en considération dans cette interview : le caractère, les contradictions, le moment, l’absence de conscience de ce qui a été dit et à quel niveau." "Il y a aussi la faiblesse d’un athlète qui après six mois dépose les armes car il s’est présenté avec une arrogance dû au fait que l’on ne se rendait pas compte des dimensions et des niveaux : Il a gagné le Scudetto en Italie en étant co-protagoiste avec ses équipiers : Ce n’est pas un Messi ou un joueur de cette trempe. L’Inter, avec Zapata l’aurait aussi remporté, c’est un joueur fonctionnel qui avait fait son devoir." "Il est parti ensuite dans l’équipe Championne d’Europe et dans un championnat où le niveau de difficulté est dix fois supérieur à celui du championnat italien, où tu dois te battre face à des équipes comme Manchester City et Liverpool. A Chelsea, ce n’est qu’un parmi tant d’autres et s’il est arrivé là-bas en pensant être le numéro un, c’est qu’il n’a rien compris : Plus que tout, il fait cette déclaration après avoir connu des problèmes physique et l’équipe joue beaucoup mieux sans lui : C’est un joueur fragile : Il semble avoir du caractère lorsqu’il s’exprime, mais il est très fragile." Harakiri "Il s’est fait un bel harakiri, c’est un désastre et tout le monde est mécontent, lui inclus : Tout le monde a sa propre fierté : Il est caractériellement et sans ironie, je le répète, un gros lourdaud, il n’a jamais été vicieux ni volontaire peu importe les situations : Il aurait dû se dire à lui-même : Je dois faire preuve de fierté et être décisif ici à Chelsea, en gagnant tout en y allant étape par étape" "Il ne suffit pas d'avoir gagné le Scudetto. Être l'un des nombreux joueurs d'une équipe comme Chelsea, c'est déjà beaucoup pour quelqu'un comme lui, à 29 ans, après avoir remporté un titre de champion en Italie. Aux premières difficultés, il s'est effondré, il a abandonné. Je pense que Tuchel n'est pas satisfait de lui depuis un certain temps et que Chelsea se mange les mais les mains pour avoir dépensé autant pour un joueur qui, finalement, n'était pas si nécessaire que ça." "Le club pourrait même se sentir offensé. Il a dit qu’il reviendrait à l’Inter, mais Chelsea pourrait se considérer aussi comme un club supérieur en ce moment historique : Ses équipiers peuvent le considérer comme une personnalité faible : Il y a ceux qui se tuent au travail et ceux qui abandonne et se plaigne à la première difficulté : Chelsea pourrait être confronté à de sérieuses difficultés." Marina Marina Marina…. Marina Granovskaia, le bras droit de Roman Abramovitch est furieuse envers Romelu Lukaku : une colère noire qui lui a permis d’avaliser son exclusion du noyau et elle ne compte pas lui pardonner ce comportement non-professionnelle et elle compte continuer à le punir: La position de l’attaquant belge est délicate et un échange Harry Kane à Chelsea n’est que pure Fantacalcio.Si Tuchel l’a puni en l’écartant face à Liverpool la durée de l’exclusion sera définie par Granovskaia ! C’est un fait Lukaku est retourné à Londres en perdant sa couronne interiste : "A Milan, une grande majorité des tifosi sont partagés et la majorité ne veut plus de lui. Le seul moyen de s’en sortir pour lui serait de parvenir à définir un terrain d’entente avec le Tottenham d’Antonio Conte, ce qui s’annonce extrêmement difficile" It’s Karma, Bitch ! ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  13. L'ancien président légendaire de l'Inter, Massimo Moratti, estime que l'Inter est désormais une équipe particulièrement agréable à regarder sous la direction de Simone Inzaghi. S'exprimant sur la chaîne YouTube de Gianluca Rossi, l'ancien président a fait l'éloge de l'actuel entraîneur des Nerazzurri et a donné son avis sur d'autres sujets au sein du club. Au cours de la première moitié de la saison, l'Inter a montré qu'elle était capable d'aller chercher son deuxième Scudetto consécutif en tant que favori, tout en maintenant un niveau de jeu élevé. L'entraîneur Inzaghi s'est bien acquitté de sa tâche dans son environnement et a prouvé qu'il était le bon choix après quelques doutes initiaux quant à sa capacité à faire facilement la transition après avoir entraîné la Lazio. Moratti adore ce qu'il voit, et pense que c'est très agréable d'être un fan de l'Inter en moment. "Je m'amuse vraiment", a-t-il déclaré. "Dès le début, Inzaghi a fait comprendre qu'il ferait bien jouer l'équipe". "Il a tenu sa promesse, parce que l'équipe joue de mieux en mieux", a-t-il ajouté. "Et en ayant toute l'équipe disponible, il a aussi la possibilité, surtout avec les cinq changements disponibles, de faire appel à des joueurs frais au cours du match", a-t-il poursuivi. Moratti a déclaré : "Il tire le meilleur parti des nouvelles règles, félicitations à Inzaghi parce que quand vous allez au stade, cette équipe est amusante à regarder." Sur la possibilité d'un autre Scudetto, il a dit que "Ce serait le bon moment et je pense que l'Inter peut facilement rivaliser pour gagner le Scudetto. Nous espérons qu'il arrivera bientôt". En ce qui concerne le départ de l'ancien entraîneur principal Antonio Conte au cours de l'été, il a déclaré : "Peut-être qu'il ne pensait pas que le club était suffisamment préparé pour construire l'avenir." "Les responsables n'ont pas gagné sa confiance ou n'ont pas répondu de manière adéquate, alors il a décidé qu'il voulait partir et s'en est allé", a-t-il poursuivi. "Il a mal jugé l'Inter parce qu'il a accordé trop peu de valeur à ce qui était déjà là", a déclaré Moratti à propos de Conte. "Nous avons tous pensé que les départs de Romelu Lukaku et d'Achraf Hakimi étaient la raison de son départ", a-t-il poursuivi, "mais en réalité Inzaghi et Marotta nous ont fait comprendre qu'avec quelques ajustements l'équipe fonctionne de la même façon et même mieux." Il a ajouté que "Conte a fait le choix qui lui semblait le meilleur pour lui, parce qu'il est à Tottenham maintenant, mais il aurait pu éviter de le faire comme ça." Au sujet des joueurs de l'équipe actuelle de l'Inter qui, selon lui, auraient pu s'intégrer dans sa propre équipe, il a nommé : "Certainement Nicolo Barella, il me rappelle Nicola Berti, même si pas totalement." "Lautaro Martinez ne me dérange pas car il a une grande classe même si elle ne se manifeste pas toujours à 100%", a-t-il ajouté. "Le reste est également génial", poursuit l'ancien président, "Edin Dzeko fait plaisir à regarder, la défense est solide, Marcelo Brozovic a montré une croissance incroyable." "Il avait essayé de nombreux rôles et maintenant il est franchement excellent", a-t-il dit à propos du milieu croate, qui est selon lui "humble et joue à un niveau incroyable." Au sujet du président Steven Zhang, il a déclaré : "Je n'ai pas eu de nouvelles de lui ces derniers temps car il vit en Chine. Je dois dire que tout ce qu'il a fait a toujours montré le respect que sa famille a toujours eu pour l'Inter." "Et précisément pour ce respect, j'imagine qu'il va regarder autour de lui pour voir s'il y a quelqu'un qui peut mieux soutenir le club dans cette situation. Nous devons nous habituer à cela", a-t-il poursuivi. Au sujet de l'échec du projet de Super League, M. Moratti a déclaré que "l'UEFA a également pris une raclée de son côté". "C'est peut être ce dont certaines équipes ont besoin, mais avec certaines compétitions, vous devez faire un bon travail de préparation, mais vous devez aussi impliquer les membres de nombreuses équipes", a-t-il poursuivi. Concernant le projet InterSpac des tifosi des Nerazzurri, il a déclaré : "Je crois que c'est une chose de s'organiser entre fans pour essayer de participer et d'avoir une voix dans l'équipe, mais c'en est une autre d'essayer d'acheter le club qui est énorme et difficile à gérer." "Je pourrais participer", a-t-il poursuivi, "ils me flattent beaucoup et on comprend que mon intervention pourrait être décisive. Mais pour l'instant, ce n'est pas possible." Sur la possibilité d'un autre Moratti dans un rôle important à l'Inter, il a répondu "Qui sait... peut-être mes enfants ?". "Ce sont des tifosi et ils aiment l'Inter", a-t-il poursuivi, "et c'est ce qui importe le plus, mais cela ne change rien au fait que les choses n'arrivent que lorsque le moment est propice." "J'étais en charge quand les circonstances s'y prêtaient", a-t-il poursuivi. "Que ce soit bien ou mal, parce que même à l'époque, cela pouvait être considéré comme de la folie, mais c'était tout de même quelque chose pour laquelle les circonstances étaient réunies." "Maintenant, l'ampleur du club pourrait rendre la chose difficile", a-t-il ajouté, "je leur laisse donc l'avenir. Mais la possibilité de voir à nouveau une famille italienne propriétaire semble très éloignée." Réfléchissant à son passage à la tête du club, Moratti a déclaré : "Le triplé a certainement été la plus grande joie que le club m'a donnée." "C'était un effort et un sacrifice de la part des joueurs, qui ont fait preuve d'un grand engagement du genre qui me rend encore reconnaissant envers ces gars et envers le coach", a-t-il poursuivi. "Et si nous parlons d'autres beaux moments, j'ai trouvé la première année de Ronaldo très stimulante", a-t-il poursuivi, "c'était une équipe qui a commencé quelque chose qui aurait pu durer longtemps et être magnifique mais au lieu de cela a été coupé court." "Mais c'était quand même un moment très émouvant", a-t-il ajouté. "Ce furent deux très bonnes saisons, et l'Inter m'en a donné beaucoup : chaque match, tous les efforts et les différents joueurs, l'émotion des tifosi, j'ai beaucoup apprécié." ®Oxyred – Internazionale.fr via SempreInter
  14. Simone Inzaghi s’est livré à Inter TV pour ce dernier match de l’année 2021, avec un titre de Champion d’Hiver conquis avec 43 points, la meilleure attaque et la seconde meilleure défense L’Inter se prépare à disputer son dernier match de l’année, à quel point êtes-vous satisfait par le travail réalisé par l’équipe ? "C’est normal que je sois satisfait, nous sommes très heureux de ce titre de Champion d’Hiver mais nous savons qu’il ne se retrouve pas dans les livres d’Or. Nous sommes tout de même contents, c’est une belle sensation et il doit devenir une stimulation pour faire encore plus." Quel est le secret qui vous permet d’exprimer un jeu avec une telle qualité ? "Nous vivons une belle période, les garçons sont toujours concernés et nous avons la chance pour pouvoir toujours très bien travailler malgré le fait que nous avons dû disputer tellement de parties. Nous savons aussi très bien que notre parcours est encore très long : Nous pouvons remarquer que sur ces 18 premières journées que le haut du classement peut rapidement changer." "Nous sommes toutefois en adéquation avec les demande du Club, qui était de se qualifier en huitième de finale de la Ligue des Champions et de maintenir l’équipe dans le top 4 en championnat, nous sommes donc heureux. L’équipe travaille très bien et c’est une stimulation pour continuer à poursuivre notre parcours, tout en sachant qu’il sera toujours semé d’embûches." Le Scudetto de l’Inter se joue-t ‘il lors des deux prochains mois ? "Il reste encore 20 matchs d’ici à la fin de la saison et c'est très long: Nous avons conscience du calendrier, mais ma préoccupation reste le match de demain car nous ferons face à une équipe en bonne santé et très bien organisée." Quelle est la meilleure caractéristique du Torino d’Ivan Jurić ? "Il a des joueurs de qualité et de quantifié. Lors de ces quatre derniers matchs, il l’a remporté à deux reprises et fait deux match nuls, c’est une série positive. C’est un entraîneur très bien préparé que j’estime énormément, il parvient à tirer le meilleur de ses équipes." Face au Torino, Barella sera absent, est-ce déjà un premier test en vue de Liverpool ? "Il reste tellement de temps avant de jouer Liverpool, nous savons que nous devrons nous y présenter dans le meilleur état possible. Nous avons déjà vu, lors de ces quatre premier mois où il y a eu des blessures et des suspensions que nous disposons toujours de solutions différentes, car l’équipe est en constante et quotidiennement en évolution." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  15. C’est une révélation du Corriere Dello Sport, en cas de victoire face au Torino, l’Inter pourrait conclure la première partie de saison avec 46 points au compteur, ce qui représenterait un nouveau record pour l’Inter d’Inzaghi "Il n’y a que Roberto Mancini, détenteur d’un double Scudetto, qui est parvenu à faire mieux que lui : 51 points en 2006/2007 et 49 points en 2007/2008. Mieux encore, l’Inter d’Inzaghi pourrait faire bien mieux que l’Inter d’Antonio Conte dont la meilleur performance après 19 journées est de 43 points. Mourinho pour sa première saison a atteint 43 points et 45 point lors de la saison du Triplé." Pour faire simple, Inzaghi pourrait faire mieux que certaines sommités de l’Histoire de l’Inter depuis l'ère des victoires à trois points. Champion d’Hiver = Champion d’Italie ? "Si l’on regarde dans le temps, le titre hivernal n’est certainement pas une garantie absolue pour remporter le Scudetto. L’Inter a déjà été devant durant 17 saisons, mais elle n’est parvenue à la célébration finale qu’à 11 reprises : Une fois sur trois, elle a donc été rattrapée! Le dernier précédent remonte à la saison 1990/1991 avec le seul et unique Scudetto de l’Histoire de la Sampdoria." "Toutefois, il y a une série actuelle d’un 4/4 qui alimente l’espoir: Les pourcentages sont similaires en général et toujours en considérant l'ère des 3 points, soit depuis la saison 1994/95, dans 67% des cas seulement, c'est-à-dire dans 18 des 27 championnats, l'équipe en tête à la mi-tournoi a également été couronnée championne d'Italie". ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  16. En effet, Simone Inzaghi a déjà atteint le premier objectif de la saison, il y a quelques semaines : Les huitièmes de Finale de la Ligue des Champions. A présent, il est parvenu à atteindre le second objectif de ce début de saison : Être champion d’Hiver avec une journée d’avance...... Et c’est un fait, les six premiers mois de Simone Inzaghi à la tête de l’Inter sont extrêmement positifs: L’objectif déclaré à présent est celui de remporter le Scudetto, celui qui équivaut à la seconde étoile, celui qui pourrait faire rentrer l’ancien entraîneur de la Lazio dans l’Histoire du Club Nerazzurro dès sa première tentative. Seuls trois entraîneurs ont remporté immédiatement le Scudetto après le "titre" hivernal! C’est une révélation de la Gazzetta Dello Sport : "Les signaux envoyés sont positifs, mais ils ne sont plus que des signaux : Pour dire la vérité, un demi-Scudetto a été remporté hier soir avec le Titre de Champion d’Hiver, un titre honorifique que même Antonio Conte n’était pas parvenu à remporter, il y a un an." "Cette performance a été réalisée uniquement par trois entraîneurs : Alfredo Foni, Giovanni Invernizzi et José Mourinho...... eux qui sont à jamais marqué sur la Carte du Club. A présent, Simone Inzaghi peut devenir le quatrième entraîneur a remporter le Scudetto de cette façon: En combinant le titre hivernal au Scudetto lors d'une première saison sur le banc de l’Inter en 114 ans d’Histoire." Une prolongation déjà prête "Inzaghi est actuellement le Monsieur Plus d’Appiano Gentile, il s’est rapproché intelligemment du Monde Nerazzurro en s’insérant immédiatement dans une réalité qui lui était inconnue et dans un environnement jamais connu auparavant en carrière: Il n’avait jamais été à la tête d’un Top Club. Les paroles ont un poids et l’étoile polaire est une définition assez engagée, mais on ne peut pas dire que cela soit si surprenant." "L'année 2022 apportera aussi, avec elle, la prolongation du contrat de Simone Inzaghi. Rien ne presse actuellement, celle-ci devrait avoir lieu à l’aube du printemps étant donné que personne n’a l’idée de débuter la saison 2022-2023 avec l'entraîneur en fin de contrat : A meilleure raison que, dans le même laps de temps, Simone sera à jamais retranscrit sur cette fameuse Carte exclusive du Club." Selon vous, Simone Inzaghi est-il dans les pas de Roberto Mancini ? Lui aussi arrivé de la Lazio et qui est l’entraineur le plus titré en termes de Scudetti remporté ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  17. En effet, l’objectif de l'Inter pour la saison est désormais clair : Décrocher sa seconde étoile. Une Étoile qui passera par la conquête d’un nouveau Scudetto. Championne d’Italie en titre, la Gazzetta confirme l’importance de confirmer une telle performance : "Un Scudetto apporte toujours des bonus de la part des sponsors : Les contrats conclu avec Socios et Zytara, actuels et futurs Main Sponsors permettront au club de récolter 104 millions d’euros jusqu’en 2025." "Mais un aspect des plus important réside dans la Marque Inter : Elle qui a reçu un premier polissage scintillement avec le retour en la Ligue des Champions. Selon les estimations de Brand Finance la Marque est ainsi passée de 151 millions d'euros en 2016 à 466 millions d'euros en 2020. Finalement, l'attrait de l'Inter semble être revenu à son niveau d'antan." "Ce n’est d’ailleurs pas une coïncidence si un tout nouveau sponsor comme Socios.com s’est rapproché de l’Inter en proposant un projet innovant: Lors de la Super Coupe d'Italie, le logo "$INTER Fan Token" sur le devant du maillot sera remplacé par le titre de lachanson préférée des Tifosi qui sera choisi via l'application Socios.com" Au moins celle-ci est évitée! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  18. C’est une révélation de la Gazzetta Dello Sport : Si Steven Zhang n’a pas encore pu admirer son Inter au stade Giuseppe Meazza mais depuis Nankin, le Président de l'Inter et Suning, le propriétaire de club, ont confirmé leur intention de ne pas quitter le Club à brève échéance "Cette seconde étoile pourrait être si brillante qu’elle serait visible jusqu’en Chine, jusqu’à Nankin où Suning observe, à distance, sa créature renaître de ces cendres : L’Inter est vivante et le projet chinois va de l’avany. Celui-ci a dû être revu car le paysage économique et financier a changé, mais l'objectif est le même que celui exigé par le passé : Être au sommet." "Le message de prudence qui consistait à dire au club "La quatrième place sera suffisante" a été prononcé à la lumière des évènements estivaux, mais cette situation a été très rapidement surmontée et la réalité est tout autre avec la possibilité de "Gagner encore", voir même d’améliorer le record de Steven Zhang comme Premier Président étranger titré." "Cette éventualité est plus que tentante, et c’est pour cela que Suning s’est lancé dans un parcours de croissance à 360°. Depuis sa prise de contrôle, l’Inter est rentrée dans une autre dimension, comme en témoigne le chiffre d’affaire d’alors, au net des plus-values : 207 millions d’euros lors de la dernière année de Présidence d’Erick Thohir en 2015/2016 pour passer à 377 millions d’euros en 2018-2019, avant que la pandémie liée au Covid-19 ravage tout sur son passage." "La marche en avant a repris,, avec le stade qui se rempli a nouveau et les excellentes performances sur le terrain." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  19. Alessandro Bastoni s’est livré sur son passé, son présent et son futur, sur et hors du terrain à la Repubblica. La Famille Quand as-tu compris que tu voulais devenir footballeur ? "A Parme en Serie A, la première fois où j’étais titulaire, je me suis dit : "Ale, si tout va bien, c’est fait". Nous avons gagné à Turin et j’ai finalement pu charrier mon père." Il a joué pour Cremonese...... "Quand j'étais enfant, il faisait son malin à chaque fois. Maintenant, c'est moi qui lui rappelle qu'il n'a pas joué la moitié d'un match en Serie A, mais il se croit toujours plus fort que moi. Nous en plaisantons parce que nous savons que nous en sommes arrivés ici ensemble." Sur vos protège-tibias, on retrouve l’image de vos frères…. "Oui et je les embrasse en avant-match, j’ai choisi le numéro 95 car c’est l’année de naissance de mon frère aîné. Le cadet m’a dit : "Et moi?" C’est comme ça que j’ai eu cette idée : Il n’y a pas de jalousie entre nous et j’en suis chanceux." Jouer vous encore au football ensemble ? "Le plus grand est arrivé jusqu’en Serie C et il a ensuite choisi les études, le plus jeune a une aversion pour le football : Il me demande de lui raconter quelque choses pour répondre aux demandes de ses amis." Après l’Euro, êtes-vous retourné là où tout a commencé ? "C’était beau car je me suis identifié aux enfants, j’étais un petit compétitif qui rêvait, comme eux, de devenir footballeur." Comment transforme-t-on le talent en succès ? "Chez les plus jeunes de l’Atalanta, j’ai rencontré des garçons bien plus talentueux que moi, je m’entrîinais avec les plus grands ce qui était difficile. Mon père m’a appris à ne jamais abandonner. Il m’a accompagné durant tant d’années de Cremona à Zingonia en aller-retour : 130 kilomètres sans jamais me le faire ressentir. Avec une autre famille, j’aurais eu un autre métier aujourd’hui." Etiez-vous un Tifoso enfant ? "Papa est de sang interiste et il m’a transmis sa foi, lorsque je commets une erreur en plein match, il m’en veut." Votre mère, lors de la fête du Scudetto vous a offert de la Pizza et vous a essuyé votre bouche avec une serviette… "Elle a toujours été proche de moi. J’aime être avec elle et aller manger un plat de Tortelli. Fais maison: comme ça le nutritionniste n’enrage pas!" Les modèles Vous avez les pieds et la vision d’un meneur de jeu : Qui vous a imaginé au poste de défenseur ? "J’ai toujours joué derrière, les qualités techniques sont apparues à l’Atalanta avec Mino Favini et Gianluca Polistina. Je passais des heures à m’améliorer." Quelle est votre idole footballistique ? "Sergio Ramos : J’admire tout de lui, comment il est sur le terrain, sa personnalité : Pour mon anniversaire, il m’a offert son maillot et j’ai aussi pu échanger avec lui." Que vous êtes-vous dit ? "Belle demande, on parlait espagnol et j’ai perçu la personne, plus que le joueur, il est comme Materazzi." Ramos et Materazzi : La fourberie s’apprend-t’elle ou est-elle innée ? "Cela peut se travailler, mais ce n’est pas simple, tout comme la légende qui dit que les bons joueurs sont techniquement bons sont mous caractériellement." Voudriez-vous être plus vicieux ? "Non, il y a eu une période où je prenais trop d’avertissements, je crois que je peux m'améliorer en tout grâce à d’exceptionnels équipiers." L'Inter d'Inzaghi Jusqu’où peut arriver cette Inter ? "C’est beau d'avoir le Scudetto sur le torse, nous prouverons à tous, et de toutes les façons possible, que nous le conserverons : Il y a aussi la Ligue des Champions." Comment avez-vous réagi lorsque vous êtes passé de l’Ajax à Liverpool, suite à une erreur de tirage...... "Je n’ai pas juré, si c’est votre question: J’ai aussi écrit la préface d’un livre pour un Curé. Blague à part, nous devrons réaliser deux grands matchs : Jouer à Anfield sera extraordinaire." Vous divertissez-vous sur le terrain ? "Oui, Inzaghi nous donne la liberté qui nous permet de nous souvenir que le football est un jeu : Même lorsque tu es mené." Face à Cagliari, vous êtes rentré dans la surface en dribblant une série d’adversaire…. "J’aime énormément sortir de ma zone, et lorsque je vois une possibilité, je tente de marquer. Cela ne s’est pas bien passé, j’espère que cela ira mieux la fois prochaine." Hors du terrain En dehors du terrain, vous semblez toujours être un bon pochtron, est-ce une réalité ou les réseaux sociaux exagère-t ’il la réalité ? "Hélas, les réseaux sociaux n’exagèrent rien, disons que j’aime beaucoup me divertir." Qui est le meilleur aux fléchettes ? "Brozo est le champion indiscuté." Gasperini, Conte, Inzaghi, Mancini. Partant des caractères : quels duos formeriez-vous ? "Je mettrais Gasperini avec Conte et Mancini avec Inzaghi : Les deux premiers sont toujours sur la brèche. Inzaghi et Mancini, en plus d’être fort engagés, attachent une importance au contact humain : Le résultat est que nous somme plus relaxé lors des moments cruciaux." Conte blindait la défense en abaissant le cendre de gravité de l’équipe : Inzaghi, en revanche, augmente le pressing...... "Aujourd’hui, nous avons moins la possibilité de partir en contre : Edin et Romelu sont différents et nous nous sommes adaptés." L’Italie Ressentez-vous la responsabilité de devoir reprendre l’héritage de Leonardo Bonucci et Giorgio Chiellini en défense ? "Oui, je ressens cette urgence, je suis impatient de me montrer protagoniste aussi en équipe nationale." La seule erreur de votre carrière fut lors d’Italie-Espagne à l’Euro, mais vous avez immédiatement démontré être capable de retrouver immédiatement votre niveau : D’où puisez-vous cette maturité ? "C’est caractériel, je suis serein : En plus du football, j’ai en tête d’autres pensées qui m’apaise : A partir de ma fille qui va naître en janvier." Comment allez-vous l’appeler ? "C’est ma compagne qui me le dira lorsqu’elle l’aura trouvé. Elle partage mes valeurs : Léducation, la reconnaissance, la générosité, elle étudie le design, elle aimerait trouver un bon job : Ses réalisations sont aussi importantes que les miennes." Si l’Italie ne devait pas se qualifier en mars, l’absence en Coupe du Monde passerait à 12 années : Cette pensée vous effraie-t ’elle ? "Non, même pas dans l’antichambre de nos cerveaux : Nous sommes Champions d’Europe en titre, nous devons y parvenir." Qui méritait le Ballon d’Or ? "Vu que je n’étais pas en course : Lewandowski ou Jorginho". Allez-vous encore tirer les penalty en équipe nationales ? "Certainement, tout comme Lautaro : Il n’y a que celui qui n’en a jamais tiré qui n’en a jamais raté." Ses anciens équipiers Échangez-vous avec Eriksen ? "Oui, c’est lui qui nous a rassuré et non l'inverse : Je lui souhaite de vivre la vie qu’il désire : En plus du fait d’être un champion, c’est une belle personne." Et avec Hakimi et Lukaku ? "Hakimi est mon compagnon de Playstation, et il est très mauvais. Quant à Romelu, je lui souhaite bonne chance pour sa nouvelle aventure." Le schéma de la rampe de lancement pour Barella, lors d’Inter-Juve (2-0), a-t-il été importé d’Angleterre par Conte ? "Non, nous l’avons toujours testé : J’ai gagné notre dernière partie d’entrainement avec celui-ci. Le problème est que les adversaires nous étudient : Nous devons imaginer de nouvelles choses." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  20. A travers un communiqué officiel, l’Inter a confirmé la rupture du contrat, à l’amiable, avec l’international danois Christian Eriksen qui a été victime d’une crise cardiaque à l’Euro 2020 "Le Fc Internazionale Milano communique avoir trouver un accord à l’amiable pour la rupture du contrat de Christian Eriksen. Le Club et toute la Famille Nerazzurra embrasse le joueur et lui souhaite le meilleur pour l’’avenir. Si la route de l’Inter et de Christian se séparent, il restera pour toujours un lien fort et indissoluble : Les plus beaux moments, les buts et les victoires, sans oublier les célébrations relatives au Scudetto." "Tout cela restera gravé pour toujours dans l’histoire Nerazzurra" Une lettre adressée par l’Inter à Christian Eriksen est en cours de traduction, celle-ci sera publiée dans les prochaines heures ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  21. L’ancien Administrateur-Délégué est sans conteste l’un des principaux artisan du renouveau conquérant Nerazzurro: Entré en poste le 13 décembre 2018, Giuseppe Marotta est nommé Administrateur-Délégué Sport de l’Inter. Sur le banc de touche on retrouvait Luciano Spalletti et Mauro Icardi comme capitaine et Leader de l’équipe. Le retour en Ligue des Champions aura vu l’équipe disputer la phase de groupe avant d’être reversé en Europa League. 16 décembre 2021, soit un tout petit peu plus de trois années ont passé et la situation est totalement différente : On retrouve à la tête du groupe Simone Inzaghi et sur le maillot une certaine cocarde tricolore. De plus, le club a retrouvé sa compétitivité aussi bien en Coupe d’Europe qu’en Italie Le Triennal de Marotta entre passé, présent et futur L’avènement de Marotta fut clairement décisif pour convaincre Antonio Conte d’épouse le projet Nerazzurro. "Pour réduire l’écart avec la Juventus, il n’est pas utile de se lancer dans des proclamations, mais d’avoir une Culture du travail accompagnée du sens d’appartenance envers le club" - Dixit Marotta le jour de son intronisation Des mois intenses et délicats suivantes avec la gestion du cas Icardi et un vestiaire qui a implosé : Mais finalement, le dirigeant est parvenu à redresser la situation, en recrutant Conte à Milan L’été 2019 est celui de la construction de l’Inter qui en deux saison permettra la conquête d’un Scudetto via une campagne de transfert pharaonique : Romelu Lukaku, Nicolò Barella, Stefano Sensi, Alexis Sánchez, Valentino Lazaro et Diego Godin, sans oublier les retouches hivernales Christian Eriksen, Ashley Young et Victor Moses. Pour la première année de Conte, l’équipe accroche la seconde place en Serie A et s’incline en Finale de l’Europa League face à Séville. C’est exactement à partir de ce dernier que débutera la chevauché menant au Scudetto malgré un mercato estival 2020 pratiquement inexistant, la faute à la pandémie liée au Covid-19 qui inflige de sérieuses séquelles à tous, et pas uniquement à l’Inter. Le temps de célébrer un succès retrouvé et l’importante satisfaction d’avoir mis un terme à la Domination de la Juve qu’il avait lui-même créé est bref : Giuseppe Marotta et Piero Ausilio faisant face à un été difficile avec des départs importants : Antonio Conte, Romelu Lukaku et Achraf Hakimi, sans oublier la dramatique situation entourant Christian Eriksen. Pourtant comme le démontre le terrain, les joueurs ont été bien remplacés via les affaires conclus pour s’attacher les services d’Hakan Çalhanoğlu, Edin Džeko, Joaquín Correa et Denzel Dumfries. Ceux-ci sont accompagné par le choix de miser sur le "nouveau Massimiliano Allegri": Simone Inzaghi qui s’est montré capable de reprendre l’héritage d’Antonio Conte avec pragmatisme et empathie envers le groupe, ce qui n’est pas sans rappeler « Max » à Turin en 2014 Le présent et le futur Le parcours de Marotta n’est pas terminé, même si le principal intéressé a confirmé que l’Inter sera le dernier club de sa carrière, lui qui songerait à se renouvellent dans un poste à niveau institutionnel. Giuseppe Marotta n’est pas simplement qu’n très grand gestionnaire de club, d’homme et de vestiaire, c’est un dirigeant compétent en plus sur les terrains, disposant d’un poids politique à la Lega. Giuseppe Marotta est de la Vieille Ecole, comme Adriano Galliani : Il sait et s’occupe de tout. Il se confronte avec les Présidents des Tops Clubs Européens, mais aussi avec les jardiniers d’Appiano Gentile. Comme déjà dit, l’Histoire de Marotta à l’Inter ne prendra pas fin au 30 juin 2022, date de la fin de son contrat actuel. Depuis longtemps, Marotta, comme Piero Ausilio et son adjoint Dario Baccin, sans oublier Samaden, le Responsable des jeunes, est en négociation avec Suning pour prolonger son contrat, et malgré les hauts et les bas connus par la propriété, Giuseppe Marotta restera toujours à la barre Comment jugez-vous et analysez-vous le triennal de notre Padrino préféré ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  22. L’ancien entraîneur de l’Inter et actuel entraîneur de Tottenham, Antonio Conte, s’est livré durant la remise des prix du GoldenBoy 2021, où il y a d’ailleurs remporté le "Premio Vittorio Pozzo", sur son aventure Nerazzurra: "C’est une grande fierté et une grande satisfaction d’avoir obtenu ce prix. Gagner le trophée dédié à Pozzo est un motif de grande fierté." "J’ai connu deux saisons très intense à l’Inter, je les ai vécu intensément avec beaucoup d’enthousiasme et de passion : Il m’avait été demandé de permettre à l’Inter de gagner le titre. Nous avons tous été bons : Les dirigeants, les joueurs, moi : En deux saisons, nous avons remporté un Scudetto après 11 ans d’attente et atteint la Finale de l’Europa League, c’était du bon travail: L’Inter est une équipe qui est, à présent, compétitive et qui va rester compétitive durant de très nombreuses années." Comment est-ce d’entraîner Kane ? "J’ai eu le plaisir d’entraîner des Top Players comme Tevez et Lukaku et à présent, j’ai le plaisir d’entraîner un champion tel que Kane. C’est un joueur qui me surprend beaucoup à tout point de vue, c’est un footballeur qui se met à la disposition de l’équipe, il travaille pour elle, même s’il figure parmi les attaquants les plus fort du monde : Il a un sens du collectif vraiment louable, je me souhaite de pouvoir contribuer à sa croissance, tout comme à celle de Tottenham." Selon vous, Antonio Conte a-t ’il créé un nouveau Monstre prêt à dominer la Serie A avant justement de quitter cette même Serie A ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  23. Primé aux Gazzetta Awards comme lauréat de "l’Exploit de l’année", Nicolò Barella s’est livré sur ses objectifs pour cette saison: "Je suis extrêmement content, je remercie mes équipiers, car sans eux, il ne se serait rien passé, c’est un honneur d’avoir remporté ce prix. Les Italiens ont réalisé tant d’exploits, c’est une fierté pour moi." L’Objectif Coupe du Monde ? "Aller à la Coupe du Monde et la disputer serait si beau, il reste encore deux obstacles à franchir, et je mettrais tout en œuvre pour y aller." L’Inter a changé, mais elle reste toujours en tête : Est-ce que le "Scudetto Bis" a déjà été prononcée dans le vestiaire ? "C’est évident que nous tenons à défendre ce Scudetto, je veux la seconde étoile : Ce championnat est long et disputé, il est très difficile. Nous sommes l’Inter et nous voulons gagner, c’est l’Histoire du Club. L’année dernière était si belle, intense et difficile. Tout est parti de la Finale perdue en Europa League : C’est de là qu’a débuté tout le travail : Nous voulons la seconde étoile." Un message clair envoyé à l’ensemble de la Serie A ! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  24. Javier Zanetti, Vice-Président de l'Inter et Parrain d'Internazionale.fr s’est livré à Sport Mediaset à l’occasion des 20ans de sa fondation: La "Fondazione Pupi." Vous attendiez-vous à une Inter aussi forte en été ? "Oui, je pensais que l’Inter était capable de se confirmer car l’équipe est complète avec différentes alternatives. Je connais l’entraîneur en tant qu’adversaire et il s’est montré être une personne intelligente lorsqu’il entraînait la Lazio. En sortant du Meazza après Cagliari, j’ai vu les Tifosi très fier car l’équipe joue bien." On dit qu’Inzaghi a apporté une certaine légèreté...... "Il exprime au mieux les caractéristiques des joueurs à sa disposition. Nous avons tant d’alternatives, tout le monde se sent concernés : Celui qui rentre veut apporter sa contribution et pour une grande équipe, c’est très important." Pouvez-vous remporter le Scudetto ? "L’Inter se doit de défendre le Scudetto remporté l’année passée et je pense que nous le démontrons dimanche après dimanche. L’équipe y croit et a la conscience d’être forte, mais il y a des équipes comme le Milan, le Napoli et l’Atalanta qui y croient aussi à juste titre : Nous verrons en fin de saison qui arrive en première position." Était-ce mieux de tirer l’Ajax lors du tirage au sort de la Ligue des Champions ? "Il y a de l’amertume pour ce qu’il s’est passé mais c’est inutile de le commenter, nous l’avons tous vu : A présent nous affronterons Liverpool, qui est une très grande équipe de grande tradition : Mais nous sommes l’Inter et nous répondrons présents, nous sommes fiers de notre qualification et nous voulons continuer en Ligue des Champions : Nous aurons le temps et la méthode pour nous préparer au mieux pour cette rencontre." Ou en est la situation post-pandémie ? "Cette reprise est un premier pas, j’espère que tout ira pour le mieux. Nous savons que la situation est toujours compliquée mais nous avons confiance que tout ira vers le mieux." Quelle est votre plus grande satisfaction pour ces 20 ans de la "Fondazione Pupi"? "Au-delà de tout les gens que nous aidons, la plus grande satisfaction restent que toutes les personnes qui nous ont rejoints et qui se sont lancées dans cette aventure, en faisant tout ce qui était possible pour que ce projet se réalise." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  25. L'Inter de Simone Inzaghi va débuter l'année nouvelle avec un niveau de compétition extrêmement élevé: Notre Beneamata rencontrera, en l'espace de 30 jours, tous ses concurrents directs pour le Scudetto! L’Inter tourne actuellement à plein régime, et si elle parvient à bien gérer la reprise, elle pourrait tout simplement s'ouvrir la voie vers le titre: En effet, outre ses concurrents directes pour le Scudetto, il faut y ajouter la Finale de la Super Coupe d’Italie face à la Juventus et la réception des Reds de Liverpool en Ligue des Champions! Il faudra donc serrer les dents, performer et surtout ne pas perdre trop de terrain en Championnat avant la reprise européenne. Et si l’Inter rencontre immédiatement les écuries les plus importantes, la suite de la saison en Championnat va s’avérer donc bien plus "prenable"…. Selon vous, est-ce une si mauvaise nouvelle de devoir faire face à une telle reprise de la compétition? Cette reprise ne tomberait-t'elle plutôt pas à point nommé vu l’état de forme de nos Champions d’Italie ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr